Vous êtes sur la page 1sur 17

1

1STMG – DROIT 2021-2022

CHAPITRE 2 – LES SOURCES DU DROIT

Mise en situation
Capacités
• Identifier la source d’une règle de droit
• Distinguer les différentes institutions
• Expliquer le sens et la portée d’une décision de justice

Avant la classe
Vidéo : « Vers la fin du tout-jetable en France » – Euronews
◗ Quels textes (national et européen) envisagent de réglementer le gaspillage et la fin du
plastique à usage unique ?

Deux textes envisagent de règlementer le gaspillage et la fin du plastique à usage unique :


– au niveau national : un projet de loi (la loi, adoptée le 10 février 2020 et entrée en vigueur au
1er janvier 2021, prévoit la fin de la mise sur le marché des emballages en plastique à usage unique
d’ici 2040) ;
– au niveau européen : une directive européenne, qui prévoit la fin des objets à usage unique
comme les cotons tiges.

Situation

L’objectif fixé à 2021 par Emmanuel Macron pour l’interdiction partielle du glyphosate ne sera pas tenable.
[…] L’agriculture française n’est pas prête à se défaire de cet herbicide fabriqué par le géant Monsanto.
Avec 8 000 tonnes consommées par an, c’est encore la molécule chimique la plus utilisée. Il y a un peu
plus de deux ans, Emmanuel Macron annonçait dans un tweet son interdiction partielle pour 2021, puis
totale en 2023. Mais petit à petit, le gouvernement a revu à la baisse ses exigences. Emmanuel Macron
s’oriente donc vers une sortie du glyphosate par type de cultures.

Laure-Anne Toulemont, www.radioclassique.fr, 21/02/2020.

1. Identifier les sources principales du droit


national
Situation
2

La réglementation nationale du 27 décembre 2019 fixe des mesures de protection des


personnes lors de l’utilisation de produits phytosanitaires à proximité des zones d’habitation,
donne les règles d’élaboration des chartes riverains et modifie l’arrêté du 4  mai 2017 relatif à
la mise sur le marché et l’utilisation des produits phytosanitaires et de leurs adjuvants.
Objectifs de cette nouvelle réglementation :
− renforcer la protection de la santé des populations riveraines de zones de traitement des
cultures ;
− faciliter le dialogue entre agriculteurs, riverains et élus locaux.
Christelle Lacombe, lot.chambre-agriculture.fr, octobre 2020.

1. Pour quelles raisons une réglementation sur les produits phytosanitaires a-t-elle été
adoptée le 27 décembre 2019 ?

Cette règlementation a pour objectif de fixer un cadre juridique de protection des personnes lors
de l’utilisation des produits phytosanitaires et de permettre un dialogue entre la population et les
utilisateurs.

2. Quel texte, ajouté à la Constitution en 2005, a conduit à proposer cette interdiction ?


→ Document 1

La Constitution et la Charte de l’environnement

La Constitution française, adoptée en 1958, est un texte composite comprenant


notamment la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. C’est la loi
fondamentale de l’État. Elle définit les droits et les libertés des citoyens ainsi que
l’organisation et la séparation des pouvoirs de l’État (législatif, exécutif, judiciaire). En
ajoutant la Charte de l’environnement à la Constitution, en 2005, il s’est agi d’« inscrire
une écologie humaniste au cœur de notre pacte républicain ».

Adoptée en juin 2004, la Charte de l’environnement a été intégrée à la Constitution en mars 2005,


afin de poser comme principe supérieur du droit la préservation de l’environnement.

3. Pourquoi dit-on de la Constitution qu’elle est le texte suprême ?


→ Document 1 (voir question précédente)

La Constitution, qui prévoit l’organisation des pouvoirs de l’État et définit les droits et les libertés
des citoyens, est la loi fondamentale car ses principes s’imposent à tous les textes de loi ou
réglementaires.
3

4. Quelle autorité a adopté la loi Labbé en 2014 ?


→ Document 2 

Les autres principales sources nationales de droit

Document 3

La loi Labbé n° 2014-110 du 6 février 2014


Votée en 2014, cette loi prévoit une interdiction d’achat, d’usage et de détention de tous
les produits phytosanitaires de synthèse pour les jardins, potagers, balcons, terrasses et
plantes d’intérieur. Depuis 2017, elle s’applique aux collectivités territoriales, aux
établissements publics et à l’État pour les espaces verts accessibles au public. Pour les
particuliers, la loi Labbé est entrée en vigueur le 1er janvier 2019. Les agriculteurs restent
désormais les seuls à pouvoir utiliser ces substances chimiques controversées.

