Vous êtes sur la page 1sur 69

COLLECTION CANADIENNE

Guide sur la mise en œuvre


des Normes internationales
d’information financière au Canada
IAS 16 Immobilisations corporelles
Irene Wiecek, FCPA, FCA
Martha Dunlop, FCPA, FCA
Jane Bowen, FCPA, FCA
RÉDACTEUR PRINCIPAL : Alex Fisher, CPA, CA

Juin 2013

INFORMATION FINANCIÈRE
COLLECTION CANADIENNE

Guide sur la mise en œuvre


des Normes internationales
d’information financière au Canada
IAS 16 Immobilisations corporelles
Irene Wiecek, FCPA, FCA
Martha Dunlop, FCPA, FCA
Jane Bowen, FCPA, FCA
RÉDACTEUR PRINCIPAL : Alex Fisher, CPA, CA

Juin 2013

INFORMATION FINANCIÈRE
IAS 16 Immobilisations corporelles iii

Table des matières


Préface 1
Ressources aux fins des recherches 4
Avis au lecteur 4

Introduction à IAS 16 7

Faits nouveaux en matière de normalisation 8


IASB 8
Modes d’amortissement 8
IFRIC 9

Principales normes abordées dans la présente publication 10

Définitions tirées d’IAS 16 11

Vue d’ensemble des principales exigences 12

Analyse des questions pertinentes 14


Champ d’application 14
Comptabilisation des coûts initiaux et ultérieurs 17
Éléments acquis pour des raisons de sécurité ou des raisons liées
à l’environnement 17
Pièces de rechange, pièces de sécurité et matériel d’entretien 18
Coûts ultérieurs 18
Évaluation lors de la comptabilisation 20
Coût d’un actif construit par l’entité pour elle-même 23
Coûts d’emprunt 23
Cessation de la comptabilisation des coûts 24
Produits et charges liés aux opérations accessoires 24
Actifs acquis à l’aide de subventions publiques 25
Actifs détenus en vertu d’un contrat de location-financement 25
Opérations non monétaires 26
Transferts d’actifs provenant de clients [IFRIC 18] 27
Évaluation après comptabilisation 28
Modèle du coût 29
Modèle de la réévaluation 29

Juin 2013
iv Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Coûts liés au démantèlement et l’enlèvement des IC et à la remise


en état du site (coûts de démantèlement) et variations de ces coûts 36
Amortissement 38
Comptabilisation par composants 39
Valeur résiduelle 40
Durée d’utilité 41
Date du commencement de l’amortissement 44
Date de cessation de l’amortissement 45
Mode d’amortissement 45
Dépréciation et indemnisations liées à la dépréciation 48
Indemnisations liées à la dépréciation 49
Décomptabilisation d’une IC 49

Informations à fournir 51

Choix de méthodes comptables 56

Jugements et estimations importants 58

Annexe A – Sigles 60

Liste des extraits


Extrait 1 – États financiers de 2012 de The Brick Ltd.
Note 3 – Principales méthodes comptables 15

Extrait 2 – États financiers de 2012 de Sherritt International Corporation


Note 2 – Résumé des principales méthodes comptables 18

Extrait 3 – États financiers de 2012 d’Air Canada


Note 2 – Mode de présentation et principales méthodes comptables 19

Extrait 4 – États financiers de 2012 de Saskatchewan


Transportation Company
Note 4 – Principales méthodes comptables 19

Extrait 5 – États financiers de 2012 de Bombardier Inc.


Note 2 – Sommaire des principales méthodes comptables 20

Extrait 6 – États financiers de 2012 de Rogers Communications Inc.


Note 2 – Principales méthodes comptables 23
Table of Contents v

Extrait 7 – états financiers de 2012 de Potash Corporation


of Saskatchewan Inc.
Note 5 – Immobilisations corporelles 24

Extrait 8 – états financiers de 2012 de Cenovus Energy Inc.


Note 3 – Sommaire des méthodes comptables 25

Extrait 9 – états financiers annuels de 2012 de The Great Canadian Gaming


Corporation
Note 3 – Critical accounting estimates and judgments 26

Extrait 10 – états financiers de 2012 de The Brick Ltd.


Note 3 – Principales méthodes comptables 29

Extrait 11 – états financiers de 2012 de Husky Energy Inc.


Note 3 – Principales méthodes comptables 38

Extrait 12 – états financiers de 2012 d’Air Canada


Note 2 – Mode de présentation et principales méthodes comptables 40

Extrait 13 – états financiers de 2012 de Westjet Airlines Ltd.


Note 1 – Exposé des méthodes comptables 41

Extrait 14 – états financiers de 2012 de Newalta Corporation


Note 2 – Principales méthodes comptables 42

Extrait 15 – états financiers de 2012 de Sears Canada Inc.


Note 2 – Principales méthodes comptables 48

Extrait 16 – états financiers de 2012 de la Banque Royale


du Canada
Note 2 – Sommaire des principales méthodes comptables, estimations
et jugements 48

Extrait 17 – états financiers de 2012 de Shoppers Drug Mart


Note 3 – Principales méthodes comptables 51

Extrait 18 – états financiers de 2012 de Telus Corporation


Note 15 – Immobilisations corporelles 55

Extrait 19 – états financiers de 2012 d’Enerflex Ltd.


Note 4 – Estimations et jugements importants 59

Juin 2013
vi Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Liste des illustrations


Illustration 1 – Coûts inclus dans les IC et coûts exclus 21

Illustration 2 – Application du modèle de la réévaluation 29

Illustration 3 – Comptabilisation des variations découlant d’une réévaluation 33

Illustration 4 – IFRIC 1 – Variation des passifs existants relatifs au


démantèlement ou à la remise en état et des autres passifs similaires 37

Illustration 5 – Détermination de la durée d’utilité attendue d’une IC 41

Illustration 6 – Sommaire des informations à fournir selon IAS 16 51

Illustration 7 – Jugements importants et sources importantes d’incertitude


relative aux estimations pouvant découler de l’application d’IAS 16 58
1

IAS 16
Immobilisations
corporelles

Préface
La présente publication fait partie de la collection « Guide sur la mise en œuvre
des Normes internationales d’information financière au Canada » publiée par
les Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) à l’intention
de ses membres.

Cette publication a été préparée pour vous aider à comprendre IAS 16 et les
documents connexes de l’IASB. Vous y trouverez en premier lieu une intro-
duction et un exposé des faits nouveaux touchant la norme, puis des défini-
tions, une vue d’ensemble des exigences présentée sous forme de tableau,
une section d’analyse, une section sur les choix de méthodes comptables
et, enfin, une section sur les jugements et estimations importants.

Les auteurs se sont efforcés d’employer des termes simples et de ne pas sim­
plement reproduire les IFRS, mais lorsque cela a été jugé nécessaire, ils se sont
reportés à des passages précis des normes.

La présente publication a été préparée avec soin, mais elle contient forcément
des informations condensées et elle ne fournit donc que des indications géné­
rales. Elle ne vise pas à remplacer une recherche approfondie ou l’exercice du
jugement professionnel.

Juin 2013
2 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

La section « Vue d’ensemble » aborde en surface les principales exigences de


la norme sous la forme d’un tableau. Le tableau comporte des renvois précis à
IAS 16 pour aider le lecteur à s’y retrouver dans la norme. Ces renvois ne sont
pas exhaustifs, mais ils peuvent vous donner des pistes. La section sur l’analyse
traite plus en détail des aspects particulièrement complexes de la norme. Il
convient de noter que les parties de la norme qui ne posent pas de difficulté
figurent uniquement dans le diagramme « Vue d’ensemble », parce qu’il a été
jugé que cette couverture était suffisante.

Des illustrations, des exemples et des extraits ont été utilisés pour expliquer
des concepts particuliers ou éclairer l’application de la norme. Certains extraits
de notes afférentes aux états financiers ont été choisis pour illustrer un point
particulier, mais ces extraits ne représentent pas nécessairement les meilleures
pratiques.

Plusieurs éléments ont été inclus pour faciliter la compréhension :

1. Des illustrations, y compris :


• des tableaux;
• des arbres de décision;
• des résumés.

Ces illustrations ajoutent de la valeur en ce qu’elles condensent, regroupent


et font ressortir des points semblables ou différents et exposent les proces­
sus de décision qui président à l’application de la norme.

2. Des exemples, y compris :


• des extraits d’exemples d’application de l’IASB;
• des exemples de l’IASB tirés de la norme;
• d’autres exemples.

Ces exemples ajoutent de la valeur en ce qu’ils montrent comment un point


particulier de la norme pourrait s’appliquer dans une situation précise. Il est
à noter qu’IAS 16 ne contient pas d’exemples et que, par le fait même, les
exemples fournis dans la présente publication ne font pas autorité.

3. Des extraits des normes de l’IASB, y compris :


• des définitions;
• des paragraphes précis.

Même si les auteurs se sont efforcés d’employer des termes simples, il était
parfois important d’utiliser le libellé exact de la norme pour bien faire com-
prendre un point.
IAS 16 Immobilisations corporelles 3

4. Des extraits d’états financiers de sociétés canadiennes connues, y compris


de sociétés qui ont obtenu un prix dans le cadre du Concours des meilleurs
rapports d’entreprise; on peut trouver des explications sur ce concours,
de même que la liste des sociétés primées, à l’adresse www.icca.ca.

Les extraits portent sur des points particuliers, et il peut être utile de
prendre connaissance de la note complète, que l’on trouve à l’adresse
www.sedar.com.

5. Des observations du Comité d’interprétation des IFRS (IFRIC) sur des


questions non retenues (NIFRIC ou non-IFRIC), soit des questions dont
le comité a discuté mais qui n’ont pas été mises au programme de l’IASB.
Ces observations sont présentées parce que, dans certains cas, elles
donnent un aperçu du processus de décision qui a mené à la norme.

6. Des observations du Groupe de discussion sur les IFRS mis sur pied par le
Conseil des normes comptables (CNC) en 2009. Le Groupe se veut une tri-
bune publique sur laquelle on discute des questions relatives aux IFRS et on
recueille le point de vue des Canadiens au sujet de questions liées à la mise
en œuvre des IFRS. Les discussions ne visent pas à fournir des indications
faisant autorité, mais aident à clarifier certains points et permettent aux par-
ties intéressées de voir comment d’autres parties abordent leurs problèmes
de présentation de l’information financière et exercent leur jugement dans
l’application des IFRS. Les observations sont tirées des comptes rendus
publics des réunions du Groupe. Les réunions sont enregistrées et les web-
diffusions audio sont archivées sur le site du CNC (www.nifccanada.ca).
Les participants comprennent des préparateurs, des praticiens, des
autorités de réglementation et des utilisateurs des états financiers.

7. Des renvois à d’autres documents pertinents de CPA Canada.

8. La présente publication s’inscrit dans une collection comportant plusieurs


dates de publication. Les dates sont indiquées sur chaque publication.

Bon nombre de ces éléments sont identifiés par des icônes, de sorte que le
lecteur peut facilement voir la source de l’information.

Juin 2013
4 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Les observations sur l’application précédées de l’icône « Idée »


servent à expliquer ou à analyser un problème particulier rela-
Idée tivement à l’application des IFRS.

Ces observations comprennent :


• des questions dont l’IFRIC a discuté, mais qui n’ont pas été
mises au programme de l’IASB (NIFRIC ou non-IFRIC);
• des comptes rendus du Groupe de discussion sur les IFRS.

Les points de vue font référence aux séries Points de vue :


Mise en œuvre des IFRS dans le secteur pétrogazier et Points
Points de vue de vue : Mise en œuvre des IFRS dans le secteur minier,
qui traitent de problèmes précis relativement à l’application
des IFRS.

Les exemples illustrent comment certaines dispositions d’une


E xe mple IFRS peuvent être appliquées dans une situation donnée.

Statistiques Des statistiques concernant des pratiques particulières relati-


vement à l’application des IFRS font ressortir les pratiques ou
approches courantes.

Les ressources font référence à d’autres documents pertinents


Ressources
de CPA Canada.

Ressources aux fins des recherches


CPA Canada a compilé une liste de divers sommaires techniques sur les IFRS,
de guides d’application et de foires aux questions en vue de faciliter la com-
préhension et l’application des IFRS. Pour obtenir de plus amples renseigne-
ments sur les IFRS, visitez notre site Web.

Avis au lecteur
La division Recherche, orientation et soutien des Comptables professionnels
agréés du Canada (CPA Canada) a commandé la présente publication dans le
cadre de son projet de recherche continue. Les points de vue et conclusions
exprimés dans cette publication sont ceux des auteurs. Ils n’ont pas été adop-
tés, sanctionnés ou approuvés par un conseil ou un comité de CPA Canada ou
par un ordre ou institut provincial et n’ont donné lieu à aucune mesure de leur
IAS 16 Immobilisations corporelles 5

part. CPA Canada et les auteurs déclinent toute responsabilité ou obligation


pouvant découler, directement ou indirectement, de l’utilisation ou de l’applica-
tion de cette publication ou de l’appui sur celle-ci.

Juin 2013
IAS 16 Immobilisations corporelles 7

Introduction à IAS 16
IAS 16 prescrit le traitement comptable des immobilisations corporelles (IC)
détenues soit pour être utilisées dans la production ou la fourniture de biens
ou de services, soit pour être louées à des tiers, soit à des fins administratives,
et dont on s’attend à ce qu’elles soient utilisées sur plus d’une période. IAS 16
permet un choix de méthode comptable, les IC pouvant être comptabilisées
au coût ou à un montant réévalué.

IAS 16 fournit des indications sur ce qui peut et ce qui ne peut pas être consi-
déré comme une IC, sur la comptabilisation et l’évaluation des coûts initiaux
et des coûts ultérieurs et sur la décomptabilisation d’une IC.

IAS 16 comprend un document Base des conclusions qui résume les éléments
pris en considération par l’International Accounting Standards Board (l’IASB)
et les conclusions dégagées dans le cadre de l’élaboration de cette norme.
IAS 16 ne contient aucun exemple.

Les coûts relatifs au démantèlement et à l’enlèvement des IC et à la remise en


état des sites sont inclus dans la valeur comptable de l’actif. IFRIC 1 Variation
des passifs existants relatifs au démantèlement ou à la remise en état et des
autres passifs similaires fournit des indications sur la façon de comptabiliser
l’effet des variations de l’évaluation des passifs existants relatifs au démantèle-
ment, et traite de l’incidence de ces variations sur les IC.

IFRIC 18 Transferts d’actifs provenant de clients s’applique à la comptabilisation


des transferts d’IC par des entités qui reçoivent de tels transferts provenant
de clients. Cette interprétation fournit des indications sur la comptabilisation
et l’évaluation de ces transferts d’actifs.

La présente publication est fondée sur les exigences énoncées dans les normes
et interprétations IFRS pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2013.
À des fins d’illustration, certains exemples de notes proviennent d’états finan-
ciers préparés pour les exercices terminés avant le 1er janvier 2013.

Le présent document n’a pas été mis à jour depuis sa publication,


en juin 2013. Le lecteur doit garder à l’esprit que certains aspects
des IFRS pourraient avoir changé depuis la date de publication.

Juin 2013
8 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Faits nouveaux en matière de normalisation

IASB

Modes d’amortissement
En décembre 2012, l’IASB a publié un exposé-sondage (ES) intitulé Clarifi-
cations sur les modes d’amortissement acceptables (Projet de modification
d’IAS 16 et d’IAS 38), par suite d’une demande du Comité d’interprétation
des IFRS. Selon le paragraphe IAS 16.60, le mode d’amortissement utilisé doit
refléter le rythme selon lequel l’entité s’attend à consommer les avantages
économiques futurs liés à l’actif. Les modifications proposées visent à préciser
que l’entité ne doit pas utiliser un mode d’amortissement fondé sur les produits
pour calculer la dotation aux amortissements d’une immobilisation corporelle
ou incorporelle, car un tel mode reflète la courbe des avantages économiques
générés par l’actif et non le rythme attendu de consommation de l’actif.

Le projet de modification contient également des indications supplémentaires


sur l’application du mode d’amortissement dégressif. Les indications proposées
précisent que l’information sur l’obsolescence technique ou commerciale de la
production de l’actif (produit ou service) est pertinente pour l’estimation du
rythme de consommation des avantages économiques futurs et de la durée
d’utilité de l’actif. L’ES souligne, à titre d’exemple, qu’une réduction future
attendue du prix de vente unitaire du produit ou du service résultant de la
production en raison de l’obsolescence technique ou commerciale pourrait être
une indication de la diminution des avantages économiques futurs d’un actif.

La période de commentaires relative à cet ES s’est terminée le 2 avril 2013, et


les modifications devraient être parachevées au quatrième trimestre de 2013.

Actifs biologiques producteurs


L’IASB a un projet à portée limitée visant à modifier IAS 41 afin d’y intégrer les
actifs biologiques producteurs (p. ex., ceps de vigne, bovins laitiers, etc.). Aux
termes d’IAS 41, ces actifs sont comptabilisés à la juste valeur diminuée des
coûts de la vente suivant le principe que l’évaluation de la juste valeur reflète
mieux la transformation des actifs biologiques producteurs. En revanche, on
peut avancer que les actifs biologiques adultes ne subissent plus de trans-
formation biologique et que, par conséquent, ils s’apparentent aux actifs de
fabrication et devraient être comptabilisés conformément à IAS 16.

Ce projet mettra l’accent sur l’évaluation des actifs biologiques producteurs qui
sont des plantes. L’ES a été publié le 26 juin 2013 et la date limite de réception
des commentaires a été fixée au 28 octobre 2013.
IAS 16 Immobilisations corporelles 9

Améliorations annuelles

Cycle 2010 – 2012 (ES publié en mai 2012)


L’IASB propose de modifier IAS 16 pour répondre aux préoccupations concer-
nant le calcul du cumul des amortissements à la date de réévaluation des IC
pour les entités qui comptabilisent leurs IC selon le modèle de la réévaluation.
Ces préoccupations découlent de la diversité des pratiques utilisées pour
calculer le cumul des amortissements d’un élément réévalué lorsque la valeur
résiduelle, la durée d’utilité ou le mode d’amortissement font l’objet d’une nou-
velle estimation avant une réévaluation.

Lorsqu’une IC est réévaluée, IAS 16 permet actuellement à une entité soit 1) de


retraiter le cumul des amortissements proportionnellement à la modification de
la valeur brute comptable de l’actif, soit 2) de déduire le cumul des amortisse-
ments de la valeur brute comptable de l’actif. Il se pose un problème lorsque la
première méthode est utilisée et que la valeur résiduelle, la durée d’utilité ou le
mode d’amortissement fait l’objet d’une nouvelle estimation avant une rééva-
luation. Dans ces cas, le retraitement au prorata du cumul des amortissements
ne débouche pas, pour l’actif, sur une valeur comptable égale au montant réé-
valué diminué du cumul des amortissements réévalué. Le projet de modifica-
tion d’IAS 16 (et d’IAS 38) indiquerait que le cumul des amortissements est la
différence entre les valeurs comptables brute et nette. Il préciserait également
que la détermination du cumul des amortissements ne dépend pas du choix de
la technique d’évaluation.

Une modification similaire est proposée dans IAS 38 pour les immobilisations
incorporelles évaluées selon le modèle de la réévaluation.

Cette modification devrait être approuvée et publiée au quatrième trimestre


de 2013 et s’appliquera aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2014;
une application anticipée sera permise.

IFRIC
L’Interpretations Committee (le Comité d’interprétation) a reçu une demande
en vue de traiter d’une question portant sur les accords contractuels entrant
dans le champ d’application d’IFRIC 12 Accords de concession de services.
Cette demande vise à préciser les circonstances dans lesquelles des paiements
contractuels effectués par le concessionnaire aux termes d’un accord de
concession de services doivent :
1) être inclus dans l’évaluation d’un actif et d’un passif au commencement
de l’accord de concession;
2) être considérés comme étant de nature exécutoire (c’est-à-dire qu’ils
doivent être comptabilisés en charges lorsqu’ils sont engagés sur la
durée de l’accord de concession).
Juin 2013
10 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Lors de sa réunion de janvier 2013, le Comité d’interprétation a décidé provi-


soirement de recommander à l’IASB de modifier IAS 16 de manière à exiger
que les ajustements à la valeur comptable d’un passif financier, exception faite
des ajustements au titre de coûts financiers qui ne satisfont pas aux conditions
d’inscription à l’actif selon IAS 23, soient comptabilisés comme des ajustements
correspondants au coût de l’actif dans la mesure où IAS 16 ou IAS 38 l’exige.
Le Comité d’interprétation a également décidé de proposer des modifications
à IFRIC 12.

Principales normes abordées


dans la présente publication
Voici une liste des normes mentionnées dans la présente publication. Par souci
de clarté, les normes y sont nommées et classées en deux catégories, à savoir
les normes principales et les normes secondaires. Les normes principales sont
les normes qui traitent du sujet concerné (dans le cas présent, les immobili-
sations corporelles). Les normes secondaires sont les normes auxquelles il
est fait référence dans la présente publication, mais qui ne sont pas abordées
en détail.

Normes principales :

IAS 16 Immobilisations corporelles


IFRIC 1 Variation des passifs existants relatifs au démantèlement
ou à la remise en état et des autres passifs similaires
IFRIC 18 Transferts d’actifs provenant de clients

Normes secondaires :

IFRS 2 Paiement fondé sur des actions


IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités
abandonnées
IFRS 6 Prospection et évaluation de ressources minérales
IFRS 13 Évaluation de la juste valeur
IAS 1 Présentation des états financiers
IAS 2 Stocks
IAS 8 Méthodes comptables, changements d’estimations comptables
et erreurs
IAS 12 Impôts sur le résultat
IAS 17 Contrats de location
IAS 18 Produits des activités ordinaires
IAS 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir
sur l’aide publique
IAS 16 Immobilisations corporelles 11

IAS 23 Coûts d’emprunt


IAS 36 Dépréciation d’actifs
IAS 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels
IAS 38 Immobilisations incorporelles
IAS 40 Immeubles de placement
IAS 41 Agriculture
IFRIC 12 Accords de concession de services

Dans le reste du document, seul le numéro de la norme sera indiqué


(p. ex., IAS 36).

Définitions tirées d’IAS 16


[IAS 16.6]

Les définitions qui suivent sont tirées directement d’IAS 16.

Amortissement L’amortissement est la répartition systématique du montant amortis-


sable d’un actif sur sa durée d’utilité.

Coût Le coût est le montant de trésorerie ou d’équivalents de trésorerie


payé, ou la juste valeur de toute autre contrepartie donnée pour
acquérir un actif au moment de son acquisition ou de sa construc-
tion ou bien le montant éventuellement attribué à cet actif lors de
sa comptabilisation initiale selon les dispositions spécifiques d’autres
normes, par exemple IFRS 2 Paiement fondé sur des actions.

Durée d’utilité La durée d’utilité est :


(a) la période pendant laquelle l’entité s’attend à pouvoir utiliser un
actif; ou
(b) le nombre d’unités d’œuvre ou d’unités similaires que l’entité
s’attend à obtenir de l’actif.

Immobilisations Les immobilisations corporelles sont des actifs corporels :


corporelles (a) qui sont détenus par une entité soit pour être utilisés dans la
production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour
être loués à des tiers, soit à des fins administratives; et
(b) dont on s’attend à ce qu’ils soient utilisés sur plus d’une période.

Juste valeur La juste valeur est le prix qui serait reçu pour la vente d’un actif ou
payé pour le transfert d’un passif lors d’une transaction normale
entre des intervenants du marché à la date d’évaluation. (Voir IFRS 13
Évaluation de la juste valeur.)

Montant amortissable Le montant amortissable est le coût d’un actif, ou tout autre montant
substitué au coût, diminué de sa valeur résiduelle.

Perte de valeur Une perte de valeur est le montant de l’excédent de la valeur comp-
table d’un actif sur sa valeur recouvrable.

Valeur comptable La valeur comptable est le montant pour lequel un actif est compta-
bilisé après déduction du cumul des amortissements et du cumul des
pertes de valeur.

Juin 2013
12 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Valeur recouvrable La valeur recouvrable est la valeur la plus élevée entre la juste valeur
d’un actif diminuée des coûts de la vente et sa valeur d’utilité.

Valeur résiduelle La valeur résiduelle d’un actif est le montant estimé qu’une entité
obtiendrait actuellement de la sortie de l’actif, après déduction des
coûts de sortie estimés, si l’actif avait déjà l’âge et se trouvait déjà
dans l’état prévu à la fin de sa durée d’utilité.

Valeur spécifique La valeur spécifique à l’entité est la valeur actualisée des flux de
à l’entité trésorerie qu’une entité attend de l’utilisation continue d’un actif et
de sa sortie à la fin de sa durée d’utilité ou qu’elle prévoit engager
lors du règlement d’une obligation.

Vue d’ensemble des principales exigences


Le tableau qui suit présente une vue générale des principales exigences
d’IAS 16 et des documents connexes de l’IASB. Il ne s’agit pas de reproduire
la norme, mais de passer en revue les principales exigences qu’elle contient et
de relever les sujets à l’égard desquels des indications détaillées sont fournies
et ceux qui posent des difficultés quant à l’application. Les sujets les plus com-
plexes seront abordés en détail dans la section « Analyse ».

Comme on le mentionne dans la Préface, des renvois précis à IAS 16 sont ajou-
tés pour aider le lecteur à s’y retrouver dans la norme. Les renvois ne sont pas
exhaustifs; ils visent plutôt à servir de point de départ pour une recherche plus
approfondie dans la norme elle-même.

