Vous êtes sur la page 1sur 40

MISSALE ROMANUM 1962 MISSEL ROMAIN 1962

Ritus servandus Rites à observer dans la


in celebratione Missæ célébration de la messe

I — De præparatione sacerdotis celebraturi I — La préparation du prêtre célébrant

Sacerdos Missam celebraturus orationi aliquantulum Le prêtre qui va célébrer la messe consacrera quelque temps
vacet, precibus inferius positis ad libitum adhibitis. à la prière, en employant s’il le désire les prières [de
Deinde accedit ad locum in sacristia vel alibi préparation imprimées plus loin dans le Missel] 1. Puis il se
præparatum, ubi paramenta, aliaque ad celebrationem rend à l’endroit, préparé dans la sacristie ou ailleurs, où se
necessaria habentur, accipit missale, perquirit trouvent les ornements et les autres objets nécessaires à la
Missam, perlegit, et signacula ordinat ad ea quæ célébration. Il prend le missel, y recherche la messe, en
dicturus est. Postea lavat manus, dicens orationem parcourt le contenu et dispose les signets aux textes qu’il va
inferius positam. Deinde præparat calicem (qui debet dire. Puis, il se lave les mains en disant la prière qui se
esse vel aureus vel argenteus, aut saltem habere trouve plus loin.
cuppam argenteam intus inauratam, et simul cum Ensuite il prépare le calice (qui doit être d’or ou
patena itidem inaurata, ab Episcopo consecratus), d’argent, ou du moins avoir la coupe d’argent, dorée à
super eius os ponit purificatorium mundum, et super l’intérieur, et qui – tout comme la patène, également dorée –
illud patenam cum hostia integra, quam leviter doit avoir été consacré par l’évêque). Il pose par-dessus
extergit, si opus est, a fragmentis, et eam tegit parva l’ouverture du calice un purificatoire propre, et sur celui-ci
palla linea, tum velo serico ; super velo ponit bursam la patène avec une hostie entière, qu’il essuie légèrement, si
coloris paramentorum intus habentem corporale c’est nécessaire, pour la débarrasser des particules, et il la
plicatum, quod ex lino tantum esse debet, nec serico, couvre avec la petite pale de lin, puis avec le voile de soie.
vel auro in medio intextum, sed totum album, et ab Sur le voile, il pose la bourse de la couleur des ornements,
Episcopo, vel alio habente facultatem, simul cum renfermant le corporal plié, qui doit être fait exclusivement
palla benedictum. de lin et sans broderie de soie ou d’or au milieu, mais
entièrement blanc, et bénit comme la pale par l’évêque ou
par un autre qui en a le pouvoir.
2. Quibus ita dispositis, accedit ad paramenta, quæ 2. Cela fait, il s’approche des ornements, qui ne doivent
non debent esse lacera, aut scissa, sed integra, et point être troués ou déchirés, mais en bon état, décemment
decenter munda, ac pulchra, et ab Episcopo itidem, propres et beaux, et semblablement bénis par l’évêque ou
vel alio facultatem habente, benedicta ; ubi calceatus par un autre qui en a le pouvoir. Là, les pieds chaussés et
pedibus, et indutus vestibus sibi convenientibus, revêtu des habits de son état, dont du moins celui de dessus
quarum exterior saltem talum pedis attingat, induit se, descend jusqu’au talon, il se revêt des ornements, en disant
dicens ad singula singulas orationes inferius positas. pour chacun les différentes prières marquées plus loin.
3. Ac primum accipiens amictum circa extremitates 3. Tout d’abord, prenant l’amict par les extrémités et les
et chordulas, osculatur illud in medio, ubi est crux, et cordons, il le baise au milieu où se trouve une croix et le
ponit super caput, et mox declinat ad collum, et eo met sur la tête ; aussitôt, il l’abaisse sur le cou, en couvre le
vestium collaria circumtegens, ducit chordulas sub col de ses habits, fait passer les cordons sous les bras, puis
bracchiis, et circumducens per dorsum, ante pectus derrière le dos, les ramène devant la poitrine et les attache.
reducit, et ligat. Tum alba induitur, caput submittens, Ensuite, il revêt l’aube, passant d’abord la tête, puis le bras
deinde manicam dexteram bracchio dextero, et droit dans la manche droite, ensuite le bras gauche. Il
sinistram sinistro imponens. Albam ipsam corpori arrange l’aube autour du corps et, la relevant par-devant et
adaptat, elevat ante, et a lateribus hinc inde, et sur chaque côté, se ceint avec le cordon que le servant lui
cingulo, per ministrum a tergo sibi porrecto, se cingit. présente par derrière. Le servant relève l’aube tout autour du
Minister elevat albam super cingulum circumcirca, ut cordon, afin qu’elle tombe décemment et couvre les habits ;
honeste dependeat, et tegat vestes ; ac eius fimbrias il dispose le bas de telle manière qu’il soit de tous côtés
diligenter aptat, ut ad latitudinem digiti, vel circiter, également élevé de terre de la largeur d’un doigt environ.
super terram æqualiter fluat. Sacerdos accipit Le prêtre prend ensuite le manipule, baise la croix au
manipulum, osculatur crucem in medio, et imponit milieu, et le met au bras gauche. Ensuite, prenant l’étole des
bracchio sinistro. Deinde ambabus manibus accipiens deux mains, il la baise de la même manière, pose le milieu
stolam, simili modo deosculatur, et imponit medium sur son cou, et la fait traverser devant sa poitrine en forme
eius collo, ac transversando eam ante pectus in de croix, faisant passer à droite la partie qui descend de
modum crucis, ducit partem a sinistro humero l’épaule gauche, et à gauche la partie qui descend de

www.ceremoniaire.net
2 Ritus servandus - 1962

l’épaule droite. Puis, avec les extrémités du cordon, il pendentem, ad dexteram, et partem a dextero humero
attache chacun des deux côtés de l’étole à ce même cordon pendentem, ad sinistram. Sicque utramque partem
de part et d’autre. Enfin le célébrant prend la chasuble, et il stolæ extremitatibus cinguli hinc inde ipsi cingulo
est convenable qu’il se couvre la tête. coniungit. Postremo sacerdos accipit planetam et,
convenientur, caput tegit.
4. Si le célébrant est évêque, ou abbé bénit ayant l’usage 4. Si celebrans sit Episcopus, vel Abbas benedictus
des pontificaux, il ne croise pas l’étole devant la poitrine, habens usum pontificalium, non ducit stolam ante
mais en laisse pendre les deux extrémités de part et pectus in modum crucis, sed sinit hinc inde utrasque
d’autre ; et avant de prendre l’étole il prend la croix extremitates pendere ; et antequam accipiat stolam,
pectorale, qu’il baise et met à son cou, la laissant pendre accipit parvam crucem pectoralem, quam osculatur,
devant la poitrine au bout des cordons. Il ne prend pas non et collo impositam sinit ante pectus chordulis
plus le manipule avant l’étole, sinon aux messes des défunts, pendere. Manipulum quoque non accipit ante stolam,
mais il le prend à l’autel, lorsqu’il dit Indulgentiam après nisi in Missis defunctorum, sed accipit ad altare, cum
la confession, et l’ayant baisé d’abord. in confessione dicit Indulgentiam, illumque prius
osculatur.
5. S’il est évêque, ou abbé comme ci-dessus, et qu’il 5. Si sit Episcopus, vel abbas, ut supra, et
célèbre solennellement, il revêt les ornements et il se solemniter celebret, accipit paramenta et alia, ut in
comporte pour le reste selon les indications du Pontifical et Pontificali et Cæremoniali.
du Cérémonial.

II — L’entrée du célébrant à l’autel II — De ingressu sacerdotis ad altare

Le prêtre, revêtu de tous les ornements, prend de la main Sacerdos, omnibus paramentis indutus, accipit manu
gauche le calice préparé comme on vient de l’indiquer, qu’il sinistra calicem, ut supra præparatum, quem portat
porte élevé devant la poitrine, en maintenant de la main elevatum ante pectus, bursam manu dextera super
droite la bourse sur le calice. Après avoir salué la croix ou calicem tenens, et facta reverentia Cruci, vel imagini
l’image dressée à la sacristie, il se rend à l’autel, précédé par illi, quæ in sacristia erit, accedit ad altare, ministro
le servant en surplis, qui porte le missel et les autres objets cum missali et aliis ad celebrandum necessariis (nisi
nécessaires à la célébration (à moins qu’ils n’aient été ante fuerint præparata) præcedente, superpelliceum
préparés auparavant). Il s’avance les yeux baissés, d’un pas induto. Procedit autem oculis demissis, incessu gravi,
grave et le corps droit 2. erecto corpore. Si vero contigerit eum transire ante
S’il doit passer devant l’autel majeur, il fait la altare maius, faciat ad illud reverentiam. Si ante
révérence. Devant le Saint-Sacrement, il fait la génuflexion. locum Sacramenti, genuflectat. Si ante altare ubi
S’il passe devant un autel où l’on célèbre la messe, au celebretur Missa, in qua elevatur, vel tunc ministratur
moment de l’élévation ou pendant l’administration de la Sacramentum, similiter genuflectat, et detecto capite
Communion, il fait également la génuflexion et la tête illud adoret, nec ante surgat quam celebrans
découverte il adore le Saint-Sacrement, et il ne se relève pas deposuerit calicem super corporale.
tant que le célébrant n’a pas reposé le calice sur le corporal.
2. Parvenu à l’autel, debout devant le plus bas degré, il se 2. Cum pervenerit ad altare, stans ante illius
découvre, tend la barrette au servant et s’incline profondé- infimum gradum, caput detegit, biretum ministro
ment vers l’autel ou vers l’image du Crucifié placée au- porrigit, et altari, seu imagini Crucifixi desuper
dessus ; mais si le tabernacle du Très Saint Sacrement s’y positæ, profunde se inclinat. Si autem in eo sit
trouve, il lui rend la révérence prescrite en fléchissant le tabernaculum sanctissimi Sacramenti, genuflectens
genou. Puis il monte au milieu de l’autel, où il dépose le debitam facit reverentiam. Tunc ascendit ad medium
calice du côté de l’évangile, tire de la bourse le corporal, altaris, ubi ad latus Evangelii sistit calicem, extrahit
qu’il déplie au milieu de l’autel, et sur lequel il place le corporale de bursa, quod extendit in medio altaris, et
calice couvert du voile, tandis qu’il pose la bourse du côté super illud calicem velo coopertum collocat, bursam
de l’évangile. autem ad latus Evangelii. Si in altari paramenta
S’il prend les ornements à l’autel 3, il [dispose le calice] accipit, hoc idem facit antequam descendat ab altari,
ainsi avant de descendre de l’autel pour commencer la ut Missam inchoët.
messe.
3. S’il faut consacrer plusieurs hosties pour la commu- 3. Si est consecraturus plures hostias pro Commu-
nion, dont le nombre ne permet pas qu’elles tiennent sur la nione facienda, quæ ob quantitatem super patenam
patène, il les place sur le corporal devant le calice, ou bien manere non possint, locat eas super corporale ante
dans un autre calice consacré ou un vase propre et bénit, calicem, aut in aliquo calice consecrato, vel vase

www.ceremoniaire.net
III — Le début de la messe 3

mundo benedicto, ponit eas retro post calicem, et alia qu’il pose derrière le calice, recouvert d’une autre patène ou
patena seu palla cooperit. d’une pale.
4. Collocato calice in altari, accedit ad latus 4. Lorsqu’il a disposé le calice sur l’autel, il se rend du
Epistolæ, et missale super cussino aperit. Deinde côté de l’épître, et ouvre le missel sur le coussin. Puis,
rediens ad medium altaris, facta primum Cruci reve- revenant au milieu de l’autel, ayant d’abord salué la croix, il
rentia, vertens se ad latus Epistolæ, descendit post se tourne du côté de l’épître et descend devant le plus bas
infimum gradum altaris, ut ibi faciat confessionem. degré de l’autel, où il fait la confession.
5. In Missa solemni missale apertum super altare, 5. À la messe solennelle, on prépare le missel ouvert sur
calix vero, et alia necessaria præparentur in l’autel, et le calice avec les autres objets nécessaires sur la
credentia cooperta linteo, antequam sacerdos veniat crédence couverte d’une nappe, avant que le prêtre ne
ad altare. Ipse autem procedit cum diacono et vienne à l’autel. Celui-ci s’avance avec le diacre et le sous-
subdiacono, qui capite cooperto simul cum eo tenent diacre qui, comme lui, ont la tête couverte et tiennent les
manus iunctas ante pectus ; acolythi vero ante eos mains jointes devant la poitrine. Les acolytes marchent
deferunt candelabra cum candelis accensis, quæ devant eux, portant les chandeliers avec les cierges allumés,
deinde collocantur super credentia : et cum qu’ils posent ensuite sur la crédence. Arrivé devant le degré
pervenerit ante infimum gradum altaris, ibi medius inférieur de l’autel, le diacre à sa droite et le sous-diacre à
inter diaconum a dexteris, et subdiaconum a sinistris, sa gauche, avant de monter à l’autel, le prêtre fait avec eux
antequam ascendat ad altare, facit cum ipsis (ut la confession (comme plus loin).
infra) confessionem.
6. In Missa pontificali omnia serventur, ut in 6. À la messe pontificale, on observe en toutes choses les
Pontificali et Cæremoniali romano ordinantur : cuius règles du Pontifical et du Cérémonial romains ; les évêques,
Pontificalis ordinem Episcopus, sive abbas, ut supra, comme les abbés bénits ayant l’usage des pontificaux, ne se
numquam prætermittat, quandocumque cum diacono passeront jamais du rite pontifical lorsqu’ils célèbrent avec
et subdiacono paratis celebrat. diacre et sous-diacre parés.

III — De initio Missæ III — Le début de la messe

Sacerdos cum primum descenderit sub infimum Après être d’abord descendu devant le plus bas degré de
gradum altaris, convertit se ad ipsum altare, ubi stans l’autel, le prêtre se tourne vers l’autel. Se tenant au milieu,
in medio, iunctis manibus ante pectus, extensis et les mains jointes devant la poitrine, les doigts étendus et
iunctis pariter digitis, et pollice dextero super joints dans toute leur longueur, le pouce droit placé sur le
sinistrum posito in modum crucis (quod semper pouce gauche en forme de croix (comme il fait toujours
servatur quando iunguntur manus, præterquam post pour joindre les mains, sauf à partir de la consécration), et la
Consecrationem), detecto capite, facta prius Cruci vel tête découverte, il fait d’abord la révérence profonde à la
altari profunda reverentia, vel si in eo sit croix ou à l’autel, ou bien la génuflexion s’il y a le
tabernaculum sanctissimi Sacramenti, facta genu- tabernacle du Très Saint Sacrement, se redresse et
flexione, erectus incipit Missam. commence la messe.
2. Si celebraturus sit coram Summo Pontifice, sistit 2. S’il doit célébrer en présence du Souverain Pontife, le
se ante infimum gradum altaris a latere Evangelii prêtre prend place devant le degré inférieur de l’autel du
ante ipsum Pontificem, ubi genuflexus exspectat : côté de l’évangile, où, [tourné vers] le Pontife, il attend
accepta benedictione, erigit se, et stans aliquantulum agenouillé. Ayant reçu la bénédiction, il se lève et, tourné
versus ad altare, incipit Missam. Si autem sit coram légèrement vers l’autel, il commence la messe.
Cardinali, Legato Sedis Apostolicæ, aut Patriarcha, En présence d’un cardinal ou d’un légat du Siège
Archiepiscopo, et Episcopo in eorum residentiis, vel apostolique, ou bien d’un patriarche, d’un archevêque ou
loco iurisdictionis, stans ante infimum gradum a d’un évêque dans leur lieu de résidence ou de leur
latere Evangelii ut supra, exspectat : dato signo, facit juridiction, il attend debout devant le degré inférieur du
profundam reverentiam Prælato, et versus ad altare côté de l’évangile, comme ci-dessus, que le prélat lui fasse
incipit Missam. signe ; alors il lui fait la révérence profonde et, tourné vers
l’autel, il commence la messe.
3. Si autem solemniter celebrat coram Summo 3. Toutefois, s’il célèbre solennellement en présence du
Pontifice aut alio ex Prælatis prædictis in ecclesiis Souverain Pontife, ou de l’un des prélats énumérés ci-
eorum iurisdictionis, stans a sinistris Prælati, facit dessus dans les églises de leur juridiction, c’est debout à la
cum eo confessionem, et alia servat, ut in Pontificali gauche du prélat qu’il fait avec lui la confession, et il
et Cæremoniali romano ordinatur. observe tout ce qui est prescrit dans le Pontifical et le
Cérémonial romains.

www.ceremoniaire.net
4 Ritus servandus - 1962

4. Debout donc devant le plus bas degré de l’autel, comme 4. Stans igitur celebrans ante infimum gradum
on l’a vu, le célébrant fait le signe de croix avec la main altaris, ut supra, producens manu dextera a fronte ad
droite depuis le front jusqu’à la poitrine, en disant à voix pectus signum crucis, dicit intellegibili voce : In
intelligible : In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen. Et
Amen. Et à partir de ce moment, il ne doit plus prêter postquam id dixerit, non debet advertere quemcum-
attention à ceux qui célèbrent à d’autres autels, y fût-on à que in alio altari celebrantem, etiamsi Sacramentum
l’élévation du Sacrement, mais il poursuivra sa messe sans elevet, sed continuate prosequi Missam suam usque
interruption jusqu’à la fin. Ce qu’on observe également à la ad finem. Quod item observatur in Missa solemni, et
messe solennelle, et de même de la part des ministres. simul etiam a ministris.
5. En se signant, il pose toujours la main gauche au- 5. Cum seipsum signat, semper sinistram ponit
dessous de la poitrine ; pour les autres bénédictions à infra pectus : in aliis benedictionibus cum est ad
l’autel, quand il bénit les oblats ou autre chose, il la pose sur altare, et benedicit oblata, vel aliquid aliud, ponit eam
l’autel, à moins d’indication différente. En se bénissant super altare, nisi aliter notetur. Seipsum benedicens,
[c’est-à-dire : se signant], il tourne vers soi la paume de la vertit ad se palmam manus dexteræ, et omnibus illius
main droite et, tous les doigts de cette main étant joints et digitis iunctis et extensis, a fronte ad pectus, et ab
étendus, il trace le signe de la croix du front à la poitrine et humero sinistro ad dexterum, signum crucis format.
de l’épaule gauche à l’épaule droite. S’il bénit d’autres Si vero alios, vel rem aliquam benedicit, parvum
personnes ou un objet, il dirige le petit doigt vers ce qu’il digitum vertit ei cui benedicit, ac benedicendo totam
bénit, et en bénissant il étend toute la main droite, dont tous manum dexteram extendit, omnibus illius digitis
les doigts sont également joints et étendus : ce qu’on pariter iunctis et extensis : quod in omni benedictione
observe dans toutes les bénédictions. observatur.
6. Après avoir dit : In nomine Patris, etc., comme ci- 6. Postquam dixerit : In nomine Patris, etc. ut
dessus, joignant de nouveau les mains devant la poitrine, supra, iungens iterum manus ante pectus, pronuntiat
d’une voix claire il prononce l’antienne : Introibo ad altare clara voce antiphonam : Introibo ad altare Dei.
Dei. Le servant à genoux, en retraite à sa gauche, et, à la Minister retro post eum ad sinistram genuflexus, et in
messe solennelle, les ministres debout de part et d’autre, Missa solemni ministri hinc inde stantes prosequun-
poursuivent : Ad Deum qui lætificat iuventutem meam. tur : Ad Deum, qui lætificat iuventutem meam.
Ensuite, se tenant debout de la même manière, le prêtre Deinde sacerdos eodem modo stans incipit, et
commence et poursuit en alternance avec le servant, ou avec prosequitur cum ministro, vel ministris alternatim
les ministres, le psaume : Iudica me, Deus jusqu’à la fin psalmum : Iudica me, Deus, usque ad finem, cum
avec Gloria Patri. À la fin, il répète l’antienne Introibo Gloria P a t r i . Quo finito, repetit antiphonam
avec [le servant ou] les ministres comme avant. Introibo cum ministris, ut supra. Qui psalmus
Ce psaume n’est jamais omis, sauf aux messes des numquam prætermittitur, nisi in Missis defunctorum,
défunts et aux messes du Temporal depuis le premier et in Missis de Tempore a dominica I Passionis usque
dimanche de la Passion jusqu’au Jeudi saint inclus ; dans ad feriam V in Cena Domini inclusive, in quibus
ces cas, ayant seulement dit l’antienne Introibo une fois semel tantum dicta antiphona Introibo cum ministris,
avec les ministres, comme ci-dessus, le prêtre ajoute ut supra, sacerdos statim subiungit V. Adiutorium
aussitôt : V. Adiutorium nostrum, etc. comme ci-dessous. nostrum, etc. ut infra. Cum in fine psalmi dicit
En disant Gloria Patri, etc. à la fin du psaume, il Gloria Patri, etc. caput Cruci inclinat.
incline la tête vers la croix.
7. Ayant répété l’antienne Introibo, il fait le signe de 7. Repetita antiphona Introibo, dextera manu
croix avec la main droite depuis le front jusqu’à la poitrine, producens signum crucis a fronte ad pectus, dicit
et dit V. Adiutorium nostrum in nomine Domini. R. Qui V. Adiutorium nostrum in nomine Domini. R. Qui
fecit cælum et terram. Puis, s’inclinant profondément vers fecit cælum et terram. Deinde altari se profunde
l’autel, les mains jointes, il dit : Confiteor Deo, comme inclinans, iunctis manibus dicit : Confiteor Deo, ut in
dans l’Ordinaire de la messe ; et il poursuit de la même Ordine Missæ : et prosequitur eodem modo stans
manière, debout et incliné, jusqu’à ce que le Misereatur ait inclinatus, donec a ministro, vel ministris dictum sit
été dit par le servant ou les ministres : lorsqu’ils Misereatur. Cum incipitur a ministris Confiteor, se
commencent le Confiteor, il se redresse. En disant mea erigit. Cum dicit : mea culpa, ter pectus dextera
culpa, il se frappe trois fois la poitrine de la main droite, la manu percutit, sinistra infra pectus posita.
gauche étant posée au-dessous de la poitrine.
8. En présence du Souverain Pontife, d’un cardinal, d’un 8. Si est coram Pontifice, Cardinali, Legato Sedis
légat du Siège apostolique – ou bien d’un patriarche, d’un Apostolicæ, vel Patriarcha, Archiepiscopo et
archevêque ou d’un évêque, dans leur province, leur ville Episcopo in eorum provincia, civitate vel diœcesi
ou leur diocèse – à la place de : vobis, fratres, il dira : tibi, constitutis, ubi dicit : vobis, fratres, dicat : tibi,
pater ; de la même manière à la fin, au lieu de : vos, pater ; similiter in fine ubi dicit : vos, fratres, dicat :
fratres, il dira : te, pater ; ce disant, il fléchit le genou vers
www.ceremoniaire.net
IV — L’antienne de l’introït, Kyrie eleison et Gloria in excelsis 5

te, pater ; quod dicens Summo Pontifici genuflectit, le Souverain Pontife, il s’incline profondément vers les
aliis Prælatis profunde se inclinat. autres prélats.
9. Cum minister, et qui intersunt (etiamsi ibi fuerit 9. En répondant Confiteor (fût-ce en présence du
Summus Pontifex), respondent Confiteor, dicunt Souverain Pontife) le servant et l’assistance disent tibi,
tibi, pater, et te, pater, aliquantulum conversi ad pater et te, pater en se tournant un peu vers le célébrant.
celebrantem.
10. Facta a circumstantibus confessione, celebrans 10. Lorsque les assistants ont fait la confession, le célébrant
stans respondet : Misereatur vestri, etc. Deinde debout répond : Misereatur vestri, etc. Puis, faisant le
producens manu dextera a fronte ad pectus signum signe de croix avec la main droite depuis le front jusqu’à la
crucis, dicit : Indulgentiam, etc. ; et si est Episcopus, poitrine, il dit : Indulgentiam, etc. ; et s’il est évêque ou
vel abbas, ut supra, accipit manipulum osculando abbé, comme ci-dessus, il prend le manipule, après l’avoir
illum in medio. Et stans inclinatus iunctis manibus baisé au milieu. Debout et incliné, les mains jointes, il
prosequitur : Deus, tu conversus, et quæ sequuntur continue d’une voix claire : Deus, tu conversus et ce qui
in Ordine Missæ, clara voce usque ad orationem suit dans l’Ordinaire de la messe, jusqu’à l’oraison Aufer a
Aufer a nobis, etc. ; et cum dicit : Oremus, extendit nobis, etc. [exclusivement]. En disant Oremus, il étend puis
et iungit manus. joint les mains.
11. Et tunc si coram Summo Pontifice, aut aliis 11. Alors, s’il célèbre en présence du Souverain Pontife ou
Prælatis, ut supra, celebret, facta Summo Pontifici des autres prélats énumérés ci-dessus, après avoir fait la
genuflexione, aliis Prælatis profunda reverentia, génuflexion vers le Souverain Pontife et la révérence
accedit ad medium altaris ante infimum gradum, et profonde vers les autres prélats, il se rend au milieu de
ibi incipit secreto : Aufer a nobis, ut in Ordine l’autel devant le degré inférieur, où il commence en secret :
Missæ. Aufer a nobis, comme dans l’Ordinaire de la messe.
12. Aliquando psalmus Iudica me, Deus, cum sua 12. En quelques occasions, le psaume Iudica me, Deus
antiphona, confessio cum absolutione, versus avec son antienne, la confession et l’absolution, les versets
sequentes atque orationes Aufer a nobis et Oramus qui suivent, ainsi que les oraisons Aufer a nobis et Oramus
te, Domine, omittenda sunt, ad normam n. 424 te, Domine, sont omis selon les normes du n. 424 des
rubricarum. His in casibus, celebrans, facta altari rubriques 4. En ces cas, le célébrant, après avoir salué
debita reverentia, illud ascendit nihil dicens, et l’autel, y monte sans rien dire et, ayant disposé le calice,
disposito calice, altare osculatur, item nihil dicens ; baise l’autel, toujours sans rien dire ; puis, à moins qu’on
deinde, nisi fiat incensatio altaris, in latere Epistolæ n’encense l’autel, il commence l’antienne de l’introït, du
incipit antiphonam ad Introitum, ut infra. côté de l’épître, comme ci-après.

