Vous êtes sur la page 1sur 20

Cours et exercices d’applications et de réflexions sur les nombres complexes (Partie 1)

PROF : ATMANI NAJIB 2ème BAC Sciences maths


http:// abcmaths.e-monsite.com

NOMBRES COMPLEXES
I) L’ENSEMBLE DES NOMBRES COMPLEXES
Soient z  x  iy et z   x  iy deux complexes tels
1) Définition d’un nombre complexe.
1.1 L’ensemble ℂ ; définition et vocabulaire: On que z  z
admet qu’il existe un ensemble noté ℂ ses éléments
z  z  x  iy  x  iy  x  x  i  y  y 
s’appelles des nombres complexes qui vérifie :
1) ℝ ⊂ ℂ
2) On définit dans l’ensemble ℂ deux opérations Raisonnons par l’absurde : si y   y  0 alors
appelées la somme et la multiplication qui ont les
mêmes propriétés que dans , l’ensemble des x  x
i étant un réel, on aboutit à une
nombres réels. y  y
3) L’ensemble ℂ contient un nombre non réel noté 𝑖
et qui vérifie i 2  1 contradiction. Donc : y   y et on déduit alors
4) Tout nombre complexe 𝑧 s’écrit et de façon
x  x  0 donc : x  x
unique comme : 𝒛 = 𝒂 + 𝒊𝒃 où 𝑎 et 𝑏 sont des réels
La réciproque est claire.
5) Le réel 𝑎 s’appelle la partie réel du nombre
Remarque : z  x  iy et  x; y   2
complexe 𝑧 ; on écrit : 𝒂 = 𝑹𝒆(𝒛)
6) Le réel 𝑎 s’appelle la partie imaginaire du nombre x  0 Re  z   Re  z 
1) x  iy  0   2) z  z  
complexe 𝑧 ; on écrit : 𝒃 = 𝑰𝒎(𝒛) y  0 Im  z   Im  z 
7) L’écriture : 𝒛 = 𝒂 + 𝒊𝒃 s’appelle l’écriture
1.3 Remarque :
algébrique du nombre complexe 𝒛 .
1) L’ensemble ℝ est totalement ordonné, c’est-à-
Exemples
dire : (∀(𝑥, 𝑦) ∈ ℝ2)(𝑥 ≤ 𝑦 𝑜𝑢 𝑦 ≤ 𝑥 )
• Les nombres −1 ; 0 ; 3/4 ; 2 sont des nombres 2) L’ensemble des nombres complexe n’est pas
ordonné.
réels donc ce sont aussi des éléments de .
1.4 Des sous-ensembles de ℂ
• À l’aide du nombre i et de la multiplication : −i ; 2i ; 1) L’ensemble ℝ l’ensemble des nombres réels est

i 2 ... sont aussi dans . une partie de ℂ ; (∀𝑥 ∈ ℝ)(𝑥 = 𝑥 + 0𝑖)


𝑧 ∈ ℝ ⟺ 𝐼𝑚(𝑧) = 0
• Avec les additions, les nombres suivants sont 2) L’ensemble 𝑖ℝ est une partie de ℂ , s’appelle
aussi dans : 1  i ; 2  2i L’ensemble des imaginaires purs ; 𝒊ℝ = {𝒊𝒚/ 𝒚 ∈ ℝ}
𝑧 ∈ 𝑖ℝ ⟺ 𝑅𝑒(𝑧) = 0
THÉORÈME :Soient z  x  iy et z   x  iy 3) ℝ ∪ 𝑖ℝ ⊊ ℂ et ℝ ∩ 𝑖ℝ = {0}
(⊊ veut dire strictement inclus strictement :
 x; y   2 et  x; y  2 deux nombres complexes : 2 + 3𝑖 ∉ ℝ 𝑒𝑡 2 + 3𝑖 ∉ 𝑖ℝ )
II) LES OPERATIONS DANS ℂ.
1) L’addition dans ℂ.
 x  x
z  z   1.1 Définition
 y  y Définition :Soient 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 et 𝑧′= 𝑎′ + 𝑖𝑏′ deux
L’ écriture algébrique d’un nombre complexe est nombres complexes.
unique. La somme des nombres complexes 𝑧 et 𝑧′ est le
PREUVE : nombre complexe noté 𝑧 + 𝑧′ définie par :
𝒛 + 𝒛′= (𝒂 + 𝒂′) + 𝒊(𝒃 + 𝒃′)
On en déduit que : 𝑅𝑒(𝑧 + 𝑧′) = 𝑅𝑒(𝑧) + 𝑅𝑒(𝑧′) et
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 1
𝐼𝑚(𝑧 + 𝑧′) = 𝐼𝑚(𝑧) + 𝐼𝑚(𝑧′) Définition :Puisque (ℂ, +) est un groupe commutatif
1.2 Propriétés et (ℂ∗,×) est un groupe commutatif et la multiplication
L’addition dans l’ensemble ℂ est : est distributive par rapport à l’addition dans ℂ; on dit
1) Associative :(∀( z1 , z2 , z3 ) ∈ ℂ3) que (ℂ, +,×) est un corps commutatif.
(( z1 + z2 ) + z3 = z1 + ( z2 + z3 )) 2.3 Le quotient de deux complexes.
2) Commutative : (∀(𝑧, 𝑧′ ∈ ℂ2)(𝑧 + 𝑧′= 𝑧′ + 𝑧) Soient 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 et 𝑧′= 𝑎′ + 𝑖𝑏′ deux nombres
3) 0 est l’élément neutre pour l’addition dans ℂ : complexes où 𝑧′ ≠ 0 le quotient des nombres 𝑧 et 𝑧′
(∀𝑧 ∈ ℂ)(0 + 𝑧 = 𝑧 + 0 = 𝑧) est le produit de 𝑧 et de l’inverse de 𝑧′ et se note
4) Chaque élément 𝑧 dans ℂ a un symétrique appelé z
ou 𝑧(𝑧′−1)
l’opposé de 𝑧 noté (−𝑧) ; 𝑧 + (−𝑧) = (−𝑧) + 𝑧 = 0 z
On dit que ℂ muni de l’addition est un groupe 2.3 Règles de calculs dans ℂ
commutatif, on le note par : (ℂ, +) (ℂ, +,×) étant un corps commutatif ; toutes les règles
1.3 La différence de deux nombres complexes. de calculs qu’on a connu dans ℝ sont vraies dans ℂ.
Soient 𝑧 et 𝑧′ deux nombres complexes tels que : 1) 𝑧𝑧′= 0 ⟺ 𝑧 = 0 ou 𝑧′= 0
𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 et 𝑧′= 𝑎′ + 𝑖𝑏′ La différence de 𝑧 et 𝑧′ est la 2) z 0  1 et (∀𝑛 ∈ ℕ∗)( z n = 𝑧⏟× 𝑧 × … × 𝑧 ) 𝑛 𝑓𝑜𝑖𝑠
somme de 𝑧 avec le symétrique de 𝑧′ c’est-à-dire : 1
𝑧 + (−𝑧′) qu’on la note : 𝑧 − 𝑧′ 3) z  n  n
z
𝒛 − 𝒛′= (𝒂 − 𝒂′) + 𝒊(𝒃 − 𝒃′) nm
4) z  z n  z m
2) La multiplication dans ℂ.
2.1 Définition : 5) z n  m  z n / z m
Comme la multiplication dans ℂ prolonge celle dans
6)  z n   z nm
m
ℝ on peut définir la multiplication dans ℂ
par :Soient 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 et 𝑧′= 𝑎′ + 𝑖𝑏′ deux nombres
complexes. 7) z n  z1n   z  z1  z n1  z n2 z1  ...  z1 z1n2  z1n1 
Le produit des nombres complexes 𝑧 et 𝑧′ est le
nombre complexe noté 𝑧 × 𝑧′ définie par : 1  z n 1
𝑧 × 𝑧′= (𝑎 + 𝑖𝑏) × (𝑎′ + 𝑖𝑏′)= 𝑎𝑎′ + 𝑎𝑏′𝑖 + 𝑖𝑏𝑎′ + 𝑏𝑏′𝑖² 8) Si 𝑧 ≠ 1 alors : S  1  z1  z 2  ...  z n 
1 z
i 2  1
𝑧 × 𝑧′ = (𝑎𝑎′− 𝑏𝑏′) + 𝑖(𝑎𝑏′ + 𝑏𝑎′) somme des termes d’une suite géométrique
𝒛 × 𝒛′= (𝒂𝒂′− 𝒃𝒃′) + 𝒊(𝒂𝒃′ + 𝒃𝒂′)
9)  z  z1    Cnk z k z1n  k formule de binôme
n n

