Vous êtes sur la page 1sur 5

Organisation pour la

Promotion de l’Education
Nationale (OPEN)
info@openeducationbf.com

COURS DE PHILOSOPHIE

LOGIQUE ET MATHEMATIQUES

ORIENTATIONS
« L’origine des mathématiques est, sans doute, multiple. Elle doit être cherchée dans le ciel
et sur la terre. Dans le ciel étoilé où les constellations ont présenté l’énigme double du
nombre et de la figure... sur la terre, parmi les techniques des arpenteurs, des « messieurs
de terres » (géomètre) et les calculateurs. » Paul Mouy.

« Cette science des lois nécessaires de l’entendement et de la raison en général ou, ce qui
est la même chose, de la simple forme de la pensée en général, nous la nommons :
logique. » Kant.

« Le livre de l’univers est écrit dans la langue mathématique ; ses caractères sont des
triangles, des cercles et d’autres figures géométriques sans l’intermédiaire desquelles il est
humainement impossible d’en comprendre un seul mot. » Galilée.

« A quoi servent les mathématiques puisqu’ ’elles ne parlent ni des biens ni des maux ? »

Aristippe.

I- DEFINITIONS

On distingue dans les sciences, les sciences de la nature et les sciences formelles. Les
sciences de la matière regroupent les sciences dont l’objet est indépendant du sujet qui
l’étudie. Elles sont dites également sciences expérimentales en ce sens que leur objet d’étude
passe par les étapes classiques de la démarche scientifique : observation- hypothèse- loi-
expérimentation. Les sciences formelles, à l’opposé ne connaissent les sciences formelles, à

www.openeducationbf.com

25385075/75788181/73983030
l’opposé ne connaissent pas d’objet empirique. Elles sont formelles dans la mesure où elles
s’intéressent seulement à la validité du raisonnement. C’est le domaine des mathématiques et
de la logique.

Définissons alors :

Les maths, c’est la science des relations formelles entre les phénomènes. Ainsi, de
l’arithmétique à l’algèbre, nous passons d’une discipline apparemment attachée à l’étude
de la quantité, à une autre dont l’objet est plus général : l’algèbre, par l’étude des
équations et des inéquations, nous donne la structure de la réalité possible.

La logique est l’étude du raisonnement. C’est Aristote qui l’a fondée dans la théorie du
syllogisme. Voici son raisonnement :
Tous les hommes sont mortels (majeure)
Or Socrate est un homme (mineure)

Donc Socrate est mortel (conclusion)

La majeure et la mineure sont appelées la prémisse et celle-là entraîne une


conclusion nécessaire. Ce qui fait dire à Valéry : « Ce n’est pas la ciguë, c’est le
syllogisme qui tue Socrate ».

II- CARACTERISTIQUES DE LA LOGIQUE ET MATHEMATIQUE

1- La formalité en logique mathématique

Ce qui caractérise la logique et les mathématiques, c’est la forme. Autrement dit, ce qui
intéresse le mathématicien et le logicien, ce ne sont pas le contenu ou la matière des
propositions, encore moins les objets réels auxquels nos idées se rapportent mais la
cohérence et la forme du raisonnement. La logique et les mathématiques sont appelées
sciences formelles. En logique, on procède par inclusion et identification et on arrive à un
raisonnement nécessaire ou apodictique ou tout simplement démonstratif quand la
conclusion s’identifie aux prémisses. Par exemple : Socrate est inclus dans la classe des
mortels. Du moment que Socrate est homme et que tous les hommes sont mortels, la
conclusion « Socrate est mortel » est identique aux deux prémisses. En mathématiques,
le raisonnement est nécessaire au même titre que le raisonnement syllogistique. Mais il
ne se limite pas à des opérations élémentaires d’inclusion et porte sur toutes sortes de

www.openeducationbf.com

25385075/75788181/73983030
relations de quantité. Par exemple : si a = b et b = c alors a = c.
2- La vérité et la validité

Les sciences formelles ne s’occupent pas de la vérité matérielle des propositions mais
plutôt de la rectitude du raisonnement. Autrement dit, les propositions logico-
mathématiques sont toujours vraies ou fausses et cela non par rapport à la réalité mais
par rapport au raisonnement correct. Suivons le raisonnement pour illustrer nos propos :
A- Tous les poissons sont des dieux Or mon chien Médor est un poisson
Donc Médor est un dieu.

