Vous êtes sur la page 1sur 100

Université Mohamed Khider de Biskra

Faculté des Sciences et de la Technologie


Département de Génie Electrique

MÉMOIRE DE MASTER
Sciences et Technologies
Télécommunication
Réseaux et Télécommunication

Réf. : Entrez la référence du document

Présenté et soutenu par :


Khenniche Mohamed Oussama
Le : dimanche 27 septembre 2020

Etude comparative entre l’ADSL et la Fibre


Optique

Jury :

Dr. Terghini Ouarda MCB Université de Biskra Président

Mme. Zehani Soraya MCB Université de Biskra Examinateur

Dr. Hendaoui Mounira MCB Université de Biskra Rapporteur

Année universitaire : 2019 - 2020


‫ الديمقراطية الشعبية‬.‫الجمهورية الجزائرية‬
République Algérienne Démocratique et Populaire
‫وزارة التعليم العالي والبحث العلمي‬
Ministère de l’enseignement Supérieur et de la recherche scientifique

Université Mohamed Khider Biskra


Faculté des Sciences et de la Technologie
Département de Génie Electrique
Filière : Télécommunications
Option : Réseaux et Télécommunications

Mémoire de Fin d'Etudes


En vue de l’obtention du diplôme:

MASTER

Etude Comparative Entre l’ADSL et


La Fibre Optique

Présenté par : Avis favorable de l’encadreur :


KHENNICHE Mohamed Oussama HENDAOUI Mounira
Signature :

Avis favorable du Président du Jury

Terghini Ouarda

Cachet et signature
Résumé
On est en 2020, l’essentiel de la population doit pouvoir accéder à des réseaux très haut débit.
Pour les opérateurs Internet qui s’occupent du déploiement de ces réseaux, c’est un cauchemar. Mais
pour l’utilisateur, c’est une bénédiction : non seulement son débit augmente, mais aussi sans que sa
facture augmente (trop).
On pourrait passer des heures à expliquer techniquement ce qui différencie l’ADSL de la fibre
optique, mais le plus simple pour savoir qui est le meilleur ,la fibre optique ou l’ADSL , c’est de
lancer un test de débit Internet. Sur une connexion fibre, le débit dépasse les 100 Mb/s, sa limite
basse, soit un débit d’environ 12,5 Mo/s en téléchargement. Un débit qui peut monter jusqu’à 1 Gb/s
(ou 125 Mo/s en téléchargement) avec les offres les mieux fournies.
Dans ce travail, une comparaison entre les deux technologies ADSL et Fibre Optique a été faite
dans le but de mieux étudier ces deux réseaux et comprendre la différence entre les deux.
Nos résultats de simulation montrent que la Fibre Optique est plus forte que l’ADSL
concernant : le trafic, le débit, perte d’information…etc.
Finalement on peut dire que les deux technologies sont très développés et très importantes dans
notre vie quotidienne, au point où on ne peut pas se débarrasser de l’un deux.

Abstract
By 2020, most of the population should be able to access to very high-speed networks. For
Internet operators dealing with the deployment of these networks, it is a nightmare. But for the user,
this is a blessing: not only does their speed increase, but also without their bill increasing (too much).
You could spend hours technically explaining what makes ADSL different from fiber optic, but
the easiest way to know which is better, fiber optic or ADSL, is to run an Internet speed test. On a
fiber connection, the speed exceeds 100 Mb / s, its low limit, or download speed of about 12.5 Mb /
s. A speed that can go up to 1 Gb / s (or 125 Mb / s download) with the best offers.
In this work, a comparison between the two technologies ADSL and Fiber Optic was made in
order to better study these two networks and understand the difference between the two.
Our simulation results show that Optical Fiber is stronger than ADSL in terms of traffic,
throughput, loss of information, etc.
Finally, we can say that both technologies are very developed and very important in our daily
life, to the point where we cannot get rid of both.
‫ملخص‬
‫بحلول عام ‪ ،0202‬يجب أن يكون معظم السكان قادرين على الوصول إلى شبكات عالية السرعة‪ .‬بالنسبة لمشغلي اإلنترنت‬
‫المشاركين في نشر هذه الشبكات‪ ،‬فهو كابوس‪ .‬لكن بالنسبة للمستخدم‪ ،‬فهذه نعمة‪ :‬ال تزيد سرعته فقط‪ ،‬ولكن أيضًا بدون زيادة‬
‫فاتورته (أكثر من الالزم)‪.‬‬

‫يمكنك قضاء ساعات من الناحية الفنية في شرح ما يجعل ‪ LSDA‬مختلفًا عن األلياف البصرية‪ ،‬ولكن أسهل طريقة لمعرفة أيهما‬
‫‪ ،‬هي إجراء اختبار سرعة اإلنترنت‪ .‬في حالة االتصال باأللياف الضوئية‪ ،‬تتجاوز السرعة ‪ADSL‬أفضل‪ ،‬األلياف الضوئية أو‬
‫‪ 022‬ميجابت ‪ /‬ثانية‪ ،‬وهو الحد المنخفض‪ ،‬أو سرعة التنزيل حوالي ‪ 00.1‬ميجابايت ‪ /‬ثانية‪ .‬سرعة يمكن أن تصل إلى ‪ 0‬جيجابت‬
‫‪ /‬ثانية (أو ‪ 001‬ميجابايت ‪ /‬ثانية للتنزيل) مع أفضل العروض‪.‬‬

‫في هذا العمل‪ ،‬تم إجراء مقارنة بين تقنيتي ‪ LSDA‬واأللياف الضوئية‪ ،‬من أجل دراسة هاتين الشبكتين بشكل أفضل وفهم الفرق‬
‫بينهما‪.‬‬

‫تظهر نتائج المحاكاة أن األلياف الضوئية أقوى من ‪ LSDA‬فيما يتعلق بـ‪ :‬حركة المرور‪ ،‬واإلنتاجية‪ ،‬وفقدان المعلومات‪....... ،‬‬
‫إلخ‪.‬‬

‫أخيرا‪ ،‬يمكننا القول إن كال التقنيتين متطورتان للغاية وهامتان للغاية في حياتنا اليومية‪ ،‬لدرجة أننا ال نستطيع التخلص من كليهما‪.‬‬
‫ً‬
Remerciements

Tout d’abord, je remercie le bon Dieu le Tout Puissant, qui m’a inspiré la force
et la volonté pour élaborer ce modeste travail de recherche.

J’exprime mes sincères et chaleureux remerciements à mon encadreur Dr.


HENDAOUI Mounira, qui m’a guidé et m’a encourager tout au long de ce travail,
pour la richesse et la qualité de ses remarques, conseils et orientations qui m’ont
permis de réaliser ce travail, aussi pour sa disponibilité et surtout pour sa gentillesse.
Je tiens à lui exprimer toutes mes gratitudes.

Je remercie l’ensemble des jurys : Pr.Terghini Ouarda, Mme Zehani Soraya, qui
ont accepté de juger mon modeste travail.

Je remercie toutes les personnes qui ont apporté leur aide, et qui ont participé
de près ou de loin à l’accomplissement de ce travail de recherche scientifique.

Je représente ici, l’expression de mes sentiments de reconnaissances, de respect


et de gratitude à l’ensemble des enseignants du département de Génie Electrique de
l’Université Mohamed Kheider pour les connaissances et le savoir qu’ils m’ont
transmis tout au long de ma formation.

Enfin, Mes remerciements s’adressent à ma famille : Mes parents qui m’ont


toujours soutenu et encouragé, ma mère qui m’a aidé et conseillé, mes frères Choukri
et Safouane et mes sœurs pour leurs aides précieuses et leurs encouragements.
Dédicace

J’ai le grand plaisir de dédier ce modeste travail :

A ma très cher Mère, qui me donne toujours la force et qui n’a jamais cessé de
prier pour moi, pour son amour et son sacrifice afin que rien n’entrave la poursuite de
mes étude.

A mon très cher père, pour son soutien et ses encouragements et pour l’affection
dont il m’a toujours entourée.

Que Dieu le tout puissant vous garde et vous procure santé, bonheur et une longue
vie pour que vous demeuriez la lumière qui éclaire le chemin de ma vie.

A mon frère Choukri,

A mon frère Safouane,

A mes chères Sœurs,

A mes meilleurs amis : Mohcen, Zinou, Hamza, Aymen, Ramzi, Abdelmounaim.

A mes chères camarades: Fares, Mohamed, Nacer, Djaafar, Houssem.

Finalement à tous ceux qui me portent dans leurs cœurs.


Liste Des Abréviations

Liste Des Abréviations


ADSL Asymmetric Digital Subscriber Line
ANSI American Normalization Standard Institute
ATM Asynchronous Transfer Mode = Mode de transfert asynchrone
ATU-R ADSL Transceiver Unit – Remote terminal end = Modem abonné
BAS Broadband Access Server = Serveur d’accès large bande
BPON Broadband PON
CAP Carrierless Amplitude Phase modulation
CRC Cyclic Redundancy Check
CWDM Coarse WDM
DSLAM Digital Subscriber Line Access Multiplexer
DMT Discret Multi-Tone modulation
DB1Q Double Bit One Quaternary
DOCSIS Data over Cable Service Interface Specification
DWDM Dense WDM
DEL Diodes Electroluminescentes.
DPU Distribution Point Unit
DL Diodes Laser.
DSL Digital Subscriber Line
EPON Ethernet PON
FDDI Fiber Distributed Data Interface
FTP File Transfer Protocol
FTTx Fiber To The X
FTTN Fiber To The Neighborhood (Fibre jusqu'au quartier)
FTTC Fiber To The Curb (Fibre jusqu'au trottoir)
FTTS Fiber To The Street (Fibre jusqu'à la rue - bâtiment)
FTTN Fiber To The Node (Fibre jusqu'au répartiteur)
FTTB Fiber To The Building (Fibre jusqu'au bâtiment)
FTTCab Fiber To The Cab (Fibre jusqu'au sous-répartiteur)
FTTP Fiber To The Premises (Fibre jusqu'aux locaux - entreprises)
FTTH Fiber To The Home (Fibre jusqu'au domicile)
FTTE Fiber To The Entreprise (Fibre pour les entreprises)
Liste Des Abréviations
FTTO Fibre To The Office (Fibre jusqu'au bureau - entreprises)
FTTLA Fiber To The Last Amplifier (Fibre jusqu'au dernier amplificateur)
FAI Fournisseur d’accès à Internet
FDM Frequency Division Multiplexing
GTR Garantie de Temps de Rétablissement
GPON Gigabit PON
HTTP HyperText Transfer Protocol
IAP Internet Access Provider. Voir FAI
IP Internet Protocol = Protocole de communication Internet
ISDN Integrated Services Digital Network = RNIS
IEEE Institute of Electrical and Electronics Engineers.
LAN Local Area Network
LED Light Emitting Diode
L2TP Layer 2 Tunneling Protocol
LAC L2TP Access Concentrator = Concentrateur d’accès L2TP
LAN Local Area Network = Réseau local
LNS L2TP Network Server = Server L2TP
Modem Modulateur / Démodulateur
MUX Multiplexing : multiplexeur
MED Montée En Débit
NRO Nœud de raccordement optique
NRA Nœud de Raccordement d'Abonnés
N indice de réfraction
n1 indice du cœur de la fibre
n2 indice de la gaine
ONT Optical Network Termination
OLT Optical Line Termination
OPNET Optimized Network Engineering Tool
P2P point to point (point à point)
PON Passive Optical Network
Liste Des Abréviations
PMD Dispersion de Mode de polarisation
PIN Positive Intrinsèque Négative Photodiode
PAS Plate-forme d’accès aux services
POP Point of Presence
POTS Plain Old Telephone System = Téléphonie standard
PPP Point to Point Protocol = Protocole point à point
PPPoA PPP over ATM
PPPoE PPP over Ethernet
PPTP Point to Point Tunneling Protocol
QAM Quadrature Amplitude Modulation
RADIUS Remote Access Dial In User Service
RBCI Réseau Back Bône et de Collecte IP : c’est l’épine dorsale du réseau
RNIS Réseau Numérique à Intégration de Services
RTC Réseau Téléphonique Commuté.
SDSL Symetric Digital Subscriber Line
SR Sous-Répartiteur
TCP Transmission Control Protocol
TDM Time Division Multiplexing.
TDMA Time Division Multiple Access
UV Ultra-Violet
UIT Union internationale des télécommunications
UIT-T Secteur de la normalisation des télécommunications
VC Virtual Channel = Canal virtuel
VLAN Virtual LAN = réseau local virtuel
VP Virtual Path = Chemin d’accès virtuel
VDSL Very High Data Rate Digital Subscriber Line
WAN Wide Area Network : réseau de grande échelle.
WDM Wavelength Division Multiplexing
Table des matières

Table des matières

Résumé
Remerciements
Dédicace
Liste des abréviations
Table des matières
Liste des figures
Liste des tableaux

Introduction Générale ............................................................................................................. 1

CHAPITRE 1: La Technologie ADSL


1.1. Introduction .......................................................................................................................3
1.2. La Technologie xDSL .......................................................................................................3
1.2.1. Les Différentes Technologies xDSL ........................................................................... 4
1.3. La Technologie ADSL.......................................................................................................5
1.3. 1 Les Variantes d’ADSL................................................................................................. 6

1.3. 2 Fonctionnement De L’ADSL....................................................................................... 7

1.3. 3 Les Techniques De Modulation ................................................................................. 10

1.3. 4 Les Techniques de Multiplexage ............................................................................... 13

1.3. 5 Transport Des Données .............................................................................................. 16

1.4. Le Dégroupage ................................................................................................................19


1.5. Les Avantages et Les Inconvénients de l’ADSL .............................................................21
1.6. Conclusion .......................................................................................................................22
CHAPITRE 2: Les Fibres Optiques
2.1. Introduction ................................................................................................................... 23
2.2. Historique De La Fibre Optique.................................................................................... 23
2.3. La Fibre Optique ........................................................................................................... 24
2.3.2.1 Les Fibres optiques monomodes ........................................................................ 25

2.3.2.2 Les Fibres optiques Multimodes ........................................................................ 26

2.3.2.2.1 Fibres Optiques à saut d’indice .......................................................................... 26


Table des matières

2.3.2.2.2 Fibres Optiques à gradient d’indice ................................................................... 27

2.3.2.2.3 Comparaison entre les différents types de fibres optiques ................................. 27

2.4. Les technologies de la fibre optique : ........................................................................... 28


