Vocabulaire de la chimie et des matériaux

Enrichissement de la langue française

2007 Termes, expressions et définitions publiés au Journal officiel Premier ministre Commission générale de terminologie et de néologie

Vocabulaire de la chimie et des matériaux
Enrichissement de la langue française

2007 Termes, expressions et définitions publiés au Journal officiel Premier ministre Commission générale de terminologie et de néologie

Les fascicules de cette collection reprennent les listes de termes, expressions et définitions publiées au Journal officiel de la République française par la Commission générale de terminologie et de néologie, en application du décret du 3 juillet 1996 relatif à l’enrichissement de la langue française. Les termes proposés par les commissions spécialisées de terminologie et de néologie sont soumis à une procédure d’approbation impliquant la Commission générale de terminologie et de néologie, l’Académie française et le ministre concerné. La publication de ces termes au Journal officiel rend leur emploi obligatoire, à la place des équivalents étrangers, pour les services de l’État et ses établissements publics (art. 11 du décret du 3 juillet 1996). Les listes terminologiques publiées au Journal officiel couvrent de très nombreux domaines techniques dans les secteurs de pointe de l’information et de la communication (internet, informatique), des sciences (chimie, ingénierie nucléaire, sciences et techniques spatiales), de l’industrie (automobile, pétrole), de l’économie et des finances, de la santé, de l’agriculture, de la défense, des transports, de la culture, en fait l’ensemble des domaines de compétence des différents ministères. Elles peuvent être consultées sur l’internet à partir du site de la délégation générale à la langue française (www.dglf.culture.gouv.fr). La base de données CRITER (Corpus du réseau interministériel de terminologie) regroupe l’ensemble de ces listes w (www.criter.dglf.culture.gouv.fr).
2

Il s’agit d’un ensemble limité de termes et définitions relevant des domaines de la chimie et des matériaux. expressions et définitions contenus dans le présent fascicule sont issus des travaux de la commission spécialisée de terminologie et de néologie de la chimie et des matériaux.Les termes. et interfaces termes généraux de la chimie • 22 septembre 2005 termes généraux de la chimie 3 . La publication de ces termes et définitions a pour but d’enrichir la langue française en facilitant la compréhension de notions souvent mal connues du public et d’en élargir l’emploi. par tout locuteur soucieux de s’exprimer en français. dans le cadre du dispositif d’enrichissement de la langue française. couches et films minces. qui ne se trouvent généralement pas dans les dictionnaires généraux. ou qui s’y trouvent mais avec un sens différent de celui qu’ils ont dans ce domaine particulier. Ces termes ou expressions ont été publiés précédemment par la Commission générale de terminologie et de néologie sous forme de listes au Journal officiel du : • 18 avril 2001 • 18 avril 2001 • 1er mars 2002 • 15 juin 2003 • 8 octobre 2003 termes généraux de la chimie stéréochimie polymères chimie physique. liquides ou solides. hors du cercle professionnel.

4 .

chiralité. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. hydron. en particulier d’une entité moléculaire. ou l’espèce chimique correspondante. ♦ Équivalent étranger : Brønsted acid. ♦ Note : On qualifie les acides de ce type de « forts » ou « faibles » selon qu’ils sont complètement ou partiellement dissociés en solution aqueuse. ♦ Équivalent étranger : achiral. superposable à son image dans un miroir. ♦ Voir aussi : base de Brønsted. capable de céder un hydron (proton) en donnant une autre entité ou espèce chimique : la base conjuguée. acide de Brønsted ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Entité moléculaire. -e. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. protonic acid.Vocabulaire de la chimie et des matériaux achiral. ♦ Voir aussi : chiral. ♦ Définition : Se dit d’un objet. 5 . adj. ♦ Note : « Ch » se prononce [k]. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.

dite « base de Lewis ».acide de Lewis ♦ Domaine : Chimie. liaison de coordination. 6 . Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. qui accepte un doublet d’électrons. ♦ Note : Un acide de Lewis est donc capable de s’associer avec une autre entité moléculaire. ♦ Équivalent étranger : Lewis acid. ♦ Note : 1. ♦ Voir aussi : adduit. ♦ Définition : Acide de Lewis dont le centre accepteur d’électrons est faiblement polarisable. électrophile. ♦ Voir aussi : base dure. 2. Un acide dur s’associe plutôt à une base dure qu’à une base molle. pour former un adduit par mise en commun du doublet de la base. on entend ici : « dont le nuage électronique peut se déformer facilement sous l’effet d’un champ électrique ». Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : hard acid. acide dur ♦ Domaine : Chimie. base molle. ou l’espèce chimique correspondante. On peut citer comme exemple le trifluorure de bore. base de Lewis. ♦ Définition : Entité moléculaire. Par « polarisable ».

♦ Équivalent étranger : soft acid. 2. 7 . Un acide mou s’associe plutôt à une base molle qu’à une base dure. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Note : Cette propriété se manifeste aussi par la dispersion rotatoire. ♦ Définition : Propriété qu’a une entité chimique ou physique chirale de faire tourner le plan de polarisation d’un faisceau de lumière polarisée plane.acide mou ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : optical activity. lévogyre. le dichroïsme circulaire et la polarisation circulaire d’émission. chiroptique. dextrogyre. activité optique ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. Par « polarisable ». ♦ Note : 1. on entend ici : « dont le nuage électronique peut se déformer facilement sous l’effet d’un champ électrique ». ♦ Voir aussi : chiralité. base molle. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Voir aussi : base dure. pouvoir rotatoire. ♦ Définition : Acide de Lewis dont le centre accepteur d’électrons est fortement polarisable.

adduit, n.m. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Espèce chimique AB dont chaque entité moléculaire est formée par combinaison directe de deux entités moléculaires distinctes A et B. ♦ Note : 1. Il existe aussi des stœchiométries différentes de 1/1. 2. Dans certains cas, en particulier en chimie organique, la formation de l’adduit s’accompagne d’un changement de la nature et de la multiplicité des liaisons entre atomes des entités A et B. 3. Quand A et B sont des groupes appartenant à la même entité moléculaire, il peut se former un adduit intramoléculaire. ♦ Voir aussi : complexe. ♦ Équivalent étranger : adduct.
Source : Journal officiel du 18 avril 2001.

affaissement d’une monocouche ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Définition : Perte du caractère bidimensionnel d’une monocouche flottante sous l’effet d’une pression latérale excessive. ♦ Voir aussi : monocouche flottante, séquence de Langmuir. ♦ Équivalent étranger : monolayer collapse.
Source : Journal officiel du 15 juin 2003.

alkylation, n.f. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Introduction d’un groupe hydrocarboné monovalent non aromatique dans une espèce chimique.

8

♦ Note : Ce terme s’emploie également, avec un sens particulier, dans le domaine de l’industrie pétrolière. ♦ Équivalent étranger : alkylation.
Source : Journal officiel du 8 octobre 2003.

ambident, -e, adj. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Qualifie une entité moléculaire, ou l’espèce chimique correspondante, qui possède deux sites distincts en forte interaction, capables, au cours d’une réaction, d’être l’un ou l’autre le siège d’une nouvelle liaison. ♦ Note : 1. Du latin ambo, « tous les deux », et dens, « dent ». 2. On peut citer comme exemples : l’ion énolate, qui peut agir avec les électrophiles soit par l’atome de carbone en beta, soit par l’atome d’oxygène, et l’ion nitrite, qui peut réagir de même soit par l’atome d’azote, soit par l’atome d’oxygène. ♦ Équivalent étranger : ambident.
Source : Journal officiel du 18 avril 2001.

amphiphile, adj. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Définition : Se dit d’une entité moléculaire qui présente une double affinité, à la fois hydrophile et lipophile (hydrophobe). ♦ Note : Du grec amphi, « des deux côtés », et philos, « ami ». ♦ Voir aussi : tensio-actif. ♦ Équivalent étranger : amphiphilic.
Source : Journal officiel du 18 avril 2001.
9

angle de contact ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Définition : Angle dièdre formé par deux interfaces contiguës à leur intersection apparente. ♦ Note : L’expression « angle de raccordement » antérieurement utilisée n’est plus recommandée. ♦ Équivalent étranger : contact angle.
Source : Journal officiel du 15 juin 2003.

angle de torsion ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Définition : Dans un enchaînement non linéaire d’atomes A-B-C-D, angle dièdre formé par le plan contenant les atomes A, B, C et celui qui contient les atomes B, C, D. ♦ Note : L’enchaînement étant regardé dans l’axe de la liaison B-C, l’angle de torsion entre les liaisons A-B et C-D est considéré comme positif si la liaison A-B est tournée dans le sens des aiguilles d’une montre de moins de 180° en vue d’éclipser la liaison C-D ; un angle de torsion négatif nécessite une rotation dans le sens opposé. ♦ Voir aussi : conformation anticlinale, conformation antipériplanaire, conformation décalée, conformation éclipsée, conformation synclinale, conformation synpériplanaire. ♦ Équivalent étranger : torsion angle.
Source : Journal officiel du 18 avril 2001.

10

du C-2 dans le cas d’un 2-cétose. « en tête ». 2. adj. de formes également cycliques de sucres. « partie ». adj. etc. adj. ♦ Voir aussi : conjugaison. Du grec ano. ou de molécules apparentées qui ne diffèrent que par la configuration du C-1 dans le cas d’un aldose. Traditionnellement utilisé pour qualifier les hydrocarbures dont la formule comporte un ou plusieurs noyaux benzéniques. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Synonyme : anomérique. d’hémiacétals cycliques.anomère. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. entité moléculaire. ♦ Définition : Se dit de chacun des diastéréo-isomères de glycosides. Ce caractère se rencontre dans les systèmes cycliques plans comportant (4n + 2) électrons .). ♦ Note : 1. 2. et meros. présente une énergie plus basse et par suite une stabilité plus grande que toutes les structures limites possibles. ♦ Note : 1. ce terme est parfois employé comme substantif pour les désigner. structure limite. résonance. aromatique. ♦ Équivalent étranger : anomer (n. anomeric. ♦ Définition : Se dit d’une entité moléculaire qui comporte un système conjugué cyclique et qui. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. 11 . l’exemple classique d’une telle entité est le benzène (pour lequel n = 1). ♦ Équivalent étranger : aromatic. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. en raison de la délocalisation électronique. Le terme « anomère » est également employé comme substantif.

« ch » se prononce [k]. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. privatif. ♦ Voir aussi : conjugaison. ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. ♦ Équivalent étranger : anchimeric assistance. Cet effet intervient fréquemment dans les réactions de substitution nucléophile. relatif à l’« art de ranger. 2. 12 .assistance anchimère ♦ Domaine : Chimie. nucléophile. macromolécule. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Note : Du grec a. unité configurationnelle élémentaire. polymère. atactique. ♦ Note : 1. et taktikos. tactique. ♦ Équivalent étranger : atactic. Du grec ankura. par exemple dans l’hydrolyse facilitée de l’ypérite [sulfure de bis (2-chloroéthyle)]. adj. « ancre » . ♦ Définition : Accélération d’une réaction résultant de l’interaction entre un centre réactionnel et des électrons d’un groupe appartenant à la même molécule mais qui ne sont pas conjugués avec ce centre. ♦ Voir aussi : isotactique. de manœuvrer ». syndiotactique. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule ou d’un polymère réguliers constitués d’unités configurationnelles élémentaires qui ne sont pas majoritairement identiques.

Source : Journal officiel du 18 avril 2001. tropein. ♦ Définition : Condensation d’un composé sur luimême. autocondensation. 2. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Conformère pouvant être isolé sous forme d’espèce chimique distincte et résultant d’une rotation restreinte autour d’une liaison simple. ♦ Définition : Réorganisation spontanée d’une monocouche composite en une monocouche recomposée.f. et meros. ♦ Voir aussi : condensation croisée. ♦ Équivalent étranger : two-dimensional self-assembling. Du grec a. « partie ». privatif. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.m. « tourner ». ♦ Note : Par exemple. monocouche recomposée. ♦ Équivalent étranger : self-condensation. autoassemblage bidimensionnel ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. 13 . par exemple.atropisomère. n. ♦ Équivalent étranger : atropisomer. Se rencontre. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Note : 1. la condensation aldolique de l’acétaldéhyde est une autocondensation dans laquelle deux molécules de la même substance sont impliquées. n. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Voir aussi : conformère. ♦ Voir aussi : monocouche composite. chez les biphényles ortho-disubstitués.

capable d’accepter un hydron (proton) en donnant une autre entité ou espèce chimique : l’acide conjugué. capable de fournir un doublet d’électrons. ♦ Voir aussi : acide de Brønsted. ♦ Définition : Entité moléculaire. ♦ Note : On qualifie les bases de ce type de « fortes » ou « faibles » selon que les acides conjugués sont partiellement ou complètement dissociés en solution aqueuse. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. base de Brønsted ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : rotational barrier. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Note : Une base de Lewis est donc capable de réagir avec un acide de Lewis pour former un adduit par mise en commun du doublet de la base. ou l’espèce chimique correspondante. hydron. ♦ Voir aussi : angle de torsion. ♦ Définition : Différence entre un minimum donné et un maximum voisin de l’énergie potentielle d’une entité moléculaire dans une modification conformationnelle résultant d’une rotation autour d’une liaison. 14 . base de Lewis ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : Brønsted base.barrière de rotation ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ou l’espèce chimique correspondante. ♦ Définition : Entité moléculaire.

Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Une base molle s’associe plutôt à un acide mou qu’à un acide dur. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Définition : Base de Lewis dont le centre donneur d’électrons est fortement polarisable. ♦ Note : 1. ♦ Définition : Base de Lewis dont le centre donneur d’électrons est faiblement polarisable.On peut citer comme exemples l’ammoniac et l’oxyde de diéthyle. ♦ Voir aussi : acide dur. Par « polarisable ». Une base dure s’associe plutôt à un acide dur qu’à un acide mou. acide mou. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Note : 1. on entend ici : « dont le nuage électronique peut se déformer facilement sous l’effet d’un champ électrique ». adduit. 2. base dure ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : Lewis base. nucléophile. ♦ Équivalent étranger : hard base. 15 . liaison de coordination. on entend ici : « dont le nuage électronique peut se déformer facilement sous l’effet d’un champ électrique ». ♦ Voir aussi : acide de Lewis. Par « polarisable ». 2. ♦ Voir aussi : acide dur. acide mou. base molle ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : soft base.

♦ Définition : Qui provoque un déplacement du spectre électronique d’absorption. adj. ♦ Équivalent étranger : bathochromic. 16 . Source : Journal officiel du 15 juin 2003. d’une entité moléculaire vers des fréquences plus basses.f. ♦ Note : Du grec bathos. bicouche. film. ♦ Antonyme : hypsochrome. « profondeur ». ♦ Voir aussi : macromolécule. ou d’émission. n. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. adj. ♦ Domaine : Chimie/Spectroscopie. ♦ Équivalent étranger : double-strand. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Voir aussi : chromophore. ♦ Définition : Film mince constitué de deux monocouches distinctes superposées. ♦ Voir aussi : couche monomoléculaire. multicaténaire.bathochrome. adj. bicaténaire. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule ou d’un polymère constitués de deux chaînes reliées entre elles et formant une séquence ininterrompue de cycles telle que les cycles adjacents possèdent un ou plusieurs atomes communs. ♦ Équivalent étranger : bilayer. « couleur ». et khrôma. polymère.

♦ Définition : Effet d’écran résultant d’un affaiblissement local d’un champ électrique exercé vers l’extérieur par une entité chargée (noyau atomique. lesquels créent un faible champ antagoniste. n. 17 . ♦ Équivalent étranger : shielding.m. ♦ Note : Cet effet est à la base des méthodes de résonance magnétique nucléaire appliquées à l’étude des molécules comportant au moins un noyau atomique de spin non nul. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Définition : Effet d’écran résultant d’un affaiblissement local d’un champ magnétique externe. dû à la présence d’électrons ou d’ions de charge opposée autour de cette entité. ion ou assemblage moléculaire). ♦ Équivalent étranger : screening.blindage. dû à la présence d’électrons circulant autour d’un noyau atomique. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005.m. n. blindage. comme celui du verbe correspondant « écranter ». est impropre. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Note : L’emploi en ce sens du néologisme « écrantage ».

♦ Voir aussi : film de mouillage. unité constitutive. ♦ Équivalent étranger : block.bloc. ♦ Définition : Région de l’espace à la périphérie des films de mousse ou des films de mouillage. qui assure la continuité entre le film et la phase liquide génératrice. ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. ♦ Définition : Partie d’une macromolécule comprenant de nombreuses unités constitutives et qui possède au moins une particularité de constitution ou de configuration qui n’apparaît pas dans les parties adjacentes. les définitions relatives aux macromolécules peuvent également s’appliquer aux blocs. ♦ Note : Dans certains cas.m. 18 . ♦ Note : Du nom du physicien belge Joseph Plateau (1801-1883). Source : Journal officiel du 15 juin 2003. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. bord de Plateau ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. film de mousse. ♦ Équivalent étranger : Plateau border. n. ♦ Voir aussi : macromolécule.

m. ♦ Domaine : Chimie.capteur. chiral centre (GB). ♦ Définition : Substance qui réagit avec (ou qui élimine d’une autre façon) un composé à l’état de traces ou qui capture un intermédiaire réactionnel. octaédriques ou à des pyramides trigonales. n. ♦ Équivalent étranger : chiral center (EU). « Ch » se prononce [k]. 2. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. centre chiral ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Note : 1. ♦ Voir aussi : chiralité. ♦ Équivalent étranger : scavenger. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Cette expression peut s’appliquer à des structures tétraédriques. configuration absolue. 3. 19 . ♦ Définition : Atome maintenant un ensemble d’atomes ou de groupes d’atomes dans une disposition non superposable à son image dans un miroir. L’exemple classique de centre chiral est l’atome de carbone asymétrique Cabcd. ♦ Voir aussi : piège.

macromolécule. ♦ Voir aussi : chaîne. main chain. ♦ Voir aussi : bloc. ♦ Équivalent étranger : backbone. chaîne principale ♦ Domaine : Chimie/Polymères. unité constitutive. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Équivalent étranger : chain. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. 20 . ♦ Définition : Macromolécule ou partie d’une macromolécule comportant une séquence linéaire ou ramifiée d’unités constitutives située entre deux unités constitutives limites qui peuvent être chacune un groupe terminal.chaîne. qu’elles soient courtes ou longues. sont attachées.f. ♦ Note : Dans certains cas. un point de branchement ou une particularité caractéristique de la macromolécule. ♦ Définition : Chaîne linéaire à laquelle toutes les autres chaînes. ♦ Note : Les chaînes attachées à la chaîne principale peuvent être considérées comme des chaînes latérales. les définitions relatives aux macromolécules peuvent également s’appliquer aux chaînes. n. ♦ Domaine : Chimie/Polymères.

♦ Note : Du grec khélé. ♦ Équivalent étranger : chelate. ♦ Voir aussi : entité moléculaire. ♦ Définition : Entité moléculaire comportant une chélation .f. espèce chimique. Du grec khélé. n. 2.m. ♦ Domaine : Chimie. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. 21 . ♦ Définition : Formation ou présence de liaisons ou autres forces attractives entre un atome central unique et deux ou plusieurs sites liants distincts d’un même ligand. ♦ Définition : Partie de la chimie et de la toxicologie qui traite des procédés utilisés pour aider la justice dans ses investigations. ♦ Équivalent étranger : chelation. legal chemistry. ♦ Domaine : Chimie. chimie médicolégale ♦ Domaine : Chimie/Chimie analytique. « pince » .chélate. « ch » se prononce [k]. l’espèce chimique correspondante. On limite souvent l’utilisation de ce terme aux cas où l’atome central est un atome métallique. n. ♦ Note : 1. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : forensic chemistry. « ch » se prononce [k]. chélation. « pince » .

-e. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. par exemple. non superposable à son image dans un miroir. ♦ Équivalent étranger : chiroptic. « Ch » se prononce [k].chiral. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. 22 . en particulier d’une entité moléculaire. ♦ Note : 1. ♦ Voir aussi : achiral. ♦ Note : « Ch » se prononce [k]. « Ch » se prononce [k]. en particulier d’une entité moléculaire. Le terme a été étendu improprement à des substances dont toutes les molécules sont chirales même si l’assemblage macroscopique de ces molécules est racémique. ♦ Équivalent étranger : chiral. ♦ Équivalent étranger : chirality. chiralité. chiroptique. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. n. handedness. non superposable à son image dans un miroir. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. adj. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. aux mesures de la dispersion rotatoire optique et du dichroïsme circulaire. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Définition : Qualifie les techniques optiques utilisées pour l’étude de la chiralité des molécules. ♦ Définition : Se dit d’un objet. chiroptical. adj. 2. ♦ Voir aussi : achiral. S’applique. 2. ♦ Définition : Propriété géométrique d’un objet. ♦ Note : 1.f. à la polarimétrie.

