Vous êtes sur la page 1sur 4

I.

Introduction :
Dans les rivières ou les canaux à ciel ouvert, la surface libre peut prendre des
formes curieuses. Pour un débit donné, la profondeur peut-être grande et la vitesse de l’eau
faible à un certain endroit, le régime d’écoulement est alors dit fluvial. Ailleurs au contraire,
la profondeur peut être faible et la vitesse grande, le régime est alors dit torrentiel. Les
transitions d’un régime à l’autre sont subtiles.

II. Objectif du TP :


Le but de ce TP est de tracer la courbe de remous réglé par un seuil au milieu du
canal, Et de définir le type du profil de la courbe.

III. Partie théorique :


1. Ecoulement non uniforme : C’est l’écoulement dont au moins une des
conditions de l’écoulement uniforme n’est pas réalisé comme (ligne d’eau n’est pas
parallèle avec le fond…)

2. Nombre de Froude : C’est un nombre sans dimension qui caractérise dans un


fluide l'importance relative de l'énergie cinétique de ses particules par rapport à son
énergie potentielle gravitationnelle. Il s'exprime donc par un rapport entre la vitesse
et la force de pesanteur qui s'exerce sur celle-ci. Ce nombre apparaît essentiellement
dans les phénomènes à surface libre, en particulier dans les études de cours d'eau, de
barrages, de ports et de navires (architecture navale). Il est également important en
météorologie pour le calcul de l'écoulement de l'air en montagne.

IV. Partie expérimental :


1) Matériel utilisé :

Dans ce TP on a besoin d’un canal rectangulaire qu’il a une manivelle pour


modifier la pente du canal, un débitmètre, et une vanne pour le contrôle du
débit.
2) Protocole  :
 Sélectionner une pente (n’utilise pas de pente négative ou nulle)
 Fixer et lire le débit
 Mesurer la profondeur d’écoulement (hn) (Pour la mesure de la profondeur de
l’écoulement on place la règle gradué ou on utilise un limnimètre qui se place sur 2
rails parallèles au dessus du canal).
 On crée une perturbation dans l’écoulement a l’aide d’un seuil, et on choisie une
valeur de débit et une pente faible pour avoir un éboulement fluvial au début.
 Mesurer les nouvelles profondeurs.
V. Travails demandé :
1er Cas (sans obstacle)
a. Tableau :

i=0,8 % / Q=1,25 l/s


Distance x (cm) Hauteur d’eau y (mm)
0 22
13 21
26 20
39 20
52 20
65 23
72 22
91 20
b. Graphe :

h=f(x)
23.5
23
22.5
22
21.5
hauteur 21
(mm) 20.5
20
19.5
19
18.5
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Distance (cm)

2ème Cas (avec obstacle)


a. Tableau

Q1=1,41 l/s Q2=1,66 l/s


Hauteur d’eau Hauteur d’eau
Distance x (cm)
y1 (mm) y2 (mm)
0 143 142
13 144 144
En
26 146 146
amant 39 145 146
42 141 140
52,5 28 28
En 65 18 20
aval 78 17 16
91 19 18

Q1=1,41 l/s Q2=1,66 l/s


Hauteur d’eau Hauteur d’eau
Distance x (cm)
y1 (mm) y2 (mm)
0 141 140
Partie
5 35 30
D’obstacle 10,5 28 28
b. Graphe :

h=f(x) Q1=1,41 l/s


160
140
120
100

hauteur 80
(mm)
60
40
20
0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Distance (cm)

h=f(x) Q2=1,66 l/s


160
140
120
100
Hauteur 80
(mm)
60
40
20
0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Distance (cm)

Le vide au milieu du graphe représente l’obstacle

VI. Conclusion :
Dans ce TP on a appris comment tracer la courbe de remous pour
avoir comment s’effectue le passage de régime fluvial au torrentiel
avec un obstacle au milieu de notre canal et définir le type duprofil
de chaque courbe.

Vous aimerez peut-être aussi