2.4.1 FTTO – Fiber To The Office – Fibre jusqu’au bureau .............................................. 28

2.4.2 FTTDP – Fiber To The Distribution Point – Fibre jusqu’au point de distribution .... 28

2.4.3 FTTN – Fiber To The Node – Fibre jusqu’au noeud ................................................. 29

2.4.4 FTTB – Fiber To The Building – Fibre jusqu’au bâtiment ....................................... 29

2.4.5 FTTLA – Fiber To The Last Amplifier – fibre jusqu’au dernier amplificateur ........ 29

2.4.6 FTTH – Fiber to the Home – Fibre jusqu’à l’abonné ................................................ 29

2.5. Ligne de transmission optique ...................................................................................... 34


2.5.1 Définition d’une liaison par fibre optique .................................................................. 34

2.6. Les modes de transmission ........................................................................................... 36


2.7. Dispersion ..................................................................................................................... 40
2.8. Les Applications De La Fibre ....................................................................................... 42
2.9. Les avantages et Les Inconvénients de La Fibre Optique ............................................. 43
2.10. Conclusion ................................................................................................................. 44
CHAPITRE 3: Simulations et Resultats
3.1. Introduction ................................................................................................................... 45
3.2. L’outil OPNET .............................................................................................................. 45
3.3. Modèles utilisés : .......................................................................................................... 46
3.4. Editeur de projet : .......................................................................................................... 46
3.4.1 Editeur de modèle de réseau ...................................................................................... 47

3.4.2 Editeur de modèle de nœud ....................................................................................... 48

3.5. Simulations.................................................................................................................... 50
3.5.1 Modèle de description ................................................................................................ 50

3.5.2 Projet 1 : Topologie ADSL ........................................................................................ 50

3.5.3 Résultats Et Discussion :............................................................................................ 51

3.5.4 Projet 2 : Topologie GPON ....................................................................................... 58

3.5.5 Résultats et discussion : ............................................................................................. 59


3.5.6 Comparaison entre le GPON et l’ADSL : ................................................................. 66

3.6. Conclusion .................................................................................................................... 73


Conclusion Générale ......................................................................................................... 74

Références Bibliographique……………………………………………………………...75
Liste des figures

Liste des figures


Figure 1.1: Connexion Internet : les équipements de la chaîne ADSL ...................................... 7
Figure 1.2: Les trames ADSL .................................................................................................... 9
Figure 1.3: Utilisation de la bande passante par DMT ............................................................ 11
Figure 1.4:constellation pour un codage a 2-CAP et 64-CAP ................................................. 12
Figure 1.5:Exemple de constellation 16 QAM ........................................................................ 13
Figure 1.6:Exemple de multiplexage fréquentiel de trois canaux téléphoniques .................... 13
Figure 1.7:Multiplexage des fréquences en ADSL .................................................................. 14
Figure 1.8: Séparation du téléphone et des données chez l’usager en ADSL .......................... 15
Figure 1.9: Schéma de principe d'un multiplexage à répartition dans le temps ....................... 15
Figure 1.10:Exemple d'une connexion à Internet d'un abonné ................................................ 18
Figure 1.11: schéma résumé d’une maison en dégroupage partiel .......................................... 20
Figure 1.12: Schéma résumé d'une maison connectée en dégroupage total ............................ 21
Figure 2.1: schéma d’un câble a fibre optique ......................................................................... 25
Figure 2.2: schéma d’une fibre optique monomodes ............................................................... 25
Figure 2.3: Fibre multimodes à saut d’indice .......................................................................... 26
Figure 2.4: Fibre Multimodes à gradient d'indice .................................................................... 27
Figure 2.5: Architecture globale d’un réseau FTTH ................................................................ 30
Figure2.6: Architecture Point à Point ...................................................................................... 31
Figure 2.7: Différentes architectures Point-Multipoint ............................................................ 31
Figure 2.8: Composants du Réseau d’Accès GPON FTTH ..................................................... 33
Figure 2.9: Représentation d’une liaison par fibre optique avec représentation de pertes et les
différentes puissances .............................................................................................................. 34
Figure 2.10: Spectre d’émission d’une DEL. ........................................................................... 35
Figure 2.11: Spectre d’émission d’une DL. ............................................................................. 36
Figure 2.12: le découpage en temps entre les différentes connexions ..................................... 37
Figure 2.13: Le découpage en longueur d'onde entre les différentes connexions ................... 37
Figure 2.14: Les longueurs d'ondes CWDM ............................................................................ 38
Figure 2.15: Les longueurs d'ondes DWDM ........................................................................... 39
Figure 2.16: effet de la dispersion ............................................................................................ 40
Figure 2.17: Distorsion d’une impulsion provoquée par la dispersion modale ....................... 40
Liste des figures

Figure 2.18: Dispersion chromatique dans une fibre optique .................................................. 41


Figure 2.19: Un endoscope ...................................................................................................... 42
Figure 2.20: Chirurgie .............................................................................................................. 43
Figure 3.1: Project Editor ......................................................................................................... 46
Figure 3.2: Palette des objets OPNET ..................................................................................... 48
Figure 3.3: Node Model Editor ................................................................................................ 49
Figure 3.4: Scénario ADSL...................................................................................................... 50
Figure 3.5: Le retard (delay) du réseau ADSL......................................................................... 51
Figure 3.6: Le retard du réseau global et du PC1 du réseau ADSL ......................................... 51
Figure 3.7: La charge(load) du PC1 du réseau ADSL ............................................................. 52
Figure 3.8: La charge (load) du PC1 et PC2 du réseau ADSL ................................................ 52
Figure 3.9: Le trafic envoyé pour les quatre services FTP, HTTP, VOICE, VIDEO CONFERENCE
du réseau ADSL. ...................................................................................................................... 53
Figure 3.10: Le trafic reçu pour les quatre services FTP, HTTP, VIDEO CONFERENCE, VOICE du
réseau ADSL. ........................................................................................................................... 54
Figure 3.11: Trafic reçu pour les trois services FTP, HTTP, VOICE du réseau ADSL. ......... 54
Figure 3.12: Le trafic envoyé pour le service VIDEO CONFERENCE du PC1 et PC3 du réseau
ADSL. ...................................................................................................................................... 55
Figure 3.13: Le trafic reçu du PC1 et PC3 pour le service VIDEO CONFERENCE du réseau ADSL
.................................................................................................................................................. 56
Figure 3.14: Le trafic envoyé et reçu pour le service VOICE du réseau ADSL...................... 56
Figure 3.15: Le trafic envoyé et reçu pour le service Vidéo Conférence du réseau ADSL. .... 57
Figure 3.16: Scénario GPON ................................................................................................... 58
Figure 3.17: Le retard (delay) du réseau GPON ...................................................................... 59
Figure 3.18: Le retard du réseau global et du PC1 pour le réseau GPON ............................... 59
Figure 3.19: La charge(load) du PC1 pour le réseau GPON ................................................... 60
Figure 3.20: La charge (load) du PC1 et PC2 du réseau GPON .............................................. 60
Figure 3.21: Le trafic envoyé pour les quatre services FTP, HTTP, VOICE, VIDEO CONFERENCE
du réseau GPON....................................................................................................................... 61
Figure 3.22: Le trafic reçu pour les quatre services FTP, HTTP, VIDEO CONFERENCE, VOICE du
réseau ADSL. ........................................................................................................................... 62
Liste des figures

Figure 3.23: Trafic reçu pour les trois services FTP, HTTP, VOICE du réseau GPON ......... 63
Figure 3.24: Le trafic envoyé pour le service VIDEO CONFERENCE du PC1 et PC3 du réseau
GPON ....................................................................................................................................... 64
Figure 3.25: Le trafic reçu pour le service VIDEO CONFERENCE du PC1 et PC3 du réseau GPON.
.................................................................................................................................................. 64
Figure 3.26: Le trafic envoyé et reçu pour le service VIDEO CONFERENCE du réseau GPON. 65
Figure 3.27: Le trafic envoyé et reçu pour le service VOICE du réseau GPON. .................... 66
Figure 3.28: Le retard (delay) des deux réseaux ADSL et GPON ........................................... 67
Figure 3.29: Le retard (delay) sur le PC1 pour les deux réseaux ADSL et GPON.................. 67
Figure 3.30: La charge (load) sur le PC1 pour les deux réseaux ADSL et GPON .................. 68
Figure 3.31: Le trafic reçu sur le PC1 pour les deux réseaux ADSL et GPON ....................... 68
Figure 3.32: Le trafic reçu du PC1 pour le service vidéo conférence des deux réseaux ADSL et GPON
.................................................................................................................................................. 69
Figure 3.33: Le trafic reçu pour le service HTTP des deux réseaux ........................................ 69
Figure 3.34: Le trafic envoyé pour le service VOICE des deux Réseaux ADSL et GPON .... 70
Figure 3.35: Le trafic reçu pour le service VOICE des deux Réseaux ADSL et GPON ......... 71
Figure 3.36: Trafic reçu pour le service FTP des deux réseaux ADSL et GPON ................... 71
Figure 3.37: Object Response time du PC1 pour le CLIENT HTTP des deux réseaux ADSL et GPON
.................................................................................................................................................. 72
Liste des tableaux

Liste des tableaux

Tableau 2.1: comparaison entre les différents types fibres optiques ……………………….28
Tableau 3.1 : les modèles OPNET utilisés en ADSL……………………………………….46

Tableau 3.2: les modèles OPNET utilisés en GPON technologie…………………………..46


Introduction Générale

INTRODUCTION GENERALE
Introduction Générale

Introduction Générale
Les deux technologies ADSL et fibre optique permettent d'avoir accès à Internet, mais
elles sont très différentes l'une de l'autre et ne présentent pas en effet les mêmes caractéristiques
techniques.

L'ADSL est une technologie qui permet de faire passer des données numériques
par les fils de cuivre d'une ligne téléphonique. L'ADSL utilise en effet le même réseau que le
téléphone.

Quant à la fibre optique, elle nécessite le déploiement d'un nouveau réseau totalement
indépendant et permet le transfert de données via la lumière. Lumière qui transite par un câble
contenant des fils de verre ou de plastique, aussi fins que des cheveux [1].

L'ADSL sera bientôt l'incarnation du passé alors que la fibre optique à l'avenir devant elle
[1].

Le principal avantage de la fibre optique sur l'ADSL, c'est qu'elle permet le transfert de
données à grande vitesse. Les débits affichés par l'une et l'autre des technologies sont même
radicalement différents : De 1 à 15 Mb/s pour l'ADSL c'est ce qu'on appelle le Haut Débit, Un
minimum de 100 Mb/s pour la fibre optique. C'est ce qu'on appelle du Très Haut Débit. 100
Mb/s, c'est vraiment le minimum. Car, aujourd'hui, les forfaits fibre des opérateurs offrent 200,
300, 500 Mb/s. Et même souvent 1 Gb/s [1].

En général, notre travail sera divisé en trois chapitres. Chaque chapitre abordera
différentes questions liées au projet. Les points suivants sont discutés.

Chapitre 1 : Ce chapitre fournit une étude générale sur la technologie ADSL. Il comprend
une discussion sur certaines caractéristiques importantes et son architecture réseau.

Chapitre 2 : Ce chapitre propose une étude générale sur la Fibre Optique. Fournit les
fonctionnalités et les technologies utilisées dans le réseau Fibre Optique.

Chapitre 3 : Ce chapitre traite une analyse détaillée des résultats des expériences de
simulation sur l’ADSL et la Fibre Optique et finaliser par une comparaison entre ces résultats.
Dans cette étude, il y a en total deux Topologie principales. Le but de cette recherche est de
comparer entre la technologie Fibre optique et celle de l’ADSL et de mettre en évidence les
avantages et les inconvénients de chaque réseau.

1
Introduction Générale

Et nous avons finalisé notre mémoire par une conclusion générale qui présente une
récapitulation de tous ce que nous avons traité dans ce mémoire.

2
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

Chapitre 1 : La Technologie ADSL


CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

1.1. Introduction

ADSL (ASYMETRIC DIGITAL SUBSCRIBER LINE), elle est nommée en français


LNPA (Ligne Numérique à Paire Asymétrique), est la technologie de communication
asynchrone utilisée actuellement pour l’accès à internet en haut débit.

L’ADSL est utilisée pour le transport de données à haut débit. Leur principe fondamental
étant de doper le réseau téléphonique existant pour permettre de faire circuler des informations
sur les paires cuivrées déjà en place.

Dans ce chapitre on étudiera cette technologie de manière détaillé en explorant son


principe de fonctionnement, les différentes variantes, ses avantages et inconvénients [2].

1.2. La Technologie xDSL

Le terme xDSL rassemble des différentes techniques de transmissions, utilisant la ligne


téléphonique. La voix utilise une bande de 4 KHZ sur la bande fournis par la paire de cuivre.
Afin de créer deux voies de communications, les technologies xDSL explorent la bande
passante supplémentaire. Les versions de ces technologies varient selon le nombre de paires
téléphoniques consommées (1ou2) ainsi que le type de modulation employé et le choix des
fréquences porteuses. Un débit dissymétrique est mis en action par la technologie ADSL, il est
plus important sur la voie descendante que sur la voie montante. La dissymétrie est quasiment
adaptée aux besoins de l’accès au réseau d’internet. Le concept de « super modems » est
fondamental pour les technologies xDSL. Les super modems sont des boitiers dont on trouve
des modulateurs-démodulateurs sont fusionnés à des performances très élevées, installés aux
extrémités d’une ligne en paires torsadés pour créer une ligne d’abonné numérique.

Le point faible dans la chaine qui relie l’internaute et le reste du monde est détecté au
niveau de la partie qui relie le central téléphonique au modem du particulier. Cet attachement
se constitue de fils de cuivre que certains d’entre nous croit qu’ils n’ont pas la capacité de
supporter des vitesses de communication qui dépassent des dizaines de kbits par seconde.
Cependant, le réseau téléphonique a en premier lieu été admis pour transporter de la voix et
dans cette optique, la bande passante utilisée par des équipements de communication classique
est de l’ordre 3.3 KHz et ceci est dû à la possibilité des fils de cuivre.

3
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

En revanche, les caractéristique physiques des lignes d’abonnés offrent la possibilité de


supporter la diffusion des signaux à des fréquences qui peuvent atteindre 1MHz.il existe une
possibilité d’optimiser l’utilisation de ces lignes à travers la modification des modems et il
semble que , en fonction de la distance qui sépare l’abonné du central téléphonique , les paires
de cuivres peuvent supporter des débit à base de 1.5 Mbits/s jusqu’à 10Mbits/s, ce qui engendre
qu’ils sont enfin capables de transporter de la vidéo. Ce qui rend facile d’imaginer les
possibilités que fournies de tels débits en les comparant à ce qui est disponible actuellement :
33,6kbits/s, 64kbits/s ou 128 Kbits/s [3].

