Vous êtes sur la page 1sur 8

Les mouvements plans

I- Mouvement sur un plan incliné :


1. Activité :
2. Exploitation :

II- Mouvement d’un projectile dans le champ de pesanteur :


Un projectile, de masse m est lancé dans le champ de pesanteur g avec une vitesse initiale 𝑣⃗o.
Ce vecteur fait avec l'horizontale un angle aigu α appelé angle de tir.

1) Etude dynamique :
Le système est le projectile de masse m. Le référentiel (o,𝑖⃗,𝑗⃗,𝑘⃗⃗) est celui de la Terre. Le vecteur
𝑣⃗o se trouve dans le plan (ox ; oy).
L’origine du repère cartésien ne coïncide pas forcément avec le point de lancement du
projectile.
Bilan des forces : en négligeant les frottements avec l’air on peut considérer que le projectile
est soumis à l’action de son poids 𝑃⃗⃗ seulement.

Selon le théorème du centre d’inertie : 𝑃⃗⃗ = m. 𝑎⃗ ⟹ m.𝑔⃗ = m. 𝑎⃗ ⟹ 𝒂


⃗⃗ = 𝒈
⃗⃗⃗
Conclusion : L’accélération est un vecteur constant dont la norme est indépendante de la
masse du projectile. Sa norme est égale à l’intensité de la pesanteur.

Projetant la relation 𝑎⃗ = 𝑔⃗ dans le repère (o,𝑖⃗,𝑗⃗,𝑘⃗⃗) : ax = 0 ay = - g az = 0


En utilisant la fonction primitive on obtient les expressions de v x, vy et vz :
𝒅𝒗x 𝒅𝒗y 𝒅𝒗z
= ax = 0 ⟹ vx = C1 = ay = - g ⟹ vy = - g.t + C2 = az = 0 ⟹ vz = C3
𝒅𝒕 𝒅𝒕 𝒅𝒕

Les constantes C1, C2 et C3 sont déterminées en utilisant les conditions initiales :

𝑣⃗ (t=0) = 𝑣⃗o et en projetant dans le repère (o,𝑖⃗,𝑗⃗,𝑘⃗⃗) :


vx (t=0) = v0x ⟹ C1 = v0.cosα
vy (t=0) = v0y ⟹ C2 = v0.sinα
vz (t=0) = v0z ⟹ C3 = 0
vx = v0.cosα vy = - g.t + v0.sinα vz = 0
En utilisant la fonction primitive de vx, vy et vz on obtient les expressions des équation horaires
du mouvement x(t), y(t) et z(t) :
𝑑𝑥
= vx = v0.cosα ⟹ x = v0. cosα.t + C’1
𝑑𝑡
𝑑𝑦 𝟏
= vy = - g.t + v0.sinα ⟹ y = - .g.t2 + v0.sinα.t + C’2
𝑑𝑡 𝟐
𝑑𝑧
= vz = 0 ⟹ z = C’3
𝑑𝑡

Les conditions initiales : x(t=0) = 0 ; y(t=0) = y0 ; z(t=0) = 0


Donc C’1 = 0 C’2 = y0 C’3 = 0
𝟏
x(t) = v0. cosα.t y(t) = - .g.t2 + v0.sinα.t + y0 z(t) = 0
𝟐

Remarque :
z(t)=0, le mouvement est plan et s’effectue dans le plan XOY. La projection du mouvement sur
l’axe Ox est un mouvement uniforme alors que la projection du mouvement sur l’axe Oy est un
mouvement uniformément varié.

2) Equation de la trajectoire :
𝒙
x = v0.cosα.t ⟹ t=
𝒗0.𝒄𝒐𝒔𝜶
1 −𝒈
y = - .g.t2 + v0.sinα.t + y0 ⟹ y= . x2 + tanα . x + y0
2 𝟐.𝒗02.𝒄𝒐𝒔2𝜶
C’est l’équation d’une parabole donc le mouvement est une chute parabolique

3) Portée horizontale :
La portée d est l’abscisse xP d’un point P d ordonnée y=0 (si y0=0, P est le point d’impact).
Pour déterminer xp, on résout l’équation y=0. On traitera pour simplifier le cas où y0=0.
−𝑔 𝒗02
0= . xP2 + tanα . xP ⟹ xP = 2. 𝑣02. 𝑐𝑜𝑠2𝛼 tanα = 2. 𝑣02. 𝑐𝑜𝑠𝛼. sinα /g ⟹ d= 𝒔𝒊𝒏𝟐𝜶
2.𝑣02.𝑐𝑜𝑠2𝛼 𝒈
𝜋
Pour une vitesse v0 donnée, la portée est maximale lorsque sin2α =1 c'est-à-dire 2α= soit
2
𝝅
dmax = = 45o
𝟒
𝑣02
Pour xp < dmax, l’équation xp = 𝑠𝑖𝑛2𝛼 admet deux solutions α1 et α2 telles que :
𝑔
𝝅
2α1 = 2α et 2α2 = π - 2α c-à-d α1 = α et α2 = -α
𝟐
0

Conclusion : Pour une valeur donnée de v0, une même portée xP est atteinte pour
deux angles de tir différents (si α est différent de 0°, 45° et 90°). Ces deux angles sont
complémentaires.