B- Tous les mammifères sont des vertébrés Or le chat est un vertébré


Donc le chat est un mammifère.

Le raisonnement en A est correcte donc valide mais on voit bien que chacune des
propositions est fausse. Par exemple, le poisson n’est pas dieu. Par contre en B, chaque
proposition est vraie mais le raisonnement lui-même n’est pas correct. Pour être correct, il
aurait fallu dire :
Tous les mammifères sont des vertébrés Or le chat est un mammifère Donc le chat
est un vertébré

Ainsi, nous distinguons le contenu des propositions, leur matière (qui peut donner lieu à la
production d’une vérité matérielle), de la structure du raisonnement, sa forme (qui indique
le schéma de la validité formelle). La vérité concerne les propositions, la validité concerne
le raisonnement qui est un système de proposition. Vérité matérielle et validité formelle
sont donc strictement indépendantes l’une de l’autre.

III- L’AXIOMATIQUE ET LE SYMBOLISME

1-L’axiomatique

L’axiomatique est un ensemble de principes posés au début d’une science déductive


quelconque. Une science déductive est une science axiomatique c’est-à-dire qu’elle part des
principes sans démonstration. L’axiome ou le postulat désigne la même chose. Par exemple
le postulat ou l’axiome d’Euclide affirme qu’il existe une parallèle à une droite passant par un
point pris hors d’elle. Mais étant donné que l’axiomatique est un ensemble d’axiomes qui
sont cohérents dans un système, le postulat d’Euclide n’est valable que dans la géométrie

www.openeducationbf.com

25385075/75788181/73983030
euclidienne. On tire alors trois conséquences :

.Les principes de départ sont des hypothèses.

.Les propositions sont traitées dans leur validité et non dans leur vérité.

.Une proposition peut être valide dans un système et non valide dans un autre

1- Le symbolisme

Le langage ordinaire est source de confusion souvent. C’est pour éviter ce


problème que la philosophie analytique et les logiciens se donnent pour projet
d’élever le langage ordinaire au rang de science. Comment cela ? En évacuant
le contenu matériel des propositions pour ne plus s’occuper que des symboles.
Ainsi, la constitution d’un langage de symboles purs nous permet de mieux
percevoir la structure formelle et déductive des théories en détachant la forme
qu’on rend indépendant vis-à-vis du contenu. En suspendant les significations,
en présentant des signifiants sans signifié, des signes qui ne signifient rien, le
symbolisme permet à l’esprit de se concentrer exclusivement sur la rigueur des
raisonnements, sur la légitimité des transitions qui lient les prémisses aux
conclusions.

Exemple: P= Il peut et il vente O = Il fait jour ou il fait nuit

V V V V F V
V F F V V F
F F V F V V
F F F F F F

La table de vérité de P = VFFF et O = FVVF.

www.openeducationbf.com

25385075/75788181/73983030
On établit la table de vérité telle que : X = P ou O on aura donc :

P V O
V V F
F V V

F V V
F F F

La table de vérité de cette nouvelle proposition X donne VVVF. Mais comme on


le voit, on a complètement évacué le contenu de ses propositions pour n’en
conserver que le symbole.

Conclusion

Logique et Maths sont des sciences déductives, elles ont évacué toute
sollicitation de l’expérience de l’évidence ou de l’intuition pour ne reconnaître
que l’autorité de la démonstration qui, sur la base d’hypothèses explicites et de
règles logiques nécessaires, établit une proposition absolument certaine. Elle
semble n’être traversée par aucun souci de description empirique. La pensée
axiomatique dont elles assurent la promotion exige seulement que tout ce qui
est nécessaire au travail déductif soit expressément donné et qu’on se contente,
par la suite, de tirer les conséquences logiques nécessaires de ses axiomes.
Cependant, en répudiant ainsi la notion de vérité pour faire place à la validité,
l’axiomatique ne réduit-elle pas les sciences formelles à de simples jeux de
l’esprit ?

www.openeducationbf.com

25385075/75788181/73983030

Vous aimerez peut-être aussi