Vous êtes sur la page 1sur 46

MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

77E ANNÉE – NO 23906


3,00 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

SCIENCE & MÉDECINE ­ SUPPLÉMENT  LE MÉCANISME PSYCHOLOGIQUE DES FAUX AVEUX

La chasse, débat de société et enjeu politique
▶ Sur fond d’accidents, ▶ Les candidats à la prési­ ▶ L’absence d’un candidat ▶ A condition de ne ▶ Macron a à son actif la
les relations se tendent dentielle courtisent ce issu de leurs rangs auto­ pas effrayer les tenants baisse du coût du permis,
entre les chasseurs et les million de voix qui peu­ rise les convoitises de de la protection animale, et son gouvernement
promeneurs, dans un pays vent constituer l’appoint cet électorat pluriel qui de plus en plus présents compte de nombreux
qui détient le record du nécessaire à une qualifica­ ne vote pas systématique­ à gauche et chez les défenseurs de la chasse
nombre d’espèces chassées tion au second tour ment à droite écologistes PAGE S 8 À 11

MIGRANTS : LA BIÉLORUSSIE TEMPORISE, L’UE SANCTIONNE Pouvoir d’achat : l’évolution du niveau 
de vie des Français depuis 2017
la politique économique du 397 euros par an en moyenne
gouvernement a favorisé le pou­ (+ 1,6 %). Presque tous… car
voir d’achat des actifs et des plus l’organisme indépendant relève
riches, selon une étude de l’Insti­ l’exception notable des 5 %
tut des politiques publiques. de ménages les plus modestes
Cette évaluation approfondie qui, eux, ont vu le leur reculer
des conséquences, sur les ména­ jusqu’à 0,5 %.
ges comme sur les entreprises, LIRE PAGE 14
des mesures fiscales et sociales
du quinquennat pointe que 1 ÉDITORIAL
presque tous les Français ont vu LE MIRAGE DE L’INFLATION
leur niveau de vie augmenter, de PAGE 35

Diplomatie Climat
Biden et Xi  « Les COP 
▶ Loukachenko se dit
prêt à assurer le retour
tentent de  ne sont qu’une 
des 2 000 à 3 000 migrants
dans leur pays
surmonter leurs  chambre 
▶ Poutine convient de divergences d’enregistrement »
la nécessité d’une « déses­
calade » entre Minsk L’entretien vidéo de plus Spécialiste de la gouver­
et l’UE, mais sur le front de trois heures entre Xi nance climatique, Stefan
ukrainien le dialogue Jinping et Joe Biden visait Aykut estime qu’on attend
de sourds perdure à organiser les règles de la trop des sommets, quand
PAGES 2 ET 4
compétition et éviter une le changement doit être
confrontation ouverte mûri dans la société
Des réfugiés, à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, le 15 novembre. OKSANA MANCHUK/BELTA/REUTERS PAGE 7 PAGE 12

Rail
Avec l’ouverture
Education
Les élèves
Tribune
Plaidoyer
Cinéma
à la concurrence, retrouvent leur pour un « pacte « Memoria », de  ET SI RÉUSSIR
des start­up
réinventent le train
niveau d’avant
le Covid
de refondation
démocratique »
Weerasethakul, 
un voyage au 
C’ÉTAIT
PAGE 24 PAG E 2 0 PAGE 34
cœur du rêve TRANSMETTRE
VU PAR URI FINK (ISRAËL)    CARTOONING FOR PEACE Primé à Cannes, le long­ AUTREMENT ?
métrage du Thaïlandais
scrute le dérèglement des
#FINANCE DURABLE
sens. Focus sur les autres
sorties de la semaine
PAGES 2 7 À 30

Imaginons l’avenir
Urbanisme
Les discussions 
sur le Paris 
du futur prennent 
un tour politique
Loger mieux et moins
cher… Au cœur de la
révision du plan local
d’urbanisme, la question
de la densification divise
PUBLIÉ DANS LE « MAARIV DAILY », LE 15 NOVEMBRE PAGE 21
Algérie 220 DA, Allemagne 3,80 €, Andorre 3,80 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,30 €, Canada 5,80 $ Can, Chypre 3,20 €, Danemark 36 KRD, Espagne 3,60 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,20 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,30 €,
Hongrie 1 460 HUF, Italie 3,50 €, Luxembourg 3,30 €, Malte 3,20 €, Maroc 23 DH, Pays-Bas 4,00 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,30 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,50 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,50 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
INTERNATIONAL
0123
2| MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

L’UE sanctionne, Loukachenko temporise
Merkel a évoqué la crise migratoire avec le dictateur biélorusse, Poutine a parlé de « désescalade » avec Macron

bruxelles ­ bureau européen

L
a chancelière allemande,
Angela Merkel, s’est en­
tretenue par téléphone
durant une cinquantaine
de minutes avec le dictateur biélo­
russe, Alexandre Loukachenko,
lundi 15 novembre au soir. Les
deux dirigeants ont, selon un por­
te­parole du gouvernement alle­
mand, évoqué « la situation diffi­
cile » à la frontière polonaise, où
de 2 000 à 3 000 migrants et réfu­
giés, venus essentiellement du
Moyen­Orient, instrumentalisés
par les autorités de Minsk, tentent
en vain, depuis des jours, de péné­
trer sur le territoire de l’Union
européenne (UE). La chancelière
et le président auraient aussi
parlé de l’aide humanitaire à ap­
porter à ces personnes, dont huit
au moins sont déjà mortes.
C’est la première fois que
M. Loukachenko conversait avec
un responsable européen depuis
le début de la crise migratoire et,
au­delà, depuis l’été 2020, quand
il a déclenché une violente ré­
pression à la suite de sa réélection
contestée, qu’aucun pays de
l’Union n’a reconnue. Lundi, le
président, accusé d’avoir orga­
nisé un vaste mouvement de mi­
grants (20 000 à 30 000 d’entre
eux auraient débarqué à Minsk)
pour se venger des sanctions
européennes prises contre lui et
son pays, a déclaré vouloir assu­
rer le retour de ces personnes
« chez elles ». Un « travail actif »
serait en cours pour tenter de les
convaincre. La plupart d’entre el­ Des migrants font face aux soldats biélorusses, à la frontière avec la Pologne, le 14 novembre. OKSANA MANCHUK/BELTA VIA AP
les refuseraient toutefois l’option
d’un retour.
ges du Proche­Orient. Après la l’Elysée. Il n’y aurait eu, en revan­ l’Union européenne « fasse abs­ aussi désormais d’impliquer
« Accroître les sanctions » Turquie, les autorités des Emirats che, « aucune convergence » entre traction de ses idées d’huma­
Refusant toute l’OTAN. La semaine dernière, il a
Nouveau coup de bluff du diri­ arabes unis ont, en tout cas, an­ eux sur l’origine de la crise migra­ nisme » en n’aidant pas les mi­ critique et toute reçu le témoignage du soutien po­
geant biélorusse ? Réunis à noncé lundi que leurs compa­ toire à l’issue d’un « long grants. litique de ses alliés, lors d’une réu­
Bruxelles, les ministres des affai­ gnies n’embarqueraient plus de échange » sur ce point. Interrogé sur le rôle possible de
pression, le nion du comité des ambassadeurs.
res étrangères des Vingt­Sept s’en Syriens, d’Irakiens, d’Afghans ou Le président russe, que les Euro­ Moscou dans la crise biélorusse et pouvoir polonais Par la voix du premier ministre,
sont, en tout cas, tenus à leur pro­ de Yéménites vers Minsk. péens tentaient depuis des jours sa possible exploitation du thème, Mateusz Morawiecki, le gouverne­
gramme, en notant au passage « C’est le signe que l’Europe n’est d’impliquer dans la résolution du ultrasensible pour les Européens,
tente désormais ment paraît désireux d’aller plus
que M. Loukachenko leur promet­ pas impuissante et que ses mena­ conflit, s’était entretenu la veille de la migration, M. Borrell parlait, d’impliquer loin en évoquant notamment la
tait toujours des « représailles » et ces de sanctions ont porté », relève avec M. Loukachenko. Selon Paris, pour sa part, d’une « hypothèse », possibilité d’un recours à l’article 4
jugeait « absurdes » leurs accusa­ Pawel Zerka, chercheur au cercle il comprendrait désormais la né­ lundi. Mais apparemment assez
l’OTAN du traité de l’Atlantique Nord, qui
tions. Les nouvelles sanctions, ba­ de réflexion European Council on cessité de mettre un terme à la sérieuse à ses yeux, puisqu’il préci­ prévoit une consultation appro­
sées sur un nouveau critère – Foreign Relations. Ce spécialiste crise, « en premier lieu dans l’inté­ sait : « Je ne suis pas dans le secret tières basée… dans la capitale po­ fondie entre pays membres en cas,
l’instrumentalisation de la migra­ invite cependant à la vigilance : rêt des migrants ». Les deux diri­ des discussions entre Poutine et lonaise, et dont la mission est no­ notamment, de menaces sur la sé­
tion pour en faire un outil d’atta­ « Même si les choses finissent par geants seraient donc d’accord sur Loukachenko, mais il est clair que tamment de protéger les frontiè­ curité et l’intégrité de l’un d’eux.
que « hybride » –, seront précisées se calmer, l’Europe ne sera pas en la nécessité d’une désescalade, in­ celui­ci agit comme il le fait parce res extérieures de l’UE. « L’interdic­ Un propos qui n’a pas été relayé,
et annoncées dans les prochains sécurité, tandis que le dictateur cluant le dossier des livraisons de qu’il est appuyé massivement par tion faite à la presse et aux ONG de lundi, lors de la réunion ministé­
jours. Elles viseront des person­ Loukachenko, qui joue sa survie, gaz russe, alors que Minsk mena­ la Russie, même si elle nie. » se rendre dans la zone empêche, rielle des affaires étrangères. Au
nes physiques et morales. restera en place. Il faudra accroître çait de fermer un gazoduc qui A Bruxelles, au­delà de la par ailleurs, de mesurer correcte­ grand soulagement de plusieurs
Selon Josep Borrell, le haut re­ les sanctions économiques. » passe sur son territoire. condamnation unanime des pra­ ment la situation des personnes capitales, peu désireuses d’impli­
présentant européen pour les af­ Lundi toujours, Emmanuel tiques biélorusses, beaucoup de coincées entre barbelés polonais et quer l’OTAN dans cette crise. « Ce
faires étrangères et la politique de Macron a parlé par téléphone Appui de la Russie questions se posent sur l’attitude forces armées biélorusses, cela de­ serait agiter un chiffon rouge écar­
sécurité, ces mesures restrictives avec le président russe, Vladimir Le changement de ton du diri­ de la Pologne, qui a déployé 15 000 vient vraiment problématique », late sous le nez de Poutine, alors
concerneront aussi des compa­ Poutine. Les deux dirigeants sont geant russe a été rapide. Lundi militaires pour appuyer ses poli­ relève une source au Conseil. qu’il paraît revenu à de meilleures
gnies aériennes et des opérateurs convenus de la nécessité d’une matin encore, le Kremlin jugeait ciers et gardes­frontières. Varso­ Refusant toute critique et toute intentions », juge un diplomate. 
du secteur touristique biélorus­ « désescalade » à la frontière entre « erroné » d’accuser le régime de vie refuse toujours d’en appeler à pression au nom de sa souverai­ philippe ricard
ses, ainsi que des agences de voya­ la Biélorussie et la Pologne, selon Minsk, tout en déplorant que Frontex, l’agence des gardes­fron­ neté, le pouvoir polonais tente et jean­pierre stroobants

« La plus grave crise que l’Europe ait connue depuis trente ans »
Le président estonien, Alar Karis, s’inquiète du soutien de Moscou à Minsk et des tensions à la frontière entre la Russie et l’Ukraine

ENTRETIEN que nous ne sommes pas concer­


nés. C’est une question pour toute
Quelles solutions
préconisez­vous ?
qu’il peut déstabiliser l’UE. Les re­
lations entre la Russie et l’UE sont
unis et jugent la situation inac­
ceptable.
pris militairement, mais en tant
que nation attachée à l’Alliance

D e passage à Paris, le prési­


dent d’Estonie, Alar
Karis, est à l’initiative de
la réunion d’urgence qui s’est te­
nue aux Nations unies, le 11 no­
l’Union européenne, car cela tou­
che à ses frontières communes et
nous sommes confrontés à une
véritable escalade depuis quel­
ques semaines. Nous suivons très
Il faut plus de sanctions contre
le régime biélorusse. Nous fai­
sons partie des pays qui pensent
que des clôtures pourraient être
érigées à certains points. Pour
gelées, et personne ne sait com­
ment elles vont évoluer.

Les mouvements de troupes


aux frontières de l’Ukraine,
L’Europe défend­elle ses
valeurs, alors que l’on assiste
de plus en plus à des
refoulements de migrants,
transatlantique, nous estimons
qu’elle doit agir en concertation
avec les forces de l’OTAN. Plus glo­
balement, les Etats­Unis doivent
veiller à ne pas porter toute leur at­
vembre, sur la situation à la fron­ attentivement ce qui se passe. l’instant, il n’y a pas de finance­ signalés par les Etats­Unis, une pratique illégale au regard tention sur la Chine, et aussi s’inté­
tière polono­biélorusse. Ce petit Nous avons déjà soulevé cette ment européen, mais nous en dis­ vous inquiètent­ils ? du droit international ? resser à l’Europe et à la Russie.
pays balte fait aussi partie du question devant les Nations unies cutons au sein de l’UE. De notre Oui, nous devrions tous être in­ Bien sûr, l’Europe défend ses va­
groupe des douze pays qui, début [jeudi 11 novembre]. côté, nous investissons depuis quiets. Une partie de l’Ukraine est leurs. Nous ne déclenchons pas de La crise migratoire actuelle
octobre, ont réclamé l’édification J’ai également appelé le prési­ longtemps dans les nouvelles déjà occupée par la Russie. Or, il y guerre. Nous n’envoyons pas les peut­elle affecter les discussions
de murs financés par l’Union dent de Pologne. Il m’a répondu technologies pour la sécurisation a de nouveaux mouvements à forces de l’OTAN. Nous essayons entre Bruxelles et Varsovie sur
Européenne (UE) pour protéger qu’il n’avait pas besoin de notre de notre frontière, qui est en par­ l’est, des exercices militaires. de négocier, de dialoguer, d’expli­ les questions d’Etat de droit ?
les frontières extérieures. aide, pour le moment. L’essentiel tie la frontière extérieure de l’UE. Cette situation est préoccupante. quer ce qu’il se passe. Les démo­ Ce sont deux sujets déconnec­
est de bien comprendre qu’il C’est la plus grave crise que nous craties sont parfois lentes à agir, tés. A terme, je suis convaincu
Comment analysez­vous s’agit, non pas d’une question mi­ Pensez­vous, comme traversons depuis trente ans, de­ certains voudraient que l’on soit que, d’une manière ou d’une
la situation à la frontière gratoire, mais de quelque chose le premier ministre polonais, puis notre indépendance. Et des plus proactif, ils pensent que c’est autre, la question sur l’Etat de
polono­biélorusse ? L’Estonie de très orchestré. Nous devons que le président russe est petits pays comme le nôtre doi­ une faiblesse. Mais d’autres esti­ droit sera résolue. La Pologne
se sent­elle concernée ? impérativement trouver une so­ derrière la crise migratoire ? vent être particulièrement vigi­ ment que ce sont les valeurs que veut rester dans l’Europe. 
Le fait qu’en Estonie nous lution, car l’hiver arrive, et il y a, Je n’ai pas de documents, bien lants. Mais, même s’ils expriment nous devons conserver et qui font propos recueillis par
n’ayons pas de frontière directe parmi ces migrants, beaucoup de sûr, mais le président russe veut parfois des opinions différentes, notre force. Par ailleurs, nous dé­ stéphanie le bars
avec la Biélorussie ne signifie pas femmes et d’enfants. sans doute envoyer le message la plupart des Etats membres sont fendons une Europe forte, y com­ et isabelle mandraud
Devenons l’énergie qui change tout.

LES ÉMISSIONS
DE
VONT FAIRE .
Avec le groupe EDF, les piscines publiques peuvent réduire de moitié
leurs émissions de CO2*. Et ça, c’est mieux pour le climat.
0123
4 | international MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

L’Ukraine au cœur Londres remonte d’un cran


d’un dialogue de sourds
entre Paris et Moscou le niveau d’alerte terroriste
Macron et Poutine se sont entretenus, L’explosion d’un taxi, près d’un hôpital à Liverpool, inquiète
le 15 novembre, sans parvenir à s’entendre
les autorités, même si les motivations de l’attaque restent peu claires
bruxelles ­ bureau européen
Derrière la londres ­ correspondante contre eux. La voiture – un taxi – a sion a eu lieu quand il était dans le
Converti au
U n contentieux peut en ca­
cher un autre. Le coup de
téléphone entre Vladimir
Poutine et Emmanuel Macron,
lundi 15 novembre, s’est concentré
menace militaire
pointe une autre
inquiétude :
L
e niveau d’alerte terro­
riste a été relevé d’un cran
au Royaume­Uni, lundi
15 novembre, passant
explosé face à la réception de l’hô­
pital pour femmes de Liverpool,
juste avant 11 heures dimanche
matin, alors qu’à quelques centai­
nes de mètres se déroulait, dans la
christianisme en
2017, le suspect,
Al-Swealmeen,
véhicule, et c’est un miracle qu’il ait
pu en réchapper. » Selon des sour­
ces citées par le Times, la bombe
artisanale, fabriquée à base de pe­
roxyde d’acétone (un explosif très
sur la frontière polono­biélorusse.
l’impasse d’« importante » à « grave » – si­ cathédrale de Liverpool, une céré­ instable), n’a pas explosé correcte­
Mais il a aussi porté sur le front diplomatique gnifiant qu’une attaque est haute­ monie du Remembrance Sunday
aurait fait une ment. « Liverpool n’est pas une ville
ukrainien. Si M. Macron et ment probable –, après l’explo­ (un hommage aux vétérans et dis­ tentative de où ces choses sont censées se pas­
M. Poutine ont, pendant près de sion d’une voiture ayant fait un parus de l’armée britannique et ser, c’est une ville vibrante et inclu­
deux heures, examiné les voies velléités ont entraîné l’annulation mort la veille dans la ville de Li­ du Commonwealth), comme il
suicide en 2014 sive », a réagi à la BBC la révérende
d’une « désescalade » dans la crise d’une réunion en « format Nor­ verpool, au nord­ouest de l’Angle­ s’en est tenu des centaines, simul­ Sue Jones, doyenne de la cathé­
des migrants, repoussés par Lou­ mandie », un temps prévue pour terre, traitée comme un « incident tanément, dans tout le pays. drale de Liverpool, qui présidait à
kachenko vers la Pologne, ils se le 11 novembre, les Russes ayant terroriste » par la police locale et le et repéré, il y a sept ans, après une la cérémonie du Remembrance
sont montrés incapables du posé « des conditions inaccepta­ MI5, les services de sécurité inté­ « Miracle » tentative de suicide. Sunday dimanche.
moindre signal d’apaisement sur bles » en ce sens, dit­on à Paris. rieure du pays. Le conducteur du taxi, David Il a appelé un taxi à 10 heures du La ministre de l’intérieur, Priti
l’Ukraine. Au contraire : après les Dans son entretien avec M. Pou­ L’annonce a été faite après une Perry, 45 ans, a pu sortir du véhi­ matin dimanche, et aurait de­ Patel, a justifié la décision de rele­
importantes manœuvres russes à tine, le président de la République réunion d’urgence, dite « Cobra », cule juste après la détonation. Lé­ mandé à être conduit à l’hôpital ver le niveau d’alerte terroriste à
la frontière russo­ukrainienne, « a rappelé le rôle de médiateurs de présidée par Boris Johnson à gèrement blessé, il a quitté l’hôpi­ pour femmes. Etait­ce réellement « grave », car l’incident de Liver­
qui avaient inquiété les Occiden­ la France et de l’Allemagne, et lui a Downing Street. Les événements tal, lundi soir. Le passager, lui, est sa destination finale ? Enten­ pool est le deuxième à caractère
taux au printemps, ces derniers demandé de s’engager, de ne pas de Liverpool constituent « un rap­ mort dans l’explosion. La police a dait­il se rendre un peu plus loin, terroriste – il fait suite à l’attentat
sont de nouveau en alerte. renvoyer à un dialogue direct en­ pel brutal de la nécessité de rester expliqué, lundi, qu’elle « pense sur le lieu des commémorations contre le député conservateur Da­
Ainsi, M. Macron, comme la tre Kiev et les séparatistes ». « Le extrêmement vigilants », a souli­ connaître » cet homme et qu’il a du Remembrance Sunday ? C’est vid Amess. Lord Amess a été as­
chancelière allemande, Angela “format Normandie” ne permet gné le premier ministre britanni­ probablement « fabriqué la bom­ une hypothèse que la police n’a sassiné à coups de couteau par un
Merkel, la semaine dernière, a­t­il plus d’avancer », observe­t­on à que. « Ce qu’ont montré les événe­ be » avec laquelle il était dans le pas écartée. Dimanche, réagis­ jeune Britannique d’origine so­
mis en garde M. Poutine contre l’Elysée, tout en tenant à le relan­ ments d’hier, c’est que les Britanni­ taxi. En soirée, elle a rendu public sant à chaud, la maire de Liver­ malienne il y a tout juste un mois,
toute nouvelle intrusion sur le ter­ cer : « Poutine a fait part, de son ques ne se laisseront pas intimider son identité – Emad Al­Sweal­ pool, Joanne Anderson, a loué les le 15 octobre, alors qu’il entamait
ritoire ukrainien, sept ans après côté, de l’analyse qu’il porte sou­ par le terrorisme. Nous ne céde­ meen, 32 ans – et confirmé avoir « efforts héroïques » du chauffeur, sa permanence hebdomadaire
l’annexion unilatérale de la Cri­ vent, que la négociation serait rons jamais à ceux qui cherchent à mené des fouilles prolongées qui aurait permis d’éviter un « ter­ dans une église de Leigh­on­Sea
mée par la Russie. Il lui a dit, selon mise en difficulté par l’Ukraine, qui nous diviser avec des actes de vio­ dans deux maisons des environs rible désastre le jour de Remem­ (sud­est du pays).
l’Elysée, sa « préoccupation forte » n’a pas tenu ses engagements. » lence aveugle, car nos libertés et de Liverpool, où il a récemment brance Sunday », et affirmé que La ministre de l’intérieur avait
et sa « volonté de défendre l’inté­ De surcroît, l’Alliance atlantique nos modes de vie prévaudront tou­ séjourné. Le Daily Telegraph assu­ M. Perry avait « verrouillé les por­ annoncé, en février, la rétrograda­
gralité territoriale » du pays, dans a fait savoir à Moscou, lundi, jours », a ajouté le dirigeant. rait qu’il était originaire du tes » de son véhicule – pour éviter tion du risque terroriste national
une formule un rien incantatoire. qu’elle se tenait « aux côtés » de Les circonstances et les motiva­ Moyen­Orient et inconnu des ser­ au passager d’en sortir avec la de « grave » à « important », expli­
De son côté, selon un communi­ l’Ukraine, à la suite du déploie­ tions de l’attaque étaient encore vices de sécurité. bombe ? Lundi, cette version des quant que cette décision était mo­
qué du Kremlin, M. Poutine a ment de troupes et de l’installa­ peu claires, lundi soir, après une Le Sun ajoutait, lundi soir, qu’il faits n’était pas confirmée par les tivée par une « diminution signifi­
accusé Kiev de mener une « politi­ tion de matériels lourds à sa fron­ première conférence de presse de serait né en Jordanie, aurait vu sa forces de l’ordre. cative » des attaques en Europe
que destructrice ». Il a dénoncé tière au cours des derniers jours. la police du Merseyside (la région demande d’asile au Royaume­Uni « On a dit qu’il était un héros. après les attentats advenus à
l’« utilisation récente, par l’Ukrai­ Jens Stoltenberg, le secrétaire gé­ de Liverpool), qui a annoncé l’ar­ rejetée en 2014 et se serait conver­ Mais la vérité, c’est qu’il est sans l’automne 2020 – à Vienne (Autri­
ne, de drones dans la zone de con­ néral de l’OTAN, qui a reçu lui aussi restation de quatre hommes ti au christianisme en 2017. Selon aucun doute vraiment chanceux che) en novembre, et en France en
flit ». Une référence à l’usage de M. Kouleba, a appelé Moscou à la d’une vingtaine d’années. Lundi le Times, Al­Swealmeen, qui se fai­ de s’en être sorti, a commenté la octobre, avec l’assassinat de
matériel de fabrication turque, ac­ « transparence », après « une im­ soir, ils ont tous été libérés, sans sait appeler Enzo Almeni, avait femme du chauffeur, Rachel Perry, Samuel Paty. 
quis récemment par Kiev. portante et significative accumula­ que des charges soient retenues souffert de problèmes mentaux sur les réseaux sociaux. L’explo­ cécile ducourtieux
tion de troupes ». Selon le prési­
« Dégradation de la situation » dent ukrainien, Volodymyr Ze­
Au même moment, le ministre lensky, près de cent mille soldats
des affaires étrangères français, auraient été mobilisés. Et s’il dit re­
Jean­Yves Le Drian, et son homolo­
gue allemand, Heiko Maas, pu­
bliaient un communiqué com­
fuser de « spéculer », M. Stolten­
berg remarque que, par le passé,
cela a permis à la Russie de déclen­
A Washington, Bannon défie la commission
mun : « Face aux préoccupations cher des « actions agressives ».
renouvelées liées à des mouve­
ments de forces et de matériels mili­
taires russes à proximité de
Gabrielius Landsbergis, le mi­
nistre des affaires étrangères li­
tuanien, évoquait, l’éventualité
d’enquête sur l’assaut du Capitol
l’Ukraine, les deux ministres ont d’une offensive russe contre
appelé la Russie à adopter une pos­ l’Ukraine. Selon le haut représen­
L’ex­conseiller de Donald Trump a comparu devant un juge après avoir refusé de témoigner
ture de retenue et à se montrer tant pour les relations extérieu­
transparente sur ses activités mili­ res, Josep Borrell, l’essentiel des
taires », ont­ils déclaré, après s’être troupes russes massées près de la washington ­ correspondant tion, le 12 novembre. Il risque un vier, que “l’enfer va se déchaîner de­
entretenus avec le chef de la diplo­ frontière aurait été retiré, mais traitement judiciaire similaire, main” », écrivait la commission. LE PROFIL
matie ukrainienne, Dmytro Kou­
leba. La situation à la frontière est
suivie d’autant plus près que la
conflictualité reste forte dans les
régions séparatistes du Donbass,
des équipements lourds et un im­
portant arsenal resteraient sur
place. Et ils pourraient servir en
cas de nouveau déploiement de
troupes, lequel serait « possible en
V este à poches de chasseur
et sourire narquois aux
lèvres, Steve Bannon a
soigné son arrivée, lundi 15 no­
vembre, au moment de se rendre
dont la rare sévérité tient lieu
d’avertissement aux autres té­
moins que la commission sou­
haite auditionner.
Pour chaque délit retenu contre
L’enquête se concentre notam­
ment sur la façon dont l’équipe
Trump avait mis en place une
sorte de poste de commandement
à l’hôtel Willard, un établissement
dans l’est du pays. « Nous notons quelques jours ». « Nous avons aux agents de la police fédérale Steve Bannon est prévue une de luxe situé à deux pas de la
une dégradation de la situation sé­ déjà connu des exemples de ce (FBI). L’ancien conseiller de Do­ peine maximale d’un an de pri­ Maison Banche, pour piloter l’opé­
curitaire depuis dix­huit mois, à type par le passé, et nous expri­ nald Trump, inculpé pour avoir son, et un minimum de trente ration du lendemain, au Congrès.
mesure que se dégrade le respect du mons les mêmes préoccupations entravé le travail de la commis­ jours derrière les barreaux. Début Dans l’une des suites de ce 5­étoi­
cessez­le­feu de décembre 2019 », qu’à l’époque », a souligné le chef sion d’enquête parlementaire sur octobre, son avocat avait brandi les se trouvaient, ce jour­là, l’an­ Steve Bannon
confie un diplomate. de la diplomatie européenne. l’attaque contre le Capitole, le l’argument du privilège exécutif, cien maire de New York Rudolph Né à Norfolk, en Virginie, ce mili-
Derrière la menace militaire Moscou rejette la responsabilité 6 janvier, s’est arrêté devant les invoqué par Donald Trump, pour Giuliani, devenu l’un des avocats tant d’extrême droite de 68 ans,
pointe une autre inquiétude, à Pa­ des tensions actuelles sur les journalistes pour adresser un justifier son refus de coopérer. du président, l’ex­chef de la police ex-banquier d’affaires, a dirigé
ris comme à Berlin, portant sur mouvements de l’OTAN dans la message à ses partisans. Ce privilège, simple principe de New York Bernard Kerik ou de 2012 à 2016 le site Breibart
l’impasse diplomatique : le blo­ région. Lors de sa conversation Profitant d’une exposition mé­ non défini par la loi, protège la encore le juriste John Eastman, News décrit comme « la plate-
cage des accords de Minsk, qui avec M. Macron, M. Poutine a at­ diatique maximale, il voulait les confidentialité des échanges en­ qui a joué un rôle­clé auprès de forme de l’alt-right ». Devenu le
grippe la médiation entreprise par tiré « l’attention sur la nature pro­ appeler à regarder son podcast, tre le président et ses proches. Donald Trump pour tenter de stratège de Donald Trump pour
les deux capitales dans le cadre du vocatrice des exercices de grande « War Room », lucarne conspira­ Problème : au moment des faits, justifier la non­certification du la présidentielle de 2016, il a
format dit « Normandie » – censé ampleur menés par les Etats­Unis tionniste surpassant la chaîne en janvier, Steve Bannon n’était vote des grands électeurs en fa­ ensuite été nommé conseiller du
encadrer les discussions entre la et certains de leurs alliés en mer conservatrice Fox News par ses plus conseiller du président – veur de Joe Biden. président des Etats-Unis, poste
Russie, l’Ukraine, la France et l’Alle­ Noire, qui renforcent les tensions outrances. « On fait tomber le ré­ poste quitté en 2017 –, mais ani­ La commission d’enquête, qui qu’il n’a occupé que sept mois.
magne. La question a été abordée entre la Russie et l’OTAN », a signi­ gime Biden », dit­il. « Je veux que mateur de podcast. « War Room » compte deux membres républi­
lundi par M. Macron et M. Pou­ fié le Kremlin. Le président russe vous restiez concentrés sur le mes­ est un programme conspiration­ cains, est lancée dans une course
tine : les Français s’agacent de voir cible ainsi la participation de plu­ sage, pas sur le bruit. Tout ça, c’est niste immensément populaire, contre la montre, alors que Do­ Blanche, est celui du précédent
la Russie se considérer comme sieurs navires militaires améri­ du bruit », ajouta Steve Bannon, obsédé par les fraudes inventées nald Trump essaie de bloquer en créé par cette entrave au privilège
médiatrice entre les Ukrainiens et cains à des exercices opérés régu­ en désignant du pouce le bâti­ de toutes pièces, lors de la der­ justice la transmission de docu­ exécutif. En cas de basculement
les séparatistes prorusses du lièrement en mer Noire.  ment du FBI, dans son dos. nière élection présidentielle. ments de son administration, dé­ du Congrès, les républicains se
Donbass, alors que ces derniers philippe ricard Sa comparution face à un juge posés aux Archives nationales. sentiront ainsi confortés dans
sont soutenus par Moscou. Ces et jean­pierre stroobants fédéral – avant sa remise en li­ Course contre la montre Si les prévisions des experts se leurs attaques contre l’adminis­
berté dans l’après­midi – est la Dans la convocation transmise le vérifiaient et que les républicains tration Biden. Ils pourraient lan­
conséquence de son refus de té­ 23 septembre à Steve Bannon, la reprenaient la majorité au Sénat cer des convocations contre ses
L’UE sanctionne le groupe russe Wagner moigner devant la commission
d’enquête de la Chambre des re­
commission expliquait qu’il était
soupçonné de détenir des infor­
et à la Chambre des représentants
après les élections de mi­mandat,
plus proches conseillers.
Jim Jordan, élu républicain de
L’Union européenne est parvenue à « un consensus » parmi ses présentants, et de transmettre les mations importantes sur le 6 jan­ dans un an, le travail de la com­ l’Ohio à la Chambre, a mis des
27 Etats membres pour sanctionner le groupe russe de merce- documents réclamés. vier. « Par exemple, vous avez été mission serait très certainement mots sur cette perspective. « Joe Bi­
naires Wagner, dont les Occidentaux craignent une intervention Cette stratégie d’obstruction a identifié comme étant présent à enterré. Elle doit donc sans délai den a éviscéré le privilège exécutif. Il
au Mali, a annoncé, lundi 15 novembre, le chef de la diplomatie été adoptée à la demande de Do­ l’hôtel Willard le 5 janvier, lors d’un convoquer, entendre, et obtenir y a beaucoup de républicains dési­
européenne Josep Borrell. Selon le ministre français des affaires nald Trump et recommandée à effort pour persuader les membres le maximum de documents clas­ reux d’entendre le témoignage de
étrangères, Jean-Yves Le Drian, ces sanctions viseraient tous ses anciens conseillers, dont du Congrès de bloquer la certifica­ sifiés, pour mettre au jour la Ron Klain [chef de cabinet de Joe
« des membres de la société Wagner et des sociétés qui travaillent une vingtaine ont déjà été som­ tion de l’élection le jour suivant, chaîne de commandement et de Biden] et Jake Sullivan [conseiller à
directement avec [elle] ». Paris, qui dénonce une « menace més de comparaître. L’ancien ainsi qu’en relation avec d’autres complicités dans l’organisation la sécurité nationale] lorsque nous
au Mali », a averti Moscou que le déploiement de mercenaires chef de cabinet Mark Meadows a activités le 6 janvier… De plus, vous du coup d’Etat avorté. Mais reprendrons la Chambre. » 
russes dans la bande sahélo-saharienne serait « inacceptable ». ainsi méprisé sa propre convoca­ êtes cité comme ayant dit, le 5 jan­ l’autre risque, pour la Maison piotr smolar
0123
6 | international MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

A Addis­Abeba,
vague d’arrestations
de Tigréens
Les autorités éthiopiennes disent viser
les personnes « suspectées d’apporter
un soutien aux organisations terroristes »

addis­abeba ­ correspondance lan, au sud d’Addis­Abeba. C’est Un Tigréen


un grand entrepôt industriel ré­ relâché

D
epuis l’instauration quisitionné par les autorités car après sept
de l’état d’urgence en « les postes de police débordent », semaines
Ethiopie, le 2 novem­ d’après Amnesty International. de détention
bre, la police s’est lan­ Amanuel [le prénom a été dans un camp
cée dans une large campagne changé], 27 ans, y a séjourné une situé à 200
d’arrestations visant en priorité journée. Début novembre, il a été kilomètres
les Tigréens, une minorité qui re­ arrêté lors d’un contrôle de police d’Addis­Abeba,
présente 6 % de la population. sur la route de Gelan. « J’étais au le 21 octobre.
« S’il est actuellement impossible volant de mon minibus, ils ont vé­ EDUARDO SOTERAS/AFP
d’établir le nombre exact de déte­ rifié mes papiers d’identité et se
nus, ils se comptent par centaines sont aperçus que mon nom a une
et potentiellement par milliers », consonance tigréenne, se sou­
indique Amnesty International vient­il. Le chef de la section m’a
dans un rapport publié vendredi fait monter dans un fourgon. » La raient pour l’heure regroupés mais ne rapporte pas de cas de vio­ gers. De fait, l’exil est impossible.
12 novembre, l’ONG dénonçant suite se déroule dans l’immense dans six centres de détention. lence ou de torture.
Dans la capitale, Pris au piège, sans moyen de fuir, il
« une nouvelle vague de déten­ hangar de Gelan. « Nous étions Une autre source en précise quel­ Comme Amanuel, certains par­ 27 500 ne leur reste que la discrétion pour
tions à motivation ethnique ». nombreux dans mon cas, tous ti­ ques­uns, en plus des habituels viennent à obtenir une libération, tenter de passer entre les mailles
Ce coup de filet, mené essentiel­ gréens et ayant été amenés là sans commissariats : « Ils réquisition­ le plus souvent grâce à des pots­
« bénévoles » du filet. Nombre de résidents se ca­
lement à Addis­Abeba et dans raison après un contrôle de po­ nent par exemple des logements de de­vin versés par les familles. « Il patrouillent pour chent, ne dorment jamais deux
d’autres grandes villes du pays, lice. » Selon lui, il n’y a pas de fonction de policiers à l’est d’Addis­ semble aussi y avoir des critères nuits de suite au même endroit.
vise officiellement ceux « suspec­ doute : leur arrestation tient à Abeba ou encore une bibliothèque pour la libération de prisonniers,
dénoncer les D’autres vont jusqu’à soudoyer les
tés d’apporter un soutien direct leurs origines ethniques. à Ayer Tena, un quartier de l’ouest précise une source humanitaire. Tigréens et les habitants de leur quartier dans
ou indirect, moral ou matériel, de la ville. » Des diplomates indi­ Par exemple, c’est plus simple s’il l’espoir de ne pas être dénoncés.
aux organisations terroristes », Dans six centres de détention quent que des centres plus grands s’agit de personnes âgées ou d’en­
livrer à la police Dans ce climat de peur et de dé­
comme le détaille le décret de Le ministre adjoint des affaires existent hors de la capitale, fants, résidant à Addis­Abeba de­ lation, personne ne semble à
l’état d’urgence. Un simple étrangères, Redwan Hussein, se comme à Burayu, Chancho et puis de nombreuses années. » En l’abri. Ainsi, la semaine dernière,
« soupçon raisonnable » peut jus­ défend de tout profilage des Ti­ Awash Arba. revanche, les jeunes adultes, sur­ les livrer aux policiers. La capitale le directeur d’une banque natio­
tifier l’arrestation, sans mandat gréens. « Il n’y a pas d’arrestation Que se passe­t­il dans ces tout s’ils ont habité au Tigré, sont compte 27 500 de ces pa­ nale a été interpellé avant d’être
d’arrêt, d’un individu. systématique en fonction de votre camps, à l’abri des regards ? automatiquement retenus. trouilleurs, d’après l’agence de relâché. Trente­sept prêtres or­
Ces « soupçons » se portent profil ethnique », a­t­il déclaré le « Nous n’en avons aucune idée », presse éthiopienne. thodoxes sont aussi derrière les
avant tout sur le Front de libéra­ 10 novembre. Le directeur de la lance une jeune femme qui a Un climat de peur Dans des messages diffusés par barreaux, ainsi que des employés
tion du peuple du Tigré (TPLF), le Commission éthiopienne des perdu la trace de plusieurs de ses Qu’adviendra­t­il d’eux si la guerre des haut­parleurs à l’arrière de des Nations unies et d’anciens
parti historique de la région du droits de l’homme, Daniel Bekele, proches. Début novembre, quatre civile en Ethiopie, où la rhétorique pick­up qui tournent à l’aube, la membres de l’administration
Nord, placé en mai sur la liste des craint pourtant que « l’état d’ur­ de ses amis ont été interpellés à la identitaire et la militarisation de mairie d’Addis­Abeba fait appel à provisoire régionale du Tigré,
organisations terroristes par le gence et ses directives soient appli­ terrasse d’un café de Gofa Mebrat miliciens inquiètent les observa­ ces groupes d’autodéfense pour pourtant favorable à Abiy Ahmed.
Parlement. En guerre depuis un qués de la mauvaise façon ». Hayl, un quartier où résident teurs, venait à se rapprocher de ces protéger les quartiers. Les autori­ Tous sont Tigréens.
an avec le gouvernement fédéral Amanuel, qui est né et a grandi à beaucoup de Tigréens, alors qu’ils camps ? Une source diplomatique tés ont aussi réclamé que les pro­ « Beaucoup de familles sont ter­
du premier ministre Abiy Ahmed, Addis­Abeba, est sorti de prison échangeaient en langue tigrinya. craint de possibles règlements de priétaires déclinent l’identité de rorisées », décrit Eregeat (prénom
le TPLF s’est récemment approché après vingt­quatre heures, là « Nous ne savons pas où ils ont été comptes : « Il suffit que quelques tous leurs locataires. En Ethiopie, modifié), une Tigréenne résidant
à moins de 300 kilomètres d’Ad­ aussi sans explication. Les autres emmenés, nous n’avons aucun extrémistes chauffés à blanc se ren­ l’origine ethnique est encore préci­ à Addis­Abeba et dont la plupart
dis­Abeba, conduisant à la mise détenus, dont il n’arrive pas à esti­ contact », dit­elle. dent dans ces camps et fassent jus­ sée sur certaines cartes d’identité. des amis ont été emmenés dans
en place de cet état d’exception. mer le nombre, devaient être Malgré sa détresse, elle refuse de tice eux­mêmes contre des indivi­ Pour beaucoup de Tigréens, la des rafles : « Je ne suis pas sûre que
Que deviennent les détenus ? Si transférés vers un autre centre, se rendre au commissariat pour dus qu’ils considèrent comme des fuite n’est plus une option. A l’aé­ j’arriverai encore longtemps à y
certains sont retenus dans les plus grand. S’agit­il de la nouvelle s’enquérir de leur sort, terrifiée à ennemis de la nation. » roport international de Bole, l’en­ échapper. Ils vont venir chez nous
commissariats de la capitale, prison d’Abba Samuel, à quelques l’idée d’être arrêtée à son tour. Jus­ Déjà, à Addis­Abeba, des « vo­ trée du terminal est gardée par des à un moment ou un autre. Nous
d’autres sont rassemblés dans kilomètres de là, dont une source qu’à aujourd’hui, très peu d’avo­ lontaires » (« bego feqadegna », en agents de renseignement. Ils refu­ nous attendons au pire. » 
des camps de détention tempo­ assure qu’elle aussi est utilisée cats ont pu se rendre auprès de amharique) patrouillent dans les sent l’accès à tous ceux dont les pa­ noé hochet­bodin
raires aux abords de la ville, loin pour embastiller les Tigréens ? leurs clients. Un travailleur huma­ rues à la recherche d’« espions ». piers d’identité ou tout autre signe
des regards de potentiels obser­ D’après les informations re­ nitaire, qui souhaite garder l’ano­ Une vigilance citoyenne qui, en distinctif indiquent une origine ti­
vateurs, avocats et journalistes. cueillies par Amnesty Internatio­ nymat, décrit « des conditions de réalité, consiste à dénoncer les Ti­ gréenne, y compris parfois à des
L’un de ces centres se trouve à Ge­ nal, les prisonniers tigréens se­ détention extrêmement dures » gréens dans chaque quartier et à détenteurs de passeports étran­ Retrouvez en ligne l’ensemble de nos contenus

En Israël, la guerre éthiopienne ravive le débat sur l’immigration


La communauté juive d’origine éthiopienne réclame le transfert de milliers de proches demeurés au pays, craignant pour leur sécurité

jérusalem ­ correspondant communauté éthiopienne que les quartiers juifs de Gondar et visions parmi les aînés de la com­ tions de l’Etat israélien. Mais le
certaines traditions font remon­
Les tensions sont Addis­Abeba avant 2010, et qui munauté, entre une majorité ministère des affaires étrangères
montées d’un
U n débat sans fin se ra­
nime en Israël à la faveur
d’une guerre lointaine,
en Ethiopie. « L’alya mainte­
nant ! » « Ramenez nos frères ! »
ter à la tribu perdue de Dan, l’une
des douze tribus d’Israël. Ses res­
sortissants pouvaient bénéficier
de la loi du retour, qui accorde la
citoyenneté à tout juif désirant
cran après que le
Mossad a révélé
s’engagent à se convertir au ju­
daïsme à leur arrivée, afin d’obte­
nir la citoyenneté. Las, le budget
nécessaire à leur transfert n’a ja­
mais été alloué. Moins de 4 000
d’origine Amhara (comme le pre­
mier ministre éthiopien, Abiy Ah­
med) et ceux originaires du Tigré,
attachés au mouvement nationa­
liste régional. Il a aussi attisé la
et tous les autres observateurs de
l’Etat sont unanimes : cette com­
munauté en attente ne court pas
de danger urgent spécifique, pas
plus que tout Ethiopien. »
Des centaines d’Israéliens d’ori­ immigrer en Israël.
avoir rapatrié ont rejoint Israël. « Mais entre­ méfiance vis­à­vis de l’Etat. En début de semaine passée,
gine éthiopienne ont manifesté, 61 Ethiopiens en temps les familles là­bas s’agran­ « Pourquoi révéler cela soudaine­ Mme Tamano­Shata a fait savoir
dimanche 14 novembre, sous les Pression continue sur l’Etat dissent », note le rabbin éthio­ ment ? Veulent­ils donner une qu’elle pourrait démissionner, si
fenêtres du premier ministre. Ils Aujourd’hui, la guerre est encore
2021, lors d’une pien Sharon Shalom. mauvaise image de l’immigration ses demandes ne sont pas accep­
demandent le transfert en Israël loin d’Addis­Abeba. Gebyal Geta­ opération secrète Début novembre, ces tensions éthiopienne ? Nous craignons que tées. Une menace de poids au sein
de membres de leurs familles en hun ne craint pas pour la sécurité sont montées d’un cran, à la suite le gouvernement s’en serve d’ex­ de la jeune coalition de huit par­
attente de quitter ce pays plongé immédiate de ses proches. Mais il de la révélation d’une étrange cuse pour ne pas accéder à nos de­ tis, fort fragile, qui dirige Israël de­
dans une guerre fratricide. les presse de se tenir dans leur miliales, demeurées à la périphé­ « mossaderie ». Le service de ren­ mandes », affirme Avraham Ne­ puis le mois de juin. Cependant,
Parmi les manifestants, Gebyal maison proche de l’ambassade is­ rie de la communauté en dépit de seignement extérieur israélien a guise, ancien parlementaire, qui a en dépit de telles bravades, les re­
Getahun, 42 ans, pianote sur son raélienne. Celle­ci a commencé à leur christianisation, souvent rapatrié 61 Ethiopiens, cette an­ contribué à organiser la manifes­ présentants de la communauté
téléphone. Vendredi, veille de évacuer les familles de ses diplo­ sous la contrainte, pour l’essen­ née, à un moment inconnu, lors tation, dimanche. marchent sur des œufs.
shabbat, cet ouvrier dans une mates le 7 novembre, à l’exemple tiel à la fin du XIXe et au début du d’une opération aérienne secrète. Ils craignent de braquer le gou­
usine de médicaments à Bet She­ de Washington. M. Getahun lui­ XXe siècle. Aujourd’hui, ces immi­ Depuis, le ministère de l’intérieur Calendrier à fixer vernement éthiopien, qui entre­
mesh (centre) a recommandé à même est arrivé en Israël en 1998. grants plus récents forment une israélien a estimé publiquement A ses côtés, la ministre de l’immi­ tient de bonnes relations avec Is­
ses trois cousins qui vivent à Ad­ Son oncle l’a rejoint avec sa grande partie, si ce n’est la majo­ que rien ne prouvait la judéité de gration, Pnina Tamano­Shata, raël, et qui verrait d’un mauvais
dis­Abeba, à leurs femmes et femme et deux enfants, cinq ans rité, des quelque 150 000 Israé­ la plupart d’entre eux. Originaires née en Ethiopie, a rappelé à la œil l’organisation d’un pont aé­
leurs enfants, de ne plus sortir de plus tard. Cependant deux autres liens originaires d’Ethiopie. de la région du Tigré, où le gou­ foule un compromis négocié la rien pour évacuer ces ressortis­
chez eux. Ils résident dans un fils et une fille, Malkamu, Negatu Depuis le début des années vernement éthiopien mène une semaine passée par la coalition sants. « Personne n’envisage que les
quartier de la capitale éthio­ et Terunesh ne satisfaisaient pas 2000, l’Etat a déclaré ce dossier guerre à huis clos, ils n’y vivaient au pouvoir. Plusieurs milliers de Ethiopiens autorisent une telle
pienne où l’Agence juive a financé aux critères de l’Etat et sont de­ migratoire fermé à plusieurs re­ pas et ne paraissaient pas en dan­ parents au premier degré de ci­ image de panique, de naufrage.
le développement d’écoles, de sy­ meurés à Addis­Abeba. prises, sans succès. En 2015, il a ger immédiat. La ministre de l’in­ toyens Israéliens pourraient Cela a été vérifié discrètement : ils
nagogues et de bains rituels dès Après le transfert quasi total de encore adopté une liste de 9 000 térieur, Ayalet Shaked, issue de bientôt être transférés. Mais un ont fait savoir diplomatiquement,
les années 1970. « Beta Israël », une pression conti­ noms, éligibles au rassemble­ l’extrême droite religieuse et très calendrier reste à fixer. « La guerre mais sans ambiguïté, que tout était
L’Etat hébreu venait alors de re­ nue de s’exercer sur l’Etat pour ment familial, pour ceux qui conservatrice en matière d’immi­ fait comprendre à tous qu’il y a sous contrôle », précise ce respon­
connaître la judéité de « Beta Is­ amener leurs autres parents. Ils peuvent démontrer avoir un pa­ gration, s’en est indignée. Ce peut­être urgence, relève un haut sable au sein de l’Etat israélien. 
raël » (la « maison d’Israël »), cette sont issus de mêmes lignées fa­ rent en Israël, être arrivés dans fiasco a souligné d’anciennes di­ fonctionnaire au fait des délibéra­ louis imbert
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 international | 7

Xi et Biden tentent d’organiser leurs divergences


Les deux dirigeants se sont longuement parlé en évoquant notamment Taïwan, Hongkong et les Ouïgours

pékin, washington ­
correspondants
« Notre
responsabilité est

M
on vieil ami. » Lors­
que le président
de s’assurer que
chinois utilise une la compétition
expression aussi
courtoise à l’égard de son homolo­
entre nos pays
gue américain, on saisit une inten­ ne vire pas
tion, davantage qu’une attention.
Dans le préambule – destiné aux
au conflit »
caméras – de leur long échange, JOE BIDEN
lundi 15 novembre à Washington, président américain
mardi 16 à Pékin, Xi Jinping et Joe
Biden ont voulu, à défaut de se
rapprocher, afficher leur pragma­ nication et de coopération ». Il a
tisme et leur pondération. comparé les deux pays à des navi­
Organiser les règles de la com­ res gigantesques, en pleine mer,
pétition entre leurs pays et éviter fracassant les vagues et cherchant
une confrontation ouverte qui ne à conserver leur cap et leur vi­
profiterait à personne : c’était tesse. Xi Jinping a lancé un aver­
l’objectif de cet entretien vidéo de tissement au sujet de l’instru­
près de trois heures et demie. De mentalisation de Taïwan pour
part et d’autre, ces dernières se­ contenir les ambitions de la
maines, des signaux clairs Chine : « Quiconque joue avec le
avaient été envoyés en ce sens, feu sera brûlé. » Pour Xi Jinping,
malgré les accès de fièvre ponc­ « la Chine est patiente et de bonne
tuels sur Taïwan. Mais le message foi et fera tous ses efforts pour
formel ne doit pas cacher les di­ aboutir à une réunification pacifi­
vergences profondes sur le fond, que, mais, si les indépendantistes
les sujets de tension et les champs taïwanais provoquent et franchis­
de concurrence exacerbée. sent la ligne rouge, nous serons
Deux salles se faisaient face, obligés de prendre des mesures de
avec des décors très différents. A façon décisive ». Joe Biden a répété
Washington, Joe Biden avait pris les points essentiels de la politi­
place dans la Roosevelt Room de que américaine vis­à­vis de la Retransmission de l’entretien entre Joe Biden et Xi Jinping, dans un restaurant de Pékin, le 16 novembre. TINGSHU WANG/REUTERS
la Maison Blanche, au bout d’une Chine : pas de reconnaissance of­
table où s’étaient aussi installés ficielle de Taïwan ; pas de volonté
ses plus proches collaborateurs de déstabilisation intérieure con­ autour de sa présidence, la Chine de la route à respecter, au nom Ressorti renforcé de son plé­
pour la politique étrangère, no­ tre le régime chinois. occupe une place prépondé­ du « bon sens », invoqué par Joe
La Chine entend num, Xi Jinping semble plus sûr
tamment le secrétaire d’Etat, An­ « Notre responsabilité, en tant rante. Le président américain Biden lundi soir. Cela n’altère pas se faire respecter. de lui que jamais : « Dans les cin­
tony Blinken, et le conseiller à la que leaders de la Chine et des veut mener à bien une moderni­ les calculs géopolitiques améri­ quante prochaines années, la
sécurité nationale, Jake Sullivan. Etats­Unis, est de s’assurer que la sation des infrastructures du cains, qui continuent à renforcer
Dans tous chose la plus importante dans les
compétition entre nos pays ne vire pays et mieux l’armer pour la leurs alliances dans l’Indo­Pacifi­ les domaines, relations internationales est que
Navires gigantesques pas au conflit, qu’il soit intention­ compétition avec Pékin. Lundi, il que, notamment au sein du club la Chine et les Etats­Unis trouvent
Xi Jinping, pour sa part, s’expri­ nel ou pas », a résumé Joe Biden. a signé une loi d’investissements informel qu’est le Quad (avec le
y compris la bonne façon de bien s’enten­
mait dans une immense pièce du Dans son préambule, le président de 1 200 milliards de dollars, lors Japon, l’Australie et l’Inde), ou symboliques dre », a­t­il théorisé, ajoutant,
Palais du peuple, à Pékin, devant américain a cité le changement d’une cérémonie optimiste et avec l’annonce à la mi­septem­ face à Joe Biden, que « l’histoire se
un écran de cinéma où apparais­ climatique comme l’un des sujets joyeuse dans les jardins de la bre du partenariat Aukus (avec la souviendra de tout ce que fait un
sait son homologue. Il était en­ majeurs où les deux puissances Maison Blanche, qui permettait Grande­Bretagne et l’Australie). matinée à Pékin – avantageait homme politique, tant ses méri­
touré par trois diplomates et par pouvaient travailler ensemble. Le de mettre pour un moment sous clairement la partie chinoise. tes que ses démérites ».
Liu He, le vice­premier ministre président chinois y a ajouté la l’éteignoir les difficultés actuel­ « Nous parlons d’égal à égal » « Eux, ils font des heures supplé­ Selon l’agence Chine nouvelle,
chargé des questions économi­ pandémie de Covid­19… Des pro­ les : divisions entre démocrates, Mais la Chine, désormais « riche », mentaires, nous, c’est notre ho­ Xi Jinping a même exprimé le
ques. Selon un haut responsable pos convenus de part et d’autre, inflation très forte, etc. En outre, veut aussi devenir « puissante ». raire habituel de travail », note « souhait » que Joe Biden fasse
de la Maison Blanche, la conversa­ qui ne disent rien des heures qui Joe Biden tente à grand­peine de Tel est le message principal envoyé Wang Dong, expert des relations « la démonstration de son lea­
tion par vidéo a été bien plus dy­ ont suivi, ponctuées par les dos­ surmonter les divisions béantes la semaine dernière par le plénum sino­ américaines de l’université dership politique » en ramenant
namique qu’un simple appel télé­ siers les plus délicats : Hongkong, au sein de la société, pour réparer du comité central du Parti com­ de Pékin dans un entretien la politique américaine à l’égard
phonique. Les deux dirigeants Taïwan, le programme nucléaire un modèle démocratique abîmé. muniste chinois, qui a ouvert la publié sur plusieurs sites offi­ de la Chine « sur une voie
n’ont pas collé au script prévu, fait iranien, l’Afghanistan, la pénin­ Il y va de la crédibilité des Etats­ voie à un renouvellement du ciels. Un détail anodin ? Pas rationnelle et pratique » et
des allers­retours, se sont inter­ sule coréenne, la cybersécurité, le Unis, qui font face à des régimes mandat de Xi Jinping à la tête du forcément : « Le temps où les prenne des mesures concrètes
pellés en se citant mutuellement. commerce, ou encore les répres­ autoritaires comme la Russie et pays en 2022. La Chine entend se Etats­Unis dictaient ce que devait afin de respecter sa promesse de
Réclamant d’emblée le « respect sions de masse contre la minorité la Chine, glosant sur une suppo­ faire respecter. Dans tous les do­ être la relation sino­américaine « ne pas chercher une nouvelle
mutuel » entre les deux grandes ouïgoure au Xinjiang. sée déchéance américaine. maines, y compris symboliques. est révolu. Désormais, nous nous guerre froide ». 
puissances, le dirigeant chinois a Dans le récit politique que Joe Selon Washington, l’heure est L’heure de la rencontre – fin de parlons d’égal à égal », précise frédéric lemaître
souhaité davantage de « commu­ Biden essaie de construire venue de fixer une sorte de code journée à Washington, début de ce spécialiste. et piotr smolar

Birmanie : l’amnistie négociée d’un journaliste américain IS RAËL


Un Palestinien tué par
l’armée en Cisjordanie
Un Palestinien a été tué,
L’ex­diplomate Bill Richardson et des émissaires asiatiques ont tenté de convaincre la junte d’amorcer un dialogue mardi 16 novembre, par
l’armée israélienne lors
de heurts dans le nord de la
bangkok ­ correspondant dont il avait pourtant démis­ triote emprisonné – ce qui avait nais emprisonné, serait arrivé à leur voisin, et sa faillite économi­ Cisjordanie occupée, a rap­
en Asie du Sud­Est sionné en 2020 – c’est­à­dire déclenché un flot de critiques à Rangoun le 12 novembre en « vi­ que. Tant Pékin que Washington porté le ministère palestinien
avant le coup d’Etat de février – son encontre sur Twitter et dans site personnelle ». Le Japon en­ ont milité auprès de l’Association de la santé. Saddam Bani

