Vous êtes sur la page 1sur 34

LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Master Spécialisé :

«Management Stratégique des Ressources Humaines et


Gouvernance Régionale»

Semestre 2

Module : ingénierie des ressources humaines et territoire

Exposé sous le thème :


LA REGIONALISATION AVANCE ET LES
PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL
AU MAROC

Travail encadré par : Mme .EL AZZAOUI

Réalisé par : -BASSAM Dounya

- FILALI Meryem

- KAMANE Hajar

- EL MOUBAKKIR Hassnae

- KARROUM Hajar

Années universitaires
1 2019 / 2020
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Remerciement

On profite par le biais de ce rapport, pour exprimer nos vifs,


remerciements à toute personne contribuant de près ou de loin à
l’élaboration de cet humble travail.

On tient à remercier vivement Madame EL AZZAOUI qui nous a


assuré le cours de l’ingénierie des ressources humaines et territoire et
qui a contribué à nous orienter pour la réalisation de ce modeste
travail.

Que tous ceux qui ont contribué de près ou de loin pour la


réalisation de ce travail trouvent ici l’expression de notre parfaite
considération.

2
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Plan :

Introduction générale

CHAPITRE I : Le modèle marocain de la régionalisation : régionalisation


avancée

Section 1: La régionalisation avancée au Maroc : histoire et défis

• Du développement local à la régionalisation avancée

• La régionalisation avancée : 3 défis moyens

Section 2: La régionalisation avancée entre succès et échec

• Régionalisation avancée au Maroc : Apports et atouts

• Défaillances de la régionalisation avancée

CHAPITRE II : Vers un développement régional global et intègre

Section 1: La mise en cohérence les stratégies de développement régional et la


clarification de missions des acteurs

Section 2: les 12 points-clés des recommandations des travaux du premier


colloque national de la régionalisation avancée (20 - 21 a Agadir)

CHAPITRE III : Etude de cas

Section 1: La région Fès-Meknès

Section 2: La région Dakhla-Oued Eddahab

Conclusion générale

3
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Introduction générale :
Le Maroc a tracé son chemin pour réussir une régionalisation avancée inclusive et
cohérente avec les orientations du souverain. Il s’agit d’un chantier majeur qui ambitionne un
développement économique harmonieux dans toutes les régions du Royaume.

Alors la venue de la régionalisation avancée constitue une inflexion décisive pour


remédier à la polarisation dans le paysage marocain. L’originalité de cette ambition réside
dans le fait qu’elle se veut un levier de développement afin de résorber les inégalités, de
promouvoir une dynamique de croissance et une répartition équitable des fruits de cette
croissance. Ainsi, le Maroc fait de la régionalisation avancée sa carte gagnante pour qu’il
puisse, dorénavant, dynamiser les régions défavorisées et réduire les inégalités régionales.

La régionalisation avancée a pour objet de mettre en place les bases nécessaires à


l’instauration d’un nouveau modèle de développement. Ce dernier doit être fondé autour d’un
nouvel esprit orienté vers les régions et doit instaurer des piliers capables de renforcer la
cohésion et de réduire les écarts de performances des diverses régions. Il doit, encore, assurer
un compromis entre l’équité et l’efficacité en inscrivant les différentes actions de
développement régional dans un cadre de développement intégré.

4
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

CHAPITRE I : Le modèle marocain de la


régionalisation : régionalisation avancée

La régionalisation élargie-avancée- au Maroc est sans doute un projet qui mérite une
analyse profonde du fait qu’elle touche toutes les facettes de la société Marocaine. Une
initiative courageuse, qui intègre le Maroc dans une nouvelle ère de démocratie, de
décentralisation et d’une autonomie relative.

Le phénomène de la régionalisation au Maroc ne date pas d’hier. Il remonte à la phase du


protectorat, mais il connait son développement durant les années 70 en adaptant le premier
texte sur la décentralisation, la Charte Communale, qui définit l’organisation des finances
dans les collectivités locales et prévoit l’organisation des premières élections communales.

C’est le coup d’envoie d’une démocratie à l’échelle locale.

Section 1 : La régionalisation avancée au Maroc : histoire et défis

1-1Du développement local à la régionalisation avancée

Depuis son accession à l’indépendance, le Maroc a mis en place différentes approches


et stratégies pour faire face aux enjeux du développement. Plusieurs plans ont vu le jour allant
du plan quinquennal pendant la période de 1960 -1964 où l’agriculture et le secteur industriel
ont été des axes principaux, le plan 1968- 1972 qui a porté sur la nécessité d’une répartition
judicieuse des projets et des équipements sur le territoire et la mise en place en 1983 du PAS
(Programme d’Ajustement Structurel) qui a réduit le champ d’intervention de l’Etat dans les
domaines économiques et sociaux.

La dernière décennie a également été marquée par le développement de stratégies sectorielles


de grande envergure.

Toutefois, la compartimentation de ces politiques souvent prisonnières des visons sectorielles,


conjuguée à la multiplicité des intervenants qui concourent à la réalisation d’un même
objectif, entraine des différences d’approches dans la conception des solutions et un

1
Ahmed DOUHOU. « la processus de la régionalisation avancée au Maroc », page 23. 24

5
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

espacement temporel dans la mise en œuvre de ces solutions qui tirent vers le bas l’efficacité
de ces politiques et minimisent leur impact sur le citoyen.

De plus, la question de l’aménagement du territoire a été introduite timidement dans ces


plans, qui sont perçus ainsi comme déconnectés des réalités et des potentialités territoriales.
Ils sont également implémentés dans des délais relativement longs et selon des montages
institutionnels et financiers diluant les responsabilités.

Ces politiques n’ont ainsi pas permis au royaume d’atteindre tous les objectifs escomptés
d’une manière efficace dont les plus ultimes sont l’amélioration des conditions de vie des
citoyens et la réduction des disparités entre le milieu rural et le milieu urbain.

Conscient du fait que le territoire constitue un moteur principal de développement socio-


économique, le Maroc a lancé un chantier significatif, la Régionalisation Avancée. Adoptée
en 2015, cette réforme a pour ambition de répondre à la volonté nationale de renforcer la mise
en œuvre des stratégies de développement avec des résultats plus concrets pour la population.

