Vous êtes sur la page 1sur 35

SOMMAIRE

Exercice HT11A :

Transfert de chaleur conductif en régime stationnaire

Exercice HT11B :

Equation de Fourier

Exercice HT11C :

Coefficient de transmission de chaleur global.

Exercice HT11D :

Conductivité thermique (constante de proportionnalité)

Exercice HT11E :

Le gradient de température est inversement proportionnel à la surface

Exercice HT11F :

L’effet de résistance de contact en conduction thermique

Exercice HT11G :

Conductivité thermique et application pour les isolants

Exercice HT11H :

Transfert de chaleur conductif en régime instationnaire

Exercice HT11 I :

Projet de travail
Exercice HT11A : Transfert de chaleur conductif en régime stationnaire

Objectif :

Mesurer la distribution de la température en régime permanent pour la conduction de la


chaleur à travers une paroi uniforme et montrer l’effet de la variation du flux de chaleur.

Méthode :

En mesurant la variation de la température en fonction de la distance en conduction linéaire de


la chaleur le long d’une barre simple avec différents flux de chaleur traversant la barre.

Equipements requis :

Unité de service de transfert de chaleur HT10X ou unité de service compatible avec tout
ordinateur de transfert de chaleur HT10XC.
Accessoire linéaire de conduction de chaleur HT11.

Équipement facultatif :
Sonde de débit STT2
Enregistreur de diagramme avec l’entrée de tension (1V=100°C)

Installation d’équipement :

Avant de procéder à l’exercice s’assurer que l’équipement a été préparé comme suit :
- Placer l’accessoire linéaire de conduction de chaleur HT11 à coté de l’unité de service de
transfert de chaleur HT10X/HT10XC sur un banc approprié.
Relier les huit (8) thermocouples sur le HT11 aux trous appropriés sur l’avant de l’unité de
service, s’assurer que les étiquettes sur les thermocouples (T1- T8) correspondant à ces trous.

NB : Les températures T4 et T5 ne seront pas utilisés dans cet exercice


Placer le potentiomètre de commande de tension au minimum et le sélecteur au manuel puis
relier le fil de puissance du HT11 au trou marqué O/P3 (HT10X) ou output 2 (HT10XC) à
l’arrière de l’unité de service.
S’assurer qu’une offre d’eau froide est reliée à l’admission de la valve de régulation de
pression du HT11.
S’assurer que le tube de sortie de l’eau de refroidissement est dirigé vers un égout approprié.
Si la sonde de débit facultatif SFT2 est disponible relier la sonde à la sortie du HT11 en
utilisant le connecteur de dégagement .S’assurer que la flèche d’écoulement sur la sonde se
dirige vers l’égout. S’assurer que l’unité de service est reliée à une alimentation électrique.

Théorie et Rappels :

Les deux sections chaudes et froides doivent être maintenues étroitement ensemble de sorte
que les deux extrémités soient en bon contact thermique. Les deux sections peuvent être
considérées comme une seule paroi continue et uniforme.
Selon l’équation de Fourier :
Si une paroi d’épaisseur (Δx) et de surface (A) a une différence de température (ΔT) alors le
flux de chaleur par unité de temps (Q) par la conduction à travers la paroi est :

T
Q A
x
T
Qc
x

Où c est une constante qui sera étudié plus tard. L’objectif de cet exercice est de montrer que
pour une paroi plate et simple où le matériau et la section sont constants :

T
Q
x

Procédure :
- Brancher le commutateur
- Si vous travaillez manuellement, placez le sélecteur en manuel si non placez le sélecteur à
l’extérieur et utilisez le logiciel HT11C.
Pour l’eau de refroidissement, ajuster la valve de contrôle du flux (pas le régulateur de
pression) pour donner un débit de 1,5 l/minute.
Si la sonde de débit facultatif SFT2 est disponible, surveillez le flux sur le panneau
d’affichage avec le sélecteur réglé à Fw (si manuellement) ou sur l’écran de visualisation du
logiciel (si avec un P.C).
Placez la tension du réchauffeur à 9 volts
Si vous travaillez manuellement, ajuster le potentiomètre de tension pour donner 9 volts si
non utiliser la boite du réchauffeur sur l’écran imitateur du diagramme pour ajuster la tension
à 9 volts.
Permettre au HT11 de se stabiliser .Si vous fonctionnez manuellement, surveillez les
températures en utilisant le sélecteur inférieur si non surveiller les sur l’écran de visualisation
du logiciel.
Si vous fonctionnez manuellement, vous pouvez noter les valeurs à la main en utilisant le
sélecteur pour choisir chaque valeur si non les valeurs peuvent être enregistré en choisissant
l’icône Go :
T1, T2, T3, T6, T7, T8, V, I (également Fw si SFT2 est utilisé)

Placez la tension du réchauffeur à 12 volts et recommencer


Permettre au HT11 de se stabiliser et prendre les valeurs
Placez la tension du réchauffeur à 17 volts et recommencer
Permettre au HT11 de se stabiliser et prendre les valeurs

Placez la tension du réchauffeur à 21 volts et recommencer


Permettre au HT11 de se stabiliser et prendre les valeurs

Calculs et Résultats :

Pour cet exercice les données sont tabulées :

Tension V volts
Intensité du courant I A
Température la plus élevée de la section chaude T1 °C
Température intermédiaire de la section chaude T2 °C
Température la plus faible de la section chaude T3 °C
Température la plus élevée de la section froide T6 °C
Température intermédiaire de la section froide T7 °C
Température la plus faible de la section froide T8 °C
Débit d’eau de refroidissement Fw l/minute

Vous devrez également estimer les erreurs expérimentales pour ces mesures
Pour cet exercice les constantes suivantes s’appliquent :

Distance entre les thermocouples T1 et T3 : Δx13 =0,03 m


Distance entre les thermocouples T6 et T8 : Δx68 =0,03 m

NB : la distance entre chaque thermocouple est 0,015 m, la distance entre les thermocouples
T3 ou T6 et la face externe est 0,0075m

Pour chaque mesure les résultats sont tabulés comme suit :


Flux de chaleur Q = V.I (Watt)

Différence de température dans la partie chaude  ΔThot = (T1 - T3)

Différence de température dans la partie froide  ΔTcold = (T6 – T8)

Estimer l’influence cumulative des erreurs expérimentales sur vos valeurs calculées : Q, ΔThot,
ΔTcold, et les valeurs mesurées : Δx13, Δx68
Comparer les variations de température (ΔT hot et ΔTcold) dans les deux sections pour un même
flux de chaleur.
Comparer les variations de température (ΔT hot et ΔTcold) dans les deux sections pour différents
flux de chaleur.
Tracez un graphique des températures en fonction des positions et tracez la droite de
régression de ces ponts.
Observer que chaque profil de température est une ligne droite et que le gradient augmente
avec l’augmentation du flux de chaleur.
Q
Calculez le gradient pour chaque ligne et montrez que gradT égale à une constante.