C’est au Parlement qu’il revient d’adopter les textes législatifs, comme la loi Labbé.

5. Quelle interdiction prévoit cette loi ? Qui concerne-t-elle ?


→ Document 3 (voir question précédente)

Cette loi interdit l’achat, la détention et l’utilisation de produits phytosanitaires de synthèse. Elle
s’impose à tous ceux qui s’occupent des espaces verts accessibles au public (non aux agriculteurs).

6. Les agriculteurs peuvent-ils continuer à utiliser les pesticides malgré la loi Labbé ?
Pourquoi ?
→ Document 3 (voir question 4)
4

Les agriculteurs conservent encore la possibilité d’utiliser ces substances chimiques controversées
car la loi Labbé n’interdit l’usage de pesticides qu’aux collectivités territoriales, aux établissements
publics, à l’État et aux particuliers.

Situation
Patrice, habitant de la ville de Sevran, est mécontent. Dans une interview accordée à la revue
municipale, il se demande comment il va pouvoir entretenir son jardin. L’utilisation de
pesticides sur le territoire de Sevran est interdite depuis le 9 septembre 2019.

7. Quel texte interdit l’utilisation des pesticides sur la commune de Sevran ?


→ Document 4

Des arrêtés pour lutter contre les pesticides


[…] Le tribunal administratif de Montreuil a rejeté mardi les demandes de suspension des
arrêtés anti-pesticides pris par les maires de six communes de Seine-Saint-Denis, les
autorisant ainsi à interdire les produits phytopharmaceutiques sur leur territoire. Les
communes de L’Île-Saint-Denis, Villemomble, Les Lilas, Montfermeil, Sevran et Saint-Denis
vont pouvoir maintenir l’interdiction d’utiliser des herbicides contenant du glyphosate sur
l’ensemble des jardins, espaces verts publics et privés […]. « Les produits
phytopharmaceutiques visés par l’arrêté en litige […] constituent un danger grave pour les
populations exposées », justifient les arrêtés des municipalités, même si cette prérogative
relève normalement de la compétence du ministre de l’Agriculture, a expliqué le tribunal
dans sa décision.
www.lexpress.fr, 03/03/2020.

C’est un arrêté municipal qui interdit les produits phytopharmaceutiques sur la commune de Sevran.

8. Quelles sont les autorités à l’origine de ce texte ?


→ Document 4 (voir question précédente)

Les maires de six communes de Seine Saint-Denis sont à l’origine de ce texte.


5

Allez plus loin !

  Article : « Loi organique et loi ordinaire du 22  décembre 2018 relatives à la manipulation


de l'information » – viepublique.fr
Le CSA est l’autorité publique française de régulation de l’audiovisuel. Cette régulation s’opère
au service de la liberté d’expression dans l’intérêt du public et des professionnels. Elle repose
sur le respect et la protection des droits et libertés individuels, la régulation économique et
technologique du marché, la responsabilité sociale.

1. Quelle source de droit national a pour objectif de lutter contre les « fake news » ?

Il s’agit de la loi relative à la lutte contre la manipulation de l’information. Cette loi a pour objectif
de lutter contre la diffusion de fausses informations en période électorale, notamment sur Internet.

2. Quelles obligations cette loi propose-t-elle de mettre à la charge des diffuseurs


d’informations ?

Cette loi oblige les diffuseurs comme Facebook ou Twitter à être plus vigilants sur les contenus
publiés ou diffusés, à faire preuve de plus de transparence et de coopération. Ils devront
notamment permettre aux internautes de signaler de fausses informations, et en informer les
autorités le cas échéant. Par ailleurs, les services de télévision sous l’influence d’un État étranger
ou contrôlés par cet État peuvent être empêchés de diffuser des informations portant atteinte aux
intérêts fondamentaux de la Nation.

3. Quelle autorité est en charge du contrôle du respect de ces obligations ? Quel est son
rôle ?

C’est actuellement le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) qui est en charge du contrôle du
respect de ces obligations pour les services de télévision. Cette autorité administrative s’assure que
la liberté d’expression est préservée dans l’intérêt du public et des professionnels, en opérant une
régulation protectrice des droits et libertés individuelles.

2. Identifier les sources complémentaires du droit


national
Situation
Maux de tête, saignements de nez ou encore grande fatigue : telles sont les manifestations de
l’hypersensibilité aux produits chimiques et aux pesticides développée par certains salariés
agricoles. Pour éviter leurs effets, la lutte s’organise de façon préventive – certains accords
collectifs obligent les employeurs à protéger leurs salariés – ou de façon répressive par
l’intermédiaire de décisions de justice.
6

9. À quelle situation certains salariés agricoles doivent-ils faire face ? Quels éléments de
la réglementation peuvent-ils mettre en avant ?

Certains salariés agricoles ont développé une hypersensibilité aux produits chimiques et aux
pesticides avec différents maux physiques (maux de tête…). Ils ont la possibilité de faire valoir des
accords collectifs protecteurs conclus entre les partenaires sociaux.

10. Quels sont les différents accords collectifs qui organisent les relations entre
employeurs et salariés ?
→ Document 5

Le droit négocié
En droit du travail, certaines situations professionnelles sont régies par le droit négocié. Il
s’agit d’un ensemble de textes – accords interprofessionnels, conventions collectives de
branche, accords d’entreprise – négociés entre les partenaires sociaux (syndicats de
salariés et organisations patronales), pour adapter le Code du travail de façon concrète. Il
s’articule de la façon suivante :

Accord
Convention collective Accord d’entreprise
interprofessionnel

Conclu entre les Conclue entre les Négocié et conclu au


partenaires sociaux partenaires sociaux d’une niveau de l’entreprise, il
des différentes même branche, ses a pour but d’adapter les
branches d’activité, dispositions couvrent règles générales aux
il traite un sujet l’ensemble des conditions spécificités
particulier intéressant de travail des salariés. Sa de l’entreprise. Depuis
les salariés. La plupart portée est le plus souvent 2018, il prime sur les
du temps, sa portée nationale, parfois accords
est nationale. départementale ou interprofessionnels
Exemple : accord régionale. et sur les conventions
national Exemple : convention collectives.
interprofessionnel du collective UIMM (Union des Exemple : accord
28 février 2020 industries et métiers de la d'entreprise sur les jours
portant diverses métallurgie) Franche- de repos et le maintien
orientations pour les Comté du 11 janvier 2019 de rémunération COVID
cadres conclu à la Société
Générale le
19 avril 2020

 
7

Il s’agit des accords interprofessionnels, de la convention collective et des accords d’entreprise.

11. Que prévoit la convention collective des salariés agricoles du Gers ? À qui
s’applique-t-elle ?
→ Document 5 (voir question précédente) et Document 6

Convention collective des salariés agricoles du Gers (extrait)


ARTICLE 56 : Sécurité et prévention des risques – Les employeurs sont tenus de se
conformer aux dispositions des textes en vigueur concernant la santé et la sécurité au
travail de leurs salariés agricoles, ainsi que de l’accord collectif national du 23/12/08
relatif aux conditions de travail en agriculture. Toutes mesures de protection doivent être
prises par les employeurs lors de l’emploi de produits chimiques et phytosanitaires classés
dangereux ou cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques.

Cette convention collective prévoit que les employeurs du Gers prennent les dispositions
nécessaires pour protéger leurs salariés lors de l’utilisation de produits chimiques et sanitaires
classés dangereux ou cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques.

12. Quelle décision la justice a-t-elle pris concernant l’utilisation du Roundup ?


→ Document 7

Le Roundup trop dangereux pour la justice lyonnaise


Dans un jugement rendu ce 15 janvier 2019, la justice lyonnaise a annulé l’autorisation de
mise sur le marché du Roundup Pro 360, commercialisé par Monsanto. […]
La juridiction lyonnaise avait été saisie par le Comité de recherche et d’informations
indépendantes sur le génie génétique. […] Pour justifier sa décision, le tribunal met en
avant la dangerosité potentielle du produit pour l’homme [« principe de précaution »].
E. Frisullo, « La justice annule l’autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360 »,
www.20minutes.fr, 15/01/2019

La justice lyonnaise a annulé l’autorisation de mise sur le marché du Roundup pro 360 sur le
territoire national.

13. À quelles conditions pourra-t-on dire que cette décision fait jurisprudence ?
→ Document 8
8

La jurisprudence

La jurisprudence est constituée par les solutions apportées par les décisions de justice
dans l’application du droit.
L’organisation pyramidale de la justice place la Cour de cassation au sommet. Elle juge de
la bonne application du droit par les autres juridictions. Elle joue ainsi un rôle
d’unification du droit. Lorsque le point de vue adopté par un tribunal ou par la Cour de
cassation est systématiquement suivi par les autres juridictions, on dit alors que la décision
concernée « fait jurisprudence ».

Cette décision fera jurisprudence si elle est approuvée par la Cour de cassation.

Situation
Le 13 février 2012, le tribunal de grande instance 1 de Lyon a condamné la société Monsanto a
indemnisé Paul François, agriculteur, qui soutenait avoir été intoxiqué par les vapeurs
d’herbicide. Ce jugement a été confirmé par la cour d’appel de Lyon en septembre 2015, mais
censuré par la Cour de cassation en juillet 2017. Celle-ci avait alors renvoyé l’affaire devant la
cour d’appel de Lyon, qui, dans un arrêt du 11 avril 2019, a reconnu la responsabilité de
Monsanto pour le dommage causé à l’agriculteur sur le fondement de la responsabilité du fait
des produits défectueux.
www.ah-avocats.fr, 15/04/2019.
1. Les tribunaux judiciaires remplacent les tribunaux d’instance et de grande instance depuis le 1er janvier 2020.
14. Quelles sont les différentes étapes de la procédure menée par Paul François ?

Paul François a saisi un tribunal qui a condamné Monsanto à l’indemniser, jugement confirmé par la
cour d’appel saisie par Monsanto, qui a obtenu un arrêt de cassation de cet arrêt. Mais la cour
d’appel de renvoi a elle aussi condamné Monsanto.

15. Quel rôle la Cour de cassation a-t-elle joué dans cette affaire ? 
→ Document 8 (voir question 13)

La Cour de cassation a vérifié si le droit avait bien été appliqué par la Cour d’appel.

Allez plus loin !


9

 Vidéo : « Comité Social Économique (CSE) : un nouvel acteur de la négociation


d'entreprise » – Aract Paca.
1. Quel texte a modifié le champ de la négociation collective dans l’entreprise ?

Ce sont les ordonnances du travail de septembre 2017 qui ont modifié le champ de la négociation
collective et l’organisation du dialogue social dans l’entreprise.

2. Quel nouvel acteur intervient dans le dialogue social en entreprise ?

Le comité social et économique, obligatoire dans toutes les entreprises d’au moins 11 salariés, est
le nouvel acteur qui peut participer au dialogue social dans les entreprises.

3. À votre avis, pour quelle raison ce nouvel acteur a-t-il le pouvoir de négocier des
accords entre salariés et direction (employeurs) ?

La présence du CSE peut faciliter le dialogue entre les salariés et la direction en l’absence de
délégué syndical. C’est pourquoi, au niveau de l’entreprise, le législateur a choisi de lui donner
compétence pour conclure des accords avec l’employeur.

3. Distinguer les différentes institutions nationales


Situation
Qu’a (ou qu’aurait voté) votre député concernant le glyphosate ? À deux occasions en 2018, les
élus ont refusé d’interdire cette substance controversée : des amendements ont en effet été
soumis au vote, les 29 mai et 15 septembre, lors de l’examen en première puis en seconde
lecture du projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation, et aucun n’a été adopté. L’objectif
était pourtant de concrétiser [l’interdiction de cet herbicide]. Lors du premier vote, seuls
85 députés étaient présents dans l’hémicycle. Dans le détail, 63 députés ont voté contre, 20
ont voté pour. Lors du second vote, sur les 80 députés présents, 42 ont voté contre et 35 ont
voté pour. Seuls 9 députés étaient présents aux deux votes.
Nicolas Enault, Kévin Labat, Prescillia Michel, www.francetvinfo.fr, 17/01/2019.

16. Quel était l’objet du débat à

Les députés ont débattu du projet de loi agriculture et alimentation et de l’opportunité d’inscrire
ou non l’interdiction du glyphosate dans la loi dans le délai de trois ans.

17. Pour quelles raisons est-ce l’Assemblée nationale qui est saisie de ce débat ?
→ Document 9
10

Institutions nationales et séparation des pouvoirs


On appelle « institutions » l’ensemble des organismes régis par le droit structurant
l’organisation de la vie en société par la création de règles. Pour éviter la concentration
des pouvoirs aux mains d’une seule personne, ces institutions, définies par la Constitution
de la Ve République, sont organisées selon le principe de la séparation des pouvoirs.

  Institutions Rôle Sources de droit

Assure le
fonctionnement des
Président de la
pouvoirs publics Décret
République
Préside le Conseil
des ministres

Dirige l’action du
gouvernement Décret
Pouvoir Premier ministre
Assure l’exécution Arrêté
exécutif
des lois

Détermine et
conduit la politique
Ordonnance
Gouvernement de la nation
Décret
(ministres) Soumet des projets
Arrêté
de lois au vote du
Parlement

Examine et vote les


lois
Parlement
Pouvoir Soumet
(Assemblée nationale Lois
législatif des propositions de
+ Sénat)
lois au vote
du Parlement

Tranchent les litiges


Juridictions
entre les citoyens et
administratives Jurisprudence
l’État
Pouvoir (issue des
judiciaire décisions
de justice)
Juridictions Tranchent les litiges
judiciaires entre les personnes

L’Assemblée nationale est une des deux chambres du Parlement (avec le Sénat) chargée de
l’examen et du vote des lois. C’est la raison pour laquelle elle a été saisie de ce débat.
11

18. Quelle institution était à l’origine du texte ainsi débattu ?


→ Document 9 (voir question précédente)

Le texte débattu à l’Assemblée nationale était le « projet de loi agriculture et alimentation ». Ce


texte provenait donc du gouvernement chargé de déterminer et de conduire la politique de la
Nation.

19. Si le Parlement adoptait l’interdiction du glyphosate, un arrêté municipal pourrait-il


autoriser son utilisation ? En application de quel principe ?
→ Document 10

La hiérarchie des normes


Pour éviter que les règles de droit provenant de sources différentes ne se contredisent,
elles doivent obéir au principe hiérarchique qui implique qu’une norme inférieure ne
peut déroger à une norme supérieure.

Un arrêté municipal, norme inférieure, ne pourrait contredire une loi, norme supérieure.

Situation
Le 31 janvier 2020, le Conseil constitutionnel a décidé que l’interdiction en 2022 de la
production, du stockage et de la circulation de certains produits phytopharmaceutiques était
conforme à la Constitution. L’association Union des industries de la protection des plantes
(UIPP), à l’origine de la saisine, soutenait que cette interdiction, inscrite dans la loi EGALIM du
30 octobre 2018, « par la gravité de ses conséquences, était contraire à la liberté
d’entreprendre sans qu’il n’y ait de lien avec l’objectif de protection de l’environnement et
de la santé ».

20. Quel problème l’association UIPP a-t-elle soulevé ? Par quelle procédure ?
→ Document 11

Le contrôle de constitutionnalité
Le contrôle de conformité des lois à la Constitution a pour objet de faire respecter la
hiérarchie des normes, dont l’ordonnancement fonde le principe de légalité
12

démocratique : la loi n’est pleinement légitime que si elle respecte les principes
supérieurs posés par la Constitution et si elle a été adoptée selon une procédure régulière.
« Le contrôle de constitutionnalité des lois », www.senat.fr

À l’origine, le recours au Conseil constitutionnel était réservé aux plus hautes instances de
l’État : président de la République, Premier ministre, présidents de l’Assemblée nationale
et du Sénat, tout groupe de 60 députés ou sénateurs. Depuis une réforme du 23 juillet
2008, toute personne qui estime être jugée par un tribunal appliquant une loi non
conforme à la Constitution a le droit de soulever une question prioritaire de
constitutionnalité, pour saisir le Conseil constitutionnel.