‘’(…) La régionalisation avancée que Nous avons impulsée et qui a été consacrée par la
nouvelle

Constitution est un chantier majeur qui doit être mené avec mesure et discernement, si l’on
veut que sa mise en œuvre se traduise par un changement substantiel et graduel, dans
l’organisation des structures de l’Etat, et l’articulation des rapports entre le centre et les
collectivités territoriales.

(…) La régionalisation que Nous appelons de Nos vœux doit reposer sur un effort soutenu et
imaginatif permettant de trouver des solutions adaptées à chaque région, selon ses spécificités
et ses ressources, et en fonction des opportunités d’emploi qu’elle peut apporter, et des
difficultés qu’elle rencontre en matière de développement.

La Région doit constituer un pôle de développement intégré, dans le cadre d’un équilibre et
d’une complémentarité entre ses zones, ses villes et ses villages, de telle sorte qu’elle
contribue à endiguer le mouvement d’exode vers les villes.

‘’ Extrait du discours Royal

6
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Le territoire s’est ainsi affirmé comme un acteur de développement socio-économique capable


de concevoir et de mettre en œuvre des stratégies de développement adaptées à ses
spécificités, ses moyens et aptes à répondre aux aspirations de la population locale.

Avec son ampleur, ses ambitions, ses défis et implications réformatrices diverses et
multiformes sur tous les rouages de l’exercice du pouvoir et le partage des ressources aussi
bien au niveau de l’Etat que des collectivités territoriales, la régionalisation avancée
représente ainsi une politique volontariste, dont le but est la recherche d’une meilleure
répartition de la population, des activités et des infrastructures d’équipement, sur l’ensemble
du territoire national, sur la base du triptyque : l’équité sociale, l’efficacité économique et la
préservation des ressources et du milieu, pour un développement durable.

Cette réforme impose une vision à moyen et long terme basée sur huit principaux axes :

La chronologie nous permet d’observer l’évolution des principales phases du développement


des gouvernements locaux au Maroc depuis l’indépendance :2

Principales étapes Principaux événements


1959 à 1963 : Dès l’Indépendance (1956), le 1959 : Premier découpage communal, 801
niveau local est valorisé par la charte communes créées.
communale du 23 juin 1960 qui vient 1960 : Charte communale du 23 juin 1960
conforter le rôle des communes comme consacrant un exécutif bicéphale, des
échelon local de base. compétences restreintes, des ressources
limitées, une tutelle poussée.
1963 : Dahir relatif à l’organisation des
Préfectures et Provinces avec la définition et
l’organisation des Communes, Préfectures et

2
Art.1 Constitution 2011 : « L’organisation territoriale du Royaume du Maroc est décentralisée. Elle est fondée
sur une régionalisation avancée ».

7
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Provinces, ainsi que des modalités


d’élection
1976 à 1977 : La charte communale de 1976 1976 : La charte communale de 1976 a
a engagé le Maroc dans un processus de engagé le Maroc dans un processus de
décentralisation, renforcé par la charte de décentralisation avec une réforme profonde
2002. L’assemblée délibérante communale de l’institution communale, l’extension du
est élue au suffrage universel direct. champ de compétences des assemblées et la
suppression du régime bicéphale.
L’obtention pour la commune du statut
d’acteur privilégié du développement local,
et définition de la structure des finances des
collectivités locales instituant le principe
d’unité budgétaire.
1977 : Dahir portant loi sur les attributions
du gouverneur. Décret sur le personnel
communal.

1992 à 1997 : La Région est érigée au statut 1992 : La nouvelle Constitution a renforcé le
de collectivité locale. processus de la décentralisation en créant
une nouvelle collectivité locale, à savoir la
région (qui n’était depuis 1971 qu’une
région économique avec une assemblée
régionale consultative simplement).
1996 : Révision de la constitution renforçant
le choix stratégique de la Région au statut de
collectivité locale. La loi définissant
l’organisation et les compétences de la
Région n’interviendra qu’en
1997.
1997 : Promulgation de la loi relative à
l’organisation de la Région. L’organisation
et les compétences de la région sont
précisées mais le pouvoir des élus locaux

8
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

reste cependant très limité.


- Les champs de compétences sont élargis et
l’unité de la ville retrouvée.
2002 à 2009 : Nouvelle Charte communale 2002 : Nouvelle Charte communale
qui sera amendée en perspective des consacrant notamment le statut de l’élu :
élections communales de juin 2009. organisation des assemblées revisitée, ainsi
que leurs règles de fonctionnement.
2002 : Réforme de la Charte provinciale et
préfectorale et promulgation de la loi sur
l’organisation des Provinces/Préfectures.
2009 : Amendement de la Charte
communale. Les objectifs essentiels de cette
réforme étant de doter les communes
d’instances dirigeantes adéquates, capables
de planifier et de mettre en œuvre des plans
de développement communaux adaptés,
d’améliorer les services offerts aux citoyens
et d’assurer une gestion rationnelle et
transparente des finances publiques.
2010 à 2016 : Projet de 2010 : Discours royal du 3 janvier 2010 et
régionalisation avancée création de la Commission Consultative de
Régionalisation (CCR).
2011 : Remise au Roi du rapport de la
Commission Consultative de
Régionalisation.
Discours royal du 9 mars 2011.
2011 : Révision constitutionnelle instaurant
le suffrage universel pour l’élection des
conseils régionaux. Constitutionnalisation
du processus de régionalisation, le rendant
ainsi irréversible. Il s’agit de la 6ème
constitution1 de l’histoire du Maroc depuis
l’indépendance en 1956.

9
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

2015 : Adoption des Lois organiques


relatives aux collectivités territoriales (Loi
organique n° 111.14 relative aux Régions ;
Loi organique n° 112.14 relative aux
préfectures et provinces ; Loi organique n°
113-14, relative aux communes).
2015 : Elections communales et régionales
au suffrage universel direct.
2016 : Publication au B.O des décrets
d’application des lois organiques relatives
aux collectivités territoriales.
Tableau 1 : des principales phases du développement des gouvernements locaux au Maroc

2-La régionalisation avancée : 3 défis moyens3


• Intégration des politiques publiques

Le Maroc a mis en place différentes approches et politiques de développement territorial. :

- le Schéma National d'Aménagement du Territoire (SNAT, 2000) ayant pour objectif global
de mettre en place à l’horizon 2025 une approche de développement territorial fondée sur « la
synergie différentielle des composantes spatiales » une série de plans sectoriels, à même
d’assurer une croissance économique forte, durable et créatrice de richesses.

