Vous êtes sur la page 1sur 149

PARTIE

III

1
Vendredi 20 avril 2018

Ce soir avant de dormir, j’avais les yeux fermés et j’ai vu distinctement la couleur bleue pendant plusieurs
secondes, puis le vert et enfin le jaune et puis plus rien. Ma vue était littéralement baignée dans ces trois
lumières. J’ai pensé instinctivement aux chakras. Cela semble sans doute stupide de noter ceci, mais il y a
quelque temps je n’y aurais pas fait attention.

Vert : Le quatrième chakra est situé au niveau du cœur au centre de la poitrine. Il correspond à l’amour de
soi et des autres, l’amour inconditionnel, l’amour de l’univers. Pour vibrer pleinement dans cette dimension,
cela suppose toutefois de se libérer du plan émotionnel du chakra solaire et en particulier du non-amour de
soi. Sa couleur, le Vert, stimule notre capacité à aimer inconditionnellement, à recevoir cet amour universel
et à vivre en paix, dans le pardon. C’est la couleur de la nature, généreuse et abondante.
Vertus curatives : apaisant.
Bleu : Le cinquième chakra est situé au niveau de la gorge. Il correspond à la communication, la créativité,
l’expression de soi et la capacité à guider autrui. Il est également en rapport avec l’audition et nous permet
d’être à l’écoute de nos guides intérieurs. On parle de clairaudience. Il est également le siège du jugement.
Sa couleur, le Bleu, stimule notre capacité à communiquer, que ce soit à l’expression ou à l’écoute, que ce
soit pour son monde intérieur ou en relation avec l’extérieur et les autres. En cas d’angine ou de mal de
gorge, il est conseillé de porter un foulard ou une écharpe bleue pour stimuler le chakra et faciliter la
guérison.
Vertus curatives : calme, purifie.
Jaune : Le troisième chakra est situé au niveau du plexus solaire, au-dessus de l’estomac, à la jonction de la
cage thoracique. Il correspond au siège de l’affirmation de soi, du pouvoir personnel et de nos émotions
négatives. Il est en rapport avec notre part masculine. En excès, il crée un égo démesuré et une recherche
excessive de pouvoir sur l’autre.
Sa couleur, le Jaune, stimule notre joie de vivre, notre confiance en nous et notre capacité à trouver notre
place et à rayonner comme un soleil. Son élément est le feu.
Vertus curatives : active la circulation sanguine, fortifie le mental.

Dimanche 22 avril 2018

A cinq heures ce matin je me suis réveillée. J’ai voulu me rendormir et je ne cessais de me répéter, « je veux
rester consciente ». Je tentais de m’immobiliser, j’étais en semi-sommeil, mais mon corps ne cessait de me
piquer à divers endroits, comme des mini-aiguilles ce qui rendait l’immobilisme totalement impossible. J’ai
fini par sombrer dans le sommeil. J’ai rêvé que Cyrille avait acheté des fleurs à une femme et que ça me
mettait très en colère. L’auto-suggestion pour rester consciente n’a pas fonctionné. Aujourd’hui encore je
ressens des picotements un peu partout sur le corps, c’est désagréable.

Le soir, je suis dans mon lit, je regarde les photos de TCI qu’il me reste. Sur celle avec le petit vêtu de jaune,
au-dessus on perçoit très bien le visage d’un homme. Je ne sais pour quelle raison je pense au grand-père de
Linda bien que je ne me souvienne absolument plus de son visage. J’envoie un message à Linda avec la
photo. Elle me répond avoir eu un frisson quand elle a vu la photo et ajoute que ça pourrait effectivement
être son grand-père, qu’il lui ressemble beaucoup. Elle a peur de ne pas être objective alors elle me transmet
des photos. Je trouve effectivement que c’est ressemblant mais difficile de valider à cent pour cent.

Sur la photo que j’ai mise en dessous, je perçois un caniche blanc sur la gauche et à droite comme un
extraterrestre longiligne assis. (Ce sont mes doigts que l’on perçoit dans l’eau).

2
Lundi 23 avril 2018

Cette nuit j’ai eu le sommeil agité. Soen aussi d’ailleurs. Dans la nuit je me suis réveillée avec cette phrase :

« La spasmophilie te sauve la vie ».

C’est vrai que ces crises de spasmophilie mettent mon corps en alerte ce qui m’oblige en quelque sorte à me
concentrer pour me calmer et ne pas empirer les symptômes. Je n’avais pas vu ça sous cet angle.

Extrait du livre « Rêves d’éveil, rêves lucides et pleine conscience dans le rêve et le sommeil » de Charlie
Morley.

L’état hypnagogique et l’état hypnopompique

L’état hypnagogique (l’endormissement) et l’état hypnopompique (la phase de réveil) sont tout aussi importants que
les rêves lucides pour l’apprentissage et le développement. C’est une bonne nouvelle pour les personnes qui luttent
pour être lucides parce que cela signifie qu’il existe des moments d’entraînement alternatifs. Je les soupçonne d’être
plus importants pour les débutants que les rêves eux-mêmes parce qu’ils sont plus accessibles et que ce sont des
moments où nous pouvons expérimenter un libre accès au matériau psychologique que nous supprimons
normalement, surtout la phase hypnopompique. Il semble que ce soit devenu ma spécialité et je peux parfois passer
des heures dans cet état, à l’aube. L’esprit est plus souple alors, plus détendu, et donc parfois capable d’accueillir des
émotions puissantes qu’il bloquerait en temps ordinaire. Cela permet un contexte où sont possibles la profonde
compréhension et l’intégration d’états psychologiques perturbants. Ceux-ci sont indispensables pour grandir et mûrir.
C’est presque comme si un univers parallèle s’ouvrait à nous, nous permettant une intégration rapide d’un état
psychologique non résolu, intégration qui, autrement, prendrait toute une vie. C’est également le lieu où notre
profonde sagesse eut nous instruire.

3
Extrait d’un fascicule élaboré par Jean-Luc NOE intitulé ; Le grand mensonge du développement personnel :
(Lettre destinée, selon ses termes, « aux frustrés et déçus du développement personnel »).

LE GRAND MENSONGE DU DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

FAIT :L’univers est constitué uniquement de vibrations

Tout ce qui nous parait physique, palpable: objets, corps, etc. ne sont en fait qu’un ensemble de vibrations. Ca peut
paraître fou, mais ce n’est pas moi qui le dis ! Les plus grands cerveaux de notre epoque sont unanimes. L’etude de la
physique quantique a remis en question toute notre perception de l’Univers, tout ce que l’on croyait etre vrai ne l’est
pas. Le secret : la vibration. On a tous entendu parler de la theorie de la Relativite, sous sa formule mais sans jamais
vraiment la comprendre. :

E = MC2

Decouverte par Albert Einstein, elle signifie : L’Energie (E) = La masse d’un objet (M) multiplie par la vitesse de la
lumiere (C) au carre.
Concretement, Einstein a prouve que la matiere et l’energie sont non seulement liees, mais se transforment l’une en
l’autre, et vice versa. Tout ce qui existe dans l’Univers est energie. Donc, l’Univers est energie. Cette energie vibre.
Votre corps, votre ordinateur, la table, tout ce que vous voyez n’est qu’un entremela de particules diverses : atomes,
eux memes constitues de neutrons, protons et electrons, ils vibrent tous à differentes frequences ce qui permet de les
voir comme etant de la matiere. Parmi toutes ces particules, celle qui nous interesse s’appelle la particule de Planck.
Son existence est encore hypothetique, mais comme le boson de Higgs decouvert en juillet 2012, sa mise en evidence
ne saurait tarder. Cette particule a des caracteristiques bien precises :
- Elle est la plus petite connue à ce jour.
- Elle est au cœur des trous noirs.
- Elle vibre aux plus hautes frequences, 2 952 Thz et se deplace à 64 fois la vitesse de la lumiere.
En fait, cette particule est à ce jour la source connue de l’Univers. Je ne sais pas quelle sera la prochaine, mais ce qui
est sur c’est qu’elle vibrera encore plus et sera encore plus rapide. Je dois vous dire une autre chose sur la particule
de Planck. Quand vous aurez appris à vous connecter à cette source connue de l’Univers, vous atteindrez precisement
ce que vous voulez.

Avant de vous montrer comment vous y connecter, il y a cinq mythes du developpement personnel à bannir. Il n’ y a
pas de honte à s’être laissé emporter par ces cinq mythes, ce sont seulement des étapes à surmonter pour passer au
niveau supérieur. Moi aussi, j’ai dû passer par là.

Les cinq mythes du developpement personnel à bannir :

1- On peut influencer l’Univers :


On n’influence jamais l’Univers. Chacun d’entre nous se materialise sur terre avec une mission, un reve au fond de
soi. Cette mission a ete placee par l’Univers, pour une raison precise : l’Univers se manifeste à travers nous. Lorsque
l’on enfouit nos reves, on se retrouve à côte de la plaque. Se connecter à la source de l’Univers ne permet pas de
l’influencer, mais de se synchroniser avec Lui.
Grace à cette connexion, vous retrouvez vos veritables reves mis en place à votre naissance et vous vous alignez avec
la source pour les atteindre. À ce moment precis, vous ne l’avez pas influence. Vous vous etes connecte.

2 – La pensée positive :
Il vaut mieux bien sur, voir le verre à moitie plein, plutôt qu’à moitie vide et considerer une issue positive en toutes
situations est un excellent moyen d’avancer, mais la derive est de se retrouver deconnecte de la realite, accroche à vos
illusions, en manque d’esprit critique, avec une grosse deception à la cle. Vous aurez beau penser « Le soleil se leve à
l’ouest » toute votre vie, ca ne changera rien. Le soleil se levait à l’est avant que vous ne pensiez ca, et continuera
longtemps apres. Il est important de voir la realite telle qu’elle est.

3 – La loi d’attraction fonctionne toujours :


Je connais des champions de la visualisation. J’en ai fait partie. Ils sont capables de voir clairement les six zeros sur

4
leur compte en banque et la chambre d’hôtel cinq etoiles pour leurs prochaines vacances aux Bahamas. La realite est
que leur releve indique une dizaine d’euros à la fin du mois (si ce n’est pire). Pourtant, ils appliquent la loi
d’attraction ! Ils visualisent tous les jours, ils ecrivent, ils mettent le focus sur leur vision board, mais rien ne marche.
Parce qu’il leur manque un ingredient essentiel : etre ajuste avec l’Univers. Leur niveau vibratoire descend de plus en
plus à chaque tentative infructueuse, et ils s’enfoncent de plus en plus profondement dans la perte de confiance en
eux.

4 – Ne pas parler de vibrations :


À travers les annees, j’ai eu le privilege d’animer les entraînements Carnegie, d’etre pratiquant Zen en suivant l’ecole
Durckheim, pratiquant EFT, faire du rebirth, de la chromatherapie, de la radiesthesie, coach forme aux methodes de
Tony Robbins, exerce en tant que numerologue et radiesthesiste. Tous m’ont apporte les connaissances necessaires
pour atteindre ce palier, mais jamais ils n’ont parle de ce qui permet d’aller au delà, le niveau vibratoire.
Pourtant, la majorite des grands mentors le savent. Seulement, ils n’en parlent pas. En fait, ils ont trois raisons pour
ne pas partager ce secret. Certains n’ont pas la connaissance. Ils utilisent ce mecanisme de maniere totalement
instinctive. Certains ont peur pour leur reputation. La majorite des gens n’est pas prete à entendre parler de
vibrations puisque ce modele remet en question toute leur vie. Certains n’ont simplement pas envie. Ils ne veulent pas
que leurs propres eleves puissent avoir plus de succes qu’eux.

5 – Les séminaires courts sans suivi avant et après :


Ces seminaires sont comme sniffer un rail de cocaine. Ils vous reveillent, vous gonflent en adrenaline et vous donnent
la sensation d’etre invincible. Mais, une fois que vous rentrez chez vous, la descente est fatale. C’est encore plus dur à
gerer qu’un addict essayant de se sevrer… En fait, ces seminaires pourraient etre reellement transformants, mais il
leur manque un ingredient essentiel : une preparation avant et un suivi apres. Un seminaire qui change la vie à
jamais doit comporter trois etapes :
Vous devez d’abord etre prepare, pour arriver avec un premier bagage theorique. Ainsi, vous pouvez profiter du
seminaire pour mettre en pratique avec votre initiateur. Vous devez recevoir un suivi sur plusieurs mois, pour vous
assurer de ne pas retomber dans d’anciens travers.

Ces cinq mythes vous empechent de vous connecter à l’Univers, en vous maintenant dans l’ignorance. Pour
comprendre comment aller au delà, faisons un retour en arriere, dans la philosophie hindouiste.

Comment passer le mur du son vibratoire et vous connecter à l’Univers :


Les anciens textes sacres hindouistes ecrits en sanskrit revelent l’existence des chakras, sept centres d’energie
repartis le long du corps. Chaque chakra à un rôle et une fonction de regulation ou de gestion du comportement
humain. Ils correspondent respectivement à une vibration, correspondant elle aussi à une note de musique. Pour
l’instant deux chakras nous interessent particulierement, l’Agya Chakra au niveau du 3eme œil, et le Sahasrara, notre
7eme chakra. L’Agya Chakra est notre troisieme œil, il vibre à une frequence de 852 Hz et correspond à la note SI.
C’est le seuil des perceptions et de la clairvoyance. Il nous permet d’etre conscients de nous-memes, des autres et du
monde.

5
Le Sahasrara Chakra est celui qui vibre à la plus haute frequence, 963 Hz. Il n’est pas situe dans notre corps, mais
legerement au-dessus, et est oriente vers le haut. L’Agya Chakra nous interesse particulierement. On le retrouve au
niveau du 3eme œil, où se trouve aussi notre glande pineale. Pendant longtemps, on a considere cette petite glande
comme un organe atrophie, un œil non developpe. Au XVIIeme siecle, Rene Descartes affirmait que c’etait le siege de
l’ame. Il en etait venu à cette conclusion parce que cette glande est le seul organe du cerveau à ne pas etre conjugue,
c’est à dire etre une paire d’organes symetriques. Les scientifiques se sont rendu compte que finalement cet organe est
compose d'une paire qui a fusionne. Mais, l’instinct de Descartes etait bon pour une autre raison.

Cette glande est constituee de cristaux d’apatite, les cristaux a plus haute frequence vibratoire. J’ai decouvert que
nous avons un ensemble recepteur / emetteur. La glande pineale est le recepteur, ses cristaux permettant de capter les
vibrations qui emanent de la source de l’Univers. L’emetteur est lui, le plexus solaire au niveau du chakra du cœur.
Jesus est d’ailleurs souvent represente avec sa main au niveau du cœur, et la lumiere jaillissant de ce dernier. Le
probleme est que notre glande pineale a ete calcifiee. Les IRM revelent que la glande pineale d’une personne lambda
est envahie de calcaire. Pour l’instant, le pourquoi ne nous interesse pas.

En revanche, il est temps de prendre un marteau piqueur pour fracasser ce calcaire et liberer votre troisieme œil. Une
fois libere, vous pouvez elever vos vibrations, afin de vous ajuster et de vous connecter à l’Univers. Pour y arriver,
vous passez d’abord par le processus de deconditionnement en 3 etapes, qui vous permettra de decalcifier votre
glande pineale et vous detoxifier de ce que la societe vous a inculque pour retrouver votre mission :
Etape 1 : Le Physique.
Etape 2 : Le Mental.
Etape 3 : Le Spirituel.

Étape 1 : Le physique :
Pour decalcifier la glande pineale et elever vos vibrations, vous devez vous appuyer sur quatre piliers :
L’alimentation, la respiration, le sommeil, le mouvement.
On retrouve cette premiere etape dans tous les bons seminaires de developpement personnel.

Étape 2 : Le mental :
La societe vous a conditionne à devenir un mouton. Vous devez vous comporter d’une certaine facon, vous devez
suivre des reves preetablis, vous devez vous divertir, et surtout, vous devez rester à votre place sans pouvoir aller au-
delà. La societe est tres forte pour ca. Si une personne rayonne trop, si elle se comporte d’une maniere trop differente,
elle se fait vite rappeler à l’ordre. Peut-etre que vous l’avez ete…
Il y a toujours un ami, un parent, ou un collegue pret à nous lancer une remarque assassine. On exige de vous de
rester dans le rang ! Cette seconde etape est un veritable travail de deconditionnement. On deconstruit ensemble
toutes les convictions, les references internes et une conscience de soi limitantes qui vous ont ete inculquees pour
repartir de zero et vous reconstruire sur des fondations saines. On retrouve des processus millenaires de meditation,
de mantra et meme de priere.

Etape 3 : Le spirituel :

Avant d’aller plus loin, je dois mettre les choses au clair. Le côte spirituel a tellement ete galvaude dans les « foires à
la spiritualite » et a tellement contribue à asservir l’humanite qu’il est necessaire egalement de dd eprogrammer les 7
contreverites si souvent inculquees.

Mensonge 1 : Se détacher de l’égo.

L’ego n’est pas mauvais en soi.


Il représente votre personnalité, avec vos envies, vos désirs et tout ce que l’Univers a mis dans votre cœur. C’est un
bon serviteur mais un très mauvais maître. Le dysfonctionnement ne vient pas de l’ego. Il vient lorsque vous le laissez
prendre les commandes. Voilà la différence. Beaucoup l’ont banni, rejeté et renié, regardez-les : Ils vivent tellement
dans un monde « invisible » que la moindre chose « physique » ou « terrestre » est devenue pour eux synonyme d’ego,
de non spiritualité. Ils sont tombés dans le piège. Si tout comme moi, vous êtes tombé dans le piège, sachez que c’était
une étape nécessaire sur le chemin de la liberté spirituelle.

6
Mensonge 2 : le non jugement :

L’enseignement de base est juste de ne pas juger « hâtivement et sans discernement » les autres sans s’être « mis dans
leurs baskets » et sans connaître leur chemin de vie. La dérive de la « foire à la spiritualité » est que les personnes
bien intentionnées qui souhaitent appliquer cet enseignement à la lettre, se déconnectent totalement de leurs ressentis
et de leur bon sens. Il ne faut pas juger après tout … Vous avez là le récipient idéal pour les abus en tous genres.
Notre mental et la capacité de juger sont là pour une raison : nous éviter de nous faire tuer au premier coin de rue.
Juger est une composante normale. Notre cerveau est fait pour ça. Arrêter de juger c’est être mort ou inconscient.
Nous pouvons juger. Le tout est de ne pas condamner. Voilà la différence.
Nous devons juger ce qui est bon pour nous ou non. Nous devons juger les personnes à qui nous avons affaire, savoir
si nous devons les écouter ou non. Juger est sain. C’est du bon sens.

Mensonge 3 : L’acceptation de ce qui est :

Essayez de traverser une jungle, les yeux bandés pour ne pas voir les tigres, en espérant qu’ils ne vous voient pas…
Voilà la dérive de cet enseignement. La déresponsabilisation. L’inaction. Le fatalisme. Dans la communauté
spirituelle, l’inaction est devenue le symbole de la plus haute forme d’élévation. Ça, c’est dangereux. Toute personne
s’indignant d’un fait de société, d’un comportement humain, d’abus, ou voulant changer quoique ce soit dans le
monde ne serait pas dans l’acceptation de ce qui est. Elle serait donc non spirituelle. Elle devrait être constamment
dans le lâcher prise.
Finalement, ne pas vouloir accepter le fait qu’il y ait des personnes dans ce monde (visibles ou invisibles) qui puisse
vouloir véritablement détruire, nuire et tuer, ne changera rien au fait que ce soit vraiment le cas. Le nier nous met
simplement plus en danger que de le savoir.

Mensonge 4 : Être dans l’Amour inconditionnel :

Pour continuer avec les tigres, si une personne est dans l’amour inconditionnel, pour peu qu’ils aient faim, elle sera
toujours un morceau de viande. Le predateur affame n’en a que faire de vos croyances. Le danger est de tomber dans
l’acceptation de l’abus et le deni de votre propre guidance interieure, lorsque votre intuition vous alerte. À travers les
sensations de votre corps, votre ame vous previent d’un danger. Se forcer à etre dans l’amour inconditionnel parce
que c’est ca etre vraiment spirituel, revient à ignorer votre propre ame. Là encore, c’est normal de passer par là.

Mensonge 5 : Le matériel, l’argent et la richesse sont la source de toutes les souffrances :

L’être humain est fait pour évoluer. Rejeter le matériel et l’argent n’engendre que frustration. Rien ne peut se créer
sans argent, c’est le joker universel qui permet la création. L’Univers ne peut pas influencer le monde matériel. Sauf
en se manifestant à travers l’humain. C’est pourquoi il a mis des désirs dans le cœur de l’homme. Le bon
discernement vous permet d’aller chercher vos rêves, ceux que l’Univers a mis au plus profond de vous, et pas ceux
dictés par l’entourage et la société. Renier le matériel et l’argent, c’est enfouir ses rêves.

Voilà le meilleur moyen de se sentir vide et déprimé. Rejeter l’argent, car l’argent est sale c’est s’interdire de réaliser
ses rêves comme créer une entreprise, prendre l’avion, créer un refuge, quel que soit votre rêve vous avez besoin de ce
joker. S’interdire même de penser à l’argent sous prétexte d’être un bon spirituel, c’est ne pas avoir compris sa vraie
nature…
La création et l’action.
L’argent permet de créer et de faire.
L’argent permet de sauver des vies.
L’argent permet de construire et d’agir.
Qu’est-ce que la pauvreté permet ? Rien.
En quoi serait-elle une vertu ? Manifester l’abondance matérielle est le summum de l’évolution pour l’humain.
Voilà la vraie liberté. Tant que les hommes verront la restriction et la pauvreté comme une vertu, notre monde ne
pourra changer.

Mensonge 6 : Vivre dans l’humilité pour être spirituel :

Si le but est de vous diminuer, de vous enlever votre pouvoir, votre grandeur, alors vous savez que cela ne provient pas
de l’Univers et de sa vraie nature. L’Univers est sans cesse en expansion. Jamais dans la restriction ou la diminution.
On ne s’accomplit pas dans l’inaction, le déni ou le rejet. La spiritualité est avant tout la Vie. La vie est l’abondance,
la grandeur et la joie. La vie est la beauté, la créativité, et l’amour. Il est temps que chaque humain s’éveille et

7
reprenne son véritable pouvoir.
L’Univers a besoin plus que jamais d’humains conscients, ajustés et connectés. Des individus prêts à briller, à
rayonner, à exister et à créer. Bref, vous devez vivre plus que jamais. Être spirituel ne veut pas dire s’habiller en
guenilles, ne plus se maquiller et arreter de prendre soin de soi. Ca ne veut pas non plus dire faire du yoga, se nourrir
de prana et dire Namaste. Ca en fait peut-etre partie, mais ce n’est pas tout. Tous ces cliches, je suis passe par là. Et
j’ai mis du temps à comprendre que … La vraie spiritualité pratique et appliquée au quotidien n’a pas besoin de
dogmes pour se manifester. L’Univers n’a pas besoin de plus d’humains qui se maintiennent « petits », des invisibles
vivants dans le deni et le reniement d’eux memes. Ils fuient la vie en se refugiant dans une enieme illusion.
Vous devez incarner pleinement la spiritualite et la conscience dans votre vie physique. Vous devez creer, agir. Si vous
vivez dans la peur, j’ai le remede ideal pour vous : l’ACTION.
Au lieu de nous ajuster et de nous connecter à la Source, ces enseignements nous deconnectent de nos propres
ressentis. En cherchant à rentrer dans le moule, on s’eloigne de notre propre personne.

Mensonge 7 : Les dix commandements :

Rien que le mot commandement me herisse. Il s’agit là d’esclavagisme et d’obeissance à un dieu autoritaire, et
oppressif. Les Dix Commandements ne sont qu’une erreur d’interpretation et de syntaxe. Si la plupart de ceux-ci
peuvent paraître de la pure sagesse, pourquoi alors ne pas parler des Dix Principes de La Vie ? Voici dix nouveaux
principes que je preconise :
PRINCIPE 1 : Tu n’auras pas peur. Personne ne te fixera ta conduite (pas meme un dieu que tu n’as jamais
rencontre)…
PRINCIPE 2 : Tu ne renonceras jamais à tes reves…
PRINCIPE 3 : Ne te detourne pas de ce que tu as decide. Quand tu auras vu ton but, attache-toi à lui fermement.
PRINCIPE 4 : Tu ne profereras pas de calomnie ni de medisance. Tu ne critiqueras pas. Tu ne blameras pas.
PRINCIPE 5 : Tu auras confiance en toi et tu sauras t’entourer.
PRINCIPE 6 : Tu combattras l’ignorance. En toutes choses, tu feras preuve de discernement.
PRINCIPE 7 : Tu eradiqueras la mechancete, la colere, le dedain, la suffisance et toutes vibrations toxiques.
PRINCIPE 8 : Tu apprendras les methodes pour etre en permanence ajuste et connecte.
PRINCIPE 9 : Tu auras des sentiments de bonte, de bienveillance, d’amour et de toutes possibilites.
PRINCIPE 10 : Tu eleveras en permanence tes vibrations et tu seras vigilant dans la recherche de la verite.

S’enfermer dans des dogmes prônant la passivité sur le fond musical du tout est parfait, tout est amour, tout est juste,
c’est ce que tu avais à vivre, à comprendre, ne te mets pas en colère, vis ton karma (et surtout ferme là), accepte de te
faire écraser les pieds (tout en souriant) et n’oublie pas de remercier ne permet tout simplement pas de s’épanouir…
Pourquoi s’incarner si l’on reste toujours dans une forme de condamnation cosmique ? Pourquoi passer sa vie à
culpabiliser pour des choses que l’on n’a meme pas faites ? Vous devez remplir votre rôle. Celui que VOUS etes cense
remplir sur Terre. Arreter de donner le pouvoir aux autres. Arretez de vous noyer dans la masse. Arretez d’etre
invisible. Votre responsabilite est de reprendre maintenant le pouvoir sur votre vie. Une seule question compte…

Qu’est-ce que je veux-MOI pour MOI ?

Je suis quelqu’un qui fait énormément de cauchemars, cela m’intrigue. Est-ce, chez moi, le signe d’un souci
psychologique, une forme de message de choses à régler, une libération émotionnelle ?

Extrait du livre « Rêves d’éveil, rêves lucides et pleine conscience dans le rêve et le sommeil » de Charlie
Morley.

LES CAUCHEMARS

La plupart des gens voient les cauchemars comme l’un des plus grands obstacles au sommeil et à la pratique du rêve
parce qu’ils provoquent de la peur et un traumatisme autour du processus du rêve qui font que, en premier lieu, nous
ne voulons pas dormir. Mais pour les rêveurs lucides, les cauchemars représentent des opportunités.
On peut les intégrer, les transformer et les utiliser comme moyen pour devenir lucide. La première fois que j’ai
participé à une retraite avec Rob Nairn, quelqu’un lui a demandé, au petit-déjeuner, comment il avait dormi, ce à
quoi il a répondu « Très bien, j’ai fait de merveilleux cauchemars ! ». À cette époque, je pensais qu’il était fou, mais
des années plus tard, j’ai compris ce qu’il voulait dire parce que, pour les rêveurs lucides, faire un cauchemar est une

8
très bonne nouvelle !

Les cauchemars surviennent au cours du sommeil paradoxal et sont typiquement des scénarios dans lesquels soit nous
combattons soit nous fuyons des personnages ou des situations oniriques terrifiants. Les cauchemars peuvent survenir
pour toute une variété de raisons, comme une maladie physique ou psychique (et souvent un effet secondaire de
médicaments utilisés pour traiter cette maladie), le résultat d’un stress post-traumatique ou parfois simplement
l’expression d’une légère perturbation de l’esprit.

Les cauchemars font peut-être partie de ce qui fait de nous des êtres humains. Antti Revonsuo, spécialiste finlandais
qui « collectionne les cauchemars », pense qu’ils sont la répétition du combat quotidien de survie. Il explique : « Les
cauchemars nous forcent à passer par des événements terrifiants simulés, de façon à être mieux préparés à les
surmonter dans le monde de l’état de veille parce que nous nous y sommes entraînés dans nos rêves ». Il dit aussi que
la raison pour laquelle les enfants font fréquemment des cauchemars mettant en scène des animaux sauvages même
s’ils vivent dans une zone urbaine dépourvue de ce genre de menace, est que ces cauchemars sont un héritage des
premiers hommes qui, au quotidien, devaient affronter ces bêtes sauvages qui mettaient leur vie en péril et, en fait,
cela montre combien les cauchemars ont été quelque chose de vital dans l’évolution de l’espèce. Il va même jusqu’à
penser que « Sans les cauchemars, il y a de grandes chances que l’humanité n’existerait pas ».

Il y a aussi de grandes chances que rêver en toute lucidité n’existerait pas non plus parce que la recherche
scientifique a montré que plus d’un tiers de tous les rêves lucides commencent par un cauchemar ou par des rêves
angoissants. C’est une découverte étonnante pour les rêveurs lucides parce que cela montre que les cauchemars sont
une forme de bénédiction et qu’ils sont en fait les dragons qui veillent sur l’or. Pour comprendre la raison de cette
peur cauchemardesque qui précède aussi souvent les rêves lucides, il faut d’abord comprendre la raison de la peur à
l’état de veille. Le but biologique de la peur est de nous faire passer en revue notre environnement avec plus de soin
en augmentant les sensations physiques sélectives et en nous faisant mieux prendre conscience d’une menace ou d’un
danger potentiel. La peur maximise le flux sanguin dans les principaux groupes de muscles et le cerveau, ce qui
accroît nos perceptions sensorielles, nous permettant de traiter le danger potentiel avec un niveau de conscience
accru. Un niveau de conscience accru ? Un flux sanguin au maximum dans le cerveau ? Un accroissement des
perceptions sensorielles ? Pas étonnant que les cauchemars mènent à la lucidité ! Tout ce dont nous avons besoin
pour faire un rêve lucide est un dérivé de la peur : aussi, lorsque nous avons un cauchemar effrayant, notre
conscience est souvent stimulée et transformée en lucidité.