1.2.1. Les Différentes Technologies xDSL

 HDSL (High bit-rate DSL):


C’est la première technique de transmission full duplex qui vise à sectionner le tronc
numérique du réseau,, T1 en Amérique sur 2 paires de fils et E1 en Europe sur 3 paires
téléphoniques .On peut accéder à un débit de 2Mbps dans les 2 sens sur trois paires torsadées,
ainsi que sur deux paires torsadées on peut atteindre le 1,5 Mbps .Si le débit arrive à 2Mbps,
L’HDSL permet de refiler le trafic de façon symétrique, mais pour faire cette action il est
nécessaire de fournir deux ou trois paires de cuivre .il attribue la même largeur de bande dans
les deux sens [4].

 IDSL
Ce sigle est utilisé pour définir l’RNIS DSL, littéralement le DSL Numérisé. L’IDSL
étant un réseau numérisé, IDSL est un débordement de langage. En fait le terme décrit un
service de fourniture de données permanent à 128Kbit/ sur support RNIS [5].

 SDSL
C’est une version différente (mono ligne) de HDSL, mais plus restreinte en distance (3
,6) et en débit 768kbps. La visioconférence est compatible Avec le SDSL, ainsi qu’aux travaux
en groupe sur réseau LAN interconnectés dont elle présente une solution pour le remplacement
des T1/E1.

 RADSL (Rate Adaptative DSL):


La technique RADSL fondée sur l’ADSL est susceptible d’adapter le débit du modem à
des vitesses de replis, quand la qualité de transmission de la ligne se dégrade. La caractéristique
de la technique asymétrique est de mettre en action des mécanismes de replis qui permettent
l’adaptation du débit aux ratés physiques intervenue sur le canal. Pour une longueur maximale

4
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

de boucle locale de 5,4 km, la RADSL permettrait des débits ascendants de 128 Kbps à 1Mbps
et des débits descendants de 600Kbps à 7Mbps [4].

 VDSL (Very High bit-rate DSL):


Parmi les technologies DSL, VDSL est la plus rapide. Cette technologie est basée sur la
RADSL .elle a la capacité de supporter, sur une simple paire torsadée, des débits de 13 à 55.2
Mbps en down Stream et de 1,5 à 6 Mbps en up Stream or si l’on veut faire de la VDSL une
connexion symétrique un débit de 34Mbps dans les 2 sens. Alors il est à signaler que VDSL
peut être utilisée en tant que connexion asymétrique ou symétrique à haut débit sur une courte
distance (jusqu’à 1,5 Km) [4].

 VDSL 2
VDSL 2 (Very high data rate DSL 2) est basée sur la VDSL, elle offre des haut débits
asymétriques, mais sur une faible distance par rapport à l'ADSL2+. Théoriquement, on peut
obtenir un débit maximal approximatif de 100 Mbit/s mais en limitant la portée du service à
moins de 300m. Le service à la possibilité d’être proposé sur des très longue distances, mais
la performance se diminue rapidement avec la distance pour s'approcher de celle de l'ADSL
2+ [5].

 ADSL

Dans cette catégorie on trouve trois technologie xDSL intéressante tel que : l’ADSL2,
l’ADSL+2, l’ADSL G.LITE, dans ce travail on va étudier la technologie ADSL.

1.3. La Technologie ADSL

Le mot ADSL signifie Asymmetric Digital Subscriber Line (Ligne Numérique


d’Abonné).Cette technologie est un membre de famille xDSL, elle transporte les données
numériques avec un débit acceptable via les fils de cuivre d’un téléphone fixe, elle permet un
accès rapide à Internet et à des réseaux lointains sur les lignes téléphoniques (RNIS, POTS …).
C’est une technologie permettant de faire passer de hauts débits sur la paire de cuivre utilisée
pour les lignes téléphoniques de la Boucle Locale. La technique consiste à utiliser les
fréquences supra vocales laissées libres par le service téléphonique traditionnel.

Pour combiner sur le même réseau câblé le transport de la voix avec celui de données en
provenance et à destination du web, la bande passante est divisé en trois canaux :

 Un canal est réservé au transport de la voix.

5
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

 Le deuxième à l’envoi des données sur internet : le « upload ».


 Le troisième à la réception des données venant d’internet : le « download » [6].

ADSL est actuellement une des technologies disponibles sur le marché, cette dernière
est largement mise en action par les fournisseurs d'accès à Internet pour le support des accès
dits « haut-débit » et cela est dû à son faible cout [7].

1.3. 1 Les Variantes d’ADSL

 ADSL G.Lite
Cette déclinaison d’ADSL (norme de l'ADSL sans séparateur de signal.) est moins
performante mais présente l’avantage pour les opérateurs de ne pas nécessiter l’utilisation de
filtre chez l’abonné pour séparer les signaux données des signaux voix. Cette caractéristique a
notamment séduit certains opérateurs américains car elle ne nécessitait pas l’intervention d’un
technicien sur le terrain pour installer les filtres ce qui au lancement de la technologie a permis
de réaliser de substantielles économies de déploiement. Aujourd’hui, la simplicité d’installation
des filtres ADSL rend caduc cet argument.

Référencé comme standard à l’UIT sous le numéro G-992.2, G.Lite permet d’atteindre
un débit maximal de 1,544 Mbit/s à 6 Mbit/s en voie descendante et de 128 Kbit/s à 384 Kbit/s
en voie montante [5].

 L’ADSL 2
La migration de l'ADSL vers l'ADSL2 ne nécessite que l'établissement d'un terminal
spécial entre le central téléphonique et l'utilisateur qui autorise la nouvelle bande passante, ce
qui n'entraîne pas une dépense énorme de la part des prestataires de services. La technologie
ADSL2 fournit très peu d'avantages par rapport à l'ADSL2 +, en plus de ne pas avoir passé
beaucoup de temps entre l'apparition des deux, ce qui a rendu la présence de l'ADSL2 dans un
pourcentage comparatif entre l'ADSL et l'ADSL2 + est anecdotique. Le seul avantage pratique
qu'il offre par rapport à l'ADSL2 + est qu'il souffre moins de l'effet d'atténuation, ayant atteint
un service avec 90 dB d'atténuation (environ 8 km de câble) [8].

 L’ADSL 2+
C’est une technique ADSL plus développée. Elle permet de tirer parti d'une grande bande
de fréquences (jusqu'à 2,2 MHz), ce qui permet dans la pratique d'obtenir des débits de
transmission augmenté, notamment en liaison descendante. Les améliorations ne sont toutefois

6
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

possible que si l'abonné se situe moins de 3km du nœud de raccordement de l'opérateur. Sinon,
les débits de l'ADSL 2+ sont similaires ceux de l'ADSL.

Référencé comme standard l'UIT sous le numéro G-992.5, ADSL 2+ permet d'accéder à
un débit maximal en voie descendante de 22Mbit/s en mode ATM (environ 16 Mbit/s en IP) et
de 1Mbit/s en voie montante [5].

1.3. 2 Fonctionnement de l’ADSL

1.3.2.1. Représentation D’une Connexion à Internet

La figure ci-dessous (Figure (1.1)) représente un schéma d’une connexion à Internet, de


l’ordinateur d’abonné jusqu’au fournisseur d’accès Internet. L’accès du client final au réseau
Internet sollicite différents équipements et réseaux : le modem, le filtre, le DSLAM, le réseau
de collecte, le BAS…etc.

Figure 1.1: Connexion Internet : les équipements de la chaîne ADSL

1.3.2.2. Les Equipements D’une Chaine ADSL

 modem ADSL : Le Modulateur Démodulateur module les signaux de fréquence


appartenant à la plage des données "Internet" sans interférer avec la bande de fréquence
utilisée par la voix. (300-3400HZ) [4]
 filtre ou splitter : Il permet de séparer le flux téléphonique de celui d'Internet.
Il est constitué d'un filtre passe-haut qui garde les plus hautes fréquences, et d’un filtre
passe-bas ne garde seulement que la bande de fréquence de 0 à 4.3Hz [4].
 DSLAM : Le DSLAM (Digital Subscriber Line Access Multiplexer) est
l’équipement relié aux clients ADSL via la paire de cuivre. Il récupère les flux "voix" et
"Internet". Le flux voix est aiguillé vers le RTC tandis que le flux Internet vers le BAS en

7
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

empruntant le réseau de collecte ATM. Il met fin à l'ADSL proprement dit et utilise la fibre
optique pour assurer la suite de la liaison [4].
 ATM : Le réseau ATM (Asynchronous Transfert Mode) est une technologie de
réseau permettant de transférer sur une même ligne des données et de la voix. ATM est le
réseau de collecte de la chaîne ADSL [9].
 BAS : Le Broadband Access Server assure plusieurs fonctions. Il permet
d'assurer la liaison vers les FAI (Fournisseur d'Accès Internet) au travers du réseau de
collecte IP. Pour cela, il route les paquets en fonction de leur adresse IP. Inversement, il est
chargé de répartir le flux Internet sur le réseau ATM en direction des DSLAM. Il assure
également le lien avec le PAS pour l'authentification et la facturation [9].
 RBCI : Le Réseau Back Bône Collecte Interne permet d’acheminer les flux IP
venant du BAS vers le FAI via des routeurs Ceux-ci analysent l'en-tête des paquets inséré
par le protocole IP (@ IP destination) afin de les aiguiller sur le port de sortie concerné. Le
choix du port de sortie est réalisé par l'intermédiaire d'une table de routage [9].

1.3.2.3. Trames ADSL et super trames

 La super trame : comporte 68 trames ADSL. La première trame contient les


corrections d'erreurs CRC et les trames 1, 34 et 35 contiennent des informations concernant la
gestion de la liaison. La dernière trame est une trame de synchronisation. La durée d’une super trame
est 17ms.
 La trame ADSL : est divisée en deux buffers. Le premier est le buffer des données
rapides tandis que le second est celui des données entrelacées. Ce système permet d'apporter une
notion de priorité des données à transporter. En effet, les données pour lesquelles le temps de
transfert n'est pas crucial sont stockées dans le buffer des données entrelacées, tandis les autres sont
dans le buffer de données rapides. Dans ce dernier des octets sont consacrés à la correction d’erreur
anticipée , comme le montre la figure (1.2). [10].

8
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

Figure 1.2: Les trames ADSL [10]

1.3.2.4. Capacité De Trafic

 Sens descendant

En supposant que la qualité de la ligne le permette, chaque sous-porteuse peut utiliser des
symboles de 15 bits, et transmet 4 000 symboles par seconde. Pour le sens descendant, on
dispose de 223 sous-porteuses pour transporter des données utilisateur (ce sont les sous-
porteuses 32 à 255, moins la sous-porteuse pilote 64). Sans autre limitation, le débit maximum
théorique du sens descendant s'établirait donc à [223 sous-porteuses × 15 bits × 4 000
symboles], soit 13 380 kbit/s.

Dans la pratique, ce débit est moindre pour deux raisons principales :

 La structure des mots-codes Reed-Solomon ne permet pas de transporter plus


d'un certain nombre d'octets utilisateur dans chaque trame. Pour le sens descendant, le
format utilisé pour les mots-codes accepte un maximum de 254 octets à partager entre les
données utiles et d'éventuels octets de redondance. Cette taille conditionne le débit
maximum théorique qui s'établit à une valeur de « 254 octets × 8 bits × 4 000 symboles/s ».

9
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

 Les caractéristiques de la ligne (atténuation, perturbations externes) font qu'il


n'est souvent pas possible de transmettre 15 bits par symbole, de manière fiable, pour chaque
sous-porteuse.

À cause de ces deux facteurs, le débit net maximum du sens descendant s'établit en
général à une valeur intermédiaire, de l'ordre de quelques centaines à quelques milliers de
kilobits par seconde. Par ailleurs, en fonction de l'abonnement souscrit (on parle de « paliers de
débit »), le débit peut être volontairement limité par les équipements du fournisseur d'accès à
Internet, indépendamment des possibilités techniques.

En ce qui concerne la limitation induite par le code Reed-Solomon, une modification


ultérieure de la norme prévoit un format différent pour les mots-codes (tramage « S=1/2 »), qui
permet de véhiculer presque deux fois plus de données utilisateur dans chaque mot-code.
Lorsque ce format est mis en œuvre, le débit n'est plus limité que par le nombre de bits qui
peuvent être transportés par l'ensemble des 223 sous-porteuses affectées au sens descendant. Le
débit maximum théorique de l'ADSL s'établit alors à un peu plus de 13 000 kbit/s pour le sens
descendant.

Ces valeurs ne s'appliquent pas à l'ADSL2+, qui utilise un nombre de sous-porteuses plus
élevé.

 Sens montant

Le même calcul s'applique aux 31 sous-porteuses disponibles pour transporter les données
dans le sens montant, et les mêmes restrictions existent à cause de la structure des mots-codes
Reed-Solomon. Le débit maximum du sens montant s'établit donc à 1 024 kbit/s (cette valeur
est la même pour l'ADSL2+) [11].

1.3. 3 Les Techniques De Modulation

 DMT Cette technique de modulation a été sélectionner comme standard (T1.413) par
l'ANSI (AMERICAN STANDARDS NATIONAL INSTITUTE) et par l'ETSI (Institut Européen
de Normes de Télécommunications), La technique sert à partager la bande passante en un grand
nombre de canaux. Ces canaux reçoivent une modulation QAM et sont transmis en parallèle. La
DMT multi-porteuses exige de forts traitements numériques .Pour appliquer la DMT à l’ADSL le
spectre de fréquence compris entre 0 Hz et 1,104 MHz est sectionner en 256 sous canaux distincts
avec une largeur de 4, 3125 KHz [12] [13].

10
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

D’après le standard T1.413, uniquement les sous canaux 1 à 31 peuvent être utilisés
pour le débit Up Stream. Les sous canaux 1 à 6 sont utilisés pour la téléphonie, les sous
canaux 7 à 31 pour le flux montant, le sous canal 32 est réservé, les sous canaux 33 à 256 sont
utilisés pour les flux descendants [14].

La figure ci-dessous (figure (1.3)) montre l’utilisation de la bande passante par DMT

Figure 1.3: Utilisation de la bande passante par DMT [15]

 CAP(Carrierless Amplitude and Phase Modulation)


CAP a été développé par AT&T. Cette technique est basée sur QAM c’est à dire à
l'émission, on soustrait la porteuse du signal (carrierless). CAP utilise aussi bien la modulation
de phase que la modulation d'amplitude.

