Vous êtes sur la page 1sur 99

ROYAUME DU MAROC

WILAYA DU GRAND CASABLANCA


AUTORITE DELEGANTE
SOCIETE LYDEC

Gestion déléguée des services de distribution


d’électricité, d’eau potable et du service d’assainissement
liquide à Casablanca

APPEL D’OFFRES OUVERT


N°93-2020 A/T

PROJET D'ASSAINISSEMENT DE LA ZONE NORD EST


DE SIDI MOUMEN

LOT 4 : Réalisation du tronçon amont du collecteur HA1


d’eaux pluviales et d’eaux usées
- Travaux sans tranchée : Construction du Collecteur en
Galerie souterraine
- Fournitures et pose en tranchée de conduites

PIECE N°2.2 - CCTP


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

PIECE N° 2.2

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES - (C.C.T.P.)

2.2.1 CCTP – Travaux sans tranchés– Réalisation de Collecteurs en


Galerie souterraine et Ouvrages.

2.2.2 CCTP – TRAVAUX (Conduites d’assainissement en tranchée)


Cahier N°1 : CCTP Standard (Cahier des clauses techniques particulières)
Cahier n°2 : CCTS (Cahier des clauses techniques spécifiques)

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4


ROYAUME DU MAROC
WILAYA DU GRAND CASABLANCA
AUTORITE DELEGANTE
SOCIETE LYDEC

Gestion déléguée des services de distribution


d’électricité, d’eau potable et du service
d’assainissement liquide à Casablanca

APPEL D’OFFRES OUVERT


N° 93-2020 A/T

PROJET D'ASSAINISSEMENT DE LA ZONE NORD EST


DE SIDI MOUMEN

LOT 4 : Réalisation du tronçon amont du collecteur HA1 d’eaux


pluviales et d’eaux usées

- Travaux sans tranchée : Construction du Collecteur en Galerie


souterraine
- Fournitures et pose en tranchée de conduites

PIECE N°2.2 - CCTP

2.2.1 - CC.T.P
Travaux Sans Tranchée (TST)
CONSTRUCTION DU COLLECTEUR EN GALERIE
SOUTERRAINES ET SES OUVRAGES
Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

SOMMAIRE
CHAPITRE I INDICATIONS GENERALES ET DISPOSITIONS DES
OUVRAGES 8
ARTICLE 1.0 – PRESENTATION SOMMAIRE DU PROJET ..................................................................... 8
ARTICLE 1.1 OBJET DES TRAVAUX DU PRESENT CCTP.................................................................. 9
ARTICLE 1.2 CONSISTANCE DES TRAVAUX ........................................................................................ 9
ARTICLE 1.3 VOIRIE................................................................................................................................... 11
ARTICLE 1.4 LATITUDE LAISSEE A L'ENTREPRENEUR................................................................... 11
ARTICLE 1.5 COORDINATION DES LOTS ET LIMITE DE FOURNITURE ET PRESTATIONS ... 12
ARTICLE 1.6 MESURE DE SECURITE ................................................................................................... 12
ARTICLE 1.7 NORMES ET REGLES DE REFERENCE ....................................................................... 12
1.7.1 Normes et règles de référence applicables au Maroc ................................................................ 13
1.7.2 Normes et règles de référence applicables en France ............................................................... 13
1.7.3 Liste des recommandations de l’AFTES....................................................................................... 16
1.7.4 Contradiction entre les documents ................................................................................................ 17
CHAPITRE II CONTRAINTES DU PROJET .............................................................. 18
ARTICLE 2.1 DESCRIPTION DES OUVRAGES .................................................................................... 18
ARTICLE 2.2 CONTRAINTES D’IMPLANTATION DES OUVRAGES................................................. 19
ARTICLE 2.3 CONTRAINTES RELATIVES AUX CHANGEMENTS DE DIRECTION DES
COLLECTEURS EN GALERIE ...................................................................................................................... 20
ARTICLE 2.4 PASSAGE SOUS LES CONDUITES D’ADDUCTION DE L’ONEE ............................. 20
ARTICLE 2.5 SONDAGES GEOTECHNIQUES...................................................................................... 22
ARTICLE 2.6 ZONE SENSIBLE AUX RISQUES D’INONDATION ...................................................... 22
ARTICLE 2.7 PRINCIPALES CONTRAINTES D’EXECUTION ............................................................ 22
ARTICLE 2.8 DISPOSITIONS PREVENTIVES CONTRE LES ARRACHEMENTS DES CABLES
ELECTRIQUES 23
ARTICLE 2.9 PRESERVATION DES ACCES AUX DIVERS ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS
ET COMMERCIAUX SITUES LE LONG DU TRACE DU PROJET ......................................................... 24
CHAPITRE III FOUILLES ET DEBLAIS EN SOUTERRAIN ................ 25
ARTICLE 3.1 OBJET ................................................................................................................................... 25
ARTICLE 3.2 DOCUMENTS DE REFERENCE ...................................................................................... 25
ARTICLE 3.3 DOCUMENTS A FOURNIR PAR L’ENTREPRENEUR ................................................. 25
1.3.1 Liste des documents à remettre ..................................................................................................... 25
1.3.2 Planning d'exécution des travaux .................................................................................................. 26
1.3.2.1 Délais de présentation et d'examen .................................................................................................... 26
1.3.2.2 Calendriers d'exécution ...................................................................................................................... 26
1.3.2.3 Projet des installations de chantier .................................................................................................... 26
1.3.3 Plan Particulier pour la Sécurité et la Protection de la Santé (PPSPS) ................................... 27
1.3.4 Plan de management de la qualité ................................................................................................ 27
1.3.5 Plans d'exécution - notes de calcul - études de détail ................................................................ 28
1.3.5.1 Dispositions générales ........................................................................................................................ 28
1.3.5.2 Délais de fourniture ............................................................................................................................ 28
1.3.5.3 Nombre d'exemplaires, approbation ................................................................................................... 28
1.3.5.4 Présentation des dossiers d'exécution ................................................................................................. 28
1.3.5.5 Présentation des notes de calculs du dossier d'exécution ................................................................... 29
1.3.5.6 Présentation des matériaux et des matériels ....................................................................................... 29
1.3.6 Journal de chantier .......................................................................................................................... 30
1.3.7 Photographies – Vidéo .................................................................................................................... 31
1.3.8 Présentation des rapports d'essais et de contrôle ...................................................................... 31
1.3.8.1 Rédaction et diffusion ......................................................................................................................... 31
1.3.8.2 Plan et contenu ................................................................................................................................... 31
1.3.8.3 Dossier de récolement......................................................................................................................... 32
1.3.8.4 Rapport de fin de travaux ................................................................................................................... 33
ARTICLE 3.4 HYPOTHESES DE CALCUL.............................................................................................. 33
ARTICLE 3.5 SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES ........................................................... 33
3.6.1 Sécurité .............................................................................................................................................. 33

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 4


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

3.6.2 Emploi des explosifs ........................................................................................................................ 34


3.6.3 Dimensions........................................................................................................................................ 34
3.6.4 Evacuation des eaux / épuisement / rabattement de la nappe ................................................. 34
3.6.5 Ventilation .......................................................................................................................................... 35
3.6.6 Jalonnement...................................................................................................................................... 36
3.6.7 Electricité et éclairage ..................................................................................................................... 36
3.6.8 Relevés topographiques et géologiques....................................................................................... 36
3.6.9 Profil des excavations ...................................................................................................................... 37
ARTICLE 3.6 MODE D’EXECUTION ........................................................................................................ 38
3.7.1 Travaux préalables aux fouilles...................................................................................................... 38
3.7.2 Déblai ................................................................................................................................................. 38
3.7.3 Remblai .............................................................................................................................................. 39
3.7.4 Définition du profil ............................................................................................................................ 39
3.7.5 Matériel d'excavation ....................................................................................................................... 39
3.7.6 Comblement des cavités ................................................................................................................. 39
3.7.7 Soutènement ..................................................................................................................................... 39
3.7.7.1 Documents spécifiques à remettre par l’entrepreneur ........................................................................ 39
3.7.7.2 Matériaux ............................................................................................................................................ 40
3.7.7.3 Principe de soutènement des galeries ................................................................................................. 41
3.7.7.4 Principe de soutènement des puits ...................................................................................................... 43
3.7.8 Mesures de convergence / Auscultation ....................................................................................... 45
3.7.8.1 Dispositions générales ........................................................................................................................ 45
3.7.8.2 Mesures de convergence ............................................................................................................ 46
3.7.8.3 Auscultation ........................................................................................................................................ 46
CHAPITRE VI INJECTIONS ................................................................................................... 48
ARTICLE 4.1 OBJET ................................................................................................................................... 48
ARTICLE 4.2 DOCUMENTS DE REFERENCE ...................................................................................... 48
ARTICLE 4.3 DOCUMENTS A FOURNIR PAR L’ENTREPRENEUR ................................................. 48
ARTICLE 4.4 HYPOTHESES DE CALCUL.............................................................................................. 50
ARTICLE 4.5 DESCRIPTIF ........................................................................................................................ 50
4.5.1 Généralités ........................................................................................................................................ 50
4.5.2 Injections pour les galeries ............................................................................................................. 50
4.5.3 Injections pour les puits ................................................................................................................... 51
4.5.4 Injections de traitement ................................................................................................................... 51
ARTICLE 4.6 PROVENANCE ET QUALITE DES MATERIAUX .......................................................... 52
4.6.1 Composition du coulis d’injection ................................................................................................... 52
4.6.2 Nettoyage du revêtement ................................................................................................................ 54
4.6.3 Equipements d’injections ................................................................................................................ 54
4.6.4 Dosage et malaxage ........................................................................................................................ 54
4.6.5 Pompes d'injection ........................................................................................................................... 55
4.6.6 Manomètres ...................................................................................................................................... 55
ARTICLE 4.7 CONTROLES ET ESSAIS .................................................................................................. 55
4.7.1 Surveillance topographique ............................................................................................................ 56
4.7.2 Verticalité des forages ..................................................................................................................... 56
4.7.3 Contrôle du coulis d'injection .......................................................................................................... 56
4.7.4 Contrôle de la qualité de l'injection ................................................................................................ 57
CHAPITRE V BETONS – COFFRAGE - ARMATURES .............................. 58
ARTICLE 5.1 OBJET ................................................................................................................................... 58
ARTICLE 5.2 DESCRIPTIF ........................................................................................................................ 58
ARTICLE 5.3 DOCUMENTS DE REFERENCE ...................................................................................... 58
ARTICLE 5.4 DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR ................................................. 59
5.4.1 Plan de Management de la Qualité ............................................................................................... 59
5.4.2 Etude d’exécution ............................................................................................................................. 61
ARTICLE 5.5 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES ................................................................................. 62
ARTICLE 5.6 HYPOTHESES DE CALCUL.............................................................................................. 63
5.6.1 Stabilité de non-flottaison ................................................................................................................ 63
5.6.2 Température...................................................................................................................................... 63
5.6.3 Tassement différentiel ..................................................................................................................... 63
5.6.4 Conditions de fissuration ................................................................................................................. 63
5.6.5 Contrainte admissible béton armé ................................................................................................. 64

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 5


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

5.6.6 Calculs sismiques ............................................................................................................................ 64


5.6.7 Charges et surcharges à prendre en compte .............................................................................. 64
ARTICLE 5.7 PROVENANCE ET QUALITE DES MATERIAUX .......................................................... 65
5.7.1 Classes d’exposition ........................................................................................................................ 65
5.7.2 Définition des bétons et mortiers ................................................................................................... 65
5.7.3 Constituants des bétons et mortiers .............................................................................................. 66
5.7.4 Pièces métalliques et matériels enrobés ...................................................................................... 67
5.7.5 Parements et surfaces coffrées ..................................................................................................... 68
5.7.6 Traitements de surface .................................................................................................................... 68
5.7.7 Armatures de béton armé ............................................................................................................... 68
5.7.8 Parpaings .......................................................................................................................................... 69
ARTICLE 5.8 MODE D’EXECUTION ........................................................................................................ 70
5.8.1 Fabrication et transport des bétons ............................................................................................... 70
5.8.2 Opérations préliminaires avant le bétonnage ..................................................................................... 71
5.8.3 Mise en œuvre ..................................................................................................................................... 72
5.8.4 Cure du béton ................................................................................................................................... 72
5.8.5 Bétonnage par temps chaud .......................................................................................................... 73
5.8.6 Décoffrage ......................................................................................................................................... 73
5.8.7 Reprise de bétonnage ..................................................................................................................... 73
5.8.8 Scellements d’aciers ........................................................................................................................ 73
5.8.9 Scellements ....................................................................................................................................... 73
5.8.10 Feuillures, pièces à sceller ............................................................................................................. 74
ARTICLE 5.9 CONTROLE / RECEPTION ............................................................................................... 74
5.9.1 Contrôle extérieur des bétons ........................................................................................................ 74
5.9.2 Tolérances sur la position des armatures ..................................................................................... 75
5.9.3 Tolérances sur les parements ........................................................................................................ 75
CHAPITRE VI METALLERIE .............................................................................................. 76
ARTICLE 6.1 DOCUMENTS DE REFERENCE ...................................................................................... 76
ARTICLE 6.2 DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR ................................................. 76
ARTICLE 6.3 DESCRIPTIF ........................................................................................................................ 76
6.3.1 Garde-corps amovibles ................................................................................................................... 76
6.3.2 Trappes .............................................................................................................................................. 76
6.3.3 Caillebotis .......................................................................................................................................... 77
6.3.4 Vanne manuelle................................................................................................................................ 77
CHAPITRE VII VOIRIE .............................................................................................................. 78
ARTICLE 7.1 DOCUMENTS DE REFERENCE ...................................................................................... 78
ARTICLE 7.2 DOCUMENT A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR .................................................... 78
ARTICLE 7.3 SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES ........................................................... 78
7.3.1 Généralités ........................................................................................................................................ 78
7.3.2 Structure de chaussée en réfection de chaussée bitumée ........................................................ 79
7.3.3 Structure de chaussée en réfection de chaussée non bitumée ................................................ 79
7.3.4 Prescriptions relatives à la couche de fondation en TV 0/80 ..................................................... 80
7.3.5 Prescriptions relatives à la grave ciment 0/31.5 .......................................................................... 80
7.3.6 Prescriptions relatives à l’imprégnation ........................................................................................ 80
7.3.7 Prescriptions relatives à la couche de roulement ........................................................................ 80
7.3.8 Prescriptions relatives à la couche de gravillons 20/40 .............................................................. 80
7.3.9 Réfections des chaussées et trottoir ............................................................................................. 81
7.3.10 Bordures en béton moulé ................................................................................................................ 81
7.3.11 Trottoirs en béton balayé ................................................................................................................ 81
ARTICLE 7.4 CONTROLE / RECEPTION ............................................................................................... 81
CHAPITRE VIII PRESCRIPTION GENERALE SUR
L’ORGANISATION DU CHANTIER ................................................................................... 82
ARTICLE 8.1 MEMOIRE TECHNIQUE..................................................................................................... 82
8.1.1 Matériel .............................................................................................................................................. 82
8.1.2 Exécution des travaux ..................................................................................................................... 82
8.1.3 Programme des travaux .................................................................................................................. 82
ARTICLE 8.2 TOPOGRAPHIE - PIQUETAGE ........................................................................................ 83
8.2.1 Définition du tracé ............................................................................................................................ 83
8.2.2 Travaux topographiques ................................................................................................................. 83

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 6


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

ARTICLE 8.3 TERRASSEMENT ............................................................................................................... 83


8.3.1 Soutènement des fouilles ................................................................................................................ 83
8.3.2 Terrassement .................................................................................................................................... 83
ARTICLE 8.4 JOINTS .................................................................................................................................. 84
ARTICLE 8.5 EVACUATION DES EAUX – EPUISEMENT – RABATTEMENT DE LA NAPPE ...... 84
ARTICLE 8.6 CONSTRUCTION DES PUITS D’ACCES ....................................................................... 84
ARTICLE 8.7 DEMOLITIONS PERCEMENTS DE COLLECTEURS EN SERVICE OU NON ......... 84
ARTICLE 8.8 REPRISE DES OUVRAGES MACONNES EXISTANTS OU CONSTRUCTION
D’OUVRAGE NEUFS SUR DES TRONCONS DES COLLECTEURS .................................................... 85
ARTICLE 8.9 MATERIEL DE CHANTIER ................................................................................................ 85
ARTICLE 8.10 DOSSIERS DE RECOLEMENT ...................................................................................... 85
CHAPITRE IX ELECTRICITE ET AUTOMATISME .................................... 86
ARTICLE 9.1 DOCUMENTS DE REFERENCE ...................................................................................... 86
9.1.1 Normes et textes réglementaires marocains................................................................................ 86
9.1.2 Normes et textes réglementaires internationaux ......................................................................... 87
ARTICLE 9.2 CONSISTANCE DES TRAVAUX ...................................................................................... 87
ARTICLE 9.3 SPECIFICATIONS TECHNIQUES .................................................................................... 87
9.3.1 Niche en génie civil .......................................................................................................................... 87
9.3.2 Coffret électrique d’éclairage .......................................................................................................... 88
9.3.3 Hublot ................................................................................................................................................. 89
CHAPITRE X RESEAUX DIVERS .................................................................................... 90
ARTICLE 10.1 DOCUMENTS DE REFERENCE .................................................................................... 90
ARTICLE 10.2 DOCUMENT A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR .................................................. 90
ARTICLE 10. 3 DESCRIPTIF ..................................................................................................................... 90
10.3.1 Généralités ........................................................................................................................................ 90
10.3.2 Réseau d’eau .................................................................................................................................... 90
10.3.3 Réseaux secs ................................................................................................................................... 91
ARTICLE 10. 4 SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES ....................................................... 91
10.4.1 Provenance et qualité des matériaux ............................................................................................ 91
10.4.2 Mode d’exécution ............................................................................................................................. 92
ARTICLE 10. 5 CONTROLES ET ESSAIS .............................................................................................. 94
10.5.1 Résultats à garantir .......................................................................................................................... 94
10.5.2 Généralités ........................................................................................................................................ 94
10.5.3 Examen d'aspect et de dimensions ............................................................................................... 94
10.5.4 Fourniture de l'eau ........................................................................................................................... 95
10.5.5 Procès-verbal .................................................................................................................................... 95
10.5.6 Mise en conformité et épreuves supplémentaires ....................................................................... 95
10.5.7 Inspection vidéo................................................................................................................................ 95
10.5.8 Epreuve des conduites sous pression, rinçage et essai des conduites d’eau potable .......... 95
CHAPITRE XI AMENAGEMENTS PAYSAGERS ............................................ 98
ARTICLE 11.1 DOCUMENTS DE REFERENCE .................................................................................... 98
ARTICLE 11.2 DOCUMENT A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR .................................................. 98
ARTICLE 11.3 DESCRIPTIF ...................................................................................................................... 98
11.3.1 Engazonnement .............................................................................................................................. 98
11.3.2 Plantation d’arbres .......................................................................................................................... 98
CHAPITRE XII RECEPTIONS / GARANTIES ....................................................... 99
ARTICLE 12.1 GENERALITES .................................................................................................................. 99
ARTICLE 12.2 PROCEDURE DE CONTROLE ....................................................................................... 99

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 7


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE I INDICATIONS GENERALES ET


DISPOSITIONS DES OUVRAGES

ARTICLE 1.0 – PRESENTATION SOMMAIRE DU PROJET


Dans le cadre du schéma global d’aménagement prévoyant la réalisation d’un ensemble
d’infrastructures d’assainissement destiné à desservir la zone Nord-Est de l’arrondissement de
Sidi Moumen (bassin versant HA), Lydec lance les travaux des collecteurs suivants :
 Collecteur « HA amont » permettant l’assainissement des eaux pluviales situé dans sa
totalité au sud de l’autoroute Urbaine, il débutera au niveau du croisement des
boulevards Mohamed Zefzaf et Ahl Loughlam, et se raccordera au bassin HA situé au
Nord de l’autoroute Urbaine ;
 Collecteur « HA1 » permettant l’assainissement des eaux pluviales et eaux usées situé
sur les voies SM66, SM76 et Boulevard Allait Ibnou Assad.

Lot N°4

Les travaux sont répartis en 5 lots distincts :


 Lot n°1 : Tronçon aval du collecteur « HA amont » entre la voie SM76 jusqu’au
raccordement au bassin HA ;
 Lot n°2 : Tronçon intermédiaire du collecteur « HA amont », entre le Boulevard Al Azhar et
la voie SM76.
 Lot n°3 : Tronçon amont du collecteur « HA amont », entre le Boulevard Mohamed Zefzaf et
le Boulevard Al Azhar.
 Lot n°4 : Tronçon amont des collecteurs HA1 EP & EU, entre le Boulevard Ahl
Loghlam et la voie SM74 (Ex AC75).
 Lot n°5 : Tronçon aval du collecteur HA1 EU, entre la voie SM74 (Ex AC75) et la RP1.

Les travaux objet du présent marché concernent les travaux du lot n°4 ci-dessus
désigné.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 8


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

ARTICLE 1.1 OBJET DES TRAVAUX DU PRESENT CCTP


Les travaux visés par la présente partie du CCTP ont pour objet la réalisation :
- Du collecteur en galerie souterraine d’eaux pluviales et d’eaux usées (Travaux
sans tranchée), de section fer à cheval (dimensions intérieures : H= 2,3 m x 2,3 m)
ou de section équivalente, sur un linéaire d’environ 806 ml. La galerie commune
sera divisée par un mur étanche en 2 compartiments de sections égales ;
- D’un double puits de chute et de neuf (9) double puits de visite sur la galerie
commune d’eaux pluviales et d’eaux usées ;
- Du collecteur en galerie souterraine des eaux pluviales (Travaux sans tranchée),
de section fer à cheval (dimensions intérieures : H= 2,2 m x 2,2 m) ou de section
équivalente, sur un linéaire d’environ 446 ml.
- De deux (2) puits de chute et de trois (3) puits de visite sur la galerie d’eaux
pluviales ;
- Du collecteur en galerie souterraine des eaux usées (Travaux sans tranchée), de
section fer à cheval (dimensions intérieures : H= 1,8 m x 1 m) ou de section
équivalente, sur un linéaire d’environ 510 ml
- De deux (2) puits de chute et de quatre (4) puits de visite sur la galerie d’eaux
usées ;
- Du collecteur en galerie souterraine de dérivation des eaux parasites (Travaux
sans tranchée), de section fer à cheval (dimensions intérieures : H= 1,8 m x 1 m)
ou de section équivalente, sur un linéaire d’environ 4 ml ;
- Des collecteurs d’eaux pluviales de diamètre DN1600 (en tranchée) sur un linéaire
d’environ 466 ml
- Des collecteurs d’eaux usées de diamètre DN1200 (en tranchée) sur un linéaire
d’environ 442 ml
- Des collecteurs d’eaux pluviales de diamètre DN500 (en tranchée) sur un linéaire
d’environ 18 ml
- Des collecteurs d’eaux usées de diamètre DN300 (en tranchée) sur un linéaire
d’environ 18 ml.

ARTICLE 1.2 CONSISTANCE DES TRAVAUX


Les prestations de l’entrepreneur consistent essentiellement en la réalisation :
 Des études d’exécution comprenant :
o L'établissement, par un bureau d’études agrée, des études techniques et des notes
de calcul (béton armé, blindage), des plans de coffrage et de ferraillage approuvés
par un bureau de contrôle agrée par un organisme marocain d’assurance et de
réassurance et tous documents nécessaires à la réalisation complète des ouvrages
objet du présent marché ;

o L'établissement des dossiers techniques et administratifs nécessaires à l'obtention


des autorisations liées au mode d'exécution retenu (installation de chantier,
évacuation ou mise en dépôt des déblais, Commune, DRETC ...).

 Le piquetage général nécessaire à la réalisation des ouvrages concerné par le présent


marché ;
 Le piquetage spécial des réseaux présents dans les emprises des différents ouvrages ;
 L’amenée et le repli des installations de chantier et de la base vie ;

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 9


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 La dépose des revêtements de surface ;


 L’ensemble des travaux de Génie Civil lié à la réalisation des puits :
o La réalisation des dispositifs de balisage au niveau des puits de travail
conformément à l’annexe 10 ;

o La réalisation des soutènements provisoires permettant le creusement des puits y


compris toute sujétion concernant la maîtrise des eaux de la nappe :

 Reconnaissances complémentaires au préalable (sondages géotechnique


complémentaire au droit des puits, essai au micro-moulinet pour détecter les
zones des plus grands apports d’eau) ;

 Etanchéisation des zones perméables par des injections ;

 Réalisation d’un soutènement provisoire adapté à la qualité de la roche


rencontrée ;

 Drainage ;

 Pompage et épuisement des fouilles ;

o La réalisation de l’ensemble des terrassements des puits quelques soit la nature du


sol rencontrée ;

o La réalisation du revêtement définitif des puits (paroi, radier, dalle de couverture,


étanchéité de la dalle de couverture et regards de ventilation), y compris toute
sujétion par rapport à la stabilité générale de l’ouvrage contre des éventuelles sous-
pressions de la nappe ;

o Les raccordements et scellements des canalisations de sur les puits ;

o L’équipement des puits en métallerie (garde-corps, dalle amovible et tampons pour


accès aux puits d’accès et pour l’exploitation de l’ouvrage ;

o La réalisation de tous aménagements intérieurs des puits, paliers de chute, forme


de pente, voiles de séparation, etc. ;

o La remise en état des voiries et d’espace publique en surface.

 L’ensemble des travaux Génie Civil lié à la réalisation de la galerie :


o Le creusement de la galerie, y compris la gestion et l’évacuation des déblais ;

o La mise en place d’un soutènement provisoire et définitif (en fonction des méthodes
de creusement proposées) ;

o Les injections de bourrage ;

o Le traitement de l’étanchéité de la galerie ;

o Le traitement des raccordements aux puits d’accès.

 L’ensemble des travaux relatifs à la réalisation des canalisations (Pièce 2.2.2 du CCTP) ;
Les détails des travaux sont repris par les chapitres qui suivent et sur les plans fournis dans le
dossier du marché.
Toutefois, l’entrepreneur du présent marché a l’obligation de parfaite achèvement et
fonctionnement du collecteur. La consistante ou le descriptif dans le présent CCTP ou dans les
pièces graphiques (Plans, Schémas, illustrations, ….) ou dans le Bordereau des prix, ne sont
pas limitatives. L’entrepreneur est tenu d’exécuter toutes prestations ou réaliser tous éléments

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 10


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

nécessaires au bon achèvement et fonctionnement de l’ouvrage et répondre aux garanties


requises en termes de qualité et de performance.

ARTICLE 1.3 VOIRIE


Le tracé en plan des galeries ainsi que leurs profils en long ont été fixés en fonction des voiries
existantes et projetées, toutefois l’entrepreneur est obligé à prendre en considération dans
l’étude d’exécution, toutes les consignes des gestionnaires de voies.
ARTICLE 1.4 LATITUDE LAISSEE A L'ENTREPRENEUR
L’Entrepreneur est tenu de répondre à la solution de base décrite dans le CCTP. L’Entreprise
doit impérativement respecter le niveau de qualité sur les aspects de performances et de
qualité des matériaux.

Les points suivants sont sous sa responsabilité et ses frais et toute latitude lui est laissée dans
les limites fixées au présent C.C.T.P. :
 Le choix de la technique de réalisation de la galerie dans la limite de la section ou hauteur
hydraulique indiquée dans le présent CCTP,
 Les dispositifs de soutènement/blindage des fouilles et les dispositions provisoires
nécessaires pour la construction ;
 Le dimensionnement des structures de génie civil en respectant les hypothèses de calcul
du CCTP ;
 Les fondations des ouvrages en respectant les hypothèses de calcul du CCTP ;
 Toute adaptation mineure résultant du choix de l’Entrepreneur.
 Le nombre de puits est celui indiqué au niveau du BPU. En cas de nécessité d'ajouter des
puits supplémentaires, le nombre et la réalisation de ces puits ne doivent pas porter
atteinte à la stabilité de la conduite ONEE. L’entrepreneur ne sera payé que sur les puits
indiqués et quantifiés au BPU.

Le creusement de la galerie se fera :


 Soit par la méthode décrite dans le présent CCTP constituant la solution de base qui
comprend le creusement traditionnel et le coulage sur place de l’ouvrage.
 Soit par une technique de réalisation, autre que celle de la solution de base, proposée par
l’entrepreneur en tant que variante dans son offre de soumission et retenue pour
l’attribution du marché. Il est spécifié que toute solution variante ne doit en aucun cas
s’écarter des spécifications techniques exigées par le présent CCTP. Dans ce cadre,
l’entrepreneur pourra être amené à justifier les méthodes de réalisation et présenter
chaque fois qu’il en sera requis par le maître d’ouvrage de présenter tous les éléments
nécessaires garantissant le respect des spécifications techniques du CCTP, des règles de
l’art, la sécurité dans le chantier et ses abords, la protection de l’environnement, la qualité
et la pérennité de l’ouvrage. Dans tous les cas, la solution variante proposée par
l’Entrepreneur doit impérativement répondre aux contraintes et exigences de l’ONEE vis-à-
vis de la protection de la conduite d’adduction.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 11


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

ARTICLE 1.5 COORDINATION DES LOTS ET LIMITE DE FOURNITURE ET


PRESTATIONS

Les limites d'intervention de l'entrepreneur titulaire du présent marché sont décrites comme
suit :
 Limite amont : Le regard d’interception du transfert d’eaux usées de Tit Mellil, en amont du
premier puits de la galerie commune ;
 Limite aval :
- Le raccordement au puits P18 du collecteur « HA amont » pour la galerie d’eaux
pluviales. La réalisation du puits P18 appartient à un autre lot (lot n°1) ;
- Le puits P16-EU pour la galerie d’eaux usées. La réalisation de ce puits (P15-EU)
appartient au présent lot.
Toutefois, l'Entrepreneur a l’obligation de bien coordonner ses activités avec celles des autres
intervenants des différents lots du projet.

ARTICLE 1.6 MESURE DE SECURITE

Un soin particulier doit être donné aux risques de personnels lors du creusement de la galerie,
notamment :

 Travaux en milieu confiné : danger d'asphyxie et d'intoxication, danger d'incendie et


d'explosion ...
 Contrainte d'accès : système de garde pour puits de profondeur jusqu'à 15 m,
 Assurer la ventilation de la galerie pendant les travaux,

 Signalisation à l’intérieur,
 Avertisseur lumineux et sonore en cas de risque d'accident,
 Mesures d'atmosphère (02, H2s, CO et CH4) pendant les travaux,
 Eclairage à l'intérieur de la galerie doit être antidéflagrants (ADF),
 Assurer un moyen de communication à l'intérieur et à l'extérieur de la galerie.
 En général, l'entrepreneur doit présenter un plan particulier de sécurité et protection de la
santé en tenant compte de l'annexe de sécurité de la santé de la LYDEC ci-joint et les
points cités ci-haut.

ARTICLE 1.7 NORMES ET REGLES DE REFERENCE

Les documents de référence sont rappelés systématiquement dans les différentes parties du
présent C.C.T.P. Seuls les principaux documents sont indiqués ci-dessous. Cette liste non
exhaustive ne libère pas l’Entrepreneur du marché d'appliquer les dispositions des textes en
vigueur au Maroc qui ne seraient pas cités dans ce C.C.T.P. A défaut de normes Marocaines, il
sera fait référence aux normes Françaises.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 12


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

1.7.1 Normes et règles de référence applicables au Maroc

L'Entrepreneur est soumis aux lois et règlements en vigueur au Maroc, en particulier aux
normes et règles de référence ci-après :
 Les Normes Marocaines éditées par l’Institut Marocain de Normalisation (IMANOR).
 Devis Général d'Architecture (Maroc - Edition 1956) réglant les conditions d'exécution des
bâtiments au Maroc.
 Le Cahier des Charges provisoires pour la fourniture des liants hydrauliques en date du 16
Mai 1961, applicables au Maroc.
 Les instructions du Services Topographique du Ministère de l'Agriculture et de la Réforme
Agraire.
 Les Normes Marocaines (NM), Française (NF), DYN, ASTM, ISO homologuées ou
réglementairement en vigueur au moment de la signature du Marché.
 Les Clauses Techniques Générales définissant les règles applicables aux contrôles des
pièces et produits métallurgiques et aux contrôles de soudure en atelier et sur les chantiers
édités par la Direction de l'Hydraulique au Maroc.
 Le Cahier des Clauses Administratives Générales applicable aux travaux (CCAG-T) en
vigueur au Maroc.