La peur au sein du rêve peut également nous aider à détecter les signes du rêve. En 2009, une étude de l’université
Erasmus de Rotterdam a montré que faire l’expérience de la peur « augmente notre capacité à identifier les
caractéristiques les plus grossières de préférence aux détails les plus fins ». Bien évidemment, si nous sommes
attaqués, nous ne nous soucions pas de regarder si nos attaquants ont des rides, tout ce qui nous importe est le degré
de menace inhérent à leurs mouvements ! Si nous appliquons cela au rêve, nous pouvons voir que lorsque nous
faisons l’expérience de la peur dans l’état de veille, notre attention va être détournée du détail trompeur souvent
convaincant du paysage onirique vers une perspective visuelle plus large, ce qui peut nous aider à reconnaître un
signe du rêve non remarqué auparavant. D’un point de vue bouddhiste, les cauchemars peuvent être un grand
entraînement à la gestion de la peur. La peur est l’un des obstacles les plus subtils sur le chemin spirituel et elle peut
souvent former la base de blocages psychologiques majeurs. On dit que dans le bardo de l’après-mort, la peur est
notre plus gros obstacle parce que le voyage dans le bardo est tellement intense que pour beaucoup d’entre nous c’est
l’expérience de la terreur, du choc et d’un effroi mêlé de respect. Mais si nous pouvons nous entraîner à l’absence de
peur grâce aux cauchemars lucides et créer une habitude de calme conscient plutôt que de peur et de panique, le
bénéfice sera énorme dans le bardo de l’après-mort.

La médecine tibétaine recommande en fait de s’entraîner au yoga du rêve de façon à « reconnaître le rêve comme un
monde illusoire afin de pacifier les rêves négatifs », et les enseignements tibétains du yoga du rêve recommandent
qu’à chaque fois que quelque chose de nature menaçante ou cauchemardesque apparaît dans nos rêves, comme être
brûlés vifs, nous devrions devenir lucides et sauter sans crainte dans le feu comme moyen d’affronter nos peurs, de
voir le caractère vide du rêve, et de nous préparer au bardo de l’après-mort. Très simplement, les cauchemars sont
une bénédiction pour le rêveur lucide et le rêve lucide est une bénédiction pour ceux qui ont des cauchemars. Comme
nous l’avons vu précédemment, une recherche récente sur le rêve lucide présentée au congrès de 2009 de la European
Science Foundation a montré que le rêve lucide était un remède tellement efficace pour travailler les cauchemars
qu’il existait une possibilité de « soigner [les gens] grâce à l’entraînement au rêve lucide.

9
Mardi 24 avril 2018

Tous les soirs avant de m’endormir, j’ai des sons très étranges dans l’oreille gauche, des sons aigus et très
lointains. Je pense que j’en ai aussi en journée, mais je fais moins attention à cause du bruit ambiant. En
réfléchissant je me dis que ces sons sont très certainement du à mes cervicales, elles craquent énormément
en ce moment et j’ai toujours plus ou moins cette hyperesthésie sur le crâne, côté gauche ce qui pourrait
correspondre.
Hier soir j’ai tenté une méthode pour effectuer des rêves lucides. Il s’agit de se réveiller en pleine nuit, de
garder les yeux fermés et de bouger légèrement l’index et le majeur pendant 30 secondes à 1 minute puis
boucher son nez. Si on constate que l’on respire c’est que nous sommes dans un rêve lucide. Je crois avoir
essayé un tas de fois en semi-sommeil mais c’est très flou et je n’ai aucun souvenir d’avoir fait un rêve
lucide.
Je me suis réveillée avec la sensation qu’on m’avait dit que je n’aurais jamais ni clairvoyance ni
clairaudience, juste des visions, surtout dans le cadre de mon travail.

Extrait du livre « Vivre l’éveil d’Andrew Cohen :

Qu’est-ce que l’Éveil ?

Il est très difficile de répondre à cette question d’une façon simple et succincte, car « éveil » en anglais enlightenment,
qui signifie aussi « illumination » ou « esprit éclairé » signifie beaucoup de choses différentes à plusieurs niveaux
différents. Je vais m’essayer à une première définition, avec l’espoir qu’à la fin de notre entretien, le tableau complet
de ce que cela signifie sera apparu. Je pourrais commencer ainsi : quelqu’un qui est véritablement éveillé a fait
l’expérience directe de la nature ultime, ou absolue, de la vie elle-même. Dans cette révélation, un tel individu a vu
bien au-delà des limites du moi personnel et a découvert la nature universelle de l’ensemble de son expérience
humaine.

Cette explosion de conscience libère le « moi » d’un rapport à la vie qui, étant étroitement personnel, l’enferme
comme un tyran dans une prison. Une autre façon de répondre à votre question serait de dire simplement que l’Éveil
est une condition d’être, où l’individu a mis fin à une relation avec la vie fondamentalement égocentrique. La plupart
des êtres humains, semble-t-il, s’intéressent avant tout à leurs besoins propres – pensant constamment à eux-mêmes,
désirant toujours quelque chose d’abord pour eux- mêmes, perpétuellement perdus dans un souci narcissique,
constamment préoccupés de leur personne. Donc, une façon de comprendre l’Éveil est de dire que c’est un mode
d’être où n’existe plus ce rapport péniblement égocentrique à l’expérience humaine.

Comment cet Éveil arrive-t-il ? Est-ce progressif, ou bien s’agit-il d’une transformation radicale qui peut se produire
en un instant ?

Cela dépend vraiment de l’individu. Mais il importe peu que cela se passe progressivement ou en un instant. La seule
chose importante est que cela arrive. Car aussi longtemps que nous sommes égocentrés, perdus dans un monde
purement personnel, nous ne pourrons tout simplement pas être disponibles. Disponibles pour quoi ? Disponibles
pour manifester l’extraordinaire et profond potentiel évolutif qui demeure à l’état dormant chez la plupart d’entre
nous. Vous voyez, ce monde souffrant a gravement besoin d’êtres véritablement conscients – d’êtres humains qui
savent qui ils sont et pourquoi ils sont ici.

Mais aller au-delà du monde personnel, comme vous dites, n’est-ce pas évacuer de nombreux aspects de la vie
humaine ?

Pas du tout. La condition éveillée ne nie en aucune façon le moindre aspect de notre humanité. Elle l’éclaire. Qu’est-
ce que cela veut dire ? Cela veut dire que notre perspective devient extraordinairement plus large et plus profonde. La
perspective de quelqu’un qui n’est pas éveillé est limitée par définition. Le point de référence de toute son expérience
personnelle est l’ego séparé. Mais la perspective de quelqu’un qui s’est éveillé n’est pas arrêtée par cette restriction
fondamentale parce que, comme je l’ai dit, il ou elle a réalisé la nature absolue de la vie et la nature universelle de sa
propre expérience humaine. Et cela change tout. Son rapport au fait d’être en vie est transformé parce que le contexte
dans lequel il ou elle vit, désormais, transcende infiniment la dimension purement personnelle. Aussi j’encourage les
gens à se poser cette question : jusqu’à quel point la perspective que j’ai sur ma propre expérience personnelle est-

10
elle éclairée ?

Donc une « perspective éclairée » consiste à voir toute notre expérience dans un contexte beaucoup plus vaste ?

Oui. Et ce contexte plus vaste se révèle automatiquement quand nous découvrons avec émerveillement que ce que
nous sommes et qui nous sommes, au-delà de l’ego personnel, est un mystère profond, où n’existe aucune notion de
limite. Un être humain véritablement éveillé exprime spontanément cette liberté vis-à-vis de toute limitation comme
étant sa propre humanité. De fait, il est possible pour chacun de nous, en passant quelque temps en compagnie de ces
personnes libres, de s’éveiller à ce même mystère qui est notre nature véritable. Dans le miroir qu’elles nous
renvoient, il devient évident pour nous que nous avons vécu jusqu’alors dans un contexte terriblement étriqué. Et nous
nous apercevons que c’est avant tout l’étroitesse de ce contexte qui crée cette pénible impression de suffocation et
d’isolement qui nous est si familière dans notre état ordinaire. La découverte miraculeuse, directement vécue, de la
perspective sans fond, illuminante, qu’est l’Éveil est une libération instantanée. Et c’est dans cette découverte que
notre humanité est finalement libérée pour manifester son potentiel évolutif sans inhibition.

Un extrait de « Semences… » qui parle des résistances, pour ceux qui doutent encore de leurs capacités à
réellement changer de vie pour être HEUREUX ;)

« Durant toute cette période de Transition, la bataille fait rage entre les forces de la Lumière et celles de l’ombre.
Comme tout, dans ce monde la manifestation, est lié c’est la même bataille – extérieure – qui se livre à l’intérieur des
êtres humains. La même bataille entre les extrémistes, les terroristes de tout acabit et les tenants de la Loi de l’UN qui
tentent de rétablir la paix en prônant les valeurs démocratiques et la justice internationale.
Le principal problème que nous rencontrons est la RÉSISTANCE, due à l’ignorance. Tout comme les fanatiques et les
extrémistes, les forces de l’ombre croient qu’elles ont raison, que leurs valeurs sont supérieures à celles qui perdurent
depuis des éons dans tout l’univers local. C’est l’orgueil qui les pousse à résister face à l’évidence et la logique qui
mettent en place naturellement les plans d’évolution de l’Univers.
Soyez donc conscients de votre propre résistance à l’évolution en vous et vous contribuerez à la réalisation de la
Nouvelle Terre. Pour vous, qui faites tout pour que la Lumière revienne sur Terre, votre degré de résistance est
moindre. Mais voyez vos proches, famille et amis, et constatez par vous-mêmes à quel point ils vous mettent parfois
des bâtons dans les roues et ce, le plus inconsciemment du monde. Leur ignorance des lois fondamentales de
l’Univers les pousse à exercer cette pression sur vous, afin de se rassurer.
Tous les tenants de l’ordre, des dogmes et des institutions établis depuis des siècles, sont appelés à cesser leurs
résistances à l’innovation dans les années qui viennent. Face aux vagues de l’Ascension qui arrivent, ils ne peuvent
rien…

Tel un tsunami géant, elles emportent tout : préjugés, tabous, décrets obsolètes, blocages mentaux, injustices
flagrantes, magouilles politiciennes, corruptions mafieuses et profits crapuleux. Tout ce qui était caché ou occulté par
l’ancienne “conscience” ou maintenu secret, sera dévoilé au grand jour. Les scandales ne font que commencer, ils
iront beaucoup plus loin que ceux des prêtres pédophiles. Toutes les manipulations, les forfaitures et la mainmise des
états et des institutions pour maintenir les populations dans l’ignorance des lois et des privilèges, seront emportées
par le tsunami géant.
En ouvrant les yeux – non pas les yeux physiques mais ceux de la conscience – sur la réalité du monde dans lequel ils
étaient tenus prisonniers, les êtres humains vont se révolter. Comme lors d’une mutinerie libératrice sur un navire, ils
vont prendre enfin les commandes de leur propre destinée et faire du vaisseau Terre l’un des plus beaux bateaux de la
Flotte Universelle.

Réjouissez-vous, frères et sœurs de Lumière, le temps est proche de la délivrance. Elle ne se produira pas du jour au
lendemain mais, comme pour l’envol des papillons, elle deviendra de plus en plus évidente au fil des ans, jusqu’à ce
que toutes les chrysalides soient brisées.
En attendant, vous qui commencez à déployer vos ailes, et surtout ceux qui ont déjà commencé à voler, allez de
chrysalide en chrysalide pour encourager les futurs papillons à se libérer de leurs cocons. N’ayez de cesse de
multiplier vos prières, vos louanges, vos élans de gratitude à la Source afin de vous remplir de Lumière. C’est votre
force et c’est votre réserve énergétique la plus fiable. Plus votre cœur est plein de gratitude, plus vous ancrez l’état de
Grâce en vous.
Soyez humbles mais soyez confiants.

11
Soyez vous-même en retrouvant votre Être essentiel, lumineux comme au premier jour, vibrant comme au
Commencement, obéissant comme un petit enfant, grand comme le Grand Univers. »

Mercredi 25 avril 2018

Cet après-midi je suis à l’espace culturel avec les enfants. Dans un rayon je vois un livre intitulé « Sauve-toi
toi-même ». Cela me rappelle un cauchemar que j’ai fait le 20 décembre 2017. Je me trouvais dans un
château avec des démons invisibles mais palpables qui tournaient autour de moi et tentaient de me posséder,
j’étais terrorisée. J’essayais d’appeler mon père à l’aide mais aucun son ne sortait de ma bouche. En
m’éveillant j’avais entendu : « Pourquoi appelles-tu ton père à l’aide ? Aide-toi toi-même ! »
J’avoue que cette phrase m’avait vexée, je ne l’avais pas vraiment comprise. C’était un peu comme si on
m’abandonnait à mon sort. En rentrant à la maison j’ai mis la phrase sur internet et j’ai trouvé un article
intitulé « Aide-toi toi-même et le ciel t’aidera ». C’est vrai que cette expression est connue dans la religion.

Extrait d’un article de la chronique de Caroline Faget publié le 16 octobre 2015 :

12
« Aide-toi et le ciel t’aidera »

Il y a quelques mois, j’étais tranquillement dans ma voiture en train de conduire lorsque tout à coup une image a fait irruption
dans mon esprit. J’ai tout de suite compris que cette vision ne m’appartenait pas et qu’elle venait d’ailleurs. Il ne s’agissait pas de
mes propres pensées et j’ai eu l’impression qu’on souhaitait là-haut me faire comprendre quelque chose. La vision a été très
rapide et ma compréhension a été instantanée au moment même où je recevais cette image.
Ce n’est qu’après que j’ai relié l’information que j’avais reçue avec le proverbe « Aide-toi et le ciel t’aidera ».
Je vous partage donc ce qui m’a été donné de comprendre en essayant d’être aussi claire et précise que la façon dont cela m’a été
transmis.
Tout le monde connaît ce proverbe et sait ce que cela signifie au moins dans les grandes lignes. Cependant quelle est sa véritable
signification ? Le ciel peut-il réellement nous aider ? Et que veut dire exactement « s’aider soi-même » ?
Le « ciel » est rempli d’anges, de guides et d’êtres de lumière qui ne demandent qu’à nous aider, mais ils ne le feront qu’à
condition que ce soit nous qui fassions le premier pas.
S’aider soi-même veut dire faire une action qui aille dans le sens d’une résolution de notre problème. Cela peut être une prière ou
une demande avec tout notre cœur « S’il vous plaît, aidez-moi à résoudre cette difficulté ». Ça peut être une toute petite action
pour montrer que l’on est décidé à sortir de notre impasse et à s’engager sur un nouveau chemin. Par exemple appeler un ami ou
aller boire un verre avec une copine. Ou bien se remettre à cuisiner alors que cela faisait des mois que nous étions pris dans nos
soucis. Ou alors aller se promener, reprendre des cours de yoga ou décider de sourire à nouveau malgré tout, etc. (voir l’article
« Qu’attendez-vous pour être heureux ici et maintenant ? »)
Quelle que soit la forme, il s’agit d’une action qui nous sorte un minimum de notre impasse. Il ne s’agit pas de vouloir tout régler
tout de suite mais plutôt de prendre une décision qui nous engage sur une nouvelle voie.
Mais pourquoi les anges ne nous aident-ils pas tout de suite puisqu’ils voient bien que nous sommes en difficulté ? Pourquoi
devrions-nous faire le premier pas ?
Voici les différentes raisons à cela, d’après les informations que j’ai reçues :
• Nos guides respectent notre libre-arbitre. En effet même si nous sommes au plus bas, les anges n’interviendront pas, car ce serait
de l’ingérence de leur part. Ils ne peuvent nous aider à notre insu. Ils respectent notre choix même si ce n’est pas le plus lumineux.
Ils attendent toujours un signal de notre part avant d’intervenir.

• Nous ne vivons pas dans la même dimension :
Les êtres de lumière n’évoluent pas dans la même dimension que nous. Ils n’ont pas un corps physique mais un corps éthérique.
Nous vivons dans un monde de matière alors qu’ils vivent dans l’éther. Intervenir dans la matière leur demande une grande
quantité d’énergie. Leur corps éthérique n’est pas équipé pour agir à notre place. Ils ne vont donc pas nous prendre la main pour
nous aider à appeler une amie.
Ils interviennent cependant dans la matière de façon exceptionnelle lorsque c’est vraiment nécessaire. Par exemple, lorsque nous
sommes en danger de mort et que notre heure n’a pas sonné.

• À chacun son rôle :


Même si nos deux mondes s’interpénètrent, nous n’évoluons pas dans le même environnement ce qui explique aussi que nous ayons
des rôles différents. Leur rôle n’est pas d’intervenir directement dans notre environnement matériel tout comme le nôtre n’est pas
de vivre dans leur dimension. Si nous avons choisi de nous incarner sur terre, c’est justement pour avoir la possibilité d’agir
directement sur la matière et de la façonner à notre envie. C’est notre rôle d’agir dans la matière mais pas le leur.
Leur rôle est de nous guider, de nous inspirer et de nous accompagner et la matière est notre champ d’action à nous les êtres
humains.

• Se rapprocher de leur vibration :


Dans notre monde de matière, notre vibration est compacte et lourde contrairement à la leur qui est beaucoup plus légère et
subtile. Lorsque nous sommes empêtrés dans nos soucis, notre énergie a encore plus tendance à se densifier ce qui nous éloigne
davantage d’eux. Faire un petit pas est aussi une façon de modifier un peu notre vibration et de l’alléger afin d’écourter le chemin
qu’ils doivent parcourir jusqu’à nous.

• Si vous faites un seul petit pas, ils en feront cent vers vous :
Ils m’ont montré l’image d’une échelle qui relie la terre au ciel. Ils m’ont fait comprendre qu’il suffisait que nous montions le
premier barreau pour qu’ils descendent ensuite à notre rencontre. Si nous nous rapprochons un tout petit peu d’eux, ils sont prêts
à parcourir la plus grande partie du chemin qui nous sépare.
Rappelons-nous toutes les fois où nous avons été au plus mal et où nous avons quand même fait le petit pas qui nous a sauvés.
Un seul petit pas et vous serez aidés… Pensez-y !

J’ai regardé une vidéo de Lulumineuse qui parle des signes. Elle prend un livre, ouvre une page et lit un mot.
Je décide de tester. Je prends le livre de Guy Faverdin et l’ouvre. Je tombe sur ce passage :

13
« Il faut bien souvent mettre à l’épreuve les certitudes pour renforcer les racines. Il n’y a ici que les
chemins qui arpentent les monts escarpés de la vie Ne soyez pas dans le doute même si au-devant de vos
regards étonnés et inquiets, se dessine l’ombre des géants de la difficulté. Vous avez à ne pas craindre et
tout se réalise, même s’il faut prendre le sentier voisin. Nous vous aimons, nous compatissons devant vos
difficultés et vos doutes. Nous savons aussi que vous êtes solides, même si vous n’êtes pas de marbre. Vous
êtes ici pour expérimenter, et remerciez les êtres qui vous présentent ce que vous avez demandé. Il vous faut
encore vaincre quelques épreuves et gravir quelques montagnes, mais ceci ne saurait mettre en péril ce qui
vient de votre cœur, et tout vient de votre cœur. Nous vous remercions et nous vous accompagnons. Vous êtes
dans nos cœurs pour longtemps. Courage et ténacité vous sont familiers et cela nous plaît. Gardez le
sourire et voyez le soleil écarter le brouillard, aidé par les vents de l’espoir. Gardez confiance. »

Le soir je me suis rendue chez l’hypnothérapeute. Avant je me suis demandée si je faisais bien d’aller la
voir, si elle allait m’aider. Il était 18H18 et il faisait 18 °C. En voyant ces chiffres j’ai demandé un signe et
dans le ciel j’ai vu un cœur. J’ai demandé un autre signe et allumé la radio, il passait la chanson « Happy ».

Là-bas, j’ai littéralement vidé mon sac, je voulais être moi durant cet entretien. J’ai tenté d’être claire et
concise. Elle aussi est dans une quête spirituelle mais depuis bien plus longtemps que moi. Je lui ai parlé de
mes pulsions alimentaires, que je n’arrivais pas à m’en défaire et que je n’aimais pas me voir comme ça.
Toute ma vie je n’ai cessé de dire que je ne m’étais jamais ennuyée. Cela fait quelques mois que je crois que
je m’ennuie. Je me rends compte du temps qui passe et je ne sais pas quoi en faire. J’ai mis 39 ans avant
d’expérimenter l’ennui et j’avoue que je n’aime pas du tout. Je ne sais pas exactement ce que je faisais avant
pour ne pas m’ennuyer, je ne comprends pas.
Elle m’a clairement expliqué que je devais travailler l’ancrage, que c’était vraiment très important et que
d’une certaine façon, mon corps en exprimait le besoin, comme un message. Puis elle m’a dit qu’il fallait
que je me centre dans le cœur. Je lui ai répondu que je ne savais pas ce que cela voulait dire alors elle m’a
demandée de fermer les yeux. Pendant quelques minutes elle m’a fait travailler sur ma respiration, je devais
la ressentir dans le bassin, puis dans le bas ventre, puis le ventre, le plexus solaire, le cœur et la gorge. Alors
qu’au niveau de tous les organes, je sentais ma respiration très fortement et les mouvements oculaires
derrière mes paupières très prononcés, lorsque je suis arrivée au niveau du cœur (un peu plus haut que le
cœur), mes yeux se sont calmés et j’ai ressenti les mots « calme » et « paix ». Une image est apparue en
vision, une fleur blanche. Je lui en ai parlé et elle m’a demandée s’il s’agissait d’un lys. Je lui ai répondu
que je ne m’y connaissais absolument pas en fleurs, que je ne savais même pas à quoi ressemblait un lys. En
rentrant chez moi j’ai recherché sur internet et il s’agit de l’Arum. Cette fleur est simple, parfaite, pure,
magnifique, mais j’ignore pour quelle raison je l’ai vue. Je vais en chercher la signification sur internet :

« L’Arum est la symbolique de la confiance, de la profondeur de l’âme. L’arum est la fleur à offrir
absolument à une personne Confrontée à un choix difficile. À la croisée des chemins que la vie nous
propose, Il est conseillé d’écouter son cœur pour connaître la voie à suivre et de faire confiance à son
intuition ».

14
Un autre article que j’ai trouvé sur le centrage dans le cœur. Je ne me souviens pas du lien :

PÈRE/MÈRE, j’ai une question à te poser : Que veut dire « Être dans le Cœur »? J’ai de la difficulté à discerner.
Parfois je pense être dans le Cœur, mais je n’y suis pas en totalité.

Mon cher enfant divin, je comprends que cette démarche demande un abandon total car « Être dans le Cœur »
demande une attention de tous les instants. Je te vois entrer et sortir de ton Cœur. Tu ne t’en rends pas compte. Tu es
trop préoccupé par tes ressentis. Tu regardes ce monde encore avec tes yeux humains et tes autres sens. Tu es souvent
dans ton Cœur mais aussitôt qu’il y a une perturbation extérieure, tu te sens blessé.

Parlons-en de ces blessures ou de ces souffrances qui sont occasionnées par ta perception vis-à-vis ce monde qui est
le tien. Tu es à l’écoute de cette vibration. Tu n’es pas insensible envers ton prochain. Parfois tu t’inventes des
scénarios et cela t’apporte une tristesse, car la vie ne se passe pas comme tu le souhaites. Tu as des discussions avec
tes frères et sœurs et parfois, sans le vouloir, tu blesses par tes propos ou tu es blessé. Alors que tu crois « Être dans le
Cœur », tu es sous l’emprise de ton Ego. Cher enfant divin, dans cette forme humaine où tu es venu apprendre dans la
chair, les émotions ressenties par ces échanges avec cette vibration, pour comprendre cette relation sacrée entre nous.

Le fait de te souvenir de ta nature divine, t’aide pas à pas à transcender ces échanges, de voir en elles qu’une relation
sacrée. Ton Cœur est à mon image. Il est amour absolu. Il est comme le soleil qui émet et irradie sa lumière partout
sans tenir compte des ressentis. Le soleil se contente de briller et d’émaner. Moi, PÈRE/MÈRE, j’apporte tout mon
amour, ma connaissance, ma sagesse et ma vérité. Tu as tout en toi pour puiser à cette source divine. Tu as à prendre
conscience de ta nature divine et de la vivre en ton Cœur. Ta difficulté actuelle, est de lâcher prise de cette fausse
personnalité, fausse identité. Tu t’identifies trop à ce que tu vois et tu ressens trop par ton mental. Ton Ego qui veut te
garder sous son emprise, sous son adoration.

Ton Cœur te permet cette communion sacré, cette fusion entre toi et moi. Tu renoues avec ton grand esprit, ton âme
divine. Tu es comme le soleil, tu brilles, tu émanes et tu divulgues qu’une vérité, celle de l’amour absolu. Tout ce qui
est contraire, devient un apprentissage à comprendre ta vraie relation divine envers tes propres désirs et créations. Je
sais que pour toi, en cette forme humaine, tu as choisi d’expérimenter un aspect de toi-même. Tu reflètes ton soi divin
de ce que tu penses être et tu attires vers toi ces occasions et ces expériences qui te font réfléchir sur ta place que tu
occupes en ce monde.

Cher enfant divin, pour te retrouver en totalité dans ton Cœur divin, tu dois te détacher de ces fausses croyances.
Cette personnalité de ton Ego que tu tiens tant à conserver. Elle est responsable de ton état d’être, de ton manque
d’amour et de lumière. Redeviens l’être divin, de lumière qui sait ce qu’il est et se contente d’apporter, partager,
donner, émaner et divulguer cette vérité. L’amour miséricordieux, l’amour qui est au-dessus de tout. Par ton
émanation, si un nuage se présente, il reçoit ta lumière sans que tu as à lui imposer quoi ce soit. Ta relation avec tes
frères et sœurs vont dans le même sens avec ta sagesse du Cœur. Tu parviens à aimer d’un amour absolu. Ton Cœur te
guide pour échanger, partager, donner ou être dans le silence. Accueillir tout et élever ces partages, ces mots et ces
émanations dans le Cœur ce qui permet de libérer dans le feu céleste sans que ces ressentis viennent troubler ta paix
intérieure.

Le Cœur est la clé du bonheur absolu. En tout instant, tu as ce droit de te réfugier et de vivre dans ta vraie maison
divine soit celle du royaume des cieux là ou règne la source divine. Tu n’as qu’à demander et tous tes souhaits et
désirs seront concrétisés dans le maintenant. Ton grand esprit est toujours en contact avec toi, en ton Cœur. Il vit pas
à pas ce que tu expérimentes et que tu explores. Il te guide tout comme je guide toutes ces Âmes Divines, ces grands
Esprits Saints qui font partie de ma magnificence, de mon TOUT. Je te le dis à nouveau, tu es ma plus grande gloire et
réussite. Lorsque tu es dans ton Cœur, en connexion de ta nature divine, ma présence en toi est décuplée, amplifiée.
Tu es un soleil contenant des milliers et des milliers de soleils, car tu réalises en totalité, l’immensité de ton être.

Dans le Cœur, tu n’as plus rien à prouver à qui ce soit. Tu es lumière peu importe ce qu’il y a autour de toi. Tu aimes
sans conditions, sans attentes. Tu te contentes de déverser partout dans toutes les directions que ce soit interne ou
externe, dans le visible ou l’invisible, cet Amour Absolu. Tu vois la perfection en TOUT, tout en laissant la vie
s’exprimer et explorer. Toute manifestation de vie apprend la relation sacrée avec sa nature divine. Retourne à la
source divine. Tout fut créé par moi, PÈRE/MÈRE. Mon suis est en TOUT. Tout a une conscience propre, libre et
souveraine tous unis dans la même conscience divine.

Cher enfant divin, lorsque tu as de la peine, de la tristesse ou un manque d’amour, tu n’es plus en ton Cœur. Tu te

15
laisses abuser par ton Ego. Centre-toi en ton Cœur. Apporte tous ces ressentis dans le feu divin. Ils s’élèveront dans la
lumière. Tu permets de te libérer de ces fausses croyances et de ces fausses dépendances. Sache que tu es libre, unique
et souverain. Toi seul détient tous les pouvoirs. Ne le donne pas à ton Ego ou à d’autres Egos. Ton pouvoir vient de la
collectivité divine, cette grande famille de lumière, un pour tous et tous pour un. Viens me retrouver dans le Cœur et je
t’assisterai dans tous tes pas. Ton chemin est parsemé de ma lumière. Elle te protège, te guérit et te guide quelle que
soit la route que tu empruntes. Reste dans le Cœur et je t’alimenterai de ma vérité, de mon amour et de ma sagesse
immaculée.

Ce que tu fais pour tes frères et sœurs et tous ces règnes de vies, tu le fais pour moi, PÈRE/MÈRE, et pour toi. Cher
grand Esprit, Âme de lumière, que notre lumière collective délivre cette humanité de ces fausses croyances, ces faux
Dieux, ces Egos humain et spirituel. Dans ma création, tous sont égaux et tous ont la même valeur. Ne pas reconnaître
cela, est renier sa propre nature divine. Celui ou celle qui trouve la vérité en son Cœur, voit la perfection et l’Égalité
en TOUT. Vois comme le soleil brille. Il se contente sans tenir compte des nuages et autres aspects, d’apporter cette
lumière à la VIE qui se manifeste partout.
Je te salue, moi, ton PÈRE, ta MÈRE, créateur de toute la création, du visible et de l’invisible, tout vient de moi. Je
suis toi, tu es moi, une seule relation d’amour absolu. Je te vois. Est-ce que tu me vois ? Je suis en ton Cœur. À toi de
faire le premier pas. Je te seconderai pour tous les autres. Mon amour pour toi est infini.

Extrait du livre « Devenir supra-conscient » de Joe Dispenza que j’ai feuilleté le 4 avril 2018.

Le cœur, passerelle entre notre humanité et notre divinité.

