Vous êtes sur la page 1sur 26

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche Scientifique

Faculté de Technologie
Département de Génie Electrique
Laboratoire de Réseaux Electriques

Matière : UEM. 112.

T.P. Réseaux de Transport et de


Distribution d’Energie Electrique

Mme ZIDANE née LATRI FATIHA

2019-2020
UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

Avant-propos
Ce fascicule de travaux pratiques est destiné aux étudiants de Master académique du
domaine Sciences et Technologies, des filières d’électrotechnique et des énergies
renouvelables (socle commun) conformément aux nouveaux programmes de 2016 – 2017.

Ce fascicule contient quatre TP indépendants :


T.P. N°1 : Régulation de la tension d’une ligne électrique à l’aide des condensateurs
T.P. N°2 : Régulation de la tension d’une ligne électrique par moteur synchrone
T.P. N°3 : Echange de transit de puissance entre deux réseaux interconnectés
T.P. N°4: Schémas de liaison à la terre

Chaque TP comprend :
- Le but du T.P.
- Un aperçu théorique nécessaire à la compréhension du T.P.
- Une description du matériel nécessaire à la réalisation du T.P.
- Une description des étapes à suivre pour réaliser les essais durant la séance de T.P.

Ces T.P sont le fruit de travail des enseignants de réseaux électriques de l’université de
Bejaia, je les ai adaptés aux nouveaux programmes.

Déroulement des séances de T.P.


- L’étudiant doit préparer le T.P. avant de faire la manipulation.
- Le compte rendu du TP doit être remis après quinze jours de date de la manipulation.
- Des tests individuels sur le montage et la compréhension des T.P. seront organisés à la
fin du semestre.

Utilisation conforme
- L’ensemble des T.P. décrits dans ce fascicule ne doivent être utilisés que dans le cadre
de l’enseignement sous l’encadrement des enseignants.
- Les étudiants doivent respecter les consignes de sécurité données par leur enseignant.
- Les étudiants ne doivent pas mettre le montage sous tension qu’après sa vérification
par leur enseignant.

Ces T.P. ne sont pas sans risques sur les étudiants ou sur le matériel du laboratoire, je
dégage toute responsabilité consécutive à un usage faut de ce document ou à un usage auquel
il n’est pas destiné.

Mme ZIDANE FATIHA

2 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

SOMMAIRE

Avant-propos ………………………………………………………………………… 2

TP N°1 : Régulation de la tension d’une ligne électrique à l’aide des condensateurs


1. But du TP ………………………………………………………………...…….…. 4
2. Etude théorique ……………………………..…………………..…………….….. 4
3. Matériel nécessaire ………………………………………..………...…...……….. 7
4. Manipulation ……………………………………………………………….…..…. 7

TP N°2 : Régulation de la tension d’une ligne électrique par moteur synchrone


1. But du TP ………………………………………………………………...…….…. 10
2. Etude théorique ……………………………..…………………..…………….….. 10
4. Matériel nécessaire ………………………………………..………...…...……….. 11
5. Manipulation ……………………………………………………………….…..…. 11

TP N°3 : Echange de transit de puissance entre deux réseaux interconnectés


1. But du TP ………………………………………………………………...…….…. 14
2. Etude théorique ……………………………..…………………..…………….….. 14
4. Matériel nécessaire ………………………………………..………...…...……….. 17
5. Manipulation ……………………………………………………………….…..…. 17

TP N°4 : Schémas de liaison à la terre


1. But du TP ………………………………………………………………...…….…. 20
2. Etude théorique ……………………………..…………………..…………….….. 20
4. Matériel nécessaire ………………………………………..………...…...……….. 24
5. Manipulation ……………………………………………………………….…..…. 24

3 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

TP N°1 : REGULATION DE LA TENSION D’UNE LIGNE


ELECTRIQUE A L’AIDE DES CONDENSATEURS

1. But du TP
Le but du TP est l’étude de :
➢ l’influence du type de la ligne sur la régulation de la tension ;
➢ la régulation de la tension à la réception par compensation de la puissance
réactive ;
➢ la puissance maximale transmise par une ligne.