4) Flèche
La flèche est la hauteur maximale atteinte par le projectile. Au sommet de la trajectoire la
𝒗0.𝒔𝒊𝒏𝜶
vitesse est horizontale donc vyF = 0 alors : - g.tF + v0.sinα = 0 ⟹ tF =
𝒈

1 𝟏 𝒗0.𝒔𝒊𝒏𝜶 2 𝒗0.𝒔𝒊𝒏𝜶 𝒗02.𝒔𝒊𝒏2𝜶


YF = - .g.tF2 + v0.sinα.tF ⟹ YF = - .g.( ) + v0.sinα. ⟹ yF =
2 𝟐 𝒈 𝒈 𝟐𝒈
𝒗0.𝒔𝒊𝒏𝜶 𝒗02.𝒔𝒊𝒏𝟐𝜶
xF = v0.cosα.tF = v0.cosα. ⟹ xF =
𝒈 𝟐𝒈

5) Etude énergétique :
Appliquons le théorème de l’énergie cinétique entre les positions O et P :
1 1
EC(P) – EC(O) = WO⟶P(𝑃⃗⃗) ⟹ .m.vP2 - .m.v02 = m.g.y0
2 2

VP = √𝑣02 + 2. 𝑔. 𝑦0
III- Mouvement d’une particule chargée dans un champ magnétique uniforme :

1) Etude expérimentale :
Lorsqu’on approche un aimant droit du faisceau d’électrons du tube de Crookes, on observe
la déviation du faisceau. Même observation si on remplace l’aimant par le champ
magnétique des bobines de Helmholtz.
Le sens de déviation du faisceau s’inverse lorsqu’on inverse les positions des pôles de
l’aimant ou le sens du courant dans les bobines de Helmholtz.
Sous l’effet d’un champ magnétique l’électron est soumis à une force magnétique.
Observations :
⃗⃗
- Si le vecteur vitesse initiale 𝑣⃗0 des électrons est parallèle au vecteur champ magnétique 𝐵
alors le faisceau d’électron n’est pas dévié.
- Si 𝑣⃗0 est perpendiculaire à 𝐵⃗⃗, le faisceau d’électron est dévié suivant une trajectoire
circulaire.
2) Force magnétique :
a- Relation de Lorentz
Une charge q qui se déplace avec une vitesse 𝑣⃗ dans un champ magnétique caractérisé par le
⃗⃗ subit une force magnétique appelée force de Lorentz 𝐹⃗ donnée par : ⃗𝑭⃗ =q𝒗
vecteur 𝐵 ⃗⃗ ∧ ⃗𝑩
⃗⃗

Cette relation fait intervenir un opérateur mathématique appelé produit vectoriel (noté "∧").
b- CARACTERISTIQUES DE LA FORCE DE LORENTZ
 Point d’application : c’est la particule elle-même considérée
comme ponctuelle.
 Direction : perpendiculaire à q𝑣⃗ et à 𝐵⃗⃗, donc
perpendiculaire au plan formé par q𝑣⃗ et 𝐵 ⃗⃗
 Sens : déterminé par la règle des trois doigts de la main
droite (règle d’orientation de l’espace).
 Norme : F =|q.v.B.sin(𝒗 ⃗⃗⃗)| = |q.v.B.sin𝜶|
⃗⃗,𝑩

c- APPLICATION
Un faisceau de noyaux 42𝐻e2+ entre dans un champs magnétique uniforme, d’intensité
⃗⃗ un angle de 60o
B=2.103T, avec une vitesse v0 = 103m.S-1 dont le vecteur 𝑣⃗0 fait avec 𝐵

1-Calculer l’intensité de la force de Lorentz 𝐹⃗ et la représenter dans les deux cas possibles.
2-Comparer F au poids P de la particule. On donne : m( 42𝐻e2+)=6,68.10-27Kg et g=10N.Kg