2.2 Propriétés : k 0
La multiplication dans l’ensemble ℂ est :
1) Associative :(∀( z1 , z2 , z3 ) ∈ ℂ3) Application : Trouver la forme algébrique et
(( z1 × z2 ) × z3 = z1 × ( z2 × z3 )) déterminer la parties réelles et imaginaires des
2) Commutative : (∀(𝑧, 𝑧′) ∈ ℂ2)(𝑧 × 𝑧′= 𝑧′ × 𝑧) nombres complexes suivants :
3) 1 est l’élément neutre pour la multiplication
z1  2  i  1  i   1  2i ²  
3
z2  1  i 3
dans ℂ : (∀𝑧 ∈ ℂ)(1 × 𝑧 = 𝑧 × 1 = 𝑧)
4) Chaque élément non nul 𝑧 dans ℂ a un 1  3i 1 i
z3  z5  1  i 
10
z4 
1 3i 3  2i
symétrique appelé l’inverse de 𝑧 noté : ( ou z 1 )
z Solution :1)
1
Et on a z   1 z1  6  5i  a  bi donc Re  z1   6 et Im  z1   5
z
On dit que ℂ∗ muni de la multiplication est un groupe
   3i   3 1  3i    3i 
3 2 3
2) z2  1  i 3  13  3  12 
commutatif, on le note par : (ℂ∗,×)
En plus des 8 propriétés que vérifient l’addition et la
z2  1  3 3i  3  3  3 3i  8  0i 
multiplication dans l’ensemble ℂ il y a une propriété
commune entre les deux opérations :
car Im  z2   0
5) La multiplication est distributive par rapport à
l’addition dans ℂ :
(∀( z1 , z2 , z3 ) ∈ ℂ3) ( z1 × ( z2 + z3 ) = z1 × z2 + z1 × z3 )
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 2
1  3i 1  3i  3  i  3  i  9i  3 6  8i
3) z3    
3i  3  i  3  i  9  i2 10
6 8i 3 4i 3
z3     donc Re  z1   et Im  z1    4
10 10 5 5 5 5

4) z4  1  i 
1  i  3  2i  3  2i  3i  2 1  5i 1 5
   i
3  2i  3  2i  3  2i  9  4i
2
13 13 13

10

5) z5  1  i   1  i    1  2i 1  i    2i 
2 5 2 2
5 5

z5   2i   25  i 5  32   i   i  32i
5 2
2 REMARQUES :
1)Les complexes z = a ∈ R sont des nombres
est un imaginaire pur car Re  z5   0 réels et sont représentés sur sur l’axe des
REMARQUES :
Réels.
Lorsque Im(z) = 0, z = a est réel.
Lorsque Re(z) = 0, z = ib est appelé imaginaire pur. 2)Les complexes z = ib, b ∈ R sont des
III) INTERPRETATIONS GEOMETRIQUES. imaginaires purs et sont représentés
1)L’interprétation géométrique et représentation l’axe des imaginaires purs.
d’un nombre complexe 3)Le plan est alors appelé plan complexe.
Le plans (𝒫) est muni du repère orthonormé
 
ℛ O; u; v ; et soit 𝒱2 le plan vectoriel associé à (𝒫).
Exemple1 : Dans le plan complexe, on a représenté
ci-contre les points d’affixe z tels que
Soit 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 un nombre complexe le couple (𝑎, 𝑏)
est associé à un point unique 𝑀 dans le plan (𝒫). • Re(z) = 2
L’application : ℂ → (𝒫) • Im(z) = 3
𝑧 ↦ 𝑀(𝑎, 𝑏) • Re(z) = Im(z).
où 𝑎 = 𝑅𝑒(𝑧) et 𝑏 = 𝐼𝑚(𝑧) est une bijection
1) Le point 𝑀 s’appelle l’image du nombre complexe
dans le plan (𝒫), et l’application
2) Le complexe 𝑧 s’appelle l’affixe du point 𝑴
on écrit : 𝑧 = 𝑎𝑓𝑓(𝑀) et on écrit : 𝑧𝑀 = 𝑎 + 𝑖𝑏
3) L’application : ℂ → 𝒱2
𝑧 ↦ u (𝑎 ;𝑏)
où 𝑎 = 𝑅𝑒(𝑧) et 𝑏 = 𝐼𝑚(𝑧) est une bijection

4) Le vecteur u s’appelle l’image du nombre


complexe dans le plan (𝒫)

5) Le complexe 𝑧 s’appelle l’affixe du vecteur u on

écrit : 𝑧 = 𝑎𝑓𝑓( u ) on écrit : zu = 𝑎 + 𝑖𝑏 2) Les opérations sur les affixes.


Propriété :Soient u et v deux vecteurs dans 𝒱2 ;
6) Le plan (𝒫) s’appelle un plan complexe
 
7) a)L’axe O; u s’appelle l’axe des réels
𝑀 et 𝑁 deux points dans le plan (𝒫) et 𝛼 un réel ;

 
b) L’axe O; v s’appelle l’axe des imaginaires
On a :
1) 𝑎𝑓𝑓(𝐴) = 𝑎𝑓𝑓(𝐵) ⟺ 𝐴 = 𝐵
Dans tout qui va suivre le plan complexe est muni
 
d’un repère ℛ O; u; v
et 𝑎𝑓𝑓( u ) = 𝑎𝑓𝑓( v ) ⟺ u = v
2) 𝑎𝑓𝑓( u + v ) = 𝑎𝑓𝑓( u ) + 𝑎𝑓𝑓( v )
3) 𝑎𝑓𝑓(𝛼 u ) = 𝛼 × 𝑎𝑓𝑓( u )
4) 𝑎𝑓𝑓( AB )= 𝑎𝑓𝑓(𝐵) − 𝑎𝑓𝑓(𝐴) = 𝑧B – 𝑧A
Propriété :
1) Soient [𝐴𝐵] un segment de milieu 𝐼 ; on a :
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 3
z A  zB Exemple2 : soient dans le plan complexe les
zI 
2 points : A  2; 3 et B 1;1 et C 1; 2 
2) Si 𝐺 = 𝐵𝑎𝑟{(𝐴𝑘, 𝛼𝑘))1≤𝑘≤𝑛} et 𝑧𝑘 = 𝑎𝑓𝑓(𝐴𝑘) 1)Determiner les affixes des points A et B et C ?