♦ Voir aussi : bathochrome. n. ♦ Note : Le terme « chromophore » est également employé comme substantif. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.m. chromophoric. ♦ Définition : Composé d’inclusion dans lequel la molécule incluse est enfermée dans une cage formée par la molécule hôte ou par un réseau de molécules hôtes. ♦ Note : 1. 2. à l’origine d’une transition électronique donnée. ♦ Équivalent étranger : cage compound. clathrate. ♦ Définition : Se dit d’un ensemble d’atomes à l’origine de la couleur d’une entité moléculaire et. clathrate. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : chromophore (n. adj. ♦ Domaine : Chimie/Spectroscopie.chromophore. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. L’expression « composé en cage » est déconseillée. par extension et plus généralement. ♦ Voir aussi : composé d’inclusion. 23 .). hypsochrome. Du grec klathron. « fermeture ».

sous-phase. ♦ Note : L’attraction entre l’hôte et la ou les molécules incluses étant due à des forces de Van der Waals. complexe. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. l’espèce chimique correspondante. ioniques ou neutres . à la surface d’un liquide. deux espèces chimiques. n. composé d’inclusion ♦ Domaine : Chimie. composé semi-amphiphile. l’une amphiphile et l’autre non amphiphile. il n’y a pas de liaisons chimiques fortes entre ces espèces. ♦ Voir aussi : amphiphile. liaison de coordination.m.m. ♦ Voir aussi : clathrate. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. entité 24 . n. ♦ Définition : Entité moléculaire formée par l’association de deux ou de plusieurs entités moléculaires. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : complex. ♦ Définition : Action de déposer ensemble et simultanément. cuve de Langmuir. ♦ Voir aussi : adduit. ♦ Définition : Composé dont l’un des composants forme une cavité de taille limitée ou un réseau cristallin dans lesquels sont logées la ou les entités moléculaires d’une seconde espèce chimique.coétalement. ♦ Équivalent étranger : co-spreading.

capables de fixer les cations alcalins. « Méso » est à considérer comme le stéréodescripteur attribué à un membre achiral d’un ensemble de diastéréo-isomères 25 . ♦ Domaine : Chimie. « situé au milieu ». ♦ Voir aussi : chélate. de groupes énantiotopes. ♦ Note : 1. cryptand. découvert par Pasteur. coronate. ligand.moléculaire. ♦ Définition : Assemblage monocyclique comportant au moins trois sites liants retenus ensemble par des liaisons covalentes et suffisamment proches pour former des chélates avec des espèces cationiques incluses en position centrale ou quasi centrale. Du grec mesos. ♦ Définition : Espèce chimique constituée d’entités moléculaires achirales du fait de la présence. molécule incluse. molécule hôte. 2. ♦ Équivalent étranger : inclusion complex. indédoublable. par paires. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. complexe. ♦ Note : On peut citer comme exemples de telles molécules les éthers-couronnes. composé méso ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Équivalent étranger : coronand. crown compound. 3. composé en couronne ♦ Forme abrégée : composé couronne. inclusion compound. « Méso » a pour origine le qualificatif « mésotartrique » attribué à l’acide tartrique optiquement inactif. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003.

Source : Journal officiel du 18 avril 2001. composé semi-amphiphile ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.comportant au moins un membre chiral. composé racémique ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. formé par combinaison de deux espèces chimiques. stéréodescripteur. ♦ Équivalent étranger : co-amphiphilic compound. énantiomère. énantiotope. ♦ Voir aussi : dédoublement d’un racémique. ♦ Équivalent étranger : racemic compound. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Voir aussi : conglomérat racémique. ♦ Équivalent étranger : meso-compound. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. racémique. ♦ Note : L’usage de cette expression est généralement restreint aux composés montrant une activité fonctionnelle spécifique liée à la présence de l’espèce non amphiphile. ♦ Définition : Composé doué de propriétés amphiphiles. 26 . l’une amphiphile et l’autre non amphiphile. ♦ Définition : Composé cristallin homogène formé par deux énantiomères présents en quantités égales dans la maille élémentaire. ♦ Voir aussi : amphiphile.

2. 3. La réaction peut également se produire entre des sites réactionnels séparés d’une même entité moléculaire. ♦ Note : 1. ♦ Définition : Condensation entre deux composés différents. le plus souvent. En chimie organique. crossed condensation. la réaction peut conduire à une seule famille de produits plutôt qu’à un seul produit. ♦ Voir aussi : autocondensation. ♦ Équivalent étranger : cross-condensation. la condensation de l’acétone sur le benzaldéhyde est une condensation croisée dans laquelle une molécule de chaque substance est impliquée. ♦ Définition : Réaction de jonction entre deux ou plusieurs entités moléculaires aboutissant à un seul produit et qui s’accompagne généralement de l’élimination d’une petite molécule (eau.condensation. la définition s’applique. ♦ Domaine : Chimie. 27 . condensation croisée ♦ Domaine : Chimie.). ♦ Voir aussi : autocondensation. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : condensation. etc. En chimie inorganique.f. n. ♦ Note : Par exemple. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. à la soudure de molécules par formation de liaisons entre atomes de carbone. ammoniac.

stéréodescripteur. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Voir aussi : chiralité. ♦ Définition : Disposition spatiale des atomes ou des groupes d’atomes d’une entité moléculaire chirale ou d’un groupe chiral qui distingue cette entité ou ce groupe de son image dans un miroir. ♦ Équivalent étranger : drastic conditions. ♦ Note : La configuration absolue peut être décrite par des stéréodescripteurs conventionnels tels que R ou S.conditions drastiques ♦ Domaine : Chimie. 28 . exceptionnellement énergiques. ♦ Définition : Dans une réaction chimique. propre aux stéréo-isomères dont l’isomérie n’est pas due à des différences de conformation. conditions. ♦ Définition : Disposition spatiale des atomes ou des groupes d’atomes d’une entité moléculaire. règles séquentielles. configuration absolue ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.f. ♦ Voir aussi : conformation. configuration. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. notamment de température ou de pression. n. ♦ Équivalent étranger : configuration. ♦ Équivalent étranger : absolute configuration.

Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Note : Exemple : isomère configurationnel. 29 . ♦ Note : À la différence de la configuration absolue. adj. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. la configuration relative demeure inchangée par réflexion.configurationnel. (langage professionnel) ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Équivalent étranger : relative configuration. ♦ Définition : Configuration de tout centre stéréogène par rapport à tout autre centre stéréogène contenu dans la même entité moléculaire. ♦ Voir aussi : configuration. n. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : configurational. ♦ Définition : Qui est relatif à la configuration. ♦ Voir aussi : stéréogène. conformation.f. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Équivalent étranger : conformation. configuration relative ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Définition : Disposition spatiale des atomes ou des groupes d’atomes d’une entité moléculaire s’appliquant à des structures stéréo-isomères qui peuvent être interconverties par des rotations autour de liaisons simples. conformère.

♦ Note : 1. ♦ Voir aussi : angle de torsion. « faire pencher en sens contraire ».conformation anticlinale ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. et du latin planus. ♦ Équivalent étranger : antiperiplanar conformation.180°. Une telle conformation peut être décrite par le symbole ac. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.90° et . et peri. ♦ Définition : Conformation d’un édifice moléculaire dans laquelle les trois liaisons formées par deux atomes ou groupes attachés à deux atomes adjacents forment un angle de torsion compris entre + 150° et + 180° ou entre .150° et . « plan ». Du grec antiklinein. ♦ Voir aussi : angle de torsion. 2. ♦ Note : 1. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. « autour de ». 30 . Une telle conformation peut être décrite par le symbole ap. 2. ♦ Équivalent étranger : anticlinal conformation. Du grec anti. « en opposition ». ♦ Définition : Conformation d’un édifice moléculaire dans laquelle les trois liaisons formées par deux atomes ou groupes attachés à deux atomes adjacents forment un angle de torsion compris entre + 90° et + 150° ou entre .150°. conformation antipériplanaire ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.

+ ou . « conformation flexible » ou « conformation torsadée ». ♦ Équivalent étranger : skew conformation. ♦ Définition : Conformation intermédiaire du cyclohexane de symétrie D2 observée dans l’interconversion de deux conformations en chaise. ♦ Note : Elle est également qualifiée de « conformation en bateau-croisé ». twist conformation.60°. ♦ Définition : Conformation d’un édifice moléculaire dans laquelle les trois liaisons formées par deux atomes ou groupes attachés à deux atomes adjacents forment un angle de torsion tel que les atomes ou groupes ne présentent pas d’interactions éclipsées.conformation croisée ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Équivalent étranger : staggered conformation. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. 31 . ♦ Voir aussi : angle de torsion. ♦ Note : Les angles de torsion sont alors égaux à (ou voisins de) + ou . conformation décalée ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.120° ou 180°.

conformation éclipsée ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. dans laquelle les atomes ou groupes apparaissent comme plus ou moins superposés. 32 . ♦ Voir aussi : angle de torsion. conformation en bateau ♦ Forme abrégée : conformation bateau. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Note : Une conformation similaire peut se rencontrer également chez certains composés à grands cycles. ♦ Équivalent étranger : boat conformation. ♦ Définition : Conformation d’un édifice moléculaire dans laquelle les trois liaisons formées par deux atomes ou groupes attachés à deux atomes adjacents forment un angle de torsion égal à (ou voisin de) 0° et. 2. ♦ Domaine : Chimie/ Stéréochimie. ♦ Définition : Conformation du cyclohexane de symétrie C2v dans laquelle les atomes de carbone 1. de ce fait. 4 et 5 occupent des positions coplanaires tandis que les atomes de carbone 3 et 6 se situent du même côté du plan ainsi défini. ♦ Équivalent étranger : eclipsed conformation. ♦ Note : Cette conformation correspond sensiblement à celle définie par l’expression « conformation synpériplanaire ».

♦ Note : Le cyclooctane est susceptible de se trouver dans cette conformation. 2. 33 . conformation en cuvette ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Équivalent étranger : chair conformation. 4 et 5 occupent des positions coplanaires tandis que les atomes de carbone 3 et 6 se situent de part et d’autre du plan ainsi défini. ♦ Définition : Conformation de symétrie D2d d’un cycle saturé à huit chaînons . ♦ Définition : Conformation du cyclohexane de symétrie D3d dans laquelle les atomes de carbone 1. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : tub conformation. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. dans cette conformation. les quatre atomes qui forment une paire de liaisons diamétralement opposées du cycle se trouvent dans un plan alors que les quatre autres atomes sont d’un même côté de ce plan.conformation en chaise ♦ Forme abrégée : conformation chaise. ♦ Domaine : Chimie/ Stéréochimie. ♦ Note : Une conformation similaire peut se rencontrer également chez certains composés à grands cycles.

♦ Note : 1. ♦ Voir aussi : angle de torsion. La conformation gauche est un cas particulier de conformation décalée. Cette conformation correspond sensiblement à celle désignée par le terme « conformation synclinale ». (langage professionnel) ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.60°.90°. ♦ Équivalent étranger : conformational.conformation gauche ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. 2. ♦ Définition : Conformation d’un édifice moléculaire dans laquelle les trois liaisons formées par deux atomes ou groupes attachés à deux atomes adjacents forment un angle de torsion égal à (ou voisin de) + 60° ou . ♦ Définition : Conformation d’un édifice moléculaire dans laquelle les trois liaisons formées par deux atomes ou groupes attachés à deux atomes adjacents forment un angle de torsion compris entre + 30° et + 90° ou entre . ♦ Note : Une telle conformation peut être décrite par le symbole sc. ♦ Note : Exemple : isomère conformationnel. ♦ Voir aussi : conformation. ♦ Définition : Qui est relatif à la conformation. 34 . Source : Journal officiel du 18 avril 2001. adj.30° et . conformationnel. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : gauche conformation. conformation synclinale ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.

« plan ». ♦ Définition : Élément d’un ensemble de stéréo-isomères conformationnels dont chacun est caractérisé par une conformation correspondant à un minimum distinct d’énergie potentielle de l’entité moléculaire. ♦ Équivalent étranger : synclinal conformation. ♦ Note : 1. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. conformation synpériplanaire ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.m. conformère. ♦ Équivalent étranger : synperiplanar conformation. et peri. 2. « autour de ». rotamère. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Du grec syn. Une telle conformation peut être décrite par le symbole sp. n. et du latin planus. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.♦ Voir aussi : angle de torsion. ♦ Voir aussi : conformation.30°. « ensemble ». ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. 35 . ♦ Définition : Conformation d’un édifice moléculaire dans laquelle les trois liaisons formées par deux atomes ou groupes attachés à deux atomes adjacents forment un angle de torsion compris entre 0° et + 30° ou entre 0° et . ♦ Équivalent étranger : conformer. ♦ Voir aussi : angle de torsion.

♦ Note : 1. le recouvrement des orbitales atomiques. orbitale. de type « p ». ♦ Voir aussi : composé racémique. conjugaison. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. résonance. énantiomère. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Délocalisation d’électrons de type . ♦ Définition : Mélange en quantités égales de deux énantiomères sous forme de cristaux non identiques dont chacun ne contient qu’un seul des deux énantiomères présents. ♦ Voir aussi : formule développée. Ce terme désigne.f. ♦ Équivalent étranger : conjugation. par exemple dans une séquence de liaisons simples et multiples alternées. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. L’unité structurale présentant une telle délocalisation est appelée « système conjugué ». ♦ Équivalent étranger : racemic conglomerate. hyperconjugaison. 36 . 2.conglomérat racémique ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. n. racémique. par exemple. d’au moins trois atomes adjacents.

Source : Journal officiel du 18 avril 2001.m. ♦ Définition : Processus non radiatif de transition entre états électroniques de multiplicités différentes. ♦ Voir aussi : configuration.f.constitution d’une entité moléculaire ♦ Forme abrégée : constitution. 37 . conversion intersystèmes ♦ Domaine : Chimie/Photochimie. ♦ Équivalent étranger : intersystem crossing. n. ♦ Synonyme : croisement intersystèmes. ♦ Équivalent étranger : constitution. polymère. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. en incluant la multiplicité des liaisons mais sans indications sur leur disposition dans l’espace. ♦ Équivalent étranger : copolymer. passage intersystèmes. copolymère. ♦ Définition : Polymère issu de plusieurs espèces de monomères. ♦ Définition : Terme conventionnellement utilisé pour décrire la nature et les modes d’union des atomes formant une entité moléculaire. conformation. n. ♦ Domaine : Chimie/Chimie macromoléculaire. ♦ Voir aussi : monomère. ♦ Domaine : Chimie/ Stéréochimie.

♦ Voir aussi : copolymère greffé. ♦ Équivalent étranger : alternating copolymer. ♦ Équivalent étranger : random copolymer. copolymère aléatoire ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Définition : Copolymère constitué de macromolécules dans lesquelles la probabilité de trouver une unité monomère donnée en un point donné de la chaîne est indépendante de la nature des unités adjacentes. copolymère alterné ♦ Domaine : Chimie/Polymères. polymère à blocs. ♦ Définition : Copolymère constitué de macromolécules comportant deux sortes d’unités monomères distribuées en alternance. ♦ Équivalent étranger : block copolymer. monomère. macromolécule. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. 38 . ♦ Voir aussi : copolymère statistique.copolymère à blocs ♦ Domaine : Chimie/Polymères. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Définition : Polymère à blocs issu de plusieurs espèces de monomères. unité monomère. ♦ Voir aussi : macromolécule.

♦ Voir aussi : copolymère aléatoire. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. 39 .copolymère greffé ♦ Domaine : Chimie/Polymères. copolymerization (EU). copolymère statistique ♦ Domaine : Chimie/Polymères. copolymérisation. n. ♦ Équivalent étranger : statistical copolymer. macromolécule. ♦ Voir aussi : copolymère. unité monomère. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Définition : Polymérisation conduisant à un copolymère. ♦ Équivalent étranger : graft copolymer. ♦ Définition : Polymère greffé issu de plusieurs espèces de monomères. ♦ Définition : Copolymère constitué de macromolécules dans lesquelles la distribution des unités monomères obéit à des lois statistiques connues. ♦ Voir aussi : copolymère à blocs. polymère greffé.f. ♦ Équivalent étranger : copolymerisation (GB). monomère.

♦ Définition : Faible épaisseur de matière à la surface ou au sein d’un film. ♦ Équivalent étranger : adsorbed layer. ♦ Voir aussi : multicouche. la couche n’a pas nécessairement des limites physiques bien déterminées. 40 . Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Définition : Ensemble d’entités moléculaires accumulées dans une région interfaciale et provenant des phases en contact. ♦ Définition : Couche non homogène de transition entre deux phases homogènes. ♦ Note : Les couches adsorbées peuvent être soit des monocouches. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Équivalent étranger : interfacial layer. ♦ Équivalent étranger : layer.couche. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. soit des multicouches. n. couche adsorbée ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. d’un liquide ou d’un solide. ♦ Note : Contrairement au film.f. couche interfaciale ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Voir aussi : film.

Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. cristallite bidimensionnelle ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Équivalent étranger : two-dimensional crystallite. n. en général un polymère. ♦ Domaine : Chimie. n.couche monomoléculaire ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.m. ♦ Définition : Composé qui permet de greffer un autre composé sur un support. coupleur. ♦ Définition : Couche constituée d’une seule assise de molécules.f. ♦ Synonyme : monocouche. 41 . Source : Journal officiel du 15 juin 2003. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Équivalent étranger : monomolecular layer. ♦ Définition : Portion d’une monocouche dont l’ordonnancement est analogue à celui d’un cristal. ♦ Note : L’expression « film monomoléculaire » est ambiguë pour désigner une couche monomoléculaire et ne doit pas être utilisée. ♦ Voir aussi : couche monomoléculaire. ♦ Équivalent étranger : linker.

cryptate. n. un anion ou une espèce neutre. ♦ Domaine : Chimie. soluble ou insoluble.cryptand. à la surface de l’eau et de la transférer sur un support solide. qui définit une cavité moléculaire capable de lier fortement et ainsi de masquer une autre entité moléculaire qui peut être un cation.m. n. ♦ Voir aussi : film de Langmuir- 42 . ligand. ♦ Équivalent étranger : cryptand. ♦ Définition : Récipient à compartiment opératoire unique qui permet de former une monocouche d’une espèce. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Complexe formé par l’association d’un cryptand et de l’entité moléculaire située dans sa cavité.m. ♦ Voir aussi : chélate. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Note : On admet parfois que les composés en couronne appartiennent à ce groupe. ♦ Équivalent étranger : cryptate. ♦ Définition : Entité moléculaire formée d’un assemblage cyclique ou polycyclique de ligands comprenant au moins trois sites liants. composé en couronne. cuve de Langmuir ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003.

séquence de Langmuir. n. monocouche flottante. ♦ Note : Les différentes étapes de la préparation s’effectuent simultanément et en continu dans des compartiments spécifiques. ♦ Équivalent étranger : continuous trough. réaction chélotrope. 43 . ♦ Équivalent étranger : Langmuir trough. cycloaddition.f.Blodgett. ♦ Note : Une cycloaddition peut être une réaction péricyclique ou une réaction par étapes. ♦ Définition : Récipient à plusieurs compartiments qui sert à préparer en continu une monocouche flottante et à la transférer sur un support solide pour former un film de Langmuir-Blodgett. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Réaction dans laquelle au moins deux molécules insaturées. se combinent pour former un seul adduit cyclique. cuve de préparation en continu ♦ Forme abrégée : cuve continue. ♦ Équivalent étranger : cycloaddition. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Voir aussi : film de Langmuir-Blodgett. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. réaction péricyclique. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. méthode de Langmuir-Blodgett. ou deux parties d’une molécule. ♦ Voir aussi : adduit.

♦ Définition : Composé formé d’un grand cycle comportant en alternance. des systèmes cycliques ayant le nombre maximal de doubles liaisons non contiguës et. ♦ Définition : Diminution d’activité dans le temps d’une substance ou d’un mélange de substances radioactives par désintégration radioactive. n. ♦ Définition : Séparation d’un racémique en ses composants énantiomères. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. dédoublement d’un racémique ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. d’une part. décroissance radioactive ♦ Domaine : Chimie/Chimie nucléaire. ♦ Équivalent étranger : cyclophane.cyclophane. ♦ Équivalent étranger : radioactive decay. ♦ Équivalent étranger : enantiomeric resolution. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. 44 . des atomes ou des chaînes saturées ou non. enantiomer resolution. ♦ Voir aussi : désintégration radioactive. racémique. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003.m. d’autre part. ♦ Voir aussi : énantiomère. ♦ Domaine : Chimie/Chimie organique.

Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. n. ♦ Domaine : Chimie. unité monomère. ♦ Définition : Dans la cinétique d’une réaction au cours de laquelle un réactif réagit complètement. ♦ Note : Pour la désintégration d’un échantillon de nucléide radioactif.m.f. demi-vie. ♦ Équivalent étranger : half-life. ♦ Note : Ce terme désigne l’assèchement de la surface par rétraction du film. ♦ Voir aussi : macromolécule. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. n. démouillage. ♦ Définition : Nombre d’unités monomères d’une macromolécule. temps nécessaire pour que la concentration de ce réactif soit réduite de moitié. 45 . ♦ Équivalent étranger : degree of polymerisation (GB). Source : Journal officiel du 1er mars 2002. mais non par évaporation. ♦ Voir aussi : film de mouillage. degree of polymerization (EU).degré de polymérisation ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Équivalent étranger : dewetting. on parle de « période d’un nucléide radioactif ». ♦ Définition : Processus spontané qui réduit l’aire de contact entre un solide et un film de mouillage.