L’association UIPP soutenait que la Loi EGALIM était contraire à la liberté d’entreprendre, principe
général de valeur constitutionnelle. L’association a soulevé une QPC (question prioritaire de
constitutionnalité).

21. Quelle institution est chargée de trancher ce type de question ? 


→ Document 11 (voir question précédente)

C’est le Conseil constitutionnel qui est chargé de vérifier que la loi a été adoptée de façon régulière
et qu’elle est conforme à la Constitution.

22. Quelle décision a été rendue ? 


→ Document 11 (voir question 20)

Le Conseil constitutionnel a considéré que l’interdiction, en 2022, de la production, du stockage, et


de la circulation des produits incriminés, est conforme à la Constitution.

Allez plus loin !

 Article : « La proposition de loi encadrant le travail des enfants YouTubeurs adoptée en


commission » – LCP.
1. Quelles institutions nationales sont intervenues dans l'adoption du texte cité ?
13

La proposition de loi a d’abord été adoptée par l’Assemblée nationale (en Commission puis en
séance publique), puis modifiée et adoptée par le Sénat avant d’être définitivement adoptée par
l’Assemblée.

2. De quel texte s'agit-il ?

Il s’agit d’une loi, définitive après son adoption par les deux chambres du Parlement. Le but de
cette loi est d’encadrer l’exploitation commerciale de l’image des moins de 16 ans sur les
plateformes en ligne.

3. Qui en est à l'origine ?

Puisqu’il est question d’une proposition de loi, on peut en conclure que c’est un parlementaire
(député ou sénateur) qui en est à l’origine. Il s’agit ici d’un député, Bruno Struder. On parle de
projet de loi, lorsque le gouvernement est à l’origine du texte examiné avant son adoption.

4. Que prévoit-il ?

Le texte prévoit différentes mesures destinées à protéger les enfants mineurs de moins de 16 ans,
dès lors que des vidéos en ligne utilisant leur image est publiée et génère une somme d’argent dont
le montant sera fixé par décret en Conseil d’État. Outre les modalités de versement des sommes
dues aux mineurs, le texte prévoit aussi la possibilité pour un enfant mineur de faire cesser la
diffusion de son image, même lorsque celui-ci sera devenu majeur.

4. Identifier les sources du droit et les institutions


au niveau européen
Situation
Quatre-vingt-dix organisations représentantes de la société civile, issues de 17 pays européens,
lancent officiellement une initiative citoyenne européenne demandant la suppression
progressive des pesticides de synthèse d’ici 2035. « Si elle réunit un million de signatures d’ici
à septembre 2020, la Commission européenne et le Parlement devront envisager de
légiférer », indique [l’association de défense de l’environnement] Générations Futures.
Sophie Fabréga, www.actu-environnement.com, 25/11/2019.

23. Quels sont les principaux textes à l’origine de la création de l’Union européenne et de
ses institutions actuelles ?
→ Document 12
14

Les traités européens


Différents traités internationaux ont contribué à la construction de l’Union européenne.
Ces textes se situent au sommet de la hiérarchie des textes de droit européens. Ils fixent
les règles de fonctionnement de l’Union européenne, affirment les grands principes qui la
gouvernent, et servent de cadre à l’élaboration des textes de droit communautaire dérivé.
Parmi les principaux traités, on peut citer :
– le traité de Rome de 1957, qui a créé la CEE (union douanière) ;
– le traité de Maastricht de 1992, à l’origine de l’euro, et qui a instauré l’Union
européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Les principaux textes à l’origine de la création de l’UE et de ses règles de fonctionnement sont des
traités internationaux, comme le traité de Rome de 1957 et le traité de Maastricht de 1992.

