Vous êtes sur la page 1sur 77

Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques.

ESC-Toulouse

Mastère spécialisé
Audit, contrôle, finances
En environnement international

Thèse Professionnelle

Vers une approche globale du contrôle


fiscal, orientée risques

Travail réalisé par


Rachid MANSOURINE

Ingénieur d’Etat Principal


Direction Générale des Impôts

Novembre 2010

0
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Sommaire

Introduction............................................................................................................................. 4

Première Partie Contrôle fiscal au Maroc ; Approche et Limites................................. 6

Chapitre 1 : Contrôle fiscal au Maroc : ............................................................................... 7

Section 1 : Organisation administrative et cadre juridique liés au contrôle Fiscal au


Maroc : ...................................................................................................................................... 7
I-) Organisation administrative :....................................................................................... 7
1- ) Au niveau Central..................................................................................................... 7
2- ) Au niveau régional ................................................................................................... 8
II-) Cadre juridique : ........................................................................................................... 8
1- ) Droits de l’administration ....................................................................................... 8
2- ) Garanties du contribuable ....................................................................................... 9
3- ) Procédure de rectification des impositions ........................................................ 11

Section 2 : Approche et démarche actuelle du contrôle fiscal au Maroc : ................. 16


I-) Travaux préliminaires : ............................................................................................... 16
1- ) Examen du dossier fiscal de l’entreprise............................................................. 16
2 - ) Etat comparatif....................................................................................................... 17
3 - ) Demande de recoupements.................................................................................. 17
4 - ) Etude de ratios ....................................................................................................... 17
5 - ) Travaux de rapprochement.................................................................................. 18
II-) Déroulement des travaux sur place :...................................................................... 18
1 - ) Vérification du respect de la comptabilité des conditions de forme.............. 18
2- ) Vérification des opérations comptables enregistrées ........................................ 21
3- ) Irrégularités graves mettant en cause la valeur probante de la comptabilité 25
4- ) Exploitation des résultats ...................................................................................... 26
5- ) Notification et remise ............................................................................................. 26

Chapitre 2 : Limites et Insuffisances de l’approche actuelle et la possibilité de


développement et d’évolution vers une autre méthodologie plus performante : ... 28

Section 1 : Limites et Insuffisances :............................................................................. 28


I-) Absence de la notion du risque ............................................................................. 28
II-) Contrainte du Temps ............................................................................................ 28
III -) Absence d’une phase de planification .............................................................. 29
IV-) Absence d’une phase de prise de connaissance de l’activité exercée............ 29
V-) Absence d’une phase de prise de connaissance du contrôle interne mis en
place par la société vérifiée ......................................................................................... 29
VI -) Absence d’un manuel décrivant les étapes et les méthodes de vérification
.......................................................................................................................................... 30
1
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Section 4 : Quelle démarche à entreprendre pour un contrôle juste, performant et


efficace ? ................................................................................................................................. 31
I-) Adoption d’une démarche orientée risques et basée sur la planification et
l’évaluation du contrôle interne ...................................................................................... 31
II -) Nécessité de mise en place d’un guide pratique pour le contrôle fiscal............ 32

Deusième Partie Proposition d’un guide méthodologique, orienté Risques .......... 33

Chapitre 1 : Aspect théorique de l’approche : Présentation de la méthodologie


proposée : ............................................................................................................................... 34

Section 1 : Planification de la mission du contrôle........................................................ 34


I-) Prise de connaissance de l’entreprise vérifiée et de l’activité exercée ................. 34
1- ) Objectif et sources d’informations........................................................................ 34
2- ) Prise de connaissance de l’entreprise vérifiée .................................................... 35
3- ) Prise de connaissance de l’activité exercée ......................................................... 36
II-) Identification des risques fiscaux spécifiques ........................................................ 37
III-) Détermination de la stratégie à suivre pour l’évaluation du contrôle interne. 38
IV) Rédaction d’un programme général de travail...................................................... 38

Section 2 : Evaluation du contrôle interne :..................................................................... 39


I-) Définition du contrôle interne.................................................................................... 39
II-) Prise de connaissance du contrôle interne mis en place ....................................... 39
III-) Evaluation du contrôle interne et détermination des risques fiscaux ............... 40

Section 3 : Programme de travail détaillé et contrôle des comptes............................. 41


I-) Programme de travail détaillé.................................................................................... 41
II-) Contrôle des comptes................................................................................................. 41

Chapitre 2 : Aspect pratique de l’approche : Présentation d’un guide pratique de


vérification............................................................................................................................. 42

Section 1 : Planification de la mission ......................................................................... 43


I-) Prise de connaissance de l’entreprise vérifiée et de l’activité exercée.................. 44
1- ) Prise de connaissance de l’entreprise vérifiée .................................................... 44
2- ) Prise de connaissance de l’activité exercée ......................................................... 45
II-) Identification des risques fiscaux spécifiques ........................................................ 47
1- ) Exemples de risques fiscaux liés à la nature de l’activité exércée ................... 47
2- ) Exemples de risques fiscaux liés à la variation des indicateurs de
performance ................................................................................................................... 48
III-) Rédaction d’un programme général de travail..................................................... 49

Section 2: Evaluation du contrôle interne ................................................................... 50


I-) Shémtisation de l’approche d’évaluation ................................................................. 51

2
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

II-) Exemples d’identification de risques fiscaux suite à l’évaluation du contrôle


interne des prinipaux cycles d’activité........................................................................... 51
1- ) Processus Achat décaissement.............................................................................. 51
2- ) Processus Vente encaissement .............................................................................. 54
3- ) Processus Paie Personnel....................................................................................... 57
2- ) Immobilisations....................................................................................................... 58

Section 3 : Elaboration d’un programme de travail détaillé .................................... 59


I-) Liste des risques fiscaux détectés .......................................................................... 60
II-) Orientation des contrôles des comptes et contrôle sur pièce .......................... 60

Section 4 : Contrôle des comptes ................................................................................... 61


I-) Financement Permanent ......................................................................................... 62
II-) Actif immobilisé ..................................................................................................... 63
III -) Actif Circulant ...................................................................................................... 66
IV-) Passif Circulant...................................................................................................... 68
V-) Trésorerie ................................................................................................................. 69
VI -) Produits ................................................................................................................ 70
VII -) Charges ............................................................................................................... 72

Conclusion ............................................................................................................................. 75

Bibliographie......................................................................................................................... 76

3
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Introduction

Le système fiscal marocain est un système déclaratif fondé sur le consentement


volontaire et spontané du contribuable.
En effet, c’est le contribuable, personne physique ou personne morale, qui détermine
son chiffre d’affaires, son résultat net imposable et paye spontanément l’impôt
correspondant.
Sauf preuve du contraire, toute déclaration souscrite par le contribuable est jugée
sincère, exacte et correcte.

Ainsi, le contrôle fiscal devient un instrument nécessaire et indispensable pour


accompagner ce système fiscal adopté par notre pays.
Il permet de corriger les erreurs, détecter les insuffisances et réprimer et dissuader la
fraude et l’évasion.
Aussi, il est considéré comme un moyen essentiel pour garantir les principes
d’équité, de justice et de concurrence loyale entre tous les contribuables.

A travers cette thèse professionnelle, je vais essayer de mettre la lumière sur ce


pilier fondamental sur lequel repose le système fiscal marocain en essayant de
répondre à une problématique intéressante à savoir « La performance et l’efficacité
de l’approche actuelle du contrôle fiscal au Maroc et la possibilité de
développement à travers l’instauration d’une nouvelle méthodologie du travail
susceptible de rehausser le niveau des interventions et d’éviter les limites et les
dysfonctionnements ».

L’analyse et le développement de ce travail se présente en deux parties :


Une première partie sera consacrée à la prise de connaissance de l’approche actuelle
du contrôle fiscal à travers la réponse aux questionnements suivants :
 Dans quel cadre juridique et administratif une opération de contrôle fiscal
est entreprise au Maroc ?

4
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

 Suivant quelle démarche et approche les opérations de contrôle fiscal sont


opérées ?
 Quelles sont les lacunes, les limites et les dysfonctionnements qui
entachent cette méthodologie ?

Une deuxième partie sera consacrée à cette nouvelle approche de vérification


que j’espère instaurer au niveau de la Direction Générale des Impôts. Une approche
globale, orientée risques et basée sur la planification et l’évaluation du contrôle
interne.
Dans cette partie, il y’aura la présentation théorique de cette nouvelle méthodologie
de travail, mais aussi un guide pratique qui permettra à l’inspecteur vérificateur de
mieux comprendre et maîtriser les différentes étapes et démarches à suivre lors d’une
opération du contrôle fiscal.

5
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Première Partie

Contrôle fiscal au Maroc


Approche et limites

6
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Chapitre 1 : Contrôle fiscal au Maroc :


Section 1 : Organisation administrative et cadre juridique liés au contrôle Fiscal au
Maroc :
I-) Organisation administrative :
1- ) Au niveau Central :
Au niveau central, plusieurs divisions et services, liés directement au Directeur
Général des Impôts, sont invités à veiller au bon déroulement et à l’évaluation des
interventions et des travaux de vérification effectués à travers le royaume.
Les services liés au contrôle fiscal se présentent comme suit :

a-) Service de la programmation :


Il a pour mission principale le choix, la sélection et la programmation des dossiers
à vérifier à travers tout le pays.
La sélection de ces dossiers se fait suivant des critères et des paramètres bien définis
tel que la variation de la performance de l’entreprise et les informations et
recoupements dont dispose l’administration.

b-) Service de Recoupements et des enquêtes fiscales :


Ce service se charge de la collecte des informations auprès des différents services
centraux et régionaux de l’administration fiscale ainsi qu’auprès des entreprises et les
envoyer aux différents services de vérification en cas de besoins.

c-) Service de Monographies :


Ce service se charge de la préparation des études monographiques concernant les
différents secteurs d’activité.

d-) Services de suivi des vérifications et de recours :


Ces services se chargent du suivi des vérifications et des recours devant les
commissions locales de taxation et devant la commission nationale de recours fiscal.

7
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

e-) Services des vérifications nationales :


Il s’agit des services de vérification à compétence territoriale qui veillent sur la
vérification et le contrôle des grandes entités qui nécessitent des travaux de recherche
et d’investigation importantes et une coordination particulière qui ne peuvent pas
être pratiqués au niveau des services régionaux.

2- ) Au niveau régional :
Au niveau de chaque Direction Régionale des Impôts, on trouve un ou plusieurs
services régionaux de vérification qui se chargent du contrôle et de la vérification des
dossiers proposés par le service central.
Chaque service comprend en moyenne trois brigades.
Au sein de chaque brigade, on trouve quatre à cinq vérificateurs, qui sont emmenés à
accomplir les tâches du contrôle et de vérification sur place.

II-) Cadre juridique :


1- ) Droits de l’administration :
a-) Droit de contrôle :
Selon le code général des impôts, l’administration fiscale dispose d’un droit de
contrôle de la sincérité des différentes déclarations fiscales souscrites par le
contribuable.
Ainsi, les contribuables, personnes physiques ou morales, sont tenus de présenter les
pièces justificatives et les documents comptables nécessaires aux inspecteurs
vérificateurs chargés du contrôle et de la vérification.