Toutefois, au regard de plusieurs indicateurs, par manque de cohérence et de bonne


gouvernance, ces plans n’ont pas permis à l’économie d’atteindre sa croissance potentielle ni
de passer à la phase de l’émergence.

Malgré l’importance des investissements consentis, l’efficience de cet effort n’est pas au
rendez-vous comme le confirme plusieurs problématiques sociales (emploi, chômage,
pauvreté, …). Les stratégies sectorielles ont été pensées de manière isolée pour garantir leur
succès et n’exposent pas une matérialisation territoriale.
La dynamique de régionalisation présente des opportunités pour concrétiser des politiques de
développement territorial parfois perçues comme déconnectées des réalités et des potentialités
territoriales, implémentées dans des délais relativement longs et selon des montages

3
La régionalisation avancée au Maroc, Décembre 2019

10
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

institutionnels et financiers diluant les responsabilités. Ainsi, chaque région est responsable de
définir un PDR et d’élaborer ou de mettre à jour le Schéma Régional d’Aménagement du
Territoire.

Ces plans constituent les garants de la cohérence des stratégies sectorielles à l’échelle
régionale et viennent combler un manque de débat public sur les politiques publiques avec
l’abandon au niveau national de la planification, et remettent au goût du jour les principes de
planification ascendante, de débat participatif et de concrétisation de l’approche territoriale.
L’intégration des politiques publiques dans le contexte de la régionalisation avancée constitue
une exigence de la gouvernance responsable, de la rationalisation de l’utilisation des
ressources et moyens et une réponse globale et appropriée aux attentes des citoyens et des
acteurs économiques. Néanmoins, elle soulève plusieurs questions quant à leurs horizons
temporels différents, la convergence des approches et actions qui les structurent, l’évaluation
de leur impact sur les territoires et leur cohérence avec les plans de développement régionaux.

• Gouvernance et déconcentration administrative

«On peut gouverner de loin mais on n'administre que de près», Raja BENSAOUD , Juriste et
intervenante en grandes écoles. La régionalisation avancée instaure le cadre institutionnel et
répartit les missions, les rôles, et les moyens entre l’Etat et les collectivités territoriales, ce qui
ne doit pas être interprété comme une sanctuarisation des domaines d’influence mais plutôt
comme une rationalisation dans l’organisation des tâches pour atteindre un même objectif.
La réussite de la mise en place efficiente de la régionalisation avancée passe par le
déploiement d’une déconcentration permettant le transfert du pouvoir de décision et des
ressources vers le niveau régional. La déconcentration ne doit pas dévier des principes et
valeurs qui la fondent et se ramener à un foisonnement de structures bureaucratiques
régionales ni à une pléthore d’effectifs qui obèrent l’efficacité des services déconcentrés et
occasionnent des coûts inutiles pour la collectivité. Si avec l’avènement de la régionalisation,
le niveau régional peut être considéré comme l’échelon territorial le plus approprié pour servir
de support à la déconcentration, il n’en reste pas moins que les niveaux infrarégionaux
doivent être des relais efficaces de la déconcentration dans sa partie opérationnelle et de
recherche constante de la proximité. D’une autre manière il faut veiller à ne pas substituer au
centralisme central un centralisme régional.

• Promotion d’un système permanent d’évaluation et de communication

11
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Les enjeux et les attentes de la régionalisation entrainent une exigence permanente de


reddition des comptes et de transparence qui permet de mesurer les efforts accomplis,
d’entrevoir le chemin restant à parcourir et favorise la prise de décisions au moment opportun.
Ainsi qu’elle est définie par la loi organique, la régionalisation est une véritable réforme de
société et de l’Etat qui exige de la progressivité et de l’expérimentation dans son
implémentation et dans la production de ses effets pleins et entiers. La régionalisation avancée
intervient également dans un contexte institutionnel et politique favorable qui augure d’un
environnement d’ouverture, et d’une nouvelle culture de partage et d’évaluation qui doivent
accompagner et donner du sens à l’instauration des principes de participation, de bonne
gouvernance et de gestion performante.

Cependant les réformes engagées nécessitent pour donner leur plein effet, suivant un
processus de mise en œuvre forcément graduel, des délais raisonnables de préparation et
d’implémentation et appellent un effort continu de mobilisation et d’engagement qui doit
caractériser l’action de tous les acteurs tout au long du processus.
Le cheminement de ce processus est jalonné de rendez – vous de démocratie participative et
d’évaluation à mi-parcours sous forme de forums régionaux qui constituent des bilans
d’étapes étalés sur 3 années et couronnés d’un forum national.
Ces forums sont l’occasion de faire les bilans des réalisations, comparer les expériences
engagées, partager les bonnes pratiques et tirer les enseignements dans un esprit de cohésion
nationale et d’émulation positive pour améliorer les performances. Les enseignements tirés de
ces forums servent également à affiner la perception des problématiques ainsi que des vrais
enjeux et défis qui pourront être capitalisés dans la préparation ou révision des PDR et des
SRAT. C’est aussi l’occasion pour les organes de pilotage et d’appui et d’accompagnement de
mettre à jour leur feuille de route et d’aplanir les éventuelles difficultés rencontrées dans le
processus de mise en œuvre de la régionalisation.

Section 2 : La régionalisation avancée entre réussite et échec

1-La régionalisation avancée comme outil de concrétisation d’un


développement harmonieux

Le processus de la régionalisation avancée, qui va bien au-delà d’une simple


décentralisation, a été pensé comme un moyen et un objectif de modernisation de l’État,
constituant l’épine dorsale d’un Maroc nouveau permettant d’approfondir la démocratie

12
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

locale, d’é1laborer, au niveau régional, des stratégies et des plans spécifiques et adaptés de
développement social, économique et environnemental et d’assurer une intégration et une
véritable proximité dans l’élaboration, l’exécution et l’évaluation des politiques publiques.

À travers la nouvelle Constitution qui est venue apporter un cadre institutionnel à cette vision,
a été mise en place une nouvelle répartition territoriale etune nouvelle gouvernance

La Régionalisation Avancée : Une nouvelle répartition territoriale

Pour faire aboutir ce chantier de réforme, la Commission Consultative de la


Régionalisation (CCR) a proposé un découpage régional fonctionnel capable de contribuer au
renforcement de la démocratisation de l'Etat et d'amorcer une nouvelle conception de la
relation qui lie la région à l'Etat et aux collectivités territoriales. Ce découpage régional a fixé
le nombre des régions à 12 au lieu de 16, soit une réduction de 25%.