2. Etude théorique
2.1 La régulation de la tension
Les récepteurs d’énergie électrique tels que les lampes, les moteurs
électriques sont conçus pour fonctionner sous une tension bien déterminée ; leur
fonctionnement devient défectueux, dès que les variations de la tension
dépassent certaines limites (5 à 10% de chute de tension sont généralement
tolérées). Pour un bon fonctionnement des récepteurs, il faut réguler la tension.
La régulation de la tension est le taux de variation de la tension aux bornes
de la charge. La régulation de la tension pour une ligne courte est :
V1 − V2 U − U2
R% = .100 = 1 .100
V2 U2
V1 : tension constante à la source.
V2 : tension aux bornes de la charge

2.2 Puissance transmise par une ligne – Puissance transmise maximale


La puissance active que peut transmettre une ligne à la réception est
limitée et dépend du type de la ligne.

▪ Cas d’une ligne résistive :


La puissance active transmise par une phase de la ligne résistive est :
2
V1V2 V
P2 = cos  − 2
R R
Avec :
R : résistance de la ligne.
 : angle de déphasage entre les
tensions à la source et à la réception.

4 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

La puissance maximale (Fig. 1.1) qui peut transitée par une phase de la ligne
résistive est :

V12
Pmax =
4R

Cette valeur est obtenue pour


V2 = 0,5V1.

Fig. 1.1
Si la ligne résistive transporte une puissance proche de Pmax, la chute de tension
et les pertes par effet Joule seront grandes à travers la ligne.
Si on permet une chute de tension relative de 5% alors la tension V2 = 0, 95 V1
P2 (5%) =19% Pmax.
La source doit fournir P2 (5%) absorbée par la charge plus les pertes par effet
Joule à travers la ligne.

▪ Cas d’une ligne inductive


La puissance active transmissible par
une phase de la ligne inductive est :
V1V2 V
P2 = sin  = 2 V12 − V22
X X
X : la réactance de la ligne.

La puissance active maximale transmissible par cette ligne est (Fig. 1.2) :
V12
Pmax =
2X

Elle est obtenue pour :


V1
V2 = = 0,707 V1
2

Si on permet une chute de tension


relative de 5% (V2 = 0,95 V1)
P2 (5%) = 60%Pmax
Fig. 1.2
5 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –
UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

Conclusion
Pour le même module de l’impédance, une ligne inductive donne de meilleures
performances qu’une ligne résistive.

▪ Cas d’une ligne inductive avec compensation


Si on ajoute une réactance capacitive XC appropriée à l’extrémité de la ligne
inductive, la puissance active maximale transmissible sera le double de celle du
cas précédent (Fig. 1.3) :
V12
Pmax =
X

Au fur et à mesure que la puissance active demandée par la charge augmente, la


tension V2 diminue, on fait varier XC telle que V2 soit constante et égale àV1.
On peut garder V2 constante et égale à V1 jusqu’a une limite P2=Pmax, après cette
limite la tension V2 décroît en ligne droite, c’est l’écroulement de la tension.

Fig. 1.3

Conclusion
La régulation de la tension est parfaite et la tension demeure constante
jusqu’à Pmax, ainsi on peut transporter une puissance active P2 égale à la capacité
maximale de la ligne. Le condensateur fournit une partie de la puissance réactive
absorbée par la ligne et l’autre partie provient de la source.

6 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

3 Matériel nécessaire
- Un autotransformateur monophasé CA 0-250V.
- Trois rhéostats de résistances variables 0-330 Imax=1A.
- Une bobine d’inductance variable 0-1,2H
- Trois capacités à cavalier 15,5 F.
- Trois ampèremètres
- Trois voltmètres.
- Un ohmmètre

4 Manipulation
4.1 Cas d’une ligne résistive
Dans le montage de la figure 1.4 :
• la ligne est formée par une résistance (R=251)
• la charge est formée par deux résistances variables 0-330 en série.
- Régler préalablement la valeur la résistance de la charge à Rch= 650
- Réaliser le montage de la figure 1.4.
- Fermer l’interrupteur K et régler la tension à la sortie de
l’autotransformateur à V1 = 150V.
- Varier progressivement la résistance de la charge de 650  à 0 par pas de
50  environ et mesurer pour chaque valeur de Rch le courant I et la
tension V2.
- Placer les valeurs mesurées dans le tableau 1.1

Fig.1.4 –Cas d’une ligne résistive.


