Vous êtes sur la page 1sur 93

1/93

THERMODYNAMIQUE

M. Kouadio (58665513)
2/93

THERMODYNAMIQUE des GAZ PARFAITS


A. GAZ PARFAIT
1. Modèle, relation

« Modèle idéal » : les molécules


n’exercent aucune action les unes sur les
autres.
Seuls existent des chocs élastiques.
Aucune énergie n’est dissipée au cours
de ces chocs.

Modèle qui représente une bonne


approximation de la réalité, même si les
interactions mutuelles ne sont pas nulles.

L’état d’un gaz, en équilibre


thermodynamique, est caractérisé par des
variables d’état : P, V, T.

P.V = n.R.T relation des gaz parfaits, quelque soit le gaz (loi de Kelvin)

P : pression en pascals (Pa)


V : volume en mètres cubes (m3)
T : température en kelvin (K)
n : quantité de matière en moles (mol)
R : constante des gaz parfaits
R = 8,314 (S.I)

Exercice 1 :
1) Rappeler la loi des gaz parfaits, en précisant les unités de chaque terme de la formule.
2) Convertir en kelvins les températures θ1 = 15°C et θ2 = 30°C.
3) a- Calculer la quantité d’air (en mol) contenu dans une pièce fermée de dimensions 3 m × 5 m ×6 m,
à la température de 15°C et à la pression atmosphérique de 1,013.105 Pa.
b- En déduire la masse d’air contenu dans la pièce.
4) Quelle est la nouvelle pression, si la température est 30°C ?
(masse molaire de l’air : M = 29 g.mol-1 et R = 8,31 m3.Pa.K-1)

Exercice 2 :
On considère une masse m = 1,5 g d’un gaz supposé à l’état parfait.
Sous la pression de 1 atmosphère et à la température θ = 19°C, le volume est V = 1,3 L.
1) Quelle est la masse molaire de ce gaz ?
2) Quel est le nom de ce gaz ?

Exercice 3 :
Un récipient de volume constant 10 L contient 0,5 mol de dioxyde de carbone à la température θ1 = 0°C.
1) Calculer la pression de ce gaz.
2) Quelle est la pression atteinte lorsque le récipient est porté à la température θ2 = 100°C ?
A la température θ2, le robinet qui ferme le récipient se met à fuir, si bien qu’une partie du dioxyde de
carbone s’échappe dans l’atmosphère, sans que l’air extérieur puisse rentrer.
3/93
Pendant la fuite la température reste constante et égale à θ2.
La fuite cesse dès que les pressions interne et externe sont égales.
3) Quelle quantité de dioxyde de carbone reste-t-il dans le récipient ?
(pression atmosphérique : 105 Pa)

Exercice 4 :
Calculer la variation de volume ΔV de quatre moles de gaz parfait sous une pression constante de cinq
atmosphères, à une température de 300 K lorsque la température augmente de un centième de kelvin.

Exercice 5 :
Soient deux flacons 1 et 2 reliés entre eux :

Initialement le flacon 1 contient du diazote à la température de 0°C, sous la pression P1 = 2 bars et


le flacon 2 est vide.
On maintient la température constante et on ouvre le robinet.
Calculer dans l’état final :
1) La pression qui règne dans chaque flacon.
2) la quantité de diazote présent dans chaque flacon.

2. Volume molaire
V R .T
Vm  Vm 
n P

Exercice 6 :
1) Calculer le volume V0 occupé par une mole d’un gaz dans les conditions normales de température et
de pression : θ0 = 0°C et P0 = 101325 Pa.
2) Que devient ce volume molaire à 80°C et P0?
1
(coefficient de dilatation à pression constante :   )
T0
Remarque : Au cours d’une combustion, le volume molaire gazeux sera de 24 voire de 25 L.mol-1.

3. Gaz parfait et masse volumique et densité


m m mP
  
V nRT nRT
P
m
 M  masse molaire 
n
MP

RT
4/93

M gaz P
 gaz M gaz
d  RT 
 air M air P M air
RT
Mair  29g.mol 1
M gaz
d
29
Exercice 7 :
1) Etablir la relation donnant la masse volumique ρ d’un gaz parfait à une température T et à une
pression P en fonction de la masse volumique ρ0 de ce même gaz pris dans les conditions normales
de température et de pression (T0 et P0) :
P T0
  0. .
P0 T
(T0 = 273 K soit θ = 0°C ; P0 = 1 atm (atmosphère) = 76 cm de mercure = 101325 Pa)
2) Application :
10 L d’un gaz pris à 27 K, sous la pression de 68,4 mm de mercure et de masse 16,15 g.
a- calculer la masse volumique ρ0 de ce gaz dans les conditions normales ?
b- quelle est la masse molaire et la densité de ce gaz ?
c- quel est le nom de ce gaz ?
d- comparer sa densité avec celle du dihydrogène. Conclusion ?

Exercice 8 :
On introduit 5,6 g de diazote dans un cylindre fermé par un piston.
Ce dernier coulisse sans frottement et se place de telle façon que la pression à l’intérieur du cylindre
reste constamment égale à 1 bar (pression atmosphérique).
1) Quelle est la température absolue T1 du gaz, sachant que son volume V1 = 4 L.
2) Quelle est sa masse volumique ρ1 ?
On place le cylindre dans un thermostat à température constante T2 = 400 K.
3) Déterminer le nouveau volume V2 et la nouvelle masse volumique ρ2.
(MN = 14 g.mol-1)

4. Gaz parfait et degré hygrométrique

Exercice 9 :
On appelle degré hygrométrique d0 (Hr) le rapport de la pression partielle de vapeur d’eau à la pression
saturante de vapeur d’eau.
Calculer la masse d’eau contenue dans l’air d’une pièce de dimensions 5 m × 4 m × 3 m à 20°C,
sachant que Hr = 80% et que la pression saturante de vapeur d’eau à cette température est de
1,75 cm de mercure.
(Patmosphérique = 101325 Pa = 76 cm de mercure)

Exercice 10 :
On suppose l’atmosphère terrestre saturée d’humidité jusqu’à 10 km d’altitude.
On se place à la température θ = 0°C.
A cette température, la pression de vapeur d’eau saturante est de 4,58 mm de mercure.
Quelle hauteur de précipitation obtiendrait-on si toute l’eau se changeait en pluie ?
(ρeau = 103 kg.m-3)
5/93

5. Compresseur
Exercice 11 :
Initialement le réservoir est rempli de n moles d’air à la pression P0.
A chaque aspiration la pompe se remplit avec n0 moles d’air, à la pression P0 = 1 bar, occupant le
volume V0.

A chaque refoulement la totalité de l’air de la pompe (dont le volume s’annule) est transféré dans
le réservoir (y compris la canalisation de jonction).

Désignons par P1, P2, P3,...Pk, les pressions dans le réservoir après le premier refoulement, après le
deuxième refoulement, après le troisième refoulement, ...après le kième refoulement.

1) Ecrire la loi des gaz parfaits pour le réservoir, en fin de premier refoulement.
En déduire la relation entre P1, P0, V0 et V.
2) Ecrire la loi des gaz parfaits pour le réservoir, en fin du deuxième refoulement.
En déduire la relation entre P2, P0, V0 et V.
3) En extrapolant les résultats précédents, montrer que, à la fin du kième refoulement, la pression dans
 V0 
le réservoir est : Pk  P0 . k.1 .
 V 
4) Calculer le nombre de coups de pompe k qu’il a fallu donner pour avoir...Pk = 7 bars.

6. Mélange de gaz parfaits

6A. mélange idéal


Ce mélange est idéal si chaque gaz se comporte comme s’il occupe, seul, tout le volume, ignorant
les autres gaz.
Les particules, identiques ou non, composant ces gaz, n’ont aucune interaction entre elles, elles ne
subissent que des chocs élastiques.
6/93
6B. fraction molaire d’un constituant du mélange
n n
ni
xi  ntotale   ni x i 1
ntotale i 1 i 1

xi : fraction molaire de chaque constituant i présent dans le mélange


ni : quantité de matière de chaque constituant i présent dans le mélange
ntotale :quantité de matière totale dans le mélange

6C. masse molaire moyenne d’un mélange


n
mtotale
M mélange  M mélange   xi .M i
ntotale i 1

Mmélange : masse molaire du mélange


mtotale : masse totale du mélange
Mi : masse molaire de chaque constituant i présent dans le mélange

6D. masse volumique et densité d’un mélange

mtotale M mélange Ptotale M mélange


 mélange   d mélange 
Vmélange RT 29
ρmélange : masse volumique du mélange
T : température du mélange
dmélange : densité du mélange

6E. pression partielle d’un constituant du mélange


n
ni RT
Pi  xi Ptotale Pi  Ptotale   Pi
Vmélange i 1

Pi : pression partielle de chaque constituant i présent dans le mélange


Ptotale : pression totale du mélange

Exercice 12 :
Dans un récipient de volume V = 10 L on mélange, à T = 300 K, 8,08 g de néon Ne et 7,10 g de
dichlore Cl2.
1) a- Calculer les quantités de matière de chaque constituant, ainsi que la quantité de matière totale.
b- En déduire la fraction molaire de chaque constituant de ce mélange.
2) a- Quelle est la masse totale du mélange.
b- Calculer la masse molaire du mélange de deux façons différentes.
3) Calculer la masse volumique de ce mélange, ainsi que sa densité par rapport à l’air.
4) a- Calculer la pression totale du mélange gazeux dans l’enceinte.
b- En déduire les pressions partielles de chaque gaz de ce mélange de deux façons différentes.
(MNe = 20,2 g.mol-1 et MCl = 35,5 g.mol-1)

Exercice 13 :
Un gaz parfait G1 occupe un volume V1 sous la pression P1 et à la température θ1.
Un gaz parfait G2 occupe un volume V2 sous la pression P2 et à la température θ2.
On mélange ces deux gaz dans un récipient de volume V, la température du mélange étant maintenue
7/93
constante et égale à θ.
Quelle est la pression finale ?
Données :
P1 = 2 atm ; P2 = 4 atm
V1 = 10-3 m3 ; V2 = 2.10-3 m3 ; V = 4.10-3 m3
θ1 = 27°C ; θ2 = 37°C ; θ = 22°C

Exercice 14 :
Deux gaz, l’hélium et l’argon, sont dans deux flacons distincts, dans les conditions suivantes :
- hélium He : P1 = 1 bar ; V1 = 4 L ; T1 = 300 K
- argon Ar : P2 = 2 bars; V2 = 1,5 L ; T2 = 450 K.
On les mélange dans un récipient de volume V3 = 10 L, la pression est alors P3 = 1 bar.
1) Calculer la quantité de chaque gaz, ainsi que la quantité totale dans le mélange.
2) Quelle est la température du mélange gazeux ?
3) Calculer la fraction molaire de chaque constituant de ce mélange.
4) Quelles sont les pressions partielles de chacun des gaz dans le mélange ?