Ce contrôle porte sur l’existence et la sincérité des écritures reportées sur les livres
légaux ; le live journal et le livre d’inventaire ainsi que sur le grand livre et les livres
auxiliaires.
Il porte aussi sur les pièces justificatives des dépenses effectuées, du chiffre d’affaires
réalisé, des immobilisations acquises ainsi que des provisions et charges non
courantes supportées.

8
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Au cas où la comptabilité est tenue par des moyens informatiques, le contrôle doit
porter sur toutes les informations et données qui ont contribué à la formation des
résultats comptables et fiscales.
Aussi, une documentation et des explications doivent être fournies à l’inspecteur
chargé de la vérification, relatives à la programmation et à l’exécution des différentes
tâches et traitements informatiques.

D’après les nouvelles dispositions du code général des impôts, et au cas du refus de
présentation d’une partie ou de la totalité des documents et pièces justificatives, un
délai de 30 jours est accordé au contribuable.
Un délai qui peut être prolongé jusqu'à la fin de la période de vérification.
Au delà de ce délai, le contribuable n’a plus le droit de présenter ces pièces
justificatives devant les instances de recours.

b-) Droit de communication :


Selon le code général des impôts, l’administration fiscale a le droit de demander
des informations et documents jugés utiles pour l’accomplissement des travaux de
vérification.
Cette demande de communication peut être effectuée auprès des entités soumises au
contrôle de l’Etat, tel que l’office de change, la douane et les collectivités locales, ainsi
qu’auprès de toutes les personnes morales ou physiques passibles des impôts y
compris celles exonérées totalement ou partiellement.
La demande de communication porte essentiellement sur la nature des opérations et
transactions effectuées avec le contribuable vérifiée, en matière d’achat, de vente, des
services rendus ou d’honoraires versés.

2- ) Garanties du contribuable :
a-) Le secret professionnel :
Comme tous les autres fonctionnaires de la Direction Générale des Impôts, les
inspecteurs vérificateurs sont tenus du secret professionnel.

9
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Ils ne peuvent sous aucun prétexte communiquer à des entités étrangères des
documents, copies d’actes, des renseignements ou des informations concernant les
contribuables vérifiés.

b-) Limitation de la période de vérification :


L’opération du contrôle fiscal est limitée dans le temps, elle est déterminée en
fonction du chiffre d’affaires déclaré hors taxe sur la valeur ajoutée.
Elle ne peut pas excéder six mois pour les entreprises réalisant un chiffre d’affaires
inférieur à 50 millions de dirhams.
Elle ne peut pas dépasser une année pour les entreprises dont le chiffre d’affaires,
réalisé au cours de l’un des exercices soumis au contrôle, est supérieur à 50 millions
de Dirhams.

c-) Le droit à l’information :


 Avis de vérification :
Avant d’entamer le contrôle fiscal, un avis de vérification est obligatoirement
remis au contribuable au moins 15 jours avant le début des travaux de contrôle.
L’avis de vérification est signé par le chef de brigade et le chef de service de
vérification.
Il comporte le nom et prénom de vérificateur chargé du contrôle, le numéro de sa
carte de commission ainsi que les impôts, taxes et périodes objet de vérification.

 Lettre de clôture :
Une fois les travaux de vérification sont achevés, une lettre de clôture est envoyée
au contribuable pour lui signaler la fin de l’intervention.

d-) Le droit de recours


En cas de litige avec l’administration fiscale suite à l’opération du contrôle, le
contribuable a le droit de recours devant les instances compétentes.
Il peut saisir la commission locale de taxation puis la commission nationale de
recours fiscal.

10
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Il dispose aussi d’un droit de porter le recours devant les tribunaux.

3- ) Procédure de rectification des impositions :


a-) Première lettre de notification :
Une fois les travaux de vérification sont achevés, l’inspecteur vérificateur est
invité à adresser au contribuable une lettre de notification dans la quelle, il explique,
analyse et détaille les différentes anomalies constatées aux cous du contrôle ainsi que
les redressements qui en découlent.
Chaque redressement doit être justifié et motivé en indiquant la nature, le montant
détaillé et l’exercice correspondant.
L’inspecteur doit aussi faire une distinction entre les rectifications relatives aux
questions de fait sur lesquelles les commissions peuvent statuer et les rectifications
relatives à l’interprétation des différentes dispositions de la loi à l’égard des quelles,
les commissions doivent se déclarer incompétentes.
Au cas où la comptabilité est rejetée, la notification doit fournir les motifs de ce rejet
ainsi que l’approche adoptée pour la reconstitution du chiffre d’affaires.

Enfin, la lettre de notification doit faire connaître à la société vérifiée qu’elle dispose
d’un délai de 30 jours pour formuler ses remarques et son désaccord sur les
redressements notifiés, défaut de quoi, la base notifiée sera retenue comme une base
définitive, elle ne peut être contestée que par voie judiciaire.

Selon la loi marocaine, la première notification a des effets juridiques importants :


 La première lettre de notification fixe les limites d’imposition :
L’imposition établie par l’administration suite au contrôle fiscal ne peut pas
excéder les bases notifiées.
 La première lettre de notification arrête la prescription :
La première lettre de notification arrête la prescription et ouvre un nouveau délai
de même nature et durée que celui interrompu.
Par conséquent, une première lettre de notification relative à un exercice donné doit
être parvenue à la société vérifiée avant l’expiration du délai légal de prescription.

11
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

 La première lettre de notification ouvre un délai franc de réponse de 30 jours :


La première lettre de notification accorde au contribuable vérifié, un délai franc
de 30 jours, pour formuler ses observations et ses remarques concernant les
anomalies et les rectifications notifiées.

b-) Réponse à la première lettre de notification :


Le contribuable examine les anomalies et les redressements motivés et détaillés
au niveau de la première lettre de notification.
Au cas de désaccord partiel ou total, le contribuable est appelé à formuler ses
observations sur les points litigieux.
Ces observations doivent être motivées, détaillées et justifiées afin de convaincre
l’inspecteur vérificateur d’abandonner les redressements objet de désaccord.
Cette réponse à la deuxième lettre de notification doit parvenir à l’administration
fiscale avant l’expiration du délai de 30 jours.

c-) Deuxième lettre de notification :


L’inspecteur vérificateur examine les observations formulées dans la réponse du
contribuable.
Au cas ou il les trouve non fondées et non justifiées, il est appelé à adresser une
deuxième lettre de notification dans un délai maximum de 60 jours, dans laquelle, il
explique et détaille son rejet partiel ou total et informe le contribuable des nouvelles
bases d’imposition retenues.
L’inspecteur vérificateur est obligé à faire connaître au contribuable qu’il dispose
d’un délai de 30 jours pour exprimer sa demande de pourvoi devant la commission
locale de taxation.

d-) Commission locale de taxation :


Au cas de désaccord total ou partiel sur les nouvelles bases d’imposition émises
dans la deuxième lettre de notification, la société a le droit de porter le litige devant
la commission locale de taxation.

12
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Les commissions locales de taxation se retrouvent au niveau de chaque ville ou


province et elles sont appelées à statuer sur les litiges qui découlent suite au contrôle
fiscal.
Toutefois, elles déclarent leurs incompétences à l’égard des redressements relatifs à
l’interprétation de la loi.
La société formule son désir de recours devant la commission locale de taxation dans
un délai de 30 jours qui suit la réception de la deuxième lettre de notification.
Ce recours est adressé à l’inspecteur vérificateur qui se charge de transmettre dans
les meilleurs délais un rapport détaillant les redressements établis par
l’administration fiscale ainsi que les réponses formulées par le contribuable.

Une fois saisie, la commission locale de taxation convoque le contribuable et


l’inspecteur vérificateur pour une réunion afin d’étudier et statuer sur le sujet objet
du contentieux.
La commission locale de taxation se compose de :
 Un magistrat, président.
 Un représentant du gouverneur de la préfecture ou de la province où se situe
le siège de la commission.
 Un représentant des contribuables appartenant à la branche d’activité exercée
par le contribuable.
 Un représentant de l’administration fiscale qui tient le rôle du secrétaire
rapporteur.

La commission locale de taxation statue lorsque trois de ses membres dont le


président et le représentant des contribuables sont présents.
En cas de partage de voix, celle du président est prépondérante.
La décision de la commission locale de taxation est transmise à l’inspecteur
vérificateur qui doit se charger de la transmettre au contribuable dans les meilleurs
délais.

13
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

La décision de la commission locale de taxation peut faire l’objet d’un appel devant
la commission nationale de recours fiscal.
Ce recours peut être effectué par chacune des deux parties, l’administration fiscale et
le contribuable, dans un délai maximum de 60 jours qui suit la réception de la
décision de la commission locale de taxation.

e-) Commission nationale de recours fiscal :


La commission nationale de recours fiscal est placée sous l’autorité du premier
Ministre et siège en permanence à Rabat.

La commission nationale de recours fiscal se compose de :


 Cinq magistrats désignés par le premier Ministre.
 Vingt cinq fonctionnaires désignés par le premier ministre sur proposition du
ministre des finances, ayant une formation comptable, juridique et fiscale.
 Cent personnes du monde des affaires, désignées par le premier ministre pour
une période de trois ans, exerçant des activités commerciales, artisanales,
industrielles ou de services.
La commission nationale de recours fiscal est présidée par un magistrat, désigné par
le premier ministre.
La commission nationale de recours fiscal se subdivise en six sous-commissions.
Chaque sous-commission se compose de :
 Un magistrat Président.
 Deux fonctionnaires.
 Deux représentants des contribuables.

Une fois la commission nationale de recours fiscal est saisie par l’une des deux
parties, le président informe l’autre partie et demande à l’administration fiscale à lui
transmettre une copie de la procédure de vérification dans un délai de 30 jours.

14
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Le président confie à un ou plusieurs fonctionnaires l’examen du dossier objet de


litige et désigne la sous-commission qui aura la tâche de statuer et de prendre la
décision.
La décision de la sous-commission doit être détaillée et motivée, et elle doit être
communiquée aux deux parties dans un délai d’un mois.

f-) Recours judiciaire :


Une fois la décision est prise par la commission nationale de recours fiscal,
l’administration émet les impositions qui en découlent.
Toutefois, cette décision peut faire l’objet d’un recours devant la justice par les deux
parties, administration fiscale et contribuable, et ce dans un délai maximum de 60
jours.

15
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Section 2 : Approche et démarche actuelle du contrôle fiscal au Maroc :


I-) Travaux préliminaires :
1- ) Examen du dossier fiscal de l’entreprise :
L’examen du dossier fiscal du contribuable permet au vérificateur de prendre
connaissance de l’entreprise et d’évaluer sa situation vis-à-vis de l’administration
fiscale.
Il permet notamment de :
 S’assurer que toutes les déclarations ont été déposées.
 S’assurer que toutes les impositions ont été réglées.
 Savoir le régime du TVA auquel est soumise l’entreprise.
Il permet aussi d’avoir une idée sur :
 La forme juridique de l’entreprise.
 Les statuts et les actionnaires de l’entreprise.
 Les contentieux antécédents avec l’administration fiscale.
 Les correspondances avec l’administration fiscale.

