Vous êtes sur la page 1sur 48

CHAPITRE 01 

: PRESENTATION
DE L’OUVRAGE
I. Présentation du projet :
Notre projet d’étude est une villa à usage d’habitation (R+2) , classé en zone
sismique II a , elle comporte un rez-de-chaussée pour les logements et deux étages
avec une terrasse accessible d’après RPA99 (Règlement parasismique algérien).
I.1 Type de structure avec la dimension en plan:
La construction étudie est une villa d’une (R+2), il se compose de :
a) Largeur total de villa 12m
b) Longueur total de villa 12.36m
c) Hauteur d’étage courant 3.06m
d) Hauteur du RDC 3.60m
e) Hauteur total 13.27 m

I.1.1 L’ossature de villa (système de contreventement):


La structure est un portique auto stable (poteau, poutre) c’est une ossature
constituer uniquement des poutres et des poteaux, capable de reprendre la totalité des
charges verticales et horizontal, délimités par des planchers, et l’ensemble se repose
sur des fondations. L’accès aux différents poteaux se fait par des escaliers.
a. Poteaux  :
Ce sont des éléments porteurs verticaux en béton armé avec une armature
incorporée. Ils constituent des points d’appuis pour transmettre les charges jusqu’aux
fondations suivant leurs emplacement dans la structure .Il s’agit de poteau d’angle, de
rive et de centre.
Nous allons calculer uniquement un seul poteau puisque les hauteurs des poteaux
sont les même dans les différent étage . Nous devons toujours reprendre la même
section de poteau dans tous les niveaux de bâtiment afin d’obtenir une bonne structure
stable et économie.

b. Poutres: 
Ce sont des éléments horizontaux en béton armé, qui servent à transmettre les
charges des planchers aux poteaux .Selon la charge qu’elles peuvent supporter et leur
emplacement dans la structure selon la charge qu’elles peuvent supporter et leur
emplacement dans la structure.
On distingue suivant la fonction dans la structure :
 Les nervures  :

Elles se positionnent entre les poutres, qui permettent de transmettre les charges de
la dalle aux poutres principale et secondaire, dans le but : de limiter la flache de
poutre principale et réduire la hauteur des dalles.
 Les poutres secondaires  :
Ce sont des poutres perpendiculaires au sens porteur, elles transmettent les charges
venant de la dalle passant par les nervures aux poutres principales.
 Les poutres principales  :

On n’appelle une poutre principale la poutre qui suit le sens porteur de plancher.
Toutes les charges des dalles se transmettent à ces poutres qui vont par la suite les
transmettre aux poteaux.
 Remarque :
1. Le sens porteur il suit la grande portée de dalle.
2. En prend toujours la même section des poutres dans chaque rangé, pour la facilité
l’exécution en chantier et pour continuité de plancher.

c. Plancher:
Sur la poutre et transmettre les charges à ces dernier.
Il y a dont notre projet : C’est un élément surfacique, sa surface parmi de support les
surcharge (reparties et centré) de l’exploitation avec sa poids propre, il se repose
 Plancher à corps creux: en terrasse.
 Plancher en dalle pleine: coulé sur place en Bad ont l’étage.
 Plancher flottante: placé en RDC.

d. Les escaliers :

Leurs rôles consistent à relier les différents niveaux du bâtiment, ils sont composés
de deux volets et un seul palier (de repos).

I.1.2 Remplissage:
Pour les murs intérieurs : utilise pour la séparation un brique Creus (résiste mieux)
Pour les murs extérieurs : on utilise des doubles murs avec vide intermédiaire (l’arme
d’aire à de 5 cm), pour une bonne isolation thermique et faunique.

I.1.3 Le but d’étude:


Le but de l’étude est de réaliser et construire une villa stable et rigide (résiste) avec
le moins cout possible (l’économie).
I.1.4 Base de calcul:
Les calculs de cette projet se fait sur la base de B.A.E.L (béton armé aux états
limites).
I.2 Caractéristiques des matériaux:
I.2.1 Le béton:
I.2.1.1 Définition:
Le béton est obtenu en mélangent en qualité convenable est d’une manière
homogène du ciment, des granulats (grave, sable) et d’eau selon le type d’ouvrage
pour lequel le béton à confectionne on choisira les types
Différent portions à donner pour chaque composant. En durcissement, le béton
devient une pierre artificielle très solide : il aura une grande
Résistance à la compression, une grande durabilité et une bonne résistance au feu
mais le béton est très faible
Résistance à la traction, pour cela on introduit des armatures pour remplis ce vide et
avoir un ensemble résistant à la compression et la traction a la fois.
- Dans la construction de cet ouvrage, le béton armé utilisé sera conformé aux règles
de conception des ouvrages en béton armé B.A.E.L80.
Ainsi qu’a tous les règlements applicables en Algérie.

I.2.1.2 Composition de béton:


 Ciment :
Le choix du dosage et la classe du ciment doivent être choisis en fonction de la nature
et l’importance de l’ouvrage à construire, il doit tenir compte des exigences
suivantes :
Résistance mécanique.
Imperméabilité à l’eau.

 Granulats :
Le béton est constitué de deux types de granulats
Sable de dimension inférieure à 5mm.
Gravier de dimension inférieure à 25mm (3/8, 8/15, 15/25).

 Eau de gâchage :
L’eau utilisée doit être propre, ne doit pas contenir des matières organiques qui
influent sur le durcissement du béton.
Donc pour 1m3 de béton, la composition est :
350 kg de ciment (CPA 325)
400 kg de sable (d<25mm).
800 kg de gravier (d<25mm).
I.2.1.3 Résistance du béton à la compression :
Du point mécanique le béton est défini par sa résistance à la compression à l’âge de
28 jours, en prend : fc28=25mpa (pour un béton ordinaires).