3) Etude théorique :
A l'instant initial une particule de masse m et de charge
électrique q pénètre avec la vitesse 𝑣⃗0 dans une région de
l'espace où règne un champ magnétique uniforme 𝐵 ⃗⃗. On
suppose que 𝑣⃗0 est perpendiculaire à 𝐵 ⃗⃗.

a- EXPRESSION DE L’ACCELERATION
-Système étudié : la particule.
-Bilan des forces :

*Force de Lorentz 𝐹⃗ *Poids 𝑃⃗⃗ de la particule

-Théorème du centre d’inertie : 𝐹⃗ + 𝑃⃗⃗ = m.𝑎⃗ et P est négligeable devant F


𝒒
Donc 𝐹⃗ = m.𝑎⃗ ⟹ m.𝑎⃗ = q𝑣⃗ ∧ 𝐵
⃗⃗ ⟹ ⃗⃗ =
𝒂 𝒗 ⃗⃗⃗
⃗⃗ ∧ 𝑩
𝒎
⃗⃗ Son sens dépend du signe de q.
Remarque : 𝑎⃗ ⊥ 𝑣⃗ et 𝑎⃗ ⊥ 𝐵
b- NATURE DU MOUVEMENT
- Le mouvement est plan :

⃗⃗ . ⃗𝒌⃗ = 0 (car 𝑎⃗ ⊥ 𝐵
𝒂 ⃗⃗ donc 𝑎⃗ ⊥ 𝑘⃗⃗) alors az = 0 et par intégrations successives et en tenant
compte des conditions initiales on a vz = 0 et z = 0

Le mouvement de la particule se fait dans un plan perpendiculaire à 𝑘⃗⃗ c-à-d le plan


(Ox,Oy) . La trajectoire de la particule est donc plane.

- Le mouvement est uniforme :


Dans la base de Frenet le vecteur accélération 𝑎⃗ d’écrit : 𝑎⃗ = aT.𝑢
⃗⃗ + aN.𝑛⃗⃗
𝒗2
Et puisque 𝑎⃗ ⊥ 𝑣⃗ alors 𝑎⃗ ⊥ 𝑢 ⃗⃗ = aN.𝒏
⃗⃗ donc aT = 0 et 𝒂 ⃗⃗⃗ = ⃗⃗⃗
.𝒏
𝝆
𝑑𝑣
aT = = 0 donc la vitesse v de la particule est constante.
𝑑𝑡

Remarque : on peut aussi utiliser la puissance de la force magnétique :


Une particule chargé mobile dans un champ magnétique uniforme est soumise à la force de
Lorentz 𝐹⃗ qui toujours perpendiculaire au vecteur vitesse 𝑣⃗ de la particule ; donc le produit
𝒅𝑬C
scalaire ⃗𝑭⃗. 𝒗
⃗⃗ = 0 et la puissance de la force 𝐹⃗ est P = ⃗𝑭⃗. 𝒗
⃗⃗ = 0 et P= =0
𝒅𝒕
𝟏
Donc EC = m v2 = Cste on en déduit que la vitesse v est constante.
𝟐

- La trajectoire est circulaire :


𝑞 𝑞 𝜋 |𝒒|
𝑎⃗ = ⃗⃗⃗⃗ ⟹ a =| .v.B.sin | ⟹ a =
𝑣⃗ ∧ 𝐵 .v.B
𝑚 𝑚 2 𝒎
𝑣2 𝒗2
Et on a : 𝑎⃗ = . 𝑛⃗⃗ ⟹ a=
𝜌 𝝆

|𝒒| 𝒗2 𝒎𝒗
On déduit que : .v.B = donc ρ=
𝒎 𝝆 |𝒒|𝑩
On remarquera que le rayon de courbure de la trajectoire est constant, on conclut donc que
𝒎𝒗0
la trajectoire est circulaire de rayon R =
|𝒒|𝑩
c- Conclusion :
Quand une particule, de charge q et de masse m, entre dans un champ magnétique
⃗⃗, son mouvement
uniforme, avec une vitesse 𝑣⃗0 perpendiculaire au vecteur champ 𝐵
𝒎𝒗0
est alors circulaire uniforme et le rayon de sa trajectoire est R =
|𝒒|𝑩