Conclusion :
Vous avez démontré comment la chaleur traversant une paroi plate crée une différence de
température et une variation linéaire de la température en fonction de la distance (pour une
paroi de conductivité thermique et de section constante, le gradient de température est
directement proportionnel au flux de chaleur). Commenter les variations de température (ΔThot
et ΔTcold) quand le flux traversant la barre est changée. Les conséquences de ces changements
seront étudiées dans les prochains exercices. Commenter l’effet de l’exactitude des mesures et
de la perte de chaleur de l’équipement sur vos résultats.

Exercice HT11B : Equation de Fourier

Objectif :
Comprendre comment utiliser l’équation de Fourier en déterminant le flux de chaleur à
travers un matériau solide en une dimension et en régime permanent.
Méthode :

Démontrer la loi de Fourier pour la conduction linéaire de la chaleur le long d’une barre
simple en mesurant la variation de la température en fonction de la distance pour différents
flux de chaleur traversant la barre et utiliser ces mesures pour calculer la conductivité
thermique de la barre.

Equipements requis :

Unité de service de transfert de chaleur HT10X ou unité de service compatible avec tout
ordinateur de transfert de chaleur HT10XC.
Accessoire linéaire de conduction de chaleur HT11.

Équipement facultatif :

Sonde de débit STT2


Enregistreur de diagramme avec l’entrée de tension (1V=100°C)

Installation d’équipements :

Avant de procéder à l’exercice s’assurer que l’équipement a été préparé comme suit :
- Placer l’accessoire linéaire de conduction de chaleur HT11 à coté de l’unité de service de
transfert de chaleur HT10X/HT10XC sur un banc approprié.
Maintenir la section intermédiaire (équipée de deux thermocouples) entre la section chaude et
froide du HT11.

Relier les huit (8) thermocouples sur le HT11 aux trous appropriés sur l’avant de l’unité de
service, s’assurer que les étiquettes sur les thermocouples (T1- T8) correspondant à ces trous.

Placer le potentiomètre de commande de tension au minimum et le sélecteur au manuel puis


relier le fil de puissance du HT11 au trou marqué O/P3 (HT10X) ou output 2 (HT10XC) à
l’arrière de l’unité de service.
S’assurer qu’une offre d’eau froide est reliée à l’admission de la valve de régulation de
pression du HT11.
S’assurer que le tube de sortie de l’eau de refroidissement est dirigé vers un égout approprié.
Si la sonde de débit facultatif SFT2 est disponible relier la sonde à la sortie du HT11 en
utilisant le connecteur de dégagement .S’assurer que la flèche d’écoulement sur la sonde se
dirige vers l’égout. S’assurer que l’unité de service est reliée à une alimentation électrique.

Théories et Rappels :
Les sections chaudes, intermédiaires et froides doivent être maintenues étroitement ensembles
de sorte que les faces soient en bon contact thermique, les trois sections peuvent être
considérées comme une paroi continue et uniforme.
Selon l’équation de Fourier :
Si une paroi d’épaisseur (Δx) et de surface (A) a une différence de température (ΔT) alors le
flux de chaleur par unité de temps (Q) par la conduction à travers la paroi est :

T
Q A
x
Si le matériau de la paroi est homogène et a une conductivité thermique k (constante de
proportionnalité) on a :

T
Q   kA Où ΔT= Tb - Ta
x
Il convient de montrer que l’écoulement de la chaleur est positif dans la direction de la chute
de la température c’est pourquoi vous avez le signe (-).
Pour la convenance l’équation peut être réarrangée pour éviter le signe (-)

T
Q  kA Où ΔT= Ta – Tb
x
NB : Dans cet exercice le HT11 est configuré comme une paroi plate simple où k et A sont
constants. L’objectif est de montrer que l’équation de Fourier peut être utiliser pour
déterminer Q, ΔT, et Δx. L’effet de la variation de k ou A sera étudié dans les prochains
exercices.
Procédure :

- Brancher le commutateur
- Si vous travaillez manuellement, placez le sélecteur en manuel si non placez le sélecteur à
l’extérieur et utilisez le logiciel HT11C.
Pour l’eau de refroidissement, ajuster la valve de contrôle du flux (pas le régulateur de
pression) pour donner un débit de 1,5 l/minute.
Si la sonde de débit facultatif SFT2 est disponible, surveillez le flux sur le panneau
d’affichage avec le sélecteur réglé à Fw (si manuellement) ou sur l’écran de visualisation du
logiciel (si avec un P.C).
Placez la tension du réchauffeur à 12 volts
Si vous travaillez manuellement, ajuster le potentiomètre de tension pour donner 12 volts si
non utiliser la boite du réchauffeur sur l’écran imitateur du diagramme pour ajuster la tension
à 12 volts.
Permettre au HT11 de se stabiliser .Si vous fonctionnez manuellement, surveillez les
températures en utilisant le sélecteur inférieur si non surveiller les sur l’écran de visualisation
du logiciel.
Si vous fonctionnez manuellement, vous pouvez noter les valeurs à la main en utilisant le
sélecteur pour choisir chaque valeur si non les valeurs peuvent être enregistré en choisissant
l’icône Go :
T1, T2, T3, T4, T5, T6, T7, T8, V, I (également Fw si SFT2 est utilisé)