Cette nouvelle configuration régionale a été faite selon certains critères basés entre
autre sur les principes d’efficience, d’homogénéité, de proportionnalité et d’équilibre, mais
aussi d’accessibilité et de proximité.

Dans cette logique, la CCR a suggéré les régions suivantes :

Figure1 : Les 12 régions du Maroc

Les régions deviennent de ce fait un échelon territorial privilégié et approprié


d’intégration des politiques sectorielles et de synergie des efforts et interventions de
l’ensemble des acteurs économiques agissant sur le territoire. Elles constituent également un
espace approprié pour la participation active de la population à la gestion des affaires

13
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

régionales et à l’effort de développement territorial grâce à l’instauration de nouveaux


mécanismes de la « démocratie participative ».

C’est donc une réforme qui vient à point nommé pour donner une réponse concrète de voir se
réaliser « le Maroc des régions », fondamentalement unitaire, avec des régions
complémentaires et solidaires et où le bien-être et la vie décente du citoyen sont au centre de
toutes les préoccupations.

Pour accompagner ce nouveau découpage territorial, la loi organique 111-14 prévoit de


nouvelles prérogatives et attribution dévolues aux régions. L’article 83 de cette loi précise
l’obligation pour le Conseil Régional (CR) de définir une stratégie de développement régional
durant la première année de son mandat : un Plan de Développement Régional (PDR), un
cadre de référence pour l’élaboration de tous les documents urbanistiques et les stratégies
locales. Le PDR doit :

•être en parfaite coordination avec l’ensemble des parties prenantes aux niveaux national,
régional et local;

•être en mesure de dégager une vision en synergie avec les besoins des communes, provinces
ou préfectures;

•prendre en considération les orientations des politiques publiques de l’Etat ainsi que les
dispositions du Schéma Régional d’Aménagement du Territoire (SRAT).

La Régionalisation Avancée : Une nouvelle gouvernance

Le modèle marocain de régionalisation avancée s'inscrit clairement dans le cadre d'un


Etat démocratique décentralisé et marque un bond qualitatif dans le processus de
démocratisation de la société. Il s’agit ainsi d’inscrire dans la durée, une dynamique
territoriale fondée sur un rééquilibrage des compétences et des ressources entre l’Etat central
et les collectivités locales, pour favoriser le rapprochement des politiques publiques et des
habitants.

La clarification des échelons territoriaux a permis d’octroyer un rôle important au


Conseil Régional, directement élu à partir de 2015.

14
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Les régions sont les collectives prééminentes notamment en matière de conception de


stratégies de développement économique et d’aménagement du territoire. Les
provinces/préfectures sont les collectivités intermédiaires et ont pour vocation la promotion
du développement social, notamment en milieu rural, et le renforcement de la mutualisation et
la coopération entre les communes appartenant à leur territoire. Enfin les communes
constituent l’espace de mise en œuvre du développement local. Elles ont pour vocation la
prestation de services de proximité aux citoyens.

Pour renforcer l’opérationnalisation de la régionalisation avancée, la clarification des


compétences et l’alignement avec leur financement sont tentés. Trois catégories de
compétences sont ainsi prévues par les lois organiques de 2015 qui régissent les collectivités
locales :

• Les compétences propres font référence aux prérogatives exercées exclusivement par les
différents échelons territoriaux;

• Les compétences transférées concernent des prérogatives transférées par l’Etat sur la base du
principe de la subsidiarité. À cette fin, tout transfert de compétence doit être accompagné par
un transfert des ressources nécessaires à leur exercice. L’article 140 de la Constitution de
2011 précise que c’est l’Etat qui décide des compétences transférables aux collectivités
locales;

• Les compétences partagées sont des prérogatives exercées notamment dans le cadre de la
contractualisation avec l’État.

15
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

La régionalisation avancée a défini un nouveau schéma de gouvernance :

Figure 2 : Le nouveau schéma de la gouvernance

De nouvelles instances ont été créées pour prêter toute assistance juridique ou
d’ingénierie technico-financière lors de l’étude et l’élaboration des projets et programmes de
développement. Il s’agit notamment de l’Agence Régionale d’Exécution des Projets (AREP)
et les Sociétés de Développement Régional (SDR). Chargée de la mise en œuvre du Plan de
développement régional (PDR), l’AREP est chapeautée par un comité de supervision et de
contrôle. Celui-ci est composé de 2 membres du bureau de la région, un membre des groupes
de l’opposition ainsi que les présidents des 3 commissions budget, développement
économique et aménagement du territoire. Le Conseil de la région peut confier à l’AREP
l’exploitation et la gestion de certains projets pour le compte de la région. L’agence peut en
outre proposer au conseil la création d’une ou plusieurs Sociétés de Développement Régional
(SDR), conformément à l’article 145 de la loi organique 111-14.

16
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

2-Défaillances de la Régionalisation Avancée :


La volonté du Maroc à travers la réforme de régionalisation avancée est de décliner
l’action publique et les ressources humaines et financières nécessaires pour un développement
territorial inclusif et durable.

L’arsenal juridique relatif à la régionalisation avancée est aujourd’hui pratiquement achevé,


mais le chantier accuse du retard. De plus, plusieurs défaillances ont été constatées, entravant
le bon fonctionnement de ce processus :

• Manque de volonté des administrations centrales à


appliquer le principe de subsidiarité

• Retard dans la mise en œuvre de la déconcentration


administrative : une répartition géographique incohérente
des moyens de l’Etat et des structures déconcentrées sans
autonomie décisionnelle

• Manque de réflexion autour des modalités de


mobilisation des financements nécessaires aux
programmes de développement régional et à leur
diversification grâce à différents partenariats

• Absence du principe d’autonomie financière des

régions

• Manque de collaboration avec l’ensemble des


départements ministériels mais aussi certaines entreprises
publiques pour assurer le transfert des compétences vers
les conseils des régions, une étape importante dans la mise
en œuvre de la régionalisation avancée

• Existence d’une multiplicité des acteurs au niveau


régional et d’un chevauchement des responsabilités et
des missions entre ces derniers

17
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

• Manque d'insertion du citoyen dans le processus de la


régionalisation avancée, notamment les jeunes, force
motrice de tout processus de développement.

