Vous êtes sur la page 1sur 5

La sémiologie et le diagnostic en odontologie conservatrice

- Lésion amélaire des puits et fissures :


-Signes subjectifs : Absence de douleurs
-Signes objectifs :
▪ Lésion initiale sans cavitation: La présence de tâches blanches opaques de déminéralisation au fond
▪ Lésion initiale cavitaire: présence de microcavitations visibles
▪ Test de sensibilité pulpaire:+
▪ Percussion et palpation: normales
▪ Examen radiographique : Absence de radioclarté dentinaire ou bien radioclarté superficielle confinée à la
jonction amélo-dentinaire
- Lésion amélaire des faces proximales :
-Signes subjectifs : Absence de douleurs
-Signes objectifs :
▪ Lésion amélaire sans cavitation: L’absence de cavitation cliniquement décelable:
▪ Lésion amélaire avec cavitation: présence de cavitation confinée à l’émail à confirmer par les
autres tests
▪ Radiographie rétrocoronnaire : objective, sous la zone du point de contact, une radioclarté amélaire, ne
dépassant pas la jonction amélodentinaire. La Radioclarté signifie la déminéralisation
▪ Séparation orthodontique: pour confirmer la présence de cavitation sur la face proximale par vision directe
▪ Test de sensibilité pulpaire: +
-Lésion amélaire des faces vestibulaires et linguales :
-Signes subjectifs : Absence de douleurs
-Signes objectifs :
▪ Lésion sans cavitation:. Présence d’une tâche blanchâtre, d’aspect opaque et rugueux
▪ Lésion avec cavitation: tâche blanchâtre avec microcavitation confinée à l’émail sans atteinte dentinaire
▪ Radiographie: sans intérêt clinique
▪ Test de sensibilité pulpaire : +
● La sémiologie des pathologies dentinaires
-Signes subjectifs : Douleurs localisées / provoquées par le froid, le chaud, le sucre, l’acide
-Signes objectifs :
▪ Pour les lésions occlusales: La présence d’une cavitation franche de l’émail avec des colorations grisâtres
dues à la présence sous jacente de dentine ramollie
▪ Pour les lésions proximales: La présence d’opacités ou de colorations grisâtres . La présence d’une
cavitation franche de l’émail si la crête est effondrée
▪ Pour les lésions cervicales: on franche au niveau cervicale qui s’étend soit au niveau amélaire, soit au niveau
cémentaire soit à cheval entre les deux cavitatés. Dans des formes évoluées: carie serpigineuse
▪ Test de sensibilité pulpaire: pulpe vivante
Test au froid: +++
Test au chaud: +
Test électrique +
▪ Percussion: -
▪ Palpation: -
▪ Test de transillumination: + en cas de cavité proximale
▪ Radiographie :
▪ radioclarté sous la jonction amélodentinaire, allant du tiers externe de la dentine jusqu’aux zones
parapulpaires
▪ Présence éventuelle d’une rétraction pulpaire
● La sémiologie des pathologies pulpaires
-La pathologie pulpaire aigue ou pulpite irréversible
-Signes subjectifs : Douleurs irradiées, intenses et pulsatiles / Spontanées/Facteurs déclenchant : l’activité physique,
la position allongée, chaud, froid, sucre, succion d’une cavité de carie, tassement alimentaire dans la cavité….
-Signes objectifs :
▪ Carie profonde, fracture coronaire /Restauration défectueuse/ Sur occlusion …..
▪ Tests de sensibilité pulpaire:
Test au froid: ++++ (douleur remanente)
Test au chaud: +
Test électrique: +
▪ Palpation: -
▪ Percussion: -
▪ Examen radiologique : Déminéralisation carieuse en rapport avec la pulpe/Absence d’image périapicale
-La pathologie pulpaire aigue avec parodontite apicale débutante
-Signes subjectifs : Douleurs spontanées/Crises douloureuses plus longues
-Signes objectifs :
▪ Tests de sensibilité pulpaire:
Test au froid: +/- (positif/a peine sensible car debut de necrose)
Test au chaud: +
Test électrique: +
▪ Palpation: -
▪ Percussion: +++
▪ Examen radiologique: Déminéralisation carieuse en rapport avec la pulpe
-La pathologie pulpaire chronique : 2 formes : fermées et ouvertes
-Signes subjectifs : Douleurs localisées / Douleurs provoquées par le froid, le chaud, le sucre, l’acide