L'ensemble des combinaisons de bits qu'on peut envoyer à un instant de modulation donné
se nomme une constellation. Les canaux montants et descendants ne sont pas subdivisés en
canaux plus étroits. Les émetteurs-récepteurs CAP peuvent utiliser des constellations multiples
créant 2n valeurs. n peut varier de 2 à 512 en fonction des caractéristiques de la ligne utilisée.
On parle alors de n-CAP (2-CAP, 64-CAP,…512-CAP).

11
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

La figure ci-dessous (figure (1.4)) donne un exemple de constellation pour un 2-CAP


(un décalage de phase de 180° et un niveau d'amplitude) et un 64-CAP (décalage de phase de
90° et quatre niveaux d'amplitude) [14] [16].

Figure 1.4:constellation pour un codage a 2-CAP et 64-CAP [14].

 QAM ou MAQ (Modulation d’Amplitude en Quadrature)


La MODULATION D’AMPLITUDE EN QUADRATURE va associer des niveaux
d’amplitude et de phase pour fournir des symboles représentatifs d’un certain nombre de bits.
On appelle constellation la représentation graphique de ces symboles.

On va alors parler de 16-MAQ, 32-MAQ, …, 256-MAQ, …32768-MAQ, ce qui


correspond à la possibilité de transmettre 16, 32, …, 256, …, 32768 symboles différents.
Chaque symbole représente log2 16, log2 32, …, log2 256, …, log2 32768, soit 4,5,…, 8,…,15
bits. Le débit binaire D pour une voie de rapidité de modulation R et pouvant transmettre N
symboles (N=2 nombre de bits/symboles), aura pour valeur : D= R. Log2 N [14].
La figure ci-dessous (figure (1.5)) présente un exemple de constellation 16 QAM

12
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

Figure 1.5:Exemple de constellation 16 QAM [14].

1.3. 4 Les Techniques de Multiplexage

 FDM : L'ADSL fonctionne en full duplex grâce à FDM, permettant de faire transiter
simultanément les signaux montants et descendants accompagnés également des signaux
portant la voix téléphonique. La même technique étant utilisée également en ligne téléphonique
dans l'organisation du groupe primaire, cette dernière consiste à regrouper 12 voix
téléphoniques de 4 kHz chacune, (3 kHz utilisables plus 2 espaces inter-bandes de 0,5 kHz) ce
qui donne une largeur de bande de 48 kHz répartie entre 60 et 108 kHz. Mais dans ce cas vous
comprendrez aisément que toute technologie xDSL n'a plus sa bande passante haute et est donc
impossible [17].
La figure ci-dessous (figure (1.6)) présente un exemple de multiplexage fréquentiel de
trois canaux téléphoniques

Figure 1.6:Exemple de multiplexage fréquentiel de trois canaux téléphoniques [9].

13
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

On trouve également un bon exemple de l’utilisation de FDM avec ADSL (Asymmetric


Digital Subscriber Line). ADSL est né de l’observation qu’une ligne téléphonique possède une
bande passante d’environ 1 Mhz dans laquelle seule, une largeur de bande de 4 KHz est utilisée
pour les communications téléphoniques. Il reste donc une bande passante importante disponible
pour un autre usage. C’est un multiplexage en fréquence qui va permettre son utilisation comme
le montre la figure (1.7) :

Figure 1.7:Multiplexage des fréquences en ADSL

Une bande de 4 kHz est réservée pour la téléphonie classique (POTS : Plain Old
Téléphone Service) Une bande est réservée pour le flux de données usager vers réseau. (Up
Stream Data : Voie montante). Une bande est réservée pour le flux de données réseau vers
usager. (Down Stream Data : Voie descendante) L’ensemble de la bande passante s’étend sur
1,1 MHz.

Le canal dédié au téléphone est séparé des canaux dédiés aux données par un filtre passe-
bas (Splitter) passif. Le filtre envoie également l’intégralité du signal au modem ADSL (ATU-
R : ADSL transciever unit-remote). Celui-ci est doté d’un filtre passe-haut qui élimine le canal
dédié au téléphone. Le signal est ensuite traité par la technologie DMT pour être transmis à
l’équipement informatique via une liaison de type Ethernet 10BaseT ou ATM25 [9].

La figure ci-dessous (figure (1.8)) représente une séparation du téléphone et des données
chez l’usager en ADSL.

14
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

Figure 1.8: Séparation du téléphone et des données chez l’usager en ADSL [9].

 TDM : Le multiplexage TDM (Time Division Multiplexing) ou MRT (Multiplexage à


répartition dans le temps) est une technique de multiplexage numérique consiste à affecter à un
utilisateur unique la totalité de la bande passante pendant un court instant et à tour de rôle pour
chaque utilisateur, comme le montre la figure (1.9).

Figure 1.9: Schéma de principe d'un multiplexage à répartition dans le temps

Le multiplexage TDM permet de regrouper plusieurs canaux de communications à bas


débits sur un seul canal à débit plus élevé.

On retrouve ce type d’utilisation sur les canaux T1 aux Etats-Unis qui regroupent par
multiplexage temporel 24 voies à 64 kbit/s en une voie à 1,544 Mbit/s ou sur les canaux E1 en
Europe qui regroupent 30 voies analogiques en une voie à 2,048 Mbit/s.

15
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

Les canaux T1 ou E1 peuvent être multiplexés entre eux pour former des canaux à plus
hauts débits, etc. Cette hiérarchie des débits est appelée hiérarchie numérique plésiochrone ou
PDH (Plesiochronous Digital Hierarchy) [18].

1.3. 5 Transport Des Données


Comme expliqué plus haut, chaque trame ADSL élémentaire transporte un mot-code Reed-
Solomon, lequel comporte des informations de service, des octets de redondance utilisés pour détecter
et si possible corriger les erreurs, et un espace destiné aux données de l'utilisateur.

Typiquement, les données utilisateur sont organisées sous la forme de cellules en


protocole ATM, d'une longueur unitaire de 53 octets, dont 48 sont disponibles pour les données
utilisateur proprement dites. Les 5 premiers octets de chaque cellule ATM contiennent les
références du circuit virtuel ATM, ainsi que des informations relatives à l'organisation des
données utilisateur au sein d'un groupe de cellules consécutives. À l'émission, les données
issues de l'équipement informatique de l'abonné (paquets IP, messages PPP ou encore trames
PPPoE) sont automatiquement fragmentées en tronçons de 48 octets et réparties dans autant de
cellules ATM que nécessaire. À la réception, les données transportées par chaque cellule sont
extraites, et le message d'origine est automatiquement reconstitué avant d'être délivré à
l'équipement destinataire [11].

1.3.5.1 Transport ATM

ATM : Asynchronous Transfer Mode, est un protocole orienté connexion asynchrone. Il


permet de faire transiter différents types de données, dans des cellules de tailles fixes et à des
débits de 155Mbit/s. Il permet également de créer des circuits virtuels d'un point à un autre.

Pour l'ADSL, l'ATM est utilisé pour faire transiter les données téléphoniques et Internet
sur le même support, depuis le modem de l'abonné jusqu'au BAS. Il est utilisé aussi bien sur les
paires de cuivre que sur la fibre optique. Les circuits virtuels sont utilisés pour relier directement
l'abonné au BAS [10].

Les caractéristiques d'ATM sont :

• technologie de commutation basée sur des cellules


• cellules de 53 octets (48 octets de données et 5 octets d'en-tête) : compromis entre 32
octets (européens) et 64 octets (américains)
• aucun contrôle d'erreurs mis à part un contrôle rudimentaire sur l'en-tête

16
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

• technologie orientée connexion (comme RNIS, Transpac) opposé à Ethernet et Token


Ring qui eux ne sont pas orientés connexion
• permet de faire le lien entre un réseau orienté et non orienté connexion en utilisant
certains mécanismes
• prise en compte de la qualité de service au niveau des négociations (notion de contrat
entre l'usager et le réseau visant à obtenir une certaine qualité de service) [3].f

1.3.5.2 Les Protocoles [10].

 IP : Internet Protocol, est un protocole de télécommunications très répandu, utilisé sur


les réseaux qui servent de support à Internet. Il permet de découper l’information à
transmettre en paquets, d’adresser les différents paquets, de les transporter
indépendamment les uns des autres et de recomposer le message initial à l’arrivée.
Pour l'ADSL, l'IP est utilisé au niveau du BAS pour router les données provenant de
l'abonné vers son FAI au travers du réseau back Bône de collecte IP (RBCI) [10].
 PPP : Point to Point Protocol, est un protocole utilisé pour relier directement
(virtuellement) une machine à une autre.
Pour l'ADSL, le PPP est utilisé pour relier directement le modem de l'abonné au réseau de
son provider puis Internet. Il est encapsulé par les protocoles PPPoE ou PPPoA [16].

 PPPoE : Point to Point Protocol Over Ethernet, Ce protocole permet de bénéficier des
avantages de PPP, notamment sa compatibilité avec les protocoles d'authentification (PAP,
CHAP, etc.) et le contrôle de la connexion (débit, etc.), sur un réseau ETHERNET.
Il est beaucoup employé par les connexions haut débit à INTERNET par ADSL et câble
destinées aux particuliers.

Il est beaucoup employé par les connexions haut débit

Il pose un problème de MTU : PPPoE occupant 8 octets dans les trames Ethernet, il
abaisse de fait la taille maximum des paquets IP de 1 500 à 1 492 octets [19].

 PPPoA : Point to Point Protocol Over ATM, est un protocole d'encapsulation de PPP
sur ATM décrit dans le RFC 2364,.Utilisé par les modems connectés en USB pour les modems
ne supportant pas le protocole PPPoE nativement, et parfois utilisé par les connexions haut débit
ADSL et câble destinées aux particuliers[20] [16].

17
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

 L2TP : Layer 2 Tunneling Protocol. Ce protocole permet de prolonger une session PPP
en autorisant que la terminaison de la connexion de niveau 2 (VP/VC ATM) et la terminaison
de la session PPP soient réalisées par des équipements différents. Le BAS Termine donc la
connexion de niveau 2 mais prolonge la session jusqu’au LNS, routeur situé chez le fournisseur
d’accès qui la terminera. Pour cela, il établit un tunnel L2TPavec cet équipement, il joue le rôle
de LAC.
 RADIUS : Il est utilisé entre le BAS, le PAS (Plate-forme d’accès aux services=Proxy
RADIUS), et le serveur RADIUS du FAI. Le protocole RADIUS comprend deux parties :
1) L’authentification: qui permet à l’utilisateur de se connecter en transmettant des
attributs comme son identifiant et son mot de passe, elle se fait par des échanges
BASPAS-serveur RADIUS. En cas d’acceptation, le PAS transmet des attributs
comme l’adresse IP attribuée à l’utilisateur et le nom du routeur virtuel du BAS auquel
l’utilisateur appartient.
2) Le comptage : permet de mesurer le temps de connexion d’un utilisateur par
l’envoi par le BAS de d’un message de début et d’un message de fin (ou intermédiaire)
qui contient des attributs comme le nombre d’octets envoyés et reçus par exemple
[15].

La figure suivante (figure (1.10)) représente un exemple d'une connexion à Internet d'un
abonné :

Figure 1.10:Exemple d'une connexion à Internet d'un abonné

18
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

 Etape 1 :L'abonné saisit son identifiant et mot de passe donnés par son FAI. Ses
informations transitent alors jusqu'au BAS.
 Etape 2 : Le BAS envoie les données vers le PAS pour demander l'identification
de l'abonné.
 Etape 3 : Le PAS fait alors suivre cette demande vers les serveurs Radius du FAI
concerné.
 Etape 4 : Le FAI renvoie alors une autorisation au PAS, positive ou négative.
 Etape 5 : A son tour le PAS renvoie cette autorisation au BAS, en y ajoutant le
contexte de l'abonné (débit de la connexion, temps de connexion...)
 Etape 6 : Le BAS transmet alors les données vers le réseau du FAI, au travers du
réseau back Bône de collecte IP. Une fois atteint, il établit un tunnel L2TP. Ce dernier
permet d'assurer la continuité de la liaison point à point entre l'abonné et son FAI.
 Etape 7 : Une fois dans le réseau du FAI, une demande d'authentification est
alors envoyée vers les serveurs radius du provider en question. Ceci pour vérifier si
l'identifiant est bien connu.
 Etape 8 :L'autorisation est accordée ou non, avec en plus le rajout d'une adresse
IP qui est propre à l'abonné.
 Etape 9 : Au final la connexion PPP est établie entre l'abonné et le fournisseur
d'accès. Il peut à présent envoyer et recevoir des données

1.4. Le Dégroupage
1.4.1 Le Dégroupage Partiel

Ou accès partiellement dégroupé à la boucle locale, consiste en la mise à disposition de


l'opérateur tiers de la bande de fréquence haute de la paire de cuivre, sur laquelle il peut alors
construire un service ADSL. La bande de fréquence basse (celle utilisée traditionnellement pour
le téléphone) reste gérée par (ex : France Télécom), qui continue de fournir le service
téléphonique à son abonné, sans aucun changement induit par le dégroupage [9].

La figure (1.11) représente un schéma résumé d’une maison en dégroupage partiel.

19
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

Figure 1.11: schéma résumé d’une maison en dégroupage partiel [21].

1.4.2 Le Dégroupage Complet

Le dégroupage " total ", ou accès totalement dégroupé à la boucle locale, consiste en la
mise à disposition de l'intégralité des bandes de fréquence de la paire de cuivre. L'utilisateur
final n'est alors plus relié au réseau de France Telecom, mais à celui de l'opérateur nouvel
entrant Ici, l’opérateur tiers a un contrôle total de la ligne du client. A lui de fournir les services
et équipements qu’il désire.

La figure (1.12) représente un schéma résumé d'une maison connectée en dégroupage


total.

20
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

Figure 1.12: Schéma résumé d'une maison connectée en dégroupage total [21].

1.5. Les Avantages et Les Inconvénients de l’ADSL

1.5.1 Les Avantages [9] [22]

L’ADSL présente de nombreux avantages par rapport à une connexion Internet classique :

 L’installation est facile : le client est en mesure de l’effectuer lui-même, cela ne


nécessite pas d’intervention de la part des fournisseurs d’accès, elle est donc à moindre coûts
 Sur une même ligne téléphonique, vous pouvez parler en même temps au téléphone et
utiliser Internet
 Le haut débit a permis l’apparition de nombreux services : tels que la vidéo, la téléphonie
sur IP, la télévision sur IP ….
 Pour l’opérateur, l’ADSL ne nécessite pas un investissement très couteux, le dernier
kilomètre par l’ADSL est moins cher que l’utilisation de la fibre optique. L’utilisation du
réseau téléphonique existant permet d’envisager un grand nombre d’abonnés potentiels.
L’ADSL est toujours en pleine expansion.