k n 2)Determiner l’affixe du vecteur AB


  k zk 3) Déterminer l’affixe de 𝐼, milieu de [𝐴𝐵].
alors : zG  k 1
k n 4)Montrer que les points 𝐴, 𝐵 et 𝐶 ne sont pas

k 1
k alignés.
5) Déterminer le barycentre de {(𝐴, 2); (𝐵,−1), (𝐶, 3)}
3) Cas particuliers 2 points pondérés : 6) Déterminer l’affixe du point 𝐷 pour que le
 z A   zB quadrilatère 𝐴𝐵𝐶𝐷 soit un parallélogramme.
𝐺 = 𝐵𝑎𝑟{(𝐴, 𝛼); (𝐵, 𝛽)} on a zG 
 
4)Cas particuliers 3 points pondérés : Solutions :1) l’affixe du point A est z A  2  3i
𝐺 = 𝐵𝑎𝑟{(𝐴, 𝛼); (𝐵, 𝛽); (𝐶, 𝛾)} on a :
l’affixe du point B est zB  1  i
 z   zB   zC
zG  A
    l’affixe du point C est zc  1  2i
3) Condition complexe d’alignement de 3 points
Soient 𝐴, 𝐵 et 𝐶 trois points distincts du plan d’affixes 2) 𝑎𝑓𝑓( AB )= 𝑎𝑓𝑓(𝐵) − 𝑎𝑓𝑓(𝐴) = 𝑧B – 𝑧A
respectifs : z A , z B et zC z AB  1  i    2  3i   1  4i
On sait que :
z A  z B 2  3i  1  i 3  2i 3
3) z I     i
𝐴, 𝐵 et 𝐶 sont alignés ⟺ (∃𝛼 ∈ ℝ)( AC = 𝛼 AB ) 2 2 2 2

⟺ (∃𝛼 ∈ ℝ)( zC  z A = 𝛼( zB  z A )) zC  z A 1  2i    2  3i  1  5i
4)  
zB  z A 1  i    2  3i  1  4i
zC  z A zC  z A
⟺ (∃𝛼 ∈ ℝ) ( = 𝛼)⟺ ∈ℝ
zB  z A zB  z A

 1  5i  1  4i   1  4i  5i  20
Propriété :Soient 𝐴, 𝐵 et 𝐶 trois points distincts du  1  4i  1  4i   12   4i 2
plan d’affixes respectifs z A , z B et zC zC  z A 21  i 21 1
   i
les points 𝐴, 𝐵 et 𝐶 sont alignés si et seulement si : zB  z A 17 17 17
zC  z A Donc : les points 𝐴, 𝐵 et 𝐶 ne sont pas alignés.
∈ℝ 5) le barycentre de {(𝐴, 2); (𝐵,−1), (𝐶, 3)} ?
zB  z A
 z A   zB   zC 2 z A  1zB  3zC
Exemple1 : soient dans le plan complexe les zG  
    2 1  3
points : A 1  i  et B  1  2i  et C  1  i 
2 
Montrer que les les points 𝐴, 𝐵 et 𝐶 sont alignés. 2  2  3i   11  i   3 1  2i  6  i 3 1
zG     i
Solutions : 2 1  3 4 2 4
1 1 1
 2i  i i i 6) ABCD est un parallélogramme si et seulement
zB  z A 2 2 2 1
    
zC  z A 1  i  i 1  2i 1  2
2   i  Si AB  DC c’est-à-dire : zB  z A  zC  zD
2 
Donc : les les points 𝐴, 𝐵 et 𝐶 sont alignés zD  zC  z A  zB

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 4


On en déduit en remplaçant par les données :
Si z est l’affixe de M, z est l’affixe de M’ du
zD  1  2i  2  3i  1  i  2  2i symétrique de M par rapport à l’axe des réels.
Exercice 1 :
soient dans le plan complexe les points :
A ; B ; C ; D ; E d’affixes respectivement :
z A  1  i et z B  3  2i et z C  2  i et z D  2i et

zE  2

1)Représenter ces points dans le plan complexe


2) Déterminer l’affixe de 𝐼 milieu de [𝐴𝐵].

3)Determiner l’affixe du vecteur AB


4)montrer que le quadrilatère 𝐴𝐵𝐶𝐷 est un Exemple :1) z  2  3i son conjugué est z  2  3i
parallélogramme 2) z  3i  6 son conjugué est z  3i  6
Solution : 1)
3) z  3  6 son conjugué est z  3  6

4) 7  7;2i  2i; 5  3i  5  3i;3  2i  3  2i

Propriété : (Règles de calculs) z  et z  

1)si z  x  iy alors z  z  x 2  y 2

2) z  z 3) z  z  2i Im  z  4) z  z  2 Re  z 
𝐼 milieu de [𝐴𝐵]. Donc : AI  IB donc zI  z A  zB  zI
5) z  zz 6) z  i  zz 0
zB  z A 3  2i  1  i 3
Donc : zI  donc : zI   2 i 7) z  z   z  z  8) z  z   z  z 
2 2 2
Donc : I  2; 3  1 1  z  z
9)    10)    si z  0
 2  z z z z
3) z AB  zB  z A  3  2i  1  i   3  2i  1  i  2  i

11)  z n   z
n
n
4)il suffit de monter que : AB  DC
On a : z AB  2  i 12) z   z z  et  
PREUVE :
zDC  zC  zD  2  i   2i   2  i
• On prouve la 8)
On écrit les complexes z et z’ sous forme
Donc : z AB  z DC par suite : AB  DC
algébrique : z  a  bi avec a et b
Donc : le quadrilatère 𝐴𝐵𝐶𝐷 est un parallélogramme Et z  a  bi avec a  et b 
IV) LE CONJUGUE D’UN NOMBRE COMPLEXE.
On a alors : z  z   a  bi  a  bi 
Définition : Soit le nombre complexe 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏
(𝑎 et 𝑏 sont des réels) ; le nombre complexe
z  z  aa  abi  bai  bb   aa  bb    ab  ba  i
qu’on note z et qui est égale à z = 𝑎 - 𝑖𝑏
z  z   aa  abi  bai  bb   aa  bb    ab  ba  i
S’appelle le conjugué du nombre complexe 𝑧

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 5


D’autre part :
1 3
Exemple2 : on pose : j    i
z  z   a  bi  a  bi   a  bi    a  ib  2 2

z  z   aa  iab  abi  bb   aa  bb    ab  ba  i et S  j  j n


2n n

Ce qui donne bien l’égalité cherchée.


