Vous êtes sur la page 1sur 4

Introduction 

:
Dans ce cours, on est intéressé d’étudier la fiscalité et l’optimisation fiscale.
Premièrement la fiscalité est une règlementation qui définie les impôts d’une
collectivité locale, d’un pays, ou d’un organisme international et leur perception
quand au droit fiscal il définit les relations financières entre l’Etat et les
personnes assujettis à travers leurs paiement des obligations fiscales (impôts et
taxes).

La fiscalité marocaine se base sur plusieurs sources ,on site :

 La constitution :la loi suprême d’un pays qui désigne les fondements de


l’obligation fiscale .
 La jurisprudence :l’ensemble des jugements rendu par les cours et les
tribunaux en faveur d’une situation juridique donnée.
 Les sources internationales :l’ensemble des conventions fiscales
bilatérales entre le Maroc et ses partenaires pour mettre en accent les
intérêts réciproques des pays pour éliminer les doubles impositions.

A ce stade ,ce qui nous intéresse le plus c’est d’étudier l’un des principaux
sourece de droit fiscal à savoir « la loi de finance ».

 La loi de finance  est un document qui indique l’affectation des


différentes recettes et dépenses de l’Etat pour une année ,ainsi que
l’équilibre budgétaire et financier . Cette définition s’articule autour de
quatre principes budgétaires :
 L’annualité :l’affectation des dépenses et la collecte des recettes ne
vaut que pour une année .
 L’unité :le budget général de l’Etat est présenté dans un seul
document qui contient les recettes et dépenses.
 L’universalité :l’ensemble de recettes collectés sont imputés sur les
différentes une ou plusieurs dépenses de
 l’Etat(le cas des comptes d’affectation spécial et services de l’Etat
gérés de manière autonome « SEGMA ».
 La spécialité :les crédits ouverts sont limités pour un objectif
déterminé soit sous une logique de moyen(logique de dépense) soit
sous une logique de résultats ( les objectifs de politiques publiques
prédéterminés).
Pour les lois de finances ,il y a trois types la loi de finance initial ,la loi
de finance rectificative qui est votée par le parlement pour corriger à la
hausse ou à la baisse les dépenses et recettes prévues par l’Etat en
fonction de la conjoncture économique et sociale comme le cas de la
crise sanitaire que le monde a vécu en 2020 « Covid -19 » et finalement
la loi de règlement qui est une loi qui arréte definitivement les dépenses
et les recettes d’Etat our un exercice clos.
Pour la procédure d’élaboration de la loi de finance elle se passe comme
suit :
Phase de programmation :avant le 30juillet ,le ministre expose aux
commissions des finances de deux chambres pour présenter l’Etat
d’avancement du projet.
Phase de consultation :le 30juillet ,diffusion de la lettre d’orientation du
chef de gouvernements aux différents ministères.
Phase d’élaboration et d’arbitrage : avant 20 Octobre,les orientations
stratégique sont présentés d’abord devant le conseil de ministre sous la
présidence du Roi,ensuite adopté par le conseil de gouvernement présidé
par le chef de gouvernement et enfin déposé la loi sur le bureau de
chambre des représentants.
Phase d’adoption : le projet de la loi de finance est adopté dans un délai
de 58 jours qui se répartissent entre 30jours pour la première lecture par
la chambre des Représentants ,22 jours pour la première lecture de la
chambre des Conseillers et 6 jours pour l’examen final des amendements
votés par la chambre des conseillers pour finalement adopter la loi de
finance.
Pour la loi de finance rectificative, le délai d’adoption est fixé en 15 jours
où 8 jours est dédié à la première lecture par la chambre des
Représentants ,4 jours est fixée pour la première lecture de la chambre
des Conseillers et enfin 3 jours pour l’examinassions de la chambre des
Représentants des amendements votés par la chambre des Conseillers.

Alors après avoir présenter le cadre général de la loi de finance , on doit


projeter une analyse de la loi de finance 2020 et la loi de finance
rectificative 2020 ,ainsi que la loi de finance 2021 en matière de mesures
fiscales en exergue des impôts directes (IS ,IR),impôt indirecte (TVA) et
les différentes taxes .
Conclusion :
Pour l’année 2021,le ministre d’économie ,finance et réforme administratif et
suite aux instructions de sa majesté le roi Mohammed VI ,les objectifs de la loi
de finance 2021 se gravitent autour de trois objectifs principales :

 La généralisation de la couverture sociale.


 La réforme du secteur public
 La relance d’économie.

Pour le premier point il est dédié « un montant de 8.5 milliard de DH pour
réformer la couverture sociales et faire bénéficier plus de personnes dans un
horizon de 5 ans. Mais le chantier démarrera dès l'année prochaine avec pour
objectif d'activer le dossier de l'AMO en 2021 », explique le ministre. Cette
réforme se base sur quatre objectifs nécessaire :

- La généralisation de l'AMO

- La mise en place des allocations familiales pour l'ensemble des familles


(à programmer, sa généralisation ne se fera pas dès le début)

- La généralisation de la retraite en faveur de la population active qui ne


dispose pas actuellement de couverture sociale

- L'indemnité de perte d'emploi en faveur de la population active. 

Pour le deuxième point la réforme du secteur public et ceci par l’instauration de


la contribution professionnelle unique (CPU) qui vise à :

- D’une part renforcer l’équité fiscal par la généralisation de la couverture


sociale pou les populations vulnérables surtout dans la propagation de
cette pandémie de « Covid-19 »
- D’autre part pour renforcer l’adhésion volontaire au système fiscal des
commerçants qui opèrent dans l’informel et qui exercent des activités
soumisent à l’IR .
Pour le troisième points le plan de relance économiques se base sur :
 La redynamisation du programme “Intelaka” : 9.500 entreprises
bénéficiaires, dont 2.000 dans le monde rurale.
 L’intensification des efforts de soutien apportés aux entreprises
surtout industrielle en terme de pression fiscale et d’aide
présentés comme des prêts garantis par l’Etat :
«Damane Relance» : 23.000 entreprises marocaines
bénéficiaires, d’un volume de crédits de plus de 27 MMDH ;
« Damane Oxygène » : 50.000 Petites et Moyennes
Entreprises bénéficiaires, à hauteur de de 18 MMDH.

En guise de conclusion ,on peut dire que la question la plus importante


est : « est-ce –que les mesures fiscales imposés en 2021 vont
remédier aux répercussions économiques et sociales de la crise
sanitaires de « Covid 19 » ? ».

Vous aimerez peut-être aussi