Vous êtes sur la page 1sur 115

Faculté Polytechnique de Mons

Service de Génie Civil


et de Mécanique des Matériaux

Complément de Résistance des Matériaux


Théorie

Prof. Guy Gerlement et Sélim Datoussaı̈d

Rue du Joncquois 53
7000 MONS
BELGIQUE
Tél. : 32.65.37.45.23
Fax. : 32.65.37.45.28
Email : selim.datoussaid@fpms.ac.be
version 0304231019
Table des matières

1 Plaques minces fléchies 6


1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.2 Hypothèses fondamentales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.2.1 Hypothèses relatives au matériau et à la plaque . . . . . . . . . . . 7
1.2.2 Hypothèses relatives au comportement lors de l’action d’une charge 7
1.3 Cinématique de la déformation des plaques . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3.1 Plaque de forme quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3.2 Plaque circulaire symétriquement chargée. . . . . . . . . . . . . . . 12
1.4 Statique des plaques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.4.1 Plaque de forme quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.4.2 Plaque circulaire symétriquement chargée. . . . . . . . . . . . . . . 17
1.5 Résolution d’un problème concret - Conditions au contour . . . . . . . . . 17
1.5.1 Aspect statique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
1.5.2 Aspect cinématique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

2 Plaques élastiques linéaires 21


2.1 Plaque de forme quelconque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2 Plaque circulaire symétriquement chargée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.3 Etude des plaques circulaires - Applications. . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.3.1 Plaque pleine uniformément chargée. . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.3.2 Plaque circulaire appuyée comportant un trou central. . . . . . . . 26
2.3.3 Plaque circulaire appuyée concentriquement chargée . . . . . . . . . 28
2.3.4 Chargement non symétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.3.5 Calcul des contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.4 Plaques rectangulaires élastiques - Applications . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.4.1 Expression des conditions aux limites . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

3 Analyse limite 38
3.1 Rappel : tenseur des déformations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.2 Tenseur vitesse de déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.3 Critères de plasticité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.4 Notions et lois fondamentales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.4.1 Corps parfaitement plastique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.4.2 Puissance plastique dissipée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.4.3 Représentation géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.4.4 Loi de normalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
1
TABLE DES MATIÈRES 2

3.5 Théorème fondamentaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48


3.5.1 Définitions et énoncés des théorèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.5.2 Démonstration des théorèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.5.3 Théorème de la borne inférieure (théorème statique) . . . . . . . . . 50
3.5.4 Théorème de la borne supérieure (théorème cinématique) . . . . . . 50
3.6 Remarques importantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.6.1 Obtention de la valeur exacte de la charge limite . . . . . . . . . . . 51
3.6.2 Addition ou soustraction de matière . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3.6.3 Tensions résiduelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3.7 Analyse limite des plaques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.7.1 Conditions de plasticité en tensions généralisées . . . . . . . . . . . 53
3.8 Exemple : plaque circulaire chargée symétriquement . . . . . . . . . . . . . 55
3.8.1 Méthode cinématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3.8.2 Méthode statique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
3.9 Plaques rectangulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
3.9.1 Résultats expérimentaux de plaques en béton armé . . . . . . . . . 58
3.9.2 Critères de ruine (ou critères de rupture) . . . . . . . . . . . . . . . 59
3.10 Généralités sur les lignes de rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
3.10.1 Cinème des vitesses de rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

4 Flambement des poutres 67


4.1 La stabilité de l’équilibre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
4.2 Flambement par divergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
4.2.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
4.2.2 Poutre droite comprimée excentriquement . . . . . . . . . . . . . . 69
4.2.3 Poutre droite chargée centriquement mais possédant une courbure
initiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
4.2.4 Autres cas de flambement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
4.2.5 Conclusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
4.3 Flambement par bifurcation de l’état d’équilibre . . . . . . . . . . . . . . . 75
4.3.1 Cas de flambement qui se déduisent directement du cas fondamental 77
4.3.2 Longueur de flambement et d’élancement . . . . . . . . . . . . . . . 79
4.4 Forme rationnelle des pièces soumises au flambement . . . . . . . . . . . . 80
4.5 Flambage des poutres comprimées au-delà de la limite de proportionnalité 82
4.6 Critère énergétique général de stabilité élastique . . . . . . . . . . . . . . . 83
4.6.1 Application du théorème de Rayleigh aux poutres fléchies . . . . . . 84
4.6.2 Méthode énergétique de calcul de la charge critique . . . . . . . . . 85

5 Déversement des poutres 87


5.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
5.2 Facteurs influençant le déversement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
5.3 Moment critique de déversement élastique d’une poutre soumise à flexion
pure - Influence des raideurs flexionnelle et torsionnelle . . . . . . . . . . . 89
5.4 Conditions d’appui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
TABLE DES MATIÈRES 3

6 Théorie élastique des coques 96


6.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
6.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
6.1.2 Courbures principales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
6.1.3 Hypothèses fondamentales de l’étude des coques minces . . . . . . . 96
6.1.4 Etat de membrane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
6.2 Les corps axisymétriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
6.2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
6.2.2 Chargement axisymétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
6.2.3 Etude de la géométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
6.2.4 Relations fondamentales d’équilibre . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

7 Voilement des plaques 103


7.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
7.2 Plaques non raidies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
7.2.1 Contrainte critique de voilement élastique - Cas de la compression
uniforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
7.3 Voilement des plaques isotropes - Formules classiques . . . . . . . . . . . . 111
Table des figures

1.1 Système de coordonnées associé à la plaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8


1.2 Cinématique de la plaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3 Déplacement des points de la plaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.4 Interprétation physique de Kxy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.5 Système de coordonnées dans une plaque circulaire . . . . . . . . . . . . . 12
1.6 Déformée de la plaque circulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.7 Efforts internes dans une plaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.8 Moment de torsion dans la plaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.9 Moment de torsion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
1.10 Efforts internes dans une plaque circulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

2.1 Schéma rendu libre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23


2.2 Plaque circulaire raidie en son centre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.3 Plaque uniformément chargée comportant un trou central . . . . . . . . . . 29
2.4 Plaque chargée linéiquement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.5 Plaque chargée uniformément au centre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.6 Flèche d’une plaque chargée ponctuellement en son centre . . . . . . . . . 32
2.7 Plaque circulaire chargée non symétriquement . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.8 Conditions au contour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
2.9 Moment de torsion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.10 Condition au bord libre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2.11 Soulèvement d’un coin de la plaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

3.1 Critère de Tresca . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41


3.2 Critère de Tresca . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.3 Comparaison des critères de Tresca et de von Mises . . . . . . . . . . . . . 42
3.4 Critère de von Mises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.5 Surface de plastification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.6 Exemple de surface d’écoulement plastique discontinue . . . . . . . . . . . 46
3.7 Exemples de surface d’écoulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.8 Vecteurs contraintes et vitesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.9 Diagramme flèche-pression pour d’une plaque en béton armé . . . . . . . . 58
3.10 Mécanisme de ruine d’une plaque carrée appuyée au contour . . . . . . . . 60
3.11 Mécanisme de ruine d’une plaque rectangulaire appuyée au contour . . . . 61
3.12 Mécanisme de ruine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
3.13 Cinème des vitesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

4
TABLE DES FIGURES 5

3.14 Cinème des vitesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63


3.15 Vecteurs des rotations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
3.16 Mécanisme de ruine d’une plaque carrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
3.17 Mécanisme de ruine d’une plaque rectangulaire . . . . . . . . . . . . . . . . 66

4.1 Equilibre stable (a), instable (b), indifférent (c) . . . . . . . . . . . . . . . 67


4.2 Poutre comprimée et fléchie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
4.3 Poutre comprimée avec excentricité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
4.4 Charge de compression P en fonction de la flèche f . . . . . . . . . . . . . 72
4.5 Poutre comprimée et possédant une courbure initiale . . . . . . . . . . . . 73
4.6 Charge de compression P en fonction de la flèche f . . . . . . . . . . . . . 74
4.7 Autres cas de poutres fléchies et comprimées . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
4.8 Poutre idéale comprimée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
4.9 Deuxième et troisième modes de flambement . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
4.10 Flambement de poutres encastrée-libre et biencastrée . . . . . . . . . . . . 78
4.11 Longueurs de flambement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
4.12 Caisson constitué de profilés laminés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
4.13 Profils spéciaux résistant au flambement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
4.14 Equilibre stable (a), instable (b), indifférent (c) . . . . . . . . . . . . . . . 83
4.15 Déformée de flambement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

5.1 Déversement de poutre fléchie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87


5.2 Cinématique du déversement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
5.3 Poutre en flexion pure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
5.4 Formes de section transversale ayant une bonne résistance au déversement 93
5.5 Supports de la semelle comprimée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
5.6 Contreventements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

6.1 Coque axisymétrique : (a) géométrie, (b) géométrie d’un élément deparoi,
(c) et (d) vue selon les directions ϕ et θ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

7.1 Différents cas de voilement d’une plaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104


7.2 Voilement d’une plaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
7.3 Courbes charge-déplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
7.4 Effet de la plasticité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
7.5 Elément de plaque comprimé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
7.6 Coefficient de voilement kc pour une plaque comprimée . . . . . . . . . . . 110
7.7 Coefficient de voilement kc , diagramme simplifié . . . . . . . . . . . . . . . 111
7.8 Plaque en compression simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
7.9 Courbes donnant les valeurs de kc en fonction de a/b . . . . . . . . . . . . 113
Chapitre 1

Généralités sur les plaques minces


fléchies

1.1 Introduction
Envisageons une certaine aire plane A délimitée par une ou plusieurs courbes C1 , C2 ,
. . . . En chaque point P de cette aire, nous élevons un segment de droite normal au plan
de l’aire, dont le point milieu est P , et de grandeur e variable avec la position.
Si :
– e est une fonction continue de la position de P et variant de façon suffisamment
progressive avec P ;
– e est petit vis-à-vis des dimensions de l’aire plane A.
Le solide ainsi engendré est un disque ou une plaque.

Le nom de plaque lui sera réservé s’ii est sollicité transversalement à son plan moyen
A. Une telle structure résiste alors essentiellement par flexion, le plan moyen subissant une
certaine courbure mais aucune extension ni contraction. La plaque est donc l’extension
bi-dimensionnelle de la poutre fléchie.

Le plus souvent, sa surface plane moyenne sera un cercle, un anneau circulaire ou un


po1ygone et son épaisseur sera constante.

Les plaques dont le matériau présente les mêmes propriétés mécaniques dans toutes
les directions sont dites isotropes. Les plaques dont le matériau présente des propriétés
mécaniques différentes dans des directions différentes sont dites anisotropes. Les plaques
métalliques d’épaisseur constante sont isotropes. Les plaques en béton armé ou dalles sont
en général anisotropes (anisotropie structurale). Il en est de même des plaques métalliques
renforcées par des réseaux de raidisseurs (anisotropie technique ou de forme).

Considérons une plaque soumise à une charge extérieure et à son poids mort. On
suppose que ces charges agissent sur le plan médian de la plaque et perpendiculairement
à celui-ci ; dans ce cas, la plaque sera fléchie transversalement. Le caractère de l’état
de contraintes dans la plaque dépend surtout du rapport de l’épaisseur à la plus petite
dimension en plan. Suivant le caractère de l’état de contraintes, on peut classer les plaques
6
CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 7

comme suit :
– plaques épaisses dans lesquelles naı̂t un état de contraintes triaxial décrit par le
système d’équations différentielles de la théorie tridimensionnelle de l’élasticité.
On considèrera comme plaques épaisses les plaques pour lesquelles le rapport de
l’épaisseur e à la plus petite dimension en plan est supérieur à 15 .
– plaques minces de faible déplacement vertical sous la charge, dans lesquelles les
contraintes de flexion sont prépondérantes. Les plaques de ce type sont celles pour
lesquelles le rapport de l’épaisseur e à la plus petite dimension en plan n’excède pas
1
5
et le déplacement transversal w ne dépasse pas 15 de l’épaisseur e.
– plaques minces de grand déplacement transversal ( we > 15 ) dans lesquelles les contraintes
de flexion sont accompagnées de valeurs relativement considérables ce contraintes
(traction ou compression) dans la surface moyenne. Les contraintes dites de mem-
brane naissant dans une plaque de grand déplacement vertical exercent une influence
importante sur les moments fléchissants notamment en cas d’appui à articulation ;
on assiste alors à une réduction des moments de flexion. Le calcul des plaques minces
de grand déplacement vertical ne peut se faire qu’à l’aide d’un système d’équations
différentielles qui décrivent, dans l’état déformé, la déformation par flexion et trac-
tion ou compression.
Seules les plaques minces de faible déplacement vertical seront envisagées dans ce
cours.

1.2 Hypothèses fondamentales


La théorie classique des plaques isotropes est basée sur certaines hypothèses simpli-
ficatrices et limitations dites hypothèses de KIRCHLOFF. Ces hypothèses et limitations
concernent d’une part la géométrie de plaque, son matériau, et d’autre part son compor-
tement lors de l’action des charges.

1.2.1 Hypothèses relatives au matériau et à la plaque


1. Le matériau est homogène et isotrope
2. La plaque est initialement plane et d’épaisseur constante ou progressivement va-
riable.
3. L’épaisseur est petite par rapport aux dimensions en plan de la plaque.

1.2.2 Hypothèses relatives au comportement lors de l’action


d’une charge
1. Un segment initialement perpendiculaire au plan moyen avant la flexion reste per-
pendiculaire au plan moyen après flexion. De plus, la longueur du segment est inva-
riable. Cette hypothèse est connue sous le nom de loi de conservation des normales.
2. La contrainte normale perpendiculaire au plan moyen de la plaque est négligeable.
3. Les déplacements des points appartenant au plan moyen de la plaque sont perpen-
diculaires à ce plan. De plus, ces déplacements sont petits vis-à-vis de l’épaisseur e,
et entraı̂nent des pentes très faibles de la surface moyenne.
CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 8

4. Aucune contrainte normale n’est aplliquée dans le plan moyen de la plaque, dont
les déformations sont négligées.

1.3 Cinématique de la déformation des plaques


1.3.1 Plaque de forme quelconque

Fig. 1.1 – Système de coordonnées associé à la plaque

La cinématique de la déformation décrit la façon dont la plaque se déforme. Considérons


(1.1) un système de coordonnées rectangulaires dont le plan OXY est confondu avec le
plan moyen de la plaque non déformée. Au cours de la déformation, un point appartenant
au plan moyen, par exemple A (1.1), se déplace parallèlement à l’axe OZ. Notons w le
déplacement de ce point. La fonction w = w(x, y) décrit entièrement la déformation de la
plaque.

En effet, si nous considérons un point tel que B (1.2) situé à une distance z du point
A appartenant au plan moyen de la plaque, ce point B viendra, après déformation en B 0 .
Le segment AB, de longueur z, initialement perpendiculaire au plan moyen est devenu le
segment A0 B 0 perpendiculaire au plan moyen déformé et dont la longueur vaut toujours z.
Compte tenu du fait que les pentes ∂w∂x
et ∂w
∂y
sont supposées très faibles, les déplacements
du point B selon les axes OX ,OY et OZ sont respectivement :
∂w


 u = −z


 ∂x
∂w (1.1)
v = −z



 ∂y
w = w(x, y)

CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 9

Fig. 1.2 – Cinématique de la plaque

Les figures (1.2) et (1.3) montrent les déplacements w et u. Les direction x et y jouant
des rôles analogues, l’expression de v doit être semblable à celle de u.

Le signe moins dans les deux premières formules de (1.1) est justifié par le fait que le
point B pour lequel la coordonnée z est positive se déplace dans le sens négatif des axes
OX ou OY , lorsque ∂w ∂x
ou ∂w
∂y
sont positifs. La grandeur du déplacement w a été exagérée
par souci de clarté. Il ne faut pas oublier que w doit rester petit vis-à-vis de e. Nous allons

Fig. 1.3 – Déplacement des points de la plaque

maintenant calculer les déformations. Envisageons d’abord les déformations selon les axes
CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 10

OX et OY ; on a

∂u ∂2w
x = = −z 2
∂x ∂x
(1.2)
∂v ∂2w
y = = −z 2
∂y ∂y
ou encore
x = zKx
(1.3)
y = zKy

si on appelle Kx et Ky les courbures dans les directions OX et OY respectivement égale


à :
∂2w
Kx = −z
∂x2
(1.4)
∂2w
Ky = −z 2
∂y
Les courbures ainsi définies représentent physiquement la variation dans une direction
donnée de la pente dans cette direction. Ces courbures sont positives lorsqu’elles pro-
duisent des extensions des feuillets d’épaisseur dz situés sous le plan neutre z = O. Cela
correspond au cas, très fréquent, des plaque horizontales chargées verticalement vers le
bas.

Les dilatations proportionnelles dans les directions OX et OY sont donc liées aux
courbures que subit le plan moyen dans ces directions.

Pour caractériser complètement la déformation de la plaque, il faut encore considérer


le cisaillement défini comme suit (voir cour de RdM) :

∂u ∂v
γxy = + (1.5)
∂y ∂x
et qui, physiquement, représente la variation que subit un angle droit du plan moyen dans
la déformation. En portant u et v donnés par (1.1) dans (1.5), il vient :
   
∂ ∂w ∂ ∂w
γxy = −z + −z
∂y ∂x ∂x ∂y
 2 2
 (1.6)
∂ w ∂ w
= −z +
∂y∂x ∂x∂y

Si le plan moyen de la plaque est transformé en une surface continue, on a évidemment


∂2w ∂2w
que ∂y∂x = ∂x∂y et (1.6) s’écrit simplement :

∂2w
γxy = −2z (1.7)
∂x∂y
CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 11

Posons :
∂2w
Kxy = − (1.8)
∂x∂y
L’équation (1.7) devient :
γxy = 2Kxy (1.9)
Kxy est appelée la torsion de la plaque.

Fig. 1.4 – Interprétation physique de Kxy

Montrons physiquement à quoi correspond cette grandeur. Pour cela, nous considérons
un élément AOBC de longueurs dx et dy du plan moyen (fig.1.4). Après déformation, cet
élément devient A0 OB 0 C 0 . Menons par B 0 la parallèle B 0 C1 à BC. On peut écrire :

\0 = ∂w |O
AOA (1.10)
∂y
0 0
∂w
C\
1B C = |B (1.11)
∂y
∂w ∂2w
= |O + dx (1.12)
∂y ∂x∂y
∂2w
Le terme ∂x∂y
dx représente la variation de rotation des côtés OA et BC. De même, on
CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 12

aurait, si A0 C2 est la parallèle à AC par A0 :

0 OB =
∂w
B
\ |O (1.13)
∂x
0 0
∂w
C\
2A C = |A (1.14)
∂x
∂w ∂2w
= |O + dy (1.15)
∂x ∂x∂y
∂2w
Le terme ∂x∂y
dx représente la variation de rotation des côtés OB et AC.

L’existence de variations de rotations entre les côtés OA et BC, et OB et AC provoque


une torsion de l’élément AOBC et justifie l’appellation de torsion donnée à Kxy défini par
(1.8). Physiquement, la torsion est la variation de pente dans une direction perpendiculaire
à celle pour laquelle on calcule la pente.
Les relations (1.3) et (1.9) montrent que, tout comme les déformations x , y et γxy /2
à un niveau z donné, les courbures Kx , Ky et la torsion Kxy sont les composantes d’un
tenseur plan. Tout ce qui a été dit à propos de l’état plan de déformation (voir cours de
Résistance des Matériaux) peut ainsi s’appliquer à l’état de courbure.

1.3.2 Plaque circulaire symétriquement chargée.

Fig. 1.5 – Système de coordonnées dans une plaque circulaire

Considérons une plaque circulaire rapportée au système de coordonnée (r, θ, z) (fi-


gures 1.5 et 1.6). Si la charge possède la symétrie de révolution autour de la perpendi-
culaire au centre de la plaque, le plan moyen de celle-ci se transforme en une surface
de révolution. Le déplacement transversal w ne dépend pas de θ et le déplacement cir-
conférentiel de tout point de la plaque est nul.
(
w = w(r)
(1.16)
φ=0
CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 13

Fig. 1.6 – Déformée de la plaque circulaire

Soit u le déplacement radial d’un point B de la plaque situé à une distance z du plan
moyen. 0n a (fig.1.6) :
dw
u = −z (1.17)
dr
où u est en effet pour z > 0 lorsque dw
dr
est négatif.

Calculons les déformations dans les directions, radiale et circonférentielle (figure 1.5),
il vient : 
 u + du
dr
dr − u du
 r =
 =
dr dr (1.18)
 2π(r + u) − 2πr u
 θ =
 =
Eπr z
En remplaçant dans ces expressions u par sa valeur tirée de (1.17), il vient :

∂2w

 r = −z 2 = z Kr

∂r (1.19)
  = −z ∂w = z K
 1
θ θ
r ∂r
Les relations (1.19) définissent les courbures radiales et circonférentielles. La symétrie de
révolution du problème impose évidemment :

γrθ = γθr = 0 (1.20)


CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 14

1.4 Statique des plaques


1.4.1 Plaque de forme quelconque

Fig. 1.7 – Efforts internes dans une plaque

Considérons une plaque de forme quelconque dont le plan moyen est rapporté au
système de coordonnéesOXY et soumise à une charge répartie dont l’intensité p est fonc-
tion des coordonnées. Dans le chargement, Il naı̂t dans les sections de la plaque des
éléments de réduction par unité de longueur qui, conformément à nos hypothèses générales
ne peuvent être que des couples de flexion ou de torsion, et des efforts tranchants (pro-
venant de variations des moments). La figure 1.7 montre un schéma rendu libre d’un
élément de plaque pour lequel on a dessiné tous les élément de réduction avec leur sens
conventionnel positif. Un moment de flexion agissant sur une facette i (perpendiculaire à
l’axe i) est noté Mi . De même un effort tranchant agissant sur une facette i est noté Qi .
Les moments de flexion positifs tendent les fibres inférieures de la plaque, de manière à
correspondre aux courbures positives.

Un moment de torsion agissant sur une facette i est noté Mij et est positif dans le
sens anti-horlogique pour un observateur intérieur à l’élément. Il est donné par :
Z e
2
Mij = τij zdz (1.21)
− 2e
CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 15

Fig. 1.8 – Moment de torsion dans la plaque

Les moments de flexion sont donnés par :


Z e
2
Mi = σi zdz (1.22)
− 2e

Il s’agit d’un moment par unité de longueur (dimension [F]).

De par sa définition, un moment de torsion positif produit des contraintes tangentielles


positives dans les feuillets d’ordonnée z positive. En vertu de la réciprocité des contraintes
tangentielles qui, pour chaque feuillet en état plan de contrainte (σz = 0), s’ écrit :

τij = τji (1.23)

et de la définition (1.21), on a évidemment la réciprocité des couple de torsion :

Mij = Mji (1.24)

Remarquons que des couples de torsion positifs produisent une torsion géométrique posi-
tive d’après la définition (1.8).

Si l’on admet que les lois de distribution de σ(z) et τ (z) sur l’épaisseur ont la même
forme, c’est-à-dire que σ(z) = f (z)σ(z0 ) et τ (z) = f (z)τ (z0 ), ce qui se justifie, quelle
CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 16

que soit la loi de comportement du matériau, par le fait que les déformations sont toutes
proportionnelles à z, les définitions (1.21) et (1.22) donnent :
Mi = Kσ(z0 ) (1.25)
Mij = Kτ (z0 ) (1.26)
où K est une constante.

On peut alors directement conclure que, tout comme l’état de contrainte dans le
feuillet au niveau z, l’état de flexion (distribution des moments de flexion et de tor-
sion sur les facettes orthogonales au plan moyen en un point donné de celui-ci) est un
tenseur plan jouissant de toutes les propriétés des tenseurs (existence de directions prin-
cipales, représentation graphique de Mohr, . . . ). Il suffit de substituer Mi à σi et Mij à τij .

Exprimons maintenant l’équilibre de l élément de plaque de la figure 1.7 :


– équilibre de translation verticale
∂Qx ∂Qy
−Qx dy + (Qx + dx)dy − Qy dx + (Qy + dy)dx + pdxdy = 0
∂x ∂y
∂Qx ∂Qy
⇔ + +p=0 (1.27)
∂x ∂y
– équlilbre de rotation autour de OY :
∂Mx ∂Myx
−Mx dy + (Mx + dx)dy + Myx dx − (Myx + dy)dx
∂x ∂y
∂Qx dx ∂Qy dx dx
−(Qx + dx)dydx + Qy dx − (Qy + dy)dx − pdxdy =0
∂x 2 ∂y 2 2
∂Mx ∂Myx
⇔ − − Qx = 0 (1.28)
∂x ∂y
En remplaçant Myx par sa valeur −Mxy dans (1.28),on obtient finalement :
∂Mx ∂Mxy
+ = Qx (1.29)
∂x ∂y
– équilibre de rotation autour de OX
De façon analogue, on obtient aisément :
∂My ∂Mxy
+ = Qy (1.30)
∂y ∂x
En dérivant (1.29) par rapport à x et (1.30) par rapport à y et en tenant compte de (1.27),
il vient que :
∂ 2 Mx ∂ 2 Mxy ∂Qx ∂Qy
2
+ 2 = + = −p (1.31)
∂x ∂y∂x ∂x ∂y
L’équation (1.31) est l’équation aux dérivées partielles fondamentale des plaques fléchies.