I.2.1.4 Résistance du béton à la traction :


Les différents codes calculs permettent de déterminer la résistance à la traction à
partir de la résistance caractéristique à la compression par la Formule :
ft28=0,6+0,06fc28, en prend dans notre cas : ft28=2,1mpa (par remplacement dans la
relation précédent).

I.2.1.5 Les contraintes limites du béton  :

 A l’état limite ultime (E.L.U) :

fbc

ɛbc

Pour la vérification des sections à l’état limite ultime ; il admit que le diagramme réel
peut être remplacé par un diagramme parabole rectangle définie par un arc de
parabole pour le raccourcissement de 0 jusqu’à 0.002 et prolonge par un segment
horizontal jusqu’à 3,5%.

 A l’état limite de service (E.L.S) :

Cet état correspondant en pratique :


La valeur limite des déformations acceptables pour les éléments de la
construction.
La valeur limite de l’ouvrage des fissures.
La valeur limite de la compression de béton.
La contrainte service du béton en compression, ne dépasser pas 
I.2.1.6 Fissuration du béton :
On distingue :
-Fissuration non préjudiciable : ne besoin pas de vérification (le béton est
suffisant)
-Fissuration préjudiciable 
-Fissuration très préjudiciable 

On prend, puisque ne jamais ferraillé avec acier doux (HD) les élément porteur,(il
très faible par rapport à l’acier (HA), qui a une bonne résistant) .

1.2.1.7 Module de déformation longitudinale du béton :


- Sous charges instantanées : Eij=1100(fcj) 1/3
- Sous charges de longue durée : Evj=1/3Eij
- Pour : fc28=25mpa Eij =32164.20 Mpa
Evj =10721.14 Mpa
I.2.1.8 Coefficient de poisson (ν)/ a

∆a
Allongement≤senstransversal a
ν= =
Racourissement longitudinal ∆l
l

Pour les pièces courtes sollicitées en flexion le coefficient de POISSON est


Prit égal à ;
ν=0 ,2 pour le calcul des déformations (ELS).
ν=0 pour le calcul des sollicitations (ELU).

I.2.2 L’acier  :
Dans notre calcul on utilise des armatures à haut adhérence type FeE400 caractérisés
par :

Une limite élastique Fe= 400Mpa.


Une module d’élasticité Es=2*105Mpa

I.3 Actions et sollicitation  :


Les éléments constructifs d’un bâtiment doivent résister aux différentes actions et
sollicitations pour assurer la bonne stabilité de ces derniers.
I.3.1 Les actions  :
Les actions sont des forces appliquées directement a la construction, elles peuvent être
sous forme de :
 Actions verticale.
 Actions horizontales.

I.3.1.1 Actions verticales :


Elles peuvent être permanentes, constante ou très peu variables dans le temps elles
comprennent :
 Le poids propre de la structure.
 Le poids propre des cloisons du revêtement …..etc.
 Les surcharges d’exploitation dues aux bureaux et à la circulation humaine.
I.3.1.2 Actions horizontales :
Elles sont généralement accidentelles : dues aux efforts qui se produisent rarement et
avec une faible durée d’application comme l’action sismique.

1.3.2 Les sollicitations  :


Ce sont les efforts normaux et les efforts qui se tranchants ainsi que les moments de
flexion et de torsion développée dans une section par combinaison d’action donnée on
notera :
G max : l’ensemble des actions défavorables.
G min : l’ensemble des actions favorables.
Q 1 : une action variable de base.

I.3.2.1 Sollicitations de calcul vis-à-vis des E.L.U  :


1,35 G max +G min +  Q 1 + 1,3 0Qi
Q1 =1,5 dans le cas général
Q1 =1,35 pour les températures des bâtiments agricoles.

I.3.2.2 combinaisons accidentelle :


G max + G min +2iQi

I.4 Conclusion  :
Pour notre projet, la valeur standard à utiliser sont :
fc28 = 25 Mpa
ft28 = 2.1 Mpa
fe
σs= ≈ 348Mpa
γs
Ei28 = 34179,56 Mpa
Ei28 = 11393,18 Mpa
14,16 situation durable
σ bc = {18,47 situation accidentelle
σ bc = 15Mpa
FeE400, fe = 400Mpa ; pour les armatures longitudinales.
FeE235, fe =235 Mpa ; pour les armatures transversales.
σ s =240Mpa ; fissuration préjudiciable pour les AH.
CHAPITRE 02 : PRE-
DIMENSIONNEMENT
I. Pré-dimensionnement des éléments structuraux  :

I.1 Pré-dimensionnement des poutres  :


Les poutres sont des éléments porteurs dont la largeur est nettement supérieur au
démenions de la section.

I.1.1 Les poutres principales  :

La grande portée entre nus des appuis :


l max =4.66 m (Selon axe x)
Selon BAEL 91 :
l l
≤h≤
15 10

466 466
≤h ≤
15 10

29 ,73≤ h ≤ 44.6

On prend la hauteur : h=40cm


0.3h≤b≤0.6h
0.3X40≤b≤0.6X40
12≤b≤24

On adopte : b  30cm
Vérification selon RPA 99 :
 h ≥ 30 cm h = 40 cm > 30 cm …………... C.V
 b ≥ 20 cm b = 30 cm > 20 cm …………... C.V
h h 40
4   1.33  4
 b b 30 ………...…. C.V

I.1.2 Les poutres secondaires:


On adopte : h = 40 cm
On adopte : b = 30 cm
Vérification selon RPA 99 :
 h = 40cm ¿ 30 cm ……………………... C.V
 b = 30 cm > 20 cm ……………………… C.V
h 40
 = =1.33< 4 ……………..…………… C.V
b 30

Donc : les dimensions des poutres


(h  b ) sont :

 Les poutres principales ﴾40×30﴿ cm


 Les poutres secondaires ﴾40×30﴿ cm

I.2 Pré-dimensionnement des Poteaux  :


Selon les règles de BAEL 91, pour qu’il n’y est pas le risque de flambement il faut
que :
 ≤ 50 (condition de non flambement). Avec :

Lf
  L f  0.7 L 0
i
 : Élancement du poteau.

