Vous êtes sur la page 1sur 2

La proposition subordonnée de cause

On peut exprimer la cause en employant:


1- une préposition (ou une locution prépositive), on les accompagnera d'un « nom ».
Ex. : A force de travail, il a réussi à devenir médecin.
2- ou également utiliser une préposition suivie d'un infinitif (quand le sujet des deux verbes est
le même).
Ex. : Elle est allée le voir sous prétexte de prendre de ses nouvelles.
3- un participe présent : Ex : Voulant trouver du travail, elle s'est présentée partout
un participe passé. Ex : Elevé par des parents pauvres, il n'avait pu compter que sur sa propre
volonté.
un gérondif. Ex : En ratant une marche, elle s'est cassé la jambe.
4- conjonction de subordination suivie de l’indicatif.
Je n'ai pas pu venir hier parce que j'avais trop de travail ;
Comme j'avais trop de travail, je n'ai pas pu venir hier…
Exceptions :
a) non que + Subjonctif : Je n'ai pas pu venir hier soir ; non que je n'en aie pas eu envie, mais
j'avais un rendez-vous chez le médecin.
b) ce n'est pas que + Subjonctif : Je n'ai pas pu venir hier soir ; ce n'est pas que je n'en aie pas
eu envie, mais j'avais un rendez-vous chez le médecin.
Les expressions les plus courantes de la cause
1. Parce que suivie de l’indicatif (cause inconnue de l'interlocuteur)
Tu viendras parce que je le veux. (La subordonnée est placée après la principale)
- Tu viendras ?
- Oui, parce que Papa le veut. (La subordonnée est placée en début de réponse)
C'est parce que tu le veux que je viens ! (La subordonnée est placée en début)
2. Puisque suivie de l’indicatif (cause présentée comme connue de l'interlocuteur)
- J'irai à ta place puisque tu ne te sens pas bien. (la subordonnée est placée après la principale)
Tu m'embêtes ! Puisque c'est comme ça, je pars ! (La subord en début de réponses stéréotypées)
3. Comme suivie de l’indicatif (Intensité sur la cause ; cause connue de tous)
Comme c'est le 1er mai, personne ne travaille. (la subordonnée au début de la phrase)
4. Étant donné que ( la cause est un fait constaté)
-Etant donné que le chômage augmente, vous aurez des problèmes pour trouver un emploi. (La
subordonnée au début de la phrase.)

1
5. D'autant plus/moins que ( Deux causes s'ajoutent )
Il travaille dur, d'autant plus que sa femme est infirme. ( après la principale, après une virgule)
6. Sous prétexte que (cause contestée : le locuteur n'y croit pas)
La direction a augmenté le temps de travail sous prétexte que les commandes sont importantes.
(La subordonnée après la principale (Deux sujets différents)
7. (Si)…c'est que…ex : Si je ne suis pas venu, c'est que j'étais malade !
8. A la lumière de ce que suivie de l’indicatif (idée de découverte)
A la lumière de ce que m'a dit le psychologue, je comprends mieux certains comportements de
mon enfant.
9. En raison de ce qui/que suivie de l’indicatif
En raison de ce qui lui est arrivé hier, il ne viendra pas aujourd'hui.
10. Grâce à ce que suivie de l’indicatif
Grâce à ce que vous avez fait, il a réussi son examen.
11. A présent que suivie de l’indicatif. (cause + idée de temps)
A présent que j'ai plus de temps, je recommence à faire du sport.
12. D'autant mieux que suivie de l’indicatif.
Je vous comprends d'autant mieux que j'ai rencontré les mêmes problèmes que vous.
13. Soit parce que…soit que suivie de l’indicatif
Cet homme a eu un accident de voiture soit parce qu'il s'est endormi au volant, soit qu'il avait
consommé de l'alcool.
14. D'autant moins(…) que (cause négative + cause négative)
J'ai d'autant moins de chance de partir dans cet avion que je suis le huitième à attendre.
15. Soit que…soit que suivie de l’indicatif.
Cet élève a eu 5 à son dernier bilan soit qu'il n'a pas eu assez de temps, soit qu'il n'avait
pas étudié.
16. D'autant plus(…) que (une cause + une autre cause)
Il a été d'autant plus déçu qu'il était persuadé d'avoir bien réussi tous les examens.
17. Sous couleur de + suivie de l’infinitif (couleur = prétexte)
Sous couleur d'aider la vieille dame à la banque, il l'a volée.
Attention : Pour l'analyse logique, nous sommes tenus de s'intéresser juste aux conjonctions de
subordination. La subordonnée de cause est introduite par les conjonctions de subordination
suivantes : Comme -parce que -puisque- étant donné que – vu que- d'autant plus que – d'autant
moins que – d'autant mieux que – à présent que – en raison de ce que (qui) - sous prétexte que.
L a subordonnée de cause a toujours la fonction de CC de cause du verbe de la principale.

Vous aimerez peut-être aussi