Vous êtes sur la page 1sur 7

Corrigé de la série n° 2

Exercice n°1

1. Les ventes passées ajustées sur la droite de tendance sont :

Pour x = 1 : y’ = (3,69 x 1) + 77,145 = 80.84


x = 2 : y’ = (3,69 x 2) + 77,145 = 84.53

Trimestres Trimestre 1 Trimestre 2 Trimestre 3 Trimestre 4


Année N-1 80,84 84,53 88,22 91,91
Année N 95,60 99,29 182,98 106,67

2. Calcul des coefficients saisonniers

Trimestres Trimestre 1 Trimestre 2 Trimestre 3 Trimestre 4


Année N-1 0,74 1,24 1,42 0,49
Année N 0,73 1,26 1,51 0,61
Coefficients saisonniers
0,74 1,25 1,46 0,55
(la moyenne)

Ainsi : 0,74 = 60/ 80,84 ; 1,24 = 105/84,53 ; 1,42 = 125/88,22

Les coefficients saisonniers sont de :

0.74 = 0,74 + 0,73/2 ; 1,25 =1,24 + 1.26/2 ; 1,46 =1,42 + 1,51/2 ; 0,55 = 0,49 + 0,61/ 2

Pour vérification nous observons que la somme des coefficients saisonniers est bien égale à 4 (la
périodicité de la série chronologique).

3. Les ventes ajustées et les prévisions de ventes de N+1

Trimestres Trimestre 1 Trimestre 2 Trimestre 3 Trimestre 4


Ventes prévisionnelles ajustées
110 114 118 121
par la droite (Année N+1) (1)
Coefficients saisonniers (2) 0,74 1,25 1,46 0,55
Les ventes prévisionnelles
81 143 172 67
arrondies (N+1) (1) x (2)

Ainsi pour : x = 9 : y’9 = (3,69 x 9) + 77,145 = 110,35 ≈ 110

x = 10 : y’10 = (3,69 x 10) + 77,145 = 114,04 ≈ 114

x = 11 : y’11= (3,69 x 11) + 77,145 = 117,79 ≈ 118

x = 12 : y’ 12= (3,69 x 12) + 77,145 = 121,42 ≈ 121

1
NB : Les coefficients saisonniers sont appliqués aux valeurs trouvées des ventes pour tenir compte
des fluctuations saisonnières.

4. Le budget des ventes (N+1) en (HT)

Trimestres Trimestre 1 Trimestre 2 Trimestre 3 Trimestre 4


Quantités 81 143 172 67
Tarif (HT) 2500 2500 2600 2600
Montant (HT) 202.500 357.500 447.200 174.200

Exercice n°2

1. Budget de l’entreprise pour l’année N+1

Produit A Produit B Total


Quantités 5 000 10 000
Prix de vente 80 75
Chiffre d’affaires 400 000 750 000 1 150 000
Coût préétabli unitaire 40 50
Marge unitaire 40 25
Marge totale 200 000 250 000 450 000
Commissions 10 000(1) 12 500 22 500
Salaires 192 000(2)
Charges sociales 53 625(3)
Frais d'emballage 30 000(4)
Frais de transport sur ventes 45 000(5)
Charges de structure 52 000
Total charges de distribution 395 125
Résultat + 54 875
(1) 5% de marge totale : (450 000 x 5%). (2) 4 x 4000 x 12 mois
(3) 25% de (22 500 + 192 000). (4) (5 000 + 10 000)*2dh.
(5) (5 000 + 10 000)*3dh.

2
Résultat réel pour l’année N+1

Produit A Produit B Total


Quantités 4 500 12 000
Prix de vente 90 70
Chiffre d’affaires 405 000 840 000 1 245 000
Coût préétabli unitaire 40 50
Marge unitaire 50 20
Marge totale 225 000 240 000 465 000
Commissions 13 500(1) 14 400(2) 27 900
Salaires 208 000
Charges sociales 58 975(3)
Frais d'emballage 33 000
Frais de transport sur ventes 41 250
Charges de structure 60 000
Total charges de distribution 429 125
Résultat + 35 875
(1) 6% de marge (225 000 x 6%).
(2) 6% de marge (240 000 x 6%).
(3) 25% de (27 900 + 208 000).