Généralement le dossier physique de l’entreprise à vérifier doit contenir les


documents suivant :
 Les statuts de l’entreprise.
 Déclarations d’existence.
 Les contentieux en cours.
 L’historique de vérification (En cas vérification antécédentes).
 Les déclarations de l’IR ou d’IS de la période vérifiée.
 Les bilans de la période vérifiée.
 Les déclarations de TVA de la période vérifiée.
 Les demandes de remboursements et achats en exonération.
 La déclaration d’honoraire.
 La déclaration d’IR/Salaire.
 Les déclarations de dividendes (En cas de distribution de dividendes).
 Les avis de versements.

16
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

2 - ) Etat comparatif :
Après l’examen du dossier fiscal du contribuable, le vérificateur est appelé à
remplir un état comparatif sur lequel est reportée l’ensemble des éléments déclaratifs
du contribuable, notamment les postes du Bilan et du CPC et les déclarations de
TVA.
Cet état permet une meilleure analyse de la situation économique et financière de
l’entreprise et offre la possibilité d’avoir une idée globale sur son évolution d’un
exercice à un autre et par rapport à d’autres entreprises similaires.

3 - ) Demande de recoupements :
La demande de recoupement est une étape primordiale dans le processus de
vérification.
Il permet d’accéder à des informations qui peuvent constituer des éléments de
référence pour s’assurer de la sincérité et de l’exactitude des déclarations souscrites
du contribuable.
La demande de recoupements peut être adressée :
 A la brigade nationale de recherches et de recoupements.
 Aux banques.
 Aux administrations : Office de changes, Trésor, collectivités locales, agences
urbaines, conservations foncières, Douane….
 Aux clients de l’entreprise.
 Aux fournisseurs de l’entreprise.
La demande de recoupement peut être effectuée par lettre recommandé avec accusée
de réception ou directement dans les locaux d’entreprises après la remise d’une copie
de demande de recoupement signée par le vérificateur et le chef de brigade.

4 - ) Etude de ratios :
A travers l’état comparatif, le vérificateur est invité à déduire des ratios qui seront
intéressants pour établir une comparaison avec d’autres entreprises opérant dans le
même secteur d’activité ainsi qu’une étude de l’évolution de l’entreprise depuis sa
création jusqu’au jour de sa vérification.

17
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Il s’agit notamment de :
 La marge brute pour les entreprises commerciales.
 La valeur ajoutée pour les entreprises industrielles et de services.
 Le bénéfice déclaré par rapport au chiffre d’affaires réalisé.
 L’excédent brut d’exploitation.

5 - ) Travaux de rapprochement :
Il s’agit notamment de faire un rapprochement entre le Chiffre d’affaires déclaré
en matière d’IS ou d’IR et le chiffre d’affaire déclaré à la TVA.
Un autre rapprochement s’impose entre les charges de personnel figurant dans la
déclaration de l’IR/Salaire et celles reportées sur le poste des charges de personnel
au niveau du compte de produits et charges CPC.

II-) Déroulement des travaux sur place :

1 - ) Vérification du respect de la comptabilité des conditions de forme :


a-) Tenue des livres légaux :
Selon la loi comptable et la loi fiscale, il est fait obligation de tenir un journal
général sur lequel sont portés les écritures comptables de l’entreprise, ainsi qu’un
livre d’inventaire sur lequel doivent figurer le bilan et le CPC de chaque exercice
ainsi que les inventaires détaillés en quantité et en valeur des éléments constituants
l’actif de l’entreprise.
Au cas ou la comptabilité de l’entreprise est tenue selon le système centralisateur
sur supports informatiques, ou au cas elle est reportée sur des journaux auxiliaires, il
est fait obligation de centraliser les écritures comptables au moins une fois par mois
et les reporter manuellement sur le journal général.
D’après les dispositions de la loi en vigueur, le journal général et livre
d’inventaire doivent être cotés et paraphés par le tribunal de première instance. Et
ceci, dans le but d’éviter toute rature ou changement dans le report des écritures et

18
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

de donner une image fidèle et sincère de la situation exacte de l’entreprise et des


opérations comptables effectuées à un moment donné.

b-) Présentation du fichier informatique :


Si la comptabilité de l’entreprise est tenue par des moyens informatiques,
l’entreprise est tenue de présenter à l’inspecteur vérificateur, tous les fichiers qui
concourent directement ou indirectement à l’établissement des résultats, ainsi qu’une
présentation des logiciels et applications utilisés pour la saisie, le traitement et
l’impression des opérations comptables effectuées.

c-) Enregistrement chronologique des opérations :


En effet, l’entreprise doit procéder à l’enregistrement des opérations comptables
sur le livre journal chronologiquement, opération par opération et le jour le jour.
Chaque enregistrement doit affecter au moins deux comptes en indiquant l’origine,
la date et la pièce justificative de l’opération comptabilisée.
Il est formellement interdit de procéder à des enregistrements en bloc ou à des
compensations entre actifs et passifs.

d-) Tenue du livre de procédure :


D’après la loi comptable, les entreprises qui réalisent un chiffre d’affaire qui
dépasse 10 000 000,00 DH, sont tenues d’établir un livre de procédures qui décrit
l’organisation comptable de leurs entités.

e-) Tenue des inventaires :


Vers la fin de chaque exercice, l’entreprise est tenue d’effectuer des inventaires
détaillés de ses éléments d’actif et passif ainsi que des inventaires détaillés en
quantité et en valeur de toutes les marchandises, matières premières et matières
consommables qu’elle achète pour les besoins de l’exploitation.

19
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

f-) Tenue des pièces justificatives :


D’après la loi fiscale et la loi comptable, toutes les opérations et transactions
effectuées par l’entreprise ; achats, ventes, encaissements, décaissements, recours
judicaire, dépréciation, mise en rebut, cession, cassation, déplacement, honoraires,
distribution de dividendes, doivent être appuyées par des documents et pièces
justificatives probantes.

g-) Facturation conforme à la loi en vigueur :


Les factures de ventes ou de services réalisés par l’entreprise doivent être tirées
d’une série continue, sur lesquelles doivent être reportées en plus des indications
commerciales et techniques, les informations suivantes :
 Le numéro d’identification ainsi que l’article de l’impôt des patentes.
 Les nom et prénom ou raison sociale et adresse des clients.
 Tous renseignements utiles relatifs aux prix, quantités et nature des
marchandises vendues ou des services rendus.
 Le montant de la taxe réclamée.
 Les modalités de paiement se rapportant à ces factures.
Aussi, il est à rappeler que les entreprises doivent s’assurer de la satisfaction des
factures d’achat de toutes les conditions de fond et de forme exigées par la loi en
vigueur.

h-) Organisation comptable :


Les documents comptables doivent être bien organisés et classés par date ou par
nature de façon à permettre à l’inspecteur vérificateur d’accéder à n’importe quelle
information ou pièce justificative.
L’organisation des documents comptables reflète le niveau d’organisation, de gestion
et de suivi au sein du service de comptabilité de l’entreprise.

20
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

2- ) Vérification des opérations comptables enregistrées :


Après avoir vérifié la satisfaction de la comptabilité de l’entreprise des conditions
de forme ainsi que l’existence des livres légaux et pièces justificatives, l’inspecteur
vérificateur passe au contrôle de la sincérité des opérations comptables enregistrées.
En effet, il doit s’assurer qu’aucune minoration de résultat n’a été effectuée en
contrôlant principalement l’exhaustivité des produits réalisés et l’existence des
charges déclarées.
Les comptes du bilan et du CPC doivent être déduites des opérations comptables
reportées tout en respectant la législation fiscale en vigueur.
Afin d’y arriver, plusieurs tâches sont prévues :

a-) Contrôle arithmétique


A travers un contrôle arithmétique, l’inspecteur vérificateur vérifie la validité des
calculs, la concordance des totaux et l’exactitude des soldes reportés au niveau du
grand livre et des états financiers.
Avec le développement des systèmes d’information, ce contrôle est devenu de plus
en plus facile.

b-) Rapprochement avec les recoupements


Au fur et à mesure de la réception des réponses sur les demandes de
recoupement formulées par le service de vérification, l’inspecteur vérificateur
procède au rapprochement des chiffres recoupés avec ceux reportés sur le livre
journal et le grand livre.

c-) Contrôle des pièces justificatives


Afin de s’assurer de l’exactitude et l’exhaustivité de toutes les opérations
comptables effectuées, l’inspecteur vérificateur est tenu de vérifier que :
 Chaque opération comptable est justifiée par une pièce probante.
 Toute pièce justificative traduisant une opération ou une transaction réalisée
par l’entreprise a donné lieu à une écriture comptable.

21
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

C’est une opération délicate et difficile à réaliser du fait qu’il est presque impossible
de vérifier toutes les écritures comptables et de pointer tous les documents et pièces
justificatives.
Plusieurs techniques sont utilisées par les inspecteurs vérificateurs tel que le sondage
et le ciblage.

d-) Contrôle des stocks :


Le contrôle des stocks est une étape importante et nécessaire dans le processus de
vérification. Il s’agit de vérifier l’exactitude des montants reportés sur le livre
d’inventaire en quantité ainsi qu’en valeur.
Selon la loi fiscale, les stocks doivent être évalués selon des approches bien définis :
 Stock de marchandises, matières premières ou matières consommables :
Evalué par la méthode du premier entré, premier sortie (FIFO), ou par le coût
moyen pondéré (CMP).
 Stock des travaux en cours : Evalué au prix de revient (Ensemble des charges
qui ont contribué à la réalisation des travaux).
 Stock des produits finis : Evalué au prix de la production (Ensemble des
charges qui ont contribué à la production des biens).

e-) Contrôle du respect de la législation fiscale :


Le contrôle fiscal doit porter sur l’exactitude des opérations comptables
enregistrées mais aussi sur le respect des différentes dispositions de la loi fiscale.
L’inspecteur vérificateur doit s’assurer que toutes les opérations effectuées ont
respecté la législation fiscale en matière de limitation, évaluation, imputation,
déclaration et comptabilisation.
Plusieurs charges ou produits peuvent être admis comptable ment et rejetés
fiscalement.

22
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

f-) Contrôle quantitatif :


Le vérificateur peut s’assurer de l’exactitude des opérations enregistrées sur la
base des documents et pièces justificatives présentés mais aussi grâce à des
rapprochements qui peuvent le guider à détecter les anomalies et constater la fraude
et l’évasion.
Parmi les méthodes classiques pour le contrôle des chiffres d’affaires déclarés, on
trouve le contrôle quantitatif.
Il s’agit de faire un rapprochement entre les quantités achetés et les quantités vendus
en prenant en considération la variation du stock, selon la formule suivante :
Quantités vendus = Quantité achetés + Stock initial – Stock final.
Le contrôle quantitatif est utilisé spécialement pour la vérification des entreprises
commerciales d’achat revente.

g-) Contrôle matière :


Le contrôle matière est un rapprochement établi pour la vérification des
entreprises de production.
Il permet de s’assurer de l’exactitude de la production déclarée à travers un
rapprochement avec les quantités achetées de matières premières et fournitures.
Afin d’effectuer ce rapprochement, il est indispensable de maîtriser et de comprendre
le processus de fabrication et de production pratiqué au sein de l’entreprise.

h-) Contrôle des encaissements


Il s’agit de faire un rapprochement entre les encaissements déclarés au niveau de
la comptabilité de l’entreprise d’une part et les encaissements constatés sur les
comptes bancaires et le journal de caisse d’autre part.

i-) Détection d’erreurs de comptabilisation :


L’inspecteur vérificateur doit s’assurer de la bonne imputation des écritures
comptables effectuées et du choix des comptes et des postes à débiter et ceux à
créditer.

