Vous êtes sur la page 1sur 33

Proposition du module Candide

Pour les classes terminales

Module I: Lire un conte philosophique Candide De voltaire

Compétences visées:

-Reconnaître les caractéristiques de conte philosophique.

 Les procédés de l'écriture.


 La structure du récit.
 La vraisemblance et le merveilleux

-Communiquer oralement et par écrit à partir d'une oeuvre littéraire.

 Produire des écrits de réflexion.


 Débattre des thèmes en rapport avec l'oeuvre.

SEQUENCE DIDACTIQUE n° 1

 Niveau: 2ème année du baccalauréat.


 Séance: N°1
 Durée: 2h
 Activité: Lecture méthodique.
 Compétence visée: Comprendre un conte philosophique.

Support: De «il y avait en Westphalie…châteaux possibles»

Extrait de “Candide” de voltaire.

Situation du passage:

Il s'agit de l'incipit qui sert à présenter les personnages principaux, le lieu et le


temps.

Identification du texte:

C'est un texte narratif, dans lequel le narrateur omniscient délimite le cadre général
de l'histoire.

Hypothèses de lecture:

Projet de l'écriture voltairienne: annoncer un conte philosophique


Axes de lecture:

I .Eléments du conte classique:

A. Situation initiale en équilibre:

1/ Espace-temps:

Ce chapitre est divisé en deux parties balisées par des indicateurs spatio-temporels:

Il y avait en Westphalie

Temps et lieu (indéfinis)

Cette locution peut être remplacée par il était une fois (réservée au conte de fées).

b. Un jour… (Le lendemain).

2/ Les personnages:

Personnages Les caractérisations remarques

- «moeurs plus douces»


- valorisation du
Candide - jugement assez droit
personnage éponyme.
-«esprit plus simple»

- «un des plus puissants seigneurs de - Hyperbole.


Le baron la Westphalie car son château avait
une porte» -Discours ironique.

- «pesait environ 350 livres s'attirait


par là une très grande considération»
La baronne - ironie.
-respectable.

- âgée de 17 ans.

- fraîche
Cunégonde - portrait détaillé.
- grasse

- appétissante
Le fils du baron

- le précepteur
- discours direct.
- l'oracle de la maison
Pangloss
-hyperbole
- «le plus grand philosophe de la
province»

B. Elément perturbateur:

* les événements:

Indicateurs
temporels
Evénements Moyens

- Cunégonde voit son Le narrateur dévoile les pensées


précepteur qui«donnait une de Cunégonde pour deux
leçon de physique objectifs.
expérimentale à la femme de
Un jour chambre de sa mère» Narration comment «incident»
le personnage
- l'impact de cet événement
sur Cunégonde qui est encore voit cet incident?
jeune et belle.

elle rencontra Candide en - phrases courtes


revenant au château et rougit.
- indépendantes ce qui

- énumération reflète

- répétition
- après dîner, Candide et
Cunégonde se trouvèrent l'état d'âme des jeunes
derrière un paravent personnages dans leur première
Le lendemain expérience d'amour.
- surprise du baron

- «le chassa» du château.


II. Eléments de la philosophie:

a/ - champ lexical du savoir:

Verbes:

- Enseigner

- Démontrer

- Ecouter attentivement

- Conclure

Noms:

- Pangloss (qui sait tout)

- maître/ précepteur

- philosophe

-leçon

- docteur

- savent

- science

-raison

b/ Discours du philosophe:

- Le seul personnage qui a le privilège de parler.

- Discours direct de ce personnage pour ne pas en prendre parti.

-Le narrateur laisse le lecteur découvrir la pensée du philosophe.

Synthèse:
Dans cet incipit, le narrateur présente les personnages du conte dans un cadre
spatio-temporel indéfini. L'auteur annonce indirectement son projet d'écriture:
développer des idées (philosopher) dans un cadre distrayants: le conte
humoristique.

 Niveau: 2éme année du bac


 Durée : 1heure
 Activité: Langue

Grammaire textuelle:

La valeur des temps du récit:

Observez:

1. - Madame la baronne pesait environ trois cent cinquante livres et faisait les
honneurs de la maison.

2. -Un jour Cunégonde en se promenant vit (…) le Docteur Pangloss qui


donnait une leçon de physique expérimentale.

3. -Monsieur le baron (…) passa auprès du paravent et chassa Candide.

Réfléchissez/analysez:

 Quelle est la valeur des temps? analysez cas par cas.


 Retenez:

Bilan:

Passé simple Imparfait

1-aspect ponctuel 1-aspect duratif


2-valeurs uniques (une seule fois) 2-valeur descriptive (répétition, habitude)

3-temps du 1er plan: actions qui 3-temps de l'arrière plan le décore les
font progresser l'histoire personnages les éléments descriptifs.

Temps de base de la narration Temps essentiel pour la description

Expression de la successivité Expression de la simultanéité

Tempo rapide Tempo lent

Précisez dans les énoncés suivants la valeur des verbes écrits en gras.

-Il se mit en route, se rendit à Bombay, y vécut de longues années.

-Elle l'aperçut, se mit à rire, le fit entrer, ferma sa porte doucement, et


s'affala sur le canapé.

-Le vent soufflait, il mit pourtant son bateau à la mer.

-Les hommes criaient, le suppliaient, lui touchaient les mains. Il leur tourna
le dos et partit.

-La pluie battait les vitres.