La molécule d’origine est souvent qualifiée de « cœur dendritique ». ♦ Équivalent étranger : chemical shift. et meros. ♦ Définition : Molécule comportant. « arbre ». Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. dû au blindage associé à la circulation des électrons dans son environnement chimique. Les dendrons sont utilisés comme des briques pour construire les dendrimères. ♦ Domaine : Chimie. n. « partie ». ♦ Domaine : Chimie. ♦ Voir aussi : blindage. d’autre part. d’une part. 46 .m. ♦ Définition : Molécule arborescente de grandes dimensions construite par des processus itératifs à partir d’une molécule comportant au moins trois sites réactifs. Du grec dendron. ♦ Définition : Changement de la fréquence de résonance magnétique d’un noyau atomique. un site apte à se fixer sur un support moléculaire ou solide. ♦ Note : 1. dendron.m. n. déplacement chimique ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. « arbre ». ♦ Équivalent étranger : dendrimer. un site branché muni d’extrémités réactives et. Du grec dendron. ♦ Équivalent étranger : dendron. 2.dendrimère. ♦ Note : 1. 2.

♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Équivalent étranger : spin coating. polymère. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. 47 . depolymerization (EU). dépôt par étalement ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Voir aussi : monocouche flottante. ♦ Note : Cette expression convient aussi bien aux films solides qu’aux monocouches flottantes. ♦ Définition : Processus de transformation d’un polymère en monomère ou en un mélange de monomères.dépolymérisation. ♦ Voir aussi : dépropagation. monomère. ♦ Équivalent étranger : spreading method. ♦ Définition : Méthode de formation d’un film par dépôt d’une solution de la substance du film sur un support et évaporation du solvant. polymérisation.f. ♦ Équivalent étranger : depolymerisation (GB). Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Définition : Méthode de formation d’un film mince par dépôt d’une solution de la substance du film sur un plateau qui tourne à vitesse élevée. séquence de Langmuir. n. dépôt à la tournette ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 1er mars 2002.

♦ Voir aussi : autoassemblage bidimensionnel. ♦ Définition : Dépolymérisation qui procède par une séquence répétitive de réactions chimiques progressant au long d’une macromolécule et qui aboutit habituellement à des molécules monomères et à des chaînes de plus en plus courtes à chaque stade réactionnel. n. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. qui procède par une séquence répétitive de réactions allongeant la macromolécule d’une unité monomère à chaque stade réactionnel. ♦ Définition : Méthode de formation d’un film par immersion d’un support solide dans une solution ou une suspension de la substance du film. ♦ Équivalent étranger : unzipping. 48 . Source : Journal officiel du 15 juin 2003. dépropagation. macromolécule.f. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Équivalent étranger : dip coating. puis émersion et évaporation du solvant. la phase de propagation. ♦ Note : Ce néologisme est formé pour désigner le processus inverse de la phase principale d’une polymérisation en chaîne. ♦ Voir aussi : dépolymérisation.dépôt par trempage ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. polymérisation en chaîne.

désaccord de réseau ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Domaine : Chimie/Photochimie. désactivation. n. ♦ Note : Dans le cas de la luminescence. ♦ Définition : Différence relative entre le pas du réseau du film cristallin formé par épitaxie et celui de la matrice cristalline sous-jacente. désactiveur.m. ♦ Équivalent étranger : quencher. ♦ Équivalent étranger : lattice mismatch. ♦ Définition : Passage d’une entité moléculaire d’un état excité à un niveau d’énergie inférieur. ♦ Voir aussi : extincteur. 49 . Source : Journal officiel du 18 avril 2001. on utilise plus fréquemment le terme « extincteur ». par transfert d’électron ou par un mécanisme chimique. ♦ Équivalent étranger : deactivation.f. ♦ Domaine : Chimie/Photochimie. quenching. n. ♦ Voir aussi : épitaxie. ♦ Définition : Entité moléculaire ou espèce chimique qui désactive un état excité d’une autre entité moléculaire par transfert d’énergie. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.

Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. Le terme est également fréquemment contracté en « diastéréomère ». ♦ Synonyme : diastéréoisomérique. ♦ Voir aussi : 50 . ♦ Définition : Se dit de toute substance chimique et spécialement d’un stéréo-isomère faisant tourner vers la droite le plan de polarisation de la lumière. dextrogyre. ♦ Définition : Élément d’un ensemble de stéréoisomères qui ne sont pas des énantiomères. ♦ Voir aussi : lévogyre. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Équivalent étranger : dextrorotatory. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. diastéréo-isomère. ♦ Note : Le sens de rotation du plan de polarisation est dans ce cas conventionnellement indiqué par le signe + entre parenthèses (+).m. adj. adj. pouvoir rotatoire. ♦ Équivalent étranger : radioactive disintegration.désintégration radioactive ♦ Domaine : Chimie/Chimie nucléaire. n. Les diastéréo-isomères sont caractérisés par des différences de propriétés physiques et par quelques différences de comportement chimique vis-àvis des réactifs achiraux aussi bien que chiraux. 2. ♦ Note : 1. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ou adj.

♦ Voir aussi : stéréosélectivité.énantiomère.). Le remplacement de l’un des deux atomes ou groupes d’atomes diastéréotopes par un atome (ou groupe) différent se traduit par la 51 . ♦ Définition : Se dit d’une synthèse ou d’une réaction au cours de laquelle un ou plusieurs éléments stéréogènes nouveaux sont introduits dans une molécule de manière telle que des diastéréo-isomères sont produits en quantités inégales. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. HO2C-CHOH-CH2-CO2H. diastéréosélectif. -ive. les deux atomes d’hydrogène du groupe méthylène de l’acide malique naturel. 2. diastereoisomeric (adj. synthèse asymétrique. optiquement actif.). ♦ Équivalent étranger : diastereoselective. diastéréotope. ♦ Synonyme : diastéréotopique. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Définition : Se dit d’atomes ou de groupes d’atomes identiques du point de vue de la constitution et situés dans des régions non symétriques d’une entité moléculaire. ♦ Note : 1. Par exemple. ♦ Équivalent étranger : diastereoisomer (n. diastereomeric (adj. sont dits « diastéréotopes ». adj. diastereomer (n. voisins d’un centre chiral présent sous une seule configuration. adj.).). adj. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.

dismutation. ♦ Équivalent étranger : dismutation. disproportionation. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Définition : Variation du pouvoir rotatoire d’une substance en fonction de la longueur d’onde du rayonnement lumineux utilisé. double couche ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. dispersion rotatoire optique ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie-Chimie physique. ♦ Voir aussi : pouvoir rotatoire. ♦ Définition : Type de réaction d’oxydoréduction dans laquelle deux molécules d’une espèce chimique A réagissent entre elles en donnant naissance à une molécule A’ par oxydation et une molécule A’’ par réduction. ♦ Équivalent étranger : rotatory dispersion. mais interdépendantes. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Note : Exemple : double 52 . ♦ Définition : Couche que l’on peut décrire sous la forme de deux sous-couches adjacentes dissemblables. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.f.formation de l’un ou de l’autre membre d’une paire de diastéréo-isomères. n. ♦ Équivalent étranger : diastereotopic. ♦ Voir aussi : énantiotope.

Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Équivalent étranger : film lifetime.adj. ♦ Équivalent étranger : inductive effect. effet inductif ♦ Domaine : Chimie. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. polymère. couche interfaciale. ♦ Équivalent étranger : double layer. durée de vie d’un film ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. loc. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Voir aussi : bicaténaire. ♦ Définition : Modification des densités de charge d’un atome ou d’un groupe d’atomes par induction électrostatique. le long d’une chaîne d’atomes d’une entité moléculaire. 53 . ♦ Synonyme : effet inducteur. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Voir aussi : couche. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule ou d’un polymère bicaténaires constitués d’une séquence ininterrompue de cycles telle que les cycles adjacents possèdent au moins deux atomes communs. macromolécule. échelle (en). sous l’effet d’atomes voisins. ♦ Voir aussi : effet mésomère.couche électrique. ♦ Équivalent étranger : ladder.

♦ Équivalent étranger : Marangoni effect. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. effet mésomère ♦ Domaine : Chimie. ♦ Voir aussi : tension interfaciale. ♦ Voir aussi : effet inductif. ♦ Définition : Effet produit sur une grandeur expérimentale.effet isotopique ♦ Domaine : Chimie. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. par un atome ou un groupe d’atomes introduit comme substituant dans une entité de référence. ♦ Équivalent étranger : isotope effect. isotopic effect. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. effet Marangoni ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. telle une vitesse de réaction. ♦ Équivalent étranger : mesomeric effect. ♦ Définition : Phénomène dynamique au cours duquel un gradient de tension interfaciale provoque un mouvement des fluides adjacents et réciproquement. du fait de la création ou de l’extension d’une délocalisation d’électrons. ♦ Définition : Modification d’une propriété physique ou chimique d’une espèce chimique résultant d’un changement de sa composition isotopique. 54 . ♦ Note : Du nom du physicien italien Carlo Giuseppe Matteo Marangoni (18401925).

électrofuge. Exemple : lors de la nitration du benzène. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. les espèces qui se déplacent vers l’anode. ♦ Équivalent étranger : electrofugal.f. ♦ Définition : 1. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Note : Ce terme est également employé comme substantif. n. dans une réaction hétérolytique. Qualifie également toute transformation impliquant un tel processus. part en abandonnant le doublet de la liaison covalente. ♦ Définition : Aptitude d’un atome. electrofuge (n. électronégativité. ♦ Équivalent étranger : electronegativity. ♦ Domaine : Chimie. L’adjectif « électronégatif » qualifie aussi. ♦ Voir aussi : électrophile. en électrolyse. 2. Se dit d’un atome ou d’un groupe d’atomes qui. 2. d’une entité moléculaire à attirer des électrons de liaison. l’ion H+ est l’électrofuge. Des théories différentes ont conduit divers auteurs à proposer des échelles différentes de valeurs relatives de l’électronégativité. ♦ Domaine : Chimie.). nucléofuge. ou d’un groupe d’atomes. ♦ Note : 1. adj. 55 .

♦ Définition : Disposition compacte des atomes. le nucléophile. ♦ Note : 1. nucléophile. n.m. ♦ Domaine : Chimie. 2. une liaison dont les deux électrons proviennent du nucléophile. molecular replica. ♦ Équivalent étranger : close packing. electrophilic. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. 56 . Les réactifs électrophiles sont des acides de Lewis. ♦ Définition : 1. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Ce terme est également employé comme substantif. Qualifie également toute transformation impliquant un tel processus. ♦ Voir aussi : électrofuge. empreinte moléculaire ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. le cation NO2+ est l’électrophile. adj. stacking. empilement. ♦ Définition : Site de reconnaissance moléculaire créé à l’interface d’une monocouche de Langmuir-Blodgett par la présence antérieure d’une entité moléculaire structurante.). ♦ Équivalent étranger : electrophile (n.électrophile. Se dit d’un réactif qui forme avec un autre réactif. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Exemple : lors de la nitration du benzène. par exemple une structure cristalline. 2. ♦ Domaine : Chimie. des molécules ou des ions dans une structure organisée. ♦ Équivalent étranger : molecular print.

♦ Équivalent étranger : enantiomer (n. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. racémique. ♦ Synonyme : énantiomérique. ♦ Synonyme : énantiomorphique. ♦ Note : 1. ♦ Note : 1. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. énantiomorphe. ♦ Voir aussi : chiralité. énantiotope. Le terme s’applique également à des groupes situés dans une entité moléculaire et qui présentent entre eux la même relation. adj. ou adj.m. Du grec enantios. « forme ». 2. ♦ Équivalent étranger : enantiomorphic. Le terme a été étendu aux espèces chimiques présentant les mêmes caractéristiques. adj. et morphe. « opposé ».énantiomère. 2. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. 57 . et meros. enantiomeric (adj. n. 3. ♦ Voir aussi : chiralité. « opposé ».). ♦ Définition : Chacune des deux entités moléculaires qui sont des images l’une de l’autre dans un miroir et qui ne sont pas superposables. ♦ Définition : Se dit de chacun des constituants d’une paire d’objets chiraux qui sont des images l’un de l’autre dans un miroir et qui ne sont pas superposables.). Du grec enantios. Les énantiomères étaient anciennement appelés « antipodes optiques » ou « isomères énantiomorphes ». diastéréo-isomère. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. « partie ». adj. composé racémique.

♦ Note : 1. Le remplacement de l’un des deux groupes énantiotopes de la paire par un atome (ou groupe d’atomes) différent conduit à la formation de l’un ou de l’autre membre d’une paire d’énantiomères. 3. ♦ Équivalent étranger : enantioselective. 2. deux énantiomères d’un produit chiral en quantités inégales. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. adj. c’est-à-dire apparentées l’une à l’autre par des éléments de symétrie qui peuvent être un plan de symétrie. un centre d’inversion ou un axe de rotation-réflexion. CH3-CH2-OH. ♦ Définition : Se dit d’atomes ou de groupes d’atomes identiques du point de vue de la constitution et situés dans des régions symétriques d’une entité moléculaire. si l’addition ou la complexation sur l’une des deux faces définies par une double liaison ou par un plan moléculaire. les deux faces 58 . ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. les deux atomes d’hydrogène du groupe méthylène de l’alcool éthylique. Par exemple. ♦ Synonyme : énantiotopique. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. adj. De la même manière. énantiotope.énantiosélectif. synthèse stéréosélective. conduit à une espèce chirale. -ive. ♦ Voir aussi : stéréosélectivité. sont dits « énantiotopes ». adj. ♦ Définition : Se dit d’une synthèse ou d’une réaction au cours de laquelle sont obtenus. synthèse asymétrique. à partir d’un précurseur achiral.

2. ♦ Voir aussi : exergonique. ♦ Équivalent étranger : endergonic. énantiomorphe. qui nécessite l’énergie lumineuse absorbée par la chlorophylle. ♦ Équivalent étranger : fluxional entity. entité fluctuante ♦ Domaine : Chimie. adj. Du grec endon. La décomposition de l’eau en hydrogène et oxygène par électrolyse est un exemple de réaction endergonique. Il en est de même de la réduction du gaz carbonique. endergonique. au sens de la thermodynamique. ♦ Voir aussi : réarrangement dégénéré. et ergon. 59 . ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. lequel se rapporte à la chaleur consommée par une réaction. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. « travail ». c’est-à-dire. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. « en dedans ». ♦ Définition : Se dit d’une réaction qui ne peut se dérouler que si on lui fournit du travail. ♦ Définition : Entité moléculaire qui subit des réarrangements dégénérés rapides. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Voir aussi : diastéréotope. prochiralité. de l’énergie sous une forme autre que de la chaleur. tautomérie de valence. ♦ Équivalent étranger : enantiotopic. ♦ Note : 1. première étape de la photosynthèse des hydrates de carbone.sont dites « énantiotopes ». Ce terme ne doit pas être confondu avec le qualificatif « endothermique ». 3.

radical. diradical. ♦ Définition : Entité moléculaire (molécule. ion. bien défini chimiquement ou isotopiquement et pouvant être identifié individuellement. espèce chimique. ♦ Définition : Épaisseur d’un film liquide pour laquelle la probabilité de rupture spontanée est maximale. conformère. complexe. ion. ♦ Note : Par exemple. 60 . etc. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. épaisseur critique d’un film ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. radical.entité moléculaire ♦ Domaine : Chimie. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. molécule. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Voir aussi : rupture spontanée d’un film. etc. ♦ Équivalent étranger : reactive entity.. le cation NO2+ est l’entité réagissante dans la nitration du benzène. ion radical.) participant à une étape donnée d’une transformation chimique. ♦ Voir aussi : réactif. ♦ Équivalent étranger : molecular entity. ♦ Équivalent étranger : critical film thickness. paire d’ions. ♦ Définition : Tout atome. ♦ Voir aussi : complexe. entité réagissante ♦ Domaine : Chimie.

♦ Synonyme : épimérique.). ♦ Note : Ce terme est également employé comme substantif. ♦ Équivalent étranger : interfacial layer effective thickness. aurait la même propriété que celle qui est effectivement mesurée pour un film ou une couche interfaciale. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Voir aussi : couche interfaciale. ♦ Équivalent étranger : epimer (n. ♦ Définition : Distance entre deux surfaces fictives décrivant les limites de la couche interfaciale. stéréogène. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. adj. 61 . épaisseur équivalente d’un film ♦ Forme abrégée : épaisseur équivalente. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. epimeric. ♦ Voir aussi : anomère. diastéréo-isomère. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. pour une substance solide ou liquide donnée. ♦ Définition : Se dit de chacun des diastéréo-isomères qui comportent plusieurs centres stéréogènes tétraédriques et qui possèdent des configurations opposées au niveau de l’un seulement de ces centres. épimère. adj. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Équivalent étranger : film equivalent thickness. ♦ Définition : Épaisseur calculée d’une couche homogène fictive qui.épaisseur efficace de la couche interfaciale ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.

♦ Définition : Interconversion d’épimères. 62 . épitaxie.f. epimerization (EU). tous capables de stimuler la production d’anticorps. homo-épitaxie. ♦ Définition : Processus de croissance cristalline. ♦ Note : Une macromolécule peut contenir plusieurs épitopes.m. ♦ Équivalent étranger : epimerisation (GB). couche par couche. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. épitope. ♦ Voir aussi : hétéro-épitaxie. ♦ Équivalent étranger : epitope.épimérisation. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. n. ♦ Définition : Partie d’une molécule capable de stimuler la production d’un anticorps. n. n. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.f. ♦ Équivalent étranger : epitaxy. ♦ Domaine : Chimie/Biochimie. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Note : Ce terme est défini avec un sens plus restreint dans le domaine des composants électroniques. l’organisation des entités moléculaires ou atomiques des couches étant déterminée par le réseau d’une matrice cristalline sous-jacente.

♦ Équivalent étranger : rate-controlling step. ou d’une entité moléculaire. état excité ♦ Domaine : Chimie/Photochimie. ♦ Définition : Étape la plus lente d’une réaction chimique comportant plusieurs étapes et qui limite par suite la vitesse de la réaction globale. ♦ Voir aussi : entité moléculaire. rate-limiting step. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Définition : Ensemble d’atomes ou d’entités moléculaires structuralement et chimiquement identiques. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : chemical species. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. 63 .espèce chimique ♦ Domaine : Chimie. ♦ Synonyme : étape cinétiquement déterminante. étape cinétiquement limitante ♦ Domaine : Chimie. dont l’énergie est plus élevée que celle de l’état fondamental. ♦ Définition : État d’un atome. rate-determining step. ♦ Équivalent étranger : excited state.

ou d’une entité moléculaire. ♦ Note : Un excimère se dissocie généralement à l’état fondamental.état fondamental ♦ Domaine : Chimie/Photochimie. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. 64 . correspondant à son niveau d’énergie le plus bas. état stationnaire ♦ Domaine : Chimie. excimère. ♦ Définition : État d’un système ouvert dans lequel les grandeurs physiques en chaque point du système n’évoluent pas en dépit d’échanges de matière ou d’énergie avec l’extérieur. n. ♦ Équivalent étranger : stationary state.m. ♦ Note : L’état stationnaire est différent de l’état d’équilibre. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Équivalent étranger : excimer. ♦ Définition : État d’un atome. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Domaine : Chimie/Photochimie. ♦ Définition : Dimère qui n’existe que dans un état électronique excité. ♦ Équivalent étranger : ground state.

♦ Équivalent étranger : exciplex. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. entité moléculaire. 3. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Domaine : Chimie/Photochimie. ♦ Note : Un exciplexe se dissocie généralement à l’état fondamental. ♦ Définition : Se dit d’une réaction qui peut se dérouler sans qu’on lui fournisse du travail – c’est-àdire. ♦ Voir aussi : complexe. et ergon. ♦ Définition : Complexe de stœchiométrie donnée.exciplexe. n. 2. adj. formé à partir d’au moins deux entités moléculaires chimiquement distinctes et qui n’existe que dans un état électronique excité. « travail ». Une réaction exergonique peut être simultanément endothermique . un exemple d’une telle réaction est la dissociation d’une mole de tétroxyde de diazote pour former deux moles de dioxyde d’azote à faible pression. ♦ Équivalent étranger : exergonic. 65 . « en dehors ». Du grec exô. exergonique. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. de l’énergie sous une forme autre que de la chaleur – mais qui peut en produire. lequel se rapporte à la chaleur libérée par une réaction.m. au sens de la thermodynamique. ♦ Voir aussi : endergonique. ♦ Note : 1. Ce terme ne doit pas être confondu avec le qualificatif « exothermique ».

n.extensif. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. film. ♦ Définition : Entité moléculaire ou espèce chimique introduite dans une substance luminescente afin de supprimer l’émission lumineuse ou d’en réduire la durée. extincteur. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Équivalent étranger : film. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.m. ♦ Équivalent étranger : quencher.m. ♦ Domaine : Chimie/Photochimie. on peut citer la masse et le volume. adj. ♦ Définition : Se dit d’une grandeur physique qui dépend de la quantité de matière présente dans l’échantillon. ♦ Note : Parmi les propriétés extensives. ♦ Voir aussi : désactiveur. n. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. 66 . -ive. ♦ Définition : Nom générique désignant toute pellicule de matière solide ou liquide. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. ♦ Voir aussi : intensif. ♦ Équivalent étranger : extensive. ♦ Note : Le terme « film » est à déconseiller pour désigner une couche d’adsorption.