23
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

En effet, selon la loi comptable et le code générale de la normalisation comptable


CNGC, toutes les opérations comptables doivent être enregistrées dans les rubriques
et comptes adéquats et sans compensation entre elles.

j- Vérification des travaux de régularisation de produits et charges :


L’inspecteur vérificateur doit s’assurer de l’existence et l’exactitude des travaux de
régularisation de produits et charges réalisés en fin d’année, il s’agit notamment de :
 Charges à payer.
 Charges constatées d’avance.
 Produits à recevoir.
 Produits constatés d’avance.
La mauvaise évaluation et imputation de ces écritures peuvent avoir une influence
sur le résultat fiscal déclaré.

k-) Contrôle des créances et dettes libellées en monnaie étrangère :


Il s’agit notamment de s’assurer que les gains de change et les pertes de change
réalisés sur les créances et les dettes libellées en monnaie étrangère sont bien évalués
et comptabilisés.
Aussi, les écarts de conversion actif et passif doivent être évalués sur la base du cours
de change de clôture de chaque exercice.

l-) Contrôle des amortissements :


L’inspecteur vérificateur contrôle l’exactitude des amortissements opérés à
travers le contrôle :
 Du mode d’amortissement appliqué (Linéaire ou dégressif).
 Du taux appliqué.
 De l’annuité comptabilisée.

m-) Contrôles des Provisions :


L’inspecteur vérificateur contrôle les provisions opérées.

24
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Il doit s’assurer que les provisions ont été régulières, bien évaluées, justifiées et
autorisées par les dispositions de la loi en vigueur.
Au cas ou une provision reçoit tout ou en partie, un emploi non-conforme à sa
destination, ou devient son objet, l’inspecteur vérificateur doit s’assurer qu’une
reprise a été effectuée au cours de l’exercice de constatation.

n-) Contrôle des déclarations de TVA :


L’inspecteur vérificateur contrôle les déclarations de TVA souscrites par le
contribuable en contrôlant essentiellement :
 L’exactitude des taux de TVA pratiqués sur les biens vendus et les services
rendus.
 L’existence des documents justificatifs pour les déductions opérées.
 Le respect du fait générateur pour la déclaration du chiffre d’affaires de TVA.
 L’existence des pièces et documents justificatifs d’achat en exonérations.
 L’existence de la régularisation de TVA au cas du non respect de la législation
en vigueur…

o-) Contrôle spécifique :

Il s’agit de vérifier et contrôler le respect de la législation fiscale en matière


d’encaissements et décaissements, de fusion, de cession, de cessation, de
subventions, de dépôt des déclarations d’honoraire, déclaration des dividendes,
déclaration de prorata….etc.

3- ) Irrégularités graves mettant en cause la valeur probante de la comptabilité :


Dans certains cas, la comptabilité tenue par l’entreprise contient des anomalies
graves de nature à mettre en cause sa valeur probante et la sincérité des déclarations
fiscales souscrites.
Dans ce cas, l’inspecteur vérificateur se trouve dans l’obligation du rejet de la
comptabilité et la reconstitution des chiffres d’affaires en se basant sur les normes
pratiquées dans le secteur d’activité de la société vérifiée.

25
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Selon l’article 213 du code général des impôts, on entend par anomalies graves :

 Le défaut de présentation d'une comptabilité, tenue selon les lois en vigueurs.


 L'absence des inventaires :
 La dissimulation d'achats ou de ventes dont la preuve est établie par
l'administration.
 Les omissions, erreurs ou inexactitudes graves et répétées, constatées dans la
comptabilisation des opérations.
 L'absence de documents et pièces justificatives privant la comptabilité de toute
valeur probante.
 Le non comptabilisation d'opérations réalisées par le contribuable.
 La comptabilisation de fausse opérations ou opérations fictives.
« Article 213 du CGI »

4- ) Exploitation des résultats :

Une fois les travaux de vérification sur place sont terminés, l’inspecteur
vérificateur prépare les redressements et les pénalités à émettre sur la base des
anomalies constatées.
Les redressements et les pénalités doivent être motivés, détaillés et justifiés.
Au cas du rejet de la comptabilité et la reconstitution du chiffre d’affaires,
l’inspecteur vérificateur doit présenter la méthode choisie pour la reconstitution qui
doit être basée sur une approche logique, simple, convaincante et cohérente avec les
spécificités techniques et commerciales de l’activité exercée par la société vérifiée.

5- ) Notification et remise :
Une fois les travaux de contrôle terminés et les redressements et pénalités qui en
découlent arrêtés, l’inspecteur vérificateur prépare sa notification et commence la
procédure contradictoire mentionné ci dessus.
La remise des notifications doit être établie selon les dispositions du code général des
impôts.

26
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Une remise doit être faite par un agent ayant au moins le grade d’inspecteur adjoint
et doit être établie en double exemplaire.
Le certificat de remise doit comporter le nom et le prénom de l’agent notificateur, la
date de notification et la personne à qui le document a été remis et sa signature.

27
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Chapitre 2 : Limites et Insuffisances de l’approche actuelle et la possibilité de


développement et d’évolution vers une autre méthodologie plus performante :

Section 1 : Limites et Insuffisances :


Sur le plan théorique l’approche actuelle adoptée pour le contrôle fiscal s’avère
juste, efficace et performante.
Cependant, sur le plan pratique, elle trouve ses limites et ses dysfonctionnements et
l’inspecteur vérificateur se retrouve confronté à plusieurs handicapes et difficultés :

I-) Absence de la notion du risque :


Cette démarche s’avère dépassée du fait qu’elle ne prend pas en considération la
notion du risque.
En effet, suivant cette approche, on réalise une procédure inverse à celui de la
constitution des états financiers.
L’inspecteur vérificateur va des états financiers aux pièces comptables. Il ne se situe
pas l’opération du contrôle dans son ensemble et se limite aux chiffres enregistrés et
aux documents comptables présentés.
Ainsi, l’intervention de l’inspecteur se trouve limité à des simples opérations de
pointage sans aucun sens critique qui lui permet de détecter des zones de
vulnérabilités susceptibles d’engendrer des risques fiscaux importants.

II-) Contrainte du temps :


Généralement, un inspecteur vérificateur est chargé de la vérification de quatre
dossiers par année, et ceci en plus du suivi d’autres dossiers auprès des différentes
instances de recours.
Vu cette charge de travail, le temps réservé à chaque dossier vérifié s’avère très
réduit et il est impossible d’accomplir toutes les tâches et travaux du contrôle décrites
ci-dessus.
Ainsi, le travail de vérification se trouve limité à des interventions hasardeuses
basées sur l’intuition et le bon sens.

28
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

III -) Absence d’une phase de planification :


Au niveau des opérations de contrôles fiscaux menés par la Direction Générale
des Impôts, on constate une absence d’une phase de planification, ce qui engendre
des difficultés majeures au niveau de la programmation, l’organisation et le
déroulement des travaux à effectuer.
Aussi, en absence d’une telle stratégie, on omet une phase importante qui peut être
déterminante pour l’orientation des travaux et l’atteinte des objectifs.

IV-) Absence d’une phase de prise de connaissance de l’activité exercée :


Généralement, l’inspecteur vérificateur ne prend pas assez du temps pour la prise
de connaissance de l’activité exercée.
Il se base sur les informations collectées auprès du service et sur le déroulement des
opérations de vérifications des dossiers similaires.

Par conséquent, l’inspecteur vérificateur trouvera des difficultés majeures à :


 Comprendre le processus de production.
 Calculer les coûts.
 Comprendre la composition des produits finis.
 Interpréter les opérations comptables effectuées.
 Détecter les anomalies et les dysfonctionnements dans les opérations d’achats
et de vente.
 Situer l’entreprise dans son environnement économique.
 Evaluer les risques propres au secteur d’activité.
 Identifier les spécificités comptables, fiscales et juridiques lié au secteur
d’activité.

V-) Absence d’une phase de prise de connaissance du contrôle interne mis en


place par la société vérifiée :
L’approche actuelle de contrôle fiscal ne prend en considération le contrôle
interne mis en place par la société vérifiée.

29
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Or, la compréhension et l’évaluation des différents processus et systèmes mis en


place pour garantir la sincérité des opérations effectuées pourra guider l’inspecteur à
limiter ses travaux de vérification, mais aussi à lui permettre de détecter d’autres
zones de faiblesses susceptibles d’engendrer des anomalies et des redressements
importants.

VI -) Absence d’un manuel décrivant les étapes et les méthodes de vérification :


Au niveau de la Direction Général des Impôts, on ne trouve pas un manuel de
vérification qui décrit les différentes démarches à entreprendre pour une opération
de contrôle fiscal.
Généralement, l’inspecteur vérificateur développe des compétences personnelles de
réflexion et d’analyse au fur et à mesure des années de vérification.
Le transfert du savoir faire, de compétence et d’expérience se transmet d’une
génération à une autre sans aucune documentation ou un guide pratique capable
d’offrir aux nouveaux recrus une stratégie claire et simple de travail.

30
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Section 4 : Quelle démarche à entreprendre pour un contrôle juste, performant et


efficace ?

I-) Adoption d’une démarche orientée risque et basée sur la planification et


l’évaluation du contrôle interne

1- ) Mise en valeur de l’approche par risques :


Il est clair que l’approche et la méthodologie actuelle adoptée pour le contrôle
fiscal a montré ses limites et ses insuffisances.
Elle doit être substituée par une approche globale orientée risques et basée sur
l’analyse, la planification et l’évaluation du contrôle interne.

C’est une démarche par laquelle on considère que l’entreprise ne contient


essentiellement qu’un ensemble de risques fiscaux.
L’inspecteur vérificateur, avant d’entamer quelque contrôle que ce soit, doit
s’informer suffisamment sur l’environnement interne et externe de l’entreprise ainsi
que sur le processus de production et de management mis en place, et ceci dans un
objectif de détecter les domaines significatifs susceptibles d’engendrer des risques
fiscaux importants et sur lesquels une attention particulière sera réservée et portera
l’essentiel des travaux de vérification et de contrôle.

2- ) Démarches à entreprendre :
C’est une approche qui se base essentiellement sur une meilleure planification de
la mission de la vérification et une compréhension et analyse du système de contrôle
interne mis en place par la société vérifiée. Ainsi les démarches à entreprendre se
présentent comme suit :

-a- Prise de connaissance de la société et Planification de la mission du contrôle

-b- Evaluation du contrôle interne mis en place par la société vérifiée

-c- Orientation des travaux de vérification et Elaboration d’un programme de travail

-d- Contrôle des comptes

-e- Conclusions et Rédaction de la notification

31
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

II -) Nécessité de mise en place d’un guide pratique pour le contrôle fiscal.