PRINCIPALES EXIGENCES D’IAS 16

Champ d’application – IAS 16.2 à .5

Actifs entrant dans le champ d’application Actifs exclus du champ d’application d’IAS 16 :
d’IAS 16 : • les IC classées comme détenues en vue
• les IC, y compris les actifs comptabilisés de la vente (IFRS 5);
à un montant réévalué; • les IC visées par une autre norme qui
• les IC utilisées pour développer ou main- impose ou autorise un traitement comp-
tenir les actifs décrits comme étant exclus table différent (p. ex., les immeubles de
du champ d’application d’IAS 16; placement (IAS 40));
• l’évaluation des immeubles de placement • les immobilisations incorporelles (IAS 38);
(IAS 40) comptabilisés selon le modèle • les actifs biologiques en rapport avec
du coût; l’activité agricole (p. ex., les vignes que
• les contrats de location-financement du l’on cultive pour le raisin (IAS 41));
point de vue du preneur (exception faite • la comptabilisation et l’évaluation des
des critères de comptabilisation, qui sont actifs de prospection et d’évaluation
inclus dans IAS 17). (IFRS 6);
• les droits miniers et les réserves minérales
(p. ex., le pétrole et le gaz naturel).
IAS 16 Immobilisations corporelles 13

PRINCIPALES EXIGENCES D’IAS 16

Comptabilisation – IAS 16.7 à .14

Critères de comptabilisation généraux :


1) il est probable que les avantages économiques futurs associés à une IC iront à l’entité; et
2) le coût de l’IC peut être évalué de façon fiable.
Les éléments acquis pour des raisons de sécurité ou pour des raisons liées à l’environnement,
les pièces de rechange, les pièces de sécurité, le matériel d’entretien et le coût des inspections
majeures sont comptabilisés, car ils permettent à l’entité de tirer des avantages économiques
futurs d’autres actifs.

Évaluation lors de la comptabilisation – IAS 16.15 à .28

Une entité apprécie, selon les critères de comptabilisation énoncés dans IAS 16, tous les coûts
de ses IC au moment où ils sont engagés. Ces coûts incluent les coûts engagés initialement
pour acquérir ou construire une IC et les coûts engagés ultérieurement pour l’accroître ou la
remplacer partiellement.
Une IC doit être comptabilisée au coût, lequel s’entend du montant de trésorerie ou d’équiva-
lents de trésorerie payé, ou de la juste valeur de toute autre contrepartie donnée pour acquérir
un actif au moment de son acquisition ou de sa construction. Des éléments précis doivent être
pris en considération aux fins de la détermination du coût d’une IC, surtout lorsqu’il s’agit d’un
actif qui est produit par l’entité pour elle-même plutôt que d’un actif acquis. IAS 16 fournit des
indications sur les éléments à inclure et à exclure dans la détermination du coût.
IAS 16 fournit des indications portant expressément sur les produits liés aux opérations acces-
soires, les actifs produits par l’entité pour elle-même, les échanges d’actifs non monétaires et
les coûts de démantèlement, d’enlèvement et de remise en état du site. D’autres aspects des
coûts sont abordés dans la section « Analyse » de la présente publication, notamment :
• les coûts d’emprunt;
• les actifs acquis au moyen de subventions publiques;
• les actifs transférés provenant de clients.
Une dépense ultérieure engagée au titre d’un actif n’est pas inscrite dans le coût de l’actif
s’il n’est pas probable qu’il en résulte un avantage économique futur. Les coûts d’entretien
courant d’une IC (p. ex., les réparations et la maintenance) sont comptabilisés en résultat
net lorsqu’ils sont engagés.

Évaluation après comptabilisation – IAS 16.29 à .66

Une entité doit choisir entre deux méthodes comptables pour chaque catégorie d’IC :
• le modèle du coût; ou
• le modèle de la réévaluation.
Des indications importantes sont fournies aux fins de l’application du modèle de la réévalua-
tion, notamment en ce qui concerne :
• les circonstances dans lesquelles ce modèle peut être utilisé;
• la détermination des catégories d’actifs;
• la fréquence des réévaluations;
• la comptabilisation des augmentations et diminutions de la valeur comptable à la suite
d’une réévaluation.
Chaque partie d’une IC qui est importante par rapport au coût total d’une IC doit être amortie
séparément, peu importe la méthode comptable retenue pour évaluer l’IC après comptabilisa-
tion (soit le modèle du coût, soit le modèle de la réévaluation).
L’amortissement est déterminé en fonction du coût d’un actif, diminué de sa valeur résiduelle,
sur la durée d’utilité estimée de l’actif.

Juin 2013
14 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

PRINCIPALES EXIGENCES D’IAS 16

Évaluation après comptabilisation – IAS 16.29 à .66 (suite)

Les entités doivent examiner la valeur résiduelle et la durée d’utilité estimée de leurs IC ainsi
que le mode d’amortissement utilisé pour chacune au moins à chaque fin d’exercice.
IAS 16 fournit des indications sur les éléments suivants :
• le commencement de l’amortissement d’un actif;
• la détermination de la durée d’utilité d’un actif;
• les modes d’amortissement;
• les postes dans lesquels l’amortissement est comptabilisé.
Une entité doit appliquer IAS 36 pour déterminer si une IC s’est dépréciée.

Décomptabilisation – IAS 16.67 à .72

La valeur comptable d’une IC doit être décomptabilisée :


1) lors de sa sortie; ou
2) lorsqu’aucun avantage économique futur n’est attendu de son utilisation ou de sa sortie.
La valeur comptable d’une partie remplacée d’une IC doit être décomptabilisée au moment
du remplacement.

Informations à fournir – IAS 16.73 à .79

De nombreuses informations doivent être fournies sur chaque catégorie d’IC, notamment :
1) un rapprochement entre les valeurs comptables à l’ouverture et à la clôture de la période
(faisant apparaître les entrées, les pertes de valeur et les amortissements);
2) la convention d’évaluation utilisée pour chaque catégorie d’IC (coût ou réévaluation);
3) les modes d’amortissement utilisés;
4) les durées d’utilité ou les taux d’amortissement utilisés;
5) des informations spécifiques lorsque le modèle de la réévaluation est utilisé.

Analyse des questions pertinentes


La présente section explore plus en détail certains sujets qui posent davantage
de difficultés ou qui font largement appel au jugement.

Champ d’application
[IAS 16.2 à .5]

Plusieurs autres normes peuvent être utilisées conjointement avec IAS 16 ou


s’y substituer pour ce qui concerne la comptabilisation et l’évaluation des IC.

IAS 16 ne s’applique pas aux immeubles de placement, comme les terrains et


les bâtiments détenus pour en tirer des loyers ou pour réaliser une plus-value
en capital. Ces immeubles sont plutôt visés par les dispositions d’IAS 40.
Le modèle du coût préconisé dans IAS 16 serait pertinent dans les cas où
cette méthode est retenue aux fins de l’évaluation ultérieure des immeubles
de placement.
The Brick Ltd.
Notes to the Consolidated Financial Statements
IAS 16 Immobilisations corporelles 15
December 31, 2012 and December 31, 2011
(thousands of Canadian dollars except for share and per share amounts)

it is probable that there will be sufficient taxable profits against which to utilize the benefits of
the temporary differences and they are expected to reverse in the foreseeable future.

The carrying amount of deferred tax assets is reviewed at the end of each reporting period and
reduced
Les exemples quitosuivent
the extent that it is no longer
portent sur laprobable that sufficient
relation entre IAS taxable16profits
et IASwill be available
40.
to allow all or part of the asset to be recovered.

Deferred tax assets and liabilities are measured at the tax rates that are expected to apply in the
EXEMPLE D’APPLICATION :
period in which the liability is settled or the asset realized, based on tax rates (and tax laws)
thatIAS
Relation entre have16been
et IASenacted
40 or substantively enacted by the end of the reporting period. The
measurement of deferred tax liabilities and assets reflects the tax consequences that would
follow La société
from ABCinest
the manner unethe
which entreprise
Company de fabrication
expects, at the end quiofpossède plusieurs
the reporting period, to

E xe mple
recoverusines
or settle(bâtiments
the carrying et équipement
amount connexe)
of its assets dans l’ensemble du pays. Elle
and liabilities.
utilise chacune de ces usines pour fabriquer des articles qui seront vendus
Deferred tax générer
pour assets anddes
liabilities are offset when there is a legally enforceable right to set off
produits.
income tax assets against income tax liabilities and when they relate to income taxes levied by
the sameCestaxation
usines authority
ne sont pas considérées
and the commetodes
Company intends immeubles
settle its incomedetaxplacement,
assets and
car elles sont
liabilities on a net basis.utilisées dans la production ou la fourniture de biens ou de
services vendus dans le cours normal des affaires. Elles sont donc comptabi-
3.9 lisées
Property, conformément
plant and equipment à IAS 16, selon les modalités décrites dans la présente
publication.
3.9.1 Recognition and measurement
Laproperty,
Items of société plant
DEF and
exerce ses activités
equipment are carrieddans le secteur
at cost immobilier
less accumulated et elle aand
depreciation
E xe mple
investiimpairment
accumulated dans plusieurs
losses. bâtiments situés dans diverses villes au pays. La
société DEF tire ses produits de la location de bâtiments et réaliserait
un gainexpenditures
Cost includes en capitaldirectly
à la vente de cestobâtiments.
attributable the acquisition of the asset and required to
establish the asset in working condition
Ces bâtiments sont considérés commegiven its intended
desuse. Cost also de
immeubles includes expenditures
placement, car
for dismantling and removing items and restoring the site on which they
ils sont détenus pour en retirer des loyers et pour réaliser une plus-value were located, and
borrowing costs on qualifying assets. Purchased software and costs directly related to the
en capital. Ils sont donc comptabilisés conformément à IAS 40. Selon cette
purchase and installation of such software are capitalized as a component of related equipment
norme, la société DEF peut choisir d’évaluer les bâtiments après comptabili-
when the software is integral to its functionality. Software that is not considered integral to the
sation selon le modèle de la juste valeur ou selon le modèle du coût. Si elle
functionality of equipment is classified as an intangible asset.
opte pour le modèle du coût, elle doit se conformer aux exigences d’IAS 16.
When parts of an item of property, plant and equipment have different useful lives, they are
accounted for as separate items (major components) of property, plant and equipment.
EXTRAIT 1 – ÉTATS FINANCIERS DE 2012 DE THE BRICK LTD.
Gains and losses on disposal of an item of property, plant and equipment are determined by
NOTE 3 – PRINCIPALES
comparing the MÉTHODES
proceeds from COMPTABLES
disposal with the carrying amount of property, plant and
3.9 Property,equipment
plant andand equipment
are recognized (extrait)
within other income (expense) on the consolidated statements of
comprehensive income.

3.9.2 Reclassification to investment property


Property, plant and equipment are used in the ordinary course of business in the production or
supply of goods or services or for administrative purposes. Investment property is property
held to earn rental revenue or for capital appreciation or both. When the use of a property
changes from use in the business to investment property, the property’s cost and accumulated
depreciation is reclassified from property, plant and equipment to investment property.

24

Juin 2013
16 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Les indications qui suivent traitent de la comptabilisation du droit d’utilisation


d’un terrain et de la question de savoir si ces droits relèvent d’IAS 16, d’IAS 17
ou d’IAS 38.

INDICATIONS D’APPLICATION :
Acquisition d’un droit d’utilisation de terrain

Source IASB

Date de Septembre 2012


la réunion

Les indications qui suivent sont tirées du rapport « IFRIC – items not taken
onto the agenda » (IFRIC – éléments non inscrits au programme de travail).

Idée Raison pour laquelle la question


n’a pas été inscrite au programme
Question de travail de l’IFRIC

En janvier 2012, il a été demandé au Le Comité d’interprétation a relevé


Comité d’interprétation de préciser les caractéristiques d’un contrat de
si l’achat du droit d’utilisation d’un location dans l’exposé des faits sou-
terrain devait être comptabilisé mis, selon la définition d’un contrat
comme : de location énoncée dans IAS 17. Il
• l’achat d’une immobilisation a précisé qu’un contrat de location
corporelle; peut avoir une durée indéterminée
• l’achat d’une immobilisation du fait de l’existence d’options de
incorporelle; ou prolongation ou de renouvellement
• la location d’un terrain. et que, de ce fait, le fait que la
durée d’un « droit d’utilisation » soit
Dans l’exposé des faits soumis, les
indéterminée n’empêche nullement
textes légaux et réglementaires du
ce droit d’être considéré comme
pays en question ne permettent pas
un contrat de location selon IAS 17.
aux entités de détenir le titre franc
Le Comité d’interprétation a éga-
d’un terrain. Les entités doivent
lement indiqué que le preneur a la
plutôt acquérir le droit d’exploiter un
possibilité de renouveler le droit et
terrain ou de construire sur un ter-
que la durée d’utilité aux fins de la
rain. Selon l’auteur de la demande,
détermination de l’amortissement
plusieurs pratiques sont utilisées
peut inclure des périodes de renou-
dans le pays en question pour
vellement. Il faudra en appeler au
comptabiliser ces droits.
jugement pour déterminer la durée
d’amortissement appropriée.
Nonobstant les observations qui
précèdent, le Comité d’interpréta-
tion a fait observer que la situation
exposée est propre à un pays. Il a
donc décidé de ne pas inscrire cette
question à son programme de travail.

Vous pouvez obtenir des renseignements détaillés sur les questions étudiées par l’IFRIC,
mais qui n’ont pas été ajoutées à son programme de travail, à l’adresse www.ifrs.org.
IAS 16 Immobilisations corporelles 17

Comptabilisation des coûts initiaux et ultérieurs


[IAS 16.7 à .14]

IAS 16 ne fournit pas de précisions quant aux éléments qui sont considérés
comme des IC, mais elle fournit des indications générales en matière de comp-
tabilisation. Le coût d’une IC doit être comptabilisé en tant qu’actif si, et seule-
ment si :
1) il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet élé-
ment iront à l’entité; et
2) le coût de cet élément peut être évalué de façon fiable.

Les critères de comptabilisation reposent sur le Cadre conceptuel de l’informa-


tion financière de l’IASB.

Il peut être nécessaire de s’en remettre au jugement pour déterminer si cer-


tains coûts peuvent être comptabilisés en tant qu’IC dans certaines circons-
tances, notamment dans les circonstances décrites dans les sous-sections
ci-après.

Éléments acquis pour des raisons de sécurité ou des raisons liées


à l’environnement
[IAS 16.11]

IAS 16 fournit des indications bien précises en ce qui concerne les IC acquises
pour des raisons de sécurité ou des raisons liées à l’environnement. Les IFRS
établissent une distinction pour ces IC, car, en général, elles n’augmentent pas
directement les avantages économiques futurs se rattachant à une IC donnée.
Ces IC peuvent toutefois permettre à une entité d’obtenir de ses autres actifs
des avantages économiques futurs supérieurs à ceux qu’elle aurait pu obtenir
si elle n’avait pas acquis les IC pour des raisons de sécurité ou des raisons liées
à l’environnement.

EXEMPLE D’APPLICATION :
Éléments acquis pour des raisons de sécurité ou des raisons liées à l’environnement

La société ABC exerce ses activités dans le secteur pharmaceutique. Pour

E xe mple
exploiter ses usines, elle doit se conformer à plusieurs normes en matière de
respect de l’environnement et de sécurité des produits chimiques. Dans cette
perspective, la société a recruté plusieurs ingénieurs afin de concevoir des
procédés qui lui permettront de s’assurer de la conformité aux normes. Elle
a également fait l’acquisition de matériel de contrôle et de surveillance de
la qualité.
Ce matériel n’est pas indispensable à la production des biens et services,
mais il joue un rôle important pour ce qui est de s’assurer de la conformité
aux normes en matière de respect de l’environnement et de sécurité des pro-
duits chimiques. En conséquence, les coûts liés à la conception des procédés
et du matériel seront incorporés dans le coût de l’actif selon IAS 16.

Juin 2013
18 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Pièces de rechange, pièces de sécurité et matériel d’entretien


[IAS 16.8]

Les éléments tels que les pièces de rechange, les pièces de sécurité et le maté-
riel d’entretien sont comptabilisés en tant qu’IC s’ils répondent à la définition
des IC. Sinon, ils sont classés en stocks.

EXTRAIT 2 – ÉTATS FINANCIERS DE 2012 DE SHERRITT INTERNATIONAL


CORPORATION
NOTE 2 – RÉSUMÉ DES PRINCIPALES MÉTHODES COMPTABLES
2.8 Immobilisations corporelles (extrait)
Immobilisations corporelles et terrains (extrait)

Coûts ultérieurs

Réparations et maintenance
[IAS 16.12]

Selon IAS 16, on applique les critères de comptabilisation généraux aux coûts
engagés ultérieurement pour accroître une IC déjà comptabilisée ou en assu-
rer l’entretien. Les dépenses ultérieures engagées à l’égard d’un actif ne sont
incorporées dans le coût de l’actif que lorsqu’il est probable qu’il en résultera
des avantages économiques futurs. Les coûts d’entretien courant d’une IC sont
décrits comme étant nécessaires aux réparations et à la maintenance de l’IC,
et sont comptabilisés en résultat net lorsqu’ils sont engagés.

Pièces de remplacement
[IAS 16.13]

Les coûts engagés ultérieurement pour accroître ou remplacer partiellement


une immobilisation ou pour en assurer l’entretien sont incorporés dans le coût
de l’immobilisation s’ils satisfont aux critères de comptabilisation. Dans ces cas,
la norme exige également que l’entité décomptabilise la valeur comptable de la
partie qui a été remplacée. Cette exigence s’applique peu importe que la partie
remplacée ait été ou non identifiée et amortie séparément depuis l’acquisition.
Si la valeur comptable de la partie remplacée ne peut être identifiée, le coût de
remplacement, dûment amorti, peut être utilisé pour estimer la valeur comp-
table de la partie qui est remplacée et décomptabilisée.
comptabilisés sous le passif courant relativement à certaines activités liées aux voyages.

Les liquidités soumises à restrictions échéant à plus d’un an à compter de la date du bilan sont intégrées aux dépôts et autres
actifs et ont trait à des fonds déposés auprès de diverses institutions financières comme garanties de lettres de crédit et
autres éléments.
IAS 16 Immobilisations corporelles 19
S) STOCKS DE CARBURANT AVIONS ET DE RECHANGES ET FOURNITURES
Les stocks de carburant avions et de rechanges et fournitures, à l’exception des articles durables, sont évalués au plus faible du
coût et de la valeur nette de réalisation, le coût étant déterminé suivant la méthode du coût moyen pondéré.

Rapport annuel
La Société n’a Air
pasCanada 2012 de perte de valeur des stocks ou de reprise de pertes de valeur des stocks constatées
comptabilisé
antérieurement pendant les périodes considérées. Est compris dans la maintenance avions un montant de 43 $ au titre des
rechanges et fournitures utilisés au cours de l’exercice (39 $ en 2011).
EXTRAIT
Air Canada 3 – ÉTATS
a aussi établi unFINANCIERS
régime d’actionnariatDEà 2012 D’AIR
l’intention CANADA
des employés, en vertu duquel elle verse, en contrepartie des
T) IMMOBILISATIONS
montants CORPORELLES
versés par les salariés, des cotisations établies selon des pourcentages prévus au régime. Les employés doivent
NOTE 2 – MODE
demeurer au service DEde laPRÉSENTATION
Société jusqu’au 31 mars ETdePRINCIPALES MÉTHODES
l’année suivante pour COMPTABLES
acquérir les cotisations de la Société. Ces
Les immobilisations corporelles sont comptabilisées selon le modèle du coût. Les immobilisations corporelles au titre de
cotisations
J) contrats
Maintenance sont constatées au titre
et réparations des Salaires et
(extrait)charges sociales à mesure qu’elles sont acquises.
de location-financement et les obligations locatives futures sont comptabilisées initialement à un montant égal au
moins
J) élevé de la justeET
MAINTENANCE valeur des immobilisations corporelles et de la valeur actualisée des paiements de loyer.
RÉPARATION
Les frais de maintenance
La Société et de réparation
répartit initialement des appareils
le montant loués et
comptabilisé à des appareils
l’égard d’uneappartenant à la Société sont
pièce d’immobilisation passés en
corporelle charges
entre ses
en maintenance
composantes avions dèset
importantes qu’ils sont chaque
amortit engagés,composante
à l’exception dedes fraisdistincte.
façon de maintenance et de réparation
Les immobilisations liés auxsont
corporelles modalités de
amorties
restitution
linéairementdessurappareils loués
leur durée aux termes
d’utilisation de contrats
estimative, de locationdesimple,
à concurrence qui sont
leur valeur comptabilisés
résiduelle sur Le
estimative. la matériel
durée duvolant
contrat
et
de location, et de
l’équipement des vol
travaux
sontimportants
décomposés de maintenance
en cellules, des appareilsetappartenant
réacteurs matériel de à lacabine
Sociétéetet modifications.
des appareils visés
La par des
période
contrats de location-financement,
d’amortissement des cellules et desqui sont inscrits
réacteurs est deà l’actif
20 à 25comme
ans etilleur
est valeur
indiquérésiduelle
à la note estimative,
2T ci-dessous.
de 10 % à 20 %. Les frais
de reconfiguration
Les frais de maintenance des appareils et desont amortis sur
réparation liés laaux période la moins
modalités longue entre
de restitution descinq ans et la
appareils durée aux
prévues d’utilitécontratsrestante de
de l’appareil. Les réacteurs de rechange et pièces connexes (les « articles durables ») sont amortis sur la durée moyenne
T) location simple sont comptabilisés sur la durée du bail au montant des obligations de maintenance au titre de la
Immobilisations corporelles (extrait)
d’utilisation restante des appareils auxquels ils correspondent et leur valeur résiduelle estimative est de 10 % à 20 %. Les
restitution des appareils à la fin du bail prévues par les contrats de location simple conclus par la Société et compensés par
améliorations
des apportées aux
frais de maintenance payés cabines
d’avanceet lesconstatés
modifications apportées
en actif, sauf dans auxleappareils loués en de
cas des contrats vertu de contrats
services de locationfacturés
de maintenance simple
àsont amorties
l’heure ou des surrecouvrements
la durée du contrat en vertu de location.
de contrats Les deprincipaux
sous-locationtravaux de maintenance
d’appareils. La provision effectués sur des cellulesdans
est comptabilisée et desles
réacteurs, yliées
provisions
tiers,lasont
sur durée
compris
incorporés
à courir au
le coût des pièces
à la maintenance
ducoût bail.deLes l’actif
de rechange
en fonction d’un taux
et amortis
intérêts cumulés
et des
sursur
fournitures ainsi
d’actualisation
la durée
tenant
d’utilitésont
la provision
quecompte
moyenne
des services
prévue entre
comptabilisés
de maintenance
des risques
Saskatchewan
dansles lesprincipaux
fournis
spécifiquesCompany
Transportation liés aupar
autres charges
des
passif
2012
travauxnon de
Annual Report 55
maintenance. CesDans
opérationnelles. travauxle cas consistent
des avions d’ordinaire
faisant en des inspections
l’objet de contratsplus pousséessimple
de location et des qui travaux
sontd’entretien
sous-loués plus à des complexes
tiers, la
des appareils.
charge liée à la Tous les travaux
provision de maintenance
est présentée dans leeffectués
compte sur des appareils
de résultat, du parcfaite
déduction aérien du en vertu de
montant contrats prévoyant
comptabilisé au titre une des
facturation à l’heure
remboursements desdefrais vol sont de imputés
maintenance aux chargesdécoulant opérationnelles
d’une obligationdans le compte
contractuelle de résultat à mesure que lesLafrais
du sous-locataire. sont
Société
engagés. Les bâtiments
comptabilise un remboursement sont amortislorsqu’elle
linéairement a lasurquasi-certitude
leur durée d’utilité de jusqu’à
recevoir concurrence
ce remboursementde 50 ans, ousisurelle la durée
éteintdu son bail
foncier si elle
obligation. Toutest plus courte. Les
changement deaméliorations
l’estimation locatives du coûtsont de amorties sur la durée
la maintenance, des du taux bail, à concurrencedu
d’actualisation, de moment
cinq ans. du Le
matériel auou
règlement sol toute
et les autres
différence équipements
entre le sont coûtamortis
réel desur la 3maintenance
à 25 ans. et le montant constitué en guise de provision est
comptabilisé en maintenance avions au cours de la période.
Notes K)
EXTRAIT
Lestovaleurs
Financial
AUTRES CHARGES
4 – ÉTATS
résiduelles Statements
et OPÉRATIONNELLES
FINANCIERS
les durées(continued)
d’utilité sont DErevues 2012 DE SASKATCHEWAN
au moins une fois l’an et les taux d’amortissement TRANSPORTATION sont ajustés en
conséquence
Les autres charges sur une base prospective.
opérationnelles Le montant
comprennent entredes profits
autres lesetfrais
desliés
pertes
à la résultant
location et de àlal’entretien
sortie d’une immobilisation
de bâtiments, aux
COMPANY
c. corporelle
Property
services andestequipment
d’escale déterminé par la comparaison
aux aéroports, aux honoraires du produit
et servicesde laprofessionnels,
sortie avec la Company
valeur
aux repas comptable
recognizes dea portion
l’immobilisation
et à l’hébergement of des
the capitalcorporelle
équipages, grantàaset larevenue each
il est
Property
promotion comptabilisé
andetequipment dans
à la publicité, les profits
are recorded et pertes
at cost less
aux assurances non opérationnels,
et accumulated au compte
aux coûts au sol liés aux forfaits consolidé
year de de
equivalent résultat.
Vacances to Air
the Canada,
amount of etdepreciation
d’autres dépenses. recognized on the
NOTE
depreciation
4 – PRINCIPALES
and anyopérationnelles
MÉTHODES
provisions for impairment.
COMPTABLES
Cost includes assets acquired with the grant funds.
Les autres charges sont constatées à mesure qu’elles sont engagées.
U) INTÉRÊTS INCORPORÉS
c. expenditure
Property
L)
thatand
INSTRUMENTS
is directly attributable to
equipment
FINANCIERS
the acquisition of the
(extrait) Capital grants related to the acquisition of land and related costs are
asset. The cost of self-constructed assets includes materials,
Les coûts d’emprunt sont comptabilisés en résultat à mesure qu’ils sont recognized engagés, àasl’exception des intérêts
a direct increase in retainedattribuables
earnings. à
services,
En vertu direct
de sa labour
politique and de directly
gestion attributable
des overheads.
risques, la Société n’a recours à des instruments financiers dérivés quedepour gérerêtre les
l’acquisition, à la construction ou à la production d’un actif qui exige une longue période de préparation avant pouvoir
risques
The costs etofvendu,
non à des
maintenance, fins cas
spéculatives.
repairs, renewals or replacements which g. Depreciation of property and equipment
utilisé ou auquel ils sont incorporés dans le coût de dol’actif. L’incorporation des coûts d’emprunt débute lorsque sont
not extend productive Depreciation is recorded on buildings, vehicles, and equipment, on
engagés
Les actifsles dépenseslife
financiers are passifs
les chargedfinanciers,
etrelativement àtol’actif
operations
etyles ascoûts
incurred.
compris The
d’emprunt
les dérivés, etsont
quecomptabilisés
sont en coursdans les activités
l’état visant à de préparer l’actif
costs of replacements and improvements which extend productive life the straight-line basis overconsolidé
the estimated laproductive
situation life of each
préalablement
financière lorsque à son utilisation.
la Société Les coûts
devient partied’emprunt
aux dispositions sont incorporés
contractuelles jusqu’à
de la date où lefinancier
l’instrument projet estouachevé du et oùdérivé.
contrat l’actif Tous
peut
are capitalized. The cost of replacing part of an item of property and asset. Depreciation commences when the property and equipment is
êtreinstruments
les mis en service de la manière
financiers doiventprévue.
être évalués à leur juste valeur au moment de laforcomptabilisation
ready its intended use.initiale. Le risqueuseful
The estimated de crédit
life of property and
equipment is recognized in the carrying amount of the item if it is
propre de la Société et le risque de crédit de la contrepartie sont pris en equipment considération pourondéterminer
is based manufacturer’s la juste valeurpast
guidance, des experience and
probable that the future economic benefits embodied within the part
actifs financiers et des passifs financiers, y compris les instruments dérivés.future L’évaluation au cours
expectations des périodes
regarding the potentialultérieures est
for technical
will flow to the Company and its cost can be measured reliably. The
fonctionamount
carrying du classement
of the replaced des instruments financiers.
part is derecognized. TheLacosts
Société
of classe ses obsolescence.
actifs financiers Thedans les catégories
estimated useful lives : «are à la juste annually and
reviewed
valeur
the par le servicing
day-to-day biais duofrésultat property»,and « prêts
equipmentet créances », « détenu
are recognized in jusqu’àanyl’échéance
changes are » applied
ou « disponible
prospectively. à la vente ». Le
101
classement
total est fonction
comprehensive loss asduincurred.
but pour lequel l’actif financier a été acquis.
The estimated useful lives of the major classes of property and
La direction
When propertydétermine
and equipment le classement
are disposed des ofactifs financiers
or retired, the lors de leur comptabilisation
equipment are initiale. Les actifs financiers évalués à la
as follows:
juste valeur
related costs andparaccumulated
le biais du depreciation
résultat net are sont classés dans
eliminated from theles actifs financiers détenus à des 10
Buildings fins- 50deyears
transaction. Un actif
financier est
accounts. Anyclassé
resulting dans cette
gains catégorie
or losses s’il a étéinacquis
are reflected the principalement en vue Vehicles
d’être vendu à 5court -15 years
terme. Les dérivés sont
Inspections
aussi classés
statement comme majeures
of comprehensive détenus lossàfor desthefins de transaction sauf s’ils sont désignésOther
period. comme equipment
couvertures. 3 - 10 Lesyears
prêts et créances sont
des actifs financiers non dérivés à paiements déterminés ou déterminables qui ne sont pas cotés sur un marché actif. Les actifs
[IAS
d. 16.14]
Non-financial assets held for sale h. Impairment of non-financial assets
financiers détenus jusqu’à leur échéance sont des actifs non dérivés, assortis de paiements déterminés ou déterminables et
Non-financial assets are classified as held for sale if their carrying At each reporting date, the Company reviews the carrying amount of
d’une échéance fixe, que l’entité a l’intention manifeste et la capacité de conserver jusqu’à leur échéance. Les actifs financiers
its non-financial assets to determine whether there is any indication
amount will be recovered principally through a sale transaction
disponibles à la vente sont lesuse. actifs financiers non dérivés as qui sont désignés comme étant have
disponibles àanla impairment
vente ou ne sont
Certaines
rather
classés
than IC doivent
through continuing êtreDans
This soumises
condition is à des inspections
regarded that those majeurescomme
assets suffered pour continuer loss. If any such
met onlydans
whenaucune
the saleautre catégorie.
is highly probable andlethe casasset
des isinstruments
available financiersindication classés autrement
exists, the que recoverable amount détenus ofàthe desasset
fins is estimated in
defor
debienimmediate fonctionner
transaction, salelesincoûts
its present (un
de transaction
condition.avion
sont ou un
ajoutés
Management à must navire,
la juste parorder
be valeur initiale exemple).
de l’instrument
to determinefinancierLorsqu’une
the extent, if any, of inspec-
correspondant. the Les actifs loss.
impairment
financiers et
committed to les
the passifs
sale, which financiers
shouldclassés comme
be expected détenusforà des fins de transaction sont évalués à la juste valeur par le biais du
to qualify
tionrésultatmajeure
recognition net.
as Les est financiers
actifs
a completed réalisée,
sale within oneson
classés comme
year coût
from détenus
the estofjusqu’à
date comptabilisé
l’échéance, à titre
The recoverable
les prêts lesde
etamount is partie
créancesthe higher
et lesofdistincte
fair value
autres less costs to sell
passifs
financiers sont évalués au coût amorti calculé selon la méthode du taux d’intérêt
classification. and value in use. In assessing value in use, the estimated future cash
effectif.
si les critères de comptabilisation sont remplis et flowsque le coût
are discounted depresent
to their l’inspection
value using a discount rate that
Non-financial assets classified as held for sale are measured at the reflects current market assessments of the time value of money and
estlower amorti sur la
of their previous période
carrying amount and entre
fair value les less inspections
costs to prévues.
the risks specific Lorsqu’une
to the asset for which inspection
the estimates of future cash
sell.
98 flows have not been adjusted.
prévue a eu lieu, la valeur comptable résiduelle du coût de l’inspection précé-
e. Operating grant revenue If the recoverable amount of an asset is estimated to be less than its
dente
Operating (c.-à-d.
grants fromla CIC fraction
are recognizednon as revenueamortie)
when received. doit être carrying décomptabilisée
amount, the carrying amount et leofcoût the assetde is reduced to its
recoverable amount. An impairment loss is recognized immediately in
la Capital
f. nouvelle
Capital grant inspection
revenue doit être
grants related to depreciable property are deferred as received
incorporé dans le coût de l’actif.
the statement of comprehensive loss.
and are recognized as revenue over the life of the asset. The