IV — De antiphona ad Introitum, Kyrie, IV — L’antienne de l’introït, Kyrie eleison


eleison et Gloria in excelsis et Gloria in excelsis

Dum dicit : Aufer a nobis, etc., celebrans iunctis Pendant qu’il dit : Aufer a nobis, etc., le célébrant, les
manibus ascendit ad medium altaris, et ibi inclinatus, mains jointes, monte au milieu de l’autel, où incliné avec les
manibusque item iunctis super eo positis, ita ut digiti mains jointes posées sur l’autel, de sorte que seuls les petits
parvi dumtaxat frontem, seu medium anterioris partis doigts touchent le bord – c’est-à-dire le milieu de la partie
tabulæ, seu mensæ altaris tangant, residuo manuum antérieure de la table ou mensa de l’autel – le reste des
inter altare et se retento, pollice dextero super mains retenu entre l’autel et le corps, les pouces croisés, le
sinistrum in modum crucis posito (quæ omnia semper droit au-dessus du gauche (ce qu’il observera chaque fois
observantur, cum manus iunctæ super altare qu’il posera les mains jointes sur l’autel), il dit en secret :
ponuntur), secreto dicit : Oramus te, Domine, etc., Oramus te, Domine, etc. En disant : Quorum reliquiæ hic
et cum dicit : Quorum reliquiæ hic sunt, osculatur sunt, il baise l’autel au milieu, en y posant les mains
altare in medio, manibus extensis æqualiter hinc inde étendues à égale distance de part et d’autre : ce qu’il
super eo positis : quod semper servatur, quando observera chaque fois qu’il baise l’autel, mais, à partir de la
osculatur altare, sed post Consecrationem pollices ab consécration, il ne disjoint pas les pouces des index. Quand
indicibus non disiunguntur. In omni etiam il baise, soit l’autel, soit le livre, soit une autre chose, il ne
deosculatione sive altaris, sive libri, sive alterius rei, fait point le signe de croix avec le pouce ni avec la main sur
non producitur signum crucis pollice, vel manu super la chose qu’il baise.
id quod osculandum est.
2. Osculato altari, accedit ad latus eius sinistrum, id 2. Ayant baisé l’autel, le célébrant se rend au côté gauche
est Epistolæ : ubi stans versus altare, et producens a de l’autel – c’est-à-dire, celui de l’épître – où debout, tourné
fronte ad pectus signum crucis, incipit intellegibili vers l’autel et faisant le signe de croix depuis le front

www.ceremoniaire.net
6 Ritus servandus - 1962

jusqu’à la poitrine, il commence à voix intelligible voce antiphonam ad Introitum et prosequitur iunctis
l’antienne de l’introït, qu’il poursuit les mains jointes. En manibus. Cum dicit : Gloria Patri, tenens iunctas
disant Gloria Patri, gardant les mains jointes, il incline la manus, caput inclinat. Cum repetit antiphonam ad
tête 5. Quand il répète l’antienne de l’introït, il ne se signe Introitum, non signat se, ut prius, et ea repetita,
pas comme au début. iunctis manibus ante pectus accedit ad medium
Lorsqu’il a répété l’antienne, il revient – les mains altaris, ubi stans versus illud similiter manibus
jointes devant la poitrine – au milieu de l’autel, où, tourné iunctis, dicit eadem voce ter Kyrie, eleison, ter
vers l’autel avec les mains toujours jointes, il dit de la même Christe, eleison, et iterum ter Kyrie, eleison
voix trois fois Kyrie, eleison, trois fois Christe, eleison, et alternatim cum ministro. Si minister, vel qui
encore trois fois Kyrie, eleison, en alternant avec le servant. intersunt, celebranti non respondeant, ipse solus
Si le servant ou les assistants ne répondent pas au célébrant, novies dicit.
il dit lui-même les neuf invocations.
3. Le dernier Kyrie, eleison dit, si l’on doit dire Gloria in 3. Dicto ultimo Kyrie, eleison, sacerdos stans in
excelsis, le prêtre commence l’hymne de la même voix medio altaris et manus extendens, elevansque usque
intelligible, restant au milieu de l’autel, étendant les mains ad humeros (quod in omni manuum elevatione
et les élevant jusqu’à la hauteur des épaules (comme à observatur), voce prædicta incipit, si dicendum sit,
chaque élévation des mains). En disant Deo, il joint les Gloria in excelsis. Cum dicit Deo, iungens manus,
mains et incline la tête vers la croix ; relevant la tête et se caput Cruci inclinat : quo erecto, stans iunctis
tenant debout les mains jointes devant la poitrine, il manibus ante pectus, prosequitur usque ad finem.
continue jusqu’à la fin. Quand il dit Adoramus te, Gratias Cum dicit Adoramus te, Gratias agimus tibi, et
agimus tibi, et Iesu Christe, Suscipe deprecationem Iesu Christe, Suscipe deprecationem nostram, et
nostram, et de nouveau Iesu Christe, il incline la tête vers iterum Iesu Christe, caput Cruci inclinat. Cum dicit
la croix. Lorsqu’il dit à la fin, Cum Sancto Spiritu, il se in fine Cum Sancto Spiritu, seipsum a fronte ad
signe depuis le front jusqu’à la poitrine, achevant en même pectus signat, interim absolvens : in gloria Dei
temps : in gloria Dei Patris. Amen. Patris. Amen.
4. À la messe solennelle, lorsque le prêtre a fait la 4. In Missa solemni sacerdos facta confessione
confession, il monte avec les ministres au milieu de l’autel, ascendit cum ministris ad medium altaris : ubi dicto
où, après avoir dit Oramus te, Domine et baisé l’autel, il Oramus te, Domine, et osculato altari, ponit
impose l’encens dans l’encensoir, le diacre lui présentant la incensum in thuribulo, ministrante diacono navi-
navette tandis que le thuriféraire présente l’encensoir. Le culam, et thuriferario thuribulum ; diaconus, parum
diacre, un peu incliné vers le célébrant, dit : Benedicite, inclinatus versus celebrantem, dicit : Benedicite,
pater reverende et baise la cuiller, ainsi que la main du pater reverende, et osculatur cochlear, et manum
célébrant, avant et après. Le célébrant impose à trois celebrantis ante et post. Celebrans ter incensum
reprises l’encens dans l’encensoir, disant en même temps : ponit in thuribulo, dicens interim : Ab illo
Ab illo benedicaris, etc. ; ayant déposé la cuiller, il bénit benedicaris, etc., et deposito cochleari producens
l’encens dans l’encensoir en traçant au-dessus le signe de manu dextera signum crucis super thus in thuribulo,
croix avec la main droite. illud benedicit. Postea diaconus dimissa navicula
Ensuite le diacre, ayant rendu la navette, prend accipit thuribulum, et dat celebranti, osculata prius
l’encensoir et le donne au célébrant, baisant d’abord le catenularum summitate, et manu illius dextera : qui,
haut des chaînes et la main droite du célébrant. Celui-ci, facta Cruci profunda reverentia, eam ter incensat,
après avoir fait la révérence profonde à la croix, l’encense nihil dicens : et, facta iterum Cruci reverentia,
trois fois sans rien dire. Puis, ayant renouvelé la révérence incensat altare, ter ducens thuribulum æquali
à la croix, il encense [le fond de] l’autel de trois coups distantia, prout distribuuntur candelabra, a medio
d’encensoir également distribués – comme la disposition eius usque ad latus Epistolæ : ubi, demissa manu,
des chandeliers – depuis le milieu jusqu’au côté de l’épître, thurificat illius postremam partem inferiorem, mox
où il abaisse la main et encense la face latérale, en bas puis superiorem, bis ducto thuribulo : et conversus ad
en haut, de deux coups d’encensoir. Se retournant vers [le altare, elevans manum incensat eius planitiem, seu
milieu de] l’autel et élevant la main, il encense de trois mensam in parte anteriori, ter ducens thuribulum
coups la partie antérieure de la surface ou mensa de l’autel, usque ad medium : ubi facta Cruci reverentia,
en s’avançant jusqu’au milieu, où il fait la révérence à la procedendo thurificat aliud latus altaris triplici ductu
croix. usque ad latus Evangelii : et pariter incensata
Il encense l’autre côté [du fond] de l’autel de trois inferiori et superiori parte ipsius lateris Evangelii
coups, en procédant jusqu’au côté de l’évangile, où, de la duplici ductu, adhuc stans ibidem, elevat thuribulum,
même manière [que du côté de l’épître], il encense de deux et ter incensat superiorem tabulæ partem versus
coups les parties inférieure et supérieure du côté de medium altaris, ut fecit in latere Epistolæ : deinde,
l’évangile. Se tenant [immobile] à cet endroit, il élève manu aliquantulum demissa, incensat anteriorem
l’encensoir et encense trois fois la superficie de la table, en eius partem, seu frontem, ter ducens thuribulum, dum

www.ceremoniaire.net
V — L’oraison 7

procedit a latere Evangelii usque ad medium altaris, direction du milieu de l’autel, comme il a fait du côté de
et facta Cruci reverentia, incensat similiter triplici l’épître.
ductu reliquam partem anteriorem usque ad latus Ensuite, abaissant un peu la main, il encense la partie
Epistolæ : ubi reddito thuribulo ipsi diacono, ab eo antérieure ou front de l’autel, de trois coups d’encensoir, en
ipse solus incensatur. s’avançant du côté de l’épître jusqu’au milieu de l’autel.
Ayant fait la révérence à la croix, il encense de trois coups,
de la même manière, le reste de la face antérieure [en
s’avançant] jusqu’au côté de l’épître, où il rend l’encensoir
au diacre, et lui seul est encensé par celui-ci.
5. Si vero in altari fuerint reliquiæ, seu imagines 5. S’il y a sur l’autel des reliques ou des images de Saints,
Sanctorum, incensata Cruce, et facta ei reverentia, après avoir encensé la croix et lui avoir fait la révérence, et
antequam discedat a medio altaris, primum incensat avant de quitter le milieu de l’autel, il encense d’abord de
eas quæ a dexteris sunt, idest a parte Evangelii prope deux coups celles qui sont sur la droite, c’est-à-dire du côté
Crucem, bis ducens thuribulum, et iterum facta Cruci de l’évangile près de la croix ; ayant salué de nouveau la
reverentia, similiter incensat bis alias, quæ sunt a croix, il encense pareillement de deux coups les autres qui
sinistris, hoc est a parte Epistolæ : deinde sont sur la gauche, c’est-à-dire du côté de l’épître 6.
prosequitur incensationem altaris ut supra, ter Ensuite il procède à l’encensement de l’autel, comme
ducens thuribulum in unoquoque latere, etiamsi in eo plus haut, de trois coups d’encensoir de chaque côté, même
essent plures reliquiæ, vel imagines, seu etiam plura, s’il y a plusieurs reliques ou images, et même si le nombre
vel pauciora candelabra. de chandeliers est plus ou moins grand.
6. Si in altari fuerit tabernaculum sanctissimi 6. Si le tabernacle du Très Saint Sacrement est sur l’autel,
Sacramenti, accepto thuribulo, antequam incipiat après avoir reçu l’encensoir et avant de commencer
incensationem, genuflectit, quod item facit quoties- l’encensement, il fait la génuflexion, et de même chaque fois
cumque transit ante medium altaris. qu’il passe devant le milieu de l’autel.
7. Diaconus et subdiaconus hinc inde assistunt 7. Le diacre et le sous-diacre assistent le célébrant de part
celebranti cum incensat, et cum transeunt ante et d’autre pendant qu’il fait l’encensement ; lorsqu’ils
Crucem, semper genuflectunt. Deinde celebrans, passent devant la croix, ils font toujours la génuflexion.
diacono a dexteris eius, subdiacono a dexteris Ensuite le célébrant, se tenant du côté de l’épître avec
diaconi stantibus in latere Epistolæ, legit antiphonam le diacre à sa droite et le sous-diacre à la droite du diacre,
ad Introitum et Kyrie, eleison. Cum vero intonat lit l’antienne de l’introït et Kyrie, eleison.
hymnum Gloria in excelsis D e o , diaconus et Quand il entonne l’hymne Gloria in excelsis Deo, le
subdiaconus, unus post alium, stant a tergo diacre et le sous-diacre, l’un derrière l’autre, se tiennent
celebrantis : postea ascendunt ad altare, et hinc inde, derrière le célébrant [au milieu de l’autel]. Ensuite ils
diaconus a dexteris, subdiaconus a sinistris, cum montent à l’autel de part et d’autre, le diacre à droite et le
celebrante hymnum submissa voce prosequuntur sous-diacre à gauche, et poursuivent l’hymne à voix basse
usque ad finem. Quod etiam servatur cum dicitur avec le célébrant jusqu’à la fin. Ils font de même en disant
Credo ; et cum dicitur Dominus vobiscum, oratio, le Credo. Et pendant que le célébrant dit Dominus
præfatio, et Pater noster, diaconus et subdiaconus vobiscum, l’oraison, la préface et Pater noster, le diacre et
similiter stant unus post alterum a tergo celebrantis. le sous-diacre se tiennent de la même manière l’un derrière
l’autre dans son dos.
8. In Missis cantatis, si incensationes fiant, 8. Aux messes chantées, si l’on fait les encensements, le
celebrans se gerit ut supra pro Missa solemni dictum célébrant se comporte comme il a été dit ci-dessus pour la
est ; in fine a ministrante incensatur. messe solennelle ; à la fin, il est encensé par un servant 7.

V — De oratione V — L’oraison

Dicto hymno Gloria in excelsis, vel, si non sit Après avoir dit l’hymne Gloria in excelsis, ou l’ayant omise
dicendus, eo omisso, celebrans osculatur altare in s’il ne faut pas la dire, le célébrant baise l’autel au milieu en
medio, manibus hinc inde super eo, ut supra, y posant les mains étendues de part et d’autre comme
extensis : tum illis ante pectus iunctis, et demissis ad avant ; puis, joignant les mains devant la poitrine et baissant
terram oculis, vertit se a sinistro latere ad dexterum les yeux vers le sol, il se tourne de gauche à droite vers le
versus populum, hoc est, per eam partem quæ respicit peuple, c’est-à-dire par la direction qui regarde le côté de
latus Epistolæ, et extendens, ac iungens manus ante l’épître. Étendant puis joignant les mains devant la poitrine,
pectus, ut prius, dicit clara voce : Dominus comme avant, il dit d’une voix claire : Dominus vobiscum,
vobiscum, vel si sit Episcopus : Pax vobis (quod ou s’il est évêque : Pax vobis (ce qu’il dit à cet endroit

www.ceremoniaire.net
8 Ritus servandus - 1962

seulement, lorsqu’on a dit l’hymne Gloria in excelsis). dicitur tantum hoc loco, quando dictus est hymnus
R. Et cum spiritu tuo. Gloria in excelsis). R. Et cum spiritu tuo, et iunctis,
Les mains jointes comme auparavant, il revient par la ut prius, manibus, revertitur per eandem viam ad
même voie au livre [au coin de l’épître], où, étendant puis librum, ubi eas extendens, et iungens ante pectus,
joignant les mains devant la poitrine, et inclinant la tête, il caputque inclinans, dicit : Oremus : tum manus ante
dit : Oremus. Alors, les mains étendues devant la poitrine, pectus extendit, digitis simul iunctis, et orationem
et les doigts joints ensemble, il dit l’oraison : en disant Per dicit. Cum dicit Per Dominum, manus iungit, easque
Dominum, il joint les mains et les garde jointes jusqu’à la usque ad finem iunctas tenet. Si oratio concludatur
fin. Si l’oraison se conclut par Qui tecum ou par Qui vivis, Qui tecum vel Qui vivis, manus iungit cum dicit in
il joint les mains lorsqu’il dit in unitate. unitate.
2. Le prêtre incline la tête lorsqu’on prononce le nom de 2. Cum in oratione, vel alibi in Missa, pronuntiatur
JÉSUS ou de MARIE, pendant une oraison ou ailleurs dans la nomen IESU vel MARIÆ, itemque cum exprimitur
messe, et de même lorsqu’on profère le nom du Saint ou du nomen Sancti vel Beati de quo dicitur Missa aut fit
Bienheureux dont on dit la messe, ou dont on fait commemoratio, vel Summi Pontificis, sacerdos caput
commémoraison, ou le nom du Souverain Pontife. inclinat. Si plures orationes sint dicendæ, idem in eis,
S’il faut dire plusieurs oraisons, on observe en chacune in voce, extensione manuum, et capitis inclinatione,
d’elles ce qu’on vient de dire au sujet de la voix, de quod supra dictum est, observatur.
l’extension des mains et de l’inclination de la tête.
3. Si l’autel est orienté de sorte que le célébrant se tenant à 3. Si altare sit ad orientem, versus populum,
l’autel a la face tournée vers le peuple, il ne tourne pas le celebrans versa facie ad populum, non vertit humeros
dos à l’autel pour dire Dominus vobiscum, Orate, fratres, ad altare, cum dicturus est Dominus vobiscum,
Ite, missa est, ou pour donner la bénédiction ; mais, ayant Orate, fratres, Ite, missa est, vel daturus benedic-
baisé l’autel au milieu, c’est de là que, étendant puis tionem ; sed osculato altari in medio, ibi, expansis et
joignant les mains, comme plus haut, il salue le peuple et iunctis manibus, ut supra, salutat populum, et dat
donne la bénédiction. benedictionem.
4. Chaque fois que la messe à dire contient les mots 4. Quoties in Missa dicenda occurrunt verba
Flectamus genua. — Levate, le prêtre, ayant dit Kyrie, Flectamus genua. — Levate, sacerdos, dicto in
eleison au milieu de l’autel, regagne le côté de l’épître, où, medio altaris Kyrie, eleison, revertitur ad latus
debout devant le livre, étendant puis joignant les mains Epistolæ, ubi stans ante librum, extensis et iunctis
devant la poitrine, la tête inclinée, il dit Oremus, puis ante pectus manibus, caput inclinans, dicit Oremus,
Flectamus genua. Aussitôt, les mains étendues sur l’autel ac deinde : Flectamus genua ; et illico, manibus
pour s’appuyer, il fléchit les deux genoux ; il prie en silence super altare extensis, ut seipsum sustineat, utrumque
[agenouillé], les mains jointes, pendant un certain laps de genu flectit ac, iunctis manibus, per aliquod temporis
temps ; puis il dit Levate, se lève, et, les mains étendues, dit spatium in silentio orat ; deinde dicit : Levate, surgit
l’oraison 8. et, manibus extensis, dicit orationem. Lectionem
La lecture qui suit est lue de la manière qu’on dira plus sequentem eodem modo legit, ut infra de Epistola
loin à propos de l’épître. dicetur.
5. À la messe solennelle, lorsque le célébrant dit Dominus 5. In Missa solemni cum dicitur Dominus
vobiscum et l’oraison, le diacre et le sous-diacre se vobiscum et oratio, diaconus et subdiaconus stant
tiennent debout derrière lui. Flectamus genua et Levate retro post celebrantem. Flectamus genua et Levate
sont chantés par le diacre ; le célébrant et tous les autres cantantur a diacono ; celebrans omnesque alii
fléchissent les deux genoux et prient comme il vient d’être utrumque genu flectunt atque orant, ut supra dictum
dit. Le diacre chante Flectamus genua avant de fléchir les est. Diaconus cantat Flectamus genua antequam
genoux, et Levate avant de se lever. genua flectat, Levate autem priusquam surgat.

VI — L’épître, le graduel et ce qui suit VI — De Epistola, graduali et aliis


jusqu’à l’offertoire usque ad Offertorium

Ayant dit les oraisons, le célébrant, posant les mains sur le Dictis orationibus, celebrans, positis super librum vel
livre, ou sur l’autel de manière que les paumes touchent le super altare manibus, ita ut palmæ librum tangant, vel
livre, ou bien (s’il le préfère) tenant le livre, lit l’épître à (ut placuerit) librum tenens, legit Epistolam
voix intelligible. De même, après la réponse du servant : intellegibili voce, et respondetur a ministro : Deo
Deo gratias, se tenant de la même manière, le célébrant gratias, et similiter, stans eodem modo, prosequitur
poursuit la lecture du graduel, de l’Alleluia ou du trait, ainsi graduale, Alleluia, et tractum, ac sequentiam, si
que de la séquence, s’ils sont à dire. dicenda sint. Quibus dictis, sacerdos, in Missis lectis,

www.ceremoniaire.net
VI — L’épître, le graduel et ce qui suit jusqu’à l’offertoire 9

ipsemet, seu minister portat librum missalis ad Cela fait, le prêtre lui-même à la messe lue, ou bien le
alteram partem altaris in latere Evangelii, et dum servant, transporte le missel de l’autre côté de l’autel – le
transit ante medium altaris, caput Cruci inclinat, et prêtre inclinant la tête vers la croix lorsqu’il passe devant le
missale sic locat, ut posterior pars libri respiciat milieu de l’autel – et le pose du côté de l’évangile, de sorte
ipsum latus altaris, et non ad parietem, sive ad partem que la partie postérieure du livre regarde ce côté de l’autel et
eius contra se directam. non pas la paroi ou le bord de l’autel qui lui fait face.
2. Locato missali in altari, celebrans redit ad 2. Après le déplacement du missel sur l’autel, le célébrant
medium altaris, ibique stans iunctis manibus ante revient au milieu de l’autel, où il se tient, les mains jointes
pectus, levatisque ad Deum oculis, et statim demissis, devant la poitrine, et après avoir levé les yeux vers Dieu et
tum profunde inclinatus, dicit secreto : Munda cor les avoir abaissés aussitôt, s’incline alors profondément et
meum, et Iube, Domine, benedicere, Dominus sit dit secrètement : Munda cor meum et Iube, Domine,
in corde meo, ut in Ordinario. Quibus dictis, vadit ad benedicere, puis Dominus sit in corde meo, comme dans
librum missalis, ubi stans versus illum, iunctis l’Ordinaire. Ces prières dites, il se rend au missel, où, tourné
manibus ante pectus, dicit intellegibili voce : vers le livre, les mains jointes devant la poitrine, il dit à voix
Dominus vobiscum. R. Et cum spiritu tuo. Deinde intelligible : Dominus vobiscum R. Et cum spiritu tuo.
pollice dexteræ manus signo crucis signat primo Ensuite, du pouce de la main droite il trace le signe de la
librum super principio Evangelii, quod est lecturus, croix d’abord sur le livre, à l’endroit où commence [la
postea seipsum in fronte, ore, et pectore, dicens : péricope] de l’évangile qu’il va lire, ensuite sur soi-même,
Sequentia, vel Initium sancti Evangelii, etc., au front, à la bouche et à la poitrine, en disant : Sequentia
R. Gloria tibi, Domine. Tum iunctis iterum manibus ou Initium sancti Evangelii, etc. R. Gloria tibi, Domine.
ante pectus, stans, ut supra, prosequitur Evangelium Puis, ayant joint de nouveau les mains devant la poitrine, se
usque ad finem. Quo finito, minister, stans in latere tenant comme avant, il poursuit l’évangile jusqu’à la fin.
Epistolæ post infimum gradum altaris, respondet : L’évangile achevé, le servant, debout du côté de l’épître
Laus tibi, Christe, et sacerdos, elevans parumper derrière le plus bas degré de l’autel, répond : Laus tibi,
librum, osculatur principium Evangelii, dicens : Per Christe, et le prêtre, élevant un peu le livre, baise le début
evangelica dicta, e t c . , præterquam in Missis [de la péricope] de l’évangile en disant : Per evangelica
defunctorum, et nisi celebret coram Summo dicta, etc., sauf aux messes des défunts 9. À moins qu’il ne
Pontifice, Cardinali et Legato Sedis Apostolicæ, vel célèbre en présence du Souverain Pontife, d’un cardinal,
Patriarcha, Archiepiscopo et Episcopo in eorum d’un légat du Siège apostolique, ou bien d’un patriarche,
residentiis, quo casu defertur cuilibet prædictorum d’un archevêque ou d’un évêque dans leur lieu de résidence,
osculandus liber, et celebrans tunc non osculatur auquel cas le livre est apporté au baiser du susdit prélat, et
illum, nec dicit : Per evangelica dicta. Cum autem alors le célébrant ne le baise pas ni ne dit : Per evangelica
nominatur IESUS, caput versus librum inclinat ; et dicta.
eodem modo versus librum genuflectit, cum in Au nom de JÉSUS, le célébrant incline la tête vers le
Evangelio est genuflectendum. livre ; et de la même manière il fait la génuflexion vers le
livre quand il faut la faire pendant l’évangile.
3. Dicto Evangelio, stans in medio altaris versus 3. L’évangile dit, se tenant au milieu de l’autel tourné vers
Crucem, elevans et extendens manus, incipit (si la croix, élevant et étendant les mains, le célébrant
dicendum sit) Credo ; cum dicit : in unum Deum, commence (si on doit le dire) le Credo. Lorsqu’il dit : in
iungit manus, et caput Cruci inclinat ; quo erecto, unum Deum, il joint les mains, et incline la tête vers la
stans ibidem iunctis ante pectus manibus, ut prius, croix. S’étant redressé, il poursuit jusqu’à la fin avec les
prosequitur usque ad finem. Cum dicit : Iesum mains jointes devant la poitrine, comme avant. En disant
Christum, caput Cruci inclinat. Cum dicit : Et Iesum Christum, il incline la tête vers la croix. Lorsqu’il
incarnatus e s t , usque ad et Homo factus est dit Et incarnatus e s t , jusqu’à et Homo factus est
inclusive, genuflectit. Cum dicit : simul adoratur, inclusivement, il fait la génuflexion. En disant : simul
caput Cruci inclinat. Cum dicit : Et vitam venturi adoratur, il incline la tête vers la croix. Quand il dit : Et
sæculi. Amen, producit sibi manu dextera signum vitam venturi sæculi. Amen, il fait sur soi le signe de croix
crucis a fronte ad pectus. avec la main droite depuis le front jusqu’à la poitrine.
4. In Missa solemni subdiaconus circa finem ultimæ 4. À la messe solennelle, vers la fin de la dernière oraison,
orationis accipit ambabus manibus librum le sous-diacre prend des deux mains le livre des épîtres,
Epistolarum, deferens illum supra pectus, et, facta qu’il porte devant la poitrine, et, après avoir fait au milieu
altari genuflexione in medio, vadit ad partem la génuflexion à l’autel, se rend à l’endroit en face de
Epistolæ contra altare, et cantat Epistolam, quam l’autel du côté de l’épître, où il chantera l’épître, que le
celebrans sedens auscultat. Epistola cantata, célébrant écoute assis 10.
celebrans redit ad librum, et subdiaconus facit iterum Le chant de l’épître achevé, le célébrant retourne au
genuflexionem in medio ac vadit ad celebrantem, et missel [sur l’autel]. Le sous-diacre, faisant de nouveau la
genuflectens osculatur eius manum, et ab eo génuflexion au milieu de l’autel, monte auprès du célébrant

www.ceremoniaire.net
10 Ritus servandus - 1962

et, agenouillé, lui baise la main et reçoit sa bénédiction, benedicitur, præterquam in Missis defunctorum.
sauf aux messes des défunts. Puis le célébrant lit à voix Deinde celebrans legit, submissa voce, graduale, etc.,
basse le graduel, etc., jusqu’à Munda cor meum usque ad Munda cor meum exclusive.
exclusivement.
5. Ensuite, au milieu de l’autel, le célébrant attend que le 5. Postea celebrans in medio altaris exspectat
sous-diacre place le missel du côté de l’évangile et que le donec subdiaconus missale in latere Evangelii
diacre dépose le livre des Évangiles au milieu de l’autel ; collocaverit et diaconus librum Evangeliorum in
puis il impose et bénit l’encens de la manière habituelle 11. medio altaris deposuerit ; deinde incensum imponit et
Alors le diacre, agenouillé sur le degré supérieur et incliné, benedicit more solito. Postea diaconus, genuflexus in
dit : Munda cor meum, et prend l’évangéliaire sur l’autel ; supremo gradu, inclinatus dicit Munda cor meum,
de nouveau agenouillé sur le degré supérieur, il demande et accipiens librum Evangeliorum de altari, petit
au célébrant la bénédiction et lui baise la main. benedictionem a celebrante similiter genuflexus in
Précédé par le thuriféraire et les deux acolytes avec les superiori gradu altaris ; et osculata illius manu,
chandeliers allumés pris sur la crédence, le diacre, avec le præcedentibus thuriferario, et duobus acolythis cum
sous-diacre à sa gauche, se rend à l’endroit [de la candelabris accensis de credentia sumptis, vadit cum
proclamation] de l’évangile, en face de l’autel vers le subdiacono a sinistris ad locum Evangelii contra
peuple, où le sous-diacre tient le livre au milieu des deux altare versus populum, ubi, subdiacono librum
acolytes portant les chandeliers allumés. Les mains jointes, tenente, medio inter duos acolythos tenentes
le diacre dit : Dominus vobiscum. En disant : Sequentia, candelabra accensa, dicit : Dominus vobiscum,
etc., il signe le livre au début de l’évangile, puis soi-même iunctis manibus. Cum dicit : Sequentia, etc. signat
sur le front, la bouche et la poitrine. Alors il encense trois librum in principio Evangelii, frontem, os et pectus :
fois le livre, au milieu, à droite et à gauche, et poursuit [le postea ter librum incensat, hoc est, in medio, a
chant] de l’évangile, les mains jointes 12. dexteris, et a sinistris, et prosequitur Evangelium,
Entre-temps le célébrant, ayant donné la bénédiction au iunctis manibus. Interim celebrans post datam
diacre, se retire vers le côté de l’épître, où il se tient debout diacono benedictionem, retrahens se ad latus
les mains jointes. Lorsque le diacre dit Sequentia sancti Epistolæ, ibi stat, iunctis manibus. Et cum diaconus
Evangelii le prêtre se signe ; et quand il prononce le nom dicit : Sequentia sancti Evangelii, sacerdos etiam
de J ÉSUS il incline la tête. Lorsque l’évangile est fini, le signat se : et cum nominatur IESUS, caput inclinat.
prêtre baise le livre que le sous-diacre lui a apporté, en Finito Evangelio sacerdos osculatur librum a
disant : Per evangelica dicta, etc., et est encensé de trois subdiacono sibi delatum, dicens : Per evangelica
coups par le diacre. En présence d’un prélat dans son lieu dicta, etc., et a diacono ter incensatur. Si sit coram
de résidence, c’est au prélat que l’on porte le livre à baiser, Prælato in sua residentia, liber defertur ad
comme ci-dessus, et c’est lui qui est encensé, comme il est Prælatum, ut supra, et ille incensatur, ut in
marqué au Cérémonial. Cæremoniali. Postea, stans in medio altaris versus
Ensuite le prêtre, debout au milieu de l’autel et tourné ad Crucem, incipit, si dicendum sit, Credo, stantibus
vers la croix, commence, si on doit le dire, le Credo ; le post eum diacono et subdiacono, deinde ad altare
diacre et le sous-diacre se tiennent debout derrière lui, puis accedentibus et cum eo prosequentibus, ut dictum est
ils montent à l’autel et poursuivent le symbole avec lui ad Gloria in excelsis.
comme il a été dit au Gloria in excelsis.
6. Cependant, s’il y a prédication, le prédicateur prêche à 6. Si autem sit prædicandum, concionator, finito
la suite de l’évangile, et à la fin du sermon, ou de la Evangelio, prædicet, et sermone, sive concione
harangue, on dit le Credo ou, s’il n’est pas à dire, on expleta, dicatur Credo vel, si non sit dicendum,
chante l’antienne de l’offertoire. cantetur antiphona ad Offertorium.
7. Après le chant dans le symbole de Et incarnatus est, le 7. Cum vero in symbolo cantatum fuerit : Et
diacre prend la bourse sur la crédence. Tenant la bourse incarnatus e s t , diaconus, accepta bursa de
élevée des deux mains, faisant les révérences habituelles, il credentia, ambabus manibus eam defert elevatam
l’apporte au milieu de l’autel, où il déplie le corporal ; puis cum solitis reverentiis ad medium altaris, in quo
il retourne auprès du célébrant 13. explicat corporale, et revertitur ad celebrantem. Cum
Lorsqu’on ne dit pas le Credo, le sous-diacre apporte non dicitur Credo, subdiaconus defert bursam simul
la bourse en même temps que le calice, comme il sera dit cum calice, ut infra dicetur.
plus loin.
8. À la messe chantée, l’épître peut être chantée par un 8. In Missis cantatis Epistola a ministrante cani
servant ; sinon il suffit qu’elle soit lue par le célébrant, qui potest ; secus sufficit ut legatur a celebrante, qui
pourrait toutefois la chanter à la manière habituelle. tamen potest Epistolam more solito canere. Si
Si on fait les encensements, le célébrant impose et bénit incensationes fiant, celebrans antequam dicat
l’encens au milieu de l’autel avant de dire Munda cor Munda cor meum, in medio altaris incensum ponit
meum ; il encense le missel de trois coups après les mots et benedicit, et post verba Sequentia vel Initium
www.ceremoniaire.net
VII — L’antienne d’offertoire et ce qui suit jusqu’au canon 11

sancti Evangelii, etc. ter missale incensat ; post- Sequentia ou Initium sancti Evangelii, etc. Toutefois,
quam autem Evangelium cantaverit, celebrans non après avoir chanté l’évangile, le célébrant n’est pas
incensatur. encensé 14.