L f : Longueur de flambement.

L 0 : Longueur libre du poteau.

I
i 
i : Rayon de giration. B

B  : Section transversale du poteau (h  b ) .

bh 3
I 
I : Inertie du poteau. 12

bh 3 hb 3 b
Ix  Iy  i 
  Avec : 12 et 12 , 12
l 0=3,6 m
l f =0.7 ×l 0 =0.7 ×3,6=2,52 m

Lf . 12
x   50..............................................(1)
b

L f . 12
y   50..............................................(2)
h
a ≥ 17,46cm

b≥ 17,46cm
Pour qu’il n’y a pas le risque de flambement b et a ≥ 17,46cm
On prend : h=30cm et b=30cm pour tous les poteaux.

Vérification selon RPA 99 :

 min(b , h )  25cm min( 30,30 )=30 cm>25 … … … … ….. CV


he 360
min(b , h )  =18<30 cm … … … … … … … … ..CV
 20 20
1 b
 4
 4 h 0.25
¿ 1<3 … … … … … … … … … … … . CV
 Les dimensions des poteaux sont : ( h ×b )=( 30 ×30 ) cm

I.3 Pré dimensionnement des planchers  :

I.3.1. Planchers à corps creux  :


Le plancher est dimensionné à partir du critère de non vérification de la flèche :
h 1 l
 h
l 22.5 22.5
l  : Portée max entre nus d’appuis dans la direction des poutrelles : L=4,46m
l 446
h≥ = =19,82 cm
22.5 22.5

 On adopte une épaisseur de cm avec :


16cm→corps creux
4cm  Table de compression.
Dalle de compression corps creux poutrelles
(16 + 4) Treillis soudé

20
16
10 55
65

Coupe du plancher à corps creux

 les nervures  :

h = 20 cm

hc = 16 cm 65cm

h0 = 4 cm
4c44cm
he = 55 cm (langueur de corps creux)

8 cm ≤ b0 ≤ 14 cm
16116cm
On prendra : b0= 10 cm

b1≥min[55/2 ; 446/2] =min[27,5;45,3]


10cm
ln= b0+b1=10+55=65cm

L=b- b0= 65-10 =55cm

I.3.2 Les dalles pleines :


Les dalles sont des plaques minces dont l’épaisseur est faible par rapport aux autres
dimensions en plan. Elles reposent sur deux, trois, ou quatre appuis.
La détermination de l'épaisseur de la dalle dépend de plusieurs conditions.
 La résistance à la flexion :
Lx Lx
≤e≤
35 30 (Pour les dalles reposant sur 2 appuis)
Lx Lx
≤e≤
50 40 (Pour les dalles reposant sur 3 ou 4 appuis)

 Condition de résistance au feu:


Pour une heure de coupe feu : e ≥7cm

Pour deux heures de coupe feu : e ≥ 11cm


 Pour les dalles la langueur L=5,00m

500 500
≤e≤
50 40 10cm ≤ e ≤ 12,5 cm
 Isolation phonique :

Selon les règles du BAEL 91 l’épaisseur du plancher doit être supérieure ou

égale à 13cm pour obtenir une bonne isolation acoustique. Soit : e= 15cm
 Condition de flèche :

lx lx
≤e≤
30 20
500 500
≤e≤
30 20 16,66cm ≤ e ≤ 25 cm

Donc on adopte: e =15cm

I.4 Pré dimensionnement des escaliers:


Les escaliers sont constitués par des volées préfabriquées en béton armé reposant sur
des paliers coulés en place. La jonction palier - volée est assurée par des piques de
scellement s’opposant à l’effort transmis par la paillasse au palier.
Le choix de ce type d’escalier a été retenu pour les avantages suivants :
 Rapidité d’exécution.
 Utilisation immédiate de l’escalier.

Les escaliers sont constitués de volées classiques en béton armé reposant sur des
paliers coulés sur place.

Pour les dimensions des marches et des contre marches, on utilise la formule de
(BLONDEL)
D’après la formule de « blondel » : 60≤2g+h≤65cm
Avec :
h: la hauteur de la contre marche : 14≤h≤25cm
g : largeur de la marche : 25≤g≤32cm
On prendra : h= 17 cm et g = 30 cm
Soit : 2h+g=2x17+30=64cm
H 306
n × h=H →n= = =18 Contre marche
h h
Nombre de Contre march = n-1 = 17 march

3 Volées

I.4.1 Les volées

 Volée 1:
ligne de foulée:
L = g× ( n−1 )=30 × 7=210 cm
7 marche
H = n * 17 = 8 * 17 = 136
8 Contre march
136
t g ∝= =0,647
210
 Volée 2: ligne de foulée:
∝=32.92 ° ∝ ∝
4 marche L = g× ( n−1 )=30 × 4=120 cm
5 Contre march H = n * 17 = 5 * 17 = 85
85
t g ∝= =0,708
120
∝=35.31 ° ∝ ∝∝∝ ∝∝∝ ∝

 Volée 3:
ligne de foulée:
6 marche
7 Contre march
L = g× ( n−1 )=30 × 6=180 cm
H = n * 17 = 7 * 17 = 119
119
t g ∝= =0.661
180
∝=33.46 ° ∝∝∝ ∝∝∝ ∝∝
I.4.2 Détermination de l’épaisseur de la paillasse  :
l o=3.80 m

l o/30≤e≤l o/20⟹12.66≤e≤19cm

On prend : e=18 cm
II. Pré-dimensionnement des éléments secondaires  :

II.1 L’acrotère:

II.1.1 Définition  :
L'acrotère est un élément -murette - en béton arme qui coiffe le bâtiment, ayant
comme rôle le plus déterminant de est la sécurité au niveau de la terrasse inaccessible,

L'acrotère est considéré comme une console encastrée au niveau de la poutre du


plancher terrasse, soumise à son poids propre et à la poussé latéral due à la main
courante.