67 . ♦ Voir aussi : film asymétrique. film de Langmuir-Blodgett ♦ Forme abrégée : film LB. ♦ Équivalent étranger : asymmetric film. ♦ Équivalent étranger : wetting film. cuve de préparation en continu. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. film symétrique. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. multicouche. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. LB film. méthode de Langmuir-Blodgett. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Définition : Film liquide asymétrique formé par un liquide sur un support solide ou liquide et qui sépare le support d’une phase gazeuse. ♦ Voir aussi : film de mouillage.film asymétrique ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. film de mouillage ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Voir aussi : cuve de Langmuir. ♦ Définition : Tout film obtenu par la méthode de Langmuir-Blodgett ou par des méthodes dérivées. multicouche alternée. ♦ Définition : Tout film séparant deux phases différentes. ♦ Équivalent étranger : Langmuir-Blodgett film.

♦ Équivalent étranger : black film. film d’émulsion ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 15 juin 2003.film de mousse ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Équivalent étranger : emulsion film. ♦ Définition : Film liquide séparant deux gouttelettes d’une émulsion. ♦ Définition : Tout film liquide suffisamment mince pour apparaître noir par suite d’une très faible réflexion de la lumière visible. ♦ Définition : Film liquide séparant deux solides ou deux grains d’une suspension. ♦ Définition : Film liquide séparant deux phases gazeuses ou deux bulles d’une mousse. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Équivalent étranger : foam film. ♦ Équivalent étranger : suspension film. film de suspension ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. 68 . film noir ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 15 juin 2003.

film de suspension. ♦ Voir aussi : film asymétrique. ♦ Définition : Film noir ultramince qui se distingue des films noirs ordinaires par l’absence de cœur liquide. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. film plan ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. film d’émulsion. 69 . ♦ Équivalent étranger : symmetric film. film symétrique ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Équivalent étranger : planar film. film noir ordinaire ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Définition : Film séparant deux phases identiques. ♦ Équivalent étranger : common black film. ♦ Définition : Film limité par deux faces planes et parallèles. ♦ Équivalent étranger : Newton black film. ♦ Définition : Film noir d’épaisseur suffisante pour qu’il existe un cœur liquide présentant un certain désordre moléculaire.film noir de Newton ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. Source : Journal officiel du 15 juin 2003.

L’expression « formule empirique ». Par exemple. est CH2O. ♦ Définition : Formule obtenue par la juxtaposition des symboles atomiques. ♦ Synonyme : structure de Lewis. Par souci de simplification. formule de Lewis ♦ Domaine : Chimie. 2. et en particulier du glucose.formule brute ♦ Domaine : Chimie. Certains auteurs utilisent de manière erronée cette expression pour désigner la « formule moléculaire ». pour donner l’expression la plus simple possible de la composition stœchiométrique du composé considéré compatible avec les résultats de l’analyse élémentaire quantitative. la formule brute de tous les oses. 2. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Définition : Formule développée d’une entité moléculaire dans laquelle tous les électrons de la couche de valence sont représentés par des points placés de telle sorte que deux points schématisent une paire d’électrons ou une liaison covalente simple entre deux atomes. 70 . Source : Journal officiel du 18 avril 2001. est impropre. 3. ♦ Note : 1. Lewis formula. ♦ Équivalent étranger : electron dot structure. ♦ Équivalent étranger : empirical formula. Une liaison double est représentée par deux paires de points et une liaison triple par trois paires de points. ♦ Note : 1. parfois utilisée. on représente souvent les paires d’électrons par des tirets. Lewis structure.

♦ Note : 1. ♦ Équivalent étranger : line formula. 2. mais sans présumer du mode d’association de ces atomes. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. 71 . la formule moléculaire du glucose est C6H12O6. Certains auteurs utilisent de manière erronée cette expression pour désigner la « formule brute ». ♦ Définition : Représentation plane d’une entité moléculaire dans laquelle on utilise des traits pour indiquer la présence de liaisons simples ou multiples entre les atomes. en accord avec la masse moléculaire effective.formule développée ♦ Domaine : Chimie. formule moléculaire ♦ Domaine : Chimie. sans indication ou implication concernant leurs orientations dans l’espace. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Définition : Formule indiquant la nature et le nombre de chacun des atomes d’une molécule. Par exemple. ♦ Équivalent étranger : molecular formula.

n. ♦ Définition : Composé constitué uniquement d’un nombre pair d’atomes de carbone triliés formant une structure en cage. ♦ Définition : Représentation tridimensionnelle d’une entité moléculaire soit comme telle. Du nom de l’architecte américain R.m.formule stéréochimique ♦ Domaine : Chimie. fossette. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Définition : Dépression d’origine hydrodynamique à la périphérie d’un film liquide en cours d’amincissement. ♦ Note : 1. L’exemple typique en est le 72 . 2. ♦ Équivalent étranger : dimple. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Domaine : Chimie. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. n. ♦ Voir aussi : mode péristaltique d’un film. soit en projection sur un plan en utilisant conventionnellement des traits renforcés ou des traits pointillés pour indiquer l’orientation des liaisons respectivement vers l’avant ou vers l’arrière de ce plan. ♦ Équivalent étranger : stereochemical formula.f. fullerène. Buckminster Fuller et de la désinence chimique « -ène ».

qui se dissolvent dans les alcalis en donnant des solutions intensément jaunes. on peut citer les nitrophénols. n.[60]fullerène. groupe terminal ♦ Domaine : Chimie/Polymères.f. 73 . ♦ Domaine : Chimie/Chimie analytique. ♦ Équivalent étranger : end-group. ♦ Définition : Groupe situé à une extrémité d’une macromolécule. lequel comporte soixante atomes de carbone. des sels de couleur vive. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. À titre d’exemples. et khrôma. Du grec halos. eux-mêmes incolores. ♦ Équivalent étranger : halochromism. ♦ Équivalent étranger : fullerene. ♦ Note : 1. « couleur ». halochromie. « sel ». ♦ Voir aussi : macromolécule. 2. ♦ Définition : Phénomène par lequel une substance incolore ou faiblement colorée forme avec des acides ou des bases. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005.

f. homo-épitaxie. à l’atome central d’une entité de coordination.f.hapticité. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. 74 . ♦ Note : Selon le sens du pas. ♦ Équivalent étranger : helicity. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Domaine : Chimie/Chimie inorganique-Nomenclature. n. ♦ Définition : Aptitude d’un ligand comportant deux ou plusieurs atomes consécutifs reliés par un système d’électrons à s’attacher globalement. hélicité. ♦ Équivalent étranger : heteroepitaxy. par une seule liaison impliquant les électrons délocalisés. ♦ Équivalent étranger : hapticity. on parle de « hélice droite » ou de « hélice gauche ». Du grec haptein. 2. n. hétéro-épitaxie. Le nombre d’atomes contigus responsables de l’hapticité est appelé « indice d’hapticité » ou. plus simplement. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. « hapticité ». Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Définition : Chiralité d’une entité moléculaire en forme d’hélice ou de vis. « s’attacher ». ♦ Voir aussi : épitaxie. ♦ Définition : Épitaxie dans laquelle la croissance du film cristallin s’effectue sur une matrice de nature chimique différente. ♦ Note : 1.f. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. n.

hétérofilm. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Film constitué d’un empilement périodique ou non périodique de monocouches chimiquement différentes. 75 . n. le terme « hétérocouche ». ♦ Note : En vue d’éviter toute ambiguïté. ♦ Voir aussi : homolyse. est déconseillé.f.m. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Équivalent étranger : heterolayer. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. homo-épitaxie. n. ♦ Définition : Épitaxie dans laquelle le processus de croissance du film s’effectue sur une matrice de même nature chimique. ♦ Voir aussi : couche monomoléculaire. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.f. hétéro-épitaxie. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : homoepitaxy. liaison covalente. n. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Définition : Coupure d’une liaison covalente entre deux fragments dont l’un seulement conserve la totalité du doublet d’électrons liants. ♦ Voir aussi : épitaxie. ♦ Équivalent étranger : heterolysis. utilisé dans cette acception. hétérolyse.

Source : Journal officiel du 1er mars 2002. le terme « homocouche ». Source : Journal officiel du 15 juin 2003. polymère.homofilm. ♦ Voir aussi : monomère. ♦ Définition : Coupure d’une liaison covalente entre deux fragments. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. homopolymère. ♦ Voir aussi : hétérolyse. ♦ Définition : Film constitué de monocouches chimiquement identiques. utilisé dans cette acception.m. homolyse. ♦ Définition : Polymère issu d’une seule espèce de monomère. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : homolayer. est déconseillé. liaison covalente.f. ♦ Équivalent étranger : homolysis. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. chacun retenant l’un des deux électrons du doublet d’électrons liants. 76 . ♦ Note : En vue d’éviter toute ambiguïté. ♦ Équivalent étranger : homopolymer. ♦ Voir aussi : couche monomoléculaire. n. n.m. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. n.

♦ Définition : Polymérisation conduisant à un homopolymère. ♦ Équivalent étranger : homopolymerisation (GB).homopolymérisation. hydron. Les cations 2H+ et 3H+ portent 77 . ♦ Définition : Nom du mélange des cations 1H+. n. ♦ Note : 1. ♦ Définition : Se dit d’atomes ou de groupes d’atomes apparentés l’un à l’autre par une rotation selon un axe d’ordre n. réservé à la dénomination du 1 + 1 cation H correspondant au seul isotope H (« protium »). ♦ Voir aussi : diastéréotope. adj. utilisé également lorsqu’il n’est pas nécessaire de distinguer les divers isotopes. adj. 2. le chloroforme CHCl3 qui présente un axe C3 possède trois atomes de chlore homotopes. homotope. 2 + H et 3H+ dans les proportions naturelles des isotopes de l’hydrogène. ♦ Synonyme : homotopique. Le terme « proton ». ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. n. ♦ Domaine : Chimie.f. homopolymerization (EU). ♦ Équivalent étranger : homotopic. ♦ Voir aussi : polymérisation.m. énantiotope. ♦ Note : Par exemple. est encore souvent utilisé à la place de « hydron ». ♦ Domaine : Chimie/Polymères. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 1er mars 2002.

♦ Domaine : Chimie. ♦ Note : Du grec hypsos. ♦ Définition : Qualifie tout effet qui provoque un déplacement du spectre électronique d’absorption ou d’émission d’une entité moléculaire vers des fréquences plus élevées. ♦ Équivalent étranger : hypsochromic. adj. hyperconjugaison. « couleur ». structure limite. ♦ Domaine : Chimie/Spectroscopie. 78 . ♦ Équivalent étranger : hyperconjugation. ♦ Antonyme : bathochrome. ♦ Équivalent étranger : hydron. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. « hauteur ». ♦ Définition : Interaction électronique d’une liaison simple soit avec un centre cationique ou radicalaire. adj. hypsochrome. ♦ Voir aussi : protium.f. n. résonance. et khrôma. ♦ Voir aussi : conjugaison. ♦ Note : Le cation tertiobutyle et le toluène sont des exemples d’entités moléculaires pour lesquelles on admet une telle hyperconjugaison. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Voir aussi : chromophore. soit avec une double liaison ou un système délocalisé d’électrons.respectivement les noms de « deutéron » et de « triton ».

♦ Note : 1. Dans la méthode de la résonance. de molécules ou d’ions directement liés à un atome central dans une entité moléculaire. indice de liaison ♦ Domaine : Chimie. 2. cet indice peut être considéré comme la moyenne pondérée des nombres de paires d’électrons liant deux atomes dans chacune des structures limites prises en considération . ♦ Définition : Nombre d’atomes. n. 2. il s’agit alors du nombre de voisins les plus proches de l’ion considéré. ♦ Équivalent étranger : coordination number. du nombre de paires d’électrons liant deux atomes par référence à une liaison simple. l’indice de liaison entre deux 79 . ♦ Note : 1. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. entière ou décimale.indice de coordination ♦ Domaine : Chimie.f. ♦ Définition : Valeur calculée.. Exemples : dans le méthane CH4. ♦ Synonyme : ordre de liaison. ♦ Synonyme : coordinence. L’expression est utilisée avec un sens différent dans la description géométrique des cristaux ioniques . nombre de coordination. celui du cobalt est 6 dans le cation complexe hexaamminecobalt [Co(NH3)6]3+. ainsi dans le benzène. Une liaison simple est une liaison covalente qui met en jeu une seule paire d’électrons localisés. les ions forment un réseau régulier et chaque ion a l’indice de coordination 6. l’indice de coordination du carbone est 4 . Exemple : dans le chlorure de sodium.

structure limite.atomes de carbone est voisin de 1. ♦ Voir aussi : résonance. ainsi le phosphore peut avoir l’indice de valence formelle 3 ou 5 selon qu’il se trouve dans les hydrures PH3 ou PH5 ou dans leurs dérivés. ♦ Équivalent étranger : bond order.5. induction asymétrique ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. synthèse asymétrique. 80 . indice de valence formelle ♦ Domaine : Chimie/Nomenclature. ♦ Voir aussi : chiralité. ♦ Équivalent étranger : asymmetric induction. synthèse stéréosélective. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Voir aussi : structure fondamentale. tels que le soufre et le phosphore . ♦ Note : Cette notion est particulièrement importante pour les atomes à valence variable. y compris ceux d’hydrogène. ♦ Équivalent étranger : bonding number. ♦ Définition : Nombre total de liaisons à deux électrons qu’un atome d’un hydrure fondamental peut contracter avec les atomes adjacents. ♦ Définition : Formation prédominante de l’un des énantiomères ou diastéréo-isomères possibles au cours d’une réaction sous l’influence d’un facteur chiral. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.

♦ Voir aussi : macromolécule. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ou des unités constitutives identiques mais non reliées entre elles de la même manière. mais qui diffèrent par l’agencement des atomes dans la molécule. 81 . n.intensif. ♦ Équivalent étranger : intensive. ♦ Note : Ce terme est également utilisé comme adjectif. ♦ Domaine : Chimie. -ière. ♦ Définition : Membre d’un ensemble de composés qui ont la même formule moléculaire. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. on peut citer la température et la masse volumique. ♦ Équivalent étranger : isomer. ♦ Note : Parmi les propriétés intensives. isomère. -ive. isomeric (adj. unité constitutive. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.). ♦ Équivalent étranger : irregular. régulier.m. adj. polymère. irrégulier. Exemple : l’éthanol et l’oxyde de méthyle sont deux isomères ou encore deux composés isomères. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Définition : Se dit d’une grandeur physique indépendante de la quantité de matière présente dans l’échantillon. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule ou d’un polymère dont la structure comporte plus d’une sorte d’unités constitutives. ♦ Voir aussi : stéréo-isomère. ♦ Voir aussi : extensif. adj. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005.

Du grec isos. 2. de manœuvrer ». 82 . « égal ». les atomes ou groupes d’atomes considérés se trouvent d’un même côté du plan de référence alors que dans les isomères trans. et taktikos. ♦ Définition : Isomérie présentée par des composés éthyléniques ou cyclaniques (et analogues hétéroatomiques) stéréo-isomères qui diffèrent par la disposition des atomes ou groupes d’atomes par rapport à un plan de référence. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Dans les isomères cis. le motif configurationnel est identique à l’unité configurationnelle élémentaire. Dans une macromolécule ou dans un polymère isotactiques. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule ou d’un polymère tactiques constitués majoritairement d’une seule sorte d’unités configurationnelles élémentaires. Pour un cycle. ♦ Voir aussi : atactique. adj. ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. ils se trouvent de part et d’autre de ce plan. macromolécule. relatif à l’« art de ranger. ♦ Note : 1. isotactique. il s’agit du plan moyen du cycle.isomérie cis-trans ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Note : 1. ♦ Équivalent étranger : cis-trans isomerism. généralement reliées entre elles de la même manière. 2. Le plan de référence approprié d’une double liaison est perpendiculaire à celui des liaisons sigma concernées et inclut les atomes de la double liaison.

lévogyre. isotopomère. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : isotopomer. Le sens de rotation du plan de polarisation est dans ce cas conventionnellement indiqué par le signe entre parenthèses (-). ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Se dit de toute substance chimique et spécialement d’un stéréo-isomère faisant tourner vers la gauche le plan de polarisation de la lumière. ♦ Équivalent étranger : levorotatory. 2. et gyre. il est également utilisé comme adjectif. pouvoir rotatoire. ♦ Note : 1. unité configurationnelle élémentaire. « gauche ». À titre d’exemples. « tourner ». ♦ Note : 1. ♦ Voir aussi : dextrogyre.m. polymère. adj. syndiotactique. ♦ Définition : Chacun des isomères qui ont le même nombre d’atomes isotopiquement distincts mais qui diffèrent par la position de ces atomes. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Voir aussi : isomère. n. 2. ♦ Équivalent étranger : isotactic. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. Le terme résulte de l’association des mots « isotope » et « isomère » . ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.motif configurationnel. on peut citer CH3-CDO et CH2D-CHO. 83 . Du latin laevus.

♦ Équivalent étranger : axial bond. L’expression « liaison dative ». considérée comme équivalente. 2.liaison axiale ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. n’est pas recommandée. ♦ Note : 1. ♦ Définition : Liaison perpendiculaire au plan contenant (ou passant au plus près de) la majorité des atomes du cycle. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Définition : Liaison entre deux atomes résultant de la mise en commun de deux électrons provenant séparément de chacun d’eux. les liaisons axiales sont alternées et parallèles à l’axe de symétrie C3. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. liaison de coordination ♦ Domaine : Chimie. ♦ Note : 1. liaison équatoriale. 2. ♦ Définition : Liaison entre deux atomes dans laquelle le doublet d’électrons commun ne provient que de l’un des deux atomes liés. Dans les cycles analogues mono-insaturés. ♦ Voir aussi : conformation en chaise. Dans le cyclohexane en conformation en chaise. les liaisons correspondantes issues d’atomes contigus à un atome doublement lié sont dites « quasi-axiales » ou « pseudo-axiales ». liaison covalente ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : covalent bond. On peut citer comme 84 .

♦ Voir aussi : adduit. liaison exocyclique issue de l’un des deux atomes se trouvant hors du plan renfermant les quatre autres et qui se distingue d’une liaison de type beaupré. liaison de type beaupré ♦ Forme abrégée : liaison beaupré. liaison de type mât ♦ Forme abrégée : liaison mât. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : flagpole.exemple la liaison N-B dans H3N-BF3. ♦ Voir aussi : conformation en bateau. ou dans les autres cycles saturés à six chaînons se trouvant en conformation en bateau. ou dans les autres cycles saturés à six chaînons se trouvant en conformation en bateau. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : coordination bond. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : bowsprit. 85 . ♦ Définition : Dans le cyclohexane. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Voir aussi : conformation en bateau. ♦ Définition : Dans le cyclohexane. liaison de type beaupré. liaison exocyclique issue de l’un des deux atomes situés hors du plan renfermant les quatre autres et qui est sensiblement parallèle à ce plan.

2. ♦ Définition : Liaison parallèle au plan contenant (ou passant au plus près de) la majorité des atomes du cycle. ♦ Voir aussi : conformation en chaise. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.m. n. généralement métallique. Dans le cyclohexane en conformation en chaise. liaison axiale. ♦ Définition : Atome ou groupe d’atomes lié à un atome central. les liaisons correspondantes issues d’atomes contigus à un atome doublement lié sont dites « quasiéquatoriales » ou « pseudo-équatoriales ». ♦ Synonyme : coordinat.liaison équatoriale ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. la ligne de contact le sépare de son bord de Plateau. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. L’expression « ligne de raccordement » 86 . Dans les cycles analogues mono-insaturés. ligand. ♦ Équivalent étranger : ligand. dans une entité moléculaire polyatomique.m. les liaisons équatoriales sont parallèles à deux des liaisons du cycle. ♦ Définition : Ligne correspondant à l’intersection apparente de deux interfaces contiguës. 2. ♦ Note : 1. ♦ Équivalent étranger : equatorial bond. ligne de contact ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Note : 1. n. ♦ Domaine : Chimie. Dans le cas d’un film liquide.

♦ Voir aussi : macromolécule. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. scale. ♦ Équivalent étranger : coherence length. bord de Plateau. ♦ Équivalent étranger : linear. polymère. ♦ Équivalent étranger : characteristic length. ♦ Équivalent étranger : contact line. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. tension de ligne. ♦ Voir aussi : angle de contact. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule ou d’un polymère résultant d’une répétition multiple en séquence linéaire d’unités qui dérivent de molécules de faible masse moléculaire. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. 87 . longueur de cohérence ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. longueur caractéristique ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.antérieurement utilisée n’est plus recommandée. adj. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. linéaire.