1.7.2 Normes et règles de référence applicables en France

A. Génie civil
Les documents de référence propres à chaque corps d'état sont détaillés respectivement dans
le CCTP des différentes parties. Seuls les principaux documents sont indiqués ci-dessous.
Cette liste non exhaustive ne libère pas le titulaire du marché d'appliquer les dispositions des
textes en vigueur qui ne seraient pas cités dans le CCTP.
L'ensemble des ouvrages sera conçu et réalisé selon les prescriptions du Cahier des Clauses
Techniques Générales applicables aux marchés publics de travaux de génie civil applicables
par l’Etat Français dont la composition est définie par arrêté du 30 mai 2012 constituant
dérogation au décret n° 93-1164 du 11 octobre 1993.
Compte tenu de la spécificité des travaux de génie civil du présent marché, il sera porté une
attention particulière aux documents suivants :

B. Fondations
 Eurocode 7, NF EN 1997 : Calcul géotechnique
 NF 94 262 : Fondations profondes
 NF 94 282 : Ouvrages de soutènement, écrans
 CCTG Fascicule 68 : Exécution des travaux de fondations des ouvrages de génie civil
 D.T.U. 13.2 : Travaux de fondations profondes
 NF EN 14 199 Exécution des travaux géotechniques spéciaux Ŕ Micropieux.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 13


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

C. Souterrains
 Les recommandations de l'AFTES
 Fascicule nº69 du CCTG - "Travaux en souterrains"
 Norme NF 12889 : Mise en oeuvre sans tranchée et essai des branchements et collecteurs
d'assainissement
 Recommandation du bureau Securitas « Recommandation TA 86 » pour les tirants
d’ancrage provisoires ou définitifs

D. Terrassements
 Fascicule n°2 : Terrassements généraux.
 Guide technique SETRA : Remblayage des tranchées et réfection des chaussées (mai
1994).

E. Bétons
 Eurocode 2, NF EN 1992-1 à 3 : Calcul des structures en béton,
 CCTG Fascicule 63 : Exécution et mise en œuvre des bétons non armés, confection des
mortiers,
 CCTG Fascicule 64 : Travaux de maçonnerie d’ouvrages de génie civil,
 CCTG Fascicule 65 : Exécution des ouvrages de génie civil en béton armé ou précontraint,
 D.T.U 14-1 : Travaux de cuvelage,
 D.T.U. 21 : Exécution des travaux en béton,
 D.T.U. 23-1 : Murs en béton banché,
 D.T.U 26-1 : Enduits aux mortiers de ciment,
 NF EN 206-1 (P18-325-1) : Béton,
 NF EN 13 369 : Règles communes pour les produits préfabriqués en béton.

F. Métallerie
 Eurocode 3, NF EN 1993 : Calcul des structures en acier
 Eurocode 9, NF EN 1999 : Calcul des structure en aluminium
 Fascicule 4 titre III : aciers laminés pour construction métallique
 D.T.U. 32-1 : Construction métallique
 EN 10 020 : Définition et classification des nuance d’acier
 EN 1090 : Exécution de structure en acier
 NF E 85 016 : échelle à crinoline
 NF E 85 101 : Garde-corps métallique
 NF EN ISO 14122-3 : Moyens permanents d’accès, plateforme, passerelle, escalier et
garde corps
 NF EN ISO 14122-4 : Moyens permanents d’accès, plateforme, passerelle, escalier et
garde corps

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 14


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

G. Isolation /doublage/cloisonnement
 D.T.U. 25.41 : Ouvrages en plaques de parement en plâtre
 D.T.U. 25.42 : Ouvrages de doublage et habillage en complexes et sandwiches plaques de
parement en plâtre isolant
 D.T.U. 58.1 : faux-plafonds
 Cahier du C.S.T.B. N°1090 de mars 1972 concernant l’obligation de résultats
d’affaiblissement phonique relatif aux nuisances de voisinage
 Arrêté du 20.08.1985 relatif aux bruits aériens émis dans l’environnement par les
installations classées pour la protection de l’environnement.

H. Revêtement de façade
 D.T.U. 59.1 - Peintures microporeuses de façade de novembre 1978
 Décisions du groupement permanent d’études des marchés de peinture, vernis et produits
connexes du Ministère de l’Economie et des Finances, documents édités par les Journaux
Officiels
 Règles professionnelles.

I. Menuiserie métallique
 D.T.U. 37.1 : Menuiserie métallique
 D.T.U. 36.1 / 37.1 : Choix des fenêtres en fonction de leur exposition
 D.T.U. 39 : miroiterie et vitrerie
 DTU 57.1 : plancher surélevés
 Règles professionnelles.

J. Peintures intérieures
 D.T.U. 59.1. Travaux de peinture des bâtiments
 D.T.U. 59.3. Peinture de sols
 D.T.U. 55 - Revêtements muraux scellés
 D.T.U. 52.1 et 55.2: revêtement de sols et murs
 Règles professionnelles.

K. Etanchéité de toiture
 DTU 43.1 : Etanchéité des toitures terrasses avec éléments porteurs en maçonnerie
 Règles professionnelles.

L. VRD
 Fascicule n°70 : Ouvrages d'assainissement
 Fascicule n°71 : Fourniture et pose de conduites d'adduction et de distribution d'eau
 Guide des structures de chaussées (S.E.T.R.A)
 Guide technique de réalisation des remblais et des couches de forme (S.E.T.R.A)

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 15


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

M. Plomberie
 D.T.U. 60. Plomberie
 Règles professionnelles.

N. Equipement
Les documents de référence propres à chaque type d'équipement sont rappelés
systématiquement dans les CCTP.
Outre ces documents, les principaux documents généraux auxquels le titulaire doit se
conformer sont :
Normes installations électriques :
 série NFC 12 : installations réglementées ;
 série NFC 13 : installations à haute tension ;
 série NFC 15 : installations à basse tension et équipement correspondant.
Services :
 série NFX 60 : maîtrise de la disponibilité et maintenance.
Les normes de sécurité incendie :
 NFS 61-930 ;
 NFS 61-931 ;
 NFS 61-937.
Directions européennes :
 83/392 (machines)
 91/368 (machines de levage)
 91/655 (prescriptions d'utilisation).
CCTG :
 Fascicule 70 : Canalisations d'assainissement et ouvrages annexes.
 Fascicule 71 : Canalisations d'eau potable et ouvrages annexes.
 Fascicule 73 : Equipement hydraulique, mécanique et électrique des stations.
Cette liste n'est pas exhaustive et ne libère pas le titulaire du marché de la contrainte de
connaître et d'appliquer les dispositions de textes en vigueur (normes ou règlements) non cités.
1.7.3 Liste des recommandations de l’AFTES

Parmi les recommandations publiées par l’A.F.T.E.S, on peut noter la liste suivante, non
exhaustive (T.O.S. Ŕ publication « Tunnels et ouvrages souterrains » avec son numéro) :
 Recommandations relatives au choix du soutènement (TOS 1 et n° spécial 05-93),
 Marinage dans les travaux souterrains (TOS 25 zt TOS40),
 Recommandations relative à l’emploi des cintres dans la construction des ouvrages
souterrains (TOS 27, TOS 156 et n° spécial 07-82),
 La méthode de construction des galeries avec soutènement immédiat par béton projeté et
boulonnage (TOS 31 et n° spécial 07-82),

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 16


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 Technologie du boulonnage (TOS 6),


 Conditions d’emploi du boulonnage (TOS 31 et n° spécial 10-84),
 Recommandations relatives à la technologie et à la mise en œuvre du béton projeté dans
les travaux souterrains (TOS 1 et n° spécial 07-82),
 Recommandations sur la sécurité de la circulation des personnels et matériels pendant
l’exécution (TOS 39 et n° spécial 10-84),
 Recommandations sur la sécurité du soutènement dans les travaux souterrains (TOS 44 et
n° spécial 10-84),
 Recommandations sur le plan hygiène et sécurité (TOS 55 et n° spécial 10-84),
 Recommandations sur la lutte contre la pollution atmosphérique en travaux souterrains
(TOS 55),
 Recommandations sur les installations électriques en chantiers de travaux souterrains
(TOS 61 et n° spécial 05-88),
 Recommandations sur la sécurité de la circulation et matériels pendant l’exécution des
travaux souterrains (TOS 39),
 Recommandations sur le choix d’un type de tunnelier ou de bouclier mécanisé (TOS 76),
 Recommandations relatives aux travaux d’injection pour les ouvrages souterrains (TOS 81),
 Recommandations sur les revêtements préfabriqués des tunnels circulaires (TOS 86, TOS
147 et n° spécial 5-88),
 Guide pour la mesure et le contrôle de l’effet des vibrations sur les constructions (TOS
115),
 Recommandations sur les joints d’étanchéité entre voussoirs (TOS 116 et n° spécial 10-99),
 Recommandations relatives à l’étanchéité des voussoirs préfabriqués en béton (TOS 132),
 Recommandations concernant les travaux d’injection pour les ouvrages souterrains (TOS
81),
 Recommandations relatives à l’étanchéité des tunnels en voussoirs par joints
hydrogonflants : procédures d’évaluation et de contrôle de la qualité des joints (TOS 151),
 Recommandations relatives aux choix des techniques d’excavation mécanisées (TOS 157).
Remarque : Concernant les tirants d’ancrage provisoires ou définitifs, la conception, le calcul,
l’exécution et le contrôle, L’Entrepreneur doit respecter les recommandations du Bureau
Sécuritas appelées « Recommandations T.A. 86 ».
1.7.4 Contradiction entre les documents
Si des documents généraux présentent des clauses contradictoires, l’Entrepreneur se
conformera au plus récent d’entre eux, étant entendu que ceux édités au Maroc :
1. Dahirs, Décrets Royaux, Arrêtés et Règlements Ministériels ;

2. Règles des Organismes ou Comités Techniques dont l’application a été rendue


obligatoire par une décision Ministérielle ;

3. Règles des Organismes ou Comités Techniques dont l’application n’a pas été
rendue obligatoire par une décision Ministérielle et en particulier les normes
éditées par l’Institut Marocain de Normalisation (IMANOR).

Ont priorité sur les textes étrangers auxquels il est provisoirement fait référence.

Enfin, il est spécifié que l’Entrepreneur est autorisé à se référer à des normes équivalentes ou
supérieures à celles des documents cités ci-dessus sous réserve de fournir au maître d’œuvre
les textes correspondants, traduits en Français.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 17


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE II CONTRAINTES DU PROJET

ARTICLE 2.1 DESCRIPTION DES OUVRAGES


Les galeries
La galerie commune projetée est divisée en deux compartiments identiques étanches conçus
pour acheminer les eaux pluviales et les eaux usées. La section globale est en fer à cheval
(dimensions intérieures H = 2,3 m et L = 2,3 m) ou une section hydraulique équivalente.
La galerie d’eaux pluviales est conçue pour acheminer vers la galerie « HA amont » un débit de
16 m3/s. Elle a une section fer à cheval (dimensions intérieures H = 2,2 m et L = 2,2 m) ou une
section hydraulique équivalente.
La galerie d’eaux usées est conçue pour acheminer un débit de 1,6 m3/s. Elle a une section fer
à cheval (dimensions intérieures H = 1,8 m et L = 1 m) ou une section hydraulique équivalente.
Les puits sur la galerie commune
Les puits sur la galerie commune sont des doubles puits permettant l’accès aux deux
compartiments d’eaux pluviales et d’eaux usées de la galerie, ils seront implantés dans la
bande des 10 m prévues le long de la voie projetée SM66.

Le double puits de chute P1 est un puits de chute rectangulaire à paliers, divisé en deux
compartiments par une paroi verticale. Le premier compartiment abrite les paliers de chute
permettant de dissiper l’énergie de la chute des eaux pluviales jusqu’au fond du puits. Au-
dessous de chaque palier, une ouverture est aménagée dans le voile de séparation permettant
l’inspection de la zone humide à partir de la zone sèche mais également l’évacuation de l’air. Le
deuxième compartiment est dédié à l’accès et aux visites.

Les puits P2 à P10 sur la galerie commune sont des doubles puits de visite.
Les puits sur la galerie d’eaux pluviales
Cinq puits seront implantés sur la galerie d’eaux pluviales :
- Les puits P11-EP et P12-EP seront implantés dans la bande des 10 m prévues le long
de la voie projetée SM66 ;
- Les puits P13-EP et P14-EP seront implantés à l’intérieur du rond-point projeté ;
- Le puits P15-EP sera implanté au niveau de la chaussée de la voie SM76.

Les puits P12-EP et P13-EP sont des puits de chute à paliers, divisé en deux compartiments
par une paroi verticale. Le premier compartiment abrite les paliers de chute permettant de
dissiper l’énergie de la chute des eaux pluviales jusqu’au fond du puits. Au-dessous de chaque
palier, une ouverture est aménagée dans le voile de séparation permettant l’inspection de la
zone humide à partir de la zone sèche mais également l’évacuation de l’air. Le deuxième
compartiment est dédié à l’accès et aux visites.
Au niveau du puits P15-EP, une cunette d’interception latérale sera aménagée en fond du puits
(de dimensions 0.40 m x 0.40 m). Cette cunette sera raccordée via une galerie 1.8m x 1m au
puits P14-EU du collecteur HA1 EU, et sera pourvue une vanne manuelle DN400 permettant
d’ouvrir ou de fermer cette communication selon le choix de l’exploitant (présence ou non
d’eaux usées parasites dans les collecteurs d’eaux pluviales).

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 18


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Les puits sur la galerie d’eaux usées


Six puits seront implantés sur la galerie d’eaux usées :
- Les puits P11-EU et P12-EU seront implantés dans la bande des 10 m prévues le long
de la voie projetée SM66 ;
- Les puits P13-EU, et P14-EU seront implantés à l’intérieur du rond-point projeté (en
forme de raquette, prévu dans le plan d’aménagement de la voie SM66) ;
- Le puits P15-EU sera implanté au niveau du TPC de la voie SM76 ;
- Le puits P16-EU sera implanté au niveau du rond-point projeté dans le cadre du plan
d’élargissement du pont de l’autoroute et ses bretelles.

Les puits P12-EU et P13-EU sont des puits de chute à paliers, divisé en deux compartiments
par une paroi verticale. Le premier compartiment abrite les paliers de chute permettant de
dissiper l’énergie de la chute des eaux pluviales jusqu’au fond du puits. Au-dessous de chaque
palier, une ouverture est aménagée dans le voile de séparation permettant l’inspection de la
zone humide à partir de la zone sèche mais également l’évacuation de l’air. Le deuxième
compartiment est dédié à l’accès et aux visites.

Tous les puits seront de section rectangulaire et seront réalisés en béton armé. Des bandes
d’arrêt d’eau sont prévues à la jonction entre la structure du puits et celle de la galerie et de
manière générale à toutes les reprises de bétonnage entre éléments devant garantir une
étanchéité.
Les collecteurs
Les collecteurs cités dans l’article 1.2 sont situés sur le tronçon entre P10 et P11-EP et P11-EU
(voir plus de détail dans la section 2.2.2).

ARTICLE 2.2 CONTRAINTES D’IMPLANTATION DES OUVRAGES


La partie amont du projet emprunte la voie d’aménagement SM66 dont la réalisation est prévue
à court terme (a priori avant la réalisation des travaux concernés par le présent CCTP).
En accord avec le Maitre d’Ouvrage en charge de la réalisation de cette voie, une bande de 10
mètres de largeur a été fixée pour l’implantation des collecteurs HA1 EU et EP. Cette contrainte
concerne l’ensemble des ouvrages situés entre le puits amont P1 et les puits P12 EU et EP (à
l’exception du puits P10 qui est implanté dans un rond-point projeté).
Plusieurs contraintes sont présentes le long de cette bande de 10m : avancés des usines, murs
de clôture, poste transfo, ouvrages ONEE, candélabres, lignes d’électricité… L'entreprise
prendra toutes les dispositions nécessaires et efficaces pour éviter le maximum possible ces
contraintes et ne pas les endommager.
Au cas où le couloir de 10 m n’est pas encore libéré avant le commencement des travaux,
l’entreprise devra établir les dossiers techniques et administratifs pour obtention des
autorisations nécessaires des travaux de puits dans cette bande, auprès des services
concernés (préfecture, arrondissement, Casa aménagement …).
L’entreprise se chargera également pour l’obtention des autorisations auprès des usines si les
travaux des puits impacteront leurs murs de clôture. Elle reconstruira à l’identique le mur en cas
de son effondrement ou de sa détérioration.
En aval des deux puits P12-EU et P12-EP, le projet rejoint une voie déjà aménagée. A une
exception près (P15-EP), les puits associés aux deux galeries sont implantés en dehors des
chaussées existantes (terre-pleins centraux et ronds-points existants ou projetés prévus par le
plan de voiries de Casa Aménagement).

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 19


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

ARTICLE 2.3 CONTRAINTES RELATIVES AUX CHANGEMENTS DE


DIRECTION DES COLLECTEURS EN GALERIE
Entre R5 (EU et EP) et P14 (EU et EP), les collecteurs suivront une voie projetée qui présente
des courbes importantes.
Sur ce tronçon, le tracé des collecteurs a été défini en tenant compte de cette contrainte, de
façon à ce que les changements de direction des collecteurs ne génèrent pas de pertes de
charge singulières excessives, qui pourraient provoquer des mises en charge (et des
débordements prématurés dans le cas du collecteur d’eaux pluviales).
Pour les tronçons en galerie, les contraintes décrites ci-dessous ont donc été prises en compte
dans la conception du projet. D’une façon générale, ces contraintes devront être respectées par
l’entreprise, mais dans certains cas (précisés dans la suite), des ajustements du projet sont
possibles si cela facilite la réalisation des travaux, sans pour autant générer de surcoût.
Collecteur HA1 EP – Tronçon en galerie
Tenant compte de l’importance de l’ouvrage et des vitesses d’écoulement relativement élevées
qu’il connaîtra, la galerie HA1 EP présente des courbes composées de plusieurs tronçons droits
de courtes longueurs.
L’entreprise pourra ajuster la longueur de ces tronçons et l’angle des changements de direction
entre deux tronçons consécutifs.
Ces modifications éventuelles devront être soumises à la validation du Maitre d’Ouvrage au
stade des études d’exécutions.
Pour des raisons hydrauliques, l’angle du changement de direction entre deux tronçons
consécutifs ne devra pas dépasser 22,5 degrés. Pour de tels angles, le risque de colmatage par
accumulation de déchets est faible et la création de puits de visite au droit des coudes n’est pas
indispensable.
Collecteur HA1 EU – Tronçon en galerie
Entre P11 et P14, la galerie d’eaux usées suit un tracé similaire à celui de la galerie d’eaux
pluviales, et est donc également composée de plusieurs tronçons droits de courtes longueurs.
L’angle maximal du changement de direction entre deux tronçons consécutifs ne dépasse pas
22.5 degrés.
Cependant, la galerie d’eaux usées connaîtra des vitesses modérées et un taux de remplissage
faible, ce qui limitera l’ampleur et les conséquences d’éventuelles pertes de charge singulières
dues aux changements de direction.
Des changements de direction d’angles plus importants pourraient donc être tolérés, avec un
maximum de 45 degrés.
Pour des angles importants (supérieurs à 22.5 degrés), le risque de colmatage par
accumulation de déchets n’est pas négligeable, et les coudes devraient obligatoirement être
accompagnés d’un puits de visite.
Sous réserve que les contraintes mentionnées ci-dessus soient respectées, l’entreprise pourra
éventuellement modifier le tracé de la galerie HA1 EU entre P11 et P14 sans pour autant
générer un surcoût.
Ces modifications éventuelles devront être soumises à la validation du Maitre d’Ouvrage au
stade des études d’exécutions.

ARTICLE 2.4 PASSAGE SOUS LES CONDUITES D’ADDUCTION DE L’ONEE


Au Nord immédiat du boulevard Ahl Loughlam, la galerie commune d’eaux pluviales et d’eaux
usées passera sous trois importantes conduites d’adduction de l’ONEE.
A cet effet, l’entreprise doit faire le nécessaire, pour préparer les dossiers d'autorisation et
accompagner le maître d'ouvrage auprès de l’ONEE afin d'obtenir les autorisations nécessaires.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 20


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

L’étude d’exécution établie par l’entreprise et la méthodologie des travaux doivent être soumis à
la validation de l’ONEE.
L’Entrepreneur est tenu de s’adapter aux contraintes du projet suivantes :
- Présence des conduites Bouregreg existantes nécessitant la prise des mesures nécessaires
garantissant leur stabilité pendant toutes les phases d’exécution des travaux : Dans cadre,
l'entreprise doit fournir, avant tout commencement des travaux, une note justificative de la
stabilité des conduites ONEE existants (Conduites BRs et leurs ouvrages annexes) établie par
un Bureau d’études agrée et le cas échéant visée par un bureau de contrôle ;
Les travaux doivent être faits en parfaite coordination avec le Maître d’ouvrage
Auscultation
L'entreprise doit réaliser à sa charge un constat d'huissier de l'état des conduites ONEE avant
et après travaux en présence des responsables ONEE.
L’entreprise devra mettre en place les moyens nécessaires afin de protéger les conduites BRs
existantes durant les travaux.
Les conduites d’eau potable Bouregreg sont à surveiller par mesures de tassements en
surface. A cet effet, l’entreprise doit réaliser le piquetage de cette conduite dans le périmètre
des travaux des puits afin de la matérialiser en surface. Puis un profil en long entre le point de
départ et le point d’arrivée sera implanté en surface avec aux moins 3 points de surveillance
placés :
- Un point au niveau de la conduite BR1.
- Un point au niveau de la conduite BR2.
- Un point au niveau de la conduite BR3.
Des mesures de déformations relatives seront imposées systématiquement au niveau de ces
points pendant toute la durée des travaux.
Les mesures de convergence permettront de juger si le soutènement provisoire doit être
renforcé ou non. La fréquence des mesures doit être adaptée aux conditions locales et à la
durée d'observation. Les mesures seront de plus en plus espacées dans les sections ayant
montré une bonne stabilité durant les premières semaines suivant l'excavation.
L’entreprise peut proposer un renforcement de ces mesures avec des capteurs de pression
placés dans le terrain et/ou béton projeté.
Dispositions relatives aux travaux à proximité de l’adduction
L’interférence de l’emprise de protection des conduites Bouregreg avec la zone des travaux de
galeries et du puits, impose la prise en considération d’un certain nombre de dispositions
particulières. Ces dispositions auront pour but d’assurer la stabilité de la conduite d’adduction et
ses ouvrages en phase des travaux.
Les deux principales dispositions à en tenir compte pour le projet sont :
- Les terrassements doivent être réalisés avec des moyens n’engendrant pas des vibrations
importantes qui peuvent atteindre la conduite d’adduction et son assisse ;

- Les moyens et modalités de soutènement provisoire à mobiliser immédiatement lors des


travaux de terrassement doivent permettre d’assurer la stabilité des terrains autour la conduite
d’adduction.

- Les dispositifs de protection des conduites contre la charge des engins de travaux (comme les
dalletes de protection ou autres.) sont à prévoir si l’état ou la profondeur des conduites BRs
l’impose.
Limitation de l’effet des vibrations

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 21


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

L’Entrepreneur sera tenu de prendre toutes les dispositions nécessaires pour éliminer lors de
travaux de terrassement tout risque de transmission des vibrations à la conduite d’adduction et
son remblai.
Pendant les travaux, il sera interdit à l’entreprise tout usage des engins de terrassement à
percussion pouvant causer des nuisances à la conduite, tel que la brise roche hydraulique
(BRH). Seule l’utilisation du marteau piqueur à air comprimé sera autorisée.
La conduite d’adduction sera considérée comme « ouvrage sensibles aux vibrations » et par
conséquent, elle ne doit pas être atteinte par les vibrations ayant une vitesse de transmission
supérieur à 3 mm/s, pour des fréquences inférieures à 10 Hrtz.
Si au cours des travaux, le maitre d’ouvrage l’exige, l’entreprise devra engager à sa charge un
laboratoire spécialisé pour mettre en place des capteurs donnant la vitesse de transmission des
vibrations dans les trois directions et des appareils pour l’enregistrement des mesures au
niveau des emplacements qui seront déterminés par le maitre d’ouvrage afin d’évaluer l’impact
des travaux sur la stabilité de la conduite.
Dans le cas où les mesures effectuées montrent la présence d’éventuelles nuisances sur une
de ces conduites, l’entreprise devra arrêter les travaux immédiatement et adapter les moyens
de terrassement pour éliminer ces nuisances.
En cas d’endommagement d’une de ces conduites suite aux travaux du collecteur en galerie
souterraine, L’Entrepreneur doit avertir immédiatement LYDEC et l’ONEE et procéder aux
réparations des dommages de la conduite. Tous les frais et charges de réparation du dommage
survenu à la conduite et de ses conséquences sur les clients ou bâtiments ou ouvrages
avoisinants, seront supportés entièrement par l’Entrepreneur.
L’entreprise prendra en compte lors de l'établissement de son étude d'exécution, la conduite
projetée pour renouvellement d’une conduite BR. Les mêmes dispositions citées ci-dessus
seront prises en compte pour cette conduite si les travaux de renouvellement ont été achevés
avant le début des travaux de ce présent appel d'offre.

ARTICLE 2.5 SONDAGES GEOTECHNIQUES


Des études géologiques et géotechniques ont été réalisées sur le tracé des galeries. Les
résultats sont en annexe du présent CCT¨P.
Toutefois, ces résultats sont fournis à titre purement indicatif et ne dispense en aucun cas
l’entrepreneur de vérifier leur exactitude ou d’effectuer à sa responsabilité, à sa charge et à ses
frais, toutes études géotechniques ou géologiques ou hydrogéologiques qu’il juge nécessaires
dans le cadre de la validation des études d’exécution, du dimensionnement des ouvrages ou de
l’exécution des travaux du présent marché.
Dans tous les cas, des sondages complémentaires seront nécessaires et devront être réalisés
par l’entreprise et à sa charge avant le démarrage de l’étude d’exécution.

ARTICLE 2.6 ZONE SENSIBLE AUX RISQUES D’INONDATION


Les travaux se feront dans un secteur où des inondations par temps de pluie sont possibles du
fait de l’absence d’infrastructures d’assainissement pluvial significatives.
L’entrepreneur devra prendre ses dispositions pour le suivi des alertes météo et l’organisation
de son chantier en conséquence.
L’entrepreneur ne pourra se prévaloir d’aucune indemnité supplémentaire pour d’éventuels
dégâts liés à la pluviométrie.

ARTICLE 2.7 PRINCIPALES CONTRAINTES D’EXECUTION


L'attention de l’Entrepreneur est attirée sur les contraintes d'exécution et interfaces de travaux
suivantes :

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 22


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

- Certains ouvrages peuvent être situés sous la nappe. Si nécessaire, l’Entreprise mettra
en œuvre des dispositions efficaces (air comprimé, injections, épuisements ou autres
dispositions) pour sécuriser les travaux en milieu aquifère (creusement, soutènement,
évacuation des déblais) ;
- La roche traversée est de qualité moyenne à mauvaise ;
- Contraintes et sujétions liées aux travaux en site péri-urbain ;
- Conditions géologiques et hydrogéologiques variables (formations meubles à dures,
rocher fracturé ou altéré …) ;
- La présence de réseaux de divers concessionnaires le long du tracé. Toutes les
opérations relatives au maintien en service des réseaux pendant les travaux (protection,
déviation provisoire) et à leur remise en état au terme des travaux sont à la charge de
l’Entrepreneur ;
- Si nécessaire, le maintien pendant les travaux des écoulements dans les collecteurs
interceptés ;
- Dans les zones proches de lieux d’habitations, les travaux de surface devront être
interrompus entre 19 h et 6 h du matin ;
- L'Entrepreneur est responsable de l’accès des riverains, à cet effet il est tenu de prendre
les mesures nécessaires et sécurisés pour maintenir l’accès des riverains/ Ouvriers aux
habitations et à leurs commerces/usines/. Et minimiser la gêne qui leur est occasionnée
pendant toute la durée des travaux ;
- Les strictes limites d'emprise des travaux imposées par les conditions de circulation.
L’Entrepreneur prendra en compte dans son offre les éventuels blindages nécessaires
au respect de ces limites ;
- L’étanchéité des ouvrages et coffrages soignés à parements fins pour toutes les
surfaces visibles en contact avec l’effluent ou susceptible de l’être ;
- La réalisation des ouvrages étanches y compris l’étanchéité des raccordements et des
scellements.

ARTICLE 2.8 DISPOSITIONS PREVENTIVES CONTRE LES ARRACHEMENTS


DES CABLES ELECTRIQUES
Préalablement à l’ouverture de tout chantier dans les zones où les réseaux électriques sont
exploités par le maître d’ouvrage, l’Entrepreneur devra prendre contact, une semaine à
l’avance, avec le maître d’ouvrage afin que ses représentants puissent entamer la procédure
interne de détection desdits câbles et le marquage de leurs emplacements conformément aux
prescriptions de Lydec.

A cet effet, l’Entrepreneur s’engage :

 à respecter les recommandations de la cellule anti-arrachement du maître d’ouvrage ;


 à prendre en charge toutes les dispositions de protection ou de déplacement, si
nécessaire après concertation avec le maître d’ouvrage, pour éviter un arrachement de
câble ;
 de prévenir immédiatement la cellule anti-arrachement du maître d’ouvrage en cas
d’incident durant les heures ouvrables ou le bureau central de conduite lors des heures
non ouvrables.
 à supporter l’intégralité des frais de réparation en cas d’endommagement des
câbles ou de canalisations ;
 à informer et former son personnel sur les dispositions et les techniques de prévention
contre les arrachements des câbles électriques.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 23


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

NB : Dans le cas d’arrachement de câble causé par l’Entrepreneur, le maître d’ouvrage


prendra, sans préavis et sans aucune réclamation de la part de l’Entrepreneur, les
dispositions pour déduire des sommes dues à l’Entrepreneur les frais (directs et
indirects) dus aux préjudices subis par LYDEC, par ses clients ou par des tiers suite à
l’arrachement de câble.

ARTICLE 2.9 PRESERVATION DES ACCES AUX DIVERS ETABLISSEMENTS


INDUSTRIELS ET COMMERCIAUX SITUES LE LONG DU TRACE DU PROJET

L’entrepreneur est tenu de coordonner avec Lydec et les établissements concernés afin
d’organiser et de planifier les travaux de façon à préserver l’accès à ces établissements. De
plus, l’entrepreneur est tenu de minimiser le temps d’occupation des zones d’accès.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 24


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE III FOUILLES ET DEBLAIS EN


SOUTERRAIN

ARTICLE 3.1 OBJET

Les travaux traités dans ce chapitre comprennent les excavations en souterrain de la galerie et
des puits, la mise en dépôt ou en décharge des matériaux soustraits au terrain naturel.