En conclusion, la réussir le défi de la régionalisation avancée ne repose pas seulement


sur la question du budget et des richesses naturelles de la région. Ceci est certes vrai, mais la
richesse qui conditionne toujours le décollage ou non de toute région, n’est autre que
l’élément humain. La formation de cet élément devrait rester une priorité permanente. On ne
fini jamais d’apprendre. Mais une fois formé, on doit être au service du développement de sa
région, laquelle n’est autre qu’un levier de développement du pays, une arme dans la
compétition mondiale et une immunité contre l’ignorance et l’obscurantisme.

18
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

CHAPITRE II : Vers un développement régional


global et intègre

Le projet de régionalisation est un pari sur l’avenir. C’est un palier supérieur en


matière d’organisation territoriale, de répartition des pouvoirs, des compétences et des
prérogatives entre l’Etat et les régions. Il constitue de ce fait une percée stratégique qui ouvre
des perspectives prometteuses en termes de développement et de démocratie locale dans un
Maroc démocratique, solidaire, ouvert sur le monde et valorisant sa diversité.

Section 1 : La mise en cohérence les stratégies de développement régional et


la clarification de missions des acteurs 4
Le développement régional nécessite une forte capacité de coordination entre les
différents intervenants sur le territoire, d’où, l’opportunité de recourir aux principes de
l’intelligence économique territoriale pour fonder une démarche moderne et innovante de
valorisation des territoires. Il s’agit essentiellement de recourir aux modes de fonctionnement
en réseau, fondés sur le partage des diagnostics, la maximisation des synergies entre les
acteurs et la clarification des rôles des acteurs. A cet effet, il convient :
• de favoriser l’élaboration, par l’ensemble des acteurs régionaux, l’Etat, les élus et la
société civile, de visions unifiées et fédératrices de l’aménagement du territoire. Une
attention particulière devrait être accordée à la cohérence globale des stratégies de
développement du pays et à leur articulation aves les stratégies régionales et ce, à
travers des processus d’élaboration et de suivi, basés sur des échanges réguliers entre
les niveaux central et régional,
• de mettre à profit les possibilités pour les régions de nouer des partenariats. Les
territoires seraient, dans un schéma de régionalisation avancée, en meilleure posture
pour tirer profit des opportunités de coopération décentralisée, prévues par le statut
avancé liant le Maroc à l’Union Européenne.

Le rôle crucial des acteurs et la nécessaire appropriation la plus large du projet ont été
unanimement soulignés comme conditions sine qua non pour la réussite du processus de
régionalisation.
• Adhésion des élites locales. Celle-ci est primordiale.

4
Leviers stratégiques pour réussir la régionalisation avancée, Organisé à l’IRES le 11 mai 2011

19
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

✓ La contribution des institutions publiques et privées nationales et régionales, celle des


organisations politiques, syndicales et de la société civile régionale et locale sont
indispensables à la réussite du projet de régionalisation avancée. Elle conditionne,
dans une large mesure sa réussite.
✓ Les potentialités universitaires et associatives locales existent. Il importe de les gagner
à l’idée régionale comme projet d’avenir qui apporterait une véritable valeur ajoutée
au développement du pays. Le projet de régionalisation devrait tenir compte de l’idée
que ces élites se font de leur région, notamment dans sa dimension identitaire. Faute
de quoi, ils ne répondront pas présent le moment venu.
• Renforcement des capacités des institutions régionales.
✓ Aujourd’hui, les régions ne disposent que de près de 350 salariés, soit 1% des effectifs
des collectivités locales. Parler de pouvoir politique sans parler des compétences
humaines, c’est faire perdurer les dysfonctionnements actuels.
✓ Les agences pour l’appui technique aux conseils régionaux ont un rôle capital à jouer.
Il est nécessaire de mettre au service du conseil régional une structure dédiée à
l’expertise du développement régional, dotée d’une attractivité en termes salarial et
donc capable de drainer des cadres qualifiés et de niveau de compétence appréciable.
La capitalisation de l’expérience des agences de développement régional, entamée
avec l’Agence pour le Développement des Provinces du Nord dès la moitié des années
90, est indispensable.
✓ Face à la rareté des ressources propres des futures régions, le rapport de la
Commission prévoit des mécanismes de péréquation en faveur du développement
économique des régions les moins nanties. Toutefois, malgré la proposition de
multiplier par cinq les budgets actuels des régions, cet effort apparaît comme limité et
mérite d’être consolidé surtout lorsqu’on compare les futurs budgets des régions, à
ceux dont disposent déjà les directions régionales des grands départements ministériels
qui sont des dizaines voire des centaines de fois plus importants.La nécessaire
qualification des acteurs mérite d’être accompagnée par:
• le renforcement de l’affirmation démocratique du Maroc des régions :
Il s’agit de répondre à l’exigence d’asseoir une pratique démocratique renforcée qui soit en
phase avec une nouvelle approche de l’intermédiation politique et avec les mutations que
connaît la société marocaine. A cet effet, il est essentiel:

20
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

✓ d’inciter les acteurs politiques nationaux et régionaux à s’inscrire dans une logique
de rénovation et de rajeunissement de leurs structures, faute de quoi ils risquent de
perdre leur crédibilité aux yeux des citoyens-électeurs ;
✓ d’approfondir le rôle de l’Etat en matière de discipline du jeu politique local à travers
une vigilance accrue visant la sanction des déviances électorales et la lutte conte les
logiques néo-patrimoniales en matière de gestion territoriale ;
✓ de promouvoir l’égalité homme-femme qui constitue un levier stratégique de
renforcement des pratiques démocratiques au niveau régional et d’encourager par la
loi de l’ «affirmative action» les acteurs régionaux à favoriser la participation des
femmes à l’intérieur de leurs instances.
• une meilleure articulation entre déconcentration et décentralisation :
Au Maroc, les avancées en matière de déconcentration n’ont pas suffisamment intégré l’enjeu
crucial que représente le développement local. Dès lors, l’accélération du chantier de la
déconcentration paraît fondamentale pour accompagner le processus de régionalisation. Dans
ce cadre, il y a lieu de mettre en place :
✓ un système efficace d’administration déconcentrée qui soit le dépassement des
rapports classiques de « tutelle » entre l’Etat et les collectivités locales ;
✓ un nécessaire parallèle entre la déconcentration et la décentralisation. Ainsi, en
France, l’existence d’une déconcentration assez avancée avait préparé l’avènement de
la loi de décentralisation de 1982. Ce qui a permis un important transfert de
compétences de l’Etat vers les régions. Au Maroc, il y a un double déficit au niveau
déconcentré et décentralisé. La déconcentration paraît alors fondamentale pour la
réussite de la régionalisation. Ce qui devrait permettre à la fois de voir l’Etat se
réorganiser et la région émerger.

21
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Section 2 : les 12 points-clés des recommandations du premier colloque


national de la régionalisation avancée
Le Maroc est aujourd’hui engagé dans un vaste chantier de réformes de son dispositif
d’administration publique locale : décentralisation administrative, dynamisation de
l’investissement régional, délégation de services publics urbains, positionnement des grandes
entreprises publiques de services face à l’évolution des marchés et des territoires Le premier
colloque national sur la régionalisation avancée intéresse en premier lieu les
régions. Il vise à faire le point sur les acquis, les réalisations et les
contraintes de l’expérience marocaine 4 ans après le lancement effective du
chantier de la régionalisation.

Les 12 points-clés des recommandations des travaux du premier colloque


national de la régionalisation avancée (20 - 21 a Agadir)

Le premier colloque national sur la régionalisation avancé se tiendra le 20 et 21


décembre à Agadir. Le colloque sera composé de 6 sessions5 dont chacune sera réservée à une
grande thématique. Voici les thématiques qui seront discutées :

❖ Le développement régional intégré: entre les impératifs de la réduction des disparités


territoriales, les enjeux de la compétitivité et l’attraction de l’investissement ;
❖ La Gouvernance financière et les problématiques de financement des régions : enjeux
et perspectives ;
❖ La déconcentration et la contractualisation : piliers d’une bonne gouvernance de
l’action publique territoriale ;
❖ Les compétences des régions: un enjeu au cœur du processus de la régionalisation
avancée ;
❖ La Démocratie participative: un levier pour une mise en œuvre participative de la
régionalisation avancée ;
❖ L’administration régionale : vers un nouveau modèle de management ;

En plus de tous les élus régionaux, le colloque national comptera également la


participation des présidents des conseils de préfecture ou province ainsi que les présidents des

5
C:\Users\HP\Downloads\Shareit\Document\Un premier colloque national sur la régionalisation avancée à
Agadir.mhtml consulté le 20/03/2020.

22
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

conseils communaux de certaines grandes villes. Des représentants de tous les ministères, des
experts nationaux et internationaux et des membres de la société civile marocaine prendront
également part aux différentes thématiques qui seront discutées.

Voici les 12 points-clés des recommandations, qui ont sanctionné les travaux du premier
colloque national de la régionalisation avancée (20 - 21 à Agadir):

1) Renforcer les mécanismes de la planification territoriale en droite ligne avec la


politique générale de l'Etat en la matière, ainsi que la convergence et l’adéquation des
programmes de développement régional avec les plans sectoriels.
2) Adopter la justice territoriale en tant que priorité dans les politiques publiques et
territoriales en vue de réduire les disparités spatiales et sociales.
3) Appeler les régions à adhérer fortement à la mise en œuvre effective des principes et
objectifs du nouveau système de gestion budgétaire et financière à travers une
programmation pluriannuelle, qui obéit aux exigences de l’efficacité et de la qualité.
4) Inciter l’Etat à poursuivre ses initiatives pour renforcer les capacités des régions en
matière de gouvernance et de gestion financière et œuvrer à la diversification des
sources de financement de la région à travers des solutions novatrices.

5) Conclure des contrats-programme entre l’Etat et les collectivités territoriales au sujet


des compétences transférées pour garantir la participation de tout un chacun dans les
programmes de développement régional et la mobilisation des ressources nécessaires
à leur exécution.
6) Garantir l’adhésion des services centraux des départements ministériels et des
institutions publiques à la mise en œuvre de la Charte de la déconcentration
administrative en accordant plus de prérogatives et le transfert des ressources
suffisantes aux services extérieurs pour qu’ils puissent s’acquitter efficacement de
leurs missions.
7) Lancer le chantier relatif à l’adaptation législative et organisationnelle des
compétences dévolues aux différents départements ministériels avec les compétences
des régions.
8) Fixer un minimum commun de compétences à transférer aux régions, en érigeant en
priorité les réformes relatives à des secteurs et prestations qui concernent de près les
citoyens et qui mènent à l’amélioration de leur niveau de vie.

23
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

9) Renforcer les capacités des collectivités territoriales en termes de mécanismes de la


démocratie participative et de la communication avec les citoyens et la société civile.
10) Renforcer l’ouverture de la région sur le citoyen et la société civile pour leur
permettre de contribuer au développement régional inclusif.
11) Améliorer les capacités de gestion de l'administration régionale à travers des
compétences hautement qualifiées et le renforcement de son attractivité par l'adoption
d'un règlement interne dédié aux fonctionnaires des collectivités territoriales en
prenant en considération leurs spécificités et les missions qui leurs sont assignées.
12) Mettre en place les mécanismes de la gouvernance et activer les mécanismes de
coordination et de communication entre l’administration régionale et les différents
intervenants.6

On conclure le Maroc dans un état délicat entre l’obligation de gérer les problèmes du court
termes et de réaliser des projets visant des objectifs qui s’inscrivent dans le long termes ce qui
pèse lourd sur les finances du pays, des points auxquels il est nécessaire de faire très attention
pour éviter l’échec d’un tel processus innovant.
La réussite du processus de la régionalisation ne dépend pas seulement des ressources
financières mais également de celles humaines, en fait l’objectif ultime de la régionalisation
avancée est la réalisation du développement humain et du bien être de la société Marocaine,
elle place l’Homme au centre de ses préoccupation, et c’est cette dimension humaine qui a
poussé le Maroc à compter sur le facteur humain dans l’opérationnalisation de ce processus en
le considérant comme un facteur d’innovation et de proposition capable de mener une bonne
conduite du changement et d’instaurer la pratique d’une bonne gouvernance territoriale.*

6
Le Matin - Les 12 recommandations du colloque national de la régionalisation avancée.html.cosulté le
20/03/2020.

24
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

CHAPITRE III : Etude de cas


Ce processus de régionalisation avancée au Maroc, voulu comme une réforme globale et
structurelle, s’adresse à l’ensemble des acteurs territoriaux appelés à innover en mettant en
place les nouveaux mécanismes de la gouvernance du développement territorial afin de porter
à maturité la dynamique de changement engagée. La Région est ainsi plus que jamais l’acteur
de référence pour la définition et la mise en œuvre de la stratégie de développement de la
Région, et ce en parfaite coordination et synergie avec l’ensemble de ses partenaires au niveau
national, régional et local.