Source : Journal officiel du 15 juin 2003. pour laquelle la probabilité de rupture spontanée est maximale. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. 88 . ♦ Définition : Longueur d’onde de la déformation périodique d’un film liquide en mode péristaltique. ♦ Voir aussi : couche monomoléculaire. ♦ Équivalent étranger : molecular lubricant. ♦ Voir aussi : mode péristaltique d’un film. ♦ Équivalent étranger : critical wavelength. ♦ Définition : Espèce chimique incorporée temporairement dans une monocouche pour favoriser son homogénéisation ou son organisation moléculaire. ♦ Équivalent étranger : Debye length. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. lubrifiant moléculaire ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.longueur de Debye ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. longueur d’onde critique ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.

Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Note : 1. ♦ Définition : Qui présente une affinité avec un solvant donné. ♦ Domaine : Chimie. « dissoudre ». lyophobe. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Domaine : Chimie.m. ♦ Équivalent étranger : macrocycle. pour des molécules à grands cycles qui ne répondent pas aux critères de définition des macromolécules. Divers termes sont utilisés lorsqu’on souhaite préciser la nature du solvant pour lequel se manifeste cette affinité . 89 . ♦ Note : Le terme « macrocycle » est parfois utilisé. ♦ Équivalent étranger : lyophilic. macrocycle. n. etc. ♦ Définition : Macromolécule cyclique ou partie cyclique macromoléculaire d’une macromolécule.vient du grec luein. adj. Le préfixe lyo. 2. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. en chimie. adj. ♦ Définition : Qui ne présente pas d’affinité avec un solvant donné.lyophile. exemples : hydrophile (eau). ♦ Équivalent étranger : lyophobic. lipophile (graisses).

polymer molecule. ♦ Équivalent étranger : spin label.macromolécule. ♦ Domaine : Chimie/Chimie macromoléculaire. Un exemple typique en est le radical « aminoxyle » (ou « nitroxyle »). 90 . Source : Journal officiel du 18 avril 2001. marqueur de spin ♦ Domaine : Chimie/Biochimie. fixé sur une partie d’une entité moléculaire dont on veut étudier l’environnement microscopique. 2. ♦ Équivalent étranger : macromolecule. une molécule peut être considérée comme ayant une « masse moléculaire élevée » lorsque l’addition ou la suppression d’une ou de quelques unités n’a qu’un effet négligeable sur les propriétés moléculaires. ♦ Voir aussi : unité constitutive. Le spectre de résonance paramagnétique électronique de cette entité est alors caractéristique. appelés « unités constitutives » et dérivant de molécules de faible masse moléculaire. ♦ Définition : Groupe portant un électron non apparié. n. ♦ Note : 1. généralement constituée par la répétition en grand nombre d’atomes ou de groupes d’atomes. ♦ Définition : Molécule de masse moléculaire élevée. ♦ Note : Dans de nombreux cas.f. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.

♦ Équivalent étranger : mesomerism. 91 . n. « situé au milieu ». 3. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Note : 1. monocouche flottante. film de Langmuir-Blodgett. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : template. les structures limites ne peuvent être qualifiées de « mésomères ». ♦ Voir aussi : épitaxie. 2. two-dimensional molecular pattern. Ce mode de représentation a été considéré comme l’expression initiale du concept de résonance développé ultérieurement à l’aide de la mécanique quantique.matrice moléculaire bidimensionnelle ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Définition : Mode de représentation ou d’étude de la structure réelle d’une entité moléculaire dont les électrons de liaison sont délocalisés . c’est-à-dire susceptibles d’être représentées par les formules de Lewis habituelles. Du grec mesos. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Définition : Arrangement spécifique des entités moléculaires d’une monocouche flottante ou de Langmuir-Blodgett devant servir de trame au cours de l’adsorption ou du dépôt ultérieurs d’entités moléculaires.f. Contrairement à ce que l’on rencontre parfois. ce mode considère cette entité comme intermédiaire entre deux ou plusieurs structures hypothétiques comportant des liaisons localisées. ♦ Voir aussi : conjugaison. résonance. mésomérie.

92 . Source : Journal officiel du 18 avril 2001.f. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ou presque. que dans les réactifs. sous-phase. ♦ Équivalent étranger : metathesis.métathèse. ♦ Équivalent étranger : Langmuir-Blodgett method. ♦ Voir aussi : monocouche flottante. méthode de Langmuir-Blodgett ♦ Forme abrégée : méthode LB. ♦ Définition : Échange d’une ou de plusieurs liaisons ou groupes d’atomes entre espèces chimiques structuralement apparentées. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. conduisant sur le plan formel à des composés dans lesquels les liaisons des différents types sont en même nombre et de même nature. ♦ Domaine : Chimie. n. LB method. ♦ Définition : Méthode de préparation d’un film solide consistant à transférer une monocouche flottante sur un support solide par trempages répétés de celui-ci dans la sous-phase.

♦ Définition : Mode de couplage des ondulations simultanées des deux interfaces d’un film liquide. ♦ Équivalent étranger : bending mode. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Équivalent étranger : squeezing mode. mode péristaltique d’un film ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. tel que son épaisseur reste constante. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : stopped-flow method. ♦ Définition : Méthode d’étude des réactions chimiques dans laquelle les réactifs sont très rapidement mélangés et le flux réactionnel brusquement bloqué après un très court intervalle de temps. ♦ Synonyme : méthode par blocage d’écoulement.méthode par blocage de flux ♦ Domaine : Chimie. qui provoque des réductions locales de l’épaisseur du film. mode de flexion d’un film ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Définition : Mode de couplage des ondulations simultanées des deux interfaces d’un film liquide. méthode par écoulement interrompu. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. 93 . appelées aussi « pincements ».

Source : Journal officiel du 15 juin 2003. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. module d’élasticité d’extension de surface ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.module de cisaillement de surface ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. 94 . ♦ Définition : Coefficient qui lie. à forme géométrique invariable. à courbure et forme invariables. ♦ Définition : Matrice de coefficients qui relient. ♦ Équivalent étranger : surface shear modulus. ♦ Voir aussi : monocouche flottante. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. module d’élasticité de Gibbs ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. à aire invariable. ♦ Équivalent étranger : dilational elasticity modulus. une variation de la tension superficielle au taux de variation correspondante de l’aire d’une monocouche flottante ou d’une solution de substance tensio-active. une contrainte tangentielle appliquée à un film ou à une monocouche flottante à la déformation correspondante. ♦ Équivalent étranger : Gibbs elasticity modulus. ♦ Définition : Coefficient qui lie la variation de la tension d’un film liquide à la variation correspondante de son aire.

module d’élasticité d’un film ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Définition : Coefficient qui lie la variation réversible de l’épaisseur d’un film liquide ou solide à la contrainte exercée perpendiculairement à ce film. 95 . ♦ Équivalent étranger : guest molecule. molécule hôte ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Entité moléculaire dont la structure présente des cavités capables d’inclure des molécules avec lesquelles elle peut former des complexes. ♦ Équivalent étranger : film elasticity modulus. ♦ Voir aussi : complexe. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Voir aussi : complexe. molécule incluse ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : host molecule. ♦ Définition : Molécule logée dans les cavités d’une autre molécule dite « molécule hôte ».

♦ Note : L’usage de l’expression « couche mixte » en ce sens est déconseillé. chaîne. ♦ Définition : Monocouche formée de deux constituants ou plus. ♦ Voir aussi : couche monomoléculaire. 96 . Source : Journal officiel du 1er mars 2002. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Voir aussi : bicaténaire. multicomponent monolayer. multicaténaire. ♦ Équivalent étranger : single-strand. ♦ Domaine : Chimie/Polymères.monocaténaire. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule ou d’un polymère constitués d’une seule chaîne et dont les unités constitutives adjacentes sont unies l’une à l’autre par deux atomes appartenant respectivement à chacune des deux unités. adj. macromolécule. unité constitutive. monocouche composite ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. polymère. ♦ Équivalent étranger : mixed monolayer.

♦ Définition : Monocouche formée à la surface d’un liquide dans lequel elle est insoluble.monocouche flottante ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. monocouche recomposée ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Voir aussi : couche monomoléculaire. ♦ Voir aussi : couche adsorbée. ♦ Définition : Monocouche composite dans laquelle l’association spécifique entre constituants différents conduit à la structure unique bidimensionnelle recherchée. monocouche organisée ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Équivalent étranger : floating monolayer. cuve de Langmuir. ♦ Voir aussi : monocouche composite. sousphase. ♦ Équivalent étranger : compound monolayer. ♦ Définition : Monocouche constituée d’entités conçues de manière à s’organiser spontanément à l’échelle moléculaire. ♦ Note : La monocouche est dite « compacte » ou « lâche » selon la concentration moléculaire surfacique. ♦ Équivalent étranger : organized monolayer. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. séquence de Langmuir. 97 . Source : Journal officiel du 15 juin 2003. cuve de préparation en continu.

♦ Voir aussi : macromolécule.m. ♦ Définition : Le plus petit ensemble d’unités configurationnelles élémentaires successives nécessaire pour définir la répétition configurationnelle en un ou plusieurs sites de stéréo-isomérie de la chaîne principale d’une macromolécule régulière. ♦ Note : L’ensemble peut être constitué d’une. monomeric (adj.monomère. Dans le domaine de la physicochimie. ce terme s’emploie également pour désigner les entités moléculaires participant à la formation d’agrégats. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Définition : Espèce chimique constituée d’entités moléculaires dont chacune peut conduire à une ou plusieurs unités constitutives d’un polymère. de deux ou de plusieurs unités configurationnelles élémentaires. Exemple : le chlorure de vinyle est une espèce monomère. motif configurationnel ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. polymère. ♦ Équivalent étranger : configurational repeating unit.). ♦ Voir aussi : macromolécule. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. unité configurationnelle élémentaire. ♦ Note : 1. ♦ Équivalent étranger : monomer. 98 . régulier. Ce terme est également utilisé comme adjectif. oligomère. ♦ Domaine : Chimie/Chimie macromoléculaire. 2. n.

motif constitutif ♦ Abréviation : MC. ♦ Définition : La plus petite unité constitutive dont la répétition conduit à une macromolécule régulière. correspondant au nom semi-systématique « polystyrène ». ♦ Équivalent étranger : constitutional repeating unit (CRU). ♦ Voir aussi : macromolécule. 99 . motif configurationnel. unité constitutive. régulier. ♦ Définition : Motif configurationnel qui définit la répétition configurationnelle à tous les sites de stéréo-isomérie de la chaîne principale d’une macromolécule régulière. ♦ Voir aussi : macromolécule. motif de stéréorépétition ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. Exemple : « poly(1-phényléthylène) ». Source : Journal officiel du 1er mars 2002. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Équivalent étranger : stereorepeating unit. régulier. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Note : La nomenclature systématique des macromolécules et des polymères est fondée sur la répétition du motif constitutif.

multicaténaire. monocaténaire. ♦ Voir aussi : couche. adj. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Définition : Tout empilement où alternent des monocouches solides chimiquement différentes. ♦ Équivalent étranger : multilayer. dont plus de deux sont situés à l’une des extrémités de chaque unité constitutive. couche monomoléculaire. ♦ Équivalent étranger : multi-strand. ♦ Voir aussi : bicaténaire. multicouche.f. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Équivalent étranger : alternate multilayer. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule ou d’un polymère dont les unités constitutives adjacentes sont unies l’une à l’autre par plus de quatre atomes. 100 . ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. unité constitutive. macromolécule. multicouche alternée ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. n. polymère. ♦ Définition : Film constitué de plusieurs monocouches distinctes superposées. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Voir aussi : film.

♦ Définition : Variation du pouvoir rotatoire d’une solution résultant d’une épimérisation spontanée ou sous l’influence d’un catalyseur. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. multicouche alternée deux par deux ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Voir aussi : film de Langmuir-Blodgett.f. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Équivalent étranger : paired multilayer.multicouche alternée centrosymétrique ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Définition : Multicouche alternée centrosymétrique dans laquelle deux monocouches successives de même nature chimique sont en contact par les parties hydrophobes de leurs entités moléculaires. n. ♦ Voir aussi : épimérisation. ♦ Équivalent étranger : centrosymmetric multilayer. mutarotation. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. 101 . ♦ Définition : Multicouche solide alternée dans laquelle la disposition des monocouches possède un centre de symétrie. ♦ Équivalent étranger : mutarotation.

♦ Note : Le site peut être un atome. ♦ Équivalent étranger : crossing point. 2. réticulation. ♦ Définition : Site d’une macromolécule d’où partent au moins quatre chaînes et qui résulte de réactions ou d’interactions entre des macromolécules préexistantes.nœud de réticulation ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Note : Le calque de l’anglais « nom parent » ne doit pas être utilisé. Exemples de noms semi-systématiques : méthane. ♦ Voir aussi : structure fondamentale. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. nom semi-systématique ♦ Domaine : Chimie/Nomenclature. macromolécule. ♦ Définition : Nom de la structure fondamentale à partir duquel le nom du composé est dérivé. calciférol. un groupe d’atomes ou un certain nombre de points de ramification reliés par des liaisons ou des groupes d’atomes. ♦ Note : 1. nom fondamental ♦ Domaine : Chimie/Nomenclature. ♦ Définition : Nom d’un composé dont une partie seulement a une signification structurale. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Équivalent étranger : parent name. ♦ Voir aussi : chaîne. L’emploi de l’expression équivalente « nom semi-trivial » est 102 .

Source : Journal officiel du 18 avril 2001. par opposition au terme « systématique ». ♦ Note : Le nom systématique peut comporter ou non des préfixes ou des infixes numériques. ♦ Définition : Nom d’un composé dont les différentes parties ont une signification structurale précise. Exemples de noms systématiques : pentane. le qualificatif « trivial » est traditionnellement utilisé dans son acception ancienne de familier ou banal. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. semi-trivial name. ♦ Équivalent étranger : semi-systematic name. 1. nom trivial ♦ Domaine : Chimie/Nomenclature. nom systématique ♦ Domaine : Chimie/Nomenclature. ♦ Définition : Nom d’un composé dont aucune partie n’a de signification structurale. ♦ Note : Dans ce domaine. ♦ Équivalent étranger : systematic name.3-thiazole.déconseillé. ♦ Équivalent étranger : trivial name. 103 . Source : Journal officiel du 18 avril 2001.

♦ Note : 1. ♦ Domaine : Chimie. Se dit d’un atome ou d’un groupe d’atomes qui. ♦ Voir aussi : électrophile. ♦ Définition : 1. ♦ Définition : 1. 2. Exemple : l’anion Cl. nucléophile. ♦ Équivalent étranger : nucleofugal. Les réactifs nucléophiles sont des bases de Lewis. Qualifie également toute transformation impliquant un processus de ce type. Ce terme est également employé comme substantif. part en emportant le doublet d’électrons de la liaison covalente. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. dans une réaction hétérolytique. 2. ♦ Voir aussi : électrofuge.nucléofuge. l’électrophile. nucleophilic. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. une liaison en apportant le doublet d’électrons liants. ♦ Note : Ce terme est également employé comme substantif.est le nucléofuge dans l’hydrolyse d’un chlorure d’alkyle. nucleofuge (n. adj. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : nucleophile (n. Se dit d’un réactif qui forme avec un autre réactif. 2. Exemple : l’ion OH. adj. 104 .peut être le nucléophile dans l’hydrolyse d’un chlorure d’alkyle.). Qualifie également toute transformation impliquant un processus de ce type.).

oligomère. polymère. ♦ Note : Une molécule est considérée comme ayant une « masse moléculaire intermédiaire » si ses propriétés varient notablement par addition ou par suppression d’une ou de quelques unités constitutives. ♦ Équivalent étranger : oligomer. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Voir aussi : monomère. n.f. oligomérisation. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. n. monomère. ♦ Définition : Processus de transformation d’un monomère. oligomerization (EU). 105 . en un oligomère. appelés « unités constitutives » et dérivant de molécules de faible masse moléculaire. ou d’un mélange de monomères. ♦ Équivalent étranger : oligomerisation (GB). ♦ Domaine : Chimie/Chimie macromoléculaire. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Définition : Substance composée de molécules de masse moléculaire intermédiaire essentiellement constituées par la répétition en petit nombre d’atomes ou de groupes d’atomes. polymérisation. ♦ Voir aussi : copolymère.m.

♦ Définition : Différence entre les énergies de l’unité de surface d’un support solide ou liquide. ♦ Équivalent étranger : spreading parameter. 106 . Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Domaine : Chimie/Mécanique quantique. n. hyperconjugaison.orbitale. ♦ Note : Forme elliptique de l’expression « fonction d’onde orbitale ». paramètre d’étalement d’un liquide sur un support ♦ Forme abrégée : paramètre d’étalement. ♦ Note : Cette grandeur physique permet de prévoir si un liquide donné est susceptible de s’étaler à la surface d’un support solide ou liquide. respectivement avant et après son contact avec un liquide donné. dans des conditions expérimentales déterminées. ♦ Domaine : Chimie/ Chimie physique. ♦ Voir aussi : conjugaison. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. et qui détermine la région de l’espace correspondant à une probabilité de présence donnée de cet électron et à son niveau d’énergie. ♦ Définition : Fonction mathématique représentant l’onde stationnaire associée à un électron en interaction avec les autres particules constituant l’atome ou l’entité moléculaire considérés. ♦ Équivalent étranger : orbital.f. résonance.

♦ Domaine : Chimie/Photochimie. photosensitizer (EU). photolyse éclair ♦ Domaine : Chimie/Photochimie. n. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Définition : Coupure d’une ou de plusieurs liaisons d’une entité moléculaire consécutive à une absorption de lumière. ♦ Définition : Méthode d’irradiation au moyen d’une source de lumière produisant des éclairs de forte intensité et de très courte durée. ou tout processus photochimique dans lequel une telle coupure joue un rôle essentiel. capables de provoquer la photolyse d’entités moléculaires. n. ♦ Définition : Composé qui.photolyse. ♦ Équivalent étranger : photolysis. sous irradiation.m. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.f. 107 . ♦ Équivalent étranger : photosensitiser (GB). Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Domaine : Chimie/Photochimie. a la capacité de transférer son énergie d’excitation électronique à un autre composé. ♦ Équivalent étranger : flash photolysis. photosensibilisateur. ♦ Voir aussi : thermolyse.

♦ Équivalent étranger : trapping. donner lieu à une libération d’espèce chimique de faible masse moléculaire . ♦ Définition : Polymérisation par étapes dans laquelle la croissance des chaînes polymères résulte de réactions d’addition entre molécules de tous degrés de polymérisation. n. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. 2.piège. par définition. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. Du point de vue pratique. ♦ Définition : Dispositif ou composé utilisé pour le piégeage. par exemple. 108 . Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Définition : Interception définitive ou temporaire d’une entité moléculaire. n. polyaddition. n. ♦ Note : 1.f. c’est le cas. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. polymérisation en chaîne. piégeage. ♦ Voir aussi : capteur. ♦ Équivalent étranger : trap. ♦ Équivalent étranger : polyaddition. ♦ Voir aussi : capteur. de la polyaddition des diols sur les diisocyanates qui conduit aux polyuréthanes. ♦ Voir aussi : polymérisation. La polymérisation des composés éthyléniques n’est pas considérée en général comme une polyaddition mais plutôt comme une polymérisation en chaîne. ♦ Domaine : Chimie.m. ♦ Domaine : Chimie. une polyaddition ne peut.m.

♦ Équivalent étranger : polydentate. exemple : un ligand bidenté. ♦ Définition : Se dit d’un ligand qui peut contracter par l’intermédiaire d’atomes donneurs distincts plusieurs liaisons avec l’atome central d’une entité de coordination. polydenté. Lorsque le ligand ne comporte qu’un atome donneur. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. adj. 109 . on le qualifie parfois de « monodenté ».polycondensation. par exemple. ♦ Définition : Polymérisation par étapes dans laquelle la croissance des chaînes polymères résulte de réactions de condensation entre molécules de tous degrés de polymérisation. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. ♦ Note : 1. c’est le cas. Dans les cas où l’on souhaite préciser le nombre de liaisons éventuelles. ♦ Domaine : Chimie/Chimie inorganique. le préfixe « poly. 2. une polycondensation s’accompagne de la libération d’une espèce chimique de faible masse moléculaire . de la polycondensation des diamines et des diacides qui conduit à des polyamides et à de l’eau. ♦ Équivalent étranger : polycondensation. n. ♦ Note : Du point de vue pratique. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Voir aussi : polymérisation.» peut être remplacé par un préfixe numérique approprié .f.