-Elle le regardait, son coeur battait: il se leva, vint vers elle.

-La rue était déserte, la lumière qui la baignait semblait irréelle, tant elle
l'inondait de ses rayons crus. Un fanal clignotait au loin. Il frissonna. Mais
il n'était pas inquiet.

-Le matin, elle paraissait à la gare, une petite valise à la main, marchait
longuement, ne parlait à personne.

 Niveau: 2ème année du bac.


 Séance: N°2
 Durée: 1h
 Activités orales: Travaux encadrés
Capacités:

-développer l'aptitude communicative

- justifier et argumenter son point de vue

- parler librement devant un auditoire

Déroulement:

 Designer un rapporteur et un animateur dés le début de la séance.


 Présenter les travaux, dont la consigne était communiquée préalablement,
portant sur la documentation autour des thèmes suivants:

 Les lumières
 Les sciences
 Les lettres
 L'engagement

Le contexte historique et culturel de l´oeuvre

Voltaire est un philosophe du XVIIIème siècle, «Siècle des Lumières» délimité par
deux événements historiques importants:

 La mort de Louis XIV en 1715.


 La Révolution Française en 1789.

 Les Lumières

Après la mort de Louis XIV, la société française se transforme rapidement.


Malicieuse, enjouée, satirique la littérature puise un force nouvelle dans la pensée
critique, les écrivains manifestent leur confiance dans la raison. Ils luttent contre l
´autorité religieuse et politique en faveur de la tolérance, de la liberté et de la
dignité humaine. Menacés, emprisonnés ou condamnés à l´exil, on les appelle
désormais «philosophes».

 Les sciences

Un nouvel esprit scientifique se répand, influencé par les travaux de Newton,


Leibniz, et Locke. C´est le triomphe de l´astronomie, de la physique et des
mathématiques.

 Les lettres

Les gens de lettres se trouvent dans les cafés, les salons parisiens pour débattre des
idées nouvelles. Les écrivains, comme Montesquieu voyagent à travers l´Europe,
multipliant les échanges et les rencontres. Ils s´engagent dans le combat contre l
´autorité religieuse et politique. Ils s´exposent ainsi à la colère du pouvoir royal:
Voltaire est contraint de s´exiler en Angleterre, Diderot est enfermé à Vienne. C´est
alors que le mot «philosophe» se répand pour désigner celui qui exerce son esprit
critique.

L´engagement de l´écrivain philosophe:

Les oeuvres de Montesquieu et de Voltaire défient la censure en multipliant leurs


attaques contre la monarchie absolue et le pouvoir de l´Eglise. Les philosophes
partagent le même idéal de diffusion des connaissances, la même confiance en la
nature de l´homme, le même espoir de renouvellement social de 1751 à 1772. L
´Encyclopédie de Diderot et d´Alembert répond à cette ambition de favoriser le
progrès des esprits et des moeurs. En 1762, le contrat social de Rousseau propose
aux citoyens une nouvelle organisation politique fondée sur la notion de contrat
entre le pouvoir et les hommes.

Le triomphe des Lumières:

En 1776, la déclaration d´indépendance des Etats-Unis fonde une société basée sur
la liberté et l´égalité. L´échec des tentatives d´appliquer des réformes sous le règne
de Louis XVI conduit à la Révolution Française en 1789, qui voit le triomphe et l
´aboutissement des Lumières.

Les principes du mouvement:

*Exercer l´esprit critique

Les Lumières revendiquent un état d´esprit et une démarche scientifique, le


rationalisme, fondés sur l´expérience, l´analyse des faits et le raisonnement logique.

*Combattre les préjugés

Les Lumières opposent la passion de la vérité aux superstitions et la diffusion des


connaissances à la censure exercée par le pouvoir.

*Multiplier les formes de polémique

Les Lumières militent à travers une littérature de combat qu´elles mettent au


service d´idées nouvelles: Lettres et dialogues argumentatifs, contes
philosophiques, essais, pamphlets, dictionnaires, …

 Niveau:2éme année du baccalauréat


 Durée : 1 heure
 Activité: Production écrite
Capacité:

-Inciter les élevés aux techniques romanesques.

Sujet : Ecrivez un début de conte en déterminant la situation initiale et l'élément


perturbateur.

Démarche:

Phrase orale:

-Lire le sujet

-Relever et expliquer les mots clés

-Expliquer la consigne

Phase écrite:

1- Proposition des éléments qui jalonnent la rédaction

a- Focalisation zéro: le narrateur sait tout et il est omniscient.

b- Temps verbaux du récit:

*Passé simple  action courte

*Présent de narration

*Imparfait  action longue

c- Présentation du cadre général du conte:

Personnages
Situation
(portrait: lieu temps Elément perturbateur
initiale
physique et
moral)

-Princesse -Château -Il était -vivre en Un jour:


(belle, une fois paix -tempête
gentille) -pays dans un -orage
merveilleu château -mener une -mort de père ou de
- belle fille x vie mère.
-Il y avait heureuse et -guerre
-Sorcière -Forêt dans une calme
(laide, forêt.
méchante)
2- La rédaction

-Correction individuelle

-Confrontation des productions

-Choix de la production la plus réussie.

-Trace écrite

SEQUENCE DIDACTIQUE n° 2

 Niveau: 2ème année du baccalauréat


 Séquence: N°1
 Durée: 1h
 Activité: lecture linéaire d'un fragment du chapitre III

Support: «Rien n'était si beau………Mlle Cunégonde».