Travail demandé
- Calculer pour chaque valeur de Rch, les grandeurs cos1, P1, P2, Q1, Q2,  et
R%.
- Tracer la courbe V2=f(P2)

7 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

- Déterminer graphiquement la valeur de la puissance maximale (Pmax)


transmise par cette ligne et comparer la avec la valeur théorique.
- Déterminer la valeur de la tension V2 en fonction de V1 qui correspond à
cette puissance maximale.
- Si on permet une régulation maximale de tension de 5 % déterminer
théoriquement et graphiquement, la puissance transmise par cette ligne en
fonction de Pmax et la puissance fournie par la source qui correspond à
cette puissance transmise.

4.2 Cas d’une ligne inductive sans compensation


- Réaliser le montage de la figure 1.5 avec l’interrupteur K2 ouvert
• la ligne est formée par une bobine de R=11,5 L=0,8H.
• la capacité variable (C) est formée par trois capacités à cavalier
15,5 F montées en parallèle.
- Répéter la même procédure de travail de l’essai précédent.
- Placer les valeurs mesurées de I et V2 dans le tableau 1.2.
- Faire le même travail demandé dans l’essai précédent pour ce cas.

Fig.1.5 – K1 ouvert : cas d’une ligne inductive sans compensation.


K1 fermé : cas d’une ligne inductive avec compensation.

4.3 Cas d’une ligne inductive avec compensation


- Réaliser le montage de la figure 1.5 avec l’interrupteur K2 fermé
- Répéter l’expérience précédente mais pour chaque valeur de R ch varier la
capacité C telle que la tension V2 soit la plus proche possible de la tension
V1 (pour varier la capacité, utiliser à chaque fois l’interrupteur K2).
- Mesurer la tension V2, les courants I, IR et IC et la capacité C.
- Placer les valeurs mesurées dans le tableau 1.3.
- Faire le même travail demandé dans l’essai précédent.
- Comparer la puissance maximale transmissible par les trois types de
lignes et donner une conclusion.

8 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

Feuille de mesures du TP N°1

Nom & Prénom des étudiants Emargement


Date : ….. / …. /20…..
Groupe : …….
Sous-groupe : ……

Tableau 1.1 : Cas d’une ligne résistive V1=150 V R=251


Rch () 650 . . . . . . . . .
I(mA)
V2(V)

Tableau 1.2 : Cas d’une ligne inductive sans compensation V1=150 V R=11,5 L=0,8H
Rch () 650 . . . . . . . . .
I(mA)
V2(V)

Tableau 1.3 : Cas d’une ligne inductive avec compensation V1=150 V R=11,5 L=0,8H
Rch () 650 . . . . . . . . .
C
V2(V)
I(mA)
IR(mA)
IC(mA)

Signature de l’enseignant (e)

9 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

TP N°2 : REGULATION DE LA TENSION D’UNE LIGNE


ELECTRIQUE A L’AIDE D’UN MOTEUR SYNCHRONE

1. But du TP
➢ Etude d’un moteur synchrone raccordé au réseau.
➢ Régulation de la tension à l’aide d’un moteur synchrone.

2. Etude théorique
En pratique, la charge en un point du réseau n’est pas constante, elle varie d’un
moment à l’autre, ce qui provoque une variation de la tension. Il faut maintenir
le profil de la tension en limites étroites (soit en régime permanent ou en régime
perturbé), pour cela, on connecte en parallèle des systèmes de compensation de
la puissance réactive.
Il existe plusieurs types de compensateurs parallèles :
- Compensateurs synchrones
- Condensateurs
- Compensateurs statiques de puissance réactive (CSPR) de la famille des
FACTS.

2.1 Compensation par moteur synchrone


Un moteur synchrone tournant à vide est capable de fournir ou d’absorber
une puissance réactive. En fonction du courant d’excitation, il peut se comporter
comme une bobine (sous-excitation) et dans ce cas il absorbe de la puissance
réactive ou comme un condensateur (surexcitation) et dans ce cas il fournit de la
puissance réactive.
L’excitation est réglée pour fournir ou absorber la puissance réactive qui permet,
par son transit en un point du réseau, d’ajuster la tension de ce point.