Comme vous avez pu le lire au chapitre sur la bénédiction des centres énergétiques, le centre énergétique du cœur, qui
se situe juste derrière le sternum, est le quatrième du corps. Il nous relie à des niveaux supérieurs de conscience et
d’énergie et il est le début de notre divinité. En fait, il constitue une passerelle entre les trois centres énergétiques du
bas (associés à notre corps terrestre) et les trois centres énergétiques du haut (associés à notre moi supérieur). Il nous
permet de nous connecter au champ unifié et représente l’union des polarités, la fin de la dualité. C’est en lui que
fusionnent les séparations et les énergies polarisées, que s’unifient le yin et le yang, le bien et le mal, le positif et le
négatif, le masculin et le féminin, le passé et l’avenir. Quand votre cœur devient cohérent, votre système nerveux
réagit en augmentant l’énergie cérébrale, la créativité et l’intuition, ce qui a un effet positif sur virtuellement tous les
organes du corps. Alors, le cœur et le cerveau travaillent de concert et vous vous sentez plus complet, plus relié et
plus heureux, non seulement intérieurement, mais également avec chaque chose et chaque être.

Quand vous êtes centré dans votre cœur, la complétude que vous éprouvez consume tout éventuel sentiment de désir
ou de manque. Dans cet état de complétude et d’unité, votre vie commence à devenir magique, car vous ne créez plus
avec la dualité ou la séparation en toile de fond, c’est-à-dire que vous n’attendez plus que quelqu’un d’autre vous
soulage de vos sentiments de manque, de vide ou de séparation. Au contraire, vous apprenez à vous connaître
vraiment et à vous recréer. Si, chaque jour, vous activez votre centre cardiaque convenablement et suffisamment
longtemps, vous aurez de plus en plus le sentiment que votre avenir est déjà là.

Comment éprouver du désir ou du manque quand on se sent complet ? Si les trois premiers centres énergétiques
reflètent notre nature animale et sont le reflet de nos polarités, nos opposés, nos rivalités, nos besoins et nos manques,
le quatrième centre marque quant à lui le commencement de notre cheminement vers notre nature divine. C’est à
partir de ce centre que nous pouvons transformer nos pensées et notre énergie, et privilégier les états désintéressés
aux états intéressés, ce qui nous permet de nous sentir moins affectés par la séparation, la dualité et de faire
davantage de choix en faveur du bien commun. Nous avons tous ressenti à un moment ou à un autre de notre vie cette
conscience du cœur. Quand on est dans cette énergie, on se sent comblé, en paix avec soi-même et avec son
environnement. Quand on accueille les sentiments du cœur, qui nous amènent naturellement à donner, servir, aider,
pardonner, aimer, faire confiance, etc., on ne peut que se sentir rempli, complet. À mon sens, telle est notre nature
innée d’êtres humains.

« Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils
abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et

16
de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui
trouver une cachette.
Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent
ceci : « Enterrons la divinité de l’homme dans la terre. » Mais Brahma répondit : « Non, cela ne suffit pas,
car l’homme creusera et le trouvera. »
Alors les dieux répliquèrent : « Dans ce cas, jetons la divinité dans les profondeurs des océans. »
Mais Brahma répondit à nouveau : « Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de tous les
océans, et il est certain qu’un jour, il le trouvera et le remontera à la surface. »
Alors les dieux mineurs conclurent : « Nous ne savons pas où le cacher car il ne semble pas exister sur terre
ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour. »
Alors Brahma dit : « Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus
profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher. »
Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé ou
creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui. »

Ce matin j’ai visionné plusieurs vidéos d’André Norbert Charbonnier dont une sur une technique pour guérir
l’enfant intérieur.

Il rappelle qu’à chaque fois que nous créons un mensonge pour conserver l’illusion de l’Amour et de la
sécurité, parce que l’on a subi un manque d’Amour ou un manque de sécurité, chacun de ces manques est un
traumatisme. Cela veut dire qu’il y a un enfant qui a été traumatisé. Cet enfant traumatisé reste bloqué, figé,
à l’âge où il a subi le traumatisme. Nous nous continuons à grandir et cet enfant reste bloqué. De cette façon
nous avons des dizaines voire des centaines d’enfants bloqués à l’intérieur de nous. Ils ont un an, 5 ans …
certains sont même dans le ventre de notre mère. Il existe une technique pour les débloquer même si cette
dernière est moins puissante lorsque nous n’avons pas effectué de cérémonie de libération appelée
« Festen », car le festen permet de faire exploser le barrage qui bloque toutes nos peurs, nos mensonges, nos
traumatismes. Ainsi tout ce qui se produit après aura beaucoup plus d’efficacité.
Il explique tout d’abord qu’avant de débuter un travail de visualisation il est préférable de descendre en
mode alpha, méthode qu’il met en application dans une vidéo.

Descendre en mode alpha, c’est descendre à une certaine fréquence :


« Placer votre intention sur votre langue avec l’intention de la détendre. Immédiatement vous sentez votre
langue changer de consistance et vos pensées se calmer. Votre respiration est tranquille, posée. Votre langue
se détend de plus en plus et tout autour de votre langue vous sentez votre bouche se détendre, puis vos
lèvres. Votre menton se détend, vos mâchoires. Vous sentez les muscles de vos mâchoires se décrisper, vous
pourriez presque sentir votre mâchoire inférieure qui a envie de tomber. Vous sentez la détente monter vers
vos joues, puis votre nez. Vos yeux se détendent. Vous sentez les minuscules muscles de vos yeux se relaxer
et vos globes oculaires reprendre leur place naturelle dans leur orbite. Vos sourcils se détendent, l’espace
entre vos sourcils. Vous sentez la détente monter vers votre front et puis votre tête. La détente prend toute
votre tête englobant les oreilles, redescendant dans votre cou qui se détend. Vous sentez de votre cou la
détente couler dans votre corps. Vous pourriez presque voir ou sentir une rivière dorée couler dans votre
corps. Et plus cette rivière descend profondément dans votre corps, plus vous descendez profondément en
vous-même, de plus en plus profond, profond, profond. Chaque respiration que vous prenez accentue encore
cette détente. Vous sentez tout votre corps se relaxer. Vous êtes parfaitement calme, disponible. Vos yeux
sont fermés et vous allez pouvoir maintenant commencer le travail de visualisation pour lequel vous vous
êtes détendu. »

17
Shéma extrait du livre « Devenir supra-conscient » de Joe Dispenza que j’ai feuilleté le 4 avril 2018 :

Suite de la retranscription de la vidéo d’André Norbert Charbonnier - Visualisation de l’enfant


intérieur :
Il faut visualiser comme une scène de théâtre ou un espace agréable avec beaucoup d’enfants. Cette scène va
servir d’interface entre nous et notre inconscient. Sur cette scène, il y a plein de petits enfants de tous âges,
plein de petits « nous-mêmes ». Il s’agit de laisser balayer notre regard pour voir si un enfant attire notre
attention en particulier. Il est peut-être prostré dans un coin, ou en train de nous faire de grands signes, en
train de pleurer, de nous tourner le dos. Il peut s’agir d’un bébé, d’un enfant de 2, 5, 10 ans, d’un adolescent.
Nous nous dirigeons vers lui et le prendre dans les bras. On le serre dans les bras en lui faisant un énorme
câlin, en lui donnant tout notre Amour, en lui disant que nous comprenons ce qu’il ressent. À ce moment il
se passe déjà quelque chose car cet enfant reçoit de l’Amour total pour la première fois de sa vie. Nous-
mêmes devons faire l’expérience d’être à la fois le donneur et le receveur d’Amour. Ensuite nous lui
expliquons qu’il est bloqué là tout simplement parce qu’il a arrêté de grandir et que pour se libérer de sa
souffrance il lui suffit tout simplement de grandir à nouveau jusqu’à notre âge actuel. Puis on le visualise en
train de grandir jusqu’à ce qu’il atteigne notre âge et là on fusionne avec lui. En fusionnant nous sentirons
dans notre poitrine un allègement, un soulagement, quelque chose de fantastique. Alors la guérison est
accomplie. À ce moment-là, nous remercions et nous regardons de nouveau sur la scène pour voir si on y
voit un autre enfant concerné.

Quand utiliser cette méthode ?

À chaque fois que nous avons une émotion négative qui arrive parce que nous avons subi quelque chose, il y
a très certainement le miroir d’un enfant bloqué en nous.
Nous pouvons demander à nos anges et nos guides de venir nous aider à libérer cet enfant.

Retranscription d’une autre vidéo d’André Norbert Charbonnier :

Comment irradier lorsque l’on vit une situation négative ?

D’abord il s’agit de comprendre ce que sont les émotions. Les émotions sont des messages que nous envoie notre

18
corps, notre biologie. Ces messages possèdent un intérêt énorme : ils nous disent la vérité. Nos émotions sont
l’expression la plus pure de nos besoins les plus profonds qui doivent être décodés puis transmutés.
Ces messages sont de deux sortes, négatifs ou positifs. Nos émotions positives sont dans le registre de l’Amour tandis
que les émotions négatives sont dans le registre de la peur.
À quoi servent ces émotions ? Pour nous guider. Chaque jour nous poursuivons des milliers d’objectifs, nous prenons
des milliers de décisions même si nous n’en avons pas conscience. À chaque objectif nous sommes guidés. Si nous
nous approchons de notre objectif nous recevons une émotion positive, si nous nous en éloignons nous recevons une
émotion négative.
Il faut l’utiliser. Lorsque nous avons une émotion positive le message est simple : « C’est bon pour toi continue »,
autrement dit : « Comment as-tu fait pour obtenir ce résultat et modélise-le pour pouvoir le reproduire ! » Quand on
reçoit une émotion négative, le message est le suivant : « Tu es en train de te planter, rectifie. Tu es dans une situation
indésirable, quelque chose ne va pas ». Une émotion négative nous invite toujours à une action. Laquelle ? Vous avez
trois solutions pour sortir de cette situation indésirable : Accepter, améliorer ou quitter ! C’est tout. Il n’y a rien
d’autre. Cependant très souvent nous ne choisissons aucune de ces trois solutions. Alors nous trouvons une quatrième
solution : la plainte. Alors nous tournons en boucle dans la négativité. Nous la perpétuons.

Lorsque nous avons une émotion négative, il faut l’accueillir, cela s’appelle l’intelligence émotionnelle. Il faut tout
d’abord la détecter, l’identifier, quelle est-elle ? Quel est son message ? Une émotion porte un message que nous
devons décoder. Chaque émotion est un message.
La colère veut nous dire : « Mets un stop car quelqu’un est en train de mettre à mal l’une de tes valeurs
fondamentales et veut prendre du pouvoir sur toi.
Le message de la tristesse nous dit : « Laisse partir quelque chose, fais le deuil de quelque chose ou quelqu’un ».

Quand je reçois de la négativité je l’accueille et je regarde en quoi la situation qui a déclenché cette émotion négative
est indésirable. Que me dit mon corps émotionnel pour en sortir ? Dois-je accepter, améliorer ou quitter ? Je le fais et
ensuite je reviens à irradier.

VOS ENFANTS SONT LE MIROIR DE VOTRE ENFANT INTÉRIEUR


par Miriadan

Selon la programmation de votre chemin et les contrats d’âme, vous connaissez la joie de vous faire accompagner par
un compagnon ou une compagne. Et lorsque vient le moment Juste, vous faites venir en votre famille des êtres aimés
et aimants, les enfants, que ce soit de « sang » ou d’adoption.
Les enfants sont le miroir de votre enfant intérieur. Ils sont de magnifiques caisses de résonance. Ils sont
immédiatement connectés à votre intériorité, et vous aident à prendre conscience lorsque vous vivez en désaccord
intime. Pour vos enfants, seule votre vibration porte votre vérité.
Et si celle-ci ne se retrouve pas dans vos paroles, vos pensées ou vos actes, alors ils plongent dans le jeu de
l’expérience selon le regard de la victime, du bourreau ou du sauveur. Leur raison d’être avec vous se déploie sur la
mise en lumière du meilleur de vous-mêmes.
Les enfants sollicitent votre honnêteté. Ils n’attendent de vous que votre authenticité, gage de votre amour
inconditionnel. Vos enfants sont vos prolongements naturels puisque branchés sur vous. Ils prennent tout de vous, y
compris vos secrets. Ils grandissent en activant leurs expériences, mais aussi en acceptant par amour de continuer
votre chaîne de souffrances non pacifiées.
Car venir dans une famille signifie prolonger une hérédité, c’est-à-dire reprendre en soi les valeurs et les douleurs des
parents et aïeux. Si les parents n’ont pu se libérer de leurs incompréhensions, les enfants choisissent – avec joie – de
saisir cette potentialité, d’offrir ce cadeau à leur lignée ADN et de cœur.

ENFANT INTÉRIEUR :
Notre société imposent la croyance aux parents que les enfants leur appartiennent, qu’ils sont la consécration de leur
avancée, un acte d’immortalité par le maintien d’une partie d’eux sur Terre. Ils leur font porter leurs espoirs, leurs
regrets, leurs échecs et leurs réussites. Et s’ordonnent d’être un héros, un symbole de sécurité et de permanence. Les
parents doivent avoir réponse à tout. La déception qui en découle blesse profondément les enfants, non par le fait du
mensonge mais par la négation du parent de son illusion, de son refus d’en prendre conscience. Selon la perspective
de l’Un, les enfants n’appartiennent à personne, sinon qu’à eux-mêmes puisqu’ils sont des êtres souverains divins. Ils
ne demandent qu’à être guidés vers leur confiance intérieure, recevoir les pistes d’apprentissage qui les conduisent à
l’autonomie et à la liberté. Les parents restent des accompagnateurs bienveillants et aimants, répondant aux

19
sollicitations sans imposer, permettant à l’enfant de développer progressivement sa réflexion et son discernement,
offrant une ouverture à l’Inconnu avec les vastes horizons encore inexplorés par les parents.

Quand arrive une croisée de chemins pour les parents, que le père et la mère se séparent, vous expliquez en toute
bonne foi à l’enfant que vous ne vous aimez plus. Pour l’enfant, vous édictez deux lois qui ébranlent sa stabilité :
l’amour peut s’arrêter et il est dépendant d’une autre personne. En cela vous insérez en lui qu’il est possible pour un
parent de cesser de l’aimer, lui, l’enfant. Il ne comprend pas, car il ressent un amour inconditionnel pour ses parents.
L’amour est donc faillible et conditionnel ? L’enfant retourne en lui sa question. « Ai-je su les aimer assez ? »

La séparation devient douleur, le doute sur sa culpabilité pointe. Si sa raison confirme les paroles des adultes, son
cœur lui transmet un autre message : l’amour est toujours là, inaltérable, d’âme à âme. Ce n’est pas par manque
d’amour que les parents s’éloignent, mais bien parce qu’ils ont vécu tout ce qu’ils avaient choisi de partager
ensemble, qu’ils se sont offerts les cadeaux de l’expérience, et que leur chemin vers leur épanouissement appelle à de
nouveaux approfondissements. L’enfant sollicite de votre part ce réconfort, ce regard objectif et large sur votre
parcours détaché des pôles d’attachement, de colère et de déception. Pour vous, comme pour lui.

Être un parent revient à observer en soi ses croyances, ses schémas, ses souvenirs liés à l’enfance et à l’éducation
reçue. Avoir un enfant ouvre les portes de l’introspection, et faire résonner en soi l’amour inconditionnel. L’enfant
nous apprend à nous détacher afin de respecter son chemin et sa personnalité. Nous ne le formons pas, nous
l’accompagnons un instant dans la découverte de son individualité. L’ouverture à la communauté se révèle selon la
confiance qu’il a en lui et en la vie. Vous êtes son exemple. Il ne réclame de vous que votre conscience.
Votre responsabilité s’arrête à votre monade. Vous êtes en contrat d’âme avec votre enfant. Ce dernier a accepté
l’intégralité des potentialités liées à votre cheminement intérieur. Il vit dans l’instant présent et se nourrit du partage
d’amour. Car plus vous vous aimez, plus vous ouvrez votre cœur, et plus vous justifiez sa présence avec vous. Vous
accomplissez votre contrat.

Libérer son enfant intérieur

Voici quelques exercices qui cajoleront notre enfant intérieur et amèneront à sa libération :

Il faut tout d’abord reprendre contact avec lui et lui dire à quel point on l’aime. On peut utiliser la méthode
Ho'Oponopono (désolé, pardon, merci, je t’aime) qui s’avère très efficace. Puis, nous pouvons également nous
remémorer notre enfance et ses moments merveilleux, car il y en a beaucoup.
- Qu’écoutiez-vous étant enfant ? Quelle musique vibrait en vous ? Dès qu’un titre vous vient, écoutez-le, fermez les
yeux et revivez ce moment comme vous le faisiez enfant, ainsi vous vous relierez à votre enfant intérieur.
- Qu’aimiez-vous comme saveur enfant ? Une pâtisserie, un plat ? Faites-vous plaisir et mangez à nouveau ce plat.
Dégustez-le en vous transportant à l’époque où vous étiez enfant, lâchez-prise et remémorez-vous ce doux passé.
- Quelle senteur vous transportait enfant ? Un parfum, un fruit, une odeur de papier ? Procurez-vous cet objet ou
arôme, sentez, vibrez, rêvez, comme quand vous étiez plus jeune et sentiez pendant des heures votre doudou adoré.
- Quel lieu vous rappelle de merveilleux moments de votre enfance ? Si vous pouvez vous y rendre, allez-y! Si vous ne
le pouvez pas, regardez des photos de ce lieu sur le net, projetez-vous à cet endroit, rappelez-vous à quel point plus
jeune vous vous y sentiez bien.
- Quel dessin animé ou série regardiez-vous enfant ? Regardez quelques épisodes, ou simplement les génériques, vous
revivrez instantanément vos anciennes émotions de bien être, cela fonctionne très bien avec les génériques de dessin-
animé.
Avez-vous gardé votre doudou ? des photos de moments agréables ? des anecdotes à partager ?

Les activités artistiques et manuelles sont également de très bons procédés pour libérer son enfant intérieur. Il existe
bien d’autres exemples comme ceux proposés, alors n’hésitez pas à replonger dans ces merveilleux souvenirs, en
particulier tout ce qui concerne les sons et les odeurs, qui sont des thérapies très puissantes. Il ne s’agit pas là de
vivre dans le passé, mais simplement d’exercices qui vont permettre à l’enfant intérieur de se dévoiler, de sortir de sa
caverne, de se sentir apaisé, rassuré.Une fois à nos côtés, on lui envoie tout plein d’amour, on pardonne toutes
situations et personnes (dont nous même) qui l'ont maintenu enfermé, et on le garde libéré en continuant à se faire
plaisir, à aimer, à s’amuser, à rire, à voir la vie à travers les yeux d’un enfant émerveillé.

20
Vendredi 27 avril 2018

Depuis quelques jours un collègue me fait la tête. Il a adressé un rapport au Directeur et j’estimais que le
problème évoqué dans le rapport devait être réglé soit de vive voix soit par la hiérarchie directement mais
qu’il ne devait en aucun cas aller jusqu’au Directeur, autrement dit j’étais d’accord sur le fond mais pas la
forme. Mon adjoint a défendu ce collègue et je viens de comprendre qu’il a longuement discuté avec ce
dernier et que mon avis s’est transformé en « il ne doit pas faire de rapport ! ». Ce matin, ce collègue me
croise, je lui dis amicalement « Salut ». Il répond froidement « Bonjour ». Émotion : je suis triste, il me
donne l’impression d’être une criminelle, une pestiférée. Je trouve injuste cette réaction tandis qu’il parle
normalement avec les autres qui sont plus durs que moi.
Donc si j’ai bien compris il existe deux émotions, la peur et l’Amour. Ici s’agissant d’une émotion négative
il ne peut donc s’agir que de peur. De quoi ai-je peur ? De ne pas être aimé, d’être prise pour quelqu’un de
mauvais, de méchant. Le message que je reçois : « Tu es dans une situation indésirable, quelque chose ne va
pas. » J’ai donc trois solutions : « Accepter, améliorer, quitter ».
Et si je ne choisis pas alors je vais me plaindre. Je ne veux pas « Améliorer » car je n’ai pas envie d’aller
entamer une discussion, je ne peux pas quitter, car nous travaillons à proximité. Je décide donc d’accepter
cette situation. Je lui dirai bonjour et au revoir et ne lui parlerai que si nécessaire.
Je me suis si souvent retrouvée dans cette situation que je me demande si à l’avenir je ne dois pas garder
mes avis pour moi. C’est compliqué dans mon positionnement professionnel, mais je crois que cela vaut
mieux. Je vais tenter de devenir « la Suisse ».

Depuis ce matin je suis stressée, car mon propriétaire vient réparer le volet vers 18H30 et je vais
inévitablement le croiser. Je ne veux pas le voir, je voudrais trouver la réponse la plus intelligente à faire au
cas où il m’agresse verbalement, mais je ne trouve pas, je ne sais pas quoi lui dire. A table ma belle-mère me
conseille de ne pas lui répondre, mais je ne crois pas qu’il soit intelligent de ne pas parler…
A 14H30 je reçois un message du propriétaire, il viendra à 16H. Parfait, je n’aurai pas à l’affronter.

Je lis un petit cahier d’exercice pour se libérer des peurs écrit par André Charbonnier. Il est très intéressant.
J’ai fait pas mal d’exercices :
- Si votre peur était un animal quel serait-il ? Je cherchais quelque chose de piquant, j’ai finalement mis le
crocodile, il vous mord et arrache tout.
- Si votre peur était un personnage quel serait-il ? J’ai répondu Satan. Les films qui me font le plus peur sont
sans hésiter les films mettant en situation des scènes de possession, d’exorcisme, des scènes où on ne
maîtrise plus son comportement, ses mots …
- Si votre peur était un objet quel serait-il ? Un cutter. Pourquoi, parce qu’un cutter est tellement tranchant
qu’il faut agir prudemment avec, c’est une arme qui blesse facilement tant il entre dans les chairs comme
dans du beurre. Avec un geste trop prononcé, la blessure sera d’autant plus profonde et grave. J’en ai mal
aux veines des poignets rien que d’y penser.
Il est intéressant de donner un visage à sa peur, de la comparer à un animal, un personnage ou un objet, car
c’est une porte d’entrée vers une émotion. Il explique notamment que pour se libérer d’une peur il faut
passer par son corps d’énergie et donc commencer par chercher son corps d’énergie.
« Ceux qui pratiquent la méditation savent à quel point nous sommes séparés de nos sensations. Notre
tendance à positionner le mental au centre de notre quotidien « je pense donc je suis » nous fait perdre la
connexion avec notre corps d’énergie et donc, avec la vie en nous. Le corps est un organisme vivant en
constante évolution. Chaque seconde, 10 millions de cellules meurent et 10 millions naissent ».

21
« Vous avez réussi ? Bravo, car en accédant à votre corps d’énergie, vous maîtrisez le point de départ de la
peur (le mental) et le point d’arrivée (le corps).
En tant qu’émotion, la peur est chimique, corporelle. Il y a fusion entre la pensée et le corps. Pour se
libérer, il doit y avoir dé-fusion ». C’est le même principe que lorsque vous coupez le circuit électrique entre
la source d’énergie et la lampe : celle-ci s’éteint. »

La boule de cristal.

Rejoignez votre corps d’énergie et revenez à une situation où la peur s’est manifestée. Vous ressentez de nouveau
l’émotion qui s’est déclenchée alors. Notez l’intensité de votre peur sur une échelle de 0 à 10. Imaginons qu’il
s’agisse de la peur de prendre la parole. Vous vous revoyez pénétrant dans la salle, vous voyez le micro qui vous
attend et là, ça commence.
Imaginez que vous prenez la situation et que vous l’enfermez dans une boule de cristal. Placez celle-ci devant vos
yeux et imaginez-la dessiner un 8 couché dans l’air. De votre regard, suivez-la des yeux pendant une trentaine de
secondes. Respirez, fermez les yeux et revenez au moment du déclenchement de l’émotion… vous ne ressentez plus la
peur.
Pratiquez cet exercice sur différentes peurs que vous ressentez régulièrement et, ensuite, confrontez-vous de nouveau à
la situation. Sur une échelle de 0 à 10, à combien êtes-vous maintenant ?
S’il reste une trace de l’émotion, recommencez l’exercice en prenant soin d’effectuer auparavant ce que l’on appelle
en PNL un balayage, qui consiste à penser complètement à autre chose pendant un instant.

Faire baisser l’intensité de la peur.

Il est nécessaire (surtout au début) d’être dans un endroit où vous vous sentez en sécurité. Vous êtes au calme et vous
ne serez pas dérangé.
Choisissez une de vos peurs dans une liste et un jour précis où elle s’est manifestée. Commencez par une peur
d’intensité moyenne. Par exemple, vous avez peur du vide, sans pour autant en être phobique jusqu’à vous évanouir.
Vous revoyez le moment où vous vous êtes retrouvée sur le balcon chez l’un de vos amis, au douzième étage. Notez
l’intensité de 0 à10.

Fermez les yeux, rejoignez votre corps d’énergie… Revenez sur ce balcon. D’habitude, dès que votre pensée
s’approche de ce moment, vous vous dépêchez de penser à autre chose.
Aujourd’hui, au contraire, vous plongez dedans. Vous êtes dans votre corps d’énergie et vous êtes attentif à ce qui se

22
passe uniquement dans votre corps. Vous ne réfléchissez pas, vous ressentez… et vous observez.
Aucun jugement, aucune volonté, vous laissez évoluer ces sensations, quelle qu’elles soient ! Vous laissez faire.
Sans que vous n’ayez rien à faire, les sensations vont peut-être se déployer dans votre corps, peut-être changer
d’endroit, peut-être devenir plus intenses (c’est pour cette raison que vous choisissez tout d’abord des peurs
d’intensité moyenne), et puis cela va s’alléger… Et disparaître.

Lorsque tout a disparu, revenez en imagination sur le balcon. Notez votre sensation de 0 à 10. Ensuite, allez
réellement sur ce balcon et vérifiez. S’il reste une trace de peur (par exemple 3/10), refaites l’exercice sur le balcon
(en effectuant un balayage entre les deux). Il ne vous faudra pas plus d’une à deux minutes. Ouvrez les yeux et
regardez, vous devez vous retrouver à 0.
Lorsque vous avez bien apprivoisé cet exercice, reprenez la liste de toutes vos peurs et pratiquez. Cela a l’air trop
beau pour être vrai. Essayez et vous verrez.

« Ces deux exercices fonctionnent parfaitement pour les peurs directes (vous avez peur des chiens car, petit,
vous avez été mordu). Pour les peurs indirectes (tendance à se saboter, peur d’être rejeté etc.), s’ils défont
l’association entre le traumatisme et les émotions de peur, ils ne vous libèrent pas pour autant de la cause
du traumatisme. Ainsi, si vous avez crée la peur des araignées pour vous protéger inconsciemment de votre
mère, vous n’aurez plus peur des araignées mais vous n’aurez rien résolu de votre problématique vis-à-vis
de votre mère. Pour nettoyez cela, il convient de faire un travail plus en profondeur. »

Le soir, je regarde une vidéo de formation à l’hypnose, c’est passionnant et j’y apprends quelques méthodes
pour transmettre des messages à l’inconscient et procéder à des déprogrammations de traumatismes. Il
explique que l’inconscient est là pour nous protéger et donne un exemple très parlant :
Imaginez que vous assistiez à une scène dans laquelle une personne est en train de se noyer. En la regardant
cela déclenche chez vous une émotion de terreur, un traumatisme. Par la suite, l’inconscient aura associé
l’eau à un danger. Dès lors, quand vous vous retrouverez près de l’eau, les émotions que vous aviez vécu ce
jour-là referont surface afin de vous protéger, un peu comme un message « Attention, danger, arrête-toi ! ».
Mais votre conscient sait qu’il n’y a aucun danger … le message n’a donc pas lieu d’être et il s’agit par
l’hypnose, de faire comprendre à l’inconscient que le danger n’existe pas.

Samedi 28 avril 2018

Cette nuit j’ai rêvé que je me trouvais au milieu de la montagne. Je suis entrée dans une vieille baraque,
c’était sombre. Au milieu de la pièce principale il y avait une vieille femme assise sur une chaise. Elle était
vêtue de noire et il me semble qu’elle portait une croix autour du cou. Je savais qu’il s’agissait d’une
religieuse. Je me souviens de ses dents, grises, irrégulières. Je devais la détruire. Je n’arrêtais pas de la
frapper de toutes mes forces et elle ne disait rien, elle ne bougeait pas, ne se défendait pas. Peut-être était-
elle attachée, je n’en ai pas le souvenir. Puis une femme, jeune, blonde est arrivée près de moi, elle avait un
regard lumineux, les yeux très clairs comme l’hypnothérapeute que j’ai vu mercredi dernier. Elle m’a mis la
main sur l’épaule et m’a dit que je pouvais partir, qu’elle allait terminer.

Puis j’ai rêvé que je me trouvais au service. Un adjoint de sécurité venait me dire qu’il avait fait enlever ma
voiture. Je lui ai répondu que j’espérais qu’il s’agissait d’une blague. Il m’a dit d’aller voir. J’ai regardé par
la fenêtre et ma voiture n’était plus à son emplacement. Je voyais sur le camion de la fourrière. Je me suis
mise à lui hurler dessus, en lui disant que je garais toujours ma voiture là, car je partais plus tôt pour aller
récupérer mon fils à l’école, que si je me garais autre part je risquais d’être bloquée. Je suis descendue avec
lui et j’ai fini par m’excuser, que je n’aurais pas dû lui parler de cette façon. J’ai pensé à un rêve
prémonitoire en me réveillant et finalement quelques semaines plus tard le 15 mai 2018 je me ferai
engueuler par un collègue à cause de l’emplacement où je gare quotidiennement ma voiture …le lendemain,
le 16 mai 2018 ma voiture tombera en panne, un dépanneur viendra la récupérer et le 29 mai 2018, je serai
désigné comme jury pour faire passer un oral blanc à cet ADS en question à qui je ne parle jamais et que je
ne croise que très rarement.