Le champ de moment Mx (x, y) ,My (x, y), Mxy (x, y) doit y satisfaire ainsi d’ailleurs
qu’aux conditions aux contours de la plaque qui, elles, dépendent du problème particulier
étudié.
CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 17

1.4.2 Plaque circulaire symétriquement chargée.


Tout comme au paragraphe (1.3.2), nous utiliserons à nouveau les coordonnées po-
laires. Considérons l’élément de plaque de la figure 1.10. La symétrie de révolution im-
pose : 

 Qθ = 0

Mrθ = Mθr = 0 (1.32)
 ∂
=0


∂θ
Les moments Mr et Mθ ainsi que l’effort tranchant Qr sont fonction de r seulement. Ils
sont dessinés avec leur sens conventionnel positif à la figure 1.10. Exprimons l’équilibre
de l’élément de plaque :
– équilibre de translation verticale :
dQr
−Qr rdθ + (Qr + dr)(r + dr)dθ + prdθdr = 0
dr
dQr
⇒ r + Qr pr = 0
dr
d
⇒ (rQr ) = −pr (1.33)
dr
– équilibre de rotation autour de b tangente à l’élément de plaque en r + dr :
dMr dr
−Mθ drdθ − Mr rdθ + (Mr + )(r + dr)dθ − Qr rdθdr + pdθdr = 0
dr 2
dMr
⇒ r + Mr − Mθ − Qr r = 0
dr
d
(rMr ) − Mθ = Qr r (1.34)
dr
En dérivant (1.34) par rapport à r et en tenant compte de (1.33), il vient finalement :

d2 dMθ
2
(rMr ) − = −pr
dr dr
1 d2 1 dMθ
2
(rMr ) − = −p (1.35)
r dr r dr
Cette équation joue pour les plaques circulaires le même rôle que l’équation fondamentale
(1.31) pour les plaques quelconques.

1.5 Résolution d’un problème concret - Conditions


au contour
La résolution d’un problème concret de flexion des plaques, consiste en l’obtention du
champ des moments et des courbures de la plaque en question. Or, nous constatons que,
2
à l’encontre des poutres qui disposent d’une équation ddxM2 = −p(x) pour une inconnue
M (x), les équations d’équilibre des plaques (1.31) ou (1.35) comportent respectivement
CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 18

3 et 2 inconnues. La flexion des plaques est donc un problème intrinsèquement hypersta-


tiques, quelles que soient d’ailleurs les conditions d’appuis. Une plaque est, par sa nature
même, intérieurement hyperstatique. Il est donc indispensable, en plus de l’équation (1.31)
ou (1.35) d’avoir recours aux équations de comportement et de cinématique pour résoudre
le problème. On arrivera ainsi à disposer d’un nombre d’équations égal au nombre d’in-
connues. L’intégration de ces (ou de cette) équation(s) introduira des fonctions ou des
constantes arbitraires. Celles-ci seront déterminées en exprimant les conditions au contour
de la plaque, tout comme, lors de l’intégration de l’équation de l’élastique de la poutre, on
avait exprimé les conditions d’extrémités. Examinons successivement les aspects statique
et cinématique des conditions aux contours.

1.5.1 Aspect statique.


Bord encastré : le moment de flexion, le moment de torsion et l’effort tranchant agissant
sur ce bord peuvent être quelconques pourvu qu’ils restent compatibles avec la
résistance de la plaque.
Bord appuyé : le moment de flexion agissant sur ce bord doit être nul ; par contre, le
moment de torsion ne doit pas nécessairement l’être. Examinons en effet (fig.1.9)
un bord, par exemple perpendiculaire à l’axe x. Le couple Mxy dy agissant sur une
longueur élémentaire dy peut être introduit dans la plaque à l’aide de 2 forces
F = Mxy transversales distantes de dy.
Sur l’élément voisin (fig.1.9b), ces forces auront la valeur (Mxy + ∂M xy
∂y
dy). Leur
superposition conduit à une distribution de forces transversales ∂M ∂y
xy
. Ces forces,
positives dans le même sens que les efforts tranchants Qx , s’ajoutent donc à ceux-ci
pour constituer les réactions transversales de l’appui :
∂Mxy
Rx = Qx + comptées positivement comme Qx (1.36)
∂y
En général, on a :
∂Mij
Ri = Qi + (1.37)
∂j
Bord libre : le moment de flexion et la réaction R exprimée par (1.37) de ce bord doivent
être nuls (mais pas séparément Qi et Mij ).

1.5.2 Aspect cinématique.


Bord encastré : le déplacement transversal w est nul ; quant à la pente normalement au
bord, elle sera nulle en régime élastique mais pourra ne pas l’être en régime plastique
(formation d’une articulation à l’encastrement). Dans ce dernier cas, le moment de
flexion sur le bord devra être égal au moment plastique.
Bord appuyé : seul le d6placement transversal w doit être nul.
Bord libre : il n’introduit pas de condition cinématique.
Nous considérerons successivement dans les chapitres suivants le comportement élastique
puis le comportement à l’état limite de plaques formées d’un matériau élastique parfaite-
ment plastique.
CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 19

Fig. 1.9 – Moment de torsion


CHAPITRE 1. PLAQUES MINCES FLÉCHIES 20

Fig. 1.10 – Efforts internes dans une plaque circulaire


Chapitre 2

Plaques constituées d’un matériau


élastique linéaire

2.1 Plaque de forme quelconque


Sous l’influence des efforts généralisés appliqués à une section droite de plaque, il
apparaı̂t dans la section des contraintes σx , σy et τxy nécessairement liées aux déformations
x , y et γxy par les lois de l’élasticité :
E


 σx = (x + νy )


 1 − ν2
E (2.1)
σy = 2
(y + νx )
1−ν




τxy = Gγxy

si on admet l’hypothèse du comportement élastique linéaire.

Rappelons que par l’hypothèse de conservation des normales, nous avons z = 0. Le


moment Mx étant lié aux contraintes σx par les relations suivantes compte tenu de (2.1) :
Z e
2
Mx = σx · 1 · zdz (2.2)
− 2e
Z e
2 E
= (x + νy )zdz (2.3)
− 2e 1 − ν2
En remplaçant dans cette dernière relation x et y par leurs expressions (1.3), il vient :
Z e
E 2
Mx = z 2 (Kx + νKy )dz (2.4)
1 − ν 2 − 2e
 3  2e
E z
= (K x + νK y ) (2.5)
1 − ν2 3 −e
2
3
Ee
= (Kx + νKy ) (2.6)
12(1 − ν 2 )
= D(Kx + νKy ) (2.7)
21
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 22

D étant appelée la rigidité de la plaque, le comportement linéaire élastique impose entre le


moment Mx et les courbures Kx et Ky la liaison (2.7). Remarquons que pour une section
droite de poutre soumise au moment Mx , nous aurions :
E e3
Mx = Kx (2.8)
12
La rigidité flexionnelle de la section droite de plaque pour le moment Mx est donc aug-
1
mentée du terme 1−ν 2 . Cette augmentation est due au caractère bidimensionnel de la

plaque. En procédant pour My comme il vient d’être fait pour le moment Mx , on aurait :
My = D(Ky + νKx ) (2.9)
Pour le moment Mxy , on a :
Z e
2
Mxy = τxy 1 · zdz (2.10)
− 2e
Z e
2
= Gγxy zdz (2.11)
− 2e

En remplaçant dans cette relation γxy par sa valeur tirée de (1.9), il vient :
Z e
2
Mxy = 2GKxy z 2 dz (2.12)
− 2e

e3
= 2GKxy (2.13)
12
Comme le module de cisaillement G est donné en fonction du module de Young E et du
coefficient de Poisson ν par la relation :
E
G= (2.14)
2(1 + ν)
(2.13) devient finalement :
E e3
Mxy = Kxy (2.15)
1 + ν 12
D(1 − ν 2 )
= Kxy (2.16)
1+ν
= D(1 − ν)Kxy (2.17)
Les relations (2.7), (2.9) et (2.17) vont permettre de résoudre le problème hyperstatique
de la flexion des plaques. Il suffit en effet d’y remplacer Kx , Ky et Kxy par leurs valeurs
tirées de (1.4) et de (1.8) pour obtenir les expressions des moments en fonction d’une seule
et même inconnue w(x, y). On obtient :
  2 2

∂ w ∂ w
Mx = −D +


∂x2 ∂y 2




  2
∂ w ∂2w
 
My = −D + (2.18)

 ∂y 2 ∂x2

∂2w


 Mxy = −D(1 − ν)


∂x∂y
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 23

En portant finalement ces expressions dans l’équation (1.31), il vient :


∂4w ∂4w ∂4w p
+ 2 + = (2.19)
∂x4 ∂x2 ∂y 2 ∂y 4 D
Cette équation, appelée équation de Lagrange est fondamentale dans la flexion des plaques
élastiques. Sa résolution permet d’obtenir, via les conditions aux contours, la fonction
w = w(x, y). Les moments fléchissants et de torsion peuvent alors se calculer à partir de
(2.18) et les efforts tranchants par (1.30).

2.2 Plaque circulaire symétriquement chargée.

Fig. 2.1 – Schéma rendu libre

En procédant comme ci-dessus, on montre facilement que l’on a :


(
Mr = D(Kr + νKθ )
(2.20)
Mθ = D(Kθ + νKr )

ou, en remplaçant Kr et Kθ par leurs valeurs tirées de (1.19) :



d2 w ν dw
 Mr = −D( 2 + )


dr r dr (2.21)
 1 dw d2 w
 Mθ = −D(
 +ν 2)
r dr dr
En portant ces dernières relations dans l’équation d’équilibre (1.35), il vient :
d4 w 1 d3 w 2 d2 w 2 dw p
4
+ 3
− 2 2
+ 3 = (2.22)
dr r dr r dr r dr D
La résolution de cette équation permet d’obtenir, via les conditions aux contours, la
fonction w = w(r). Les moments fléchissants peuvent alors se calculer par (2.21) et l’effort
tranchant par (1.33) qui conduit à :
1 r
Z
C
Qr = − rρdr + (2.23)
r 0 r
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 24

La constante C représentant au facteur 2π près la charge concentrée au centre de la plaque.


En effet, l’équation (2.23) exprime l’équilibre du schéma rendu libre de la figure 2.20. Qr
étant aisément calculé par (2.23).

Une forme équivalente intéressante pour les applications pratiques de l’équation (2.22)
est la suivante :  
d 1 d dw Qr
(r ) = − (2.24)
dr r dr dr D

2.3 Etude des plaques circulaires - Applications.


2.3.1 Plaque pleine uniformément chargée.
Considérons une plaque circulaire supportant une charge uniforme p. L’effort tranchant
Qr au rayon r est donné par l’équation (2.23) et vaut :
1 r p r2
Z
pr
Qr − xpdx = − =− (2.25)
r 0 r 2 2
En portant cette valeur dans l’équation (2.24), il vient :
 
d 1 d dw pr
(r ) = (2.26)
dr r dr dr 2D
Par intégrations successives, on obtient :
1 d dw pr2
(r ) = + C1 (2.27)
r dr dr 4D
dw pr4 r2
r = + C1 + C2 (2.28)
dr 16D 2
pr4 r2
w= + C1 + C2 ln r + C3 (2.29)
64D 4
Il reste maintenant à calculer les constantes C1 , C2 et C3 pour différents cas particuliers.

Plaque encastrée.
Soit R le rayon extérieur de la plaque. Les conditions aux limites s’écrivent :
w|r=R = 0 (2.30)
dw
|r=R = 0 (2.31)
dr
dw
|r=0 = 0 (2.32)
dr
A partir de (2.28), les conditions (2.31) et (2.32) conduisent à :
pr3 C1 r C2
+ + |r=0 = 0 (2.33)
16D 2 r
pr3 C1 r C2
+ + |r=R = 0 (2.34)
16D 2 r
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 25

L’équation (2.33) impose :


C2 = 0 (2.35)
En portant cette valeur dans la relation (2.34), on obtient :

pr2
C1 = − (2.36)
8D
En exprimant la condition (2.30), on obtient enfin :

pR4
C3 = − (2.37)
64D
Les expressions finales de la flèche et de la pente s’écrivent :
p
w= (R2 − r2 ) (2.38)
64D
dw pr
=− (R2 − r2 ) (2.39)
dr 16D
La flèche maximum obtenue en r = 0 vaut :
pR4
wmax = (2.40)
64D
Les moments Mr et Mθ peuvent se calculer à partir des relations (2.21) qui deviennent :
p
R2 (1 + ν) − r2 (3 + ν)

Mr =
16 (2.41)
p
R2 (1 + ν) − r2 (1 + 3ν)

Mθ =
16
Pour r = R , on obtient les moments de flexion au contour extérieur de la plaque :

pR2
Mr = −
8 (2.42)
νpR2
Mθ = −
8
Pour r = 0 , on obtient les moments de flexion au centre de la plaque :

pR2 (1 + ν)
Mr = Mθ = (2.43)
16

Plaque appuyée
Les conditions (2.30) et (2.32) sont toujours valables. La condition (2.31) est remplacée
par :
Mr (r = R) = 0 (2.44)
qui peut s’écrire à partir de (2.21) sous la forme :
 2 
d w ν dw
+ =0 (2.45)
dr2 r dr r=R
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 26

Appliquée à l’équation (2.29) dans laquelle C2 sera pris égal à 0 (condition (2.33)), cette
dernière relation conduit à :
pR2 3 + ν
C1 = − (2.46)
8D 1 + ν
La constante C3 résulte de la condition (2.30) qui s’écrit :

pR4 pR2 (3 + ν)R2


wr−R = − + C3 (2.47)
64D 8D (1 + ν)4
pR4 5 + ν
⇒ C3 = (2.48)
64D 1 + ν
En remplaçant C1 et C3 par leur valeur dans (2.29), il vient finalement pour la flèche w :

R2 − r 2 5 + ν 2
 
2
w=p R −r (2.49)
64D 1+ν
La flèche maximum obtenue en r = 0 vaut :
R4 5 + ν
w=p (2.50)
64D 1 + ν
Pour l’acier (ν = 0, 3), elle est pratiquement cinq fois plus grande que celle de la plaque
encastrée. Les moments de flexion Mr et Mθ peuvent s’obtenir comme antérieurement à
partir de w(r) et valent :
 p
 Mr = (3 + ν)(R2 − r2 )
16 (2.51)
 M = p R2 (3 + ν) − r2 (1 + +3ν)
θ
16

2.3.2 Plaque circulaire appuyée comportant un trou central.


Commençons par discuter la flexion d’une plaque fléchie par les moments M1 et M2
uniformément distribués le long des bords intérieur et extérieur. Soient a et R les rayons
intérieur et extérieur de la plaque supposée appuyée en R. Dans un tel cas, l’effort tran-
chant Qr est nul et l’équation (2.24) devient :
 
d 1 d dw
(r ) = 0 (2.52)
dr r dr dr
dont la solution est :
C1 r2 r
w=− − C2 ln + C3 (2.53)
4 R
Les constantes d’intégration doivent être déterminées à partir des conditions aux limites.
A partir de (2.53) et de (2.21), deux d’entre-elles s’écrivent :
 
C1 C2
D (1 + ν) − 2 (1 − ν) = M1 (2.54)
2 a
 
C1 C2
D (1 + ν) − 2 (1 − ν) = M2 (2.55)
2 R
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 27

et permettent de calculer C1 et C2 . La constante C3 s’obtient en exprimant la nullité de


w en R. Dans le cas particulier où M2 est égal à zéro, on obtient pour expressions de la
pente et de la fléche :
R 2 a2 M 1
 
dw 1 1−ν r
= + (2.56)
dr D(1 − ν)(R2 − a2 ) r 1 + ν R2
a2 M 1 2 2
 R 2 a2 M 1 r
w== 2 2
R − r + 2 2
ln (2.57)
D(1 − ν)(R − a ) D(1 − ν)(R − a ) R
Comme second exemple, envisageons la flexion de la plaque par des forces Q0 uni-
formément distribuées le long du bord intérieur. L’effort tranchant par unité de longueur
de la circonférence de rayon courant r est :
−Q0 a −P
Qr = = (2.58)
r 2πr
Si P = 2πaQ0 désigne la charge totale appliquée. En portant cette valeur dans l’équation (2.24)
et par intégrations successives, on obtient :
dw P r2 r r C2
= (2 ln − 1) − C1 − (2.59)
dr 8πD R 2 r
2 2
Pr r r r
w= (ln − 1) − C1 − C2 ln + C3 (2.60)
8πD R 4 R
Les conditions aux limites permettant de calculer les constantes arbitraires s’écrivent :

w(r = R) = 0
d2 w ν dw
 
Mr (r = R) = −D + =0
dr2 r dr r=R (2.61)
 2 
d w ν dw
Mr (r = a) = −D + =0
dr2 r dr r=a

et conduisent à :
2a2
 
P 1−ν a
C1 = − ln
4πD 1 + ν R2 − a2 R
(1 + ν)P R 2 a2 a
C2 = − 2 2
ln (2.62)
(1 − ν)4πD R − a R
2
a2
 
PR 11−ν a
C3 = 1+ − ln
8πD 2 1 + ν R 2 − a2 R

En portant les valeurs de ces constantes dans les expressions (2.59), nous trouvons la
pente et la flèche en tout point de la plaque. Pour la pente du bord intérieur qui nous
sera utile ultérieurement, on obtient :
2a2 R2 1 − ν
 
dw Pa a 1−ν
= 2 ln − 1 − + ln aR(1 + 2 ) (2.63)
dr r=a 8πD R 1 + ν R 2 − a2 a 1+ν
En combinant les deux chargements que nous venons d’étudier, il est possible d’obtenir
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 28

Fig. 2.2 – Plaque circulaire raidie en son centre

la solution pour la plaque représentée à la figure 2.2. Cette plaque comporte au centre un
renforcement important supportant la charge P et dans lequel on peut supposer encastrée
la partie de plaque définie par a < r < R. Puisque la pente en r = a doit être nulle, on
calcule le moment M1 au bord intérieur encastré en exprimant que la somme des pentes
données par (2.63) et par (2.56) en r = a doit être nulle. Une fois M1 connu, on obtient
la flèche en superposant les expressions de w fournies par (2.56) et (2.59) dans laquelle
les constantes sont remplacées par leurs valeurs tirées de (2.62). En utilisant la même
méthode de superposition nous pouvons obtenir la solution correspondant à la figure 2.3
pour une plaque comportant un trou central et uniformément chargée. Cette solution est
la superposition des trois cas de charge montrés à la figure 2.3 moyennant :
pa
Q0 = (2.64)
2
p
M1 = (3 + ν)(R2 − a2 ) (2.65)
16
La relation (2.65) résulte de la relation (2.51) calculée en r = a. Divers cas d’importance
pratique sont représentés à la figure.Dans tous ces cas, on a :

qR4 P R2
wmax = k1 = k 1 (2.66)
Ec3 Ec3
Le coefficient k, est donné dans la table jointe à la figure.

2.3.3 Plaque circulaire appuyée concentriquement chargée


Considérons une plaque simplement appuyée soumise à une charge linéique uniforme
Q1 , le long d’un cercle de rayon a. Divisons la plaque en deux parties comme indiqué à la
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 29

Fig. 2.3 – Plaque uniformément chargée comportant un trou central

figure 2.4. La partie intérieure de la plaque est en flexion pure sous l’influence de couples
uniformément distribués M1 tandis que la partie extérieure est fléchie simultanément par
les moments M1 et les efforts tranchants Q1 . La grandeur du moment M1 peut s’obtenir
à partir de la continuité de la pente en r = a. M1 étant connu, la loi de w peut se calculer
aisément par superposition de solutions antérieures. On obtient finalement, si P désigne
l’intensité totale de la charge égale à 2πaQ1 :

1 1 − ν R 2 − a2
 
P 2 2 2 2 r
w= (R − r )(1 + ) + (a + r ) ln poura < r < R (2.67)
8πD 2 1 + ν R2 R
2 2
 
P 2 2 a 2 2 (3 + ν)R − (1 − ν)r
w= (a + r ) ln + (R − a ) pour0 < r < a (2.68)
8πD R 2R2 (1 + ν)

Si le contour extérieur de la plaque est encastré, il suffit de superposer à ces expressions


la flèche due au moment M2 appliqué au contour extérieur. Disposant de la flèche pour le
cas d’une charge uniformément distribuée le long d’un cercle, on peut étudier n’importe
quel problème de flexion d’une plaque symétriquement chargée par rapport à son centre
par superposition. Considérons par exemple le cas de charge de la figure 2.5. La flèche en
tout point c < r < R peut être obtenue à l’aide de la relation (2.67). La flèche élémentaire
produite par un chargement élémentaire distribué sur le rayon b et de longueur db est
obtenue en remplaçant P par p = 2πbpdb dans cette expression. La flèche totale résulte
de l’intégration de la flèche élémentaire. La flèche en tout point 0 < e < c peut être obtenue
par la sommation de deux intégrales définies à partir des relations (2.67) et (2.68). La
connaissance des flèches conduit au champ de moment.
La flèche d’une plaque simplement appuyée au contour extérieur et soumise à une
charge P appliquée en sont centre peut s’obtenir en faisant tendre a vers zéro dans l’ex-
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 30

Fig. 2.4 – Plaque chargée linéiquement

Fig. 2.5 – Plaque chargée uniformément au centre

pression (2.67). Il vient :


 
P 3+ν 2 r
w= (R − r2 ) + 2R2 ln (2.69)
16πD 1+ν R

Les moments de flexion peuvent se calculer par les relations (2.21) et valent :

P R
Mr = (1 + ν) ln
4π r (2.70)
P
Mθ = {(1 + ν) ln Rr + (1 − ν)}

Pour une plaque encastrée, on obtient :

P r2 r P
w= ln + (R2 − r2 ) (2.71)
8πD R 16πD
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 31
 
P R
Mr = (1 + ν) ln − 1
4π r
(2.72)
P
Mθ = {(1 + ν) ln Rr − ν}

Quand r tend vers zéro, les relations (2.70) et (2.72) tendent vers l’infini et ne permettent
donc plus de calculer les moments. On limitera l’application de ces relations à un rayon
r minimum dont l’ordre de grandeur sera plusieurs fois l ’épaisseur. L’inadéquation de
la théorie tient au fait que les hypothèses qui en sont à la base ne sont plus valables
au voisinage du point d’application d’une charge concentrée où l’intensité de la pression
locale p = limr→0 πrP 2 et des contraintes de cisaillement devient considérable.