C ondamné à onze ans de


prison, vendredi 12 no­
vembre, amnistié le lundi
suivant, et désormais de retour
sur le sol américain : Danny Fens­
pour rejoindre un magazine bir­
man. A son procès ubuesque,
aucun article spécifique ne fut
mentionné, mais le verdict dé­
passa largement les peines requi­
la presse de la part de responsa­
bles d’ONG des droits de
l’homme. En réalité, M. Richard­
son négociait dur. Officiellement,
M. Fenster a été libéré pour « rai­
tretient historiquement des liens
étroits avec l’armée birmane et
a toujours fait passer ses intérêts
économiques avant les droits
de l’homme au Myanmar. A ce ti­
des nations d’Asie du Sud­Est
(Asean) pour plus de fermeté vis­
à­vis de Naypyidaw.
Car, après la gifle de la désinvita­
tion de Min Aung Hlaing du som­
Odeh, 26 ans, est décédé
à l’hôpital turc de Tubas,
entre les villes de Naplouse
et Jénine, où il avait été trans­
féré après avoir été blessé par
ter, le journaliste américain qui ses pour le crime dont il était ac­ sons humanitaires » – en contre­ tre, et en tant que proche allié met de l’Asean du 26 octobre, les une balle, a précisé le minis­
travaillait pour des médias bir­ cusé, à savoir la dissémination partie de l’un des gestes évoqués des Etats­Unis, Tokyo est un ca­ pays asiatiques cherchent à obte­ tère à l’AFP, mentionnant des
mans et avait été arrêté le 24 mai d’informations diffamantes sur par Bill Richardon, notamment nal essentiel pour Washington, nir du général qu’il respecte sa heurts ayant éclaté à l’aube
à l’aéroport de Rangoun, cas l’armée ou ses membres. Danny la livraison de vaccins, mais dont en Birmanie. part d’un « consensus en cinq avec les forces israéliennes
d’école de « diplomatie des ota­ Fenster était le seul des quatre les détails n’ont pas filtré. L’ar­ Depuis peu, un autre invité, chi­ points », sur lequel lui et ses ho­ à l’entrée de Tubas. – (AFP.)
ges », en est désormais un de « di­ journalistes étrangers arrêtés en mée birmane, plusieurs de ses nois, hante les antichambres de mologues s’étaient entendus en
plomatie parallèle ». Birmanie à avoir été condamné : dirigeants et ses conglomérats Naypyidaw : Sun Guoxiang, en­ avril, à Djakarta : notamment NIC ARAGUA
Celle menée par l’ancien ambas­ un autre Américain d’origine bir­ sont la cible de sanctions améri­ voyé spécial du ministère des af­ créer les conditions d’un dialogue Washington sanctionne
sadeur des Etats­Unis aux Na­ mane, ainsi qu’un Polonais et un caines strictes. faires étrangères chinois sur la avec « toutes les parties concer­ de hauts responsables
tions unies, Bill Richardson, arti­ Japonais ont déjà été relâchés. Bill Richardon n’était pas seul à Birmanie, est arrivé lundi, « sans nées » – c’est­à­dire la « Lady » em­ Les Etats­Unis ont annoncé,
san de nombreuses libérations la manœuvre : l’agence de presse annonce préalable », pour des bastillée. L’ex­dirigeante bir­ lundi 15 novembre, des sanc­
d’« otages » américains de régi­ « Raisons humanitaires » japonaise Kyodo News a révélé, rencontres au sommet, rapporte mane, déjà visée depuis par une tions financières contre le
mes étrangers (Iran, Corée du Fort d’une longue expérience lundi, l’intercession de Yohei Sa­ sur son site le journal proche de multitude de procédures judiciai­ parquet fédéral du Nicaragua
Nord…). La nouvelle a été révélée avec la Birmanie – il obtint l’une sakawa, président de la fondation l’opposition birmane The Ir­ res, va cependant être inculpée et neuf hauts responsables
lundi par un tweet de son organi­ des premières libérations d’Aung caritative Nippon Fondation, rawaddy. M. Sun était déjà venu pour « fraude électorale » lors des du pays, notamment le vice­
sation, le Centre Richardson, avec San Suu Kyi, en 1995 –, M. Richard­ créée en 1962 par son père, Ryoi­ en Birmanie en août, durant une législatives de 2020 remportées ministre des finances et le
une photo du journaliste au côté son était venu à Naypyidaw, dé­ chi Sasakawa, soupçonné de cri­ semaine, pour s’entretenir avec le haut la main par son parti, ont an­ ministre de l’énergie, « en ri­
du « global diplomat » Richardson but novembre, proposer des « so­ mes de guerre en 1945, puis figure général. Il avait alors tenté, en noncé, mardi, les médias d’Etat. poste au simulacre d’élections
sur le tarmac de l’aéroport de lutions humanitaires » à Min de l’extrême droite nippone, sou­ vain, de rencontrer Aung San Suu Quinze autres responsables, dont orchestré par le président
Naypyidaw, le 15 novembre. Aung Hlaing, le général puts­ cieux de redorer son image. Kyi, l’ex­dirigeante de facto du l’ex­président de la République, Daniel Ortega et la vice­prési­
La condamnation de M. Fenster chiste chef de la junte. Dans ses M. Sasakawa, qui est émissaire gouvernement civil renversé. Win Myint, également arrêtés dente Rosario Murillo ». Le
avait suscité une vague d’indigna­ déclarations publiques, l’Améri­ spécial du gouvernement japo­ Malgré leur non­condamnation lors du coup d’Etat de février, de­ scrutin du 7 novembre a été
tion dans le monde. Le journa­ cain avait fait savoir qu’il n’avait nais pour la réconciliation en Bir­ du coup d’Etat, les Chinois restent vraient être poursuivis pour la privé d’opposition après l’em­
liste de 37 ans était accusé de tra­ pas évoqué, avec son interlo­ manie, et avait obtenu la libéra­ très contrariés par la tournure même infraction.  prisonnement des principaux
vailler pour le site Myanmar Now, cuteur, la question de son compa­ tion en mai du journaliste japo­ violente des événements chez brice pedroletti rivaux du président. – (AFP.)
0123
12 | planète MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

«Une COP ne peut pas être à l’avant­garde des débats»


Le sociologue et politologue Stefan Aykut analyse les limites des conférences des Nations unies sur le climat

ENTRETIEN On devrait interdire leur présence


de la même façon que l’Organisa­

A
près la clôture, samedi tion mondiale de la santé avait ex­
13 novembre, de la clu les lobbyistes du tabac dans les
26e conférence des Na­ négociations sur sa nocivité.
tions unies sur le cli­
mat (COP26), Stefan Aykut, socio­ Les conférences climat
logue et politologue à l’université servent­elles encore
de Hambourg et spécialiste de la à quelque chose ?
gouvernance climatique, revient On peut avoir l’impression que
sur l’utilité des COP et les limites c’est là que se décide l’avenir de la
inhérentes à leur organisation. planète, que se décrètent les
solutions pour le futur, alors que
Quel bilan tirez­vous non. Il faut les penser comme une
de la COP26 ? arène parmi d’autres – mais néan­
Un bilan mitigé. Elle a montré moins importante – dans le conflit
que la gouvernance climatique est mondial qui se joue sur la transfor­
vivante, qu’elle a survécu à la crise mation de l’économie. Cette arène
sanitaire [liée au Covid­19]. Mais le est traversée par les clivages Nord­
pacte de Glasgow est décevant sur Sud et l’idéologie d’économie de
les questions de finances, d’adap­ marché. Les COP ne sont qu’une
tation et de solidarité Nord­Sud. Et chambre d’enregistrement, une
il est mitigé en ce qui concerne la caisse de résonance des débats du
réduction des émissions de gaz à monde. De par leur structure, elles
effet de serre. Il y a eu une avalan­ ne peuvent pas être à l’avant­garde
che de promesses de neutralité des débats. Tant que le débat de
carbone pour combler le vide des la mise en question de notre mo­
plans climat soumis pour 2030. La dèle économique n’est pas lancé
question cruciale sera de voir au niveau national, on ne peut pas
comment se concrétisent ces en­ l’attendre des COP. C’est impor­
gagements, qui sont pour l’ins­ tant de le reconnaître pour ne
tant des déclarations, et si on par­ pas être déçus. Aujourd’hui, on
vient à les formaliser. leur en demande trop.
Il y a un réel problème avec le Dans un monde sans COP, régu­
mécanisme volontaire de l’ac­ lerait­on mieux le climat ? Je ne le
cord de Paris [conclu en 2015]. crois pas. Le climat doit aussi être
Rien ne force les pays à accroître discuté dans d’autres enceintes,
leurs efforts tous les cinq ans, commerciales et financières, mais Discussion de délégués lors de la COP26, à Glasgow (Ecosse), le 13 novembre. YVES HERMAN/REUTERS
comme les y engage cet accord in­ on sait que l’Organisation mon­
ternational. Les Etats ne veulent diale du commerce, par exemple,
pas clouer leurs pairs au pilori. Le est organisée de manière moins des énergies fossiles lancée à la tion de la dette climatique sera des émissions : les pays dévelop­
format onusien, très policé, transparente que les conférences COP26 ou l’aide mobilisée pour peut­être plutôt traitée par les tri­
« Il y a un réel pés (l’Union européenne, les
consiste plutôt à mettre en avant climat. Les COP restent le seul en­ assister l’Afrique du Sud dans sa bunaux. problème avec Etats­Unis, etc.) et les petites îles
ce qu’on fait de bien que de dé­ droit où les pays en développe­ transition énergétique. font front contre les grands pays
noncer ce que font de mal les ment, les petites îles ou la société Pourquoi les négociations
le mécanisme émergents pour leur demander
autres. Il y a toutefois une pres­ civile continuent d’avoir une voix Comment concilier l’impératif climatiques n’abordent­elles volontaire de d’accélérer la décarbonation de
sion qui fonctionne un peu, celle importante, même s’ils n’obtien­ de réduire les émissions pas formellement leur économie. Mais il y a aussi un
de la société civile, des ONG, des nent pas forcément gain de cause. et le besoin de développement les questions énergétiques ?
l’accord de Paris. autre clivage sur les finances, cette
think tanks, des médias. des pays émergents ? Dès les premières COP, à partir Rien ne force les fois Nord­Sud. Les Etats­Unis por­
Sont­elles vouées à être La gouvernance climatique ne de 1995, l’Arabie saoudite et l’Aus­ tent le plus fort le refus de s’enga­
On a beaucoup dénoncé le toujours en décalage peut pas résoudre les questions tralie, soutenus par les pays du
pays à accroître ger dans des financements prévi­
« greenwashing » à cette COP… avec l’urgence climatique ? d’inégalités dans le monde. Il faut Golfe et, parfois ouvertement, leurs efforts tous sibles et réguliers pour les pays en
C’est la COP la plus commerciale Ce processus a toujours été trop donc les inscrire dans une real­ parfois de manière tacite, par les développement, et l’UE les suit.
jusqu’ici, avec une zone consacrée bureaucratique. C’est une fabrique politik climatique. Il faut quitter Etats­Unis, ont empêché que l’on
les cinq ans » Reste que l’échiquier des négo­
aux entreprises et aux initiatives de la lenteur. Le problème, c’est le domaine de la seule morale aborde les mesures concrètes de ciations est devenu plus flou, et
qui a été la plus grande jusqu’à que l’on n’a jamais réussi à établir pour passer par la voie de la sou­ réduction des émissions. Puis, climatiques sous l’égide des Na­ on voit des fissures au sein du
présent. A Glasgow, on a vu un dé­ un mécanisme de vote. D’où la veraineté nationale. Les crises cli­ Riyad et ses alliés ont bloqué toute tions unies. Aujourd’hui l’Arabie groupe « G77 + Chine », qui ras­
but de débat sur la sortie des éner­ règle du consensus qui donne un matiques aggravent les tensions mention à la sortie des énergies saoudite bloque de manière semble 134 pays en développe­
gies fossiles. En revanche, les Etats pouvoir aussi important aux pays et peuvent déstabiliser les pays ; à fossiles et au développement des moins frontale, mais elle ne pour­ ment, car il devient trop évident
n’ont pas questionné l’idéologie qui bloquent. Cela veut dire que les l’inverse, la transition écologique renouvelables dans l’accord de Pa­ rait pas continuer sans le soutien que certains gros émetteurs font
de croissance et la façon d’organi­ COP sont cantonnées à toujours contribue à la stabilité du sys­ ris en 2015, et même à toute men­ des Etats­Unis, le pays qui a le plus partie du problème. La géopoliti­
ser le capitalisme. Au contraire, il y rester une arène qui ne peut tème politique international et tion au carbone. Ils considèrent nui au processus. que du climat rebat les cartes de la
a presque un réenchantement des qu’acter ce qui est rendu possible les entreprises peuvent en profi­ qu’il s’agit d’un traité sur le climat géopolitique mondiale : elle rend
marchés et de la finance comme par d’autres processus. Il est alors ter. Aider les pays en développe­ et non sur l’énergie. On parle dé­ Comment ont évolué parfois nécessaire des alliances
solution à la crise climatique. Les très important de créer des initia­ ment à faire leur transition et à sormais de comment arrêter les les rapports de force entre pays qui vont au­delà des clivages clas­
lobbyistes des énergies fossiles tives qui vont plus loin et qui ne s’adapter doit donc être vu subventions aux énergies fossiles dans les négociations ? siques, dont celui Nord­Sud. 
étaient très présents car ils ont sont pas sous la convention cli­ comme une nouvelle politique de au sein du G7 et du G20, mais cela Il y a deux grands blocs qui s’op­ propos recueillis par
conscience que leur futur se joue. mat, comme l’alliance pour la fin stabilité internationale. La ques­ ne fait pas partie des négociations posent sur le sujet de la réduction audrey garric

L’Etat renonce provisoirement à privatiser le domaine de Grignon


Face à l’hostilité des élus, le gouvernement abandonne la vente du site pédagogique et agricole qui accueille AgroParisTech, dans les Yvelines

I nutile de s’entêter et d’aller


vers un « fiasco programmé »,
surtout en pleine campagne
présidentielle. Alerté de toutes
parts sur les risques d’une opéra­
velle « procédure de cession » sera
lancée « au second semestre
2022 », précise simplement la
préfecture. Ce qui renvoie la
décision finale – privatiser ou
Si l’installation
de l’école
d’ingénieurs
traite, une résidence pour per­
sonnes âgées, et d’accueillir des
séminaires et divers événements
dans le château, inscrit au titre
des monuments historiques.
Denormandie : « Attention, ce
dossier est emblématique de tout
ce qu’on reproche à la Macronie :
on dit qu’on écoute les territoires,
et on fait l’inverse. » Le président
Pour l’Etat, la pression devient
trop forte. Julien Denormandie
confie une mission de concerta­
tion au directeur d’AgroParis­
Tech, se range aux arguments des
tion devenue très polémique, le non, comment, et au profit de à Saclay, en 2022, Mais, au fil du temps, ce scéna­ (LR) du Sénat, Gérard Larcher, sai­ opposants, et au bout du compte,
gouvernement a officiellement qui – au gouvernement qui sera rio suscite des réticences croissan­ sit de son côté Jean Castex. Matignon arbitre : le projet est
renoncé, lundi 15 novembre, à issu des élections du printemps
n’est pas remise tes. Les étudiants, les anciens élè­ suspendu. L’installation de
privatiser dans l’immédiat le 2022. « Nous prenons acte de la en cause, ves montent au créneau, et le site « Fiasco programmé » l’école à Saclay en 2022 n’est pas
domaine de Grignon (Yvelines), décision de l’Etat », a sèchement est bloqué trois semaines. Les éco­ Le préfet des Yvelines, Jean­Jac­ remise en cause. En revanche,
ce berceau de l’agronomie fran­ réagi Altarea Cogedim lundi.
tout reste ouvert logistes crient à la « bétonisation » ques Brot, alerte également le pre­ tout reste ouvert pour Grignon.
çaise qui accueille actuellement Cette remise à plat marque pour Grignon d’un domaine emblématique, mier ministre sur toutes les fai­ « Cette victoire nous donne six à
l’école d’ingénieurs AgroParis­ l’échec d’une privatisation qui, alors qu’il faudrait au contraire blesses, notamment juridiques, huit mois pour enrichir notre pro­
Tech. Un peu comme il avait depuis des mois, suscitait de plus préserver les terres agricoles et de l’opération. A la fin de l’été, il lui pre projet », se réjouit Mathieu
abandonné fin 2019 le gigantes­ en plus d’opposition. C’est dans ce cadre que l’Etat or­ améliorer l’autonomie alimen­ envoie une note, révélée par Baron, le délégué général de l’as­
que site de loisirs et de commer­ Tout est parti de la volonté de ganise, en 2020, un appel d’offres taire de l’Ile­de­France. Les com­ Mediapart, dans laquelle il souli­ sociation Grignon 2000, dont la
ces Europacity envisagé dans le regrouper les quatre sites d’Agro­ pour céder Grignon, un vaste et munistes et La France insoumise gne combien la transaction ris­ proposition « d’intérêt général » à
Triangle de Gonesse (Val­d’Oise). ParisTech dispersés en Ile­de­ beau domaine qui, à une ving­ y voient un nouveau cadeau fait que de devenir « un point de fric­ 13 millions d’euros était en con­
Trois mois et demi après avoir France en un seul campus, sur le taine de kilomètres de Versailles, aux « promoteurs assoiffés de ter­ tion et de controverse », le sym­ currence avec celle d’Altarea Co­
annoncé la vente de Grignon au plateau de Saclay (Essonne), une comprend un château du res et de biens publics ». bole d’une cession bricolée par gedim. « Je vais me battre pour
promoteur immobilier Altarea « zone d’excellence » en matière XVIIe siècle, 130 hectares de terres La droite et les élus locaux se l’Etat pour un gain minime, au qu’il n’y ait pas de logements, afin
Cogedim, l’Etat remet ainsi en de recherche. Lancé en 2008 sous agricoles, et plus de 133 hectares mobilisent eux aussi contre un profit d’un opérateur « que seule que le site ne soit pas démantelé et
cause le projet qu’il avait lui­ Nicolas Sarkozy, le projet est en­ de bois. Quatre candidats répon­ projet dicté par la direction de anime une volonté de densifier par qu’il se concentre sur la recherche
même choisi, après en avoir lon­ suite validé par les équipes de dent et, fin juillet, l’offre d’Altarea l’immobilier de l’Etat, depuis des logements de luxe la partie his­ et la transition écologique, pro­
guement dessiné les contours. François Hollande puis d’Emma­ Cogedim, évaluée à 18 millions Bercy, sans les associer. Avant torique (…) et de thésauriser du met Nadine Gohard, la maire
« Il n’est pas possible de maintenir nuel Macron. La vente du site pa­ d’euros, est retenue. Le promo­ même l’attribution du marché, la foncier pour le reste ». « Il est certai­ (sans étiquette) de Thiverval­Gri­
la procédure engagée », recon­ risien de Claude­Bernard et celle teur prévoit notamment de cons­ sénatrice (Les Républicains, LR) nement encore possible de s’épar­ gnon. Maintenant, on se remet
naît un communiqué de la pré­ de Grignon doivent financer truire sur place une centaine de Sophie Primas met en garde le gner le funeste enclenchement de tous autour de la table ! » 
fecture des Yvelines. Une nou­ l’installation à Saclay. logements, une maison de re­ ministre de l’agriculture, Julien ce fiasco programmé », ajoute­t­il. denis cosnard
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 planète | 13

Glyphosate : l’expertise turbateur endocrinien. Au


même moment, l’expertise col­
lective de l’Institut national de la
santé et de la recherche médicale
Des travaux
universitaires
sont rejetés
réglementaires, qui en ont exclu
quatre, jugées inacceptables.
Quid des dix restantes, considé­
rées comme valables dans le

européenne a exclu la
(Inserm) faisait valoir une opi­ RAR ? « Toutes ces études présen­
nion différente, concluant no­ parce qu’ils ont tent des défauts majeurs qui
tamment à une « présomption auraient dû conduire les autorités
moyenne » d’un lien entre expo­
été réalisés à les considérer avec réserve », dit
dans un contexte
quasi­totalité des études
sition professionnelle au glypho­ Mme Cervan. Selon la toxicologue,
sate et survenue d’un lymphome ancienne préparatrice de dossiers
non hodgkinien, un type de can­
non européen réglementaires pour l’industrie
cer du système lymphatique. chimique, aucune de ces études
Pourquoi de telles divergences mécanistiques portant sur les ef­ n’est conforme aux recomman­
Selon l’analyse de Générations futures, le rapport de vue ? Le rapport de Généra­
tions futures l’explique par la
fets du glyphosate au niveau cel­
lulaire et moléculaire ont été reje­
dations actuelles de l’Organisa­
tion européenne de coopération
préliminaire européen juge 99 % des études sur non­prise en compte, par les ex­
perts européens, des études uni­
tées, car [selon les règles appli­
quées par les agences réglemen­
et de développement économi­
ques qu’elles sont censées respec­
la toxicité du pesticide non pertinentes ou non fiables versitaires et académiques pu­
bliées dans la littérature savante.
taires] elles “ne peuvent pas être
liées à l’évaluation du risque” ».
ter : nombre de cellules analysées
insuffisant, absence de démons­
Sur les 1 550 études sur la toxicité D’autres travaux universitai­ tration que la substance évaluée a
du glyphosate publiées dans la res sont également rejetés parce atteint le tissu cible (la moelle

U
ne expertise peut­elle tance. Parmi celles­ci, seule une nérations futures relève des « dé­ littérature scientifique au cours qu’ils ont été réalisés dans osseuse), absence des données
être scientifique si la petite fraction – 0,4 % de l’ensem­ fauts majeurs » dans la plupart des dix dernières années et iden­ un contexte non européen. historiques du laboratoire ayant
science n’y a pas sa ble – est jugée « fiable ». Au total, de ces tests réglementaires, qui tifiées par l’association, seules 11 « Les études réalisées en Asie conduit les tests.
place ? C’est l’épineuse c’est ainsi plus de 99 % de la litté­ ont pourtant été considérés ont été jugées fiables par le RAR. ou en Amérique du Sud sont reje­ Interrogée par Le Monde,
question posée par l’association rature savante produite au cours comme fiables par les évalua­ Sur les 1 614 études d’écotoxicité tées dès la lecture du résumé, car l’Autorité européenne de sécurité
Générations futures à propos de de la dernière décennie sur la teurs européens. identifiées, là encore 11 études les conditions [expérimentales] des aliments (EFSA), qui super­
l’expertise préliminaire euro­ toxicité, l’écotoxicité ou les pro­ ont été jugées fiables. Le taux est ne seraient pas comparables à vise l’expertise européenne, fait
péenne sur le glyphosate, qui doit priétés de perturbation endocri­ Divergences de vues plus faible encore pour les effets celles de l’Europe, lit­on dans le valoir que le RAR n’est pour
permettre la réautorisation en nienne (capacité à interférer avec Le rapport de l’association de perturbation endocrinienne : rapport. Cela équivaut à dire que l’heure que préliminaire, et
Europe de l’herbicide contro­ le système hormonal) du pesti­ éclaire une controverse qui dure sur 4 024 études publiées, seules l’on prend en considération ouvert aux commentaires dans le
versé, fin 2022. Dans une analyse cide de synthèse le plus utilisé au depuis plus de cinq ans. En 8 sont jugées fiables par le RAR. des aspects relevant de l’exposi­ cadre d’une consultation publi­
rendue publique mardi 16 no­ monde qui est jugée non perti­ mars 2015, le Centre internatio­ Sur quels critères objectifs l’es­ tion pour évaluer un danger, ce que qui s’achève le 22 novembre.
vembre, l’association antipesti­ nente ou non fiable par le RAR. nal de recherche sur le cancer sentiel de la science publiée sur qui est contraire à tous les « Nous encourageons [Généra­
cide estime et chiffre, pour la pre­ A l’inverse, note l’association, (CIRC), la principale autorité de le glyphosate est­il considéré principes d’évaluation des dan­ tions futures] à soumettre son
mière fois, la non­prise en les études conduites par les fabri­ classification des agents cancé­ comme non pertinent ou non gers et des risques. » rapport à l’EFSA et à l’ECHA
compte de l’écrasante majorité cants bénéficient d’une plus rogènes, classait le glyphosate fiable ? « Le fait de ne sélectionner [Agence européenne des produits
des études universitaires récen­ grande mansuétude et finissent comme « cancérogène probable que des études faites sur une “es­ « Processus pas équitable » chimiques] afin que les Etats
tes par le rapport préliminaire par fonder l’essentiel de l’exper­ pour l’homme ». Une position pèce pertinente pour la toxicolo­ Les études fournies par les fabri­ membres rapporteurs responsa­
européen (RAR, pour « Renewal tise européenne. Pourtant, Gé­ diamétralement opposée à celle gie des mammifères” [selon la ré­ cants de pesticides à l’appui de la bles du RAR puissent examiner les
Assessment Report »), préparé des agences réglementaires glementation] revient à exclure demande de réautorisation du points spécifiques soulevés »,
par les agences réglementaires européennes et américaine : con­ toutes les études réalisées sur glyphosate sont­elles soumises à dit­on à l’EFSA. « Bien sûr, une con­
néerlandaise, hongroise, fran­ sidéré comme non cancérogène, d’autres organismes, en particu­ la même sévérité ? La toxicolo­ sultation publique a été ouverte et
çaise et suédoise.
« Toutes le glyphosate a été réautorisé lier aquatique », explique l’asso­ gue Pauline Cervan, principale nous allons soumettre nos com­
Selon l’analyse bibliométrique les études en 2017, pour cinq ans, sur le ter­ ciation dans son rapport. Or, les autrice du rapport de Généra­ mentaires, mais le processus n’est
conduite par l’association, seules ritoire de l’Union européenne. laboratoires universitaires utili­ tions futures, s’est spécifique­ pas équitable pour la société civile,
3 % des 7 188 études publiées dans
des [industriels] Quatre ans plus tard, les résul­ sent de plus en plus le poisson zè­ ment intéressée à une catégorie dit Pauline Cervan. Le RAR fait
les revues scientifiques interna­ présentent des tats de la nouvelle expertise bre comme modèle animal pour spécifique de tests (dits « du mi­ plusieurs milliers de pages et la
tionales sur le glyphosate au européenne sont identiques. Se­ étudier les effets possibles de cer­ cronoyau ») destinés à identifier consultation ne dure que deux
cours des dix dernières années
défauts majeurs » lon les conclusions du RAR, com­ tains produits sur l’homme : tous les propriétés génotoxiques mois. Pour les ONG, le travail criti­
ont, en effet, été jugées « perti­ PAULINE CERVAN muniquées en juin, le glyphosate ces travaux sont a priori rejetés d’une substance. Quatorze étu­ que à accomplir ne peut être fait de
nentes » et « pouvant être utiles toxicologue, autrice du rapport ne serait ni cancérogène, ni mu­ par l’expertise. De même, pro­ des de ce type ont été soumises manière exhaustive aussi vite ! » 
pour l’évaluation » de la subs­ de Générations futures tagène, ni reprotoxique, ni per­ teste l’organisation, « les études par les industriels aux autorités stéphane foucart

En 2016, l’Anses a enterré un rapport


sur l’herbicide controversé
L’agence sanitaire devait donner un avis sur la solidité
des tests utilisés dans l’expertise européenne

L e 10 mars 2015, le Centre


international de recherche
sur le cancer (CIRC) classait
le glyphosate cancérogène proba­
ble pour l’homme et ouvrait une
tests utilisés dans l’expertise
européenne pour détecter une
éventuelle génotoxicité (toxicité
pour l’ADN) des herbicides à base
de glyphosate – c’est­à­dire non
ensuite le travail a été abandonné
et laissé de côté parce que les
travaux de l’Union européenne
[sur le sujet] sont venus nous rat­
traper », dit­on à la direction des
controverse durable sur la sûreté pas la substance active seule, produits réglementés de l’Anses.
du pesticide de synthèse le plus mais les produits tels qu’ils sont Une justification surprenante, ce
utilisé en France et dans le commercialisés. second rapport ayant été de­
monde. Deux semaines plus tard, Cette question est cruciale pour mandé non pour accompagner la
cinq ministères saisissaient comprendre la divergence entre procédure européenne, mais pré­
l’Agence nationale de sécurité sa­ les expertises conduites par les cisément pour évaluer sa solidité.
nitaire de l’alimentation, de l’en­ agences réglementaires et le La question posée aux experts
vironnement et du travail (Anses) CIRC. Les tests pris en compte par était en effet de déterminer « si les
d’un avis sur la question. La les premières ne détectent pas de études de génotoxicité réalisées
première partie de cette expertise propriétés génotoxiques au gly­ sur la préparation représentative
a été publiée en février 2016. Se­ phosate ou aux herbicides qui en du dossier européen (…) sont suffi­
lon nos informations, la seconde contiennent, tandis que la samment robustes compte tenu
a été enterrée par l’Anses. grande majorité des études aca­ des protocoles utilisés ».
C’est la première fois que le gen­ démiques considérées par le Pourquoi la réponse proposée
darme français des pesticides fait CIRC suggèrent que ces produits par les experts sollicités par
ainsi disparaître, hors de toute sont bel et bien génotoxiques. l’agence n’a­t­elle pas fait l’objet
procédure, un projet d’expertise. Des travaux publiés en jan­ d’une délibération formelle et n’a­
« Une telle situation est inédite. vier 2019 par Charles Benbrook, t­elle été ni rejetée ni adoptée et
Normalement, l’expertise, une fois dans la revue Environmental publiée ? L’Anses admet ne dispo­
enclenchée, ne peut être interrom­ Sciences Europe, ont documenté ser d’aucun document, décision
pue sans raison, dit un fin précisément cet hiatus. écrite ou compte rendu délibéra­
connaisseur de l’agence. C’est une tif, justifiant l’abandon du projet
garantie de l’indépendance du Justification surprenante de rapport. Aucun des membres
processus : une fois qu’une ques­ Le premier volet du rapport, pu­ du CES de l’Anses que Le Monde a
tion a été posée à des scientifiques, blié le 9 février 2016, estimait que pu contacter ne se souvient de
l’agence ne doit pas pouvoir igno­ le CIRC était allé trop loin dans sa l’examen du texte ou n’a souhaité
rer la réponse qu’ils apportent. » classification du glyphosate, et s’exprimer. Le président du CES, le
Dans leur lettre de saisine, les qu’une classification de la subs­ toxicologue Eric Thybaud, désor­
tutelles de l’Anses lui deman­ tance comme cancérogène « sus­ mais retraité, n’a pu être joint.
daient d’éclairer les divergences pecté » plutôt que « probable » Quant aux deux auteurs du
entre le CIRC et l’expertise préli­ pouvait alors « se discuter ». « Cet projet de rapport que Le Monde a
minaire européenne, conduite avis a pour objet de répondre à la pu identifier, il s’agit des toxico­
par l’Allemagne. Au contraire du première question posée, peut­on logues Bernard Salles (université
CIRC, celle­ci dédouanait le gly­ y lire. En ce qui concerne la de Toulouse, Institut national de
phosate de tout potentiel cancé­ deuxième question, les travaux du recherche pour l’agriculture,
rogène. Pour répondre, l’Anses GECU [groupe d’expertise collec­ l’alimentation et l’environne­
avait réuni un groupe de qua­ tive d’urgence] se poursuivent et ment, Inrae) et Fabrice Nesslany
tre chercheurs extérieurs à feront l’objet d’un rapport addi­ (Institut Pasteur de Lille). Le
l’agence – trois toxicologues et un tionnel en avril 2016. » premier confirme avoir participé
épidémiologiste – et leur avait Interrogée, l’Anses confirme au projet d’expertise mais ne
demandé deux rapports distincts. que ce deuxième volet a été pré­ souhaite pas en détailler la te­
Le premier sur les arguments senté à son comité d’experts spé­ neur, ni le rendre public sans
en faveur ou en défaveur d’une cialisés (CES) sur les pesticides, au autorisation de l’Anses. Le se­
classification du glyphosate pur cours d’une réunion des 27 et cond n’a pas répondu aux sollici­
comme cancérogène probable. 28 septembre 2016. « Ils [les mem­ tations du Monde. 
Le second sur la robustesse des bres du CES] l’ont vu une fois et s. fo.
FRANCE
0123
14 | MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

Des gains pour la plupart des Français


Impact des mesures sociofiscales prises durant le quinquennat d’Emmanuel Macron (2017-2022) sur le niveau de vie des ménages, en pourcentages
Effet de la
972 € 1 842 € 2 449 € réforme 3
par mois de par mois par mois de la fiscalité
revenu disponible du capital
2,5

Effet de la baisse
2 Variation
de l’impôt
Effet du sur le revenu du revenu
minimum disponible
Effet de 1,5
vieillesse et en %
la prime
allocation d’activité
adulte 1
handicapé
0,5

0
0 25 50 75 100
– 0,5
Centième de revenu disponible
les moins riches les plus riches

Les inégalités se sont creusées L’économie a effacé la crise


Part d'individus « gagnants » et « perdants » des réformes Impact des mesures sociofiscales prises durant le quinquennat Evolution du taux d’emploi, en pourcentages
sociofiscales du quinquennat, selon leur niveau de vie sur le niveau de vie des ménages, en euros par an, en 2022
100
3 500 3 518,5 € 67

80 3 000 N. Sarkozy F. Hollande E. Macron


66
« Gagnants » 2 500
60
2 000
65
40 1 500
931,3 €
1 000 530,8 € 64
20
« Perdants » 500 220 € 287 €

0 0 63
0 25 50 75 100 0 – 35,5 € 25 50 75 100 2007 2009 2011 2013 2015 2017 2019 2021
Centième de revenu disponible Centième de revenu disponible
Infographie : Le Monde Source : Institut des politiques publiques

Pouvoir d’achat : le mandat Macron à la loupe
Selon une étude de l’Institut des politiques publiques, les 5 % les plus modestes sont les réels perdants

C’
est déjà l’un des thè­ vie (c’est­à­dire leurs revenus, du tion…). » D’autant qu’il s’agit des En comparaison, le niveau de sous la pression du Conseil consti­
mes majeurs de la travail ou du capital, après paie­ catégories plus désavantagées, en
« Les mesures vie des ménages situés entre le tutionnel, qui jugeait la mesure
précampagne prési­ ment des impôts et versement proportion, par la fiscalité du ta­ de M. Macron sixième et le seizième centile a inégalitaire. Seuls les 20 % les plus
dentielle : le pouvoir des prestations sociales) augmen­ bac et de l’énergie. « Ces conclu­ progressé d’environ 2 % (200 à pauvres, qui ne la payaient déjà
d’achat devrait, selon toute vrai­ ter de 397 euros par an en sions semblent fragiles, comme le
ont favorisé 300 euros par an), du fait de la pas, n’en ont pas profité.
semblance, rester au centre des moyenne (+ 1,6 %). Avec une ex­ suggère le profil heurté des résul­ plus fortement hausse du montant et des pla­ Au global, sur le quinquennat,
préoccupations des Français d’ici ception notable : les 5 % de ména­ tats au niveau des premiers centi­ fonds de la prime d’activité, et de les ménages ont vu leurs prélève­
au scrutin d’avril 2022. Mais com­ ges les plus modestes (ceux qui vi­ les », se défend­on à Bercy.
les actifs et la revalorisation du minimum ments obligatoires baisser de
ment a­t­il évolué pendant le vent avec moins de 800 euros par les détenteurs vieillesse. A partir du milieu de 28,1 milliards d’euros (dont
mandat d’Emmanuel Macron, mois), qui ont perdu jusqu’à 0,5 % Taxe d’habitation l’échelle des revenus, les ménages 18,5 milliards d’euros du seul fait
qui avait commencé son quin­ de pouvoir d’achat (jusqu’à « Les mesures économiques et so­
de patrimoine » ont vu leur niveau de vie augmen­ de la suppression de la taxe d’ha­
quennat affublé de l’étiquette de 39 euros sur un an). ciales d’Emmanuel Macron ont fa­ ANTOINE BOZIO ter d’autant plus que leur revenu bitation), tandis que les dépenses
« président des riches » ? C’est Les inégalités se sont donc ac­ vorisé plus fortement les actifs et directeur de l’Institut est important, de + 1,3 % à + 1, 8 % sociales reculaient de 4,2 mil­
pour répondre à cette question crues entre le bas et le haut de les détenteurs de patrimoine », ré­ des politiques publiques (260 à 530 euros par an), en raison liards (sous­revalorisation des re­
que l’Institut des politiques publi­ l’échelle des niveaux de vie. A sume Antoine Bozio, le directeur principalement de la baisse de traites, réforme de l’assurance­
ques (IPP), un organisme de re­ l’échelle individuelle, 80 % des 1 % de l’IPP. Il souligne le rôle majeur moyenne de 10 500 euros par l’impôt sur le revenu décidée par chômage et des APL).
cherche indépendant, a publié, les plus modestes sont mêmes joué par la hausse de la prime mois) ont, eux, gagné davantage le gouvernement après la crise Si l’on considère seulement l’an­
mardi 16 novembre, une évalua­ perdants sur le quinquennat, con­ d’activité et la réforme de la fisca­ que le reste des Français, avec une des « gilets jaunes ». Dans le née 2022, les effets de la politique
tion approfondie des conséquen­ tre un quart des 1 % les plus aisés. lité du capital (suppression de augmentation de 2,8 % de leur ni­ même temps, pour le quart des économique du gouvernement
ces, sur les ménages comme les « Il y a beaucoup d’hétérogénéité l’impôt de solidarité sur la for­ veau de vie (soit 3 500 euros par Français les plus aisés – hors très sont sensiblement différents. En
entreprises, des mesures fiscales des situations parmi les plus pré­ tune, remplacé par l’impôt sur la an). La hausse culmine même à + riches –, la dynamique est inverse. effet, les conséquences pour les
et sociales prises entre 2017 et caires, nuance Brice Fabre, écono­ fortune immobilière, et instaura­ 4,1 % pour les 0,1 % d’ultrariches. Alors que les situations varient plus aisés des mesures pérennes
2022. Cette étude annuelle, que miste à l’IPP et l’un des auteurs de tion d’un prélèvement forfaitaire Aux effets de la réforme de la fis­ beaucoup d’un ménage à l’autre, (taxe d’habitation) sont plus que
Le Monde a pu consulter, permet l’étude. Mais, en début de quin­ unique ou « flat tax »), mais aussi calité du capital s’ajoute la sup­ même au sein d’un même cen­ contrebalancées par les mesures
de dresser un premier bilan de la quennat, ils ont pâti de moindres la suppression, en 2018, des coti­ pression de la taxe d’habitation, tième de niveau de vie, le statut exceptionnelles annoncées pour
politique économique du chef de revalorisations de prestations so­ sations salariales maladie et chô­ bientôt élargie aux 20 % de foyers d’activité est crucial, pointe lutter contre la hausse des prix de
l’Etat, et de déterminer qui en ciales, limitées en montant mais mage, compensée par une hausse les plus aisés. Même si elle n’in­ M. Bozio : « Les mesures de soutien l’énergie et des carburants (in­
sont les gagnants et les perdants. nombreuses (réforme des aides au de la CSG. terviendra en totalité qu’en 2023, touchent moins les retraités, les demnité inflation, notamment),
Par rapport à 2017, presque tous logement, prestations familiales Les 1 % les plus riches (la fraction l’institut l’a prise en compte dans chômeurs et les inactifs. » En re­ davantage tournées vers les plus
les Français ont vu leur niveau de moins revalorisées que l’infla­ de population qui dispose en ses calculs. vanche, les mesures non liées au modestes.
statut d’activité (baisse de l’impôt L’évaluation de l’institut tran­
sur le revenu, suppression de la che avec celle réalisée début octo­
Les effets inattendus de la crise sanitaire sur l’économie taxe d’habitation) engendrent
des hausses de niveau de vie qui,
bre par le Trésor, en annexe à la
présentation du projet de loi de fi­
dans l’ensemble, sont d’autant nances 2022 : Bercy se targuait
« la stratégie du “quoi qu’il en coûte”, chercheurs ne sont toutefois pas en mesure population en âge de travailler) est supé­ plus importantes que le revenu alors d’avoir augmenté de 4 % en
couplée aux 100 milliards du plan de relance de préciser si le gouvernement en a fait trop rieur à celui d’avant­crise, et même à celui des ménages est élevé. cinq ans le pouvoir d’achat des
[…] nous a permis non seulement de résister à ou pas assez, ou ce qui se serait passé s’il des deux précédents quinquennats. Et la 10 % de Français du bas de
la crise, mais de rebondir plus fort avait calibré autrement ses dispositifs. croissance moyenne du PIB devrait accélé­ Prélèvements obligatoires l’échelle. L’institut trouve une
aujourd’hui », assurait Emmanuel Macron rer : de 1,2 % par an entre 2009 et 2017, elle Ces conclusions font écho au hausse plus modeste, de 1,25 % à
lors de son allocution télévisée du 9 no­ PIB en hausse devrait passer à 1,35 % entre 2017 et 2025. Il mantra du gouvernement depuis 3 %, selon les hypothèses rete­
vembre. Dans l’étude qu’ils publient mardi En revanche, la dette aurait davantage aug­ n’y a donc pour le moment pas de signes de cinq ans, répété par le chef de l’Etat nues. « Le Trésor a retenu l’ensem­
16 novembre, les économistes de l’Institut menté en pourcentage du PIB sans ces sou­ croissance plus faible, contrairement à ce lors de son allocution télévisée du ble des mesures ayant des effets
des politiques publiques (IPP), un orga­ tiens. « On aurait eu une explosion de la qui s’était passé au sortir de la crise finan­ 9 novembre : « Il faut que le travail sous le quinquennat Macron, dont
nisme de recherche indépendant, parta­ dette à 126 % du PIB, contre 115 % cière de 2008, relèvent les auteurs. paye. » « La revalorisation des reve­ certaines étaient en fait la fin de
gent le constat d’une « rapidité impression­ aujourd’hui. A l’heure où l’on débat d’un as­ Un satisfecit pour la politique économi­ nus des actifs et la réforme des reve­ l’application de mesures Hollande
nante de la sortie de crise, malgré un choc sainissement des finances publiques, il ne que d’Emmanuel Macron ? Pas si simple. « Il nus du capital figuraient dans le (revalorisation du RSA, chèque
énorme » dû à la pandémie, comme le ré­ faut pas oublier que le choix de recourir à des est impossible d’affirmer que la hausse de programme du candidat Macron énergie…) », explique M. Bozio.
sume Antoine Bozio, son directeur. Ni le mesures exceptionnelles pour limiter, in fine, l’emploi est due aux instruments mis en en 2017, confirme M. Bozio. Mais le Les chercheurs de l’IPP, eux, ont
mur de faillites ni les vagues de licencie­ le ratio d’endettement, était rationnel », es­ place par les gouvernements de ces dernières gouvernement a aussi fait évoluer choisi de retenir l’ensemble des
ments un temps redoutés n’ont marqué la time M. Bozio. De même, l’utilisation mas­ années (crédit d’impôt pour la compétitivité sa politique en réaction aux crises dispositifs annoncés par le gou­
sortie de crise. sive du chômage partiel se révèle finale­ et l’emploi, réformes du marché du travail…), [“gilets jaunes”, Covid­19] avec des vernement Macron. Tout en sou­
L’explication de ces bonnes nouvelles ment moins coûteuse qu’une stratégie où tempère M. Bozio. Mais la crise a peut­être dispositifs de soutien qui n’avaient lignant, eux aussi, les limites de
reste complexe. « Ce qui est sûr, c’est que le gouvernement aurait décidé de laisser été l’occasion d’une action forte de soutien pas été anticipés au début du quin­ leurs travaux. « On est incapables
sans les mesures de soutien et de relance du augmenter le chômage, note l’étude. public aux entreprises, qui nous a placés sur quennat. » A contrario, la suppres­ aujourd’hui de dire dans quelle
gouvernement, la sortie de crise aurait été re­ Pour la suite, les modèles des économistes un niveau d’activité et de croissance supé­ sion de la taxe d’habitation, ven­ mesure la hausse des prix de l’éner­
poussée de plus d’un an », indique M. Bozio. se veulent optimistes. « Une fois retirés les rieur. » Autrement dit, cette injection d’ar­ due comme un argument de cam­ gie des prochains mois viendra
Il aurait alors fallu plus de cinq trimestres dispositifs d’aide, le dynamisme de l’écono­ gent public imprévu a profité à l’emploi da­ pagne en faveur des plus modes­ manger les hausses de pouvoir
supplémentaires pour retrouver le niveau mie fait qu’il est fort probable que les emplois vantage que ne l’auraient fait des mesures tes – elle ne devait initialement d’achat que nous avons calcu­
de PIB d’avant­crise, que l’économie vient créés demeurent », estime M. Bozio. Le taux structurelles plus classiques.  toucher que 80 % des foyers –, a dû lées », rappelle M. Bozio. 
d’atteindre au troisième trimestre 2021. Les d’emploi (le nombre d’actifs rapporté à la a. t. être étendue à toute la population audrey tonnelier
PRÉSENTENT

LE PREMIER FESTIVAL DES CRUS BOURGEOIS DU MÉDOC


ENGAGÉS POUR LA NATURE ET POUR L’HUMAIN

WWW.GOODWINESONLY.FR
* Seulement les bons vins
0123
16 | france MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

Les macronistes haussent le ton face à Zemmour


Même si le polémiste n’est pas encore candidat, le chef de l’Etat et ses proches ont changé de stratégie

L
eur diagnostic a changé.
Leur degré de riposte éga­
Les macronistes
lement. Il y a encore deux se sont donné
mois, Emmanuel Macron
et ses fidèles se méfiaient de l’ir­
pour objectif
ruption d’Eric Zemmour dans le de « démonter »
jeu politique, sans le cibler fronta­
lement. Alors que la candidature
de manière
du polémiste d’extrême droite à méthodique
l’élection présidentielle de 2022
paraissait encore incertaine, les
le discours
responsables de l’exécutif et de la de M. Zemmour
majorité s’efforçaient de ne pas
lui répondre, afin de ne pas ap­
porter du crédit à ses outrances. Il qu’il fallait hausser le ton. « Nous
convenait alors de l’ignorer pour devons le combattre sur le fond
essayer de le marginaliser. mais aussi sur les valeurs, résume
Mais la donne a changé. La vo­ le porte­parole des députés LRM,
lonté de plus en plus affirmée de Pieyre­Alexandre Anglade. Dé­
M. Zemmour de se présenter au construire ses affirmations, sa vi­
scrutin élyséen et sa percée dans sion de la France. » En opposant,
les sondages, au point d’apparaî­ en particulier, un autre cadre de
tre dans certaines études d’opi­ référence historique.
nion comme un possible adver­ Eric Zemmour cherche à réhabi­
saire de M. Macron lors du second liter la figure du maréchal Pétain,
tour, ont convaincu ce dernier de en assurant qu’il aurait « protégé
lancer la contre­offensive de ma­ les juifs français » durant l’Occupa­
nière plus franche. Alors qu’il se tion ? « Les enfants juifs ne se po­
contentait de faire des allusions saient pas la question de savoir si le
au chantre du déclin national, ces maréchal qui régnait à Vichy sur
dernières semaines, en pointant un Etat fantoche, aux ordres de
notamment du doigt les « nostal­ l’occupant, était là pour les proté­
giques », le chef de l’Etat a claire­ ger. Nous savons bien qu’il était
ment fait référence à l’auteur du leur ennemi et le complice actif de
Suicide français (Albin Michel, leur arrestation », a rétorqué le
2014), le 9 novembre, lors de son premier ministre, Jean Castex, le
allocution télévisée, lorsqu’il a 14 novembre, lors d’un discours
appelé les Français à « résister » devant le Conseil représentatif A Mesnil­Saint­Père (Aube), le 28 octobre. PASCAL ROSSIGNOL/REUTERS
aux « obscurantismes » et au « re­ des institutions juives de France,
tour du nationalisme ». en appelant à ne « jamais confon­
Un changement de ton, qui illus­ dre » cette France « complice et res­ confond Pétain et de Gaulle, on n’a projetant sur un nouveau duel gler et il va chuter », estime le chef
tre un virage stratégique, à cinq ponsable » avec « celle de Londres ». pas de culture, on a le goût du men­ entre le chef de l’Etat et la prési­
La plupart de file des députés MoDem, Pa­
mois de la présidentielle. Après lui songe. Quand on met sur le même dente du Rassemblement natio­ des élus LRM trick Mignola (Savoie), qui juge
avoir laissé le champ libre, les ma­ Figure d’« épouvantail » plan Vichy et Londres, on n’est pas nal (RN), la plupart des élus LRM Marine Le Pen « plus solide ». « Elle
cronistes se sont donné pour ob­ Cette France de « la Résistance » intelligent, on est manipulateur. considèrent désormais Eric Zem­
considèrent a un parti, la structure et l’expé­
jectif de « démonter » de manière dont le chef de l’Etat a d’ailleurs Quand on monte les Français mour comme le danger numéro désormais Eric rience d’une campagne présiden­
méthodique le discours de salué l’action, le 11 novembre, contre les autres (…), on est détesta­ un. Au sein de la majorité, plu­ tielle, donc il ne faut pas partir du
M. Zemmour. « Il ne faut plus lorsqu’il a rendu hommage à Hu­ ble », a asséné le ministre de l’éco­ sieurs élus font le pari que ce der­
Zemmour principe qu’elle est sortie de la
l’ignorer mais lui répondre sur le bert Germain, le dernier compa­ nomie, Bruno Le Maire, le 10 no­ nier va « dévorer » la dirigeante le­ comme le danger course », prévient­il.
fond », ont entériné les lieute­ gnon de la Libération, disparu le vembre, sur France 5. Récemment, péniste, notamment grâce à une « Le jeu reste extrêmement
nants du chef de l’Etat, à l’issue de 12 octobre. Une conception oppo­ M. Castaner a accusé M. Zemmour capacité d’attraction plus forte
numéro un ouvert », abonde Roland Lescure,
deux réunions visant à détermi­ sée du récit national, théorisée à de dire « n’importe quoi avec à la sur l’électorat de droite. Et qu’il député LRM des Français d’Améri­
ner l’attitude à suivre face au polé­ l’Elysée, où l’on considère que fois arrogance, sexisme, xénopho­ dispose désormais de davantage ter une forte mobilisation d’une que du Nord, en préconisant de ré­
miste : la première, lors du bureau M. Macron et M. Zemmour ont bie, racisme », tandis que le prési­ de chances que Mme Le Pen de fi­ partie des électeurs de gauche en pondre à l’ensemble des adversai­
exécutif de La République en mar­ « deux visions différentes de la dent de l’Assemblée, Richard gurer au second tour. faveur de M. Macron, qui pourrait res de M. Macron « sur le fond »,
che (LRM), le 25 octobre, puis lors France ». « Le premier est dans la Ferrand, a condamné un adepte En cas d’affrontement entre les alors devenir « une valeur refuge ». sans « se focaliser de manière exces­
d’une réunion le 4 novembre, en défense d’un imaginaire qui en­ du « révisionnisme historique ». deux hommes, certains macronis­ Un pari hasardeux, jugent toute­ sive sur Eric Zemmour ». Pour évi­
présence notamment du porte­ traîne, le second dans celle d’un Ces critiques frontales contre le tes imaginent une configuration fois certains responsables de la ter cet écueil, la consigne a donc
parole du gouvernement, Gabriel identitaire qui enchaîne », juge un polémiste témoignent aussi d’un favorable au chef de l’Etat, dans la majorité, en appelant à ne pas mi­ été passée, au sein du gouverne­
Attal, du délégué général de LRM, conseiller du chef de l’Etat. changement de priorité. Après mesure où l’essayiste réaction­ nimiser la menace représentée ment, de ne pas débattre avec l’ex­
Stanislas Guerini, et du chef de file D’où les attaques répétées des avoir érigé Marine Le Pen comme naire pourrait faire figure par la présidente du RN. « Pour le journaliste tant qu’il n’a pas en­
des députés macronistes, Christo­ macronistes sur le terrain mémo­ leur opposante principale depuis d’« épouvantail » parfait, avec ses moment, tout sourit à Eric Zem­ core déclaré sa candidature. 
phe Castaner. Tous ont convenu riel, ces derniers jours. « Quand on le début du quinquennat, en se positions radicales. Et ainsi susci­ mour. Mais un jour, ça va se déré­ alexandre lemarié

La prolifération littéraire des ministres agace l’Elysée


Blanquer, Wargon, Le Maire… plusieurs membres du gouvernement publient des ouvrages pour vanter leur bilan et soutenir le président

M arqués par des crises


historiques, ils ont
voulu le faire savoir. Il
leur fallait faire entendre le choc
ressenti par la violence des « gilets
chargée de la jeunesse, Sarah El
Haïry, narre son engagement poli­
tique en tant que benjamine du
gouvernement (ex aequo avec Ga­
briel Attal). Dans Bienvenue en poli­
« Ma conception
de la politique
n’est pas une
donner le sentiment, selon ses
mots, d’agir jusqu’« au dernier
quart d’heure », l’accumulation de
ces essais aux succès mitigés fait
désordre. « Les Français vont finir
Cette liberté permet au locataire
de Bercy de s’exprimer sur des su­
jets qui débordent de son périmè­
tre. Un privilège rare en Macronie,
que le ministre exploite large­
A l’instar de l’ex­premier minis­
tre Edouard Philippe, qui dissi­
mule peu ses ambitions présiden­
tielles pour 2027 tout en soute­
nant Emmanuel Macron, le mi­
jaunes », qui a fait vaciller le pou­ tique (Calmann­Lévy, 432 p., conception de par se dire que les ministres ne fou­ ment dans son livre. Dans Un éter­ nistre de l’économie précise que
voir fin 2018. Faire partager leur 17 euros), la ministre chargée du lo­ tent rien et qu’ils passent leur nel soleil, référence à Arthur Rim­ son livre a vocation à défendre la
trouble né de l’irruption de la pan­ gement, Emmanuelle Wargon, ex­
la soumission » temps à écrire des livres », aurait lâ­ baud, le premier chapitre, intitulé réélection du chef de l’Etat. Mais
démie de Covid­19 en mars 2020. plique avoir rédigé un « plaidoyer BRUNO LE MAIRE ché le chef de l’Etat lors du conseil « L’heure du bilan », censé faire les le quinquagénaire sait trop que la
Faire valoir, aussi, leur fierté pour la politique » sur fond de crise ministre de l’économie des ministres du 13 octobre, selon louanges du quinquennat, n’oc­ politique peut être ponctuée de
d’avoir été « à la hauteur » pour des « gilets jaunes ». « C’était une Le Canard enchaîné du 20 octobre. cupe qu’une vingtaine de pages. Et grâce et de disgrâce, de tour­
« servir leur pays ». A cinq mois de démarche personnelle », se défend­ Dans ce contexte, la sortie, le encore, parmi celles­ci figurent les billons médiatiques et de traver­
l’élection présidentielle, la plupart elle, assurant n’avoir ressenti Hormis le livre de la secrétaire 10 novembre, du dernier ouvrage « regrets », notamment celui de sées du désert, pour laisser croire
des ministres et secrétaires d’Etat aucun agacement de la part d’Em­ d’Etat chargée de la citoyenneté, – le quatrième depuis le début du n’avoir pas vu le faux pas lié à la dès maintenant qu’il convoiterait,
ont été priés de se taire afin de ne manuel Macron quand elle l’a in­ Marlène Schiappa, Sa façon d’être quinquennat – du ministre de baisse de 5 euros des aides au loge­ comme l’ancien locataire de Mati­
pas polluer une campagne dans la­ formé de son opus. à moi (Stock, 288 p., 20 euros), qui, l’économie, Bruno Le Maire, Un ment décidée en 2017. Le reste est gnon, la succession d’Emmanuel
quelle Emmanuel Macron jouera, par sa forme romanesque, suscite éternel soleil (Albin Michel, 208 p., un déroulé de la vision qu’a Bruno Macron. Mais comment ne pas
sauf coup de théâtre, sa réélection. Le Maire, un cas à part ? l’embarras au sein du gouverne­ 18,90 euros), pourrait faire figure Le Maire de la politique, des réfor­ l’imaginer ?
Pourtant, ils écrivent. Beaucoup. Le chef de l’Etat n’a pas non plus ment, les récits de ces politiques de provocation. Mais est­ce la sta­ mes à mener ou de sa conception Ses remords évoquant « Annie »,
Beaucoup trop, selon l’Elysée. rechigné à signer la préface de Et encensent globalement l’action ture acquise au fil des ans par celui de la nation et de l’autorité. aide­soignante surendettée dont
Au sommet de l’Etat, on s’agace après ? Pour un capitalisme citoyen de leurs auteurs, sans oublier de que le monde politique donnait il n’a su entendre la détresse, ou
de livres de politiques qui s’empi­ (Le Cherche Midi, « Impact », 144 p., faire l’éloge du chef de l’Etat. « C’est pour mort après son échec à la pri­ Empathie les alertes lancées par « Patricia To­
lent depuis la rentrée dans les li­ 15 euros), l’ouvrage d’Olivia Gré­ plutôt mignon. Mais entre défen­ maire de la droite en 2016 ? Est­ce Plus audacieux encore, le locataire lio », shampouineuse à Evreux, sur
brairies. Dans Ecole ouverte (Galli­ goire, secrétaire d’Etat chargée de dre son bilan personnel et se mettre sa popularité récoltée avec la mise de Bercy partage son avis sur ce les incohérences de la politique,
mard, 112 p., 12 euros), sorti début l’économie solidaire. « Il a pris le en avant, la frontière est ténue », en place du « quoi qu’il en coûte » que devrait être la campagne pré­ pourraient laisser croire que lui,
septembre, le ministre de l’éduca­ temps. Peut­être parce que le livre concède Roland Lescure, député lors de la pandémie ? L’ex­membre sidentielle. Une campagne qui de­ homme de terrain, aurait l’empa­
tion, Jean­Michel Blanquer, vante met utilement en perspective tout des Français de l’étranger pour La du parti Les Républicains revendi­ vrait faire de l’éducation « une thie qui manque à Emmanuel Ma­
la stratégie déployée pour mainte­ ce qu’il a impulsé depuis cinq ans », République en marche (LRM), qui que un statut à part. Avec le chef de grande cause nationale » et balayer cron. L’intéressé jure qu’après la
nir les établissements ouverts souligne Mme Grégoire, qui assure a lui­même cédé à la tentation de l’Etat, Bruno Le Maire a, selon ses la tentation décliniste relayée par fin de ce quinquennat, si le chef de
pendant la pandémie. « Je voyais s’être gardée de tomber dans le l’écriture, avec Nos totems et nos mots, « des échanges francs et li­ Eric Zemmour. « Le déclinisme est l’Etat ne lui confiait pas d’autre
que nous avions sauvé les enfants narcissisme politicien. « L’humilité tabous : dépassons­les ! (L’Aube, bres ». « Ma conception de la politi­ une capitulation. Cela ne corres­ mission, il prendrait plaisir à se re­
de France d’un naufrage dramati­ est une qualité dans la vie, et dans 226 p., 20 euros). que n’est pas une conception de la pond pas à ce que je vois de la réa­ mettre totalement à l’écriture, de
que », écrit M. Blanquer. Dans En­ la vie politique aussi. Ma vie, “la vie Dans une campagne marquée soumission. Emmanuel Macron lité française. Je veux aller chercher romans désormais. Pour la suite,
vie de France (L’Observatoire, de bibi à Bercy”, ça n’intéresse per­ par les outrances de l’extrême n’a pas besoin d’un clone ni d’un bé­ le meilleur de ce qu’il y a chez les rien n’est écrit. 
160 p., 16 euros), la secrétaire d’Etat sonne », lâche­t­elle. droite, où Emmanuel Macron veut ni­oui­oui », confie­t­il. Français », détaille M. Le Maire. claire gatinois
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 france | 17

L’AMF, un contre­pouvoir aux multiples paradoxes


Le 103e congrès de l’Association des maires de France devait s’ouvrir, mardi 16 novembre, à Paris

ANALYSE de conseil et de formation aux


élus et influent lobby et acteur po­
l’idée insidieuse que, si les maires
– et, de manière générale, les élus
L’association, qu’elles ont bien voulu le laisser
entendre puisqu’elles devraient
soit vécue comme une anomalie.
Sur le fond, les différences entre