1)montrer que : j  j
2

• On prouve la 9)
1 1 1 2)Démontrer que : S i n 
On a : z   1 donc : z   1 donc z     1
z z z Solution :1)
2 2
1 1  1 3  1
2
1 3  3 1 3 3
Donc :    cqfd j     i       2 i
2
  i     i
z z  2 2   2 2 2  2  4 4 2
• On prouve la 10)
1 3
j2    i j
z 1  z   1 2 2
On a :  z   donc     z   
z z z  z
2)il suffit de montrer que : S  S  0
 z  1 1 z
donc    z    z   
   
n n
z z z z S  S  j 2n  j n  j 2n  j n  j 2  jn  j2  jn
• L’égalité 11) se démontre par récurrence si
    
n n n n n
SS  j  jn  j2  jn  j  jn  j j
n
En effet : n=0 on a  z 0   z 
0
car 1  1
n n
S  S  j  jn  jn  j  0

Supposons que  z n   z  S est donc bien un imaginaire pur


n

Exemple3 : soit u  tel que u 


Montrons que :  z n 1   z 
n 1
? Montrer que :  z   1  uz  1  u  z  z 

z   z  
n n 1
n 1 n
 z  zn  z  z  z  z Solution :1) soit z  tel que :
1  uz  1  u  z
Donc :  z n   z 
n
n 
2
Donc : 1  uz  1 u  z
2
Si n est négatif alors m  n 
Donc :

Donc : 1  uz 1  uz   1  u  z 1  u  z  
 z n    z  m    z1m   1m  1 m  z    
m n
 z
z z      
Donc : 1  uz  1  uz  1  u  z 1  u  z Car : u  u 
Donc :  z n   z 
n
n 
Donc : 1  uz  uz  uuzz  1  uz  uz  uuzz
Exemple1 : Démontrer que S  1  i   1  i  est
5 5

Donc : uz  uz  uz  uz
un nombre réel.
Solution :On a :    
Donc : u  u z  u  u z  0

S  1  i   1  i   1  i   1  i   1  i   1  i  Donc :  u  u  z  z   0
5 5 5 5 5 5

S  1  i   1  i   S
5 5
Et puisque : u  u  0 car u
S est donc bien un nombre réel.
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 6
Donc : z  z  0 Donc : z  z Et z  x  yi avec x  et y 

Donc : z  1)écrire en fonction de x et y la partie réel et la


Exercice 2: z 
partie imaginaire de U
Ecrire en fonction de z le conjugué des nombres
2) Déterminer l’ensemble    des points 𝑀(𝑧) du
complexes suivants :
plan tels que : U est réel
1) Z1   2  i  5  i  2) Z 2  2 z  5i 3) Z 3  z  1
3 z  i 3) Déterminer l’ensemble  C  des points 𝑀(𝑧)
Solution :
tels que : U est imaginaire pur
1) Z1   2  i  5  i    2  i    5  i    2  i  5  i 
Solution :1) z  x  yi avec x  et y 
2) Z 2  2 z  5i  2 z  5i  2 z  5i
Donc : U   x  yi  2i  x  yi  1
3) Z3   z  1   z  1  z  1
Donc : U   x  i  y  2    x  1  yi 
 3z  i  3z  i 3z  i

Exercice 3: Résoudre dans ℂ les équations Donc : U   x2  y 2  x  2 y   i   y  2 x  2 


suivantes :
Donc : Re U   x 2  y 2  x  2 y et Im U    y  2 x  2
1) 2 z  iz  5  4i 2) z  2 z  2  6i
Solution :1) z  2) U est réel ssi Im U   0     :  y  2 x  2  0

donc : x  et y  / z  x  yi Donc : l’ensemble    des points 𝑀(𝑧) du plan tels

2 z  iz  5  4i  2  x  yi   i  x  yi   5  4i que : U est réel est la droite d’équation :

2 x  y  5
  :  y  2x  2  0
 2 x  y   i  2 y  x   5  4i   
2 y  x  4
3) U est imaginaire pur ssi Re U   0
2 x  y  5
2 x  y  5 2 x  y  5 

  
 
     
  13  x2  y 2  x  2 y  0
 4 y 2 x 8  4 y 2 x 2 x y 8 5 3 y  13  y   3
2 2
1 1 1
14  x  2  x        y 2  2 1y  12  12  0
2
Donc : x 
14 13
par suite: z   i 2 2 2
3 3 3
2

Donc : S  14  13 i   1
2
5  1
2
 5
  x     y  1    x     y  1  
2 2

3 3   2 4  2  2 
2) z  donc : x  et y  / z  x  yi
l’ensemble  C  des points 𝑀(𝑧) tels que : U est
z  2 z  2  6i  x  yi  2  x  yi   2  6i
imaginaire pur est le cercle de centre :   1 ;1
2 
Donc : S  2  2i
et de rayon : R  5
2
Exercice4 : dans le plan complexe on considére le
Exercice5 :
nombre complexe U et soit M l’image du nombre
A) Résoudre dans ℂ les équations suivantes :
complexe z et on pose : U   z  2i  z  1 
1) 2 z  3z  1  2i  0
2) z  1  i  z  3  2i  0

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 7


3)  3  i  z  z  i 2) U est réel ssi Im U   0     : y  2 x  0

B) Déterminer les ensembles suivants : Donc : l’ensemble    des points 𝑀(𝑧) du plan tels
z  2i
1) (E1) = {𝑀(𝑧) / ∈ ℝ} que : U est réel est la droite d’équation :
z i
   : y  2 x
z  2i
2) (E2) = {𝑀(𝑧) / ∈ 𝑖ℝ} V) LE MODULE D’UN NOMBRE COMPLEXE.
z i 1) Définition et applications
Exercice6 :Démontrer que : Définition :Soit z  x  yi un nombre complexe
   
2 n 1 2 n 1
S 3 i  i 3 est un nombre
avec x  et y 
réel n 
Solution :On a : le réel positif x ²  y ² 2 s’appelle le module du
 i  3      3  i     1   3  i 
2 n 1 2 n 1 2 n 1
2 n 1

nombre complexe 𝑧 et on le note z


Donc:  i  3    3  i
2 n 1 2 n 1
car  1
2 n1
 1 Exemple : calculer le module des nombres

Donc : S   3  i    3  i
2 n 1 2 n 1 1 3
complexes suivants : 1) z  i 2) z  3  4i
2 2
       
2 n 1 2 n 1 2 n 1 2 n 1
S 3 i  i 3  3 i  i 3 Solution :

     3  i  3  i
2 n 1 2 n 1 2
2 n 1 2 n 1
1 3 1
2
 3 1 3
S 3 i  i 3 z  i           1 1
2 2 2  2  4 4

Donc : S  S
z   3  4i  32   4   25  5; 2i   2  2
2 2

donc S est bien un nombre réel.


Exercice7 : dans le plan complexe on considére le Propriété :Soit z  x  yi un nombre complexe ;
nombre complexe U et soit M l’image du nombre
on a z  x ²  y ²  zz
complexe z et on pose : U  2iz  z
Preuve : en exercice
Et z  x  yi avec x  et y  Exercice :
A) Déterminer les modules des complexes
1)écrire en fonction de x et y la partie réel et la suivants :
1 1
1) z1  3  3i 2) z2   3i 3) z2 
partie imaginaire de U 2 1 i
2) Déterminer l’ensemble    des points 𝑀(𝑧) du 4) z4  x où 𝑥 ∈ ℝ

plan tels que : U est réel B) Ecrire sous la forme algébrique les complexes
suivants puis déterminer leurs modules :
Solution :1) z  x  yi avec x  et y 
2  5i 1 i
Donc : U  2i  x  yi    x  yi   2ix  2 y  x  yi
1) u1 
1  3i
2) u2 
i 3 2

3) u3  2  3i  2 i 
C) Déterminer l’ensemble des points 𝑀(𝑧)
Donc : U   2 y  x   i  y  2 x 
1
tels que : A(𝑧) ;B( z ) et C( ) soit alignés.
z
Donc : Re U   2 y  x et Im U   y  2 x