Juin 2013
20 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

EXTRAIT 5 – ÉTATS FINANCIERS DE 2012 DE BOMBARDIER INC.


NOTE 2 – SOMMAIRE DES PRINCIPALES MÉTHODES COMPTABLES
comptabilisées dans le coût des ventes, les charges de vente et d’administration ou les charges de R et D
d’après la fonctioncorporelles
Immobilisations de l’actif sous-jacent. L’amortissement des actifs en construction commence lorsque l’actif est
(extrait)
prêt à être utilisé.

Si une pièce importante est remplacée ou si une inspection ou une remise à neuf majeure est réalisée, son coût
est comptabilisé dans la valeur comptable de l’immobilisation corporelle si les critères de comptabilisation sont
satisfaits, et la valeur comptable de la pièce remplacée ou de l’inspection ou de la remise à neuf précédente est
décomptabilisée. Tous les autres coûts de réparation et d’entretien sont passés en charges en résultat à mesure
qu’ils sont engagés.

Immobilisations incorporelles
Les immobilisations incorporelles générées en interne comprennent les coûts de développement (essentiellement
les coûts de conception des prototypes d’avions et de leur mise à l’essai) et les logiciels d’application développés
Évaluation lors de la comptabilisation
ou modifiés en interne. Ces coûts sont capitalisés lorsque certains critères de report sont remplis, comme
l’établissement de la faisabilité technique. Les coûts des immobilisations incorporelles générées en interne
[IAScomprennent
16.15 à .28]
le coût des matériaux et de la main-d’œuvre directe, les coûts indirects de fabrication et les coûts
d’emprunt.
Initialement, une IC est
Le coût des immobilisations comptabilisée
incorporelles au coût.
acquises comprend le coûtLe
descoût est
activités le prix comptant
de développement effectuées
par les fournisseurs
équivalent ou la dont
justela Société
valeur contrôle la production
de toute sous-jacente
autre découlant de
contrepartie l’utilisation à
donnée dela
la date de
technologie, ainsi que le coût lié aux licences, brevets et marques de commerce acquis en externe.
comptabilisation. Si le règlement est différé au-delà des conditions de crédit
Les immobilisations incorporelles sont comptabilisées au coût diminué de l’amortissement cumulé et des pertes
habituelles, la différence
de valeur et comprennent entre
le goodwill, le prix
l’outillage comptant
des programmes équivalent
aéronautiques et les
ainsi que le autres
paiement total
immobilisations incorporelles, comme les licences, les brevets et les marques de commerce. Les autres
est immobilisations
comptabilisée en produits
incorporelles sont inclusesfinanciers
dans les autressur la période de crédit, sauf si les
actifs.
intérêts sont inscrits dans le coût de l’actif conformément
L’amortissement de l’outillage des programmes aéronautiques commence à la date d’achèvement à IAS 23.duLe coût
premier
avion du programme. L’amortissement des autres immobilisations incorporelles commence lorsque l’actif est prêt
comprend toutes les dépenses directement attribuables au transfert de l’actif
à être utilisé. La dotation aux amortissements est comptabilisée comme suit :
jusqu’à son lieu d’exploitation et à sa mise en état pour permettre son exploita-
Mode Durée de vie utile estimée
tion Outillage
de la des manière
programmesprévue.
aéronautiques Unités de production Nombre prévu d'avions qui seront produits (1)
Autres immobilisations incorporelles
IAS 16Licences,
fournit des
brevets indications
et marques de sur les éléments du coût d’une IC. L’illustration
commerce Linéaire De 3 à 20 ans
qui suit présente
Autres un résumé des éléments
Linéaire inclus dans
et unités de production De 3 à 5 le
ans coût d’une
et nombre IC et
prévu d'avions qui
seront produits
des éléments qui en sont exclus. Il est à noter qu’il ne s’agit pas d’une liste
(1)
Au 31 décembre 2012, le nombre restant d’unités permettant d’amortir entièrement l’outillage des programmes aéronautiques outre
exhaustive.
l’outillage des programmes aéronautiques en développement, devrait être produit sur les huit prochaines années.

Les modes d’amortissement et les durées de vie utile estimées sont examinés régulièrement, au moins une fois
l’an, et les modifications sont comptabilisées prospectivement. La dotation aux amortissements est comptabilisée
dans le coût des ventes, les charges de vente et d’administration et les charges de R et D d’après la fonction des
actifs sous-jacents.

Outre le goodwill, la Société n’a pas d’immobilisations incorporelles à durée de vie indéfinie. Le goodwill
représente l’excédent du prix d’achat sur la juste valeur des actifs nets identifiables acquis dans un achat
d’entreprise. Après la comptabilisation initiale, le goodwill est évalué au coût, diminué de toute dépréciation
cumulée.

Coûts d’emprunt
Les coûts d’emprunt sont les intérêts sur la dette à long terme et les autres coûts que la Société engage dans le
cadre d’un emprunt de fonds. Les coûts d’emprunt directement attribuables à l’acquisition, à la construction ou à
la production d’un actif qualifié sont capitalisés comme composante du coût de l’actif et sont déduits de la charge
de financement à laquelle ils se rapportent. Tous les autres coûts d’emprunt sont passés en charges dans la
période au cours de laquelle ils sont engagés.

156
IAS 16 Immobilisations corporelles 21

ILLUSTRATION 1 – COÛTS INCLUS DANS LES IC ET COÛTS EXCLUS

Coûts inclus Coûts exclus

• le prix d’achat, y compris les droits de • les coûts d’ouverture d’une nouvelle
douane et les taxes non remboursables, installation;
après déduction des remises et rabais • les coûts de lancement d’un nouveau pro-
commerciaux; duit ou service (y compris les coûts des
• les frais de préparation du site (p. ex., activités de publicité et de promotion);
arpentage, défrichage, nivellement, ter- • les coûts de l’exploitation d’une activité
rassement et autres tâches de génie civil dans un nouveau lieu ou avec une nou-
entreprises pour préparer le site en vue velle catégorie de clients (y compris les
de la construction); coûts de formation du personnel);
• les frais de livraison et de manutention • les frais administratifs et autres frais
initiaux; généraux;
• les frais d’installation et de montage; • les coûts de formation, y compris ceux
• les coûts de tests de fonctionnement de engagés pour former le personnel qui doit
l’immobilisation, après déduction du pro- apprendre à utiliser un nouvel appareil;
duit net de la vente des éléments produits • les coûts engagés alors qu’un élément
pendant le transfert de l’actif sur ce site capable de fonctionner de la manière
et pendant sa mise en état (comme des prévue par la direction reste à mettre
échantillons produits pendant les tests en service, ou est exploité en deçà de
de fonctionnement); son plein rendement;
• les coûts des avantages du personnel • les pertes d’exploitation initiales, telles
(y compris les paiements fondés sur que celles qui sont subies pendant que
des actions) résultant directement de la se développe la demande pour la produc-
construction ou de l’acquisition de l’IC; tion de cet élément;
• les honoraires de professionnels (p. ex., • les coûts de relocalisation ou de restruc-
avocats, architectes, ingénieurs); turation de tout ou partie des activités
• l’estimation initiale des coûts relatifs au d’une entité.
démantèlement et à l’enlèvement de l’im-
mobilisation et à la remise en état du site
sur lequel elle est située lorsque l’entité
a une obligation à cet égard.

Juin 2013
22 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Les indications ci-après portent sur les tests de bon fonctionnement d’un actif
et le traitement de tout produit touché avant que l’actif soit mis en production
commerciale.

INDICATIONS D’APPLICATION :
Coûts des tests

Source IASB

Date de Juillet 2011


la réunion

Les indications qui suivent sont tirées du rapport « IFRIC – items not taken
onto the agenda » (IFRIC – éléments non inscrits au programme de travail).

Idée Raison pour laquelle la question


n’a pas été inscrite au programme
Question de travail de l’IFRIC

Il a été demandé au Comité d’inter- Le Comité a indiqué que le para-


prétation de fournir des précisions graphe IAS 16.17(e) s’applique
sur la comptabilisation du produit séparément à chaque élément d’IC.
des ventes tiré des tests de fonction- Il a également fait observer que la
nement d’un actif avant sa mise en « date de commencement de la pro-
production commerciale. L’exposé duction commerciale » mentionnée
des faits a été soumis par un groupe dans la demande pour l’ensemble
industriel qui possède plusieurs du complexe ne correspond pas à
usines autonomes pouvant être la date à partir de laquelle un actif
exploitées à différents moments. est prêt à être exploité, établie aux
Ce groupe est assujetti à une fins de l’application du paragraphe
réglementation suivant laquelle il IAS 16.16(b). Le Comité estime que
doit établir une « date de commen- les indications fournies dans IAS 16
cement de la production com- sont suffisantes pour déterminer la
merciale » pour l’ensemble de son date à partir de laquelle un élément
complexe industriel. Il demande au d’IC est prêt à être exploité et, par
Comité si le produit dégagé par les le fait même, sont suffisantes pour
usines déjà en exploitation peut être établir une distinction entre les
porté en déduction des coûts des produits qui réduisent les coûts des
tests de fonctionnement des usines tests de fonctionnement d’un actif
qui ne sont pas encore prêtes à être et les produits tirés de la production
exploitées. commerciale.
Le Comité ne s’attend donc pas à ce
qu’il y ait diversité dans les pratiques
et a décidé de ne pas ajouter cette
question à son programme de travail.

Vous pouvez obtenir des renseignements détaillés sur les questions étudiées par l’IFRIC,
mais qui n’ont pas été ajoutées à son programme de travail, à l’adresse www.ifrs.org.
IAS 16 Immobilisations corporelles 23

Coût d’un actif construit par l’entité pour elle-même


[IAS 16.22]

Le coût d’un actif produit par l’entité pour elle-même est déterminé en utilisant
les mêmes principes que pour un actif acquis. Il comprend habituellement les
coûts directs liés à la construction de l’actif (p. ex., le coût d’acquisition des
matières premières, y compris les frais de transport et de manutention et les
autres coûts directs, ainsi que les coûts de main-d’œuvre directe).

Si une entité produit des actifs similaires en vue de les vendre dans le cadre
de son activité normale, le coût de cet actif est en général le même que le coût
de construction d’un actif destiné à la vente. En conséquence, tous les profits
internes sont éliminés pour arriver à ces coûts.

IAS 16 exclut expressément les coûts anormaux de gaspillage de matières pre-


mières, de main-d’œuvre ou d’autres ressources engagés pour la construction
d’un actif par l’entité.

EXTRAIT 6 – ÉTATS FINANCIERS DE 2012 DE ROGERS


COMMUNICATIONS INC.
NOTE 2 – PRINCIPALES MÉTHODES COMPTABLES
r) Immobilisations corporelles (extrait)
i) Comptabilisation et évaluation (extrait)
NOTES AFFÉRENTES AUX ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

Le coût comprend les dépenses directement attribuables à construction et l’aménagement de certaines immobilisations
l’acquisition de l’actif. Le coût des actifs produits par la Société pour corporelles.
elle-même comprend les coûts des matières premières et de la main-
Les coûts d’installation d’un nouvel abonné aux services de
d’œuvre directe, tous les autres coûts directement attribuables à la
câblodistribution sont inscrits à l’actif des réseaux câblés et sans fil et
mise en état de fonctionnement d’un actif en vue de son utilisation
sont amortis sur la durée d’utilité des actifs connexes. Le coût des
attendue, les coûts relatifs au démantèlement et à l’enlèvement des
autres connexions et déconnexions aux services de câblodistribution
immobilisations et à la remise en état du site sur lequel elles sont
est passé en charges, sauf en ce qui a trait aux coûts d’installation
situées, de même que les coûts d’emprunt relatifs aux actifs qualifiés.
directs additionnels afférents à des reconnexions aux services de
Afin d’établir les coûts directement attribuables, la direction doit
câblodistribution, lesquels sont différés jusqu’à concurrence des
réaliser d’importantes estimations, lesquelles visent certains frais de
produits tirés de la reconnexion.
main-d’œuvre directs et frais directs liés à l’acquisition, à la
construction, à l’aménagement et à l’amélioration des réseaux de la Le montant des profits et des pertes résultant de la sortie d’une
Société qui sont inscrits à l’actif dans les immobilisations corporelles, immobilisation corporelle est déterminé par la comparaison du
ainsi que les charges d’intérêts inscrites à l’actif pendant la produit de la sortie avec la valeur comptable de l’immobilisation
corporelle, et il est comptabilisé aux comptes consolidés de résultat,
au poste « Autres produits ».

ii) Amortissement
CoûtsL’amortissement
d’emprunt est imputé aux comptes consolidés de résultat sur la durée d’utilité estimée des immobilisations corporelles comme suit :
Actif Mode Durée d’utilité estimée
[IAS 23.1 et .5]
Bâtiments Dégressif De 5 à 25 ans
Réseaux câblés et sans fil Linéaire De 3 à 30 ans

IAS 23 établit les critères qu’une entité


Matériel informatique et logiciels
Matériel des abonnés
doit remplir pour pouvoir inscrire
Linéaire
Linéaire
ses
De 4 à 10 ans
De 3 à 5 ans
coûts d’emprunt à l’actif comme un élément de la valeur comptable
Aménagements des locaux loués
d’un actif
Sur la durée d’utilité estimée
ou la durée du contrat de location,
qualifié. Selon IAS 23, un actif qualifié est « un actif qui exige une longue
Linéaire selon la plus courte des deux
Matériel et véhicules Dégressif De 3 à 20 ans
période de préparation avant de pouvoir être utilisé ou vendu ». IAS 23 ne
Les durées d’utilité des composantes d’une immobilisation charges à mesure qu’ils sont engagés, lorsque les parties sont
fournit paspeuvent
corporelle d’indication
différer. Le choixsur ce d’amortissement,
des modes qui constitue une longue période de temps.
diffusées.
des taux et des durées d’utilité exige que des estimations
t) Goodwill et immobilisations incorporelles
importantes soient faites en tenant compte des tendances
i) Goodwill
sectorielles et des facteurs particuliers à l’entreprise. Les modes
Le goodwill est évalué lorsque la juste valeur de la contrepartie
d’amortissement, les taux et les valeurs résiduelles sont réexaminés
transférée, y compris le montant comptabilisé de toute
au moins une fois par année ou lorsque la situation change et sont
participation ne donnant pas le contrôle de la société acquise,
ajustés si le mode actuel, la durée d’utilité estimée ou la valeur
est supérieure à la juste valeur des actifs nets identifiables
résiduelle diffère des estimations préalablement réalisées.
acquis. Si l’excédent est négatif, la différence est immédiatement
L’incidence de ces changements est inscrite aux comptes consolidés
comptabilisée dans les comptes consolidés de résultat.
de résultat de manière prospective.
ii) Immobilisations incorporelles
Les dépenses de développement sont inscrites à l’actif si elles
Les immobilisations incorporelles acquises dans le cadre d’un
répondent aux critères de constatation d’un actif. Les actifs sont Juin 2013
regroupement d’entreprises sont inscrites à la juste valeur. Les
amortis sur leur durée d’utilité attendue une fois qu’ils sont
immobilisations incorporelles à durée d’utilité déterminée sont
prêts à être mis en service. Les dépenses de recherche, de même
amorties sur leur durée d’utilité estimée et sont soumises à un
que les coûts associés à la maintenance et à la formation, sont
test de dépréciation tel qu’il est décrit à la note 2 u). Les durées
comptabilisés dans les charges à mesure qu’ils sont engagés.
Materials and supplies 172 147
$ 762 $ 731

The following items affected cost of goods sold during the year:
24 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada
2012 2011 2010
Expensed inventories $ 3,659 $ 3,653 $ 3,087
Reserves, reversals and writedowns of inventories 8 8 5
$ 3,667 $ 3,661 $ 3,092

The carrying amount of inventory recorded at net realizable value was $23 at December 31, 2012 (2011 – $7), with the remaining inventory recorded at cost.

Cette question est laissée au jugement. Une entité doit inscrire à l’actif
NOTE 5 PROPERTY, PLANT AND EQUIPMENT
les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à l’acquisition,
ACCOUNTING POLICIES Any gain or loss arising on the disposal or retirement of an item of property,
à la construction ou à la production d’un plant
Property, plant and equipment (which include certain mine development costs,
actif qualifié.
and equipment is determined as the difference between the sale
pre-stripping costs and assets under construction) are carried at cost (which proceeds and the carrying amount of the asset, and is recognized in
EXTRAIT 7 – ÉTATS
includes all expenditures FINANCIERS
directly attributable DEto2012
to bringing the asset the DE operating
POTASH income. CORPORATION
location and installing it in working condition for its intended use) less
OFaccumulated
SASKATCHEWAN INC.impairment loss. Income or ACCOUNTING ESTIMATES AND JUDGMENTS
depreciation and any recognized
expenses derived from the necessity to bring an asset under construction to Determination of which costs are directly attributable (e.g., labor, overhead)
NOTE 5 – IMMOBILISATIONS CORPORELLES and when income or expenses derived from an asset under construction is
the location and condition necessary to be capable of operating in the manner
recognized as part of the cost of the asset, are matters of judgment.
Accounting Policies
intended is recognized (extrait)
as part of the cost of the asset. The cost of property,
plant and equipment is reduced by the amount of related investment tax Capitalization of costs ceases when an item is substantially complete and in
credits to which the company is entitled. Costs of additions, betterments, the location and condition necessary for it to be capable of operating in the
renewals and borrowings during construction are capitalized. Borrowing costs manner intended by management. Determining when an asset, or a portion
directly attributable to the acquisition, construction or production of assets thereof, meets these criteria requires consideration of the circumstances and
that necessarily take a substantial period of time to ready for their intended the industry in which it is to be operated, normally predetermined by
use are added to the cost of those assets, until such time as the assets are management with reference to such factors as productive capacity. This
substantially ready for their intended use. The capitalization rate is based on determination is a matter of judgment that can be complex and subject to
the weighted average interest rate on all of the company’s outstanding third- differing interpretations and views, particularly when significant capital
party debt. All other borrowing costs are charged through finance costs in the projects contain multiple phases over an extended period of time. When an
period in which they are incurred. Each component of an item of property, item of property, plant and equipment comprises individual components for
plant and equipment with a cost that is significant in relation to the item’s which different depreciation methods or rates are appropriate, judgment is
total cost is depreciated separately. When the cost of replacing part of an item used in determining the appropriate level of componentization. Distinguishing
of property, plant and equipment is capitalized, the carrying amount of the major inspections and overhauls from repairs and maintenance, and
determining the appropriate life over which such costs should be amortized is
Cessation de la comptabilisation des coûts
replaced part is derecognized. The cost of major inspections and overhauls is
a matter of judgment.
capitalized and depreciated over the period until the next major inspection or
[IAS 16.20]
overhaul. Maintenance and repair expenditures that do not improve or extend Certain mining and milling assets are depreciated using the units-of-
productive life are expensed in the period incurred. production method based on the shorter of estimates of reserves or service
Il est à noter que l’intégration des coûts dans l’actif
lives. Pre-stripping costscesse lorsque
are depreciated l’élément
on a units-of-production basis overse
the ore mined from the mineable acreage stripped. Land is not depreciated.
trouve à l’endroit et dans l’état nécessaires pour être exploité de la manière
prévue par la direction. Autrement dit, IAS 16 interdit la comptabilisation
114 POTASHCORP 2012 ANNUAL INTEGRATED REPORT
des coûts de relocalisation et de restructuration, des coûts engagés alors
que l’actif est capable de fonctionner et des pertes d’exploitation initiales.