2. Comparaison des prévisions et des réalisations

Prévisions Réalisations Ecart Nature de l'écart


Chiffre d’affaires 1 150 000 1 245 000 + 95 000 Favorable
Marge totale 450 000 465 000 + 15 000 Favorable
Taux de marge(1) 39,13% 37,35%
(1)
𝐌𝐚𝐫𝐠𝐞
Taux de marge = x 100
𝐂𝐡𝐢𝐟𝐟𝐫𝐞 𝐝′𝐚𝐟𝐟𝐚𝐢𝐫𝐞𝐬

Commentaire

Le chiffre d’affaires réel dépasse légèrement les prévisions, 1 245 000 au lieu de 1 150 000 soit
une augmentation de 8,26%.

Par ailleurs, on constate une légère amélioration de la marge. En effet :

La marge du distributeur passe de 450 000 à 465 000 soit une augmentation de 3,33%. Cependant,
le taux de marge s'est dégradé : la marge réelle représente 37,35% du chiffre d'affaires au lieu de
39,13% prévus.

3
Le résultat net de l'entreprise s'est détérioré. En dépit de l'augmentation du chiffre d'affaires et de
la marge sur coût préétabli, le résultat de l'entreprise a diminué. Sans doute y a-t-il un dépassement
sur les différents postes de charges :

- Les commissions des vendeurs ont représenté 6% de la marge au lieu des 5% prévus.

- Les salaires fixes réels des vendeurs ont augmenté (208 000 au lieu de 192 000). Les distributeurs
ont peut-être bénéficié d'un 13ème mois. Il en résulte une augmentation des charges sociales (27900
au lieu de 22500).

- Le budget total des frais d'emballage a été dépassé (33 000 au lieu de 30 000). Cependant, le
coût unitaire est le même 2 dh.

- Les frais de transport sur ventes ont diminué (41 250 au lieu de 45 000). En effet, le coût unitaire
a baissé de 3 dh à 2,5 dh.

- Les charges de structure ont dépassé le montant prévu (60 000 au lieu de 52 000).

3. Analyse de l’écart sur chiffre d'affaires

Prévisions Réalisations
Produits Ecart
Quantités P.U. Montant Quantités P.U. Montant
Produit A 5 000 80 400 000 4 500 90 405 000 + 5 000
Produit B 10 000 75 750 000 12 000 70 840 000 + 90 000
Total 1 150 000 1 245 000 + 95 000

Pour le produit A

EG = 405 000 – 400 000 = + 5 000 favorable.


E/Q = (4 500 – 5 000) x 80 = - 40 000 défavorable
E/P = (90 – 80) x 4 500 = + 45 000 favorable

Pour le produit B

EG = 840 000 – 750 000 = + 90 000 favorable.


E/Q = (12 000 – 10 000) x 75 = + 150 000 favorable.
E/P = (70 – 75) x 12 000 = - 60 000 défavorable.

Commentaire des résultats

Produit A
L'écart global est favorable (+ 5 000). Le chiffre d'affaires réel est en dessus des prévisions, soit
une hausse de 1,25%.

L'écart sur quantités est défavorable car les quantités réelles sont inférieures à celles prévues, soit
une baisse de 10%. Cet écart défavorable sur les quantités peut s'expliquer par un écart favorable
sur les prix.

4
Produit B
L'écart global est favorable (+ 90 000). Le chiffre d'affaires réel est en dessus des prévisions, soit
une hausse de 12%.

L'écart sur quantités est favorable car les quantités réelles sont supérieures à celles prévues, soit
une hausse de 20%. Cet écart favorable sur les quantités peut s'expliquer par un écart défavorable
sur les prix. En effet, en raison de la relation inverse entre les prix et les quantités, la baisse du
prix du produit B s'est accompagnée d'une augmentation des quantités vendues.

4. Analyse de l’écart sur marge

Prévisions Réalisations
Produits Marge Marge Ecart
Qtés Montant Qtés Montant
unitaire unitaire
Produit A 5 000 40 200 000 4 500 50 225 000 + 25 000
Produit B 10 000 25 250 000 12 000 20 240 000 - 10 000
Total 15 000 30,00 450 000 16 500 28,18 465 000 + 15 000

1. Comparaison des marges réelles et prévues au niveau global

- EG = Mr – Mp = 465 000 - 450 000 = + 15 000 favorable.