I .Mise en situation:

Après avoir été expulsé du plus beau des châteaux possibles, Candide s'est
confronté à plusieurs difficultés: le froid et la faim, il est devenu sans domicile fixe,
de même qu'il a été forcé à s'enrôler dans l'armée bulgare, mais, Candide à réussi à
échapper de justesse à l'exécution par les soldats bulgares grâce à la clémence que
leur roi lui a accordée.

En tant que soldat, Candide est contraint à assister à la guerre qui réunit les
Bulgares et les Abares.

II. Identification du passage:

Il s'agit d'un texte narratif descriptif.

* La narration se révèle à travers les déplacements du héros lorsqu'il se hâte de


quitter le champ de bataille pour gagner la Hollande; ce qui explique la
prédominance de deux temps verbaux différents:

 Le passé simple qui marque la suite chronologique des actions.


 L'imparfait qui décrit le cadre de l'action.

* La description se manifeste nettement dans les deux premiers paragraphes où


Candide nous décrit la cruauté de la bataille et ses retombées.

Voltaire recourt à la description pour mettre en évidence les horreurs de la guerre.

Analyse:

Déroulement de la séance:
- Lecture silencieuse du passage.

- Questions d'orientation:

1/- Qui parle dans ce passage? Le narrateur

2/- Quels sont les personnages principaux de cet extrait?

-Ce passage comprend un seul personnage principal: Candide

3/- Où se passent les événements racontés?

-Le lieu change en raison du déplacement continu du personnage éponyme:

1. Au champ de bataille une suite de déplacement qui

2. Au village abare entraîne un changement de lieu.

3. Décision de partir en Hollande

4/- Quelle est l'idée générale du texte?

La guerre, l'un des pires fléaux crée par l'homme et dont Candide est témoin.

5/- À quel type appartient cet extrait?

Narratif / descriptif

1èr mouvement: un spectacle harmonieux:

1/ - Lecture du fragment (premier paragraphe)

2/ -Répondre aux questions suivantes:

 Quel est le ton choisi par l'auteur? L'ironie


 De quoi parle le passage en question?
 Comment le narrateur décrit-il les deux armées?

Il les décrit d'une manière ironique:

 Quelle est la fonction de «si» placé à maintes reprises avant les adjectifs?

Il marque l'intensité, Voltaire se sert de quatre adjectifs élogieux après «si» pour
confier au lecteur la conduite naïve de Candide qui décrit la guerre comme étant un
spectacle fascinant: une sorte de jeu avec des soldats de plomb!

Un ton ironique.

 Est-ce que Candide a participé à cette guerre?

Non, il est resté caché pendant ce massacre.


“Il tremblait comme un philosophe” ironie.(allusion à Pangloss)

Récapitulation:

Candide a considéré la guerre comme un spectacle splendide et agréable, il a


admiré la façon dont sont ordonnés les soldats et apprécie aussi l'harmonie que
produisent les instruments musicaux.

2ème mouvement: La boucherie héroïque:

- Lecture du deuxième paragraphe.

- Répondre aux questions:

-Qu'est ce que l'auteur veut dire par «il prit le parti d'aller raisonner ailleurs»?

Il A décide de déserter ce pays vers un autre.

-Qu'est ce qu'il a vu lorsqu'il est arrivé au village?

-Tas de morts

- Village brûle

- Vieillards criblés….?

- Femmes égorgées registre pathétique

- Mamelles sanglantes

- Filles éventrées et violées

- Des cervelles étaient répondues sur terre

-Est ce que Candide voit toujours la guerre comme un spectacle séduisant?

Non, il tremble de peur.

-A votre avis, quelle serait son attitude après cette scène tragique?

Suggestions des élèves.

Récapitulation:

Effaré de ce qui lui semble comme un jeu séduisant, Candide se retire en se rendant
compte qu'il s'agit d'une cruauté incroyable de l'espèce humaine, d'une atrocité du
massacre collectif dont la plupart des victimes sont des civils sans défense.

3ème mouvement: Une note d'espoir

- Lecture à haute voix


- Questionsd'orientation:

-A chaque fois que Candide se retrouve devant une situation difficile, il s'enfuit,
qu'est ce que cela signifie?

Il est faible, il n'est pas habitué aux épreuves dures

- A qui pense-t-il malgré ce qu'il a vécu et ce qu'il a vu?

Il pense à sa bien -aimée Cunégonde

-Qu'est ce que cela veut dire?

Cela veut dire que l'effet des guerres sur Candide n'est qu'éphémère et que son
amour l'emporte sur toute chose. C'est aussi une marque de l'innocence et de
l'inconscience de Candide au début de son parcours d'initiation (roman
d'apprentissage).

Récapitulation:

Eloigné du champ de bataille, Candide n'est pas marqué par l'expérience guerrière
vécue, il se contente seulement de songer à sa bien -aimée, cela signifie que la
guerre ne l'a imprégné que provisoirement et que son amour pour Mlle Cunégonde
est plus profond.

Bilan: trace écrite:

 La guerre apparaît à Candide comme un jeu séduisant par ses sons et son
harmonie, mais il ne tarde pas à changer d'avis en décelant ses horreurs.
 L'impact des images horribles de la guerre sur Candide est éphémère
puisqu'il commence à penser à Cunégonde dès son éloignement du champ de
bataille.
 L'ironie parcourt ce passage de sorte à mettre en évidence à la fois la naïveté
du personnage et la cruauté de la guerre.