23
J’ai été très mal toute la journée, besoin d’être seule, de m’isoler. Cyrille a compris et s’est occupé des
enfants pour que je puisse lire tranquillement dans ma chambre. Mais j’étais perturbée par ce rêve, comme si
j’étais finalement quelqu’un de mauvais, j’ai frappé une religieuse, ce n’est pas rien et en même temps je la
sentais mauvaise. Je repense à la veille, ces exercices que j’ai faits pour guérir de mes peurs. Je crois que la
religion en fait partie dans ce sens où elle génère beaucoup de peurs, le péché, l’enfer, Satan etc. J’ai la
sensation d’avoir perdu mon âme d’enfant, ma joie de vivre naturelle. Le soir, je me suis effondrée, je me
suis mise en chien de fusil et je ne cessais de me dire que si un Dieu, une Source d’Amour me voyait, elle ne
pouvait pas m’aimer c’était impossible. Je pleurais comme un bébé qui ne mérite pas l’Amour de ses
proches, comme si j’étais une personne faussement gentille, comme le mal personnifié qui essayerait de se
racheter chaque jour et qui montrerait son vrai visage la nuit …Mais pourquoi suis-je aussi triste. Je ne
pouvais m’empêcher de me dire que tout allait bien et que je devais en profiter. Je ne veux plus me battre
dans mes cauchemars, je suis épuisée. Est-ce que j’œuvre pour le mal ? Pour autant j’ai conscience qu’il
s’agissait uniquement d’un rêve, d’un scénario tout fait qui ne me permet pas de prendre de décision, que je
subis mes actions comme un spectateur qui serait contrôlé dans ses actes. Je ne peux m’empêcher de penser
que c’est mon inconscient qui contrôle, ça me met très mal à l’aise.

Gérer une situation de stress – Dépasser la peur de mourir.


de Kaede Agapè-Kaze | 1 mai 2018.

Qu’est-ce que le stress ?


Le stress est directement relié aux émotions. Bien que ces symptômes agissent sur le corps, ils sont issus de
commandes inconscientes du cerveau. Ce processus est un automatisme archaïque créé pour répondre aux situations
de danger. Le stress agit comme une alarme pour indiquer une mise en danger. Ainsi le corps répond en augmentant
le taux d’adrénaline, ce qui permet d’avoir un taux d’énergie suffisant pour se mouvoir vite.
Le stress est donc généré lors d’une situation qui fait peur. Les deux peurs naturelles sont les suivantes : un bruit
soudain, le vide. La peur est une émotion qui a été créée pour nous aider à survivre. Elle fait partie des automatismes
innés. L’humain n’en a que 20 % contrairement aux animaux qui en ont 80 %.
La peur est donc légitime dans une situation de survie. Mais depuis ces périodes originelles, l’humain occidental a
créé un bon nombre de peurs non naturelles. Surtout depuis qu’il a complètement quitté la foi et l’intuition pour le
rationnel et la logique. En somme, pour le contrôle absolu du mental.

La peur de mourir :
En effet, en quittant la foi en soi, en un monde intérieur en lequel on peut avoir confiance, l’humain occidental a
perdu la foi en l’éternel. Il n’a foi qu’en un monde extérieur qu’il ne peut contrôler en majorité. Comme il observe les
cycles de vies, qu’il vit la douleur de la perte et qu’il ne se souvient de rien avant la naissance, cela lui suffit pour être
persuadé qu’il est mortel. Il ne s’identifie qu’à son corps et ses émotions en oubliant son esprit. D’où cette peur de
mourir puisqu’il se sent prisonnier de son corps. C’est l’identification au mental qui est la source de cette peur.

24
Si nous acceptons l’idée que nous sommes plus que notre mental, nous nous détachons plus facilement de celui-ci. Et
nous sentons en nous cette paix et cet amour éternel qu’importe la situation. En se dés-identifiant au mental, on
accueille notre part d’éternité mais aussi de sérénité. Comme je l’explique dans l’article sur la conscience, nous
avons deux cerveaux : la première qui est intuitive et le deuxième qui est rationnel. Nous avons tellement développé
l’un que nous en avons oublié l’autre. Et pourtant c’est lui qui va nous apporter cet équilibre primordial dont nous
manquons. Des outils seront à votre disposition en fin d’article pour vous aider à retrouver cet équilibre.

Cette peur est maîtresse de toutes les autres. Réfléchissez-y, vous verrez ! C’est elle qui est la base de toutes les
situations de stress dans lesquelles nous nous mettons ou dont nous ne sortons pas. Je donnerai des exemples en fin
d’article également.

Qu’est-ce qu’une situation de stress ?


Là où mes émotions deviennent ingérables :

• Frustrations.
• Disputes.
• Gênes.
• Inconnus.
Au début de la situation le stress est légitime, il agit comme une alarme pour avertir qu’il y a un comportement à
éviter. Nous sommes comme dépassés par la pensée. Cependant, il devient pathologique à partir du moment où c’est
la pensée qui nous gouverne sur le long terme. Par exemple: lorsque l’on est en rumination et que nos idées tournent
en boucle, souvent par peur de lâcher prise. Certaines personnes en viennent même au passage à l’acte … sans
pensées quelquefois … tellement le sentiment d’impuissance face à ces émotions est fort …tellement l’idée est
implantée de manière profonde et semble n’emprunter qu’un seul chemin. Mais c’est un autre sujet !
Eh oui le stress va toucher à des choses très profondément ancrées en soi, des choses qui n’ont pas été résolues. Bien
au-delà du simple réflexe de survie, qui lui est tout à fait normal s’il n’est pas sur le long terme. Cela peut être:
manque de confiance en soi, manque de réponse à ses propres besoins, manque d’écoute de l’autre, manque de
confiance en l’extérieur etc … Tout cela est géré par des peurs : peur d’exister, peur de s’aimer, peur de l’autre, peur
de la diversité du monde. Tout cela indique de prendre des risques et d’avoir foi sans rien contrôler. Toutes ces peurs
sont issues de la peur de mourir … La peur de mourir, c’est la peur de perdre. C’est le risque que l’on prend quand on
va vers quelque chose sans connaître le résultat.

Mais qu’est-ce que perdre ou mourir ?


On perd pour mieux apprendre, mieux comprendre, on meurt pour mieux renaître. N’est-il pas ?
Prise de conscience :
Tout d’abord avant de chercher à gérer son stress, il est important de passer par une certaine prise de conscience. En
effet, souvent pour gérer nos peurs, surtout celle de regarder en soi ou celle de se penser comme acteur ou
responsable de nos actes, nous rejetons la faute sur les autres ou l’extérieur. Pourtant, c’est bien nous qui sommes
responsables de la manière dont nous interprétons ou ressentons ce que l’autre nous fait. Si nous décidons de prendre
cela en compte nous pouvons apprendre à gérer le stress. Si nous décidons l’inverse, il est bon de se rappeler que
nous ne pouvons pas contrôler les autres et donc que nous nous battrons toute notre vie contre eux. Si l’on veut se
protéger de l’extérieur, il est intéressant de ne plus être dans la résistance. En d’autres termes si on veut gérer notre
stress, il est important d’accepter de changer de façon de penser. Je donnerai un exemple concret à la suite de cette
partie.

7 Façons de gérer le stress :


- Choisissez comment vous allez réagir : comment je réponds à la situation ? actes ? émotions ? réflexions ?
- Concentrez-vous sur le futur : qu’est-ce que cette situation peut m’apporter à long terme ?
- Restez dans le moment présent : cela permet de se fier à ses intuitions plutôt qu’aux pensées négatives. Cela permet
aussi de transformer les besoins de l’affect en besoins concrets.
- Orientez vos pensées vers des solutions : il peut y en avoir, comme il peut ne pas y en avoir sur le moment présent.
Le plus important est d’accepter la situation telle qu’elle est et de changer ce que l’on peut changer.
- Voyez ce qu’il y a de bon dans la situation : regardez la situation sous un angle positif.
- Regardez les enseignements qu’il y a derrière : qu’est-ce que ça m’apprend ? pourquoi la vie m’amène cette
situation ?
- Choisissez d’avoir une réponse positive : si vous avez des reproches à faire, il peut être intéressant de regarder

25
d’abord ce qu’il est fait de bon et ensuite de dire ce qui déplaît. Ainsi la personne a une vision d’ensemble et ne se
sent pas jugée sur un seul acte. Car l’acte ne fait pas la personne. Il est également recommandé de sécuriser les
autres par rapport à notre tempérament : laissez-moi y penser. Lorsqu’on ressent une émotion forte, même si ça se
voit, on peut choisir de temporiser pour prendre le temps de réfléchir. Ce sera mieux apprécié qu’une réaction à
chaud. Il est important d’apprendre à ne plus rebondir. Ne plus s’opposer négativement.

Pour tout cela, reconnaissez que vous avez atteint vos limites, que vous ne pouvez pas tout contrôler. Reconnaissez
cependant que vous agissez du meilleur que vous pouvez, que vous avez le droit à l’erreur. Nous ne pouvons pas plaire
à tout le monde, si quelqu’un a une vision négative ça ne doit pas remettre en cause votre propre vision de vous-
même.Invitez-vous à changer de façon de penser. Notre cerveau est un bel outil flexible.
Exemple :Prenons une situation de stress quotidienne. Admettons que vous êtes dans un bus. Vous êtes assis à gauche.
Vous sentez le regard oppressant d’une personne sur votre droite. La personne vous regarde avec insistance et semble
dans l’attente d’une réaction. Cela vous agresse et commence à vous indigner. Vous avez peur aussi. Pourquoi il fait
ça ? Comment cela est-il possible ? Vous perdez contrôle, car cette situation vous dépasse et vous résistez. Une voix
en vous souhaite ardemment lui expliquer les bonnes manières. Mais une autre vous conseille de lâcher prise, car
cette personne cherche un lien quel qu’il soit, même négatif et qu’il est vain de le convaincre de quoi que ce soit. Mais
que c’est difficile …

Vous pouvez vous énerver pour libérer la tension, mais cela ne fera que conforter son désir de lien ainsi que son
comportement. Vous pouvez aussi vous dire que ce n’est pas parce lui ne vous respecte pas, que vous ne vous
respectez pas et ne le respectez pas. En allant plus loin, on peut même dire que s’il ne respecte pas l’autre, c’est qu’il
ne se respecte pas. Vous pouvez compatir tout en restant distant, sans lui donner d’ouverture. Si vraiment cela vous
tient à cœur, vous pouvez choisir de dire les choses en restant calme : “Écoutez, je vois bien que vous essayez de créer
du lien mais ça ne m’intéresse pas. C’est vous que vous ne respectez pas en faisant cela.” Je l’ai déjà fait, je peux
vous dire que ça a son petit effet. Malheureusement, je ne suis pas certaine que ça y change grand-chose … Ce sont
des personnes tellement centrées sur elles-mêmes, elles seraient capables de prendre cela comme une ouverture. Le
nombre de fois où je l’ai vécu ! Donner de la lumière tout en restant distant, semble plus approprié, mais à vous de
choisir !
En tout cas, si vous choisissez de ne pas réagir, pensez à l’énergie que vous économisez, surtout si cette situation se
représente ensuite. Cela peut vous apprendre à avoir la bonne distance avec ces personnes et à vous concentrer sur
autre chose, comme vous-même.

Pour vous aider à libérer les émotions, vous pouvez respirer ou concentrer vos idées sur autre chose. Pensez à
quelque chose qui vous fait plaisir ou quelque chose de très important pour vous. Ne vous laissez pas dominer par vos
pensées négatives. Le plus simple étant de ne pas résister à ce qui arrive. Acceptez que cette personne existe et que
vous ne pouvez pas la changer. Affrontez la réalité plutôt que de fuir dans la rumination.
Allez chercher pourquoi vous réagissez comme cela. Pourquoi cela vous énerve. Quelles sont vos représentations et ce
que cela vous renvoie. Concentrez-vous sur les faits et les solutions : changer de place, écouter de la musique, parler
à votre voisin en décrivant ce que la personne fait, tourner la tête, etc.
Pensez au fait que vous allez vous frustrer de ne pas répondre et le frustrer de ne pas avoir de lien, mais que vous
vous serez respecté. Quel est le plus important ? Imaginez toute cette énergie gagnée à force de ne plus résister à ces
situations en y apportant une solution.
Dites-vous que c’est une occasion d’apprendre à gérer vos émotions.
Essayez d’être le plus positif possible envers lui pour vous respecter, le respecter et rester digne. Ce qui n’empêche
pas d’essayer de le faire réagir s’il le faut. Quand attitude de l’autre fait mal c’est à nous que nous manquons de
respect. Je ne dis pas que l’autre ne nous manque pas de respect. Nuance. Mais nous donnons de l’importance à ses
mots et à son comportement. Toutefois, est-ce que ça en vaut la peine ?
Je rajoute cette phrase qui me parle bien : On est aimé pour ce que l’on est et pas ce que l’on fait.

Conclusion :
Revenons-en à la peur de mourir. Lorsque nous n’acceptons pas les situations, telles que décrites ci-dessus, nous
n’acceptons tout simplement pas de mourir. En changeant notre comportement nous mourrons pour une autre façon
d’être. La peur de mourir est la mère de la peur du vide, de l’inconnu, de l’engagement. Tout cela demande de lâcher
prise et d’aller vers l’inconnu tout comme lorsque l’on meurt physiquement ou psychiquement. Pourtant pour évoluer
et nous adapter, nous mourons tous les jours pour devenir une autre personne. La vie et la mort sont intrinsèquement
liées. C’est ce qui se passe quand nous choisissons de lâcher le mental, l’identification à l’égo pour aller vers la foi et
l’intuition. On accepte de ne pas comprendre, pas contrôler, ce qui n’empêche pas des résultats beaucoup plus
certains et en phase avec vous-même. L’intuition est ce qui vous relie à votre esprit : la connaissance universelle et

26
votre âme : l’amour universel. On peut leur faire confiance, ils savent ce qui est bon pour nous, car ils sont reliés à
l’inconscient collectif ou l’univers ou dieu ou les ancêtres ou tout ce que vous voulez qui transcende l’individu. Pour
le reste je vous laisse aller à vos croyances !

Exercice de méditation :
Vous pouvez mettre de la musique douce qui élève la conscience. Ensuite, mettez-vous dans la position du lotus ou
n’importe quelle autre position confortable pour votre corps. Toutefois essayez de garder les pieds ou une partie du
corps en contact avec le sol pour être bien ancré. Fermez les yeux, concentrez-vous sur votre respiration. Rendez-la
de plus en plus profonde. Détendez-vous. Accueillez les sensations en vous. Puis essayez de lâcher prise sur vos
pensées en les laissant glisser. Accueillez-les, tout en ne les laissant pas prendre le dessus sur vous. Si vous sentez que
vous retombez dans l’ego, concentrez-vous à nouveau sur votre respiration ou sur les bruits extérieurs.
Enfin, imaginez une situation qui génère du stress pour vous. Vivez-la pleinement. Puis prenez du temps pour prendre
du recul et analyser les changements que vous aimeriez y apporter sur votre façon de voir les choses ou de réagir.
Ceci fait, imaginez de nouveau la scène avec les modifications que vous avez apportées. Concentrez-vous sur votre
ressenti. Vous pouvez continuer ensuite à vous détendre. Pensez seulement qu’il est important de sortir doucement de
la méditation pour bien répartir l’énergie dans le corps et ne pas se sentir déphasé. D’où l’importance de l’ancrage
au sol. Vous pouvez également utiliser des pierres ou des plantes pour vous ancrer. Leur simple présence énergétique
rééquilibre votre corps et vous aide à amener vos énergies à la terre et lâcher le négatif. Ce qui permet de réduire le
mental et aller vers l’intuition puis le vide.

Cet exercice est un bon moyen de commencer à travailler sur sa façon de penser. Il permet d’aller toucher
l’inconscient grâce à l’état méditatif. Pour plus d’impact vous pouvez rajouter des symboles pour représenter vos
émotions ou vos façons d’agir. Ils sont d’autant plus forts pour faire comprendre à notre esprit que nous sommes prêts
au changement puisqu’ils font partie de notre inconscient collectif.

Dimanche 29 avril 2018

Hier soir avant de dormir j’ai placé sous mon oreiller le sac anti-cauchemar que Linda m’a offert. Il contient
une calcite, un quartz rose et une améthyste.
Je me souviens d’un rêve dans lequel je me trouvais dans une maison très angoissante avec un fantôme mais
c’est très flou. Je me suis réveillée plusieurs fois dans la nuit et dans la matinée.
À un moment je suis dans un rêve. Soudain je ressens une présence noire sur ma droite. Mon œil ne peut pas
focaliser dessus, mais elle est lourde et angoissante comme dans beaucoup de mes cauchemars. Je ne la
regarde pas, je sais que je vais devoir me battre, je me mets en position de combat, les poings serrés devant
mon visage en me disant : « c’est le moment » et je deviens instantanément lucide quelques courtes
secondes. Je me vois alors en position de combat, mais cette fois je peux décider de ce que je veux faire et je
sais que je ne veux plus me battre. Je prends conscience que je vais devoir affronter cette chose, elle
m’angoisse, mais je ne veux pas l’affronter !!!! Je prends mon courage à deux mains, me tourne vers cette
forme sombre et lourde et la prends dans mes bras pour lui donner de l’Amour. Je ne sais pas bien comment
faire, quelles pensées avoir, alors je me contente de la prendre dans les bras et de lui faire un câlin. À ma
grande surprise le nuage noir se dissipe doucement avant de disparaître complètement. Je me retrouve avec
mon chien, Flash, dans les bras. Il est petit, il doit avoir 2 ou 3 ans. Je l’embrasse et pleure tellement je
l’aime en me disant que je ne voudrais pas qu’il lui arrive quelque chose avant de sombrer à nouveau dans
un rêve.
En me réveillant j’ai compris, le cauchemar sur la religieuse m’a permis de prendre la décision de ne plus
me battre et m’a permis, grâce à cette volonté farouche de ne plus souhaiter combattre, de devenir lucide.
Pour la première fois, j’ai pu choisir. À la lecture de mon rêve Linda m’a répondu : « Tu as plongé dans un
rêve lucide qui t’a permis d’avoir le choix de te battre ou de donner de l’Amour. Tu as choisi de donner de
l’Amour, car ta part de lumière est prédominante sinon tu aurais choisi de te battre. Et le combat est une
chaîne sans fin. » Ce qu’elle écrit est très censé et cela me fait du bien.
Quant à Flash, depuis la naissance de Soen, mon inconscient a créé un blocage par rapport à lui, comme s’il
était un danger pour mon bébé, je le voyais sale et donc plein de bactéries. Cette idée ne m’a jamais plus
quittée et même si je l’aime profondément, j’ai cette répulsion depuis qui me rend très malheureuse créant
une dualité entre je l’aime et il me dégoûte.

27
Cette ombre en réalité correspond à ma part d’ombre contre laquelle je me bats, cette dualité entre j’aime
mon chien en phase consciente et il est dangereux en phase inconsciente. Autrement dit cette ombre c’est
mon inconscient contre lequel je ne cesse de lutter.

L’après-midi nous avons passé une excellente journée. Je n’ai pas cessé de câliner mes chiens et je me
sentais vraiment bien. Avant de dormir, Soen était agité et dans la nuit il s’est mis à avoir de violentes
douleurs au bas ventre. Je savais que c’était son intestin, cela faisait 3 jours qu’il n’était pas allé à la selle.
J’ai touché au niveau de l’intestin et ce n’était pas souple. J’ai touché au niveau de l’appendice et il n’avait
pas mal et pas de fièvre. J’ai voulu lui faire un lavement, mais il pleurait de douleurs et mon mental a
commencé son brouhaha : « Et si son appendice était à droite et pas à gauche, c’est possible ? Et si c’était
quelque chose de grave suite à son opération et à la dilatation qu’il a au niveau de l’uretère ? Et si c’était
grave et que tu l’emmenais trop tard à l’hôpital ? » Bref, impossible de réfléchir objectivement, alors que
mon intuition au calme m’avait soufflé que ce n’était pas grave, mon mental me disait le contraire dans une
cacophonie insupportable. J’ai donc réveillé Cyrille et nous nous sommes rendus à l’hôpital. Sur le trajet,
Soen n’avait déjà plus de douleurs. Une fois là-bas, mon diagnostic était bon. Il ne s’agissait que d’un
fécalome. N’ayant que très peu dormi de la nuit et ayant moi-même des douleurs au bas ventre depuis la
veille, j’ai écrit à mon service que je ne viendrais pas le matin.

J’ai surveillé Soen une partie de la nuit, mais son sommeil était paisible et j’ai fini par m’endormir. Dans la
matinée, je me suis réveillée et me suis tournée vers lui. Le volet ne ferme pas bien, on voit presque comme
en plein jour. Soen était allongé sur le dos et j’ai vu une énorme araignée à environ 30 cm au-dessus de son
visage. On aurait dit qu’elle était recroquevillée sur elle-même. Je me suis rapprochée pour la voir de plus
près et l’enlever et j’ai réalisé que ce n’était absolument pas une araignée mais une espèce de forme
géométrique en 3D de couleur noire faite de cercles encastrés les uns dans les autres. J’ai réglé ma vision
pour bien la voir et elle s’est estompée tout doucement avant de complètement disparaître. Je suis restée un
moment interloquée. j’ai alors réalisé que pour me rendre à l’hôpital dans la nuit, j’avais dû mettre des
lentilles de contact que j’avais oublié d’enlever. Était-ce une tache sur une lentille. C’est possible… Ce qui
est certain c’est que j’étais bien réveillée. J’ai même pris en photo Soen pour voir si je pourrais voir quelque
chose sur la photo, mais rien. Soen s’est tourné et en se tournant il a dit, à priori en demi-sommeil : « J’ai
fait un rêve ». Je lui ai demandé de me raconter et à moitié endormi il a répondu : « Un monsieur avait
nettoyé toute la maison ! ». Je lui ai répondu que c’était super, mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser
que ça avait peut-être un rapport.

En recherchant sur internet j’ai retrouvé cette forme du moins ce qui y ressemble le plus. Je dessinais ça
souvent étant petite grâce à un appareil, mais je me souviens pas du nom. Je pense à kaléidoscope. Non rien
à voir. Je pense que ça se termine en graphe, kaleiodographe ? Ça existe tiens c’est marrant. Mais non ce
n’est pas ça. Bref je ne m’en souviens plus. Ah si, c’est un spirographe !!!!

28
Sur internet, cette forme pourrait correspondre à la graine de vie :

La graine de vie

La graine de vie symbolise les sept jours de la création. La première étape fut la création de l’Octaèdre. L’étape
suivante consistait à faire tourner la forme sur ses différents axes. De cette manière, une sphère se forma (cf. schéma
7). Il faut garder à l’esprit que la conscience du créateur est présente à l’intérieur de la Sphère, et la seule chose qui
existe réellement est la membrane de la sphère elle-même.

L’action suivante de la conscience du créateur fut de se rendre sur la surface externe de la sphère (la Bible fait
référence à « l’esprit du Créateur flottant à la surface des eaux ») et d’en créer une autre, en employant le même
procédé consistant à créer un octaèdre et le transformer en sphère. En réalité, en créant la deuxième sphère, le Tout
Puissant créa la lumière.

En projetant un autre octaèdre converti en sphère sur la surface de la première sphère, vous obtiendrez l’image de
deux cercles se croisant en leurs centres, qui est une forme connue sous le nom de Vesica Piscis (schéma 7a). Ce motif
est la formule géométrique qui représente le spectre électromagnétique de la lumière (pour plus d’informations sur ce
phénomène, veuillez consulter l’ouvrage de Drunvalo Melchizedek « L’Ancien Secret de la Fleur de Vie Vol.2 ») et la
première chose que Dieu fut la lumière – « Que la lumière fut ».

Si l’on continue à multiplier les sphères pour créer d’autres Vesica Piscis, on peut observer de nombreux aspects de la
création issus des structures géométriques formées, naissant du vortex en rotation et de cette création continue des
Vesica Piscis. La continuation du processus de création est représentée dans les schémas 7b à 7f.

Le schéma 7b représente le deuxième jour de la création.


Le schéma 7c représente le troisième jour de la création.
Le schéma 7d représente le quatrième jour de la création.
Le schéma 7e représente le cinquième jour de la création.
Le schéma 7f représente le sixième jour de la création.

Notez que le processus de la création en sept jours s’arrête ici. La Graine de Vie est complètement formée à
« SHABBAT », le jour du repos. Le premier vortex est révolu et la graine qui contient le modèle de l’univers est
complètement formée.

La graine de vie est l’origine de tout.

La Graine de Vie est l’étape précédant la forme connue sous le nom de Fleur de Vie qui produit le "Fruit de Vie". Le
Fruit de vie est le modèle de l’univers; il contient chaque atome, chaque structure moléculaire, chaque forme de vie et
finalement tout ce qui existe. Par conséquent, toutes les choses existantes peuvent être construites à partir de la forme
de la graine de vie

29
La Graine de vie dans toutes les religions principales.
Au XIIIème siècle en France, un groupe de Cabalistes réussit, grâce à une interprétation géométrique, à replacer
l’alphabet hébraïque dans son ordre exact, en utilisant la Graine de Vie. L’alphabet en résultant était en fait
remarquablement similaire à celui de Rashi le Grand Sage qui écrivit ses commentaires sur l’Ancien Testament durant
la même période en France.

La graine de vie est employée dans toutes les religions, et on la retrouve sur de nombreux sites et objets de culte
comme par exemple : les synagogues, les églises, les livres de prières cabalistiques, et bien-sûr l’ancien temple
d’Osiris, à Abydos en Egypte, qui est à l’origine des religions et études mystiques majeures.

Pendentif Graine de vie


Le pendentif Graine de Vie est un symbole de bénédiction et protection transmis de génération en génération ; il
renferme le secret des sept jours de la création. Il peut être porté comme un symbole de bénédiction et fertilité.

En ouvrant Facebook je tombe sur ce « panneau » qui parle d’une graine plantée et qui me rappelle la graine
de vie que j’ai vu en 3D :

Jeudi 3 mai 2018

Ce matin, alors que j’étais en train de brosser les dents de Soen dans la cuisine, Soen m’a dit qu’avant de
mourir il était soldat avec Matisse et que Matisse était son chef, qu’il lui disait tout ce qu’il devait faire. Je
lui ai demandé : « Que te disait-il par exemple ? ». Il m’a répondu : « Je vais te montrer ». Il s’est alors mis
au garde-à-vous et s’est mis à entamer une marche militaire en levant très haut les genoux. Matisse en le
voyant m’a dit qu’il avait dû voir ça quelque part. La veille j’avais regardé un reportage sur un jeune
américain qui se souvenait de sa vie antérieure en tant que soldat. Son père avait réussi à constituer un
dossier incroyable qui accumulait les preuves. L’enfant faisait des cauchemars à répétition dans lequel il
était pilote d’avion et que ce dernier se crashait en plein océan. L’enfant a l’âge de 3 ans avait donné à ses
parents le nom de l’avion et avait reconnu l’île à côté duquel l’avion avait chuté. Il avait communiqué des
informations concernant le nom de son ami ce qui avait permis au père de le retrouver grâce aux archives
déclassifiées de l’armée… Bref un reportage fascinant et troublant. A la fin le père raconte ce qui l’a le plus
perturbé. En effet, un jour, alors qu’il serrait son fils dans les bras, il lui a dit qu’il était très fier de l’avoir
comme enfant. Le petit a alors répondu : « Je savais que vous seriez de bons parents ». Le père l’a alors
questionné à ce sujet et il a expliqué qu’avant sa naissance il les avait vu dans un restaurant à Hawaï en
indiquant le nom du restaurant. Le couple était effectivement allé dans ce restaurant à Hawaï, 6 semaines
avant qu’il naisse. Dans ce restaurant, ils avaient pris la décision d’avoir un enfant. Pour en revenir à Soen,
il va sans dire qu’en regardant une petite partie du reportage avec moi il a imaginé ses propos de ce matin.
Mais je me questionne depuis longtemps sur Matisse et sa passion pour la première guerre mondiale …

30
Article d’Emilie Dedieu sur la lumière.

La lumière

Nous parlons souvent de la lumière, de ce qu’elle est, mais occultons un point important. Il existe autant de définitions
différentes de l’ombre qu’il y a de personnes sur Terre, alors voici mon ressenti.

L’ombre est par définition l’absence de lumière, la lumière étant ce qui est positif, l’ombre est par conséquent une
facette négative. Nous préférons généralement porter notre attention sur ce qui est positif en nous, c'est une bonne
chose car cela permet de voir et ressentir notre lumière, mais pour être juste, ceci doit également être accompagné
d'une prise de conscience de l’obscurité qui nous habite, autrement l’équilibre n’est plus.

Comme l’a si justement dit Carl G. Jung :


« Il n’y a pas de lumière sans ombre et pas de totalité psychique sans imperfection. La vie nécessite pour son
épanouissement non pas de la perfection, mais de la plénitude. Sans imperfection, il n’y a ni progression, ni
ascension . »

Nous portons tous des zones d’ombres, même les plus grands sages, seulement les sages n’ont pas besoin de
l’expérimenter pour le savoir, ils reconnaissent que la noirceur qui réside dans ce monde est également une partie de
eux même.

La plupart des Hommes ont encore besoin de vivre certaines situations pour apprendre à se connaître, et bien
souvent, ils doivent véritablement traverser un tunnel sombre pour entrevoir la lumière. Parce que l’Homme qui ne
perçoit pas sa part d’ombre va la projeter à l’extérieur, sur les autres, dans des situations, afin de l’expérimenter à sa
manière, car comprenons que tout ce que nous vivons n’est que le reflet de notre intérieur, ainsi, plus nous refusons ce
que nous abritons, plus cela se manifestera extérieurement, afin d’en prendre conscience et réunir toutes nos parties,
le seul liant étant l’amour.

Le principal obstacle que l’on rencontre est la non-acceptation de notre part d’ombre, et c’est d’ailleurs pourquoi elle
porte précisément ce nom « ombre » ! Par exemple, si je suis une personne qui refoule ma colère, je créerais souvent
autour de moi des situations qui résonneront avec ma colère, je croiserais des personnes en colère… Comme je
n'accepte pas ma colère elle s'exprimera différemment mais s’exprimera quand même, car tout ce que l’on refoule se
répercute tel un écho partout autour de nous.