VII — De antiphona ad Offertorium et VII — L’antienne d’offertoire et ce qui suit


aliis usque ad Canonem jusqu’au canon

Dicto symbolo, vel, si non sit dicendum, post Le symbole achevé, ou bien, si on ne doit pas le dire, après
Evangelium vel homeliam, celebrans altare osculatur l’évangile ou l’homélie, le célébrant baise l’autel au milieu
in medio, et iunctis manibus ante pectus ibidem a et, les mains jointes devant la poitrine, se tourne de gauche à
manu sinistra ad dexteram (ut dictum est supra), droite (comme il a déjà été dit) vers le peuple et, étendant
vertit se ad populum, et extendens ac iungens manus puis rejoignant les mains, dit : Dominus vobiscum. Les
dicit : Dominus vobiscum, et iunctis manibus mains jointes de nouveau, il retourne par la même voie au
revertitur per eandem viam ad medium altaris, ubi milieu de l’autel où, étendant puis joignant les mains, et
extendens et iungens manus, caputque Cruci inclinant la tête vers la croix, il dit : Oremus. Puis, joignant
inclinans, dicit Oremus : tum iunctis, ut prius, les mains comme auparavant, il dit l’antienne de l’offertoire.
manibus, dicit antiphonam ad Offertorium, et omnia Et tout ce qui jusqu’à la fin de la messe doit être dit au
quæ usque ad finem Missæ in medio altaris dicenda milieu de l’autel, il le dit à ce même endroit tourné vers
sunt, dicit ibidem stans versus ad altare, nisi ubi aliter l’autel, à moins que ce ne soit réglé autrement.
ordinatur.
2. Antiphona ad Offertorium absoluta, discooperit 2. L’antienne d’offertoire achevée, il découvre le calice et
calicem et ad latus Epistolæ sistit, et manu dextera le pose du côté de l’épître ; de la main droite, il retire la
amovet parvam pallam desuper hostiam, accipit petite pale d’au-dessus de l’hostie, prend la patène avec
patenam cum hostia, et ambabus manibus usque ad l’hostie, et, la tenant des deux mains élevée jusqu’à la
pectus eam elevatam tenens, oculis ad Deum elevatis, poitrine, les yeux levés vers Dieu et aussitôt abaissés, il dit :
et statim demissis, dicit : Suscipe, sancte Pater, etc. Suscipe, sancte Pater, etc.
3. Si fuerint aliæ hostiæ non super patenam, sed 3. S’il y a d’autres hosties, non sur la patène, mais sur le
super corporale, vel in alio calice, seu vase pro corporal ou dans un autre calice ou vase, à consacrer pour la
Communione populi consecrandæ, calicem illum, seu communion du peuple, il découvre ce calice ou vase de la
vas dextera discooperit, et intentionem suam etiam ad main droite, et dirigeant aussi son intention vers l’offrande
illas offerendas et consecrandas dirigens, dicit ut et la consécration de ces hosties-là, il dit comme ci-dessus :
supra : Suscipe, etc. ut in Ordine Missæ. Quo dicto, Suscipe, etc., comme dans l’Ordinaire de la messe.
patenam utraque manu tenens, cum ea facit signum Cela dit, tenant la patène des deux mains, il fait avec
crucis super corporale, et deponit hostiam circa elle le signe de croix au-dessus du corporal ; puis il dépose
medium anterioris partis corporalis ante se, et l’hostie vers le milieu de la partie antérieure du corporal
patenam ad manum dexteram aliquantulum subtus devant lui, et la patène, avec sa main droite, un peu sous le
corporale ; quam, exterso calice, ut dicetur, cooperit [bord droit du] corporal ; il la recouvrira du purificatoire
purificatorio. Si autem adsit vas seu calix cum aliis après avoir essuyé le calice comme on va le dire. S’il y a un
hostiis, ipsum cooperit alia patena, vel palla. vase ou un calice avec d’autres hosties, il le recouvre d’une
autre patène ou d’une pale.
4. Deinde in latere Epistolæ accipit calicem, 4. Ensuite, du côté de l’épître, il prend le calice qu’il
purificatorio extergit, et sinistra tenens illius nodum, essuie avec le purificatoire, et le tenant de la main gauche
accipit ampullam vini de manu ministri (qui osculatur par le nœud, il reçoit la burette de vin de la main du servant
ipsam ampullam, non autem manum celebrantis) et (qui baise la burette, mais non la main du célébrant) et met
ponit vinum in calicem. Deinde, eodem modo tenens le vin dans le calice. Puis, tenant le calice de la même
calicem, producit signum crucis super ampullam manière, il fait le signe de croix sur la burette d’eau et dit :
aquæ, et dicit : Deus, qui humanæ substantiæ, et Deus, qui humanæ substantiæ, et versant un peu d’eau
infundens parum aquæ in calicem prosequitur : Da dans le calice il poursuit : Da nobis per huius aquæ et vini
nobis per huius aquæ et vini mysterium, etc. Si mysterium, etc.
vero celebrat pro defunctis, non facit signum crucis Toutefois, s’il célèbre [la messe des] défunts, il ne fait
super aquam, sed imponit absque benedictione, pas le signe de croix sur l’eau, mais il la met sans
dicens orationem ut supra. bénédiction, en disant l’oraison comme ci-dessus.
5. Imposita aqua in calice et finita oratione 5. Lorsqu’il a mis l’eau dans le calice et achevé la susdite
prædicta, accipit manu dextera calicem discooper- oraison, il prend de la main droite le calice découvert ; se
tum ; et stans ante medium altaris, ipsum ambabus tenant devant le milieu de l’autel, il le tient élevé des deux
manibus elevatum tenens, videlicet cum sinistra mains, c’est-à-dire que de la main gauche il tient le pied, et
www.ceremoniaire.net
12 Ritus servandus - 1962

de la droite le nœud sous la coupe. Levant les yeux vers pedem, cum dextera autem nodum infra cuppam,
Dieu, il l’offre en disant : Offerimus tibi, Domine, etc. intentis ad Deum oculis offert, dicens : Offerimus
Quand il a dit cette prière, il fait le signe de croix avec le tibi, Domine, etc. Qua oratione dicta, facit signum
calice au-dessus du corporal, le pose au milieu en arrière de crucis cum calice super corporale, et ipsum in medio
l’hostie et le couvre de la pale. Ensuite, les mains jointes et post hostiam collocat, et palla cooperit. Deinde,
posées sur l’autel, un peu incliné, il dit secrètement : In iunctis manibus super altare positis, aliquantulum
spiritu humilitatis, etc. Puis, s’étant redressé, élevant les inclinatus dicit secreto : In spiritu humilitatis, etc.
yeux et étendant les mains en les tournant vers le haut, il les Postea erectus, elevans oculos, manusque expandens,
rejoint aussitôt devant la poitrine (comme il fera chaque fois easque, in altum porrectas, statim iungens ante pectus
qu’il a quelque chose à bénir) et dit : Veni sanctificator, (quod semper facit quando aliquid est benedicturus)
etc. En disant : et benedic, il fait de la main droite le signe dicit : Veni, sanctificator, etc. Cum dicit : et
de croix à la fois sur l’hostie et le calice, la gauche reposant benedic, signat manu dextera communiter super
sur l’autel. hostiam et calicem, sinistra posita super altare.
6. Puis, les mains jointes devant la poitrine, il se rend du 6. Tum, iunctis ante pectus manibus, accedit ad
côté de l’épître, où, le servant versant l’eau, il se lave les latus Epistolæ, ubi stans, ministro aquam fundente,
mains, c’est-à-dire les extrémités des pouces et des index, lavat manus, idest, extremitates digitorum pollicis et
en disant le psaume : Lavabo inter innocentes, avec Gloria indicis, dicens psalmum : Lavabo inter innocentes,
Patri, etc. Ce verset Gloria Patri est omis aux messes des cum Gloria Patri, etc. ; qui versus Gloria Patri
défunts, ainsi qu’aux messes du Temporal depuis le premier prætermittitur in Missis defunctorum, et in Missis de
dimanche de la Passion jusqu’au Jeudi saint in Cena Tempore a dominica I Passionis usque ad feriam V in
Domine inclusivement. Cena Domini inclusive.
7. Après s’être lavé les mains, le célébrant les essuie, puis, 7. Celebrans, lotis manibus, eas tergit, et, illis ante
les tenant jointes devant la poitrine, revient au milieu de pectus iunctis, revertitur ad medium altaris, ubi stans,
l’autel, où, élevant les yeux vers Dieu et les abaissant oculosque ad Deum elevans, et statim demittens,
aussitôt, les mains jointes sur l’autel et un peu incliné, il dit manibus iunctis super altare aliquantulum inclinatus,
secrètement la prière : Suscipe, sancta Trinitas, etc. dicit secreto orationem : Suscipe, sancta Trinitas,
Lorsqu’il l’a dite, il baise l’autel au milieu en y posant les etc. Qua dicta, manibus hinc inde extensis et super
mains étendues de part et d’autre ; puis, les mains jointes altare positis, osculatur illud in medio ; tum, iunctis
devant la poitrine, les yeux baissés vers le sol, il se tourne manibus ante pectus, demissisque oculis ad terram, a
de sa gauche à sa droite vers le peuple, et, étendant les sinistra manu ad dexteram vertit se ad populum, et
mains vers lui et les joignant, il dit d’une voix un peu versus eum extendens et iungens manus, dicit voce
élevée : Orate, fratres. Poursuivant secrètement : ut meum aliquantulum elata : Orate, fratres, et secreto
ac vestrum sacrificium, etc., il achève le cercle en prosequens : ut meum ac vestrum sacrificium, etc.,
retournant par sa droite vers le milieu de l’autel, les mains perficit circulum, revertens, iunctis manibus ante
jointes devant la poitrine. pectus, a manu dextera ad medium altaris. Et
Le servant ou les assistants ayant répondu : Suscipiat responso a ministro, vel a circumstantibus : Suscipiat
Dominus sacrificium de manibus tuis, etc. (sinon, lui- Dominus sacrificium de manibus tuis, etc.
même ayant dit : Sacrificium de manibus meis), le (alioquin per seipsum, dicens : Sacrificium de
célébrant conclut, à voix basse : Amen. Puis, les mains manibus meis), ipse celebrans submissa voce dicit :
étendues devant la poitrine comme pour l’oraison, se tenant Amen. Et manibus ante pectus extensis, ut fit ad
au milieu de l’autel tourné vers le livre, il dit orationem, stans in medio altaris versus librum, dicit
immédiatement, sans Oremus et sans rien intercaler, absolute sine Oremus et sine alia interpositione
l’oraison ou les oraisons secrètes. Lorsqu’il dit P e r orationem, vel orationes secretas. Cum dicit Per
Dominum, il joint les mains ; en disant Iesum Christum, il D o m i n u m , iungit manus : cum dicit Iesum
incline la tête ; ce qu’il fait à la première oraison et à la Christum, caput inclinat : quod facit in prima
dernière, si l’on doit en dire plusieurs. oratione, et in ultima, si plures sint dicendæ.
8. À la conclusion de la dernière secrète, avant les mots : 8. In conclusione autem ultimæ secretæ ad verba
Per omnia sæcula sæculorum, le prêtre, se tenant au illa : Per omnia sæcula sæculorum exclusive,
milieu de l’autel, y pose les mains étendues de part et sacerdos stans in medio altaris, depositis super eo
d’autre et prend la voix intelligible qui convient pour la manibus hinc inde extensis, dicit convenienti et
préface. Lorsqu’il dit : Sursum corda, il élève les mains intellegibili voce præfationem. Cum dicit : Sursum
étendues de part et d’autre devant la poitrine. Quand il dit : corda, manus elevat hinc inde ante pectus extensas.
Gratias agamus, il joint les mains. En disant Domino Deo Cum dicit : Gratias agamus, manus iungit ; cum
nostro, il élève les yeux [vers la croix], et aussitôt incline la dicit : Domino Deo nostro, oculos elevat, et statim
tête devant elle. Après la réponse : Dignum et iustum est, Cruci caput inclinat. Responso : Dignum et iustum
les mains élevées et étendues comme précédemment, il est, elevatis et extensis ut prius manibus, prosequitur
poursuit la préface. Lorsqu’il dit : Sanctus, il joint les mains præfationem. Cum dicit : Sanctus, iunctis ante pectus

www.ceremoniaire.net
VII — L’antienne d’offertoire et ce qui suit jusqu’au canon 13

manibus, et inclinatus, eadem voce prosequitur, devant la poitrine et, incliné, continue de la même voix ;
ministro interim parvam campanulam pulsante. Cum entre-temps le servant agite la sonnette. En disant :
dicit : Benedictus qui venit in nomine Domini, etc., Benedictus qui venit in nomine Domini, etc. il se redresse
erigit se, et signum crucis sibi producit a fronte ad et fait sur soi le signe de croix depuis le front jusqu’à la
pectus. poitrine.
9. In Missa solemni, dicto Oremus, diaconus et 9. À la messe solennelle, après Oremus, le diacre et le
subdiaconus accedunt ad altare in latus Epistolæ ; sous-diacre montent à l’autel du côté de l’épître. Le diacre
diaconus amovet calicem, si est in altari, vel, si est in éloigne le calice [du milieu] s’il est déjà sur l’autel. S’il est
credentia, ut magis decet, accipit eum de manu sur la crédence, ce qui est plus convenable, il le reçoit de la
subdiaconi, qui illum cum patena et hostia, main du sous-diacre, qui l’apporte de la crédence – le
coopertum palla et velo a collo sibi pendente manu tenant de la main gauche, avec la patène et l’hostie,
sinistra tenens, et alteram manum superponens velo, recouvert de la pale et du voile qui pend de son cou, l’autre
ne aliquid decidat, de credentia detulit, comitatus ab main posée sur le voile afin que rien ne tombe –
acolytho ampullas vini et aquæ portante ; ipse accompagné par un acolyte portant les burettes de vin et
diaconus calicem detegit, et dat patenam cum hostia d’eau. Le diacre découvre le calice et présente au célébrant
celebranti, osculando eius manum : subdiaconus la patène avec l’hostie, lui baisant la main ; le sous-diacre
extergit calicem purificatorio ; diaconus, accepta essuie le calice avec le purificatoire.
ampulla vini de manu subdiaconi, imponit vinum in Ayant reçu la burette de vin de la main du sous-diacre,
calice ; subdiaconus interim ampullam aquæ le diacre met le vin dans le calice. Pendant ce temps,
ostendens celebranti, dicit : Benedicite, pater montrant au célébrant la burette d’eau, le sous-diacre dit :
reverende ; qui, facto versus eam signo crucis, dicit Benedicite, pater reverende ; le célébrant, après avoir fait
orationem : Deus, qui humanæ, etc., interim subdia- vers l’eau le signe de croix, dit la prière : Deus, qui
conus infundit paululum aquæ in calicem ; diaconus humanæ, etc. pendant que le sous-diacre en verse très peu
illum celebranti dat, et pedem calicis tangens, seu dans le calice. Le diacre donne le calice au célébrant et, en
bracchium dexterum celebrantis sustentans, cum eo touchant le pied du calice ou en soutenant le bras droit du
dicit : Offerimus tibi, Domine, etc., quem postea célébrant, dit avec lui : Offerimus tibi, Domine, etc., puis
positum in altari, ut supra, palla cooperit. il recouvre de la pale le calice posé sur l’autel, comme ci-
Subdiacono deinde stanti in latere Epistolæ ponit in dessus.
dextera manu patenam, quam cooperit extremitate Ensuite il pose la patène dans la main droite du sous-
veli ab eius humero pendentis : qui vadit post diacre se tenant debout du côté de l’épître. Le sous-diacre
celebrantem ante medium altaris, et, facta la recouvre avec l’extrémité du voile pendant de ses
genuflexione, ibi stat, sustinens eam elevatam usque épaules, et passe derrière le célébrant au milieu de l’autel,
ad finem orationis dominicæ, ut dicetur. In Missis où il fait la génuflexion et où il demeure, tenant la patène
autem defunctorum patena non tenetur a subdiacono. élevée, jusqu’à la fin de l’oraison dominicale, comme il sera
dit. Toutefois, aux messes des défunts, le sous-diacre ne
tient pas la patène.
10. Dicto Veni, sanctificator, ut supra, celebrans, 10. Ayant d i t Veni, sanctificator comme ci-dessus, le
ministrante diacono naviculam, et dicente : célébrant, à qui le diacre présente la navette en disant :
Benedicite, pater reverende, ponit incensum in Benedicite, pater reverende, impose l’encens dans
thuribulo, dicens : Per intercessionem, etc., ut in l’encensoir en disant : Per intercessionem, etc., comme
Ordine Missæ. Deinde accepto thuribulo per manum dans l’Ordinaire de la messe. Puis, recevant de la main du
diaconi, nullam tunc faciens Cruci reverentiam diacre l’encensoir – sans faire aucune révérence à la croix
incensat oblata, ter ducens thuribulum super calicem à ce moment – il encense les oblats de trois coups de
et hostiam simul in modum crucis, et ter circum l’encensoir en forme de croix au-dessus du calice et de
calicem et hostiam, scilicet bis a dextera ad l’hostie ensemble, et trois autour du calice et de l’hostie,
sinistram, et semel a sinistra ad dexteram (diacono c’est-à-dire deux fois de droite à gauche et une fois de
interim pedem calicis tenente manu dextera), gauche à droite 15 (pendant ce temps, le diacre appuie la
dispensans verba in qualibet incensatione hoc modo. main droite sur le pied du calice), en distribuant les paroles
In prima incensatione : Incensum istud. In secunda : à chaque encensement de la manière suivante. Au premier
a te benedictum. In tertia : ascendat ad te, Domine. encensement : Incensum i s t u d . Au deuxième : a te
In quarta : et descendat super nos. In quinta et benedictum. Au troisième : ascendat ad te, Domine. Au
sexta : misericordia tua. Deinde facta reverentia, quatrième : et descendat super n o s . Au cinquième et
incensat Crucem et altare, ut dictum est supra, sixième : misericordia tua.
assistente eodem diacono, interim dicens : Dirigatur, Ensuite, ayant fait la révérence, assisté par le diacre, il
Domine, oratio mea, etc. ; et cum incensatur Crux, encense la croix et l’autel de la manière dite ci-dessus, en
diaconus amovet calicem ad partem Epistolæ, et, disant : Dirigatur, Domine, oratio mea, etc. Pendant qu’il
incensata Cruce, reponit in loco suo. Cum reddit encense la croix, le diacre déplace le calice vers le côté de
thuribulum diacono, dicit : Accendat in nobis, etc. l’épître, et, une fois la croix encensée, le remet à sa place.
www.ceremoniaire.net
14 Ritus servandus - 1962

En rendant l’encensoir au diacre, le prêtre dit : Accendat Et incensatur ab eo : deinde diaconus incensat
in nobis, etc. et il est encensé par lui. Puis le diacre chorum, et postremo subdiaconum tenentem
encense le chœur et ensuite le sous-diacre tenant la patène. patenam, et ipse diaconus incensatur a thuriferario,
Alors le diacre lui-même est encensé par le thuriféraire, qui et thuriferarius postea incensat acolythos et populum.
encense ensuite les acolytes et le peuple. Celebrans, postquam incensatus fuerit, lavat manus,
Le célébrant, une fois qu’il a été encensé, se lave les ministrantibus acolythis ampullam aquæ, cum
mains, les acolytes servant à la burette d’eau, au bassin et pelvicula et manutergio. In Missa cantata, si
au manuterge. incensationes fiant, celebrans se gerit ut in Missa
À la messe chantée, si l’on fait les encensements, le solemni, et in fine incensatur a ministrante, qui
célébrant se comporte comme à la messe solennelle, et à la postea incensat clerum quoque et populum.
fin il est encensé par un servant qui, ensuite, encense
également le clergé et le peuple.
11. Pendant la préface le diacre et le sous-diacre se 11. Cum dicitur præfatio, diaconus et subdiaconus
tiennent derrière le célébrant ; un peu avant le Sanctus ils stant retro post celebrantem : et paulo antequam
montent à l’autel où, de part et d’autre du célébrant, ils dicatur Sanctus, accedunt ad altare, ubi cum
disent avec lui le Sanctus et la suite jusqu’au canon. Puis le celebrante hinc inde d i c u n t Sanctus, et quæ
diacre passe au côté gauche du célébrant où il l’assiste sequuntur usque ad Canonem. Deinde diaconus
pendant le canon (à moins qu’un autre prêtre ne l’assiste, accedit ad sinistram celebrantis, ei assistens dum
auquel cas le diacre reste à droite du célébrant et un peu en dicitur Canon, nisi alius sacerdos assistat, quia tunc
arrière). En même temps le sous-diacre reprend sa place ipse staret ad dexteram aliquantulum post celebran-
derrière le célébrant. tem. Subdiaconus vero tunc stat post celebrantem.

VIII — Le canon de la messe jusqu’à VIII — De Canone Missæ usque ad


la consécration Consecrationem

La préface achevée comme nous avons dit, le célébrant, se Finita præfatione, ut supra, sacerdos, stans ante
tenant devant le milieu de l’autel et tourné vers lui, étend et medium altaris versus ad illud, extendit et
élève un peu les mains, élève les yeux vers Dieu et les aliquantulum elevat manus, oculisque elevatis ad
baisse aussitôt. Puis, les mains jointes et posées sur l’autel, Deum, et sine mora devote demissis, ac manibus
profondément incliné, il commence le canon en disant iunctis et super altare positis, profunde inclinatus
secrètement : Te igitur, etc. comme dans l’Ordinaire de la incipit Canonem, secreto dicens : Te igitur, etc., ut in
messe. Lorsqu’il dit : Uti accepta habeas et benedicas, Ordine Missæ. Cum dicit : Uti accepta habeas et
etc., il baise d’abord l’autel, puis se relève et se tient les benedicas, etc., prius osculatur altare in medio,
mains jointes devant la poitrine. Lorsqu’il dit : Hæc + deinde erigit se, et stat iunctis manibus ante pectus.
dona, hæc + munera, hæc sancta + sacrificia, de la main Cum dicit : Hæc + dona, hæc + munera, hæc
droite il fait le signe de croix trois fois sur l’hostie et le sancta + sacrificia, dextera manu signat ter commu-
calice ensemble. Puis, les mains étendues devant la poitrine, niter super hostiam et calicem. Deinde, extensis
il poursuit : In primis quæ tibi offerimus, etc. manibus ante pectus, prosequitur : In primis quæ
tibi offerimus, etc.
2. À : una cum famulo tuo Papa nostro N., il prononce 2. Ubi dicit : una cum famulo tuo Papa nostro N.,
le nom du pape ; si le siège est vacant, ces mots sont omis. exprimit nomen Papæ : Sede autem vacante verba
À : et Antistite nostro N., on précise le nom du patriarche, prædicta omittuntur. Ubi dicitur : et Antistite nostro
de l’archevêque ou de l’évêque Ordinaire du diocèse où la N., specificatur nomen Patriarchæ, Archiepiscopi, vel
messe est offerte, non d’un autre supérieur, même si le Episcopi Ordinarii diœcesis in qua Sacrum facit, et
célébrant est entièrement exempt ou sous la juridiction d’un non alterius Superioris, etiamsi celebrans sit omnino
autre évêque. Si l’évêque Ordinaire du lieu où l’on célèbre exemptus, vel sub alterius Episcopi iurisdictione. Si
la messe est défunt, ces mots sont omis ; ils sont omis aussi vero Episcopus Ordinarius illius loci, in quo Missa
par ceux qui célèbrent à Rome. celebratur, sit vita functus, prædicta verba omittuntur,
Si le célébrant est évêque, archevêque ou patriarche, quæ etiam omittuntur ab iis qui Romæ celebrant. Si
ayant omis les susdits mots, il dit à la place : et me indigno celebrans est Episcopus, Archiepiscopus vel
servo tuo. Quant le Souverain Pontife célèbre, omettant les Patriarcha, omissis prædictis verbis, eorum loco
mots : una cum famulo tuo Papa nostro N. et Antistite dicit : et me indigno servo tuo. Summus autem
nostro N., il dit : una cum me indigno famulo tuo, quem Pontifex cum celebrat, omissis verbis : una cum
gregi tuo præesse voluisti. Tous continuent par ce qui suit : famulo tuo Papa nostro N. et Antistite nostro N.,
et omnibus orthodoxis, etc. dicit : una cum me indigno famulo tuo, quem gregi
tuo præesse voluisti. Et continuant omnes, ut
sequitur : et omnibus orthodoxis, etc.
www.ceremoniaire.net
VIII — Le canon de la messe jusqu’à la consécration 15