ARTICLE 3.2 DOCUMENTS DE REFERENCE


 Fascicule n°69 « travaux en souterrains »
 Fascicule n°70 « Ouvrages d'assainissement »
 Norme NF P 16-126 : mise en œuvre sans tranchée et essai des branchements et
collecteurs d’assainissement.
 Les recommandations de l'AFTES : Groupe de travail n°7 « Soutènement et revêtement »

ARTICLE 3.3 DOCUMENTS A FOURNIR PAR L’ENTREPRENEUR

1.3.1 Liste des documents à remettre


Les Entrepreneurs fourniront, dans les délais impartis les documents suivants :
 Le planning d'exécution des travaux (conformément au CCAG) qui précisera :
o Le calendrier d'exécution

o Les matériels et les méthodes

o Le projet des installations de chantier

 Le plan de sécurité et d'hygiène (conformément au CCAG) ;


 Le plan particulier pour la sécurité et la protection de la santé (PPSPS) ;
 Les plans de piquetage ;
 Les plans de circulation et de signalisation ;
 Les plans d'exécution, les notes de calcul prenant en compte les cas et les sollicitations
défavorables aussi bien en phase provisoire qu’en phase définitive, les études d’exécution
de détail ;
 Le plan de management de la qualité ;
 Le journal de chantier ;
 Le dossier de récolement ;
 Le rapport de fin de travaux.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 25


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

1.3.2 Planning d'exécution des travaux

1.3.2.1 Délais de présentation et d'examen


Les Entrepreneurs devront soumettre à l'agrément du Maître d’Œuvre le planning d'exécution
des travaux prévu au CCAG, dans un délai maximal de trente (30) jours à compter de la
notification du marché.
Il sera procédé tous les mois à l'examen et à la mise au point du programme dans les mêmes
conditions que celles qui auront présidé à son élaboration.
Le Maître d’Œuvre retournera aux Entrepreneurs le programme mis à jour, soit revêtu de son
visa, soit accompagné de ses observations s'il y a lieu dans un délai maximal de vingt et un (21)
jours.

1.3.2.2 Calendriers d'exécution


Deux types de calendriers devront être fournis :
 un calendrier général par mois, couvrant la totalité des travaux ;
 un calendrier détaillé par semaine, couvrant les travaux prévus pour les trois premiers mois.
Au fur et à mesure de l'avancement des travaux, les Entrepreneurs mettront à jour le
programme d'exécution en fournissant, trente (30) jours à l'avance, le calendrier détaillé par
semaine couvrant les travaux prévus pour les trois mois à venir.
Les calendriers d'exécution seront établis au moyen d'une méthode dite à "chemin critique" et
mettront en évidence :
 les tâches à accomplir pour exécuter l'ouvrage et leur enchaînement ;
 pour chaque tâche, la date prévue pour son achèvement et la marge de temps disponible
pour son exécution ;
 celles des tâches qui conditionnent le délai d'exécution de l'ouvrage (tâches critiques).

Matériels et méthodes
Les Entrepreneurs établiront dans le cadre de leur offre un descriptif sommaire, assez détaillé,
des matériels et des méthodes qu'ils comptent adopter pour l'exécution des travaux, notamment
dans la nappe phréatique. Ce descriptif sera détaillé ensuite au cas par cas dans les dossiers
d'exécution des ouvrages.

1.3.2.3 Projet des installations de chantier


Le projet des installations de chantier (l’installation de chantier principale et celles,
éventuellement nécessaires au droit de chaque puits d’attaque) sera établi en concertation avec
le Maître d’Œuvre après notification du marché, en se conformant aux dispositions prévues
dans l'offre de l'entreprise.
Ce projet indiquera sous forme de plan à échelle convenable :
 les limites de l'emprise générale du chantier ; et ce pour chaque site
 les clôtures et les protections ;
 les dispositions d'accès, de voiries provisoires, etc... ;
 les emplacements des engins de levage, centrales à bétons, aires de coffrage et ferraillage,
dépôts de matériaux, dépôts de gravois ;
 les emplacements des magasins, bureaux, cantines, dortoirs et tous locaux d'hygiène
réglementaires;

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 26


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 les dispositions prévues pour le maintien en service des voies de circulation et


l'aménagement des voies nécessaires à la circulation des engins de chantier ;
 les dispositions prévues pour la déviation des réseaux, la circulation des personnes et
l'écoulement des eaux ;
 les aires de déchargement et de stockage du chantier ainsi que les protections prévues aux
stockages des matériaux et des canalisations ;
 les dispositions prévues pour la signalisation des chantiers à l'égard de la circulation
publique.
Les installations de chantier seront maintenues en état pendant toute la réalisation du projet.

1.3.3 Plan Particulier pour la Sécurité et la Protection de la Santé (PPSPS)


L'Entrepreneur devra soumettre à l'agrément du coordonnateur et du Maître d’Œuvre un plan
particulier pour la sécurité et la protection de la santé dans un délai maximal de trente (30) jours
à compter de la notification du marché.
L’Entreprise doit avoir une liaison téléphonique permanente entre le personnel de surface et
celui en front de taille de la galerie.

1.3.4 Plan de management de la qualité


L'Entrepreneur devra soumettre à l'agrément du Maître d’Œuvre un plan de management de la
qualité (PMQ) dans un délai maximal de trente (30) jours à compter de la notification du
marché.
Ce PMQ devra comprendre les parties suivantes :
 affectations des tâches ;
 moyens de l'Entreprise ;
 approvisionnements ;
 contrôle interne à la chaîne de production ;
 contrôle externe à la chaîne de production.
Pour cette dernière partie le PMQ devra prendre en compte la totalité des contrôles spécifiés
dans le présent CCTP.
Le PMQ devra couvrir l'ensemble des travaux (études d'exécution, réalisation, essais et
réceptions, dossier de récolement), en particulier :
 mode de terrassements des galeries et des puits, comprenant également les dispositifs de
soutènement provisoire, de blindage et d’épuisements ;
 mode d’évacuation des déblais et lieu de leur stockage provisoire éventuellement ;
 béton - coffrage Ŕ armatures pour la réalisation des ouvrages ;
 revêtements provisoire et définitif de l’ensemble des ouvrages ;
 équipements.
 phasage des travaux et procédures.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 27


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

1.3.5 Plans d'exécution - notes de calcul - études de détail

1.3.5.1 Dispositions générales


Les études d'exécution précèdent obligatoirement toute réalisation. Elles sont matérialisées sur
le calendrier d'exécution. Elles donnent lieu à la production d'un dossier d'exécution d'ouvrage.
Le Maître d’Œuvre examine ce dossier. La réalisation ne peut commencer que lorsque
l'Entreprise a reçu l'aval du Maître d’Œuvre sur le dossier d'exécution.
L'Entrepreneur ne peut pas exécuter une partie quelconque de l'ouvrage sans avoir au
préalable reçu l'accord du Maître d’Oeuvre sur le contenu du dossier d'exécution relatif à la
réalisation envisagée.
L'Entreprise ne sera aucunement rémunérée pour des travaux qui n'auraient pas été prévus
dans le Dossier de Consultation des Entreprises.

1.3.5.2 Délais de fourniture


Les Entrepreneurs devront soumettre à l'agrément du Maître d’Œuvre et/ou du bureau de
contrôle désigné par le Maître d'Ouvrage, les plans d'exécution, notes de calcul et études de
détails des travaux dans un délai global de trente (30) jours après remise des ordres de service
de commencer les travaux. Les Entrepreneurs s’engageront dans leur offre sur un délai global.
Le calendrier d'exécution détaillé tiendra compte de ce délai.
Les Entrepreneurs devront, en temps voulu, s’enquérir auprès du Maître d’Œuvre de toutes
informations nécessaires au respect de ce délai.

1.3.5.3 Nombre d'exemplaires, approbation


Les notes de calculs seront fournies en trois exemplaires et les dessins d'exécution en six
exemplaires et un exemplaire sous format informatique.
Un exemplaire des plans d'exécution sera retourné à l'Entrepreneur revêtu de l'approbation du
Maître d’Œuvre et/ou du bureau de contrôle ou accompagné de ses observations, dans un délai
de quinze (15) jours à compter de leur réception.
Au terme de ce délai les plans d'exécution non commentés seront considérés comme
approuvés.
L'ensemble des études d'exécution sera regroupé en fin de chantier dans un dossier
d'exécution. Ce dossier sera remis au Maître d’Œuvre en trois exemplaires dont un
reproductible.

1.3.5.4 Présentation des dossiers d'exécution


Un dossier d'exécution contient :
 les plans d'exécution aux échelles idoines ;
 les notices techniques descriptives des matériaux et des fournitures ;
 les agréments techniques, délivrés par les organismes autorisés, pour les matériaux et les
fournitures mis en œuvre. L'attention de l'Entreprise est attirée sur ce point : toute notice
citant un agrément technique doit être accompagnée de la copie de cet agrément. En
aucun cas un numéro d'agrément ne saurait suffire ;
 les comptes rendus d'essais effectués par le fournisseur ou par le constructeur ;
 un mémoire explicatif détaillant les matériels et les méthodes de réalisation de l'ouvrage ;
 les notes de calculs ;

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 28


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 une note de synthèse justifiant les choix techniques et les propositions de réalisation.
L'argumentaire se fondera sur les considérations techniques qui sont révélées par les
diverses pièces énumérées ci-dessus.
Les agréments techniques et les comptes rendus d'essais sont rédigés en langue Française.
Toute pièce écrite est précédée d'un sommaire complet.
La présentation des notes de calculs est décrite au paragraphe suivant. Le non-respect des
règles de présentation énoncées à ce paragraphe et au paragraphe suivant entraîne la non
recevabilité du dossier d'exécution. L'Entrepreneur est seul responsable des dépassements de
délai que ce non-respect des prescriptions peut entraîner.

1.3.5.5 Présentation des notes de calculs du dossier d'exécution


Seul est accepté le système international d'unité (SI). La définition des unités est donnée par la
norme NFX 02-006 (Août 1985). Les unités usuelles ne seront admises que suivies, entre
parenthèses, du résultat exprimé en unités SI. La formation et l'abréviation des multiples et
sous multiples respecteront le tableau n° 5 de la norme ISO 1000 (1981).
Les symboles utilisés pour les variables respecteront impérativement les prescriptions de la
recommandation ISO R 31.
Chaque note de calculs sera dactylographiée (y compris les équations) et suivra un plan
organisé comme suit :
 objet de la note de calculs ;
 rappel des données et des hypothèses de calcul :
o formulaire : toutes les équations employées devront être écrites et numérotées
de 1 à n. Elles seront, une à une, accompagnées de la liste des variables avec
leur définition, leurs équations aux dimensions et leurs unités (usuelles suivies
des unités internationales),
o données : les valeurs numériques contractuelles prises par certaines variables
et les valeurs numériques attribuées aux autres variables seront indiquées,
o justification des données : l'Entrepreneur doit justifier (en citant clairement ses
sources) les valeurs numériques qu'il donne aux variables.
 résultats des calculs et commentaires : les résultats seront écrits clairement, on ne
fera ressortir que les résultats définitifs. Les commentaires énonceront clairement les
limites de validité des résultats puis les conclusions qui découlent de ces résultats.

1.3.5.6 Présentation des matériaux et des matériels

Marques des matériels et matériaux

Dans le CCTP, la marque des différents matériels et ouvrages est donnée :


 soit sous la forme d'une marque imposée pour des raisons impératives ;
 soit sous la forme de "telle marque ou équivalent", celle-ci étant alors donnée pour
fixer le niveau de qualité à obtenir, fixer les idées ou les encombrements et formes
souhaités.
L'Entreprise sera tenue d'indiquer précisément, et à chaque étape du chantier, les marques
qu'elle envisage de fournir en équivalence.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 29


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Matériaux nouveaux et procédés non traditionnels

Tout ouvrage de nature non traditionnelle ou faisant appel à des techniques ou matériaux
nouveaux, proposé par les Entreprises, doit avoir fait l'objet d'un avis technique existant ou en
cours de validation.
Dans ce cas, la fourniture et la mise en œuvre devront être conformes à cet avis et tenir compte
des observations ou réserves formulées par la commission à l'origine de l'avis technique.
D'autre part, si l'Entreprise propose un matériau similaire qui demande une mise en oeuvre
différente, elle fournira, avec la fiche technique du matériau proposé, la description très précise
de la mise en œuvre, étape par étape, de ces produits et l'implication immédiate sur les autres
matériaux choisis dans le descriptif.
Dans le cas de matériaux ou procédés n'ayant pas fait l'objet d'avis techniques favorables, les
Entrepreneurs doivent fournir au Maître d’Œuvre une documentation technique détaillée.
Dans les deux cas, le Maître d’Œuvre se réserve la possibilité de refuser, sans appel, les
procédés ou matériaux proposés.

Echantillons - maquettes - prototypes

Avant passation de leurs commandes, les Entrepreneurs doivent présenter au Maître d’Œuvre
les échantillons ou maquettes des différents matériaux et ensembles dont ils prévoient l'emploi.
Il reste entendu que pour faire un choix il faut au moins deux échantillons.
Des prototypes d'éléments de construction pourront être demandés à certains corps d'état pour
permettre au Maître d’Œuvre d'examiner les éléments.
Tous les échantillons, prototypes, maquettes doivent, à la demande au Maître d’Œuvre, être
conservés dans le bureau de chantier durant l'exécution des travaux, de manière à servir de
référence.
La présentation de ces différents échantillons est faite en accord avec le Maître d’Œuvre. Tous
les frais relatifs à cette présentation font partie intégrale du forfait.
L'Entrepreneur reste propriétaire de ses échantillons et maquettes et il en assure la reprise
après réception provisoire.
Faute d'avoir souscrit à cette présentation, le Maître d’Œuvre se réserve le droit d'imposer les
matériaux prévus dans les documents contractuels.

1.3.6 Journal de chantier


L'Entrepreneur est tenu de mettre à disposition du Maître d’Œuvre et du Maître d'Ouvrage
pendant toute la durée des travaux un journal de chantier.
Ce journal de chantier consignera :
 Les rapports journaliers présentés à chaque réunion de chantier indiquant
succinctement :
o les avancements ;
o les quantités de travaux de diverses natures effectuées ;
o les incidents de chantier ainsi que les durées et causes d'immobilisation des
matériels ;
o les effectifs présents sur le chantier et leur qualification ;
o le matériel présent sur le chantier ;
o les contrôles effectués et leurs résultats ;
o les relations éventuelles avec les riverains ;
o les relevés des dispositifs d’auscultation prévus dans le cadre de ce chantier.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 30


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 Un rapport mensuel présenté avant le huitième jour du mois suivant, rapport de


synthèse donnant notamment les indications suivantes :
o les avancements, les travaux effectués au cours du mois écoulé ;
o les prévisions d'exécution pour le mois suivant ;
o éventuellement, les aménagements que l'Entrepreneur envisage d'apporter au
calendrier des travaux.
o les relevés des dispositifs d’auscultation prévus dans le cadre de ce chantier.
Le journal de chantier sera signé à chaque réunion de chantier par un représentant du Maître
d’Œuvre et de l'Entrepreneur.

1.3.7 Photographies – Vidéo


L’Entrepreneur doit prendre régulièrement des photos et des films vidéo du site de construction
pendant les travaux.
Photographies demandées :
A Ŕ Un jeu de photos pour chaque état de travaux correspondant à une étape de paiement.
B Ŕ Un jeu de photos et de vidéos pour les étapes caractéristiques du chantier et au moins un
film vidéo commenté chaque semestre illustrant les travaux exécutés.
C Ŕ Un rapport photographique sous support informatique. Pour chaque photographie, il faut
mentionner :
o le nom du projet,
o la position de la vue,
o la date et l’heure de la prise,
o le numéro d’identification de la photo.
Les photographies sont prises sous forme numérique, les fichiers informatiques sont fournis
avec la base de données qui reprend les informations précisées ci-dessus.
Le reportage photographique et vidéo commenté en fin de chantier sera fourni en 3 exemplaires
(papier et fichiers).

1.3.8 Présentation des rapports d'essais et de contrôle

1.3.8.1 Rédaction et diffusion


L'Entreprise a la charge de la rédaction des rapports d'essais et de contrôle. Ces documents
sont soumis au Maître d’Œuvre pour avis avant diffusion. La diffusion est faite au Maître
d'Ouvrage, à l'exploitant, au Maître d’Œuvre, aux organismes agréés de contrôle qui pourraient
être récipiendaires du document.

1.3.8.2 Plan et contenu


Lorsque l'essai suit un code normalisé ou réglementaire, le rédacteur respectera strictement le
modèle de rapport imposé par le code. Il joindra en annexe les pièces complémentaires utiles,
notamment les courbes et les graphiques obtenus au cours des mesures.
Lorsque l'essai est défini par un protocole rédigé dans le CCTP, le rédacteur respectera le plan
suivant :
 objet, date et lieu de l'essai ;
 description et identification des matériels testés ;
 matériels et méthodes :

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 31


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

o matériel de mesure,
o accessoires d'expérimentation,
o mode opératoire.
 résultats obtenus ;
 commentaires :
o limite et validité des résultats, les incertitudes de mesure,
o comparaison des objectifs contractuels avec les résultats obtenus.
Le rapport sera daté et signé et édité ainsi que ses annexes éventuelles au format A4. Les
unités et les symboles employés respecteront les prescriptions imposées pour les notes de
calcul.

1.3.8.3 Dossier de récolement


Dans un délai maximum de trente (30) jours après la date d'achèvement des opérations
préalables à la réception provisoire, l'Entrepreneur fournira au Maître d’Œuvre le dossier de
récolement des ouvrages exécutés. Ces dossiers seront remis par l'Entrepreneur au Maître
d’Œuvre en un exemplaire sous format informatique et en trois exemplaires sur tirage papier.
Les documents graphiques seront tous établis à l’aide du logiciel AUTOCAD (version 2000 ou
supérieure) et seront également remis au Maître d'Ouvrage sur CDRom.
Tous les plans et dessins seront convenablement cotés et comporteront tous les repères,
symboles et coordonnées nécessaires à leur exploitation
Un exemplaire du dossier de récolement comprendra les documents ci-après :
 Plans généraux:
o Vue en plan générale des galeries et de l’implantation des ouvrages à l’échelle
1/5000ème,
o Profil en long des galeries au 1/5000ème, avec une échelle en altitude au
1/500ème
 Plans de détails des galeries:
o Carnet de vue en plan à l’échelle 1/500ème
o Coupes types, plans de coffrage et de ferraillage aux échelles 1/50ème, 1/20ème
o Carte géologique le long du tracée des galeries 1/500ème (mise à jour au fur et
mesure de l’avancement du creusement)
 Notices et manuels d'utilisation des matériels installés, les procès-verbaux d'essai et
de réception des matériels ;
 Les études d'exécution approuvées par le Maître d’Œuvre (y compris les notes de
calculs);
 Les documents spécifiques établis dans le cadre des obligations du marché.
Systématiquement, l'Entrepreneur fournira les documents d'exploitation suivants dans le dossier
de récolement :
 les performances des installations : prévues et réellement obtenues (résultats des
essais effectués) ;
 des instructions simples mais précises et détaillées sur la conduite, l'entretien des
appareils et leur contrôle systématique (pour les vannes, comptages, les armoires
électriques, etc…);

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 32


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 des schémas simples de l'installation représentant celle-ci sous une forme simplifiée,
reconnaissable et permettant d'identifier sans équivoque les divers organes existants
et notamment ceux qui sont mentionnés dans les instructions de marche.

1.3.8.4 Rapport de fin de travaux


Dans un délai maximum de trente (30) jours compté à partir de la date d'achèvement des
opérations préalables à la réception provisoire, l'Entrepreneur fournira au Maître d’Œuvre le
rapport de fin de travaux.
Ce rapport sera remis par l'Entrepreneur au Maître d’Œuvre en deux exemplaire sous format
informatique et en trois exemplaires sur tirage papier.
Il comprendra :
 La description des ouvrages
 Le planning de réalisation, écarts par rapport au planning initial en explications
 Les moyens réels, rendements réels, explication des écarts
 La synthèse des mesures d'auscultation
 La synthèse des contrôles qualité, écarts par rapport aux spécifications, explications
 Les leçons tirées

ARTICLE 3.4 HYPOTHESES DE CALCUL


Voir article 5.6
ARTICLE 3.5 SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES
L'Entrepreneur est responsable des méthodes et procédés d'exécution.
Les différentes opérations d'excavation en souterrain devront être faites conformément à un
programme général établi par l'Entrepreneur et soumis pour approbation au maître d'œuvre,
dans les délais prescrits. En outre, un programme partiel relatif aux travaux souterrains sera
établi par l'Entrepreneur et présenté à l'agrément du maître d'œuvre au plus tard 1 mois avant
le début des travaux correspondants. Il doit s'intégrer dans le programme général des travaux
agréé par le MO.
Les travaux de fouilles en souterrain comprennent tout nettoyage de surface, décapage,
excavation, confortement, étanchement, transport et mise en dépôt des déblais - ceci quelle
que soit la profondeur ou la qualité des matériaux rencontrés - tout nettoyage et mise à sec des
fouilles pour les préparer en vue des bétonnages ou remblayages ultérieurs.
L'Entrepreneur est réputé avoir examiné sous sa propre responsabilité le site, les résultats des
investigations réalisées et avoir, après cet examen, fait toutes les études qu'il pourrait désirer
pour juger par lui-même des conditions de réalisation des travaux souterrains de tout type
nécessités par la réalisation de la galerie aux sections définies dans les plans de consultation
des entreprises.
Toute excavation faite en trop par l'Entrepreneur sans ordre ou autorisation n'est pas prise en
compte, le béton de remplissage correspondant est à la charge de l'Entrepreneur.

3.6.1 Sécurité

L'Entrepreneur est seul responsable de la sécurité du chantier, notamment en souterrain.


L’Entrepreneur précisera dans son plan hygiène et sécurité (PHS) les dispositions à prendre
pour assurer la sécurité des personnes, du matériel et des ouvrages pendant toute la durée des
travaux. Il s'agit de toutes les personnes intervenant pour les différentes parties impliquées
dans la réalisation des travaux, y compris les visiteurs occasionnels, pilotés par l'Entrepreneur
ou par le maître d'œuvre ou par le maître d’ouvrage.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 33


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

3.6.2 Emploi des explosifs

L'emploi de l'explosif est proscrit.

3.6.3 Dimensions

Les fouilles sont réalisées aux dimensions définies, dans un ordre croissant de priorité, par :

 les cotes précisées sur les plans de coffrage ou calculables directement à partir de cotes
précisées sur les plans de coffrages,

 les cotes précisées sur les plans de fouilles ou calculables directement à partir de cotes
précisées sur les plans de fouilles,

 les indications écrites ou orales du maître d'œuvre. Les indications orales sont à
confirmer par écrit par OS dans les 24 heures.

Les indications qui ne peuvent figurer sur des plans peuvent être fournies soit sous forme de
listes de points définissant des lignes polygonales d'exécution (dans ce cas ces points sont
donnés en coordonnées générales ou locales), soit sous forme de définitions géométriques
matérialisées en place. Ce dernier mode est appliqué en particulier dans le cas
d'approfondissements demandés par le maître d'œuvre à la recherche d'une fondation de
qualité satisfaisante du point de vue du maître d'œuvre.

3.6.4 Evacuation des eaux / épuisement / rabattement de la nappe

En attaque montante, l'Entrepreneur devra exécuter une cunette permettant l'évacuation des
eaux par gravité. Les dispositions de cette cunette seront soumises à l'agrément du maître
d'œuvre. En attaque descendante ou lorsque l'excavation présente des discontinuités ou des
obstacles en radier, l'Entrepreneur exécutera des cunettes aboutissant à des puisards de
reprise, où seront installés les moyens d'épuisement nécessaires.

A l'extérieur du souterrain il établira les ouvrages provisoires destinés à conduire les eaux
jusqu'à un endroit agréé par le maître d'œuvre, capable de les recevoir. Le processus de
collecte et d'évacuation ne devra occasionner aucune pollution des eaux. Si les eaux sont
chargées en sédiments, elles devront passer par un bassin de décantation pour ne rejeter
qu'une eau décantée.

L'Entrepreneur doit intégrer dans le processus de contrôle qualité l'analyse des eaux rejetées
pour vérifier qu'elles n'ont pas été polluées depuis leur résurgence et, le cas échéant, prendre
les mesures nécessaires pour éviter toute pollution et/ou pour leur dépollution. L'Entrepreneur
supportera toutes les conséquences du rejet d'une eau polluée.

Le creusement pourra s’effectuer dans la nappe. Des précautions particulières doivent être
prises par l’entreprise face aux venues d’eaux souterraines.

La location et les raccordements hydrauliques et électriques des pompes, quels que soient leur
nombre, leur débit et leur implantation sont compris dans les prix de creusement. Par
dérogation à l’article III.4.7 du CCTG (fascicule 69), les dépenses d’exploitation (surveillance,
entretien, dépenses d’énergie) sont également comprises dans les prix de creusement.
Le rabattement local de la nappe au niveau du front de taille sera à envisager pour assurer son
maintien. Un rabattement par pointes filtrantes et pompage associé sera étudiée par l’entreprise
et soumis au visa du maître d’œuvre.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 34


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

La mise en place d’un rabattement de nappe depuis la surface devra de toute manière gêner au
minimum la circulation. L’opération de mise en place pourra être menée la nuit en accord avec
les services de la ville de Casablanca et de Lydec.

Le choix de la technique doit être approuvé par le maitre d’ouvrage.

3.6.5 Ventilation

3.6.5.1 Généralités

Pendant toute la durée des travaux, l'Entrepreneur devra assurer au front d'attaque et dans les
zones en cours de bétonnage une ventilation répondant aux normes en vigueur au moment de
la signature du contrat. Une copie de ces normes devra être remise par l'entrepreneur au
démarrage des travaux.

Le chantier devra disposer d'un matériel de ventilation permettant de remédier à toute


insuffisance de débit due soit à la défaillance d'un ventilateur, soit à une estimation trop faible
de la puissance à installer au cours de la progression des travaux.

Au démarrage des travaux, l'Entrepreneur soumettra à l'agrément du MO les types d'appareils


qu'il compte acquérir pour le contrôle de la qualité de l'air dans la galerie depuis le démarrage
des travaux jusqu'à leur achèvement.

Le maître d'œuvre pourra exiger à tout moment des contrôles par un laboratoire extérieur, de
l'atmosphère (gaz, vapeurs, poussières) notamment au front, pour vérifier si les normes en
matière d'hygiène sont respectées. L'Entrepreneur supportera toutes les conséquences en cas
d'anomalie, notamment l'arrêt des travaux en attendant la mise en conformité du chantier.

3.6.5.2 Dispositions particulières

 L'utilisation des moteurs à essence est prohibée.

 Les poussières doivent être rabattues par jet d'eau au découpage de la roche et par
arrosage des déblais pendant le marinage.

 Le débit de la ventilation principale est au moins de 300_l/s par mètre carré de section
d'excavation.

 Avant l'engagement des travaux, l'Entrepreneur fournit au maître d'œuvre une étude
complète de la ventilation (plans, phases d'exécution, calcul des installations).

 L'Entrepreneur effectue à ses frais les contrôles :

 des installations - débit effectif des ventilations, fuites, état des canars - à la mise
en route et de façon régulière au cours du chantier,

 de l'atmosphère-gaz et vapeurs, poussières, oxygène, température - à la


fréquence bi-hebdomadaire (sauf pour les poussières à adapter en fonction des
possibilités d'analyse).

 les résultats des mesures doivent être consignés sur un registre spécialement
prévu à cet effet, libre d'accès pour le MO.
 Concernant l'atmosphère, les conditions à respecter au cours des travaux, sont les
suivantes :
 gaz et vapeurs nocives :

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 35


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 CO2 (gaz carbonique) 5000 ppm (parties par million)


 CO (oxyde de carbone) 20 ppm
 NO + NO2 (vapeurs nitreuses) 10 ppm
 SO2 anhydride sulfureux 5 ppm
 poussières :
 on doit avoir N = 15400/(Q + 10)
 avec N : nombre de particules inférieures à 5 microns par cm3 d'air,
 Q : pourcentage de silice libre contenu dans les poussières, mesuré par
un laboratoire agréé,
 oxygène : la teneur ne doit jamais être inférieure à 19 %,
 température : la température doit être inférieure à 30° C.
 Un prélèvement d'atmosphère doit être représentatif autant que possible des
conditions réelles.
Il est donc nécessaire d'effectuer plusieurs prélèvements à des moments et en des lieux qui
seront déterminés après examen du poste de travail.

3.6.6 Jalonnement

Au cours du creusement, l'Entrepreneur établira, à ses frais, le jalonnement des ouvrages


souterrains selon un espacement moyen de 50m. Ce jalonnement, à soumettre à l'approbation
du maître d'œuvre, pourra être constitué par des plaques de 0,15 x 0,15m, scellées au rocher
ou sur le revêtement provisoire portant l'indication du point métrique.

Ces repères seront implantés avec une précision de + ou - 10cm, et seront mis en place au plus
tard trois jours après le passage de l'avancement.

Après bétonnage, des repères en matériau durable, dont les indications seront indélébiles,
ayant une hauteur minimale de 5 cm, seront mis en place tous les 50 mètres et seront soumis à
l'approbation du maître d'œuvre. Ces repères ne feront pas saillis par rapport au revêtement. Ils
seront scellés dans des réservations préparées spécialement préparées à cet effet selon un
processus et en utilisant des produits offrant une durabilité au moins décennale. Les repères
définitifs pourront être installés en calotte pour être en permanence hors d'eau. Toutes les
sujétions correspondantes sont réputées comprises dans les prix du Bordereau.

3.6.7 Electricité et éclairage


L'éclairage des galeries est obligatoire sur toutes les zones de travail. Il sera conforme à la
réglementation de l'Administration des mines. L'éclairage minimal est de 400 Lux.
L'installation doit être étanche et située en hauteur (Indice de Protection 55).
Un éclairage de sécurité, par blocs autonomes étanches d'autonomie 1 heure, la complète.
La tension d'alimentation est de 24 volts.

Des protections contre les circulations de courants parasites et d'électricité statique seront à
prévoir à chaque front de travail et dans chaque antenne.

3.6.8 Relevés topographiques et géologiques

Un relevé topographique de l'excavation sera exécuté par l'Entrepreneur en présence du maître


d'œuvre, au fur et à mesure de l'avancement du creusement. Ce relevé sera accompagné de
photographies du front réalisées par l'Entrepreneur à ses frais (format numérique et impression
format A4), à raison d'une photographie par jour et à chaque changement dans la nature des
terrains et/ou à la rencontre de toute singularité. Les photographies seront effectuées par un
personnel qualifié disposant d'un équipement professionnel, soumis à l'agrément du maître
d'œuvre.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 36


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Un relevé géologique des terrains rencontrés sera effectué par le géologue agréé de
l'Entrepreneur et sera reporté sur les relevés topographiques préparés par l'Entrepreneur. Au
fur et à mesure de l'avancement des travaux, ces relevés seront comparés à la coupe
prévisionnelle du terrain et, le cas échéant cette dernière sera actualisée. Tout élément
nouveau ayant une incidence sur l'avancement des travaux devra être immédiatement signalé
au maître d'œuvre. Les adaptations éventuelles des méthodes d'exécution qui en découleraient
seront préalablement discutées avec le maître d'œuvre avant leur mise en œuvre. Les relevés
géologiques seront aussi précis que possible et comporteront toutes les indications relatives
aux formations traversées et aux accidents géologiques, failles, fractures, fissures, cassures
diverses avec tous les détails sur leur aspect et leur remplissage éventuel. Ils se feront selon un
canevas ayant reçu l'accord préalable du MO.

Le géologue de l'Entrepreneur examinera également les matériaux de marinage, et complétera


son relevé en conséquence. Il devra conserver des échantillons des divers faciès de terrain
rencontrés dans une armoire dédiée. Les nuances sensibles à l'altération seront conservées
dans des bocaux transparents étanches.

Toutes les sujétions correspondantes sont réputées comprises dans les prix du Bordereau,
notamment les arrêts momentanés nécessaires aux relevés photographiques, topographiques
et géologiques.

3.6.9 Profil des excavations


Les profils-type à réaliser seront indiqués sur les plans d'exécution.
Les lignes conventionnelles I, E, A, B et C sont définies comme suit (voir croquis ci-dessous) :
La ligne I est la ligne d'intrados du revêtement ;
La ligne E est la ligne contractuelle de règlement des bétons de revêtement ; c'est la ligne
conventionnelle de l'extrados ;
La ligne A est la ligne qui définit le gabarit d'excavation à l'intérieur duquel ne doit se trouver
aucune saillie de terrain au moment de l'achèvement du creusement ou de la mise en place du
revêtement, c'est la ligne dite "sur pointes" ;
La ligne B est la ligne contractuelle de règlement de l'excavation, elle est extérieure ou
confondue avec la ligne A ;
La ligne C, limite au-delà de laquelle les hors-profils géologiques peuvent, dans certaines
conditions, être pris en compte comme excavation et éventuellement pour leur remplissage.