L’efficacité et la performance des opérations de contrôle passent essentiellement


par l’adoption d’une nouvelle méthodologie orientée risques, mais aussi à travers
l’élaboration d’un guide pratique décrivant les différentes étapes de contrôle et de
vérification.
Ce guide permettra aux inspecteurs vérificateurs d’agir suivant une démarche
objective et une approche organisée et bien définie.
Il permettra aussi aux jeunes cadres, nouvellement recrutés au sein des différents
services de vérification, une meilleure insertion et une meilleure compréhension de la
méthodologie du travail.

32
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Deuxième Partie

Proposition d’un guide méthodologique


Orienté risques

33
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Chapitre 1- ) Aspect théorique de l’approche : Présentation de la méthodologie


proposée :
C’est une approche par laquelle l’inspecteur vérificateur est invité à agir suivant
une méthodologie bien définie qui vise à détecter les zones de risques fiscaux et à
limiter le contrôle sur pièces.
Afin de réussir cette approche plusieurs étapes sont prévues :

Section 1- ) Planification de la mission du contrôle :


La planification de la mission du contrôle est une étape importante et primordiale
dans le processus de cette approche.
Elle permet à l’inspecteur vérificateur d’organiser sa mission, fixer les grandes lignes
de l’intervention et déterminer les travaux et les démarches à entreprendre suivant
un calendrier bien défini.
Elle doit être élaborée par le chef de brigade et l’inspecteur vérificateur chargé du
contrôle de la société.
Pour une meilleure planification d’une opération de contrôle fiscal, il est proposé
d’adopter la démarche suivante :

I-) Prise de connaissance de l’entreprise et de l’activité exercée :


1- ) Objectif et sources d’informations :
a-) Objectif :
La prise de connaissance de la société et de son environnement est une étape
primordiale qui permet d’accéder à des informations importantes susceptibles de
donner une image claire sur le niveau de gestion et d’organisation de la société
vérifiée ainsi que sur les spécificités techniques et managerielles propres au secteur
d’activité exercée.

Elle permet aussi de situer l’entreprise dans son environnement économique et de


faire une idée globale sur la variation de ses indicateurs de performance et de
résultat.

34
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Et ceci dans un objectif de préparer une approche globale de vérification et avoir une
première orientation des travaux et contrôles à effectuer sur des zones susceptibles
de contenir et d’engendrer des risques fiscaux importants.

b-) Sources d’information :


Pour la prise de connaissance de la société vérifiée ainsi que de son activité
exercée, les informations peuvent être collectées :
 Directement auprès des gérants lors de la première intervention réalisé par
l’inspecteur vérificateur et le chef de brigade.
 Lors des études des états financiers de l’entreprise à vérifier.
 Suite à des recherches sur internet.
 Suite à des investigations et des enquêtes réalisées par l’inspecteur
vérificateur.
 D’après les articles de presse.

2- ) Prise de connaissance de la société vérifiée :


a-) Informations d’ordre général :
Il s’agit notamment de prendre connaissance de l’organisation de l’entreprise ainsi
que de sa structure juridique et sociale.
Les principales informations à collecter sont :
 Statuts de l’entreprise et forme juridique.
 Gérants de l’entreprise.
 Principaux actionnaires.
 Interlocuteurs de l’entreprise.
 Services financiers et comptables.
 Emplacement des usines, magasins et succursales.
 Auditeurs externes.

L’objectif est de déterminer les zones d’accès à l’information ainsi qu’aux documents
et pièces nécessaires à l’exécution des différents travaux de vérification.

35
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

b-) Etude des indicateurs de performance :


Il s’agit d’étudier l’évolution des indicateurs de performance de la société d’un
exercice à un autre et de les comparer à d’autres entreprises similaires de même taille
et exerçant la même activité.
L’objectif est de détecter les anomalies et les incohérences susceptibles d’engendrer
des risques fiscaux.
Il s’agit principalement des indicateurs suivants :
 Marge brute
 Valeur ajoutée
 Résultat net
 Rentabilité financière
 Excédent brut d’exploitation
 L’évolution de la consommation par rapport au chiffre d’affaires déclaré.
 L’endettement de l’entreprise.
 La rotation des stocks.

3- ) Prise de connaissance de l’activité exercée :


a-) Informations générales liées au secteur d’activité :
Il s’agit de faire une idée globale sur le secteur d’activité de la société vérifié et de
son environnement économique à travers la prise de connaissance de :
 Principaux entreprises du secteur.
 Marge pratiquée dans le secteur d’activité.
 Evolution du secteur dans les cinq dernières années.
 Etat actuel de secteur (Crise, augmentation des prix, chute des prix, difficultés
d’approvisionnement en matières premières…).
 Perspectives de développement.
 Subventions accordées par l’Etat.
 Conventions conclues avec l’Etat.
 Principaux fournisseurs de matières premières.

36
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

b-) Caractéristiques et spécificités techniques de l’activité exercée :


Il est très important de maîtriser tous les aspects techniques relatifs à l’activité
exercée, et ceci dans un objectif de comprendre les mécanismes de fonctionnement et
de production au sein de la société vérifiée ainsi que les nomenclatures et langages
pratiqués au niveau des transactions réalisées.
Il s’agit notamment de connaître :
 Le jargon technique utilisé dans l’activité exercée.
 Les normes connues de la profession ; composantes des produits fabriqués,
formulation, taux de chute….et.
 Les matières premières utilisées.
 Le mode d’approvisionnement.

c-) Spécificités fiscales liées au secteur d’activité :


Il est important de déterminer les principales spécificités fiscales liées au secteur
d’activité afin de mesurer l’impact sur les états financiers établis et sur le résultat
fiscal déclaré, exemple :
 L’existence d’exonérations temporaires ou permanentes.
 Notes circulaires propres au secteur d’activité (Exemple : Notes circulaire
relative au secteur du BTP).
 Les taux de TVA appliqués.
 Dispositions fiscale et comptables propres au secteur.

II-) Identification des risques fiscaux spécifiques :


L’inspecteur vérificateur prépare par la suite une synthèse des études et analyses
établies et des travaux de recherches et d’investigations réalisés lors de la prise de
connaissance de la société vérifiée ainsi que du secteur d’activité exercée.
L’inspecteur vérificateur et le chef de brigade vont analysent cette synthèse de
prise de connaissance et définissent les principaux risques fiscaux spécifiques qui en
découlent.

37
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Ces risques fiscaux peuvent être liés à la nature de l’activité exercée ou liés à
l’organisation générale de l’entreprise ainsi qu’à la variation et l’évolution de ses
indicateurs de performance.

III-) Détermination de la stratégie à suivre pour l’évaluation du contrôle


interne :
Après avoir déterminé les risques fiscaux spécifiques, l’inspecteur vérificateur et
le chef de brigade préparent une stratégie et une méthodologie de travail pour
l’évaluation du contrôle interne mis en place par la société vérifiée, et ceci dans un
objectif d’accéder à d’autres zones de vulnérabilités susceptibles de mettre la lumière
sur d’autres risques fiscaux importants.

IV-) Rédaction d’un programme général de travail :


L’ensemble de ces informations et ces éléments d’analyse effectués par
l’inspecteur vérificateur en collaboration avec son chef de brigade vont être
récapitulés dans un document intitulé programme général de travail qui va aussi
prévoir un calendrier d’exécution et de réalisation des différents travaux et tâches à
effectuer.

38
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Section 2- Evaluation du contrôle interne :


I-) Définition du contrôle interne :
Dans la vie courante de chaque entreprise, on peut distinguer plusieurs activités ;
achats, Ventes, Réception, Livraison, Facturation, Comptabilisation….
L’exécution des différentes tâches se rapportant à ces activités peut engendrer des
erreurs et des risques qui peuvent porter atteinte au patrimoine de l’entreprise et
altérer l’image fidèle de ses états financiers.
Alors, le contrôle interne peut être défini comme étant l’ensemble des processus et
procédures mis en place par les dirigeants d’une société pour s’assurer de la
protection du patrimoine et de la fiabilité et l’exactitude des opérations comptables et
financières enregistrées.

II-) Prise de connaissance du contrôle interne mis en place :


Afin de comprendre le contrôle interne mis en place par la société vérifiée,
l’inspecteur vérificateur est invité d’abord à connaître :
 Les principales activités réalisées ; Achats, Ventes, Facturation….etc.
 Les démarches à suivre pour la réalisation de chaque activité.
 Les moyens humains et matériels mis en place, liés à chaque activité.
 La distribution des responsabilités pour l’exécution de chaque activité.
Ces informations peuvent être collectées en se basant sur l’observation physique, les
documents décrivant le fonctionnement de l’entreprise, les rapports des auditeurs et
les entretiens effectués avec les employés et responsables.

L’inspecteur vérificateur établi par la suite une matrice sur laquelle figurent les
principales activités réalisées par la société ainsi que les processus de contrôle
effectués pour garantir la fiabilité et l’exactitude des opérations.

39
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

III-) Evaluation du contrôle interne et détermination des risques fiscaux :


Une fois la prise de connaissance du contrôle interne est effectuée, l’inspecteur
vérificateur va procéder à l’évaluation des différents processus et procédures mis en
place.
Et ceci dans un objectif de déterminer les limites et les dysfonctionnements qui
peuvent engendrer des risques fiscaux susceptibles d’altérer la sincérité des
déclarations fiscales souscrites.

40
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Section 3 : Programme de travail détaillé et contrôle des comptes :


I-) Programme de travail détaillé :
Après avoir pris connaissance de l’entreprise vérifiée ainsi que de la nature de
l’activité exercée, et après avoir analysé et évalué le contrôle interne mis en place,
l’inspecteur vérificateur est invité à établir une liste de l’ensemble des risques fiscaux
détectés et préparer un programme de travail détaillé.

Ce programme vise principalement l’organisation des contrôles des comptes et


des contrôles sur pièce à la lumière des résultats obtenus.
Pour chaque compte de bilan ou de produit et charge, l’inspecteur vérificateur va
présenter les risques fiscaux soulevés et proposera les vérifications et les contrôles à
effectuer.

Ce programme de travail doit être approuvé par le chef de brigade et validé par
le chef service régional de vérification. Il constituera une feuille de route pour la suite
de l’intervention et pour la réalisation de la notification et du rapport de vérification.

II-) Contrôle des comptes :


Il est à rappeler que parmi les principaux objectifs de cette approche globale de
vérification orienté risques, la limitation des contrôles des comptes et des contrôles
sur pièces.

Par conséquent, une fois la liste des risques fiscaux est connue et déterminée,
l’inspecteur vérificateur procède au contrôle de comptes et des pièces justificatives en
adoptant la méthodologie suivante :
• Si le risque fiscal est élevé Contrôle détaillé du compte et des
pièces et documents justificatifs.
• En absence du risque fiscal ou dans le cas d’un risque fiscal faible
Contrôle limité du compte et un sondage des pièces et documents justificatifs.