B. THERMODYNAMIQUE
1. Définition
Science qui étudie tous les phénomènes qui dépendent de la température et de ses changements.
Elle étudie des systèmes matériels, formés d’un grand nombre de particules élémentaires.
(atomes, ions ou molécules)

à notre échelle
à l’échelle des particules

2. Echantillon de matière
- Homogène : les propriétés physiques sont indépendantes du point de l’échantillon.
- Isotrope : les propriétés physiques sont indépendantes de la direction en tout point de l’échantillon.

3. Démarche du physicien

3A. de l’expérience au modèle


1) Le physicien étudie expérimentalement les propriétés macroscopiques du système.
(comment varie le volume V d’un gaz en fonction de la température T quand la pression P est maintenue
constante...)
2) Il interprète les propriétés trouvées par un modèle microscopique, qui décrit la nature, les propriétés
et l’évolution dans l’espace et le temps des diverses particules...qui précise aussi le mode d’interaction
entre elles.
3) Il considère que le modèle représente une bonne approximation de la réalité quand son utilisation
permet de deviner de nouvelles propriétés confirmées par l’expérience.
Dans le cas contraire, il peut alors s’avérer nécessaire de retoucher le modèle.
« la réalité microscopique ne peut être atteinte que par approximations successives »
4) Il raisonnera alors sur des gaz parfaits, le corps noir,...
8/93
3B. transformations
5) Il décrira des transformations :

3B1. exemples
- isobare à pression constante
- isochore à volume constant
- isotherme à température constante
- adiabatique sans échange de chaleur
- cyclique si l’état final est identique à l’état initial

3B2. caractéristiques

a- réversible
A chaque instant le système ainsi que le milieu extérieur sont en équilibre thermodynamique
simultanément.
Les paramètres varient, alors, sans discontinuité par une succession d’états d’équilibre infiniment
voisins.
Le système et le milieu extérieur peuvent repasser par tous les états antérieurs quand on fait varier
en sens inverse les paramètres.
(chauffage ou refroidissement du liquide contenu dans un tube à essai plongé dans un bain-marie)

b- irréversible
Le système ne répond pas au critère précédent.
(diffusion d’une goutte d’encre dans un verre d’eau, enfoncement d’un piston dans un cylindre lorsqu’il y
a des frottements,...)

c- cas limites
Ces concepts représentent des cas limites dont les phénomènes réels s’approchent suffisamment dans
certaines conditions.

3C. principes et relations


6) Il prévoit, à partir de principes, les relations entre les grandeurs physiques directement accessibles
à l’expérience et leur évolution.

4. Système thermodynamique

4A. définition
Ensemble des corps isolés du milieu extérieur par une enceinte.

4B. exemples
•Système ouvert : il peut échanger de la matière et de l’énergie avec l’extérieur…masse variable...(pompe
hydraulique, autocuiseur, corps humain…)
•Système fermé : il peut échanger de l’énergie avec l’extérieur…masse constante…
(pile jetable, pompe…)
•Système isolé : il n’échange ni matière, ni énergie avec l’extérieur.
(chute libre dans le vide, vase du calorimètre à enceinte adiabatique…)
•Système en équilibre : il n’y a ni échanges avec l’extérieur, ni échanges entre les parties intérieures du
système.

4C. états d’un système


Il est caractérisé par des grandeurs physiques appelées, paramètres ou variables d’état.
9/93
Ces variables sont nécessaires et suffisantes pour la description macroscopique du système.
(pression P, volume V, température T, quantité de matière n,...)
a- Variables extensives : elles dépendent de la taille du système.
(masse m, quantité de matière n, énergie E,...)
b- Variables intensives : elles ne dépendent pas de la taille du système.
(pression P, température T, masse volumique ρ, densité d, concentration molaire C, volume molaire Vm,...)

4D. équation d’état


Elle lie entre eux, par une relation, les paramètres d’état.
(P.V = n.R.T, pour les gaz parfaits)

4E. système en équilibre


Les paramètres intensifs et extensifs ne dépendent pas du temps.

4F. système en « non » équilibre


- il évolue.
- il subit une transformation.
- il passe d’un état d’équilibre initial à un état d’équilibre final.

5. Convention de signe des échanges d’énergie

Toute énergie gagnée par le système est comptée positivement.


Toute énergie cédée par le système est comptée négativement.
Exemple : réaction chimique
- exothermique : transformation au cours de laquelle le système dégage de la chaleur.
- endothermique : transformation au cours de laquelle le système absorbe de la chaleur.
- athermique : transformation au cours de laquelle le système n’échange pas de la chaleur.

6. Energies

6A. énergies macroscopiques

6A1. définition
Elles sont dues au mouvement et à la position.
Energie cinétique et énergie potentielle…

6A2. exemples
a- pesanteur
Les énergies sont dues au mouvement et à la position du corps.
10/93

b- ressort
Les énergies sont dues au mouvement et à l’action du ressort.

x
statique dynamique
1 1
Energie mécanique (constante) = Energie cinétique ( m .v 2 ) + Energie potentielle élastique ( k.x 2 )
2 2
11/93

6B. énergie microscopique : énergie interne


C’est l’énergie interne U
Elle est due aux mouvements et interactions des particules du système.
n n
U   eci  epi
i 1 i 1
epi : énergie potentielle de chaque particule
eci : énergie cinétique de chaque particule

7. Echange d’énergie

7A. par travail d’une force

7A1. forces mécaniques


 
W  F .  F . . cos 

 
   travail moteur W  0
2 2

  travail nul W 0
2
 
    ou       travail résis tan t W  0
2 2

7A2. forces de pression


Gaz enfermé dans un cylindre dont le volume V peut varier
grâce au déplacement d’un piston mobile, dont le poids
est négligeable.
Les seules forces extérieures sont les forces de pression qui
résultent de la pression extérieure Pext.
A chaque instant, si la transformation est réversible : Pext = Pint = P.
La variation de volume du système est opposée à celle de l’extérieur :

dVsystème = - dVextérieur = dV = - S.dx


Pour un déplacement fini du piston, le travail est en rapport avec la dilatation ou la contraction du
système.
V final V final V final
W  dW   Pext .dVext   Pext .dVsystème
Vinitial Vinitial Vinitial
V final
W   P.dV
Vinitial
12/93

7B. par transfert thermique


Q  mc
. .T
Q  n.C.T
c : capacité thermique massique (J.kg-1.K-1)
C : capacité thermique molaire (J.mol-1.K-1)

7C. par rayonnement


Loi de Stéphan : ɸ = σ.T4.S

8. Puissance

E W Q
P P P
t t t
P : puissance à laquelle l’énergie E (J) est échangée (W)
t : temps pendant lequel le transfert d’énergie se produit
W : énergie échangée sous forme de travail
Q : énergie échangée sous forme de chaleur

9. PREMIER PRINCIPE
La somme des variations…
- de l’énergie interne ΔU,
- de l’énergie cinétique macroscopique ΔEc,
- et de l’énergie potentielle macroscopique ΔEp,
est égale à la somme…
- des travaux des forces extérieures
- et des énergies échangées par transfert thermique ou rayonnement

U  Ec  Ep  Wextérieures  Qextérieures


Ep  Ep finale  Epinitiale
Ec  Ec finale  Ecinitiale
U  U finale Uinitiale
Cette équation ne se démontre pas (principe).
Les échanges et variation d’énergie de tous les systèmes satisfont à cette équation.
13/93

C. THERMODYNAMIQUE des GAZ PARFAITS


1. Propriétés thermoélastiques (les transformations)

1A. coordonnées de Clapeyron


P.V
En système fermé :  n.R  K (K : constante, pour une quantité de gaz donnée)
T
T0= 273,15 K (0°C)
Les coordonnées de Clapeyron représentent les transformations réversibles :
- volume en abscisse
- pression en ordonnée

1B. transformations
1B1. transformation isobare
Loi de Gay-Lussac (Joseph-Louis, 1778-1850, chimiste et physicien français)
Echauffement ou refroidissement à pression constante.
(Dilatation ou contraction)
1 1
Coefficient thermo élastique : coefficient de dilatation     0,003363 K 1
273,15 T0
1  V 
  . 
V  T P
V   .V .T V V0

1 T T0
V  V0  .V . T  T0 
T0
V .T
V  V0  V
T0

PV V nR
 K   K1 
T T P
K1 est une constante qui dépend, uniquement
de la quantité de matière et de la pression.

Coordonnées de Clapeyron :
14/93

1B2. transformation isochore


Loi de Charles (Jacques, 1746-1823, inventeur et physicien français)
Echauffement ou refroidissement à volume constant.
1 1
Coefficient thermo élastique :     0,003363 K 1
273,15 T0
1  P 
 . 
P  T V
P   .P.T P P0

1 T T0
P  P0  .P. T  T0 
T0
P.T
P  P0  P
T0

PV P nR
K   K2 
T T V
K2 est une constante qui dépend, uniquement
de la quantité de matière et du volume.
Coordonnées de Clapeyron :
15/93

1B3. transformation isotherme


Loi de Boyle-Mariotte (Edme, 1620-1684, physicien français)
Compression ou détente à température constante.
1  V 
Coefficient thermo élastique :     
V  P T

PV
P.V  P0 .V0  K  PV  K 3  nRT
T
K3 est une constante qui dépend, uniquement
de la quantité de matière et de la température.