Ligne Ligne C
d'excavation P'
S
Ligne B
P

Ligne A

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 37


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

P et P' = points d'intersection de la ligne C avec la surface réelle d'excavation.


S = Surface prise en compte pour règlement du hors-profil.
Le maître d'œuvre, sur proposition de l'Entrepreneur, définira en cours de travaux le profil-type
à réaliser en chaque point, et pourra également prescrire des profils différents des profils-type
figurant dans les plans d'appel d'offres. Il est entendu, toutefois que les profils-type des parois
internes (ligne I) ne seront pas modifiés sans justification technique. Il en est de même pour
tous les profils si le creusement est effectué au tunnelier.
L'écart entre l'axe du profil réalisé et l'axe théorique doit être au plus égal à 30mm en plan et
10mm en cote, en tous points de l'ouvrage. L'Entrepreneur met en œuvre les dispositifs de
mesure permettant le contrôle permanent du respect de cette tolérance; il apporte
immédiatement les corrections convenables éventuelles.

ARTICLE 3.6 MODE D’EXECUTION

3.7.1 Travaux préalables aux fouilles

Terrassement superficiel et détection des réseaux divers existants

La détection de présence, de position et de niveau des réseaux existants souvent plus ou


moins bien indiqués sur les documents de récolement des concessionnaires peut nécessiter un
terrassement manuel préalable avec précaution jusqu’à une profondeur d’au moins un mètre.

Certains ouvrages à réaliser dans le cadre du présent Marché de travaux seront situés sous
l’emprise de chaussée.

Les gravois de démolition et de matériaux de terrassement ou produits non réutilisables seront


à évacuer au fur et à mesure à la décharge publique, à toute distance.

L'entrepreneur fera son affaire des autorisations, droits éventuels, etc.

Assainissement

Pour les eaux superficielles, l'entrepreneur devra prendre toutes les dispositions nécessaires
quelles qu'elles soient pour en assurer l'évacuation le plus vite possible et ceci pendant toute la
durée des travaux et jusqu'à la réception.

Dans le cas d'impossibilité d'écoulement gravitaire, l'évacuation devra être assurée par
pompage.

Les frais entraînés pour satisfaire à ces impératifs d'évacuation des eaux superficielles sont
implicitement compris dans les prix du marché.

3.7.2 Déblai

Déblais des puits

Les déblais nécessaires à la réalisation des puits sont prévus réalisés tantôt dans des terrains
meubles, tantôt dans des terrains rocheux. L’entrepreneur doit assurer le blindage
notamment des parties meuble.

L’entrepreneur présentera dans son mémoire :

 La méthode d’exécution du blindage et tout soutènement nécessaire des puits

 La méthode de réalisation et d’évacuation des déblais.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 38


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Déblais en galerie

Les travaux en galerie sont prévus réalisés en souterrain.

L’entrepreneur décrira dans son offre les méthodes de réalisation de la galerie en tenant
compte de la méthode et du délai d’exécution des puits et des ouvrages annexes.

3.7.3 Remblai

Les remblais et compactage à mettre en œuvre concernent :


 Les remblais techniques (tout venant de concassage 0/31.5) autour des ouvrages
(remblais d’apport ou issus des déblais),
 Les remblais pour lit de pose.

3.7.4 Définition du profil

L'Entrepreneur devra prendre toutes dispositions pour éviter les hors-profils et limiter la
dégradation des parois ou l'évolution des terrains à la traversée de roches altérables et/ou
érodables.

Les hors profils ne pourront en aucun cas faire l'objet d'une réclamation de la part de
l'Entrepreneur ou donner lieu à un règlement.

Tout le matériel de chantier devra pouvoir passer au travers de la section dont les dimensions
sont définitives.

3.7.5 Matériel d'excavation

L'Entrepreneur devra disposer du matériel nécessaire pour la réalisation des excavations en


souterrain, sans recours à l'explosif. Ce matériel devra recevoir l'agrément préalable du MO, sur
la base des documents présentés dans le dossier de consultation des entreprises, complétés
par des éléments plus précis relatifs notamment à son utilisation dans les contextes
géomécaniques comparables à celui de la présente galerie.

3.7.6 Comblement des cavités

Les cavités derrières les blindages seront bloquées au fur et à mesure par du béton. Le
matériel nécessaire devra être disponible dès le démarrage de l’excavation en souterrain.

En cas d’empêchement de combler les vides par du béton, la liaison entre le revêtement et le
terrain sera réalisée par des injections qui font l’objet du chapitre suivant.

3.7.7 Soutènement

3.7.7.1 Documents spécifiques à remettre par l’entrepreneur

L'Entrepreneur remettra dans le cadre de son offre :


 le mode de soutènement et les matériaux retenus pour le système de soutènement des
fouilles et des galeries.

L'Entrepreneur remettra son étude d'exécution au Maître d’œuvre, au moins un mois avant
l'exécution des travaux.

Concernant les ouvrages de soutènement provisoires, les documents à fournir par


l'Entrepreneur sont ceux spécifiés dans le Fascicule N°68.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 39


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Il fournira également les notes de calcul rappelant les hypothèses retenues et justifiant les
dimensionnements adoptés. Ces notes contiendront :
 le calcul de stabilité notamment celui du fond de fouille vis-à-vis des risques de Renard,
 les vérifications de la résistance, de la stabilité et des déformations admissibles par
phase pour les éléments participant à la tenue de la structure,
 L'étude d'exécution comprendra :
 les plans des dispositifs de soutènements (nombre de boulons, épaisseur du béton
projeté, etc.) ;
 les caractéristiques des boulons utilisés ;
 la formulation et les caractéristiques du béton projeté utilisé pour le soutènement des
puits ;
 le ferraillage du béton projeté si nécessaire ;
 le dimensionnement et l’espacement des cintres si nécessaire.

Le Plan de Management de la Qualité (PAQ) intégrera notamment :


 les dispositifs concernant les mesures de convergence des puits lors du terrassement ;
 les dispositions de gestion de non-conformité,
 les dispositifs relatifs aux audits et à la gestion de documentations,
 les dispositifs relatifs aux fournisseurs.

3.7.7.2 Matériaux

L'Entrepreneur devra faire agréer, au préalable, par le maître d'œuvre tout type de cintres,
plaques métalliques ou planches à enfiler qu'il voudrait employer. Les cintres devront être neufs
ou de réemploi en bon état.

L'Entrepreneur devra approvisionner dès le début du chantier un nombre suffisant de boulons


d'ancrage, de cintres et de plaques de blindage de façon à pouvoir parer sans retard à toute
éventualité. L'Entrepreneur devra à cet effet proposer à l'approbation du maître d'œuvre un
mois avant le début des travaux d'excavation en souterrain la liste du matériel de soutènement
qui sera en permanence au chantier.

Au cours de l'exécution des travaux, l'Entrepreneur devra soumettre à l'agrément du maître


d'œuvre les types de soutènements et blindages à employer dans chaque cas particulier.
L'accord du maître d'œuvre ne diminuera en rien la responsabilité de l'Entrepreneur.

Les cavités derrières les blindages seront bloquées au fur et à mesure par du béton ou,
exceptionnellement, avec l'accord du maître d'œuvre, par des pierres sèches. L'Entrepreneur
devra disposer, dès le début de la perforation, des moyens lui permettant d'effectuer
rapidement ces remplissages en béton.

L'emploi du bois n'est admis qu'en cas d'urgence. Aucun bois ne devra être abandonné dans le
béton.

L'Entrepreneur sera tenu de faire subir aux soutènements et blindages, chaque fois qu'il
apparaîtra nécessaire, ou sur demande du maître d'œuvre, tous remaniements ou
remplacements utiles pour assurer la sécurité et respecter le gabarit.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 40


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

3.7.7.3 Principe de soutènement des galeries

L'Entrepreneur a le choix du mode de soutènement, utilisant des techniques traditionnelles.

L'Entrepreneur devra faire agréer par le maître d'œuvre tout type de cintres, plaques
métalliques ou planches à enfiler qu'il voudrait employer. Les cintres devront être neufs ou de
réemploi en bon état.

L'Entrepreneur devra approvisionner dès le début du chantier un nombre suffisant de boulons


d'ancrage, de cintres et de plaques de blindage de façon à pouvoir parer sans retard à toute
éventualité. L'Entrepreneur devra à cet effet proposer à l'approbation du maître d'œuvre un
mois avant le début des travaux d'excavation en souterrain la liste du matériel de soutènement
qui sera en permanence au chantier.

Au fur et à mesure de l'avancement des travaux d'excavation et en fonction des résultats des
essais in-situ de mise en œuvre, et des mesures de convergence, l'entreprise doit établir une
note justificative du bien fondé de son choix du mode de soutènement préconisé. Cette note est
soumise au maître d'œuvre pour approbation.

Toutefois l'entreprise reste responsable du choix des soutènements qu'elle met en place. Sa
responsabilité totale est notamment engagée en cas de défaillance de ces soutènements,
entraînant des accidents.

L'Entrepreneur sera tenu de faire subir aux soutènements et blindages, chaque fois qu'il
apparaîtra nécessaire, ou sur demande du maître d'œuvre, tous remaniements ou
remplacements utiles pour assurer la sécurité et respecter le gabarit.
Soutènement et revêtement classique

L’attention de l’entreprise est attirée sur le fait que la présence de la nappe rend la réalisation
des ouvrages sous le niveau de la nappe difficile. Une bonne maîtrise des venues d’eau est
primordiale dans ce cas. Les méthodes de soutènement et revêtement classique doivent être
associées à une méthode d’épuisement, de drainage et de captage de l’eau contrôlée et/ou
d’étanchéisation par injection.

Cette technique nécessite d’y associer des dispositifs pour limiter l’importance de la venue
d’eau ou les infiltrations d’eau, surtout au moment de la pose du soutènement provisoire, de la
mise en place du béton frais et de prévoir les dispositions en cas de venue d’eau accidentelle à
grand débit.

Se référer aux Recommandations de l’AFTES concernant « l’emploi des cintres dans la


construction des ouvrages souterrains », les boulons d’ancrage, les profilés, les plaques
métalliques.
Soutènement provisoire

L’Entrepreneur doit remettre au Maître d’œuvre une note détaillée sur la méthode et procédé
d’exécution du soutènement en phase provisoire et du revêtement en béton armé en phase
définitive (coffrage, armature, vibration, décoffrage, longueur des tronçons, …) avec une
description de ses équipements et matériels, le nombre de carottage d’échantillons pour essais
et contrôle.

L’utilisation du béton projeté est probablement nécessaire compte tenu de la mauvaise qualité
de la roche. Les recommandations de l’AFTES concernant ce béton projeté seront à respecter.

Les principaux soutènements provisoires utilisés sont les suivants :


 Boulons d'ancrage

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 41


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

o à ancrage ponctuel (expansion)


o à ancrage réparti (de type à déformation sous pression hydraulique,
résine).
Ils sont équipés de plaques d'appui. Les produits de scellement éventuels et les
processus de mise en œuvre sont soumis au maître d'œuvre pour accord.
Leur longueur unitaire est voisine de D/2, D étant le diamètre de l'excavation.
Les boulons feront l'objet d'essais destructifs par traction, de façon statistique et à
chaque changement de faciès de rocher.
En terrain courant les boulons sont mis en place à la demande selon la fracturation du
terrain. Ils pourront être systématiques en calotte.
 Béton projeté : l’entreprise peut proposer du béton projeté fibré.
 Grillage de protection
o diamètre du fil : 3 mm
o dimension des mailles : 50 mm
o genre : fils torsadés ou similaires.
Le grillage de protection, destiné essentiellement à assurer la sécurité des personnes,
sera posé chaque fois que cela s'avérera nécessaire. Il est déchargé régulièrement des
matériaux qu'il retient.
 Cintres
o Cintres légers (type TH ou UPN) et lourds (type HEB ou IPN).
o Épaisseur : de 120 mm à 160 mm.
Les profils des cintres et leurs caractéristiques (dimensions, inerties...) adaptés à la
section d'excavation et aux efforts à reprendre sont préalablement soumis à l'accord du
maître d'œuvre.
L'intrados des cintres ne doit pas engager le gabarit d'excavation (ligne A).
L'assemblage des éléments est réalisé par boulonnage des platines soudées d'extrémité
ou par éclissage des âmes.
Les cintres seront ou fermés en radier ou appuyées sur plaques métalliques de
répartition selon les résultats de l’étude d’exécution; ils sont entretoisés et bloqués au
rocher (les vides éventuels derrière les cintres doivent être comblés par du béton,
l'usage du bois est interdit).
En terrain courant des cintres légers pourront être mis en œuvre à la demande.
 Plaques de garnissage en tôle pliée, plaques métalliques assemblées
Les armatures prévues entre les cintres, les piédroits et le radier, sont des armatures à
haute adhérence. Pour améliorer la structure du souterrain, il importe d’utiliser le béton
projeté incorporé de fibres d’acier.
 Les fibres d'acier éventuellement utilisées avec le béton projeté seront d'un type agréé
par le maître d'œuvre. Elles seront obtenues par tréfilage, laminage ou fraisage des
brames. Elles seront d'une qualité mondialement connue.
Les fibres auront une longueur voisine de 30 mm.
Le choix du type de fibres et leur dosage seront déterminés lors des épreuves d'étude.
Un dosage minimal de principe de 60kg/m3 est prévu.
 Treillis soudé

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 42


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Le treillis sera en acier doux de 4 mm de diamètre, selon une maille carrée de 100 mm
ou de 150 mm, selon les indications des plans d'exécution.

Remarque : La mise en place des tirants passifs en phase provisoire ou en phase définitive
doivent respecter le règlement « Recommandations TA 86 » du bureau Sécuritas (conception,
calcul, exécution et contrôle) notamment la durée de vie, l’épaisseur de corrosion par an, le
type de produits de scellement et de protection…

3.7.7.4 Principe de soutènement des puits


Le soutènement provisoire des puits est à adapter en fonction des terrains traversés :
 Terrains meubles ;
 Terrain rocheux plus ou moins fracturés ;
 Ainsi que le niveau de la nappe.
Compte tenu du fait, que la roche est, selon les carottages réalisés, fracturée à très fracturée, et
que dans les zones qui se trouvent dans la nappe des venues d’eau sont à attendre,
l’entreprise doit réaliser des essais au micromoulinet au niveau de chaque puits afin de mieux
connaître les zones avec des apports d’eau importants.
Dans les zones de circulation d’eau, des injections préalables devront être prévues. Des
fissures suintantes seront traitées à l’avancement des terrassements. Un système de drainage
doit être mise en place pour éviter la mise en charge du soutènement provisoire avant la mise
en œuvre de béton projeté avec treillis soudé ou de tout autre type de soutènement.
Le soutènement des puits est prévu en tant que soutènement provisoire, qui est dimensionné
en fonction des sections, profondeurs de chaque puits et des types de terrain traversés par
chaque puits.
La mise en place du soutènement est prévue à l’avancement. Les passes de terrassement sont
à adapter à la stabilité à court termes du sol. Compte tenu de la relativement mauvaise qualité
de la roche qui est attendu d’après la campagne géotechnique, un soutènement assez
conséquent est à attendre, qui pourra ou devra être adapté à la qualité de la roche réellement
mise à jour. Ils sont prévus notamment :
 La mise en place de boulons d’ancrage type Swellex ou équivalent ;
 Le traitement des venues d’eau à l’avancement et la mise en place de drains de
décharges du terrain ;
 La mise en œuvre du béton projeté par voie humide avec un treillis soudé de ferraillage ;
 La mise en place de cintres métalliques.
L’entreprise peut proposer une adaptation de la méthode de réalisation du soutènement tout en
justifiant son choix. La méthode sera soumise au Maître d’Œuvre pour accord. Il est par
exemple envisageable :
 Un soutènement par réalisation d’une paroi en pieux sécant. Le revêtement définitif
pourra alors être dimensionné pour résister à l’eau uniquement, comme la paroi en
pieux sécant constitue en revêtement définitif par rapport à la pression de la terre.
 La réalisation des puits circulaire par havage. Dans ce cas le revêtement provisoire et le
revêtement définitif sont les mêmes.
Soutènements provisoires
Le calcul des ouvrages provisoires de soutènement se fera en considérant la nappe au niveau
haut.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 43


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

La méthode proposée par l’Entreprise prévoit des dispositifs de captage contrôlé et


d’évacuation des eaux, ou prend en compte la pression d’eau dans le dimensionnement du
soutènement provisoire. Le revêtement définitif est dans tous les cas considéré étanche.
Les ouvrages pourront être calculés aux états limites ultimes à condition que le délai
d’utilisation soit assez court (moins de 24 h) :
 Fissuration peu préjudiciable pour les éléments de soutènement en béton projeté
 Etat limite ultime pour les éléments de soutènement métalliques et/ ou bois
Nota : Il est interdit d’incorporer le soutènement provisoire en bois dans la structure
définitive des ouvrages. Tout élément de soutènement provisoire biodégradable doit être
obligatoire retiré.
L’Entrepreneur peut prévoir de prendre en compte son soutènement provisoire en béton en tant
que composant du revêtement définitif. Dans ce cas le soutènement provisoire est exécuté
selon les prescriptions pour les matériaux définitifs.
Soutènement en terrain meuble
Au cours des travaux de fouille à ciel ouvert, l'Entrepreneur devra particulièrement veiller à ce
que le dépôt des déblais, les équipements, la circulation des engins de chantier ainsi que les
vibrations dues aux bétonnières placées à proximité de la fouille et à la circulation publique
voisine (camions, trains, etc...) ne puissent provoquer des éboulements.
Le soutènement des ouvrages qui se trouvent hors nappe peut être réalisé par des
soutènements du type panneaux de planches de bois ou métallique enfilés entre des cintres ou
équivalent que l’entreprise soumettra à approbation par le maître d’œuvre.
Un talutage est possible en fonction de la stabilité du terrain en place et la place disponible.
Le blindage des ouvrages dans le terrain meuble et aquifère doit être étanche et disposer d’une
fiche suffisante pour garantir la stabilité du fond de fouille à tout moment. L’entreprise peut
aussi recourir à des injections préalables dans le terrain environnant.
Le type de blindage sera proposé par l’Entreprise à l’acceptation du Maître d’Œuvre.
Le Maître d’Œuvre pourra éventuellement imposer le type de blindage de fouille à mettre en
œuvre, dans le cas où la mise en œuvre du blindage proposé n’offre pas assez de sécurité.
Soutènement en béton projeté (pour un rocher sain, non fracturé)
Le soutènement provisoire constitué de boulons et de béton projeté peut être considéré quand
la qualité de la roche le permettrait.
L’emploi d’un béton projeté par voie humide est à préférer. Des dispositions doivent être
prévues pour éviter la venue d’eau importante en phase travaux (par exemple, injection
préalable dans le terrain …), un drainage efficace est à mettre en place afin d’éviter la mise
sous pression d’eau du soutènement provisoire.
Avant projection du béton, des boulons d’ancrages seront disposés à intervalles réguliers sur
toute la surface excavée selon un plan à soumettre à l’agrément du Maître d’Œuvre.
Le béton projeté de la première passe aura une épaisseur maximum sur pointes de 8 cm.
Chaque passe sera armée par un treillis soudé, ligaturé solidement aux ancrages :
 Diamètre minimum des aciers : 6 mm.
 Dimensions maxima des mailles : 20 x 20 cm.
L’épaisseur du béton projeté sera suffisante pour permettre de reprendre les efforts liés à la
convergence du terrain avant réalisation du revêtement définitif. Selon l’épaisseur nécessaire,
le béton projeté sera réalisé en plusieurs passes.
Des barbacanes, disposées à intervalles réguliers sur toute la surface excavée, seront mises en
place dans le revêtement en béton projeté pour évacuer les sous pressions qui pourront se

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 44


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

développer dans le terrain suite à la présence de la nappe. Les eaux collectées seront
pompées à l’extérieur des puits via le dispositif de pompage mis en place.
Soutènement en cintres
Pour les terrains de mauvaise à très mauvaise qualité, un soutènement lourd et rigide doit être
prévu. Ce soutènement sera constitué de profils métalliques normalisés cintrés suivant le rayon
du puits. Entre chaque élément métallique, un blindage sous forme de béton projeté devra être
prévu.
L’entrepreneur doit soumettre à l’agreement du Maitre d’œuvre une note de calcul justifiant le
dimensionnement de la taille des cintres et l’espacement entre cintres
Aciers laminés pour étaiement et butonnage
L’entreprise soumettra au visa du Maître d’Œuvre les méthodes et matériaux qu’elle prévoit
pour la réalisation des étaiements et des butons provisoires. Ceci concerne essentiellement les
puits rectangulaires.
Les aciers pour cadres, étais, butons, seront des profilés du commerce, en acier doux
soudable. Leur nuance sera soumise à l'agrément du Maître d’œuvre.
Aménagement des puits en phase provisoire
Chaque puits sera équipé en phase provisoire sous l’entière responsabilité de l’Entrepreneur en
fonction de la méthode de creusement utilisée, et selon les règles de l’art.
Les puits pourront être utilisés pour l’accès du personnel, l’extraction des déblais, la descente
des matériaux et équipements, et le passage des câbles et canalisations nécessaires au
creusement et devront être équipés des dispositifs de protection réglementaire.
Tolérance d’exécution
La tolérance admise sur la verticalité des puits est fixée à 1%.
Si l’Entrepreneur a dépassé la limite de tolérance fixée, il devra proposer des dispositifs de
rattrapage des défauts de verticalité.
Tolérance sur le gabarit des ouvrages
La tolérance sur le gabarit des ouvrages est fixée à 1% en moins.
Toutes les tolérances en plus ne seront pas rémunérées. En outre, il pourra être demandé à
l’entrepreneur de remplir à ses frais de béton les hors profils au-delà de la limite de 1% en plus.
Contrôles et essais du Béton projeté
L’entreprise sera force de proposition en ce qui concerne les essais en laboratoire concernant
les bétons projeté en fonction de leur utilisation. L’approche proposée par le LCPC (Torrenti et
al, 1999, Boulay et al. 1999) est préconisée.
3.7.8 Mesures de convergence / Auscultation

3.7.8.1 Dispositions générales


L'Entrepreneur est responsable de la réalisation des mesures d'auscultation pour veiller à la
stabilité de la galerie proprement dite et à celle des terrains de couverture urbanisés en surface.
Ces mesures et leur interprétation immédiate ont donc une incidence sur la sécurité du chantier
de façon générale.
L'Entrepreneur désignera un ingénieur responsable du classement et de l'interprétation des
mesures d'auscultation, y compris les convergences. Celui-ci préparera un rapport y relatif à
soumettre par l'Entrepreneur lors des réunions hebdomadaires et mensuelles. Le canevas à
utiliser pour l'interprétation et la présentation sera soumis à l'approbation du MOER. L'ingénieur
responsable de l'auscultation devra aviser immédiatement tous les intervenants, notamment le
MO, à l'observation de toute mesure suspecte.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 45


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

3.7.8.2 Mesures de convergence

Pour aider à juger des adaptations à faire, l'Entrepreneur est tenu de faire, à ses frais, selon un
rythme adapté à l'évolution du terrain, des mesures de convergence dans les souterrains, en
principe à l'aide d'un distance-mètre de grande précision (au 1/10ème de mm). Ces mesures
seront faites entre des plots scellés sur les parements (ou des clous spités dans le rocher à
travers le béton projeté). La densité de ces mesures sera fixée en fonction de la nature du
terrain rencontré. Toutefois, ces mesures seront faites dans des sections qui ne seront pas
espacées de plus de 50 mètres, chaque section ne comportant pas moins de 3 points sur la
paroi.
Ces mesures de convergence relative pourront être complétées par des mesures de
convergence absolue réalisées à l'aide d'extensomètres en forage, à la demande du maître
d'œuvre.
L'Entrepreneur est tenu d'approvisionner avant le démarrage des travaux en souterrain, un
appareil (avec accessoires) de mesure de convergence relative, d'un type agréé par le maître
d'œuvre. La non disponibilité de l'appareil, des plots de mesure ou son défaut de
fonctionnement entraînera l'arrêt automatique des travaux de creusement en souterrain.
L'Entrepreneur est chargé de la réalisation des mesures, de leur dépouillement et présentation
sous forme graphique ainsi que de leur interprétation. Les graphiques sont à mettre à jour dans
les heures qui suivent la réalisation des mesures et remis immédiatement au maître d'œuvre,
en attirant son attention sur toute convergence excessive qui aurait été constatée. En fait à la
réalisation de chaque mesure, le technicien qui en a la charge devra avoir le tableau des
mesures antérieures pour comparaison avec la nouvelle mesure et, en cas d'écart significatif (à
définir après le démarrage des travaux) refaire la mesure pour la confirmer et le cas échéant,
alerter les responsables de l'Entrepreneur et du maître d'œuvre.
Le rythme d'exécution des relevés est à adapter en fonction de la durée d'observation et du
comportement de chaque section. En particulier, pour les sections qui auront montré une
parfaite stabilité au cours des premières semaines ayant suivi l'excavation, les mesures
pourront se poursuivre selon un rythme mensuel.

3.7.8.3 Auscultation
L'Entrepreneur est tenu d'inspecter tous les jours le terrain en surface à l'aplomb de la galerie
pour détecter tout élément suspect en rapport avec le creusement de la galerie. Il devra
également disposer des repères de nivellement à l'extérieur à l'aplomb de l'axe de la galerie à
raison d'un repère tous les 100m. Le plan d'implantation y relatif devra être soumis à
l'approbation au MOER.
Les repères seront relevés régulièrement pour les zones où la galerie a été creusée ou en
cours de creusement. Le rythme de relevé sera hebdomadaire et pourra devenir mensuel voire
trimestriel en l'absence de tout mouvement du terrain. Au contraire si des mouvements de
terrain sont décelés, le MOER doit en être avisé immédiatement et le rythme de mesure
accélérée. Les dispositions à prendre seront arrêtées d'un commun accord.
Au passage de zones de faille ou de terrains de mauvaise tenue, l'Entrepreneur installera, à ses
frais et à la demande du MO, un extensomètre en forage depuis la surface jusqu'à la galerie. Le
relevé correspondant et le traitement des mesures sont à la charge de l'Entrepreneur.
Auscultation au niveau des puits
L’entreprise proposera pour l’ensemble des ouvrages souterrains un programme d’auscultation.
Cette auscultation permettra d’adapter les soutènements à mettre en place et influencera
notamment :
 La densité et la longueur du boulonnage ;
 La longueur des passes d’avancement ;

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 46


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 L’épaisseur du béton projeté.


Des mesures de déformation relative sont imposées systématiquement en section courante
tous les 3 à 5 m au moins. Des sections additionnelles seront implantées partout où cela sera
estimé nécessaire.
Les mesures de convergence permettront de juger si le soutènement provisoire doit être
renforcé ou non. La fréquence des mesures doit être adaptée aux conditions locales et à la
durée d'observation.
L'auscultation des puits pendant les travaux est fondamentale, notamment en cas d’une mise
en œuvre différée du revêtement définitif.
La mesure des débits d'exhaure en fond de fouilles fera partie du système d'auscultation. Les
dispositions correspondantes sont de la responsabilité de l'entreprise.
Du fait que les puits sont situés en environnement urbain, un suivi topographique périmétrique
sera réalisé : implantation de repères topographique suivant deux cercles concentriques situés
à 2 m et à 10 m autour des puits.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 47


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE VI INJECTIONS
ARTICLE 4.1 OBJET

Ce chapitre traite des injections qui se révèleront peut-être nécessaires pour combler les vides
entre les cintres et le sol excavé pour la galerie.

Ces injections ne seront mises en œuvre qu’en cas de nécessité (impossibilité de remplir les
hors profils avec du béton non armé classique).

ARTICLE 4.2 DOCUMENTS DE REFERENCE

Les travaux d’injections seront réalisés selon les prescriptions des documents suivants :
 Recommandations AFTES, concernant les « Injections » pour ouvrages souterrains.
 Fascicule 62 Titre V : Règles techniques de conception et de calcul des fondations des
ouvrages de Génie Civil.
 Norme NFP 94-330 / NF EN 12715

ARTICLE 4.3 DOCUMENTS A FOURNIR PAR L’ENTREPRENEUR

L’Entrepreneur remettra son étude d'exécution au maitre d’ouvrage, au moins un mois avant
l'exécution des travaux.

L'étude d'exécution comprendra :


 Une notice technique détaillant :
 Le type de matériel utilisé,
 Le plan des installations de chantier,
 La nature et la composition des coulis préconisés et les résultats des épreuves d’étude,
 Les phases d’injections envisagées.
 Un programme de perforation et d’équipement indiquant pour chaque phase :
 Les numéros des forages et leur ordre d'exécution,
 Leur inclinaison et leur longueur,
 Le type de perforation (rotation, percussion),
 Le fluide de perforation,
 La nature et la composition du coulis de gaine,
 Le type d'outil (taillants, tricône),
 Le diamètre de l'outil et des tiges,
 Le type d'équipement (tubes à manchettes, tubes lisses, …),
 La nature et le diamètre du tube,
 Le type d'obturateur à mettre en place pour l'injection.
 Un programme d’injection indiquant pour chaque phase :
 Les numéros des forages dans un ordre préétabli,
 La phase ou la tranche de traitement,

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 48


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 L’ordre d'injection de passes,


 La nature du coulis (sa composition, son temps de prise, …),
 Les spécifications de fabrication et de mise en œuvre du coulis (température, ordre
d'introduction des constituants, durée de malaxage, …),
 Le type et la longueur (efficace) de l'obturateur.
 Les paramètres de limitation de l’injection :
 Les quantités prédéterminées par passe et par phase,
 La pression maximale d'injection en précisant à quel(s) niveau(x) celle-ci est mesurée,
 La cadence limite d'injection.

Pendant le déroulement des travaux, l’Entrepreneur communiquera au maitre d’ouvrage des


rapports de chantier qui comprendront :
 Un rapport de perforation et d’équipement indiquant :
 Le personnel et l'équipement assignés au poste de travail,
 La référence du forage,
 La direction et l'inclinaison du forage,
 Le diamètre et le type de l'outil,
 La nature du fluide de perforation,
 La profondeur réelle de perforation,
 Le type, la nature et la profondeur des équipements,
 La date de début et de fin des opérations,
 La nature et le volume du coulis de gaine,
 Les observations du foreur (vide, obstacle, résurgence du coulis, …),
 L’enregistrement des paramètres physiques si ceux-ci sont enregistrés,
 Dans le cas de forage de reconnaissance, un lot de forage sera établi de façon à
présenter sous forme synthétique les principales informations décrites ci-dessus et, en
particulier, les valeurs des paramètres physiques enregistrés.
 Un rapport d’injection indiquant :
 Le personnel et l'équipement assignés au poste de travail,
 La référence du forage,
 La date de l'injection,
 Le type de coulis,
 La profondeur des passes d'injection,
 Les volumes de coulis injecté par passes avec pression correspondante et temps
d'injection,
 Les quantités réelles globales par forage,
 Les observations (résurgences, refus, communication de forage à forage, soulèvements,
modifications apportées au programme d'injection, …).

A la fin des travaux, ’Entrepreneur remettra au maitre d’ouvrage un dossier de récolement


comprenant :

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 49


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 Un plan d'implantation des sondages au 1/200e.


 Un dossier récapitulant les données et les informations collectées pendant les travaux et en
particulier :
 La nature et la composition des coulis injectés,
 Les méthodes et les critères d'injections (notice technique réactualisée),
 Un récapitulatif des quantités injectées,
 Le résultat des essais ainsi qu'une conclusion sur les travaux.