21
CHAPITRE 1 : La Technologie ADSL

1.5.2 Les Inconvénients [9] [22]

 l’ADSL ne pas couvrir 100% du territoire : certaines zones appelées « zones blanches »
ou « zones d’ombres », situées trop loin du central téléphonique ne peuvent pas disposer de
l’ADSL. De plus, l’ADSL offre des débits inférieurs à ceux de la fibre optique ou du câble.
 Le débit affiché bien que plus rapide que par un modem 56k reste souvent théorique au
vu des problèmes de diaphonie et de la qualité de la paire de cuivre
 Pour bénéficier de l’ADSL, il est nécessaire d’avoir un abonnement téléphonique.

1.6. Conclusion

L’ADSL possède plusieurs avantages tel que le haut débit, le faible cout, l’apparition de
nombreux service …etc. En effet, son installation est beaucoup moins couteuse qu’une
installation de fibre optique, c’est pour cette raison qu’aujourd’hui l’ADSL est la technologie
la plus utilisées en Algérie et les principaux clients sont les abonnées et quelques entreprises
dans lesquels la fibre optique n’est pas disponible.

22
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

Chapitre 2 : Les Fibres Optiques


CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

2.1. Introduction
La fibre optique est un support de transmission filaire qui sert à transmettre l’information
sous une forme lumineuse, elle a plusieurs avantages par rapport à l’ADSL.

Une connexion à Internet via la fibre optique est beaucoup plus stable qu'une connexion via
l'ADSL. Et, avec la fibre optique, contrairement à l'ADSL, il n'y a pas de perte de débits lié à
l'éloignement de box par rapport au central. Enfin, contrairement à l'ADSL, avec la fibre optique, il est
possible d'avoir des débits symétriques, c'est à dire que le débit est le même en émission qu'en
réception. Pratique pour envoyer ou partager des fichiers lourds [1].

Dans ce chapitre nous présenterons la technique d’exploitation de la fibre dans un réseau


de transmission de données, et aussi les caractéristiques essentielles de ce réseau filaire.

2.2. Historique De La Fibre Optique


En 1840, les physiciens Daniel Collondo et Jacques Badinet virent que la lumière pouvait
être guidée dans certain matériau fournissant un haut degré de réflexion .En 1854, le physicien
Irlandais John Tyndall, illustra que la lumière pouvait se propager à travers un tube d'eau par
de multiples réflexions internes.

En 1880, un chercheur qu’on connait bien pour son invention du téléphone, Alexander
Graham Bell a inventé le « photophone », un système de réseau téléphonique optique qui a
largement soutenu l’évolution des fibres optiques. La même année, William Wheeler breveta
un système de « tubes de verres » pour déplacer la lumière dans du verre.

En 1895 Henry Saint-Rene utilisa les découvertes précédentes pour guider des images
dans des télévisions. D’autre part, un brevet fut appliqué à la découverte de l'américain David
Smith : il met au point un bloc d'éclairage dentaire en utilisant une tige en verre incurvée.

En 1926, Hansell a inventé un dispositif pour transmettre des images et des fax grâce à
des fibres en verres ou en plastique .Par la suite, Heinrich lamm fut la première personne à
transmettre l'image d'un filament d'ampoule dans un faisceau de fibres de quartz en 1930. Son
but était de réussir à observer des parties du corps jusqu'à lors inaccessibles [23].

Au début des années 1950, le fibroscope flexible fut breveté par Abraham van Heel et
Harold Hopkins. Cet appareil permettait la transmission d'une image le long de fibres en verre.
Il fut utilisé en endoscopie, pour voir l'intérieur du corps humain, et pour inspecter des soudures
dans des réacteurs d'avion. Malheureusement, la transmission ne pouvait pas être faite sur une

23
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

grande distance étant donnée la piètre qualité des fibres utilisées. En 1957, le fibroscope
(endoscope flexible médical) est inventé par Basil Hirschowitz aux États-Unis [24].

En 1961, Elias Snitzer publia une description théorique de la fibre optique de type
monomode. En 1970, les scientifiques de Corning Glass Works développèrent la première fibre
optique monomode pouvant être utilisée dans les réseaux de communication.

En 1975, les anglais furent approuvés le premier système de communication optique,


ensuite installé peu après aux Etats-Unis.

A la fin des années 1970, les compagnies de téléphones repensèrent leurs infrastructures
et installèrent de la fibre optique. Au milieu des années 1980, la société Sprint fut entièrement
dotée d'un réseau fibre optique.

En 1991, De survire et Payne démontrèrent l'amplification optique. Cette découverte


permit la création de l'internet haut débit.

Par la suite, les premiers câbles en fibre optique sous-marins furent développés et
installés. De nos jours, les secteurs médicaux, informatiques, militaires, de la
télécommunication… utilisent les Systèmes de fibre optique pour une large variété
d'applications [24].

2.3. La Fibre Optique


2.3.1. Définition De La Fibre :

Une fibre optique est un fil en verre ou en plastique très fin qui a la propriété de conduire
la lumière sur de très grandes distances. Elle a un débit d'informations évidemment supérieur à
celui de L’ADSL et supporte un réseau « large bande » par lequel peuvent transiter aussi bien
la télévision, le téléphone, la visioconférence ou les données informatiques [25].

Vu qu’elle est entourée d’une gaine protectrice, la fibre optique a le potentiel d’être
utilisée pour transmettre la lumière entre deux lieux éloignés de plusieurs centaines ou des
milliers de kilomètres. La transmission d’une grande quantité d’informations serait possible
grâce au signal lumineux codé par une variation d’intensité. Les fibres optiques ont constitué
l’un des éléments clef de l’évolution des télécommunications optiques en permettant les
communications à très longues distance et à des débits jusqu’alors impossibles. Ses caractères

24
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

et ses qualités sont en effet, exploitées dans le domaine des capteurs (température, pression,
etc.) et également dans le domaine de l’imagerie [26].

La figure (2.1) représente un schéma d’un câble a fibre optique :

Figure 2.1: schéma d’un câble a fibre optique [27]

2.3.2. Différents Types De Fibres Optiques :

2.3.2.1 Les Fibres optiques monomodes

Les fibres monomodes ont un diamètre de cœur très faible (10 microns), l'onde se propage
dans l’axe de la fibre sans dispersion modale. Ces fibres monomodes sont caractérisées par
l'affaiblissement (dB) par unité de longueur (km), et une dispersion chromatique, ainsi que la
dispersion des modes de polarisation (PMD), citons aussi la longueur d'onde de coupure. Ce
type de fibre est dédié aux réseaux longs distances [28] [29].

La figure (2.2) représente un schéma d’une fibre optique monomodes :

Figure 2.2: schéma d’une fibre optique monomodes [30]

25
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

2.3.2.2 Les Fibres optiques Multimodes

Les fibres multimodes ont un cœur de grand diamètre (de 50 à 85 microns). Ceux-ci ont
été les premières à être commercialisées, grâce aux réflexions totales qu'elles subissent à
l'interface entre le verre du cœur et le verre de gaine, un rayon lumineux traversant le cœur de
la fibre jusqu’à l'une de ses extrémités. On se propageant en longueur jusqu'à l'autre extrémité
[29].

Ce type de fibre permet le passage de plusieurs longueur d’ondes lumineuses (Plusieurs


modes), les rayons arrivent avec des temps différents .Ce qui engendre une forte dispersion du
signal lumineux, à cause de la multiplication des modes de propagations (dispersion modale). .
Les domaines d’utilisation de ces fibres sont principalement les réseaux locaux LAN (Local
Area Network) et les réseaux de campus.

Dans cette famille de fibre, nous avons des fibres à saut d'indice (débit limité à 50 Mb/s)
et les fibres à gradient d'indice (débit limité à 1 Gb/s) [27] [29].

2.3.2.2.1 Fibres Optiques à saut d’indice

Ces fibres sont composées d’un cœur d’indice n1 et d’une gaine optique d’indice n2,
avec n2 inférieur à n1 et une rupture d’indice (saut d’indice), on trouve aussi une séparation
entre le cœur et la gaine comme le montre la figure (2.3). L’indice de réfraction est constant
dans le cœur et à l’interface gaine.

Les fibres à saut d’indice sont caractérisées par leurs faibles couts et par une mise en
action très facile [28] [29].

Figure 2.3: Fibre multimodes à saut d’indice [31]

26
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

Le débit de ce type de fibre est environ de 100 Mbit/s, avec une Portée maximale de 2
Km, dont l’affaiblissement égale à 10 dB/Km [31].

2.3.2.2.2 Fibres Optiques à gradient d’indice

Dans les fibres à gradient d’indice, l’indice du cœur n’est pas constant, il diminue
suivant une loi d’allure parabolique à partir d’axe jusqu’à l’interface cœur-gaine [32].

Les fibres à gradient d’indice sont caractérisées par une bande passante raisonnable et
une bonne qualité de transmission. Le débit de ce type de fibre est environ de 1 Gbit/s, avec une
Portée maximale de 2 Km, dont l’affaiblissement égale à 10 dB/Km [29] [31].

La figure (2.4) représente une fibre multimodes à gradient d'indice :

Figure 2.4: Fibre Multimodes à gradient d'indice

2.3.2.2.3 Comparaison entre les différents types de fibres optiques

Le tableau suivant résume une comparaison entre les trois types de fibre optique

27
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

Tableau 2.1: comparaison entre les différents types fibres optiques [27].

2.4. Les technologies de la fibre optique :


2.4.1 FTTO – Fiber To The Office – Fibre jusqu’au bureau

C’est une technologie adressée aux entreprises qui à l’aide de ce type d’offre obtiennent
le pouvoir de bénéficier d’une fibre dédiée depuis le NRO jusqu’à leur local, au lieu d’une fibre
partagée dans le cas du FTTH avec architecture PON. En effet, un bail d’accès offre un débit
symétrique et garanti ainsi qu’un engagement du fournisseur sur le rétablissement de la
connexion en cas de difficulté à travers la garantie de temps de rétablissement (GTR).

2.4.2 FTTDP – Fiber To The Distribution Point – Fibre jusqu’au point de distribution

Le FTTDP fait allusion au réseau en fibre optique à terminaison cuivre, c’est une
technique expérimentée par l’opérateur Orange néanmoins que son utilisation est minime.

A ce stade, la fibre arrive jusqu’au bâtiment dans un DPU (Distribution Point Unit) dont
la paire de cuivre est par la suite appliquée à fin de connecter les logements : dans les colonnes
montantes, les paliers jusqu’au logement.

28
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

2.4.3 FTTN – Fiber To The Node – Fibre jusqu’au noeud

Pour définir une solution de type montée en débit (MED) consistant à diminuer la
longueur de cuivre sur la ligne abonné en dépliant de la fibre jusqu’au sous-répartiteur (SR) où
un NRA-MED est implanté.

En effet, on peut utiliser le FTTN également dans la zone publique : lorsque le


déploiement prévisionnel FTTH d’une commune est lointain ou pas prévu ce qui permet une
augmentation du débit des clients en opticalisant les NRA

2.4.4 FTTB – Fiber To The Building – Fibre jusqu’au bâtiment

Nonobstant la similarité entre Le FTTLA est Le FTTB, ce dernier concerne seulement


les réseaux en fibre optique qui arrivent jusqu’à l’intérieur de la propriété privée. Le boitier est
installé dans la cave du bâtiment, or il peut aussi être sur un mur extérieur faisant partie de
l’immeuble ab: comparaison entre les différents types fibres optiques [33].

2.4.5 FTTLA – Fiber To The Last Amplifier – fibre jusqu’au dernier amplificateur

Le FTTLA se base sur la norme DOCSIS pour transformer la lumière de la fibre optique
reçu du NRO (Nœud de raccordement optique) en signal transportable par le câble coaxial.
Cette technologie permet également une connexion en très haut débit mais la fibre optique relie
le réseau de l’opérateur à un hub : une armoire de rue ou à la cave de l’immeuble ab:
comparaison entre les différents types fibres optiques [33] [34].

2.4.6 FTTH – Fiber to the Home – Fibre jusqu’à l’abonné

FTTH (Fiber To The Home) ou la fibre va jusqu’au domicile de l’abonné, cette fibre est
aujourd’hui la technologie la plus performante, il est actuellement possible d’accéder des débits
atteignant 2,5 Gbit/s dans le sens descendant et 1,2 Gbit/s dans le sens montant sur une même
fibre qui peut être partagée entre 64 clients. Les réseaux FTTH sont généralement composés de
deux parties : le cœur de réseau (ou Backbone) et le réseau d’accès. La figure 19 ci-dessous
montre l’architecture physique globale d’un réseau FTTH suivant la topologie en anneau [25]
[35].

La figure suivante (figure (2.5)) représente l’architecture globale d’un réseau FTTH :

29
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

Figure 2.5: Architecture globale d’un réseau FTTH [35].

2.4.6.1. Architectures de communications possibles dans un réseau FTTH

On distingue deux principaux types d’architectures de communications FTTH :

 L’architecture Ethernet point-à-point (P2P);


 L’architecture Point à multipoint PON (Passive Optical Network).

2.4.6.1.1. Architecture Point à Point (P2P)

Elle est caractérisée par le déploiement d’une fibre optique dédiée par usager, entre le
NRO et le foyer à raccorder. Cette architecture nécessite un investissement initial important
mais présente l’avantage d’une gestion simplifiée (débit quasi-illimité par abonné, gestion de
la qualité de service simplifiée), et d’un coût d’exploitation modéré. La figure ci-dessous
présente une architecture Point à Point (P2P)

30
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

Figure2.6: Architecture Point à Point

2.4.6.1.2. Architecture Point à multipoint (PON)

Le trafic descendant et le trafic montant sont envoyés sur une longueur d'onde de 1490
nm pour la voie descendante, et 1310 nm pour la voie montante. Pour le sens descendant, l’OLT
diffuse les données des abonnés destinataires, multiplexées en temps (TDM). Ensuite, le signal
est sectionné par un coupleur (splitter) et dirigé vers les ONT. Par conséquent, chaque ONT
sélectionne le paquet qui lui est destiné et supprime es autres paquets. Dans le sens montant,
l’ONT émet ses données dans l’intervalle de temps qui lui a été attribué. Cette transmission
repose donc sur une technique TDMA (Time Division Multiple Access). La figure ci-dessous
présente les variantes de l’architecture point à multipoint.

