Vous êtes sur la page 1sur 15

Quelles relations et quelles conséquences

pour la prévention ?

Agnès Aublet-Cuvelier
INRS
Laboratoire de Biomécanique et d’Ergonomie
Complexité des TMS
Un large éventail d’affections inflammatoires et
dégénératives de l’appareil locomoteur, affectant
muscles, tendons, ligaments, nerfs périphériques et
impliquant des atteintes vasculaires
Des mécanismes physiopathologiques potentiellement nombreux,
Des facteurs de risque multiples, progressivement identifiés
•  de nature biomécanique (efforts, répétitivité, postures) et
psychosociale,
•  en lien avec des déterminants organisationnels,
•  présents dans l’environnement professionnel et extra-professionnel,
au regard de capacités fonctionnelles variables selon les individus,
Un modèle de survenue probabiliste,
L’absence de VME /VLE sur l’exposition
Autres ??? Etat de stress Changements de
process
Traitements Efforts Maladies
Changements intercurrentes
Postures
organisationnels inconfortables Evénements
personnels

Vieillissement Répétitivité
Qu’entend-on par risques psychosociaux ?
Terme non spécifique utilisé pour décrire tous les
facteurs « non physiques » de TMS associés à
l’environnement de travail (Deeney et al, 2009)

Centrés sur le travail :


Cadre souvent contraint par les outils d’évaluation mis à disposition en
épidémiologie :
•  Modèle de Karasek (perception d’une faible latitude décisionnelle,
d’une forte exigence psychologique et d’un faible soutien social par les
collègues et/ou la hiérarchie)
•  Modèle de Siegrist (déséquilibre efforts/récompenses)
Autres dimensions prises en compte : degré de liberté dans l’exécution des tâches,
influence sur le travail, possibilités de développement, clarté du rôle, exigences
sensorielles, qualités managériales, exigences de contrôle émotionnel,
satisfaction au travail,…
Centrés sur l’individu :
Processus cognitifs : attitudes, croyances, attentes, ressources de coping peuvent
influencer l’incapacité fonctionnelle liée à la douleur.
Facteurs socio-culturels…
Le « sens » du travail : un travail a du sens lorsque le sujet le
perçoit comme ayant un but, un dessein et de la valeur, de
l’importance.
6 dimensions : l’utilité sociale du travail, la « rectitude morale » du
travail, l’autonomie, les occasions d’apprentissage, la qualité des
relations, la reconnaissance
Santé mentale (OMS) : état de bien-être qui permet à la
personne de se réaliser et de s’ajuster aux exigences normales
de la vie, qui lui permet également de travailler de manière
efficace et productive et d’apporter ses contributions à sa
communauté
Engagement dans le travail : nature et force des liens qui
unissent l’individu à son travail
(Morin E, 2008, rapport IRSST R-543)
Les conséquences de la « mondialisation »
La place des décideurs dans l’entreprise
La gestion du temps
Le développement technologique, l’expansion des NTIC
La frontière vie professionnelle / vie extra-professionnelle
Des changements démographiques
Une plus grande variabilité des parcours professionnels
Des attentes accrues en matière de santé au travail

Relations complexes, étudiées par différentes
disciplines et influencées par un large nombre de
conditions

1.  De Bongers et Houtmann, 1989 à Bongers et al, 2006


Des études transversales aux études longitudinales prospectives,
qu’avons-nous appris en épidémiologie ?
L’influence des RPS sur :
•  La survenue des TMS et leur passage à la chronicité
•  Le déclenchement et l’entretien de la douleur (expérience/
présentation clinique des troubles/chronicité)
•  La prise en charge thérapeutique
•  Le maintien dans l’emploi
•  La remise en cause des modèles explicatifs avec l’émergence
de TMS dans le secteur de la bureautique
•  La prise en compte des facteurs organisationnels dans
l’approche scientifique
FACTEURS PSYCHOSOCIAUX

Charge physique Etat de stress


de travail chronique

SYSTEME NERVEUX
VEGETATIF CENTRAL

formation
glande réticulée
catécholamines
surrénale
Seuil de perception micro-circulation
corticoïdes tonus
cytokines
pro-inflammatoires

de la douleur
vitesse de musculaire
réparation
des micro-
lésions charge inflammation
oedème biomécanique des tendons
douleurs
musculaires

Troubles musculosquelettiques
d’après Aptel et Cnockaert, 2002
Extrait de : Mac Donald L. et al. Work organization and risk factors for musculoskeletal disorders,
PREMUS 2007

•  A=organisation du travail (OT) cô déterminant des contraintes psychosociales


et biomécaniques
•  B= OT en lien avec les TMS par l’intermédiaire d’une relation exposition-effet
•  C=OT peut modifier la relation exposition-effet en altérant par exemple la
capacité de récupération des salariés
•  D= influence de l’OT sur la santé en dehors des relations exposition-effet (ex :
retentissement sur l’hygiène de vie)
•  Contraintes psychosociales et biomécaniques reconnues comme importantes
(B), mais non isolées des déterminants organisationnels (A, C, D)
•  Prise en compte des facteurs de risque dans leur globalité

•  Evolution d’une approche monodisciplinaire à une approche


pluriprofessionnelle, favorisée par l’ouverture à la pluridisciplinarité
dans les champs de la recherche et de la prévention

•  Des démarches d’intervention intégrant tous les niveaux de


prévention (I°, II° et III°) :
  conception des situations de travail
  transformation des situations de travail
  aide au retour et maintien dans l’emploi
•  Un risque : considérer les TMS uniquement comme une
conséquence des RPS, et occulter les facteurs physiques
« Au travail, on ne rencontre jamais ni le système abstrait de
la biomécanique, ni l’individu statistique de l’épidémiologie, ni
l’homme moyen de l’organisation du travail.

On rencontre des hommes et des femmes qui puisent dans


les ressources de leur trajectoire biographique particulière
pour investir le geste d’un contenu relationnel, pour
singulariser leur contribution et pour donner chair à
l’organisation.»
Philippe Davezies
•  Etude des relations TMS / RPS/ déterminants organisationnels
dans différents contextes, selon les secteurs d’activité, les
tailles d’entreprise, les populations concernées (statut,
qualification, âge, genre, …) et par rapport au temps
•  Développement de méthodes et d’outils d’évaluation des
risques psychosociaux pour l’intervention
•  Elaboration de stratégies d’intervention adaptées à la diversité
des contextes et prenant en compte la globalité des facteurs
•  Approche multidisciplinaire et pluriprofessionnelle
²