ARTICLE 4.4 HYPOTHESES DE CALCUL


Les conditions géologiques et niveau de la nappe sont indiqués dans le rapport géotechnique
fourni à titre indicatif dans le présent appel d’offres. Ceci ne dispense en aucun cas
l’entrepreneur de vérifier leur exactitude ou d’effectuer à sa responsabilité, à sa charge et à ses
frais, toutes études géotechniques ou géologiques ou hydrogéologiques qu’il juge nécessaires
dans le cadre de la validation des études d’exécution, du dimensionnement des ouvrages ou de
l’exécution des travaux du présent marché.

ARTICLE 4.5 DESCRIPTIF

4.5.1 Généralités
Dès l'entrée en souterrain, l'Entrepreneur devra être en mesure de consolider le terrain en tant
que de besoin. A cet effet il devra pouvoir mettre en œuvre du béton de blocage selon un
processus approuvé par le maître d'œuvre.
Les injections sont prévues pour les ouvrages suivants :
 Injections de blocage/remplissage des hors profils pour les ouvrages en galerie,
Le choix de la mise en œuvre des injections dépend :
 Des modes d’excavation envisagés,
 De la méthodologie et de la nature des revêtements mis en œuvre.
La quantité de béton d’injection (collage et blocage) sera calculée sur la base d’une
épaisseur théorique maximale de 10 cm. Tout dépassement de cette quantité n’entrainera
pas de suppléments.

4.5.2 Injections pour les galeries


Deux types d'injection sont également prévus pour les galeries :

Injections de blocage

L'injection de blocage fait partie du revêtement et sa rémunération est comprise dans le prix du
revêtement. Elle est effectuée sous pression modérée au coulis stable par l'intermédiaire de
forages pénétrant d'une dizaine de centimètres dans le rocher encaissant. Là où des plaques
d'enfilages auront été mises en place, le bourrage derrière les plaques est effectué avant la
réalisation du revêtement (cas de revêtement bétonné sur place).
Le mortier est injecté à l’aide d’une pompe à injection permettant d’obtenir une pression stable.
La pression d’injection est au maximum de 0,3 MPa, elle est déterminée par l’Entrepreneur
après essais dans chaque nature de terrain et soumise à l’agrément du Maître d’œuvre.
Les trous, d’un diamètre minimum de 51 mm doivent traverser la totalité de l’épaisseur du
revêtement et des blindages éventuels et pénétrer au minimum de 10 cm dans le terrain.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 50


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

En section courante de la galerie, les trous d’injection sont implantés sur des profils en travers
espacés de 3m à raison d’un forage à la clef de voûte pour les profils impairs et, pour les profils
pairs, deux forages situés à 60° par rapport à la clef de voûte. Cette implantation pourra être
modifiée par le Maître d’œuvre.
Dans les zones comportant des soutènements par cintres, des trous d’injection
supplémentaires sont prévus aux reins de voûte ou légèrement en dessous. Des trous
supplémentaires peuvent être demandés par le Maître d’œuvre afin d’obtenir un remplissage
correct et complet de la totalité des vides.
Dans tous les cas, les injections sont commencées par le bas et terminées par les trous de la
clef de voûte.
Les injections de blocage suivent régulièrement la mise en place du revêtement.
La centrale d’injection sera équipée de manomètres enregistreurs. Les volumes injectés seront
relevés parallèlement à ces enregistrements. L’Entrepreneur remet au Maître d’œuvre, pour
chaque trou injecté, le graphique des pressions et le volume du mortier injecté.

Injections de collage

L'injection de collage ayant pour but d'assurer un bon blocage du revêtement avec le terrain
encaissant pour leur permettre de travailler ensemble (à l'occasion notamment d'une mise en
pression intérieure). Le second objectif est d'assurer l'étanchéité des galeries pour minimiser les
venues d'eau. Ce type d'injection est effectué après achèvement du bourrage, selon les
principes suivants :
Le coulis est injecté à l’aide d’une pompe à injection permettant d’obtenir une pression stable.
La pression d’injection est au minimum de 1 MPa, elle est déterminée par l’Entrepreneur après
essais dans chaque nature de terrain et soumise à l’agrément du Maître d’œuvre.
Les trous, d’un diamètre minimum de 51 mm, doivent traverser la totalité de l’épaisseur du
revêtement et des blindages éventuels et pénétrer au minimum de 50 cm dans le terrain.
Les trous d’injection seront implantés sur des profils en travers comme les trous des injections
de blocage.
La centrale d’injection sera équipée de manomètres enregistreurs. Les volumes injectés seront
relevés parallèlement à ces enregistrements. L’Entrepreneur remet au Maître d’œuvre, pour
chaque trou injecté, le graphique des pressions et le volume du mortier injecté.

4.5.3 Injections pour les puits


Dans le cas d’utilisation de revêtement préfabriqué pour les puits, des injections de blocage et
de collage seront mises en œuvre. L’entrepreneur proposera au visa du Maître d’Œuvre les
méthodologies d’exécution, qui reprendront les mêmes principes que ceux édictés ci-avant.
Toutefois, pour les injections de blocage, au moins quatre trous d’injection par section seront
mis en œuvre et des rotations de 45° entre sections seront prévues.

4.5.4 Injections de traitement

Traitement du sol avant creusement

Le traitement de sol par injections avant creusement n’est pas systématique. Il sera réservé à
quelques zones particulières, et soumis à une autorisation écrite préalable du Maître d’Œuvre
sur présentation d’une note technique établie par l’Entrepreneur.
Les perforations seront exécutées à l'aide de sondeuses rotatives ou rotopercutive en Ø 86 mm
minimum avec ou sans tubage.
Un soin particulier sera accordé à l'implantation et à la foration de façon à bien recouper la zone
à traiter ou à reconnaître telle que définie sur les plans.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 51


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

L’Entrepreneur présentera en conséquence les dispositions particulières envisagées pour


contrôler la déviation des forages si besoin est.
Le fluide de perforation devra avoir une densité suffisante pour maintenir les parois du forage ;
sa composition devra être soumise à l'agrément du Maître d’Œuvre. Il devra assurer le
remplissage des karsts traversés.
Les forages seront équipés de tubes à manchettes dans la zone à traiter et de tubes lisses
P.V.C. ailleurs. Les tubes seront scellés au coulis et obturés par remplissage après la
réalisation des injections.
Les forages non équipés seront remplis sur toute la longueur avec un coulis de ciment.
Les forages pourront être exécutés avec enregistrement de paramètres; les paramètres
enregistrés couramment sont les suivants :
 vitesse d'avancement,
 poussée retenue sur l'outil,
 pression du fluide de perforation,
 couple de rotation.

Injections en cours de creusement

Le traitement de sol par injections lors du creusement n’est pas systématique. Il sera réservé au
traitement de cavités, de fissures et d’arrivées d’eau, notamment lors du creusement des puits.
Pour ces traitements localisés (colmatage de fissures ou de venues d’eau), l’entrepreneur
pourra procéder à des forages de plus petit diamètre, notamment s’il compte utiliser des résines
aquaréactives.

ARTICLE 4.6 PROVENANCE ET QUALITE DES MATERIAUX

4.6.1 Composition du coulis d’injection


L’entrepreneur soumettra à l’approbation du maitre d’ouvrage la composition du coulis qu’il
compte utiliser, en fonction de la nature des sols et de la destination du coulis.
Le mortier utilisé pour les injections de blocage sera constitué de ciment, de sable et d’eau,
éventuellement de bentonite. L’Entrepreneur pourra proposer l’addition éventuelle de fines ou
un autre type de coulis.
Le ciment utilisé pour le coulis de blocage sera de même nature que celui utilisé pour le béton
de revêtement.
L’entrepreneur pourra également proposer l’emploi de produits spéciaux (résines aquaréactives
notamment) pour des calfeutrements de fissures dans la roche et/ou de venues d’eau.
En plus des coulis standard définis ci-dessous, le Maître d'œuvre pourra imposer l’utilisation de
coulis moins fluides ou moins pénétrants, notamment dans les tranches faisant l’objet
d’absorptions élevées.

Ciments
Les ciments peuvent être soit des ciments fabriqués au Maroc, soit des ciments d'importation ;
dans tous les cas, les caractéristiques du ciment utilisé devront être définies par des Normes
Marocaines ou conformes aux recommandations des normes Européennes (NF EN 206-1) les
caractéristiques étant alors contrôlées suivant les méthodes d’essais de la normalisation
Marocaine.
Tout ciment humide, présentant des nodules ou ayant été altéré sera systématiquement et
immédiatement rejeté.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 52


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Si le ciment fourni fait l'objet d'un procès-verbal de rebut, l’Entrepreneur devra débarrasser le
chantier de ce ciment sans délai, faute de quoi le Maître d’Ouvrage en assurera la mise aux
décharges publiques aux frais de l’Entrepreneur.
Les ciments utilisés seront du CPJ 45. Les ciments seront admis à la norme NM 10.1.004.
La courbe granulométrique des produits, en particulier celle des ciments ultra-fins, sera fournie
dans le cadre des études d’exécution.

Sables
Les granulats seront conformes aux normes Marocaines NM 10.01.002 (NF 18-301 et/ou NF
EN 12-620).
Les sables pour injections de remplissage ou de collage seront de la catégorie 0,08-2,5mm. Ils
ne devront pas contenir plus de 5% d ‘éléments inférieurs à 0,08mm.
La teneur en silice devra être supérieure à 75%

Cendres volantes
L’emploi de cendres volantes se fera conformément aux normes NF EN 206-1 et EN 450
Les cendres volantes pouvant être utilisées proviendront de centrales thermiques locales. Elles
seront tamisées au tamis de 0,045mm. Elles ne devront laisser qu’un refus de 10% de leurs
poids.
La teneur en alcalin des cendres sera fournie au maitre d’ouvrage.
La perte au feu sera inférieure à 5%.
La teneur en silice devra être supérieure à 75%

Eau de gâchage
L’eau de gâchage sera conforme à la norme NM 10.1.008 (NF P 18-303 et / ou NF EN 1008).
Pour les injections de ciment pur, elle ne contiendra pas plus de deux pour mille de matière
colloïdale en suspension et aucun élément de dimensions supérieures aux grains de ciment.
La température de l'eau employée pour la préparation de coulis d'injection ne devra pas
dépasser 25° C, ni être inférieure à 5° C.
Pour les injections de coulis sable, bentonite-ciment, l'eau pourra contenir jusqu'à deux pour
mille de matière colloïdale en suspension à condition d'en tenir compte dans le dosage de
coulis.
Par ailleurs, l'eau ne devra contenir aucun élément de dimension supérieure à 0.80 mm. Elle ne
devra enfin contenir aucun ion nuisible à la mise en suspension de la bentonite. On vérifiera
que les compositions rhéologiques (viscosité, rigidité, décantation) établies les unes avec l'eau
du chantier, les autres avec de l'eau distillée, ne différent pas de plus de 10%.

Afin de contrôler la qualité de l’eau de gâchage, l’entrepreneur fournira une analyse de


l’eau utilisée pour ces travaux avant le démarrage du chantier.

Argile - bentonite
L'argile utilisée présentera une limite de liquidité supérieure à 100 %. On pourra utiliser de la
bentonite dont la limite de liquidité sera supérieure à 300 %.
L’Entrepreneur devra fournir la courbe granulométrique du matériau employé.
Dans les cas difficiles, on pourra utiliser des adjuvants mélangés à l'argile ou à la bentonite.
Toute livraison d'adjuvants sur le chantier donnera lieu à la présentation d'un certificat d'origine
indiquant la date limite au-delà de laquelle ces produits devront être mis au rebut.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 53


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Silicate de soude
Le silicate employé sera du silicate commercial.
L’entrepreneur proposera à l’approbation du maitre d’ouvrage la composition et les propriétés
du produit qu’il compte utiliser.

Produits spéciaux
Des produits n'entrant pas dans les catégories listées ci-dessus (résines, microciment, …)
pourront être utilisés, mais devront impérativement être soumis à l'approbation du maitre
d’ouvrage.
En particulier, le traitement des venues d’eau lors des terrassements des puits ou des galeries,
pourra être réalisé au moyen de produits de type résines polyuréthane aquaréactive, coulis ou
mortier à base de ciments prompts, etc…
L’entrepreneur proposera à l’approbation du maitre d’ouvrage la composition et les propriétés
du produit qu’il compte utiliser.

4.6.2 Nettoyage du revêtement


Après chaque injection, le parement du revêtement est soigneusement nettoyé afin d’éviter que
les bavures du mortier ne fassent prise sur le parement.
Dans le cas où l’enlèvement des déchets nécessite un repiquage endommageant la surface du
parement, l’Entrepreneur effectue à ses frais et conformément aux instructions du maitre
d’ouvrage, les réparations nécessaires.

4.6.3 Equipements d’injections


L'installation devra comporter tout l'équipement nécessaire à la bonne exécution des travaux et
au suivi en continu des injections. Les centrales d'injection seront équipées de façon à
permettre un enregistrement automatique de tous les paramètres d'injection (pression, débit,
volume par passe, temps, volume cumulé, …) et leur saisie informatique.
Des manomètres graphiques seront placés systématiquement en tête des lances d'injection
pour enregistrer les fluctuations de pression en cours d'injection, pour évaluer les pertes de
charge depuis la centrale d'injection et au besoin corriger la pression.
L’Entrepreneur établira, au vu des données enregistrées, les graphiques, pressions et quantité
par manchettes en cours de travaux.

4.6.4 Dosage et malaxage


Les doseurs volumétriques pour les liquides (adjuvant notamment) et pondéraux pour les
matières sèches et éventuellement l'eau devra permettre de réaliser les mélanges prévus avec
une précision inférieure à 2% sauf pour l'adjuvant qui doit être de 1%. Ils seront pilotés par un
automate d’un type agréé.
Les malaxeurs seront du genre "colloïdaux" type à haute turbulence ou similaire. Leur vitesse
de rotation devra être telle que se produise une mise en suspension dite "colloïdale" des
produits (environ 1.200 à 1.500 tours par minute). La vitesse de rotation du malaxeur à haute
turbulence doit être vérifiée en début des travaux et régulièrement au cours des travaux par un
organisme agréé.
Le temps de malaxage de chaque gâchée sera au moins de deux minutes. Le mélange sera
envoyé dans une cuve de reprise agitée mécaniquement en permanence d'où partira
l'aspiration de la pompe d'injection.
Le volume de coulis préparé à l'avance sera toujours maintenu au minimum afin de pouvoir
passer rapidement au coulis sans adjuvant ou au mortier et d'éviter des pertes trop importantes

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 54


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

au moment ou la pression prescrite est atteinte. Toutes les pertes de coulis sont à la charge de
l'Entrepreneur.

Tout coulis restant plus d'une heure et demie et tout mortier restant plus d'une heure dans la
cuve de reprise sera rejeté.

4.6.5 Pompes d'injection


Les pompes d'injection devront permettre de régler la pression et le débit avec précision et
souplesse, de zéro à un maximum de 40 bars (mesurée en tête de forage). Le débit de
refoulement devra être aussi régulier que possible.
L'injection par application directe de la pression d'air comprimé n'est pas autorisée.
Le débit des pompes d'injection doit pouvoir varier d'un minimum de 5 l/mn à un maximum de
100 l/mn, tout en garantissant une pression suffisante pour satisfaire aux prescriptions du
présent CPS. Le Maître d'œuvre pourra imposer le débit d'injection qui lui semble le mieux
adapté aux circonstances de chaque tranche sans que cela ne soulève de réclamation de la
part de l'Entrepreneur.
Les pompes devront permettre de pomper les coulis de ciment et les mortiers fortement
chargés de sable fin et grossier (rapport sable sur ciment en poids S/C de 1 à 2.5).
Pour le remplissage des gros vides, l'Entrepreneur doit pouvoir injecter du petit béton défini par
un diamètre maximum des agrégats de 16 mm.
Les pompes seront obligatoirement munies de soupapes de sécurité pouvant être tarées à la
pression voulue.

4.6.6 Manomètres
Afin de conserver une précision de lecture suffisante, l'amplitude totale de l'échelle des
graduations des manomètres et manomètres enregistreurs utilisés n'excédera pas deux fois la
pression maximum autorisée pour l'injection effectuée.
Un manomètre comparateur sera en tout temps à disposition pour le contrôle sur place des
manomètres opérationnels.
Les manomètres fournis doivent être obligatoirement conformes à la norme EN 837-3.

ARTICLE 4.7 CONTROLES ET ESSAIS


Les essais ou contrôles seront assurés par l’Entrepreneur à ses frais, avec le concours de
laboratoires agrées spécialisés dans la mécanique des sols et le contrôle des coulis.
Indépendamment et dans le cadre de contrôle extérieur, un laboratoire désigné par le Maître
d'Ouvrage pourra effectuer à la diligence du maître d’oeuvre tous les contrôles d'exécution qui
seront jugés utiles. Ces contrôles sont à la charge du Maître d'Ouvrage dans le cas où les
résultats seront conformes aux spécifications requises, dans le cas contraire les frais engagés
pour ces contrôles supplémentaires seront imputés à l’Entrepreneur.
L'étude des différents coulis à utiliser inclura les essais suivants, suivant les différents types de
coulis :

Tableau 1: Essais sur coulis

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 55


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Ressuage : décantation mesurée comme le rapport entre le volume d'eau apparaissant au-
dessus du coulis et le volume total, dans un tube de 6 cm de diamètre d'une capacité de 1 litre,
après 24, 40, 60, 80, 100 et 120 minutes et après la prise,
Les temps de prise seront définis pour tous les types de coulis. En fonction de l'application
d'injection et du type de coulis, différents essais sont faits pour caractériser cette propriété :
 inclinaison ou retournement d'un cylindre d'essai et mesure du temps nécessaire
pour que le coulis ne se comporte plus comme un liquide ;
 secousse légère d'un récipient d'essai, afin de constater si le coulis ou le gel
déborde ;
 réalisation d'un essai de pénétration à échelle réduite, avec, par exemple, une aiguille
de Vicat.
En fonction du coulis et de son application, l’entrepreneur proposera au visa du maitre
d’ouvrage les appareils à utiliser et les valeurs à obtenir.
 Viscosité au cône MARSH,
 La masse volumique densité,
 L’ouvrabilité : au cône d’Abraham pour les mortiers
 La résistance à la compression après 28 jours sera définie pour tous les types de coulis.
Les résultats des essais pour chaque type de coulis utilisés seront transmis au maitre d’ouvrage
avant le début des injections. Les compositions de principe proposées ci-après pour chaque
coulis seront ajustées sur le chantier de façon à obtenir le meilleur résultat possible.
4.7.1 Surveillance topographique
Dans le cas des injections de sol, une surveillance topographique sera assurée par
l’Entrepreneur à sa charge, au niveau et à proximité des zones injectées et, en particulier, sur
les points sensibles (habitations, conduites…). La fréquence et le mode d’exécution des
mesures seront arrêtés en accord avec le maitre d’ouvrage.
4.7.2 Verticalité des forages

Dans le cas des injections de traitement, pour des implantations très délicates ou pour des
forages de profondeur supérieure à 15 m, le maitre d’ouvrage pourra demander un contrôle de
la position des forages par inclinomètre ou par toute autre méthode jugée acceptable par le
maitre d’ouvrage.

La tolérance de verticalité est de 1 %.


4.7.3 Contrôle du coulis d'injection
Coulis à base de ciment
L’entreprise effectuera, avec une fréquence à soumettre au maitre d’ouvrage, des contrôles de
dosage par mesure de densité et détermination des caractéristiques rhéologiques (viscosité,
rigidité, temps de prise, décantation) et mécaniques (essais de compression simple).
Gel de silicate
L’entreprise effectuera avec une fréquence à soumettre au maitre d’ouvrage des contrôles de
composition (densité, viscosité, mesure de temps de prise, etc… ) ainsi que des essais de
résistance mécanique en conformité avec les dernières recommandations du groupe "Injection"
de l'AFTES.
Autres types de coulis ou produits
Les fréquences et les types de contrôles seront à soumettre à l'approbation du maitre
d’ouvrage.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 56


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

4.7.4 Contrôle de la qualité de l'injection


Tous les contrôles des injections seront effectués par l’Entrepreneur et soumis à l'agrément
du maitre d’ouvrage.
La qualité des injections devra généralement remplir deux conditions :
 Obtenir une perméabilité réduite permettant d’atteindre une valeur de 0,5l /m²/j de tolérance
sur la surface des revêtements finis
 Assurer une consolidation suffisante du terrain en fonction des travaux à exécuter afin
d'éviter entre autres les mouvements de terrain.
Il existe plusieurs types de contrôle possibles en fonction des terrains ou de la qualité
recherchée (essais d'eau, carottage, pressiomètres, passes supplémentaires…).
L’Entrepreneur soumettra pour accord du maitre d’ouvrage un type de contrôle adapté.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 57


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE V BETONS – COFFRAGE -


ARMATURES
ARTICLE 5.1 OBJET
Ce présent chapitre traite des bétons, coffrage et armatures de l’ensemble des ouvrages béton
armé décrits dans le DCE.

ARTICLE 5.2 DESCRIPTIF


Les dimensions des galeries définitives : voir plans.

La galerie est caractérisée par :


 Forme de la section : fer à cheval, radier, murs verticaux et toit en voûte,
 Largeur de la galerie : Voir les plans.

ARTICLE 5.3 DOCUMENTS DE REFERENCE


Les dispositions techniques applicables au présent marché sont fixées par les Cahiers des
Clauses Techniques Générales (C.C.T.G.) et Cahiers des Prescriptions Communes (C.P.C.)
applicables aux marchés de travaux publics.
Parmi l'ensemble des fascicules ou Documents Techniques Unifiés (D.T.U.) relevant des
C.C.T.G. ou C.P.C., une attention particulière sera portée aux documents suivants :
 Règles RPS 2000 règles parasismiques appliquées au Maroc ;
 Fascicule n°62 - titre Ier - section I dits règles <<BAEL 91 révisé en 99>> Règles
techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé,
suivant la méthode des états limites ;
 Fascicule n°63 : Exécution et mise en œuvre des bétons non-armés et confection des
mortiers ;
 Fascicule n°65 : Exécution des ouvrages de Génie Civil en béton ;
 Règles FB (NFP 92 Ŕ701) : méthode de prévision par le calcul du comportement au feu
des structures en béton ;
 D.T.U 14-1 : Travaux de cuvelage ;
 D.T.U.21 : Exécution des travaux en béton ;
 NM 10.108 : Béton ;
 NM 10.1.004 : Liants hydrauliques ;
 NM 10.1.005 : Liants hydrauliques Ŕ techniques des essais ;
 NF EN 206-1 : Béton ;
 NFP 18-011 : Classement des environnements agressifs ;
 NFP 18-305 : Bétons - Béton prêt à l'emploi ;
 NFP 18-325 / NF EN 206-1 : Béton - Partie 1 : Spécification, performances, production
et conformité.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 58


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

ARTICLE 5.4 DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR


L'Entrepreneur remettra le dossier d'exécution (notes de calcul, plans de coffrage et plans de
ferraillage) au maitre d’ouvrage ou au maitre d’œuvre, au moins trente (30) jours avant
l'exécution des travaux.

5.4.1 Plan de Management de la Qualité


La partie du P.A.Q. consacrée aux bétons comportera :
 les dossiers d’étude des bétons, des coffrages et des armatures
 le programme de bétonnage
 les modalités du contrôle interne portant sur la fabrication et la mise en œuvre.

5.4.1.1 Dossier d’étude des bétons


Composition du dossier :
Conformément à l’article 75.1 du fascicule 65A, le dossier d’étude des bétons comportera :
 la description des moyens de fabrication ; l’utilisation d’une centrale à béton prêt à l’emploi
inscrite sur la liste d’aptitude dispense de cette description,
 la formule nominale des bétons qui précisera :
 la nature, la qualité et la provenance des divers constituants par référence aux normes en
vigueur,
 le dosage de chaque constituant en masse par mètre cube de béton vibré éventuellement
justifié dans les conditions précisées ci-dessous.
Justification de la composition des bétons :
Préalablement à l’exécution des travaux, l’entrepreneur soumettra à l’acceptation du maitre
d’ouvrage la composition des bétons qu’il compte utiliser, ainsi que la quantité d’eau de
gâchage prévue pour la fabrication de ces bétons.
La composition granulométrique sera étudiée et contrôlée pour donner au béton le maximum de
compacité et de résistance compatible avec une bonne maniabilité, compte tenu des
dispositions de l’ouvrage et des moyens de mise en place et de serrage utilisés.
Si le béton a été antérieurement fabriqué et mis en œuvre dans des conditions à peu près
équivalentes à celles du marché, l'Entrepreneur soumettra au maitre d’ouvrage les résultats
d’essais de consistance et de compression à 28 jours obtenus pendant une durée d’au moins 6
mois.

5.4.1.1 Dossier d’étude des coffrages


Conformément à l’article 55 du fascicule 65A, le dossier d’étude des coffrages indiquera :
 la nature, la qualité et la provenance des parois de coffrage pour chaque classe de
parement,
 la nature des dispositifs intérieurs au béton utilisés pour la fixation des coffrages,
 le plan de réemploi des coffrages.

5.4.1.2 Dossier d’étude des armatures


Conformément à l’article 65 du fascicule 65A, le dossier d’étude des armatures indiquera :
 les catégories, nuances et provenances des armatures,
 le choix du façonnier dans le cas où un pré façonnage serait exécuté par intermédiaire,

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 59


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 le processus de soudage.

5.4.1.3 Programme de bétonnage


Conformément à l’article 8.2.2 du fascicule 65, le programme de bétonnage précisera :
 le matériel employé pour la manutention et la mise en place,
 l’ordre de réalisation du bétonnage,
 les phases de bétonnage,
 la position du béton mis en place (date de coulage, quantité et formule),
 les conditions de recouvrement des couches successives,
 la nature des coffrages d’arrêt,
 le matériel nécessaire pour la mise en œuvre,
 les moyens utilisés pour assurer le serrage du béton,
 les moyens d'approvisionnement, y compris les moyens mis en réserve,
 l'effectif en personnel en précisant sa qualification professionnelle,
 les secours électriques éventuels,
 les dispositions prévues en cas d'arrêt d'approvisionnement du béton.
 la position et le mode de traitement des reprises (l’Entrepreneur proposera des procédures
de reprise aux joints de coulage),
 les moyens et l’exécution de la cure,
 les conditions relatives au respect des qualités spécifiées de parements.

5.4.1.4 Bétonnage par temps chaud


Conformément à l’article 8.5.4 du fascicule 65, l’Entrepreneur devra définir les dispositions en
outre, qu’il prévoit pour le bétonnage par temps chaud. Il sera considéré que les prix de béton
comprennent, par défaut, toutes les dispositions nécessaires au bétonnage par temps chaud.
L'Entrepreneur établit des procédures qu'il soumet au maitre d’ouvrage après avoir effectué, si
nécessaire, des essais de convenance.
Ces procédures comprendront les dispositions prises pour :
 Le transport des bétons
 Le coulage du béton
 La cure du béton

5.4.1.5 Modalités du contrôle interne


Le P.A.Q. précisera les modalités de contrôle interne.
Seront décrites notamment :
 Les modalités du contrôle interne des bétons selon l’article 8.3.2 du fascicule 65 ;
 Les modalités du contrôle interne des coffrages selon l’article 5.8.4 du fascicule 65 ;
 Les modalités du contrôle interne des armatures selon l’article 6.6.2 du fascicule 65.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 60


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

5.4.2 Etude d’exécution


Les études concernant les ouvrages à réaliser seront faites par l'Entrepreneur qui devra établir
et fournir au maitre d’ouvrage, au moins trente (30) jours avant l'exécution des travaux tous les
documents nécessaires à l'exécution, à savoir notamment :
 les notes de calcul ;
 la note de méthodologie concernant l'exécution de chaque élément d'ouvrage ;
 les plans d'exécution des ouvrages (plans de coffrage et ferraillage) ; les plans de coffrage
seront établis sur la base des plans guide fournis dans le présent dossier de consultation.

5.4.2.1 Notes de calcul


Les notes de calculs devront justifier la résistance, la déformation et la stabilité de l'ensemble
des éléments de structure, faisant apparaître les hypothèses adoptées, tant en phase provisoire
qu'en phase finale et tenant compte des modes d'exécution.
La note de calcul doit justifier le dosage et la formulation du béton.
Les plans d'exécution (coffrage et ferraillage) ne pourront être vérifiés qu'après la réception des
notes de calcul correspondantes.

5.4.2.2 Plans de coffrage


Les plans de coffrage devront préciser en complément et/ou conformément à l'article 4.2.1 du
fascicule 65 du C.C.T.G :
 les tolérances d'exécution de parties coulées sur chantier,
 le niveau de qualité des parements,
 dans le cas d'éléments préfabriqués leurs assemblages et les dispositions adoptées pour
leur mise en place,
 les tolérances concernant la mise en place des éléments préfabriqués.
L'Entrepreneur indiquera sur ses plans les différentes phases de coulage des bétons et les
caractéristiques des matériaux mis en œuvre.

5.4.2.3 Plans de ferraillage


Les plans de ferraillage devront préciser en complément et/ou conformément à l’article 4.2.1.2
du fascicule 65 du C.C.T.G. :
 le recouvrement des armatures,
 les armatures laissées en attente au droit des reprises de bétonnage,
 les dispositions envisagées en cas d'arrêt inopiné de bétonnage dans les différentes parties
des ouvrages.
Tous les plans de ferraillage devront obligatoirement comporter en annexe une nomenclature et
un avant-métré des aciers, cet avant-métré détaillant :
 par diamètre nominal, les longueurs et les poids des aciers en tenant compte des
recouvrements et des crochets prévus aux dessins,
 le poids total des aciers.
Les plans de ferraillage porteront l’indication de la résistance à la compression du béton à 28j et
de l’enrobage des aciers.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 61


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

5.4.2.4 Liste des plans


L'entrepreneur établira, mettra à jour et diffusera une "liste des plans" constituant le dossier
d'exécution qui sera régulièrement tenue à jour, et sur laquelle seront indiqués :
 le nom du bureau d'études (bureau d'études de l'entrepreneur - bureau d'études sous-
traitant),
 le nom de la personne de ce bureau d'études, responsable de l'étude.
 Pour chaque plan :
 le numéro,
 le titre complet,
 la date d'établissement,
 le ou les indices des modifications, avec les dates correspondantes,
 la date du visa définitif (bon pour exécution).
Ces mêmes indications devront être reproduites sur chaque plan avec en complément
l'indication succincte de la nature des modifications apportées à chaque indice.

ARTICLE 5.5 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES


L'ensemble des ouvrages et parties d'ouvrage respectera les prescriptions et dispositions
suivantes :
1. Le diamètre des armatures ne sera pas inférieur à 6 mm.
2. Des armatures de couture en attente doivent être prévues sur les périmètres des trous
de réservations pour passage de conduites. Ces armatures devront être de petits
diamètres (Ø 6 ou Ø 8 mm) en acier doux nuance Fe E22 ou Fe E24.
3. Des renforcements locaux constitués d'armatures inclinées à 45º dans les parois au
droit des ouvertures sont obligatoires, même si ces ouvertures sont obstruées
ultérieurement après la pose de conduites, la section minimale d'armature sera de un
centimètre carré et demi (1,5 cm²) pour chaque angle et pour chaque face, c'est-à-dire
une section totale minimale de six centimètres carrés (6 cm²) pour une face.
4. Cales d'enrobage : article du 6.2.1.4 fascicule n°65 :
Les espacements maximaux des cales sont les suivants :
 0,60 m pour les armatures de diamètre inférieur ou égal à douze (12)
millimètres dans le cas des dalles et des voiles, pour les
armatures de diamètre inférieur ou égal à quatorze (14)
millimètres dans le cas des poteaux
 0,90 m dans les autres cas.
Les cales des armatures seront en béton de même couleur que la dalle, voile ou poteau.
De plus, même si les conditions de calcul ne l'imposent pas, la section des armatures
disposées dans le sens où elles ont la plus faible section sera au moins égale au tiers de la
section des armatures requise dans l'autre sens.
5. Calage des coffrages :
Si l'Entrepreneur décide de réaliser un relevé sur radier destiné à caler les coffrages des voiles,
celui-ci devra :
 être réalisé en béton,
 présenter une épaisseur minimale de 10 cm.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 62


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

6. L'Entrepreneur doit fournir dans sa note de calcul toutes les valeurs des déformations
(flèches) de différents éléments de structures en phase provisoire et définitive. Les plans
ne pourront être vérifiés qu'après la réception des notes de calcul.
7. L'enrobage minimal des armatures est de cinq (5) cm pour l'ensemble des ouvrages en
béton armé.
8. Une épaisseur sacrificielle de 3cm de béton sera prévue sur le radier de l’ouvrage, pour
tenir compte des effets d’abrasion.
9. Le radier des ouvrages doit être armé sur deux nappes.