Ces deux effets (effet de la pression locale et effet des contraintes de cisaillement) que
nous avons négligés ont une influence sur la flèche. Celle-ci est négligeable, en général,
sauf au voisinage d’une charge concentrée. Dans ce cas, il faut faire appel à la théorie
tridimensionnelle de l’élasticité. Les résultats obtenus de cette façon montrent qu’en vue
de déterminer, avec sécurité, l’épaisseur d’une plaque circulaire chargée au centre, on peut
se contenter de calculer les contraintes maximales de traction sous la charge ; contraintes
qui se produisent dans les fibres inférieures de la plaque et qui sont données par :
 
P R
σ = 2 (1 + ν)(0.485 ln + 0.52) + 0.48 (2.73)
e e
ou
P R
σ = 2 (1 + ν)(0.485 < ln + 0.52) (2.74)
e e
selon que la plaque est appuyée ou encastrée au contour extérieur. Bien que les contraintes
de compression immédiatement sous la charge puissent être plus importantes que les
contraintes de traction données par (2.73) ou (2.74), elles ne représentent pas un dan-
ger direct à cause de leur caractère localisé. La plastification locale qu’elles produisent
dans le cas d’un matériau ductile n’affecte pas la déformation de la plaque si une des
relations (2.73) ou (2.74) est vérifiée. Dans le cas d’un matériau fragile, la contrainte
admissible en compression est souvent plusieurs fois celle admissible en traction de telle
sorte que le dimensionnement est à nouveau obtenu par les relations (2.73) ou (2.74). Les
perturbations locales produites par une charge concentrée dans le voisinage de son point
d’application doivent également être prises en compte si l’on souhaite une description
exacte de la flèche de la plaque. Ces perturbations sont limitées à une région cylindrique
dont le rayon vaut quelques fois l’épaisseur et leur effet sur la flèche n’est donc d’impor-
tance pratique que lorsque l’épaisseur n’est pas faible en comparaison du rayon extérieur
R de la plaque. A titre d’illustration, la figure (1.22) montre la flèche non dimension-
nelle (rapportée à la flèche au centre donnée par 2.71) d’une plaque encastrée soumise à
une charge au centre pour différents rapports e/R. La flèche donnée par la relation (2.71)
(théorie élémentaire) est montrée en pointillé. On constate que le désaccord entre la théorie
exacte et la théorie élémentaire diminue rapidement avec le rapport e/R. Si le rapport e/R
est égal à 1/5 (ce qui correspond aux ordres de grandeur cités en 1.1) l’erreur maximale
est de 21%. Cette erreur est principalement due à l’effet de l’effort tranchant.
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 32

Fig. 2.6 – Flèche d’une plaque chargée ponctuellement en son centre

2.3.4 Chargement non symétrique


Lorsqu’une plaque circulaire symétriquement appuyée ou encastrée est soumise à un
chargement non symétrique, il n’est plus possible d’obtenir les moments, ni la flèche en
tout point par la théorie développée ci-avant. Il reste cependant possible d’obtenir la
flèche au centre. En effet, compte tenu de la symétrie de la plaque et de ses conditions
aux limites, la flèche au centre produite par une charge isolée P appliquée au rayon c
(figure 2.7) ne dépend que de P et de c. Cette flèche reste inchangée si la charge P est
déplacée de la position θ1 à la position θ2 ou si elle est remplacée par diverses charges
appliquées au rayon c et dont la somme serait P . Il en résulte que pour calculer la flèche
au centre, nus pouvons remplacer une charge isolée P appliquée au rayon c par une charge
linéique uniforme P/2πc. Pour cette charge, la flèche est donnée par la relation (2.68) avec
r = 0. Disposant de la flèche au centre pour une charge concentrée, on peut calculer la
flèche au centre pour un chargement quelconque par superposition.

2.3.5 Calcul des contraintes


Lorsque en un point d’une plaque, on a déterminé Mr , Mθ et Qr , on calcule les
contraintes locales selon les relations suivantes :
Mr 6Mr
σr = = (2.75)
I/v e2
Mθ 6Mθ
σθ = = (2.76)
I/v e2
3 Qr
τrθ = (2.77)
2 e
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 33

Fig. 2.7 – Plaque circulaire chargée non symétriquement

Ces trois relations résultent de l’application des formules de la résistance des matériaux
à une section droite de largeur unitaire et dont la hauteur est l’épaisseur de la plaque.

2.4 Plaques rectangulaires élastiques - Applications


2.4.1 Expression des conditions aux limites
Considérons une plaque rectangulaire rapportée au système de coordonnées x, y (fi-
gure 2.8) et sollicitée par la charge P = P (x, y). Le déplacement w = w(x, y) perpendi-
culaire au plan moyen de la plaque est solution de l’équation de Lagrange :

∂4w ∂4w ∂4w p


4
+ 2 2 2
+ 4
= (2.78)
∂x ∂x ∂y ∂y D
L’intégration de cette équation fait apparaı̂tre des fonctions arbitraires qu’il faut déterminer
par l’intermédiaire des conditions aux limites. Rappelons que les moments de flexion, de
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 34

Fig. 2.8 – Conditions au contour

torsion et les efforts tranchants sont donnés en fonction de w, par :


 2
∂2w

∂ w
Mx = −D +ν 2 (2.79)
∂x2 ∂y
 2
∂2w

∂ w
My = −D +ν 2 (2.80)
∂y 2 ∂x
2
∂ w
Mxy = −D(1 − ν) (2.81)
∂x∂y
∂ ∂2w ∂2w
 
∂Mx ∂Mxy
Qx = + = −D + (2.82)
∂x ∂y ∂x ∂x2 ∂y 2
∂ ∂ w ∂2w
 2 
∂My ∂Mxy
Qy = + = −D + (2.83)
∂y ∂x ∂y ∂x2 ∂y 2

Examinons maintenant l’expression pratique de conditions aux limites. Soit x = a le bord


que nous envisageons :
Bord encastré
Les conditions aux limites s’écrivent :
w(x = a) = 0
∂w ∀y (2.84)
|x=a = 0
∂x
Bord simplement supporté
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 35

On a :
w(x = a) = 0
∂2w ∂2w ∀y (2.85)
 
Mx (x = a) = 0 ⇔ + ν =0
∂x2 ∂y 2 x=a

En remarquant que la condition w(x = a) = 0 ∀y entraı̂ne :


∂2w
|x=a = 0∀ y (2.86)
∂y 2
La nullité de Mx (x = a) = 0 s’exprime simplement par :
∂2w
|x=a = 0∀ y (2.87)
∂x2
Bord libre
Le long d’un tel bord, il est naturel de supposer qu’il n’y a aucun moment ni aucun
effort tranchant. Comme il a été montré au paragraphe 1.5, la relation qui fournit
la réaction verticale au bord libre est donnée par :
 
∂Mxy
Rx (x = a) = Qx + =0 (2.88)
∂y x=a
En remplaçant Qx et Mxy par leurs valeurs, les deux conditions caractérisant le bord
libre s’écrivent :
 2
∂2w

∂ w
Mx (x = a) = 0 ⇔ +ν 2 = 0∀ y
∂x2 ∂y x=a
(2.89)
∂3w ∂3w
   
∂Mxy
Rx (x = a) = Qx + =0⇔ + (2 − ν) = 0∀ y
∂y x=a ∂x3 ∂x∂y 2 x=a
(2.90)
Remarquons que l’expression :
∂3w ∂3w
 
∂Mxy
Rx = Qx + = −D + (2 − ν) (2.91)
∂y ∂x3 ∂x∂y 2
permet de calculer la valeur de la réaction par unité de longueur développée par un
appui simple perpendiculaire à Ox.

Pour un appui simple perpendiculaire à 0y, on aurait :


 3
∂3w

∂Mxy ∂ w
Ry = Qy + = −D + (2 + ν) (2.92)
∂x ∂y 3 ∂y∂x2
La transformation des couples de torsion implique non seulement l’existence d’efforts
tranchants supplémentaires ∂M ∂x
xy
et ∂M
∂y
xy
distribués le long des bords perpendicu-
laires à 0y et à 0x mais aussi l’existence de deux forces concentrées F1 et F2 en un
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 36

Fig. 2.9 – Moment de torsion

coin de la plaque comme le montre la figure 2.11. La résultante F de ces deux forces
est développée par l’appui et vaut :

F = F2 − F1
= Myx (x = a, y = b) − Mxy (x = a, y = b)
= −2Mxy (x = a, y = b) (2.93)
∂2w
= 2D(1 − ν) |x=a,y=b
∂x∂y
F est estimée positivement vers le bas. Voyons quel est le signe de F dans le cas
particulier d’une plaque uniformément chargée par une pression p dirigée de haut
en bas. F sera de même signe que :
 
∂ ∂w
|x=a,y=b (2.94)
∂x ∂y

Il est facile de voir, que dans le cas particulier envisagé, cette dernière expression
est positive ; on en déduit donc que F est positive ou, en d’autre termes, que l’ap-
pui empêche la tendance au soulèvement du coin de la plaque. Ce phénomène de
soulèvement des coins dans les plaques uniformément chargées se produit dans toute
expérience ou les plaques sont simplement déposées et non pas simplement appuyées.
Dans ce cas, en effet, le support ne peut appliquer que des réactions dirigées de bas
en haut et est incapable de développer les réactions localisées nécessaires au main-
tien des coins sur appuis.
Il faut se garder de comparer les flèches relevées dans de tels essais (plaques déposées)
avec celles prédites par la théorie des plaques appuyées. Il ne faut jamais perdre de
vue que l’appui simple théorique doit être capable de développer des réactions ver-
ticales dirigées de bas en haut mais aussi de haut en bas.
CHAPITRE 2. PLAQUES ÉLASTIQUES LINÉAIRES 37

Fig. 2.10 – Condition au bord libre

Fig. 2.11 – Soulèvement d’un coin de la plaque


Chapitre 3

Analyse limite des plaques


circulaires et rectangulaires

3.1 Rappel : tenseur des déformations


Lorsqu’un continu se déforme, chaque point subit un déplacement d, de composantes
u, v, w par rapport à un système d’axes cartésiens triorthogonaux. En étudiant la déformation
autour d’un point, on trouve, si on se limite au cas des déformations très petites, que les
allongements proportionnels (ou dilatations) x , y , z selon les axes et les glissements γxy ,
γyz , γxz c’est-à-dire les variations des angles des axes deux à deux, sont donnés par :

∂u


 x =


 ∂x
∂v




 y =



 ∂y

 ∂w
 z =


∂z
(3.1)
∂u ∂v
γxy = +


∂y ∂x




∂v ∂w




 γyz = +
∂z ∂y




∂u ∂w


 γxz =

+
∂z ∂x
Les six composantes x , . . . , γxy , . . . définissent complètement l’état de déformation pure
au point envisagé. Il peut être représenté par un tenseur, dont il possède les propriétés.

Par exemple, dans le tracé du cercle de Mohr, Les x , y , z jouent le rôle de σx , σy ,


σz et les γxy /2, γyz /2, γxz /2 celui de τxy , τyz , τxz . Tout ce qui a été dit dans le cas du
tenseur tension peut être transposé au tenseur déformation : existence de trois directions
principales ne subissant pas de glissement, existence de trois invariants fondamentaux.
Un état de déformation particulièrement étudié est l’état plan de déformation, caractérisé
par la nullité d’une dilatation principale. Nous renvoyons le lecteur aux cours de Mécanique
des Milieux Continus et de Résistance des Matériaux pour le rappel de ces notions.
38
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 39

3.2 Tenseur vitesse de déformation


Lorsqu’on s’intéresse à l’écoulement plastique d’un solide, on est conduit tout d’abord
à assimiler les déformations plastiques aux déformations totales (c’est-à-dire à négliger les
déformations élastiques) et ensuite à faire intervenir les vitesses de déformation définies
par :
∂

 ˙x = x (x, y, z)

∂t (3.2)
 γxy ∂γ xy
˙ = (xy, yz, xz)

∂t
où t est la variable temps et (x, y, z) et (xy, yz, xz) représentent les permutations circu-
laires.

Si V est le vecteur vitesse en un point (V = ∂d ∂t


, de composantes (Vx , Vy , Vz ), on a bien
entendu :  
∂ ∂u ∂ u̇ ∂Vx
˙x = = = (x, y, z), (u, v, w) (3.3)
∂x ∂t ∂x ∂x
puisque
∂u
Vx = u̇ = (x, y, z), (u, v, w) (3.4)
∂t
Tout ce qui a été dit du tenseur déformation se reproduit pour la vitesse de déformation,
qui est aussi un tenseur, à la seule condition de substituer aux éléments intervenant dans
la théorie du tenseur déformation, les dérivées partielles de ces éléments par rapport au
temps.
En particulier, si Oz est un axe principal de vitesse de déformation, on a comme vitesses
de dilatation principale :
s 2 
˙x + ˙y ˙x − ˙y γxy 2
˙1 = + +
2 2 2
s 2  (3.5)
˙x + ˙y ˙x − ˙y γxy  2
˙2 = − +
2 2 2
Les déformations plastiques s’effectuant à volume constant, la vitesse de déformation ˙3
est alors donnée par
˙1 + ˙2 + ˙3 = 0 (3.6)

3.3 Critères de plasticité


Lorsque l’état de tension en un point est simplement de la traction ou de la compression
pures, la condition de plasticité s’écrit :
σ = ±σe (3.7)
Si au contraire l’état de tension comporte plusieurs composantes, la plasticité apparaı̂tra
en ce point lorsqu’une certaine condition physique relative à l’état de tension sera satis-
faite, condition dont (3.7) doit être un cas particulier.
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 40

En ce qui concerne les métaux, et l’acier doux en particulier, l’observation du phénomène


de plastification, qui se produit par glissement de cristaux, a conduit à proposer que la
tension tangentielle maximum était la grandeur physique déterminante et que, dans tous
les états de tension possibles, la plastification se produit pour une valeur déterminée et
constante de cette tension.
Cette valeur fixe peut se déterminer, par exemple, en état de traction pure où l’on a :
σe
τmax = (3.8)
2
C’est le critère de Tresca.

Quand la tension normale σ est accompagnée uniquement d’une tension tangentielle τ


(cas de la flexion des poutres avec cisaillement par exemple), l’étude de l’état de tension
donne : √
σ 2 + 4τ 2
τmax = (3.9)
2
et la condition (3.8) s’écrit alors :
σ 2 + 4τ = σe2 (3.10)
ce qui, dans un système d’axes orthogonaux (Oσ, Oτ ) se représente par une ellipse.

En état triple de tension, τmax a pour grandeur la plus grande des valeurs absolues
de :
|σ1 − σ2 | |σ2 − σ3 | |σ3 − σ1 |
(3.11)
2 2 2
Cela étant, la condition (3.8) se représente, dans un système d’axes trirectangles (Oσ1 , Oσ2 , Oσ3 ),
par un cylindre hexagonal, constitué des plans d’équations :

 σ1 − σ2 = ±σe

σ2 − σ3 = ±σe (3.12)

 σ − σ = ±σ
3 1 e

Son axe est également incliné sur les trois axes coordonnés. Ce cylindre est représenté à
la figure (3.1). Si une des tensions principales est nulle, soit σ3 , la surface se ramène à un
hexagone, section du cylindre ci-dessus par le plan σ3 = 0 (figure 3.2). La condition de
plasticité s’exprime explicitement par :
max[|σ1 |, |σ2 |, |σ1 − σ2 |) = σe (3.13)
Remarquons enfin que, comme la tension tangentielle maximum est donnée par la demi-
différence des tensions principales extrêmes, la tension principale intermédiaire ne joue
aucun rôle dans le critère de Tresca.

Des expériences plus raffinées ont cependant montré (figure 3.3) qu’il était plus exact de
prendre comme surface représentant la condition de plasticité (que nous appellerons aussi
surface d’écoulement plastique), le cylindre circulaire circonscrit au cylindre hexagonal ci-
avant. C’est le critère de Huber, Hencky, von Mises, que nous désignerons plus brièvement
par critère de von Mises.
Cette surface a pour équations :
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 41

Fig. 3.1 – Critère de Tresca

Fig. 3.2 – Critère de Tresca

– Dans un système d’axes trirectangles (Oσ1 , σ2 , σ3 ) :

σ12 + σ22 + σ32 − σ1 σ2 − σ2 σ3 − σ1 σ3 = σe2 (3.14)

– En fonction des composantes de l’état de tension sur trois plans orthogonaux arbi-
traires :

σx2 + σy2 + σz2 − σx σy − σy σz − σx σz + 3τxy


2 2
+ 3τyz 2
+ 3τxz = σe2 (3.15)

En état double de tension, défini par σ1 et σ2 et leurs directions (σ3 = 0), on obtient
l’ellipse (figure 3.4) d’équation :

σ12 + σ22 − σ1 σ2 = σe2 (3.16)

Si l’état double est caractérisé par σ et τ (flexion avec cisaillement dans les poutres par
exemple), la condition (3.16) devient :

σ 2 + 3τ 2 = σe2 (3.17)
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 42

Fig. 3.3 – Comparaison des critères de Tresca et de von Mises

Fig. 3.4 – Critère de von Mises

On constate que la limite élastique en cisaillement pur vaut ici :


σe
τmax = √ (3.18)
3
alors qu’elle valait σe /2 selon le critère de Tresca.

Les deux critères dont nous venons de parler sont les plus utilisés pour les métaux,
mais il est évident que l’on peut en imaginer d’autres. Seule l’expérience peut décider du
critère à choisir. Cependant, de façon tout à fait générale, on pourra dire que la plasticité
apparaı̂tra en un point lorsque la fonction σc des composantes de l’état de tension y
prendra la valeur σe . Cette tension de comparaison σc n’est pas une tension au sens
physique, mais simplement une valeur de référence à comparer à σe . La condition de
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 43

plasticité s’écrit donc en général :

σc (σx , σy , σz , τxy , τyz , τxz ) = σe (3.19)

ou bien
σc (σ1 , σ2 , σ3 ) = σe (3.20)

3.4 Notions et lois fondamentales


3.4.1 Corps parfaitement plastique
Nous pouvons maintenant généraliser la définition du corps parfaitement plastique de
la façon suivante :
un solide continu est dit parfaitement plastique si, pour tout état de tension homogène
où σc = σe , il prend des déformations permanentes croissant sans limite sous tension de
comparaison constante.

σe est une valeur bien définie, caractéristique du matériau, que σc ne peut jamais
dépasser. Les états de tension où σc > σe sont impossibles.

Nous allons nous occuper, dans ce qui suit, et sans plus les expliciter, des déformations
et vitesses de déformation purement plastiques, ainsi que des déplacements et des vitesses
qui en découlent, à l’exclusion des éléments élastiques correspondants. Si nous ne nous
intéressons qu’à l’écoulement initial, nous pouvons admettre que les déformations restent
très petites. Dans ce cas elles sont liées aux déplacements par les équations :

 x = ∂u

∂x

(x, y, z), (u, v, w) (3.21)
∂u ∂v
γ = +

 xy

∂y ∂x

Pendant l’élément de temps dt à partir du début de l’écoulement, ces composantes va-


rient. L’écoulement plastique est caractérisé par le champ des vitesses de déformation, de
composantes :
∂

 ˙x = x

∂t (x, y, z) (3.22)
 γxy ∂γ xy
˙ =

∂t
qui sont elles-mêmes liées aux vitesses d’écoulement V, de composantes (Vx , Vy , Vz ) par :

∂Vx
 ˙x =


∂x
(x, y, z) (3.23)
∂V x ∂Vy
 γxy
˙ = +


∂y ∂x
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 44

3.4.2 Puissance plastique dissipée


Au cours d’un écoulement, en un point où l’état de tension est caractérisé par (σx , . . . , τxy . . .)
et l’écoulement par (˙x , . . . , τ xy,
˙ . . .), la puissance des forces intérieures par unité de vo-
lume vaut :
D = σx ˙x + . . . + τxy τ xy
˙ ... (x, y, z) (3.24)
Si les déformations sont purement plastiques, donc irréversibles, cette puissance est dis-
sipée en chaleur au cours de l’écoulement. C’est pourquoi on appelle D la puissance de
dissipation. Elle est essentiellement positive.

3.4.3 Représentation géométrique


Il est utile d’introduire maintenant une représentation géométrique des lois qui régissent
l’écoulement plastique. Formons deux systèmes d’axes coordonnés, comportant chacun au-
tant d’axes que les tenseurs tension et vitesse de déformation ont de composantes. Il y
aura neuf axes, donc neuf dimensions, si on distingue les uns des autres les glissements
réciproques et les unes des autres les tensions tangentielles réciproques. Appelons ces
systèmes d’axes respectivement système (σ) et système () ˙ et superposons-les.

Fig. 3.5 – Surface de plastification

Les états de tension et de vitesse de déformation en un point du solide sont représentés


respectivement par les vecteurs OP et OQ, où les points P et Q ont pour coordonnées
les σ et les ˙ respectivement (figure 3.5).

Un état de tension où il y a écoulement plastique est tel que :


σc (σx , . . . , τxy , . . .) − σe = 0 (3.25)
donc le point de tension P est sur la surface f définie par (3.25) et appelée surface de
charge) ou surface d’écoulement plastique.

L’intérêt principal de cette représentation est, comme le montre la formule (3.24), que
la puissance de dissipation par unité de volume est donnée par le produit scalaire :
D = OP · OQ (3.26)
Etudions à présent les propriétés de cette surface d’écoulement.
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 45

– Le corps parfaitement plastique n’étant pas susceptible d’écrouissage, la limite élastique


σe est une constante caractéristique du matériau, insensible aux déformations plas-
tiques antérieures. Par conséquent, la surface d’écoulement est fixe (alors que, dans
le cas d’un corps écrouissable, elle se déforme et se déplace, poussée par le point P
de tension).
– Le point P est assujetti à se déplacer à l’intérieur de la surface d’écoulement ou sur
cette surface, mais il lui est impossible d’en sortir.
– L’origine, point pour lequel σc = 0 < σe , se trouve évidemment à l’intérieur de la
surface d’écoulement.

3.4.4 Loi de normalité


Après avoir défini le corps parfaitement plastique, admis qu’il possédait une condition
de plasticité donnée par l’équation (3.25) et défini la puissance de dissipation spécifique
par l’équation (3.24), nous allons faire deux hypothèses supplémentaires. Considérons un
élément de volume du continu en état d’écoulement plastique caractérisé par le tenseur
().
˙
1. Nous admettrons tout d’abord que, à état de déformation donné, la puissance
dissipée ne dépend que de la façon dont le corps se déforme plastiquement et
des grandeurs des vitesses de déformation, c’est-à-dire de () ˙ ; en d’autres termes,
la puissance de dissipation est une fonction univoque des vitesses de
déformation.
2. Nous admettrons ensuite que la puissance de dissipation est une fonction homogène
d’ordre un des vitesses de déformation. Cela revient à admettre que si l’on multi-
plie la grandeur de chaque composante du tenseur vitesse de déformation par une
constante positive λ, la puissance de dissipation est multipliée par λ :
D[(λ)]
˙ = λD[(]
˙ (3.27)
En vertu de l’expression (3.24) de D, cela revient aussi à admettre que les tensions
σx , . . . , τxy , . . . ne dépendent pas des grandeurs des vitesses de déformation, c’est-à-dire
que le corps parfaitement plastique est dénué de viscosité. Si OP et OQ sont les vecteurs
tension et vitesse de déformation, on peut dire de façon concise que OP ne dépend que
de l’orientation de OQ et non de sa grandeur.

Nous appellerons mécanisme d’écoulement en un point, un système de vitesses de


déformation en ce point, déterminées à une constante positive près. Il peut être représenté
parun vecteur unitaire oq dirigé selon OQ. L’équation (3.27) peut s’écrire aussi sous la
forme :
D(λOQ) = λD(OQ) (3.28)
Considérons maintenant l’ensemble des mécanismes d’ écoulement possibles de l’élément
de corps étudié. Cet ensemble est en général représenté par l’infinité double de vecteurs oq
dans le système d’axes orthogonaux cartésiens ˙x , . . .. A chaque vecteur Oq correspond,
en vertu de l’hypothèse 1, une valeur constante bien définie de la puissance de dissipation
D(Oq). L’équation (3.26) donne alors :
op · Oq = D(Oq) (3.29)
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 46

qui montre que tout point de tension P susceptible de produire ce mécanisme de déformation
doit se trouver dans l’hyperplan perpendiculaire à Oq distant de l’origine de la grandeur
D(Qq). Quand Oq tourne autour de O, tous ces plans enveloppent une surface qui consti-
tue la surface d’écoulement. De par la façon dont elle a été engendrée, cette surface :
– contient l’origine car pour tout Oq 6= 0 on a D(Oq) > 0 ;
– est, en tous ses points, convexe vers la zone de l’espace où σc > σe (ou si l’on veut
concave vers l’origine des axes).

Fig. 3.6 – Exemple de surface d’écoulement plastique discontinue

Notons que la surface d’écoulement est nécessairement la frontière du domaine, conte-


nant l’origine, commun simultanément à tous les demi-espaces déterminés par les plans
envisagés. En effet, plaçons-nous pour la facilité du raisonnement en état double de ten-
sion. Envisageons trois mécanismes successifs Oq1 , Oq2 et Oq3 . Les plans normaux à
ces vecteurs deviennent ici les droites d1 , d2 et 3 (figure 3.6). Les segments AB et BC
ne peuvent pas faire partie de la courbe d’écoulement car la mise en charge M P1 , à sa
rencontre avec d2 en p2 imposerait le mécanisme Oq2 . La surface d’écoulement peut être
à normale continûment variable (cas de la condition de von Mises par exemple), ou au
contraire polyédrique (condition de plasticité de Tresca par exemple). On peut envisa-
ger également des surfaces d’écoulement comportant, simultanément ou non, des zones
planes, des zones à normale continûment variable et enfin des points singuliers, où la nor-
male n’est pas unique. En tout point non singulier P , le vecteur Oq correspondant à l’état
de tension OP est dirigé selon la normale extérieure en P à la surface d’écoulement. En
un point singulier, le plan tangent n’étant pas unique mais pouvant être tout plan passant
par ce point et ne coupant pas la surface, le vecteur Oq est dans le cône des normales
à la surface aux points infiniment voisins du point singulier, ou à l’intérieur de ce cône
(figure 3.7b). La relation entre l’état de tension et le mécanisme d’écoulement dépend de
la forme de la surface d’écoulement qui peut, comme nous venons de le voir :
1. être à normale continûment variable (figure 3.7a) : il y a alors correspondance bi-
univoque entre l’état de tension et le mécanisme d’écoulement ;
2. présenter un ou des points anguleux : en un tel point (figure 3.7b), tout mécanisme
d’écoulement détermine univoquement le point de tension correspondant mais la
réciproque n’est pas vraie ;
3. présenter des portions planes (figure 3.7c) ; dans ce cas, le point de tension détermine
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 47

univoquement le mécanisme d’écoulement mais la réciproque n’est pas vraie, car


plusieurs vecteurs OP, OP0 , . . . peuvent correspondre à un même vecteur OQ.
Cependant, dans les trois cas, on vérifie bien que la puissance de dissipation D, qui est le
produit scalaire OP · OQ, est une fonction univoque de OQ (c’est-à-dire de la vitesse de
déformation).