41
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Chapitre 2 : Aspect pratique de l’approche : Présentation d’un guide pratique de


vérification :

Guide Pratique de Vérification

42
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Planification de la mission du contrôle

43
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

I-) Prise de connaissance de l’entreprise et de l’activité exercée :


1- ) Prise de connaissance de l’entreprise vérifiée :

a-) Informations d’ordre général :

Désignation Informations

Raison sociale ….
Adresse ….
Identifiant fiscal ….
Forme juridique ….
Actionnaires ….
Interlocuteurs de l’entreprise ….
Dépôt, usines et Magasins ….

b-) Etude de l’évolution des indicateurs de performance d’une année à une


autre :

Exercice
Indicateur
N-3 N-2 N-1 N
Chiffre d’affaires …. …. …. ….
Marge Brute …. …. …. ….
Valeur ajoutée …. …. …. ….
Excédent Brut d'exploitation …. …. …. ….
Résultat net …. …. …. ….
Rentabilité financière …. …. …. ….
Délai de rotation des stocks …. …. …. ….
Délai moyen de remboursement
des clients …. …. …. ….
Délai moyen de règlement des
fournisseurs …. …. …. ….

Remarques et ….
conclusions

44
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

c-) Etude des variations des indicateurs de performance par rapport aux
entreprises similaires :

Entreprise Entreprise Entreprise Entreprise


Indicateur Vérifiée A B C
Chiffre d’affaires …. …. …. ….
Marge Brute …. …. …. ….
Valeur ajoutée …. …. …. ….
Excédent Brut d'exploitation …. …. …. ….
Résultat net …. …. …. ….
Rentabilité financière …. …. …. ….
Délai de rotation des stocks …. …. …. ….
Délai moyen de remboursement
des clients …. …. …. ….
Délai moyen de règlement des
fournisseurs …. …. …. ….

Remarques et ….
conclusions

2- ) Prise de connaissance de l’activité exercée :


a- ) Informations générales liées au secteur d’activité :

Désignation Informations

Principales entreprises du
secteur ….
Etat actuel du secteur ….
Perspective de développement ….
Principaux fournisseurs de
matières premières ….
Conventions conclues ….
Subventions reçues ….

Remarques et
Conclusions ….

45
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

b-) Caractéristiques et spécificités techniques de l’activité exercée :

Désignation Informations

Jargon technique utilisé dans le


secteur ….
Les normes utilisées dans la
profession ….
Matières premières utilisées ….
Mode d’approvisionnement ….

Remarques et
Conclusions ….

c-) Spécificités fiscales liées au secteur d’activité :

Désignation Informations

Exonérations accordées au
secteur ….
Régime et taux de TVA ….
Notes circulaires propres au
secteur ….
Spécificités comptables liées au
secteur ….
Spécificités fiscales liées au
secteur ….

Remarques et
Conclusions ….

46
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

II-) Identification des risques fiscaux spécifiques :

Synthèse de la phase
De prise de connaissance Risques fiscaux correspondants

Variation des indicateurs de


performance …………
Spécificités techniques et fiscales
propres au secteur d’activité …………

1-) Exemples des risques fiscaux liés à la nature de l’activité exercée

Risques
Secteur d’activité
Fiscaux spécifiques

Promotion • Minoration de prix de vente.


immobilière • Fausses Factures.
• Produits non liés à leurs exercices de référence.

Secteur des travaux • Evaluation erronée des travaux en cours.


publics • Non respect de la condition de déductibilité de la TVA
du gasoil de transport.

Achats reventes • Ventes non déclarés.

Textile • Ventes à l’intérieur non déclarés.

Secteur bancaire • Provisions clients non justifiées.


• Chiffres d’affaires non justifié.
Cafetier • Sous estimation des recettes, Non respect des normes
connues dans la profession.

Entreprises • Transfert indirect de bénéfice à travers la majoration


étrangères des prix d’achat et la majoration des prestations des
services réalisés par la société mère.

Station de • Taux de coulage très élevé.


service • Produits accessoires non déclarés.

47
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Distribution de Gaz
et • Numéro de la patente des clients non enregistré sur
Produits Alimentaires les factures de ventes lors des ventes en tournés.

Agroalimentaire • Ventes en espèce dont le montant dépasse 20 000,00


DH.

2-) Exemples des risques fiscaux liés à la variation des indicateurs de performance

Indicateur de Risques
Performance Fiscaux spécifiques
• Insuffisance du chiffre d’affaires déclaré.

Marge Brute ou valeur ajoutée • Transfert indirect de bénéfices à travers la


inférieur à la valeur du marché. minoration des prix de vente.

Variation importante de résultat • Non respect du principe de la spécialisation


net d’un exercice à un autre des exercices (Produits déclarés hors délai).

Achats excessifs par rapport • Minoration du chiffre d’affaire déclaré

au chiffre d’affaire déclaré • Comptabilisation de fausses factures.


• Achats non liés à l’exploitation.

Délai de rotation des stocks • Stock erroné.

excessivement élevé. • Dissimulation de vente.

Délai moyen de règlement de • Liens de dépendance avec les fournisseurs et


fournisseur excessivement élevé possibilité de transfert de bénéfice.

Baisse du solde • Cessions d’immobilisation non déclarées.


d’immobilisation • Retrait d’immobilisation non justifié.

48
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

III-) Rédaction d’un programme général de travail :

Exemple d’un programme général de travail pour une vérification d’une durée de 6
mois

Du../../.. Au
Désignation Durée ../../..
Evaluation du contrôle interne 1 Mois ……
Préparation d’un programme de 2 semaines …….
travail détaillé
Contrôle des comptes et pièces 3 Mois …….
justificatives
Rédaction du Projet de notification 1 Semaine …….
Rédaction de la Notification Final 1 Semaine …….

** Entre deux semaines et un Mois, seront consacrés à cette phase de planification

Signé :
Mr L’inspecteur Vérificateur Mr Le chef de Brigade

49
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Evaluation du Contrôle Interne

50
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

I-) Sémantisation de l’approche d’évaluation :

Activité

Compréhension du contrôle interne mis en place

Evaluation

Détermination des Risques Fiscaux

II-) Exemples d’identification de risques fiscaux suite à l’évaluation du contrôle


interne des principaux cycles d’activité :

1- ) Processus Achats Décaissement :

Contrôle interne qui doit être mis Risques fiscaux en cas de


Activité en place par la société dysfonctionnement du
contrôle interne

Expression des • Le besoin d’achat est exprimé et • Achats non liés à


besoins d’achat justifié par le service concerné et l’exploitation.
validé par les chefs hiérarchiques.

Choix du • La consultation systématique de • Risque de relations de


Fournisseur plusieurs fournisseurs (Au dépendance avec des
moins Trois). Fournisseurs et transfert
indirect de bénéfice à travers
• La consultation est exploitée la majoration de prix
dans un tableau comparatif des d’achat.
prix, signé par le service
acheteur.

51
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

• Lancement des commandes en • Commandes fictives pour


Lancement de la se basant sur les expressions des justifier des achats fictifs.
commande besoins d’achat.
• Des bons de commandes pré
numérotées en trois
exemplaires ; un pour le
fournisseur, un pour le
magasinier et un pour le service
de comptabilité.
• Réception sur la base du bon de • Achats non justifiés et non
Réception de la commande. liés à l’exploitation.
commande

• Etablissement des bons de • Bons de réception fictifs.


réception uniquement sur la
base du bon de commande et du
bon de livraison fournisseur.

• L’existence des inventaires • Achats fictifs.


physiques tournants et
rapprochement avec les
inventaires permanents.
• La supervision de la • Erreur dans la
Comptabilisation comptabilisation par un chef comptabilisation des
de l’achat hiérarchique. opérations.
• La comptabilisation des achats • Risque de spécialisation
sur la base des dossiers complets, des exercices ;
Bon de commandes, Bon de Comptabilisation sur la
réception et Factures. base de la facturation et
non sur la base de
réception.

52
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Comptabilisation • Vérification de la concordance • Comptabilisation de


de l’achat (Suite) des indications et montants fausses factures.
mentionnés sur les factures
d’achats avec celles des bons de
commandes et des bons de
réception.

• Apposition de la mention • Comptabilisation en double.


« Comptabilisée » sur toutes les • Déductions en double en
factures comptabilisées. matière de TVA.

• Etat de rapprochement mensuel • Règlement d’achat fictif.


Règlement de la avec les relevés bancaires. • Déductions abusives en
facture matière de TVA.
• Le règlement est effectué sur la
base des dossiers complets ; Bons
de commandes, Bons de
réception et Factures.

• La supervision de la • Erreur dans la


Comptabilisation comptabilisation par un chef comptabilisation des
du règlement hiérarchique. opérations.

• Etat de rapprochement mensuel • Comptabilisation


entre le journal banque et les d’opérations fictives.
relevés bancaires.

53
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

2- ) Processus vente Encaissement :

Contrôle interne qui doit être mis Risques fiscaux en cas de


Activité en place par la société dysfonctionnement du
contrôle interne
Détermination • Existence des prix standard pour • Transfert de bénéfice à des
des prix de vente tous les clients. entreprises dépendantes à
travers la minoration de prix
• Les remises et les réductions de vente.
sont accordées suivant des
conditions bien déterminées.

• Autorisation pour l’accès aux • Livraisons non déclarées.


Livraison de la magasins de stockage.
marchandise • Préparations des livraisons sur
la base des bons de commande
reçus.
• Etablissement des bons de
livraisons pré numérotés.
• Rapprochement entre les bons
de livraisons établies et les bons
de commandes reçus.
• L’existence des fichiers
d’inventaire physiques et
rapprochement entre les
quantités livrées et les quantités
facturées.

• Préparations des factures de • Sous facturation.


Préparation des ventes sur la base des bons de
factures de livraisons.
ventes

54
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

• Existence d’un modèle de • Facturation non conforme à


Préparation des facturation standard qui la législation fiscale.
factures de respecte la législation fiscale en
ventes (Suite) vigueur.

• La facturation est assurée par un • Erreur sur le chiffre


système d’information qui d’affaires déclaré à la TVA ;
assure l’exactitude des calculs et Erreur dans le taux appliqué.
des taux de TVA appliqués.

• La supervision de la • Erreur dans le choix des


Comptabilisation comptabilisation par un chef comptes adéquats.
de la vente hiérarchique.

• Régularisation systématique de • Spécialisation des exercices ;


fin d’exercice des livraisons livraisons non déclarées dans
effectuées non encore la base imposable.
comptabilisées.
• Rapprochement mensuel entre • Des recettes non déclarées.
Encaissement le journal de la banque et les
des créances relevés bancaires.
• Rapprochement mensuel entre
le solde du journal « caisse » et
les disponibilités dans la caisse.

• L’existence d’un suivi continu de • Provision pour dépréciation


Suivi des recouvrement des créances. du compte client non justifiée
créances • Recours systématique à la justice et non motivée par le recours
pour les dossiers litigieux et à la justice dans un délai de
provisionnés. 12 Mois.