ARTICLE 5.6 HYPOTHESES DE CALCUL


Les calculs de béton armé seront menés selon les règles techniques de conception et de calcul
des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites, règles BAEL
91 révisées 99.

5.6.1 Stabilité de non-flottaison


Le calcul de la stabilité à la non flottaison des ouvrages sera réalisé avec un coefficient de
sécurité de 0,90 sur toutes les charges permanentes favorables (poids propre de la structure).
Le frottement entre la terre ou la roche et les parois de l’ouvrage peut éventuellement être
considéré, si le mode d’exécution permet sa considération. Le frottement sera pris en compte
sur la hauteur à partir du point zéro de l’effort tranchant (qui est égale au moment maximal).
Le niveau de nappe « Plus Hautes Eaux » correspond au niveau d’eau le plus critique relevé
par le piézomètre augmenté de 2 m par sécurité. Compte tenu du caractère exceptionnel de ce
niveau d’eau, le coefficient de sécurité sur la sous-pression de la nappe est égal à 1.
Le calcul sera aussi mené avec une nappe normale haute (EH), le coefficient de sécurité sur la
sous-pression de la nappe à prendre en compte est alors de 1,2.
Il sera tenu compte pour le calcul à la non flottaison :
 Du poids propre des ouvrages en considérant les densités sèches suivantes :
 Béton armé : poids volumique de 25kN/m3 ;
 Béton de forme ou de remplissage : poids volumique de 23 kN/m3.
 Du frottement éventuellement mobilisable entre les parois des puits et le terrain ;
 Des ancrages éventuellement mis en œuvre si nécessaires.

5.6.2 Température

La température ambiante extérieure varie entre - 2ºC et 50ºC.

La température de l'eau varie entre 10°C et 25ºC.

On tiendra compte d’un gradient thermique de 20°C entre les faces intérieures et extérieures du
béton.

5.6.3 Tassement différentiel

La fondation des ouvrages doit reposer sur le bon sol, ou le tassement différentiel est a priori
faible. Néanmoins, il sera pris en compte dans les notes de calcul produites.

5.6.4 Conditions de fissuration


 Le fascicule nº74 a la priorité sur les règles du fascicule nº62 dites règles "BAEL 91".
 Le cas de fissuration à considérer est celui de la "fissuration très préjudiciable".

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 63


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

5.6.5 Contrainte admissible béton armé


Les contraintes admissibles du béton sont les suivantes :
 ELS (combinaisons quasi permanentes) :
bc admissible (flexion) = 0,6 x fc28
 ELU :
bc (flexion) = 0,85 x fc28/ 1.5.

5.6.6 Calculs sismiques


Document de référence : Règlement de construction Parasismique 2000.
Les ouvrages sont situés en zone sismique 2 (Accélération = 0,08 g).
L’ouvrage est de classe II qui groupe les constructions d'usage courant (ne devant pas rester
fonctionnelles lors d’un séisme), avec un coefficient de priorité de 1 (contre 1,30 pour la classe
I).
L'absence de toute superstructure émergeant nettement du sol rend l'ouvrage pratiquement
insensible aux séismes. Néanmoins, la résistance des structures face à un séisme sera justifiée
par notes de calculs.

5.6.7 Charges et surcharges à prendre en compte


Les charges à prendre en compte dans les calculs sont indiquées dans le tableau suivant.
Tableau 2 : Charges à prendre en compte

Désignation Charges
Poids volumique du béton armé 25 KN/m3
Charges roulantes (sur l’ensemble de Surcharges type BC ou 1t/m²
l’emprise des ouvrages et sous-
chaussée)
Nappe

 Surcharge sur les paliers de chute


Cette surcharge sera prise en compte pour chaque palier situé dans les puits de chute.
Elle sera calculée en tenant compte de la masse d’eau maximale pouvant s’accumuler entre
deux paliers se surplombant.
L’épaisseur définitive des paliers doit être justifiée par une note de calcul.
L’épaisseur minimale des paliers sera de 30 cm.
Chaque palier sera armé sur 2 nappes avec un écartement des aciers inférieur à 17 cm. La
section minimale des aciers dans chaque sens sera de 3 cm2 par mètre linéaire. Cette
disposition constructive est valable également pour les parois de chute.
A ces hypothèses de charges, on ajoutera les hypothèses suivantes :
- Charges d’exploitation sur escalier : 250 kg/m² et / ou 150 kg par marche.
- Charges d’exploitation sur paliers intermédiaires : 500 kg/m²
- Charges d’exploitation du caillebotis, passerelles métalliques, etc… : 250 kg/m²
En sus de ces charges d’exploitation répartie, il sera tenu compte pour les passerelles, et palier
de repos d’une charge concentrée correspondant au poids de deux personnes (2 x 75 kg) et de
l’équipement le plus lourd disposé dans le local d’un poids de 200 kg au minimum répartie sur
1m.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 64


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Remarques : La résistance et la stabilité des ouvrages projetés doivent tenir compte également
des risques d’interférence des charges et des surcharges des fondations des ouvrages
avoisinant.

Nota : sur les méthodes de calcul du souterrain :

1. Pour la méthode de calculs dite « aux réactions hyperstatiques », le coefficient de la


poussée du terrain au repos est limité à (0,90 Ŕ sin φ).

2. Pour la méthode dite « Convergence-Confinement », il convient de donner une valeur


approximative de la convergence maximale acceptable, la vitesse et la distance du front
de taille ainsi que le taux de déconfinement λ.

L’épaisseur de revêtement de l’ensemble des ouvrages qui sera définie sur les plans
d’exécution doit être interprétée comme une épaisseur minimale.

ARTICLE 5.7 PROVENANCE ET QUALITE DES MATERIAUX

5.7.1 Classes d’exposition

Tous les bétons en contact avec les effluents seront de la classe d’exposition XA2.

Pour les ouvrages en émergences, les classes d’exposition à prendre en compte sont les
classes XC4, XS3.

L’entrepreneur fera une analyse de l’eau de la nappe et des sols en place pour valider la classe
d’agressivité des terres. Elle sera au moins équivalente à la classe XA2.

5.7.2 Définition des bétons et mortiers

L’ensemble des ouvrages bétons pourront être en éléments préfabriqués, soit sur place soit en
usine.

D'une manière générale, la définition des bétons et mortiers sera soumise à l'agrément de
Lydec.

Les caractéristiques limites des compositions des bétons et mortiers sont les suivantes :

Tableau 3: Composition des bétons et mortiers


Désignation
Dosage
des mortiers Dmin/
Destination fc 28 en liant E/C
et bétons Dmax Adjuvant Additions Ciment
des Bétons (MPa) Minimum (max)
Classe de (mm)
(kg/m3)
résistance
Béton de 16 0/40 250 CPJ
C 16/20 propreté 35

Béton de 25 0/20 300 0,55 CPJ


C25/30 forme 45

B35 Béton de 35 0/20 350 0,5 Plastifiant, CPJ


XA2 structure superplastifiant 45

B35 Béton de 35 0/20 350 0,5 Plastifiant, PM


XA2 structure superplastifiant
hydrofuge

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 65


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Désignation
Dosage
des mortiers Dmin/
Destination fc 28 en liant E/C
et bétons Dmax Adjuvant Additions Ciment
des Bétons (MPa) Minimum (max)
Classe de (mm)
(kg/m3)
résistance
M1 Mortier pour 25 0/2 400 Plastifiant
chapes et
formes de
pente en
couverture

M2 Mortier pour 25 0/2 400 Plastifiant


chapes et
formes de
pente

M3 Mortier de 25 0/2 400 Plastifiant


reprise

M4 Mortier de 35 0/2 450 A définir /


scellement retrait
compensé

Compte tenu des ciments disponibles sur le marché, les ciments à mettre en œuvre seront des
CPJ 45.

L’entreprise pourra proposer d’autres types de ciment de caractéristiques au moins


équivalentes.

D’autres adjuvants et/ ou additions pourront être proposés par l’entreprise au visa du maitre
d’ouvrage. Les descriptions d’additions indiquées dans le tableau 3 « Composition des bétons
et des mortiers » constituent des minima. L’entrepreneur pourra proposer d’autres ajouts
(cendres volantes, etc.).

Les descriptions des adjuvants sont données à titre indicatif. L’Entrepreneur proposera au
maitre d’ouvrage les adjuvants et les dosages qu’il envisage.

Les ouvrages en béton en contact avec l’effluent sont étanches dans la masse et ont un dosage
en liant minimum de 400 kg/m3.

5.7.3 Constituants des bétons et mortiers

5.7.3.1 Ciments
Les ciments peuvent être soit des ciments fabriqués au Maroc, soit des ciments d'importation ;
dans tous les cas, les caractéristiques du ciment utilisé devront être définies par des Normes
Marocaines ou conformes aux recommandations des normes Européennes (NF EN 206-1) les
caractéristiques étant alors contrôlées suivant les méthodes d’essais de la normalisation
Marocaine et le ciment classé dans une des catégories prévues à l’article 2.1.1. de la NM
10.01.004 relative aux liants hydrauliques.
Tout ciment humide, présentant des nodules ou ayant été altéré sera systématiquement et
immédiatement rejeté.
Si le ciment fourni fait l'objet d'un procès-verbal de rebut, l’Entrepreneur devra débarrasser le
chantier de ce ciment sans délai, faute de quoi le Maître d’Ouvrage en assurera la mise aux
décharges publiques aux frais de l’Entrepreneur.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 66


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

5.7.3.2 Chaux
La chaux sera conforme à la norme AFNOR P 15.310 et livrée en sacs fermés de 50 kg.

5.7.3.3 Granulats
Les granulats seront conformes aux normes Marocaines NM 10.1.020 (NF 18-301 et/ou NF EN
12-620).

5.7.3.4 Sable pour mortier et béton


Le sable devra avoir une qualité uniforme et provenir de carrières ou de lits d’Oueds de la
région agréée par le Maître d’Ouvrage.
Il devra être crissant, dense, stable, propre et franc de poussière, de débris schisteux, gypseux,
argileux ou organiques.
La teneur en silice devra être supérieure à 75 %. L’équivalent de sable humide, apprécié par la
méthode visuelle devra être supérieur à 90%. La quantité d’argile ou de matières solides
susceptible d’être éliminée par décantation ne devra pas être supérieure à 1 %.
Les classes granulaires seront définies en mailles carrées (tamis) et exprimées en millimètres :
 Sable pour béton 0/2,5 : 2,5/7,1.
 Sable pour béton projeté : 0/2,5 : 2,5/7,1.

5.7.3.5 Granulats pour béton


Les graviers destinés à la fabrication des bétons proviendront de carrières ou de ballastières
d’Oueds agréées par le maitre d’ouvrage. Ils seront complètement purgés de terre.
Le maitre d’ouvrage pourra exiger à tout moment leur passage à la claie ou leur lavage. Les
matériaux tendres et friables, les roches altérables à l’air ou à l’eau seront rejetés.
Les classes granulaires seront définies en mailles carrées (tamis) et exprimées en millimètres :
 Granulats pour béton de qualité : 7,1/12,5 et 12,5/22,4.
 Granulats pour gros béton : 7,1/40.

5.7.3.6 Eau de gâchage


L’eau de gâchage sera conforme à la norme NM 10.1.021 (NF P 18-303 et / ou NF EN 1008).

5.7.3.7 Adjuvants
Les adjuvants seront admis à la marque NF adjuvants.

5.7.4 Pièces métalliques et matériels enrobés

5.7.4.1 Bandes d’arrêt d’eau


L’étanchéité d’éventuelles reprises de bétonnage sera réalisée par la mise en place de la bande
d’arrêt d’eau (feuille tôle galvanisée) de 20 cm de large.

5.7.4.2 Joints de dilatation


Les joints de dilatations seront à noyau creux, de 20 cm minimum de largeur du type Waterstop
ou similaire.
Ils permettront un jeu d’au moins 3 cm.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 67


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

5.7.5 Parements et surfaces coffrées

5.7.5.1 Spécifications et classes de parements


L’ensemble des parements seront non vus. Ils seront traités comme des parements soignés
simples.
Les parements soignés simples seront conformes aux prescriptions de l’article 52.2.1 du
fascicule 65A.

5.7.5.2 Prescriptions relatives aux coffrages et au béton en parement


Les prescriptions communes aux surfaces coffrées sont celles de l’article 63.1 du fascicule 65A.
Ces prescriptions définissent les dispositions à respecter concernant :
 l’étanchéité des joints,
 la propreté des coffrages,
 l’utilisation d’un démoulant,
 les fixations,
 les réservations et arêtes.
Les prescriptions particulières aux diverses classes de parement sont précisées par l’article
62.1 du fascicule 65A.
Toutes les arêtes vues seront chanfreinées.

5.7.5.3 Traitement des parements


Les prescriptions indiquées dans l'article 64 du fascicule n°65A sont complétées comme suit :
 Tous les parements de bétons seront au profil demandé et lisses, sans traitement de
surfaçage après la prise.

5.7.6 Traitements de surface

5.7.6.1 Bouchardage
Le bouchardage sera soumis à l’agrément du maitre d’ouvrage.
Il ne sera autorisé que sur des éléments faiblement sollicités. Il est interdit sur les éléments en
béton précontraint.

5.7.6.2 Enduits d'étanchéité et de protection


Un enduit à base de brai époxy sera appliqué sur tous les parements extérieurs des ouvrages
en contact avec les terres construits en traditionnel.
Les surfaces seront ragréées partout où des nids de cailloux seront visibles et notamment aux
reprises de bétonnage. Les méthodes et les produits utilisés pour ces ragréages devront être
compatibles avec le système de badigeon. Les surfaces devront être dépoussiérées.
La nature du produit utilisé ainsi que sa provenance seront soumis à l'agrément du maitre
d’ouvrage.

5.7.7 Armatures de béton armé

5.7.7.1 Fourniture
La fourniture des armatures de béton armé sera conforme aux prescriptions de l’article 71 du
fascicule 65A.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 68


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Les armatures proviendront d’une seule provenance qui sera soumise à l’agrément du maitre
d’ouvrage. Si un préfaçonnage est exécuté par un intermédiaire, ce dernier sera soumis à
l’acceptation du maitre d’ouvrage dans le cadre du P.M.Q. remis par l'Entrepreneur.
La catégorie des armatures sera définie par référence à la norme marocaine et/ ou française
définissant les spécifications ; il existe quatre catégories :
 NM 01.4.095 / NF A 35-015 « Ronds lisses pour béton armé »
 NM 01.4.096 / NF A 35-016 « Armatures pour béton armé ; barres et fil machine à
haute adhérence pour béton armé »
 NM 01.4.097 / NF A 35-019 « Armatures pour béton armé ; fils à haute adhérence »
 NF A 35-022 « Armatures pour béton armé ; treillis soudés et éléments constitutifs ».

5.7.7.2 Aciers doux


Les aciers doux seront des ronds laminés, lisses.
Leur limite d’élasticité nominale à prendre en compte dans les calculs sera au plus égale à
235MPa nuance Fe E235.
Ces aciers ne pourront être utilisés que pour des armatures secondaires ne contribuant pas
directement à la résistance mécanique des sections (notamment épingle, étriers, armatures en
attente, supports) et à condition que leur diamètre soit inférieur à 10 mm si elles sont exposées
à un pliage suivi d’un dépliage.

5.7.7.3 Aciers haute adhérence


Les armatures doivent être parfaitement propres, sans aucune trace de rouille non adhérente
de pointure, de ciment, de graisse ou de terre.
Des treillis soudés peuvent être utilisés et doivent vérifier les mêmes prescriptions que les
barres.
Les aciers à haute adhérence seront de la nuance Fe E500.

5.7.7.4 Stockage
Les armatures seront approvisionnées en longueur dont chacune ne devra pas être inférieur à
12m. Elles seront disposées sans contact avec le sol, en lots classés et par nuance
Toute durée de stockage supérieur à un(1) mois donnera lieu à des vérifications périodiques de
l‘état des aciers ou des armatures, et au renouvellement de la matière spéciale de protection.

5.7.7.5 Façonnage
Le façonnage sera exécuté conformément aux prescriptions de l’article 72 du fascicule 65A.

5.7.7.6 Mise en œuvre


La mise en œuvre sera conforme aux prescriptions de l’article 73 du fascicule 65A. Les
armatures seront si nécessaires brossées et nettoyées à la charge de l’Entrepreneur.

5.7.8 Parpaings
Les agglomérés seront conformes aux normes NEP 14.301 et 14.302 et aux prescriptions du
DGA Article 74. Ils seront vibrés mécaniquement.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 69


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

ARTICLE 5.8 MODE D’EXECUTION

5.8.1 Fabrication et transport des bétons


5.8.1.1 Prescriptions générales
Préalablement à l’exécution des travaux, l’entrepreneur soumettra à l’acceptation du maitre
d’ouvrage la composition des bétons qu’il compte utiliser, ainsi que la quantité d’eau de
gâchage prévue pour la fabrication de ces bétons.
Les bétons seront désignés par le symbole, la classe, la résistance, le poids du liant par m3 de
béton en œuvre et par la granularité du gros agrégat.
La composition granulométrique sera étudiée et contrôlée pour donner au béton le maximum de
compacité et de résistance compatible avec une bonne maniabilité, compte tenu des
dispositions de l’ouvrage et des moyens de mise en place et de serrage utilisés.
L’addition d’adjuvants tels que plastifiants est subordonnée à l’agrément du maitre d’ouvrage.
Le matériel de fabrication sera conforme aux prescriptions de l’annexe B du fascicule 65.
Les tolérances de fabrication sur les dosages visés de chaque constituant sont indiquées par
l’article 3 de l’annexe B du fascicule 65

5.8.1.2 Bétons prêts à l’emploi préparés en usine


Dans le cas où le béton serait fabriqué dans une centrale à béton prêt à l’emploi, agréée par le
maitre d’ouvrage, chaque centrale devra posséder un enregistrement de pesées de l’ensemble
des constituants (granulats, ciment et eau) qui sera fourni avec le bon de livraison. Celui-ci, à
remettre obligatoirement au maitre d’ouvrage sur le chantier avec toute fourniture, portera les
indications prévues dans le mémento d’agrément des centrales de béton prêt à l’emploi.
La fabrication du béton devra être l’objet d’un autocontrôle de la part des fabricants. Elle doit
être conforme à la norme marocaine NM 10.1.011.
L'Entrepreneur commande ces bétons par référence à la norme P 18-305 en spécifiant les
valeurs requises dans le tableau de désignation des bétons.
Pour chaque livraison, le fabricant établit un bordereau de livraison, indiquant :
 l’usine productrice,
 le chantier destinataire,
 la classe d’environnement et le type de béton,
 la résistance du béton,
 la nature des constituants,
 les valeurs des autres caractéristiques demandées (granularité, plasticité, ...)
 l’heure exacte de la première gâchée,
 l’heure limite d’utilisation.
 Les bordereaux de livraison sont tenus à la disposition du maitre d’ouvrage.
Tous les constituants du béton, y compris l’eau, sont dosés et malaxés à la centrale avant le
départ des camions malaxeurs (toupies).

5.8.1.3 Transport et manutention


Le transport et la manutention s’effectueront selon les prescriptions de l’article 8.3 du fascicule
65.
Il est rappelé que l’ajout d’eau en cours de transport ou avant mise en œuvre est interdit.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 70


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Sauf dispositions particulières, la durée du transport ne doit pas être supérieure à 1 h et la


durée totale (transport + vidange) ne doit pas excéder 1 h 30. Tout béton ayant amorcé un
commencement de prise au moment de sa mise en œuvre sera rejeté.
Il n'est employé aucun procédé de transport susceptible de donner lieu à :
 une ségrégation des constituants du béton,
 un commencement de prise avant la mise en œuvre,
 une altération des qualités du béton par les conditions atmosphériques (notamment par
évaporation excessive).
Le transport des bétons est normalement effectué dans des camions malaxeurs. Ceux-ci sont
équipés d'un tambour à deux vitesses, l'une pour l'agitation, l'autre pour le malaxage.
Avant le bétonnage, l'Entrepreneur définit :
 le matériel utilisé et le schéma de l'installation,
 les cadences de bétonnage,
 les zones de circulation prévues pour le personnel,
 les adaptations prévues dans le ferraillage si nécessaire,
 les mesures prévues pour éviter la ségrégation en début et fin de séquence de bétonnage.

5.8.2 Opérations préliminaires avant le bétonnage


5.8.2.1 Généralités
L'accord du maitre d’ouvrage devra être donné avant le début de tout bétonnage Tout
bétonnage sera interdit quand il apparaîtra que les conditions empêchent une mise en place ou
une prise correcte, que les délais entre levées ne sont pas respectés, que la préparation de la
surface du rocher ou du béton déjà en place n'est pas terminée, ou pour toute autre raison du
même ordre.
Aucun béton ne sera coulé avant que les coffrages, la disposition des éléments à enrober et la
préparation de toutes les surfaces intéressées n'aient été approuvés par le maitre d’ouvrage.
Toute surface de coffrage ou d'élément enrobé qui aurait été recouverte de mortier sec ou de
laitance pendant une coulée antérieure, sera soigneusement nettoyée avant le bétonnage.

5.8.2.2 Contrôle des profils des fouilles à bétonner


Le bétonnage ne pourra être entrepris qu'après contrôle par le maitre d’ouvrage du profil des
fouilles.
L’Entrepreneur devra se conformer aux profils de bétonnage indiqués sur les plans. Aucun hors
profil, aucune sur-profondeur ne sera prise en compte au titre de l'excavation ou du remplissage
si elle n'est pas demandée par écrit par le maitre d’ouvrage.

5.8.2.3 Surfaces de reprise


Toutes les surfaces de reprise, sauf les joints de contraction, seront propres, rugueuses,
humides et libres de tout élément friable ou lubrifiant, de manière à réaliser la meilleure liaison
possible.
Si le nettoyage et le traitement de la surface d'arrêt des levées précédentes ont été exécutés de
manière satisfaisante, on se contentera en général de faire un nouveau nettoyage à l'eau sous
pression et de conserver cette surface humide. Toutes les autres surfaces, reprises
horizontales non traitées, etc. seront repiquées et rendues rugueuses, de manière à éliminer
tout béton de mauvaise qualité et toute laitance, taches, détritus et autres matières indésirables.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 71


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Si cela est nécessaire, par exemple quand le bétonnage aura été interrompu pendant un certain
temps, ou que la surface aura été salie (argile, huile, etc.), le traitement ci-dessus pourra être
exigé même pour des surfaces préalablement traitées.
Les arêtes et les angles des levées précédentes seront soigneusement arrondis par repiquage.

5.8.3 Mise en œuvre


Le béton sera mis en œuvre conformément aux prescriptions de l’article 8.4 du fascicule 65.
Ces prescriptions définissent les dispositions à respecter concernant :
 la vibration du béton,
 les reprises de bétonnage,
 les surfaces non coffrées,
 le décoffrage et le décintrement,
 la cure du béton,
 les conditions de température particulières.
Dans le cas de mise en œuvre à la pompe, le béton est mélangé dans l'engin transporteur
avant déversement dans la trémie de la pompe. Les tuyauteries exposées au soleil sont
convenablement protégées. Avant le bétonnage, si un mortier est utilisé pour favoriser le
glissement du béton dans les conduites, celui-ci est intégralement évacué avant le début du
bétonnage.
Le béton est exempt de ségrégation au moment de sa mise en œuvre qui doit intervenir avant
tout début de prise ou dessiccation.
La mise en place du béton et sa vibration ne doivent pas provoquer de déplacement des
armatures.
Les armatures qui sortent d'une levée sont maintenues solidement de telle sorte que leur
enrobage minimum soit toujours garanti dans la levée suivante.
Le béton est en contact parfait avec les parois ou les coffrages et enrobe les armatures sur
toute leur surface.
Le béton ne doit pas tomber librement d'une hauteur supérieure à 1,50 m. La chute est guidée
par des goulottes souples et des fenêtres sont éventuellement réservées dans les coffrages ou
dans le ferraillage. Dans le cas d'un bétonnage à la benne, pour faciliter la descente du béton
dans les goulottes, la benne peut être équipée d'un dispositif de vibration.

5.8.4 Cure du béton


La cure des bétons sera conduite selon les stipulations de l’article 8.5 du fascicule 65 du CCTG.
Le produit de cure sera un produit agréé et soumis à l’approbation du maître d’œuvre ; en outre,
le titulaire devra disposer sur les bétons des paillassons humidifiés en cas d’insolation ou de
vent fort.
Quelles que soient les conditions climatiques, la cure est exigée pour les dalles, les terrasses
ainsi que pour les voiles dont le décoffrage intervient moins de 3 jours après la fin du
bétonnage.
Pour tous les autres ouvrages, la cure est exigée lorsque les conditions climatiques
(atmosphère sèche en toute saison, vent, ensoleillement) compromettent l'hydratation normale
du ciment et la bonne tenue du béton.
Toutes les précautions seront prises pour éviter le délavage ou l'érosion du béton par la pluie
ou par écoulement de l'eau.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 72


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

5.8.5 Bétonnage par temps chaud


Durant les périodes où la température est élevée, surtout si elle s'accompagne d'un air sec,
l'Entrepreneur prend toutes les dispositions pour éviter des conséquences négatives sur le
béton frais (forte accélération de la prise, évaporation rapide de l'eau, diminution rapide de la
plasticité, fissuration après mise en œuvre) ou sur le béton durci (élévation de la température
du béton entraînant une diminution de la résistance finale et une fissuration). La température du
béton frais mis en œuvre ne dépasse pas 30°C.

5.8.6 Décoffrage
Les délais de décoffrage seront fixés par le maitre d’ouvrage après les résultats des essais et
pour chaque partie d’ouvrage intéressée. L’accord donné par le maitre d’ouvrage à ce sujet ne
diminuera en rien la responsabilité de l’Entrepreneur.

5.8.7 Reprise de bétonnage


Les reprises de bétonnage seront traitées conformément aux dispositions du fascicule 65 et de
son additif du CCTG, sauf indications contraires du maitre d’ouvrage.
L’Entrepreneur proposera des procédures de reprise aux joints de coulage.
Toutes les reprises de bétonnage pour ouvrage de contenance (en contact avec l’eau) seront
équipées de joints waterstop pour les reprises de bétonnage verticales et pour les joints de
dilatation.
Nota : les joints de dilatation s’arrêteront au radier des ouvrages.
Les reprises de bétonnage horizontales au raccord radier voiles seront équipées d'une bande
d'arrêt d'eau (feuille tôle galvanisée).
Les réservations pour scellements comprendront la mise en œuvre d’un joint hydrogonflant sur
le périmètre de la réservation avant coulage et la mise en œuvre d’un enduit de type mortier
modifié aux polymères débordant de 15 cm de part et d’autre de la reprise.
Les reprises de bétonnage horizontales (raccord entre coulage de voiles) seront équipées d’un
mortier étanche sur toute la zone de reprise.
L’utilisation de STABOX ou son équivalent ne sera pas acceptée pour les parties d’ouvrage
imperméabilisées dans la masse et en contact avec l’eau.
Les opérations de coulage seront précédées d’un enlèvement intégral de tous les débris
accumulés dans le fond des coffrages ; le soufflage à l’air comprimé et l’arrosage à haute
pression utilisés seuls seront considérés comme insuffisants et devront être précédés ou suivis
d’un ramassage à main d’homme ou par aspirateur industriel.
Le clavetage des éventuels éléments préfabriqués devra être réalisé avec soin afin d’éviter tout
risque de ségrégation. L’entrepreneur pourra proposer la mise en œuvre de granulats plus fins
pour les clavetages. Ceux-ci devront résister toutefois aux sollicitations exercées, notamment
les sous pressions lors des opérations de nettoiement.
5.8.8 Scellements d’aciers
En cas de scellements d’aciers dans des parois béton déjà coulées, l’entrepreneur fournira les
notes de calculs des scellements et l’avis technique du procédé.
Les aciers seront scellés à la résine.
5.8.9 Scellements
Avant le bétonnage, tous les matériels à enrober devront être solidement fixés à leur place
exacte. Ils seront propres, exempts de toute graisse, débarrassés de rouille, peinture, calamine
ou laitance. Sauf autorisation spéciale du maitre d’ouvrage, on ne noiera pas de bois dans le
béton.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 73


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Toutes les manchettes de traversées de parois sont fournies, posées, réglées par
l’Entrepreneur.
Dans le cas de traversées dans les ouvrages de contenance ou de cuvelage, les manchettes
comporteront une collerette.
Les scellements devront être étanches vis-à-vis de l'eau, du bruit et avoir un degré CF égal à
celui de la paroi considérée.
Les calfeutrements de scellements non étanches devront avoir un degré CF égal à celui de la
paroi considérée, et être étanche vis à vis du bruit.
Toutes les réservations recevront un calfeutrement.
L’Entrepreneur devra remettre une procédure d’exécution des scellements (type de mortier,
repiquage, aciers de reprise et de liaison, etc.)
L’emploi de mortier à retrait compensé est à privilégier pour tous les scellements étanches.
5.8.10 Feuillures, pièces à sceller
Des feuillures seront aménagées dans toutes les dalles, radier, planchers destinés à recevoir
des trappes. Les éléments métalliques destinés à être scellés seront en acier galvanisé à
chaud, avec une épaisseur de galvanisation supérieure à 50 µm.
Tous les éléments en contact avec l’eau (glissières de batardeau, glissières de panier de
dégrillage, etc.) seront en acier inox nuance 316L.
ARTICLE 5.9 CONTROLE / RECEPTION
5.9.1 Contrôle extérieur des bétons
5.9.1.1 Généralités
L'ensemble des essais de béton est à la charge de l’Entrepreneur. Ils seront exécutés par un
laboratoire agréé par le maitre d’ouvrage.
Le transport des éprouvettes au laboratoire agréé sera effectué par les soins, et aux frais de
l’Entrepreneur. Les mesures de stockage de ces éprouvettes sur site en attendant leur transport
devront être approuvées par le maitre d’ouvrage.
Pour chaque prélèvement, un procès-verbal signé contradictoirement sera établi. Ce procès-
verbal précisera :
 le lieu, la date et l'heure du prélèvement ;
 la nature du ciment, la date et le mode de l'expédition ;
 la nature, l'origine et la composition granulométrique des granulats ;
 le dosage en ciment, la quantité d'eau de gâchage, la consistance du béton;
 le nombre, la nature et le repérage des éprouvettes ;
 les conditions de conservation des éprouvettes.
5.9.1.2 Epreuve de convenance
Il sera effectué une épreuve de convenance conformément aux prescriptions de l’article 8.2.3
du fascicule 65.
5.9.1.3 Epreuve de contrôle
Les essais permettent de contrôler la conformité du béton aux spécifications du marché.
Ils sont réalisés par prélèvements de béton frais effectués au moment de l'utilisation du béton,
au point le plus proche possible de sa mise en œuvre dans l'ouvrage, par exemple au
déversement du camion malaxeur.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 74


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

La confection et la conservation des éprouvettes sont conformes à la norme NF P 18-404.


A partir d’un prélèvement, il sera réalisé :
 une mesure de consistance au cône d’Abrams,
 trois éprouvettes pour la détermination de la résistance à la compression à 7 jours.
 trois éprouvettes pour la détermination de la résistance à la compression à 28 jours
 deux mesures de densité du béton
 Les critères de conformité sont précisés par l’article 8.3.2 du fascicule 65A.
 Si un lot est reconnu non conforme aux stipulations, le Titulaire procédera à trois carottages
du béton en place avant décision du maitre d’ouvrage qui sera alors prise après
appréciation de l’ensemble des informations.
La décision finale pourra être :
 soit l’acceptation du lot accompagnée, s’il y a lieu, de travaux confortatifs et/ou d’une
garantie particulière de l’élément correspondant ;
 soit l’application d’une réfaction sur le prix ;
 soit le refus de cet élément, ce qui entraîne sa démolition ou son rebut (élément
préfabriqué).