 Niveau: 2ème année du bac


 Séance: 2
 Durée: 1h
 Activité de langue: Les figures de l'ironie.

Capacités: Identifier et repérer les différentes figures de style de l'ironie.

Support: corpus d'énoncés tirés du chapitre I et III.

I. Phase d'observation:

Lire et observer les énoncés suivants:

o P1. “Monsieur le baron était un des plus puissants seigneurs de la


Westphalie, car son château avait une porte et des fenêtres ”.
o P2. “Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons,
formaient une harmonie telle qu'il n'y en eut jamais en enfer”
Antithèse.

o P3. “Rien n'était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les
deux armées” Antiphrase.
o P4. “Pangloss est le plus grand philosophe de la province et par
conséquent de toute la terre” Hyperbole.
o P5. “Candide se cacha du mieux qu'il put pendant cette boucherie
héroïque“ Oxymore.
o P6. ″Les canons renversèrent six mille hommes ″ Euphémisme.

II. Phase conceptualisation:

Bilan:

L'ironie est une figure de style qui consiste, par moquerie, à rendre une idée par son
contraire tout en faisant bien comprendre à l'interlocuteur ce que l'on veut dire.

Oxymore(p5) Hyperbole Antiphrase(p3 Antithèse(p2) Faux rapport


(p4) ) logique(p1)

C'est l'alliance C'est une Elle consiste à Elle met en Un mot de


de deux mots forme dire le construction liaison établit
contradictoires d'exagération contraire de ce syntaxique une relation de
. qui aboutit que l'on veut parallèle des cause à effet
ici à faire éléments entre deux
déprécier le comprendre. antonymes notions qui
sens des mots pour mettre en n'ont pas de
valeur ce qui liens véritables
les opposent. entre elle.
III. phase d'appropriation: le réemploi libre:

Identifier les figures de style dans les phrases suivantes:

1/ -Il m'a fermé la porte au nez, charmant!

2/ - Hier, j'ai visité la ville du détroit.

3/ -Il est léger comme un éléphant.

4/ - J'ai passé une nuit blanche en me réjouissant de tes exploits scandaleux.

5/ -Il t'aime tant qu'il t'a oubliée facilement. En une semaine, il s'est marié avec une
autre.

IV. phase d'application:

Faites le relevé des figures de style et leur fonction dans les phrases suivantes:

-J'aime la saison des parfums et des roses. (Printemps)

-«Les nez ont été faits pour porter des lunettes.»

-Un responsable s'adressant à l'équipe qui vient de perdre le match avec un score de
4/0 :«Quelle belle victoire!»

-En plus du mensonge, elle a d'autres belles qualités.

-un parc et des allées fort calmes, où les uns ne font que passer et d'autres se
reposent longtemps. (Cimetière)

-elle s'est mariée avec un nègre blanc comme neige


 Niveau: 2ème année du bac.
 Séance: N°2
 Durée: 1h
 Activités orales: Lecture d'une image

Capacités: -savoir analyser et interpréter l'image.

Démarche:

Après l'observation de l'image, on pose des questions directives:

Niveau dénotatif:

- dégagez: typologie, le thème, le registre qu'elle suscite

-Décrivez cette image:

 Lieu
 Le temps
 Personnages

 Portrait physique (vestimentaire, visage, âge, attitude, armes)


 Que fait le militaire tout en soulevant le cadavre?
 Quel est l'objet que le jeune homme maintient dans sa main?
 Quelle est l'attitude du soldat?
 Que provoque chez vous le fait que le soldat touche son arme malgré la mort
de l'autre?
 Peut-on parler d'une jeunesse violée?
 Pourquoi cette image n'a pas provoqué le monde entier?
 Quelle est l'image qui vous a marquée profondément?

- Formulez des hypothèses sur ce que vous voyez?

Niveau connotatif:

-Quel est le thème général dégagé de cette image?

- Quelle est votre impression?

-Qui incite votre pitié des deux personnages? Pourquoi?

-A votre avis, qui a causé la mort du jeune homme?

- A votre avis, quel est l'origine de ce malheur?

-Est ce que cette photo justifie l'avis de Voltaire sur la guerre?

-Quel est votre avis sur la guerre en général?

- Sentez-vous l'atrocité de la guerre dans cette photo?

- D'après Voltaire, aucune guerre n'est ni justifiable, à quel point partagez-


vous cette idée?

- Connaissez-vous des guerres qui vous paraissent injustifiables?

- D'après votre religion, pourquoi fait-on la guerre? Quelles sont les


conditions qui régissent la guerre dans l'Islam?

-Est ce qu'on les respecte actuellement?

Remarque:

Laisser les élèves s'exprimer librement et argumenter leurs points de vue.

 Niveau: 2ème année du bac.


 Séance: N°2
 Durée: 1h
 Production écrite: Essai
 Capacités:

 Se rappeler des étapes d'un plan d'essai.


 Se familiariser avec la présentation d'un essai en respectant les étapes du
plan thématique.
 Une préparation aux études supérieures (CPGE)

Plan d'un essai.

L'essai comporte trois parties:

 L'introduction
 Le développement
 La conclusion

I. L'introduction: Elle a deux fonctions:

* Présenter le sujet.

* Annoncer le plan.