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 8


2) Règle de calculs
Propriété :Si et ont pour affixes z  et z B ,
Propriétés : Pour tous complexes 𝑧 et 𝑧′ et pour
tout 𝑛 dans ℕ on a :
alors :     z  z
2) z  zz 3)
2
1) z   z  z
Preuve :soit M tel que : OM  
z  1  zz  1
On a donc : zM  z  z avec zM l’affixe de M
4) z  0  z  0 5) z  z  z  z
Donc : z  z  zM  OM  
1 1 z z
6)  et  si z  0 Exemple1 : Le plan complexe est rapporté à un
z z z z
 
repère orthonormé O; u; v ; les points A, B et C
7) z  z si z  0 et n 
n n

ont pour affixes: z A  2 et z B  1 3i et z C  3  i 3


8) z  z  z  z
Montrer que le triangle ABC est équilatéral
Exemple : calculer le module des nombres Solution :il suffit de montrer que : AC    BC
complexes suivants : 1) z1  5 1  i 3    z  z  1  3i  2  1  3i   1
2 2
 3  42
3
1 i 3  1
2
C  zC  z  3  3i  2  1  3i   3  42
2

2) z 2  1  i  3  i  3) z 3   

 1  i 
BC  zC  z B  3  3i  1  3i  2  2
Solution :
1) z1  5 1  i 3   5 1  i 3  5 1  3  10 Donc : AC    BC
Exemple2 : Déterminer l'ensemble    des points
2) z2  1  i   3  i   1  i  3  i  2  4  2 2
3
d'affixe tels que : z  1  2i  z  7  2i
3
 1 i 3 
3) z   1  i 3   1  i 3   1  i 3 
3 3

    Solution :
   1 i 
 1 i  1 i  1 i
3
   Methode1 : Méthode géométrique :
z  1  2i  z  7  2i  z  1  2i   z   7  2i 
3
 4
 2
3
z3     2 2
 2
On pose : A  z A  1  2i  et B  zB  7  2i 
2) interpretation geometrique du module :
Le plan est rapporté à un repère orthonormé
 zM  z A  zM  zB  AM  BM
soit M l’image du nombre complexe z  x  iy
L'ensemble    cherché est la médiatrice du
avec x  et y  on
segment  AB 
a : M  x; y  donc :
Methode1 : Méthode algébrique :
OM  OM  x 2  y 2  z z donc x  et y  tel que : z  x  yi

Donc : z  OM z  1  2i  z  7  2i  x  yi  1  2i  x  yi  7  2i

 x 1  i  y  2  x  7  i  y  2

  x  1   y  2    x  7    y  2    x  1   y  2    x  7    y  2 
2 2 2 2 2 2 2 2

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 9


 x 2  2 x  1  y 2  4 y  4  x 2  14 x  49  y 2  4 y  4 Exercice10 : Déterminer l'ensemble    des

 12 x  8 y  48  0     : 3x  2 y  12  0 1
points d'affixe tels que : iz  3  z  4i  1
i
Exercice 8:Déterminer l'ensemble des points
Solution :
d'affixe tels que :a) z  3  i  5
Methode1 : Méthode géométrique :
b) z  4  5i  z  2 1 1
iz  3  z  4i  1  i  z  3i    z  4  i 
Solution :
i i
a) Soit le point d'affixe 3  i 1
 z  3i  z  4  i car i  1
i

 z  3i  z   4  i 
L'ensemble cherché est le cercle de centre A
et de rayon .
b) Soient B et C les points d'affixes 4  5i et
On pose : A  z A  3i  et B  zB  4  i 

 zM  z A  zM  zB  AM  BM
L'ensemble cherché est la médiatrice du
segment  BC  L'ensemble    cherché est la médiatrice du

Exercice9 :Déterminer l'ensemble  C  des points segment  AB 

d'affixe tels que : z  2i  3 VI) FORME TRIGONOMETRIQUE D’UN NOMBRE


COMPLEXE NON NUL
Solution : 1) L’argument d’un nombre complexe non nul.
Methode1 : Méthode géométrique :
Définition :Le plan complexe est menu d’un
z  2i  3 On pose : A  z A  2i 
 
repère O; u; v .Soit 𝑧 un nombre complexe non
 zM  z A  3  AM  3 nul et 𝑀(𝑧) son image. On appelle argument du
nombre complexe 𝒛 une mesure (en radian) de
L'ensemble  C  cherché est le cercle de centre :

A  0; 2  et de rayon : R  3
 
l’angle u; OM On le note par 𝒂𝒓𝒈(𝒛)

Methode1 : Méthode algébrique :


z donc x  et y  tel que : z  x  yi

z  2i  3  x  yi  2i  3  x  i  y  2   3

 x 2   y  2   3   x  0    y  2   32
2 2 2

Exemple : Le plan complexe est rapporté à un


L'ensemble  C  cherché est le cercle de centre :
repère orthonormé O; u; v ; 
A  0; 2  et de rayon : R  3

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 10


on considère les points A ; B ;C ;D ;E ;F qui ont
z  a ²  b ² ≠ 0 et par suite :
pour affixes: z A  2 et z B  2i et zC  2  2i et
 a b 
z  a ²  b²  i 
zD  3i et zE  3 et zF  2  2i  a ²  b² a ²  b² 
1)Représenter les points A ; B ;C ;D ;E ;Fdans Or : si arg(𝑧) ≡ 𝜃 [2𝜋]
Le plan complexe
a b
2)on utilisant la représentions déterminer alors : cos   et sin  
a ²  b² a ²  b²
l’argument des complexe : z A et z B et zC et
Et finalement : 𝑧 = |𝑧|(𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛𝜃)
z D et z E et z F Propriété : Tout nombre complexe non nul 𝑧 à
une écriture de la forme 𝑧 = |𝑧|(𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛𝜃)
Solution :1)
Où arg(𝑧) ≡ 𝜃 [2𝜋]
Cette écriture s’appelle la forme trigonométrique
du nombre complexe non nul 𝒛
Exercice11 :
Donner la forme trigonométrique du nombre
complexe 𝑧 dans les cas suivants :
1) z1  3  i 2) z2  1  i 3) z3   3  1 i
6 2

4) z3  1  3i 5) 𝑧 = 7 6) 𝑧 = −12

2
 Solution :1) z1  12  3  4  2
2) arg z A  0  2  et arg z B   2 
2
   3 1    
arg zC   2  et arg z D   2  z1  3  1i  2   i   2  cos  i sin 
 6
4 2  2 2  6

arg zE    2  et arg z F  3  2 

4
arg z1   2 
Remarque : le complexe nul n’a pas d’argument 6

Propriété : z  
et y 

1) z  
 arg z    2  2) z  
 arg z  0  2 

 
3) arg  iy    2  si y 0 et arg  iy     2  si
2 2
y 0

4) arg   z     arg z  2  5) arg z   arg z  2 


2) z2  12   1  2
2
 
Exemple : arg  5i    2  et arg  3i     2 
2 2
 1 1    
arg  2   0  2  et arg  1    2  z1  1  i  2  i   2  cos 4  i sin 4 
 2 2  
2) Forme trigonométrique d’un nombre
Et on a : cos   x   cos x et sin   x    sin x donc :
complexe non nul
Soit 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 un complexe non nul, on a donc
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 11
         
z2  2  cos     i sin     arg z2    2  2) z2  1  cos   i sin   2sin
2
 i 2sin cos
  4  4  4 2 2 2