Coordonnées de Clapeyron :

Les isothermes sont des hyperboles.

1B4. transformation adiabatique


Compression ou détente. Coordonnées de Clapeyron (Emile, 1799-1864)
L’adiabatique décroit plus
rapidement que les isothermes.
On montre que, en un point
commun, pour une isotherme
et une adiabatique
pente adiabatique

pente isotherme
P.V
 n.R  K
T
Loi de Laplace (Pierre-Simon
1749-1827)
PV   K ' , mais aussi :
P T   K'' et TV 
1  1
 K'''

P.V P0 .V0
P  T   P0 T0 TV    T0V0 
1 1  1  1
 PV   PV
0 0

T T0
16/93

2. Equation d’état des gaz parfaits

2A. un gaz comporte une mole


Il subit une suite de transformations :
- état 1 : P0, V0, T0
- état 2 : P, V’0, T0
- état 3 : P, V , T
compression dilatation
1 
isotherme
 2 isobare
3
' V V0'
P0 .V0  PV
. 0 
T T0
P0 .V0
V0' 
P
P0 .V0
V P .V
 P  0 0
T T0 P.T0
P.V P0 .V0
 R
T T0
2B. un gaz comporte n moles (loi de Kelvin)
P.V
 n.R
T
P.V = n.R.T

- 273,15°C

Pour supprimer b, on définit une autre échelle de température :   C   T  K 

Exercice 15 :
Une certaine masse m de dioxygène assimilé à un gaz parfait occupe un volume V1 = 1 m3 à la
pression atmosphérique et à la température θ1 = 27°C.
1) On la comprime sous 5 atmosphères à température constante.
Quel sera son volume V2 ?
2) On la chauffe, ensuite, à 127°C sous 5 atmosphères.
Quel sera son volume V3 ?
3) On porte, enfin, cette masse de gaz à 2 atmosphères et à 87°C.
Quel sera son volume V4 ?
4) Trouver la quantité de dioxygène et la masse m mise en jeu.
(Patmosphérique = 101325 Pa)
17/93

Exercice 16 :
Une quantité n de gaz parfait passe d’un état 1 (P1, V1, T1) à un état 2 (P2, V2, T2).
A partir de l’équation de laplace P.V   cons tan te et l’équation des gaz parfaits PV.  n.RT
. :
1
1
T P  
1) Trouver la relation entre P1, P2, T1, T2 et γ : 2   2 
T1  P1 
 1
T2  V1 
2) Trouver la relation entre V1, V2, T1, T2 et γ :  
T1  V2 
3) Réfléchir ensuite sur :
a- le refroidissement par détente adiabatique.
b- le briquet à air.

Exercice 17 :

Un réservoir indéformable de volume Vr = 200 L est rempli d’air à la pression P0 = 105 Pa et à la


température θ0 = 17°C
On désire abaisser la pression P0 jusqu’à la pression finale Pf = 104 Pa.
Pour cela on utilise un piston étanche qui se déplace en translation, sans frottement, dans un cylindre
muni de deux soupapes S1 et S2.
Fonctionnement :
- Le piston étant dans la position ab, la soupape S1 est ouverte et la soupape S2 fermée.
Le piston est ensuite entraîné jusqu’à la position cd et il y a aspiration d’un volume Vc d’air
égal à 50 cm3, ce qui permet d’abaisser la pression dans le réservoir à la pression P1.
- Dès que le piston revient vers la position ab, la soupape S2 s’ouvre et la soupape S1 se ferme,
ce qui permet d’évacuer l’air emprisonné à l’intérieur du cylindre vers l’atmosphère libre.
- Le piston, repartant vers la position cd, aspire un nouveau volume Vc d’air et permet d’abaisser
la pression dans le réservoir à la pression P2.
Au cours de son retour, le piston évacue ce volume Vc dans l’atmosphère, un nouveau cycle
recommence.
Après n cycles consécutifs, la pression résiduelle dans le réservoir est Pn.
On suppose que toutes ces opérations de pompage correspondent à des transformations adiabatiques
réversibles.
L’air est assimilé à un gaz parfait, son coefficient adiabatique est γ = 1,40
et sa masse molaire M = 29 g.mol-1.
La constante des gaz parfaits est R = 8,314 J.mol-1.K-1.
1) Calculer la masse d’air m0 contenue initialement dans le réservoir.
2) Calculer la pression P1 dans le réservoir après le premier cycle.
3) Calculer la pression P2 dans le réservoir après le deuxième cycle en fonction de P0, V2 Vc et γ.
4) Montrer qu’après le nième cycle, la pression Pn de l’air dans le réservoir s’exprime par :
n.
 V 
Pn  P0 . r 
 Vr  Vc 
5) Calculer la température T1 (en kelvins) dans le réservoir après le premier cycle, puis la température
T2 après le deuxième cycle.
18/93
ième
Montrer qu’après le n cycle, la température Tn s’exprime par :
n.  1
 Vr 
Tn  T0 .  
 Vr  Vc 
6) Déterminer le nombre de cycles nécessaires pour obtenir la pression finale Pf = 104 Pa et la
température correspondante Tf.

3. Quantité de chaleur Q échangée au cours d’une transformation

3A. transformations

3A1. transformation isobare


Qp  mc
. p .T
cp : capacité thermique massique à pression constante (J.kg-1.K-1)
m : masse du gaz (kg)
Qp  nC
. p .T
Cp : capacité thermique molaire à pression constante (J.mol-1.K-1)
n : quantité de matière du gaz (mol)

3A2. transformation isochore


Q v  m .c v .  T
cv : capacité thermique massique à volume constant (J.kg-1.K-1)
m : masse du gaz (kg)
Q v  n .C v . T
Cv : capacité thermique molaire à pression constant (J.mol-1.K-1)
n : quantité de matière du gaz (mol)

3A3. transformation isotherme


Qt   W

3A4. transformation adiabatique


Qa  0

3B. relation de Mayer

3B1. capacités thermiques…


Les capacités thermiques (massiques et molaires) des gaz parfaits, à volume constant et à pression
constante, sont différentes (contrairement aux liquides et aux solides pour lesquels les valeurs sont confondues)
Cp  Cv  R
R
c p  cv 
M
M : masse molaire du gaz (kg.mol-1)
R : constante des gaz parfaits (J.mol-1.K-1)
cp C p
   coefficient sans dimension
cv Cv
Cp  Cv   .Cv  Cv  Cv .  1  R
19/93
R R R C R Cp
Cv  ; Cp  ; - cv   v ; - cp  
 1  1 M    1 M M    1 M

3B2. exemples
- gaz monoatomiques (gaz rares : He, Ne, Ar...) :
3 5
Cv  R et Cp  R (12,46 J.mol-1.K-1 et 20,80 J.mol-1.K-1)
2 2
- gaz diatomiques (H2, O2,...)
5 7
Cv  R et Cp  R (20,60 J.mol-1.K-1 et 29,00 J.mol-1.K-1)
2 2

4. Travail échangé au cours d’une transformation

4A. calcul
Travail des forces de pression échangé avec l’extérieur :
V final
W   P.dV
Vinitial

Le résultat d’une intégrale est donné par l’aire algébrique comprise entre la courbe et l’axe des abscisses.

Le travail des forces de pression est moteur (> 0) ou résistant (< 0)

4B. transformations

4B1. transformation isobare (P constante)


V final V final
W   P.dV   P  dV   P V final  Vinitial 
Vinitial Vinitial

W  P.V
ΔV : variation du volume du gaz
P : pression constante à laquelle se réalise la transformation
 P.V   n.R.T W  n.R.T

4B2. transformation isochore (V constant)


V final
W   P.dV dV = 0 W 0
Vinitial
20/93

4B3. transformation isotherme (T constante, P  n.R.T )


V
V final V final n.R.T V final 1 V final
W   P.dV    .dV   n.R.T  .dV   n.R.T .ln
Vinitial Vinitial V Vinitial V Vnitial
V final Pinitale
W   n.R.T .ln   n.R.T .ln (Pinitiale.Vinitiale = Pfinale.Vfinal)
Vnitial Pfinale
T : température absolue à laquelle se réalise la transformation
n : quantité de matière du gaz

4B4. transformation adiabatique ( PV  = constante)


1 1
V final V
V final

V final 1

 Vfinal Vinitial  Pfinale .Vfinale  Pinitiale .Vinitial
W   P.dV   P.  .dV  PV
. .  .dV   PV
. .    
Vinitial Vinitial V Vinitial V   1   1 
 
Pinitiale .Vinitial  Pfinale .V final Tinitiale  Tfinale
W  n.R (P.V = n.R.T)
1  1 

5. Premier principe et transformation

5A. U et H
Les variations d’énergies macroscopiques sont nulles : ΔEc = ΔEp = 0.
 