Il y a trois étapes brèves dans l'introduction à savoir:

1. Une idée générale sur le sujet:une entrée en matière.


2. L'énoncé de la question à traiter (déduite de l'idée générale), doit formuler
avec netteté le problème posé par le sujet sans pourtant le répéter).
3. L'annonce des grandes lignes du plan.

II. le développement:

Il est nécessaire de suivre:

1. Un plan logique et détaillé tel que annoncé dans l'introduction.


2. Constituer le plan en paragraphes traitant chacun un thème ou un sujet
(causes + conséquences + solutions)
3. Lier les différents paragraphes et les différentes parties par des transitions
qui assurent un lien entre les étapes du développement.

III. la conclusion: (5 ou 6 lignes)

Elle doit apporter une réponse d'ensemble nette marquant l'aboutissement de


la réflexion traitée.

Elle se déroule en deux brèves étapes:

1. Une synthèse des différents points traités dans le développement.


2. Un élargissement mais très bref qui peut servir de prolongement du sujet.
Travail d'application:

Sujet:

«La guerre est un fléau qui ne cesse de ravager les sociétés. A base de
quelques exemples, citez les causes qui poussent un pays à déclarer la guerre
à un autre en menant une réflexion sur les conséquences que celle-ci
engendre».

Démarche:

- Rappeler les étapes de l'essai

- Lecture du passage par le professeur puis par les élèves.

- Explication des mots-clés.

- Relever les points essentiels figurant dans le sujet.

- Elaborer un plan de travail: introduction, développement et conclusion.

SEQUENCE DIDACTIQUE n °3

 Séance 1 :
 Durée: 1 heure
 Activité : Lecture analytique.
 Support : Chapitre XVII et XVIII.

Travail hors classe:

La Lecture des deux chapitres contrôlés par les questions suivantes:

-Comment les deux personnages ont-ils réussi à accéder à ce pays fabuleux?

- Que signifie le mot «Eldorado»?

- Où se situe ce pays?

-Qu'à t-il de particulier?

-Comment en sont-ils sortis?


Les réponses nécessitent une lecture de tout le chapitre XVII et de la fin du
chapitre XVIII.

-Situation du passage:

 Chassés par les sauvages et les voleurs et ne sachant plus où aller, Candide et
Cacambo s'abandonnent à leur sort. Ils découvrent par hasard un canal libre
et se laissent emporter par le courant qui les conduit à Eldorado.

 Emerveillés par la gentillesse et l'hospitalité avec lesquelles ils sont reçus,


les deux personnages principaux rencontrent un vieillard. Celui-ci va leur
servir d'historiographe, c'est grâce à lui qu'ils vont explorer cet univers
exceptionnel.

II-Identification:

Il s'agit d'un texte narratif -descriptif.

III-Hypothèse de lecture:

L'Eldorado = un monde meilleur

IV-Axes de lecture:

Caractères Moyens utilisés

-Richesse démesurée -Description expressive et détaillée.

-Champ lexical des bijoux et pierreries

-Simplicité des indigènes -Contraste qui reflète l'opposition de


deux visions du monde:

--Le goût dépasse la richesse


-Modestie des Incas

-Innocence

-Esprit scientifique qui assure la paix

-Avidité des Européens


2) Etude des personnages:

1- Le vieillard:

-âgé de 172 ans

-bon, modeste

-sage et savant

«Le vieillard sage» est le plus savant et le plus communicatif:

---Superlatif pour valoriser le savoir et la communication

*Importance des discours direct: -porter témoignage au rôle d'historiographe.

2) Le roi:

-modeste «mon pays est peu de chose»

-«contre la tyrannie» -libéral

-Accueillant et humain.

-Généreux «emportez-en autant que vous voulez»

3- Candide:

-Ne connaît pas la langue des indigènes: il se sert de son valet pour l'échange
des paroles.

-«Candide les écoutait avec la même admiration et le même égarement que


son ami Cacambo» (Ami: nom à valeur lexicale symbolique).

-«Candide ne jouait plus que le second rang et accompagnait son valet »: ce


n'est plus le volet qui suit le maître.

-Pose beaucoup de questions portaient sur les thèmessuivants:

*La religion

* La politique : valeurs chères à Voltaire

* La justice

4- Cacambo:

-devient «le maître» grâce à sa langue maternelle.


-joue le rôle d'intermédiaire pour traduire à Candide les paroles du vieillard
et du roi.

Remarque:

- Les critères adoptés pour classer et juger les gens ne sont pas les mêmes
dans le pays de l'Eldorado.

Synthèse:

-Le caractère utopique de l'Eldorado est une manière indirecte que l'auteur a
adoptée pour présenter un modèle de monde idéal par rapport à celui des
optimistes; ce qui pourrait affaiblir leurs théories providentialistes.

 Niveau: 2ème année du baccalauréat


 Durée: une heure
 Activitéde langue:

La phrase complexe:

Les subordonnées circonstancielles du temps

-Capacités:

 Amener les élèves à reconnaître les différents subordonnants circonstanciels


de temps.

-Corpus: des phrases choisies de l'oeuvre.

Déroulement de la séance:

Observons les phrases suivantes:

I-

1. Ses provisions lui manquèrent quand il fut en Hollande.

2- A mesure que chacun racontait son histoire, le vaisseau avançait.

II-

1. Ils espèrent se sauver decette nouvelle catastrophe après avoir échappé à la


tempête.
1. A peine ont-ils mis le pied dans la ville (…) qu'ils sentent la terre trembler
sous leurs pas.