24. Pour quelle raison l'association Générations Futures souhaite-t-elle qu'un million de
citoyens au moins signent son texte ? Que se passera-t-il si tel est le cas ?
→ Document 13

Institutions européennes et répartition des pouvoirs


L’exercice des pouvoirs dans l’Union européenne
15

Le pouvoir législatif : la Commission européenne propose les textes et définit leur base
juridique, mais c’est le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne qui les
adoptent
Le pouvoir exécutif : il est du ressort de la Commission européenne
Le pouvoir judiciaire : il appartient à la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE)

Un million de citoyens est le seuil minimum de signatures pour qu’une initiative européenne soit
examinée par la Commission européenne. Si tel est le cas, celle-ci étudiera l’initiative citoyenne et
formulera des propositions d’actes juridiques en conformité avec les traités.

25. La décision prise d'interdire le diméthoate est-elle appliquée dans les États
membres ? Justifiez votre réponse.
→ Document 13 ( voir question précédente) et document 14

Extrait du règlement européen du 26 mai 2020


[…] [L]’approbation de la substance active « diméthoate » n’a pas été renouvelée. Toutes
les autorisations existantes de produits phytopharmaceutiques contenant du diméthoate
ont été retirées en ce qui concerne les utilisations sur les cerises. […] [L]’Autorité
européenne de sécurité des aliments […] n’a pas pu exclure un risque pour les
consommateurs dû à l’exposition à des résidus de diméthoate. […]
Le présent règlement entre en vigueur le vingtième jour suivant celui de sa publication
au Journal officiel de l’Union européenne. Il est applicable à partir du 16 décembre 2020.
Le présent règlement est obligatoire dans tous ses éléments et directement applicable
dans tout État membre.
16

Règlement (UE) n° 2020/703.

La décision prise par l’UE est un règlement. Comme tel, il est directement applicable dans tous les
États membres, à compter du 16 décembre 2020, conformément aux termes du texte.

26. Comment cette décision a-t-elle été adoptée ? Par quels organes institutionnels ?
→ Document 13 ( voir question 24)

La Commission européenne a transmis une proposition au Parlement et au Conseil de l’Union


européenne qui l’ont éventuellement modifiée, puis qui l’ont adoptée.

Situation
La CJUE a rendu le 1er octobre 2019 un arrêt […] sur la validité du règlement européen
concernant les méthodes d’évaluation des pesticides.
La Cour apporte des précisions et interprétations essentielles sur le règlement européen qui
remettent en cause un grand nombre d’autorisations de mise sur le marché de produits
pesticides dont le très controversé glyphosate. Les procédures d’évaluation ne sont pas
correctement appliquées par les autorités.
[…] La Cour [indique] que « les procédures conduisant à l’autorisation d’un produit
phytopharmaceutique doivent impérativement comprendre une appréciation non seulement
des effets propres des substances actives contenues dans ce produit, mais aussi des effets
cumulés de ces substances et de leurs effets cumulés avec d’autres composants dudit
produit. » […] Or ce n’est pas le cas aujourd’hui.
Me Guillaume Tumerelle, www.avocats-tumerelle.fr, 01/10/2019.

27. Quel était l’objectif poursuivi par la saisine de la Cour de justice de l’Union
européenne ?

La saisine de la Cour de justice de l’Union européenne avait pour objectif de trancher la question
de la validité du règlement européen concernant les méthodes d’évaluation des pesticides.

28. Quel pouvoir exerce cette Cour au sein de l’Union ?


→ Document 13 ( voir question 24)

Elle exerce le pouvoir judiciaire, c’est-à-dire qu’elle tranche les litiges au niveau de l’UE.

Allez plus loin !

 Vidéo : « Les eurodéputés valident la réforme du transport routier dans l'UE  » – Aract
Paca.
1. Quelle institution européenne a débattu puis adopté la réforme du transport routier
au sein de l'Union européenne ?
17

Le Parlement européen a adopté la réforme du transport routier dans l’Union européenne.

2. Quel est l'objectif poursuivi ?

Il s’agit d’adopter des règles communes aux membres de l’Union européenne, d’améliorer les
conditions de travail des chauffeurs routiers dans l’Union européenne, de renforcer la lutte contre
les pratiques illégales, et d’assurer une concurrence juste entre les entreprises européennes.

Vous aimerez peut-être aussi