L’énergie interne U  eci  epi d’un gaz parfait, ainsi que son enthalpie H = U + P.V
ne dépendent que de la température T du gaz.
(l’enthalpie du gaz permet de simplifier le calcul des échanges d’énergie pour les transformations
isobares)

5B. transformation réversible


Au cours d’une transformation réversible, la variation d’énergie interne est égale
à la somme des travaux des forces extérieures et de la quantité de chaleur
échangés avec l’extérieur.
 U  W extérie u r es  Q extérie u r es

BILAN Isobare* Isochore Isotherme adiabatique


Relation entre V final Vinitial Pfinale Pinitiale  
 
PfinaleVfinale  PinitialeVinitial PfinaleVfinal  PinitialeVinitial
paramètres d’état T finale Tinitiale T finale Tinitiale
Quantité de n.Cp.ΔT = Qp n.Cv.ΔT = Qv V final 0
chaleur échangée n.R.T .ln
Vnitial
Q
Travail échangé P.(Vfinal Vnitial ) 0 V final Tinitiale  T finale
W n.R.T .ln n.R.
Vnitial  1
Variation d’ W+Qp Qv 0 W
énergie interne
ΔU
21/93

5C. transformation isobare


ΔU = W + Qp
ΔU = - P.(Vfinal – Vinitial) + Qp = Ufinale - Uinitiale
Qp = (Ufinale + P.Vfinale) – (Uinitiale + P.Vinitiale)
Qp  H

5D. ΔU et états

La variation d’énergie interne est indépendante de la transformation utilisée.


Elle ne dépend que de l’état initial (état 1) et de l’état final.
U  U2 U1  W1  Q1  W2  Q2

6. Transformation cyclique

L’état initial et l’état final sont confondus.


U cycle  U final  U nitial  0
i n j m
U cycle  Wi   Q j  W  Q  0
i 1 j 1

Q : somme des quantités de chaleur échangées avec l’extérieur


W : somme des travaux échangés avec l’extérieur

7. DEUXIEME PRINCIPE (...entropie S)

7A. premier principe et échanges d’énergie


Le premier principe permet de faire le bilan des échanges d’énergie d’un système avec l’extérieur.
Il stipule la conservation de l’énergie d’un système, sans imposer de conditions sur les types
d’échanges possibles.
Mais il ne fait pas de différence entre les différentes formes d’énergie.
Il ne permet pas de faire la différence entre les transformations réversibles et irréversibles, car pour lui
toutes les transformations sont possibles.
- pour le transfert spontané de la chaleur du chaud vers le froid, il n’exclue pas, par son bilan, le
transfert inverse, ce qui est impossible.

7B. deuxième principe et évolution


Le deuxième principe fait ces différences :
C’est un principe d’évolution, qui décrit des faits expérimentaux et qui permet de prévoir l’évolution
d’un système.
S’il est possible de transformer intégralement de l’énergie électrique, de l’énergie mécanique, de l’énergie
22/93
chimique,...en chaleur, l’inverse n’est pas complètement possible.
(la chaleur n’est pas de « l’énergie » totalement utilisable)
- il n’existe pas de moteur qui fournit du travail à partir d’une seule source de chaleur.
- il n’existe pas de processus dont le seul effet serait de faire passer de la chaleur
d’une source froide à une source chaude.

Un système ne peut produire du travail, que s’il est en contact avec


deux sources de chaleur, à des températures différentes ( T1  T2 )

7C. entropie S
L’entropie S d’un système est une fonction d’état.
Elle mesure le désordre d’un système.
Sa variation ΔS, positive ou nulle (sinon la transformation est impossible), mesure le degré
d’irréversibilité d’une transformation.
Qi
ΔS = T
i i
- transformation réversible : ΔSsystème + extérieur = 0
- transformation irréversible : ΔSsystème + extérieur > 0

Conséquences : transformations cycliques dithermes


23/93

8. Machines à cycle ditherme

8A. moteur thermique

8A1 Exemple : moteur à explosion à quatre temps.


Le mouvement alternatif du piston est transmis à l’axe de rotation par un
système de bielle-manivelle, MN-NO.

TEMPS 1
Admission AB, isobare.
Le piston descend entraîné par un volant
calé sur l’arbre.
SA est ouverte, Se est fermée.
Le cylindre s’emplit d’un mélange d’air
et de vapeur d’essence dosé par le B
carburateur, par aspiration.

Cycle de Beau de Rochas


(ingénieur français 1815 – 1893)
TEMPS 2
Compression BC, adiabatique.
Le piston remonte toujours entraîné par le volant.
SA et SE sont fermées.
Le mélange est comprimé et s’échauffe.

En fin de compression, se produit l’allumage.


Une étincelle jaillit entre les électrodes
TEMPS 3
Explosion CD
Détente DE, adiabatique.
Une explosion se produit.
Le mélange formé de l’air et des produits de la combustion quasi instantanée
de l’essence, est porté à haute température et, par suite, à très forte pression.
Ce mélange ensuite se détend en repoussant le piston vers le bas.

TEMPS 4
Echappement EB, isochore et BA, isobare.
SA est fermée et SE est ouverte pendant un temps très bref.
Les gaz brûlés sont refoulés par la remontée du piston, entraîné par le volant.
SE se referme en même temps que SA s’ouvre.
24/93

8A2 moteur à essence – moteur diésel


Moteur à essence Moteur diésel

Compression adiabatique AB (Q = 0, W) Compression adiabatique AB (Q = 0, W)


Compression isochore BC (Q) Compression isobare BC (Q, W)
Détente adiabatique CD (Q = 0, W) Détente adiabatique CD (Q = 0, W)
Compression isochore DA (Q) Compression isochore DA (Q)
Autres exemples : machine à vapeur, turbine à vapeur,...

8A3 principe
Le moteur thermique transforme de la « chaleur en travail ».
Il consomme de l’énergie sous forme de transfert thermique reçu de la source chaude (Q1 > 0).
Il réchauffe la source froide, souvent l’air ambiant (Q2 < 0).
Il permet d’obtenir de l’énergie, sous forme de travail (W < 0).

ΔUcycle = Q1 + Q2 + W = 0 (cycle moteur, w  W )
25/93

8B. machine frigorifique, machine à air conditionné, pompe à chaleur

Elle consomme de l’énergie (électrique ou mécanique) sous forme de travail (W > 0).
Elle refroidit la source froide (Q2 > 0)(aliment, air à refroidir, air extérieur d’un bâtiment, rivière,...).
Elle chauffe la source chaude (Q1 < 0)(air extérieur, intérieur d’un habitat,...).
ΔUcycle = Q1 + Q2 + W = 0 (cycle récepteur)

9. Rendement et efficacité

9A. bilan
Bilan Energie utilisable Energie dépensée Rendement, efficacité
Moteur thermique W<0 Q1 > 0 W
Rendement  
Q1
η<1
Système réfrigérant Q2 > 0 W>0 Q2
Efficacité  
W
η>1
Pompe à chaleur Q1 < 0 W>0 Q1
Efficacité  
W
η>1
Chaîne énergétique : total  1 2 3...  
i
i

9B. moteur thermique idéal


(cycle réversible)
Premier principe : Q1  Q2 W  U  0
Q1 Q2 Q1 T
Deuxième principe :   S  0  1
T1 T2 Q2 T2
W Q  Q2 Q T
  1  1  2  1  2 d’atteindre....limite impossible
Q1 Q1 Q1 T1
(η < 1, car il est impossible de transformer intégralement de la chaleur en travail)
26/93
9C. moteur thermique réel
T2
(cycle irréversible)   1 
T1
Exemples : (r : rendement maximum et r’ : rendement réel)
r'
- moteur à essence : 0,3   0, 45
r
'
r
- moteur diésel : 0,6   0,7
r
Exercice 18 :
On considère 0,04 mole d’un gaz diatomique, supposé parfait, contenu dans un cylindre, fermé par
un piston qui se déplace sans frottement.
Ce gaz va décrire un cycle thermodynamique constitué de trois transformations successives.
A l’état initial, ce gaz a une température T1 = 300 K, un volume V1 = 1 L et une pression P1 = 1 bar.
(1 bar = 105 Pa)
(Capacités thermiques molaires du gaz : Cp = 29,4 J.mol-1.K-1 et Cv = 21,0 J.mol-1.K-1)

2 < 1

Pour chaque transformation réversible, après avoir précisé les trois paramètres P, V et T, calculer :
- La quantité de chaleur échangée.
- Le travail échangé.
- La variation d’énergie interne.
1) Ce gaz passe de l’état 1 à l’état 2 en subissant un compression isotherme.(P2 = 10 bars).
2) Le gaz passe ensuite de l’état 2 à l’état 3 par un refroidissement isochore.
3) Enfin le gaz est ramené à son état initial par une transformation isobare.
Ce gaz vient de décrire un cycle.
4) Calculer :
a- le travail effectué pendant le cycle, ainsi que la quantité de chaleur échangée au cours
de ce cycle.
b- la puissance du dispositif, si on effectue trois cycles par seconde.
5) Vérifier que la variation d’énergie interne, au cours d’un cycle est pratiquement nulle.
27/93

Exercice 19 :
Utilisation d’une pompe à chaleur pour le chauffage individuel (PAC).

On réalise un chauffage individuel à l’aide d’une PAC.


L’installation comporte un compresseur, un détendeur et deux serpentins qui sont le siège des
échanges thermiques.
La température du sous-sol est de 10°C.
Le fluide caloporteur est de l’air, assimilé à un gaz parfait (cp = 1,0.103 J.kg-1.K-1 et γ = 1,40).
On étudie les transformations réversibles de 1 kg d’air décrivant le cycle suivant :

1-2 : Dans le compresseur, la compression est adiabatique.