III- Il ne doute pas qu'on ne le traitait aussi bien qu'il l'avait été dans le
château de Monsieur le baron avant qu'il en eut été chassé pour les beaux
yeux de Mlle Cunégonde.

 A quel type de phrase appartiennent les exemples précités?

Ce sont des phrases complexes qui se réalisent par la combinaison de deux


ou plusieurs phrases simples. Autrement dit; à partir de deux phrases simples
et indépendantes, on peut obtenir une phrase complexe.

La phrase simple se compose d'un nombre restreint d'éléments. Elle contient


fréquemment un sujet, un verbe et un complément.

 De quoi sont-elles constituées?

Chaque phrase est constituée de deux parties distinctes: la première est


dénommée la matrice ou la principale, la deuxième est dite subordonnée car
elle dépend sémantiquement et syntaxiquement de la proposition principale.

 Par quoi la subordonnée est liée à la principale?

En examinant ces exemples, on constate que la subordonnée est rattachée à


la principale par l'intermédiaire d'un subordonnant exprimant un rapport
logique. Il s'avère nécessaire de noter que les subordonnants se différencient
formellement:

- Des subordonnants simples comme: quand, lorsque, après ….

- Des subordonnants complexes: avant que, après que, à peine que.

Analyse de chaque phrase:

-Pour le 1er groupe(I): on remarque que les deux phrases contiennent deux
conjonctions de subordination différentes: la première phrase contient
comme subordonnant«quand», tandis que la deuxième phrase est constituée
par «à mesure que».

La première phrase se compose de deux propositions distinctes: la


proposition principale:«quand il fut en Hollande».On constate que ces deux
phrases sont rattachées par «quand» qui exprime le temps et plus
précisément la simultanéité.

Simultanéité: l'action principale et l'action subordonnée se passent en même


temps, la raison qui explique, en effet, l'existence du passé simple dans les
deux propositions (subordonnée et principale).
De même pour la deuxième phrase, la différence réside seulement dans le
subordonnant (à mesure que) et dans le temps utilisé (imparfait).

 Y-a-t-il un rapport logique dans les phrase de deuxième groupe(II)?lequel?et


par quel moyens est-il exprimé?

Dans le deuxième groupe (II), il s'agit d'une subordonnée circonstancielle de


temps, exprimée par «après»et «à peine ….que …» qui indiquent la
postériorité: l'action principale est postérieure à l'action subordonnée.

Observons:«ils espéraient se sauver decette nouvelle catastrophe après avoir


échappé à la tempête», on remarque que la phrase subordonnée est introduite
par «après» suivi d'un infinitif.

La phrase de base est la suivante:«ils espéraient se sauver de faire après


qu'ils auraient échappé à la tempête».puisque les sujets de deux phrases sont
identiques, la transformation infinitive s'avère primordiale.

Il arrive souvent que les éléments d'un même subordonnant soient séparées
dans la même phrase comme le cas de: à peine …que.

Il se peut que l'action désignée dans la phrase principale soit antérieure à


l'action esquissée dans la subordonnée, donc, il s'agit de l'antériorité
soulignée par «avant que»suivi d'un verbe au subjonctif.

Tableau récapitulatif:

Les subordonnants temporels

Rapport de Rapport de postériorité Rapport d'antériorité


simultanéité

- Pendant que - Après que - Avant que

- Aussi longtemps que - Depuis que -En attendant que

-A mesure que -Dès que -Jusqu'au moment où

- Quand -A peine… que

-Chaque fois que

indicatif subjonctif
La leçon sera consolidée par des exercices de réemploi.

 Niveau: 2ème année du baccalauréat

 Durée: 1heure
 Activités orales: exposé sur le thème de«l'optimisme et le pessimisme»

 Capacité:

 présenter un exposé en classe.

Comment présenter un exposé en classe:

1. organiser le contenu en vue d'une présentation.


2. présenter l'exposé devant le public cible.
3. utiliser le tableau et des documents pour améliorer la présentation.

La présentation de l'exposé:

-Décider l'objectif de l'exposé.

-Cerner le sujet.

-Rédiger un plan provisoire.

Les parties de l'exposé:

L'exposé oral est soumis aux mêmes règles que l'exposé écrit; il comporte:

1-Une introduction brève: objectifs et idées générales.

2-un développement (partie la plus longue):

3-une conclusion (brève): résume les idées principales.

A ces parties, il faut ajouter et apprendre par coeur:

1-une ouverture (élément déclencheur);

2-une fermeture.

Ces deux parties doivent créer un impact sur l'auditoire.

Elles seront suivies par:

-une période de questions si le temps le permet;

-des remerciements
 Niveau:2ème année du bac
 Durée: une heure
 Production écrite: compte rendu de lecture

Support: chapitre XVII et XVIII

Capacité:

- Rédiger un compte rendu

Démarche:

1. Lecture des deux chapitres


2. Communiquer la consigne aux élèves:

- Rédiger un compte rendu à partir du support en respectant les éléments


suivants:

 Situer le passage.
 Présenter les personnages principaux.
 Faire un petit résumé du passage.
 Soulever les thèmes et les problèmes.
 Commentaire: - Porter un jugement

- Donner son point de vue

- Tirer la morale

3- Laisser le temps pour réaliser la tâche

4. Confronter les essais des élèves


5. Choisir la meilleure production
6. Trace écrite.

SEQUENCE DIDACTIQUE n°4

 Niveau: 2ème année du baccalauréat.