3 1 3 1 1 3   
3) z3    i z3     z2  2 sin  sin  i cos 
6 2 36 4 3 3 2 2 2

3 1 3 1 3 3          
z3    i    i     cos  i sin  z2  2sin  cos     i sin    
6 2 3  2 2  3  3 3 2  2 2  2 2 

Et on a : sin   x   sin x et cos   x    cos x       


z2  2sin  cos     i sin    
2 2 2  2 2 
Donc:

3        3   2   2      
z3   cos      i sin        cos    i sin     Si   0;   alors :   0;  donc 2 sin 0
3   3  3  3   3   3  2  2 2

Donc : la forme trigonométrique du nombre


4) z3  1  3i
complexe z2 est :
 1  
2
z3    3  42
2

      
z2  2sin  cos     i sin    
 1 3    2 2 2  2 2 
z3  1  3i  2    i   2   cos  i sin 
 2 2   3 3
  
sin   x    sin x et cos   x    cos x
z  2sin et arg z   2 
2 2

         4   4       
z4  2  cos      i sin       2  cos    i sin     Si    ;0 alors :    ; 0  donc 2 sin 0
  3  3    3   3  2  2  2

Propriété : z         
z2  2sin   cos     i sin    
2 2 2  2 2 
Si on a z  r  cos   i sin   avec r 0
       
z2  2sin  cos       i sin      
Alors z  r et arg z    2  2  2 2  2 2 

Exemple : Donner la forme trigonométrique du


        
nombre complexe 𝑧 dans les cas suivants avec z2  2sin  cos    i sin  
2  2   2 
   ;    0
Donc : c’est la forme trigonométrique du nombre
1) z1  sin   i cos  2) z2  1  cos   i sin  complexe z2 et on a :

3) z3  sin   2i sin 2   
2 z  2sin et arg z   2 
Solution : 1) 2 2

        
z1  sin   i cos   1 cos      i sin      3) z3  sin   2i sin 2  2 cos sin  2i sin 2
2 2 2 2
 2  2 
  
Donc : c’est forme trigonométrique du nombre z3  2 sin  cos  i sin 
2 2 2

complexe z1 donc z1  1 et arg z     2 
2
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 12
  4) arg(−𝑧) ≡ arg(𝑧) + 𝜋 [2𝜋]
 
 Si   0;   alors :   0;  donc 2 sin 0 5) arg (𝑧̅) ≡ − arg(𝑧) [2𝜋]
2  2 2
Preuves (en exercice)
Donc : la forme trigonométrique du nombre
Notations : Soit 𝑧 un nombre complexe dont la
   forme trigonométrique est : 𝑧 = 𝑟 (𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛𝜃)
complexe z3 est : z3  2 sin  cos  i sin 
2 2 2 c’est-à-dire |𝑧| = 𝑟 et arg(𝑧) ≡ 𝜃 [2𝜋]
On écrit : 𝑧 = [𝑟, 𝜃]
 
z  2sin et arg z   2  Règles de calculs :
2 2
1) [𝑟, 𝜃] × [𝑟′, 𝜃′] = [𝑟𝑟′, 𝜃𝜃′]
     2)1/ [𝑟, 𝜃] = [1/𝑟, −𝜃]
 Si    ;0 alors :    ; 0  donc 2 sin 0
2  2  2 3)[𝑟, 𝜃] / [𝑟′, 𝜃′] = [𝑟/𝑟′, 𝜃 − 𝜃′]
4) − [𝑟, 𝜃] = [𝑟, 𝜋 + 𝜃]
    
z2  2sin   cos    i sin    5)  r;   [𝑟,−𝜃]
2 2  2 
6) [𝑟, 𝜃] 𝑛 = [𝑟𝑛, 𝑛𝜃]
      Ces propriétés ne sont que l’assemblage des
z2  2sin  cos      i sin     
2  2  2  propriétés sur les calculs des modules et les
Donc : c’est la forme trigonométrique du nombre calculs des arguments.
Exemple :on considère les nombres complexes :
complexe z2 et on a :
z1  3  i et z2  1  i et Z  z1 et U  z16  z22
z2
 
z  2sin et arg z     2 
2 2
1)Ecrivez les nombres complexe z1 ; z2 et Z et
3) Règles de calculs sur les arguments :
Sous leurs formes trigonométriques.
Soit 𝑧 et 𝑧′ deux nombres complexes non nuls tels
2) Ecrire le complexe Z Sous sa forme algébrique
que arg(𝑧) ≡ 𝜃 [2𝜋] et arg(𝑧′) ≡ 𝜃′ [2𝜋]
 
On donc : puis en déduire cos et sin
12 12
𝑧 = |𝑧|(𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛𝜃) et 𝑧′= |𝑧′|(𝑐𝑜𝑠𝜃′ + 𝑖 𝑠𝑖𝑛𝜃′)
Solution :1) z1  3  i
et par suite :
𝑧𝑧′= |𝑧||𝑧′|(𝑐𝑜𝑠𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛𝜃)(𝑐𝑜𝑠𝜃′ + 𝑖 𝑠𝑖𝑛𝜃′)
3   1  4  2
2
z1 
2

= |𝑧||𝑧′|(𝑐𝑜𝑠𝜃𝑐𝑜𝑠𝜃′ + 𝑖 𝑐𝑜𝑠𝜃 𝑠𝑖𝑛𝜃′ + 𝑖 𝑠𝑖𝑛𝜃 𝑐𝑜𝑠𝜃 −


𝑠𝑖𝑛𝜃 𝑠𝑖𝑛𝜃′)  3 1   
Donc : 3  i  2 
= |𝑧||𝑧′|(𝑐𝑜𝑠𝜃𝑐𝑜𝑠𝜃′− 𝑠𝑖𝑛𝜃 𝑠𝑖𝑛𝜃′ + 𝑖 (𝑐𝑜𝑠𝜃 𝑠𝑖𝑛𝜃′ +  2  i 2   2  cos 6  i sin 6 
 
𝑠𝑖𝑛𝜃 𝑐𝑜𝑠𝜃)) = |𝑧||𝑧′|(cos(𝜃 + 𝜃′) + 𝑖 sin(𝜃 + 𝜃′))
On a : cos   x   cos x et sin   x    sin x
(En utilisant les formules de transformations)
Propriété principale : Soit 𝑧 et 𝑧′ deux nombres
       
complexes non nuls, on a : Donc : z1  2  cos     i sin       2;  
  6  6   6
arg (𝑧 × 𝑧′) ≡ arg(𝑧) + arg(𝑧′) [2𝜋]
On a : z2  12   1  2
2
Propriété Règles de calculs pour les arguments :
Soit 𝑧 et 𝑧′ deux nombres complexes non nuls :
1) arg (1/𝑧) ≡ −arg(𝑧) [2𝜋]  1 1    
z2  1  i  2  i   2  cos 4  i sin 4 
2) arg (𝑧/𝑧′) ≡ arg(z) − arg(𝑧′) [2𝜋]  2 2  
3) arg(𝑧𝑛) ≡ 𝑛 arg(𝑧) [2𝜋]