Placez la tension du réchauffeur à 17 volts et recommencer


Permettre au HT11 de se stabiliser et prendre les valeurs

Calculs et Résultats :

Pour cet exercice les données sont tabulées :

Tension V volts
Intensité du courant I A
Température la plus élevée de la section chaude T1 °C
Température intermédiaire de la section chaude T2 °C
Température la plus faible de la section chaude T3 °C
Température la plus élevée de la section intermédiaire T4 °C
Température la plus faible de la section intermédiaire T5 °C
Température la plus élevée de la section froide T6 °C
Température intermédiaire de la section froide T7 °C
Température la plus faible de la section froide T8 °C
Débit d’eau de refroidissement Fw l/minute

Vous devrez également estimer les erreurs expérimentales pour ces mesures

Pour cet exercice les constantes suivantes s’appliquent :

Distance entre les thermocouples T1 et T3 : Δx13 =0,03 m


Distance entre les thermocouples T4 et T5 : Δx45 =0,015 m
Distance entre les thermocouples T6 et T8 : Δx68 =0,03 m
Diamètre de la barre D= 0,025 m

NB : la distance entre chaque thermocouple est 0,015 m, la distance entre les
thermocouples T3, T4, T5 ou T6 et la face externe est 0,0075m

Pour chaque mesure les résultats sont tabulés comme suit :

Flux de chaleur Q = V.I (W)


Surface de la section de la barre D 2
A (m)
4
Différence de température dans la partie chaude ΔThot = (T1 - T3) (°C)

Conductivité thermique de la partie chaude x13 Q


k hot 
Thot Ahot
Différence de température dans la partie intermédiaire ΔTint = (T4 – T5) (°C)

Conductivité thermique de la partie intermédiaire x 45 Q


k int 
Tint Aint
Différence de température dans la partie froide ΔTcold = (T6 – T8) (°C)

Conductivité thermique de la partie froide x68 Q


k cold 
Tcold Acold
Estimer l’influence cumulative des erreurs expérimentales sur vos valeurs calculées : Q, ΔThot,
ΔTcold, ΔTint,khot, kcold, kint, et les valeurs mesurées : Δx13, Δx18, Δx68, Δx45 et D .
Comparer la conductivité thermique des trois parties avec le même flux de chaleur.
Comparer la conductivité thermique des trois parties avec des flux de chaleur différents.
Tracez un graphique des températures en fonction des positions et tracez la droite de
régression de ces ponts.
Observer que chaque profil de température est une ligne droite et que la température
augmente avec la distance
Calculer la conductivité thermique moyenne de la barre en utilisant le gradient de
chaque ligne et le flux correspondant.
Compare la valeur obtenue avec les valeurs précédemment obtenues pour chaque partie
et commenter la différence

Conclusion :
Vous avez démontré comment l’équation de Fourier peut étre utilisé pour déterminer le
différence de température et le flux de chaleur si la section et la conductivité thermique de la
barre sont constantes.
L’augmentation du flux entraîne une augmentation du gradient de température.
Commenter l’effet de l’exactitude des mesures et de la perte de chaleur de l’équipement sur
vos résultats calculés et toutes les différences entre les résultats pour chaque partie.
La conséquence de la variation de section ou de conductivité thermique sera étudiée dans les
prochains exercices.
Exercice HT11C : Coefficient de transmission de chaleur global.

Objectif :

Mesurer la distribution de la température pour la conduction en régime permanent d’une paroi


plate composée (multicouches) et déterminer son coefficient de transmission de chaleur
global.
NB : La faible conductivité thermique de l’échantillon (acier inoxydable) utilisée dans
cet exercice a comme conséquence un temps beaucoup plus long pour la stabilisation des
températures. Si la longue durée de cet exercice pose problème (en général 60 minutes
pour une puissance), vous pouvez omettre celui-ci et faire l’exercice D qui utilise la
conductivité thermique de l’Aluminium qui est plus rapide.

Méthodes :
En mesurant la distribution de la température le long d’une barre composée de différents
matériaux (conducteurs) pour déterminer le flux stationnaire unidimensionnel et en appliquant
l’équation de Fourier pour chaque matériau afin de déterminer le coefficient de transmission
de chaleur global.

Equipements requis : Voir HT11A

Equipements Facultatif : Voir HT11A

Installation d’équipements : Voir HT11A

Théorie et Rappels :
Les parties chaude, intermédiaire et froide sont placés étroitement ensemble de sorte que les
faces soient en bon contact thermique et créent une barre avec une partie d’acier inoxydable
serrée entre les deux parties en laiton.
Pour la continuité, la chaleur traversant les parties successives doit être le même ainsi la loi de
Fourier peut être appliquée aux trois parties comme suit :

Q k hot Thot k T k T
  int int  cold cold
A x hot xint xcold

Q x hot xint xcold


(T1  T8 )  (Thot  Tint  Tcold )  (   )
A k hot k int k cold

Q 1 x hot xint xcold


 U (T1  T8 ) Où    R
A U k hot k int k cold

U : est le coefficient de transmission de chaleur global.


R : est la résistance thermique

NB : Dans cet exercice le HT11 est configuré comme une paroi composée où k varie mais A
reste constante. L’effet de la variation de la surface sera étudié prochainement.