A contrario, si je suis quelqu’un qui admet et accepte que parfois je puisse me mettre en colère, cette honnêteté avec
moi-même me permet de vivre sereinement mes émotions et finalement de mieux les canaliser aussi. Accepter ma
colère me permet de la libérer et de ne pas l’entretenir, jusqu’au jour où elle ne fera plus partie de moi, mais pour
cela il me faudra aussi accepter sa présence dans le grand Tout, c’est-à-dire que, ne plus porter la colère en moi, ne
signifie pas que cette émotion n’existe pas, mais simplement que je ne l’abrite plus.

Car en réalité cela va bien au-delà de notre soi, l’ombre fait partie du tout elle aussi. L'ombre et la lumière ne forment
qu’un grand et même état d’être qui s’appelle l’amour. Si je rayonne, parle lumière et vis lumière, mais qu’en
parallèle je n’accepte pas d’avoir une part d’ombre, je ne suis pas dans l’amour, tandis que si je vis lumière chaque
jour et reconnais l’existence de l’ombre en moi, cela met immédiatement fin à la notion de séparation et dualité, alors
l'amour prend sa place, ce même amour qui me permet de manifester la plus belle partie de qui Je Suis. Car
reconnaître l’ombre en soi ne signifie pas l’incarner, mais au contraire vibrer amour.

Un autre exemple, il y a quelques jours, je me suis indignée contre les bombardements français en Syrie, j’en ai parlé
sur ma page personnelle Facebook, et là, un homme a laissé un commentaire qui m’a encore plus indignée, stipulant
que ces bombardements étaient mérités, accompagnés d’autres propos assez déconcertants, point de vue totalement
opposé au mien. J’étais irritée en lisant cela alors j’ai décidé de ne pas répondre. D’ailleurs, cet homme devait sans
doute être tout autant indigné par mon point de vue, autrement, il aurait passé son chemin. Suite à cela, j’ai pensé que
cet homme était stupide et que si tout le monde réfléchissait ainsi la planète courrait à sa perte ! Je me suis sentie
séparée de lui et ses idées totalement opposées aux miennes. Puis, avec du recul je me suis dit : « il est vrai que je ne
partage pas ses opinions, pourtant, cela ne les empêchent pas d’exister », le fait de ne pas les partager ne les rend pas
pour autant irréels. Finalement, cet avis qui n’est pas le mien fait également partie du grand Tout, il est simplement ce

31
que je refuse de voir, alors, j’ai accepté le point de vue de cet homme, accepté sa présence dans le grand Tout ce qui
signifie en moi, et ma colère s’est envolée, car j’ai mis la lumière sur cela. Accepter de ne veut pas dire valider, mais
simplement reconnaître ce qui est.

L'ombre est partout en tout, en nous et au-dehors, et lorsque l'on accepte cela ombre et lumière deviennent ce
merveilleux grand tout dans lequel nous évoluons ! Alors, on peut dire que l’ombre n’est plus lorsqu’elle est mise en
lumière et acceptée pour ne former que l’amour.

Il est souvent utile de descendre dans notre noirceur pour l’éclairer, mais on peut aussi le faire en mettant en lumière
ce qu’expérimentent les autres, par l’effet miroir. Comme dans mon exemple, cet homme m'a permis de prendre
conscience d’une autre partie de moi-même, celle que je refuse de voir et qui pourtant existe bien quelque part, en
reconnaissant son existence je m’autorise à faire partie du grand tout et être entière.

Je termine avec une phrase de Lao Tseu :


« Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres »

Tout, dans la Création, est un reflet du Soi


de Kheireddine Aaron Leonidas

La Règle de base est de ne jamais essayer de corriger ce qui est dans le miroir, mais de toujours se corriger soi-même.

Si vous vous regardez dans un miroir et que vous voyez que vos cheveux ont besoin d’un coup de peigne, vous
n’essayez pas de vous peigner en passant le peigne à travers le miroir. Vous agissez sur votre propre corps, votre
propre conscience…En d’autres mots, vous ne pouvez le voir chez une autre personne que si vous l’avez en vous-
même. Donc, si vous pouvez voir la beauté à l’extérieur de vous, vous percevez la beauté en vous-même.

Si vous pouvez voir un comportement malicieux chez autrui, alors vous percevez aussi un certain comportement
malicieux en vous.

À un certain point se produit la reconnaissance consciente que si vous regardez une autre personne et dites « Cette
personne est outrageuse » alors vous glousserez de rire et direz « Je ris de moi-même, parce que je suis également
outrageuse dans certaines situations ».

Vous parvenez à vous approprier plutôt rapidement ce que vous essayez de projeter vers les autres…

Rappelez-vous que seule l’Unité existe. Et c’est la bonne nouvelle :cela signifie que, lorsque vous travaillez sur vous-
même, vous travaillez sur l’ensemble du Tout.

L’Esprit et la bêtise sont de proches voisins :


Ils sont sans fond tous les deux…
On est agréable par l’Esprit…
On est aimé par le Cœur…
On est grand par l’Âme…

La Vie ce n’est pas le nombre d’années que nous respirons…


La Vie c’est tous ces moments qui nous coupent le souffle…

J’aime cette photo, elle m’apaise…

32
Je feuillette le livre de Paméla Kribbe intitulé : « La nuit noire de l’âme ». Ci-dessous un extrait de la
canalisation de messages de Jeshua (Jésus) et Marie Madeleine que je trouve très instructifs :

Les émotions

« Il arrive presque à toutes les âmes pendant leur chemin de vie de boire l’expérience terrestre jusqu’à en être
submergées et de risquer même de s’y noyer. Cette expérience douloureuse est souvent accompagnée par une nuit

33
noire de l’âme, un phénomène qui se produit lorsque vous vous éloignez considérablement de votre nature originale,
libre et divine, et que vous vous perdez dans des pensées négatives et des émotions lourdes. Paradoxalement, c’est
précisément au cœur d’une telle crise que souvent vous prenez conscience que vous n’êtes pas vos pensées ni vos
émotions et qu’il y a quelque chose d’autre. Lorsque vous parvenez à ancrer en vous cette prise de conscience, ce
recul entre vous et vos émotions, vous êtes alors à un tournant qui vous permet de retrouver le chemin du foyer. À ce
moment-là, vous redécouvrez un abandon de soi qui vous y ramène, et vous réalisez que vous pouvez garder en vous
l’énergie du foyer, ici et maintenant, et la faire rayonner autour de vous.

Vous ne pouvez être réellement présent sur Terre au niveau de l’âme que lorsque vous prenez conscience que vous
n’êtes pas ce que vous semblez être : un corps de chair et de sang qui mourra à un moment donné, ou un tas
d’émotions qui oscillent entre le haut et le bas, ou un contenant rempli de pensées contradictoires. Le retour au foyer
commence par une prise de conscience profonde que vous êtes plus que toutes ces choses. En bref, c’est seulement
dans un monde fini que vous pouvez réellement découvrir votre nature infinie. Faire cette expérience divine toute en
vivant sur le plan terrestre est votre raison profonde d’être venu sur Terre, rien de moins.

Vous êtes en chemin pour devenir les maîtres de la dualité. Par maître j’entends que vous allez parvenir à reconnaître
toutes les énergies présentes sur Terre en faisant l’expérience de chacune d’elles, de l’obscurité la plus profonde à la
lumière la plus éclatante. Il arrivera un moment ou vous les connaîtrez tellement que vous cesserez de vous y noyer ou
de vous y attacher : vous les laisserez vous traverser librement. Il y aura alors un espace de paix et d’unité en vous, et
plus vous habiterez cet espace et plus vous serez en mesure d’apprécier la vie et moins vous résisterez dans les
moments difficiles. Même en plein cœur du chaos, même entouré de négativité, vous saurez vous conserver cet espace
de calme et de tranquillité et c’est à ce moment-là que vous deviendrez les maîtres de la dualité. […]

Tout d’abord ayez du respect pour la nuit noire de l’âme. Dans votre conscience humaine, votre première réaction à
l’adversité est généralement d’y résister : « Cela ne devrait pas arriver, ce n’est pas normal que je vive cela », ou
alors il y a de la peur : « Je ne sais pas comment gérer cela, je ne peux pas le supporter, je n’arriverai pas à
surmonter cela… » Or une telle réaction de résistance ou de peur contient un jugement. C’est précisément ce
jugement qui génère la nuit noire de l’âme. Il vous empêche de voir la situation comme quelque chose de
potentiellement bénéfique, car il rejette tout simplement ce qui est là. Pour peu que vous restiez dans cet état de rejet,
il se transforme alors en un sentiment de désespoir qui finit par vous submerger.

Ainsi, la nuit noire de l’âme arrive lorsque vous vous sentez démuni face à une situation difficile dans votre vie et que
vous vous enlisez dans la peur ou la résistance, c’est-à-dire dans tout ce qui est opposé à l’ouverture et l’accueil.
Votre refus d’accepter ce qui vous immobilise : il y a une partie rigide en vous qui ne parvient pas à se laisser porter
par la vie et ce qu’elle propose. Ce n’est donc pas ce qui vous arrive, mais votre façon de rejeter ce qui vous arrive,
qui engendre la nuit noire de l’âme. Si vous étiez en mesure de rester dans un état d’ouverture, vous garderiez alors
une confiance de fond dans le fait qu’à un certain niveau il existe une raison pour ce qui arrive, au-delà des
apparences, même si vous ne parveniez pas encore à le percevoir. L’ouverture et la confiance sont les clés qui vous
permettent de traverser une grande épreuve de vie sans pour autant vous retrouver dans une nuit noire de l’âme. Il y a
des personnes qui sont capables d’entretenir un certain degré de confiance même dans des situations les plus
déstabilisantes et éprouvantes, témoignant ainsi d’une grande force intérieure. Pourquoi alors cette force manque-t-
elle chez d’autres personnes ? Pourquoi est-ce si difficile parfois de continuer à faire confiance et de s’abandonner à
ce qui se présente dans votre vie ?

Dans la société, vous apprenez à porter des jugements dès le plus jeune âge. Les émotions sont divisées en deux
catégories : bien et mal, positif et négatif. La colère, la peur et la tristesse sont des émotions à éviter. Les touts petits
enfants, eux, vivent leurs émotions de façon très spontanée, ce qui leur permet de les laisser circuler librement, dans
un courant naturel. Lorsque ce flux naturel est perturbé, que les émotions sont classées de façon artificielle en
« bien » et en « mal », le petit être, en grandissant, s’éloigne de sa vraie nature et en vient à croire qu’il y a des zones
dans sa psyché qui sont interdites. La force de vie et l’originalité contenues dans les émotions dites négatives sont
repoussées à l’arrière-plan et, par conséquent, les messages importants que portent souvent ces émotions ne sont plus
entendus. Vos émotions vous parlent de ce qui se passe véritablement à l’intérieur de vous ; elles portent des indices
précieux sur ce qui a besoin de guérir en vous. Par exemple si une colère se déclenche spontanément à l’intérieur de
vous, elle indique que vous êtes affecté par quelque chose. Votre réaction a souvent tendance à être d’une intensité
disproportionnée : il peut arriver que vous soyez bouleversé par quelque chose qui ne créerait qu’une légère
contrariété chez quelqu’un d’autre. Si c’est le cas l’émotion vous donne des informations sur une douleur ancienne

34
non résolue qui demande à guérir.

Une fois que vous comprenez ceci, vous pouvez agir en conscience. Le fait d’observer vos émotions et de les
considérer comme des outils de connaissance de soi peut-être une expérience très enrichissante et inspirante, même
dans le cas des émotions douloureuses comme la colère ou la tristesse. Se voir regarder honnêtement ce qui se passe
en vous et l’accueillir même lorsque vous avez peur de vous noyer dans des émotions puissantes, est un signe de
maturité. Cependant dans la société humaine actuelle les émotions sont souvent considérées comme quelque chose de
honteux, voire d’inacceptable, qu’il faut absolument contrôler ou éliminer. Mais en agissant ainsi, vous perdez la
capacité à entrer en communication de façon simple avec une partie essentielle et puissante de vous.

En imposant à un enfant de contrôler ses émotions, petit à petit il cessera de faire confiance à ses émotions dites
« négatives ». Ainsi, dès qu’il ressentira de la colère ou de la révolte en lui, il tentera de supprimer l’émotion, car il
sait qu’elle risque de lui coûter l’approbation des adultes. S’il vit une grosse peur, il essayera de se contenir et de la
faire taire. De cette manière il enferme une partie de sa sensibilité derrière une porte intérieure. Il y a de nombreux
événements qui arrivent pendant l’enfance qui renforcent cette tendance à ne pas faire confiance à ses émotions une
fois arrivé à l’âge adulte. On apprend que certaines émotions sont acceptables et considérées comme étant « bien »,
tandis que d’autres ne sont pas acceptables et jugées « mauvaise ». Les mauvaises émotions doivent rester cachées,
notamment en compagnie d’autres personnes, mais aussi face à soi-même. Si jamais il arrive un drame dans votre vie,
qui crée une vague d’émotions puissantes comme la peur, la tristesse ou la colère, vous voilà face à un double
problème : non seulement vous vivez un drame mais vous ne savez absolument pas comment gérer les émotions
bouleversantes qu’il génère chez vous. Votre incapacité à gérer et à exprimer vos émotions négatives se rajoute à la
difficulté de la situation, en raison de toutes ces années où vous avez appris à contrôler vos réactions émotionnelles.
Les émotions profondes, vos vrais ressentis, sont masqués par des comportements socialement acceptables.
Cependant lorsque vous rencontrez une épreuve, toutes vos certitudes et mécanismes de défense s’envolent et vous
laissent face à de violentes émotions telles que la peur, l’effroi, la panique, le deuil, la colère, la résistance ou le
désespoir. Votre réaction conditionnée à ces émotions négatives est : « Ce n’est pas bien, je dois arrêter cela, ce n’est
pas permis » malheureusement, ce réflexe ne fait que rajouter à votre souffrance, car elle vous prive de la possibilité
de travailler avec vos émotions.

Ces puissantes réactions d’anxiété, de tristesse ou de peur ne sont pas « mauvaises ». Ce sont tout simplement des
réflexes humains naturels face aux aléas de la vie. Les accepter comme une expression naturelle d’une partie de vous
permet d’amorcer déjà le processus de guérison et de garder une certaine force intérieure. En ayant de la
considération pour vous dans les moments où vous vous sentez blessé, déçu, triste ou angoissé, vous restez présent à
vous-même Ainsi vous ne les fuyez plus mais au contraire vous tendez la main vers ces émotions douloureuses.
Symboliquement, c’est comme si vous mettiez un bras autour de vous-même et que vous vous disiez : « je comprends
très bien ce que tu ressens et pourquoi tu réagis de cette manière ».Cette façon de prendre en compte vos propres
émotions de manière aimante a un effet apaisant et rassurant au niveau émotionnel et vous permet d’entrer en contact
avec la grande force intérieure qui vous habite et qui sait accueillir vos émotions intenses, comme le ferait un parent
pour son enfant.(…)

Refouler ses propres émotions revient à s’abandonner, et cela crée le sentiment d’être aspiré, impuissant, dans un
tourbillon négatif. Pour la majorité d’entre vous, ce que vous avez appris dans votre jeunesse ne vous a pas appris à
traverser une nuit noire de l’âme. Néanmoins vous avez toujours la capacité de changer le cours de choses. Dès que
vous vous sentez affecté par un événement, observez-vous, notez si vous avez une réaction de peur, de résistance ou de
jugement face à vos propres émotions. Faites-vous semblant d’être moins affecté que vous ne l’êtes en réalité ?
Essayez-vous de minimiser votre émotion par des explications rationnelles ? Soyez conscient que l’émotion est montée
parce qu’elle a quelque chose à vous dire. Sachez que votre tendance à tout de suite dissimuler ou interdire vos
émotions est une habitude que l’on vous a apprise mais qui va à l’encontre de votre vraie nature. Autorisez-vous à
libérer l’émotion dans sa pleine expression et remarquez les pensées qui l’accompagnent, les parties de votre corps où
elle crée de la tension et comment elle affecte votre énergie. Laissez-la déferler telle une grosse vague sur la plage et
observez son mouvement avec un regard ouvert et bienveillant. Au lieu de lui résister, permettez à l’émotion
d’apparaître dans votre conscience et regardez-la pleinement. Vous remarquerez alors un changement, car vous
deviendrez ainsi l’observateur. C’est seulement lorsque vous laissez l’émotion se présenter totalement à vous que
quelque chose d’autre s’éveille en vous : la perspective de votre âme. L’âme regarde l’émotion et l’entoure de
compréhension : elle ne juge pas, elle permet.

À partir du moment où vous créez cette connexion à votre âme, votre douleur commence à diminuer, car la peur, la

35
tristesse ou le désespoir se trouve désormais entourée d’un champ de compassion. Votre âme est en mesure de
comprendre pourquoi une épreuve arrive dans votre vie. Elle peut vous transmettre un sentiment de confiance, même
si vous ne trouvez aucun sens à ce que vous vivez de façon mentale. Cette confiance de fond est suffisante, car il est
souvent trop tôt pour comprendre avec la tête l’enjeu profond qui sous-tend l’épreuve que vous vivez.

Le plus souvent, une crise se présente parce que vous ne comprenez pas encore quelque chose qui est essentiel à votre
bien-être et à votre capacité à communiquer avec votre âme. Des croyances ou des jugements négatifs dont vous
n’avez pas conscience produisent des « nuages » entre vous et votre âme, votre « soleil ». L’arrivée d’une crise crée
en quelque sorte un effet de loupe sur ce nuage, sur cet angle mort, pour vous aider à mieux le voir. A titre d’exemple,
imaginons que vous n’avez jamais vraiment su prendre soin de vous ou de vos besoins : que votre estime de soi de
base n’est pas en place. Supposons que vous entrez dans une relation avec une personne qui prétend être un ami, mais
il s’avère qu’elle vous ment et vous trahit sans scrupule. Vous êtes envahi par un sentiment d’impuissance mêlée de
rage, d’amertume et de tristesse. Vous le vivez comme une épreuve et essentiellement vous faites face à deux
possibilités : soit vous vous noyez dans vos émotions, soit vous parvenez à vous servir de cette épreuve pour
construire l’estime de soi qui vous manquait au départ.

Lorsque vous laissez vos émotions prendre le dessus et que vous restez fermement planté dans la croyance que « cela
n’aurait pas dû arriver », vous placez la cause de votre souffrance à l’extérieur de vous : votre soit-disant ami est le
coupable et vous, la victime. Bien qu’à un certain niveau ce soit vrai, si vous regardez la situation uniquement depuis
cet angle, vous restez bloqué et habité par la déception et l’amertume. Dans cet état d’esprit, vous considérez que vos
émotions n’ont rien d’un outil de connaissance de soi, mais elles sont de simples présences négatives que vous
aimeriez éliminer, pour peu que vous sachiez comment faire.

La deuxième option, qui demande du courage et de la détermination, est de choisir d’accueillir ce qui vous arrive et
de reconnaître que vous vous sentez bafoué et blessé. En laissant vos émotions vous traverser et en les observant sans
vous juger, vous pourrez alors découvrir que vous êtes plus que ces émotions. Vous devenez ainsi leur observateur. Cet
observateur est serein et neutre, il n’accuse pas la personne à l’extérieur de vous, il ne s’intéresse qu’à vous. De la
position de l’observateur, il se peut que vous remarquiez qu’il y avait des signaux depuis le début de la relation pour
vous avertir que l’autre personne manquait de respect envers vous et que vous aviez peur d’expérimenter vos vraies
opinions ou souhaits face à elle. Vous percevrez peut-être que vous faisiez moins attention à vos propres besoins
qu’aux siens. Ainsi, le comportement de l’autre personne n’a fait qu’éclairer, souligner un sentiment profond de
dévalorisation déjà présent en vous. C’est parce qu’il y avait un manque fondamental d’estime de soi qui sommeillait
en vous que les actes de cette personne vous ont touché aussi profondément. En regardant la situation de cette façon,
vous avez la possibilité de transformer un événement extérieur de trahison apparent en un message intérieur qui a du
sens pour vous : reconnaissez votre propre partie d’ombre, lâchez vos croyances dévalorisantes et accordez-vous
davantage d’amour. De cette manière une épreuve peut initier une nouvelle façon de vous définir.

Désormais au lieu de vouloir rester petit et insignifiant, vous devenez plus sûr de vous dans vos relations aux autres et
vous vous accordez beaucoup plus de respect et de dignité, et par conséquent vous attirez vers vous des personnes qui
reflètent la nouvelle estime que vous avez pour vous-même.(…)

La clé est avant tout de ne pas vous opposer à vos émotions, mais de leur tendre la main car ainsi vous devenez leur
maître plutôt que leur esclave. Non pas un maître autoritaire ou dirigeant, mais un maître qui écoute avec une
compassion tranquille et qui permet à ce qui est d’être ce qu’il est.

Les entités.
Canalisation de Guy Faverdin reçue le 12 avril 2018

« Nous sommes toujours votre écoute lorsque vous vous posez les questions qui vous tourmentent et nous répondons
toujours avec les mots qui rassurent, car nous sommes près de vous pour vous aider, vous aimer et rien d’autre.
Vous craignez ce que vous créez et vous créez ce que vous craignez. L’imagination ne vous manque pas lorsque vous
cherchez en dehors de vous les réponses qui vous appartiennent, mais vous ne savez pas encore vous accorder la
confiance qui seule peut vous rassurer. Vous vous appuyez sur les paroles qui vous sont diluées par d'autres êtres qui
eux-mêmes sont en recherche, et leurs mots deviennent vos vérités sans que vous ayez vérifié leurs pertinences. Vous

36
êtes alors comblés par le fait que votre ignorance soit remplacée par celle de vos frères et cela vous satisfait. Mais
ouvrez votre cœur, et fermez vos oreilles, vivez vos propres expériences et laissez dire sans vous attarder, bientôt la
voix qui sera entendue et écoutée sera la vôtre.

Il n’y a pas d’entités, comme vous dites, parfois des esprits s’accrochent à l’espoir de continuer leur vie terrestre mais
leur état et leurs manifestations trouvent leur énergie dans la satisfaction de percevoir vos craintes. Si vous aimez, si
vous êtes dans le respect et la compassion, vos doutes ne pourront plus alimenter leurs rêves et vous vous libérerez
vous-même de cette emprise que vous croyez sans retour.

Que ce soit dans vos maisons ou dans vos vies, les manifestations de tous ordres ne sont que des pas en avant que
vous avez demandé à faire et vos prières sont le sens même de la conduite qu’il vous est utile d’apprendre.
Soyez dans la sérénité, appliquez à vous-même et aux autres ce qui vous tranquillise, soyez attentifs à vos demandes
intérieures et œuvrez en fonction des appels de votre conscience. Vous serez toujours les vainqueurs du match que
vous croyez jouer. À bon entendeur. »

Vendredi 4 mai 2018

Ce matin avant d’arriver au bureau j’écoute une vidéo très intéressante intitulée « apprendre à reconnaître
les signes de nos anges, guides et défunts. En arrivant au bureau je continue d’écouter et ferme la porte pour
me changer. Mon œil est attiré par le journal posé près de moi. Je lis :

Rapport ou pas, ça m’amuse. Le message est-il encore « Monte en vibration cela simplifiera le contact ? »
Ou alors va-t-il s’opérer en moi une rénovation énergétique pour simplifier quelque chose ? Ou alors il s’agit
d’un simple titre article écrit par un journaliste sur la rénovation énergétique ! Ah ah ah ! Il ne faudrait pas
que je commence à voir des signes partout…

Apparemment toutes les idées viendraient des guides… ça me perturbe. Aucune idée ne pourrait venir de
nous ? Et je tombe sur cette image :

Donc les idées viennent des guides et les idées de merde de notre anus … Mouais ça se tient

En parcourant le livre « Devenir supra-conscient » de Joe Dispenza je tombe sur ce schéma qui me rappelle
étrangement ma vision de la graine de vie en 3D un matin :

37
Ces structures fractales révélant des configurant géométriques complexes sont des ondes porteuses de
fréquences et d’informations pouvant être retraduites par le cerveau en images très fortes. Bien que ces
images soient bidimensionnelles, elles donnent une idée de la manière dont ces structures apparaissent.

Je ne comprends pas, si ces ondes sont porteuses d’informations pouvant être traduites par le cerveau en
images très fortes alors mon cerveau n’a pas dû faire son boulot…Je tombe également sur une vidéo qui
parle des énergies présentes dans la fleur de vie. La personne en parle comme d’un outil de connaissance de
soi. Franchement c’est vraiment très abstrait, trop pour moi. En parcourant internet, je me rends compte que
ces symboles figurent dans ce qui est appelé : la géométrie sacrée.

« La géométrie sacrée relie l’Homme incarné dans la matière à ce qui est invisible, subtil, aux forces de la
Vie, à la Source. Elle me connecte à mon essence divine, à mon identité d’être divin. Moi, ici et
maintenant, dans mon corps je reflète ce qui existe et ce qui EST dans l’Univers. »

C’est comme si l’on m’a fait l’honneur de me montrer l’espace d’un instant la création de quelque
chose …

38
En rentrant chez moi, mon regard bloque sur la phrase inscrite sur un panneau publicitaire : « L’éveil des
sens ». Je pense aux vidéos que j’ai regardées sur les messages des guides. J’en ai marre de douter.
J’aimerais tellement un signe indiscutable. Ce midi le propriétaire qui est toujours en froid avec nous
m’envoie un texto dans lequel il m’indique avoir changé la serrure du portillon de la maison (qui n’a jamais
fonctionné…) et qu’il a mis les clés dans la boîte aux lettres. En ouvrant la boîte aux lettres, je vois deux
clés gigantesques, je ne savais même pas qu’il en existait encore de si grandes. Il me prend un fou rire en les
voyant. Je sais qu’il a fait ça pour nous faire ch… mais c’est très drôle. J’ai juste l’impression d’avoir des
clés qui ouvrent les portes d’un château !!!!! Je pense continuer dans l’humour et lui envoyer la facture du
ramonage de la cheminée en format A3…

Ceci dit si je traduis métaphoriquement cette photo, j’ai la clé en mains ;) The clé de foufou !

39
Samedi 5 mai 2018

Article d’Emilie Dedieu sur la maladie :

Guérir la maladie

Pourquoi certaines personnes guérissent et d’autres non ? Cela peut sembler injuste, mais il existe pourtant une
explication à cela :

La maladie, la douleur, les maux restent parce que la personne s’y accroche et refuse de les laisser partir. Pourquoi ?
Parce qu’elle a quelque chose à y gagner, même inconsciemment. Je vais prendre en exemple pour illustrer cela :
Etant petite, j’avais beaucoup de mal à exprimer mes émotions et sentiments, cela ne sortait pas, alors, j’avais très
fréquemment des maux de gorge. Parfois très violents et douloureux. Je sais aujourd’hui que ces maux sont liés aux
mots que je gardais, que j’étouffais. Les mots ne sortaient pas et m’empoisonnaient le chakra gorge. Mais, parler
m’était trop difficile, j’étais trop réservée. Par conséquent, même si ces maux de gorge m’étaient pénibles, une partie
de moi préférait les subir, plutôt que travailler sur ma communication.
En conclusion, même si je n’avais pas encore connaissance du parallèle entre mes maladies et mon manque
d’expression, j’avais tout de même fait le choix inconscient de garder mes maux/mots (ne dit-on pas ravaler ses
mots ?).

L’âme connaît toujours les véritables raisons cachées derrière chaque maladie, et un vrai travail sur soi permet de les
éclairer afin de les mettre à jour et les comprendre. Mais quoi qu’il en soit, à cette époque, même si on m’avait
expliqué clairement la raison de mes maux, je n’aurais très certainement rien changé à ma façon de faire, car je ne
me sentais pas assez forte pour travailler sur moi. Mes maux me faisaient moins peur que mes mots. Ceci prouve bien
que si nous gardons en nous divers maux et maladies, c’est qu’une partie de nous le veut bien. Nous faisons toujours
le choix qui nous convient le mieux inconsciemment.

Plus tard, quand je me suis sentie prête, j’ai beaucoup travaillé sur mon chakra gorge (communication, émotion,
acceptation, jugement…), mon grand point faible, et depuis, je n'ai plus jamais eu de maux de gorge. En effet, j'ai
décidé qu’il était temps d’avancer, mais surtout j’ai évalué que travailler sur moi m'était plus bénéfique que souffrir.
Mais, j’accepte qu’il fut un temps souffrir m’était plus facile que changer, je ne me juge pas pour ce choix. Tout n’est
qu’évaluation, et nous choisissons forcément l’aspect qui nous facilite la vie, et parfois ceci passe par la maladie, car
une maladie peut paraître plus simple qu’un réel travail sur soi, cela paraît fou mais c’est bien ce qui se passe quand
une maladie refuse de partir, cela signifie qu’une partie de nous y trouve son compte.

Ainsi, pour réellement guérir, il faut accepter de regarder en soi, avec douceur et amour, car on ne peut guérir
quelque chose que l’on refuse de voir, il faut comprendre pourquoi notre petit Moi tient à cette maladie, qu’y gagne-t-
il ? Une fois la réponse mise en lumière, une première porte s’ouvre. Puis, à nous de continuer le travail intérieur qui
ne fait que commencer… Le chemin est parfois long, mais il vaut la peine d’être emprunté.

N’oublions pas que la maladie signifie l’âme l’a dit, alors écoutons notre corps il est l’écho de notre âme.