♦ Note : Les blocs sont assemblés directement ou par l’intermédiaire d’une unité constitutive qui ne fait pas partie intégrante des blocs. polymère à stéréoblocs ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. polymère à blocs ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Note : Ce terme est également employé comme adjectif. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. unité constitutive. macromolécule. ♦ Équivalent étranger : polymer. ♦ Domaine : Chimie/Chimie macromoléculaire.polymère.m. ♦ Voir aussi : bloc. ♦ Équivalent étranger : block polymer. oligomère. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. monomère. n. Exemple : le polystyrène est un composé polymère. polymeric (adj. ♦ Définition : Polymère dont les macro-molécules sont constituées de blocs enchaînés linéairement. ♦ Définition : Polymère dont les macromolécules sont constituées de blocs stéréoréguliers et peuvent aussi comporter des blocs non stéréoréguliers. ♦ Voir aussi : 110 .). ♦ Définition : Substance composée de macromolécules. ♦ Voir aussi : copolymère. macromolécule.

♦ Définition : Polymère composé de macromolécules comportant une ou plusieurs sortes de blocs liés à la chaîne principale . 111 . ♦ Définition : Polymère composé de molécules qui diffèrent du point de vue de la masse moléculaire ou de la constitution. macromolécule. polydisperse polymer. ♦ Équivalent étranger : graft polymer. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. unité constitutive. stéréorégulier. ♦ Voir aussi : bloc. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ces blocs constituent des chaînes latérales et présentent des caractéristiques de constitution ou de conformation différentes de celles de la chaîne principale.bloc. ♦ Synonyme : polymère polydispersé. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ou bien des deux. polymère non uniforme ♦ Domaine : Chimie/Polymères. unité constitutive. ♦ Équivalent étranger : stereoblock polymer. polymère greffé ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Équivalent étranger : non-uniform polymer. macromolécule.

avec régénération du ou des sites réactifs à la fin de chaque étape de croissance. ♦ Définition : Polymérisation dans laquelle la croissance d’une chaîne polymère résulte exclusivement d’une ou plusieurs réactions entre monomère et site réactif de la chaîne polymère. ♦ Définition : Processus de transformation d’un monomère. Une polymérisation en chaîne comporte 112 . par exemple : polymère uniforme du point de vue de la constitution. ♦ Équivalent étranger : monodisperse polymer. ♦ Domaine : Chimie/Chimie macromoléculaire. polymère. ♦ Définition : Polymère composé de molécules ayant la même masse moléculaire et la même constitution. uniform polymer. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Synonyme : polymère monodispersé. en polymère. ♦ Voir aussi : monomère.f. polymérisation en chaîne ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Équivalent étranger : polymerisation (GB). polymérisation. ♦ Note : Un polymère uniforme du point de vue de la masse moléculaire ou de la constitution peut être dit « uniforme » à condition d’en préciser la raison .polymère uniforme ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Note : 1. polymerization (EU). n. ou d’un mélange de monomères.

♦ Voir aussi : monomère. il est recommandé de préciser : « polymérisation en chaîne avec condensation ». ♦ Note : 1. etc. Lorsqu’un sous-produit de faible masse moléculaire se forme dans la réaction. specific rotation. 113 . 2. 2. ♦ Équivalent étranger : optical rotation. chain polymerization (EU). ♦ Voir aussi : activité optique. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. être précisé . pouvoir rotatoire ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie-Chimie physique. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. Le pouvoir rotatoire varie notamment avec la longueur d’onde du rayonnement lumineux utilisé. Enregistré dans des conditions de référence. 3. par exemple : polymérisation cationique en chaîne. le type de réaction chimique impliquée dans l’étape de croissance peut. il est qualifié de « pouvoir rotatoire spécifique » et constitue une constante caractéristique d’un composé.des réactions d’amorçage et de propagation et peut également inclure des réactions de terminaison et de transfert de chaîne. Si nécessaire. transfert de chaîne. ♦ Définition : Valeur mesurée de l’angle de rotation du plan de polarisation de la lumière dans des conditions expérimentales données. ♦ Équivalent étranger : chain polymerisation (GB). de plus. polymère.

). Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Note : L’expression « pression capillaire » antérieurement utilisée n’est plus recommandée. oligomère ou polymère capables de subir une polymérisation ultérieure grâce à des groupes réactifs. ♦ Note : On a employé également ce terme lorsque cette pression est négative et tend à rapprocher les interfaces. pre-polymeric (adj. oligomère. ♦ Définition : Différence entre les pressions de deux fluides séparés par une interface courbe sous tension. ♦ Équivalent étranger : disjoining pressure. 114 . ♦ Équivalent étranger : Laplace pressure. ♦ Voir aussi : macromolécule. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. pression de disjonction ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Note : Ce terme est aussi utilisé comme adjectif. pression de Laplace ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. téléchélique. polymérisation. n. ♦ Définition : Pression interne exercée par un film mince sur ses interfaces et tendant à les écarter. ♦ Équivalent étranger : pre-polymer. ♦ Définition : Macromolécule.m.prépolymère. polymère. Source : Journal officiel du 15 juin 2003.

♦ Définition : Propriété géométrique d’un arrangement achiral d’atomes. -e. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Équivalent étranger : stepwise process. « Ch » se prononce [k]. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. adj. énantiotope. susceptible de devenir chiral par une seule opération introduisant une dissymétrie.f. prochiral. énantiotope. 115 . ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.processus par étapes ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Se dit d’un arrangement achiral d’atomes. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : prochirality. ♦ Note : « Ch » se prononce [k]. susceptible de devenir chiral par une seule opération introduisant une dissymétrie. 2. ♦ Voir aussi : achiral. n. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Par exemple. ♦ Note : 1. la molécule achirale CH3-CH2-OH peut être considérée comme prochirale car elle peut être convertie en la molécule chirale CH3-CHD-OH par simple remplacement isotopique de l’un des deux atomes d’hydrogène énantiotopes du groupe méthylène par un atome de deutérium. chiralité. prochiralité. ♦ Voir aussi : achiral. ♦ Équivalent étranger : prochiral. chiralité.

♦ Note : Ce mode de projection est utilisé essentiellement dans le domaine des sucres. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Définition : Projection d’une entité moléculaire dans laquelle les liaisons dessinées verticalement se trouvent au-dessous du plan de projection tandis que les liaisons horizontales se trouvent au-dessus de ce plan. projection de Fischer ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. des aminoacides et des composés apparentés où le placement à droite ou à gauche des substituants OH ou NH2 (et dérivés) des liaisons horizontales du carbone asymétrique d’indice numérique le plus élevé définit des séries de composés apparentés (séries D et L). ♦ Synonyme : projection en triangles. ♦ Équivalent étranger : wegde projection.projection cunéiforme ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Définition : Projection stéréochimique dans le plan moyen d’une entité moléculaire dans laquelle les liaisons sont figurées par des coins dont la base représente l’atome le plus proche et le sommet l’atome le plus éloigné. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : Fischer projection. 116 .

♦ Domaine : Chimie.m. 2. ♦ Définition : Dénomination de l’atome 1H. n. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. il est également utilisé lorsqu’il n’est pas nécessaire de distinguer les divers isotopes. ♦ Note : La structure apparaît comme si elle était vue dans l’axe de la liaison entre ces deux atomes et les liaisons de ces atomes avec les autres groupes sont dessinées comme des projections sur le plan du papier. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. 2H et 3H . Le nom « hydrogène » désigne le mélange à l’état naturel des isotopes 1H. « Protium » se prononce [prossium]. ♦ Définition : Projection représentant l’arrangement spatial des liaisons de deux atomes adjacents d’une entité moléculaire. 3. ♦ Voir aussi : hydron.projection de Newman ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Équivalent étranger : Newman projection. Les liaisons partant de l’autre atome sont représentées comme se projetant en arrière de ce cercle. ♦ Équivalent étranger : protium. protium. Les isotopes 2H et 3H portent respectivement les noms de « deutérium » et de « tritium ». ♦ Note : 1. 117 . Les liaisons partant de l’atome le plus proche de l’observateur sont dessinées comme concourantes au centre d’un cercle représentant cet atome.

m. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Domaine : Chimie. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.racémique. « grappe (de raisin) ». n. (exemple : CH3 ).). ♦ Définition : Mélange équimoléculaire de deux énantiomères. Le racémique ne présente donc pas d’activité optique. formule développée. En nomenclature. ♦ Voir aussi : composé racémique.m. 2. 2. n. Dans une formule. ♦ Équivalent étranger : racemate. ♦ Note : 1. racemic (adj. ♦ Définition : Entité moléculaire possédant un ou plusieurs électrons non appariés. Ce terme est également employé comme adjectif. 118 . 3. ♦ Note : 1. l’électron non apparié est représenté par un point placé en exposant à droite du symbole de l’élément ou du groupe . il est recommandé d’utiliser le terme « groupe » ou « substituant » pour désigner une fraction hydrocarbonée d’une molécule. conglomérat racémique. Le substantif « racémique » a été anciennement utilisé pour désigner un « composé racémique ». ♦ Voir aussi : entité moléculaire. Du latin racemus. employé à l’origine. dits aussi « célibataires ». ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. 4. 3. énantiomère. Il est recommandé de ne plus utiliser l’ancienne désignation de « radical libre ». ♦ Équivalent étranger : radical. de préférence à « radical ». radical.

119 . Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ainsi que de toute réaction qui met en jeu un radical. ainsi. Le terme « réactif » s’emploie également comme adjectif pour indiquer une plus ou moins grande aptitude à participer à une réaction. ♦ Définition : Se dit de toute entité moléculaire. ♦ Définition : Substance introduite pour prendre part à une réaction chimique.). ♦ Équivalent étranger : radical. 2. ♦ Voir aussi : entité réagissante. HNO3 est le réactif et le cation NO2+ l’entité réagissante. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : batch reactor. ♦ Définition : Réacteur dans lequel s’effectuent des transformations chimiques de durée limitée et par lots. ♦ Domaine : Chimie.m. réactif. ♦ Domaine : Chimie. Le réactif n’est pas obligatoirement l’entité réagissante . ou espèce chimique. ayant les propriétés d’un radical.radicalaire. adj. ♦ Équivalent étranger : reactive (adj. réaction en chaîne. reagent. dans la nitration du benzène. ♦ Note : 1. réacteur discontinu ♦ Domaine : Chimie/Chimie industrielle. ♦ Voir aussi : entité moléculaire. n. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.

♦ Note : 1. Du grec khélé.5-triène en cyclohexa-1. 3. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. chelotropic reaction. « pince » . 2.réaction chélotrope ♦ Domaine : Chimie. La réaction inverse est appelée « élimination chélotrope ».3-diène ou l’inverse. 120 . Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. réaction péricyclique. 4. ♦ Équivalent étranger : cheletropic reaction. ♦ Équivalent étranger : electrocyclic reaction. Un exemple d’une telle réaction est l’addition au butadiène du dioxyde de soufre. ♦ Note : On peut citer comme exemple d’une telle réaction la conversion de l’hexa-1. ♦ Définition : Cycloaddition au cours de laquelle les atomes doublement liés situés aux extrémités d’un système conjugué se lient à un seul atome d’un réactif en formant deux nouvelles liaisons simples. ♦ Voir aussi : conjugaison. le réarrangement inverse s’accompagne de la disparition d’une liaison simple ainsi que d’une augmentation d’une unité du nombre de doubles liaisons. réaction électrocyclique ♦ Domaine : Chimie. On trouve également « chélétrope ». ♦ Définition : Réarrangement moléculaire qui comporte la formation d’une liaison simple entre les extrémités d’un système linéaire et totalement conjugué ainsi qu’une diminution d’une unité du nombre de doubles liaisons .3. lequel se lie par l’atome de soufre aux atomes de carbone terminaux du diène. « ch » se prononce [k]. ♦ Voir aussi : conjugaison.

♦ Définition : Réaction en plusieurs étapes successives effectuées dans le même récipient. qui sont souvent des radicaux. dite « d’amorçage ». sont continuellement régénérés par la répétition d’un cycle d’étapes élémentaires. ♦ Équivalent étranger : elementary reaction. ♦ Voir aussi : radical. ♦ Note : La réaction comporte également une étape initiale. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : chain reaction. sans isolement de produits intermédiaires. ♦ Définition : Réaction chimique dans laquelle aucun intermédiaire réactionnel n’intervient au niveau moléculaire. ♦ Équivalent étranger : one-pot reaction. réaction en chaîne ♦ Domaine : Chimie. dites « étapes de propagation ».réaction élémentaire ♦ Domaine : Chimie. dite « de terminaison ». réaction monotope ♦ Domaine : Chimie. 121 . ♦ Définition : Réaction complexe au cours de laquelle un ou plusieurs intermédiaires réactionnels. et une étape finale. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003.

♦ Équivalent étranger : degenerate rearrangement. sans modification des positions relatives des atomes. réarrangement sigmatropique. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Définition : Réarrangement limité à un échange de liaisons interatomiques dans la molécule.réaction péricyclique ♦ Domaine : Chimie. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Définition : Réaction chimique dans laquelle une réorganisation des liaisons passe par un ensemble cyclique d’atomes. ♦ Note : Ce terme désigne des processus variés. ♦ Note : Un tel réarrangement peut être détecté par marquage isotopique ou par des techniques de résonance magnétique dynamique. la localisation des doubles 122 . ♦ Voir aussi : entité fluctuante. tautomérie de valence. réarrangement dégénéré ♦ Domaine : Chimie. en particulier les réactions électrocycliques et les réarrangements sigmatropiques. ♦ Voir aussi : réaction électrocyclique. réarrangement sigmatropique ♦ Domaine : Chimie. ♦ Note : Habituellement. ♦ Équivalent étranger : pericyclic reaction. ♦ Définition : Réarrangement moléculaire qui implique dans les espèces réagissantes à la fois la formation d’une nouvelle liaison simple entre atomes non liés et la coupure d’une liaison simple préexistante.

♦ Équivalent étranger : sigmatropic rearrangement. les règles séquentielles ont été définies à l’origine par R. Cahn. Ingold et V. Prelog. reconnaissance moléculaire ♦ Domaine : Chimie. règles séquentielles ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.K. ♦ Équivalent étranger : molecular recognition. ♦ Voir aussi : épitaxie. ♦ Voir aussi : stéréodescripteur. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. ♦ Équivalent étranger : CIP rule. ♦ Voir aussi : réaction péricyclique.liaisons est modifiée. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. mais le nombre total de liaisons doubles et simples reste inchangé. sequence rule. 123 . ♦ Définition : Processus d’association sélective par complémentarité entre deux entités moléculaires complexes.S. C. ♦ Définition : Règles établissant un ordre conventionnel des atomes ou des groupes d’atomes. afin de dénommer sans ambiguïté les configurations absolues des stéréoisomères chiraux ou les configurations d’isomères cis-trans. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. ♦ Note : En chimie organique.

unité constitutive. ♦ Équivalent étranger : salting-out. généralement un sel. ♦ Équivalent étranger : regular. 124 . Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Définition : Séparation d’une substance en solution aqueuse provoquée par addition d’un électrolyte. relargage. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. remplissage d’une colonne de chromatographie ♦ Domaine : Chimie. qui signifie en ancien français « rélargir » ou « étendre ». ♦ Équivalent étranger : packing. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. il désignait l’action de verser une lessive dans l’huile afin de provoquer la coagulation des particules de savon. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Voir aussi : irrégulier. d’un oligomère ou d’un polymère qui résultent de la répétition d’unités constitutives toutes identiques et reliées entre elles de la même manière. adj. -ière. ♦ Note : Ce terme provient d’un mot provençal. polymère. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule. ♦ Domaine : Chimie. Limité à l’origine à la savonnerie.m. relargar. oligomère. n.régulier. macromolécule.

réseau. n. Le terme « résonance » est maintenant plus utilisé que le terme « mésomérie ». qui se réfère à la méthode de traitement des systèmes délocalisés utilisée à l’origine. hyperconjugaison. ♦ Note : 1. 125 . ♦ Équivalent étranger : packing. ♦ Définition : Méthode ayant pour objet de décrire mathématiquement la répartition des électrons dans une entité moléculaire à liaisons délocalisées par une combinaison des répartitions électroniques dans des structures hypothétiques à liaisons localisées. ♦ Voir aussi : macromolécule. résonance. n. ♦ Définition : Macromolécule très ramifiée dans laquelle chaque unité constitutive est reliée à chacune des autres ainsi qu’aux limites de la phase macroscopique par de nombreux chemins permanents à travers la macromolécule.remplissage d’une colonne de distillation ♦ Domaine : Chimie. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. 2. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. La différence entre l’énergie de l’entité réelle et celle de la plus stable des structures hypothétiques à liaisons localisées est appelée « énergie de résonance ». ♦ Domaine : Chimie. ♦ Équivalent étranger : network.m. unité constitutive. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.f. mésomérie. ♦ Voir aussi : conjugaison. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Équivalent étranger : resonance.

♦ Équivalent étranger : rotamer. ♦ Équivalent étranger : cross-linkage. ♦ Voir aussi : conformère. ♦ Note : Les rotamères qui ne concernent que les enchaînements non linéaires d’atomes A-B-C-D constituent donc une classe particulière de conformères. n. n. cross-linking. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Définition : Formation d’un réseau tridimensionnel par création de liaisons entre les chaînes macromoléculaires d’un polymère. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.réticulation. ♦ Domaine : Chimie/Chimie macromoléculaire. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.f. rupture spontanée d’un film ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.m. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Voir aussi : mode péristaltique d’un film. ♦ Équivalent étranger : film spontaneous rupturing. ♦ Définition : Élément d’un ensemble de conformères résultant d’une rotation restreinte autour d’une liaison simple. 126 . ♦ Définition : Rupture d’un film liquide provoquée par un amincissement local excessif dû à des ondulations d’origine exclusivement thermique. rotamère.

♦ Équivalent étranger : configurational sequence. « triades ». ♦ Note : Les séquences constitutives comprenant deux unités constitutives sont dénommées « dyades ». Source : Journal officiel du 1er mars 2002.séquence configurationnelle ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. « triades ». unité constitutive. séquence constitutive ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Note : Les séquences configurationnelles comprenant deux unités configurationnelles sont dénommées « dyades ». unité configurationnelle. celles en comprenant trois. ♦ Définition : Partie d’une chaîne comportant une ou plusieurs sortes d’unités configurationnelles qui se succèdent dans un ordre défini. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Équivalent étranger : constitutional sequence. ♦ Définition : Partie d’une chaîne comportant une ou plusieurs sortes d’unités constitutives qui se succèdent dans un ordre défini. celles en comprenant trois. ♦ Voir aussi : chaîne. ♦ Voir aussi : chaîne. 127 .

la compression latérale de la monocouche et son transfert. monocouche flottante. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. intervient comme nucléophile. méthode de Langmuir-Blodgett. ♦ Définition : Procédé discontinu qui sert à préparer des monocouches flottantes et à les empiler sur un support solide pour former un film de Langmuir-Blodgett. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Voir aussi : nucléophile. ♦ Voir aussi : dépôt par étalement. l’évaporation du solvant. n. au cours de laquelle une liaison au moins du soluté est rompue. ou d’un ion dérivé du solvant. ♦ Note : On emploie plus spécifiquement ce terme pour désigner des réactions dans lesquelles le solvant. ♦ Équivalent étranger : Langmuir sequence. ♦ Note : La séquence de Langmuir se compose de quatre étapes successives : l’étalement de la solution. ♦ Définition : Réaction d’un solvant. ♦ Équivalent étranger : solvolysis. 128 . film de Langmuir-Blodgett.f. ou une espèce qui en dérive. solvolyse. avec un soluté. ♦ Domaine : Chimie.séquence de Langmuir ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.

♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.f. ♦ Définition : Symbole caractérisant la configuration ou la conformation d’une entité moléculaire. ap. n. E. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Z. n. ♦ Voir aussi : configuration absolue. ♦ Voir aussi : monocouche flottante. spiro-. polymère. sc. élément de composition ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Équivalent étranger : subphase. cis. ♦ Voir aussi : bicaténaire. ou les conformations : ac.sous-phase. sp. isomérie cis-trans. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Équivalent étranger : spiro-. ♦ Équivalent étranger : stereodescriptor. ♦ Définition : Liquide sur lequel flotte une monocouche ou un film. trans.m. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. macromolécule. stéréodescripteur. 129 . S. ♦ Définition : Sert à désigner une macromolécule ou un polymère bicaténaires constitués d’une séquence ininterrompue de cycles telle que les cycles adjacents n’ont qu’un seul atome commun. ♦ Note : Exemples de stéréodescripteurs utilisés pour spécifier les configurations : R.