10 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

3. Matériel nécessaire

- Un autotransformateur CA 0–220/380V – 3A
- Un autotransformateur CC 0–220V – 5A
- Deux watt-varmètres 300W/300VAR – 450V – 0,8A – 3
- Un module de ligne de transmission triphasée 220/380V– 0,37A–50Hz
- Une résistance triphasée variable 231W – 220V CA/CC
- Une machine synchrone 175 W, 1500tr/mn – 380 V 0,36A– 50Hz - 3
- Deux voltmètres et deux ampèremètres.

4. Manipulation

4.1 Moteur synchrone fonctionnant à vide


- Réaliser le montage de la figure 2.1 (mettre deux watt-varmètres en
parallèle).
- Appliquer une tension alternative US=380 V au stator.
- Quand la machine atteint sa vitesse synchrone varier le courant d’excitation
de 0 à 0,45 A avec un pas de 0,05 A, à l’aide de la tension d’alimentation à
CC (courant continu) et du rhéostat du champ et mesurer PR, QR et IL.
- Noter, en passant, le courant d’excitation pour lequel QR =0.
- Placer les valeurs mesurées dans le tableau 2.1.

NB : Après chaque essai, il faut d’abord diminuer le courant d’excitation


jusqu’à zéro ensuite diminuer la tension d’alimentation alternative.

Fig. 2.1– Moteur synchrone fonctionnant à vide.

- Que signifie QR positive, négative ou nulle.


- Tracer la courbe Q R = f ( I exc )

11 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

4.2 Ligne électrique fonctionnant à vide


- Réaliser le montage de la figure 2.2 et appliquer une tension US=380 V.
- Pour la réactance de la ligne XL=200  ensuite XL=400, varier le courant
d’excitation de 0 à 0,40 A avec un pas de 0,05 A et mesurer PS, QS , PR, QR,
UR et IL.
- Placer les valeurs mesurées dans le tableau 2.2.
- Tracer la courbe QR = f (U R ) pour XL=200 et XL=400.
- Tracer la courbe Q R = f ( I exc ) pour XL=200  et XL=400
- Commenter l’allure des courbes obtenues.
- Quelles sont les limites d’utilisation de la compensation pour réguler la
tension.

Fig. 2.2 – Ligne électrique fonctionnant à vide

4.3 Ligne électrique fonctionnant en charge


- Dans le montage précédent, placer une charge résistive à la réception en
parallèle avec le moteur synchrone.
- Fixer la réactance de la ligne à XL=400.
- Pour la charge résistive Rch=, appliquer une tension US= 380V.
- Varier le courant d’excitation de sorte que la tension à la réception soit
égale à la tension de la source (UR =US) et mesurer UR, PS, QS, PR, QR et IL.
- Refaire le même travail pour chaque valeur de la charge résistive :
Rch=4400, 2200, 1467, 1100, 880, 733 et 629 par phase.
- Placer les valeurs mesurées dans le tableau 2.3.
- Tracer la courbe Q R = f ( PR ) et commenter son allure.
- Existe-t-il une limite à la possibilité de réguler la tension par un
compensateur synchrone ? Justifier votre réponse.

12 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

Feuille de mesures du TP N°2

Nom & Prénom des étudiants Emargement


Date : ….. / …. /20…..
Groupe : …….
Sous-groupe : ……

Tableau 2.1 : Moteur synchrone fonctionnant à vide Us=380 V


Iexc (mA) 0 50 100 150 200 250 300 350 400 450
PR (W)
QR (Var)
IL(mA)

QR=0 Iexc= ………..