4) Applications :
a- Déflexion magnétique :
l<<L et α est très petit. En l’absence du champ
magnétique les électrons frappent l’écran en O’ en
présence du champ ils arrivent en P. Etudions alors la
déflexion Dm.
𝑙
Pour le triangle HCS : sinα =
𝑅
𝑂'𝑃 𝐷m
Pour le triangle IO’P : tanα = =
𝐼𝑂' 𝐿 − 𝐼𝑂
IO < l et l << L alors IO << L donc L – IO ≈ L
𝐷m 𝑫m 𝒍 𝑙.𝐿
tanα = et puisque α est petit alors tanα ≈ sinα ⟹ = ⟹ Dm =
𝐿 𝑳 𝑹 𝑅
𝑚𝑣0 |𝒒|𝑩.𝒍.𝑳
R= donc Dm =
|𝑞|𝐵 𝒎𝒗0
b- Spectrographe de masse :
Détermination de la composition isotopique du lithium naturel.
Données : 6Li+ : m1 = 6u ; 7L + :
i m2 = 7u ; 1u = 6,67.10-27Kg
Dans tout l'exercice, on considère que les ions se déplacent
dans le vide et que leur poids est négligeable devant les autres
forces.
A l'aide du spectrographe de masse schématisé ci-contre, on se
propose de séparer les ions 6Li+ et 7Li+ de masses respectives m1
et m2.
1) Les ions pénètrent en O dans le champ électrique uniforme
𝐸⃗⃗ existant entre les deux plaques verticales P1 et P2 pour y
être accélérés jusqu'en O’.
Les plaques P1 et P2, distantes de d = 10 cm, sont soumises à la tension U = Vp1 – Vp2 = 2000 V
1.a- Quelle est la nature du mouvement des ions Li+ entre les plaques P1 et P2 ?
1.b- Les ions 6Li+ et 7Li+ sortent en O’ du champ électrique avec des vitesses respectives V 1 et V2,
leur vitesse en O est négligeable devant V1 et V2.
𝑉1 𝑚2
Etablir la relation : =√
𝑉2 𝑚1

2) A leur sortie en O’, les ions Li+ pénètrent dans une région où règne un champ
magnétique uniforme 𝐵 ⃗⃗ normal au plan du schéma.

⃗⃗.
2.a- Préciser en le justifiant le sens du vecteur 𝐵
2.b- Montrer que le mouvement d'un ion Li+ s'effectue dans le plan du schéma.
2.c- Montrer que la valeur de la vitesse est constante.
2.d- Montrer que la trajectoire est circulaire. Exprimer son rayon R.

3) A leur sortie du champ magnétique 𝐵 ⃗⃗, les ions passent au travers d’une large fente et
sont captés par un fil métallique F relié à la Terre par l’intermédiaire d’un galvanomètre
sensible G.
3.a- A quelles distance x1 et x2 faut-il placer le fil F pour recevoir respectivement les ions 6Li+
et 7Li+ ? Exprimer, en fonction de B, m1, m2, U et la charge élémentaire e, la distance F1F2
entre les deux types d’ions à leur arrivée sur le fil. F 1 et F2 sont respectivement les points de
réception des ions 6Li+ et 7Li+ sur le fil F.
3.b- Pour les valeurs x1 et x2 précédentes, le galvanomètre indique, pendant la même durée
de passage, les courants respectifs I1 = 14,8 μA et I2 = 185.2 μA.
Quelle est la composition isotopique du lithium ?
c- Le cyclotron :
Soit un cyclotron à fréquence fixe N. C’est un accélérateur de particules constitué de deux
demi-cylindres conducteurs creux D1 et D2 appelés « dees », séparés par un intervalle étroit.
A l'intérieur des deux dees D1 et D2, règne un champ magnétique uniforme 𝐵 ⃗⃗ (voir figure).

Une tension U est maintenue entre les deux dees. Cette tension change de signe
périodiquement.
⃗⃗0.
Des protons sont lancés à partir d'un point O dans la région D 1 avec un vecteur vitesse 𝑉
1) Exprimer le rayon R, de la trajectoire des protons dans le dee D1, ainsi que la durée du
trajet effectué.
2) Déterminer le vecteur vitesse 𝑉⃗⃗0 des protons lorsqu'ils sortent de la région D 1 en
traversant la paroi PQ. Quel doit être alors le signe de la tension U pour accélérer les
protons ? Avec quelle vitesse V2 pénètrent-ils dans le dee D2 ?
3) Exprimer le rayon R2 de la trajectoire des protons dans le « dee » D 2, ainsi que la durée
du trajet effectué.
4) Quel est le signe de la tension U lorsque les protons quittent le dee D 2 en traversant la
paroi PQ ?
Calculer la période T et la fréquence N de la tension U, en négligeant la durée de transfert
dans l'intervalle entre les deux dees.
5) Soit R0 le rayon des dees. Donner les expressions de la vitesse et de l'énergie cinétique
maximales acquises par les protons.

Vous aimerez peut-être aussi