Fig. 3.7 – Exemples de surface d’écoulement

La fonction de l’état de tension définissant la surface d’écoulement joue le rôle de


fonction potentielle vis-à-vis des vitesses de déformation car, si l’équation de la surface
d’écoulement est σc (σx , . . . , τxy , . . .) = σe , la normalité du vecteur OQ au plan tangent à
la surface d’écoulement au point de tension P se traduit, en un point non singulier, par :

∂σc
 ˙x = λ


∂σx
(x, y, z) (3.30)
∂σc
 γxy ˙ =λ


∂τxy

où λ est un scalaire positif.

La correspondance entre le mécanisme d’écoulement OQ et l’état de tension OP,


que nous pouvons appeler loi de normalité (de OQ à la surface d’écoulement en P ),
généralisée dans le cas des points singuliers, et qui est une conséquence de la définition du
continu parfaitement plastique et des deux hypothèses supplémentaires sur la puissance
de dissipation, peut se nommer aussi pour cette raison loi du potentiel plastique. Cette loi
est très généralement admise, bien qu’introduite éventuellement sous des points de vue
différents. Précisons que l’on appelle mécanisme d’écoulement d’un système un champ de
vecteurs OQ caractérisé par l’orientation OQ en chaque point et par le rapport de la
grandeur |OQ|, en chaque point, à une valeur de référence. Ce mécanisme définit donc un
certain type de distribution de vecteurs OQ, déterminés à un facteur commun positif près.

A un certain champ de tension peuvent correspondre, par la loi de normalité, plusieurs


mécanismes d’écoulement qui ont en commun, en chaque point, l’orientation du vecteur
OQ, c’est-à-dire le vecteur unitaire Oq.
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 48

3.5 Théorème fondamentaux


3.5.1 Définitions et énoncés des théorèmes
Considérons une mise en charge statique à un paramètre P , c’est-à-dire un système
de charges qui croissent toutes proportionnellement à l’une d’entre elles, prise comme
paramètre de référence. Une telle mise en charge est appelée proportionnelle ou simple
ou radiale car elle se représente par une droite issue de l’origine dans un système d’axes
cartésiens orthogonaux portant les valeurs des diverses charges P1 , P2 , . . . , Pn . Il est
assez rarement possible de suivre, comme dans certains cas de poutres l’évolution de la
plastification jusqu’à la mise hors service. On peut cependant affirmer deux choses au
sujet de l’état limite de la structure parfaitement plastique :
1. les tensions dans le corps sont en équilibre interne, équilibrent les charges appliquées
P et sont telles que nulle part on n’ait σc > σe . Un tel état de tension est dit
statiquement admissible ;
2. le mécanisme d’écoulement satisfait aux conditions d’appui du corps ; en outre les
charges P fournissent dans ce mécanisme une puissance positive D (dissipée en
chaleur dans les déformations plastiques). Un tel mécanisme d’écoulement est dit
cinématiquement admissible.
Un type de mise en charge déterminé peut être équilibré par une infinité de champs de
tension statiquement admissibles. A chacun de ces champs, les équations d’équilibre au
contour font correspondre une valeur P du paramètre de charge. De même, on peut, sous
un type de mise en charge, imaginer un grand nombre de mécanismes cinématiquement ad-
missibles possibles. Si, dans un tel mécanisme, on égale la puissance des charges extérieures
à la puissance de dissipation qui, rappelons-le, est une fonction univoque du mécanisme
d’écoulement, on fait correspondre à chaque mécanisme cinématiquement admissible une
certaine valeur P du paramètre de charge.

Les deux théorèmes fondamentaux de l’analyse limite s’énoncent alors :


Théorème de la borne supérieure ou théorème statique : la charge limite Pl est
la borne supérieure de toutes les charges P− correspondant aux états statiquement
admissibles.
Théorème de la borne supérieure ou théorème cinématique : la charge limite Pl
est la borne inférieure de toutes les charges P+ correspondant aux états cinématiquement
admissibles.

3.5.2 Démonstration des théorèmes


Nous allons démontrer ces deux théorèmes fondamentaux dans le cas du corps rigide-
parfaitement plastique. Nous montrerons au paragraphe suivant que, en ce qui concerne
l’obtention des charges limites, cette schématisation du corps réel est aussi satisfaisante
que la schématisation en corps élastique-parfaitement plastique. Nous supposons que la
mise en charge est proportionnelle. Les démonstrations reposent essentiellement sur les
deux théorèmes préliminaires suivants :
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 49

le théorème des travaux virtuels qui s’énonce : si un continu est en équilibre, le tra-
vail virtuel des forces extérieures (forces de surface et forces massiques), dans tout
déplacement virtuel infiniment petit compatible avec les liaisons, est égal au travail
virtuel des forces intérieures. Ce théorème étant classique, nous renvoyons le lecteur
au cours de Résistance des Matériaux pour sa démonstration. Il importe cependant
de faire à son sujet les remarques suivantes :
– si le continu est indéformable, il faut qu’il jouisse d’un degré de liberté pour qu’on
puisse lui imposer un déplacement virtuel ; les forces intérieures ne produisent pas
de travail et le travail virtuel des forces extérieures est donc nul ;
– si le continu est déformable, on lui impose une déformation virtuelle arbitraire
mais infiniment petite et compatible avec les liaisons ; le travail des forces extérieures
est alors égal au travail des forces intérieures dans la déformation virtuelle, qui
est d’ailleurs tout à fait indépendante de l’état de charge ;
– pendant la première unité de temps, supposée infiniment petite, qui suit le début
d’un écoulement plastique, les déformations sont identiques aux vitesses de déformation
et le théorème peut s’appliquer comme théorème des puissances virtuelles ;
– le théorème est applicable chaque fois que le continu est en équilibre et que les
déformations envisagées sont très petites (théoriquement infiniment petites) ; cer-
taines conditions de continuité doivent aussi être satisfaites.
le théorème de la puissance de dissipation maximum qui s’énonce : étant donné
un mécanisme d’écoulement OQ, la puissance dissipée par l’état de tension réel
OP correspondant à ce mécanisme est supérieure ou égale à la puissance dissipée
dans ce même mécanisme par tout état de tension possible OP0 .

OQ · OP ≥ OQ · OP0 (3.31)

Cela provient simplement de ce que :


– OQ est perpendiculaire au plan tangent en P à f (figure 3.8a), ou compris entre
les normales en P à f (figure 3.8b) ;
– tous les vecteurs OP0 ont leur extrémité P 0 à l’intérieur de f ou sur f , qui tourne
sa concavité vers l’origine.

Fig. 3.8 – Vecteurs contraintes et vitesses

Cette inégalité (3.31) étant valable en tout point du corps, si on l’intègre membre
à membre sur tout le volume du corps, on a, en appelant () ˙ le champ de vitesses de
déformation et (σ) le champ de tension réel correspondant et (σ− ) un champ de tension
possible :
Puissance de (σ) dans () ˙ ≥ Puissance de (σ− ) dans ()
˙ (3.32)
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 50

L’expression Puissance de (σ) dans ()


˙ revenant souvent, nous l’écrirons pour abréger
P de (σ) dans ().
˙
Le premier membre de (3.32) n’étant autre que la puissance de dissipation dans (),
˙ on
peut écrire : Z
D[()]dV
˙ ≥ P de (σ) dans ()
˙ (3.33)
V
Cela étant, abordons les démonstrations proprement dites.

3.5.3 Théorème de la borne inférieure (théorème statique)


Il faut démontrer que :
la charge P− correspondant à tout état statiquement admissible est inférieure on égale à
la charge limite Pl .

Soient (σ− ) un champ de tension statiquement admissible et P− la charge correspon-


dante. Soient (σ0) le champ de tension réel, (V ) et ()
˙ les champs de vitesses et de vitesses
de déformation réels dans l’état limite.
Appliquons le théorème des puissances virtuelles en prenant comme états de tension res-
pectivement (σ− ) et (σ), et l’état de vitesses de déformation caractérisé par ()
˙ et (V ).
On a :
P de (σ− ) dans ()
˙ = P de (P− ) dans (V ) (3.34)
P de (σ) dans ()
˙ = P de (Pl ) dans (V ) (3.35)
R
Remarquons que, comme le premier membre de (3.35) peut s’écrire V DdV , où D est
nécessairement positive, le second membre de (3.35) est aussi positif. Retranchons membre
à membre (3.34) de (3.35). En tenant compte de (3.32), il vient :
 
P de (Pl ) dans (V ) − P de (P− ) dans (V ) ≥ 0 (3.36)
Comme le champ (V ) est commun, et que les vecteurs forces des systèmes de charge (Pl )
et (P− ) ne diffèrent que par leurs grandeurs, qui sont dans le rapport constant Pl /P− , on
a nécessairement :
Pl ≥ P − (3.37)

3.5.4 Théorème de la borne supérieure (théorème cinématique)


Il faut démontrer que :
la charge P+ correspondant à tout mécanisme d’écoulement cinématiquement admissible
est supérieure ou égale à la charge limite.

Soient (V+ ) et (˙+ ) les champs de vitesses et de vitesses de déformation caractérisant


un mécanisme cinématiquement admissible. Soient () ˙ et (σ) les champs de vitesses de
déformation et de tension réels dans l’état limite.
La charge P+ correspondant au mécanisme cinématiquement admissible est donnée par
l’égalité : Z
P de (P+ ) dans (V+ ) = D(˙+ )dV (3.38)
V
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 51

où le second membre est la puissance de dissipation que la surface d’écoulement f fait
correspondre à (˙+ ). Le théorème des puissances virtuelles, appliqué à (σ) et au mécanisme
cinématiquement admissible, donne :
P de (Pl ) dans (V+ ) = P de (σ) dans (˙+ ) (3.39)
Or (σ) est un champ de tension réel, donc possible. On peut donc appliquer à (˙+ ) la
relation (3.33). Si on soustrait (3.38) de (3.39), on a en tenant compte de (3.33) :
 
P de (Pl ) dans (V+ ) − P de (P+ ) dans (V+ ) ≤ 0 (3.40)
Le champ (V+ ) étant commun, et les vecteurs des systèmes de charge (Pl ) et (P+ ) ne
différant qu’en grandeur dans le rapport constant Pl /P+ , on a nécessairement :
Pl ≤ P+ (3.41)
Notons qu’il n’est pas nécessaire que les ensembles des charges P− et P+ soient continus.
La charge Pl , correspondant à un état à la fois statiquement et cinématiquement admis-
sible, fait partie des deux ensembles et est donc leur borne commune.

On peut cependant montrer qu’il existe au moins un ensemble continu d’états statique-
ment admissibles, c’est-à-dire qu’à toute charge P− inférieure ou égale à Pl , on peut faire
correspondre un état de tension statiquement admissible. En effet, comme les équations
d’équilibre sont linéaires, le champ de tension obtenu en multipliant tous les éléments du
champ de tension (σ) réel dans l’état limite par le facteur P− /Pl (positif, inférieur ou égal
à 1) est statiquement admissible et équilibre les charges.

Enfin, l’obtention de Pl grâce au théorème cinématique, en égalant la puissance de


cette charge à la puissance de dissipation dans le mécanisme d’écoulement, correspond au
fait physique que, pour que l’écoulement puisse se produire et se maintenir, il faut que les
charges appliquées fournissent toute l’énergie dissipée dans les déformations plastiques.

3.6 Remarques importantes


3.6.1 Obtention de la valeur exacte de la charge limite
Supposons que l’on se donne un mécanisme d’écoulement cinématiquement admissible,
auquel correspond une charge P par l’équation :
Z
P de P = DdV (3.42)
V

le second membre de l’équation étant la puissance de dissipation, fonction univoque bien


déterminée du mécanisme d’écoulement. On a, en vertu du théorème cinématique, que :
Pl ≤ P (3.43)
Si on peut d’autre part trouver sous cette charge P un champ de tension statiquement
admissible, le théorème statique donnera :
P ≤ Pl (3.44)
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 52

La simultanéité de (3.43) et (3.44) impose :

P = Pl (3.45)

d’où l’énoncé du théorème d’unicité :


Quand il est possible d’associer à un mécanisme d’écoulement cinématique ment admis-
sible un champ de tension statiquement admissible, la charge commune P qui leur corres-
pond est exactement la charge limite Pl .

Pratiquement on peut procéder de deux manières :


1. On part du mécanisme d’écoulement. Alors, partout où ce mécanisme impose des
vitesses de déformation OQ, l’état de tension OP est imposé par la correspondance
entre OQ et OP, c’est-à-dire par la loi de normalité. On s’efforce de prolonger ce
champ de tension dans les zones rigides de manière à ne pas atteindre la limite
élastique tout en satisfaisant aux équations d’équilibre. Si on y parvient, la charge
équilibrée par ces tensions sera la même que celle donnée par le mécanisme à l’aide de
l’équation (3.42), car celle-ci n’est autre que l’expression du théorème des puissances
virtuelles appliqué au champ de tension ainsi construit et au mécanisme de départ.
2. On part d’un champ de tension statiquement admissible en équilibre avec P et
tel que la plasticité soit atteinte en un nombre suffisant de points pour créer un
mécanisme. L’équation (3.42), appliquée à ce mécanisme, donnera la même charge P
que celle équilibrée par le champ de tension pour la même raison que précédemment.
Il correspond donc bien, dans chaque cas, aux deux champs, une seule charge P qui est
la charge limite exacte Pl .

3.6.2 Addition ou soustraction de matière


Si on augmente les dimensions d’une structure parfaitement plastique sans changer la
nature du matériau, et si on néglige le poids propre de la matière additionnelle, il suffit de
remarquer que la somme de l’état de tension limite de la structure originale et d’un état
de tension identiquement nul dans la matière additionnelle constitue un état de tension
statiquement admissible pour conclure :

L’augmentation des dimensions d’une structure parfaitement plastique ne peut pas


conduire à une diminution de la charge limite.

De même on trouverait que :

La diminution des dimensions d’une structure parfaitement plastique ne peut pas aug-
menter la charge limite.

3.6.3 Tensions résiduelles


Dans ce qui précède, il n’a en aucune façon été fait l’hypothèse d’un état initial non
contraint. L’existence d’un état de tensions initiales (résiduelles) n’affecte en rien les
démonstrations précédentes, non plus que la présence de petites déformations initiales
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 53

inconnues, à condition que la forme géométrique de la structure ne soit pas sensiblement


altérée. Il s’ensuit que :

Les tensions ou déformations initiales (inconnues) sont sans effet sur la charge limite,
à condition qu’elles ne modifient pas sensiblement la forme de la structure.

Par exemple, un léger tassement d’appuis d’une poutre continue ou une légère torsion
permanente initiale d’une poutre fléchie, ou des tensions résiduelles de laminage ou de
soudage, n’affectent pas la charge limite, mais seulement la valeur de la charge à laquelle
la structure quitte le domaine élastique (à condition bien entendu que les propriétés
plastiques du matériau soient conservées).

3.7 Analyse limite des plaques


3.7.1 Conditions de plasticité en tensions généralisées
Plutôt que d’essayer d’établir la condition de plasticité sous forme de contraintes, on
préfère le plus souvent établir directement la condition sous la forme des efforts internes.
Pour les plaques, on se base pour cela sur la loi de conservation des normales pour ex-
primer les vitesses de déformation en chaque point et leurs relations avec les vitesses
de déformation généralisées. On relie ensuite les vitesses de déformation (plastique) aux
tensions qui les produisent par l’intermédiaire de la surface d’écoulement (exprimée en
fonction des tensions ordinaires) et de la loi du potentiel plastique. Par intégration, on
obtient alors la condition de plasticité en variables généralisées.

Considérons une plaque plane de contour quelconque, d’épaisseur constante, chargée


transversalement à son plan moyen. Nous situons les axes Ox, Oy dans le plan moyen,
et l’axe Oz normal à ce plan et orienté dans le sens des charges appliquées (c’est-à-dire,
dans la plupart des cas, positif vers le bas). Les déformations de la plaque satisfont à
la loi de conservation des normales et, en outre, nous supposerons que les déplacement
verticaux w sont petits vis-à-vis de l’épaisseur e de la plaque, laquelle est petite vis-à-vis
des dimensions en plan, et supposée par ailleurs invariable.
La déformation de la plaque est alors complètement définie par la fonction w(x, y) et on
a, comme il a été montré précédemment :
∂w


 u = −z


 ∂x
∂w (3.46)
v = −z



 ∂y
w = w(x, y)

CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 54

et les déformations sont fournies par :


∂2w

 x = −z = zKx




 ∂x2
∂2w


y = −z 2 = zKy (3.47)

 ∂y
2

 γxy = −2z ∂ w = zKxy



∂x∂y
Sur deux sections droites parallèles aux axes Ox et Oy, les éléments de réduction non
nuls, par unité de longueur, sont, en régime élastique, les deux moments de flexion Mx
et My , les moments de torsion réciproques Mxy et les efforts tranchants Qx et Qy . En ce
qui concerne l’analyse limite, nous allons, en vertu de la règle sur le choix des tensions
généralisées, commencer par établir l’expression de l’énergie de dissipation par unité de
surface moyenne. On aura, en tenant compte de (3.47) :
Z e/2
E= σx x + σy y + τ xyγxy dz (3.48)
−e/2
Z e/2 Z e/2 Z e/2
= Kx σx zdz + Ky σy zdz + Kxy τxy zdz (3.49)
−e/2 −e/2 −e/2

= Mx Kx + My Ky + Mxy Kxy (3.50)


Les intégrales sont, par définition, les moments de flexion et de torsion et la puissance de
dissipation s’écrit donc :
D = Mx K̇x + My K̇y + Mxy K˙xy (3.51)
Les tensions généralisées sont donc Mx , My et Mxy . Or la condition de plasticité se présente
ici sous la forme :
σc (σx , σy , τxy ) = σe (3.52)
car on admet que la tension σz est nulle sur toute l’épaisseur (et donc principale). Sup-
posons en plus que la fonction σc soit symétrique par rapport à l’origine, ce qui est le
cas pour les critères de Tresca et von Mises. Les équations (3.47) montrent que l’état
de déformation est proportionnel à la distance z à la surface moyenne. Donc, le vecteur
vitesse de déformation OQ, de composantes ˙x , ˙y , τ xy ˙ doit avoir la même direction et
le même sens pour tous les points d’un même côté de la surface moyenne, et seulement
changer de sens en tous les points situés de l’autre côté. Il s’ensuit que l’état de tension
est constant en tous les points où z a le même signe, et voit simplement toutes ses com-
posantes changer de signe avec z. Par conséquent, si (σx , σy , τxy ) est l’état de tension qui
entraı̂ne la plasticité à un niveau z, l’état de tension au niveau −z est identique au sgne
près (−σx , −σy , −τxy ) et l’on a :
e2
Mx = σx
4
e2
My = σx (3.53)
4
e2
Mxy = τxy
4
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 55

Les moments étant proportionnels aux tensions, la surface d’écoulement aura la même
forme, dans le système d’axes (Mx , My , Mxy ) que dans le système d’axes (σx , σy , τ xy).

Si on définit le moment plastique Mp pour lequel la contrainte normale atteint la limite


élastique de la façon suivante :
Z e/2
e2
Mp = σe zdz = σe (3.54)
−e/2 4
alors, il est aisé de montré que la condition de plasticité s’écrit sous la forme :

Φ(Mx , My , Mxy ) = Mp (3.55)

En particulier, la condition de von Mises, qui s’écrit dans le cas d’une plaque :

σx2 + σy2 − σx σy + 3τxy


2
= σe2 (3.56)

devient
Mx2 + My2 − Mx My + 3Mxy
2
= Mp2 (3.57)
et la condition de Tresca en fonction des moments principaux :

max(|M1 |, |M2 |, |M1 − M2 |) = Mp (3.58)

3.8 Exemple : plaque circulaire chargée symétriquement


Considérons une plaque circulaire simplement appuyée de rayon R et supportant une
pression uniforme. Déterminons des bornes de sa charge limite en utilisant les théorèmes
de l’analyse limite. Nous supposerons que le matériau de la plaque obéit au critère de
Tresca.

3.8.1 Méthode cinématique


L’application de la méthode cinématique requiert le choix a priori d’un mécanisme de
ruine licite. Considérons le mécanisme de déformation licite défini par :
 r 2
w(r) = w0 (1 − ) (3.59)
R
Pour calculer la charge limite P+ associée, il faut en premier lieu calculer la puissance
interne dissipée par ce mécanisme :
Z R
D= (Mr Kr + Mθ Kθ )2πrdr (3.60)
0

L’étude cinématique a montré que les courbures valent :


d2 w 2w0 2
Kr = − =
dr2 R (3.61)
1 dw 2w0 2
Kθ = − =
r dr R
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 56

Le mécanisme impose donc que les vitesses de courbure soient égalent. L’application de
la loi de normalité montre que ce champ de vitesse correspond à :

Mr = Mp
(3.62)
Mθ = Mp

En vertu de (3.61) et (3.62), (3.60) devient :


R
2w0 2 2w0 2
Z
D= (Mp + Mp )2πrdr = 4πw0 Mp (3.63)
0 R R
La puissance fournie par les charges extérieures se calcule de la façon suivante :
Z R Z R  r 2 R2
W = 2πrpw(r)dr = 2πw0 r(1 − ) = 2πpw0 (3.64)
0 0 R 4

En égalant (3.63) et (3.64), on obtient une borne supérieure de la charge limite :

R2 8Mp
2πp+ w0 = 4πw0 Mp ⇒ p+ = 2 (3.65)
4 R
Si on avait adopté un mécanisme de ruine de forme conique, on aurait obtenu :
r
w(r) = w0 (1 − ) (3.66)
R
Kr = 0 (3.67)
1 w0
Kθ = (3.68)
r R
La loi de normalité impose alors :

0 ≤Mr ≤ Mp (3.69)
Mθ = Mp (3.70)

La dissipation interne et la puissance des forces extérieures s’écrivent :


Z R
1 w0
D= Mp 2πrdr = 2πw0 Mp (3.71)
0 r R
Z R Z R
r R2
W = 2πrpw(r)dr = 2πw0 r(1 − ) = 2πpw0 (3.72)
0 0 R 6
L’égalité de D et de W fournit une borne supérieure de la charge limite

R2 6Mp
2πp+ w0 = 2πw0 Mp ⇒ p+ = 2 (3.73)
6 R
Ce dernier mécanisme fournit une charge limite plus proche de la charge limite réelle.
Pour s’assurer qu’elle représente effectivement la charge limite réelle, il faut maintenant
trouver un champ statique licite.
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 57

3.8.2 Méthode statique


L’application de la méthode statique nécessite de trouver un champ de contraintes
généralisées licites. Il doit donc satisfaire les équations d’équilibre :
d
(rMr ) − Mθ = Qr r (3.74)
dr
L’équation d’équilibre vertical permet de calculer l’effort tranchant Qr qui est statique-
ment déterminé :
pr
2πrQr + πr2 p = 0 ⇒ Qr = − (3.75)
2
L’équation (3.74) peut alors s’écrire sous la forme suivante :
d pr2
(rMr ) − Mθ = − (3.76)
dr 2
Cette équation est statiquement indéterminée car elle comporte deux inconnues Mr et
Mθ . Pour l’intégrer, il faut faire choix a priori d’un profil de contraintes plastiques qui
correspond, par définition, à une portion de la courbe d’écoulement plastique. Le choix
de ce profil requiert lors de l’analyse limite une part d’intuition. Il est souvent guidé
par les conditions au contour (plastification de l’encastrement, par exemple). La solution
élastique peut également renseigner les portions de la plaque qui sont susceptibles de plas-
tifier préférentiellement (ils correspondent aux portions de plaque où les efforts internes
sont les plus importants).