5.9.1.4 Epreuve de contrôle : lots de prélèvements


Il est effectué au minimum un prélèvement par 50 m3 de béton.

5.9.2 Tolérances sur la position des armatures


Les tolérances sont fixées par l’article 10.6.2 du fascicule 65.
Il est rappelé que les tolérances en moins sur l’enrobage minimal des armatures sont nulles.

5.9.3 Tolérances sur les parements


Les parements soignés fins seront conformes aux prescriptions de l’article 52.2.1 du fascicule
65A. Les différences de teinte seront celles correspondant à la classification T (3) de la norme
NFP 18-503. La texture du parement sera celle correspondant à la classification E (3) de cette
même norme.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 75


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE VI METALLERIE

ARTICLE 6.1 DOCUMENTS DE REFERENCE


Les matériaux seront mis en œuvre selon les avis techniques du CSTB, à défaut selon les
recommandations des fabricants et, en tout état de cause, conformément aux prescriptions des
documents suivants :
a. D.T.U. 32-1 : Charpente en acier
b. D.T.U. 32-2 : Charpente en alliage d’aluminium
c. D.T.U. CM 66 : Règles de calcul des constructions en acier - Additif 1980
ARTICLE 6.2 DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR
L'entrepreneur remettra son étude d’exécution au moins trente (30) jours avant l’exécution des
travaux.
 L’étude d’exécution comprendra :
 Les documentations et avis techniques du CSTB concernant les matériaux et procédés
à mettre en œuvre,
 La fourniture d’échantillons des différents matériaux à mettre en œuvre,
 Les plans de détails.
ARTICLE 6.3 DESCRIPTIF

6.3.1 Garde-corps amovibles


Rappel des normes :
 NF P 06-001 concernant la résistance des garde-corps
 NF EN ISO 14-122 partie 3 concernant la conception des rampes et garde-corps

Garde-corps amovibles en PRV sur paliers

Garde-corps type industriel composé d’une plinthe, d’une lisse et d’une sous lisse
conformément aux normes NF EN ISO 14122-3 Moyens d'accès permanents aux machines -
Partie 3 : escaliers, échelles à marches et garde-corps ; et au code du travail.
Les garde-corps seront amovibles (démontables). Ils comporteront des moyens de connexion
entre eux (emboîtements mâle / femelle).
Des douilles pour mise en place de ces gardes corps seront scellées au coulage des paliers.

Localisation :
 Paliers intermédiaires des puits d’accès
6.3.2 Trappes
Les ouvrages et puits seront fermés par tampons, série chaussée, articulés, en fonte de
fabrication standard et conformes à la norme NM 10.9.001, NF EN 124 classe D400.

Trous d’homme

Les tampons seront articulés, avec dispositif de maintien en position ouverte.


Ils sont prévus verrouillables et comportent des dispositifs antichute (grille type caillebotis en
polyester)

Localisation :
Selon plans

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 76


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

6.3.3 Caillebotis
Les caillebotis seront en polyester ou en matière non corrodable.
La charge admissible sur les caillebotis est au minimum
de :
 2,5 kN/m² sous-charge répartie pour la structure ;

 1,5 kN charge ponctuelle appliquée dans la position la plus défavorable répartie


sur une surface de 200 mm * 200 mm pour le platelage.

Localisation :
Selon plans
6.3.4 Vanne manuelle
La vanne murale sera du type étanche sur quatre côtés, et réalisée en matériau inoxydable de
nuance AISI 316L. Le débit de fuite ne devra pas dépasser 0,02 l/s par mètre linéaire de joint.

Les spécifications techniques des vannes murales sont comme suit :


 Fermeture de la vanne : Descendante ;
 Sens de l’étanchéité : 2 sens (amont/aval et aval/amont) ;
 Section libre minimale pelle levée : Voir plan et BPU ;
 Etanchéité : 4 côtés ;
 Différence de charge amont/aval : Voir plan et BPU ;
 Montage : En aval ;
 Forme géométrique : Rectangulaire.

Eléments annexes
La vanne murale doit être constituée des éléments suivants :
 Pelle en acier inoxydable nuance AISI 316L avec butées hautes et basses. Le tablier est
renforcé à l’aide des nervures horizontales et verticales de telle sorte que le taux de
travail sous charge n’excède pas 16daN/mm2 et que la flèche de déformation n’altère en
rien la partie des glissières ;
 Cadre en acier inoxydable (nuance AISI 316L) supportant les glissières latérales ;
 Joint type « note de musique » en néoprène dureté shore A60 ;
 Joint carré en néoprène dureté shore A60 pour l’étanchéité du seuil ;
 Deux anneaux de levage sur la pelle pour la manutention manuelle d’urgence en cas
d’incident sur le système de manœuvre.

Localisation :
Selon plans

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 77


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE VII VOIRIE

ARTICLE 7.1 DOCUMENTS DE REFERENCE


 Guide des structures de chaussées (S.E.T.R.A)

 Guide technique de réalisation des remblais et des couches de forme (S.E.T.R.A)

 Fascicule 31 : Bordures et caniveaux en pierre ou en béton.

 Fascicule 32 : Constructions de trottoirs

 Guides SETRA de signalisation routière

 Guide technique de la réfection des chaussées Lydec

Les spécifications ci-après sont générales et indicatives, il appartient à l’Entrepreneur de prévoir


toutes les fournitures et travaux nécessaires à la remise en état du site, en accord avec le
concessionnaire des voiries correspondantes.
L’Entrepreneur se réfèrera aux spécifications particulières jointes en pièces informatives au
DCE.

ARTICLE 7.2 DOCUMENT A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR


L’Entrepreneur soumettra à l’agrément du Maître d’Œuvre son étude d’exécution des voiries
pendant la période de préparation.
L’étude d’exécution comprendra :
 La vue en plan, les profils en long et les profils en travers de toutes les voiries

 Les cotes des tampons et des fils d’eau

 Le plan de signalisation horizontale et verticale

 Les procédures de terrassements

 Le planning des travaux et son phasage, compte tenu des contraintes de


réalisation des galeries et du maintien de la circulation

ARTICLE 7.3 SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES

7.3.1 Généralités
L’Entrepreneur soumettra à l’agrément du Maître d’Œuvre son étude d’exécution des voiries
pendant la période de préparation.
Les travaux de voiries comprennent :
 La réfection des chaussées et trottoir après l’ouverture des emprises de
creusement des puits ;

 La réfection des terrains hors voirie ;

 La réalisation de plateforme aux abords des ouvrages.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 78


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

7.3.2 Structure de chaussée en réfection de chaussée bitumée


Dans le cadre de la réalisation des travaux, l’entrepreneur aura à sa charge l’ensemble des
reprises de sols, bordures, liées à la réalisation des travaux de terrassements ou ouvertures de
tranchées.
L’entrepreneur doit la réfection des chaussées et trottoirs endommagés lors des travaux. Les
reprises se feront avec la structure de chaussée suivante :
 La fouille sera remblayée suivant les spécifications du chapitre terrassements.

 Réalisation de la couche de base en GNR 0/20 sur 20 cm

 Réalisation d’une imprégnation

 Réalisation du béton bitumineux BB 0/10 sur 6 cm et GB 0/20 sur 10 cm

 Contrôle de compactage de fouilles par gamma-densimètre.

 Avant l’exécution des revêtements, les bords de la tranchée seront découpés de


façon rectiligne 10 cm de part et d’autre du droit de la tranchée, afin que les
raccords soient parfaitement invisibles.

L’entrepreneur devra s’assurer avant réalisation que les pentes des ouvrages permettent une
bonne évacuation des eaux de ruissellement.
L’entrepreneur doit l’apport des matériaux, l’arrosage, le cylindrage et le compactage des
diverses couches posées, ainsi que l’utilisation d’un désherbant.
7.3.3 Structure de chaussée en réfection de chaussée non bitumée
Dans le cadre de la réalisation des travaux, l’entrepreneur aura à sa charge l’ensemble des
reprises de sols, bordures, … liées à la réalisation des travaux de terrassements ou ouvertures
de tranchées.
L’entrepreneur doit la réfection des chaussées et trottoirs endommagés lors des travaux. Les
reprises en cas de chaussée non bitumée se feront avec la structure de chaussée suivante :

 La fouille sera remblayée suivant les spécifications du chapitre terrassements,

 La dernière couche sera arrêtée à 20 cm au-dessous du sol fini,

 Fourniture et mise en œuvre d’une couche fondation en tout venant 0/80 de 20 cm


d’épaisseur compris transport à pied d’œuvre, régalage et compactage à l’engin
mécanique,

 Fourniture et mise en œuvre d’une couche de gravillon de granulométrie 20/ 40 de


10 cm d’épaisseur compris transport à pied d’œuvre, régalage et compactage à
l’engin mécanique.

Le tout venant sera constitué de sable et gravier dont la plus grande dimension sera inférieure à
80 mm en tout sens. Il sera exempt d’éléments argileux ou végétaux (tolérance 0,5%).
L’entrepreneur devra présenter à la Maîtrise d’œuvre pour approbation la composition
granulométrique du matériau qu’il compte utiliser.
L’équivalent de sable Esv sera au moins égal à 40 étant précisé que pour le déterminer, les
éléments adhérents au matériau d’une dimension supérieure à 5 mm seront récupérés par
lavage.
L’indice de plasticité des éléments fins devra être non mesurable.
La grave sera compactée afin d’obtenir une densité sèche au moins égale à 98% de l’OPM.
L’application d’une règle de 5 m ne doit pas permettre de déceler des flèches de plus de 1,5
cm.
L’entrepreneur devra s’assurer avant réalisation que les pentes des ouvrages permettent une
bonne évacuation des eaux de ruissellement.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 79


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

7.3.4 Prescriptions relatives à la couche de fondation en TV 0/80


Fourniture et mise en œuvre d’une couche fondation en tout venant 0/80 de 20 cm d’épaisseur
compris transport à pied d’œuvre, régalage et compactage à l’engin mécanique
Le tout venant sera constitué de sable et gravier dont la plus grande dimension sera inférieure à
80 mm en tout sens. Il sera exempt d’éléments argileux ou végétaux (tolérance 0,5%).
L’entrepreneur devra présenter à la Maîtrise d’œuvre pour approbation la composition
granulométrique du matériau qu’il compte utiliser.
L’équivalent de sable Esv sera au moins égal à 40 étant précisé que pour le déterminer, les
éléments adhérents au matériau d’une dimension supérieure à 5 mm seront récupérés par
lavage.
L’indice de plasticité des éléments fins devra être non mesurable.
La grave sera compactée afin d’obtenir une densité sèche au moins égale à 98% de l’OPM (un
essai au gamma densimètre par 500m²).
L’application d’une règle de 5 m ne doit pas permettre de déceler des flèches de plus de 1,5
cm.
7.3.5 Prescriptions relatives à la grave ciment 0/31.5
Fourniture et mise en œuvre d’une couche de base en grave ciment 0/31.5 épaisseur 20 cm
compris transport à pied d’œuvre, régalage et compactage à l’engin mécanique, et réglage des
pentes pour écoulement des eaux pluviales.
La grave ciment sera obtenue, lors de la fabrication de la grave traitée proprement dite, par la
reconstitution de 2 ou 3 fonctions de granulats naturels ou artificiels. Dans le cas de l’utilisation
de granulats alluvionnaires lavés, il sera imposé un ajout de sable correcteur fillerisé.
Dimension maximale spécifiée : 31.5 mm.
Dosage en ciment : de 5 à 6%.

7.3.6 Prescriptions relatives à l’imprégnation


Fourniture et mise en œuvre d’une imprégnation de la couche de base au bitume fluidifié à
raison de 1,0 kg/m².
Nota : Toute circulation sera interdite sur la grave imprégnée avant séchage (minimum 48h). A
ce titre l’entreprise prévoira l’ensemble des déviations dans l’enceinte du site.
7.3.7 Prescriptions relatives à la couche de roulement
Fourniture et mise en œuvre d’une couche de roulement constituée par un enrobé bitumineux
BB 0/10 de 6 cm et GBB de 10 cm d’épaisseur mini y compris :
 réalisation des raccordements aux voiries existantes

 démolition si nécessaire des voiries

 mise en forme des raccordements

 réfection des chaussées endommagées et jonction avec les voiries à réaliser

Les matériaux constitutifs du béton bitumineux 0/10 semi-grenu utilisé en couche de finition
devront satisfaire à la norme NF.P.98.130. Ils pourront être choisis parmi plusieurs classes
granulaires, le diamètre D du plus gros élément ne devant dépasser 10 mm.
Les granulats seront de la catégorie B.II.a, avec un rapport de concassage (Rc) tel que : Rc >
ou = 2.
Formulation à soumettre à l’agrément du Maître d’Oeuvre.
7.3.8 Prescriptions relatives à la couche de gravillons 20/40
Fourniture et mise en œuvre d’une couche en grave 20/40 de 10 cm d’épaisseur compris
transport à pied d’œuvre, régalage et compactage à l’engin mécanique
Les matériaux utilisés seront soumis aux essais suivants effectués à la charge de
l’Entrepreneur, dont le nombre sera fixé par le Maître d’Œuvre :

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 80


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 matière organique : moins de 2 % en pourcentage,


 analyse granulométrique : la granulométrie sera étendue,
 équivalent de sable : supérieur à 20 %,
 limite d’Atterberg : limite de liquidité inférieure à 50, indice de plasticité inférieure à
6,
 essai Proctor : compactage à 90 % du Proctor modifié,
 densité apparente sèche : supérieure à 1,6.
Le répandage sera fait à la niveleuse à partir du matériau approvisionné préalablement en
cordon régulier. Le compactage sera réalisé de façon à obtenir une densité sèche minimale
égale à 95% de l’Optimum PROCTOR Modifié, mesurée en laboratoire. La quantité d’eau à
répandre devra donner une teneur en eau du matériau pendant le compactage voisine de celle
correspondant à l’optimum à l’essai PROCTOR Modifié.
7.3.9 Réfections des chaussées et trottoir
Une fois les travaux de construction réalisés, l’entrepreneur aura à sa charge la réfection des
voiries et trottoir dans les zones de travaux.
A cet effet, il devra :
 Prévoir la dépose, avant l’ouverture des tranchées, des éléments de bordures de
trottoir, et leur entreposage et gardiennage pendant toute la durée des travaux
 La repose en fin de chantier des bordures de trottoirs déposées, sur un lit de
mortier dosé à 250 kg/m3
 La pose de nouvelles bordures de trottoir si les bordures de trottoir sont
détériorées lors des travaux
 La réfection de la structure de chaussée dans les zones de travaux
7.3.10 Bordures en béton moulé
Fourniture de bordures en béton moulé de type normalisé classe A, posées sur une fondation
en béton maigre B15, d’épaisseur minimale de 0,10 m, débordant de 0,10 m de part et d’autre
des éléments.
Jointoiement au mortier de ciment dosé à 250 kg entre les éléments (e maximum = 0,5 cm)
Fourniture et pose de bordures T2 avec caniveau type CS 2.
7.3.11 Trottoirs en béton balayé
Fourniture et mise en œuvre d’une couche de fondation en 0/31.5 épaisseur 20 cm, y compris
compactage et utilisation d’un désherbant
Fourniture et mise en œuvre d’un dallage en béton B20dosé à 300 kg/m3 armé d’une nappe de
treillis soudé à mi- épaisseur à raison de 1,5 kg/m2, épaisseur 10 cm.
Finition de surface par balayage.
Joints de fractionnement tous les 5 m
ARTICLE 7.4 CONTROLE / RECEPTION
Les contrôles porteront sur :
 Le respect des pentes et des écoulements (absence de flash)

 Le contrôle de compactage

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 81


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE VIII PRESCRIPTION GENERALE


SUR L’ORGANISATION DU CHANTIER

ARTICLE 8.1 MEMOIRE TECHNIQUE


Dans un délai de Quinze (15) jours à compter de la notification du marché, l'Entrepreneur
remettra à la LYDEC, un mémoire technique détaillé en trois exemplaires, décrivant le mode de
réalisation des ouvrages et les moyens utilisés, accompagné de renseignements d'ordre
général. Le mémoire contiendra au minimum les indications définies ci-après et sera
accompagné de tous les plans nécessaires.
8.1.1 Matériel
Liste du matériel mis en œuvre en précisant :

- La référence au barème bleu de la F.N.T.P. (Fédération Nationale des Travaux Publics).


- La marque et le type.
- L'année de construction
- L'état actuel
- La puissance et la consommation horaire
- La date prévue pour la mise en œuvre sur la liste

8.1.2 Exécution des travaux


Modes d'exécution des terrassements en terrain rocheux, meuble et lors des travaux sous
ouvrages existants.
Mode de transport des déblais et mode de mise en place des matériaux de remblais.
Mode de transport, mise en œuvre et conservation des bétons.
Système de coffrage de l’ouvrage.
Les profils types des terrassements.
Le mode de blindage à définir et à détailler en fonction de la nature du terrain avec les notes de
calcul et le mode d’exécution.
8.1.3 Programme des travaux
 Programme général des travaux accompagnés des programmes détaillés par nature des
travaux et indiquant, pour chaque activité les cadences d'exécution prévues.
 Planning donnant l'évolution de la main d’œuvre et du matériel en fonction du programme
des travaux.
 Prévision d'échelonnement des dépenses dans le temps.
 Echéancier de fourniture des plans d'exécution.

En cours d'exécution, il sera procédé périodiquement chaque mois à un examen commun avec
la LYDEC de la situation des travaux et des prévisions de l'Entrepreneur. Celui-ci à cette
occasion remettra à la LYDEC un programme de travaux mis à jour.
Ces programmes devront avoir reçu l'accord préalable de la LYDEC qui disposera d'un délai de
15 jours pour demander des modifications. L'approbation de ces programmes par la LYDEC ne
diminuera toutefois en rien la responsabilité de l'Entrepreneur relativement aux délais
contractuels globaux.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 82


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

ARTICLE 8.2 TOPOGRAPHIE - PIQUETAGE

8.2.1 Définition du tracé


Les tracés sont entièrement définis par le tracé en plan joint au dossier du marché.
Les cotes de niveau sont données en NGM (nivellement général du Maroc). Les coordonnées
XY sont Lambert.
Au début des travaux, l'ensemble des points de repère seront matérialisés sur le terrain, et
réceptionnés par la LYDEC en présence de l'Entrepreneur et son géomètre.
8.2.2 Travaux topographiques
Après la réception indiquée ci-dessus, tous les travaux de topographie nécessaires à la bonne
exécution des ouvrages seront exécutés par l'Entrepreneur à ses frais.
ARTICLE 8.3 TERRASSEMENT

8.3.1 Soutènement des fouilles


Au cours des travaux de fouille à ciel ouvert, l'Entrepreneur devra particulièrement veiller à ce
que le dépôt des déblais, les équipements, la circulation des engins de chantier ainsi que les
vibrations dues aux bétonnières placées à proximité de la fouille et à la circulation publique
voisine (camions, trains, etc) ne puissent provoquer d'éboulement mettant en danger la sécurité
des personnes ou des biens.
En fonction de la nature des terrains rencontrés, l’entrepreneur est tenu de mettre en
place les soutènements appropriés (blindage jointif ou semi-jointif ; palplanches ; etc.)
nécessaires à la stabilité des parois de la fouille. Le blindage est applicable et après
concertation & accord de Lydec, pour toute tranchée de profondeur dépassant 1,30 m et
de largeur inférieure ou égale au deux tiers de la profondeur.

Le blindage en bois ne sera admis par LYDEC


LYDEC pourra imposer le type de blindage de fouille à mettre en œuvre. Dans le cas de mise
en œuvre de blindage semi-jointif, l'espacement entre éléments sera soumis à l'agrément de
LYDEC.
L’ouverture de tranchée talutée (généralement interdite) est soumise à l’approbation préalable
de LYDEC. Cette ouverture de tranchée talutée fera l’objet d’une étude technique détaillée à la
charge de l’Entrepreneur, ainsi qu’une estimation du coût lui afférent. Une étude comparative
des coûts entre l’utilisation des soutènements appropriés et la tranchée talutée est obligatoire.
L’ouverture de tranchée talutée fera l’objet d’un ordre de service particulier.
8.3.2 Terrassement
Le profil maximal de l’excavation pris en compte dans les métrés est celui défini
conformément à un profil théorique type fourni dans le dossier des plans de la présente
A.O.

Les déblais dus à une surlargeur, pré fouille, des difficultés pour terrasser à des
profondeurs importantes, la mise en place de digues de protection et toutes sujétions
liées aux travaux au bord de la mer, rampe d’accès, talus, à l'aménagement de l'espace
de travail ou d'étaiement nécessaires à la conduite de ces travaux, n'entraîneront pas de
suppléments
Aucune indemnité supplémentaire ou plus-value ne sera accordée à l’entrepreneur pour
n’importe quelle raison.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 83


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

ARTICLE 8.4 JOINTS


Les joints de séparation seront de type waterstop en nitrile ou en caoutchouc caractérisés par
un allongement à la rupture très élevés et une excellente résistance aux agents chimiques et au
vieillissement.
Ils seront de type interne à disposer au milieu des éléments structuraux en béton.
Le joint water-stop sera soumis à l’agrément préalable du Maître d’Œuvre.
Le water-stop doit faire l’objet d’une protection spéciale contre les rayons solaires et les
conditions atmosphériques durant la période de stockage et de construction. Ils ne devront pas
présenter de défauts de surface dépassant 10 mm de longueur et 2 mm de profondeur.
La livraison, le transport et la manutention sont effectués en respectant les indications des
articles 153.2 et 153.3 du fascicule 65 du C.C.T.G les produits sont préparés et mis en œuvre
conformément aux indications de la fiche technique du fabricant

ARTICLE 8.5 EVACUATION DES EAUX – EPUISEMENT – RABATTEMENT DE


LA NAPPE
L’Entrepreneur proposera le mode d’assèchement suivant les circonstances : drainage
gravitaire, épuisement par pompage, rabattement de nappe.
La conception du mode d’assèchement approuvé par Lydec, est à la charge et de la
responsabilité de l'Entrepreneur.

ARTICLE 8.6 CONSTRUCTION DES PUITS D’ACCES


L’entrepreneur doit se conformer aux plans guides joints dans le présent appel d’offres.
Les puits d’accès seront réalisés en béton armé dosé à 350 Kg/m3.
L’étude du béton armé est alors à la charge de l’Entreprise qui supporte la responsabilité de la
pérennité des ouvrages exécutés par elle.
Les voiles des puits seront réalisées en béton armé dosé à 350 Kg/m3. Les puits seront enduits
et lissés au mortier dosé à 400 kg de 0,01 m d’épaisseur.
Cet enduit pourra être supprimé après accord de la LYDEC si l’Entreprise utilise des coffrages
permettant l’obtention de surface très lisses (contreplaqué, coffrage métallique). Dans ce cas,
un simple ragréage sera demandé.
Le radier du puits, reposant sur béton de propreté de dix centimètres (10 cm) d'épaisseur, aura
la même épaisseur que les parois de la cheminée, et présentera une cunette en forme de demi-
buse de même diamètre que la canalisation avale.
Cette cunette sera enduite et lissée au mortier de ciment dosé à 300 Kg, les raccordements
avec les collecteurs affluents étant particulièrement soignés.
La profondeur des ouvrages sera mesurée, à l'aplomb de l'axe des puits depuis le fil d'eau de la
galerie jusqu'au-dessus du tampon. L'étude du béton armé est alors à la charge de l'Entreprise
qui supporte la responsabilité de la pérennité des ouvrages exécutés par elle.
En cas de reprise de bétonnage, dans les ouvrages de plus de 4 mètres, l'Entrepreneur est
tenu de respecter les DTU sur les reprises de bétonnage.
ARTICLE 8.7 DEMOLITIONS PERCEMENTS DE COLLECTEURS EN SERVICE
OU NON
Certains ouvrages ou parties d'ouvrages pourront être démolis ; Certains tronçons de tous les
types de collecteurs peuvent être démolis ou percés pour tout raccordement sur L'ordre de
LYDEC ou à la demande de l'Entreprise après accord de LYDEC. Les matériaux, provenant de
ces démolitions, seront enlevés et transportés aux décharges publiques ou amenés à un
endroit prescrit par LYDEC.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 84


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Le cas échéant, les vieilles canalisations qui pourraient être rencontrées seront traitées de la
même manière.
Toutes les fontes équipant les ouvrages démolis ou transformés seront soigneusement
récupérées et transportées au Parc de LYDEC. Il est demandé à l'Entrepreneur de vérifier
l'atmosphère du réseau (présence de H2S, 02, Méthane, etc) en permanence et pendant toute
la durée des travaux.

ARTICLE 8.8 REPRISE DES OUVRAGES MACONNES EXISTANTS OU


CONSTRUCTION D’OUVRAGE NEUFS SUR DES TRONCONS DES
COLLECTEURS
Tous les travaux sur les ouvrages et sur tous les collecteurs en service ou non, autres que les
modifications altimétriques définies ci-dessus seront exécutés selon les prescriptions et dessins
qui seront notifiés par LYDEC. ll est précisé que les prix comprennent toutes fournitures et
sujétions de coffrages, notamment pour construction de courts tronçons de collecteurs
secondaires ovoïdes ou circulaires.

ARTICLE 8.9 MATERIEL DE CHANTIER


L'Entrepreneur est tenu d'équiper le chantier en matériel nécessaire et en quantité suffisante
pour l'exécution des travaux objet du présent Marché. LYDEC pourra demander à
L'Entrepreneur d'équiper le chantier en tel ou tel matériel usuel si celui-ci fait défaut ; elle pourra
demander également le remplacement d'un matériel non adapté. Aucun matériel n’en pourra
être retiré du chantier sans l'accord écrit de LYDEC.
L’entrepreneur devra mettre à la disposition des surveillants de LYDEC sur le chantier des
appareils de mesure topographiques.
ARTICLE 8.10 DOSSIERS DE RECOLEMENT
Les dossiers de récolement des travaux, conformes à l'exécution, sont soumis au visa de
LYDEC 15 jours après la fin des travaux. Si LYDEC ne les a pas visés ou si elle n'a pas formulé
d'observations dans le délai d'un mois après leur remise par l'Entrepreneur, les dossiers sont
réputés acceptés.
Les dossiers de récolement comprennent les documents suivants :
1°) Le plan général des réseaux.
2°) Les plans de détail des réseaux comportant notamment :
- Les caractéristiques des tuyaux : sections, nature et classe ;
- Les regards et ouvrages annexes dûment numérotés avec côte des fils d'eau, côte
des tampons ;
- Le repérage des ouvrages cachés avec distance par rapport à des ouvrages
apparents, les renseignements pour les traversées spéciales ;
- Les branchements éventuels avec leurs caractéristiques.
3°) Les profils en long.
4°) Les plans, coupes, élévation - les notes de calcul et les coupes détaillées, si elles sont
nécessaires - des ouvrages spéciaux, notamment lorsqu'il s'agit des ouvrages enterrés non
visitables, des ouvrages conçus par l'Entrepreneur et des ouvrages sous voies publiques.
5°) Les notices, fiches du matériel, matériaux employés dans la construction des ouvrages.

L'Entrepreneur devra fournir l'ensemble des plans de récolement conformément à l‘article 3.13
du CCAF. Il est à rappeler que, conformément à l'article 3.13 précité, la réception provisoire ne
pourra pas être prononcée avant remise des dossiers de récolement.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 85


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE IX ELECTRICITE ET
AUTOMATISME

ARTICLE 9.1 DOCUMENTS DE REFERENCE


Les documents de référence sont rappelés systématiquement dans les différentes parties du
présent C.C.T.P. Seuls les principaux documents sont indiqués ci-dessous. Cette liste non
exhaustive ne libère pas l’Entrepreneur du marché d’appliquer les dispositions des textes en
vigueur au Maroc qui ne seraient pas cités dans ce C.C.T.P. A défaut de normes marocaines, il
sera fait référence aux normes françaises.
Si des documents généraux présentent des clauses contradictoires, l’Entrepreneur se
conformera au plus récent d’entre eux, étant entendu que ceux édités au Maroc, à savoir :

1. Dahirs, Décrets Royaux, Arrêtés et Règlements Ministériels,


2. Règles des Organismes ou Comités Techniques dont l’application a été rendue
obligatoire par une décision Ministérielle,
3. Règles des Organismes ou Comités Techniques dont l’application n’a pas été
rendue obligatoire par une décision Ministérielle et en particulier les normes
Marocaines éditées par l’Institut Marocain de Normalisation (IMANOR) - Direction
de l’Industrie - RABAT- ont priorité sur les textes étrangers auxquels il est
provisoirement fait référence.
Enfin, il est spécifié que l’Entrepreneur est autorisé à se référer à des normes équivalentes ou
supérieures à celles des documents cités ci-dessus sous réserve de fournir au Maître de
l’Ouvrage les textes correspondants, traduits en Français.

9.1.1 Normes et textes réglementaires marocains


Tous les matériels, matériaux et les travaux y afférents de l’ensemble de l’installation électrique
doivent être réalisés conformément aux normes marocaines ou, à défaut, aux normes
européennes et aux recommandations du Comité Electrotechnique International et aux normes
européennes, en vigueur durant la réalisation de ces travaux, notamment (cette liste n’est pas
exhaustive et les normes récentes à la date d’exécution des travaux devront être prises en
comptes par l’Entrepreneur) :
 Les normes marocaines 7-11 - CL 006 éditées par le Ministère des Travaux Publics et
des Communications concernant les règles techniques des installations de branchement
de première catégorie comprises entre le réseau de distribution et l’origine des
installations intérieures.
 Les normes marocaines N.M. 7.34.110/1 Il et 121, concernant les câbles de distribution
BT.
 La norme marocaine N.M. 7.68.100, concernant les fourreaux PVC en tranchée.
 L’arrêté du Ministère des Travaux Publics no 127.63 du 15 Mars 63 complété par l’arrêté
du 27 Août 63 concernant les conditions techniques auxquelles doivent satisfaire les
distributions d’énergie électrique.
 L’arrêté du Ministère des Travaux Publics et des Communications n° 350.67 du
15/07/67 de la NM CL 005.
 Le cahier des charges applicables aux installations électriques des bâtiments édités par
le CSTB du DTU cahier n° 70. I.
 Les normalisations, spécifications et règles techniques établies par l’UTE (dernières
éditions en vigueur concernant notamment l’appareillage général, les conducteurs, les

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 86


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

moulures et conduites, les mesures de protection contre la mise sous tension


accidentelle des masses métalliques, etc., les normes et publications auxquelles il est
fait référence dans l’annexe de la norme UTE 15.100).
 Les textes officiels relatifs à la protection contre les risques d’incendie et de panique
dans les établissements recevant du public (publication 12200 de l’UTE du 13 Août
1954.24 Mars 1965, et 4 Mars 1969).
 Les prescriptions et règlements de l’ONE.
 Les spécifications de LYDEC
 Les prescriptions du devis descriptif technique (D.D.T).
Tous les travaux de montage devront être exécutés conformément aux indications de la
spécification, ou, lorsque ces indications font défaut, ils devront être exécutés d’une manière
acceptable par la LYDEC ou son représentant, et selon les directives raisonnables données
éventuellement par ces derniers.
En tout état de cause, les travaux de montage et les installations complètes devront être
conformes à tous les règlements et normes en vigueur au Maroc.
9.1.2 Normes et textes réglementaires internationaux
Les normes et règlements sont décrits dans les E-STD-xx de la Lydec.
ARTICLE 9.2 CONSISTANCE DES TRAVAUX
Les travaux relatifs à la partie électricité, pour chaque puits, sont les suivants :
 Confection, transport sur site et montage d’un abri métallique y compris massif, accessoires
et toutes sujétions ;
 Branchement électrique au réseau électrique BT monophasé (à la charge de la LYDEC) ;
 Fourniture, transport sur site et montage des équipements d’alimentation BT monophasé
depuis le point de branchement y compris coffret de comptage type Lydec, fusible, câbles,
accessoires et toutes sujétions ;
 Fourniture, transport sur site et montage d’un coffret électrique d’éclairage y compris
accessoires et toutes sujétions ;
 Fourniture, transport sur site et montage d’un ensemble d’hublots d’éclairage y compris
accessoires et toutes sujétions ;
 Puits 1 : 2 hublots
 Puits 11-EP : 3 hublots
 Puits 12-EP : 4 hublots
 Fourniture, transport sur site et montage des équipements de sécurité et de protection des
installations et des personnes (piqué de terre…) y compris accessoires et toutes sujétions ;
 Fourniture, transport sur site, pose et raccordement des câbles de liaison entre le coffret
électrique et les différents équipements y compris tranchées, buses, grillage avertisseur,
tubes et fourreaux, chemin de câbles, support, accessoires et toutes sujétions ;
 Essai et mise en service de l’ensemble.