3. Cum dicit : Memento, Domine, elevans et 3. En disant : Memento, Domine, le célébrant joint les
iungens manus usque ad faciem vel pectus, sic iunctis mains en les élevant jusqu’au visage ou devant la poitrine et
manibus stat paulisper in quiete, demisso aliquantu- demeure immobile ainsi quelques instants, les mains jointes
lum capite, faciens commemorationem vivorum et la tête un peu baissée, faisant mémoire de fidèles du
Christi fidelium ad suam voluntatem, quorum Christ vivants, à son gré, et s’il le veut il rappelle secrète-
nomina, si vult, secreto commemorat : non tamen ment leurs noms. Il n’est pas nécessaire de les exprimer,
necesse est ea exprimere, sed mente tantum eorum mais il doit au moins avoir leur souvenir dans son esprit.
memoriam habeat. Potest etiam celebrans, si pro plu- S’il désire prier pour un plus grand nombre, il pourrait
ribus orare intendit, ne circumstantibus sit morosus, également – pour éviter de gêner les assistants – rappeler à
ante Missam in animo proponere sibi omnes illos, son esprit avant la messe tous ceux, aussi bien vivants que
tam vivos quam defunctos, pro quibus in ipsa Missa défunts, pour lesquels il a l’intention de prier au cours de
orare intendit, et hoc loco generaliter unico contextu cette messe ; et à cet endroit faire mémoire de façon
ipsorum vivorum commemorationem agere, pro générale, et par une seule expression, de ces vivants pour
quibus ante Missam orare proposuit in Missa. qui il s’est auparavant proposé de prier au cours de la messe.
4. Commemoratione vivorum facta, demissis et 4. Après avoir fait mémoire des vivants, le célébrant
extensis, ut prius, manibus, continuat : Et omnium abaisse les mains [du visage], les étend comme auparavant,
circumstantium, etc. Similiter stans prosequitur : et continue : Et omnium circumstantium, etc. Se tenant
Communicantes. Cum dicit : Iesu Christi, caput pareillement il poursuit : Communicantes. En disant : Iesu
inclinat : in conclusione, quando dicit : Per eundem, Christi, il incline la tête ; à la conclusion, quand il dit : Per
iungit manus. Cum dicit : Hanc igitur oblationem, eundem, il joint les mains.
expandit manus simul super oblata, ita ut palmæ sint Lorsqu’il dit : Hanc igitur oblationem, il étend les
apertæ versus ac supra calicem et hostiam, quas sic deux mains ensemble sur les oblats, de manière que les
tenet usque ad illa verba : Per Christum Dominum paumes soient ouvertes par-dessus le calice et l’hostie et
nostrum. Tunc enim iungit manus, et sic prosequi- dirigées vers eux, les tenant ainsi jusqu’aux paroles : Per
tur : Quam oblationem tu, Deus, in omnibus, quæ- Christum Dominum nostrum. Alors il joint les mains et
sumus : et cum dicit : bene + dictam, adscrip + tam, poursuit : Quam oblationem tu, Deus, in omnibus,
ra + tam, communiter signat ter super hostiam et quæsumus, et lorsqu’il dit : bene + dictam, adscrip + tam,
calicem simul : deinde cum dicit : ut nobis ra + tam, il fait trois fois le signe de croix par-dessus
Cor + pus, separatim signat semel super hostiam l’hostie et le calice ensemble. Puis, séparément, lorsqu’il
tantum ; et cum dicit : et San + guis, semel super dit : ut nobis Cor + pus, il fait le signe de croix une fois sur
calicem tantum : deinde elevans et iungens manus l’hostie seulement, et lorsqu’il dit : et San + guis, une fois
ante pectus, prosequitur : fiat dilectissimi Filii tui sur le calice seulement. Puis, élevant et joignant les mains
Domini nostri Iesu Christi, et inclinans caput Cruci, devant la poitrine, il continue : fiat dilectissimi Filii tui
extergit, si opus fuerit, pollices et indices super Domini nostri Iesu Christi, inclinant la tête vers la croix, et
corporale, et dicit secreto, ut prius : Qui pridie quam au besoin il se frotte les pouces et les index au-dessus [ou
pateretur : et accipiens pollice et indice dexteræ sur les bords] du corporal.
manus hostiam, et eam cum illis ac indice et pollice Il dit secrètement, comme auparavant : Qui pridie
sinistræ manus tenens, stans erectus ante medium quam pateretur ; prenant l’hostie du pouce et de l’index de
altaris, dicit : accepit panem in sanctas ac la main droite, et la tenant avec ces deux doigts et avec
venerabiles manus s u a s , elevansque ad cælum l’index et le pouce gauches, demeurant droit devant le
oculos et statim demittens, dicit : et elevatis oculis in milieu de l’autel, il poursuit : accepit panem in sanctas ac
cælum ad te Deum Patrem suum omnipotentem, venerabiles manus suas. Élevant les yeux au Ciel et les
caputque aliquantulum inclinans, dicit : tibi gratias baissant aussitôt, il dit : et elevatis oculis in cælum ad te
agens, et tenens hostiam inter pollicem et indicem Deum Patrem suum omnipotentem, et, inclinant un peu la
sinistræ manus, dextera producit signum crucis super tête : tibi gratias agens ; puis, tenant l’hostie entre le pouce
eam, dicens : bene + dixit, fregit, deditque disci- et l’index de la main gauche, avec la droite il fait au-dessus
pulis suis, dicens : Accipite et manducate ex hoc d’elle le signe de croix en disant : bene + dixit, fregit,
omnes. deditque discipulis suis, dicens : Accipite et manducate
ex hoc omnes.
5. Si adsit vas cum aliis hostiis consecrandis, 5. Avant de prendre l’hostie, s’il y a un vase avec d’autres
antequam accipiat hostiam, discooperit manu dextera hosties à consacrer, il découvre cet autre vase ou calice de la
calicem, seu vas aliarum hostiarum. Cum autem main droite.
finierit supradicta verba, cubitis super altare positis, Lorsqu’il a achevé les susdites paroles, [s’inclinant] sur
distincte et reverenter profert verba consecrationis l’autel en y posant les coudes, il profère distinctement et
super hostiam et simul super omnes, si plures sint avec respect les paroles de la consécration sur l’hostie, et en
consecrandæ ; et hostiam suam pollicibus et indicibus même temps sur toutes les hosties, s’il faut en consacrer
tantam tenens dicit : Hoc est enim Corpus meum. plusieurs : tenant son hostie entre ses pouces et ses index
Quibus prolatis, celebrans tenens hostiam inter seulement, il dit : Hoc est enim Corpus meum.
www.ceremoniaire.net
16 Ritus servandus - 1962

Ayant prononcé ces paroles, tenant l’Hostie sur l’autel pollices et indices prædictos super altare, reliquis
entre les pouces et les index, les autres doigts étant étendus manuum digitis extensis, et simul iunctis (et hostiis,
et joints ensemble, le célébrant l’adore en faisant la si plures sint consecratæ, in loco, in quo a principio
génuflexion. (Il laisse les autres Hosties, s’il en a consacré Missæ positæ sunt, super corporale vel in alio vase
plusieurs, à l’endroit où il les a placées au début de la messe aut calice demissis) genuflexus eam adorat. Tunc se
sur le corporal ou dans l’autre vase ou calice). erigens, quantum commode potest, elevat in altum
Alors, se relevant, il élève l’Hostie aussi haut qu’il le hostiam, et intentis in eam oculis (quod et in
peut commodément et, les yeux fixés sur elle (ce qu’il fait elevatione calicis facit) populo reverenter ostendit
aussi à l’élévation du calice), avec révérence il la montre à adorandam ; et mox sola manu dextera ipsam
l’adoration du peuple ; puis, de la seule main droite, il la reverenter reponit super corporale in eodem loco
repose avec respect sur le corporal au même endroit unde eam levavit, et deinceps pollices et indices non
qu’avant l’élévation. disiungit, nisi quando hostiam consecratam tangere
Désormais il ne disjoint plus les pouces et les index, si vel tractare debet, usque ad ablutionem digitorum
ce n’est lorsqu’il doit toucher ou manier une Hostie post Communionem.
consacrée, jusqu’à l’ablution des doigts après la
communion.
6. Lorsque l’Hostie consacrée est reposée sur le corporal, 6. Reposita hostia consecrata super corporale,
il la vénère en faisant la génuflexion. S’il y a un vase avec genuflexus ipsam veneratur ; si adsit vas aliarum
d’autres Hosties, il le recouvre d’une patène ou d’une pale hostiarum, patena vel palla cooperit, ut supra.
comme plus haut. Minister paulo ante Consecrationem campanulæ
Un peu avant la consécration, le servant avertit les signo fideles moneat. Deinde, dum celebrans elevat
fidèles par un signal de la sonnette 16. Ensuite, pendant que hostiam, manu sinistra elevat fimbrias posteriores
le célébrant élève l’Hostie, le servant soulève le bord planetæ, ne ipsum celebrantem impediat in elevatione
postérieur de la chasuble avec la main gauche, afin que le bracchiorum ; quod et facit in elevatione calicis ; et
célébrant ne soit pas gêné en levant les bras, comme il le fait manu dextera pulsat campanulam ter ad
pareillement à l’élévation du calice. De la main droite il unamquamque elevationem, vel continuate quousque
agite la sonnette trois fois à chaque élévation, ou bien en sacerdos deponat hostiam super corporale, et similiter
continu jusqu’à ce que le prêtre repose l’Hostie sur le postmodum ad elevationem calicis.
corporal, et de même un peu plus tard à l’élévation du
calice.
7. Après avoir adoré le Sacrement, le célébrant se relève et 7. Celebrans, adorato Sacramento, surgit, et
découvre le calice, au-dessus duquel il se frotte les doigts au discooperit calicem, in quem, si opus sit, extergit
besoin, ce qu’il fera toujours si un fragment adhérait aux digitos, quod semper faciat si aliquod fragmentum
doigts. Se tenant droit, il dit : Simili modo, postquam digitis adhæreat ; et stans erectus dicit : Simili modo,
cenatum est ; prenant le calice des deux mains par le nœud postquam cenatum est, et ambabus manibus acci-
sous la coupe, l’élevant un peu et le reposant aussitôt, il dit : piens calicem iuxta nodum infra cuppam, et
accipiens et hunc præclarum Calicem in sanctas ac aliquantulum illum elevans, ac statim deponens,
venerabiles manus suas, etc. En disant : item tibi gratias dicit : accipiens et hunc præclarum Calicem in
agens, il incline la tête ; lorsqu’il dit : benedixit, le tenant sanctas ac venerabiles manus suas, etc. Cum dicit :
sous la coupe de la main gauche, il fait sur le calice le signe item tibi gratias agens, caput inclinat ; cum dicit :
de croix avec la droite, et poursuit : deditque discipulis benedixit, sinistra calicem infra cuppam tenens,
suis, etc. dextera signat super eum ; et prosequens : deditque
Tenant le calice des deux mains – c’est-à-dire tenant le discipulis suis, etc., et ambabus manibus tenens
pied de la main gauche, le nœud sous la coupe de la droite – calicem, videlicet sinistra pedem, dextera nodum
[s’inclinant] sur l’autel en y posant les coudes, il prononce infra cuppam, cubitis super altare positis, profert
avec attention et sans s’interrompre, comme ci-dessus, les attente et continuate, ut supra, verba consecrationis
paroles de la consécration du Sang : Hic est enim Calix, Sanguinis : Hic est enim Calix, etc. Quibus dictis,
etc. Ces paroles une fois dites, il repose le calice sur le cor- reponit calicem super corporale, dicens secreto : Hæc
poral, disant secrètement : Hæc quotiescumque feceritis, quotiescumque feceritis, etc., genuflexus Sangui-
etc., et il adore respectueusement le Sang en faisant la nem reverenter adorat. Tum se erigit, et accipiens
génuflexion. calicem discoopertum cum Sanguine ambabus
Se relevant et prenant des deux mains, comme manibus, ut prius, elevat eum, et erectum quantum
précédemment, le calice découvert avec le Sang, il l’élève commode potest, ostendit populo adorandum : mox
aussi haut qu’il le peut commodément, et le montre à ipsum reverenter reponit super corporale in locum
l’adoration du peuple. Puis il le repose avec respect sur le pristinum, et manu dextera palla cooperit, ac
corporal, au même endroit qu’auparavant, de la main droite genuflexus Sacramentum veneratur.
il le recouvre de la pale, puis il vénère le Sacrement en
faisant la génuflexion.
www.ceremoniaire.net
IX — Le canon après la consécration jusqu’à l’oraison dominicale 17

8. In Missa solemni ad finem præfationis accen- 8. À la messe solennelle, à la fin de la préface, des
duntur duo saltem intorticia ab acolythis, quæ acolytes allument au moins deux torches, que l’on éteint
exstinguuntur post elevationem calicis, nisi aliqui sint après l’élévation du calice, à moins qu’il n’y ait des
communicandi, et tunc exstinguuntur post personnes à communier, auquel cas on les éteint après la
Communionem. In diebus etiam ieiuniorum et in communion. Les jours de jeûne et aux messes des défunts,
Missis defunctorum tenentur accensa usque ad également, on les tient allumées jusqu’à la communion.
Communionem. Cum autem celebrans dicit : Quam Quand le célébrant dit : Quam oblationem, etc. le
oblationem, etc., diaconus accedit ad eius dexteram, diacre passe à sa droite, où, agenouillé sur le degré
et ibi in superiori gradu altaris genuflexus, cum supérieur de l’autel, il soulève le bord de la chasuble
Sacramentum elevatur, fimbrias planetæ elevat, et lorsque le Sacrement est élevé. Aux moments opportuns il se
quando opus est, se erigens, calicem discooperit et lève pour découvrir et recouvrir le calice, faisant la
cooperit, et cum celebrante genuflectit. Subdiaconus génuflexion avec le célébrant.
genuflectit in loco suo. Thuriferarius genuflexus in Le sous-diacre s’agenouille à sa place.
latere Epistolæ ter incensat hostiam, cum elevatur, et Le thuriféraire, agenouillé du côté de l’épître, encense
similiter calicem, posito incenso in thuribulo absque trois fois l’Hostie à l’élévation, et de même le calice,
benedictione ; quod servatur etiam in Missis cantatis l’encens étant imposé dans l’encensoir sans bénédiction ; ce
in quibus incensationes fiunt. Deposito calice, qui s’observe aussi aux messes chantées où l’on fait les
diaconus redit ad librum, nisi alius assistat. Ceteri encensements.
surgunt et stant in locis suis. Lorsque le célébrant a reposé le calice, le diacre
reprend sa place au livre, à moins qu’il n’y ait un [prêtre]
assistant. Les autres se lèvent et restent debout à leur place.

IX — De Canone post Consecrationem usque IX — Le canon après la consécration jusqu’à


ad orationem dominicam l’oraison dominicale

Reposito calice et adorato, sacerdos stans ante altare, Après avoir reposé le calice et fait la génuflexion, le prêtre,
extensis manibus ante pectus, dicit secreto : Unde et debout devant l’autel, les mains étendues devant la poitrine,
memores, etc. Cum dicit : de tuis donis ac datis, dit secrètement : Unde et memores, etc. En disant : de tuis
iungit manus ante pectus : et cum dicit : Hostiam + donis ac datis, il joint les mains devant la poitrine.
puram, Hostiam + sanctam, Hostiam + immacu- Lorsqu’il dit : Hostiam + puram, Hostiam + sanctam,
l a t a m , manu sinistra posita super altare intra Hostiam + immaculatam, la main gauche posée sur l’autel
corporale, dextera signat ter communiter super à l’intérieur du corporal, de la droite il fait trois fois le signe
hostiam et calicem, et semel super hostiam tantum, et de croix sur l’Hostie et le calice ensemble ; puis une fois sur
semel super calicem tantum, dicens : Panem + sanc- l’Hostie seulement, et une fois sur le calice seulement, en
tum vitæ æternæ, et Calicem + salutis perpetuæ ; disant : Panem + sanctum vitæ æternæ, et Calicem +
deinde, stans ut prius extensis manibus, prosequitur : salutis perpetuæ. Ensuite, gardant comme précédemment
Supra quæ propitio, etc. Cum dicit : Supplices te les mains étendues, il poursuit : Supra quæ propitio, etc.
rogamus, etc., inclinat se ante medium altaris, En disant : Supplices te rogamus, etc., il s’incline profon-
manibus iunctis super illo positis. Cum dicit : ex hac dément devant le milieu de l’autel, en y posant ses mains
altaris participatione, osculatur altare, manibus hinc jointes. Lorsqu’il dit : ex hac altaris participatione, il baise
inde super corporale positis. Cum dicit : l’autel, les mains posées de part et d’autre sur le corporal.
sacrosanctum Filii tui, iungit manus ; et dextera En disant : sacrosanctum Filii tui, il joint les mains ;
signans semel super hostiam tantum, et semel super faisant de la droite le signe de croix une seule fois sur
calicem, sinistra super corporale posita, dicit : l’Hostie seulement, et une seule fois sur le calice, la
Cor + pus et San + guinem sumpserimus, et cum main gauche posée sur le corporal, il dit : Cor + pus et
dicit : omni benedictione + cælesti, seipsum signat San + guinem sumpserimus. Lorsqu’il dit : omni benedic-
a fronte ad pectus signo crucis, sinistra posita infra tione + cælesti, il se signe depuis le front jusqu’à la
pectus, et prosequitur : et gratia repleamur. Cum poitrine, la main gauche posée au-dessous de la poitrine, et
dicit : Per eundem, iungit manus. poursuit : et gratia repleamur. En disant : Per eundem, il
joint les mains.
2. Cum dicit : Memento etiam, Domine, famulo- 2. Lorsqu’il dit : Memento etiam, Domine, famulorum
rum famularumque tuarum, etc., extensis et iunctis famularumque tuarum, etc., étendant et joignant les mains
manibus ante pectus, et usque ad faciem elevatis, et devant la poitrine et les élevant jusqu’au visage, les yeux
intentis oculis ad Sacramentum super altare, facit fixés sur le Sacrement [posé] sur l’autel, il fait mémoire des
commemorationem Fidelium defunctorum, de quibus fidèles défunts, selon son choix, de la même manière que
sibi videtur, eodem modo ut dictum est de com- pour la commémoraison des vivants. Cette commémoraison
memoratione vivorum. Qua commemoratione facta, faite, se tenant comme auparavant les mains étendues, il

www.ceremoniaire.net
18 Ritus servandus - 1962

poursuit : Ipsis, Domine, et omnibus in Christo, etc., et à stans ut prius extensis manibus, prosequitur : Ipsis,
la fin, à : Per eundem, il joint les mains et incline la tête. Domine, et omnibus in Christo, etc., et in fine ad :
Per eundem, iungit manus, et caput inclinat.
3. Lorsqu’il dit : Nobis quoque peccatoribus, il élève un 3. Cum dicit : Nobis quoque peccatoribus, vocem
peu la voix et se frappe la poitrine de la main droite, la aliquantulum elevat et dextera manu pectus sibi
gauche posée sur le corporal, puis poursuit secrètement : percutit, sinistra posita super corporale, et prosequitur
famulis tuis, etc., tenant les mains étendues comme secreto : famulis tuis, etc., stans manibus extensis, ut
précédemment. En disant : Per Christum Dominum prius. Cum dicit : Per Christum Dominum nos-
nostrum. Per quem hæc omnia, Domine, semper bona trum. Per quem hæc omnia, Domine, semper bona
creas, il joint les mains devant la poitrine ; ensuite, de la creas, iungit manus ante pectus : deinde, manu dex-
main droite faisant trois fois le signe de croix sur l’Hostie et tera ter signans communiter super hostiam et calicem,
le calice ensemble, il dit : sancti + ficas, vivi + ficas, dicit : sancti + ficas, vivi + ficas, bene + dicis, et
bene + dicis, et præstas nobis. Ensuite, il découvre le præstas nobis. Postea discooperit manu dextera
calice de la main droite et, faisant la génuflexion, il adore le calicem, et genuflexus Sacramentum adorat : tum se
Sacrement. erigit, et reverenter accipit hostiam inter pollicem et
Se relevant, il prend avec respect l’Hostie entre le indicem dexteræ manus, et cum ea super calicem,
pouce et l’index de la main droite, et trace avec elle trois quem manu sinistra tenet circa nodum infra cuppam,
signes de croix, d’un bord à l’autre, par-dessus le calice signat ter a labio ad labium, dicens : Per ip + sum, et
qu’il tient de la gauche autour du nœud sous la coupe, cum ip + so, et in ip + so. Et similiter cum hostia
en disant : Per ip + sum, et cum ip + so, et in ip + so. signat bis inter calicem et pectus, incipiens a labio
Semblablement, il trace deux signes de croix avec l’Hostie calicis, et dicit : est tibi Deo Pa + tri omnipotenti, in
entre le calice et sa poitrine, commençant au bord du calice, unitate Spiritus + Sancti. Deinde tenens manu
en disant : est tibi Deo Pa + tri omnipotenti, in unitate dextera hostiam super calicem, sinistra calicem,
Spiritus + Sancti. Ensuite, tenant de la main droite l’Hostie elevat eum aliquantulum simul cum hostia, dicens :
au-dessus du calice qu’il tient de la gauche, il élève un peu omnis honor et gloria, et statim utrumque deponens,
le calice avec l’Hostie, en disant : omnis honor et gloria, hostiam collocat super corporale, et si opus sit,
puis il repose aussitôt le calice et l’Hostie sur le corporal. digitos extergit, ut supra ; ac pollices et indices ut
S’il est besoin, il frotte ses doigts comme ci-dessus, prius iungens, calicem palla cooperit, et genuflexus
puis, joignant les pouces et les index comme précédemment, Sacramentum adorat.
il recouvre le calice de la pale et, faisant la génuflexion, il
adore le Sacrement.
4. À la messe solennelle, lorsque le célébrant dit : Per 4. In Missa solemni, cum celebrans dicit : Per
quem hæc omnia, etc., le diacre, ayant fait la génuflexion quem hæc omnia, etc., diaconus, facta Sacramento
au Sacrement, passe à la droite du célébrant et, quand genuflexione, accedit ad dexteram celebrantis, et
besoin est, découvre le calice, et adore avec le célébrant ; quando opus est discooperit calicem, et cum
de même il le recouvre, et fait de nouveau la génuflexion. celebrante adorat, similiter cooperit, et iterum
Au commencement de Pater noster, faisant d’abord la genuflectit. Cum incipit : Pater noster, idem vadit
génuflexion au Sacrement, il passe derrière le célébrant, où retro post celebrantem, facta prius Sacramento
il se tient debout durant l’oraison dominicale. genuflexione, ubi stat, dum dicitur oratio dominica.

X — L’oraison dominicale et la suite X — De oratione dominica et aliis usque


jusqu’à la communion ad factam Communionem

Après avoir recouvert le calice et adoré le Sacrement, le Celebrans, cooperto calice adoratoque Sacramento,
célébrant se relève et, posant les mains étendues sur l’autel erigit se, et manibus extensis hinc inde super altare
de part et d’autre à l’intérieur du corporal, dit d’une voix intra corporale positis, dicit intellegibili voce : Per
intelligible : Per omnia sæcula sæculorum. En disant : omnia sæcula sæculorum, et cum dicit : Oremus,
Oremus, il joint les mains et incline la tête vers le iungit manus, caput Sacramento inclinans. Cum
Sacrement. En commençant : Pater noster, il étend les incipit : Pater noster, extendit manus, et stans oculis
mains et, tenant les yeux fixés sur le Sacrement, poursuit ad Sacramentum intentis, prosequitur usque ad finem.
jusqu’à la fin. Lorsque le servant a répondu : Sed libera nos Responso a ministro : Sed libera nos a malo, et a
a malo, le célébrant ajoute à voix basse : Amen. Puis, avec celebrante, submissa voce : Amen, manu dextera,
la main droite – sans disjoindre le pouce et l’index – ayant pollice et indice non disiunctis, patenam aliquantu-
légèrement essuyé la patène avec le purificatoire, il la prend lum purificatorio extergens, eam accipit inter indicem
entre l’index et le médius ; la tenant droite appuyée sur et medium digitos ; quam tenens super altare erectam,
l’autel, la main gauche posée sur le corporal, il dit sinistra super corporale posita, dicit secreto : Libera
secrètement : Libera nos, quæsumus, etc. nos, quæsumus, etc.
www.ceremoniaire.net
X — L’oraison dominicale et la suite jusqu’à la communion 19

2. Antequam celebrans dicat : Da propitius pacem, 2. Avant de dire : Da propitius pacem, le célébrant élève
elevat manu dextera patenam de altari, et seipsum la patène au-dessus de l’autel avec la main droite, et fait sur
cum ea signat signo crucis, dicens : Da propitius soi avec elle le signe de croix, en disant : Da propitius
pacem in diebus nostris. Cum signat se, manum pacem in diebus nostris ; pendant qu’il se signe, il pose la
sinistram ponit infra pectus ; deinde patenam ipsam main gauche au-dessous de la poitrine. Puis il baise [le bord
osculatur, et prosequens : ut, ope misericordiæ tuæ, de] la patène et, poursuivant : ut, ope misericordiæ tuæ,
etc., submittit patenam hostiæ, quam indice sinistro etc., la glisse sous l’Hostie, qu’il arrange sur la patène avec
accommodat super patenam, discooperit calicem, et l’index de la main gauche. Alors il découvre le calice, et
genuflexus Sacramentum adorat ; tum se erigens, adore le Sacrement en faisant la génuflexion.
accipit hostiam inter pollicem et indicem dexteræ Se relevant, il prend l’Hostie entre le pouce et l’index
manus, et cum illis ac pollice et indice sinistræ manus de la main droite et, la tenant au-dessus du calice avec ces
eam super calicem tenens reverenter frangit per deux doigts ainsi qu’avec le pouce et l’index de la main
medium, dicens : Per eundem Dominum nostrum gauche, avec respect il la rompt par le milieu, en disant :
Iesum Christum, Filium tuum, et mediam partem, Per eundem Dominum nostrum Iesum Christum, Filium
quam inter pollicem et indicem dexteræ manus tenet, tuum. Il dépose sur la patène la moitié qu’il tient entre le
ponit super patenam ; de alia media, quam sinistra pouce et l’index de la main droite. Puis, poursuivant : Qui
manu tenet, frangit cum pollice et indice dexteræ tecum vivit et regnat, tenant encore l’autre moitié [par-
manus particulam, prosequens : Qui tecum vivit et dessus le calice] de la main gauche, il en rompt un petit
regnat, et eam inter ipsos dexteræ manus pollicem et fragment avec le pouce et l’index de la droite. Tenant ce
indicem retinens, partem maiorem, quam sinistra fragment [au-dessus du calice] entre le pouce et l’index de
tenet, adiungit mediæ super patenam positæ, interim la main droite, il place la partie plus grande – qu’il tient de
dicens : in unitate Spiritus Sancti Deus ; et la gauche – à côté de la moitié déjà posée sur la patène, en
particulam hostiæ, quam in dextera manu retinuit, les rejoignant, tout en disant : in unitate Spiritus Sancti
tenens super calicem, quem sinistra per nodum infra Deus.
cuppam retinet, intellegibili voce dicit : Per omnia Tenant toujours le petit fragment de l’Hostie dans la
sæcula sæculorum. R. Amen, et cum ipsa particula main droite, au-dessus du calice, qu’il a pris [sans le
signans ter a labio ad labium calicis, dicit : Pax + soulever de l’autel] dans la gauche, par le nœud au-dessous
Domini sit + semper vobis + cum. Responso per de la coupe, il dit à voix intelligible : Per omnia sæcula
ministrum : Et cum spiritu tuo, particulam, quam sæculorum. R. Amen. Puis, faisant avec ce fragment trois
dextera manu tenet, immittit in calicem dicens signes de croix d’un bord à l’autre du calice, il dit : Pax +
secreto : Hæc commixtio et consecratio Corporis, Domini sit + semper vobis + cum. Après la réponse du
etc. Deinde pollices et indices super calicem servant : Et cum spiritu tuo, il laisse tomber dans le calice
aliquantulum tergit et iungit, calicem palla cooperit, le fragment qu’il tient de la main droite, en disant
et genuflexus Sacramentum adorat, surgit, et stans secrètement : Hæc commixtio et consecratio Corporis,
iunctis manibus ante pectus, inclinatus versus etc. Ensuite il se frotte légèrement les pouces et les index
Sacramentum, dicit intellegibili voce : Agnus Dei, au-dessus du calice et les joint, recouvre le calice de la pale,
qui tollis peccata mundi : et dextera percutiens sibi et adore le Sacrement en faisant la génuflexion.
pectus, sinistra super corporale posita, dicit : Se relevant, il tient les mains jointes devant la poitrine
miserere nobis, et deinde non iungit manus, sed et, incliné vers le Sacrement, dit d’une voix intelligible :
iterum percutit sibi pectus, cum dicit secundo : Agnus Dei, qui tollis peccata mundi. En se frappant la
miserere nobis, quod et tertio facit, cum dicit : dona poitrine de la main droite, la gauche posée sur le corporal, il
nobis pacem. dit : miserere nobis, et ensuite il ne rejoint pas les mains,
mais il se frappe de nouveau la poitrine lorsqu’il dit une
deuxième fois : miserere nobis, ce qu’il fait encore une
troisième fois lorsqu’il dit : dona nobis pacem.
3. Tunc manibus iunctis supra altare positis, 3. Alors, les mains jointes posées sur l’autel, les yeux
oculisque ad Sacramentum intentis, inclinatus dicit fixés sur le Sacrement, incliné, il dit secrètement : Domine
secreto : Domine Iesu Christe, etc. Qua oratione Iesu Christe, etc. Cette prière achevée, s’il doit donner la
finita, si est daturus pacem, osculatur altare in medio paix, il baise l’autel au milieu, ainsi que l’instrument de paix
et instrumentum pacis ei porrectum a ministro iuxta qui lui est présenté par le servant agenouillé près de lui à sa
ipsum ad dexteram, hoc est, in latere Epistolæ, droite, c’est-à-dire du côté de l’épître, en disant : Pax
genuflexo, et dicit : Pax tecum. Minister respondet : tecum. Le servant répond : Et cum spiritu tuo. En
Et cum spiritu t u o . Si non adsit qui huiusmodi l’absence d’un [prélat ou prince] qui doit recevoir la paix du
instrumento pacem recipiat a celebrante, pax non célébrant de cette manière avec l’instrument de paix, il ne
datur, etiamsi illius datio Missæ conveniat ; nec donne pas la paix, même aux messes où il convient de la
osculatur altare, sed, dicta præmissa oratione, statim donner, et ne baise pas l’autel, mais ajoute aussitôt, à la
subiungit alias orationes ut in Ordine Missæ. suite de la susdite prière, les autres prières marquées dans
l’Ordinaire de la messe.