Soit le profil plastique suivant :


0 ≤Mr ≤ Mp
(3.77)
Mθ = Mp
L’équation (3.76) peut maintenant être résolue :
d pr2
(rMr ) − Mp = − (3.78)
dr 2
pr3
rMr = rMp − +C (3.79)
6
pr2 C
Mr = Mp − + (3.80)
6 r
La constante d’intégration C de (3.80) est nulle car, en r = 0, l’équation d’équilibre (3.79)
ne peut être vérifiée que si C = 0.
La charge limite p− est obtenue par la relation (3.80) en exprimant la condition au contour
(bord simplement appuyé) en r = R :
p− R 2 6Mp
0 = Mp − ⇒ p− = 2 (3.81)
6 R
Le mécanisme de ruine conique et le profil plastique choisi fournissent une charge de ruine
identique qui correspond à la charge de ruine réelle :
6Mp
p− = p+ = pl = (3.82)
R2
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 58

3.9 Plaques rectangulaire


3.9.1 Résultats expérimentaux de plaques en béton armé
Le comportement à la ruine du béton armé est beaucoup plus compliqué que celui
de l’acier. Il n’en reste pas moins que l’étude dite à la rupture des structures en béton
armé, tant spatiales que planes, rentre dans le cadre de la théorie générale de l’analyse li-
mite, même si les limites d’applicabilité doivent être spécialement gardées à l’esprit. C’est
même probablement en béton armé que les applications pratiques sont les plus répandues.

Intéressons-nous donc au comportement jusqu’à rupture des plaques en béton armé.


Sous charge croissante, la plaque se comporte d’abord élastiquement mais, très rapide-
ment, la résistance à la traction du béton est dépassée et des fissures très fines se forment,
orthogonales aux directions principales de traction. Cependant, tant que l’acier tendu reste
élastique, l’ouverture des fissures est limitée. A partir d’une certaine charge, les barres ten-
dues les plus sollicitées atteignent leur limite d’écoulement et le moment résistant de ces
sections est bloqué à sa valeur ultime. Une redistribution des sollicitations internes s’effec-
tue progressivement jusqu’à la valeur Pl de la charge pour laquelle l’acier tendu a atteint
σe en assez d’endroits pour que l’écoulement plastique de cet acier transforme la plaque en
mécanisme, par ouverture continue des fissures sous charge constante. On a alors atteint
la charge limite, parfois appelée charge de rupture.
Le comportement décrit ci-avant est schématisé à la figure 3.9.

Fig. 3.9 – Diagramme flèche-pression pour d’une plaque en béton armé

Il implique diverses conditions :


1. le pourcentage d’armature doit être assez faible pour que la dalle ne périsse pas par
éclatement du béton comprimé avant écoulement plastique de l’acier tendu ;
2. l’effort tranchant n’a pas d’influence sensible sur le comportement de la plaque ;
3. il n’y a pas d’effet de membrane ou, plus généralement, pas d’effet sensible d’effort
normal induit.
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 59

L’examen des plaques essayées jusqu’à rupture nous montre ensuite que les fissures dont
l’ouverture importante a engendré le mécanisme d’écoulement sont concentrées dans
des bandes étroites que l’on peut assimiler à des lignes et que nous appellerons lignes
de rupture (selon la théorie de Johansen) ou lignes d’articulation. Une constatation
supplémentaire est que ces lignes d’articulation sont des segments de droites.
Nous avons dessiné, aux figures 3.10 et 3.11, à côté des photos des plaques rompues, les
schémas des lignes d’articulation idéalisées. C’est sur la base de tels schémas que la charge
limite sera calculée, par application du théorème cinématique. Pour ce faire, nous devons
pouvoir calculer la puissance dissipée dans le mécanisme de ruine, c’est-à-dire disposer
d’un critère de ruine applicable à un élément de la plaque étudiée. Ce critère doit nous
permettre aussi de juger si un champ de tension est statiquement admissible ou non lors
de l’application du théorème cinématique.

3.9.2 Critères de ruine (ou critères de rupture)


Nous partons de l’hypothèse fondamentale de Johansen, à savoir que le mécanisme
de ruine est toujours constitué de droites d’articulation en nombre fini ou éventuellement
infini. Une plaque polygonale se transforme donc, lors de son écroulement, en polyèdre ou,
éventuellement, partiellement en surface réglée. En un point d’une droite d’articulation, le
tenseur vitesse de courbure a pour seule composante non nulle la vitesse K̇n de courbure
dans le plan normal à la droite d’articulation.
Si on appelle Mn le moment de flexion par unité de longueur agissant dans la section
droite menée par la droite d’articulation, la puissance dissipée, au point envisagé, par
unité de longueur de cette droite d’articulation vaut :

D = Mn K̇n (3.83)

Nous admettrons maintenant que le moment Mn ne dépend que de l’orientation de la


droite d’articulation par rapport à un système d’axes Ox et Oy parallèles aux directions
des armatures. Les deux hypothèses fondamentales du paragraphe 3.4.4 sur la puissance
de dissipation sont alors remplies et on obtiendra la surface d’écoulement (ou surface de
rupture), dans le système d’axes Mx , My , Mxy par la méthode décrite au paragraphe 3.4.4 :
on superpose aux axes Mx , My , Mxy les axes K̇x , K̇y , K̇xy pour chaque orientation de la
droite d’articulation, on construit un vecteur issu de l’origine, dont les paramètres direc-
teurs sont les composantes K̇x , K̇y , K̇xy du vecteur écoulement OQ, et dont la grandeur
est D(Oq) = Mn où Oq est le vecteur unitaire dirigé selon OQ ; on mène le plan normal
au vecteur ainsi obtenu par l’extrémité de ce vecteur ; l’enveloppe de tous ces plans est la
surface cherchée.

De nombreuses expériences ont montré que la charge de ruine pouvait être supérieure
à celle calculée par la théorie plastique simple qui ne prend en compte que les effets de
flexion alors que la modification de la géométrie de la plaque fait apparaı̂tre des efforts
de membranes importants. Le comportement de la plaque est alors régit par les équations
des coques fléchies.
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 60

Fig. 3.10 – Mécanisme de ruine d’une plaque carrée appuyée au contour


CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 61

Fig. 3.11 – Mécanisme de ruine d’une plaque rectangulaire appuyée au contour


CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 62

3.10 Généralités sur les lignes de rupture


Cette méthode, introduite par Johansen, n’est rien d’autre que l’application du théorème
cinématique à la détermination de la charge limite. Dans ce cas, on suppose que le
mécanisme de ruine ne fait intervenir que des droites d’articulation et que les déformations
en dehors de ces lignes d’articulation sont négligeables. Les lignes d’articulation divisent
donc la dalle en portions qui restent planes. La dalle se transforme donc en un polyèdre
(ou éventuellement en une surface réglée si les droites d’articulation sont en nombre infini
et infiniment proches).

Lorsque la plaque comporte un bord appuyé, le mécanisme de ruine fait tourner une
portion de la plaque autour du bord. Si le bord est encastré, l’axe de rotation de cette
portion, s’il existe, ne peut être qu’une droite d’articulation confondue avec le bord en-
castré. Si la portion de dalle envisagé comporte un appui ponctuelle (colonne), l’axe de
rotation passe par ce point. Enfin, à partir de l’analyse cinématique de mécanismes, on
montre aisément que :
– la ligne de rupture entre deux parties de la dalle passe par le point d’intersection de
leurs axes de rotation respectifs ;
– si l’on donne les axes de rotation des différentes portions de la dalle et les rapports
des angles de rotation θi à l’un quelconque d’entre eux, la figure de rupture est
complètement déterminée.

Fig. 3.12 – Mécanisme de ruine

3.10.1 Cinème des vitesses de rotation


Le calcul de la charge limite par le théorème cinématique demande la connaissance
numérique des vitesses de rotation θi de chacune des portions de la plaque, en fonction
de la vitesse de déplacement transversal d’un de ses points, prise arbitrairement égale
à l’unité. Considérons par exemple le cas (figure 3.12b) d’une plaque ayant deux bords
appuyés, un bord encastré et un bord libre et imaginons que le mécanisme soit du type
dessiné à la figure 3.12b. Sur une droite d’articulation quelconque, éventuellement pro-
longée, on peut toujours situer deux points où viennent concourir soit les axes de rotation
des parties adjacentes (points C, D et B), soit deux autres droites d’articulation (point
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 63

A). En considérant ces points comme des noeuds et les droites d’articulation ou les axes
de rotation comme des barres, on peut constituer un treillis fictif. On le constituera en
évitant de croiser deux barres ; cela est toujours possible car, comme nous allons le voir
immédiatement, les efforts dans les barres de ce treillis fictif ne sont autres que les vi-
tesses de rotation, dont certaines sont immédiatement calculables : celles-là peuvent être
considérées alors comme des efforts extérieurs. Dans le cas de la figure 3.12b, les barres se-
ront AD, AC, BD, BC et BA. L’effort dans CD sera remplacé par des forces extérieures
en C et D, égales et directement opposées, agissant selon CD (figure 3.13). Les zones du
plan du treillis sont alors numérotées en correspondance avec les zones déterminées par le
contour de la plaque et son mécanisme de ruine (figure 3.12b).

Tournons autour des noeuds, dans un sens déterminé et fixé une fois pour toutes,
en commençant par exemple par B. Nous rencontrons les segments BD, AB et CB qui
sont les prolongements de D0 D, A0 A, C 0 C, respectivement droites d’articulation et axe de
rotation.

Fig. 3.13 – Cinème des vitesses

Elevons un plan XX perpendiculaire à AB et représentons la trace, dans ce plan, des


plans 0, 1 et 2 dans le mécanisme (figure 3.14). En comptant les angles de rotation (il

Fig. 3.14 – Cinème des vitesses

revient au même de raisonner sur des rotations plutôt que sur des vitesses de rotation, et
le texte s’en trouve allégé) entre les des plans du plan d’où l’on part vers le plan où l’on
va en tournant autour du noeud, on voit que (figure 3.15) :
(θ01 )xx + (θ12 )xx + (θ20 )xx = 0 (3.84)
Deux relations analogues peuvent s’obtenir entre les rotations des traces dans les plans
perpendiculaires à CB et DB. Il s’ensuit que, si les sens des rotations sont ainsi donnés
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 64

par le parcours circulaire autour d’un noeud et si l’on oriente les vecteurs rotation à l’aide
d’une même règle, soit par exemple celle du tire-bouchon, on aura, pour le noeud B :

θ01 + θ12 + θ20 = 0 (3.85)

et plus généralement, si les barres concourantes en un noeud déterminent les régions i, j,


k:
θij + θjk + θki = 0 (3.86)
Les vecteurs rotation forment ainsi, en chaque noeud, un système équivalent à zéro.

Fig. 3.15 – Vecteurs des rotations

Ces vecteurs peuvent donc être considérés comme des efforts dans les barres du treillis
fictif et déterminés, en grandeur, direction et sens par une épure de Cremona 1 , qui s’ap-
pellera ici cinème des vitesses de rotation. On commencera l’épure à partir de la rotation
autour d’un axe déduite du déplacement fixé arbitrairement égal à l’unité pour un point
de la plaque.

Nous allons illustrer ces considérations sur des exemples simples : Soit tout d’abord
une plaque carrée, simplement appuyée au contour, isotrope et supportant une charge
uniformément répartie p. Prenons comme mécanisme de ruine celui de la figure 3.16a où
la plaque se transforme en pyramide. La vitesse transversale du point central est prise
égale à w0 . Les vitesses de rotation autour des côtés valent, en grandeur, 2/lw0 . En effet,
l’analyse cinématique du mécanisme fournit :
l
w0 = θ01
2
l
w0 = θ02
2 (3.87)
l
w0 = θ03
2
l
w0 = θ04
2

1
voir cours de Mécanique des Milieux Continus et de Statique Graphique
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 65

Fig. 3.16 – Mécanisme de ruine d’une plaque carrée

Le cinème des vitesses est représenté à la figure 3.16b. L’analyse cinématique fournit
les relations suivantes pour la portion 014 :
θ01 + θ14 + θ40 = 0 (3.88)
θ01 + θ14 − θ04 = 0 (3.89)
θ14 = θ04 − θ01 (3.90)

2 √ 2 2
|θ14 | = w0 1 + 1 = w0 (3.91)
l l
Il est évident que |θ12 | = |θ23 | = |θ34 | = |θ14 |. On a ainsi la puissance dissipée totale :
D = Mp θ12 lBD + Mp θ14 lAC (3.92)

√ 2 2
= Mp 2 2l w0 (3.93)
l
= 8Mp w0 (3.94)
La puissance de la charge est donnée par le produit de p+ par le volume de la pyramide
c’est-à-dire :
1
W = p+ l2 w0 (3.95)
3
En égalant (3.94) et (3.95) on obtient :
24Mp
p+ = (3.96)
l2
Si la plaque était encastrée au contour, l’équation (3.95) resterait la même tandis qu’il
faudrait ajouter à l’expression (3.94) de D la dissipation au contour :
D = Mp θ01 lAB + Mp θ02 lBC + Mp θ03 lCD + Mp θ04 lAD + Mp θ12 lBD + Mp θ14 lAC (3.97)

2 √ 2 2
= 4Mp l w0 + Mp 2 2l w0 (3.98)
l l
= 16Mp w0 (3.99)
ce qui donnerait comme charge limite :
48Mp
p+ = (3.100)
l2
CHAPITRE 3. ANALYSE LIMITE 66

Fig. 3.17 – Mécanisme de ruine d’une plaque rectangulaire

Si la plaque est rectangulaire simplement appuyée, c’est-à-dire si AB = DC = l et


AD = BC = L > l, on vérifie facilement (figure 3.17), si on admet que les droites de
rupture obliques sont à 45 deg des côtés, que le cinème des vitesses est le même, la vitesse
transversale du centre étant prise égale à w0 . On obtient alor :
2w0
|θ01 | = (3.101)
l
2w0
|θ02 | = (3.102)
l

2 2w0
|θ21 | = (3.103)
l
La dissipation totale dans la plaque s’écrit :
√ √ !
2 2w0 l 2 4w0
D = Mp 4 + (L − l) (3.104)
l 2 l

Le travail des forces extérieures dans le mécanisme s’écrit :


2 l2
 
l
D = p+ w0 + (L − l) w0 (3.105)
3 2 2

et la charge limite vaut, en égalant D et W :

24Mp 1 + Ll
p+ = (3.106)
l2 3L
l
−1
Chapitre 4

Flambement des poutres droites par


flexion

4.1 La stabilité de l’équilibre


On a vu en Mécanique Rationnelle qu’il ne suffit pas qu’un système soit en équilibre
statique : il faut encore que cet équilibre soit stable, c’est-à-dire que le système tende de
lui-même à revenir dans sa position d’êquilibre après en avoir êté écarté par une cause
quelconque, d’amplitude arbitrairement petite. C’est le cas de la bille pesante au fond
d’un rêcipient concave (figure 4.1a). La même bille est en équilibre instable au sommet
d’une coupole, sommet dont elle s’écartera de plus en plus si elle vient à le quitter (fi-
gure 4.1b). Elle est en équilibre indifférent sur un plan horizontal, où elle restera dans
n’importe quelle position où elle aura été placêe.

Nous devons de même nous assurer que les configurations d’équilibre des pièces dé-
formées sous les sollicitations qu’elles subissent sont stables. Le risque de non stabilité se
présente, comme nous le verrons, partout où l’on rencontre des contraintes normales de
compression. Nous commencerons par examiner l’effet de perturbations petites mais finies,
telles qu’elles existent dans la réalité. C’est l’étude du flambement par divergence, qui nous
conduira naturellement au cas idéal du flambement par bifurcation de l’état d’équilibre en
présence de perturbations évanouissantes.

Fig. 4.1 – Equilibre stable (a), instable (b), indifférent (c)

67
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 68

4.2 Flambement par divergence


4.2.1 Généralités
Dans le calcul des pièces élastiques à la fois comprimées et fléchies, on se borne d’ha-
bitude à ajouter algébriquement les contraintes de compression et celles de flexion. Ce
calcul simple est basé sur la supposition que la pièce déformée coı̈ncide avec la pièce
non déformée. Cette simplification n’est pas toujours valable. En effet, considérons pour
fixer les idées une poutre chargée à la fois de forces transversales et axiales (figure 4.2).
Supposons d’abord que les charges transversales soient appliquées seules ; si la pièce est
suffisamment élancée, elles provoquent une déformée transversale en flexion y1 = f1 (x)
(figure 4.2). Appliquons maintenant les forces axiales de compression ; il naı̂t de ce fait
des moments fléchissants additionnels, de la forme M1 = P y1 .
Ces moments ont eux-mêmes pour effet d’accroı̂tre la flexion de la pièce et de lui donner
une déformation transversale additionnelle y2 = f2 (x). Il naı̂t de ce fait de nouveaux mo-
ments de flexion M2 = P y2 et ainsi de suite. Si ce processus de déformation est limité,
c’est-à-dire si la série : X
yi = y1 + y2 + . . . (4.1)
est convergente, la poutre prend un état de déformation stable bien déterminé. Mais si,
au contraire, la série est divergente, la poutre est instable sous les forces qui la sollicitent.

Nous allons préciser ces notions en étudiant en détail quelques cas particuliers. Ce
chapitre se distingue nettement de tous les chapitres précédents car, pour la première fois,
nous allons analyser l’action des forces sur la barre déformée et non sur sa configuration
initiale, tenant ainsi compte d’effets du second ordre 1 qui étaient négligés dans le cours
de Résistance des Matériaux.

Fig. 4.2 – Poutre comprimée et fléchie

En général, on appelle théories du second ordre, les théories dans lesquelles on part
de la configuration déformée du système pour l’analyse de ses efforts internes. Une telle
théorie est indispensable pour l’étude des phénomènes d’instabilité et en général recom-
mandable si la structure est très déformable (ponts suspendus, ponts en arc très flexibles,
1
pour être précis, il s’agit d’une non linéarité géométrique tandis que le comportement plastique d’un
matériau conduit également à des non linéarités dites matérielles. Ces deux classes de non linéarité ne
doivent pas être confondues
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 69

systèmes comportant des câbles, . . . ).

Quand on tient compte des effets du second ordre, le principe de superposition est
inapplicable. En effet, les déplacements de la structure affectent l’action des forces qui la
sollicitent, ce qui viole la seconde hypothèse sur laquelle repose ce principe.

Enfin, dans le souci d’alléger le texte, nous considérons, dans tout ce chapitre, les efforts
et contraintes de compression comme positifs, contrairement à la convention générale de
signe utilisée dans le cours.

4.2.2 Poutre droite comprimée excentriquement

Fig. 4.3 – Poutre comprimée avec excentricité

Une poutre droite prismatique de longueur L est chargée d’une force P parallèle à son
axe et excentrée d’une distance e. Prenons la ligne d’action de la force comme axe des x
et la perpendiculaire à Ox en 0 comme axe des y (figure 4.3). Dans la théorie qui suit,
nous négligerons le raccourcissement ∆ = P L/EA de la poutre par compression, qui est
toujours faible vis-à-vis des déformations de flexion. L’équation simplifiée de la déformée
élastique s’écrit :
d2 y M
2
=− (4.2)
dx EI
Or, M = P y en grandeur et en signe ; donc on a :
d2 y Py
2
=− (4.3)
dx EI
Pour simplifier les calculs ultérieurs, posons :
P
k2 = (4.4)
EI
L’équation différentielle du phénomène s’écrit alors :
d2 y
+ k2y = 0 (4.5)
dx2
Cette équation linéaire du second ordre à coefficients constants admet comme solution
générale, comme on peut le vérifier immédiatement par substitution :
y(x) = A sin kx + B cos kx (4.6)
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 70

Les constantes d’intégration A et B se déterminent en exprimant que la déformée y = f (x)


passe par les points A et B, c’est-à-dire que :
(
y(x = 0) = e
(4.7)
y(x = L) = e

En tenant compte de ces conditions, nous obtenons les constantes d’intégration A et B et


l’expression (4.6) s’écrit :
 
1 − cos kL
y(x) = e cos kx + sin kx (4.8)
sin kL
Examinons en particulier la flèche f que prend la poutre en son milieu et, pour cela,
faisons (x = L/2) dans l’expression (4.8) ; il vient :
 
L L 1 − cos kL L
y(x = ) = e + f = e cos k + sin k (4.9)
2 2 sin kL 2
ou encore, grâce aux transformations trigonométrique élémentaire ci-dessous :
kL kL kL kL kL
cos kL = cos2 − sin2 = 1 − 2 sin2 sin kL = 2 sin cos (4.10)
2 2 2 2 2
(4.9) se simplifie :
cos2 kL + sin2 kL
 
kL kL kL 2 2 e
e + f = e cos + sin tan =e = (4.11)
2 2 2 cos kL
2
cos kL
2

On en déduit :
1 − cos kL
2
f =e (4.12)
cos kL
2
Lorsque la force P est nulle, k = 0, cos kL/2 = 1 et f = 0, ce qui est évident. Lorsque
P augmente, cos kL/2 diminue et f augmente plus vite que P , ce qui prouve bien que
le principe de superposition est inapplicable puisqu’il n’y a pas proportionnalité entre la
charge et le déplacement.

Le cosinus du dénominateur s’annule lorsque kL/2 = π/2, c’est-à-dire, en tenant


compte de (4.4), lorsque la force de compression P atteint la valeur critique :
π 2 EI
Pcr = (4.13)
L2
Lorsque P tend vers cette valeur Pcr , le dénominateur cos kL/2 diminue donc indéfiniment,
et la flèche f de la poutre croı̂t au-delà de toute limite. D’une manière générale, on a :
r r
P L2 P
kL = =π (4.14)
EI Pcr
On peut donc, en se fixant une série de valeurs de kL, en déduire f par (4.12) et P/Pcr
par (4.14).
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 71

Représentons graphiquement la variation de la flèche f en fonction de la force P . Nous


obtenons une courbe à allure hyperbolique admettant comme asymptote, l’horizontale de
cote P = Pcr (figure4.4). La forme de cette courbe dépend de la valeur adoptée pour l’ex-
centricité e. L’expression (4.12) étant linéaire en e, les courbes peuvent se déduire toutes
de l’une d’entre elles en réduisant les flèches f dans le même rapport que les excentricités
e. On peut coter ces courbes en valeurs de l’excentricité relative e/L. Ces conclusions ne
sont cependant valables tant que les déformations restent suffisamment faibles. N’oublions
pas, en effet, que, dans l’établissement de la théorie, nous avons adopté l’équation sim-
plifiée de l’élastique, c’est-à-dire que nous avons supposé implicitement que l’inclinaison
de la tangente de la déformée par rapport à la corde restait suffisamment faible.