Tableau 2.2 : Ligne électrique fonctionnant à vide Us=380V XL=200  / XL=400 


Iexc (mA) 0 50 100 150 200 250 300 350 400 450
UR

PS

QS

PR

QR

IL

Tableau 2.3 : Ligne électrique fonctionnant en charge Us=380V XL=400 


Rch()  44 2200 1467 1100 880 733 629
00 (4400//2200) (4400//1100) (2200//1100) (4400//2200//1100)
Iexc(mA)
UR
PS
QS
PR
QR
IL

Signature de l’enseignant (e)

13 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

TP N°3 : ECHANGE DE PUISSANCE ENTRE DEUX


RESEAUX INTERCONNECTES

1. But du TP

a/ Etude du sens de transit de puissances active et réactive entre deux réseaux


interconnectés par une ligne inductive dans les cas suivants :
- Les tensions des deux stations sont différentes mais en phase.
- Les tensions sont égales mais déphasées.
- Les tensions sont différentes mais déphasées.
b/ Etude des moyens pour augmenter la capacité de transport d’une ligne
électrique.

2. Etude théorique

2.1 Paramètres influençant l’échange de la puissance active


Soit deux stations S et R liées par une ligne inductive (Fig.3.1). Les deux
stations échangent de la puissance active entre elles.

V S = VS1

V R = VR  2

 = 1 - 2

Fig. 3.1 ̶ Deux stations liées par une ligne inductive


Avec :
VS module de la tension de la station S
VR module de la tension de la station R
X réactance inductive de la ligne
δ déphasage entre les tensions VS et VR appelé aussi angle de transport.

La puissance active transmise par la ligne inductive triphasée est :


VSVR
P=3 sin 
X

14 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

La puissance réactive transmise par la ligne inductive triphasée est :


VS
P=3 (Vs − VR cos  )
X
Pour varier la puissance active transmise, on peut agir sur :
➢ l’amplitude des tensions à l’aide des transformateurs.
➢ le déphasage  à l’aide d’un transformateur déphaseur.
➢ la réactance inductive de la ligne.

2.2 Etude du sens de transit de la puissance active


Si le déphasage  entre les tensions VS et VR n’est pas nul, c’est lui qui
détermine le sens de transit de la puissance active entre les deux stations. La
variation du module de VS ou de VR ainsi que la valeur de la réactance inductive
de la ligne n’influent pas dans ce cas, sur le sens de transit de la puissance active
entre les deux stations. Trois cas se présentent :

1er cas δ = 0 Les tensions VS et VR sont en phase


Pour VS =VR aucune puissance active n’est transportée P = 0

2ème cas La tension VS est en avance d’un angle δ sur VR


La station S fournit la puissance active à la station R (Fig. 3.2).

Fig. 3.2
3ème cas La tension VR est en avance d’un angle δ sur VS
La puissance active circule de la station R vers la station S (Fig. 3.3).

Fig. 3.3
15 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –
UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

2.3 Moyens pour augmenter la capacité de transit de la puissance active


L’expression de la puissance transmise montre qu'il est possible d'augmenter la
puissance transitée par une ligne inductive :
- soit en maintenant la tension des deux stations (sources) égales,
- soit en réduisant la réactance de la ligne par la mise en parallèle de
plusieurs lignes.
- soit en augmentant l'angle de transport mais dans ce cas on est limité par
la stabilité du système.

Pour VS=VR=V, la puissance active transmise par la ligne est :


V2
P= sin 
X
La courbe suivante (Fig. 3.4) représente la puissance active P en fonction de δ.

Fig. 3.4

La puissance transmise augmente progressivement, elle atteint sa valeur


V2
maximale pour δ = 900.
X

Cependant il faut éviter de transporter une puissance lorsque δ est voisin de


0
90 , cela correspond à un fonctionnement instable, les deux stations sont sur le
point de décrocher et les disjoncteurs de la ligne s’apprêtent à ouvrir le circuit.
En exploitation normale l'angle ne dépasse pas 30 à 40°.

16 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

3. Matériel nécessaire
- Deux autotransformateurs CA 0–220/380V – 3A
- Un autotransformateur de régulation 110VA 220/380V–0,17A – 3–50Hz
- Deux watt-varmètres 300W/300VAR – 450V – 0,8A – 3
- Deux modules de lignes de transmission triphasées 220/380V–0,37A–
50Hz
- Un phasemètre
- Deux voltmètres.