♦ Définition : Se dit d’atomes ou de groupes d’atomes soit énantiotopes. est un exemple traditionnel de groupe stéréogène . adj. peut être considéré comme à l’origine d’une stéréoisomérie. ou adj.m. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Note : Un atome asymétrique. adj. ♦ Synonyme : stéréo-isomérique. avec ses ligands. ♦ Synonyme : stéréogénique. n. stéréohétérotope. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. ♦ Définition : Se dit d’un atome ou d’un groupe d’atomes qui. ♦ Synonyme : stéréohétérotopique. adj. ♦ Voir aussi : diastéréotope. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. centre chiral. ♦ Définition : Chacun des isomères qui ne diffèrent entre eux que par la disposition de leurs atomes dans l’espace. ♦ Équivalent étranger : stereoheterotopic. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. soit diastéréotopes. On trouve 130 . adj. ♦ Équivalent étranger : stereogenic. adj. ♦ Note : 1. homotope. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. isomérie cis-trans. ♦ Voir aussi : centre chiral. de même un groupe d’atomes constitué d’une double liaison avec ses substituants qui peut donner naissance à une isomérie cis-trans. dans une entité moléculaire.stéréogène. stéréo-isomère. énantiotope.

polymère. adj. tautomère. adj. stéréosélectif. ♦ Voir aussi : diastéréo-isomère. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule ou d’un polymère réguliers qui ne comportent qu’un seul type de motif de stéréorépétition dans un arrangement séquentiel unique. stéréorégulier. énantiomère. stereoisomeric (adj. ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. ♦ Équivalent étranger : stereoregular. ♦ Équivalent étranger : stereoselective. ♦ Équivalent étranger : stereoisomer (n. ♦ Voir aussi : synthèse asymétrique. ♦ Définition : Se dit d’un processus qui conduit à la formation prédominante d’un stéréo-isomère plutôt que d’un autre. -ive. synthèse stéréosélective. Exemple : le glucose et le mannose sont des oses stéréo-isomères. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. 131 .aussi « stéréomère ».). ♦ Voir aussi : macromolécule. régulier. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. -ière. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. isomère.). motif de stéréorépétition. 2.

énantiomère. 132 . ♦ Note : 1. ♦ Voir aussi : diastéréoisomère. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. l’addition du brome à l’un des isomères cis ou trans d’un alcène. ♦ Équivalent étranger : stereoselectivity. Par exemple. Selon cette définition. n. 2. le phénomène est appelé « diastéréosélectivité ». tel que le but-2-ène. induction asymétrique.f. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. tout processus stéréospécifique est nécessairement stéréosélectif. ♦ Définition : Formation dans une réaction d’un seul produit de constitution et de configuration spécifiques à partir d’un composé de configuration déterminée. stéréo-isomère. synthèse asymétrique. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Note : 1. 2. Lorsque les stéréo-isomères sont des diastéréo-isomères. mais un processus stéréosélectif peut ne pas être stéréospécifique. Lorsque les stéréo-isomères sont des énantiomères.stéréosélectivité. n. est une réaction stéréospécifique. stéréospécificité. ♦ Définition : Formation prédominante d’un stéréo-isomère plutôt que d’un autre dans une réaction chimique.f. ♦ Équivalent étranger : stereospecificity. le phénomène est appelé « énantiosélectivité ». ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.

semi-systématique ou trivial. nom systématique. ♦ Voir aussi : nom fondamental. utilisée dans la représentation de la distribution électronique d’une entité moléculaire. résonance. structure limite ♦ Domaine : Chimie. doubles ou triples. nom semi-systématique. ♦ Équivalent étranger : contributing structure. ♦ Note : Les structures limites ont été désignées dans certains cas par l’expression « forme canonique » (en anglais : canonical form). servant de base à la construction du nom d’un dérivé. 133 . ♦ Note : L’expression synonyme « structure parentale » est déconseillée. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Voir aussi : mésomérie. covalentes ou ioniques. ♦ Définition : Structure possédant un nom systématique.structure fondamentale ♦ Domaine : Chimie. simples. ♦ Équivalent étranger : parent structure. nom trivial. ♦ Définition : Structure purement formelle ne contenant que des liaisons localisées. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003.

acide de Lewis. suprafacial. ♦ Équivalent étranger : superacid.m. ♦ Équivalent étranger : superlattice. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Domaine : Chimie. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. 134 . Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. n.superacide. super-réseau. -e. ♦ Note : Le terme « changement » comprend la disparition ou la formation d’une liaison.m. d’acidité élevée. ♦ Note : Les couches successives peuvent être constituées soit d’atomes. ♦ Voir aussi : acide de Brønsted. ♦ Définition : Se dit du processus par lequel une partie d’une molécule subit deux changements dans sa façon de se lier à deux centres externes à cette partie lorsque les deux changements se produisent sur la même face d’une entité moléculaire. ou mélange d’espèces chimiques. ♦ Définition : Multicouche périodique formée par la répétition d’un motif élémentaire constitué de couches successives chimiquement différentes. soit de molécules. supérieure à celle de l’acide sulfurique pur. n. ♦ Définition : Espèce chimique. base de Lewis. ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. adj. ♦ Équivalent étranger : suprafacial.

tension superficielle. n. ♦ Équivalent étranger : supramolecular. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Membrane fictive dont les propriétés mécaniques seraient équivalentes à celles d’une couche interfaciale ou d’un film liquide. adj. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. tension interfaciale. ♦ Note : De tels ensembles peuvent être qualifiés de « supramolécules ». ♦ Équivalent étranger : surface of tension. ♦ Définition : Ensemble comportant deux ou plusieurs entités moléculaires organisées et maintenues ensemble par des interactions intermoléculaires non covalentes. supramolécule. 135 .f. ♦ Équivalent étranger : supramolecule. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. surface de tension ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. tension d’un film. ♦ Note : La surface de tension est située à l’intérieur de la couche interfaciale ou du film liquide. ♦ Voir aussi : couche interfaciale.supramoléculaire. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Qualifie la branche de la chimie qui traite des systèmes comportant deux ou plusieurs entités moléculaires organisées et maintenues ensemble par des interactions intermoléculaires non covalentes.

isotactique. Dans une macromolécule ou dans un polymère syndiotactiques. tactique. il est préférable de remplacer ce terme traditionnel par « synthèse énantiosélective » ou « synthèse diastéréosélective » selon le cas.syndiotactique. ♦ Équivalent étranger : syndiotactic. et dans lesquelles la synthèse introduit un nouvel élément chiral. 2. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule ou d’un polymère tactiques constitués majoritairement d’unités configurationnelles élémentaires énantiomères régulièrement alternées. adj. ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. motif configurationnel. ♦ Note : Du fait de désaccord sur l’extension de cette définition à des substances dont les molécules comportent déjà un ou plusieurs éléments chiraux. de manœuvrer ». unité configurationnelle élémentaire. et taktikos. ♦ Note : 1. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. macromolécule. synthèse asymétrique ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie. polymère. ♦ Voir aussi : atactique. ♦ Définition : Synthèse d’un produit chiral à partir d’un précurseur achiral sans recours à des dédoublements de produits ou d’intermédiaires racémiques. le motif configurationnel est constitué de deux unités configurationnelles élémentaires. relatif à l’« art de ranger. « lier ensemble ». ♦ Voir aussi : 136 . Du grec sundein.

ce type de synthèse est utilisé en particulier pour la recherche de molécules pharmacologiquement actives. ♦ Équivalent étranger : asymmetric synthesis. ♦ Voir aussi : synthèse asymétrique. ou réaction. ♦ Note : Associé à un criblage biologique à haut débit.synthèse stéréosélective. ♦ Équivalent étranger : combinatorial synthesis. dans laquelle un ou plusieurs nouveaux éléments de chiralité sont formés dans une molécule substrat et qui conduit à des proportions inégales de produits stéréo-isomères : énantiomères (synthèse énantiosélective) ou diastéréo-isomères (synthèse diastéréosélective). ♦ Définition : Méthode de synthèse simultanée d’une famille de composés nouveaux à partir d’une famille de composés de départ et d’un réactif unique. synthèse combinatoire ♦ Domaine : Chimie/Biochimie. 137 . ♦ Définition : Synthèse. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Équivalent étranger : stereoselective synthesis. synthèse stéréosélective ♦ Domaine : Chimie/Stéréochimie.

synthon. réels ou hypothétiques.m. ♦ Définition : Entité moléculaire mise en œuvre dans la synthèse d’une molécule afin d’y introduire un motif structural donné. n. ♦ Équivalent étranger : tacticity. ♦ Note : Du grec taktikê (technê). 138 . Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. n. « art de ranger. ♦ Voir aussi : synthèse combinatoire. ♦ Équivalent étranger : building block. ♦ Définition : Ordonnancement dans la succession des motifs configurationnels de la chaîne principale d’une macromolécule régulière ou d’un polymère régulier. motif configurationnel. ♦ Domaine : Chimie/Chimie organique.synthon.f. qui consiste à concevoir un chemin de synthèse d’une molécule en la considérant comme la combinaison de fragments plus simples. ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. souvent une synthèse combinatoire. de manœuvrer ». tacticité. appelés « synthons ». qui sont traduits ensuite en réactifs servant de points de départ à la synthèse réelle. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Voir aussi : macromolécule. ♦ Note : Le terme trouve son origine dans la méthode dite de l’« analyse rétrosynthétique ».

par exemple un hydron. ♦ Définition : Substance. n.tactique. par son aptitude à produire ou à consommer une espèce chimique. macromolécule. 139 . régulier. ♦ Note : L’exemple le plus courant est celui d’un tampon acide-base : mélange d’un acide faible AH et de la base conjuguée A. ♦ Voir aussi : atactique. ♦ Définition : Se dit d’une macromolécule ou d’un polymère réguliers constitués de motifs configurationnels majoritairement identiques. base de Brønsted. syndiotactique. ♦ Équivalent étranger : buffer. qui. hydron. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. ♦ Domaine : Chimie/Chimie analytique. ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie.en proportions telles que le pH ne soit pas sensiblement modifié par dilution ou par addition en quantités relativement importantes d’acide ou de base. ou mélange de substances. ♦ Voir aussi : acide de Brønsted. isotactique. de manœuvrer ». ♦ Note : Du grec taktikos. ♦ Équivalent étranger : tactic. relatif à l’« art de ranger.m. polymère. maintient constante la concentration de cette espèce dans un solvant. adj. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. tampon. motif configurationnel.

m. ♦ Équivalent étranger : tautomer. Ce terme est également employé comme adjectif. simple et généralement rapide. L’équilibre qui s’établit peut être déplacé plus ou moins complètement vers l’un ou l’autre des participants. n. Source : Journal officiel du 8 octobre 2003. 2. comportant la formation ou la rupture de liaisons simples ou doubles. ♦ Définition : Isomérisation ou réarrangement dégénéré. 140 . ♦ Note : Par exemple. et d’une ou de plusieurs liaisons multiples et qui sont capables de se transformer facilement et réversiblement l’un en l’autre. ♦ Note : 1. ♦ Voir aussi : isomère. le bicyclopentène est un tautomère de valence du cyclopenta-1. ♦ Définition : L’un des isomères dont les structures diffèrent par la position d’un atome. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. sans migration d’atomes ou de groupes d’atomes. en général d’hydrogène.3-diène.). ♦ Domaine : Chimie. ♦ Voir aussi : entité fluctuante. Exemple : l’acétone et l’énol dérivé de l’acétone sont des composés tautomères. ♦ Équivalent étranger : valence tautomerism. réarrangement dégénéré. tautomérie de valence ♦ Domaine : Chimie. tautomeric (adj.tautomère.

polymérisation. ♦ Définition : Se dit d’un oligomère ou d’un polymère linéaires capables de subir une polymérisation ultérieure du fait de la présence de groupes réactifs à chacune des deux extrémités de la chaîne. transfert horizontal d’une monocouche. ♦ Définition : Dans la méthode de Langmuir-Blodgett. 141 . Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Note : Du grec télé. « loin. transfert vertical d’une monocouche. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. monocouche flottante. adj. téléchélique.taux de transfert ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. polymère. ♦ Voir aussi : méthode de Langmuir-Blodgett. « pince ». ♦ Équivalent étranger : telechelic. prépolymère. et khélé. à distance ». rapport entre la diminution de l’aire de la monocouche flottante et l’aire réceptrice du support solide du film. ♦ Voir aussi : oligomère. ♦ Équivalent étranger : transfer ratio.

amorcée par la rupture homolytique de Cl3CBr conduit au télomère Cl3C[CH2-CH-(C6H5)]nBr. 2. ♦ Définition : Se dit d’un agent chimique dont la présence à une interface entre deux fluides entraîne l’abaissement de la tension interfaciale. surfactant (n. Source : Journal officiel du 18 avril 2001.). Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Équivalent étranger : surface active agent (n. transfert de chaîne. tensio-actif. adj. ♦ Voir aussi : oligomérisation. ♦ Équivalent étranger : telomerisation. ♦ Définition : Oligomérisation ou polymérisation par réaction en chaîne. ♦ Synonyme : surfactif. la télomérisation du styrène. Ce terme est également employé comme nom. Forme abrégée de l’expression « agent tensio-actif ». n. ♦ Note : Par exemple. Exemple : les savons sont des tensio-actifs.). polymérisation en chaîne. ♦ Domaine : Chimie.télomérisation. ou adj.f. 142 . adj. ♦ Note : 1. effectuées en présence d’un excès d’agent de transfert et telle que les groupes terminaux sont des fragments de l’agent de transfert.

tension de ligne ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. constituée par les mêmes atomes liés par des liaisons du même type. Source : Journal officiel du 15 juin 2003.f. ♦ Équivalent étranger : line tension. ♦ Équivalent étranger : strain. ♦ Définition : Rapport entre le travail réversible nécessaire pour allonger une ligne de contact et l’allongement correspondant. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Note : Le qualificatif « dynamique » s’applique lorsque la mesure de la tension de ligne est effectuée sur un système hors équilibre. 143 . n. à des conformations défavorables ou à d’autres interactions répulsives à travers l’espace. ♦ Note : Une évaluation quantitative de la tension est fournie par la différence entre l’enthalpie de la structure concernée et celle d’une structure de référence non contrainte. réelle ou hypothétique.tension. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. ♦ Définition : Augmentation de l’énergie potentielle d’une entité moléculaire due à une déviation d’angles de liaisons. ♦ Voir aussi : ligne de contact. toutes choses étant égales par ailleurs.

♦ Équivalent étranger : interfacial tension. ♦ Équivalent étranger : film tension. ♦ Note : Le qualificatif « dynamique » s’applique lorsque la mesure de la tension interfaciale est effectuée sur un système hors équilibre. toutes choses étant égales par ailleurs. toutes choses étant égales par ailleurs. ♦ Définition : Rapport entre le travail réversible fourni pour augmenter l’aire d’un film liquide et l’augmentation d’aire correspondante. tension interfaciale ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.tension d’un film ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Définition : Rapport entre le travail réversible fourni pour étendre une interface de séparation liquide . tension superficielle ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.gaz et l’extension correspondante de l’interface. ♦ Définition : Rapport entre le travail réversible fourni pour étendre une interface de séparation fluide . toutes choses étant égales par ailleurs. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Note : Le qualificatif « dynamique » s’applique lorsque la mesure de la tension de film est effectuée sur un système hors équilibre.fluide et l’extension correspondante de l’interface. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Note : Le qualificatif « dynamique » s’applique 144 .

Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Équivalent étranger : surface tension. ♦ Voir aussi : liaison covalente. consécutive à l’exposition d’un composé à une élévation de température. ♦ Équivalent étranger : thermolysis. sans modification de la structure chimique de celle-ci. photolyse. ♦ Définition : Rupture d’une ou de plusieurs liaisons covalentes. ♦ Note : 1. ♦ Domaine : Chimie/Chimie organique. ♦ Définition : Élément d’un ensemble de stéréo-isomères résultant d’échanges de ligands identiques entre deux positions chimiquement ou magnétiquement distinctes d’une molécule. Du grec topos.f. n.lorsque la mesure de la tension superficielle est effectuée sur un système hors équilibre. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. Les passages d’un topomère à l’autre peuvent être décelés et suivis par résonance magnétique nucléaire dynamique.m. et meros. 145 . ♦ Équivalent étranger : topomer. n. topomère. 2. ♦ Domaine : Chimie. thermolyse. ou tout processus dans lequel une telle rupture joue un rôle essentiel. « partie ». « lieu ».

Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. 2. ♦ Note : Le terme se retrouve aussi dans l’expression « analyse à la touche ». sans modification de la structure chimique de celle-ci. topomerization (EU). « partie ». ♦ Note : 1. ♦ Voir aussi : synthèse combinatoire. ♦ Définition : Échange d’atomes ou de ligands identiques entre deux positions chimiquement ou magnétiquement distinctes d’une molécule. et meros.topomérisation. De tels échanges peuvent être décelés et suivis par résonance magnétique nucléaire dynamique.f. « lieu ». ♦ Définition : Réponse positive à un test spécifique. Du grec topos. ♦ Équivalent étranger : topomerisation (GB). touche. n. ♦ Domaine : Chimie/Chimie organique. qui décèle le caractère biologiquement actif de l’un d’entre eux. au cours du criblage analytique d’un mélange de composés de la même famille. 146 .f. ♦ Domaine : Chimie/Biochimie. Source : Journal officiel du 22 septembre 2005. n. ♦ Équivalent étranger : hit.

♦ Définition : Traitement d’un mélange issu d’une réaction dans la phase finale d’une préparation en vue de l’isolement du ou des composés formés. transfert vertical d’une monocouche. ♦ Équivalent étranger : horizontal lifting.traitement conclusif ♦ Domaine : Chimie. transfert horizontal d’une monocouche ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Voir aussi : macromolécule. ou à une autre partie de la même molécule. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Définition : Stade réactionnel se produisant généralement au cours de réactions en chaîne et dans lequel le site réactif est transféré de la macromolécule en cours de croissance à une autre molécule. ♦ Synonyme : traitement final. transfert de chaîne ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Définition : Technique de transfert d’une monocouche flottante sur un support solide horizontal par une variante de la méthode de Langmuir-Blodgett. monocouche flottante. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. transfert intramoléculaire. ♦ Voir aussi : méthode de Langmuir-Blodgett. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. ♦ Équivalent étranger : work up. ♦ Équivalent étranger : chain transfer. 147 . polymérisation en chaîne.

♦ Équivalent étranger : vertical dipping. adj. ♦ Équivalent étranger : transient. transitoire. ♦ Définition : Se dit d’une entité moléculaire à courte durée de vie. ♦ Définition : Unité constitutive possédant un ou plusieurs sites de stéréo-isomérie définie. unité configurationnelle ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. transfert vertical d’une monocouche ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique.transfert intramoléculaire ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Définition : Transfert de chaîne à une autre partie de la même molécule. 148 . ♦ Définition : Technique de transfert d’une monocouche flottante sur un support solide vertical par la méthode de Langmuir-Blodgett. ♦ Équivalent étranger : backbiting. Source : Journal officiel du 1er mars 2002. transfert horizontal d’une monocouche. Source : Journal officiel du 15 juin 2003. ♦ Domaine : Chimie. Source : Journal officiel du 18 avril 2001. monocouche flottante. ♦ Voir aussi : méthode de LangmuirBlodgett.

♦ Voir aussi : unité constitutive. ♦ Équivalent étranger : configurational unit.
Source : Journal officiel du 1er mars 2002.

unité configurationnelle élémentaire ♦ Domaine : Chimie/Polymères-Stéréochimie. ♦ Définition : Motif constitutif dont la configuration est définie en un site de stéréo-isomérie au moins dans la chaîne principale d’une macromolécule. ♦ Note : 1. Dans une macromolécule ou un polymère réguliers, l’unité configurationnelle élémentaire correspond au motif constitutif. 2. Deux unités configurationnelles élémentaires sont appelées « énantiomères » lorsqu’elles sont images non superposables l’une de l’autre dans un miroir constitué par le plan contenant les liaisons de la chaîne principale. ♦ Voir aussi : énantiomère, macromolécule, motif constitutif, polymère, régulier, unité configurationnelle. ♦ Équivalent étranger : configurational base unit.
Source : Journal officiel du 1er mars 2002.

unité constitutive ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Définition : Atome ou groupe d’atomes, incluant les atomes ou groupes d’atomes éventuellement attachés, qui constitue une partie fondamentale de la structure d’une macromolécule. ♦ Voir aussi : macromolécule. ♦ Équivalent étranger : constitutional unit.
Source : Journal officiel du 1er mars 2002.
149

unité monomère ♦ Domaine : Chimie/Polymères. ♦ Définition : Unité constitutive la plus grande de la structure d’une macromolécule formée à partir d’une seule molécule de monomère. ♦ Voir aussi : macromolécule, monomère, unité constitutive. ♦ Équivalent étranger : monomeric unit, monomer unit.
Source : Journal officiel du 1er mars 2002.

viscosité de cisaillement de surface ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Définition : Matrice de coefficients qui lient, à aire invariable, une contrainte tangentielle aux vitesses relatives correspondantes des éléments de la surface d’une monocouche flottante ou d’une solution de substance tensio-active. ♦ Note : On parle par exemple de « viscosité de cisaillement de surface » lorsqu’une contrainte déforme en un losange la surface carrée d’une monocouche flottante. ♦ Équivalent étranger : surface shear viscosity.
Source : Journal officiel du 15 juin 2003.

viscosité d’extension de surface ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Définition : Matrice de coefficients qui lient, à forme géométrique invariable, une contrainte de surface aux vitesses relatives correspondantes des éléments de la surface d’une monocouche flottante ou d’une solution de substance tensio-active. ♦ Note : On parle par exemple de « viscosité d’extension
150

de surface » lorsqu’on étend une couche circulaire de manière à ce qu’elle reste circulaire. ♦ Équivalent étranger : surface dilational viscosity.
Source : Journal officiel du 15 juin 2003.

zone de transition d’un film ♦ Forme abrégée : zone de transition. ♦ Domaine : Chimie/Chimie physique. ♦ Définition : Région du bord de Plateau où peuvent exister des variations spatiales de certaines propriétés de surface. ♦ Voir aussi : bord de Plateau. ♦ Équivalent étranger : transition zone.
Source : Journal officiel du 15 juin 2003.

zwitterion, n.m. ♦ Domaine : Chimie. ♦ Définition : Composé neutre possédant en nombre égal des charges électriques formelles d’une unité et de signes opposés. ♦ Note : 1. De l’allemand Zwitter, « hermaphrodite » ; l’expression « ion hermaphrodite » a d’ailleurs été anciennement utilisée pour désigner ce type de composé. 2. L’usage de ce terme est généralement restreint aux composés portant des charges sur des atomes qui ne sont pas adjacents. ♦ Équivalent étranger : zwitterion.
Source : Journal officiel du 8 octobre 2003.

