Vous êtes sur la page 1sur 310

| | School

of Theology at Claremont :

h
| |
HNIN1001 1385727 DE

INSCRIPTIONS
HÉBRAÏQUES
TOME I
LES OSTRACA
Ouvrage publié avec le
du Centre National de la Re Lt Scientifique

LES ÉDITIONS DU CERF


bd Liu MGlenis dus: * ki

sx
NSCRIPTIONS
TÉBRAÏQUES
PTE TOME I
:4 LES OSTRACA
INTRODUCTION, TRADUCTION, COMMENTAIRE

PAR

ANDRÉ LEMAIRE
x}

Ouvrage publié avec le concours


. du Centre National de la Recherche Scientifique

LES ÉDITIONS DU CERF


29, Boulevard Latour-Maubourg, Paris VII-

1977
Fheology Esibrary
SCHOOL OF THEOLOGSY
AT GLAREMONT
Califernta

© Les Éditions du Cerf, 1977


LISTE DES ABRÉVIATIONS

AASOR The Annual of the American Schools of Oriental


Research.
ADAJ Annual of the Department of Antiquities of Jordan.
AFO Archiv für Orientforschung.
AI Y. Aharoni, Arad Inscriptions (Hb}), Jerusalem, 1975.
AION Istituto Orientale di Napoli, Annali.
AJA American Journal of Archaeology.
AJSL The American Journal of Semitic Languages and
Literature (suite dans JNES).
ANEP Ancient Near East in Pictures relating to the Old
Testament (ed. J. B. Pritchard, Princeton, 1954).
ANET Ancient Near Eastern Texts relating to the Old
Testament (ed. J. B. Pritchard, Princeton, 1955).
ANET Sup The Ancient Near East, Supplementary Texts and
Pictures relating to the Old Testament (ed.
J. B. Pritchard, Princeton, 1969).
AOP W. Borée, Die alten Ortsnamen Palästinas, Leipzig,
1930.
AOTS Archaeology and Old Testament Study, ed.
D. W. Thomas, Oxford, 1967.
AP A. Cowley, Aramaic Papyri of the Fifth Century
B.C., Osnabruck, 1967 (Oxford, 1923).
APN H. Ranke, Die ägyptischen Personennamen, Glück-
stadt/Hamburg, 1935-1952.
APN K. L. Tallqvist, Assyrian Personal Names, Hildesheïm,
1966 (rééd. de Helsingfors, 1914).
APNMT H. B. Huffmon, Amorite Personal Names in the
Mari Texts, Baltimore, 1965.
ARM Archives royales de Mari (Paris).
ArOr Archiv Orientalni.
AUSS Andrews University Seminary Studies.
BA The Biblical Archaeologist.
BASOR Bulletin of the American Schools of Oriental Research.
BES Bulletin d’épigraphie sémitique : J. Teixidor, dans
Syria depuis 1967.
INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

BIES Bulletin of the Israel Exploration Society (appelé


aussi Yediot).
BiOr Bibbia e Oriente.
BJPES Bulletin of the Jewish Palestine Exploration Society.
BJRL Bulletin of the John Rylands University Library
of Manchester.
BO Bibliotheca Orientalis.
BZ Biblische Zeitschrift.
CBQ The Catholic Biblical Quarterly.
CRAI Académie des Inscriptions et Belles Lettres : Comptes
Rendus.
CTA A. Herdner, Corpus des tablettes en cunéiformes
alphabétiques découvertes à Ras Shamra-Ugarit de
1929 à 1939, Paris, 1963.
DAE P. Grelot, Documents araméens d'Égypte, Littéra-
tures anciennes du Proche-Orient (LAPO) 5, Paris,
1972.
DCD Z. S. Harris, Development of the Canaanite Dialects,
American Oriental Series 16, New Haven, 1939
(rep. Klaus, 1967).
DISO C. F. Jean - J. Hofîtijzer. Dictionnaire des inscriptions
sémitiques de l'Ouest, Leiden, 1965.
DJD Discoveries in the Judaean Desert, Oxford.
DOTT D. W. Thomas, Documents from Old Testament
Times, London, 1958.
DTT Dansk Teologisk Tidsskrift.
EAEHL Encyclopaedia of Archaeological Excavations in the
Holy Land, Jerusalem, 1970 (en hébreu).
EEA S. Moscati, L’epigrafia ebraica antica 1935-1950,
Roma, 1951.
EHO F. M. Cross - D. N. Freedman, Early Hebrew Ortho-
graphy, American Oriental Series 36, New Haven,
1952.
EI Eretz-Israel.
ETL Ephemerides Theologicae Lovanienses.
ExpT Expository Times.
Folia Orientalia (Gracovie).
FWCJS Fourth World Congress of Jewish Studies, Papers, I,
Jerusalem, 1967.
GHB . P. Joüon, Grammaire de l’hébreu biblique, Rome,
1965 (rep. de 1923).
GP F. M. Abel, Géographie de la Palestine, Études
Bibliques, Paris, *1967.
GTTOT J. Simons, the Geographical and Topographical
Texts of the Old Testament, Leiden, 1959.
HALAT W. Baumgartner, Hebräisches und aramäisches
Lexikon zum A.T., Leiden, 1967.
ABRÉVIATIONS . 9

HES G. A. Reiïsner, C. S. Fischer. D. G. Lyon, Harvard


Excavations at Samaria, I, Text, II, Plans and Plates,
Cambridge, Harvard University Press, 1924.
HETL J. Simons, Handbook for the Study of Egyptian
Ce PES Lists relating to Western Asia, Leiden
937.
HI J. Bright. A History of Israel, London, SCM Press,
21972.
HMI J. C. L. Gibson, Textbook of Syrian Semitic Inscrip-
tions, I, Hebrew and Moabite Inscriptions, Oxford,
1971.
HP G. Müller, Hieratische Paläographie, 3 volumes,
Leipzig, 1912.
HS S. A. Birnbaum, The Hebrew Scripts, I, Leiden, Brill,
1971, IT, The Plates, London, Palaeographia, 1954-
1957.
HTR Harvard Theological Review.
HUCA Hebrew Union College Annual.
IAEP D. Diringer, Le iscrizioni antico-ebraiche palestinesi,
Florence, 1934.
IAT R. de Vaux, Les institutions de l’Ancien Testament,
Paris, I, 21961 (1958), II, *1967 (1960).
IEJ Israel Exploration Journal.
I0S G. A. Reisner, Israelite Ostraca from Samaria,
Harvard University, Palestinian Expedition, Boston,
Cockayne (sans date de publication, actuellement
conservé à la Widener Library de l’université de
Harvard).
IPN M. Noth, Die israelitischen Personennamen im
Rahmen der Gemeinsemitischen Namengebung,
Hildesheim, 1966 (rep. de Stuttgart, 1928).
IT A. Van den Branden, Les inscriptions thamou-
déennes, Louvain, 1950.
JA Journal Asiatique.
JANES The Journal of the Ancient Near Eastern Society
of Columbia University.
JAOS Journal of the American Oriental Society.
JBL Journal of Biblical Literature.
JEA The Journal of Egyptian Archaeology.
JEOL Jaarbericht « Ex Oriente Lux ». -
JJS Journal of Jewish Studies.
JNES Journal of Near Eastern Studies.
JNSL Journal of Northwest Semitic Languages.
JPOS The Journal of the Palestine Oriental Society.
JOR The Jewish Quarterly Review.
JRAS Journal of the Royal Asiatic Society.
JS Journal des savants.
10 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

JSG M. Kochavi et alii, Judaea, Samaria and the Golan,


Archaeological Survey 1967-1968, Jerusalem, 1972.
JSS Journal of Semitic Studies.
JTS The Journal of Theological Studies.
KAI H. Donner - W. Rôllig, Kanaanäische und aramäische
Inschriften, Wiesbaden, I, 21966 (1962), II, 1968
(1964), III, *1969 (1964).
KS P. Welten, Die Kônigs-Stempel, Abhandlungen des
Deutschen Palästinavereins, Wiesbaden, 1969.
KSGVI A. Alt, Kleine Schriften zur Geschichte des Volkes
Israel, München, I, 1953, II, 1953, III, 1959.
LB Y. Aharoni, The Land of the Bible, A Historical
Geography, London, 1967.
LO H. Torczyner (Tur-Sinaï), The Lachish Ostraca,
Letters of the Time of Jeremiah (Hb), Library of
the J.P.E.S., XV/XVII, Jerusalem, 1940.
LOD H. Michaud, La langue des ostraca de Duweir, thèse
de doctorat de la faculté de théologie de Strasbourg,
1953.
LE L. Koehler - W. Baumgartner, Lexicon in Veteris
Testamenti Libros, Leiden, 1953.
MGWJ Monatschrift für Geschichte und Wissenschaft des
Judentums.
MIO Mitteilungen des Instituts für Orientforschung.
NEA Near Eastern Archaeology in the Twentieth Century,
Essays in Honor of N. Glueck, ed. J. A. Sanders,
New York, 1970.
NPSS G. Ryckmans, Les noms propres sud-sémitiques, I,
Louvain, 1934.
OLZ Orientalistische Literaturzeitung.
OTS Oudtestamentische Studiën.
PEFQS Palestine Exploration Fund Quarterly Statement.
Palestine Exploration Quarterly.
PIAN G. L. Harding. An Index and Concordance of Pre-
Islamic Arabian Names and Inscriptions, Toronto,
1971.
PICSS Proceedings of the International Conference on
Semitic Studies, Jerusalem, 1965.
0e Palästinajahrbuch.
PNPI J. G. K. Stark, Personal Names in Palmyrene
Inscriptions, Oxford, 1971.
PNPP F. L. Benz, Personal Names in the Phoenician and
Punic Inscriptions, Studia Pohl X, Rome, 1972.
PNTU F. Grôndahl, Die Personennamen der Texte aus
Ugarit, Studia Pohl 1, Rome, 1967.
PPG J. Friedrich, Phônizisch-Punische Grammatik, Ana-
lecta Orientalia 46, Rome, 21970.
ABRÉVIATIONS 11

PRU Le palais royal d'Ugarit (Paris).


QDAP The Quarterly of the Department of Antiquities
in Palestine.
RA Revue d’assyriologie et d'archéologie orientale.
RAO GC. Clermont-Ganneau, Recueil d'archéologie orientale.
RB Revue biblique.
REJ Revue des études juives, historia judaïca.
RES Répertoire d’épigraphie sémitique (Paris).
RevES Revue des études sémitiques.
RHPR Revue d'histoire et de philosophie religieuse.
RHR Revue d'histoire des religions.
RivB Rivista biblica.
RSO Rivista degli studi orientali.
SDB Supplément au dictionnaire de la Bible, ed. L. Pirot,
A. Robert, H. Cazelles, A. Feuillet, Paris.
SH Scripta Hierosolymitana.
SO I. T. Kaufman, The Samaria Ostraca, A Study in
Ancient Hebrew Palaeography, Harvard University,
dec. 1966 (thèse non publiée, cf. compte rendu dans
HTR, LX, 1967, pp. 491-492).
H. Michaud, Sur la pierre et l'argile, Inscriptions
hébraïques et Ancien Testament, Cahiers d’archéo-
logie biblique n° 10, Neuchâtel, 1958.
J. W. Crowfoot, K. M. Kenyon, E. L. Sukenik, The
Buildings at Samaria, Samaria-Sebaste, I, London,
1942.
SS II J. W. Crowfoot, G. M. Crowfoot, Early Ivories from
Samaria, Samaria-Sebaste, II, 1938.
SS III J. W. Crowfoot, G. M. Crowfoot, K. M. Kenyon,
The Objects from Samaria, Samaria-Sebaste, III,
1957.
SSO T. N. D. Mettinger, Solomonic State Offcials,
Coniectanea Biblica, Old Testament Series 5, Lund,
1971.
SSU A. F. Rainey, A Social Structure of Ugarit, A Study
of West Semitic Social Stratification during the Late
Bronze Age (Hb), Jerusalem, 1966.
TLHC G. Gesenius, Thesaurus Linguae Hebraeae et Chal-
daeae, Leipzig, 1835.
TZ Theologische Zeitschrift.
UF Ugarit-Forschungen.
UT C. H. Gordon, Ugaritic Textbook, Analecta Orientalia
38, Rome, 1965.
VDI Vestnik Drevnej Istorii.
VT Vetus Testamentum.
WHRJJ E. Junge, Der Wiederaufbau des Heerwesens des
Reiches Juda unter Josia, Beiträge zur Wissenschafît
12 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

vom Alten und Neuen Testament, IV, 23, Stuttgart,


1937.
WM Words and Meanings, Essays D. W. Thomas, ed.
P. R. Ackroyd -B. Lindars, Cambridge, 1968.
WO Die Welt des Orients.
WUS J. Aiïstleitner, Wôrterbuch der ugaritischen Sprache,
Berlin, *1965.
ZAW Zeitschrift für die alttestamentliche Wissenschaft.
ZDMG Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesells-
chaft.
ZDPV Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins.
INTRODUCTION

L’épigraphie paléo-hébraïque est une science relativement


jeune. La découverte par Ch. Clermont-Ganneau des deux
premières inscriptions en hébreu ancien date d’un peu plus d’un
siècle (1870) et c’est seulement en 1910, à Samarie, que les
premiers ostraca paléo-hébreux furent découverts. Depuis cette
date le nombre de ces ostraca n’a cessé de croître : il s’élève
aujourd’hui à environ 250. Il y a là désormais une documentation
dont l’apport ne peut plus être négligé par les hébraïsants, les
biblistes et, surtout, les spécialistes de l’histoire du Proche-
Orient ancien.
En effet, à la différence des textes bibliques que l'historien
ne peut utiliser qu’avec d’infinies précautions, en ayant recours
à la critique littéraire dont les résultats ne sont pas toujours
assurés, à la différence même des inscriptions sur pierre, souvent
écrites pour passer à la postérité et dont le texte transforme
facilement les faits pour mieux glorifier celui qui a fait graver
l'inscription, les ostraca constituent une source historique
privilégiée : ce sont des témoignages directs, souvent datables
à quelques années près, et surtout peu suspects de chercher à
déguiser la vérité; ils n’ont aucune prétention littéraire et ne
devaient être utilisés que peu de temps, une année tout au plus :
après usage, on les effaçait ou on les jetait sur un tas de débris...
Ce caractère particulier de la documentation contenue dans les
ostraca rend le lecteur contemporain des événements mentionnés
et des réactions diverses en face de ces événements. Grâce à ces
humbles tessons inscrits, l’historien est directement confronté
à la vie quotidienne du peuple d’Israël durant l’époque royale.
Or les manuels d’épigraphie nord-ouest sémitique les plus
récents, celui de H. Donner- W. Rüllig (KAÏ) et celui de
J. C. L. Gibson (HMI), souvent très succincts dans leur commen-
taire, sont loin d’être complets dans la présentation des ostraca
hébreux. Celui qui veut consulter les ostraca non publiés dans
14 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
ces deux manuels, c’est-à-dire la plupart de ceux de Samarie,
de Lakish et d’Arad, doit chercher çà et là dans des publications
dispersées parfois difficiles à trouver. De plus, ces manuels
insistent plus sur l’aspect paléographique et philologique que
sur la valeur historique de ces inscriptions, ce qui rend parfois
leur accès difficile aux historiens non initiés à ce domaine spécial
de l’épigraphie.
Dans ce contexte, l’utilité d’un recueil rassemblant tous les
ostraca hébreux déjà publiés est évidente. Cependant afin
d'éviter toute ambiguïté sur l'étude d'ensemble que nous
présentons ici, il importe d’en préciser les limites, la méthode
et le plan.
En choisissant de rassembler tous les ostraca, nous prenons
ce mot dans son sens précis et écartons généralement les inscrip-
tions sur vase que l’on confond parfois avec les ostraca mais
qui en difièrent. En effet, ces textes se caractérisent par le fait
qu’ils sont écrits sur un vase complet encore en usage, tandis
que les ostraca sont des tessons de poterie, des morceaux d’un
vase déjà brisé, sur lesquels on a écrit, ou incisé, un texte; dans
ce dernier cas, il n’y a aucun lien direct entre le contenu du
texte et la céramique utilisée; le tesson n’est que le support
matériel de l’écriture, exactement comme le serait aujourd’hui
une feuille de papier. Au contraire, dans les inscriptions sur vase,
il y a une relation fonctionnelle entre l'inscription et le vase :
le texte indique le plus souvent le propriétaire de ce vase, parfois
son contenu ou sa contenance, ou encore l’utilisation qui en est
faite. Ces inscriptions sur vase intéressent surtout l’onomastique,
et, à ce titre, il semble préférable de les étudier conjointement
avec les sceaux et les jarres estampillées.
Si, de façon générale, nous excluons de ce recueil les inscriptions
sur jarre, nous croyons cependant devoir admettre une exception
en faveur des inscriptions rattachées aux grandes collections de
Samarie, de Lakish et d’Arad qui ont toujours été, jusqu’à
maintenant, publiées et classées avec les ostraca :cette exception
permet de conserver la numérotation traditionnelle.
Par contre, nous n’incluons pas dans ce recueil les ostraca
trop fragmentaires ou illisibles dont il n’est pas possible de lire
un mot complet; quel que soit leur intérêt au point de vue
paléographique, l’apport historique de ces ostraca est nul.
Enfin, en nous limitant aux ostraca paléo-hébreux, nous nous
limitons par le fait même aux ostraca de l’époque royale israélite
qui s’étend depuis 1020 av. J.C. environ, époque de l'accession
INTRODUCTION 15

de Saül à la royauté, jusqu'à 587 av. J.C., date de la destruction


de Jérusalem et de la fin du royaume de Juda. En effet, après
cette date, les ostraca découverts en Palestine sont écrits en
araméen, langue officielle de l’administration perse.
Dans les limites ainsi définies de cette étude des ostraca
hébreux, nous nous sommes efforcés de respecter la démarche
épigraphique habituelle : étude paléographique, étude philo-
logique et interprétation historique.
Toute étude épigraphique se doit de commencer par l'examen
matériel de l'inscription et sa lecture. Nous nous sommes donc
efforcés d'établir le texte des ostraca en utilisant les meilleures
photographies que nous ayons pu obtenir, soit à partir de
nouveaux négatifs, soit à partir d'anciens négatifs, alors que
l'écriture était moins effacée. Cependant l’utilisation de bonnes
photographies ne remplace jamais l'observation directe de
l'original; aussi avons-nous tenu à vérifier les lectures obtenues
à partir des photographies en observant les originaux eux-mêmes
dans les musées de Londres {British Museum et Institute of
Archaeology), d'Istambul et de Jérusalem (Musée Rockieller et
Musée d’Israëlt). Gette observation directe et l’utilisation de
nouvelles photographies? nous ont permis de proposer un certain
nombre de corrections et d'améliorations par rapport aux
lectures antérieures.
Après l'établissement du texte, l'étude philologique essaie d’en
déterminer le sens et d’en proposer une traduction. En présentant
cette traduction, nous avons inséré entre parenthèses les resti-
tutions et écrit en italiques les lectures ou restitutions douteuses.
La vocalisation des noms propres de cette traduction est en
partie arbitraire; il faut tenir compte des transcriptions habi-
tuelles et de la vocalisation massorétique; une certaine incohé-
rence, sur ce point, est presque inévitable car la prononciation
a certainement évolué au cours des siècles. Cependant, afin
d'éviter les faux homonymes, nous avons généralement gardé,

1. Qu'il nous soit permis ici d'exprimer notre reconnaissance à tous ceux
qui nous ont si aimablement accueilli dans tous ces musées.
2. Nous tenons à remercier tout particulièrement ici le professeur
contenues
I. T. Kaufman qui nous. a communiqué les photographies inédites
professeur
dans sa thèse (SO) et à rendre spécialement hommage au regretté
communiqué les
Y. Aharoni pour la gentillesse avec laquelle il nous a
que nous
photographies des ostraca d’Arad : les nombreuses références
faisons ici à ses travaux montrent combien ce livre, et l’épigraphie paléo-
hébraïque en général, doivent à son œuvre.
16 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES |

dans la traduction des noms propres, la transcription du ‘ayin : * |


et celle du heth : h. |
Enfin, nous proposons une interprétation générale de chaque
ostracon qui tienne compte de son milieu géographique et
historique, de son Sitz im Leben. Nous avons été particulièrement
attentif aux problèmes de topographie historique et avons essayé
de localiser tous les noms de lieu mentionnés dans les ostraca
en proposant plusieurs identifications nouvelles. Cette étude
systématique de topographie historique permet, pensons-nous,
de jeter quelque lumière sur la période obscure des origines
d'Israël (cf. Excursus II et III). De façon générale, la plupart
des ostraca se situent dans le cadre de l’administration des
royaumes de Juda et d'Israël, aussi leur interprétation éclaire-t-
elle quelque peu l’organisation administrative de ces deux États.
En fait, et conformément au but de la collection Littératures
Anciennes du Proche-Orient, c'est essentiellement cet aspect de
la recherche épigraphique qui est présenté ici. Les commentaires
paléographiques et philologiques ne sont mentionnés que
lorsqu'ils éclairent la signification historique des ostraca, et nous
avons limité la bibliographie aux ouvrages, livres ou articles,
fondamentaux. Nous nous permettons de renvoyer ceux de nos
lecteurs que ces limites laisseraient insatisfaits à la publication
prochaine du fascicule hébreu du Corpus Inscriptionum Semiti-
carum sous le patronage de l’Académie des Inscriptions et
Belles Lettres. Le spécialiste pourra y trouver, en plus du texte
hébreu intégral et des photographies indispensables à un contrôle
scientifique, un commentaire paléographique et philologique
détaillé ainsi qu’une bibliographie aussi complète que possible.
Dans le volume que nous présentons ici, nous avons tenu
compte du caractère particulier de chacune des grandes collec-
tions, les ostraca de Samarie de 1910, de Lakish et d’Arad, qui
sont présentées dans l’ordre de leur découverte.
Aiünsi, dans l'étude des ostraca de Samarie de 1910, qui
forment une collection relativement homogène, nous présentons
ensemble toutes les traductions avant d’analyser les données
de ces ostraca et d’en proposer une interprétation générale.
Après l'étude détaillée de chaque ostracon de Lakish, il nous
a semblé qu’une étude générale de cette collection permettait de
mieux en apprécier l’apport historique. Nous avons procédé de
même pour les ostraca d’Arad.
Quant aux petites collections ou ostraca isolés, nous les
présentons aussi dans l’ordre de leur découverte : ostracon de
- INTRODUCTION 17

_l’Ophel, ostraca de Samarie de l'expédition conjointe, ostraca


de Tell Qasilé, ostracon de Ramat-Rahel et ostraca de Mésad
Hashavyahu, en faisant suivre, chaque fois, le commentaire
justificatif de la traduction d’un essai d’interprétation géné-
rale.
Enfin, nous avons cru devoir adjoindre à cette étude deux
index : celui des noms propres mentionnés dans les ostraca et
celui des références bibliques. Nous espérons ainsi faciliter la
tâche des hébraïsants, des biblistes et des historiens pour lesquels
l’utilisation des données de ces ostraca devient de plus en plus
nécessaire.
18 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

y
©
Z GOLAI
T
Q 1
GALILEE
ME CA °Nazareth
GALAAL
Megiddoe

Beth-Shéane

MÉDITERRANÉE
ab e
S amarie)
4 Sichem e
MARIE
Tell Qasilé
i Silo +

Beth-Horon e

Mésad Hashavyähu
° Ashdod ES ten
; » _ *Ramat-Rahel
JUDEE
Lakish e Kh.Beit-Lei

°Kh.El-Qôme Hébron

A Tell Arad |
Tell Béérshévae

NÉGEV

Fig. l. — La Palestine (1/750 000). |


NOTE SUR LA TRANSCRIPTION

Lorsque, dans le commentaire, nous citons des termes hébreux,


nous les transcrivons avec les lettres latines accompagnées des
signes diacritiques habituels pour le aleph (*), le heth (h), le leth
(£), le ‘ayin (‘), le sadé (s) et le shin ($); les traits-points de
séparation entre les mots sont marqués par un simple point et
les lettres ou restitutions douteuses par un petit trait au-dessus
de chacune d’elles. Nous mettons entre parenthèses () les lettres
restituées dans les lacunes, et, en cas d’oubli d’une lettre, nous
plaçons la lettre restituée entre crochets.
Nous n’avons transcrit les voyelles que lorsque la vocalisation
rendait notre argumentation plus claire. Pour cette transcription,
nous avons adopté les équivalences suivantes.
: hiriq,
: hiriq malé,
: séré,
: ségol,
: shewa mobile,
: hataf-patah,
: paiah,
: gamas,
: holem,
: holem malé,
: goubbous,
Mei :
PP
mm,
DE
QQ
OO
S
Q shourougq.
CET ARE SL

Pastel Sectes si esb “ati éon , sidi sagem) si nr °Èp |


spsh sabnvezsonss
oi sf ES
Li« of ,(]
édaial
= silo! 254 SFR Lrice rhosasiY
dass 91 510 diairhid et Pet
à

sb “istiog-éites) est (6 mie 5 (3) Shos of: mA à\a 6


de Jaioy siçt du 164 duprane Pade ao 8! he ser
pasfee dsent dieun 104 veusineb axoitu}tast we 4
AMANOL «ôt [ren siueäq 6 Re éroÿ! |_sslts b édsei
anon ,s1)4f onu do nes nié ”Énuast solsnsb |
| _ nue à tie < Lt enist
_ Roastisaon à 2 paofSr a6Begow 85 Toner
gniishre ectiq naiie

AE ce
#Sasisvi pè à
Fe see FU E de :E nié 2
DR Ma pire :
7 dique sig. Fa ES
Fes de.6
PREMIÈRE PARTIE

LES OSTRACA
DE SAMARIE DE 1910
BIBLIOGRAPHIE

G. A. REISNER ef alii, HES, spéc. I, pp. 227-246, et II, PI. 55 c, d, e.


A. JiRKU, « Das Inschriften-material der amerikanischen Ausgra-
bungen in Samarien », OLZ, XXVIII, 1925, col. 273-281.
W. F. ALBRIGHT, « The Administrative Divisions of Israel and
Judah », JPOS, V, 1925, pp. 17-54.
R. DussauD, « Samarie au temps d’Achab », Syria, VI, 1925,
pp. 314-338, et VII, 1926, pp. 9-29.
M. Nota, « Das Krongut der israelitischen Kônige und seine
Verwaltung », ZDPV, L, 1927, pp. 211-244.
Id., « Der Beitrag der samarischen Ostraka zur Lôüsung topo-
graphischer Fragen », PJ, 1932, pp. 54-67.
D. DIRINGER, 1AEP, pp. 21-68.
B. MaIsLeR, « The Historical Background of the Samaria Ostraca »,
JPOS, XXI, 1948, p. 117-133.
S. MoscarTi, EEA, pp. 27-37 et tav. VIII.
H. MicxauD, SPA, pp. 53-62.
Y. YADIN, « Recipients or Owners, A Note on the Samaria
Ostraca », IEJ, IX, 1959, pp. 184-187.
Ip., « Ancient Judaean Weights and the Date of the Samaria
Ostraca », SH, VIII, 1961, pp. 9-25.
F. M. Cross, « Epigraphic Notes on Hebrew Documents of the
Eighth-Sixth Centuries B.C., I, A New Reading of a Place
Name in the Samaria Ostraca », BASOR, 163, Oct. 1961,
pp. 12-14.
A. F. RaINEY, « Administration in Ugarit and the Samaria
Ostraca », IEJ, XII, 1962, pp. 62-63. .
Y. YADIN, « À Further Note on the Samaria Ostraca », IEJ, XII,
1962, pp. 64-66.
Y. AHARONI, « The Samaria Ostraca - An Additional Note », IEJ,
XII, 1962, pp. 67-69.
H. Donner - W. Rôzzic, KAÏI, n°5 183-187.
24 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
I. T. KAUFMAN, « À Note on the Place Name Spr and the Letter
Samek in the Samaria Ostraca », BASOR, 172, Dec. 1963,
pp. 60-61.
Ip., SO.
A. F. RaAINEY, «The Samaria Ostraca in the Light of Fresh
Evidence », PEOQ, IC, 1967, pp. 32-41.
Y. YADIN, « A Further Note on the Lamed in the Samaria Ostraca »,
IEJ, XVIII, 1968, pp. 50-51.
A. F. RAINEY, « Semantic Parallels to the Samaria Ostraca »,
PEOQ, CII, 1970, pp. 45-51.
J. C. L. Gigson, HMI, pp. 5-13.
PRÉSENTATION GÉNÉRALE

En 1910, les fouilles américaines de Samarie, organisées par


l’université de Harvard, mirent au jour un groupe de plusieurs
dizaines d’ostraca en écriture paléo-hébraïque. Cette découverte
exceptionnelle suscita immédiatement l'intérêt enthousiaste des
archéologues et des épigraphistes. Le premier volume de publi-
cation des fouilles, contenant les fac-similés des inscriptions,
permit aux divers spécialistes de les analyser, sans que leurs
travaux aboutissent à des conclusions unanimes.
En 1931-1935, les fouilles furent reprises à Samarie même par
une expédition conjointe anglo-hébraïco-américaine et un
nouveau groupe d’ostraca fut mis au jour?. Cette découverte,
jointe à une analyse plus précise de la stratigraphie, conduisit
les éditeurs à proposer une nouvelle chronologie entraînant un
abaissement de la date des premiers ostraca. En dépit de ces
dernières précisions, la signification précise des ostraca de 1910
est restée controversée, et, tout récemment encore, les diverses
opinions se sont affrontées à la suite des articles de Y. Yadin$.
Cette controverse manquait jusqu’à maintenant du matériel
de référence indispensable, à savoir les photographies des
ostraca. En effet, dans le deuxième volume de publication des
fouilles de 1908-1910, les éditeurs n'avaient publié que sept
photographies d’ostraca; $. A. Birnbaum en publia six autres
en 19554. Mais ce n’est qu’en 1966 que I. T. Kaufman, utilisant
des films sensibles à l’infra-rouge, photographia systématique-
ment, au musée d’Istambul, tout le groupe d'ostraca des fouilles

1. HES, I. Les ostraca de 1910 sont actuellement conservés au musée


d’Istambul. À i
2. Ct.SS, I, II, III et infra, les ostraca de l'expédition conjointe, pp. 245-
250.
3. Cf. supra, pp. 23-24, les études publiées entre 1959 et 1971.
4. HS, Il, PI. 4à9.
26 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
de l’université de Harvard. L’analyse paléographique qu’il y
joignit fut le sujet de sa thèse de doctorat en théologie (SO)
qu'il présenta à la Harvard Divinity School en 1966. Cette thèse
s'était volontairement limitée à l'analyse paléographique, et
l’auteur la conclut en exprimant quelque doute sur la possibilité
de dégager le sens précis de ces ostraca et de les utiliser pour la
recherche de la géographie et de l’administration du royaume
de Samarie.
Nous reprenons ici l’étude d'ensemble de cette collection
d’ostraca et plus précisément des deux points laissés de côté
par la thèse de I. T. Kaufman. Nous pensons pouvoir montrer
qu'il est possible d'arriver à des conclusions plus positives quant
au sens précis de ces ostraca et quant à leur utilisation pour la
géographie historique du royaume d’Israël, à condition de bien
les situer dans leur contexte historico-géographique.
Dans cette première partie, notre étude se limitera au groupe
d’ostraca découverts lors des fouilles de 1910 car ils forment
un groupe homogène dont les caractéristiques sont très difté-
rentes de ceux de 1931-1935 que nous étudierons dans la
quatrième partie.
o1e9u1
La)
uosisa
eyp S8HIon!
ViSvIa
DR enuo2 s1e 1404
Ÿ 2}10d 3
san0

w06€
ë

‘SIM3 ‘JUE
WUBS
S 772 S 773

7 Du
»
. Le
F .0strac
CRE
Cros
°" ce
417 vu
Sins

ostraca s
CI #

Fig. 3. — Samarie. Le lieu de découverte des ostraca


.
CHAPITRE I

LE TEXTE DES OSTRACA

La traduction que nous proposons prend pour base les lectures


de l’editio princeps de G. A. Reiïsner (HES, I, pp. 233 s.). Chaque
fois que nous nous en écartons, nous en donnons l’explication
dans une note indiquant la ligne de l’ostracon.
Dans cette traduction, nous avons gardé aux prépositions
min, devenu m par assimilation du noun, et Î le sens vague
des prépositions françaises « de » et « à », réservant l'explication
précise de leur sens pour le dernier chapitre de cette partie.

) En l’an dix, à Shema-


) ryaw, de Béérayim, jarre < de vin>
) vieux.
) Raga‘ Elyasha‘ 2
) ‘Uzza Qadbes 1
) Eliba 1
) Ba‘ala Elyash(a‘ 1)
ie,
ne
LS
RL
A
Je
D
) Yeda‘yaw (1)

(1). Y. Aharoni (LB, p. 318) et B. Maisler (JPOS, XXI, 1948, p. 129)


lisent p’rym. 1. T. Kaufman (SO, p. 134) maintient, avec raison nous semble-
t-il, la lecture b’rym. A la fin de la ligne (2), il faut restituer yn («vin»)
omis par le scribe : il s’agit probablement d’une faute d'oubli.
(4). I. T. Kaufman (SO, p. 134) lit gr‘ au lieu de rg° qui nous semble
préférable. La lecture proposée par J. C. L. Gibson (HMI, p. 8), pg', nous
semble difficilement acceptable, car la première lettre est plus un resh
qu'un pé.
(5). I. T. Kaufman (ibidem) lit le deuxième nom g.d‘, tandis que
G. A. Reisner (HES, I, p. 233) avait lu qg.b£. La dernière lettre est assez
clairement un shin, et la deuxième probablement un daleih.
30 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
(1) En l’an dix,
(2) à Gadyaw,
(3) de Azzah,
(4) Abiba‘al 2
(5) Ahaz 2
(6) Shèba‘ 1
(7) Meriba'al 1

(1) En l'an dix, à (.......... )


(2) -a, de Shemyada‘, une jarre (de vin)
(3) Vieux. à Ba'alaF(... 7.22% )

| 1) (En) l’an neuf, de Qou-


(2) (seh), à Gadyaw, une jarre
(3) (de vin vieux).

on 1)En l’an n(euf),


(2)de Qouseh, à Gadyaw,
(3) une jarre de vin vieux.

(1) En l’an neuf,


(2) de Qouseh, à Gad-
(3) yaw, une jarre de vin
(4) vieux.

(1) En l’an (neuf, de Qou-)


(2) seh, à Gadya(w, une jarre de vin)
(3) vieux.

- 1) (En l’an) neuf, de Gé-


(2) (ba‘, à Adoni)‘am, une jarre
(3) (de vin vi)eux.
(2 ). La restitution « Adoni‘am» s'appuie sur les ostraca 9, 10 et 19 LA;
cf. I. T. Kaufman, SO,p. 141.

9: (1) En l’an neuf, de Ya-


(2) sit, à Adoni‘am,
(3) (une ja)rre de vi(n) vieux.
10. (1 ) En l’an neuf, de
(2)) Yasit, à Adoni‘-
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 31

(3) am, une jarre de vin


(4) vieux.

(2)-(3). J. G. L. Gibson (HMI, p. 9) lit *(h)n‘m au lieu de ’dn‘m (cf. aussi


les ostraca 11 et 19), mais la lecture ’dn‘m ne fait aucune difficulté.

) (.... une ja)rre de vin


) (vieux, à Ado)ni‘am.
) En l’an neuf,
) de Shiphetan, à Ba‘al
) Zamar, une jarre de vin
) vieux.

(2)-(3). G. A. Reisner (HES, I, p. 244) et I. T. Kaufman (SO, p. 141) ont


lu b‘lzmr en un seul mot. H. Michaud (SPA, p. 57, note 5) lit un nom suivi
de son patronyme : « Baal (fils de) Zemer ». En effet, le signe de séparation
entre b‘l et zmr est particulièrement clair sur la photographie n° 4 de HS, II.

13. (1) En l’an dix, de Abié-


(2) zer, à Shemaryaw, une jarre
(3) de vin vieux, à Es
(4) hor, de Tawil.

(3)-(4). Les deux mots ’$hr et iwl sont deux nouvelles lectures. La
deuxième déjà proposée par I. T. Kaufman (SO, p. 135) est assez claire;
par contre, la première reste incertaine. I. T. Kaufman proposait de lire
?shr, mais il nous semble que la deuxième lettre est plutôt un shin comme
l’avait déjà vu G. A. Reisner.

14. (1) En l’an neul(f), de Ga-


(2) t Paran, à Shemaryaw,
(6) une jarre de vin vieux.

(2). G. A. Reiïsner (HES, I, p. 234) lisait ’(z}fpr'n, Y. Aharoni (LB,


p. 319) lit « A(zn)oth-Par’an », tandis que H. Michaud (SPA, p. 57, note 1)
et I. T. Kaufman (SO, p. 136) lisent gi.pr'n; de fait, on distingue assez
clairement un trait de séparation entre le faw et le pé.

) (.... de Ha)serot, à (..::%: )


) (.... une ja)rre de v(in vieux)

) En l'an dix, de Sé-


) pher, à Gadyaw, une jarre
) d d’huile raffinée.
32 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
(1)-(2). G. A. Reisner avait lu sq, mais ce qu'il a pris pour un gof est la
juxtaposition des deux lettres pé et resh ; il faut donc lire spr : cf. H. Michaud,
SPA, p 58, note 1 ; F. M. Cross, BASOR, 163, Oct. 1961, p. 14; I. T. Kauf-
man, BASOR, 172, Dec. 1963, pp. 60-61 et SO, p. 136.

16b. (1) En l’an dix, de Sé-


(2) pher, à Gadyaw, une jarre
(3) d'huile raffinée.
17a. (1) En l’an dix, de Az-
(2) zah, à Gadyaw, une jarre d’hui-
(3) le raffinée.
17b. (1) (En l’an d)ix, de Azzah,
(2) (à Gadya)w, une jarre d’huile
(3) (raffinée)
18. (1) En l’an dix, de Haserot,
(2) à Gadyaw, une jarre d'huile
(3) raffinée.
19. (1) En l’an dix,
(2) de Yasit, une jarre
(3) d'huile raffinée, à
(4) Adoni‘am.
20. (1) En l'an di(x, vi)
(2) n du verger du Te(Il, une jarre)
(3) d'huile raffi(née).
(2) Au début de la ligne G. A. Reisne
r avait lu mkrm, mais la première
lettre peut être interprétée comme un
noun suivi d’un trait de séparation
n.krm ; à la suite de I. T. Kaufman (SO, :
pp. 137 et 142), c’est cette lecture
Fe de adopter à cause des ostraca
parallèles nos 53, 54, 72 (3892) et
73 (3893).

21. (1) En l’an dix à Shemar-


(2) yaw, de Tawil, une jarre d’hui-
(3) le raffinée.
(2). Le waw de la lecture twl proposée
par I. T. Kaufman (SO, p. 137)
est assez clair sur les photographies.

22. wi: (1) En l'an 15, de Hé-


(2) lèq, à Asa Ahi-
(3 ) mélèk,
(4)) Hélès de Haserot.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 33
23. (1 (1) En l’an 15, de Hélèq,
(2) à Asa Ahimélèk,
(3) Hélès de Haserot.
24. (1) En l’an 15, (de Hé)lèq, à Asa Ahimélèk,
(2) Rapha ‘Animes de (Ha)serot.
(1) (En l'an 15) de Hélè(q, à)
(2) (Asa A)himélèk,
(3) Ahazy de
(4) Haserot.
(1). La reconstruction de G. A. Reisner, hlq semble invraisemblable à
I. T. Kaufman (SO, p. 137) ; nous la croyons possible mais très incertaine,
car il ne reste que quelques traces.

26. 1) (En l’an 15, de Hélè)q, à Asa (Ahimélèk)


2) (Hélè}s, le vin, de Ha(serot).
27. (1) En l’an 15, de Hélèq, à Asa
2) Ahimélèk,
3!
Ba‘ala Ba‘alme‘ony.
) En l’an 15, de Abiézer, à Asa
) Ahimélèk,
) Ba‘ala de Elmatan.
22. ) En l’an 15, de She(myada‘, à) Asa
) Ahimélèk,
) Amar
QUE
CD de Sépher.
(3). G. A. Reiïsner lisait le premier mot qgdr (HES, I, p. 235, cf. encore
H MI, p. 9), tandis que I. T. Kaufman (SO, p. 137) lit gmr. En fait, la hampe
de la première lettre est plutôt caractéristique d’un aleph qui reste incertain.
Le deuxième mot est très clairement spr, cf. I. T. Kaufman, BASOR, 172,
Dec. 1963, pp. 60-61.

30. (1) En l’an 15, de Shemyada',


(2) à Hélès Gadyaw,
(3) Géra Hanna.
(3). G. A. Reisner avait lu le dernier mot hn b (cf. encore HMI, p. 9), mais
le dernier signe est clairement un trait de séparation (cf. déjà SPA, p. 65,
note 8 et SO, p. 137).

31a. (1) En l’an 15, de Shemyada',


(2) à Hélès Epesah,
(3) Ba‘ala Zakar.
34. INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
31b. (1) En l’an (15, de Shemyada)
SAR )
Cet ostracon est très difficile à lire; nous proposons ici la lecture
de G. A. Reisner. I. T. Kaufman lit b&t (hXV mëmyd) I(hls
’psh) b'P (...) z(kr) (SO, p. 142), mais les deux dernières
lignes sont pratiquement illisibles.
32. (1) En l’an 15, de She<m>yada',
(2) à Hélès,
(3) Ahima.

(1) L'absence du mem est une faute de scribe, cf. déjà G. A. Reisner,
HES, I, p. 235, note 1.

) (En l’an) 15, de Shemya-


) (da, à) Hélès Gadyaw,
) (Meré )môl.
) (En l’ajn 15, de (She)mya(da‘),
) (à Hélès Ga)dyaw, S(....)

) En l’an 15, de She(myada‘),


) à Hélès Gad(?. 2)
(3)) yaw (?2..)
Faut-il insérer quelque chose à la fin de la ligne 2 ou rattacher
directement le début de la ligne 3 à la fin de la ligne 2 pour
lire «Gadyaw»? Les deux solutions sont possibles, cependant la
deuxième paraît la plus vraisemblable.
36. (1) (En l’an 15), de Shemyada(‘),
(Ep ESE
(3) (Géjra Yawyasha‘.
(3). La dernière lettre de « Yawyasha‘ » est incertaine ; G. A. Reisner
avait lu un beih (HES, I, p. 236), M. Noth un resh (IPN, p. 106)et I. T.
Kaufman ne transcrit pas cette lettre (SO, p. 143).

En l’an 15, de Shemyada,


à Ahima,
Asa Ba‘al‘zakar,
En l’an 15, de Shemya-
da‘, à Ahima,
Dalsh Ela.
(3). La première lettre est incertaine ; la lecture proposée ici est celle
de I. T. Kaufman (SO, pp. 137 et 143).
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 39

39. (1) En l’an 15, de Shemyada',


(2) (à) Ahima,
(3) (Aj)sa.
40. (1) (..de) Shemyada', à ‘A(...)
41. (1) (..)sha‘ ‘Egelyauw.
42. (1) (En) l’an 15, de Asrie(l,)
(2) à Yeda‘yaw,
(3) Adonyaw Gadya(w,)
(4) de ‘Ashérèt.
(1). La lecture àr’! (Asriel) au lieu de &rq, lu par G. A. Reisner, a été pro-
posée par W. F. Albright (JPOS, XI, 1931, pp. 249-250) et reprise par
F. M. Cross (BASOR, 165, Feb. 1962, p. 36, note 10) ; elle est confirmée par
I. T. Kaufman (SO, p. 137).
(3). Le premier mot avait été lu mrnyw par G. A. Reisner (HES, I, p. 236;
cf. aussi HMI, p. 12) ; la lecture présentée ici est celle de I. T. Kaufman
(SO, p. 137) ; elle demeure très incertaine.

|
43 : (3
(2 Hanan Bal‘ara)
(3 ) EK(7...)
44. (1)) (En l'an) 15, de Sichem,
(2)) ( )ÉPR
(3)) ( ) le vin.

(2). La lecture de cette ligne est incertaine. G. A. Reisner avait proposé


de lire hp r, tandis que I. T. Kaufman lit hb’r (SO, p. 133).
(3). Au lieu d’un trait de séparation suivi de hyn («le vin »), I. T. Kaufman
propose de lire shyn, mais le sadé nous semble illisible.

45. (1) En l’an 15, de Hogla(h),


(2) à Hanan Bal‘ar)a,
(3) Yawnatan de Yasit.
trait de
(3). G. A. Reisner séparait yw et nin, mais on ne distingue aucun
séparation (cf. déjà SO, p. 138). à

46.. (1). En l'an. 15, (2...)


(2) à Hanan Ba(‘ar)
(3) a. (?42.)
la restitution
(3). Le rattachementdu aleph du début de la ligne à la fin de
ostraca 45 et 47.
de la ligne précédente s'appuie sur le parallèle des
36 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

47. + (1)
(1) (En l’an 15, de) Hoglah, à Hanan Ba‘ara, M
(2)
#) Vus ) de Yasit.
48. (1) En l’an 15, de Asriel, à Yeda‘yaw
(2) Ahimélèk,
(3) Ya‘as de Yashoub.

(1). La lecture 8r’! (« Asriel ») est celle de I. T. Kaufman (SO, p. 138), mais
la finale lyd'yw (« A Yeda‘yaw ») est celle de G. A. Riesner (HES, I, p. 237)
car I. T. Kaufman ne lit rien à cet endroit.

49. (1) En l’a(n 15, de Shemyada)


(CR ras 140 :)
(3) MZY (?....)
(4) de Kour

(4). La lecture kwr (« Kour») est proposée par I. T. Kaufman (SO,


p- 138) en remplacement de celle de G. A. Reisner : ksr.

50. (1) En l’an 15, à Gomer, de No‘ah,


(2) ‘Ebedyaw, à Uryaw.

(2) G. A. Reisner hésitait, pour le deuxième nom, entre ”byw et °Tyw.


Avec I. T. Kaufman et Y. Aharoni (LB, p. 321), c’est ’ryw qu'il faut lire.

91. (1) En l’an dix, à (?....)


eve soi
(3) Aha Hayehud(y).
52 + (1) En 15, de No‘a(h...)
(2) Abyaw.

(1). A la fin de la ligne, G. A. Reisner lisait Jbet I. T. Kaufman


propose
mb... ; d’après les parallèles, il semble préférable de lire mn'(h)
{« de No‘ah »).

93. (1) En l’an dix, vin


(2) du verger du Tell, dans une jarre d’huile
(3) raffinée.

(2). La préposition beth (traduite « dans ») est difficile à expliqu


G. A. Reisner et I. T. Kaufman traduisent er ici.
« pour », « à la place de », mais le
sens « dans » semble plus naturel, il signifierait
que ce vin n'était pas trans-
porté dans une jarre à vin mais dans une jarre
à huile raffinée ; c’est peut-être
dans ce sens qu'il faut comprendre l’ostracon 54.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 37

54. ) En l’an dix, vin du ver-


) ger du Tell, une jarre d'huile raff-
) née.
55. ) En l’an dix, ver-
) 8 er de Yehaw'‘ély, une jarre
) d'huile raffinée.
56. )

) tre : codé
57. ( (E) (.:.) "AbdaYaw(:.>)
( ) (...)pa Shem(ya)da,
( ) (-..)YG
58. ( ) En l’an 15, à Bédyaw.
( ) verger du Tell.
59. ( (1)
( }-en: l'an (7...)
()
60. (1)) Verger de Yehaw'‘ély.
61. (1)) Verger du Tell,
(2)) en l’an 15 (7...)
62. (1) Vin de Shemyada(‘)
Cette inscription et la suivante sont des inscriptions sur jarre
et non des ostraca (cf. 10S, p. 10).
63. (1) En l’an 12,
(2) de Shemyada'.
(1). Les signes numériques de la ligne 1 sont très difficiles à lire : le
deuxième est unique en son genre. G. A. Reisner y avait vu une forme
t
ressemblant à un { (HES, I, p. 243). Il nous semble que le signe ressemblerai
à
un peu à un waw, mais le tracé exact de la tête de ce signe est difficile
préciser.

Les ostraca 64 à 102, numérotés de 3868 à 4628 dans la numé-


rotation du chantier de fouille, étaient considérés comme illisibles
par G. À. Reisner. Pour la première fois, I. T. Kaufman en a
publié des photographies et proposé des lectures (SO, pp. 146-
147). Sauf indications contraire, les lectures présentées ici sont
donc celles de I. T. Kaufman. Rappelons que nous laissons de
38 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

côté les ostraca pour lesquels il n’est même pas possible de


former un mot complet.
64. (3868) (1) De No‘ah, à (?...)
(2) …...

(1). I. T. Kaufman n’a proposé aucune lecture pour cet ostracon; celle
qui est présentée ici reste très incertaine.

66. (3876) Hogla(h ..)


67. (3877) 15, de Yasi(t ...)
72. (3892) (1) En l’an dix, vin du verger
(2) du Tell dans une jarre d’huile raffinée.
73. (3893) (1) En l’an (dix)
(2) vin du ver(ger du Tell dans une jarre)
(3) d'huile (raffinée).
78. (3908) (1) Raga SR...
(1). I. T. Kaufman lit un mem au lieu des deux lettres rg dont il est
possible de discerner les traces sur l’ostracon lui-même.

89. (4037) (1
90. (4038)

99. (
100. (4609)
101. (4615)
102. (4628)
CHAPITRE Il

DATATION ARCHÉOLOGIQUE
ET PALÉOGRAPHIQUE

Une lecture attentive du rapport de fouille révèle que les


ostraca ne furent pas trouvés dans la « maison des ostraca »
(Ostraca House) proprement dite, mais dans une annexe composée
de deux pièces très longues, probablement des magasins : $S 418,
401, 417, puis dans un étroit passage à l’est, entre le magasin
et le mur du palais d’Achab : S 416, enfin dans la partie de la
cour située au nord de cette annexe : S 772, 773, 776 (cf. HES,
I, p. 114, plan 42 reproduit supra, p. 28).
Pour situer les ostraca selon leur troisième dimension, d’après
la stratigraphie (cf. SO, pp. 101 à 110), nous pouvons nous
reporter à l'introduction du chapitre sur les ostraca de l’editio
princeps : il nous y est dit que les ostraca ont été trouvés dans
«la partie la plus basse des débris d'occupation » (HES, I,
p. 227). Qu'est-ce à dire exactement? Pour plus de précisions,
nous pouvons nous reporter au « Journal de Reïsner » (HES, T,
pp. 401 ss) : il précise que les ostraca ont été découverts dans
le sol des pièces, ou dans le sol de la cour. Cette localisation est
confirmée par un coup d'œil plus général sur l’ordre des travaux
effectués : le 10 août, on commence à enlever les sols de la maison
des ostraca, et c’est seulement le lendemain, 11 août, qu'est
trouvé le premier ostracon « in packed layer of dirt ».

cité par
1. HES, I, p. 401. Un passage inédit du journal de REISNER
: « Under the
I. T. KaurmaAn (SO, p. 108, note 25) est encore plus explicite
floor of the house of the fourth series room 401, in dirty yellow debris along
east wall, ca 40 em below floor, a fragment from a bowl with two lines in
‘black ink’ on outside the rim.»
40 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

De cette localisation précise des ostraca, nous pouvons tirer


deux conclusions importantes :

1. Les ostraca ont été trouvés dans un remplissage destiné à


niveler le sol de la « maison des ostraca », de son annexe et de la
cour adjacente; ils ont élé utilisés là comme débris, et on ne
peut déduire de leur localisation qu’ils ont un rapport direct
avec le caractère propre des bâtiments sous lesquels ils ont été
trouvés, bâtiments considérés généralement comme des magasins.
Cependant, il est peu vraisemblable que ces débris viennent de
très loin : au contraire, les ouvriers ont probablement utilisé
un dépôt de débris situé dans le palais royal ou dans ses environs
immédiats. Il y a donc un certain rapport entre ces ostraca et
le palais royal, mais l’archéologie ne nous permet pas de préciser
exactement lequel.
2. Utilisées lors de la construction de l’annexe de la maison
des ostraca, ces inscriptions sont antérieures ou, tout au plus,
contemporaines de cette période de construction. La date de
construction de ce bâtiment nous donnerait le terminus ad quem
des ostraca. Malheureusement cet ensemble est difficile à dater :
il semble être le premier bâtiment élevé à cet endroit, et, sans
doute construit dans un but utilitaire, il n’est mentionné nulle
part dans les textes anciens. Par sa situation, parallèle au mur
ouest du palais d’Achab, il peut lui être contemporain ou
postérieur, tandis qu’il est certainement antérieur à la chute de
Samarie. On peut même préciser qu'entre la construction de cet
ensemble et la chute de Samarie on a procédé à un remaniement
du plan de cette bâtisse, en coupant certaines pièces par des
murs aux fondations peu profondes ou posées sur le sol, mais
nous ne pouvons chiffrer en années l’utilisation du bâtiment
remanié?.
Au total, la stratigraphie des fouilles ne nous donne qu’une
datation très approximative, mais dont les deux limites sont
certaines : l’époque d’Achab, d’une part, et la chute de Samarie
(722 av. J.C.), d'autre part. Il nous faut recourir à l’analyse de
la poterie pour la recherche d’une date plus précise.

2. Cf. HES, I, pp. 116-117. Étant donnée la date à laquelle nous


conclurons pour les ostraca, il est vraisemblable que ce remanieme
nt corres-
ponde à la période V, pendant laquelle la partie nord de la cour a aussi
connu
un profond remaniement : cf. SS, I, pp. 106s.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 41

Cette analyse de la poterie a déjà été faite par deux archéo-


logues compétentes, ayant toutes deux travaillé sur le chantier
de Samarie : Mrs Crowfoot et Miss K. M. Kenyon. Rappelons
brièvement leurs conclusions :
— «Il semble très probable, sur le témoignage de la poterie,
que ce groupe d’ostraca vient des périodes IV et V »(Mrs Crowfoot,
dans SS, III, p. 470).
— 4 Il est probable que tout le groupe appartient à la période IV
et n’est pas plus récent » (K. M. Kenyon, ibidem).
Or, à quelques nuances près, les membres de l'expédition
conjointe et les autres archéologues palestiniens s’accordent pour
placer cette période IV dans la première moitié du virre siècle
av. J.C.$. Les ostraca doivent donc se situer dans cette période
d’un demi-siècle. Peut-être pourrons-nous encore préciser cette
datation par une étude paléographique détaillées,

En fait, une étude paléographique détaillée des ostraca de


Samarie de 1910 invite à les classer en deux catégories5 : ceux
qui commencent par la mention des années « neuf » et « dix »,
et ceux qui portent des signes numériques, c’est-à-dire ceux
des années « 15 » :
— Les premiers ont la tête du gof en forme de trois quarts
de cercle (n® 4 et 6) et le waw tracé en deux traits, la barre
horizontale coupant nettement la hampe verticale (cf. n°8 16,
18 et 21, et SO, pp. 30 s). De plus, ils contiennent deux hé à
quatre barres, forme qui semble assez caractéristique de la
seconde moitié du 1x° et du vire siècle av. J.C.
— Les seconds ont la tête du gof en forme de S (cf. n°8 22,
24, 27) et la plupart des waw formés sans levée de plume (cf.
n°® 36, 57, 60). De plus, ces ostraca présentent certains traits

3. Cf. SS, I, p. 105; SS, III, p. 470; W. F. ALBRIGHT, BASOR, 150,


April 1958, p. 23; G. E. WRIGHT, BASOR, 155, Oct. 1959, pp. 25-26.
4. Pour l’analyse paléographique, cf. F. M. Cross, BASOR, 163, 1961,
pp. 12-14, et 165, 1962, pp. 34-42 ; S. A. BIRNBAUM, HS, I, 1971, col. 43-45,
et surtout I. T. KAuFMAN, SO, pp. 1 à 100. Nous nous séparons du point de
vue de I. T. Kaufman sur deux points importants : nous pensons qu'il est
possible de distinguer deux groupes d'ostraca, et que, dans la comparaison
paléographique, il faut distinguer les inscriptions à l’encre des autres
inscriptions.
5. Cette distinction a déjà été proposée par Ÿ. AHARONI, BASOR, 184,
Dec. 1966, p. 18, note 30 et LB, p. 323, note 100; cf. aussi SSO, p. 90.
42 | INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

cursifs plus développés : le aleph a souvent un crochet cursif


à l'extrémité droite du trait horizontal, le heth semble toujours
écrit avec deux barres horizontales, le lamed a un crochet géné-
ralement angulaire et la hampe du pé est plus allongée que celle
des ostraca du premier groupe. Doi
Une telle différence paléographique a probablement une signi-
cation chronologique, et nous devrons en tenir compte dans notre
analyse des ressemblances avec les autres inscriptions.

En effet, la comparaison de l'écriture des ostraca de Samarie


avec celle des autres ostraca écrits à l’encre à cette époque
révèle une lente évolution des formes, spécialement pour certaines
lettres. Les ostraca de Samarie sont :
— probablement antérieurs à l’ostracon n° 6 de Hazorf, qui
a le mem plus horizontal et la queue du beth nettement angulaire;
ces deux différences restent minimes;
— antérieurs aux ostraca « Merémôt » et « Pashhur » de Tell
Arad (infra, pp. 138-139) : la forme du waw y est caractéristique
d’un état plus avancé de l’écriture que le groupe 2? de Samarie;
— nettement antérieurs aux ostraca de Mésad Hashavyahu
(infra, p.p 157-164) et au palimpseste de Murabba‘at? qui
appartiennent au vire siècle av. J.C.
De plus, la comparaison avec les dernières inscriptions fait
ressortir que les formes du gof et du waw de leur écriture se
rapprochent plus de celles du groupe ? que de celles du groupe 1,
confirmant ainsi l’antériorité de ce dernier. Ainsi la comparaison
avec les ostraca écrits à l’encre semble conclure à une date
proche du milieu du virre siècle av. J.G., mais pouvant remonter
jusque vers 800, date du début de la strate VI de Hazors, et
descendre jusque vers le règne d’Ézéchias, fin du vin siècle av.
J.G. La comparaison avec les ostraca incisés, G 1101 et C 1012,
de la « Joint Expedition » permet de préciser que les ostraca de
1910 sont antérieurs à 722 av. J.C. De toute façon, la précision
obtenue n’est pas supérieure à celle donnée par l’analyse de la
poterie, et cela à cause du petit nombre d'inscriptions de cette
époque clairement datées.

6. Y. YADIN ef alii, Hazor 11. Jérusalem, 1960, p. 73 et PI. CLXIX.


7. Cf. P. BENOIT, J. T. Mixx et R. DE Vaux, Les groïtes de Murabba'ä
t,
DJD, II, 1961, pp. 92ss et PI. XXVIIT ; F. M. Cross, BASOR,
165, Feb.
1962, p. 42. |
8. Y. YADIN ei alii, Hazor II, p. 36.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1919 43

Les analyses de la poterie et de la forme des lettres peuvent


nous aider à résoudre le problème du lieu d’origine des ostraca.
Ceux-ci ont-ils été écrits à Samarie ou dans les divers lieux
géographiques mentionnés?
D'après l’analyse de l'écriture, il semble certain que deux
ostraca au moins, 17a et 21, ont été écrits par le même scribe,
à la même époque (dixième année cf. SO, pp. 30 et 155). Or
ces deux ostraca sont reliés à deux personnes différentes :
Gadyaw et Shemaryaw, et à deux lieux différents : Azzah et
Tawil.
De plus, les tessons des ostraca 43 et 44, 45 et 46, 48 et 49,
se raccordent deux à deux (HES, I, p. 227). Or 48 et 49 se
rapportent aussi à deux villes et même à deux districts différents.
À moins de supposer que le même scribe se soit déplacé de
village en village et de district en district, ces deux constatations
éliminent la deuxième hypothèse avancée lors des premiers
essais d'interprétation, mais aujourd’hui généralement aban-
donnée.

En conclusion de cette rapide analyse archéologique et


paléographique, nous obtenons déjà une première mise en
situation des ostraca :
— se rapportant probablement au palais royal de Samarie,
— ils ont été écrits à Samarie même,
— par des scribes,
— durant la première moitié du virre siècle av. J.C.,
— dans deux groupes d’années de règne : 9 et 10, d’une part,
15°, d’autre part.

9. Pour l'interprétation des signes numériques, cf. Excursus I, infra,


pp. 277-281.
soi
es (se 54
+ ]
| £ #a
_. ge

jutt si tdholinteng sans |


CHAPITRE III

COMMENTAIRE PHILOLOGIQUE
ET GÉOGRAPHIQUE

Les textes des ostraca de Samarie sont très courts et présentent


des formules stéréotypées très semblables dont nous proposerons
une interprétation précise un peu plus loin. Auparavant, il nous
faut bien comprendre chacun des termes employés dans ces
courtes notices. Nous pouvons classer ces termes en trois
catégories :
— les noms communs : « an», « jarre », « huile raffinée », « vin
vieux »,
— les noms de personnes,
— les noms d’entités géographiques.

I. LES NOMS COMMUNS

Tous les ostraca, sauf deux (n°8 59 et 61) commencent par


l'indication : bët, « en l’an … » La forme $f se retrouve en phénicien
et en moabite, mais elle est absente de la Bible qui emploie
toujours la forme pleine correspondante, $#nh ou &nt (cf. 1 R 15,
25.28.33 ..). Cette forme, avec assimilation du noun, est donc
le signe d’une différence dialectale de l’hébreu du royaume du
Nord.
À la fin des ostraca des années neuf et dix, l'inscription
mentionne un certain produit : une « jarre » d’huile ou de vin.

1. Cf. Z. S. Harnis, DCD, p. 38 ; D. DIRINGER-S. P. BRocK, « Words and


Meanings in Early Hebrew Inscriptions », WM, p. 39.
46 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
__ Le terme nbl, «jarre» peut désigner un instrument de
musique, une outre ou une gourde?, mais le plus souvent il
s’agit d’une « jarre» : fabriquée par le potier (cf. Es 30, 14),
cette jarre est très souvent utilisée pour le transport et le
stockage du vin (cf. 1 S 10,3; Jr 13 12...). Les citations bibliques
donnent une idée de sa contenance, car elle est souvent men-
tionnée à côté de quantités assez importantes de pain, de viande
et de fruits (cf. 1 S 1,24; 10,3; 25,18; 2 S 16, 1...). Les fouilles
d'El Jîb, où -une jarre intacte a été découverte dans ce qui
était, peut-être, une installation vinicole, permettent de préciser
sa contenance : environ 45 litresë. Cette estimation, confirmée
par d’autres fouilles, correspond probablement à une mesure
officielle, le « bat »#. Sans pouvoir le prouver, il est vraisemblable
que les jarres mentionnées dans les ostraca avaient approxima-
tivement cette même capacité.
— Le contenu de ces jarres est précisé de deux façons :
1. soit yn yën, « vin vieux »; le sens ne fait pas de doute et
les fouilles archéologiques d'El Jib montrent peut-être la tech-
nique utilisée pour faire vieillir le vin dans les caves et en
améliorer ainsi la qualité. Les anciens, aussi bien que nous,
savaient distinguer les diverses qualités de vin et faisaient
mention de cette qualité dans les documents administratifs (cf.
ostracon d’Arad n° 1, lignes 9-10, infra, p. 159).
2. soit $mn rhs, « huile raffinée ». L'emploi du mot $#mn est
habituel en hébreu pour désigner la graisse ou l’huile. Il s’agit
vraisemblablement ici d’huile d'olive qui reste, aujourd’hui
encore, une spécialité de la région de Samarie. Le sens de rhs
a été discuté; D. Diringer (JAEP, p. 38) lui avait donné un sens
actif, «huile de purification »5, mais ce sens, grammaticalement
difficile, ne convient pas au contexte : le parallélisme avec le
«vin vieux » indique que rhs exprime ici une qualité de l’huile;

2. Cf. J.-L. Kezso, The Ceramic Vocabulary of the Old Testament,


BASOR Suppl. St. 5-6, 1948, pp. 25-26. J.-P. Brown « The Mediterranean
Vocabulary of the Vine», VT, XIX, 1969, p. 149, pense qu'à Samarie
le mot nbl désigne une outre, mais cela paraît peu vraisemblable car
généralement on ne met pas l’huile dans une outre.
3. J.B. PRITCHARD, Winery, Defenses and Soundings at Gibeon, Pennsyl-
vania, 1964, p. 25.
4. Cf. C. H. INGE, PEQ, 1941, p. 108 ; R. DE Vaux, IAT, I, pp. 3075. ;
J. T. Mix, Biblica, XL, 1959, pp. 985-991.
5. Cf. aussi F. ISRAEL, « L’‘ olio da toeletta ’ negli ostraca di Samaria,
RSO, XLIX, 1975, pp. 17-20.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 47

ce terme doit donc se lire comme un participe passé rahüs,


« lavée » et fait clairement allusion au procédé technique tradi-
tionne]l, utilisé encore récemment, pour purifier l'huile. Dans
l'antiquité, l’huile avait de nombreux usages : cuisine, éclairage,
nettoyage, parfumerie, médecine. Sans exclure aucune de ces
utilisations, la qualité de cette huile invite à penser que cette
huile «raffinée» était probablement utilisée comme parfum.
Dans la Bible, la « bonne huile » est utilisée pour oindre la tête
(Ps 133, 2) et parfumer le corps (Ct 1,3; 4, 10); elle est souvent
mentionnée à côté du « baume » (Es 39, 2; 2 R 20, 13; Ex 35, 28).
Bien plus, l'huile et le vin sont des produits caractéristiques
d’un banquet : le festin traditionnel, en Palestine, devait com-
porter l’onction d’huile et la boisson de vin. Si l’un ou l’autre
venait à manquer, c'était un grand déshonneur pour celui qui
invitait. Les évangélistes témoignent encore de cette tradition
(Le 7, 46; Jn ?, 3) si bien attestée dans le Psaume 23, 5 :
«Devant moi, tu apprêtes une table...
D'une onction tu me parfumes la tête,
Ma coupe déborde … »

II. LES NOMS DE PERSONNES

Les noms propres de personnes sont assez souvent précédés


de la préposition / dont nous essaierons de préciser le sens en
étudiant l’interprétation générale des ostraca. Il arrive souvent
que, dans le texte des ostraca, deux noms propres de personnes
se suivent sans retour à la ligne, il s’agit alors d’un nom propre
suivi de son patronyme.
_ 4 Abiba‘al » (°bb‘1) (2, 4) signifie « Baal est (mon) père »; ce
nom est celui d’un roi phénicien de Byblos vers 925 av. J.C.
(cf. KAI, n° 5, ligne 1).
— 4 Abyaw » (’byw?) (52,2) « Yhwh est (mon) père », est le

5. Cf. R. M. Savicnac, RB, XLIV, 1935, p. 292, note ? : « L'huile est


versée dans un grand récipient contenant de l’eau chaude salée, et l'on agite
le tout pendant quelque temps avec un bâton; puis on laisse reposer la
mixture. Les impuretés s’amassent au fond du récipient et l’huile ne tarde pas
à remonter sur l’eau, parfaitement clarifiée, on peut dire ‘ lavée 78
6. L'absence de terme de filiation est courante sur les sceaux et cachets
de Syrie-Palestine, cf. déjà R. DussauD, Syria, VIT, 1926, p. 24.
7. On remarquera ici la forme de la finale théophore yw où le waw est
une consonne. Ici encore, cette orthographe témoigne d’une différence
48 INSCRIPTIONS HÉPRAÏQUES
correspondant yahviste du nom précédent; ce nom se retrouve
sur plusieurs sceaux palestiniens.
— 4 Adonyÿyaw » (’dnyw) (42, 3), « Yhwh est (mon) maître » est
parallèle aux formes bibliques ’dnyh (2 S 3,4...) et ’dnyhw
1R 1,8...) du nom d’un des fils de David.
— {Adoni'am» (‘dnm) (8,2; 9,2; 10,2-3; 11, 22; 19, 4)
dans lequel ‘am, primitivement « oncle paternel », d’où « protec-
teur », est un substitut du nom divin (IPN, pp. 76-79). Ce nom,
parallèle au précédent, signifie donc : «le Protecteur est (mon)
maître ». [l est attesté à Ougarit comme le nom d’un des chefs
des gens du roi (PNTU, p. 361).
— «Aha » (’h) (51,3) est un hypocoristique à terminaison a;
il signifie que la divinité est « frère », c’est-à-dire qu’elle protège.
Ce nom se retrouve sur un sceau trouvé à Tell Judeideh?, dans
les textes araméens d'Égypte (DAE, p. 463) et en palmyrénien
PNPI:p.3):
— {Ahaz » (hz) (2,5) est un hypocoristique signifiant que la
divinité «a saisi» l’homme par la main pour le conduire. On
retrouve ce nom dans la Bible, pour un roi de Juda (2 R 15, 38 ..)
et un Benjaminite (1 Ch 8, 35-36; 9, 42), et sur deux sceaux
hébreux10,
— «Ahazy » (hzy) (25, 3) est un hypocoristique à terminaison
y de même signification que le nom précédent ; il n’est attesté
qu’une fois dans la Bible, en Ne 1113.
— (Ahima » (hm°) (32,3; 37,2; 38, 2; 39, 2) est un hypoco-
ristique à terminaison a du nom suivant, « Ahimélèk ».
— «Ahimélèk » (hmlk) (22,3; 23,2; 24, 1: 95, 230201 (2);
27,2; 28, 2 ; 29, 2; 48,2), dans lequel ’ah, « frère », est un élément
théophore, signifie « mon Frère est roi ». Ce nom très bien
attesté
dans la Bible (1 S 21, 2.) se retrouve sur un ostracon d’Arad!1
,

dialectale entre l’hébreu du Nord et celui du Sud car, à


finale théophore yahviste est écrite yhw dans les ostraca cette époque, la
d’Arad. L’ortho-
graphe de Samarie, yw, signifie probablement que
la gutturale faible hé
n'était pas prononcée dans cette finale théophore.
8. Cf. F. VATTIONI, Biblica, L, 1969, p. 367,
n° 65, p. 372,n° 123 ; p. 377,
n° 174; M. HELTZER. AION, XXXI, 1971, p.
187, nos 1, 2, 3.
9. Cf. V. VATTIoNI, Biblica, L, 1969, p. 372, no
XI, 1971, p. 60. 121, et Augustinianum,
10. Cf. F. VATTIOoNI, Biblica, L, 1969, p.
365, no 44, p. 374, n° 141.
11. Cf. Y. AHARONI, FWCIJS, p. 13 et infra, p. 219.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 49

sur plusieurs sceaux nord-ouest sémitiques!? et dans les textes


d'Ougarit (PNTU, pp. 91-92, 319 et 362).
— «Ela » (P) (38,3) est un hypocoristique à terminaison a
dont la signification précise nous échappe : «El (dieu) … ».
En 1 R 4,18, c'est le patronyme du «préfet» de Benjamin
sous Salomon. Ce nom est aussi attesté sur un sceau publié
récemmenti3,
— «Eliba » (’1b°) (1,6) est probablement un hypocoristique à
terminaison a pour « Eliba‘al », « Baal est (mon) dieu », nom qui
est très bien attesté à Ougarit (PNTU, pp. %5, 326 et 369) et
en Phénicie où un roi de Byblos portait ce nom vers 900 av.
J.C. (KAÏI, n° 6,13, n° 7,2).
— « Elyasha” » (’lyé) (1, 4.7), « El (dieu) à sauvé » est un nom
très courant à cette époque (cf. le prophète « Élisée » : 1 R
19,16 ...):
— «Amar» (mr) (29,3) pourrait être un nom d'animal à
valeur symbolique : « agneau » (IPN, p. 230), mais il s’agit plus
vraisemblablement d’un hypocoristique signifiant que la divinité
« a parlé » ou « a commandé ». On le retrouve dans la Bible comme
un nom de famille sacerdotale (Jr 20, 1 ; Esd 2, 37 ….).
— «Epesah» (’psh) (31a,2; 90,2) est probablement un
qualificatif signifiant «joyeux, serein, calme »4.
— « Uryaw » (ryw) (50, 2) signifie « Yhwh est (ma) lumière »
et se retrouve sur un ostracon de Samarie de l’expédition
conjointe (infra, p. 249).
— « Asa » (8) (22,2; 23,2; 24, 1; 25,2?; 26, 1 ; 27,1; 28, 1;
29, 1; 37,3; 39,3 ; 102?) est un hypocoristique à terminaison a
dont la signification précise a été discutée; il s’agit probablement
d’un nom reconnaissant la générosité de la divinité qui «a
donné »15. Le même nom, qui pourrait distinguer le même person-
nage, se retrouve sur un sceau découvert récemmentt6,
— 4 Eshor » (’$hr) (13, 3-4) est une lecture incertaine : il s’agit

12. F. VATTIONt, Biblica, L, 1969, p. 373, n° 139, p. 375, n° 154 et


Augustinianum, XI, 1971, p. 62, n° 134; N. AviGAD, El, XII, 1975, pp. 66-
71, n° 1.
13. Cf. N. Avican, NEA, p. 287, PL. 30, 3.
14. Cf. IPN, p. 229.
15. Cf. B. Rocco, AION, XXX, 1970, pp. 396-399.
16. Cf. P. BORDREUIL - À. LEMAIRE, « Trois sceaux nord-ouest sémitiques
inédits », Semitica, XXIV, 1974, pp. 25-34, spéc. pp. 27-30.
50 INSCRIPTIONS HÉBRAÏÎÏQUES

probablement d’un nom égyptien attesté aussi dans les docu-


ments araméens d’Éléphantine (DAE, p. 470) et signifiant
«appartenants à Horus ».
— «Bédyaw » (bdyw) (58, 1) est parallèle au nom biblique
bdyh (Esd 10,35). La signification de la première partie de ce
nom a été discutée; plutôt que le mot «rejeton » proposé par
M. Noth (IPN, p. 150), il faut y voir la locution prépositive
bd, contraction de byd, « dans la main de », « par l’intermédiaire
de ». En effet un nom hébreu parallèle, byd’l, est attesté sur un
sceaul7, Ce nom signifie donc probablement que la naissance a
eu lieu « par l'intermédiaire de Yhwh ».
— 4 Ba‘al » (b°1) (12, 2) est un hypocoristique de Baal, divinité
bien attestée dans l’onomastique d’Ougarit et de Phénicie. Cette
forme hypocoristique se retrouve dans la Bible (1 Ch 5,5; 8, 30;
9,36) dans les généalogies de Ruben et de Benjamin.
— 4Ba'ala» (bP) (1,7; 3,3; 27,3; 28,3; 3la,3) est un
hypocoristique semblable au précédent mais avec la terminaison a.
— « Ba‘alme‘ony » (b‘{m‘ny) (27, 3) est un gentilice qui désigne
«celui de Baalméon ». Ce dernier nom est probablement celui
d’une ville de la tribu de Ruben (cf. Nb 32, 38 ..) où il y avait
un temple à Baal (cf. Jos 13, 17; Jr 48, 23); on la localise géné-
ralement à Ma‘in, à 5 km au sud-ouest de Madaba. Celui qui
porte ce nom pourrait être un Israélite réfugié lors de la conquête
de cette région par Mésha, roi de Moab (KAÏI, no LOU)
— 4«Ba‘al‘zakar» (b‘l°zkr) (37,3) est une forme difficile à
expliquer. Avec M. Noth (IPN, p. 239), on peut penser que le
scribe a écrit un ‘ayin en trop et qu'il faut corriger en b‘{zkr,
« Baal s’est souvenu ».
— 4 Ba'ara » (b‘r”) (43, 2? ;45, 2; 46, 2-3; 47, 1) est un double
hypocoristique à terminaison a pour « Ba‘alram » (b‘lrm), « Baal
est exalté » : il semble que le lamed ait été plus ou moins assimilé
au resh qui le suit (IPN, p. 40). Cette forme apparaît aussi
dans la descendance de Benjamin (1 Ch 8, 8), en liaison
avec le
pays de Moab.
— 4 Gadyaw» (gdyw) (2,2; 4,2: 5,2; 6,2-3; 7,2;
16a, 2;
16b,2; 17a, 2; 17b,2; 18,2; 30,2; 33,2: 34,2; 35, 2-3;
42,3)
est composé de deux éléments théophores Yhwh et Gad,
divinité
nord-ouest sémitique de la Fortune dont une tribu israélite
portait le nom.