Cette dernière entraîne des fissures et des déformations importantes, ses fissures sont
considérées comme préjudiciables.

II.1.2 Les dimensions:

Schéma statique
Acrotère

II.1.3 Calcul des sollicitations


 Charge permanent

G= γ*s γ =25
KN/m3
G=25[(0,6×0,1) + (0,1×0,1) - ( )]=1,688KN/ml
 Charge d’exploitation

Q = 1 KN/m

II.1.4 Combinaison des charges

ELU Nu = 1.35*G = 1,35× 1,688 = 2,279 KN


Mu = 1.5*Q*h = 0.9 KNm

ELS NS = G = 1,688 KN
Ms = Q*h = 0.6 KNm

II.1.5 Calcul de l’excentricité


h 10
–c = −2 = 3 cm
6 2

Mu 0.9.10²
e= = = 39.49cm
Nu 2.279
h
e> –c la section est partiellement comprimée
6

Nu
Mu 39.49 cm
Nu

II.1.6 Moment fictif Mf


Mf = N u * f
0,1
Mf = 1,688(0,4+ -0,02)= 0,726 KNm
2
II.1.7 Calcul de ferraillage
0.85∗fc 28
σb =
γb
0.85∗25
σb = = 14.17 Mpa
1.5
Mf 0,726.103
μ= = =0,008
bd 2 σ b 100.8 2 .14 .17
µu<µ =0,392 La section est simplement armée donc Asc=0

α = 1.25*(1-√ (1−2 μ) ) = 0.010


β = 1 – 0.4α = 0.996
Mf 0,726.10
 As = = = 0,26 cm2
β∗d∗σ s 7,968∗348∗102
 As = 0.68 cm2

 Calcul en flexion composée :

La section réelle des armatures est :


Nu 1,688.103
As = Af - = 0,26- =0.21 cm²
σs 348.103

 Condition de non fragilité

Amin ≥ 0.23*b*d*ft28/fe = 0.23*100*8*2.1/400 = 0.966 cm2


Comme Amin ¿Acalcul et la fissuration est préjudiciable
φ≥ 6mm
On prend φ = 8mm Aadopté = 4 φ 8 = 2.01 cm2
L’espacement des barres
st ≤ min (3 ht, 33 cm)
st ≤ min (30 cm, 33 cm)
soit st = 25 cm
 Armature de répartition

A adopté 2.01
Ar = = = 0.5025 cm2
4 4
Soit Ar = 2 φ 6 = 0.53 cm2
 Vérification de l’effort tranchant

Tmax=1,5Q=1,5.Ku (effort tranchant max)


Tmax 1,5. 103
τu= = =0,019Mpa
b . d 1000.80
0,2. fc 28
τ= min[ ;5Mpa]=3.33Mpa
γb
τu˂τ………………CV

 Vérification a ELS

Vérification a l’ELS :
L’acrotère est expose aux intempéries .donc la fissuration est considérée comme
prejudiciabla, on doit vérifier :
2
σs≤min( fe ;110√ η . ft 28) avec : 𝜂=1,6(acier au haut adhurance)
3
σs≤min(266,667 ;201,63)=201,63Mpa
On a : Nser=G=1,688
Mser 0,9.10 2
Es= = = 53,32cm
Nser 1,688
ht 10
Es = = = 0,0167m =1,67cm
2 6
e˂es donc la section est partiellement comprimée
Lc=h/2-es = 10/2 -53,32 = -48,32cm
Lc = -48,53(distance du centre de pression a la plus comprimée de la section)
Par application de la formule :

(C−d ' ) (d −C)


P = -3C²-90A’s +90As  ;A’s =0
b b
(d −C) (8−48,32)
P = -3C²-90As =-3(-48,32)²+90.2,01
b 100
P = 6902,58cm²

(Lc−d ' ) (d −Lc)²


Q = -2L3C - 90A’s + 90As  ;A’s =0
b b
(d −Lc) (8−48,32)²
Q = -2L3C+90As  = -2(48,35)3+90.2,01  
b 100
Q=219899,19cm²
On va calculer y a l’aide de l’équation suivante :
Y3+PY²+Q =0
Tel que :
3
4 P3 (−6902,58)
∆=Q²+ = 219899,19²+4.
27 27
∆=-36695945,8˂0

Cosφ=(3Q/2P)=
√ −3
P
= -0,996 …….φ=175,02°

σ = 2√ P/3=95,935

Φ
y1=σ.cos( )= 95,935.cos(175,02/3)=50,354
3
Φ 170,02
y2=σ.cos( +120)= 95,935.cos( +120)=-95,895
3 3
Φ 170,02
y3=σ.cos( +240)= 95,935.cos( +240)=45,54
3 3
Donc on prend la racine qui vérifie la condition suivante :

0 ˂ ys = yc+Lc < h (Pour un effort de compression)

Yc = y1 =50,354 alors yser =yc + Lc = 2,034cm

b . yser2 100.2,0342
Avec :S= +15As(d- yser) = +15.2,01(8- 2,034)
2 2
S= 386,733
σb=K.yser

1,688. 102
k=Nser/100.S = = 0,043
100.383,733
σb=0,043.2,034 = 0,088Mpa
σb=0,088Mpa≤15…………………….CV
Calcul de moment réduit μrb
μrb = 15 * σb /(15* σb+ σs) = 15*14.17/(15*14.17+200) = 0.52
Calcul de moment réduit μser
μser = Mfs / (bd2 σb) = 1.32 / (1*0.082*14.17*103) = 0.014
μrb > μser => la section des armatures comprimé est nule
Aser = Mfs/ (βd σs)
μ = Mfs/ (bd2 σb) = 1.32/(1*0.082*14.17*103) = 0.0145
α = 1.25*(1-√ (1−2 μ) ) = 0.0182
β = 1-0.4α = 0.9927
Aser = 1.32/(0.9927*0.08*200*103) = 0.83 cm2
Calcul des armatures longitudinales
As = Ast – Nu / σs = 0.83 – (2.32/200*103)*104 =0.714 cm2