P1 = 4.105 Pa passe à P2 = 15.105 Pa et T1 = 283 K passe à T2.
2-3 : Dans le serpentin, au contact du circuit de chauffage, le refroidissement est isobare.
T2 passe à T3 = 323 K.
3-4 : Dans le détendeur, la détente est adiabatique.
P2 = P3 passe à P4 = P1.
4-1 : Dans le serpenté enterré dans le sol, le réchauffement est isobare.
T4 passe à T1.
1) Montrer que T2 = 413 K et que T4 = 221 K.
2) Calculer les quantités de chaleur Q12, Q23, Q34 et Q41, échangées au cours de chaque transformation.
3) a- Enoncer le premier principe de la thermodynamique pour un cycle.
b- En déduire le travail W reçu par l’air au cours d’un cycle.
On désigne par e l’efficacité théorique de la PAC au cours d’un cycle.
4) a- Calculer e.
b- sachant que les pertes moyennes thermiques de la maison sont de 13 kW, et que la puissance
utile du compresseur est de 10 kW, calculer le temps de fonctionnement de la pompe au cours
d’une journée.
28/93

Exercice 20 :
Cycle réfrigérant.
0,1 mole d’un gaz parfait subit un cycle de Carnot (deux transformations adiabatiques réversibles
et deux transformations isothermes réversibles) entre deux sources de chaleur aux températures
θ1 = 20°C et θ2 = -5°C.
Initialement, ce gaz, de rapport des capacités thermiques massiques γ, est à la pression P1 = 1 bar
et à la température θ1.
Il subit une compression isotherme jusqu’à la pression P2 = 5 bars, puis une détente adiabatique,
puis une détente isotherme, et enfin une compression adiabatique, qui le ramène à l’état initial.
1) Calculer les caractéristiques de pression, de volume et de température aux quatre points de ce cycle.
2) En déduire les valeurs des travaux et des quantités de chaleur échangés au cours des transformations
de ce cycle.
3) Quelles sont les quantités de chaleur échangées avec les sources de chaleur ?
4) quelle doit-être la valeur du travail apporté par le milieu extérieur ?
5) Définir le coefficient de performance ou de ce réfrigérateur et le calculer.
La machine sert de congélateur.
On y fabrique des glaçons à la température de -5°C à partir d’eau prise à la température de 10°C.
On veut fabriquer 1 kg de glaçons.
6) Quelle est la quantité de chaleur perdue par l’eau ?
Données :
chaleur Latente massique de fusion de l’eau : Lf = 336 kJ.kg-1.
capacité thermique massique de l’eau : 4180 J.kg-1.K-1.
capacité thermique massique de la glace : 2100 J.kg-1.K-1.
γ = 1,32 et R = 8,31 J.K-1.mol-1.

Exercice 21 :
Machine frigorifique à air.

Elle est destinée à maintenir dans la chambre froide une température T1.
La pression y est constante.
Une masse de 1 kg d’air, prélevée dans la chambre froide à la température TA = T1 est comprimée
adiabatiquement.
L’air passe ensuite dans un échangeur plongé dans une pièce dite chambre chaude dont la température
T2, supérieure à T1, est considérée comme constante.
L’air est ensuite détendu adiabatiquement et renvoyé, à la température TD, dans la chambre froide où
il va se réchauffer jusqu’à la température T1 considérée comme constante dans toute la chambre froide.
Cette masse d’air subit donc un cycle, passant successivement par les états A,B, C et D.
La pression de l’air dans l’échangeur est constante et sa température en C est celle de la chambre chaude.
Par ailleurs, le travail fourni par le fluide au cours de sa détente est intégralement utilisé par le
29/93
compresseur.
On considère que l’air se comporte comme un gaz parfait et que les transformations sont réversibles.
Données : T1 = 268 K ; T2 = 293 K ; PA = 1,0 bar ; PB = 2,0 bar
Pour l’air :M = 29 g.mol-1 et cp = 1,0 kJ.kg-1.K-1
R = 8,314 J.kg-1.K-1
1) Déterminer la constante massique rair (J.kg-1) du gaz parfait pour 1 kg d’air.
2) Vérifier que la température TB de l’air après la compression adiabatique est égale à 327 K.
3) Déterminer la température TD de l’air après la détente adiabatique.
4) Déterminer, pour un cycle et par kilogramme d’air, la quantité de chaleur Qcycle reçue.
En déduire le travail Wcycle reçu, toujours par cycle et par kilogramme d’air.
5) Identifier la quantité de chaleur « utile » et calculer le coefficient e de performance de la machine.
6) Quel est le débit d’air nécessaire pour que la machine ait une puissance frigorifique de 1 kW.
(quantité de chaleur prélevée chaque seconde à la source froide)

Exercice 22 :
Calculer le rendement théorique maximal d’un réacteur nucléaire :
- température de la source chaude maximale : T1 = 700 K
- température de la source froide minimale : T2 = 280 K
(le rendement réel est compris entre 0,30 et 0,43 suivant le type de réacteur, les transformations étant
irréversibles)

Exercice 23 :
Les mers tropicales ont une température en surface pratiquement constante et égale à 27°C et une
température à 200 m de profondeur pratiquement constante et égale à 5°C.
Calculer le rendement théorique maximal d’une machine thermique ditherme qui fonctionnerait
Avec ces deux sources de chaleur.
30/93

CORRECTION DES EXERCICES


31/93
32/93
33/93
34/93
35/93
36/93
37/93
38/93
39/93
40/93
41/93
42/93
43/93
44/93
Thermodynamique des gaz parfaits
n (mol) : quantité de matière
m (kg) : masse
M (kg.mol-1) : masse molaire
V (m3) : volume gazeux
ρ (kg.m-3) : masse volumique

θ (°C) : température centésimale


T (K) : température absolue
Δθ (K ou °C) : écart de température

P (Pa) : pression

R (m2.kg.s-2.K-1.mol-1) : constante des gaz parfaits

c (J.kg-1.K-1) : capacité thermique massique


C (J.mol-1.K-1) : capacité thermique molaire
Cv, cv à volume constant
Cp, cp à pression constante
γ : constante adiabatique

Q (J) : énergie thermique (chaleur)


W (J) :travail
U (J) : énergie interne
H (J) : enthalpie
S (J) : entropie

Transformations
- isobare, à pression constante
- isochore, à volume constant
- isotherme, à température constant
- adiabatique, sans échange de chaleur

Premier principe
La variation d’énergie interne ΔU d’un système, entre l’état initial et l’état final, est
égale à la somme
des travaux (ΣWi) et des quantités de chaleur (ΣQi) échangées avec l’extérieur.
Deuxième principe
Le système ne peut produire du travail que s’il est en contact avec une source chaude
(T1) dont il
échange Q1, et une source froide (T2) avec laquelle il échange Q2.

r : rendement d’une machine ditherme


e : efficacité d’une machine ditherme

E (J) : énergie
P (W) : puissance
t (s) : temps
45/93

THERMODYNAMIQUE eec eec tp scbh tp eec tp eb eec tp tp b


1992 1995 1995 1997 1997 1999 1999 2001 2001 2002 2002 2004
des GAZ PARFAITS
Définitions
P.V= n.R.T (T = θ + 273,15)
n = m / M ; n = Vgaz / Vmolaire
xi = ni / ntotale ; Σ xi = 1 ; ntot = Σ ni
Mmélange = mtotale / ntptale = Σ xi.Mi
ρmélange = mtotale / Vtotal = M.P / R.T
ρ = ρ0.(P / P0).(T0 / T)
dmélange = Mmélange / 29
Pi = xi.Ptotale = ni.R.T / Vtotal Ptotale = Σ Pi
Compresseur

Cp / Cv = cp / cv = γ
Cp – Cv = R = M (cp – cv)
Cp = M.cp ; Cv = M.cv
H = U + P.V

Transformation isobare 1→2


V1 / T 1 = V 2 / T 2
Qp = ΔH = m.cp.ΔT = n.Cp(T2-T1)
W1→2 = - P.(V2 – V1)
Transformation isochore 1→2
P 1 / T 1 = P2 / T 2
Qv = m.cv.ΔT = n.Cc.(T2 – T1)
W=0
Transformation isotherme 1→2
P1.V1 = P2.V2
Q1→2 = - W1→2
W = - n.RT.ln(V2 / V1) = - n.RT.ln(P1 / P2)
Transformation adiabatique 1→2
P1.V1 / T1 = P2.V2 / T2
P1.V1γ = P2.V2 γ
P11-γ.T1γ = P2 1-γ.T2γ ; T1.V1γ-1= T2.V2γ-1
Q=0
W= (P1.V1-P2.V2) / (1-γ) = n.R.(T1-T2) / (γ-1)

Diagramme de Clapeyron : P = f(V)


Premier principe (énergie interne)
ΔU1→2 = U2 – U1 = W1→2 + Q1→2
Cycle : ΔU1→1 = 0 (W = - Q)
Rendement machine ditherme : η = │W / Q│
Efficacité machine ditherme : e = │Q / W│
E = P.t
Entropie : ΔS = Σ (Q / T)
46/93
THERMODYNAMIQUE eec tp tp tp tp tp eec tp
des GAZ PARFAITS 2004 2004 2005 2006 2007 2008 2009 1993

Définitions ; G = Mα.Lβ.Tγ...
P.V= n.R.T (T = θ + 273,15)
n = m / M ; n = Vgaz / Vmolaire
xi = ni / ntotale ; Σ xi = 1 ; ntot = Σ ni
Mmélange = mtotale / ntptale = Σ xi.Mi
ρmélange = mtotale / Vtotal = M.P / R.T
ρ = ρ0.(P / P0).(T0 / T)
dmélange = Mmélange / 29
Pi = xi.Ptotale = ni.R.T / Vtotal Ptotale = Σ Pi
Compresseur
Cp / Cv = cp / cv = γ
Cp – Cv = R = M (cp – cv)
Cp = M.cp ; Cv = M.cv
H = U + P.V

Transformation isobare 1→2


V1 / T 1 = V 2 / T 2
Qp = ΔH = m.cp.ΔT = n.Cp(T2-T1)
W1→2 = - P.(V2 – V1)
Transformation isochore 1→2
P 1 / T 1 = P2 / T 2
Qv = m.cv.ΔT = n.Cc.(T2 – T1)
W=0
Transformation isotherme 1→2
P1.V1 = P2.V2
Q1→2 = - W1→2
W = - n.RT.ln(V2 / V1) = - n.RT.ln(P1 / P2)
Transformation adiabatique 1→2
P1.V1 / T1 = P2.V2 / T2
P1.V1γ = P2.V2 γ
P11-γ.T1γ = P2 1-γ.T2γ ; T1.V1γ-1= T2.V2γ-1
Q=0
W= (P1.V1-P2.V2) / (1-γ) = n.R.(T1-T2) / (γ-1)