55
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

• Comptabilisation des • Minoration des


Comptabilisation encaissements sur la base des encaissements reçus.
des avis de versement et des avis de
encaissements règlement.

• Factures de vente complétées par • Facturation non conforme à


les références de paiement. la législation en vigueur.

• Système d’information intégré • Erreur sur le chiffre


qui génère la déclaration de TVA. d’affaires déclaré à la TVA.

56
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

3- ) Processus Paie Personnel :


Contrôle interne qui doit être mis Risques fiscaux en cas de
Activité en place par la société dysfonctionnement du
contrôle interne
• Existence d’un dossier physique • Personnel fictif.
Recrutement et complet pour chaque employé.
Rémunération • Existence de bulletins de paie.
du personnel

• Comptabilisation uniquement • Comptabilisation fictive.


Comptabilisation sur la base des bulletins de paie.
de la paie • Rapprochement mensuel entre le • Erreur dans la
journal de paie et les bulletins de comptabilisation de la paie.
paie.
Avantages en • Octroi des indemnités de • Déplacements non justifiés
nature octroyés déplacement uniquement sur la exonérés en matière
au personnel base des pièces justificatives. d’IR/Salaire.

• L’existence d’un système • Erreur du calcul des charges


Charges sociales d’information pour le calcul des sociales.
dû au personnel charges sociales.
• Rapprochement mensuel entre
les charges sociales déclarées et
les charges sociales
comptabilisées.
• L’existence d’une procédure de • Gratification de départ
Licenciement licenciement au sein de la société. assimilé à un licenciement
du Personnel pour l’octroi d’exonération.
• L’existence d’un système • Erreur dans le calcul des
d’information pour le calcul des indemnités de licenciement
indemnités de licenciement exonérées.
exonérées en matière
d’IR/Salaire.

57
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

4- ) Immobilisations :

Contrôle interne qui doit être mis Risques fiscaux en cas de


Activité en place par la société dysfonctionnement du
contrôle interne
• Tenue d’un fichier • Immobilisations qui ne sont
Réception des d’immobilisations avec pièces pas à la propriété de
immobilisations justificatives de propriété. l’entreprise.

• Les taux d’amortissement • Application d’un taux


Amortissement pratiqués sont supervisés par le d’amortissement non admis
des chef comptable. fiscalement.
immobilisations

• L’existence d’un système • Dotations d’amortissements


d’information intégré pour le erronées.
calcul automatique des annuités
d’amortissement.

• Mise en rebus uniquement sur • Mise en rebus non justifiée.


Sortie la base d’un dossier technique
d’Immobilisations approuvé par un expert externe.

• Tenue des inventaires réguliers • Cessions d’immobilisations


et rapprochement avec les non déclarées.
immobilisations comptabilisées.

• Tenue d’une comptabilité • Mauvaise évaluation des


Immobilisations analytique. immobilisations produites
produites par • Tous les coûts liés à la par l’entreprise pour elle-
l’entreprise pour production sont affectés même.
elle-même directement à l’immobilisation.

58
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Elaboration d’un programme de travail détaillé

59
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

I- ) Liste des risques fiscaux détectés :

Nature des risques Fiscaux


Description
Détectés

Liés à la variation des indicateurs de


performance de l’entreprise ……..
Liés aux spécificités techniques et fiscales
de l’activité exercée ……..
Liés à l’évaluation du contrôle interne
mis en place par l’entreprise vérifiée ……..

II- ) Orientation des contrôles des comptes et des contrôles sur pièce :

Risques Contrôle à effectuer


Comptes
fiscaux Détaillé Limité
Financement Permanent
Actif Immobilisé
Actif Circulant
Passif Circulant
Trésorerie
Produits
Charges

Préparé par
L’inspecteur Vérificateur Mr :

Approuvé par
Le chef de Brigade Mr :

Validé par
Le chef de Service Mr :

60
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Contrôle des comptes

61
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

(Les contrôle des comptes sont limités et orientés sur la base du


Programme de travail détaillé)

I-) Financement Permanent :

Principaux contrôles
Compte à effectuer

Subventions • Vérifier qu’il s’agit bel et bien des subventions d’investissements.


d’investissements • Vérifier que l’imposition de ces subventions a été étalée sur une
durée égale à celle de l’amortissement des biens acquis.
• Vérifier que la reprise correspondante à l’exercice en cours a été
bien comptabilisée au niveau du compte de produits et charges.

Réserves • S’assurer qu’au cas de distribution de réserves qu’une déclaration


et paiement de la retenue à la source en matière de produits des
actions, parts sociales et revenues assimilés ont été opérés.

• Vérifier que les provisions réglementées ont été réintégrées au

Provisions niveau du passage de résultat comptable au résultat fiscal.

Réglementées Il s’agit notamment des :


 Provisions pour investissements.
 Provisions pour reconstitution des gisements.
 Provision pour acquisition et construction de
logements.
• Vérifier que les emprunts sont au nom de la société.
• Vérifier que les emprunts ont été octroyés pour les besoins de
Dettes de
l’exploitation.
Financement
• Vérifier que les charges d’intérêts ont été correctement
enregistrées.
• Vérifier que les annuités correspondantes aux remboursements
des emprunts n’ont pas été reportées au niveau des charges.

62
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Provisions pour • Vérifier que ces provisions ont été comptabilisées pour faire face à

risques et charges un risque réel.


• Vérifier que le montant de la provision est suffisamment évalué et
qu’aucune sur estimation n’a été faite.

Ecart de • Vérifier que les écarts d conversion passifs ont été bien évalués sur
conversion la base du cours de clôture.
passif • Vérifier que les écarts de conversions passifs ont été réintégrés au
niveau du passage du résultat comptable au résultat fiscal.

II- ) Actif Immobilisé :

Principaux contrôles
Compte à effectuer

Les immobilisations en non valeurs concernent des frais


engagés préalablement au démarrage de la société et des frais
liés à l’activité de l’entreprise mais qui portent sur plusieurs

Immobilisations exercices.
en non valeurs
• Vérifier que ce compte contient effectivement ces
immobilisations en non valeur et non pas des charges.
• Vérifier que les immobilisations en non valeur sont amorties
au taux constant sur cinq ans.

63
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Les immobilisations incorporelles sont des éléments qui n’ont


pas d’existence physiques et qui sont susceptibles d’apporter une

Immobilisations valeur ajoutée à l’entreprise.


incorporelles Il s’agit principalement du fond commercial et des recherches et
développement.

• Vérifier que ce compte contient effectivement ces


immobilisations incorporelles et non pas des charges.

• Vérifier l’existence physique des immobilisations corporelles


déclarées au bilan.
• Vérifier que les immobilisations corporelles sont au nom de la
société et qu’elles sont destinées à des besoins d’exploitation.
• Vérifier l’exactitude des valeurs d’entrée des immobilisations
corporelles déclarées au Bilan.
• Vérifier que les immobilisations produites par l’entreprise ont
été bien enregistrées et bien évaluées au coût de production.
• Vérifier que les immobilisations importées réglées par une

Immobilisations monnaie étrangère ont été inscrites à l’actif par la contre partie

corporelles en dirhams du prix d’achat au moment de la réception.


• Vérifier que les amortissements pratiqués ne dépassent pas les
taux exigés par la loi fiscale, 5% pour les constructions, 10%
pour le matériel et outillage et 20% pour le matériel de
transport.
• Vérifier qu’au cas d’acquisition d’immeubles qu’une
ventilation entre terrains et constructions a été faite et que les
terrains n’ont pas fait l’objet d’amortissement.
• Vérifier que les immobilisations en cours ne sont pas amorties.
• Vérifier que les immeubles et les véhicules de transport n’ont
pas fait l’objet d’amortissement dégressif.

64
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

• Vérifier que les taux appliqués pour l’amortissement dégressif


sont compatibles avec la législation en vigueur.
 1,5 Pour les immobilisations dont la durée
d’amortissement est de trois ou quatre ans.
 2 Pour les immobilisations dont la durée
Immobilisations d’amortissement est de cinq ou six ans.
corporelles (Suite)  3 Pour les immobilisations dont la durée
d’amortissement est supérieure à 6 ans.

• Vérifier que les amortissements exceptionnels sont justifiés par


des pièces probantes et des éléments palpables.
• Vérifier que les provisions pour dépréciation des
immobilisations sont justifiés et ne sont pas sur évaluées.
• Vérifier que la TVA relative à l’achat de voiture de tourisme
n’a pas été déduite.
• Vérifier la régularisation de TVA au cas ou la durée
d’acquisition d’une immobilisation cédée ou retirée est
inférieure à cinq ans.

• Vérifier qu’il s’agit des immobilisations financières dont la

Immobilisation durée de détention est supérieure à 12 Mois.


Financières • Vérifier que ces immobilisations financières génèrent des
produits financiers compatibles avec le taux du marché.

65
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

III- ) Actif Circulant

Principaux contrôles
Compte à effectuer

• Vérifier que les éléments figurant au stock sont à la propriété


de l’entreprise.
• Vérifier que les éléments figurant au stock sont bien évalués
au coût réel ; le coût d’achat pour les biens acquis et le coût de
production pour les biens produits.
 Le coût d’achat est constitué du prix d’achat
augmenté des taxes non récupérables et des frais
d’approche et de transport et diminué des
réductions commerciales sur facture.

 Le coût de production est constitué par l’ensemble


des charges directes et indirectes qui ont contribué
à la réalisation de production à l’exception des
Stock
charges financières, des frais de recherche et
développement et des frais de l’administration
générale.

• Vérifier que les biens non identifiables sont évalués par l’une
des deux méthodes admises fiscalement ; le coût moyen
pondéré CMP, ou le premier entré premier sortie, FIFO.
• Vérifier que les pièces de rechange spécifiques ne sont pas
reportées au niveau des stocks, et qu’elles ont été
comptabilisées en immobilisation et amorties au même rythme
que les matériels auxquels sont rattachées.
• Vérifier que la provision pour dépréciation des stocks a été
bien justifiée et a fait l’objet d’une estimation suffisamment et
précise, article par article.

66
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Client • Vérifier l’exactitude du solde du compte client en effectuant


un rapprochement avec les comptes individuels des clients.
• Vérifier que la provision pour dépréciation du compte client
est bien justifiée et bien évaluée et a donné lieu à un recours
judicaire dans un délai de 12 mois.

Compte personnel • Vérifier que les avances accordées au personnel ne sont pas

Débiteur reportées au niveau des charges.


• Vérifier que la société a appliqué des taux d’intérêts sur les
avances de longue durée accordés au personnel.

Compte courant
d’associés Débiteur • Vérifier l’acte normal de l’opération en évaluant la capacité
financière de l’entreprise d’octroyer des prêts.
• Vérifier que les prêts accordés aux actionnaires ont donné lieu
à des intérêts.
• Vérifier que ces intérêts sont conformes aux taux du marché et
qu’ils ont été soumis à la TVA.

Comptes de Il s’agit notamment des charges contées d’avance et les intérêts

régularisation courus non échus à percevoir.

d’actif • Vérifier que ces régularisations ont été bien calculées et que le
principe de la spécialisation des exercices a été bien respecté.