-Signes objectifs : Carie profonde, restauration non étanche
▪ Test de sensibilité pulpaire:
• Test au froid: ± (a peine sensible car debut de necrose)
• Test au chaud: ±
• Test électrique: +
• Test de cavité : +
▪ Percussion et palpation : -
▪ Sondage parodontal: Polype gingival: aspect lisse, attaché à la gencive marginal, très saignant au sondage
Polype pulpaire (pulpite chronique OUVERTE): sort de la chambre pulpaire au niveau des cornes pulpaires,
d’aspect rosé, peu saignant.
▪ Examen radiographique : Communication entre carie radiculaire et chambre pulpaire
-La nécrose pulpaire
-Signes subjectifs : Dent asymptomatique/ Coloration grisâtre de la dent/ Le patient peut rapporter un antécédent
d’un traumatisme
-Signes objectifs : Carie profonde
▪ Tests de sensibilité pulpaire:
• Test au froid:-
• Test au chaud:-
• Test électrique:-
▪ Test de cavité: -
▪ Palpation: -
▪ Percussion:-
▪ Examen radiologique: Déminéralisation carieuse en rapport avec la pulpe
● La sémiologie des parodontites apicales
-La sémiologie des parodontites apicales aiguës
-La parodontite apicale aiguë avancée :
-Signes subjectifs : Douleurs spontanées, intenses, continues, localisées
-Signes objectifs : Carie profonde
▪ Tests de sensibilité pulpaire:
Test au froid:-
Test au chaud:++
Test électrique:-
▪ Palpation: douloureuse en regard de l’apex
▪ Percussion: Hypersensible (signe pathognomonique)
▪ Mobilité: légère extrusion de la dent
▪ Examen radiologique: Déminéralisation carieuse en rapport avec la pulpe
-La parodontite apicale aiguë primaire abcédée
-Signes subjectifs : Douleurs spontanées, intenses, continues, lancinantes, irradiées
--Signes objectifs : Carie profonde, Restauration non étanche, Fracture coronaire /Dent grisâtre ou opaque/Rougeur
de la muqueuse en regard de la dent atteinte
▪ Tests de sensibilité pulpaire:
• Test au froid:-
• Test au chaud:++
• Test électrique:-
▪ Mobilité: légère extrusion de la dent
▪ Percussion: Hypersensible
▪ Palpation: douloureuse en regard de l’apex. La palpation de la tuméfaction permet de déterminer le stade
d’évolution de la pathologie:
-phase séreuse = abcès sous-périosté: tuméfaction dure et diffuse
-phase collectée = abcès sous-muqueux: la tuméfaction devient molle
▪ Examen radiologique: Déminéralisation carieuse en rapport avec la pulpe
-La parodontite apicale aiguë secondaire abcédée
-Signes subjectifs : Identiques à la parodontite apicale primaire abcédée
-Signes objectifs : Inspection, tests de sensibilité pulpaires, la percussion, la palpation et la mobilité: sont Identiques
à la parodontite apicale primaire abcédée
Examen radiographique: présence de radioclareté franche périapicale
● La sémiologie des parodontites apicales chroniques
- La parodontite apicale chronique
-Signes subjectifs : sensation de dent « montée sur caoutchouc » ou sensation de gêne à la mastication
-Signes objectifs : Carie profonde/ rougeur apicale/ Dyschromie dentaire (nécrose)
▪ Tests de sensibilité pulpaire: -
▪ Percussion axiale:
• Sensation de gène ±
• Son mat ±
▪ Percussion transversale: (test de choc en retour): Est positive en cas de résorption osseuse
▪ Palpation: négative. Parfois un léger frémissement
▪ Mobilité dentaire : si la destruction osseuse est importante
- La parodontite apicale chronique avec fistule
-Signes subjectifs : Idem que la parodontite apicale chronique sans fistule
-Signes objectifs : Carie profonde, Restauration non étanche, Fracture coronaire/Présence d’une fistule (ostium
fistulaire) alvéolaire, cutanée, des modontale ou sulculaire
▪ Tests de sensibilité pulpaire: -
▪ Percussion axiale:
• Sensation de gène ±
• Son mat ±
▪ Percussion transversale: (test de choc en retour): Est positive en cas de résorption osseuse
▪ Palpation: négative
▪ Examen radiographique: confirme le diagnostic
o Elargissement desmodontal
o Radioclareté diffuse périapicale
o Image radioclaire bien délimitée: taille très variable de la lésion