Diagramme de Clapeyron : P = f(V)


Premier principe (énergie interne)
ΔU1→2 = U2 – U1 = W1→2 + Q1→2
Cycle : ΔU1→1 = 0 (W = - Q)
Rendement machine ditherme: η = │W / Q│
Efficacité machine ditherme : e = │Q / W│
E = P.t
Q = m.L
Entropie : ΔS = Σ (Q / T)
47/93
EEC 1992
Une machine thermique met en jeu un gaz parfait de masse 136,6 g et lui fait décrire le cycle
suivant :
- Compression adiabatique réversible de l’état A (PA, VA, TA) à l’état B (PB, VB, TB).
- Echauffement à pression constante de l’état B à l’état C (PC, VC, TC) au cours duquel on
lui fournit
réversiblement la quantité de chaleur QBC = 150000 J).
- Détente adiabatique réversible de l’état C à l’état D (PD, VD, TD) jusqu’au volume final
VA.
1) Calculer les pression, volume et température en chaque point B, C, D du cycle.
2) Représenter ce cycle dans le diagramme de Clapeyron (P, V).
3) Calculer le travail et la quantité de chaleur échangés au cours de chaque transformation.
4) Calculer les variations d’énergie interne au cours de chaque transformation, puis la variation
d’énergie interne relative au cycle.
Données :
PA = 4.105 Pa ; VA = 35.10-3 m3 ; TA = 350 K
PB = 20.105 Pa
cp = 1025 J.kg-1.K-1
γ = 1,4
R = 8,3 J.mol-1.K-1
48/93
EEC 1995
On considère 1 kg d’air dont on donne les caractéristiques dans les conditions normales de
température et de pression :
Masse volumique : ρ = 1,3 g.L-1
Volume molaire : V = 22,4 L.mol-1
1) Exprimer la quantité de matière contenue dans 1 kg d’air en moles.
On chauffe cette masse d’air de 1 kg afin de la porter dans l’état A défini par (PA = 1 bar, TA =
350 K) puis on lui fait subir le cycle des transformations suivantes :
- compression isotherme de l’état A à l’état B ( PB = 8 bars)
- détente adiabatique réversible de l’état C à l’état D
- refroidissement isobare de l’état D à l’état A
2) a- Qu’appelle-t-on transformation : isotherme, isobare, adiabatique ?
b- Déterminer la pression, le volume et la température de l’air dans chacun des états A, B, C
et D.
Donnée : constante des gaz parfaits, R = 8,32 J.mol-1.K-1
3) Représenter le cycle étudié dans le diagramme de Clapeyron (P, V).
49/93
EEC 1999
Un gaz parfait peut subir différentes transformations réversibles pour passer de l’état initial 1 au
même état final 2 :

- Une transformation isotherme


- Une transformation isochore, suivie d’une
transformation isobare
- Une transformation adiabatique, suivie d’une
transformation isobare

1) Quelles sont les courbes représentant chacune de ces transformations ?


Les différents états du gaz parfait sont décrits dans le tableau ci-dessous :
Etats 1 2 3 4
P (Pa) 1,6.105 0,8.105
V (L) 80
T (K) 300 246

2) a- Calculer la quantité de matière n (mol) concernée par ces transformations.


b- Reproduire et compléter le tableau, en justifiant les calculs.
3) Calculer la valeur du travail reçu par le gaz :
- au cours de la transformation 1 → 3
- au cours de la transformation 2 → 4
4) Calculer la quantité de chaleur reçue par le gaz :
- au cours de la transformation 1 → 3
- au cours de la transformation 1 → 2
- au cours de la transformation 2 → 4
5) Calculer la variation d’énergie interne du gaz quand il passe de l’état 1 à l’état 4.
Données :
R = 8,31 J.mol-1.K-1
Cv = 20,8 J.mol-1.K-1
Cp
  = 1,4
Cv
50/93

EEC 2001
Données :
Le gaz est supposé suivre la loi des gaz parfaits
Cp = 29,1 J.mol-1.K-1
Cv = 20,8 J.mol-1.K-1
Constante des gaz parfaits : R = 8,31 uSI
On étudie partiellement un moteur à explosion, quatre temps.
Dans un cylindre, la position du piston détermine le volume de gaz.
Lorsque le piston est en position haute, le volume est minimal et vaut 60 cm3, c’est le volume
espace mort
de la chambre à combustion.
Lorsque le piston descend, il balaye un volume de 450 cm3 (augmentation de volume) :
c’est la « cylindrée ».
1) a- Donner le volume de la chambre de combustion lorsque le piston est en position basse
la température du gaz dans la chambre est de 27°C et sa pression de 105 Pa.
b- Calculer la quantité de matière de ce gaz.
Un des temps correspond à une compression adiabatique.
2) a- Que signifie le terme adiabatique ?
b- Quelle est la pression à la fin de la compression ?
51/93
c- Quelle est la température atteinte à la fin de la compression ?
On admet que la température du gaz, à la fin de la compression, est de 430°C.
3) Calculer la variation d’énergie interne au cours de la compression ?
52/93
EEC 2004

Les parties A et B sont indépendantes


-A-
On se propose de comprimer un volume VA
de 9 L d’air, gaz supposé parfait
initialement à la pression
PA = 105 Pa, en faisant passer son volume
de 9 L à 1 L.

La compression peut être réalisée de deux


façons différentes :
- compression 1 : à deux étages de
pression :
A → C →D → E →B
- compression 2 : adiabatique réversible :
A→B

1) Indiquer le nom de chaque transformation : AC – CD – DE – EB.


2) A partir du diagramme P = f(V), calculer les différentes températures en C, D, E, B, sachant
que la température en A est TA = 300 K.
3) a- Quand dit-on qu’une transformation est adiabatique ?
b- Quelle est la relation caractéristique d’une transformation adiabatique réversible parmi
les relations suivantes : Pγ.V = constante, P.Vγ = constante, P.Tγ = constante.
Justifier la réponse, en utilisant le diagramme P = f(V).
Donnée : γ = 1,4
-B-
Un véhicule fonctionne au GPL (gaz de pétrole liquéfié).
Le volume intérieur du réservoir est V = 100 L.
Lors du remplissage du réservoir à la température θ = 15°C, le GPL occupe 85% du réservoir
sous forme liquide et le reste sous forme gazeuse.
La pression P1 du gaz est alors de 4,5.105 Pa.
Dans ces conditions, le GPL liquide a une masse volumique ρGPL = 560 kg.m-3.
1) Calculer la masse de GPL liquide contenu dans le réservoir.
2) Rappeler l’équation d’état des gaz parfaits.
La phase gazeuse du GPL est assimilé à un gaz parfait de masse molaire 50 g.mol-1.
3) Calculer la masse de GPL présent dans le réservoir sous forme gazeuse.
Donnée : constante des gaz parfaits : R = 8,32 J.mol-1.K-1
Le GPL est puisé dans le réservoir à l’état liquide.
il passe ensuite de l’état gazeux, il est vaporisé.
La chaleur nécessaire à cette transformation est fournie par le circuit de refroidissement du
moteur.
On suppose qu’à un instant donné, le débit de GPL liquide est de 0,16 L.min-1.
La chaleur latente de vaporisation du GPL liquide est dans ces conditions : Lv = 365 kJ.kg-1.
4) Calculer la puissance thermique qui doit être fournie par le circuit de refroidissement du
moteur pour obtenir la vaporisation du GPL liquide.
53/93
54/93
55/93
EEC 2009
Chauffe-eau
(Les trois parties A, B et C sont indépendantes)
Dans un chauffe-eau dit « thermodynamique », le chauffage de l’eau est assuré par une pompe à
chaleur. Le principe de la pompe à chaleur repose sur les transformations subies par un fluide
réfrigérant, selon un cycle dont les étapes sont représentées sur la figure ci-dessous :

A. Cycle du fluide
1) Que signifie le terme « adiabatique » employé pour décrire l’étape (1) ?
2) Par quel terme désigne-t-on des transformations s’effectuant :
a- à pression constante ?
b- à volume constant ?
3) On modélise le cycle du fluide sur le diagramme de la figure suivante :
a- Associer à chaque étape AB, BC, CD et DA, une des étapes (1),(2), (3) ou (4) du cycle
décrit précédemment, en justifiant.

b- On appelle Q2 la chaleur échangée par le fluide lors de


l’étape (2), Q4 la chaleur échangée par le fluide lors de
l’étape (4).
Préciser le signe de Q2, et celui de Q4, en justifiant.

c- Quel est le travail W reçu par le fluide lors de l’étape


DA ?

d- Au cours de quelle étape la pompe à chaleur


consomme-t-elle de l’énergie électrique ?

B. Transfert de chaleur
1) Citer les trois modes de transfert de chaleur.
2) Quel est celui qui justifie l’emplacement du condenseur dans la partie basse du ballon ?
C. Consommation d’énergie
Dans les conditions usuelles de fonctionnement, la puissance thermique restituée à l’eau est de
Pth = 2000 W
56/93
La capacité du chauffe-eau est de V = 300 L.
1) Le ballon étant initialement rempli d’eau à 15°C, déterminer la quantité de chaleur Q pour
chauffer ces 300 L d’eau jusqu’à 50°C.
2) En déduire la durée de cette opération.
Le coefficient de performance ε d’une pompe à chaleur désigne le quotient de la puissance utile
(thermique) qu’elle fournit, par la puissance électrique qu’elle absorbe.
Le fabricant indique pour la pompe à chaleur un coefficient de performance ε = 3,5.
3) Déterminer la puissance électrique Pe consommée par le compresseur.
4) En déduire l’énergie électrique E consommée par le compresseur (pour le chauffage de
300L d’eau de 15°C à 50°C) exprimée en kWh.
Données :
Masse volumique de l’eau : ρ = 1,0.103 kg.m-3
capacité thermique massique de l’eau liquide : c = 4,18.103 J.K-1.kg-1
57/93

TP 1993
1) Enoncer le premier principe de la thermodynamique.
2) Définir l’enthalpie d’un système thermodynamique.
Le système subit une transformation à pression constante.
3) Etablir la relation liant la variation de son enthalpie à la quantité de chaleur qu’il échange
avec le milieu extérieur.
58/93

TP 1995
Thermodynamique
Un compresseur, dont le corps de pompe a un volume V, aspire le gaz d’un réservoir R1 de
volume V1 et le comprime dans un réservoir R2 de volume V2.
A l’instant initial la pression est la même, P0, dans les deux réservoirs et le piston est en
position basse.
On admet que le gaz est parfait et que les opérations se font de manière isotherme.