 Durée: une heure.
 Activité: lecture méthodique.

Support: chapitre xxx.

I - Situation du passage:

Après avoir retrouvé Cunégonde et la vieille, Candide les rachète et les libère. Il
décide d'épouser Cunégonde malgré sa laideur inopinée et l'opposition de son frère.
Le groupe finit par s'installer dans une métairie.

II -Identification du texte:
Il s'agit d'un texte narratif dans lequel le narrateur relate la conclusion de l'histoire.

III -hypothèse de lecture:

La morale de candide.

IV - les axes de lecture:

I - les retrouvailles et l'installation du groupe dans la métairie:

1-situation problème:

a. A quelle situation ont-ils aboutit les personnages?


b. Comment faut-il réagir face à cette nouvelle situation?
c. Quel est le mal commun dont souffrent les personnages?
d. Quel est l'origine du malheur de chacun des personnages?

2-La quête de solution:

 Le derviche:

a. Quelle est la réaction du derviche turc face aux questions posées?


b. Est-ce-que les personnages ont été satisfaits aux réponses de derviche?

 Le bon vieillard:

a. Comment ce bon vieillard amène-t-il sa vie?


b. Quels sont les maux que le travail éloigne de l'homme?

II -la vraie sagesse:

1. Le modèle suivi du bon vieux:

a-Quelle est la leçon tirée du mode de vie du vieillard?

b-est-ce que tous les personnages se sont mis d'accord sur cette solution?

2-La reconstitution du groupe:

a. Une nouvelle vie du groupe


b. La répartition des taches chacun selon ses talons:

 Quelle était la besogne de chaque membre du groupe.

Synthèse:
La petite société mène une vie suivant le modèle du vieillard tout en se mettant à
travailler chacun selon ses compétences;de ce fait le travail a éloigné du groupe les
grand maux:l'ennui, le vice et le besoin

Niveau: 2ème année

Durée: 2h

Activité: langue

L'argumentation

Capacités: -Reconnaître le type argumentatifet les stratégies argumentatives.

0- Texte Support:

Un enseignant s'adresse à ses élèves: }

«On n'a plus le droit de penser à la manière de Pangloss qui a une réponse à tout,
toute faite et bien dite. Il parle de tout et de rien mais sans jamais rien dire; son seul
souci constant est de démontrer, à n'importe quel prix, une croyance préalablement
établie, quelles que soient les circonstances et les contradictions éventuelles.

Aujourd'hui, comme le disait Heidegger «la métaphysique est morte». C'est l'esprit
scientifique qui l'emporte définitivement sur l'esprit occultiste; pas par les mots,
mais surtout grâce à toutes ces inventions réelles qui ont révolutionné nôtre vie et
nôtre mode de penser. On observe, on examine et on conclue. Voilà la méthode
pratique qui conduit, par le chemin le plus court comme une ligne droite, à des
résultats concluants.»

I- Observations: (Tableau 1)

Questions Réponses souhaitables Remarques


directrices
1- A quel type de -tous genres;
texte appartient -Argumentatif.
ce passage?
2- Relevez-y les - Qui? Un enseignant; A qui?->à ses élèves; -
paramètres L'objet? -> Le mode de penser à adopter;
situationnels? Tps?; Lieu?; Etc.
3- En combien de -En 2 parties: la 1ère, critique le mode de - Organisation du
ème
parties on peut penser Pangloss; la 2 , loue le mode de texte;
diviser le penser scientifique)
passage?
4- Quelle en est la -L'enseignant cherche à convaincre ses -
visée? élèves d'adopter le mode de penser
scientifique, à l'issue de l'étude de l'oeuvre
de Voltaire Candide.
5- Comment - Il a une réponse à tout, toute faite et bien - Caractère négatif:
trouve-t-il le dite; -Il parle de tout et de rien mais sans
mode de jamais rien dire; Un mode à réfuter;
penser de
Pangloss? -Il cherche d'avance à toujours démontrer (bien dite=la forme
une croyance. est plus importante
que le contenu).
6- Comment - Citation d'un philosophe (Argument - Caractère positif:
justifie-t-il la d'autorité);
victoire de Le mode à adopter.
l'esprit - Inventions réelles=réalisations (Le recours
scientifique? aux faits);

-L'esprit scientifique contribue au


changement des modes de vie et de penser
(L'argument par les valeurs);

-pas à la manière des providentialistes


(L'argument par analogie);

-mise en valeur de la méthode


expérimentale en précisant son efficacité
(Le recours au bon sens, à la norme, ou
l'argument fondé sur l'efficacité).
7- Relevez tous «On n'a plus ….. à la manière de …… qui … - Les moyens
les moyens mais sans jamais rien …quelles que argumentatifs
grammaticaux, soient … et … rhétoriques jouent
lexicaux et un rôle important à
rhétoriques mis Aujourd'hui, comme … . C'est … qui … côté des autres
en oeuvre dans définitivement … pas par … mais surtout moyens
le passage? grâce à … qui … et … Voilà la … pratique
qui … comme …»

Pas pour……mais grâce à} cause rejetée et


cause retenue

II- Conceptualisation:

1 - a-Le texte argumentatif répond à une structure très organisée. En effet,


pour convaincre ses lecteurs de son point de vue sur un thème déterminé, et
dans des circonstances particulières, l'auteur, fortement impliqué dans son
discours, doit développer une stratégie (tactique, technique) argumentative
adéquate. Il a souvent recours à des arguments de nature diverses, selon les
circonstances de l'argumentation, en s'appuyant sur des liens logiques et sur
des moyens lexicaux et grammaticaux appropriés.

b -Il peut développer une thèse et / ou réfuter une thèse adverse.