L
e 103e congrès de l’Asso­ litique dont la fin du cumul entre locaux – n’avaient pas été là pour qui fustige « une retrouver en 2021 une capacité les deux candidats à la prési­
ciation des maires de les mandats parlementaires et pallier ses carences, pour le sup­ d’autofinancement proche de dence sont relativement minces
France (AMF), qui s’ouvre exécutifs locaux a encore renforcé pléer, l’Etat aurait été impuissant.
recentralisation celle de 2019, avant la crise. et leurs propositions suffisam­
mardi 16 novembre au le rôle, les associations d’élus Or, n’est­ce pas une évidence sans précédent », Paradoxe encore, cet incessant ment vagues pour ne pas créer de
Parc des expositions de Paris, jus­ étant amenées à s’impliquer plus que, face à une crise d’une telle plaidoyer en faveur de l’« autono­ clivage. C’est plus sur le position­
qu’au 18 novembre, est à bien des directement dans la mise en ampleur que celle du Covid, l’Etat
réclame la mie fiscale et financière » des col­ nement vis­à­vis du pouvoir que
égards exceptionnel. Il désignera, œuvre des politiques publiques. et les collectivités, la République nationalisation lectivités territoriales, en accusant cela se jouera, même si tous deux
à l’issue d’une campagne et d’un De là le malentendu persistant, dans toutes ses composantes, se l’Etat de remettre en cause leur li­ revendiquent leur indépendance,
scrutin inédits, le successeur de depuis l’élection d’Emmanuel doivent d’agir en commun, simul­
des « dépenses bre administration. L’exemple des sans forcément avoir la même
François Baroin à la tête de l’asso­ Macron à la présidence de la Ré­ tanément, dans leurs compéten­ Covid » Länder allemands, qui n’ont peu conception du terme. La campa­
ciation. Pour la première fois de­ publique, entre l’exécutif et ce ces respectives ? Evidemment, et ou pas d’autonomie financière gne n’en a pas moins pris ces der­
puis des décennies, les quelque partenaire incommode qui, refu­ heureusement, que les collectivi­ mais une large autonomie d’ad­ niers jours une tonalité aigre. Le
35 000 maires et présidents d’in­ sant d’être un « sous­traitant » de tés, dans leurs différents échelons – c’est­à­dire la prise en charge in­ ministration, dans un système président de LR, Christian Jacob,
tercommunalité vont devoir dé­ l’Etat, s’est érigé en contrepou­ de proximité, sont des acteurs tégrale par l’Etat – des « dépenses différent du nôtre, montre que les et le président du Sénat se sont
partager, par un vote électronique voir. La conférence nationale des majeurs et naturels, sans être ni Covid » pour les communes et les deux ne sont pas corrélés. Encore fortement engagés. Pour M. Lar­
qui sera clos mercredi à 15 heures, territoires, naguère réclamée par des suppléants ni des sous­trai­ intercommunalités, qu’elle évalue faut­il rappeler que, si l’autono­ cher, « rien ne serait pire qu’un ali­
deux listes pour la composition les associations d’élus et installée tants. L’AMF ne peut se satisfaire entre 5 milliards et 6 milliards mie financière est bien un prin­ gnement de l’AMF sur la politique
du bureau et du comité directeur en grande pompe par M. Macron, d’un discours de victimisation et d’euros. Nonobstant les filets de cipe reconnu par la Constitution, menée par le gouvernement, il y
et deux candidats à la présidence : a fait long feu. En lieu et place, et de défiance permanente. sécurité et les différents disposi­ tel n’est pas le cas de l’autonomie va de sa crédibilité ». Tandis que
David Lisnard, maire (Les Républi­ sous le bienveillant patronage du tifs de soutien aux collectivités fiscale. D’ailleurs, l’AMF annonce les élus socialistes appelaient,
cains, LR) de Cannes, qui bénéficie président du Sénat, Gérard Lar­ Un scrutin très politique mis en œuvre depuis 2020. Peut­ depuis quatre ans qu’elle va saisir dans un courrier adressé aux
de l’onction du président sortant, cher, s’est constitué à l’automne Il n’est pas moins paradoxal que la être est­il aussi naturel que ces col­ le Conseil constitutionnel, mais ce maires, à préférer « une liste
et Philippe Laurent, maire (UDI) 2018 Territoires unis, rassemblant même association qui fustige lectivités prennent aussi leur part n’est toujours pas le cas. d’union à une liste partisane ». Ré­
de Sceaux (Hauts­de­Seine), actuel l’AMF, l’Assemblée des départe­ « une recentralisation sans précé­ des coûts financiers engendrés Paradoxe, enfin, que la concur­ sultat mercredi 17 novembre
secrétaire général de l’association. ments de France et Régions de dent » réclame à présent au gou­ par la crise. Leur situation finan­ rence, cette année, de deux listes dans l’après­midi. 
Exceptionnel, aussi, ce congrès, France, pointe avancée de la « re­ vernement la « nationalisation » cière n’apparaît pas si défavorable soumises au vote des adhérents patrick roger
qui intervient après quatre an­ conquête par les territoires » des
nées de crises successives avec le oppositions défaites en 2017.
mouvement des « gilets jaunes » Paradoxale, en effet, cette tenta­
puis l’épidémie du Covid­19 et ses tion d’opposer systématiquement

INTERVIEW EXCLUSIVE
conséquences sanitaires, écono­ un Etat tentaculaire, technocrati­
miques et sociales. L’intitulé du que, désincarné et impotent à des
congrès en porte la marque : « Les collectivités agiles, inventives et
maires en première ligne face aux efficaces mais victimes d’une hy­
crises ». Il est également révéla­ percentralisation. Derrière le slo­
teur des paradoxes de cette puis­ gan « Les maires en première li­
sante association, à la fois agence gne face aux crises » s’affirme

Assurance­chômage : le
Conseil d’Etat se penche
sur un nouveau recours
Lundi 15 novembre, la rapporteuse publique
a été contre les arguments des syndicats

S i la ministre du travail, Eli­


sabeth Borne, avait assisté
aux débats, elle aurait bu
du petit­lait. Lundi 15 novembre,
le Conseil d’Etat a examiné un
trée en application du nouveau
mode de calcul de l’indemnisa­
tion – programmée à partir du
1er juillet – parce que les « incerti­
tudes » économiques faisaient
nouveau recours des syndicats alors obstacle à l’instauration
contre la réforme de l’assurance­ d’un mécanisme qui est censé
chômage. La rapporteuse publi­ « favoriser la stabilité de l’em­
que, Marie Sirinelli, a indiqué que ploi ». La mise en vigueur du dis­
les critiques exprimées par les or­ positif a, du coup, été repoussée
ganisations de salariés ne fai­ au 1er octobre. Ce que les syndicats
saient pas apparaître « un élément ont encore contesté, mais cette
suffisamment saillant » qui justi­ fois­ci, leur requête a été repous­
fierait d’annuler les dispositions sée par le juge des référés.
incriminées. Ses conclusions ont Lundi, c’est sur le fond du décret
uniquement vocation à éclairer la du 30 mars que les magistrats du
formation de jugement qui devra Palais­Royal ont été saisis. Pour
statuer, mais celle­ci les suit très Mme Sirinelli, ce texte a « affiné
souvent, si l’on se fie à la pratique. l’équation applicable » de manière
L’audience de lundi s’inscrit à « corriger » les ruptures d’égalité
dans un affrontement engagé de­ entraînées par le précédent dé­
puis près de deux et demi. En cret de juillet 2019. Ainsi, le salaire
juillet 2019, le gouvernement a journalier de référence et l’alloca­
pris un décret qui durcit les condi­ tion diminuent mais de façon at­
tions d’indemnisation des per­ ténuée, pour les chômeurs dont
sonnes alternant contrats courts le parcours d’emploi est frac­
et périodes d’inactivité. Plusieurs tionné. Dès lors, « il me semble
syndicats ont attaqué le texte de­ que l’on reste ainsi désormais en
vant le Conseil d’Etat. Avec suc­ dessous de la ligne de ce qui consti­
cès : les règles relatives au salaire tuerait une différence de traite­
journalier de référence, qui sert à ment disproportionnée », a sou­
fixer le montant des sommes tenu Mme Sirinelli, en préconisant
dues aux chômeurs, ont été an­ le rejet des recours des syndicats.
nulées, en novembre 2020, par les
juges du Palais­Royal au motif
qu’elles portaient « atteinte au
« C’est le texte le plus inique » de­
puis la création de l’assurance­
chômage car « il frappe d’abord
PAR LÉA SALAMÉ
JEUDI 18 NOVEMBRE À 7H50
principe d’égalité ». ceux qui mériteraient d’être proté­
gés », a plaidé Me Antoine Lyon­
« Incertitudes » économiques Caen, l’avocat de la CGT, de la FSU
Le ministère du travail a repris sa et de Solidaires. Me Cédric Uzan­
copie pour que la baisse de l’allo­ Sarano, le conseil de l’UNSA, a éga­
cation soit moins importante lement souligné les « conséquen­
que ce que prévoyait la réforme ces considérables » que la réforme
initialement. C’est ainsi qu’un aura sur les ressources de nom­
autre décret, en date du 30 mars, breux demandeurs d’emploi.
a été publié. Reste maintenant à savoir si le
© Photo : Simon Emmett

Le texte en question a, à son


tour, fait l’objet de plusieurs ac­
Conseil d’Etat se montrera plus
sensible à leurs arguments qu’à FRANCE INTER, PARTENAIRE
tions contentieuses. Avec des for­
tunes diverses. Dans une ordon­
ceux de Mme Sirinelli. Sa décision
sera connue dans quelques se­
DE SON NOUVEL ALBUM « 30 »
nance de référé rendue le 22 juin, maines. 
le Conseil d’Etat a suspendu l’en­ bertrand bissuel
0123
18 | france MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

Immigration : carton jaune pour le gouvernement


La commission parlementaire, qui devait rendre son rapport mardi, dénonce « une gestion policière » du sujet

C
ela ressemble à une nombre de visas octroyés aux pays
distribution de cartons du Maghreb pour les contraindre à
Le rapport
jaunes. La commission délivrer davantage de laissez­pas­ d’enquête
d’enquête parlemen­ ser consulaires, document indis­
taire sur les migrations devait pensable pour expulser leurs res­
regrette
rendre son rapport public mardi sortissants en situation irrégu­ l’utilisation
16 novembre et, à la lecture de ses lière, dépourvus de documents de
trente recommandations, c’est voyage. La commission recom­
de la politique
une bonne partie de la politique mande de « ne pas pénaliser les po­ de délivrance
menée par le gouvernement et pulations » et estime que, si les me­
l’héritage des précédents qui sures d’éloignement sont « large­
de visas à des
semblent à revoir. ment sous­exécutées, la question fins coercitives
La commission était emmenée des laissez­passer consulaires est,
par son président, le député de la elle, largement surévaluée ».
Haute­Garonne et ancien La Ré­ dissuadent pas les personnes » ; en
publique en marche (LRM) Sébas­ Rompre avec une « gestion poli­ témoigne l’explosion du nombre
tien Nadot, ainsi que sa rappor­ cière » du sujet Alors que, depuis de traversées de la Manche à bord
teuse, la députée de la Manche So­ 2007, le ministère de l’intérieur a de petites embarcations, depuis
nia Krimi, issue de l’aile gauche une « compétence exclusive » en fin 2018. Prenant encore le con­
de LRM. Leurs auditions et mis­ ce qui concerne l’immigration, la tre­pied de la position gouverne­
sions de terrain se sont étalées commission recommande de mentale, qui refuse catégorique­
sur un peu moins de huit mois et rompre avec ce qu’elle considère ment toute installation dans le
ont balayé la thématique migra­ être une « gestion policière » du Calaisis, la commission recom­
toire de façon large. Le propos qui sujet en associant davantage les mande de créer « de petites unités
en résulte, condensé sur une cen­ ministères des affaires étrangè­ de vie le long du littoral » pour of­
taine de pages, ne fait parfois res, du travail ou encore de la frir un répit aux personnes.
qu’effleurer les sujets ou se limite santé, à la conduite d’une politi­
à dresser des constats déjà éculés. que qui serait chapeautée par un Camp de migrants à Grande­Synthe (Nord), le mardi 16 novembre. AIMÉE THIRION POUR « LE MONDE » « En finir » avec le règlement de
Mais il en ressort une teneur ma­ haut­commissariat aux migra­ Dublin Le règlement de Dublin
joritairement critique. tions, placé auprès du premier prévoit qu’un seul Etat doive exa­
Restreindre l’octroi de visas ministre. Cela permettrait en miner la demande d’asile d’un mi­
pour contraindre les pays d’ori­ outre de rétablir un dialogue avec grant et, sauf exception, il s’agit du
gine à reprendre leurs ressortis­ les associations et les collectivités pays de première entrée en Eu­
sants ? A éviter. La politique de dé­ locales alors que la commission rope. Un système « presque unani­
mantèlement de campements fait état de nombreuses « crispa­ mement décrié » et qui « aiguise les
menée à Calais ? Délétère. Le pilo­ tions » sur le terrain, à Menton égoïsmes nationaux », souligne la
tage de l’immigration par le seul (Alpes­Maritimes), Briançon rapporteuse. Pourtant, faute de
ministère de l’intérieur ? A réfor­ (Hautes­Alpes), Paris ou Calais consensus au sein de l’UE, les ten­
mer. L’augmentation des frais (Pas­de­Calais). tatives de réforme portées depuis
d’inscription pour les étudiants La commission souhaite aussi 2016 ont échoué. Le « pacte sur la
étrangers ? A supprimer. que le Parlement concoure à la dé­ migration et l’asile », présenté en
Alors que les candidats à l’élec­ finition de la politique migratoire septembre par la Commission
tion présidentielle continuent, à au travers du vote d’une loi de européenne, a lui aussi peu de
droite, de surenchérir sur l’immi­ programmation. Celle­ci aurait, chances d’aboutir, compte tenu de
gration, quitte à s’affranchir du notamment, vocation à fixer « un « positions irréconciliables » exis­
droit, la rapporteuse rappelle que nombre déterminé de migrants [à] tant entre les pays d’entrée (Espa­
le phénomène des migrations, accueillir », que ce soit au titre du gne, Italie, Grèce, Chypre et Malte),
« constant, global mais limité », ne travail ou de l’asile. Une recom­ les pays comme l’Allemagne ou la
saurait être tari par une quel­ mandation qui semble toutefois France, qui reprochent aux pre­
conque « fermeté » et dénonce « la peu réaliste, les besoins liés au tra­ miers de ne pas suffisamment as­
peur irrationnelle portée par le dé­ vail étant évolutifs et difficiles à sumer leurs responsabilités, et
bat public », ainsi qu’un traite­ figer dans une loi. Quant à la de­ ceux du groupe de Visegrad (Hon­
ment « devenu de plus en plus sé­ mande d’asile, elle est non seule­ grie, Pologne, République tchèque,
curitaire ». A quelques mois de ment garantie par la Constitu­ Slovaquie), « qui refusent toute res­
l’élection présidentielle, ses re­ tion, mais elle est la conséquence ponsabilité quant à l’asile ».
commandations ont peu de chan­ de crises, donc, par définition, im­ C’est notamment à la frontière
ces d’être suivies par l’exécutif. possible à contingenter. Des policiers observent les plages, à proximité de Calais, le 17 octobre. SAMUEL GRATACAP POUR « LE MONDE » franco­italienne que l’échec de Du­
blin s’illustre. La France a rétabli
« Créer des voies légales de mi­ Elargir la prise en charge des les contrôles, conduisant les mi­
gration » A rebours des appels à frais de santé A rebours, encore prise en charge des frais de santé tion d’effectifs policiers et de sé­ accord global entre l’Union euro­ grants à prendre davantage de ris­
durcir les politiques migratoires, une fois, des choix opérés par le des demandeurs d’asile. curisation des infrastructures. Se­ péenne et le Royaume­Uni ». ques pour éviter d’être renvoyés
le rapport d’enquête promeut la gouvernement lorsqu’il a durci lon les estimations établies par la Alors que deux militants sont en Italie. Depuis 2015, plus de cin­
création de voies légales de migra­ l’accès aux soins des personnes A Calais, « sortir de l’impasse » commission, les Britanniques ne en grève de la faim à Calais depuis quante décès ont été répertoriés
tion pour « fluidifier les déplace­ migrantes, la commission appelle Les membres de la commission prendraient en charge que 20 % plus d’un mois, réclamant l’arrêt entre Briançon et Menton par des
ments et réduire le pouvoir des ma­ à réduire les délais de carence ins­ se sont déplacés à Calais et y ont des frais induits par la localisa­ des expulsions quasi quotidien­ associations. Là encore, la com­
fias de passeurs ». Il regrette l’utili­ taurés fin 2019 pour limiter le bé­ mesuré « l’étendue des atteintes tion de la frontière sur le littoral nes de campements, la commis­ mission appelle à rompre avec la
sation de la politique de déli­ néfice de l’aide médicale d’Etat aux droits, portées aux migrants, français. « Les accords de coopéra­ sion abonde dans leur sens en ju­ politique en vigueur en revenant à
vrance de visas à des fins (AME, le dispositif d’accès aux et l’échec de la “lutte contre les tion conclus à ce jour avec le geant ces opérations inefficaces. une gestion normale de la fron­
coercitives. Fin septembre, les soins des personnes en situation points de fixation” ». La rappor­ Royaume­Uni sont peu favorables « Même les conditions d’accueil les tière, en application de l’accord de
pouvoirs publics ont annoncé irrégulière). Elle souhaite aussi teuse dénonce le coût élevé d’une à la France », souligne le rapport plus indignes et les conditions de libre circulation de Schengen. 
avoir drastiquement diminué le supprimer celui instauré pour la telle approche – pour la mobilisa­ qui recommande de « négocier un passage les plus dangereuses ne julia pascual

Hausse des démantèlements de campements sans préavis


Pour l’Observatoire des expulsions des lieux de vie informels, cette stratégie du ministère de l’intérieur sape le travail des associations

D e nombreuses associa­
tions caritatives dénon­
cent d’une même voix les
démantèlements de plus en plus
nombreux et brutaux de squats,
avoir subi ce sort plusieurs fois
dans la période. Les villes du Calai­
sis et à Grande­Synthe (Nord), lieu
de concentration des postulants à
la migration vers le Royaume­Uni,
tionnellement longue. La prolifé­
ration des campements n’est ce­
pendant pas en cause, puisque
l’Etat en recensait 439 en octo­
bre 2021, abritant 22 189 person­
des actions d’hébergement, de sco­
larisation, de soins ou d’emploi, et
les ruine d’un coup en expulsant
sans préavis. »
Selon une instruction du 25 jan­
nouveau préfet, Georges­François
Leclerc. Nous n’avons plus de
contact avec la préfète et les places
d’hébergement payées par l’Etat
sont vides », déplore­t­il. A l’autre
du programme bidonvilles de Mé­
decins du monde. Or, pendant le
confinement, nous avons pu mener
un long et patient travail de persua­
sion auprès des populations roms,
bidonvilles et campements à tra­ représentent, à elles seules 77 % nes, soit un chiffre stable. Mais, vier 2018 signée de huit minis­ bout de la ville, à Ronchin, 109 per­ particulièrement défiantes envers
vers toute la France. Selon un rap­ du total, certains campements selon l’Observatoire, c’est le zèle tres, l’Etat doit, théoriquement, sonnes qui campaient depuis plus la vaccination. Nous avons parlé
port de l’Observatoire des expul­ ayant été vidés de leurs occupants de certains préfets, en dépit, sou­ avant tout démantèlement, pro­ de deux ans sur un terrain public gestes barrières, dangerosité du vi­
sions des lieux de vie informels – des centaines de fois. Dernier dé­ vent, des actions d’insertion en­ céder à un diagnostic social et sans gêner le voisinage ont été dé­ rus, vaccination au cours des
animé par huit associations, dont mantèlement en date, celui de gagées sur le terrain par les asso­ prévoir des hébergements, mais logées le 18 octobre, avec vingt­ consultations… Mais tout ce travail
la Fondation Abbé Pierre, Méde­ Grande­Synthe, mardi 16 novem­ ciations pourtant dûment man­ c’est rarement le cas : dans seule­ quatre heures pour déguerpir. est sapé par des expulsions à répéti­
cins du monde, la Fédération na­ bre, annoncé par Gérald Darma­ datées par l’Etat, qui est à l’origine ment 4 % des cas, un tel diagnos­ « Pourtant, beaucoup de ces fa­ tion, sanitairement catastrophi­
tionale des associations solidaires nin sur Twitter. La Gironde, en­ de cette suractivité policière. tic a été établi, sans hébergement milles travaillent, certains en CDI, ques », s’indigne­t­il.
d’action avec les Tsiganes et les suite, totalise 95 opérations et l’Ile­ A Montpellier, par exemple, le pérenne sinon, parfois, quelques mais ils dorment aujourd’hui dans Dans une lettre datée du 13 octo­
gens du voyage ou le collectif Ro­ de­France, 86. préfet récemment nommé, Hu­ nuits d’hôtel avant de retourner à des voitures, tentant de maintenir à bre, adressée au premier ministre,
meurope –, publié mardi 16 no­ Le nombre de ces expulsions gues Moutouh, a fait démanteler la rue… et à d’autres campements tout prix la scolarité des enfants. le collectif Associations unies, qui
vembre, 1 350 de ces lieux infor­ est en forte hausse, de 30 % par l’un des plus gros campements de aussi vite reformés. C’est aberrant », juge M. Plancke. en regroupe 39, analysait : « Si les
mels ont été démantelés par la po­ rapport à l’exercice 2019­2020. la ville le 31 août, alors qu’une stra­ A Feyzin (Rhône), dans la ban­ ministères de la santé et du loge­
lice, du 1er novembre 2020 au Hors Calaisis, la hausse est encore tégie « territoire zéro bidonville » « Long travail de persuasion » lieue de Lyon, des familles instal­ ment soutiennent une approche de
31 octobre 2021, avec, la plupart du plus spectaculaire, de 181, avait, depuis janvier, été mise en « A Lille, nous avions persuadé les lées sur le terrain d’une ancienne résorption des bidonvilles, avec un
temps, destruction des abris, caba­ en 2018­2019 à 306 en 2020­2021, œuvre par les travailleurs sociaux, familles d’un bidonville près de la école ont été délogées la veille de doublement des crédits dédiés, les
nes et effets personnels. soit + 70 % (les 122 opérations de la municipalité et les services de citadelle d’accepter les relogements leur vaccination contre le Co­ pratiques du ministère de l’inté­
L’Observatoire a ainsi calculé police de 2019­2020 n’étant, pour l’Etat. « L’Etat est schizophrène, proposés par la préfète à l’égalité vid­19, programmée de longue rieur s’y opposent. » « Mais Jean
que 472 personnes, en moyenne, cause de confinements, pas signi­ juge Florian Huygue, chargé de des chances, se souvient Domini­ date grâce à Médecins du monde… Castex n’a même pas accusé récep­
avaient été mises à la rue, chaque ficatifs). Leur rythme s’est accé­ l’habitat précaire à la Fondation que Plancke, du collectif Solidarité « En Seine­Saint­Denis, un campe­ tion de ce courrier », constate Lila
jour, pendant un an, en précisant léré à partir du 31 mai, quand a Abbé Pierre. Il déploie beaucoup Roms Lille Métropole, mais toute ment dure à peine trois mois, note Cherief, de Romeurope. 
qu’une même personne pouvait pris fin la trêve hivernale excep­ d’efforts et d’argent pour mener cette action a été suspendue par un Clément Etienne, coordonnateur isabelle rey­lefebvre
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 france | 19

Un plan interministériel
contre la prostitution
des mineurs
Quatorze millions d’euros seront consacrés à la lutte
contre ce phénomène encore mal documenté

S
ensibiliser, repérer, proté­ réponses « à la fois souples et
ger, réprimer. C’est un
Entre 7 000 et coordonnées » pour remédier aux
plan en quatre volets prin­ 10 000 jeunes situations de ces mineurs qui,
cipaux et en treize actions bien souvent, refusent de se con­
contre la prostitution des mineurs
seraient sidérer comme des victimes.
qu’a présenté, lundi 15 novembre, concernés, A cet égard, les associations qui
le secrétaire d’Etat à la protection accompagnent les prostituées
de l’enfance, Adrien Taquet. Deux
en majorité adultes, telles que le Mouvement
ministres (Eric Dupond­Moretti des filles âgées du nid ou l’Amicale du nid, plai­
pour la justice, Gérald Darmanin dent pour que les commissions
pour l’intérieur), une ministre dé­
de 15 à 17 ans départementales de lutte contre
léguée, Nadia Haye, chargée de la la prostitution, le proxénétisme et
ville, et une secrétaire d’Etat, Sarah ment, au premier semestre de la traite des êtres humains, pré­
El Haïry, pour la jeunesse, avaient l’année prochaine, d’une campa­ vues par la loi de 2016 sur la péna­
fait le déplacement au ministère gne de sensibilisation à destina­ lisation du client, soient au cœur
de la santé, signe de la volonté tion du grand public, y compris du pilotage territorial. « Il existe un
gouvernementale de « sortir du sur les réseaux sociaux. continuum des violences sexistes
déni » face à ce phénomène encore Dans son rapport, le groupe de et sexuelles qu’il faut prendre en
mal connu, selon les termes em­ travail insistait sur la nécessité compte. Pour nous, il n’existe pas
ployés par Adrien Taquet. d’une prise en compte globale du de rupture entre prostitution des
Entre 7 000 et 10 000 jeunes phénomène. La recommanda­ mineurs et des adultes », considère
seraient concernés, dans l’im­ tion a été entendue : les mesures Stéphanie Caradec, directrice du
mense majorité des filles âgées de présentées lundi portent à la fois Mouvement du nid. La question
15 à 17 ans. La moitié aurait vécu sur la prévention et le repérage « n’est pas encore tranchée », indi­
leur première expérience prosti­ des conduites prostitutionnelles, que le cabinet d’Adrien Taquet.
tutionnelle entre 14 et 15 ans, l’accompagnement des person­
selon le rapport du groupe de tra­ nes concernées et l’amélioration « Signaux faibles »
vail présidé par l’ancienne procu­ de la réponse pénale. Sur ce der­ La promesse de créer des solu­
reure générale de Paris, la magis­ nier volet, la désignation d’un tions d’accompagnement et/ou
trate Catherine Champrenault, re­ magistrat référent au sein de cha­ d’hébergement dans chaque dé­
mis en juillet. Leurs recomman­ que parquet est prévue. Par partement sera aussi suivie de
dations inspirent largement les ailleurs, « inscrire dans le code de près. Car, comme le souligne Del­
annonces faites dans ce plan in­ l’action sociale et des familles le phine Jarraud, déléguée générale
terministériel, doté de 14 millions fait que la prostitution place le mi­ de l’Amicale du nid, « l’héberge­
d’euros, et qui sera mis en œuvre neur en situation de danger et ment pour les mineurs requiert un
au cours des neuf prochains mois. l’inscrit donc dans le champ de la accompagnement spécifique, avec
protection enfance est une étape un coût qui n’est pas le même que surer une information effective sur tions croisées » destinées à l’en­ ments de l’aide sociale à l’en­
Améliorer la réponse pénale fondamentale dans la prise en le tarif journalier non spécialisé ». les réalités de la prostitution et les semble des professionnels au fance, « où ces situations prolifè­
L’un des enjeux sera, au cours du charge du mineur victime », a dé­ Sur le volet répressif, peu de me­ dangers de la marchandisation du contact des enfants : commu­ rent », a précisé le secrétaire
premier trimestre 2022, d’établir fendu le garde des sceaux. La me­ sures concrètes sont annoncées. corps à la rentrée 2022 dans chaque nauté éducative, travailleurs so­ d’Etat. Beaucoup de jeunes gens
un état des lieux de la prostitution sure est toutefois d’ordre symbo­ « Sans doute faut­il y mettre da­ collège ». Seul bémol : dans les ciaux, professionnels de santé, concernés sont en effet en rup­
adolescente, alors que l’ensemble lique : depuis 2002, la loi interdit vantage de moyens humains et de faits, ces séances obligatoires ne forces de l’ordre… ture familiale, soulignait le rap­
des acteurs s’accorde à souligner en effet la prostitution infantile et formation », a admis Gérald Dar­ sont peu ou pas dispensées dans Des « actions spécifiques » se­ port du groupe de travail, selon
son expansion. Certains éléments protège le mineur concerné. manin, soulignant l’écart entre de nombreux établissements, ront menées dans les établisse­ lequel entre 40 % et 49 % des mi­
sont certes déjà identifiés par les Bien qu’inscrite dans les textes, l’ampleur supposée du phéno­ comme le relevait en 2016 un rap­ neurs prostitués déclarent par
associations et institutions qui « la protection de ces enfants reste mène et le nombre de procédures port du Haut Conseil à l’égalité. ailleurs avoir subi des violences
sont au contact des jeunes concer­ difficile à organiser, probablement ouvertes par les services de police « Il faut faire en sorte de repérer pendant leur enfance.
nés, et parfois de leurs parents, parce que les tabous restent tena­ et de gendarmerie (environ un ces signaux faibles qui annoncent
« Il n’existe pas Globalement satisfaites des me­
mais « nous avons vraiment ces mais aussi parce que ces en­ millier, dont 400 cette année). ce moment de bascule vers la pros­ de rupture entre sures annoncées, les associations
besoin d’avoir une véritable étude fants demandent rarement de Afin d’améliorer la prévention, titution, que l’on retrouve souvent : resteront évidemment vigilantes
nationale », se réjouit Armelle Le l’aide, parfois même la refusent », a le plan mise sur la sensibilisation décrochage scolaire, isolement
prostitution sur leur déploiement, afin de faire
Bigot­Macaux, présidente d’Agir fait valoir Anne Devreese, direc­ aux conduites prostitutionnelles progressif de sa famille et de ses des mineurs de ce premier plan de lutte contre
contre la prostitution des enfants trice générale adjointe déléguée à en milieu scolaire et préconise de proches, changement d’habitudes, la prostitution des mineurs une
(ACPE), membre du groupe de tra­ l’enfance, la famille, et la jeunesse, les intégrer aux trois sessions an­ voire de niveau de vie, fugues », a
et des adultes » véritable politique publique, ce
vail. Se félicitant de la « prise de du département du Nord, invitée nuelles d’éducation à la sexualité soutenu Adrien Taquet. Pour y STÉPHANIE CARADEC que l’ensemble des acteurs
conscience » du gouvernement, à prendre la parole. D’où l’impor­ théoriquement dispensées depuis parvenir, le gouvernement s’en­ directrice appelle de ses vœux. 
elle salue également le lance­ tance, a­t­elle insisté, d’avoir des la loi de 2001. Est ainsi prévu d’« as­ gage à développer des « forma­ du Mouvement du nid solène cordier

Agression de la footballeuse Kheira JUSTICE


Meurtre de Mireille
Knoll : Yacine Mihoub
MOB ILIS ATION
Obligation vaccinale à la
Guadeloupe : incidents
fait appel en marge de la grève
Hamraoui : Eric Abidal bientôt entendu Yacine Mihoub, condamné à
la réclusion à perpétuité pour
le meurtre à caractère antisé­
Deux pompiers ont été bles­
sés et deux personnes inter­
pellées, lundi, en Guadeloupe
mite de Mireille Knoll, a fait lors de la première journée
Les enquêteurs ont établi que la puce du téléphone de la joueuse du PSG, violemment appel du jugement, ont ap­ d’une grève générale illimitée
frappée le 4 novembre, était au nom de l’ancien international français pris, lundi 15 novembre, RTL contre l’obligation vaccinale
et l’AFP de son avocat, Charles et le passe sanitaire des
Consigny. Le 10 novembre, soignants, a appris l’AFP. Des
la cour d’assises de Paris échauffourées ont opposé

L e vent tourne dans l’affaire


Hamraoui, du nom de
cette footballeuse du Pa­
ris­Saint­Germain violemment
agressée dans la soirée du 4 no­
de la République de Versailles.
Une audition de son épouse,
Hayet Abidal, « n’est pas exclue »,
selon le parquet.
L’enquête a été confiée à un juge
Les agresseurs
auraient lancé
à la joueuse :
gue des champions. Après la fin
de sa carrière, en 2014, Eric Abi­
dal a notamment été directeur
sportif du club catalan, de 2018 à
2020 – une période pendant la­
a reconnu l’homme de 32 ans
coupable d’avoir tué à Paris,
en 2018, Mireille Knoll, 85 ans,
de onze coups de couteau, et a
assorti sa peine d’une période
pompiers grévistes et gendar­
mes, lesquels ont chargé avant
d’être visés par des lances à
eau. D’autres incidents entre
grévistes et forces de l’ordre
vembre. Depuis la levée de garde d’instruction, lundi 15 novembre, « Alors comme quelle Kheira Hamraoui portait de sûreté de vingt­deux ans. ont donné lieu à deux gardes
à vue de sa coéquipière Aminata dans le cadre d’une information les couleurs du même club, puis­ à vue, a indiqué le parquet
Diallo, jeudi 11 novembre, après judiciaire ouverte contre X pour
ça, on couche que l’internationale française a Photomontage de Pointe­à­Pitre.
trente­six heures d’audition, il « association de malfaiteurs » et avec des hommes joué pour le FC Barcelone de 2018 d’extrême droite :
semble que l’hypothèse d’une « violences aggravées », indique le jusqu’à l’été 2021. la justice saisie Corsica Ferries :
agression liée à une rivalité spor­ parquet de Versailles.
mariés ? ! » Après avoir raccroché les cram­ de menaces de mort le Conseil exécutif
tive s’éloigne. pons, Eric Abidal s’est aussi es­ Plusieurs personnes, dont de Corse attaque l’Etat
Le scénario d’une vengeance Frappée à coups de barre de fer aux mains. Selon les témoigna­ sayé au métier de consultant le candidat à l’élection prési­ Le Conseil exécutif de Corse
liée aux relations entre Kheira Selon plusieurs joueuses du PSG, ges des joueuses, les deux agres­ pour la télévision. En septembre, dentielle Jean­Luc Mélenchon a indiqué, lundi, ne pas bud­
Hamraoui, 31 ans, joueuse de Mme Hamraoui avait téléphoné à seurs lui auraient lancé : « Alors Canal+ a annoncé son arrivée (La France insoumise), ont géter les 86,3 millions d’euros
l’équipe de France, et l’ex­interna­ Eric Abidal au lendemain de son comme ça, on couche avec des pour commenter les matchs de saisi la justice, lundi 15 no­ supplémentaires correspon­
tional de football Eric Abidal, se agression, dans la nuit du 4 au hommes mariés ? ! » Ligue des Champions. Contacté vembre, notamment pour dant à la condamnation de la
dessine. En effet, les enquêteurs 5 novembre. Alors qu’Aminata Vice­champion du monde par Le Monde au sujet de « l’af­ menaces de mort. La démar­ Collectivité de Corse par la jus­
ont établi que la puce du télé­ Diallo et Keira Hamraoui ren­ en 2006 et sélectionné à 67 repri­ faire Hamraoui », l’avocat d’Eric che fait suite à la publication tice dans son conflit avec la
phone de la milieu de terrain traient d’un dîner dans le bois de ses sous le maillot des Bleus, l’an­ Abidal nous a simplement dé­ par un groupuscule d’ex­ compagnie maritime Corsica
était au nom d’Eric Abidal, confir­ Boulogne, leur véhicule avait été cien défenseur de l’Olympique claré : « J’ai échangé avec lui, mais trême droite d’un photomon­ Ferries, et attaquer l’Etat pour
mant les liens privilégiés entre arrêté par deux hommes. Tirée à lyonnais et du FC Barcelone, pos­ je ne vous dirai pour l’instant ab­ tage les représentant visés qu’il paye. Le Conseil consi­
les deux sportifs. « Il sera entendu l’extérieur, puis frappée à coups sède l’un des plus beaux palma­ solument rien. »  par une arme à feu, selon dère que « faire supporter à la
prochainement », confirme Ma­ de barre de fer, Kheira Hamraoui rès du football français – avec no­ yann bouchez et leurs avocats, confirmant une collectivité le paiement de cette
ryvonne Caillibotte, procureure avait été blessée aux jambes et tamment deux victoires en Li­ stéphanie marteau information de StreetPress. condamnation est injuste ».
0123
20 | france MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

Une nouvelle étape


pour mieux protéger
les lanceurs d’alerte
Une proposition de loi doit être discutée
à l’Assemblée, mercredi 17 novembre, pour
gommer les imperfections de la loi Sapin 2

C inq ans après la loi Sapin 2


sur la transparence et la
lutte contre la corruption,
la France s’apprête à franchir une
nouvelle étape dans la protection
Le texte porte
notamment
une mesure
des lanceurs d’alerte. Si la loi de censée mettre fin
2016 avait été saluée comme une
grande avancée, notamment avec
aux « procédures-
la création de l’Agence française bâillons »
Evaluation nationale anticorruption, le bilan de son
dans une école primaire volet sur les lanceurs d’alertes est
à Ostwald (Bas­Rhin) jugé décevant. dure interne de recueil et de trai­
le 14 septembre. Selon les députés Raphaël tement des signalements.
LAURENT REA/MAXPPP Gauvain (LRM) et Olivier Marleix « Le canal interne est directe­
(LR), auteurs d’un rapport remis ment en concurrence avec le canal
en juillet à la commission des lois, externe. S’il est mauvais, la sanc­
le dispositif pêche à la fois sur le tion sera immédiate, ce sera le
recueil et le traitement des alertes canal externe qui sera utilisé, et

En CP et CE1, les élèves retrouvent et sur le manque de protection


des intéressés. « Ces personnes,
qui ont parfois sacrifié leurs vies
professionnelle et personnelle
tant pis pour l’entreprise »,
observe M. Waserman. Aurélie
Delfieu, membre de la commis­
sion conformité de l’Association

un niveau d’avant­crise sanitaire


pour dénoncer des infractions gra­ française des juristes d’entreprise,
ves, ont le sentiment d’avoir été y voit « une conséquence positive
abandonnées alors qu’elles pen­ de la loi. Cela va pousser les entre­
saient servir l’intérêt général ou prises à se doter d’un canal interne
agir loyalement pour leur entre­ robuste, efficace et qui inspire
Les résultats des évaluations nationales ont été dévoilés mardi prise », écrivent­ils. confiance, puisqu’elles ont intérêt
La proposition de loi « visant à à être informées en premier ».
améliorer la protection des lan­
ceurs d’alerte » déposée par Large consensus

Q
uels sont les effets à A l’entrée en 6e, les résultats aug­ Parmi les plus fortes progressions, milieu de CP et le début de CE1. Fa­ Sylvain Waserman (MoDem) et Le texte élargit par ailleurs la défi­
long terme de la crise mentent légèrement entre 2020 et 64,1 % des élèves de ce niveau maî­ bienne Rosenwald y voit un effet cosignée notamment par nition du lanceur d’alerte ainsi
sanitaire sur le niveau 2021, comme c’était déjà le cas en­ trisent la compétence « reconnaî­ des vacances scolaires, qui creuse­ M. Gauvain, qui vient en séance que le champ des informations
des élèves ? Les éva­ tre 2019 et 2020. « La crise sanitaire tre des lettres » en 2021 ; ils étaient raient les inégalités. Que ce soit mercredi 17 novembre à l’Assem­ pouvant constituer une alerte. La
luations nationales a davantage pesé sur les plus jeunes 57,4 % en 2020 et 59 % en 2019. En pendant les vacances ou les confi­ blée nationale, répond largement loi existante imposait qu’il soit
réalisées en septembre à l’entrée élèves », constate Fabienne Ro­ mathématiques, c’est sur l’item nements, la fermeture des écoles à ces imperfections. Pour « désintéressé », ce qui a pu exclure
en CP, en CE1 et en 6e, viennent ap­ senwald, à la tête du département « comparer des nombres » que la a des « effets négatifs plus impor­ M. Waserman, « les lanceurs certaines personnes en conflit
porter des réponses plutôt rassu­ statistiques du ministère de l’édu­ hausse est la plus sensible. La no­ tants sur les élèves issus de milieux d’alerte représentent un gardefou avec leur hiérarchie. La condition
rantes. Si, en 2020, après plusieurs cation nationale. Depuis 2018, ces tion est acquise par 79,1 % des élè­ défavorisés », met en lumière la démocratique et citoyen dans nos de recevabilité sera désormais
mois d’« école à la maison », les ré­ évaluations nationales passées par ves en 2021, contre 75,8 % en 2020 responsable. Etats de droit, notamment sur des l’absence de contrepartie finan­
sultats étaient plutôt en baisse en 99 % des élèves de CP, CE1 et 6e of­ et 76,6 % en 2019. Les élèves de 6e ont moins souf­ enjeux majeurs comme la lutte cière. Les faits dénoncés pourront
CP et surtout en CE1, il n’en est rien frent une photographie du niveau fert des effets du Covid­19 d’un contre la corruption, les atteintes à être « une information » sur un
en 2021. Les élèves retrouvent glo­ en début d’année scolaire. Plus Des écarts réduits point de vue scolaire. Leurs résul­ l’environnement, ou les questions crime ou un délit ou sur une
balement en début d’école pri­ d’un enseignant sur deux déclare En CE1, la baisse des résultats avait tats sont en légère hausse depuis de libertés individuelles ». menace pour l’intérêt général, et
maire un niveau égal, voire légère­ aujourd’hui s’en servir pour détec­ été plus nette que pour les élèves 2017 en français. En mathémati­ non plus le crime ou le délit en
ment supérieur, à celui de leurs ca­ ter les difficultés de ses élèves. de CP en 2020, mais en 2021, les ques, cette amélioration sur cinq Lever les freins tant que tel, dont le caractère de
marades de 2019. « En primaire, l’ef­ Dans le détail, les élèves de CP élèves retrouvent également un ans ne concerne que les élèves Avec cette proposition de loi, les gravité, qu’imposait la loi Sapin 2,
fet négatif du confinement sur les ont retrouvé des niveaux de résul­ niveau comparable à celui hors éducation prioritaire. Néan­ députés sont décidés à aller au­ est en outre supprimé.
apprentissages a été gommé », se tats équivalents voire supérieurs à d’avant la pandémie. La fluence, la moins, entre 2020 et 2021, les ré­ delà de la simple transposition de Le second volet, le plus impor­
réjouit Jean­Michel Blanquer dans ceux de la rentrée 2019, en fran­ connaissance des nombres et la ré­ sultats en REP + augmentent de la directive européenne sur les tant de la proposition de loi
les colonnes du Parisien. çais comme en mathématiques. solution de problèmes sont même 4,8 points en français et de lanceurs d’alerte, que la France Waserman, porte sur la protec­
en progrès par rapport à 2019. 3,8 points en mathématiques. devait finaliser avant la fin de tion des lanceurs d’alerte. Avec
Ainsi, « lire à voix haute un texte » 2021. L’une des principales inno­ une mesure saluée de tous pour
est maîtrisé par 73,1 % des élèves en Des inégalités persistantes vations du texte vient néan­ mettre fin aux procédures
début de CE1 en 2021, contre M. Blanquer salue « la perfor­ moins de la directive et porte sur « bâillons », ces procédures abusi­
66,6 % l’année dernière et 71,4 % il mance des professeurs des écoles, les canaux de signalement de ves intentées pour épuiser la
y a deux ans. Autre point de satis­ qui ont su braver des difficultés l’an l’alerte. Au nombre de trois – le combativité et le portefeuille
faction : les écarts qui s’étaient dernier pour garder les écoles canal interne, le canal externe d’individus isolés. Le député du
creusés entre les élèves en éduca­ ouvertes ». Il voit aussi, bien sûr, institutionnel (autorité adminis­ Bas­Rhin a évoqué ce lanceur
tion prioritaire et les autres dans ces résultats, les fruits de sa trative, autorité judiciaire ou d’alerte auditionné qui a raconté
FORMATIONS AUX MÉTIERS en 2020 sont quasiment revenus
au niveau de 2019, en CP comme
politique menée depuis cinq ans,
notamment les plans mathémati­
ordres professionnels) et la diffu­
sion publique –, ils sont hiérarchi­
gagner ses procès « chaque fois un
peu plus pauvre ». Parce qu’il a dû
DU CINÉMA, DU SON en CE1. « L’impact de la fermeture
des écoles en 2020 sur le niveau des
ques et français et le dédouble­
ment des classes de CP et CE1 en
sés dans la loi Sapin 2. Le lanceur
d’alerte ne peut saisir le second
s’endetter pour payer sa défense
dans les multiples procédures in­
ET DU FILM D’ANIMATION inégalités a été pratiquement ré­
sorbé à la rentrée 2021 », se félicite
éducation prioritaire. « En CE1, les
écarts entre l’éducation prioritaire
canal qu’au cas où le signalement
interne à l’entreprise ou l’admi­
tentées contre lui par son ex­em­
ployeur. Désormais, c’est l’atta­
DIPLÔME VISÉ PAR L’ÉTAT À BAC +3 ET BAC +5 Fabienne Rosenwald. et le reste de l’enseignement public nistration concernée n’est pas quant qui devra payer les frais de
Les évaluations réalisées en mi­ sont globalement plus faibles suivi d’effet. La divulgation à la justice du lanceur d’alerte, sauf
lieu de CP viennent apporter des en 2021 qu’en 2018 », fait valoir presse ou au public n’étant auto­ bien sûr dans le cas où la justice
précisions supplémentaires. Si les Edouard Geffray, le directeur de risée qu’en dernier recours. On le donne raison au plaignant. Cécile
écarts entre les élèves en éduca­ l’enseignement scolaire. comprend aisément : le canal Untermaier (PS) et Ugo Bernalicis
tion prioritaire et les autres se ré­ Même si le système éducatif a interne comme préalable s’est (LFI) ont plaidé, en vain en com­
duisent entre le début et le milieu réussi à absorber le choc de la crise avéré être un frein. mission des lois, pour un soutien
de CP, ils augmentent entre le sanitaire, il n’en reste pas moins Désormais, aux termes de la financier aux lanceurs d’alerte
toujours inégalitaire. La maîtrise proposition de loi soutenue par au­delà des frais de procédure.
des différentes compétences­clés le gouvernement et passée au Enfin, le texte prévoit des sanc­
Un plan pour en français et en mathématiques
peut varier de 5 à 19 points selon
crible par le Conseil d’Etat, le lan­
ceur d’alerte aura le loisir de sai­
tions pénales et civiles à l’encontre
des personnes qui tentent d’étouf­
renforcer le latin que l’élève est scolarisé en éduca­ sir le canal interne ou le canal fer une alerte et en cas de repré­
et le grec tion prioritaire ou non. « Com­ externe. La divulgation publique sailles à l’encontre du lanceur
Jean-Michel Blanquer veut prendre des phrases lues par l’en­ n’étant possible que si l’alerte n’a d’alerte. L’examen en séance de la
renforcer l’apprentissage du seignant » ou « résoudre des pro­ pas été traitée par les autorités proposition de loi devrait être
latin et du grec ancien, en blèmes » font toujours partie des dans un délai de six mois, sauf apaisé, alors que les débats en
l’ouvrant, à la rentrée 2022, notions les plus discriminantes. danger imminent. Les entrepri­ commission des lois, le 10 novem­
aux élèves de la voie techno- Des inégalités qui se retrouvent ses ou organisations de plus de bre, ont montré un large consen­
logique en lycée et en déve- dans le test de fluence en lecture, 50 salariés et les communes de sus sur ses principales mesures.
loppant l’enseignement op- réalisé en 6e pour la seconde an­ plus de 10 000 habitants vont Certains experts sont néan­
tionnel en 6e, a-t-il annoncé, née. En REP +, un tiers des élèves donc devoir se doter d’une procé­ moins critiques, comme Daniel
lundi, au Point. Une mission lisent moins de 90 mots par mi­ Ibanez, consultant et fondateur
sera installée dans chaque nute, soit un niveau de fin de CE2. des Rencontres annuelles des
académie pour « garantir [sa] Ils sont seulement un tiers à at­ lanceurs d’alerte, qui viennent
qualité et [sa] continuité du teindre le seuil attendu de 120 L’une des de se tenir. Il dénonce « une loi
PORTES
20 NOVEMBRE
collège au lycée ». Des annon- mots par minute. Hors éduca­ caritative », empreinte de la
principales
OUVERTES ces qui interviennent dans
le cadre d’une déclaration
tion prioritaire, un peu plus d’un
élève sur deux passe cette barre. innovations
crainte de procédures farfelues
qui viendraient nuire à des inté­
PARIS 15ÈME Plus d’infos en scannant le QR Code
conjointe avec les ministres Si les effets de la crise sanitaire rêts économiques. Or, selon lui,
I N S C R I P T I O N S U R P A R C O U R S U P italien, chypriote et grec semblent pouvoir se décliner au
de la proposition « le risque, c’est l’absence d’alerte
chargés de l’éducation « vi- passé, la résorption des inégali­ de loi est relative alors que les organes de contrôle
135, AVENUE FÉLIX FAURE WWW.ESRA.EDU sant à renforcer la coopéra- tés reste toujours un chantier administratif voient leurs moyens
PARIS 15ÈME 01 44 25 25 25 ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR TECHNIQUE PRIVÉ
tion européenne autour d’avenir. 
aux canaux diminuer ». 
du latin et du grec ancien ». sylvie lecherbonnier de signalement jean­baptiste jacquin
ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 | 21

Le futur visage de Paris se dessine aujourd’hui
Au cœur de la révision du plan local d’urbanisme, la question de la densification de la ville divise les élus

L
ancée en tout début de
mandature pour adapter
Il s’agit de loger
la capitale au dérèglement plus de monde,
climatique, la révision
très encadrée du plan local d’urba­
à prix abordable,
nisme (PLU) de Paris – ce docu­ sur un territoire
ment qui dit les règles de cons­
truction et d’aménagement et qui,
bâti sur sa quasi-
dans ce cas précis, n’avait pas été totalité, tout
revu en profondeur depuis quinze
ans – franchit cette mi­novembre
en végétalisant
une nouvelle étape, et entre dans
une séquence plus politique. tôt que la démolition, sont autant
Mardi 16 novembre, les con­ de principes énoncés ces derniers
seillers de Paris sont invités à dé­ mois qui doivent trouver une tra­
battre d’une note de quarante­ duction écrite. Certains quartiers
quatre pages reçue au retour des bénéficieront d’un traitement
vacances de la Toussaint, dans la­ particulier : la Seine, les canaux et
quelle la majorité présente sa vi­ la Bièvre ; les bois ; les quartiers de
sion du Paris de demain et la mé­ renouvellement urbain ou encore
thode, « un urbanisme bioclimati­ le boulevard périphérique.
que », pour y parvenir. Cette note Le devenir de ce dernier est
servira de base à la rédaction, d’ici peut­être l’un des sujets qui divise
à février 2022, du projet d’aména­ le plus la majorité. Les écologistes
gement et de développement du­ exigent la création d’une ceinture
rable (PADD), qui n’est autre que le verte. M. Grégoire pousse pour
texte politique du PLU. Lequel en­ « un travail de couture » qui réin­
cadrera l’écriture du nouveau rè­ troduise des services (logements,
glement, promis pour fin 2023. terrains de sport, espaces natu­
Or, si les grandes orientations rels) pour gommer la fracture en­
font pour l’heure consensus – qui, tre Paris et ses voisins. Le nou­
au sein de la majorité, serait con­ veau PLU se veut plus contrai­
tre ce « Paris inclusif et productif, gnant que le précédent. Mais au
résilient et décarboné, vertueux et risque de gripper la machine, le
préservé » présenté dans cette pre­ règlement ne pourra pas rendre
mière version ? –, si tous s’accor­ tout obligatoire. D’où le principe
dent sur l’urgence à rendre la ca­ d’urbanisme négocié porté par le
pitale neutre en carbone, plus ré­ premier adjoint, et auquel réflé­
sistante aux étés caniculaires et chissent les directions de la ville
aux pluies torrentielles, tout en avec l’étude notariale Chevreux.
continuant à répondre aux be­ La délivrance du permis de cons­
soins des habitants, les divergen­ truire serait – et là serait la nou­
ces sur la marche à suivre com­ veauté juridique – conditionnée
mencent à se faire entendre. aux services, « les externalités po­
sitives » dans le jargon, que le pro­
Priorité aux logements sociaux moteur apporterait au quartier
L’équation n’est pas simple. Il (plantation d’arbres, rénovation
s’agit de loger toujours plus de thermique du bâtiment, création
monde, à des prix abordables, sur dent –, il n’est pas possible de ré­ lyse de l’Atelier parisien d’urba­ et un espace de respiration à d’un logement social). Au sujet
un territoire bâti sur sa quasi­tota­
Le devenir pondre aux besoins des Parisiens nisme (APUR). Pour le logement moins de cinq minutes de chez des grandes hauteurs, anticipant
lité – Paris figure parmi les villes du boulevard ni de lutter contre l’étalement ur­ social, la trajectoire est connue. Pa­ eux. A droite, Valérie Montandon un très probable débat autour du
les plus denses au monde –, tout bain, répond Emmanuel Grégoire, ris, qui en comptabilise près de redoute que « ce concept soit un projet très controversé de la tour
en végétalisant et en aérant cette
périphérique le premier adjoint de la maire de 22 %, doit atteindre les 25 % de la loi prétexte à densifier davantage car Triangle, M. Grégoire a réaffirmé,
dernière au maximum. Les débats est peut-être Paris, chargé des questions d’urba­ SRU d’ici à 2025, et 30 % d’ici à 2030 lorsqu’on crée des logements, il faut début novembre, qu’« il n’est pas
seront suivis de près. Non seule­ nisme. « Ça n’est pas crédible non comme se l’est fixé le Conseil de les équipements qui vont avec ». question de promouvoir plus de
ment l’élaboration de la règle d’ur­
l’un des sujets plus sur le plan de la mobilisation Paris en 2015. Les reliquats de ZAC La lutte contre le phénomène hauteur à Paris » que les sites déjà
banisme parisienne inspire sou­ qui scindent le des finances publiques », ajoute­ (zones d’aménagement concerté) d’îlots de chaleur urbains (ICU) définis par le précédent PLU : le tri­
vent de nouveaux textes de loi. t­il ; cette dépendance aux tran­ aux Mines­Fillettes, dans le 18e,et à passe par « une place renouvelée bunal de Paris au nord, le quartier
Mais ces tiraillements entre la né­
plus la majorité sactions immobilières que dénon­ Bercy­Charenton, dans le 12e, sont pour la nature ». Là encore, sur l’in­ des tours Duo et Bercy­Charenton
cessité de construire, les impéra­ cent précisément les écologistes. l’une des pistes pour y parvenir. tention, tout le monde s’entend. à l’est, la tour Triangle au sud.
tifs économiques, et l’urgence à ré­ « Il n’en faut plus, ou en portion En l’état, le projet porté par Un peu moins lorsqu’on regarde Cela ne signifie pas que plus
pondre à la crise climatique traver­ congrue. » La droite, par la voix de M. Grégoire repose sur six grands « Ville du quart d’heure » dans le détail. Le PLU actuel a beau aucun gratte­ciel ne sera érigé
sent de nombreuses métropoles. Valérie Montandon, conseillère principes, et sur une innovation Cette remise à plat de la règle est valoriser la pleine terre, cela n’a à Paris. Mais « cela sera au cas par
A Paris, les écologistes et la droite du 12e arrondissement, demande juridique qui, si elle voit le jour, se­ l’occasion de consacrer « la ville du pas empêché une surdensifica­ cas, et ces projets devront être por­
sont clairs : densifier davantage aussi la « sanctuarisation des dents rait une petite révolution en urba­ quart d’heure » comme principe tion de certains quartiers, deve­ tés politiquement ». Pour l’heure,
n’est pas tenable. Il faut, au con­ creuses », de « la sobriété foncière », nisme. La priorité accordée aux lo­ d’organisation de la vie pari­ nus de véritables fours, relèvent la majorité doit s’entendre sur le
traire, créer plus d’espaces verts et le recours à une « densité raison­ gements sociaux et accessibles à sienne. Pour limiter les déplace­ les Verts. Par ailleurs, quelle défi­ devenir des 70 hectares de Bercy­
– « un parc de 1 hectare par arron­ nable : pas plus de sept étages ». tous, au cœur du PLU de Bertrand ments, « source de mal­être et de nition donner à la pleine terre ? Charenton, et régler une question
dissement », insiste Emile Meu­ Les projets de tours à Bercy­Cha­ Delanoë de 2006, doit être conser­ pollution », est­il rappelé aux élus, Celle avancée par les équipes juridique autour d’un immeuble
nier, élu écologiste et président de renton sont, à ses yeux, un non­ vée estime la gauche. Surtout dans la capitale doit fonctionner par d’Emmanuel Grégoire – « la terre programmé au cœur du quartier
la commission urbanisme et loge­ sens, dans ce contexte de PLU bio­ un contexte où les prix ont grimpé quartier, avec les écoles au centre. perméable, végétalisée » – suffit­ Bruneseau, là où les tours Duo ne
ment –, sanctuariser les parcelles climatique. Sauf qu’à ne plus vou­ de 91 % en quinze ans, et attei­ Dans un rayon limité, les habi­ elle ? La préservation du patri­ seront bientôt plus seules à dépas­
non bâties, augmenter la pleine loir construire en zone dense gnent désormais 10 680 euros du tants devront trouver commerces, moine, le recours aux matériaux ser les 100 mètres de haut. 
terre et dédensifier. Les bureaux ? – même si ces derniers s’en défen­ mètre carré, selon la dernière ana­ terrains de sport, centres de santé, biosourcés, la réhabilitation plu­ emeline cazi

Regain de controverses autour du projet de la tour Triangle


Alors que le démarrage des travaux a été annoncé, une enquête judiciaire est en cours et l’opposition reste forte au conseil municipal

L a tour Triangle, cette pyra­


mide d’une quaran­
taine d’étages censée deve­
nir un symbole de la grandeur de
Paris, va­t­elle vraiment voir le
ciel n’a pas éteint la polémique,
loin de là, et le Conseil de Paris qui
s’ouvre mardi 16 novembre avec
un débat sur la future règle d’ur­
banisme sera de nouveau le théâ­
les écologistes demandent à leurs
alliés socialistes d’abandonner la
tour et de construire plutôt des lo­
gements sociaux. La droite, dont
certains élus avaient initialement
financier a ouvert, en juin, une
enquête préliminaire pour « favo­
ritisme » dans ce dossier, après un
signalement de la maire LR du
7e arrondissement, Rachida Dati,
souhaitant « beaucoup de succès »
à la tour. « La ville a tranché le dé­
bat » en 2015 lors d’un vote en Con­
seil de Paris et « ne peut plus y faire
obstacle », affirme­t­il en outre.
et bien des entreprises qui occupe­
ront les deux tiers de la tour des ar­
chitectes suisses Jacques Herzog et
Pierre de Meuron. Le tiers restant
abritera un hôtel de 130 chambres,
jour ? Treize ans après la présenta­ tre de joutes autour de cet immeu­ soutenu le chantier, milite égale­ et un dépôt de plainte de l’asso­ Sur le prétendu surplus de bu­ une crèche de 60 berceaux, un
tion de ce projet extrêmement ble de 180 mètres, la plus haute ment à présent pour que cette ciation Anticor. « Il n’est pas envi­ reaux dans la capitale, celui qui est centre de santé et un espace cultu­
contesté, son promoteur Unibail­ construction, avec les tours Duo tour « démesurée et anachroni­ sageable de bâtir pour un siècle aussi adjoint à l’urbanisme insiste rel d’une surface de 600 m².
Rodamco­Westfield a annoncé, de Jean Nouvel, envisagée dans la que » reste sur la table à dessin. cette tour dont, en réalité, per­ sur le « besoin de tels projets, y com­ Au minimum quatre ans de tra­
début novembre, que le chantier capitale depuis l’inauguration de sonne ne veut, appuie Maud Gatel pris pour accélérer la transforma­ vaux sont prévus avant la livrai­
débuterait « d’ici la fin de l’année » la tour Montparnasse, en 1973. « Objet totémique » (MoDem). Même la mairie n’en tion du parc tertiaire vieillissant. Il son, annoncée pour 2026. Le
à la porte de Versailles (15e arron­ Sur ce sujet, les opposants sont Elle réclame la suspension du pro­ veut plus, même si elle ne peut pas n’est pas vrai que les bureaux des chantier s’interrompra pendant
dissement), grâce au soutien fi­ majoritaires au conseil municipal. jet dans l’attente de l’adoption du le dire, car elle devrait payer un dé­ années 1970 se transforment facile­ les Jeux olympiques de 2024, les
nancier de l’assureur Axa. A gauche, La France insoumise et nouveau plan local d’urbanisme dit important en cas d’abandon. » ment, et la demande ne stagne pas halls de la porte de Versailles ac­
La signature du bail à construc­ Europe Ecologie­Les Verts sont « bioclimatique ». « Ce bâtiment Anticipant le regain de contro­ à Paris ». Enfin, cet immeuble sera cueillant notamment les épreu­
tion, d’une durée de quatre­vingt­ vent debout contre ce projet « an­ énergivore est le résultat d’une verses, Emmanuel Grégoire, le le « premier bâtiment de cette taille ves de tennis de table, de volley­
trois ans, est intervenue in extre­ ti­écologique », « aberrant », « héri­ opération de pure spéculation im­ premier adjoint de la maire de Pa­ conçu 100 % réversible » : s’il est ball et d’haltérophilie. La tour
mis avant l’échéance, fixée à fin tier de l’urbanisme fonctionnaliste mobilière, fondée sur des critères ris, Anne Hidalgo, assurait, lui, dé­ jugé plus judicieux à l’avenir d’y Triangle devrait alors ne pas dé­
octobre, date au­delà laquelle, en des années 1960 ». Plutôt que de complètement dépassés au temps but novembre, se réjouir que « cet aménager des logements, et si la passer les 30 mètres, et rester
absence de confirmation, la ville bâtir encore des bureaux alors que du Covid », plaident les élus Les objet totémique » sorte de terre. législation l’autorise, les 3,7 mètres donc juste en dessous des toits du
serait redevenue propriétaire du nombre d’entre eux se sont vidés Républicains (LR). Ils rappellent, « C’est une excellente nouvelle pour prévus entre chaque dalle le per­ Paris haussmannien. 
terrain. Mais ce coup d’envoi offi­ depuis la pandémie de Covid­19, en outre, que le Parquet national l’attractivité » de Paris, juge­t­il, en mettront. Pour l’heure, ce sont bel e. ca et denis cosnard
0123
22 | économie & entreprise MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