Tant que le rapport P/Pcr , donc la quantité kL, est faible, il est suffisamment précis
d’admettre que :
kL k 2 L2
cos =1− (4.15)
2 8
dans le numérateur de (4.12) et que cos kL/2 = 1 dans le dénominateur de la même
formule ; on obtient ainsi :
ek 2 L2
f0 = (4.16)
8
ou en remplaçant k 2 par sa valeur (4.4) :

P eL2
f0 = (4.17)
8EI
Ce résultat coı̈ncide avec l’expression de la flèche prise par une poutre sur deux appuis
soumise à un couple constant M = P e. Pour de plus grandes valeurs de la force P , on
peut utiliser la relation approchée suivante :

P eL2 1 1
f0 = = f0 (4.18)
8EI 1 − P/Pcr 1 − P/Pcr

Le tableau 4.2.2 donne les valeurs exactes de f /e et les valeurs approximatives tirées de la
formule (4.18). On constate que l’approximation donnée par cette formule est excellente.
Le moment maximum se produit au milieu de la poutre et vaut :

kL 0.2 1.0 2.0 3.0 π


f /e 0.005 0.139 0.851 13.1 ∞
fapproché /e 0.005 0.139 0.840 12.8 ∞
1/ cos kl/2 1.005 1.140 1.867 13.2 ∞
P/Pcr 0.004 0.101 0.401 0.911 1

Tab. 4.1 – Valeurs exactes et approximatives de f /e en fonction de kL

Pe
Mmax = P (e + f ) = (4.19)
cos kL/2
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 72

Si, au lieu de la valeur exacte de f , on introduit la valeur approchée (4.18) dans l’expression
du moment, on trouve, en tenant compte de (4.14) :
1 + 0.234 P/Pcr
Mmax = P e (4.20)
1 − P/Pcr
Cette formule permet de calculer le moment de flexion maximum pour toute valeur du
rapport P/Pcr . Si l’on veut déterminer expérimentalement la charge critique d’une harre

Fig. 4.4 – Charge de compression P en fonction de la flèche f

comprimée excentriquement, on doit tracer la courbe (P, f ), puis rechercher son asymptote
horizontale dont l’ordonnée donne Pcr (figure 4.4). Il est difficile de définir la position
de cette asymptote avec une précision suffisante, surtout si l’excentricité de la charge
est grande. On peut améliorer la détermination de Pcr en changeant de coordonnées.
Multiplions l’expression (4.18) par P/Pcr . Il vient :
f eπ 2 1
Pcr = (4.21)
P 8 1 − P/Pcr
f eπ 2
Pcr − f = (4.22)
P 8
Cette équation montre que, si nous traçons un diagramme en portant en ordonnées le
rapport f /P et en abscisses f , les points se disposeront sur une ligne droite (figure4.5).
Cette droite coupe l’axe horizontal (f /P = 0) à la distance eπ 2 /8 de l’origine et l’inverse
de son coefficient angulaire donne la charge critique.
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 73

Fig. 4.5 – Poutre comprimée et possédant une courbure initiale

4.2.3 Poutre droite chargée centriquement mais possédant une


courbure initiale
Soit y0 = f (x) l’équation de la déformée initiale. Le moment de flexion dans la section
courante x vaut ici, si l’on mesure les déformations additionnelles à partir de la déformée
initiale (figure 4.5) :
M (x) = P (y + y0 ) (4.23)
L’équation différentieIle du phénomène s’écrit donc :
d2 y
2
+ k 2 (y + y0 ) = 0 (4.24)
dx
Pour simplifier les calculs, supposons que la courbe initiale se présente comme un arc de
sinusoı̈de d’équation :
πx
y0 = f0 sin (4.25)
L
En remplaçant y0 par cette valeur dans l’équation différentielle, on obtient :
d2 y πx
2
+ k 2 y + k 2 f0 sin =0 (4.26)
dx L
On vérifie sans peine que la solution de cette équation s’écrit :
sin πx/L
y= (4.27)
π 2 /L2 k 2
−1
et la flèche additionnelle au milieu (x = L/2) vaut :
f0
f= (4.28)
π /L k 2
2 2 −1

Si l’on remplace k 2 par sa valeur P/EI et π 2 EI/L2 par Pcr on obtient :


f0
f= (4.29)
Pcr /P − 1
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 74

Si P = 0, la flèche est nulle. Si P tend vers la charge critique Pcr , le dénominateur de


la fraction diminue et tend vers zéro ; donc la déformée tend à dépasser toute limite. La
formule ci-dessus peut se mettre sous la forme :
f Pcr − (f + f0 )P = 0 (4.30)
C’est l’équation d’une hyperbole équilatère ayant pour asymptotes l’horizontale d’or-
donnée Pcr et la verticale d’abscisse −f0 . On voit que les déformations de la poutre
croissent hyperboliquement avec P . On peut représenter la variation des flèches f en
fonction des charges P par un diagramme cartésien. On obtient ainsi la figure 4.6. On
peut tracer toute une série d’hyperboles et les coter suivant la valeur de f0 /L qui leur
correspond. La même réserve s’impose d’ailleurs ici que dans le cas de la pièce chargèe
excentriquement, à savoir que les conclusions que nous venons de tirer ne vallent que si
les déformations de la poutre restent suffisamment petites.
Remarquons encore, pour en terminer avec ce problème, que la flèche totale ft vaut :
1
ft = f + f0 = f0 (4.31)
1 − P/Pcr
tout à fait semblable à (4.18) établie à la fin du paragraphe précédent.

Fig. 4.6 – Charge de compression P en fonction de la flèche f

4.2.4 Autres cas de flambement


Nous pourrions de même traiter d’autres cas de pièces comprimées et fléchies, tels que
ceux représentés à la figure 4.7. La solution exacte de ces problèmes conduit toujours à
admettre la formule simple :
1
f = f0 (4.32)
1 − P/Pcr
f0 représente ici la flèche que prendrait la poutre si elle était soumise uniquement aux
forces transversales. On voit par là que, dans tous les cas f tend vers l’infini lorsque P
tend vers Pcr . Cette formule approchée est encore valable si la force P est une force de
traction ; elle s’écrit alors, P étant pris en valeur absolue :
1
f = f0 (4.33)
1 + P/Pcr
Dans ce cas, la force de traction P a pour effet de diminuer la flèche.
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 75

Fig. 4.7 – Autres cas de poutres fléchies et comprimées

4.2.5 Conclusions
Dans tout ce paragraphe, la charge critique Pcr = π 2 EI/L2 apparaı̂t, de manière
générale, comme la force de compression pour laquelle de très grandes déformations
(théoriquement, infinies) apparaissent pour les plus petites imperfections de la poutre
(f0 ) ou de la charge (e, q). Ce cas de flambement s’appelle souvent flambement par diver-
gence, pour le distinguer du flambement par bifurcation que nous étudierons ci-après.

Par conséquent, la charge critique doit être considérée comme une charge de ruine
contre laquelle il faut se prémunir, soit à l’aide d’un coefficient de sécurité, soit par un
coefficient de majoration de la charge convenables. Si, comme on l’a supposé ci-dessus, le
matériau reste élastique jusqu’à la ruine, cette charge critique ne dépend pas de la limite
d’élasticité du matériau, mais uniquement de son module d’élasticité et des dimensions
de la poutre. Par exemples, deux poutres, l’une en acier spécial à haute résistance et
l’autre en acier doux, flambent exactement sous la même charge, bien que la résistance
du matériau soit très différente dans les deux cas.

4.3 Flambement par bifurcation de l’état d’équilibre


La discussion faite au paragraphe précédent nous a montré qu’il existe, pour les pièces
comprimées, une charge critique telle que, quand on s’en approche, la pièce fléchit sans
cesse davantage. Cette charge critique conserve la même valeur quel1es que soient la na-
ture de l’imperfection de la pièce (courbure initiale de son axe) ou de son chargement
(excentricité de la force de compression, forces transversales parasites) et la petitesse de
cette imperfection. Il doit donc encore exister, pour une pièce idéalement rectiligne et
comprimée par une force P idéalement centrée, une charge critique de flambement pour
laquelle la pièce prend brusquement une déformation transversale.

La solution du problème de la pièce idéale a été découverte par Euler en 1744. El1e est
beaucoup plus simple que celle de la pièce réelle imparfaite et est utilisée comme référence
dans le calcul pratique des pièces au flambement, ce qui justifie la reprise du problème.
Nous al1ons examiner d’abord le cas fondamental d’une pièce droite prismatique appuyée
à ses deux extrémitès.

La charge critique vient d’être définie comme la plus petite force de compression qui
est suffisante pour maintenir la barre dans une forme légèrement courbée. Il nous suffit
donc d’admettre, avec Euler, que cette forme courbe est réalisée et de rechercher sous
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 76

Fig. 4.8 – Poutre idéale comprimée

quelles conditions la poutre est en équilibre dans cet état.

Considérons à la figure 4.8 une section droite d’abscisse x, où le moment fléchissant
dû à P vaut M = P y. En appliquant l’équation de l’élastique :

d2 y M
2
=− (4.34)
dx EI
On retrouve l’équation différentiel1e déjà établie auparavant :

d2 y
+ k2y = 0 (4.35)
dx2
avec :
P
k2 = (4.36)
EI
Cette équation linéaire du second ordre à coefficients constants admet comme solution
générale, , comme on l’a vu précédemment :

y(x) = A sin kx + B cos kx (4.37)

où A et B sont des constantes arbitraires.


Nous devons exprimer que la déformée y = f (x) passe par les points A et B, c’est-à-dire
que : (
y(x = 0) = 0 ⇐ B = 0
(4.38)
y(x = L) = 0 ⇐ A sin kL = 0
Pour vérifier la seconde condition, il faut donc qu’on ait, soit A = 0, soit sin kL = 0.
Supposons d’abord A = 0 ; la déformée y(x) = 0 ∀x, ce qui signifie que la poutre reste
droite, sans flexion. Or, nous avions supposé en commençant qu’elle était fléchie. Nous
devons donc supposer A 6= 0, d’où nécessairement :

sin kL = 0 ⇐ kL = n n ∈ N (4.39)

On en déduit :
2
2 2π
k =n (4.40)
L2
π 2 EI
P = n2 2 (4.41)
L
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 77

Pour n = 0, la force P est nulle et la poutre est évidemment rectiligne. Pour qu’elle puisse
rester fléchie, il faut donc que n soit au moins égal à 1. La plus petite valeur de P sous
laquelle la poutre fléchie est en équilibre est donc :
π 2 EI
Pcr = (4.42)
L2
Cette valeur est appelée charge critique de flambement d’Euler. Elle coı̈ncide avec la
valeur obtenue précédemment. Remarquons que la constante A n’est pas déterminée. La
déformée de la poutre est donc représentée par l’arc de sinusoı̈de d’équation :
x
y(x) = A sin kx = A sin π (4.43)
L
dont A est indéterminée.

Pour n = 2, 3, . . ., on trouverait respectivement :


π 2 EI
Pcr( 2) = 4 (4.44)
L2
2
π EI
Pcr( 3) = 9 2 (4.45)
L
..
.

Les modes de flambement correspondants sont représentés à la figure 4.9a. Ils n’ont pas
de signification physique pour le problème examiné ici, puisque la barre flambe dès que
( 2
la force P atteint Pcr 1) = πLEI
2 . Ils peuvent cependant se rencontrer dans des barres com-

primées entretoisées. Par exemple, dans le cas de la membrure de pylône représentée à


la figure 4.9b. La barre AB empêchant le déplacement transversal du point B, c’est le
second mode de flambement qui se produit.

Le phénomène envisagé ici est souvent désigné sous le nom de flambement pur ou de
flambement par bifurcation de l’état d’équilibre. En effet, pour P < Pcr , la forme stable est
la forme droite simplement comprimée, tandis que, pour P ≥ Pcr , cette forme est instable
et c’est la forme courbe qui est stable.

4.3.1 Cas de flambement qui se déduisent directement du cas


fondamental
Les autres modes d’appui des poutres prismatiques se traitent généralement par le
calcul comme le cas fondamental étudié ci-dessus. Mais on peut obtenir directement la
charge critique qui leur correspond par un raisonnement simple. Examinons, par exemple,
le cas de la poutre encastrée à sa base et libre à son sommet (figure 4.10a). La tangente
en 0 est horizontale. Si nous faisons tourner la figure autour de Oy, elle se reproduit donc
symétriquement vers la gauche. L’ensemble des deux poutres est identique à la poutre
simplement appuyée aux deux extrémités, La charge critique Pcr vaut donc, dans ce cas-
ci :
π 2 EI π 2 EI
Pcr = = (4.46)
(2L)2 4L2
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 78

Fig. 4.9 – Deuxième et troisième modes de flambement

Fig. 4.10 – Flambement de poutres encastrée-libre et biencastrée

Considérons maintenant la poutre encastrée aux deux extrémités, La déformée a


nécessairement l’allure générale indiquée à la figure 4.10b. La courbure que prend la
pièce aux encastrements A et B n’est possible que s’il existe en ces points des moments
fléchissants M extérieurs. La combinaison de la force de compression P avec ces moments
est équivalente à une force P appliquée à une excentricité e = M/P . La ligne d’action de
P doit donc se déplacer de manière à couper la fibre moyenne de la courbe déformée aux
points d’inflexion de celle-ci, car en ces points, le moment M est nul. Les portions AC et
BD de la poutre sont donc assimilables à des poutres encastrées-libres et la portion CD
à une poutre appuyée aux deux extrémités. Ces trois portions flambant simultanément,
il faut donc qu’on ait :
π 2 EI π 2 EI
Pcr = 02
= 2
⇐ L”0 = 2L0 (4.47)
4L L”
Cela n’est possihle que si :
L
CD = 2AC = 2BD ⇐ CD = (4.48)
2
En remplaçant L” par L/2 dans l’expression de la charge critique (4.47), on trouve :

π 2 EI π 2 EI
Pcr = = (4.49)
(L/2)2 (0.5L)2
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 79

4.3.2 Longueur de flambement et d’élancement


Pour les divers modes d’appui d’une pièce comprimée, on trouve des expressions
différentes de la charge critique. Or, il est désirable, pour les applications pratiques, de
n’avoir qu’une formule unique couvrant tous les cas. Dans ce but, on convient de ramener
un cas quelconque de flambement au cas fondamental de la pièce biarticulée, sous la forme
analogue suivante :
π 2 EI
Pcr = (4.50)
L2f l
La longuer Lf l porte le nom de longueur de flambement. Par définition, c’est la longueur
de la pièce fictive articulée aux deux extrémités qui aurait la même charge critique que la
pièce donnée. Par exemple, on constante que, pour une pièce encastrée-libre, Lf l = 2L et
pour une pièce encastrée aux deux extrémités Lf l = 0.5L. De façon générale, une poutre
a une longueur de flambement Lf l = K L, K dépendant des conditions d’appui. La fi-
gure 4.11 fournit des valeurs de K.

La contrainte critique de compression dans la pièce biarticulée, équivalente à la piéce


réelle, vaut :
Pcr
σcr = (4.51)
A
π2E I
= 2 (4.52)
Lf l A
i2
= π2E (4.53)
L2f l
π2E
= (4.54)
λ2
Avec :
i2 = AI : rayon d’inertie ou de giration, correspondant au plan de flambement considéré ;
il a les dimensions d’une longueur [m]
λ = Lif l : degré élancement
La quantité sans dimensions λ s’appelle degré d’élancement ou plus simplement élancement
de la pièce. Cette appellation correspond à la notion courante d’une pièce élancée, car plus
λ est grand, plus la longueur de la poutre est grande vis-à-vis des dimensions de sa section
droite.

Notons que l’élancement d’une pièce dèpend du plan dans lequel le flambement peut
se produire. En effet, selon le plan de flambement considéré, l’inertie I change. De plus,
la longueur de flambement pcut être différente car les conditions d’appui de la pièce ne
sont pas nécessairement les mêmes.
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 80

Fig. 4.11 – Longueurs de flambement

4.4 Forme rationnelle des pièces soumises au flambe-


ment
Les formules de flambement montrent que la contrainte critique σcr augmente quand
l’élancement de la barre diminue. Comme la barre flambe toujours dans le plan le plus
défavorable, il est souhaitable qu’elle ait même élancement dans les deux plans principaux
de flexion et que cet élancement soit aussi petit que possible. Il peut arriver que, dans un
des plans principaux, la barre soit maintenue en divers points de sa longueur par des pièces
d’entretoisement ; les longueurs de flambement dans les deux plans sont alors différentes
et on peut adopter des profils ayant deux rayons d’inertie principaux ix et iy différents,
tels que, autant que possible, les contraintes critiques de flambement soient les mêmes
pour les deux plans principaux de flexion

σcrx = σcry (4.55)

Pour simplifier, nous admettrons que la condition d’optimalité est pratiquement λx =


Λy (Nous verrons dans le cours de Construction Métallique que cette condition n’est
pas nécessaire). On n’envisagera d’ailleurs, pour simplifier, que le cas particulier où les
longueurs de flambement dans les deux plans sont égales. Il faut alors réaliser, pour une
section A donnée, la condition :

ix = iy = maximum (4.56)

Cela conduit à écarter le matériau aussi loin que possihle du centre de gravité dans toutes
les directions. Le profil idéal est un tube circulaire à paroi juste suffisamment épaisse pour
éviter que son voilement local ne précède le flambement général de la barre. Les tubes
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 81

ayant un prix unitaire supérieur à celui des profils laminés (le rapport des prix cst de
1.25 à 1.50 pour les tubes de section circulaire et de l’ordre de 2 pour les tubes à section
rectangulaire), on utilisera fréquemment en pratique des sections en caisson, formées de
profils laminés. On peut aussi utiliser des pièces en treillis formées par exemple de quatre
cornières-membrures reliées par quatre pans de treillis (figure 4.12). Il faut se préoccuper
de la perte de résistance due à la possibilité de flambement local d’un tronçon de mem-
brure tel que AB entre deux noeuds successifs du treillis.

On remarquera que les poutrelles de la série IPE, dans lesquelles Imax /Imin varie de
9.43 à 27.19, conviennent très mal pour supporter des charges axiales. La situation est
meilleure pour les poutrelles à larges ailes HEB pour lesquelles Imax /Imin reste sensible-
ment constant et environ égal à 2.8 jusqu’au profil HEB300 et monte ensuite jusqu’à 8.5
pour le HEB500.

On peut augmenter sensiblement le rayon d’inertie iy de ces profils, qui est toujours
le plus faible, en concentrant le métal aux extrémités des ailes (figure 4.13a et b). Dans
le cas des alliages d’aluminium, on obtient aisément ces profils à bourrelet par filage à
la presse. Dans le cas des aciers, certaines aciéries laminent des plats nervures à boule
(figure 4.13c) qui permettent de réaliser, par soudure, des rapports Imax /Imin meilleurs
que ceux des poutrelles laminées.

Fig. 4.12 – Caisson constitué de profilés laminés

Nous c1ôturerons cet examen en disant que des pièces suffisamment élancées, même
chargées excentriquement, peuvent rester en équilibre stable sous des charges supérieures
à la charge critique d’Euler. Ce fait a un intérêt théorique considérable, mais il faut bien
reconnaı̂tre que de telles pièces sont extrêmement rares dans la pratique de la construction.
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 82

Fig. 4.13 – Profils spéciaux résistant au flambement

4.5 Flambage des poutres comprimées au-delà de la


limite de proportionnalité
La théorie d’Euler est basée sur l’équation de l’élastique, c’est-à-dire en dernière ana-
lyse sur la loi de Hooke. Elle n’est donc valable que si, au moment du flambage, la matière
dont la pièce est faite obéit encore à la loi de Hooke. Celà exige que la contrainte de com-
pression pure existant à ce moment σcr = π 2 E/λ2 soit inférieure à la limite d’élasticité
proportionnelle en compression du matériau, soit σp .
La condition de validité de la formule d’Euler s’écrit donc pour tous les cas de flam-
bage :
σcr = π 2 E/λ2 ≤ σp (4.57)
on en déduit aisément : s
E
λ≥π = λl (4.58)
σp
Désignons l’élancement particulier λl sous le nom d’élancement limite.
Voyons à quel élancement cette formule nous conduit pour l’acier doux normal de
charpente de 240N/mm2 de limite élastique. Le module d’élasticité de cet acier vaut
E = 21.000daN/mm2. En remplaçant E et σp par ces valeurs dans l’expression (4.58),
nous trouvons : r
21000
λl π = 93 (4.59)
24
On conclut de là que, pour l’acier ordinaire, la formule d’Euler n’est valable que pour les
pièces dont l’élancement dépasse 93. Pour d’autres matériaux, tels que bois, fonte, aciers
spéciaux, béton, . . . , les constantes E et σp sont différentes, de sorte que l’élancement
limite n’est pas le même que pour l’acier ordinaire.

Par définition, on appelle pièces longues celles dont l’élancement esrt supérieur à
l’élancement limite et auxquelles les formules d’Euler sont applicables. Les autres pièces
sont dites pièces courtes. Pour calculer une pièce courte au flambage, il faut faire appel
aux théories de flambage dans le domaine plastique développées notamment par Engesser-
Karman et Shanley [8].
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 83

Fig. 4.14 – Equilibre stable (a), instable (b), indifférent (c)

4.6 Critère énergétique général de stabilité élastique


Reprenons, afin de les approfondir, les définitions des types possibles d’êquilibre.
En mécanique, un corps est dit en équilibre stable si, lorsqu’on le déplace de sa position
d’équilibre, il tend à y revenir de lui-même. C’est le cas, par exemple, pour une bille au
fond d’un vase (figure 4.14a). Un corps est au contraire en équilibre instable si, lorsqu’on
le déplace de sa position d’équilibre, il tend à continuer de lui-même son déplacement.
C’est l’exemple de la une bille en êquilibre sur une sphère (figure 4.14b). Le corps est dit
en équilibre indifférent s’il reste en équilibre dans toutes les positions qu’on lui donne. Ce
cas est intermédiaire entre les deux précédents (figure 4.14c).

Commént caractériser analytiquement ces trois genres d’équilibre ? Appelons E l’énergie


potentielle que possède le corps dans son état initial. Si on le déplace de cette position,
son énergie varie d’une quantité ∆E. (−∆E) représente le travail extérieur fourni par le
corps. On a donc par définition :
– équilibre stable si ∆E > 0
– équilibre indifférent si ∆E = 0
– équilibre instable si ∆E < 0
En Résistance des Matériaux, les poutres droites présentent des circonstances analogues.
En effet, prenons par exemple le cas de la pièce droite prismatique appuyée à ses deux
extrémités et soumise à une force de compression P . Imaginons que, pour une raison
quelconque autre que P , cette pièce prenne une forme légèrement courbe. Son énergie
totale, comptée à partir de l’état initial rectiligne, se compose de deux termes :
– d’abord l’énergie potentielle interne des contraintes dues à la flexion, soit :
Z L
M2
∆U = dx (4.60)
0 2EI

– ensuite, le travail extérieur fourni par le système, ou encore, le travail fourni au


système, pris en signe contraire. La corde la poutre se raccourcit, par suite de la
flexion, de la quantité δ (figure 4.15). La force extérieure P fournit donc le travail
valant :
∆W = P · δ (4.61)
L’énergie totale ∆E fournie à la poutre pendant sa flexion vaut donc :

∆E = ∆U − ∆W = ∆U − P · δ (4.62)
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 84

Pour une déformée latérale déterminée, les grandeurs ∆U et δ sont parfaitement déterminées
et calculables.
– Si la force P est faible, P δ est inférieur à ∆U , c’est-à-dire qu’on a : ∆E > 0. Dans ce
cas, la poutre est en équilibre stable dans sa forme rectiligne et revient d’elle-même
à cette forme si on l’en écarte. Elle ne peut donc flamber.
– Si P est plus grand que ∆U/δ, on a ∆E = ∆U − P · δ < 0. Dans ce cas, la forme
droite de la poutre est instable. La poutre doit donc se courber jusqu’à atteindre
une nouvelle forme d’équilibre.
– Enfin, si ∆U = P · δ, la poutre est en équilibre indifférent, c’est-à-dire qu’elle peut
prendre aussi bien la forme légèrement courbée que la forme droite.
La valeur correspondante :
∆U
P∗ = (4.63)
δ
de la force P est la plus petite valeur de P pour laquelle la déformée y = f (x) que nous
avons choisie en commençant est une forme d’équilibre. En particulier, si y = f (x) corres-
pond à la déformée de flambage qui se produit naturellement, P ∗ est minimum, car le fait
de choisir arbitrairement la déformée revient à introduire des liaisons supplémentaires qui
augmentent la rigidité de la poutre, donc la valeur de la force P ∗ . Ceci peut être démontré
tout à fait rigoureusement [2] [3] [4] : c’est le théorème de Rayleigh.

Cette valeur minimum de P ∗ est la charge critique de flambage Pcr . Remarquons que
cette définition de Pcr absolument générale et s’applique à tous les phénomènes d’instabi-
lité élastique, tels que flambement latéral, voilement des plaques planes et des enveloppes
courbes.

On peut en effet montrer que l’équation (4.63) peut s’écrire sous la forme :

∆U
Pcr ≤ P ∗ = (4.64)
δ
Si on se donne une déformée y(x) on peut calculer ∆U et δ, d’où l’approximation par
excès P ∗ de Pcr . On peut, si nécessâire, améliorer cette approximation par l’introduction
de paramètres dans y(x), à ajuster pour minimiser P∗ . Cette méthode approximative
de recherche de la charge critique est appelée méthode énergétique ou méthode de Ritz-
Timoshenko.

4.6.1 Application du théorème de Rayleigh aux poutres fléchies


Nous allons employer le théorème de Rayleigh pour déterminer la charge critique d’une
poutre comprimée. Pour appliquer la relation (4.63), il faut calculer l’énergie interne de
la pourte en flexion et son raccoursissement lorsque la déformée y = f (x) de poutre
correspond à la déformée de flambement.
– énergie interne de flexion :
2
M2 d2 y
Z Z 
1 1
∆U = dx = EI dx (4.65)
2 structure EI 2 structure dx2
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 85

Fig. 4.15 – Déformée de flambement

Dans le cas d’une seule poutre constituée d’un seul matériau et à inertie constante,
la relation (4.65) se simplifie :
Z L  2 2
1 dy
∆U = EI dx (4.66)
2 0 dx2
– raccoursissement de la poutre dû à la flexion : il correspond à la différence entre la
longueur de la courbe et la longueur de la corde :
Z L
δ= (ds − dx) (4.67)
0
s  2
Z L
dy
= (dx 1 + − dx (4.68)
0 dx
Z  2
1 L dy
≈ dx (4.69)
2 0 dx

A partir de (4.63), (4.66) et (4.69), on obtient aisément :

1
R L  d2 y 2
2
EI 0 dx2
dx
¶cr = (4.70)
1 L dy 2
R 
2 0 dx
dx

R L d2 y  2
0 dx2
dx
= EI R L (4.71)
dy 2

0 dx
dx

Cette relation peut être généralisée aux systèmes de poutres, aux plaques,. . . .