1) Pression dans le réservoir R1


On fait une première aspiration.
a- Définir l’état initial et l’état final.
En déduire l’expression de la pression P1 dans le réservoir R1 à la fin de la première
aspiration.
b- Par analogie exprimer P2, P3...puis Pn, pressions successives dans le réservoir R1.
n
 V1 
c- En déduire que Pn  P0   .
V1 V 
d- Montrer que cette pression Pn tend vers 0 quand n tend vers l’infini.
Que peut-on dire de la quantité de gaz restant dans le réservoir R1 ?
2) Pression dans le réservoir R2
On admet qu’après un très grand nombre de coups de pompe, le réservoir R1 est vide.
Le piston est en position basse.
a- Définir cet état final.
En déduire l’expression de la pression finale Pf dans le réservoir R2 en fonction de P0,
V1 et V2.
b- Calculer Pf si P0 = 105 Pa, V1 = 100 L et V2 = 2 L.
59/93
60/93

TP 1997

Gaz parfait
1) Ecrire la loi (équation d’état) des gaz parfaits.
Indiquer le nom et l’unité de chaque grandeur.
Une bouteille de dioxygène O2 de contenance 10 litres, contient ce gaz supposé parfait, à la
pression de 200 bars et à la température de 20°C.
2) a- Calculer la quantité de dioxygène n(O2) contenue dans cette bouteille.
b- Calculer, la masse de gaz contenue dans la bouteille.
La température est portée à 30°C.
3) a- Nommer la transformation effectuée.
b- Que peut-on dire de la quantité de gaz contenue dans cette bouteille ?
c- Calculer alors la nouvelle pression dans la bouteille.
On enlève du gaz de la bouteille pour ramener la pression dans la bouteille à 200 bars, la
température restante est égale à 30°C.
4) a- Nommer la transformation effectuée.
b- Calculer la quantité de gaz extrait.
c- Calculer le volume de gaz enlevé de la bouteille, mesuré à 30°C et 1 bar.
Donnée
Constante des gaz parfaits : R = 8,31 J.mol-1.K-1
61/93

TP 1999

Soit une masse d’air prise dans un état initial A, de température TA = 400 K, de pression PA =
1,0.105Pa et occupant le volume VA = 10 L
L’air est considéré comme un corps pur et un gaz parfait.
Dans tout ce qui suit, les transformations thermodynamiques subies par le gaz sont réversibles
et sans perte ni gain de matière.
1) Calculer la quantité d’air (en moles), sa masse m et sa masse volumique ρ dans ces
conditions initiales.
On fait subir à n = 0,30 mol d’air dans l’état A, un cycle ABCDA décrit ci-dessous.
Il est conseillé de disposer les résultats successifs dans un tableau.
A partir de l’état A on procède à un refroidissement isobare qui met l’air dans un état B de
température TB = 200 K.
2) a- Calculer le volume VB du gaz dans cet état.
Ensuite on chauffe l’air, de façon isochore, jusqu’à un état C sous la pression PC = 1,5.105 Pa.
b- Calculer la température TC dans cet état.
Puis on continue à échauffer l’air, de manière isobare, jusqu’à une température TD = 400 K.
c- Calculer le volume VD dans cet état D.
Enfin on ramène, de façon isotherme, le système dans son état initial A.
d- Placer les quatre points A, B, C et D dans un repère de Clapeyron P, V en précisant le
sens de parcours sur le cycle réalisé.
3) Calculer la chaleur et le travail mis en jeu dans les transformations 2) a et 2) b.
Données
Masse molaire de l’air : Mair = 29 g.mol-1
Constante des gaz parfaits : R = 8,31 J.K-1.mol-1
Cp = 29,1 J.K-1.mol-1
Cv = 20,8 J.K-1.mol-1
62/93
63/93

TP 2002
Thermodynamique (gaz parfait)
Une cuve de 500 L contient du propane C3H8 considéré comme un gaz parfait.
Elle alimente une chaudière à gaz dont le brûleur a une puissance de 3 kW.
La pression est de 10 bars pour une température de 10°C.
1) Calculer la masse de propane contenue dans la cuve.
La nuit, la température descend à – 80° C.
2) Calculer la pression en bars.
3) Ecrire l’équation-bilan de combustion complète du propane.
On admet que la combustion d’un alcane CnH2n+2 libère de l’énergie thermique Q qui dépend
de la nature de l’alcane.
Pour cet alcane, la valeur de Q est de 2220 kJ.mol-1.
Pour une température de 10°C, la pression dans la cuve est descendue à 8 bars.
4) Calculer l’énergie libérée par la combustion de l’alcane consommé.
5) Calculer la durée de fonctionnement de la chaudière lorsque la pression est de 5 bars pour
une température de 10°C.
Donnée
Constante des gaz parfaits : R = 8,31 J.K-1.mol-1

Thermodynamique
Une machine thermique met en jeu une masse constante d’un gaz parfait et lui fait décrire le
cycle suivant selon des transformations réversibles :
- une compression isotherme qui fait passer le gaz de l’état A (PA = 2 bars, VA = 30 L et θA
= 16°C) à l’état B (VB = 6 L).
- un échauffement isobare de l’état B à l’état C (VC = 18 L).
- une détente adiabatique de l’état C à l’état D.
- un refroidissement isobare de l’état D à l’état A.
1) Calculer la quantité de gaz (en moles) mis en jeu.
2) Calculer les variables d’état dans les états A, B, C et D.
Reproduire, puis compléter le tableau ci-dessous :
Etat A B C D
Pression (Pa)
Volume (m3)
Température
(K)

3) Représenter ce cycle dans le diagramme de Clapeyron (P, V).


4) Calculer le travail et la quantité de chaleur échangés au cours de la transformation de
l’état B à l’état C.
Données
Constante des gaz parfaits : R = 8,31 J.K-1.mol-1
Capacité thermique molaire à pression constante : Cp = 29,1 J.K-1.mol-1
γ = 1,4
64/93
65/93
66/93
67/93

TP 2004

Thermodynamique
Pompe à chaleur : installation de chauffage
Principe : La chaleur est pompée d’un corps froid et transmise à un corps chaud grâce à un
compresseur d’air et à un détendeur.
Ce cycle nécessite un apport extérieur d’énergie.
Une pompe à chaleur fonctionne avec deux sources :
a) une source froide constituée par une nappe souterraine
b) une source chaude constituée par le circuit de chauffage de l’installation.
Le fluide utilisé dans cette pompe à chaleur est de l’air assimilable à un gaz parfait.
Données
Constante des gaz parfaits : R = 8,32 J.K-1.mol-1
Capacité thermique molaire à pression constante : Cp = 29,1 J.K-1.mol-1
Rapport des capacités thermiques molaires à pression constante Cp et à volume
constant :
γ = 1,4
L’air de la pompe à chaleur subit le cycle de transformations suivant :
- Passage de l’état initial A (PA = 1,0.105 Pa, TA = 298 K) à l’état B (PB = 2,2.105 Pa) par
une compression adiabatique réversible dans un compresseur.
- Passage de l’état B à l’état C (TC = 340 K) par une transformation isobare pendant laquelle
l’air transfère à la source chaude une quantité de chaleur QBC.
- Passage de l’état C à l’état D (PD = PA) par une détente adiabatique réversible.
- Passage de l’état D à l’état A par une transformation isobare pendant laquelle l’air reçoit
de la source froide une quantité de chaleur QDA.
On effectuera les calculs relatifs à une mole d’air (n = 1 mol).
1) Calculer : VA, VB, TB, VC, VD, TD
(on vérifiera que TD = 271 K)
Reproduire et reporter les résultats dans le tableau suivant :
Etat A B C D
Pression (Pa)
Volume (m3)
Température
(K)

2) a- Reproduire et compléter le cycle de Clapeyron (P, V) en y plaçant les points C et D.


b- Préciser le sens de parcours du cycle.
68/93

3) a- Calculer les quantités de chaleur échangées QBC et QDA.


b- Donner la valeur de la quantité de chaleur échangée lors d’une transformation
adiabatique.
c- En déduire le travail W échangé au cours de la totalité du cycle.
Q
On définit l’efficacité e de la pompe par le rapport e  pour lequel Q est la quantité de
W
chaleur transférée à la source chaude au cours d’un cycle décrit par l’air et W est le travail
échangé par l’air au cours de ce cycle.
d- Calculer e et conclure.
69/93
70/93
71/93

TP 2005
Thermodynamique (gaz parfait)
Un caisson hermétiquement fermé est rempli d’air, que l’on considérera dans tout l’exercice
comme un gaz parfait.
Ce caisson a les dimensions suivantes :
longueur : L = 120,0 cm largeur : ℓ = 80,0 cm hauteur : h = 90,0 cm
1) Rappeler la loi des gaz parfaits pour n moles de gaz des conditions de pression,
température et volume décrites par P, V et T.
Préciser les unités de ces grandeurs.
2) Ecrire l’équation aux dimensions relative à la loi des gaz parfaits, puis en déduire la
dimension de la constante des gaz parfaits notée R.
En déduire une unité possible pour la constante des gaz parfaits.
L’air dans le caisson est dans les conditions suivantes de pression et de température :
P1 = Patmosphérique et θ1 = 25,0°C
3) Calculer la quantité d’air n1 dans le caisson.
La température à l’intérieur du caisson est portée à θ2 = 40,0°C.
4) Calculer la nouvelle valeur P2 de la pression de l’air.
5) Quelle est la masse d’air ma qu’il faudrait faire sortir du caisson pour que la pression de
l’air qui y restera soit de nouveau égale à la pression atmosphérique, la température étant
maintenue à 40,0°C ?
Données
Pression atmosphérique : Patm = 1,013.105 Pa
Masse molaire de l’air : Mair = 29,0 g.mol-1
Constante des gaz parfaits : R = 8,31 SI
72/93
73/93
74/93

TP 2006

Etude d’un compresseur


On veut comprimer une mole de gaz supposé parfait de l’état initial noté 1 (P1 = 105 Pa, T1 =
298 K, V1) vers un état final noté 2 (P2 = 2.105 Pa, T2, V2).
Cette compression se réalise en deux étapes :
- une compression adiabatique qui amène le gaz dans un état intermédiaire noté 1’ (P2, V’1,

T 1).
- un refroidissement isobare pour obtenir l’état 2 (P2, V2, T2) pour lequel T2 = T1.
1) Donner l’équation d’état reliant les variables P, V et T pour un gaz parfait.
2) En déduire la valeur du volume V1.
3) Représenter sur le diagramme de Clapeyron les deux transformations mises en jeu (les
deux isothermes aux températures T1 et T’1 sont représentées en pointillés).