« Nous sommes
tous SAM » : bataille
pour une fonderie
Sans offre de reprise d’ici au 19 novembre,
la Société aveyronnaise de métallurgie
sera liquidée. Et ses 340 emplois supprimés

toulouse ­ correspondance l’Etat, à la région et à Renault, aux Des employés


partenaires obligés, que j’étais de de la Société

L
e temps presse. Il ne reste nouveau disponible afin d’étudier aveyronnaise
qu’une poignée de jours à rapidement, avec leurs concours, de métallurgie
un repreneur pour mani­ la solution la plus adaptée au sau­ en grève,
fester son intérêt pour la vetage de la SAM. » En juin, l’in­ à Viviez,
fonderie Société aveyronnaise de dustriel proposait, avec l’aval des le 10 mars.
métallurgie (SAM), installée à Vi­ salariés, une première offre de re­ LIONEL
viez, dans l’ancien bassin houiller prise, jugée fragile financière­ BONAVENTURE/AFP
de Decazeville (Aveyron). Jeudi ment par le cabinet d’audit Grant
16 septembre, le tribunal de com­ Thornton, mandaté par l’Etat et
merce de Toulouse prononçait la les administrateurs judiciaires.
liquidation judiciaire avec pour­
suite d’activité pour trois mois de Offre « à retravailler »
ce fabricant de pièces automobiles Selon nos informations, la se­
(carter d’huile, support moteur, conde mouture inclurait à peine repreneurs potentiels pour finali­ d’études et les services supports. Même si le moral est au plus bas,
entraîneur de moteur d’essuie­ 135 emplois et nécessiterait une di­ ser leurs propositions et exhorte Un sursis, le temps de trouver
Carole Delga, les salariés n’abandonnent pas. Le
glace), placé en redressement judi­ zaine de millions d’euros d’aide fi­ Renault, clé de voûte des négocia­ d’autres repreneurs. Ces derniers la présidente 26 octobre, ils éteignaient les ma­
ciaire en décembre 2019. nancière. L’Etat, actionnaire de Re­ tions, « à tenir ses engagements en ne se sont pas bousculés à la barre chines ; le 29 octobre, ils rencon­
Il fixait une date butoir pour nault, client quasi unique de volume de commandes, de part la du tribunal, qui a alors été con­
de la région, traient le premier ministre, Jean
examiner des candidatures. « Si, l’usine, fait preuve de réserves à nécessaire solidarité dont il a béné­ traint de reporter, à maintes re­ exhorte Renault Castex, en visite à Figeac (Lot) ; et,
le 19 novembre, il n’y a aucune let­ son égard. « Nous attendons un ficié depuis une vingtaine d’an­ prises, les dates des audiences. le 4 novembre, ils organisaient un
tre d’intention ou projet de reprise, projet écrit de sa part, qui tient nées ». Car, à la SAM, c’est l’équipe­
« à tenir ses rassemblement soutenu par le
c’est la liquidation directe », alerte compte des faiblesses pointées », mentier automobile qui dirige. « Il « Les salariés craquent » engagements collectif Tous ensemble pour le
Sébastien Lallier, délégué syndi­ prévient Bercy. Carole Delga, la fait nos fins de mois, admet Sébas­ Depuis ce courrier, c’est silence bassin decazevillois, composés
cal CGT et secrétaire du comité so­ présidente (PS) de la région Occita­ tien Lallier, entré à l’usine en 2005. radio : le dialogue entre la CGT et
en volume d’élus de tous bords politiques, de
cial et économique. La cessation nie, n’est pas emballée par cette Il a injecté 10 millions à 12 millions le constructeur est rompu, re­ de commandes » syndicats, d’associations sporti­
de l’activité conduirait à la sup­ proposition. « Mes services ont tra­ d’euros en tout pour qu’on lui four­ grette, amère, Ghislaine Gistau, ves et de commerçants.
pression des 340 emplois. vaillé, lundi [8 novembre], avec nisse les pièces dont il a besoin. » déléguée syndicale CGT, qui en « Ce territoire risque de perdre
Les salariés ont encore des rai­ M. Bellity. Il s’avère que son offre de­ En mai, après un mouvement appelle « à la responsabilité de C’est à la pause­café que les sala­ 340 emplois, c’est une richesse en
sons d’y croire. Patrick Bellity, qui mande à être retravaillée », expli­ de grève de trois semaines des sa­ l’Etat ». « Le gouvernement doit ta­ riés se confient à Sandrine Du­ moins et un nouveau coup dur, dé­
a été le patron jusqu’en juin 2016, que la présidente, qui promet de lariés opposés à l’offre de l’équipe­ per du poing sur la table et être fraisne, infirmière. « Nous avons plore Jean­Paul Boyer, porte­pa­
quelques mois avant le rachat par venir « en aide à un acteur indus­ mentier espagnol CIE Automo­ persuasif vis­à­vis de Renault. Car des discussions informelles au role du collectif et ancien mineur.
le géant chinois de l’aluminium triel, avec des subventions et des tive limitée à 150 emplois, Re­ il faut trouver une solution, il faut cours desquelles j’apprends, avec Ici, il y a un vrai savoir­faire, une
Jinjiang, est sur les rangs. « Je ne prises de participation au capital ». nault s’engageait par écrit à soute­ que cela s’arrête. Les salariés cra­ pudeur, qu’ils sont inquiets, qu’ils volonté de continuer à travailler
peux me résoudre à laisser la SAM Face à l’urgence sociale, la diri­ nir le site jusqu’au printemps quent. Ce n’est plus possible de ont peur et qu’ils sont très en co­ au pays. Quoi qu’il arrive, on reste
disparaître sans l’en empêcher, se geante de la région réclame qu’un 2022, en injectant 40 millions jouer avec leurs nerfs », déclare lère », affirme­t­elle, constatant solidaires, on ne lâchera pas. On
justifie ce candidat dans un com­ délai supplémentaire soit accordé d’euros de chiffre d’affaires et en cette responsable du contrôle une multiplication des arrêts ma­ est tous SAM. » 
muniqué. Aussi ai­je exprimé à par le tribunal de commerce aux préservant 250 emplois, le bureau qualité, embauchée en 1995. ladie et des accidents de travail. audrey sommazi

Au grand dam des Pays­Bas, Shell Le prix Albert­Londres 2021


décerné à Caroline Hayek
déménage son siège de La Haye à Londres
Le groupe pétrolier et gazier, qui veut simplifier sa structure pour verser des dividendes plus
importants, suit ainsi l’exemple du géant des produits de consommation Unilever
C’ est au cœur du grand auditorium de la bibliothèque
François­Mitterrand, à Paris, en présence de la minis­
tre de la culture, Roselyne Bachelot, que Caroline
Hayek est devenue la quatre­vingt­troisième titulaire du prix
Albert­Londres, lundi 15 novembre en début de soirée. Le jury a
récompensé cette journaliste franco­libanaise pour ses repor­
tages finement composés sur la vie au Liban après la double ex­
londres, bruxelles ­
correspondants
et quelque 17 000 citoyens
avaient gagné un procès obli­
Le transfert tannique. Ces derniers mois, Shell
était aussi soumis à la pression du
plosion qui a ravagé le port et la ville de Beyrouth et causé la
mort d’au moins 214 personnes, le 4 août 2020. Publiés dans
geant la société à réduire de 45 % vers la capitale fonds Third Point du milliardaire L’Orient­Le Jour, ils sont aussi l’occasion de « mettre à l’hon­

D ésagréablement surpris »
et, surtout, très déçu : le
gouvernement démis­
sionnaire des Pays­Bas a déploré
« au plus haut point » la décision de
ses émissions à l’horizon 2030,
afin de se conformer à l’accord de
Paris sur le climat de 2015. Shell a
fait appel mais est censé, en l’at­
tente de ce jugement, se confor­
britannique
est aussi lié aux
questions fiscales
américain Daniel Loeb, qui a ac­
quis au cours de l’année des ac­
tions du groupe pour un montant
de 750 millions de dollars. Il juge
que l’entreprise doit être scindée
neur » cette publication née en 1924, se félicite le président du
jury, l’ancien journaliste de France Télévisions Hervé Brusini.
Indépendante, Caroline Hayek est également chroniqueuse
pour la RTBF et correspondante pour le magazine L’Express.
Dans la catégorie audiovisuel, Alex Gohari et Léo Mattei se
Royal Dutch Shell de déménager mer à l’arrêt pris en première ins­ et à la taxation en deux entités : l’une continuant voient décerner le 37e prix pour leur
son siège social et sa localisation tance. La direction assure que son des dividendes à s’occuper des énergies fossiles, film On the Line. Les expulsés de
fiscale de La Haye à Londres. L’an­ déménagement ne change rien l’autre du renouvelable, un do­ ALEX GOHARI  l’Amérique. Diffusé sur France 2 et
nonce, faite lundi 15 novembre, est au procès et à l’appel en cours. maine dans lequel le groupe a déjà Public Sénat, leur documentaire ra­
assortie de ce que les Néerlandais L’association Les Amis de la Terre, les pertes de ses filiales et les dé­ investi 4 milliards aux Pays­Bas. ET LÉO MATTEI  conte le déchirant destin de trois
assimilent à un coup de poignard : l’un des plaignants, abonde dans duire – tout comme ses investis­ Une partie de cette dernière acti­
le géant pétrolier et gazier devien­ le même sens. « La poursuite judi­ sements à l’étranger – de ses béné­ vité restera d’ailleurs localisée à REMPORTENT LE PRIX  Mexicains vivant de longue date aux
Etats­Unis mais renvoyés à Tijuana
dra officiellement Shell Plc, en re­ ciaire reste devant les cours de jus­ fices aux Pays­Bas. Ses impôts La Haye, où se tiendront aussi les AUDIOVISUEL, ET  par l’administration américaine.
nonçant aux qualificatifs « royal » tice néerlandaises », explique Peer avaient donc été réduits quasi­ réunions du comité de direction. Une œuvre de création qui ponctue
et « dutch » (néerlandais). Le direc­ de Rijk, coordinateur de la plainte. ment à néant au cours de la der­ La simplification de la structure ÉMILIENNE MALFATTO  le travail que les deux reporters mè­
teur général et le directeur finan­ nière décennie. M. Rutte avait, de Shell est la suite logique d’un nent, depuis cinq ans, sur le parcours
cier vont aussi déménager dans la Marche arrière gouvernementale auparavant, défendu un projet de processus entamé en 1907. A CELUI DU LIVRE de migrants sud­américains, pro­
capitale britannique. La société ex­ Le déménagement vers Londres suppression de l’impôt de 15 % sur l’époque, Shell Transport and Tra­ duite par la société Brotherfilms, elle­
plique avant tout son geste par est aussi lié aux questions fiscales les dividendes versés aux action­ ding, une entreprise qui avait in­ même souvent récompensée (le film Daraya, la bibliothèque
une volonté de simplifier son or­ et à la taxation des dividendes. naires, ce qui aurait permis à Shell venté les bateaux de transport de sous les bombes, de Delphine Minoui – prix Albert­Londres dans
ganisation, afin de mieux redistri­ En 2018, l’opinion publique avait d’épargner 7 milliards d’euros. pétrole, et Royal Dutch Petroleum, la catégorie presse écrite en 2006 – et Bruno Joucla a ainsi reçu le
buer ses bénéfices aux actionnai­ été heurtée par le fait que Shell Le premier ministre avait dû qui avait débuté en exploitant du grand prix du Figra en 2019). Enfin, le cinquième prix du livre re­
res. Shell n’aura plus qu’une caté­ n’avait pas payé d’impôts alors faire marche arrière, au risque de pétrole en Indonésie, s’étaient vient à Emilienne Malfatto, pour Les serpents viendront pour toi
gorie d’actions, alors qu’il existe que son bénéfice s’était élevé à voir Shell trouver des cieux fisca­ rapprochées, mais avaient con­ (Les Arènes, 144 pages, 15 euros). Dans cette enquête d’une « très
actuellement des « classe A » et 1,3 milliard d’euros l’année précé­ lement plus cléments. Ben van servé deux entreprises distinctes, grande qualité littéraire », la journaliste et photojournaliste indé­
« classe B ». Cela « permettra d’or­ dente. Dans la foulée, le gouverne­ Beurden, le patron du groupe, chacune possédant une partie de pendante (elle a travaillé à El Espectador, à Bogota, puis à l’Agence
ganiser plus de rachats d’actions », ment du libéral Mark Rutte a tenté avait dès lors indiqué à la presse l’autre. La fusion complète n’est France­Presse) retrace le parcours de la Colombienne Maritza,
assure la direction. de corriger l’image d’un royaume que l’entreprise pourrait traverser intervenue qu’en 2005, avec la mère de six enfants assassinée, comme beaucoup de « leaders
L’obligation, pour Shell, de se placé quatrième au classement définitivement la Manche. An­ création d’une seule entité, mais sociaux », dans l’indifférence d’un pays gangrené par le trafic de
soumettre aux contraintes de la mondial des paradis fiscaux pour drew Mackenzie, le président du en gardant deux classes d’actions. cocaïne. Ces travaux « illustrent, chacun à leur façon, des problé­
transition énergétique et d’at­ les grandes entreprises, selon les groupe, confirme que « la taxe sur Cet héritage doit maintenant dis­ matiques très actuelles qui agitent la société française », souligne
teindre la neutralité carbone est données du Réseau international les dividendes aux Pays­Bas [les] paraître. Le principe du déména­ Hervé Brusini, pour qui l’Albert­Londres est l’opportunité « de
un autre motif de ce transfert. pour la justice fiscale. Il a donc in­ poussait à aller vers le Royaume­ gement devra encore recueillir promouvoir le reportage, genre journalistique qui permet d’abor­
Mercredi 26 mai, le tribunal de troduit un projet visant à taxer les Uni ». Unilever, le conglomérat de l’assentiment de 75 % des action­ der la complexité du monde, loin des gestes qui se cantonnent à
district de La Haye avait obligé le bénéfices de groupes échappant à biens de consommation, qui était naires lors d’une assemblée géné­ aligner des chiffres ou du commentaire ». Les lauréats succèdent à
groupe à réduire plus rapidement l’impôt, même si leur siège princi­ lui aussi à cheval entre le Royau­ rale le 10 décembre.  Allan Kaval (Le Monde), Sylvain Louvet et Ludovic Gaillard (Capa
que prévu ses émissions. Des or­ pal est établi dans le royaume. me­Uni et les Pays­Bas, a réalisé éric albert France), ainsi que Cédric Gras (Alpinistes de Staline, Stock). 
ganisations environnementales Shell pouvait jusque­là cumuler en 2020 son transfert du côté bri­ et jean­pierre stroobants aude dassonville
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 économie & entreprise | 23

De Los Angeles à Beyrouth, les rêves de CMA­CGM


L’armateur marseillais profite de la flambée des taux de fret, liée aux pénuries, pour investir tous azimuts

M
arseille, le 2 sep­ ler­Maersk et l’italo­suisse MSC, Ses 200 bateaux en pleine pro­ M. Saadé, assurant que « cette in­ (Congo), ainsi que trois conces­
tembre. En plon­ au coude à coude avec le chinois priété et les 350 en location de
Le groupe vient frastructure­clé renforcera consi­ sions ferroviaires, des entrepôts et
gée pour trois Cosco. Puis comme un poids longue durée ne suffisent pas. Il de racheter dérablement notre position et sou­ des ports secs. Les terminaux por­
jours dans la cité moyen de la logistique après l’ac­ faut aussi disposer de quais, de tiendra notre croissance rapide sur tuaires ont réalisé de « très bonnes
phocéenne, Emmanuel Macron quisition du singapourien APL portiques et de zones de stockage
le terminal Fenix ce marché ». En septembre, le performances », selon Bolloré.
se rend à la tour Zaha Hadid, du en 2016 et du suisse Ceva Logistics pour écouler au mieux les 23 000 Marine Services, groupe avait conclu un accord im­ M. Saadé a un autre projet, où se
nom de l’architecte irako­britan­ en 2019. Le groupe familial, qui a « boîtes » que transporte chacun portant dans la région stratégique mêlent les affaires et ses racines
nique qui a signé le siège de l’ar­ failli sombrer en 2009, reste lesté de ses plus gros porte­conteneurs.
« porte d’entrée du Golfe arabo­persique : l’acqui­ familiales au pays du Cèdre : être
mateur CMA­CGM. Le président d’une dette de 14,9 milliards de CMA­CGM a engagé depuis des stratégique » sition pour 154 millions de dollars un acteur­clé de la reconstruction
de la République ne pouvait pas dollars (environ 13 milliards années une stratégie de complé­ d’une concession sur le port de du port de Beyrouth, ravagé par
manquer une visite du gratte­ciel d’euros). Mais il n’a jamais connu mentarité entre l’offre de trans­
sur le marché Khalifa, à Abou Dhabi, une plaque l’explosion meurtrière du
de verre fumé et d’acier qui do­ une activité aussi florissante ni un port et les solutions logistiques américain tournante du commerce mari­ 4 août 2020, qui avait fait plus de
mine le port de la Joliette et la bénéfice aussi élevé. Celui­ci a été dans les zones portuaires, et time entre l’Asie et l’Europe. 200 morts. Elle a amplifié les diffi­
rade. PDG depuis 2017 de la so­ multiplié par vingt­cinq au même de transport jusqu’au Les ambitions de l’armateur ne cultés du Liban. CMA­CGM a pré­
ciété fondée par son père Jacques deuxième trimestre (à 3,48 mil­ client final. Ces équipements et teur. Il a annoncé, le 3 novembre, s’arrêtent pas là. Il est intéressé, senté aux autorités, en septembre,
Saadé, Rodolphe Saadé le conduit liards de dollars), après une pé­ ces espaces manquent, allongeant le rachat de Fenix Marine Servi­ comme Maersk ou Cosco, par les un plan de reconstruction en trois
au centre de navigation. C’est riode janvier­mars déjà faste la durée des escales et les coûts. ces, le troisième plus grand termi­ importants actifs logistiques et ans des quais et des entrepôts,
dans cette salle sécurisée, au dou­ (2 milliards), et le second semestre Une thrombose qui ne se réduira nal de Los Angeles et l’un des plus portuaires du groupe Bolloré en d’agrandissement et de numéri­
zième étage de la tour, que huit s’annonce encore très profitable. pas avant la fin 2022, assure un di­ importants d’Amérique du Nord. Afrique, une activité historique es­ sation des activités pour un coût
commandants de la marine mar­ rigeant de l’armateur marseillais. Coût de l’opération : 2,3 mil­ timée entre 2 et 3 milliards d’euros de 400 à 600 millions de dollars.
chande optimisent et sécurisent Transport et logistique CMA­CGM possède déjà 48 ter­ liards de dollars pour un actif que l’homme d’affaires breton L’armateur marseillais veut aussi
24 heures sur 24, en alternance Ces profits s’expliquent surtout minaux portuaires dans 27 pays, dont il avait cédé la plus grosse veut céder. Il est présent dans devenir le premier opérateur du
avec les officiers des fleet center par la pénurie de conteneurs et de gérés par ses filiales CMA Termi­ part au fonds suédois EQT, 42 ports, et gère notamment terminal de porte­conteneurs, qui
de Singapour et Miami, la trajec­ navires, qui a entraîné une flam­ nals et Terminal Link, une coen­ en 2017, pour une valeur d’entre­ 16 terminaux à conteneurs en générait 75 % des revenus du port
toire des quelque 550 navires de bée des taux de fret depuis l’été treprise avec China Merchants prise de 875 millions. Le prix est Afrique centrale et de l’Ouest, avant la catastrophe. L’appel d’of­
CMA­CGM qui sillonnent les rou­ 2020, qui ont parfois doublé – Holdings International. M. Saadé élevé, mais le port californien est comme Abidjan (Côte d’Ivoire), fres international a finalement été
tes maritimes du globe. voire davantage sur certains con­ investit massivement pour deve­ une « porte d’entrée stratégique » Lomé (Togo), Lagos (Nigeria), Li­ lancé jeudi 11 novembre. 
Qui aurait cru qu’en débarquant trats spots. Cette manne, inespé­ nir un « acteur mondial » du sec­ sur le marché américain, explique breville (Gabon) ou Pointe­Noire j.­m. b.
à Marseille en 1978, fuyant la rée avant le début de la pandé­
guerre au Liban, Jacques Saadé bâ­ mie, lui permet de renforcer sa
tirait un empire à partir de la flotte et sa capacité en conteneurs
Compagnie maritime d’affrète­ EVP (équivalent 20 pieds, soit
ment (CMA), qui n’exploitait à ses 38,5 m3). Une urgence pour ré­
débuts qu’un navire pour une pondre à la hausse de la demande

ET SI INVESTIR
seule ligne, Marseille­Beyrouth ? liée à la reprise des échanges de
Un regard sur le planisphère oc­ produits manufacturés et de
cupant tout un mur de la salle, où biens de grande consommation.
des milliers de points lumineux En avril, l’armateur a com­
représentent porte­conteneurs, mandé aux chantiers navals chi­
tankers, méthaniers ou vraquiers, nois 22 porte­conteneurs de

C’ÉTAIT
suffit à se convaincre que le ship­ moyenne capacité, dont douze
ping est reparti de plus belle, une fonctionnant au gaz naturel liqué­
fois passée la première vague de fié, moins émetteurs de CO2 que
Covid­19 du printemps 2020. les navires propulsés au fioul
Après la fusion avec la Compa­ lourd. Et il a signé, le 9 novembre,

ENTREPRENDRE
gnie générale maritime, rachetée un « partenariat stratégique et in­
pour rien en 1999, CMA­CGM s’est dustriel » avec Engie pour dévelop­
imposé comme le troisième ar­ per en commun des recherches et
mateur mondial de porte­conte­ la production de carburants dé­
neurs, derrière le danois AP Mol­ carbonés destinés à sa flotte.

PERTES & PROFITS | CLOUD POUR DEMAIN ?


#FINANCE DURABLE
p ar j ea n­ mi c he l b e zat

L’Amérique plane sur


l’informatique en nuage
Ils hébergent vos données et va­ sociétal de la pandémie conti­
lent cher. De plus en plus cher à nuera à servir de catalyseur pour
mesure que les flux enflent sur l’innovation numérique et l’adop­ Être une banque responsable, c’est accompagner
Internet avec le déploiement de tion de services cloud, analyse­t­il. nos clients vers un avenir durable, intégrer les enjeux
la 5G et de la fibre, faisant à leur C’est particulièrement vrai pour les
tour proliférer à travers le monde cas d’utilisation tels que la colla­
environnementaux dans nos actions et soutenir
des data centers toujours plus boration, le travail à distance et les la société qui nous entoure. C’est agir aujourd’hui
avides d’espaces et d’énergie. nouveaux services numériques. » comme si c’était déjà demain.
La pandémie de Covid­19, qui a
dopé l’économie numérique et Chimérique souveraineté
les échanges dématérialisés, n’a Dans cette « informatique en
fait qu’amplifier l’importance de
ces « centres de données ». Rien
nuage », des multinationales of­
frant de nombreux services et
Imaginons l’avenir
d’étonnant que deux transac­ applications se sont taillé la part
tions majeures soient interve­ du lion : Amazon Web Services, le
nues aux Etats­Unis en une seule numéro un mondial, Microsoft
journée. Lundi 15 novembre, le Azure, Google Cloud, Salesforce
texan CyrusOne, concepteur, ges­ et Oracle. Elles drainent, à elles
tionnaire et exploitant de ces si­ seules, un tiers des investisse­
tes, a annoncé son rachat par les ments. Sur le seul segment des
fonds KKR et Global Infrastruc­ infrastructures (IaaS), le duopole
ture Partners pour 11,4 milliards n’est pas loin : les firmes de Jeff
de dollars (10 milliards d’euros). Bezos et Bill Gates captent les
Son concurrent CoreSite Realty deux tiers du marché, et la
sera repris par le gestionnaire moitié si l’on intègre les plates­
d’infrastructures mobiles Ameri­ formes (PaaS). Ces géants sont
can Tower, qui mettra 7,4 mil­ tous américains. Et la France ?
liards de dollars sur la table. Ces Ses dirigeants n’ont que les
montants, qui atteignent 25 mil­ mots « souveraineté » et « cloud de
liards en y incluant les dettes, confiance » aux lèvres. Or, le cloud
sont à la hauteur d’une industrie prend du retard, alerte l’Institut
du cloud gourmande en capitaux Choiseul dans un rapport publié
pour leur construction (des cen­ mardi, et notamment rédigé par
taines de millions). l’ex­ministre des affaires étrangè­
L’enjeu est pourtant ailleurs. Les res Hubert Védrine et l’écono­
dépenses des entreprises pour la miste Christian Saint­Etienne. Les
gestion externe de leurs data pro­ services des Gafam sont irrem­
gressent plus vite les sommes plaçables, entraver leur déploie­
consacrées aux infrastructures ment au nom d’une chimérique
internes. Elles atteindront souveraineté ne ferait que brider
396 milliards de dollars cette an­ la compétitivité de la France et de
née et 482 milliards en 2022, es­ l’Europe, tranchent­ils. Il faut dé­
time le cabinet Gartner. « L’impact sormais coopérer – tout en proté­
économique, organisationnel et geant les données. 
0123
24 | économie & entreprise MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

PLEIN CADRE

Dans le rail,
des utopistes
pour ranimer
les petites lignes
Railcoop, Le Train, Kevin Speed,
Midnight Trains… Après l’ouverture
à la concurrence, les initiatives se
multiplient pour explorer des territoires
et des usages délaissés par la SNCF

toulouse ­ correspondant est une SCIC (société coopérative


d’intérêt collectif), créée en 2019

L
e début d’une aven­ dans le Lot. En achetant 100 euros
ture… Elle s’est maté­ sa part, chaque sociétaire devient
rialisée, lundi 15 no­ actionnaire à égalité avec les
vembre, par l’arrivée autres. « Nous voulons redynami­
en gare de Capdenac, ser des territoires ruraux, en impli­
en Aveyron, d’un long quant largement les usagers. Pour
convoi de marchandises bâché cela, la forme coopérative est la
venu de Toulouse. Et siglé Rail­ plus adaptée, car non pyrami­
coop. C’est la première fois dale », commente Dominique
qu’une coopérative ferroviaire Guerrée, président du conseil
fait rouler un train en France. Et d’administration de Railcoop.
ses fondateurs espèrent que ce Ce phalanstère ferroviaire, doté
n’est que le commencement à la mi­novembre de presque
d’une longue série. Car Railcoop 10 000 sociétaires (citoyens, col­
compte bien s’attaquer au mar­ lectivités locales, entreprises), est
ché du voyageur pour faire revi­ né de la frustration d’une poignée
vre le train là où il était en déclin. d’habitants du Quercy de ne pou­
Ce sera Bordeaux­Lyon fin 2022, voir se déplacer davantage en
puis d’autres liaisons : Thionville­ train. Parmi eux, Nicolas Debai­
Lyon­Grenoble, Toulouse­Ren­ sieux, 41 ans, le directeur général,
nes, Lille­Nantes… reçoit au modeste siège de l’entre­ Nicolas Debaisieux, directeur de Railcoop, le 12 novembre, à Capdenac­Gare (Aveyron). ULRICH LEBEUF/MYOP POUR « LE MONDE »
Tout un symbole que cette petite prise, à Figeac (Lot). « Après des an­
station de Capdenac pour lancer le nées à monter des dossiers sur la
projet de Railcoop. La gare, ancrée lutte contre le changement clima­
dans un territoire mi­rural, mi­in­ tique pour l’Union européenne, j’ai pas encore là. La start­up s’est ins­ tisé Kevin Speed, est iconoclaste : avoir aussi ses contraintes. Le pas­
dustriel, peut se targuer de possé­ eu envie de rendre cet engagement tallée sur le site de Darwin, une pé­ des navettes grande vitesse de
« Les plus sage du Railcoop Lyon­Bordeaux
der une réplique un peu incon­ plus concret », raconte cet ancien pinière de start­up à l’esprit écolo forte capacité et à forte fréquence nombreux à venir conduit à la réouverture coûteuse
grue de la tour Eiffel (28 mètres de haut fonctionnaire. (tout est meublé en « récup »), et à prix très bas (3 euros pour de sept postes d’aiguillage, au
haut, tout de même !), comme un Cette quête de sens a permis d’at­ l’entreprise vient de recevoir ses 100 kilomètres) – une sorte de
titiller l’opérateur moment où le gestionnaire d’in­
clin d’œil pour saluer le fait que, ce tirer des collaborateurs expéri­ premières chasubles orange flo­ « RER­GV » – pour desservir Paris historique sont frastructures doit faire baisser ses
15 novembre, le bourg aveyron­ mentés du secteur ferroviaire, quées du logo de la boîte. Le projet dans un périmètre n’allant pas coûts de façon drastique.
nais était, pour quelques heures comme Juliette Lavezard, toute a ceci de commun avec Railcoop au­delà de deux heures de temps.
des petits acteurs « Pour réussir, il est indispensable
au moins, la capitale d’une nou­ nouvelle responsable de la vie coo­ qu’il propose une offre ferroviaire « En France, la grande vitesse est français », de travailler très en amont pour
velle forme d’utopie ferroviaire. pérative chez Railcoop, et an­ sur laquelle la SNCF ne s’est pas malthusienne, assène M. Four­ avoir les meilleurs créneaux horai­
cienne d’Alstom. « Le projet est ma­ positionnée. Le Train veut faire tune. Elle est conçue pour faire de
analyse un res possibles » : l’affirmation est
PHALANSTÈRE FERROVIAIRE gnifique, ambitieux, dit­elle. Je vou­ rouler, à partir de 2023, des TGV la concurrence à l’avion, pas à la nouvel entrant d’Adrien Aumont. Celui­ci vient
Car Railcoop n’est pas le seul in­ lais depuis longtemps, en premier sur des liaisons transversales ré­ voiture, en ciblant les clientèles af­ de fonder, avec Romain Payet,
novateur du rail à émerger depuis lieu, quitter Paris, et m’investir dans gionales (Angoulême­Bordeaux, faires et loisirs. Résultat : les lignes Midnight Trains, une start­up qui
quelques mois. On peut parler de une entreprise qui allie enjeux so­ Nantes­Arcachon, Bordeaux­Ren­ à grande vitesse sont loin de faire veut réinventer le voyage en train
vrai fourmillement de projets ori­ ciétaux et réalistes, dimension éco­ nes), visant une clientèle de navet­ le plein, même Paris­Lyon. » ments supplémentaires. Nous es­ de nuit et en finir avec les cou­
ginaux. Les nouveaux venus, en nomique et technique. » Il y a en­ teurs mais aussi de loisirs à des ta­ pérons des prêts publics, mais il y a chettes collectives mornes et un
plus de la coopérative, s’appellent core Romain B., conducteur arrivé rifs autour de 45 euros pour un PROBLÈMES DE FONDS une vraie frilosité de la Banque des peu sordides. M. Aumont arrive
Le Train, Kevin Speed ou Mid­ début novembre. Il vient de quit­ Nantes­Bordeaux. La société Kevin Speed parie sur territoires. Finalement, les banques du secteur de la fintech (il a créé
night Trains. Ils sont lancés par ter la SNCF, déplorant « une perte Là aussi, le projet est né d’une une clientèle issue de la classe privées, et en particulier le Crédit KissKissBankBank, numéro un
des petits entrepreneurs, mili­ de sens et une perte de savoir­faire » frustration : celle de Tony Boni­ moyenne – d’où la référence au agricole, ont été plus réceptives. » du financement participatif) et
tants du développement du train, dans l’ex­monopole. Railcoop est faci, patron charentais du BTP, qui prénom très populaire dans an­ Mais là n’est peut­être pas le n’a guère eu de mal à réunir un
qui viennent explorer des terri­ même parvenu à embaucher des a participé à la construction de la nées 1990 – que le télétravail et le plus gros obstacle pour ces débu­ premier tour de table d’investis­
toires délaissés par la Société na­ pointures en matière de sécurité ligne à grande vitesse Tours­Bor­ niveau des prix de l’immobilier tants du rail. L’accès aux voies fer­ seurs (dont Xavier Niel, action­
tionale des chemins de fer fran­ ferroviaire et de matériel, qui ont deaux. Celui qui est président de dans les métropoles éloignent des rées, géré par SNCF Réseau, filiale naire à titre individuel du Monde).
çais (SNCF). Ce foisonnement est permis à la coopérative de décro­ la start­up et son principal inves­ centres métropolitains de façon de la maison mère SNCF, peut se « On a présenté Midnight Trains
lié à la fin du monopole de la SNCF cher une licence ferroviaire et un tisseur estime que les habitants massive : des policiers, des per­ révéler un vrai parcours du com­ comme un projet d’hôtel de luxe
dans le transport intérieur de pas­ certificat de sécurité, sans lesquels de l’arc atlantique ne sont pas as­ sonnels de santé, des employés. battant. Et l’utopie se heurter à la roulant, ce n’est pas tout à fait ça,
sagers. Depuis décembre 2020, aucun train n’a le droit de rouler. sez desservis par une ligne qu’ils Les TGV seront courts (moins de réalité. Railcoop a ainsi dû repor­ explique le jeune patron. Nous ci­
toute entreprise ferroviaire peut Deux cent cinquante kilomètres ont pourtant contribué à financer maintenance), remplis à ras bord ter de mi­2022 à la fin 2022 le lan­ blons toute personne ayant les
proposer une offre commerciale plus à l’ouest, à Bordeaux, un autre avec leurs collectivités locales. (cinq personnes de front) et effec­ cement de son Bordeaux­Lyon. moyens de prendre un avion, en
« voyageurs » sur les rails français. nouvel acteur, Le Train, n’en est Pour le moment, l’obsession du tueront des rotations rapides et « Ce que nous a proposé SNCF Ré­ proposant trois classes et des ni­
« On s’attendait à voir venir en Train est celle des levées de fonds, fréquentes (douze par jour, quatre seau était inacceptable, tonne veaux de prix variés, comme dans
masse les grands concurrents in­ car le projet ne sera viable que s’il par conducteur). « Grâce à cette or­ M. Debaisieux. Une partie des tra­ l’aérien. » Midnight Trains devrait
ternationaux, comme la Deutsche atteint une taille critique de ganisation, on pourra faire du pe­ jets s’arrêtait à Roanne dans un faire rouler ses deux premiers
Bahn, finalement les plus nom­ La quête 50 trains par jour et 3 millions de tit prix sans faire du low cost », af­ sens ou à Périgueux dans l’autre. » trains en 2024, vers l’Italie et l’Es­
breux à venir titiller l’opérateur voyageurs par an. « Notre plan firme l’entrepreneur. « Le travail se poursuit, tempère pagne. Avec un modèle particu­
historique sont des petits acteurs
de sens a permis d’affaires est solide, affirme Reste, là encore, à dénicher des Isabelle Delon, directrice générale lier, puisque la start­up ne sera
français qui veulent réinventer le d’attirer des M. Getraud, qui compte acheter fonds. Un sujet brûlant pour tous adjointe clients et services de pas une entreprise ferroviaire et
voyage en train », analyse l’un de dix TGV d’occasion. Il nous permet ces nouveaux entrants, car le fer­ SNCF Réseau. Nous sommes tout à fera tracter ses voitures par un
ces nouveaux entrants, Alain Ge­
collaborateurs d’atteindre une marge brute d’ex­ roviaire consomme beaucoup de fait disposés à accompagner ces tiers. L’idée pourrait d’ailleurs
traud, directeur général de la expérimentés, ploitation de 13 % à 14 %. » capital. « Les sociétaires de Rail­ nouveaux venus, car ils nous per­ faire des émules. Le bruit court,
start­up Le Train. Railcoop fait fi­ Les défis financiers, technologi­ coop ont apporté 4 millions mettent de mieux utiliser le réseau. dans le milieu ferroviaire, qu’un
gure de porte­drapeau de cet élan.
comme ques, réglementaires n’ont pas d’euros, explique Alexandra De­ Une fois cela dit, nous devons ana­ projet français de train­croisière
Ne serait­ce que parce que ses fon­ une ancienne empêché Laurent Fourtune, un baisieux, la sœur aînée de Nicolas, lyser chaque plan de transport en se prépare en secret. L’aventure
dateurs ont choisi de faire rouler ancien de Getlink (ex­Eurotun­ codirigeante de la coopérative. détail et cela peut parfois créer des du rail ne fait que commencer. 
leurs trains sous bannière coopé­
d’Alstom chez nel), de se lancer, lui aussi, sur le Mais l’achat et la rénovation du décalages avec les attentes des éric béziat
rative. La start­up de 22 salariés Railcoop marché du TGV. Son projet, bap­ matériel nécessitent des finance­ opérateurs. » SNCF Réseau dit et philippe gagnebet
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 bonnes feuilles | 25

L’ancien avocat et ministre publie chez Grasset le 17 novembre


« L’Homme qui voulait être aimé », livre qu’il a coécrit avec Vanessa
Schneider, grande reporter au « Monde ». Il y évoque notamment
les personnages marquants de son parcours, de Pierre Mendès France
à Simone Signoret. Dans l’extrait que nous proposons, il revient
sur son enfance pendant la guerre

Les Mémoires de Georges Kiejman : L’HOMME QUI VOULAIT 


ÊTRE AIMÉ

« Je me sens davantage
de Georges Kiejman
et Vanessa Schneider,
Grasset, 256 p., 20 €,
numérique 15 €

français juif que juif français »

L
poids du corps appuyé sur une bêche dans un libérée, on me l’a proposée. C’est à M. Renon Mon père et ma sœur Liliane ont été dépor­
champ. Il est ensuite parti pour Toulouse. que je dois d’avoir accédé au collège : ma tés à Auschwitz­Birkenau. Ma sœur y a sur­
Nous accueillions parfois à cet endroit situé mère aurait été incapable de s’occuper de ce vécu deux ans. Mon père, lui, a été tué dès son
au centre de la France, à la confluence de tous genre de choses. arrivée au camp, en mars 1943. Il fait partie de
les mouvements de déplacés, des cousins et Là­bas, j’ai rencontré un deuxième homme ces juifs qui, fatigués, ont grimpé dans un ca­
des cousines, des membres plus ou moins bienveillant, le principal Louis Galas qui m’a mion en pensant pouvoir se reposer, alors
éloignés de la famille qui faisaient étape pris sous son aile. J’ai espéré plus tard qu’il re­ qu’on les conduisait directement à la cham­
avant de repartir vers d’autres destinations. çoive le titre de « Juste parmi les nations » bre à gaz. (…)
Pour les paysans berrichons qui nous obser­ pour m’avoir protégé en tant que juif, mais Je ne me rappelle pas avoir appris que j’étais
vaient, nous étions exotiques. Je ne sais pas cela ne s’est malheureusement pas fait. Les juif. Mes parents n’étaient pas pratiquants.
comment nous vivions, nous dormions en­ lois discriminatoires envers les juifs m’inter­ Ma mère avait une forme de superstition, elle
tassés les uns sur les autres, nous nous nour­ disaient de passer le concours des bourses. se frappait la poitrine, elle possédait un petit
rissions de produits locaux… Nous vivions de presque rien, ma mère rece­ livre de prières qu’elle ne savait pas lire et
A un moment, mon père est venu me cher­ vait probablement 3 francs 6 sous d’alloca­ qu’elle ouvrait un peu au hasard. Après la
cher et je me suis retrouvé à Toulouse puis à tions familiales et elle travaillait comme pay­ guerre, elle fréquenta la synagogue pour les
Colomiers, en Haute­Garonne, où il avait loué sanne. (…) fêtes. Mon père était beaucoup plus distant
une petite maison confortable. J’y suis resté Au début de l’année 1943, j’ai cessé d’avoir par rapport à tout cela, si bien que je n’ai reçu
quelques mois, suffisamment pour y être en­ des nouvelles de mon père. Plus tard, le petit aucune éducation religieuse, si ce n’est celle
fant de chœur. (…) ami de ma sœur Liliane nous a fait parvenir des jésuites. (…) Je me suis senti juif à cause de
La belle Louise, la maîtresse de mon père, une caisse d’effets lui appartenant. Il nous a la guerre et, même là, « juif » se confondait
celle qui sentait si bon, nous a rejoints et l’a appris que Liliane avait été arrêtée près de dans mon esprit avec « étranger ». Personne
persuadé qu’il fallait me conduire dans un Toulouse. Il nous a également dit que mon ne m’a rien expliqué : ma pauvre mère ne
collège de jésuites, à Gimont, dans le Gers. père avait été pris quelques jours plus tard, pouvait pas tenir un quelconque raisonne­
C’est la première fois que j’étais seul et je me près de Lourdes. Avec ses habits se trouvait ment et mon père a disparu trop tôt. Pendant
a guerre bouleverse tout, les vies, les destins, suis senti abandonné dans ces dortoirs im­ également sa vieille bicyclette dont j’ai hérité. la guerre, le jugement de ma mère par le tri­
les trajectoires, la géographie. Elle brise les fa­ menses où les prêtres étaient très sévères. Je Aujourd’hui encore, je déteste le vélo. bunal puis l’arrestation de mon père et de ma
milles, tord le temps, transforme les indivi­ n’y suis pas resté longtemps, quelques mois A Loye­sur­Arnon, nous passons beaucoup sœur m’ont fait comprendre que nous
dus, fragmente les sociétés, abîme et façonne tout au plus, mais suffisamment pour me de temps sans être inquiétés. On ne voit pas n’étions pas considérés comme les autres. (…)
les âmes à jamais. J’avais 7 ans lorsque la se­ permettre de dire que je suis « un ancien d’Allemands, la vie est plutôt paisible. Deux Je me suis perçu plus tard comme juif et
conde guerre mondiale a éclaté et je n’ai élève de jésuites ». J’y étais inscrit sous mon gendarmes viennent de temps en temps, du étranger puisque j’ai éprouvé le besoin de
aucun souvenir de la manière dont je l’ai ap­ propre nom de famille qui comportait encore chef­lieu de canton. Ils m’agacent un peu car faire supprimer le « z » au milieu de mon
pris. J’imagine que je devais considérer cet un « z » au milieu. Il me semble fou manifestement ma mère leur plaît, ils lui nom lorsque j’ai commencé à travailler, tout
événement comme un autre dans cette fa­ aujourd’hui que personne n’ait songé à me tournent autour. Ma mère détonne dans ce en étant parfaitement conscient que Kiejman
mille pauvre qui avait déjà connu tant donner un faux nom. Mon père se rendait­il village. Elle n’est pas du tout provocante, ce restait un nom juif. Il s’agissait de se franciser
d’épreuves. A la fin de l’année 1939, mon père vraiment compte du danger que nous cou­ n’est pas son genre, mais elle a une certaine sans se renier. A l’époque, les juifs ne se consi­
s’est engagé dans l’armée française, par pur rions ? Je n’en suis pas sûr. (…) allure. Un jour, les deux gendarmes lui dres­ déraient pas tout à fait légitimes dans les dif­
patriotisme, alors qu’on ne lui demandait Vers fin 1941 début 1942, soit que mon père sent un procès­verbal au motif qu’elle n’a pas férents milieux professionnels, y compris au
rien et qu’il n’était plus si jeune. Choisir, ne sache pas quoi faire de moi, soit que ma fait de déclaration de judéité, ce qui devrait la sein de la justice.
quand on est juif polonais, de se battre pour mère me réclame à cor et à cri, mon père me priver de ses tickets d’alimentation. Ma mère Je suis profondément laïc – je ne vais jamais
un pays qui n’est le sien que depuis une poi­ raccompagne en train dans le Berry et me n’en parle pas, mais elle a compris qu’il ne fait à la synagogue, je ne respecte aucune règle –,
gnée d’années peut sembler incroyable. Mais laisse à nouveau à ma mère, dans cette petite pas bon être juif. mais je suis viscéralement juif. Comme la
c’est typique de ces immigrés qui voulaient maison de Loye­sur­Arnon. [Convoquée au tribunal de Saint­Amand­ plupart des juifs, je me sens condamné à une
rendre à la France ce qu’elle leur avait donné, Avec la même facilité qui m’avait fait deve­ Montrond, la jeune femme est finalement re­ solidarité totale et perpétuelle. Sur le livre d’or
même si, dans notre nir enfant de chœur, je me suis transformé en laxée.] Nous n’avons jamais porté l’étoile d’Auschwitz, j’ai écrit il y a de nombreuses an­
cas, elle ne nous avait petit paysan berrichon. J’allais chercher l’eau jaune, ni elle ni moi. Je me plais à imaginer nées : « Pardon d’avoir survécu. » Il paraît que
pas donné grand­ au puits, la cuisinière assurait le chauffage et que ce jour­là les messieurs du tribunal ont je ne suis pas le seul à avoir utilisé ces mots. Je
chose. l’on n’utilisait qu’une des deux pièces pour voulu nous sauver la vie en nous évitant ne pourrai jamais oublier que je dois la vie à
Après quelques ne pas avoir froid. d’être inscrits et recensés comme juifs. En une succession de hasards. Que se serait­il
« MON PÈRE mois de drôle de Nous étions plus pauvres que les paysans tout cas, nous avons eu beaucoup de chance, passé si mon père ne m’avait pas ramené
SE RENDAIT-IL guerre, à l’approche
des Allemands, le
du coin qui, eux­mêmes, n’avaient pas une
vie luxueuse. Le fermier d’à côté devait avoir
et celle­ci ne nous a pas lâchés.
Plus tard, en juillet 1944, il y a eu une rafle
dans le Berry auprès de ma mère ? (…)
On a gazé des bébés à Auschwitz. La Shoah
VRAIMENT COMPTE gouvernement fran­ l’électricité car il possédait un poste de radio. terrible à Saint­Amand­Montrond, où beau­ est le désastre le plus inimaginable de la pen­
çais a décidé que les Au village, il y avait un buraliste, qui vendait à coup des juifs arrêtés ont fini jetés dans les sée humaine. Comment un peuple aussi cul­
DU DANGER QUE familles de militaires la fois des cigarettes et des denrées alimen­ puits de Guerry. Ma mère m’a sauvé une se­ tivé que le peuple allemand a­t­il pu accepter
devaient être exfil­ taires. Le charcutier passait de temps en conde fois en me rapatriant fin juin, avant la – car, quoi qu’on dise, il l’a, dans ses grandes
NOUS COURIONS ? trées en train. Nous temps avec une carriole. Cette vie rudimen­ fin de l’année scolaire, du collège de Saint­ profondeurs, accepté – ce massacre, qui n’a
JE N’EN SUIS nous sommes ainsi taire était difficile pour ma mère. Elle était Amand vers Loye­sur­Arnon. Le débarque­ pas seulement commencé avec les chambres
retrouvés, ma mère, obligée de négocier avec les fermiers pour me ment des Alliés en Normandie avait eu lieu, à gaz mais avec ces milliers de juifs en Polo­
PAS SÛR » mes deux sœurs et vêtir ; une chemise par­ci, un pantalon par­là. les Allemands fuyaient, mais elle avait eu gne que l’on jetait dans des fosses, et que l’on
moi, dans le Berry, au Elle les échangeait contre des tickets de tabac. vent que quelque chose se tramait. Elle m’a tuait ? Il y a eu des jeunes Allemands, fils de
sein d’un hameau qui Nous étions dans un inconfort total, mais, fait revenir dans la petite remorque du fac­ pasteurs protestants, sur le front de l’Est, qui
s’appelait Drulon, étrangement, je n’en souffrais pas. L’extrême teur. Je venais d’avoir les félicitations du con­ trouvaient tout naturel de creuser des trous
près de Loye­sur­Ar­ pauvreté me pèsera davantage à l’adoles­ seil de classe de l’établissement dirigé par et de mitrailler des gens au bord pour qu’ils
non. Le choix du Berry s’était fait sur décision cence. J’ai toujours été protégé par une série Louis Galas, que ma mère approvisionnait en tombent à l’intérieur. C’est pour cela
administrative. On nous avait donné des de bienfaiteurs. J’ai rencontré le premier à cigarettes. La rafle a eu lieu quelques jours qu’aujourd’hui encore les Allemands restent
masques à gaz et on nous avait envoyés là l’école du village, il s’appelait Maurice Renon. plus tard, début juillet. Il y avait un autre juif, pour moi des Allemands, même si je sais
sans plus d’explications. Je ne me souviens Lui et sa femme étaient les deux instituteurs en classe de seconde, un gosse de 16 ans, Mar­ qu’ils ne sont pas nazis. (…)
pas de m’être inquiété, d’avoir eu peur, ou de Loye­sur­Arnon. A l’époque, on ne faisait cel Walewick, qui a été pris et jeté avec Je suis un juif de la diaspora qui se désole de
peut­être ai­je préféré l’oublier. Nous avons pas le distinguo subtil entre enseignement et d’autres dans le puits. J’ai découvert plus tard constater qu’Israël ne tient pas ses engage­
d’abord atterri dans une grange d’un incon­ éducation, savoir et bonnes manières, l’insti­ la monstruosité des crimes auxquels j’avais ments socialistes du début. Aujourd’hui en­
fort total, où nous dormions sur la paille tuteur s’occupait de tout. Quand je suis arrivé, échappé. Je considère aujourd’hui encore core, alors que je blâme sévèrement la politi­
avant d’être logés dans une petite maison le premier de la classe était son fils, Jackie Re­ qu’on n’a pas été assez sévère avec la milice que de Benyamin Nétanyahou et son refus de
sans eau ni électricité. Quelques mois plus non. Ensuite, le premier de la classe, c’était qui a commis ces ignominies. trouver un accord avec les Palestiniens, je
tard, mon père a été démobilisé à cause de moi. C’est toute la grandeur de l’école républi­ Je suis resté avec ma mère à Loye­sur­Arnon m’interdis de le vouer aux gémonies. On ne
son âge et d’une maladie dont il souffrait. (…) caine. Ce maître, une sorte de paysan­institu­ jusqu’à la Libération dont je n’ai aucun souve­ peut pas se croire légitime à donner des le­
J’ai des images très précises de mes années teur, secrétaire de mairie, qui n’était pas très nir, tant il n’a rien dû se passer au village. Ce çons en habitant à des milliers de kilomètres.
dans le Berry. Après la grange, notre quoti­ sophistiqué, m’a porté, poussé, sans préfé­ qui me préoccupait, c’était surtout l’absence Je me sens davantage français juif que juif
dien s’est un peu amélioré en emménageant rence pour son propre fils. (…) de nouvelles de mon père et de ma sœur. français. Ma mère a fait un voyage en Israël,
dans cette toute petite maison de Loye­sur­ A l’automne 1943, j’ai passé un examen qui Chaque fois que je voyais une étoile filante, je grâce à une amie épicière qui l’avait emme­
Arnon. (…) J’étais un jeune enfant à ce mo­ devait me permettre de rentrer en sixième au faisais un vœu pour qu’ils reviennent. On ne née après la guerre. Ça a été un moment de
ment­là et je vivais tout cela comme des va­ collège de Saint­Amand­Montrond. Pour cela, retrouvera ma sœur Liliane qu’en mai 1945, à bonheur inouï pour elle. Je m’y suis rendu
cances à la campagne. Bien que divorcé de ma il fallait être admis à l’internat où une seule sa libération, et j’ai continué longtemps d’es­ dans les années 1980 avec mon épouse,
mère avant la guerre, mon père est venu nous place était disponible. Les droits familiaux pérer pour mon père : il était plus solide Laure, et ma fille Pauline. Ce voyage m’a ex­
rejoindre au village. J’ai toujours une photo ont resurgi, et le petit Jackie l’a obtenue. Deux qu’elle et il n’y avait pas de raison qu’il ne re­ trêmement ému, mais, une fois rentré en
de lui sur laquelle il est habillé en paysan, le mois plus tard, lorsqu’une seconde place s’est vienne pas. (…) France, j’étais chez moi. 
26 | disparitions 0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

Sylvère Lotringer
Editeur et écrivain

U
n vrai passeur tou­ des hautes études, où il soutien­ des publicités ou criminalisant le
jours s’efface devant dra sa thèse de doctorat, codirigée capitalisme, en se prolongeant
ce qu’il fait passer ; il par Roland Barthes et Lucien aussi en événements festifs à pré­
relie et fait converger Goldmann, sur l’œuvre romanes­ texte interculturel – les deux plus
tout en étant lui­même au bord que de Virginia Woolf, alimentée courus resteront dans les annales
de disparaître. Avec Sylvère Lo­ de première main par sa proxi­ de ces années folles « Schizo­Cul­
tringer – qui pensait en ces ter­ mité avec Leonard Woolf (le mari ture » en 1975, où Michel Foucault
mes, et est mort le 8 novembre de l’autrice) mais aussi l’écrivaine sera bousculé par de faux gau­
dans sa résidence d’Ensenada, au Vita Sackville­West et le poète T.S. chistes et Gilles Deleuze et Félix
Mexique – c’est un vrai passeur Eliot, avec lesquels il publiera de Guattari par de vraies féministes,
qui a disparu. Et quel passeur ! Le longs entretiens dans Les Lettres et la « Nova Convention » de 1978
rayonnement nord­américain de françaises. pour confronter la philosophie
la pensée française depuis un de­ contemporaine et la science­fic­
mi­siècle (dont cette « French Provocations politiques tion critique de William Burrou­
Theory » qu’il rassembla, publia Après une année d’enseignement ghs – mais ses organisateurs fu­
et baptisa même) lui doit beau­ en Australie puis à Swarthmore rent vite dépassés, à mesure que
coup, de même que la popularité, College (une université progres­ les invités surprise (Patti Smith,
dans certains milieux français, siste de Pennsylvanie), il est re­ Frank Zappa, les poètes beatniks,
des avant­gardes culturelles amé­ cruté en 1972 par le Département le groupe de rock B­52’s, le gourou
ricaines de la fin du XXe siècle. Et de littérature française et compa­ des psychotropes Timothy
au­delà, il favorisa l’étonnante dif­ rée de l’université Columbia, à Leary…) attiraient sur place des
fusion des théories philosophi­ New York, où il sera titularisé et milliers de jeunes New­Yorkais.
ques les plus subversives, ou les enseignera toute sa vie – avant Les numéros de la revue sur
plus intempestives, dans des mi­ que s’ajoutent, beaucoup plus Nietzsche, l’« Anti­Œdipe », la po­
lieux connexes – artistiques, mili­ tard, des séminaires réguliers au lysexualité, l’autonomisme ita­
tants, universitaires, contre­cul­ California Institute for the Arts, à lien ou l’Allemagne, que s’arra­
turels, qu’il aura contribué à ins­ Los Angeles, ou à l’European Gra­ chent étudiants et activistes, se­
pirer et rapprocher les uns des duate School de Saas­Fee, en ront autant de sas d’entrée en
autres. Suisse. Ses cours de philosophie Amérique pour les hypothèses de
Sylvère Lotringer est né à Paris le française à Columbia, très suivis, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Paul
15 octobre 1938, de parents juifs ont pu avoir une influence déci­ Virilio ou Jean Baudrillard – dont
polonais émigrés de Varsovie sive au fil des générations d’étu­ Lotringer est très proche et qui, à
en 1930. Confié par sa mère à des diants, parmi lesquels la future ci­ partir d’extraits de leurs livres ou
proches, il a passé la seconde néaste Kathryn Bigelow, les criti­ d’entretiens inédits, offriront les
guerre mondiale dans l’est pari­ ques Tim Griffin et John Kelsey ou premiers titres à succès de la
sien en « enfant caché » – comme la poétesse Ariana Reines. French Theory en traduction,
beaucoup d’autres de sa généra­ Mais c’est avec l’aventure de Se­ dans la collection « Foreign
tion, dont la philosophe Sarah miotext(e), la revue qu’il crée Agents » (« Agents de l’étranger ») En 2014. IRIS KLEIN
Kofman et l’écrivain Georges Pe­ en 1974 puis transforme en 1983 créée en 1983 pour succéder à la re­ 15 OCTOBRE 1938
rec, avec lesquels il partagera le en une maison d’édition, qu’il im­ vue, Lotringer estimant avec son Naissance à Paris
souvenir traumatique de cette en­ prime sa marque dans la vie intel­ épouse Chris Kraus que le livre est 1972 Entre au département
fance recluse. lectuelle transatlantique du der­ plus adapté que la revue à l’am­ de littérature française
En 1949, sa famille et lui émi­ nier XXe siècle. La revue, qui sous biance moins insouciante des an­ brique, 2007) sera brandie en 2011 ses marges et les artistes, jusqu’à et comparée de l’université
grent en Israël mais en revien­ ce titre entend révéler que la sé­ nées Reagan : Simulations, de Bau­ par les idéologues ultra­conserva­ s’y dissoudre pour qu’adviennent Columbia, à New York
nent un an plus tard ; il intègre à miotique elle­même détourne les drillard, Pure War, de Virilio, On teurs comme un ennemi de ses effets les plus durables, hors­ 1974 Crée la revue
12 ans le mouvement de jeunesse signes (en exhumant dès son pre­ the Line, de Deleuze et Guattari. l’Amérique). texte et hors­institution : ses ef­ Semiotext(e), qu’il
sioniste de gauche Hashomer­ mier numéro les anagrammes in­ De ces petits volumes sans ap­ Mais au­delà des polémiques et fets sur les processus créatifs, les transforme en maison
Hatzair, dont il devient l’un des connues du grand linguiste Ferdi­ pareil critique, le format bon mar­ des milieux de réception variés affects minoritaires, les psychés d’édition en 1983
responsables parisiens. Encore ly­ nand de Saussure), multiplie les ché, sobre et désacralisant, ac­ (des arts plastiques des années individuelles, les « luttes mineu­ 8 NOVEMBRE 2021 Mort
céen, il participe, avec Georges Pe­ audaces graphiques, les provoca­ cueillera dans les décennies sui­ 1980 à la musique électronique res » et les mobilisations à venir – dans sa résidence d’Ense-
rec, au projet de journal La Ligne tions politiques, mais aussi les vantes, en plus des auteurs du cru des années 1990, à travers le ci­ en un cas rarissime, aussi singu­ nada (Mexique)
générale. Entré à la Sorbonne modes de rédaction, différentes (militants incarcérés du Black néma hollywoodien avec la saga lier que l’était son initiateur, de
en 1958, il y suit des études de let­ équipes accaparant Semiotext(e) à Panther, artistes sulfureux, ou le Matrix) de ce « poison » théorique vie avec la pensée hors des disci­
tres, y crée la revue L’Etrave, y re­ chaque numéro. manifeste­culte de Hakim Bey sur européen savamment inoculé plines et des bibliothèques.
joint l’UNEF, menant les mobilisa­ Elle distille la theory, cet ensem­ la « zone d’autonomie tempo­ outre­océan par ses initiatives, la On doit aussi à ce Franco­améri­
tions étudiantes contre la guerre ble nouveau mêlant philosophie raire »), des propositions françai­ grande idée de Lotringer, promise cain accompli une demi­douzaine
d’Algérie – c’est pour échapper à la française et théorie littéraire lo­ ses radicales suscitant en terra à un bel avenir, est celle d’une de livres en nom propre, en fran­
conscription obligatoire qu’il fuit cale, en lien avec l’art d’avant­ americana des milliers d’émules théorie critique inclusive et in­ çais ou en anglais, entretiens à bâ­
aux Etats­Unis une première fois, garde, celui par exemple du cho­ et parfois des controverses natio­ classable, plurielle et insoumise tons rompus, hommages à Anto­
en 1962, ou qu’il part enseigner, régraphe Merce Cunnighmam ou nales (d’Alain Badiou à Slavoj Zi­ (plus que la théorie marxiste dont nin Artaud ou enquête sur la « fo­
entre 1965 et 1967, à l’Alliance du compositeur John Cage (avec zek, de Pierre Clastres à Guy De­ il est le contemporain, en déclin lie » psychiatrique américaine. 
française d’Erzurum, en Turquie. qui Lotringer joue chaque se­ bord, de Guillaume Dustan au Co­ déjà quand il lançait sa revue). françois cusset
Il s’inscrit en doctorat en 1964 à maine aux échecs dans un square mité Invisible, dont la traduction Une théorie infectieuse qui se ré­ (professeur à l’université
la VIe section de l’Ecole pratique de l’East Village), en détournant de L’Insurrection qui vient (La Fa­ pandrait dans le corps social, par paris­nanterre)

Jacques Pimpaneau
Sinologue

I
nstituteur de chinois », çais à Pékin et chinois en France. auprès de David Hawkes, traduc­ 12 SEPTEMBRE 1934 sous le pseudonyme de Simon dizaines d’ouvrages sur la cul­
comme il aimait se définir, Il commence ses études aux Lan­ teur du Rêve dans le pavillon Naissance à Paris Leys, Pierre Ryckmans dénonce la ture, la littérature et les arts scé­
Jacques Pimpaneau était gues O’ et gagne l’affection de rouge (Gallimard, 1981), le grand 1963-1999 Occupe la chaire stratégie de pouvoir maoïste der­ niques de Chine, des anthologies
d’une profonde humilité. Ce Georges Bataille. De cette amitié roman classique de la littérature de langue et littérature rière la Révolution culturelle, ob­ et romans, des traductions de
grand spécialiste de la civilisa­ avec l’auteur de L’Erotisme, il chinoise. En Angleterre, Jacques chinoises à l’Inalco jet de fascination pour une partie poèmes et proses classiques et de
tion chinoise, jamais fasciné par garde une forte influence intel­ Pimpaneau épouse Angharad, 1997 Publie « Chine. de l’intelligentsia française. biographies.
le régime maoïste, ami de Simon lectuelle qui transparaît dans ses jeune neurophysiologiste gal­ Mythes et dieux Ses livres paraissent dans la Bi­
Leys et de René Viénet, collec­ travaux : « Je dois beaucoup au loise, la mère de ses deux enfants, de la religion populaire » Musée Kwok On bliothèque asiatique de René Vié­
tionneur d’art, fier marionnet­ concept de “part maudite” de Ba­ Sara et Tristan. Puis, l’apprenti si­ 2004 « Anthologie de la litté- En 1968, Jacques Pimpaneau ren­ net, puis aux éditions Kwok On
tiste, conteur amoureux de la taille, cette idée que chaque civili­ nologue de 26 ans revient à Paris rature chinoise classique » contre, à Hongkong, Kwok On. (Promenade au jardin des poiriers.
Chine traditionnelle et passeur sation produit plus qu’elle ne con­ armé d’une certitude : « Les diffé­ 2 NOVEMBRE 2021 Mort Cet amateur d’art a accumulé L’opéra chinois classique, 1983) et
exceptionnel, est mort le 2 no­ somme pour survivre et se carac­ rences culturelles sont beaucoup à Paris une collection fabuleuse sur les chez Philippe Picquier pour une
vembre à Paris. térise par ce qu’elle fait de ce sur­ moins importantes que les diffé­ arts du spectacle en Chine qu’il quinzaine d’entre eux, dont
Né le 12 septembre 1934 à Paris, il plus d’énergie. » rences de classes sociales. » confie au Français. En 1972, ce­ Chine. Histoire de la littérature
a toute sa vie gardé des liens Il découvre un chef­d’œuvre gime maoïste par le général de lui­ci crée à Paris le Musée Kwok (1989) et Anthologie de la littéra­
étroits avec ses élèves. Les étu­ Littérature érotique chinoise érotique de l’époque des Qing, La Gaulle en 1964. On des arts et traditions populai­ ture chinoise classique (2004).
diants (dont l’auteur de ces lignes) En Chine, Jacques Pimpaneau est Chair comme tapis de prière, qu’il Il est alors au centre de rencon­ res d’Asie et ne cessera, au gré de Dans Chine. Mythes et dieux de
qui l’ont eu comme professeur à boursier à l’université de Pékin traduit anonymement avec son tres entre sinologues et théori­ ses voyages, d’enrichir le fonds la religion populaire (éd. Kwok
l’Institut national des langues et de 1958 à 1960. C’est l’époque du ami Pierre Klossowski (Pauvert, ciens situationnistes. De 1968 à initial. On, 1997 ; éd. Picquier, 1999), il ex­
civilisations orientales (Inalco) se Grand Bond en avant, tragédie 1962). En 1963, il obtient à l’Inalco 1971, détaché à la Chinese Univer­ Il ne trouvera jamais de lieu plore les grandes figures de la my­
souviennent d’un homme géné­ responsable d’une famine d’au la chaire de langue et littérature sity of Hongkong, il devient l’ami d’accueil pérenne en France : dé­ thologie chinoise. « Je crois que la
reux, bienveillant, disponible à moins 40 millions de morts. chinoises qu’il occupera jus­ de Pierre Ryckmans qu’il présente couragé, il fera cadeau de ses culture, c’est le partage des histoi­
toute heure pour transmettre son « J’ai eu une chance inouïe d’aller qu’en 1999. Ses élèves ne sont pas à René Viénet. Celui­ci édite sur­ 10 000 objets au Musée de res, c’est là le bien commun capa­
savoir et son érudition. si tôt en Chine, dans ce régime dupes et font circuler activement le­champ l’ouvrage du sinologue l’Orient de la Fondation Oriente, à ble de souder différentes classes
Admirateur d’Apollinaire dès communiste pur et dur. Si je ne sa traduction ; c’est ainsi que la belge, La Vie et l’œuvre de Su Rens­ Lisbonne. Aujourd’hui, Sylvie sociales », répétait Jacques Pim­
son adolescence, amoureux des l’avais pas déjà été, ça m’aurait de littérature érotique chinoise fera han, rebelle, peintre et fou, 1814­ Pimpaneau, sa troisième épouse, paneau. 
chats, de Lewis Carroll et des ar­ toute façon rendu anarchiste », ré­ davantage pour inciter les jeunes 1849 ? (Bibliothèque asiatique, conservatrice de la collection pierre­antoine donnet
tistes, il rêve dans les années 1950 sume­t­il. Français à apprendre le manda­ 1970), puis Les Habits neufs du pré­ Kwok On, continue de l’agrandir. (ancien journaliste à l’afp,
d’exposer de jeunes artistes fran­ Rentré en Occident, il étudie rin que la reconnaissance du ré­ sident Mao (Champ libre, 1971) où, Jacques Pimpaneau a publié des spécialiste de la chine)
CULTURE
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 | 27
 CHEF­D'ŒUVRE           À  NE  PAS  MANQUER           À  VOIR           POURQUOI  PAS           ON  PEUT  ÉVITER

Plongée poétique dans le dérèglement des sens
Le neuvième long­métrage d’Apichatpong Weerasethakul réunit l’expérimental et le film de genre

MEMORIA


O
n le sait, depuis les
premiers éblouisse­
ments que furent
Tropical Malady
(2004), Oncle Boonmee. Celui qui
se souvient de ses vies antérieures,
Palme d’or à Cannes en 2010, ou
encore Cemetery of Splendour
(2015) : le royaume – ou l’arche –
d’Apichatpong Weerasethakul est
suffisamment ample et généreux
pour accueillir tout un monde,
de morts et de vivants, d’humains
et d’animaux, de fantômes et de
forêts, sondant le présent et le
passé de nos peines et laissant
filer sur l’onde quelques souve­
nirs empreints de mystère.
Memoria, neuvième long­
métrage écrit et réalisé par le ci­
néaste et plasticien, âgé de 51 ans,
parachève le projet sensible du
Thaïlandais tout en l’ouvrant à un
nouveau territoire, la Colombie,
et à une collaboration avec des ac­
teurs internationaux (la Britanni­
que Tilda Swinton, la Française
Jeanne Balibar et le Mexicain
Daniel Giménez Cacho).
Loin de rétrécir l’univers senso­
riel et chamanique du réalisateur,
ce dépaysement lui procure une
certaine distance pour réinventer
son langage, dans un large spectre
réunissant le film de genre et l’ex­
périmental, l’installation sonore
et les effets spéciaux des super­
productions ayant nourri son Jessica Holland (Tilda Swinton) et Hernan (Juan Pablo Urrego). KICK THE MACHINE FILMS/NEW STORY
imaginaire enfantin (E.T., de Spiel­
berg, et son écho dans Memoria,
sous la forme d’une étrange na­ nation sourde et profonde. Peu à Villeurbanne (jusqu’au 28 novem­ dans le film, telle une lointaine d’une radio souterraine, jusqu’à
vette, pressée de quitter la Terre). peu dans la pénombre se dessine
Le dépaysement bre). Le film prolonge aussi les cousine, mélancolique, de ce banc public qui a dû abriter
Présenté à Cannes, en compéti­ la silhouette de Jessica, réveillée en Colombie questionnements de Cemetery of Jacques Tati. tant d’histoires. Le siège a disparu,
tion, ce film totem, hors­sol, cata­ en sursaut. D’où vient ce « bang » Splendour, avec ses soldats empor­ Comme dans la plupart des ne reste que l’ossature métallique,
pultant le spectateur en terre ciné­ qui l’a tirée du lit ? A­t­elle rêvé,
procure au tés dans une étrange inertie, allon­ œuvres du cinéaste, une césure ultime antenne ou émetteur de ce
matographique inconnue, a ob­ comme le suggère l’image d’une réalisateur une gés sur des lits d’hôpitaux, tandis coupe Memoria à mi­parcours, récit magnétique. 
tenu le Prix du jury, ex aequo avec rangée de voitures garées dans un qu’une conteuse médium tente de ouvrant un nouveau chapitre clarisse fabre
Le Genou d’Ahed, de Nadav Lapid. parking, lesquelles se mettent
certaine distance rétablir le contact entre les militai­ dans la campagne autour de Pijao,
subitement à klaxonner, comme pour réinventer res et leurs proches. De même, où se trouve le chantier de Film thaïlandais, colombien,
Détonation mues par une force invisible ? Jessica devient à sa manière une fouilles archéologiques. Le récit français et allemand
Artisan et magicien de la réincar­ Jessica, botaniste et spécialiste
son langage « femme­antenne » captant les prend alors des allures de science­ d’Apichatpong Weerasethakul.
nation au cinéma, Weerasethakul des orchidées, est de passage à récits d’un monde enfoui… fiction, cristallisant tous les élé­ Avec Tilda Swinton, Jeanne Balibar,
a bâti le scénario en transférant à Bogota dans la maison de sa ments, l’eau, les galets, les craque­ Daniel Giménez Cacho, Elkin Diaz,
l’héroïne principale, Jessica Hol­ sœur, pour régler une succession Mais Weerasethakul se garde Tilda Swinton burlesque ments de la terre, le grésillement Juan Pablo Urrego (2 h 15).
land, alias Tilda Swinton, le soin après le décès de son mari. De bien de nommer les maux de la Memoria scrute le dérèglement
de supporter un mal chronique nuits blanches en manque de société, nulle trace de « mondial des sens, cherchant le point de
dont il a lui­même souffert, sommeil, menant l’enquête sur ce malady » ici : le cinéaste marchand bascule, à l’image de Juan, l’ingé­
connu sous le nom de « syndrome choc sonore qui la plonge dans un de sable a l’art de ne prélever nieur, manipulant ses curseurs
de la tête qui explose » – Jessica état second, Jessica rencontre un qu’une infime poignée de réel afin de reconstituer le bruit qui
Holland est aussi un hommage au ingénieur du son, Hernan (Juan pour mieux le disperser, le mo­ perturbe Jessica. Celle­ci est aussi
personnage éponyme du film de Pablo Urrego), ainsi qu’une an­ ment venu, sous forme de pous­ pâle et fragile qu’une aigrette de
Jacques Tourneur, Vaudou (1943), thropologue prénommée Agnès sières dans le ciel étoilé de son pissenlit, exposée comme la fleur
dans lequel l’héroïne est atteinte (Jeanne Balibar), prélevant dans « cinéma élargi ». Memoria fait à l’effet de souffle (du vent, de la
d’un mal non identifié. Comme le chantier d’un tunnel des osse­ ainsi écho à son installation détonation). Marchant au ralenti,
un théâtre d’ombres, Memoria ments millénaires et autres crâ­ Periphery of the Night, qui explore comme si elle était sous l’eau,
s’ouvre dans l’obscurité silen­ nes percés d’un trou, propres à les frontières de l’endormisse­ selon les consignes du réalisateur
cieuse d’une chambre, que vient fantasmer le récit d’une mémoire ment et du réveil, encore visible à durant le tournage, Tilda Swinton
percuter soudainement une déto­ collective en perdition. l’Institut d’art contemporain de fait palpiter une veine burlesque

Un artiste-réalisateur fasciné par le sommeil et le rêve


cela fait déjà longtemps que le nom m’y rendre, dit­il, mais je ne la prenais pas porte quel moment dans sa tête. « J’ai moi­
d’Apichatpong Weerasethakul, auteur vraiment au sérieux. Le seul nom de même éprouvé un tel symptôme, effective­
thaïlandais de songes filmiques transcen­ Colombie suscitait en moi un flot d’images : ment répertorié, une sorte de trouble du
dantaux, n’était plus exclusivement associé l’Amazonie, le chamanisme… Une fois sur sommeil, précise le réalisateur. Mais je ne l’ai
aux salles qui l’ont fait connaître, à la suite place, j’ai été pris par l’envie de documenter pas vécu de façon traumatisante comme
de la Palme d’or décrochée à Cannes en 2010 ces lieux. J’ai commencé par beaucoup écrire, dans le film. Pour moi, c’était une expérience
pour Oncle Boonmee. Celui qui se souvient photographier, rencontrer des artistes. » La sensorielle intéressante, une sorte de ques­
de ses vies antérieures. Dernièrement, l’ar­ première partie du film, avant de se déloca­ tion que mon corps me posait. »
tiste de 51 ans, qui a toujours alterné les sup­ liser dans la montagne, se déroule à Bogota. A l’instar de ses précédents films, Memo­
ports, voguait plus volontiers de galerie en « L’architecture de la ville m’a beaucoup im­ ria tisse tout un réseau de liaisons synapti­
musée, s’exposant un peu partout de par le pressionné, concède l’artiste, diplômé d’ar­ ques entre la réalité et le rêve, comme en
monde (la performance Fever Room en 2016 chitecture. La façon notamment dont la lu­ état de demi­sommeil. « Je suis fasciné par
au Théâtre Nanterre­Amandiers ; l’exposi­ mière s’y promène, diffuse mais toujours le sommeil et le rêve, confirme­t­il. Je tiens
tion Periphery of the Night à l’Institut d’art changeante, comme les reflets de la mer. » un journal de mes rêves depuis longtemps.
contemporain de Villeurbanne). Et je prétends même souvent que je pourrais
Memoria marque un retour attendu au « Expérience sensorielle » me passer du cinéma, s’il venait à disparaî­ PIRANDELLO / EMMANUEL DEMARCY-MOTA
grand écran, six ans après Cemetery of Mais le geste fort de Memoria est sans doute tre, car les rêves me suffisent. C’est une sorte
Splendour (2015) et une rupture plus pro­ de réhabiliter la part sonore du cinéma, di­ de projection intérieure permanente. » SIX PERSONNAGES
fonde avec son pays. « En Thaïlande, il de­ mension sans contours qui transporte avec Une façon de conjurer la pandémie ?
vient de plus en plus difficile de faire des elle des pans entiers d’imaginaire. « Ma pre­ « Nous avons tourné le film juste avant. EN QUÊTE D’AUTEUR
films librement à cause de la dictature mili­ mière approche de la Colombie a d’abord Mais le mixage s’est poursuivi pendant la AVEC LA TROUPE DU THÉÂTRE DE LA VILLE
taire, confirme celui qui eut plusieurs fois consisté à marcher au hasard, m’asseoir à tel crise sanitaire. Je me rends compte avec le HUGUES QUESTER, ALAIN LIBOLT, VALÉRIE DASHWOOD, SARAH KARBASNIKOFF
à en découdre avec la censure locale. Je ré­ ou tel endroit, et écouter, raconte le cinéaste. recul que la tristesse de cette période imprè­ STÉPHANE KRÄHENBÜHL, CHLOÉ CHAZÉ, CÉLINE CARRÈRE, CHARLES-ROGER BOUR
SANDRA FAURE, PHILIPPE DEMARLE, GAËLLE GUILLOU, GÉRALD MAILLET
fléchissais beaucoup à travailler hors des Ecouter la circulation automobile, la langue gne le film, mais pas dans un sens négatif. PASCAL VUILLEMOT, JAURIS CASANOVA
frontières et Memoria a constitué en ce que je ne comprenais pas, les bruits de la na­ Le montrer à Cannes en 2021 était pour moi
sens un premier pas. » ture. Tous ces sons amalgamés composaient une sorte d’issue. Il s’agissait presque de 13 SEPT. - 2 DÉC. 2021
PHOTO : AGATHE POUPENEY

De fait, ce nouveau film a fait l’objet d’un une matière passionnante. Ils me donnaient réapprendre comment regarder un film
tournage en Colombie, sur un autre conti­ une idée du pays où j’étais, quelque chose ensemble. Apprendre à écouter, à ralentir, à
nent, aux antipodes des lieux et des visages d’abstrait. » Le personnage joué par Tilda se laisser aller. » On n’imagine pas, en effet,
qui peuplent habituellement son cinéma. Swinton souffre d’un étrange symptôme : meilleur mode d’emploi. 
« L’idée d’y tourner est venue avant même de un acouphène explosif qui retentit à n’im­ mathieu macheret
0123
28 | culture MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

« Le cinéma,
Marie Dumora et c’est aussi fait
pour qu’on
se retrouve »
sa merveilleuse MARIE DUMORA
cinéaste

famille yéniche lieux qui sont restés longtemps


sans mémoire. »
Autre secrète manifestation des
La réalisatrice poursuit la vibrante choses : alors qu’elle présentait Be­
linda, son film précédent, au festi­
saga dans l’est de la France d’une val de Rothau (Bas­Rhin) – « par la
gare duquel sont passés tous les dé­
lignée dans laquelle elle se reconnaît portés de retour d’Allemagne » –,
elle y rencontre un vieil Alsacien,
astronome amateur et gloire lo­
cale, qui se souvenait d’avoir vu
RENCONTRE qui n’appartiennent qu’à elle, un
foisonnement intérieur meut
des déportés construire un mur
aux abords du Struthof. Elle se

P
ourquoi, depuis vingt Marie Dumora dans sa rencontre promet de le revoir. Puis, lors
ans, Marie Dumora avec le réel, où elle trouve mille ra­ d’une autre projection du film, au
filme­t­elle dans l’Est, mifications, mille coïncidences Louxor, à Paris, elle croise un pro­
dans cette région de qui la racontent, elle et son œuvre, fesseur d’histoire qui projette un
Colmar qui est à ses documentai­ dans un même mouvement. voyage dans ce camp de concen­
res ce que le comté de Yoknapa­ tration avec ses élèves et lui pré­
tawpha est aux romans de Sensible aux signes sente un ancien déporté, qui fai­
Faulkner ? Pourquoi suit­elle cette Le geste inaugural a lieu en 2000 sait partie des hommes qui cons­
grande, brutale et merveilleuse fa­ avec Tu n’es pas un ange. Dans les truisaient ce mur… « Il se souve­
mille yéniche à laquelle la lie une bureaux de l’Action sanitaire et nait, lui aussi, d’une vieille
fidélité qui ne se laisse pas aisé­ sociale de Strasbourg, elle tourne Alsacienne qui s’est signée en les
ment concevoir ? Que va­t­elle un documentaire sur la consulta­ voyant, de jeunes Alsaciens qui leur
chercher, qui lui manque peut­ tion de leur dossier, légalisée disaient de tenir bon. »
être, ou en quoi secrètement elle en 1978, par des enfants abandon­ Aux portes du destin juif, Marie
se reconnaît, sur ce territoire et en nés. Quelque chose, dans ce film Dumora, sensible aux signes, se
compagnie de ces gens ? relativement classique, résonne souvient à son tour : « Je suis arri­
Alors que sort en salle Loin de déjà de ce que deviendra son vée à Strasbourg pour la première
vous j’ai grandi, nouveau film de œuvre : l’identité, le secret, la fois voici quinze ans, à 10 heures du
cette vibrante saga – sans équiva­ honte, mais aussi bien une in­ soir, et une des premières choses
lent dans le cinéma français –, on croyable force de vie qui se dé­ Marie Dumora, en février 2017, à Paris. MINA ANGELA IGHNATOVA que j’y ai vues est la Zehnerglock de
tente en sa compagnie une mo­ ploie dans la profondeur histori­ la cathédrale, dite “la cloche des
deste archéologie de sa création, que. Un directeur de foyer croisé juifs”, qui a longtemps chassé à
dont elle détient et distribue qua­ sur le tournage lui présentera livre ouvert. Elles deviendront – personne (2010), Belinda (2017) saga de vaincus rayonnants. 10 heures du soir les juifs de la ville. »
siment toutes les cartes. Et Dieu deux fillettes dont il a la charge, avec leur famille élargie – les prin­ constituent les maillons de cette Aperçu enfant dans Je voudrais En un mot, le prochain film
qu’elle fait ça bien, enlevant la Sabrina et Belinda, deux sauva­ cipales protagonistes du cinéma chaîne, de laquelle la cinéaste aimer personne, Nicolas, le fils de s’écrit, tournera autour de ces
chose avec cette pétulante mélan­ geonnes vives comme l’éclair, de Marie Dumora, de l’enfance à peut occasionnellement s’éloi­ Sabrina, personnage principal de sombres parages et de ces bribes
colie qui touche tant dans ses deux Gavroche des foyers qui l’âge adulte. gner – pour aller, par exemple, fil­ Loin de vous j’ai grandi, est un de mémoire qui s’entrechoquent :
films ! Explosant en un jeu de mi­ mettent leur cœur sur la table Avec ou sans toi (2002), Emme­ mer les Gitans de La Place (2011), garçon de 13 ans qui a vécu à son « Depuis toujours, je retrouve ça
miques et de gestes ésotériques pour qu’on y lise comme dans un nez­moi (2004), Je voudrais aimer où elle a suivi en vérité un petit tour dans les foyers. Recueilli à dans mes films. Il faut en faire
ami de Belinda – mais pour mieux proximité, il n’ignore rien, pour­ quelque chose même si, en re­
se retrouver. Comme elle le dit el­ tant, de l’histoire de ses grands­pa­ montant la rivière, on entre dans
le­même : « Le cinéma, c’est aussi rents yéniches, qui se sont connus la gueule du dragon. » Faire
fait pour qu’on se retrouve. » La for­ dans le camp nazi de Schirmeck confiance au flux. Se laisser
mule est à considérer dans sa avant de fonder leur incroyable fa­ porter. Saisir ce qui se présente.
double détente. Retrouver les mille. Cet extraordinaire garçon Pour cela même, elle tourne vite,
autres, qui forment à la longue fa­ sait ainsi qu’il doit sa vie à cet en­ sans attendre l’aval de quiconque,
mille, et en même temps se retrou­ droit de mort, mais plus encore à ne change jamais de focale pour
ver soi, fût­ce dans cette absence à la rencontre amoureuse qui l’a être à distance humaine des per­
soi­même qu’elle partage secrète­ transcendé. Et c’est en retrouvant sonnages, bannit tout commen­
ment avec ses personnages. Per­ Nicolas dans un foyer – « le cœur taire. « Donner des informations,
sonnages à la Capra, trames de mé­ serré » – que Marie Dumora s’est c’est fermer des écoutilles », dit­
HORS-SÉRIE lodrame, trous de l’histoire, béan­ justement avisée du fait que elle. Et c’est bien l’entier mystère
ces intimes et faim de la vie, voici celui­ci était situé à mi­chemin de de la vie, permanence de la
de quoi se nourrit le cinéma de Schirmeck et du Struthof : « C’est cruauté et du miracle, qui palpite
Marie Dumora, qui ravaude dans une vallée très belle, mais la barba­ dans son cinéma. 
les ellipses du temps et du destin la rie du monde y a régné. Ce sont des jacques mandelbaum

Comment faire avec le passé des siens


qui lui confère une ampleur proprement biogra­
LOIN DE VOUS J’AI GRANDI phique. Les films précédents ne constituent pas
 seulement des étapes, mais une mémoire active
à quiconque voudrait en savoir plus sur la fa­ qui innerve les suivants en profondeur. Ainsi
mille, ses ressources, ses atavismes, sa tectoni­ Loin de vous j’ai grandi ne s’en tient­il pas au
que interne, on conseillera deux sagas : la pre­ simple portrait d’adolescent, motif rebattu qui a
mière est la trilogie du Parrain (1972­1990), réali­ trop tendance à s’identifier avec son sujet. Il se
sée par Francis Ford Coppola, qui rejouait les nourrit des archives emmagasinées par la docu­
Atrides entre la Sicile et les Etats­Unis ; la se­ mentariste, faisant refluer le passé enregistré
conde, plus secrète, est la série de documentai­ des protagonistes, qui apparaissent à différents
res que tourne Marie Dumora depuis vingt ans âges et sous différentes facettes. De ce passé qui
(Avec ou sans toi, 2002) autour d’une même fra­ ne cesse de faire retour, la scène primitive est ici
trie yéniche de l’est de la France. Loin de vous j’ai celle du baptême de Nicolas, dont les images pro­
grandi est le dernier volet de ce cycle au long viennent de Je voudrais aimer personne (2010). A

OÙVA
cours qui, à force d’épouser l’arborescence d’une chaque fois, une distance est interrogée entre les
même lignée, finit par prendre des formes ro­ promesses d’hier et le donné du présent.
manesques. On connaissait les sœurs Sabrina et L’art de Marie Dumora est précisément celui

LA TURQUIE ?
Belinda, qui ont grandi en foyer ; c’est désormais des distances, et donc, par extension, de la proxi­
au tour de Nicolas, le fils de la première, qu’on a mité. Proximité avec Nicolas, qui n’est pas seule­
aperçu tout petit dans les épisodes précédents, ment filmé comme tel, mais un peu au­delà,
et dont le dernier poursuit le fil de l’adolescence. comme un héros qu’on dirait parfois issu d’un
Nicolas a 13 ans et c’est un grand gaillard effilé à roman de R. L. Stevenson ou cousin éloigné du
la mine songeuse. Il vit en foyer à Schirmeck John Mohune des Contrebandiers de Moonfleet
(Bas­Rhin), dans la vallée de la Bruche, et re­ (Fritz Lang, 1955). Distances qui se creusent avec
tourne le week­end auprès de sa mère, réinstal­ le fait de grandir, soulignant la grande question
lée avec un ferrailleur, et de sa demi­sœur, dans du film : le devenir. Grandir, est­ce reproduire un
une maison où retentissent gaiement les airs de destin familial ou s’en arracher ? Est­ce ressem­
Schlager. Il leur rapporte des bonnes notes, c’est bler ou se différencier ? Comment prendre la
un garçon sérieux, un bon élève, un bon fils qui tangente quand aux modèles aînés s’attache un
Imprévisible, complexe et déroutante, la Turquie fascine autant qu’elle inquiète. Il y
ne fait « pas trop de conneries ». Pris dans ces al­ si puissant désir d’identification ? L’enjeu con­
aura bientôt cent ans, le 29 octobre 1923, elle devenait, une république laïque grâce au
lers­retours, quelque chose en lui tente de résor­ cerne évidemment le milieu précaire auquel ap­
pragmatisme de Mustafa Kemal Atatürk. Aujourd’hui, elle est gouvernée d’une main de fer
ber la distance entre ces « foyers » irréconcilia­ partient la famille, à la lisière d’une délinquance
par Recep Tayyip Erdogan, un islamo-conservateur, qui décide de tout à l’aune de la religion.
bles. La semaine, à ses heures libres, il lit l’Odys­ que le montage laisse délibérément hors champ.
A un an d’échéances électorales qui risquent de remettre en question ce pouvoir autoritaire,
sée et L’Appel de la forêt, puis part construire des Enjeu qui embrasse une dimension historique à
Le Monde se demande où va ce pays en pleine crise économique mais qui pratique, en cabanes avec Saef, émigré tunisien ayant tra­ mesure que le film remonte vers les origines de
dehors de ses frontières, un expansionnisme à tous crins… versé la Méditerranée et laissé sa famille. Puis un la tribu, dont les aïeux se sont rencontrés dans
relâchement, des fugues, des crises se signalent un camp de concentration. Le mauvais œil du
OÙ VA LA TURQUIE ? dans son comportement, qui font craindre à ses
parents, déjà passés par la case prison, qu’il ne
XXe siècle reste braqué sur les Yéniches, à la ré­
probation duquel il n’est pas facile d’échapper. 
Un hors-série du « Monde »
prenne le même chemin qu’eux. mathieu macheret
100 pages - 8,90 € Attentif, sensible, amoureux de ses protago­
Chez votre marchand de journaux et sur lemonde.fr/boutique nistes, le cinéma de Marie Dumora se double Documentaire français de Marie Dumora
d’un privilège : être ancré dans le temps long, ce (1 h 42).
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 culture | 29

Une France qui n’a plus de jus


     À VO I R
L E S   A U T R E S   F I L M S   D E   L A   S E M A I N E

Elles dansent
Documentaire français d’Alexandre Messina (1 h 15).
A Gustave­Roussy, centre de lutte contre le cancer de Villejuif
(Val­de­Marne), une fée Clochette virevolte dans les couloirs.
Aude danse pour apaiser les malades. Le réalisateur la suit à pas Jean­Christophe Meurisse signe un deuxième film au vitriol
feutrés, se concentrant sur sa démarche. Comment transformer
un lieu de mort en lieu de vie sans être indécent ?  m. dl

Les Magnétiques
Film français de Vincent Maël Cardona (1 h 38). ORANGES SANGUINES
Les Magnétiques reconstitue une époque bénie, le début des 

P
années 1980 et son ébullition culturelle mâtinée de désenchan­ ulpe et frictions. Le ci­
tement post­68 : Mitterrand arrive au pouvoir, tandis qu’émerge néaste et metteur en
une contre­culture faite de nouveaux courants musicaux, de scène Jean­Christophe
fanzines et de radios libres. Si, dans sa première partie, le film Meurisse, fondateur du
contourne les écueils de la reconstitution historique, il finit collectif Les Chiens de Navarre,
par se faire happer par l’académisme du scénario.  m. jo. aime s’inspirer de l’actualité pour
ses films. Le bouillonnement de la
    P O UR Q U O I PA S marmite française ne laisse­t­il
Affamés pas augurer d’un pot­au­feu bien
Film américain de Scott Cooper (1 h 39). épicé ? Mais l’idée d’Oranges san­
Dans une ville désindustrialisée de l’Oregon, Julia (Keri Russell), guines, son second long­métrage
institutrice, découvre qu’un de ses élèves, Lucas (Jeremy T. Tho­ après Apnée (2016), est née de la
mas), présente des signes de maltraitance. Orphelin de mère, le lecture d’un fait divers américain :
garçon veille sur son père et son frère, enfermés dans le grenier après avoir été violée, une adoles­
de sa maison. Après Hostiles (2018), Scott Cooper puise dans le cente a coupé les parties génitales
folklore amérindien la figure maléfique du Wendigo. L’atmos­ de son agresseur et lui a fait man­
phère postindustrielle et son désarroi sont bien dépeints, mais ger ses testicules, après les avoir
le film est miné par une pesanteur psychologique.  ma. mt passés au micro­ondes. Un jury
populaire l’a acquittée, raconte le
Amants réalisateur.
Film français de Nicole Garcia (1 h 42). C’est l’une des trois histoires du
Lisa et Simon s’aiment : elle travaille dans l’hôtellerie, lui deale film, un massacre à la tronçon­
de la drogue dans les beaux quartiers. Leur vie est bouleversée neuse sur fond de musique disco,
le jour où un de leurs clients fait une overdose. Simon disparaît du Tarantino pur jus, et la scène
en laissant Lisa derrière lui. Au bord de l’océan Indien, des an­ doit sa réussite au talent de la co­
nées après, ils se retrouveront par hasard, toujours amoureux. médienne (Lilith Grasmug) qui in­
Mais Lisa est mariée à Léo, homme d’affaires. Nicole Garcia en­ carne Louise. Son agresseur (Fred
serre un classique triangle amoureux à l’intérieur d’une forme Blin), qui vit reclus dans une mai­
de film noir sophistiqué. En croyant faire le portrait implacable son en banlieue parisienne, est
d’une élite économique mondialisée, Amants fait sienne son présenté comme un pervers doté
esthétique lustrée et hors­sol.  m. jo. d’une conscience de classe antica­
pitaliste. Aussi, lorsqu’il voit dé­
Brother barquer chez lui, un soir, le minis­ Denis Podalydès, Alexandre Steiger et Christophe Paou (de gauche à droite). THE JOKERS
Documentaire français d’Arnaud Fournier Montgieux (1 h 18). tre de l’économie en personne
François, jeune centralien et ingénieur ferroviaire, a une (Christophe Paou), dont la voiture
passion : « les pauvres », comme il dit. Il en a fait son métier vient de tomber en panne, il dé­ (mais décisive) apparition : faut­il membres du jury s’engueulent et tateurs, mais ne devrait pas frois­
en intégrant un monastère franciscain à Newark, dans le New cide de régler son compte au re­ surnoter la danseuse qui traîne la racontent un pays essoré. ser le mouvement #metoo. 
Jersey. Entre séances de chant à la guitare, prières et soupes présentant de la gauche caviar, et jambe, pour l’encourager ? Mais La question féministe reste le clarisse fabre
populaires, le film décrit en images d’Epinal le quotidien d’un c’est la deuxième histoire. s’agit­il vraiment d’un handicap, seul horizon optimiste du film,
homme de Dieu et livre des messages d’amour et de compas­ la dame n’en jouerait­elle pas ? Ou lequel se range du côté de Film français de Jean­Christophe
sion qui ont du mal à s’incarner. Brother parvient néanmoins Virtuosité du scénario bien doit­on favoriser le couple de l’émancipation. Oranges sangui­ Meurisse. Avec Alexandre Steiger,
à dresser en creux un portrait du ghetto de Newark.  m. dl La troisième suit Laurence (Lorella seniors ? Autour de la table, les nes divisera sans doute les spec­ Lilith Grasmug, Fred Blin (1 h 42).
Cravotta) et Olivier (Olivier Sala­
Haut et fort din), un couple de retraités pro­
Film marocain de Nabil Ayouch (1 h 41). vinciaux, endettés. Passionnés de
Auteur de Much Loved (2015), film­choc sur des travailleuses rock, ils misent sur un concours
du sexe au Maroc, Nabil Ayouch s’attache ici à raconter la de danse pour gagner de l’argent
jeunesse marocaine, à travers le rap et les performances vocales, et rassurer les banquiers. Ils ne ju­
dans un long­métrage mêlant fiction et documentaire qui gent pas utile de parler de leurs
pose des questions a priori passionnantes, sur le langage soucis à leurs enfants. L’un d’eux,
et l’émancipation politique, insuffisamment creusées.  cl. f. Alexandre (Alexandre Steiger), est
un jeune avocat parisien, distant
    O N P E U T É V I TE R et arrogant.
On est fait pour s’entendre Alexandre est le personnage re­
Film français de Pascal Elbé (1 h 33). liant les trois récits. Il devient
Si Antoine (Pascal Elbé) paraît toujours lointain, c’est qu’il souf­ l’avocat de Louise, et travaille aux
fre, sans le dire à personne, d’une déficience auditive. Du coup, côtés d’un ténor du barreau (De­
il énerve tout le monde, surtout sa voisine, Claire (Sandrine nis Podalydès) en vue d’éteindre
Kiberlain). Mais ces deux­là finiront par s’entendre, puis s’aimer, un scandale fiscal visant le minis­
malgré les malentendus qu’engendre le handicap d’Antoine. tre de l’économie – une allusion à
Lequel aurait mérité un traitement plus rigoureux.  v. cau. l’affaire Jérôme Cahuzac, du nom
de l’ancien ministre du budget de
À L’A F F I C HE É GA LE M E N T François Hollande, contraint de
Les Bodin’s en Thaïlande démissionner en 2013 pour des
Film français de Frédéric Forestier (1 h 38). faits de fraude fiscale.
Les Dolomites d’Ilio Meurisse signe un portrait de la
Documentaire italien de Michele Coppari et Francesca Zannoni France saignant à souhait, sou­
(45 min). vent outrancier. Oranges sangui­
Hacking Justice – Julian Assange nes scrute les faux pas de la gau­
Documentaire allemand de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo che, le brouillage des repères. Le
(1 h 30). tableau peut sembler expéditif ou
Le Noël de Petit Lièvre brun caricatural : ainsi, le personnage
Programme d’animation australien, canadien, français et suisse d’Alexandre en fait trop, dans le
(43 min). machisme ou le mépris de classe,
Permaculture en France. « Un art de vivre le ministre est un hypocrite jus­
pour demain » qu’à la moelle, etc. Mais il faut re­
Documentaire français d’Olivier Goujon (1 h 13). connaître une certaine virtuosité
Le Quatuor à cornes. Là-haut sur la montagne au scénario et au jeu des comé­
Programme d’animation belge et français (42 min). diens : les trois histoires s’imbri­
quent et se répondent avec flui­
dité, les dialogues sont soigneu­ un film de
sement écrits ou improvisés.
Oranges sanguines se montre ELIE GRAPPE
plus incisif sur le malaise de la so­
LES MEILLEURES ENTRÉES EN FRANCE ciété, tiraillée sur les questions de
Evolution diversité : comme un retour de bâ­
Nombre par rapport Total
ton, se développent des attitudes
de semaines Nombre Nombre à la semaine depuis
d’exploitation d’entrées (*) d’écrans précédente la sortie réactionnaires. En témoigne la
scène épique qui ouvre le film, sur
Aline 1 506 868 692 506 868 les critères de sélection au con­
cours de rock, dans laquelle Vin­
Les Eternels 2 435 556 580 ↓ – 39 % 1 211 023
cent Dedienne fait une courte
Mourir peut attendre 6 173 195 570 ↓ – 29 % 3 787 119
Venom :
4 121 778 561 ↓ – 41 % 1 511 184
Let There Be Carnage Les trois histoires
©CARACTÈRES - CREDITS NON CONTRACTUELS

Cry Macho 1 102 874 460 102 874 s’imbriquent et


Eiffel 5 101 902 643 ↓ – 34 % 1 365 194 se répondent
Illusions perdues 4 92 789 622 ↓ – 16 % 670 491
avec fluidité, les
Le Loup et le Lion 5 90 554 644 ↓ – 59 % 1 062 074
dialogues sont
Haute couture 1 77 312 315 77 312
soigneusement
Ron débloque 4 62 000 632 ↓ – 62 % 593 090
écrits ou
AP : Avant­première * Estimation
Source : « Ecran total » Période du 10 au 14 novembre inclus improvisés
0123
30 | culture MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

Un trip halluciné entre Serge Avédikian filme


la mémoire qui s’efface
La Réunion et la métropole L’acteur et réalisateur d’origine arménienne
revient dans le village de ses grands­parents
Emmanuel Parraud emprunte la voie du fantastique pour métaphoriser
de manière bouillonnante les hantises pesant sur les minorités RETOURNER À SÖLÖZ redoutable de l’obsession scrupu­
leuse du réalisateur à capter les
 traces du passé ottoman et du


MAUDIT ! une haute cascade. Le premier voit
cette amitié lui glisser entre les
doigts depuis que le second en
Le film fait
le pari d’un
la grammaire ordinaire est bous­
culée, prise d’assaut ou de vitesse.
Cadres turbulents, changements
U n chemin qu’on fait en
sens inverse, un objet
qu’on restitue, une tâche
à laquelle on revient : « retourner »
double exil qui a ébranlé le village.
Si sa quête dépasse l’histoire per­
sonnelle et ne s’égare pas dans les
limbes d’une nostalgie inconti­

A véritable cinéma
près Sac la mort (2016, pince pour Dorothée (Marie Lan­ d’axe intempestifs, montage à la dit beaucoup de choses, et c’est nente, elle se brise sur le même
sorti en 2017), Maudit ! froy), une chanteuse venue de la serpe, démultiplication des points aussi un mot de cinéma dès lors constat : l’effacement de la mé­
est le deuxième film métropole. La voilà repartie aussi réunionnais, de vue, créent un registre instable, que le tournage d’un plan néces­ moire arménienne dans les ruines
qu’Emmanuel Parraud
tourne à La Réunion. La démarche
sec pour une tournée en Europe, et
Marcellin, au fond du gouffre, ne
modelé à partir propice à tous les vertiges. Joué en
créole, le film pratique une sorte
site plusieurs prises. Avec Retour­
ner à Sölöz, l’acteur et réalisateur
et la décrépitude des villas qui
auraient pu en préserver une par­
pourrait sembler anecdotique, elle pense plus qu’à l’y rejoindre. Alix des imaginaires de créolisation de la fiction, qu’on d’origine arménienne Serge Avé­ tie. Malgré la bonne volonté des
ne l’est pas dans le cadre d’un ci­
néma français qui demeure struc­
sent son ami lui échapper et, avec
lui, autre chose, qui semble avoir
locaux ne parvient plus à distinguer du
reportage embarqué ou du trip
dikian (connu en France pour ses
collaborations avec son compa­
habitants – l’un a imaginé ouvrir
un musée des anciennes pierres
turellement centralisé, comme la trait à leur condition autochtone. halluciné, de la bande amateur ou triote Robert Guédiguian, entre au­ tombales, un autre a tenté de faire
plupart des institutions. Le peu de A la suite d’une dispute avinée, il Une hésitation naît quant à la na­ de la pure vision. tres) joue sur la polysémie du mot. entrer le site à l’Unesco –, la voix
représentations nous venant des bascule dans un territoire d’an­ ture de ces perturbations : sont­el­ Sa forme en ébullition, brouil­ Pour la quatrième fois depuis off qui accompagne les images en
outre­mer en dit assez long sur le goisse, où les accents du cauche­ les le fruit d’un maléfice extérieur lonne, se montre fertile, rendue 1987, il retourne dans le village où noir et blanc de ce dernier voyage
peu d’adhérence qu’il existe entre mar se superposent à la réalité. ou d’un délire psychotique ? Ce qui poreuse à la subjectivité malade de ont vécu ses grands­parents, à ne peut que constater la négation
l’imaginaire collectif français et se joue en Alix est bel et bien d’un son personnage. Difficile de pous­ 170 kilomètres au sud d’Istanbul, du génocide par les politiques.
son territoire effectif. Dans ces Refoulé colonial ordre hallucinatoire : un retour du ser plus loin l’identification avec jusqu’à ce que le drame du géno­ En petit­fils d’exilés mais aussi
conditions, l’intérêt du travail de En sondant le désarroi et le ma­ refoulé colonial qui rejaillit autour un cerveau en déroute, une pul­ cide de 1915 éradique la présence en cinéaste, en enquêteur et en
Parraud n’est pas tant de se déloca­ laise intérieur d’Alix, Emmanuel de lui. Dans les drapeaux français sion meurtrière qui suinte de par­ arménienne de Turquie. En un ami, Serge Avédikian est venu
liser sur l’île, ni de s’en servir Parraud emprunte la voie du fan­ aux airs conquérants plantés ici tout. Maudit ! se place sur un regis­ peu plus de trois décennies, Serge prendre des nouvelles, jouant la
comme toile de fond, mais de faire tastique, qui, de genre minoritaire, ou là, le ton paternaliste de poli­ tre de transe, de fièvre, d’envoûte­ Avédikian a lié contact avec les ha­ carte des retrouvailles avec les
le pari d’un véritable cinéma réu­ est devenu, ces dernières années, ciers peu amènes venus inspecter ment. C’est un film possédé, dont bitants, descendants de Slaves locaux. Elles ne sont pas très bon­
nionnais, modelé à partir des ima­ notamment à Hollywood sous les alentours de sa buvette. Mais chaque image entremêle jusqu’au musulmans venus des Balkans nes : parmi les plus âgés, certains
ginaires et idiosyncrasies locaux. l’impulsion de personnalités aussi dans les étapes de son laby­ vertige les niveaux de réalité. Pos­ dans le cadre des déplacements de ont disparu et les trentenaires ont
L’univers mental des personna­ comme Jordan Peele, un genre rinthe intérieur, le menant tantôt sédé par cet irrationnel auquel le population du début du XXe siècle. quitté les lieux. Des entretiens, on
ges était crucial dans Sac la mort, idoine pour métaphoriser les han­ à traverser un Musée de l’escla­ cinéma métropolitain ne veut retiendra le désarroi d’une jeu­
dont le protagoniste était persua­ tises pesant sur les minorités. La vage, tantôt à faire la statue hu­ plus croire. Par ces présences Retrouvailles avec les locaux nesse qui s’enferme dans un natio­
dé d’être victime d’un mauvais quête d’Alix courant après un maine sur un mémorial qu’inves­ muettes qui jonchent le parcours Convoquant les images de ses trois nalisme prôné par ses gouver­
sort. Maudit ! rebat les cartes, mais Marcellin insaisissable, de plus en tit un groupe de touristes énervés. d’Alix comme autant d’esprits. premiers voyages – rassemblées nants. L’amertume a son remède :
procède d’un même désir de déli­ plus semblable à un spectre, s’ap­ Partout l’oppression latente, les Filmer un lieu, ce n’est peut­être dans Nous avons bu la même eau l’impératif tout simple d’un réali­
vrer la fiction de toute rationalité parente à une dérive incohérente, inégalités larvées, le rapport miné rien d’autre que cela : laisser ses (2008) –, le film se visite comme sateur venu humer la terre oubliée
extérieure, pour s’en remettre à où l’espace et le temps brouillent à la métropole refont surface. fantômes venir jusqu’à soi.  une ritournelle dont on peut re­ de ses ancêtres, pour garder
une psyché troublée. Alix (Farouk leurs coordonnées. Des lueurs Quiconque attendrait une œu­ mathieu macheret procher qu’elle ne soit qu’une contact avec ceux qui restent. 
Saidi) et son ami Marcellin (Aldo rougeoyantes, des présences vre disciplinée, bien soignée, ris­ version augmentée du dernier maroussia dubreuil
Dolphin) gèrent en tant qu’asso­ étranges, jusqu’aux brumes fanto­ que d’être déçu. Ses conditions Film français d’Emmanuel opus. Pourtant, ce geste cinémato­
ciés une buvette à proximité d’un matiques émanées des volcans, se précaires servent une forme hir­ Parraud. Avec Farouk Saidi, Aldo graphique qui consiste à « retour­ Documentaire français de
majestueux site naturel abritant liguent pour faire ployer la réalité. sute, bouillonnante, vacillante, où Dolphin, Marie Lanfroy (1 h 17). ner » témoigne avec une efficacité et avec Serge Avédikian (1 h 05).

La passion et les tourments


d’une gymnaste ukrainienne
Charles Baudelaire, Autoportrait, vers 1860. Plume et crayon rouge. Paris, Bibliothèque de l’Institut, Collection Spoelberch de Lovenjoul, © RMN - Grand Palais (Institut de France) / Gérard Blot I BnF, délégation à la Communication. Paris, 

Elie Grappe met en scène le roman d’apprentissage d’une athlète


de 15 ans sur fond de manifestations pro­européennes à Kiev

intègre l’équipe féminine suisse. portés aux manifestants aux flips


OLGA Mais comment viser la médaille arrière de l’athlète, le cinéaste
 helvétique aux championnats cultive l’âpreté dramatique avec

L a gymnastique artistique
nous avait habitués aux
images télévisées des cham­
pionnats, faites de lignes d’exerci­
ces, plus ou moins parfaites. Or,
d’Europe quand, par­delà 2 000 ki­
lomètres, son pays est en sang ?
Le film s’attelle à deux tâches :
montrer la montée en puissance
des émeutes et le travail de préci­
l’émerveillement plastique.
La partition de Pierre Desprats,
conçue en rapport étroit avec la
mobilité des tendons et des mus­
cles, enfièvre la pratique sportive :
c’est en cinéaste du sensible que le sion de la gymnaste empreint de alors qu’Olga a perdu la nationalité
réalisateur de 27 ans Elie Grappe culpabilité. Elie Grappe tresse l’un ukrainienne pour la poreuse Suis­
filme les performances d’une ath­ à l’autre deux régimes d’images : se, où l’on parle plusieurs langues,
lète de 15 ans, dans son premier la fiction prend en charge les scè­ sa gymnastique se fait politique.
long­métrage, Olga, vainqueur du­ nes d’entraînement quand l’ar­ Dans son sillage, le film se dé­
prix SACD à Cannes (Semaine de la chive fait défiler des vidéos fil­ tourne du quotidien du club dont
critique) en juillet. En plongeant mées par les manifestants sur un nous retiendrons les sprays à eau
dans ses articulations et en s’ap­ écran de téléphone. Si ce va­et­ vaporisés sur les barres asymétri­
prochant au plus près de son vi­ vient se révèle systématique, un ques pour imbiber la compétition
sage, il révèle derrière la prouesse montage aussi ciselé que les en­ d’une dimension métaphysique.
sportive et le justaucorps à paillet­ chaînements de figures de la gym­ Avec un goût pour la nuit, Elie
tes la passion et les tourments qui naste soutient le paradoxe qui in­ Grappe transforme les descentes
animent Olga. nerve son roman d’apprentissage. en lune et les demi­vrilles d’Olga
Fille d’une journaliste ukrainien­ en ombres portées du combat
ne dont la tête est mise à prix pour Apreté dramatique mené, éloignée du front slave. Si le
avoir dénoncé la corruption au A plusieurs reprises, nous som­ film peine à sortir de l’exercice de
pouvoir, Olga (incarnée par la mes stupéfiés par les zones de style, il y a une intelligence et une
gymnaste Anastasia Budiashkina) frottement entre la révolution virtuosité formelle à l’œuvre
quitte son pays, fin 2013, par me­ ukrainienne, gangrenée par les qu’on retrouve, toute lumière
sure de sécurité. Alors que les ultranationalistes et l’antisémitis­ éteinte, dans le visage constellé de
manifestations pro­européennes me, et l’endurcissement d’apparat craie de son héroïne. 
(Euromaïdan) éclatent à Kiev, d’Olga. De la chute d’une statue de m. dl
après la décision du gouverne­ Lénine déboulonnée au corps en

La modernité mélancolique
ment de ne pas signer un accord suspension de l’adolescente à la Film français, suisse
d’association avec l’Union euro­ barre, des fumigènes de la place et ukrainien d’Elie Grappe. Avec
péenne, au profit d’un rapproche­ Maïdan, à Kiev, aux sapins ennei­ Anastasia Budiashkina, Sabrina
ment avec la Russie, la jeune fille gés des Alpes suisses, des coups Rubtsova, Jérôme Martin (1 h 27).

Exposition
 novembre 
-  février  C I NÉ M A du cinéma hexagonal. Une double d’une part immergée,
Jacques Rozier à la œuvre inclassable, et parci­ plus hybride, plus prolifique.
Cinémathèque française monieuse : 5 longs­métrages On pourra ainsi voir des ban­
Jusqu’au 28 novembre, en près de quarante ans, et des rarissimes comme Un
la Cinémathèque française, le triple de courts. Beaucoup dîner au Ritz (1972) ou encore
François-Mitterrand
Paris 13e I bnf.fr
à Paris, consacre une rétro­ sont devenus cultes, comme le sidérant Ni figue, ni raisin
#expoBaudelaireBnF spective à Jacques Rozier, Du côté d’Orouët (1973) ou n° 8 (de Corinthe) (1965),
95 ans, précurseur de la Nou­ Maine Océan (1986). Rozier a détournement de haute vo­
velle Vague, doyen de la veine aussi beaucoup travaillé pour lée d’une dramatique jouée
la plus libre et aventureuse la télévision, et son œuvre se et retransmise en direct.
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 télévision | 31
Hanna Schygulla, toutes les vies d’une immense actrice NOTRE
SÉLECTION
Un documentaire, naviguant entre Paris et Berlin, raconte une comédienne hors du commun, révélée par Fassbinder MER C RE DI 17 NOVE MBRE

TF1
ARTE être en mouvement, tout le temps, New Amsterdam
MERCREDI 17 - 22 H 30 jusqu’à mon dernier souffle », as­ 21.05 Le grand retour de la série
DOCUMENTAIRE sure­t­elle, entre deux tournages. hospitalière de Peter Horton,
Car Hanna Schygulla n’arrête mettant en scène le plus vieil hôpital

S
on sourire lumineux, son pas. Actrice sur des courts et des public de New York, dont
teint diaphane et ses yeux longs­métrages, prêtant sa voix à Max Goodwin (Ryan Eggold) a pris
clairs frappent toujours un film d’animation (La Traversée, la direction médicale. La saison 3
autant au cœur. Avec de Florence Miailhe, en 2021), acti­ se déroule dans la foulée de la
le temps, la silhouette s’est épais­ vités avec des familles berlinoises pandémie, qui a laissé des traces.
sie, mais Hanna Schygulla conti­ s’occupant de jeunes réfugiés, pra­
nue d’impressionner par sa tique du chant, découverte de mu­ France 4
beauté, son talent et son humour siques lointaines, la vie est trop Christophe Maé, la vie d’artiste
teinté de mélancolie. courte pour ne pas en jouir. 21.05 En novembre 2019,
Entre sa maison parisienne, Sur tous les plateaux, son pro­ le chanteur était de retour sur scène,
où elle habite la plupart du temps, fessionnalisme et son humour au Cirque d’hiver, où il interprétait
et son appartement berlinois, font de l’effet. Les jeunes réalisa­ son nouveau disque, La Vie d’artiste,
entre enregistrements de voix teurs sont bluffés et sous le sorti en octobre 2019.
et tournages, la vie continue de charme, les autres aussi : « Je rê­
plus belle, même, surtout, à 77 ans. vais de tourner avec Hanna », L’Equipe TV
Filmée par André Schäfer, qui si­ avoue François Ozon, qui lui a of­ Football
gne un magnifique portrait de fert un rôle fort et ambigu dans 21.10 Deux matchs-clés, dans
l’actrice, Hanna Schygulla raconte Tout s’est bien passé (2021), tiré du les éliminatoires pour la Coupe
sa vie. Et on se laisse emporter. roman d’Emmanuèle Bernheim. du monde 2022. Le onze néerlandais
Elle se rappelle son enfance de « Fuir, ce n’est pas juste échapper entend rattraper son faux pas à l’aller
réfugiée : « Mon premier chez­moi, Hanna Schygulla, auprès d’une jeune réfugiée, à Berlin, en 2021. SWR/FLORIANFILM à quelque chose. C’est aussi se sau­ (1-1) face à la Norvège. Les Belges,
c’était un train ! Je faisais partie des ver soi­même ! », affirme­t­elle, en qui ont déjà leur billet, tenteront
réfugiés qui avaient quitté la Silésie évoquant ses parents, sur qui elle de rééditer leur belle victoire (3-1)
pour la Bavière. Le train est resté blanc du réalisateur allemand, qui aussi, bien avant ces deux rôles aux Etats­Unis, en Amérique la­ a veillé jusqu’au bout. La réfugiée sur les Gallois, au match aller.
bloqué près de Munich. Nous avons trône dans sa maison parisienne, emblématiques, comme dans tine. Elle parle avec une immense moquée à l’école par les petits Ba­
vécu dans un wagon durant les pre­ au milieu d’une foule d’autres L’amour est plus froid que la mort tendresse d’Alicia Bustamante varois, l’ancienne étudiante « ul­ CStar
mières semaines de l’été 1945. Cet portraits, objets et dessins. (1969) ou Effi Briest (1974). (1935­2018), comédienne et réalisa­ tra­intello » devenue, par la grâce Kingdom of Heaven
épisode a dû me marquer. L’espace « Dans mes premiers rôles, j’étais trice cubaine, qui fut son amie pro­ d’une rencontre avec Fassbinder, 22.55 En 2005, Ridley Scott prend la
est le seul luxe qui m’intéresse… » Rôles emblématiques le symbole de l’Allemagne, alors que che pendant près de trente ans. actrice hors du commun, a encore route de Jérusalem pour raconter les
Elle parle aux disparus, qui ont Lorsque défilent, à l’écran, des j’étais une enfant de réfugiés. Plus Elle évoque ses treize années de belles choses à vivre.  croisades en Terre sainte. Il enrôle
tant compté pour elle, Rainer images d’extraits de films de Fass­ tard, dans le cinéma européen, j’in­ de couple avec Jean­Claude Car­ alain constant Orlando Bloom, Jeremy Irons,
Werner Fassbinder (1945­1982) en binder, la présence de la jeune carnais toujours l’étrangère », ana­ rière (1931­2021), son désir inas­ Liam Neeson, Eva Green, et tente
tête. « Sans toi, l’actrice Schygulla Schygulla éblouit. Non seulement lyse­t­elle. Il n’y a pourtant pas que souvi de maternité, sa curiosité Hanna Schygulla, une égérie de se démarquer des clichés
n’aurait jamais existé ! », lance­t­ dans Le Mariage de Maria Braun l’Allemagne et la France dans sa toujours intacte. « Mon rôle le plus libre, documentaire d’André sur l’affrontement entre Orient et
elle à la grande photo en noir et (1979) ou Lili Marleen (1981), mais vie. Hanna Schygulla a fait carrière important, c’est ma vie. Et elle doit Schäfer (All., 2021, 52 min). Occident. En version « director’s cut ».

Portrait au long cours de cinq jeunes issus de la génération 2008


Deuxième épisode d’une charmante décalogie documentaire, qui suit le quotidien et les aspirations d’élèves de 5e dans leur collège de Rennes

LCP cidé de suivre, lui aussi pendant Dans une première séquence quant à Maël, après avoir envi­ nome depuis qu’il a déménagé de classe « en visio » : la 5e, c’est
MERCREDI 17 – 20 H 30 dix ans, le quotidien de cinq jeu­ appelée à devenir rituelle, chacun sagé d’être dessinateur, journa­ dans un appartement « plus spa­ déjà fini ! Le temps a passé très
DOCUMENTAIRE nes, nés en 2008, depuis leur en­ doit s’imaginer dans dix ans. liste, pianiste ou magicien, il se ra­ cieux, plus lumineux » ; ou Maël vite – cinquante­deux minutes,
trée au collège, à Rennes. Et d’en Coline, toujours bonne élève et vise avec sagesse : « En dix ans, j’ai qui fait sa première sortie en ville c’est court. Maël part en vacances

C’ est à une mission au


long cours que La
Chaîne parlementaire
s’est attelée, dans la tradition des
sagas sociétales, comme la trilo­
rendre compte chaque année
dans un documentaire.
Après le premier épisode de
2020 (rediffusé ce soir, en troi­
sième partie de soirée), le télés­
grande lectrice, se verrait bien
poursuivre ses études pour deve­
nir médecin ; Riwan, passionné
de mythologie et de bateaux, rêve
de sortir du Centre d’instruction
le temps d’évoluer. »

Mue de l’adolescence
Cette incertitude fait le charme de
ce rendez­vous, au­delà des scè­
sans ses parents.
Les uns passent un mercredi
studieux quand les autres s’amu­
sent, mais tous étudient les mê­
mes thématiques en cours :
dans le Finistère, alors que,
à Saint­Malo (Ille­et­Vilaine),
la sœur de Lilou est cas contact :
« On pensait que tout ça, c’était
terminé », dit­elle. Qu’en sera­t­il
gie Profils paysans, de Raymond pectateur retrouve donc (ou dé­ de Brest (Finistère) pour devenir nes forcément parcellaires et sub­ « Qu’est­ce qu’être pauvre ? », dans un an ? 
Depardon (de 2001 à 2008), ou, couvre) Coline, Mohamed, Lilou, « militaire marin » ; accro aux jeux jectives, tournées à la piscine, « Les stéréotypes de genre »… Si­ catherine pacary
plus récemment, Que devien­ Riwan et Maël, tout heureux d’ef­ vidéo, Lilou aspire juste à une en­ dans la rue, lors d’un repas fami­ gne des temps, « il y a une phrase
dront­ils ?, de Michel Fresnel fectuer une rentrée « en présen­ fance stable, à être heureuse. lial ou en classe. La mue de l’ado­ que je n’aime pas, note Coline. Génération 2008 : qui seront­ils
(10 épisodes, de 1984 à 1993). tiel » après une année marquée « Etre heureux », l’objectif séduit lescence s’amorce sous les yeux C’est “les femmes et les enfants demain ? (épisode 2), de François
Emboîtant le pas à ce dernier, le par le confinement – Yasmina a également Mohamed, « parce du téléspectateur. C’est Lilou qui d’abord” ». Mohamed s’apprête Chevré (Fr., 2021, 52 min).
réalisateur François Chevré a dé­ quitté l’aventure. qu’il rassemble plein de choses » ; se maquille ; Mohamed plus auto­ à participer à son dernier conseil Episode 1 à 0 h 30.

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Ballotte et tourmente dans tous SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.


Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 21 - 266
PAR PHILIPPE DUPUIS
les sens. II. Fis connaître le règlement.
Beau morceau pour la diva. III. Sage
N°21­266 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 67-69, avenue Pierre-Mendès-France,
vieillard chez Homère. Assure la liai- 75013 Paris. Tél. : 01-57-28-20-00
1 6 5 3 4 7 9 8 2

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 son. Facilite les règlements. IV. Pos- 9 7 8 2 5 6 4 3 1 Abonnements par téléphone au 03 28 25 71 71


3 4 2 1 8 9 5 6 7 (prix d’un appel local) de 9 heures à 18 heures.
sessif. Fit preuve d’égards et de modé-
I 9 4 5 2 9 4 7 8 6 1 3 Depuis l’étranger au : 00 33 3 28 25 71 71.
ration. V. Font pressentir le danger. 4 3 6 9 2 1 7 5 8 Par courrier électronique :
abojournalpapier@lemonde.fr.
II VI. Dissimula. Dégagés et élancés. 7 1 8 1 7 6 3 5 2 4 9
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
VII. Soutien de Jacques Chirac au pou- 6 8 3 7 9 4 1 2 5
7 5 1 8 6 2 3 9 4 Courrier des lecteurs
III voir. Enzyme. Dans les comptes 6 8 2 9 4 5 1 3 8 7 6 Par courrier électronique :
de l’entreprise. VIII. Se retrouvent courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
IV toujours en tête. Sanctionnait un pre-
4 3 Facile Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
mier cycle. IX. Fortement attachées Emploi : www.talents.fr/
V 3 9 1 4 5 Complétez toute la
grille avec des chiffres
à leur cause. Vieux ruminant. Collection : Le Monde sur CD-ROM :
allant de 1 à 9. CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
VI X. Saisissent ce qui est dit pour tout 8 9 6 Chaque chiffre ne doit Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
rapporter. être utilisé qu’une
VII 9 1 4 7 seule fois par ligne, La reproduction de tout article est interdite
VERTICALEMENT sans l’accord de l’administration. Commission
par colonne et par
VIII 1. Equipement des céphalopodes. 5 4 6 3 1 carré de neuf cases.
paritaire des publications et agences de presse
n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
2. A la perfection. 3. Gourmandise Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget)
IX culinaire. Sortie en altitude pour
le troupeau. 4. Validera la décision.
X
Un cran dans la ceinture. 5. Dans
le faitout. Pour les bâtisseurs en

L’ATLAS
HORS -S É R I E
Présidente :
herbe. 6. Débordements de joie et Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE

L’ATLAS
SOLUTION DE LA GRILLE N° 21 - 265 de peine. Plein de cailloux dans 67-69, avenue
Pierre-Mendès-France

HORIZONTALEMENT I. Tarification. II. Ebénacée. Aba. III. Merisiers. Sr.


les sables. 7. Mesure chez Lao Tseu.
Piéger dans les fonds. 8. Améliores
DE LA
PRÉHISTOIRE DES À
#MeToo
DES FEMMES 75013 PARIS
Tél : 01-57-28-39-00
Fax : 01-57-28-39-26
IV. PR. Nt. Euler. V. Erstein. Rôda. VI. Raie. Muettes. VII. Attraperai.
VIII. Niée. Ex. Té. IX. Costard. Elan. X. En. Susurrent.
la production. Possessif. 9. Calma FEMMES Un hors-série L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
les ardeurs. Fait toute la lumière au- Vers une égalité des sexes ?
93290 Tremblay-en-France
180 pages - 14 €
VERTICALEMENT 1. Tempérance. 2. Aberration. 3. RER. Sites. 4. Ininté- jourd’hui. 10. Dans l’erreur. Est à Montpellier (« Midi Libre »)
Chez votre marchand de journaux
terre. Marque d’hésitation. 11. Belle Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
rêts. 5. Faste. Au. 6. Ici. Impers. 7. CEE. Nue. Du. 8. Aéré. Ere. 9. Surtaxer. et sur Lemonde.fr/boutique Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
de la Côte. Nettoyé à fond. 12. Entre- durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
10. Ia. Loti. Le. 11. Obsédé. Tan. 12. Narrassent.
prises de démolition. Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
32 | styles 0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

ENTRETIEN transmission. Cela se voit au sein de nos bu­


reaux. Si vous allez dans le studio de créa­

H
and in hand », « main dans la tion, il n’y a pas de murs, pas de portes, on
main ». C’est ainsi que Silvia travaille tous ensemble, les designers avec
Venturini Fendi a baptisé la les stagiaires. Beaucoup de gens très talen­
nouvelle exposition qu’elle tueux sont passés par Fendi.
présente à Rome, au palazzo della Civilta
italiana (palais de la Civilisation italienne), Comment pensez­vous que la pandémie
siège social de la marque. Cet imposant va changer l’industrie de la mode ?
monument à l’architecture rationaliste a On a beaucoup parlé de la nécessité de
été construit en vue de l’exposition univer­ ralentir le rythme…
selle de 1942, qui n’a jamais eu lieu. Le pa­ C’était un processus de réflexion déjà en
lais est ensuite resté à l’abandon pendant cours, qui s’est accéléré avec la pandémie.
plusieurs décennies, avant que Fendi le ré­ Cela a très certainement remis en place une
nove à grands frais et y installe ses bu­ échelle de valeurs et nous a permis d’accor­
reaux, en 2015. der de l’importance à différentes choses.
Jusqu’au 28 novembre, les visiteurs peu­ Notre consommation a changé, par exem­
vent ainsi voir au rez­de­chaussée une réin­ ple, nous avons envie d’acheter plus éthi­
terprétation du fameux sac Baguette, best­ quement, de manière moins boulimique.
seller né à la fin des années 1990 et souvent
qualifié de tout premier « it bag », par 21 arti­ La question de l’écoresponsabilité est
sans venus de toute l’Italie. Travail du cuir au centre des discussions mode depuis
de Lombardie, tapisseries de Sardaigne, plusieurs saisons…
dentelliers des Pouilles, tissage de l’osier C’est quelque chose que l’on suit de très
des Marches… Les savoir­faire traditionnels près. On suit des règles très strictes au ni­
sont ici célébrés et valorisés. Silvia, issue de veau du groupe, mais nous ne communi­
la troisième génération de Fendi, sait quons pas dessus, car c’est désormais ac­
mieux que personne l’importance du geste quis pour nous. L’écoresponsabilité passe
dans la création. également par la formation, il faut replacer
Inauguré en 1925 par Edoardo et Adele l’humain au centre de nos actions. Dans la
Fendi, ses grands­parents, le petit atelier ro­ fabrication de nos collections, il y a un
main spécialisé dans la maroquinerie et la pourcentage énorme de matières organi­
fourrure est devenu une grande maison. ques : toutes les soies, le cuir, on a supprimé
Qui, depuis 1999, fait partie du groupe le métal, nos packagings sont également
LVMH. Le label fut également l’un des ter­ responsables… Beaucoup de choses ont été
rains de jeux de Karl Lagerfeld, qui rejoint mises en place.
les cinq sœurs Fendi – dont Anna, la mère de
Silvia – en 1965 pour y développer les collec­ Trouvez­vous que la mode est devenue
tions féminines jusqu’à sa mort, en 2019. plus politique, moins légère ?
Aujourd’hui, ces dernières sont imaginées Oui, mais ce n’est pas seulement vrai dans
par le Britannique Kim Jones, tandis que Sil­ la mode, la société tout entière est plus poli­
via Venturini Fendi crée les collections mas­ tique. Avant, nous faisions les choses spon­
culines et la ligne accessoires. Au rez­de­ tanément, sans nous poser autant de ques­
chaussée du bâtiment, dans un majestueux tions. Aujourd’hui, tout est questionné. Et
salon de réception aux immenses baies vi­ puis, désormais, tout le monde peut expri­
trées offrant une vue plongeante sur le mer son propre avis sur les réseaux sociaux.
quartier futuriste de l’EUR au sud de Rome, Cela apporte d’un côté une grande liberté,
Silvia Venturini Fendi nous reçoit, et répond mais on peut aussi le vivre comme une con­
à nos questions dans un français parfait. trainte. Cela nous pousse à réfléchir deux
fois avant d’agir.
Comment est née l’exposition
« Hand in hand » ? Silvia Venturini Fendi, à Rome, en 2018. FENDI Les réseaux sociaux peuvent se transfor­
J’ai réalisé que les jeunes générations ne mer parfois en tribunaux. Cela bride­t­il
comprennent pas toujours l’importance du la prise de parole ?
travail manuel. C’est en partie de la faute de Oui. Parfois on se dit : « Non, je ne vais pas
ma génération. Leurs parents espéraient
peut­être autre chose pour eux. Etre ouvrier
MODE DE PENSÉE entrer dans ce débat. » Mais je pense que l’on
doit prendre en considération tous les

Silvia Venturini Fendi :


spécialisé ou artisan n’est sans doute pas as­ points de vue. J’aime voir les choses de ma­
sez noble. Mais en réfléchissant, en pensant nière optimiste, et donc l’idée que les gens
à mes enfants ou à mes petits­enfants, je puissent influencer nos choix ou être impli­
reste persuadée que ce sont encore et tou­ qués dedans est un aspect des réseaux so­
jours des métiers d’avenir. Les machines ne ciaux que j’apprécie.
pourront jamais remplacer l’homme. De
cette réflexion est née l’exposition. Je tenais
à faire comprendre aux jeunes gens qui s’in­
téressent à la mode la valeur humaine qu’il
« L’émotion de la création, Avez­vous le côté commercial d’une
pièce en tête lorsque vous la créez ?
C’est un aspect qu’il faut considérer, évi­
y a derrière les beaux produits. Je voulais
aussi donner plus de visibilité à ces fantasti­
ques artisans. Certains collaborent avec
Fendi depuis des décennies. Je pense à cet
c’est addictif » demment. Il ne faut pas créer pour soi­
même, sinon c’est trop facile, et j’aime les
choses difficiles. La première question que
je me pose est : « Est­ce que je connais quel­
atelier de travail du cuir, Bertoni Valigeria, qu’un qui porterait ça ? » Si la réponse est oui,
en Lombardie, qui travaillait déjà avec ma
grand­mère !
A l’occasion de l’ouverture d’une exposition j’y vais ! Sinon, je me demande : « Est­ce que
je veux connaître quelqu’un qui porterait

Vous avez créé le sac Baguette en 1997.


valorisant le geste dans les métiers de la mode, ça ? » Parfois je me dis : « Non ! »

Pensiez­vous que cela serait un succès ?


Peut­on sentir ces choses­là ?
la directrice artistique des collections homme Comment s’est opérée la transition
avec Kim Jones, qui a pris la succession
Un succès planétaire comme cela, non.
Mais je savais que c’était un modèle que
et accessoires de Fendi revient sur l’histoire de de Karl Lagerfeld pour la création des
collections féminines ?
moi, je voulais porter. Je sentais que c’était
le bon produit, au bon moment. J’ai dû le
la marque, du petit atelier romain de ses grands­ Kim traduit très bien l’air du temps. Il sait
parfaitement lire l’époque, il a une vraie pro­
défendre, notamment auprès du service
marketing, qui pensait que cela ne marche­
parents à l’empreinte laissée par Karl Lagerfeld fondeur de réflexion. Je commence à le con­
naître mieux, et à l’aimer de plus en plus, et
rait pas, qu’il était trop petit. Je me souviens pas uniquement en tant que créateur. Je lui
de l’acheteur japonais qui n’en voulait pas. trouve parfois des similitudes avec Karl, je le
J’ai insisté, je lui ai dit d’en commander en lui dis souvent. Karl l’aimait également
quantité : « Un jour, vous verrez ! » Il m’a en­ per au défilé. Et ma main était si petite ! Je Karl est comme un membre de ma famille, beaucoup.
suite dit que j’avais bien fait de m’obstiner. devais avoir 5 ans. Cela m’a procuré une il me manque énormément. Je n’ai pas en­
Donc oui, je croyais en ce sac, mais je émotion folle. Après l’école, je rentrais faire core eu le temps de réfléchir à son impact Aviez­vous discuté avec Karl Lagerfeld
n’avais pas idée de l’ampleur de son succès ! mes devoirs à la maison, et ensuite j’appe­ sur la maison et sur ma vie. Le jour de sa de la question de sa succession ?
On a même été un peu dépassés, il y a eu lais ma mère pour venir la rejoindre à l’ate­ « La première mort, j’ai dû recommencer à travailler deux C’est un sujet que nous avions touché du
des listes d’attente, nous n’étions pas prêts. lier. J’y passais tout mon temps. Et si je savais heures après avoir appris la nouvelle. C’est doigt, mais ce n’était pas facile de parler de
C’est un processus de fabrication assez que Karl [Lagerfeld] était là, j’étais encore
question un homme qui a contribué à faire de Fendi la cela, surtout avec quelqu’un qui est malade…
long, avec des broderies particulières. Je plus excitée. Le voir travailler était comme que je me pose maison qu’elle est aujourd’hui. Cette entre­
suis persuadée que, pour qu’un produit aller au théâtre. L’émotion de la création, prise a été façonnée par des femmes, les Vous êtes l’une des rares femmes à la
fonctionne auprès du public, il doit être sin­ c’est addictif. Et Karl était très gentil avec
est : “Est-ce que cinq sœurs Fendi, et par un homme, lui. tête d’une maison de mode puissante,
cère, et pas initié par une simple volonté moi, il me faisait me sentir importante. Il je connais est­ce un challenge ?
marketing. me parlait comme à une adulte, pas comme Est­ce important, cette notion Chez Fendi, ce n’est pas un challenge, car
à une enfant. Il était curieux de tout, et cela
quelqu’un qui de transmission, ce que vous avez reçu, c’est une entreprise qui a été fondée par des
Enfant, quand avez­vous pris l’intriguait beaucoup, cette gamine qui pré­ porterait ça ?” ce que vous donnez ? femmes. Et, aujourd’hui encore, il y a plus de
conscience que vous étiez dans férait passer du temps avec lui plutôt qu’être Oui. Grandir dans cette famille, c’est femmes que d’hommes. Beaucoup plus. Ici,
une famille où régnait la création ? avec ses amis.
Si la réponse est comme aller dans une université de la être une femme a toujours été un « plus ».
Tout de suite. Je m’en souviens bien, et je le oui, j’y vais ! » mode. Je pense que j’ai eu très tôt une apti­ Mais nous sommes dans une société où il y
vois aussi à travers les archives. J’ai retrouvé Quel regard portez­vous sur l’héritage tude pour la création, mais c’est aussi parce a encore beaucoup de progrès à faire, je le
il y a quelques jours un papier avec ma main qu’il a laissé chez Fendi, lui qui a colla­ que j’ai été nourrie de cela, quasiment au bi­ sais bien. 
dessinée. Je pense que c’était pour me fabri­ boré avec la maison pendant cinquante­ beron. J’ai été formée ici, et bien formée. propos recueillis par
quer une paire de gants, car je devais partici­ quatre ans ? Fendi est une maison qui encourage la maud gabrielson
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 carnet | 33
Domaine de Trévallon, La famille
Saint-Etienne-du-Grès. Et les amis, Conférences Appel à dons et legs
Saint-Rémy-de-Provence.
de
Le Carnet Floriane Dürrbach,
née de Lescure, Édouard TAUBÉ,
connu aussi sous les noms de
son épouse, Mody ou de Gil LANNOU,
Antoine Dürrbach, Portraits de compositrices
Vous pouvez nous faire parvenir du XIIe siècle à nos jours
son fils ont l’immense tristesse de faire part
vos textes soit par e-mail : Conférences
et Barbara Durbesson, de son décès survenu le 13 novembre La Chaire du Louvre
carnet@mpublicite.fr Isoline et Mathieu Imbert, 2021. Du 15 septembre 2021
À monde nouveau,
(en précisant impérativement Ostiane et Laurent Icard, nouveaux musées. jusqu’au 24 mai 2022
votre numéro de téléphone et ses filles et gendres, Un dernier hommage lui sera à la Philharmonie de Paris. « Les enfants suivis
votre éventuel numéro d’abonné Diane et Raphaël, rendu, en la salle de la Coupole, au Neil MacGregor, à l’hôpital
Gaspard et Paloma, cimetière du Père-Lachaise, Paris 20e, historien d’art, Pourquoi trouve-t-on si peu universitaire Robert-Debré
ou de membre de la SDL) le 23 novembre, à 10 h 30. de noms de femmes ont besoin de votre générosité »
Lauriane et Lilian, ancien directeur
soit sur le site : ses petits-enfants, de la National Gallery dans l’histoire de la musique ?
Merci de venir trente minutes à et du British Museum, En douze conférences, « Tout Montmartre se mobilise
https://carnet.lemonde.fr Wanda Teyssier
l’avance, sans fleurs ni couronnes. propose une réflexion la Philharmonie a pour ambition pour les enfants
et Jean-Paul Merckens,
L’équipe du Carnet reviendra vers en union avec Fernand Teyssier (†), sur le rôle des musées de mettre en lumière la pléiade de l’hôpital Robert-Debré. »
La Fédération nationale des dans la façon de raconter inouïe de compositrices, parfois
vous dans les meilleurs délais Crysis Dürrbach, l’histoire de nos sociétés.
groupements de défense sanitaire, encore occultée dans l’histoire Participez
pour vous confirmer la parution. Glorvina et Max (†)
de la musique, et dont l’apport à la soirée exceptionnelle
Cellerier de Sannoy, Cycle de 5 conférences
a la grande tristesse de faire part de à la création musicale du samedi 20 novembre 2021,
ses sœurs et beaux-frères, du 15 au 29 novembre 2021. avec tous ceux
Baltazar et Aurélie Dürrbach, la disparition de est pourtant indéniable.
carnet@mpublicite.fr Réservation au 01 40 20 55 00 qui font de ce quartier de Paris
son frère et sa belle-sœur, Bernard TERRAND, ou sur fnac.com un lieu unique.
https://carnet.lemonde.fr Ses neveux et nièces Réservation :
ancien président
Ainsi que tous les membres de sa de la FNGDS et de la FESASS, 01 44 84 44 84 • Accueil tambours battants
AU CARNET DU «MONDE» belle-famille, philharmoniedeparis.fr par Les Petits Poulbots
Christelle Sciorato, le 11 novembre 2021. et la Garde Champêtre
Ses parents, amis, alliés de la République Montmartre
Décès Et le monde du vin, Notre fédération s’associe à la
Communication diverse
• Visite insolite des hauts lieux
douleur de sa famille et de ses de Montmartre
Annik Balard, ont l’immense douleur de faire part proches. • Dégustation de vin
sa sœur, du décès soudain de Jeudi 18 novembre, à 18 h 10, (Clos Montmartre)
Alejandra Gotthold Tonnard, Ecole normale supérieure, • Dîner de gala au restaurant
a l’immense douleur de faire part Eloi DÜRRBACH, son épouse, 45 rue d’Ulm, Paris 5e. La Bonne Franquette
du décès de Delphina et Nicolas, • Vente aux enchères
survenu le 12 novembre 2021, ses enfants, Conférence inaugurale d’œuvres originales
Martine BALARD, à l’âge de soixante et onze ans. Jean-Claude Tonnard, Dominique de l’Institut Jean Monnet. d’artistes Montmartrois
dite Nado, Tonnard, Catherine Tonnard, Les relations Europe-USA à l’heure • Spectacle avec chansonniers,
La cérémonie religieuse sera ses frère, belle-sœur et sœur, de Biden, quelles implications chanteurs
survenu le 4 novembre 2021. Michaël, William et Laëtitia, Julien pour l’Union européenne (UE) ? Festival Transcaucases 20/21 et numéros d’artistes Montmartrois.
célébrée le jeudi 18 novembre, à
et Raphaëlle, Alexandre, du 4 octobre au 10 décembre 2021.
10 heures, en la collégiale Saint- ses neveux et nièces, Roger Cohen,
Elle repose à Villamblard à côté Expo, concerts, films, Renseignements :
Martin de Saint-Rémy-de-Provence, Elisa, Léa et Chloé, éditorialiste
de ses parents et de sa sœur, contact@fonds-dotation-robert-
suivie de l’inhumation au cimetière ses petites-nièces, et directeur du bureau de Paris tables-rondes et conférences
de Saint-Etienne-du-Grès. à l’Inalco, debre.fr
Christine. Marianne Nottebohm Gotthold, du New York Times,
sa belle-mère, Laurent Cohen-Tanugi, Paris 7e et Paris 13e.
Eloi repose au domaine de avocat international et essayiste, Bulletin de réservation
Sans toi, la musique s’est éteinte Astrid, Solange, Juan, Tomas et Entrée gratuite sur inscription
Marietta, Benjamin Haddad, et dons en ligne
et tout est vide. Trévallon.
ses belles-sœurs et beaux-frères, directeur Europe de l’Atlantic Council, www.inalco.fr www.fonds-dotation-robert-debre.fr
Un registre de condoléances sera Alexia, Lucas et Santiago, Sofia, Jean-David Levitte,
annik.balard@wanadoo.fr Maia et Olivia, ancien ambassadeur de France
ouvert sur le parvis de la collégiale.
ses nièces et neveux, aux États-Unis, Société éditrice du « Monde » SA
Marseille. Paris. (Le Monde du 16 novembre.) Daniela Schwarzer, Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus
ont la tristesse de faire part du décès Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
directrice générale Directrice de la rédaction Caroline Monnot
Estelle Bonnet, de pour l’Europe et l’Eurasie Direction adjointe de la rédaction Grégoire Allix, Maryline Baumard, Hélène Bekmézian, Philippe Broussard,
Ses enfants,
Paul Morice Bonnet, de la Fondation Opensociety. Nicolas Chapuis, Emmanuelle Chevallereau, Emmanuel Davidenkoff (Evénements), Alexis Delcambre,
Ses petits-enfants, Patrick Henri TONNARD, Marie-Pierre Lannelongue, Harold Thibault
Sa famille, Précédée d’une introduction Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
ont l’immense chagrin d’annoncer Ses proches, Directrice déléguée au développement des services abonnés Françoise Tovo
survenu à Paris, du professeur L.Warlouzet,
le décès de leur père et grand-père, le jeudi 11 novembre 2021,
Directeur délégué aux relations avec les lecteurs Gilles van Kote
modéré par Gilles Gressani, Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
ont la douleur de faire part du décès à l’âge de soixante-cinq ans. président du groupe d’étude Rédaction en chef Laurent Borredon, Laetitia Clavreul, Michel Guerrin, Nicolas Jimenez (photographie),
Alain BONNET, géopolitiques de l’ENS. Sabine Ledoux (chef d’édition), Christian Massol, Franck Nouchi (Débats et Idées)
ingénieur de recherche hors classe, de Directrice du design Mélina Zerbib
La cérémonie religieuse sera
à la retraite, Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
célébrée le jeudi 18 novembre, à Entrée libre - Enregistrement :
Béatrice KERBRAT, 14 heures, en la chapelle Sainte-
Infographie Delphine Papin
contact@institutjeanmonnet.eu Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte
survenu le 31 octobre 2021, dite Béatrice SIMONOT, Bernadette-d’Auteuil, 4, rue d’Auteuil, ou sur la page LinkedIn Secrétaire général de la rédaction Sébastien Carganico
à l’Île Maurice, Paris 15e, suivie de l’inhumation, dans de l’Institut Jean Monnet. Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président
à l’âge de soixante-douze ans. survenu le 12 novembre 2021, à Paris. l’intimité, au cimetière parisien du
Montparnasse, Paris 14e.
Les obsèques auront lieu le Marseille. Bruxelles. Rouen.
vendredi 19 novembre, à 11 h 30, au 93 ter, rue des Plantes,
Zarzis. Auckland. Wellington. 75014 Paris.
crématorium du cimetière du Père-
Lachaise, 71, rue des Rondeaux,
Myriame Morel-Deledalle,
Paris 20e. Agnès, Anne, Laurent et Patrick,
son épouse,
ses enfants et son gendre,
Antonin Morel, Mathilde et Arnaud, Vincent et
La famille fait part du décès de son fils, Astrid, Thomas,
Julie Courtain, ses petits-enfants,
M. Michel BOUVRY, sa belle-fille, Margot, Oscar,
professeur en médecine, Leïla et Paul Morel, ses arrière-petits-enfants,
chef de service de gastroentérologie ses petits-enfants,
de l’hôpital de Pontoise, ont la tristesse de faire part du décès
survenu le 11 novembre 2021,
à l’âge de quatre-vingt-douze ans.
ont la tristesse de faire part du décès
de
de

Micheline TRAVERSE,
Le journal papier livré chez
Marbeuf (Eure).
Bernard MOREL,
1946-2021,
enseignant,
survenu le 11 novembre 2021, à Paris.

Les obsèques ont lieu ce mardi


vous et le numérique
Michel et André de Séguin des Hons, économiste, 16 novembre, à 15 h 30, au cimetière
ses fils, professeur émérite des Universités du Montparnasse, Paris 14e.
Alexandra, Sophia, Diane, Andréa, et homme politique français,
ses petites-filles, vice-président du conseil régional micheline.traverse.vergelot@
gmail.com
de Provence-Alpes-Côte-d’Azur,
ont la douleur de faire part du décès président de l’établissement public
de Euroméditerranée, Marie-Claude Tzwangue,
président son épouse,
de la Maison méditerranéenne Didier et Marc,
Marie DE SÉGUIN DES HONS, ses enfants
des sciences de l’homme, et leurs conjointes, Catherine et
née PLAOUTINE, dite Macha,
Brigitte,
survenu à Marseille, Anaïs et Clément,
le 11 novembre 2021. ses petits-enfants
survenu le 10 novembre 2021, et leurs conjoints, Cédric et Farah,
à Marbeuf, Une cérémonie civile en son Nathan et Noah,
à l’âge de quatre-vingt-onze ans. hommage aura lieu le vendredi ses arrière-petits-enfants,
19 novembre, à 14 heures, au François Feldman,
Une cérémonie funéraire aura lieu son frère
funérarium du cimetière Saint-Pierre, et son épouse, Jocelyne,
le mercredi 17 novembre, à 11 heures, à Marseille 5e.
au crématorium d’Evreux. Les familles Tzwangue, Auber et
Feldman,
A sa demande, ni fleurs ni
Mme Claudette Ducel, couronnes, mais des sourires et des ont la tristesse de faire part du décès
née Atgé, blagues. de
son épouse,
Annie et Jean Sirmai, Des dons peuvent être faits à M. MAX TZWANGUE,
ses enfants, l’Institut Paoli-Calmettes, à Médecins chevalier de la Légion d’honneur,
Claire Sirmai et Thomas Chereau, ancien résistant FTP-MOI,
du Monde ou à la Fondation ATD
Laura Sirmai et Florian Siegel,
ses petits-enfants, Quart Monde. survenu le 13 novembre 2021,
Pierre et Marie-France Atgé, à L’Haÿ-les-Roses, Abonnez-vous en ligne sur :
ses beau-frère et belle-sœur, Colette Raibaud, à l’âge de quatre-vingt-seize ans.
son épouse, promo.lemonde.fr/quotidien-numerique-3-mois
ont la tristesse d’annoncer le décès, La cérémonie aura lieu le vendredi
Gilles, Yves et Agnès, 19 novembre, à 14 heures, au
survenu le 8 novembre 2021, dans sa
quatre-vingt-onzième année, de ses enfants, crématorium d’Arcueil.
Ses petits-enfants Ou par carte (paiement sécurisé) :
M. René DUCEL, Et arrière-petits-enfants
ENSET 1952, Ainsi que leurs conjoints,
Remerciements En appelant le 03 28 25 71 71
inspecteur général honoraire Paris. Langueux. Baillou.
de I’Éducation nationale, ont la tristesse de faire part du décès Courcouronnes. Locmiquélic.
(tarif d’un appel local)
chevalier de la Légion d’honneur, de
chevalier Les familles Le Garff, Achard,
dans l’ordre national du Mérite, Briens et Jacquin,
chevalier Jean RAIBAUD, SOCIÉTÉ ÉDITRICE DU MONDE SA - 67/69, AVENUE PIERRE-MENDÈS-FRANCE - 75707 PARIS CEDEX 13 - 433 891 850 RCS Paris
dans l’ordre du Mérite X 42, très émues par les gestes de - Capital de 124 610 348,70 €. Offre valable jusqu’au 31/12/2021. Vos données sont utilisées par la Société Editrice du Monde,
de la République fédérale d’Allemagne, sympathie et d’amitié témoignés responsable de traitement, pour les finalités suivantes : gestion de votre commande, de la relation clients et des réclamations, et
commandeur survenu le 11 novembre 2021, lors du décès de dans les cas où vous l’avez accepté, communication marketing par voie électronique du Monde et/ou de ses partenaires. Conformé-
dans l’ordre des Palmes académiques. à son domicile, ment à la loi Informatique et Libertés du 06/01/1978 modifiée et au RGPD du 27/04/2016, vous disposez d’un droit d’accès, de

à l’âge de quatre-vingt-dix-neuf ans. M. André LE GARFF, rectification, d’effacement, d’opposition, à la portabilité des données et à la limitation des traitements, que vous pouvez exercer à
Il est mort paisiblement chez lui, l’adresse suivante, en joignant une photocopie de votre pièce d'identité : LE MONDE – DPO – 67/69, avenue Pierre-Mendès-France -
entouré des siens. remercient sincèrement les personnes 75707 Paris Cedex 13. Pour plus d'informations, consultez notre Politique de confidentialité sur le site www.lemonde.fr ou sur le site
La cérémonie religieuse a eu lieu qui, par leur présence, l’envoi de fleurs de la CNIL www.cnil.fr
Selon son souhait ses obsèques se ce mardi 16 novembre, en l’église de et de cartes, se sont associées à leur
sont déroulées dans l’intimité. Ribaute-Les-Tavernes (Gard). peine.
IDÉES
0123
34 | MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

Un « pacte de refondation
démocratique » pour réconcilier légitimité
du pouvoir et efficacité de l’action
Soixante-cinq parlementaires, élus locaux et citoyens, qui lui sont aujourd’hui contestées. Elle
s’étend ensuite à la capacité de donner pé­
engagés en faveur d’un second mandat d’Emmanuel riodiquement la parole au citoyen dans les
grands choix politiques, et pas seulement
Macron, emmenés par le député LRM Gilles Le Gendre, tous les cinq ans, aux élections. LA FRANCE EST SI PEU
L’influx de légitimité dont le Parlement a
détaillent leurs propositions pour « ramener besoin implique­t­il de revenir sur la chro­ FAMILIÈRE DE L’INCLUSION
les Français aux urnes », reposant notamment nologie, jugée néfaste pour l’équilibre des
pouvoirs, de l’élection du chef de l’Etat et
DÉLIBÉRATIVE DE
sur la participation citoyenne et une « clarification de celles des députés, qui la suivent immé­ LA SOCIÉTÉ CIVILE QUE
diatement ? Les mêmes spécialistes qui
des responsabilités » entre les acteurs publics nous invitent à modifier la Constitution SA MISE EN ŒUVRE
avec une « main tremblante » [notamment
DEVRA FAIRE L’OBJET

N
le président du Sénat, Gérard Larcher, re­
prenant une formule de Montesquieu] ne D’UNE EXPÉRIMENTATION
ous sommes arrivés à un point ex­ au profit d’un dangereux fractionnement l’excluent pourtant pas. Retour au septen­
trême où il faudra mettre fin aux de la nation et d’un droit permanent à l’ob­ nat ou instauration du sextennat, mandat PROGRESSIVE
spéculations et recréer un ordre jection de conscience. du député de six ans (avec ou sans renou­
social. Quelqu’un tranchera le Nous sommes des défenseurs engagés et vellement par moitié tous les trois ans)…
nœud gordien. La question est de parfois enragés des causes qui influencent Les idées ne manquent pas. Débattons­en !
savoir si ce sera en imposant une notre existence, mais avares de notre Pourvu que des changements aussi ma­ c’est toute la sphère publique qui doit enga­
discipline démocratique garante des libertés consentement aux concessions que re­ jeurs (comme le serait aussi la trans­ ger sans tarder son aggiornamento).
ou si quelque homme fort et casqué tirera quiert l’intérêt général. Consommateurs formation du Sénat en véritable chambre L’heure n’est plus à d’épuisants débats en­
l’épée comme Alexandre. » Ainsi s’exprimait de prestations dont nous mesurons la qua­ des territoires) ne ruinent pas les chances tre jacobins et girondins.
Georges Pompidou, dans Le Nœud gordien lité à l’aune des impôts que nous acquit­ d’évolutions institutionnelles moins spec­ Tous les agents publics doivent se réunir
(1974). Après huit mois de travaux et près tons, mais n’y trouvant jamais notre taculaires, mais tout aussi utiles. autour d’objectifs simples, ce que Richard
de quarante auditions, c’est le même senti­ compte. Prompts à enflammer Twitter, Ferrand, président de l’Assemblée natio­
ment d’urgence qui anime les membres du mais restant à la maison les dimanches Une pédagogie de la citoyenneté nale, appelle la « concorde locale » (Nos
Défi démocratique, le cercle de réflexion de d’élection. Il ne s’agit que de tendances, Parmi celles­ci figurent en bonne place lieux communs, Fondation Jean Jaurès­Edi­
la majorité présidentielle que nous repré­ bien sûr ! Pensons, à l’inverse, à notre rési­ l’introduction d’une dose de proportion­ tions de L’Aube, 2020), la reconnaissance
sentons ici : au cours de son second man­ lience collective pendant la pandémie. Les nelle, de pair avec la réduction du nombre de « bassins de vie », autorisant un haut de­
dat, Emmanuel Macron devra trancher le dire, ce n’est stigmatiser personne. Mais de parlementaires, les modalités de vote gré de différenciation. Une répartition des
nœud gordien démocratique. planter le décor de la reconquête. (électronique, par correspondance, vote compétences négociée au sein des confé­
Il n’en va pas uniquement de la réinven­ Et en assumer la complexité. « Grand blanc…), la mise à l’étude d’un assouplisse­ rences territoriales de l’action publique,
tion d’une démocratie ébranlée, en Europe soir », « renverser la table », « VIe Républi­ ment limité du non­cumul des mandats qui mette le service public à portée de
et dans le monde, par ses difficultés à dé­ que » : en butte aux désordres, notre pays a (autorisé pour les municipalités de petite l’usager – à l’image des maisons France Ser­
fendre ses valeurs fondamentales face aux toujours préféré le bruit et la fureur aux taille ou pour les maires adjoints) avec leur vices [permettant de regrouper les services
bouleversements mondiaux. Ne serait­ce gestes calibrés. Les membres du Défi dé­ limitation dans le temps, et une restructu­ de plusieurs administrations ou opérateurs
que cette mission, elle justifierait le « pacte mocratique étaient sensibles à cette tenta­ ration du travail parlementaire qui re­ de l’Etat sur un même site]. Un préfet qui de­
de refondation démocratique » que nous tion de radicalité. Nos travaux nous en ont donnerait à celui­ci tout son lustre. A titre vienne le seul patron des services de l’Etat
proposons de passer avec les Françaises et dissuadés. La crise démocratique est si pro­ d’exemple, nous versons au débat l’enca­ sur les territoires, rattaché au premier mi­
les Français en 2022, et que le président de fonde qu’elle exige de sceller un contrat so­ drement du pouvoir d’amendements nistre pour incarner cette dimension inter­
la République est le plus crédible pour in­ lennel entre le pays et son chef. Mais la (au besoin avec le filtre des groupes), les ministérielle. Des sous­préfectures revalo­
carner. Ce pacte prolongera, sur une plus réussite de ce pacte repose d’abord sur la pouvoirs d’évaluation dévolus aux com­ risées dans leurs missions de proximité.
grande échelle, les actions déjà réalisées pertinence du constat, la traque des idées missions parlementaires, la surveillance Des régions déconcentrant une partie de
(confiance dans la vie politique, évolution reçues et la cohérence des traitements à ad­ de l’élaboration des décrets d’application, leurs compétences en direction des dépar­
du Conseil économique, social et environ­ ministrer dans un délai rapide. le calendrier alterné (une semaine au tements et des métropoles. Tous concou­
nemental, réforme de la haute fonction pu­ Ainsi, par exemple, le sens commun vou­ Palais­Bourbon, une semaine en circons­ rant à ce qui devra devenir leur mantra : le
blique, baromètres de l’action publique…). drait­il que la prétendue toute­puissance cription), etc. « bénéfice citoyen ».
Avec une ambition : ramener aux urnes du président sous la Ve République soit la Autre pièce essentielle de notre « pacte » : Cent jours ! C’est le délai que nous recom­
nos concitoyens qui s’en sont éloignés et cause principale de notre asthénie démo­ la participation citoyenne. Nous devons ti­ mandons pour conclure ce « pacte de re­
stopper l’inquiétante spirale de défiance cratique. Nous affirmons le contraire. Le rer les enseignements des deux expérien­ fondation démocratique » avec les Françai­
qui rend caduc tout projet collectif. face­à­face direct entre le chef de l’Etat et ces à mettre au crédit du premier mandat ses et les Français. Sachant que ses modali­
une opinion publique éclatée, versatile et d’Emmanuel Macron : le grand débat na­ tés précises devront être débattues avant
Réarmer la confiance du peuple inflammable l’oblige à une surexposition tional et la convention citoyenne pour le l’élection présidentielle. Et que cette élec­
Car l’enjeu est encore plus décisif. Les délétère et à des prises de risque qu’il de­ climat. A commencer par ces deux condi­ tion vaudra mandat de nos concitoyens au
trois grandes crises qu’a traversées notre vrait réserver à son gouvernement. Quant tions incontournables pour pérenniser ce président de la République pour surmon­
pays – « gilets jaunes », retraites, Covid­19 à l’autorité qu’il exerce sur l’administra­ changement dans nos mœurs démocrati­ ter tous les obstacles que ne manqueront
– ont souligné que l’essoufflement démo­ tion, chacun sait bien qu’elle rencontre les ques : premièrement, la clarté de la propo­ pas de placer sur sa route les tenants de
cratique privait aussi de leur oxygène vi­ limites inhérentes à toute bureaucratie, sition faite aux citoyens : sont­ils décision­ l’immobilisme.
tal ses nécessaires transformations. Si no­ ses lenteurs et ses blocages. Omnipotent, naires ou simplement consultés ? Deuxiè­ La démocratie brûle, nous n’avons pas le
tre majorité veut continuer de réarmer le président ? Jupiter est un mythe. Et celui mement, la bonne articulation entre ces droit de regarder ailleurs. 
la confiance du peuple dans le progrès et de Sisyphe, un risque sérieux que nous de­ dispositifs de « collégialité élargie » et les
en lui­même, elle ne pourra faire seule­ vons à tout prix conjurer. responsabilités de l’exécutif, du Parlement
ment vibrer la corde économique et so­ Recréer un large espace de débat public et des divers pouvoirs territoriaux.
ciale qui est sa marque de fabrique. Les et simplifier la chaîne de production du La France est si peu familière de cette in­
succès enregistrés dans ce domaine ne service public : telles sont les deux condi­ clusion délibérative de la société civile que
suffisent pas. Nous devons y ajouter une tions que nous fixons à la restauration de sa mise en œuvre devra faire l’objet d’une Premiers signataires : Nicole
réponse plus strictement politique et de ce couple légitimité­efficacité. Le premier expérimentation progressive. Référen­ Belloubet, ancienne garde des sceaux ;
vaste ampleur. objectif doit inspirer des changements dums (délestés de leur caractère plébisci­ Loïc Boivin, administrateur territorial ;
Réconcilier « légitimité du pouvoir » et dans l’exercice du pouvoir qui ne résultent taire), conférences de consensus, juge­ Paul Christophe, député Agir du Nord ;
« efficacité de l’action ». C’est sur ces deux pas exclusivement d’une modification de ment majoritaire (mécanisme judicieux Nöllan Ducloux, président des Jeunes
piliers qu’il nous faut construire ce la Constitution. Le second objectif impli­ de mesure de l’opinion), activation des de France ; Isabelle Florennes, dépu-
« pacte ». Tâche tout indiquée d’une campa­ que une clarification des responsabilités conseils économiques, sociaux et environ­ tée MoDem des Hauts-de-Seine ; Alain
gne électorale. Chaque Français devrait être entre les différents acteurs publics – Etat nementaux régionaux… Les dispositifs ne Fontanel, conseiller municipal LRM de
un citoyen (acteur responsable de la démo­ central, Etat déconcentré et collectivités sont pas une difficulté, surtout à l’ère nu­ Strasbourg ; Philippe Grangeon, cofon-
cratie) avant d’être un client (usager exi­ territoriales – qui ne rime pas avec une mérique. Mais il nous faudra surmonter dateur d’En marche ! ; Zaki Laïdi, direc-
geant des services publics). Or cette hiérar­ énième vague de décentralisation. Ces cette contradiction : outils destinés à apai­ teur de recherche à Sciences Po ;
chie est en train de s’inverser, sapant les deux objectifs se confondent dans ce qui ser la colère citoyenne, ils ne pourront pro­ Romain Grau, député LRM des
fondements traditionnels de la citoyenneté fera figure d’une cure de désintoxication duire leurs meilleurs fruits qu’avec une Pyrénées-Orientales ; Gilles Le Gendre,
dans les pratiques hexagonales : le rempla­ opinion pacifiée. Ce qui suppose une péda­ député LRM de Paris ; Danièle Hérin,
cement du sacro­saint culte de la norme et gogie de la citoyenneté auprès des popula­ députée LRM de l’Aude ; Dimitri
du perfectionnisme juridique par la cultu­ tions auxquelles elle parle de moins en Houbron, député Agir du Nord ; Anissa
re de la coconstruction, du temps long, du moins : jeunes grossissant les rangs de Khedher, députée LRM-Territoires
diagnostic, du contrat, de l’expérimenta­ l’abstention ou habitants des quartiers dif­ de progrès du Rhône ; Bariza Khiari,
tion. Et, bien sûr, du résultat ! ficiles ou des zones rurales reculées. ex-sénatrice de Paris ; Daniel Lebègue,
LA CRISE DÉMOCRATIQUE Même si une réforme institutionnelle Le second axe de notre « pacte » est la président d’honneur de plusieurs asso-
EST SI PROFONDE n’aura pas à elle seule sur le désenchante­ simplification de la chaîne de production ciations ; Frédéric Monlouis-Félicité,
ment démocratique les effets d’une ba­ du service public. Il implique à la fois une cadre d’entreprise ; Natalia Pouzyreff,
QU’ELLE EXIGE DE guette magique, sa nécessité ne fait pas de clarification des responsabilités auxquel­ députée LRM des Yvelines ; Sophie
doute. La restauration d’un espace de débat les le citoyen ne comprend plus rien et la Roche, consultante dans le numérique ;
SCELLER UN CONTRAT public implique de nombreuses transfor­ priorité donnée aux capacités managéria­ Laurianne Rossi, députée LRM-Territoi-
SOLENNEL ENTRE mations en cascade. Celle­ci commence au les dans les recrutements et le déroule­ res de progrès des Hauts-de-Seine ;
Parlement et impose à ce dernier de recou­ ment des carrières (la réforme de la haute Nathalie Sonnac, professeure des uni-
LE PAYS ET SON CHEF vrer une représentativité et une influence fonction publique est un bon début, mais versités. Liste complète sur Lemonde.fr
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 idées | 35

Antoine Bristielle Mettre fin au cercle vicieux


de l’abstention et de la défiance politique
Le chercheur en science deux tours, qui, à bien des égards, n’est tenus que par 22 % du corps électoral, régime parlementaire, selon les chiffres
plus adapté à la situation politique du selon les données de la dernière enquête de l’IFOP. Il est donc nécessaire, dans l’état
politique propose de pays. Le paysage politique actuel est, en ef­ électorale d’Ipsos pour Le Monde et la actuel des choses, d’inventer un système
modifier le calendrier fet, marqué par un double phénomène. Fondation Jean Jaurès (octobre 2021). mixte. Une solution simple serait ainsi de
D’un côté, la scène politique s’est large­ La déconnexion massive entre les modifier le calendrier électoral en plaçant
électoral en plaçant les ment émiettée à mesure que l’axe gau­ aspirations démocratiques des Français les élections législatives le même jour que
législatives le même jour che­droite perdait en signification. Alors et un système électoral ne représentant l’élection présidentielle. Les législatives
que les premières décennies de la Ve Ré­ qu’une part minime de la population ne seraient plus de simples élections de
que l’élection présidentielle publique furent caractérisées par le fa­ sont à l’origine d’un cercle vicieux d’abs­ confirmation de l’élection présidentielle,
meux « quadrille bipolaire », théorisé par tention et de défiance que mesurent tou­ et la place du Parlement dans la vie politi­

I
le professeur de droit constitutionnel tes les enquêtes d’opinion. Dans ces con­ que s’en verrait recentrée.
l faut le dire avec force : le quin­ Maurice Duverger (1917­2014) – deux par­ ditions, la respiration démocratique n’a Le rapport de force issu du premier
quennat d’Emmanuel Macron est tis de gauche et deux partis de droite, avec plus lieu dans les urnes – que les citoyens tour des législatives et de la présiden­
traversé par la question démocrati­ des ralliements évidents au sein de cha­ délaissent –, mais dans la rue. Comment, tielle obligerait ainsi les partis à négocier
que. Souvenons­nous du mouve­ que bloc au second tour –, nous sommes dès lors, assurer la légitimité du prochain afin de faire émerger une majorité politi­
ment des « gilets jaunes », né de la con­ face à une dislocation du paysage politi­ locataire de l’Elysée, dont le faible socle que au second tour. Un gouvernement
testation d’une taxe sur les carburants et que. Avec Emmanuel Macron, Marine Le électoral qu’il possédera n’aura finale­ représentant davantage les équilibres
qui se transforme en quelques semaines Pen, Xavier Bertrand, Eric Zemmour, Yan­ ment d’égal que l’importance des pou­ politiques réels serait formé, diminuant
en une revendication de référendum nick Jadot et Jean­Luc Mélenchon, six can­ voirs qu’il aura entre les mains ? la défiance générale de l’électorat. Cette
d’initiative citoyenne (RIC). Souvenons­ didats testés dans les intentions de vote se La solution idoine pour répondre à solution allierait finalement stabilité
nous également que les contestations situent autour de la barre des 10 %, sans cette problématique serait de faire pas­ institutionnelle et meilleure représenta­
des décisions prises pendant la crise sa­ qu’il ne soit possible d’envisager de rallie­ ser le système français d’un régime prési­ tivité démocratique. Elle aurait, par
nitaire ne portaient pas tant sur les déci­ ments évidents lors d’un second tour. dentiel à un régime parlementaire, avec ailleurs, l’avantage de pouvoir être mise LA RESPIRATION
sions elles­mêmes que sur la légitimité l’utilisation d’un scrutin proportionnel en œuvre par une procédure législative
de ceux qui étaient amenés à les prendre. Déconnexion massive pour l’élection des députés. Si cette solu­ classique au Parlement.  DÉMOCRATIQUE
Dans la dernière étude « Fractures fran­ Dans le même temps, l’abstention élec­ tion aurait le mérite d’assurer une repré­
çaises » (Science Po, Cevipof, septem­ torale mine clairement le fonctionne­ sentation d’un nombre beaucoup plus
N’A PLUS LIEU
bre 2021), nous montrions que 69 % des ment des institutions : lors des régiona­ important de Français et de mettre fin au DANS LES URNES
Français trouvaient que le système dé­ les de juin, seul un Français sur trois phénomène de l’hyper­présidentialisme,
mocratique fonctionne mal en France et s’était déplacé aux urnes. Et, à l’heure peu de responsables politiques semblent – QUE LES
que leurs idées ne sont pas bien repré­ actuelle, seuls six Français sur dix sont vouloir se risquer sur un tel chemin. Antoine Bristielle est directeur de
sentées. Ce chiffre atteint même 79 % certains d’aller voter lors du scrutin pré­ Les Français restent, en effet, largement l’Observatoire de l’opinion de la Fonda- CITOYENS
chez les 25­34 ans. sidentiel des 10 et 24 avril 2022. Dans ces attachés à une institution présidentielle tion Jean Jaurès, professeur agrégé de DÉLAISSENT –,
Une large partie de ce phénomène pro­ circonstances, les candidats qui se quali­ forte, et seuls 24 % de nos concitoyens sciences sociales, chercheur en science
vient du mode de scrutin uninominal à fieraient au second tour ne seraient sou­ sont favorables à la mise en place d’un politique à Sciences Po Grenoble MAIS DANS LA RUE

Patrick Kanner et Jean-Pierre Sueur L’abus d’ordonnances


pervertit la démocratie représentative
Les sénateurs socialistes dénoncent l’usage abusif des ordonnances, qui contribue, selon eux, à dénaturer le fonctionnement des institutions

S
emaine après semaine, seul exemple. On le sait, une n’est pas le nôtre. Elle va au nous, au­delà de ce triste épisode, expresse ». C’est cette formulation Devant le Congrès, réuni à Ver­
un nouveau régime s’im­ ordonnance récente supprime le rebours de la « République nous avons décidé de poser la que nous voulons rétablir, au sailles le 9 juillet 2018, le prési­
pose : celui du gouverne­ corps des préfets, les corps d’ins­ moderne » qu’appelait déjà de ses question de fond. Car une déci­ nom des droits du Parlement, de dent de la République s’engageait
ment par ordonnances. pection générale et aussi l’ENA. vœux Pierre Mendès France et sion du Conseil constitutionnel la séparation des pouvoirs et des à ce que les relations entre le gou­
Des ordonnances, il y en eut Interrogée par nous­mêmes pour pour laquelle tant de hauts fonc­ du 28 mai 2020 vient conforter le principes de la République. vernement et le Parlement soient
toujours, certes. Mais jamais savoir si elle ne jugeait pas néces­ tionnaires et de serviteurs de régime du gouvernement par Ajoutons que ceci n’est qu’un marquées par « un esprit de dialo­
dans cette proportion. Jamais de saire qu’un débat, pour le moins, l’Etat œuvrent chaque jour avec ordonnances. aspect – certes dirimant – de gue et d’écoute ». Nous sommes
manière aussi systématique, eût lieu au Parlement sur ces abnégation dans notre pays. l’abaissement des droits du Parle­ aux antipodes de cette noble
aussi industrielle. Et la crise sani­ sujets essentiels pour l’avenir de Et quelle conséquence la même « Verticalité » assumée ment auquel nous assistons déclaration. La « verticalité » du
taire ne saurait justifier que, sur l’Etat, la ministre chargée de la ministre tirera de cette forte En vertu de cette décision, les or­ aujourd’hui. Ainsi en est­il avec pouvoir est pleinement assumée.
toutes sortes de sujets, on fonction publique répondit, majorité au Sénat ? Par nous donnances acquerraient automa­ une interprétation souvent abu­ Et chacun voit que l’un des forts
dépasse le chiffre de 300 ordon­ impavide, qu’il n’en serait rien. interrogée, toujours impavide, tiquement une valeur législative sive de l’article 45 de la Constitu­ enjeux des mois qui viennent
nances depuis le début du quin­ Refusant à nous résigner à ce elle refusa de répondre. Quant à dès lors qu’aurait été dépassée la tion, qui conduit à l’exclusion ou sera de reconquérir la séparation
quennat. Trois cent dix­huit qu’il en soit ainsi, nous avons pris date de ratification inscrite dans à la censure d’amendements des pouvoirs sans laquelle la dé­
ordonnances, dont, de surcroît, l’initiative d’inscrire à l’ordre du la loi d’habilitation. C’est vrai ayant un rapport « même indi­ mocratie et l’idéal républicain se
nos gouvernants ne se préoc­ jour du Sénat la ratification de qu’ainsi l’on pourrait poser une rect », selon les termes de la Cons­ pervertissent. 
cupent nullement de la question ladite ordonnance. Avec une question prioritaire de constitu­ titution, avec un projet ou une
de savoir si elles sont ou seront grande majorité de sénateurs, tionnalité sur toute ordonnance proposition de loi. Ainsi en est­il
ratifiées par le Parlement. Dans nous nous sommes opposés à qui jusqu’ici restait un texte admi­ encore quand le président de la
l’immense majorité des cas, elles cette ratification pour de fortes LA CRISE SANITAIRE nistratif, relevant donc du Conseil République annonce son souhait
ne le sont pas et ne le seront pas, raisons. En effet, cette réforme d’Etat. Mais, nonobstant ce conflit de voir, de surcroît, le droit
si bien que, dans les faits, le pou­ entend instaurer des préfets
NE SAURAIT en légitimité et les arguments in­ d’amendement limité et encadré. Patrick Kanner est sénateur
voir exécutif finit par se substi­ « fonctionnalisés ». Elle décons­ JUSTIFIER QU’ON voqués, l’essentiel est que cette Ainsi en est­il enfin avec la quasi­ (PS) du Nord, président du
tuer de plus en plus couram­ truit tout un édifice républicain décision du Conseil constitution­ généralisation de la procédure Groupe socialiste, écologiste et
ment au pouvoir législatif. édifié au fil de notre histoire, DÉPASSE LES nel, pourtant lui­même suprême d’urgence, désormais dite « accé­ républicain au Sénat, et ancien
On nous dira qu’il ne s’agit – incluant les apports du Conseil gardien de la Loi fondamentale, lérée », qui devrait être exception­ ministre de la jeunesse et des
hors urgence sanitaire – que de national de la résistance. Mais 300 ORDONNANCES apparaît contraire aux termes de nelle, et qui prive systématique­ sports ; Jean-Pierre Sueur
mesures techniques, mineures, elle ne propose rien, si ce n’est DEPUIS LE DÉBUT celle­ci, qui dispose, depuis 2008, ment nos Assemblées d’une lec­ est sénateur (PS) du Loiret et
secondaires… Mais ce n’est pas une vacuité libérale inspirée d’un que les ordonnances « ne peuvent ture qui serait si précieuse pour la ancien secrétaire d’Etat aux
vrai ! Nous ne prendrons qu’un « système des dépouilles » qui DU QUINQUENNAT être ratifiées que de manière bonne écriture de la loi. collectivités locales

NOTRE NOUVEAU HORS-SÉRIE


2021
Octobre-novembre
Hors-série 8,50 €

COMMENT
LE MONDE
A BASCULÉ
De l’Afghanistan au
la rivalité entre les
Pacifique,
États-Unis et la Chine
redessine l’ordre mondial.
Ressources, technologies, alliances…
La rivalité entre les États-Unis et la Chine dessine un nouvel ordre mondial.
Les décryptages de la presse étrangère.