Procédure :
- Brancher le commutateur
- Si vous travaillez manuellement, placez le sélecteur en manuel si non placez le sélecteur à
l’extérieur et utilisez le logiciel HT11C.
Pour l’eau de refroidissement, ajuster la valve de contrôle du flux (pas le régulateur de
pression) pour donner un débit de 1,5 l/minute.
Si la sonde de débit facultatif SFT2 est disponible, surveillez le flux sur le panneau
d’affichage avec le sélecteur réglé à Fw (si manuellement) ou sur l’écran de visualisation du
logiciel (si avec un P.C).
Placez la tension du réchauffeur à 9 volts
Si vous travaillez manuellement, ajuster le potentiomètre de tension pour donner 9 volts si
non utiliser la boite du réchauffeur sur l’écran imitateur du diagramme pour ajuster la tension
à 9 volts.
Permettre au HT11 de se stabiliser .Si vous fonctionnez manuellement, surveillez les
températures en utilisant le sélecteur inférieur si non surveiller les sur l’écran de visualisation
du logiciel.
Si vous fonctionnez manuellement, vous pouvez noter les valeurs à la main en utilisant le
sélecteur pour choisir chaque valeur si non les valeurs peuvent être enregistré en choisissant
l’icône Go :
T1, T2, T3, T6, T7, T8, V, I (également Fw si SFT2 est utilisé)

Placez la tension du réchauffeur à 12 volts et recommencer


Permettre au HT11 de se stabiliser et prendre les valeurs

Calculs et Résultats :
Pour cet exercice les données sont tabulées :

Tension V volts
Intensité du courant I A
Température la plus élevée de la section chaude T1 °C
Température intermédiaire de la section chaude T2 °C
Température la plus faible de la section chaude T3 °C
Température la plus élevée de la section froide T6 °C
Température intermédiaire de la section froide T7 °C
Température la plus faible de la section froide T8 °C
Débit d’eau de refroidissement Fw l/minute

Vous devrez également estimer les erreurs expérimentales pour ces mesures
Pour cet exercice les constantes suivantes s’appliquent :
Distance entre le thermocouple T1 et la face chaude : xhot =0,0375 m
Distance entre les faces chaudes et froides: xint =0,030 m
Distance entre la face froide et le thermocouple T8 : xcold =0,0375 m

NB : la distance entre chaque thermocouple est 0,015 m, la distance entre les thermocouples
T3 ou T6 et la face externe est 0,0075m.
La conductivité thermique du laiton est approximativement 121 W/m.K
La conductivité thermique de l’acier inoxydable est approximativement 25 W/m.K
Pour chaque mesure les résultats sont tabulés comme suit :

Flux de chaleur Q = V.I (W)


Surface de la section de la barre D 2
A (m)
4
Différence de température à travers la paroi composée ΔT18 = (T1 – T8) (°C)

Résistance thermique 1
R
U
coefficient de transmission de chaleur global. Q
U 
A(T1  T8 )

Estimer l’influence cumulative des erreurs expérimentales sur vos valeurs calculées : Q, ΔT18,
R, U et les valeurs mesurées : Δxhot, Δxint, Δxcold, Δx45 et D.
1
Calculer les deux valeurs de U en utilisant la dernière relation et R  et commenter la
U
différence.
Tracez un graphique des températures en fonction des positions et tracez la droite de
régression de ces ponts pour la partie chaude et froide. Extrapoler chaque ligne avec la partie
intermédiaire puis joindre ces deux points pour avoir le gradient de température de cette partie
Observer que le gradient de température augmente dans la partie d’acier inoxydable à cause
de la conductivité faible du matériau.
Quel est l’effet de varier la puissance du réchauffeur.

Conclusion :
Vous avez montré comment l’équation de Fourier peut être utilisé pour déterminer le
coefficient de transmission de chaleur global à partir de la chaleur traversant une paroi plate
composée de section constante mais de conductivité thermique différente.
Commenter l’effet de l’exactitude des mesures et de la perte de chaleur de l’équipement sur
vos résultats calculés et toutes les différences entre les résultats pour chaque partie.
La conséquence de la variation de la section sera étudiée dans les prochains exercices.

Exercice HT11D : Conductivité thermique (constante de proportionnalité)

Objectif :

Déterminer la conductivité thermique k d’un échantillon en métal


Méthode :
Mesurer la différence de température à travers l’échantillon en métal et en déduire le flux de
chaleur stationnaire et utiliser l’équation de Fourier pour déterminer la conductivité thermique
de l’échantillon.

Equipement requis : Voir HT11A

Equipement facultatif : Voir HT11A

Installation d’équipement : Voir HT11A

Théorie et Rappels :
Les parties chaude, intermédiaire et froide sont placés étroitement ensemble de sorte que les
faces soient en bon contact thermique et créent une barre composée avec un métal de
conductivité thermique inconnue serrée entre les deux parties en laiton.
L’équation de Fourier donne :
Tint
Q  k int Aint Où ΔTint = Thotface - Tcoldface
xint

Δxint est la longueur de l’échantillon intermédiaire (0,03m)

Qxint
k int 
Aint (Thotface  Tcoldface )

Les thermocouples T3  et T6 sont localisés à 7,5 mm des faces externes comparées à une
distance de 15 mm entre les thermocouples adjacents.
La température T3 est supérieure à la température de la face chaude et cette dernière est
calculée par :
(T2  T3 ) (T6  T7 )
Thotface  T3  de même Tcoldface  T6 
2 2
Procédure : VOIR HT11C

Calculs et Résultats :

Pour cet exercice les données sont tabulées :

Tension V volts
Intensité du courant I A
Température la plus élevée de la section chaude T1 °C
Température intermédiaire de la section chaude T2 °C
Température la plus faible de la section chaude T3 °C
Température la plus élevée de la section froide T6 °C
Température intermédiaire de la section froide T7 °C
Température la plus faible de la section froide T8 °C
Débit d’eau de refroidissement Fw l/minute

Vous devrez également estimer les erreurs expérimentales pour ces mesures
Pour cet exercice les constantes suivantes s’appliquent :
La longueur de l’échantillon (Aluminium) Δxint = 0,030m
Diamètre de la barre Dint = 0,025 m
NB : la distance entre chaque thermocouple est 0,015 m, la distance entre les thermocouples
T3 ou T6 et la face externe est 0,0075m.
La conductivité thermique du laiton est approximativement 121 W/m.K
Pour chaque mesure les résultats sont tabulés comme suit :
Flux de chaleur Q = V.I (W)

Surface de la section de la barre D 2


A (m)
4
Température de la face chaude de l’échantillon (T2  T3 )
Thotface  T3  (°C)
2

Température de la face froide de l’échantillon (T6  T7 )


Tcoldface  T6 
2
Différence de température de l’échantillon ΔTint = Thotface - Tcoldface
Conductivité thermique de l’échantillon Qx int
k int 
Aint (Thotface  Tcoldface )
Estimer l’influence cumulative des erreurs expérimentales sur vos valeurs calculées : Q, Aint,
Thotface, kint et les valeurs mesurées : Dint et xint.
Comparer les valeurs de kint pour différents flux de chaleur traversant l’échantillon
Tracez un graphique des températures en fonction des positions et tracez la droite de
régression de ces ponts pour la partie chaude et froide. Extrapoler chaque ligne avec la partie
intermédiaire puis joindre ces deux points pour avoir le gradient de température de cette partie
Observer que le gradient de température diminue dans la partie de l’Aluminium à cause de la
conductivité élevée du matériau.