Produits et charges liés aux opérations accessoires


[IAS 16.21]

Les produits liés aux opérations accessoires tirés des IC exploitées avant
qu’elles ne soient quasiment achevées et prêtes à être exploitées sont comp-
tabilisés dans le coût de l’actif dans la mesure où ils sont nécessaires pour
amener l’actif dans l’état nécessaire pour être exploité de la manière prévue.

Les produits et charges liés aux opérations accessoires qui ne sont pas néces-
saires pour amener l’actif à l’endroit et le mettre dans l’état nécessaires pour
permettre une exploitation de la manière prévue, ou qui surviennent après que
l’actif se trouve déjà à l’endroit et dans l’état nécessaires pour permettre une
exploitation de la manière prévue, sont comptabilisés en résultat net.
IAS 16 Immobilisations corporelles 25

EXEMPLE D’APPLICATION :
Produits accessoires

La société ABC s’apprête à construire un immeuble en copropriété à proxi-

E xe mple
mité d’un terrain de golf. En attendant le début des travaux de construction,
les golfeurs utilisent le terrain sur lequel l’immeuble sera construit comme
vert de pratique avant leurs parties. Le club de golf verse un loyer à la
société ABC pour l’utilisation de ce terrain.
La société ABC comptabilise les produits provenant du club de golf dans la
période au cours de laquelle ils sont gagnés, car ils ne sont pas requis pour
amener l’actif à l’endroit et le mettre dans l’état nécessaires pour permettre
son exploitation de la manière prévue.

Actifs acquis à l’aide de subventions publiques


[IAS 16.28 et IAS 20.24]

Dans de nombreux secteurs d’activité, l’acquisition de certains actifs est rendue


possible grâce à des subventions publiques. Les subventions publiques peuvent
se présenter sous la forme d’allocations, de prêts non remboursables ou
d’autres mécanismes similaires. IAS 20 prescrit le traitement suivant à l’égard
des subventions publiques liées à des IC :
• présenter la subvention en produits différés qui sont comptabilisés en résul-
tat sur une base systématique sur la durée d’utilité de l’actif; ou
NOTES ANNEXES AUX ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS
• déduire la subvention
Tous les montants de
sont exprimés en l’actif
millions poursauf
de dollars, arriver à contraire.
indication la valeur comptable de l’actif.
Exercice clos le 31 décembre 2012
La subvention est comptabilisée en résultat net sur la durée d’utilité de l’ac-
tif amortissable par la voie d’une réduction de la charge d’amortissement.
Q) Coûts d’emprunt
Les coûts d’emprunt sont comptabilisés en charges au cours de la période pendant laquelle ils sont engagés à
EXTRAIT 8 – ÉTATS
moins qu’il FINANCIERS
y ait un actif DEd’emprunt
qualifié. Les coûts 2012 DE CENOVUS
directement ENERGY àINC.
liés à l’acquisition, la construction ou à la
production d’un actif admissible sont incorporés lorsque l’actif ne sera prêt pour son utilisation prévue que dans un
NOTE
délai3 – SOMMAIRE DES MÉTHODES
substantiel. L’incorporation COMPTABLES
des coûts d’emprunt cesse lorsque l’actif se trouve dans le lieu et dans l’état
nécessaires à son emploi.

R) Subventions publiques
Les subventions publiques sont comptabilisées à la juste valeur lorsqu’existe une assurance raisonnable que les
subventions seront reçues et que la société se conformera aux conditions attachées aux subventions.
Les subventions liées à des actifs sont comptabilisées par l’intermédiaire d’une réduction de la valeur comptable
des actifs connexes et sont amorties sur la durée d’utilité de ces actifs. Les subventions liées au résultat sont
comptabilisées par l’intermédiaire d’une réduction de la charge connexe à l’état consolidé des résultats et du
résultat global.

S) Contrats de location
Les contrats aux termes desquels la quasi-totalité des risques et avantages inhérents à la propriété sont conservés
Actifs
par ledétenus
bailleur sonten vertu
classés d’un
en tant contrat
que contrats de location-financement
de location simple. Les paiements en vertu de ces contrats sont
comptabilisés en charges sur une base linéaire sur la durée du contrat de location.
[IAS
Les16.4 etselon
contrats .27] lesquels la société assume la quasi-totalité des risques et des avantages inhérents à la propriété
sont classés comme contrats de location-financement dans les immobilisations corporelles.

L’évaluation
T) Regroupements initiale du coûtetd’une
d’entreprises goodwillIC acquise dans le cadre d’un contrat de

location-financement
Les regroupements est déterminée
d’entreprises sont comptabilisés selon
selon la les dispositions
méthode d’IAS
de l’acquisition, 17. Après
selon laquelle les actifs
identifiables acquis, les passifs pris en charge et toute participation ne donnant pas le contrôle sont comptabilisés
qu’un actifà loué
et évalués envaleur
leur juste vertu d’un
à la date contratTout
d’acquisition. deexcédent
location-financement a été
du prix d’achat majoré de toute comptabi-
participation
donnant pas le contrôle sur la juste valeur des actifs nets acquis est comptabilisé à titre de goodwill. Si le prix
ne

lisé,d’achat
il doit être évalué
est inférieur à la juste ultérieurement selon
valeur des actifs nets acquis, les dispositions
le déficit d’IAS
est crédité au résultat net. 16 (p. ex., uti-
Au moment de l’acquisition, le goodwill est affecté à chacune des unités génératrices de trésorerie auxquelles il se
lisation duL’évaluation
rapporte. modèleultérieure
du coût ou du
du goodwill modèle
est faite au coût de la réévaluation
diminué du cumul des perteset amortissement).
de valeur.

U) Provisions
Généralités
Une provision est comptabilisée lorsque la société a une obligation actuelle, légale ou implicite, résultant d’un
événement passé, qu’une estimation fiable de son montant peut être établie et qu’il est probable qu’une sortie de
ressources soit requise pour la régler. Au besoin, les provisions sont évaluées en actualisant les flux de trésorerie
futurs attendus à un taux avant impôt ajusté en fonction de la qualité de crédit qui tient compte de l’évaluation
Juin 2013
courante du marché à l’égard de la valeur temporelle de l’argent et des risques propres à ce passif. L’augmentation
de la provision attribuable à l’écoulement du temps est portée aux charges financières dans les états consolidés
des résultats et du résultat global.
26 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Opérations non monétaires


[IAS 16.24 à .26]

Lorsqu’une entité acquiert une IC par voie d’échange contre un ou plusieurs


actifs non monétaires ou contre un ensemble d’actifs monétaires et non moné-
taires, l’évaluation doit se faire à la juste valeur, sauf si l’opération d’échange n’a
pas de substance commerciale ou qu’il n’est pas possible d’évaluer de manière
fiable la juste valeur de l’actif reçu, ni celle de l’actif cédé. Si l’élément acquis
n’est pas évalué à la juste valeur, son coût est évalué à la valeur comptable
de l’actif cédé.

Une entité détermine si une opération d’échange présente une substance


commerciale en considérant dans quelle mesure il faut s’attendre à un change-
ment de ses flux de trésorerie futurs du fait de cette opération. Une opération
d’échange a une substance commerciale si :
• la configuration (risque, calendrier et montant) des flux de trésorerie de l’ac-
tif reçu diffère de la configuration des flux de trésorerie de l’actif transféré;
ou
• la valeur spécifique à l’entité de la partie des activités de l’entité affectée
par l’opération varie du fait de l’échange; et
GREAT
• la CANADIAN
différence GAMING CORPORATION
concernant les points ci-dessus est significative par rapport
Notes to the Consolidated Financial Statements
For theà la juste
Years valeur31,des
Ended December 2012actifs
and 2011échangés.
(Expressed in millions of Canadian dollars, except for per share information)

La valeur spécifique à l’entité est la valeur actualisée des flux de trésorerie


3. CRITICAL ACCOUNTING ESTIMATES AND JUDGMENTS (Continued)
qu’une entité attend de l’utilisation continue d’un actif et de sa sortie à la fin de
 Fair value of net assets acquired in business combinations
sa durée d’utilité ou qu’elle prévoit engager lors du règlement d’une obligation.
The cost of an acquired business (“purchase price”) is assigned to the identifiable tangible and
intangible assets purchased and liabilities assumed on the basis of their fair values at the date of
Pour déterminer si une opération d’échange a une substance commerciale, la
acquisition. The identification of assets purchased and liabilities assumed and the valuation thereof is
valeurspecialized
spécifique à l’entitéWhere
and judgmental. de la partie des
appropriate, opérations
the Company engagesde l’entité
business affectée
valuators to assistpar
in
the valuation of tangible and intangible assets acquired. Any excess of purchase price over the fair
l’opération
value of doit refléter
the identifiable les flux
tangible de trésorerie
and intangible aprèsand
assets purchased impôts.
liabilities assumed is allocated to
goodwill.
EXTRAIT
When9 – ÉTATS
a business FINANCIERS ANNUELS
combination involves contingent DE 2012 DEanTHE
consideration, GREAT
amount CANADIAN
equal to the fair value of
the contingent
GAMING consideration is recorded as a liability at the time of acquisition. The key assumptions
CORPORATION
utilized in determining fair value may include probabilities associated with the occurrence of specified
NOTE future
3 – CRITICAL ACCOUNTING
events, financial projections of ESTIMATES AND JUDGMENTS
the acquired business, the timing of future cash flows, and the
appropriate discount rate.

 Fair value of assets acquired in business transactions with non-monetary consideration

The Company measures the fair value of assets acquired in business transactions with non-monetary
consideration at the fair value of the asset given up or the fair value of the asset received, whichever is
more reliably measurable. Measurement of fair value is based on an analysis of pertinent information
that may include third-party asset appraisals, market values evidenced from similar transactions, and
discounted cash flows.

 Equity-settled share-based compensation

The Company estimates the cost of equity-settled share-based compensation using the Black-Scholes
option pricing model. The model takes into account an estimate of the expected life of the option, the
current price of the underlying common share, the expected volatility, an estimate of future dividends on
the underlying common share, the risk-free rate of return expected for an instrument with a term equal
to the expected life of the option, and the expected forfeiture rate.

 Income taxes

Deferred tax assets and liabilities are due to temporary differences between the carrying amount for
accounting purposes and the tax basis of certain assets and liabilities, as well as undeducted tax
losses. Estimation is required for the timing of the reversal of these temporary differences and the tax
rate applied. The carrying amounts of assets and liabilities are based on amounts recorded in the
IAS 16 Immobilisations corporelles 27

Transferts d’actifs provenant de clients [IFRIC 18]


Dans certains secteurs d’activité, les fournisseurs de biens et services exigent
de leurs clients (ou permettent) un apport en éléments d’IC (ou en trésorerie
destinée à l’acquisition ou à la construction d’éléments d’IC) pour leur fournir
un accès continu à une source d’approvisionnement de biens ou de services.
Il peut s’agir, par exemple, d’IC utilisées pour le raccord à des services publics
comme le gaz, l’électricité ou l’eau et d’IC fournies à un prestataire de services
d’information externe. Le Comité d’interprétation des IFRS a fourni des préci-
sions sur le traitement comptable qui doit être adopté par une entité qui reçoit
de ses clients des éléments d’IC (ou de la trésorerie destinée expressément à
l’acquisition ou à la construction d’éléments d’IC) (IFRIC 18).

Essentiellement, ce transfert est traité comme une opération non monétaire.


Par conséquent, si un élément d’IC reçu d’un client satisfait à la définition d’un
actif (c.-à-d. que l’élément est une ressource contrôlée par l’entité du fait d’évé-
nements passés et dont l’entité attend des avantages économiques futurs), il
doit être évalué à la juste valeur dans le cadre d’une opération non monétaire,
comme il est décrit ci-dessus. En revanche, si le client continue de contrôler
l’élément transféré, cet élément ne peut être comptabilisé comme un actif.

Il importe de noter que les subventions publiques prenant la forme de trans-


ferts de ressources à une entité en échange du fait que celle-ci s’est conformée
ou se conformera à certaines conditions relatives à ses activités opérationnelles
sont exclues du champ d’application d’IFRIC 18 et doivent être comptabilisées
conformément à IAS 20. De plus, IFRIC 18 ne s’applique pas aux contrats visant
le transfert d’une infrastructure utilisée dans le cadre d’un accord de conces-
sion de services intervenu entre le secteur public et le secteur privé qui entre
dans le champ d’application d’IFRIC 12.

Les indications qui suivent s’intéressent aux modalités de l’application


d’IFRIC 18 aux transferts d’actifs provenant de clients et qui entrent dans
le champ d’application d’IFRIC 18. Remarquez la date de ce document. Bien
que certains documents NIFRIC datent de quelques années déjà, ils fournissent
néanmoins des éclaircissements sur la façon dont les normes sont interprétées
par les normalisateurs.

Juin 2013
28 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

INDICATIONS D’APPLICATION :
Applicabilité d’IFRIC 18 au client

Source NIFRIC

Date de Juillet 2009


la réunion

Les indications qui suivent sont tirées du rapport intitulé « IFRIC – items


not taken onto the agenda » (IFRIC – éléments non inscrits au programme
de travail).
Idée
Raison pour laquelle la question
n’a pas été inscrite au programme
Question de travail de l’IFRIC

Il a été demandé au Comité d’inter- Le Comité d’interprétation a conclu


prétation de fournir des indications que les critères d’inscription au
sur la façon dont le client devrait programme de travail ne sont pas
comptabiliser un transfert d’actifs remplis, essentiellement parce que
qui entre dans le champ d’applica- les IFRS fournissent déjà des indica-
tion d’IFRIC 18 pour le destinataire. tions pertinentes et qu’il ne s’attend
Le Comité a indiqué qu’IFRIC 18 pas à des interprétations divergentes
traite uniquement du traitement en pratique. Il a donc décidé de ne
comptable à appliquer par le desti- pas inscrire cette question à son
nataire des actifs transférés. programme de travail.
Le Comité a également souligné
que le traitement comptable à
appliquer par les clients qui trans-
fèrent des actifs doit respecter les
principes énoncés dans IFRIC 18,
selon lesquels les transferts d’ac-
tifs effectués dans une transaction
commerciale habituelle comprennent
des échanges d’autres biens ou
services ou des deux. Le Comité
a indiqué que d’autres IFRS four-
nissent des indications pertinentes
pour la comptabilisation des biens
ou services reçus ou cédés dans
la transaction d’échange.

Vous pouvez obtenir des renseignements détaillés sur les questions étudiées par l’IFRIC,
mais qui n’ont pas été ajoutées à son programme de travail, à l’adresse www.ifrs.org.

Évaluation après comptabilisation


[IAS 16.29 à .66]

IAS 16 permet aux entités de choisir entre deux modèles comptables pour
l’évaluation ultérieure des IC, soit :
• le modèle du coût;
• le modèle de la réévaluation.
The Brick Ltd.
IAS 16 Immobilisations corporelles 29
Notes to the Consolidated Financial Statements
December 31, 2012 and December 31, 2011
(thousands of Canadian dollars except for share and per share amounts)

it is probable that there will be sufficient taxable profits against which to utilize the benefits of
the temporary differences and they are expected to reverse in the foreseeable future.

Modèle du The
coût carrying amount of deferred tax assets is reviewed at the end of each reporting period and
reduced to the extent that it is no longer probable that sufficient taxable profits will be available
[IAS 16.30] to allow all or part of the asset to be recovered.
Deferred tax assets and liabilities are measured at the tax rates that are expected to apply in the
Selon le modèle du coût, une IC doit, après avoir été comptabilisée en tant
period in which the liability is settled or the asset realized, based on tax rates (and tax laws)
qu’actif, être
thatcomptabilisée
have been enactedàorson coût diminué
substantively enacted bydu thecumul desreporting
end of the amortissements
period. The
measurement of deferred tax liabilities and assets reflects the tax consequences that would
et du cumulfollow
desfrom
pertes de valeur.
the manner in which Il
thes’agit
Companylà expects,
de la méthode classique
at the end of the de comp-
reporting period, to
tabilisation recover
des IC.or settle the carrying amount of its assets and liabilities.

Deferred tax assets and liabilities are offset when there is a legally enforceable right to set off
EXTRAIT 10 – ÉTATS
income tax FINANCIERS DEtax
assets against income 2012 DE THE
liabilities BRICK
and when LTD.to income taxes levied by
they relate
the same taxation
NOTE 3 – PRINCIPALES authority and
MÉTHODES the Company intends to settle its income tax assets and
COMPTABLES
liabilities on a net basis.

3.9 Property, plant and equipment


3.9.1 Recognition and measurement
Items of property, plant and equipment are carried at cost less accumulated depreciation and
accumulated impairment losses.

Cost includes expenditures directly attributable to the acquisition of the asset and required to
establish the asset in working condition given its intended use. Cost also includes expenditures
for dismantling and removing items and restoring the site on which they were located, and
borrowing costs on qualifying assets. Purchased software and costs directly related to the
purchase and installation of such software are capitalized as a component of related equipment
when the software is integral to its functionality. Software that is not considered integral to the
functionality of equipment is classified as an intangible asset.

When parts of an item of property, plant and equipment have different useful lives, they are
accounted for as separate items (major components) of property, plant and equipment.
Modèle de la réévaluation
[IAS 16.31 àGains
.42]and losses on disposal of an item of property, plant and equipment are determined by
comparing the proceeds from disposal with the carrying amount of property, plant and
equipment and are recognized within other income (expense) on the consolidated statements of
Lorsqu’un modèle a été
comprehensive choisi, il doit être appliqué à l’ensemble d’une catégo-
income.
rie d’IC.
3.9.2
Par conséquent, si un élément d’IC est réévalué, tous les éléments d’IC
Reclassification to investment property
compris dans la catégorie
Property, à laquelle
plant and equipment cet
are used élément
in the appartient
ordinary course of businessdoivent être rééva-
in the production or
lués simultanément afinord’éviter
supply of goods services orune réévaluation
for administrative sélective.
purposes. Une
Investment catégorie
property d’IC
is property
held to earn rental revenue or for capital appreciation or both. When the use of a property
est définie comme
changes fromunuseregroupement d’actifsproperty,
in the business to investment de nature et d’usage
the property’s cost and similaires
accumulated au
depreciation
sein de l’activité d’uneis reclassified
entité. from property, plantqui
L’illustration and suit
equipment to investment
présente desproperty .
exemples de
catégories d’actifs distinctes mentionnées dans IAS 16.
24
ILLUSTRATION 2 – APPLICATION DU MODÈLE DE LA RÉÉVALUATION

Exemples de catégories d’actifs distinctes

Terrains

Terrains et constructions

Machines

Navires

Avions

Véhicules à moteur

Mobilier et agencements

Matériel de bureau

Juin 2013
30 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

La détermination des catégories d’IC repose sur le jugement, et chaque entité


doit analyser ses propres activités pour identifier ces catégories. Il se peut
que les catégories d’actifs soient moins vastes que les catégories énumérées
ci-dessus. Par exemple, dans le secteur du transport aérien, les réacteurs ou
le matériel de vol peuvent être considérés comme des catégories d’actifs spé-
cifiques au lieu d’être inclus dans la notion plus globale d’« avions ».

Le modèle de la réévaluation peut être appliqué aux catégories d’IC dont la


juste valeur peut être évaluée de manière fiable. Si la juste valeur ne peut être
évaluée de manière fiable, il faut utiliser le modèle du coût.

Selon le modèle de la réévaluation, une catégorie d’IC est comptabilisée à sa


juste valeur à la date de la réévaluation, diminuée du cumul des amortisse-
ments ultérieurs et du cumul des pertes de valeur ultérieures. La juste valeur
est le prix qui serait reçu pour la vente d’un actif ou payé pour le transfert d’un
passif lors d’une transaction normale entre des intervenants du marché à la
date d’évaluation. La juste valeur est déterminée du point de vue du marché,
en appliquant les dispositions d’IFRS 13.

Le modèle de la réévaluation est généralement utilisé par les sociétés qui


possèdent des actifs dont la valeur a tendance à augmenter, comme les bâti-
ments et les terrains qui ne sont pas comptabilisés conformément à IAS 40.
Ce modèle se révèle particulièrement instructif pour les terrains, qui ne sont
pas amortis, car il permet de refléter l’appréciation de la valeur avec le temps –
quoique les tendances économiques récentes aient montré que l’appréciation
de la valeur des actifs n’est jamais garantie.

Il est intéressant de noter que très peu de sociétés en Europe, en Australie, au


Canada et dans d’autres régions utilisent le modèle de la réévaluation et que
celles qui le font limitent son utilisation à quelques catégories d’actifs choisies.

Choix et abandon du modèle de la réévaluation


[IAS 8.14, .17, .19, .22 à .25 et .29]

Le passage du modèle du coût au modèle de la réévaluation doit être traité


comme un changement de méthode comptable conformément à IAS 16 plutôt
qu’à IAS 8. Le changement est traité comme une réévaluation dans l’exercice
au cours duquel le modèle de la réévaluation est appliqué pour la première fois
et, par conséquent, les périodes antérieures ne sont pas ajustées. En d’autres
termes, il n’est pas nécessaire de retraiter les chiffres des périodes antérieures
de manière à refléter la valeur comptable et les dotations aux amortissements
et les pertes de valeur des éléments réévalués. Il s’agit là d’une exception à
l’exigence d’IAS 8 suivant laquelle un changement volontaire de méthode
comptable doit être comptabilisé de manière rétrospective.
IAS 16 Immobilisations corporelles 31

L’abandon du modèle de la réévaluation est plus problématique. IAS 8 ne per-


met un changement volontaire de méthode comptable que si le changement
a pour résultat que les états financiers fournissent des informations fiables et
plus pertinentes sur les effets des transactions, autres événements ou condi-
tions sur la situation financière, la performance financière ou les flux de tréso-
rerie de l’entité. Or, comme le modèle de la réévaluation est considéré comme
fournissant des informations plus fiables et plus pertinentes que le modèle du
coût, il pourrait être difficile de faire valoir que le changement donne lieu à une
information plus pertinente. Cela dit, il peut arriver qu’une entité n’ait d’autre
choix que de changer de modèle, par exemple si elle fait face à une contrainte
nouvelle qui l’empêche d’évaluer la juste valeur de manière fiable. Dans ce cas, il
se peut que le modèle de la réévaluation ne fournisse pas d’informations fiables.

Une entité qui choisirait de revenir au modèle du coût devra justifier son choix
selon IAS 8 et appliquer ce changement de manière rétrospective (c.-à-d.
comme si elle avait toujours appliqué le modèle du coût), sauf si cela est
impraticable. C’est donc dire que l’entité devra retraiter les valeurs comptables,
y compris le cumul des amortissements et le cumul des pertes de valeur, ainsi
que les effets sur le résultat net et les capitaux propres, comme si le modèle
de la réévaluation n’avait jamais été retenu comme méthode comptable. L’entité
devra également se conformer aux obligations d’information énoncées dans
IAS 8 relativement aux changements volontaires de méthodes comptables.

Fréquence des réévaluations


[IAS 16.31 et .34]

Les sociétés doivent réévaluer leurs IC avec une régularité suffisante pour
s’assurer que la valeur comptable ne diffère pas de façon significative de celle
qui aurait été déterminée en utilisant la juste valeur à la fin de la période de
présentation de l’information financière.

La fréquence des réévaluations dépend des variations de la juste valeur des IC.
Lorsque la juste valeur d’un actif diffère significativement de sa valeur comp-
table, une réévaluation est nécessaire. Il n’est pas nécessaire de procéder à une
réévaluation annuelle des actifs, mais si la valeur d’un actif présente de fortes
fluctuations, une réévaluation annuelle s’impose. Par exemple, lorsque la valeur
d’un actif fluctue très peu, une réévaluation tous les trois ou cinq ans peut suffire.

Juin 2013
32 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Les éléments constituant une catégorie d’IC sont réévalués simultanément


afin d’éviter une réévaluation sélective des actifs et la présentation dans les
états financiers de montants qui représentent un mélange de coûts et de
justes valeurs.

Comptabilisation d’une réévaluation


[IAS 16.35, .39 et .40]

Lorsqu’une IC est réévaluée, le cumul des amortissements à la date de la réé-


valuation est traité de l’une des manières suivantes :
1) il est retraité proportionnellement à la modification de la valeur brute comp-
table de l’actif, de sorte que la valeur comptable de cet actif à l’issue de
la réévaluation soit égale au montant réévalué. Cette méthode est souvent
utilisée lorsqu’un actif est réévalué par l’application d’un indice en vue de
déterminer son coût de remplacement (voir IFRS 13);
2) il est déduit de la valeur brute comptable de l’actif et la valeur nette est
alors retraitée pour obtenir le montant réévalué de l’actif. Cette méthode
est souvent utilisée pour des constructions.

Nota : Se reporter à la section « Faits nouveaux en matière de normalisation »


de la présente publication. Un projet de modification d’IAS 16 propose de modi-
fier les indications énoncées au point 1) ci-dessus de manière à indiquer que le
cumul des amortissements est la différence entre les valeurs comptables brute
et nette. Il préciserait également que la détermination du cumul des amortisse-
ments ne dépend pas du choix de la technique d’évaluation.