EN VENTE CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX


0123
36 | idées MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

L’audiovisuel public, enjeu démocratique au cœur de la présidentielle


ANALYSE sident de la Ve République le moins interven­
tionniste – revient ensuite sur cette mesure
électorale et font suite à une guérilla concur­
rentielle, où certains font du service public un
la démocratie, et font confiance dans les dé­
cisions nationales. C’est particulièrement le

J
e pense qu’il faut supprimer la rede­ en confiant la nomination au Conseil supé­ adversaire fictif pour solidifier leurs audien­ cas en Norvège, en Finlande et au Danemark.
vance. Pour que le service public cesse de rieur de l’audiovisuel. ces », tacle Sibyle Veil. La patronne de Radio Comment le service public résisterait­il si
nous racketter, puis de nous cracher au Emmanuel Macron cède lui aussi à la ten­ France vise sans le dire CNews, la chaîne un candidat populiste accédait à la prési­
visage », a lancé le polémiste Eric Zem­ tation de la reprise en main au début de son conservatrice de l’homme d’affaires Vincent dence de la République ? En France, la
mour, le 11 octobre, sur Sud Radio. Le quinquennat. Dans Paris, il se murmure que Bolloré, qui accuse le service public de faire de Constitution se contente d’un seul article
presque­candidat à la présidentielle emboî­ le nouveau locataire de l’Elysée ne com­ l’idéologie aux frais du contribuable. Le suc­ protégeant « la liberté, le pluralisme et l’indé­
tait le pas à Marine Le Pen qui, déjà, n’avait prend pas pourquoi l’Etat paye sans avoir cès de cette chaîne, qui a mis Eric Zemmour pendance des médias ». En Europe, il n’existe
pas caché son envie de privatiser Radio son mot à dire. Il déstabilise l’audiovisuel sur orbite, a politisé automatiquement le pas de texte protecteur. Mais le principal
France et France Télévisions. « C’est immé­ public en fustigeant une « honte ». Et Bercy reste du « PAF ». France Inter et France Culture problème reste son financement. Jusqu’à
CHAQUE LOCATAIRE  diatement 2,8 milliards de redevance que manœuvre pour sabrer drastiquement dans étaient déjà classées à gauche. Franceinfo et présent, la redevance audiovisuelle était
DE L’ÉLYSÉE  nous rendons aux Français. (…) A­t­on encore les budgets, ce qui aurait abouti à la suppres­ France 2 conservaient une image d’objecti­ prélevée en même temps que la taxe d’habi­
besoin d’un audiovisuel public de cette sion d’une chaîne. Le projet de holding réu­ vité. Désormais, leurs journalistes, du seul tation. Mais celle­ci va définitivement dispa­
DÉBARQUE AVEC SA  taille ? » faisait­elle mine de s’interroger, le nissant télévision et radio publiques, finale­ fait d’être payés par l’Etat, peuvent, dans un raître en 2023. Or, aucun nouveau mode de
8 septembre, dans un entretien au Figaro. ment abandonné, avait notamment comme paysage fracturé, fragilisé par les « fake news » collecte n’a été décidé à ce jour. Ces derniè­
RÉFORME. OBJECTIF  Radicales, ces attaques contre la télévision objectif de remettre la main sur la nomina­ et les outrances, être accusés de parti pris. res années, le gouvernement n’a cessé de
et la radio publiques ne sont pas l’apanage de tion des présidents. Pourtant, l’audiovisuel public reste un pi­ traîner les pieds, n’osant pas entamer la ré­
OFFICIEL : ALLÉGER,  l’extrême droite. Valérie Pécresse estimait el­ vot de la démocratie. « Il garantit la qualité de forme d’une taxe impopulaire pour le ci­
MODERNISER.  le­même sur France 2, le 23 septembre, que la « Stratégie électorale » l’information, participe à la création. On l’a vu toyen, sur laquelle il n’est pas parvenu à se
privatisation n’était pas un « tabou ». En 2015, Pourquoi tant de haine ? Il faut dire que pendant la pandémie. Il est important quand mettre d’accord.
EN RÉALITÉ,  Patrick Balkany, alors député, critiquait lui France 2, France 3, France Inter ou Franceinfo on parle de problèmes de société, de commu­ Pour savoir ce que risquent Radio France et
aussi « un manque d’objectivité et une partia­ jouissent d’une réputation d’indépendance. nautés, de peuple », juge la députée Céline Cal­ France Télévisions, il suffit de se tourner vers
IL S’AGIT DE MIEUX  lité évidente de certains programmes diffusés C’est le fruit de l’histoire du service public, vez (La République en marche), qui vient de la Pologne et la Hongrie. Loin d’avoir coupé
MAÎTRISER sur ces chaînes publiques », et déposait une dont l’objectif est de diffuser une « informa­ finaliser un rapport sur son financement. « Il les vivres de la télévision et de la radio publi­
proposition de loi destinée à tout privatiser. tion neutre », reposant sur « l’équilibre de tou­ éclaire le citoyen au moment où il vote en lui ques, les pouvoirs populistes de nos deux
Le texte n’a jamais vu le jour. tes les sensibilités politiques, la modération, et expliquant les enjeux sociétaux et historiques voisins européens en ont fait des outils au
Avec le rythme d’un métronome, chaque l’indépendance », comme le rappelle Jean­ alors que les médias d’opinion ont pris énor­ service de leur propagande, nommant des
locataire de l’Elysée débarque avec sa ré­ Louis Missika, ancien adjoint à la maire de mément de poids », corrobore l’ancien patron amis à leur tête, épurant les rédactions. Des
forme de l’audiovisuel public. Objectif offi­ Paris, Anne Hidalgo, dans « Les métamor­ de Radio France Mathieu Gallet. Une étude transformations effectuées au nom d’un réé­
ciel : alléger, moderniser. En réalité, il s’agit phoses de l’information », une note rédigée réalisée par l’Union européenne de radio­té­ quilibrage politique que les candidats de
aussi de mieux maîtriser. En 2008, Nicolas en octobre pour le think tank Terra Nova. lévision, en septembre 2021, dans 52 pays, dé­ droite à la présidentielle française ne se pri­
Sarkozy s’arroge le droit de nommer le pa­ Mais ces attaques politiques interviennent montre que plus l’audience de la télévision et vent pas d’invoquer. 
tron de la télévision publique. François Hol­ à une période charnière pour le paysage mé­ de la radio publiques est élevée, plus les ci­ sandrine cassini
lande – considéré par certains comme le pré­ diatique. « Elles s’inscrivent dans une stratégie toyens s’intéressent à la politique, croient en (service économie)

CHRONIQUE  | PAR JULIEN BOUISSOU VIOLENCES SEXUELLES : LA JUSTICE EN EXAMEN


En Asie, un difficile LIVRE assez écoutées, ni considérées. El­
les dénoncent souvent, au terme
de victime soit le moins possible un
parcours du combattant ».
sevrage au charbon
E n guise d’ouverture, des
mots qui claquent, aux ac­
cents de méfiance : « La jus­
tice nous ignore, on ignore la
justice. » La phrase choc d’Adèle
de parcours judiciaires éprou­
vants et parfois désespérants, une
justice « aussi inutile que destruc­
trice ». Mais le livre va bien au­delà
de ces chiffres.
Les incompréhensions restent
nombreuses. Des histoires parti­
culières que l’autrice déroule, con­
cernant des célébrités ou des ano­
nymes, toutes sont semées d’em­

A près deux semaines de dures


négociations à la 26e confé­
rence sur le climat à Glasgow,
la Chine et l’Inde sont parvenues,
samedi 13 novembre, à atténuer la
l’espoir d’en tirer un meilleur profit
lors de la revente ; d’autres pourraient
même être incités à en construire de
nouvelles puisqu’ils ont l’assurance
de les revendre rapidement.
Haenel fut publiée par Mediapart
en 2019, dans le cadre d’une en­
quête fouillée. L’actrice affirmait
alors avoir subi, mineure, des vio­
lences sexuelles, sous emprise, de
Sa force réside dans les dizaines
d’entretiens réalisés auprès de vic­
times et d’avocats, dans cette pa­
role qui leur est donnée. Il doit
aussi sa richesse à la diversité des
bûches pour les plaignantes.
Même lorsque, en de rares occa­
sions, l’issue se révèle positive
pour les victimes. Mais toutes
n’en attendent pas la même
formulation du passage du texte Cette initiative va­t­elle réduire la la part du réalisateur Christophe points de vue récoltés et aux nom­ chose. Pour certaines, une simple
final relatif au charbon. L’accord sur dépendance de l’Asie vis­à­vis du char­ FAUTE DE PREUVES.  Ruggia. Dans Fautes de preuves, breux témoignages de magistrats reconnaissance des faits de la part
le climat ne s’engage que sur une « ré­ bon ? Pas si sûr, car les centrales n’ex­ ENQUÊTE SUR  Marine Turchi, journaliste au sein et de policiers spécialisés. Des de l’auteur suffirait. D’autres veu­
duction » et non une « sortie » de pliquent pas à elles seules cette addic­ LA JUSTICE FACE  du site d’investigation, tente de mots d’hommes et de femmes, de lent des dommages et intérêts
cette énergie fossile. Une grande par­ tion. L’énergie fossile est au cœur d’un AUX RÉVÉLATIONS  mieux comprendre pourquoi « en professionnels qui doutent, s’in­ comme reconnaissance de leur
tie de la bataille contre le change­ écosystème qui fait vivre des millions #METOO matière de violences sexuelles et de terrogent sur leur métier, les ca­ préjudice. Dans un entretien à la
ment climatique se joue en Asie, qui d’habitants et contribue aux recettes de Marine Turchi, discriminations jamais la défiance rences de l’institution, ses man­ fin du livre, Adèle Haenel estime
consomme et produit les trois quarts budgétaires des Etats. En Inde, Seuil, 416 pages, ne s’est autant exprimée ». ques de moyens. Et se livrent que la justice « ne pourra jamais
du charbon dans le monde. Celui­ci 300 000 emplois dépendent de l’ex­ 22 € Les chiffres, d’abord. Plus de qua­ aussi, parfois, à leur autocritique. être l’unique facteur de la recons­
alimente la moitié de la production ploitation des mines, et près de quatre tre victimes de violences sexuelles Le douzième chapitre s’intitule truction et de la réparation ».
d’électricité en Chine et même 70 % millions de personnes en vivent indi­ sur cinq ne portent pas plainte. d’ailleurs « Le monde judiciaire en Dans cette confrontation des
en Inde. La quasi­totalité des projets rectement. Des centaines de petites Parmi les procédures ouvertes introspection », offrant ainsi un points de vue, riche mosaïque qui
de construction de centrales à char­ usines rurales – souvent des briquete­ pour viols, « 10 à 15 % aboutiront à visage plus humain à l’institution, permet de dépasser les caricatu­
bon dans le monde – neuf sur dix – se ries ou des aciéries – en ont besoin une condamnation criminelle de souvent perçue comme distante res, une parole manque cepen­
trouve en Asie. D’une manière gé­ pour fonctionner. Les chemins de fer l’auteur ». Et 73 % des plaintes pour et repliée sur elle­même. Faire « la dant : les mis en cause ou condam­
nérale, le continent voit sa consom­ tirent la moitié de leurs revenus de violences sexuelles seront clas­ chasse aux angles morts », expli­ nés, eux, souvent prompts à dé­
mation d’énergie exploser en raison fret de son seul transport, une manne sées sans suite pour « infraction in­ que en écho l’ancien procureur de noncer le « tribunal médiatique »,
d’une croissance démographique qui permet de subventionner le trans­ suffisamment caractérisée ». Faute Paris François Molins, en poste ont tous refusé de répondre aux
soutenue et d’un développement port des passagers. Preuve que le char­ de preuves, donc. Frustration des lors des débuts de la vague #me­ sollicitations de la journaliste. 
économique rapide. Il a aussi enre­ bon n’est pas encore devenu maudit plaignantes qui ne s’estiment pas too, fin 2017, « pour que le parcours yann bouchez
gistré la plus forte hausse de la capa­ dans le pays, le premier ministre,
cité de production d’énergie éolienne Narendra Modi, a lancé en 2020 un
et solaire au monde lors de ces programme de vente aux enchères de
cinq dernières années. plusieurs exploitations minières,
Pour réduire sa consommation de
charbon, l’Asie n’a guère que deux op­
intitulé « Unleashing Coal » (soit, en
français, « libérer le charbon »).
L’arme secrète de la Biélorussie | par serguei
tions : arrêter les constructions de
nouvelles centrales, et limiter les Conséquences désastreuses
émissions des gaz à effet de serre dans Le sevrage est encore plus difficile
le parc existant en utilisant des tech­ dans une région où le réchauffement
nologies de captation de carbone climatique ne fait pas partie des pré­
dont l’efficacité reste à prouver. Le occupations, alors que ses consé­
3 novembre, à Glasgow, la Banque quences vont être désastreuses, entre
asiatique de développement a ima­ cyclones, inondations et montée du
giné une troisième solution. Elle sou­ niveau de la mer. Lors des élections
haite expérimenter un mécanisme de aux Philippines, en Inde ou en Indo­
financement mêlant fonds public et nésie, le sujet n’a pas été abordé.
privés pour racheter les centrales exis­ D’autres arguments militent pour­
tantes aux Philippines, au Vietnam et tant contre l’énergie fossile. A Delhi,
en Indonésie, et ainsi raccourcir leur Calcutta, Shanghaï ou Séoul, l’atmos­
durée d’opération afin de les rempla­ phère chargée de particules fines,
cer par des énergies renouvelables. dont celles provenant de la combus­
Plusieurs ONG mettent toutefois en tion du charbon, étouffe les habi­
garde contre les effets pervers d’un tel tants. En Corée du Sud, plusieurs étu­
mécanisme. D’abord, les opérateurs des montrent que le taux de morta­
des centrales pourraient être tentés de lité par maladies respiratoires est
rallonger leur espérance de vie dans anormalement élevé dans la pro­
vince de Chungnam. Delhi vient de
fermer ses écoles pour éviter aux en­
fants de sortir et de s’intoxiquer, telle­
ment la pollution de l’air est élevée.
L’ÉNERGIE FOSSILE EST AU  En Inde, le déplacement de popula­
tions tribales par des compagnies mi­
CŒUR D’UN ÉCOSYSTÈME QUI  nières, dans le centre du pays, ali­
mente aussi une insurrection armée,
FAIT VIVRE DES MILLIONS  la rébellion naxalite, qui n’en finit pas
D’ASIATIQUES ET CONTRIBUE  de meurtrir la région. Pour l’Asie tout
entière, le charbon est une malédic­
AUX RECETTES DES ÉTATS tion, autant qu’une addiction. 
0123
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 0123 | 37

FRANCE | CHRONIQUE GARE AU MIRAGE 


par fr ançoi se f re ssoz Dans un premier temps, économistes, cations dans le même sens. Dans la plupart
DE L’INFLATION banquiers centraux et dirigeants politi­ des pays de l’OCDE, depuis des décennies,
ques ont affirmé que le phénomène était les salaires réels progressent moins vite

La droite au miroir transitoire. Le rebond spectaculaire enre­


gistré depuis la généralisation de la vacci­
nation contre le Covid­19 a provoqué une
que la productivité, aboutissant à une dé­
formation du partage de la valeur ajoutée
au profit du capital. La demande d’un réé­
déformant de la primaire désorganisation des circuits d’approvi­
sionnement. L’offre ayant du mal à s’ajus­
ter à la demande, des goulets d’étrangle­
quilibrage n’a jamais été aussi forte.
Celle­ci est légitime pourvu que l’on n’as­
siste pas au même scénario que dans les an­
ment se forment et tirent les prix à la nées 1970, lors du premier choc pétrolier,

U
n peu plus de hausse. Energie, matières premières, biens qui a débouché sur une période de stagfla­
125 000 adhérents, à PARCE QU’ELLE  intermédiaires, difficultés de recrutement : tion mêlant ralentissement de la croissance
jour de cotisation, EST DEVENUE UNE  les déséquilibres se multiplient, mais de­ et forte augmentation des prix et des salai­
vont choisir le pro­ vraient se résorber progressivement, expli­ res. Certes, celle­ci avait permis à toute une
chain candidat Les Républicains à FORTERESSE ASSIÉGÉE,  quent­ils. Voire ! génération d’emprunteurs d’accéder plus
la présidentielle, lors du congrès Depuis le déclenchement de cette crise, facilement à la propriété en allégeant le
LA DROITE DÉVELOPPE 
prévu le 4 décembre. Définitive­
ment arrêté mercredi 18 novem­
bre, le corps électoral apparaît ri­
quiqui comparé aux 4,4 millions
de sympathisants qui avaient par­
UNE VISION DU PAYS 
ANXIOGÈNE SUR 
P endant des années, la plupart des
économies avancées se sont lamen­
tées sur la disparition de l’inflation.
Malgré la croissance, une situation de
plein­emploi dans la grande majorité d’en­
rien ne se passe comme prévu. La pandé­
mie devait provoquer une explosion du
chômage et une avalanche de faillites. Ni
l’une ni l’autre n’ont eu lieu. Sur l’inflation,
le ton rassurant d’il y a six mois n’est déjà
coût des mensualités de remboursement.
Rien ne dit que les mêmes effets redistri­
butifs se reproduiraient aujourd’hui : les
prix de l’immobilier sont beaucoup plus
hauts, empêchant quantité d’emprunteurs
ticipé à la primaire de la droite TOUS LES PLANS tre elles et des taux d’intérêt à des niveaux plus de mise. Les banques centrales admet­ d’entrer sur le marché. En revanche, l’his­
en 2016. Le match ne se joue ce­ historiquement bas, les indices de prix res­ tent désormais que la transition sera plus toire a montré qu’une inflation durable
pendant pas complètement à gui­ taient désespérément atones. A ce moment longue qu’anticipée. provoque à la fois une érosion du pouvoir
chets fermés : les quatre débats té­ ininterrompues, Emmanuel Ma­ de la crise pandémique, la forte reprise fait Il est encore trop tôt pour dire si le provi­ d’achat, dont les premières victimes sont
lévisés prévus jusqu’au 30 no­ cron est parvenu à produire suffi­ enfin sortir l’inflation de sa torpeur. La soire a vocation à durer. Si un peu d’infla­ les revenus les plus faibles, et une perte de
vembre entre Valérie Pécresse, Xa­ samment de résultats en termes question est de savoir jusqu’à quel point. tion n’est pas mauvais, la vigilance est de valeur de la monnaie qui ronge l’épargne.
vier Bertrand, Michel Barnier, Eric de croissance économique et de C’est aux Etats­Unis que la tendance est la mise. La formation d’une boucle entre la La ligne de crête est périlleuse. Agir trop
Ciotti et Philippe Juvin attirent un recul du chômage pour amplifier plus nette. En octobre, les prix se sont en­ hausse des prix et celle des salaires aurait tôt pour prévenir les menaces inflation­
nombre de téléspectateurs sensi­ son entreprise de déshabillage du volés de 6,2 % sur un an. Du jamais­vu de­ des effets économiques et politiques aux nistes risquerait de casser une croissance
blement plus important que celui camp libéral sur l’air optimiste du puis novembre 1990. En zone euro, le re­ conséquences incontrôlables. chèrement acquise grâce à des politiques
des votants. Le premier, lundi « on va y arriver » : valeur travail, bond est pour le moment moins spectacu­ Aux Etats­Unis, les rémunérations sont budgétaires inédites. Laisser courir la
8 novembre, sur LCI, a été suivi par réforme des retraites, relance du laire, mais la hausse de 4,1 % sur un an déjà clairement orientées à la hausse, tan­ hausse des prix mènerait à un mirage
838 000 personnes, le deuxième, nucléaire, tout y est passé lors de enregistrée en octobre constitue un plus dis qu’en Europe la flambée des prix de dont les effets pourraient être tout aussi
dimanche 14 novembre, sur sa dernière intervention télévisée, haut depuis treize ans. l’énergie commence à nourrir des revendi­ douloureux. 
BFM­TV, en a concerné 817 000. Il le 9 novembre. Et s’il reste encore
est à parier que plus l’échéance du des aspérités, d’autres au gouver­
congrès approchera, plus leur nement se chargent de les aplanir.
nombre grossira. Dans son dernier livre, Un éter­
Ce hiatus entre un corps électo­ nel soleil (Albin Michel, 208 p.,
ral réduit à la portion congrue et 18,90 euros), le ministre de l’éco­
un public plus large produit l’effet nomie, Bruno Le Maire, transfuge
d’une glace déformante : pour es­ de LR et soutien d’Emmanuel Ma­
pérer l’emporter, les cinq préten­ cron, trace une feuille de route
dants ne doivent pas s’adresser à pour le prochain quinquennat que
l’ensemble des téléspectateurs qui Valérie Pécresse, Xavier Bertrand
les observent. Ils doivent exclusi­ et Michel Barnier seraient bien en
vement parler aux militants qui peine de renier : réduction de la
ont déjà fait la démarche d’adhé­ dette publique, rétablissement de
rer ou de réadhérer à LR et qui ont la balance commerciale, refonda­
maintenant le pouvoir de choisir tion du modèle éducatif… Il s’agit
leur champion. Il en résulte un ton de poursuivre sur la lancée de
et des postures qui sont souvent 2017, tout en corrigeant ce qui
en décalage avec la réalité du pays, pose problème. Imparable.
mais qui mettent bien en évi­ L’autre point marquant des dé­
dence les contraintes qui s’exer­ bats télévisés est la survalorisa­
cent aujourd’hui sur la droite. tion de la question sécuritaire et
Parce qu’elle est, elle­même, deve­ plus encore migratoire, avec en
nue une forteresse assiégée, ses re­
présentants développent une vi­
toile de fond la « menace isla­
miste » et la crise identitaire. A en­
LE SALON DES MBA ET
sion du pays particulièrement an­
xiogène : dette, chômage, sécurité,
tendre les cinq prétendants, la
France serait devenue un coupe­ EXECUTIVE MASTERS
immigration, rien ne va. Et tant pis gorge, doublé d’une passoire. Pire,
si la réalité ne cadre pas complète­ elle risquerait de ne plus être la
ment avec ce tableau d’ensemble. France. L’urgence à réagir, la né­
La sémantique, dans ce genre cessité de convaincre les électeurs
d’exercice, est instructive. Habi­ de droite qu’une autre politique
tuée à parler carré mais sur un ton
modéré, Valérie Pécresse, à qui ses
est possible entretiennent une su­
renchère sans fin.
SAMEDI 27 NOVEMBRE
concurrents reprochent une pos­ Le plus européen des candidats,
sible compatibilité avec Emma­ Michel Barnier, ancien commis­
nuel Macron, a été obligée de s’en­ saire au marché intérieur et aux
canailler un peu. Après avoir ac­
cusé le président de la République
services financiers, ancien négo­
ciateur du Brexit, en vient à vou­ 10H30 - 17H PALAIS BRONGNIART, PARIS 2e
de « cramer la caisse », en distri­ loir nationaliser la politique mi­
buant des milliards d’euros à des
fins électorales, elle lui reproche
gratoire et à remettre en cause,
pendant au moins un certain
17H - 20H EN LIGNE
d’avoir fait un « hold­up sur les temps, les règles et la justice euro­
idées de la droite ». péenne. La transgression affaiblit
de facto l’idéologie de la droite li­ Conférences avec les journalistes du Monde
La thématique de l’illégitimité bérale et européenne, sans qu’elle
Au palmarès de la formule qui fait n’assure pour autant de freiner la
Rencontres avec les établissements les plus reconnus
mouche, la présidente de la région fuite de l’électorat LR vers Marine
Ile­de­France est en passe de rem­ Le Pen, et plus encore vers Eric

DIRIGEZ VOTRE CARRIÈRE !


porter la palme, mais au risque de Zemmour.
renforcer encore le côté victimaire Les débats télévisés ont pour ef­
de son camp. A l’entendre, le chef fet d’engendrer leur propre dyna­
de l’Etat serait un brigand qui mique. Ils offrent une vitrine aux
aurait dérobé aux anciens mem­ candidats les plus radicaux et les
bres de l’UMP leur fond de com­ plus cohérents, qui poussent le
merce pour en faire un mauvais bouchon très loin, au point de
usage. « Emmanuel Macron est le vouloir abolir la frontière avec
président de la dette », renchérit l’extrême droite. Ainsi d’Eric
Xavier Bertrand. Ciotti, qui n’hésite pas à revendi­
Cette thématique de l’illégiti­ quer son « amitié » pour le polé­
mité est celle que développent le miste qui fait trembler LR. Le dé­
Parti socialiste et Les Républicains puté des Alpes­Maritimes reprend
depuis le début du quinquennat. à son compte le thème de la préfé­
Elle sonne agréablement aux rence nationale et de la remise en
oreilles du dernier carré de mili­ cause du droit du sol, en rappelant
tants, mais manque d’efficacité dans Le Point (daté du 11 novem­
au­delà. En quatre ans de crises bre) qu’Edouard Balladur et Valéry
Giscard d’Estaing n’avaient pas hé­
sité à porter ce type de proposi­ INFO & INSCRIPTION GRATUITE
IL EN RÉSULTE 
tions dans les années 1990.
Cela lui permet de récuser,
MBA-FAIR.GROUPELEMONDE.FR
comme Eric Zemmour, la fusion
UN TON ET DES  du RPR et de l’UDF, intervenue
POSTURES QUI  en 2002, sous l’égide de Jacques
Chirac, pour faire barrière à Jean­
SONT SOUVENT Marie Le Pen, et d’ouvrir la voie à
un rapprochement entre les deux
EN DÉCALAGE  camps, peu importe le leader. Le
AVEC LA RÉALITÉ  cheval de Troie est dans la place.
La fragilité de LR n’en est que plus
DU PAYS apparente. 
Faux aveux
La recherche  Carambolage 

mène  entre brevet
et innovation

l’enquête
La défense de la
propriété intellectuelle
va­t­elle faire capoter
l’adoption d’une
solution européenne
pour un futur standard
de cryptologie ?
PAGE 2

Museler les 
« chatbots » ?
Le Comité national
pilote d’éthique du
numérique alerte sur
les risques liés aux auto­
mates conversationnels,
brouillant la frontière
humain­machine
et capables de se muer
en agents d’influence
PAGE 3

OLIVIER BALEZ
Entretien
Depuis les années 1980, de nombreux mieux en comprendre les mécanismes et les fac­ (Stock, 2016), la journaliste Julie Brafman évoque Les Français 
travaux ont exploré les ressorts des
teurs de risque, contribuant ainsi à la prévention et à
la révision de condamnations injustifiées. Cette
science des faux aveux s’appuie en partie sur des tra­
d’autres cas, dont ceux de Marc Machin ou encore
Richard Roman. Des dossiers emblématiques de
fausses confessions conduisant à des erreurs judi­
désenchantés 
faux aveux, identifiant de nombreux
facteurs de risque, liés au contexte
vaux de psychologie expérimentale qui ont démon­
tré qu’il est tout à fait possible, dans certaines condi­
ciaires ont donné lieu à des documentaires, des
films, des séries. Ainsi de Dans leur regard, une mi­
face à la science
tions, de convaincre des individus qu’ils sont nisérie américaine sortie sur Netflix en 2019, inspi­
et à la personnalité de l’accusé. l’auteur de fautes, voire de délits. Un piratage de leur rée par l’histoire édifiante des « cinq de Central Le sociologue
cerveau, en quelque sorte. « On peut parler d’un “âge Park ». Ces adolescents noirs ou hispaniques ont Michel Dubois, qui a
Plongée dans un domaine méconnu d’or” de la recherche, des études de cas et de l’impact passé des années en prison pour l’agression et le
de la recherche scientifique judiciaire », estime l’un des grands spécialistes du viol d’une joggeuse, en 1989, avant qu’un violeur en codirigé la huitième
domaine, l’Islando­Britannique Gisli Gudjonsson, série ne révèle, en 2002, être l’unique coupable. édition de l’enquête
professeur émérite de psychologie légale (King’s Au­delà des affaires les plus médiatiques, les faux
Par SANDRINE CABUT College de Londres), dans un article de synthèse aveux seraient, même si les données chiffrées sont
nationale « Les Français
publié en février dans Frontiers in Psychology. parcellaires, loin d’être exceptionnels. L’Américain et la science », lancée

A
vouer un délit ou même un crime Quelques cas de personnes condamnées après de Richard Leo, professeur de droit et de psychologie à en 1972, remet en pers­
qu’on n’a pas commis ? A première faux aveux et mises dans un second temps hors de l’université de San Francisco, autre acteur histori­
vue, l’idée paraît absurde. Les faux cause sont dans toutes les mémoires, tel, en France, que des recherches sur le sujet, explique ainsi au pective la « défiance »
aveux sont pourtant une réalité bien celui de Patrick Dils qui, encore adolescent, recon­ Monde avoir rassemblé plus de 250 cas prouvés. Ces souvent attribuée
au­delà de l’anecdote, et de nombreu­ nut un double meurtre d’enfants et passa près de dossiers, encore en cours d’analyse, devraient être
ses recherches scientifiques menées sur le sujet de­ quinze ans en prison avant d’être innocenté, soumis pour publication en 2022.
à nos compatriotes
puis une quarantaine d’années ont permis de en 2002. Dans son livre enquête Vertiges de l’aveu → L I R E L A S U I T E PAG E S 4 - 5 PAGE 8

Cahier du « Monde » No 23906 daté Mercredi 17 novembre 2021 ­ Ne peut être vendu séparément
ACTUALITÉ
2| ·
LE MONDE SCIENCE & MÉDECINE
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

Quand un brevet perturbe l’innovation postquantique
RECHERCHE - Le CNRS refuse de céder sa propriété intellectuelle sur un procédé cryptographique en lice dans un défi mondial de standardisation

A
vouloir le beurre et l’argent du
beurre, la recherche française
pourrait n’avoir ni l’un ni l’autre.
Une histoire compliquée de bre­
vet, détenu par le CNRS, est en ef­
fet en train de perturber une compétition infor­
matique majeure, au point de handicaper les
chances de victoire de chercheurs nationaux,
pourtant bien placés.
Cette compétition, organisée par le National
Institute of Standards and Technology (NIST),
l’organisme de référence américain de standar­
disation, doit garantir rien de moins que l’ave­
nir de la sécurité des échanges électroniques,
sur le Web, les mobiles, les cartes bancaires et
autres cartes à puce. Autrement dit, toute la vie
numérique sociale et économique.
Une menace plane en effet sur ces technologies
utilisant des systèmes cryptographiques de chif­
frement et d’authentification robustes pour
payer, communiquer, accéder à des services… Jus­
que­là, ils semblaient solides car ils reposent sur
des opérations mathématiques compliquées à
réaliser. Par exemple, multiplier deux nombres
premiers entre eux pour former un grand nom­
bre est facile à calculer, mais faire l’inverse est dif­
ficile (opération dite « de factorisation »). Cette
propriété garantit leur solidité, du moins avec les
ordinateurs actuels. Or, de nouvelles machines,
dites « quantiques », sont en cours de développe­
ment et pourraient factoriser plus rapidement,
mettant à bas la précieuse sécurité. Des alternati­
ves, déjà déployées, à l’opération de factorisation
sont aussi menacées.
En décembre 2016, le NIST a donc lancé un défi
à la communauté scientifique pour trouver des Un jeu sérieux, Cryptris, réalisé par Kyber, finaliste de la compétition du NIST, destiné à expliquer le fonctionnement de leur algorithme de chiffrement. INRIA/DIGITAL CUISINE/CWI
algorithmes « postquantiques » résistant à ces
nouvelles machines. 82 propositions sont arri­
vées et la dernière étape de sélection est enga­ de Saber. Le déploiement des procédés à base de « C’est indigne d’un organisme public, estime 60 spécialistes qui y disent craindre que « cette
gée depuis juillet 2020 pour sept finalistes. courbes elliptiques, remplaçant déjà les systè­ Mehdi Tibouchi, non­participant à la compéti­ prise de position du CNRS ne ternisse durable­
« Nous ferons connaître nos choix fin 2021 ou dé­ mes de factorisation, a été retardé par des procé­ tion, cryptographe chez l’opérateur télécoms ja­ ment son image et celle de notre communauté,
but 2022 », explique Dustin Moody, le responsa­ dures juridiques liées aux brevets. Le très connu ponais NTT. Ce sera dommageable aux utilisateurs du fait de décisions stratégiques cruciales que
ble de l’équipe de quinze personnes au NIST système RSA, pourtant breveté et très répandu, et à la communauté scientifique. » « Cela fait crain­ nous subissons sans jamais avoir été consultés ni
chargée de cette compétition. n’avait aucun concurrent. Pour éviter d’inévita­ dre que le mieux­disant technique, que j’estime être même informés ».
Parmi les derniers finalistes, quatre projets bles procédures juridiques freinant le déploie­ Kyber, risque d’être écarté. Cette histoire n’amélio­ « La situation est compliquée car le brevet est dé­
concernent le chiffrement dit « à clé publique », ment, la meilleure option serait, pour le NIST, rera pas l’image du CNRS, qui devrait plutôt négo­ tenu par un tiers et non par les candidats. Nous
dont deux impliquent des Français, et trois d’écarter Saber et Kyber… cier l’affichage de la qualité de ses chercheurs, plu­ sommes toujours en discussion avec le CNRS », rap­
l’authentification, avec dans chacun d’eux des Le CNRS ne partage pas cette analyse. « La ques­ tôt que de l’argent », défend Nicolas Sendrier, cher­ pelle Dustin Moody, qui reconnaît que ce serait
membres français. Un brevet du CNRS, déposé tion des brevets n’est qu’un paramètre d’apprécia­ cheur Inria, finaliste lui aussi mais non concerné mieux qu’il n’y ait pas de brevet car leur but est de
en 2010 et expirant en 2033, serait susceptible de tion des mérites des candidats, plaide Jean­Luc par le brevet. « Le CNRS est à côté de la plaque ! », standardiser une solution la plus adaptée aux be­
s’appliquer à deux procédés de chiffrement, Sa­ Moullet, directeur général délégué à l’innova­ tranche Léo Ducas, membre de Kyber, chercheur soins. Techniquement, mais aussi juridiquement.
ber (essentiellement de l’Université catholique tion du CNRS. C’est une pratique courante en sé­ aux Pays­Bas dans l’organisme public de recher­ Or, rien ne dit que le brevet du CNRS s’applique
de Louvain en Belgique) et Kyber, plus internatio­ curité informatique de déposer des brevets. Il n’est che en mathématiques et informatique CWI. bien à Saber et Kyber. « Ce n’est pas applicable ! »,
nal avec trois membres français. pas anormal qu’il y ait un juste retour de notre ac­ insistent de concert Damien Stehlé et Frédérik
C’est de là que vient le problème. « Ce brevet tivité de recherche et que le CNRS obtienne des li­ Un tiers dans l’affaire Vercauteren. Le premier, avec un de ses collègues,
plombe notre candidature », estime Damien cences auprès de grandes entreprises américai­ La controverse réveille les anciennes querelles a posté, le 8 octobre sur le forum du NIST consacré
Stehlé de l’ENS Lyon, membre de Kyber. Comme nes comme les GAFA. » L’organisme de recherche sur les finalités de la recherche. D’un côté valori­ à la compétition, une analyse montrant pour­
lui, plusieurs collègues pensent en effet que, les espère clairement tirer des revenus de cette ser financièrement des connaissances, de l’autre quoi. Ironie de l’histoire, il a trouvé un argument
différences techniques étant minces entre les compétition. Il a ainsi officiellement aban­ les rendre disponibles au plus grand nombre. de la « bouche » même du CNRS ! Depuis 2017, le
candidats, c’est l’argument de la propriété intel­ donné toute revendication de son brevet pour « Cette histoire de brevet pourrait saccager dix ans brevet du CNRS est contesté par un cabinet d’avo­
lectuelle qui ferait pencher la balance. « En cryp­ les candidats « authentification », « au regard de travail ! », regrette Damien Stehlé, pour qui cats, Keltie, pour le compte d’un client dont l’iden­
tographie, les brevets n’ont pas bonne réputation. des faibles perspectives d’exploitation » sur ces l’intérêt de gagner une telle compétition est de tité n’a pas été divulguée. Le 26 octobre, le CNRS a
Certains systèmes ont été brevetés et n’ont jamais derniers, précise au Monde l’organisme. En re­ faire reconnaître le savoir­faire de la recherche eu gain de cause, mais sa défense a insisté sur le
servi. D’autres, comme le très connu AES, sorti de vanche, pour la partie chiffrement, le CNRS a française et européenne. fait que le brevet concernait des procédés ayant
mon laboratoire, n’ont pas été brevetés et servent proposé un taux de rémunération de 1 % du li­ Plusieurs courriers pour informer la direction une propriété mathématique particulière, qui
universellement », rappelle Frédérik Vercaute­ censing de ce brevet, sans vouloir communiquer du CNRS de la situation ont été envoyés ou vont n’est justement pas celle de Kyber et Saber. 
ren, de l’université de Louvain et contributeur l’estimation des revenus potentiels. l’être, dont l’un, signé le 12 novembre par plus de david larousserie

Le Mexique dénonce le pillage de son patrimoine
ART PRÉCOLOMBIEN - La ministre mexicaine de la culture condamne la vente de 139 pièces par la maison Christie’s, à Paris

mexico ­ correspondance chics salons de Christie’s, situés compte 68 peuples indigènes, Sans compter que de nombreux et d’histoire (INAH) mexicain. Sur n’avons aucune raison de penser
avenue Matignon, rapportant qui représentent environ 10 % de collectionneurs ont acquis des les 87 pièces d’origine mexicaine que les biens proviennent d’une

L a mobilisation de cinq pays


latino­américains n’a pas
suffi. Mercredi 10 novem­
bre à Paris, 139 pièces d’art préco­
lombien et taïno ont été mises en
plus de 3 millions d’euros. Le clou
de la vente était une hache maya
de 34 cm, réalisée entre 200 et
600 au Mexique, représentant un
homme contorsionné avec un
ses 126 millions d’habitants.

Casse-tête légal
« Ces ventes sont illégales », dé­
nonce Alejandra Frausto, qui rap­
œuvres avant notre loi de 1972. »
Un casse­tête légal auquel s’est
confronté Mexico à maintes repri­
ses. Sa levée de boucliers, en 2019,
contre deux ventes organisées par
mises aux enchères mercredi,
quinze sont des faux, selon l’INAH.
« Ces ventes favorisent le marché
des contrefaçons », avertit Alejan­
dra Frausto, qui confie vouloir
source illicite ou que leur vente
serait contraire à la loi française ».
La croisade menée à travers le
monde par le gouvernement
mexicain a permis de récupérer
vente par Christie’s. La veille, le serpent dans les bras. La pièce en pelle qu’une loi fédérale, votée Millon et Sotheby’s s’était aussi « dissuader les acheteurs poten­ plus de 5 000 pièces historiques
communiqué commun des am­ roche métamorphique a été ac­ en 1972, protège les pièces trou­ soldée par des échecs. Depuis, les tiels ». Dix des quinze faux présu­ depuis trois ans. « Mais, à la diffé­
bassades de Colombie, du Guate­ quise pour 692 000 euros, soit vées dans les zones archéologi­ déconvenues se multiplient. Paris més ont trouvé acquéreur. En tête, rence de l’Italie et de l’Allemagne, la
mala, du Honduras, du Mexique et trois fois son estimation initiale. ques du Mexique. La ministre a et Mexico ont pourtant signé, le cette représentation d’une chaise France n’a pas rendu d’œuvres ap­
du Pérou réclamait pourtant l’an­ 71 autres pièces mexicaines ont adressé, en octobre et novembre, 1er juillet, une « déclaration d’in­ à porteurs sculptée de 37 cm de partenant au Mexique », se désole
nulation de l’événement, dénon­ été mises aux enchères mercredi. deux lettres à Christie’s. « Ils m’ont tention pour le renforcement de la hauteur, présentée par Christie’s la ministre. Les autorités italien­
çant le « commerce illégal » de leur « Le patrimoine culturel n’est répondu que la vente respecte la loi coopération contre le trafic illicite comme issue de la civilisation nes ont même suspendu, en sep­
patrimoine historique. Un combat pas un objet commercial », décla­ française, qui reconnaît comme de biens culturels ». Et Alejandra Mezcala, dans le sud­est du Mexi­ tembre, la mise aux enchères de
culturel limité par la législation rait au Monde la ministre de la propriétaire celui qui possède le Frausto d’expliquer : « La déclara­ que, qui s’est vendue 93 750 euros. 17 pièces préhispaniques. « Face à
française, qui renvoie à la bonne culture mexicaine. Depuis octo­ bien, favorisant le droit à la pro­ tion qui renforce la vigilance des L’INAH assure pourtant que la une législation française qui nous
volonté des collectionneurs. bre, son gouvernement récla­ priété au détriment de la protection deux pays va dans le bon sens. Mais pièce est de « confection récente ». défavorise, nous cherchons à ré­
« Ce genre de transaction encou­ mait l’annulation de la vente. du patrimoine culturel étranger », la démarche ne porte pas sur les De son côté, Christie’s indique veiller les consciences des acheteurs
rage le pillage, le trafic illicite et le « Nous exigeons la restitution des regrette­t­elle. En conséquence, pièces acquises dans le passé. » « consacrer des ressources consi­ et l’éthique des vendeurs », milite
blanchiment des biens perpétrés pièces. Leur place est dans un mu­ c’est au justiciable de prouver le ca­ Pas de quoi décourager la minis­ dérables à la recherche de la pro­ Alejandra Frausto. Un demi­échec
par la délinquance organisée », sée, car elles représentent l’iden­ ractère illicite des pièces vendues. tre, qui a adressé, début novembre venance des œuvres proposées à pour la ministre, qui précise que
fustige le communiqué des cinq tité de nos civilisations anciennes, « Or, c’est très difficile, avec le trafic à Christie’s, les conclusions d’une la vente ». Dans le cas de la vente « seuls 17 des 26 lots mis aux enchè­
ambassades à Paris. Les enchères dont certaines sont encore bien vi­ illégal, d’identifier le moment de étude réalisée par les experts de du 10 novembre, « ces vérifica­ res ce jour­là ont été vendus ». 
se sont déroulées dans les très vantes aujourd’hui. » Le Mexique leur sortie du territoire mexicain. l’Institut national d’anthropologie tions ont été effectuées et nous frédéric saliba et harry bellet
ACTUALITÉ
·
LE MONDE SCIENCE & MÉDECINE
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 |3

La menace des « chatbots » manipulateurs TÉLESCOPE
b
MÉDEC IN E
Sida : un deuxième patient
INTELLIGENCE ARTIFICIELLE - Le Comité national pilote d’éthique du numérique alerte séropositif spontanément guéri
sur les risques liés aux agents conversationnels, qui brouillent la frontière humain-machine Des scientifiques du Ragon Institute,
à Boston, viennent d’annoncer qu’un patient
séropositif était parvenu à éliminer sans trai­

A vec leurs icônes sourian­


tes, leur façon de s’expri­
mer poliment sous forme
de textos sans fautes, dans des bul­
les aux couleurs douces, ils n’ont
tement le virus du sida de son organisme.
Après le « patient de San Francisco », identifié
en 2020 par la même équipe, c’est la
deuxième fois qu’une personne infectée
parvient à se débarrasser spontanément du
l’air de rien. « Ils », ce sont les agents pathogène. Le VIH a la particularité de créer
conversationnels, ou chatbots, ou des réservoirs du virus dans le génome de
encore assistants virtuels ou vo­ certaines cellules que le système immuni­
caux, qui fleurissent sur les mobi­ taire, comme les médicaments, ne parvient
les, les messageries ou réseaux pas à atteindre. Chez ce « patient Esperenza »,
sociaux, les sites Web, pour guider les chercheurs américains ont séquencé plus
les utilisateurs, répondre à leurs de 1,5 milliard de cellules du sang et de diffé­
questions les plus fréquentes, les rents tissus et n’y ont pas trouvé trace du
informer sur la pandémie… virus. Un exploit à mettre, selon eux, à l’actif
Mais à lire le dernier avis du Co­ de certaines cellules T très spécifiques.
mité national pilote d’éthique du > Turk et al., « Annals of Internal Medicine »,
numérique (CNPEN) du 9 novem­ 15 novembre
bre, ces inoffensifs robots sont por­
teurs de plusieurs risques qu’il ASTRO P HYS IQ U E
s’agit de réguler, étudier ou antici­ Toujours plus d’ondes
per. D’autant que la nouvelle géné­ gravitationnelles détectées
ration, nourrie des dernières avan­ Les détecteurs géants Ligo (photo) et Virgo –
cées de l’intelligence artificielle deux aux Etats­Unis et un en Italie – ont
dans la compréhension et la géné­ ajouté, le 8 novembre, 35 nouvelles observa­
ration du langage, promet des tions à leur catalogue d’ondes gravitation­
améliorations susceptibles d’aug­ nelles, ces signaux extraterrestres qui se­
menter ces risques. En rappro­ couent l’espace­temps et sont causés par la
chant encore plus l’artifice du na­ collision de deux objets massifs comme des
turel, ces nouvelles versions trous noirs ou des étoiles à neutrons. Depuis
brouillent aussi les frontières entre la première détection, en 2015, 90 événe­
humain et machine. Les agents conversationnels fleurissent sur les écrans, souvent dans le but de guider les utilisateurs. SHUTTERSTOCK/AP ments ont été découverts. Cette nouvelle
« C’est, à notre connaissance, la astronomie a découvert des populations de
première fois au monde qu’un texte trous noirs inconnues jusqu’alors, d’une
produit est centré sur les questions parle avec une machine. La Califor­ qu’il faudrait étudier l’ajout des rue. La nouveauté est que les pro­ masse cent fois plus importante que celle de
éthiques posées par ces agents con­ nie l’a fait et les débats ont été assez chatbots dans l’annexe des appli­ pos vont au­delà de la remémora­ notre Soleil. La plus petite étoile à neutrons,
versationnels », estime Claude Kir­ tendus », rappelle Laurence Devil­ cations de l’intelligence artificielle tion de souvenirs ou de paroles
chner, le président du CNPEN. lers, professeure à Sorbonne Uni­ dites « à haut risque », qu’une pro­ exacts, puisque la machine crée
Autre originalité de cet avis, il versité, corapporteuse de l’avis position de règlement européen a des phrases inédites.
ajoute à la traditionnelle liste de re­ avec Alexei Grinbaum (CEA). Leur commencé à élaborer en avril. Le San Francisco Chronicle a relaté
commandations un catalogue de texte suggère aussi de limiter les L’avis souhaite que les fabricants ainsi, le 23 juillet, une expérience
questions de recherche et de con­ personnifications de ces robots et informent sur les capacités « mani­ troublante de conversation entre
seils aux concepteurs de chatbot, de laisser la possibilité à l’utilisa­ pulatrices » de leurs chatbots, et un jeune homme et un avatar de
invités à s’interroger très en amont teur de changer le genre, le nom, la qu’ils évitent toute manipulation son amie disparue conçu avec le
sur leurs créatures. Si ces réflexions voix de l’assistant virtuel. Mais malveillante. Pour les jouets d’en­ dernier modèle de langue, GPT­3, de
précoces avaient animé les ingé­ l’avis prend un ton plus sombre sur fant, l’avis suggère un encadre­ l’entreprise OpenAI. Pour le CNPEN,
nieurs de Microsoft en 2016, ils deux domaines d’applications en­ ment et des évaluations des effets une réglementation s’imposera sur
n’auraient sans doute pas lancé core émergents. D’une part les sur les comportements. « Tous les ces deadbots après « une réflexion
leur robot Tay sur Twitter. En quel­ agents « manipulateurs », et d’autre acteurs de la société doivent rester éthique approfondie à l’échelle de
ques heures, avant d’être débran­ part les avatars qui font parler les vigilants quant aux effets futurs des toute la société ». Quant aux « anges
ché, celui­ci a produit des tweets ra­ morts, deadbots en anglais. agents conversationnels sur les gardiens », ils peuvent devenir de
cistes et insultants. croyances, opinions et décisions des véritables amis virtuels, dont il con­ 1,2 fois plus massive que le Soleil, a aussi été
L’avis du CNPEN invite donc les Créer des émotions utilisateurs (…), et éviter de considé­ vient d’étudier les effets psychologi­ repérée. Après des améliorations techni­
ingénieurs à réduire les biais (de Comme les futurs chatbots seront rer cette technologie comme neutre ques sur les utilisateurs. Pour les ex­ ques, depuis mars 2020, les observations
genre, de langage…) de leurs robots, capables de générer des propos iné­ ou dépourvue de signification éthi­ perts, un encadrement de ces appli­ reprendront à la mi­2022, avec l’ajout du dé­
et les chercheurs à travailler sur la dits, à l’allure très naturelle, et nour­ que et politique », préviennent les cations est à prévoir, alors que plu­ tecteur japonais Kagra. (PHOTO : CALTECH/MIT/LIGO LAB)
détection automatique des propos ris éventuellement d’informations auteurs de l’avis. sieurs entreprises sont déjà sur ce
non désirables, et à développer des personnelles, ils seront plus à même Les deadbots et les « anges gar­ marché de la collecte de souvenirs, GÉO LO G IE
méthodes d’évaluation de ces de créer des émotions, de suivre les diens » font l’objet de trois préconi­ tels HereAfter AI, ou Toodays en Un nouveau minéral naturel,
agents. Côté préconisations, il sug­ techniques dites « du coup de sations sur treize. Ces agents ap­ France. « Nous ne voulons pas blo­ le silicate de calcium CaSiO3
gère d’éviter qu’un robot réponde à pouce » (ou nudge, en anglais) pour prennent à partir de données per­ quer la technologie. Au contraire, Pour la première fois, un silicate de calcium
une insulte par une insulte et aussi inciter les utilisateurs à telle ou telle sonnelles, tweets, posts, images, nous posons des jalons pour garantir issu du manteau terrestre a été identifié,
qu’il ne rapporte pas à son fabricant action, de modifier des comporte­ textos… pour construire un « patri­ la confiance et inciter les industriels à piégé dans un diamant trouvé au Botswana.
le comportement de cet utilisateur. ments pas à pas… Lors de la confé­ moine émotionnel », qui peut en­ bien faire les choses », rappelle Lau­ Celui­ci se serait formé à près de 700 kilomè­
« La première décision à prendre rence de presse de présentation de suite alimenter des conversations rence Devillers. Le débat est lancé.  tres de profondeur avant de remonter vers la
est d’informer l’utilisateur qu’il l’avis, les rapporteurs ont estimé avec la personne vivante ou dispa­ d. l. surface. Baptisé « davemaoite » en l’honneur
du géophysicien Dave Mao, le CaSi03 a été ap­
prouvé en tant que nouveau minéral naturel
par l’Association minéralogique internatio­
nale. La nouveauté réside dans le fait qu’il a

Du kérosène fait d’eau, d’air et de soleil conservé la structure cristalline cubique liée


à la haute pression lors de sa formation, alors
que les échantillons obtenus en laboratoire
la perdent. Après la « bridgmatite » trouvée
dans une météorite en 2014, il s’agit du seul
CHIMIE - Un démonstrateur produit à très petite échelle des hydrocarbures sans énergie fossile minéral de silicate issu du manteau profond
jamais observé dans la nature.
> Tschauner et al., « Science », 12 novembre

T els des alchimistes des


temps modernes, des scien­
tifiques sont parvenus à
l’acronyme anglais) extrait le CO2
et la vapeur d’eau de l’air ambiant.
Il s’agit d’un procédé connu mais
en dioxygène (O2) par thermolyse,
ou dissociation thermochimique.
L’énergie est fournie par deux réac­
puis plus de dix ans est désormais
scientifiquement démontrée.
Reste que des obstacles demeu­

10 %
créer des hydrocarbures à partir… complexe, tant le CO2 est rare dans teurs solaires qui, pour atteindre rent avant d’envisager une indus­
de l’air ambiant, et avec un petit l’atmosphère. La machine contient les plus de 2 000 degrés nécessai­ trialisation. Pour Aldo Steinfeld, il
coup de pouce du soleil. Leur « sys­ un sorbant (ici une solution à base res, sont flanqués de deux grands faudrait recouvrir 45 000 kilomè­
tème de production solaire de com­ d’amines) qui « adsorbe » l’air, miroirs paraboliques réfléchis­ tres carrés de ces centrales solaires à
bustible », présenté dans la revue autrement dit qui le fixe, comme sants permettant de concentrer le hydrocarbures pour couvrir la de­
Nature du 3 novembre, n’est certes un papier tue­mouches arrive à rayonnement solaire de plusieurs mande mondiale en kérosène. C’est C’est la perte de poids moyenne enregistrée en
qu’un prototype, mais il fonctionne attraper les insectes. ordres de grandeur. Le H2 ainsi ob­ certes beaucoup (un peu plus vaste quarante ans par certaines espèces d’oiseaux
tranquillement en conditions réel­ tenu est associé à du monoxyde de que la Suisse), mais cela ne repré­ amazoniens. Une étude publiée dans Science
les sur le toit d’un laboratoire de Machine opérationnelle carbone (CO), obtenu quant à lui à sente que 0,5 % de la superficie du Advances, lundi 15 novembre, a suivi 77 espè-
l’Ecole polytechnique fédérale de Les scientifiques n’ont pas eu à partir de la thermolyse du CO2. Sahara, où le soleil ne manque pas. ces de volatiles non migrateurs de la forêt pri-
Zurich (EPFZ) et constitue une inté­ chercher bien longtemps pour L’ensemble forme alors du « syn­ S’agissant du coût estimé, avec maire sud-américaine pour mesurer l’effet du
ressante preuve de concept pour avoir une machine opération­ gas », ou gaz de synthèse. Ce dernier entre 1,2 et 2 euros le litre, ce carbu­ changement climatique. Pendant ces quarante
des développements ultérieurs, et nelle : elle est fabriquée à l’autre passe enfin dans la troisième unité, rant est sans surprise plus cher ans, la température a augmenté de 1,6 °C pen-
pourquoi pas un jour la production bout de la ville par la compagnie qui le convertit en hydrocarbures que le kérosène fossile (environ dant la saison sèche, avec des précipitations
à grande échelle d’hydrocarbures Climeworks, l’un des pionniers en ou en méthanol. 0,7 euro le litre). Malgré une ma­ réduites de 15 %, et de 1 °C durant la saison
au bilan carbone neutre. matière de capture du CO2 atmos­ Evidemment, les gros SUV zuri­ tière première abondante et gra­ humide, avec 13 % de pluies supplémentaires.
Le professeur Aldo Steinfeld et phérique. En tout, le DAC aspire chois devront patienter pour tuite, les installations solaires de­ Cette diminution « substantielle » de la masse
son équipe du département de 2 000 mètres carrés d’air par heure faire le plein : le système ne pro­ meurent onéreuses. Il n’empêche : corporelle a été constatée chez 36 espèces.
génie mécanique et des procédés et en extrait chaque jour 8 kilos de duit que 32 millilitres de métha­ des vols neutres en carbone (le CO2 Mais toutes les autres ont subi le même phé-
de l’EPFZ ont mis au point un CO2 ainsi que 20 à 40 kilos d’eau. nol en une journée avec sept heu­ émis étant compensé par celui qui nomène, dans des proportions moindres. Les
système de production organisé Dans un deuxième temps, l’eau res d’ensoleillement. Mais la fai­ est capturé pour produire le carbu­ scientifiques ont également observé une aug-
en trois parties. D’abord, une unité (H2O) est « craquée », c’est­à­dire dé­ sabilité technique du procédé sur rant) sont bel et bien possibles.  mentation de la taille des ailes. Ils y voient une
de capture directe d’air (DAC, selon composée en dihydrogène (H2) et lequel cette équipe travaille de­ fabien goubet (« le temps ») évolution destinée à économiser de l’énergie.
ÉVÉNEMENT
4| ·
LE MONDE SCIENCE & MÉDECINE
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

Les faux aveux
traqués
en laboratoire
▶ SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE Dans le cadre d’une recherche censée mesurer
leur temps de réaction, 79 étudiants ont été invi­
tés à faire de la saisie sur ordinateur, en évitant à
Aux Etats­Unis toujours, The Innocence Project tout prix de presser la touche « alt », supposée
(un organisme à but non lucratif qui œuvre faire planter le système. Un incident était ensuite
pour démontrer l’innocence de personnes con­ simulé, et les participants accusés d’avoir appuyé
damnées grâce à des contre­expertises) estime sur la touche interdite. Au départ, aucun n’a re­
que des faux aveux sont impliqués dans 29 % des connu l’avoir fait. Puis, Saul Kassin et sa collègue
dossiers d’exonération par examens d’ADN Katherine Kiechel ont introduit chez certains étu­
(375 au 14 novembre 2021). diants deux variables pour augmenter leur vulné­
En Islande, ce sont 20 % des prisonniers qui rabilité : une contrainte de vitesse de frappe et/ou
auraient fait des confessions indues, selon des la présence d’un faux témoin. Presque sept sur
données citées par Gisli Gudjonsson. Quelques dix (69 %) ont alors avoué avoir pressé le « alt »,
années plus tôt, une autre étude de ce chercheur 28 % avec des signes montrant qu’ils avaient in­
en psychologie légale, dans une population d’ado­ ternalisé leur « erreur », et 9 % ont même donné
lescents de sept pays européens, évaluait à 13,8 % des détails sur la façon dont ils avaient fait la sup­
la proportion de faux aveux parmi les 2 700 jeu­ posée faute de frappe. Le taux d’aveu a atteint
nes qui avaient été interrogés par la police. 100 % dans le sous­groupe soumis à une vitesse
Si les travaux scientifiques se sont concentrés de frappe élevée et à un faux témoin, précise
surtout dans trois pays (les Etats­Unis, le Royau­ l’étude (Psychological Science, 1996).
me­Uni et l’Islande), le pionnier est allemand :
Hugo Münsterberg (1863­1916). Dès 1908, ce psy­ Perte de confiance en sa mémoire
chologue, qui a fait une partie de sa carrière outre­ En 2015, une autre équipe américaine a repris ce
Atlantique, attire l’attention sur les faux aveux, protocole, et montré qu’un autre paramètre avait
qu’il qualifie de « tragédie », y consacrant tout un un rôle majeur : le sommeil. Les participants ont
chapitre de son essai de psychologie légale. été deux fois plus nombreux à reconnaître par
Des décennies plus tard, en 1985, un psycholo­ écrit qu’ils avaient pressé la touche interdite (ce
gue américain, Saul Kassin, propose une classifi­ qui encore une fois n’était pas le cas) quand ils
cation en trois types : « volontaires », « par sou­ étaient en dette de sommeil (PNAS, 2016).
mission » et « intériorisés ». La première catégorie De l’autre côté de l’Atlantique, le chercheur
correspond à des aveux spontanés, sans aucune Gisli Gudjonsson a, lui, décrit, dès les années
pression des enquêteurs, dans des contextes 1980, le syndrome de perte de confiance en sa
très divers : recherche d’attention ou de noto­ propre mémoire (memory distrust syndrome),
riété, protection d’un proche, atteinte psychia­ qui s’articule bien avec la classification des faux
trique… Après l’enlèvement du bébé de l’aviateur aveux de Kassin. Devenus incapables de se fier à
Charles Lindbergh, en 1932, plus de 200 person­ leurs souvenirs, ces individus sont plus enclins
nes se sont ainsi accusées, souligne par exemple à se reposer sur des indices extérieurs et des
Saul Kassin. Les faux aveux par soumission ou suggestions d’autres personnes, ce qui, dans
résignation sont, eux, induits par les processus certains cas, peut conduire à de faux aveux. Le
d’interrogatoire policier. L’accusé accède à la de­ spécialiste de psychologie légale en a détaillé
mande de confession des enquêteurs pour met­ longuement un cas survenu en Islande dans la
tre fin au stress d’une garde à vue, obtenir une revue Cortex, en 2016. Ces fausses confessions
récompense promise ou implicite… Enfin, la no­ sont accompagnées de confabulation, une
tion d’aveux intériorisés renvoie à des individus production d’un récit imaginaire qui comble le 18 ans) ; troubles psychiques ou psychiatriques di­ Patrick Le Bihan et Michel Bénézech, dans une
vulnérables, souvent jeunes, atteints d’une ma­ déficit de mémoire. vers ; contexte d’addiction à l’alcool ou à d’autres revue de la littérature scientifique consacrée
ladie mentale ou d’un déficit intellectuel, qui, Au fil des années, les études des cas documen­ substances, mais aussi troubles du neurodéve­ aux faux aveux (Annales médico­psycholo­
exposés à des tactiques persuasives d’interroga­ tés de faux aveux, des enquêtes dans des commu­ loppement tels le trouble déficit de l’attention giques, 2013). Les jurés ne tiennent pas pour né­
toire, finissent par être eux­mêmes convaincus nautés et des expériences de psychologie sociale avec ou sans hyperactivité (TDAH), les troubles gligeables ces aveux même quand ils résultent
de leur culpabilité. ont permis d’identifier toute une série de « fac­ autistiques, un déficit intellectuel. d’une coercition prouvée, même quand la per­
Pour attester du rôle des pressions psycho­ teurs de risque ». Dans son article dans Frontiers Depuis les premières expériences de Saul Kas­ sonne souffre de troubles mentaux connus ou de
logiques liées aux techniques d’interrogatoire in Psychology, Gisli Gudjansson en liste 17 dont le sin dans les années 1990, d’autres travaux ex­ stress lié à l’interrogatoire… »
américaines (en particulier la méthode Reid, dé­ premier est le contexte, avec par exemple les périmentaux de psychologie ont amené de Plus récemment, dans la lignée des travaux sur
veloppée dans les années 1950 aux Etats­Unis, pressions sur la police pour qu’elle résolve l’af­ nouvelles pierres à l’édifice de cette science sin­ les faux souvenirs – menés dès les années 1970
la plus courante), Saul Kassin s’est livré à des faire, la relation du suspect avec la victime et les gulière, y compris pour attester de l’influence par l’Américaine Elizabeth Loftus –, la chercheuse
expériences originales au début des années autres suspects, le fait d’avoir des personnes à de fausses confessions sur le processus judi­ en psychologie Julia Shaw (actuellement à l’Uni­
1990, qui rappellent celles menées trente ans charge au moment de l’interrogatoire, ou d’être ciaire. « Les études sur des jurys simulés mon­ versity College de Londres) s’est ainsi illustrée
plus tôt par le chercheur américain en psycho­ en situation de deuil par rapport à la victime. trent que les aveux ont davantage d’impact sur par une expérience originale chez des étudiants
logie sociale Stanley Milgram, pour étudier la D’autres facteurs de vulnérabilité tiennent aux les verdicts de culpabilité que d’autres formes de canadiens. Pensant participer à une étude sur la
soumission à l’autorité. caractéristiques de l’accusé : jeune âge (moins de preuves potentielles, écrivent ainsi les docteurs mémoire, 60 volontaires sans aucun antécédent
judiciaire, ont été invités à se rappeler deux épi­
sodes marquants de leur vie évoqués par les in­
vestigateurs : l’un réel et l’autre, totalement fictif,
ayant conduit à une arrestation (vol, agression,

L’ILLINOIS INTERDIT À LA POLICE DE MENTIR AUX MINEURS agression avec arme).