4. Manipulation
4.1 Les tensions des deux sources sont en phase
Essai 1 :
- Réaliser le montage de la figure 3.5
- Fixer la réactance de la ligne à XL=200Ω,
- Fixer la tension des deux sources à UR=US=300V
- Fixer le commutateur de variation de l’angle de l’autotransformateur
déphaseur à la position δ=0°.
- Mesurer et indiquer le sens de transit des puissances P et Q
successivement pour les positions ΔU=0%, +15%, -15% du commutateur
de variation de tension de l’autotransformateur.
- Placer les valeurs mesurées dans le tableau 3.1.

Fig. 3.5 – Echange de puissance entre deux sources liées par une ligne inductive.

17 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

Essai 2
- Avec le même montage de la figure 3.5, fixer XL=200Ω δ=0° UR=300V
- Varier la tension Us de 220V à 360V par pas de 20V puis mesurer et
indiquer le sens de transit des puissances P et Q.
- Placer les valeurs mesurées dans le tableau 3.2.
- Interpréter les résultats obtenus des deux essais et conclure.

4.2 Influence de l’angle de transport sur le transit de puissance


- Garder le même montage de la figure 3.5
- Fixer UR=US=300V et ΔU=0%
- Pour XL=200Ω puis pour XL=400Ω, mesurer et indiquer le sens de transit
des puissances P et Q pour les trois positions du commutateur de variation
de l’angle de l’autotransformateur déphaseur : δ =0° δ = +15° δ = -15°
- Placer les valeurs mesurées dans le tableau 3.3.
- Interpréter les résultats obtenus.
- Indiquer le sens de transit des puissances en fonction de l’angle de
déphasage entre les tensions des deux sources.
- Que peut-on conclure quant à l’influence de la valeur de la réactance
inductive de la ligne sur la puissance transmise.

4.3 Influence de la réactance inductive de la ligne sur la puissance transmise


- Garder le même montage de la figure 3.1
- Fixer UR=US=300V ΔU=0% δ = +15° XL=600Ω
- Mesurer et indiquer le sens de transit des puissances P et Q
- Refaire le même essai mais en prenant cette fois deux lignes en parallèle de
réactance 600Ω chacune.
- Placer les valeurs mesurées dans le tableau 3.4.
- Interpréter les résultats obtenus.
- Dans le cas d’une seule ligne et dans le cas de deux lignes en parallèle :
o Calculer les valeurs théoriques des puissances transmises ensuite
comparer les valeurs calculées avec les valeurs mesurées
correspondantes.
o Calculer les puissances maximales transmissibles théoriques
- Donner la conclusion.

18 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

Feuille de mesures du TP N°3

Nom & Prénom des étudiants Emargement


Date : ….. / …. /20…..
Groupe : …….
Sous-groupe : ……

Tableau 3.1 XL=200 =0° US= UR=300 V


ΔU PS ( ) QS ( ) PR ( ) QR ( )
0%
+15%,
-15%

Tableau 3.2 XL=200 =0° UR=300 V


US (V) 220 240 260 280 300 320 340 360
PS ( )
QS ( )
PR ( )
QR ( )

Tableau 3.3 XL=200/400 ΔU = 0% US= UR=300 V

δ( ° ) XL() PS ( ) QS ( ) PR ( ) QR ( )
0 200
400
+15 200
400
-15 200
400

Tableau 3.4 ΔU = 0% δ = +15° US= UR=300 V


XL PS ( ) QS ( ) PR ( ) QR ( )
XL=600
Deux lignes parallèles
600//600

Signature de l’enseignant (e)

19 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

TP N°4 : SCHEMAS DE LIAISON A LA TERRE

1. But du TP
Le but du TP est l’étude des caractéristiques de courant et de tension dans
le cas d’un réseau :
- à neutre isolé,
- à neutre relié à la terre par l’intermédiaire d’une bobine d’extinction.

2. Etude théorique
Le neutre est le point commun des trois enroulements montés en étoile du
secondaire du transformateur existant dans un poste de transformation HT/MT
ou MT/BT. On appelle schémas de liaison à la terre (SLT) les différentes
méthodes de mise à la terre du neutre dans un réseau électrique.
Le schéma de liaison à la terre joue un rôle très important dans un réseau
électrique en particulier en cas d’incident ; la continuité de service et le choix du
système de protection dépendent du schéma de liaison à la terre utilisé.
Il existe différents schémas de liaison à la terre et chacun a ses avantages, ses
inconvénients et son domaine d’utilisation.