www.ceremoniaire.net
20 Ritus servandus - 1962

4. Toutefois, s’il célèbre [la messe des] défunts, il ne se 4. Si vero celebret pro defunctis, non percutit
frappe pas la poitrine à l’Agnus Dei, où il dit : Dona eis pectus ad Agnus Dei, quia dicit : Dona eis requiem,
requiem, et il ne dit pas la première prière : Domine Iesu nec dicit primam orationem : Domine Iesu Christe,
Christe, qui dixisti Apostolis tuis, etc., et il ne donne pas qui dixisti Apostolis tuis, etc., non dat pacem, sed
la paix ; mais il dit les deux autres prières qui suivent : dicit alias duas sequentes orationes : Domine Iesu
Domine Iesu Christe, Fili Dei vivi, etc., et Perceptio Christe, Fili Dei vivi, etc., et Perceptio Corporis
Corporis tui, etc. tui, etc. Quibus orationibus dictis, genuflectens
Ces prières achevées, le prêtre adore le Sacrement en Sacramentum adorat, et se erigens dicit secreto :
faisant la génuflexion. Se relevant, il dit secrètement : Panem cælestem accipiam, etc. ; quo dicto, dextera
Panem cælestem accipiam, etc. Cela dit, de la main droite, manu accipit de patena reverenter ambas partes
avec respect, il soulève de la patène les deux parties de hostiæ, et collocat inter pollicem et indicem sinistræ
l’Hostie, qu’il place entre le pouce et l’index de la gauche ; manus, quibus patenam inter eundem indicem et
puis il place aussi la patène dans sa main gauche, entre medium digitos supponit, et eadem manu sinistra
l’index et le médius, au-dessous de l’Hostie. Tenant ainsi de tenens partes huiusmodi super patenam inter pectus et
la seule main gauche, entre sa poitrine et le calice, les deux calicem, parum inclinatus, dextera tribus vicibus
parties de l’Hostie au-dessus de la patène, et s’inclinant un percutit pectus suum, interim etiam tribus vicibus
peu, de la droite il se frappe trois fois la poitrine en disant dicens voce aliquantulum elevata : Domine, non sum
trois fois, d’une voix un peu élevée : Domine, non sum dignus : et secreto prosequitur : ut intres, etc.
dignus, et poursuivant secrètement : ut intres, etc. Quibus tertio dictis, ex sinistra accipit ambas partes
Après avoir dit trois fois ces paroles, il fait passer les prædictas hostiæ inter pollicem et indicem dexteræ
deux parties de l’Hostie de la main gauche entre le pouce et manus, et cum illa supra patenam signat seipsum
l’index de la droite. Avec l’Hostie, il fait sur soi le signe de signo crucis, ita tamen ut hostia non egrediatur
croix au-dessus de la patène – de manière toutefois que limites patenæ, dicens : Corpus Domini nostri Iesu
l’Hostie ne sorte pas des limites de la patène – en disant : Christi custodiat animam meam in vitam
Corpus Domini nostri Iesu Christi custodiat animam æternam. Amen : et se inclinans, cubitis super altare
meam in vitam æternam. Amen ; et s’inclinant, les coudes positis, reverenter easdem ambas partes sumit :
posés sur l’autel, il consomme avec respect ces deux parties quibus sumptis, deponit patenam super corporale, et
de l’Hostie. erigens se, iunctis indicibus et pollicibus, ambas
Les ayant consommées, il dépose la patène sur le quoque manus ante faciem iungit, et aliquantulum
corporal et, se redressant, les index et les pouces joints, il quiescit in meditatione sanctissimi Sacramenti.
rejoint les mains à hauteur du visage et se recueille pendant Deinde depositis manibus dicit secreto : Quid
un peu de temps dans la méditation du Très Saint retribuam Domino pro omnibus quæ retribuit
Sacrement. Puis, abaissant les mains, il dit secrètement : mihi ? et interim discooperit calicem, genuflectit,
Quid retribuam Domino pro omnibus quæ retribuit surgit, accipit patenam, inspicit corporale, colligit
mihi ? et, découvrant entre-temps le calice, fait la fragmenta cum patena, si qua sint in eo, patenam
génuflexion, se relève, prend la patène, examine le corporal quoque diligenter cum pollice et indice dexteræ
et, avec la patène, ramasse les fragments qui s’y manus super calicem extergit et ipsos digitos, ne quid
trouveraient. Avec le pouce et l’index de la main droite, il fragmentorum in eis remaneat.
essuie soigneusement la patène par-dessus le calice, et frotte
ses doigts pour qu’il n’y demeure aucun fragment.
5. Après avoir essuyé la patène, gardant joints les pouces 5. Post extersionem patenæ, iunctis pollicibus et
et les index, il prend le calice de la main droite sous le nœud indicibus, calicem dextera manu infra nodum cuppæ
de la coupe, et de la main gauche il prend la patène, disant : accipit, sinistra patenam, dicens : Calicem salutaris,
Calicem salutaris, etc. Faisant sur soi le signe de croix etc., et signans se signo crucis cum calice, dicit :
avec le calice, il dit : Sanguis Domini nostri, etc. et tenant Sanguis Domini nostri, e t c . , et manu sinistra
la patène de la main gauche sous le calice, dans une attitude supponens patenam calici, stans reverenter, sumit
respectueuse, il consomme tout le Sang avec le fragment de totum Sanguinem cum particula in calice posita.
l’Hostie mis dans le calice. Quibus sumptis, dicit secreto : Quod ore
Après avoir pris le Sang, le célébrant dit secrètement : sumpsimus, etc., et super altare porrigit calicem
Quod ore sumpsimus, etc., tend le calice au-dessus l’autel ministro in latere Epistolæ, quo vinum fundente, se
au servant – qui, [s’approchant] du côté de l’épître, y verse purificat : deinde vino et aqua abluit pollices et
du vin – et se purifie [les lèvres]. Puis il se lave les pouces indices super calicem, quos abstergit purificatorio,
et les index avec du vin et de l’eau par-dessus le calice et les interim dicens : Corpus tuum, Domine, quod
essuie avec le purificatoire, en disant : Corpus tuum, sumpsi, etc. Ablutionem sumit, et extergit os et
Domine, quod sumpsi, etc. ; il consomme l’ablution et calicem purificatorio : quo facto purificatorium
essuie sa bouche et le calice avec le purificatoire. Cela fait, extendit super calicem et desuper patenam ac super
il étend le purificatoire sur le calice, pose la patène par- patenam parvam pallam ; et, plicato corporali, quod
dessus, et sur la patène la petite pale ; il plie le corporal et le reponit in bursam, cooperit calicem velo, et bursam

www.ceremoniaire.net
X — L’oraison dominicale et la suite jusqu’à la communion 21

desuper ponit, et collocat in medio altaris, ut in remet dans la bourse ; puis il recouvre le calice avec le
principio Missæ. voile, plaçant la bourse par-dessus, et le dispose au milieu
de l’autel comme au début de la messe.
6. Si qui sunt communicandi in Missa, paulo antea 6. S’il y a des communiants à la messe, le servant les
ministrans campanulæ signo eos moneat. Sacerdos avertit un peu avant par un signal de la sonnette, et le prêtre,
autem, post sumptionem Sanguinis, calicem parum après avoir pris le Sang, dépose le calice un peu du côté de
ad latus Evangelii collocat, intra tamen corporale, et l’évangile, à l’intérieur toutefois du corporal, et le recouvre
palla tegit. Deinde, si particulæ super corporale de la pale. Puis, si les Hosties consacrées sont sur le
consecratæ sint, facta genuflexione, eas super corporal, faisant d’abord la génuflexion, il les dispose sur la
patenam ponit ; si particulæ in eadem Missa intra patène ; si les Hosties ont été consacrées dans un ciboire au
pyxidem consecratæ sunt, pyxidem collocat in medio cours de cette même messe, il déplace le ciboire au milieu
corporali, eam discooperit et genuflectit ; si vero du corporal, le découvre et fait la génuflexion ; si l’on doit
administrandæ sunt particulæ iam antea consecratæ, donner des Hosties déjà consacrées auparavant, il ouvre le
aperto tabernaculo, genuflectit, pyxidem extrahit et tabernacle, fait la génuflexion, en retire le ciboire et le
discooperit. Postea accipit manu sinistra pyxidem seu découvre.
patenam cum Sacramento, dextera vero sumit unam Ensuite, il prend de la main gauche le ciboire ou la
particulam, quam inter pollicem et indicem tenet patène contenant le Sacrement, et de la droite il en retire une
aliquantulum elevatam super pyxidem seu patenam, des Hosties, qu’il tient entre le pouce et l’index, un peu
et, conversus ad communicandos in medio altaris, élevée au-dessus du ciboire ou de la patène ; se tenant au
dicit : Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccata milieu de l’autel, tourné vers les communiants, il dit : Ecce
mundi. Deinde dicit : Domine, non sum dignus, ut Agnus Dei, ecce qui tollit peccata mundi. Puis il dit :
intres sub tectum meum, sed tantum dic verbo, et Domine, non sum dignus, ut intres sub tectum meum,
sanabitur anima mea. Quibus verbis tertio repetitis, sed tantum dic verbo, et sanabitur anima mea ; ayant dit
accedit ad eorum dexteram, hoc est, ad latus ces paroles trois fois, il se rend vers le côté droit des
Epistolæ, et unicuique porrigit Sacramentum faciens communiants, c’est-à-dire du côté de l’épître. En donnant le
cum eo signum crucis super pyxidem vel patenam, et Sacrement à chacun, il fait avec l’Hostie un signe de croix
simul dicens : Corpus Domini nostri Iesu Christi par-dessus le ciboire ou la patène, en disant : Corpus
custodiat animam tuam in vitam æternam. Amen. Domini nostri Iesu Christi custodiat animam tuam in
vitam æternam. Amen 17.
7. Fidelibus communicatis, celebrans ad altare 7. La communion des fidèles achevée, le célébrant
revertitur. Deinde : si particulæ super corporale retourne à l’autel. Alors, si les Hosties étaient placées sur le
positæ erant, extergit illud cum patena, et si qua in eo corporal, il nettoie celui-ci avec la patène, et si des
fuerint fragmenta, in calicem immittit ; si particulæ in fragments s’y trouvent, il les met dans le calice. S’il reste
pyxide inveniuntur, eam super corporale deponit, des Hosties dans le ciboire, il le pose sur le corporal, le
cooperit, in tabernaculo reponit, genuflectit et recouvre, le remet au tabernacle, fait la génuflexion et ferme
ostiolum claudit. Postea in calicem immittit la porte. Ensuite il fait tomber dans le calice les fragments
fragmenta quæ forte inveniuntur in patina sub mento qui pourraient se trouver sur le plateau tenu sous le menton
communicantium apposita. Deinde dicit secreto : des communiants. Puis il dit secrètement : Quod ore
Quod ore sumpsimus, Domine, etc., et se purificat sumpsimus, Domine, etc. et se purifie, disant : Corpus
dicens : Corpus tuum, Domine, quod sumpsi, etc., tuum, Domine, quod sumpsi, etc. et faisant tout ce qui a
et alia facit ut supra. Si in altari desit tabernaculum, été dit plus haut.
et pyxis cum particulis consecratis super altare S’il n’y a pas de tabernacle à l’autel, et si un ciboire
maneat usque ad finem Missæ, ea serventur quæ feria avec des Hosties consacrées doit demeurer sur l’autel
V in Cena Domini præscribuntur versus finem jusqu’à la fin de la messe, on observera ce qui est prescrit
Missæ. vers la fin de la messe du Jeudi saint.
8. In Missa solemni diaconus stans retro post 8. À la messe solennelle, le diacre se tient en arrière du
celebrantem cum in oratione dominica dicitur : Et célébrant jusqu’à ce qu’il dise, pendant le chant de
dimitte nobis debita n o s t r a , facta ibidem l’oraison dominicale : Et dimitte nobis debita nostra.
genuflexione, vadit ad dexteram celebrantis, et Alors, ayant fait sur place la génuflexion, il monte à la
subdiaconus circa finem orationis dominicæ, facta droite du célébrant. Le sous-diacre, vers la fin de l’oraison
itidem genuflexione, revertitur ad altare, et stans in dominicale, ayant fait de même la génuflexion, monte à
latere Epistolæ porrigit patenam diacono, qui eam l’autel et se tient du côté de l’épître où il tend la patène au
discooperit, et purificatorio abstergens dat diacre, qui la découvre, l’essuie avec le purificatoire, et la
celebranti, illius manum osculando, et quando opus donne au célébrant en lui baisant la main. Aux moments
est, discooperit et cooperit calicem, et cum opportuns, le diacre découvre et recouvre le calice, et il
celebrante adorat. Subdiaconus, reddita patena et adore avec le célébrant.

www.ceremoniaire.net
22 Ritus servandus - 1962

Le sous-diacre, ayant rendu la patène et déposé le voile deposito velo, quod ab humeris eius pendebat,
qui pendait de ses épaules, fait la génuflexion et regagne sa genuflectit, et descendit retro post celebrantem, et
place derrière le célébrant. cum dicitur : Pax Domini, iterum genuflectens,
Lorsque le célébrant dit : Pax Domini, le sous-diacre accedit ad sinistram celebrantis, et simul dicunt :
fait de nouveau la génuflexion, monte à la gauche du Agnus D e i . Deinde, facta ibidem Sacramento
célébrant et dit avec lui : Agnus Dei. Puis, ayant fait la genuflexione, redit post celebrantem. Diaconus vero
génuflexion au Sacrement avant de descendre, il regagne sa a dextris genuflexus exspectat pacem : et cum
place derrière le célébrant. celebrans osculatur altare, ipse se erigens simul
Alors le diacre attend la paix, agenouillé à droite, et osculatur illud extra corporale, et a celebrante
lorsque le célébrant baise l’autel, il se relève et baise l’autel dicente : Pax tecum, complexus accipit pacem
en même temps que lui, hors du corporal. Le célébrant sinistris genis sibi invicem appropinquantibus, et ei
disant : Pax tecum, le diacre reçoit de lui la paix par respondet : Et cum spiritu tuo. Postea, iterum
accolade, tandis qu’ils rapprochent mutuellement la joue Sacramento in altari adorato, vertit se ad
gauche, et il lui répond : Et cum spiritu tuo. Puis, ayant de subdiaconum retro post celebrantem, et similiter dat
nouveau adoré le Sacrement sur l’autel [en faisant la ei pacem. Subdiaconus, accepta pace a diacono et
génuflexion], il se tourne vers le sous-diacre en arrière du facta altari genuflexione, comitatus ab acolytho vadit
célébrant et lui donne la paix de la même manière. ad chorum, et dat pacem primo cuiusque ordinis,
Le sous-diacre, ayant reçu la paix du diacre, fait la dignioribus prius, deinde minus dignis ; et reversus
génuflexion à l’autel, puis se rend au chœur accompagné ad altare, facta genuflexione, dat pacem acolytho qui
par un acolyte, et donne la paix au premier de chaque ipsum comitaverat, qui et aliis acolythis circa altare
ordre, d’abord aux plus dignes, ensuite aux moins dignes. dat pacem : deinde subdiaconus vadit ad dexteram
Revenu à l’autel, il fait la génuflexion et donne la paix à celebrantis, et quando opus est, discooperit calicem,
l’acolyte qui l’a accompagné, et celui-ci donne la paix aux accipit ampullam vini, et infundit, quando celebrans
autres acolytes qui se trouvent autour de l’autel. vult purificare. Diaconus post datam pacem
Ensuite, le sous-diacre monte à la droite du célébrant subdiacono vadit ad librum : et, dum celebrans se
et, quand il le faut, découvre le calice, prend la burette de communicat, stant ipse et subdiaconus profunde
vin et le verse quand le célébrant veut faire la inclinati versus altare.
purification 18. Le diacre, quand il a donné la paix au sous-
diacre, se rend auprès du livre. Pendant que le célébrant se
communie, les diacre et sous-diacre se tiennent debout
profondément inclinés vers l’autel.
9. À la messe pontificale, les assistants reçoivent et 9. In Missa pontificali, assistens accipit et defert
transmettent la paix comme il est marqué au Cérémonial. pacem, ut in Cæremoniali habetur. Si in Missa
Si on donne la Communion au cours de la messe solemni fiat Communio, omnia serventur, ut supra,
solennelle, on observe tout ce qui a été dit plus haut, mais le sed prius communicet diaconum et subdiaconum,
diacre et le sous-diacre communient en premier, puis les deinde alios per ordinem. Interim a choro canitur
autres selon leur ordre. Entre-temps le chœur chante antiphona ad Communionem.
l’antienne de la communion.

XI — L’antienne de la communion et les oraisons XI — De antiphona ad Communionem et


après la communion orationibus post Communionem

Pendant que le célébrant dispose le calice sur l’autel après la Celebrante purificato, dum calicem collocat in altari,
purification, le servant porte le missel vers le côté de liber Missalis defertur per ministrum ad latus
l’épître, où il le place comme à l’introït ; puis il s’agenouille Epistolæ, et collocatur ut in Introitu. Ipse autem
devant le côté de l’évangile comme au début de la messe. minister genuflectit iuxta latus Evangelii, ut in
Ensuite le célébrant, se tenant [devant le missel] les principio Missæ. Deinde celebrans, stans iunctis
mains jointes, lit l’antienne de la communion. L’ayant lue, manibus, legit antiphonam ad Communionem, qua
les mains jointes de la même manière devant la poitrine, il lecta, iunctis itidem manibus ante pectus, vadit ad
se rend au milieu de l’autel, le baise, se tourne de gauche à medium altaris, et eo osculato, vertit se ad populum a
droite vers le peuple, et dit : Dominus vobiscum. Il revient manu sinistra ad dexteram, et dicit : Dominus
par la même voie au livre [au coin de l’épître], et dit les vobiscum, et per eandem viam redit ad librum, dicit
oraisons après la communion de la même manière, de même orationes post Communionem, eisdem modo, numero
nombre et dans le même ordre qu’ont été dites les oraisons et ordine, ut dictæ sunt orationes initio Missæ.
au début de la messe. Quibus finitis, claudit librum, et iungens manus ante
Les oraisons achevées, il ferme le livre et, joignant les pectus, revertitur ad medium altaris, ubi, eo osculato,
mains devant la poitrine, revient au milieu de l’autel, où, vertit se ad populum, et dicit, ut supra : Dominus

www.ceremoniaire.net
XII — La bénédiction à la fin de la messe et l’évangile selon saint Jean 23

vobiscum, quo dicto, stans iunctis manibus ante comme précédemment, après avoir baisé l’autel, il se tourne
pectus versus populum, dicit, si dicendum est : Ite, vers le peuple et dit : Dominus vobiscum. Demeurant
missa est, et per eandem viam revertitur ad altare. Si tourné vers le peuple avec les mains jointes devant la
vero non sit dicendum, dicto Dominus vobiscum, poitrine, il ajoute, si on doit le dire : Ite, missa est, puis il se
revertitur eodem modo per eandem viam ad medium retourne vers l’autel par la même voie ; si on ne doit pas le
altaris, ubi stans versus ad illud, iunctis ante pectus dire, après avoir dit : Dominus vobiscum, il se retourne par
manibus, dicit : Benedicamus Domino. In Missis la même voie vers le milieu de l’autel de la même manière,
autem defunctorum, eodem modo stans versus altare, puis, tourné vers l’autel, les mains jointes devant la poitrine,
dicit : Requiescant in pace. il dit : Benedicamus Domino 19.
Aux messes des défunts, c’est de cette même manière
que, tourné vers l’autel, il dit : Requiescant in pace.
2. In Quadragesima autem a feria IV cinerum usque 2. En carême, depuis le mercredi des Cendres jusqu’au
ad feriam IV Hebdomadæ sanctæ, in Missa feriæ, mercredi de la Semaine sainte, à la messe de la férie, après
postquam celebrans dixit orationes post que le célébrant a dit les oraisons après la communion avec
Communionem cum suis solitis conclusionibus, leurs conclusions habituelles, et avant de dire : Dominus
antequam dicat : Dominus vobiscum, stans in eodem vobiscum, demeurant au même endroit devant le livre, il
loco ante librum dicit : Oremus. Humiliate capita dit : Oremus. Humiliate capita vestra Deo, en inclinant la
vestra Deo, caput inclinans, et, extensis manibus, tête ; puis, les mains étendues, de la même voix, il ajoute
subiungit eadem voce orationem super populum l’oraison super populum placée à cet endroit [dans le
ibidem positam, qua finita, osculatur altare, et vertens missel]. Cette oraison achevée, il baise l’autel et, se tournant
se ad populum dicit : Dominus vobiscum, et alia ut vers le peuple, dit : Dominus vobiscum et le reste comme
supra. ci-dessus.
3. In Missa solemni diaconus defert librum Missalis 3. À la messe solennelle, le diacre transfère le missel vers
ad latus Epistolæ, deinde vadit retro post le côté de l’épître, puis il regagne sa place derrière le
celebrantem, subdiaconus vero vadit ad latus célébrant. Le sous-diacre va du côté de l’évangile, où il
Evangelii, ubi calicem mundat, aptat cum purifica- essuie le calice, dispose le purificatoire par-dessus et le
torio, patena et palla cooperit, plicat corporale, couvre de la patène et de la pale, plie le corporal et le remet
reponit in bursam, et illam ponit super calicem dans la bourse qu’il pose sur le calice recouvert du voile,
coopertum velo, quem collocat in altari, vel super qu’il dispose sur l’autel ou sur la crédence comme au début.
credentia ut prius : postea redit ad locum suum retro Ensuite, il regagne sa place derrière le diacre.
post diaconum : qui cum dicit : Ite, missa est, cum Pour dire : Ite, missa est, le diacre se tourne vers le
celebrante vertit se ad populum : et in Quadra- peuple comme le célébrant. En carême, après que le
gesima, dicto per celebrantem Oremus, diaconus in célébrant a dit Oremus, le diacre, du côté de l’épître, les
latere Epistolæ vertens se ad populum, iunctis mains jointes, se tourne vers le peuple et dit comme ci-
manibus dicit ut supra : Humiliate, etc. ; quo dicto dessus : Humiliate, etc. Après l’avoir dit, il se retourne
vertit se versus altare a tergo celebrantis, et vers l’autel, dans le dos du célébrant, et le célébrant dit
celebrans dicit orationem super populum. In Missis l’oraison super populum.
cantatis Ite, missa est vel Benedicamus Domino vel Aux messes chantées, Ite, missa est, ou Benedicamus
Requiescant in pace ab ipso celebrante canuntur. Domino, o u Requiescant in pace sont chantés par le
célébrant.