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 13


8
         2 6  
8
z2  2  cos     i sin       2;   Donc : Z    i   2;
  4  4   4  2 2   3 

z1 2                 8 8   8 8 
Z   cos      i sin       2  cos    i sin    Z   2 ;   16  cos  i sin 
z2 2  6 4  6 4    12   12    3  3 3 

z1 2                 6  2 6  2 
Z   cos      i sin       2  cos    i sin    Z  16  cos  i sin 
z2 2   6 4   6 4    12   12    3 3 

   
6 2
  2   2  
U  z  z   2;     2;   Z  16  cos  2    i sin  2  
3  
6 2

   
1 2
 6  4 3

        2   2    1 3
U   26 ;     2;     27 ;       Z  16  cos    i sin    16  
 2  i 
 2   2    3   3   2 

  3   3  Z  8  8 3i
U  27  cos     i sin      2  0  1i   2 i
7 7

  2   2 
Exercice 13 : Déterminer le module et l’argument
2) du nombre complexe 𝑧 dans les cas suivants :

Z
3 i

 
3  i 1  i 

3  3i  i  1

3 1
i
3 1 3 3 3
1) z   i 2) z  5  5i 3) z  6  6 3i
1 i 1  i 1  i  2 2 2 2 2

      3 1 3 1 4) z   3  3i  5) z  2  2 3i 6) z  6  i 2
4
Z  2  cos    i sin     i
  12   12   2 2
 1 3

  
3 1 7) z   
3  3i    i 
2 
8) z 
1
6 i 2
   3 1  2
cos    2 cos   
Donc :   12  2   12 

2 2
 2  2 3i
 3 1 sin     3 1 9) z 
      6 i 2
sin  12  
2   12  2 2
   2
4) Les formes trigonométriques des racines
   6 2 carrées .
cos   
  12  4 Définition :On appelle racine carrée d’un

sin     6  2
complexe 𝒛 tout complexe 𝑢 tel que u  z
2
  12 
 4
8
Remarque :Un complexe non nul admet deux
 2 6
Exercice12 : Ecrire le complexe Z    i  racines carrées.
 2 2 
 Preuve : d’une propriété :
Sous sa forme algébrique Soit 𝑧 = [𝑟, 𝜃] un complexe non nul et 𝑢 = [𝜌, 𝛼]

une racine de 𝑧 donc u  z ce que se traduit


2
2 6
Solution :On va d’abord écrire u  i
2 2
  r
 2  r 
  2k avec k  0;1
Sous la forme trigonométrique
par :  
1 3    2    2k  
u
2
i
6
 2   i  2
  2  cos  i sin 
2 2 2 2   3 3
Propriété : Soit 𝑧 = [𝑟, 𝜃] un complexe non nul ;
les racines carrées de [𝑟, 𝜃] sont les complexes :
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 14
    
u1   r ;  et u2   r ;     u1  
Donc : e1 ; AB  arg  b  a   2 
 2  2 
Soient 𝐴, 𝐵 et 𝐶 trois points distincts dans le plan
Exemple :Déterminer les racines carrées de complexe d’affixes respectifs 𝑎, 𝑏 et c, on a :

z
3 1
2 2

 i ? On a : z  1 et arg z   2 
6
 AB; AC    AB; e   e ; AC 2 
1 1

Donc les racines carrées de z sont :  AB; AC    e ; AB   e ; AC 2 


1 1

   
u1  1;   cos  i sin
 12  12

12
et u2  u1  AB; AC    arg b  a   arg  c  a 2 
Exercice14 : Soit le complexe :  AB; AC   arg c  a   arg b  a 2 
u   
3 1  i 3 1   AB; AC   arg  bc  aa  2 
1) Calculer 𝑢² puis déterminer la forme
trigonométrique de 𝑢²
2) En déduire la forme trigonométrique de 𝑢
VI) INTERPRETATIONS GEOMETRIQUES
1) Angles orientés et argument.
Le plan complexe est rapporté à un repère


orthonormé O; e1 ; e2 ; 
On sait que si le nombre complexe 𝑧 est non nul

 
alors : e1 ; OM  arg z  2 

Soit 𝑧 et 𝑧′ deux complexes non nuls d’images Soient A, 𝐵, 𝐶 et 𝐷 quatre points distincts dans le
respectives 𝑀 et 𝑀 ′ , on a plan complexe d’affixes respectifs 𝑎, 𝑏, 𝑐 et 𝑑

OM ; OM   OM ; e   e ; OM 2 


1 1   
on a : AB; CD  AB; AC  AC; CD  2    
   e ; OM    e ; OM    2 
1 1  AB; CD    AB; AC   CA; CD    2 
OM ; OM   arg z  arg z 2   arg zz 2   AB; CD   arg  bc  aa   arg  da  cc   arg  1 2 
Soient 𝐴 et 𝐵 deux points dans le plan complexe
d’affixes respectifs 𝑎 et 𝑏, on sait qu’il existe un  AB; CD   arg  bc  aa   da  cc  2 
unique point 𝑀 tel que AB  OM et 𝑀 aura
Pour affixe le complexe (𝑏 − 𝑎)  AB; CD   arg  bd  ac  2 
Propriété :1) Soient 𝑀 et 𝑀’ et A, 𝐵, 𝐶 et 𝐷 quatre
points distincts dans le plan complexe d’affixes
respectifs 𝑧, 𝑧′, 𝑎, 𝑏, 𝑐 et 𝑑 on a :

 
 z 
1) OM ; OM   arg    2 
z

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 15


 
2) e1 ; AB  arg  b  a   2  Solution :

1)On a : c  a  b donc : OC  OA  OB
3)  AB; AC   arg 
ca 
  2  Donc OBCA est un parallélogramme
ba

 
 d c 
4) AB; CD  arg 
ba 
  2 

Exemple : Soient A, 𝐵 et 𝐶 des points dans le

plan complexe d’affixes respectifs z  3  5i ,

z  3  5i et zC  7  3i
on a : a  0  2i  2  OA
z  zC
1)montrer que : B  2i
z A  zC OB  b  0  2 1  i   2 1  i   2 2  2
2)monter que ABC est un triangle rectangle et
alors : OB  OA
que : BC  2 AC
donc OBCA est un losange
z  zC 4  8i 2i  4  2i 
   2i
 2 
Solution :1) B
z A  zC 4  2i 4  2i
2) arg c  i; OC
  zc 
CA; CB   arg  zz   2 
  
B

A  zC   i; OB  OB; OC  2 

 CA; CB   arg  2i   2    i; OB    OB; OA   2  (OBCA : losange)


1
2
CA; CB   2  2 
1 a
Donc : ABC est un triangle rectangle en C  arg b  arg  2 
2 b
zB  zC z  zC
On a :  2i donc: B  2i 1
z A  zC z A  zC  arg b   arg a  arg b   2 
2
z B  zC BC
Donc :  2 donc: 2 1
z A  zC AC Donc : arg c   arg a  arg b   2 
2
Donc : BC  2 AC
Exemple15 : Le plan complexe est rapporté à un 
Or : a  2i donc : arg a   2 
repère orthonormé O; i; j ;   2

 2 2
Et : b  2 1  i   2 
Soient A, 𝐵 et 𝐶 des points dans le plan complexe
i 
 2 2 
d’affixes respectifs a  2i , b  2 1  i  et
c  a b    
b  2  cos  i sin  donc arg b   2 
1)Montrer que OBCA est un losange  4 4 4

3 1  
2) Montrer que : arg c   2  Donc : arg c      2 
8 2 2 4 

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 16


3 3) Montrer que la droite (𝑂𝐴) est la médiatrice du
Donc : arg c   2  segment [𝐵𝐶] et en déduire que :
8
Exercice16 : Soient A, 𝐵 et 𝐶 des points dans le  

AO; AB   2 
8
plan complexe d’affixes respectifs a  2i, z1  z2
4) Ecrivez le nombre sous sa forme
z1
b  3  2i et c  5  i
 
 
algébrique puis en déduire cos ( ) et sin ( )
Soit  une mesure de l’angle orienté : AB; AC 8 8
2) Applications
Calculer tan  2.1 Alignement de 3 points.