4.6.2 Méthode énergétique de calcul de la charge critique


Encore appelée méthode de Ritz-Timoshenko, la méthode énergétique se base sur le
théorème de Rayleigh en employant une déformée y = f (x) qui ne correspond pas à la
CHAPITRE 4. FLAMBEMENT DES POUTRES 86

déformée de flambement. Dans ce cas, la charge calculée P ∗ > Pcr .

Lorsqu’il s’agit de flexion de barres prismatiques, il est utile de représenter la déformée


sous forme d’une série trigonométrique qui respecte les conditions aux appuis. Dans le cas
d’une poutre sur deux appuis, la déformée peut se mettre sous la forme :
n=∞
X nπx
y = f (x) = an sin (4.72)
n=1
l

Si on tient compte que :


Z L
nπx L
sin2
dx = (4.73)
0 l 2
Z L
nπx L
cos2 dx = (4.74)
0 l 2
Z L
nπx mπx
sin sin dx = 0 n 6= m (4.75)
0 l l
Z L
nπx mπx
cos cos dx = 0 n 6= m (4.76)
0 l l

l’énergie interne de flexion (4.66) devient :


n=∞
π 4 EI X 4 2
∆U = n an (4.77)
4L3 n=1

et le racoursissement de la poutre (4.69) s’écrit :


n=∞
π4 X 2 2
δ= n an (4.78)
4L n=1

Le rapport des expressions ci-dessus fournit P ∗ (an ) qui dépend de la déformée choisie au
travers des coefficients an . Il suffit de choisir les an qui minimisent P ∗ (an ) pour tendre
vers la valeur critique Pcr en résolvant le système ci-dessous :
∂P ∗
= 0 n = 1, . . . (4.79)
∂an

Exemple 1
Calculer la charge critique Pcr d’une poutre sur deux appuis en appliquant le théorème
de Rayleigh. La déformée de flambement est sinusoı̈dale.

Exemple 1
Calculer la charge critique Pcr d’une poutre sur deux appuis en employant la méthode
énergétique, la déformée choisie étant parabolique.
Chapitre 5

Déversement des poutres droites par


flexion

5.1 Introduction
Considérons, à titre d’exemple, une poutre droite à section en double té, reposant à
ses deux extrémités sur deux appuis simples et maintenue, au droit de ces appuis, par des
liaisons transversales, dites appuis à fourches, qui empêchent le renversement de la poutre
par rotation autour de son axe longitudinal, tout en permettant la rotation autour de son
axe vertical (figure 5.1).

Fig. 5.1 – Déversement de poutre fléchie

Supposons en outre que la section droite de la dite poutre soit doublement symétrique,
avec une âme parfaitement plane et verticale, et constituée d’un matériau parfaitement
élastique, dépourvu de contraintes initiales. Admettons enfin que cette poutre est solli-
citée en flexion pure à l’aide de deux couples d’extrémité, opposés mais de même valeur
absolue, agissant dans le plan de l’âme. Dans de telles conditions, la semelle supérieure
de la poutre se trouve comprimée par un effort constant tout le long de la poutre et s’ap-
parente dès lors à une colonne comprimée. Si cette semelle, isolée du restant de la poutre,
était assimilée à une colonne comprimée, on devrait craindre son flambement autour de
87
CHAPITRE 5. DÉVERSEMENT DES POUTRES 88

son axe faible 1-1 mais la présence de l’âme constitue un support continu pour la semelle
comprimée, empêchant ainsi ledit flambement. Pour une valeur plus élevée du moment
fléchissant, et donc de l’effort de compression dans la semelle, celle-ci aura tendance à
flamber par flexion autour de son axe fort 2-2. Si la poutre est idéalement parfaite et
rigoureusement chargée dans le plan de son âme, le flambement de la semelle comprimée
autour de son axe fort dans la direction transversale sera soudain : la poutre se dérobe
par flambement latéral ou déversement, pour une certaine valeur du moment fléchissant,
appelée moment critique de déversement, à laquelle est associée une valeur maximale de
la contrainte de compression dans la semelle, dite contrainte critique de déversement.

L’analogie utilisée ci-dessus entre la semelle comprimée d’une poutre fléchie et une
colonne comprimée, est quelque peu simpliste, ainsi que cela apparaı̂tra beaucoup mieux
dans la suite, mais cette analogie est toutefois fort commode pour donner un aperçu
physique du phénomène. Pourquoi simpliste ? Parce qu’il est clair que la partie comprimée
d’une poutre ne peut flamber latéralement et prendre un déplacement transversal u sans
rompre la continuité qui l’associe à la zone tendue de la poutre, par l’intermédiaire de
l’âme.
(figure 5.2).

Fig. 5.2 – Cinématique du déversement

En négligeant, en première approximation, la distorsion de la section droite, on voit que


la continuité dont il est question plus haut exige que les deux moitiés du profil tournent
d’un même angle ϕ = u/h autour de leurs centres de rotation respectifs. Il est dès lors
évident que le déversement procède par flambement transversal accompagné de torsion ;
ceci explique clairement que les relations fournissant la charge critique de déversement
dépendront non seulement de la raideur flexionnelle autour de l’axe faible EIy mais aussi
de la raideur torsionnelle GIθ et de la raideur de gauchissement EIω de la poutre.

Il importe également de remarquer que le déversement est un phénomène d’instabilité


qui affecte la poutre fléchie autour de son axe fort.
CHAPITRE 5. DÉVERSEMENT DES POUTRES 89

5.2 Facteurs influençant le déversement


La charge critique de déversement d’une poutre dépend de nombreux paramètres,
parmi lesquels :
– la raideur flexionnelle autour de l’axe faible EIy , la raideur torsionnelle GIθ et la
raideur de gauchissement EIω
– les conditions d’appui de la poutre
– le mode de sollicitation de la poutre
– le niveau d’application des charges transversales éventuelles
– la portée l de la poutre
Par ailleurs, tout comme on l’a discuté à propos des poutres comprimées, la charge de
ruine par déversement d’une poutre diffère de la charge critique de déversement parce que
d’une part, la poutre est un produit industriel et est de ce fait affectée de diverses imper-
fections, et que, d’autre part, la charge critique est un concept strictement élastique. Une
poutre n’est jamais rigoureusement symétrique et son âme rigoureusement plane tandis
qu’il est pratiquement impossible d’appliquer les charges sollicitantes exactement dans
le plan pris en compte pour le dimensionnement et l’analyse. En outre, les contraintes
résiduelles, qui sont issues du le processus d’éllaboration du profilé, engendrent une plas-
tification prématurée de certaines zones et génèrent un comportement inélastique du
matériau, déjà sous charges relativement faibles. En raison du nombre limité de résultats
expérimentaux disponibles, on se borne à recommander deux courbes de déversement four-
nissant le moment fléchissant (ou contrainte) ultime rendu non-dimensionnel en fonction
de l’élancement de déversement, paramètre caractéristique, analogue à l’élancement réduit
des colonnes comprimées. Une de ces courbes couvre l’ensemble des sections en double té
laminées à chaud, tandis que l’autre s’applique aux sections reconstituées par soudage.
Ces règles de vérification au déversement sont expliquées dans le cours de Construction
Métallique.

5.3 Moment critique de déversement élastique d’une


poutre soumise à flexion pure - Influence des rai-
deurs flexionnelle et torsionnelle
Considérons, comme cas fondamental, la poutre en double té doublement symétrique
posée sur des appuis à fourche d’extrémité et soumise à flexion pure autour de son axe fort
(figure 5.3). On peut aisément, à partir de l’état déformé de la barre, calculer la valeur de
la charge critique pour laquelle le système est en équilibre indifférent. Admettons encore
à cet effet que :
– le matériau est linéaire et infiniment élastique
– la section transversale de la poutre est constante tout le long de celle-ci
– le moment d’inertie Iy pour la flexion dans le plan perpendiculaire au plan de sol-
licitation est faible vis-à-vis du moment d’inertie Ix pour la flexion dans le plan de
sollicitation
– les déformations restent faibles
CHAPITRE 5. DÉVERSEMENT DES POUTRES 90

Fig. 5.3 – Poutre en flexion pure

En écrivant les conditions d’équilibre et de déformation à l’état déformé, par rapport aux
coordonnées (ξ, η, ζ), on peut établir les équations différentielles régissant le problème.
– Flexion par rapport à l’axe ξ :

d2 v
Mξ = −EIx = M0 (5.1)
dz 2
– Flexion par rapport à l’axe η :

d2 u
Mη = φM0 = −EIy (5.2)
dz 2
– Torsion non uniforme par rapport à l’axe ζ :

du dφ d3 φ
Mζ = M0 = GIθ − EIω 3 (5.3)
dz dz dz
Dans les relations ci-dessus, u et v sont les déplacements selon les directions x et y res-
pectivement ; GIθ représente la raideur torsionnelle de Saint-Venant (torsion uniforme)
tandis que EIω désigne la raideur de torsion non uniforme, où Iω est le moment d’inertie
CHAPITRE 5. DÉVERSEMENT DES POUTRES 91

sectoriel (Iω = Iy h2 /4 pour un double té à deux axes de symétrie de hauteur h entre
centres de gravité des semelles).

La première des équations ci-dessus est indépendante des deux autres parce que d’une
part, en raison des faibles déformations, on assimile Iξ à Ix et Iη à Iy et que d’autre
part, on a admis que Ix >> Iy . Il en résulte que le déplacement v dans le plan de flexion
n’affecte pas la fonction de torsion φ(z). En différentiant (5.3) par rapport à z et en tenant
compte de (5.2), on a :
d4 φ d2 φ M2
EIω 4 − GIθ 2 − 0 φ = 0 (5.4)
dz dz EIy
qui est l’équation différentielle régissant la torsion φ(z). En posant :

GIθ
2α = (5.5)
EIω
M02
β= (5.6)
EIy Eω

l’équation (5.4) devient :


d4 φ d2 φ
− 2α − βφ = 0 (5.7)
dz 4 dz 2
et admet pour solution :

φ(z) = A1 enz + A2 e−nz + A3 cos qz + A4 sinqz (5.8)

avec q
:
p
n = α + β + α2
q p
q = −α + β + α2
Les constantes d’intégration sont déterminées à partir des conditions d’appui ; à savoir,
pour le cas précis examiné ici :
2
en z = 0 et en z = l : φ = 0 (torsion nulle) et ddzφ2 = 0 (gauchissement libre)
Ces conditions s’écrivent explicitement comme suit :
– en z = 0 : (
A l + A2 + A3 = 0
(5.9)
A 1 n + A2 n 2 − A 3 q 2 = 0
2

d’où on tire :
A3 = 0 A1 = −A2 (5.10)
– en z = l, compte tenu de ce qui précède :
(
2A1 sinh nl + A4 sin ql = 0
(5.11)
2A1 n2 sinh nl − A4 q 2 sin ql = 0

d’où :
2A1 (n2 + q 2 ) sinh nl = 0 (5.12)
CHAPITRE 5. DÉVERSEMENT DES POUTRES 92

mais puisque (n2 + q 2 ) ne peut être nul et que sinh nl ne peut être nul que si n = 0,
on doit donc avoir A1 = 0. Comme il y a déversement, la seule constante restante
A4 ne peut être nulle, ce qui entraine :

sin ql = 0 ⇒ ql = kπ ⇒q= k∈N (5.13)
l
Le mode fondamental de déversement s’obtient pour k = 1 et la valeur du moment M0
satisfaisant la condition (5.13) est dite moment critique de déversement :
q p π
−α + β + α2 = (5.14)
l
En élevant les deux membres au carré et tenant compte des définitions de α et de β
respectivement, on a :
s 2
M02 π2

GIθ GIθ
− + + = 2 (5.15)
2EIω EIy EIω 2EIω l

d’où on tire : s  
π π 2 EIω
M0,cr = EIy EIθ 1+ 2 (5.16)
l l GIθ
ou en termes de contrainte :
s  
π π 2 EIω
σD,cr = EIy EIθ 1+ 2 (5.17)
lWx l GIθ

Wx désignant le module de flexion autour de l’axe xx. Comme la résistance à la torsion


d’une barre bisymétrique se compose de la résistance à la torsion uniforme (Saint-Venant)
et de la résistance en torsion non uniforme, la contrainte critique de déversement élastique
σD,cr s’exprimera en fonction des deux contraintes σDv et σDw indépendantes l’une de
l’autre : q
2 2
σD,cr = σDv + σDw (5.18)
avec, pour une poutre en double té (pour laquelle Iω = Iy h2 /4) :
π p
σDv = EIy EIθ (5.19)
lWx
π 2 EIy h
σDw = 2 (5.20)
l 2Wx
Pour les poutres non entretoisées, qui sont donc en grand danger de déversement, l’économie
commande de recourir à des sections transversales qui sont plus résistantes au déversement
que les classiques poutres en double té. Les formules ci-dessus montrent que le moment
critique de déversement peut être accru en augmentant le moment d’inertie transversal
Iy et/ou le moment sectoriel Iω . Ainsi, les poutres composées de la figure 5.4b et c sont
avantageuses, par rapport aux poutres en double té de dimensions similaires, parce que
la matière additionnelle est ajoutée loin de l’axe de flexion transversale. La meilleure sta-
bilité est cependant obtenue à l’aide de poutres en caisson qui, outre la majoration de
CHAPITRE 5. DÉVERSEMENT DES POUTRES 93

Fig. 5.4 – Formes de section transversale ayant une bonne résistance au déversement

Iy , présente une valeur de Iθ de l’ordre de 100 fois celle d’une section ouverte de mêmes
dimensions ; ceci explique pourquoi les poutres en caisson de dimensions courantes ne
nécessitent que rarement une vérification de la stabilité latérale. Les poutres en double
té non symétriques autour de l’axe horizontal xx n’obéissent pas aux formules (5.16)
et (5.17) parce que le centre de gravité de la section transversale diffère du centre de tor-
sion. Des relations rigoureuses ont été développées pour de tels cas mais leur complexité
leur fait préférer des formules simplifiées donnant une précision satisfaisante, dont la plus
commode, obtenue par Winter, s’écrit pour une poutre en double té dissymétrique posée
sur deux appuis à fourches d’extrémité :
s
π 2 Eh
 
π π 2 EIω
M0,cr = EIy EIθ 1 + 2 + (Ic − It ) (5.21)
l l GIθ 2l2

où h est la hauteur du profil entre axes des semelles tandis que Ic et It désignent les
moments d’inertie des semelles respectivement comprimée et tendue, calculés par rapport
à l’axe fort de ces semelles. On voit donc que le terme additionnel tient compte de la
dissymétrie du profil autour de l’axe horizontal et qu’il est plus favorable d’accroı̂tre la
raideur de flexion transversale de la semelle comprimée que celle de la semelle tendue
puisque c’est la première qui induit la tendance au déversement.

5.4 Conditions d’appui


Il y a lieu de distinguer d’une part, les conditions aux appuis de la poutre proprement
dite, et, d’autre part, les restreintes assurées éventuellement à la semelle comprimée des
poutres fléchies par les liaisons avec divers éléments de planchers ou de toitures.

Le premier type de conditions est directement lié non seulement à la faculté de rotation
de flexion (autour de l’axe fort) au droit des appuis, à l’instar des poutres fléchies habi-
tuelles, mais encore à la faculté de rotation de flexion transversale (autour de l’axe faible)
autour de ces mêmes appuis. Indépendamment du caractère appui simple ou encastre-
ment pour la flexion verticale dans le plan des charges extérieures, on aura à considérer le
caractère d’appui simple (appui à fourche) ou d’encastrement dans le plan horizontal. En
l’absence de tout support latéral de la membrure comprimée, la longueur du déversement ld
CHAPITRE 5. DÉVERSEMENT DES POUTRES 94

représente la distance effective entre points supports à torsion simple ; ld vaut par exemple
l lorsque la poutre non contreventée peut tourner librement autour de l’axe faible au droit
des appuis tandis qu’il vaut seulement 0.5l dans le cas d’un encastrement sur ces mêmes
appuis. En toute généralité, pour une section doublement symétrique :
s  
π π 2 EIω
σD,cr = EIy EIθ 1 + 2 (5.22)
ld Wx ld GIθ

Quant aux liaisons au droit de la semelle comprimée, elles peuvent consister en un sup-
port latéral continu par solidarisation de cette semelle à une dalle de béton par exemple
(figure 5.5a et b), ou par l’emploi de supports ponctuels locaux constitués par des poutres
transversales, des pannes, des filières,. . . ou divers autres éléments de structure suffisam-
ment raides et entretoisées pour leur propre compte (figure 5.5c à g). Pour autant que ces

Fig. 5.5 – Supports de la semelle comprimée

supports ponctuels puissent être assimilés à des points fixes, la longueur de déversement ld
à considérer n’est plus déterminée à partir de la distance l entre appuis de la poutre mais
de la distance maximum l0 entre supports consécutifs de la semelle comprimée ou entre
un appui et le support le plus proche. Il importe toujours d’examiner le système complet
de contreventement plutôt qu’un seul de ses éléments constitutifs avant de conclure au
caractère fixe du point support. Ainsi, la figure 5.6a montre qu’une poutre AB avec une
traverse à mi-longueur, peut déverser sur toute sa longueur parce que rien n’empêche
les poutres voisines à suivre le mouvement ; par contre, la figure 5.6b met clairement
en lumière l’effet bénéfique d’un contreventement des panneaux extrêmes, qui contraint
ainsi la poutre AB à déverser avec une longueur de déversement réduite de moitié, à
condition que ledit contreventememt ne soit pas trop déformable sous l’effet des forces de
déstabilisation auxquelles il se trouve soumis. Il existe de nombreux cas où les conditions
CHAPITRE 5. DÉVERSEMENT DES POUTRES 95

Fig. 5.6 – Contreventements

de support de la poutre permettent difficilement au concepteur d’évaluer l’efficacité réelle


de ces supports. A titre d’exemple, citons :
– le cas de couverture en tôles minces pliées à froid, soudée par points à la poutre
porteuse
– le cas où les pièces d’entretoisement sont fixées à la poutre sur ou au voisinage de
la semelle tendue
– le cas où des éléments de plancher (ou de toiture) en bois ou en tôle mince posent
sur la poutre mais n’y sont pas solidarisés par des liaisons fermes
On ne saurait assez recommander, dans ces conditions doûteuses, de ne compter sur aucun
support latéral fixe, ou, tout au plus, d’évaluer une certaine élasticité du support. Le
concepteur ne peut traiter à la légère cet aspect particulier du problème de déversement,
car la plupart des accidents en construction métallique résultent d’un entretoisement
inadéquat ou inefficace ; il doit aussi ne pas oublier d’examiner soigneseument les phases
de construction, durant lesquelles tous les supports ne sont peut-être pas encore mis en
place.
Chapitre 6

Théorie élastique des coques


chargées symétriquement

6.1 Introduction
6.1.1 Définitions
Une structure qui a une dimension beaucoup plus petite que les deux atres est appelée
coque si sa surface moyenne possède au moins une courbure principale non nulle.
Si, en chaque point de la surface moyenne, on élève la perpendiculaire et si on reporte de
part et d’autre un segment de longueur e/2, on engendre un solide d’épaisseur e. Notons
que l’épaisseur doit être suffisamment continue, c’est-à-dire que la zone de raccordement
entre des tronçons d’épaisseurs différentes doit s’étendre sur plusieurs fois l’épaisseur de
la coque.

6.1.2 Courbures principales


En chaque point de la surface moyenne, on peut faire passer par la normale une in-
finité de plans qui coupent tous la surface moyenne selon une courbe. Les deux lignes
d’intersection dont le rayon de courbure est minimum ou maximum sont situés dans des
plans orthogonaux et définissent les courbures principales de la surface.
Les courbures principales en un point sont de même signe ou non, de sorte que leur pro-
duit appelé courbure gaussienne peut être positif (calotte sphérique, coupole, paraboloı̈de
elliptique,. . . ), nul (cylindre, cône,. . . ) ou négatif (paraboloı̈de, hyperboloı̈de à une nappe,
hélicoı̈de,. . . ). On utilise souvent les lignes de courbures principales comme système de
référence.

6.1.3 Hypothèses fondamentales de l’étude des coques minces


Nous dirons d’une coque qu’elle est mince si la valeur maximale du rapport e/r2 de
l’épaisseur au plus petit des rayons de courbure principaux, reste faible vis-à-vis de l’unité.
Pratiquement, on considère qu’une coque est mince si on a :
 
e 1
max ≤ (6.1)
r2 20
96
CHAPITRE 6. THÉORIE ÉLASTIQUE DES COQUES 97

Dans beaucoup d’applications pratiques, on a :


 
1 e 1
≤ ≤ (6.2)
1000 r2 50

Dans ce qui suit, nous limiterons l’étude élastique des coques minces et nous ferons les
hypothèses fondamentales suivantes :
– conservation des normales
– petits déplacements, c’est-à-dire qu’on étudiera la coque dans son état non déformé.
Ceci impose que les coques étudiées ne soient pas trop minces. Pratiquement, il faut
que :  
1 e 1
≤ ≤ (6.3)
200 r2 20
cette condition traduisant le fait que le déplacement maximum doit rester faible
vis-à-vis de l’épaisseur
– déformations évanouissante, c’est-à-dire que les déformations ij sont liées aux dé-
placements (u, v, w) de manière linéaire
– contractions transversales de la coque sont négligeables
– contraintes normales transversales sont négligeables. Ceci nous permettra de consi-
dérer la coque comme un ensemble de feuillets et de relier la déformation d’un feuillet
quelconque à la déformation de la surface moyenne.
La première hypothèse est bien vérifiée si la coque est mince, elle constitue extension à
la coque du principe de Bernoulli de conservation des sections planes. Supposer qu’une
normale à la coque avant déformation reste normale à la coque après déformation revient
à négliger les effets de l’effort tranchant. Pour les coques minces, on peut faire l’étude sur
base de cette hypothèse.

Les autres hypothèses sont admissibles dans beaucoup de problèmes pratiques. Dans
le cas d’une coque très mince, les déplacements peuvent être importants et il faut faire
l’étude dans la géométrie déformée. Si la coque est épaisse, les deux dernières hypothèses
ne sont pas vérifiées.

6.1.4 Etat de membrane


Un câble ou un fil ne peuvent transmettre que des efforts de traction. Ils peuvent sup-
porter des charges transversales, comme leur poids propre, à condition qu’ils prennent une
forme particulière d’équilibre. Dans le cas d’un fil suspendu entre deux points et soumis à
son poids propre, la forme d’équilibre du fil est un cosinus hyperbolique appelé chaı̂nette
(voir cours de Mécanique Rationnelle - Statique des fils).

Un arc peut supporter des charges en n’étant le siège d’aucun moment de flexion si la
forme géométrique de l’arc est telle qu’elle constitue le funiculaire des charges appliquées.
De la même manière, on imagine facilement qu’une coque puisse supporter des charges
uniquement par des efforts de traction ou de compression.
CHAPITRE 6. THÉORIE ÉLASTIQUE DES COQUES 98

Nous dirons s’une coque est en état de membrane si les charges qui lui sont appliquées
n’engendrent que des sollicitations planes de la surface moyenne. Il est possible d’obtenir
un état de membrane dans une structure si :
– la rigidité flexionnelle de la structure est négligeable ; c’est le cas des membranes en
caoutchouc, des bulles de savon, des structures formées d’un réseau de câbles
– même si la rigidité flexionnelle n’est pas nulle, on peut obtenir un état de membrane
dans une coque pour autant que la sollicitation soit ”convenable”’.
Pour un arc, nous savons qu’il existe une relation biunivoque entre la forme et la sollici-
tation pour que l’arc ne soit soumis qu’à un effort de traction ou de compression.
Dans le cas des coques, l’existence d’une double courbure fait qu’il n’y a plus de relation
biunivoque entre la sollicitation et la forme de sorte que qu’une coque donnée peut être
en état de membrane pour une famille de sollicitations.

Une coque ne sera pas en état de membrane si :


– sa rigidité flexionelle étant significative, les variations de courbures produites par
les déformations engendrent des efforts de flexion selon la relation démontrée dans
l’étude des plaques fléchies :

M1 = D(∆K1 + ν∆K2 ) (6.4)

où :
∆K1 et ∆K2 sont les variations de courbures principales
ν est le coefficient de Poisson
M1 est le moment de flexion dans la direction principale 1

– elle est chargée par des forces concentrées car, au voisinage de la charge, il apparaı̂t
nécessairement des efforts tranchants qui s’accompagnent toujours de flexion
– les appuis de la coque empêchent les déplacements transversaux et les rotations aux
contours. Il faut en effet que les réactions aux bords soient situées dans le plan
tangent à la coque pour qu’il n’ait pas de flexion
– la coque présente des discontinuités de forme et de courbure

6.2 Les corps axisymétriques


6.2.1 Introduction
Les problèmes posés par des corps axisymétriques (ou corps de révovolution) soumis
à des chargements également axisymétriques figurent parmi ceux qu’on rencontre le plus
souvent en génie mécanique. Les tubes, les coques sous presssion, les cylindres à paroi
épaisse, les volants, par exemple, sont des des corps axisymétriques.