Figure 2.7: Différentes architectures Point-Multipoint [35].

31
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

2.4.6.2. Réseaux optiques passifs

Les types des premiers réseaux 1G c’étaient point à point, et la fibre utilisée étaient la
fibre multimode par abonné dans une architecture en étoile, malgré que l’architecture (P2P) a
été utilisée dans plusieurs projets mais le réseau optique passif était le réseau préféré chez les
opérateurs.

Les débits et protocoles sont dérivés des réseaux existants et on trouve actuellement 3
types de protocoles sur les réseaux optiques passifs :

 BPON : or Broadband PON, c’est à dire PON à large bande, il utilise l’ATM comme
Protocol, qui est largement utilisé pour les réseaux téléphoniques et les méthodes de transport
de tous les types de données. Les signaux numériques BPON fonctionnent à des débits ATM
de 155, 622 et 1244 Mb/s. Cette solution a surtout déployée aux Etats-Unis mais n’est plus très
pratiquée [36] [32].
 EPON (ETHERNET PON) est basé sur la norme IEEE pour Ethernet in the First Mile,
il utilise les trames, les protocoles d’accès et les interfaces ETHERNET à 1 ou 10Gbit/s partagés
dynamiquement. L'EPON est largement déployé en Corée et au Japon. L'architecture du
système est la même que celle du GPON, mais les protocoles de données sont différents [36]
[32].
 GPON (gigabit PON) est basé sur la norme IEEE et normalisée par l’UIT-T G.984, avec
cette technologie il est possible d’accéder à des débits atteignant 2,5 Gbit/s dans le sens
descendant et dans le sens montant avec une portée maximal de 60km en théorie et 20km en
réalité .Le GPON utilise un protocole basé sur IP et un codage ATM ou GEM (méthode
d'encapsulation GPON) [36] [32].

Dans la voie montante on utilise une longueur d’onde de 1310nm, et 1490 dans la voie
descendante. Le taux de du partage de coupleur (s) est de 1 vers 64 utilisateurs.

La figure ci-dessous présente les composants du Réseau d’Accès GPON FTTH :

32
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

Figure 2.8: Composants du Réseau d’Accès GPON FTTH [37].

 OLT (Terminal de Ligne Optique)


Le terminal de ligne optique est l’élément principal du réseau et il est généralement
installé dans le commutateur local. C’est le moteur qui fait fonctionner le système FTTH. La
planification du trafic, le contrôle de la mémoire tampon et l’allocation de la bande passante
sont les fonctions les plus importantes du terminal de ligne optique. Parfaitement, l’OLT utilise
une alimentation DC redondante et comporte au moins une Carte de Ligne pour l’entrée sur
l’internet, une Carte de Système pour la configuration intégrée et une à plusieurs cartes GPON.
Chaque carte GPON comprend un certain nombre de ports GPON [37].

 Splitter à Fibre Optique


Le splitter divise la puissance du signal. C’est-à-dire que chaque lien de fibre entrant
dans le splitter peut être décomposé en un nombre donné de fibres quittant le splitter.
Normalement, trois ou plus niveaux de fibres correspondent à deux ou plus niveaux de splitter.
Cela permet le partage de chaque fibre par de nombreux utilisateurs. Le splitter à fibre optique
passif présente les caractéristiques suivantes : large plage de longueurs d’onde de
fonctionnement, faible perte d’insertion et uniformité, dimensions minimales, fiabilité élevée,
ainsi que politique de protection et de capacité de survie du réseau [37].

33
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

 ONT (Terminal de Réseau Optique)


ONT est déployé dans les localités du client. Il est connecté à l’OLT au moyen d’une
fibre optique et aucun élément actif n’est présent dans la liaison. Dans GPON, l’émetteur-
récepteur de l’ONT est la connexion physique entre les localités du client et l’OLT du bureau
central. [37].

2.5. Ligne de transmission optique

2.5.1 Définition d’une liaison par fibre optique

Une liaison optique est constituée d’un émetteur optique et un récepteur optique reliés
par une fibre optique.

L’information à transmettre est convertie d’un signal électrique en signal optique par le
biais d’un émetteur, elle est ensuite injectée dans une fibre optique. A la réception, et grâce à
un récepteur le signal subira le traitement inverse à savoir la conversion optique-électrique .en
somme, une liaison optique se compose d’un émetteur et d’un récepteur unis par une fibre
optique [25]. La figure ci-dessous présente une d’une liaison par fibre optique avec
représentation de pertes et les différentes puissances.

Figure 2.9: Représentation d’une liaison par fibre optique avec représentation de pertes et les
différentes puissances [29].

Où :

✓ PE : puissance rayonnée par l’émetteur

✓ PO : puissance injectée dans la fibre

34
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

✓ P1 : puissance à la sortie de la fibre

✓ PRmin : puissance minimum captée à la réception

✓ AC : affaiblissement de couplage entre la source et la fibre

✓AJ : affaiblissement des différentes jonctions

✓ AL : affaiblissement linéique de la fibre

✓ ACR : affaiblissement de couplage entre la fibre et le détecteur

 Emetteur (source optique)


Les sources optiques sont des composants actifs dans le domaine de la communication
par fibre optique. Leurs rôle est de convertir le signal électrique en signal optique. En
télécommunication optique l’exigence d’utiliser des larges bandes passantes impose le choix
des sources à spectres réduit comme les diodes laser (DL) et les diodes
électroluminescentes(DEL) [27].

 .La diode DEL (électroluminescentes)


Est un dispositif optoélectronique a pour fonction d’émettre de la lumière lorsqu’il est
traversé par un courant électrique. Cette diode est utilisée dans les systèmes de transmission qui
ne nécessitent pas de très grandes bandes passantes. Elle a un spectre typique d’émission
spontanée, continu et assez large d’où une forte sensibilité à la dispersion chromatique [27]
[38]. La figure ci-dessous présente le spectre d’émission d’une DEL :

Figure 2.10: Spectre d’émission d’une DEL [27].

35
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

 .la diode laser (DL)


La diode laser est une source cohérente et monochromatique, elle est utilisée dans les
systèmes de transmission à très grande distance, elle est caractérisé par une faible largeur
spectrale et une bande passante importante. Le spectre est monomode longitudinal [27]. La
figure ci-dessous présente le spectre d’émission d’une DL :

Figure 2.11: Spectre d’émission d’une DL [27].

 Modulateurs:
Après la transmission des informations dans les systèmes numériques optiques, il est
nécessaire d’imprimer ces informations sur le signal à envoyer dans la fibre, c’est ce que l’on
appelle une modulation, qui est une fonction essentielle de tout système de transmission [25].

 Récepteurs:
La photo détectrice est un dispositif essentiel dans les communications par fibres
optiques. Son principe est de convertir le signal optique émis par la fibre optique en signal
électrique, qui sera traité par des composants électroniques. La photo détectrice la plus utilisée
dans les systèmes de transmission par fibre optique est la photodiode PIN [25].

2.6. Les modes de transmission


2.6.1. Multiplexage TDM (Time Division Multiplexing) :

Ce mode de transmission est censé diviser la bande passante de la fibre optique en


unités de temps, que vont partager les diverses communications, ce qui permet à l’émetteur de
conduire plusieurs canaux numériques élémentaires à faible débit sur un même support de
communication à plus haut débit [31].

La figure ci-dessous présente le découpage en temps entre les différentes connexions :

36
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

Figure 2.12: le découpage en temps entre les différentes connexions [31].

2.6.2. Multiplexage WDM (Wavelength Division Multiplexing, ):

Le multiplexage en longueur d'onde, nécessite d’envoyer dans une seule fibre N


porteuses optiques à différentes longueurs d'onde transmettant chacune un débit. C’est la bande
passante qui est découpé en périodes pour chaque utilisateur. Et chaque sous-bande est affectée
à une voie comme c'est expliqué dans la figure (2.13) [39].

Figure 2.13: Le découpage en longueur d'onde entre les différentes connexions

37
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

Types de WDM

Le WDM est divisé en deux types :

 Coarse WDM (CWDM):


Le Coarse WDM utilise des longueurs d'ondes multiples espacées de 20 nm. L'ITU
(International Télécommunication Union) précise 18 longueurs d'ondes CWDM allant de 1271
nm à 1611 nm. Les émetteurs, les multiplexeurs optiques et démultiplexeurs sont définis à ces
longueurs d'ondes [39]. La figure ci-dessous présente les longueurs d'ondes CWDM :

Figure 2.14: Les longueurs d'ondes CWDM [39].

 Dense WDM (DWDM):


Le dense WDM utilise plusieurs longueurs d'ondes avec des petits espaces, et elles sont
situées dans la gamme de longueur d'onde localisée entre 1530 nm et 1565 nm (la Bande C).
L'ITU spécifie le centre des longueurs d'ondes du DWDM. Effectivement, dans les
déploiements de DWDM conçus à ce jour, les fréquences sont espacées de 100 GHz, ce qui
autorise 40 longueurs d'onde dans la bande C. Le DWDM requiert des émetteurs optiques, des
multiplexeurs/démultiplexeurs qui ont un contrôle étroit sur la longueur d'onde [39]. ]. La figure
ci-dessous présente les longueurs d'ondes DWDM :

38
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

Figure 2.15: Les longueurs d'ondes DWDM [39].

2.6.3. Modulations [31]

 La modulation directe : La modulation directe peut être appropriée à une technique de


modulation de type "classique". En effet, on va ici moduler directement le courant
injecté en entrée de la diode. Par conséquence de cette modulation de courant, l'intensité
de la lumière créée par la diode sera affectée. Plus le courant reçu par la diode est
important, plus l'intensité lumineuse qu'elle remettra sera puissante.

Cependant, cette méthode de modulation comporte un inconvénient majeur. La modulation d'amplitude


du courant affecte en effet la fréquence du signal émis. C'est pour cette raison qu'en général elle n'est
plus très utilisée, au profit de la modulation externe.

 La modulation externe: La modulation externe est légèrement plus subtile. En effet,


ici le courant injecté à la diode restera constant, mais on va utiliser un modulateur
externe afin de parvenir à moduler le signal lumineux.

Le principe de fonctionnement est le suivant,

En fonction du signal de modulation:

 Un champ électrique est généré et influe sur l'indice de réfraction du modulateur externe.
 Une puissance constructive est créée, cela provoque la disponibilité de la puissance
optique.
 Une puissance destructive est créée, cela provoque alors une absence d'émission de
lumière.

39
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

2.7. Dispersion

La dispersion se fait par un élargissement des impulsions au cours de leur


développement comme le montre la figure suivante :

Figure 2.16: effet de la dispersion [27].

On repère des diverses causes qui ont la responsabilité de l’élargissement des impulsions
lumineuses, il y a deux types de dispersion : modale et chromatique [27].

2.7.1. Dispersion modale [29]

Il existe plusieurs modes qui se propagent dans une fibre optique multimodes, chaque
mode à sa propre vitesse de groupe. L’énergie lumineuse transmise dans la fibre se répartie
entre les modes.

La distorsion du signal électrique obtenu par le convertisseur optique – électrique est


déterminée par l’ensemble des retards entre les différents rayons, qui composent le signal
lumineux. On appelle cette distorsion une ‘’dispersion modale’’.

Figure 2.17: Distorsion d’une impulsion provoquée par la dispersion modale [29].

40
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

2.7.2. Dispersion chromatique [29]

La dispersion chromatique est le résultat de la somme de dispersion matériau et


dispersion de guide d’onde.

Figure 2.18: Dispersion chromatique dans une fibre optique [29].

2.7.3. La dispersion matériau

Les lasers et les LEDs ne sont pas des sources monochromatiques. Ils produisent de la
lumière dans une gamme de longueur d'ondes. Une impulsion lumineuse issue de source
optique est donc composée de plusieurs longueurs d'onde. L'indice de réfraction des fibres étant
différent selon la longueur d'onde de la lumière, chaque longueur d'onde se propage dans la
fibre à une vitesse spécifique. Certaines longueurs d'ondes arrivent donc avant d'autres et
l'impulsion s'étale (s'élargit) [40].

2.7.4. La dispersion guide

Ceci est dû au fait que la lumière n'est en fait pas strictement confinée dans le cœur.
Les champs électrique et magnétique constituant l'impulsion lumineuse s'étendent en fait
(légèrement) à l'extérieur du cœur, donc dans la gaine. Le champ électromagnétique "déborde"
dans la gaine d'autant plus que la longueur d'onde est grande. L'indice de réfraction vu par l'onde
est donc une moyenne entre de l'indice de réfraction du cœur et celui de la gaine. Les longueurs
d'ondes les plus petites auront donc tendance à se propager plus lentement que les longueurs
d'ondes plus grande, d'où un élargissement de l'impulsion lumineuse [40].

41
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

2.8. Les Applications de La Fibre

La fibre optique intervient dans plusieurs domaines tels que :

2.8.1. Les Télécommunications

Actuellement, il est nécessaire d’augmenter la vitesse de propagation des informations.


Pour cette raison, elles sont envoyées par les réseaux qui permettent de mettre en relation un
grand nombre de personne [29].

Les fibres optiques sont utilisées en téléphonie, transmission des images ou des données.
Les fibres sont utilisées en particulier pour les réseaux à haut débit. Leurs capacités de
transmission accèdent des débits de l’ordre du gigabit par seconde avec une faible atténuation
et grâce aux multiplexages, on atteint la centaine de Gbits/s [41].

2.8.2. La Médecine [42]

La première utilisation d'envergure de la fibre optique fut en médecine, domaine où elle


est toujours grandement utilisée aujourd'hui. La fibre optique est utilisée en médecine tant pour
diagnostiquer des problèmes de santé que pour traiter certaines maladies.

 Pour le diagnostic, la lumière est guidée à l’intérieur du corps humain par un câble de
fibres optiques. Cette lumière est réfléchie par les organes internes et est captée par un autre
câble de fibres optiques qui conduit cette lumière vers un système d'imagerie vidéo. Il est donc
possible d'avoir un aperçu de grande qualité de ce qui se passe dans le corps, et ce, en temps
réel. Un exemple de cette utilisation est l'endoscope, il sert à éclairer l’intérieur du corps humain
et transmettre les images jusqu’au médecin.
La figure (2.19) représente un endoscope :

Figure 2.19: Un endoscope

42
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

 Pour un traitement, la fibre optique transporte la lumière intense d'un laser à l'intérieur
du corps humain où elle interagira par effet thermique avec les tissus : en chirurgie associée à
un faisceau laser qui permet de : pulvériser un calcul rénal, découper une tumeur...