151

152 .

Index

153

Sont présentés en caractères gras les termes publiés par la Commission générale de terminologie et de néologie qui font l’objet d’une fiche terminologique. Sont présentés en caractères maigres les termes qui apparaissent seulement en Note ou en Définition. Sont présentés en italique maigre les équivalents étrangers.

154

absolute configuration achiral achiral, -e acide conjugué acide de Brønsted acide de Lewis acide dur acide mou activité optique adduct adduit adsorbed layer affaissement d’une monocouche agent tensio-actif alkylation alternate multilayer alternating copolymer ambident ambident, -e amphiphile amphiphilic analyse à la touche analyse rétrosynthétique anchimeric assistance

28 5 5 Voir base de Brønsted 5 6 6 7 7 8 8 40 8 Voir tensio-actif 8, 9 100 38 9 9 9 9 Voir touche Voir synthon 12
155

angle de contact angle de torsion anomer anomère anomeric anomérique anticlinal conformation antiperiplanar conformation antipode optique aromatic aromatique assistance anchimère asymmetric film asymmetric induction asymmetric synthesis atactic atactique atropisomer atropisomère autoassemblage bidimensionnel autocondensation axial bond backbiting backbone 156 10 10 11 11 11 Voir anomère 30 30 Voir énantiomère 11 11 12 67 80 137 12 12 13 13 13 13 84 148 20 .

barrière de rotation base conjuguée base de Brønsted base de Lewis base dure base molle batch reactor bathochrome bathochromic bending mode bicaténaire bicouche bilayer black film blindage bloc block block copolymer block polymer boat conformation bonding number bond order bord de Plateau bowsprit 14 Voir acide de Brønsted 14 14 15 15 119 16 16 93 16 16 16 68 17 18 18 38 110 32 80 80 18 85 157 .

Brønsted acid Brønsted base buffer building block cage compound canonical form capteur centre chiral centrosymmetric multilayer chain chaîne chaîne latérale chaîne principale chain polymerisation chain polymerization chain reaction chain transfer chair conformation characteristic length chelate chélate chelation chélation chélétrope 158 5 14 139 138 23 Voir structure limite 19 19 101 20 20 Voir chaîne principale 20 113 113 121 147 33 87 21 21 21 21 Voir réaction chélotrope .

cheletropic reaction chelotropic reaction chemical shift chemical species chimie médicolégale chiral chiral. -e chiral center chiral centre chiralité chirality chiroptic chiroptical chiroptique chromophore chromophoric CIP rule cis-trans isomerism clathrate close packing co-amphiphilic compound coétalement cœur dendritique coherence length 120 120 46 63 21 22 22 19 19 22 22 22 22 22 23 23 123 82 23 56 26 24 Voir dendrimère 87 159 .

combinatorial synthesis common black film complex complexe composé d’inclusion composé en couronne composé méso composé racémique composé semi-amphiphile compound monolayer condensation condensation croisée conditions drastiques configuration configuration absolue configurational configurational base unit configurational repeating unit configurational sequence configurational unit configurationnel configuration relative conformation conformational 160 137 69 24 24 24 25 25 26 26 97 27 27 28 28 28 29 149 98 127 149 29 29 29 34 .

conformation anticlinale conformation antipériplanaire conformation croisée conformation décalée conformation éclipsée conformation en bateau conformation en bateau-croisé conformation en chaise conformation en cuvette conformation flexible conformation gauche conformationnel conformation synclinale conformation synpériplanaire conformation torsadée conformer conformère conglomérat racémique conjugaison conjugation constitution constitutional repeating unit constitutional sequence constitutional unit 30 30 31 31 32 32 Voir conformation croisée 33 33 Voir conformation croisée 34 34 34 35 Voir conformation croisée 35 35 36 36 36 37 99 127 149 161 .

constitution d’une entité moléculaire 37 contact angle 10 contact line 87 continuous trough 43 contributing structure 133 conversion intersystèmes 37 coordinat Voir ligand coordination bond 85 coordination number 79 coordinence Voir indice de coordination copolymer 37 copolymère 37 copolymère à blocs 38 copolymère aléatoire 38 copolymère alterné 38 copolymère greffé 39 copolymère statistique 39 copolymerisation 39 copolymérisation 39 copolymerization 39 coronand 25 coronate 25 co-spreading 24 couche 40
162

couche adsorbée 40 couche interfaciale 40 couche monomoléculaire 41 coupleur 41 covalent bond 84 cristallite bidimensionnelle 41 critical film thickness 60 critical wavelength 88 croisement intersystèmes Voir conversion intersystèmes cross-condensation 27 crossed condensation 27 crossing point 102 cross-linkage 126 cross-linking 126 crown compound 25 CRU 99 cryptand 42 cryptate 42 cuve continue Voir cuve de préparation en continu cuve de Langmuir 42 cuve de préparation en continu 43 cycloaddition 43 cyclophane 44 deactivation 49
163

Debye length décroissance radioactive dédoublement d’un racémique degenerate rearrangement degré de polymérisation degree of polymerisation degree of polymerization demi-vie démouillage dendrimer dendrimère dendron déplacement chimique depolymerisation dépolymérisation depolymerization dépôt à la tournette dépôt par étalement dépôt par trempage dépropagation désaccord de réseau désactivation désactiveur désintégration radioactive
164

88 44 44 122 45 45 45 45 45 46 46 46 46 47 47 47 47 47 48 48 49 49 49 50

-ive diastereoselective diastéréosélectivité diastéréotope diastereotopic diastéréotopique dilational elasticity modulus dimple dip coating disjoining pressure dismutation dispersion rotatoire optique Voir protium Voir hydron 45 50 50 51 50 51 Voir diastéréo-isomère 51 Voir diastéréo-isomère 51 51 51 Voir stéréosélectivité 51 52 Voir diastéréotope 94 72 48 114 52 52 165 .deutérium deutéron dewetting dextrogyre dextrorotatory diastereoisomer diastéréo-isomère diastereoisomeric diastéréo-isomérique diastereomer diastéréomère diastereomeric diastéréosélectif.

disproportionation double couche double layer double-strand drastic conditions durée de vie d’un film échelle (en) eclipsed conformation effet inducteur effet inductif effet isotopique effet Marangoni effet mésomère electrocyclic reaction electrofugal electrofuge électrofuge electron dot structure électronégatif électronégativité electronegativity electrophile électrophile electrophilic 166 52 52 53 16 28 53 53 32 Voir effet inductif 53 54 54 54 120 55 55 55 70 Voir électronégativité 55 55 56 56 56 .

-ive enantioselective énantiosélectivité énantiotope enantiotopic énantiotopique endergonic endergonique end-group 121 Voir réaction chélotrope 56 70 56 68 57 57 57 44 Voir énantiomère 44 57 57 Voir énantiomorphe 58 58 Voir stéréosélectivité 58 59 Voir énantiotope 59 59 73 167 .elementary reaction élimination chélotrope empilement empirical formula empreinte moléculaire emulsion film enantiomer énantiomère enantiomeric enantiomeric resolution énantiomérique enantiomer resolution énantiomorphe enantiomorphic énantiomorphique énantiosélectif.

endothermique Voir endergonique énergie de résonance Voir résonance entité fluctuante 59 entité moléculaire 60 entité réagissante 60 épaisseur critique d’un film 60 épaisseur efficace de la couche interfaciale 61 épaisseur équivalente d’un film 61 epimer 61 épimère 61 epimeric 61 épimérique Voir épimère epimerisation 62 épimérisation 62 epimerization 62 épitaxie 62 epitaxy 62 epitope 62 épitope 62 equatorial bond 86 espèce chimique 63 étape cinétiquement déterminante Voir étape cinétiquement limitante étape cinétiquement limitante 63 168 .

étape d’amorçage étape de propagation étape de terminaison état excité état fondamental état stationnaire excimer excimère exciplex exciplexe excited state exergonic exergonique exothermique extensif. -ive extensive extincteur film film asymétrique film de Langmuir-Blodgett film de mouillage film de mousse film d’émulsion film de suspension Voir réaction en chaîne Voir réaction en chaîne Voir réaction en chaîne 63 64 64 64 64 65 65 63 65 65 Voir exergonique 66 66 66 66 67 67 67 68 68 68 169 .

film elasticity modulus film equivalent thickness film LB film lifetime film noir film noir de Newton film noir ordinaire film plan film spontaneous rupturing film symétrique film tension Fischer projection flagpole flash photolysis floating monolayer fluxional entity foam film fonction d’onde orbitale forensic chemistry forme canonique formule brute formule de Lewis formule développée formule moléculaire 170 95 61 Voir film de Langmuir-Blodgett 53 68 69 69 69 126 69 144 116 85 107 97 59 68 Voir orbitale 21 Voir structure limite 70 70 71 71 .

formule stéréochimique fossette fullerene fullerène gauche conformation Gibbs elasticity modulus graft copolymer graft polymer ground state groupe groupe terminal guest molecule half-life halochromie halochromism handedness hapticité hapticity hard acid hard base hélice droite hélice gauche hélicité helicity 72 72 73 72 34 94 39 111 64 Voir radical 73 95 45 73 73 22 74 74 6 15 Voir hélicité Voir hélicité 74 74 171 .

hétéro-épitaxie heteroepitaxy hétérofilm heterolayer hétérolyse heterolysis hit homo-épitaxie homoepitaxy homofilm homolayer homolyse homolysis homopolymer homopolymère homopolymerisation homopolymérisation homopolymerization homotope homotopic homotopique horizontal lifting host molecule hydrogène 172 74 74 75 75 75 75 146 75 75 76 76 76 76 76 76 77 77 77 77 77 Voir homotope 147 95 Voir protium .

hydron hyperconjugaison hyperconjugation hypsochrome hypsochromic inclusion complex inclusion compound indice de coordination indice de liaison indice de valence formelle indice d’hapticité induction asymétrique inductive effect intensif. -ière isomer isomère isomère énantiomorphe 77. -ive intensive interfacial layer interfacial layer effective thickness interfacial tension intersystem crossing irregular irrégulier. 78 78 78 78 78 25 25 79 79 80 Voir hapticité 80 53 81 81 40 61 144 37 81 81 81 81 Voir énantiomère 173 .

isomeric isomérie cis-trans isotactic isotactique isotope effect isotopic effect isotopomer isotopomère ladder Langmuir-Blodgett film Langmuir-Blodgett method Langmuir sequence Langmuir trough Laplace pressure lattice mismatch layer LB film LB method legal chemistry lévogyre levorotatory Lewis acid Lewis base Lewis formula 174 81 82 83 82 54 54 83 83 53 67 92 128 43 114 49 40 67 92 21 83 83 6 15 70 .

Lewis structure liaison axiale liaison covalente liaison de coordination liaison de type beaupré liaison de type mât liaison équatoriale ligand ligne de contact linéaire linear line formula line tension linker longueur caractéristique longueur de cohérence longueur de Debye longueur d’onde critique lubrifiant moléculaire lyophile lyophilic lyophobe lyophobic macrocycle 70 84 84 84 85 85 86 86 86 87 87 71 143 41 87 87 88 88 88 89 89 89 89 89 175 .

macromolecule 90 macromolécule 90 main chain 20 Marangoni effect 54 marqueur de spin 90 matrice moléculaire bidimensionnelle 91 MC Voir motif constitutif meso-compound 26 mesomeric effect 54 mésomérie 91 mesomerism 91 mésotartrique Voir composé méso métathèse 92 metathesis 92 méthode de Langmuir-Blodgett 92 méthode LB Voir méthode de Langmuir-Blodgett méthode par blocage d’écoulement Voir méthode par blocage de flux méthode par blocage de flux 93 méthode par écoulement interrompu Voir méthode par blocage de flux mixed monolayer 96 mode de flexion d’un film 93 mode péristaltique d’un film 93 176 .

module de cisaillement de surface 94 module d’élasticité de Gibbs 94 module d’élasticité d’extension de surface 94 module d’élasticité d’un film 95 molecular entity 60 molecular formula 71 molecular lubricant 88 molecular print 56 molecular recognition 123 molecular replica 56 molécule hôte 95 molécule incluse 95 monocaténaire 96 monocouche Voir couche monomoléculaire monocouche composite 96 monocouche flottante 97 monocouche organisée 97 monocouche recomposée 97 monodisperse polymer 112 monolayer collapse 8 monomer 98 monomère 98 monomeric 98 monomeric unit 150 177 .

monomer unit 150 monomolecular layer 41 motif configurationnel 98 motif constitutif 99 motif de stéréorépétition 99 multicaténaire 100 multicomponent monolayer 96 multicouche 100 multicouche alternée 100 multicouche alternée centrosymétrique 101 multicouche alternée deux par deux 101 multilayer 100 multi-strand 100 mutarotation 101 network 125 Newman projection 117 Newton black film 69 nœud de réticulation 102 nombre de coordination Voir indice de coordination nom fondamental 102 nom semi-systématique 102 nom systématique 103 nom trivial 103 non-uniform polymer 111 178 .

nucleofugal 104 nucleofuge 104 nucléofuge 104 nucleophile 104 nucléophile 104 nucleophilic 104 oligomer 105 oligomère 105 oligomerisation 105 oligomérisation 105 oligomerization 105 one-pot reaction 121 optical activity 7 optical rotation 113 orbital 106 orbitale 106 ordre de liaison Voir indice de liaison organized monolayer 97 packing 124. 125 paired multilayer 101 paramètre d’étalement d’un liquide sur un support 106 parent name 102 parent structure 133 passage intersystèmes Voir conversion intersystèmes 179 .

pericyclic reaction période d’un nucléide radioactif photolyse photolyse éclair photolysis photosensibilisateur photosensitiser photosensitizer piège piégeage pincement planar film Plateau border polyaddition polycondensation polydentate polydenté polydisperse polymer polymer polymère polymère à blocs polymère à stéréoblocs polymère greffé polymère monodispersé 180 122 Voir demi-vie 107 107 107 107 107 107 108 108 Voir mode péristaltique d’un film 69 18 108 109 109 109 111 110 110 110 110 111 Voir polymère uniforme .

polymère non uniforme polymère polydispersé polymère uniforme polymeric polymerisation polymérisation polymérisation en chaîne polymerization polymer molecule pouvoir rotatoire pre-polymer prépolymère pre-polymeric pression de disjonction pression de Laplace processus par étapes prochiral prochiral. -e prochiralité prochirality projection cunéiforme projection de Fischer projection de Newman projection en triangles 111 Voir polymère non uniforme 112 110 112 112 112 112 90 113 114 114 114 114 114 115 115 115 115 115 116 116 117 Voir projection cunéiforme 181 .

66 49 118 118 26 36 118 118. 119 119 44 50 38 63 63 63 119 119 120 120 121 121 .protium proton protonic acid quencher quenching racemate racemic racemic compound racemic conglomerate racémique radical radicalaire radioactive decay radioactive disintegration random copolymer rate-controlling step rate-determining step rate-limiting step réacteur discontinu réactif réaction chélotrope réaction électrocyclique réaction élémentaire réaction en chaîne 182 117 Voir hydron 5 49.

réaction monotope réaction péricyclique reactive reactive entity reagent réarrangement dégénéré réarrangement sigmatropique reconnaissance moléculaire règles séquentielles regular régulier. -ière relargage relative configuration remplissage d’une colonne de chromatographie remplissage d’une colonne de distillation réseau resonance résonance réticulation rotamer rotamère rotational barrier rotatory dispersion rupture spontanée d’un film 121 122 119 60 119 122 122 123 123 124 124 124 29 124 125 125 125 125 126 126 126 14 52 126 183 .

salting-out scale scavenger screening self-condensation semi-systematic name semi-trivial name séquence configurationnelle séquence constitutive séquence de Langmuir sequence rule shielding sigmatropic rearrangement single-strand skew conformation soft acid soft base solvolyse solvolysis sous-phase specific rotation spin coating spin label spiro184 124 87 19 17 13 103 103 127 127 128 123 17 123 96 31 7 15 128 128 129 113 47 90 129 .

spreading method spreading parameter squeezing mode stacking staggered conformation stationary state statistical copolymer stepwise process stereoblock polymer stereochemical formula stéréodescripteur stereodescriptor stéréogène stereogenic stéréogénique stéréohétérotope stereoheterotopic stéréohétérotopique stereoisomer stéréo-isomère stereoisomeric stéréo-isomérique stéréomère stereoregular 47 106 93 56 31 64 39 115 111 72 129 129 130 130 Voir stéréogène 130 130 Voir stéréohétérotope 131 130 131 Voir stéréo-isomère Voir stéréo-isomère 131 185 .

stéréorégulier. -ière stereorepeating unit stéréosélectif. -ive stereoselective stereoselective synthesis stéréosélectivité stereoselectivity stéréospécificité stereospecificity stopped-flow method strain structure de Lewis structure fondamentale structure limite subphase substituant superacid superacide superlattice super-réseau suprafacial suprafacial. -e supramoléculaire supramolecular 186 131 99 131 131 137 132 132 132 132 93 143 Voir formule de Lewis 133 133 129 Voir radical 134 134 134 134 134 134 135 135 .

supramolecule supramolécule surface active agent surface de tension surface dilational viscosity surface of tension surface shear modulus surface shear viscosity surface tension surfactant surfactif suspension film symmetric film synclinal conformation syndiotactic syndiotactique synperiplanar conformation synthèse asymétrique synthèse combinatoire synthèse diastéréosélective synthèse énantiosélective synthèse stéréosélective synthon systematic name 135 135 142 135 151 135 94 150 145 142 Voir tensio-actif 68 69 35 136 136 35 136 137 Voir synthèse asymétrique Voir synthèse asymétrique 137 138 103 187 .

système conjugué tactic tacticité tacticity tactique tampon tautomer tautomère tautomeric tautomérie de valence taux de transfert telechelic téléchélique telomerisation télomérisation template tensio-actif tension tension de ligne tension d’un film tension interfaciale tension superficielle thermolyse thermolysis 188 Voir conjugaison 139 138 138 139 139 140 140 140 140 141 141 141 142 142 91 142 143 143 144 144 144 145 145 .

topomer 145 topomère 145 topomerisation 146 topomérisation 146 topomerization 146 torsion angle 10 touche 146 traitement conclusif 147 traitement final Voir traitement conclusif transfer ratio 141 transfert de chaîne 147 transfert horizontal d’une monocouche 147 transfert intramoléculaire 148 transfert vertical d’une monocouche 148 transient 148 transition zone 151 transitoire 148 trap 108 trapping 108 tritium Voir protium triton Voir hydron trivial name 103 tub conformation 33 twist conformation 31 189 .

two-dimensional crystallite two-dimensional molecular pattern two-dimensional self-assembling uniform polymer unité configurationnelle unité configurationnelle élémentaire unité constitutive unité monomère unzipping valence tautomerism vertical dipping viscosité de cisaillement de surface viscosité d’extension de surface wegde projection wetting film work up zone de transition d’un film zwitterion 41 91 13 112 148 149 149 150 48 140 148 150 150 116 67 147 151 151 190 .

191 .

des transports et du tourisme • Vocabulaire de l’ingénierie nucléaire • Vocabulaire des techniques de l’information et de la communication • Vocabulaire du pétrole et du gaz Le texte de ces fascicules est reproductible sans restriction. rue des Pyramides.Comment se procurer les fascicules Fascicules disponibles : • Cent termes français • Vocabulaire de la défense • Vocabulaire de l’audiovisuel et de la communication • Vocabulaire de l’économie et des finances • Vocabulaire de l’équipement.dglf. Il peut être téléchargé à partir du site de la délégation générale à la langue française et aux langues de France.gouv.fr 192 . Ils sont disponibles gratuitement à l’adresse ci-dessous : Ministère de la Culture et de la Communication Délégation générale à la langue française et aux langues de France 6. 75001 Paris Courriel : Internet : terminologie.culture. Ces fascicules font partie d’une collection.fr www.dglflf@culture.gouv.

culture.gouv.fr . 75001 Paris Téléphone 01 40 15 73 00 Télécopie 01 40 15 36 76 Courriel : dglflf@culture.gouv.dglf.Délégation générale à la langue française et aux langues de France 6.fr Internet : www. rue des Pyramides.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful