Vous êtes sur la page 1sur 9

LES INTERVENANTS DANS LA GESTION D’UN PROJET DE BTP

Les principaux intervenants dans l’acte de bâtir sont les suivants :

LE MAITRE D’OUVRAGE OU LE MAITRE D’OUVRAGE DELEGUE : c’est le propriétaire du projet. Il peut être une personne morale ou
physique, une administration publique ou autres. Il est chargé d’organiser les opérations d’investissement, de choisir les
intervenants prestataires de bien ou de service et le suivi des différents contrôles . En plus de ces missions le M.O. est tenu de :
-Trouver les moyens financiers nécessaires à la réalisation des projets
-Gérer ces moyens ( programmation, paiement des intervenants etc…)
-Procurer le terrain destiné au projet
-Définir l’ouvrage avec le maximum de renseignements
-Réceptionner les ouvrages réalisés
-Exploiter les ouvrages construits

LA MAITRISE D’ŒUVRE : La maîtrise d’œuvre engagée par le maître d’ouvrage est composée généralement :
D’intervenants chargés des études, de suivi et de contrôle. Ces intervenants sont en principe : l’architecte, les
-D
bureaux d’études les laboratoires, les bureaux de contrôle et les géomètres. Les missions de ces intervenants sont :
 Exécution des études préliminaires, de programmation, de conception et techniques des ouvrages
 Préparer les marchés des travaux
 Contrôle et visa des études techniques
 Suivi de l’exécution des travaux
 Contrôle de la qualité des travaux
 Participer à la résolution des problèmes techniques
 Définition des modes de traitement des malfaçons
 Vérification des quantités des travaux réalisés (situation mensuelles et définitives)
 Réception des ouvrages achevés
 Traitement des requêtes des entreprises et préparations des réponses

-D
De bureau de coordination
Phase études
 Coordination entre les intervenants des études
 Faire le suivi de la production des documents par les BET
 Animation des réunions des études et rédaction des PV des comptes rendus
 Définition des calendriers des objectifs techniques, financiers et administratifs
 Elaboration du cadre budgétaire pour toutes les dépenses
 Vérification des marchés travaux avant lancement des appels d’offre
 Participer au choix des entreprises
 S’assurer que le programme de l’opération est viable, réalisable et compatible avec le terrain mis à disposition tant sur le
plan technique qu’administratif que réglementaire

Phase travaux
 Etablir le planning enveloppe
 Définir le planning financier
 Veiller à ce que tous les plans d’exécution établis par les entreprises soient approuvés par la maîtrise d’œuvre.
 Veiller à la mise à la disposition de toutes les entreprises des dossiers d’études nécessaires à l’exécution des travaux
notamment :
-Les plans d’exécution portant la mentions ‘’ Bon pour exécution
-Les copies conformes des marchés.
-Les rapports géotechniques.
 Examiner et vérifier les plannings des travaux et des approvisionnements des entreprises
 Faire le suivi de la production des documents par les entreprises (PAQ, mémoire technique, PHS, planning, plan
d’installation de chantier, propositions de variantes etc……)
 Etablir les P.V des réunions de chantier
 Assister le M.O ou le M.O.D. dans l’examen des dossiers d’agrément des sous traitants.
 Examiner les listes des échantillons des matériaux et matériel.
 Résoudre les interfaces organisationnelles entre les intervenant
 Piloter l’établissement de l’ordre de jour des réunions de chantier.
 Vérifier la présence et la représentativité des intervenants aux réunions de chantier
 Vérifier les installations et les équipements prévus par le PHS de chaque entreprise
 Au cours des visites de chantier enregistrer les questions qui doivent être débattus au cours des réunions
 Faire le suivi de l’exécution des obligations des entreprises définies dans les CPS.
 Veiller au respect du schéma de circulation des documents approuvés par le Maître d’ouvrage.
 Assurer la gestion des archives des documents du projet.
 Organiser l’exposition, l’examen et l’approbation des échantillons par la maîtrise d’œuvre concernée.
 Vérifier la présence et la qualité des représentants des entreprises.
 Suivre l’établissement des P.V de réception par la commission.
 Tenir le calendrier des essais sur les installations
 Vérifier l’état de propreté du chantier avec la remise en état des lieux.
 Veiller à l’approbation du P.V de réception par le maître d’ouvrage ou le maître d’ouvrage délégué
 Piloter le fonctionnement du compte prorata
 Assurer le suivi de l’établissement des attachements et des situations mensuelles ainsi que leurs vérifications par les
intervenants concernés.

Exploitations

 L’organisation du transfert de la responsabilité du gardiennage des ouvrages au maître d’ouvrage.


 L’établissement d’un rapport de synthèse dans le quel le chargé de l’OPC confirme au maître d’ouvrage ou au maître
d’ouvrage délégué, la réalisation de l’optimum souhaité au point de vue coût et délai.
 Assistance du maître d’ouvrage ou maître d’ouvrage délégué pour la définition du mode de prestation de maintenance.
 Assistance du maître d’ouvrage ou maître d’ouvrage délégué pour passer les contrats de branchement aux réseaux (
Eau, Electricité, téléphone, assainissement…..)
 Veiller à la remise des documents d’exploitation au maître d’ouvrage ou au M.O.D (catalogue, plan de recollement,
rapport………………)

Cependant les entreprises peuvent disposer des compétences techniques ( géomètres, BET etc…) qui participent à
l’encadrement de leurs personnels au chantier. Elles peuvent également engager d’autres bureaux d’études spécialisés pour
l’exécution des missions qui ne relèvent pas des compétences de leurs personnels d’encadrement.

LES ENTREPRISES
L’entrepreneur est le partenaire du maître d’ouvrage dans le contrat d’entreprise. Il réalisa les travaux en mettant en
œuvre les moyens en personnel, matériaux et matériels. Vis-à-vis du M.O. il a l’obligation du résultat qui la réalisation d’un ouvrage
de qualité dans le délai et avec respect du programme financier. Ses missions se présentent comme suit :
 Engagement des moyens humains, matériels et financier pour la réalisation du projet
 Respect des exigences du M.O.
 Exécution des travaux selon les plans qui lui sont remis par le M.O. (portant la mention « BON POUR
EXECUTION »
 Faire une revue des documents d’études et avertir le M.O. de toutes observations relevées avant d’exécuter les
travaux concernés.
 Assurer au chantier la sécurité du personnel de l’entreprise, de la maîtrise d’œuvre et du M.O.
La 1ére réunion de chantier
Le lancement de la préparation de chantier se fait lors de la 1ére réunion de chantier.
Cette réunion se tient avant d’entamer la préparation de chantier. Elle réunit l’ensemble des intervenants : M.O.- Pilote-M.OE- Entreprises- BET-
B.C.-Laboratoire et éventuellement les concessionnaires concernés. Animée par le pilote, cette réunion constitue une première prise de
connaissance préalable. Elle doit permettre donc aux différents intervenants :
-D’avoir une idée plus claire sur le projet lors sa présentation par le pilote:
-De procéder à une revue du site ( visite des lieux)
-De prendre connaissance des données administratives ;
-De définir les procédures qui permettront le traitement des interfaces.
-De faire la connaissance des intervenants : Chaque intervenant présente sa société, sa délégation de pouvoir, les moyens techniques
et ses relations contractuelles et d’autorité avec les autres partenaires
-De s’informer de nouveau sur les exigences particulières du M.O.( Echanges de données, Panneau d’affichage des intervenants,
Nettoyage du chantier etc…)
-De fixer le calendrier des réunions de la phase préparation de chantier
-De définir le mode d’envoi et de délai maximal de réponse ou de validation
-De définir le mode d’archivage des documents
-De rappeler les objectifs généraux ( Qualité, délai d’exécution etc…)
-D’insister sur le respect des procédures réglementaires ou contractuelles ( sous traitance par exemple )
-De procéder à la mise au point des études ( documents disponibles, études à la charge des entreprises ,
-D’arrêter le délai de préparation de chantier
-De présenter aux intervenants notamment les BET et les entreprises le pilote et les missions dont il est chargées.

LA PREPARATION DE CHANTIER
« Un Travail bien préparé à moitié fait »

Après le choix des intervenants pour la réalisation d’un projet le maître d’ouvrage, le maître d'œuvre et les entrepreneurs auront pour
mission d'organiser le futur chantier, d'examiner les limites de prestations, d'établir un planning cohérent et réaliste, calé sur un ordre de service de
commencer les travaux fixé à une date acceptée par tous: C’est la Préparation de chantier
La préparation du chantier (P.C.) peut être considérée comme une étape décisive. Des expériences menées sur plusieurs chantiers, ont
montré que le temps passé sur les mises au point techniques, l'organisation du chantier et la coordination des interfaces a fait gagner un temps
bien plus important pendant les travaux, en évitant de multiples dysfonctionnements et malfaçons potentiels du projet. Selon la taille du chantier,
cette phase s’étale normalement sur quatre à huit semaines. Elle est définie conventionnellement comme étant la période qui commence à la
signature des marchés travaux et s’achève lors du début effectif des travaux.

Le lancement de la P.C. se fait en présence des partenaires dans le but de :


-faire la connaissance des intervenants et définir le pôle de chacun ;
-Structurer le travail de préparation ;
-Juger les enjeux et les attentes de chacun ;
-Définir les interfaces entre les intervenants.

Dans cette perspective la P.C. est donc le moment où :


-Une mobilisation et une canalisation des énergies seront nécessaires dans le cadre d’une organisation méthodologique
-Une attention particulière sera donnée par le pilote animateur, le maître d’œuvre, les bureaux d’études et les entreprises
-La mise en place des circuits d’information facilitera l’échange, la prise de connaissance des besoins respectifs des intervenants et assurera
la qualité de l’exécution et le respect de travail des autres

Eléments de la Préparation de chantier


*Revue du site
* Revue des dossiers d’études
*Obtenir le permis de construire
*Remettre aux entreprises les dossiers complets et approuvés du « Projet d’exécution »
*Repérer et valider les ouvrages existants
*Signaler le chantier
*Etudier le plan d’installation de chantier
*Etudier les plans d’hygiène, sécurité et d’environnement
*Organiser les réunions de chantier
*Obtenir les branchement provisoires ( eau, électricité et éventuellement téléphone )
*Désigner les sous traitants
*Organiser la circulation de l’information et des documents
*Etablir la liste des interfaces
*Gréer le matériel
*Agréer la provenance et la qualité des matériaux
*Obtenir l’autorisation d’exploitation des zones d’emprunt des matériaux
*Obtenir l’autorisation d’utilisation des explosifs pour les terrassements en terrain rocheux
*Obtenir les autorisations d’occupation temporaire des terrains
*Arrêter la liste des échantillons
*Définir le système de fabrication des ouvrages
*Examiner le planning général des travaux
*Faire ouvrir le compte Prorata
*Définir la procédure de règlement des travaux des entreprises
*Commande de la main d’œuvre
*Réaliser les accès aux différents lieux de travail
*Exécuter les études d’exécution (éventuellement)
*Présenter les nouvelles variantes (éventuellement)
Le mémoire technique

Le mémoire technique est un document qui permet de présenter les dispositions envisagées par l’Entreprise
pour l’exécution des travaux relatifs à un marché la construction d’un ouvrage. Il doit traiter les points suivants :
L’installation de chantier
La méthodologie d'exécution des travaux
La composition des ateliers de production
La provenance des matériaux
Le mouvement des terres
La programmation des travaux (Plannings)
L’hygiène et la sécurité sur le chantier
Ainsi, on y trouvera toute l'information nécessaire pour se former une image complète sur la manière avec
laquelle l'entreprise envisage la programmation des travaux pour une exploitation rationnelle de ses moyens matériels et humains,
avec le souci permanent de réaliser le projet dans les conditions de qualité et de délais contractuels d’une part, et de se conformer
aux exigences du marché en terme de spécifications et prescriptions d'autre part.

Le plan d’installation de chantier

Le plan d’installation de chantier est un document qui présente les lieux d’implantation de L’ensemble des ouvrages et les
espaces destinés à recevoir les moyens et les équipements nécessaires à la réalisation d’un projet. Ainsi un P.I.C. doit
comprendre :
-Les accès ( au chantier et entre les différentes installations et lieux de travail annexes au chantier)
-Les aires de stockage des matériaux
-Installations de production (Station de traitement des agrégats, Centrale à Béton etc…)
-Les lieux d’implantation des bureaux et du campement des ouvriers
-Les aires de stationnement des engins
-Les magasins de stockage des matériaux
-Les ateliers pour réparation des engins
-Les réservoirs d’eau industrielle et domestique
-Les sources d’énergie ( Poste transfo, alternateur etc…)
-Les réservoirs de stockage des carburants et lubrifiants
-Le local de stockage des explosifs
-Les dépôts pour stockage du matériel ( brouettes, échafaudage, bois de coffrage etc…)
- local d’infirmerie
-Restaurant et des commerces (pour les chantiers situés loin des agglomérations )
Le plan d’installation de chantier est établi en tenant compte des éléments suivants :
-Phasage des travaux
-Délai d’exécution
-Quantité des travaux à réaliser
-Qualité et difficultés de réalisation des travaux
-Exigences du maître d’ouvrage
-Conditions topographiques du site
-Condition hydro climatologique du site
-Situation du site par rapport aux agglomérations
-Conditions de sécurité au chantier ( pour l’ensemble des personnels des intervenants )

LE PLANNING

Le Planning est un document qui décrit dans le temps le déroulement des travaux dans le délai du délai prévu dans le contrat. Son
établissement doit tenir compte des éléments suivants :
-Ordonnancement des tâches
-Cadences journalières des travaux
-Moyens nécessaires à la réalisation des travaux
-Simultanéité de réalisation de certains travaux
-Optimisation de l’utilisation des moyens matériels
-Difficulté de réaliser certaines prestations
-Durées nécessaires pour réaliser certaines tâches
-Arrêts des travaux dus aux intempéries
-Délais partiels contractuels
Le planning prévisionnel est établi par l’entreprise et soumis à l’approbation du maître d’ouvrage assisté par le
maître d’œuvre. Pour les chantiers de longue durée, le M.O. peut prescrire au contrat l’établissement des plannings partiels de
courtes durées dans le but de cerner d’avantage les dates contractuelles et assurer par conséquent une gestion rationnelle du
temps.
Pour les chantiers de taille moyenne on distingue en général les types de planning suivants :
-Le Planning prévisionnel des travaux
- Le Planning de mise à disposition du matériel
-Le Planning d’approvisionnement des matériaux
EXECUTION DES TRAVAUX
1) Implantation des ouvrages

Après la remise de l’ordre de service de commencement des travaux à l’entreprise celle-ci procède à l’ouverture du
chantier à la date prévue par ce document. Cela se traduit sur le terrain par les actions suivantes :
-Installation de chantier : L’installation de chantier est exécutée conformément au plan d’installation de chantier approuvé
par le maître d’ouvrage. Il faut noter que la mise à disposition du matériel se fait selon un planning annexé au PIC et approuvé lui
aussi par le M.O.
-Implantation des ouvrages : l’implantation des ouvrages est effectuée suivant le plan topographique. Cette opération revêt
des formes différentes selon qu’il s’agit d’ouvrages de bâtiment, de routes ou d’hydraulique.
Ainsi pour un projet de bâtiment l’implantation comprend les tâches suivantes :
*Vérification des bornes existantes
*Implantation de l’emprise des bâtiments ( à partir du plan de masse)
*Implantation des semelles selon le plan de fondation ( établi par le bureau d’étude)
*Lecture des côtes de terrain et leurs matérialisations sur le terrain par des piquets cimentés
A 2,00 m environ de l’emprise d’un bâtiment on installe des chaises sur lesquelles on reporte les axes des semelles et les
côtes des piquets. Les chaises sont généralement constituées par une file de madriers ou de planches disposées horizontalement
à environ 50 cm du sol parallèlement aux alignements des piquets.
Ce travail est contrôlé à 2 niveaux :
 La vérification de l’implantation selon les bornes est du ressort du géomètre
 La vérification des axes des semelles s’effectue par le bureau d’études et de l’architecte.
L’intervention de l’architecte concerne essentiellement la position des poteaux par rapport aux murs notamment les murs
périphériques.
Il y a lieu de préciser que les côtes de référence restent celle indiquées dans les plans d’architecture
Pour un projet routier ou hydraulique l’implantation se fait par piquetage. Cette dernière opération s’intéresse à la
matérialisation par des piquets des points caractéristiques des ouvrages. On considère le piquetage d’ensemble et le piquetage
complémentaire. Le 1er concerne l’implantation de l’ensemble des ouvrages selon des bornes pré établis . Quant au piquetage
complémentaire il concerne essentiellement les limites des fouilles, l’emprise des tranches, l’inclinaison des talus etc…
La vérification de ce travail est à la charge du bureau d’études et du maître d’ouvrage
L’implantation est donc effectuée par l’entreprise est approuvée par la maîtrise d’œuvre ( géomètre, Architecte et Bureau
d’études). L’approbation doit faire l’objet un P.V. signé par les intervenants concernés. A noter que pour le bâtiment la définition de
la côte seuil doit être évoquée dans ce PV.

2) terrasement et fouilles :
Les terrassements et fouilles comprennent :
Décapage ( de la croûte superficielle )
Terrassement en masse
Fouilles en tranché ou en rigole (Exp : fondation des bâtiments )
Ces travaux sont exécutés conformément aux études géotechniques. Au moment des travaux il est nécessaire de
confronter la qualité des matériaux extraits avec les données géotechniques prévues. En cas de discordance l’entreprise est tenue
d’avertir le pilote du projet (M.O. ) le bureau d’études et l’architecte éventuellement. Dans le but d’assurer la sécurité des biens (
matériel etc..) et des personnes ( ouvriers, personnel d’encadrement, autres intervenants etc..) l’entreprise doit s’assurer que le
travail ne présente pas de risque d’éboulement ou de glissement. Le cas échéant il doit procéder aux étaiements qui permettent la
stabilité des sols durant les travaux de fondation ( Blindage des fouilles ). En cas de présence d’une nappe les fouilles doivent être
asséchées. Les ouvrages de collecte des eaux et d’évacuation doivent être réceptionnés par la maîtrise d’œuvre.
Le suivi et le contrôle de ces travaux sont menés comme suit :
 Le fond de fouille doit être réceptionné par le laboratoire ayant effectué l’étude géotechnique
 L’état de surface du fond de fouille et les dimensions des fouilles en rigole et en puits sont réceptionnés par le bureau
des études (l’ingénieur conseil)
 L’architecte, le bureau d’études ou le maître d’ouvrage procède à la prise des attachements en présence de l’entreprise
concernée. Ce document qui sert de base pour le calcul des quantités déblayées est signé contradictoirement par l’entreprise
et le représentation du M.O. ou de la maîtrise d’œuvre. Il comprend généralement un croquis avec des dimensions et
éventuellement un commentaire (décision, document réglementaire de référence ou autres)
NB : Si l’étude géotechnique fait défaut, les matériaux déblayés des fouilles doivent être identifiés pour voir la possibilité de leur
réutilisation comme matériaux de remblai. En principe l’étude géotechnique doit fournir les renseignements suivants :
-Niveau du bon sol pour fondation des ouvrages
-Identification des matériaux déblayés des fouilles et avis du laboratoire sur leur réutilisation
-Les pentes pour les lesquelles des talus des terrain seront stables
-L’impact de la vitesse d’écoulement des eaux d’oueds ( en cas de crues ) sur la stabilité du sol au niveau des lieux de
rétrécissements de sections (ponts, dalots etc…).
En cas d’évacuation des déblais, le chef de chantier est tenu d’engager les moyens matériels et humains nécessaires et
entamer les travaux dans le délai prévu au planning prévisionnel approuvé par le M.O.Il y a lieu de noter que la zone destinée à
recevoir les déblais non utilisés ( décharge ) doit être identifiée et agrée au préalable par le maître d’ouvrage.

3) Exécution des ouvrages en fondation et en elévation


Les ouvrages en fondation sont de différentes natures selon le type d’ouvrage. Dans tous les cas l’entreprise doit prendre
toutes les dispositions nécessaires pour faire un démarrage des travaux de construction sur des bases solides et veillant à la mise
en place de tous les moyens qui permettent de prévenir les risques de non qualité. Dans cet objectif les intervenants concernés
sont tenus d’arrêter au préalable les conditions de contrôle et de suivi des travaux.
Les ouvrages construits en fondation et dont les dimensions ne sont pas indiqués sur les plans d’exécution doivent pris en
attachement au même titre que les fouilles. En cas de présence d’une nappe, des dispositions doivent être prises pour exécuter les
travaux dans une enceinte sèche. Une procédure d’assèchement doit être effectuée en utilisant des moyens de puisement d’eau (
pompage ).

Les missions du responsable de chantier durant la réalisation des travaux se présentent comme suit :
-Organisation du chantier (ordonnancement des tâches,définition des ateliers, affectation des ouvriers, gestion
du matériel etc.…)
-Vérification des dépenses par rapport aux prévisions (rendement, cadences journalières etc…)
-Vérification de l’avancement des travaux par rapport au planning prévisionnel
-Commande du matériel (suivant planning de mise à disposition)
-Commande des matériaux (suivant planning d’approvisionnement)
-Participation à la préparation des situations mensuelles des travaux exécutés
-Pointage des ouvriers
-Suivi des contrôles intérieurs et extérieurs
-Suivi du traitement des malfaçons
-Préparation des réceptions provisoires des ouvrages réalisés
-Gestion des documents d’exécution
-Assister aux réunions de chantier
LA gestion de la qualité dans le domaine du BTP
Les Cinq impératifs fondamentaux de la qualité
Dans une opération de Génie civil, le processus de la qualité se décompose en cinq opérations fondamentales, repérées
par les cinq impératifs ci-dessous définis comme suit:

DEFINIR OBTENIR VERIFIER

AMELEORER PROUVER

Comment définir Le niveau de qualité d’un produit ?


Pour définir le niveau de qualité d’un produit permettant de satisfaire les besoins des utilisateurs, il faut:
* Identifier toutes les fonctions qui concernent le produit et la qualité, en
tenant compte :
-de toutes les phases de programmation et de conception
-de toutes les phases de réalisation et du cycle de vie du produit,
-des interfaces entre intervenants et entre éléments du produit,
-de tous les aspects réglementaires, techniques, financiers , commerciaux,
administratifs, humains, en s'efforçant de prévoir toutes les conditions courantes et exceptionnelles, susceptibles d'être
rencontrées.
* Analyser ces mêmes facteurs
* Préciser toutes les exigences requises
* Fixer, par écrit, tous ces éléments.

Comment obtenir la qualité nécessaire à la satisfaction du M.O.?

La Qualité s’obtient en construisant les processus de réalisation. Pour cela, il faut :


- Organiser toutes les actions en un système complet et cohérent.
- Prévenir les risques de non-qualité dans le processus de réalisation.
- Formaliser toutes les dispositions prévues et décidées
- Animer l'ensemble des personnes et entités impliquées.
- Suivre la réalisation de façon continue et gérer les aléas.

Comment vérifier le niveau de qualité exigé par le M.O.?

La Qualité se vérifie en créant une structure de Contrôle qui comporte :


- Le Contrôle Intérieur à l'intervenant, qui se décompose en général
- Auto - Contrôle : effectué par les opérateurs sur leurs propres tâches.
- CONTROLE INTERNE : effectué par la hiérarchie du chantier.
- CONTROLE EXTERNE : effectué par le siège de l'entreprise.
- Le Contrôle Extérieur aux intervenants effectué par le Maître d'Ouvrage
Comment améliorer la qualité des prestations?
C'est le traitement, en temps utile, des écarts ou non-qualités, action fondamentale de l'amélioration de la qualité au cours
de toute tâche ou opération.
L'analyse des écarts, entre ce qui est prévu et ce qui est constaté réellement, doit permettre de déclencher les actions
« correctives » et préventives » et ainsi d'arriver à la réponse souhaitée.

Comment prouver la Qualité ?


La qualité requise doit pouvoir être fournie à tout moment par écrit et d'une manière permettant la traçabilité.
La Gestion de la sécurité dans le domaine du BTP
La gestion de la sécurité dans le domaine du BTP s’intéresse à la conception et à la mise en place des mesures de
protection des personnes ( M.O., MOE., personnels des entreprises et les ouvriers) contre les risques d’accident auxquels ils sont
exposés lors de l’exercice de leurs fonctions.
Cependant une étude des risques doit être effectuée au préalable ce qui permet d’intervenir avant que l’accident ne soit
matérialisé. La démarche à suivre consiste à
1) Au contrôle et à la vérification des obligations réglementaires
2) A procéder aux actions suivantes
-Déterminer les postes de travail
-Identifier les risques à chaque poste
-Evaluer la gravité du risque et sa probabilité d’occurrence
-Proposer des mesures susceptibles de s’opposer aux risques
Pour être pertinentes les mesures de prévention seront choisies selon les critères suivants :
-Suppression du risque : La mesure choisie doit permettre de supprimer le risque ou à défaut le limiter à
son minimum possible
-Non déplacement du risque : La mesure choisie ne doit pas consister à un simple déplacement du risque
et ne doit pas non plus créer un risque nouveau.

Dans les chantiers de BTP les mesures de prévention des risques font l’objet de l’établissement d’un document
contractuel entre le maître d’ouvrage et les intervenants prestataires. C’est le plan général de coordination en matière de sécurité
(PGCMS) et protection de la santé établi par le pilote du projet (coordonateur, autres intervenant désigné par le M.O.).
Le PGCMS doit indiquer en outre l’obligation aux entreprises de fournir un plan particulier de sécurité. Ce dernier doit
traiter les dispositions préventives qui seront mis en œuvre par les entreprises pour éviter ou réduire de la façon la plus
sécurisante possible les risques éventuels dans un chantier. Ces dispositions concernent les volets suivants :

1) Protection contre les chutes : Les chutes concernent les personnes et les objets. Pour se prémunir contre ces risques
il est nécessaire d’engager les moyens qui permettent d’assurer la sécurité souhaitée
2) Signalisation : Dans les chantiers de génie civil la signalisation a pour fonction d’alerter toutes personnes présentes
ou circulent dans l’enceinte du chantier des risques de dangers éventuels. Les dispositifs de signalisation se présentent
sous plusieurs formes selon la nature des chantiers et des dangers probables.

3) Appareil de levage : c’est une machine qui fonctionne mécaniquement et qui sert à déplacer une charge avec
changement de niveau. Le fonctionnement de cette machine se fait avec l’utilisation des équipements non incorporés
placés entre la machine et la charge. Le choix de ce matériel doit obéir aux critères de sécurité imposés par la
réglementation.

4) Blindage et soutènement des fouilles en tranchés ou en puits. Selon les profondeurs les fouilles exposent les ouvriers
et personnel de chantier aux risques d’éboulement. Pour prévenir ces risques l’entreprise doit stabiliser le sol à l’aide
d’un dispositif de blindage ou de soutènement.

5) Etaiement : l’étaiement est un système de construction qui permet se supporter des charges en phase provisoires. Il
est constitué généralement soit par des étais simples, soit par structures métalliques emboitables. La constitution d’un
bon étaiement nécessite la réflexion sur l’ampleur des charges les éléments ‘étaiement et sur le support de ces derniers:

6) Echafaudages : Les échafaudages sont constitués d’éléments qui s’emboitent les uns dans les autres. Certains d’entre
eux peuvent être montés en sécurité sans que le personnel soit soumis au risque de chute et il leur sera donné la
préférence. Il existe plusieurs classes d’échafaudages suivants les utilisations.
7) Engins de chantier : Les engins de chantier sont souvent automoteurs à conducteur porté à l’exclusion des grues
mobiles et des véhicules pour lesquels un permis de conduire est obligatoire. Au vu des accidents provoqués par ce type
de matériel, il est demandé aux employeurs de garantir l’aptitude exigé pour les conducteurs de ces engins.

8) Protection individuelle : Lorsque la protection contre les risques d’accident aux quels est exposé le personnel d’un
chantier ne peut pas être collective l’employeur est tenu de mettre à la disposition des salariés les équipements de
protection individuelle (EPI). Ainsi l’efficacité du port des EPI doit être précédée d’une campagne de sensibilisation des
salariés des différents risques auxquels ils sont exposés. De même le choix des EPI qui se fait en principe avec le
concours des représentants des salariés doit suivre la procédure suivante :
 Analyser et évaluer les risques en prévoyant les situations de travail possible
 Etablir les caractéristiques des EPI dont les salariés ont besoin
 Rechercher sur le marché les EPI les mieux adaptés possible
 S’assurer que les EPI choisis sont conformes à la réglementation en vigueur

9) Antenne médicale : Le chantier doit disposer d’une infirmerie équipé de médicaments de 1er soins en cas d’accident.
Elle dotée en principe d’un infirmier et d’une salle de soin équipée de moyens adéquats. La taille de cette antenne
dépend du nombre d’ouvriers et son emplacement par rapport aux agglomérations qui disposent d’équipement de santé
(village ou ville).

Vous aimerez peut-être aussi