ARTICLE 9.3 SPECIFICATIONS TECHNIQUES

9.3.1 Niche en génie civil


L’abri en génie civil sera conçu pour intégrer le coffret de comptage et le coffret électrique,
conformément au plan type indiqué sur le plan joint, avec un design qui s’intègre dans son
environnement, sachant que le plan et l’implantation de cet abri feront l’objet de validation par le
Maître d’Ouvrage.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 87


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Ces travaux comprennent notamment les suggestions suivantes qui sont indicatives et non
limitatives :
 Les études et l’établissement des plans d’exécution du génie civil ;
 Le terrassement en tous terrains et toutes profondeurs y compris les blindages, étaiements,
épuisements nécessaires à l’exécution et à la bonne tenue des fouilles ;
 Le remblaiement avec des matériaux d’apport,
 La fourniture, le transport à pied d’œuvre et la mise en œuvre de tous les matériaux
nécessaires à l’exécution des travaux (bétons, mortiers, granulats, remblais et matériaux
divers, etc.) ;
 La réalisation des travaux de gros œuvre (béton de propreté, béton de structure, coffrages,
armatures, maçonnerie, etc.) ;
 La réalisation des regards de tirage et des caniveaux de câble,
 La fourniture, le transport et la réalisation des travaux de maçonneries d'agglomérés pleins,
Epaisseur de maçonnerie : 0.20 m,
 La fourniture, le transport et l’application de l’enduit au mortier de ciment,
 La réalisation de l’étanchéité multicouche et du relevé de l’étanchéité ainsi que la
réalisation des essais d’étanchéité au niveau des terrasses ;
 L’application sur les parois de béton armé en contact avec les remblais, d’une peinture
bitumineuse, type FLINKOTE ou similaire, appliquée en deux couches y compris toutes
sujétions de préparation de support et de mise en œuvre
 Tous les travaux de second-œuvre et de finition, tels que menuiserie métallique
(conformément au plan), quincaillerie, serrurerie, peinture intérieure et extérieur type
vinylique en trois couches, revêtements de sols avec un béton reflué, isolation et doublage,
etc. ;
 La fourniture, le transport et la pose d’une porte métallique à un vantail en tôle galvanisée,
de deux fenêtres d’aération en acier galvanisée de dimension 0.5 m x 0.25 m et munies de
grille anti-moustique ;
 La fourniture, le transport et la pose de gargouille et de descente d’eau ;
 Toutes sujétions de parfaite exécution.

9.3.2 Coffret électrique d’éclairage


Ce coffret comprendra (à titre indicatif) les équipements électriques suivants :
Intérieur du coffret :
- 1 Arrivée générale (disjoncteur différentiel bipolaire adéquatement calibré),
- 1 Répartiteur général monophasé,
- 2 Départs hublots (disjoncteur différentiel 2x10A-30mA),
- 1 Départ PC (disjoncteur différentiel 2x16A-30mA),
- 1 Départ réserve (disjoncteur différentiel 2x10A-30mA),
- 1 Départ réserve (disjoncteur différentiel 2x16A-30mA),
- 1 Ventilation naturelle y compris filtre d’entrée/sortie d’air,
- 1 Collecteur de terre des masses en barre cuivre nu,
- 1 Pochette avec schémas électriques,
- Le câblage, étiquetage, repérage des câbles, fileries et appareillage et tous les
accessoires de pose et de raccordement.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 88


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

NB : Le coffret aura une réserve d’espace de 25%.


Face avant du coffret :
- 1 Ensemble de voyants pour la signalisation comme suit :
o Défaut disjoncteur de tête,
o Présence tension…
- 1 Commutateur 2 position pour la commande de l’éclairage du puits
- 1 Prise de courant 2x16A+T
- Tous accessoires de pose, de raccordement, de repérage et toutes sujétions.

9.3.3 Hublot
Caractéristiques techniques minimales à respecter :
- Type : Hublot étanche Ovale
- Indice de protection : IP44
- Diffuseur plastique en polycarbonate
- Entrée de câble par ventouse
- Température d’utilisation : -25° à 50°C
- Conforme à la norme EN 60 598
- Equipé de douille, lampe…

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 89


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE X Réseaux divers

ARTICLE 10.1 DOCUMENTS DE REFERENCE


La qualité des matériaux et leur mise en œuvre seront conformes aux prescriptions des
documents suivants :
 Fascicule n°2 : Terrassements généraux.
 Fascicule n°71 : Fourniture et pose de conduites d'adduction et de distribution d'eau
 Guide technique SETRA : Remblayage des tranchées et réfection des chaussées (mai
1994).
 C.P.C. applicable aux réseaux

ARTICLE 10.2 DOCUMENT A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR


L’Entrepreneur soumettra à l’agrément du Maître d’Œuvre son étude d’exécution des réseaux
pendant la période de préparation.
L’étude d’exécution comprendra :
 La vue en plan et les profils en long de tous les réseaux, avec repérage des traversées,
 Les cotes des tampons et des fils d’eau,
 Les plans de détails et notice de mise en œuvre,
 Les procédures de terrassement,
 Le planning des travaux et son phasage, compte tenu des contraintes de réalisation des
différents ouvrages,
 Les procédures et mode de signalisation des fouilles (notamment pour les réseaux HT,
BT et courants faibles dans l’ensemble du site).

ARTICLE 10. 3 DESCRIPTIF

10.3.1 Généralités
Les travaux concernant les réseaux comprennent les terrassements pour ouvrages, la
fourniture et la pose des conduites ou fourreaux et toutes sujétions de réfection :
 Réalisation de tranchées avec reprises de voirie pour la pose de fourreaux pour réseau
BT et courants faibles
 Réalisation de tranchées avec reprises de voirie pour les réseaux d’eau potable
(conduite à déplacer éventuellement)
 Leurs protections exécutées suivant les diverses exigences

10.3.2 Réseau d’eau


La prestation comprend la réalisation des tranchées, la confection d’un lit de pose, la pose des
conduites, l’enrobage des conduites, la pose d’un grillage avertisseur, le remblaiement des
tranchées, la reprise des aménagements de surface (voirie, espace vert), la fourniture et pose
des pièces spéciales et le raccordement à l’existant.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 90


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

10.3.3 Réseaux secs


La prestation comprend la réalisation des tranchées, la confection d’un lit de pose, la pose des
fourreaux, l’enrobage des fourreaux, la pose d’un grillage avertisseur, le remblaiement des
tranchées, la reprise des aménagements de surface (voirie, espace vert), le raccordement des
fourreaux (scellement) sur la traversée des parois des postes de pompage, et la pénétration
des fourreaux dans la chambre de tirage située à proximité du point de branchement.

Mise à la terre

Il sera prévu une prise de terre des masses aboutissant sur des barrettes de mesure de terre
située dans les locaux électriques.
Dans le cadre des travaux décrits ici, le circuit de terre comprend :
 Le raccordement de ce circuit sur les barrettes de terre mise en place dans les locaux
électriques.
 Le circuit de terre en fond de fouille et la remontée jusqu'à la barrette de terre sont à
prévoir. L'entrepreneur vérifiera que la résistance de la prise de terre est inférieure à 1
et s'assurera de la continuité des liaisons équipotentielles.
 Le raccordement de ce circuit sur les barrettes de terre mise en place dans les locaux
électriques.

ARTICLE 10. 4 SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES

10.4.1 Provenance et qualité des matériaux

A- Provenance et approvisionnement des conduites

Les conduites quel que soit leur nature proviendront d’usine agréée par le Maître d’Œuvre Ŕ la
nature de la conduite devra avoir reçu l’accord du Maître d’Ouvrage et du Maître d’Œuvre.
L’attestation de conformité à la norme et aux prescriptions complémentaires de qualité est
fournie par l’utilisation de la marque NF, NM ou d’une marque équivalente. En tout état de
cause, il appartient à l’Entrepreneur d’apporter au Maître d’Œuvre la preuve de la conformité de
ses produits aux exigences spécifiées.
Le protocole d’approvisionnement des canalisations est à définir entre l’Entrepreneur et son
fournisseur de canalisation.

B- Manutention et stockage des produits et matériaux

Les manutentions de matériaux et produits sont effectuées conformément aux prescriptions du


fabricant et aux règles de sécurité en vigueur. L’Entrepreneur veille à l’adéquation des moyens
de manutention et des protections à mettre en œuvre pour garantir l’intégrité des matériaux et
produits.
Les différentes aires de stockage doivent être propres, nivelées et aménagées par les soins de
l’Entrepreneur.
Les canalisations et accessoires en matières plastiques font l’objet d’une protection thermique
si les conditions climatiques l’exigent.

C- Acceptation des matériaux et produits sur chantier

Les matériaux refusés sont identifiés et devront être évacués hors du chantier par
l’Entrepreneur dans un délai de 8 jours, au-delà le Maître d’Œuvre aura toute latitude pour faire
évacuer les lots refusés aux frais de l’Entrepreneur.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 91


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

La réception des matériaux après livraison, n’exclut pas un refus éventuel si en cours de mise
en œuvre ils se révélaient défectueux ou inadaptés aux performances annoncées.

10.4.2 Mode d’exécution


Les prescriptions suivantes des articles 53 et 54 du fascicule français n°71 concernent la pose
des canalisations en tranchées.

A- Lit de pose

Le lit de pose sera constitué de sablon tel que défini au chapitre Terrassements.
Dans tous les cas le matériau employé en lit de pose devra être agréé par le Maître d’Œuvre.
L’épaisseur du lit de pose est déterminée en fonction du diamètre de la conduite par la formule
e (m) = 0,1 + D/10 avec un minimum de 0.15m.
Il est précisé que la conduite devra être encastrée dans le lit de pose qui doit remonter de part
et d'autre de la conduite jusqu'à une hauteur de 1/4 (un quart) du diamètre extérieur de celle-ci,
comptée à partir de sa génératrice extérieure inférieure.
Après exécution du lit de pose ou de la couche de béton de propreté, l'Entrepreneur vérifie que
celui-ci est dressé selon la pente fixée au projet et en informe le Maître d’Œuvre pour qu'il la
vérifie s’il le juge nécessaire.
L'Entrepreneur procède ensuite sans délai à la pose des tuyaux, aux essais et au
remblaiement.

B- Remblaiement de tranchées

Le remblaiement des tranchées comprendra un enrobage des canalisations ou fourreaux


suivant les spécifications des CPC et fascicule 71, en utilisant les matériaux pour enrobage
décrits au chapitre Terrassements.
Le remblaiement de la tranchée se poursuivra au moyen des matériaux issus des déblais.
La reconstitution du revêtement (terre végétale et engazonnement dans les zones d’espace vert
et reconstitution de chaussée dans les zones de voirie) fait partie de la prestation.

C- Transport et manutention des tuyaux, accessoires et fourreaux

Les tuyaux, raccords ou accessoires seront déposés sans brutalité sur le sol ou dans le fond
des tranchées. Le déchargement par chute, même sur du sable ou des pneus, est interdit. Tout
tuyau qu'une fausse manœuvre aurait laissé tomber de quelque hauteur que ce soit, sera
considéré comme suspect et fera l'objet d'une vérification spéciale.
Pour les conduites en acier, les tuyaux étant revêtus extérieurement, les manutentions
s'effectueront par des élingues garnies de cuir matelassé ou de caoutchouc épais, ou par des
sangles en toile, et maintenues écartées par un palonnier.
Toutes les conséquences éventuelles directes ou indirectes des mauvaises manutentions sont
à la charge de l'Entrepreneur.

Vérifications préalables

Au moment de leur mise en place, tous les tubes seront examinés à l’intérieur et
soigneusement débarrassés de tout corps étranger qui aurait pu y être introduits ; leurs abouts
seront soigneusement nettoyés. L’Entrepreneur aura l’entière responsabilité de ces
vérifications.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 92


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Les tubes et les raccords seront vérifiés avant d’être assemblés, pour s’assurer notamment que
les revêtements protecteurs extérieur et inférieur sont intacts ou rétablis dans leur intégrité
primitive.
Les revêtements, en particulier pour le réseau d’eau potable, devront dont être rigoureusement
reconstitués partout où ils auraient été enlevés ou détériorés.

Mise en place des canalisations

Avant la mise en œuvre, tous les tuyaux d’eau potable, les pièces spéciales et les appareils
devront être à pied d'œuvre, soigneusement nettoyés et purgés de tout élément étranger. Les
extrémités de la conduite posée devront être bouchées soigneusement pendant les
interruptions de travail.
Les prescriptions de CCTG, fascicule français 71 doivent être suivies et dans tous les cas, la
pose devra se faire en conformité avec les exigences du fabricant.
La pose des canalisations se fera en respectant les pentes prévues au projet et reprises sur les
plans de profil en long.
Le grillage avertisseur est installé environ 0,20 m au-dessus de la génératrice supérieure de la
canalisation et sur une largeur au moins équivalente à l'emprise extérieure de la canalisation. Il
sera de couleur bleue pour l’eau potable et marron pour l’assainissement.

Conduite en pression

A chaque changement de direction de la conduite formant coude, seront construites les butées
qui devront répondre à la pression par simple adhérence.
Les conditions d'adhérence et d'équilibre seront soumises au Maître d’Œuvre ainsi que le calcul
du volume en résultant pour approbation. Le fond de fouille de la fondation sera posé jusqu'à un
matériau de fondation estimé satisfaisant.
Le coulage du béton se fera en une fois après approbation expresse des notes de calculs et de
la qualité de la fondation.
Pour les conduites qui ne font pas l’objet de butées, des modes de verrouillage équilibrant les
forces de poussée de l’eau doivent être mis en place, partout où se produisent ces poussées.

Grillage avertisseur

Les avertisseurs sont des dispositifs constitués par une bande ajourée ou façonnée ou par un
grillage comportant éventuellement des renforts. Ils ont un triple objectif :
 Avertir de la présence d’une canalisation lors de l’ouverture d’une tranchée.
 Signaler son orientation.
 Identifier le produit protégé.
Les dispositifs avertisseurs doivent répondre aux spécifications de la norme NFT-54-080.
La couleur de ces grillages est :
 Rouge pour réseau électrique
 Vert pour réseau courant faible
 Bleu pour réseaux AEP
Matières constitutives :
 Polyéthylène, polypropylène ou tout autre matériau insensible aux micro-organismes.
Dimensions :
 Largeur au moins égale à l’emprise extérieure de la canalisation.
 La maille doit avoir les dimensions 15 mm x 15 mm.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 93


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

 La largeur minimale des fils constituant les mailles doit être de 1 mm.
 La longueur des rouleaux doit être de 100 m.
 La masse des rouleaux du dispositif avertisseurs doit être indiquée par le fabricant dans
la fiche technique du produit avec une tolérance  5 %.
Réseaux secs
Pose des fourreaux
Les fourreaux seront posés délicatement sur le sol ou dans le fond des tranchées et ne devront
pas être roulés sur les pierres, ou sur un sol rocheux, mais sur des chemins de roulement.
L’élingage par l’intérieur des tuyaux est interdit.
Les tuyaux en PVC et TPC vert seront protégés du soleil lors du transport et du stockage de
façon à éviter les déformations.
Les fourreaux en PVC (renforcé) ou TPC verts seront posés accolés et devront respecter les
conditions de protection suivantes :
 Enrobage des gaines avec du béton sous les traversées de voirie ;
 Respect des distances avec les autres canalisations (cas de tranchée commune) ;
 Pose d’un grillage avertisseur de couleur bleue ou verte de 0.50m de largeur sur toute la
longueur des fourreaux.
Chambre de tirage
La mise à niveau des chambres de tirage sera réalisée en même temps que les travaux de
voirie, afin d’être alignés au niveau du revêtement. Les tampons fonte de couverture des
chambres de tirage seront en fonte ductile de 250kN (ou D400 en cas de pose sous chaussée).
ARTICLE 10. 5 CONTROLES ET ESSAIS
10.5.1 Résultats à garantir
Les résultats à garantir sont :
 La résistance mécanique,
 L’étanchéité des réseaux,
 L’étanchéité des joints, vannes, raccordement...
 La résistance à la corrosion,
 Les ancrages et la reprise des efforts axiaux.
L’Entreprise se conformera aux prescriptions qui font l’objet du fascicule français 71 du CCTG.
10.5.2 Généralités
Les épreuves des conduites seront exécutées avant le remblaiement des fouilles, la stabilité
des collecteurs étant assurée par des cavaliers laissant les joints à découvert.
L'Entrepreneur prendra les dispositions nécessaires pour réaliser les épreuves et fournira
notamment le personnel, le matériel (notamment obturateurs et équipement permettant le
remplissage des tronçons éprouvés) et les fournitures nécessaires.
Deux jours ouvrés au moins avant de procéder à l'épreuve, l'Entrepreneur préviendra le Maître
d’Œuvre, de la date et de l'heure envisagées pour les épreuves.
Les tests d'étanchéité seront réalisés, après accord entre le Maître d’Œuvre et l'Entrepreneur,
par tronçons. La totalité du réseau posé, y compris les branchements éventuels, sera éprouvée.
10.5.3 Examen d'aspect et de dimensions
Les tubes ainsi que leurs accessoires pourront être vérifiés dès leur arrivée sur chantier ou en
atelier de stockage provisoire. Tous les tuyaux et pièces de raccords seront examinés avant
leur descente en tranchée.
Tous les éléments présentant des défauts manifestes de fabrication, ou ayant été blessés,
rayés ou poinçonnés profondément lors des déchargements et manipulation seront écartés, et
à fortiori s'ils présentent des éclats ou fissurations.
Les dimensions seront vérifiées, et notamment le diamètre extérieur des tubes et intérieur des
raccords.
Cet examen pourra être effectué selon des données statistiques standard, selon le désir du
Maître d’Œuvre.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 94


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Les tubes et raccords ne satisfaisant pas aux dimensions et tolérances exigées devront être
remplacés, nombre pour nombre.
10.5.4 Fourniture de l'eau
L’Entrepreneur fera son affaire pour l’approvisionnement de l’eau nécessaire pour les essais
des conduites, en des points qu'il aura choisis le plus près possible des points d'épreuve, et
compte tenu de ses possibilités, l'eau nécessaire à l'exécution des essais prescrits, à charge
pour l'Entrepreneur d'approvisionner toutes fournitures et de procéder à tous travaux de
raccordement utiles.
10.5.5 Procès-verbal
Un procès-verbal sera dressé à chaque essai, contradictoirement entre le Maître d’Œuvre et
l'Entrepreneur.
Ce procès-verbal, préparé au moins en deux exemplaires par l'Entrepreneur, portera les
indications suivantes :
 Numéro d'ordre et date de l'essai,
 Désignation exacte du tronçon essayé de la canalisation, repérage des extrémités du
tronçon,
 Croquis indiquant, suivant l'ordre de pose, le nombre et les caractéristiques des tuyaux,
des raccords ou pièces spéciales et des appareils entrant dans la constitution du
tronçon,
 Durée de l'essai, pression d'épreuve, résultats obtenus,
 Décisions relatives à toutes réfections éventuelles et conclusions.
10.5.6 Mise en conformité et épreuves supplémentaires
L'Entrepreneur devra remédier à tout défaut d'étanchéité constaté à l'épreuve, en exécutant
immédiatement et à ses frais les réparations quelles qu'elles soient, dont l'épreuve aurait fait
reconnaître la nécessité.
Ces réparations effectuées, l'Entrepreneur effectuera à sa charge une nouvelle épreuve
contradictoire, après en avoir avisé le Maître d’Œuvre, conformément aux délais prescrits.
Aucune réception ne sera prononcée en l'absence d'essais satisfaisants.
10.5.7 Inspection vidéo
Préalablement à la réception, après réalisation des essais d’étanchéité et de compactage
(essais obligatoirement positifs), les canalisations et ouvrages enterrés pourront faire l’objet
d’une inspection caméra complète.
Celle-ci sera effectuée par un prestataire externe agréé et directement rémunéré par le maître
d’ouvrage. En cas de défaut constaté, l’Entrepreneur soumettra, pour validation, au Maître
d’Œuvre les méthodes correctives qu’il compte mettre en œuvre. En aucun cas il n’engagera de
travaux de mise en conformité sans l’accord écrit du maître d’œuvre.
L'entreprise devra remédier à ses frais aux imperfections pour malfaçons constatées et
indiquées dans le procès-verbal et justifier, à ses frais, leur bonne réparation par l’intermédiaire
d’une contre-épreuve.
10.5.8 Epreuve des conduites sous pression, rinçage et essai des
conduites d’eau potable
Epreuve par tronçons

Les épreuves visées sont des mises en pression destinées à contrôler l’étanchéité. Les
conduites seront éprouvées au fur et à mesure de l’avancement des travaux et avant
raccordement définitif sur le réseau existant en service. La longueur du tronçon éprouvé sera
limitée à cinq cent mètres linéaires (500 ml).

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 95


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Préparation de l’épreuve
Les opérations d’épreuve des joints et canalisations seront faites par l’Entrepreneur, à ses frais,
suivant les indications du Maître de l’Ouvrage.
L’épreuve est faite dans des conditions qui permettent d’examiner effectivement le tronçon de
conduite éprouvé et en particulier tous les joints. Pour les conduites posées en terre, elle a
donc lieu avant remblai. L’Entrepreneur a notamment la charge de fournir et de poser les
plaques pleines, butées, les branchements d’alimentation et toutes autres installations
accessoires nécessaires à l’exécution de l’épreuve, dans les conditions prescrites, ainsi que le
matériel nécessaire aux épreuves.
Si la conduite est éprouvée avant remblai, des « cavaliers » de terre sont disposés au milieu de
chacun des tuyaux des canalisations comportant des joints autres que soudés, collés ou
verrouillés en vue de s’opposer à tout déboîtement ou mouvement de la canalisation.
Fourniture de l’eau
L’eau nécessaire pour les essais sera fournie gratuitement par la Maître de l’ouvrage, à la limite
de deux remplissages (l’un pour l’essai et l’autre pour la désinfection des conduites), en des
points qu’il aura choisis compte tenu de ses possibilités, à charge pour l’Entrepreneur
d’approvisionner toute fourniture et de procéder à tous travaux de raccordement.
Si, à l’épreuve, un défaut d’étanchéité est constaté sur un matériel fourni par l’Entrepreneur,
l’eau nécessaire pour refaire l’essai après exécution des réparations nécessaires, sera facturée
à ce dernier sur la base des tarifs en vigueur à Casablanca.
Mise en eau
La conduite est mise en eau progressivement, en évitant les coups de bélier dus à un
remplissage trop rapide et en assurant une purge correcte de l’air de la canalisation. Le
remplissage se fera quarante-huit heures (48h) avant l’épreuve.
Mise en pression
La pompe d’épreuve et son manomètre seront placés au point le plus bas du tronçon à essayer.
Après mise en pression préalable de 5 minutes, faite à la pression d’épreuve, il est procédé à
l’ouverture de la (des) purge(s), disposée(s) à l’autre extrémité du tronçon d’essai par rapport
au manomètre, afin de vérifier qu’il n’existe aucun obstacle (robinet-vanne fermé) à la montée
en pression sur la totalité du tronçon éprouvé. La pression est rétablie par la suite à la pression
d’épreuve, pendant le temps prescrit, toutes précautions étant prises pour éviter les coups de
bélier dans la conduite.
Pression d’épreuves de conduites en place
La pression d’épreuve de la conduite en place est celle précisée dans les Spécifications
Techniques Particulières.
Modalités des essais
La pression d’épreuve est appliquée pendant une durée de 30 minutes, sans que la diminution
de pression soit supérieure à 0,3 bar.
Mise en conformité et épreuves supplémentaires
L'Entrepreneur doit remédier à tout défaut d'étanchéité constaté à l'épreuve, en exécutant
immédiatement et à ses frais les réparations quelles qu'elles soient dont l'épreuve aurait fait
reconnaître la nécessité ; ne sont toutefois pas à sa charge le remplacement, la fourniture et la
pose des pièces non fournies par lui et dont le défaut de résistance serait dû à la mauvaise
qualité du matériau ou à un vice de fabrication. Il en est de même des frais de recherches
préalables lorsque le défaut susvisé se trouve confirmé.
Ces réparations effectuées, il est procédé à une nouvelle épreuve dans les mêmes conditions
précisées ci-dessus.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 96


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

Procès-verbal

Un procès-verbal est dressé à chaque essai. Ce document comporte les indications suivantes :
 Numéro d’ordre et date de l’essai ;
 Désignation exacte du tronçon de conduite éprouvé (dénomination des voies
empruntées, repérage par rapport au profil en long, etc.) ;
 Repérage des extrémités du tronçon ;
 Durée et pression d’épreuve, résultats obtenus ;
 Décisions relatives à toutes réfections éventuelles et conclusions ;
 Le procès-verbal est dressé à chaque épreuve contradictoirement entre le Maître de
l’Ouvrage et l’Entrepreneur. Il comporte entre autres les noms et signatures des
représentants des deux parties.
Ce procès-verbal ne sera signé qu’après étalonnage, par un laboratoire agréé par le Maître de
l’Ouvrage, du (ou des) manomètre (s) ayant servi aux essais. Tous les frais entraînés par cette
opération restent à la charge de l’Entrepreneur.

Désinfection des conduites

Après le nettoyage et l'épreuve de pression, toute conduite d'eau potable sera rincée à l'eau
propre avant d'y introduire le produit désinfectant.
Du chlore liquide, hypochlorite de calcium ou hypochlorite de sodium pourront être utilisés. Si le
chlore liquide est choisi, il sera utilisé uniquement avec l'équipement approprié, sous la
supervision d'un personnel qualifié, familiarisé avec les propriétés physiologiques, chimiques et
physiques du produit, convenablement formé et capable de prendre les mesures qui s'imposent
en cas d'accident.
Les conduites d’eau potable seront désinfectées par la méthode à alimentation continue. L’eau
en provenance d’une source appropriée sera injectée dans la canalisation principale. Une
quantité dosée de chlore sera déversée dans l’eau selon un taux constant.
Pendant l’application du chlore, les vannes seront manœuvrées de manière à éviter que le
chlore de traitement ne remonte dans la conduite d’alimentation en eau. L’application de chlore
ne cessera que lorsque l’ensemble de la conduite sera rempli d’eau chlorée.
L’eau chlorée restera dans la conduite pendant 24 heures minimum ; pendant ce temps, toutes
vannes de la canalisation d’eau traitée seront manœuvrées pour désinfecter tous les appareils
auxiliaires. A la fin de la période de 24 heures, l’eau désinfectante contiendra au moins 2mg/I
de chlore sur toute la longueur de la canalisation.
Après la période de retenue requise, l’eau fortement chlorée sera évacuée de la canalisation
par courant d’eau potable jusqu’à ce que la concentration de chlore dans l’eau à la sortie de la
canalisation n’excède pas 1,0 mg/l. Des déterminations de chlore résiduel seront effectuées afin
d’établir que l’eau fortement chlorée a été chassée de la canalisation.
L’eau de rinçage ne sera évacuée qu’en des lieux ou par des conduites appropriées. Tout rejet
qui pourrait causer des dégâts, créer des nuisances, présenter un danger pour la santé ou
gêner les activités de tiers ne sera pas autorisé.
Après le rinçage final et avant la mise en service d’une conduite d’eau potable, un ou plusieurs
échantillons seront prélevés à l’extrémité de la conduite afin d’établir l’analyse bactériologique
de l’eau : aucun coliforme d’origine fécale ne devra être présente. Les échantillons seront
prélevés dans des flacons stériles traités à l’hyposulfite de soude. Si les échantillons prélevés
après la désinfection initiale ne fournissent pas de résultats satisfaisants, la désinfection sera
répétée jusqu’à l’obtention d’échantillons satisfaisants.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 97


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE XI Aménagements paysagers

ARTICLE 11.1 DOCUMENTS DE REFERENCE

 Fascicule : 35 : Travaux d'espaces verts, d'aires de sports et de loisirs.

ARTICLE 11.2 DOCUMENT A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR

 Plan d’implantation des reprises de végétalisation et de l’engazonnement général.

 Composition du mélange de gazon.

ARTICLE 11.3 DESCRIPTIF

11.3.1 Engazonnement
Il est de plus prévu un engazonnement général de la zone :

 Nivellement

 Fourniture et la mise en œuvre de terre végétale (si nécessaire) : les travaux


comprennent deux passages à la fraise rotative, la purge des déchets de tous ordres et
l’enlèvement des cailloux d’une taille supérieure à 0,04 m sur une profondeur de 0,10 m,
le roulage pour tassage et destruction des petites mottes qui subsistent, un ratissage de
surface avec enlèvement des cailloux de taille supérieure à 0,02 m sur 0,05 m
d’épaisseur.

 Fourniture et mise en œuvre de la traînasse avec semis croisé des graines avec
redoublage en bordure sur une largeur de 0,30 m environ, un second roulage léger pour
enfouissement correct des graines et plombage du semis sur sol sec, l’humidification du
sol

 Entretien sur une période de 6 mois après la date d’achèvement des travaux retenue par
la personne responsable du marché, comprenant 2 tontes. Jusqu’à la deuxième tonte, il
sera effectué les arrosages nécessaires, un roulage pour tallage des jeunes pousses,
enfin la première tonte roulée lorsque la pelouse aura atteint une hauteur de 0,08 m
environ.

11.3.2 Plantation d’arbres


Les travaux consistent à l’ouverture du trou de plantation d’une dimension double de celle du
système racinaire (minimum 2 m3), l’ameublement du sol avec apport éventuel de sable
grossier pour allègement du sol au pourtour des racines ou de la motte, l’apport d’engrais au
pied, la plantation proprement dite, le tuteurage et le plombage de l’arbre avec réglage du collet
au niveau haut soit de la bordure, soit du revêtement environnant; la fermeture du trou de
plantation et l’arrosage copieux pour blocage à raison de 30 litres / U.
Les types de plantation se diffèrent à trois types : arbres à haut tiges, arbres de moyenne tige et
des arbustes de buissons.

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 98


Cahier des clauses techniques particulières _ CCTP_ Tome 2.2.1

CHAPITRE XII Réceptions / garanties

ARTICLE 12.1 GENERALITES


En supplément des dispositions de contrôles et réception définies au présent CCTP, il est prévu
l’organisation d’opération préalables à la réception concernant la garantie à apporter par
l’entreprise sur l’étanchéité des ouvrages.
ARTICLE 12.2 PROCEDURE DE CONTROLE
En fin de travaux, il sera procédé à un contrôle de l’étanchéité des galeries et des ouvrages par
inspection à vide, les venues d’eau de la nappe indiqueront les éventuelles zones de fuite.
Les vidéos et les photos illustrant l’inspection visuelle réalisée seront remis au maitre d’ouvrage
sur un CD.
En cas de fuites importantes, il sera demandé à l’entrepreneur de réaliser des injections.

Pour L’Entrepreneur Pour LYDEC

Le ………………… Le Directeur Général


………………………. Jean-Pascal DARRIET

Lu et Accepté
Le ………………………. Le ……………………….

Marché n° 93-2020 A/T - Assainissement de Sidi Moumen Ŕ Lot 4 99

Vous aimerez peut-être aussi