Faux souvenirs induits


En trois entretiens de quarante minutes, les exa­
minateurs ont réussi, par leur comportement et

L’ Illinois est devenu le premier


Etat américain à interdire de
mentir aux personnes âgées de
moins de 18 ans pendant les interroga­
toires policiers. Signée le 14 juillet par le
de clémence et à de fausses déclarations
sur l’existence de preuves incriminantes ».
De fait, il a été montré que ces deux tac­
tiques, pratiquées dans la méthode Reid
– la technique la plus courante d’interro­
l’Illinois, 100 cas de condamnations in­
justifiées fondées sur de faux aveux
ont été recensés, dont 31 chez des mi­
neurs, a déclaré Lauren Kaeseberg, di­
rectrice juridique de The Innocence
lors d’interrogatoires de personnes
mineures, et d’autres Etats américains
devraient suivre.
Des initiatives de prévention voient
également le jour à l’échelle internatio­
des techniques de suggestion, à obtenir que
deux tiers des participants reconnaissent avoir
commis le faux délit, et en fournissent un récit
aussi riche qu’un souvenir réel (Psychological
Science, 2015). (A noter que la publication, signée
gouverneur de l’Illinois, Jay Robert Pritz­ gatoire aux Etats­Unis – favorisent de Project dans cet Etat. nale. Ainsi, un groupe d’experts a pro­ Julia Shaw et Stephen Porter, faisait initialement
ker, la loi devrait s’appliquer à partir du faux aveux. Ceux­ci sont, toujours duit, en mai, un guide de « bonnes prati­ état d’une proportion de 71,76 %, qui a été secon­
1er janvier 2022. Selon le site Internet de d’après les données de The Innocence Guide des bonnes pratiques ques des entretiens dans le cadre d’en­ dairement revue à la baisse à 65 %). Ces résultats
The Innocence Project (un organisme à Project, le facteur le plus fréquent de Depuis quelques années, Chicago (et quêtes et de collecte d’informations ». sont d’autant plus troublants que, comme l’a
but non lucratif qui œuvre – grâce à des condamnation erronée pour homicide. plus largement l’Illinois) était d’ail­ « Dans le monde entier, l’obtention de montré la chercheuse en psychologie dans des
contre­expertises, notamment des exa­ Le jeune âge (moins de 18 ans) est en leurs considéré comme « la capitale faux aveux et d’informations peu fiables expériences plus récentes avec des enregistre­
mens ADN – à démontrer l’innocence de lui­même un facteur important de vul­ des Etats­Unis » en matière de faux par des pratiques abusives conduit à des ments audio et vidéo, un observateur « naïf » ne
personnes condamnées), « la nouvelle nérabilité, propice aux fausses confes­ aveux, avec un nombre dispropor­ décisions erronées, des condamnations serait pas apte à distinguer des faux souvenirs
loi bannit des techniques déloyales d’in­ sions : les mineurs y seraient jusqu’à tionné de cas, en particulier chez les injustifiées et de graves erreurs judiciai­ de vrais (Frontiers in Psychology, 2020).
terrogatoire couramment utilisées, in­ deux à trois fois plus exposés que les jeunes Noirs. L’Oregon a, peu après l’Il­ res », souligne notamment le guide.  Qu’en est­il sur le terrain ? « Dans l’ensemble, les
cluant le recours à de fausses promesses adultes majeurs. Dans le seul Etat de linois, également interdit le mensonge s. ca. officiers de police judiciaire de la brigade criminelle
ÉVÉNEMENT
·
LE MONDE SCIENCE & MÉDECINE
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 |5

BÉBÉS SECOUÉS :
DOUTES SUR LA FIABILITÉ
DES AUTO-INCRIMINATIONS
S i vous ne dites rien, on enlè­
vera l’enfant à ses parents. »
C’est en entendant cette
phrase prononcée par un des en­
quêteurs, puis par le juge qui lui
ment après le secouement, c’est
la personne chargée du bébé au
moment de son malaise qui est
accusée.
En France, où les pratiques mé­
mes bras un peu trop vivement à
un moment donné. »
Ce n’est que plus tard, en se docu­
mentant sur le SBS, que Benjamin
a réalisé que ce geste n’avait pas pu
annonçait une prolongation de dicales et pénales s’appuient sur causer les lésions de son fils. « Ce
vingt­quatre heures de sa garde à des recommandations de la Haute que j’ai dit n’est pas un aveu, mais je
vue, que Jeanne (le prénom a été Autorité de santé (HAS) depuis pense que c’en est un pour la police
changé) dit avoir craqué. « J’étais 2011, l’association Adikia et l’avo­ et la justice », estime ce père, dont
bouleversée, à bout, et je ne pen­ cat Grégoire Etrillard, dont le cabi­ le dossier relève des assises. Et
sais qu’à une chose : que mon mari net a traité plus de 110 dossiers de d’insister : « On ne peut pas com­
ou moi on puisse sortir, pour re­ bébés secoués, ont demandé leur prendre ces déclarations sans les
trouver notre fille mineure restée abrogation fin 2019, au motif recontextualiser. Le manque de
seule à la maison. Alors quand le qu’elles sont « beaucoup trop affir­ sommeil, l’environnement d’une
policier a mimé un secouement, je matives et sur certains points faus­ garde à vue sont source d’angoisse
leur ai dit ce qu’ils voulaient en­ ses ». La requête est actuellement terrible, surtout pour quelqu’un qui
tendre, que c’était moi », raconte la portée devant la Cour européenne lui aussi cherche des explications à
quinquagénaire. des droits de l’homme. la mort de son enfant. »
Pour cette assistante maternelle Dans l’enquête menée de façon Dans un « guide pratique de
expérimentée, tout commence anonyme par Adikia début 2021, et l’expertise judiciaire » consacré
par le malaise d’un nourrisson de qui comporte plus de cent ques­ au SBS, la brigade de protection
six mois sous sa garde, et l’appel tions, 115 cas correspondent à des des mineurs (BPM) de Paris indi­
des secours. Dix jours plus tard, dossiers de SBS où les répondants que qu’elle traite annuellement
convoquée au commissariat, ainsi (parents le plus souvent, nounous une douzaine de dossiers, et pré­
que son époux présent au domi­ dans 13 cas) estiment que les symp­ cise que dans son expérience,
cile ce jour­là, elle découvre qu’ils tômes observés n’étaient pas cau­ 85 % à 90 % d’entre eux sont réso­
sont placés en garde à vue. « J’ai sés par des violences. La plupart lus : 75 % avec obtention d’aveux,
détaillé la syncope du petit, ses pro­ d’entre eux (95 sur 115) ont fait l’ob­ le reste grâce aux expertises. Sol­
blèmes de santé, mais au troisième jet d’une garde à vue, au cours de licitée par Le Monde sur la ques­
interrogatoire, on m’a balancé un laquelle le diagnostic de maltrai­ tion des faux aveux, la BPM in­
rapport d’expertise de l’hôpital tance leur a été présenté comme dique qu’il n’y en a pas, mais
concluant qu’il avait été secoué. On absolument certain dans 80 % des évoque des aveux partiels, corres­
m’a affirmé qu’il y avait une preuve cas (76 sur 95). « Point fondamen­ pondant à des secouements lé­
que c’était moi ou mon mari », se tal, les enquêteurs ont donné une gers involontaires (tentative de
souvient Jeanne. information erronée aux gardés à réanimation, etc.).
La peur au ventre, éprouvée par vue dans près de la moitié des cas,
les auditions, l’assistante mater­ en leur disant qu’un geste léger in­ Modalités de l’interrogatoire
OLIVIER BALEZ nelle fait un malaise vagal puis volontaire pouvait suffire à causer « S’interroger sur un geste un peu
passe la nuit sur une chaise, sans un SBS, souligne Cyrille Rossant, vif, par exemple pour prendre un
fermer l’œil. « Ils ont tout fait pour président d’Adikia, et chercheur en enfant du berceau, ce n’est pas un
AUX ÉTATS-UNIS, poursuit Patricia Tourancheau. Ainsi de la pré­ me déconnecter, et l’avocat n’a pas neurosciences (University College aveu, c’est une conséquence des
sence d’un avocat, de l’enregistrement vidéo des réagi. Alors j’ai menti pour sortir, et de Londres). Or cela contredit le modalités de l’interrogatoire où
THE INNOCENCE PROJECT auditions, mais aussi de la nécessité d’écrire noir ça m’a encore plus traumatisée », discours des experts et les recom­ on joue sur la bonne foi d’inno­
ESTIME QUE DES FAUX sur blanc dans les procès­verbaux les questions résume­t­elle. Dès le lendemain mandations de la HAS qui précisent cents et le questionnement naturel
posées par l’enquêteur, qui ont remplacé les sim­ de ses trente heures de garde à que le syndrome résulte toujours de de parents angoissés par l’état de
AVEUX SONT IMPLIQUÉS ples « SI » (« sur interrogation »), porte ouverte à vue, elle est revenue sur ses aveux secousses violentes. » santé de leur enfant », rétorque
DANS 29 % DES DOSSIERS des aveux biaisés, selon la journaliste. auprès de son avocat, mais n’a pu Au total, 11 des répondants ont Me Etrillard. Selon lui, dans la ma­
Dans son expérience de chef de la brigade cri­ revoir le juge que dix­huit mois déclaré avoir délibérément fait un jorité des cas, les policiers sont
D’EXONÉRATION minelle de Paris, Michel Faury dit rencontrer des plus tard, sans le convaincre. faux aveu pendant les auditions, eux­mêmes convaincus que des
PAR EXAMENS D’ADN faux aveux, rarement dans le cadre de problè­ Trois ans après l’hospitalisation espérant ainsi que le conjoint petits gestes suffisent à entraîner
mes psychologiques ou d’addictions, et plus de l’enfant (qui a récupéré sans sé­ puisse récupérer l’enfant (sacri­ un SBS, par méconnaissance.
souvent dans un contexte de criminalité organi­ quelles), Jeanne est toujours sous fice suggéré par les enquêteurs « Mais c’est préjudiciable car dans
sée, où un individu est désigné par le groupe contrôle judiciaire, son agrément dans 44 % des cas), et 12 ont fait ces affaires, où il n’y a générale­
se méfient énormément des faux aveux et des pour couvrir les chefs. « On s’en méfie, c’est une professionnel lui a été retiré. état d’un secouement léger lors ment pas de témoins, les déclara­
confessions qui arrivent très rapidement, indique des raisons pour lesquelles on s’efforce de re­ d’une tentative de réanimation. tions en garde à vue ont un poids
la journaliste et autrice spécialisée dans les affai­ cueillir des aveux circonstanciés. Les enquêteurs Diagnostic trop systématique Dans 47 % des cas, la personne a important », insiste­t­il.
res criminelles Patricia Tourancheau. Ils appel­ gardent d’ailleurs certains éléments pour eux. Et Les faux aveux ne seraient pas ra­ fini par croire, après l’interroga­ Dans ce cadre particulier des bé­
lent d’ailleurs “P­V de chique”, le compte rendu de puis l’enquête ne s’arrête pas avec des aveux, on res dans les affaires de syndrome toire, qu’un geste léger involon­ bés secoués, la littérature scienti­
la première audition, souvent peu fiable. » Si elle a travaille à charge et à décharge », détaille le com­ du bébé secoué (SBS), selon les taire a causé le SBS. fique consacrée aux aveux est peu
en tête quelques cas de fausses confessions dans missaire général, qui souligne que le système résultats préliminaires d’une en­ C’est le cas de Benjamin (le pré­ exploitable, déplore le chercheur
les dossiers qu’elle a couverts, la journaliste reste français est plus protecteur qu’aux Etats­Unis. quête à laquelle Le Monde a eu nom a été changé), entendu ainsi Cyrille Rossant, auteur d’un chapi­
surtout marquée par sa rencontre, en 1999, avec De surcroît, les progrès de la police scientifi­ accès. Ce travail a été réalisé par que son épouse cinq jours après tre sur la fiabilité scientifique des
le commandant Jean­Claude Mulès du 36, quai que ont changé la donne, et les éléments objec­ Adikia, une association de fa­ l’enterrement de leur bébé, décédé aveux de secouements dans un
des Orfèvres, alors réputé pour faire avouer les tifs matériels (ADN, empreintes digitales, don­ milles s’estimant injustement à 2 mois, après deux semaines de ouvrage collectif (Le Syndrome du
récalcitrants avec des méthodes peu orthodoxes. nées de téléphonie…) ont aujourd’hui une place accusées de cette forme de mal­ coma. « Dès le début, un policier m’a bébé secoué, Sauramps Medical,
« Il avait recours à de véritables mises en scène, en prépondérante, souligne Michel Faury. « Aujour­ traitance, qui consiste en des se­ dit : “Les résultats de l’autopsie sont 2020). « Il est absurde de considé­
fonction de la psychologie de la personne en face d’hui, les aveux, c’est la cerise sur le gâteau, pas la couements violents d’un nourris­ accablants. L’un de vous deux l’a rer les aveux comme une variable
de lui. Il m’avait même expliqué comment, en as­ reine des preuves », résume­t­il, en précisant que son, pouvant entraîner des lé­ tué, vous ne sortirez pas d’ici avant binaire, comme c’est fait dans de
surant à un criminel que la vérité était coincée les aveux gardent cependant leur importance sions cérébrales potentiellement que je sache qui” », se rappelle­t­il. nombreux articles sur le sujet, esti­
dans sa gorge, il l’avait aidé à la faire sortir en le dans les dossiers complexes, dits « d’ambian­ graves, voire mortelles. Il a d’abord été accusé d’avoir vio­ me­t­il. C’est occulter toute une
massant doucement à ce niveau », raconte Patri­ ce », où il y a un faisceau d’indices mais pas de Touchant à la protection de l’en­ lenté son bébé, ce qu’il a nié. Mais palette de nuances dans les décla­
cia Tourancheau. Le « maître », ainsi qu’il était preuve matérielle intangible. Pour autant, les fance, ce sujet sensible fait l’objet ce qui a fait basculer ce jeune père rations des personnes accusées de
surnommé, n’était cependant pas infaillible. auditions sont, dit­il, soigneusement préparées, d’une vive controverse internatio­ sans aucun antécédents c’est, secouement, qui correspondent à
C’est lui qui avait obtenu de Marc Machin des avec un canevas, et le possible appui d’une psy­ nale, certains scientifiques esti­ dit­il, l’histoire racontée par un mille réalités différentes dont, fi­
aveux qui se révéleront mensongers pour un chologue spécialisée, qui aide à cerner le profil mant que le diagnostic est posé enquêteur entre deux auditions nalement, sans doute, très peu
homicide (en 2001), rappelle la journaliste. psychologique des individus, pour « attaquer trop systématiquement, sans écar­ d’une mère de grande taille ayant concernent de réelles violences vo­
Une époque révolue ? « Les interrogatoires, ce sous le bon angle » et encourager la parole. ter les autres causes possibles des accidentellement causé le SBS sur lontaires. Les statistiques qui dé­
sont des espèces de face­à­face psychologiques, et « Même s’il n’y a pas d’aveux, les auditions sont atteintes observées (maladies di­ son bébé en le soulevant rapide­ coulent de cette variable sans défi­
les enquêteurs peuvent bluffer, mais l’évolution un moment fort de l’enquête », dit le chef de la verses, accidents domestiques…). ment de son tapis d’éveil. « Après nition claire n’ont pas d’intérêt, ni
du cadre des gardes à vue depuis les années 2000 brigade criminelle de Paris.  Les symptômes étant décrits ça, je me suis demandé si je n’avais de valeur scientifique. » 
a plutôt tendance à prévenir les faux aveux », sandrine cabut comme survenant immédiate­ pas également pris mon fils dans s. ca.
RENDEZ-VOUS
6| ·
LE MONDE SCIENCE & MÉDECINE
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

L’EXPOSITION LES ORANGS-OUTANS,


GRIBOUILLEURS STYLÉS

Les femmes dans Une équipe dirigée par Cédric Sueur


(université de Strasbourg, CNRS)
s’est intéressée aux griffonnages

la Rome antique d’un groupe de femelles orangs-


outans du parc zoologique de Tama,
au Japon. Cette espèce possède des
poignets flexibles facilitant le manie-
Le Musée de la romanité, ment des crayons et une vision des
à Nîmes, retrace le parcours couleurs identique à la nôtre. Dans
un article paru le 9 novembre dans
des femmes de l’époque, la revue Animals, les éthologues pré-
sentent leur analyse de 749 dessins.
de l’impératrice à l’esclave Ils constatent que le style de dessin
diffère selon les individus, notam-
ment les couleurs utilisées, l’espace

P orteur d’une charge péjorative en


français, au point de qualifier parfois
une patronne de bordel, le mot de
« matrone », dans la Rome antique, désignait
au contraire l’épouse et la mère modèle. C’est
qu’ils remplissent, et les formes
tracées. Ils se sont particulièrement
intéressés à Molly, qui a couvert
1 300 feuilles de 2006 jusqu’à sa mort
en 2011, à l’âge de 60 ans. Ses
dessins variaient selon les saisons
à cette figure idéale et, par extension, à la et les circonstances – elle employait
place de la femme dans la société romaine principalement du rouge quand ses
que se consacre la nouvelle exposition tem­ congénères mettaient bas. Finale-
poraire du Musée de la romanité, à Nîmes ment, concluent les chercheurs, « le
(Gard). Une exposition conçue par la Galerie comportement de ces cinq orangs-
des Offices, à Florence, dont proviennent outans n’était pas aléatoire, et les dif-
l’immense majorité des pièces présentées, férences entre individus pourraient re-
fléter des différences de style, d’état
pour l’essentiel des bustes et des autels.
d’esprit, et de motivation à dessiner ».
Le propos se concentre sur les Ier et IIe siè­
(PHOTOS : PELÉ ET AL./ANIMALS/MDPI)
cles, et par conséquent sur les premières dy­
nasties impériales. Le concept de la matrone,
déjà norme de référence pendant la monar­
chie et la République, connaît une évolution
importante. La domiseda (femme qui est à la
maison) et la lanifica (celle qui file la laine)
sortent enfin du foyer. Ainsi que l’explique la
commissaire de l’exposition, l’Italienne No­ Molly Gypsy Julie
vella Lapini, spécialiste de la condition fémi­
nine à Rome, « c’est l’empereur Auguste qui va
réactualiser la figure des femmes, en les fai­
sant intervenir dans les espaces publics, qui
sont des espaces masculins. Elles peuvent dé­
sormais jouer un rôle public dans la société, ce
DIX MILLE PAS ET PLUS
qui n’était pas le cas sous la République ».
Entendons­nous bien : cette émancipa­
tion concerne avant tout les femmes de
UN ULTRA-TRAIL SOUS L’ŒIL DE LA SCIENCE
l’élite, qui bénéficient d’une certaine liberté
d’action, mais aussi d’une véritable éduca­
tion. L’exposition présente ainsi le buste Par PASCALE SANTI « As­tu douté de toi ? As­tu vomi ? As­tu eu des halluci­ Les athlètes sont aussi bardés de capteurs, comme
d’une femme tenant dans sa main gauche nations ? Quel est le niveau de douleur ? » Théodore, un une gélule (conçue par la société Bodycap) avalée
un rouleau de papyrus, symbole de culture
raffinée et d’accès à l’érudition. Autre bel
exemple, celui de l’autel qu’une certaine
Genicia Grapte élève à son mari… un ancien
esclave qu’elle a affranchi.
I ls étaient treize femmes et quarante­trois hom­
mes, de 24 à 66 ans, au départ de l’ultra­trail sur
le viaduc de Clécy (Calvados), jeudi 11 novembre
à 14 h 30, sous un grand soleil. C’est avec le sourire,
et sous les applaudissements, que Jean, bras­
quadra habitué de ces courses, participe à cette aven­
ture pour « faire avancer la connaissance sur le corps
humain, mieux comprendre », dit­il avec le sourire.
Dans une autre salle, le cœur des athlètes est scruté
grâce à des échographies. « Nous surveillons comment
quelques heures avant la course, qui mesure la tem­
pérature afin d’évaluer l’impact d’un effort de lon­
gue durée sur la rythmicité circadienne, des hyper­
thermies liées à l’effort, etc. Un tee­shirt connecté
avec un capteur (Hexoskin) qui mesure la fréquence
sard n° 4, âgé de 32 ans, est arrivé un peu moins de il va se comporter au cours de cet exercice très intense, cardiaque, respiratoire, est renouvelé à chaque
Jeux de pouvoir vingt heures plus tard, après avoir parcouru ces afin de mesurer la fatigue cardiaque », précise Amir étape. Un patch collé sur le front (conçu par Compu­
Tout ne se passe pas cependant de manière 156 kilomètres et 6 000 mètres de dénivelé positif. Hodzic, cardiologue au CHU de Caen et enseignant­ medics) permet d’analyser le sommeil. Il sera porté
idyllique. Même si certaines femmes décro­ Caroline, institutrice de 36 ans, est la première chercheur, accompagné de cinq de ses collègues. au total pendant deux semaines pour analyser le
chent le titre impérial d’Augusta de leur femme à arriver, à 16 h 10, le vendredi. Que se passe­t­il dans la tête de ces sportifs ? temps de récupération. Des prises de sang sont réali­
vivant et de Diva, c’est­à­dire de déesse, à leur Un défi à plus d’un titre. Il s’agit, en effet, d’un ultra­ Qu’est­ce qui les fait tenir ? « On mesure le lien entre la sées, et l’alimentation scrutée.
mort, les jeux de pouvoir auxquels certaines trail scientifique, organisé par l’université Caen­Nor­ motivation et la force qu’ils mettent en serrant une L’objectif est aussi de suivre les quatorze coureurs
s’adonnent peuvent leur coûter cher, comme mandie et financé, notamment, par la région Nor­ pince ou en réfléchissant à des tâches plus complexes », qui ont abandonné, certains pour des entorses, de
c’est le cas pour les deux Agrippine, l’An­ mandie. A chaque boucle de 26 kilomètres à travers explique Karim Ndiaye, ingénieur de recherche à l’Ins­ la fatigue ou des problèmes gastriques. Qu’est­ce
cienne et la Jeune, au Ier siècle : la première les paysages de la Suisse normande, un passage titut du cerveau (ICM, Paris). Mathilde Plard, géogra­ qui fait qu’à un moment le corps ou l’esprit lâ­
meurt lors de l’exil que lui impose l’empereur obligé : se soumettre à une batterie de tests. « Grâce à phe et chercheuse en sciences humaines et sociales au chent ? En combien de temps récupère­t­on ? Est­ce
Tibère et la seconde, sa fille, est assassinée sur ces mesures et leur évolution avant, pendant et après CNRS­université d’Angers, s’est penchée sur le mental. mauvais pour la santé ?
ordre de son propre fils, Néron. la course, nous espérons mieux comprendre la cinéti­ « J’étudie leur profil, l’effet de l’ultra­endurance sur l’es­ Le trail suscite de plus en plus d’engouement, on
Enfin, il y a celles qui refusent de se plier au que du corps humain soumis à des efforts intenses, et time de soi, la capacité de gérer l’incertitude, de résister ne compte pas moins de 300 000 ultra­trailers (plus
modèle de la matrone vertueuse, épouse fi­ en privation de sommeil », explique Benoît Mauvieux, à la douleur, de maîtriser des émotions fortes… », s’en­ de 100 kilomètres), et 4 500 courses de trail en
dèle et mère exemplaire. On s’en voudrait de coordinateur du projet, chercheur au laboratoire thousiasme la chercheuse, pour qui « cette aventure France en 2018 (il y en avait 4 en 1995). Le nombre
ne pas citer la malédiction trouvée au dos Comète (Inserm, université Caen­Normandie). hors les murs est aussi un défi en matière de recherche de publications scientifiques ne cesse d’augmenter.
d’un autel, adressée à une femme partie avec Le protocole est très standardisé : pas moins de dix­ pluridisciplinaire ». En tout, seize laboratoires sont im­ En avril, Mathilde Plard a publié, avec Aurélien Mar­
son amant après avoir empoisonné son mari huit étapes à respecter, soit quarante tests, en cin­ pliqués dans ce défi scientifique, soixante chercheurs, tineau, une méta­analyse à partir de 176 références
(adultère et poison allaient souvent de pair quante minutes. Des tests de force, d’ergonomie de la des dizaines d’étudiants, et plus de cent trente béné­ en archives ouvertes (HAL). Et bien d’autres sont à
dans les accusations faites aux femmes) : chaussure, de vigilance, de motivation se succèdent : voles. Eux non plus ne dormiront pas beaucoup. attendre à l’issue de cette journée. 
« Que des clous et une corde de sparte serrent
son cou et que la poix bouillante brûle sa poi­
trine maléfique. » Dans ce registre des contre­
exemples à la matrone, on notera que l’expo­
sition de Nîmes omet d’évoquer la Romaine AFFAIRE DE LOGIQUE – N° 1176
la plus célèbre du Ier siècle, dont le nom, par
antonomase, désigne aujourd’hui une
femme aux mœurs dépravées : Messaline.  Remplissage sous condition N° 1176
Solution du problème 1175
pierre barthélémy
Alice essaie de remplir les cases d’un tableau 6 × 6, à raison d’un nombre par case, à l’aide de nombres entiers compris 1. Si N = 10, Alice peut empêcher Bob de réussir en coloriant
entre 0 et 9 avec la contrainte suivante : quelle que soit la façon dont on partage le tableau en deux rectangles, selon 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
« Portraits et secrets de femmes
une ligne horizontale ou verticale du quadrillage, la somme des nombres écrits dans les cases de l’un au moins des On voit qu’alors les nombres de la forme 2a + b sont au
romaines », au Musée de la romanité,
rectangles doit être inférieure ou égale à 25. moins égaux à 4, donc rouges, et les nombres de la forme
à Nîmes, jusqu’au 8 mars 2022.
2a + b, valant au moins 13, n’appartiennent pas à la liste.
Museedelaromanite.fr 1. Quel sera, au maximum, le total des nombres écrits par Alice dans les cases du tableau ?
2. Jusqu’à N = 14, Alice peut toujours empêcher Bob
Bob, quant à lui, essaie de remplir les cases d’un tableau 8 × 8, à raison d’un nombre par case, à l’aide de nombres
d’atteindre son objectif. A partir de 15, c’est impossible.
entiers compris entre 1 et 9 avec la contrainte suivante : quelle que soit la façon dont on partage le tableau en deux
• Si N est inférieur ou égal à 14, Alice colorie ainsi les entiers :
rectangles, selon une ligne horizontale ou verticale du quadrillage, la somme des nombres écrits dans les cases de
LIVRAISON l’un au moins des rectangles doit être inférieure ou égale à 49.
2. Quel sera, au maximum, le total des nombres écrits par Bob dans les cases du tableau ?
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Il est clair que les nombres de la forme 2a + b seront tous,
soit compris entre 4 et 8, soit supérieurs ou égaux à 15. Ils
ne peuvent être bleus. Quant aux nombres de la forme
M A NU E L NOVEMBRE, MOIS DE «  5.TERA.NUITS + 1  » À LA CITÉ DES LES FEMMES ASTRONOMES 2a + b, supérieurs ou égaux à 13, ils ne peuvent être rouges.
Le ciel au télescope L’OPTIMISATION À PERPIGNAN SCIENCES LES 20/11 ET 12/12 À JUVISY-SUR-ORGE LE 25/11 • Avec N égal à 15 ou plus, Alice ne peut pas réussir.
On vous a offert une lunette astronomique Après Limoges en 2019 et Rennes en 2020, Dans le cadre des Rencontres du ciel et de Jean-Jacques Dupas, ingénieur CEA, évoquera Pour le montrer, on raisonne à partir des quatre façons
ou un télescope pour votre anniversaire (ou le mois de l’optimisation se déroule cette l’espace, qui se tiendront du 18/11 au 21/11 à lors de sa conférence du 25 novembre à 20 h de colorier 2 et 3 une fois que 1 l’a été en bleu.
année à Perpignan, au Palais des congrès. la Cité des sciences (30, avenue Corentin- (salle Agnès-Varda, Juvisy-sur-Orge), dans le
votre départ à la retraite…) et vous ne savez Quatre conférences-échanges ont été pro- Cariou, Paris 19e), le spectacle 5.Tera.Nuits + 1 cadre de l’association Les Amis de Camille, les - Dans le cas 1 2 3, 4 = 2 × 1 + 2, 5 = 2 × 2 + 1 et 7 = 2 × 2 + 3
qu’en faire ? Dans ce manuel fonctionnant grammées les 9, 16, 23 et 30 novembre. sera joué deux fois à 18 h 30 au Planéta- femmes calculatrices ou astronomes en sont forcément rouges. Alors 13 = 2 × 4 + 5 doit être bleu.
sur le principe des fiches pratiques, rempli Voici les thèmes des deux manifestions à rium. Le comédien et metteur en scène Europe. Si on a en effet découvert récemment, Mais 15 = 2 × 1 + 13 = 2 × 4 + 7 devrait être rouge et bleu !
de photos et de schémas, Carine Souplet et venir, ouvertes à tous les publics. Etienne Pommeret, ainsi que l’astrophysi- avec le film Les Figures de l’ombre, les mathé- - Avec 1 2 3, 4 = 2 × 1 + 2 et 5 = 2 × 2 + 1 sont rouges.
- Le 23/11 à 14 h, « Optimiser pour apprendre : cien spécialiste de gravitation et de cosmo- maticiennes qui ont participé à la conquête Donc 11 = 2 × 4 + 3 est bleu. Mais alors 13 = 2 × 4 + 5 = 2 × 11 + 1
Bertrand d’Armagnac vous aident dans un l’IA dans la vie de tous les jours », par logie relativiste Jean-Philippe Uzan en sont spatiale américaine, on ignore souvent les
premier temps à apprivoiser votre instru­ Guillaume Garrigos (Université de Paris). à la fois les auteurs et les acteurs. Ils nous figures méconnues de femmes qui, en devrait être rouge et bleu !
ment et à naviguer dans le ciel. Puis ils pro­ - Le 30/11 à 14 h, « Optimisation de formes : adressent une invitation du ciel à la Europe aussi, ont œuvré par leurs calculs aux - Avec 1 2 3, 5 = 2 × 1 + 3 et 7 = 2 × 3 + 1 sont rouges.
posent une centaine d’observations, depuis d’hier à aujourd’hui », par Michel Pierre (ENS réflexion, à la fois métaphysique et poé- conquêtes de l’astronomie. Une occasion de Donc 9 = 2 × 2 + 5 est bleu. Mais alors 11 = 2 × 2 + 7 = 2 × 1 + 9
Rennes). Quelle forme donnée à un objet lui tique, sur notre situation dans l’univers. parcourir l’histoire de cette science et les pro- devrait être rouge et bleu !
les différentes régions lunaires jusqu’à la permet d’être plus performant ? Infos sur Cite-sciences.digitick.com grès des actuels supercalculateurs.
somptueuse galaxie d’Andromède. - Avec 1 2 3, 7 = 2 × 2 + 3 et 8 = 2 × 3 + 2 sont bleus.
Infos sur Mois-optim.math.cnrs.fr (rendez-vous sur la page 6 du site) Infos sur Astrosurf.com/amis2camille
> De Carine Souplet et Bertrand d’Armagnac Donc 9 = 2 × 1 + 7 est rouge. Mais alors 15 = 2 × 3 + 9 = 2 × 7 + 1
(Stelvision, 208 p., 29 €). E. BUSSER, G. COHEN ET J.L. LEGRAND © POLE 2021 affairedelogique@poleditions.com devrait être rouge et bleu !
RENDEZ-VOUS
· LE MONDE SCIENCE & MÉDECINE
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021 |7

CARTE Nutri­score : « La santé publique est confrontée 
BLANCHE
La physique
à des intérêts économiques et politiques »
de la complexité TRIBUNE - La violente offensive contre le logo nutritionnel est menée pour protéger les filières agricoles
de multinationales au détriment de la santé, dénonce un collectif de médecins
Par WIEBKE DRENCKHAN et JEAN FARAGO

A dire vrai, le prix Nobel de physique de


cette année est surprenant. Placés
sous l’étendard de la complexité, les
D epuis plusieurs semaines, on
assiste à une violente offen­
sive anti­Nutri­score menée
en France par les filières des fromages
et des charcuteries, qui se disent « pé­
mais plutôt en petites quantités et pas
trop fréquemment.
La campagne lancée contre le Nutri­
score par les producteurs de roquefort,
suivis par ceux de rocamadour, de ma­
EN DÉFENDANT
LES FROMAGES AOP,
C’EST EN FAIT
particulièrement net pour les popula­
tions défavorisées. En demandant,
sans raison scientifique, l’exemption
des fromages et autres produits avec
une AOP, ils refusent au consomma­
deux domaines récompensés sont en réalité nalisées » par la notation de leurs pro­ roilles, de bien d’autres fromages et UN CHEVAL DE TROIE teur la transparence à laquelle il a droit
très différents, une moitié saluant des contri­ duits à travers ce logo apposé sur la charcuteries, joue sur l’image emblé­ QUE LACTALIS ET LES sur ces produits.
butions essentielles sur la physique du climat face avant des emballages et qui ren­ matique dont jouissent ces produits S’il faut limiter la consommation
(Syukuro Manabe et Klaus Hasselmann), seigne sur la composition nutrition­ dans la gastronomie française, leur an­ AUTRES INDUSTRIELS d’une famille d’aliments, comme l’in­
l’autre l’ensemble de l’œuvre d’un physicien nelle (note de A à E et code couleur, du crage territorial et leur côté tradition­ AVANCENT POUR dique le Nutri­score, les labels AOP/IGP
hors du commun, Giorgio Parisi. Ce dernier a vert au rouge). C’est le projet de la Com­ nel. Les appellations d’origine protégée permettent d’orienter vers des pro­
été salué « pour la découverte de l’interaction mission européenne d’adopter, fin (AOP) ou les indications géographiques TENTER DE BLOQUER duits qualitatifs, locaux, plus ver­
entre le désordre et les fluctuations dans les sys­ 2022, un logo nutritionnel harmonisé protégées (IGP), si elles garantissent LE NUTRI-SCORE tueux quant à leur mode de produc­
tèmes physiques », une formulation qui, pour et obligatoire pour l’Europe qui mobi­ que ces aliments ont été produits dans tion. Ces politiques feraient ainsi
être concise et exacte, a dû laisser plus d’un lise les secteurs agricoles de multina­ une zone géographique déterminée, mieux de promouvoir la présence des
lecteur non spécialiste sur sa faim… tionales. Ces dernières font de la résis­ selon un savoir­faire reconnu, respec­ deux informations, permettant de
Pour tenter d’éclairer ce que cette expres­ tance car elles n’apprécient guère tant un cahier des charges spécifique Derrière l’image de petits produc­ tendre vers le concept « consommer
sion recouvre, prenons l’exemple de Stras­ d’être forcées de fournir aux consom­ – ce qui est tout à fait respectable –, n’in­ teurs et éleveurs locaux mise en avant moins mais mieux ».
bourg en 1399, quand il s’est agi de choisir de mateurs une information enfin com­ tègrent absolument pas la notion de dans la communication anti­Nutri­ Une fois de plus, la santé publique est
quel côté de la façade de la cathédrale cons­ préhensible sur la composition nutri­ « qualité nutritionnelle ». AOP/IGP et score se cachent de grands groupes confrontée à des intérêts économiques
truire la flèche. Supposons que la ville ait tionnelle de leurs produits. Nutri­score apportent donc des infor­ agroalimentaires qui protègent avant industriels et politiques. S’il est bien
alors procédé à un sondage saugrenu en de­ Il est vrai qu’une grande majorité des mations distinctes renseignant sur des tout leurs propres intérêts financiers. prévu de faire évoluer le Nutri­score en
mandant aux habitants de placer devant chez fromages et des charcuteries sont clas­ caractéristiques très différentes. En défendant les fromages AOP, c’est en fonction des connaissances scientifi­
eux un fanion représentant la tour, soit à gau­ sés D et E. Mais ce n’est pas la faute du Mais qui se cache derrière ces produits fait un cheval de Troie que Lactalis et les ques, cela ne doit pas être le cas pour
che soit à droite de la façade. Pendant plu­ Nutri­score, qui ne fait que traduire, perçus comme traditionnels et s’op­ autres industriels avancent pour tenter faire plaisir à des secteurs économi­
sieurs semaines, chacun pouvait changer sous une forme simple et compréhen­ pose à Nutri­score ? On trouve, en fait, de bloquer le Nutri­score. ques ou des politiques pour des raisons
d’avis et remplacer le fanion devant chez lui. sible, la réalité de leur composition, ca­ de puissantes multinationales comme Nombre de députés, sénateurs et res­ électoralistes. C’est l’intérêt et la santé
Personne n’avait d’opinion préconçue et on ractérisée par une teneur importante Lactalis (numéro un mondial des pro­ ponsables politiques locaux se posi­ de consommateurs informés et éclai­
pouvait de façon assez versatile changer en graisses saturées, en sel et par un duits laitiers) et Savencia (cinquième tionnent en grands défenseurs des in­ rés qui doivent compter avant tout. 
d’avis spontanément. En revanche, tout un apport calorique élevé. Ce qui figure groupe mondial). Lactalis détient à lui térêts économiques des filières de pro­
chacun vaquant à ses affaires voyait le choix d’ailleurs actuellement dans le tableau seul 70 % de la production de roquefort duction des régions, passant à côté des ¶
de ses voisins et en était influencé, soit positi­ nutritionnel incompréhensible pré­ et de nombreux autres fromages, grands enjeux de santé publique liés à Un collectif de médecins et
vement (en imitant les voisins amis), soit né­ sent au dos des emballages. contrôle la moitié des AOP françaises la nutrition auxquels la France est con­ chercheurs en santé publique, dont
gativement (en voulant avoir un choix op­ C’est un fait : même s’ils font partie de fromages et commercialise égale­ frontée (obésité, cancers, maladies car­ François Bourdillon, ancien directeur
posé aux voisins jugés pénibles). Si cette inte­ de notre patrimoine culinaire, ces ali­ ment des crèmes dessert, du beurre, de dio­vasculaires, diabète…) et pour les­ de Santé publique France, Irène
raction avait été exclusivement guidée par ments ont une composition nutri­ la crème fraîche… des produits classés D quels il a été démontré que le Nutri­ Frachon, pneumologue au CHU de
l’imitation, cette élection un peu particulière tionnelle qui n’est pas favorable. Cela et E par le Nutri­score. Savencia, à côté score peut contribuer à réduire le ris­ Brest, lanceuse d’alerte pour l’affaire du
aurait beaucoup ressemblé à ce qui se passe ne veut pas dire qu’il ne faut pas en de sa large gamme de fromages – dont que. Ils nient ainsi les multiples études Mediator, et Serge Hercberg, professeur
dans un aimant. Un vote largement majori­ manger : un produit classé D ou E peut plusieurs AOP (maroilles, roquefort, scientifiques mettant en évidence l’ef­ émérite de nutrition, université
taire pour un des côtés aurait émergé au bout parfaitement être consommé dans le époisses) –, produit aussi de la charcute­ ficacité du Nutri­score pour améliorer Sorbonne-Paris-Nord. Retrouvez l’inté-
de quelque temps, tout comme l’aimantation cadre d’une alimentation équilibrée, rie et du chocolat (également D et E). la santé de la population, son impact gralité des signataires sur Lemonde.fr
résulte de l’interaction concertée des aimants
minuscules portés par les atomes.
Le supplément « Science & médecine » publie chaque semaine une tribune libre. Si vous souhaitez soumettre un texte, prière de l’adresser à sciences@lemonde.fr
Verres de spin
Les travaux de Parisi ont porté sur des cas plus
complexes mais plus réalistes, quand la na­
ture des interactions entre voisins est « figée »
dans une position aléatoire, chaque citoyen
ayant une certaine proportion de voisins L’HISTOIRE REVISITÉE DU VIRUS PANDÉMIQUE GRIPPAL DE 2009
amis et de voisins casse­pieds. Le « désordre »
dont parle le comité Nobel se réfère à cet aléa­
Une équipe internationale a retracé une partie de l'histoire du virus pandémique grippal de 2009, A(H1N1)pdm09, et des mutations qui ont permis à ses ancêtres
toire gelé, qui introduit une indétermination aviaires de s'adapter au porc, en Europe, avant d'infecter l'homme. Les chercheurs ont identifié la période où il aurait été possible d'enrayer cette évolution.
et une frustration dans le choix de tout un
chacun et empêche l’émergence d’un com­
portement collectif clair. Par exemple, la ville
Les virus grippaux de type A sont caractérisés par la présence à leur 1983 2009
de 1399 n’aurait pas vu dans ce cas une opi­
surface de deux glycoprotéines, l'hémagglutinine Deux mutations apparaissent, Le passage à l'homme s'est fait
nion collective se manifester spontanément,
et la neuraminidase, destinées à favoriser NP-R351K et PB1-Q621R, qui facilitent à la faveur de recombinaisons de divers
les nombres de suffrages des deux camps ne
l'infection. Leur génome est constitué la transmissibilité virus grippaux animaux et humains
différant que par des fluctuations très faibles.
de huit segments d'ARN. du virus chez le porc. lors desquelles le virus porcin européen
Pour le physicien, cette situation est un défi : a apporté deux de ses gènes, dont celui
car si rien n’émerge macroscopiquement, des de la neuraminidase.
Gènes viraux
corrélations extrêmement complexes à dé­
crire existent néanmoins à l’intérieur d’un tel Neuraminidase (NA)
système et rendent ses réponses aux sollicita­
tions extérieures (une manière classique d’ex­ Hémagglutinine (HA)
plorer la matière en physique) lentes et diffici­ Virus
porcins NA
les à déchiffrer. Dans les années 1980, Parisi a
1979 européens
été le premier, d’une part à montrer quels
concepts sont pertinents pour les analyser, et Virus présent uniquement Le virus s’est adapté au métabolisme La transmission est massive dans Virus
d’autre part à décrire l’immense complexité dans les populations aviaires. du cochon mais se propage lentement : la population porcine. Elle atteint (H1N1)pdm09
qui se cache derrière leur évolution tempo­ seulement un quart des animaux sont 100 % des individus exposés.
relle très ralentie, une autre signature de ces contaminés par un congénère infecté.
ut d’espèce
2 sa
e
états dits « de verres de spin ».
ut d’espèce
1e sa favorisé
r
Cette petite uchronie voudrait aussi mon­
trer que les travaux de Parisi transcendent
largement le cadre des systèmes magnéti­
ques dans lequel ils ont été élaborés. Dès
qu’une variabilité existe dans la façon qu’ont
des entités d’interagir entre elles (individus,
animaux, molécules, neurones…), ce qu’il a
découvert est pleinement pertinent pour ra­
tionaliser ce qui, dans ces systèmes comple­
xes, peut l’être encore. Du coup, on pourrait
presque voir où les deux moitiés du prix
Fenêtre d’intervention
Nobel pourraient se rejoindre. Non pas tant
sur la physique du climat, dont la complexité Il était encore possible
relève du chaos dynamique des systèmes dis­ d’enrayer la circulation pour
sipatifs, bien loin de ce que nous venons de prévenir une éventuelle
décrire. En revanche, le flou et la lenteur résul­ transmission à l’homme
Source : Su et al., Nature Microbiolgy Infographie : Le Monde - Victoria Denys, Hervé Morin
tant d’interactions entre agents aux intérêts
divergents ou contradictoires, voire mutuel­
lement incompatibles, ça ne vous rappelle
rien en ces temps de COP26 ?  En avril 2009, quand un nouveau vi­ dans son génome. Même s’il n’a pas collègues ont inoculé à des porcelets successives supposées de ces évolu­
rus AH1N1 a semblé pouvoir engen­ été aussi meurtrier qu’on l’avait re­ des virus porcins d’origine aviaire iso­ tions. Et ont constaté qu’une période
Wiebke Drenckhan (CNRS) drer une pandémie similaire à la douté, son apparition continue à sus­ lés en Europe entre 1979 et 2011, pour de faible transmission dans les éleva­
et Jean Farago (université de Strasbourg) grippe espagnole de 1918, les cher­ citer des recherches, comme en témoi­ voir à quel moment et par quels méca­ ges aurait pu être mise à profit pour
Physicienne et physicien à l’Institut cheurs s’étaient étonnés d’une combi­ gne une étude publiée le 7 novembre nismes ils étaient devenus très trans­ prévenir le passage à l’homme, si une
Charles-Sadron à Strasbourg naison inédite de fragments d’ARN dans Nature Microbiology. Hui­Ling missibles chez le porc. Ils ont aussi surveillance adéquate avait existé. 
drenckhan@unistra.fr et farago@unistra.fr d’origine aviaire, porcine et humaine Yen (université de Hongkong) et ses créé des virus présentant les étapes hervé morin
RENDEZ-VOUS
8| ·
LE MONDE SCIENCE & MÉDECINE
MERCREDI 17 NOVEMBRE 2021

« A l’égard des sciences, il faut plutôt parler  ZOOLOGIE
L’éclairante longévité 
de désenchantement que de défiance » des sébastes
ENTRETIEN - Pour le sociologue Michel Dubois, qui a codirigé la 8e édition de l’enquête nationale
« Les Français et la science », la crise liée au Covid-19 a été « un grand moment de pédagogie »
L ongtemps, les poissonniers l’ont fait
passer pour une dorade. Ou un « églefin
norvégien ». Mais depuis que la législa­
tion s’est durcie, la grande famille des sébastes,

M
ichel Dubois est directeur Une culture scientifique qui s’effrite obligée de se contenter du terme peu vendeur
de recherche du CNRS au de « perche des mers », a quelque peu quitté
Evolution de l’indice de familiarité avec la science, par génération
groupe d’étude des métho­ L’évolution des connaissances nos assiettes. Sur le continent américain, en
des de l’analyse sociologi­ 0,7 scientifiques des sondés est mesurée revanche, la chair du « rockfish », réputée pro­
que de Sorbonne Univer­ selon leur adhésion à des affirmations che, en matière de goût, de celle du homard,
sité. A l’occasion du colloque international de 1919-1940 telles que « les premiers humains vivaient fait toujours le bonheur des cuisiniers.
culture scientifique et technique « Science 0,65 à la même époque que les dinosaures » A l’université de Californie, à Berkeley, on sa­
& You », dont l’université de Lorraine a pris 1941-1958 ou « ce sont les gènes du père qui voure surtout ses gènes. Le laboratoire de bio­
l’initiative et qui se tient à Metz du 16 au déterminent le sexe de l’enfant ». logie intégrative de Peter Sudmant a même fait
19 novembre, il commente les résultats de la 0,6 1959-1975 L’indice de familiarité qui en résulte de cette armada d’espèces un nouveau modèle
huitième édition de l’enquête nationale « Les montre une baisse du taux de bonnes d’étude de la longévité. « J’ai toujours été fas­
Français et la science ». 1976-1990 réponses, qui s’établit aujourd’hui à un ciné par la diversité des durées de vie, raconte le
0,55 peu plus de une sur deux, contre deux biologiste. Rien que parmi les vertébrés ça varie
Pourquoi cette enquête ? réponses correctes sur trois en 1994. d’un facteur 3 000. Quand j’ai découvert que,
1991-
En matière d’attitude du public à l’égard des Mais ce n’est pas tant le taux de parmi les 137 espèces de sébastes, la longévité al­
0,5 maintenant
sciences et techniques, la France possède un mauvaises réponses qui augmente que la lait de onze ans à plus de deux cents ans, j’ai été
petit trésor sous la forme d’une suite ininter­
1990 2000 2010 2020 part des « ne sait pas, sans opinion ». stupéfait. Si proches génétiquement et pourtant
rompue de données sur un demi­siècle. Avec si différentes en durée de vie. » Son équipe s’est
Pauline Hervois (université de Lorraine), donc lancée dans une étude comparative de
Martin Bauer (London School of Economics Une confiance marquée envers les médecins leurs différents génomes. L’article qu’elle a pu­
and Political Science), nous avons dirigé cette Dans quelle mesure faites-vous confiance aux personnes suivantes pour dire la vérité sur le coronavirus ? blié, jeudi 11 novembre, dans la revue Science,
huitième édition, qui a été financée par l’uni­ dévoile une partie du mystère et ouvre des pis­
versité de Lorraine. Notre travail a consisté à Beaucoup Un peu tes prometteuses pour l’espèce humaine.
Médecins 47 45 5
prolonger les enquêtes antérieures tout en te­ Les chercheurs ont profité de la richesse des
Pas du tout Sans opinion Universitaires 32 51 12
nant compte des événements les plus récents, mers américaines. Du très coloré et vibrion­
en particulier la pandémie. La passation de no­ OMS 29 48 18 nant sébaste calicot (Sebastes dallii), peinant à
tre questionnaire à la fin de l’année 2020 à une Conduit entre la première et franchir la barre des 10 ans dans les eaux cali­
Ingénieurs 17 47 26
population de plus de 3 000 personnes a été la deuxième vague pandémique, forniennes, à l’inusable Sebastes aleutianus,
complétée par une série d’entretiens dans la le sondage suggère, concernant Ministère de la santé 17 48 32 dont le doyen a été pêché en Alaska à l’âge de
région Grand­Est. L’objectif est d’alimenter la le coronavirus, un niveau élevé de Intellectuels 8 43 40 205 ans, ils ont séquencé en cascade. Pas
recherche sur ce thème, dont l’importance a confiance envers les médecins, Scientifiques de l’industrie 9 42 41 moins de 88 espèces ont été passées au crible.
fortement augmenté depuis le début de la bien plus par exemple qu’envers Leurs différences génomiques ont ensuite été
crise sanitaire. Mais il s’agit aussi de faire con­ les scientifiques liés à l’industrie.
Juristes 6 36 48
naître nos résultats aux acteurs de la média­ Plus classiquement, journalistes Journalistes 4 35 55
tion scientifique et aux décideurs chargés des et politiciens se trouvent en Politiciens 25 68
politiques publiques. queue de peloton en la matière.
Leaders politiques 13 74
Certains commentateurs évoquent une
Sondage réalisé entre le 28 octobre et le 7 novembre 2020 par l’institut d’études et de sondage Gece sur Internet auprès d'un échantillon
défiance du public à l’égard des sciences… de 3 033 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.
En matière de culture scientifique, il faut évi­ Il constitue la huitième édition de l'enquête « Les Français et la science » lancée en 1972.
Infographie : Le Monde
ter de se laisser enfermer dans de faux débats.
Et celui de la supposée défiance des Français en
est un. Nos résultats révèlent une réalité plus Les croyances irrationnelles reculent­elles ? téressés par les innovations technologiques,
complexe. Ils soulignent un certain désen­ A la fin du XIXe siècle, les savants pensaient telles que l’intelligence artificielle. Il faut ap­
chantement à l’égard des sciences et techni­ un peu naïvement que l’avancée des sciences prendre à cultiver et à diversifier cet intérêt.
ques. En effet, depuis la fin des années 1980, se solderait par un recul des croyances irra­
une majorité d’enquêtés, 62 % en 2020, décla­ tionnelles. On sait aujourd’hui que sciences et Avec quelle image la science ressort­elle « Sebastes auriculatus » vit jusqu’à 34 ans. D. KARIMOTO
rent estimer que la recherche apporte « autant croyances sont capables de coexister, voire de la crise liée au Covid­19 ?
de mal que de bien ». Ce niveau d’ambivalence parfois de s’entremêler, comme le suggèrent Cette crise a été l’occasion d’un grand mo­ croisées avec leur longévité respective. 137 gè­
record est spécifique à notre pays. Ailleurs, no­ les dérives récentes de certains chercheurs. Si ment de pédagogie. Durant plusieurs semai­ nes sont alors sortis du panier.
tamment en Europe du Nord, c’est plutôt l’en­ elle met en évidence un recul spectaculaire de nes, le public a été exposé à des débats épiso­ Mais tous agissaient­ils directement sur la
thousiasme qui est la norme. l’astrologie, une discipline qui était très pré­ diquement chaotiques, mais parfois aussi as­ durée de vie ? « Dans l’arbre de la vie, on sait
Nos résultats soulignent également les inter­ sente dans les années 1980, notre enquête sez pointus. Cela lui a permis de découvrir la que les gros animaux, comme les éléphants, vi­
rogations de plus en plus fortes du public montre aussi que le climat anxiogène créé par temporalité de la recherche et de prendre vent plus longtemps que les petits, comme les
quant à la capacité des chercheurs à conserver la pandémie a favorisé les pratiques paramé­ conscience que l’établissement d’un consen­ souris, rappelle le chercheur. De même, les mé­
leur indépendance vis­à­vis des grands grou­ dicales et augmenté la crédibilité des paras­ sus scientifique nécessite un délai plus ou tabolismes lents, des milieux froids, vivent plus
pes industriels. La question des liens d’intérêt ciences auprès du public. moins long. Il est certain que la pandémie a pu longtemps. » Son équipe a donc isolé les gènes
des chercheurs a été beaucoup évoquée au D’une manière générale, décider de ce qui être pour certains un moment de déstabilisa­ responsables de la taille ou de l’adaptation
cours de ces deux dernières années, notam­ relève de la science n’est pas quelque chose de tion et d’incertitude. Mais, avec le recul, elle a aux profondeurs extrêmes et a découvert que
ment par la presse. facile. Nous sommes toujours surpris de cons­ peut­être aussi eu des effets positifs. Notre en­ ces deux facteurs expliquaient à eux seuls
Toutefois, ces deux exemples ne suffisent pas tater à quel niveau nos enquêtés établissent la quête a été conduite à la fin de l’année 2020, 59 % de la longévité.
à conclure à une défiance généralisée à l’égard démarcation entre science et non­science. Par lorsque les vaccins n’étaient pas encore dispo­ C’est là que les choses les plus sérieuses ont
des sciences. Lorsqu’on les interroge, les Fran­ exemple, l’agronomie est une discipline dont nibles, et déjà à l’époque une majorité des en­ commencé, à savoir déterminer le rôle des
çais continuent à accorder massivement leur le caractère scientifique est de plus en plus quêtés se montraient capables de distinguer gènes restant. Au terme d’une analyse dé­
confiance aux chercheurs et à leurs institu­ contesté. Pourquoi ? Sans doute parce qu’elle un bon essai clinique d’un mauvais ! taillée, le laboratoire de Berkeley a dégagé
tions et montrent un intérêt constant pour les est perçue comme proche des enjeux indus­ trois fonctions : la réparation de l’ADN, la ré­
grandes avancées dans les domaines de la mé­ triels et porteuse de risques environnemen­ A lire les conclusions de votre enquête, les gulation de l’insuline et la modulation de
decine et de la biologie ou encore des énergies taux. A l’inverse, la biologie, qui était long­ politiques et les journalistes ne ressortent l’immunité. Eviter le cancer, protéger le mé­
renouvelables. Ce constat va à l’encontre du temps en retrait par rapport à la physique et pas grandis de la crise… tabolisme, chasser les infections, tout en évi­
discours ambiant qui tend à sur­représenter les aux mathématiques, fait désormais jeu égal Oui, mais ce n’est pas nouveau. Dans la hiérar­ tant les excès inflammatoires… Des modes
opinions « complotistes » et les croyances irra­ avec ces disciplines. chie de la confiance, les médecins occupent, de­ d’action déjà repérés chez d’autres espèces
tionnelles, qui ont, sans doute, un caractère puis toujours, la place la plus élevée, juste de­ particulièrement résistantes, comme les
plus spectaculaire. Cette observation n’impli­ Votre enquête montre un désir des citoyens vant les scientifiques. Tout en bas de l’échelle, chauves­souris. Ou les humains.
que pas une absence de problèmes. Comme d’avoir la possibilité de donner un avis sur les on trouve les journalistes, un peu au­dessus des Les scientifiques californiens entendent du
nous l’avons vu, il y en a à résoudre. choix en matière de recherche… politiques. Ce type d’observation permet, peut­ reste faire profiter leurs collègues médecins
La « démocratie scientifique et technique » être, d’expliquer pourquoi les politiques accor­ de leurs trouvailles. Car si la majorité des gè­
On entend souvent parler d’un recul de la reste en grande partie à inventer en France. dent autant d’importance à la thématique de la nes mis en évidence chez les sébastes étaient
culture scientifique. Qu’en est­il ? Notre enquête montre que les citoyens sont défiance : ils sont les premiers concernés ! déjà repérés comme associés chez nous au
Même si la culture scientifique prend des for­ prêts. Les modes de communication avec le vieillissement, quelques cibles nouvelles sont
mes très variées, nous avons conservé le prin­ public a posteriori, c’est­à­dire une fois les dé­ Des théories du complot ont pourtant fleuri apparues, jusqu’ici ignorées. Trouver leurs
cipe adopté lors des enquêtes antérieures : ce­ cisions prises, sont de plus en plus mal vécus. sur les réseaux sociaux… correspondants chez Homo sapiens pourrait
lui d’une suite de questions de connaissance, à Effectivement. Même si ces théories sont an­ offrir des pistes pour combattre les maladies
partir desquelles nous avons calculé un indice L’attitude envers les sciences et ciennes, elles se sont diffusées plus largement liées à l’âge.
de familiarité. Le suivi de l’évolution de cet in­ techniques est­elle une affaire de au cours de la crise. Ce phénomène est difficile D’ici là, les sébastes devraient continuer à
dice suggère qu’il existe, depuis une trentaine générations et de genres ? à quantifier de manière précise, et sans doute passionner les scientifiques. Car, au­delà des
d’années, une relative perte de familiarité vis­ Les grandes variables sociodémographiques faut­il se montrer un peu prudent. On a ten­ causes, l’équipe de Berkeley a traqué les consé­
à­vis des sciences et techniques. Ce constat doit sont très utiles pour expliquer les attitudes des dance à accorder beaucoup d’attention aux for­ quences de la longévité. Pour cela, elle a suivi,
toutefois être nuancé puisque ce n’est pas tant Français. Il existe, par exemple, des différences mes les plus exacerbées du débat. Or, d’une fa­ dans son génome, l’évolution éclair du groupe.
le taux de « mauvaises » réponses qui aug­ entre les genres. Les femmes s’opposent plus çon générale, nos études montrent que ces « Tout s’est fait en dix millions d’années, à ma
mente (celui­ci est stable) que la part des non­ nettement que les hommes au recours à l’ex­ théories « complotistes » restent le fait d’une connaissance, c’est unique », assure Peter Sud­
réponses qui croît fortement. Ce point critique périmentation animale, y compris lorsque minorité d’acteurs fortement mobilisés. Eva­ mant. D’un ancêtre commun à l’existence lon­
mérite d’être approfondi, car il touche à l’avenir cette dernière permettrait de faire progresser luer l’impact de ces thèses va nécessiter gue, certaines espèces ont évolué vers une vie
et concerne la manière dont est organisée le traitement des maladies. D’une façon géné­ d’autres outils que ceux employés dans cette plus courte, qui a rapidement conduit… à une
l’éducation scientifique, notamment à l’école. rale, elles manifestent une aversion plus pro­ enquête. Rappelons qu’une partie de ce com­ augmentation de leur population. En effet,
Par ailleurs, alors qu’un fort intérêt pour les noncée face aux risques que les hommes. Cela plotisme a été alimentée par certains scientifi­ chez toutes ces espèces, ce sont les femelles les
sciences du vivant s’exprime, ce dernier ne va a bien été montré, notamment à propos des ques, qui se sont appuyés, de façon plus ou plus âgées qui pondent l’essentiel des œufs.
pas toujours de pair avec une connaissance OGM. D’un point de vue générationnel, je re­ moins cynique, sur les doutes réels du public à Troquer une existence longue et tranquille
précise des dernières innovations. Les progrès tiens surtout que les plus jeunes, supposés être l’égard de l’indépendance des chercheurs. C’est pour une vie brève et glorieuse : et si l’Achille
de l’épigénétique et du génie génétique pei­ les plus exposés à la désinformation sur les ré­ plutôt là que se situe le problème.  d’Homère s’était inspiré des sébastes ? 
nent à trouver leur public. seaux sociaux, se montrent finalement très in­ propos recueillis par vahé ter minassian nathaniel herzberg