Ces deux méthodes produisent le montant net au bilan pour les IC, mais les
montants bruts présentés (c’est-à-dire le coût et le cumul des amortissements)
seront différents. L’incidence sur l’état du résultat net et les autres éléments du
résultat global sera la même.

L’illustration qui suit fournit des indications sur la comptabilisation des varia-
tions découlant d’une réévaluation.
IAS 16 Immobilisations corporelles 33

ILLUSTRATION 3 – COMPTABILISATION DES VARIATIONS DÉCOULANT


D’UNE RÉÉVALUATION

Augmentation lors de • comptabilisée dans les autres éléments du résultat global


la réévaluation initiale (AERG) et cumulée avec les capitaux propres sous la
rubrique écarts de réévaluation.

Diminution lors de la rééva- • comptabilisée en résultat net.


luation initiale

Augmentation lors d’une • comptabilisée dans les AERG, sauf si elle compense une
réévaluation ultérieure diminution de réévaluation du même actif, précédemment
comptabilisée, en résultat net.
• la comptabilisation en résultat net est limitée aux diminu-
tions comptabilisées antérieurement pour cet actif.
• aucun profit net ne doit être comptabilisé en résultat net
sur la durée d’utilité d’un actif réévalué.

Diminution lors d’une rééva- • comptabilisée en résultat net, sauf s’il existe un écart de
luation ultérieure réévaluation créditeur pour le même actif. Dans ce cas,
la diminution est comptabilisée dans les AERG et l’écart
de réévaluation dans la limite de l’écart de réévaluation
créditeur pour ce même actif.
• il n’est pas permis de comptabiliser un écart de réévalua-
tion négatif pour un actif.

Les trois exemples qui suivent illustrent le calcul d’une réévaluation. Par souci
de simplicité, l’incidence de l’amortissement n’a pas été prise en considération
dans les deux premiers exemples. L’incidence de l’amortissement est illustrée
dans le troisième exemple. Les abréviations suivantes sont utilisées dans ces
exemples :

VC = valeur comptable  JV = juste valeur


AERG = autres éléments du résultat global

EXEMPLE D’APPLICATION :
La première réévaluation révèle une augmentation de la valeur comptable

Voici un exemple simplifié, qui ne tient pas compte de l’amortissement, afin

E xe mple
d’illustrer comment les ajustements découlant de la réévaluation peuvent
être comptabilisés.
La société ABC a choisi le modèle de la réévaluation pour son bâtiment.
La catégorie ne contient qu’un seul bâtiment. Le coût du bâtiment est
de 500 000 $.

Différence
entre la JV Comptabilisé Comptabilisé
Réévaluation JV et la VC dans les AERG en résultat net

1 600 000 $ +100 000 $ +100 000 $ 0

2 400 000 $ -200 000 $ -100 000 $ -100 000 $

3 750 000 $ +350 000 $ +250 000 $ +100 000 $

Juin 2013
34 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

EXEMPLE D’APPLICATION :
La première réévaluation révèle une augmentation de la valeur comptable

Lors de la première réévaluation, une augmentation de 100 000 $ de la valeur comptable du


bâtiment et une augmentation correspondante des AERG ont été comptabilisées. Un écart de
réévaluation de 100 000 $ est présenté sous un poste distinct des capitaux propres.
Lors de la deuxième réévaluation, la valeur comptable du bâtiment est réduite de 200 000 $,
ce qui représente la différence entre la valeur comptable du bâtiment avant la réévaluation
(600 000 $) et le montant réévalué (juste valeur de 400 000 $). Comme la deuxième rééva-
luation révèle une réduction de la valeur, cette réduction doit être appliquée en premier lieu au
solde de l’écart de réévaluation. Une reprise de 100 000 $ sera comptabilisée dans les AERG
et une perte de 100 000 $ sera comptabilisée en résultat net.
Lors de la troisième réévaluation, la valeur comptable du bâtiment s’est accrue de 350 000 $,
ce qui représente la différence entre la valeur comptable du bâtiment avant la réévaluation
(400 000 $) et le montant réévalué (juste valeur de 750 000 $). Un montant de 100 000 $
est comptabilisé en résultat net en contrepassation de la perte comptabilisée lors de la réé-
valuation précédente. Le reliquat de 250 000 $ est comptabilisé dans les AERG. Un écart de
réévaluation de 250 000 $ est présenté sous un poste distinct des capitaux propres.

EXEMPLE D’APPLICATION :
La première réévaluation révèle une baisse de la valeur comptable

Voici un exemple simplifié, qui ne tient pas compte de l’amortissement, afin

E xe mple
d’illustrer comment les ajustements découlant de la réévaluation peuvent
être comptabilisés.
La société ABC a choisi le modèle de la réévaluation pour son bâtiment.
La catégorie ne contient qu’un seul bâtiment. Le coût du bâtiment est
de 500 000 $.

Différence
entre la JV Comptabilisé Comptabilisé
Réévaluation JV et la VC dans les AERG en résultat net

1 400 000 $ -100 000 $ 0 -100 000 $

2 700 000 $ +300 000 $ +200 000 $ +100 000 $

3 350 000 $ -350 000 $ -200 000 $ -150 000 $

Lors de la première réévaluation, une baisse de 100 000 $ de la valeur comptable du bâtiment
et une baisse correspondante du résultat net ont été comptabilisées (il n’y a pas d’écart de
réévaluation relativement à cet actif).
Lors de la deuxième réévaluation, la valeur comptable du bâtiment a augmenté de 300 000 $,
ce qui représente la différence entre la valeur comptable du bâtiment avant la réévaluation
(400 000 $) et le montant réévalué (juste valeur de 700 000 $). La perte de 100 000 $
comptabilisée lors de la réévaluation précédente est contrepassée, et la différence de
200 000 $ est comptabilisée dans les AERG. Un écart de réévaluation de 200 000 $
est présenté sous un poste distinct des capitaux propres.
Lors de la troisième réévaluation, la valeur comptable du bâtiment a diminué et s’établit à
350 000 $, ce qui représente la différence entre la valeur comptable du bâtiment avant la
réévaluation (700 000 $) et le montant réévalué (juste valeur de 350 000 $). La baisse est
appliquée en premier lieu au solde de l’écart de réévaluation. Une reprise de 200 000 $ sera
comptabilisée dans les AERG et une perte de 150 000 $ sera comptabilisée en résultat net.
IAS 16 Immobilisations corporelles 35

EXEMPLE D’APPLICATION :
La réévaluation initiale révèle une baisse de la valeur comptable

L’exemple qui suit fait état de l’incidence des ajustements découlant de la

E xe mple
réévaluation et de l’effet sur l’amortissement.
La société ABC a choisi le modèle de la réévaluation pour son bâtiment. La
catégorie ne contient qu’un seul bâtiment. Le coût du bâtiment, qui s’établit
à 1 000 000 $, est amorti selon le mode linéaire sur la durée d’utilité estimée
de 20 ans du bâtiment.

Rééva-
Dotation aux luation
amortissements compta- Réévalua-
Différence de l’exercice bilisée tion comp-
VC à la fin JV à la fin entre la VC (comptabilisée dans les tabilisée en
Année de l’année de l’année et JV en résultat net) AERG résultat net

1 950 000 $ 950 000 $ 0 50 000 $ 0 0

2 900 000 $ 900 000 $ 0 50 000 $ 0 0

3 850 000 $ 850 000 $ 0 50 000 $ 0 0

4 800 000 $ 600 000 $ -200 000 $ 50 000 $ 0 -200 000 $

5 562 500 $ 562 500 $ 0 37 500 $ 0 0

(600 000 $ (600 000 $


– 37 500 $) / 16)

6 525 000 $ 525 000 $ 0 37 500 $ 0 0

7 487 500 $ 700 000 $ +212 500 $ 37 500 $ 50 000 $ 162 500 $

Pour les années 1 à 3, la valeur comptable correspond essentiellement à la juste valeur. La


dotation aux amortissements s’établit à 50 000 $ annuellement (1 000 000 $ / 20 ans).
À la fin de la 4e année, alors que la valeur comptable est de 800 000 $, la réévaluation donne
lieu à un ajustement de -200 000 $, qui est comptabilisé en résultat net. L’amortissement est
de 50 000 $ pour la 4e année, mais il est ramené à 37 500 $ pour la 5e année, en raison de la
valeur comptable de 600 000 $ au début de l’année et d’une durée d’utilité estimée à 16 ans.
À la fin de la 7e année, alors que la valeur comptable est de 487 500 $, la juste valeur est de
700 000 $, soit un écart de réévaluation de 212 500 $. Pour déterminer le montant à compta-
biliser en résultat net, il faut prendre en considération non seulement la perte comptabilisée en
résultat net antérieurement, mais aussi la réduction de la dotation aux amortissements ayant
résulté de l’écart de réévaluation. La partie de l’écart de réévaluation qui doit être comptabili-
sée en résultat net sera égale à 200 000 $ (reprise de la perte comptabilisée antérieurement)
moins un ajustement au titre de l’amortissement supplémentaire qui aurait été comptabilisé en
résultat net en l’absence d’ajustement découlant de la réévaluation ((50 000 $ – 37 500 $) ×
3 ans = 37 500 $). On comptabilisera donc un crédit de 162 500 $ en résultat net, et le reste,
dans les AERG (212 500 $ – 162 500 $ = 50 000 $). Un écart de réévaluation de 50 000 $
est inclus sous un poste distinct des capitaux propres. Ce montant représente l’excédent de la
valeur comptable établie selon le modèle de la réévaluation (700 000 $) sur la valeur comp-
table qui aurait été obtenue si on avait utilisé le modèle du coût et qu’aucune réévaluation
n’avait été comptabilisée ((1 000 000 $ – (50 000 $ × 7 ans) = 750 000 $).

Juin 2013
36 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Transfert de l’écart de réévaluation dans les résultats non distribués


[IAS 16.41]

Une partie de l’écart de réévaluation relatif à un actif amorti peut être réalisée
au fur et à mesure de l’utilisation de l’actif en transférant de l’écart de rééva-
luation aux résultats non distribués un montant correspondant à la différence
entre l’amortissement basé sur la valeur comptable réévaluée de l’actif et
l’amortissement basé sur le coût initial de l’actif. Ces transferts ne se font pas
par le biais du résultat net. Par ailleurs il est possible de transférer intégrale-
ment l’écart de réévaluation aux résultats non distribués lorsque l’actif est
mis hors service ou sorti.

Coûts liés au démantèlement et l’enlèvement des IC et


à la remise en état du site (coûts de démantèlement)
et variations de ces coûts
[IAS 16.16 et .18, IAS 37.10, .14 et .36 et IFRIC 1]

De nombreuses entités sont tenues de démanteler et d’enlever les IC ou de


remettre en état les sites. Selon IAS 16, le coût d’une IC inclut les coûts rela-
tifs à son démantèlement et son enlèvement et à la remise en état du site sur
lequel elle est située, soit du fait de l’acquisition de l’immobilisation, soit du fait
de son utilisation pendant une durée spécifique à des fins autres que la pro-
duction de stocks au cours de cette période.

IAS 37 fournit des indications sur le moment où ces coûts doivent être comp-
tabilisés et sur la détermination de leur montant. Une provision doit être comp-
tabilisée au titre du démantèlement, de la remise en état du site et des autres
passifs similaires lorsque les trois conditions suivantes sont réunies :
1) l’entité a une obligation actuelle (juridique ou implicite1) résultant d’un évé-
nement passé;
2) il est probable qu’une sortie de ressources sera nécessaire pour éteindre
l’obligation;
3) le montant de l’obligation peut être estimé de manière fiable.

Les obligations liées au démantèlement et l’enlèvement des IC ou à la remise


en état des sites sont évaluées selon la meilleure estimation de la direction
de la dépense nécessaire à l’extinction de l’obligation à la fin de la période
de présentation de l’information financière. Un coût correspondant est ajouté
à la valeur comptable de l’IC.

1 Une obligation implicite est une obligation qui découle des actions d’une entité lorsqu’elle a indiqué aux
tiers, par ses pratiques passées, par sa politique affichée ou par une déclaration récente suffisamment
explicite, qu’elle assumera certaines responsabilités et que, en conséquence, l’entité a créé chez ces tiers
une attente fondée qu’elle assumera ces responsabilités.
IAS 16 Immobilisations corporelles 37

IFRIC 1 a été élaborée afin de fournir des indications sur les variations de l’éva-
luation d’un passif existant relatif au démantèlement ou à la remise en état qui
résultent des variations de l’échéancier ou des sorties estimées de ressources
représentatives d’avantages économiques nécessaires pour éteindre l’obliga-
tion, ou d’une variation du taux d’actualisation.

L’illustration qui suit résume les indications d’IFRIC 1.

ILLUSTRATION 4 – IFRIC 1 – VARIATION DES PASSIFS EXISTANTS RELATIFS AU


DÉMANTÈLEMENT OU À LA REMISE EN ÉTAT ET DES AUTRES PASSIFS SIMILAIRES

Utilisation du modèle de la réévaluation


Utilisation du modèle du coût pour les IC pour les IC

La variation est ajoutée au coût de l’actif lié La variation est comptabilisée dans l’excédent
ou déduite du coût de l’actif lié. ou le déficit de réévaluation précédemment
• Le montant déduit ne doit pas excéder la comptabilisé.
valeur comptable de l’actif. Tout excédent • Une diminution du passif doit être comp-
doit être comptabilisé en résultat net. tabilisée dans les AERG et augmenter
• Lorsqu’une augmentation du passif l’excédent de réévaluation en capitaux
entraîne une augmentation de la valeur propres, sauf si elle reprend un déficit de
comptable de l’actif, il peut y avoir lieu de réévaluation précédemment comptabilisé
soumettre l’actif à un test de déprécia- en résultat net. Le cas échéant, cette
tion. S’il existe une indication de déprécia- partie est comptabilisée en résultat net.
tion, l’actif doit être soumis à un test de • Si la diminution du passif excède la valeur
dépréciation selon IAS 36, en comparant comptable qui aurait été comptabilisée
la valeur comptable de l’actif avec sa si l’actif avait été comptabilisé selon le
valeur recouvrable (c.-à.-d. la valeur la modèle du coût, l’excédent doit être
plus élevée entre la juste valeur diminuée comptabilisé en résultat net.
des coûts de sortie et la valeur d’utilité). • Une augmentation du passif doit être
comptabilisée en résultat net, sauf s’il
existe un solde créditeur dans l’excédent
de réévaluation concernant cet actif. Le
cas échéant, l’augmentation est compta-
bilisée dans les AERG à concurrence de
tout solde créditeur existant dans l’excé-
dent de réévaluation dans les capitaux
propres.
• La variation du passif peut être une indi-
cation que l’actif doit être réévalué. Si une
réévaluation est nécessaire, tous les actifs
de la catégorie doivent être réévalués.

Une fois que l’actif correspondant a atteint la fin de sa durée d’utilité, toutes
les variations ultérieures du passif doivent être comptabilisées en résultat net
au fur et à mesure qu’elles se produisent. En outre, la désactualisation doit être
comptabilisée en résultat net en tant que coût financier. Selon IAS 23, l’incor-
poration au coût de l’actif n’est pas autorisée.

Juin 2013
38 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

An impairment loss is recognized if the carrying amount of an asset or its CGU exceeds its estimated recoverable amount. Impairment
losses recognized with respect to CGUs are allocated first to reduce the carrying amount of any goodwill allocated to the units and
then to reduce the carrying amounts of the other assets in the CGU or group of CGUs on a pro rata basis. Impairment losses are
recognized in depletion, depreciation, amortization and impairment in the consolidated statements of income.

Impairment losses recognized for other assets in prior years are assessed at the end of each reporting period for any indications
EXTRAIT 11 – ÉTATS FINANCIERS DE 2012 DE HUSKY ENERGY INC.
that the impairment condition has decreased or no longer exists. An impairment loss is reversed only to the extent that the
NOTE 3 – PRINCIPALES
carrying MÉTHODES
amount of the asset or CGU COMPTABLES
does not exceed the carrying amount that would have been determined, net of depletion,
depreciation and amortization, if no impairment loss had been recognized.

i) Asset Retirement Obligations (“ARO”)


A liability is recognized for future legal or constructive retirement obligations associated with the Company's assets. The Company
has significant obligations to remove tangible assets and restore land after operations cease and the Company retires or
relinquishes the asset. The retirement of Upstream and Downstream assets consists primarily of plugging and abandoning wells,
removing and disposing of surface and subsea plant and equipment and facilities, and restoring land to a state required by
regulation or contract. The amount recognized is the net present value of the estimated future expenditures determined in
accordance with local conditions, current technology and current regulatory requirements. The obligation is calculated using the
current estimated costs to retire the asset inflated to the estimated retirement date and then discounted using a credit-adjusted
risk free discount rate. The liability is recorded in the period in which an obligation arises with a corresponding increase to the
carrying value of the related asset. The liability is progressively accreted over time as the effect of discounting unwinds, creating
an expense recognized in finance expenses. The costs capitalized to the related assets are amortized in a manner consistent with
the depletion, depreciation and amortization of the underlying assets. Actual retirement expenditures are charged against the
accumulated liability as incurred.

Liabilities for ARO are adjusted every reporting period for changes in estimates. These adjustments are accounted for as a change
in the corresponding capitalized cost, except where a reduction in the provision is greater than the undepreciated capitalized cost
of the related assets, in which case the capitalized cost is reduced to nil and the remaining adjustment is recognized in net
earnings. In the case of closed sites, changes to estimated costs are recognized immediately in net earnings. Changes to the
amount of capitalized costs will result in an adjustment to future depletion, depreciation and amortization, and finance expenses.

Estimating the ARO requires significant judgment as restoration technologies and costs are constantly changing, as are regulatory,
political, environmental and safety considerations. Inherent in the calculation of the ARO are numerous assumptions including the
ultimate settlement amounts, future third-party pricing, inflation factors, risk free discount rates, credit risk, timing of settlement
Amortissement
and changes in the legal, regulatory, environmental and political environments. Future revisions to these assumptions may result
in material changes to the ARO liability. Adjustments to the estimated amounts and timing of future ARO cash flows are a regular
[IAS 16.6 et
occurrence .43
in light à significant
of the .62] judgments and estimates involved.

IASj) 16Legal
exige andlaOther Contingent Matters
comptabilisation d’une dotation annuelle aux amortissements
fondée sur
Provisions and une répartition
liabilities ducontingent
for legal and other coût de l’actif
matters diminué
are recognized de sa
in the period whenvaleur résiduelle,
the circumstance becomes
probable that a future cash outflow resulting from past operations or events will occur and the amount of the cash outflow can be
surreasonably
sa durée d’utilité,
estimated. y compris
The timing of recognition toute période
and measurement of thependant laquelle
provision requires l’actif
the application est laissé
of judgment to
existing facts and circumstances, which can be subject to change, and the carrying amounts of provisions and liabilities are
inutilisé ou mis hors service. La dotation aux amortissements peut toutefois
reviewed regularly and adjusted accordingly. The Company is required to both determine whether a loss is probable based on
êtrejudgment
nulle,andlorsque
interpretation leofmode d’amortissement
laws and regulations, and determine thatfondé sur
the loss can be l’utilisation estWhen
reasonably estimated. appliqué
a loss is
recognized, it is charged to net earnings. The Company continually monitors known and potential contingent matters and makes
et qu’il n’yprovisions
appropriate a aucune production.
when warranted by the circumstances present.

La k) Share Capital
mécanique de l’amortissement est la même pour le modèle du coût et pour
le modèle de la réévaluation,
Preferred shares are classified enarece
as equity since they sensand
cancellable que le « coût
redeemable » Company's
only at the ou le «optionmontant réé-
and dividends are
discretionary and payable only if declared by the Board of Directors. Incremental costs directly attributable to the issuance of
valué
shares»and
diminué
stock optionsde toute valeur
are recognized résiduelle
as a deduction from equity, net seof trouve
tax. Common à share
être amorti
dividends sur
are paid out la durée
in common
shares or in cash, and preferred share dividends are paid in cash. Both common and preferred share dividends are recognized as
d’utilité dewithin
distributions l’actif.
equity.Comme nous l’avons vu dans les exemples présentés dans la
section consacrée à l’application du modèle de la réévaluation, la mécanique
du calcul de la dotation aux amortissements peut poser des difficultés lors-
qu’on utilise le modèle de la réévaluation, Consolidated Financialmais,
Statements  fondamentalement, l’amortisse-
17
ment est déterminé de la même manière selon les deux modèles.

La dotation aux amortissements de chaque période est comptabilisée en résul-


80 Husky Energy Inc. 2012 Annual Report

tat net, à moins que les avantages économiques futurs représentatifs d’un actif
ne soient absorbés dans la production d’autres actifs, auquel cas la dotation
aux amortissements est incluse dans la valeur comptable de ces actifs. À titre
d’exemple, l’amortissement des installations de production est inclus dans les
coûts de fabrication des stocks.
IAS 16 Immobilisations corporelles 39

Comptabilisation par composants


[IAS 16.43 à .47]

Selon IAS 16, l’entité doit appliquer la comptabilisation par composants. Le


principal objectif de la comptabilisation par composants consiste à s’assurer
que les coûts des parties significatives d’un actif soient amortis sur la durée
d’utilité de ces parties plutôt que sur la durée d’utilité de l’actif pris dans
son ensemble. Il est à noter qu’une partie significative peut être physique
(p. ex., le réacteur d’un avion) ou non physique (p. ex., une révision ou une
inspection majeure).

La ventilation du coût entre les diverses parties repose sur le jugement et sur
une analyse minutieuse des faits et circonstances. Aucune méthode n’est pres-
crite aux fins de la détermination des parties significatives.

Une entité pourrait toutefois envisager de faire appel à un évaluateur pour


établir la valeur des actifs et des parties. Il se peut que les rapports d’évalua-
tion des assureurs dressent également une liste des parties des actifs significa-
tifs pouvant s’avérer utile pour déterminer la valeur des parties significatives.
Lorsqu’une entité a plusieurs établissements (par exemple, une entité possé-
dant des usines de fabrication relativement homogènes un peu partout dans
le monde), elle peut envisager d’avoir recours à une approche par projet pilote.
Selon cette approche, la société choisirait une usine qui serait évaluée par des
évaluateurs, des ingénieurs ou d’autres spécialistes appropriés. Les constata-
tions dégagées seraient ensuite appliquées aux usines comprises dans l’orga-
nisation, la société obtenant ainsi des résultats qui ne s’écartent pas sensible-
ment de ceux qui auraient été obtenus si chacune des usines avait été évaluée
individuellement. Il ne faut pas oublier que les parties doivent être significatives
par rapport au coût total de l’actif. Il en ressort que l’actif ne doit pas compor-
ter un nombre important de parties.

Chaque partie d’une IC ayant un coût significatif par rapport au coût total de
l’IC doit être amortie séparément. Cependant, lorsqu’une partie significative
d’une IC a une durée d’utilité et un mode d’amortissement identiques à ceux
d’une autre partie significative de la même IC, ces parties peuvent être regrou-
pées aux fins de la détermination de la dotation aux amortissements.

Par exemple, un bâtiment peut avoir plusieurs parties (comme la toiture, l’huis-
serie, les murs, les planchers, les ascenseurs, les escaliers roulants, etc.), mais
seules certaines d’entre elles peuvent être considérées comme significatives.
En outre, il se peut que les murs, l’huisserie et les planchers aient tous la même
durée d’utilité et qu’ils puissent être regroupés.