Mesurer le gradient de température dans la partie de l’Aluminium sur le graphique puis


calculer la conductivité thermique en utilisant le gradient moyen. Comparer la valeur obtenue
avec celle calculée précédemment.

NB : La conductivité thermique d’un autre matériau peut être déterminé en utilisant cet
exercice.

Conclusion :
Vous avez montré comment l’équation de Fourier peut être utilisé pour déterminer la
conductivité thermique d’un matériau, si le flux et la différence de température à travers
l’échantillon sont connus. Commenter l’effet de l’exactitude des mesures et de la perte de
chaleur de l’équipement sur vos résultats calculés et toutes les différences entre les résultats
pour chaque partie.
La conductivité thermique d’un isolant sera étudiée prochainement
Exercice HT11E : Le gradient de température est inversement proportionnel
à la surface

Objectif :

Démontrer que le gradient de température est inversement proportionnel à la surface pour


l’écoulement de la chaleur unidimensionnel dans un matériau de conductivité constante.

Méthode :

Mesurer la distribution de la température en conduction d’une paroi plate où la surface est


réduite et à différents flux de chaleur.

Equipements requis : Voir HT11A

Équipement facultatif : Voir HT11A

Installation d’équipement : Voir HT11A

Théorie et Rappels :
Les parties chaudes et froides sont maintenues étroitement ensemble et que le diamètre de la
section intermédiaire est réduit. Les faces externes sont en bon contact thermique et créent
une barre composée du même matériau mais avec une réduction de la section intermédiaire.

D’après la loi de Fourier :


T
Q  k . A.
x

Qx
T   , ΔT est inversement proportionnel à A.
kA
Qxhot
Pour la section chaude : Thot 
k hot Ahot

Qxred
Pour la section intermédiaire (section réduite) : Tred 
k red Ared

Qxcold
Pour la section froide : Tcold 
kcold Acold

Puisque les résultats de ΔTcold et ΔThot est le méme ( car même surface) donc les résultats
seront calculés pour ΔThot seulement.

Procédure : Voir HT11D

Calcul et Résultats :

Pour cet exercice les données sont tabulées :


Tension V volts
Intensité du courant I A
Température la plus élevée de la section chaude T1 °C
Température intermédiaire de la section chaude T2 °C
Température la plus faible de la section chaude T3 °C
Température la plus élevée de la section froide T6 °C
Température intermédiaire de la section froide T7 °C
Température la plus faible de la section froide T8 °C
Débit d’eau de refroidissement Fw l/minute

Vous devrez également estimer les erreurs expérimentales pour ces mesures
Pour cet exercice les constantes suivantes s’appliquent :

Distance entre les thermocouples T1 et T3 : Δx13 = 0,030 m


Distance entre les faces chaudes et froides : Δxred = 0,030 m

Distance entre les thermocouples T6 et T8 : Δxcold = 0,030 m


Diamètre de la barre (section chaude) : Dhot = 0,25 m
Diamètre de la barre (section réduite) : Dred = 0,13 m
Diamètre de la barre (section froide) : Dcold = 0,25 m

NB : la distance entre chaque thermocouple est 0,015 m, la distance entre les thermocouples
T3, ou T6 et la face externe est 0,0075m .
La conductivité thermique de la barre (laiton) est 121 W/mk.
Pour chaque mesure les résultats sont tabulés comme suit :

Flux de chaleur Q = V.I (Watt)

Différence de température dans la partie chaude  ΔThot = (T1 - T3)

Gradient de température dans la partie chaude  Thot


Grad hot 
x hot
Température de la face chaude dans la partie réduite (T2  T3 )
Thotface  T3 
2
Température de la face froide dans la partie réduite (T  T7 )
Tcoldface  T6  6
2
Différence de température dans la partie réduite  ΔTred=Thotface – Tcoldface
Gradient de température dans la partie réduite  Tred
Grad red 
x red
Surface de la partie chaude Dhot
2
Ahot 
4
Rapport des gradients Grad red
Grad hot
Rapport des surfaces Ared
Ahot

Estimer l’influence cumulative des erreurs expérimentales sur vos valeurs calculées : Q,
A,Thotface, Tcoldface ΔT, Grad, rapport et les valeurs mesurées : diamètre D et les Δx.
Confirmer que le rapport des gradients est inversement proportionnel au rapport des surfaces.
Tracez un graphique des températures en fonction des positions et tracez la droite de
régression de ces ponts pour la partie chaude et froide. Extrapoler chaque ligne avec la partie
intermédiaire puis joindre ces deux points pour avoir le gradient de température de cette partie
Utiliser ce graphique pour déterminer le rapport des gradients de température dans la partie
chaude/froide et dans la partie réduite. Déterminer le rapport pour chaque flux de chaleur et
montrer que le gradient de température est inversement proportionnel à la surface.

Conclusion :
Vous avez montré comment la surface influe sur le gradient de température et confirmé que la
loi de Fourier prévoit que la différence de température est inversement proportionnel à la
surface.

Exercice HT11F : L’effet de résistance de contact en conduction thermique

Objectif :
Démontrer l’effet de la résistance de contact sur la conduction thermique entre deux
matériaux adjacents.

Méthode :
Mesurer le gradient de température à travers les joints de la barre composée quand les
bordures sont assemblées sans pâte thermique ou pas maintenues ensembles.