 Vérification de l’effort cisaillement :

τu≤ τu
vu = 1.5 Q = 1.5 KN
f c 28
τu ≤ min (0.15 , 4) Mpa
σb

τu ≤ min (2.5, 4) MPA


vu 1.5∗103
τu = = = 0.0187 Mpa < 2.5 Mpa………………..cv
bd 1000∗80

 Vérification au séisme

D’après le RPA 99 (article 6-2-3) les éléments de structure secondaire doivent résister
a la force horizontale due au séisme indiquée comme suit
Fp = 4* Cp* A*Wp
A : coefficient d’accélération horizontale en fonction de groupe d’usage de la zone
sismique
A = 0.15
Cp : facteur de force horizontale pour l’acrotère (tableau 6-1 RPA 99°)
Cp = 0.8
Wp poids propre de l’élément secondaire
Wp = 1.688 KN
Fp = 4*0.15**1.688*0.8 = 0,810 KN/ml˂Q=1Km/ml……………cv

Alors l’acrotère est stable vis-à-vis de l’effet sismique

4T8 10 10

5
5

T6 4T8
60

25 25 25

Ferraillage de l’acrotère

II.2 Les escaliers:

II.2.1 Généralité :

Les escaliers sont les éléments qui permettent la circulation verticale dans une
structure
Un escalier sert à relier un étage à l’autre, ils sont composées d’un certaine
nombre des marches on distingue :
 de foulée : courbe Emmarchement : la langueur utile de marche
 Giron (g) : la largeur de la marche prise sur la ligne de foulée
 Hauteur (h) : la hauteur d’une marche
 Paillasse : le plafond qui monte sous les marches
 Contre marche : la partie verticale d’une marche
 Cage : le volume circonscrit à l’escalier
 Ligne décrite par une personne gravissant l’escalier
 Volée : une suit ininterrompue de marche, d’un palier à l’autre
 Palier : la partie horizontale entre deux volées
 Garde corps : la protection des volées et des paliers du coté du vide

II.2.2 Evaluation des charges et surcharges:

 Paillasse  1:

Epaisseur Poids volumique Poids surfacique


N° Composants
(m) (KN/m3) (KN/m²)

1 Carrelage 0.02 22 0.44

2 Mortier de pose 0.02 20 0.40

Poids propre de la
3 0.16 / cos α 25 5.51
paillasse
4 Poids des marches 0.16 / 2 25 2.13

5 Enduit plâtre - - 0.4

6 Garde corps - - 0.1

Charge permanente 8,98KN

Palier  1:

Epaisseur Poids volumique Poids surfacique


N° Composants
(m) (KN/m²) [4] (KN/m²)

1 Carrelage 0.02 22 0.44

2 Mortier de pose 0.02 20 0.40

3 Poids propre du palier 0.16 25 4.5

4 Enduit plâtre - - 0.4

Charge permanente 5,74KN

 Paillasse 2  :

Epaisseur Poids volumique Poids surfacique


N° Composants
(m) (KN/m3) (KN/m²)

1 Carrelage 0.02 22 0.44


2 Mortier de pose 0.02 20 0.40

Poids propre de la
3 0.16 / cos α 25 5.39
paillasse

4 Poids des marches 0.16 / 2 25 2.13

5 Enduit plâtre - - 0.4

6 Garde corps - - 0.1

Charge permanente 8,86KN

 Palier 2:

Epaisseur Poids volumique Poids surfacique


N° Composants
(m) (KN/m²) [4] (KN/m²)

1 Carrelage 0.02 22 0.44

2 Mortier de pose 0.02 20 0.40

3 Poids propre du palier 0.16 25 4.5

4 Enduit plâtre - - 0.4

Charge permanente 5,74KN

II.2.2.1 Surcharges d'exploitation:

Q= 2.5 KN/m² G= 21.7KN/ml

G= 8.98KN/ml
G= 5.74KN/ml

Palier 1 paillasse 1 palier 2


1.3m 1.2m 1.3m

8.86kn/m²

5.74kn/m²

Palier 2 paillasse 2

1.25m 1.8m

L (Paillase 2) = g*(n-1) = g*(7-1) = 30*(6) = 180 cm.


G (Palier 2) =G (Palier’ 2)+L*G(Paillase 2) = (5.74 + 1.8*8.86 )
G(Palier 2) = (5.75 + 15.948)/3.0 = 21.7KN/ml

II.2.2.2 Combinaisons des charges  :


qu  1.35G  1.5Q
qs  G  Q

E.L.U (kn / ml ) E.L.S (kn / ml )

Paillasse 1 q u=15,87 q s=11,48

palier 1 q u=11,5 q s=8,24

Palier 2 q u=33 q s=24.2


Schéma

 équivalente de calcul :

E.L.U :
13,83 Kn/m²
10,43 Kn/m² 10,43 kn/m²

1,3m 2,4m 1,3m

∑ q i ,u li 2∗(10,43∗1,3 ) + ( 13,83∗2,4 )
1
q eu= i
= =12,06 kN /m
1.3+2,4 +1,3
∑ li
1

q eu=12,06 kN /m

E.L.S  :

9,97 Kn/m²
7,45 Kn/m² 7,45 kn/m²

1,3m 2,4m 1,3m

∑ q i ,s li 2∗( 7,45∗1,3 )+ ( 9,97∗2,4 )


1
q es= i
= =8 , 66 kN /m
1.3+2,4+1,3
∑ li
1

II.2.2.3 Calcul des moments  :

 E.L.U  :
q eu l 2 12,06∗5 2
M 0= = =37,69 kN .m
8 8
M 0=3 7,69 kN . m
-Appui :
M ua=0.4∗M 0=0,4∗37,69=15,08 kN . m
M ua=¿1 5,08 ¿ kN.m