La méthode de résolution diffère en fonction du rapport qui existe entre l’épaisseur


de la paroi et le rayon de la section. Selon l’importance de ce rapport, on distingue deux
catégories principales de corps axisymétriques : les corps axisymétriques à paroi mince et
les corps axisymétriques à paroi épaisse. Nous traiterons de la première catégorie, parce
CHAPITRE 6. THÉORIE ÉLASTIQUE DES COQUES 99

que les problèmes que posent les corps axisymétriques à paroi mince revêtent une impor-
tance pratique considérable.

Une surface de révolution est générée par la rotation d’une courbe plane autour d’un
axe contenu dans le plan de la courbe. La courbe génératrice est appelée un méridien. Un
point quelconque d’un méridien décrit, lors de la rotation, un cercle appelé parallèle.
En général, pour les corps de révolution, nous utilisons un système de données cylindriques
(r, θ, z) où z est l’axe de symétrie. Or, en présence d’un axe de symétrie de révolution z, les
contraintes et les déformations engendrées sont, par définition, indépendantes de l’angle θ.
Les contraintes normales qui agissent selon les directions du système de coordonnées sont
les contraintes principales. Nous pouvons en effet montrer par des arguments basés sur la
symétrie, que les contraintes de cisaillement τθz et τrz sont nulles. Les contraintes princi-
pales sont donc : la contrainte circonférentielle ou parallèle σθ , la contrainte longitudinale
ou méridienne σϕ et la contrainte radiale σr .

6.2.2 Chargement axisymétrique


Pour les corps à paroi mince, nous pouvons poser comme hypothèse que la contrainte
est constante dans toute l’épaisseur de la paroi, ce qui nous permet de négliger la flexion de
cette dernière. Nous pouvons donc mettre facilement en évidence une relation d’équilibre
entre les forces internes et les forces externes de pression, et trouver ainsi la solution, même
pour des géométries complexes. Il n’est pas nécessaire que la pression soit constante sur
toute la paroi ; toutefois, sa répartition doit, par définition, être symétrique par rapport
à l’axe de révolution.

6.2.3 Etude de la géométrie


Les figures 6.1a et b montrent un élément de la paroi mince d’une coque de révolution
ainsi que le système de coordonnées utilisé : ϕ (direction méridienne), θ (direction cir-
conférentielle) et r (direction normale à la paroi) ; ce système, qui épouse la géométrie
de la coque, est finalement très pratique. Nous distinguons en général deux courbures
principales, donc deux rayons de courbure :
– r1 : rayon méridien, qui est situé dans un plan méridien auquel appartient l’axe de
révolution, sous-tend l’angle dϕ. Ce rayon peut être de longueur infinie, par exemple
dans le cas d’un cylindre ou d’un cône
– r2 : rayon circonférentiel, dont la longueur est la distance qui sépare la paroi de l’axe
de révolution z, sous-tend l’angle dθ.
Les dimensions de l’élément, dans les directions méridienne et circonférentielle, corres-
pondent respectivement à celles des arcs dsϕ = r1 dϕ, et dsθ = r2 dθ ; la paroi, quant à
elle, a une épaisseur e. Une dernière dimension, le rayon r a pour longueur la distance
qui sépare le point 0 de l’axe de révolution z (cette distance est évidemment mesurée
normalement à l’axe des z). Le rayon, est donc la projection du rayon r2 sur la normale
à l’axe des z, issue de 0, et il vaut :

r = r2 sin ϕ (6.5)
CHAPITRE 6. THÉORIE ÉLASTIQUE DES COQUES 100

où ϕ est l’angle formé par la normale à la paroi, au point 0, et l’axe de révolution z (fi-
gure 6.1b). La contrainte méridienne σϕ , normale au rayon r1 , représente la valeur moyenne
de la contrainte agissant sur le côté de longueur dsθ . La contrainte circonférentielle σθ ,
normale au rayon r2 , agit sur le côté de longueur dsϕ . Comme dans l’étude des plaques
fléchies, on peut définir les efforts internes par unité de longueur :
Nϕ = eσϕ
(6.6)
Nθ = eσθ

6.2.4 Relations fondamentales d’équilibre


Pour déterminer les deux contraintes, nous devons faire appel à deux équations d’équi-
libre. D’abord, pour rendre compte de l’équilibre dans la direction normale à un élément
(figures 6.1c et d), nous pouvons établir une relation qui soit valable pour tous les types
de coque de révolution mince. Ensuite, pour chaque type de coque, nous utilisons une
deuxième équation d’équilibre (dans la direction axiale, cette fois) pour déterminer la
contrainte méridienne.

Soit un élément ABCD (figure 6.1b). La force interne qui agit sur la face AB est :

σθ edsϕ = Nθ dsϕ (6.7)

tandis que celle qui agit sur la face BC vaut :

σϕ edsθ = Nϕ dsθ (6.8)

Les composantes radiales de ces forces, c’est-à-dire les composantes normales à la paroi de
l’élément, sont (figure 6.1c et d), en ce qui concerne les contraintes et les efforts internes :
dθ dθ
Fθ = 2σθ edsϕ sin = 2Nθ dsϕ sin (6.9)
2 2
dϕ dϕ
Fϕ = 2σϕ edsθ sin = 2Nϕ dsθ sin (6.10)
2 2
et, en ce qui concerne la pression interne :

P = pdsϕ dsθ (6.11)


pr1 dϕr2 dθ (6.12)

L’équilibre des forces normales à la paroi donne, par conséquent :

P = Fθ + Fϕ (6.13)
dθ dϕ
= pr1 dϕr2 dθ = 2Nθ dsϕ sin + 2Nϕ dsθ sin (6.14)
2 2
Toutefois, les angles étant très petits, nous pouvons considérer que l’arc est égal à la corde
et que le sinus et la tangente sont égaux à l’angle. Donc, à partir de l’équation (6.14),
nous obtenons :
Nθ Nϕ
+ =p (6.15)
r2 r1
CHAPITRE 6. THÉORIE ÉLASTIQUE DES COQUES 101

Fig. 6.1 – Coque axisymétrique : (a) géométrie, (b) géométrie d’un élément deparoi, (c)
et (d) vue selon les directions ϕ et θ
CHAPITRE 6. THÉORIE ÉLASTIQUE DES COQUES 102

Remarquons que, si le rayon de courbure est extérieur à la paroi (comme au point A de


la figure 6.1a, par exemple), sa valeur est négative dans l’équation (6.15).

Une deuxième équation d’équilibre dans la direction axiale permet de déterminer l’ef-
fort méridien Nϕ . Il suffit en effet d’effectuer une coupure selon un parallèle (plan de coupe
perpendiculaire à l’axe de rotation). Une fois connue la valeur de cet effort normal, nous
calculons celui circonférentiel à partir de l’équation (6.15).
Chapitre 7

Voilement des plaques comprimées

7.1 Introduction
Quand une barre comprimée flambe, le phénomène est gouverné par la flexion. De
façon analogue, une plaque sollicitée par des actions situées dans son feuillet moyen, peut
flamber. Sa déformée peut rappeler la déformée de flexion d’une plaque chargée perpen-
diculairement à son feuillet moyen, ou au contraire avoir l’aspect d’ondes (ou cloques)
successives. Les figures 7.1 évoquent divers modes de voilement possibles pour un même
chargement ou pour des chargements différents, dans le cas de plaques appuyées à leur
périphérie.

Le voilement est un phénomène d’instabilité relatif aux plaques minces sollicitées dans
leur plan. On peut donc considérer que le voilement est aux plaques, éléments de structure
dont deux dimensions sont grandes vis-à-vis de la troisième, ce que le flambement est aux
colonnes, dont une seule dimension est nettement supérieure aux deux autres.

Considérons, à titre d’exemple, une plaque rectangulaire de dimensions a × b, et


d’épaisseur e constante, appuyée librement sur son pourtour de telle manière qu’on puisse
assimiler ces appuis à des articulations, et admettons que cette plaque est parfaitement
plane. Soumettons-la à compression uniforme selon les deux bords opposés de largeur b (fi-
gure 7.2a). Pour une faible valeur de la contrainte de compression σx , tout déplacement im-
posé w de la plaque hors de son plan disparait lorsque la cause engendrant ce déplacement
est supprimée et la plaque reprend son état initial d’équilibre avec une configuration par-
faitement plane. Pour un certain niveau de contrainte σx = σcr , dite contrainte critique de
voilement élastique, la plaque peut rester dans sa position déformée après suppression de
la cause ayant suscité ledit déplacement ; la plaque reste cloquée et on constate donc qu’à
ce niveau de contrainte, la plaque est dans un état d’équilibre indifférent (figure 7.2b).
Tant la position plane non voilée que la position cloquée ou voilée constituent deux états
d’équilibre.

Tout donne donc à penser que, comme pour le flambement des colonnes, une plaque
plane comprimée reste parfaitement plane jusqu’à une charge, dite charge critique de voile-
ment, pour laquelle elle peut prendre subitement une configuration d’équilibre déformée ;
on aurait ainsi un phénomène de voilement par bifurcation de l’équilibre. Cependant,
103
CHAPITRE 7. VOILEMENT DES PLAQUES 104

Fig. 7.1 – Différents cas de voilement d’une plaque


CHAPITRE 7. VOILEMENT DES PLAQUES 105

Fig. 7.2 – Voilement d’une plaque

contrairement au flambement, le voilement élastique d’une plaque plane n’est pas syno-
nyme de ruine de cette plaque. Une colonne atteignant sa charge critique de flambement
prend une déformation transversale subite et le raccourcissement de la colonne se produit
à charge décroissante ; une plaque qui atteint sa charge critique de voilement prend une
déformée de voilement, qui a pour effet d’avoir fait flamber les fibres comprimées tout en
ayant allongé les fibres perpendiculaires aux précédentes (figure 7.2c). Dès lors, les fibres
transversales tendues jouent dès ce moment le rôle d’une fondation élastique pour les fibres
comprimées, rôle qui ne peut être assuré que si la plaque a préalablement voilé : elles sont
le siège de contraintes membranaires qui se développeront avec une intensité d’autant plus
grande que la configuration des appuis leur assurera un meilleur ancrage. Il faut donc que
les bords non chargés de la plaque soient au moins simplement appuyés ; un appui simple
avec empêchement de déplacement dans le plan de la plaque ou un encastrement sont des
configurations encore plus propices à l’apparition des contraintes membranaires.

Les contraintes de membrane tendent donc à stabiliser la plaque après que celle-ci
ait voilé ; cela explique qu’une plaque puisse supporter une charge supérieure à la charge
critique de voilement avant d’atteindre la ruine proprement dite. Le comportement d’une
plaque idéalement plane à l’état non contraint se compose donc, dans un diagramme
charge-déplacement transversal, d’une droite coı̈ncidant avec l’axe des ordonnées jusqu’à
la charge critique Ncr , puis au-delà, d’une courbe croissante à concavité vers le haut, se
raccordant tangentiellement à l’horizontal d’ordonnée N = Ncr . Ce comportement est
schématisé à la figure 7.3 en regard de celui d’une colonne comprimée axialement.

Il est évident que le comportement d’une plaque au-delà de la charge critique, dit
comportement post-critique, ne peut être représenté par la théorie linéaire du voilement
élastique, qui ne rend compte que du voilement par bifurcation d’équilibre d’une plaque
plane. Par ailleurs. les imperfections géométriques initiales inévitables (défaut de planéité)
d’une plaque de fabrication industrielle vont perturber le comportement ci-dessus en en-
gendrant un cloquage de la plaque dès le début du chargement ; on observe cependant
que de telles imperfections, si elles modifient l’allure du comportement au début de la
CHAPITRE 7. VOILEMENT DES PLAQUES 106

Fig. 7.3 – Courbes charge-déplacement

mise en charge, voient leur incidence s’amenuiser au fur et à mesure que l’on pénètre plus
avant dans le domaine post-critique. Le comportement d’une plaque imparfaite est ainsi
asymptotique à celui d’une plaque initialement parfaitement plane.

Comme aucun matériau ne possède une élasticité infinie, il existe donc une charge à
partir de laquelle le matériau se plastifie, ce qui rend la structure plus flexible et accroit
le gradient de la déformée transversale δ en fonction de la charge. La courbe de com-
portement post-critique finit donc par s’incurver pour franchir une valeur maximum de
la charge qui est la charge de ruine, après quoi le déplacement δ s’accroit sous charge
décroissante (figure 7.4).
Les imperfections structurales, et notamment les contraintes résiduelles dont la plaque
est affectée en raison des divers processus d’élaboration, perturbent également le compor-
tement puisqu’elles vont permettre une plastification prématurée de certaines zones.

Ce qui vient d’être dit à propos de la plaque soumise à compression uniforme, n’est nul-
lement limité à ce seul cas de sollicitation. Un comportement similaire existe si la plaque
considérée est fléchie, cisaillée ou soumise à une quelconque combinaison de ces sollicita-
tions élémentaires. Pour tenir compte du comportement réel jusqu’à la ruine d’une plaque
industrielle, il faudrait user d’une théorie élasto-plastique avec grands déplacements. Cela
n’est concevable que par voie de calcul numérique mais le traitement complet d’un tel
problème dans les conditions actuelles reste délicat à réaliser. Comme de nombreuses
méthodes de calcul évoluées continuent à faire référence, par commodité, à la notion de
contrainte critique, on examinera la théorie linéaire du voilement élastique.
CHAPITRE 7. VOILEMENT DES PLAQUES 107

Fig. 7.4 – Effet de la plasticité

7.2 Plaques non raidies


La théorie linéaire du voilement est susceptible de fournir la charge élastique de voile-
ment par bifurcation de l’état d’équilibre, à l’exclusion de toute information sur le compor-
tement post-critique et a fortiori de la ruine, pour une plaque idéale, c’est-à-dire répondant
aux hypothèses suivantes :
– le matériau est indéfiniment élastique linéaire
– la plaque est initialement parfaitement plane
– la plaque est sollicitée par des forces agissant rigoureusement dans son plan moyen
Dans la première partie du cours consacrée aux plaques, on a vu que l’équation régissant
l’équilibre d’une plaque isotrope déformée d’épaisseur constante est la suivante :

∂4w ∂4w ∂4w p(x, y)


4
+ 2 2 2
+ 4
= (7.1)
∂x ∂x ∂y ∂y D

où w(x, y) désigne le déplacement transversal en tout point (x, y) de la plaque, p(x, y)
l’intensité de la charge agissant en tout point (x, y) transversalement au plan de la plaque,
et D la raideur flexionnelle, donnée par :

Ee3
D= (7.2)
12(1 − ν 2 )

7.2.1 Contrainte critique de voilement élastique - Cas de la com-


pression uniforme
Considérons encore la plaque rectangulaire d’épaisseur constante de la figure 7.2. Dans
ce cas, il est facile de voir, en considérant l’équilibre d’un élément de longueur dx dans
CHAPITRE 7. VOILEMENT DES PLAQUES 108

son état déformé (figure 7.5), que :

∂w ∂ 2 w
   
∂w ∂Nx
Nx dy − Nx + dx dy + dx = pdxdy (7.3)
∂x ∂x ∂x ∂x2

d’où, en négligeant les infiniments petits du second ordre :

∂2w
q = −Nx (7.4)
∂x2

Fig. 7.5 – Elément de plaque comprimé

L’équation aux dérivées partielles (7.1) gouvernant le phénomène s’écrit dès lors :

∂4w ∂4w ∂4w Nx ∂ 2 w


+ 2 + = − (7.5)
∂x4 ∂x2 ∂y 2 ∂y 4 D ∂x2
Les conditions d’appui :

∂2w
w= = 0 en x = 0 et x = a (7.6)
∂x2
∂2w
w= = 0 en y = 0 et y = b (7.7)
∂y 2

incitent à adopter pour la déformée w(x, y) la fonction trigonométrique :


∞ X

X mπx
w(x, y) = Amn sin sin nπyb (7.8)
m=1 n=1
a

qui permet de les satisfaire ipso facto sur les quatre bords. En introduisant (7.8) dans
(7.5), on obtient :
π 2 D m2 b n2 a
 
Nx = 2 2 + (7.9)
mb a b
CHAPITRE 7. VOILEMENT DES PLAQUES 109

La valeur de la charge critique cherchée Nx,cr est la valeur minimale de (7.9). Celle-ci
exige d’abord que n = 1, ce qui correspond donc à un voilement en une demi-onde dans
le sens perpendiculaire à la direction de la compression. En désignant par :
a
α= (7.10)
b
Le rapport des dimensions de la plaque, a étant mesuré dans la direction de la com-
pression, on a donc la contrainte critique :

π2D  m α 2
σx,cr = + (7.11)
b2 e α m
Le nombre m désigne le nombre de demi-ondes qui apparaissent dans la direction x de
sollicitation ; il intervient dans une expression qui est désignée sous le nom de coefficient
de voilement kc : m α 2
kc = + (7.12)
α m
Quant à l’expression π 2 D/b2 e, qui a la dimension d’une contrainte, elle est appelée
contrainte de référence d’Euler σE et est donnée sous forme explicite par :

π2E  e 2
σE = (7.13)
12(1 − ν 2 ) b

Pour le cas particulier de l’acier, le module d’élasticité E est de l’ordre de 21.000 daN/mm2
et le coefficient de Poisson est voisin de 0, 3 ; on a donc approximativement :
 e 2
σE = 1.9 · 105 en N/mm2 (7.14)
b
Cette contrainte dépend de la minceur b/e de la plaque mais nullement de la nuance
d’acier. Il est facile de voir qu’elle représente la contrainte critique de voilement d’une
bande de plaque de largeur unitaire et de longueur b, donc découpée perpendiculairement
à la direction de sollicitation.

Si l’on reprend l’expression du coefficient de voilement, on constate que quel que soit
le nombre m de demi-ondes dans le sens x, kc prend une valeur minimum constante. En
effet :  
∂kc m α 1 α
=0⇐ + + =0 (7.15)
∂m α m α m2
ce qui entraı̂ne :
m=α (7.16)
d’où :
kc,min = 4 (7.17)
La courbe de kc correspondant au voilement en m demi-ondes se déduit de la courbe
fondamentale m = 1 par une affinité horizontale, en multipliant toutes les abscisses α et
m, sans changer les ordonnées. L’ensemble de ces courbes est représenté à la figure 7.8 ; il
n’y a lieu de retenir que l’enveloppe inférieure de ces courbes, représentée en trait plein,
CHAPITRE 7. VOILEMENT DES PLAQUES 110

Fig. 7.6 – Coefficient de voilement kc pour une plaque comprimée

les zones tracées en pointillés correspondant à des charges critiques plus élevées et n’ayant
des lors aucune importance pratique.
De ce qui précède, on constate donc que si la longueur a de la plaque est exactement
un multiple de sa largeur b, le voilement se fait en demi-ondes carrées. Pour des rapports
α supérieurs à 1 mais non entiers, le voilement en ondes carrées est impossible et la
charge critique devient légèrement supérieure (kc > 4), la différence n’est toutefois pas
grande et elle est d’autant moins significative que le rapport α augmente. Par contre
pour α < 1, le relèvement de la charge critique peut devenir appréciable ; bien que ce
domaine d’utilisation soit moins courant, il est intéressant d’examiner à quoi correspond
physiquement le comportement de plaques très courtes. Dans ce cas, on a évidemment
m = 1 et on peut négliger α devant 1/α ; il reste donc :

π2D π2 Ee3
σx,cr = = (7.18)
a2 e a2 e 12(1 − ν 2 )

Ce résultat ne représente rien d’autre que la charge critique de flambement d’une série
de colonnes jointives découpées dans le sens de la compression, jouissant d’une raideur
majorée par l’effet plaque (facteur 1 − ν 2 ) et ne bénéficiant pratiquement d’aucun support
de la part des bords non chargés.

Pour des raisons de commodité, on a souvent recours à un diagramme simplifié du


coefficient de voilement, tel celui représenté à la figure 7.7. L’approximation faite situe
l’utilisateur du côté de la sécurité.
CHAPITRE 7. VOILEMENT DES PLAQUES 111

Fig. 7.7 – Coefficient de voilement kc , diagramme simplifié

7.3 Voilement des plaques isotropes - Formules clas-


siques
En résolvant les équations ci-dessus pour différentes conditions au contour, on obtient
différents coefficients de voilement. Ci-dessous sont repris les solutions pour le cas de
la plaque en compression simple (figure 7.8). Ces formules correspondent au début du
phénomène de voilement ou flambage. Elles ne correspondent pas forcément à la ruine de
la structure. Dans certains cas le début de la ruine se produit sous des charges six à sept
fois supérieures à celles qui correspondent au début du voilement.

Fig. 7.8 – Plaque en compression simple

La contrainte critique est donnée par :


 e 2
σcr = kc E (7.19)
b
CHAPITRE 7. VOILEMENT DES PLAQUES 112

Les tableaux ci-dessous donnent la valeur de l’indice c du coefficient K en fonction de


la nature des liaisons des bords de la plaque et la valeur des coefficients kc en fonction du
rapport a/b des longueurs des côtés de la plaque.

Repère Liaison des bords AB et CD Liaison des bords AC et BD


c=1 articulés articulés libres
c=2 articulés l’un est articulé, l’autre libre
c=3 articulés l’un est encastré, l’autre libre
c=4 encastrés libres
c=5 articulés articulés
c=6 encastrés articulés
c=7 articulés encastrés
c=8 encastrés encastrés

Tab. 7.1 – Condition au contour de la plaque comprimée

a/b K1 K2 K3 K4 K5 K6 K7 K8
0,4 5,7 6 ≈6,8 >20 7,7 >20 8,8 >20
0,5 3,5 4,2 4,8 15,8 5,8 >16 7.4 >20
0,6 2,5 3 3,8 10 4,8 12 6,5 14,5
0,7 1,8 2,4 2,8 7,3 4,3 9,3 6,4 12
0,8 1,4 1,9 2,2 5,6 3,9 8 6,7 10,6
0,9 1,2 1,7 1,9 4,5 3,7 7 7,1 9,9
1,0 0,9 1,3 1,60 3,7 3,7 6,2 7 9,4
1,2 0,7 1,1 1,40 2,50 3,70 5,30 6,50 8,8
1,4 0,5 0,9 1,30 1,80 4,10 4,90 6,35 7,8
1,6 0,35 0,75 1,20 1,40 3,80 3,80 6,65 7,4
1,8 0,25 0,70 1,20 1,15 3,60 3,60 6,45 7,3
2,0 0,20 0,60 1,25 0,90 3,50 3,50 6,35 7,15
2,4 0,15 0,50 1,40 0,60 3,80 3,80 6,45 6,90
≥3 0,1 0,50 1,20 0,40 3,50 3,50 6,30 6,30

Tab. 7.2 – Valeurs des coefficients kc


CHAPITRE 7. VOILEMENT DES PLAQUES 113

Fig. 7.9 – Courbes donnant les valeurs de kc en fonction de a/b


Bibliographie

[1] André Bazergui, Thang Bui-Quoc, André Biron Georges McIntyre, Charles Laberge,
Résistance des matériaux, Editions de l’Ecole Polytechnique de Montréal, deuxième
édition (1993)
[2] S.P. Timoshenko, Résistance des matériaux, tome II, Editions Dunod, deuxième
édition (1968)
[3] S.P. Timoshenko, Théorie de la stabilité élastique, Editions Dunod (1966)
[4] Lucien Géminard, Armand Giet, Stabilité des Constructions 1 - flambage, méthode
de Cross, treillis, IUT génie civil, Editions Dunod (1971)
[5] Lucien Géminard, Armand Giet, Stabilité des Constructions 2 - travaux virtuels,
cadres, arc, IUT génie civil, Editions Dunod (1971)
[6] Lucien Géminard, Armand Giet, Stabilité des Constructions 3 - plaques, poutres
creuses, plasticité, IUT génie civil, Editions Dunod (1971)
[7] M. Save, D. Lamblin, Théorie élastique des coques, FPMS
[8] M. Save, Cours de résistance des matériaux, mécanique des structures, FPMS
[9] Ch. Massonnet, Résistance des matériaux, tome I et II, Sciences et lettres, Liège
(1963)
[10] R. Maquoi, Eléments de constructions métalliques, ULg
[11] Manfred A. Hirt, Michel Crisinel, Charpentes métalliques, Traité de Génie Civil,
volume 11, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes (1979)

114

Vous aimerez peut-être aussi