XII — De benedictione in fine Missæ et XII — La bénédiction à la fin de la messe et


Evangelio sancti Ioannis l’évangile selon saint Jean

Dicto Ite, missa est, vel Benedicamus Domino, vel Après avoir dit Ite, missa est, ou Benedicamus Domino, ou
Requiescant in pace, celebrans, ante medium altaris Requiescant in pace, le célébrant, se tenant incliné devant
stans iunctis manibus super eo, inclinatus dicit le milieu de l’autel, les mains jointes sur celui-ci, dit
secreto : Placeat tibi, sancta Trinitas, etc. Quo secrètement : Placeat tibi, sancta Trinitas, etc. Cela dit,
dicto, extensis manibus hinc inde super altare positis, étendant les mains de part et d’autre sur l’autel, il le baise au
ipsum in medio osculatur : tum erigens se, adhuc milieu. Alors, se redressant, toujours tourné vers l’autel, il
stans versus illud, elevat ad cælum oculos et manus, élève vers le Ciel les yeux et les mains, qu’il étend et joint,
quas extendit et iungit, caputque Cruci inclinans, dicit et dit d’une voix intelligible, en inclinant la tête devant la
voce intellegibili : Benedicat vos omnipotens Deus, croix : Benedicat vos omnipotens Deus. Les mains jointes
et iunctis manibus, ac demissis ad terram oculis, et les yeux abaissés vers le sol, il se tourne de sa gauche à sa
vertens se ad populum a sinistro latere ad dexterum, droite vers le peuple ; étendant la main droite avec les doigts
extensa manu dextera iunctisque digitis, et manu joints, et tenant la main gauche par-dessous la poitrine, il

www.ceremoniaire.net
24 Ritus servandus - 1962

bénit une seule fois le peuple en disant : Pater, et Filius, + sinistra infra pectus posita, semel benedicit populo
et Spiritus Sanctus. R. Amen. dicens : Pater, et Filius, + et Spiritus Sanctus.
En achevant le cercle, il se rend du côté de l’évangile, R. Amen ; et circulum perficiens accedit ad latus
où il dit : Dominus vobiscum, R. Et cum spiritu tuo. Evangelii, ubi dicto Dominus vobiscum, et R. Et
Traçant un signe de croix avec le pouce de la main droite cum spiritu tuo, pollice dextero signans primum
d’abord sur l’autel – ou sur le livre au début de l’évangile – signo crucis altare seu librum in principio Evangelii,
puis sur soi au front, à la bouche et à la poitrine, il dit : deinde frontem, os et pectus, dicit : Initium sancti
Initium sancti Evangelii secundum Ioannem, ou bien : Evangelii secundum Ioannem, vel Sequentia sancti
Sequentia sancti Evangelii [au cas où un autre évangile Evangelii, ut dictum est in rubricis generalibus, et
doit être lu] comme il est indiqué aux Rubriques générales, R. Gloria tibi, D o m i n e , iunctis manibus legit
R. Gloria tibi, Domine. Les mains jointes, il lit l’évangile : Evangelium : In principio, vel aliud ut convenit.
In principio, ou l’autre qui convient 20. Lorsqu’il dit : Et Cum dicit : Et Verbum caro factum est, genuflectit
verbum caro factum est, il fléchit le genou vers le côté de versus latus Evangelii, et surgens prosequitur ut
l’évangile ; se levant, il poursuit comme avant. À la fin, le prius : quo finito, minister stans a parte Epistolæ
servant, debout du côté de l’épître, répond : Deo gratias. respondet : Deo gratias.
2. Si le célébrant à l’autel se trouve face au peuple, il ne se 2. Si celebrans in altari vertit faciem ad populum,
retourne pas, mais, comme il a été dit plus haut, se tenant non vertit se, sed, stans ut erat, benedicit populo, ut
comme il était, bénit le peuple depuis le milieu de l’autel. supra, in medio altaris ; deinde accedit ad latus
Puis il se rend du côté de l’évangile, et dit l’évangile selon Evangelii, et dicit Evangelium S. Ioannis.
saint Jean.
3. S’il a célébré en présence du Souverain Pontife, d’un 3. Si celebravit coram Summo Pontifice, Cardinali,
cardinal ou d’un légat du Siège apostolique, ou bien d’un et Legato Sedis Apostolicæ, vel Patriarcha,
patriarche, d’un archevêque ou d’un évêque dans sa Archiepiscopo et Episcopo in provincia, civitate, vel
province, sa cité ou son diocèse, après avoir dit : Placeat diœcesi sua exsistente, celebrans, dicto Placeat tibi,
tibi, sancta Trinitas, etc., le célébrant dit : Benedicat vos sancta Trinitas, e t c . , dicit : Benedicat vos
omnipotens Deus, et, se tournant vers le Souverain Pontife, omnipotens Deus, et convertens se ad Summum
il fléchit le genou, tandis que vers un cardinal, un légat, ou Pontificem genuflexus, ad Cardinalem vero, et
un autre des susdits prélats, il incline la tête, comme pour Legatum, vel alium ex supradictis Prælatis, capite
demander la permission de bénir. Puis il poursuit : Pater, et inclinato, quasi licentiam benedicendi petens,
Filius, + et Spiritus Sanctus, en bénissant les assistants prosequitur : Pater, et Filius, + et Spiritus Sanctus,
dans la direction où ne se trouve pas le Pontife, le cardinal, benedicens adstantes a parte ubi non adest Pontifex,
le légat ou le prélat en question. Cardinalis, Legatus aut Prælatus prædicti. Si autem
Mais s’il a célébré en présence d’un patriarche, d’un celebravit coram Patriarcha, Archiepiscopo et
archevêque ou d’un évêque en dehors de leur province, de Episcopo extra eorum provinciam, civitatem, vel
leur cité ou de leur diocèse, il les bénit de la manière diœcesim constitutis, eis absque alio respectu, ut
habituelle, sans particularité, comme tous les autres ceteris qui intersunt, more consueto benedicit.
assistants.
4. Aux messes où l’on dit : Benedicamus Domino ou 4. In Missis, in quibus dictum est Benedicamus
Requiescant in p a c e , le célébrant ne donne pas la Domino vel Requiescant in pace, celebrans non dat
bénédiction, mais, après avoir dit : Placeat tibi, sancta benedictionem, sed, dicto Placeat tibi, sancta
Trinitas, comme ci-dessus, et baisé l’autel, s’il doit dire le Trinitas, ut supra, et altari osculato, si dicendum sit
dernier évangile il se rend au coin de l’évangile, où il dit le ultimum Evangelium, accedit ad latus Evangelii,
commencement de l’évangile selon saint Jean In principio. ibique dicit initium Evangelii secundum Ioannem In
principio.
5. Si le dernier évangile doit être omis selon les rubriques, 5. Si vero ultimum Evangelium omittendum sit,
le célébrant, ayant donné la bénédiction ou, s’il faut omettre iuxta rubricas, celebrans, data benedictione, vel si
la bénédiction, ayant baisé l’autel, se retire. etiam benedictio omittenda sit, osculato altari,
L’évangile à la fin de la messe achevé, s’il a célébré en recedit. Finito Evangelio in fine Missæ, si celebravit
présence du Souverain Pontife, d’un cardinal, d’un légat du coram Summo Pontifice, Cardinali, et Legato Sedis
Siège apostolique, ou bien d’un patriarche, d’un archevêque Apostolicæ, vel Patriarcha, Archiepiscopo et
ou d’un évêque, il se tourne vers celui-ci et lui fait la Episcopo, convertit se ad illum coram quo ex
révérence appropriée ; cette révérence est omise lorsque ce prædictis celebravit, et facit reverentiam convenien-
n’est pas en présence d’un de ces prélats qu’il a célébré. tem. Si non celebravit coram aliquo prædictorum,
huiusmodi reverentiam prætermittit.
6. Tout cela étant accompli, le prêtre prend le calice de la 6. Quibus omnibus absolutis, sacerdos accipit
main gauche, maintenant la droite sur la bourse pour que sinistra calicem, dexteram ponens super bursam, ne

www.ceremoniaire.net
XIII — Ce qu’on omet aux messes des défunts 25

aliquid cadat, descendit ante infimum gradum altaris, rien ne tombe, et descend devant le plus bas degré de
et, ibi in medio vertens se ad illud, se profunde l’autel, où, au milieu, tourné vers l’autel, il s’incline
inclinat (vel, si in eo est tabernaculum sanctissimi profondément (ou bien, s’il y a le tabernacle du Très Saint
Sacramenti, genuflectit) ; et, facta reverentia, accipit Sacrement, il fait la génuflexion). La révérence faite, il
biretum a ministro, caput cooperit, ac præcedente reçoit du servant la barrette, se couvre la tête et, précédé par
eodem ministro, eo modo quo venerat, redit ad ce servant, regagne la sacristie de la même manière qu’en
sacristiam, interim dicens antiphonam Trium venant, disant l’antienne Trium puerorum et le cantique
puerorum et canticum Benedicite vel alias preces Benedicite, ou d’autres prières qu’il préfère. Après avoir
quas maluerit. Postquam paramenta deposuerit, déposé les ornements, il prolonge son action de grâces
gratiarum actionem per temporis spatium conveniens pendant le temps qui convient, en disant les prières
protrahit, preces infrascriptas persolvens, vel alias marquées plus loin [dans le missel], ou d’autres selon sa
pro sua devotione. dévotion.
7. In Missa solemni celebrans, eadem voce et modo 7. À la messe solennelle, le célébrant, de la même voix et
quo in Missis lectis, semel tantum benedicit populo, de la même manière qu’aux messes lues, bénit le peuple une
nisi sit Episcopus vel abbas, ut infra : et dicto fois seulement, à moins qu’il ne soit évêque ou abbé, comme
Evangelio secundum Ioannem, discedit cum ministris plus bas 21. Ayant dit l’évangile selon saint Jean, il se retire
ordine et modo quo venerat. avec les ministres dans le même ordre et de la même
manière qu’en venant.
8. Episcopus autem, vel Abbas benedictus habens 8. L’évêque, ou l’abbé bénit ayant l’usage des pontificaux,
usum pontificalium, ter benedicit populo, etiam in bénit le peuple par trois fois, même aux messes lues.
Missis lectis.

XIII — De his quæ omittuntur in XIII — Ce qu’on omet aux messes


Missa defunctorum des défunts

In Missa defunctorum ante confessionem non dicitur À la messe des défunts, avant la confession on ne dit pas le
psalmus Iudica me, D e u s , sed, pronuntiata psaume : Iudica me, Deus, mais, après la récitation de
antiphona : Introibo ad altare Dei, et responso a l’antienne : Introibo ad altare Dei – le servant répondant :
ministro : Ad Deum, qui lætificat, etc., dicitur Ad Deum, qui lætificat, etc. – on dit : V. Adiutorium
V. Adiutorium nostrum, et confessio, cum reliquis nostrum et la confession, avec le reste comme marqué plus
ut supra. Cum celebrans ad altare incipit antiphonam haut. En commençant l’antienne de l’introït à l’autel, le
ad Introitum, non signat se, sed, manu dextera célébrant ne se signe pas, mais fait le signe de croix au-
extensa, facit signum crucis super librum, quasi dessus du livre avec la main droite étendue, comme pour
aliquem benedicens, sinistra super altare posita. Non faire une bénédiction, la gauche posée sur l’autel. On ne dit
dicitur : Gloria Patri, sed post psalmum repetitur : pas : Gloria Patri, mais après le psaume on répète :
Requiem æternam ; nec dicitur Gloria in excelsis, Requiem æternam.
nec Alleluia, nec Iube, Domine, benedicere, nec On ne dit pas Gloria in excelsis, ni Alleluia, ni Iube,
Dominus sit in corde meo ; nec osculatur librum in Domine, benedicere, ni Dominus sit in corde meo ; on ne
fine, nec dicit Per evangelica dicta. Non dicitur baise pas le livre à la fin [de l’évangile] et ne dit pas Per
Credo, non benedicitur aqua in calicem fundenda ; evangelica dicta ; on ne dit pas le Credo. On ne bénit pas
dicitur tamen oratio : Deus, qui humanæ l’eau à verser dans le calice, mais on dit la prière : Deus,
substantiæ, etc. Cum lavat manus, in fine psalmi qui humanæ substantiæ, etc. Lorsqu’il se lave les mains,
Lavabo inter innocentes, non dicitur Gloria Patri. le prêtre ne dit pas Gloria Patri à la fin du psaume Lavabo
Ad Agnus Dei non dicitur : miserere nobis, cuius inter innocentes.
loco dicitur : dona eis requiem ; nec tertio : dona À l’Agnus Dei, on ne dit pas : miserere nobis, qui est
nobis pacem, cuius loco dicitur : dona eis requiem remplacé par : dona eis requiem ; ni la troisième fois :
sempiternam ; neque percutitur pectus. Non dicitur dona nobis pacem, où l’on dit : dona eis requiem
prima oratio ante Communionem, scilicet : Domine sempiternam à la place ; et on ne se frappe pas la poitrine.
Iesu Christe, qui dixisti Apostolis tuis, etc., nec On ne dit pas la première prière avant la communion, c’est-
datur pax. In fine non dicitur : Ite, missa est, nec à-dire : Domine Iesu Christe, qui dixisti Apostolis tuis,
Benedicamus Domino, sed : Requiescant in pace. etc., et on ne donne pas la paix. À la fin, on ne dit pas : Ite,
Et non datur benedictio : sed dicto Placeat, et missa est, ni Benedicamus Domino, mais : Requiescant in
osculato altari, dicitur, ut supra : In principio erat pace. On ne donne pas la bénédiction, mais après avoir dit :
Verbum, etc. Alia omnia ut in aliis Missis. Placeat et baisé l’autel, on dit, comme plus haut : In
principio erat Verbum, etc.
Tout le reste s’observe comme aux autres messes.

www.ceremoniaire.net
26 Ritus servandus - 1962

2. À la messe solennelle [des défunts], on n’encense pas 2. In Missa solemni non incensatur altare ad
l’autel à l’introït, et le sous-diacre ne baise pas la main du Introitum, et subdiaconus, finita Epistola, non
célébrant ni ne reçoit sa bénédiction à la fin de l’épître. Le osculatur manum celebrantis, nec benedicitur :
diacre ne demande pas la bénédiction ni ne baise la main diaconus non petit benedictionem, nec osculatur
du célébrant avant l’évangile, où ni les luminaires ni celebrantis manum : non tenentur luminaria ad
l’encens ne sont portés : il n’y a que deux acolytes sans Evangelium, nec portatur incensum, sed duo tantum
chandeliers qui se tiennent l’un à droite et l’autre à gauche acolythi sine candelabris stant unus a dextris et alter
du sous-diacre tenant l’évangéliaire. À la fin, ni le livre ni a sinistris subdiaconi tenentis librum Evangeliorum.
le célébrant ne sont encensés, et on ne porte pas le livre des Non incensatur liber, nec in fine celebrans : nec
Évangiles à baiser. defertur liber Evangeliorum osculandus. Oblata et
Les oblats et l’autel sont encensés comme ci-dessus ; à altare incensantur ut supra : incensatur solus
la suite on encense seulement le célébrant, et les autres ne celebrans, et non incensantur alii. Subdiaconus non
sont pas encensés 22. Le sous-diacre ne tient pas la patène tenet patenam post celebrantem ; sed tempore
derrière le célébrant ; mais au moment de l’élévation du elevationis Sacramenti genuflexus in latere Epistolæ,
Sacrement, c’est lui qui l’encense, agenouillé du côté de illud incensat. Ministri, cum aliquid porrigunt
l’épître. celebranti, in hac Missa non osculantur eius manum,
À cette messe, en présentant des objets au célébrant, les neque rem quæ porrigitur.
ministres ne baisent ni sa main ni la chose qu’ils présentent.
3. Si l’on doit distribuer des cierges, on les distribuera 3. Si distribuendæ sunt candelæ, distribuantur post
après l’épître et ils seront allumés à l’évangile, à l’élévation Epistolam, et accendantur ad Evangelium, ad
du Sacrement, et après la messe pendant l’absoute. elevationem Sacramenti, et post Missam, dum fit
S’il y a un sermon, il a lieu après la messe avant absolutio. Si habendus est sermo, habeatur, finita
l’absoute 23. Missa, ante absolutionem.

XIV — Ce qu’il faut faire si le prêtre célèbre deux XIV — De agendis, si sacerdos bis vel ter
fois ou trois fois le même jour eodem die celebret

En la fête de la Nativité du Seigneur, et en la Sacerdos, qui in festo Nativitatis Domini vel in


Commémoration de tous les fidèles défunts, le prêtre qui Commemoratione omnium Fidelium defunctorum,
célèbre deux ou trois messes sans interruption, c’est-à-dire duas vel tres Missas sine intermissione, id est quin ab
sans quitter l’autel, observera ce qui suit : 24 altari discedat, celebrat :
a) À la première et à la deuxième messe, lorsqu’il doit a) In prima et secunda Missa, si aliam sit
immédiatement en célébrer une autre, après avoir immediate celebraturus, sumpto divino Sanguine,
consommé le précieux Sang, il ne purifie ni n’essuie le calicem nec purificat nec abstergit, sed eum ponit
calice, mais le dépose sur le corporal et le recouvre de la super corporale et palla tegit. Deinde iunctis manibus
pale, puis, les mains jointes, il dit : Quod ore sumpsimus, dicit : Quod ore sumpsimus, et postea in vase cum
et ensuite il se lave les doigts dans un vase préparé avec de aqua parato digitos abluit dicens : Corpus tuum,
l’eau en disant Corpus tuum, Domine, et il les essuie. Cela Domine, et abstergit. His peractis, calicem super
fait, le calice demeurant sur le corporal, après en avoir corporale adhuc manentem, deducta palla, iterum
enlevé la pale, il le recouvre et le dispose de la manière disponit et cooperit, uti moris est, scilicet
habituelle, c’est-à-dire avec le purificatoire de lin, puis la purificatorio linteo, deinde patena cum hostia
patène avec l’hostie à consacrer, la pale, et enfin avec le consecranda, et palla, ac demum velo. Calix vero
voile. On ne posera pas le calice en dehors du corporal. Si le extra corporale ne statuatur. Si per inadvertentiam
prêtre avait pris les ablutions avec du vin par inadvertance, ablutiones cum vino sumpserit, celebrare nihilominus
il pourrait néanmoins célébrer la deuxième et la troisième potest secundam et tertiam Missam etiam ante tres
messe, même sans intervalle de trois heures, si c’est horas, si necessarium sit. De cetero Missa more solito
nécessaire. Pour le reste, la messe s’achève de la manière completur.
ordinaire.
b) À la deuxième et à la troisième messe – lorsque le b) In secunda et tertia Missa, si aliam Missam
prêtre a célébré une autre messe immédiatement auparavant immediate antea celebraverit, ad Offertorium, ablato
– après avoir enlevé le voile du calice à l’offertoire, il velo a calice, hunc parumper versus latus Epistolæ
déplace le calice quelque peu du côté de l’épître, mais collocat, intra tamen corporale ; factaque hostiæ
toujours à l’intérieur du corporal. Après avoir fait l’oblation oblatione, calicem purificatorio non abstergit, sed
de l’hostie, il n’essuie pas le calice avec le purificatoire, eum intra corporale relinquens, leviter elevat,
mais le gardant à l’intérieur du corporal, il l’élève vinumque et aquam eidem infundit, ipsumque
légèrement pour y verser le vin et l’eau, sans aucunement calicem, nullatenus ab intus abstersum, offert. Cetera
essuyer l’intérieur, et en fait l’offrande. Tout le reste se fait omnia more solito peraguntur.
de la manière habituelle.
www.ceremoniaire.net
Défauts qui peuvent se présenter dans la célébration de la messe 27

2. Sacerdos, qui plures Missas cum intermissione 2. Le prêtre qui célèbre plusieurs messes avec un
celebrat, prioribus in Missis suas ablutiones a rubricis intervalle [entre elles] doit prendre les ablutions prescrites
præscriptas sumere debet. Si sequentem Missam ante par les rubriques aux premières messes. Toutefois, s’il doit
tres horas celebraturus sit, aqua tantum in ablutio- célébrer la messe suivante dans moins de trois heures, il
nibus adhibenda est ; si vero per inadvertentiam n’emploiera que de l’eau pour les ablutions ; mais s’il avait
vinum quoque sumpserit, sequentem Missam pris aussi du vin par inadvertance, il pourrait néanmoins
nihilominus etiam ante tres horas celebrare potest, si célébrer la messe suivante moins de trois heures plus tard, si
necesse sit. c’est nécessaire.

De defectibus in celebratione Défauts qui peuvent se présenter


Missæ occurrentibus dans la célébration de la messe

I I

Sacerdos celebraturus omnem adhibeat diligentiam, Le prêtre qui va célébrer veillera scrupuleusement à ce que
ne desit aliquid ex requisitis ad Sacramentum rien ne manque de ce qui est requis pour réaliser le
Eucharistiæ conficiendum. Potest autem defectus Sacrement de l’Eucharistie. Un défaut peut advenir soit au
contingere ex parte materiæ consecrandæ, et ex parte regard de la matière à consacrer, soit de la forme employée,
formæ adhibendæ, et ex parte ministri conficientis. soit du ministre qui consacre. Qu’il y ait défaut concernant
Quidquid enim horum deficit, scilicet materia debita, l’une ou l’autre de ces choses – c’est-à-dire la matière
forma cum intentione, et Ordo sacerdotalis in requise, la forme avec l’intention, et l’Ordre sacerdotal chez
conficiente, non conficitur Sacramentum. Et his celui qui consacre – le Sacrement n’est pas réalisé. Et si tout
exsistentibus, quibuscumque aliis deficientibus, cela existe, quoi qui puisse faire défaut d’autre part, la vérité
veritas adest Sacramenti. Alii vero sunt defectus, qui, du Sacrement est obtenue.
in Missæ celebratione occurrentes, etsi veritatem Les autres défauts qui peuvent se présenter dans la
Sacramenti non impediant, possunt tamen aut cum célébration de la messe, bien qu’ils n’empêchent pas la
peccato, aut cum scandalo contingere. vérité du Sacrement, peuvent cependant s’accompagner de
péché ou de scandale.

II — De defectibus materiæ II — Défauts relatifs à la matière

Defectus ex parte materiæ possunt contingere, si Les défauts peuvent advenir en raison de la matière, s’il
aliquid desit ex iis quæ ad ipsam requiruntur. manque quelque chose de ce qui est requis pour celle-ci :
Requiritur enim, ut sit panis triticeus et vinum de sont requis du pain de froment et du vin de raisin, et que
vite : et ut huiusmodi materia consecranda, in actu cette matière à consacrer soit présente devant le prêtre au
Consecrationis, sit coram sacerdote. moment de l’acte de la consécration.

III — De defectu panis III — Défauts concernant le pain

Si panis non sit triticeus, vel, si triticeus, admixtus sit Si le pain n’est pas de froment, ou bien si, étant de froment,
granis alterius generis in tanta quantitate ut non on y a mélangé des grains d’une autre espèce en telle
maneat panis triticeus, vel sit alioqui corruptus, non quantité que cela ne demeure plus du pain de froment, ou
conficitur Sacramentum. bien s’il est autrement corrompu, le Sacrement n’est pas
réalisé.
2. Si sit confectus de aqua rosacea, vel alterius 2. Si le pain est fait avec de l’eau de rose ou avec le
distillationis, dubium est an conficiatur. produit d’une autre distillation, la consécration est douteuse.
3. Si cœperit corrumpi, sed non sit corruptus ; 3. Si le pain a commencé à se corrompre, sans être [tout à
similiter si non sit azymus, secundum morem fait] corrompu ; de même si ce n’est pas du pain azyme,
Ecclesiæ Latinæ, conficitur, sed conficiens graviter selon l’usage de l’Église latine : le Sacrement est réalisé,
peccat. mais celui qui consacre pèche gravement.
www.ceremoniaire.net
28 De defectibus - 1962

4. Si on s’aperçoit avant la consécration que l’hostie est 4. Si celebrans ante Consecrationem advertit
corrompue ou qu’elle n’est pas de froment : cette hostie hostiam esse corruptam, aut non esse triticeam ;
étant écartée, le prêtre doit en prendre une autre, et, après remota illa hostia, aliam ponat, et facta oblatione,
avoir fait l’oblation, au moins mentalement, continuer à saltem mente concepta, prosequatur ab eo loco ubi
partir de l’endroit où il s’est arrêté. desivit.
5. S’il le remarque après la consécration, et même après 5. Si id advertit post Consecrationem, etiam post
avoir consommé l’hostie en question, il doit en prendre une illius hostiæ sumptionem, posita alia, faciat
autre, en faire l’oblation comme ci-dessus, et reprendre à oblationem, ut supra, et a Consecratione incipiat,
partir de la consécration, c’est-à-dire aux paroles : Qui scilicet ab illis verbis : Qui pridie quam pateretur ;
pridie quam pateretur. S’il n’a pas encore consommé la et illam priorem, si non sumpsit, sumat post
première hostie, il doit la consommer après avoir communié sumptionem Corporis et Sanguinis, vel alicubi
au Corps et au Sang, ou bien il la conserve avec respect en reverenter conservet. Si autem sumpserit, nihilominus
quelque endroit. S’il a déjà consommé la première hostie, sumat eam, quam consecravit : quia præceptum de
cela ne l’empêche nullement de prendre [en communion] perfectione Sacramenti, maioris est ponderis, quam
celle qu’il a consacrée [ensuite], car le précepte de quod a ieiunis sumatur.
l’achèvement du Sacrement l’emporte sur l’obligation d’être
à jeun pour communier.
6. S’il [s’en aperçoit] après avoir consommé le Sang, on 6. Quod si hoc contingat post sumptionem Sangui-
doit apporter de nouveau d’autre pain, ainsi que du vin avec nis, apponi debet rursus novus panis et vinum cum
de l’eau. Après avoir fait l’oblation comme ci-dessus, le aqua ; et, facta prius oblatione, ut supra, sacerdos
prêtre consacrera en reprenant aux paroles : Qui pridie, consecret, incipiendo ab illis verbis : Qui pridie ; ac
prendra aussitôt [en communion] l’une et l’autre Espèce et statim sumat utrumque, et prosequatur Missam, ne
poursuivra la messe, afin que le Sacrement ne demeure pas Sacramentum remaneat imperfectum, et ut debitus
inachevé et que soit observé l’ordre requis. servetur ordo.
7. Si l’Hostie consacrée vient à disparaître, soit par 7. Si hostia consecrata dispareat, vel casu aliquo, ut
accident – par exemple par un coup de vent 25 – soit en étant vento, vel ab aliquo animali accepta, et nequeat
prise par un animal, et que l’on ne peut pas la retrouver, reperiri ; tunc altera consecretur ab eo loco
alors le prêtre consacrera une autre hostie, en commençant à incipiendo : Qui pridie quam pateretur, facta eius
partir de : Qui pridie quam pateretur, après en avoir prius oblatione, ut supra.
d’abord fait l’oblation comme ci-dessus.
8. Dans les cas traités aux numéros 5-7 ci-dessus, on 8. Casibus de quibus supra 5-7, elevatio Sacramenti
omettra l’élévation du Sacrement et on fera tout ce qui est omittatur, et omnia fiant vitando, quantum fieri
possible pour éviter le scandale ou l’étonnement des potest, fidelium scandalum vel admirationem.
fidèles 26.

IV — Défauts concernant le vin IV — De defectu vini

Si le vin est devenu tout à fait aigre ou tout à fait corrompu, Si vinum sit factum penitus acetum, vel penitus
ou bien s’il a été tiré du verjus, c’est-à-dire de raisins qui putridum, vel de uvis acerbis seu non maturis
n’étaient pas mûrs, ou bien si on y a mélangé tellement expressum, vel ei admixtum tantum aquæ ut vinum
d’eau que ce n’est plus du vin, le Sacrement n’est pas sit corruptum, non conficitur Sacramentum.
réalisé.
2. Si le vin a commencé à aigrir ou à se corrompre, ou est 2. Si vinum cœperit acescere, vel corrumpi, vel
devenu un peu âpre, ou bien n’est que du moût de raisin, ou fuerit aliquantum acre, vel mustum de uvis tunc
n’a pas été mêlé d’eau, ou a été mêlé d’eau de rose ou d’eau expressum, vel non fuerit admixta aqua, vel fuerit
produite par une autre distillation, le Sacrement est réalisé, admixta aqua rosacea seu alterius distillationis,
mais celui qui le consacre pèche gravement. conficitur Sacramentum, sed conficiens graviter
peccat.
3. Si, avant la consécration du Sang mais après la 3. Si celebrans ante Consecrationem Sanguinis,
consécration du Corps, le célébrant s’aperçoit que le vin ou quamvis post Consecrationem Corporis, advertat aut
l’eau, ou l’un et l’autre, ne sont pas dans le calice, il doit vinum, aut aquam, aut utrumque non esse in calice ;
aussitôt mettre du vin avec de l’eau et, après avoir fait debet statim apponere vinum cum aqua, et facta
l’oblation comme ci-dessus, consacrer en commençant par oblatione, ut supra, consecrare : incipiendo ab illis
les paroles : Simili modo, etc. verbis : Simili modo, etc.

www.ceremoniaire.net
V — Défauts relatifs à la forme 29

4. Si post verba Consecrationis advertat vinum non 4. Si, après les paroles de la consécration, il se rend
fuisse positum, sed aquam ; deposita aqua in aliquod compte qu’on n’a pas mis du vin mais de l’eau, après avoir
vas, iterum vinum cum aqua ponat in calice, et conse- versé cette eau dans un vase, il remettra du vin avec de l’eau
cret, resumendo a verbis prædictis : Simili modo, etc. dans le calice, qu’il consacrera en reprenant aux paroles :
Simili modo, etc.
5. Si hoc advertat post sumptionem Corporis, vel 5. S’il s’en aperçoit après avoir consommé l’Hostie, voire
huiusmodi aquæ, apponat aliam hostiam iterum après avoir consommé l’eau en question, il doit prendre une
consecrandam, et vinum cum aqua in calice, offerat autre hostie pour consacrer de nouveau, mettre du vin et de
utrumque, et consecret, et sumat, quamvis non sit l’eau dans le calice, offrir l’un et l’autre, consacrer et
ieiunus. communier, bien qu’il ne soit plus à jeun 27.
6. Casibus de quibus supra 3-5, elevatio Sacramenti 6. Dans les cas traités aux numéros 3-5 ci-dessus, on
omittatur, et omnia fiant vitando, quantum fieri omettra l’élévation du Sacrement et on fera tout ce qui est
potest, fidelium scandalum vel admirationem. possible pour éviter le scandale ou l’étonnement des fidèles.
7. Si quis percipiat ante Consecrationem, vel post 7. Si on s’aperçoit – soit avant soit après la consécration –
Consecrationem, totum vinum esse acetum, vel alias que tout le vin est devenu du vinaigre ou s’est autrement
corruptum : idem servetur quod supra, ac si corrompu, on observera les prescriptions [respectives]
deprehenderet non esse positum vinum, vel solam données ci-dessus, comme si on s’apercevait que du vin
aquam fuisse appositam in calice. n’avait pas été mis dans le calice mais seulement de l’eau.
8. Si autem celebrans ante Consecrationem calicis 8. Si le célébrant se rend compte avant la consécration du
advertat, non fuisse appositam aquam : statim ponat calice que l’eau n’y a pas été ajoutée, aussitôt il l’ajoutera,
eam, et proferat verba Consecrationis. Si id advertat [avant de] prononcer les paroles de la consécration ; s’il s’en
post Consecrationem calicis : nullo modo apponat, aperçoit après la consécration du calice, il ne doit en aucune
quia non est de necessitate Sacramenti. manière ajouter l’eau, qui n’est pas nécessaire au
Sacrement.
9. Si materia quæ esset apponenda, ratione defectus 9. Au cas où il s’avère impossible de se procurer la
vel panis vel vini, non posset ullo modo haberi : si id matière qu’on devait présenter pour remédier au défaut du
sit ante Consecrationem Corporis, ulterius procedi pain ou du vin, si [le prêtre s’en rend compte] avant la
non debet : si post Consecrationem Corporis, aut consécration du Corps, il ne doit pas aller plus avant. Si
etiam vini, deprehenditur defectus alterius speciei, c’est après la consécration du Corps, ou même du vin, qu’il
altera iam consecrata : tunc, si nullo modo haberi remarque le défaut dans l’autre espèce, l’une étant déjà
possit, procedendum erit, et Missa absolvenda, ita consacrée : alors, si on ne peut d’aucune manière se
tamen, ut prætermittantur verba et signa, quæ procurer l’autre espèce, il devra poursuivre et il achèvera la
pertinent ad speciem deficientem. Quod si messe, de telle manière cependant qu’il omette les paroles et
exspectando aliquamdiu haberi possit : exspectandum les gestes qui concernent l’espèce manquante. Mais si, en
erit, ne sacrificium remaneat imperfectum. attendant quelque temps, il était possible de se la procurer, il
faudrait qu’il attende, afin que le Sacrifice ne demeure pas
inachevé.