Equipements requis : Voir HT11A

Équipement facultatif : Voir HT11A

Installation d’équipement :
Localiser l’accessoire linéaire de conduction de chaleur HT10X sur banc approprié.
Détacher les sections de chauffage et de refroidissement du HT11 et enlever soigneusement
n’importe quelle pâte thermique de la surface de contact en utilisant un tissu doux. Nettoyer
de la même manière les faces de contact des parties chaudes et froides et de la partie
intermédiaire.
Localiser la partie intermédiaire entre les deux autres parties ; ne pas maintenir les parties
ensembles.
Relier les huit (8) thermocouples sur le HT11 aux trous appropriés sur l’avant de l’unité de
service, s’assurer que les étiquettes sur les thermocouples (T1- T8) correspondant à ces trous.

Placer le potentiomètre de commande de tension au minimum et le sélecteur au manuel puis


relier le fil de puissance du HT11 au trou marqué O/P3 (HT10X) ou output 2 (HT10XC) à
l’arrière de l’unité de service.
S’assurer qu’une offre d’eau froide est reliée à l’admission de la valve de régulation de
pression du HT11.
S’assurer que le tube de sortie de l’eau de refroidissement est dirigé vers un égout approprié.
Si la sonde de débit facultatif SFT2 est disponible relier la sonde à la sortie du HT11 en
utilisant le connecteur de dégagement .S’assurer que la flèche d’écoulement sur la sonde se
dirige vers l’égout. S’assurer que l’unité de service est reliée à une alimentation électrique

Théorie et Rappels :
Quand les deux surfaces sont en contact, le chemin de la conduction thermique est l’ensemble
des points où le contact physique se produit à l’échelle microscopique. Le degré de contact
thermique dépend des surfaces de contact .L’air emprisonné dans les lacunes entre chaque
surface agit en tant qu’isolateur ayant pour résultat un gradient de température dans le chemin
de la conduction. Ceci peut être réduit en employant la pâte thermique qui remplit ces espaces
et fournit le contact thermique. la pâte thermique elle même réduit la conduction de la chaleur
en créant une épaisse couche qui entraîne une résistance à l’écoulement de la chaleur.

Procédure :

- Brancher le commutateur
- Si vous travaillez manuellement, placez le sélecteur en manuel si non placez le sélecteur à
l’extérieur et utilisez le logiciel HT11C.
Pour l’eau de refroidissement, ajuster la valve de contrôle du flux (pas le régulateur de
pression) pour donner un débit de 1,5 l/minute.
Si la sonde de débit facultatif SFT2 est disponible, surveillez le flux sur le panneau
d’affichage avec le sélecteur réglé à Fw (si manuellement) ou sur l’écran de visualisation du
logiciel (si avec un P.C).
Placez la tension du réchauffeur à 12 volts
Si vous travaillez manuellement, ajuster le potentiomètre de tension pour donner 9 volts si
non utiliser la boite du réchauffeur sur l’écran imitateur du diagramme pour ajuster la tension
à 12 volts.
Permettre au HT11 de se stabiliser .Si vous fonctionnez manuellement, surveillez les
températures en utilisant le sélecteur inférieur si non surveiller les sur l’écran de visualisation
du logiciel.
Si vous fonctionnez manuellement, vous pouvez noter les valeurs à la main en utilisant le
sélecteur pour choisir chaque valeur si non les valeurs peuvent être enregistré en choisissant
l’icône Go :
T1, T2, T3, T5, T6, T7, T8, V, I (également Fw si SFT2 est utilisé)

Placez la tension du réchauffeur à 17 volts et recommencer


Permettre au HT11 de se stabiliser et prendre les valeurs

Calcul et Résultats :
Pour cet exercice les données sont tabulées :

Tension V volts
Intensité du courant I A
Température la plus élevée de la section chaude T1 °C
Température intermédiaire de la section chaude T2 °C
Température la plus faible de la section chaude T3 °C
Température la plus élevée de la section froide T6 °C
Température intermédiaire de la section froide T7 °C
Température la plus faible de la section froide T8 °C
Débit d’eau de refroidissement Fw l/minute

Vous devrez également estimer les erreurs expérimentales pour ces mesures

Pour cet exercice les constantes suivantes s’appliquent :


Diamètre de la barre D = 0,025 m
NB : la distance entre chaque thermocouple est 0,015 m, la distance entre les thermocouples
T3, T4, T5 ou T6 et la face externe est 0,0075m.

Pour chaque mesure les résultats sont tabulés comme suit :

Flux de chaleur Q = V.I (Watt)

Estimer l’influence cumulative des erreurs expérimentales sur vos valeurs calculées : Q
L’effet de la résistance de contact est analysé graphiquement comme suit :
Tracez un graphique des températures en fonction des positions et tracez la droite de
régression de ces ponts pour la partie chaude et froide. Extrapoler chaque ligne avec la partie
intermédiaire puis joindre ces deux points pour avoir le gradient de température de cette partie
Observer qu’un changement de température se produit aux deux joints dus au mauvais contact
thermique.
Observer que l’écart est minimal là où le joint a été enduit avec de la pâte  thermique et
l’ensemble étroitement lié.
Observer l’influence du flux de chaleur sur le mauvais contact thermique.

Conclusion :
Vous avez démontré comment le contact de surface affecte l’écoulement de la chaleur à
travers un joint par la conduction. Quelle conclusion vous en tirez ?

Exercice HT11G : Conductivité thermique et application pour les isolants

Objectif :

Comprendre l’utilisation des isolants thermiques et déterminer leur conductivité thermique k.


Méthode :
En mesurant la différence de température et en déduire le flux de chaleur en régime
permanent à travers un isolant. Utiliser la loi de Fourier pour calculer la conductivité
thermique d’un matériau isolant.

Equipements requis : Voir HT11A

Équipement facultatif : Voir HT11A

Installation d’équipement :
Localiser l’accessoire linéaire de conduction de chaleur HT11 à coté de l’unité de service de
transfert de chaleur HT10X sur un banc approprié.
Mesurer et enregistrer l’épaisseur de l’isolant Δxins du disque en liége. ²Maintenir le disque
mince en liége entre les parties chaudes et froides
Relier les huit (8) thermocouples sur le HT11 aux trous appropriés sur l’avant de l’unité de
service, s’assurer que les étiquettes sur les thermocouples (T1- T8) correspondant à ces trous.