17. Cf. F. VarTrTIont, Biblica, L, 1969, p. 361, n° 17.


LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 51

— « Gomer » (gmr) (50, 1) est un hypocoristique signifiant que


la divinité «a accompli». Dans la Bible, c’est le nom national
d’un descendant de Japhet (Gn 10,2-3; Ez 38,6; 1 Ch 1, 5-6),
et le nom de la femme du prophète Osée (Os 1,3). Il pourrait
s’agir, ici aussi, d’un nom de femme.
— « Géra » (gr°) (30,3; 36, 3?) est un hypocoristique à termi-
naison a signifiant « réfugié » auprès de la divinité ;on le retrouve
en hébreu, dans la Bible (Gn 46, 21 ….) et dans une inscription
sur jarre trouvée à Arad8, en phénicien et en punique (PNPP,
p. 103).
— « Dalah » (d{h) (38, 3) est un hypocoristique signifiant que
la divinité « a sauvé ». On retrouve ce nom sur un sceau hébreu
publié récemment! et dans les documents d'Éléphantine (DAE,
p. 469).
— 4 Zakar » (zkr) (31a, 3) est un hypocoristique signifiant que
la divinité «s’est souvenue ». Ce nom n'est attesté qu’une fois
dans la Bible (1 Ch 8,31), mais on le retrouve sur plusieurs
sceaux de Syrie-Palestine?, dans les documents araméens
d'Égypte (DAE, p. 500), sur une pointe de flèche phénicienne
(KAÏI, n° 22) et sur la stèle de « Zakir », roi araméen de Hamah,
vers 800 av. J.C. (KAÏI, n° 202).
— « Zamar » (zmr) (12, 3) est un hypocoristique qui se rattache
probablement à une racine dmr attestée en ougaritique et en
sud-arabique et signifiant « être fort », « protéger ». Le nom zmr
se retrouve dans deux inscriptions puniques (PNPP, p. 109).
— « Hélès» (hls) (22,4; 23,3; 26,227; 30,2; 31a,2; 32,2;
33,2; 34,2; 35,2; 49,2) est un hypocoristique signifiant que
la divinité « a arraché (du danger)», « a délivré». Dans la Bible,
c’est le nom d’un des héros de David (2 S 23, 26; 1 Ch 11,27;
27, 10) et d’un homme de la généalogie de Yérahméél (1 Ch
2, 39); on le retrouve dans les textes araméens d’'Éléphantine?!
et en phénicien (PNPP, p. 109).
— « Hanna » (hn°) (30, 3) est un hypocoristique à terminaison a
signifiant que la divinité «a favorisé», «a montré sa bonté»;

18. Cf. A. LEMAIRE, VT, XXIII, 1973, pp. 243-245 et infra, p. 184.
19. Cf. F. VATTIOoNtI, Biblica, L, 1969, p. 384, n° 238.
20. Cf. K. GALLING, ZDPV, LXIV, 1941, pp. 191-192, n° 130; F. VAT-
riont, Biblica, L, 1969, p. 365, n° 46-47, p. 377, n° 171; N. AVIGAD, EI,
XII, 1975, p. 67, n° 6.
21. Cf. M. LinzBARsKi, Phônikische und aramäische Krugaufschriften aus
Elephantine, Berlin, 1912, p. 17, n° 53.
52 | INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
ce nom est bien connu en palmyrénien (PN PI, p. 23) et surtout
en punique (PNPP, pp. 117-122).
— « Hanan » (hnn) (43,2; 45,2; 46,2; 47, 1) est un hypoco-
ristique bien connu de même signification que le précédent.
— « Yeda‘yaw » (yd‘yw) (1,8; 42,2; 48, 1) signifie « Yhwh a
connu », « Yhwh s’est occupé ».
— «Hayehudy» (hyhd(y)) (51,3) est un gentilice : «le
Judéen », et le fait que ce gentilice soit procédé de l’article
semble montrer que ce qualificatif se rapporte personnellement
à «Aha». L'interprétation proposée par Y. Yadin??, faisant
dépendre ce gentilice d’un village appelé « Yehud » et situé à
9 km de Samarie, ne tient pas suffisamment compte du fait
que ce sont généralement les étrangers d’une région qu’on
surnomme d’après leur lieu d’origine.
— «Yawyÿasha‘ » (ywy$‘) (36,3) est un nom dont la lecture
reste incertaine; il signifie « Yhwh a sauvé ».
— «Yawnatan» (ywnin) (45,3) signifie « Yhwh a donné».
C’est un nom très bien attesté dans les textes bibliques, en
particulier pour un fils de Saül (1 S 13,2 ..), et dans les textes
araméens d'Égypte (DAE, p. 499).
— {Yehaw'ély » (yhw‘ly) (55,2; 60,1) est un nom qui ne
semble attesté nulle part ailleurs; il peut s'expliquer de trois
façons différentes :
1. comme un nom de lieu; parallèlement à krm hil, «le verger
du Tell» (61), krm yhw‘ly, «le verger de Yehaw‘ély » serait
l'indication du verger d’un lieu dit « Yehaw‘ély » ;
2. comme un gentilice : «l'habitant de Yehaw'él », mais ce
nom de lieu est tout à fait inconnu;
3. comme un nom propre formé de yhw, forme piel du verbe
hwh, «vivre», et de ‘ly, «celui d’en haut », «le Très-Haut »,
élément désignant la divinité; ce nom signifierait donc « que le
Très Haut fasse vivre ». La première partie de ce nom se retrouve
dans le nom phénicien yhwmlk et dans le nom punique yhw’in
(PNPP, p. 127); la deuxième partie est identique au nom
du
prophète de Silo, « Héli », et peut être rapprochée de l'expression
"él ‘elyôn pour désigner la divinité « suprême» dans la Bible

22. Y. YADIN, « Aha of Yahud», BIES, XVI, 1951, pp. 61-63.


LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 53

(Gn 14,18.19.20 ….). C’est cette dernière interprétation qui


semble la plus vraisemblable?3.
— M. Noth (IPN, p. 19,6) avait proposé d'interpréter « Ya‘as »
(y‘$) (48,3) a partir de la racine ‘wê, « que la divinité aide »,
mais avec D. Diringer (1AEP, p. 46), il semble plus normal de
considérer ce nom comme un hypocoristique utilisant le verbe
‘8h, «faire », et signifiant : que la divinité « fasse », « agisse ».
— « Meriba‘al » (mrb‘l) (2, 7) pourrait signifier, d’après M. Noth
(IPN, p. 143, note 2) « Baal est (mon) maître», mais d’après
l’ougaritique mrr, «bénir », il signifie plus vraisemblablement
« Baal a béni ».
— «(Meré)môt» (33,3?) est un nom restitué qui reste
incertain?#.
— « Namsh{y) » (nm$(y})?5) (56,2) est probablement un nom
d'animal, l’«ichneumon » (IPN, p. 230), sorte de mangouste,
donné comme qualificatif. Dans la Bible, il n'apparaît que
. comme le nom du père de Jéhu roi d'Israël ( 1 R 19, 16 ..).
Ce nom est attesté à Ougarit (PNTU, pp. 167 et 403) et dans
une inscription sur jarre de Tell ‘Amal?6 sous la forme nm$.
— «‘Abda » (‘bd’) (57, 1) est un hypocoristique à terminaison
a bien connu dans l’onomastique nord-ouest sémitique : il
signifie « serviteur » de la divinité.
— «‘Ebedyaw » (‘bdyw) (50, 2) signifie « serviteur de Yhwh ».
— «‘Egelyaw » (‘glyw) (41, 1) est difficile à expliquer. Au lieu
de traduire « Yhwh est un taureau »??, il est préférable, avec
M. Noth (IPN, pp. 150-152; cf. HMI, p. 12) de comprendre
«veau de Yhwh ». « Veau », « jeune taureau » est une désignation
familière pour un jeune homme, de même que « génisse » (‘glh)
l'est pour une jeune femme (Jg 14,18, et aussi Jr 46,20; Os
10, 11), ainsi que l’atteste le nom propre ‘glh d’une des femmes
de David (2 $S 3,5; 1 Ch 3,3).

23. Cf. R. Lacx, CBQ, XXIV, 1962, p. 50; HMI, p. 13.


24. Pour l'étymologie de ce nom, cf. le commentaire de l’ostracon 80
d’Arad « Merémôt », infra, p. 211: - 1
25. La restitution du yod est très hypothétique puisque la forme nm
existe.
26. Cf. A. LEMAIRE, « À propos d’une inscription de Tell ‘Amal », RB,
LXXX, 1973, p. 559.
27. Cf. par exemple, R. KiTreL, Geschichie des Volkes Israels, II, Stutt-
gart, 1925, p. 231.
54 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
— «‘Uzza » (‘?) (1,5) est un hypocoristique à terminaison a
signifiant que la divinité est la « force» de celui qui porte ce
nom.
— Alors que M. Noth et D. Diringer n’expliquent pas le nom
« “Animes » (‘nm$) (24, 2), G. A. Reisner (HES, I, p. 235) y avait
déjà reconnu un nom d’origine égyptienne. Il correspond proba-
blement à l’égyptien ‘n-m-$, « le beau est sur la mer (?)» (ÂPN,
I, p. 61, n° 15).
— 4 Qadbes » (gdbë), nouvelle lecture de l’ostracon 1, ligne 5,
est probablement aussi un nom égyptien. Il est formé des deux
termes qd, « bâtir», «créer» (ÂPN, I, p. 337) et b£, nom du
dieu « Bes » (ibidem, p. 98) surtout attesté dans l’onomastique
du Nouvel Empire. Le nom « Qadbes» ne semble pas encore
attesté en égyptien, mais on connaît déjà des noms de formation
analogue, ainsi qd-pith, « Ptah crée» (ibidem, p. 337, n° 4,
XIXe dynastie).
— € Raga » (rg”) (78, 1) est une lecture douteuse ; c’est proba-
blement un hypocoristique à terminaison a du nom suivant
« Raga‘ ».
— € Raga*» (rg°) (1,4) peut être interprété soit comme un
qualificatif : « tranquille » (cf. Ps 35, 20), soit comme un hypo-
coristique signifiant que la divinité «a apaisé » (cf. Jr 50, 34).
— «Rapha » (rp’) (24,2) est un hypocoristique bien connu
signifiant que la divinité «a guéri», cette expression
étant
comprise dans un sens très large?8,
— {«Shèba‘» ($b°) (2,6) est un nom dont l’étymologie
est
discutée (IPN, pp. 146-147). I] s’agit probablement du chiffre
{ sept», symbole de plénitude (cf. 1S2,5: Jr 15,9 .Jbi
Il est aussi attesté sur un sceau
00
hébreu (cf. N. Avican, EI,
XII, 1975, p. 69, n° 14).
— «Shemaryaw » (ämryw) (1, 1-2; 13, 2; 14,2; 21,
1-2) signifi
e
« Yhwh a gardé, a veillé sur » (au moment de la
naissance). On
a retrouvé ce nom sur un sceau provenant probableme
nt de la
région de Naplouse dont l'écriture, en partic
ulier le yod avec
crochet cursif à l'extrémité droite, date du virre
sièle av. J.C.2;
il s’agit très vraisemblablement du même person
nage que dans

28. Cf. À. Caguor, « Les Rephaim ougaritiques


P. 81. Rp est maintenant connu Par », Syria, XXXVII, 1960
deux sceaux : cf. P. Bordreuil-
A. Lemaire, Semitica, XXVI, 1976, PP. 45-63, nos 20 et 21.
29. Cf. R. B. Y. Scorr, «
110; F. Varriont, Biblica, L,The1969,
Seal of Smryw », VT,
p. 381, no 214.
XIV, 1964 pp. 108-
ds
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 55

cette collection d’ostraca; le fait qu’il possède un sceau à son


nom indique que c’est probablement un haut fonctionnaire
royal50,

Au terme de cette analyse, un coup d'œil d’ensemble sur les


résultats obtenus révèle la diversité de la population des environs
de Samarie. À en juger par l’onomastique, cette population était
d'origines diverses; on rencontre quelques noms d’origine
égyptienne, un plus grand nombre de noms « yahvistes » typi-
quement hébreux, et, surtout, beaucoup de noms appartenant
au fond sémitique commun et, plus spécialement, « cananéen ».
De façon plus précise, les ostraca contiennent à peu près autant
de noms yahvistes (11) que de noms baalistes (8), et ceci même
pour le groupe 2. Sans doute ne s'agit-il pas nécessairement
d’un échantillon représentatif de tout le peuple d’Israël, cepen-
dant cette centaine d’ostraca permet de bien saisir concrètement
la diversité d’origine de la population du royaume du nord, et,
par là même, tous les problèmes politiques et religieux que cette
diversité devait poser.

III. LES NOMS DE LIEUX

C’est sans doute dans l’analyse des noms de lieux que réside,
pour l'historien, l'intérêt principal des ostraca de Samarie : ils
nous révèlent, au moins en partie, la géographie administrative
du royaume du Nord et permettent de préciser et de compléter
les données bibliques sur la topographie historique d’Israël.

En confrontant les données des ostraca avec celles de la Bible,


nous constatons que les noms géographiques mentionnés en
premier dans les ostraca des années 15 se retrouvent dans les
listes de la tribu de Manassé : Nb 26, 29-34, Jos 17, 1-13 et 1 Ch
7, 14-19. Des onze noms cités dans le livre de Josué, sept sont
présents dans les ostraca. Cette correspondance conduit à réserver
une étude spécialeà ce groupe. Nous allons donc commencer
par l’analyse des noms de villes ou de lieux-dits.

30. Cf. le parallèle de « Elyashib fils d’Eshyahu » dont le nom apparaît


sur trois sceaux et sur un ostracon d'Arad : cf. Y. AHARONI, « Arad: Its
Inscriptions and Temple », BA, XXXI, Feb. 1968, p. 15; Al, p. 121.
56 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

1. Noms de villes ou de lieux-dits,

— « Azzah » (zh) (2, 17a et 17b) est un nom inconnu de la


Bible. A la suite de F. M. Abel5t, la plupart des auteurs l’ont
identifié avec « Zawâta », au sud-est de Samarie (coordonnées
géographiques (c : 171,5 - 183,5).
— «Elmatan » (’Imin) (28) est généralement identifié? avec
« Ammatin » ou « Immatin », à une dizaine de kilomètres au sud-
sud-ouest de Samarie (c) : 165 - 177, 4).
— {Béérayim» (b’rym) (1) est, très vraisemblablement, à
identifier avec le village de « Burin» (GP, II, p. 95), au sud-
ouest de Sichem (c : 173,6 - 176,8). Ce nom est probablement
le duel de br, «puits, citerne »% et l’on pourrait traduire ce
lieu-dit : « Les deux puits ».
— « Géba*» (gb°) (8) est identifié, de façon unanime®, avec
{Jéba », au nord-nord-est de Samarie (c : 171 - 192, r). Cette
même ville est mentionnée dans la Mishna pour sa réputation
dans la culture d’un légume#5. L'étymologie de ce nom de lieu
est très claire : il signifie « colline ».
— {Haserot » (hsri) (15, 18, 22 à 26) est généralement identifié
avec ‘Asiret el-Hatab36, appelé aussi ‘Asiret Esh-Shamaliyeh, au
nord de Sichem (c : 175,2 - 184). ‘Asiret El-Qibliyeh, au sud-ouest
de Sichem (c : 170,3-176,2) est une autre identification
possible#?. Le nom lui-même signifie « les cours » ou « les camps ».
— (Yasit » (yst) (9, 10, 19, 45, 47, 67, 80) est identifié de façon
presque certaine à « Yasid »%8, à environ 8 km à l’est-nord-est.
de Samarie (c : 176, 3 - 189,2). Ce nom, d’origine étymologique

31. F. M. Age, RB, 1911, p. 293: GP, II, p. 95.


32. Cf. W. F. ALBRIGHT, J POS, V, 1925, p. 39 ; GP, II, p.
95 ; LB, p. 325.
33. Cf. W. F. ALBRIGHT, JPOS, V, 1925, p. 40, note 59 ;
AOP, p. 54, n°5.
Pour l'interprétation possible de cette terminai
son comme un duel, cf.
C. FonrTenoy, « Les noms de lieux en -ayim dans
la Bible », UF, III, 1971:
pp. 33-40.
34. Cf. W. F. ALBRIGHT, J POS, V, 1925, p.39 ; GP, II,
p. 96 ; LB, p.325;
JSG, pp. 200 et 217.
35. Cf. Mishnah, Kelim, XVII, 5; A. NEUBAU
ER, La géographie du
Talmud, Paris, 1868, p. 264. Les textes égyptie
ns connaissent aussi un nom
de cetteforme : cf. HETL, p. 116, Liste I, n° 41 : 4-b.
36. Cf. W.F. ALBRIGHT, JPOS, V, 1925, p.
39 ; GP, IT, p. 95 ; LB, p. 325.
37. R. DussAuD, Syria, VII, 1926, p. 12.
38. Cf. F. M. ABEz, RB, 1911, p. 292, et GP, II,
p. 96 ; LB, p.325; JSG,
pp. 200 et 220.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 57

incertaine, pourrait se rattacher à un verbe qui signifie « allumer »


(AOP, p. 101).
— « Yashoub » (y$b) (48) a été reconnu par F. M. Abel® dans
le texte massorétique sous la déformation yoëbey : il s’agit donc
d’une ville frontière avec Éphraïm, tout près de Tappouah
(Jos 17,7-8). La ville de Yassouf correspond à cette locali-
sation : elle est située au sud de Naplouse, à l’ouest de la route
Jérusalem-Naplouse, à la limite du territoire d'Éphraïm (c : 173-
168), Ce nom de lieu se rattache au verbe yé$b, « habiter »
(AOP, p. 101) et E. Jennift a proposé de voir dans ce lieu-dit
une nouvelle «installation », une sorte de dédoublement, de
« colonie », de la ville de Tappouah.
— « Kour » (kwr) (49) est à identifier avec « Kûr », au sud-
ouest de Samarie (c : 159, 3 - 182, 4). Ce nom se rattache peut-être
à kwr « creuset », « fournaise ».
— « Verger du Tell » (krm hil) (20, 53, 54, 58, 61, 72, 73, 99)
est attesté dans les deux groupes d’ostraca. L’expression Al,
« La colline », pourrait désigner la colline par excellence, c’est-à-dire
Samarie, et la formulation particulière des ostraca avec krm,
« verger, vigne », invite à opter pour cette hypothèse.
— « Verger de Yehaw‘ély » (krm yhw'ly) (55, 60) est proba-
blement un verger qu’on dénommait d’après le nom d’un de
ses anciens propriétaires; il pouvait se situer non loin de la
capitale puisque, là encore, le scribe n’a pas jugé bon de préciser
davantage. Un coup d’œil sur la carte au 1/20 000€ révèle,
encore aujourd’hui un nombre impressionnant de lieux-dits de
ce type : Karm ou El Kurm..., souvent suivis d’un qualificatif
ou d’un nom propref?.
— «Sépher» (spr) (16a, 16b, 29) peut être identifié avec

39, F. M. Agez, RB, 1936, pp. 103-112, spéc. pp. 106-108. La valeur de
la Septante pour cette localisation avait déjà été reconnue par C. R. CONDER,
PEFQS, 1881, pp. 90-91; cf. aussi M. Not, ZDPV, LXXXII, 1966,
pp. 270-273.
40. Une autre identification proposée : Kefr Sib, près de Suweikeh
(ec : 152, 4-194, 5) est beaucoup moins vraisemblable, car elle ne tient pas
compte des données bibliques. Cf. W. F. ALBRIGHT, JPOS, V, 1925, p. 39;
B. Maiïscer, JPOS, XIV, 1934, p. 97; EEA, p. 30; F. M. Cross, BASOR,
163, Oct. 1961, p. 14.
41. E. JENNt, ZDPV, LXXIV, 1958, pp. 39-40; M. Not, ZDPV,
LXXXII, 1966, pp. 270-273.
42. Cf. le parallèle des inscriptions sur jarre égyptiennes : W. C. HAYES,
« Inscriptions from the Palace of Amenhotep III », JNES, X, 1951, p. 89.
58 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
« Saffarin », à environ 8 km à l’ouest de Samarie (c : 160,6 -
185, 3).
— «‘Ashéret » (‘&rt) (42) est difficile à localiser ; à titre d’hypo-
thèse, on peut proposer un lieu-dit « EI ‘Ashérat », à 1 km au
sud-ouest de Yassouf (c : 173-167, 4) près duquel la vallée
prend le nom de « Wadi El Busharat ».
— «Paran» (pr’n) (14) est précédé de « Gat» (gt), mot qui
désigne une installation agricole, une ferme#. Ce village est
probablement à identifier avec « Far’un »5, au sud de Tul Karm
(ce : 152,3 - 188).
— «Qouseh» (gsh) (4,5, 6, 7) est vraisemblablement « Qusein »4f,
au sud de Samarie (c : 167,3 - 182,8). Mais d’autres identifi-
cations peuvent encore être proposées : « Khirbet Quseh »47, au
sud de Naplouse (c : 174 - 171,7); « Khirbet Qusein »#, environ
3 km au sud-est de Samarie; « Khirbet Kafr Qus» (GP, II,

43. Cf. F. M. Cross, BASOR, 163, Oct. 1961, p. 14; LB, p. 325 ; JSG,
pp. 200 et 222 (Ras Abu Balat).
44. Le mot gai est généralement traduit «pressoir », mais ce sens ne
cadre pas toujours avec le contexte (cf. Jg 6, 11). Ce mot est souvent employé
pour préciser l’origine du vin à Ougarit (cf. par exemple Ch. VIROLLEAUD,
PRU, 11, 1957, pp. 107-109, tablette n° 16.127) et en Phénicie (F. M. Cross,
«Jar Inscriptions from Shiqmona », 1EJ, XVIII, 1968, pp. 226-233). On
retrouve ce nom dans beaucoup de noms de lieux palestiniens (cf. A.F.
RaAINEY, « Gath-Padalla», IEJ, XVIII, 1968, pp. 1-14; Y. AHARONI,
« Rubute and Ginti-Kirmil », VT, XIX, 1969, pp. 137-145, spéc. pp. 141-144).
Dès lors, il est vraisemblable que ce mot désigne une installation agricole,
peut-être plus spécialement vinicole, plus large que le terme « pressoir », et
analogue à la « villa » romaine qui est, elle aussi, à l’origine de tant de noms
de ville et de village en France. Sur ce sens, cf. J. GRAy, Joshua, Judges and
Rulh, p. 123, v. 22, et p. 297, note 11. Ce sens du mot hébreu gai, « ferme »,
correspond donc à l’emploi ougaritique de gt qui désigne «eine Siedlung, in
der neben Weingärten und Olkulturen auch Obstgärten mit dazugehôürigen
Häusern inbegriffen sind » (J. AISTLEITNER, WUS, p. 70).
45. Cf. GP, II, p. 95; B. Maïscer, JPOS, XIV, 1934, p. 96: W. F.
ALBRIGHT, JPOS, V, 1925, p. 40, note 59 et JPOS, XI, 1931, p. 250.
46. Cf. M. Not, PJ, 1932, p.65; W. F. ALBrIGHT, JBL, LVIII, 1939,
p- 185; B. MAISLER, JPOS, XXI, 1948, p. 129.
47. Cf. R. DussaupD, Syria, VII, 1926, p. 13. F. M. ABEL, RB, 1911,
p. 293, hésite sur cette identification et lui préfère finalement Kh. Qusein.
Sur la localisation de cette ville, cf. R. Bac, « Zur Siedlungsgeschichte des
Talkessels von Samaria », ZDPV, LXXIV, 1958, pp. 41-54 : après une explo-
ration de la région, il pense qu’il faut situer cette ville dans la vallée au sud
de Samarie, Sans pouvoir préciser davantage.
48. Cf. F. M. ABez, RB, 1911, p. 293 ; M. Noru, LDPVAMMO2 7 p.222;
LB, p. 325.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 59

_ à l’est-sud-est de ‘Asiret Esh-Shamaliyeh (ce : 173,


2-
Ce nom de lieu se rattache probablement au mot qôs, « épine »
(AOP, p. 66, n° 11).
— «Shiphetan » (Spin) (12) vient peut-être du mot hébreu
$ph, « lèvre », bord, limite#?. On peut l'identifier avec « Shufâ »50,
à l’ouest de Samarie, au nord-ouest de Saffarin (c : 158 - 186, 8).
— {Tawil » (lwl) (13, 21) pourrait être localisé à « Till », village
à l’est d’Ammatin (c : 170,3 - 178,5).

2. Noms de clans (ou de districts)


Sept noms mentionnés dans les ostraca se retrouvent dans
la Bible en Nb 26, 29-34, Jos 17, 1-13 et 1 Ch 7,14-19. Les
deux premières listes (Nb 26 et Jos 17) sont presque identiques,
et, mise à part une inversion des noms Semyada‘ et Hépher,
l'ordre des noms géographiques est le même. Le troisième texte,
1 Ch 7, 14-19, est si incertain textuellement et si peu cohérent
au point de vue du sens qu’il est pratiquement inutilisable pour
notre étudeÿl; de sa rédaction tardive, notons seulement la
mise en valeur d’Asriel, nommé le premier dans la liste; cette
place correspond peut-être au point de vue de l’auteur, un
Judéen, et inviterait à situer Asriel au sud de Manassé, mais
ce n’est là, pour l'instant, qu’une conjecture.
Dans les deux premières listes, la critique littéraire reconnaît
‘utilisation d’une même liste originelle dont Jos 17,1-3 a,
peut-être, gardé la forme la plus primitive? ; cependant, il est
probable que la liste primitive suivait l’ordre Shemyada' -
Hépher de Nb 26. Le rédacteur sacerdotal présente la liste de
ces deux textes comme une sorte de memento de ce qu’il faut
connaître de la tribu de Manassé. De façon mnémotechnique,

49. Cf. AOP, p. 80, n° 61. Mais W. F. ALBRIGHT, JPOS, V, 1925, p. 39,
note 51, fait dériver ce nom du mot $ofet = « débris ».
50. Cf. F. M. ABez, RB, 1911, p. 293 ; M. Norx, ZDPV, L, 1927, p. 222,
note 5 ; B. MAIsLer, JPOS, XXI, 1948, p. 129 ; LB, p. 325.
51. Pour un essai discutable d'interprétation, cf. A. BERGMAN, JPOS,
XVI, 1936, pp. 228s. Pour un essai plus positif, cf. A. A. MADseN, The
Books of Chronicles, 1CC, Edinburgh, 1910, pp. 151-152; cf. aussi les
remarques de J. M. MYers, 1 Chronicles, New York, 1965, pp. 54-55;
F. MicmaeLi, Les livres des Chroniques, d'Esdras et de Néhémie, Neuchâtel,
1967, p. 62.
52. Cf. M. Noru, Das vierte Buch Mose, Numeri, ATD, Gôttingen, 1966,
p. 180.
60 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
il groupe d’un côté les mots à terminaison masculine et, de
l’autre, ceux à terminaison féminine, ce qui donne deux groupes
de cinq noms et un total de dix (Jos 17,5) que le rédacteur
tient à souligner. Ce dernier chiffre est surprenant : en fait,
il y a onze noms; si le rédacteur donne le chiffre 10, c’est proba-
blement qu’il ne met pas le nom de Hépher sur le même plan
que les autres noms de clans5.
Cette liste se présente comme une généalogie, mais le mot bn,
«fils», peut facilement être employé de façon métaphorique
pour désigner une partie d’un tout ou le membre d’une collec-
tivité54, À l’origine, cette liste « généalogique » devait être un
document administratif dont le genre littéraire est maintenant
très bien attesté dans la littérature du Proche-Orient mise au
jour par les fouilles archéologiques. Généralement un tel docu-
ment provient d’un recensement et est difficile à dater5s.
Essayons de localiser chacun des clans ou districts mentionnés56,
— « Abiézer » (’b‘zr) (ostraca 13 et 28) : deux villes sont
rattachées à ce district : Elmatan (Ammatin) et Tawil (Till).
Dans la Bible, Abiézer est le seul clan de cette région mentionné
en dehors des listes généalogiques; il est spécialement nommé
dans le cadre du cycle de Gédéon (Jg 6 à 9). D’après Jg 8,2,
Gédéon n'hésite pas à mettre le clan d’Abiézer en parallèle
avec la tribu d'Éphraïm, et, dans les listes, il occupe la première
place : ces deux faits convergent pour indiquer qu’il s’agit du
clan le plus important de Manassé, situé au cœur de cette tribu.

53. Cf. J. Gray, Joshua, Judges and Ruth, p. 155, v. 5.


54. Cf. C. R. Conper, PEFQS, 1885, pp. 18-19, qui donne une liste des
différents districts gouvernementaux de son époque : Beni Amir, Beni
Harith.. Sur cette manière de s'exprimer, cf. R. DE VAUX, TAT, I, pp. 178.
55. La Bible ne mentionne que deux recensements de cette région : l’un
sous David et la royauté unifiée (2 S 24, 1-9), l’autre sous Jéroboam II
(1 Ch 5, 17). Dans ce dernier texte, la liste présentée se termine aussi par une
addition numérique du nombre des clans (1 Ch 5, 13). Cette similitude de
présentation, ajoutée à la coïncidence des noms de districts de 1 Ch 7, 14-19
avec ceux des ostraca datés après le recensement de Jéroboam II (cf. infra,
p. 80) rend très vraisemblable l'appartenance de la liste sous-jacente à
Jos 17 à ce même recensement de Jéroboam II. Il est difficile d’être plus
affirmatif car les divisions administratives peuvent rester identiques pen-
dant plusieurs siècles (cf. A. ALT, « Das System der Stammesgrenzen »,
KS GVI, I, p. 202). M. Noru avait daté la liste que nous étudions de l’époque
du recensement de David (cf. Das System der zwôlf Siämme Istaels, Stuttgart.
1930, p. 130), de même que W. F. AL8RIGHT (JPOS, V, 1925, pp. 198).
56. Pour les diverses localisations proposées, cf. Y. AHARONI, LB, p. 325,
dont nous ne nous séparons que pour l'interprétation du territoire de Hépher.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 61

Gette localisation est confirmée par la mention des deux villes :


Ammatin et Till, qui situent ce clan à l’ouest de Sichem.
— 4 Héleq » (hlq) (22 à 27) est rattaché à la ville de « Haserot »,
probablement ‘Asiret Esh-Shamaliyeh, au nord-ouest de Sichem.
Ce district s’étendait donc au nord-est d’Abiézer, au nord-ouest
-de Sichem, à l’est de Samarie.
— 4 Asriel » (&r°1) (42, 48) est rattaché à deux villes : Yashoub
(Yassouf), à la frontière de Manassé et d'Éphraïm, et ‘Ashéret,
peut-être à situer dans les environs immédiats de Yassouf.
Cette localisation concorde avec la place que lui attribue le
livre des Chroniques (1 Ch 7, 14) et permet d’y reconnaître le
district sud de Manassé5? : il occupait probablement l’ancien
territoire cananéen de Tappouah (Jos 17, 8).
— « Sichem » ($km) (44) est bien connu par les textes égyptiens,
la Bible et les fouilles archéologiques. C’est l’actuel Tell Balata
à l’est de Naplouse. Le district de Sichem se trouvait donc à
l’est d’Abiézer et s’étendait probablement sur les plaines situées
à l’est et au sud de Naplouse.
— «Shemyada » ($myd') est abondamment attesté dans les
ostraca (3, 29 à 40, 49, 57, 62, 63, 90). Deux villes se rattachent
à ce district : Saffarin et Küûür. Shemyada‘ se trouvait donc au
nord-ouest de Manassé, au nord d’Abiézer. Le fait que la
Septante ait confondu ce mot avec Samarie n’est pas un indice
suffisant pour y rattacher cette ville. De toute façon, la capitale
du royaume du Nord devait se situer à peu près à la frontière
entre Héleq et Shemyada‘. Cette localisation, ainsi que la
richesse agricole de cette région, expliquent assez bien l’abon-
dance des mentions de ces deux noms dans les ostraca.
— « Hépher » (hpr), mentionné dans les listes bibliques, est
absent des ostraca. Ceci est normal : d’après Jos 17,5, il ne
s’agit pas d’un district proprement dit mais plutôt d’un nom
géographique de territoiref8 qui recouvre cinq districts : Mahlah,
No‘ah, Hoglah, Milkah et Tirsah. D’aprèsla localisation des
autres clans de Manassé et les limites de tout le territoire de
cette demi-tribu (Jos 17, 7-10), cette région géographique devait

57. Cf. LB, p. 325. Au contraire, F. M. Cross, BASOR, 163, Oct. 1961,
p. 14, et G. E. WRiGuT, EI, VIII, 1967, p. 63, placent ce district au nord-
ouest de Manassé car ils identifient y$b avec Kafr Sib.
58. Cf. F. M. Cross, BASOR, 163, Oct. 1961, p. 14; G. E. WRiGuxr, El,
VIII, 1967, p. 63.
62 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
se situer dans la partie nord et nord-est de Manassé, c’est-à-dire
au nord et au nord-est de Sichem, en s'étendant à l’est en
direction du Jourdain. Les mentions bibliques permettent de
confirmer cette localisation :
En Jos 12,17, un «roi de Hépher » est cité parmi les rois
cananéens vaincus par Josué. Or cette liste regroupe les rois
deux à deux, approximativement d’après leur position géogra-
phique. Hépher est précédé de Tappouah, ville de la montagne
d’'Éphraïm dont le territoire appartenait à Manassé, et suivi des
villes de la plaine côtière : Apheq et Saron, puis, un peu plus
loin, du groupe des villes cananéennes du nord : Hazor, Taanak,
Megiddo... Hépher se situait donc probablement au nord de la
montagne d’'Éphraïm.
La liste des préfectures de Salomon mentionne aussi Hépher :
la troisième préfecture comprenait « Soko et tout le pays de
Hépher » (1 R 4, 10). Longtemps mal comprise, cette préfecture
a été identifiée par Alt5® comme la préfecture de Manassé. Ceci
est indiqué par sa position dans la liste et confirmé par l’identi-
fication de « Soko» avec Shuweikeh au nord de Tul Karm
(ce : 153,5-193,6). Dès lors, Aroubot, la capitale de cette
préfecture, est à identifier avec “Arrabâ, à 15 km au nord de
Samarie (c : 169, 5 - 201, 2). La troisième préfecture se situe donc
au nord du territoire de Manassé : elle est limitée au nord-ouest
par la 4€ préfecture de Dor, au nord et au nord-est par la
0 préfecture de Taanak, Megiddo, Beth-Shéan, et, au sud, par
la 1re préfecture, celle de la montagne d’Éphraïm incluant le
sud de la tribu de Manassé avec probablement pour capitale
Sichem®; elle se compose de deux territoires différents : Soko
à l’ouest et Hépher à l’est, et l'expression «tout le pays de
Hépher », parallèle au «pays de Kaboul» (1 R 9,13) ou au
«pays de Bashan » (1 Ch 5, 11), désigne vraisemblablement un
ancien royaume ( cananéen ».

59. A. ALT, XS GVI, II, pp. 76-89 ; cf. aussi W. F. ALBRIGHT, JPOS, XI,
1931, p. 248 ; L. ADLER, Yediot (BIES), XVI, 1951, pp. 24-29, spéc. p. 26;
G. E. WRiGuT, El, VIII, 1967, pp. 55-68; A. CAQUOT, « Préfets », SDB,
ie 273-286 ; F. PINTORE, RSO, XLV, 1970, pp. 177-207 ; SSO,
PP: LL
60. C’est de la corvée de cette préfecture que Jéroboam, l’« Éphraïmite »,
était responsable, car Salomon l'avait « préposé à toute la corvée de la maison
de Joseph » (1 R 11, 28), et l’on comprend très bien que ce soit d’abord à
« Sichem dans la montagne d’Éphraïm » (1 R 12, 25) qu'il fixe sa capitale.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 63

Dans ce pays de Hépher, nous pouvons maintenant essayer


de SE sos chacun des cinq districts qui se terminent tous
en -à S
— «Mablah » (mhlh) n’est pas mentionné dans les ostraca.
Si l'identification traditionnelle d’Abel-Meholah, patrie du
prophète Élisée (1 R 19, 16), avec Aïn El-Helweh ou Tell Abu
Sus®? est justifiée, ce district se situerait à l'extrémité est de
Manassé (GP, II, p. 96), dans la zone du Wadi Mâlih.
— «Noah» (n‘h) est mentionné trois fois dans les ostraca
(50, 52, 64), sans qu’on puisse y rattacher une ville de façon
précise. À titre d’hypothèse, nous proposons de le localiser
auprès de Khirbet En-Nâähm ou Kh. ’Anâhum, à l’est de
Qabatiya (c : 179,9 -201), juste au sud d’un wadi qui porte
le même nom.
— « Hoglah » (hglh) est attesté dans les ostraca 45, 47 et 66;
Yasid, à l’est de Samarie, fait partie de ce district qui se situe
donc au nord de Sichem, c’est-à-dire au sud de No‘ah. Sa
proximité de Samarie explique le fait qu’il soit assez bien attesté
dans les ostraca.
— « Milkah » (mlkh) est probablement à situer à l’est des deux
districts précédents, autour de la ville de Mirka (c : 172,6-
200, 2), à 3 km d’Arrabôt, à l’ouest d’un Wadi El Melek et
d’un lieu-dit Ard El Milk.
— «Tirzah » (frsh) est bien connu par la Bible et l’archéologie.
Ancienne capitale du royaume du Nord (1 R 14,17; 15, 33...),
elle est identifiée avec Tell El-Farah (c : 182 - 188). Son district

61. Pour cet affixe -Gh, cf. AOP, pp. 95s. Il s’agit probablement de la
fixation de l’accusatif directionnel, cf. GHB. $ 93 f. Cette fixation semble
caractéristique des noms de lieux anciens, « cananéens ». Aïnsi, de même
qu’on a Zelophehad et ses « filles » (cf. Jos 17, 3), on a aussi « Beth-Shean et
ses filles, Yibléam et ses filles ».… (Jos 17, 11 ss). De façon générale sur les
noms de lieux préisraélites, cf. B. S. J. IssERLIN, PEQ, 1957, pp. 133-144.
62. Cf. E. Klosterman, Das Onomastikon.., Eusebius Werke, III, 1, p. 32,
et, parmi les articles plus récents : H. J. ZoBeL, « Abel-Meholah », ZDPV,
LXXXII, 1966, pp. 83-108 ; J. Gray, Joshua, Judges and Ruth, p. 307, v.?22 ;
LB, p. 241 ; S. MirrMAN, Beiträge zur Siedlungs und Territorialgeschichte des
nôrdischen Ostjordanlandes, Wiesbaden, 1970, pp. 128, 151, 220.
63. Ce nom semble mentionné dans la Bible, en Jos 19, 13, comme la
limite de Zabulon. On situe généralement cette limite beaucoup plus au
nord. Or, dans Jos 19, 13, qui décrit cette limite, on retrouve Hépher et
No‘ah (lu né‘äh dans le T.M.). Il y aurait donc lieu de réviser la localisation
de cette frontière, cf. en ce sens G. B. GRAY, Numbers, ICC, 1912, p. 392.
64 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

s’étendait probablement à l’est et au nord-est de Sichem, dans


la vallée du Wadi Far‘ah.
Jos 12,24 mentionne un roi cananéen de Tirzah. Cette
mention en fin de liste est hors contexte et visiblement secon-
dairef4, Elle a probablement été insérée ici comme une glose
sur la mention de Hépher, dont Tirzah était, très vraisembla-
blement, la capitale. Cette interprétation de Tirzah comme capi-
tale du royaume cananéen de Hépher, justifiée par l’importance
du site archéologique, explique le choix ultérieur de cette ville
comme capitale du royaume du Nord.

Au terme de cette analyse des noms géographiques et de leur


confrontation avec les données bibliques, nous aboutissons donc
non seulement à l’identification, plus ou moins assurée, d’un
certain nombre de villes et villages, mais aussi à l’établissement
d’une carte administrative du territoire de Manassé à l’époque
royale (cf. p. 65). Nous sommes même conduits à esquisser
l’extension et l’organisation d’un royaume « cananéen » antérieur
à l’arrivée des Israélites (cf. infra, pp. 283-286) est à éclairer
les origines historiques de la confédération israélite (cf. infra,
pp. 287-289). Sans doute bien des points restent-ils obscurs ou
mal assurés, mais la cohérence de l’ensemble des résultats
obtenus justifie pleinement l’essai entrepris et propose des
éléments de base pour l'étude de la topographie historique de
cette région, éléments qui pourront être utilisés ultérieurement
dans des analyses de détail.
Au cours de cette partie de l’étude, nous nous sommes limités
à l'analyse du vocabulaire, sans chercher à classer et à étudier
en détail les diverses formules employées. Cependant, nous
pouvons dès maintenant remarquer que les hommes dont le
nom est précédé de la préposition / (« à ») ne se situent pas dans
le cadre des districts analysés : dans les années neuf et dix,
Gadyaw est rattaché aux districts de Héleq (Haserot) et de
Shemyada‘ (Sépher), et il est remplacé, dans les ostraca de
l’année 15, par Asa Ahimélek qui est lui-même rattaché à trois
districts différents : Abiézer, Héleq et Shemyada‘. Il nous
faudra essayer de rendre compte de ce fait dans notre recherche
de la signification exacte des ostraca.

64. Cf. J. GRAY, Joshua, Judges and Ruth, 1967, p. 127, v. 24.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 65

Û :
Tall Beth Shéan

O Jenin

Arrabä, Mika
e Kh.En-Nähm
MILKAH NO'AH
Tell Abu Sus
‘Anza
L

huweikeh \
H É P HER
AHLAH
1 RE À
Ÿ
e Jeba. 2 5 m Ki:4D Ex£
Tubäs e
lkarm
HOGLAH
eYasid
e Beit Umrin Tell El Far ‘ah
in
eShüfa e Sebastieh Ÿ (Tirzah) $
(Samarie)
SHEMYADA' HÉLEO
Satfarin° JOURDAI
ee Es -Shamaliyeh
° Zawata
Kür© °Qusein * AMTEBAL
Naplouse
M A N A S S É D get “
Immatin
L2
ABIÉZER
[A]‘Araq


A Ben) SHEKHEM
Sichei
e Beit Dajan
Far'atah - eBurin
°Jinsafut ‘Asiret el-Qibliyeh

Jhulth

Kh.Quza
nan SRIEL

* Yassouf

‘er
eTurmus Aya

eBir Zit
ina
£ Tayibeh
L2

TBethel)

Fig. 4. — Les districts de Manassé.


CHAPITRE IV

INTERPRÉTATION GÉNÉRALE
DES OSTRACA

La signification exacte des ostraca de Samarie a été contro-


versée ; trois interprétations ont été proposées suivant lesquelles
le texte des ostraca se rapporte :
— soit à des impôts ou dîmes en nature venant des divers
districts du royaume d’Israëli,
—— soit à des comptes d’approvisionnement du palais royal,
— soit à l’administration des « biens de la couronne ».

Avant de discuter chacune de ces interprétations, il nous faut


les resituer dans le contexte socio-économique et politique du
Proche-Orient ancien. Nous allons donc d’abord rappeler rapi-
dement quelques témoignages parallèles sur l'administration des
pays du Proche-Orient.

1. Cf. W. F. ALBRIGET, J POS, V, 1925, p. 41, et JPOS, XI, 1931, p. 248 ;


R. Dussaun, Syria, VII, 1926, p. 27 ; B. MaisLeRr, JPOS, XXI, 1948, p. 132 ;
A. PARROT, Samarie capitale du royaume d'Israël, Neuchâtel, 1955, pp. 54-58;
Y. YADIN, SH, VIII, 1961, pp. 9-25.
2. Cf. IAEP, pp. 58-62.
3. Cf. M. Not, ZDPV, L, 1927, pp. 211-244 ; A. ALT, KSGVI, III, 1959,
pp. 296 ss et 368 ss; H. MicHauD, SPA, p. 59; J. G. FÉVRIER, SDB, VI,
1960, col. 951 ; Y. AHARON1I, « The Districts of Israel and Judah», The
Kingdoms of Israel and Judah, ed. A. Malamat, Jerusalem, 1961, p. x11 (an-!
glais) ; A. F. RAINEY, PEOQ, IC, 1967, pp. 32-41 ; SSO, pp. 88-92.
68 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

I. LE CONTEXTE DU PROCHE-ORIENT ANCIEN

A) Égypte
C’est surtout durant le deuxième millénaire avant notre ère
que l'Égypte a fait sentir son influence sur la Palestine. De
cette époque, et plus précisément du règne d’Amenhotep III
(fin du xve siècle av. J.-C.), nous possédons une source historique
importante pour la connaissance de l’administration égyptienne :
les inscriptions du palais d'Amenhotep III à El Malataf.

Beaucoup de ces inscriptions ont été écrites sur des jarres.


Variés dans leur formulation, les textes contiennent généra-
lement huit thèmes d’information :
. la date, exprimée le plus souvent en termes d’année royale,
le nom du produit contenu dans les jarres,
. un adjectif précisant la qualité de ce produit,
. la quantité du contenu, s’il s’agit de liquides ou de grains,
. l’occasion de l’envoi : une fête royale,
. l’origine du produit,
. un nom et un titre, interprétés comme ceux de la personne
au nom de laquelle le produit est apporté,
8. un nom et une spécialité, interprétés comme se rapportant
à celui qui a matériellement réalisé l’envoi.

Par leur contenu, ces inscriptions sont donc très proches de


celles de Samarie. Or :
— la quasi-totalité des noms sous lesquels le produit est
apporté sont des noms de membres de la famille royale ou de
hauts fonctionnaires de la cour;
— le nom d’origine du produit est interprété comme celui du
domaine royal ou d’un domaine des grands temples officiels;
— parmi les produits nommés, le vin vient en troisième
position (295 fois), presque à égalité avec la bière (298 fois)
tandis que l'huile est moins souvent nommée (34 fois) et peut
être qualifiée de « douce » ou de « parfumée »;

4. Cf. surtout W. C. Hayes, « Inscriptions from the Palace of Amenhotep


IT», JNES, X, 1951, pp. 35-56, 82-111, 156-183, 231-242.
5. Cf. W. GC. HAYESs, loc. cit., p. 82,
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 69

— pour les envois de vin, le titre de celui qui a réalisé l'envoi


est souvent « maître de la vigne » ou « maître des vignerons »f.

Quoiqu’un peu plus ancienne, l’histoire de Sinuhé (ANET,


p. 22) reflète le même milieu et les mêmes coutumes : lorsque le
roi l’anoblit et l’introduit à la cour, il est oint d’huile, d’une
huile de choix venant des réserves royales, puis il est gratifié
d’un jardin ou verger auparavant rattaché à un autre membre
de la cour, enfin, ses repas lui sont fournis par le palais royal.
Sur la cour d'Égypte, nous possédons encore deux témoignages
bibliques du x® siècle av. J.C. : deux opposants à Salomon s’y
sont réfugiés : Jéroboam (1 R 11, 40) et Hadad d'Édom (1 R
11, 14-22); le pharaon fit de ce dernier un de ses courtisans :
il lui donna une maison et une terre, lui assura la nourriture, et,
finalement, l’intégra dans sa propre famille (1 R 11, 18-19).

Ces données correspondent aux autres renseignements que


nous possédons sur la société égyptienne? :
— les biens royaux étaient très importants et répartis, au
moins partiellement, entre les hauts fonctionnaires et les temples
officiels;
— les hauts fonctionnaires vivaient à la cour du pharaon et
devaient approvisionner le palais, spécialement lors des grandes
fêtes;
— le vin était très apprécié à la cour, et le pharaon encoura-
geait personnellement la culture de la vigne;
— enfin, le palais du pharaon comprenait des magasins
spéciaux pour entreposer le vin et l’huile de qualité.

B) Ougarit.
Les fouilles de Ras-Shamra (— Ougarit) ont mis au jour un
nombre considérable de tablettes économiques et administratives
datant des xive et xrrre siècles av. J.C.f. Plusieurs études ont

6. Cf. W. C. HAYESs, loc. cit., pp. 88 à 101.


7. Cf. W. Herck, Zur Verwaltung des Mittleren und Neuen Reiches,
Leiden, 1958.
8. On trouvera les principaux textes dans J. NouGayrot, PRU, ITI,
1955 ; Ch. VirozLEAUD, PRU, II, 1957 ; GTA, n°8 65 à 159 ; Ch. Virolleaud,
PRU, V, 1965 ; J. Noucayroz, « Textes suméro-accadiens des archives et
bibliothèques privées d'Ugarit », Ugaritica V, 1968, pp. 1-446.
70 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
déjà été consacrées à ces tablettes administratives’; elles
permettent de mieux saisir l’organisation sociale de ce royaume
dont la civilisation est si proche de celle de la Palestine.
Le royaume d’Ougarit était organisé suivant un modèle social
qu’on pourrait appeler féodal ou quasi féodal. Le roi répartissait
les terres de la couronne entre les membres de sa famille, ses
hauts fonctionnaires, son clergé et ses soldats; ceux-ci, en
retour, devaient assurer le service du roi, le plus souvent à
leurs propres frais. Ceux que leurs fonctions retenaient au palais
royal y recevaient régulièrement, venant de leurs propres fiefs,
ce qui était nécessaire à leur entretien et on peut noter que ce
système était indépendant de la perception de la dîme dont le
roi pouvait exempter certains de ses hauts fonctionnaires!°.
Les denrées provenant des fiefs et apportées à la cour étaient
entreposées dans les magasins royaux et les scribes enregistraient
leur entrée et sortie sous le nom de leur propriétaire (cf. SSU,
p. 1v). Les tablettes déjà publiées nous fournissent de nombreux
exemples de comptabilité de ce genre. Malheureusement, leur
interprétation précise n’est pas toujours évidente : il est souvent
difficile de discerner s’il s’agit d’entrées, d'états de magasin ou
de sorties. En effet, les prépositions ougaritiques sont très
polyvalentesil : ainsi b peut signifier « dans», «venant de»,

9. Cf. J. Gray, « Feudalism in Ugarit and in Early Israel», ZAW,


LXIV, 1952, pp. 49-55 ; E. A. SPEISER, « Akkadian Documents from Ras
Shamra », JAOS, LXXV, 1955, pp. 154-165 ; I. MENDELSOHN, « Samuel’s
Denunciation of the Kingship in the Light of the Akkadian Documents from
Ugarit », BASOR, 143, Oct. 1956, pp. 17-22 ; A. F. RAINEY, « Administration
in Ugarit and the Samaria Ostraca », IEJ, XII, 1962, pp. 62-63 ; Ip., «The
Kingdom of Ugarit », BA, XXVIII, 1965, pp. 102-1925, spéc. pp. 112-116;
In., «The Military Personnel of Ugarit », JNES, XXIV, 1965, pp. 17-27;
Ip., «Some Prepositional Nuances in Ugaritic Administrative Texts »,
PICSS, pp. 205-211 ; In., SSU, spéc. pp. 49-65 ; Ip., « The System of Land
Grants at Ugarit in its Wider Near Eastern Setting », FWCJ S, pp. 187-191 ;
M. HELTzER, « Royal Dependants (bn$ mlk) and Units (gt) of the Royal
Estate in Ugarit », VDI, 2 (100), 1967, pp. 32-47.
10. Cf. A. F. RAINEY, BA, XXVIII, 1965, p. 114, et déjà I. MENDELSOHN,
BASOR, 143, Oct. 1956, p. 20.
11. Malgré W. Cnomsky, « The Ambiguity of the Prefixed Prepositions
‘mm’, "1°, "bin the Bible », JOR, LXI, 1970, pp. 87-89, et C. F. WHITLEY,
« Some Fonctions of the Hebrew Particles Beth and Lamedh », JOR, LXII,
1972, pp. 199-206, nous pensons que cette polyvalence reste exceptionnelle
en hébreu biblique. Sur ce point, en effet, l’hébreu est différent de l’ougari-
tique car il possède les prépositions *! et mn absentes de l’ougaritique, cf.
déjà Ch. VIROLLEAUD, « La préposition dans la langue de Ras Shamra »,
Comptes rendus du GLECS, II, 1934-1937, pp. 13-14
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 71
{contre », «avec», et ! «à» (propriété, but), 4 pour», « de»,
«venant de ».
Malgré cette polyvalence des prépositions, certaines tablettes
sont particulièrement éclairantes pour notre étude; ainsi la
tablette 16 127 présente une liste de « fournitures de vins de
qualités diverses avec indication de leur origine »2 et la tablette
15 87% est probablement une liste de distribution d’huile indi-
quant les personnes auxquelles l’huile appartient ou a été donnée.
Mais c’est probablement la tablette 16 3954 qui présente l’un
des meilleurs parallèles aux ostraca de Samarie :
« De Tibbaqu, 40 (jarres) de grain et 10 jarres de millet
et 24 jarres pour Yahesar sans son fils.
De la gai du Gué, 140 (jarres) de grain et 80 de millet
et 120 jarres, ration des employés. »

Dans tous ces textes, il s’agit de fournitures entreposées et


enregistrées par les responsables des magasins royaux; les
denrées proviennent de diverses propriétés royales (gt)!5 et sont
explicitement destinées à l'entretien de tel ou tel personnage,
de tel ou tel groupe de la maison royale.

C) Israël.
Les fouilles de Lakish, de Tell Qasilé et surtout de Tell Arad
ont mis au jour quelques textes économiques hébreux, ostraca
ou inscriptions sur jarre, mais ces quelques textes ne repré-
sentent souvent que de simples listes de noms propres de
personnes. Ce sont probablement l’ostracon 25 d’Arad, les
inscriptions sur jarre de Lakish et d’Arad, et celle de la région
d'Hébron!'é qui fournissent les meilleurs parallèles aux ostraca
de Samarie de 1910. Dans l’ostracon 25 d’Arad, on retrouve la
formule : préposition min+nom de lieu+quantité; et dans
l'inscription sur jarre de Lakish, on peut lire : date-+nom de
lieu+nom de personne.
L'inscription sur jarre n° 20 d’Arad!? ne contient que la date

12. Ch. ViROLLEAUD, PRU, II, p. 107.


13. Cf. Ibid., p. 118.
14. Cf. Ibid., p. 120 et A. F. RAINEY, PICSS, pp. 210-211.
15. Cf. M. HELTZER, Loc. cit. note 9, pp. 32-47.
16. Cf. N. AvicaDn, « Two Hebrew Inscriptions in Wine-Jars», IEYJ,
XXII, 1972, pp. 1-5.
17. Cf. À. LEMAIRE, VT, XXIII, 1973, pp. 243-245 et infra, p. 174.
72 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

suivie d’un nom de personne, tandis que celle découverte


récemment dans la région d’Hébron se lit : préposition /+nom
de personne+yyn («vin »)+nom de lieut$+quantité (?).
Dans les trois premiers textes cités, c’est probablement le
scribe du magasin du lieu qui a écrit les indications concernant
l’année, le lieu d’origine, la quantité et le nom du propriétaire.
Ces parallèles éclairent quelque peu le sens de la préposition L
des ostraca de Samarie, dont l'interprétation reste très discutéel®.
D'après le parallèle de l’inscription incisée d’Hébron, il semble
que le lamed, comme dans les autres inscriptions sur jarre,
indiquait le propriétaire du vin ou des autres denrées.

Cependant, pour préciser ce dernier point, nous pouvons


recourir aux données bibliques sur l’administration du domaine
royal en Israël?0. D’après le « droit du roi» de 1 S 8, 9-18?1, le
roi confiait en fief à ses « serviteurs » les champs, les vignes et
les oliveraies les meilleurs (1 S 8, 14). Ces fiefs récompensaient
les services des hauts fonctionnaires et, plus spécialement, des
officiers de l’armée (cf. 1 S 22,7); ils étaient habituellement
héréditaires mais pouvaient être confisqués si celui auquel ils
avaient été confiés commettait une faute, le roi gardant toujours
un droit de regard particulier sur ces terres.
L'histoire des rapports de David avec Méribaal et Ziba illustre
très bien la manière dont étaient gérés les biens de la couronne.
A la mort de Saül, ses biens avaient été confisqués au profit
du nouveau roi, David, mais celui-ci, en mémoire de Jonathan,
les redonna en fief au dernier petit-fils de Saül, Méribaal. Celui-ci
devait rester à la cour de David et manger à sa table (cf. 2 S
9, 7), la mise en valeur de ses terres étant confiée à un intendant
(na‘ar), Ziba, auquel David ordonne : « Tu travailleras pour lui

18. L'interprétation de khl comme désignant une couleur nous semble


difficile à accepter malgré A. Demsxy, « ‘Dark Wine’ from Judah», 1EJ,
XXII, 1972, pp. 233-234.
19. Cf. surtout Y. YADIN, IEJ, IX, 1959, pp. 184-187 ; A. F. RAINEY,
IEJ, XII, 1962, pp. 62-63; Y. YADIN, ibidem, pp. 64-66; Y. AHARONI,
ibidem, pp. 67-69 ; A. F. RaAINEY, PEOQ, IC, 1967, pp. 32-41 ; Y. YADIN,
IEJ, XVIII, 1968, pp. 50-51 ; A. F. RAINEY, PEQ, CII, 1970, pp. 45-51.
20. Cf. M. NorTx, ZDPV, L, 1927, pp. 211-244; A. ALT, KSGVI, III,
1959, pp. 348-372; IAT, I, pp. 190-193 ; SSO, pp. 80 ss.
21. Sur les problèmes de critique littéraire de ce texte, cf. F. LANGLAMET,
RB, LXXVII, 1970, pp. 161-200, et spéc. p. 186, note 146. Sur sa valeur
historique, cf. I. MENDELSOHN, BASOR, 143, Oct. 1956, pp. 17-22; I. Sh.
SHIFMAN, VDI, IC, 1967, pp. 38-48.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 73

la terre, toi avec tes fils et tes esclaves, tu en récolteras le produit


qui assurera à la famille de ton maître le pain qu’elle mangera »
(25,9; 10).
Comme à Ougarit (cf. SSU, p. iv), le courtisan qui mangeait
à la table royale recevait donc son ravitaillement des produits
de son fief, et c’est probablement un ravitaillement de ce genre
qu’apportait Ziba à Jérusalem lors de sa rencontre avec David
en fuite (2 S 16,1). Le serviteur de Méribaal profite alors de
l'occasion pour accuser son maître de trahison et se faire donner
son fief par le roi (2 S 16,4). Finalement, Méribaal réussira à
se justifier et le fief sera partagé entre lui et Ziba (2 S 19, 30).
Cette histoire montre clairement que les biens de la couronne
étaient généralement? confiés à de hauts fonctionnaires civils
ou militaires ou à des membres de la famille royale. Ceux-ci
résidaient à la cour et y recevaient toutes les denrées nécessaires
à leur entretien, en provenance de leurs fiefs. Ces fiefs étaient
administrés et gérés par un intendant appelé na‘ar® qui, semble-
t-il, exerçait lui aussi sa fonction de façon héréditaire.

II. LES TROIS HYPOTHÈSES

À la lumière de ces quelques témoignages sur l’administration


des pays du Proche-Orient, nous pouvons mieux apprécier les
trois hypothèses avancées par les divers commentateurs pour
l’interprétation des ostraca de Samarie.

À) La thèse des impôts ou dîmes en nature.


Cette solution explique l’existence d’une comptabilité officielle,
la mention des noms de personnes et des lieux d’origine des
envois, plus particulièrement celle des noms de districts. Mais
elle se heurte à plusieurs objections :
— La dîme ne nous est pas attestée, pour le royaume du
Nord, avant le règne de Jéroboam Il, et, lorsqu'elle est men-

22. Le roi se réservait sans doute certaines propriétés pour les administrer
directement, cf., par exemple, 1 R 21, 15 ; 2 Ch. 26, 10, cf. ZAT, I, p: 191.
23. Cf.2S 9, 9 ; 16, 1 ; 19,18; ZAT, I, p. 192. Ce titre de na‘ar se retrouve
sur trois sceaux hébreux : cf. F. Varriont, Biblica, L, 1969, p. 371, n° 108,
p. 381, n° 217, p. 382, n° 221.
74 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
tionnée, elle est mise en relation avec les temples? et non avec
le palais royal.
— Le vin et l'huile sont deux produits pour lesquels la qualité
est essentielle. Un tel impôt en nature aurait donc dû préciser
non seulement la quantité mais encore les diverses qualités du
produit à apporter au palais royal. Un tel système paraît bien
compliqué, et le roi aurait sans doute recueilli toutes les
«piquettes » du pays. Il est symptomatique, à cet égard, que
l'huile et le vin ne soient pas mentionnés parmi l’approvision-
nement de la table du roi venant des diverses préfectures
(1 R 5, 7-8).
— Enfin et surtout, suivant cette interprétation, les hommes
dont le nom est précédé de la préposition « à » ({) seraient des
percepteurs responsables de la collecte des impôts d’un district25.
Dès lors, il devient impossible d'expliquer qu’un même homme,
dont le nom est précédé de « à » (/), soit rattaché à deux et même
à trois districts différents tandis que deux villes d’un même
district sont rattachées à des noms différents.
Il semble donc qu'il faille abandonner cette interprétation?®
qui ne correspond ni aux données de l’administration israélite,
ni aux données des ostraca.

B) La thèse des comptes d’approvisionnement du palais royal.


Cette solution justifie la mention de la qualité des produits
et la relation des ostraca avec le palais royal de Samarie. Mais
elle est incomplète, car elle n’explique pas l'existence de deux
catégories de noms propres de personnes. Enfin, elle se heurte
à une objection de bon sens pratique : il est vraisemblable que
si le palais royal s’était approvisionné auprès de fournisseurs
attitrés, il l’aurait fait par grosses quantités et non au détail,
jarre par jarre.

24. Cf. Am 4,4 et H. CAZzELLES, « La dîme israélite et


les textes de Ras
Shamra », VT, I, 1951, pp. 131-134.
25. Cf. W. F. ALBRIGHT, JPOS, V, 1995, PP. 40-41 ; LB,
p. 322 (?).
26. Cf. SO, p. 159. Y. YaADIN, SH, VIII, 1961, pp. 9-25, interprè
données des ostraca dans le cadre de l'impôt capital de Menahem te les
. Cette
interprétation se heurte à deux objections supplémentaires
numériques ont la valeur 15 et non la valeur 9, ce qui : les signes
exclut le règne de
Menahem, et, en 2? R 15, 20, le rédacteur insiste sur le fait que l'impôt
extraordinaire de Menahem était un impôt capital en
argent « à raison de
50 sicles par tête », et non en nature. Sur ces objectio
ns, cf. A. F. RAINEY,
PEQ, IC, 1967, p. 40.
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 75

C) La thèse des « biens de la couronne ».


Gette solution est suggérée par les textes parallèles d'Égypte
et d’Ougarit. Elle correspond très bien au mode de gestion, en
Israël, des domaines royaux confiés à des courtisans mais
exploités par des intendants qui assuraient l’approvisionnement
de la table royale au bénéfice de leurs maîtres.

Mais, pour être acceptée, cette solution doit aussi rendre


compte des diverses données des ostraca. Analysons rapidement
le sens de ces données dans le cadre de cette interprétation :
— Le nom précédé de la préposition « de » (min), indique le
lieu de la propriété royale d’où vient le produit. Cette locali-
sation peut être précise, avec mention du village, ou simplement
approximative, avec l'indication du district.
— Le lamed («à») est essentiellement un «/amed d’appar-
tenance »?7 que l’on pourrait traduire : «appartenant à », «au
compte de ». Il précède le nom du haut fonctionnaire de la cour
titulaire de la propriété royale?8,
— Les noms précédés de la préposition « à » (/) sont, en grosse
majorité, des noms yahvistes®?. Après l’avènement de Jéhu
(842 av. J.C.), le yahvisme a été réintroduit comme religion
officielle du royaume du nord (2 R 10, 28). Il est donc normal
que les hauts fonctionnaires portent, en général, des noms
yahvistes. Dans cette ligne, il faut peut-être interpréter le nom

27. Cf. Y. YADIN, 1EJ, 1959, pp. 18488 ; IEJ, XII, 1962, p. 64; IEJ,
XVIII, 1968, pp. 50-51 ; SO, pp. 159-160. Cependant il faut noter que cette
appartenance n’est pas seulement une appartenance d’origine, elle est aussi
d’aboutissement. L'interprétation des noms précédés du lamed comme étant
ceux des propriétaires des lieux d’origine est juste, mais ces mêmes proprié-
taires sont aussi courtisans à la cour du roi de Samarie, et c’est là qu'ils
reçoivent leur approvisionnement : d’une certaine façon, ils sont à la fois
expéditeurs et destinataires. Mais il faut bien noter que, philologiquement,
par l'emploi de la préposition /, le scribe ne prend pas position par rapport
à l’origine ou à la destination du déplacement, qui est terminé lorsque
l'ostracon est écrit, mais essentiellement par rapport au propriétaire de la
denrée apportée.
28. Cf. M. Nora, ZDPV, L, 1927, p. 228. Le fait que le nom précédé d’un
lamed désigne un haut fonctionnaire semble confirmé, dans le cas de $mryw,
par le fait qu’on a retrouvé un sceau à son nom, cf. supra, p. 54.
29. Cf. SO, p. 157. La seule véritable exception est l’ostracon 12, avec
le nom « Ba‘al Zamar ». En effet, « Ba‘ala » (ostracon 3) est un deuxième nom
précédé du lamed, donc à interpréter comme un nom d’intendant.
76 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

Ahimélèk5® comme l'indication d’une appartenance à la famille


royale. Les ostraca nous feraient ainsi connaître quelques
«grandes familles » de la cour : Ahimélèk et ses deux fils Asa
et Yeda‘yaw, Gadyaw et son fils Hélès.
— Les autres noms de personnes, nettement détachés du reste
du texte par un retour à la ligne, sont ceux des intendants
(n‘rm) chargés de veiller, sur place, à la mise en valeur de la
propriété du maître retenu à la cour par ses fonctions. Ils sont
responsables de l’envoi des produits mentionnés, exactement
comme Ziba était chargé d’approvisionner Méribaal à la cour
de David (2 $S 9, 10).
— Ces intendants appartenaient à une sorte de classe moyenne
d’origine probablement cananéenne. Cette origine expliquerait
la forte proportion de noms baalistesÿl et la présence de trois
noms égyptiens (Eshor, ‘Animes, Qadbes) dans ce groupe.

La thèse des biens de la couronne donne donc un sens très


cohérent aux données essentielles des ostraca de Samarie. Dans
cette ligne, il est possible de préciser quelques points de détail :
— Écrits par le scribe du magasin du palais royal, ces ostraca
pouvaient servir à un triple but. Ils permettaient d’abord au
magasinier de connaître exactement l’état de son approvision-
nement. Chaque année, le scribe devait collecter tous les ostraca
pour les comptes qu’il devait rendre à son supérieur hiérarchique,
peut-être le « maître du palais » (’&r ‘l hbyt)®, et celui-ci pouvait
alors vérifier si chacun des courtisans fournissait son approvi-
sionnement à la maison du roi. Enfin, chaque courtisan pouvait
facilement vérifier si ses intendants apportaient régulièrement
le produit de ses propriétés. Cette comptabilité était donc
suffisamment précise pour être efficace.

30. A l’origine, ce mot est composé de deux termes théophores, mais il fut
probablement assez vite utilisé comme un signe d'appartenance à la famille
royale, cf. les parallèles phéniciens dans H. BAUER, OLZ, XXXIII, 1930,
pp. 590-594.
31. Cf. SO, p. 157. On peut noter que deux frères, Rega‘ Elyasha‘ et
Ba‘ala Elyasha‘ (ostracon 1) semblent tous deux travailler comme intendants
au service de Shemaryaw, ce qui signifie que les intendants appartenaie
nt
souvent à un même milieu et même à une même famille.
32. Cf. 1 R 16,9; 18, 3... Sur cette fonction, cf. TAT, I, pp. 199-201 ;
H. J. KATZENSTEIN, « The Royal Steward », IEJ, X, 1960, pp. 149-154 ;
SSO, pp. 70-110. :
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 764

— Le vin et l'huile étant fournis par les courtisans, on


comprend que les produits mentionnés soient de qualité. Chaque
courtisan devait mettre son point d'honneur à produire le vin
le meilleur et l’huile la plus pure pour les offrir lors des banquets
royaux (cf. Am 6, 6).
— Les biens de la couronne étant distribués au gré du roi,
ils ne sont pas situés dans le cadre administratif des districts.
Un même courtisan peut donc être titulaire de plusieurs propriétés
rattachées à des districts différents. Les courtisans devaient
surtout chercher à regrouper leurs propriétés autour de la
capitale, et l'absence des districts les plus éloignés et les plus
pauvres de Manassé correspond probablement à cette tendance.

III. LES DEUX GROUPES D'OSTRACA

La thèse des «biens de la couronne» semble s'imposer.


Cependant, seule, elle n’explique pas toutes les données des
ostraca : il nous faut aussi rendre compte des différences entre
les deux groupes d’ostraca, ceux des années neuf et dix et ceux
de l’année 15. Ces différences sont de trois ordres :

A) Trois différences.
1. Différence d'écriture : l'analyse paléographique a révélé que
certaines lettres présentaient un état plus développé dans le
groupe 2 que dans le groupe 1.

2. Différence de formulation? :

— Dans le groupe 1, le texte se présente généralement sous


la forme :
« En l’an (neuf ou dix),
venant de ........ ,
asie 318 te 3
jarre (de vin vieux ou d'huile raffinée) ».
L'indication de l’année se fait toujours en toutes lettres, le
nom de lieu est un nom de village ou de ville, et, généralement,
il n'y a qu’un seul nom de personne, le nom de l’intendant

33. Cf. M. Noru, ZDPV, L, 1927, pp. 228-230 ; LB, pp. 315-316.
78 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

n'étant pas cité. Cependant, dans ce groupe, quelques ostraca


font exception à cette règle générale : les ostraca 1 et 2 mettent
en premier le nom de personne et comportent toute une série
de noms qui ne sont pas précédés de « à »; il s’agit ici soit d’un
envoi groupé%#, soit d’un compte « personnel » de fin d’année5,
D'autre part, les ostraca 3 et 13 ont deux noms de personnes
précédés de « à » et le nom de lieu est celui d’un district: nous
sommes probablement en présence d’une formule intermédiaire
entre les formules du groupe 1 et celles du groupe 2 : ces deux
ostraca sont de l’année dix et le deuxième nom de personne
est précisé par son patronyme (n° 3) ou par son lieu d’origine
(n° 13) comme les noms des intendants®6 du groupe 2, il doit
donc être compris dans ce sens.

Dans le groupe ?, celui de l’année 15, la formule est plus


préciseÿ? :
{En l'an 15 (avec ou sans article)
venant de (nom de clan),
à (nom de personne suivi de son patronyme),
.. (autre nom de personne suivi de son patronyme ou de
son
village d’origine, ou des deux à la fois; ce dernier nom
est
clairement distingué du premier par un retour à la ligne). »
— Dans les deux groupes, nous n’avons pas tenu compte des
ostraca mentionnant un « verger » : ils forment un groupe
spécial.
Ceux des années dix (20, 53, 54, 55, 72, 73) n’ont
pas de nom
précédé de « à », ni de nom de lieu précédé de « de »
(min). Ceux
de l’année 15 n’ont qu'un seul nom de personne
précédé de
«à» (58) ou aucun nom (61). Comme nous l'avons
vu, il s’agit

34. Cf. M. Nota, art. cit. p. 240.


35. Cf. À. F. RAINEY, FWCJS, P. 189, note 32.
36. Les intendants jouaient un rôle important
puisqu'on a retrouvé des
sceaux à leurs noms, cf. F. VATTIONI, Biblica
, L, 1969, p. 371, n° 108, p. 381,
n° 217, p. 382, n° 221. Dès lors, on comprend
qu'ils aient parfois été consi-
dérés, plus ou moins, comme les propriétaires,
et le double /amed exprime
sans doute une sorte de participation à la proprié
té : cf. N. AVIGAD, IEJ, IX,
1959, p. 132; Y. YADIN, TEJ, IX, 1959, p.
186. I. T. KAUFMAN (SO, p. 154)
pense déjà que le deuxième nom précédé du
lamed est à rapprocher du nom
qui n’est pas précédé du lamed dans les autres ostraca.
37. Il faut mettre à part le n° 50 où
il ÿ a deux noms propres précédés
du lamed et placés dans un ordre différe
nt de celui des autres ostraca de ce
groupe. Il est possible que le premier
nom, « Gomer », soit un nom de femme
dont le mari, ou le fils héritier, serait
indiqué par le deuxième nom précédé
lamed, mais cette interp du
rétation reste conjuecturale,
LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 79

probablement de vergers proches de la capitale et gérés direc-


tement par le palais royal*8, sans être attribués en fiefs à des
courtisans. Dans ce cas, il faudrait voir dans l’unique nom de
personne du n° 58 le nom du gérant de la propriété, comme dans
les ostraca 3 et 13.

3. Différence de noms de personnes.


En comparant les ostraca du groupe 1 à ceux du groupe 2,
nous constatons que :
— aucun nom précédé de «à » dans les ostraca des années
neuf et dix ne se retrouve dans ceux des années 15;
— pour un même lieu, les noms précédés de « à » varient du
groupe 1 au groupe 2; ainsi Yasit est rattaché à Adoni‘am,
puis à Hanan Ba‘ara, Haserot et Sépher à Gadyaw puis à Asa
Ahimélèk;
— il semble qu’on retrouve dans le groupe 2 les fils de ceux
dont les noms sont précédés de «à» dans le groupe 1, ainsi
Hélès (n°s 30, 33, 34) est probablement le fils de Gadyaw men-
tionné dans les ostraca des années neuf et dix (n°5 2, 4, 5, 6, 7,
16, 17, 18).

B) Leur explication.
Pour expliquer ces trois différences, on a présenté deux
hypothèses :
__ une différence de date assez importante, environ l’espace
d'une génération, entre les ostraca du groupe 1 et ceux du
groupe 2;
__ une réorganisation administrative’ réalisée pendant le
laps de temps qui sépare ces deux groupes.

Il faut, pensons-nous, cumuler ces deux explications :

— Un changement de génération explique très bien l’évolution


de l'écriture et la différence des noms de personnes. Puisque
les ostraca indiquent les années royales neuf et dix, puis l’année

HTR, IV, 1911, p. 139; A. F. RAINEY, PEQ, IG


38. Cf. D. G. Lyon,
1967, p. 40.
39. Cf. M. Note, ari. cit., pp. 237 88.
40. Cf. Y. AxARONI, IEJ, XII, 1962, p. 68 ; LB, p. 323.
80 INSCRIPTIONS HÉBRAÏÎQUES

15, ce changement doit être combiné avec un changement de


règne. Or deux rois seulement ont régné à Samarie durant la
première moitié du vtr siècle av. J.C., date que l'archéologie
et la paléographie assignent aux ostraca : Joas (803-790) et
Jéroboam II (790-750). Le premier groupe serait donc à dater
des années 795-794 et le second de l’année 776 av. J.C. L'écart
d'une vingtaine d’années entre ces deux dates correspond assez
bien à un changement de génération.
— Une réorganisation administrative permet d'expliquer le
changement de formulation entre les deux groupes et, en parti-
culier, la mise en valeur des districts ainsi que l'absence du nom
du produit#, Une telle réorganisation est souvent liée à un
recensement, et nous pouvons, avec beaucoup de vraisemblance,
la relier au recensement organisé sous Jéroboam II, confirmant
ainsi la date proposée pour le groupe 245.

41. La chronologie de cette période est incertaine, cependant une inscrip-


tion publiée récemment semble confirmer que Joas a régné dès 803
av. J.C.,
cf. spécialement H. GAZELLES, « Une nouvelle stèle d'Adad-Nirari
d’Assyrie
et Joas d'Israël », CRAI, 1969, pp. 106-114.
42. Sans distinction de groupes, les ostraca avaient déjà été
placés sous
ce roi par W. F. ALBRIGHT, Archaeology andthe Religion of Israel,
Baltimore,
1946, p. 160 ; S. A. BIRNBAUM, PEQ, LXXIV, 1942, p. 108
; G. R. DRIVER,
Semitic Writing from Piciograph to Alphabet, London, 31954,
p. 109 ; SO,
PP. 132 s.; F. M. Cross, AUSS, XIII, 1975, p. 8. Y. AHARONI
avait déjà
proposé de distinguer les deux groupes et de les dater
des règnes de Joas
et de Jéroboam II, cf. BASOR, 184, Dec. 1966, p.
18, note 30, et LB,
P. 324; cf. aussi SSO, p. 90.
43. L'absence du nom du produit peut s’expliquer par
la création de deux
Magasins séparés ayant chacun leur propre scribe,
comme sous David
(1 Ch 27, 27-28). Cette explication, vraisemblable,
reste pourtant hypo-
thétique : nous n’avons aucune preuve positive que
les ostraca du groupe ?
concernent les mêmes produits que ceux du groupe
I.
44. Cf. 1 Ch 5, 17. Ce sont probablement les résultat
s de ce recensement
de Jéroboam II qui ont été utilisés par l’auteur du livre
des Chroniques, au
moins en 1 Ch 5 (cf. W. RupoLpx, Chronikbächer, Tübinge
n, 1955, p. 48). Un
tel recensement sous Jéroboam II est très vraisemblable histori
il correspond à une expansion territoriale quement car
d'Israël qui retrouve presque, à
cette époque, les frontières du royaume de
David : cf. M. HAURAN, VT,
XVII, 1967, pp. 266-297, et SSO, p. 91.
45. Cette datation du groupe ? fixe le terminus
a quo de la construction de
la « maison des ostraca » : elle concorde avec les
estimations des archéologues
de l'expédition conjointe qui la dataient «proba
blement» du règne de Jéro-
boam II : cf. J. W. CROWFOOT, SS, I, p.
8.
- LES OSTRACA DE SAMARIE DE 1910 81

IV. CONCLUSION
L'interprétation que nous proposons peut donc se résumer
ainsi :
— Les ostraca de Samarie sont des textes de comptabilité,
— écrits par des scribes, à Samarie même
— à deux époques différentes, le premier groupe sous Joas,
vers 795-794 av. J.C., et le deuxième sous Jéroboam II, vers
776 av. J.C.
— Ils se rapportent à des entrées dans le magasin du palais
royal,
— approvisionné par les domaines royaux,
— dont les divers courtisans étaient titulaires.
— Ils mentionnent le lieu de la propriété royale d’où vient
le produit,
— et le nom de l’intendant (n‘r) responsable de l’envoi.
— Non liés à l’administration régulière des districts,
— ils permettent cependant de dresser, avec une grande
vraisemblance, la carte administrative du territoire de Manassé,
— après le recensement de Jéroboam Il.
4 sat FAT ga iqer AIRih
eh, à

cv * AP Me En Pa W4 "4

mir

celoixteih 20

sixÉs + Might que: $

"+ Le RETh Le.


Er
matt
DEUXIÈME PARTIE

LES OSTRACA DE LAKISH


BIBLIOGRAPHIE

H. TorczYNER (TuRr-SiINAÏ), «The Lachish Ostraca» (Hb), BJPES,


III, 1935, pp. 90-92 et « The Lachish Ostraca» (Hb),
este H.N. Bialik, I, Tel-Aviv, 1935-1936, pp. 371-
8.
W. F. ALBRIGHT, « À Supplement to Jeremiah : the Lachish
Ostraca », BASOR, 61, 1936, pp. 10-16.
U. CassuTo, « I primi quattro ostraca di Läkië», RSO, XVI,
1936, pp. 163-177 et 392-394. |
W. F. ALBRIGHT, « The Oldest Hebrew Letters : the Lachish
Ostraca », BASOR, 70, 1938, pp. 11-17.
R. Dussaup, «Le prophète Jérémie et les lettres de Lakish»,
Syria, XIX, 1938, pp. 256-271.
K. ELLIGER, « Die Ostraka von Lachis », PJ, XXXIV, 1938,
pp. 30-58.
J. HEMPEL, « Die Ostraka von Lakis », ZAW, XV, 1938, pp. 126-
139.
J. W. JACK, « The Lachish Letters. Their Date and Import. An
Examination of Prof. Torczyner's View», PEQ, LXX,
1938, pp. 165-187.
H. TorczyNer, Lachish I, The Lachish Letters, London, 1938.
S. A. BIRNBAUM, « The Lachish Ostraca », PEQ, LXXI, 1939,
pp. 20-28 et 91-110.
K. ELLiGEr, « Zu Text und Schrift der Ostraka von Lachis »,
ZDPV, LXII, 1939, pp. 63-89.
D. W. THomas, « The Lachish Letters », JTS, XL, 1939, pp. 1-15.
A. VAccaRi, « Le lettere di Lachis. In margine al libro di Geremia »,
Biblica, XX, 1939, pp. 180-199.
R. DE Vaux, «Les ostraka de Lachis», RB, XLVIII, 1939,
pp. 181-206 (repris dans Bible et Orient, Paris, Cerf, 1967,
pp. 457-484).
W. F. ALBRIGHT, « The Lachish Letters after Five Years», BASOR,
82, 1941, pp. 18-24.
D. DiriNGEr, « On Ancient Hebrew Inscriptions Discovered at
Teli ed-Duweir (Lachish)-III, The Lachish Ostraca
Nos XIX-XXI», PEQ, LXXV, 1943, pp 89-99 et PI. V-VI
86 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

W. F. ALBRIGHT, « The Lachish Ostraca », ANET, 1950, pp 321-


322
D. W. Taomas, « The Age of Jeremiah in the Light of the Recent
Archaeological Discovery », PEQ, LXXXII, 1950, pp. 1-15.
D. DiIRINGER, « Early Hebrew Inscriptions », dans Lachish III,
London 1953, pp. 21-23 et 331-339.
H. MicHAuD, La langue des osiraca de Tell ed-Duweir, thèse de
doctorat à la faculté de théologie de Strasbourg, 1953
(LOD).
F. M. Cross, « Lachish Letter 1v », BASOR, 144, 1956, pp. 24-26.
H. Micaaup, « Les ostraca de Lakië conservés à Londres », Syria,
XXXIV, 1957, pp. 39-60.
H. MicxauD, SPA, 1958, pp. 75-1083.
H. DonNER - W. RôLLic, KAI, nos 192-199.
B. Rocco, « L’ostrakon Canfora », RivB, XIV, 1966, pp. 201-208.
P. G. RiNaLpi, « Ostraco ‘ Canfora ” », BiOr, IX, 3, 1967, p. 117.
Y. AHARONI, « Trial Excavation in the ‘ Solar Shrine ” at Lachish.
Preliminary Report», IEJ, XVIII, 1968, pp. 157-169,
spéc. pp. 168-169 et PI. XII.
H. P. MôzLer, « Notizen zu althebraischen Inschriften, 1», U T7}
II, 1970, pp. 229-242, spéc. pp 234-242
J. C. L. GiBson, HMI, 1971, pp. 32-49.
S. À. BIRNBAUM, HS, I, 1971, col. 60-62 (cf. HS, II, nos 23-26).
PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Les fouilles de Tell ed-Duweir, conduites sous la direction


de J. L. Starckey par la Wellcome Archaeological Research
Expedition!, ont permis d'identifier, de façon certaine, ce site
avec la place forte de Lakish. Celle-ci, mentionnée vingt-quatre
fois dans la Bible, était, après la capitale, Jérusalem, la place
forte la plus importante du royaume de Juda. Située au cœur
de la Shephélah, elle commandait la zone d’accès possible des
armées étrangères venant de la grande voie de passage que
constituait la plaine philistine.
Mais la célébrité de ce site archéologique est peut-être due,
plus encore, à la découverte sur ce tell d’un certain nombre
d'inscriptions hébraïques anciennes, qui constituent un témoi-
gnage de première importance sur l’atmosphère qui régnait dans
cette région lors des événements qui ont marqué les dernières
années du royaume de Juda. Avant d'étudier dans le détail
chacune des inscriptions, il est nécessaire de bien situer les
diverses circonstances de leurs découvertes.

I. LES OSTRACA DE 1935

C’est le 29 janvier 1935 que le premier ostracon fut découvert


sur le site de Lakish. Très vite, en quelques jours, d’autres
ostraca se joignirent au premier. Les fouilleurs les découvrirent
dans la couche de destruction par le feu, vers 587 av. J.C., de
la porte principale de la ville-forteresse. De façon plus précise,
les ostraca 1 à 15 et l’ostracon 18 furent découverts dans la
première pièce à droite en entrant dans le système de fortifi-

1. Pour la publication des fouilles, cf. H. TORCZYNER, Lachish I, 1938;


O. TurneLz, CG. H. INGE, L. HARDING, Lachish II, 1940; O. TUuFNELL,
Lachish III, 1953.
88 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
cations de cette porte, tandis que le n° 16 a été ramassé sous la
surface de la route perse, dans le ballast utilisé pour la cons-
truction de cette route, et que le n° 17 a été repéré lors du tamisage
de cette même route perse conduisant à la porte de la ville?
D’après le contexte archéologique, il est clair que ces ostraca
datent de la dernière période d'occupation avant la destruction
de la ville par l’armée babylonienneÿ et, probablement, peu de
temps auparavant, car les niveaux de destruction représentent
généralement ce qui reste de la toute dernière période d’occu-
pation. Le lieu précis de la découverte des ostraca 1 à 15 et de
l'ostracon 18 pourrait être significatif : « d’après sa position
entre les deux portes de la ville et le côté ouvert sur la route,
la pièce a pu servir de salle de garde, et des messages pourraient
y avoir été reçus par l'officier supérieur. »

II LES OSTRACA DE 1938


Durant la sixième et dernière campagne de fouille de la
Wellcome Archaeological Research Expedition à Lakish, trois
autres ostraca furent découverts. L’ostracon 19 fut trouvé au
pied du coin sud-ouest du Tell, parmi la maçonnerie brûlée
tombée sur le chemin d’accès5. Les deux autres inscriptions ont
été découvertes dans le locus 1065 (L 12), à l’est du palais-forte-
resse situé au sommet du Tell : l'inscription sur jarre n° 20
a
été découverte, avec d’autres fragments de cette jarre, dans
la
couche de cendres dues à la destruction de la ville vers
587,
tandis que l’ostracon 21 a été trouvé sous le sol brûlé de
cette
pièce, ce qui indique, s’il n’y a pas eu d’erreur stratigraphique,
qu’il pourrait être antérieur au règne de Sédécias (597-587
av.
J.C.).

2. Cf. J. L. Srarckevy, « The Discovery », Lachish


I, pp. 11
et 13.
3. J. L. Srarckey, PEQ, 1937, pp. 235-236, précise
stratig
qu’il a pu discerner
raphiquement les deux destructions de 597
et 588 av. J.C. ; cf. aussi
W. F. ALBRIGHT, BASOR, 68, 1937, p.
26. Cependant la datation de la
strate III reste discutée et il faut probab
lement la dater de 701 av. J.C.
D’après la découverte de noyaux d’olives
dans les couches de destruction,
il est probable que la ville a été détruite après
l'automne.
4. Cf. J. L. SrarckEY dans Lachish Tip: 1e
5. Cf. G. H. INGE, « Excavations at Tell Ed-Du
weir », PEQ, 1938, p. 254.
6. Cf. H. L. GinsBerG, « Lachish Ostraca New
and Old », BASOR, 80,
1940, p. 12; D. DIRING ER, Lachish TITI, p 1339;
LES OSTRACA DE LAKISH 89

III. L'OSTRACON : CANFORA

Le 25 août 1965, lors d’une visite du site de Tell ed-Duweir,


P. Canfora remarqua une petite pierre calcaire située à l’est
des ruines du palais, sur laquelle il crut discerner des traces
d'écriture à l’encre. Cette petite pierre a été publiée par B. Rocco?
qui propose d'y lire :
1. Hôduel fils d’'Hosha‘yahu
2. 10 (?) (étoile?).

Mais l’excellente photographie qui accompagne cette publi-


cation nous laisse perplexe : s’agit-il vraiment d’une inscription
à l'encre? Ne serait-ce pas plutôt un ensemble de traces noirâtres
plus ou moins naturelles? Il est permis d’hésiter et il nous semble
prudent de ne pas inclure cette petite pierre énigmatique dans
l’étude des « ostraca » de Lakish.

IV. L'OSTRACON DE 1966

Durant l’été de 1966, Y. Aharoni dirigea une fouille de sondage


au «temple du soleil» («Solar Shrine») de Lakish£. Or, en
fouillant la cour intérieure de cet ensemble architectural, il mit
au jour plusieurs petites pièces d'époque israélite, et, dans l’une
d’elles (locus 3), en plus d’un ensemble de poids et de cachets
scellés, il découvrit un ostracon taillé suivant une forme nette-
ment rectangulaire. D’après le contexte archéologique de cet
ensemble, Y. Aharoni propose de considérer cette pièce comme
une sorte de chancellerie qui pourrait avoir été en relation avec
la tradition cultuelle d’un temple à cet endroit.

7. B. Rocco, « L'ostrakon Canfora », RivB, XIV, 1966, pp. 201-208;


cf. aussi P. G. RinaLpi, « Ostraco Canfora », BiOr, IX, 1967, p. 117, tav. VI.
8. Cf. Y. AmaroONI, « Trial Excavations in the ‘ Solar Shrine ? at Lachish,
Preliminary Report », IEJ, XVIII, 1968, pp. 157-169 et Investigations at
Lachish, the Sanctuary and the Residency (Lachish V), Tel-Aviv, 1975.
90 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

Lod

Ramis e
Rer
Beit Ur et-Tahta
$ Beit Ur el-Fawqa

oGézer

eLatroun

JERUS

eAshdod
À Tell Beit Shemesh

Tell os-Sati
L
AE:
° Tell'Azéqah
kn.Bert Natif e en|
NM
Kh.Shuweikehe, Emeg
dit à
Haëla

%Kh. Adullam
Tell Bornat Tell Goded
e

VÉrah
Tall'Erani Tell'Eter
# e Beit Guvrin
e Tell Marésha
(Tell Sandahanna)

© Tell ed-Duweir eKh: Beit Lei


LAKISH
Tell ol-Hésf
Teil Oéshet e.Kh.el-Qôm .
HÉBRON
TeilNagils

e Tell Milha
e Tell Beit Mirsim

Fig. 5. — La Shephélah.
LES OSTRACA DE LAKISH 91

SN 0 606 /7:8 471000 1 HW 1 18 17 18 19 20 21 22 23 M 25

CIMETIÈRES

e Temple
du Soleil

1065 P114ÿ
> ÿs
Palais ‘ =
orteresse
\e
s
‘ =

re.#
nur une
“ Rout
: 7 d'acis
5 Le A
C2
©KE
CIMETIÈRE"

100 50 100 150 200ms

Fig. 6. — Plan de Lakish (d’après Lachish III, P1. 108).


NORD

Mur de défen:
Mur de défense interieur
extérieur

Ancien
mur
de briques
< détruit

Bastion Ja

Porte
extérieure

F18A
de briques
détruit

Rampe
d'accès

2 4 6 10ms

Fig. 7. — Plan de la porte de Lakish (d’après Lachish 1, p. 223).


CHAPITRE I

ÉTUDE DÉTAILLÉE
DE CHAQUE OSTRACON :

OSTRACON N° 1

. Gemaryahu fils de Hissilyahu


. Yaazanyahu fils de Tobshalem
. Hagab fils de Yaazanyahu
. Mibtahyahu fils de Yirmiyahu
DA .
O1
© Mattanyahu fils de Néryahu

I. COMMENTAIRE

Cet ostracon est le mieux conservé de toute la collection.


De forme trapézoïdale (7,5X 10 cm), il est complet et les lettres
sont très lisibles, ce qui explique que ce soit le seul ostracon
pour la lecture duquel l'unanimité se soit faite immédiatement.
L'écriture de cet ostracon est différente de celle du reste de
la collection; les formes des lettres, en particulier celles du
beth, du yod, du mem et du noun, semblent être légèrement
moins évoluées que les formes correspondantes des autres
ostraca?. Paléographiquement cet ostracon est très proche de
l’ostracon 1 de Mésad Hashavyahu datant environ de 609 av.
J.C. (infra, p. 260). Par rapport aux autres ostraca de Lakish,
cette particularité pourrait être le signe que cet ostracon est
plus ancien que les autres; mais il peut s’agir aussi de l'écriture
d’un scribe plus âgé ou plus « classique » qui a conservé l’ancienne

1. Cette étude détaillée laisse de côté les ostraca 10, 14, 15 et 21 dont
l'écriture est si effacée qu'il est impossible de lire un mot complet.
2. Ainsi le yod a généralement un retour inférieur à droite, cf. LOD, p. 23.
94 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

manière d'écrire. Le contexte archéologiques, identique à celui


des autres ostraca de cette collection, invite à opter pour cette
deuxième solution.
Cette liste ne contient que des noms propres hébraïques et
leur étymologie est généralement facile à déterminer :
— « Gemaryahu » (gmryhw) signifie « Yhwh a accompli» (cf.
Jr 36, 10.11.12.25).
— € Hissilyahu » (hslyhw) signifie «Yhwh a arraché (au péril) »,
{« Yhwh a délivré » : ce nom n’est pas attesté dans la Bible, mais
on le retrouve sur deux sceaux provenant l’un de Lakish4 et
l’autre d’El-Jib5,.
— «Yaazanyahu» (yznyhw) signifie «Que Yhwh prête
l'oreille », « Que Yhwh écoute » : ce nom est attesté dans la Bible
à l'époque de Jérémie comme celui d’un chef militaire (2 R 25,
23; cf. Jr 40,8) et en Ez 8, 11 comme celui d’un « Ancien »;
on le retrouve sur le sceau de Tell en-Nasbeh, avec le titre
«serviteur du roi» (‘bd hmlk)$
— « Tobshalem » (fb$lm) est un nom dont l’étymologie exacte
est difficile à préciser : il semble associer deux prédicats : bb,
«être bon » et #lm (au piel), «remplacer, restituer ». A cause de
cette difficulté, les commentateurs ont proposé deux vocalisations
et trois interprétations différentes :
1. La vocalisation Tob&illäm a été expliquée de deux manières :
a) « payer en bien, récompenser »; suivant cette interprétation
proposée par H. Torczyner’, ce nom ne contiendrait qu’un
prédicat composé. Sans doute le sens de #illém tob semble-t-il
assuré en hébreu biblique (cf. Pr 13,21 et 1 S 24, 20), mais
l’ordre des termes est alors inverse de celui du nom de l’ostracon.
De plus, une telle expression double serait tout à fait exception-
nelle dans l’étymologie d’un nom propre. Pour ces deux raisons,
il nous semble difficile de retenir cette interprétation.

3. Cf. déjà W. F. ALBRIGHT, BASOR, 68, 1937, p. 26.


4. Cf. EEA, p. 78, n° 18.
5. Cf. F. VATTIONI, Biblica, L, 1969, p. 378, n° 186.
6. Cf. W. F. BADÉ, « The Seal of Jaazaniah », ZAW,
LI, 1933, pp. 150-
156 ; F. VATTIONI, Biblica, L, 1969, p. 368, n° 69.
7. Cf. H. TorCzyNER, Lachish I, p. 26.
LES OSTRACA DE LAKISH 95

b) «le Bon a restitué, a remplacé »; cette interprétation a été


adoptée par la plupart des commentateurs et semble aller de
soi. En fait, l'adjectif {ob, « bon » n’est jamais employé, semble-
t-il, comme théophore. Dès lors, cette étymologie nous semble
très douteuse.
2. Tob$älèm, « Shalem est bon »; cette interprétation proposée
par S. Yeivin® avait été rejetée par H. Torczyner!® mais a été
reprise récemment par J. Teixidor!1. L'existence d’une divinité
sémitique Sälëm ne fait aujourd’hui aucun doute : elle est déjà
attestée au IIe millénaire dans les régions amorites et à Ougarit,
où elle semble avoir été la divinité (peut-être l'étoile) du crépus-
culel?, En Palestine même, cette divinité n’est pas une inconnue
puisque c’est la divinité protectrice de Jérusalem dont le nom
signifie probablement « fondation de Salëm »5, aussi ne serait-il
pas étonnant que le nom de cette divinité se retrouve dans les
noms de « Absalom » et « Salomon »4, deux fils de David qui
avait conquis Jérusalem et en avait fait sa capitale. D'autre
part, la construction fb$lm, ib+nom de divinité, a de très bons
parallèles bibliques : {äb®’al (Es 7, 6), labe’el (Esd 4, 7), {obiyyähü
(2 Ch 17,8) et surtout {ôbiyyah. Dès lors, cette interprétation
nous semble préférable aux deux autres. Cependant l’usage de
ce nom à l’époque royale tardive n’est peut-être pas un signe
de la survivance du culte du dieu Shalem à Lakish : on a pu
utiliser ce nom fourni par la tradition sans trop penser à son
étymologie précise. Notons enfin que ce nom, absent de la Bible,
a été retrouvé sur un sceau découvert à Ein-Gedit5,

9. S. YEIviN, BJPES, III, 1935, p. 86 ; cf. aussi D. W. Tomas, JTS, XL,


1939, p. 14.
10. H. TorczyNER, Lachish I, p. 26.
11. J. TeixiDGR, « BES », Syria, XLIV, 1967, p. 180; cf. aussi, avec
hésitation, HMI, p. 37.
12. Cf. J. Gray, JNES, VIII, 1949, pp. 72-73; APNMT, p. 247 ; H.
W. HaussiG, Gütter und Mythen im Vorderen Orient, Stuttgart, 1965,
pp. 306-307 ; J. NouGayroz, Ugaritica V, 1968, n° 18, RS, 20.24 « Pan-
théon d’Ugarit », pp. 60-61. -
13. Cf. entre autres, H. L. VINCENT, « Les noms de Jérusalem », Memnon,
VI, 1913, pp. 89-124, et « Jérusalem », SDB, IV, 1949, col. 898-899.
14. Cf. J. Gray, The Legacy of Canaan, Suppl. to VT, Leiden, *1965,
pp. 185-186. ;
15. Cf. B. Mazar-I. Dunayevski, IEJ, XIV, 1964, p. 123; F. VATTIONI,
Augustinianum, XI, 1971, p. 64, n° 162.
96 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

— « Hagab » (hgb) signifie « sauterelle »; ce nom pourrait avoir


été, à l’origine, un sobriquet, à moins qu’il ne s'agisse d’un
nom de clan (IPN, pp. 229-230) relié au groupe des Netinim!?.
On le retrouve dans la Bible (Esd 2, 46).
— «Mibtahyahu » (mblhyhw) signifie « Yhwh est mon assu-
rance »; ce nom est absent de la Bible mais très bien attesté à
Éléphantine sous les formes mbihyh et mbth (DEA, p. 479).
— € Yirmiyahu » (yrmyhw) sgnifie « Yhwh relèvera »; ce nom
biblique est célèbre puisque c’est celui du prophète Jérémie,
contemporain des ostraca de Lakish, et d’autres hommes de
cette époque; on le retrouve sur plusieurs sceaux!8 et sur un
ostracon de Tell Arad (infra, p. 188).
— «Mattanyahu » (minyhw), « don de Yhwh»; ce nom est,
lui aussi, bien attesté dans la Bible (1 Ch 25, 4.16 …); on le
retrouve encore sur un sceau palestinien!?,
— { Néryahu » (nryhw) signifie « Yhwh est ma lumière»: ce
nom est, dans la Bible, celui du père de Baruk, secrétaire de
Jérémie (Jr 36, 14.32;43, 6) ; on le retrouve sur plusieurs sceaux?0,
dans un ostracon d’Arad (infra, p. 124) et dans une inscription
sur cruche de Tell Béérshéba21.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Get ostracon est une liste de noms propres non précédés
d’une préposition, comme les ostraca 11 et 19 de cette collection
et comme l’ostracon de l’Ophel. Cette liste avait certainement
une fonction administrative comme le montrent les nombreux
parallèles des listes trouvées à Ougarit, où de telles listes sont
souvent intitulées : « spr ….»2, Ici, en l’absence de tout titre

17. Cf. B. À. LEVINE, « The Netinîm », JBL, LXXXII 1963, pp.


207-212,
spéc. p. 211, et « Notes on a Hebrew Ostracon From Arad »,
IEJ, XIX, 1969,
pp. 49-51 ; cf. infra, p. 183.
18. Cf. F. VaTTIOoNI, Biblica, L, 1969, P. 367, n° 58 et p. 385,
n° 248 DRE 1
aussi, à Lakish même, Y. AHARONI, IEJ, XVIII, 1968, p. 167.
19. Cf. R. AMIRAN-A. EYTAN, Qadmoniot, III, 1970, pp. 65set,
peut-être,
EEA, p. 82, n° 31.
20. Cf. F. Varriont, Biblica, L, 1969, pp. 357-388, n°5 19,
50 et 56.
21. Cf. RB, LXXIX, 1972, p. 592.
22. Cf. par exemple Ch. VIROLLEAUD, PRU II, 1957,
nes 32, 33, 34, 36,
37, 60... De façon générale, on trouvera de nombreuses
listes de noms propres
de personnes dans PRU II et PRU V. Sur cet emploi
de spr au début d’une
LES OSTRACA DE LAKISH 97
et de toute indication, l’utilisation exacte de cet état nominatif
nous échappe#. Dans cette liste, il n’est même pas certain,
quoique ce soit possible, que le nom de la ligne 3 désigne le fils
de celui qui est nommé à la ligne 2. Le seul renseignement
historique important que l’on puisse tirer de cet ostracon semble
être la popularité du yahvisme à Lakish durant les dernières
années du royaume de Juda, puisque, sur les dix noms propres,
huit sont des théophores « yahvistes ».

OSTRACON N° 2
1. À mon maître Yaôsh. Que Yhwh
2. fasse entendre à mon maître une nouvelle de paix
3. maintenant tout de suite, maintenant tout de suite. Qui est
ton serviteur,
4. un chien, pour que mon maître se soit souvenu de son
D. (ser)viteur. Que Yhwh accorde à mon
6. (maïî)tre la primauté d’une parole que tu n’as pas connue.

I. COMMENTAIRE

Cet ostracon de forme rectangulaire (10 X9 cm) est incomplet :


il lui manque un fragment au coin inférieur droit et il semble
légitime de restituer une lettre au début de la ligne 5 et deux
lettres au début de la ligne 6%. Le tesson de cet ostracon
appartient à la même jarre que les ostraca 6, 7, 8, et 18. L'écriture
en est très bien conservée et parfaitement lisible, si bien que les
commentateurs ne se sont divisés que sur la lecture d’une seule
lettre, à la ligne 5.
A la ligne 1, le nom « Yaôsh » (y’w$) n’est pas attesté dans la
Bible, mais on le trouve à Éléphantine (DAE, p. 497). L’étymo-
logie de ce nom est difficile à préciser et deux interprétations
en ont été proposées :

liste, cf. aussi SSO, pp. 44-45. Notons cependant que, même à Ougarit,
de nombreux états nominatifs n’ont aucun titre.
23. On pourrait tout au plus penser à une liste de « Netinim » à cause
de la mention de « Hagab » et comparer cette liste à un spr yinm attesté à
Ougarit, cf. Ch. VIROLLEAUD, « Textes administratifs de Ras Shamra », RA,
XXXVII, 1940-41, pp. 17-19 : RS 11 800, I, 1 et II, 5, repris dans UT,
p. 204, n° 301.
24. Contre l'opinion de J. CG. L. GIEsoN, HMI, pp. 37-38.
98 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

— 4 Que (Yhwh) accorde » ou « que (Yhwh) fasse (encore) un


don (d’un enfant) »#5; cette interprétation rattache le nom
« Yaôsh » à une racine ’wé, « donner », dont l’existence en nord-
ouest sémitique est maintenant bien attestée?.
— 4(Yhwh) sera fort»? ou «(Yhwh) se montrera fort ».
Ce nom est alors rattaché à un verbe ’wé, «être fort», dont il
reste, peut-être, quelques formes dérivées en hébreu ancien :
une forme hilosasü (Es 46, 8), et le nom ’1$8.
Au total, l’étymologie de y’wé reste assez incertaine mais
c’est la première solution qui est la plus vraisemblable.

Les lignes 1 à 3 contiennent une formule de politesse tradi-


tionnelle : «Que Yhwh fasse entendre à son maître une nouvelle
de paix. » Cette formule, absente de la Bible, est à rapprocher
des formules semblables des autres ostraca de cette collection :
«Que Yhwh fasse entendre à mon maître une nouvelle de
paix et une nouvelle de bonheur » (ostracon 3, lignes 2-4).
« Que Yhwh fasse entendre à mon maître maintenant tout
de suite une nouvelle de bonheur » (4, 1-2).
«Que Yhwh fasse entendre à mon maître une nouvelle de
bonheur et une nouvelle de paix maintenant tout de suite»
(5, 1-3).
«Que Yhwh fasse entendre à mon maître une nouvelle de
bonheur, maintenant tout de suite, tout de suite » (8, 1-2).
« Que Yhwh fasse entendre à mon maître une nouvelle de
paix et (de bonheur) » (9, 1-2).
Remarquons dans ces formules l'emploi des deux termes
«paix » ($lm) et « bonheur » (fb) : ils sont caractéristiques de la
proclamation du messager de bon augure (cf. Es 52,7 et Na
2, 1). Le syntagme traduit « maintenant tout de suite » signifie
littéralement : « maintenant, ce jour », ou « maintenant, aujour-
d’hui». Dans cet ostracon, l’expression est répétée, ce qui est
une manière d’insister : ici, cette insistance pourrait indiquer
que la situation est si mauvaise qu’il est extrêmement urgent
qu'une bonne nouvelle arrive.

25. Cf. IPN, p. 213 ;DAE, p. 497 ; cf. aussi W. F. ALBRIGHT, BASOR,
70, 1938, p. 13, en note, et Z. S. Harris, JBL, LVII, 1938, p. 438.
26. Cf. récemment B. Rocco, « Alla ricerca di un’etimologia (m’£8/mê) »,
AION, XXX, 1970, pp. 396-399 ; E. Lipinski, «*$b°l and ’&yhw and Parallel
Personal Names», OLP, V, 1974, pp. 5-14; P. BORDREUIL, Syria, LII, 1975,
pp. 113-117.
27. Cf. H. TorczyNeER, Lachish I, p. 38.
28. Cf. TLHC, I, pp. 83-84. -
LES OSTRACA DE LAKISH 99
La formule de politesse des lignes 3-4 : « qui est ton serviteu
r,
un chien, pour que … », se retrouve deux autres fois dans
les
ostraca de cette collection (cf. 5, 3-4 et 6, 2-3) : elle est absente
de la Bible mais y a d'excellents parallèles : « Qu'est ton serviteur
que tu te sois adressé au chien mort auquel je ressemble »
(25 9, 8), et surtout : « Qu'est ton serviteur, ce chien, pour que... »
(2 R 8, 13)%,
Des formules du même genre sont d’ailleurs déjà attestées
dans les lettres d'El-Amarnaÿ, Le contexte de ces divers
parallèles semble indiquer que cette formule était surtout utilisée
dans l’entourage du roi, ce qui laisserait entendre que son emploi
dans les ostraca de Lakish dénote, peut-être, un expéditeur
formé aux usages de la cour.
C’est seulement à la ligne 4 que commence le message propre-
ment dit. Celui-ci est d’abord une référence au passé : «mon
maître s’est souvenu de son serviteur ». Se souvenir de quelqu'un,
en hébreu biblique, c’est généralement agir en sa faveur (cf.
Gn 8,1; 19,29; 30,22); cette expression fait donc allusion à
un bienfait dont l’expéditeur a été le bénéficiaire.

Le sens des lignes 5-6 est difficile et controversé, car les


commentateurs ont lu diversement le deuxième mot de la ligne 5.
Paléographiquement, après observation de l'original, la lecture
ybkr nous semble certaine®l, En fait, si cette lecture a été
controversée, c’est probablement parce qu’elle pose un problème
philologique d’interprétation. Le verbe bkr est très peu attesté
en hébreu biblique*?. A la suite de R. Dussaud, il faut probable-
ment y voir un verbe dénominatif au piel ayant le sens de
« donner les prémices » (cf. Ez 47, 12) ou « accorder en primauté »
(cf. Dt 21,16). Ce sens fondamental de primauté ou prémices
est confirmé par l’arabe et le syriaque; il s'accorde très bien
avec l’expression finale : « que tu n’as pas connue » (?&r l yd'‘th).
Celle-ci se retrouve plusieurs fois en hébreu biblique pour

29. Cf. aussi 1 S 24, 15; 2 S 16,9 ; 1 Ch 17,19; cf. H. CazeLces, « For-
mules de politesse en hébreu ancien », Comptes rendus du GLECS, VII, 1954-
1957, p. 26; G. W. CoATs, « Self-Abasement and Insult Formulas », JBL,
LXXXIX, 1970, pp. 14-26.
30. Cf. J. A. KNUDTZON, Die El-Amarna-Tafeln, Leipzig, 1°1908,
pp. 367 ss : n° 71, lignes 16-19 ; 76, 11-13 ; 79, 45-46; 84, 17; 85, 64 ; 247,
14-15 ; A. F. RAINEY, El Amarna Tablets 359-379, Neukirchen, 1970, pp. 50-
51, n° 378, lignes 18-25.
31. Cf. déjà H. Micuaup, Syria, XXXIV, 1957, pp. 43-45.
32. Cf. Lv 27, 26 ; Dt 21, 16; Jr 4, 31 ; Ez 47, 12.
33. Cf. Dt 8,3; 13,7; 28, 33.36.64...
100 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

désigner quelque chose d’« inconnu », de « nouveau », d’« autre »,


d’«inoui». Notons, dans les lignes 5-6, le passage brusque du
style poli, à la troisième personne, «mon maître», au style
direct, à la deuxième personne, « tu »; ce changement de style
ne doit pas étonner car on le retrouve dans d’autres passages
des ostraca de Lakish, en particulier dans l’ostracon 4, lignes ? à 4.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Ce message est très court et très formel : l’adresse et les


formules de politesse occupent plus de la moitié des lignes de
l'ostracon. L’auteur ne fait que remercier pour un bienfait
(lignes 4-5) et formuler un souhait assez général en faveur du
destinataire (lignes 5-6).
Ge souhait final pourrait être une allusion à la recherche d’un
oracle de la part de Yhwhÿ{ d’après le parallèle de Jr 38, 14
dans lequel Sédécias déclare au prophète : « Je te demande une
parole (däbar); ne me cache pas une parole (däbaär) »; mais il
peut tout aussi bien s’agir d’une formule protocolaire : « Que
Yhwh t’accorde la primeur de quelque chose d’inattendu »
Cette interprétation serait tout à fait conforme au style général
de ce message.
Ainsi, cet ostracon, dont la lecture est très claire, ne nous
apporte aucun témoignage historique précis : l’auteur procède
par allusions en utilisant des formules toutes faites et, pour
nous, tout y reste dans le vague.

OSTRACON N° 3
Recto :
. Ton serviteur Hôsha‘yahu a envoyé
- annoncer à mon maître Yaôsh : que Yhwh
. fasse entendre à mon maître une nouvelle de paix
et une nouvelle de bonheur. Et maintenant : ouvre,
je t'en prie, l’oreille de ton serviteur pour la lettre que
tu as envoyée à ton serviteur cette nuit, car le cœur
de ton serviteur est affligé depuis ton envoi à ton servi-
RODID
Lo
OUR= . teur. Et, en effet, mon maître a dit : «Tu ne sais pas

34. Cf. H. TorczyNER, Lachish I, p. 41, qui rapproche ce passage de


Gn 41, 16 et Dn 2, 27.
LES OSTRACA DE LAKISH 101

9. lire une lettre.» Par <Y>hwh vivant, jamais quelqu'un n’a


10. essayé de me lire une lettre, et, bien plus,
11. toute lettre qui me parvient ,si
12. je l’ai lue, après, je peux la répéter
13. jusqu’au moindre détail. Et, à ton serviteur, 1l a été annoncé :
14. « Le chef d'armée,
15. Konyahu fils d’Elnatan, est descendu pour entrer
16. en Égypte, et
Verso :
17. Hôdawyahu fils d’Ahiyahu et
18. ses hommes, il a envoyé les prendre d'ici. »
19. Et quant à la lettre de Tobyahu, le serviteur du roi, adressée
20. à Shillem fils de Yada‘ de la part du prophète, disant :
21. « Prends garde», ton ser<vi>teur l’a envoyée à mon maître.

I. COMMENTAIRE
Cet ostracon, de forme irrégulière assez arrondie (15 X 10,6 cm),
est complet, comme le prouve la continuité des lignes du recto
et du verso. L'écriture du verso est parfaitement claire et
lisible ;malheureusement, celle du recto est souvent très effacée,
surtout pour les lettres situées au centre de l’ostracon; cepen-
dant, il est encore possible de reconnaître les traces restantes
et d’établir le texte de façon pratiquement certaine. La lecture
que nous proposons ici s’appuie sur celle de H. Michaud (LOD,
pp. 43 ss) qui a lui-même pris pour base celle de R. de Vaux5;
l'examen direct du document et l’utilisation d’une excellente
photographie nous a permis de préciser certaines propositions
de H. Michaud et d'améliorer, de façon sensible, les lectures
encore proposées par les manuels de W. Rüllig (KAÏI, n° 193)
et J. G. L. Gibson (HMI, pp. 38-41).
Le début de l’ostracon présente une nouvelle formule d’intro-
duction qui évoque celle de certaines lettres d'El-Amarna : « je
t’ai envoyé cette tablette pour te dire »f, mais aussi certaines
expressions bibliques, ainsi : «et j'ai envoyé (un message ou un
messager) pour annoncer à mon maître.» (Gn 32,6; cf. aussi
2 S 11, 22).
35. R. DE Vaux, RB, XLVIII, 1939, pp. 189-194, avait pu étudier
:
l'original conservé à Jérusalem.
Tableis 359-379, Neukirchen, 1970,
36. Cf. À. F. Rainey, El Amarna
pp. 3755, nos 369, 2-4 et 370, 3-4.
102 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

Le nom de l'expéditeur, « Hôsha‘yahu » (hwë&‘yhw), « Yhwh a


sauvé », « Yhwh a libéré », se retrouve sur un sceau palestinien®?.
A la ligne 4, l'expression adverbiale «et maintenant » (w't)
correspondant au w‘attäh de l’hébreu biblique*$, annonce le
début du message lui-même, où l’expression «ouvre l'oreille »
(verbe pqh+”’zn), similaire à l’akkadien uznà puttü®?, comporte
une nuance de compréhension intellectuelle que l’on pourrait
faire sentir en traduisant : « fais-moi comprendre » ou « explique-
moi ».
Le terme spr, que nous avons traduit à la ligne 6 par « lettre »
peut désigner n'importe quel écrit et ne correspond pas à un
genre littéraire précis (cf. SSO, pp. 43-45) comme le genre
épistolaire.
À la ligne 6, à la suite de H. Torczyner, la plupart des commen-
tateurs traduisent ’m$ par «hier», mais le sens précis de cet
adverbe, en hébreu ancien, est «cette nuit» ou, à la rigueur,
«hier soir »40,
Comme le mot «oreille » (’zn) à la ligne 5, le mot « cœur »
(Ib) aux lignes 6-7 est employé de façon métaphorique : « Le
cœur, organe central et mystérieux de la vie, est devenu, chez
les Sémites, le siège et le principe de toutes les affections et de
tous les mouvements de l’âme‘l. » De la même façon, le verbe
dwh, «être malade», «être faible», peut avoir le sens moral
d’«être affligé »42.
La phrase des lignes 8-9, «tu ne sais pas lire », a été annoncée
par le verbe dire (’mr) et constitue très probablement la citation
textuelle de l'accusation portée par Yaôsh contre Hôsha‘yahu
dans le message reçu durant la nuit précédente.
A la fin de la ligne 6, la conjonction « si » (°m) introduit une
proposition conditionnelle dans laquelle la condition est « conçue
comme réelle » (GHB, $ 167 f).
À la ligne 12, la forme ’innhw est difficile à interpréter. Sans
doute, cet inaccompli connote-t-il la modalité du pouvoir (GHB,

37. Cf. EE A, p. 60, n° 24,


38. Sur l'emploi de cette expression, cf. A. LAURENTIN, Biblica, XLV,
1964, pp. 168-195 et 413-432 ; H. A. BronGers, VT, XV, 1965, pp. 289-299 ;
E. Jenni, TZ, XXVIII, 1972, pp. 5-12.
39. Cf. P. DHORME, L'emploi métaphorique des noms de parties du corps
en hébreu et en akkadien, Paris, 1923, pp. 89-90.
40. Cf. U. CassuTo, MGWJ, LXXXIII, 1939 (réédition 1963),: p. 83.
On peut rapprocher ’m$ de l'akkadien mügu, « nuit », cf. HALAT, p. 66.
41. P. DHORME, 0p. cit., p. 113.
42. Cf. Es 1,5 ; Jr 8, 18 ; Lm 1, 22, et surtout Lm 5, 17.
LES OSTRACA DE LAKISH 103

$ 113 f), mais on peut hésiter sur la racine verbale qui est à
l’origine de cette forme. Il peut s’agir :
— soit du verbe nin, « donner », le deuxième noun étant un
8 énergique précédant le suffixe personnel hw (LOD, pp. 52-
?

— soit du verbe inh (utilisé ici au piel), qui signifie « raconter »,


« réciter (cf. Jg 5, 11; 11, 40%), ce verbe étant probablement un
doublet de forme aramaïsante de $nh, « répéter » ; le redoublement
du noun serait alors le signe du redoublement du piel ou une
forme « anormale » d’intensif analogue à la forme $innan®läm de
Dt 6,7, tandis que la finale hw vient de la contraction du hé
de la racine verbale avec le hé du suffixe personnel de la
32 personne du masculin singulier (GHB, $ 25 d). Gette deuxième
interprétation est plus conforme au contexte et à l'orthographe
habituelle du pronom suffixe dans cette collection d’ostraca
(cf. y‘lhw, ostracon 4, ligne 7).
L'expression «jusqu’au moindre détail» (1 m'wmh) de la
ligne 5 n’est pas attestée telle quelle dans la Bible. L’étymologie
du mot m'wmh reste discutée; le sens primitif est vraisembla-
blement « tache », « point », d’où « quelque chose ». Dès lors, le
sens général de l'expression est assez clair : « jusqu’au point »,
« jusqu’à la plus petite chose », avec peut-être une allusion aux
traits-points de séparation des mots que nous retrouvons dans
l'écriture de cette époque, spécialement dans les ostraca.
A la ligne 13, le verbe « annoncer » (ngd) précède, comme à
la ligne 2, le contenu d’un message écrit ou oral, et l'expression
classique l’mr introduit une citation textuelle de ce message.
A la ligne 14, l'expression « chef d’armée » est définie ($r hsb°),
mais, en hébreu, la détermination d’un état construit reste
ambiguë : on peut comprendre soit « le chef d’armée » (ou «le
général »), soit « un chef de l’armée », soit « le chef de l’armée »,
c’est-à-dire, en quelque sorte, « le ministre des armées » (ou « le
général en chef»). Dans la Bible, le titre ir hsb’ est donné à
Abner (1 S 17,55) puis à Joab (1 R 1,19...), les deux chefs
successifs de l’armée de David, mais il est aussi employé, avec
un sens plus général, au pluriel (cf. 1 R 1,25; 1 Ch 25, 1), si

43. Cf. peut-être aussi Ps 8, 2 d’après R. TOURNAY, « Le psaume VIII et


la doctrine biblique du nom», RB, LXXVIII, 1971, pp. 23-25. Ce verbe
pourrait être aussi attesté en punique, cf. M. SzZNYCER, Les passages puniques
en transcription latine dans le ‘ Poenulus” de Plaute, Paris, 1967, pp. 908.
104 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

bien qu'ici aussi il est préférable d’admettre le sens le plus


général de « chef d’armée » ou « général ».
Le nom même de Konyahu (knyhw), « Yhwh a établi», est
attesté dans la Bible (Jr 22, 24,28 ; 37, 1) comme une des formes
du nom porté par le roi Joiakin, qui ne régna que trois mois à
Jérusalem (2 R 24, 8), et sur un sceau trouvé à El-Jib#.
Le nom « Elnatan » (’{nin), « El (Dieu) a donné », est très bien
attesté à cette époque comme le nom d’un grand-père de Joiakin
(2 R 24,8) et d'un officier important (Jr 26, 22; 36, 12.25), et,
un peu plus tard, comme celui d’un contemporain d’Esdras
(Esd 8, 16). On le retrouve encore sur un sceau provenant de
Jérusalem“5 et sur deux estampilles provenant d’'El-Jib#$.
A la ligne 15, l'emploi du verbe « descendre » (yrd) est proba-
blement une allusion à la topographie. Si l’envoyé vient de
Jérusalem, il doit descendre par la vallée du Térébinthe (Emeq
Haélah) pour venir dans la région de Lakish et continuer par
la route de la côte qui conduit en Égypte. Le verbe bw’ suivi
d’un accusatif signifie non seulement « aller à », « venir à », mais
encore «entrer dans» (cf. Gn 12, 11; 41,57; 1 R 14,12; cf.
GHB, $ 125 n), et on peut traduire {b msrymh, « pour entrer
en Égypte ».
À la ligne 17, le nom « Hôdawyahu » (hwdwyhw) est proba-
blement la reprise d’une formule liturgique : « célébrez Yhwh »;
on retrouve ce nom dans le geré de 1 Ch 3, 24.
Le patronyme « Ahiyahu » (’hyhw), « Yhwh est (mon) frère »
est déjà attesté dans la Bible comme le nom d'un prophète de
Silo à l’époque de Jéroboam (1 R 14, 4.5 ..). On retrouve ce
nom dans l’ostracon de l’Ophel (ligne 2) ainsi que sur un sceau
publié récemment par N. Avigad4.
La ligne 18 pose quelques problèmes d'interprétation et a été
diversement comprise : il est préférable d'interpréter mzh comme
une locution adverbiale de lieu : «d’icir. De toute façon, la
construction de la phrase laisse planer une certaine ambiguïté :
le complément d’objet direct placé en tête n'étant pas rappelé
par un pronom personnel suffixé, on peut comprendre :

44. Cf. J. B. PrircnarD, Winery, Defenses and Soundings at Gibeon,


Philadelphia, 1964, p. 130, fig. 51, 16.
ss EEA, pp. 57-58, no 18, et F. VaTTIOoNt, Biblica, L, 1969, p. 373,
n° :
46. Cf. F. VATTIONI, ibid., p. 379, n°5 189-190.
47. Cf. N. AviGaD, EI, IX, 1969, p. 5, n° 12; F. Varriont, Biblica, L 1
1969, p. 385, n° 246.
LES OSTRAQA DE LAKISH 105
— soit «il (les) a envoyés pour prendre d'ici. »
— soit «il a envoyé (les) prendre d'ici...» Comme le verbe
« prendre » ({qh) n’a pas d’autre complément d’objet direct, la
deuxième interprétation nous semble préférable (cf. le parallèle
de Jr 38, 10-11) : en quittant le territoire judéen, Konyahu se
fait accompagner par une petite escouade de soldatst8 commandés
par Hôdawyahu.

À partir de la ligne 19, l’auteur fait allusion, semble-t-il, à


un tout autre sujet. Les noms propres de cette phrase sont très
connus : « Tobyahu » ({byhw), « Yhwh est bon (ou s’est montré
bon) », « Shillem » ($m), «(la divinité) a remplacé (un enfant
mort) » (IPN, p. 174) et « Yada‘ » (yd‘) «(la divinité) a connu
(ou a eu souci de)». Le titre «serviteur du roi » (‘bd hmlk) est
un titre général porté par divers fonctionnaires, qui, outre les
diverses attestations bibliques (2 S 18,29; 2 R 22,12; 2? Ch
34, 20) se retrouve sur plusieurs sceaux5°. Comme pour « chef
d'armée » ($r hsb’), la détermination de «serviteur du roi»
(‘bd hmlk) reste ambiguë et nous traduisons, sans prétendre
préciser, « le serviteur du roi ».
A la ligne 20, la locution prépositive m’{ a parfois été traduite
«par », comme si le prophète était le messager porteur de ia
lettre, mais la préposition min indique clairement l’origine, et
la locution m’'t équivaut le plus souvent à la préposition min
avec la nuance particulière « de la part de ». La finale de l’ostracon
est donc parfaitement cohérente : on nomme l'expéditeur de la
lettre, «le prophète », le destinataire, « Shillem fils de Yada‘ »,
et, probablement le scribe qui l’a rédigée, ou plutôt le messager
officiel qui l’a apportée, « Tobyahu le serviteur du roi», cette
lettre ayant ensuite été jointe par Hôsha‘yahu au message
adressé à Yaôsh que nous avons sous les yeux.
A la ligne 21, l’expression «prends garde» (hëmr) sert à
identifier la lettre; introduite par l’mr, c’est donc une citation,

48. Pour ce sens de «ses hommes» (’n&w), en contexte militaire, cf.


2 R 25,4; Jr 40,7; cf. E. Junce, WHRJJ, p. 32, qui pense que cette
expression ne désigne pas des militaires de métier, mais des paysans soumis
à la conscription, des « conscrits », ce qui nous situerait dans un contexte de
de mobilisation.
. 49, Cf. R. pe Vaux, IAT, I, pp. 184-185, et bibliographie, p. 338.
50. Cf. W. F. ALBRIGHT, JBL, LI, 1932, pp. 77-106, surtout pp. 79-80;
A. BERGMAN, « Two Hebrew Seals of the ‘Ebed Class’ », JBL, LV, 1936,
pp. 221-226 ; IAEP, pp. 229-231, n°S 69-71 ; F. VarrTiont, Biblica, L, 1969,
p. 368, nes 69, 70, 71, p. 372, n°5 119, 125.
106 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

probablement le premier mot du contenu du message. Il est


intéressant de noter que cette même expression caractérise les
messages du prophète Élisée au roi d'Israël en 2 R 6,9 et
l’oracle du prophète Ésaïe au roi Achaz en Es 7, 4. Ici aussi,
il s’agit du message d’un prophète dont le rôle de conseiller
s'exprime très normalement par l'emploi de cette expression :
« Prends garde! »

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Cet ostracon est certainement le plus important de toute la


collection. D'une part, c’est le plus long texte hébreu connu en
épigraphie, datant de l’époque royale israélite; d’autre part, il
fait mention d’un « chef d'armée » (ligne 14), d’un «serviteur du
roi » (ligne 19) et d’un « prophète » (ligne 20). Jusqu'à maintenant,
il a été diversement interprété, et cela était dû, en partie au
moins, au caractère lacunaire du texte lu. Puisque nous disposons
maintenant d’un texte complet et pratiquement certain, il nous
est possible d'essayer de mieux apprécier la valeur historique
de cet ostracon.
Cet ostracon est un message de Hôsha‘yahu à Yaôsh. Ce
dernier était vraisemblablement le chef de la place forte de
Lakish et le responsable militaire de toute la région de la
Shephélah. Hôsha‘yahu paraît clairement être son subordonné,
un subordonné que son supérieur hiérarchique n'hésite pas à
réprimander, mais un subordonné aussi qui n'hésite pas à
présenter sa défense. Les communications entre les deux hommes
se font par missives ;Hôsha‘yahu ne se trouve donc pas à Lakish,
mais vraisemblablement dans un poste militaire dépendant de
la place forte commandant toute cette région de la frontière
ouest de Juda.
Peut-on essayer de préciser davantage le rôle de Hôsha‘yahu?
Son poste militaire était situé sur la route qui va de Jérusalem
en Égypte, d’après les lignes 14-16, et devait être relativement
important puisque Konyahu peut en retirer une petite escouade
:
« Hôdawyahu fils d’Abiyahu et ses hommes », pour l’accompagner.
De plus, si, à partir de ce poste, Konyahu se fait escorter, c’est,
probablement qu’il va sortir du territoire proprement judéen
et
entrer dans le territoire contrôlé, plus ou moins directem
ent,
par l'Égypte (lignes 15-16). Toutes ces caractéristiques
concor-
deraient assez bien avec le site de Tell El-Hési (Églôn;
cf. carte,
Pp. 63), dernière ville judéenne sur la route qui va de Jérusale
m
LES OSTRACA DE LAKISH 107
à Gazafl, Le style même de cet ostracon rappelle celui des
rapports d'officiers égyptiens placés à la frontière orientale et
enregistrant chaque jour les passages au poste frontières?
Le premier paragraphe du rapport (lignes 4 à 13) est une
réaction assez vive à une lettre de Yaôsh envoyée la veille à
Hôsha‘yahu et l’accusant en ces termes : «tu ne sais pas lire »,
c'est dire que Yaôsh jugeait qu'Hôsha‘yahu était incapable de
remplir sa fonction. La réplique du subordonné montre que ce
chef de poste se vante d’avoir reçu une bonne formation : non
seulement il sait lire une lettre, mais il est encore capable de la
répéter mot à mot après l’avoir lue. On a là, probablement,
une allusion à l’un des exercices classiques de la formation des
hauts fonctionnaires dans lequel l’élève devait répéter, mot à
mot, un message qu’il venait de lire5.
Le deuxième point de ce rapport est l’annonce de la descente
en Égypte du « chef d'armée, Konyahu fils d’Elnatan » (lignes 13-
18) et de la réquisition, pour cette mission, de « Hôdawyahu
et ses hommes ». Tous les commentateurs ont rapproché cette
mission en Égypte de celle de « Elnatan fils d’Akbor» pour
ramener le prophète Ouriyahu (Jr 26,22). H. Torczyner, et
plusieurs commentateurs après lui54, avaient même identifié les
deux ambassades. Cette identification nous paraît impossible
car :

51. L'identification de Tell El-Hési avec Églôn est généralement acceptée


aujourd’hui, cf. Z. KazLAI-KLEINMANN, VT, VIII, 1958, p. 156, et surtout
G. E. WRIGHT, « A Problem of Ancient Topography: Lachish and Eglon »,
BA, XXXIV, 1971, pp. 76-86 (cf. HTR, LXIV, 1971, pp. 437-448). On a
retrouvé à Tell El-Hési une tablette originaire de Lakish et probablement
envoyée en Égypte; ce fait semble confirmer que ce site se trouvait bien sur,
la route habituelle des courriers allant en Égypte, cf. W. F. ALBRIGHT,
BASOR, 87, 1942, pp. 32-38.
52. Cf. P. GC. SMITHER, « A Postal Register of the Ramesside Age », JEA,
XXV, 1939, p. 103; cf. ANET, pp. 258-259 : Papyrus Anastasi III et
Papyrus Anastasi VI.
53. Cf. les maximes de Ptahhotep (2300-2200 av. J.C.) : « Si tu es un
homme de confiance qu’un grand envoie à un autre, sois tout à fait scrupu-
leux quand il t'envoie; transmets(-lui) le message comme il t’a dit : ... observe
la vérité (mais) ne la dépasse pas ; on ne doit pourtant pas répéter un épan-
chement de cœur», cf. ZByNËK ZABA, Les maximes de Ptahhoiep, éd. de
l’Académie tchécoslovaque des Sciences, Prague, 1956, lignes 145-148,
151-152 ; cf. ANET, p. 413; cf. aussi B. J. Wizzrams, « Scribal Training
in Ancient Egypt», JAOS, XCII, 1972, pp. 214-222, spéc. p. 219. Sur
l'influence égyptienne dans les écoles israélites de scribes à l’époque royale,
cf. SSO, pp. 140-157.
54. Cf. encore A. MALAMAT, Yediot (BJPES), XIV, 1948, pp. 7-8 et
JNES, IX, 1950, p. 222.
108 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

— les dates sont différentes : l'ambassade de Jr 26,22 se


situe sous Joiaqim (609-598 av. J.C.) tandis que celle de notre
ostracon, d’après le contexte archéologique, date du règne de
Sédécias (588-587 av. J.C.).
__ les noms des ambassadeurs sont différents : Konyahu fils
d’Elnatan (ligne 15) n’est pas « Elnatan fils d’Akbor » (Jr 26, 22),
tout au plus pourrait-il en être le fils55, ce qui semble vraisem-
blable étant donné que les charges des hauts fonctionnaires
étaient plus ou moins héréditaires.
De toute façon, l'ambassade mentionnée dans l’ostracon se
situe à une époque où la politique d'alliance avec l'Égypte est
préconisée par les généraux du royaume de Juda, malgré l’oppo-
sition du prophète Jérémie (cf. Jr 37, 7). Cette ambassade était
vraisemblablement chargée de transmettre un message au
pharaon, et, dans ce cas, le papyrus araméen de Saqqara cons-
titue un excellent parallèle qui peut nous donner une idée du
contenu de ce message.
De façon plus précise, la mission de Konyahu pourrait avoir
été liée à une demande d'intervention de l'Égypte à laquelle
fait allusion Ézéchiel57. Celle de Psammétique II en 590 av. J.C.
reste très hypothétique‘8 et il vaut mieux penser à celle de son
successeur, le pharaon Hophra, qui interviendra en 588 av.
J.C.5?.
Le dernier paragraphe de cet ostracon (lignes 19-21) est
beaucoup moins clair pour nous qu’il ne l’était pour Yaôsh,
car il fait allusion à tout un contexte que nous ne connaissons
plus. Le rôle exact de Tobyahu, nous l’avons déjà noté, reste
assez vague malgré son titre officiel de « serviteur du roi» (‘bd
hmlk) ; son rapport avec la lettre envoyée « de la part du prophète »
est difficile à préciser : il a pu jouer un rôle de secrétaire analogue
à celui de Baruk pour Jérémie (Jr 36) ou un rôle de messager

55. Cf. R. Dussaup, Syria, XIX, 1938, p. 266 ; HMI, p. 40.


56. Cf. A. DuPonNT-SOMMER, Semitica, I, 1948, pp. 43-68 ; H. L. GINSBERG,
« An Aramaic Contemporary of the Lachish Letters », BASOR, 111, 1948,
pp. 24-27 ; KAI, n° 266; J. T. Mi, Biblica, XLVIII, 1967, pp. 561-563;
S. H. Horn, AUSS, VI, 1968, pp. 29-45 ; A. MALAMAT, IEJ, XVIII, 1968,
pp. 142-143.
57. Ézéchiel. 17, 15, cf. A. MALAMAT, art. cit., p. 151.
58. Cf. A. ALT, « Psammetich Il in Palästina und in Elephantine », ZAW,
XXX, 1910, pp. 288-297.
59. Cf. Jr 37,11; cf. W. F. ALBRIGHT, BASOR, 61, 1936, p. 15: A.
MALAMAT, art. cit., pp. 151-152 (opte pour 587 av. J.G.); HI, pp. 328-329.
LES OSTRACA DE LAKISH 109

analogue à celui de « Élasah fils de Shaphân et Gemaryah fils


de Hilqyah » portant la lettre de Jérémie aux exilés de Babylone
à l’occasion d’une ambassade (Jr 29,3). C’est ce deuxième rôle
qui nous paraît le mieux correspondre à l'importance du titre
de Tobyahu : « serviteur du roi », expression qu’on pourrait aussi
traduire « ministre du roi ».
Il est impossible de préciser la responsabilité et le rôle du
destinataire de cette lettre, « Shillem fils de Yada‘ », qui pouvait
résider soit au poste de Hôsha‘yahu, soit en Égypte.
Quant au « prophète », tout essai d'identification à partir de
ce seul ostracon reste hypothétique$®. Ce « prophète » devait être
bien connu de Yaôsh puisque Hôdawyahu n'éprouve pas le
besoin de mentionner son nom; qu’il s’agisse du prophète
Jérémie mettant en garde contre la politique pro-égyptienne des
généraux judéens est une hypothèse vraisemblableft, mais il
pourrait s’agir tout aussi bien du prophète « Hananyah fils
d’'Azzur » (Jr 28, 1) ou de quelque autre prophète inconnu de
cette époque.
Enfin, la lettre venant du prophète a-t-elle été interceptée à
dessein parce que jugée dangereuse? C’est possible, mais, là
encore, ce n’est qu’une hypothèse.
Ainsi, ce dernier paragraphe nous fait sentir à quel point cette
lettre fait allusion à tout un ensemble de circonstances que nous
ne pouvons plus reconstituer dans le détail. Néanmoins, ce
rapport constitue un témoignage très précieux de l’activité
quotidienne d’un poste militaire judéen, probablement d’un
poste frontière, et de l’importance des relations diplomatiques
et militaires du royaume de Juda avec l'Égypte, à la fin de
l’époque royale.

60. Cf. R. DE Vaux, RB, XLVIII, 1939, p. 206, et surtout D. W. THomas,


“The Prophet’ in the Lachish Ostraca, London, 1946; « Again ‘The Prophet'
in the Lachish Ostraca», dans Von Ugarit nach Qumran, Berlin, 1958,
pp. 244-249 (mais son interprétation du prophète comme un messager nous
1947,
semble tout à fait arbitraire) ; cf. aussi W. F. ALBRIGHT, BASOR, 105,
p. 15; H. Micnaun, JA, 239, 1951, p. 78.
1938,
61. Elle a surtout été défendue par R. Dussaup, Syria, XIX,
p. 263; J. W. Jack, PEOQ, LXX, 1938, pp. 165-187, spéc. pp. 172-176;
col. 415.
H. MicxauD, RevES, 1941, pp. 42-60 ; C. F. JEAN, SDB, IV, 1949,
110 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

OSTRACON N° 4
Recto :
1. Que Yhwh fasse entendre à mon maître, maintenant tout
de suite,
. une nouvelle de bonheur. Et maintenant : conformément à
tout ce que mon maître a envoyé,
. ainsi a fait ton serviteur. J’ai écrit sur la colonne (du rouleau)
conformément à tout
ce que tu m'as envoyé. Et, quant à ce que mon maître a
envoyé
. au sujet de Beyt Harapid, il n’y a là personne;
. et Semakyahu, Shema‘yahu l’a pris et
. l’a fait monter à la ville, et ton serviteur, moi je ne
DNIDO
mn
ww
x- Veux pas l'envoyer là-bas encore (aujourd’hui)
Verso :
9. mais seulement au retour du matin, (il verra)
10. et il saura; car c’est le signal de Lakish que nous
11. observons, conformément à tous les signaux qu’a donnés
12. mon maître; en effet, nous ne voyons pas
13. Azéqah.

I. COMMENTAIRE
L’ostracon 4 est actuellement de forme approximativement
rectangulaire (13X8 cm), mais il est incomplet : la forme
primitive devait être légèrement trapézoïdale et il lui manque
le coin inférieur gauche, la place de trois ou quatre
lettres.
L’ostracon est écrit sur les deux faces; il ne semble
pas qu’il
y ait de traces d’une ligne supplémentaire à la base
du recto :
les lignes 8 et 9 se suivent normalement. Cet ostracon est
parfois
difficile à lire du fait que certaines lettres, particulièrement
aux
lignes 1 et 8, sont presque totalement effacées.
La première partie du message est formée de deux
phrases
parallèles construites en chiasme :
« Conformément à tout ce qu’a envoyé mon maître,
ainsi a fait ton serviteur;
j'ai écrit sur la colonne
conformément à tout ce que tu m’as envoyé. »
LES OSTRACA DE LAKISH 1l1i

Dans la première phrase, l’auteur s'exprime par la formule


de politesse « ton serviteur » et donne à son destinataire le titre
«mon maître », d’où la conjugaison des verbes à la 3° personne
du singulier ; dans la deuxième, la même idée est reprise, mais,
cette fois-ci, l’auteur parle directement et emploie la 1re et la
2° personne du singulier : « je », « tu ».
L'expression de la ligne 3, ‘{ hdlt a été diversement interprétée.
On a proposé trois traductions : 1° «sur la porte », en pensant
à un affichage publicé?; 20 «au sujet des pauvres », d’après Jr
52, 1583; 30 « sur la colonne (d’un rouleau) », d’après Jr 36, 2364,
Ce dernier sens est le plus vraisemblablef5; le chef de poste qui
vient de recevoir un message spécifie qu’il accomplit bien toutes
les consignes et, tout d’abord, qu’il a bien enregistré le message
sur la colonne du rouleau qui devait constituer comme une sorte
de carnet de bord du posteff : on pourrait donc traduire ad
sensum : «j'ai enregistré », et cette expression témoignerait du
fait que les scribes n’écrivaient pas que sur des tessons de
poterie, mais aussi sur des papyrus ou des rouleaux de cuir.
A la ligne 5, l’expression « Beyt Harapid » (byé hrpd) semble
énigmatique : jusqu’à maintenant, elle n’est attestée nulle part
ailleurs. Il s’agit probablement d’un nom de lieu, car sa forme
évoque d’autres noms de lieu avec « Bëyl» qui signifie soit
« maison », soit « temple », soit « forteresse », ainsi la forteresse
de « Beyt Hakkerem » (Jr 6, 1) où s’élevait un signal. L’étymologie
de hrpd est difficile et discutée. H. Torczyner proposait de traduire
« Beyt Harapid » : «maison où l’on s'étend », d’où « auberge »,
«khan». Ce sens est possible, mais il nous semble plus vraisem-
blable, d’après les autres noms de lieu de même formation”,

62. Cf. M. Burrows, « I have written on the Door », J'AOS, LVI, 19365
pp. 491-493 ; W. F. ALBRIGHT, BASOR, 61, 1936, p. 14, et BASOR, 70:
1938, p. 14; R. DE Vaux, RB, XLVIII, 1939, pp. 194-1965.
63. Cf. J. HemPez, ZAW, XLVI, 1938, p. 133; D. W. THoMaAs, JTS, XL,
1939, p. 12 ;E. HAMMERSHAIMB, DTT, 1940, pp. 97-98. + À
64. Cf. H. L. GinsserG, BJPES, III, 1935, p. 84; H. TOoRCZYNER,
Lachish I, p. 80 ; R. Dussaun, Syria, XIX, 1938, p. 260 ; H. TORCZYNER,
The Lachish Ostraca, 1940, pp. 107-109 ; ID., JOR, 1949, p. 376.
65. Cf. dit, «tablette, document », en ougaritique : M. Danoon, Orientalia,
XLI, 1972, p. 318, et en phénico-punique : CIS, I, n° 3104; RES, 1211,12
(cf. KAI, 43, 12) ; J. G. FÉVRIER, Semitica, IV, 1951-52, p. 18 et SDB, VI,
1960, col. 953.
66. Cf. D. Dirincer-S. P. Brock, WM, pp. 42-43, et les journaux de bord
des postes égyptiens : ANET, pp. 258-259.
« des lieux
67. Cf. Béyi « du piémont » (Mi 1, 11), «du jardin » (2 R 9, 27),
» (Jos 15,
déserts » (Nb 33, 49; Jos 12,3 ; 13, 20 ; Ez 25, 9), « de la Arabah
6.61), « de l’acacia » (Jg 7, 22).
112 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

que « Harapid » soit une désignation géographique. D’après le


sens du verbe rpd, «s'étendre », il s’agit probablement d’une
« étendue », d’un endroit plat, d’une plaine, et cette interprétation
nous fournit, peut-être, un indice en vue de localiser ce lieu-dit
qui semble signifier « forteresse de la plaine ».
Le nom propre qui apparaît à la ligne 6, « Semakyahu »
(smkyhw), « Yhwh a soutenu », est attesté dans la Bible comme
le nom d’un Lévite (1 Ch 26, 7), sur un sceau publié récemment
par N. Avigad®® et dans les ostraca 13 (ligne 2) et 22 (ligne 5)
de cette collection.
«Shema‘yahu» ($m‘yhw), « Yhwh a écouté», est attesté
plusieurs fois dans la Bible, sur un sceau palestinien®® et sur
un ostracon d’Arad (infra, p. 200).
À la ligne 7, «la ville » (h‘yrh) désigne la Ville par excellence,
c'est-à-dire la capitale, Jérusalem??,
Les lignes 7-9 posent un problème paléographique difficile à
cause de l’absence d’un fragment de l’ostracon au coin inférieur
gauche. A la fin des lignes 7 et 8, nous suivons les lectures
proposées par F. M. Cross’t. La restitution ad sensum proposée
dans la lacune de la fin de la ligne 8 est celle de F. M. Cross :
{aujourd’hui » (hym); on pourrait aussi proposer « ce soir » par
opposition à la mention du « matin » à la ligne suivante.
La lecture paléographiquement certaine de la ligne 9, bisbt
hbgr, pose un problème philologique difficile, car le mot {sbi est
un hapax de la littérature hébraïque ancienne: c’est certainement
l’état construit de {sbh, substantif à préformante 4 (cf. GHB,
$ 88 Lo) du verbe sbb, « tourner, « faire un tour », parallèlement
aux autres substantifs verbaux de même formation : lhinnäh,
{supplication », {hilläh, « louange », {hilläh, « commencement »,
lpilläh, « prière » …isbh signifie donc « probablement action de
faire un tour», «retour» (avec l’idée d’une action cyclique).
Dès lors, le syntagme bisbt hbgr peut signifier «au retour
du
matin». Ce sens semble confirmé par le rapprochement
avec
l’expression {e$übat haÿ$änah, « au retour de l’année »72, d'autant
plus que les deux racines, &wb et sbb, quoique différentes,

68. N. Avican, El, IX, 1969, p. 3, n°5 ; Cf. F, VATTIONI


, Biblica, L, 1969,
P. 384, n° 239.
69. F. VATTIONI, ibid., p. 364, n° 40.
70. Cf. D. W. Tomas, « Jerusalem in the Lachish Ostraca », PEOQ,
LXXVIII, 1946, pp. 86-91.
71. F. M. Cross, « Lachish Letter IV », BASOR, 144,
1956, p. 26.
72. C£.2S 11,1 ;1 R 20, 22.26 ; 1 Ch 20, 1 ; ? Ch
36, 10.
LES OSTRACA DE LAKISH 113

semblent plus ou moins en relation l’une avec l’autre (TLHC,


p. 1371).
À partir de la ligne 10, il est question des « signes » ou « signaux »
(4), c’est-à-dire probablement d’un certain code conventionnel
fixé par le chef de la région de Lakish®#, tandis que le « signal »
(m$t) de Lakish désigne un système de signalisation situé sur
une hauteur (cf. Jr 6, 1). D’après le témoignage de Jg 20, 38.40
et celui de la Mishna”#, ce système de signalisation consistait
en un feu provoquant beaucoup de fumée, et c’est probablement
_ aussi le cas pour ce «signal de Lakish ».
Certains commentateurs ont interprété la dernière phrase en
traduisant «nous ne voyons plus Azéqah »75, mais cette inter-
prétation suppose la présence de l’adverbe ‘wd ([ … ‘wd, «ne …
plus ») qui ne se trouve pas dans notre inscription. Il est donc
préférable de traduire simplement « nous ne Voyons pas Azéqah ».
Cette dernière précision est importante pour le respect des
nuances du texte dans notre essai d'interprétation générale.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Comme l’ont remarqué la plupart des commentateurs, « cette


lettre qui ne présente pas de lacune grave est cependant très
difficile à interpréter’6». Le début de l’ostracon ne précise ni
le nom de l’expéditeur ni celui du destinataire. Il est clair
cependant que l'expéditeur est un subordonné du destinataire
car il affirme avec insistance avoir bien exécuté les ordres reçus”??
et précise même qu’il a bien enregistré le message précédent,
probablement sur le journal de bord du poste.
Aux lignes 4 et 6, l’auteur fait allusion à un ordre reçu «au
sujet de Beyt Harapid », mais nous ne connaissons pas cet ordre
et, dès lors, le reste de l’ostracon nous semble assez obscur.
Cependant, si nous avons bien compris la syntaxe des lignes 9

73. Cf. G. Dossin, «Signaux lumineux au pays de Mari», RA, XXXV,


1938, pp. 175-176.
74. Mishnah, Rosh Hashanah, II, 2-3; cf. G. Dossi, loc. cil., p. 177.
75. Cf. R. Dussaup, Syria, XIX, 1938, p.268 ; F. M. Cross, BASOR, 144,
1956, p.25, et, récemment, G. E. WRIGHT, HTR, LXIV, 1971, p. 441, note 9.
76. R. DE VAUX, RB, XLVIII, 1939, p. 194.
77. Cf. les trois phrases caractéristiques commençant par « conformément
à tout » (kkl : lignes 2, 3-4 et 11-12). Ce motif de l'exécution des ordres reçus
se retrouve dans la lettre d’'El-Amarna n° 328, cf. J. A. KNuprTzon, Die
El-Amarna-Tafeln, 1, pp. 938-939.
114 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

à 13, à partir de la ligne 4, l’auteur traite du même sujet, à


savoir qu’il faut qu’il y ait quelqu'un à Beyt Harapid, proba-
blement pour observer les signaux d’Azéqah, car l’expéditeur
le précise dans la finale du message : du poste où il se trouve,
il peut observer le signal de Lakish mais non celui d’Azéqah.
Dans ce contexte, Semakyahu, peut-être le second du chef de
poste, devait être normalement chargé de cette mission d’obser-
vation, et, pour cela, aller à Beyt Harapid, mais il est alors
occupé par une autre mission à Jérusalem; il ne pourra donc y
aller que le lendemain matin. Tel nous semble être, très proba-
blement, le sens général de ce message.
Parmi les diverses allusions contenues dans cet ostracon,
l’auteur renvoie explicitement au fonctionnement d’un système
de feux-signaux assurant les communications entre les divers
postes de cette région, et, plus spécialement, entre Lakish et
Azéqah. Un tel système de communication, déjà connu pour
cette époque par Jr 6, 1, est bien attesté dans le Proche-Orient
ancien. Pour son bon fonctionnement, il suffisait que les
signaux soient situés sur des lieux élevés et pourvus de relais
suffisamment rapprochés; les nouvelles importantes, comme
l’arrivée d’un ennemi, pouvaient alors être transmises rapidement
dans tout le pays.
Bien que l'expéditeur reste anonyme, le contenu de son
message laisse entendre que c’est probablement le chef d’un des
postes militaires de la région de Lakish. Deux indices peuvent
nous aider à identifier ce poste :
— d’une part, il se trouve probablement sur la route qui va
de Lakish à Jérusalem, ou tout au moins contrôle-t-il cette
route, d’après les lignes 6-7;
— d’autre part, il est situé quelque part entre Lakish et
Azéqah®, de telle façon que, de ce lieu, on puisse observer
Lakish mais non Azéqah.
La ville de Marésha (Tell Sandahanna), qui a déjà été proposé
e

78. Cf. G. Dossin, RA, XXXV, 1938, pp. 174-186


; H. TORCZYNER, The
Lachish Ostraca, 1940, pp. 115-117; A. PARROT,
« Signalisation antique :
Torches, Feu, Fumée », RHPR, 1950, pp. 8-10.
79. Azéqah est généralement identifié à Tell Zakariah.
Pour les problèmes
d'identification des tells de cette région, cf.
KS, pp. 67-87 ; G. E. Wricur
BA, XXXIV, 1971, pp. 76-86 (= ATR, LXIV, 1971, pp. 437-448); Z.
KaLLaiï, EI, X, 1971, pp. 245-254, spéc. carte
p. 253.
LES OSTRACA DE LAKISH 115
par J. W. Jack et D. W. Thomas®0, correspond très bien à ces
caractéristiques :
— Tell Sandahanna est situé au nord-est de Lakish, tout
près de la route qui va de Lakish à Jérusalem:
— Tell Sandahanna est situé à peu près entre Lakish et
Azéqah : il est relativement proche de Tell Ed-Duweir (Lakish)
(env. 6 km) et il est possible de communiquer «à vue » entre
ces deux tells; par contre, de Marésha (Tell Sandahanna), il est
impossible d’apercevoir Azéqah (Tell Zakariah) à cause des
hauteurs de Tell El-Judeideh (ou Tell Goded).
Get ostracon représente donc probablement un message du
chef de poste de Marésha au chef de la forteresse de Lakish.

Pouvons-nous préciser davantage et essayer de localiser


« Beyt Harapid »? Ce lieu, situé probablement entre Marésha et
Azéqah, doit être un poste d’où il serait possible de communiquer
«à vue» entre ces deux villes. Il semble que Tell Bornât®!
convienne parfaitement pour ce rôles. De ce tell, situé au
nord-nord-ouest de Marésha, à environ 8 km de Lakish et 9 km
d’Azéqabh, il est possible d’apercevoir Tell Sandahanna (Marésha)
et Tell Zakariah (Azéqah) ; par contre, il est pratiquement
impossible de voir Lakish, et ceci explique que le commandant de
Lakish ne puisse pas communiquer directement avec ce poste.
L’archéologie et l’étymologie semblent confirmer cette iden-
tification. D’après une récente exploration de surface de
G. E. Wright, ce tell a dû être un fort, pas très grands,

80. J. W. Jack, PEQ, LXX, 1938, pp. 184-185 ; D. W. THomas, JTS, XL,
1939, p. 5.
TETE géographiques : 137-116. Z. KALLAI-KLEINMANN, VT,
VIII, 1958, p. 155, avait proposé d'identifier ce tell avec Makkédah, mais
sans motif spécial, tandis que K. ELzicEer, PJ, XXX, 1934, pp. 59-62,
l'identifiait avec Libnah (cf. aussi LB, p. 381 et V. Frirz, ZDPV, LXXXV,
1969, p. 148), mais ce tell semble trop petit pour soutenir une telle identifica-
tion, cf. déjà F. M. Cross-G. E. WRiGuT, JBL, LXXV, 1956, p. 217.
82. On pourrait aussi, mais de façon moins vraisemblable, proposer la
forteresse de Khirbet Rasm ed-Daba‘ découverte par L. I. RACHMANI,
« À Partial Survey of the Adullam Area», Yediot (BIES), XXVIII, 1964,
pp. 209-231, spéc. p. 213; cf. aussi LB, p. 54.
83. G. E. WRIGHT, HTR, LXIV, 1971, p. 444. ;
84. C’est déjà l'impression qu'avait V. GUÉRIN, Description géographique,
historique et archéologique, Judée, II, Paris, 1869, p. 314 ; cf. aussi Y. AHARO-
NI-R. AMIRAN, « A Tour of the City-Mounts of the Shephelah», Yedioi
(BIES), XIX, 1955, p. 224. s
85. Cf. G. R. Conper-H. H. KiTcHENER, The Survey of Western Palestine,
116 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
occupé à l’époque de l'Ancien Bronze et du Fer. Sa taille corres-
pond à celle d’un avant-poste fortifié qui ne pouvait avoir pour
fonction d'arrêter une armée, et ce détail explique, peut-être,
qu’à l'approche de l’ennemi les troupes en aient été retirées
(lignes 5-6 : «il n’y a là personne »).
Le nom même de ce tell vient probablement de l’araméen
biranta, «la forteresse »6, qui correspond très bien au mot
hébreu byt, « maison », « palais », « forteresse ». Suivant les propres
mots de G. E. Wright®7, «it is erected in a comparatively flat
area » car il est situé au tout début de la grande plaine côtière.
Ces deux caractéristiques corespondent très bien au nom même
de cette forteresse : « Beyt Harapid », « la forteresse de la plaine ».
A la suite d’une exploration sur place de toute cette région,
il nous semble que ces deux identifications sont tout à fait
cohérentes avec le système de communication et de défense de
cette région stratégique. De Lakish, il est impossible d'observer
la plaine côtière et donc d’apercevoir l’arrivée de l’ennemi.
Au contraire, d’Azéqah (Tell Zakariah), situé sur une hauteur
qui domine toute la plaine côtière, on pouvait très bien observer
les divers mouvements de troupes venant de l’ouest mais il
était impossible de communiquer directement avec Lakish et
d’avertir le chef militaire de toute cette région. Pour résoudre
cette difficulté, la solution la plus simple était d'établir un
système de feux-signaux entre ces deux villes, en utilisant les
relais de Beyt Harapid (Tell Bornât) et de Marésha (Tell Sanda-
hanna). Le commandant de Lakish pouvait alors être quasi
instantanément averti de l’arrivée de l'ennemi dans la plaine
côtière.
Certains commentateurs avaient interprété les lignes 12-13
comme si Azéqah était déjà tombé aux mains des Chaldéens.
Nous avons vu que cette interprétation était philologiquement
difficile à soutenir : la dernière phrase doit se traduire « nous ne
voyons pas Azéqah » et non pas « nous ne voyons plus Azéqah ».
Dès lors, la référence à Jr 34,7, où il est fait allusion aux
derniers moments précédant la chute de Jérusalem, ne saurait
nous guider pour préciser la date exacte de cet ostracon. Cepen-
dant ce verset de Jérémie n’en est pas moins très éclairant :

III, Judaea, London, 1883, p. 290. Les dimensions de cette forteresse


(env. 50 X50 m) semblent correspondre au type courant des forteresses
de
l’époque royale israélite : cf. Y. AHARONI, LEJ, XVII, 1967, pp. 3-5.
86. Cf. déjà E. H. PALMER, The Survey of Western Palestine, Name Lists,
London, 1881, pp. 370-379.
87. Cf. G. E. WriGxT, HTR, LXIV, 1971, p. 444.
LES OSTRACA DE LAKISH 117

« L'armée du roi de Babylone combattait contre Jérusalem et


contre les villes de Juda qui restaient : Lakish et Azéqah, car
celles ci tenaient parmi les villes de Juda, étant des places
fortes » (Jr 34, 7).
D'après ce verset, Jérusalem, Lakish et Azéqah étaient les
trois principales places fortes du royaume de Juda à l’époque
de l'invasion babylonienne : or ces trois places fortes sont
mentionnées dans notre ostracon. Il ne s’agit pas là d’une simple
coïncidence due au hasard : il était capital, au plan stratégique,
que ces trois places fortes puissent communiquer entre elles.
Le message que nous venons d'étudier nous révèle que les
communications entre Lakish et Jérusalem étaient assurées par
l'envoi de messagers (lignes 6-7), tandis que, entre Lakish et
Azéqah, fonctionnait un système de feux-signaux utilisant les
relais de Beyt Harapid (Tell Bornât) et Marésha (Tell
Sandahanna).
Si cette interprétation est justifiée, il est probable que cet
ostracon se situe dans le contexte de préparatifs militaires avant
le début des hostilités. Prévoyant l’arrivée de l’ennemi, le
commandant de Lakish tient à s'assurer du bon fonctionnement
de ses communications. Il nous semble impossible de préciser
davantage la date de cet ostracon.

OSTRACON N° 5

. Que Yhwh fasse entendre 4 mon maitre


. une nouvelle de bonheur et une nouvelle de paix
. maintenant lout de suite, Qui est ton serviteur,
un chien, pour que fu aies envoyé à ton servi-
teur les lettres ainsi?
Ton serviteur a retourné les lettres
à mon maître. Que Yhwh te fasse voir
la moisson dans le bonheur
aujourd’hui! Est-ce qu’à ton serviteur
SD
NOR

= Tobyahu
ei ap<por>tera du grain royal?

I. COMMENTAIRE

Cet ostracon de forme rectangulaire (10,5 x8 cm) est complet


mal
et n’a été écrit que d’un côté. L'écriture en est assez
118 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

conservée : les premières lignes, en particulier, sont très effacées.


Cependant, même si un certain nombre de lectures restent
incertaines, nous croyons qu’il est maintenant possible de
restituer le texte en entier.
À la fin de la ligne 5, l’expression qui termine la première
phrase du message proprement dit, «ainsi» (kz{), souligne
l’étonnement de l’auteur dans une interrogation qui laisse
entendre que cet envoi de lettres est quelque chose d’anormal
ou de nouveau (cf. 2 S 14,13; Es 66, 8).
À la fin de l’ostracon, H. Torczyner avait proposé de traduire
le syntagme final, zr° {mlk, « descendance royale», mais, après la
mention de la « moisson » (gsr), il faut certainement comprendre
zr° au sens de « grain » : zr° {mlk désigne donc le grain qui appar-
tient au roi, le « grain royal »58.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Ce message ne comporte ni le nom de son expéditeur, ni celui
de son destinataire; d’après le parallèle des autres ostraca,
celui-ci était vraisemblablement Yaôsh, la formule de politesse
du début marquant le respect de l'expéditeur vis-à-vis du chef
de la place forte de Lakish.
La première partie du message (lignes 4-7) est très simple :
l’auteur a reçu des lettres, et, sans doute après en avoir pris
connaissance, il les retourne à leur expéditeur. Il n’est fait
aucune allusion au contenu de ces lettres; la raison de ce silence
pourrait être la prudence, l’auteur craignant de divulguer des
documents confidentiels, ou bien préfère-t-il ne pas prendre
position par rapport aux nouvelles transmises. Notons qu’on
retrouve, dans cette partie, les mêmes formules de politesse, en
particulier : « Qui est ton serviteur, un chien, pour que.
», que
dans l’ostracon n° 2.
La deuxième partie (lignes 7-10) traite de questions
d’inten-
dance et laisse clairement entendre que cet ostracon
a été écrit
à l’approche de la moisson, c’est-à-dire vers le mois
d'avril.
L'auteur est préoccupé de la venue de Tobyahu qui semble
chargé d’assurer la liaison entre Lakish et le lieu d’où ce messag
e

88. H. MicHaup, Syria, XX XIV, 1957, p. 49, s'oriente déjà un peu


cette interprétation qui peut s’appuyer vers
sur l'association de zera‘ et de
g°str dans Es 23, 3.
LES OSTRACA DE LAKISH 119

a été écrit; plus précisément, l’auteur souhaite que Tobyahu lui


apporte un chargement de grain.
Nous avons déjà rencontré un personnage appelé Tobyahu
dans l’ostracon n° 3 (ligne 19) : il portait le titre de « serviteur
du roi» (‘bd hmlk) et semblait assurer une mission de liaison
et en profiter pour transmettre une lettre venant du prophète.
S'agit-il du même personnage? Certains indices permettraient
de le penser :
— Ces deux personnages sont désignés par le même nom,
Tobyahu, sans indication du patronyme, ce qui semble extra-
ordinaire et ne se comprend bien que s’il s’agit, dans les deux
cas, d’une personne bien connue : la seule indication du nom
suffit au commandant de Lakish pour saisir de qui il s’agit.
— Dans les deux cas, Tobyahu semble assurer une mission
de liaison (ou d’inspection?) entre les postes de la région autour
de Lakish. Puisqu’il s’agit très vraisemblablement du même
personnage, il serait intéressant de pouvoir préciser son rôle.
Il porte le titre de «serviteur du roi» (‘bd hmlk), et non celui
d’« officier » ($r), c’est donc plutôt un « civil», un haut fonction-
naire « ministériel». De façon plus précise, il est chargé, dans
l’ostracon 5, d’apporter le « grain royal », sans doute aux divers
postes de la région, c’est dire qu’il semble assumer une fonction
administrative d’intendance; peut-être même est-il chargé de
gérer les magasins royaux et de veiller à l’approvisionnement
des divers postes militaires.

La référence au «grain royal» (zr‘ Imlk, ligne 10) semble


confirmer cette fonction administrative d’intendance; cette
expression désigne le grain appartenant au roi, c’est-à-dire
probablement à l’État, et, de façon plus précise, Imlk évoque
directement les fameuses jarres estampillées {milk dont l’inter-
prétation a été discutée®?. L'étude récente de P. Welten (KS)
semble donner les principaux éléments d'interprétation : ces
jarres estampillées étaient fabriquées sous contrôle royal pour
mieux assurer la standardisation de leur contenance et, ensuite,
utilisées pour entreposer le blé, le vin et l’huile dans les magasins

89. Cf. récemment : P. LaPr, BASOR, 158, 1960, pp. 11-12; Y. YADIN,
BASOR, 163, 1961, pp. 6-12 ; A. F. RaINEY, BASOR, 179, 1965, pp. 34-36 ;
F. M. Cross, El, IX, 1969, pp. 20-27; KS ; A. D. TusxiNGHaAM, BASOR,
200, 1970, pp. 71-78; BASOR, 201, 1971, pp. 23-35 ; H. D. LANCE, HTR,
LXIV, 1971, pp. 315-332 ; SSO, pp. 93-97 ;A. LEMAIRE, VT, XXV, 1975,
pp. 678-682.
120 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

royaux; ces réserves étaient surtout destinées à approvisionner


l’armée en cas de guerre. Cependant, pour P. Welten, ces denrées
viennent uniquement des biens de la couronne. Sans nier le rôle
que les terres royales ont pu jouer dans l’approvisionnement de
ces magasins, il nous semble que pour le royaume de Juda, et
à la différence de celui de Samarie, il faut aussi tenir compte
de la collecte de la dîme qui nous est clairement attestée
dès la réorganisation des Lévites sous Ézéchias. D’après 2 Ch
31, 7, la dîme se récoltait du 32 au 7e mois, c’est-à-dire de mai-
juin à septembre-octobre, probablement sur l’aire de battage®;
ceci explique l’association naturelle de la « moisson » et de la
collecte du «grain royal » dans notre ostracon.
Si nous pouvons préciser que notre texte a été probablement
rédigé au mois d’avril, par contre le contenu de ce message ne
nous permet pas de préciser de quelle année il s’agit. Puisqu'il
évoque la possibilité de faire la moisson, cela suppose norma-
lement que les Chaldéens ne sont pas encore arrivés. Cependant,
encore qu'il ne s’agisse que d’indices ténus, l’insistance sur les
problèmes d’intendance et le souhait d’une moisson abondante
pourraient prendre davantage de relief dans le cadre de prépa-
ratifs militaires avant une guerre qui s’annonce difficile : il va
falloir nourrir les soldats enrôlés en plus grand nombre et il est
capital de pouvoir disposer de stocks importants de nourriture.
Au total, bien que rédigé en utilisant des formules de politesse
conventionnelles, cet ostracon, dont nous avons pu proposer
une lecture complète, constitue un témoignage intéressant sur
les problèmes d’intendance et d’approvisionnement qui se
posaient au chef militaire de la région de Lakish.

OSTRACON N° 6
1. À mon maître Yaôsh. Que Yhwh fasse voir
2. à mon maître ce moment-ci en paix. Qui est
3. ton serviteur, un chien, pour que mon maître ait envoyé la

90. Cf. FLAVIUS JOosÈPHE, Ani. Jud., XX, 181.206. Certaines expression
s
bibliques font probablement allusion à cette pratique, cf.
Nb 15, 20; 18,
27.30. Sur la durée du « battage » en Palestine, cf.
G. DALMAN, Arbeit und
Site in Palästina, I, 2, Jahreslauf und Tageslauf, p. 581,
et III, Von der
Ernie zum Mehl (Hildesheim, 1964), pp. 149-153, d’après
lequel le battage
durait probablement jusqu’à la fête des Tentes (Dt 16, 13). D'après
Lv 27, 30
c’est d’abord sur le grain (zera‘) qu’il fallait prélever la dîme.
LES OSTRACA DE LAKISH 121

4. lettre du roi et les lettres des officiers en disant :


5. « Lis donc! » — Et voici : les paroles des officiers
6. ne sont pas bonnes pour abattre les mains des Chaldéens et
7. apaiser les mains des ennemis ............ il sait
8. ce que moi ....... Mon maitre, est-ce que tu ne leur écriras
9. pas disant : « Pourquoi agissez-vous
10. ainsi et un innocent l’a payé? Est-ce que c’est au
Micoroias.}.4 cames Rentaekboet tés aemen. dis nt
12. les ennemis. Par Yhwh ton Dieu qui est vivant,
13. vraiment, depuis que ton serviteur a lu
14. les lettres, il n’y a pas eu,
15. pour ton servi{teur, de re)pos.

I. COMMENTAIRE

Cet ostracon, de forme approximativement rectangulaire


(16X10,7 cm), a été brisé, mais les trois morceaux retrouvés
permettent de le reconstituer presque intégralement. Le scribe
n’a écrit que sur une face du tesson et il ne semble pas ÿ avoir
d’autres traces de lettre au bas de l’ostracon après la ligne 15.
La lecture de cette inscription est parfois très difficile car
plusieurs lettres sont presque totalement effacées.
Aux lignes 2 à 5, nous suivons les lectures de R. de Vaux
qui nous semblent justifiées. L'expression « Lis donc!», intro-
duite par «en disant » (/’mr) comme en Es 29, 12, est certainement
une citation textuelle du message de Yaôsh accompagnant
l'envoi de la lettre du roi et des lettres des officiers; il s’agit
même probablement des premiers mots de ce message.
Pour les lignes 5-6, nous reprenons aussi les lectures de
R. de Vaux. L'expression « Et voici» (whnh) imdique que, au
cours d’un développement, on arrive au point le plus important.
L'expression « pour abattre les mains des Chaldéens et apaiser
les mains des ennemis » est à rapprocher de Jr 38, 4 : « Il abat
les mains des combattants … et les mains de tout le peuple. »
__ Notons cependant qu’en Jr 38, 4 l'expression vise les Judéens,
:
tandis que, dans cet ostracon, les personnages sont différents
il s’agit des ennemis, les Chaldéen s.
Les lignes 7-11 sont très difficiles à lire car les lettres ont été
cause de
presque totalement effacées au milieu des lignes. À
un examen direct de l’ostrac on, il nous
ces difficultés, et malgré
ble de reconst ituer ce passage avec certitu de.
est impossi
et nous
La dernière phrase (lignes 12-15) est plus facile à lire
122 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
en proposons une reconstitution complète. Elle commence par
la formule : «Par Yhwh ton Dieu qui est vivant» (hy yhwh
’lhyk), qui se retrouve deux fois dans le cycle d’Élie (1 R 17, 12;
18, 10). La lecture de la ligne 15 reste conjecturale : la dernière
phrase semble exprimer que la lettre du roi a produit l'effet
inverse de son rôle normal; en effet, la parole du roi aurait dû
procurer l’apaisement, suivant la formule de ? $ 14, 17 : « Puisse
la parole du roi mon maître donner l’apaisement ! »

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Ce message doit être interprété avec beaucoup de prudence
étant données les incertitudes de certaines lectures. Cependant
il semble possible de dégager quelques points importants pour
en saisir le sens général :
1. Ce message est une réponse à un envoi précédent de Yaôsh :
celui-ci avait envoyé à l’auteur de cet ostracon des lettres
venant du roi et des officiers en lui demandant de les lire, c’est-à-
dire probablement pour lui demander ce qu’il en pensait. Cet
ostracon est donc à rapprocher de l’ostracon 5 qui, lui aussi,
contenait une réaction à un envoi de lettres de la part de Yaôsh
(lignes 4-5). S'agit-il des mêmes lettres? Les données de l’ostracon
sont insuffisantes pour nous prononcer sur ce point.
2. Le dossier contenait une lettre du roi et des lettres des
officiers, c’est dire son importance, c’est dire aussi l'importance
de Yaôsh qui, en tant que chef militaire de la région de Lakish,
devait communiquer directement avec le roi et ses officiers.
D’après le contexte archéologique, ce roi est certainement le
roi Sédécias’!; quant aux officiers (rm), il est plus difficile de
préciser leur rôle : le nom $ar désigne un homme chargé d’une
responsabilité officielle, le plus souvent militaire; ce dernier sens
convient très bien ici et les $rm sont probablement les officiers
d'état-major du roi Sédécias. D’après Jr 38, 5.24-27, il semble
que Sédécias était incapable de leur résister et qu’ils étaient les
véritables détenteurs du pouvoir. L’auteur de cet ostracon fait
peut-être allusion à cette situation lorsqu'il s'oppose aux paroles
des officiers et semble s’indigner du fait que le roi ne réagisse pas.
3. Dans ce message, l’auteur prend nettement position contre
les paroles des «officiers » : selon lui, «les paroles des officiers

91. Cf. R. DE Vaux, RB, XLVIII, 1939, pp. 204-205.


LES OSTRACA DE LAKISH 123

ne sont pas bonnes... », car elles ne vont pas dans le sens d’un
apaisement, d’une solution pacifique. Cette appréciation de
l’attitude des officiers du roi Sédécias correspond globalement
à l’attitude du prophète Jérémie qui s’opposait aux officiers
avant de se faire finalement arrêter par eux. En effet, alors que
Jérémie conseillait à Sédécias de se soumettre aux Chaldéens :
« Si tu sors pour te rendre aux officiers du roi de Babylone, tu
sauveras ta vie et cette ville ne sera pas incendiée » (Jr 38, 17),
les officiers, au contraire, voulaient mener la guerre jusqu’au
bout et s’opposaient à tout essai de compromis ou de soumission.
4. Non seulement l’auteur de cet ostracon exprime clairement
sa désapprobation personnelle de l’attitude des officiers et son
indignation devant celle du roi, mais il va jusqu’à demander à
Yaôsh de leur écrire dans ce sens. Cette suggestion®? suppose
chez l’auteur la pensée que Yaôsh partage, au moins partielle-
ment, son point de vue et elle montre clairement la division
des esprits, même parmi les militaires, quant à l’attitude à tenir
en face de l’envahisseur ; elle ne se comprend bien que si, comme
le montre Jr 38, Sédécias se montrait toujours hésitant®, ne
prenant pas clairement position, et étant alternativement de
l’avis des uns et des autres.
5. Aux lignes 9 et 10, il semble être fait allusion à un innocent
qui a payé la faute du roi et des officiers. On pourrait ici penser
au prophète Jérémie qui ne cessait de clamer son innocence
alors qu’il venait d’être mis en prison (Jr 37,18). Cependant
cette identification reste conjecturale, et sans doute vaut-il
mieux reconnaître qu’il nous est impossible d'identifier cet
«innocent ».
6. Si la lecture « Chaldéens » (k$dm) est certaine, comme nous
le pensons, il est clair que cet ostracon a été rédigé durant la
dernière invasion des Chaldéens, c’est-à-dire aux tout derniers
moments du royaume de Juda.

Au total, malgré le caractère conjectural de certaines lectures,


il faut incontestablement, tant au point de vue philologique

92. Cette suggestion semble envisagée comme une réelle possibilité


d’après la nuance de l'emploi de hP, cf. J. Severino CROATTO, ArOr, XXXIX,
1971, pp. 396-397.
93. Sur la position politique difficile du roi Sédécias, alors que Joiakîn
exilé restait ie souverain légitime, cf. A. MALAMAT, JNES, IX, 1950, p. 224 ;
HI, pp. 327-328.
124 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
qu’au point de vue historique, rapprocher cet ostracon du
chapitre 38 de Jérémie : ces deux textes traduisent la même
atmosphère trouble, la même division des esprits, caractéris-
tiques des derniers moments du royaume de Juda, lors de la
deuxième invasion des Chaldéens.

OSTRACON N° ?
1.
pi
Jane lettre .....
dont mise ads of
5. . yahu, lettre ..... (To)
6:.bshalem;sissouse :
7h?
Comme le reconnaît déjà H. Torczyner, « la lecture et l’expli-
cation de cette lettre dans son ensemble semblent sans espoir°* ».

OSTRACON N° 8
Recto :
1. Que Yhwh fasse entendre à mon maitre
2. une nouvelle de bonheur maintenant, tout de suite, tout de suile.
Et
3. voici : Kamosh ..... roi de
4. Moab a tremblé; que Yhwh sauve
DRE pe mon maitre
6. ?

Verso
FSI NO AU UE à Akzib
8. Que mon maître se hâte là-bas!

I COMMENTAIRE
Cet ostracon de forme triangulaire (9,8 X 6,9 cm) est incomplet :
il lui manque plusieurs fragments à la base du recto. Le message
est écrit au recto et au verso; l'inscription est très mal conservée
et il est impossible de la reconstituer en entier.

94. H. TorczYNER, Lachish I, p. 124.


LES OSTRACA DE LAKISH 125

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Même si beaucoup de lectures proposées ici restent hypothé-


tiques, il est clair que ce message fait allusion à des événements
historiques importants : les deux noms propres « Moab» et
« Akzib », dont les lectures sont certaines (LOD, pp. 106-107),
en apportent la preuve.
En ce qui concerne Moab, les lignes 3-4 semblent, si notre
lecture est exacte, nous donner la première moitié du nom
propre du roi de Moab à cette époque : « Kamosh ….. » (kms …);
cette première moitié est celle de la divinité nationale de Moab,
« Kamosh ». Un nom propre, avec le théophore mé, est déjà
attesté pour le père de Mésha roi de Moab sur la fameuse stèle
de Mésha (KAÏI, n° 181,1); d’après un autre fragment de stèle
moabite publié récemment*5, ce nom se lisait probablement
kméyt. On retrouve le théophore « Kamosh » dans deux autres
noms de rois de Moab attestés dans les annales assyriennes,
« Kammusunadbi » (ANET, p. 287), contemporain d’Ézéchias,
et « Kamashaltu » (ANET, p. 298), à l’époque d’Assurbanipal.
Mais tous ces rois sont plus anciens que cet ostracon et il est
impossible de restituer le nom du roi de Moab mentionné ici.
De plus, le sens de la phrase où ce roi est mentionné reste
incertain et nous sommes assez mal renseignés sur l’attitude de
Moab lors de la deuxième invasion du royaume de Juda par les
Babyloniens. D’après 2 R 24, 2, les Moabites avaient profité de
la première invasion pour effectuer des raids de pillage. Ensuite,
d’après Jr 27, 3, il semble que le roi de Moab se soit associé au
roi de Juda Sédécias dans la coalition anti-chaldéenne de 594-593
av. J.C. (HI, p. 328). Nous n’avons pas d’autres renseignements
directs, car Jr 48 ne saurait être considéré comme un témoignage
de l'attitude de Moab lors de la deuxième expédition de
Nabuchodonosor : en effet, il s’agit d’une collection d’oracles
dont chaque élément est très difficile à dater°*. Selon A. H. Van
Zy197, il est vraisemblable que le roi de Moab a réagi à temps

1-9; D. N.
95. Cf. W. L. Reen-F. V. Winnerr, BASOR, 172, 1963, pp.
FREEDMAN, BASOR, 175, 1964, pp. 50-51.
; J. BRIGHT,
96. Cf. W. Rupozpx, Jeremia, Tübingen, *1968, pp. 277-288
Jeremiah, The Anchor Bible, 1965, pp. 322-323.
; cf. aussi
97. A. H. Van Zvi, The Moabites, Leiden, 1960, pp. 155-157
Tyr, Juda et
HI, p. 329, qui pense que la coalition comprenait seulement
Ammon.
126 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

devant les armées babyloniennes et a payé le tribut. Si notre


ostracon était plus clair, il nous renseignerait de première main
sur l'attitude exacte du roi de Moab. Dans l’état actuel du
texte, nous pouvons seulement remarquer que les lectures
proposées s’insèrent assez bien dans le contexte historique de
cette époque et font peut-être allusion, plus précisément, à la
soumission du roi de Moab.
La lecture « Akzib » (’kzb), à la ligne 7, est parfaitement claire.
H. Torczyner avait proposé d'y voir une forme du verbe kzb,
«mentir », mais il est préférable, à la suite de K. Elliger’8, d'y
reconnaître un nom géographique : « Akzib ». D’après Mi 1, 14
et Jos 15, 44, cette ville de Juda était située dans la région de
Lakish et Marésha. On en a proposé deux identifications
différentes :

— À la suite des travaux du Survey, C. R. Conder®’ avait


proposé d'identifier Akzib avec Ayin El-Kezbeh (coordonnées :
150, 4- 122) près de Beit Nettif, dans la Vallée du Térébinthe
(Emeq Haélah). Cette identification s’appuyait sur l'Onomasticon
d’après lequel le Xez:b de Gn 38, 5 est un lieu désert du district
d'Éleuthéropolis, près d’Adullam.
— À la suite de K. Elliger!®, la plupart des commentateurs
identifient Akzib avec Tell Beida (coordonnées 144, 2 - 115, 3),
qui semble plus proche de Lakish et Marésha.
La première identification, qui, s'appuie à la fois sur la
persistance du nom et sur une tradition historique ancienne,
nous semble préférable et la mention de « Beyt Akzib» dans
l’ostracon 22 (cf. infra, p. 136) semble confirmer cette identifi-
cation.
Nous ignorons la raison pour laquelle Yaôsh doit se hâter
d'aller à Akzib; puisque cette ville se trouve, semble-t-il, dans
la vallée du Térébinthe (Emeq Haélah) conduisant à Jérusalem,
il peut s’agir soit d’essayer d’arrêter l'ennemi montant vers
Jérusalem, soit, plus simplement, de régler une affaire ayant

98. K. ELiGEer, PJ, XXXIV, 1938, p. 58; cf. aussi


W. F. ALBRIGHT,
BASOR, 82, 1941, p. 23.
99. C. R. ConpEer-H. H. KITCHENER, The Survey of
Western Palestine,
IT1, London, 1883, p. 36, et C. R. CoNDER, PEFQS,
XXVIII, 1896, p. 244.
100. K. ELuiGEr, ZDPV, LVII, 1934, p.124; PJ, XXXIV,
1938, p.58 ;
cf. aussi ZDPV, LXII, 1939, p. 81 ; GP, II, p.90 ; W.F.
ALBRIGHT, BASOR,
82, 1941, p. 23 ; LB, pp. 54 et 339.
LES OSTRACA DE LAKISH 127
PL a ateliers royaux de poterie de cette région (cf. infra,
P. '
Au total, cet ostracon, dont le texte primitif devait contenir
des références à des faits importants concernant l’histoire des
dernières années du royaume de Juda, nous laisse, à cause de
son mauvais état de conservation, dans le domaine des hypo-
thèses et des conjectures.

OSTRACON N° 9
Recto :
1. Que Yhwh fasse entendre à mon mai-
2. tre une nou(vel)le de paix et (de bonheur).
3. Et (main)tenant, donfne) du pain 10 et
4. du (v)in ?. Renvoie
5. à ton serviteur
6. une parole
Verso :
7. par Shelèmyahu, ce que
8. nous ferons de-
9. main.
I. COMMENTAIRE
Cet ostracon de forme trapézoïdale est un des plus petits de
la collection (8,8xX5,7 cm). Il semble complet car, d’une part, le
recto et le verso se lisent à la suite, sans heurt, et, d’autre part,
il est clair que le mot « demain » (mhr) du verso est le dernier
mot du message. La lecture est parfois difficile et peu sûre car
certains mots sont effacés, et, de plus, au début des lignes 3
et 4, deux gros traits postérieurs à la rédaction du reste de
l’ostracon, ont oblitéré certaines lettres.
La phrase des lignes 3 et 4 est parallèle à plusieurs passages
des ostraca d’Arad (ostracon 1, lignes 2-3, 5-9 et ostracon 18,
lignes 4-6). |
A la ligne 7, le nom « Shelèmyahu » (#myhw) signifie « Yhwh
a gardé en paix », ou, plutôt, « Yhwh a complété » (IPN, p. 174),
en supposant un verbe au piel. Il est attesté dans la Bible et
sur plusieurs sceaux1°1,

101. Cf. F. Varriont, Biblica, L, 1969, p. 374, n° 144, p. 383, n° 230;


69,
Israel Museum News, IX, 1972, p. 106; N. AviGan, El, XII, 1975, p.
n° 10.
128 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Cet ostracon, à propos duquel H. Michaud écrivait encore :


« O.D. 9 est un curieux billet dont le mystère n’est pas encore
totalement éclairci» (LOD, p. 111), nous semble aujourd’hui
plus facile à comprendre grâce aux ostraca parallèles découverts
à Tell Arad. En fait, il s’agit d’un message demandant des
ordres et du ravitaillement : du pain et du vin.
Il n’est pas sûr que l'expéditeur de ce billet soit un chef de
poste militaire comme cela semble être le cas pour plusieurs
autres ostraca : il peut très bien s’agir d’un contremaître exécu-
tant des travaux sous les ordres de Yaôsh. La quantité de ravi-
taillement demandée ne nous permet pas de préciser avec
certitude l'importance du groupe auquel ce ravitaillement était
destiné. Il est vraisemblable qu’il s’agit d’un ravitaillement pour
un avenir proche, trois ou quatre jours tout au plus!®; en effet,
au-delà de ce laps de temps, il est probable que le pain deviendrait
très vite immangeable. Cet indice concorde avec le fait que les
ordres concernant ce qu’il y a à faire ne sont demandés que
pour le « lendemain ». Dans ce contexte, il est vraisemblable que
les dix pains et les deux mesures (?) de vin représentent l’appro=
visionnement pour une journée, ce qui suppose un groupe
relativement important, peut-être une dizaine d'hommes environ.
En conclusion, cet ostracon, dont le sens général est maintenant
clair, nous fait saisir quelle était la tâche quotidienne de Yaôsh :
régler des problèmes d’intendance et donner des ordres pour le
lendemain.

OSTRACON N° 11
OR ER
2: Elnatan:.( 16
3. Mikayahu .......
4. Sabakyahu .......

102. Dans l'ostracon 2 d’Arad, le ravitaillement est donné pour quatre


jours, cf. Y. AHARONI, IEJ, XVI, 1966, p. 4 et infra, p. 161.
LES OSTRACA DE LAKISH 129

IL COMMENTAIRE
Cet ostracon rectangulaire, formé de deux fragments, mesure
12,5 X8,5 cm. L'écriture en est très effacée : il semble qu’on
puisse discerner les traces de six lignes d'écriture, mais celles
de la première et de la dernière sont pratiquement illisibles.
À la ligne 1, H. Michaud (LOD, p. 119) proposait de lire
ml yh, ce qui permettait de restituer « Milkiyahu » (mlkyhw),
mais les traces restantes nous semblent nettement insuffisantes
pour lire quoi que ce soit.
À la ligne 2, à la suite de G. R. Driver!®, on peut lire le nom
« Elnatan » ({nin), déjà attesté dans l’ostracon 3, ligne 15.
À la ligne 3, « Mikayahu » (mkyhw) signifie « Qui est comme
Yhwh?» et proclame que Yhwh n’a pas d’égal. On retrouve
plusieurs fois ce nom dans la Bible, en particulier pour un
prophète du temps d’Achab (1 R 22, 8-28; 2? Ch 18,7-27); il
est aussi attesté sur un sceau!% et dans une inscription sur vase
découverte récemment105.
À la ligne 4, la lecture du nom propre reste incertaine :
« Sabakyahu » (sbkyhw) serait à rattacher au verbe sbk, «entre-
lacer » (LVTL, p. 648); ce verbe est parallèle à skk, « tisser »,
pour désigner l’action de la divinité formant l'embryon dans
le sein maternel (cf. Jb 10,11 et Ps 139, 13). « Sabakyahu »
signifierait donc « Yhwh a entrelacé», c’est-à-dire « Yhwh a
formé l’embryon ».
La lecture du nom propre de la ligne 5 reste aussi incertaine.
« Sédèqyahu » (sdqyhw), « Yhwh a fait justice», est très bien
attesté dans la Bible, spécialement comme le nom du dernier
roi de Juda contemporain des ostraca (cf. 2 R 24, 18).

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Cet ostracon est une liste de noms et appartient au même


genre de texte que l’ostracon n° 1 auquel nous renvoyons pour
l’utilisation possible de ces listes.

103. G. R. Driver, BASOR, 90, 1943, p. 34.


104. Cf. IAEP, p. 190, n° 30.
105. Cf. N. AviGaD, 1EJ, XXII, 1972, p. 195.
130 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

OSTRACON N° 12

1. .... un chien, mon maitre


RÉ ee CE lettre
3. Par Yhwh vivant ...
4. Je l’ai lu, (lon) serviteur
Er mes ams étre
reg Amel one, He mon maître
hr ASE RÉ RP lon serviteur
En y es

Cet ostracon de forme rectangulaire (8,3 X8,2 cm) est légère-


ment incomplet. Il semble avoir été écrit au recto et au verso.
Cependant, sur l'original, il est impossible aujourd’hui de
reconnaître quoi que ce soit. La seule photographie sur laquelle
on puisse reconnaître quelques lettres est celle qui a été prise
avant le nettoyage du tesson!06. C’est donc sous toutes réserves
que nous reproduisons ici la lecture de H. Torczyner qui est
conforme au fac-similé de L. Harding.

OSTRACON N° 13
1. Levez-vous pour faire le travail ....
2. de Semak{(yahu) avec son serviteur .
LISE Jan avec des carquois 4.

Ce grand ostracon de forme triangulaire (18X12,7 cm) est


très difficile à lire. L’inscription n’a été conservée que sur un
côté, mais il est vraisemblable que le tesson était aussi écrit sur
l’autre face, c’est-à-dire au recto. Étant donné le caractère très
fragmentaire de cette inscription, probablement la fin d’un
message, il est seulement possible d’en dégager quelques allusions :
— La première ligne se réfère à l’accomplissement d’un
travail; elle se situe sans doute dans un contexte parallèle à
celui de l’ostracon 9 dans lequel il était fait référence au travail
du lendemain.
— À la deuxième ligne, il est fait probablement mention de

106. Cf. H. Toczyner, Lachish I, p. 153.


LES OSTRACA DE LAKISH 131

Semakyahu, mais il est impossible de préciser s’il s’agit de celui


qui est nommé dans l’ostracon 4, ligne 6.
— À la fin de la ligne 3, il est fait mention d’une pièce
militaire caractéristique de l’armement de cette époque : le
«carquois »*; l’ostracon se situe donc, semble-t-il, dans un
contexte militaire, sans qu’il nous soit possible de préciser
davantage.

OSTRACON N° 16

: pré il l’a envoyé ...


PMR | fils de FR
5 AEDIESEL (ya)hu le prophète

Pur . bus il a envoyé ...


RO Je. parole et

Cette inscription n’est qu'un petit fragment d’ostracon


(3,5x3,4 cm) dont l'écriture est mieux conservée au recto
qu’au verso. À la ligne 5, tous les commentateurs s’accordent
pour lire « (ya)hu le prophète » (hw . hnb’), mais la finale «(ya)hu »
est insuffisante pour identifier ce prophète.

OSTRACON N° 17
1. serviteur .
2. mon maître ... (mon)
3. maître ..
Cet ostracon n’est lui aussi qu’un petit fragment (3,7xX3 cm)
dont la lecture ne révèle que des mots très usuels : « serviteur »,
«mon maître ».

107. Cf. IAT, LL, p. 53. Sur ’$pt et le mot ël} qui lui semble parallèle, cf.
R. Borçcer, VT, XXII, 1972, pp. 385-398, spéc. p. 393.
132 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

OSTRACON N° 18

1. jusqu’au soir ... (T'ob)shalem, ton serviteur enverra la lettre


que
2. mon maitre a envoyé (à ‘A)zar(y)ah(u).

Cet ostracon de forme trapézoïdale (16,5X 10,5 cm) a été brisé


en plusieurs fragments dont quelques-uns manquent encore pour
reconstituer le document dans son entier : le fragment qui nous
est conservé ne constitue probablement que le bas de l’ostracon
primitif.
« Azaryahu » (‘zryhw), « Yhwh a aidé », est un nom abondam-
ment attesté dans la Bible et sur divers sceaux!'®8,
Cette fin de message faisait allusion, semble-t-il, au problème
de la transmission du courrier, problème déjà évoqué à la fin
de l’ostracon 3.

OSTRACON N° 19
1. Fils d‘Ezer 10
2. Péqah 11
3. Mikal 20
4. Shema‘yahu 20
5. Yabesh
6.
7: 11
8.
9. 11

Cet ostracon a été trouvé en 1938 parmi la maçonnerie brûlée


de la route d’accès à la forteresse. De forme grossièrement
trapézoïdale (14,7X9,8 cm), il lui manque probablement un
petit fragment au bord supérieur droit et un fragment plus
important au bord inférieur du même côté : sa forme primitive
devait donc être rectangulaire. Sur le tesson actuel, on peut
reconnaître les traces de neuf lignes d'écriture, mais les dernières
sont illisibles. Cet ostracon contient une liste de noms propres

108. Cf. F. Varrioni, Biblica, L, 1969, p. 361, n° 24, p. 364, n° 40, p. 378,
n° 188, p. 380, n° 207 ; In., Augustinianum, XI, 1971, p. 454, n° 268.
LES OSTRACA DE LAKISH 133

suivis de signes numériques parmi lesquels on reconnaît en


particulier les signes hiératiques 10 et 20109.
— «‘Ezer» (‘zr) est un hypocoristique de «‘Azaryahu »
(‘zryhw) et signifie que la divinité «a aidé»; on le retrouve
dans la Bible, en épigraphie phénico-punique (PNPP, p. 167)
et sud-arabique (PIAN, p. 417), et sur plusieurs sceaux!,
Notons que l’expression « fils d'‘Ezer », avec la seule indication
du patronyme,pourrait indiquer qu’il s’agit d’un jeune hommet!t.
.— {Péqah » (pgh) est un hypocoristique qui signifie que la
divinité «a ouvert (les yeux) », c’est-à-dire « a regardé »; on le
retrouve sur un sceau 12 et dans une inscription sur jarre
trouvée à Hazor!13 où il s’agit peut-être du roi d'Israël « Péqah »
mentionné dans la Bible (cf. 2 R 15,25 ss).
— Le nom propre de la ligne 3 a été lu diversement; la
deuxième lettre est plutôt un kaph dont la tête en trident est
caractéristique. Cette lecture donne un nom « Mikal » très bien
attesté comme nom de femmell{ puisque c’est celui de la fille
de Saül et première femme de David (cf. 1 S 14, 49; 18, 20 ss).
Il pourrait signifier, comme le nom masculin mk’l, que la divinité
est incomparable (IPN, p. 144), mais il pourrait s'agir aussi
d’un hypocoristique de la mystérieuse divinité « Mikal » (mkl)
dont le culte est surtout attesté à Chypre115 et à Beth-Shéantt6,
Ce nom est encore attesté en safaïtique, où G. L. Harding le
rattache à une racine signifiant « être gras » (PTAN, p. 561).
— À la ligne 5, la lecture proposée, « Yabesh » (yb$) est un
nom propre déjà attesté dans la Bible comme celui du père de
Shallum, roi d'Israël (2 R 15, 10.13.14). Il s’agit probablement
d’un nom propre de personne dérivé d’un nom de lieu (IPN,
n° 565).

109. Y. AxHARONI, BASOR, 184, Dec. 1966, p. 18, pense que le signe des
lignes 3 et 4 est le signe hiératique 50, mais, en fait, il ressemble beaucoup
plus au signe hiératique 20.
110. Cf. IAEP, p. 120, n° 2, p. 205, n° 47 ; K. GALLING, ZDPV, LXIV,
1941, p. 178, n° 36, p. 181, n° 60 ; N. AviGaD, EI, XII, 1975, p. 70, n° 17.
111. Cf. D. J. A. Cuines, « X, X ben Y, ben Y: Personal Names in Hebrew
Narrative Style », VT, XXII, 1972, pp. 284-287.
112. Cf. F. Varriont, Biblica, L, 1969, p. 360, n° 4.
113. Cf. Y. YADIN, Hazor II, 1960, pp. 73-74.
tique
114. M. Nora (IPN, p. 39) pense que la terminaison al est caractéris
d’un nom féminin.
es de
115. Cf. A. Caguor-O. Masson, « Deux inscriptions phénicienn
O. MassoN-
Chypre », Syria, XLV, 1968, pp. 295-321, spéc. pp. 307-313, et
1972, p. 61.
M. Szxycer, Recherches sur les Phéniciens à Chypre, Paris,
O. Tuomrson , Mekal, the God of Beth-Shan, Leiden, 1970.
116. Cf. H.
134 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
Cet ostracon se rapproche du genre littéraire de l’ostracon 1 :
une liste de noms propres de personnes. Cependant ici les noms
sont suivis d’un chiffre qui pourrait renvoyer à une distribution
quelconque. En fait, l’utilisation exacte de cette liste nous
échappe (cf. listes parallèles dans DAE, pp. 275 ss).

OSTRACON N° 20

1. En la neuvième (année), Beyt ( )yahu,


2. Hakalyafhu fils de A)zn(y) 1

I. COMMENTAIRE

Cette inscription n’est pas un ostracon, mais une inscription


sur jarre : on a retrouvé plusieurs autres fragments de cette
jarre dans une couche de cendres, à l’est du palais central.
Les deux lignes de l'inscription sont parfois difficiles à lire à
cause des lacunes et de l’effacement des lettres.
A la ligne 1, d’après le parallèle des ostraca de Samarie, on
peut probablement suppléer le mot « année » après l’indication
du quantième.
Le nom « Hakalyahu » (hklyhw) est attesté dans la Bible sous
la forme hklyh comme le nom du père de Néhémie (Ne 1,1:
10,2). Son étymologie reste incertaine; il s’agit vraisemblable-
ment de la deuxième personne du singulier de l'impératif du
verbe hkh, « espérer », suivi de la préposition « lamed » et de la
finale théophore yahviste, d’où le sens «espère en Yhwh», ce
nom étant, en fait, la reprise d’une formule liturgique (cf. Ps 33,
20; Es 8, 17 ….).
Quant au patronyme très incertain, « Azny » (zny), on peut
penser à un hypocoristique de ’znyh (Ne 10, 10) qui signifierait
que la divinité «a oui», «a écouté ».

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Gette inscription incomplète est difficile à interpréter. Il faut


la rapprocher de deux autres inscriptions sur jarre : l'inscription
n° 63 de Samarie : « En l’an 12 (?), de Shemyada‘ » et l'inscription
sur jarre n° 20 trouvée à Arad : « En la troisième (année), Géra
LES OSTRACA DE LAKISH 135

fils de ‘Uzzyahu »17, Comme ces deux inscriptions, la ligne 1


contient d’abord la date : «en la neuvième (année) », puis proba-
blement, comme dans l'inscription de Samarie, une indication
de lieu « Beyt (...... ) yahu », et enfin, comme dans l'inscription
d’Arad, un nom propre suivi de son patronyme.
Il est vraisemblable qu’une telle inscription était liée à la
gestion des biens de la couronne ou à la collecte des impôts en
nature, c’est-à-dire de la dimelt8, à laquelle il pourrait être fait
allusion dans l’ostracon 5. Pour tenir une bonne comptabilité, il
était nécessaire d'inscrire l’année, le lieu d’origine et le nom de
celui qui avait donné. Malheureusement, il nous est impossible
de préciser le contenu de cette jarre : il pouvait s’agir soit de grain
(blé), soit de vin, soit d’huile, le premier produit nous paraissant
le plus vraisemblable (cf. la dernière ligne de l’ostracon 5).
De toute façon, cette inscription est la seule de toute cette
collection qui soit datée. D’après le contexte archéologique,
il s’agit certainement de la neuvième année du règne de
SédéciasH®, c’est-à-dire de l’année 589-588 av. J.G. Ce pourrait
être la date de la dernière récolte recueillie en paix avant l’arrivée
des Chaldéens, et, par voie de conséquence, approximativement
la date à laquelle commença le siège de Lakish. Cette indication
chronologique coïncide exactement avec celle donnée en Jr 39, 1 :
« La neuvieme année de Sédécias roi de Juda, le dixième mois,
Nabuchodonosor, roi de Babylone, vint attaquer Jérusalem avec
toute son armée; on en fit le siège … »

117. Cf. A. LEMAIRE, « Note épigraphique sur la pseudo-attestation du


mois sh», VT, XXIII, 1973, pp. 243-245 et infra, p. 184.
118. Est-il accidentel que les années mentionnées sur les jarres trouvées
en Juda soient des multiples de 3 : « troisième (année) », dans l'inscription
d’Arad, et «neuvième (année) » ici ? On pourrait se demander s’il n’y a pas
là une allusion au fait que la dîme aurait été récoltée tous les trois ans. En
effet, Dt 14, 28 déclare : « Au bout de trois ans, tu prélèveras toutes les dîmes
de tes récoltes en cette troisième année et tu les déposeras à tes portes. »
Dans le livre de Tobit (Sinaïticus 1, 8), cette dîme donnée tous les trois ans
concerne la troisième dîme consacrée aux orphelins, aux veuves et aux
étrangers, alors que Dt 14, 28 incluait aussi le Lévite. Il se peut que ce
dernier passage corresponde à la forme primitive de la dîme, mais ce n'est
qu'une hypothèse.
119. Cf. H. L. GinsB8ErG, BASOR, 80, 1940, p. 12; O. TurNeLz, PEOQ,
LXXXII, 1950, p. 79, et AOTS, p. 305.
136 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

OSTRACON N° 22
> ss.

. À Semakyahu .....
. À Esh(yahu) ..... ?
. À ‘Asayahu fils de .... 1 Ephah
. A Elyashifb}"s ..
A See eee + =

SI
O0
OT
ma
29
©OU9
pi

I COMMENTAIRE

Cet ostracon, de forme nettement rectangulaire (env. 8,5


X 11 cm) a été découvert, lors des fouilles du « temple du soleil »
dirigées par Ÿ. Aharoni en 1966120, dans une pièce qui semble
avoir été une sorte de bureau ou de chancellerie, comme le
montrent les nombreuses bulles qui y étaient conservées.
L’ostracon a été écrit sur la face extérieure d’un fragment de
jarre. L'écriture de cette inscription est très effacée, spécialement
dans la partie supérieure gauche.
Le nom propre « Dela(yahu) » (dlyhw), « Yhwh a retiré (du
danger) » (IPN, p. 180, note 4), se rencontre plusieurs fois dans
la Bible (Jr 36, 12.25; 1 Ch 24, 18), tandis que nous avons déjà
rencontré le nom « Semakyahu » dans l’ostracon 4, ligne 6.
« Esh(yahu) » (fyhw) signifie probablement « Yhwh a donné »
(cf. supra, la discussion de « Asa » p. 49).
«‘Asayahu » (‘Syhw), « Yhwh a fait », est attesté sur plusieurs
sceauxl?1,
À la ligne 8, la lecture « Elyashi(b) » reste conjecturale: on
pourrait tout aussi bien restituer « Elyasha(‘) ».

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Il faut probablement rapprocher l'expression « Beyt Akzib »
(byt ’kzb) du syntagme biy ’kzyb de Mi 1, 14. D’après l’étude de

120. Cf. Y. AHARONI, « Trial Excavation in the ‘Solar Shrine’ at Lachish,


Preliminary Report », 1EJ, XVIII, 1968, pp. 168-169.
121. Cf. F. VarTriont, Biblica, L, 1969, p. 363, n° 27, p. 367, n° 62, p. 371
n° 109.
LES OSTRACA DE LAKISH 137

À. Demsky'?, l'expression biy ’kzb renvoie à des ateliers royaux


installés dans la ville d'Akzib. De façon plus précise, il pense,
d’après 1 Ch 4, 23, que ces ateliers étaient des ateliers de poterie
(cf. Jr 18,2 : byt hywsr) où pourraient avoir été fabriquées les
fameuses jarres estampillées /mlk13.
Cette interprétation très vraisemblable éclaire quelque peu
le problème de la localisation d’Akzib : en effet, Sôkoh étant,
parmi les quatre noms de lieu mentionnés sur les estampilles
Imlk, le seul qui se trouve dans la Shephélah, les ateliers de
poterie d’Akzib devaient sans doute estampiller leurs jarres avec
l'inscription : lmlk &£wkh. Akzib était donc probablement situé
tout près de Sôkoh. Cette indication confirme la localisation
d’Akzib que nous avons adoptée dans le commentaire de
l’ostracon 8, ligne 7 (supra, p. 126) : en effet, Ayin El-Kezbeh
n’est qu’à 3 km de Sôkoh, dans la vallée de Elah.
Si l'interprétation de « Beyt Akzib » comme un atelier royal
de poterie, interprétation tout à fait cohérente avec la locali-
sation d’Akzib à Ayin El-Kezbeh, est justifiée, on peut penser
que la liste de cet ostracon est probablement une liste comptable
de paiement ou de distribution de rations aux ouvriers travaillant
dans un atelier royal de poterie d’Akzib près de Sôkoh!?4.

122. A. DEmsxy, « The Houses of Achzib, A Critical Note on Micah 1:


14 b», IEJ, XVI, 1966, pp. 211-216.
123. 1 Ch 4, 23 avait déjà été mis en relation avec les jarres Imlk par
Ch. CLERMONT-GANNEAU, RAO, IV, 1901, p. 15; H. VINCENT, Canaan,
Paris, 1907, pp. 359-360; W. F. ALBRIGHT, JPOS, V, 1925, pp. 49-51;
D. DIRINGER, BA, XII, 1949, p. 72 ; IAT, I, pp. 121 et 193 ; R. FEUILLET,
VT, XI, 1961, p. 290.
124. Parmi les textes d’'Ougarit, plusieurs listes semblent concerner des
gens appartenant à une même corporation (cf. Ch. VirozLEAUD, PRU, TI,
1957, n°5 24 à 80) et celle des ysrm, « potiers », y est explicitement mentionnée
(cf. PRU, II, n° 26, verso, ligne 11).
ne ob asia ttdé Amis risilate vecsup £€
et FEMME LÉ \ an Ava. QTE LprrSÔ de ire
À. À FUN PORT Fe riiquah
Bunny wtulhe Sihsldoiseiesr mn aoiinf ff
“disñAh notant si ob em
PES EE CUT t'eù Ro Si pr

otre ut MENT, Siucat se jp vor


£F ail er
ts “4 shsob anse Hi vob dei D
dis. ue 8 : di
ST HE ob
EX Le ROUE un.
| »

eV
"4dE a 22
SG
. 18q dEFa “ani ‘er a nés
pr. LAS
amas: cé M 4 enLS &bex ART
Pause ES L. apePR ÉT) À SAC RPT ENT RE 48.
re
LA JE To 1

d a snsad DENT nés Vtt #


!
RFA ares 15 Ao) aobjerogro Ar en
se
Me bee te # eee
CHAPITRE II

INTERPRÉTATION D’ENSEMBLE
DES OSTRACA DE LAKISH

Lors de l’editio princeps, H. Torczyner présenta les ostraca


de Lakish comme un dossier utilisé lors d’un procès intenté à
Hôsha‘yahu dans lequel le prophète auquel il était fait allusion
aurait été Ouriyahu fils de Shema‘yahu de Qiryat Yearim. Cette
interprétation générale a été, à juste titre, sévèrement critiquée!,
car elle était surtout bâtie sur des hypothèses ou de mauvaises
lectures. Aujourd’hui les commentateurs sont généralement plus
prudents dans leurs essais d'interprétation. En fait, avant tout
essai d'interprétation générale, il est nécessaire de préciser le
genre littéraire de la documentation que constitue cette collection
d’ostraca.
Dans un essai de classement des divers ostraca, on peut tout
de suite mettre à part l’«ostracon » n° 20, puisque nous avons vu
qu’il s'agissait, en fait, d’une inscription sur Jarre. D’autre part,
l étude de détail a montré qu’un certain nombre d’ostraca sont
des listes de noms propres de personnes ; nous pouvons regrouper
ces listes dans un même genre littéraire : ce sont les ostraca 1,
11, 19 et 22. Un deuxième groupe d’ostraca est caractérisé, au
plan matériel, par le fait que les tessons inscrits appartiennent
tous à la même jarre : ce sont les ostraca ?, 6, 7, 8, et 182. Parmi
les ostraca restants, il faut mettre à part les ostraca 10, 14, 15
et 21 pratiquement illisibles et les ostraca 12, 13, 16 et 17 trop
fragmentaires pour qu’on puisse en apprécier le contenu. Dès

1. Cf. spécialement W. F. ALBRIGHT, BASOR, 59, 1935, p. 7;


R. Dussaup, Syria, XIX, 1938, pp. 258-260 ; K. ELLIGER, PJ, XXXIV,
1938, pp. 33-34 ; R. De Vaux, RB, XLVIII, 1939, pp. 202-204.
2. Cf. H. TorczyNeR, Lachish I, p. 220.
140 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
lors, nous pouvons rassembler provisoirement les ostraca 3, 4,
5 et 9 dans le groupe des ostraca « non classés ».

1. Les ostraca 1, 11, 19 et 22 sont des listes de noms. Il s’agit


de documents administratifs dont il est difficile de préciser
exactement le but et l’utilisation. Aussi bien le contexte archéo-
logique que l'analyse paléographique montrent qu'ils ont
vraisemblablement été rédigés par des scribes différents sous le
règne de Sédécias, mais le contenu de ces ostraca, à lui seul,
ne permet pas de préciser l’année de ce règne.
Ces ostraca sont l’œuvre de scribes professionnels travaillant
probablement dans une sorte de «bureau» et utilisant des
tessons taillés à l’avance suivant une forme rectangulaire. Tous
ces ostraca ne sont écrits que d’un côté et ne contiennent,
semble-t-il, aucune faute d’orthographe.

2. Les ostraca 2, 6, 7, 8 et 18, provenant de la même jarre,


ont certainement été écrits au même endroit et, à peu près,
à la même époque.
Dans ce groupe, ce sont les ostraca ? et 6 qui sont les mieux
conservés. En les comparant, on s’aperçoit qu’au plan littéraire,
ils ont deux points communs :
— la même formule d'adresse : « A mon maître Yaôsh », qu’ils
sont seuls à utiliser;
— la même formule de politesse pour introduire le message :
«qui est ton serviteur, un chien, pour que … ».
Ces deux formules identiques semblent indiquer que ces deux
ostraca viennent non seulement du même lieu, mais aussi de
la même personnes.
Ceci semble confirmé par le style général de ces deux lettres
qui peuvent donner des indices pour dessiner une sorte de
« portrait-robot » de leur auteur. Celui-ci ne traite aucunement
de problèmes militaires dans leurs détails, ses rapports avec
Yaôsh sont plutôt des rapports d’un conseiller avec une autorité
plutôt que d’un subordonné avec son supérieur hiérarchique.
Il s’agit peut-être d’un notable si l’on en juge par sa capacité
à porter un jugement politique sur la situation et les prises de
position du roi et des généraux (cf. ostracon 6). Son opinion
politique quant à l’attitude à adopter face à l’ennemi l’oppose
à ces derniers et est assez proche de celle du prophète Jérémie:

3. Cf. S. A. BIRNBAUM, PEOQ, 1939, pp. 27-28.


LES OSTRACA DE LAKISH 141

on le rangerait volontiers parmi les pacifistes et les partisans de


la soumission aux Chaldéens. Ce personnage a pu jouer un rôle
politique important, mais il nous est impossible de lui donner
un nom.
Le caractère fragmentaire des ostraca 7, 8 et 18 rend tout
essai d'interprétation de ces ostraca extrêmement hypothétique.
Cependant, on peut noter que les ostraca 7 et 18 pourraient
provenir du même auteur, car dans l’un et l’autre il semble
possible de restituer le même nom propre, « Tobshillem » (7,6;
18,1); de plus, ces deux ostraca semblent traiter du même
problème, celui de l’acheminement du courrier. La formulation
de l’ostracon 8, très incertaine, est, de toute façon, différente
de celle des ostraca 2 et 6, quoiqu'il semble y être fait allusion
à des événements de la plus haute importance. On peut noter
enfin que, curieusement, ces trois ostraca 7, 8 et 18, qui sont
originaires du même lieu et ont peut-être été rédigés par le même
scribe, ont approximativement la même forme grossièrement
triangulaire. Si ces trois ostraca ont un même auteur“, celui-ci
semble essentiellement occupé à transmettre les nouvelles et le
courrier. Bien plus, si la mention d’Akzib (8,7) a quelque
signification, nous penserions volontiers que l’auteur de ces
ostraca est responsable d’un poste, d’un relais, dans la région
d’Akzib, dans la vallée du Térébinthe (Emeq Haélah) qui relie
Jérusalem à Lakish. Mais il s’agit là d’une proposition dont
nous mesurons tout le caractère hypothétique.
Quelle que soit l’interprétation précise des ostraca 7,8 et 18,
il est clair, d’après le texte de l’ostracon 6, que cet ensemble
a été écrit «à un moment où le danger chaldéen était déjà
pressant5». Tout ce que nous pouvons saisir du contenu de
l'ostracon 8 confirme ce caractère alarmant de la situation. Les
ostraca 2, 6, 7, 8 et 18 ont donc probablement été rédigés au
début de l'invasion chaldéenne, c’est-à-dire vers 589-588 av. J.C.

3. Parmi les autres ostraca, 3 et 4 sont vraisemblablement,


comme nous l’avons déjà noté dans l’étude détaillée, des rapports
de chefs de poste militaire sous les ordres de Yaôsh. En étudiant
les problèmes d’ideritification topographique, nous avons proposé
on 3,
d'identifier le poste de Hôsha‘yahu, expéditeur de l’ostrac

t l'écriture du même
4. K. Ezucer, PJ, XXIV, 1938, p. 38, reconnaî
, mais cela nous semble
scribe dans les ostraca 6, 8 et 18 : c’est possible
difficiie à prouver paléographiquement.
5. R. DE Vaux, RB, XLVIII, 1939, p. 206.
142 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
avec Églôn (Tell El-Hési), poste frontière entre Juda et l'Égypte,
et le lieu d’où est envoyé l’ostracon 4 avec la place forte de
Marésha (Tell Sandahanna), à quelques kilomètres seulement à
l’ouest de Lakish. Ces deux ostraca nous permettent donc de
saisir quelque chose de l’organisation militaire de la région de
Lakish si importante au plan stratégique.
On a souvent interprété, à tort selon nous, la fin de l’ostracon 4
comme une allusion au fait qu’Azéqah serait tombé aux mains
de l’ennemif. Le reste des allusions de l’ostracon 4 se situerait
difficilement dans un contexte aussi dramatique, car il suppose
une liaison encore assez facile entre Marésha et Jérusalem.
En fait, cet ostracon a plutôt été écrit dans un contexte de
préparatifs militaires : on vérifie que les communications fonc-
tionnent normalement dans l’attente de l’arrivée imminente de
l’ennemi. En bon général, Yaôsh semble vérifier que sa liaison
avec les avant-postes militaires, Beyt Harapid (Tell Bornât) et
Azéqah (Tell Zakaryah), qui dominent la plaine philistine,
fonctionne bien et qu’il pourra donc être averti dès que l’ennemi
sera en vue.
L’ostracon 3 pourrait se situer à la même époque ou un peu
avant : les communications avec l'Égypte semblent naturelles,
ce qui ne serait pas le cas si les Chaldéens occupaient déjà cette
règion. D'autre part, cet ostracon fait probablement allusion aux
efforts diplomatiques déployés par le royaume de Jérusalem afin
d'obtenir une intervention militaire de l'Égypte. Si cette hypo-
thèse est justifiée, il est probable, d’après ce que nous savons
de l’histoire de cette période, que l’ambassade de « Konyahu
fils d'Elnatan » n’atteignit qu’à moitié son but : l'Égypte inter-
viendra bien militairement en 588, mais cette intervention du
pharaon Hophra échouera (HI, pp. 328-329).
L’ostracon 5 est plus difficile à situer : il ne contient aucune
allusion précise sauf celle se référant au « grain royal ». L'absence
de références militaires précises le rapproche des ostraca 2 et 6.
D’autres indices vont dans le même sens :
— les ostraca 2, 5 et 6, et eux seuls, emploient la formule
«qui est ton serviteur, un chien, pour que … »;
— la référence à l’envoi de lettres par Yaôsh, dans l’ostracon 5,
est assez semblable à celle que nous rencontrons dans l’ostracon 6 S

6. Cf. R. Dussaup, Syria, XIX, 1938, p. 258; J. REIDER, JOR, XXIX,


1938-39, pp. 235-236 ; et récemment encore G. E. WRIGxT, HTR, LXIV,
1971, p. 441.
LES OSTRACA DE LAKISH 143

— la formule de souhait, poli mais général : «Que Yhwh te


fasse voir la moisson dans le bonheur », est assez semblable à
celle de l’ostracon 2? : «Que Yhwh accorde à mon maître la
primauté d’une parole que tu n’as pas connue. »
Ces indices restent assez faibles : ils pourraient signifier que
l’auteur de l’ostracon 5 jouait un rôle analogue à celui des
ostraca ? et 6. D’autre part, si le Tobyahu de cet ostracon est
identique à celui de l’ostracon 3”, ce qui est vraisemblable, cela
signifierait que ces deux ostraca ont probablement été écrits à
peu près à la même époque, vers le mois d'avril 589 av. J.C.,
avant l'invasion chaldéenne. En fait, l'interprétation générale
de cet ostracon reste assez difficile.
Il en est de même pour l’ostracon 9, dans lequel nous avons
proposé de voir une allusion à des travaux importants, peut-être
dans le cadre de préparatifs militaires contre l’invasion chal-
déenne; il s’agit là d’une interprétation conjecturale qui nous
situerait à peu près à la même époque que les ostraca 3 et 5,
et que l’ostracon 4.

En conclusion, si nous mettons à part, pour le moment, le


premier groupe d’ostraca, les listes difficilement datables avec
précision, il semble que la plupart des messages contenus dans
les ostraca de Lakish ont été rédigés vers 589 av. J.C., peu de
temps avant, ou même au tout début de l’invasion chaldéenne
(fin 589 av. J.C.). Ge contexte historique concorde avec la seule
date précise contenue dans cette collection, celle de l'inscription
sur jarre n° 20 : «la neuvième (année) » du règne de Sédécias.
Remarquons que cette datation est conforme à un phénomène
archéologique bien connu : après une destruction violente, les
objets trouvés dans les ruines représentent généralement les
objets utilisés lors de la toute dernière période d'occupation des
lieux. Il est donc vraisemblable que même le premier groupe
d’ostraca, les listes, soit aussi à dater de l’année 589 av. J.C.5.
Cette collection constitue donc un témoignage historique de
première main sur l’atmosphère des toutes dernières années du
royaume de Juda et sur l’organisation militaire de la région
stratégique de la Shephélah, dont Lakish était la capitale, à
la veille même de la deuxième invasion chaldéenne.

discerné des fautes


7. Ces deux ostraca sont aussi les seuls où nous avons
?
d'orthographe : auraient-ils été écrits par le même scribe
déjà W. F. ALBRIGH T, AJA, XL, 1936, p. 157 : «summer or early
8. Cf.
autumn of the year 589 B.C. »
a

ges us keHSE «FE j


. pe (SE: d
a se sb rulesdo Fi ren GATE A à
6, és ED CR 4100",
% cb: Pr PA
akgs #4 PH sta lat CAES) LEE0
PARTIR CIO RE
| 450 lego Aer 43H45)
KT és LEA RAY
ll ET sh

Las ais4 puces sbpa Te Fr |


iaÿi ru alé ##É. CP CET 2
ta vod MERE rs ÀAO RES
à aa Êp
SLT eo“ og, dy. “0 0
19 KG lsNe le EP ages) FT TTE 2
"hi 5.[ea rénssa,sede.qu
at EE
miLA ŸE LC #11%, , LPS

2 à
AO TN abh efnome pepe, °° ET:
— 0 lapsgelay dasusér Mi sé ok qi
ÿ .sah-n0ifAc A ui
TROISIÈME PARTIE

LES OSTRACA D’ARAD


BIBLIOGRAPHIE

Y. AHARONI - R. AMIRAN, « Excavations at Tel Arad, Preliminary


Report on the First Season 1962», IEJ, XIV, 1964,
pp. 131-147.
Y. AHARONI, « Hebrew Ostraca from Tel Arad », IEJ, XVI,
1966, pp. 1-7, PL 1.
ID., « The Use of Hieratic Numerals in Hebrew Ostraca and the
Shekel Weights », BASOR, 184, Déc. 1966, pp. 13-19.
Ip., « Hebrew Ostraca from Arad»r, FWCJS, 1967, pp. 11-13.
Ip., « Excavations at Tel Arad, Preliminary Report on the Second
Season 1963 », IEJ, XVII, 1967, pp. 233-249.
Ip., « Arad : its Inscriptions and Temple», BA, XXXI, 1968,
pp. 2-32.
K. J. KATHCART, « Trkb qmkh in the Arad Ostracon and Biblical
Hebrew rekeb ‘ upper millstone ? », VT, XIX, 1969, pp. 121-
123.
S. YEIVIN, « An Ostracon from Tel Arad exhibiting a Combination
of Two Scripts », JEA, LV, 1969, pp. 98-102.
W. F. ALBRIGHT, « Three Hebrew Ostraca from Arad », ANET Sup,
1969, pp. 568-569.
B. A. Levine, « Notes on a Hebrew Ostracon from Arad », 1EJ,
XIX, 1969, pp. 49-51.
D. N. FREEDMAN, « The Orthography of the Arad Ostraca », IEJ,
XIX, 1969, pp. 52-56.
Y. AHARONI, « Three Hebrew Ostraca from Arad», BASOR,
197, 1970, pp. 16-42.
B. OTzEN, « Noch einmal das Wort TRKB auf einem Arad-ostra-
con », VT, XX, 1970, pp. 239-242.
A. F. RAINEY, « À Hebrew ‘ Receipt ” from Arad », BASOR, 202,
1971, pp. 23-29.
HMI, 1971, pp. 49-54.
V. Frirz, « Zur Erwähnung des Tempels in einem Ostrakon aus
Arad », Die Welt des Orients, VII, 1973, pp. 137-140.
R. HesrTrin et alii, Inscriptions Reveal, Jerusalem, 1973, pp. 33-39,
nos 48-72 et pp. 60-80. ,
M. WEetPpERT, « Zum Präscript der hebräischen Briefe von Arad »,
VT, XXV, 1975, pp. 202-212.
J. P. WEINBERG, « Netînim und ‘ Sôhne der Sklaven Salomos ?
im 6-4 Jh. v. u. Z.», ZAW, LXXXVII, 1975, pp. 355-371,
spéc. pp. 363-365.
Y. AHARONI, Arad Inscriptions (Hb), Jerusalem, 1975.
Y. YaADIN, « The Historical Significance of Inscription 88 from
Arad : À Suggestion», 1EJ, XXVI, 1976, pp. 9-14.
#T :
LA:

be a US
ne mr: nc - ;

L 197 3e «soir 8 TE Àî Ha - snoram À ï


+ SET nontdà RafT st no Mega
{ .TES-IBT àM

À æhona (97 not soie words AAOAAE


FAI V1. 4
“ds bas 208020 wanisfi ai aiseu, susrciM Ve 680
ÆLET 40 BACI 60 81 MAOBANL alaieurfn
ÆLET 4 PO RAM A « BèsA mo Hamel:
35 4 m6 3 ago pp Ho Eh ET de
TS CRE-BES , a NBI JAEVZX LES à EDe£
XYF ,8G D st bag snoltgirent
8% :
#ES.
sg.
cosduO DerA. edi ol dam dsan x n ts radà
KIX T4 4° nnodéttien vsqqu *éshsrren “à
aistidores & pri lidgs 2p tÀ it ET Le à hot a CEy
: 11-00 49 OUI I RAT æelqitsé ot 1
Axe TA k A; bsaÀ mt) pre 120 w rés SOUTT 5 ,T 401
; 20808 .44 Bet,
HAL ss betA mor aosetteO wasEl & mo | 20 à CTPRATILE
as 10-2+ 4q 801,2
LBS 6 soenfeO her sd lo vlgergediiG eAT + AE
ee _ fo-86
.qa Noel . XI?
AUBER + Ber mont 2:asus: vaidsh pro 1m
EE 2 SR-BL ge
“evse-DerA crée %vo SANT HoW “sb LE
. “ÉESOEE gag DVI 5
LUE ROERE Ai dogs Iqisonfi vente H |
= à ; “ LE ,

sus sodetdeO cal dédar sub goutéwr si


_. NES 8 ÆYer HV sit0 or
is de.Lu insuiafi
PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Tell Arad est situé dans le Négeb, au pied des derniers


contreforts de la montagne de Juda, à une trentaine de kilo-
mètres à l’est de Béérshéba (coordonnées géographiques 162-
076, 5). L'identification de ce tell avec l’ancienne ville biblique
d’Arad est certaine. Elle est confirmée :
— par la permanence du nom à travers les siècles,
— par les indications de l’Onomasticon d’'Eusèbe de Césarée,
d’après lesquelles Arad est un « village à quatre milles de Malatha
et vingt d’'Hébron »i,
— et par la découverte, sur place, d’un plat sur lequel le mot
‘rd a été incisé plusieurs fois?.

Ce tell a été fouillé lors de cinq campagnes, de 1962 à 1967,


organisées par l’Université hébraïque de Jérusalem, le Dépar-
tement des Antiquités et l’« Israel Exploration Society ». Ces
fouilles ont dégagé deux zones d'occupation différentes :
— une ville de l'Ancien Bronze, très étendue, qui occupe les
deux pentes de la cuvette au bord de laquelle est situé le tell,
_—— une forteresse plus récente, située au nord-ouest de cette
cuvette, qui domine de sa hauteur la ville de l’Ancien Bronze.

Cette forteresse est carrée, d'environ 50 m de côté; elle a tout


spécialement été fouillée sous la direction du professeur
Y. Aharoni, lors de quatre campagnes qui ont permis de dégager
douze strates allant du xrnre siècle avant J.C. au x1° siècle après
J.C. Parmi tous ces restes d’occupation, ce sont surtout les

1. Cf. E. KLosTERMANN, Eusebius Werke, III, 1, Das Onomasticon,


Leipzig, 1904, p. 14.
2. Cf. Y. AxARONI, 1EJ, XIV, 1964, pp. 138-139 ; AJ, pp. 114-115, n° 99.
150 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

strates de l’époque israélite qui ont retenu l'attention des


fouilleurs : entre autres résultats, ils y ont récolté une moisson
de quelque cent neuf inscriptions paléo-hébraïques. Parmi ces
inscriptions, certaines ne sont que des fragments contenant
seulement quelques lettres tandis que d’autres sont complètes
et peuvent comporter plus d’une dizaine de lignes. Elles ont été
trouvées dans toutes les strates de la forteresse israélite, c’est
dire qu’elles datent de la fin du x® siècle au tout début du
vie siècle avant J.C. Ainsi, même s’il ne s’agit souvent que de
fragments, la répartition stratigraphique de ces ostraca permet
aux épigraphistes de mieux comprendre le détail de l’évolution
de la cursive hébraïque durant toute la période royale israélite.
Parmi les quelque cent neuf inscriptions paléo-hébraïques
découvertes, on peut classer à part deux collections importantes
caractérisées par leur localisation archéologique, leur contenu
et leur paléographie :
— une collection de dix-huit ostraca (n°8 1 à 18) découverts
dans une pièce du mur à casemates sud (locus 637) rattachée
à la strate VI. Ces ostraca, dont dix sont pratiquement complets,
ont presque tous le même destinataire : « Elyashib»; c’est
pourquoi Y. Aharoni pense que cet ensemble constituait les
«archives d'Elyashib », ou, puisque Elyashib était probablement
le commandant de la forteresse d’Arad, les «archives de la
citadelle ».
— une collection de huit petits ostraca (n°s 50 à 57) qui, pour
la plupart, ont été découverts dans une pièce située à côté du
temple, dans la strate VIIT. Ce sont tous des billets ne comportant
qu’un seul nom propre parfois suivi de son patronyme.

La stratigraphie des différentes forteresses de Tell Arad à


l’époque du Fer a été l’objet de discussions diverses : celles-ci
mirent en cause l'attribution de certaines pierres taillées avec
un ciseau à dents aux strates VII et VIII, c’est-à-dire aux vie
et viré siècles av. J.C., alors que ce type de taille de pierre ne
semblait attesté, jusqu’à maintenant, qu’à partir de 550 av.
J.G.4. Aujourd’hui cette discussion est close car Mr Hussey, du
British Museum, a pu observer les mêmes marques de ciseau à

3. Cf. Y. AHARONI, AOTS, pp. 397-400 : « The Elyashib Archives


».
4. Cf. Y. YADIN, « A Note on the Stratigraphy of Arad
», IEJ, XV, 1965,
p. 180; CG. NYLANDER, « À Note on the Stonecutting
and Masonry of Tel
Arad », IEJ, XVII, 1967, pp. 56-59.
LES OSTRACA D'ARAD 151

dents sur le lion d’Assurbanipal (1xe siècle av. J.C.)5. Nous


pouvons donc proposer ici la chronologie stratigraphique
suivantes :
Strate XI : époque salomonienne, destruction par Shishak
vers 920 av. J.C.
Strate X : 1x siècle av. J.C.
Strate IX : vire siècle av. J.C., destruction probable vers
734 av. J.C.
Strate VIII : fin du vin siècle, destruction par Sennachérib
vers 701 av. J.C.
Strate VII, vire siècle, destruction probable par les Égyptiens
vers 609 av. J.C.
Strate VI : fin du vire, début du vit siècle av J.C., destruction
probable lors de la première invasion de Nabuchodonosor en
598-597 av. J.C.7.

Notons tout de suite que la plupart des ostraca appartiennent


aux dernières strates, spécialement à la strate VI.

5. Cf. Y. AHARONI, « The ‘Persian Fortress’ at Lachish— An Assyrian


Palace », Yediot (BIES), XXXI, 1967, pp. 80-91, et spéc. la note et le post-
scriptum p. 90; cf. aussi A. F. RaINEy, BASOR, 202, 1971, pp. 29-30,
note 23.
6. Cf. IEJ, XVII, 1967, p. 246, note 27 ; AI, p. 8.
7. En effet, d’après Jr 13, 19 : «Les villes du Nébeb sont bloquées :
personne n’y donne accès ! Tout Juda est déporté... », le Négeb a été dévasté
dès la première invasion de Nabuchodonosor (cf. aussi 2? R 24, 2 ; Jr 35, 11).
Entre 597 et 587, le Négeb n'était plus contrôlé par Juda mais probablement
par les Édomites : cf. A. ALT, « Judas Gaue unter Josia », PJ, XXI, 1925,
p. 108; H. P. MÜLLER, « Phônizien und Juda in exilisch-nachexilischer
Zeit», Die Welt des Orients, VI, ?, 1971, pp. 189-204, spéc. p. 201; HI, p. 327.
Y. AHARONI (A1, pp. 8, 43, 126 et 151) propose la date de 595 av. J.C. pour
la destruction finale de la forteresse israélite, mais cette date est basée sur
une interprétation très conjecturale de l'inscription n° 20 et contredit des
données historiques solides : cf. discussion infra, p. 186.
152 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

MONTAGNE

DE JUDA
e Khirbet Ma'ôn
,*
Eshtémoa

« Khirbet Ghuwein el-Fawga


e Kiifhet Ghuwein et-Tahta
(Horvat Anim

Khirbet et-Tayeb
(Horvat To}

Tell ‘Arad
SIMÉONITES
Tell Béér-Shéba
QÉNITÆES

qe © rs Khirbet Samra
. Dee tel 2” e
gs :
{Tell'ir #
Sr * Tell el-Milh Khirbet Ghazzeh
5 Méshash (Tell Malhata) Ci
ee \®> ie Le
1n@s
& DRE
è & pe
|
Horvat Aroër, Lu,
ee:
|

e Dimona

ÉDOMITES
e Khirbet Mamshit

Fig. 8. — Le Négeb
LES OSTRACA D'ARAD 153

EEE TT —_
730
ee ca)
852 FA

RTE _ À ,949
ES 5_p

Hate
PCR
PE
Rd

ENS
Es

Fig. 9. — La forteresse d’Arad (d’après Al, pp. 6-7).


EEE" FREE DATES y

#
nn)
La “g—
CARVLT2

ke:
Le

Fu
|
Ps
Mises Êr
D RENTE
* ALU LE
cer 7 ur mage
e xes. Va 73 de Pi dde nt ee — on d
EEE sn.

Pare
ma
CHAPITRE 1

ÉTUDE DÉTAILLÉE
DE CHAQUE OSTRACON

OSTRACON N° 1
. À Elyashib. Et
. maintenant donner aux Kittim
. du vin : 3 b(ats) et
écrire le nom du jour.
Et du reste de la pre-
mière farine, tu
. chargeras 1 kor, de la farine
. pour faire du pain
. pour eux. Du vin
mi
NO
O9
OUR
©DNI
puni O . des cratères tu donneras.

I. COMMENTAIRE

Cet ostracon a été découvert dans une des pièces du mur à


casemates avec dix-sept autres ostraca des « archives d’Elyashib »
(locus 637, strate VI). L'inscription a été écrite sur un fragment
de jarre de poterie grossière, taillé en un rectangle presque
parfait de 83x51 mm. L’ostracon n’est écrit que d'un côté et
comporte dix lignes ayant de six à dix lettres par ligne, avec
certains signes particuliers : chiffres ou symboles d'unité de
mesure. L'écriture est très bien conservée.
À la ligne 1, «Elyashib» (lyëb) signifie «que El (Dieu)
restaure », ou, mieux, «que El fasse revenir » (IPN, p. 213).
D'après Ne 13,4-5, un prêtre de ce nom était responsable des
magasins du temple de Jérusalem ; celui de notre ostracon a pu
156 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

remplir une charge analogue. En effet, ce nom a été retrouvé


sur trois sceaux de la strate VII : « Elyashib fils d'Eshyahu »
(lyéb bn ’£yhw)!, et cette découverte indique qu’Elyashib était
probablement le haut fonctionnaire responsable de la forteresse
et qu’il était déjà en fonction à ce poste durant le règne de
Josias (strate VII)?.
Le message lui-même est ensuite introduit, à la fin de la ligne 1
et au début de la ligne 2, par la locution adverbiale habituelle :
«et maintenant » (w‘t)ÿ.
A la ligne 2, le mot « Kittim » (kiym) est certainement un
gentilice. D’après 1 Ch 1,7 et Gn 10, 4, les Kiltim font partie
des betnéy yawän, c’est-à-dire des Grecs. Plus précisément, à
cette époque, les « Kittim » désignent les habitants des «îles »
(Jr 2, 10; Ez 27, 6). D’après l'inscription de Nora (XKAÏ, n° 46, 6),
le royaume de Kittion, dans l’île de Chypre, a essaimé dans
tout le bassin méditerranéen et on comprend que, vers 600 av.
J.C., en Jr 2, 10 et Ez 27, 6, le nom de « Kittim » en soit venu
à désigner, de façon générale, les habitants des îles de la Médi-
terranée. C’est certainement en ce sens qu’il faut comprendre
ce nom ici.
À la ligne 3, notons que l’orthographe yyn, « vin », est différente
de celle des ostraca de Samarie où ce mot est écrit yn. Cette
différence d'orthographe semble confirmer que la diphtongue
n’est pas encore résolue dans l’hébreu du royaume de Judaf,
alors qu’elle l’est déjà dans celui du royaume du Nord. La
quantité de vin est sans doute indiquée par l’ensemble des signes
qui suivent le mot « vin » : la lettre beth est probablement une
abréviation pour une unité de mesure de liquides : le « bat ».
À la suite de W. F. Albright, O. Tufnell et N. Avigad5,

_ rs Y. AHARONI, EI, VIII, 1967, pp. 101-103; AJ, p. 121, n° 105,


106, 107,
2. Cf. déjà Y. AHARONI, BA, XXXI, 1968, pp. 15-16.
3. Cf. H. A. BRONGERS, « Bemerkungen zum Gebrauch des Adverbialen
we‘attäh im Alten Testament », VT, XV, 1965, pp. 289-299 ; M. WEIPPERT,
«Zum Präskript der hebräischen Briefe von Arad », VT, XXV,
1975,
pp. 202-212, spéc. p. 206.
4. Cf. D. N. FREEDMAN, 1EJ, XIX, 1969, p. 53. L’orthographe yyn est
aussi attestée, semble-t-il, dans l’ostracon 9 de Lakish et, de façon certaine,
dans une inscription sur carafe de la région d’'Hébron : cf. N. AVIGAD, « Two
Hebrew Inscriptions on Wine-Jars », 1EJ, XXII, 1972, p. 4.
5. W. F. ALBRIGHT, The Excavations of Tell Beit Mirsim, III,
The Iron
Age, AASOR 21-22, 1943, pp. 58-59, note 7; O. TurNELz,
Lachish III,
London, 1953, p. 356 ; N. Avican, « Another bat le-melek Inscription », IEJ
III, 1953, pp. 121-122. f
LES OSTRACA D'ARAD 157

Y. Aharoni$ pense que le « bat » mesure 22 litres environ; mais


avec À. Barrois, C. H. Inge, R. de Vaux et J. B. Pritchard?,
il nous semble préférable d’y voir la contenance habituelle d’une
jarre à provision, c’est-à-dire environ 45 litres. Les signes suivant
le beth peuvent être interprétés soit comme le chiffre 1 suivi du
chiffre 3, c’est-à-dire, au total, le nombre 4 (HMI, p. 52), soit
comme la marque d’une abréviation suivie du chiffre 38. Cette
dernière interprétation nous semble préférable car le premier
trait n’a pas la même orientation, et donc probablement pas la
même signification, que les trois autres.
L'expression de la ligne 4, «le nom du jour» ($m hym) se
retrouve en Ez 24, 2? pour désigner la « date », et nous pourrions
traduire : « écrire la date », en pensant probablement à l’indication
du quantième du mois, tel qu’il est exprimé en particulier dans
l’ostracon 17, ligne 8 (cf. infra, p. 176).
A la ligne 5, à la suite de Y. Aharoni, D. Diringer etS. P. Brock,
il faut interpréter ici ‘wd comme une sorte de substantif et
traduire : « du reste»; cette traduction est conforme à l'usage
de ‘wd dont la signification fondamentale évoque l’idée de reste,
de ce qu’il y a «encore » (cf. Jr 38,9), et l’on peut rapprocher
m‘wd hgmh de miyyeter ha$$emen, «et du reste de l'huile »
(Lv 14, 17).
À la ligne 6, l’adjectif « premier » (hr ën) qui détermine « farine »
(hgmh) peut être compris d'au moins quatre manières différentes :
1. «premier» dans le temps, d’où «ancienne farine» ou
« vieille farine »;
2. « premier» dans le temps en référence à un chargement
antérieur;
3. « premier» dans le temps au moment de la mouture, ce
qui indiquerait une sorte spéciale de farine;
4. « premier » par la qualité.

6. Y. AxAroON1I, IEJ, XVI, 1966, p. 2 note 3; AI, p. 13.


ptum »,
7. À. Barrois, RB, XL, 1931, p. 212; C. H. INGE, « Post-Scri
D,
PEQ, LXXIII, 1941, pp. 106-109; IAT, 1, pp. 303-309 ; J. B. PRITCHAR
1964, p. 25, où
Winery, Defense and Soundings at Gibeon, Pennsylvania,
Biblica, XL,
une jarre intacte mesure environ 45 litres; cf. aussi J. T. Mr,
1959, pp. 985-991 ; R. FEuILLET, VT, XI, 1961, pp. 290-291.
1EJ, XVI, 1966, p. 2, note 3; K. R. VEENHOPF,
8. Cf. Y. AxarONI,
Phæœnix, XII, 1966, p. 368; Al, p. 13. WM,
-S. P. Brock,
9. Y. AxARONI, 1EJ, XVI, 1966, p. 3; D. DiriNGER
p. 43 ; cf. aussi B. OTZEN, VT, XX, 1970, p. 241.
158 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
D’après la précision des lignes 7-8, il semble que cet adjectif
indique une catégorie spéciale de farine avec une nuance se
rapportant à sa qualité. En fait, le sens de « premier » ici est
lié au sens précis du mot gmh : gmh est généralement traduit
«farine» mais il ne s’agit pas de n’importe quelle farine : il
s’agit de la farine grossière distinguée de la farine plus fine
appelée solet; en effet, d’après Qimhi, «le solet c’est du gmh qui
a été moulu plus fin» (TLHC, II, p. 959). On devrait donc
traduire gmh par «semoule », «gruau», pour bien marquer la
nuance de ce mot. Dès lors l’expression hgmh hr’ën est une expres-
sion technique de meunerie : c’est la « semoule » ou le « gruau »
qui provient d’une première mouture (cf. sens 3) et est de meilleure
qualité (cf. sens 4) que les « farines deuxième, troisième, qua-
trième »!°, Dans le langage de la meunerie, hgmh hr’ën correspond
donc à « farine de gruau », terme qui désigne la farine qui provient
de la première mouture et est réputée pour sa qualité supérieurelt.
À la ligne 7, nous suivons l'interprétation de B. Otzen!2
traduisant irkb par «tu chargeras », en notant cependant qu’il
s’agit plutôt de charger sur des ânes que sur un chariot3, Les
signes spéciaux qui suivent ce verbe sont difficiles à interpréter.
Le premier signe, un peu en forme de epsilon, semble se retrouver
dans l’ostracon n° 31, à la dernière ligne, où il s’agit vraisembla-
blement d’un symbole pour une mesure de grain; Y. Aharoni
a d’abord pensé à l’« éphah » puis au « homer »4, W. F. Albright15
au «kor » tandis que B. Otzen hésite entre le « homer »18 et le
« létek »; il est difficile de trancher de manière certaine ; comme
il s’agit d’une quantité importante de grains, il nous semble que
le « kor »? serait très bien à sa place ici (cf. 1 R 5, 2) et cette
interprétation semble s’accorder avec celle que nous proposons
pour l’ostracon n° 31.
Aux lignes 7-9, la formule « de la farine pour faire du pain

10. Grand Larousse encyclopédique, IV, Paris, 1961, art. « farine », p. 912.
11. Op. cit., V, 1962, art. « gruau », p. 670.
12. B. OTzen, « Noch einmal das Wort TRXB auf einem Arad Ostracon
»,
VT, XX, 1970, pp. 239-242.
13. Cf., avec nuance, Y. AHARONI, Al, p. 14.
14. AI, p. 14; le « homer » désigne étymologiquement la charge
d’un
âne ; malgré Ez 45, 14, il n’est pas sûr que le « homer » soit l'équivale
nt du
« kor » ; il pourrait en avoir été environ la moitié : cf. LA T,
I, p. 306.
15. W.F. ALBRIGHT, ANET Sup., p. 569.
16. B. OTzEN, loc. cit., pp. 239-242.
17. Le «kor» est une unité de mesure de grain valant 10 «éphah »,
env. 450 litres.
LES OSTRACA D'ARAD 159

pour eux » est une précision intéressante, car l’expression « pour


eux » laisse entendre que les Kittim faisaient eux-mêmes leur
pain, peut-être d’une manière différente des Israélites.
La dernière phrase semble avoir été rajoutée après coup,
comme une sorte de post-scriptum, en parallèle à la précision
sur la farine aux lignes 7-9; l’espace blanc qui précède « du vin»
(myyn) est probablement à interpréter en ce sens. La phrase
« du vin des cratères, tu donneras » semble indiquer que, de même
qu’ils mangeaient un pain spécial, les Kittim ne buvaient pas
n'importe quel vin, mais préféraient le « vin des cratères ». Le
cratère (’aggän)!8 ne renvoie pas ici au vase dans lequel le vin
était conservé, car le vin se conservait et se transportait dans des
jarres (cf. les ostraca de Samarie), mais il renvoie probablement
à la manière de préparer la boisson, le cratère servant à mélanger
le vin et l’eau, ou différents vins, suivant la coutume grecque!?.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Cet ostracon est très clairement un ordre de distribution de


denrées; il suppose que son destinataire, Elyashib, était respon-
sable de la gestion des magasins, probablement des magasins
royaux, où l’on entreposait en particulier le vin, l’huile, le blé
(cf. ostraca suivants), et la farine. Cet ostracon a pu être conservé
par Elyashib comme pièce justificative de la «sortie» hors du
magasin des quantités mentionnées.
L’expéditeur de cet ordre n’est pas nommé; la formule très
brève de l’adresse : « A Elyashib », et l’absence de formule de
politesse signifient probablement que cet expéditeur est un
supérieur hiérarchique d’Elyashib?.
Qui sont les Kittim auxquels Elyashib doit distribuer l’appro-
visionnement? Nous avons vu que la Bible, à cette époque,
désigne ainsi les habitants des «îles » et les rattache à la nation
grecque ; il peut s’agir soit de marchands, soit de mercenaires

18. Cf. À. M. HoneyMaAN, « The Pottery Vessels of the Old Testament »,


PEQ, 1939, pp. 76-90, spéc. pp. 78-79 ; K. L. Kezso, The Ceramic Vocabulary
11-
of the Old Testament, BASOR Suppl. Studies 5-6, 1948, pp. 2-48, spéc. pp.
16; P. E. Bonnanp, « Poterie palestinienne », SDB, VIII, 1967, col. 233.
», VT,
19. Cf. J. P. Brown, « The Mediterranean Vocabulary of the Vine
« Ceux-là
XIX, 1969, pp. 146-170, spéc. 153-155 et 158 ; cf. Odyssée, I, 110 :
mélangent le vin et l’eau dans les cratères. »
20. Cf. J. Naven, HTR, LXI, 1968, p. 73; AI, p. 12.
160 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
d’origine grecque venant des îles de la Méditerranée. Si c’étaient
des marchands, cet ostracon serait un témoignage se rapportant
au commerce international de l’époque, le royaume de Juda
exportant sa farine et son vin; si c’étaient des mercenaires, il
est normal que ceux-ci aient eu droit aux rations alimentaires
provenant des magasins royaux. La quantité relative de vin et
de farine semble nettement en faveur de cette deuxième hypo-
thèse, ainsi que la référence au mode d'utilisation de ces denrées
pour la confection de la nourriture et de la boisson de ces Kittim.
Cet ostracon atteste donc l’existence de mercenaires grecs dans
l’armée du royaume de Juda?l, comme cela nous était déjà
connu de l’armée égyptienne à cette même époque’.
L'importance de l'influence grecque en Palestine dès la fin
du vie siècle est bien attestée par les fouilles de Mesad
Hashavyahu où l’abondance de la céramique grecque a fait
penser à une colonie grecque, plus précisément à une colonie de
mercenaires grecs soit au service du pharaon Psammétique Ier’3,
soit, plutôt, au service du roi de Juda, Josias?4. Plus près d’Arad,
à Tell El-Milh (ou Tell Malhata), à quelque 12 km au sud-ouest
d’Arad, une fouille de sondage a aussi découvert, dans les deux
strates de la fin de l’époque du Fer, un nombre important de
tessons de poterie grecque?5. Cette découverte semble contraster
avec l’absence générale de céramique grecque à Arad et dans
les autres forteresses du Négeb?6, et nous fournit un indice
concernant la localisation des Kittim de cet ostracon. En effet,
il est tout naturel de penser que cette colonie militaire était
stationnée à Tell EI-Milh (Tell Malhata), à 4 km au sud-est de
Khirbet El-Gharra (Tell ‘Ira) que nous proposons d'identifier
avec « Ramat-Négeb », la capitale du Négeb (infra, p. 192) et

21. Cf. Y. AnarON1, IEJ, XVI, 1966, p. 4; B. OTzEN, VT, XX, 1970,
p. 242 ; AI, p. 12.
22. Cf. F. K. Kienirz, Die politische Geschichte À gyptens vom ? bis zum
4 Jahrhundert vor der Zeitwende, Berlin, 1953, pp. 35-47. C’est surtout sous
Psammétique Ier (663-609) que des soldats grecs furent enrôlés dans l’armée
égyptienne, cf. K. A. KiITcHEN, The Third Intermediate Period in Egypi,
Warminster, 1973, p. 402.
23. Cf. J. Navex, « The Excavations at Mesad Hashavyahu, Preliminary
Report », IEJ, XII, 1962, pp. 98-99.
24. Cf. J. STRANGE, « The Inheritance of Dan », Siudia Theologica, XX,
ee PRE 120-139, spéc. pp. 136-139 ;E. STERN, Qadmoniot, Mi:0973 p.278
» P- lo.
25. Cf. M. Kocxavi, « Tel Malhata », IEJ, XVII, 1967, pp. 272-273;
cf. aussi Y. AHARONI, BA, XXXI, 1968, p. 14; AI, p. 144.
26. Cf. Y. AnARONI, IEJ, XVI, 1966, pp. 4-5, note 9 AT p.u3;:
LES OSTRACA D'ARAD 161

où séjournait vraisemblablement le supérieur hiérarchique


d’Elyashib.
Aïnsi cet ostracon administratif nous apporte le premier
témoignage direct de l'installation de mercenaires grecs dans le
sud du royaume de Juda, probablement à limitation de l'Égypte,
puissance qui avait installé le roi Yoyaqim (2 R 23, 34). Nous
pouvons même, avec beaucoup de vraisemblance, localiser cette
colonie de mercenaires grecs à Tell El-Milh (Tell Malhata), à
12 km au sud-ouest d’Arad.

OSTRACON N° 2
. À Elyashib. Et maintenant : donner aux
. Kittim ? b(ats) de vin pour
. les quatre jours et
300 pains. Et
. remplis de vin fermenté et tu (le)
. relourneras demain, ne tarde pas.
Et s’il y a encore de la piquetle, alors tu (la)
SI
mn
DO
WO
OT
O . leur donneras.

I. COMMENTAIRE

- Get ostracon mesure 99 X 75 mm : il est complet et son écriture


est assez bien conservée; sa lecture est pratiquement assurée
même si certaines expressions restent difficiles à comprendre.
L’ostracon provient du même endroit (locus 637) que le précédent.
A la ligne 3, le syntagme ’rb‘t hymm est un état construit
déterminé, mais cette détermination peut rester assez vague
(cf. GHB, $ 142 d et 1) : s’agit-il ici de quatre jours de fête
(cf. Jg 11,40), de quatre jours de voyage, de quatre jours
d'exercice militaire, ou bien simplement des quatre prochains
jours? Nous ne pouvons le préciser; d’après l’ostracon n° 8 il
s’agit probablement d’une indication en fonction de la quantité
de ravitaillement demandée. , l
A la ligne 4, le signe numérique employé est le signe hiératique
égyptien”. L’ellipse des noms de mesure étant fréquente en
hébreu (cf. GHB, $.142 n), on peut sous-entendre le mot kkr,
« galette » ou « miche », devant {hm, «pain» (cf. 1 S 21, 4).

27. Cf. G. Müzer, HP, II, p. 61, n° 634 ; AI, p. 16.


162 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

À la ligne 5, l'expression wml hhmr yyn est difficile. Y. Aharoni


(AI, p. 16) pense qu'il s’agit de remplir un « homer » de vin,
mais le «homer» semble plutôt une mesure de capacité pour
les grains (Lv 27, 16; Ez 45, 13; Os 3, 2)%#. Il nous semble préfé-
rable de rapprocher hhmr yyn de yayin hämar attesté en Ps 739
et de hmr yn attesté dans deux inscriptions phéniciennes de
Shigmona® : kmr désigne donc une sorte de vin, du vin «fermenté »
associé à l’image du «sang du raisin» en Dt 32, 1430. Cette indi-
cation de la sorte de vin après un espace blanc correspond à
l'indication « du vin des cratères » à la fin de l’ostracon précédent
et il se pourrait qu’il s’agisse plus ou moins d’une même sorte
de vin assez fort très apprécié des Phéniciens et des Grecsit :
Notons que l’emploi de l’accusatif après le verbe ml, «remplir »
est habituel en hébreu et que yyn après hhmr peut être construit
soit comme apposition d'espèce, soit comme accusatif de matière
(cf. GHB, $ 127 et 131).
Aux lignes 5-6, l'expression whsbl mhr est probablement à
rapprocher de bisbt hbqr (ostracon 4 de Lakish, ligne 9) dont
la signification exacte reste discutée. Y. Aharoni propose de
voir dans ces deux expressions une allusion à une patrouille
militaire allant de poste en poste (AI, p. 16). A la suite de
l'interprétation que nous avons proposée pour Lakish 4,9, et
qui suppose que les champs sémantiques des verbes &wb et sbb
se recouvraient en partie, comme en français celui des verbes
«revenir » et «retourner», nous proposons de comprendre ici
whsbt, «et tu feras revenir », «et tu retourneras », avec la nuance
de «et tu renverras », le ravitaillement demain®?.
A la ligne 6, le syntagme ’l Fhr, «ne tarde pas», est déjà
attesté dans la Bible (Ps 40, 18; 70,6; Dn 9, 19).
À la ligne 7, hms est une nouvelle sorte de vin « fermenté »
(cf. hms yyn en Nb 6,3)%; on le traduit souvent « vinaigre »

28. Cf. IAT, I, p. 303.


29. Cf. F. M. Cross, «Jar Inscriptions from Shiqmona », 1EJ, XVIII,
1968, pp. 226-233 ; à la ligne ? de l'inscription A, il faut lire kmr yn gt krml
au lieu de hmr gt krml.
30. Pour l'expression «sang du raisin », cf. Gn 49, 11 et Siracide 39, 26;
50, 15.
31. C’est peut-être l'équivalent de nos vins doux naturels, ou de nos vins
cuits utilisés comme apéritifs.
32. On pourrait aussi comprendre whsbt mhr ’l hr : «et le retour de de-
main, ne retarde pas » ; cependant l’emploi de l’état construit avec un adverbe
est très rare (cf. GHB, $ 129 1).
33. Sur les parallèles mésopotamiens et rabbiniques de cette sorte de
vin, cf. S. M. Pau, « Classifications of Wine in Mesopotamia and Rabbinic
Sources », IEJ, XXV, 1975, pp. 42-44, spéc. p. 44, n° 8.
LES OSTRACA D'ARAD 163

(cf. Ps 69,22; Pr 10,26; 25,20) mais il s’agit plutôt d’une


« piquette », boisson que l’on obtient en jetant de l’eau sur du
marc de raisin en laissant fermenter. C'était la boisson habituelle
des travailleurs ruraux (cf. Rt 2, 14) et des soldats (cf. Mt 27, 48
et parallèles).

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Comme le précédent, cet ostracon est un ordre de ravitaillement


pour les Kittim dont l’alimentation semble consister essentiel-
lement de pain et de vin. C'était d’ailleurs le «menu» quotidien
des travailleurs en Palestine, comme le montre Rt 2, 14 : « Au
moment du repas, Booz lui dit : Approche ici pour manger du
pain (/hm) et tremper ton morceau dans la piquette (hms).»
Cependant, on peut noter que les Kittim ne semblent pas
apprécier outre mesure la « piquette » et qu’on devait leur donner
une ration de vin de meilleure qualité (hmr yyn ou yyn hgnt),
la « piquette » leur étant donnée comme en surplus.

OSTRACON N° 3

Recto :

1. A Elyashib. Et maintenant
2. donne du vin 3 b{als); et
3. Hananyahu t'a commandé : monte à
4. Béérshéba avec la charge
5. d'une paire d’ânes, et harnache-les
6. avec un harnais. Et
7. enregistre le blé et le
8. pain et tu prendras
164 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

I. COMMENTAIRE

Cet estracon provient du même locus (637) et appartient à la


même « collection » que les deux précédents, cependant le style
et l'écriture trahissent probablement un autre scribe. Il mesure
60x59 mm et semble complet; la lecture des huit lignes du
recto semble à peu près assurée, mais, au verso, on ne peut
discerner que quelques lettres au début des lignes 9, 10, 11 et 12.
A la ligne 2, la lecture «3 b(ats) » proposée par Y. Aharoni
(AI, p. 18) est très incertaine.
A la ligne 3, le rôle de Hananyahu n’est pas précisé, cependant
il donne un ordre, une mission à Elyashib : il s’agit donc vraisem-
blablement d’un de ses supérieurs hiérarchiques. Comme il
semble surtout soucieux des problèmes de ravitaillement, il
pourrait s’agir de l’auteur des ostraca 1 et 2.
Aux lignes 3 à 5, la construction de la phrase est difficile.
Y. Aharoni propose de comprendre swk hnnyhw ‘l b’r$b‘*mm£ smd
hmrm, « Hananyahu t'a commandé au sujet de Béérshéba avec
la charge d’une paire d’ânes », cependant ‘! après le verbe swh
signifie que quelqu'un est établi responsable sur quelque chose :
une ville ou un peuple (cf. 1 $ 25, 30; Ne 7, 2); il faudrait alors
comprendre qu’Elyashib est établi responsable de Béérshéba;
de plus, cette construction laisserait la suite sans verbe et
Y. Aharoni est obligé de sous-entendre le verbe « aller ». Il nous
semble préférable de comprendre swk hnnyhw ‘I b’r$&b° ‘m m£ smd
hmrm : « Hananyahu t'a commandé : monte à Béérshéba avec
la charge d’une paire d’ânes », ‘{ étant alors la forme apocopée
de l'impératif du verbe ‘lh, «monter »4, que l’on retrouve
fréquemment suivi d’un nom de ville dans des oracles (cf. Gn
35, 1; Jos 8,1, 1S25,5;2$S2,1; 1 R 22, 12.) sans que cette
ville soit nécessairement plus haute que le point de départ
(cf. par exemple 2 $ 5, 19). Le syntagme m# smd hmrm, « charge
d'une paire d’ânes», est parallèle à m8 smd prdm, « charge
d'une paire de mulets » en 2? R 5, 17. L'importance d’un charge-
ment d’une « paire d’ânes » nous est donnée par 2 S 16, 1 : «Et
voici : Ziba, intendant de Mephiboshet, vient à sa rencontre,
avec une paire d’ânes sanglés et sur eux deux cents pains et
cent gâteaux de raisins secs et cent gâteaux de figues et une
jarre de vin ...»

34. Cf. le parallèle de kl pour klh dans l’ostracon de Mesad Hashavyahu


n° 1, ligne 6 (infra, p. 252).
LES OSTRACA D'ARAD 165

Aux lignes 5-6, Y. Aharoni lit wsrri ‘im bsq%5, mais à la fin
de la ligne 5 la trace qui reste est celle d’un petit trait de sépa-
ration et non celle d’un faw tandis que la lettre de la fin de
cette expression n’est pas un gof mais un resh. Il faut donc lire
wsrr. ‘im. bsr. Le sens de cette expression est difficile à bien
saisir à cause des diverses nuances du verbe srr : en hébreu
biblique, le verbe srr suivi de la préposition b signifie généralement
«envelopper dans », « enfermer dans » (cf. Os 4, 19; Pr 30, 4 .);
on pourrait donc traduire : « et enferme-les dans le parc à bétail »,
d’après le sens de strah en Mi 2, 12 et l'arabe sira. Cependant,
puisque srr signifie aussi « lier », on peut également songer à une
traduction : « et attache-les avec un lien®f », ou, mieux, « harnache-
les avec un harnais», srr étant alors synonyme de hb$ très
souvent utilisé pour des ânes « bâtés » (cf. Jg 19, 10; 2 S 16,1;
19,27). Enfin, à partir d’un autre sens de srr (srr II),
«mettre à l’étroit», «serrer», «presser», on pourrait encore
penser à une traduction « presse-les étroitement », « presse-les
sans relâche », pour qu’ils aillent vite, et ce serait une allusion
à une marche forcée. D’après le parallèle de l’ostracon n° 2,
ligne 6 : «ne tarde pas», et la distance d’Arad à Béérshéba,
une trentaine de kilomètres%8, ce dernier sens pourrait aussi
convenir au contexte.
A la fin de la ligne 6, il y a un espace blanc après bsr qui
indique que l’on passe à un autre sujet.
A la ligne 7 spr hhim, « enregistre (ou compte) le blé », montre
qu’Elyashib doit tenir un compte écrit du blé entrant ou
sortant du magasin; nous avons un exemple concret de ces
comptes avec l’ostracon n° 31.
Le verso de l’ostracon est en très mauvais état et ne permet
de restituer aucun mot avec certitude, à plus forte raison des
phrases. Notons cependant qu’à la ligne 4, Y. Aharoni pense
pouvoir reconnaître la mention des Édomites (’dmm), mais cela
reste très incertain car on aurait alors plutôt ’dmym, avec le y
du gentilice.

35. AI, p. 19 et il pense à de la «pâte» (bsq) pour faire le pain (cf. Ex. 12,
34...), « pâte » qui «lèverait » durant le voyage à Béérshéba.
36. D’après srr I : LVTL, p. 818.
37. LVTL, p. 816.
38. Cf. déjà AI, pp. 18 et 144.
166 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Cet ostracon, dont le recto seul est lisible, nous fournit des
informations importantes concernant la charge d’Elyashib.
Tout d’abord, il nous donne le nom d’un de ses supérieurs
hiérarchiques, « Hananyahu », probablement son supérieur direct
car il est nommé sans patronyme et le seul prénom suffit. De
plus, il nous montre que le ravitaillement était transporté à dos
d'âne, ce que l’on peut encore voir aujourd’hui dans certaines
régions de la montagne judéenne. Enfin, il nous montre que le
magasin d’Arad devait approvisionner les villes du Négeb au
moins jusqu'à Béérshéba. Cette dernière mention pourrait
étonner : les dernières fouilles archéologiques de Béérshéba*?
ont montré que la ville fortifiée de Béérshéba avait été détruite
en 701 av. J.C. et qu’elle n'avait plus été rebâtie ensuite;
cependant il devait y avoir près de l’ancienne ville fortifiée une
sorte de vilage ouvert et c’est probablement là que devait se
rendre Elyashib. Notons d’ailleurs que la découverte de grands
magasins dans la ville fortifiée de Béérshéba montre que, jusqu’à
la fin du vin siècle, c’est probablement Béérshéba qui jouait
le rôle de magasin central du Négeb.

OSTRACON N° 4
1. À Elyashib. Donne aux Kittim de
2. l'huile 1 (jarre), scelle(-la) et envoie-la ; et
3. du vin, 1 b(at), donne-leur.
Cet ostracon provient aussi du locus 637; il mesure 75
x 104
xX4-5 mm; l'écriture, plus grosse que dans les autres ostraca,
dénote peut-être un autre scribe; le message rédigé est très bref
et ne comporte aucune difficulté. On peut noter simplement la
forme $lhnw (deuxième ligne) : impératif deuxième personne du
singulier suivi du suffixe de la troisième personne du singulier
avec n énergique; cette forme du verbe &#lh, «envoyer», n’est
pas attestée dans la Bible. À la ligne 3, la lettre b est suivie
de deux traits dont le premier est probablement le signe pour
l’abréviation b.

39. Cf. Y. AHARONI ei alii, Beer-Sheba I, Excavations at Tel Beer-Sheba


1969-1971 Seasons, Tel-Aviv, 1973, spéc. pp. 6 et 106-107.
LES OSTRACA D'ARAD 167

OSTRACON N° 5

1. À Elyashib. Et main-
2. tenant : envoie d’auprès de toi
3. du reste de la farine
4. (pre)miè(re) qui
5 dr ) fari-
6. ( pour faire) du pain pour
ne
7. (Sin ff es
8. (
9 (-.) Befnaya)hu...".
10. ( }) qui t’en-
11. (verra) la di-
12. (me....) avant que
13. ne passe la nouvelle lune et du
Ld resles le travail
15 ss

Cet ostracon provient aussi du locus 637; il mesure 99x53


xX5 mm; son écriture est semblable à celle de l’ostracon n° 2.
L'inscription est malheureusement assez mal conservée
l’ostracon était primitivement de forme rectangulaire très
allongée, mais il lui manque un fragment au début des lignes 7
à 12, de plus, certaines traces de lettres sont totalement
illisibles.
Au début de la ligne 7, Y. Aharoni (A1, p. 21) lit (k)t{(ym)
mais la trace de lettre visible peut aussi bien être un m et,
d’après l’ostracon 1, ligne 8, il semble préférable de restituer
I(h)m, « pour (eux) ».
A la ligne 12, Y. Aharoni propose de lire b (pour «b{at) »)
suivi d’un signe numérique, mais le signe suivant le b, qui reste
incertain, pourrait être un h et nous avons préféré ne rien
proposer à cet endroit.
Aux lignes 12-13, l'expression birm y‘br hhd$ est intéressante:
hd$ peut signifier, soit «nouvelle lune», soit, par extension,
«mois». Ici nous avons préféré «nouvelle lune» à cause du
parallèle de Amos 8,5 :
« Quant passera la nouvelle lune (mty y‘br hhdë)
que nous puissions vendre du grain?
et le sabbat
que nous puissions ouvrir (les sacs) de blé? »
168 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
Ainsi, cet ostracon est semblable, par son contenu, à
l’ostracon 1, Cependant, les mentions probables de la dîme et
de la nouvelle lune pourraient jeter quelque lumière sur ces
deux institutions israélites.

OSTRACON N° 6

. À Elyashib. Et (maintenant)
envoie d’auprès de loi à
PORN ARE x. À nn este )
. du pai(n) 300 (....)
“Æbaile box.dirons )
LoDOR
m
Cet ostracon trapézoïdal (42X49X5 mm) provient aussi du
locus 637 et est incomplet : il lui manque plusieurs fragments
de la partie inférieure, et l’ostracon primitif pouvait contenir
plus de six lignes, probablement neuf. La lecture reste très
incertaine.
À la ligne 3, le nom propre « Yahazy{ahu) », «Que Yhwh
regarde (avec faveur)» est déjà attesté dans une inscription
sur Carafe provenant de la région d’'Hébron“t?.

OSTRACON N° ?

. À Elyashib. Et main-
. tenant : donner aux Kittim
pour le dixième (mois), le 1 du mois
jusqu’au six
. du mois 8 b(ats) (ef)
tu l’écriras devant toi
le deux du mois, au
dixième (mois); et l’huile, scel-
NID
rm
po
©OR
D& (le-la el envoie-la . ..)

40. Cf. N. AvicaDn, « Two Hebrew Inscriptions on Wine-Jars », IEJ,


XXII, 1972, pp. 1-9, spéc. p. 4.
LES OSTRACA D'ARAD 169

Cet ostracon rectangulaire (78 x50 X4 mm) provient aussi du


locus 637; son écriture rappelle celle de l’ostracon 1; la partie
inférieure de l'inscription est effacée.
Get ostracon contient plusieurs dates et la manière d'exprimer
cette date est celle que nous retrouvons généralement dans le
livre d'Ézéchiel (cf. infra, p. 176).
Aux lignes 6-7, on peut remarquer qu'Elyashib n’enregistrera
cette sortie de denrées que le deuxième jour du mois alors
qu’elle a eu lieu le premier, puisqu'il donne la nourriture « le
1 du mois jusqu’au six du mois»; ce fait semble indiquer que
le premier jour du mois (fête de la nouvelle lune) était un jour
chômé durant lequel on ne devait faire aucune transaction
(cf. Am 8,5).

OSTRACON N° 8

1. À Elyashib. Et maintenant donner aux


2. Kittim 1 kor de fari(ne) depuis le
3. treize du mois jusqu’au
4. dix-huit du mois
5. (....) du vin 3 b{ais)
NX SPORE Len 2e OU UE
: 7 HPRTRE Lt ous
8. (..) vers moi et aussi....
7,2(1).924 ) qui est au fils de
ARS RTE Er 0 LCR SRE SEE) CR

Get ostracon (70X60X5-6 mm) a aussi été trouvé dans le


locus 637 ; primitivement rectangulaire, il lui manque aujourd’hui
une partie importante du coin inférieur droit. L'inscription est
à moitié effacée, ce qui rend la lecture difficile et souvent
incertaine.
Par son contenu, cet ostracon se rapproche du précédent :
il concerne un ordre de ravitaillement pour plusieurs jours d’un
mois; ce mois n’est pas nommé ici, mais si l’on suppose qu'il
s’agit du même mois que dans l’ostracon précédent, on s'aperçoit
que le ravitaillement était généralement donné pour six jours :
du 1 au 6 (ostracon 7), du 7 au 12 (ostracon manquant? ou
ostracon 1?), et du 13 au 18 (ostracon 8). Cette constatation
explique peut-être la mention des « quatre jours » dans l’ostra-
con 2, car ce ravitaillement pour quatre jours seulement consti-
tuait une exception.
170 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

OSTRACON N° 9

0. (A Elyashi-)
1. b. (EÏ maintenant: envoie)
2. d’auprès de (loi du vin)
3. 8 b(als) le (.... du mois)

Nous n’avons plus qu’un petit fragment de cet ostracon qui


provient aussi du locus 637. Le fragment actuel mesure 46 x 46
x6 mm : il s’agit probablement du coin inférieur droit de
l’ostracon primitif.
À partir des quelques lettres qui restent, Y. Aharoni (Al,
p. 29) propose la restitution ci-dessus qui s’appuie sur les
ostraca 5 et 6; cette restitution reste très hypothétique.

OSTRACON N° 10
À Elya)shib. Et maintenant
donner aux Kit)tim du vin : 8 b(at),
) Küttim, et de l'huile : 1 (jarre)
scel)lée pour le fils de ‘Ebedyahu ; en(voie)
=OUR
Do
00 par les) Kittim.
RS
ee

Cet ostracon, trouvé aussi dans le locus 637, mesure 74 x 70


X4-5 mm, il lui manque une partie du bord supérieur droit et la
lecture des deux dernières lignes à demi-effacées reste incertaine.
À la ligne 3, Y. Aharoni (AI, p. 26) lit (Zh)m ’miym qu'il
propose de corriger en (/h)m m’iym, « du pain : deux cents »,
par inversion des lettres ? et m; cette faute d'orthographe par
inversion des lettres étant assez rare, l'interprétation proposée
serait difficile à accepter. En fait, la lettre avant {ym peut tout
aussi bien être un kaf : on peut donc lire )m° kiym, «? Kittim».

OSTRACON N° 11
1. À Elyashib
2. Et maintenant : donner aux Kittim
3. 2 b(ais) de vin
Asjesos. 426 ebiss 2
5. +. (du pion 2e
LES OSTRACA D'ARAD 171

Cet ostracon, trouvé aussi dans le locus 637, mesure 76x65


X4-5 mm; il semble à peu près complet mais est à demi-effacé,
surtout dans sa partie inférieure, ce qui rend la lecture très
incertaine.
À la ligne 5, Ÿ. Aharoni (A1, p.27) propose de lire m(n)hmÿhw;
mais plutôt qu’un tel nom propre, inconnu par ailleurs, il nous
semble préférable de lire : m (L)hm., « du (pain ».

OSTRACON N° 12
1. (A Elya)shib. Et ...
EL. ) ? de farine et donne-l(es)
3. (à O6)s‘anal rapidement ....
D a
5

Get ostracon, trouvé aussi dans le locus 637, mesure 59 x56


x 4-5 mm. De forme primitivement rectangulaire, il lui manque
aujourd’hui un fragment important au coin supérieur droit et
un petit fragment au coin inférieur gauche. Son écriture est à
demi-effacée et la lecture souvent très incertaine.
Notons simplement qu’à la ligne 1, Y. Aharoni (A1, p. 28)
propose de lire qg{h) Smn/w, mais la première lettre nous
semble plutôt un waw et, des autres lettres, seul le m est à
peu près lisible.

OSTRACON N° 13
ms lu en-
2. (verras cette hui)le-là
3. (et tu la scelleras) avec ton sceau
A: l.isines Sixe wi via ) et ils enverront

Cet ostracon, trouvé aussi dans le locus 637, mesure 80 X 47


x 5 mm; il semble que sa forme primitive était rectangulaire;
le scribe a écrit avec une tige de jonc mâchonné comme dans
l’ostracon 1. Des deux fragments qui restent, le supérieur ne
contient plus que quelques traces d’écriture, tandis que l’inférieur
est plus lisible, mais sa lecture reste très fragmentaire.
A la ligne 3, l'expression bhimk, « avec ton sceau », se rétrouve
dans un contexte plus clair dans l’ostracon 17.
172 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

OSTRACON N° 14
1. (A Eljyashi(b. Et maintenant : donner aux)
2. ER SR NL SRE ni e NT
3. envoie 1 (jarre) d’huile.....

Cet ostracon, trouvé aussi dans le locus 637, mesure 82 X 76


x3 mm; il semble avoir été primitivement de forme triangu-
laire ou, plutôt, trapézoïdale ; il lui manque plusieurs fragments
et l'écriture en est très effacée. La lecture proposée reste très
incertaine.

OSTRACON N° 15

Cet ostracon, trouvé aussi dans le locus 637, mesure actuelle-


ment 88X67X6 mm; il semble avoir été primitivement de
forme rectangulaire mais il lui manque la partie supérieure
gauche et des fragments au coin inférieur droit. La lecture des
traces de lettres encore visibles reste incertaine.

OSTRACON N° 16
1. Ton frère Hananyahu envoie sa-
2. luer Elyashib et saluer ta maison : je te
3. bénis par Yhwh. Et maintenant : comme je suis sorti
4. de ta maison, alors j’ai envoyé
9. l'argent 8 sh(égels) aux fils de Gealyahu par
6. ‘Azaryahu et le .........
7. .... auprès de toi et ...
8 « t l'argent”... el si
9 Aa TP LT USE. LA envoie
10. Nahum et lu n'enverras pas...
LES OSTRACA D'ARAD 173

I. COMMENTAIRE

Cet ostracon, trouvé aussi dans le locus 637, mesure 90


x 64
X6 mm; de forme approximativement rectangulaire, il semble
complet. Il est écrit d’une petite écriture fine et serrée, et
l'inscription, surtout dans sa partie inférieure, est en partie
effacée; ces éléments rendent la lecture difficile et souvent
incertaine.
Aux lignes 1-3, la formule de salutation est intéressanteit :
le titre de « frère » que se donne l’expéditeur n’est probablement
pas à prendre au sens propre mais au sens large de « confrère »
occupant un rang au moins égal dans la hiérarchie; si l'expéditeur
avait été de rang inférieur, il aurait sans doute employé bn,
« fils », comme dans les ostraca 21 et 40.
Le nom propre hnnyhw, « Yhwh a été favorable », est bien
connu par la Bible ; nous l’avons déjà rencontré dans l’ostracon 3,
ligne 3, où il était porté par un homme qui donnait un ordre
à Elyashib. Bien qu'ici l’auteur emploie la formule de politesse
« frère », 11 semble aussi, aux lignes 9 et 10, faire des propositions
ou donner des ordres à Elyashib ; de plus, dans les deux ostraca,
Hananyahu est nommé sans patronyme. Ces similitudes signi-
fient qu’il s’agit probablement du même personnage, hiérarchi-
quement au moins égal ou, plus vraisemblablement, supérieur à
Elyashib.
L'expression brktk lyhwh, dans lequel le dernier kaf reste de
lecture incertaine, est parallèle à la formule : brktk Ib'l spn, « je
te bénis par Baal Sapon», du papyrus de Saqqara, lignes 2-3
(KAÏI, n° 50).
La lecture du début de la ligne 5 reste incertaine; après le
mot probable ksp, « argent », on reconnaît un signe qui ressemble
au signe hiératique égyptien 8# suivi d’un shin, abréviation
pour ëql, «shéqel » attestée de nombreuses fois dans les textes
araméens d’Éléphantine. Si cette lecture est justifiée, on peut
l'illustrer par les poids inscrits de 8 shéqgels, pesant environ 90 g,

41. Cf. M. Wer»»ert, « Zum Präskript der hebräischen Briefe von Arad »,
VT, XXV, 1975, pp. 202-212, spéc. p. 211.
42. Cf. G. Müzcer, HP, III, p. 59, n° 621. Cependant la ressemblance
reste approximative et l’on pourrait aussi interpréter les deux traits paral-
lèles très inclinés comme le chiffre 2.
174 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

trouvés un peu partout dans l’ancien royaume de Juda et, en


particulier, à Arad même‘,
A la ligne 5, le nom propre « Gealyahu » (g'lyhw), « Yhwh a
racheté », est déjà attesté sur une bulle trouvée à Beit Zur“i.
A la ligne 6, «‘Azaryahu », « Yhwh a secouru », est déjà bien
connu par la Bible, par les sceauxt5 et par l’ostracon 18 de
Lakish.
La lecture de la ligne 10 et du nom « Nahum » reste très
incertaine.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Cet ostracon est en partie illisible, cependant il y est sûrement


fait mention d’argent et, à ce titre, il évoque un aspect nouveau
de la gestion administrative. Nous avons vu qu’il faut proba-
blement identifier l’expéditeur de cet ostracon avec Hananyahu
mentionné dans l’ostracon 3, probablement le supérieur hiérar-
chique direct d’Elyashib, peut-être le responsable administratif
de l’intendance militaire dans le Négeb. Cette hypothèse peut
aider à comprendre la référence à une somme d’argent relati-
vement importante : 8 shéqels, et la manière dont il donne des
ordres à Elyashib dans les lignes 9-10. La référence probable à
Nahum s’éclaire à la lumière de l’ostracon suivant où nous
proposons de le reconnaître comme le «second» d’Elyashib;
notons simplement ici que, dans cette hypothèse, il est normal
que Hananyahu demande à Elyashib de l’envoyer en mission.

OSTRACON N° 17
Recto :
1. À Nahum. Et maintenant :
2. entre dans la maison d’Elyashib
3. fils d'Eshyahu et tu y

43. Cf. Y. AHARONI-R. AMIRAN, « Excavations at Tel Arad, Preliminary


Report on the First Season, 1962 », IEJ, XIV, 1964, p. 136, PL 38 C;
E. STERN, « Middot umishqalot », Encyclopaedia Biblica, IV, Jerusalem
1962, col. 867-868.
44. Cf. IAEP, p. 127.
45. Cf. F. Varriont, Biblica, L, 1969, pp. 357-388, n°s 24, 40, 188, 207 ;
RB, LXXVII, 1970, p. 568 ; P. BORDREUIL-A. LEMAIRE, « Nouveaux sceaux
hébreux, araméens et ammonites », Semitica, XXVI, 1976, pp. 45-63, no 4.
LES OSTRACA D’'ARAD 175

4. prendras 1 (jarre) d'huile, et


5. envoie-leur vite; et
6. scelle-la avec ton
7. sceau
Verso :
8. Le 24 du mois, Nahum a donné
9. de l'huile au Kitti : 1 (jarre).

I. COMMENTAIRE

Cet ostracon appartient au même groupe que les précédents


et provient du même locus (637). Il est écrit sur un fragment
de jarre de forme assez irrégulière (84 X60 X6-7 mm) et contient
neuf lignes d’écriture, sept sur la face extérieure de la jarre et
deux sur la face intérieure, perpendiculairement aux premières.
L'’ostracon a été brisé en quatre morceaux mais il peut être
reconstitué de façon presque complète : il ne manque que
quelques petits éclats (cf. ligne 1). L'écriture du verso est très
bien conservée, mais celle du recto est assez effacée, spécialement
au centre de l’ostracon (cf. lignes 4 et 5). L'écriture est différente
au recto et au verso : le verso est probablement d’une autre
main, moins exercée que celle du recto.
Le nom « Nahum » (nhm) est un hypocoristique signifiant que
la divinité «a consolé », probablement de la mort d’un proche
(IPN, p. 175). Ce nom est attesté dans la Bible comme le nom
d’un prophète du vue siècle (Na 1,1) et d'un contemporain de
Néhémie (Ne 7,7). On le retrouve sur plusieurs sceaux“f ainsi
que dans les textes d’Éléphantine (DAE, p. 481).
Aux lignes 1-2, comme dans l’ostracon 3 de Lakish (lignes 15-
16), le verbe bw’, «venir», suivi d’un accusatif directionnel
(byth), signifie «entrer dans » (GHB, $ 125 n).
Aux lignes 2-5, la séquence des trois verbes : «entrer » (bw”),
«prendre » ({gh) et «envoyer » ($lh), se retrouve en Jr 38, 11 dont
la formulation est très proche de celle de cet ostracon :
«et il entra dans la maison du roi
et il y prit ....
et il les envoya ... à Jérémie. »

46. Cf. F. Varrioni, loc. cit., n°5 175, 202, 244.


176 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
A la ligne 5, les lettres qui suivent le verbe «envoyer » (Sh)
sont très effacées. Y. Aharoni (A1, p. 36) propose de lire /{zp,
«à Ziph », mais si la première lettre semble bien un /, les traces
de la deuxième peuvent difficilement être celles d’un z. Après
un examen attentif, il nous semble possible de reconnaître les
traces d’un h suivi d’un m; nous proposons donc de lire /hm,
«à eux », que l’on peut rapprocher de nin lhm (2,8) et de in
Ihm (4,3).
Le verso (lignes 8-9) contient plusieurs signes qu’à la suite de
Y. Aharoni“?, il faut interpréter comme des signes numériques :
le signe qui suit b, «le», est identique au signe qui apparaît
sur les poids de 16 shéqels‘8 et au signe hiératique 204; il est
suivi de quatre traits parallèles qui représentent le chiffre 4.
La formule employée pour indiquer la date : «b+chiffre+
lhd$ » correspond à la manière habituelle de dater, dans la Bible,
après la réforme du calendrier traditionnel vers 605 av. J.C.50,
et avant la rédaction sacerdotale qui ajoutera souvent le mot
yôm, « jour »5l, On retrouve, de fait, cette manière de dater dans
la finale du deuxième livre des Rois (2 R 95, 1.3.8.27), dans la
finale du livre de Jérémie (Jr 39,2; 52, 4.6.12.31) et, surtout,
dans le livre d’'Ézéchiel®.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Pour comprendre cet ostracon, on peut le rapprocher de
l’ostracon 1 :
— les deux ostraca appartiennent à la même collection;
— les adresses des deux ostraca sont formulées de la même
manière : « A(’{)+nom propre »:

de Me api BASOR, 184, Dec. 1966, pp. 13-19, spéc. pp. 16-18:
» P+ 20.
48. Cf. V. I. KERKHOF, « An Inscribed Stone Weight from Shechem »,
BASOR, 184, 1966, pp. 20-21; cf. le tableau des signes numériques et
symboliques, infra, p. 281.
49. Cf. HP, III, p. 60, n° 624.
50. Cf. la bibliographie récente sur ce problème
dans A. LEMAIRE, « Le
sabbat à l'époque royale israélite », RB, LXXX, 1973,
p. 175.
51. Cf. Ex 16, 1 ; Lv 23, 6.34.39 ; Nb 28, 17 RP PAPICR RC}
52. Cf. Ez 1,1-2; 8,1; 20,1 ; 26,1; 29,1.17
; 30,20; ol, 13241
17 ; 33, 21 ; 40, 1; 45, 18. Seul Ez 45, 21.25 adopte
une autre formulation et
est probablement de rédaction sacerdotale.
LES OSTRACA D'ARAD 177

— les deux adresses sont immédiatement suivies de «Et


maintenant » (w‘t) sans aucune formule de politesse;
ee les deux ostraca font mention de Kittim : c’est à des
Kittim qu’Elyashib doit donner du vin et de la farine, et c’est
à un Kitti que Nahum a donné de l'huile;
— dans les deux ostraca, il est question de date; dans
l'ostracon 1, Elyashib recevait l’ordre d’« écrire le nom du jour»
(lignes 3-4), et, au verso de cet ostracon, Nahum lui-même
écrit le quantième du mois.

Ces ressemblances trahissent très probablement un même


expéditeur (Hananyahu?), mais pourquoi cet ostracon a-t-il été
envoyé à Nahum et non à Elyashib? Nous en sommes réduits
à des hypothèses. Puisque cet ostracon a été conservé avec les
autres ostraca adressés à Elyashib, dans les archives de la
forteresse, il est vraisemblable que Nahum était le commandant
en second de cette forteresse et que cet ostracon a été envoyé
pendant une absence d’Elyashib®#. Étant le «lieu-tenant »
d’Elyashib, Nahum devait normalement commander la forteresse
en l’absence de son chef; il devait avoir la garde des clefs du
magasin d’Arad, «la maison d’Elyashib », et disposait même
vraisemblablement d’un sceau au nom d’Elyashib. En effet, la
découverte de plusieurs sceaux au nom d’Elyashib ne s’explique
bien que si ces sceaux étaient utilisés par des subordonnés en
qui Elyashib avait toute confiance. Dès lors, l’expression « ton
sceau » (lignes 6-7) ne renvoie probablement pas à un sceau au
nom de Nahum lui-même, mais au sceau officiel, au nom
d’Elyashib fils d’Eshyahu.
Cette interprétation d’ensemble permet d'éclairer certains
détails :
1. A la ligne 2, Nahum doit entrer dans la « maison d’Elyashib »
pour y prendre quelque chose; l’absence de toute référence à

53. Y. AHARONI (A1, pp. 34 et 36) pense que Nahum n’habitait pas à
Arad, car il reçoit l’ordre d’«entrer dans la maison d’Elyashib », mais la
«maison d’Elyashib» n’est pas toute la forteresse d’Arad! Si Nahum
n’habitait pas Arad, il lui serait sans doute commandé, dans le texte de sa
mission, d’aller à Arad, comme dans l'ostracon 3, 3-4, il est commandé à
Elyashib de «monter à Béérshéba ». Notons d’ailleurs que cette mission
à Béérshéba, ou toute autre du même type, peut fort bien expliquer l'absence
momentanée d’Elyashib d’Arad.
54. Cf. Y. AHARONI, BA, XXXI, 1968, p. 15.
178 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

Elyashib lui-même ne s'explique bien que si celui-ci est absent


et a confié les clefs de sa maison à Nahum.
2. La désignation d’Elyashib par son nom officiel : « Elyashib
fils d'Eshyahu », s'explique facilement si l’auteur s’adresse à un
subordonné de celui-ci, auquel il doit le respect.
3. Les autres ostraca adressés à Elyashib ne contenaient pas
la mention de l'exécution de l’ordre. Gette mention propre à
cet ostracon s'explique facilement si Nahum est le «second »
d’Elyashib et doit donc lui rendre compte exactement de ce
qu’il a fait en son absence : le moyen le plus simple était de
conserver les ordres reçus en indiquant, au dos, leur date
d'exécution.
Deux derniers détails sont particulièrement intéressants pour
notre connaissance du fonctionnement de la gestion des magasins
royaux : l’ordre de sceller l’huile et la manière d'écrire la date.
L'expression des lignes 6-7 : «scelle-la avec ton sceau»,
paraît, de prime abord, assez énigmatique : on scelle une lettre
en y joignant un cachet de cire, mais comment peut-on sceller
de l’huile? On est d’abord tenté ici de penser aux fameuses
estampilles dites «privées», parallèles aux estampilles /mlk,
découvertes sur un certain nombre de jarres de cette époque;
comme le suggère Y. Aharoni55, ces estampilles sont probable-
ment la marque des sceaux de hauts fonctionnaires, respon-
sables soit d’ateliers de poterie soit de la gestion des magasins
royaux, comme ce semble être le cas ici pour Elyashib. Cependant
ce rapprochement fait difficulté car les jarres ne peuvent être
estampillées qu'avant cuisson et il semble peu vraisemblable
que Nahum fasse faire exprès une jarre pour envoyer de l’huile;
de plus, il est question de sceller de l’huile et non de sceller
une jarre, ce dernier mot n'étant pas mentionné dans l’ostracon.
Dès lors, cet ordre nous semble plutôt se rapporter à la
coutume de fermer les jarres, de sceller leur contenu, avec des
bouchons d’argile crue. Cette coutume est très bien attestée en
Égypte56 où les bouchons d'argile crue sont généralement

55. Y. AHARONI, lbidem.


56. Cf. B. BRUYÈRE, Rapports sur les fouilles de Deir el Medineh (1930),
Fouilles de l’Institut Français d'Archéologie Orientale du Caire (année 1930),
VIII, 1931, pp. 17-18; W. C. Hayes, « Inscriptions from the Palace of
Amenhotep II1», JNES, X, 1951, pp. 156-162, où l’on trouvera de nom-
breuses références.
LES OSTRACA D'ARAD 179

coniques pour les amphores d’huile et frappés de trois sceaux®?.


L'expression « scelle-la avec ton sceau » indique donc que Nahum
devait marquer avec son sceau, c’est-à-dire avec le sceau
d'Elyashib dont il disposait, le bouchon d’argile crue fermant
la jarre8, Ce sens nous semble confirmé par les fouilles de
Tell Béérshéba où « on a trouvé. le bouchon d’argile d’une jarre
portant un sceau hébreu mesurant 5 X5 cm5 ».
Au verso de cet ostracon, la manière précise d’écrire la date
est très intéressante car elle correspond à la formule habituelle
utilisée dans les écrits de cette époque et fournit donc un critère
linguistique très solide pour la critique littéraire des textes
bibliques situés entre 605 av. J.C. et la date de la rédaction
sacerdotale, probablement au début du ve siècle. On peut
remarquer, en particulier, que le mot utilisé pour désigner le
« mois » n’est plus yrh mais hd$. Cependant cette datation reste
incomplète : elle n'indique ni de quel mois, ni de quelle année
il s’agit. Gette manière d'indiquer uniquement le jour correspond,
à la lettre, à l’ordre donné à Elyashib dans l’ostracon 1, 4 :
« Écris le nom du jour ». Elle suppose que les comptes du magasin
étaient enregistrés chaque mois, avec un inventaire mensuel des
stocks60, Cette manière de procéder est attestée par les archives
royales de Marift et d’Ougarit®?, et il n’est pas étonnant que
nous la retrouvions ici.

OSTRACON N° 18
Recto :
1. A mon maître Elya-
2. shib. Que Yhwh veil-

57. B. BRUYÈRE, 0p. cit., p. 17.


58. Pour les attestations de cette coutume en Palestine, cf. J.
B. PRITCHARD, Hebrew Inscriptions and Siamps from Gibeon, Pennsylvania,
1959, fig. 12, nos 2-3 ; Y. YADIN ef alii, Hazor II, Jerusalem, 1960, PI. CLXI,
n°s 12, 13, 14; N. Avican, PEQ, LXXX, 1950, p. 48 ; R. A. S. MACALISTER,
The Excavation of Gezer, 11, London, 1912, pp. 169, 211 et III, PI. CXCI et
CG, 1 ; E. D. OREN, RB, LXXX, 1973, p. 402.
59. Y. AHARONI, « Tel Beersheva », RB, LXXIX, 1972, p. 592 ; Y. AHA-
RONI et alii, Beer-Sheba I, Tel-Aviv, 1973, pp. 75-76, PI. 32, 1.
60. Cf. Y. AxAroNI, BASOR, 184, Dec. 1966, p. 16.
61. Cf. M. Biror, Texies administratifs de la salle 5 du palais, ARM IX,
Paris, 1960, spéc. pp. 291-295 : les totaux mensuels.
62. Cf. Ch. ViRoLLEAUD, PRU 11, Paris, 1957, p. 116, n° 16.398, p. 125,
n° 17.106.
180 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
. le sur ta prospérité. Et maintenant :
donne à Shemaryahu
un éphah; et au Qérosite
tu donneras un éphah. Et quant à
l’ordre que tu m'’as
. prescrit, il a été accompli :
REOH
E . le temple de Yhwh,
Verso :
10. lui, il habite.

I COMMENTAIRE

Cet ostracon provient du même endroit (locus 637) que les


précédents; il est de forme rectangulaire et mesure 66x42 x
14 mm. L'inscription comporte dix lignes, neuf sur la face
convexe et une dernière sur la face concave, l’ostracon ayant
été retourné de bas en haut.
Les lignes 1-3 présentent une adresse plus formelle que celle
de l’ostracon précédent; on pourrait aussi la traduire « Que
Yhwh te salue ». La formule traditionnelle, « Que Yhwh veille
sur ta prospérité », est très bien attestée dans la Bible pour
exprimer l’échange de formules de salutationsf4.
A la fin de la ligne 3, l'expression «et maintenant » introduit
le cœur du message qui contient d’abord, aux lignes 4-6, deux
ordres parallèles;
« Donne à Shemaryahu un éphah
et au Qérosite tu donneras un éphah »
On reconnaît aisément une construction en chiasme ;« Shema-
ryahu » (ëmryhw), « Yhwh a gardé», est déjà attesté dans la

63. Gf. Tablette d'El-Armana n° 96 (J. A. KnupzoN, Die El-Amarna-


Tafeln, Leipzig, 21908, p. 443; R. YOUNGBLOOD, « Amorite influence in a
Canaanite Amarna Letter, EA 96 », BASOR, 168, Dec. 1962, pp. 24-27,
spéc. p. 25), et tablette de Taanak n° 1 (W. F. ALBRIGHT, BASOR, 94,
April 1964, pp. 12-27, spéc. p. 17).
64. Cf. Gn 43, 27 ; Ex. 18, 7 ; Jg 18, 15 ; 1 S 10, 4; 17, 22 ;.25, 5 ; 30, 21 ;
Jr 15, 5. Pour la formule habituelle de salutation, cf. 1 S 25, 6 et le papyrus
d’Éléphantine Cowley n° 30, lignes 1-2 ; cf. aussi H. CAZELLES, « Formules
de
politesse en hébreu ancien », Comptes rendus du GLECS, VII, 1954-57, p.
25 ;
M. WerpperT, « Zum Präskript der hebräischen Briefe von Arad », VT,
XXV,
1975, p. 206.
LES OSTRACA D'ARAD 181

Bible en 1 Ch 12, 6 et sur plusieurs sceaux hébreux$5 : ( Qérosite »


(grsy) est un gentilice à rapprocher de l'expression « fils de Qéros »
en Esd ?, 44 et Ne 7, 47 où cette expression désigne un clan de
« Netinim ».
Chacun des deux ordres se termine par un signe qu’il est
difficile d'interpréter : Y. Aharoni pense qu’il s’agit de deux
signes différents et interprète le premier comme le symbole du
lélek$5. T1 nous semble qu’il faut rapprocher ces deux signes des
signes qui se trouvent à la fin des lignes de l’ostracon 31 (infra,
p- 201) : le premier signe est identique à celui que nous retrouvons
à la fin des lignes 2, 4, 6, 7 et 8 de l’ostracon 31; le deuxième
signe nous semble avoir pratiquement la même forme que celui
de la ligne précédente. D’après le contexte de cet ostracon,
comme d’après celui de l’ostracon 31, ces signes sont des symboles
d’une mesure de grain utilisée pour la distribution de rations
« personnelles » : on peut donc proposer de l’interpréter comme
le symbole de l’« éphah », environ 45 litres®?, la contenance d’une
jarre à provisions.
La formule des lignes 6-8 (dbr+ ’&r+ verbe swh) se retrouve
plusieurs fois dans la Bible8 : elle annonce un ordre qui suit
immédiatement ou renvoie à un ordre passé précis. Cette formule
est aussi à rapprocher des expressions de l’ostracon 4 de Lakish
(lignes 2-4 et 11-12) et montre clairement que l'expéditeur est
un subalterne qui reçoit ses ordres d’Elyashib.
Le mot de la fin de la ligne 8, $lm, a été interprété par
W. F. Albright$’ comme un nom propre et par B. A. Levine?°
comme le nom d’une sorte de sacrifice, mais ces deux interpré-
tations ne sont pas cohérentes, au point de vue du sens, avec

65. Cf. P. BoRDREUIL-A. LEMAIRE, Semitica, XXVI, 1976, pp. 45-63,


ns 4 et 5.
66. AI, p. 38. Il propose aussi d'identifier le signe de la ligne 6 avec celui
de l’ostracon 1, ligne 7, mais la comparaison de ces deux signes montre qu'ils
sont différents.
67. À Mari, les rations de grain sont exprimées en « qa », unité de mesure
approximativement égale à 1 litre (cf. J. BoTTÉRO, Texies économiques ei
administratifs, ARM VIE Paris, 1957, p. 250); elles varient, suivant les
personnes, de 20 à 90 « qas », le plus souvent entre 40 et 60 «qas» (cf.
M. BrrorT, Textes administratifs de la salle 5 du palais, ARM IX, Paris, 1960,
pp. 343-344), c’est-à-dire l'équivalent approximatif d’un «éphah » israélite.
De même, à Éléphantine, la ration individuelle de grain était d'environ 2
ardabes, soit environ 50 litres (cf. DAE, n° 54, p. 270, note x).
68. Cf. Ex 16, 32; 35, 4 ; Lv 17, 2 ; Jos 8, 35.
69. W. F. ALBRIGHT, ANET Sup, p. 569.
70. B. A. LEVINE, 1EJ, XIX, 1969, pp. 49-51.
182 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

le reste de l’ostracon. V. Fritz’! a alors proposé de comprendre


le verbe #lm comme signifiant l’«accomplissement d’un vœu »,
mais l'emploi absolu du verbe $#lm avec ce sens semble difficile à
accepter : le seul exemple que l’on puisse citer serait Ps 76, 12
où le verbe $lm a ce sens uniquement parce qu’il est immédia-
tement précédé du verbe ndr, « faire un vœu ». En fait, la propo-
sition précédente nous indique clairement que l’auteur fait
allusion à l'exécution d’un ordre : $lm est probablement la
troisième personne du masculin singulier du « poual » du verbe
$lm, «accomplir », dont le sujet apparemment non exprimé est,
en fait, dbr qui a ici le sens fort d’«ordre ». Le sens général de
cette proposition est donc clair : l’ordre donné a été exécuté.
Les lignes 9-10 font probablement allusion au détail de
l’exécution de l’ordre : «le temple de Yhwh, lui, il habite»
(byt yhwh h y$b). Une autre interprétation, proposée un moment
par Ÿ. Aharoni”? et reprise par B. A. Levine#, voit dans y$b
le hiphil du verbe &wb avec le sens de « restaurer ». Cette solution,
grammaticalement possible, semble moins satisfaisante que
l’idée d’habiter dans le temple de Yhwh, idée très bien attestée
dans la Bible comme l’un des thèmes de la spiritualité des
Lévites’4, Quant à l’interprétation de V. Fritz’5 : «il reviendra »,
bien que grammaticalement possible elle aussi, elle nous semble
peu vraisemblable à cause de la syntaxe : le verbe y$b serait alors
normalement précédé de w, «et ».

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Get ostracon est adressé à Elyashib par l’un de ses subalternes


comme le montrent la formule de politesse initiale assez déve-
loppée et la référence à l'exécution d’un ordre donné par
Elyashib. Ge dernier apparaît, ici encore, comme le responsable
des distributions de grain dans la forteresse d’Arad.
La mention du « Qérosite », à la ligne 5, semble confirmer

71. V. Frirz, Die Welt des Orients, VII, 1973, pp. 137-140.
72. Y. AHARONI, IEJ, XVI, 1966, p. 6, note 14.
73. B. A. LEVINE, IEJ, XIX, 1969, pp. 49-51.
74. Cf. Ps 15 ; 23, 6 ; 27, 4... Nous nous opposons donc à l'interprétation
«spiritualisante » de O. EissreLpT, «Bleiben im Hause Yahwes », dans
Beiträge zur alien Geschichte und deren Nachleben, Fesischrift F. Altheim, 1
Berlin, 1969, pp. 76-81. ;
76. V. Frirz, Die Welt des Orients, VII, 1973, pp. 137-140.
LES OSTRACA D'ARAD 183

l’existence du groupe des « Netinim » dès l’époque royale israé-


lite’$, comme déjà la mention de Hagab dans l’ostracon 1 de
Lakish pouvait en constituer un indice. En effet, ces deux clans,
« Hagab » et « Qeros », apparaissent en Esd 2, 43-46 et Ne 7,
46-48 comme des clans de « Netinim »; le contexte de cet ostracon
semble confirmer leur relation avec le temple, mais il ne nous
permet pas de préciser leurs fonctions qui devaient être proches
de celles des Lévites.
La mention de la «maison (— temple) de Yhwh» est très
intéressante : il s’agit vraisemblablement du temple de Yhwh
à Jérusalem puisque, depuis la réforme de Josias, tout le culte
israélite y était centralisé et que les fouilles ont montré que le
temple d’Arad avait probablement été abandonné sous Ézéchias
et désacralisé définitivement sous Josias’7.
Le personnage inconnu auquel il est fait allusion aux lignes 9
et 10 pourrait être un Lévite d’Arad qui a choisi de s’installer
à Jérusalem conformément à la loi de Dt 18, 6-8 et à la juris-
prudence rapportée par 2 R 23, 9"8 : « Josias fit monter des villes
de Juda tous les prêtres. toutefois les prêtres des hauts-lieux
ne pouvaient pas monter à l’autel de Yhwh à Jérusalem, mais
ils mangeaient le pain sans levain au milieu de leurs frères”?. »
On pourrait alors lui appliquer la remarque de E. Dhormef°
au sujet de l’auteur du Ps 23 : « Il s’agit d’un jeune Lévite qui
va trouver la paix au service de Yahvé dans le Temple. Son
avenir est assuré... »
Ainsi, même s’il est impossible de saisir toutes les allusions
de cet ostracon, et, en particulier, de reconstituer l’ordre donné
auparavant par Elyashib, ce message éclaire quelque peu
l’histoire de cette période. Il contient la première mention, en
dehors de la Bible du « temple de Yhwh » à Jérusalem ; il montre

76. Cf. B. A. LEVINE, « The Netînîm », JBL, LXXXII, 1963, pp. 207-212 ;
Ip., IEJ, XIX, 1969, pp. 50-51 ; J. P. WEINBERG, « Netinim und ‘ S’hne der
Sklaven Salomos ” im 6-4. Jh. v. u. Z.», ZAW, LXXXVII, 1975, pp. 355-371.
77. Cf. Y. AnARONI, 1EJ, XVI, p. 7 ; BA, XXXI, 1968, pp. 25-26.
78. Sur ce point, cf. M. SEKINE, « Beobachtungen zu der josianischen
Reform», VT, XXII, 1972, pp. 361-368, spéc. pp. 365-366. Y. AHARONI
(AI, p. 40) pense plutôt à un homme en danger venu se réfugier au Temple,
les références à la réforme de Josias lui semblant anachroniques ; cependant
cette réforme n’a pas dû se faire en un jour et l’ostracon ne date que d’une
nous
_ dizaine d'années après la mort de Josias. Reconnaissons d’ailleurs que
sommes ici dans le domaine des hypothèses.
79. On pourrait aussi penser à un Rékabite réfugié à Jérusalem devant
la menace des Édomites, d’après Jr 35, 11.
80: E. Daormr, L'Ancien Testament, II, Paris, 1959, p. 936, note 6.
184 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
que, vraisemblablement, la forteresse d’Arad était reliée par
courrier à la capitale Jérusalem, puisque c’est de là qu’a proba-
blement été envoyé le message; enfin, il semble confirmer
l'existence de « Netinim » dès l’époque du premier temple, ainsi
que l'installation probable de Lévites de la province au temple
de Jérusalem à la suite de la réforme de Josias.

INSCRIPTION SUR JARRE N° 19


1. Yanum

Cette petite inscription a été écrite à l’encre sur la paroi d’une


grande jarre complète (env. 1401) trouvée dans le même locus
(637) que les inscriptions précédentes.
L'écriture est assez grossière, comme cela arrive souvent dans
les inscriptions sur jarre et la lecture ynm incertaine : on pourrait
aussi lire ’nn. Ce nom sur une jarre est probablement un nom
propre de personne ou de lieu, comme dans les deux inscriptions
sur carafe publiées récemment par N. Avigad®8i. Si la lecture
ynm est justifiée, on peut la rapprocher du nom de lieu « Yanoum »
attesté en Jos 15, 53 comme nom d’une petite ville près d'Hébron.
Ce nom de lieu indiquerait alors l’origine du produit (vin?)
conservé dans cette grande jarre.

INSCRIPTION SUR JARRE N° 20


1. En la troisième (année)
2. Géra fils de ‘Uzzyahu

I. COMMENTAIRES
Cette inscription a été écrite à l'encre sur une jarre complète,
trouvée dans le locus 433, strate VI, qui mesure 32 cm de haut
et contient environ 8 litres (peut-être un « hin »?).

81. N. AviGan, IEJ, XXII, 1972, pp. 1-9.


82. Bibliographie : Y. AHARONI-R. AMIRAN, « Excavations at Tel
Arad:
Preliminary Report on the First Season 1962 », IEJ, XIV, 1964, pp. 142-143
;
M. WetPPERT, ZDPV, LXXX, 1964, p. 183 ; J. A. SOGGIN, « Zum wiederent-
deckten altkanaanäischen Monat SH », ZAW, LXXVII, 1965, pp.
83-86;
Ipem, ZAW, LXXVII, 1965, p. 326; J. NAvVEH, « Canaanite
and Hebrew
Inscriptions (1960-1964) », Leshonenu, XXX, oct. 1965, p. 72 ; K. R.
VEEN-
LES OSTRACA D'ARAD 185

La lecture de la ligne supérieure est relativement facile


bSl$t, «en la troisième»; celle de la ligne suivante est plus
difficile : Y. Aharoni propose de lire yrh sh et l’attestation de
ce «nouveau mois » avait provoqué plusieurs études. Mais la
lecture yrh sh a été mise en doute par plusieurs épigraphistes£,
et, après un examen attentif, il nous semble préférable de lire
gr” bn ‘zyhw, « Géra fils de ‘Uzzyahu ». « Géra » est un hypoco-
ristique signifiant « client » ou « réfugié » (étranger) auprès de la
divinité (cf. Ps 39, 13); nous l’avons déjà rencontré dans les
ostraca 30 et 36 de Samarie ; « ‘Uzzyahu », « Yhwh est ma force »,
est déjà attesté sur un sceau*5 et bien connu dans la Bible
(cf. 2 R 15, 32.34
….).

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Cette inscription sur jarre est à rapprocher de l'inscription


sur jarre n° 63 de Samarie et de l'inscription sur jarre n° 20
de Lakish. La première ligne donne la date, probablement en
indiquant le quantième de l’année royale : « En la troisième
(année) », et la deuxième indique le propriétaire du contenu de
la jarre : « Géra fils de ‘Uzzyahu »; celui-ci pourrait avoir apporté
cette jarre pour payer l'impôt en nature, c’est-à-dire la « dîme »,
qui, d’après Dt 14,28, aurait été récoltée tous les trois ans.
A cause de cette inscription, Y. Aharoni propose de dater
la destruction finale de la forteresse judéenne {strate VI) de la
troisième année du règne de Sédécias, vers 595 av. J.C. (AI,
pp. 43, 151) : pour lui, comme l’atteste le parallèle de l’inscription
n° 20 de Lakish, ce qui est trouvé dans un niveau de destruction
date souvent de la toute dernière période d’occupation avant
cette destruction. Nous avons déjà souligné ce phénomène
(cf. supra, p. 143). Cependant ce type d’argumentation reste très

HOF, Phoenix, X1, 1965, pp. 243-258, spéc. p. 257 ; Y. AHARONI, FWCJS,
p. 12; J. TerxipoRr, « BES », Syria, XLIV, 1967, p. 170; HMI, p. 51;
A. LEMAIRE, « Note épigraphique sur la pseudo-attestation du mois sh»,
;
VT, XXII, 1973, pp. 243-245 ; J. TEIXIDOR, « BES », Syria, L, 1973, p. 419
Y. AHARONI, Al, pp. 42-43.
83. Cf. J. À. Socain, ZAW, LXXVII, 1965, pp. 83-86 et 326; E. Korr-
MAHN, BZ, X, 1966, pp. 197-219, spéc. pp. 209-211 ; HMI, p. 51.
84. M. WetPrerT, ZDPV, LXXX, 1964, p. 183; J. Naveux, Leshonenu,
XXX, 1965, p. 72; J. NAvEH, IEJ, XXII, 1972, p. 188; J. TEIXIDOR,
Syria, XLIV, 1967, p. 170 et Syria, L, 1973, p. 419.
85. Cf. IAEP, p. 196, n° 37 ; F. VATTIONI, Biblica, L, 1969, p. 364, n° 37.
186 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

fragile et l’on peut déjà noter que, dans le cas des ostraca de
Samarie, il a conduit plusieurs auteurs à une datation erronée
(cf. supra, p. 74 n. 26). En fait, cet argument ne vaut que lorsqu'il
s'accorde avec le contexte historique, et il est bien connu que
certains objets du niveau détruit peuvent être plus anciens :
pour nous en tenir à cette jarre, si celle-ci contenait du vin,
celui-ci pouvait être du « vin vieux » (cf. supra : les ostraca de
Samarie) et, à titre d'exemple, Pline l’Ancien remarque que
«tous les vins d’outre-mer parviennent, estime-t-on, à une
vieillesse moyenne en sept ans£6 ».
L'examen du contexte historique montre que l’hypothèse de
Y. Aharoni est peu vraisemblable. Par Jr 27,3; 28,1, nous
apprenons que la quatrième année du règne de Sédécias vit un
essai de coalition des rois d'Édom, de Moab, des Ammonites,
de Tyr et de Sidon, essai qui ne semble pas avoir abouti puisque
Sédécias alla (ou envoya une ambassade, d’après la Septante)
à Babylone (Jr 51,59). Il n’est nullement question de guerre
la troisième ou la quatrième année de Sédécias, tout au contraire :
alors qu’Arad a probablement été détruit par les Édomites
(cf. ostracon 24), vers 595 av. J.C. les rois d'Édom et de Juda
cherchent à contracter une alliance (Jr 27, 3).
En fait, avec la plupart des historiens (cf. infra, p. 192),
nous pensons que le Négeb a été occupé par les Édomites dès
les débuts de l’invasion des Chaldéens en 598-597 av. J.C.
(cf. 2 R 24,2; Jr 13,19). La date indiquée sur cette jarre est
donc la troisième année du règne de Yoyaqîm, vers 605 av. J.C.

OSTRACON N° 21
1. Ton fils Yehôkal envoie saluer Gedalyahu (fils)
2. d'Elyaïr et saluer ta maison : je te bénis par Yhwh.
3. Et maintenant : voici mon maître a fait ....
4. .... que Yhwh rende à mon maître ..
De dE dOmRs LE ten oi040
EPM et an
Jet rs EU el lout homme .....
Bu : EL STE
DS) ge Re RON Aer I
LOS PRET ANRUS

86. PLINE L'ANCIEN, Histoire Naturelle, Livre XIV,


1958 $ 79, p. 50. ! »P par J. André, Paris,
, Pari
LES OSTRACA D'ARAD 187

Cet ostracon a été trouvé dans une pièce (locus 649) voisine
de celle des archives d’Elyashib et appartenant aussi à la
strate VI. Le tesson actuel mesure 126 X 117 X 11 mm. L'ostracon
est incomplet : il lui manque le coin inférieur droit tandis que
toute la partie inférieure gauche est effacée. A part la formule
de salutation, le texte reste donc très fragmentaire et incertain.
« Yehôkal », probablement « Que la divinité montre sa puis-
sance » (IPN, p. 207), et « Gedalyahu », « Yhwh s’est montré
grand » (IPN, p. 208), sont déjà attestés dans la Bible, en
particulier en Jr 38, 1. « Elyaïr » (’ly’r), « Que Dieu illumine »,
est une forme nouvelle mais sa signification est claire (cf. Nb 6,
20 ; Ps 67,2).
La formule de salutations, qui est à rapprocher de celle de
l’ostracon ?, présente « Yehôkal» comme un subalterne de
« Gedalyaku »; l'emploi métaphorique du terme «fils» et le
patronyme ajouté respectueusement au nom de Gedalyahu le
montrent aussi.

OSTRACON N° 22
1. À Bérèkyahu fi(ls de) .
2: A‘Ezer fils de) :
ns née. :?
4. À Ma‘asy fils de ...?
BE. Ces LES.
Ba Al Veh(é … 22: her:
Cet ostracon a été trouvé dans l’une des pièces de la muraille
occidentale (locus 605, strate VI); l’ostracon semble complet
(106 x82 x6 mm), mais l'écriture en est très effacée. La présence
de /, «à», au début de chaque ligne paraît indiquer qu'il s’agit
d’une liste comptable de paiement ou de distribution de vivres
comme dans l’ostracon 22 de Lakish.
A la ligne 1, la lecture est très incertaine; on peut noter que
« Bérékyahu », « Yhwh a béni», est attesté sur un sceau trouvé
à Arad même (cf. AI, p. 123, n° 108).
A la ligne 2, «‘ Ezer », signifie que la divinité «a secouru »;
nous avons déjà rencontré ce nom dans l'ostracon 19 de Lakish.
A la ligne 4, « Ma‘asy », « œuvre » de la divinité, est un nom
déjà attesté dans la Bible (1 Ch 9,12).
A la fin des lignes 3 et 4, il y a, semble-t-il, des signes numé-
riques ou symboliques : Y. Aharoni les interprète comme
« À homer » et le chiffre «3»; ces signes nous semblent en trop
mauvais état pour en proposer une interprétation.
188 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

OSTRACON N° 23
160426
Qu AA
BÉHELUOX.
4. fills de) ...
. fils de) ..…
. Mahsé(yahu) ...
5 fLisUel . 51.
MEgeslti. Ke
OI fs
O0
O1
© de '.4x4
Cet ostracon (92 x 66 x 7 mm) a été trouvé dans une des pièces
de la muraille occidentale (locus 482, strate VI). L'écriture est
presque totalement effacée; d’après les traces qui restent, il
s’agit d’une liste de noms propres dont certains sont précédés
de bn, « fils de », comme dans l’ostracon 19 de Lakish.

OSTRACON No 24
Recto :
LAN, À
2. Elyashib ....
S RE 7 POLT. ue
CORNE. armée ..
CE arg(ent) ...
ec servileur ..

PER PR e (vous en appellerez)


12. de Arad 5 et de Qînâ(h 5 aux ar-)
13. mes et vous les enverrez à Ramat-Négeb sous la direction
14. de Malkiyahu fils de Qerobour et il les
15. confiera à Elyasha‘ fils de Yirmiya-
16. hu dans Ramat-Négeb de peur qu’il n'arrive
17. quelque chose à la ville; et l’ordre du roi vous incombe
18. sur vos vies. Voici, j'ai envoyé pour vous avertir
19. solennellement aujourd’hui les hommes d’Elyasha‘
20. de peur qu'Edom ne vienne là-bas.
LES OSTRACA D'ARAD 189

I. COMMENTAIRES

Get ostracon a été découvert sur la pente ouest du tell (locus


374), dans un contexte archéologique non clairement stratifié,
et mesure actuellement 116X103x7-9 mm. Il est incomplet :
il lui manque la partie supérieure du verso et un petit fragment
de la partie inférieure gauche de ce même verso. Le recto de
l’ostracon est presque totalement illisible : on n'arrive à discerner
que quelques mots incertains; par contre ce qui reste du verso
est très clair et la lecture en est assurée.
À la ligne 12, Y. Aharoni8 interprète le signe suivant « de
Arad » (m‘rd) comme le signe hiératique 50 qu’il retrouve aussi
sur un poids de 40 shéqels®?; cette interprétation fait difficulté
car le signe de ce dernier poids est assez différent du signe de
la ligne 1%°. Par contre, ce dernier signe est identique au signe 5
des ostraca de Samarie et il est donc préférable de l’interpréter,
ici aussi, comme le signe numérique 5°1.
A la fin de la ligne 12, on peut lire, à la suite de Y. Aharoni :
« Qînâ(h..», d’après Jos 15,22. Y. Aharoni avait ensuite
proposé de restituer (m’h), mais cette restitution est trop courte
(cf. AI. p. 50); il nous semble préférable de restituer un autre
signe numérique, peut-être 5 comme au début de la ligne; dans
la lacune restante, on pourrait, à titre d’hypothèse, restituer
(Imlhm)h d’après 1 S 17,13 et surtout 1 S 23,8; ce dernier
parallèle nous invite à restituer la première phrase : «(Vous en
appellerez) de Arad 5 et de Qînâ(h 5 aux ar)mes ».

87. Pour un commentaire plus détaillé, nous nous permettons de renvoyer


à notre article : « L’ostracon ‘ Ramat-Négeb ? et la topographie historique
du Négeb», Sémitica, XXIII, 1973, pp. 11-26, dont nous reprenons ici
l'essentiel.
88. Cf. Y. AHARONI, BASOR, 197, 1970, p. 19, note 9 ; AJ, p. 50.
89. Cf. Y. AHARONI, « À 40-Shequel Weight with a Hieratic Numeral »,
BASOR, 201, Feb. 1971, pp. 35-36.
90. Arad pouvait difficilement fournir un effectif de 50 hommes. En effet,
d’après les estimations habituelles pour les villes anciennes, la population
étant généralement de 40 à 50 personnes par dunam (= 1000 m°, cf.
M. Brosui, « La population de j’ancienne Jérusalem », BB, LXXXII, 1975,
100
pp. 5-14, spéc. p. 6), la forteresse d’Arad (50 x 50 m) devait contenir de
à 125 personnes qui n'étaient probablement pas toutes des militaires, ni
fournir,
même des hommes adultes. Il est vraisemblable qu’Arad ne pouvait
au plus, que l'effectif d’une «section » (env. 25 hommes). ,
91. Pour l'existence d’une petite unité militaire de cinq hommes, cf.
Jg 18, 2.7.14.17.
190 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

Le nom propre de la ligne 14, « Malkiyahu », 4 Yhwh est roi»


ou « Yhwh règne », n’est attesté qu’une fois dans la Bible comme
le nom d’un «fils du roi » (Jr 38, 6). On le retrouve sur un sceau
(cf. N. Avican, El, XII, 1975, p. 67, n° 3).
« Qerobour » (grb’wr) est, sauf erreur, un nom nouveau. son
étymologie est claire : «proche est la lumière»; ici, la « lumière »
pourrait être une expression symbolique pour désigner la divinité
(IPN, pp. 168-169) et le nom signifierait que la divinité protec-
trice est « proche » (cf. Ps 34, 19; 119, 151 .…), mais il pourrait
aussi s'agir d’une formule liturgique s'inspirant d’un dicton
populaire (cf. Jb 17, 12) et exprimant l’attente de la délivrance
du « jour de Yhwh », parallèlement à la formule « proche est le
jour de Yhwh» (Es 13,6; Ez 7,7 …). Dans ce cas, le meilleur
commentaire critique sur la signification de ce nom serait
Am 5, 18 :
« Malheur à ceux qui soupirent après le jour de Yhwh.
Que sera-t-il pour vous le jour de Yhwh?
Il sera ténèbres et non pas lumière (°6r). »

Le nom « Elyasha‘ » (ligne 15), « EI (Dieu) a sauvé », est déjà


attesté dans l’ostracon 1 de Samarie. Quant à « Yirmiyahu »,
nous l’avons déjà rencontré dans l’ostracon 1 de Lakish.
A la fin de la ligne 15, l’expression k’nëm 1 ‘lys est difficile
à comprendre; on peut proposer trois interprétations :
1. Il s'agirait d’une proposition indépendante elliptique : « Les
hommes avec Elyasha‘!», exprimant l’ordre que le groupe
rejoigne immédiatement Elyasha‘. C’est la solution proposée par
Y. Aharoni (A1, p. 51), mais elle suppose un verbe sous-entendu
et, plutôt que la préposition ’#, on attendrait la préposition ?/
qui exprime l’idée de mouvement.
2. Il s’agirait d’une expression désignant «les hommes avec
Elyasha’ », c’est-à-dire «les compagnons d’Elyasha‘ », la prépo-
sition ’, «avec», désignant, spécialement dans un contexte
militaire, les hommes qui sont placés sous les ordres de quelqu'un
et qui l’accompagnent (cf. 2? S 19,18; Jr 26,22; 41, 2.7.13:
cf. WHRJJ, p. 32). Cependant il faut noter que si ’# est souvent
employé dans ce contexte, le syntagme h’n$m ’? … n’est pas
attesté tel quel dans la Bible.
3. Il y aurait eu disparition d’une lettre par haplographie:; il
faudrait lire hnh Slhty lh‘yd hym kn$m (m)t ’lyé, « Voici, j'ai
LES OSTRACA D'ARAD 191

envoyé pour vous avertir solennellement aujourd’hui les hommes


de la part d’Elyasha:. »
De ces trois interprétations, c’est la seconde qui fait le moins
violence au texte et c’est celle que nous proposons ici.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

A) Topographie historique
« Qînâh » n’est attesté qu’une seule fois dans la Bible, en
Jos 15,22. A la suite de F. M. Abel*?, on peut localiser cette
ville à Khirbet Ghazzeh (cf. carte, p. 152). Cette identification,
proposée aussi par Ÿ. Aharoni en 1958%3 à la suite d’une explo-
ration de ce tell%4, nous semble confirmée par la conservation du
nom dans celui du wadi qui coule au pied de Khirbet Ghazzeh :
le wadi El-Qeini, et aussi par le fait que le site archéologique
de Khirbet Ghazzeh est essentiellement une forteresse de
l’époque du Fer, comme Arad°5.
« Ramat-Négeb » n’est mentionnée que deux fois dans la
Bible : en Jos 19,8, cette ville paraît située à l’extrémité de la
tribu de Siméon, et, en 1 S 30, 27, c'est une des villes auxquelles
David envoie du butin provenant de ses razzias. L’exploration
du Négeb menée par Y. Aharoni en 1958 nous indique sa loca-

92. F. M. ABez, GP, I, p. 273 ; 11, pp. 88, 149, 417-418.


93. Depuis, Y. Aharoni a changé d'opinion (cf. Y. AHARONI, BASOR, 197,
1970, pp. 22-24 ; AJ, pp. 146-148) : il place Ramat-Négeb à Khirbet Ghazzeh
et Qînâh à Khirbet Tayeb (— Horvat Tob), mais les raisons qu'il présente
ne nous semblent nullement convaincantes. Notons d’ailleurs que nous ne
comprenons pas les remarques de Ÿ. Aharoni dans AJ, p. 148, n. 43 : Tel ‘Irah
devait probablement être à l'extrémité orientale de la tribu de Siméon
puisque Hormah (Tell Meshash), 2,5 km au sud-est, fait explicitement partie
de cette tribu (cf. Jos 19, 4-8 ; Jg 1, 17 ; cf. LB, pp. 198 et 298). Par contre,
nous n’avons aucun témoignage attestant que Qadesh-Barnéa faisait encore
partie du royaume de Juda à cette époque. De plus, nous ne contestons pas
que Tell Malhata ait été une forteresse judéenne à cette époque puisque nous
proposons d’y localiser les mercenaires Kittim (cf. supra, p. 160), nous avons
simplement souligné que la céramique et un ostracon édomites trahissent
une infiltration pacifique édomite (cf. infra note 98), que reflète peut-être
aussi le nom incertain « Qôs‘anal » dans l’ostracon 12, ligne D
94. Cf. Y. Anaroni, 1EJ, VIII, 1958, p. 35, note 18.
95. Cf. Y. AHARONI, ibidem, pp. 33-35.
192 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
lisation la plus vraisemblable; Khirbet El-Gharra (Tell ‘Ira)°f;
la description qu’il en fait nous permet d’en juger :
— c'est une hauteur caractéristique qui s'élève à environ
100 mètres au-dessus du wadi Béérshéba, avec des pentes très
raides qui l’entourent de tous côtés;
— c'est une installation fortifiée par un puissant mur à
casemates datant de l’époque du Fer II : en superficie, cette
installation dépasse toutes les autres villes de la région;
— ce tell est rattaché à la tribu de Siméon «et presque
exactement au centre du plus grand district du Négeb du
royaume de Juda »;
-— ce tell contrôle toute cette région et «on ne peut pas
imaginer de meilleur centre pour le contrôle de tout le district
du Négeb°? ».

Cette description concorde parfaitement avec les caractéristiques


requises par le nom même : « Ramat-Négeb », «la hauteur du
Négeb », par les données bibliques : une ville de la tribu de
Siméon, probablement à son extrémité, et par les données de
notre ostracon qui désigne ce lieu comme «la ville» (h‘yr),
presque «la capitale» (cf. l’ostracon 4 de Lakish, ligne 7).
L'identification de Khirbet El-Gharra avec Ramat-Négeb nous
semble donc certaine.

B) Situation historique
D’après l’analyse paléographique, et, en particulier, la forme
caractéristique du yod sans retour à droite, cet ostracon date
des toutes dernières années du royaume de Juda, probablement
très peu de temps avant la destruction d’Arad en 598-597 av.
J.G. Le contenu de cet ostracon confirme cette date : il y est
fait allusion à une menace édomite dans la région d’Arad, plus
précisément contre Ramat-Négeb. Cette situation correspond
assez bien à celle des dernières années du règne de Yoyaqim,

96. Coordonnées géographiques 148,8-071,2. Y. AHARONI (IEJ, VIII,


1958, p. 37) propose, avec beaucoup d’hésitation, d'identifier ce site avec
« Qabzéél » (cf. Jos 15, 21 ; Ne 11, 25), mais F. M. ABeL (GP, II, p. 89) avait
proposé de localiser cette ville à Khirbet Horah (coordonnées 143,5-177,5).
Récemment, F. CRUSEMANN (ZDPV, LXXXIX, 1973, pp. 211-224) proposait
d’y localiser, avec Tell Meshash, la ville de Ziqlag, mais ce serait situer
Ziqlag beaucoup trop au sud, alors qu’elle est vraisemblablement située
à
Tell Esh-Sheria (LB, p. 259).
97. Y. AHARONI, LEJ, VIII, 1958, p. 37.
LES OSTRACA D'ARAD 193
vers 598-597 av. J.C., à la suite de sa révolte contre Nabucho-
donosor. En effet, ce dernier, avant d'intervenir en personne,
«a envoyé les bandes des Chaldéens et les bandes d’Édom et
les bandes des Moabites et les bandes des Ammonites » (2 R
24,2). À cette époque, les Édomites avaient déjà franchi la
Arabah en direction de l’ouest ;ayant occupé Élat et étant déjà
installés à l’ouest de la Arabah'é, ils «s’avançaient en direction
du nord vers les montagnes de Cisjordanie® ». Dès lors, la voie
naturelle d'infiltration du sud vers le nord était le fameux
«chemin des Atarim ». Cette voie passait par Aroër et le wadi
qui porte le même nom, et débouchait sur le centre du Négeb :
Tell Méshash (probablement Hormah)100, le wadi Béérshéba et
Khirbet Gharra (Ramat-Négeb) qui n’est qu'à 2,5 km au nord-
ouest de Tell Meshash et contrôle toute cette région.
Dans ces conditions, on comprend fort bien la stratégie
militaire qu'implique cet ostracon : pour défendre la capitale
du Négeb, Ramat-Négeb, qui se trouve directement menacée
par la pression édomite venant du sud, le commandement en
chef n'hésite pas à dégarnir quelque peu les forteresses de l’est
du Négeb : Arad, Qînah (et d’autres), moins importantes et,
probablement aussi, moins menacées.

C) Sens exact de cet ostracon


D’après la formule des lignes 17 et 18, cet ostracon transmet
un «ordre du roi», sous peine de mort. Il émane donc soit du
roi lui-même, soit plutôt de son entourage immédiat, probable-
ment de son état-major militaire. Gette origine est encore plus
vraisemblable si, comme nous le pensons, cet ostracon est une
circulaire de mobilisation adressée à plusieurs villes-forteresses

98. L’occupation d’Élat est attestée par les ostraca édomites d’Élat,
tandis que l’infiltration édomite à l’ouest de la Arabah est attestée, à Tell
El-Milh surtout, par la céramique et un ostracon édomites : cf. M. KocHavi,
« The First Season of Excavations at Tell Malhata », Oadmoniot, III, 1970,
p. 24 ; RB, LXXIX, 1972, pp. 595-596 ; E. STERN, Qadmoniot, VI, 1973, p. 6.
99. M. Norx, Geschichie Israels, Gôttingen, 51966, p. 256; cf. J. R.
BARTLETT, JTS, XX, 1969, pp. 14-17 ; J. M. Myers, « Edom and Judah in
the Sixth-Fifth Centuries B.C.», Near Eastern Studies in Honor of W.
F. Albright, ed. H. Goedicke, Baltimore, 1971, pp. 377-392.
100. Sur l'identification de Tell Méshash avec Hormabh, cf. Y. AHARONI,
AOTS, pp. 400-401 ; BA, XXXI, 1968, p. 31 ; J. R. BARTLETT, JTS, XX,
1969, p. 4; R. pe Vaux, Histoire ancienne d'Israël, Paris, 1971, p. 500. Les
objections de F. GRUSEMANN (ZDPV, LXXXIX, 1973, pp. 211-224, spéc.
pp. 214-218) ne nous semblent pas décisives.
194 INSCRIPTIONS HÉBRAÏÎQUES

du Négeb, dont Arad et Qînah. Un tel ordre venant de Jéusalem,


pouvait provenir soit du « préposé aux hommes de guerre », soit
plus précisément, du « scribe officier de l’armée chargé d’enrôler
le peuple du pays » (2 R 25, 19; cf Jr 52, 25)101
Bien qu’on puisse aussi penser à un ordre visant des troupes
de garnison, comme le propose Y. Aharoni, il nous semble qu’il
s’agit plutôt ici de « conscrits ». La conscription et la mobilisation
générale sont bien attestées à la fin du royaume de Juda; leur
organisation nous est spécialement décrite en 2? Ch 26, 11-1410 :
« Ozias eut une armée faisant la guerre et sortant en armée
selon les groupes d’après l’enregistrement de leurs fonctions,
par l'intermédiaire de Yaïel le scribe et de Maaséyahu le commis-
saire ($ôler), sous les ordres de (‘al yad) Hananyahu, l’un des
officiers du roi... »
Nous retrouvons une organisation similaire dans cet ostracon :
les hommes semblent enrôlés!® par l'intermédiaire de « Malkiyahu
fils de Qerobour », qui devait probablement remplir la fonction
de commissaire ($ôler), et ils sont ensuite remis sous les ordres
(‘ yd) de «Elyasha‘ fils de Yirmiyahu», l'officier chargé de
défendre Ramat-Négeb. D’après 2 Ch 26, 14, c'était le roi qui
fournissait les armes et, dans le cadre de cet ostracon, l’équi-
pement de cette troupe pourrait avoir été à la charge d’Elyasha‘
à Ramat-Négeb.
Un tel ordre de conscription ne devait pas être très populaire,
même s’il ne visait que des contingents relativement peu
nombreux : aussi l’ordre insiste-t-il, d’une part sur le danger
qu’encourt la ville de Ramat-Négeb, et les hommes d’Elyasha‘
pourront en témoigner avec conviction, d’autre part, sur le fait
qu’il s’agit d’un ordre venant du roi, devant être exécuté sous
peine de mort.
En conclusion, cet ostracon, dont ne nous a été conservée
qu'une partie du verso, est probablement le plus important de
toute cette collection au point de vue de son apport à l’histoire :
il nous aide à localiser deux villes du sud du royaume de Juda,
dont la capitale du Négeb, Ramat-Negeb ; il nous décrit vraisem-

101. Cf. WHRJJ, pp. 45-47 ; SSO, p. 20.


102. Cf. aussi Dt 20, 5-9 ; 2 R 25, 4.19 ; 2 Ch 17, 12-19 ; 25,5 :cf. WHRJJ,
pp. 45-52 ; Y. YADIN, Yediot (BIES), XV, 1950, pp. 86-98 ; IAT, II, pp. 25-
30; R. Knierim, ZAW, LXXIII, 1961, P. 169; G. C. Macnozz, ZAW,
LXXXIV, 1972, p. 323.
103. Dt 20, 2-9 présente le discours type du prêtre (kôhën) et du commis-
saire ($ôtér) lors de l’enrôlement.
LES OSTRACA D'ARAD 195

blablement le déroulement de la conscription dans cette région


et atteste la gravité de la menace édomite au sud du royaume
de Juda vers les années 598-597 av. J.C., avant, ou au tout
début, de la première invasion de Nabuchodonosor.

OSTRACON N° 25
(De. ot ) 10 hk3t d'orge
2. (De ‘A)nim le bas 80 hk3t d'orge
3. Du haut 60 hk3t
4. De Ma‘ôn 10 hk3t

I. COMMENTAIRE

Cet ostracon a été trouvé sur les pentes du tell, hors de la


forteresse (locus 374). Le tesson est un fragment de la base d’un
bol lustré rouge à l’intérieur. L’ostracon lui-même est de forme
triangulaire (66X98X6-9 mm) mais, avec un autre tesson
retrouvé au même endroit, on peut reconstituer la moitié de
la base du bol : environ 150X180 mm. En fait, l’ostracon
lui-même est incomplet : il lui manque le début des lignes 1
et 2, c’est-à-dire la partie supérieure droite. S. Yeivin!® avait
d’abord cru que cet ostracon combinait deux écritures, l’écriture
hébraïque et l'écriture hiératique égyptienne, mais, à la suite
de A. F, Rainey1®5, il est clair qu’il s’agit d’un ostracon hébreu,
même s’il contient quelques signes hiératiques égyptiens de
mesure et de nombre. Le contexte archéologique ne permet pas
de dater cet ostracon, mais l’analyse paléographique de l’écriture
(cf. la forme du yod) le rattache à la strate VI.
Les lignes 3 et 4 commençant par la préposition « De » (m-),
il est normal de restituer cette même préposition au début des
lignes 1 et 2. À la ligne 2, A. F. Rainey avait lu : m(?)b(?)ny..,
« des fils de .…. », en relation avec un nom de tribu, mais, après
avoir un moment pensé pouvoir lire (mqy)nym, «(Des Qé)nites »,
nous nous rallions à la lecture proposée par Y. Aharoni (Al,
p. 52) : (m)inym, « (De) ‘Anîm ».
Les signes hiératiques à la fin des lignes sont difiiciles à

|
104. S. YerviN, JEA, LV, 1969, p. 98.
pp. 23-29; cf. aussi J.
105. À. F. RaiNey, BASOR, 202, April 1971,
TerxiDOR, « BES », Syria, XLIX, 1972, p. 428.
196 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

interpréter. A la fin de la ligne 3, A. F. Rainey, à la suite de


S. Yeivin, pense qu’il s’agit du signe hiératique 71%, tandis que
Y. Aharoni pense au signe hiératique 6 (A1, p. 53); cette lecture
reste incertaine et l’on pourrait aussi penser à une barre verticale
. (= 1) précédée d’un point, comme à la ligne 4. Ces points devant
les barres verticales ont été interprétés par S. Yeivin comme
le signe de la mesure égyptienne hkzt et il lit donc les deux
signes de la ligne 4 : «1 hkz3l»; mais cette mesure égyptienne
est à peu près l’équivalent de cinq litres!® et cette quantité
paraît bien faible lorsqu'il s’agit d’une ville comme Ma‘ôn. Sans
doute, avec À. F. Rainey, la référence au « hk3l » nous semble-t-
elle justifiée, mais, en hiératique, le trait vertical qui précède le
symbole du « hkzt » indique les centaines et celui qui les suit les
dizaines'®, Dès lors, il faut comprendre les deux signes de la
ligne 4, par exemple, comme l'indication d’une quantité de
{10 hk3l», soit environ 50 litres, à peu près l'équivalent d’un
«éphah » israélite (env. 45 litres). On lit de même les traits
verticaux des autres lignes; à la ligne 1 : «10», à la ligne 2? :
«30 »; à la ligne 3 nous pouvons, de la même façon, mais avec
hésitation, lire « 60 ». Les deux autres signes, à la fin des lignes 1
et 2, restent d'interprétation très incertaine; Y. Aharoni propose
de les interpréter comme le signe hiératique de l’orge, mais,
comme il le reconnaît lui-même (AI, p. 52), la ressemblance
n’est qu'approximative.

IT. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Cet ostracon représente une nouvelle fiche de compte du
magasin royal d’Arad. L'emploi de la préposition « de » (min)
devant un nom de lieu est parallèle à la formulation des ostraca
de Samarie et indique l’origine des entrées dans le magasin.
Si l'interprétation des signes hiératiques est exacte, ces rentrées
sont de l’orge mesurée en dizaines de 4 hk3l», c’est-à-dire à
peu
près en «éphah ». Ce grain pourrait représenter la récolte
de la
dîme dans les villages entourant Arad, dans les trois mois
suivant
la moisson (cf. supra, p. 120).

106. Mais G. MôLLER, HP, III, P. 59, n° 620,


donne un signe différent
pour le chiffre 7.
107. Cf. A. GARDINER, Egyptian Grammar, London,
°1964, p. 198.
108. Cf. A. GARDINER, op. cit., P: 198 ; AI, p.
52. Dans notre thèse, nous
avions malencontreusement confondu dizaines
et centaines.
LES OSTRACA D'ARAD 197

«‘Anîm » (‘nym, «les (deux?) sources») est un nom de lieu


attesté en Jos 15,50, à côté de la mention d’Eshtemoa. On
l’identifie traditionnellement avec Khirbet Ghuweïin et-Tahta
(= Horvat Anim}l®, environ 5 km au sud de Es-Samua
(Eshtemoa). À ? km au nord-est de Ghuwein et-Tahta, il y a
un lieu-dit Ghuwein el-Fawqa ;on peut donc proposer d'identifier
«“Anîm le bas » (‘nym thinm) avec Ghuwein et-Tahta et « Anîm
le haut » (‘lynm) avec Ghuwein el-Fawqa. Cette identification
proposée par YŸ. Aharoni (A1, p. 52) semble confirmée par
l’existence d’une occupation datant de l’époque du Fer IT sur
ces deux tellsH0.
«Ma‘ôn» est certainement la ville biblique de ce nom
identifiée avec Khirbet Ma‘in, à une quinzaine de kilomètres au
nord d’Arad. Gette ville a donné son nom à la région qui l'entoure :
« le désert (mdbr) de Ma‘ôn » (1 S 23, 24.25).
En conclusion, cet ostracon fragmentaire apporte un témoi-
gnage historique intéressant : il atteste très clairement l’influence
égyptienne sur les scribes israélitesl? qui emploient des signes
et des symboles hiératiques dans les fiches de compte des
magasins royaux; il mentionne trois noms de lieux du sud
judéen et semble montrer que la dîime pouvait être récoltée
autour de chaque forteresse-magasin du royaume de Juda.

OSTRACON N° 26

D .. ‘Azaryahu
2. 4 de mon maître Sar-
ne) gôs et Yeh6-
0
D
R LUS mon maître
Cet ostracon a été trouvé dans la citerne de l’aire du temple
(locus 397). Le fragment actuel mesure 52 x 48 x 4 mm et cons-

109. Cf. GP,-II, p. 91.


110. Cf. M. Kocxavi, Judaea, Samaria and the Golan, Archaeological
Survey 1967-1968, Jerusalem, 1972, pp. 81-82, n°5 248, 250.
des
111. Cf. Jos 15, 55 ; 1 S 23, 24.25. Cette ville avait été liée à la tribu
Gaue unter Josia », PJ, XXI, 1925, p. 114, et
Qénites par A. ALT, « Judas
carte p.117. *
par l’ostra-
112. Cette forte influence égyptienne semble aussi manifestée
from
con hiératique découvert à Arad, cf. S. YEIVIN, « A Hieratic Ostracon
Arad », IEJ, XVI, 1966, pp. 153-159 ; AI, p. 64, n° 34. De manière
Tel
générale, cf. SSO, pp. 146-157.
198 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

titue probablement le coin supérieur gauche de l’ostracon


primitif. La lecture reste difficile et ne permet de reconnaître
que quelques mots souvent incertains. A la ligne 1, Y. Aharoni
propose de lire ’ryhw, il nous semble préférable de lire ‘zryhw.
Après la ligne 4, il y a encore quelques traces des lignes 5 et 6.
Paléographiquement, ce fragment se rattache à la strate VI.

OSTRACON N° 27
MT ASE, ee yahu
. ‘Ebed(yahu) fils de Shema‘yahu
DO
9 Pi SSL SARA CREER el
. Yedanyahu fils de Sheba(nyahu)
. Shelèmya(hu fils de) Géra
. .….) fils de Abyahu
CS sy)
RHONE
D hu (ss

Cet ostracon fragmentaire a été trouvé hors de la forteresse


(locus 374) comme les ostraca 24 et 25; il mesure actuellement
77X92X5-6 mm. Son écriture le rattache à la strate VI. D’après
les traces qui restent, souvent difficiles à lire, il s’agit d’une liste
de noms propres. Parmi eux, le seul qui soit certain est Yedanyahu
«Que Yhwh juge», que l’on peut rapprocher de Yedanyah
attesté à Éléphantine!1#, A Ja ligne 5, Y. Aharoni propose de
lire hldy, mais seul le / est certain et nous préférons lire #/my-
hw, qui reste conjectural.

OSTRACON N° 28
1. ....bé(né)diction. ..
DATE IN donner. 7

ab mars bénédiction et ..

113. Cf. DAE, p. 498, mais son interprétation : « que Yah ouisse », est
contredite par la forme hébraïque ydnyhw et il faut lui préférer l’interpréta-
tion proposée par M. H. SILVERMAN, JAOS, LXXXIX, 1969, p. 697.
LES OSTRACA D'ARAD 199

Get ostracon a été trouvé dans le nettoyage de la muraille


septentrionale (locus 730); il est composé de plusieurs tessons
que l’on peut regrouper en deux ensembles (65x65 X4-5 mm
et 42X65X4-5 mm), et qui ne conservent probablement que
le coin supérieur droit et le coin inférieur gauche de l’ostracon;
celui-ci se rattache paléographiquement à la strate VI.

OSTRACON N° 29

_ 1TT PARRER
6. 10 argent à ....
7. el ce que ......

Cet ostracon fragmentaire a aussi été trouvé hors de la


forteresse (locus 374); il mesure 54X75X7 mm. Son écriture le
rattache à la strate VI, mais l'inscription est presque totalement
illisible sauf la mention de « 10 argent », peut-être « 10 (sicles)
d’argent ».

OSTRACON N° 31
1 Blé
2. Ouriyahu fils de Raga g(rain) (1) éphah (1) séah
3. Néhémyahu fils de Yehô'az 7
4. Néryahu fils de Sa‘aryahu (1) éphah
5. Ahyiqom fils de Shema‘yahu ?
6. Gaham (1) éphah
7. Yeda‘yahu (1) éphah
8. Gemaryahu (1) éphah
LR" As yahu
10. Total (1) kor de grain

I. COMMENTAIRE

Cet ostracon a été trouvé dans une pièce située contre le mur
sud (locus 779) constituant probablement le « bureau » d’Elyashib
à l’époque de la strate VII : en effet, c’est là qu’on a découvert
les trois sceaux au nom d’«Elyashib fils d’'Eshyahu» ainsi
200 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
qu’un ostracon hiératique et deux poids inscrits. L’ostracon
(160x150x6-7 mm) semble complet mais a déjà été utilisé au
moins une fois et sans doute davantagel, Ainsi on peut lire,
en palimpseste, au bord inférieur droit, lbn, probablement « au
fils de .….»
«Ouriyahu» (wryhw), « Yhwh est ma lumière», est déjà
attesté dans la Bible comme le nom d’un contemporain de
Jérémie (Jr 26, 20.21.23).
« Raga » (rg’), probablement déjà attesté dans l’ostracon 78
de Samarie, est un hypocoristique à rapprocher de « Raga‘ »
(ostracon 1 de Samarie, ligne 4).
« Néhémyahu » (nhmyhw), « Yhwh a réconforté, a consolé »,
est aussi attesté sur un sceau palestinienH5, À Arad même on
le retrouve dans les ostraca 36, 40 et 59.
« Yehô‘az » (yhw‘z), « Yhwh est (ma) force », se retrouve sur
un sceau découvert à Tell Es-SafiH6,
« Néryahu » (nryhw),« Yhwh est (ma) lumière », est déjà attesté
dans l’ostracon 1 de Lakish, ligne 5.
« Sa‘aryahu » (s‘ryhw) est un nom nouveau qui signifie proba-
blement : « Yhwh a agité violemment, a provoqué la tempête »,
la tempête étant un attribut assez général de la divinité!?7,
« Ahyiqom » (’hyqgm), «mon Frère (= la divinité protectrice)
se dressera », est très bien attesté dans la Bible, spécialement
à l’époque de Josias (2 R 22, 12; 25, 22; Jr 26, 24 ….).
« Shema‘yahu » (#m‘yhw), « Yhwh a écouté », est très connu;
nous l’avons déjà rencontré dans l’ostracon 4 de Lakish, ligne 6,
ainsi que dans l’ostracon 27 d’Arad.
« Gaham » (ghm) n’est attesté qu’une seule fois dans la Bible,
comme le fils de Nahor (Gn 22, 24). Son étymologie reste incer-
taine; il faut vraisemblablement rattacher ce nom au verbe ghm,
« allumer », « flamboyer » (HALAT, p. 180), et ce pourrait être
un épithète qualificatif : «le flamboyant ».
« Yeda‘yahu » (yd‘yhw), « Yhwh a connu», est déjà attesté
sous cette forme sur un sceau provenant de Jérusalem!8.
« Gemaryahu » (gmryhw), « Yhwh a achevé, a accompli», est
attesté dans la Bible à l’époque de Jérémie (Jr 36, 10.11.12.25)
et nous l’avons déjà rencontré à Lakish (ostracon 1, ligne 1).

114. Cf. Y. AHARONI, BASOR, 197, Feb. 1970, p. 34; AI, p. 58.
115. Cf. F. VATTIOoNI, Biblica, L, 1969, p. 363, n° 30.
116. F. VATTIONI, loc. cit., n° 156.
117. Cf. Jr 30,23; Za 7, 14; Jb 40, 6:..
118. Cf. F. VATTIONI, loc. cit., p. 365, n° 49,
LES OSTRACA D'ARAD 201

La ligne 10 est nettement séparée du reste de l’ostracon par


un espace non écrit et, si l’on en juge par les formes du b et
du r, elle pourrait être d’une autre main que les lignes précé-
dentes. La première partie de cette ligne est composée de signes
et de symboles sur lesquels nous allons revenir dans un instant.
Après ces signes, on lit un mot de trois lettres ‘br qui correspond
à l’hébreu massorétique ‘abür, attesté seulement en Jos 5, 11-12,
et désigne la récolte de la moisson, les « grains ». Ce nom, déjà
connu en akkadien (ebärä), est aussi attesté en araméen!!® où
il désigne simplement le «blé». Le sens précis de ce nom en
hébreu est donc quelque chose comme «grain », « céréale » ou,
peut-être, « froment », et correspond au titre de la première ligne
de cet ostracon : him, « blé ».
Ce sont les signes numériques ou symboliques qui posent le
problème épigraphique le plus difficile de cet ostracon.
Y. Aharoni!?0 a essayé de le résoudre par la comparaison avec
certains signes numériques hiératiques, mais cette comparaison,
dans le cas de cet ostracon, ne semble pas aboutir à un résultat
pleinement satisfaisant : ainsi le signe que Y. Aharoni lit comme
le chiffre «5 » (fin des lignes ?, 4, 6, 7 et 8) est différent du signe
hiératique 5 attesté sur les poids de 4 shéqels et dans les ostraca
de Samarie. Il est sans doute préférable de chercher la solution
dans une autre direction.
Certains des signes de cetfostracon se retrouvent dans d’autres
ostraca d’Arad : ainsi le signe caractéristique des lignes ?, 4, 6,
7 et 8 a déjà été lu deux fois dans l’ostracon 18, lignes 5 et 6,
où nous avons proposé d’y voir le symbole de l’«éphah », mesure
de grain de 45 litres environ. Cette interprétation nous semble
très bien convenir ici. En effet, le papyrus d’Éléphantine Cowley
n° 2121, qui présente une liste de fournitures alimentaires à des
soldats et contient le mot ‘bwr (ligne 9), précise que la ration
moyenne de chaque homme est de «2 ardabes », soit environ
52 litres, à peu près l’équivalent d’un éphah (45 litres).
Dès lors, nous pouvons aussi interpréter facilement le signe
en forme de epsilon minuscule de la ligne 10. Nous l’avons déjà
rencontré dans l’ostracon 1, ligne 7. Il s’agit probablement du
«kor», mesure de grain de 10 éphahs, soit environ 450 litres.
Nous avons aussi déjà rencontré le signe vertical des lignes ?

119. Cf. DISO, p. 202 ; J. TeixtpoR, « BES », Syria, XLVIII, 1971, p. 469.
120. Y. AHARONI, BASOR, 197, 1970, pp. 36-37 ; AI, pp. 60-61.
121. Cf. AP, pp. 3-7; cf. aussi DAE, pp. 266-271, n° 54, spéc. p. 270,
note «x»; cf. aussi le papyrus Cowley n° 24 (DAE n° 55).
202 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

et 10 dans l’ostracon 1; nous l’avions alors interprété comme


le signe marquant une abréviation. Geci convient parfaitement
pour la ligne 10 de cet ostracon où nous retrouvons côte à côte
les deux signes de l’ostracon 1, ligne 7 : «1 kor ». Dans la ligne
de cette interprétation, le signe qui précède, à la ligne ?, le trait
vertical est donc une abréviation; d’après sa forme, c’est un
ayin, abréviation naturelle? pour ‘br, « grain », « froment », que
nous retrouvons à la ligne 10.
Au début de la ligne 10, l’ensemble des signes ne ressemble à
aucune lettre hébraïque. Y. Aharoni a d’abord proposé de lire
deux signes numériques : 3042, puis les signes 4046 suivis du
signe pour l’«éphah», mais la ressemblance avec les signes
hiératiques correspondants reste très approximative. En fait,
comme le pense d’ailleurs Y. Aharoni, cette dernière ligne repré-
sente probablement le total des autres lignes. Dès lors, aussi
bien le parallèle de la tablette ougaritique RS 17 10613, avec
plusieurs fois le mot fgmr au verso, que le papyrus Cowley n° 24,
lignes 27-3112, avec plusieurs fois le mot kl, nous conduisent à
interpréter le signe du début de la ligne 10 comme un symbole
signifiant «total»; on peut d’ailleurs le rapprocher du signe
hiératique égyptien qui a ce sens125,
Les autres signes, à la fin de la ligne 2, à la fin de la ligne 3,
en dessous de la ligne 4 et à la fin de la ligne 9 sont moins nets
et plus difficiles à interpréter. Le signe de la ligne 2 pourrait
être le symbole du « séah » (1/3 de « éphah » — 15 litres environ);
les autres signes sont vraiment trop incertains pour que nous en
proposions une interprétation. Notons simplement que le total
de toutes les quantités indiquées en fin de ligne devait atteindre
à peu près 10 éphahs, c’est-à-dire 1 kor, suivant l'indication de
la ligne 10.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Cet ostracon a été écrit à Arad même puisque d’autres
fragments de la même jarre ont été trouvés au même endroit.
Les textes parallèles des archives royales de Mari et d’Ougarit,

122. L’abréviation consiste souvent à écrire simplement la première


lettre du mot : ainsi b pour 64, dans l’ostracon 1, & pour &‘rm dans le papyrus
Cowley n° 24 (cf. DAE, n° 54).
123. Cf. Ch. ViroLLEAUD, PRU II, p. 125.
124. Cf. AP, pp. 78-79.
125. Cf. G. Mozrer, HP, III, no 421.
LES OSTRACA D'ARAD 203

aussi bien que certains textes araméens d'Égypte, indiquent


clairement qu’il s’agit d’une liste de distribution de rations, et
le titre de l’ostracon précise qu’il s’agit de rations de « blé ».
C'est probablement le papyrus d'Éléphantine Cowley n° 24126
qui éclaire le mieux le sens précis de cet ostracon. Les deux textes
sont séparés par moins de deux cents ans. Or :
— à Éléphantine, comme à Arad, on emploie des abréviations
en n’écrivant que la première lettre du mot;
— dans Cowley n° 24, comme dans cet ostracon, chaque ligne
contient un nom suivi d’une quantité de grain et cette quantité
est approximativement la même : environ 50 litres;
— dans Cowley n° 24, comme dans cet ostracon, après la
liste des noms et des rations individuelles, vient le calcul du
total de ce qui a été distribué.

Dès lors, puisque, à Éléphantine, ce compte est explicitement


une distribution de rations à des militaires, il est vraisemblable
qu’à Arad, dans le contexte similaire d’une forteresse royale,
cette liste concerne aussi une distribution de rations alimentaires
à des militaires. Les noms propres de cet ostracon sont donc
probablement les noms d'officiers ou de soldats de l’armée du
royaume de Juda stationnés dans la région d’Arad.

OSTRACON N° 32

1. Le 4 du mois, (Hasor)-Sousah

Cet ostracon vient aussi du « bureau » d’Elyashib (locus 779)


de la strate VIT ; il mesure 169 X 151 X5 mm et plusieurs fragments
de la même jarre ont été retrouvés dans cette pièce. On n’aperçoit
clairement qu’une ligne d’écriture avec l'indication d’une date.
Après b, Y. Aharoni propose de lire le signe hiératique «8 »,
mais il nous semble reconnaître assez clairement le chiffre « 4 »
écrit avec quatre petits traits verticaux parallèles ;après hd$, on
lit probablement un nom de lieu : «(Hasor)-Sousah », à demi-
restitué, qui est mentionné dans la Bible comme une ville de
la tribu de Siméon (Jos 19,5; cf. aussi « Hasor-Sousim » en
1 Ch 4,31); l'identification de ce nom de lieu reste incertaine.

126. Cf. AP, pp. 77-80, n° 24; ct. DAE, n° 55.


204 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

OSTRACON N° 33
1. ..) blé (1) séah
decor 00.hK use
3. . blé (1) éphah..
4. et bis

Ru SRE

Cet ostracon fragmentaire (152xX70X5-6 mm) a été trouvé


dans la partie occidentale des magasins de la strate VIT (locus
952). L'inscription est très fragmentaire : elle ne semble contenir
que le mot him, «blé», écrit plusieurs fois, suivi de signes
numériques ou de symboles de mesure dont l'interprétation reste
souvent incertaine. Il s’agissait probablement d’un compte de
quantités de « blé ».

OSTRACON N° 35

2. ..) fils de Eshy(ahu)


3. Shillem fils de Ahyam
4. (Ge)maryahu fils de (.....

Cet ostracon a été trouvé dans un contexte non stratifié


(locus 374); le fragment actuel mesure 33 X 47 X7 mm et appar-
tient probablement à la partie inférieure de l’ostracon primitif.
L'écriture le rattache à la strate VII. Il s’agit vraisemblablement
d’une nouvelle liste de noms, tous connus par ailleurs, sauf
peut-être celui de la fin de la ligne 3. A cet endroit, Y. Aharoni
lit ’hy’yl, mais il nous semble préférable de lire ’hy’m, « Ahyam »,
attesté dans la Bible (2 S 23,33; 1 Ch 11,35) et qui signifie
probablement : «mon Frère a dominé » (IPN, p. 192).

OSTRACON N° 36

2. Ou(ryahu) fils de Néhémyahu


3: 4èe FIL AR 0
4. Hananyahu .
LES OSTRACA D'ARAD 205

Dhnits Faretie st,


D chère 48 1
_CTORMENPTRT EEE 5)
Get ostracon a été trouvé dans une pièce adjacente à la
muraille (locus 605a, strate VII) ; il mesure 108x 107 X7 mm et
semble à peu près complet. Malheureusement l'écriture en est
très effacée et la lecture reste incertaine : il s’agissait probable-
ment d’une nouvelle liste de noms propres qui, d’après les
traces encore visibles, se continuait jusqu’à la ligne 10.

OSTRACON N° 38
. Hakkôs
. Shu'al (fils de Han(an?)
. Gemaryahu fils de .......
= pheba üls de (........ ) 2
ist. tri. fils d'Elyashib 1
. Hanan ?
UN
OR
SO
. (Za)kar 1

Ce petit ostracon (46X37X5 mm) a été trouvé sur la pente


occidentale du tell, hors de la muraille (locus 929); son écriture
le rattache à la strate VII. L’ostracon semble presque complet :
il ne lui manque probablement qu’un petit fragment au coin
inférieur droit; l’écriture est généralement bien conservée sauf
lorsque l’engobe a disparu.
« Hakkôs » (hkws), « la chouette », est un nouveau nom propre
qui appartient au groupe des noms propres formés à partir de
noms d'animaux (cf. IPN, pp. 229-230) comme «Shu‘al»,
« Renard », déjà attesté sur plusieurs sceaux hébreux!l?7 et dans
la Bible (cf. 1 S 13,17; 1 Ch 7,36; cf. aussi 1 S 9, 4). Les autres
noms propres « Hanan » (la divinité « a été favorable »), « Gema-
ryahu » (« Yhwh a mené à bien »), « Sheba‘ » (« Sept » symbole de
la plénitude ?) et « Elyashib » (« El (Dieu) restaurera ») sont déjà
connus par la Bible et par les sceaux hébreux et nous les avons
souvent rencontrés plusieurs fois dans les ostraca.

127. Cf. IAEP, p. 200, n° 41 ; F. Varriontr, Biblica, L, 1969, pp. 357-388,


n° 41 ; P. BorDREUIL-A. LEMAIRE, Semitica, XXVI, 1976, pp. 45-63, n° 18.
206 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

OSTRACON N° 39
Recto :
. (Qi)ddem fils de Yeqamyahu
. Shema‘yahu fils de Malkiyahu
. Meshallem fils de Nedabyahu
. Tanhum fils de Yeda‘yahu
. Gealyahu fils de Yeda‘yahu
PR à yahu fils de Ahy.
RE yahu fils de She-
NI
QD
mi
NO
O0
HR
OT
O . ma‘yahu
Verso :
9. Yaazanyahu fils de Benayahu
10. Yehôab fils de Helday
11. Abyhay
Cet ostracon a été trouvé sur la pente occidentale du tell à
l'extérieur des murailles (locus 314); son écriture le rattache à
la strate VII. De forme à peu près rectangulaire (56 X59 x 4mm),
il ne lui manque qu’un petit fragment au coin supérieur droit
du recto; le verso montre, en effet, que la partie inférieure du
recto est complète. Get ostracon est une nouvelle liste de noms
propres qui forment peut-être une « décurie » (dix noms).
A la ligne 1, Y. Aharoni propose de restituer (?)dm, « Adam »,
mais ce nom propre n’apparaît dans la Bible que dans le récit
de la Genèse et ce serait alors un « archaïsme », à moins qu’il
ne faille y voir une indication de couleur : « rouge », parallèlement
à ’dmdm, «rougeâtre », attesté sur un sceau1%. Mais on peut
aussi proposer de restituer (q)dm, « Qiddem », à cause du nom
d’une tribu ismaélite « Qédemah » (Gn 25, 15; 1 Ch 1,31) et du
nom d’un lévite « Qademiél » (Esd 3,9; Ne 9,4; 10,10 473 8
pourrait s'agir alors d’un hypocoristique signifiant que la
divinité «a prévenu ».
Les noms suivants : « Yeqamyahu » (« Que Yhwh se dresse »),
«Shema‘yahu » (« Yhwh a écouté»), « Malkiyahu » (« Yhwh a
régné »), « Meshallem » («celui qui remplace » probablement un
membre de la famille décédé), « Nedabyahu » (« Yhwh a été
généreux »), « Tanhum » (probablement sa mère « a été consolée »),
€ Yeda‘yahu » (« Yhwh a connu »), 4 Yaazanyahu » («Que Yhwh

128. Cf. LAEP, p. 189, n° 29.


LES OSTRACA D'ARAD 207

prête l'oreille »), « Benayahu » (« Yhwh a façonné ») et « Abyhay »


(« mon père est vivant ») sont déjà connus par la Bible, les sceaux
ou les autres inscriptions paléo-hébraïques.
A la ligne 10, « Yehôab » (« Yhwh est (mon) père») est une
forme nouvelle, mais on peut le rapprocher de « Yôab » abon-
damment attesté dans la Bible. Le patronyme « Helday » est un
nom que Ÿ. Aharoni propose de lire déjà dans l’ostracon 27,
ligne 5; il apparaît dans la Bible (Za 6,10 ; 1 Ch 27, 15),
et et probablement un nom d’animal : «taupe» (cf. IPN,
P. :
Notons qu'aux lignes 4 et 5, nous avons deux «fils de
Yeda‘yahu » dont les noms se suivent : il s’agit probablement
de deux frères comme dans l’ostracon 1 de Samarie (lignes 4 et 7).

OSTRACON N° 40

Vos fils Gemar(yahu) et Néhé-


myahu envoi(ent saluer)
Malkiyahu : je te béni(s par Yhw)h.
Et maintenant : {on (ser)vileur a incliné son (co)eur
à ce que tu as dit et j'ai écri)t
à mon maître (tout ce qu’a vou)
lu l’homme; (et Eshyahu? est ve-)
. nu d’auprès de toi mais personne (n’a donné à)
DO. eux.
C0
OUR
KI
90
Lo Et voici : tu le sais (Les lettres ? venant de)
10. Edom, je les ai données à mon maître (avani que ne des-)
11. cende le jour et (E)sh(ya)hu a passé la nuit (dans ma maison)
12. et lui, la lettre, il a demandé, (mais je ne (l)'ai pas don-)
13. née. Le roi de Juda sait (que nous ne)
14. pouvons pas envoyer le (...? ... el ce-)
15. ci est le mal que Edom (a fait).

I. COMMENTAIRE

Cet ostracon a été découvert dans une des pièces de la forteresse


(locus 429, strate VIII) qui a pu servir d'atelier de parfums.
Les fragments actuellement conservés mesurent x95 x
146
4-6 mm, mais l’ostracon devait primitivement avoir une forme
trapézoïdale mesurant environ 66 mm de large en haut et
environ
135 mm en bas; les fragments actuels ne conservent donc
que
que les deux tiers du texte, sans tenir compte du fait
208 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

certaines lettres sont à demi effacées. Malgré ce mauvais état


de conservation, Y. Aharoni (A1, pp. 72-76) a essayé de recons-
tituer cet ostracon en entier, et c’est cet essai que nous présentons
ici, en soulignant qu’une bonne partie des lectures et des resti-
tutions reste incertaine.
La formule d'introduction : «bn+suffixe personnel de la
deuxième personne+nom(s) propre(s) », est une formule classique
de politesse (cf. ostracon 21) qui n’implique pas nécessairement
une véritable relation de parenté, « fils » étant parfois employé
conjointement à «serviteur» (cf. 2? R 16,7). De façon plus
précise, l'expression peut indiquer que celui auquel on s’adresse
est « primus inter pares », un égal qu’on honore particulièrement
(ci. 2? R 8,9). Les deux noms propres « Gemaryahu» et
« Néhémyahu », se trouvent déjà tous les deux dans l’ostracon 31,
tandis que nous avons rencontré « Malkiyahu » dans les ostraca 24
(ligne 14) et 39 (ligne 2). A la fin de la formule de salutation,
l'expression « je t'ai béni par Yhwh », déjà rencontrée dans les
ostraca 16 et 21, est surprenante : on attendrait plutôt : «nous
te bénissons...», puisqu'il y a deux expéditeurs; en fait, la
lecture proposée à cet endroit reste incertaine.
À la ligne 4, l'expression hjh ‘bdk lbh, en partie restituée,
signifie «ton serviteur a incliné, tendu son cœur...» avec la
nuance de « faire attention », le cœur étant le siège de la pensée
dans la tradition sémitique ancienne.
À la ligne 5, (ktbt)y, « j'ai écrit », est conjectural : on pourrait
aussi restituer (#ht)y, «j'ai envoyé», ou un autre verbe. De
même, la restitution de la ligne 8 : w’ys (P nin l) est une conjec-
ture; on pourrait tout aussi bien restituer w’ys (lb ’l)hm, «mais
personne n’est venu vers eux», ou tout autre restitution de
ce genre.
Aux lignes 10-11, la restitution (brm y)rd ym, «avant que
ne descende (le) jour», est intéressante, cependant en hébreu
biblique on attendrait plutôt hym que ym (cf. Jg 19,11; 1 R
1, 25).

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


La lecture de cet ostracon est en grande partie conject
urale
et il serait dangereux, au plan historique, de vouloir
trop
s'appuyer sur ce texte incertain. Cependant il semble qu’on
puisse en extraire quelques informations intéressantes :
LES OSTRACA D'ARAD 209
— Gemaryahu et Néhémyahu semblent être sous les ordres
de Malkiyahu, probablement le chef de la forteresse d’Arad à
a fin du vrrre siècle (strate VIII).
— Gemaryahu et Néhémyahu pourraient être responsables
d’un poste militaire à la frontière entre Juda et Édom. Le
meilleur parallèle de cet ostracon semble, en effet, l’ostracon 3
de Lakish dans lequel l’auteur rend compte de tout ce qui se
passe dans son poste-frontière, en particulier des problèmes de
courrier. À titre de conjecture, on pourrait proposer de localiser
ce poste-frontière à Khirbet Ghazzeh, à l’entrée du wadi Qeini,
que nous avons proposé d'identifier avec Qînâh.

INSCRIPTION No 49
Base :
1. Les fils de Besél 3
?. Les fils de Qorah 2
3. Le fils de Gilgal 1
4. Les fils de Konyahu?
Colonne I

7. (Yeh)ô'az 1
Colonne II
8. ‘Ebed(yahu?)
9. Yehôab
Colonne III
A sudovb yahu 1
Colonne IV
11. (Le fils de Sèmah 1
D er Lit r ?)diel
CO TR ae Ke
14. Shu‘al1
15. Pedayahu?? 1
16. Les fils de Ahiamah 3

I. COMMENTAIRE
Cette inscription a été écrite sur la base et les parois extérieures
d’un bol lustré au four à l’intérieur; les fragments de ce bol
210 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

(215x 130 X5-6 mm) ont été trouvés dans les loci 1010 et 786,
situés dans une pièce longue attenant à la cour du temple,
(strate VIII); on discerne, à l’intérieur du bol, quelques traces
d’encre indéchiffrables ; à l’extérieur, les noms sont disposés en
colonnes séparées par des traits plus ou moins perpendiculaires
aux lignes d'écriture. Comme le bol reste incomplet, et que c’est
surtout sa base qui a été conservée, le début des colonnes et,
probablement, une ou deux colonnes entières, sont disparues.
L'inscription semble donc avoir été écrite primitivement sur
toute la surface, intérieure et extérieure, du bol.
« Besél» (bsl) est un nom propre nouveau; il s’agit proba-
blement d’un hypocoristique de « Besalel » bien attesté dans la
Bible (Ex 31,2; 35,30 ...); il signifie « à l'ombre » (= sous la
protection, cf. Ps 91, 1) de la divinité (cf. IPN, p. 152).
« Qorah », « chauve », est bien attesté dans la Bible, en parti-
culier comme le nom d’un clan de lévites chargés du service
liturgique du sanctuaire (Nb 26, 58 ..), aussi retrouve-t-on les
« fils de Qorah » dans les titres de plusieurs psaumes (Ps 42, 44
à 49, 84, 85, 87, 88). D’après 1 Ch 12, 7, cinq « fils de Qorah»
avaient rejoint David alors qu'il était à Ziqlag.
« Gilgal» est un nom bien connu dans la Bible comme un
nom propre de lieu, en particulier comme le nom d’un sanctuaire
non loin de Jéricho (Dt 11,30; Jos 9,6); cependant il faut
noter que ce nom de lieu est presque toujours écrit hglgl, «le
gilgal » et que, quoi qu’en dise Y. Aharoni (A1, p. 84), le glgl
de cet ostracon n’a probablement rien à faire avec le nom du
sanctuaire. En effet, « Gilgal » est déjà connu comme un nom
de personne à Éléphantine (DAE, p. 472) et il signifie proba-
blement « clochette », « grelot » (IPN, p. 223).
« Konyahu » est déjà connu par l’ostracon 3 de Lakish, ligne 15,
« Yehô‘az », par l’ostracon 31 d’Arad, ligne 3, « ‘Ebedyahu » par
l’ostracon 10,4 et « Yehôab » par l’ostracon 39, 10.
« Sèmah », «rejeton», n’est attesté que deux fois comme
nom propre dans Zacharie, et le prophète joue sur la signification
de ce nom pour transmettre son message (Za 3,8; 6, 12).
«Shu'al» est déjà attesté dans l’ostracon 38,2, tandis que
{Pedayahu », « Yhwh a racheté », est bien connu par la Bible
et par les sceaux12?.
A la fin de la ligne 15,, Y. Aharoni propose de lire la lettre
helh suivie du signe hiératique «10 » et d’un trait vertical; il

129. Cf. F. VarrTionI, Biblica, L, 1969, pp. 357-388, nos 45, 235; P.
BORDREUIL-A. LEMAIRE, Semitica, XXVI, 1976, pp. 45-63, n° 5.
LES OSTRACA D'ARAD El

propose de comprendre « b(lé) 11 » ou « p{éché) 11 », À étant une


abréviation pour him ou hPt. Cette lecture est possible, cependant
elle semble faire exception dans la manière de présenter les noms
propres de cette inscription. On pourrait aussi proposer de lire
hg, suivi du trait «1» habituel, mais ce serait tout aussi conjectural
et nous préférons ne pas proposer d'interprétation pour ces
signes, sauf pour le dernier, bien attesté aux lignes 3, 5, 6, 7,
10, 11 et 14.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Cette inscription est tout à fait originale et il est difficile d’en
proposer une interprétation satisfaisante : on peut seulement
souligner trois faits :
— Il semble que lorsque l'inscription ne mentionne qu’un
seul nom propre, isolé ou précédé de bn («fils de »), celui-ci n’est
suivi que d’un seul trait, c’est-à-dire du chiffre 1, tandis que
lorsque le nom est précédé de bny («les fils de»), il est suivi
de deux ou trois traits verticaux; il y aurait donc un rapport
entre le nombre de traits verticaux et le nombre de personnes.
— Ces fragments de bol ont été trouvés non loin de la cour
du temple et peuvent être reliés à une cérémonie se déroulant
dans le temple.
— Cette inscription a été écrite sur un bol complet : dès lors,
il y a probablement un lien entre les personnes nommées et la
fonction de ce bol.
On pourrait penser à une cérémonie rituelle (offrande?) à
laquelle auraient participé ceux dont les noms sont inscrits sur
ce bol, mais ce n’est là qu’une conjecture.

OSTRACON N° 50
1. Merémôt

Ce petit ostracon (31 X50 X5 mm) a été trouvé dans le temple,


dans une pièce (locus 469) de la strate VIII attenant à la cella
du temple; l’ostracon ne comporte qu’un seul nom parfaitement
lisible.
« Merémôt » (mrmwt) est attesté six fois dans la Bible, dans
les livres d’'Esdras et de Néhémie, pour trois personnes diffé-
rentes, toutes trois de famille sacerdotale. Ce nom propre signifie
probablement « Môt a béni », d’après l’ougaritique mrr.
212 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

OSTRACON N° 51
1. Eshyahu
2. fils de ‘Ezer

Ce petit ostracon (31 x 30 x 4-5 mm) provient du même endroit


(locus 469) que le précédent. Nous avons déjà rencontré
« Eshyahu » dans les ostraca 17, 35 et 40 et «‘Ezer » dans les
ostraca 22 et 23.

OSTRACON N° 52
1. Sayyad
Ce petit ostracon (26 X40 X6 mm) provient du même endroit
que les deux précédents (locus 469). Y. Aharoni propose de lire
p$yd, nom totalement inconnu, mais les deux premières lettres
semblent n’en former qu’une seule : sadé.
Le nom propre syd ne semble pas attesté jusqu’à maintenant.
On peut y voir soit un qualificatif professionnel sayyäd,
«chasseur » ou «pêcheur » (cf. LVTL, p. 801), soit l’élément
« Sid » attesté dans l’onomastique phénico-punique (cf. PNPP,
p. 398).

OSTRACON N° 53
1. Yishpot

Ce petit ostracon (28X42X4 mm) a été trouvé dans une


pièce donnant sur la cour du temple et provient du même
endroit (locus 1010) que des fragments de l’ostracon 49.
« Yishpot » est un hypocoristique signifiant : que la divinité
« juge »!; il est déjà attesté en ougaritiquet$?.

OSTRACON N° 54
1. Pashhur

Ce petit ostracon (32X33X5 mm) a été trouvé sur la pente


occidentale du tell, à l’ouest du temple (locus 929) ; il se rattache
paléographiquement à la strate VIII.

130. Cf. PNTU, pp. 199 et 394.


LES OSTRACA D'ARAD 213

Comme l’avait déjà reconnu M. Noth (IPN, p. 63), « Pashhur »


(pëhr) est un nom propre d’origine égyptienne qui, d’après
S. Ahituvi, signifie «le fils de Horus». Ce nom est attesté
plusieurs fois dans la Bible pour deux prêtres (Jr 20, 1 ….) et
pour un clan sacerdotal (Esd 2, 38; 10,22; Ne 7, 41). Notons
aussi qu'on retrouve ce nom sur plusieurs sceaux palestiniens1%?.

OSTRACON N° 55
1. Fils de Hemda
2. Pady

Ce petit ostracon (23X34X8 mm) provient du même endroit


(locus 929) que le précédent et se rattache aussi à la strate VIII.
« Hemda » (hmd’) semble nouveau : c’est un hypocoristique
signifiant que la divinité « s’est complue », «a choisi » (cf. Ps 68,
17).
A la ligne 2, Y. Aharoni (A1, p. 88) ne lit que le yod final;
il nous semble que les traces d’encre précédant cette lettre,
correspondent aux lettres p et d écrites l’une contre l’autre.
« Pady » (pdy) est un hypocoristique signifiant que la divinité
«a racheté »; ce nom est attesté sur un sceau hébreu!#3 ainsi
que dans l’onomastique araméenne et puniquel##.
Comme tous les ostraca précédents, cet ostracon ne vise
vraisemblablement qu’une seule personne : « Pady fils de Hemda »,
dont le scribe aura d’abord écrit le patronyme avant d'écrire
le nom.

OSTRACON N° 56
1. Fils de Neta-
2. nyahu
Ce petit ostracon (20X29X8-10 mm) provient du même

131. S. AmiTuv, LEJ, XX, 1970, pp. 95-96 ; cf. aussi W. SPIEGELBERGER,
ZDM GG, LIII, 1899, p. 635. Sur ce nom dans Jérémie et le jeu de mot qui
y est attaché, cf. A. M. HoNEYMAN, VT, IV, 1954, p. 426 ; L. WACHTER,
ZAW, LXXIV, 1962, pp. 57-62.
132. Cf. F. Varriont, Biblica, L, 1969, p. 374, n° 148, p. 375, n° 152.
133. Cf. P. BorpreuIL-A. LEMAIRE, Semitica, XXWVI, 1976, pp. 45-63,
n° 18.
134. Cf. par exemple DAE, p. 484; PNPP, p. 175.
214 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
endroit (locus 929) que les deux précédents et se rattache aussi
à la strate VIII.
« Netanyahu », « Yhwh a donné », est déjà connu dans la Bible
et sur des sceaux1$5.

OSTRACON N° 57
1. Yi(shma‘)él
2. (fils de?) Hushay

Ce petit ostracon (19x29 X4 mm) a été trouvé dans le même


endroit (locus 929) que les trois précédents et se rattache paléo-
graphiquement à la strate VIII.
À la ligne 1, Y. Aharoni (A1, p. 89) ne lit que les deux dernières
lettres °l; il nous semble possible d’identifier assez clairement
la première lettre, un yod, et, après cette lettre, les traces très
effacées semblent correspondre à la lecture du nom y(ëm‘}l.
« Yishma‘él », « Que El (Dieu) écoute », est déjà bien attesté par
la Bible et par plusieurs sceaux hébreux1%6, ainsi que par une
inscription sur vase trouvée à Jérusalem157.
« Hushay » (h$y) est déjà attesté plusieurs fois dans la Bible
(2 S 15, 32.37 ….); plutôt que d’un hypocoristique de h&b (IPN,
p. 189), il s’agit d’un qualificatif «rapide», comme mhry (cf.
IPN, p. 226).

INTERPRÉTATION GÉNÉRALE DES OSTRACA 50 À 57


D’après leur contexte archéologique et leur contenu, ces
huit ostraca forment un groupe à part qui a pu être utilisé en
liaison avec le service du temple. En effet, outre leur lieu de
découverte à proximité du temple, certains des noms, « Merémôt »
et « Pashhur», semblent typiquement des noms de familles
sacerdotales. De plus, le parallèle des petits ostraca trouvés à
Massadal%8 suggère que ces «billets» ne portant que le nom
d’une seule personne étaient utilisés pour un tirage au sort.

135. Cf. TAEP, pp. 191-192, n° 31-32; F. Varriomi, Biblica, L, 1969,


p. 363, nos 31-32.
136. Cf. IAEP, p. 203, n° 45, P. 210, n° 53; F. VATTIoN
I, Biblica, L,
1969, pp. 365-366, nos 45 et 53.
137. Cf. M. D. PrIGNAUD, « Notes d’épigraphie hébraïque
», RB, LXXVII
1970, pp. 50-67, spéc. pp. 59-67. RER j
138. Cf. Y. YADIN, Massada, London, 1966, p. 201.
LES OSTRACA D'ARAD 215

Dès lors, on pourra penser au tirage au sort répartissant les


tours de service au temple entre les chefs des familles sacerdo-
tales ou lévitiques (cf. 1 Ch 25, 8)159.

OSTRACON N° 58
1. ‘Adayahu...
2. Kaleb fils de ...
3. ‘Ezer fils de ...
4. Yaazan....

Cet ostracon fragmentaire (48xX29X4 mm) a été trouvé sur


la pente occidentale du tell, hors des murailles (locus 374).
Y. Aharoni (A1, p. 90) propose de le rattacher à la strate VIII
d’après son écriture; le fait que celle-ci soit à moitié effacée ne
facilite pas l’analyse paléographique; cependant il nous semble
que les formes du bel, du noun et surtout du yod sans retour à
droite, favorisent plutôt un rattachement à la strate VI.
«‘Adayahu », probablement « Yhwh a orné» (IPN, p. 182),
est connu par la Bible (2 Ch 23, 1 …) et par plusieurs sceaux1#°.
« Kaleb », « chien », est attesté de nombreuses fois dans la Bible
et nous avons déjà rencontré «‘Ezer » dans les ostraca 22, 23
et 51.
A la ligne 4, Y. Aharoni (AI, p. 90) propose de lire y’hs,
nom qui serait nouveau, mais les deux dernières lettres ne
concordent pas avec les traces qui restent et il nous semble
préférable de lire y’zn, forme nouvelle, hypocoristique de
y'znyhw, qui signifie : que la divinité « prête l'oreille ».

OSTRACON N° 59

. Yehôab fils de ......


. Yeqamyahu fils de ......
. Néhémyahu fils de ......
. ‘Amishalem fils de ......
D . Yaazan fils de Sepan(yahu)
CO
HR
OT
ra

139. Cf. Y. AxARoONI, BA, XXXI, Feb. 1968, p. 11; AZ, p. 89.
140. Cf. F. Varriont, Biblica, L, 1969, pp. 357-388, n°% 148 et 154;
P. BoRDREUIL-A. LEMAIRE, Semitica, XXVI, 1976, pp. 45-63, n° 14.
216 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

Cet ostracon fragmentaire (71 X71X5 mm) a été trouvé dans


le bâtiment des magasins (locus 68) et le lieu de sa découverte
semble le rattacher à la strate IX. Le fragment actuel est la
partie inférieure droite de l’ostracon primitif.
Nous avons déjà rencontré « Yehôab » dans l’ostracon 39, 10,
« Yeqamyahu» dans l’ostracon 39,1, «Néhémyahu» dans
l’ostracon 31, 3 et« Yaazan » dans l’ostracon 58, 4. « ‘Amishalem »
(‘m$lm) semble un nom nouveaul#l: d’après le parallèle de
‘Amishadday et de Tobshalem, « ‘Amishalem » signifie proba-
blement que «Shalem (divinité) est (mon) oncle paternel
(= protecteur) ». « Sepanyahu », de lecture incertaine, est déjà
attesté dans l’ostracon de l’Ophel, ligne 3 (cf. infra, p. 239).

OSTRACON N° 60
Recto :
1. Kephirah Haba‘al
Rs Inots 27
3. Shebanyahu 1
4. Miqenéyahu, donne
5. à Geba-
Verso :
6. (ryahu?) 6

Cet ostracon a été trouvé dans une construction de la strate IX


(locus 1036), entre le magasin et le temple. De forme grossière-
ment rectangulaire (49 X72 X5-7 mm), le tesson est un fragment
de base d’un bol qui semble écrit d’abord sur la face intérieure,
puis, d’après quelques traces incertaines, sur la face extérieure.
L’ostracon semble complet, mais certaines lettres sont en partie
effacées.
Au début de la ligne 1, Y. Aharoni (AJ, p. 91) propose de lire
kkl, « comme tout », suivi de quatre traits parallèles inclinés vers
la gauche qu’il n’interprète pas, mais il nous semble qu’on
discerne, après le af, un pé et un resh et les quatre traits
parallèles appartiennent probablement à un hé à quatre traits

141. ‘m$, attesté sur un sceau (F. VATTIONI, loc. cit., p. 374, n° 145)
pourrait être un hypocoristique de ‘mêlm.
LES OSTRACA D'ARAD 217

parallèles, cette variante étant bien attestée à cette époque#2.


« Kephirah » est probablement un nom de personne inconnu
jusqu'alors et signifiant « jeune lion » (kpr)# avec terminaison
-h, ou «jeune lionne», ce qui s’interpréterait alors comme un
nom de femmel#, A la fin de la ligne, nous lisons Ab‘ au lieu
de hnt proposé par Y. Aharoni.
A la ligne 2, Y. Aharoni propose de comprendre les signes
après {lly comme les signes hiératiques signifiant : hk3t 24256,
mais cette interprétation nous semble très incertaine : après
les trois premiers points (ou ce qui semble tel), le dernier
signe que Ÿ. Aharoni interprète comme 1/4 hk3t (cf. HP, III,
n° 709) pourrait aussi être un ayin, abréviation de ‘br, « grain »,
comme dans l’ostracon 31.
« Shebanyahu » est bien connu par la Bible (1 Ch 15, 24) et
par plusieurs sceaux hébreux!45, « Miqenéyahu », « créature de
Yhwh » (cf. IPN, p. 172), est aussi attesté dans la Bible (1 Ch
15, 18.21) et sur plusieurs sceaux146.
La lecture de la ligne 5 reste incertaine sauf celle de la troi-
sième lettre qui est assez clairement un bel; au verso, on
n’aperçoit que les traces de deux signes, peut-être 5 + 1 ; la res-
titution «Gebaryahu» est donc très conjecturale : «Gebaryahu»
serait un nom propre nouveau, «Yhwh a été fort», parallèle à
gbr et gbr’l attestés dans la Bible.
Au total, l'interprétation de cet ostracon, qui semble un très
court message concernant le ravitaillement, reste très incertaine.

OSTRACON N° 61
Recto :
1. ..) ils ont envoyé
MERDE. DRE EX 2
ma). qe 2h26 |

142. Cf. A. LEMAIRE, « Remarques sur la datation des estampilles Imlk »,


VT, XXV, 1975, pp. 678-682. £:
143. kpr, « jeune lion », est attesté comme nom propre en phénicien, cf.
PNPP, pp. 132 et 334. ;
144. Cf. le parallèle de ‘glh, «jeune vache », pour la femme de David :
ES 3; 541: Ch73,9,
145. Cf. IAEP, p. 122, n° 5 a, b, €, p. 175, n° 15, p. 179, n° 20, p. 218,
n° 61 ; EEA, p. 60, n° 23 ; F. VATTIONI, loc. cit., p. 374, n° 143 ; N. AVIGAD,
EI, XII, 1975, pp. 66-71, n° 9.
146. Gt. BEA, p. 65, no 44; F. Varriont, loc. cit., p. 376, n° 162; F. M.
Cross, Canaanite Myth and Hebrew Epic, Cambridge, 1973,.p+ 61.
218 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

Ce fragment d’ostracon (27 X36X8 mm) a été trouvé à côté


de la cella du temple de la strate IX (locus 615b), mais cet
endroit avait été très bouleversé et, d’après l'écriture, l’ostracon
se rattache à la strate VI. Il y a des traces d’inscription sur les
deux faces, mais on ne peut discerner de façon relativement
claire que $lhw, «ils ont envoyé ».

OSTRACON N° 62
FIL dERVOUe"

Ce fragment d’ostracon (31 X30 X6-7 mm) a été trouvé dans


un réduit à côté de l’autel (locus 350); son écriture semble le
rattacher à la strate VI. Il ne conserve qu’un seul nom complet :
Slh.

OSTRACON N° 67
LL. asel
PARU
3. ...)yahu2
4. ..A)ha?
5. ..) Zakar 1

Ce fragment d’ostracon (79 X61 X9 mm) a été trouvé entre le


magasin et le temple (locus 107, strate X). Le fragment actuel
représente probablement la partie inférieure gauche de l’ostracon
primitif.
Nous avons déjà rencontré « Aha», qui reste une lecture
incertaine, dans l’ostracon 51 de Samarie, ligne 3, et « Zakar »
dans l’ostracon d’Arad 38, ligne 7.

OSTRACON N° 71
Reclo :
D. 0) HOonne. |
Re sr): CE QUE Le,
3. ..) maître Gadya(hu
Verso:
4. ..). fils
GTR
LES OSTRACA D'ARAD 219

Ge fragment d'ostracon (23 X 41 X3 mm) a été trouvé au bord


de la grande citerne dans l’aire du temple (locus 397) et il faut,
semble-t-il, le rattacher à la strate X à cause de la forme des
lettres. La lecture « Gadyahu» étant très conjecturale, cet
ostracon est surtout intéressant par la forme des lettres.

OSTRACON N° 72
1. Migenéyahu 1 Menahem 1
PuPPY;:::1 Ahimélek 1
bléérann ds inittss der 3
4. ‘Uzza 3
5. ‘Ebe(d) 2

Cet ostracon triangulaire (90


X 121 X 11-13 mm) a été trouvé
sur la pente orientale au-dessus de la muraille. Y. Aharoni
propose de le rattacher, d’après l'écriture, à la strate X
(= 1x£ siècle), mais il nous semble préférable de le rattacher à
la strate IX (deux premiers tiers du vire siècle) à cause de la
présence du crochet cursif à l’extrémité droite de la queue du
yod. En effet, ce crochet cursif apparaît dans certains ostraca
de Samarie de 1910 (n°8 1, 5, 9, 10...) et dans l’ostracon GC 1101
de Samarie, il semble donc caractéristique des trois premiers
quarts du virie siècle. Les noms sont divisés en deux colonnes,
dont la partie inférieure, surtout celle de gauche, est très effacée.
A la ligne 1, Y. Aharoni propose de lire nknyhw (AI, p. 97),
nom inconnu jusqu'alors, mais la première lettre est plutôt un
mem et la deuxième un gof : il faut donc lire mqnyhw, « Miqge-
néyahu», nom déjà attesté dans l'ostracon 60, ligne 4.
« Menahem » est déjà attesté dans l’ostracon 4 de Samarie
découvert par l'expédition conjointe, « Ahimélek» dans les
ostraca de Samarie de 1910 (nos 22 ss), « Géra » dans les ostraca
de Samarie 30 et 36 ainsi que dans l'inscription d’Arad n° 20,
et «‘Uzza » dans l’ostracon 1 de Samarie. « PPY » est proba-
blement le nom égyptien pp.y47, tandis que « ‘Ebed » est déjà
attesté dans la Bible (Jg 9, 26.28 …).

147. APN, 1, p. 131, n° 12.


220 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

OSTRACON N° 74
AOTREE
2. Aha
3. Yeqam(yahu?)
4. Benalyahu?)
Ce fragment d’ostracon (40 x 45 X6 mm) a été trouvé dans un
contexte non stratifié (locus 949). Y. Aharoni propose de le
rattacher, d’après son écriture, à la strate X (A1, p. 135), ce
qui reste incertain car la forme des lettres permettrait aussi
de le rattacher à la strate IX. Ce fragment actuel est une partie
du bord droit de l’ostracon primitif; celui-c1 devait contenir une
liste de noms propres : ceux que nous pouvons lire sont déjà
attestés ailleurs dans les inscriptions d’Arad.

OSTRACON N° 88

1. Moi, je suis devenu roi sur {out ...


2. renforce (ton) bras et (.....
3. le roi d'Égypte (.....

I COMMENTAIRE

Ce fragment d’ostracon a été trouvé en surface après la fin


des fouilles; le fragment actuel mesure 64X104X7-8 mm et
constitue probablement le bord supérieur droit de l’ostracon
qui devait être très grand ; on notera, dans ce sens, l'importance
de la marge à droite du début des lignes. L'écriture de cette
inscription la rattache à la strate VII.
À la ligne 1, le syntagme qui commençait l’ostracon, ’ny mlkty,
exprime une nuance possible du parfait du verbe milk (cf. GHB,
$ 111 h) : «moi, je suis devenu roi». Cette expression, avec le
pronom personnel ’ny exprimé est une formule solennelle: on
peut la rapprocher de la formule w’nk mlkly qui apparaît deux
fois dans la stèle de Méshal##. A la fin de la ligne 1, on peut
restituer :
— bk(l hrs .…), « dans t{out le pays ….)» (cf. Jos 6,27; 158
1338),

148. Cf. KAÏI, n° 181, lignes 2-3 et 28-29.


LES OSTRACA D'ARAD 221
2% bk(l rs yér’l ..), « dans t(out le pays d'Israël .) » (cf. 2 Ch
» 7)
— bk(l yër’l .), « dans t(out Israël ….) » (cf. 2 S 14, 25 ….),
—— bk(lyhwdh ..),« dans t(out Juda …) » (ef. 2 Ch 17, 19; 31, 20),
ou encore une autre restitution de ce genre.

À la ligne ?, zr°, «le bras », est le symbole de la force comme


le montre l'expression biblique « la main forte et le bras étendu »
(cf. Dt 4, 34; 5, 15 ….) qui se situe généralement dans un contexte
d'opération militaire.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

A la suite de Y. Aharoni (A1, p. 104), il faut très probablement


attribuer cette déclaration royale au roi Yoakhaz fils de Josias
qui régna trois mois, aussitôt après la mort de son père à Megiddo,
et fut déposé par le pharaon Neko II (2 R 23, 31-32) sans doute
pour avoir voulu s'opposer à l'Égypte, comme avait fait son
pèrel#. Les circonstances dramatiques de son accession au
pouvoir expliquent l’appel à se montrer fort et courageux
(ligne 2) ainsi que la mention «roi d'Égypte » (ligne 3). Mais
la situation militaire était désespérée : peu de temps après cet
appel, Yoakhaz était déposé par Neko II et Arad occupé par
les forces égyptiennes, comme le montre l’ostracon hiératique
trouvé dans la strate VII (cf. AI, n° 34, pp. 64-66).

149. Cf. en particulier A. MALAMAT, « The Last Kings of Judah and the
Fall of Jerusalem », 1EJ, XVIII, 1968, p. 140, et « The Twilight of Judah in
the Egyptian-Babylonian Maelstrom », dans Supplemenis to V.T., XXVIII
1975, p. 126. Y. YapiN («The Historical significance of Inscription 88
from Arad : A suggestion », 1EJ, XXVI, 1976, pp. 9-14) propose de restituer
bk(rkmys$...) à la fin de la ligne 1 et de voir dans cet ostracon la citation
d’une lettre de AëëSur-uballit à Josias; cette interprétation conjecturale
nous semble peu vraisemblable : elle ne tient pas compte du fait que, suivant
cette hypothèse, l’ostracon aurait dû être écrit en araméen, langue de la
diplomatie internationale du Proche-Orient à cette époque.
: r* MT De
srrar rss (fi ‘# he a ÿ
; tai une ne à 4, Br;
dus 1%, |

né fik Fer AIT ob sise 8 y


HEASO T0 018 S8Y07. soilarélséh #39
!
r re.
le
F2 Mdisage. ane |
soi pres7

«#1 Ë 5 ogg, sl 184 roghf 1 d


Al J -HMAOQ. Her rat ÀÊx 3801: ms GES Fe pl
sb ssannemons 29) fs
| 4: & logqe't Cr. OV
et 1 F1» nos a :$ap Kate (S 900
CR xl sb ne 7sé 4 qe #fe ns Lisa pi

Ù 1008 Ti iso’ Ü“since 5! stimues


2rés +ee FA ho:
AS
RALY

So Seb" te Eté FN pape

& . { vas rs “inree

| se2 bat he LS
CHAPITRE II

INTERPRÉTATION D’ENSEMBLE
DES OSTRACA

La collection des ostraca d’Arad est certainement, à ce jour,


la plus importante collection d’ostraca paléo-hébreux. Bien
qu'ils soient légèrement moins nombreux que ceux venant de
Samarie, ces ostraca sont généralement beaucoup plus longs,
plus variés dans leur contenu et plus étalés dans le temps.
Après avoir étudié en détail tous ceux qui contenaient au moins
un nom entier assez lisible, nous pouvons essayer de mieux
saisir l’apport original de toute cette collection.

I. PALÉOGRAPHIE

On a trouvé des ostraca hébreux clairement stratifiés dans


six couches d’occupation différentes (VI à XI). A quelques
nuances près, la datation de ces couches archéologiques semble
assurée ; elle s'étend du x® au tout début du vie siècle av. J.C.
Ainsi, même si certains ostraca, spécialement ceux des couches
les plus anciennes, sont trop fragmentaires pour qu’on puisse
en proposer une lecture, on dispose maintenant d’une charte
paléographique de l'écriture cursive paléo-hébraïque durant
l’époque royale (cf. AI, pp. 131-135). Toutefois, dans la compa-
raison des formes des lettres, il faudra toujours être attentif à
utiliser non seulement les fac-similés mais aussi les photographies
et à ne se référer qu'aux formes attestées par des ostraca claire-
ment stratifiés, les datations des autres étant parfois discutables.
Sans entrer ici dans les détails de l’analyse paléographique
des lettres, on peut souligner que c’est le yod qui a subi l’évolution
la plus claire et qui pourra donc être le plus facilement utilisé
comme indicateur chronologique. En particulier, il semble
224 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

maintenant bien établi que le yod sans queue à droite, avec une
petite barre horizontale coupant la petite hampe verticale, est
caractéristique de la strate VI, c’est-à-dire des toutes dernières
années du vue et du tout début du vi siècle, ce qui confirme la
datation des ostraca de Lakish et de l’ostracon de l’Ophel.

II. GENRES LITTÉRAIRES

D'après leur contenu et leur style, les ostraca peuvent se


classer en plusieurs groupes différents :

1. Les ostraca contenant une liste de noms popres, ce sont


les plus nombreux et les plus faciles à reconnaître. On peut
classer dans cette catégorie les ostraca 22, 23, 27, 31, 35, 36, 38,
39, 49, 58, 59, 67, 72, 74, auxquels on peut ajouter probablement
les ostraca pratiquement illisibles 30, 41, 42, 64, 69, 76, 80 (?).
Ce genre littéraire semble donc attesté à toutes les époques de
la forteresse, au moins de la strate VI à la strate XI; les noms
peuvent être, ou non, précédés d’un lamed et suivis de signes
numériques ou symboliques. Comme dans les ostraca de Lakish,
cette catégorie est difficile à interpréter avec précision : de
telles listes peuvent constituer des états nominatifs (recensement
ou groupe militaire comme le n° 39), des listes de gens ayant
apporté ou donné quelque chose (dîme? impôt? peut-être même
offrande pour l’ostracon 49?) ou des listes de distribution de
rations probablement à des militaires (cf. en particulier l’ostracon
n° 31).
La difficulté de préciser le rôle exact de ces listes et d’inter-
préter les signes numériques ou symboliques, lorsqu'il y en a,
fait que le principal intérêt des ostracas de cette catégorie réside
dans leur apport paléographique et onomastique.
2. Les ostraca ne contenant qu’un seul nom propre; ce sont
les ostraca 50 à 57; il se rattachent tous à la strate VIII et
sont probablement liés au fonctionnement du temple (cf. infra,
D.:220)
3. Les ostraca contenant des ordres de ravitaillement; la
plupart des ostraca des « archives d’Elyashib » (1 à 14, 17, 18)
appartiennent à ce groupe auquel on pourrait aussi rattacher
les ostraca 61, 62 (strate VI, d’après la paléographie) ainsi que
l’ostracon 60 (strate IX). Si l’on met de côté ce dernier ostracon,
car son interprétation générale reste difficile, nous constatons
LES OSTRACA D'ARAD 225

que cette catégorie semble liée aux « archives d’Elyashib », les


fragments 61 et 62 se rattachant probablement à ce groupe.
Les ostraca de cette catégorie ont une formulation assez
caractéristique :
— indication du destinataire : «A Elyashib » (sauf le n° 17,
«A Nahum », et le n° 18, « À mon maître Elyashib »t);
— une formule d'introduction du message proprement dit :
«et maintenant » (sauf dans le n° 4);
— l’emploi du verbe « donner » ou «envoyer »;
— l'indication de celui ou de ceux auxquels il faut donner :
«les Kittim» (1, 2, 7, 8, 10, 11, 14) ou d’autres personnages,
nommément désignés ou non;
— la mention du ravitaillement : farine (ou pain), vin ou
huile, avec indication de la quantité;
— des indications diverses sur la qualité des produits à donner,
une date, ou un autre sujet.
Cette catégorie est très intéressante car elle nous permet de
saisir, en quelque sorte de l’intérieur, le mode de gestion du
magasin d'Arad et, par là, l’organisation de l’intendance de
l’armée judéenne (cf. infra, p. 228).
4. Les ostraca dont le contenu évoque un rapport militaire.
Parmi ces ostraca, nous pouvons classer les numéros 16, 21 et
40 dont la lecture reste parfois incertaine. Avant de traiter de
divers sujets (problèmes d’argent, de courrier, de situation
militaire), ces ostraca ont une longue formule d'introduction
comprenant :
__ «ton fils» (ou «vos fils» ou «ton frère»)+nom({s) de
l'expéditeur (ou des expéditeurs)+envoie(nt) saluer nom du
destinataire«et saluer ta maison » (sauf ostracon 40);
= «je te bénis par Yhwh » (formule de salutation);
__ «et maintenant» (formule de transition qui annonce le
contenu du message). ,
Le contenu du message lui-même évoque le contenu et le
style de certains ostraca de Lakish (3 et 4, et, peut-être 7 8
et 18) écrits à peu près à la même époque. Dès lors, la différence
des formules d'introduction des messages d’Arad et des messages
de Lakish reflète vraisemblablement une différence de tradition

179.
1. Dans cet ostracon, l'adresse est suivie d’une salutation cf. supra, p.

8
226 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

dans la formation des scribes qui les ont rédigés; cela signifie
probablement que les auteurs des messages d’Arad ont été
formés dans une école différente de ceux des ostraca de Lakish;
ces derniers ont vraisemblablement été formés à l’école (mili-
taire?) de Lakish?, tandis que ceux d’Arad ont pu l'être dans
une école du sud du royaume de Juda (Hébron? Ramat-Négeb?
ou même Arad?).
5. Les ostraca venant du gouvernement royal; ce sont les
ostraca 24 et 88; tous deux sont malheureusement incomplets,
mais, dans les deux cas, il semble s’agir d’un message du pouvoir
central indiquant la conduite à suivre dans une situation parti-
culièrement difficile (cf. supra, pp. 193 ss et 221).
6. Diverses fiches de compte, en particulier les ostraca 25 et
33, auxquels on pourrait rattacher l’ostracon hiératique n° 34
(cf. AI, pp. 64-66). II s’agit là soit de comptes d’entrée dans le
magasin, avec indication des lieux d’origine du produit (n° 25),
soit de sortes d’inventaires (n°s 33 et 34).
7. Deux inscriptions sur jarre : n° 19 et 20.

III. L’'ONOMASTIQUE

Au fur et à mesure que nous avons rencontré les divers noms


propres de personne, spécialement dans les listes de noms, nous
avons essayé d’en donner une interprétation. Nous voudrions
simplement souligner ici trois faits qui apparaissent clairement,
lorsqu'on jette un coup d'œil d'ensemble sur la liste des noms
propres attestés à Arad.
1. Tous les noms propres théophores « yahvistes » sont écrits
yhw, quelle que soit l’époque de l’inscription. Dès lors, la difté-
rence de graphie de cet élément théophore, écrit yw à Samarie
et yhw à Lakish et Arad, reflète une différence régionale et non
temporelle, puisque certains ostraca d’Arad sont contemporains

2. L'hypothèse de l'existence d’une école à Lakish peut s'appuyer sur


l'inscription alphabétique trouvée sur une marche de l'escalier menant au
palais ainsi que sur un ostracon, probablement alphabétique, découvert
récemment : Cf. A. LEMAIRE, « À School Boy’s Exercise on an Ostracon at
Lachish », Tel-Aviv, III, 1976, pp. 000-000. Sur le problème des écoles
en
Israël, cf. SSO, pp. 143-146; R. N. WuyBray, The Intellectual Tradition
in the Old Testament, Berlin, 1974, spéc. pp. 33-43 : R. WILLIAMS, « À People
come out of Egypt », dans Supp. to VT XXVIII, 1976, pp. 238-252.
LES OSTRACA D'ARAD 227
de ceux de Samarie; cette différence graphique est probablement
liée aux différences dialectales entre l’hébreu du nord et celui
du sud. En effet, alors que l’hébreu du sud gardait les diphtongues,
l’hébreu du nord, comme le phénicien, les avait, semble-t-il,
résolues. Cette différence orthographique constitue donc une
caractéristique importante pour la classification des sceaux
hébreux dont l’origine est souvent incertaine.
2. Parmi tous les noms des ostraca d’Arad, comme d’ailleurs
parmi ceux de Lakish, il n’y en a aucun qui présente l’élément
théophore « Baal» (b‘1). Ce fait constitue aussi une différence
importante entre l’hébreu du nord et celui du sud puisque,
dans les ostraca de Samarie, il y avait à peu près autant de
noms propres « baalistes » que de « yahvistes ». Aïnsi, il semble
bien que le culte de Baal n’ait jamais été très populaire dans le
royaume judéen.
3. Une étude détaillée de la répartition des noms « yahvistes »
et des autres, d’après les diverses strates (cf. AI, p. 140), semble
montrer une augmentation progressive de la proportion des
noms yahvistes : ceux-ci constituent plus de la moitié des noms
propres des strates VII et VI (c’est-à-dire après la réforme de
Josias).

IV. LE TEMPLE

D’après les premiers résultats de l’analyse archéologique, le


temple situé au nord-ouest de la forteresse a été bâti au x® siècle
av. J.C. et est resté debout jusqu’au vue (strate VII). Avec la
cella, l’autel et la cour dallée, c’est le bâtiment le plus important
de la forteresse. Il a complètement disparu lors de la recons-
truction de la forteresse de la strate VI, ayant été probablement
désacralisé lors de la réforme religieuse de Josias.
Les archives du temple, s’il y en avait, n’ont pas été retrouvées;
cependant on peut probablement rattacher au service du temple
les ostraca 49 à 57 de la strate VIII. Les huit petits ostraca à
un seul nom (n°8 50 à 57) ont pu être utilisés pour le tirage au
sort des chefs de famille sacerdotale ou lévitique assurant le
service du temple, tandis que l'inscription sur les deux faces
d’un bol complet (n° 49) pourrait représenter la liste des parti-
cipants à une cérémonie rituelle (offrande?) effectuée dans le
temple.
Même si leur interprétation reste hypothétique, ces inscriptions
228 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

montrent que le temple devait être encore en service durant


une partie au moins de la strate VIII (fin du vire siècle av. J.CG.)
et qu’il n’y a aucune raison de douter de son caractère yahvisteÿ.

V. LE MAGASIN
a) Le bâtiment
Le magasin était situé dans la partie nord-est de la forteresse
dont il constituait le deuxième bâtiment public. Il a été rebâti
lors de la reconstruction de la strate VI. Arad faisait donc partie
des villes d’entrepôt (‘yr msknwt) dont il nous est parlé plusieurs
fois dans la Bible (1 R 9, 19; 2? Ch 8, 4.6; 16, 4; 17, 12; 32, 28).

b) La direction
Les textes se rapportant à l'administration du magasin royal
appartiennent surtout à la strate VI : ce sont les «archives
d’'Elyashib » (n° 1 à 18), mais, à cause de la découverte de
trois sceaux au nom d’« Elyashib fils d'Eshyahu » dans une pièce
de la strate VIT (cf. A1, p. 121), il semble certain qu’Elyashib
était déjà chef du magasin et de la petite forteresse-entrepôt
d’Arad dès l’époque de Josias. Si notre interprétation de
l’ostracon 17 est exacte, c’est « Nahum» qui, au moins à la
strate VI, était le second, ou le « lieutenant », d'Elyashib pour
l'exercice de cette responsabilité.

c) Les denrées entreposées


D'après les ostraca 1 à 18, le magasin royal contenait du blé,
de la farine, du vin et de l’huile. La farine semble avoir été
de la « première farine », c’est-à-dire de la farine provenant de
la première mouture du blé, cette sorte de farine étant excellente
pour la panification (cf. supra, p. 158); Elyashib devait d’ailleurs
fournir tantôt de la farine, tantôt les pains déjà cuits :la quantité
de ces derniers (200 ou 300) suppose qu’Elyashib avait à sa
disposition un ou plusieurs « boulangers » qui pouvaient habiter
un quartier spécial d’Arad, comme à Jérusalem «la rue des
boulangers » (hüs ha’opim, Jr 37,21). Le vin pouvait être de
diverses qualités : à côté d’un vin fort fermenté (hhmr yyn,

3. En effet, l’onomastique des ostraca 49 à 57 contient probablement


huit noms « yahvistes ».
LES OSTRACA D'ARAD 229
n°8 2, 5), qu'on devait mélanger avec de l’eau dans des cratères
(gnt, n°8 1, 10), il y avait aussi de la « piquette » (hms, n°8 2, 7)
que l’on donnait plus généreusement. L'huile apparaît moins
souvent et semble l’objet de soins particuliers; si, à la différence
des ostraca de Samarie, nous n’avons aucune indication sur sa
qualité, il nous est précisé qu’elle est transportée « scellée »,
c’est-à-dire fermée avec un bouchon d'argile crue estampillée
par le sceau de l’expéditeur; ces précautions supposent proba-
blement que l’huile était plus chère que la farine ou le pain;
elle pouvait servir pour l’alimentation, l'éclairage ou les soins
du corps.
Alors que le blé et la farine semblent avoir été mesurés en
« éphah », en « kor » et, peut-être, en « séah »4, le vin était certai-
nement mesuré en «bat» (abréviation b). Pour l'huile, nous
n’avons pas d'indication de mesure et cette absence signifie
probablement que cette huile devait être contenue dans des
jarres spéciales (cf. les ostraca de Samarie 53, 54, 72 et 73,
supra, p. 36), vraisemblablement avec un col plus étroit pouvant
être plus facilement bouché et «scellé ». Le pain semble avoir
été généralement distribué par centaines de galettes ou de
miches.
Outre le blé, la farine, le vin et l’huile, ce magasin contenait
peut-être aussi de l’orge; celle-ci semble, en effet, mentionnée
dans un ostracon hiératique (n° 34, cf. A1, pp. 64-66) et mesurée
en dizaines de « hékat » (hk3t) (cf. aussi l’ostracon 25).

d) Le rationnement
L’ostracon n° 2? permet sans doute de se faire une idée de
l'importance du groupe des Xittim auquel le ravitaillement
était destiné. En effet, il mentionne un ravitaillement de « 2 b{ats)
de vin » et de « 300 pains » « pour les quatre jours ». Or, d’après
Jr 37, 21, il semble que la ration habituelle de pain était d’une
miche (ou galette) de pain par jour. Le groupe auquel était
destiné ce ravitaillement devait donc être d'environ 300 : 4
— 75 hommes, ce chiffre étant bien sûr approximatif.
La Bible ne nous indique pas la grosseur de cette miche ou
galette de pain quotidienne, mais étant donné que le pain
constituait, la nourriture de base (et souvent la seule) du peuple
israélite (cf. supra, p. 163), il devait fournir les calories nécessaires
à la vie humaine quotidienne (2500 à 3000 calories). D’après la

4. Sur ces mesures bibliques cf. ZAT, I, pp. 303-304 et infra, p. 279.
230 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
valeur calorique du pain (100 g — environ 260 calories), cette
miche ou galette de pain devait peser environ 1 kg. Nous
pouvons aussi noter que ce pain de 1 kg pouvait se conserver
au moins quatre jours; c'était peut-être un maximum puisque
lors des distributions de ravitaillement pour six jours (cf. infra),
on ne donnait pas de pain mais simplement de la farine.
Cette estimation sur la grosseur de la miche de pain semble
confirmée par les ostraca 1, 7 et 8 qui visent probablement le
ravitaillement du même groupe de « Kittim». Dans ces trois
ostraca la quantité de vin est de 3 bats, au lieu de 2 dans
l’ostracon 2; dès lors, on pensera qu’il s’agit d’une quantité de
vin pour six jours au lieu de quatre, ce qui est explicitement
confirmé par le texte même des ostraca 7 et 8. La quantité de
farine pour ces six jours est indiquée, dans les ostraca 1 et 8,
par le même symbole que nous avons interprété comme celui
du «kor» (env. 450 litres), et c’est une quantité tout à fait
convenable pour obtenir 6xX75 = 450 pains de 1 kg environ.
L'huile est irrégulièrement mentionnée et la quantité exacte
des rations plus difficile à déterminer. D’après l’ostracon 7, il
se pourrait que la ration habituelle soit approximativement
d’une jarre d'huile pour six jours pour le groupe entier.
Ainsi les ordres de ravitaillement des « archives d’'Elyashib »
permettent de se faire une idée de l’importance du groupe des
« Kittim » : environ 75 hommes ; ceux-ci recevaient un ravitaille-
ment habituel de 3 bats de vin (environ 135 litres), 1 kor de
farine (env. 450 1), et, peut-être, une jarre d’huile pour six jours
(cf. n°8 1, 7, 8), ou 2 bats et 300 pains pour quatre jours (cf. n° 2).

e) La comptabilité
D’après les ordres de l’ostracon 1, 4 et de l’ostracon 7, 6-8,
et d’après l’exemple concret de l’ostracon 17, 8, il est clair que
le chef du magasin devait enregistrer les denrées sorties du
magasin en indiquant la date de leur sortie. D’après l’exemple
de l’ostracon 17, 8, cette comptabilité n’indiquait généralement
que le jour du mois sans mentionner le nom de ce mois: cela
laisse supposer que cette comptabilité était ensuite vérifiée et
enregistrée chaque mois, probablement par un inspecteur royal.
En attendant cette vérification mensuelle, le chef de magasin
devait garder, comme justificatif, tous les ordres de ravitaillement
dans son bureau, alors qu’il pouvait les jeter ou les effacer et
les réécrire une fois la vérification faite. Si cette interprétation
est exacte, les «archives d’'Elyashib» constituent vraisembla-
LES OSTRACA D'ARAD 231

blement les archives d’un même mois, rassemblant tous les


ordres de ravitaillement de ce mois. Cette interprétation semble
confirmée par le fait que les ostraca 7 et 8 indiquent des dates
de six jours en six jours se rapportant vraisemblablement au
même mois (cf. supra, p. 169).

f) La date exacte des « archives d’Elyashib »


Si l'interprétation que nous venons de proposer est exacte,
alors nous avons probablement la chance de pouvoir dater la
plupart des ostraca 1 à 18 non seulement à l’année mais au mois
près, et même, pour certains, au jour près. En effet, ce mois
est mentionné deux fois dans l’ostracon 7 : «le dixième ». Gette
mention exceptionnelle s'explique par une hésitation possible
pour l’enregistrement d’une livraison; le ravitaillement avait été
donné le premier du mois, mais comme il ne pouvait être enre-
gistré officiellement ce jour-là (c'était un jour de fête et de
chômage officiel !), on pouvait se demander s’il fallait l’enregistrer
au dernier jour du mois précédent ou au deuxième jour du
mois tout juste commencé. L’expéditeur de l’ordre a précisé
lui-même qu'il fallait l’enregistrer « au deux du dixième mois »
et. non au 28 (ou 29) du neuvième mois.
Si nous avons ainsi les archives du dixième mois, c’est proba-
blement que la destruction de la strate VI d’Arad a eu lieu
avant que ce mois ne soit enregistré et vérifié, c’est-à-dire
probablement à la fin de ce dixième mois (après le 24 mentionné
dans l’ostracon 17,8) ou au tout début du onzième. D'autre
part, nous avons vu que la strate VI avait vraisemblablement
été détruite par des raids édomites liés à la première invasion
de Nabuchodonosor. Dès lors, le « dixième mois » semble concorder
avec une indication historique précise. D’après la Chronique
Babylonienne5, Nabuchodonosor a rassemblé ses troupes et est
parti pour attaquer Jérusalem au mois de Kislev 598 av. J.C.
(18 décembre 598 -15 janvier 597 av. J.G:) et Jérusalem fut
prise le 2 Adar suivant (16 mars 597 av. J.C.). Puisque Yoyakin
ne régna que « trois mois » (2 R 24, 8), son père Yoyaqim mourut,
probablement assassiné5, soit au mois de Kislev, soit au mois
de Tebet. L'annonce de l’arrivée de Nabuchodonosor et celle

5. Cf. ANET sup., p. 564; HI, p. 326; A. MaLaMaT, « The Twilight of


Judah in the Egyptian Babylonian Maelstrom», Supplemenis to VT,
XXVIII, 1975, pp. 132-133.
6. Cf. HI, p. 326, d’après Jr 22, 18-19 et 36, 30.
23? INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

de la mort du roi Yoyaqim durent inciter les Édomites (cf. 2 R


24,2) à se hâter de participer à la curée générale en prenant
d’assaut les forteresses du Négeb.
Dans cette hypothèse, il faudrait dater les «archives
d’Elyashib » du « dixième » mois (Tébël) de la onzième année de
Yoyaqîm, mois commençant le 16 janvier 597 av. J.C.

g) L'importance du magasin d’Arad


Les inscriptions témoignent clairement de l’importance du
magasin d’Arad aux strates VII et VI. D’une part, ce magasin
reçoit des denrées, peut-être au titre de la dîme, de plusieurs
villes du Sud judéen : «‘Anîm le haut», «”’Anîm le bas»,
« Ma‘ôn » (n° 25), et, peut-être, « Yanum » (n° 19) et « Hasor
Sousah » (n° 32); d’autre part, il approvisionne les troupes
judéennes situées dans le Négeb, ainsi les « Kittim », probable-
ment situés à Tel Malhata, jusqu’à Béérshéba (n° 3).
Le fait que Béérshéba soit ravitaillé à partir d’Arad, à la
strate VI, montre qu’Arad a succédé à cette ville, sans doute
de manière plus modeste, dans la fonction de « ville-entrepôt »
de l’armée judéenne dans le Négeb. En effet, les fouilles de
Béérshéba ont montré que cette ville possédait de très importants
magasins, spécialement à la strate II (vire siècle), mais que ces
magasins, ainsi que la ville fortifiée, avaient été détruits vers
701 av. J.-C.7.
En fait, Arad était très bien situé pour jouer le rôle de « ville-
entrepôt » approvisionnant les troupes cantonnées à la frontière;
elle était un peu en retrait de cette frontière, ce qui lui permettait
d’être mieux protégée contre d'éventuels raids édomites et de
recevoir plus facilement l’approvisionnement venant du sud de
la Montagne de Juda.

VI. L'ORGANISATION MILITAIRE DU NÉGEB


Les ostraca d’Arad, surtout ceux des dernières strates, jettent
quelque lumière sur l’organisation militaire du Négeb. D’après
l’ostracon 40, il est probable qu’Arad était déjà, à la strate VIII,
un relais important pour le courrier, sur la route qui allait des
forteresses de la frontière sud à Jérusalem en passant par
Hébron. Cela ne signifie pas qu’Arad ait été le centre militaire

7. Cf. Y. AHARONI et alii, Beer-Sheba I, Tel-Aviv, 1973, pp. 13-17 et 107.


LES OSTRACA D'ARAD 233

du Négeb à cette époque-là; ce rôle semble joué alors par la


ville fortifiée de Béérshéba dont l'importance jusqu’à la fin du
vie siècle a été confirmée par les fouilles de Y. Aharonié.
L’ostracon 40 (ligne 3) nous donne le nom du chef de la forteresse
d’Arad à la fin du vire siècle : « Malkiyahu ».
Aux strates VII et VI (vue et tout début du vie siècle) Arad
est devenu la «ville-entrepôt» pour l’approvisionnement de
l’armée dans le Négeb (cf. supra, p. 228); cependant, contrai-
rement à Y. Aharoni’, nous ne pensons pas qu’Arad ait été
aussi la place forte centrale du Négeb; ce rôle était plus vraisem-
blablement joué par Ramat-Négeb (Tell ‘Ira) dont la position
stratégique et les défenses naturelles renforcées par une muraille
importante (cf. supra, p. 192) peuvent soutenir la comparaison
avec la place forte de Lakish dans la Shephélah. L’ostracon 24
nous donne probablement le nom du chef militaire de la place
forte de Ramat-Négeb : « Elyasha‘ fils de Yirmiyahu ». C’est
probablement aussi dans cette place forte que résidait Hananyahu
le supérieur hiérarchique direct d’Elyashib, vraisemblablement
officier chargé de l’intendance de l’armée dans le Négeb, qui
n'hésite pas à envoyer Elyashib jusqu’à Béérshéba (ostracon 3).
Comme l’armée égyptienne, l’armée judéenne de la fin du
vire siècle comprenait des mercenaires d'origine grecque : les
« Kittim ». L'existence et l’importance de ce groupe de merce-
naires nous est révélée par les archives d’Elyashib. D’après les
indications concernant le ravitaillement de ce groupe, nous avons
vu que les « Kittim » formaient probablement une unité militaire
d’environ 75 hommes. Cette unité ne résidait pas à Arad mais
dans son voisinage, probablement à Tell Malhata où les fouilles
ont mis au jour des fragments de poterie grecque de cette époque
(cf. supra, p. 160). Cette garnison de Kittim avait donc pour
mission de renforcer la défense de la frontière sud du royaume
de Juda contre les incursions édomites.

8. Y. AHARONI, 0p. cit., pp. 13-18 et 106-113.


9. Y. AHARONI (A1, pp. 141-148) pense qu’Arad était le centre militaire
de tout le Négeb, comme Lakish l'était de la Shephélah et que des patrouilles
militaires rayonnaient à partir d’Arad jusqu’à Qadesh-Barnéa, à environ
quatre jours de marche. Ces deux hypothèses nous semblent, pour le moins,
très conjecturales. Si Arad était la «ville-entrepôt» du Négeb, cela ne
signifie pas qu'elle était aussi le centre militaire et on ne peut pas comparer
Lakish et Arad du point de vue de l'importance et des fortifications ; l’inter-
prétation des « quatre jours » de l’ostracon 2 comme quatre jours de marche
est une pure conjecture : dans le texte des ostraca, il n’y a aucune référence
à une marche de quatre jours et à plus forte raison à une marche jusqu’à
la forteresse de Qadesh-Barnéa.
234 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
Cette frontière sud était difficile à défendre car elle ne compor-
tait que peu d'obstacles géographiques naturels et la population
du Négeb devait être assez clairsemée. Le système de défense
adopté semble avoir été celui d’un réseau de forteresses placées
spécialement aux points stratégiques d'infiltration possible;
« Qînah » (Khirbet Ghazza — Horvat ‘Ouza), mentionnée dans
l’ostracon 24, et Arad faisaient partie de ce réseau de forteresses,
mais il y en avait probablement d’autres!®. Comme dans la
Shephélah (cf. les ostraca de Lakish), ces forteresses étaient
probablement reliées à la place forte de Ramat-Négeb par tout
un système de messages à vue ou par courrier.
Si notre interprétation de l’ostracon 24 est exacte, en cas de
péril grave, cette armée de métier comprenant les mercenaires
« Kittim » était renforcée par une mobilisation dont l’ordre venait
de l’état-major général de Jérusalem qui répartissait les contin-
gents à mobiliser auprès de chaque forteresse.

VII. LES ÉVÉNEMENTS HISTORIQUES


Outre les informations précises sur l'administration des
magasins royaux et l’organisation de l’armée judéenne vers 600
av. J.C., certains ostraca semblent faire référence à des événe-
ments importants concernant tout le royaume de Juda.
Bien que de lecture souvent incertaine, l’ostracon 40 semble
mentionner une attitude hostile de la part d'Edom contre le
royaume Judéen à la fin du virre siècle. Cette attitude correspond
à ce que nous savons de la situation d’Edom et de Juda lors de
l'expédition de Sennachérib en 701 av. J.C. En effet, d’après
les indications du prisme de Sennachérib!i, « Aiarammu » roi
d’Edom s’est soumis dès l’approche des armées assyriennes en
Palestine et a présenté le tribut à Sennachérib, tandis qu'Ezéchias,
leader de la coalition antiassyrienne, refusait de se soumettre.
L’attitude politique du roi d'Edom lui permit sans doute de
profiter de l’avance de l’armée assyrienne dans la Shephélah
jusqu’à Jérusalem, pour attaquer les villes judéennes du Négeb!?
et en retirer quelque profit.

10. Cf. en particulier, Y. AHARONI, « « The Negeb of


Judah », IEJ, VIII
1958, pp. 26-38, et « Forerunners of the Limes: Iron
Age Fortresses in the
Negev », IEJ, XVII, 1967, pp. 1-17.
11. Cf. ANET, pp. 287-288 ; HI, p. 284.
12. C’est alors qu'il faut situer la destruction de
la strate II de Béérshéba :
Cf. Y. AHARONI, Beershéba I, Tel-Aviv, 1973, pp. 5-6
et 107; Béérshéba
a-t-elle été détruite par les armées assyriennes
ou par les bandes édomites ?
Dans l’état actuel de notre documentation, il est impossible de le
préciser.
LES OSTRACA D'ARAD 239

L’ostracon 88 (cf. supra, p. 220) se situe à une autre époque


critique pour le royaume judéen. C’est une déclaration royale
de Yoakhaz à son accession au trône après la mort de son père
Josias tué à Megiddo (609 av. J.C.). Dans cette situation drama-
tique, le roi Yoakhaz veut continuer la politique d'indépendance
nationale de son père et donc s'opposer au «roi d'Égypte »
mentionné dans l’ostracon (ligne 3). La lutte était par trop
inégale ;Yoakhaz fut déposé et emmené en Égypte après trois
mois de règne; il fut remplacé par son frère Yoyaqîm et le
pharaon Neko II imposa un tribut au royaume judéen (2 R 23,
31-35). Le pays passa sous le contrôle de l'Égypte qui dut en
profiter pour réquisitionner tout ce qui pouvait rester dans les
magasins royaux, comme semble le montrer l'inventaire écrit
en hiératique trouvé Arad (cf. AI, pp. 64-66).
La destruction de la strate VI se situe dans le contexte de
la première invasion de Nabuchodonosor à la fin de 598 et au
début de 597 av. J.C. Si notre interprétation des dates contenues
dans les ostraca des « archives d’Elyashib » est exacte, il faut
probablement dater cette destruction de la fin du « dixième »
mois, c’est-à-dire de la mi-février 597 av. J.C. Rappelons que
Nabuchodonosor se mit en marche au mois de Kislev 598 av.
J.G. (18 décembre 598 - 15 janvier 597 av. J.C.) et que c’est
probablement à ce moment-là que Yoyaqim mourut assassiné
et que son fils Yoyakin lui succéda pour très peu de temps
(cf. 2 R 24, 6-8) puisque Jérusalem fut prise le 2 Adar suivant
(= 16 mars 597 av. J.C.) (cf. supra, p. 231). Cependant, aussi
bien les textes bibliques (2 R 24,2; Jr 35, 11) que l’ostracon 24
montrent que ce ne sont pas les armées chaldéennes mais bien
plutôt les bandes édomites qui, profitant de la faiblesse du
royaume de Juda et de leur alliance avec Nabuchodonosor,
envahirent le Négeb, à cette époque-là. La situation critique
du royaume de Juda et le péril édomite expliquent sans doute
les références à l’urgence du ravitaillement dans l’ostracon 2,
ainsi que l’insistance à envoyer des renforts à Ramat-Négeb
dans l’ostracon 24. Nous ne saurons probablement jamais si ces
renforts parvinrent à Ramat-Négeb; la situation était déses-
pérée : Ramat-Négeb dut succomber à l’attaque édomite et,
avec cette place forte, tout le Négeb passa sous le contrôle
édomite.
LÉ per jé

» 7

L 3 vb #:
571 PE
sh ts #pen À l
LU LL RS sn
rép
à 128 11,808
Ce Et
Hein! sans
: Aa LE me MURS
\ pate Le |
ap "SEE r tons dses Ve Às#otpà Le HE sÉdah + RP
HU ‘etéit asaaratp &hr et to Bit" sb
3 PAT ln Le gérée Pt de nf hate k 174 Le ÀGA6PL
TES 2 te D DR Rétéos
hs à ul aps 4. ve. aE. (6
ù tader: UE_ FEÈE Spy
AUD CIC aupérr HO
un bis ve “erchon ref ds: ROBE") cure CTCR RQ
t : rÉE pre pu Bo TEA Bouin Sepiteuné
ot sat sue 62: EMilefartan DU: a 64 Hi hfun D0
nt lci rworohidigésir Miraméesy mi sé inter
b Loitshèe eur éfo F4 EL 18 Feÿ te sd
‘ deal A y dog. de gs ,
£ # s{ ob not
2br nirite:
ests ess 18eh ns 3
“eft of mo Déni dt -huret dx etibst-2sen à
rat be: © re semis nées his Sirbscnsbe ot
b ASE ès 494 cs RPés: noËtre 4 Gi RE omdeoeb-Bry
mers dervate pme aie àl-romontes %: fionolde
eies de. cup aGtpon also Had: nideYo®: ef né 04
Sasrihremets
A 698 sé quh aslermétcuypetre
: 0 LEO HR”
sn EfheebnsquEs MIES @p mantst3} (bee T0: ereatr dos
vep (fl JEAL 48.8 Fsoptidiientz
tas bslete bite -8ef: dc sais + er ris
Fa sesstésétonl ab Ameihe sq :Hispo Enifao bé rebond sai:3é
éd rare venais da pare ta
- deb bentr-sen
tu rosé sptie sd ©Degangs os resktes
à SM
“hs cbr ommpligse menti bc. shdtraint
IE -roteres'l etsfnéadenstéieitätaude encres ci
Boire ado anis:ar get
ro! £ “i
DES PET
%

purs arriere -
eshtirdistt dséraii
_ vinebsPr

sait
De: dE Fhe
oiNE
QUATRIÈME PARTIE

OSTRACA DIVERS
CHAPITRE I

OSTRACON DE L’OPHEL

BIBLIOGRAPHIE

S. À. Cook, « Inscribed Hebrew Objects from Ophel», PEFQOS


LVI, 1924, pp. 180-186, tab. VI.
W. F. ALBRIGHT, « Notes on Early Hebrew and Aramaic Epigra-
phy, $ 4 The New Ostracon from Jerusalem », JPOS, VI,
1926, pp. 88-93.
R. A. S. MACALISTER - J. G. DUNCAN, Excavations on the Hill of
Ophel, Jerusalem, 1926, pp. 182-184.
D. DiIrINGER, lAEP, 1934, pp. 74-79.
S.. MoscaTi, EE À, pp. 44-46.
J.T. Muuix, « Notes d’épigraphie et de topographie palestiniennes »,
RB, LXVI, 1959, pp. 550-553.
KAI, n° 190.
HMI, pp. 25-26.
R. HESTRIN, Inscriptions Reveal, Jerusalem, ja p. 62, n° 38 et
p. 140 (46).

Hizqiyahu fils de Qoréh dans le champ des cardeurs Yeh6(?..)


. Ahiyahu fils de Hashoréq dans la vallée des stèles
. Sepanyahu fils de Qary dans la vallée des stèles
DD
CO DR er do mr Tuer :

at D me 10 po. visas Oops NÉS" P. Ur ecioe)enn À = +6, 6,8) (eire" PA

À (
ARS ) fils de Ouriyahu le ( )

I. COMMENTAIRE

Cet ostracon a été découvert en 1924, lors des fouilles de


l'Ophel, par J. G. Duncan, dans un contexte non-stratifié. Le
240 OSTRACA DIVERS

tesson actuel mesure 10X8 cm; l'inscription est incomplète :


les bords droits et supérieurs de l’ostracon semblent primitifs;
par contre, les bords gauches et inférieurs sont probablement le
résultat d’une brisure accidentelle de l’ostracon après qu’il ait
été écrit. Il est donc vraisemblable que, dans son état primitif,
cet ostracon ait comporté deux colonnes de noms et que la fin
de la ligne 1 est tout ce qui reste de la deuxième colonne.
L'écriture de cette inscription est assez mal conservée; les
lignes 4 à 7 sont pratiquement illisibles. En l’absence de tout
contexte archéologique précis, la paléographie invite à dater cet
ostracon des dernières années du royaume de Juda, avant la
destruction de Jérusalem en 587 av. J.C.
Aux lignes 1-3, les lectures que nous proposons reprennent
celles de J. T. Milik. A la ligne 4, d’après les traces très incer-
taines qui restent, nous proposons de lire sdgyhw, « Sédèqyahu ».
À la ligne 8, alors que J. T. Milik lisait hwdyhw, il nous semble
préférable de lire ’wryhw, « Ouryahu ». A la fin de cette dernière
ligne, la restitution proposée par J. T. Milik : h(spr), « le (scribe) »,
est une pure conjecture qui pourrait être une référence au
scribe qui a écrit l’ostracon.
— « Hizqiyahu » (hzqyhw, ligne 1), « Yhwh a rendu fort », est
très bien attesté dans la Bible, spécialement comme le nom du
roi « Ézéchias (cf. 2 R 18 ss).
— «Qoréh » (qr’h, ligne 1) est un nom qui, sous cette forme,
ne semble pas attesté ailleurs jusqu’à maintenant. Il faut proba-
blement le rapprocher de gr’, perdrix » ; il s'agirait alors
d’un
nom d'oiseau employé comme épithète.
— «Ahiyahu » (hyhw, ligne 2), « Yhwh est (mon) frère
», est
un nom, attesté dans la Bible et sur un sceau, que nous
avons
déjà lu dans l’ostracon 3 de Lakish, ligne 17.
— «Hashoréq» (hërg, ligne 2), «Le cardeur», est un nom
propre
tiré d’un nom de métier. Ce nom propre se retrouve
un peu plus
tard, à nouveau dans les environs de J érusalem, sur
le couvercle
de Bethphagés.
— «Sepanyahu » (spnyhw, ligne 3), «Yhwh
a caché, abrité

1. Cf. J. T. Miuix, RB, LXVI, 1959, p.551.


2. Cf. IPN, p. 230 ; KAI IL, p. 188; HMI,
26, 1 ; 2 Ch 31, 14. À
p. 26; cf. aussi 1 Ch 9
pe
ù
3. Cf. J. T. Mix, «Le couvercle
de Bethphagé », dans Hommages
André Dupont-Sommer, Paris, 1971, pp. 75-94, à
spéc. p. 84.
OSTRACON DE L'OPHEL 241
(pour protéger)» se retrouve sur un sceau hébreu‘ et dans
l’ostracon d’Arad 59, 8.
cul Qary » (gry, ligne 3) est difficile à expliquer; il peut s’agir
soit d'un nom signifiant habitant des villes (gr ou gryh), par
opposition au nomade, soit d’un gentilice à rattacher, peut-être,
à Qir, ville ou région, araméenne ou mésopotamienne, de locali-
sation incertaine (Es 22,6; Am 1,5:9,7:2R 169}:
— «Sédèqyahu » (sdgyhw, ligne 4), « Yhwh a été juste » (IPN,
PP. 161-162), se trouve déjà dans l’ostracon 11 de Lakish, ligne 5.
— « Ouriyahu » (’wryhw, ligne 8) signifie « Yhwh est (ma)
lumière »; il se trouve déjà dans l’ostracon 31 d’Arad, ligne 2.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Cet ostracon, malheureusement mutilé, ne nous présente
qu’une liste de noms de personnes liés à des noms de lieux. Il est
probable qu’une telle liste est en rapport avec un recensement
administratif ou militaire, mais il nous est impossible de préciser
davantage.
Si l’onomastique des personnes de cette liste ne fait que
confirmer la popularité du yahvisme à Jérusalem à la fin du
royaume de Juda, les noms de lieux qui sont mentionnés peuvent
permettre d'éclairer quelque peu l’onomastique topographique
de Jérusalem à l’époque royale.
Le « champ des cardeurs » (ligne 1) est à rapprocher du « champ
du foulon »f. On localisait généralement ce dernier au sud-est
de Jérusalem, au confluent de la Géhenne et du Cédron qui
constituait ce qu’on pourrait appeler la «zone industrielle » de
la Jérusalem de l’époque royale. Mais il faut peut-être situer ce
lieu-dit légèrement plus au nord, car Es 7,3 rapproche «le
chemin du champ du foulon » de la « piscine supérieure » qui
devait être située près de la source de Gihôn. Le « champ des
cardeurs » serait donc à situer dans la vallée du Cédron, à l’est
de la colline de l’Ophel.

4. Cf. F. Varriont, Biblica, L, 1969, p. 364, n° 39.


5. Cf. gryn dans G. RycKMaANs, Les noms propres sud-sémitiques, I,
Louvain, 1934, p. 194 ; cf., en français, les noms propres du type « Lebour-
eois ».
4 6. Cf.2 R 18, 17 ; Es 7, 3 ; 36, 2 ; cf. L. H. VINCENT, Jérusalem de l’A.T.,
II, Paris, 1956, p. 645 ; G. BRUNET, « Le terrain aux foulons », RB, LXXI,
1964, pp. 230-239.
242 OSTRACA DIVERS

La « vallée des stèles » ou «vallée des monuments » (‘mq ydi)


est localisée par J. T. Milik dans la partie nord et est de la plaine
située au sud-ouest de Jérusalem, «entre Wady Sikké et Wady
Rabâbi ». Cette localisation se heurte à deux objections :
_— il semble étrange de définir une vallée (‘mg) comme la
ligne de partage des eaux entre deux wadis;
— surtout, cette zone, au sud-ouest de Jérusalem, n’a été
couverte de monuments hiérosolomytains qu’à l’époque romaine.
A l’époque royale, spécialement lorsque Absalom fait dresser sa
« stèle » (yad, 2 S 18, 18), la ville israélite était encore centrée
sur la colline de l’Ophel, entre le Tyropéon et le Cédron, comme
l’ont confirmé les dernières fouilles de K. M. Kenyon’.
D'après 2 S 18, 18, cette « vallée des stèles » serait plus ou
moins à identifier avec la « vallée du roi », appelée aussi « vallée
de Shavé » (Gn 14, 17). Gette dernière est plutôt à situer à l’est
de la colline de l’Ophel, non loin du « jardin du roi »#. Or, d’après
Jr 39, 4, ce lieu-dit était lié au chemin de la Arabah et à la
porte «entre les deux murs ». D’après les dernières fouilles, cette
porte est probablement à identifier avec la « porte des eaux »
ou « porte de la source » (Ne 3, 15 et 3, 26) qui donnait accès à
la source de Gihôn?. La stèle d’Absalom était donc vraisembla-
blement située sur les pentes de la vallée du Cédron1?. Gette
localisation semble confirmée par le fait que c’est dans cette
vallée, sur la pente opposée au palais royal, c’est-à-dire dans
l’actuel village de Silwân, qu’on a retrouvé plusieurs autres
« monuments », c’est-à-dire des tombes avec inscription datant
de l’époque royaleït,

7. Cf. K. M. KENYON, Jerusalem, London, 1967, p. 29, fig. 5.


8. Cf. déjà M. AviI-Yonax, dans une indication orale rapportée par
D. UssisakiN, « On the Shorter Inscription from the ‘Tomb of the Royal
Steward’ ‘, BASOR, 196, Dec. 1969, p. 21, note 26.
9. Sur la découverte des « deux murs », cf. R. DE Vaux, RB, LXX, 1963,
pp. 416 ss ; sur l'identification de la « porte des eaux », cf. K. M. KENYoN,
PEQ, XCOVIII, 1966, p. 76.
10. Durant les fouilles de 1963, une grotte avec deux pierres dressées à
l'entrée a été mise au jour; les fouilleurs ont proposé d'y voir le type des
« massébôt » en référence à la stèle d’Absalom, cf. R. DE Vaux, RB, LXXI,
1964, p. 254; K. M. KENYON, PEQ, 1964, p. 9. C’est plausible, mais on
pourrait aussi voir dans le yad d’Absalom une sorte de monument funéraire
dans le genre de celui qui se trouvait au-dessus du tombeau de la fille du
pharaon.
11. Pour les inscriptions, cf. A. REIFENBERG, JPOS, XXI, 1948, pp. 134-
137 ; N. AviGaD, IEJ, IIT, 1953, pp. 137-152, et IEJ, V, 1955, pp. 163-166 ;
D. Ussisaxin, BASOR, 196, 1969, pp. 16-22.
OSTRACON DE L'OPHEL 243
Ainsi les deux toponymes mentionnés dans cet ostraco
n sont
probablement tout proches de l'endroit où il a été découve
rt :
tous deux semblent situés à l’est de la colline de l’Ophel, près
de la source du Gihôn, la « vallée des stèles », ou « des monuments
»,
étant le nom de la vallée du Cédron un peu au nord de la source
du Gihôn, tandis que le «champ des cardeurs » et le 4 champ
du foulon » étaient au sud de cette même source, entre la source
de Gihôn et Ayin Rogel.
244 OSTRACA DIVERS

,
{;

LA

«Tombe ;
\

À
À d’Absalom»
{ Temple û
\ de ce:'
: Ex Salomon LT
£!
* ù Lt
3\ 1!
O;

;Lu
!

CRE '

VE ; ;
| [eo]
> àÀ
$
\ m 1 $

_. ,
{
\ o

!
RO) “ {
se TU
\
: eo
16 !&
% m Le ©.
LA
1 O© a,
Le
\ a RCA
\ CSS :
m &
s
vzLes ei Géhenneee
er
- PR
Lu
|
4
{!

SkkE
diWaal! [|
Î
[]
l

Fig . 10. — Jérusalem et ses environs.


CHAPITRE II

LES OSTRACA DE SAMARIE


DE L’EXPÉDITION « CONJOINTE »
(1931-1935)

BIBLIOGRAPHIE

E. L. SUKENIK, « Inscribed Hebrew and Aramaic Potsherds from


Samaria », PEFQS, LXV, 1933, pp. 152-156.
Ip., « Inscribed Potsherds with Biblical Names from Samaria »,
PEFOQS, LXV, 1933, pp. 200-204.
IAEP, pp. 71-73.
W. F. ALBRIGHT, « Ostracon C 1101 of Samaria », PEQ, LXVIII,
1936, pp. 211-215.
Ip., « Palestinian Inscriptions », ANET, p. 321.
EEA, pp. 37-39.
S. À. BIRNBAUM, « The Material in Paleo-Hebrew Script », SS III,
pp. 11-34.
SPA, pp. 62-63.
K. GALLING, « Ein Ostrakon aus Samaria als Rechtsurkunde,
Erwägungen zu GC 1101 », ZDPV, LXXVII, 1961, pp. 173-
185, tab. 9.
KAI, n° 188 (Taf. XXX).
HMI, pp. 14-15.
A. LEMAIRE, « L’ostracon C 1101 de Samarie. Nouvel essai », RB,
LXXIX, 1972, pp. 565-570.
R. HESsTRIN, Inscriptions Reveal, Jerusalem, 1973, p. 28, n° 41 et
p. 49 (Hb).
J. TEix1D0OR, « BES », Syria, L, 1973, p. 418, n° 110.
246 OSTRACA DIVERS

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Après l'expédition américaine de 1909-1910, les fouilles


archéologiques ont été reprises, à Samarie même, de 1931 à
1935, par une expédition « conjointe », essentiellement anglo-
hébraïque. Cette nouvelle série de campagnes de fouille mit au
jour un certain nombre d'inscriptions hébraïques anciennes.
Cependant, d’après S. A. Birnbaum!, parmi ces inscriptions, on
ne pouvait compter, de façon sûre, que trois ostraca : les inscrip-
tions n°% 1 (CG 1101), 4 (G 1012) et 7 (G 1220); nous présentons
donc ici ces inscriptions, même s’il est vraisemblable que la
dernière soit une inscription sur vase et non un véritable
ostracon.

INSCRIPTION N° 1 : L’OSTRACON C 1101


1. Baruk a accompli
2. Baruk : donne-leur de la nourriture et ils reviendront

8. il sera mesuré 3 éphahs d’orge

I. COMMENTAIRE
Cet ostracon a été découvert dans une profonde tranchée
circulaire à l’est de la ville. Si la signification exacte de cette
tranchée nous échappe en partie, le contexte archéologique
indique que ce document date probablement de la dernière
époque d'occupation israélite, avant la chute de Samarie en 722
av. J.G. Get ostracon est un fragment de bol au lustrage rouge
caractéristique de l’époque du Fer Il; il mesure 10X7 cm
et est visiblement incomplet, l’extrémité gauche ayant été
brisée; l’ostracon original devait avoir une forme triangulaire.
Cette remarque est importante car le texte actuel des lignes 2
et 3 ne se suit pas : il pouvait y avoir sept à huit lettres de plus
à la fin de la deuxième ligne.
Les trois lignes de l’ostracon n’ont pas toutes la même orien-
tation ni la même forme d'écriture. Alors que les lignes 2 et 3

1. S. A. BIRNBAUM, SS III, p. 25.


2. Cf. A. LEMAIRE, RB, LXXIX, 1972, p. 566, fig. 1.
LES OSTRACA DE SAMARIE 247
sont parallèles et écrites, semble-t-il, par la même main, la
première ligne ne suit pas la même direction, ses lettres sont
plus grandes et leur forme plus grossière. Il nous faudra tenir
compte de cette différence graphique dans l'interprétation
générale.
La ligne 1 ne comporte aucun trait de séparation; avec la
plupart des commentateurs, il faut probablement lire : brk #lm,
d'autant plus que brk, « Baruk », se retrouve, nettement détaché,
à la ligne 2. «Baruk» (brk) est un hypocoristique signifiant
« Béni (par la divinité) » ou « qu’il soit béni (par la divinité)»
(IPN, p. 183). Ce nom est très bien attesté dans la Bible où
c’est le nom du secrétaire de Jérémie (cf. surtout Jr 32 et 36),
sur plusieurs sceauxÿ, en phénico-punique (PNPP, p. 101) et
en safaïtique (NPSS, p. 55).
Les signes de la fin de la ligne peuvent être interprétés :
— soit comme des signes numériques : 10 (?)+3 = 13;
— soit comme un symbole d'unité de mesure, l’éphaht, suivi
d’un signe numérique : 3, d’où «3 éphahs ».

C'est cette dernière interprétation qui nous semble la plus


vraisemblable.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE

Pour essayer de comprendre ces trois lignes, il faut proba-


blement partir de la remarque paléographique que nous avons
faite ci-dessus : la ligne 1 est d’une autre main que les lignes 2
et 3. Comment expliquer ce fait? Nous pouvons comparer cet
ostracon à l’ostracon 17 d’Arad («A Nahum») qui, lui aussi, a
été écrit par deux mains différentes. Or il contient un ordre et
l'indication de son accomplissement. Dès lors, nous pouvons
essayer de comprendre cet ostracon en lisant les lignes 2 et 3
avant la ligne 1. On peut alors traduire :

3. Cf. F. VATTIONI, Biblica, L, 1969, p. 369, n° 97, p. 382, n° 225, p. 383,


n° 229.
4. J. T. Mix, dans Les grottes de Murabba‘ät, DJD IT, Oxford, 1961,
p. 97, propose d’y voir le symbole du «bat » (env. 45 litres), mais le « bat »
est une mesure pour liquides ; puisqu'il s’agit de grain, cette mesure est
plutôt l’« éphah » (de même contenance, env. 45 litres), et, effectivement, on
peut rapprocher ce signe du symbole de l’«éphah » attesté dans les ostraca
d’Arad, cf. l’excursus I, infra, p. 281.
248 OSTRACA DIVERS

_- ligne 2 : «Baruk : donne-leur de la nourriture et ils


reviendront …. »
-— ligne 3 : «il sera mesuré 3 éphahs d’orge. »
— ligne 1 : « Baruk a accompli. »

La ligne 1 serait alors probablement de la main de Baruk


lui-même et aurait été ajoutée après coupÿ.
Ces trois lignes peuvent alors s'expliquer de manière cohérente.
L'ordre des lignes ? et 3 vise l’action de « faire paître, ou plutôt,
dans un contexte de distribution de grain, de « donner à manger »,
le verbe r‘h indiquant qu'il s’agit de nourrir des animaux. Cette
référence à l’alimentation des animaux correspond à la mention
de l’« orge » (ligne 3). En effet, en 1 R 5, 8, on nous décrit l’orga-
nisation de l’approvisionnement des écuries royales : les préfets
« fournissaient aussi l’orge et la paille pour les chevaux et les
bêtes de trait à l’endroit qu’il fallait, chacun selon sa consigne. »
L'ordre de cet ostracon s’adresse donc probablement ici à l’un
des responsables des magasins royaux : Baruk, auquel il est
demandé de donner du grain pour des animaux, et l’on pourrait
ici songer à des chevaux, faisant peut-être partie d’un déta-
chement de la cavalerie royale. Le parallèle des ostraca d’Arad,
concernant aussi des comptes de magasins royaux, semble
confirmer cette interprétation.

INSCRIPTION N° 4 : L’OSTRACON C 1012


. Mah(séyaw)
. Qolyaw
. Semak(yaw)
. Uriy(aw)
mi Mena(hem).
DO
O9
HR
OT

I. COMMENTAIRE
Cet ostracon a été trouvé dans le locus E 207. C’est un
fragment de bol qui mesure 6 X5 cm. Les lettres ont été incisées
sur la surface interne du bol. L’ostracon contient le début de

5. J. TEIXIDOR, Syria, L, 1973, p. 418 pense que cette interprétation est


«gratuite » mais il ne semble pas connaître l’ostracon 17 d’Arad où il ya
nettement deux mains différentes.
LES OSTRACA DE SAMARIE 249
cinq lignes d'écriture; il lui manque la partie gauche. La forme
des lettres est postérieure à celle du groupe 2 des ostraca de
Samarie de 1910 et à peu près identique à celle de l’ostracon
CG 1101. Cet ostracon date donc des dernières années avant la
chute de Samarie en 722 av. J.C. A cause du caractère fragmen-
taire de l’inscription, la lecture en est assez difficile: celle qui
est adoptée ici reprend les améliorations et corrections de
F. M. Crossf.
— «Mah(séyaw) » (mhsyw) signifie « Yhwh est mon refuge »
MPNp. 100).
— «Qolyaw » (qlyw) est un nom d'interprétation difficile; il
s’agit sans doute d’un mot formé à partir du verbe peu attesté :
qg(w)l, « parler, dire »’. « Qolyaw » signifie donc probablement :
« Yhwh a parlé », parallèlement à ’mryhw.
— «Semak(yaw) » (smkyw), « Yhwh a soutenu », est parallèle
à la forme judéenne, smkyhw, que nous avons rencontrée à
Lakish dans l’ostracon 4, ligne 6. La forme israélite, smkyw, a
été aussi trouvée sur un vase en bronze de Nimrud£8.
— « Uriy(aw) » (ryw), « Yhwh est (ma) lumière», est déjà
attesté dans l’ostracon 50 de Samarie de 1910.
— « Mena(hem)» (mnhm), «celui qui console (d’un deuil) »
(IPN, p. 222), est un épithète qualificatif bien connu dans
l’onomastique ouest-sémitique.
Notons, au point de vue philologique, que, si la terminaison
théophore yw n’est clairement attestée que pour le nom de la
ligne ?, il est tout à fait légitime de la restituer pour les noms
des autres lignes, car c’est la forme habituelle de la terminaison
théophore dans l’hébreu du royaume du Nord.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Cet ostracon fragmentaire est une liste de cinq noms propres
que l’on peut rapprocher de l’ostracon 1 de Lakish qui, lui aussi,
contient cinq noms propres de personnes.. Malheureusement
l’utilisation exacte de cette liste nous échappe.

6. F. M. Cross, BASOR, 165, Feb. 1962, p. 35, note 7.


7. Cf. H. BAUER, « Die hebräische Eigennamen als sprachliche Erkennt-
nisquelle », ZAW, XLVIII, 1930, p. 74; APNMT, p. 258. | ee
8. Cf. R. D. BARNETT, « Layard’s Nimrud Bronzes and their Inscriptions »
EI, VIII, 1967, pp. 1-7; cf. M. HEeLTzer, «Some North-West Semitic
Epigraphic Gleanings from the XI-VI Centuries B.C. », AION, XXXI, 1971,
pp. 193-194.
250 OSTRACA DIVERS

INSCRIPTION N° 7 : « OSTRACON » C 1220

1. Baruk Ahaz.

Cette inscription a été trouvée dans le même locus, E. 207,


que l'inscription n° 4. Elle est écrite sur un fragment de bol
mesurant 6x7 cm. Les dix lettres de l’inscription sont incisées
sur la face intérieure du bol, juste en dessous du bord. D’après
la poterie et la forme des lettres, cette inscription, dont l'écriture
est assez grossière, date de la même époque que l'inscription
n° 4, c’est-à-dire d'avant 722 av. J.C.
S. À. Birnbaum? proposait de traduire : « Salut, Ahaz! », mais
le premier mot est plus vraisemblablement un nom propre :
« Baruk »; il est suivi d’un patronyme, « Ahaz », que nous avons
déjà rencontré dans l’ostracon 2? de Samarie de 1910, ligne 5.
Il est difficile de dire si l'inscription que nous lisons est
complète ou non, mais rien n'indique qu’elle se continuait. Dès
lors, il se pourrait qu’il ne s’agisse pas d’un véritable ostracon
mais d’une inscription sur vase indiquant le nom de son
propriétaire.

9. SS III, p. 20.
CHAPITRE III

LES OSTRACA DE TELL QASILÉ

BIBLIOGRAPHIE
B. MaisLer (Mazar), «The Excavations at Tell Qasîle, Preliminary
Report», IEJ, 1, 1950-51, pp. 61-76, 125-140, 194-218,
spéc. pp. 208-210.
Ip., « Two Hebrew Ostraca from Tell Qasile », JNES, X, 1951,
pp. 265-267.
HMI, pp. 15-17.
R. HESTRIN, Inscriptions Reveal, Jerusalem, 1973, p. 29, no 42
et p. 50 (Hb).

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Avant les fouilles de Tell Qasilé (1948-1950), dans la banlieue


nord de Tel-Aviv, au nord du Yarkon, « deux ostraca ont été
trouvés sur la surface de la partie sud-ouest de Tell Qasilé, le
premier (n° 1) fut trouvé en octobre 1945 par M. et Mme Kaplan,
l’autre (n° 2), en mai 1946, par Dr R. Hoffl». Découverts en
dehors de tout contexte stratigraphique, ces ostraca avaient été
rattachés par B. Maisler à la fin de la période israélite à Tell
Qasilé, c’est-à-dire à la strate VII, mais nous verrons que l’étude
paléographique, philologique et historique invite plutôt à les
rattacher au royaume de Juda et à la fin du virre siècle av. J.C.
Or, d’après les dernières fouilles archéologiques dans cette région,
il semble que des restes importants soient à rattacher aux
destructions causées par Sennachérib lors de sa campagne de

1. B. Maiscer, LE, I, 1950-51, p. 208.


292 OSTRACA DIVERS

701 av. J.C. contre les royaumes de Juda et d’Ascalon?. Les


ostraca pourraient alors être rattachés à cette période d’occu-
pation précédant la campagne de Sennachérib.

OSTRACON N° 1

1. Au roi, mil(le ...)


2.-huile et; centi(: … !. )
3. (A)hiyahu.

I. COMMENTAIRE

Cette inscription est profondément incisée à l’intérieur d’un


fond de vase de forme arrondie couvert d’un enduit rougetre;
l’inscription est incomplète. Il est difficile de déterminer la
longueur primitive de chaque ligne : nous avons probablement
sous les yeux le début des deux premières lignes mais, sur le
côté gauche, l’ostracon a été brisé et il est impossible de déter-
miner la longueur de la lacune. A la troisième ligne, « hiyahu »
représente vraisemblablement la fin de cette inscription qui ne
comportait que trois lignes, comme la plupart des ostraca de
Samarie de 1910.
Paléographiquement, les parallèles les plus proches sont
l’ostracon C 1101 de Samarie, qui est cependant plus ancien
car le yod y a encore un retour cursif à droite, et surtout
l'inscription du canal de Siloé. L'inscription est donc à dater
de la fin du vrrre siècle, sans doute peu avant 700 av. J.C.
À la ligne 1, à la suite de B. Maislerÿ, on peut lire : {milk ’l(p),
(Au roi, mil(le) », car le point situé après les aleph, qui pourrait
être pris pour un point de séparation, semble accidentel.
A la ligne 3, on reconnaît la fin d’un nom propre yahviste,
mais il est impossible de préciser si ce nom propre est complet
ou s’il faut restituer un aleph avant le het pour lire « Ahiyahu »
(hyhw). De toute façon, l'orthographe de la terminaison théo-
phore -yhw est caractéristique des noms théophores du royaume
de Juda; dans le royaume de Samarie, on aurait écrit -yw.

2. Cf. J. KapLaw, BA, XXXV, 1972, p. 86. Sur cette campagne de Sen-
nachérib, cf. HI, pp. 282-284.
3. B. MaiseeR, JNES, X, 1951, p. 266.
OSTRACA DE TELL QUASILÉ 253

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Contrairement à J. C. L. Gibson (HMI, pp. 15-17) qui classe
cet ostracon parmi les inscriptions hébraïques « israélites », nous
pensons que le scribe qui a écrit cet ostracon appartenait au
royaume de Juda, comme le montre sa manière d'écrire la finale
théophore -yhw. Plus précisément, puisque cet ostracon date
probablement des dernières années du vire siècle av. J.C., il
est vraisemblable que ce scribe dépendait de l'administration
du roi Ézéchias. En effet, cette inscription concorde avec les
données historiques de cette période : au début de son règne,
Ézéchias a contrôlé quelque temps la plaine côtière et réorganisé
les magasins royauxÿ.
Étant donnée la situation géographique de Tell Qasilé$, cet
ostracon atteste probablement le rôle de ce lieu comme entrepôt
et port d'exportation des produits du royaume de Juda, et
spécialement de l’huile, vers la Phénicie (cf. 1 R 5, 25;2 Ch 2, 9:
Ez 27, 17) ou l'Égypte (cf. Os 12, 2), à l’époque d’Ézéchias, un
chargement de «1100 (jarres) d'huile» convenant très bien
pour un bateau.

OSTRACON Nc 2
1. Or d’Ophir, à Beyt Horon (?..... )
2. 30 sh(éqels)

I. COMMENTAIRE
L'inscription a été incisée après cuisson sur un tesson provenant
d’un grand pot de couleur gris clair. L’ostracon de forme quadran-
gulaire (env. 6X6 cm) est incomplet : il manque au moins la
moitié d’une lettre au début de la ligne 1 et probablement
beaucoup plus à la fin de cette même ligne où l’on discerne les

4. Cf.2 R 18, 8 : « C’est lui qui battit les Philistins jusqu’à Gaza », cf. H1,
-, 283.
À 5. Cf. 2? R 20, 12-19 et 2? Ch 32, 27-28. C'est probablement de l'époque
d’Ézéchias qu’il faut dater au moins un groupe important de jarres estampil-
lées Imlk : cf. KS, pp. 156-161 ; À, LEMAIRE, « Remarques sur la datation
des estampilles ‘milk », VT, XXV, 1975, pp. 678-682. +48
6. Tell Qasilé semble avoir été le port de la côte par lequel arrivaient les
matières premières venant de Phénicie (surtout le bois de cèdre) destinées
à Jérusalem aussi bien à l’époque du premier temple (2 Ch 2, 15) qu’à celle
du second (Esd 3, 7) ; cf. B. Mise, JNES, X, 1951, p. 265.
24 OSTRACA DIVERS

traces du début d’une lettre. La forme des lettres rejoint celle


de l'inscription n° 1; les deux inscriptions doivent donc dater,
à peu près, de la même époque.
A la ligne 1, l’expression « or d’Ophir », désigne, d’après 1 Ch
29, 47, un or très pur. « Ophir » est sans doute un nom de lieu
situé quelque part au pays de Kush, c’est-à-dire probablement
en Éthiopie ou en Somalie actuelles$; mais, ici, ce nom qui
détermine le mot «or» (zhb) n’est peut-être qu’une indication
de la qualité et non de l’origine. Le syntagme byt.hrn peut
désigner soit le temple du dieu cananéen Horon, soit le nom
des deux villes jumelles de Beyt Horon situées entre Jérusalem
et Tell Qasilé. Malgré la remarque de B. Maisler?, pour qui le
trait de séparation à la droite du het plaide en faveur de l’inter-
prétation « temple de Horon », c’est la deuxième interprétation
qui nous semble préférable ici car elle est tout à fait conforme
au contexte géographique de Tell Qasilé. En effet, Beyt Horon
le Haut et Beyt Horon le Bas se trouvent sur le trajet de la
«montée de Beyt Horon » (Jos 10, 10), c’est-à-dire sur la route
qui monte de la plaine côtière, et plus précisément de l’embou-
chure du Yarkon, vers Jérusalem. Notons aussi que l’ortho-
graphe de « Beyt », byt, suppose la prononciation de la diphtongue
et est à nouveau caractéristique de l’hébreu du royaume de Juda.
À la ligne 2, le shin est une abréviation courante pour
« shéqel », mesure de poids d'environ 11 g. Les signes suivants
représentent probablement le chiffre 30, chacun des traits
horizontaux marquant une dizaine d’après la tradition phéni-
cienne. On retrouve très souvent cette abréviation et cette
manière d'écrire les dizaines dans les papyrus araméens d’Élé-
phantine!®. Ici, l'emploi du trait horizontal pour marquer la
dizaine trahit probablement une influence phénicienneïl.

7. Cf. aussi le syntagme parallèle kelem ’ôpir : Ps. 45, 10 ; Jb 28, 16:
Es 13, 12.
8. Sur la localisation d'Ophir, cf. récemment, R. NortTH, « Ophir/
Parvaim and Petra/Yoktheel», FWCJS, pp. 197-202; V. CHRISTIDÈS,
« L’énigme d'Ophir », RB, LXXVII, 1970, pp. 240-247; F. BALSAN, « Les
mines d’or du roi Salomon. Une nouvelle localisation d'Ophir », Archeologia,
XXXVII, 1970, pp. 66-69.
9. B. Maiscer, JNES, X, 1951, p. 267, Postscript.
10. Cf. AP, spéc. le n° 22.
11. Cf. Y. AHARONI, BASOR, 184, 1966, p. 19.
OSTRACA DE TELL QUASILÉ 255

IT. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


L'or d’Ophir est souvent associé, dans les textes bibliques,
à une relation avec Tyr, que celle-ci soit matrimoniale (Ps 45,
10.13), c’est-à-dire politique, ou commerciale (1 R 9,27-28; 10,
11; cf. 2 Ch 8, 18; 9, 10). D’après 1 R5, 24-25, Salomon exportait
vers Tyr du froment et de l'huile pour pouvoir en importer des
bois précieux et de l’or. Ce contexte historique éclaire la signifi-
cation des deux ostraca de Tell Qasilé : ils témoignent proba-
blement de l'importance du commerce international entre Tyr
et Jérus«lem, Tell Qasilé, à l'embouchure du Yarkon, étant
très bien situé pour jouer le rôle d’un entrepôt commercial.
Dans ce contexte, la mention de Beyt Horon s'explique
facilement. Il est caractéristique que Salomon, qui développa
ce commerce avec Tyr, bâtit « Beyt Horon le Bas » (1 R 9, 17:
cf. 2? Ch 8,5); cette ville devait sans doute servir d’entrepôt
fortifié sur la route de Tell Qasilé à Jérusalem. Cette situation
stratégique explique aussi le fait que cette ville ait été une ville
« lévitique », c’est-à-dire qu'elle ait été administrée par des
fonctionnaires royaux!?, plus précisément par les « Qehatites »
(Jos 21, 22; cf. 1 Ch 6, 53).
Le roi Ézéchias semble avoir repris la politique de David et
Salomon ; il réorganise, en particulier, les fonctions cultuelles et
financières des Lévites (2 Ch 31, 2-19) en les chargeant de veiller
à la collecte de la dîme (2 Ch 31, 5-6). De plus, d’après 2 Ch 32,
27-28, il« se constitua des trésors en or, argent, pierres précieuses,
onguents, joyaux et toutes sortes d'objets précieux. Il eut des
entrepôts pour ses rentrées de blé, de vin et d’huile.. »8. Toutes
ces données éclairent la signification de ces deux ostraca qui
sont à rattacher au royaume de Juda, à l’époque d’Ézéchias.
Ces deux petites inscriptions fragmentaires témoignent donc du
renouveau des échanges commerciaux, spécialement d'huile et
d’or, entre Jérusalem et la Phénicie durant les premières années
du règne d’'Ézéchias.

12. Pour cette interprétation des villes lévitiques, cf. récemment


Z. KaALLait, « The Kingdom of Rehoboam », EI, X, 1971, p. xvint et pp. 245-
254, spéc. p. xvirt : « It is accepted that the Levitical cities were fortified
administrative centers in the previous period. »
13. Cf. aussi l'ambassade de Mérodak Baladan qui se situe probablement
au début du règne, avant la révolte contre l’Assyrie : « Ézéchias... montra
aux messagers sa chambre du trésor, l'argent, l’or (hazzähäb), les aromates,
l'huile ($emen)... » (2 R 20, 13).
72)

3 é - y 124 % | «6

‘ : . MN du ct

Sid)RENE _
Î 2Y M
8 et ETES ler
jh Brhdis 60
; £ FE
k,: 4.8 ru do €

Te da: tefash Li 1
Le) V5 fan
Esr see Esor uatu L
AUTRE EE Liu. à à sie \

$ ‘üésC Hier2h roles à Pi 5


Gr 9 it ON habile L

rer
Re
er bre D T2) UE 40
gs HaTe sbidabtosf sud

| néLVeAu ea ge xeÀ 3:
1 nage à
7S Gi st sépitog éé 2ètRjs +ovs sf
rosallendiis eetisint 46h rise AY Lu | ñô ; emolgrtée: a
Aa val pape one ghMe $C 52 100 pers dre
nés ÀACTE PR HENHEUS E nietée sisi dès
ÉCRIRE rs a Qre, 0 2 Enoabett ai ame
taior
FEPFET “ets +" tools RAT NES d Aa
esmET se istieltté Le arr sb dd cheshiiei mature
fs pre4480 rites ab rte re met 9
sshisbe "ts eupoq#'f # whut ob emvsçor cé
sé 060 finirmiomét emicirsngett mg se
+5 stiud'tàansasslais3qs rh ss 3
*TGE Di ed)D je
= ‘
u é

aux era *<


Ph he 4e s
«that, si
Si ae 4
CHAPITRE IV

L’« OSTRACON » DE RAMAT-RAHEL

BIBLIOGRAPHIE

Y. AHARONI, « Excavations at Ramat-Rahel», BA, XXIV, 4,


1961, pp. 98-118 (surtout p. 107).
Ip., Excavations at Ramat-Rahel, Seasons 1959 and 1960, Roma,
1962, pp. 15-16.et PI. 10.

Les fouilles de Ramat-Rahel, à environ 6 km au sud de


Jérusalem, ont permis de dégager les restes d’une occupation
byzantine assez importante, et surtout les ruines d’une sorte de
forteresse de l’époque du Fer II. En 1959, ces fouilles, dirigées
par Ÿ. Aharoni, ont mis au jour un petit ostracon incisé.

1. Ahiyahu
2. Hasadyahu.

Cet, ostracon a été trouvé sous le sol de la salle byzantine 257.


L'inscription a été incisée sur un fragment de jarre de couleur
rougeâtre, mesurant 4,55X3,5 cm; elle contient deux lignes
d'écriture. La forme des lettres, parfois déformée du fait de la
difficulté de l’incision, est comparable à celle de l'inscription du
canal de Siloé. L’ostracon serait donc à dater des environs de
700 av. J.C., ou peut-être un peu plus tard, dans la première
moitié du vire siècle.
— « Ahiyahu» (’hyhw), « Yhwh est (mon) frère», est déjà
attesté dans l’ostracon 3 de Lakish, ligne 17, dans l’ostracon de
l’Ophel (ligne 2), et, peut-être, dans l’ostracon n° 1 de Tell Qasilé.
9
258 OSTRACA DIVERS

— 4 Hasadyahu » (hsdyhw), « Yhwh a été fidèle » (IPN, p. 183),


est aussi attesté sur un sceau palestinient.

Cet ostracon qui ne contient que deux noms propres pourrait


être lu comme l'indication d’un nom de personne suivi de son
patronyme : « Ahiyahu (fils de) Hasadyahu ». Dans ce cas, il
pourrait s’agir non pas d’un véritable ostracon mais d’une
inscription sur jarre indiquant le nom du propriétaire. Toutefois
cette interprétation reste hypothétique.

1. Cf. F. VarTrTiont, Biblica, L, 1969, p. 382, n° 220.


CHAPITRE V

LES OSTRACA
DE MESAD HASHAVYAHU

BIBLIOGRAPHIE

J. NAVEH, « À Hebrew Letter from the Seventh Century B.C. »,


IEJ, X, 1960, pp. 129-139, et PI. 17.
Ip., «More Hebrew Inscriptions from Mesad Hashavyahu »,
| IEJ, XII, 1962, pp. 27-32.
F. M. Cross, « Epigraphic Notes on Hebrew Documents of the
Eighth-Sixth Centuries B.C., II, The Murabba‘ât Papyrus
and the Letter found near Yabneh-Yam », BASOR, 165,
Feb. 1962, pp. 34-46.
S. YEIvVIN, « The Judicial Petition from Mezad Hashavyahu »,
BO, XIX, 1962, pp. 3-10 et PI. 1.
KAÏI, n° 200, Taf. XXXI.
J. D. AmusiN - M. L. HELTZER, « The Inscription from Mesad
Hashavyahu», 1EJ, XIV, 1964, pp. 148-157.
J. NAVERH, « Some Notes on the Reading of the Mesad Hashavyahu
Letter », IEJ, XIV, 1964, pp. 158-159.
S. TALMON, « The New Hebrew Letter from the Seventh Century
B.C. in Historical Perspective », BASOR, 176, Dec. 1964,
pp. 29-38.
J. N. Vinnikov, « Découverte d’une nouvelle inscription au sud
de Jaffa », ArOr, XXXIII, 1965, pp. 546-552.
W. F. ALBRIGHT, « À Letter from the Time of Josiah», ANET
Sup, p. 132 (568).
L. DerekaT, «Ein Bittschriftentwurf eines Sabbatschänders
(KAI 200) », Biblica, LI, 1970, pp. 453-470.
HMI, pp. 26-30.
A. LEMAIRE, « L'ostracon de Mesad Hashavyahu (Yavneh-Yam)
replacé dans son contexte », Semitica, XXI, 1971, pp. 57-79.
260 OSTRACA DIVERS

G. GaARBIN1, « Note epigrafiche », AION, XXII, 1972, pp. 98-102.


R. HESTRIN, Inscriptions Reveal, Jerusalem, 1973, p. 26, n° 33,
et p. 40 (Hb).
J. TEIxIDOR, « BES », Syria, L, 1973, pp. 416-417, n° 102.

PRÉSENTATION GÉNÉRALE
En janvier 1960, une première campagne de fouille dégagea
les restes d’une forteresse datant de la fin de l’époque du Fer
et située à environ 1,6 km au sud de Yavneh-Yam sur la côte
méditerranéenne, entre Jaffa et Ashdod. Au cours de cette
première campagne de fouille plusieurs tessons inscrits furent
mis au jour; une deuxième campagne, en septembre 1960,
permit d'agrandir la superficie des fouilles et de découvrir
quatre autres fragments inscrits. Ces six ostraca, dont le premier
est, de beaucoup, le plus important, ont tous été trouvés, soit
à l’intérieur de la porte de la forteresse, soit non loin de son
aile sudi. Or, «la forteresse a existé pendant une période qui
ne peut pas avoir excédé vingt ans... le site fut habité par des
Grecs dans le dernier tiers du vue siècle av. J.C.... et le site ne
fut jamais réhabité? ». Ce contexte archéologique parfaitement
clair permet de dater les ostraca du dernier tiers du vire siècle
av. J.C., et assez vraisemblablement de très peu de temps avant
609 av. J.G. Dès 19605, J. Naveh publia six fragments de
l’ostracon n° 1, et, en 19624, y rattacha un septième fragment
en même temps qu’il publiait les cinq autres ostraca. Nous ne
présentons ici que les ostraca 1 et 6, car les autres ne contiennent
aucun mot complet.

OSTRACON N° 1
Que Monsieur l’Officier écoute
l'affaire de son serviteur. Ton serviteur
est un moissonneur. Ton serviteur était à Ha-
SD
B . sor Asam, et ton serviteur avait moisonné,
1. Cf. J. NaAvex. JEJ, XII, 1962, pp. 27-32.
2. Ip., « The Excavations at Mesad Hashavyahu, Preliminary Report »,
IEJ, XI1, 1962, p. 99. Ces Grecs étaient probablement des mercenaires au
service de Josias : cf. H. Tadmor, BA, XXIX, 1966, p.102; AI, p. 13; supra,
p. 160, n. 24.
3. 1D., IEJ, X, 1960, pp. 129-139, et PI. 17.
4. 1p., IEJ, XII, 1962, pp. 27-32.
OSTRACA DE MESAD HASHAVYAHU 261

. et il avait terminé, et il engrangeait ces jours-ci avant le


. sabbat. Comme ton serviteur avait terminé la moisson et qu’il
. engrangeait ces jours-ci, alors vint Hôsha‘yahu fils de Sho-
: bay et il prit le vêtement de ton serviteur — alors que
j'avais terminé
©Hume
ma moisson —. Cela fait plusieurs jours qu’il a pris le
vêtement de ton serviteur;
10. et tous mes frères parleront pour moi, eux qui moissonnent
avec moi dans la chaleur
11. (de la moisson; oui,) mes frères parleront pour moi : en
vérité, je suis innocent de toute fau-
12. (te. Fais donc rendre) mon vêtement ; et s’il n’incombe pas
à un officier de faire ren-
13. (dre le vêtement de) ton serviteur, alors monjtre-lui ta bon-
14. (lé, et tu écou)teras (l'affaire de) ton serviteur et tu ne resteras
pas muet, Je l'en
(prié ® es... )

I. COMMENTAIRE

Les sept fragments réunis par J. Naveh permettent de recons-


tituer un grand ostracon de forme trapézoïdale, de 20 cm de
haut et 7,5 cm à 16,5 cm de large, contenant une quinzaine de
lignes d’écriture. Malheureusement la reconstitution reste
incomplète : le coin inférieur droit, c’est-à-dire le début des
lignes 11 à 15, manque toujours.
La formule d'introduction est caractéristique d’un plaidoyer,
d’une «cause» que l’on présente : un bon parallèle nous est
donné par l’histoire de David présentant sa cause devant Saül
(1 S 26, 19). Le terme ’dny, «mon maître » ou « monsieur », est
un titre de politesse qui peut s’appliquer au roi mais ne lui est
pas réservé : on le retrouve dans les ostraca de Lakish et d’Arad
appliqué à des fonctionnaires royaux. Le terme $r est généra-
lement employé en hébreu biblique pour désigner un « chef »
militaire, un «officier ». Mais Ex 18, 13-26 rapporte l'institution
de $ärim ayant essentiellement une fonction judiciaire : le
verset 22 est particulièrement clair :
« Et ils jugeront le peuple en tout temps,
nt, et
et toute affaire (haddaäbar) importante, ils te la déférero
es. »
toute affaire moins importante, ils la jugeront eux-mêm

La référence à ce texte est d'autant plus nécessaire que la


262 OSTRACA DIVERS

critique littéraire date la dernière époque de sa rédaction (v. 21b


et 25b) de l’époque de Josias5 et que c’est à la fonction judiciaire
d’un $ar qu'il est fait allusion dans cet ostracon. Si nous avons
traduit «officier », c’est qu’en français ce terme peut désigner
aussi bien un responsable militaire qu’un fonctionnaire de la
justice. Le mot dbr signifie le plus souvent « parole », mais aussi
dans un sens plus large, «chose», «affaire». Ici le contexte
judiciaire et la référence à Ex 18, 22 recommandent la traduction
«affaire ».
Dans les écrits officiels, la formule de présentation des
lignes 2-3 : « ton serviteur … », est généralement suivie du nom
propre ou du métier exercé par celui qui se présente, par exemple :
« Tes serviteurs sont des bergers. » (Gn 47, 3). Ici l’ostracon ne
précise ni le nom de l'officier, ni celui du plaignant : il s’agit
de rapports administratifs et il est donc normal dans ce cas de
ne préciser que la condition sociale du plaignant, d’autant plus
qu’elle est nécessaire à la compréhension de la plainte elle-même.
Aux lignes 3-4, le nom propre de lieu, Hasor Asam, est nouveau ;
il s’agit vraisemblablement d’un de ces nombreux villages
(hasrôt) à la limite de Juda, dépendant d'Éqrôn ou d’Ashdod
(cf. Jos 15, 11.45; 2 Ch 26, 6). Étymologiquement hsr signifie
«cour», «camp», et ’sm, «grenier», «grange» (cf. Dt 28,8;
Pr 3,10). Ce nom est donc parallèle aux nombreux lieux-dits
« Les Granges » en français.
À la ligne 5, wykl est une forme verbale qui constitue une
des principales difficultés de l’ostracon, car elle peut se rattacher
à deux verbes différents : klh, « terminer », « achever », et kw/yl,
« mesurer ». D'un simple point de vue orthographique les deux
solutions sont possibles, seul le contexte peut nous permettre
de discerner entre ces deux verbes, et le contexte général ne
laisse, selon nous’, aucun doute : c’est le verbe klh, « achever »,
« terminer », qui s’impose.

5. Cf. WHRJJ, pp. 56 ss ; R. KNIERIM, « Exodus 18 und die Neuordnung


der mosaischen Gerichtsbarkeit», ZAW, LXXIII, 1961, pp. 146-171;
M. SEKINE, «Beobachtungen zur der josianischen Reform », VT, XXII,
1972, pp. 361-368. Cette fonction judiciaire est attestée dans le procès de
Jérémie (Jr 26, 10) : cf. G. G. Macxozz, « Zur Geschichte der Justizorgani-
sation in Juda », ZAW, LXXXIV, 1972, pp. 314-340, spéc. p. 317. Sur l’asso-
ciation du pouvoir militaire et du pouvoir judiciaire, cf. G. C. MACHOLZ,
art. cit., p. 324.
6. Cet ostracon confirme donc que l'autorité de Josias s’est étendue,
durant quelques années au moins, jusque sur la plaine côtière (cf. 2 Ch 34, 6).
7. Cf. A. LEMAIRE, Semilica, XXI, 1971, pp. 64-68.
OSTRACA DE MESAD HASHAVYAHU 263
À la ligne 5, «et il engrangeait » (w’sm) présente une forme
d’un verbe qui n’est pas attesté en hébreu bibliquef; d’après
le nom de même racine (cf. Pr 3, 10 et Dt 28, 8) et les parallèles
syriaque et araméen, ce verbe signifie « entasser dans un grenier
ou une grange », « engranger », en notant toutefois que les termes
de « grenier » et de « grange » doivent être compris au sens large
et peuvent aussi désigner un tas de gerbes à l'extérieur, une
«meule ». Il s’agit donc de «rentrer » la moisson, de la mettre
à l’abri. Cette action est très bien décrite dans les peintures
égyptiennes représentant le déroulement de la moisson? : comme
aujourd’hui encore dans certains villages de Palestine, on
chargeait les gerbes sur le dos d’ânes bâtés qui les transportaient
du champ que l’on moissonnait au village ou à la ferme où elles
étaient entassées et mises à l’abrii0.
L'expression suivante, kymm, signifie probablement «ces
jours-ci»t : il est normal qu'après avoir indiqué le lieu de
l’action, Hasor Asam, le plaignant en indique aussi la date au
moins approximative : à défaut de l'indication exacte du quan-
tième du mois, le moissonneur précise que cela s’est passé tout
récemment, « ces jours-ci ».
Aux lignes 5-6, le syntagme /pny $bt a été traduit soit « avant
mon repos », soit « avant le sabbat» (cf. Ne 13, 19). Comme il
s’agit vraisemblablement d’une indication précisant la date de
l’événement, le sens de «avant le sabbat» semble préférable.
Mais s'agit-il déjà du «septième jour de la semaine »? ou le
mot désigne-t-il une fête chômée plus ancienne? L'origine et
l’évolution de l'institution du sabbat restent assez obscures!? ;

8. G. GARBINI, AION, XXII, 1972, pp. 99-102, s'appuie sur ce fait pour
interpréter sm comme un nom commun, une « mesure de grain ». Mais cette
interprétation ne tient pas compte de la syntaxe de la phrase; de plus, la
dérivation « mesure de grain » à partir de ‘sm, « grenier », semble, pour le
moins, un peu compliquée.
9. Cf. H. LESÈTRE, « Moisson », Dictionnaire de la Bible, IV, Paris, 1928,
col. 1217-1218 : tableau complet de la moisson d’après le tombeau de Ti,
Musée Guimet. Les deux panneaux supérieurs représentent le fauchage des
blés à la faucille sous ia direction d’un surveillant ; dans le cadre 3, les
moissonneurs lient les gerbes (cf. Gn 37, 7); dans le cadre 4, on charge les
gerbes sur des ânes bâtés ; dans le cadre 5, on décrit l’entassement des gerbes
dans des meules ou des magasins ; enfin les cadres 6 et 7 représentent le
dépiquage et le battage. ; -
10. Il ne s’agit pas tant de les mettre à l’abri des intempéries que du vol.
11. Cf. A. LEMAIRE, Semitica, XXI, 1971, pp. 69-70.
12. Cf. le récent «status questionis » de M. GRUBER, « The Source of the
Biblical Sabbath », JANES, I, 2, 1969, pp. 14-20, et notre essai de solution :
264 OSTRACA DIVERS

il est vraisemblable que le «sabbat » ait d’abord été une fête


chômée régulièrement en Canaan au moment de la pleine lune.
Dans cette ligne, il est possible que Ex 34, 21 fasse allusion à
un «sabbat » célébré au temps des labours et de la moisson.
Un tel sens conviendrait parfaitement au contexte agricole de
cet ostracon. Ce sabbat pourrait donc être la fête de la pleine
lune liée à la fête de la fin de la moisson!4.
A la ligne 7, « Hôsha‘yahu » (hwS$yhw), « Yhwh a procuré le
salut », est déjà attesté dans l’ostracon 3 de Lakish, ligne 1.
« Shobay » (by), lui, se retrouve trois fois dans la Bible (2 S 17,
27; Esd 2, 42; Ne 7, 45); c’est un hypocoristique à terminaison
y qu’il faut probablement rattacher au verbe &wb, soit avec
le sens de « se tourner », «se retourner » (IPN, p. 199), soit avec
le sens de «répondre ». On retrouve cette forme hypocoristique
sur un sceau palestinien!5, en safaïtique (NPSS, p. 205) et en
palmyrénient6.
A la ligne 8, le geste de Hôsha‘yahu doit être bien compris :
il ne s’agit vraisemblablement pas d’un vol qui aurait été
exprimé par le verbe gnb; d’après les textes bibliques, ce geste
de la prise d’un vêtement est caractéristique de la prise d’un
gage (Ex 22, 25-26; Dt 24,12-15.17; Am 2,8 …) en attendant
qu’une dette soit payée. C’est probablement dans ce sens qu'il
faut l’interpréter ici.
On peut noter, dans la phrase des lignes 8-9, l'emploi de la
première personne du singulier ; ce passage du style de politesse :
«ton serviteur .» à un style personnel plus direct marque
l'importance que le plaignant attache à cette déclaration
«j'avais terminé ma moisson »; il est essentiel, pour son plai-
doyer, qu’il ait terminé sa moisson, c’est-à-dire ce qu’il avait
à moissonner!?.

« Le sabbat à l’époque royale israélite », RB, LXXX, 1973, pp. 161-185. Cf.
aussi P. GRELOT, « Du sabbat juif au dimanche chrétien », La Maison-Dieu,
123, 1975, pp. 79-107.
13. Cf. H. CazeLLes, « Ex 34, 21 traite-t-il du sabbat ? », CBQ, XXII,
1961, pp. 223-226, cf. aussi 2 R 4, 23 qui évoque une fête du sabbat à l’époque
de la moisson.
14. Ce «sabbat » pourrait être identique à la fête de la Pentecôte, car,
d’après Ex 23, 16, la «fête des Semaines » est appelée aussi «fête de la
moisson » (hag hagqäsir). Cette interprétation semble concorder avec l’affr-
mation plusieurs fois répétée ici que le moissonneur avait « fini » sa moisson.
15. Cf. F. VATTIONI, Biblica, L, 1969, p. 365, n° 43.
16. Cf. PNPI, p. 113, mais celui-ci rattache ce mot à l’arabe $abb,
« jeune garçon ».
17. Cf. G. DALMAN, Arbeit und Sitle in Palästina, III, 1933, p. 31.
OSTRACA DE MESAD HASHAVYAHU 265
Le syntagme de la ligne 9, zh ymm, a souvent été mal compris :
il s’agit d’une expression temporelle : « cela fait plusieurs jours »,
ou «il y a plusieurs jours »8. Syntaxiquement, cette expression
peut se rattacher soit au verbe qui précède, soit au verbe qui
suit. Gette dernière solution semble préférable à cause de la
4
référence probable à un point de la législation israélite :
« S1 tu prends en gage le manteau de quelqu'un,
tu le lui restitueras au crépuscule,
car c’est tout ce qu’il a pour se couvrir... » (Ex 22, 25-26; cf.
Dt 24, 12-13).
La phrase de la ligne 9 : «il a pris. », est une reprise de la
ligne 8 qui ne s’explique bien que par la précision apportée :
« Cela fait plusieurs jours qu’il a pris …»
Le terme « mes frères » (’hy, ligne 11) peut s’employer dans
un sens large pour désigner ceux qui appartienent à la même
tribu, qui partagent les mêmes conditions de vie, ou qui, comme
ici, collaborent au même travail®®. Le verbe ‘nh, « prendre la
parole », est ici suivi du lamed : il annonce donc un témoignage
favorable, tandis que l’emploi de la préposition b indiquerait
plutôt un témoignage défavorable. « En vérité » (mn) introduit
un serment dans un contexte judiciaire??. À l’opposé de Akân
(Jos 7, 20) qui reconnaissait sa faute, le moissonneur proclame
donc son innocence et plaide « non-coupable ».
A la ligne 12, la restitution proposée par F. M. Cross, J. Naveh,
Amusin et Heltzer, «(fais donc rendre) mon vêtement », nous
semble la plus vraisemblable.
La lecture de la fin de la ligne 13 et des lignes 14 et 15 reste
très incertaine.

II. INTERPRÉTATION GÉNÉRALE


Malgré les lacunes des dernières lignes, le sens général de cet
ostracon est parfaitement clair. Il ne s’agit pas d’une «lettre »,

18. Cf. GeseniIus-KAuTzscH-CowLey, Hebrew Grammar, 8136 d; cf.


aussi J. N. Vinnixov, ArOr, XXXIII, 1965, p. 549. On pourrait aussi voir
dans ymm un duel : « cela fait deux jours. », mais d’après l'orthographe déjà
attestée dans les ostraca de Samarie, le duel serait probablement écrit ymym.
19. Cf., par exemple, Dt 15,1-11 avec l'expression caractéristique
«frère pauvre»; ce terme souligne donc le sentiment de solidarité qui
existait entre les moissonneurs.
20. Cf. S. TALMON, « Amen as an Introductory Oath Formula », Texius,
VII, 1969, pp. 124-129.
266 OSTRACA DIVERS

mais plutôt d’une requête, d’une « plainte » en justice déposée


par un moissonneur auprès d’un officier royal qui résidait
probablement dans la forteresse où l’ostracon a été découvert.
Cette plainte a été écrite par un scribe reconnaissable à son
écriture régulière; il est vraisemblable qu’il s'agissait d’un
scribe plus ou moins rattaché à la forteresse auquel s’adressaient
ceux qui avaient des « demandes officielles » à remplir, un peu
comme les «scribes » que l’on peut voir, aujourd’hui encore, à
l'entrée de certains bureaux d’administration en Palestine.
Il est vraisemblable que ce scribe ne s’est pas contenté d’écrire
cette lettre sous la dictée du moissonneur, mais qu’il l’a, en
quelque sorte, rédigée ou tout au moins « mise en forme ». Ge
fait expliquerait que, contrairement à l’opinion des premiers
commentateurs, cette plainte ait été écrite en parfait hébreu,
dans un style simple et précis, et qu’elle ne se permet d’insister
que sur les points importants comme nous allons le voir en analy-
sant le rôle des personnes en présence.
Nous l’avons déjà noté, l’«officier » auquel est adressée cette
plainte assumait essentiellement une fonction judiciaire, confor-
mément à l’organisation de la justice à l’époque de Josias
(cf. Ex 18). Cette organisation comprenait toute une hiérarchie
de fonctionnaires, « chefs de millier, chefs de centaine, chefs de
cinquantaine, chefs de dizaine »; il est assez vraisemblable que
l'officier résidant à Mésad Hashavyahu, étant donnée l’impor-
tance relative de la forteresse, n’était qu’un officier subalterne,
peut-être l’équivalent d’un «juge de paix» en France. Cette
position hiérarchique expliquerait bien l’allusion des lignes
12 ss : le moissonneur craint que cette affaire ne dépasse la
compétence de l'officier de Mésad Hashavyahu et lui demande,
dans ce cas, d'intervenir plus haut sans considérer cette affaire
comme « classée ».
Le plaignant lui-même se présente comme un « moissonneur » :
s'agit-il d’un propriétaire ou fermier qui moissonne son propre
champ, ou d’un ouvrier salarié? La manière même dont il se
présente comme un moissonneur invite à adopter la deuxième
solution. Le fait qu'il s'agisse d’un ouvrier salarié semble
confirmé par l’allusion à la loi de Ex 22, 25-26 et Dt 24, 12-13.
Il a donc vraisemblablement été embauché avec d’autres (ses
«frères ») pour la moisson. Suivant la coutume palestinienne, la
«tâche » de chacun des moissonneurs avait été délimitée : une
bande de quelques mètres de large dans le champ à moissonner,
ce que le plaignant, dans l’ostracon, appelle «ma moisson »
OSTRACA DE MESAD HASHAVYAHU 267
(ligne 9). Après avoir coupé sa part, le moisonneur la « rentre ),
l’eengrange » dans les bâtiments de celui pour qui il travaille.
Le rôle de Hôsha‘yahu est plus difficile à préciser : il peut
s’agir soit du propriétaire du champ, soit d’un contremaître
chargé de veiller à la bonne exécution de la moisson. D’après
les indices que nous pouvons glaner des tablettes assyriennes?l,
il semble que l’administration des temples ou des domaines
royaux de la région de Nimrud passait des contrats avec des
sortes de contremaîtres pour l’exécution de la moisson : l’admi-
aistration avançait l’argent nécessaire à la nourriture et au
salaire des moissonneurs et le « contremaître » s’engageait en
retour à faire exécuter la moisson par un certain nombre de
moissonneurs. Si certains moissonneurs ne venaient pas, le
contremaître devait payer une pénalité. En Palestine même,
d’après le livre de Ruth, la moisson des champs d’un gros
propriétaire (Booz) était exécutée par un groupe de moissonneurs
sous la direction d’une sorte de contremaître appelé « le serviteur
(naar) établi sur les moissonneurs » (Rt 2, 5.6; cf. aussi Jdt 8, 3).
A la lumière de ces deux parallèles, il est donc vraisemblable
que Hôsha‘yahu jouait un rôle de « contremaître », même s’il
est impossible de préciser s’il l’exerçait dans un domaine public
ou dans un domaine privé, encore que le premier cas paraisse
le plus probable.
Dans l'introduction, le plaignant situe rapidement l’« affaire » :
elle a eu lieu à Hasor Asam, très probablement quelques jours
auparavant. Il est vraisemblable que la fête du « sabbat », quelle
que soit sa signification précise, a été célébrée entre le moment
de la prise du vêtement et celui du dépôt de la plainte par le
moissonneur (lignes 5-6). L'objet exact de la plainte est rappelé
deux fois : Hôsha‘yahu fils de Shobay a pris le vêtement du
moissonneur (lignes 8-9). Le plaignant ne précise pas pourquoi
Hôsha‘yahu a fait ce geste, mais il est probable qu’étant venu
(ligne 7) inspecter les moissonneurs, il s’était aperçu que l’un
d’entre eux était absent et qu’en conséquence il risquait d’avoir

21. Cf. les publications partielles de B. PARKER, Iraq, XVI, 1954, p. 31


(ND 2092, 2094, 2320), Iraq, XIX, 1957, pp. 125-138 (spéc. p. 126, ND 5465,
5469), Iraq, XXV, 1963, p. 88 (BT 104). Ces tablettes sont d’autant plus
éclairantes qu’elles datent du vie siècle av. J.C., c’est-à-dire qu’elles sont
à peu près contemporaines de cet ostracon ; cf. aussi, pour une époque plus
ancienne, D. J. WiseMAN, Jrag, XXX, 1968, pp. 175 ss (TR 3014, 3022).
22. Cf. B. PARKER, Iraq, XXV, 1963, pp. 88, 90, 91 (BT 104); J. N.
PosT@aTE, Iraq, XXXII, 1970, p. 149, n° 15 : « he shall give the harvesters,
if they do not go, he shall give 1 mina of silver... »
268 OSTRACA DIVERS

à payer la pénalité prévue en cas d'absence d’un des moisson-


neurs; c’est vraisemblablement pour éviter cette amende et
obliger le moissonneur à revenir travailler que Hôsha‘yahu a
confisqué alors le manteau laissé dans le champ. La « défense »
du moissonneur est habilement présentée : il plaide «non-
coupable » (lignes 11-12) et se justifie en insistant sur le fait qu'il
a terminé sa moisson; de plus, son absence est normale : ayant
fauché sa part, probablement en avance sur ses camarades, il
s'était mis à engranger, à rentrer les gerbes moissonnées. La
non-culpabilité est donc facilement établie ;mais le moissonneur
ne s'arrête pas là : il «attaque » Hôsha‘yahu pour avoir retenu
le vêtement confisqué pendant «plusieurs jours», ce qui est
illégal : même si le moissonneur avait été coupable, Hôsha‘yahu
aurait dû lui rendre son vêtement avant la nuit (cf. Ex 22, 25-26
et Dt 24, 12-13).
Ainsi cet ostracon constitue un témoignage très intéressant
sur la vie quotidienne en Palestine à la fin du vire siècle av.
J.C. Il nous éclaire en particulier sur le déroulement du travail
agricole, les rapports entre milieux sociaux différents et l’orga-
nisation concrète de la justice à l’époque de Josias. Sans doute
la Bible nous a-t-elle conservé le détail de plusieurs procès,
mais il s’agit de procès jugés devant le roi (cf. 2 S 14, 4-24;
1 R 3,16-27..). Ici, il s’agit d’une «affaire» beaucoup plus
simple, mais que nous connaissons directement car nous avons
entre les mains «une des pièces du dossier ».

OSTRACON N° 6
1. ‘Anyba‘al
PALEERENTE argent sh(égel) : 4

Cet ostracon a été découvert lors de la première campagne de


fouille dans le nettoyage des pierres de la tour. C’est un tesson
rouge mesurant 7X8 cm. Il contient deux lignes d'écriture et,
bien qu’on ne puisse en être absolument certain, il est possible
qu’il soit complet.

J. Naveh propose de lire cet ostracon :


1. (Ne)tasba‘al
D DER a pesé 4 (shéqels d’)argent, 4 d’après le poids du roi.
OSTRACA DE MESAD HASHAVYAHU 269

Mais, comme l’a déjà remarqué Y. Aharoni#, cette lecture


est très douteuse. Seul le mot «argent» (ksp), à la ligne 2,
semble vraiment certain. En fait, à la ligne 1, il nous semble
préférable de lire : «‘Anyba‘al» (‘nyb‘l), nom propre qui ne
semble pas attesté jusqu'à maintenant et signifie « Baal a
répondu » (cf. IPN, p. 185). Par sa formulation faisant référence
à une somme d'argent, cet ostracon ressemble à l’ostracon 2
de Tell Qasilé, mais son mauvais état de conservation empêche
d’en tirer des renseignements certains.

23. Y. AHARONI, BASOR, 184, Dec. 1966, p. 19.


alé: J. ere
pit LE — {E de. FEU .#, Ja2re MEL |

a À Rd $speine,
:

“vea mao
AOL Ciel ei SEE J9R, fan heQ IT
enisé 190. El! étui gesep 3e
& + inoigsenné FA
aie de
<tle HA 4. AULAE SAYUZ. 6 Era bic

PE pepe aananhait
+ px,
Pa
a
ÿ: Le ; ;
: EX
<&.

< 2 caen con msnileuue (ft Hi ll es int


Se WG RE L ve 'E Ef 1
4 {5 TETE : 2% THORRTAPTIS £ 1 x dis nemh ê% sù ñ

gricËte, tes rmpporte stre méfeux soeii difiéresvs où Votté


4 nr Fe LPTEON E ue rer tps nus , à s-
ts

fie détail th r mre "


CARE TITR pdd te: 8 Dee
pes

$ x Etc GONE € ñtant + nur 4

de Jireete “ed LT dE”:


ESS ee el

ET
IKKS

‘à#1 FE art
CHAPITRE VI

LES OSTRACA
DE TELL BÉÉR-SHÉBA

Depuis 1969, des fouilles importantes, sous la direction de


Y. Aharoni, directeur de l’Institut d'Archéologie de Tel-Aviv,
sont conduites à Tell Béér-shéba (— Tell es-Seba‘) dans le Négeb
(coordonnées géographiques : 134-073). Les trois premières
campagnes de fouilles ont déjà été publiées : elles ont mis au
jour plusieurs inscriptions hébraïques, dont trois ostraca en
partie lisibles, tous découverts dans les couches d'occupation
rattachées à la strate II détruite en 701 av. J.C.L

OSTRACON N° 1
. 10 éphah
. Peniél ‘Ebed
?
. Buza Amos
D
©
OR. 30

Cet ostracon (n° ?2117/1) a été découvert dans le couloir


extérieur d’un des magasins (locus 273). C’est un tesson rectan-
gulaire (57 X44X6 mm) provenant de la paroi d’une jarre, Sur
la face extérieure du tesson, on discerne les traces d’au moins
deux lignes d'écriture, qui restent malheureusement illisibles.
Sur la face intérieure, on reconnaît cinq lignes écrites à l’encre

1. Cf. Y. Auaront ei alii, Beer-Sheba I, Excavations at Tel Beer-Sheba,


1969-1971 Seasons, Tel-Aviv, 1973, spéc. pp. 71-78 : «The Hebrew Ins-
criptions ».
272 OSTRACA DIVERS

noire et, peut-être, des traces d’une inscription plus ancienne


qui font penser à un palimpseste. Il est vraisemblable que le
texte lisible ne constitue que la partie inférieure du verso,
c’est-à-dire la fin de l’ostracon.
Y. Aharoni propose de lire de manière assez différente et
traduit :
+
. De Tolad bats de) x (vin?)
®
. Beth-Amam
OO
HR
OT
D 3
A la ligne 2, au lieu de mnildb]$, il nous semble préférable
de lire pn’L.‘bd, et, à la ligne 4, il faut probablement lire bz7 .’ms,
au lieu de byt.’mm. Les signes numériques sont parfois incertains ,
à la ligne 1, nous reconnaissons le signe hiératique 10 suivi:
peut-être, du symbole de l’éphah; à la ligne 3, le signe nous
semble difficile à identifier, et, à la ligne 5, il nous semble pouvoir
reconnaître le signe hiératique 30 attesté aussi sur des poids
inscrits?,
« Peniél » (pn’l) est un nom propre de personne déjà attesté
dans la Bible et à Ougarit#; il signifie probablement «El (— dieu)
s’est tourné vers, a regardé », à moins qu’il ne faille le comprendre
«Face de El»5. Nous avons déjà rencontré «‘Ebed» dans
l’ostracon 72 d’Arad, ligne 5.
« Buza» (br), de lecture assez incertaine, ne semble pas
attesté jusqu’à maintenant. On peut le rapprocher du nom
biblique büz$ ou du palmyrénien bzy”, à moins qu’il ne faille
le rattacher au verbe rare bz’ dont la signification exacte reste
assez incertaines.
« Amos » (ms) est un hypocoristique bien attesté dans la Bible
comme le nom du père du prophète Ésaïe?; il signifie que la

2. Cf. R. B. Y. Scorr, « The Scale-Weights from Ophel, 1963-64 », PEQ,


1965, pp. 128-139, spéc. n° 3257 ; Y. AHARONI, « The Use of Hieratic Numerals
in Hebrew Ostraca and the Shekel Wéights », BASOR, 184, 1966, pp. 13-19,
spéc. pp. 16-17.
Cf. 1 Ch 4,4; 8,925.
Cf. PNTU, p. 173.
Cf. PNPP, p. 392.
Cf. Gn 22, 21 ;: Jr:25, 23: 1 Ch 5,14.
Cf. PNPI, p. 9 et 76.
Cf. Es 18, 2.7 ; HALAT, p. 113.
on©à9
NI
Lo Cf. 2? R 19, 2.20 ; 20, 1 ; Es 1, 1 ; 2, 1 ; 13, 1 ; 20, 2...
OSTRACA DE TELL BÉÉR-SHÉBA PES:
divinité s’est montrée « forte »10, On le retrouve aussi sur
un
sceau nord-ouest sémitique, peut-être moabitell, et dans
une
inscription sur vase trouvée à Tell Dan22.

Get ostracon, dont nous n’avons que la fin, est une nouvelle
liste de noms propres suivis d'indications de quantités, proba-
blement de quantités de grain: il s’agit donc vraisemblablement
d’une liste de distribution de rations assez semblable à celle de
l’ostracon 31 d’Arad.

OSTRACON N° 2
CES ya)hu Elisur
LR ENEPRR ) 30
Get ostracon (n° 2177/1) a été trouvé dans une tranchée de
pillage des pierres du mur à casemates situé au sud des magasins
(locus 289). Le tesson actuel (45 x35 X8 mm) ne constitue qu’un
fragment de l’ostracon primitif et contient probablement le
coin inférieur gauche de l’inscription.
Y. Aharoni propose de lire 1. ..... Jus. ...h 2." 1V, mais il
nous semble possible, non sans quelque hésitation, de lire sr
à la fin de la ligne 1 tandis que le signe de la ligne 2? semble
très proche du signe de la ligne 5 de l’ostracon précédent.
Le nom « Elisur », qui reste incertain, est déjà attesté dans
la Bible! ; il signifie « El (— dieu) est (mon) Rocher wii,

OSTRACON N° 3
1. Bl(é?)
Cet ostracon (n° 3798/1) a été découvert dans une pièce
contiguë à la rue située à l’ouest de la porte de la ville (locus 477).
Le tesson actuel (51 X46 X 11 mm) ne contient que deux lettres
écrites sur la face extérieure d’un fragment de jarre.
La restitution incertaine hf(m), « bl(é) », peut s'appuyer sur le
rapprochement avec les ostraca 31 et 33 d’Arad.

10. Cf. IPN, p. 190.


11. Cf. F. Varriont, Biblica, L, 1969, p. 368, n° 74.
12. Cf. A. BrraN, « Tel Dan », BA, XX XVII, 1974, pp. 26-51, spéc. p. 50.
ESC NDU,)5;: 2, 10:77; 80/32 HO NES.
14. Cf. IPN, p. 156.
à Hans
Éures | LT ps
erauesana
trans of Qu ot shot
… Hal nier hscu re à De:

TE. LA:2"#4 JE“i % ES Ê


net prés natots 6 2 i : diben she sp. sb EPS
Jh fins 6 nid dm LE ROABR: cijes sb moïudrdteih 5h ajeil:
lle Toisd bats di Eine AU EE + ont

ET
sisi, nd(ex :.
LT Ms
ts Fri
Fr
à. probe

\ifaél PiirBees
D et UT refbit 1 TA sbrthi ci
aintit (VE Æ À. Mes Fetish 504074 itorau
ni
a) 56 ste sslGel pleure :were traits BA 3 €
chértes 'éaihiot Gisaimié sf egrpiit ans sossmsit 28 à:
FE Lasbèsétg cossttet SEC snadnf disant os
érste CUELTE = #3b ÉOTERNTENI
à CC URR 5lMe purge
l'entrée M6 adieu ==) KE + oftagis Hi :*
PAUL 1 ALE à se LE MAS FES LE -N inçer Lite. nee‘ranbie

L4 v88i- MODARPEOS
3 LE gr +7er 1 Chu SD. M. rasé

Ed = À rare Be ‘ Lu

ES ÿ |

eut Dava
un" SE UARein”rt
AT sol} affre BL 96afrogds Fab 430
sol robeEh met à(entr 1xBR
CHAPITRE VII

L'OSTRACON DE KHIRBET EL-MÉSHASH

BIBLIOGRAPHIE

V. Frirz, « Ein Ostrakon aus Hirbet-el-Méaë », ZDPV, XCI, 1975,


pp. 131-134.

. Zakar …
. “Ezer fils de …
. Hananyahu fils de
. Aha fi(ls de …
mu BS (.….
DO
OO
HR
OT

Cet ostracon (n° 1543/1) a été trouvé durant la deuxième


campagne de fouille, en 1974, dans la pièce 737, près du mur
extérieur d’un bâtiment important situé dans la partie sud de
Khirbet El-Méshash, à 15 km env. à l’est de Béérshéba (c. 146-
069); l'inscription se rattache à l’avant-dernier niveau du Fer
de ce tell (probablement deuxième moitié du ve siècle av.
J. C.). L’ostracon (15 x7 cm) est composé de plusieurs fragments
dont un seul (5x5 cm) conserve des traces d’encre encore
lisibles. Zakar (zkr), ‘Ezer (‘zr), Hananyahu (hnnyhw) et Aha
(k) ont déjà été rencontrés dans d’autres inscriptions, en
particulier dans les ostraca d’Arad.
fé=

Æ LES TTE 1Le)


rx eA FC Vie, LR

HHAARDONEIE 4 MR à
_— %

ETCL OX ,NAGX ED sn sue aokeseO ai Rs


| soie el 2 MOME TE

vs Ca
cudirest sk ter bvuon ôjès
van wb 6 Te AA 304 et ensb rasph
sb bus sineq sf enaf dnile Sshogent
RE 9) diilenétf 2h des'f & ve cul ët 4
F4 nb uessviet vohmshlisset chant
+8 sise Sur vb Sfiont amizoof 4
insemgst} srislet lg sf er des (eee D
atpas srsas'h ssosd sb aY1SRUOS
SA ds Inégand) sdrasll Le”):
+ AnoigéRi coul s#ngh 2
Le af Pots LA AN besA
EXCURSUS 1

SIGNES NUMÉRIQUES
ET SYMBOLES

Depuis la publication des ostraca de Samarie de 1910, on sait


que, à l’époque royale israélite, les chiffres pouvaient être
indiqués soit en toutes lettres, soit par des signes numériques
spéciaux. Pour déterminer la valeur de ces signes numériques
nouveaux, on a utilisé deux méthodes différentes :
1. A la suite de G. A. Reïsner (HES, I, pp. 227-232), la plupart
des commentateurs! ont rapproché ces signes numériques des
signes hiératiques égyptiens correspondants?. Depuis la publi-
cation des premiers ostraca d’Arad, cette correspondance est
devenue une évidences pour les chiffres 1, 2, 3, 4, 5, 10 et 20
(cf. tableau, p. 281).
2. A la suite de la découverte de nombreux poids inscrits en
Palestine, on a rapproché les signes numériques attestés sur les
ostraca de ceux gravés sur les poids. Plus précisément, Y. Yadin‘
a proposé d'interpréter la valeur numérique de ces signes en

1. Cf. surtout M. Not, ZDPV, L, 1927, spéc. pp. 240-244 : « Exkurs


über die Zahlzeichen auf den Ostraka »; J. T. Miix, dans Les grottes de
Murabba‘ät, DJD 11, Oxford, 1961, pp. 93-100 (cf. PI. XXVIII) ; Y. AHARO-
nt, LEJ, XII, 1962, pp. 67-69 ; SO, pp. 491-492.
2. Cf. G. MÔôLLER, Hieratische Paläographie, III, Leipzig, 1936, pp. 59 ss.
3. Cf. surtout Y. AxARON1I, « The Use of Hieratic Numerals in Hebrew
Ostraca and the Shekel Weights», BASOR, 184, 1966, pp. 13-19; I. T.
KaurMAN, «New Evidence for Hieratic Numerals on Hebrew Weights »,
BASOR, 188, 1967, pp. 39-41 ; AI, passim. :
4. Y. YaADIN, SH, VIII, 1961, pp. 9-25, et IEJ, XII, 1962, p. 66 ; cf. aussi
J. Navex, 1EJ, XII, 1962, pp. 27-32, et déjà A. Jirku, OLZ, XXVIII,
1925, col. 279.
278 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

fonction du nombre de shéqels que pesaient ces poids de pierre.


On aboutit alors au résultat suivant : 1, 2, 4, 8, 16, 24, 405.

Ces deux manières de rechercher la valeur des signes numé-


riques semblent toutes deux méthodologiquement saines, aussi
est-on surpris de les voir aboutir à des résultats différents!
En fait, cette différence dans les résultats obtenus disparaît si,
avec R. B. Y. Scott et Y. Aharonif, on remarque qu’il y a une
correspondance entre l’unité de mesure de poids israélite et les
unités de poids égyptiens : 8 shéqels = 1 dében — 10 qédets?.
Les signes marqués sur les poids de 4 shéqels et plus indiquent
donc l'équivalent en qédets égyptiens des poids israélites, ceci
probablement dans le but de faciliter le commerce avec l'Égypte.
Cette transformation pourrait sembler, à première vue, extra-
ordinaire; en fait, elle s’explique très bien par l’importance de
l'influence égyptienne dans l’administration israélite, influence
dont les historiens ont déjà souligné plusieurs aspects8.
Les signes numériques utilisés en Palestine pour indiquer les
nombres entiers sont donc généralement identiques aux signes
hiératiques égyptiens correspondants. Cependant cette interpré-
tation n’explique pas tous les signes qui apparaissent dans les
ostraca. Outre l'attestation de signes fractionnaires dont la
plupart restent d'interprétation diffcile?, il semble que d’autres
signes soient, en fait, des symboles d’unités de mesure :
1. Dans l’ostracon 25 d’Arad, le point précédant les traits
verticaux est certainement le symbole de la mesure égyptie
nne

5, Cf. R.B. Y. Scorr, « The Scale-Weights from Ophel, 1963-196


XCVII, 1965, pp. 128-139 ; Y. AHARONI, BASOR, 184, 4 », PEQ,
1966, pp. 13-19 ;
V. I. KERKKOF, « An Inscribed Stone Weight from Shechem
», BASOR, 184,
1966, pp. 20-21; Y. AHARONI, « A 40-Shekel Weight
with a Hieratic
Numeral », BASOR, 201, Feb. 1971, pp. 35-36.
6. R.B. Y. Scorr, PEQ, XGVII, 1965, p. 135
; Y. AHARONI, BASOR, 184,
Dec. 1966, p. 18.
7. En effet, le « deben » pesait environ 91 8 (cf.
A. GARDINER, Egyptian
Grammar, London, *1964, p. 200) alors que
le « shéqel » pesait environ 11,4 g.
8. Cf. R. DE VAUX, « Titres et fonctionnaires égyptie
ns à la cour de David
et de Salomon », RB, XLVIII, 1939, PP. 394-405
; AT, I, pp. 195-203 ; SSO,
ri Part Three, X : « The Scribal School and Egyptian Influen
ce », pp. 140-
9. Cf. R. B. Y. Scorr, « Shekel-Fraction Markings on
Hebrew
Weights »,
BASOR, 173, 1964, pp. 53-64 ; LT. KAUFMA
N, « New Evidence for Hieratic
Numerals on Hebrew Weights », BASOR,
188, 1967, pp. 39-41.
EXCURSUS I 279

hk3l (env. 4,5 litres), écrite aussi avec un point en écriture


hiératique.
2. Le signe qui apparaît deux fois dans l’ostracon 18 d’Arad
(« A mon maître Elyashib »), et cinq fois dans l'ostracon 31
(«blé »), est très probablement le symbole d’une ration indivi-
duelle de grain, c’est-à-dire de l’«éphah » (env. 45 litres).
3. Le signe qui apparaît à la ligne 7 de l’ostracon 1 d’Arad,
« À Elyashib » et à la ligne 9 de l’ostracon 31 (« blé ») est proba-
blement le symbole d’une mesure de grain plus importante
employée pour les collectivités : le « kor » (env. 450 litres).
4. Le trait vertical qui suit les deux signes précédents indique
probablement qu’il s’agit de signes symboliques. En effet, s’il
n’est pas toujours employé après un symbole, on le retrouve
après la lettre beth utilisée comme abréviation d’une mesure de
liquides : le « bat » (env. 45 litres) en particulier dans l’ostracon 1
d’Arad « À Elyashib », ligne 3.
5. Pour indiquer le « shéqel », unité de poids de 11,4 g environ!?,
on utilisait, semble-t-il, la lettre shin, abréviation de &(ql), qui
se retrouve dans l’ostracon 2? de Tell Qasilé et probablement
dans l’ostracon 6 de Mésad Hashavyahu. Il est possible que le
signe gravé sur les poids de 1 shéqel et plus ait la même signi-
fication, mais cette interprétation reste hypothétique!t.
6. Le signe, plus ou moins en forme d’angle aigu attesté dans
les ostraca 31 (ligne 1) et 33 (lignes 1 et 6) pourrait être le symbole
du « séah », mesure de grain de 15 litres environ. Toutefois cette
interprétation reste assez incertaine.

Outre les signes numériques et les symboles d’unités de mesure


déjà étudiés, d’autres signes sont encore attestés, dont l’interpré-
tation est plus incertaine. Ainsi, on peut proposer la valeur 4”,
ou mieux 815, pour le signe de l’ostracon 16,8 d’Arad et de la

10. Y. YaADIN, SH, VIII, 1961, pp. 12-13 ; R. B. Y. ScorT, PEQ, XCVII,
1965, pp. 128-137. ” î
11. Ÿ. YADIN, op. cit., pp. 13-17, pense qu’il s’agit plutôt d’un emblème
royal équivalent à l'inscription imlk.
12. Cf. J. T. Mix, ibidem, qui le rapproche du signe non identifié de
l’ostracon 63 de Samarie, ligne 1 ; cf. aussi HMI, pp. 13, 32.
13. En effet, 4 semble normalement écrit avec quatre traits parallèles, et,
d’autre part, ce signe ressemble quelque peu au signe hiératique 8 : cf.
G. Müller, Hieratische Paläographie, III, Leipzig, 1936, p. 59, n° 621.
7.
I. T. KaurMAN (SO, p. 124, en note) pense qu’il s’agit du signe hiératique
280 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

fin de la ligne 1 du papyrus de Murabba‘ât, et la signification


« total » ou « somme » pour le signe compliqué de la ligne 9 de
l’ostracon du «blé». De toute façon, il faut mettre à part
l’ostracon n° 2 de Tell Qasilé!4 et aussi, mais de façon moins
probablet5, l’ostracon G 1101 de Samarie, qui semblent utiliser
le trait horizontal pour indiquer les dizaines, à la manière
phénico-araméenne. Cette utilisation des signes phéniciens à
Tell Qasilé concorde avec le fait que cet ostracon se réfère au
commerce avec la Phénicie.
Au total, même si la signification de certains signes, plus ou
moins lisibles, nous échappe encore, il nous semble déjà possible
d’y voir plus clair dans l'interprétation des signes numériques
et des symboles utilisés en Palestine à l’époque royale israélite.
En conformité avec le contexte historique général, ces signes et
symboles attestent l'importance des relations culturelles du
royaume de Jérusalem avec l'Égypte, et, à un moindre degré,
avec la Phénicie.

14. Cf. déjà Y. AHARONI, BASOR, 184, 1966, p. 19.


15. En effet, le premier signe horizontal pourrait être, plus vraisemblable-
ment, le symbole de l’«éphah » un peu déformé par l'incision (cf. supra,
p. 247).
EXCURSUS I 281

+
(Le)
%:
ee
isa
1 3 4 5 8 10 20 30 40 50 300 £: Séah

shiératiques | NI T2 À &'K SAP _ue


am | 1 À RIT!
inscrits l { ETts à
T
v?
-
As | AK
kish 9 IN
kish 13 la

ikish 19 i
AAA (ER
ikish 21-22 1]
rad 1à4 j I] 7
rad 6al2 | 74 W
rad 16à18. WA LE
rad 25 I ji
rad 31

rad 24 29
rad 33,36 >
rad 384972 ; Al (0)
arie C 110: ts
ad Hashavyahu ait

Qasilé Il
abba'ât - UE L?

Fig. 11. — Signes numériques et symboliques.


. 4
1 & os
LE à c

‘at54 be'.oùd
C4 vJ

URL -

s: 6» À 7
—.
EXCURSUS II

LE CLAN D’ASRIEL ET ISRAËL,


LES ORIGINES
DE LA CONFÉDÉRATION ISRAÉLITE:

Dans l’étude de l’onomastique topographique des ostraca de


_ Samarie, nous avons vu que le clan des « fils d’Asriel » (benëy
’asri'el) était installé au sud de Manassé, à la frontière entre
Éphraïm et Manassé, et qu’il occupait l’ancien territoire cananéen
de Tappuah. D’après l’orthographe &r’! des ostraca de Samarie,
il est clair que le aleph au début de ’a$ri’el est un aleph prosthé-
tique?. Dès lors, le nom de clan Asriel (’a$ri’ël) est à rapprocher
du nom de peuple Israël (yisr& él). Le rapprochement des deux
noms est d'autant plus évident que le aleph et le yod sont deux
« demi-consonnes » et que l’alternance des lettres prosthétiques
’ly est un phénomène très bien attesté devant une sifflante,
spécialement au début des noms propres. « Asriel» et « Israël »
sont donc probablement deux formes différentes d’un même
nom originel.
Cette identité originelle du nom du clan Asriel et de celui du
peuple Israël éclaire les origines historiques de la confédération
israélite. En effet, très souvent, en géographie historique, le
nom d’une partie d’un peuple ou d’une nation s’étend peu à
peu à tout ce peuple, à toute cette nation. Aïnsi. par exemple,
la Suisse (Schweiz) tire son nom de l’un des trois premiers
cantons confédérés, Schwyz; de même, la France tire son nom

1. Nous présentons ici, sous une forme légèrement différente, l’essentiel


de notre étude : « Asriel, rl et Israël et l’origine de la confédération israé-
lite », VT, XXIII, 1973, pp. 239-243.
2. Cf. déjà W.F. ALBRIGHT, JPOS, XI, 1931, p. 250.
284 OSTRACA DIVERS

du peuple franc qui n’occupait primitivement qu'une petite


partie de la Gaule. Aussi plusieurs exégètes® avaient-ils déjà émis
l'hypothèse que l’expression «fils d'Israël » faisait revivre un
titre ancien désignant un clan de « fils d’Israël ». Cette hypothèse
nous semble confirmée par le témoignage des ostraca de Samarie
à cette nuance près que le nom primitif a été conservé dans le
texte massorétique sous la forme ’a$riel au lieu de yisr@’
él.
Plusieurs aspects de la tradition biblique corroborent ce lien
historique entre « Asriel » et « Israël » :
1. Les traditions concernant l’existence d’un patriarche, ou
d’un groupe, Israël, sont liées géographiquement à la « maison
de Joseph», comprenant Éphraïm et Manassé. Or Asriel est
situé au cœur de cette « maison de Joseph », à la limite entre
Éphraïm et Manassé.
2. Le récit de Gn 34 nous éclaire quelque peu sur la période
historique antérieure à la prise de Sichem et « atteste la présence
dans la région de Sichem d’un clan de semi-nomades ‘ proto-
israélites ? à une époque antérieure à la fondation de l’amphic-
tyonie israélite. Les membres de ce clan se désignaient par le
nom ‘fils d'Israël ”. » Cette conclusion de l’étude de A. de Puryÿ
sur Gn 34 concorde parfaitement avec la localisation du clan
des « fils d’Asriel » au sud de la ville de Sichem.
3. Silo a été le premier sanctuaire national, le centre de la
première confédération israéliteS; c’est là que se rassemblaient
les «fils d'Israël » et qu’a été scellé l’accord fixant les limites

3. Cf. G. STEUERNAGEL, « Jahwe, der Gott Israels », Fesischrift J. Well-


hausen, BZAW XXVII, Giessen, 1914, pp. 329-349, spéc. p. 345 ; A. BESTERS,
«* Israël ” et * fils d’Israël * dans les livres historiques Genèse-Il Rois », RB,
LXXIV, 1967, pp. 5-23, spéc. p. 82; A. DE PURY, « Genèse XX XIV et
l’histoire », RB, LXXVI, 1969, pp. 42 et 49; L. WÂGHTER, « Israel und
Jeschurun », Schalom, Stuttgart, 1971, p. 61.
4. Cf. H. Seesass, Der Erzvaler Israel, BZAW XCVIII, Berlin, 1966,
spéc. pp. 21-34 ; R. DE Vaux, Hisioire ancienne d'Israël, Paris, 1971, pp- 167,
592-595. A la différence de H. SeEBAss, nous ne pensons pas que cette tra-
dition était primitivement centrée à Sichem, car Sichem n’a été conquise par
les Israélites qu'à l'époque des Juges : cf. Jg 9; A. DE Pury, RB, LXXVI,
1969, pp. 11 et 47 ; R. DE VAUX, op. cit., p. 585.
5. À. DE Pury, « Genèse XXXIV et l’histoire », RB, LXXVI, 1969,
pp. 1-49, ici p. 48 ; cf. aussi A. DE Pur, Promesse divine et légende culiuelle
dans le cycle de Jacob, II, Paris, 1975, pp. 371-372.
6. Cf. O. ErssrELpr, «Silo und Jerusalem », dans Suppl. io VT IV, Leiden
1957, pp. 138-147 ; A. BEsTERs, « Le sanctuaire central dans Jud XIX-XXI »,
ETL, XLI, 1965, pp. 20-41 ; HI, pp. 158 et 162.
EXCURSUS II 285

des tribus’; c’est là surtout qu'était situé le sanctuaire où les


Israélites allaient régulièrement en pèlerinage? et où était
conservé l’emblème national : l'arche (1 S 3, 3; 4, 3,46 .…). Gette
ville était probablement située entre Éphraïm et Manassé (cf.
Jos 16,6), mais on ne la rattachait à aucune de ces deux tribus
et on la désignait par une expression spéciale : « Silo au pays
de Canaan» (Jos 21,2; 22,9; Jg 21,12). Or Silo n’est qu’à
8 km de Yassuf, ville du clan d’Asriel : la capitale de la première
confédération israélite était donc située soit dans le clan d’Asriel,
soit à sa limite, et l’on comprend très bien que le nom de ce
clan se soit étendu à toute la confédération.
Ainsi, la localisation du clan d’Asriel et l'identification Asriel
— 8rl — Israël permettent de mieux comprendre les premiers
développements de la confédération israélite dont nous pouvons
évoquer ici rapidement les principales étapes :
1. Le nom de la confédération des Israélites, des « fils d’Israël »,
vient du nom d’un des premiers clans confédérés, celui des « fils
d’Asriel », installé entre Éphraïm et Manassé non loin du sanc-
tuaire national de Silo.
2. À ses débuts, la confédération comprenait Éphraïm et
probablement une partie seulement de Manassé : les clans Asriel,
Abiézer, Shemyada‘ et Héleq. Au-delà du Jourdain, elle était
sans doute liée, mais de façon très lâche, aux tribus de Ruben
et de Gad (cf. Jos 22).
3. Cette confédération s’est peu à peu étendue, à l’époque
des Juges, en incluant, au sud, les divers clans de ce qui
devint alors la tribu de Benjamin!°, et, au nord, Sichem!t et
«tout le pays de Hépher »? dont Tirza devait être la capitale,

7. Jos 18, 1-10; 19, 51 ; 21,2 ; 22, 9.12. Sur la liaison des traditions sur
Josué et Silo, cf. K. MÔHLENBRICK, « Josua im Pentateuch », ZAW, LIX,
1942-43, pp. 14-58, spéc. pp. 56-57. ; ,
8. Jos 18, 1 ; Jg 18, 31 ; 1 S 2, 14... ; cf. aussi Jr 7, 12.14 ; 26. 6.9 ; Ps 78,
60.
9. Jg 21,19; 1 S 1,3; cf. HI, p. 162.
10. Cf. Jg 19-21 ; R. DE VAUX, op. cit., pp. 587-588.
11. Cf. Jg 9; A. De Pury, RB, LXXVI, 1969, pp. 11 et 47 ; R. DE VAUX,
op. cit., pp. 585-587. 4 4
Po. Celui-ci comprenait Mahlah, No‘ah, Milkah et Tirzah, cf. supra,
p. 63.
286 OSTRACA DIVERS

ceci probablement à la suite d’un traité d'alliance conclu à


Sichemiÿ,.
4. Après la prise de l’arche (1 $ 4), le sanctuaire de Silo ne
joue pratiquement plus aucun rôle. Samuel « juge » à « Béthel,
Gilgal et Mizpa » (1 S 7,16), et c’est Gilgal qui semble alors
jouer le rôle de sanctuaire national.
5. Sous Saül, la confédération se transforme en royauté
militaire. A l’occasion de la guerre contre les Ammonites, les
Galaadites scellent (ou renouvellent), probablement par un traité
(cf. 1 S 11, 15), leur alliance avec les Israélites (1 S 11)4, tandis
que Saül est soutenu dans sa lutte contre les Philistins par les
clans de la région de Juda.
6. Mais c’est seulement sous David!5 que les clans du Sud
s’organisent en une confédération centrée d’abord à Hébron.
L'union des tribus du Nord et des tribus du Sud ne sera pleine-
ment réalisée que par l’action personnelle de David qui crée
un nouveau sanctuaire national à Jérusalem en y transportant
l’archet6.
7. L'union des tribus du Nord et de celles du Sud restait
précaire. À la mort de Salomon, les tribus du Nord reprennent
leur indépendance et le nouveau royaume ainsi formé reprend
le nom de la confédération primitive autour de Silo : « Israël »
(cf. 1 R 12, 16 : « A tes tentes, Israël! »).

13. Cf. J. Gray, Joshua, Judges and Ruth, 1967, p. 155, v. 5. On peut
mettre ce traité en relation avec Jos 24 qui représente l'alliance de « fils de
Jacob » n’ayant pas été en Égypte et ne connaissant pas Yhwh, avec les
« fils d'Israël » dont la divinité était Yhwh (cf. la formule « Yhwh Dieu
d'Israël » ). Cf. E. SELLIN, Geschichie des israelitisch-jüdischen Volkes, I,
1924, pp. 98ss, et «Seit welcher Zeit verehrten die nordisraelitischen Stämme
Jahwe ? », Oriental Studies dedicated to P. Haupi, Baltimore, 1926, pp. 124-
134; M. Norx, Das System der Zwôlf Siämme Israels, Stuttgart, 1930,
pp. 65-75 ; J. L'Hour, « L'alliance de Sichem », RB, LXIX, 1962, p. 26;
R. DE VAUX, op. cit., p. 613 ; HI, pp. 160-161. Sur l’histoire du «pays de
Hépher », cf. Excursus III.
14. Sur le rattachement de Galaad à Israël et plus spécialement à
Manassé, cf. Jos 17, 1 ; Jg 8, 1-17 ; 12 ( 7); R. DE VAUX, 0p. cit., pp. 538-545.
15. Cf. R. DE VAUX, 0p. cit., pp. 507-510 ; H. WEïPppERT, « Das geogra-
phische System der Stämme Israels », VT, XXIII, 1973, pp. 76-89, spéc.
p. 88. Sur l'établissement probable dans un premier temps d’une confédé-
ration des clans du Sud centrés à Hébron, cf. 1 S 30, 26-31 ; 2 S 2, 1-4.
16. 2S 6; 1 Ch 13, 1-14; 15; 16; Ps 132, 6-10, 13-14 ; Cf. HI, p. 196.
EXCURSUS III

LE «PAYS DE HÉPHER »
ET LES «FILLES DE ZELOPHEHAD »!

L'histoire des « filles de Zelophehad » est rapportée en Nb 27,


1-11 et 36, 1-12; il y est aussi fait allusion en Jos 17, 4-6 et,
de façon plus confuse, en 1 Ch 7, 14-19. Sous leur forme actuelle,
les deux premiers textes promulguent une législation sur l’héri-
tage et le mariage des filles. Mais la rédaction sacerdotale a
probablement réutilisé ici un récit — ou des récits — plus ancien.
Que pouvons-nous retenir de l'interprétation de Tirzah comme
capitale du «pays de Hépher »?
Le fait que Hépher ait été un territoire pré-israélite semble
confirmé par l’onomastique topographique de cette région : les
noms de lieux du territoire de Hépher, tel que nous l’avons
délimité, ne semblent pas comprendre de noms géographiques
liés à l'installation des Israélites d’après la classification de
B. $S. J. Isserlin?, alors que l’autre partie de Manassé, autour de
Samarie par exemple, contient beaucoup de noms de lieux de
ce type : Géba‘, Attarôt, Er-Rameh... Cela signifie que ce terri-
toire n’a probablement pas été directement colonisé par les
divers clans israélites. Dès lors, le « mariage» des «filles de
Zelophehad » avec leurs parents, les « fils de Manassé », est sans
doute la déformation d’une tradition historique rapportant
l’alliance du « pays de Hépher » et des clans israélites de Manassé,

1. Nous présentons ici, sous une forme abrégée, notre étude : « Le ‘ Pays
de Hépher ’ et les ‘ filles de Zelophehad ? à la lumière des ostraca de Samarie »
Semitica, XXII, 1972, pp. 13-20.
2. B.S.J. IssERLIN, « Israelite and Pre-israelite Place-Names in Palestine:
A Historical and Geographical Sketch », PEQ, LXXXIX, 1957, pp. 133-144.
288 OSTRACA DIVERS

alliance que le livre des Chroniques a gardée sous la forme de


la tradition de la « concubine » araméenne de Manassé (1 Ch
7,14). Cette interprétation est conforme à ce que nous savons
par ailleurs de l'extension de la confédération israélite dans
cette région, extension qui semble s’être faite généralement de
façon pacifique, par infiltration et alliance et non par conquête.
L'hypothèse, suggérée par J. Grayÿ*, d’une réorganisation de
la confédération israélite à Sichem semble donc se vérifier et se
préciser. Il est probable que c’est à Sichem, sanctuaire tradi-
tionnel des alliancest, que Manassites et Héphrites ont conclu
une alliance à la fois politique et religieuse : Jos 24 représente
vraisemblablement une autre forme de cette tradition historique
d’une alliance des «fils d'Israël» yahvistes (cf. la formule :
« Yhwh Dieu d’Israël ») avec des clans de «fils de Jacob » qui
n’avaient pas été en Égypte et ne connaissaient pas Yhwh,
une de leurs divinités devant s’appeler Pahad d’après Gn 31,
42.535.
Il est même possible que ce pacte, cette alliance, ait comporté
une clause par laquelle Manassites et Héphrites s’engageaient
au respect mutuel de leurs territoires, suivant le principe tradi-
tionnel de la confédération israélite que « chacune des tribus
d'Israël restera attachée à sa part» (Nb 36,9, cf. Nb 36, 7).
Cette clause expliquerait que le «pays de Hépher » ait gardé
son particularisme jusque sous Salomon (1 R 4, 10).
Le nom de Zelophenad (s/phd) est fermement attaché à cette
tradition historique, mais cette mention semble bien énigma-
tique! Le nom lui-même signifie : « à l’ombre (sous la protection)$
de Pahad (— Parent) ». Le nom divin Pahad semble lié au cycle
de Jacob dans la tradition élohiste (Gn 31, 42.53) et représente
probablement un témoignage de la religion des ancêtres, d’« au-
delà du Fleuve » (cf. Jos 24, 15). Il serait alors possible que ce
nom, Zelophehad, soit celui du dernier «roi de Hépher » (Jos
12, 17) et que l'indication répétée avec insistance que Zelophehad

3. J. GRAY, Joshua, Judges and Ruth, 1967, p. 155, v. 5.


4 Cf. G.R. H. WRIGuT, « Shechem and League Shrines », VT, XXI, 1971,
pp. 572-603.
5. Sur la signification historique de Jos 24, cf. supra, p. 286, note 13;
cf. aussi R. DE Vaux, « El et Baal, le dieu des Pères et Yahweh », Ugaritica
VI, Paris, 1969, pp. 515-516.
6. Cf. le nom parallèle « Selibaal » ou « Silibél » du roi de Gaza à l'époque
de Sennachérib : D. L. LuckENBiLL, Ancient Records of Assyria and Baby-
lonia, IT, Chicago, 1927, nos 240, 690, 876; ANET, p. 288.
EXCURSUS III 289
n'avait pas de fils corresponde à une tradition historique
: à
sa mort sans héritier, son royaume se serait rattaché
à la confé-
dération israélite qui l’entourait de trois côtés. Il va sans
dire
que ce dernier essai d'interprétation des détails de la tradition
des «filles de Zelophehad » reste très hypothétique.
Au total, l’analyse des données bibliques sur le «pays de
Hépher » reçoit quelque lumière de l’onomastique topographique
des ostraca de Samarie; cette confrontation nous permet de
décrire avec une très grande vraisemblance l’histoire de son
rattachement à la confédération israélite.

10
Him LUpExt w1 sb :
fé eye ce àDore”)

tes “AB à
fr
#5 TUEEE
L

0 pers en sr Enr bee

1, dit“a é L |
— NS &e !
à* ie

hate: nr ET" de-ds :


; ae L'éjder. ré; tés a :

4
INDEX DES NOMS PROPRES
CONTENUS DANS LES OSTRACA

Abréviations : Azzah : S ?,3 ; 17a, 1-2 ; 17b, 1.


Ba‘alme‘on : cf. le nom de per-
S Ostraca de Samarie de 1910. sonne : Ba‘alme‘ony.
L Ostraca de Lakish. Be‘alot : cf. le nom de personne
A Ostraca d’Arad Haba‘alty.
O Ostracon de l’Ophel Béérayim : S 1, 2.
SS Ostraca de Samarie de 1931- Béérshéba : A 3, 4.
1935. Beyt ( )yahu : L 20, 1.
Q Ostraca de Tell Qasilé. Beyt Akzib : L 22, 10.
R Ostracon de Ramat-Rahel. Beyt Harapid : L 4,5.
M Ostraca de Mesad Hasha- Beyt Horon : Q 2, 1.
vyahu. Chaïidée : cf. Chaldéens : L 6, 6.
B Ostraca de Tell Béér-Shéba. Champ des cardeurs : O 1.
KM Ostracon de Khirbet El- Edom : À 21,5 ; 24, 20 ; 40, 10.15.
Méshash. Égypte : L 3, 16.
A 88, 3.
I. NOMS DE DIVINITÉS Elmatan : $ 28, 3.
Gat-Paran : S 14, 1-2.
Horon : cf. le nom de lieu Beyt
Géba‘ : S 8, 1-2.
Horon.
Haserof-7$, 15, l:H18311:222;4 ;
Yhwh: L. 2: 15:3 253:95 4,15,
23,3; 24,2:,125,4,; 26,2:
LS NGNIL E9 + SA FES
Hasor Asam : M 1, 3-4.
1° 12,3.
Hasor Sousah : A 32, 1.
A°M16;3:"18;2.9;:21, 24;
Hélèq = S 22,1-2; 23,1 ; 24, 1;
40 ,3. 25-16, 4627, E
Hoglah : S 45, 1 ; 47, 1 ; 66.
II. NOMS DE LIEUX Juda : À 40,13 (cf. aussi le nom
Abiézer : S 13, 1-2 ; 28, 1. de personne Hayehudy).
Akzib : L 8, 7 ;,22, 10 (Beyt Akzib). Kittion : cf. le nom de personne :
‘Anîm : À 25, 2. Kitti.
‘Arad : À 24, 12. Kour : S 49, 4.
‘Ashéret : S 42, 4. Lakish : L 4, 10.
Asriel : S 42, 1 ; 48, 1. Ma'ôn : À 5, 4.
‘Azéqah : L 4, 13. Moab : L 8, 3-4.

10—1
292 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

Négeb : cf. le nom de lieu : Ramat- Ahiyahu : L 3,17.


Négeb. O7
No'ah®/S50 1 52 MS I62ST: Q 1, 2-3.
Ophir : Q 2, 1. R 1
Paran : cf. le nom de lieu : Gat- Ahy : À 39, 6.
Paran. Ahyam : A 35, 3.
Qînâh : À 24, 12. Ahyiqom : À 31,5.
Oouseh': S 4,1-25,5,2 62:27, Amar : S 29, 3.
1-2. ‘Amishalem : À 59, 4.
Ramat-Négeb : À 24, 13.16. Amos : B 1,4.
Sépher : S 16a, 1-2 ; 16b, 1-2 ; 29, 3. ‘Animes : S 24, 2.
Shemyada‘®:"S "3,2; 29,1; 30,1; ‘Anyba'al : © 6, 1.
31a, 1 31b, 1-2532;.1 ; 33,4-2; Asa: SR 6280 041 5252
34, 1; 35,1; 36,1; 37,1; 38, (7); REA IAA TRS PL 29,15
1525 89I A0 MI 749 MES 70 37, 35 99, 2: 100NI
62; 15063 22901 ‘Asayahu : L 22, 7.
Shiphetan : S 12, 2. ‘Azaryahu : L 18,2.
Sichem : S 44, 1. A"16; 6126,
Tawil : S 13, 4. Azny : L 20, 2.
Tell 152025532854, 5156165; Ba‘al:S12)2,
SUR ;A61S 72, 2507810 (8)E BaïñalasS1,7;: 3,3; 27 5508 52
994 10:
Vallée des Stèles : O 2, 8. Ba'‘alme‘ony : S 27, 3.
Yanum : A 19, 1. Ba'al'‘zakar : S 37, 3.
Yashoub : S 48, 3. Ba'ara : S 43,2; 45,2; 46, 2-3:
Yasit : S 9, 1-25 10,2; 19%9:h45, 47, 1.
3; 47,2; 67,1; 80, 1.
Baruk ASS 197 1.
Yehaw' ély : cî. nom de personne. Bédyaw : S 58, 1.
Benayahu : À 5,9 ; 39,9 ; 74, 4.
III. NOMS DE PERSONNES Bérèkyanu : À 22, 1
Besél : A 49, 1.
‘Abda ::S 57, 1 Buza : B 1,4.
Abiba‘al : S 2,4. Dalah : S 38, 3.
Abyahu : À 27, 6. Delayahu : L 22, 4.
Abyaw : S 52, 2. ‘Ebed,:44/72,5; Bu], 2.
Abyhay : À 39,11. ‘Ebedyahu : A 10, 4 ; 27,2 ; 49, 8.
‘Adayahu : A 58, 1. ‘Ebedyaw : S 50, 2.
Adoni'am : S 8,2; 9,2; 10, 2-3; ‘Egelyaw : S 41, 1.
LÉ: 194. Éla: S 38, 3.
Adonyaw : S 42, 3, Éliba : S 1, 6.
Aha : S 51,3: Elisur : B 2, 1:
À 67,4 ; 74, 2, Elnatan : 13,515 :; 11, 2.
KM 4. Elyair : A 21, 2.
Ahaz 519,5. Elyasha' : S 1, 4.7.
SS 7, 1. L 22,8 ?.
Ahazy : S 25, 3. A 24, 15.19.
Ahiamah : A 49, 16. Elyashib: L 22, sh
Ahima : S 32,3; 37, 2; 38, 2; 39,2.
Ahimélèk : S 22,2-18 ; 23, 2 : 24.
; 25; 2: 26, L (?):
on 28, 2 : 2972;
48, 2.
A 72,2:
INDEX DES NOMS PROPRES 293
Epesah : S 31a,2 ; 90, 2. Kittiss À 152%:19, 4; 4Msp7s2x
Eshor : S 13, 3-4. 8,2: H0;2.3.bR EI 2: 142:
Eshyahu : L 22,6. 17,59:
A 17,3; 35,2; 40,7 Konyahu : L 3,15.
(ALL ; 51,1 A 49, 4.
‘Ezer-'E 19,1: Ma'‘asy : À 22, 4.
A 22,2 183788 5132658, Mahséyahu : À 23, 6.
3 Mahséyaw : SS 4, 1.
KM 2. Malkiyahu : A 24, 14 ; 39, 2 ; 40, 8.
Gadyahu : A 71,8. Mattanyahu : L 1,5.
Gadyaw : S 2,2; 4,2; 5,2; 6, 2- Menahem : SS 4, 5.
35 7, à: 168,27 AGDIS ÉTAT: A 72, À
17b; 8:68, 2 :130,2 5233925034, Merémôt : S 33,3 (7).
R;.39, 2-3; 49; 3. A 50, 1.
Gaham : A 31,6. Meriba'al : S 2, 7.
Gealyahu : A 16,5 ; 39,5. Meshallem : À 39, 3.
Gebaryahu : À 60, 5-6. Mibtahyahu : L 1, 4.
Gedalyahu : A 21, 2. Mikal: L F9; 3.
Gemaryahu : L 1,1. Mikayahu : L 11,3.
À 31,8; 35,4; 38, Miqnéyahu : A 60, 4 ; 72, 1.
3°; 40, 1. Nahum : A 16, 10; 17, 1.8.
Géra : S 30, 3 ; 36, 3. Namsh(y ?) : S 56, 2.
A 20, 1 ; 27,5; 72,3. Nedabyahu : A 39, 3.
Gilgal : A 49, 4 Néhémyahu : À 31,3; 36,2; 40,
Gomer : S 50, La 1-2 ; 59, 3.
Haba‘alty : A 60, 1-2. Néryahu : L 1,5.
Hagab : L 1,3. A 31,4.
Hakalyahu : L 20, 2. Netanyahu : À 56, 1-2.
Hakkôs : À 38, 1. Ouriyahu : A 31, 2 ; 36, 2.
Hanan :S “4 DAS, 25 46:25 47; O 8.
Pady : A 55, 2.
A 4 26. Pashhur : À 54, 1.
Hananyahu : À 3, 3:16, 1:36,:4. Pedayahu : A 49, 15.
KM 3. Peniel: B'1, ?:
Hanna : S 30, 3. Péqah : L 19, 2.
Hasadyahu : R 2. PPY, A 722
Hashoréq : O 2. Qadbes : S 1,5.
Hayehudy : S 51, 3. Qary : O 3.
Helday : À 39, 10. Qerobour : A 24, 14.
Hélès : S 22,4; 23,3; 26,2; 30, Qérosite : A 18, 5.
231225 92:2:33, 2; 934, 6()5 Qiddem : À 39, 1.
39, 2 ; 49, 2. Qolyaw : SS 4, 2.
Hemda : À 55, 1. Qorah : A 49, 2.
Hissilyahu : L 1,1. Qoréh : O 1.
Hizqiyahu : O 1. Qôs'anal : A 12, 3.
Hôdawyahu : L 3, 17. Raga : S 78, 1.
Hôsha'‘yahu : L 3,1. A 31,2.
M1,:7. Raga' : S 1, 4.
Hushay : A 57, ?. Rapha : S 24,2
Kaleb : À 58, 2. Sa‘aryahu : A 31, 4.
Kamosh..... ES, 3. Sabakyahu : L 11,4.
Kephirah : A 60, LA Sayyad : À 52, 1.
R294 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

Sédèqyahu : L 11,5. ‘Uzzyahu : À 20, 2.


O 4 Ya'as : S 48, 8.
Sémah : À 49, 11. Yaazan : À 58, 4 ; 59,5.
Semakyahu : L 4,6; 13,2 ; 22, 5. Yaazanyahu : L 1; # 3.
Semakyaw : SS 4, 8. A 39,
Sepanyahu : À 59, 5. Yabesh': L195.
O 3. Yada' : L 3, 20.
Sheba' : S 2, 6. Yahazyahu : À 6< 3.
A 38,4 Yaôsh 19/4118,3, 2156j4Le
Shebanyahu : A 27, 4 ; 60,3 Yawyasha' : S 36 : 3.
Shelèmyahu : L 9,7. À 27,5 Yawnatan : S 45, 8.
Shemaryahu : A 18, 4. Yedanyahu : A 27, 4.
Shemaryaw : S 1,1-2; 13,2; 14, Yeda'‘yahu : À 31, 7 ; 389, 4.5.
2321, 1-2 Yeda‘yaw : S 1,8 ; 42, 2 ; 48, 1.
Shema‘yahu : L 4,6; 19, 4. Yehaw'ély : S 55,2 ; 60, 1.
AT, 513151524439, Yehôab : A 39, 10 ; 49, 9; 59, 1.
2.8 Yehô'az : À 31, 3 ; 49, 7.
Shillem: L 3, 20 ; A 35, 3. Yehôkal : A 21, 1.
Shobay : M 1, 7- 8. Yeqamyahu : A 39, 1 ; 59,2 ; 74, 8.
Shu‘al : A 38, 2 ::49, 14. Yirmiyahu : L 1,4.
Tanhum : A 39, 4. A 24, 15-16.
Tobshalem : L 1,2; 7, 5-6; 18, 1 Yishma‘él : A 57, 1.
Tobyahu : L 3, 19 ; 5, 10. Yishpot : A 53, 1.
Uryaw : S 50, 2. Zakar : S 31a, 3.
SS 4, 4, A 38, 7 ; 67,5.
‘Uzzas S°175: KM 1.
A 72, 4. Zamar : S 12,8.
INDEX DES RÉFÉRENCES BIBLIQUES

Genèse (Gn) 35, 4 : p. 181.


pe RE 35, 28 : p. 47.
10, 2-3 : p. 51. 35, 30 : p. 210.
10, 4 : p. 156.
12, 11 : p. 104. Lévitique (Lv)
14, 17 : p. 242. 14, 17 : p. 157.
14, 18.19.20 : p. 53. 17,5 pr tel.
19/29: D 90 23, 6.34.39 : p. 176.
22,21 pR7e: 27, 16 : p. 162.
22, 24 : p. 200. 27, 01:p: 199
25, 15 : p. 206. 27, 30°: p. 120.
30, LÉ: p; 99.
31, 42.53 : p. 288. Nombres (Nb)
32,6. D 10t- 1, :b5:p.273:
34 : p. 284. 2, 10: p. 273:
35, 1 : p. 164. 6,.3:#p. 162.
24507 :.p. 209: GCDEED LOT
38, 5 : p. 126.
7,:30:39 ‘Ep. 273.
#1; 16/0. 100:
10, 48.°p1273:
41,57 : p. 100.
15,20; D. ED:
43, 27 : p. 180.
18, 27.30 : p. 120.
46, 21 : p. 51.
26, 29-34 : p. 55.59.
47,3": p. 262:
Æ9 T1: p.162: 26, 58 : p. 210.
27,4-1l12p+287
Exode (Ex) 28-47 : pr 176:
29 42 pAi7 6.
12, 34 : p. 165. 32,88 11.60:
16 pe 170:
33,81::p: 176.
16,32 :1p. TeT.
83, 40,-3p-iis
18 : p. 266. 36, 1-12 : p. 287.
18:72 p1160;
36, 7.9 :1p:1288.
18, 13-26 : p. 261.
18,22-1p. 2020
22, 25-26 : p. 264, 265, 266, 268. Deutéronome (Dt)
23, 16 : p. 264. 4, 34 : p. 221:
31,2 : p. 210. 5,15 tp; 221.
34, 21 : p. 264. 6,77 -:0p. "103;
296 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

89 p.109. 19, 13" p468;


12 301p 2210; 19, 51’: p.285.
137::7p."90; 21,2% p: 1285;
14, 28 : p. 135, 185. 21, 22 : p: 255.
15, 1-11 : p. 265. 22 : p. 285.
16, 13 : p. 120. 22, 9.12 : p. 285.
18, 6-8 : p. 183. 24 : p. 286, 288.
20, 2-9 : p. 194. 24, 15 : p. 288.
21, 16 : p. 99.
24, 12-13 : p. 265, 266, 268. Juges (Jg)
24, 12.15.17 : p. 264. 1,47 "PE
28, 8 : p. 262, 263. DATE p-102
28, 33.36.64 : p. 99. 6:419/°/D: 160:
32, 14 : p. 162. 6, 112; p.258:
Josué (Jos)
RARE TA UE
8, 1-17 : p. 286.
5, 11-12::p. 201. 8, ? : p. 60.
6, 27: p. 220. 9 : p. 284, 285.
120 /D200 9, 26:28 "p.219.
8,1: p: E04. 11, 40 : p. 103, 161.
890 p.18
12 : p. 286.
9,6: p. 210.
14, 18 : p. 53.
10, 10 : p. 254.
18, 2.7.14.17 : p. 189.
12/3#1D Tir
18, 15 : p. 180.
12, 17 : p. 62, 288.
18, 31%%p. 285.
12, 24 : p. 64.
19 à 21 : p. 285.
19, 17 SpD 400:
13; 20% pe 111
19/10 \pa165:
15, 6:61%Ep. All: 19, 11 :1p.208:
15, 11-45 : p. 262. 20, 38.40 : p. 113.
15, 21 : p. 192. 21,12: p. 285.
15, 22 : p. 189, 191, 192. 21, 19: p. 285.
15, 44 : p. 126.
15, 50 : p. 197. Di Samuel (1 S)
15, 53 : p. 184. 1,3% pe 285.
15,65: p. 197. 1/24%1p. 46:
2, Sp. 04
2, 147: p.1285:
3, 3 : p. 285.
4 : p. 286.
17,413 :4p. 553259! 4, 3.4.6 : p. 285.
179 #HD 60: 1, 0 MpARe6:
17, 4-6 : p. 287. 8, 9-18 %p72:
17,5 : p. 60, 61. 8, 14" p72.
17,728 p57e 9, 4 : p. 205.
17, 7-10 : p. 6, 10, 3 : p. 46.
17,:8 : p. Gi 10, 4 : p. 180.
17, 11/ss %p, 63: 11 : p. 286.
18, 1 :p. 285. 11, 15 : p. 286.
18, 1-10 : p. 285. 13,2% ps
19, 4-8 : p. 191. 13;°31:1p.5020:
19,5: p.203; 13, 17 : p. 205.
19; SENp TOI 14, 49 : p. 133.
INDEX DES RÉFÉRENCES BIBLIQUES 297
17, 13: p#189: 1 Rois (1 R)
17, 22 : p. 180. 1,8 : p. 48.
17,55 : p. 103. LA) pr 4103
18, 20 ss : p. 133. 1, 25 : p. 103, 208.
2102 /Np. 28; 3, 16-27 : p. 268.
21, 4 : p. 161. 4, 10 : p. 62, 288.
Re di: Ne, 72 4, 18 : p. 49.
23, 8 : p. 189. 5,2 : p. 158.
23, 24.25 : p. 197. 5,7-8:: p. 74.
24,15 : p: 99: 5, 8 : p. 248.
24, 20 : p. 94. 5, 24-25 : p. 255.
25,5 *:p. 164. 5,25 : p. 253:
25, 6 : p. 180. 9,-F3 : p: 62.
25, 18 : p.46. 9,.17 : p. 255.
25, 80: p: 164: OMOFPPD 22e
20,19 : p. 261. 9, 27-28 : p. 255.
30,21 : p. 180. TO TE Sp. 2959:
30, 26-31 : p. 286. 11, 14-22 : p. 69.
30,27 : pr 191 11, 18-19 : p. 69.
11, 28 : p. 62.
11,740 : p: 69.
2? Samuel (2 S) 12, 16 : p. 286.
2,1 : p. 164. 12,25 : p. 62.
2, 1-4 : p. 286. 14, 4.5 : p. 104.
3,4 : p. 48. 14, 12 : p. 104.
3,5: p. 53, 217. 14, 17 : p. 63.
14, 25.28.33 : p. 45.
15,33: p. 63.
160% D 76:
17,12 : pr 182
18,35 p276:
18, 10% p. 122:
19, 16 : p. 49, 53, 63.
T1,1 > p. 112, 20, 22.267 p. LE2
11,22 : p. 101. 21-15 :5p778.
14, 4-24 : p. 268. 22, 8-28 : p. 129.
14, 13 : p. 118. 22, 12 : p. 164.
14, 17 : p. 122.
14, 25 : p. 221. 2 Rois (2 R)
15, 32.37 : p. 214. 4,23 : p. 264.
16, 1 : p. 46, 73, 164, 165. D, 12 P104
16, 4 : p. 73. 6, 9: p: 106:
I6 9% p999 8, 9 : p. 208.
17, 27 : p. 264. 8, ES 1p. 99-
18, 18 : p. 242. 9-7 p> PEL.
18, 22 : p. 105. 10/28 p?775
19/18 : p: 73: 15, 10.13.14 : p. 133.
19/18 : p: 190: 15, 20 : p. 74.
19, 27: p.105. 15, 25 ss : p. 133.
19, 30 : p. 73. 15, 32.34 : p. 185.
23,20€ prob. 15, 38 : p. 48.
23,33€ pr204: 16,77 :1p: 208:
24, 1-9 : p. 60. 16,9 : p. 241.
298 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES
18 ss : p. 240. 7, 12.14 : p. 285.
1848 5:1pD 258. 8, 18 :p:10?:
18, 17 : p. 241. 13, 12 : p. 46.
1952.20:: p.279 13, 19 : p. 151, 186.
20,114 p.272: 15, 5 : p. 180.
20, 12-19 : p. 253. 15 9%p 54:
20, 13 : p. 47, 255. ES; 2 AP M7:
22, 12 : p. 105, 200. 20, L : p. 49, 213.
23, 9 : p. 188. 22, 18-19 : p. 231.
23, 31-32 : p. 221. 22, 24.28 : p. 104.
23, 31-35 : p. 235. 25,23 : pRr72.
23, 34 : p. 161. 26, 6.9 : p. 285.
24,2 : p. 125, 151, 186, 198, 26, 10: p.262.
232, 235. 26, 20.21.23 : p. 200.
24, 6-8 : p. 235. 26, 22 : p. 104, 107, 108, 190.
24, 8 : p. 104, 231. 26, 24 : p. 200.
24, 18 : p. 129. 27, 3 : p. 125.186.
25, 1.3.8.27 : p. 176. 28, 1 : p. 109.186.
25, 4 : p. 105. 29,3 : p. 109.
25, 4.19 : p. 194. 30, 23 : p. 200.
29, 1972pD 4194. 32 : p. 247.
25, 22 : p. 200. 347 "pDAl16, 117
25, 23 : p. 94. 3D) LAPS, 18379235
36 : p. 108, 247.
Esaïe (Es)
36, 10.11.12.25 : p. 94, 200.
PAL D 270 36, 12.25 : p. 104, 136.
1,5: p. 102, 36, 14.32 : p. 96.
Lol D. 270 36, 23 : p. 111.
108 De 36, 30 : p. 231.
7, 4 : p. 106. 37, 1 : p. 104.
7,61: D. 99, 37, 7 : p. 108.
8; b7.:2D- 134 37, 11 : p. 108.
10, 28 : p.75. 915 18 D 4179.
19 D. 229 37, LS DN228:1290.
13, 6 : p. 190 33% p'H23M124
13,.12 : p. 254.
38, 1 : p. 187.
15,20 : p. 74. 38, 4 : p. 121.
18, 2.7%\p. 272. 38, 5.24.27 : p. 122.
LUNA EE CA 38, 6 : p. 190.
RON ND 241. 38, 9:1p#157.
AO NOED. LS: 38, 10.11 : p. 105.
29, 18: D Ie. 38,101 LD LD.
30, 14 : p. 46.
38, 14 : p. 100.
36, ? : p. 241.
39,2: p. 47. 38, 7: p423:
46, 8 : p. 98. 39;/t1::tp."185.
39,2 :1p..176.
52, 7 : p. 98.
66, 8 : p. 118. 39, 4 : p. 242.
40, 7 : p. 105.
Jérémie (Jr) 40, 8 : p. 94.
41;2.7413%/p. 190:
2,10 : p. 156. 43, 6 : p. 96.
4, 31 : p. 99.
46,20 :4p.153.
6,1 :.p..111, 113% 14
48 :-p. 195.
INDEX DES RÉFÉRENCES BIBLIQUES 299
48, 23 : p. 50. Nahum (Na)
50, 34 : p. 54.
EL RE: onON
51, 59 : p. 186.
Sri ps.
52, 4.6.12.31 : p. 176.
215 PAT.
Zacharie (Za)
52, 25 : p. 194.
3:10 5 D. 210:
Ezéchiel (Ez) 6, 10 : p.207.
6, 12 : p. 210.
14-26 prl176: 7, 14 : p. 200.
724 = p; 490.
Sr :pa176: Psaumes (Ps)
SH. pN94:
175#150p 3108. 8,2: p- 103.
ROLL HpeL76;. 15 :p. 182.
24,2 : p. 157. 23 : p. 183.
25,19x:4p: LL 23,5 : p. 47.
26,115 p.0176: 23, 6 : p. 182.
27,6: p.. 156: 27, 4 : p. 182.
27,17: p. 253. 33, 20 : p. 134.
29: 117: \p-0076: 34, 19 : p. 190.
30, 20 : p. 176. 35, 20 : p. 54.
31, 1: p.476. 39, 13 : p. 185.
de ls 2 pe 176: 40, 18 : p. 162.
33, 21 : p. 176. 42 : p. 210.
38, 6 : p.51. 44 à 49 : p. 210.
40, 1 : p. 176. 45, 10 : p. 254.
45, 13 : p. 162. 45, 10.13 : p. 255.
45, 14 : p. 158. 67,2: p. 187.
45, 18 : p. 176. 68, 17 : p. 213.
45, 21.25 : p. 176. 69, 22 : p. 163.
70,16" p: 067.
A7, ER 2 D 09:
75, Op LE:
76,12 p. 182:
78, 60 : p. 285.
84 et 85 : p. 210.
87 et 88 : p. 210.
91, 15 p810;
119,151 : p. 190.
132, 6-10 : p. 286.
132, 13-14 : p. 286.
133, 2 : p. 47.
139,13 : p. 129.

Job (Jb)
3,2 : p. 54
10,41: p° 429:
17, 12 : p. 190.
28, 16 : p. 254.
40, 6 : p. 200.
Michée (Mi)
3, Li : BL. Proverbes (Pr)

1, 14 : p. 126, 136. 3, 10 : p. 262, 263.


2, 12 : p. 165. 10, 26 : p. 163.
300 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

13, 21 : p. 94. 1 Chroniques (1 Ch)


25, 20 : p. 163. 1, 5-6 :\p. 51:
30, 4 : p. 165. 1) 7#p. 456.
1, 31 : p. 206.
Ruth (Rt) 239 pros
2, 5.6; p. 267. 3, 3°: Pr D, 27e
2, 14 : p. 163. 3, 24 : p. 104.
4, 4": p. 272.
Cantique (Ct) 4, 23 : p. 137.
4, 31 : p. 203.
1 9#tp47:
5 : p. 80.
4, 10 : p. 47.
5,5 : p. 50.
5, 11 : p. 62.
Lamentation (Lm) HMS "p.160;
1,22 : p. 102. 5, 14 : p. 272.
5,17 : p. 102. 5, 17 : p. 60, 80.
6, 53 : p. 255.
Daniel (Dn) 7, 14 : p. 61, 288.
7, 14-19 : p. 55, 59, 60, 287.
2, 27: p. 100: 7, 36 : p. 205.
A9 p162: 8, 8 : p. 50.
d ©t T 272.
Esdras (Esd) s 50.
51:
00
Q0
go p. 48.
s 187.
240.
50.
48.
es
se
ee
ss
+.
+

ei©©
r D CO
mi
D
&©+ 51.
14,3 PTT
PHrrTT
204.
126%" p 181
12,7 : p.210.
1 13, 1-14 : p. 286.
1 15%: bp 286:
15, 18.21 : p: 217.
Néhémie (Ne) 15, 24 : p. 217.
16 : p. 286.
1 : p. 134 17, 49% 4p90
5.26 : p. 242. 20/1: pe:
ID 164 24, 18 : p. 136.
ss LR 175; 25, 1 : p. 1083.
s 25, 4.16 : p. 96.
25; 817 p22157
26, 1 : p. 240.
.+ 26 TE: PAIIR
NN
CNINNIN
sw FRE
AN 27, 10 : p.51.
10,2 : p. 134. 27; 19: p207.
10, 10 : p. 134, 206. 27, 27-28 : p. 80.
11,13 : p. 48. 29, 4 : p. 254.
11, 25 : p. 192.
13, 4-5 : p. 155. 2 Chroniques (2 Ch)
13, 19 : p. 263. 2,9 : p. 253.
INDEX DES RÉFÉRENCES BIBLIQUES 301
2, 15 : p. 253. 31, 14 : p. 240.
8, 4.6 : p. 228. 31, 20 : p. 221.
8,5 : p. 255. 32, 27-28 : p. 253, 255.
8, 18 : p. 255. 32, 28 : p. 228.
9, 107: p.256. 34, 6 : p. 262.
16, 4 : p. 228. 34, 7 : p. 221.
17,8 : p. 95. 34, 20 : p. 105.
17, 12 : p. 298. 36, 10 : p. 112.
17, 12-19 : p. 194.
17, 19 : p. 221. Judit (Jdt)
18, 7-27 : p. 129. |
23, 1 : p. 215. Se ed
25, 5 : p. 194.
26,6 : p. 262. Fou Fe
26,
10 : p. 73. ARE E
26, 11-14 : p. 194. Fe
31, 2-19 : p. 255. Siracide (Si)
31, 5-6 : p. 255. 39, 26 : p. 162.
31,7 : p. 120. 50, 15 : p. 162.
1H, so
| |
PR &iè "RES
sx L. NONTIE GTr
2773 ès 4 : ES 54 .
u ce 240 de, .0d8 :
1 18e 4“A

À ; ié SE16 Ne” gl
£
3 # FA r ETEL: 1
4 .
£E » + si Te! EL CRERE
+16 CN, SG: LS
p. 67.
59, LEE 4: CET S
# : À je 2 60, AE
ee OCT CS
ne 0 Hé
g
cd
> Er COLE EE UT - | ELA 4
2
ps * y: 4 Be: pe pa
A, (es ei atutnie #: a € Pr
: $ FAT. : 06e

ET
PEL EE.

_ . Fe
€ M 0 7, 167854

7
TABLE DES MATIÈRES

Liste des abréviations Ne ne eue ne. +19 e sise ao aise) ae 0 fs. soit

Introduction cles te » een Se Pons » ee pl pbs + Q'o oies clone de ous à

see,» ee 0 ee 00e) e) en bi pEietiiehpl ets ere DUT

PREMIÈRE PARTIE
LES OSTRACA DE SAMARIE
Piblioseaphie.s.;; 7’ RE US A re ee
PACSORCAUONT DERÉPAIE. re ee ee Rd dan deed
ap... L. Le texte des.ostracalim PrPer aonnite,
1...
Chap. II. Datation archéologique et paléographique.....
Chap. III. Commentaire philologique et géographique...
L.' Les noms cConRAURE RE TR
DETTES AONS 0 DE DES OP er
III. Les noms-déée bae eL AS ani. 4. :.
Chap. IV. Interprétation générale des ostraca...........
I. Le contexte du Proche-Orient ancien .........
EL Le ETC EN DO PRES 0. -A
ITE-RPOCUS LTOUPDePMPOSCrACA A 7.0...
IV... Gonclusion! es 2eme
EI. eus

DEUXIÈME PARTIE
LES OSTRACA DE LAKISH
DO HOSEADMeNR. NR mee
àeus de re ao os
Prior anéralé.. 4-22 4..,...4.:..
eus
Chap. I. Étude détaillée de chaque ostracon............
Chap. II. Interprétation d'ensemble des ostraca de Lakish.
304 INSCRIPTIONS HÉBRAÏQUES

TROISIÈME PARTIE
LES OSTRACA D’ARAD
Bibliographie... vent NSe 147
Présentation générale nt...ne 149
Chap. I. Étude détaillée de chaque ostracon............ 155
Chap. IT. Interprétation d'ensemble des ostraca......... 223
LT. Paléograpie es.. OR . CRE 223
IL. Genres Hétérames OS 224
FITL/0n0mtiquer "0. OR Re 226
IV: “Ee:temple 92%; :; 2 RNA a
V.Le.magasin: ss: 90m ei 228
VI. L'organisation militaire du Négeb............. R3R
VII. Les événements historiques. saute. ......... r234

QUATRIÈME PARTIE
OSTRACA DIVERS
Ghap....L. Ostracon de l’Ophelzsertao.sab Sa 239
Chap. IT. Les ostraca de Samarie de l’expédition « con-
JR a ne RS 245
Chap. III. Les ostraca de Tell Qasilé.................. 251
Chap. IV. L’«ostracon » de Ramat-Rahel.............. 257
Chap. V. Les ostraca de Mesad Hashavyahu........... 299
Chap. VI. Les ostraca de Béér-shéba..............
. 271
Chap. VII. L'ostracon de Khirbet El-Méshash......
4
Excursus I : SiGnEs NUMÉRIQUES ET SYMBOLES. ....
277
Excursus II : LE CLAN D’ASRIEL ET Isa) MT, 283
Excursus III : Le «pays DE HÉPHER » ET LES ( FILLES
DE ZEROPHEHAD MALRN. .. . 287
Index des noms propres contenus dans les ostraca.......
291
Index des références DIDRQUES,. 0 CNRS CS 295

A 042 5/0
FHEOLOGY LIBRARY
BL A DIR 2 De Lo
LITTÉRATURES ANCIENNES DU PROCHE-ORIENT

COLLECTION PUBLIÉE SOUS LE PATRONAGE


DE L'ÉCOLE BIBLIQUE ET ARCHÉOLOGIQUE
FRANÇAISE DE JÉRUSALEM

Sections Directeurs

TEXTES ÉGYPTIENS François DAUMAS,


Professeur à l’Université
de Montpellier.

TEXTES SUMÉRIENS Edmond SOLLBERGER,


Vice-conservateur
au British Museum.

TEXTES AKKADIENS Paul GARELLI,


Professeur
à l'Université de Paris I.

TEXTES HITTITES Emmanuel LAROCHE,


Membre de l’Institut.

TEXTES André CAQUOT,


SÉMITIQUES Professeur au Collège
DE L'OUEST de France.
(PHÉNICIENS,
ARAMÉENS, André DUPONT-SOMMER,
HÉBREUX, etc.) Membre de l’Institut.
Jean STARCKY,
Directeur de recherche
au C.N.RSS.

TEXTES Jacques RYCKMANS,


SUD-ARABIQUES Professeur à l’Université
de Louvain.
1 6
Le Livre des morts des an- Le code de Hammurapi,
ciens Égyptiens, présenté par À. Finet.
P. Barguet, illustré des des-
sins des papyrus du Musée
du Louvre.
7
Textes ougaritiques.
I. Mythes et légendes, À. Ca-
2 quot, M. Sznycer, À. Herdner.
Les lois assyriennes, intro-
duction, traduction et com-
mentaire par G. Cardascia.
8
Hymnes et prières aux dieux
de Babylonie et d'Assyrie,
3 M-J. Seux.
Inscriptions royales sumé-
riennes et akkadiennes, J.-R.
9
Kupper et E. Sollberger.
Inscriptions hébraïques.
I. Les ostraca, À. Lemaire.
4
Rituels funéraires de l’ancien-
ne Égypte, J.-C. Goyon.
À paraître :

5
Le code de Hammurapi,
Les documents araméens commentaire juridique par
d'Égypte, P. Grelot. J. Klima.

288 4 3
Ci
50343
Pa |
L.4 THEOLOGY LIBRARY
v. | SCHOOL OF THEOLOGY
AT CLAREMONT
CLAREMONT, CALIFORNIA

Aoïa%lit

Vous aimerez peut-être aussi