V — De defectibus formæ V — Défauts relatifs à la forme

Defectus ex parte formæ possunt contingere, si Les défauts relatifs à la forme peuvent se produire s’il
aliquid desit ex iis quæ ad integritatem verborum in manque quelque chose de ce qui est requis pour l’intégrité
ipsa consecratione requiruntur. Verba autem des paroles de la consécration elle-même. Les paroles de la
Consecrationis, quæ sunt forma huius Sacramenti, consécration, qui constituent la forme de ce Sacrement, sont
sunt hæc : Hoc est enim Corpus meum. Et : Hic est celles-ci : Hoc est enim Corpus meum. Et : Hic est enim
enim Calix Sanguinis mei, novi et æterni Calix Sanguinis mei, novi et æterni testamenti :
testamenti : mysterium fidei : qui pro vobis et pro mysterium fidei : qui pro vobis et pro multis effundetur
multis effundetur in remissionem peccatorum. Si in remissionem peccatorum. Si quelqu’un enlevait quoi
quis autem aliquid diminueret, vel immutaret de que ce soit ou changeait quelque chose à la forme de la
forma Consecrationis Corporis et Sanguinis, et in consécration du Corps et du Sang, et que par ce changement
ipsa verborum immutatione verba idem non significa- les paroles n’aient plus la même signification, il ne
rent, non conficeret Sacramentum. Si vero aliquid réaliserait pas le Sacrement ; s’il ajoutait ou enlevait
adderet vel detraheret, quod significationem non quelque chose sans que cela ne change la signification, il le
mutaret, conficeret quidem, sed gravissime peccaret. réaliserait indubitablement, mais il pécherait très gravement.

www.ceremoniaire.net
30 De defectibus - 1962

2. Si le célébrant ne se rappelle plus avoir dit ce que l’on 2. Si celebrans non recordetur se dixisse ea quæ in
dit ordinairement à la consécration, il ne doit pas se troubler Consecratione communiter dicuntur, non debet
pour autant. Mais s’il a la certitude d’avoir omis des choses propterea turbari. Si tamen certo ei constet, se
nécessaires au Sacrement, c’est-à-dire la formule de la omisisse aliquid eorum quæ sunt de necessitate
consécration ou une partie de celle-ci : qu’il reprenne cette Sacramenti, id est, formam Consecrationis, seu
formule elle-même, et qu’il continue ensuite dans l’ordre. partem : resumat ipsam formam, et cetera prose-
S’il soupçonne avec une très forte probabilité qu’il a omis quatur per ordinem. Si vero valde probabiliter
quelque chose d’essentiel : qu’il réitère la formule au moins dubitet, se aliquid essentiale omisisse : iteret formam
sous condition tacite. Mais s’il s’agit de choses qui ne sont saltem sub tacita condicione. Si autem non sunt de
pas nécessaires [à la validité du] Sacrement, qu’il ne necessitate Sacramenti, non resumat, sed procedat
reprenne pas, et qu’il passe outre. ulterius.

VI — Défauts relatifs au ministre VI — De defectibus ministri

Les défauts relatifs au ministre peuvent se produire au Defectus ex parte ministri possunt contingere quoad
regard des éléments requis de sa part, soit : d’abord ea quæ in ipso requiruntur. Hæc autem sunt : in
l’intention, puis la disposition de l’âme, l’état du corps, les primis intentio, deinde dispositio animæ, dispositio
vêtements, et l’ordonnancement des [rites et prières] quant corporalis, dispositio vestimentorum, dispositio in
aux défauts qui peuvent se produire dans l’accomplissement ministerio ipso quoad ea quæ in ipso possunt
du ministère. occurrere.

VII — Le défaut d’intention VII — De defectu intentionis

Si quelqu’un n’a pas l’intention de consacrer mais d’agir par Si quis non intendit conficere, sed delusorie aliquid
jeu ; de même, si certaines hosties sont restées oubliées sur agere : item si aliquæ hostiæ ex oblivione remaneant
l’autel, ou bien si une partie du vin ou une hostie demeure in altari, vel aliqua pars vini, vel aliqua hostia lateat,
cachée, alors que l’on a l’intention de ne consacrer que ce cum non intendat consecrare nisi quæ super corporale
qui se trouve sur le corporal ; de même, si quelqu’un a sunt : item si quis habeat coram se undecim hostias,
devant lui onze hosties et qu’il ait l’intention d’en consacrer et intendat consecrare solum decem, non determinans
seulement dix, sans déterminer quelles sont les dix sur quas decem intendit : in his casibus non consecrat,
lesquelles porte son intention : dans ces cas il ne consacre quia requiritur intentio. Secus, si putans quidem esse
pas, car l’intention manque. decem, tamen omnes voluit consecrare quas coram se
En revanche, si, pensant qu’il y a dix hosties, le prêtre a habebat : nam tunc omnes erunt consecratæ : atque
cependant voulu consacrer toutes celles qu’il avait devant ideo quilibet sacerdos talem semper intentionem
lui, alors toutes seront consacrées ; voilà pourquoi tout habere deberet, scilicet consecrandi eas omnes quas
prêtre doit toujours avoir cette intention, c’est-à-dire ante se super corporale ad consecrandum positas
l’intention de consacrer toutes les hosties placées devant lui habet.
sur le corporal en vue de la consécration.
2. Si le prêtre, pensant tenir une seule hostie, découvre 2. Si sacerdos, putans se tenere unam hostiam, post
après la consécration qu’il y en avait deux réunies, qu’il Consecrationem invenerit fuisse duas simul iunctas,
[communie en] consommant ensemble l’une et l’autre. in sumptione sumat simul utramque. Quod si
S’il s’aperçoit après avoir communié au Corps et au deprehendat post sumptionem Corporis et Sanguinis
Sang, ou même après l’ablution, que certains fragments aut etiam post ablutionem, reliquias aliquas relictas
consacrés ont été laissés, qu’il les consomme, qu’ils soient consecratas, eas sumat, sive parvæ sint sive magnæ,
petits ou grands, car ils appartiennent au même sacrifice. quia ad idem sacrificium spectant.
3. Mais si on a laissé une Hostie consacrée entière, qu’il la 3. Si vero relicta sit hostia integra consecrata, eam
remette au tabernacle avec les autres ; et si c’est impossible, in tabernaculo cum aliis reponat : si hoc fieri nequit,
qu’il la consomme 28. eam sumat.
4. Si, à cause de la dissipation de l’esprit, l’intention du 4. Si intentio non sit actualis in ipsa Consecratione
prêtre dans l’acte de la consécration n’est pas actuelle, mais propter evagationem mentis, sed virtualis, cum
virtuelle – puisqu’en montant à l’autel il a l’intention de accedens ad altare intendat facere quod facit Ecclesia,
faire ce que fait l’Église – le Sacrement est réalisé ; conficitur Sacramentum, etsi curare debet sacerdos,
toutefois le prêtre doit veiller à avoir aussi une intention ut etiam actualem intentionem adhibeat.
actuelle.

www.ceremoniaire.net
VIII — Défauts venant de l’état de l’âme 31

VIII — De defectibus dispositionis animæ VIII — Défauts venant de l’état de l’âme

Si quis in peccato mortali aut aliqua pœna Si quelqu’un célèbre en état de péché mortel, ou lié par une
ecclesiastica impeditus, celebret, conficit quidem peine ecclésiastique, il réalise le Sacrement indubitable-
Sacramentum, sed gravissime peccat. ment, mais il pèche très gravement 29.

IX — De defectibus dispositionis corporis IX — Défauts venant de l’état du corps

Si sacerdos ante Missam non sit ieiunus per tres Si le prêtre n’est pas à jeun avant la messe depuis au moins
saltem horas quoad cibum solidum et potum trois heures pour ce qui concerne la nourriture solide et la
alcoholicum, et per unam saltem horam quoad potum boisson alcoolisée, et depuis au moins une heure pour la
non alcoholicum, non potest celebrare. Aquæ tamen boisson non alcoolisée, il ne peut pas célébrer. Toutefois,
sumptione ieiunium non frangitur. boire de l’eau ne rompt pas le jeûne 30.
2. Infirmi, quamvis non decumbant, potum non 2. Les malades, même non alités, peuvent prendre avant la
alcoholicum, et veras ac proprias medicinas, sive célébration de la messe, sans limite de temps, une boisson
liquidas sive solidas, ante Missæ celebrationem sine non alcoolisée et des médicaments proprement dits, soit
temporis limite sumere possunt. liquides soit solides 31.
3. Enixe invitantur sacerdotes, qui id præstare 3. Les prêtres sont vivement invités, lorsqu’ils le peuvent,
valeant, ut venerandam ac vetustam eucharistici à observer avant la messe la vénérable et antique forme du
ieiunii formam ante Missam servent. jeûne eucharistique.

X — De defectibus in ministerio ipso X — Défauts qui se produisent dans


occurrentibus l’accomplissement du ministère

Possunt etiam defectus occurrere in ministerio ipso, Des défauts peuvent encore se produire dans
si aliquid ex requisitis ad illud desit : ut si celebretur l’accomplissement même du ministère, s’il lui manque l’une
in loco non sacro, vel legitime non deputato, vel in ou l’autre des conditions requises. Par exemple, si l’on
altari non consecrato, vel tribus mappis non célèbre dans un lieu qui n’est pas sacré ou qui n’a pas été
cooperto ; si non adsint luminaria cerea ; si non sit légitimement destiné à cet effet, ou sur un autel non
tempus debitum celebrandi, quod est ab una hora ante consacré ou qui n’est pas recouvert de trois nappes ; s’il n’y
auroram usque ad unam horam post meridiem a pas de luminaires de cire ; si ce n’est pas le temps requis
communiter, nisi pro quibusdam Missis aliud tempus pour célébrer, temps qui court d’une heure avant l’aurore
statutum sit, vel Ordinarius loci quasdam Missas jusqu’à une heure après midi selon l’appréciation commune,
etiam horis vespertinis permiserit ; si omittat aliquid sauf quand un autre horaire a été prescrit pour certaines
ex vestibus sacerdotalibus ; si vestes sacerdotales et messes, ou que l’Ordinaire du lieu a permis que quelque
mappæ non sint ab Episcopo, vel ab alio hanc messe soit célébrée à l’heure vespérale. Ou bien, si le prêtre
habente potestatem benedictæ ; si non adsit clericus, omet de prendre l’un des vêtements sacerdotaux ; si les
vel alius deserviens in Missa, vel adsit qui deservire vêtements sacerdotaux et les nappes n’ont pas été bénis par
non debet, ut mulier ; si non adsit calix cum patena l’évêque ou par un autre ayant le pouvoir de les bénir ; s’il
conveniens, cuius cuppa debet esse aurea vel n’y a pas un clerc ou quelqu’un d’autre qui sert la messe, ou
argentea vel stannea, non ærea vel vitrea ; si s’il y en a qui ne doit pas servir, comme une femme. Ou
corporalia non sint munda, quæ debent esse ex lino, bien, s’il n’y a pas un calice – avec une patène qui convient
nec serico in medio ornata, et ab Episcopo vel ab alio – dont la coupe doit être d’or ou d’argent ou d’étain, et non
hanc habente potestatem benedicta, ut etiam superius de cuivre ni de verre ; si les corporaux ne sont pas propres –
dictum est ; si celebret capite cooperto sine lesquels doivent être de lin, et ne pas être brodés de soie au
dispensatione ; si non adsit Missale, licet memoriter milieu, et doivent être bénis par l’évêque ou par un autre
sciret Missam, quam intendit dicere. ayant le pouvoir de les bénir, comme il a été dit ; si le prêtre
célèbre la tête couverte sans dispense ; s’il n’y a pas de
missel, quand bien même le prêtre saurait par cœur la messe
qu’il a l’intention de dire.
2. Si, sacerdote celebrante, violetur ecclesia ante 2. Si, pendant que le prêtre célèbre, l’église est profanée
Canonem, dimittatur Missa : si post Canonem, non avant le canon, il arrêtera la messe ; si c’est après le canon,
dimittatur. Si timeatur incursus hostium, vel il ne l’arrêtera pas.
alluvionis, vel ruina loci ubi celebratur, ante Si l’on redoute un assaut des ennemis ou une inondation
Consecrationem dimittatur Missa ; post Consecratio- ou l’écroulement du local où il célèbre, si c’est avant la
www.ceremoniaire.net
32 De defectibus - 1962

consécration le prêtre arrêtera la messe ; après la consécra- nem vero sacerdos accelerare poterit sumptionem
tion, il pourra se hâter de consommer le Sacrement, en Sacramenti, omissis omnibus aliis.
omettant tout le reste.
3. Si, avant la consécration, le prêtre tombe gravement 3. Si sacerdos ante Consecrationem graviter
malade, a une syncope ou meurt, la messe est interrompue. infirmetur, vel in syncopen inciderit aut moriatur,
Si c’est après la consécration du Corps seulement, avant prætermittitur Missa. Si post Consecrationem Cor-
la consécration du Sang, ou bien si cela arrive après la poris tantum, ante Consecrationem Sanguinis, vel
consécration de l’un et de l’autre, la messe doit être achevée utroque consecrato id accidit, Missa per alium
par un autre prêtre, [qui la poursuivra] à partir de l’endroit sacerdotem expleatur ab eo loco ubi ille desiit, et in
où le premier s’est arrêté, et en cas de nécessité, même un casu necessitatis etiam per non ieiunum. Si autem
prêtre qui ne serait pas à jeun. Si le célébrant ne meurt pas, non obierit, sed fuerit infirmus, adeo tamen ut possit
mais tombe malade, de telle manière cependant qu’il puisse communicare, et non adsit alia hostia consecrata,
communier, et qu’il n’y ait pas d’autre Hostie consacrée, le sacerdos, qui Missam supplet, dividat hostiam, et
prêtre qui achève la messe partagera l’Hostie, en donnera unam partem præbeat infirmo, aliam ipse sumat. Si
une partie au prêtre malade et communiera lui-même avec autem semiprolata forma Corporis obiit sacerdos,
l’autre. quia non est facta Consecratio, non est necesse ut
Cependant, si le prêtre meurt après avoir prononcé Missa per alium suppleatur. Si vero obierit
[seulement] à moitié [la formule consécratoire] du Corps, en semiprolata forma Sanguinis, tunc alter prosequatur
sorte qu’il n’a pas fait la consécration, il n’est pas nécessaire Missam, et super eundem calicem repetat integram
que la messe soit achevée par un autre. formam ab eo loco : Simili modo, postquam
Si le prêtre meurt après avoir prononcé à moitié [la cenatum est ; vel posset super alium calicem
formule consécratoire] du Sang, alors un autre prêtre præparatum integram formam proferre, et hostiam
poursuivra la messe, et reprendra sur le même calice la primi sacerdotis, et Sanguinem a se consecratum
formule tout entière, à partir de cet endroit : Simili modo, sumere, ac deinde calicem relictum semiconsecratum.
postquam cenatum est ; ou bien, il pourrait prononcer la
formule tout entière sur un autre calice qu’on aurait préparé,
et consommer l’Hostie consacrée par le premier prêtre, puis
le Sang consacré par lui-même, et enfin le calice laissé à
demi consacré.
4. En dehors de ce cas de nécessité, si quelqu’un ne 4. Si quis extra huiusmodi casus necessitatis integra
consomme pas intégralement le Sacrement, il pèche très Sacramenta non sumpserit, gravissime peccat.
gravement.
5. Si une mouche, une araignée ou quelque autre chose 5. Si musca, vel aranea, vel aliquid aliud ceciderit
tombe dans le calice avant la consécration, on jettera le vin in calicem ante Consecrationem, proiciat vinum in
dans un lieu décent et le prêtre mettra d’autre vin dans le locum decentem, et aliud ponat in calice, misceat
calice, y mêlera un peu d’eau, fera l’oblation comme ci- parum aquæ, offerat, ut supra, et prosequatur
dessus et poursuivra la messe. Si c’est après la consécration Missam : si post Consecrationem ceciderit musca aut
que la mouche (ou l’autre chose de cette sorte) tombe dans aliquid eiusmodi, extrahat eam, et lavet cum vino,
le calice, on la retire et on la lave avec du vin ; la messe finita Missa comburat, et combustio ac lotio
achevée, on la brûlera et on jettera dans la piscine le produit huiusmodi in sacrarium proiciatur.
de cette combustion et de ce lavage.
6. S’il tombe dans le calice une substance vénéneuse ou 6. Si aliquid venenosum ceciderit in calicem, vel
qui risque de provoquer le vomissement, le vin consacré quod provocaret vomitum, vinum consecratum
doit être versé dans un autre calice plein d’eau, de sorte que reponendum est in alio calice aqua pleno, ita ut
l’espèce du vin disparaisse, et cette eau sera jetée dans la species vini dissolvantur ; et huiusmodi aqua in
piscine. On apportera d’autre vin avec de l’eau, pour sacrarium proiciatur. Aliud autem vinum cum aqua
consacrer de nouveau 32. apponendum est, denuo consecrandum.
7. Si quelque chose d’empoisonné touche l’Hostie 7. Si aliquid venenatum contingerit hostiam conse-
consacrée, alors le prêtre en consacrera une autre, qu’il cratam, tunc alteram consecret, et sumat eo modo quo
consommera de la manière qui a été dite, tandis que la dictum est, et illa mittatur in calicem aqua plenum, ut
première sera mise dans un calice plein d’eau, comme on a supra n. 6 de Sanguine dictum est.
dit au n. 6 ci-dessus pour le Sang.
8. Si le fragment demeure dans le calice lorsque le prêtre 8. Si sumendo Sanguinem, particula remanserit in
consomme le Sang, il amènera le fragment avec le doigt calice, digito ad labium calicis eam adducat, et sumat
jusqu’au bord du calice et le consommera avant la ante purificationem, vel infundat aquam et sumat.
purification ; ou bien on y versera de l’eau et il le
consommera [avec].
www.ceremoniaire.net
X — Défauts qui se produisent dans l’accomplissement du ministère 33

9. Si hostia ante Consecrationem inveniatur fracta, 9. Si le prêtre découvre avant la consécration que l’hostie
nisi populo evidenter appareat, talis hostia consecre- est brisée, si cela n’est pas visible pour le peuple, il
tur : si autem scandalum populo esse possit, alia consacrera cette hostie ; s’il pouvait en advenir du scandale
accipiatur et offeratur : quod si illius hostiæ iam erat pour le peuple, il prendra et offrira une autre hostie. S’il
facta oblatio, eam post ablutionem sumat. Quod si avait déjà fait l’oblation avec la première hostie, il
ante oblationem hostia appareat confracta, accipiatur consommerait celle-ci après l’ablution. Si c’est avant
altera integra, si citra scandalum aut longam moram l’oblation qu’il s’aperçoit que l’hostie est brisée, il en
fieri poterit. prendra une autre entière, si cela peut se faire sans scandale
ni provoquer une longue attente.
10. Si hostia consecrata dilabatur in calicem, 10. Si l’Hostie consacrée tombe dans le calice, le prêtre ne
propterea nihil est reiterandum ; sed sacerdos Missam doit rien recommencer à cause de cela, mais poursuivra la
prosequatur, faciendo cæremonias et signa consueta messe en faisant les cérémonies et les gestes habituels avec
cum residua parte hostiæ quæ non est madefacta la partie restante de l’Hostie qui n’a pas été mouillée par le
Sanguine, si commode potest. Si vero tota fuerit Sang, s’il le peut commodément. Si l’Hostie tout entière est
madefacta, non extrahat eam, sed omnia dicat, mouillée, le prêtre ne la retirera pas du calice, mais il dira
omittendo signa, et sumat pariter Corpus et toutes les paroles en omettant les gestes [à l’égard de
Sanguinem, signans se cum calice, et dicens : l’Hostie], et il consommera tout à la fois le Corps et le Sang,
Corpus et Sanguis Domini nostri, etc. en se signant avec le calice et en disant : Corpus et Sanguis
Domini nostri, etc.
11. Si in hieme Sanguis congeletur in calice, invol- 11. Si en hiver le Sang gèle dans le calice, on enveloppera
vatur calix pannis calefactis : si id non proficeret, le calice de linges chauds. Si cela ne suffisait pas, on
ponatur in ferventi aqua prope altare, dummodo in plongerait le calice dans [un vase] d’eau bouillante près de
calicem non intret, donec liquefiat. l’autel jusqu’à liquéfaction, de manière cependant que cette
eau n’entre pas dans le calice.
12. Si aliquid de Sanguine Christi ceciderit, si aliqua 12. Si on fait tomber un peu du Sang du Christ et qu’une
tantum gutta effusa est, sufficit ut super eas parum goutte seulement ait été répandue, il suffit d’y verser un peu
aquæ fundatur, purificatorio postea abstergenda ; d’eau, qu’on essuiera ensuite avec le purificatoire ;
secus vero corporale vel tobalea vel locus, meliore autrement, on lavera le mieux possible le corporal ou la
quo fieri potest modo, lavetur, et aqua postea in nappe, ou l’emplacement [de l’effusion], et ensuite l’eau
sacrarium mittatur. sera jetée dans la piscine.
13. At si contingat totum Sanguinem post Consecra- 13. Toutefois, dans le cas [où le calice serait renversé et] où
tionem effundi, si quidem aliquid vel parum tout le Sang serait répandu après la consécration, si
remansit, illud sumatur, et de effuso reliquo néanmoins il en reste un peu dans le calice, le prêtre le
Sanguine, fiat, ut dictum est. Si vero nihil omnino prendra [en communion], et fera comme on vient de le dire
remansit, ponat iterum vinum et aquam, et consecret pour le Sang qui a été répandu. Mais s’il ne reste
ab eo loco : Simili modo, postquam cenatum est, absolument rien, il versera à nouveau du vin et de l’eau dans
etc., facta prius tamen calicis oblatione, ut supra. le calice, et consacrera à partir de cet endroit : Simili modo,
postquam cenatum est, etc., après avoir d’abord fait
l’oblation du calice comme il est dit ci-dessus.
14. Si quis evomat Eucharistiam, vomitus colligatur 14. Si quelqu’un vomit l’Eucharistie, on recueillera le
et in aliquem decentem locum mittatur. vomissement et on le jettera dans un lieu décent.
15. Si hostia consecrata, vel aliqua eius particula 15. Si une Hostie consacrée ou une partie d’une Hostie
dilabatur in terram, reverenter accipiatur, et parum tombe à terre, le prêtre la ramassera avec respect, et versera
aquæ in locum ubi cecidit fundatur et purificatorio un peu d’eau à l’endroit où elle est tombée, qu’il essuiera
abstergatur. Si cadat super vestes, non est necesse ut avec le purificatoire ; si elle tombe sur des vêtements, il
indumentum abluatur. Si super vestes mulieris cadat, n’est pas nécessaire de laver l’habit ; si elle tombe sur les
ipsa particulam accipiat et sumat. vêtements d’une femme, elle-même prendra l’Hostie et la
consommera.
16. Possunt etiam defectus in ministerio ipso occur- 16. Il peut encore se produire des défauts dans l’accomplis-
rere, si sacerdos ignoret ritus et cæremonias ipsas in sement du ministère, si le prêtre ignore les rites et les
eo servandas, de quibus omnibus in superioribus cérémonies qu’il doit y observer. De tout cela, on a traité
rubricis copiose dictum est. abondamment dans les rubriques précédentes.

www.ceremoniaire.net
34 Præparatio ad Missam

Prières à dire Orationes dicendæ


par le prêtre en revêtant cum sacerdos induitur
les ornements sacerdotaux sacerdotalibus paramentis

En se lavant les mains, le prêtre dit : Cum lavat manus, dicat :


Da, Domine, virtutem manibus meis ad abstergendam omnem maculam ; ut sine
pollutione mentis et corporis valeam tibi servire.

En posant l’amict sur la tête, Ad amictum, dum ponitur super


il dit : caput, dicat :
Impone, Domine, capiti meo galeam salutis, ad expugnandos diabolicos incursus.

Pendant qu’il revêt l’aube : Ad albam, cum ea induitur :


Dealba me, Domine, et munda cor meum ; ut, in Sanguine Agni dealbatus,
gaudiis perfruar sempiternis.

En se ceignant avec le cordon : Ad cingulum, dum se cingit :


Præcinge me, Domine, cingulo puritatis, et exstingue in lumbis meis humorem
libidinis ; ut maneat in me virtus continentiæ et castitatis.

Lorsqu’il met le manipule Ad manipulum, dum imponitur


au bras gauche : bracchio sinistro :
Merear, Domine, portare manipulum fletus et doloris ; ut cum exsultatione
recipiam mercedem laboris.

En posant l’étole au cou : Ad stolam, dum imponitur collo :


Redde mihi, Domine, stolam immortalitatis, quam perdidi in prævaricatione
primi parentis : et, quamvis indignus accedo ad tuum sacrum mysterium,
merear tamen gaudium sempiternum.

En prenant la chasuble : Ad casulam, dum assumitur :


Domine, qui dixisti : Iugum meum suave est, et onus meum leve : fac, ut istud
portare sic valeam, quod consequar tuam gratiam. Amen.