Juin 2013
40 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

EXEMPLE D’APPLICATION :
Ventilation des coûts entre les parties

La société ABC acquiert un bâtiment. L’évaluateur de l’assureur a établi que

E xe mple
le bâtiment comportait deux parties significatives, soit le toit et les ascen-
seurs, représentant 15 % et 18 %, respectivement, de la juste valeur relative du
bâtiment. Le bâtiment a été acquis pour 750 000 $ et il a été établi que sa
durée d’utilité est de 50 ans. Le toit et les ascenseurs ont une durée d’utilité
estimative de 15 ans et 25 ans, respectivement. Le bâtiment est évalué selon
le modèle du coût. Pour simplifier, États financiers
la valeur consolidés etest
résiduelle notes complémentaires
estimée à néant. 2012

Les parties sont amorties comme suit :


R) LIQUIDITÉS SOUMISES À RESTRICTIONS États financiers consolidés et notes complémentaires 2012

La Société a comptabilisé sous l’actif courant des liquidités soumises à restrictions, qui représentent les fonds détenus en
fiducie par Vacances
R) LIQUIDITÉS Air Canada
SOUMISES en conformité avec les prescriptions réglementaires régissant Dotation
À RESTRICTIONS
aux
les produits passages payés
Partie
d’avance, Valeurdans
ainsi que les fonds détenus comptable
les comptes en fiducieDuréerelativement
d’utilité aux réservations
amortissements
par carte de crédit,
La Société a comptabilisé
comptabilisés sous le passif sous l’actif
courant courant des
relativement liquiditésactivités
à certaines soumises liéesà restrictions,
aux voyages.qui représentent les fonds détenus en
Toit
fiducie(15
par%) 112 500avec
Vacances Air Canada en conformité $ les prescriptions
15 ansréglementaires régissant les produits7 500passages
$ payés
Les liquidités
d’avance, soumises
ainsi que lesà restrictions échéant
fonds détenus dansà plus d’un an àen
les comptes compter
fiduciederelativement
la date du bilan
auxsont intégrées aux
réservations par dépôts
carte deet autres
crédit,
Ascenseur
actifs
comptabilisés (18àle%)
et ont trait
sous des fonds
passif déposés
courant 135 000
auprès
relativement deà$certaines 25 ans
diverses institutions
activités financières
liées comme garanties de
aux voyages. 5 400
lettres$de crédit et
autres éléments.
Les liquidités soumises
Construction (67 à%) restrictions échéant
502 500 à plus$d’un an à compter50 ans de la date du bilan sont intégrées
10 aux
050 dépôts
$ et autres
S)
actifsSTOCKS DE CARBURANT
et ont trait AVIONSauprès
à des fonds déposés ET DEde RECHANGES ET FOURNITURES
diverses institutions financières comme garanties de lettres de crédit et
autres éléments.
Total
Les 750 000
stocks de carburant avions et de rechanges $
et fournitures, 22 950
à l’exception des articles durables, sont évalués au $
plus faible du
coût et de la valeur
S) STOCKS nette de réalisation,
DE CARBURANT AVIONS le coût
ET DEétant déterminé ET
RECHANGES suivant la méthode du coût moyen pondéré.
FOURNITURES
SiLaABC
Les avait
Société
stocks de amorti
n’acarburant
pas le bâtiment
comptabilisé
avions et de perteendetant
de rechanges et qu’unité
valeur des stocks
fournitures, globale au
des lieu
ou de reprise
à l’exception de d’amortir
pertes
articles chacune
de valeur
durables, sont des
des stocks
évalués au parties
constatées
plus faible du
séparément,
antérieurement la
coût et de la valeur dotation
pendant
netteles aux amortissements
de périodes considérées.
réalisation, se serait
Estdéterminé
le coût étant compris dans établie
la maintenance
suivant la méthodeà du
15 000moyen
avions
coût un$montant
(750 000
de 43 $
pondéré. / 50
$ au titreans),
des
ce qui estetrelativement
rechanges faible
fournitures utilisés par
au cours de rapport au$montant
l’exercice (39 en 2011). de 22 950 $ établi ci-dessus.
La Société n’a pas comptabilisé de perte de valeur des stocks ou de reprise de pertes de valeur des stocks constatées
T) IMMOBILISATIONS
antérieurement CORPORELLES
pendant les périodes considérées. Est compris dans la maintenance avions un montant de 43 $ au titre des
rechanges et fournitures utilisés au cours de l’exercice (39 $ en 2011).
Les immobilisations corporelles sont comptabilisées selon le modèle du coût. Les immobilisations corporelles au titre de
EXTRAIT
contrats de12 – ÉTATS FINANCIERS
location-financement DElocatives
et les obligations 2012 D’AIR CANADA
futures sont comptabilisées initialement à un montant égal au
T) IMMOBILISATIONS CORPORELLES
moins élevé de la juste valeur des immobilisations corporelles et de la valeur actualisée des paiements de loyer.
NOTE 2 – MODE DE PRÉSENTATION ET PRINCIPALES MÉTHODES COMPTABLES
Les immobilisations corporelles sont comptabilisées selon le modèle du coût. Les immobilisations corporelles au titre de
La Société
de répartit
T) Immobilisations
contrats initialement le
corporelles
location-financement montant
et les comptabilisé
(extrait)
obligations locatives àfutures
l’égardsont
d’une pièce d’immobilisation
comptabilisées initialement àcorporelle
un montantentre
égalses
au
composantes
moins élevé deimportantes
la juste valeur et amortit chaque composante
des immobilisations corporelles de et
façon
de ladistincte. Les immobilisations
valeur actualisée des paiements corporelles
de loyer. sont amorties
linéairement sur leur durée d’utilisation estimative, à concurrence de leur valeur résiduelle estimative. Le matériel volant et
La Société répartit
l’équipement de volinitialement
sont décomposés le montant comptabilisé
en cellules, à l’égard
réacteurs d’une pièce
et matériel d’immobilisation
de cabine corporelleLaentre
et modifications. ses
période
composantes importantes
d’amortissement des cellules etetamortit chaque est
des réacteurs composante
de 20 à 25de ansfaçon
et leurdistincte. Les immobilisations
valeur résiduelle estimative, corporelles
de 10 % à 20 sont
%. amorties
Les frais
linéairement
de reconfigurationsur leurdesdurée d’utilisation
appareils estimative,
sont amortis sur laà période
concurrence de leur
la moins valeur
longue résiduelle
entre cinq ansestimative.
et la durée Le matériel
d’utilité volant
restante et
l’équipement
de l’appareil. Les de réacteurs
vol sontdedécomposés
rechange et en piècescellules,
connexesréacteurs et matériel
(les « articles durables de »)cabine et modifications.
sont amortis sur la duréeLamoyennepériode
d’amortissement
d’utilisation des cellules
restante et desauxquels
des appareils réacteursilsestcorrespondent
de 20 à 25 ansetetleur leurvaleur
valeurrésiduelle
résiduelle estimative
estimative, est de 10de %10à%20à%. 20Les
%. frais
Les
de reconfiguration
améliorations des appareils
apportées aux cabines sontet amortis sur la période
les modifications apportéesla moins longue entre
aux appareils loués en cinq ans de
vertu et contrats
la duréeded’utilité
locationrestante
simple
de l’appareil.
sont amortiesLes sur réacteurs
la durée du de contrat
rechange deetlocation.
pièces connexes
Les principaux(les «travaux
articlesdedurables ») sonteffectués
maintenance amortis sursur des
la durée
cellulesmoyenne
et des
d’utilisation
réacteurs, restanteledes
y compris coûtappareils auxquels
des pièces ils correspondent
de rechange et leur ainsi
et des fournitures valeurque résiduelle estimative
des services est de 10 fournis
de maintenance % à 20par %. des
Les
améliorations
tiers, apportées
sont incorporés auauxcoût cabines et lesetmodifications
de l’actif amortis sur apportées aux appareils
la durée d’utilité moyenne louésprévue
en vertu entrede contrats de location
les principaux simple
travaux de
sont amortiesCes
maintenance. sur travaux
la duréeconsistent
du contratd’ordinaire
de location. Les principaux
en des inspectionstravaux de maintenance
plus poussées effectués
et des travaux sur desplus
d’entretien cellules et des
complexes
réacteurs,
des y compris
appareils. Tous lesletravaux
coût des depièces de rechange
maintenance et des
effectués surfournitures
des appareils ainsi
duque parcdes services
aérien de maintenance
en vertu de contrats fournis
prévoyant parunedes
tiers, sont incorporés
facturation à l’heure deauvolcoût sontdeimputés
l’actif aux
et amortis
chargessur la durée d’utilité
opérationnelles dans moyenne
le compteprévue de résultatentreà les principaux
mesure que lestravaux
frais sontde
maintenance.
engagés. Ces travaux
Les bâtiments sontconsistent d’ordinaire en
amortis linéairement sur des
leurinspections
durée d’utilitéplusjusqu’à
poussées et des travaux
concurrence de 50 d’entretien
ans, ou sur la plus complexes
durée du bail
des appareils.
foncier si elle Tous
est plusles travaux
courte. Les de maintenance
améliorationseffectués
locativessur desamorties
sont appareilssur du laparc aérien
durée du enbail,vertu de contratsde
à concurrence prévoyant
cinq ans.une Le
facturation
matériel à l’heure
au sol de vol équipements
et les autres sont imputéssont aux amortis
charges suropérationnelles
3 à 25 ans. dans le compte de résultat à mesure que les frais sont
engagés. Les bâtiments sont amortis linéairement sur leur durée d’utilité jusqu’à concurrence de 50 ans, ou sur la durée du bail
Les valeurs
foncier résiduelles
si elle est plus et les durées
courte. d’utilité sont locatives
Les améliorations revues ausont moins une fois
amorties surl’an et les taux
la durée d’amortissement
du bail, à concurrence sont ajustés
de cinq ans. en
Le
conséquence
matériel au solsur et une base prospective.
les autres équipements Le montant
sont amortisdes sur 3profits et des pertes résultant de la sortie d’une immobilisation
à 25 ans.
Valeur
corporelle résiduelle
est déterminé par la comparaison du produit de la sortie avec la valeur comptable de l’immobilisation corporelle et
ilLes
estvaleurs résiduelles
comptabilisé dans etlesles durées
profits d’utilité
et pertes nonsont revues au moins
opérationnels, une fois
au compte l’an et de
consolidé lesrésultat.
taux d’amortissement sont ajustés en
[IAS 16.6 etsur.51
conséquence uneàbase .54] prospective. Le montant des profits et des pertes résultant de la sortie d’une immobilisation
U) INTÉRÊTS
corporelle INCORPORÉS
est déterminé par la comparaison du produit de la sortie avec la valeur comptable de l’immobilisation corporelle et
il est comptabilisé dans les profits et pertes non opérationnels, au compte consolidé de résultat.
IAS 16.6 fournit une
Les coûts d’emprunt sont définition
comptabilisés détaillée
en résultat à mesurede lasont
qu’ils valeur
engagés,résiduelle
à l’exception des d’un actif.
intérêts La à
attribuables
l’acquisition,
U) INTÉRÊTS à laINCORPORÉS
construction ou à la production d’un actif qui exige une longue période de préparation avant de pouvoir être
valeur
utilisé ou résiduelle
vendu, auquel cas doit refléter
ils sont incorporésle dansmontant qu’une
le coût de l’actif. entitédesobtiendrait
L’incorporation coûts d’emprunt débute actuellement
lorsque sont
Les coûtslesd’emprunt
engagés dépenses sont comptabilisés
relativement à l’actifenetrésultat
les coûts à mesure
d’emprunt qu’ils
et sont engagés,
que sont à l’exception
en cours les activités desvisant
intérêts attribuables
à préparer l’actifà
depréalablement
la sortieà àlade
l’acquisition, son l’actif,ouaprès
construction
utilisation. à la
Les coûts déduction
production
d’emprunt d’unsont des
actifincorporés
qui exigecoûts
une longue
jusqu’à de
la sortie
période
date estimés,
où ledeprojet
préparation
est achevé avantsi
etdel’actif
où pouvoir être
l’actif peut
utilisémisouenvendu, auquel cas ils sont incorporés dans le coût de l’actif. L’incorporation des coûts d’emprunt débute lorsque sont
avait
être
déjà l’âge
service
et se
de la manière
trouvait
prévue.
déjà dans l’état prévu à la
engagés les dépenses relativement à l’actif et les coûts d’emprunt et que sont en cours les activités visant à préparer l’actif
fin de sa durée d’utilité.
préalablement à son utilisation. Les coûts d’emprunt sont incorporés jusqu’à la date où le projet est achevé et où l’actif peut
être mis en service de la manière prévue.

101

101
Notes to Consolidated Financial Statements
For the years ended December 31, 2012 and 2011
(Stated in thousands of Canadian dollars, except share and per share amounts) IAS 16 Immobilisations corporelles 41
1. Statement of significant accounting policies (continued)
(i) Inventory
Inventories are valued at the lower of cost and net realizable value, with cost being determined on a first-in, first-out basis and a
specific item basis depending on the nature of the inventory. The Corporation’s inventory balance consists of aircraft fuel, de-
icing fluid, retail merchandise and aircraft expendables.
(j) Property and equipment
IAS 16 exige
Property que laisvaleur
and equipment résiduelle
stated at cost d’un
and depreciated actif soit
to its estimated residualrévisée
value. Assetsannuellement.
under finance leases are Si un
initially
recorded at the present value of minimum lease payments at the inception of the lease. Expected useful lives and depreciation
changement est nécessaire,
methods are reviewed annually. il doit être comptabilisé comme un changement
d’estimation
Asset classcomptable, sauf s’il constitue une correction Basis d’erreur.Rate
Aircraft, net of estimated residual value Straight-line 20 years
Engine, airframe and landing gear overhaul Straight-line 8 to 15 years
EXTRAIT 13 – ÉTATS
Live satellite FINANCIERS DE 2012 DE WESTJET
television equipment AIRLINES
Straight-line LTD.
10 years/Term of lease
Ground property and equipment Straight-line 5 to 25 years
NOTE Spare
1 – EXPOSÉ
engines and DES MÉTHODES
rotables, COMPTABLES
net of estimated residual value Straight-line 20 years
Buildings Straight-line 40 years
(j) Property
Leaseholdand equipment (extrait)
improvements Straight-line 5 years/Term of lease
Assets under finance leases Straight-line Term of lease

Estimated residual values of the Corporation’s aircraft range between $4,000 and $6,000 per aircraft. Spare engines have a
residual value equal to 10% of the original purchase price. Residual values, where applicable, are reviewed annually against
prevailing market rates at the consolidated statement of financial position date.
Major overhaul expenditures are capitalized and depreciated over the expected life between overhauls. All other costs relating to
the maintenance of fleet assets are charged to the consolidated statement of earnings on consumption or as incurred.

Un amortissement est depreciated


Rotable assets are purchased, comptabilisé pour
and disposed of on aautant que
pooled basis. Whenla valeur
parts comptable
are purchased, de to
the cost is added
the pool and depreciated over its useful life of 20 years. The cost to repair rotable parts is recognized in maintenance expense as
l’actifincurred.
n’excède pas sa valeur résiduelle. Lorsque la valeur résiduelle d’un actif
(k) Intangible assets
augmente jusqu’à excéder la valeur comptable de l’actif, la dotation à l’amor-
Included in intangible assets are costs related to software, landing rights and other. Software and landing rights are carried at
tissement
cost less est nulle,
accumulated jusqu’à
amortization andce que laonvaleur
are amortized résiduelle
a straight-line derespective
basis over their l’actifuseful
baisse
lives ofpour
five and 20
years. Expected useful lives and amortization methods are reviewed annually.
atteindre un montant inférieur à la valeur comptable de l’actif.
(l) Impairment
Property and equipment and intangible assets are grouped into cash generating units (CGUs) and reviewed for impairment when
Durée d’utilité
events or changes in circumstances indicate that the carrying value of the CGU may not be recoverable. When events or
circumstances indicate that the carrying amount of the CGU may not be recoverable, the long-lived assets are tested for
[IAS 16.6, .50byàcomparing
recoverability .51 etthe .56 à .59]
recoverable amounts, defined as the greater of the CGU’s fair value less cost to sell or value-in-
use, with the carrying amount of the CGU. Fair value is defined as the amount for which an asset could be exchanged, or a
liability settled, between knowledgeable willing parties, in an arm’s length transaction. Value-in-use is defined as the present
La durée
value ofd’utilité
the cash flowsd’un actif
expected estfuture
from the : use or eventual sale of the asset at the end of its useful life. If the carrying
value of the CGU exceeds the greater of the fair value less cost to sell and value-in-use, an impairment loss is recognized in net
• la période pendant laquelle l’entité
earnings for the difference. Impairment losses s’attend
may subsequently à pouvoir
be reversed utiliser
and recognized undue
in earnings actif; ou in
to changes
events and circumstances, but only to the extent of the original carrying amount of the asset, net of depreciation or
• le amortization,
nombrehadd’unités d’œuvre
the original impairment ou recognized.
not been d’unités similaires que l’entité s’attend à
obtenir de l’actif.

La durée d’utilité d’un actif est définie en fonction de l’utilité attendue de cet
actif pour l’entité et peut être plus courte que sa vie économique.

L’estimation de la durée d’utilité de l’actif est affaire de jugement basé sur


l’expérience de l’entité pour des actifs similaires. L’illustration qui suit fait état
WestJet Year End 2012 │ 11
des facteurs à prendre en considération selon IAS 16 pour déterminer la durée
d’utilité attendue d’une IC.

ILLUSTRATION 5 – DÉTERMINATION DE LA DURÉE D’UTILITÉ ATTENDUE D’UNE IC

Exemples de facteurs à prendre en considération pour déterminer la durée d’utilité


attendue d’un actif :

• l’usage attendu de l’actif, évalué par référence au rendement ou à la production physique


attendue de cet actif;

• l’usure physique attendue, qui dépend de facteurs opérationnels comme les cadences aux-
quelles l’actif est utilisé ou le programme de maintenance, ou les soins et la maintenance
apportés à l’actif en dehors de sa période d’utilisation;

• l’obsolescence technique ou commerciale découlant de changements ou d’améliorations


dans la production ou d’une évolution de la demande du marché pour le produit ou le
service fourni par l’actif;

• les limites juridiques ou similaires sur l’usage de l’actif, telles que les dates d’expiration
des contrats de location.

Juin 2013
42 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Les terrains et les constructions sont des actifs distincts qui sont comptabilisés
séparément. Sauf quelques exceptions, telles que des carrières et des sites
de décharge, les terrains ont une durée d’utilité illimitée et ne sont donc pas
amortis. Dans les cas où le terrain a une durée d’utilité limitée, il est amorti
d’une manière reflétant les avantages qui doivent en être retirés. Lorsque des
coûts de démantèlement, d’enlèvement et de remise en état du site sont incor-
porés au coût du terrain, ces coûts sont amortis sur la durée des avantages
obtenus en engageant ces coûts.
C) PROPERTY, PLANT AND EQUIPMENT
Property, plant and equipment are stated at cost, less accumulated amortization and impairment. Amortization rates
Selon IAS 16, la durée d’utilité d’un actif doit être révisée annuellement; les
are calculated to amortize the costs, net of residual value, over the assets’ estimated useful lives. Significant parts of
variations, leandcas
property, plant échéant,
equipment that havedoivent être comptabilisées
different depreciable comme un changement
lives are amortized separately.

d’estimation comptable.
Plant and equipment is principally depreciated at rates of 5-10% of the declining balance (buildings, site improvements,
tanks and mobile equipment) or from 5-14 years straight line (vehicles, computer hardware and software and leasehold
improvements),
EXTRAIT depending FINANCIERS
14 – ÉTATS on the expected life of
DE the2012
asset. Some equipment is depreciated
DE NEWALTA based on utilization rates.
CORPORATION
The utilization rate is determined by dividing the cost of the asset by the estimated future hours of service. Residual
NOTE 2 – PRINCIPALES
values, MÉTHODES
up to 20% of original cost, COMPTABLES
may be established for buildings, site improvements, and tanks. These residual values
C) Property, plant
are not depreciated. Theand equipment
estimated useful lives,(extrait)
residual values and amortization methods are reviewed at the end of
each reporting period, with the effect of any changes in estimate accounted for on a prospective basis.

Landfill assets represent the costs of landfill available space, including original acquisition cost, incurred landfill
construction and development costs, including gas collection systems installed during the operating life of the site,
and capitalized landfill closure and post-closure costs. The cost of landfill assets, together with projected landfill
construction and development costs for permitted capacity, is amortized on a per-unit basis as landfill space is
consumed. Management annually updates landfill capacity estimates, based on survey information provided by
independent engineers, and projected landfill construction and development costs. The impact on annual amortization
expense of changes in estimated capacity and construction costs is accounted for prospectively.

D) PERMITS AND OTHER INTANGIBLE ASSETS


Le Permits
pointand de vue
other qui assets
intangible suit est propre
are stated at cost, à un
less secteur
accumulated d’activité
amortization et est and
and impairment, inclus
consistafin
d’illustrer certains
of certain production jugements
processes, trademarks,intervenant danswhich
permits and agreements la détermination de la
are amortized over the period durée
of the
contractual benefit of 8 to 20 years on a straight line basis. Certain permits are deemed to have indefinite lives and
d’utilité
therefored’un
are notactif.
amortized. There are nominal fees to renew these permits provided that Newalta remains in good
standing with regulatory authorities.

POINTS DE VUE QUANT À L’APPLICATION :


E) LEASES
Amortissement au titre de l’épuisement pendant la phase de production
Lessee
(d’exploitation) – durée d’utilité de la mine
All of the Corporation’s leases are classified as operating leases and the leased assets are not recognized in the
Le Groupe
Corporation’s consolidated de travail
balance sheets. surmade
Payments les IFRS dans le leases
under operating secteur minier a inpublié
are recognized profit orun bulletin
loss on
Points
a straight-line basis over de of
the term vuethe traitant deanother
lease unless certains aspects
systematic basisde la détermination
is representative depattern
of the time la durée
of
d’utilité
the user’s benefit, including any d’une
rent-freemine aux
periods. finsincentives
Lease comptables.
are recognized as an integral part of the total lease
Points deover
expense, vuethe termVous
of the lease.
pouvez consulter la série Points de vue en ligne à l’adresse
www.icca.ca/IFRS.
Leases where the Corporation assumes substantially all the risks and rewards of ownership would be classified as
finance leases and the corresponding asset would be classified as property, plant and equipment and the liability as
obligations under finance lease.

Leases may include additional payments for real estate taxes, maintenance and insurance. These amounts are expensed
in the period to which they relate.

Lessor
Assets subject to operating leases are recognized and classified according to the nature of the asset. Initial direct
costs incurred in negotiating and arranging an operating lease are added to the carrying amount of the leased asset
and expensed over the lease term on the same basis as the lease income. The depreciation policy for leased assets is
consistent with the depreciation policy for similar owned assets.

NEWALTA | AR 12 61
IAS 16 Immobilisations corporelles 43

INDICATIONS D’APPLICATION :
Durée d’utilité des améliorations locatives

Source Groupe de discussion sur les IFRS

Les indications qui suivent sont tirées d’un compte rendu d’une réunion
du Groupe de discussion sur les IFRS mis à la disposition du public.

Idée

Date de Le 19 avril 2012


la réunion

Sujet IAS 16 : Durée d’utilité des améliorations locatives

Indications IAS 16 Immobilisations corporelles exige la répartition systématique du mon-


tant amortissable d’un actif sur sa durée d’utilité.
Pour déterminer une « période de location », IAS 17 Contrats de location
exige que l’option de renouvellement ne soit prise en compte que dans la
mesure où l’on a la « certitude raisonnable » que l’option sera exercée. La
question étudiée par le Groupe était la suivante : La « période de location »
correspond-elle à la durée d’utilité des améliorations locatives selon IAS 16
lorsque le preneur n’a pas la « certitude raisonnable » qu’il exercera l’option
de prolongation du contrat?
Mise en situation :
• Un preneur conclut un contrat de location simple d’un espace de bureau,
assorti des conditions suivantes :
oo une durée initiale de cinq ans;
oo l’option, pour le preneur, de prolonger le contrat pour une autre
période de cinq ans au taux du marché.
• Au début de la période de location, le preneur :
oo consacre deux millions de dollars à des améliorations locatives
spécifiques à l’immeuble, et dont la durée de vie économique est de
sept ans;
oo s’attend à exercer l’option de prolongation, mais n’a pas la certitude
raisonnable qu’il le fera.
La durée d’utilité des améliorations locatives devrait-elle correspondre à la
moins longue de la période de location et de la durée de vie économique de
l’actif (soit cinq ans) (Point de vue A) ou à la durée de vie économique de
l’actif (soit sept ans) (Point de vue B)?
Les tenants du point de vue A renvoient au paragraphe 56 d) d’IAS 16 et à
la définition de « période de location » énoncée dans IAS 17, soutenant qu’il
convient d’adopter une approche uniforme en matière d’amortissement.
Les tenants du point de vue B accordent davantage d’importance aux para-
graphes 56 a) et 57 d’IAS 16, axés sur l’utilisation attendue de l’actif.
Discussion du Groupe de discussion sur les IFRS
Les membres du Groupe ont indiqué qu’il est difficile de comprendre, dans
cette mise en situation, comment le preneur peut s’attendre à exercer
l’option de prolongation tout en n’étant pas raisonnablement certain qu’il le
fera. Par conséquent, les membres du Groupe se sont demandé dans quelle
mesure cette situation se produirait en pratique.
Plusieurs membres du Groupe ont fait remarquer que la distinction entre
« s’attendre à » et « être raisonnablement certain » est relativement nébu-
leuse. Ils ont exprimé le point de vue selon lequel les expressions « s’attendre
à » et « être raisonnablement certain » ne correspondent pas à des niveaux
différents.

Juin 2013
44 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

INDICATIONS D’APPLICATION :
Durée d’utilité des améliorations locatives

Les membres du Groupe ont également fait remarquer que, dans la pratique,
la direction ferait en sorte que la période de location corresponde à la durée
de vie économique des améliorations locatives importantes et que, dans la
plupart des cas, un préparateur d’états financiers arriverait à des approches
compatibles.
Les membres du Groupe ont formulé plusieurs autres remarques, notamment
le fait que le renouvellement du contrat de location pourrait présenter un
avantage économique, et que seule IAS 16 s’applique à l’amortissement de
l’actif (c.-à-d. qu’IAS 17 ne s’y applique pas).
Le Groupe a convenu qu’il n’y avait pas lieu de soumettre cette question à
l’IFRS Interpretations Committee parce qu’elle ne devrait pas se présenter
souvent dans la pratique.

Vous pouvez obtenir en ligne, à l’adresse www.nifccanada.ca, les comptes rendus et webdiffu-
sions audio archivés des discussions du Groupe sur divers sujets.

Date du commencement de l’amortissement


[IAS 16.55]

L’amortissement d’un actif commence dès que l’actif est prêt à être mis en
service, c’est-à-dire dès qu’il se trouve à l’endroit et dans l’état nécessaires
pour pouvoir l’exploiter de la manière prévue par la direction.

Généralement, on commence à amortir les pièces de rechange principales


et le stock de pièces de sécurité classés comme des IC à compter de la date
à laquelle ils sont prêts à être utilisés.

EXEMPLE D’APPLICATION :
Amortissement d’une pièce de sécurité

La société ABC possède un appareil qui est alimenté par une génératrice

E xe mple
24 heures par jour pendant toute l’année. Elle a également installé une autre
génératrice en parallèle, toujours prête à être utilisée en cas de panne de la
génératrice en fonction.
La génératrice de sécurité est classée comme une IC dès qu’elle satisfait
à la définition d’une IC (c.-à-d. qu’elle est détenue soit pour être utilisée
dans la production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour être
louée à des tiers, soit à des fins administratives, et on s’attend à ce qu’elle
soit utilisée sur plus d’une période (IAS 16.8)). Comme l’amortissement doit
commencer lorsque la génératrice de sécurité est « prête à être utilisée », la
génératrice doit être amortie dès qu’elle commence à servir comme généra-
trice de secours.
Le mode d’amortissement dépendra de ce qui est considéré comme une
base systématique sur la durée d’utilité de l’actif. Si sa durée d’utilité est
fonction de l’écoulement du temps, la génératrice de sécurité sera amortie
au même rythme que l’autre génératrice; si elle est fonction de l’utilisation,
il pourrait ne pas y avoir d’amortissement tant que la génératrice de sécurité
n’est pas mise en fonction.
IAS 16 Immobilisations corporelles 45

Date de cessation de l’amortissement


[IAS 16.55]

IAS 16 indique que l’amortissement d’un actif doit cesser à la plus rapprochée
des dates suivantes : la date à laquelle cet actif est classé comme détenu en
vue de la vente (ou inclus dans un groupe destiné à être cédé qui est classé
comme détenu en vue de la vente) selon IFRS 5 ou la date à laquelle cet actif
est décomptabilisé.

Mode d’amortissement
[IAS 16.60 et .61]

IAS 16 précise que le mode d’amortissement doit refléter le rythme selon


lequel l’entité s’attend à consommer les avantages économiques futurs liés à
l’actif sur sa durée d’utilité prévue. Elle exige également que le mode d’amor-
tissement appliqué à une IC soit examiné annuellement.

Modes d’amortissement acceptables


[IAS 16.62]

IAS 16 propose différents modes d’amortissement pour répartir de façon systé-


matique le montant amortissable d’un actif sur sa durée d’utilité :
• le mode linéaire (charge constante sur la durée d’utilité de l’actif si la valeur
résiduelle de l’actif ne change pas);
• le mode dégressif (charge décroissante sur la durée d’utilité de l’actif);
• le mode des unités d’œuvre (charge basée sur l’utilisation ou la production
prévue de l’actif).

La norme ne prescrit pas de traitement particulier. L’entité sélectionne le mode


qui reflète le plus étroitement le rythme attendu de consommation des avan-
tages économiques futurs représentatifs de l’actif. Ce mode d’amortissement
est appliqué de manière cohérente d’une période à l’autre, sauf en cas de
changement du rythme attendu de consommation de ces avantages écono-
miques futurs.

Comme il est mentionné dans la section « Faits nouveaux en matière de nor-


malisation » de la présente publication, l’IASB a publié en décembre 2012 un ES
proposant une modification de portée limitée à IAS 16. Ce projet de modifica-
tion vise à s’assurer que les préparateurs n’utilisent pas un mode fondé sur les
produits pour calculer la dotation aux amortissements des immobilisations cor-
porelles ou incorporelles. Le projet de modifications fournit également des indi-
cations supplémentaires sur l’application du mode d’amortissement dégressif.

Juin 2013
46 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

STATISTIQUES SUR L’APPLICATION :


Enquête sur quelques méthodes comptables des petites entités du secteur pétro-
gazier publiée par l’ICCA en janvier 2013

En pratique, la comptabilisation de l’épuisement des biens pétroliers et


Statistiques gaziers (« déplétion ») s’aligne sur IAS 16 et IAS 38. La méthode des unités
d’œuvre est la plus couramment utilisée à cette fin. Dans un sondage mené
auprès de petites entités du secteur pétrogazier, 90 % des entités sondées
ont indiqué qu’elles utilisent les réserves prouvées et probables aux fins de
l’application de cette méthode d’amortissement, et 7 % ont indiqué qu’elles
utilisent les réserves prouvées seulement.

Vous pouvez consulter cette publication en ligne à l’adresse www.icca.ca/IFRS.

Les deux documents d’indications qui suivent traitent des modes d’amortis-
sement. Remarquez la date de ces documents. Bien que certains documents
NIFRIC datent de quelques années déjà, ils fournissent néanmoins des éclaircis-
sements sur la façon dont les normes sont interprétées par les normalisateurs.

INDICATIONS D’APPLICATION :
Amortissement des immobilisations corporelles

Source NIFRIC

Date de Mai 2004


la réunion

Les indications qui suivent sont tirées du rapport « IFRIC – items not taken
onto the agenda » (IFRIC – éléments non inscrits au programme de travail).

Idée Raison pour laquelle la question


n’a pas été inscrite au programme
Question de travail de l’IFRIC

Le Comité s’est penché sur la Le Comité d’interprétation est


question de savoir si la méthode des parvenu au consensus qu’il s’agissait
unités d’œuvre pouvait être utilisée avant tout d’une question théorique,
aux fins de l’amortissement selon et a décidé de ne pas l’ajouter à son
IAS 16 Immobilisations corporelles programme de travail. Il a toute-
lorsque la consommation (l’usure) fois recommandé un examen de la
d’un actif n’est pas directement question par le Conseil dans le cadre
proportionnelle au niveau d’utili- de son projet sur les fondements
sation. Par exemple, si une route conceptuels.
ayant une capacité plus grande que
la demande actuelle est construite,
l’amortissement de la période initiale
doit-il être plus faible que celui des
périodes ultérieures si l’on s’attend
à ce que l’usage s’accroisse sur la
durée de l’actif?

Vous pouvez obtenir des renseignements détaillés sur les questions étudiées par l’IFRIC,
mais qui n’ont pas été ajoutées à son programme de travail, à l’adresse www.ifrs.org.
IAS 16 Immobilisations corporelles 47

INDICATIONS D’APPLICATION :
IAS 16 et IAS 17 – Amortissement des actifs loués en vertu de contrats
de location simple

Source NIFRIC

Date de Novembre 2004


la réunion

Les indications qui suivent sont tirées du rapport « IFRIC – items not taken
onto the agenda » (IFRIC – éléments non inscrits au programme de travail).

Idée Raison pour laquelle la question


n’a pas été inscrite au programme
Question de travail de l’IFRIC

Le Comité d’interprétation s’est Le Comité d’interprétation a indiqué


demandé si les méthodes d’amor- que, dans le cadre de délibérations
tissement axées sur les intérêts sur certaines questions touchant
devraient être permises selon les les accords de concession de
IFRS. L’utilisation de ces méthodes services, il s’était déjà demandé
permettrait à une entité d’amortir s’il était approprié d’appliquer une
un actif qui n’est pas une créance méthode d’amortissement axée sur
comme s’il s’agissait d’une créance, les intérêts et qu’il avait conclu que
de manière à ce que le montant le recours à une telle méthode ne
amortissable de l’actif reflète la serait pas approprié. Le Comité a
valeur actualisée des flux de trésore- conclu que les actifs loués en vertu
rie nets futurs attendus de l’actif. de contrats de location simple dans
le cadre d’un accord de concession
de services n’ont rien de singulier
qui pourrait l’inciter à dégager
une conclusion différente quant
au bien-fondé de l’utilisation d’une
méthode d’amortissement axée sur
les intérêts. Il a fait remarquer que la
base des conclusions relatives à l’in-
terprétation à venir sur les accords
de concession de services traiterait
des conclusions qu’il a dégagées sur
les méthodes d’amortissement axées
sur les intérêts.

Vous pouvez obtenir des renseignements détaillés sur les questions étudiées par l’IFRIC,
mais qui n’ont pas été ajoutées à son programme de travail, à l’adresse www.ifrs.org.

Changements de mode d’amortissement


[IAS 16.61]

Si le rythme attendu de consommation des avantages économiques futurs de


l’actif a connu un changement important, le mode d’amortissement doit être
modifié pour refléter le nouveau rythme. Ce changement doit être comptabilisé
comme un changement d’estimation comptable selon IAS 8, sauf si le change-
ment vise à corriger une erreur.

Juin 2013
2.7 Stocks
Les stocks sont évalués au plus faible du coût et de la valeur nette de réalisation. Le coût des stocks est établi, article par
article, selon la méthode du coût moyen pondéré. Le coût comprend les coûts d’acquisition et les coûts engagés pour amener
48 Guide sur laà mise
les stocks enet œuvre
l’endroit dans l’étatdes Normes
où ils internationales
se trouvent. La valeur nette ded’information financière
réalisation correspond au prix deau Canada
vente estimatif
pouvant être obtenu dans le cours normal des activités moins les coûts estimatifs de vente. Les rabais et les remises des
fournisseurs sont comptabilisés à titre de réduction du coût des stocks, à moins que les rabais ne soient clairement liés au
remboursement d’une charge spécifique. Une provision au titre de la freinte et de la désuétude des stocks est calculée en
fonction des résultats passés. Tous les stocks consistent en des produits finis.

2.8 Immobilisations corporelles


Les immobilisations corporelles sont évaluées au coût ou au coût présumé moins le cumul des amortissements et le cumul des
pertes de valeur.
EXTRAIT Les coûtsFINANCIERS
15 – ÉTATS comprennent les dépenses
DE 2012qui sontDE
directement
SEARS attribuables
CANADA à l’acquisition
INC. d’actifs. Le coût des
actifs produits par l’entité pour elle-même inclut les frais de préparation du site, les frais de conception et d’ingénierie, le
NOTE 2 – PRINCIPALES
transport (seulement les frais deMÉTHODES COMPTABLES
transport initiaux engagés entre le fournisseur et la Société), les frais d’installation et les taxes
de vente provinciales (Saskatchewan, Manitoba et Île-du-Prince-Édouard), et ce coût est réduit des subventions et des
2.8 remboursements
Immobilisations
reçus descorporelles
fournisseurs. Une(extrait)
allocation au titre des charges d’intérêts générales et spécifiques supplémentaires
liées aux projets de construction importants est aussi comprise dans le coût de l’actif connexe.
Lorsque les principaux composants d’une immobilisation corporelle ont des durées d’utilité différentes, ils sont comptabilisés
comme des éléments distincts. L’amortissement est calculé selon le montant amortissable de l’actif ou, le cas échéant, du
principal composant de celui-ci, qui représente le coût de l’actif, ou du principal composant, moins sa valeur résiduelle.
L’amortissement est comptabilisé selon le mode linéaire pour chaque composant important d’un élément d’immobilisation et
est enregistré au poste Frais de vente, d’administration et autres des comptes consolidés du bénéfice net (de la perte nette) et
du bénéfice global (de la perte globale). Les durées d’utilité estimées sont de 2 à 13 ans pour le matériel et les agencements et
de 10 à 50 ans pour les constructions et améliorations. Les durées d’utilité estimées, les valeurs résiduelles et les modes
d’amortissement des immobilisations sont revus annuellement et ajustés, si cela est nécessaire, et l’incidence des variations
des estimations est comptabilisée sur une base prospective.
Les actifs détenus en vertu de contrats de location-financement sont amortis sur leur durée d’utilité prévue sur la même base
que les actifs détenus ou, si celle-ci est plus courte, sur la durée du contrat de location en question, à moins qu’il soit
raisonnablement certain que la Société deviendra propriétaire de l’actif à la fin du contrat de location.
Dépréciation
Le profit ou la perte et indemnisations
découlant liées
de la cession ou de la mise à lad’une
hors service dépréciation
partie d’une immobilisation corporelle est
déterminé comme la différence entre le produit de la vente ou le coût de la mise hors service de l’actif et sa valeur comptable.
[IAS
Le 16.63 àperte
profit ou la .66] est comptabilisé dans les comptes consolidés du bénéfice net (de la perte nette) et du bénéfice global (de
la perte globale). Se reporter à la note 2.11 pour une analyse portant sur la perte de valeur des immobilisations corporelles.
UneLesperte de valeur
immobilisations estsontlerevues
corporelles montant dechaque
à la fin de l’excédent de la valeur
période de présentation comptable
de l’information financière d’un
pour
déterminer s’il existe un indicateur de perte de valeur.
actif sur sa valeur recouvrable. IAS 16 définit la valeur recouvrable comme la
valeur la plus élevée entre la juste valeur 59 d’un actif diminuée des coûts de la
vente et sa valeur d’utilité.

Pour déterminer si une IC est dépréciée, une entité applique IAS 36. Cette
norme indique à quel moment une entité doit déterminer s’il y a eu déprécia-
tion, comment elle doit déterminer la valeur recouvrable et à quel moment
elle doit comptabiliser une perte de valeur. Elle contient également des indica-
tions sur la reprise des pertes de valeur. Les pertes de valeur comptabilisées
antérieurement doivent faire l’objet d’une reprise lorsque la valeur comptable
d’un actif déprécié augmente ultérieurement. Pour les IC comptabilisées au
coût, le montant de la reprise ne peut dépasser la valeur comptable de l’actif
qui aurait été établie
Note 2 Sommaire des principales(déduction
méthodes comptables, faite de etl’amortissement)
estimations jugements (suite) si aucune perte de
valeurLesn’avait éténoncomptabilisée
actifs et les passifs monétaires qui sont évaluésà au l’égard
coût historiquede l’actif
sont convertis dans
en dollars les aux
canadiens exercices
taux historiques.antérieurs.
Les actifs
financiers non monétaires classés comme disponibles à la vente, comme les instruments de capitaux propres, qui sont évalués à la juste valeur sont
L’entité doit
convertis en dollars donc être
canadiens aux en
taux en mesure
vigueur de
à la date du bilan etreconstituer la
les profits et pertes de change
composantes des capitaux propres jusqu’à ce que l’actif soit vendu ou subisse une perte de valeur.
valeur comptable
qui en découlent sont constatés dansde l’actif
les autres

avant laaux dépréciation.


Les actifs et les passifs de nos établissements à l’étranger dont la monnaie fonctionnelle n’est pas le dollar canadien sont convertis en dollars
canadiens taux en vigueur à la date du bilan, tandis que les revenus et les charges de ces établissements à l’étranger sont convertis aux taux de
change moyens pour la période de présentation de l’information financière.
Les profits ou les pertes latents résultant de la conversion de nos établissements à l’étranger de même que la tranche efficace des couvertures
EXTRAIT
connexes sont 16 – ÉTATS
comptabilisés après FINANCIERS DE 2012
impôt dans les autres composantes des DE LA
capitaux BANQUE
propres. Au moment deROYALE
la cession ou de la cession partielle d’un
établissement à l’étranger, une tranche appropriée du montant net des profits ou des pertes de change cumulés est portée à la rubrique Revenus autres
que d’intérêt.
DU CANADA
Locaux et matériel
NOTE 2 – SOMMAIRE
Les locaux DES
et le matériel comprennent PRINCIPALES
les terrains, MÉTHODES
les bâtiments, les améliorations locatives, leCOMPTABLES, ESTIMATIONS
matériel informatique, le mobilier, les agencements et le
reste du matériel et ils sont constatés au coût moins l’amortissement cumulé et le cumul des pertes de valeur. Le coût comprend le prix d’achat, tout coût
ET ainsi
JUGEMENTS
directement attribuable au transfert de l’actif jusqu’à son lieu d’exploitation et à sa mise en état pour permettre son exploitation de la manière prévue,
que l’estimation initiale de tout coût de cession. L’amortissement est essentiellement comptabilisé selon le mode linéaire sur la durée d’utilité
estimée des actifs, soit de 25 à 50 ans pour les bâtiments, de 3 à 10 ans pour le matériel informatique et de 7 à 10 ans pour le mobilier, les agencements
Locaux
et le resteet matériel
du matériel. (extrait)
La période d’amortissement des améliorations locatives correspond au moindre de la durée d’utilité des améliorations locatives
ou de la durée du bail plus la première période de renouvellement, si le renouvellement est raisonnablement assuré, jusqu’à concurrence de 10 ans. Les
terrains ne sont pas amortis. Les profits et les pertes à la cession sont inscrits à la rubrique Revenus autres que d’intérêt.
Les locaux et le matériel sont évalués pour déterminer s’il y a des indicateurs de dépréciation à chaque période de présentation de l’information
financière. Si des indices suggèrent qu’un actif pourrait avoir subi une perte de valeur, un test de dépréciation est effectué en comparant la valeur
comptable de l’actif et sa valeur recouvrable. Lorsqu’il n’est pas possible d’estimer la valeur recouvrable d’un actif individuel, nous estimons la valeur
recouvrable de l’unité génératrice de trésorerie à laquelle l’actif appartient et effectuons un test de dépréciation au niveau de l’unité génératrice de
trésorerie. Une perte de valeur est constatée, dans la mesure où le montant recouvrable d’un actif (ou de l’unité génératrice de trésorerie), lequel
correspond à la valeur la plus élevée entre la juste valeur d’un actif diminuée des coûts de la vente et sa valeur d’utilité, est inférieur à sa valeur
comptable. La valeur d’utilité est la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs attendus de l’actif (ou de l’unité génératrice de trésorerie).
Après la constatation de la perte de valeur, la dotation à l’amortissement est ajustée pour les périodes futures afin de refléter la valeur comptable
révisée de l’actif. Si, par la suite, une perte de valeur est reprise, la valeur comptable de l’actif est révisée pour correspondre à la valeur la moins élevée
entre la valeur recouvrable de l’actif et sa valeur comptable (diminuée de l’amortissement) qui aurait été déterminée si aucune perte de valeur n’avait été
comptabilisée. La dotation à l’amortissement pour les périodes futures est ajustée pour refléter la valeur comptable révisée.

Provisions
Une provision est un passif dont l’échéance ou le montant est incertain. Une provision est comptabilisée lorsque nous avons une obligation actuelle
(juridique ou implicite) résultant d’un événement passé, qu’il est probable qu’une sortie de ressources sera nécessaire pour éteindre l’obligation et que
le montant de l’obligation peut être estimé de manière fiable. Nous comptabilisons des provisions au titre des litiges et des obligations liées à la mise
hors service d’immobilisations, ainsi qu’une provision pour engagements hors bilan et autres. Aux fins de la comptabilisation des provisions, nous
devons estimer l’issue des procédures judiciaires en cours, les charges qui devront être engagées pour la mise hors service des immobilisations, et les
pertes sur créances liées aux engagements inutilisés et aux garanties. Compte tenu du caractère prospectif de ces estimations, nous devons faire
largement appel à notre jugement pour prévoir le moment de la réalisation et le montant des flux de trésorerie futurs. Nous comptabilisons nos provisions
en tenant compte de toute l’information disponible à la fin de la période de présentation de l’information financière et apportons des ajustements sur une
base trimestrielle afin de refléter les prévisions actuelles. Si les résultats réels différaient de nos prévisions, nous pourrions devoir engager des charges
supplémentaires. Les provisions sont comprises dans le poste Autres passifs de nos bilans consolidés.
IAS 16 Immobilisations corporelles 49

Indemnisations liées à la dépréciation


[IAS 16.65]

Si une entité reçoit de tiers des indemnisations relativement à des IC dépré-


ciées, perdues ou cédées, ces indemnisations doivent être incluses dans le
résultat net lorsqu’elles deviennent exigibles.

Décomptabilisation d’une IC
[IAS 16.67 à .72]

La valeur comptable d’une IC doit être décomptabilisée :


• lors de sa sortie; ou
• lorsqu’aucun avantage économique futur n’est attendu de son utilisation ou
de sa sortie.

La date de sortie est la date à laquelle sont remplis les critères énoncés dans
IAS 18 relatifs à la comptabilisation de produits découlant de la vente de biens.
IAS 17 s’applique aux sorties par la voie de cession-bail.

Une entité doit décomptabiliser la valeur comptable d’une partie d’une IC


lorsque cette partie a été remplacée et que son coût de remplacement a déjà
été inclus dans la valeur comptable de l’immobilisation. Cette exigence s’ap-
plique même si la partie n’est pas un composant significatif et, de ce fait, n’a
pas été amortie séparément.

Lorsqu’une IC est sortie, le profit ou la perte de cession est comptabilisé en


résultat net, sauf dans le cas des sorties résultant d’une cession-bail, qui sont
comptabilisées selon IAS 17. Le profit ou la perte est déterminé comme la dif-
férence entre le produit net de la sortie, le cas échéant, et la valeur comptable
de l’actif.

La contrepartie à recevoir est comptabilisée à sa juste valeur et, si le paiement


est différé, la contrepartie est comptabilisée au prix comptant équivalent; toute
différence entre le montant comptabilisé et le montant nominal de la contre-
partie est comptabilisée en produits financiers, reflétant le rendement effectif
de la créance. Le profit ou la perte résultant de la décomptabilisation d’une IC
ne doit pas être classé dans les produits des activités ordinaires.

Les indications qui suivent portent sur le classement des produits découlant de
la vente d’actifs détenus en vue de la location. Remarquez la date de ce docu-
ment. Bien que certains documents NIFRIC datent de quelques années déjà, ils
fournissent néanmoins des éclaircissements sur la façon dont les normes sont
interprétées par les normalisateurs.

Juin 2013
50 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

INDICATIONS D’APPLICATION :
IAS 16 Immobilisations corporelles – Vente d’actifs détenus en vue de la location

Source NIFRIC

Date de Mai 2007


la réunion

Les indications qui suivent sont tirées du rapport « IFRIC – items not taken
onto the agenda » (IFRIC – éléments non inscrits au programme de travail).

Idée Raison pour laquelle la question


n’a pas été inscrite au programme
Question de travail de l’IFRIC

Il a été demandé au Comité d’in- Le Comité d’interprétation a sou-


terprétation de fournir des indica- ligné que le paragraphe IAS 16.68
tions sur la comptabilisation des précise que les profits résultant de
ventes d’actifs détenus en vue de la la décomptabilisation d’une immo-
location. Certaines entités vendent bilisation corporelle ne doivent pas
des actifs après les avoir loués à être classés en produits des activités
des tiers. Dans ces circonstances, ordinaires. De plus, lorsque l’actif
il semble que l’actif soit fabriqué est classé comme étant détenu en
ou acquis à deux fins, à savoir la vue de la vente selon IFRS 5 Actifs
location et la vente. La question est non courants détenus en vue de la
de savoir si la vente de tels actifs vente et activités abandonnées, le
devrait être présentée au montant paragraphe IFRS 5.24 renvoie aux
brut (produit des activités ordinaires exigences en matière de décompta-
et coût des ventes) ou au montant bilisation des paragraphes IAS 16.67
net (profit ou perte) dans l’état du à .72, confirmant du coup que les
résultat net. profits ne doivent pas être classés
en produits des activités ordinaires.
Cela dit, certains estiment que, dans
certaines circonstances limitées, la
présentation du montant brut du
produit des activités ordinaires dans
l’état du résultat net serait conforme
au paragraphe 72 du Cadre concep-
tuel, à IAS 18 Produits des activités
ordinaires, à IAS 2 Stocks, à IAS 40
Immeubles de placement et à
l’interdiction d’opérer compensation
énoncée dans IAS 1 Présentation
des états financiers.
Pour cette raison, le Comité d’in-
terprétation a décidé de porter la
question à l’attention du Conseil et
de ne pas l’inscrire à son programme
de travail.

Vous pouvez obtenir des renseignements détaillés sur les questions étudiées par l’IFRIC,
mais qui n’ont pas été ajoutées à son programme de travail, à l’adresse www.ifrs.org.
et dans l’état où ils se trouvent. La Société classe les remises et autres contreparties reçues d’un fournisseur à titre de réduction du coût
des stocks, à moins que la remise ne se rapporte à un remboursement de frais de vente ou à un paiement au titre de services fournis.
La valeur nette de réalisation correspond au prix de vente estimé dans le cours normal des activités, diminué des frais de vente estimatifs.

l) Immobilisations corporelles et immeubles de placement IAS 16 Immobilisations corporelles 51


i) Comptabilisation et évaluation
Les immobilisations corporelles sont inscrites au prix coûtant diminué du cumul de l’amortissement et de toute perte de valeur
comptabilisée [se reporter au point p), « Perte de valeur »].
Les coûts comprennent les dépenses directement attribuables liées à l’acquisition de l’actif. Le coût d’un actif construit par l’entité
pour elle-même comprend le coût des matériaux et de la main-d’œuvre directe ainsi que tous les coûts directement attribuables à la
préparation de l’actif en vue de l’usage auquel il est destiné et, s’il y a lieu, les coûts relatifs à son démantèlement, à son enlèvement
EXTRAIT 17 – ÉTATS
et à la remise en état du site FINANCIERS
sur lequel il se trouve.DE 2012
Les coûts DE SHOPPERS
d’emprunt sont comptabilisésDRUG MART
comme faisant partie du coût d’un actif,
le cas échéant.
NOTE 3 – PRINCIPALES MÉTHODES COMPTABLES
Les logiciels achetés qui font partie intégrante de la fonctionnalité du matériel informatique sont incorporés dans le coût de l’actif de
(l) Immobilisations
ce matériel. corporelles et immeubles de placement (extrait)
(i) Comptabilisation et immobilisation
Lorsque des composants d’une évaluation (extrait)
corporelle présentent des durées d’utilité différentes, ils sont comptabilisés séparément
dans les immobilisations corporelles.
Les profits et les pertes à la cession d’une immobilisation corporelle sont déterminés en comparant le produit de la cession avec la
valeur comptable de l’immobilisation et ils sont comptabilisés en montant net dans les charges opérationnelles et administratives du
résultat net.
Les immobilisations corporelles entièrement amorties qui sont encore en usage continuent d’être comptabilisées dans le coût et le
cumul des amortissements.
Une entité
ii) Coûts qui, dans le cours des activités ordinaires, vend habituellement des
ultérieurs

IC détenues en vue
Le coût du remplacement ded’une
partiel la immobilisation
locationcorporelle
à d’autres doit dans
est comptabilisé transférer ces de
la valeur comptable actifs vers
cet élément les
lorsqu’il
est probable que les avantages économiques futurs liés à cet élément seront disponibles pour la Société et que son coût peut être
stocks à leur valeur comptable lorsqu’ils cessent d’être loués ou deviennent
évalué de façon fiable. La valeur comptable d’un élément remplacé doit être décomptabilisée. Les coûts de réparation et d’entretien
détenus en vuecorporelle
d’une immobilisation de lasont vente. Lesenproduits
comptabilisés dequ’ils
résultat à mesure la sont
vente de ces actifs doivent être
engagés.

comptabilisés en produits des activités ordinaires, conformément à IAS 18.


IFRS 5 ne s’applique pas dans ces cas.

58 CORPORATI ON S HOPPERS D RuG M ART – RAPPORT ANNu EL DE 2 0 1 2

Informations à fournir
[IAS 16.73 à .79]

Les IC représentent une part importante de l’état de la situation financière de


nombreuses entités. L’amortissement de ces actifs peut avoir une incidence
importante sur le résultat net. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’IAS 16 com-
prenne des obligations d’information étendues. L’illustration qui suit résume
certaines des informations à fournir en ce qui concerne les IC.

ILLUSTRATION 6 – SOMMAIRE DES INFORMATIONS À FOURNIR SELON IAS 16

Type Informations à fournir

Informations à fournir pour • les conventions d’évaluation (p. ex., modèle du coût) utili-
chaque catégorie d’IC sées pour déterminer la valeur comptable brute;
• les modes d’amortissement utilisés (p. ex., mode linéaire);
• les durées d’utilité et les taux d’amortissement utilisés;
• la valeur comptable brute et le cumul des amortissements
(ajouté aux cumuls des pertes de valeur) en début et en
fin de période.

Juin 2013
52 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Type Informations à fournir

Rapprochement entre les • les entrées;


valeurs comptables à l’ou- • les amortissements;
verture et à la clôture de la • les pertes de valeur comptabilisées ou faisant l’objet d’une
période reprise en résultat net;
• les augmentations ou les diminutions résultant des rééva-
luations et des pertes de valeur comptabilisées ou reprises
dans les autres éléments du résultat global;
• les différences de change nettes provenant de la conver-
sion des états financiers de la monnaie fonctionnelle en
une monnaie de présentation différente, y compris la
conversion d’un établissement à l’étranger dans la mon-
naie de présentation de l’entité présentant l’information
financière;
• les actifs classés comme détenus en vue de la vente ou
inclus dans un groupe destiné à être cédé, classé comme
détenu en vue de la vente selon IFRS 5;
• les acquisitions par voie de regroupements d’entreprises;
• les autres variations.

Amortissement • l’amortissement, qu’il soit comptabilisé en résultat net ou


dans le coût d’autres actifs, au cours d’une période, ainsi
que l’amortissement cumulé en fin de période.

Changements d’estimations • la nature et l’effet d’un changement dans une estimation


comptable relative à une IC ayant une incidence sur la
période ou dont il est prévu qu’il aura une incidence sur
des périodes ultérieures;
• les changements dans les estimations peuvent concerner :
oo les valeurs résiduelles;
oo les coûts estimés de démantèlement, d’enlèvement ou
de remise en état d’IC;
oo les durées d’utilité;
oo les modes d’amortissement.

Modèle de la réévaluation • la date d’entrée en vigueur de la réévaluation;


• le recours ou non à un évaluateur indépendant;
• pour chaque catégorie d’IC réévaluée, la valeur comptable
qui aurait été comptabilisée si les actifs avaient été comp-
tabilisés selon le modèle du coût;
• l’écart de réévaluation, en indiquant les variations de la
période ainsi que toute restriction sur la distribution de
cet écart aux actionnaires;
• des informations supplémentaires exigées selon IFRS 13;
• la variation de l’excédent de réévaluation découlant
d’une variation du passif pour un passif existant relatif au
démantèlement et à la remise en état et aux passifs simi-
laires (IAS 1 impose de fournir des informations dans l’état
du résultat global pour chaque autre élément du résultat
global (IFRIC 1.6(d)).

Actifs en cours • le montant des dépenses comptabilisées dans la valeur


de construction comptable d’une IC en cours de construction.

Actifs dépréciés • le montant des indemnisations accordées par des tiers


relativement à des IC dépréciées, perdues ou cédées
(s’il n’est pas présenté séparément dans l’état du résultat
global);
• les informations exigées selon IAS 36.
IAS 16 Immobilisations corporelles 53

Type Informations à fournir

Restrictions et engagements • l’existence et les montants des restrictions sur les IC don-
nées en nantissement de dettes;
• le montant des engagements contractuels pour l’acquisi-
tion d’IC.

Informations que les entités • les IC temporairement inutilisées;


sont encouragées à fournir, • les IC entièrement amorties qui sont encore en usage;
sans y être obligées • les IC mises hors service et non classées comme détenues
en vue de la vente;
• lorsque le modèle du coût est utilisé, la juste valeur des IC
lorsque celle-ci diffère de façon significative de la valeur
comptable.

IAS 16 encourage, sans toutefois imposer, la communication de la valeur brute


comptable des IC entièrement amorties qui sont encore en usage. Comme
IAS 16 impose un examen de la durée d’utilité, de la valeur résiduelle et du
mode d’amortissement au moins à chaque fin d’exercice, ces actifs devraient
être plutôt rares.

L’entité doit également se conformer aux obligations d’information plus géné-


rales énoncées dans IAS 1 en ce qui concerne les IC. Les informations à fournir
portent sur les méthodes comptables, les jugements importants portés lors de
l’application des méthodes comptables et les sources d’incertitude relative aux
estimations, par exemple :
• selon IAS 1.117, l’entité doit fournir un résumé des principales méthodes
comptables. Cela est particulièrement important dans les cas où l’entité
a dû choisir entre plusieurs méthodes comptables;
• selon IAS 1.122, l’entité doit fournir les jugements portés lors de l’application
des méthodes comptables de l’entité et ayant le plus d’incidence sur les
montants comptabilisés dans les états financiers;
• selon IAS 1.125, l’entité doit fournir des informations sur l’avenir et sur les
autres sources majeures d’incertitude relative aux estimations à la fin de la
période de présentation de l’information financière, qui présentent un risque
important d’entraîner un ajustement significatif de la valeur comptable des
actifs et des passifs au cours de l’exercice suivant.

RESSOURCES EN MATIÈRE D’APPLICATION :


Liste de contrôle sur les informations à fournir

Pour assurer la conformité aux dispositions d’IAS 16, l’utilisation d’une liste
Ressources de contrôle sur les informations à fournir est recommandée.
CPA Canada met à votre disposition diverses listes de contrôle en matière
de présentation et d’informations à fournir selon les IFRS, que vous pouvez
télécharger à l’adresse www.icca.ca/IFRS.

Juin 2013
54 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Les indications qui suivent traitent des informations à fournir sur les actifs
temporairement inutilisés ou les actifs en cours de construction lorsque la
poursuite des travaux de construction a été reportée. Remarquez la date de
ce document. Bien que certains documents NIFRIC datent de quelques années
déjà, ils fournissent néanmoins des éclaircissements sur la façon dont les
normes sont interprétées par les normalisateurs.

INDICATIONS D’APPLICATION :
Informations à fournir sur les actifs inutilisés et les actifs en cours de construction

Source NIFRIC

Date de Mai 2009


la réunion

Les indications qui suivent sont tirées du rapport « IFRIC – items not taken
onto the agenda » (IFRIC – éléments non inscrits au programme de travail).

Idée Raison pour laquelle la question


n’a pas été inscrite au programme
Question de travail de l’IFRIC
Il a été demandé au Comité d’inter- Compte tenu des exigences d’IAS 16
prétation de fournir des indications et d’IAS 1, le Comité d’interprétation
plus détaillées sur l’étendue des infor- ne s’attend pas à une grande diver-
mations à fournir sur les immobilisa- sité dans la pratique et a décidé de
tions corporelles temporairement inu- ne pas ajouter cette question à son
tilisées ou en cours de construction programme de travail. En revanche,
lorsque la poursuite des travaux de il recommande au Conseil d’entre-
construction a été reportée. Confor- prendre un examen de l’ensemble
mément au paragraphe IAS 16.74(b), des informations dont la communi-
une entité est tenue d’indiquer le cation est encouragée (mais non pas
montant des dépenses comptabili- imposée) par les IFRS dans le but de
sées dans la valeur comptable d’une soit confirmer leur pertinence ou de
immobilisation corporelle en cours les éliminer.
de construction. Le paragraphe 79(a)
encourage une entité à indiquer le
montant des immobilisations corpo-
relles temporairement inutilisées.
Le Comité d’interprétation a fait
observer que, selon le paragraphe
IAS 1.112(c), l’entité doit fournir dans
les notes des informations qui ne
sont pas présentées ailleurs dans
les états financiers, mais qui sont
pertinentes pour les comprendre.
Il a souligné que les informations
relatives aux actifs inutilisés pour-
raient être particulièrement perti-
nentes dans le contexte économique
actuel. En conséquence, le Comité
s’attend à ce que les entités four-
nissent des informations en sus de
celles qui sont expressément exigées
dans IAS 16 lorsque les actifs inuti-
lisés ou les projets de construction
reportés deviennent importants.

Vous pouvez obtenir des renseignements détaillés sur les questions étudiées par l’IFRIC,
mais qui n’ont pas été ajoutées à son programme de travail, à l’adresse www.ifrs.org.
IAS 16 Immobilisations corporelles 55

L’extrait qui suit fournit un exemple de rapprochement entre la valeur comp-


table des actifs à l’ouverture et à la clôture de la période.

EXTRAIT 18 – ÉTATS FINANCIERS DE 2012 DE TELUS CORPORATION


NOTE 15 – IMMOBILISATIONS CORPORELLES
ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS : 15

15 Immobilisations corporelles

Actifs loués
en vertu de
Bâtiments et contrats de
Actifs liés améliorations location- Actifs en
(en millions) au réseau locatives financement Autres Terrains construction Total

Au coût
Au 1er janvier 2011 22 691ß$ 2 351ß$ 21ß$ 1 550ß$ 49ß$ 438ß$ 27 100ß$
Ajouts1) 516 20 1 41 7 887 1 472
Ajouts découlant d’acquisitions
d’entreprises (note 16 e) – 11 – 7 – – 18
Cessions, mises hors service et autres (220) (8) 1 (51) (1) – (279)
Reclassements 779 99 – 75 – (953) –

Au 31 décembre 2011 23 766 2 473 23 1 622 55 372 28 311


Ajouts1) 569 21 – 42 – 980 1 612
Ajouts découlant d’acquisitions
d’entreprises (note 16 e) – – – 2 – – 2
Cessions, mises hors service et autres (1 126) (16) (17) (80) – – (1 239)
Reclassements 795 142 – 38 – (975) –

Au 31 décembre 2012 24 004ß$ 2 620ß$ 6ß$ 1 624ß$ 55ß$ 377ß$ 28 686ß$


Amortissement cumulé
Au 1er janvier 2011 16 555ß$ 1 443ß$ 10ß$ 1 261ß$ –ß$ –ß$ 19 269ß$
Amortissement des
immobilisations corporelles 1 091 121 2 117 – – 1 331
Cessions, mises hors service et autres (218) (4) 8 (39) – – (253)
Au 31 décembre 2011 17 428 1 560 20 1 339 – – 20 347
Amortissement des
immobilisations corporelles 1 192 126 3 101 – – 1 422
Cessions, mises hors service et autres (1 127) (12) (17) (92) – – (1 248)
Au 31 décembre 2012 17 493ß$ 1 674ß$ 6ß$ 1 348ß$ –ß$ –ß$ 20 521ß$

Valeur comptable nette


Au 31 décembre 2011 6 338ß$ 913ß$ 3ß$ 283ß$ 55ß$ 372ß$ 7 964ß$

Au 31 décembre 2012 6 511ß$ 946ß$ –ß$ 276ß$ 55ß$ 377ß$ 8 165ß$

1) Pour l’exercice clos le 31 décembre 2012, les ajouts comprennent un montant de 49 $ (15 $ en 2011) au titre des obligations liées à la mise hors service d’immobilisations (se reporter à la note 19 a).

La valeur comptable brute des immobilisations corporelles entièrement Au 31 décembre 2012, nos engagements contractuels pour l’acquisition
amorties qui étaient toujours utilisées au 31 décembre 2012 s’est établie à d’immobilisations corporelles s’élevaient à 187 millions de dollars sur une
2,9 milliards de dollars (3,0 milliards de dollars en 2011). période allant jusqu’en 2014 (188 millions de dollars sur une période allant
jusqu’en 2013 en 2011).

RAPPORT ANNUEL 2012 TELUS . 147

Juin 2013
56 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Choix de méthodes comptables


Le tableau qui suit résume certains choix de méthodes comptables importants
à effectuer selon IAS 16.

Référence Choix de méthode Options Indications

IAS 16.29 Évaluation des IC après 1) Modèle du coût Un choix de méthode


comptabilisation 2) Modèle de la doit être fait pour
réévaluation chaque catégorie d’IC
et la méthode retenue
doit être appliquée
à l’ensemble de la
catégorie.
Une catégorie d’IC
est un regroupement
d’actifs de nature et
d’usage similaires au
sein de l’activité d’une
entité.

IAS 16.35 Réévaluation d’actifs Lorsqu’une IC est L’option 1 est souvent


amortissables réévaluée, le cumul des utilisée lorsqu’un actif
amortissements à la est réévalué par l’ap-
date de réévaluation plication d’un indice en
est traité de l’une des vue de déterminer son
manières suivantes2 : coût de remplacement
1) retraité propor- (voir IFRS 13).
tionnellement à la
L’option 2 est sou-
modification de la
vent utilisée pour
valeur comptable
les constructions.
brute de l’actif, de
sorte que la valeur
comptable de cet
actif à l’issue de la
réévaluation soit
égale au montant
réévalué;
2) déduit de la valeur
comptable brute
de l’actif, et la
valeur nette est
alors retraitée pour
obtenir le montant
réévalué de l’actif.

2 Nota : Se reporter à la section « Faits nouveaux en matière de normalisation » de la présente publication.


Un projet de modification d’IAS 16 propose de modi­fier les indications énoncées au point 1) ci-dessus de
manière à indiquer que le cumul des amortissements est la différence entre les valeurs comptables brute et
nette. Il préciserait également que la détermination du cumul des amortisse­ments ne dépend pas du choix
de la technique d’évaluation.
IAS 16 Immobilisations corporelles 57

Référence Choix de méthode Options Indications

IAS 16.41 Transfert de l’écart 1) Transférer l’écart L’option 1 peut signifier


de réévaluation de réévaluation le transfert intégral de
aux résultats non l’écart lorsque l’actif
distribués lors de la est mis hors service ou
décomptabilisation sorti.
de l’actif.
2) Transférer une
partie appropriée Dans le cas de l’op-
de l’écart de rééva- tion 2, le montant de
luation aux résultats l’écart transféré serait
non distribués au la différence entre
fur et à mesure l’amortissement basé
de l’utilisation de sur la valeur comptable
l’actif, le reliquat (le réévaluée de l’actif et
cas échéant) étant l’amortissement basé
transféré lors de la sur le coût initial de
décomptabilisation l’actif.
de l’actif.
Les transferts de l’écart
3) Aucun transfert de
de réévaluation men-
l’écart de réévalua-
tionnés au paragraphe
tion aux résultats
IAS 16.41 sont présumés
non distribués.
être faits au gré de l’en-
tité présentant l’infor-
mation financière et non
pas être imposés par
la norme. Il semblerait
donc y avoir une autre
option, soit de ne pas
procéder au transfert
de l’écart (option 3).
Cette option donne-
rait toutefois lieu à la
rétention permanente
de la partie de l’écart
de réévaluation qui se
rapporte aux actifs qui
ont été entièrement
amortis ou sortis.
Les transferts de la
rubrique « écarts de
réévaluation » à la
rubrique « résultats
non distribués » ne se
font pas par le biais du
résultat net.

Juin 2013
58 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Jugements et estimations importants


Le tableau qui suit résume certains des jugements importants et des sources
importantes d’incertitude relative aux estimations qui peuvent découler de l’ap-
plication d’IAS 16. Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive, et d’autres jugements
et/ou estimations pourraient être requis aux fins de l’application d’IAS 16.

ILLUSTRATION 7 – JUGEMENTS IMPORTANTS ET SOURCES IMPORTANTES


D’INCERTITUDE RELATIVE AUX ESTIMATIONS POUVANT DÉCOULER DE
L’APPLICATION D’IAS 16

Sources d’incertitude relative


Jugements aux estimations

Choix de méthode comptable Modèle du coût et modèle de la réévaluation


• décision d’évaluer les IC selon le modèle • détermination de la valeur résiduelle
du coût ou le modèle de la réévaluation d’une IC amortissable;
(IAS 16.29). • détermination de la durée d’utilité d’une
IC amortissable;
Modèle du coût et modèle de la réévaluation
• calendrier et montant des coûts liés au
• unité d’évaluation pour la comptabi-
démantèlement et l’enlèvement d’une IC
lisation d’une IC (c.-à-d. le degré du
et à la remise en état du site sur lequel
regroupement);
elle est située, et variations de ces coûts;
• détermination des coûts (initiaux et
• taux d’actualisation à utiliser aux fins
ultérieurs) qui satisfont aux critères de
ci-dessus;
comptabilisation d’IAS 16, y compris des
• recouvrabilité des immobilisations
coûts qui sont directement attribuables
corporelles;
(p. ex., pièces de sécurité, pièces de
• estimation de la valeur recouvrable aux
rechange, pièces de remplacement, coûts
fins du test de dépréciation.
d’inspection et coûts des actifs construits
par l’entité pour elle-même); Modèle de la réévaluation
• parties significatives des actifs et ventila- • détermination de la juste valeur des IC
tion des coûts entre ces parties (aux fins réévaluées.
de l’amortissement);
• choix des modes d’amortissement et date
du commencement de l’amortissement;
• degré de détail de l’information fournie
par voie de note;
• évaluation de la dépréciation selon IAS 36;
• bien-fondé de la décomptabilisation
d’une IC.
Modèle de la réévaluation
• fréquence des réévaluations;
• détermination du traitement du cumul des
amortissements lors de la réévaluation
d’un élément d’IC (IAS 16.35);
• détermination du moment où un écart
de réévaluation doit être transféré aux
résultats non distribués (IAS 16.41).
NOTES TO ThE CONSOLIDATED fINANCIAL STATEMENTS

NOTE 4. SIGNIFICANT ACCOUNTING ESTIMATES AND JUDGMENTS IAS 16 Immobilisations corporelles 59


The preparation of the Company’s consolidated financial statements requires management to make judgments, estimates and
assumptions that affect the reported amounts of revenues, expenses, assets and liabilities, and the disclosure of contingent
liabilities, at the end of the reporting period. Estimates and judgments are continually evaluated and are based on historical
experience and other factors, including expectations of future events that are believed to be reasonable under the circumstances.

However, uncertainty about these assumptions and estimates could result in outcomes that require a material adjustment to
the carrying amount of the asset or liability affected in future periods. In the process of applying the Company’s accounting
EXTRAIT
policies,19 – ÉTATS
NOTES TO ThEFINANCIERS DE 2012
management has made the following judgments,
CONSOLIDATED D’ENERFLEX
estimates
fINANCIAL LTD.
and assumptions which
STATEMENTS
have the most significant effect on
the amounts recognized in the consolidated financial statements:
NOTE 4 – ESTIMATIONS ET JUGEMENTS IMPORTANTS
> Revenue Recognition – Long-Term Contracts
NOTE 4.
TheSIGNIFICANT ACCOUNTING
Company reflects ESTIMATES
revenues generated from AND JUDGMENTS
the assembly and manufacture of projects using the percentage-of-
The preparation
completion of the Company’s
approach consolidated
of accounting financial statements
for performance requires management
of production-type to approach
contracts. This make judgments,
to revenueestimates and
recognition
assumptions thatmanagement
requires affect the reported
to makeamounts
a number of of
revenues, expenses,
estimates assets andsurrounding
and assumptions liabilities, and
the the disclosure
expected of contingent
profitability of the
liabilities, at the end
contract, of the reporting
the estimated degreeperiod. Estimatesbased
of completion and judgments are continually
on cost progression evaluated
and other and factors.
detailed are based on historical
Although these
experience andare
factors other factors,reviewed
routinely includingas
expectations
part of the of futuremanagement
project events that are believed
process, to be reasonable
changes under theor
in these estimates circumstances.
assumptions
could lead to changes in the revenues recognized in a given period.
However, uncertainty about these assumptions and estimates could result in outcomes that require a material adjustment to
the carrying amount
> Provisions for of the asset or liability affected in future periods. In the process of applying the Company’s accounting
Warranty
policies,Provisions
management set has made
aside for the following
warranty judgments,
exposures estimates
either andamounts
relate to assumptions whichsystematically
provided have the mostbased
significant effect on
on historical
the amounts recognized
experience underincontractual
the consolidated financial
warranty statements:
obligations or specific provisions created in respect of individual customer issues
undergoing commercial resolution and negotiation. Amounts set aside represent management’s best estimate of the
> Revenue Recognition – Long-Term Contracts
likely settlement and the timing of any resolution with the relevant customer.
The Company reflects revenues generated from the assembly and manufacture of projects using the percentage-of-
completion
> Property, approach
Plant of accounting for performance of production-type contracts. This approach to revenue recognition
and Equipment
requires management
Property, to makeare
plant and equipment a number
stated atofcost
estimates and assumptions
less accumulated surrounding
depreciation, the any
including expected profitability losses.
asset impairment of the
contract, the estimated
Depreciation degree
is calculated using of
thecompletion based
straight-line on cost
method overprogression anduseful
the estimated otherlives
detailed
of thefactors.
assets.Although these
The estimated
factors lives
useful are routinely reviewed
of property, plantasand
partequipment
of the project
are management
reviewed on process, changes
an annual basis. in these estimates
Assessing or assumptions
the reasonableness of
could lead to changes
the estimated in theofrevenues
useful lives property,recognized
plant and inequipment
a given period.
requires judgment and is based on currently available
information. Property, plant and equipment are also reviewed for potential impairment on a regular basis or whenever
> Provisions for Warranty
events or changes in circumstances indicate that the carrying amount may not be recoverable.
Provisions set aside for warranty exposures either relate to amounts provided systematically based on historical
experience
Changes inunder contractualsuch
circumstances, warranty obligations oradvances
as technological specific provisions created
and changes in respectstrategy
to business of individual
can customer issues
result in actual
undergoing
useful commercial
lives and resolution
future cash and negotiation.
flows differing Amounts
significantly from set aside represent
estimates. management’s
The assumptions used, best estimate
including of and
rates the
likely settlement are
methodologies, andreviewed
the timing
onof
anany resolution
ongoing basiswith the relevant
to ensure customer.
they continue to be appropriate. Revisions to the estimated
useful lives of property, plant and equipment or future cash flows constitute a change in accounting estimate and are
> Property, Plant and Equipment
applied prospectively.
Property, plant and equipment are stated at cost less accumulated depreciation, including any asset impairment losses.
Depreciation
> Allowance forisDoubtful
calculated using the straight-line method over the estimated useful lives of the assets. The estimated
Accounts
useful
An lives offor
allowance property,
doubtfulplant and equipment
accounts is made when are there
reviewed on an annual
is objective basis.
evidence that Assessing the reasonableness
the collection of
of the full amount
thenoestimated
is useful lives
longer probable of the
under property,
terms plant
of theand equipment
original invoice.requires
Impairedjudgment andare
receivables is derecognized
based on currently
when available
they are
information.
assessed as Property, plantAmounts
uncollectible. and equipment are represent
estimated also reviewed for potentialbest
management’s impairment
estimateonof aprobability
regular basis or whenever
of collection of
events orfrom
amounts changes in circumstances indicate that the carrying amount may not be recoverable.
customers.

Changes in of
> Impairment circumstances,
Inventory such as technological advances and changes to business strategy can result in actual
useful
The lives and
Company future cash
regularly reviewsflows
the differing
nature andsignificantly
quantities from estimates.
of inventory The and
on hand assumptions
evaluatesused, including
the net rates
realizable and
value of
methodologies,
inventory are reviewed
items based on an ongoing
on historical basis toknown
usage patterns, ensurechanges
they continue to be appropriate.
to equipment Revisions
or processes to the estimated
and customer demand
useful
for lives of
specific property,Significant
products. plant andor equipment or future
unanticipated cash flows
changes constitute
in business a change
conditions in accounting
could impact theestimate and and
magnitude are
appliedofprospectively.
timing inventory impairment.

> Allowance for Doubtful Accounts


An allowance for doubtful accounts is made when there is objective evidence that the collection of the full amount
82
is noEnErflEx ltd.
longer probable under the terms of the original invoice. Impaired receivables are derecognized when they are
assessed as uncollectible. Amounts estimated represent management’s best estimate of probability of collection of
amounts from customers.

> Impairment of Inventory


The Company regularly reviews the nature and quantities of inventory on hand and evaluates the net realizable value of
inventory items based on historical usage patterns, known changes to equipment or processes and customer demand
for specific products. Significant or unanticipated changes in business conditions could impact the magnitude and
timing of inventory impairment.

82 EnErflEx ltd.

Juin 2013
60 Guide sur la mise en œuvre des Normes internationales d’information financière au Canada

Annexe A – Sigles

AERG Autres éléments du résultat global


CNC Conseil des normes comptables
CPA Canada Comptables professionnels agréés du Canada
ES Exposé-sondage
GDI Groupe de discussion sur les IFRS (IFRS Discussion Group)
IAS International Accounting Standard (Norme comptable
internationale)
IASB International Accounting Standards Board
IC Immobilisation corporelle
IFRIC IFRS Interpretations Committee ou Comité d’interprétation
des IFRS
IFRS International Financial Reporting Standard (Norme internatio-
nale d’information financière)
NIFRIC Abrégé n’émanant pas du Comité d’interprétation des IFRS
277, RUE WELLINGTON OUEST
TORONTO (ONTARIO) CANADA M5V 3H2
TÉL. 416 977.3222 TÉLÉC. 416 977.8585
WWW.CPACANADA.CA

Vous aimerez peut-être aussi