NB : T4, T5 ne seront pas utilisés pour cet exercice

Placer le potentiomètre de commande de tension au minimum et le sélecteur au manuel puis


relier le fil de puissance du HT11 au trou marqué O/P3 (HT10X) ou output 2 (HT10XC) à
l’arrière de l’unité de service.
S’assurer qu’une offre d’eau froide est reliée à l’admission de la valve de régulation de
pression du HT11.
S’assurer que le tube de sortie de l’eau de refroidissement est dirigé vers un égout approprié.
Si la sonde de débit facultatif SFT2 est disponible relier la sonde à la sortie du HT11 en
utilisant le connecteur de dégagement .S’assurer que la flèche d’écoulement sur la sonde se
dirige vers l’égout. S’assurer que l’unité de service est reliée à une alimentation électrique

Théories et Rappels :
Les matériaux tel que le papier et le liége ont des valeurs de conductivité thermique très
basses. De tels matériaux sont connus comme isolant et sont utilisé pratiquement dans les
situations où on ne veut pas qu’un corps chauds échange avec l’environnement. Les parties
chaudes et froides sont maintenues étroitement ensembles avec du liége entre les deux parties
pour créer une barre composée. La conductivité thermique du liége compris entre les deux
parties en laiton est inconnue. La loi de Fourier peut être utilisé comme dans l’exercice
HT11D. En raison du faible valeur de la conductivité, la dimension X de l’isolant doit être
petite et seulement une faible valeur du flux de chaleur doit traverser l’échantillon pour
empêcher une grande différence de température qui peut déclencher le thermostat.

Tins
Q  k ins
xins
Tins  Thotface  Tcoldface

Q
k ins 
Ains (Thotface  Tcoldface )

Dans le cas de la partie chaude la température est inférieure à T3 et peut être calculé par :
(T2  T3 )
Thotface  T3 
2

(T6  T7 )
De même Tcolface  T6 
2

Procédure :

- Brancher le commutateur
- Si vous travaillez manuellement, placez le sélecteur en manuel si non placez le sélecteur à
l’extérieur et utilisez le logiciel HT11C.
Pour l’eau de refroidissement, ajuster la valve de contrôle du flux (pas le régulateur de
pression) pour donner un débit de 1,5 l/minute.
Si la sonde de débit facultatif SFT2 est disponible, surveillez le flux sur le panneau
d’affichage avec le sélecteur réglé à Fw (si manuellement) ou sur l’écran de visualisation du
logiciel (si avec un P.C).
Placez la tension du réchauffeur à 1,5 volts
Si vous travaillez manuellement, ajuster le potentiomètre de tension pour donner 1,5volts si
non utiliser la boite du réchauffeur sur l’écran imitateur du diagramme pour ajuster la tension
à 1,5 volts.
Permettre au HT11 de se stabiliser .Si vous fonctionnez manuellement, surveillez les
températures en utilisant le sélecteur inférieur si non surveiller les sur l’écran de visualisation
du logiciel.
Si vous fonctionnez manuellement, vous pouvez noter les valeurs à la main en utilisant le
sélecteur pour choisir chaque valeur si non les valeurs peuvent être enregistré en choisissant
l’icône Go :
T1, T2, T3, T5, T6, T7, T8, V, I (également Fw si SFT2 est utilisé)

Placez la tension du réchauffeur à 2 volts et recommencer


Permettre au HT11 de se stabiliser et prendre les valeurs

Si le temps le permet remplacer le disque de liége par celui du papier et répète l’exercice.

Calcul et Résultats :
Pour cet exercice les données sont tabulées :

Tension V volts
Intensité du courant I A
Température la plus élevée de la section chaude T1 °C
Température intermédiaire de la section chaude T2 °C
Température la plus faible de la section chaude T3 °C
Température la plus élevée de la section froide T6 °C
Température intermédiaire de la section froide T7 °C
Température la plus faible de la section froide T8 °C
L’épaisseur du disque isolant X (m)
Débit d’eau de refroidissement Fw l/minute

Vous devrez également estimer les erreurs expérimentales pour ces mesures

Pour cet exercice les constantes suivantes s’appliquent :


Diamètre de l’isolant entre les deux couches Dins = 0,025 m

NB : la distance entre chaque thermocouple est 0,015 m, la distance entre les thermocouples
T3, ou T6 et la face externe est 0,0075m.

La conductivité thermique des parties en laiton est 121 W/m.K

Pour chaque mesure les résultats sont tabulés comme suit :

Flux de chaleur Q= V.I


Surface de la section Dins
A
4
La température de la face chaude de l’isolant (T2  T3 )
Thotface  T3 
2
La température de la face froide de l’isolant (T6  T7 )
Tcolface  T6 
2
Différence de température à travers l’isolant Tins  Thotface  Tcoldface
Conductivité thermique de l’isolant Q
k ins 
Ains Tins

Estimer l’influence cumulative des erreurs expérimentales sur vos valeurs calculées :Q,
Ains,Thotface, Tcoldface ΔTins, ΔXins et kins.
Confirmer que le rapport des gradients est inversement proportionnel au rapport des surfaces.
Tracez un graphique des températures en fonction des positions et tracez la droite de
régression de ces ponts pour la partie chaude et froide. Extrapoler chaque ligne avec la partie
intermédiaire puis joindre ces deux points pour avoir le gradient de température de cette partie
Observer que le gradient de température est très grand à travers l’isolant comparés aux parties
en laiton.
Observer que le gradient de température dans les deux parties en laiton est le même et est très
petit en raison de l’écoulement à basse température
Mesurer le gradient de température à travers l’isolant puis calculer la conductivité du disque
en utilisant le gradient moyen. Comparer la valeur obtenue avec celle calculée précédemment.

NB : La conductivité thermique d’un autre matériau peut être déterminé en répétant
l’exercice.