Notes sur les textes

Ritus servandus et De defectibus figurent en tête de toutes les éditions de Missale romanum depuis 1570
jusqu’en 1965, mais ces textes ont subi diverses modifications au fil du temps. Des changements
significatifs – provenant en partie de la simplification des rubriques de 1960, mais principalement le
fruit des expériences de l’Ordo Hebdomadæ Sanctæ instauratus de 1951-1956 – ont été introduits en
1961 (décrets du 14 septembre et du 14 décembre), suivis par un certain nombre d’ajustements en 1962
(décret du 23 juin). Pour apprécier ces changements apportés aux textes dans leur maturité, il a paru
opportun de les consulter aussi sous leur forme primitive, accessible dans l’édition fac-similé de Missale
Romanum 1570, éditée par Libreria Editrice Vaticana en 1998.
L’objet des présentes notes est double : signaler les changements introduits dans les cérémonies de
la Messe au début des années 1960 (c’est-à-dire à la veille du Concile Vatican II) ; clarifier brièvement
quelques points où le texte pourrait sembler manquer de clarté au premier regard. Sur ce deuxième
point, on gardera à l’esprit que Ritus servandus et De defectibus ne se présentent pas comme un cours
d’instruction, mais constituent plutôt un aide-mémoire pour le prêtre qui, jusqu’à une époque récente,
était invité à les relire chaque année pendant sa retraite sacerdotale.
www.ceremoniaire.net
Notes 35

A – Ritus servandus
1. I-1 – Dans l’editio princeps et jusqu’en 1960, il est en outre mentionné que le prêtre doit d’abord
avoir recours à la confession sacramentelle, si c’est nécessaire, et avoir accompli au moins les Matines
et les Laudes avant de se préparer pour la célébration de la Messe.
2. II-1 – De 1570 à 1960, le texte porte : capite cooperto accedit ad altare ; c’est en 1961 que capite
cooperto disparaît ici, et que : et, convenientur, caput tegit est ajouté à I-3 in fine. Un peu plus loin,
l’expression : ante altare maius, capite cooperto faciat ad illud reverentiam est maintenue en 1961,
mais les mots capite cooperto sont retirés en 1962, probablement pour tenir compte du changement déjà
effectué, plutôt que pour apporter une modification. Le texte (lu dans sa version antérieure) n’est peut-
être pas absolument clair au sujet de la génuflexion que le célébrant se rendant à l’autel doit faire s’il
passe devant le tabernacle, mais les auteurs approuvés s’accordent à dire qu’il ne se découvre pas en la
faisant ; évidemment, le célébrant se découvrirait pour ces révérences s’il se rendait à l’autel sans tenir
le calice.
3. II-2 – Selon les auteurs approuvés, si c’est à l’autel que le célébrant revêt les ornements, ils sont
préparés sur la mensa du côté de l’évangile, et non en son milieu, lorsqu’il s’agit d’un simple prêtre. Ce
n’est qu’à la Messe pontificale, ou à la Messe basse de l’évêque, que les ornements sont préparés sur le
milieu de l’autel, que ce soit l’autel du secretarium ou celui de la Messe.
4. III-12 – Cet alinéa a été ajouté en 1961 pour tenir compte des Nouvelles Rubriques du 26 juillet
1960, dont le n. 424 énonce : « On dit le psaume Iudica me Deus avec l’antienne Introibo et le Confiteor
avec l’absolution devant les marches de l’autel, à toute messe, qu’elle soit chantée ou lue ; on les omet,
en même temps que les versets qui suivent, et les oraisons Aufer a nobis et Oramus te, Domine, dans les
cas ci-après :
a) à la messe de la Purification qui suit la bénédiction et la procession des cierges ;
b) à la messe du mercredi des cendres, que l’on dit après la bénédiction et l’imposition des cendres ;
c) à la messe du deuxième dimanche de la Passion ou des Rameaux qui suit la bénédiction et la
procession des rameaux ;
d) à la messe de la Vigile pascale ;
e) à la messe des Rogations, qui suit la procession des litanies majeures ou mineures ;
f) aux messes qui suivent certaines consécrations déterminées par les rubriques du Pontifical
romain ».
5. IV-2 – Le second décret de 1961 fait retirer les mots versus crucem qui jusqu’alors suivaient caput
inclinat lors du Gloria Patri de l’introït. Il supprime également les mots semblables (mis ici en
parenthèses) à l’Oremus avant l’oraison au V-1 : caputque (cruci) inclinans, et au V-4 : caput (cruci)
inclinans ; ainsi qu’à l’égard du célébrant de la Messe solennelle, au VI-5, lorsque le saint Nom est
prononcé par le diacre chantant l’évangile : caput inclinat (versus altare).
6. IV-5 – On remarque que les reliques qui sont du côté de l’évangile sont dites « à droite » : en effet,
les côtés « droit » et « gauche » de l’autel se définissent au regard de l’image de N.S. sur la croix
d’autel ; ainsi la relique qui est à la droite de Notre Seigneur se trouve du côté de l’évangile, c’est-à-dire
à gauche du point de vue du célébrant.
7. IV-8 – Cet alinéa a été ajouté en 1961, de même que l’ultime phrase de l’alinéa VII-10. Jusqu’alors
le missel ne connaissait que deux formes de Messe : la Messe privée et la Messe solennelle, l’une se
faisant sans chant et avec un seul ministre, le servant ; l’autre forme supposant le concours de chantres,
du diacre, du sous-diacre, et d’au moins trois acolytes pour porter l’encensoir et les chandeliers
(quoique le texte antérieur fasse brièvement mention au VI-8 d’une Messe chantée sans diacre ni sous-
diacre). À partir de 1961, on s’interdit l’usage du terme « Messe privée » – qui s’appellera désormais
« Messe lue » (cf. à ce sujet l’Instruction sur la Musique sacrée et la Liturgie, n. 2 : SRC, 3 septembre
1958) – et, tout en conservant le terme « Messe solennelle » (bien que l’Instruction mentionnée dise le
contraire), on reconnaît l’existence d’un troisième degré intermédiaire, désormais nommé « Messe
chantée », ce qui veut dire Messe chantée sans diacre et sous-diacre.
Le texte introduit une distinction (reprise de l’Ordo Hebdomadæ Sanctæ instauratus de 1956) dans
son appellation des servants à la Messe chantée, par rapport à ceux des Messes solennelle et lue, que
nous n’avons pas reproduite en traduction. En effet, cette distinction ne semble pas très utile, puisque
Cæremoniale Episcoporum (I-XI, 2) permet explicitement – même à la Messe pontificale – que toutes
les fonctions des servants soient remplies au besoin par des hommes ou garçons qui n’ont pas reçu
l’acolytat ni même la tonsure. La distinction primitive (depuis longtemps oubliée, mais qui a laissé
encore des traces à Chartres jusqu’au XVIe siècle au moins – cf. J.-A. Clerval, L’ancienne maîtrise de
Notre-Dame de Chartres, p. 176 : Paris, 1898 ; réimpression Genève, 1972) se faisait entre les servants
www.ceremoniaire.net
36 Notes

qui apportaient leur concours aux diacre et sous-diacre à la Messe solennelle, mais sans contact direct
avec le prêtre, d’une part, et d’autre part, l’unique servant de la Messe basse, fonction qui était interdite
aux non-tonsurés : si on voulait suivre cette logique, on devrait plutôt demander que les servants de la
Messe chantée aient reçu l’acolytat.
Évidemment, on n’a pas attendu 1961 pour chanter la Messe sans ministres sacrés dans les petites
églises ; seulement, ce n’était pas une pratique courante dans les lieux où se trouvait un nombreux
clergé, comme la ville de Rome et les églises cathédrales, et cette forme échappait donc plus ou moins
du regard du législateur, pour être réglée uniquement par la coutume légitime et les écrits des auteurs
approuvés. On remarquera que le législateur ne s’exprime pas dans ce texte sur la pratique commune de
porter les chandeliers à la Missa cantata.
8. V-4 et 5 – La manière de dire Flectamus genua – Levate a substantiellement changé en 1961. Le
texte antérieur (presque inchangé depuis 1570) est le suivant : 4. In Quatuor temporibus, vel alias,
quando dicendæ sunt plures Orationes cum Prophetiis, dicto Kyrie, eleison, in medio altaris, revertitur
ad cornu Epistolæ, ubi stans ante librum, extensis et iunctis ante pectus manibus, caput Cruci inclinans,
dicit : Oremus. Flectamus genua ; et illico, manibus super altare extensis, ut se ipsum ad altare
sustineat, genuflectit, et sine mora surgens, eadem voce ministro respondente : Levate, manibus
extensis dicit Orationem, ut supra, et in conclusione eas iungit. Dum autem legit Prophetias, tenet
manus super librum, vel altare positas, ut mox dicetur de Epistola. 5. In Missa solemni cum dicitur
Dominus vobiscum et Oratio, diaconus et subdiaconus stant retro post celebrantem. Flectamus genua
dicitur a diacono, a subdiacono vero Levate, illo primum genuflectente, hoc primum surgente. À une
date postérieure à 1570, on a ajouté in fine au n. 5 : Celebrans vero non genuflectit.
Ainsi le changement majeur consiste en la restauration d’un véritable – quoique bref – temps de
prière à genoux pour tous, au lieu d’une simple génuflexion ; le changement mineur – qui en est peut-
être une conséquence inévitable, du moins lorsqu’il s’agit du servant – étant que Levate est dit par le
diacre (ou le prêtre) et non par le sous-diacre (ou le servant), et qu’il le dit avant de se lever.
9. VI-2 – À la fin de l’évangile à la Messe basse, après avoir baisé le livre, et l’ayant reposé sur le
coussin ou pupitre, le célébrant prend celui-ci des deux mains et le rapproche du corporal. À la
différence du déplacement de livre avant l’évangile – que les auteurs approuvés, ainsi que la pratique
commune, confient toujours au servant, à moins que sa petite taille ou une autre raison ne l’empêche –
c’est le célébrant lui-même qui rapproche le livre du corporal à la suite de l’évangile.
10. VI-4 – Avant 1961, cet alinéa faisait lire l’épître par le célébrant à voix basse pendant que le sous-
diacre la chantait : Subdiaconus… vadit ad partem Epistolæ contra altare, et cantat Epistolam, quam
etiam celebrans interim submissa voce legit, assistente sibi diacono a dexteris, et item Graduale,
Tractum etc. usque ad Munda cor meum… Toutefois, il s’agit ici d’une addition postérieure à 1570, car
l’editio princeps ne dit rien de l’occupation du célébrant durant le chant de l’épître par le sous-diacre.
Le décret de 14 septembre 1961 proposait que le célébrant reste devant le missel et tourné vers lui –
sans rien lire dedans – pour écouter le chant de l’épître : quam celebrans, stans versus librum, auscultet,
assistente sibi diacono a dextris. Le nouveau décret de 14 décembre 1961 corrige ce point, en
substituant le schéma qui sera repris par le texte de 1962, où, comme on voit, le célébrant va s’asseoir
pour écouter le chant de l’épître, quitte à remonter à l’autel pour recevoir le baisemain du sous-diacre et
lui accorder la bénédiction, puis lire le graduel et le reste à voix basse en même temps que le chœur le
chante. Cette lecture à voix basse du graduel est également passée sous silence par l’editio princeps.
11. VI-5 – Comme pour l’épître (à l’alinéa précédent), avant 1961 le célébrant de la Messe solennelle
faisait aussi une lecture privée de l’évangile ; mais à la différence de l’épître, qu’il lisait à voix basse en
même temps que le sous-diacre la chantait, sa lecture de l’évangile précédait le chant fait par le diacre.
Voici l’incipit de cet alinéa dans les éditions antérieures : Postea idem subdiaconus accipit missale
celebrantis, defert ad cornu Evangelii in altari, et ibi ministrat celebranti, qui in medio altaris submissa
voce dicto Munda cor meum, etc., et deinde lecto Evangelio, quod in fine non osculatur, delato etiam
per diaconum libro Evangeliorum ad altare, imponit incensum in thuribulum.
L’editio princeps décrit ici la même chose, de façon moins développée : Deinde idem subdiaconus
accipit missale celebrantis, defert ad cornu Evangelii in altare, ibi ministrans celebranti : qui lecto
Evangelio, et per diaconum delato libro Evangeliorum ad altare, imponit incensum in thuribulum.
12. VI-5 – Comme plus haut, en définissant les côtés « droit » et « gauche » de l’autel (IV-5), le texte
s’exprime ici (pour ainsi dire) du point de vue du livre, et non de celui qui fait face au livre. Le même
point de vue s’observe en héraldique, où dextre et senestre s’apprécient en fonction de l’écu censé faire
face à la personne, et qui signifient respectivement gauche et droite par rapport à celle-ci. Ainsi le diacre
encense d’abord le milieu, ensuite la partie du livre qui se trouve à sa gauche, enfin la partie qui se
trouve à sa droite.
www.ceremoniaire.net
Notes 37

13. VI-7 – Le texte ne juge pas nécessaire de rappeler au célébrant de la Messe solennelle que, sa
récitation à voix basse avec le diacre et le sous-diacre du Credo une fois achevée, les trois ministres
peuvent aller s’asseoir : toutefois, cet alinéa suppose clairement qu’ils aient quitté l’autel avant que le
chœur ne chante Et incarnatus est.
Le Code des Rubriques du 26 juillet 1960 le confirme, au n. 523 : « À la messe solennelle, le
célébrant, entre le diacre et le sous-diacre, peut s'asseoir du côté de l'épître près de l'autel, pendant qu'on
chante le Kyrie eleison, le Gloria in excelsis, la séquence et le Credo… » ; ce qui est à lire avec le
n. 518b : « aux mots Et incarnatus est, dans le Symbole, le prêtre célébrant fait la génuflexion lorsqu'il
récite ces paroles ; lorsqu'elles sont chantées, s'il n'est pas assis, il fait de nouveau la génuflexion, s'il est
assis il ne fait pas la génuflexion, mais se contente d'incliner profondément la tête après l'avoir
découverte, sauf aux trois messes de Noël et à la messe de l'Annonciation, où, lorsque ces mots sont
chantés, tous font la génuflexion ».
14. VI-8 – Dans l’editio princeps et jusqu’en 1960, cet alinéa se lit ainsi : Si quandoque celebrans
cantat Missam sine diacono et subdiacono, Epistolam cantet in loco consueto aliquis lector
superpelliceo indutus, qui in fine non osculatur manum celebrantis ; Evangelium autem cantat ipse
celebrans ad cornu Evangelii, qui et in fine Missæ cantet Ite, Missa est, vel Benedicamus Domino, aut
Requiescant in pace, pro temporis diversitate. Avant 1961, cela est la seule mention dans le texte d’une
Messe chantée sans diacre et sous-diacre.
Dans sa forme actuelle, cet alinéa met en évidence le flou considérable – ou, si l’on préfère,
l’extrême souplesse – des règles concernant la Messe chantée sans ministres sacrés : car il semble que
du moment où le célébrant récite tout ce qu’il réciterait à la Messe basse, il peut choisir – en fonction
des compétences des assistants – quelles parties de cette Messe seront effectivement chantées. De
même, l’emploi de l’encens est spécifiquement facultatif, et la question de savoir si le célébrant est
assisté par des servants pendant qu’il encense l’autel, ou s’il s’avance seul, est laissée ouverte.
En effet, la seule exigence mentionnée est que le célébrant de la Messe chantée ne soit pas encensé
lorsqu’il achève l’annonce de l’évangile. Cela pourrait s’expliquer par le fait qu’à ce moment le prêtre
lui-même remplit la fonction du diacre, à qui il revient alors d’encenser le célébrant. Mais il se peut
aussi que l’explication soit moins subtile, et qu’il ne s’agisse ici que des prémices de la suppression
globale de cet encensement à la fin de l’évangile qui sera effectuée trois ans plus tard (cf. n. 43 de Ritus
servandus 1965).
15. VII-10 – Pour comprendre le sens d’un mouvement circulaire « de droite à gauche », il faut situer
le point du départ entre la poitrine du célébrant et l’hostie sur le corporal. En commençant donc à cet
endroit, le prêtre trace deux cercles en sens inverse des aiguilles d’une montre autour de l’hostie et du
calice ensemble, puis un cercle dans le sens des aiguilles.
16. VIII-6 – Avant 1961, la deuxième phrase de cet alinéa porte : Interim dum celebrans elevat
Hostiam, accenso prius intorticio (quod non exstinguitur, nisi postquam sacerdos Sanguinem sumpserit,
vel alios communicaverit, si qui erunt communicandi in Missa), minister manu sinistra elevat
fimbrias… Toutefois, la mention de l’allumage du flambeau de l’élévation est un ajout postérieur à
1570 ; la pratique était très largement tombée en désuétude à la Messe basse bien avant 1961.
17. X-6 – Avant 1961, cet alinéa a la forme suivante : Si qui sunt communicandi in Missa, sacerdos
post sumptionem Sanguinis, antequam se purificet, facta genuflexione, ponat particulas consecratas in
pyxide, vel, si pauci sint communicandi, super patenam, nisi a principio positæ fuerint in pyxide seu alio
calice. Interim minister ante eos extendit linteum seu velum album, et pro eis facit confessionem,
dicens : Confiteor Deo, etc. Tum sacerdos iterum genuflectit, et manibus iunctis vertens se ad populum
in cornu Evangelii, dicit : Misereatur vestri, et Indulgentiam, absolutionem, et remissionem peccatorum
vestrorum, etc., et manu dextera facit signum crucis super eos. Postea genuflectens, accipit manu
sinistra pyxidem… Omnibus communicatis, revertitur ad altare, nihil dicens : et non dat eis
benedictionem, quia illam daturus est in fine Missæ. Si particulæ positæ erant super corporale, extergit
illud cum patena, et si qua in eo fuerint fragmenta, in calicem immittit. Deinde dicit secreto : Quod ore
sumpsimus, Domine, etc., et se purificat, dicens : Corpus tuum, Domine, quod sumpsi, etc., et alia facit
ut supra. Minister autem dextera manu tenens vas cum vino et aqua, sinistra vero mappulam, aliquanto
post sacerdotem eis porrigit purificationem, et mappulam ad os abstergendum.
Ainsi, depuis 1961, le texte porte ici trois omissions concernant le servant, et une – en conséquence
– à l’égard du prêtre : on ne parle plus du Confiteor avant la communion – ni de Misereatur et
Indulgentiam ; il n’est plus rappelé au servant de déployer la nappe de communion ; l’ablution
administrée aux communiants – depuis longtemps tombée en désuétude – n’est plus mentionnée.
L’editio princeps s’exprime de manière plus succincte : Si qui sunt communicandi in Missa, eos
communicet antequam sumat purificationem, et antequam digitos abluat. Quibus communicatis dicit,
www.ceremoniaire.net
38 Notes

Quod ore sumpsimus, Domine, etc., et deinde se et eos qui communicarunt purificans, dicit, Corpus
tuum, Domine, quod sumpsimus, et alia facit ut supra.
Il ne fait pas de doute que le chant du Confiteor par le diacre avant la communion générale à la
Messe solennelle (cf. Cæremoniale Episcoporum II-XXIX, II-XXX, II-XXXIX) – chant dont notre texte
ne parle pas, même dans ses éditions antérieures – est ancien ; en revanche, le Cæremoniale ne dit mot
de la récitation du Confiteor par le servant avant la communion à la Messe privée. Néanmoins, cet usage
est attesté depuis un certain temps à la Messe publique lorsqu’elle est célébrée sans diacre, car on en
parle abondamment en 1665, aux pages 418-420 du Parfait Ecclésiastique (diverses instructions
disposées en tables par M. Claude de la Croix, prêtre du séminaire de S. Nicolas du Chardonnet, et
rédigées en livre, corrigées & augmentées par des ecclésiastiques du même séminaire). Il y est
d’ailleurs proposé qu’aux jours de grande affluence à la Sainte Table, où tous les communiants ne
parviennent pas à se tenir à l’intérieur de l’église pendant toute la durée de la Messe, il convient que le
servant reprenne le Confiteor lors de l’entrée de chaque vague de communiants, et que le prêtre arrête
momentanément la distribution pour réitérer Misereatur et Indulgentiam à leur sujet.
18. X-8 – Au n. 5 de cette section, il a été dit que le célébrant se purifie d’abord les lèvres avec du vin,
versé par le servant, puis se lave les pouces et les index avec du vin et de l’eau par-dessus le calice. À ce
n. 8, on voit que le sous-diacre verse le vin pour la purification des lèvres du célébrant, mais rien n’y est
dit à l’égard du vin et de l’eau à verser sur ses doigts ; plus loin, au XI-3, l’ambiguïté grandit lorsqu’on
trouve : subdiaconus… calicem mundat. Les auteurs approuvés s’accordent à dire que le sous-diacre,
recevant – du côté de l’épître – les burettes apportées par un acolyte, verse d’abord le vin et ensuite le
vin et l’eau, et qu’aussi bien la purification du vin que l’ablution du vin et de l’eau sont consommées par
le célébrant, à qui le sous-diacre présente le purificatoire pour qu’il se sèche les doigts ; ensuite le sous-
diacre, s’étant rendu du côté de l’évangile (en même temps que le diacre transporte le livre vers le côté
de l’épître), essuie le calice, le recouvre et le rapporte à la crédence.
19. XI-1 – Selon n. 507 du Code des Rubriques de 1960, l’emploi de Benedicamus Domino à la fin de
la Messe est désormais réservé au soir du Jeudi saint et aux autres Messes qui sont suivies d’une
procession. Dans la pratique antérieure à 1960, Benedicamus Domino remplace Ite, missa est toutes les
fois que le Gloria in excelsis ne se dit pas (Rub. gen. miss., tit. XIII, n. 1). Cette substitution de l’une à
l’autre formule s’explique ainsi : autrefois, les Messes des temps de pénitence et de jeûne étaient suivies
du chant des Vêpres ; aussi les fidèles étaient-ils conviés à prolonger leur prière, en assistant à cet
Office (« continuons à bénir le Seigneur »), au lieu de s’en aller aussitôt la Messe célébrée. – Chanoine
Robert Lesage.
20. XII-1 – Il s’agit des nn. 509-510 du Code des Rubriques de 1960. En résumé, le dernier évangile
est désormais toujours l’incipit de l’évangile selon saint Jean, sauf le dimanche des Rameaux, à toutes
les Messes qui ne suivent pas la bénédiction et la procession des rameaux, où l’on dit le dernier évangile
propre. Toutefois, le dernier évangile est omis : à la troisième Messe de Noël ; le dimanche des
Rameaux, à la Messe qui suit la bénédiction et la procession des rameaux ; le Jeudi saint à la Messe du
soir, et aux autres Messes qui sont suivies d’une procession ; à la Messe de la Vigile pascale ; aux
Messes des défunts lorsqu'elles sont suivies de l'absoute ; aux Messes qui suivent certaines
consécrations, d'après les rubriques du Pontifical romain.
21. XII-7 – La portée de eadem voce et modo est que le célébrant, à moins d’être évêque ou abbé bénit,
s’abstient toujours de chanter lorsqu’il donne cette bénédiction à la fin de la Messe.
22. XIII-2 – On pourrait se demander si, à la Messe solennelle des défunts, le célébrant doit bénir
l’encens qu’il impose à l’offertoire : la réponse affirmative se trouve au Cæremoniale Episcoporum (II-
XI, 6).
23. XIII-3 – Cæremoniale Episcoporum explique que le sermon doit avoir lieu aussitôt après l’annonce
de l’évangile lorsque la tâche première du prédicateur est de commenter le texte inspiré qui vient d’être
chanté ; en revanche, lorsque le sermon doit traiter d’autres choses, que ce soit pour publier un jubilée,
rendre grâce à Dieu d’une heureuse nouvelle… ou encore pour une autre occasion du même genre, il
ne doit pas se faire au cours de la Messe, mais une fois la Messe terminée. Il en est de même à la Messe
des défunts, ou pour l’oraison funèbre d’un grand personnage (I-XXII, 5 et 6).
Avant 1961 cette section porte aussi un alinéa n. 4, traitant de l’absoute à la suite de la Messe des
défunts.
24. XIV – Cette section XIV a été ajoutée en 1960.

www.ceremoniaire.net
Notes 39

B – De defectibus
25. III-7 – De 1570 à 1959, le texte porte : vel casu aliquo, ut vento aut miraculo…
26. III-8 – Cet alinéa, ainsi que IV-6, ont été ajoutés en 1960.
27. IV-5 – À une date postérieure à 1570, une seconde phrase a été ajoutée in fine à cet alinéa : Vel, si
Missa celebretur in loco publico, ubi plures adsint, ad evitandum scandalum poterit apponere vinum
cum aqua, et facta oblatione ut supra, consecrare, ac statim sumere, et prosequi cetera. Cette addition a
été supprimée en 1960.
28. VII-3 – Cet alinéa a été substantiellement abrégé en 1960. Voici sa forme antérieure, depuis 1570 :
Si vero relicta sit Hostia integra consecrata, eam in tabernaculo cum aliis reponat : si hoc fieri nequit,
sequenti sacerdoti ibi celebraturo, in altari supra corporale decenter opertam, sumendam una cum
altera quam est consecraturus, relinquat : vel, si neutrum horum fieri possit, in ipso calice seu patena
decenter conservet, quousque vel in tabernaculo reponatur, vel ab altero sumatur ; quod si non habeat
quomodo honeste conservetur, potest eam ipsemet sumere.
29. VIII – Cette section a été substantiellement abrégée en 1960. La version antérieure contient cinq
alinéas, dont voici le premier : Si quis suspensus, excommunicatus, degradatus, irregularis, vel alias
canonice impeditus celebret, conficit quidem Sacramentum, sed gravissime peccat, tam propter
Communionem, quam indigne sumit, quam propter exsecutionem Ordinum, quæ sibi erat interdicta.
30. IX-1 – De 1570 à 1954, cet alinéa se présente sous la forme suivante : Si quis non (est) ieiunus post
mediam noctem, etiam post sumptionem solius aquæ, vel alterius potus aut cibi per modum etiam
medicinæ, et in quantacumque parva quantitate, non potest communicare nec celebrare. Ensuite il
devient : Si quis non est ieiunus post mediam noctem, non potest communicare nec celebrare, salvis
casibus a iure admissis, iuxta Constitutionem Apostolicam "Christus Dominus" diei 6 Januarii 1953.
Dès 1960 il prend la forme qui a été retenue en 1962.
Le 21 novembre 1964, par Concession du pape Paul VI, l’obligation d’être à jeun à l’égard de la
nourriture solide et de la boisson alcoolisée depuis au moins trois heures pour pouvoir célébrer la messe
est réduite à un jeûne d’une heure avant la communion : Attentis multarum regionum difficultatibus
quoad ieiunium eucharisticum, Summus Pontifex, petitionibus Episcoporum benigne annuens, concedit
ut ieiunium quoad cibos solidos reducatur ad unam horam ante Sanctam Communionem, et quidem tum
pro sacerdotibus tum pro fidelibus. In hac autem concessione includitur quoque potuum alchoolicorum
usus, servata tamen debita moderatione. – AAS 57 (1965) 186.
31. IX-2 et 3 – Ces alinéas datent de 1960. Antérieurement, et depuis 1570, cette section contient cinq
alinéas, dont le deuxième traite du cas où le prêtre est à jeun depuis minuit mais n’a pas dormi, ou n’a
pas digéré ; le troisième du cas où de la nourriture serait resté dans les dents ; le quatrième du cas où le
prêtre célèbre plusieurs Messes le même jour ; et le cinquième du cas de pollutio nocturna.
Voici le quatrième alinéa, selon le texte de 1570 : Si plures Missas in una die celebret, ut in nocte
Nativitatis : in ultima tantum Missa percipiat purificationem ; des additions ultérieures, dont la dernière
de 1955, en rendaient la portée semblable à celle de la nouvelle section XIV ajoutée à Ritus servandus
in 1960.
32. X-6 et 7 – À partir de 1960, cette section X, tout en restant globalement fidèle aux éditions
antérieures, subit un nombre non négligeable de changements de détail, qu’il serait fastidieux
d’énumérer. Il faudrait toutefois signaler qu’un changement notable a été apporté en 1960 aux nn. 6 et 7,
dont voici la version antérieure : 6. Si aliquid venenosum ceciderit in calicem, vel quod provocaret
vomitum, vinum consecratum reponendum est in alio calice, et aliud vinum cum aqua apponendum
denuo consecrandum ; et, finita Missa, Sanguis repositus in panno lineo, vel stuppa tamdiu servetur,
donec species vini fuerint desiccatæ, et tunc stuppa comburatur, et combustio in sacrarium proiiciatur.
7. Si aliquid venenatum contingerit Hostiam consecratam, tunc alteram consecret, et sumat eo modo
quo dictum est, et illa servetur in tabernaculo, loco separato, donec species corrumpantur, et corruptæ
deinde mittantur in sacrarium. Ce texte est substantiellement inchangé depuis 1570, avec quelques
différences d’expression à la fin.

www.ceremoniaire.net
Rites à observer dans la
célébration de la messe

I. La préparation du prêtre célébrant. p. 1


II. L’entrée du célébrant à l’autel. 2
III. Le début de la messe. 3
IV. L’antienne de l’introït, Kyrie eleison et Gloria in excelsis. 5
V. L’oraison. 7
VI. L’épître, le graduel et ce qui suit jusqu’à l’offertoire. 8
VII. L’antienne d’offertoire et ce qui suit jusqu’au canon. 11
VIII. Le canon de la messe jusqu’à la consécration. 14
IX. Le canon après la consécration jusqu’à l’oraison dominicale. 17
X. L’oraison dominicale et la suite jusqu’à la communion. 18
XI. L’antienne de la communion et les oraisons après la communion. 22
XII. La bénédiction à la fin de la messe et l’évangile selon saint Jean. 23
XIII. Ce qu’on omet aux messes des défunts. 25
XIV. Ce qu’il faut faire si le prêtre célèbre deux fois ou trois fois le même jour. 26

Défauts qui peuvent se présenter


dans la célébration de la messe

I. Introduction. 27
II. Défauts relatifs à la matière. 27
III. Défauts concernant le pain. 27
IV. Défauts concernant le vin. 28
V. Défauts relatifs à la forme. 29
VI. Défauts relatifs au ministre. 30
VII. Le défaut d’intention. 30
VIII. Défauts venant de l’état de l’âme. 31
IX. Défauts venant de l’état du corps. 31
X. Défauts qui se produisent dans l’accomplissement du ministère. 31

Prières à dire par le prêtre en revêtant les ornements sacerdotaux. 34

Notes sur les textes. 34

Textes du Missel romain de 1962


Traduction www.ceremoniaire.net 2007
Tous droits réservés

Vous aimerez peut-être aussi