2- Les types d'arguments: (Voir: Tableau 1, 6-, Réponses souhaitables)

a- L'argument d'autorité (citer un philosophe, un penseur, ou une personne


considérée comme une autorité dans son domaine.)

b- Le recours aux faits (L'argumentateur rassemble des faits, il


communique une donnée chiffrée, un constat scientifique, pour qu'ils servent
de preuves.)

c- L'argument par les valeurs, ou le recours au bon sens / à la norme(Il


s'appuie sur le bon sens pour faire admettre la thèse qu'il défend. Il cite un
proverbe, une maxime, une idée partagée unanimement).

d- Le recours à l'analogie: Pour faciliter la compréhension, il met en


relation deux domaines (éléments) différents, fait appel à une image (c'est
comme …), etc.

Autre types argumentatifs:

- L'argument par la cause: puisque ….., alors ….

- Le recours à la distinction / la concession: Oui, …. Mais …..

- L'argument par l'absurde: mélange de notions qui ne devraient pas être


confondues devant un adversaire qui pratique l'amalgame. L'argumentateur
pousse les conséquences de l'amalgame vers l'absurde (souvent en cas de
réfutation).

IV -Application:

Relevez dans les textes suivants les thèses défendues ou les thèmes traités en
précisant les moyens argumentatifs mis en oeuvre :

Exercice 1:

«Ce pauvre jeune homme a des ennemis puissants; mais, même parmi ses ennemis
(et combien n'en a-t-il pas!) quel est celui qui met en doute ses admirables talents et
sa science profonde? Ce n'est pas un sujet ordinaire que vous allez juger, monsieur.
Durant près de 18 mois nous l'avons tous connu pieux, sage, appliqué; mais 2 ou 3
fois par an, il était saisi par des excès de mélancolie qui allaient jusqu'à
l'égarement»

Stendhal, Le rouge et le noir, 1830.

Exercice 2:

«Ismène.- Il est le roi. Et ils pensent tous comme lui dans la ville»

Jean Anouilh, Antigone, 1946.

Remarque:
Il y aura une séance de prolongement de ce cours qui s'articulera autour de types
de raisonnement:

-Le syllogisme: 2

-Le raisonnement déductif:

-Le raisonnement inductif:

-Le raisonnement analogique -Le raisonnement dialectique:

- Le raisonnement concessif:

 Niveau: 2ème année du baccalauréat.


 Durée: une heure.
 Activités orales

Capacité: -inciter les élèves à s'exprimer aisément.

 Sujet: “le travail éloigne de l'homme trois grands maux: l'ennui, le vice, et le
besoin“ partagez-vous cette idée avec le bon vieillard?

Déroulement:

 Lecture du sujet.
 Lompréhension du sujet.
 Dégager les mots clés et les expliquer.
 Débattre en répondant aux questions suivantes:

 Que représente le travail pour vous?


 Pourquoi travaille-t-on?
 Comment le travail peut-il être un remède contre l'ennui, le vice et le besoin?
justifiez en donnant des exemples.
 Quel genre de travail aimeriez-vous exercer dans le futur ?
 Quelles valeurs favorise le travail?
 Quels sont les fléaux sociaux qui peuvent résulter par la tendance à éviter le
travail? (mendicité, délinquance, vols, crimes, prostitution, malades
mentaux, …)
 Quels sont les pays où le travail est sacré?
 Selon notre civilisation, comment conçoit-on le travail?
 Dans votre famille, il y a -il un membre en chômage? Quel est son
sentiment? Et aussi la vision des autres envers lui?
 Niveau: 2ème année du baccalauréat.
 Durée: une heure.
 Production écrite:

Bilan de lecture

Capacité:

-Amener les élèves à développer leurs compétences rédactionnelles

Supports:

- chapitre XV

- chapitre XIX

- chapitre XX

Déroulement de la séance:

-communiquer la consigne aux élèves

- rappel des étapes de la production

- donner quelques éléments constitutifs de chaque partie:

Introduction:

-Présentation de l'oeuvre (genre, auteur)

-repérer le fil conducteur des trois chapitres(les thèmes)

Développement:

-développer chaque thème ou valeur véhiculée dans chaque passage tout en


insistant sur la pensée et la philosophie de Voltaire:

 La critique de la ségrégation sociale (chapitre 15)


 La vision de Voltaire à propos de l'esclavagisme (la situation déplorable de
Surinam: symbole de la soumission et la torture humaine) (chapitre XIX)
 Le prix de La liberté : sans la liberté, on ne respecte pas la nature humaine.
(chapitre XXIX)
Conclusion:

Voltaire a fait de son mieux, non seulement pour combattre l'esprit


métaphysique des providentialistes, mais aussi pour instaurer les valeurs
humanistes qui concernent la dignité humaine.

Remarque:

- Laisser aux élèves une marge de temps pour réfléchir et organiser leur travail.

- rédiger le sujet collectivement.

Vous aimerez peut-être aussi