Section 1 : La région Fès-Meknès

La région de Fès-Meknès dispose d’importantes potentialités naturelles, humaines et


économiques qui, exploitées de manière rationnelle et intégrée, sont susceptibles de lui
assurer un développement soutenu et cohérent. La région dispose aussi d’une économie
diversifiée comprenant des secteurs productifs d’une importance cruciale dont en premier lieu
le secteur agricole, suivi du secteur industriel et énergétique, sans pour autant oublier le
secteur du tourisme qui jouera dans les prochaines années un rôle essentiel dans l’essor
économique et social de la région.

7
Figure 3 : La cartographie de la région Fès-Meknès

7
https://www.hcp.ma/region-fes/Vue-d-ensemble-de-la-region-Fes-Meknes_r7.html

25
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

8
Indicateurs démographiques :

12,3 % de la population nationale

Une densité de 109 habitants/km²

62,5 % de population est urbaine

Indicateurs sociodémographiques :

42,8 % de la population est active 9,3 % de la population est en chômage 35,2 % de la


population est analphabète

Indicateurs sociaux :

Un taux de scolarisation de 93,8 % (primaire) 1 488 Hab./médecin (public et privé) 1 059


Hab. /lit hospitalier (public et privé)

Indicateurs économiques :

9,0 % du PIB national

14,2 % du PIB national – secteur primaire

6,9 % du PIB national – secteur secondaire

8,4 % du PIB national – secteur tertiaire

15 % de la superficie agricole utile nationale

15 % de la production nationale des céréales

Secteurs porteurs de développement :

• Culture
• Agriculture
• Tourisme

8
La Régionalisation Avancée au Maroc / Décembre 2019

26
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Infrastructures Phares :

81 % des routes sont revêtues

1 aéroport

Infrastructures culturelles et touristiques diversifiées

Enjeux économiques:

Favoriser une économie qui repose sur la valorisation des ressources locales, en consolidant
les activités dans les secteurs existants et en transformant les potentialités de la région en
autant de facteurs de production de richesses nouvelles, en valorisant ses ressources
naturelles, paysagères et culturelles, en développant des offres spécifiques là où la région
présente des avantages comparatifs : agriculture, agro-industrie, artisanat, et en diversifiant sa
base économique en valorisant son potentiel touristique et culturel et en favorisant l’économie
de la connaissance.

Enjeux sociaux :

Permettre au citoyen de disposer de ce qui lui est nécessaire pour mener une vie paisible et
épanouissante au sein de la collectivité des citoyens de la Région et du pays en général •
Répondre aux besoins des populations de manière objective et en mettant en œuvre tous les
outils mis en place par les réglementations et les dispositifs conçus par l’Etat.

Enjeux transverses :
Renforcer les fonctions métropolitaines pour soutenir la compétitivité territoriale et améliorer
l’attractivité de la région.

La vision de développement :

« Une région au carrefour des échanges, humains culturels et spirituels, riche de ses
ressources historiques et naturelles, ouverte sur le monde qui consolide sa vocation agricole et
agroindustrielle et ambitionne de devenir une destination touristique et culturelle en valorisant
son potentiel naturel et patrimonial »

27
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Section 2 : La région Dakhla- Oued Eddahab


9
Dakhla-Oued Eddahab est en passe de devenir un territoire inclusif et durable. Un grand
chantier économique est ouvert dans la région qui se fixe des objectifs prometteurs pour les
années à venir. La transition se fait de manière progressive mais sûre servant de modèle aussi
bien pour les autres provinces du Sud que pour les pays voisins. «La région bénéficie d’une
position géostratégique indéniable lui conférant le statut de porte du Royaume sur l’Afrique»,
explique dans ce sens Yanja Khattat, président de la région de Dakhla-Oued Eddahab.

10
Figure 4 : la cartographie de la région Dakhla- Oued Eddahab

Indicateurs démographiques :

0,5 % de la population nationale

Une densité d’un habitant/km²

78,3 % de population est urbaine

9
file:///C:/Users/LENOVO/Downloads/Al_Mountada-2019DEC_Regionalisation_Avancee_Maroc.pdf
10
http://www.ccisdakhla.ma/ccisdakhla/articles/userfiles/images/portrait%20economiq.png

28
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Indicateurs sociodémographiques :

69,4 % de la population est active

7,3 % de la population est en chômage

23,9 % de la population est analphabète

Indicateurs sociaux :

Un taux de scolarisation de 97,5 % (primaire)

1 876 Hab./médecin (public et privé)

2 087 Hab. /lit hospitalier (public et privé)

Indicateurs économiques :
1,1 % du PIB national

2,4 % du PIB national – secteur primaire

0,4 % du PIB national – secteur secondaire

1,4 % du PIB national – secteur tertiaire

Près de 47% de la production halieutique nationale en volume et 34% en valeur

Secteurs porteurs de développement :

• Agriculture
• Tourisme
• Pêche

Infrastructures Phares :

Une façade maritime de 667 km

1 aéroport 2 ports et une zone industrielle portuaire

29
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Une zone industrielle portuaire de 300 ha

Enjeux économiques :

Développer un tourisme écologique et durable (préservation de la baie de Dakhla,


développement de la capacité litière, aménagement d’infrastructures d’attractivité…) • Faire
face au déficit en matière de valorisation des produits de mer et à la faible valeur ajoutée •
Réduire le taux de chômage à travers la création d’emplois (45 000 postes afin de ramener le
taux de chômage à 6% en 2025

Enjeux sociaux :

Résorber les écarts de développement entre les territoires et renforcer la cohésion sociale •
Améliorer la qualité des services sanitaires et renforcer les soins de santé primaires •
Généraliser un enseignement fondée sur l’égalité des chances

Enjeux transverses :

Mettre en place une politique urbaine renouvelée • Soutenir les métiers de l’économie sociale
et solidaire • Encourager l’entreprenariat • Réduire le manque de qualification professionnelle
pour la majorité des industriels et faiblesse d’encadrement

Vision de développement :

« Faire de la région un pôle de tourisme écologique et de compétitivité halieutique et un hub


logistique de commerce et d’innovation marine »

En conclusion, toute politique régionale devrait s’appuyer sur une connaissance


approfondie de la dynamique économique des régions, de leur niveau de développement
actuel et de leur potentiel en termes d’atouts et de contraintes pour un développement futur
durable et soutenu.