Solution :On a : AB; AC  arg 
ca 
ba
  2 
Corolaire :Trois points 𝐴(𝑎), 𝐵(𝑏) et 𝐶(𝑐) sont

ca 
alignés si et seulement si : arg    0  2 
ba
ca 
Donc :   arg    2 
ba

Preuve : On sait que : AB; AC  arg  
ca 
ba
  2 
c  a 3  2i  3  2i 1  i  1  5i 1 5
     i
ba 1 i 1  i 1  i  2 2 2 ca
Et  r  cos   i sin   où c  a  r et
ba ba
ca 26

ba 2
 AB; AC    2 
ca 26 1 5 𝐴(𝑎), 𝐵(𝑏) et 𝐶(𝑐) sont alignés si et seulement si
Donc :   cos   i sin     i
ba 2 2 2

AB; AC  k  2   
ca
ba
 r ou
ca
ba
 r

Donc : 26 cos   1 et 26 sin   5 ca


 
ba
1 5
Donc : cos   et sin   Exercice18 :1° Vérifier que les points 𝐴(5+3𝑖) ;
26 26 𝐵(2+𝑖) et 𝐶(−1−𝑖) sont alignés
2° Est ce que les points 𝑀(−2+2𝑖), 𝑁(2−𝑖) et
Donc : tan   5
𝑁(1−𝑖) sont alignés ?
Exercice17 :On considère dans le plan complexe 2.2 droites parallèles


muni d’un repère orthonormé ℛ O; e1 ; e2 les Corolaire : 𝐴(𝑎), 𝐵(𝑏) et 𝐶(𝑐) et D(d)
   CD  si et seulement si : arg  a  b   0  2 
points 𝐴, 𝐵 et 𝐶 d’affixes respectifs : z1   2 et cd 

Ou arg  a  b     2 
z2  1  i et z3  1  i cd 
2.3 droites perpendiculaires
1) Placer dans le repère ℛ les points 𝐴, 𝐵 et 𝐶
Corolaire : 𝐴(𝑎), 𝐵(𝑏) et 𝐶(𝑐) et D(d)
2) Déterminer le module et l’argument du nombre
z2  z1
     CD  si et seulement si :
complexe et déterminer une mesure de
z3  z1  a b    a b  
arg     2  ou arg      2 

l’angle AC; AB  cd  2 cd  2

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 17


2.4 Cocyclicité de 4 points. Théorème : Soit 𝐴(𝑎),𝐵(𝑏), 𝐶(𝑐) et 𝐷(𝑑) quatre
Rappelle : Soit (𝐶) le cercle qui circonscrit le points dans le plan complexe.
triangle 𝐴𝐵𝐶, le point 𝐷 appartient au cercle (𝐶) Les points 𝐴,𝐵,𝐶 et 𝐷 sont cocycliques si et
si et seulement si : seulement si : c  a  b  d  

 AB; AC    DB; DC 2  ou  AB; AC      DB; DC 2  ba cd


Exercice19 : Dans le plan complexe, déterminer
1ier CAS : l'ensemble des points M d'affixe z tel que :

5z  2
Z  Soit un imaginaire pur.
z 1
Solution : Pour répondre à cette question, on
peut écrire Z sous forme algébrique et dire que sa
partie réelle est nulle ou il suffit de calculer la
partie réelle.
Il faut que z≠1 . On note A(1)
z donc x  et y  tel que : z  x  yi

Z 
5z  2 5x  2  5iy
 

5x  2  5iy x  1  iy  
z 1 x  1  iy
 
2
x  1  y2

Z
5x 2
 
 5x  2x  2  5y 2  i 5xy  2y  5xy  5y 
x  1
2
 y2

2ier CAS : Z 
 5x 2
 7x  2  5y 2  3iy 
x  1
2
 y2

Z est un imaginaire pur


 5x 2  5y 2  7x  2

 0
   
2
x  1  y2

z  0


5x  5y  7x  2  0
2 2
 
x  1ouy  0

7 2
 x 2  y2  x 0
5 5
2
 7 49 2
 x    y2   0
 10  100 5
2
 7 9
 x    y2 
 10  100

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 18


Il s'agit de l'équation du cercle (C) de centre L'ensemble cherché est la droite (D) d'équation

7 3 y  3x  1
ω( +0 i) et de rayon .
10 10
Deuxième méthode (méthode géométrique)
Le point A(1) appartient à (c). On pose : A(−1+i) et B(2) et M (z)

 
L'ensemble cherché est donc le cercle (C) privé
AM z  1  i donc z  1  i  AM
de A.

BM z  2  donc z  2  BM

z 2 z 2 BM
1 1  1  BM  AM
z 1i z 1i AM

L'ensemble des points M cherché est la


médiatrice du segment [AB].

Exercices20 :
Déterminer l'ensemble des points M d'affixe z tels
z 2
que : 1
z 1i

Solution : Exercice21 :soit a et b et c des nombres


Première méthode (méthode algébrique) complexes tels que : a  b  c  1 et a  c et
z  x  yi avec x et y 
bc
On doit avoir : z  1  i
 c b  a
2

z  2  x  2  yi 1)Montrer que :    
ca b
z 1i  x 1 i y 1    c  b  1  b   
2)en déduire que : arg    arg  
z 2  c  a  2  a   2 
z 2
1 1
z 1i z 1i 2
 c b  a  c b  a
2

Solution :      
 z  2  z 1i ca b c a  b

1
     y  1 z  1 alors : z 
2 2 2
 x 2  y2  x  1 On a si : donc :
z
 x 2  4x  4  y 2  x 2  2x  1  y 2  2y  1
 1 1  1  bc 
2 2


 c  b  a  c b  a  bc  b
2

 6x  2y  2  0  y  3x  1         
ca  b  1  1  1  ac  a
 c a  b  ac 
Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 19
2
1 1 1

 c b  a  c b  a  c b  b
2 2

        
ca b  1  1  1 ca a
c a b

 c b  a
2

Donc :    
ca b

 c b  a
2

2)puisque :     alors :
ca b
  c  b 2 a 
  c  a  b   
arg    0 
 

 c b 
2
a
Donc : arg    arg    0  
ca b

 c b  a
Donc : 2 arg     arg    
ca b

 c  b  1  b   
arg    arg  
 c  a  2  a   2 
« C’est en forgeant que l’on devient forgeron »
Dit un proverbe.
C’est en s’entraînant régulièrement aux calculs et
exercices Que l’on devient un mathématicien

Bon courage

Prof/ATMANI NAJIB Année Scolaire 2018-2019 Semestre1 http:// abcmaths.e-monsite.com 20

Vous aimerez peut-être aussi