-Travée : M t=¿ 0.8∗ M =0.8∗37,69=30,15 Kn.m ¿


0

M ut =30,15 kN.m

15,08 kn.m 15,08 kn.m

30,15 kn.m

 E.L.S  :
q e s L2 8,66∗5²
M 0 s= = =27,06 kN . m
8 8
M 0 s=26.56 kN . m
-Appui :
M as =0,4 x M Os=0.4∗27,06=10,82 kN .m

M as =10. 82 kN . m

- Travée :
M ts=¿0.8∗M 0s =0.8∗27,06=21,65 kN . m ¿

M ts =21. 65 kN . m

10,82 kn.m 10,82 kn.m

21,65 kn.m
II.2.2.4 Calcul du ferraillage  :
Pour le ferraillage on prend :
Mmax (appui ) = 15,08 kn.m
Mmax (travée ) = 30,15 kn.m
Mu

b.d 2 . bc ,   1.25  (1  1  2 ) ,   (1  0.4 )

Mu f t 28
As  As min  0.23b.d .
 .d . s , fe

0.85 . f c 28 0.85.30
Avec : σ bc= γb
=
1.5
=17 Mpa

  M u(kN.m) b d μ α β A s .cal A s min   A s adopte


(mm) (mm) (cm²)
(cm²) (cm²)

ELU Appui 15,08 1000 160 0,0346 0.04 0.98 2.76 2,21 3.14(4ϕ10)
4

Travé 30,15 1000 160 0,0692 0.08 0.96 5.64 2,21 6.16(4ϕ14)
9

f e 400
s    348MPa
 s 1.15

Ft28=0,6+0,06*fc28=2,4 Mpa
Le calcul se fait pour une bande de 1m (b=100cm)

 Armatures de répartition  :

A s 3.14
Ar appui= = =0.785 cm ²
4 4
On adopte : Ar =2 ϕ 8(1.01 m 2)

A s 6.16
Ar trave= = =1.54 cm ²
4 4
On adopte : Ar =2 ϕ 10(1.57 m2)
 Espacement des barres  :

St ≤ min { 3 h ,33 cm }=min {54 cm, 33 cm }


On adopte : St =33 cm

 Condition de non fragilité  :

A s min=1.93 cm ² ≤ A s=2,68 cm² … … … .. C . V

 Vérification de l’effort tranchant  :

q eu .l 20.24∗3.8
T u ( x )= = =38.46 kN
2 2
T u 29.95∗103
τu= = =0,24 MPa
b . d 1000.160

Lorsque la fissuration est peu préjudiciable :


0,2 f c28 0,2.25
τ́ =min { γc } {
, 5 MPa =min
1,5 }
,5 MPa =3,33 MPa

τ u =0.24 MPa< τ́=3,33 MPa … … … .(C . V )

 Calcul de la poutre palière :

La poutre palière est calculée aux sollicitations de flexion et de torsion. Le


moment d'appui des escaliers provoque un moment de torsion ; ce dernier atteint sa
valeur maximale au niveau des appuis.

Evaluation des charges  :

Poids propre de la poutre : 0.40 ¿ 0.30 ¿ 25 = 3,00 KN/m


Poids du mur : 0.25×1.4×14=4,9 KN/m
G=7,9kn /m
Réaction des escaliers :

( qeqult × l ) (13.11 × 3.5 )


R u= = =22.94 kN /m
2 2

( qeqser × l ) ( 9.43× 3.5 )


R s= = =16.50 kN /m
2 2
Sollicitation de calcul :
a / ELU :
q u=1.35 G+ Ru

q u=1.35 ×7.9+22.94

¿ 33,60 kN /m
b/ ELS:
q s=G+ R s

q s=7.9+16.5

¿ 24,4 kN /m

 Calcul de la poutre palière à la flexion :

Les moments :
-ELU :

q eu l 2 33.6∗4.12
* M 0= = =70,60 kN . m
8 8
-Moment en travée : Mt = 0.75 M 0 =0.75 ×70.60=52,95 kN . m

-Moment sur appui : Ma = 0.3 M 0= 0.3×70.60=21,18 kN . m


-ELS:

q es l 2 24.4∗4.12
* M 0= = =51,27 kN . m
8 8
-Moment en travée : Mt = 0.75 M 0 =0.75 ×51.27=38,45 kN . m

-Moment sur appui : Ma = 0.3 M 0= 0.3×51.27=15,38 kN . m

 Ferraillage  :

On prend : d = 36cm

Mu Mu
 As  d=36 cm
b.d 2 . bc ;
 .d . s ;

h =40cm

α = 1.25 ¿ (1- √ 1−2μ ) ; β = 1- 0.4.α

b=30cm
b
M D µ As Asmin As
(mm α β
(mm) (cm2) (cm²) (Adopté)
(KNm )
)

Appui 21,18 300 360 0.038 0.048 0.98 1,72 1.30 4T8=2,01

4T12=4,5
Travée 52,95 300 360 0.096 0.126 0.95 4,44 1.30
2

 Condition de non fragilité:

ft 28 2,1
0 , 23×b×d ×
As min ¿ fe = 0,23. 30. 36. 400 = 1.30 cm2
 Vérification  :

Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.


-l’espacement :

δt ¿ min (0,9.d ;40cm) ⇒ δt ¿ min(32,4 ;40cm)


On prend : δt=25cm
-Section minimale d’armature d’âme :
A T . fe 0,4 . b . δ T 0,4×300×250
≥0,4 MPa ; A T ≥ = =0 , 75 cm2
b.δT fe 400

A T = 4∅ 8=2.01 cm2

 Calcul de la poutre palière à la torsion  :

La poutre palière est soumise à deux moments de torsion de palier et de paillasse.