30
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Conclusion Générale
La régionalisation avancée constitue, à n’en pas douter, un tournant majeur dans la
vie des institutions marocaines et une opportunité unique qui n’arrive pas tous les anspour
revisiter notre système de gouvernance territoriale, asseoir un champ plus large pour la
pratique démocratique et reconnaitre à la société civile sa place de choix en tant qu’acteur
actif dans la vie publique et vecteur de promotion de la cohésion sociétale.
Les enjeux et les défis, nombreux, variés et complexes, déclinés à partir du cap défini
dans ses grandes lignes par les orientations Royales et la constitution de 2011 et précisées
dans le contenu de la loi 111.14 sur les régions font que la régionalisation fait partie des
réformes générationnelles et rendent donc aussi légitime que nécessaire de passer dans sa
mise en œuvre par des évolutions progressives. Il serait en effet illusoire de s’attendre à ce
que les impacts et retombées attendus de cette véritable révolution institutionnelle puissent se
révéler dans le cours et moyen terme, tant les changements attendus sont profonds et
structurels, d’autant plus que le rythme de l’évolution et l’adaptation des comportements et
mentalités à ces changements radicaux sont naturellement beaucoup plus lents que celui des
textes et des institutions ; les expériences étrangères ,notamment celles relatées dans ce
rapport, nous en fournissent d’ailleurs l’illustration et les enseignements pertinents.
Il est donc clair que la mise en œuvre de la régionalisation ouvre des perspectives
prometteuses et offre autant de défis que d’opportunités de réformes déterminantes pour la
rénovation du mode de gouvernance central et territorial. Cette mise en œuvre appelle
cependant une mobilisation sans faille de tous les acteurs, et se fera par étapes et implique a
fortiori une démarche séquentielle devant débuter en premier lieu par une phase cruciale
d’appropriation totale et responsable du contenu philosophique ,procédurier et opérationnel de
ce vaste chantier de réformes pour favoriser un amorçage sur de bonnes bases
d’implémentation réussie , caution de succès de toutes les autres phases de mise en œuvre.
Une réforme de cette envergure et portée appelle également un pilotage stratégique de
haut niveau et un suivi-évaluation permanent ainsi qu’un accompagnement des pouvoirs
publics dans les phases initiales pour mener à bien ce processus de mise en œuvre.
Cet accompagnement est indispensable pour faciliter aux régions en particulier les
taches demi se en place des structures d’administration et de gestion, de renforcement du
capital humain, qualifié et opérationnel et de parachèvement dans des délais assez rapprochés
l’arsenal juridique qui régit le fonctionnement des conseils et leur permet d’exercer leur
prérogatives dans un environnement réglementaire clair et transparent.

31
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Bibliographie
Ouvrage :

La Régionalisation Avancée au Maroc édition : Décembre 2019


Exigences de la régionalisation avancée et défis de l’intégration des politiques sectorielles ;
Rapport du Conseil Economique, Social et Environnemental ; Auto-Saisine n° 22/2016

Sites web

Le Matin - Les 12 recommandations du colloque national de la régionalisation


avancée.html.cosulté le 20/03/2020.
C:\Users\HP\Downloads\Shareit\Document\Un premier colloque national sur la
régionalisation avancée à Agadir.mhtml consulté le 20/03/2020.
Leviers stratégiques pour réussir la régionalisation avancée, Organisé à l’IRES le 11
mai 2011 consulte le 20/03/2020
C:\Users\HP\Downloads\Shareit\Document\Un premier colloque national sur la
régionalisation avancée. consulte le 21/20/2020.

file:///C:/Users/LENOVO/Downloads/Al_Mountada2019DEC_Regionalisation_Avan
cee_Maroc.pdf. consulté le 28/03/2020
http://www.ccisdakhla.ma/ccisdakhla/articles/userfiles/images/portrait%20economiq.p
ng. Consulté le 28/03/2020

https://www.hcp.ma/region-fes/Vue-d-ensemble-de-la-region-Fes-Meknes_r7.html.
Consulté le 28/03/2020

32
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Tables des figures


Figure 1 : Les 12 régions du Maroc ………………………………………….………………... Page 13

Figure 2 : Le nouveau schéma de la gouvernance…………………………………………….. Page 16

Figure 3 : La cartographie de la région Fès-Menknès……………………………………….... Page 25

La cartographie de la région Dakhla- Oued eddahab ……………………………………...…… Page 28

Tables des tableaux


Tableau 1 : des principales phases du développement des gouvernements locaux au
Maroc……………………………………………………………………………………..Page7

33
LA REGIONALISATION AVANCE ET LES PERSPECTIVES DU DEVELOPPEMENT REGIONAL AU MAROC

Table des matières


Plan :............................................................................................................................................ 3
Introduction générale : ................................................................................................................... 4
CHAPITRE I : Le modèle marocain de la régionalisation : régionalisation avancée ................ 5
Section1 : La régionalisation avancée au Maroc : histoire et défis ........................................ 5
1-Du développement local à la régionalisation avancée ..................................................... 5
2-La régionalisation avancée : 3 défis moyens ................................................................. 10
Section 2 : La régionalisation avancée entre réussite et échec ............................................. 12
1-La régionalisation avancée comme outil de concrétisation d’un développement
harmonieux ....................................................................................................................... 12
2-Défaillances de la Régionalisation Avancée : ............................................................... 17
CHAPITRE II : Vers un développement régional global et intègre ........................................ 19
Section 1 : La mise en cohérence les stratégies de développement régional et la clarification
de missions des acteurs ........................................................................................................ 19
Section 2 : les 12 points-clés des recommandations du premier colloque national de la
régionalisation avancée......................................................................................................... 22
CHAPITRE III: Etude de cas ……………………………………………………………..…25

Section 1: La région Fès-Meknès…………………… ………………………………..…25

Section 2: La région Dakhla-Oued eddahab……………………… ………………………………………………28

Conclusion Générale………………………………………………………...…………… 31

Bibliographie ............................................................................................................................ 32
Tables des figures ..................................................................................................................... 33
Tables des tableaux .................................................................................................................. 33

34

Vous aimerez peut-être aussi