1.1 Les différentes tensions existant dans un réseau en régime normal


Soit un réseau triphasé connecté au secondaire d’un transformateur (Fig.4.1).
Chaque conducteur de phase, présente par rapport à la terre une capacité.
On distingue les tensions suivantes :
- Tension simple entre phase et neutre ( V pN ) V aN ,V bN ,V cN
- Tension simple entre phase et terre ( V pT ) V aT ,V bT ,V cT
- Tension composée entre deux phases ( V pp ) V ab ,V bc ,V ca
- Tension entre le neutre et la terre ( V TN )
Les relations qui lient les différentes tensions sont les suivantes :
V ab = V aN − VbN = V aT − V bT (1)
V bc = V bN − V cN = V bT − V cT (2)
V ca = V cN − V aN = V cT − V aT (3)
Avec :
V aT = V aN − V TN (4)
V bT = V bN − V TN (5)
V cT = V cN − V TN (6)

20 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

Fig.4.1 – les différentes tensions existant dans un réseau en régime normal

1.2 Réseau à neutre isolé


2.2.1 Le réseau à neutre isolé (sans défaut)
En absence de défaut (Fig.4.2) et si les capacités des trois phases sont
équilibrées ( CaT = CbT = CcT ), elles créent un point neutre artificiel qui est au
potentiel de la terre ( V TN = 0) .

Fig.4.2 – réseau à neutre isolé (sans défaut).

D’après les relations (4), (5) et (6), la tension phase-terre est égale à la tension
simple pour chaque phase (Fig.4.3) :
V aT = V aN V bT = V bN V cT = V cN
V aT = V bT = V cT

V aN = V bN = V cN = Va

Fig. 4.3 –Diagramme vectoriel des tensions


- cas d’une symétrie capacitive-
21 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –
UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

Les trois capacités du réseau triphasé engendrent trois courants d’intensités


égales et dont la somme vectorielle est nulle. Le système est triphasé équilibré.

2.2.2 Le réseau à neutre isolé avec défaut monophasé


Avec l’hypothèse que les capacités phase-terre sont égales ( CaT = CbT = CcT = C ),
lors d’un défaut franc à la terre, par exemple la phase a à la terre (Fig. 4.4), le
potentiel de la phase a est au potentiel de la terre ( V aT = 0 ).

Fig.4.4 – réseau à neutre isolé avec défaut monophasé.

D’après la relation (4) : V aN = V TN


La tension neutre-terre est égale à la tension simple VaN et la tension des phases
b et c par rapport à la terre est égale à la tension composée (Fig. 4.5).
V bT = 3 V bN = 3Va

V cT = 3 V cN = 3Va

Le courant de défaut est alors


I d = I cb + I cc
I cb = jV bT CbT
I cc = jV cT CcT 
I cb = I cc = 3VaC

Fig. 4.5 – diagramme vectoriel des tensions d’un


réseau à neutre isolé avec défaut monophasé et
symétrie capacitive.
I d = 2 I cb cos 30
3
I d = 2 3Va C I d = 3C Va
2

22 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

2.3 Réseau à neutre relié à la terre par une bobine d’extinction


Le neutre du transformateur HT/MT est relié à la terre par l’intermédiaire
d’une bobine d’extinction (bobine de Petersen) d’inductance L (Fig.4.6).
Le courant de défaut est : Id = IL + IC = 0
Avec :
Ic le courant capacitif total I c = I cb + I cc
IL le courant passant par la bobine

Fig. 4.6 – réseau à neutre relié à la terre par une bobine d’extinction.

Pour avoir un courant de défaut nul (Id=0), il faut compenser le courant


capacitif à l’endroit du défaut en accordant une bobine d’inductance réglable
telle que : I L = I c
1
On applique la condition de résonnance : 3LC 2 = 1 L=
3C 2
On définit le taux de compensation υ comme suit :
Id − IL
=
Id

D’après cette formule, on distingue trois états de compensation :


IL  Id surcompensation ν<0
IL = Id compensation exacte ν=0
I L  Id sous compensation ν>0

23 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

3. Matériel nécessaire

- Un transformateur triphasé 2,8 kVA U=190-380V/65-130V


In=4,9-2,45 /14,4-7,2A 50Hz
- Trois bobines identiques L=40mH R=8,7 Imax =2,5A.
- Une bobine d’inductance variable L= 0-1,2H.
- Trois capacités à cavalier 15,5 F.
- Quatre ampèremètres et quatre voltmètres.