Figure 2.20: Chirurgie [42].

2.8.3. L’armée [23]

Les fibres optique sont le premier choix pour les différentes applications militaires, leurs
utilisations dans ce secteur est immense. Elles offrent un meilleur débit et une sécurité
supplémentaire pour leurs données.

Ces câbles sont résistants, légers et peuvent être utilisés dans des environnements
difficiles.

2.9. Les avantages et Les Inconvénients de La Fibre Optique


2.9.1. Les Avantages [25] [27] [32].

 Performances de transmission : très large bande passante, très faible atténuation,


multiplexage possible de plusieurs signaux et de plusieurs utilisateurs, permettant des systèmes
de grande portée et de très grand débit.
 Résistance aux conditions environnementales adverses ; Moins d’influence des liquides
corrosifs, gaz et variations de température.
 Sécurité électrique : La fibre n’est pas sensible aux parasites électriques et n’en crée pas.
 -Sécurité de transmission.
 Absence de rayonnement, ce qui rend son emploi intéressant pour les applications
militaires.

43
CHAPITRE 2 Les Fibres Optiques

 Grande sûreté de transmission.

2.9.2. Les Inconvénients [25] [27]

 Protection : Les Fibres Optiques exigent plus de protection autour du câble comparé au
cuivre.
 Coût : les câbles de fibre optique sont plus couteux à installer, mais dure plus longtemps
que les câbles de cuivre.
 Dispersion chromatique (élargissement du signale entre le début et la fibre).
 Dérivations difficiles a réalisées, l’affaiblissement qui en découle dépassent souvent 5
dB. Ces dérivations sont pourtant nécessaires.
 Les interfaces électrique / optique ainsi que les connecteurs sont d’un prix élevé

2.10. Conclusion
Dans ce chapitre nous avons exploré les différentes technologies de la fibre optique et
parmi ces différentes technologies nous avons choisi la fibre optique GPON pour l’appliquer
dans le prochain chapitre afin de la comparer avec l’ADSL.

D’un point de vue technique la fibre optique est quasiment meilleure que l’ADSL que
ce soit pour le débit de données, l’interférence des communications, les pertes de données, mais
l’inconvénient unique de la fibre optique est son cout qui est plus élevé par rapport à l’ADSL
ce qui rend le choix de cette technologie un choix économique pour les abonnés.

44
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

CHAPITRE 3 : Simulations et Résultats


CHAPITRE 3 Simulations et résultats

3.1. Introduction
La quantité d’information qui circule dans nos réseaux est devenue très importante, les
routeurs, qui sont les points critiques du réseau internet, sont eux qui priorisent, filtrent, et
dirigent les flux Internet qui évolue rapidement en termes de taille mais également en termes
d’architecture et de topologie.

Modéliser un système virtuel de façon interactive, observer les principaux concepts


associés à fin d’évaluer ses performances et prévoir le comportement et le déploiement
physique, permet de disposer d’un réseau robuste, performant et aussi faire un gagne de temps
et d’argent important.

L’OPNET qui est un outil de valeur inestimable est simulateur de réseau qui offre les
outils pour la conception, la simulation, l’exploitation de données et l’analyse des modèles, le
modeleur d’OPNET peut simuler une grande variété de différents réseaux filaires et non filaires
qui sont liés entre eux.

Ce chapitre, traite le fonctionnement général des deux réseaux ADSL et Fibre Optique
GPON en utilisant le simulateur OPNET, puis nous appliquons la comparaison entre ces deux
systèmes de communications.

3.2. L’outil OPNET


OPNET (Optimum Network Performance) est une famille des logiciels de modélisation
et de simulation de réseau s’adressant à différent public tel que les entreprises, les opérateurs et
la recherche.

L’environnement OPNET permet la modélisation et la simulation de réseaux de


communication grâce à ses bibliothèques de modèles (routeurs, commutateurs, switch, station
de travail, serveurs) et protocoles (FDDI, Ethernet, TCP/IP, FTP…) [43].

L’OPNET est basé sur des modélisations hiérarchiques, cette méthode correspond bien à
la structure des réseaux actuels. Il dispose de trois niveaux hiérarchiques imbriqués :

1. Le plan de réseau (Network Domain)


2. Le plan de nœud (node Domain)
3. Le plan de processus (process Domain)

45
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

3.3. Modèles utilisés :


Les modèles OPNET utilisés dans le premier projet (ADSL) sont répertoriés dans le tableau
3.1
Tableau 3.1 : les modèles OPNET utilisés en ADSL

Application Profile Workstation Modem Server Switch Router


Config Config xDSL

Les modèles OPNET utilisés dans le deuxième projet fibre optique (GPON
TECHNOLOGIE) sont répertoriés dans le tableau 3.2

Tableau 3.2: les modèles OPNET utilisés en GPON technologie


Application Profile FDDI Server Switch
Config Config Workstation

3.4. Editeur de projet :


C’est l’interface principale du logiciel. Elle, permet d’implanter des modèles issus des
bibliothèques OPNET ainsi que des modèles créés par l’utilisateur. C’est aussi à partir du
Project Editor que les simulations peuvent être configurées puis lancées et que les résultats issus
de ces simulations peuvent être affichés. Les principales fonctions de cette interface sont
disponibles sous formes d’icônes, comme le montre la figure (3.1). [43].

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Figure 3.1: Editeur de projet
46
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

1- Nouveau projet
2- Sauvegarder le projet
3- Imprimer
4- Ouvrir la palette d’objet
5- Retour au réseau supérieur
6- Zoom +
7- Zoom -
8- Lancer la simulation
9- Visualiser tous les graphiques
10- Masquer /Afficher les panneaux graphiques

3.4.1 Editeur de modèle de réseau

Permet de représenter la topologie d’un réseau de communication constitué de nœuds et


de liens par l’intermédiaire de boites de dialogues.

Cette interface tient compte du contexte géographique (caractéristique physique pour la


modélisation. [43].

47
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.2: Palette des objets OPNET

3.4.2 Editeur de modèle de nœud

Affiche une représentation modulaire d’un élément de la bibliothèque ou d’un élément


créé par l’utilisateur. Chaque module envoie et reçoit des paquets vers d’autres modules. Les
modules représentent des applications, des couches protocolaires ou des ressources physiques
comme le montre la figure suivante (figure (3.3)) [43].

48
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.3: Editeur de modèle de nœud.


Les paramètres de qualités de service que nous allons utiliser au cours de ce travail pour
évaluer les performances des deux réseaux afin de faire une comparaison entre les deux réseaux
sont : Le temps de retard, trafic envoyé et reçu, la charge, temps de réponse.

49
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

3.5. Simulations

3.5.1 Modèle De Description

Nous avons créé deux projets


1 .Topologie ADSL
2 .Topologie GPON (fibre optique).
Puis nous avons comparé entre les deux topologies de l’ADSL et le GPON.
3.5.2 Projet 1 : Topologie ADSL

Le premier projet ADSL consiste en un scénario nommé ADSL2 pour évaluer leur
performance. Le scénario est représenté dans la figure suivante :

Figure 3.4: Scénario ADSL

50
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

3.5.3 Résultats Et Discussion :

Figure 3.5: Le retard (Delay) du réseau ADSL


Cette figure (3.5) montre le retard (Delay) du réseau ADSL qui est environ 0.34 ms.

Figure 3.6: Le retard (Delay) du réseau global et du PC1 du réseau ADSL

51
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Cette figure (3.6) montre le retard du réseau global et du PC1 qui sont: 0.34 ms et 0.29
ms.

Figure 3.7: La charge (load) du PC1 du réseau ADSL


Cette figure (3.7) montre la charge du PC1 pour le réseau ADSL qui est 39 Mbits.

Figure 3.8: La charge (load) du PC1 et PC2 du réseau ADSL

52
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Cette figure (3.8) montre la charge du PC1 qui est 39 Mbits et du PC2 qui est 34 Mbits,
ça veut dire que l’ADSL ne divise pas la charge d’une façon équivalente entre les PC (le PC1
est plus proche du modem par rapport au PC2).

Figure 3.9: Le trafic envoyé pour les quatre services FTP, HTTP, VOICE, VIDEO
CONFERENCE du réseau ADSL.

Dans cette figure (3.9), le système fournisseur d’internet (Cloud) donne à la vidéo
conférence le plus grand débit qui est environ de 6,56 Mbits/s car dans ce protocole le réseau a
besoin de transmettre un très grand nombre de séquence de vidéo par seconde.

53
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

.
Figure 3.10: Le trafic reçu pour les quatre services FTP, HTTP, VIDEO CONFERENCE,
VOICE du réseau ADSL.

Figure 3.11: Trafic reçu pour les trois services FTP, HTTP, VOICE du réseau ADSL.

Dans ces figures (3.9), (3.10) et (3.11) on remarque que le réseau ADSL à donner la
priorité au service VIDEO CONFERENCE on lui donnant le grand débit 2,68 Mbits/s, puis au
service VOICE puis au service FTP et HTTP et ça montre que l’ADSL est un réseau développé
54
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

parce qu’il a divisé intelligemment le débit entre les différents services. On remarque aussi que
le trafic reçu pour les quatre services est inférieure de celui envoyé car il y a des pertes de
données.

Figure 3.12: Le trafic envoyé pour le service VIDEO CONFERENCE du PC1 et PC3 du
réseau ADSL.
Cette figure montre que le trafic envoyé pour le service VIDEO CONFERENCE est
1,32 Mbits/s.

55
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.13: Le trafic reçu du PC1 et PC3 pour le service VIDEO CONFERENCE du réseau
ADSL
Ces deux figures (3.12) et (3.13) montre que le trafic envoyé et celui reçu pour le service
VIDEO CONFERENCE du PC1 sont égaux aux celui du PC3.

Figure 3.14: Le trafic envoyé et reçu pour le service VOICE du réseau ADSL

56
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Dans cette figure on remarque que le trafic reçu pour le service VOICE du réseau ADSL
est inférieure du trafic envoyé ça veut dire qu’il y a des pertes de données. Le débit donné pour
le service Voice est faible car ce service ne demande pas un grand débit (juste des appels
vocaux).

Figure 3.15: Le trafic envoyé et reçu pour le service Vidéo Conférence du réseau ADSL.

Cette figure montre le trafic reçu et envoyé pour le service Vidéo Conférence qui est à
l’ordre de 6,56 Mbits/sec et 2,6 Mbits/sec, ça veut dire qu’il y a une grosse perte de données
pour ce service.

57
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

3.5.4 Projet 2 : Topologie GPON

Dans cette topologie nous avons configuré un réseau GPON dans un scénario nommé :

GPON1.

Figure 3.16: Scénario GPON

58
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

3.5.5 Résultats et discussion :

Figure 3.17: Le retard (Delay) du réseau GPON


Cette figure montre le retard (Delay) du réseau GPON qui est environ de 0.34 ms.

Figure 3.18: Le retard du réseau global et du PC1 pour le réseau GPON

59
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Cette figure montre le retard du réseau global et du PC1 qui sont de l’ordre 0.34 ms et
0.28 ms.

Figure 3.19: La charge(Load) du PC1 pour le réseau GPON


Cette figure montre la charge du PC1 pour le réseau GPON qui est environ de 69 Mbits.

Figure 3.20: La charge (load) du PC1 et PC2 du réseau GPON

60
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Cette figure montre la charge du PC1 et PC2 qui est 69 Mbits, ça veut dire que le GPON
divise la charge (load) entre les PC d’une façon équivalente.

Figure 3.21: Le trafic envoyé pour les quatre services FTP, HTTP, VOICE, VIDEO
CONFERENCE du réseau GPON

61
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.22: Le trafic reçu pour les quatre services FTP, HTTP, VIDEO CONFERENCE,
VOICE du réseau ADSL.
D’après les deux figures (3.21) et (3.22) on remarque que pour le réseau GPON, le
système intelligent du réseau donne à la vidéo conférence le plus grand débit qui est environ
de 10,64 Mbits/s car dans ce protocole le réseau a besoin de transmettre un très grand nombre
de séquence de vidéo par seconde.

62
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.23: Trafic reçu pour les trois services FTP, HTTP, VOICE du réseau GPON

Celons les figures (3.21), (3.22) et (3.23) on remarque que le réseau le GPON à donner
la priorité au service VIDEO CONFERENCE on lui donnant le grand débit 10,64 Mbits/s, puis
au service VOICE puis au service FTP et HTTP et ça montre que le GPON est un réseau fibre
optique très développé car il a divisé intelligemment le débit entre les différents services. On
remarque aussi que le trafic reçu pour les quatre services est égale à celui envoyé, et ça veut
dire que dans ce réseau il n’y a presque pas de pertes d’informations et ça preuve la robustesse
du réseau GPON envers le réseau ADSL.

63
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.24: Le trafic envoyé pour le service VIDEO CONFERENCE du PC1 et PC3 du
réseau GPON

Figure 3.25: Le trafic reçu pour le service VIDEO CONFERENCE du PC1 et PC3 du réseau
GPON.
Ces deux figures (3.24) et (3.25) montrent que le trafic envoyé et celui reçu pour le service
VIDEO CONFERENCE dans le réseau GPON du PC1 sont égaux aux celons du PC3, car le
réseau GPON divise les données en égalité entre les différents PC (pour le même service),
contrairement au réseau ADSL.

64
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.26: Le trafic envoyé et reçu pour le service VIDEO CONFERENCE du réseau
GPON.

Cette figure montre que le trafic du réseau globale reçu et envoyé pour le service VIDEO
CONFERENCE sont égaux, il atteint environ 10,64 Mbit/sec, cette résultat affirme que GPON
à une grande fiabilité (il n’y a pas de pertes d’informations).

65
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.27: Le trafic envoyé et reçu pour le service VOICE du réseau GPON.

Dans cette figure on remarque l’égalité des trafics reçu et envoyé pour le service VOICE
du réseau GPON, ce résultat confirme la fiabilité du réseau GPON.

3.5.6 Comparaison entre le GPON et l’ADSL :

Dans cette partie de mémoire nous avons fait une comparaison entre le GPON et l’ADSL,
et pour cette raison nous avons procédé à faire des simulations par OPNET, afin d’avoir une
comparaison entre ces deux réseaux.

66
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.28: Le retard (Delay) des deux réseaux ADSL et GPON

Figure 3.29: Le retard (Delay) sur le PC1 pour les deux réseaux ADSL et GPON
C’est clair que le retard du réseau GPON est inférieur à celui de l’ADSL et surtout pour le
PC1.