Émilie � �

40
Les CODES GÉOMÉTRIQUES et SONORES de L’ÊTRE HUMAIN
Une vision nouvelle de l’évolution

Par Alain Boudet


Dr en Sciences Physiques, Thérapeute psycho-corporel, Enseignant

Résumé : Les corps énergétiques de l’être humain sont régis par des champs d’information qui englobent
l’organisme. Ces champs transmettent des schémas directeurs inscrits dans des plans supérieurs de réalité, qui se
manifestent sous forme géométrique ou sonore. Mais ceux-ci ont été faussés par le passé. L’humanité est dans le
processus délicat où elle retrouve ses codes d’origine. Cela ne va pas sans heurts et sans épreuves, qui sont autant
d’incitations à retrouver de nouvelles formes de responsabilité et de sagesse.
Observez le déroulement de votre vie. Observez comment vous avez évolué, comment vous avez gagné en expérience.
Il semble que nous soyons programmés pour croître, apprendre à subvenir à nos besoins, gagner en maturité
émotionnelle, élever notre conscience, donner un sens à notre vie, même si parfois nous ne le percevons pas (voir
article Le sens de la vie). Pendant ce temps, notre corps grandit lui aussi, et assure son entretien. Lorsqu’il a été
blessé, il se répare. Lorsqu’il ne reçoit pas suffisamment de soins, il nous le dit par des douleurs et des maladies.
Si nous contemplons tous ces processus, ils paraissent merveilleux et d’une grande ingéniosité. Mais qu’est-ce qui est
à l’origine de cette merveille ? Qu’est-ce qui assure ce fonctionnement, maintient l’intégrité du corps et guide l’enfant
vers la conscience de l’adulte avisé ? Quelle est cette intelligence ? De quelle nature est-elle ?
Selon les scientifiques, l’intelligence qui gouverne notre corps s’identifie “simplement” au code génétique de
l’ADN. Ce code piloterait tous les aspects de la vie.
Mais même si nous admettons la toute puissance de ce code génétique, comment, par qui ce code se serait-il établi ?
N’est-ce pas retomber sur la même question de l’existence d’une intelligence ? Non, répondent les scientifiques. Ce
sont les rencontres aléatoires et les phénomènes de sélection qui ont peu à peu laissé émerger des molécules d’ADN.
Puis, selon les mêmes lois du hasard, ces molécules se seraient répliquées, auraient constitué des cellules, inventé les
bactéries, puis les plantes et les animaux.
L’ADN aurait trouvé le moyen d’inscrire tous les bénéfices de ces nouvelles constructions en terme de code génétique.
Et enfin, de ces rencontres hasardeuses, aurait émergé l’être humain, la conscience de soi, et l’impulsion à devenir
plus fort et plus sage (voir les détails dans l’article Les origines de la vie).

Beaucoup de personnes ne peuvent se contenter d’une telle explication et ont le sentiment prégnant d’un plan,
d’une intention, qui ne doit rien au hasard. Cherchant une réponse à ce dilemme, elles se tournent vers les religions.
Mais la seule réponse des religions est que tout a été créé par Dieu. Aucune description n’en est donné, aucune
explication sur le phénomène de croissance et reproduction.
Pourquoi, si tout est créé par Dieu, les formes de vie ne seraient-elles pas immortelles et immuables ?

Les enseignements religieux sont peut-être des images simplifiées données à l’humanité par le passé en fonction de ce
qu’elle était capable de percevoir. De plus ces connaissances auraient été dégradées, on en aurait perdu le sens.
Mais les temps changent et l’humanité aussi. Nous avons abandonné l’idée que nous étions des éléments séparés les
uns des autres. Nous avons intégré le fait que nous sommes des parties de systèmes qui fonctionnent de façon globale
et que toute action d’un élément réagit sur l’ensemble de la communauté et de l’univers.
Nous disposons de nouvelles approches scientifiques en électromagnétisme avec la notion de champs qui remplissent
l’espace, en thermodynamique avec sa théorie de l’ordre, en physique quantique avec les particules corrélées (voir
article Les fondements de la physique quantique), en informatique avec la notion de programmes, en
télécommunications et transferts d’information, en astrophysique avec la vision de mondes en perpétuels mouvements.
En conséquence, il est grandement temps de restituer une interprétation du fonctionnement de la vie qui s’appuie sur
ces connaissances scientifiques, mais aussi sur les textes anciens qui décrivaient ces fonctionnements avec leurs
propres terminologies que nous pouvons relire avec une nouvelle conscience et une nouvelle compréhension.
Nous découvrons que la création est gouvernée par des lois complexes, une sorte de science supérieure qui procède
par des codes d’information.
On peut en avoir une image rudimentaire en les comparant à des programmes informatiques qui seraient activés à
certains moments adéquats. Mais contrairement à ceux-ci, les codes supérieurs de la création n’ont rien de rigide. Ce
sont des codes vivants et divins.

41
Un survol des connaissances scientifiques et spirituelles à ce sujet va nous en convaincre.

Les champs d’information qui pilotent les organismes :

Nous sommes conditionnés par nos enseignements scolaire, périscolaire et médiatique à considérer que notre corps
fonctionne comme un récipient plein d’eau et de substances chimiques qui réagissent et s’auto-organisent en fonction
des influences de l’environnement. Les émotions et les pensées seraient aussi le fruit de ces réactions chimiques, par
le biais des hormones. Bien que les découvertes scientifiques à ce sujet nous apportent des éléments intéressants, elles
restent interprétées dans un cadre limité où le corps et l’esprit sont réduits à un jeu de molécules, donc de substance
matérielle, qui se rencontrent et se transforment.
Pourtant, même dans le cadre de la physique classique, les physiciens savent depuis longtemps que les molécules sont
constituées de particules électriques en mouvement, qui, selon les lois classiques de l’électromagnétisme, émettent
des champs électromagnétiques. Pour comprendre notre corps et notre développement, il est nécessaire de prendre ces
champs en compte.
C’est ce qu’ont fait une lignée de chercheurs principalement allemands et russes (Gurwitsch, Kaznacheev, Gariaev,
Inaba, Popp, et d’autres).
Ils ont mis en évidence l’existence d’un champ photonique qui baigne le corps des organismes vivants.
Un photon est une particule d’une onde électromagnétique, par exemple une particule de lumière. Ils ont aussi
déterminé que ce champ transporte des informations qui sont distribuées à l’ensemble des cellules.
En effet, pour se développer de façon contrôlée et non anarchique, les cellules doivent recevoir des instructions. Ainsi,
au cours du processus de croissance de l’embryon dans l’utérus, les premières cellules issues de la fécondation se
multiplient, puis elles se différencient en cellules de peau, d’œil, d’os ou de cœur.
Alors comment savent-elles à quel organe ou tissu elles appartiennent ? Comment sont-elles averties qu’il est temps
de cesser de se multiplier lorsque l’organe est complètement formé ? Comment sont-elles synchronisées et
coordonnées avec les autres cellules partout dans le corps ?
La réponse se trouve dans le champ photonique.
Il véhicule les instructions qui doivent être délivrées aux cellules. La transmission est immédiate et simultanée pour
l’ensemble des cellules concernées, car le champ a la propriété d’être un hologramme.

Le chercheur russe Peter Gariaev a montré que le code génétique des organismes n’est pas localisé sur la molécule
d’ADN dans son aspect physique. Les codes sont inscrits dans le champ électromagnétique qui l’entoure et qui est
en étroite association avec la molécule.
Il en a fait la preuve en réalisant l’expérience époustouflante de lire le code génétique électromagnétique d’un œuf de
grenouille avec un rayon laser spécial et de le transmettre à un autre œuf, celui d’une salamandre. Les œufs de
salamandre ont donné naissance à des grenouilles !!!
Bien que ce genre de résultats suscite des interrogations sur l’usage qui peut être fait de cette technologie, ils
démontrent clairement que dans les organismes vivants et dans l’être humain en particulier, les codes directeurs de
leur développement et de leur fonctionnement sont inscrits dans les champs électromagnétiques associés à l’ADN. Ces
codes sont véhiculés par le champ biophotonique global de l’organisme.

Le champ électromagnétique qui pilote l’assemblage de l’ADN :

Une autre preuve scientifique de la réalité de ces champs nous est fournie par les expériences du professeur Luc
Montagnier sur l’ADN.
Au moment de la synthèse de l’ADN dans les cellules, les morceaux élémentaires de l’ADN, les bases azotées,
s’assemblent les uns derrière les autres selon un plan précis. Cela se passe de la façon suivante : dans la molécule
d’ADN, faite de 2 brins enroulés en hélice l’un autour de l’autre, les deux brins se séparent, et chacun d’eux devient
le moule pour l’assemblage d’un autre brin.
Luc Montagnier a montré qu’il existe une autre façon de guider l’assemblage sans passer par le moule. La synthèse
peut être pilotée par un champ d’information électromagnétique, qui est spécifique de l’ADN en question.
L. Montagnier est connu pour avoir découvert le virus responsable du SIDA en 1983. Il a reçu pour cela le prix Nobel
de médecine en 2008. Dans ses nouvelles expériences sur les champs d’information, il a d’abord constaté que des
cellules et des virus pouvaient dans certaines conditions émettre des signaux électromagnétiques. C’est ce qu’avait
déjà conclu bien avant lui le professeur Jacques Benveniste (médecin et immunologiste français, 1935 – 2004), dont il
a repris les techniques en les améliorant.
Avec son équipe, Montagnier a mesuré et enregistré les signaux électromagnétiques émis par l’ADN de cellules
bactériennes ou de virus mis en solution. Les résultats montrent que les signaux sont présents pour des dilutions

42
élevées des molécules d’ADN dans l’eau.
Puis, il a transféré le signal de l’ADN dans un second tube placé à côté du premier. Si dans le deuxième tube, il a
auparavant ajouté les constituants de l’ADN selon un protocole adéquat, des molécules d’ADN sont reconstituées au
bout de quelques heures, reproduisant à 98 % l’ADN initial.
Dans cette expérience, le plan d’assemblage de l’ADN a été fourni par sa signature électromagnétique, sans qu’on ait
fait appel à un moule moléculaire. Malgré l’absence de moule, les réactions chimiques ne se sont pas faites au hasard
des rencontres. Elles ont été pilotées par des codes électromagnétiques. Dans ce cas, la théorie du hasard s’effondre.
Alors pourquoi ce qui est valable pour l’ADN ne serait-il pas à l’œuvre également dans d’autres réactions
chimiques de la vie ? Celles-ci pourraient être guidées par des informations codées inscrites dans des champs
d’information.
Cela donnerait des perspectives nouvelles sur notre façon d’envisager les mécanismes chimiques de la vie, en
particulier sur les scénarios d’apparition de la vie sur Terre (voir aussi Les origines de la vie).

Les champs d’information appartiennent à des niveaux supérieurs de réalité :

Les codes directeurs de la synthèse de l’ADN appartiennent à la réalité des champs électromagnétiques, située à un
niveau supérieur à celle des molécules organiques qu’ils pilotent.
Pour mieux comprendre le lien entre ces deux niveaux, comparons-le au lien existant entre les plans de construction
d’une maison et la réalisation concrète de la maison.
Le plan de la maison constitue le schéma directeur de la construction. Sans l’existence de ce schéma abstrait qui les
organise, les matériaux (briques, poutres, carrelage, fils électriques…) ne seraient qu’amoncelés. Le plan leur donne
une structure et une hiérarchie interne. Le plan n’est pas seulement dessiné sur un papier, il transparaît et vit dans la
structure de la maison.
On peut aller plus loin dans cet exemple en observant qu’il y a toute une hiérarchie de plans superposés. Pour
élaborer son plan, l’architecte l’affiche sur l’écran d’un ordinateur. Mais cette figure affichée sur l’écran a été
calculée par l’ordinateur au moyen de programmes. Nous pouvons donc distinguer le niveau abstrait de ces
programmes qui résident dans l’ordinateur, et le niveau plus concret, car perceptible par nos sens, de la manifestation
sur l’écran. On a donc 3 niveaux: programmes, dessin, et maison réelle.
Ce n’est pas tout. Les programmes constituent un logiciel qui a été élaboré par un fabriquant en fonction de règles
d’architecture précises qui s’appliquent à toutes les constructions. Le plan de la maison destinée à la famille F obéit à
des principes valables pour toutes les maisons. Le sol est en bas et le toit en haut, par exemple, selon les lois de la
gravité. Toutes les maisons ont des fenêtres qui laissent pénétrer la lumière. Le toit est étanche pour protéger de la
pluie. Une porte permet les mouvements des habitants pour entrer et sortir, etc.
Ainsi, au-dessus du niveau du plan de la maison personnalisée se situe un ensemble de principes directeurs plus
généraux, plus abstraits, de protection, lumière, mouvement, alimentation, hygiène, etc. Il existe donc plusieurs
niveaux échelonnés selon une hiérarchie, dont le plus dense est la manifestation matérielle, la maison.
Il en est de même pour les corps de la nature, de l’univers et pour le corps humain. Ils sont la manifestation concrète
de plans à des niveaux plus abstraits.
Le plan immédiatement supérieur se laisse deviner dans les trames géométriques et structurelles de ces corps.
Il reçoit lui-même les impulsions de niveaux supérieurs où sont inscrits les principes et les lois générales.
Ces principes sont les archétypes de la création.
Ils ne sont pas détectables par les appareils scientifiques ordinaires, mais plusieurs traditions décrivent ces
archétypes et comment ils dirigent les manifestations matérielles dans les niveaux plus denses.
Selon la philosophie indienne du Samkhya, les manifestations matérielles ou effets réels préexistent sous forme de
cause potentielle. La cause potentielle, nommée Purusha, est le principe premier du Samkhya. Elle n’est pas traduite
directement dans la matière. Elle se différencie auparavant dans un niveau intermédiaire sous la forme de Prakriti. La
prakriti contient les schémas directeurs sur lesquels se calque la matière. Ces schémas sont individualisés par leur
mélange en proportions variables de 3 principes, les gunas. Les gunas sont en mouvement perpétuel, de sorte que les
objets physiques qu’elles produisent sont en perpétuelle transformation.
L’idée de niveaux supérieurs où seraient déposés les principes directeurs du monde est aussi défendue par certains
scientifiques. Dans son ouvrage Science, order and creativity en collaboration avec D. Peat, le physicien David Bohm
(physicien étasunien, 1917 – 1992) introduit la notion d’opération créative de niveaux de réalité sous-jacents. Il
énonce que des plans de création plus profonds détiennent le canevas de ce qui se passe dans le monde.
Le monde physique serait issu de ces niveaux subtils.
Les schémas directeurs donnent un sens à la création. Ils ne sont pas quelconques. Ils sont l’expression d’une
intention. De même que la structure d’une maison exprime le style de vie de ses habitants et leur relation avec

43
l’environnement, de même la trame directrice des créations de l’univers leur donne une orientation de vie spécifique,
qu’elles soient un minéral, une plante, un humain, une planète ou une galaxie. C’est le principe de “vie” de cette
forme (le mot principe signifie qui vient en premier).
Si nous revenons à l’ADN humain, les archétypes de l’être humain sont transmis par ses codes électromagnétiques à
un premier niveau, qui eux-mêmes sont l’expression de codes de niveaux plus élevés. Nous allons explorer cette
notion, en commençant par donner une vision plus imagée de ce que sont ces niveaux supérieurs. Certaines personnes
clairvoyantes ont la faculté de voyager en conscience dans ces niveaux. Les récits de leurs rencontres avec ces
réalités nous ouvrent de nouveaux espaces de compréhension.

Les pensées humaines ont des contreparties dans des plans supérieurs :Des clairvoyants rapportent que toute
manifestation physique ou émotionnelle comporte une contrepartie dans des niveaux supérieurs, sous forme
d’archétypes abstraits. Certes, tout ce qu’ils rapportent n’est pas vérité absolue. Les mondes supérieurs sont multiples
et nos visions médiumniques sont fréquemment en rapport avec nos états émotionnels. Toutefois, ceux qui ont dépassé
les peurs et leurs besoins de pouvoir et de reconnaissance (il est donné à chacun d’entre nous d’évoluer vers cet état)
peuvent pénétrer plus loin dans l’expérience en développant une vision spirituelle et rapporter des éléments forts
intéressants sur les mondes supérieurs ou suprasensibles.
Voici par exemple ce qu’écrit le philosophe et visionnaire autrichien Rudolf Steiner (1861 – 1925) dans Théosophie
(plusieurs éditions entre 1910 et 1922).
Le milieu où se trouve l’homme qui apprend à se servir de son œil spirituel lui apparait comme un monde nouveau
rempli de pensées vivantes ou d’êtres spirituels. Dans ce monde on trouve en premier lieu les archétypes de tous les
objets et de tous les êtres qui sont dans le monde physique et dans le monde psychique… Qu’on se représente l’œuvre
d’un peintre telle qu’elle est présente dans son esprit avant qu’il la peigne, et l’on se fera une idée de ce que nous
entendons ici par archétype. Peu importe qu’il ne la conçoive complètement qu’au fur et à mesure de sa réalisation.
Dans le véritable “monde de l’esprit”, il existe de semblables archétypes de tous les objets; les êtres et les choses
physiques ne sont que les répliques de ces originaux… Chaque archétype a la possibilité de revêtir d’innombrables
formes particulières. Celles-ci jaillissent de lui en quelque sorte; et dès que l’une a été engendrée, l’archétype se met
à en créer une nouvelle.
Steiner explique très clairement que les archétypes peuvent se manifester à la perception spirituelle sous forme
d’images ou sous forme de sons :
Dès que le clairvoyant s’élève du monde des âmes à celui de l’esprit, les archétypes visibles deviennent en même
temps sonores. Ce “son” dont il s’agit ici est un phénomène purement spirituel. L’observateur se sent baigné dans
une mer de sonorités dans lesquelles s’expriment les entités du monde spirituel. Dans leurs consonances, harmonies,
rythmes, mélodies, s’expriment les lois originelles de l’existence de ces entités, leurs rapports réciproques, leurs
affinités. Tout ce que l’entendement humain perçoit sous forme de loi, d’idée, se révèle à l’ “oreille spirituelle” comme
une musique spirituelle.
Les sons et les musiques existent à différents niveaux. À des niveaux élevés, ils sont transformés en langage
spirituel.
Les Noms divins et les lettres sacrées y dévoilent leurs vibrations propres, sources de création dans les plans plus
matériels.
Les géométries des corps subtils :
Pour les clair-voyants, les archétypes des êtres humains sont perceptibles dans leurs corps subtils appelés aussi corps
énergétiques.
Ces corps enveloppent le corps physique et s’y imbriquent. Ils sont trop subtils pour être détectés par les appareils
scientifiques faits de matière dense, mais il est donné à chacun d’apprendre à les ressentir.
Les textes traditionnels des civilisations anciennes fournissent des renseignements détaillés à leur sujet,
particulièrement les traditions védiques et hébraïques. Cette connaissance était répandue également à des degrés
divers dans d’autres civilisations, par exemple la civilisation maya et même la tradition chrétienne des origines.
Les corps subtils sont parcourus par un réseau de circuits énergétiques, bien connu des acuponcteurs et des experts
en médecine chinoise.
Ces circuits subtils constituent les armatures internes vivantes du corps humain. C’est dans la texture de ces réseaux
que sont logés des schémas géométriques complexes, qui contiennent les codes de création et de développement de
l’être humain dans toutes ses dimensions : physiques, psychologiques, mentales et spirituelles.

Le caducée :

Selon la tradition védique, le réseau énergétique du corps humain est charpenté par un canal central appelé la
sushumna. Il traverse et relie les centres d’énergie (ou chakras) majeurs. La sushumna est accompagnée de deux
autres canaux (pingala et ida) qui montent autour d’elle en s’enroulant en spirale. À eux trois, ces canaux forment

44
une figure caractéristique qui ressemble à un bâton sur lequel s’enroule deux serpents, qui était l’emblème du dieu
Hermès.
Lorsque l’individu développe sa puissance spirituelle, l’énergie monte le long de la colonne vertébrale et s’épanouit
au sommet de la tête en deux ailes.
Cette figure qui représente l’être couronné dans sa splendeur est le symbole connu sous le nom de caducée.

L’arbre de vie :

L’arbre de vie a été décrit dans les traités kabbalistiques Hekhalot des 5e et 6e siècles, issus du livre d’Ézéchiel. Sa
géométrie est plus complexe que celle du caducée avec lequel il partage l’axe central. Il est constitué de 10 centres
énergétiques nommés des séphiroth (au singulier séphira), de sorte qu’on le désigne aussi par arbre des séphiroth.
Les séphiroth sont reliées par 3 lignes verticales qui les regroupent en 3 colonnes ou piliers. Les deux piliers latéraux,
représentant le Jugement et la Miséricorde, sont équilibrés par le pilier central représentant la Compassion. Les
lignes horizontales regroupent les séphiroth en trois régions qui épousent les parties du corps humain (tête, thorax et
bassin).
Bien que figuré graphiquement sur un plan frontal étalé en haut et en bas ainsi qu’à gauche et à droite, l’arbre se
déploie aussi en volume devant et derrière.

L’Adam Kadmon :

L’arbre de Vie contient le programme archétypal du plan d’existence de l’être humain et de son évolution
spirituelle.
Le prototype de l’être humain est appelé l’Adam Kadmon, ou encore en hébreu Adam Ha-Ḳadmoni ou Adam Kadmon
le-khol ha-kedumim, ce qui signifie être primordial, être originel. C’est l’être humain tel qu’il a été conçu par la
divinité dans sa pureté d’origine.
Dans ses écrits visionnaires, l’abbesse bénédictine rhénane Hildegarde von Bingen (1098-1179) a décrit l’Adam
Kadmon, qui est à la fois l’homme d’origine et aussi l’homme accompli en lien direct avec le divin. Les miniatures qui
illustrent ses textes représentent cet homme imbriqué géométriquement dans des cercles et des rectangles.
L’enseignement concernant la signification de l’Adam Kadmon figure aussi dans un traité kabbalistique du 13e
siècle, le Sod Yedi’at ha-Meẓi’ut.
L’Adam Kadmon y est figuré par une forme d’apparence humaine, structurée par l’arbre de vie. Le traité dit que le
corps d’Adam Kadmon fut créé quand la lumière supérieure ou Ain-Soph émit un jet de lumière qui devint la série de
sphères concentriques que sont les Sephiroth. Il était constitué à l’image et la similitude de Dieu.
Adam Kadmon représente la géométrie sacrée divine, fondatrice du corps de tous les hommes et de toutes les
femmes.
Dans notre état de vie ordinaire, l’Adam Kadmon est atrophié, ratatiné, et réduit à l’état de Adam Ha Rishon (le
premier homme). Il retrouve sa nature intégrale tel qu’il a été émané de l’Ain Soph quand l’arbre de vie est à nouveau
pleinement actif et rayonnant comme résultat d’une intense évolution spirituelle.
La Merkabah :
Selon les traités kabbalistes Hekhalot (L’œuvre du Char ou Ma’aseh Merkabah), l’arbre de vie arrivé à sa pleine
maturation se transforme en un corps de lumière, la merkabah.
La merkabah se présente sous forme d’une géométrie de polyèdres étoilés, qui comporte des pointes en nombre
variable. La géométrie la plus connue est le double tétraèdre composé d’un tétraèdre pointé vers le bas, lié à la Terre,
au féminin, et d’un autre pointé vers le haut, lié au ciel et au masculin.
La présence de la merkabah est la marque et le fruit de la réalisation spirituelle. Elle entoure, illumine et transforme
l’âme de la personne. Par ce véhicule céleste, la personne accède à la Vérité et à la splendeur divine.
Programmes géométriques et sonores
Par exemple, si nous traçons un nom dans du sable avec des lettres, les lettres sont indépendantes du sable. Nous
pourrions les lire de la même façon si elles étaient gravées dans du bois. Le sable ou le bois ne sont que le support qui
les rend manifestes. De la même façon, les codes du téléviseur ne sont ni des images ni des sons, mais des signaux
abstraits encodés dans l’onde. Ils se manifestent en images et sons lorsqu’ils sont décodés sur un niveau plus
matériel.
Les codes directeurs humains fonctionnent selon le même principe. Ils existent de façon abstraite à des niveaux
supérieurs et prennent l’aspect de géométrie dans les plans qui nous sont perceptibles.
De la même façon que des lettres peuvent apparaître dans du sable, du bois, sur du papier ou en projections
lumineuses, de même les codes abstraits humains peuvent tout aussi bien s’exprimer avec différents supports. Ce sont

45
des géométries ou bien des sons. Dans l’article Aspects géométriques et sonores de l’univers, nous avons montré
comment les sons peuvent créer des formes. Sons et formes sont deux manifestations possibles de schémas qui sont
codés de façon indifférenciée à des niveaux supérieurs.
Plus généralement, les plans supérieurs comportent plusieurs niveaux de différentiation. Au niveau le plus élevé, se
trouvent les principes généraux, les lois universelles; dans les niveaux intermédiaires, les finalités et les impulsions;
dans les niveaux les plus bas, proches de la manifestation physique, les archétypes des forces de vie, des émotions, des
formes.
Les codes de notre développement sont inscrits dans les niveaux supérieurs de nos corps subtils, où ils agissent
comme un programme potentiel.
Les différentes étapes de ce programme se manifestent au moment voulu.
Nous pourrions penser que nous sommes arrivés à la fin de notre étude. Pas du tout, car le plus important reste à
venir. Une histoire théâtrale s’y greffe, et à cause de cette histoire, nous devons comprendre que la pleine réalisation
de notre potentiel ne peut être activée qu’à la suite d’un travail spirituel personnel.
C’est notre histoire, celle de la perte et de la restauration de nos codes divins. Comprendre cette histoire, c’est comme
allumer un phare dans les turbulences actuelles de l’humanité.

Histoire des codes divins de l’humanité :

La perte des codes d’origine :


Pourquoi sommes-nous astreints à effectuer un travail spirituel important pour nous épanouir dans l’intégrité
originelle de l’Adam Kadmon ?Pourquoi n’en bénéficions-nous pas directement dès notre naissance ? Pourquoi
vivons-nous à l’état de handicapé visuel à la recherche de lumière dans le brouillard ? Pourquoi sommes-nous
astreints à passer par l’inconfort, la souffrance et l’ignorance ?

Le modèle originel de l’Adam Kadmon a été mis en veilleuse.


Depuis lors, l’être humain n’est plus la réplique de l’Adam Kadmon. Il est un Adam atrophié (Adam Ha Rishon).
Les séphiroth ont été partiellement désactivées et le potentiel de l’ADN a été réduit par une sorte de muselage.
Comme une machine qui n’est plus alimentée, l’être humain ne bénéficie plus des énergies de paix et d’amour qui
assuraient son intégrité.
Cet épisode est relaté dans de nombreux récits et légendes.
Dans la Bible, il est évoqué sous le nom de la Chute, du péché originel et d’Adam et Ève chassés du Paradis. Le
péché est le fait de se détourner – de se priver – de refuser – la lumière supérieure. La motivation qui a entrainé les
humains et leurs chefs à ce choix est la croyance naïve qu’ils avaient – et qu’ils ont encore – autant ou plus de
pouvoir que la lumière supérieure, qu’ils peuvent s’en passer ou la remplacer par d’autres types d’énergie. Ce choix
est donc la conséquence de l’ignorance et de l’orgueil.
La chute, la coupure avec la lumière, entraînent l’atténuation de cette lumière et l’infusion d’énergies sombres dans
l’humanité. Pas seulement dans l’humanité au niveau physique. Elle affecte également les mondes subtils jusqu’à un
certain niveau, ceux qu’on appelle les cieux inférieurs.
Au-dessus de ce niveau, les âmes évoluent dans la lumière pure et infinie et rétablissent leur intégrité.
En dessous de ce niveau, les cieux sont habités par des consciences altérées (nommées les anges déchus). Les codes
d’origine divine y sont faussés.
Mais les codes divins, ceux de l’Adam Kadmon, restent présents intacts au fond des âmes et dans les corps, comme un
germe ou une étincelle à l’état latent. Ils sont simplement en attente d’être réactivés. Ils peuvent l’être à tout moment.
Et d’ailleurs c’est déjà le cas. Le processus a été mis en route.

Chute de Lucifer :
Les traditions et les enseignements spirituels affirment que dans un lointain passé, l’humanité s’est éloignée des lois
cosmiques divines. À cause de leurs propres sentiments négatifs, les humains ont été pollués et dégradés dans leurs
corps et leur âme par la loi de cause à effet, et non comme une punition de la part d’un dieu vengeur. Les maladies du
corps, les maladies de l’âme, ont fait leur apparition. La vie a été écourtée.
Les déchéances cycliques de l’humanité :
Le récit de la perte de l’identité divine des hommes et de leur descente dans l’obscurité et la densité ne sont pas
l’apanage de la Bible et du Coran, ni des traditions chrétienne, juive et islamique.
On le retrouve dans les multiples légendes et récits mythologiques du monde entier. Cela nous induit à penser qu’il
s’agit d’un processus historique réel qui a eu lieu sur toute la Terre. Les populations en ont gardé les traces dans leur
mémoire collective, exprimées selon des représentations correspondant à leur niveau de compréhension et à leur

46
cadre culturel de référence.
Les légendes racontent que l’humanité déchue, engagée dans l’erreur et irrémédiablement perdue, a été exterminée
par des cataclysmes destructeurs qui ont balayé la Terre. Un nouveau monde a alors été reconstruit sur des bases
saines. Mais l’humanité est retombée dans son erreur et a périclité à nouveau. Ce cycle de renaissance,
épanouissement, déclin et mort s’est produit à plusieurs reprises, comme pour donner à l’humanité plusieurs chances
de se racheter. Toujours soumise aux forces sombres et à la mise en sommeil des codes originels, elle peine à les
reconstituer.
Nous vivons dans l’ère de l’ultime tentative de redressement de la civilisation décadente.
Les hindous l’appellent le kali-yuga, les aztèques le cinquième soleil, les hopis le quatrième monde, les algonquins le
septième feu, etc.
C’est la fin de la période d’altération des codes.
Elle sera suivie d’un nouveau grand cycle de vie, complètement différent par ses objectifs et ses valeurs, basé sur la
restauration de notre connexion divine. (voir en annexe Les grands cycles de l’humanité selon différentes traditions).