4. Manipulation

4.1 Réseau à neutre isolé par une grande résistance


4.1.1 Réseau sans défaut
- Réaliser le montage de la figure 4.7 avec l’interrupteur K ouvert.
- Varier les capacités de la ligne selon le tableau 4.1 et mesurer les tensions
VTN, VaT, VbT et VcT pour chaque cas et les courants Ica, Icb, Icb pour le
premier cas.
- Placer les valeurs mesurées dans le tableau 4.1
- Tracer le diagramme vectoriel des tensions pour chaque cas.
- Interpréter les résultats obtenus.

Fig. 4.7 – Réseau à neutre isolé (sans défaut).

4.1.2 Réseau avec défaut monophasé et symétrie capacitive


- Réaliser le montage de la figure 4.7 avec l’interrupteur K fermé.
- Les capacités de la ligne sont égales ; CaT=CbT=CcT =C=10 µF
- Relever les mesures des tensions VTN, VaT, VbT et VcT et des courants Id, Icb
et Icc (Id= Ica).
- Placer les valeurs mesurées dans le tableau 4.2.

24 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

- Calculer les courants Id, Icb et Icc et les comparer aux valeurs mesurées.
- Citer les conditions d’utilisation du réseau à neutre isolé.
- Citer les avantages et les inconvénients du régime du neutre isolé.

4.2 Réseau à neutre relié à la terre par une bobine d’extinction


4.2.1 Réseau à symétrie capacitive avec défaut monophasé
- Réaliser le montage de la figure 4.8 avec l’interrupteur K fermé.

Fig.4.8 – réseau à neutre relié à la terre par une bobine d’extinction.

- Les capacités de la ligne sont égales ; CaT=CbT=CcT =C=10µF


- Relever dans le tableau 4.3, les mesures des tensions VTN, VaT, VbT et VcT et
des courants Id, Icb, Icc et IL pour plusieurs valeurs de l’inductance L
(6 mesures environ).
- Tracer les courbes Id =f(X) et VTN =f(X) (X la réactance de la bobine) puis
interpréter l’allure de ces courbes.
- Donner la valeur de l’inductance L, correspondant à un courant minimum
et comparer cette valeur de L avec la valeur théorique.
- Tirer les conclusions nécessaires concernant le taux de compensation.
- Donner des conclusions justifiées quant à l’utilisation de ce régime du
neutre.
4.2.2 Réseau à asymétrie capacitive sans défaut
- Garder le montage de la figure 4.8 avec l’interrupteur K ouvert,
CaT= 0 et CbT=CcT =10µF
- Relever dans le tableau 4.4, les mesures de VTN et IL pour plusieurs valeurs
de l’inductance (10 mesures environ).
- Tracer la courbe VTN =f(X) et interpréter son allure.

25 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –


UEM. 112. TP Réseaux de transport et de distribution d’énergie électrique

Feuille de mesures du TP N°4

Nom & Prénom des étudiants Emargement


Date : ….. / …. /20…..
Groupe : …….
Sous-groupe : ……

Tableau 4.1
CaT (µF) 10 8 6 4 2 0
CbT (µF) 10 10 10 10 10 10
CcT (µF) 10 10 10 10 10 10
VTN (V)
VaT (V)
VbT (V)
VcT (V)

Tableau 4.2
VTN (V) VaT (V) VbT (V) VcT (V) Id (mA) Icb (mA) Icc(mA)

Tableau 4.3
L (H) 1,1 0,9 0,7 0,5 0,3 0,1
X ()
VTN (V)
VaT (V)
VbT (V)
VcT (V)
Id (mA)
Icb (mA)
Icc (mA)
IL (mA)

Tableau 4.4
L (H) 1,1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1
IL (mA)
VTN (V)

Signature de l’enseignant (e)

26 Laboratoire de Réseaux Electriques – Département de Génie Electrique –

Vous aimerez peut-être aussi