- La parodontite apicale condensante :


-Signes subjectifs : Idem que la parodontite apicale chronique
-Signes objectifs : Idem que la parodontite apicale chronique
▪ Examen radiographique : Radio-densité apicale (ostéite condensante)
• Fait suite à une pulpite chronique
• Localisation fréquente : 1ère molaire mandibulaire
• Facteurs favorisants: les œstrogènes ( fréquence importante chez les jeunes femmes) et la
tendance constitutionnelle
● La sémiologie de la cellulite circonscrite
-La cellulite circonscrite aigue
1. Cellulite séreuse :
-Signes subjectifs : Douleurs spontanées, intenses, continues, lancinantes, irradiées/le patient n’ose plus fermer la
bouche
-Signes objectifs :
• Examen exobuccal: Selon la situation de la dent causale on trouve: cellulites géniennes, cellulites
mentonnières, cellulites labiales ou cellulites du plancher buccal
Palpation: peau tendue, élastique, chaude, douloureuse, ne prend pas le godet.
• Examen endobuccal  : tuméfaction comble le vestibule, jusqu’à la gencive/muqueuse soulevée, rouge
Test de sensibilité pulpaires: -
Percussion: +++
Palpation : douloureuse, muqueuse dure
Mobilité: ++
Examen radiographique: - Déminéralisation carieuse , couronne défectueuse…/Élargissement desmodontale/
Radioclareté périapicale/Atteinte de furcation
2. Cellulite aigue collectée
-Signes subjectifs : Douleurs spontanées, intenses, continues, lancinantes, irradiées
-Signes objectifs :
• Examen exobuccal: tuméfaction arrondie, bien limitée;- Selon la situation de la dent causale on trouve:
cellulites géniennes, cellulites mentonnières, cellulites labiales ou cellulites du plancher buccal
Palpation: peau tendue, chaude, fluctuante au palper digital
• Examen endobuccal  : présence d’une dent avec carie profonde, une couronne, restauration défectueuse
Test de sensibilité pulpaires: -
Percussion: +++
Palpation : douloureuse, muqueuse fluctuante
Mobilité: ++
Examen radiographique: Déminéralisation carieuse , couronne défectueuse…
- La cellulite circonscrite chronique :
-Signes subjectifs : fait suite à une cellulite aigue dont le traitement étiologique et ou symptomatique n’était pas
correcte / Absence de douleurs aigues
-Signes objectifs :
• Examen exobuccal :nodule ferme recouvert de peau normale/adhérent à l’os,/ absence de zone de
fluctuation,/évolution, sans traitement, vers la fistule.
• Examen endobuccal:
Inspection: restauration défectueuse, carie…..
Palpation: sensation de gène
Percussion: sensation de gène
Test de sensibilité : -
Examen radiographique: sans particularité
● La sémiologie des lésions endo- parodontales
-Signes subjectifs : saignement gingivale, mauvaise haleine, (parfois un abcès prodontal)
-Signes objectifs : inflammation gingivale, lyse osseuse, saignement gingival/Carie profonde, couronne mal adaptée,
restauration défectueuse, /Dent grisâtre
▪ Test de sensibilité pulpaire: --
▪ Percussion et palpation: en fonction de l’atteinte endodontique
▪ Sondage parodontal: Large et concave (sondage en V) associé à une perte d’attache ponctuelle et étroite
(sondage en U)
▪ Examen radiographique: Zones radioclaires coniques opposées par leurs sommets, la lésion parodontale à
sommet apical et la lésion endodontique périapicale à sommet cervical
-Et un défaut osseux allant du sulcus jusqu’à l’apex de la dent, ou du moins jusqu’à l’extériorisation d’un
canal latéral sur la surface radiculaire
● La sémiologie du syndrome de septum
-Signes subjectifs : douleurs sourdes, continues, surviennent après les repas/Tassement alimentaire/Saignement
gingivale/Mauvais goût à la succion/halitose
-Signes objectifs : point de contact défectueux, caries proximale, embrasure non dégagée, obturation débordante
Test de sensibilité dentaire : +
Percussion: légère sensibilité
Le signe pathognomonique: la pression digitale de la papille interdentaire provoque une douleur intense
Examen radiographique :Lyse osseuse angulaire
● La sémiologie de la fêlure et de la fracture verticale
-Signes subjectifs : douleurs à la mastication des aliments élastiques et fibreuses (viande, pain..)/Douleurs au froid
-Signes objectifs : contexte occlusal: un bruxomanie, malocclusion
▪ Test de morsure: dent par dent et cuspide par cuspide: reproduire la douleur ressentie par le patient
▪ Test de sensibilité pulpaire: en rapport avec la pathologie pulpaire ou périapicale associée
▪ Percussion et palpation: en rapport avec la pathologie périapicale associée
▪ Sondage parodontal: perte d’attache en U en regard de la fêlure. L’absence de perte d’attache n’exclue pas
la présence de la fêlure
Examen radiographique: image radioclaire en chaussette ou en doigt de gant pour les fracture ancienne cette
image est visible en cas de fracture mésio distale

Vous aimerez peut-être aussi