- E/Q = (16 500 – 15 000) x 30,00 = + 45 000 favorable.
- E/P = (28,18 - 30,00) x 16 500 = - 30 000 défavorable.

2. Comparaison des marges réelles et prévues au niveau de chaque produit

Produit A

EG = Mr – Mp= 225 000 - 200 000 = + 25 000 favorable.

Ecart provenant des quantités : E/Q = (Qr – Qp).Mp

(4500 – 5000) x 40 = - 20 000 défavorable.

Ecart provenant des prix : E/P = (Mr – MP).Qr

(50 – 40) x 4500 = + 45 000 favorable.

Soit E/M = + 25 000 - 205 000 = + 25 000

Produit B

Ecart sur marge = Mr – Mp = 240 000 – 250 000 = - 10 000 défavorable.

Ecart provenant des quantités : E/Q = (Qr – Qp).Mp

(12 000 – 10 00) x 25 = + 50 000 favorable.

Ecart provenant des prix : E/P = (Mr – MP).Qr

(20 – 25) x 12 000 = - 60 000 défavorable.

5
Soit E/M = + 50 000 - 60 000 = - 10 000

Commentaire des résultats

Globalement l'écart sur marge est favorable : les marges réelles ont été supérieures aux marges
prévisionnelles. Remarquons que l'écart sur marge du produit B est défavorable. Cependant, cet
écart global négatif a été absorbé par l'écart positif du produit A.

Produit A

L'écart global est favorable de 25 000. Il y a à cela deux raisons :

- L'écart sur quantités est défavorable de 20 000. En effet, la quantité vendue est inférieure à
celle qui a été prévue (4500 au lieu de 5000). Cette dégradation du volume des ventes a peut-être
été sous l'effet d'une augmentation du prix de vente (90 au lieu de 80).

- L'écart sur prix est favorable de 45 000. Il traduit une amélioration des marges unitaires. La
marge réelle (50) est supérieure à la marge prévue (40) à cause de l'augmentation du prix de vente
unitaire (90 dh au lieu de 80 dh, prix normal).

Produit B

L'écart global est défavorable de 10 000. La décomposition de cet écart révèle ce qui suit :

- L'écart sur quantités est favorable de 50 000. En effet, l'entreprise a dépassé les prévisions en
ce qui concerne les quantités vendues sur le produit B (12 000 au lieu de 10 000).

Cette amélioration du volume des ventes a peut-être été sous l'effet d'une diminution du prix de
vente (70 au lieu de 75).

- L'écart sur prix est défavorable de 60 000. Il traduit une dégradation des marges unitaires. La
marge réelle (20) est inférieure à la marge prévue (25) à cause de la diminution du prix de vente
unitaire (70 dh au lieu de 75 dh, prix normal).

Cette dégradation de la marge unitaire laisse entendre que l'entreprise n'a pas suffisamment
contrôlé le prix de vente du produit B (rabais ou remises excessifs).

Sur le plan global, la marge unitaire moyenne est inférieure aux prévisions. En effet, la structure
des ventes a été modifiée. L'augmentation des ventes s'est faite pour le produit à faible marge
(produit B). Par contre, on est resté en-deçà des prévisions pour le produit à forte marge (produit
A).

5. Limite de l'analyse basée sur l'écart sur CA

Le contrôle budgétaire des ventes portant seulement sur le chiffre d'affaires est souvent inadapté.
Il peut inciter les vendeurs à augmenter le chiffre d'affaires par l'octroi aux clients de remises
élevées. Par conséquent, le développement des ventes se fera au détriment de la rentabilité.
Il est probable que les écarts sur quantités et sur prix ne soient pas indépendants. L'augmentation
du prix de vente du produit A (90 au lieu de 80 prévus) peut être à l'origine de la diminution de la
6
quantité vendue (4500 au lieu de 5000 prévus). Par ailleurs, l'augmentation des quantités vendues
du produit B (12 000 au lieu de 10 000 prévus) peut être due à la baisse du prix de vente de ce
produit (70 au lieu de 75 prévus).

Cette observation limite en conséquence la pertinence de l'analyse en termes d'écart sur chiffre
d'affaires et nécessite plutôt une analyse de l'écart sur marge.