Le monde expérimental du libre-arbitre :

Nous pouvons être étonnés par ces cycles répétés et nous interroger sur le sens de tout cela. Pourquoi cette dérive a-t-
elle été permise ? Si nous sommes régis par des programmes de lumière supérieure, comment ces programmes ont-ils
pu être faussés ou déconnectés ? Pourquoi la dérive a-t-elle fait partie des voies possibles pour l’humanité? Pourquoi
les capacités et les fonctionnements d’un être humain ne lui assurent-ils pas d’être toujours à son optimum?
Cette interrogation fondamentale reste un grand mystère que les enseignements spirituels traditionnels se sont
efforcés d’éclaircir. La réponse qui est habituellement donnée est qu’il s’agit d’un programme expérimental qui se
déroule dans une partie de l’univers.
Chaque cycle de vie a pour raison d’être de mettre les êtres humains dans des conditions de vie qui leur permettent
d’expérimenter leurs potentialités toujours plus loin. Ils développent des facettes particulières qui viennent augmenter
le rayonnement et l’impact de leurs propres codes divins. Ce faisant, ils enrichissent les sphères divines supérieures,
un peu comme les connaissances acquises par des explorateurs profitent à toute l’humanité.
Le cycle dans lequel l’humanité est plongée a pour objet d’expérimenter l’ombre et la lumière au travers de son
libre arbitre.
Autrement dit, les hommes ont été chargés de la responsabilité de leur propre évolution spirituelle. Ils peuvent
endosser les vertus les plus élevées comme les sentiments les plus noirs. Ce n’est pas un ou des dieux qui les incitent à
cela, c’est le chemin qu’ils choisissent eux-mêmes. Pour manifester leurs qualités les plus hautes, ils doivent faire le
choix conscient d’avancer dans l’intégration de la lumière divine et l’assumer pleinement. Cela implique un effort et
de la persévérance.
En conséquence, nous faisons l’expérience quotidienne des polarités, appelées aussi dualités (la séparation et
l’union, l’ignorance et la connaissance, l’effort et la détente, la souffrance et la libération). Nous en tirons des leçons
de vie conscientes.
Les puranas hindous (textes fondateurs anciens) nous disent que le cycle kali-yuga, malgré ses difficultés et ses
vicissitudes, possède un avantage remarquable. Toute action produit des effets beaucoup plus rapides que dans
n’importe quelle autre ère. De même qu’un sportif peut acquérir plus de force dans ses muscles s’il doit vaincre des
résistances, de même un aspirant spirituel peut avancer très rapidement en triomphant des épreuves, à condition
d’utiliser son libre arbitre pour faire les bons choix.
Notre corps de chair est l’outil merveilleux qui collabore pleinement à remplir cet objectif.
Il a la capacité d’enregistrer toutes nos expériences de vie bien au-delà des perceptions de notre conscience.
Par sa capacité à faire naitre des sensations, il nous indique ce qui favorable ou non à l’expression de notre
Essence.
Au fur et à mesure que nous accumulons des expériences de vie, nous comprenons un peu plus ce qui nous ratatine et
nous déprime et ce qui nous ouvre et nous donne de la joie.

La fin des temps sombres

Le cycle dans lequel nous sommes immergés est probablement la période la plus sombre que l’humanité ait eu à vivre.
Mais ne nous laissons pas décourager ou abattre par les difficultés et la perte de nos repères, car voici une nouvelle
porteuse d’espoir : Nous sommes arrivés au terme de la période expérimentale.
Le cycle des vicissitudes, le septième feu, le cinquième soleil, le quatrième monde, s’achèvent. Nous entrons
maintenant dans une phase où les énergies inférieures n’auront plus de place et où les énergies supérieures seront

47
pleinement présentes.
Ce moment de grande transition est annoncé dans la plupart des traditions religieuses et spirituelles. C’est
l’avènement d’une ère de lumière et de sagesse, qui apporte la pleine conscience que les êtres sont
multidimensionnels.
Pour les hindous, c’est la venue du seigneur Maitreya. Les chrétiens, les juifs et les musulmans attendent la venue du
Christ ou du Messie. Elle sera marquée par des phénomènes liés à une période transitoire qui est l’apocalypse. Ce
terme ne signifie pas un temps de catastrophes – même si des catastrophes naturelles sont à prévoir.
Apocalypse signifie le temps des révélations.
Révélation de qui nous sommes vraiment au sein de l’univers. Révélation des faux pouvoirs qui ont recouvert la
planète d’un voile d’obscurantisme et qui ont manigancé des stratégies mensongères.
Ce voile a eu son rôle pour établir les conditions expérimentales du jeu du libre-arbitre.
Ce rôle est terminé, les acteurs se révèlent. Mais beaucoup n’ont pas compris que la pièce est finie et qu’ils doivent
abandonner ce rôle de méchant pour profiter pleinement de la nouvelle conscience.
Des signes annoncent ce renouveau. Dans la tradition des amérindiens lakotas, une prophétie dit que le
commencement des temps nouveaux serait annoncé par la naissance d’un bébé bison blanc femelle, marquant le
retour de la Femme Bison Blanc. Cette femme, un être de lumière venu des Pléiades, était apparue il y a 19
générations, habillée d’une robe de daim blanc, pour apporter un code moral et l’utilisation de la pipe sacrée aux
Lakotas. Elle avait promis de revenir en un temps difficile.

Bison blanc
Ce temps est venu. La naissance d’un bison blanc nommé Miracles s’est produite chez les Lakotas en 1995. Floyd
Hand, un homme-médecine, a écrit dans le magazine américain Spin: Pour nous les Indiens, c’est comme le retour du
Christ pour les blancs. D’autres bisons blancs sont nés : Prophétie, née en 2005 dans le centre algonquin Kanatha-
Aki au Québec.
Des prophéties analogues sont racontées dans d’autres traditions.
Toutes annoncent que les anciens systèmes s’effondrent pour laisser place à une ère nouvelle fondée sur la paix, la
fraternité, l’écoute, la compréhension et l’harmonie. Les conditions sont réunies pour construire une nouvelle
humanité.
Nous voici arrivés à la fin de la période expérimentale cosmique où régnaient la séparation et les conflits. Les anciens
systèmes qui en profitaient s’effondrent. L’unité, la paix et la splendeur reprennent leur place. Les codes divins
d’origine sont en cours de restauration.

Mais il nous reste à répondre aux questions: Sommes-nous seulement des observateurs passifs des transformations
qui s’effectuent sur la Terre, dans notre propre corps et dans notre conscience ? Quelle est notre part de
responsabilité dans la construction d’une nouvelle humanité ? Pouvons-nous y contribuer par une participation
intentionnelle et active ? Disposons-nous de moyens pour accélérer et faciliter cette transition ? Quelle est la
meilleure attitude à adopter pendant cette transition ?

Les outils de la restauration des codes.


Créez vous-mêmes les conditions du renouveau sur Terre.
De tout temps, même plongés dans l’obscurité la plus dense, les aspirants à la sagesse ont reçu des enseignements
spirituels pour les aider à retrouver leur nature supérieure. De nombreux instructeurs spirituels ont régulièrement
diffusé des enseignements sur toute la Terre, afin de guider ces personnes. Elles ont ainsi eu la possibilité de sortir des
limites emprisonnantes de leurs conditionnements et de restaurer leur nature adamique d’origine.
En Orient, en Occident, des hommes et des femmes ont étudié auprès de leurs maîtres pour devenir des initiés.
Ils ont compris la racine de leurs souffrances. Ils ont appris à se libérer de leurs émotions négatives, de leurs fausses
croyances et de leur charge karmique. Des outils spécifiques leur ont été donnés pour faire place à leur être intérieur.
Parmi ceux-ci les techniques de l’auto-observation, de la méditation et de la prière du cœur ont une place
prépondérante.
Moïse était l’un de ces instructeurs spirituels.
C’est pour remédier à la déchéance de la population qu’il tenta de lui enseigner les lois cosmiques en lui offrant les
tables de la loi. Dix commandements, dix leçons sur les mondes de lumière, y étaient gravés dans la pierre. Mais les
hommes, cupides, fascinés par les richesses matérielles qu’ils idolâtraient sous la forme du veau d’or, n’étaient pas
prêts à en comprendre le sens et ils n’en tinrent pas compte.
Alors Moïse brisa les tables, puis leur proposa d’autres commandements à leur portée, qui leur permettraient
d’évoluer lentement. Depuis ce temps, l’humanité entière a progressé dans sa conscience. Elle est maintenant en

48
mesure de recevoir les dix commandements supérieurs.
Les instructions spirituelles rejetées qui semblaient étranges au commun du peuple il y a 2000 ou 3000 ans, nous
deviennent évidentes ou familières à cause des développements de la physique, des télécommunications, de la chimie,
de la biologie, de la psychologie des profondeurs, et des modèles de pensée qu’ils nous fournissent.
Toutefois, dans le fond, ces instructions sont restées les mêmes, immuables. Elles nous sont simplement représentées
dans un langage renouvelé, avec des images modernes adaptées aux consciences de notre époque. En ce passage
d’une ère à l’autre, toute l’humanité est invitée à bénéficier largement des enseignements spirituels.
Ce qui était autrefois le privilège de quelques initiés, est maintenant offert à tous.
Nous ne sommes plus des enfants qui attendent tout des mondes supérieurs et qui se laissent nourrir et conduire. Nous
sommes considérés comme des adultes munis d’une nouvelle conscience. Même si nous sommes accompagnés par des
guides de lumière, nous avons la responsabilité de construire un monde en accord avec les lois divines. Nous mettrons
en œuvre ces lois non pas avec l’esprit d’obéissance et de crainte d’un enfant, mais avec l’enthousiasme d’un adulte
ayant compris que seule cette voie nous conduit à vivre dans la splendeur, la puissance et le ravissement.
Pour l’essentiel pratique, vous êtes invités à surveiller votre comportement et avoir du respect pour toute forme de
vie, les autres humains, les animaux, les plantes, la Terre. Vous êtes invités à faire la paix dans votre esprit. Vous êtes
invités à redonner place aux qualités d’écoute, de compréhension, de bienveillance, de compassion, reliées à notre
partie féminine.
Une loi ancienne stipule que ce que nous vivons dans notre environnement est le reflet de nos pensées et de nos
émotions profondes.
L’ancienne science hermétique égyptienne l’appelait le principe du mentalisme.
Elle a été remise au goût du jour sous le nom de loi d’attraction.
Cette loi implique que nous sommes les créateurs de notre réalité par nos émotions et nos pensées.
La loi d’attraction est souvent faussement comprise comme une façon d’attirer à nous tout ce que nous voulons, pour
les besoins de notre égo. Bien entendu, c’est une déviation du principe véritable. Il vaut mieux porter notre attention
sur ce qui nous arrive de désagréable, ce que nous vivons de pénible au quotidien, et comprendre que c’est en
correspondance avec quelque chose d’inconscient en nous qui cherche à être mis en évidence et accueilli, puis
éventuellement transformé.
De même, ce qui nous arrive d’agréable est en correspondance avec nos sentiments de gratitude, de paix, d’empathie
et de bienveillance. Votre travail de restauration et de reconnexion à votre être intérieur consiste à observer vos
émotions et vos pensées, à prendre conscience de ce qui est touché en vous lorsque vous réagissez négativement, à
transformer et guérir vos ressentiments, croyances, préjugés et blessures anciennes.
Dans les cycles précédents, l’humanité avait encore le choix de faillir à sa mission de transformation, quitte à
recommencer l’épreuve. Il n’en est plus question. Par un besoin impérieux, les hommes et les femmes sont poussés à
retrouver leur nature originelle et la pleine gloire leur Essence.
Chacun est invité à contribuer à la restauration des codes d’origine en développant sa sagesse et en modifiant son
comportement. Ce travail d’ouverture de conscience est puissant, bouleversant et délicat.
Pour rendre cette transition plus facile aux hommes et aux femmes qui choisissent cette voie, des outils terrestres et
des aides cosmiques leur sont fournis.
Géométrie sacrée et sons sacrés :
Des outils spécifiques ont été fournis aux humains depuis des temps immémoriaux pour leur permettre d’accéder plus
rapidement à l’éveil de leur nature supérieure.
Parmi eux, j’ai déjà mentionné la méditation et la prière, auxquelles on peut ajouter le contrôle du souffle, des
pensées et des émotions.
La géométrie sacrée et le son sacré sont deux autres supports puissants. Leur connaissance a été enseignée sous des
formes variables dans la plupart des religions et des enseignements spirituels.
La géométrie sacrée est représentée dans de nombreux temples, églises et autres édifices religieux, soit sous forme
d’œuvres d’art peintes ou sculptées, soit intégrée dans le plan même de l’édifice. Dans l’hindouisme et le bouddhisme,
les pratiquants réalisent des mandalas, qui sont des œuvres artistiques graphiques d’une grande complexité. Ils sont
parfois faits en sable et détruits ensuite pour symboliser l’impermanence de toute chose et l’importance du
détachement dans la voie spirituelle.

Gavrinis :
Des gravures aux formes géométriques ont été trouvées sur des sites mégalithiques anciens comme celles du cairn de
Gavrinis en Bretagne française. Que représentent-elles ? Elles ne sont constituées ni de représentations figuratives, ni
de textes. Leurs motifs en arcs de cercle ou en spirale évoquent des ondes.
Ne seraient-elles pas les ondes fondamentales de la vie ?

49
La figure aurait-elle pour fonction de générer des vibrations de reliance aux forces de vie primordiales et de
protection contre les forces contraires ? Agiraient-elles par la radiance de leurs motifs géométriques?
La méditation sur les images et représentations de géométrie sacrée favorise des états d’éveil de la conscience
supérieure. Il en est de même de la pratique vocale des sons sacrés. La science du son (ou yoga du son) était connue
au Proche Orient, en Occident et chez les peuples de la Terre (amérindiens, aborigènes,..).

Mandala :
La répétition des noms divins est l’une de ces pratiques du son.
Le bouddhisme et l’hindouisme l’ont développée sous la forme de mantras. Ce sont des phrases psalmodiées à répéter
longuement, telles que le Om mani padmé hum des Tibétains ou le Om nama shivaya des Hindous. Le Kyrie
eleison des chrétiens fait figure de mantra.
La vocalisation des voyelles est une autre forme de pratique de sons sacrés.
La répétition des noms divins est l’une de ces pratiques du son.

Les écritures sacrées :


Les écritures sacrées constituent un autre outil important offert comme aide à l’éveil. Elles participent à la fois de la
géométrie par la forme des signes écrits, et du son par la prononciation vocale des signes.
Il est difficile de savoir précisément où est la frontière entre une écriture sacrée et une écriture non-sacrée. On peut
dire qu’une écriture est sacrée par la puissance opératoire de son action vibratoire sur l’éveil des corps subtils et de
la conscience. Mais il existe un éventail de niveaux de cette puissance.
Même dans notre langage commun actuel, la répétition de certains mots comme amour ou Je suis ce que je suis peut
avoir une influence énergétique bénéfique. Tout est dans le choix des mots, mais encore plus dans la représentation
mentale qui lui est associée. Certains mots sont bénéfiques, d’autres non.
Certaines langues anciennes ont une puissance sacrée beaucoup plus grande que les langues actuelles, car elles
ont été conçues dans des temps favorables, en conjonction avec des plans supérieurs.
Les écritures actuelles sont pour la plupart alphabétiques. Cela signifie que les caractères employés sont des lettres
qui correspondent à un son ou phonème. L’ensemble des lettres constitue un alphabet. Les écritures alphabétiques
font partie des écritures phonétiques. Une autre catégorie d’écritures phonétiques englobe des écritures dont les
signes représentent le son d’une syllabe. L’ensemble des signes d’une écriture syllabique constitue un syllabaire.
Considérons par exemple le mot visage. Il comprend 6 lettres en écriture alphabétique. On peut le décomposer en 3
syllabes, vi-sa-ge. Avec une écriture syllabique, 3 signes seraient suffisants pour l’écrire, chacun représentant le
phonème d’une syllabe. Si, dans une écriture, les signes phonétiques des syllabes ou des lettres sont des petits dessins,
on les nomme des phonogrammes.
Dans un autre type d’écriture plus ancien, on aurait représenté le mot visage par le dessin simplifié d’un visage. On a
alors l’idéogramme du concept de visage ou de tête. Les idéogrammes ou idéographes sont des petits dessins
figuratifs qui représentent des objets, sentiments, actions, idées abstraites ou des concepts. Phonogrammes et
idéogrammes sont regroupés sous le terme de pictogrammes ou pictographes ou logogrammes.
Le plus ancien témoignage connu d’écriture est l’écriture pictographique gravée dans l’argile des tablettes
sumériennes, en Mésopotamie, datées de 3300 avant notre ère. L’écriture pictographique de la Mésopotamie a
d’abord été idéographique. Puis des phonogrammes syllabiques y ont été introduits. Même chose pour le chinois dans
lequel ont été introduits des signes phonétiques. En Égypte, les hiéroglyphes (en grec gravures sacrées) comprennent
des idéogrammes et des phonogrammes. Il en est de même de l’écriture maya.
Des alphabets se sont développés progressivement au Proche Orient où se côtoyaient de nombreuses langues. À partir
de l’écriture égyptienne naissent les alphabets phénicien, puis paléo-hébraïque (ancien hébreu), araméen et hébreu.
En Inde, le sanskrit n’a pas d’écriture attitrée. Les phonèmes peuvent être représentés par une multitude de signes. Ce
sont les colons britanniques qui ont imposé l’écriture devanāgarī.
Les écritures seraient-elles donc passées progressivement d’un système pictographique qualifié de fruste et naïf à nos
formes actuelles alphabétiques qui paraissent plus élaborées à nos yeux ?
C’est en tout cas l’interprétation faite par les historiens et archéologues. En posant les qualificatifs de naïf et
d’immature à propos des écritures anciennes, les archéologues se conforment à la théorie impérieuse de l’évolution
darwinienne qui énonce que nous ne pouvons aller que dans le sens du progrès par essais et ajustements successifs.
Mais leur notion de progrès est bien subjective. Elle prend toujours le sens d’une plus grande efficacité opératoire.
Effectivement, il est probable que l’évolution de l’écriture ait été motivée par une pratique plus confortable, mais
est-ce réellement un progrès si c’est au détriment d’autres aspects, par exemple son pouvoir vibratoire, à l’instar
d’une géométrie sacrée ?
Ce soi-disant progrès n’est peut-être que le chemin expérimental d’une société à un moment donné de son histoire. Un

50
véritable progrès, à mon avis, serait d’instaurer une plus grande sagesse et une communication plus claire avec les
plans supérieurs.
Contredisant l’interprétation des archéologues, d’autres types d’écritures hautement élaborées ont été révélées à
l’humanité dans un passé très ancien.
Elles sont mentionnées dans les légendes et les textes sacrés sous le nom de parchemins sacrés, lettres de feu, etc.
Elles ont été révélées à des instructeurs spirituels évolués en sagesse, chargés d’apporter de nouvelles impulsions à
l’humanité. Ceux-ci les ont vus en vision soit à l’état de veille, soit en méditation, soit en rêve. Ce sont probablement
de telles visions qui parfois ont été gravées dans la pierre. Y a-t-il eu dans un passé ancien ou récent, y a-t-il encore
actuellement, des écritures sacrées pictographiques dont la fonction aurait été d’apporter une plus grande sagesse?
Probablement oui si l’on se réfère aux textes anciens et aux légendes.
Ces indices, bien que fort précieux, seraient encore fragiles s’ils n’étaient pas corroborés par l’expérience
contemporaine de nombreuses personnes qui ont eu le privilège d’être en présence de certains symboles sacrés en
vision intérieure.
J’en cite une seule à titre d’illustration. Dans son ouvrage Rencontres avec la splendeur,Maria Elia témoigne de ses
rencontres en état de méditation avec les lettres hébraïques.
Les lettres lui sont apparues pleinement lumineuses et ont communiqué avec elle, corroborant ce que décrit le
Zohar. « Avant » le commencement des temps, écrit-elle, en un lieu qui n’en est pas un, au-delà de l’entendement
humain, rien d’autre n’existait que la danse des grandes Lettres dans la lumière originelle, nées de la pensée du Père
et de la Mère, par l’empreinte de leur Amour.

Codes de restauration pour le temps présent :


Note: La restauration des codes d’origine par les langages de lumière, sujet de cette dernière section, sera développée
séparément dans un prochain article.
Les manifestations de lettres, de symboles géométriques et de couleurs se font de plus en plus fréquentes dans les
méditations, dans les rêves et dans l’art.
La pratique des sons et des géométries attire de plus en plus de monde. Il y a un regain d’intérêt populaire pour le
chant des mantras, la répétition des noms divins, la méditation sur les formes sacrées. L’application des
enseignements d’éveil spirituel est devenue plus facile et plus efficace. C’est signe que les codes de restauration
entrent peu à peu en activité.
MAIS ATTENTION. Cet engouement donne aussi lieu à de faux enseignements par des personnes qui n’ont pas encore
acquis un minimum de compétence et de sagesse.
Les codes géométriques et sonores agissent dans votre corps et dans votre âme de façon subtile et intime.
Tous ne sont pas automatiquement favorables. Comme toute source de pouvoir, ils peuvent être utilisés au service du
divin ou pour satisfaire la soif de reconnaissance et d’attention de faux prophètes ou de quelque magnat de l’industrie
du divertissement.

Certaines pratiques sont destinées à empêcher les êtres de s’éveiller.


À vous de discerner ce qui vous aide à vous ouvrir, ce qui vous procure de la joie et de l’enchantement.
Progressivement, les géométries, les sons et les écritures sacrées sont retrouvés et offerts à l’humanité. Compte tenu
de l’ampleur de ce bouleversement cosmique de changement de cycle, ils sont réactivés et complétés par de nouveaux
codes spécifiques pour notre période de transition.
Ce sont des langages de lumière. Ils sont essentiels pour restaurer les corps supérieurs de chacun d’entre nous et pour
amener la lumière dans les cieux inférieurs.

Dimanche 6 mai 2018

J’ai un début de pyélonéphrite, me voilà à nouveau sous antibiotiques pendant 10 jours, mais je vais bien,
juste un peu de fatigue inhabituelle au réveil.

Lundi 7 mai 2018

En ouvrant Facebook je tombe directement sur la graine de vie que j’ai vu en 3D avec un article intitulé :
« L’acte de recherche conscient ». Il semblerait qu’il s’agisse d’une canalisation d’une personne prénommée
Sylvie sans précisions. N’ayant aucune idée de la raison pour laquelle j’ai vu cette forme géométrique au-

51
dessus de Soen je récupère l’article et le mets ici. Parfois je me dis que si ça ne me parle pas aujourd’hui ça
me parlera peut-être plus tard…

« L’acte de recherche conscient » !

« Chapeau » mes chers enfants, car les défis que vous relevez, lorsqu’ils sont, parfaitement, maîtrisés et résolus avec
beaucoup d’amour, vous fortifient et vous font particulièrement grandir.
Vous demandez-vous pourquoi, certaines fois, vous réussissez alors que d’autres fois vous pataugez lamentablement
en ayant beaucoup de difficultés à vous relever ?
Les bouleversements que vous subissez ne sont pas arrivés sans une raison précise car vous êtes, en quelque sorte,
soit « testé », soit il peut aussi s’agir d’une franche opportunité de comprendre et d’avancer.
Il ne faut pas oublier, non plus, que ce que vous semez, vous reviendra un beau jour pour être « récolté » !
Tout ceci, vous le savez parfaitement, mais en êtes-vous toujours bien conscient lorsqu’une épreuve, un peu plus
difficile, vient à se présenter ?
Gardez-vous la « tête froide », « l’esprit libre », et parvenez-vous à bien saisir les raisons, les circonstances, ayant
favorisé cette manifestation qui vous demande, soudain, cette remise en question, cet effort plus soutenu, cette vision
parfois fort différente de ce que vous croyiez jusque-là comme étant juste et vrai ?
Lorsque vous demeurez statique, immergé dans vos certitudes reposantes, apaisantes et bien entendu « protectrices »
car ce que vous pensez alors est pour vous la vérité, même si vous restez conscient qu’il ne s’agit que de « votre
vérité », vous ne progressez pas puisque vous n’êtes pas dans « l’ouverture » et vous ne voyez pas les différentes
opportunités qui se présentent, qui vous sollicitent pour vous faire retrouver un esprit éveillé et prêt à tout remettre en
question, sachant que tout évolue, également votre façon d’appréhender les choses, vos relations et aussi vos
comportements.
Profondément perturbé par un fait, une attitude, que vous ne réussissez pas à comprendre, vous devez vous interroger
et même si vous ne parvenez pas à trouver une réponse satisfaisante, par cet « acte de recherche conscient », vous
allez provoquer une petite brèche dans votre manière de fonctionner et un jour, c’est garanti, la Lumière entrera et
vous saurez, vous serez enfin éclairé et tout deviendra une évidence, une certitude absolument véridique dont vous ne
pourrez plus douter.
Donc, ne baissez jamais les bras mais surtout ne restez pas rigide, tendu, face à un problème car si vous agissez ainsi,
vous ne favoriserez pas sa solution puisque vous l’aurez attendue avec trop de tension.
Cherchez avec amour, avec confiance et laissez faire le temps qui, au moment voulu, au moment propice, vous
donnera la solution, souvent d’une manière totalement inattendue.
Là, vous pourrez goûter avec délice et gratitude au fruit délicieux que vous aurez laissé mûrir suffisamment pour en
apprécier l’exquise saveur.
Comprenez, comprenez, dans leur justesse tout ce que nous vous disons, certes à notre manière, avec des « images »

52
pouvant vous parler, si vous savez les transposer dans votre incarnation.
Soyez tendrement bénis et notre Amour est votre soutien de tous vos instants.
Les guides de Sylvie.

En se réveillant ce matin Soen m’a dit qu’il voyait un monsieur en train de nettoyer dans le coin de la
chambre près de mon chevalet. J’ai regardé le velux en le montrant du doigt et en demandant : « là ? » Il
s’est énervé et m’a répondue non en me montrant le chevalet. Je lui ai demandé ce qu’il voyait, mais il ne
voulait plus répondre. Il m’a dit qu’il s’était trompé. C’est étrange, car le jour où j’avais vu le symbole au-
dessus de lui il avait également rêvé d’un homme qui nettoyait la maison. Le jour même en lisant une
application guidance de Lulumineuse que j’ai téléchargé. Étrange, cette guidance parle également de
ménage et l’ancrage ressort encore (Bon cette semaine, ménage et tennis!)

« Je vois une habitation avec « du ménage à faire à l’intérieur ». Les énergies de ton environnement
demandent à être purifiées, il y a tout un tas de reliquats d’anciennes énergies à épurer. Pour cela tu peux te
servir de ta propre magie intérieure en purifiant par ta créativité, ta visualisation d'énergies saines et
vibrantes qui viennent nettoyer tous les coins et recoins, y compris des meubles plus anciens, dont un en
particulier, plus petit, un objet. Ré-ancrer l’habitation dans la Terre. Être spontanée. Il y a un changement
intéressant à l’intérieur, une modification de comportement, du « lâcher d’habitude », j’aime ! Ton équipe
me parle des heures miroirs. Leurs messages sont précieux, ils aiment te proposer cette alternative pour les
écouter, le temps que tu te fasses davantage confiance. Cela montre aussi que ton corps lumineux est un peu
« haut dessus » de ton corps de chair. Un bon ancrage est le bienvenu et sera très bénéfique pour
l’avancement des idées de projets. Il y a des choses qui se mettent en place tout doucement, mais qui
demandent à être arrosées avec précaution. Ne pas chercher à comment faire, mais focaliser plus son
attention sur de petites actions.» Lulumineuse.

Le cube de Métatron

Le Cube de Métatron est une figure géométrique sacrée qui superpose l’ensemble des Solides de Platon ainsi que la
Merkaba sur une seule et même figure géométrique. Le Cube de Métatron a été transmis à l’Homme par l’Archange
Métatron lors d’enseignement ou de canalisation, c’est son sceau.

Qui est l'Archange Métatron ?


L’Archange Métatron est le recteur des Archanges, il s’occupe de diverses choses comme de transmettre des
enseignements aux initiés et de les aider à organiser et concrétiser leur enseignement.
C’est l’Archange le plus puissant et le plus proche de Dieu, avec Sandalphon, il a la particularité d’avoir été un
homme avant d’être un Archange ce qui lui permet de bien connaître nos problématiques « humaines ». Il est le plus
proche de l’origine dans la hiérarchie des archanges. Il est le gardien du seuil entre les formes et les non-formes

L'importance du Cube de Métatron :


- Le Cube de Métatron est une figure géométrique sacrée au taux vibratoire très élevé, vous pouvez vous en servir
pour augmenter le taux vibratoire d’un lieu, d’une personne, etc.
- Le Cube de Métatron est la protection la plus puissante contre toutes les énergies ou les êtres négatifs, vous pouvez
le porter sur vous, le visualiser autour de vous comme une Merkabah, demandez à ce qu’il soit intégré dans votre
aura, ou bien encore en faire des copies et les placer dans votre maison.
- Je vous conseille de méditer quelques instants sur l’image du Cube de Métatron qui accompagne cet article et de
vous laisser imprégner par sa puissance et sa protection demander que sa protection soit permanente à l’Archange
Métatron.
- Le Cube de Métatron est une Merkaba qui vous relie directement à l’énergie et à la conscience Métatronique.
L'Archange Métatron est plus présent que jamais aux côtés de nombreux travailleurs de lumière, n’hésitez pas à
l'appeler en cas d'urgence, ou pour certains travaux compliqués.
Tout comme l'Archange Michael, il est perpétuellement à nos côtés pour nous soutenir dans la période de changement
que nous traversons actuellement et jusqu’à l'établissement de l’âge d’Or sur terre.
Rayonnement Vôtre

53
Jean-Frédéric

Mardi 8 mai 2018

Nous passons une partie de l’après-midi dans le jardin. J’aimerais vraiment pouvoir voir des élémentaux
(=êtres de la nature) du coup j’en fais la demande et discute avec Soen en lui disant « image que les
papillons soient des fées, ce serait super ! » Au même moment un papillon blanc nous fonce dessus avant de
s’élever au-dessus de nous au dernier moment. Soen éclate de rire. Mon œil est attiré par l’arbre sur ma
gauche, le centre en particulier, comme si j’étais observée. Je prends des photos en rafales à l’endroit où
mon regard est attiré. Ce que j’y vois me fait penser à Groot en plus âgé …

En cherchant la graine de vie sur internet je suis tombée sur le cube de Métatron, un archange. Le centre
ressemble au symbole que j’ai vu à la différence que le mien était en 3D. J’aime beaucoup ce symbole, j’en
ai commandé en pendentifs pour les enfants et moi.

Mercredi 9 mai 2018

Ce matin j’ai demandé à mes guides si je pouvais avoir quelques éclaircissements concernant le symbole
géométrique que j’ai vu au-dessus de Soen, j’aimerais comprendre pour quelle raison j’ai eu cette vision.