Conclusion :
Vous avez montré comment l’équation de Fourier peut être utilisé pour calculer la
conductivité thermique d’un matériau (isolant) si la différence de température et la chaleur
sont connues

Exercice HT11H : Transfert de chaleur conductif en régime instationnaire

Objectif :

Observer la conduction de la chaleur à l’état instable (qualitativement seulement en utilisant


un enregistreur de diagramme avec un PC)
Méthode :

En surveillant les changements de température le long de la barre quand le flux varie.

Equipements requis :

Accessoire de conduction linéaire de chaleur HT11.


Enregistreur d’unité de service de transfert de chaleur HT10X, de données IFD5 et un PC
compatible ou enregistreur d’unité et de diagramme de service de transfert de chaleur HT10X
(entrée 1V = 100°C ) ou unité et un PC de service compatible avec tout ordinateur de transfert
de chaleur HT10XC.

Equipements facultatif : sonde de débit (SFT2)

Installation d’équipement : Voir HT11A

Théories et rappels :
Cet exercice est qualitativement seulement et est prévu pour montrer le comportement
passager (dépendant du temps) d’un système où la température varie en fonction du temps et
la position. Cette condition désignée sous le nom de l’état instable existe dés que la barre est
chauffée de manière continue jusqu’à ce qu’elle atteigne l’équilibre. De même cette condition
existe si la puissance du réchauffeur ou l’écoulement de l’eau de refroidissement est réduite.
Quand la chaleur est appliquée à une extrémité de la barre la température s’éléve et la chaleur
coule vers l’extrémité froide. Le résultat est une élévation du gradient de température de la
barre jusqu’à ce que le gradient approprié soit atteint (comme étudié dans les exercices
précédents). Les variations de température ne peuvent pas se produire instantanément car c’est
l’extrémité qui s’échauffe d’abord avant le milieu de la barre et ensuite l’extrémité froide.

NB : Le transfert de chaleur à l’état instable peut être étudié avec HT17.

Procédure :
Brancher le commutateur
Faire couler l’eau de refroidissement et ajuster la valve de contrôle de flux ( pas de régulation
de pression) pour donner 1,5 l/min :
- A l’aide d’un enregistreur de programme :
Relier les sorties de T1 et T4 sur l’enregistreur HT10X
Placer l’enregistreur à 1Volt (100°C) et la vitesse d’enregistreur à 1 mm/min.
- A l’aide d’un PC
Relier le HT10X ou le HT10XC à un PC avec le cable USB
Mettre en marche le PC et lancer le logiciel HT11.
Choisir « configurer » dans le menu
Placer le prélèvement en automatique avec un intervalle de 10 secondes et d’une durée de 600
secondes.
Choisir OK puis l’icône GO pour commencer à prélever
Placez la tension du réchauffeur à 17 volts
Si vous travaillez manuellement, ajuster le potentiomètre de tension pour donner 17volts si
non utiliser la boite du réchauffeur sur l’écran imitateur du diagramme pour ajuster la tension
à 17 volts.
Permettre au HT11 de se stabiliser .Si vous fonctionnez manuellement, surveillez les
températures en utilisant le sélecteur inférieur si non surveiller les sur l’écran de visualisation
du logiciel.
Placez la tension du réchauffeur à 12 volts et recommencer
Permettre au HT11 de se stabiliser et prendre les valeurs
Si le temps le permet réduire l’écoulement de l’eau de refroidissement avec la valve de
contrôle mais ne pas arrêter l’écoulement de l’eau. Permettre au HT11 de se stabiliser
(surveiller les températures avec l’enregistreur de diagramme).
Si à l’aide d’un PC :
Avec le logiciel d’Armfield, attendre jusqu’à ce que les 600 secondes (10 minutes) soit écoulé
et le prélèvement de données soit fini.
Calculs et Résultats :

Le comportement passager de la barre chauffée est analysé graphiquement en utilisant les


graphiques enregistrés de la température en fonction du temps obtenu.
Vous devrez décrire les observations sur le graphique obtenu.

Conclusion :
Vous avez observé comment dans un solide la température varie avec le temps et la position
quand les flux de chaleur aux frontières chaudes et froides et le gradient de température sont
établis. Cet état de transfert de chaleur instable existe jusqu’à ce qu’un gradient de
température constant soit atteint et un état d’équilibre réalisé.
Exercice HT11 I : Projet de travail

Les services de HT11 peuvent servir pour maintenir des échantillons minces de matériau
d’isolation ou des échantillons de 30 mm de long entre les parties chaudes et froides. Ces
exercices pourraient servir de travail de projet d’étudiant.
- Bons conducteurs :
Analyse de la conductivité thermique de matériaux qui sont de bons conducteurs. Les
échantillons devraient être 30 mm de long et 25 mm de diamètre à maintenir directement entre
la partie chaude et froide du HT11. Un matériau d’isolation simple réduira au maximum la
perte de chaleur de l’échantillon.
- Matériaux isolants :
Analyse de la conductivité thermique de différents matériaux d’isolation. Les échantillons
devraient être aussi léger que possible pour permettre un écoulement de chaleur raisonnable
d’être mesuré sans gradient de température excessif qui déclenchera le thermostat dans la
partie chaude.
- Surface extérieure (résistance de contact) :
Analyse de l’effet de la finition (rugosité) extérieure sur la baisse de la température à travers
une intersection. Les échantillons devraient être construit en laiton des deux moitiés, 15 mm
de profondeur avec les surfaces en contact mutuel. La comparaison du gradient de
température avec le gradient à travers un échantillon de référence (laiton) à la même
puissance de chaleur, indiquera l’effet de la surface extérieure.

- Transfert de chaleur à travers des matériaux composés (résistance de contact) :

Analyse de l’efficacité de différents matériaux composés pour réduire au minimum la baisse


de la température à travers une intersection. Chaque composé devrait être appliqué
directement à l’interface entre les parties chaudes et froides. Le gradient à travers l’interface a
la même puissance de chaleur indiquera l’efficacité du composé.

Vous aimerez peut-être aussi