67
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.30: La charge (load) sur le PC1 pour les deux réseaux ADSL et GPON

Figure 3.31: Le trafic reçu sur le PC1 pour les deux réseaux ADSL et GPON
D’après les deux figures si dessus (3.30) et (3.31) , la charge et le trafic reçu du réseau
GPON est très supérieur par rapport à celui du réseau ADSL.

68
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.32: Le trafic reçu du PC1 pour le service VIDEO CONFERENCE des deux réseaux
ADSL et GPON

Figure 3.33: Le trafic reçu pour le service HTTP des deux réseaux

69
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Le système de réseau GPON à donner un débit faible au protocole HTTP car ce service
ne demande pas un grand débit, mais toujours le réseau GPON offre un trafic reçu plus grand
que celui du réseau ADSL car le réseau GPON est plus robuste que l’ADSL et il assure une
meilleure qualité de service.

Figure 3.34: Le trafic envoyé pour le service VOICE des deux Réseaux ADSL et GPON

70
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Figure 3.35: Le trafic reçu pour le service VOICE des deux Réseaux ADSL et GPON
On remarque toujours que le trafic reçu du service VOICE dans le réseau GPON est
supérieur de celui de l’ADSL car dans le GPON il n’y a pas de pertes d’informations.

Figure 3.36: Trafic reçu pour le service FTP des deux réseaux ADSL et GPON

71
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

Cette figure montre que le trafic reçu du GPON est plus grand que celui de l’ADSL car
le réseau GPON est plus fort que le réseau ADSL.

Figure 3.37: Object Response time du PC1 pour le CLIENT HTTP des deux réseaux ADSL
et GPON
D’après cette figure on remarque clairement que le temps de réponse du GPON est bien
très inférieur à celui de l’ADSL et cela montre la rapidité et la fiabilité de la réponse du réseau
GPON.

72
CHAPITRE 3 Simulations et résultats

3.6. Conclusion
En utilisant le modulateur OPNET dans ce travail, nous avons effectué une étude de
simulation pour évaluer les performances de deux modèles de réseaux ADSL et GPON (fibre
optique) en matière de prise en charge des services : VOICE, FTP, HTTP.VIDEO
CONFERENCE, puis nous avons effectué une comparaison entre les deux réseaux.

Pour les deux réseaux nous avons remarqué qu’ils donnent le plus grand débit ou trafic
de données au service VIDEO CONFERENCE car ce service demande un grand nombre de
données.

Pour l’ADSL, le trafic envoyé maximale était 6,56 Mbits/s pour le service VIDEO
CONFERENCE, et le trafic reçu maximale était 2,64 Mbits/s toujours pour le service VIDEO
CONFERENCE.

Nous avons remarqué aussi que pour les trafics envoyé et reçu il y’a des pertes de données
au niveau de réception dans le réseau ADSL.

Pour le GPON On remarque que le trafic maximale envoyé et reçu est 10,64 Mbits/s qui
est très supérieur à celui de l’ADSL ce qui signifie que le GPON est un réseau plus fort que
l’ADSL.

Dans le réseau GPON nous avons remarqué que les trafics envoyé et reçu sont égaux,
cette égalité nous affirme qu’il n’y a pas de pertes données dans le GPON, contrairement au
réseau ADSL ou il y a des pertes de données ce qui montre la fiabilité du GPON par rapport à
l’ADSL.

Aussi nous avons remarqué que le retard (Delay) et le temps de réponse du réseau GPON
est très inférieur à celui de l’ADSL ce qui signifie que le GPON est un réseau plus rapide que
l’ADSL.

Nous avons montré que le GPON est une meilleur technologie par rapport à l’ADSL
concernant les quatre services appliqués dans ce travail qui sont : la VIDEO CONFERENCE,
FTP, HTTP et VOICE à travers les quatre paramètres de qualité de service : le retard, le trafic
et temps de réponse et la charge.

Nos résultats de simulation sont en accord avec les résultats théorique trouvés dans les
ouvrages théoriques, ce qui preuve que le réseau GPON est plus robuste et rapide que le réseau
ADSL.
73
Conclusion Générale

Conclusion Générale
Conclusion Générale

Conclusion Générale

L’objectif de notre travail est de modéliser et évalué les performances des réseaux ADSL
et GPON puis faire une comparaison entre ces deux réseaux en utilisant le simulateur OPNET
qui est un outil de simulation à évènements discrets qui permet de spécifier graphiquement des
modèles. Il permet d’étudier les performances des systèmes existant sous des conditions
variables.

Nous nous sommes concentrés sur la convergence et les différences entre réseaux filaires
ADSL et GPON. Pour mieux comprendre ces deux technologies, nous avons commencé aux
chapitres1 et 2 par une présentation et une étude détaillée pour les réseaux ADSL et GPON.
Nous avons également expliqué la structure et les composants de chaque réseau. Comme nous
avons met une vue détaillé techniquement sur les deux réseaux pour différentes couches de
protocole.

Au chapitre 3, nous avons utilisé l’OPNET pour créer des scénarios de réseaux ADSL et
GPON, ainsi, nous avons étudié ces réseaux en utilisant certaines applications : FTP, VOICE,
HTTP, VIDEO CONFERENCE, nous obtenons ainsi des résultats de comparaison entre ces
deux technologies en termes de charge, trafic, retard,… etc.

Ce projet nous a permet de démontrer les avantages et les inconvénients de l’ADSL et le


GPON.

Après la comparaison entre les deux réseaux, nous avons conclu que le réseau GPON est
un réseau très robuste et précède techniquement le réseau ADSL, cependant, l’ADSL est la
technologie la plus utilisé en Algérie car la mise en place de cette technologie est moins
couteuse que celle du GPON.

Les perspectives de notre travail sont multiples et variés. Par exemple :

 Faire une comparaison entre un réseau filaire de Fibre Optique et un réseau sans
fils Wimax.
 Faire une comparaison entre un réseau ADSL et un réseau fibre optique (EPON).
 Faire une comparaison entre un réseau ADSL et un réseau fibre optique (BPON).
 De nombreuses améliorations peuvent être ajoutées au réseau GPON pour
satisfaire des buts alternatifs comme :
 Simulation d’un réseau GPON pour une raison d’augmentation de débit.

74
Conclusion Générale

 Autres…
 Simulation d’un réseau ADSL pour une raison d’augmentation de débit.

Pour finir, nous concluons que nous avons répondues au but que nous somme fixées au début
dans ce mémoire. Nous sommes également arrivées à acquérir un niveau de maitrise approuvable de
l’outil de simulation OPNET que nous estimons comme un outil important dans nos futurs travaux de
recherche.

75
Références Bibliographique

Références Bibliographique

[1] M. Blondet, Quelles différences entre la fibre optique et l'ADSL ?, ariase, consulté le :
10 Juin 2020. URL: https://blog.ariase.com/box/faq/diff%C3%A9rences-fibre-
optique-adsl

[2] J.WALSPURGER, l’ADSL : Asymetric Digital Subscriber Line, 2006, consulté le :


28 février 2020. URL: http://igm.univ-
mlv.fr/~dr/XPOSE2006/Julien_Walspurger/liens/liens.html

[3] P.KADIONIK, P.GOOLD, Les technologies xDSL, cours réseaux, Ecole National
Supérieur Electronique Informatique & Radio Communications, 2000, Bordeaux

[4] A.CHAA, «Etude et Réalisation d’une Plateforme Dédiée à la Pratique Télé


radiologique », mémoire de master, université Abou Bekr Belkaid-Tlemcen, 01 juillet
2012.

[5] M.ROUSE, xDSL, Le Magit, consulté le : 25février2020 .URL :


https://www.lemagit.fr/definition/xDSL

[6] M.LEPAGE, C’est quoi la Technologie ADSL ?, Killmybill, 13 novembre 2015,


consulté le : 25 février 2020.URL : https://www.killmybill.be/fr/cest-quoi-technologie-
adsl/

[7] ADSL, Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques ,13 octobre
2016, consulté le : 26 février 2020 .URL : https://www.insee.fr/fr/accueil

[8] ADSL2, consulté le : 30 février 2020. URL: https://es.wikipedia.org/wiki/ADSL2

[9] S.HERVE, V.PETAS, E.BOUZON, Nouvelles Technologies Réseau-ADSL, Ecole


Ingénieur 2000 Université de Marne-la-vallée.

[10] J.WALSPURGER, l’ADSL : Asymetric Digital Subscriber Line, 2006, consulté le :


28 février 2020. URL: http://igm.univ-
mlv.fr/~dr/XPOSE2006/Julien_Walspurger/liens/liens.html

[11] ADSL, consulté le : 27 février 2020. URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/ADSL

76
Références Bibliographique

[12] A.GALLOUZE, O.HETTAK, « Etude et simulation sous Matlab d’une transmission


DMT Application au Modem ADSL », mémoire de master, Université Mouloud
Mammeri TIZI-OUZOU, 2008/2009.

[13] Wallu, consulté le : 27 février 2020.URL : https://wallu.pagesperso-orange.fr/pag-


codage.htm

[14] F.AGU, E.BERLIN, N.PICARDAT, Nouvelles technologies- ADSL-, cours, Ecole


Ingénieur 2000.

[15] J.PARREND, Présentation de l’ADSL, Juin 2004, Mulhouse.

[16] L. Jean-Marie, l’ADSL, L’Amiga au Maximum Obligement, juin 2006, consulté le :


29 février 2020.URL :http://obligement.free.fr/articles/adsl.php

[17] F.LUSTEAU, «Techniques de Codage Sur Fibre Optique ou Paire Torsadée »,


Mémoire présenté en Vue d'obtenir l'examen Probatoire en Informatique, 13 décembre
1999, [en ligne], URL :
http://deptinfo.cnam.fr/Enseignement/Memoires/LUSTEAU.Franck/Pages/Les_multip
lexages.htm#FDM

[18] E.BOUKHOBZA, Les Technologies DSL/xDSL ADSL/SDSL.., cours, EPITF


Télécom, 14 Mars 2009.

[19] PPPoE, consulté le : 29 février 2020. URL : https://fr.wikipedia.org/wiki/PPPoE

[20] PPPoA, consulté le : 29 février 2020. URL: https://fr.wikipedia.org/wiki/PPPoA

[21] Culture-Informatique, consulté le : 01 MARS 2020.URL :https://www.culture-


informatique.net/comment-ca-marche-adsl-partie-3/#degroupage

[22] Y.DEFAYE, Technologie ADSL, cours, Bewan system, Février 03.

[23] Câble Organizer France, consulté le : 07 MARS 2020.URL:


http://cableorganizer.fr/learning-center/categ-articles/1-fibre-optique.html

[24] Fibre Optique, consulté le : 07 MARS 2020.URL:


https://fr.wikipedia.org/wiki/Fibre_optique

[25] M.TAHI MIMOUNA, S.CHADOULI, « Analyse Numérique Et Etude Spectrale De


Réseaux De Bragg A Fibre : Compensation De La Dispersion Chromatique Dans Une

77
Références Bibliographique

Ligne De Transmission Optique », mémoire de master, Université de Blida 1 Institut


d’Aéronautique et des Etudes Spatiales IAES, 2019.

[26] Fibre Optique, 07 juillet 2009, consulté le : 07 MARS 2020.URL :


http://fibreoptique.canalblog.com/

[27] H.ITGARETS, N.REZKELLAH, « Optimisation des Paramètres d’une Liaison à Fibre


Optique » mémoire de master, Université A.MIRA , Bejaïa, 2015.

[28] J.M.MUR,’’ Les fibres optiques Notions Fondamentales (câbles, connectique,


composants, protocoles, réseaux…)’’, Edition : ENI, 2012, France.

[29] R.SAIDI, « Etude d’une Structure de Liaison par Fibre Optique : Caractérisation de la
Propagation et Bilan Energétique » Mémoire de magister En Electronique, Université
Mohamed Kheider, Biskra, 18/03/2010.

[30] L’Internet Rapide et Permanent, consulté le : 07 MARS 2020.URL :http://irp.nain-


t.net/doku.php/010fibroptique:020_fibre_optique

[31] D. REVUZ, E. DURIS, Transmission sur Fibre Optique, consulté le : 07 MARS


2020.URL : http://igm.univ-
mlv.fr/~dr/XPOSE2009/Transmission_sur_fibre_optique/index.html

[32] Pierre Lecoy,’’ Communications sur Fibres Optiques’’, 4eme Edition : Lavoisier,
2015, Paris

[33] Fibre. Guide, consulté le : 09 MARS 2020.URL:


https://fibre.guide/deploiement/technologies

[34] allo forfait, consulté le : 09 MARS 2020.URL : https://alloforfait.fr/internet/fibre/fttla

[35] J-A.BALLA MEKONGO, « Conception et Réalisation d’une Plate-Forme de


Dimensionnement du Réseau FTTH de Matrix Telecomss.A », Université de Maroua
Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Maroua, République du Cameroun,
2018.

[36] Guide To Fiber Optiques & Premises Carling, consulté le : 10 MARS 2020.URL :
https://www.thefoa.org/tech/ref/appln/FTTH-PON.html

[37] https://denisetian.wordpress.com/category/gpon-ftth/

78
Références Bibliographique

[38] https://fr.wikipedia.org/wiki/Diode_%C3%A9lectroluminescente

[39] A.CHAARI, SUPINFO International University, 14/03/2017 à 22:39:36, consulté le :


12MARS2020.URL:https://www.supinfo.com/articles/single/4171-types-
multiplexage-fibre-optique-partie-2

[40] D.REVUZ, E.DURIS, La fibre optique et la technologie WDM, consulté le : 12 MARS


2020.URL :

http://www-igm.univ-
mlv.fr/~dr/XPOSE2007/rlefievr_Fibre_Optique_et_WDM/index.html

[41] Minou prof, Apprendre et comprendre, 12 juin 2016, consulté le : 13 MARS


2020.URL :https://emrecmic.wordpress.com/2016/06/12/domaines-dapplications-des-
fibres-optiques/

[42] W.BlANC, L.LABONTE, La fibre optique et le guidage de la lumière, consulté le : 14


MARS 2020.URL:

http://physique.unice.fr/sem6/2006-2007/PagesWeb/Telecom/index.html

[43] A.SIDI YKHLEF, K. KEBIR, « Modélisation et simulation d’un réseau en utilisant


Opnet modeler », Mémoire de Licence en Informatique, Université Abou Bakr Belkaid–
Tlemcen, 28 Juin 2011.

79

Vous aimerez peut-être aussi