Pour évaluer la contrainte tangentielle,  on est amené à définir une section creuse dont
b 30
e= = =5 cm
l’épaisseur : 6 6
Moment de torsion :
L 4,1
Mt = M a =15,38X =31,53KN.m
2 2
Contrainte tangentielle de torsion :
Mt
τ ut =
2 Ω b0 Avec : Ω : aire du contour à mi-épaisseur
b0 : épaisseur de la paroi considérée
Ω= (40−¿5)× ( 30−5 )=875 cm2

b
b0 = =5 cm
6

15 ,76×106
τut = 2×87500×50 = 1.80MPa

τut <
τ U = 3.33MPa ………… (C.V)

Ferraillage :
Armatures longitudinales :

∑ AL ≥ Mt×γ S
μ 2×Ω×fe Avec:

∑ AL : Section totale des barres


µ : périmètre de l’aire Ω de la section efficace : µ = (25+35) ¿ 2=120cm

∑ AL = (2.51+1.57) =6.21cm²
⇒ On adopte: AL= 8T10=6,28cm2

Armatures transversaux :
δ T 2×Ω×fe Mt ×δ T
AT
=
Mt
AT =
⇒ 2×Ω×fe = 0.67cm2
On adopte: A= 2∅8 = 1,01cm2
Les armatures totales : (flexion+ torsion)
Pour les armatures longitudinales :
-Flexion :
- appui : 4T8
- travée : 4T12
-Torsion :
8T10
Pour les armatures transversales on adopte un cadre de Ø8

II.3 La poutre palière  :

La poutre palière est calculée aux sollicitations de flexion et de torsion.


Le moment d'appui des escaliers provoque un moment de torsion ; ce dernier atteint
sa valeur maximale au niveau des appuis.

II.3.1 Pré- dimensionnement :

 Hauteur :
La longueur de la poutre: L = 381 cm
L/30h L/20 25,4cmh 38.1cm
Selon le RPA99 modifiée 2003 ht ≥30cm→ ht=30cm

 Largeur :

0,4h < b < 0,7h => 12cm < b < 21cm


Selon le RPA99
b≥20cm
b =30cm
h/b≤4
Donc la poutre palière aura pour dimenssions (b.h) = (30×30) cm

II.3.1.1 Charge revenant à la poutre :

Poids propre de la poutre palière: 0,3 0,25 25 = 1,875 KN/ml


Réaction du palière(ELU) : 38.46 KN
Réaction du palière(ELS) : 27.97 KN.
Poids propre de mur exterieur : 14×0,20×1,70= 4,76 KN/ml.

S1 =1,3×2,34=3,042
S2 =1,3×0,5/2=0,325
S3 = (1,2+1,3) ×1,84=4,6
S= S1 + S2+ S3=7,967

Pu=10,443×1,35+38.46 = 52.55 KN/ml


Ps=10,443+ 27.97 = 38.413 KN /ml

A l’ELU :

1. Moment isostatique :

peu l 2 38.46∗3.512
M 0= = =59.228 kN .m
8 8
2. L’effort tranchant :

peu . l 38.46∗3.51
T u ( x )= = =67.497 kN
2 2

 Appui :

M ua=−0.4∗M 0=−0.4∗59.228=−23.691 kN . m
 Travée : M ut =0.8∗M 0=0.8∗59.228=47.382 KN . m

II.3.1.2 Ferraillage :
 En appui : μ ˂0.186 → pivot A section simplement armé
23691
¿ =0.076
30∗27 2∗14.17

  1.25  (1  1  2 )
= 0.098
  (1  0.4 )
= 0.961

Mu
As  23691
 .d . s = 0.961∗27∗348 =2.62

0.85 . f c 28 0.85.25
σ bc= = =14.17
γb 1.5

f e 400
s    348MPa
 s 1.15

ft 28  0.6  0.06 fc 28  2.1MPa

On choisit : 3HA12 → As = 3.39cm2

 En travée : μ ˂0.186 → pivot A section


simplement armé

47382
¿ =0.152
30∗27 2∗14.17

  1.25  (1  1  2 )
= 0.207
  (1  0.4 )
= 0.917

Mu
As  47382
 .d . s = 0.917∗27∗348 =5.499

0.85 . f c 28 0.85.25
σ bc= = =14.16
γb 1.5

f e 400
s    348MPa
 s 1.15 ft 28  0.6  0.06 fc 28  2.1MPa

Le calcul ce fait pour une bande de 1m (b=100cm)


On choisit :3 HA 16
 Vérification de l’effort tranchant :

q eu .l 38.46∗3.51
T u ( x )= = =67.497 kN
2 2
T u 67.497∗103
τu= = =0.83 MPa
b.d 300∗270

Lorsque la fissuration est peu préjudiciable :


0,2 f c28 0,2.25
τ́ =min { γc } {
, 5 MPa =min
1,5 }
,5 MPa =3,33 MPa

τ u =0,83 MPa< τ́ =3,33 MPa … … …. (C . V )

Le RPA exige que le pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la
longueur de la poutre soit 0,5% en toute section.
6,79+3,39=10,18≥0,5×25×30/100=3,75………………………(C.V).
Le pourcentage total maximum des aciers longitudinaux aux soit 0,4% en zone
courant.
4∗b h 4∗25∗30
10,18 ˂ = = 30 cm2 ……………(C.V)
100 100
 Influence de l’effort tranchant aux voisinages des appuis :

 Influence des aciers :

Tmax 67497
Au = ≤ Au app → =¿ 1.93 cm2 ≤ Au app =3.33 cm2 ………………
σs 348∗102
(C.V)
 Influence sur le béton:

fc 28
Tu max ≤ 0.4 * b * (0.9 * d ) *
γb
25
Tu max = 67.497 KN ≤ 0.4 * 300 * (0.9 * 270) * = 486 KN
1.5
 Vérification de l’adhérence aux appuis(BAEL)
67497
τ u= =0.245 ˂ τu=3.15
´ MPa
0.9∗270∗1130
Il n’est pas de risque d’entrainement des barres.