4) En utilisant la relation P.Vγ = constante, utilisée pour une transformation adiabatique et la


relation de la question 1), calculer :
a- la valeur de V’1
b- la valeur de T’1
5) a- Calculer le travail W1 mis en jeu lors de la transformation adiabatique.
b- Exprimer le travail W2 en fonction de P2, V2 et V’1, puis en fonction de R, T1 et T’1.
c- Calculer les valeurs de W2 et W1.
6) a- Que vaut Q1 correspondant à la compression adiabatique ?
b- Exprimer Q2 en fonction de R, T1 et T’1.
c- Calculer les valeurs de Q2 et Q1.
7) Calculer la variation ΔU d’énergie interne, puis commenter le résultat obtenu.
Données
75/93
-1 -1
R = 8,31 J.K .mol
γ = 1,4
 . R où C est la capacité thermique molaire à pression constante.
C p ,m  p,m
 1
76/93
77/93
78/93
79/93
TP 2007

Etude d’un cycle moteur à quatre temps du type « diésel »


Ce cycle comporte quatre transformations thermodynamiques auxquelles correspondent
quatre états notés A, B, C et D caractérisés par les variables suivantes : pression P, volume V
et température T.
Le travail et la chaleur échangés au cours des transformations supposées réversibles sont
notés respectivement W et Q.
Le système est considéré comme fermé.
Le mélange air – combustible est assimilé à un gaz parfait ;
Le schéma suivant résume l’ensemble des transformations et des états :
Données
Constante des gaz parfaits : R = 8,31 J.mol-1.K-1
γ = 1,4
Capacités thermiques molaires : à volume constant Cv = 20,8 J.mol-1.K-1
à pression constante Cp = 29,1 J.mol-1.K-1
1) Que signifie « système fermé » ?
2) Calculer la quantité de gaz (en moles) qui participe à ce cycle.
3) Calculer pour chaque état les valeurs de pression, de volume et de température.
4) Reproduire et compléter sur le document les cases B, C et D avec toutes les valeurs
trouvées.
(les résultats seront donnés avec 3 chiffres significatifs, les données étant implicitement
connues avec cette précision)

5) Reproduire le document suivant et tracer le diagramme de Clapeyron (P, V).


Préciser son sens.
80/93

6) Calculer la quantité de chaleur QDA échangée entre les états D et A.


En déduire le travail total W échangé en utilisant le premier principe de la
thermodynamique.
Commenter le résultat.
81/93
82/93
83/93
TP 2008
Thermodynamique
On considère un gaz parfait initialement dans l’état A (PA = 1.105 Pa ; TA = 273 K ; VA = 50 L).
On amène ce gaz dans l’état C (PC = 10 PA ; TC ; VC) de deux manières différentes :
- transformation 1 : par compression adiabatique de l’état A à l’état C .
- transformation 2 : par compression isotherme de l’état A à l’état B puis échauffement à pression
constante, de l’état B à l’état C, jusqu’à la température TC.
Le système est considéré comme fermé et toutes les transformations sont supposées réversibles.
1) Calculer la quantité de gaz (en moles) mises en jeu dans ces transformations.
2) Calculer les variables d’états inconnues (température et volume) dans l’état C lorsque la masse de
gaz subit la transformation 1 puis compléter le tableau suivant :
Variables d’état / Etat A B C
P (Pa) 1.105 1.106
V (L) 50
T (K) 273

3) Préciser la température et la pression de la masse de gaz dans l’état B lorsque la masse de gaz
subit la transformation 2, puis calculer le volume VB.
Compléter le tableau précédent.
4) Représenter les transformations 1 et 2 sur le diagramme (P,V) :

Le travail échangé
 entre les états A et C lors de la transformation 1 est W1 : W1 = 1,16.104 J.
 entre les états A et B lors de la transformation 2 est WAB = 1,15.104J.
5) a- Que peut-on dire d’une transformation adiabatique ?
b- Calculer, lors de la transformation 2, le travail WBC des forces de pression entre l’état B et
l’état C.
En déduire le travail W2 échangé sur l’ensemble de la transformation 2 quand la masse de gaz
passe de l’état A à l’état C.
c- Que vaut la quantité de chaleur Q1 mise en jeu lors de la transformation 1 ?
Exprimer et calculer la quantité de chaleur QAB et la quantité de chaleur QBC mises en jeu lors
de la transformation 2 lorsque la masse de gaz passe de l’état B à l’état C.
En déduire la quantité de chaleur Q2.
84/93
d- Calculer alors les variations d’énergie interne ΔU1 et ΔU2 pour les deux transformations.
Que vérifie-t-on ?

Données
- constante des gaz parfaits R = 8,31 J.mol-1.K-1
- capacité calorifique molaire à pression constante : Cp = 29,1 J.mol-1.K-1
- pour une transformation adiabatique : PVγ = constante avec γ = 1,4.
85/93
86/93
87/93
SCBH 1997

La source froide est une nappe d’eau dans laquelle la pompe prélève l’énergie thermique Q2 au
cours de son fonctionnement.
L’énergie mécanique Em est fournie par un compresseur au fluide de la pompe à chaleur au
cours de son cycle de transformations.
Ce fluide se condense à la température de la source chaude qui est l’air du local à chauffer, en
fournissant l’énergie thermique Q1 à celui-ci.
1) La puissance électrique P, consommée par le compresseur étant P = 1,5 kW et son
rendement η = 0,85, calculer l’énergie mécanique Em fournie au fluide de la pompe à chaleur en
une heure.
L’eau froide est prélevée à la température T2 = 288 K et rejetée dans la nappe à la température
T1 = 282 K.
Son débit d est égale à 2,5 L.min-1 et sa capacité thermique massique C égal à 4185 J.kg-1.K-1.
2) Déterminer l’énergie thermique Q2 cédée par l’eau en une heure.
(masse volumique de l’eau : ρ = 103 kg.m-3)
3) Calculer l’énergie thermique Q1 fournie au local à chauffer en une heure et en déduire la
puissance thermique de la pompe à chaleur.
l’énergie Q2 étant gratuite, l’utilisateur ne paie en réalité que Em.
4) Calculer le coefficient d’efficacité (ou performance) de ce dispositif de chauffage.
88/93
EB 2001
Thermodynamique
Un moteur à air chaud (gaz supposé parfait) fonctionne suivant le cycle diésel : deux
transformations adiabatiques, une transformation isobare et une transformation isochore.
On considère 2,4 moles de ce gaz qui décrivent le cycle suivant :

1) a- Qu’appelle-t-on transformation : isobare, isochore, isotherme et adiabatique ?


b- Indiquer la nature des transformations AB, BC, CD et DA.
2) Calculer les pression, volume et température en chacun des points B, C et D du cycle.
Donner les résultats sous forme de tableau.
3) Calculer le travail total échangé par le gaz au cours du cycle.
4) Calculer la quantité de chaleur QBC.
Données :
R = 8,314 J.mol-1.K-1
Cp = 29,1 J.mol-1.K-1
Cv = 20,8 J.mol-1.K-1
γ = 1,4
89/93
90/93

B 2004
Thermodynamique
On considère un volume d’air (gaz supposé parfait) dans un état A :
(VA= 40L ; θA = 27°C ; PA = 1,5.105 Pa)
1) Calculer la quantité de matière correspondante. (nombre de moles)
On effectue les transformations suivantes sur ce gaz :
- Une transformation adiabatique réversible de l’état A à l’état B telle que VB = 8L
- Une transformation isobare de l’état B à l’état C telle que θC = 627°C
- Une transformation adiabatique réversible de l’état C à l’état D
- Une transformation isochore de l’état D à l’état A
2) a- Définir les trois types de transformation : isobare, isochore, adiabatique.
b- Déterminer la pression, le volume et la température de chaque point du cycle A-B-C-D.
Donner les résultats sous forme de tableau.
c- Représenter le cycle dans le diagramme de Clapeyron P = f (V).
(Echelle : 1 cm = 4.10-3 m3 et 1 cm = 2.105 Pa)
3) Calculer la quantité de chaleur totale échangée lors du cycle.
4) En appliquant le premier principe de la thermodynamique, déduire le travail total échangé
dans ce cycle.
Données :
R= 8,31 J.mol-1.K-1
Cp = 29,1 J.mol-1.K-1
Cv = 20,8 J.mol-1.K-1
On rappelle que pour une transformation adiabatique P.Vγ = Cste avec γ = 1,4.
91/93
92/93
93/93

Vous aimerez peut-être aussi