67
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

IV- ) Passif circulant :

Principaux contrôles
Compte à effectuer

• Vérifier l’exactitude du solde du compte fournisseur en faisant


un rapprochement ave les comptes individuels des
fournisseurs.
Fournisseur • Vérifier qu’en cas d’importation, une comptabilisation a été
faite sur la base du cours de change à la date de facturation.
• Vérifier l’exactitude et la réalité des charges reportées au
compte fournisseur, factures non encore parvenues.

• Vérifier que la retenue à la source en matière d’IS pour les


travaux réalisés par des entreprises étrangères a été bien
Etat Créditeur opérée.
• Vérifier que le crédit de TVA n’a pas été reporté au niveau des
charges.

• Vérifier la capacité financière des associés effectuant des


avances à la société.
 En cas d’apports considérables, établir un
recoupement pour le service d’assiette pour

Compte courant déclencher d’autres vérifications.

d’associés • S’assurer que les intérêts relatifs aux sommes versés par les

Créditeur associés respectent la législation fiscale, à savoir :


 Le capital social doit être entièrement libéré.
 Le taux pratiqué pour l’octroi de ces intérêts ne doit pas
dépasser un taux annuel, fixé par le ministère des
finances.

68
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Compte de Il s’agit notamment du compte de produits constatés d’avance et

régularisation intérêts courus et non échus à payer.


Passif • Vérifier que les montants reportés dans ces comptes sont
exactes et réels.

Ecart de conversion • Vérifier que les écarts de conversion passifs ont été bien

Passif évalués sur la base du cours de clôture.


• Vérifier que les écarts de conversions passifs ont été réintégrés
au niveau du passage du résultat comptable au résultat fiscal.

V- ) Trésorerie :
Compte Principaux contrôles
à effectuer
• Vérifier que le compte caisse n’a pas été crédité par des
montants correspondant à des règlements de factures d’achat
Caisse dont la valeur dépasse 10 000,00 DH.
• Vérifier que le compte caisse n’a pas été débité par des
montants correspondants à des règlements de facture de vente
dont la valeur dépasse 20 000,00 DH.
• Vérifier que la caisse n’a jamais été créditrice.

• Faire le rapprochement entre le journal auxiliaire de la banque


et les relevés bancaires.
Banque • Vérifier l’origine des versements effectués et s’assurer qu’il ne
cache pas une dissimulation du chiffre d’affaires non déclaré.
• Demander les recoupements auprès des banques.

69
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

VI- ) Produits :

Compte Principaux contrôles


à effectuer

• Faire un rapprochement entre le journal des ventes et les


facture de vente.
• Demander des recoupements au près des principaux clients.
• Vérifier la conformité des factures de vente délivrées.
• Vérifier qu’en cas d’existence de relations de dépendance entre
la société vérifiée et l’un de ses clients, qu’aucun transfert de
bénéfice n’a été effectué à travers la minoration de prix de

Chiffres d’affaires vente.


• Vérifier l’exactitude du chiffre d’affaire déclaré à travers :
 Contrôle quantitatif (Activité Achat Revente) :
Rapprochement entre les quantités achetées et les quantités
vendues en tenant compte de la variation du stock.
 Contrôle matière (Activités industrielles) :
Rapprochement entre la production déclarée et la
consommation de matières premières supportées, en se
basant sur les normes pratiquées dans la profession de la
société vérifiée.
• Effectuer un rapprochement avec les encaissements en tenant
compte de la variation du compte client.
• Vérifier les taux appliqués en matière de TVA sont
compatibles avec la législation en vigueur.
• Vérifier que les éléments déclaratifs en matière de TVA sont
compatibles avec le régime choisi.
 Régime Débit : Facturation.
 Régime Encaissement : Encaissement.

70
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

• Vérifier l’existence des pièces et documents justificatifs pour le


Chiffres d’affaires chiffre d’affaires exonéré de TVA.
(Suite) • Vérifier, pour les ventes en tournés, l’existence des numéros de
patente des clients sur les factures délivrées.

Variation • Vérifier que la variation du stock des produits en cours et des


des stocks de produits finis a été comptabilisée et bien évaluée.
produits

Immobilisation • Vérifier que les immobilisations produites par l’entreprise

produite par pour elle-même ont été bien déclarées et bien évalué au coût
l’entreprise pour de production.
elle-même

• Vérifier que les subventions d’exploitation et les reprises sur


les subventions d’investissement ont été comptabilisées aux

Subventions comptes de produits.


d’exploitation • Vérifier que ces subventions ont été prises en compte pour le
calcul de la cotisation minimale.
• Vérifier que ces subventions accordées ont été déclarées à la
TVA.

• Vérifier que les produits nets réalisés sur la cession des titres et
valeurs de placement ne sont pas minorés.

Produits • Vérifier que les gains de change réalisés sur les opérations
Financiers libellées en monnaie étrangère sont comptabilisés et bien
évalués.
• Vérifier que les intérêts reçus sur les prêts accordés aux tiers
sont compatibles avec les taux du marché.

71
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Produits • Vérifier l’exactitude des produits de cession comptabilisées et


non faire le rapprochement avec les contrats de vente.
courants • Vérifier que les autres produits non courants, tel que les dons,
les dégrèvements reçus et les rentrées sur créances soldées ont
été inclus dans la base imposable.

VII- ) Charges :

Compte Principaux contrôles


à effectuer
• Vérifier que les achats effectués sont liés à l’exploitation.
• Vérifier que les achats effectués sont justifiés par des pièces
probantes.
• Demander des recoupements auprès des principaux
fournisseurs.

Achats de • Vérifier que les achats effectués ne sont pas exagérés par

marchandises et rapport à l’activité exercée.


matières premières • Vérifier que la TVA déduite a été bien mentionnée sur les
factures et mémoires d’achat.
• Vérifier le respect d’un délai d’un mois pour opérer les
déductions relatives aux achats réglés de marchandises et
matières premières.

72
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Achats de travaux,
études et prestation • Vérifier qu’en cas de prestations accomplies par des
de service entreprises non résidentes, qu’aucun transfert de bénéfice n’a
été opéré à travers la sur facturation des travaux réalisés.

Redevances de • Vérifier que l’entreprise a réintégré au niveau du passage de


crédit Bail résultat comptable au résultat fiscal, la partie des redevances
en crédit bail supportées pour l’acquisition de voitures de
tourisme, et qui dépasse le plafond autorisé.

• Vérifier que la condition de déductibilité du gasoil relatif au


transport a été bien respectée, à savoir le dépôt au service
Gasoil régional de l’assiette d’une déclaration de nombre de
kilométrage parcourus de l’exercice précèdent.

Assurance • S’assurer qu’aucune assurance sur la tête du dirigent n’a été


comptabilisée et déduite du résultat fiscal.

• Vérifier que les entretiens et réparations susceptibles


d’augmenter la valeur et la performance des immobilisations
Entretien et ne sont pas reportés au niveau des charges et qu’ils ont été
réparation comptabilisés en immobilisations et amorties suivant le même
rythme des actifs de destination.

Honoraires • S’assurer de l’existence de la déclaration d’honoraire.

Missions et • Vérifier que les frais de missions et réceptions sont justifiés par
réceptions des pièces probantes.
• Vérifier que les frais de mission et réceptions ne sont pas
exagérés.

73
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

• Vérifier que la TVA relative aux frais de missions et réceptions


n’a pas été déduite.

• Vérifier l’exactitude de la taxe professionnelle et la taxe des


services communaux reportées au niveau des charges.
 En cas de sur évaluation, procéder aux
Impôts et réintégrations nécessaires.
taxes  En cas de sous estimation, faire des recoupements
au service d’assiette.

Charges de • S’assurer que les indéfinités de licenciements, exonérés en

personnel matière d’IR/Salaire ont été bien calculés suivant la législation

et en vigueur.

IR/Salaire • Faire le rapprochement entre la déclaration d’IR/Salaire et le


compte charges de personnel.
• Vérifier que les avantages en nature ont été pris en compte
pour le calcul de l’IR/Salaire.

• Vérifier le respect des conditions de déductibilité des intérêts

Charges des bons de caisse.


Financières • Vérifier que les pertes de change supportées sur les dettes et
créances réalisées en monnaie étrangère, ont été correctement
calculées.

74
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Conclusion

L’approche par risques est une approche globale qui situe l’opération de contrôle
dans un cadre général et essaye d’agir suivant la nature des zones de vulnérabilité
liées à l’entreprise et à son environnement.
Elle ne limite par l’intervention des inspecteurs vérificateurs à des simples travaux de
pointage. Elle vise à créer un sens de critique et d’analyse et agir suivant une
méthodologie et une démarche bien définie.

La présentation théorique de cette approche a été complétée par un petit manuel


de travail qui prévoit la description des différentes tâches à réaliser et des contrôles à
effectuer.

Néanmoins, vu la complexité de la matière fiscale et l’évolution des différentes


dispositions législatives, il était très difficile de mettre en œuvre un guide pratique
qui prévoit tous les cas et qui répond à tous les questionnements.
L’objectif principal était de montrer aux utilisateurs la fiabilité et l’efficacité de cette
nouvelle méthodologie et la nécessité de mettre fin à l’approche classique qui a
démontré ses limites et ses dysfonctionnements.

Ce modeste travail d’application peut être assimilé à une feuille de route


susceptible d’aider l’inspecteur vérificateur à définir les grands axes de l’intervention
et agir suivant une démarche et méthodologie bien définie, organisée et orientée
risques.

Toutefois, il serait intéressant de le compléter, de l’enrichir et de le perfectionner


par d’autres travaux de recherches, et ceci dans un objectif ambitieux d’avoir un
guide standard qui constituera un référentiel officiel de travail pour l’ensemble des
services de vérification à travers le royaume.

75
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès
Vers une approche globale du contrôle fiscal, orientée risques. ESC-Toulouse

Bibliographie

Textes de loi :
 Le code général des impôts 2010.
 Le plan comptable général marocain.
 La loi comptable 9 - 88.
 Notes circulaires.
Ouvrages :
 La comptabilité générale des entreprises marocaines : FECHTALI Abderrazak,
Tome I et Tome II, Edition 2000.
 Mémento Comptable : Messnaoui, Mazar.
Mémoires :
 Le contrôle fiscal au Maroc, Mr Said OURCHAKOU. Université Paris 1-
Pathèon - Sorbonne 2006-2007.
 Performance du contrôle fiscal au Maroc, Mme Ikram Gheriss, ISCAE,
Novembre 2007.
Articles :
 La qualité du contrôle fiscal au Maroc ; AJBAR Mohammed, Direction
Régionale de Tanger.
Support de cours :
(Programme du Mastère spécialisé en audit, contrôle, finances en environnement
international, année universitaire 2009, 2010).
 Contrôle interne ; Samir Jouti.
 Contrôle interne ; Stéphane Michel.
 Audit Financier ; Samir Jouti
 Normes internationales d’audit ; Alain Guy Moyat.

Cas réels puisés de mon expérience professionnelle.

76
Travail réalisé par Mr Rachid MANSOURINE Ingénieur Vérificateur DRI Fès

Vous aimerez peut-être aussi