II.3.1.3 Ancrage des barres aux appuis:

Longueur de scellement doit être :

 Calcul des armatures transversales :

Diamètre des armatures transversales :

On prend un cadre et un étrier en HA8

Espacement :
Zone nodal :

La quantité des armatures transversales minimales :


Amin =0,003×St ×b=0,003×15×30=1,35cm2
As =3,02 cm2> Amin=1,35cm2……………..CV.
A l’ELS :
 Réaction d’appuis :
RA=RB=qsl/2 =38.413*3.81/2=73.176 KN
 Moment isostatique :

q es l 2 38.413∗3.812
M 0= = =69.7 kN . m
8 8
 Moment corrigée :
En travée : Mt=0,8×69.7=55.76KN.m
En appuis : Ma= - 0,4×69.7= - 27.88KN.m

 Effort tranchant :
RA=RB=73.176 KN.

 Diagramme de sollicitation :

 Vérification à L’ELS:

Vérification a la flèche :
Pour se des penser du calcul de la flèche on vérifier :
II.4 Conclusion :

La première condition n’est pas vérifier donc il est nécessaire de calculer la flèche.

 Calcul a la torsion :

A l’ELU la noyau d’une section pleine ne joue aucune rôle vis-à vis de la torsion,
(c’est montrer par des essais) on prend roulement la partie creuse Ω qui est égale :
(h-e)*(b-e).
Avec : Ω : l’air du contour tracé à mi-épaisseur de la paroi.
e: épaisseur de la paroi en point ou on l’on calcule.
Ω= (30-4.2)*(30-4.2)= 484 cm²
a) Moment de torsion :
En prend le M(max) des appuis de rive (dans le calcul des escalier).
M(torsion) AB=Ma*l/2=21.18*1.3/2=13.757KN.m.
M(torsion) CD=Ma*l/2=21.18*1.3/2=13.757KN.m

b) Contraint tangentielle de torsion :

b0=b/6=5

13.757 106
τu= =2.842 MPa
2∗48400∗50

a) Armatures longitudinanales :
CHAPITRE 03 : DESCENTE DE
CHARGE
I. Définition :

La descente des charges est un processus qui permet de déterminer les


charges qui reviennent à chaque poteau au niveau de chaque étage le long du
bâtiment jusqu’à sa base ou on procédé à une sommation de toute les charges et
surcharges. Cette opération se fera pour les poteaux les plus sollicités pour le but
de vérifier leurs sections.

II. Evaluation des charges :

Niveau Charge permanant g (KN/m²) Surcharge q (KN/m²)

Terrasse 6.37 1
inaccessible
Terrasse accessible 5.415 1.5

Etage courant 5.165 1.75

Acrotère 1.668 1
section Charge permanant (KN) g Surcharge (KN) q

n1 -Acrotère : 1.668*(1.92+2.08)=6.672 1*(1.92+2.08)=4

-poids de plancher terrasse inaccessible :


n2 6.37*(1.745-0.30/2)*(1.905-0.30/2)=17.831 1*(1.745-0.30/2)*(1.905-
-poids poutre longitudinale : 0.30/2)=2.799
25*(0.3*0.4)*(1.745-0.30/2)=4.785
-poids poutre transversale :
25*(0.3*0.30)*(1.905-0.30/2)=3.611

∑ 26.227 2.799

-poteau : 25*(0.30*0.30)*3.55=7.987
-mur extérieur :
14*(0.20*(3.41-0.30))*3.55=30.9134
n3
-dalle 20
Escalle 18
∑ 47.987

-poids de plancher terrasse accessible : 1.5*(4.17-0.30/2)*(2.265-


n4 5.415*(4.17-0.30/2)*(2.265-0.30/2)=46.03 0.30/2)=4.922 
-Poids des escaliers:18 6.300

POTEAU INTERMIDIER
section Charge permanant (KN) g Surcharge (KN) q
n1 -poids de plancher terrasse accessible : 1.5*(4.285-0.30)*(4.17-
5.415*(4.285-0.30)*(4.17-0.30)=83.509 0.30)=23.132
-poids poutre longitudinale :
25*(0.3*0.4)*(4.285-0.30)=11.955
-poids poutre transversale :
25*(0.3*0.30)*(4.17-0.30)= 8.7075
∑ 104.1715 23.132

n2 -poteau : 25*(0.30*0.30)*3.06=6.885

∑ 6.885

n3 -poids de plancher étage courant : 1.75*(4.285-0.30)*(4.170-


5.165*(4.285-0.30)*(4.17-0.30)=79.654 0.30)=26.988
Poid les escalies :
8.716*(1.745-0.30/2)*1.2= 16.682
Dalle 20
poids poutre longitudinale :
25*(0.3*0.4)*(4.285-0.30)=11.955
-poids poutre transversale :
25*(0.3*0.30)*(4.17-0.30)=8.7075
 
∑ 136.9985 26.988

n4 -poteau : 25*(0.30*0.30)*3.06=6.885

∑ 6.885

n5 -poids de plancher étage courant : 1.75*(4.285-0.30)*(4.170-


5.165*(4.285-0.30)*(4.17-0.30)=79.654 0.30)=26.988
poids poutre longitudinale :
25*(0.3*0.4)*(4.285-0.30)=11.955
-poids poutre transversale :
25*(0.3*0.30)*(4.17-0.30)=8.7075
 
∑ 100.3165 26.988

n6 -poteau : 25*(0.30*0.30)*3.6=8.1

∑ 8.1

Totale 363.3565 77.108


CHAPITRE 04 : LES PLANCHERS
Bibliographie

Le mémoire du Projet a été traité et travailler principalement sur les


livres Technique suivant :

RPA99 : règles parasismiques algériennes version 2003.


Béton Armé (BAEL 91 modifié 99 et DTU associés) (Jean-Pierre
MOUGIN)

Cour et TD des années de spécialité.

Mémoire de fin d’étude des promotions précédentes

Vous aimerez peut-être aussi