Dimanche je suis allée à la maison médicale, j’avais un début de pyélonéphrite. Le médecin m’a placée
sous antibio pendant 10 jours mais le lendemain je me suis exposée au soleil pour monter la piscine pour

54
les enfants malgré les recommandations de non exposition avec le traitement. J’ai déclenché une allergie au
niveau des bras. Cet après-midi je me suis allongée sur le transat à l’ombre et je regardais les nuages, mais
je sentais que quelque chose n’allait pas, ça me fatiguait les yeux énormément. En fin d’après-midi
aujourd’hui j’ai ressenti une violente douleur au niveau du chakra coronal et une grosse fatigue qui m’a
envahi d’un coup. Je suis allée m’allonger et j’ai dormi deux heures mais la douleur était Toujours là. Je me
suis dit que j’avais peut-être attrapé un coup de soleil sur le crâne, j’ai montré à Cyrille qui m’a dit que
c’était légèrement rose. Mais si c’est un coup de soleil, pourquoi n’aurais-je mal que maintenant alors que je
ne me suis pas exposée aujourd’hui et qu’il faisait gris ?
En me réveillant nous sommes allés à la pizzeria. Avant de prendre les desserts Matisse est allé accompagner
et surveiller Soen dans l’aire de jeux du restaurant. Matisse voulait qu’on lui commande comme la dernière
fois une farandole de desserts. Il m’a demandé de bien faire attention, que je ne me trompe pas. Je lui ai dit
que oui, que je savais ce qu’il voulait. En commandant je ne sais pas pour quelle raison je me suis trompée,
il y avait deux farandoles et j’ai pris la mauvaise. Matisse était très déçu, il a dit qu’il le savait, qu’il aurait
dû commander lui-même. J’étais désolée, je lui ai demandé s’il voulait que je recommande l’autre. Il m’a
répondu que non. Je lui ai dit que je ne comprenais pas pourquoi on s’était trompé et il m’a regardé
méchamment en me disant : « non c’est toi qui t’es trompée !!!!! » Je ne voulais plus parler pour ne pas
envenimer les choses. Il n’a pas cessé de râler et je comprenais sa déception mais ça allait au-delà, c’était de
la colère envers moi que je ressentais. Il m’a demandée ce que j’avais parce que je ne disais rien et s’est mis
à m’imiter vulgairement. Sur le trajet retour j’avais une boule au ventre et les larmes montaient. Après tout
ce que je fais pour lui je ne comprends pas sa réaction. Lui seul a le droit à l’erreur et là c’est comme si je
lui avais gâché sa vie. Arrivée à la maison je suis montée dans la salle de bain pour m’isoler. Je me suis
effondrée et cette douleur sur le crâne n’arrangeait rien. Il a insisté pour savoir ce qu’il avait fait alors même
qu’il le sait… je n’avais pas envie de parler et il insistait comme à son habitude me disant que c’était lui la
victime. C’en était trop, je lui ai demandé de se taire et de sortir avant que je ne m’énerve. Il m’a dit que
j’étais dingue montrant un regard dédaigneux…Il l’a dit, je suis dingue… je ne comprends plus rien à rien,
c’est trop douloureux…

Le soir en ouvrant youtube je décide d’effectuer des recherches sur l’Archange Metatron, car le centre du
symbole géométrique que j’ai vu y est associé. La première vidéo est celle-ci. Elle y parle de ménage ce qui
m’intrigue dans la mesure où lorsque j’ai vu ce symbole Soen m’a parlé de ménage dans son sommeil…
S’agit-il de la réponse à la question que je me suis posée ce matin ? Le texte m’intrigue d’autant plus qu’il y
fait référence au ciel, que j’ai regardé une bonne partie de la journée malgré la forte sensibilité que j’avais
aux yeux. Il y parle également des trois mots que je ne cesse répéter depuis quelque temps à chaque conflit,
crise etc. Les trois mots auxquels j’aspire aujourd’hui plus que jamais : PAIX, AMOUR, LIBERTÉ.

Voici la retranscription de la vidéo Transmission de Métatron canalisé par Ysa’Belle et intitulée « l’archange
Métatron l’Ordre Divin fait le ménage :

55
Ayez confiance en vous, ayez confiance en votre Lumière, soyez sereins, l’Ordre Divin a pris vos vies en main !
Et nous vous saluons chères âmes.
Et nous vous accueillons en nos bras d’Amour et nous vous accueillons en notre cœur empli de Joie.
Et nous vous disons chères âmes, nous aimons à vous entendre rire, car il est suffisamment de tristesse en cette
planète, il est suffisamment de lourdeurs, il est suffisamment d’enfermement dans la tristesse et dans l’obscurité.
Ainsi laissez vos cœurs exploser de Joie, laissez vos cœurs exploser de Lumière, laissez vos cœurs exploser d’Amour.
Laissez-nous vous inonder de Joie, laissez-nous vous baigner dans la Joie. Car la Joie c’est le partage de l’Amour, la
Joie c’est laisser son cœur vibrer, c’est laisser son corps rayonner l’Amour, la Légèreté, la Liberté. Nous sollicitons
vos cœurs, vous le sentez afin que cette énergie de Joie vous pénètre.

Il est important que vous sachiez chères âmes, que vous êtes en train de vivre vos derniers instants, soit dans
l’obscurité, soit dans la pénombre, et nous entendons ses soupirs.

Il est important que votre ego entende cela également, il est important que votre ego sache qu’il vit ses derniers
instants de puissance, et qu’il va devoir laisser place à la puissance de votre âme, à la puissance de votre Lumière, à
la puissance de votre Amour. Et nous vous disons, votre ego va chercher à se rebeller jusqu’au bout. Il va chercher à
ce que vous entendiez sa présence jusqu’au bout. Et nous vous invitons à traiter votre ego comme si vous traitiez un
enfant qui est en train de piquer une colère, vous laissez l’enfant extérioriser ses colères et ensuite une fois qu’il est
calmé, vous pouvez lui parler.

Nous vous invitons à agir ainsi avec votre ego, il va avoir besoin de s’exprimer, il va avoir besoin d’exprimer sa
colère de perdre sa toute puissance.
Et voyez chères âmes, comment les colères que vous vivez sont issues de votre ego, sont issues de la compréhension
qu’a votre ego du fait qu’il va perdre sa toute puissance, et qu’il est en train de la perdre et qu’il l’a déjà perdue
beaucoup. Ainsi regardez, observez avec amour les derniers soubresauts de l’ego. Afin que cela ne vous enlève pas la
Joie de vivre la Joie de respirer, la Joie d’aimer, la Joie d’expérimenter la vie en cette planète.
Et nous vous le disons à nouveau chères âmes, ne vous laissez pas aspirer par ce qui se vit autour de vous, ne vous
laissez pas aspirer par les tristesses environnantes, par les colères environnantes, par les transformations
environnantes.
Car vous-mêmes, vous êtes en train de vous transformer, et vous-mêmes vous exprimez tristesse et colère, et quand
nous disons vous-mêmes nous faisons référence à votre ego.

Nous vous invitons à avoir toujours les yeux fixés vers le ciel, là où règne la Lumière, là où règne la Joie perpétuelle,
là où règne l’Amour Inconditionnel.

Vous pouvez entendre ce qui se passe autour de vous, vous pouvez prier pour que cela s’améliore, vous pouvez aider
avec votre Amour et votre Lumière la transformation planétaire.
Toutefois maintenez vos yeux, les yeux de votre conscience, les yeux de votre cœur, tous les yeux de vos cellules,
maintenez ces yeux-là vers le ciel, au lieu de regarder ce qui est obscurité, regardez la Lumière.
Le fait de regarder ainsi la Lumière permet de vous maintenir sur un taux vibratoire, et ainsi vous pouvez vous
élever et vous élever encore vibratoirement.

Si vous regardez trop l’obscurité, votre taux vibratoire peut baisser et ainsi vous pouvez faire, ce que vous appelez le
yo-yo au niveau de votre taux vibratoire et cela peut également vous fatiguer.
Ainsi regarder constamment vers le ciel c’est également regarder l’espérance et c’est également maintenir ce taux
vibratoire de l’espoir en vous.

Et nous vous l’avons déjà expliqué, l’espoir c’est l’aide pour créer votre rêve, et votre rêve à tous ici présents c’est
vivre dans la liberté, vivre dans la Paix absolue et vivre dans l’Amour. Et nous vous disons également chères âmes,
regarder la Lumière ce n’est pas être égoïste.

Regarder la Lumière c’est effectivement penser à vous, c’est effectivement agir pour vous, et c’est également agir
pour les autres dans le sens où lorsque vous élevez votre taux vibratoire, votre Lumière se répand encore plus, votre
Lumière est plus intense et votre Lumière s’agrandit.

Et ainsi vous pouvez toucher encore plus et éclairer encore plus ce qui est dans l’ombre.
Tournez vos yeux vers la Lumière, profitez de cette séance pour en conscience projeter les yeux de votre conscience
vers la Lumière.

56
Vous pouvez soit visualiser des yeux en votre conscience, soit avoir simplement l’intention mentale, « je tourne les
yeux de ma conscience vers la Lumière ».

Faites-en de même pour votre cœur et vous pouvez en faire de même pour toutes vos cellules.
Ainsi tous vos yeux sont orientés vers votre objectif qui est nous vous le rappelons l’Amour, la Paix, la Liberté,
l’Harmonie.

Cela est fort important car pour vous faire image, lorsque vous voulez atteindre une cible par exemple avec une
flèche, vous lancez votre flèche et votre regard accompagne la flèche jusque la cible, votre regard ne perd pas de vue
la cible, il en est de même pour votre objectif de croissance, votre objectif d’élévation, d’ascension.
Ne perdez pas de vue votre cible, cette cible de Lumière, ne la perdez pas de vue.

Dès l’instant que vous sentez que ce regard se détourne, soyez vigilants et aussitôt retournez, retournez ce regard vers
la cible de Lumière.

Laissez-vous remplir telle une coupe par cette énergie que nous déversons en vous, en cette séance.
Vous êtes une coupe et nous déversons une énergie de vie pétillante afin que vos cellules, afin que votre cœur, afin que
vos yeux et votre sourire pétillent d’Amour et de Joie.

La main de notre canal va passer auprès de vous, afin de vous accompagner dans une ouverture de porte encore plus
grande, afin que vous puissiez accueillir encore plus de Lumière.

Nous vous remercions d’accueillir cela.


Nous vous disons chères âmes, que vos cœurs sont en train de se libérer de leurs dernières forteresses, de leurs
derniers remparts, de leurs derniers boucliers, de leurs derniers fils de fer barbelés.

Et nous vous disons chères âmes, n’ayez pas peur de devenir vulnérables, n’ayez pas peur.
Car au fur et à mesure que vous enlevez vos protections, votre Lumière s’est intensifiée et votre Lumière a remplacé
petit à petit vos protections.

Ainsi votre cœur ne devient pas vulnérable, votre cœur devient imprenable, dans le sens où il se remplit totalement de
Lumière, dans le sens également où lorsque vous donnez cette Lumière, lorsque vous offrez votre Amour il ne se crée
pas un vide en vous, car vous puisez à la Source intarissable d’Amour de Qui vous êtes.

Et il ne se crée pas de vide, car vous recevez en échange de votre don, de votre partage, vous recevez en échange
l’Amour, la Force, la Joie, vous recevez tout autour de vous, ainsi vous êtes baignés d’Amour par votre Source et vous
êtes baignés d’Amour par les êtres, par tout ce qui se trouve autour de vous, que ce soit des êtres humains que ce soit
des animaux, que ce soit des végétaux, que ce soit des minéraux, que ce soit venant de la planète, de la Terre Mère.
Vous recevez, nous allons dire, une quantité phénoménale d’Amour et plus vous ouvrez votre cœur plus vous vous
libérez de toutes ces prisons et plus vous recevez et plus vous ressentez et plus s’installe la communion entre votre
cœur d’Amour et tous les cœurs d’amour qui se trouvent autour de vous.
N’ayez pas peur de vous dévêtir de toutes vos armures, n’ayez pas peur.

Elles se défont au fur et à mesure que vous intensifiez votre Lumière et cela se fait chères âmes, cela se fait.
Il se peut toutefois que vous ressentiez de la peur à laisser ces armures et nous vous disons, baignez votre peur
d’Amour, car vous ne craignez rien, le Divin a pris votre vie en main, le Divin vous a pris en charge, ainsi dans cette
puissance qui s’installe en vous, vous devenez de plus en plus indestructibles, vous devenez de plus en plus
inébranlables, ayez confiance en vous, ayez confiance en votre Lumière, soyez sereins, l’Ordre Divin a pris vos vies en
main. Et nous vous disons, cet Ordre est en train de s’établir.

Et nous vous disons, Dieu remet de l’ordre, Dieu fait le ménage.


Et nous vous disons, il est toujours, dans cet Ordre Divin, il est toujours à votre disposition le libre arbitre.
Toutefois nous vous disons, dès l’instant que vous avez fait la demande, la demande de vivre dans la Paix, dans
l’Amour, dans la Joie, dans l’Harmonie, dès l’instant que votre demande a été formulée, l’Ordre Divin a pris votre vie
en charge chères âmes.

Et l’Ordre Divin vous mène vers cela.

57
Et l’Ordre Divin vous aide à astiquer le miroir de vous-même, vous aide à dépoussiérer l’ego, vous aide à trancher
des liens, vous aide à défaire les nœuds.
Et ainsi ce ménage se faisant, l’énergie vitale, la puissante énergie de vie circule encore plus dans vos veines.
Sentez ce courant d’énergie vitale dans vos veines chères âmes, ressentez cela.
Accueillez l’Ordre Nouveau qui s’installe en vous.
Lorsque vos maisons sont propres et bien rangées, vous ressentez de la joie et vous ressentez également l’énergie qui
circule plus librement dans la maison.
Il en est de même dans votre corps, dans votre cœur, dans vos cellules et dans votre âme.
Laissez-vous porter par l’Ordre Nouveau.
Nous vous remercions infiniment. Merci d’ouvrir la porte à Qui vous êtes.
Merci d’ouvrir la porte à la transformation, merci d’ouvrir la porte à la libération.
Chères âmes, nous vous aimons infiniment et nous sommes fort joyeux de vous accompagner dans ce ménage et de
vous aider.
Nous allons à présent nous retirer.
Nous vous remercions.

Avant de m’endormir, je lis quelques pages du livre de Lulumineuse et tombe à nouveau sur ces mots qui me
parlent dans le sens où ils interprètent parfaitement mon rêve lucide dans lequel j’ai décidé de ne plus me
battre. Celui où j’ai pris l’ombre dans les bras pour lui donner de l’Amour. Rengaine ton glaive !C’est
magique.

Vendredi 11 mai 2018

Dans la soirée nous sommes chez Catherine et Paul. Je lis un article sur la communication avec les guides,
etc. Suite à une vidéo de Lulumineuse je crois concernant les guides et anges gardiens ce matin elle avait
expliqué qu’il fallait demander son nom et prendre le premier qui nous venait en tête. Je me dis que je vais
demander à Cyrille de me le dire ce sera plus simple. Je dis à Cyrille :
« Je vais te demander quelque chose et tu devras répondre le plus vite possible sans réfléchir »
Il me dit ok, vas-y !

58
Je demande intérieurement si Cyrille peut me donner le nom de mon ange gardien » Bon oui je me suis
trompée, j’ai dit ange gardien au lieu de guide je ne sais pas pourquoi. Je parle très vite et demande à
Cyrille : « Dis-moi un prénom! »
Il me répond rapidement et sans réfléchir « Joséphine !!!! »
J’explose de rire. Il me demande ce que j’ai. Je suis sciée. Je lui explique que je voulais connaître le prénom
de mon guide et j’ai demandé mon ange gardien. En répondant Joséphine, ça donne euh… Joséphine ange
gardien …Explosion de rire � �Serait-ce une blague de mon guide ? Si c’est le cas c’est très drôle.

Les rhumes seraient causés par les conflits


Selon la Nouvelle Médecine Allemande, attraper un rhume n’est pas un hasard. Le rhume est lié à des événements
dans votre vie actuelle, et non à ce que vous pourriez penser. Se laver les mains et manger des aliments contenant de
la vitamine C sont bons pour la santé, mais les événements dont nous parlons ici sont autres.
Des chercheurs ont constaté qu’il y a deux phases principales dues à la maladie.

Il y a la phase active du conflit, et le processus vagotonique de guérison. La plupart des chercheurs et professionnels
de la santé sont seulement conscients de la deuxième phase parce que c’est là que se déroulent tous les symptômes
négatifs tels que l’écoulement nasal, la fièvre et la toux. Les rhumes sont causés par les conflits
Dans la phase active du conflit, notre corps réagit aux conflits que nous rencontrons. Cela peut être un événement
dans votre vie, comme le décès d’un animal, la perte de votre emploi, ou peut-être même une cause émotionnelle
comme les disputes avec votre conjoint ou le fait d’être trop stressé au travail.
La raison pour laquelle cela a un sens, c’est que ces différents facteurs de stress se passent activement lorsque vous
vous disputez ou que vous êtes dans un avion. Pendant une dispute ou lors d’un voyage en avion, vous effectuez un
mode de survie pour gérer le conflit. Si vous êtes en mode survie pendant trop longtemps, vous pouvez finir par avoir
un contrecoup ou être en phase de reconstitution de ce conflit.
Imaginez que vous courez rapidement et intensément jusqu’à ne plus avoir d’énergie. Qu’est-ce qui se passe après
cela? En général, soit la fatigue s’installe, soit vous avez besoin d’eau ou de nourriture. Il est possible que vous ayez
mal aux muscles le lendemain, étant donné qu’ils ont besoin de récupérer de la course. De la même façon, après un
événement qui crée un stress, que ce soit psychologique ou physique, vous vous retrouverez peut-être dans une phase
de cicatrisation pour récupérer de ce conflit.

Typiquement, la phase de guérison viendra de deux façons.

La première est par la résolution du conflit : par exemple en discutant avec la personne avec qui vous êtes en colère,
en réparant votre voiture, ou en réussissant ce test scolaire pour lequel vous avez beaucoup révisé. Quand le conflit
est résolu, votre corps passe par une étape de récupération qui est indispensable.
La deuxième façon par laquelle vous entrez dans la phase de guérison, c’est lorsque votre corps devient tellement
épuisé par le conflit que vous vous effondrez à cause du stress et à la pression que vous supportez. C’est votre corps
qui vous oblige à vous reposer afin de pouvoir guérir suffisamment pour faire face au conflit qui vous a physiquement
épuisé pendant toute cette période. Comme vous pouvez l’imaginer, cette façon suivante est dangereuse parce que si le
conflit n’est pas résolu, le cycle se répétera et vous retomberez à nouveau malade. Les cycles répétitifs à long terme
tels que celui-ci peuvent se manifester en maladies graves qui risquent même de vous désemparer.
Même si nous nous sentons bien en ce moment, nous pouvons être encore dans la phase active du conflit. C’est
pourquoi nous devons écouter notre corps, en prendre bien soin et reconnaître que les émotions rattachées au système
d’avertissement que notre corps a mis en place pour se maintenir fort et en bonne santé. Écoutez vos sentiments. Est-
ce que vous pourriez ignorer les signes d’une crise cardiaque ? Alors pourquoi ignorez-vous votre anxiété, votre
tristesse ou votre colère ?

Dans la vie, il est important de réévaluer combien d’heures on travaille, ce que l’on mange, et notre manière
d’interagir avec les gens. Lors d’un moment de méditation, soyez honnête envers vous-même et sur ce que vous
ressentez vraiment. Osez vous poser ces questions: Qui dois-je atteindre ? Que dois-je faire pour garder mon esprit et
mon corps équilibrés ? Peut-être que j’ai besoin de jouer, ou de faire de l’exercice, ou d’avoir une conversation sur
l’amour avec un ami.

59
Nous sommes des êtres entiers, et pour être entiers, nous devons commencer à regarder notre vie sous autant
d’angles que possible. Essayez d’observer les tendances de votre vie et voyez si vous pouvez trouver une corrélation
entre la maladie et les événements dans votre vie. Si votre famille vit un traumatisme et que tout le monde a la
diarrhée, c’est un signe.

Nous sommes rentrés à la maison, nous nous installons dans la chambre avec Matisse et Soen. Cet après-
midi j’ai acheté un nouvel oracle, l’oracle quantique. Il y a un tirage qui s’appelle le tirage de la Merkabah.
« Ce tirage représente le champ de réalité du consultant au moment présent. C’est le tirage complet le plus
courant.

Extrait du fascicule pour expliquer le tirage : « Ce tirage représente la sphère de conscience, ou sphère de
réalité, du consultant. Il montre une image tridimensionnelle de la conscience du consultant, ou de la
réponse à la question posée. Complet et actif, ce tirage montre les énergies en présence et leur action sur le
consultant.
Ce tirage se fait suivant les 3 axes : temporel, cosmotellurique et sacré. Le cœur de la réponse est le centre,
la réalité telle qu’elle est perçue par le consultant. C’est ce principe que l’on peut appeler « sphère de
conscience » ou « sphère de réalité ». Il est à noter que cette structure peut se dilater sur un axe ou sur un
autre au cours de l’interprétation afin de mieux expliquer un point précis. Avec ce type de tirage vous passez
à une nouvelle forme de conscience. Une vision de type quantique, c’est-à-dire que vous voyez la réalité
suivant plusieurs points de vue simultanément. Ce tirage ouvre sur la compréhension multidimensionnelle de
l'être. Ce nouveau point de vue transforme la vision que vous avez de notre monde. »

Bon, là je mets ma propre vision de ce tirage, comment je vois les choses pour qu’elles me parlent. J’ai mis
en gras chaque partie que j’ai développé : passé, présent, futur, cosmique, tellurique, divin et âme. Sur le
dessin qui suit, les boules et bien je les imagine comme des passages obligatoires, comme des épreuves.

« J’imagine que je suis au cœur du cube de Métatron par exemple. Qu’en me retournant je regarde mon
passé et que devant moi, au bout d’une ligne imaginaire, il y a mon futur. Mon présent serait au niveau de
mon cœur. En levant la tête, en haut je peux voir comme un long tube menant vers l’Univers, le cosmique
mais qu’avant d’y arriver il y a des « vortex », comme des épreuves à passer, des choses à comprendre. Bien-
sûr je récupère un peu d’énergie de cet univers mais les vortex altèrent cette énergie. En supprimant les
vortex, je me rapproche alors de l’énergie pure.
En bas, à mes pieds j’ai l’énergie de la Terre, l’énergie tellurique qui m’est transmise par une énorme
racine. Imaginons que je me connecte à cette racine comme si je me transformais en courant électrique. Je
descends à l’intérieur de cette racine malléable. J’imagine que la racine est faite d’épines et qu’à chaque
épine il y a une coupure de courant. J’imagine chaque épine comme une épreuve que je devrais franchir pour
parvenir à atteindre le noyau, l’énergie la plus pure, la plus chaude, la plus protectrice.
Puis je regarde en moi, mon âme associée à ma part divine. Pour cela je visualise mon corps physique
comme un habit vide avec un logiciel éteint au niveau de la tête. Puis j’imagine mon habit connecté à une
prise de courant au niveau de la nuque et à un vortex au niveau du cœur. J’imagine qu’on branche le courant

60
au niveau de la nuque, mon corps se met en mouvement et l’énergie active mes neurones, mon ADN, ma
conscience, mon mental ce qui permet à mon âme d’être cet observateur discret et bienveillant en moi qui
dans mon « inconscient » sait tout et récupère l’expérience de mon incarnation dans ce corps, cette famille,
ce pays, ce métier, etc. dans mon corps ici et maintenant.
J’imagine maintenant que le vortex au niveau du cœur s’active et qu’en y pénétrant j’arrive directement à la
source, à cette énergie pure, au divin. Mais voilà, pour activer ce vortex et parvenir à toucher cette énergie
pure, il faut se libérer de l’impur, des énergies négatives, des blocages… » Et voici le tirage :

LE PASSE

1 – L’infini (carte du cycle du soleil : le chemin de lumière)


Grand ou petit, intérieur ou extérieur, un absolu relatif.
L’infini nous invite dans un tout premier lieu à nous situer dans l’infinité des mondes et des dimensions.
Nous sommes poussières, mais nous sommes des créatures divines, paradoxe apparemment seulement.
L’infini nous place au centre de nous-même de façon globale, il nous ramène humblement à cette infime
particule qui nous constitue, mais qui, dans le même temps, contient l’ensemble des univers possibles.
Contenant et contenu, l’infini nous ouvre les portes de tous les mondes, de toutes les dimensions, tout en
nous maintenant au centre de nous-même.
Phrases clés : ma conscience n’a pas de limites sauf celles que je m’impose. Je me libère des contraintes du
monde fini. Je relativise la situation car, dans l’infini ce n’est pas très important.
Utilisation générale de l’énergie de l’infini :
Aide à élargir son champ de conscience. Aide à relativiser les situations. Envoie les énergies négatives dans
l’infini où elles iront à leur juste place.

LE PRÉSENT

La conscience (carte du cycle de l’esprit, le chemin de la conscience).


Ce que nous sommes vraiment au présent.
La conscience représente l’état de toutes nos perceptions au moment présent. Elle représente l’action des
forces spirituelles sur notre évolution.
La conscience est la résultante de notre façon de percevoir et d’interpréter le monde, les mondes qui nous
entourent et nous constituent. Elle symbolise l’ouverture d’esprit, l’expérience acquise au cours du temps, la
stabilité d'un esprit connecté, ici et maintenant.
Elle représente la vision spirituelle, l’ensemble de nos croyances, ainsi que les schémas mentaux reliés.
Par extension, elle symbolise toute créature consciente, matérielle ou non. Chaque chose vivante possède
une forme de conscience. Elle nous enseigne le respect de Tout et de la merveilleuse harmonie qui relie toute
diversité à un schéma unique. La conscience est la porte de la multidimensionnalité.
Prise de conscience en cours. Evolution de la façon de voir les choses. Guide spirituel à l’œuvre.
Phrases clés : je suis consciente, libre et éveillée. Je fais partie de l’harmonie du Tout. J’abandonne les
croyances qui ne me conviennent plus. Je me libère de mes liens indésirables.
Utilisation générale de l’énergie de la conscience : Facilite les prises de conscience, aide à se situer au
centre du monde, aide à progresser de façon générale. Facilite les transitions d’anciens schémas vers un être
nouveau, libéré. Ouvre les portes sur d’autres mondes, d’autres dimensions.

L’AVENIR

La révélation (carte du cycle du feu, le chemin du flamboyant)


Ce qui était caché se dévoile.

61
La lumière du feu éclaire ce qui était encore dans l’ombre. Il est le révélateur de la vérité. La révélation nous
permet de voir au-delà des apparences, de voir la vie différemment, d’aborder les choses sous un autre
regard. Elle met en lumière les peurs qui ralentissent notre évolution.
La révélation est l’archétype de la prise de conscience, du secret qui apparaît au grand jour. Porteuse de
surprise et d’inattendu, cette force est présente à chaque instant. Il ne tient qu’à nous d’ouvrir les yeux. La
vie est porteuse de révélations à tout moment.
Secret dévoilé, une situation se révèle sous son vrai jour, nouvelle vérité.
Enlever le masque, voir la réalité, accepter la nouveauté. Prise de conscience importante. Personne qui se
révèle, qui montre une nouvelle façon de voir ou de faire, précurseur, journaliste, détenteur d’un secret.
Phrases clés : Je n’ai pas peur de me révéler à moi-même. Je vois clairement les choses, les secrets
disparaissent. J’accepte la vérité de la situation. Je revois mon point de vue en fonction de cette nouvelle
vérité.
Utilisation générale de l’énergie de la révélation : Aide à trouver ce qui est caché. Projette la lumière de la
vérité sur une situation. Facilite les prises de conscience dans les moments difficiles. Éclaire et révèle les
peurs, sources de tous les maux.

LE DIVIN

L’alliage (carte du cycle du métal, le chemin du « faire ».


L’alliage correspond à tout ce qui peut être mélangé pour aboutir à un résultat. Il représente tout type
d’association ou de fusion. Il permet de créer une nouvelle matière en mélangeant deux ou plusieurs
éléments différents. Il symbolise la résultante d’un assemblage, un schéma nouveau.
Rencontre avec une personne ou une situation qui se concrétise. Association créatrice au sens large. Solution
ou nouvelle façon d’aborder une situation. Chercher une solution commune. Fusionner en soi les anciens
schémas pour en créer de nouveaux.
C’est aussi la capacité de s’unir avec l’univers intérieur dont nous sommes constitués et à celui qui nous
entoure.
Phrases clés : je trouve et je fusionne les éléments qui vont me permettre de résoudre mon problème. J’attire
à moi la ou les personnes avec qui je veux faire quelque chose. Je m’intègre dans une situation donnée pour
apporter des solutions. Je prends conscience de mon appartenance à l'univers tant petit que grand. J’accepte
de m’unir à l’infini des possibles pour créer de nouvelles choses.
Utilisation générale de l’énergie de l’alliage :
L’énergie de l’alliage est comme une force magnétique qui attire des potentiels complémentaires afin de les
restructurer et d’en faire un nouveau schéma en combinant les anciens.

L’ÂME

L’Amour (carte du cycle du feu, le chemin du flamboyant)


La plus belle manifestation du feu originel.
L’Amour, ce lien qui unit toute chose, porteur de vie et de félicité, est le rayonnement de notre feu intérieur,
son expression dans le monde. Il représente l'amour que l'on donne et celui que l'on reçoit. Amour
inconditionnel, amour pour une âme particulière, amour de la vie, c'est l'archétype du lien qui nous unit à la
Création toute entière. Symbole de partage, de tolérance et de paix, il nous invite à partager notre
bienveillance, à partager sans juger.
Il est l’énergie qu'émet notre cœur quand il s’ouvre au monde qui l'entoure.
L'amour symbolise, bien-sûr la relation privilégiée entre deux âmes qui s’unissent.
Il est cette énergie sacrée, qui rayonne autour des gens qui savent donner et recevoir. L’amour est la force
qui maintient l'univers en un tout unique. Acte d’Amour à faire, écouter son cœur. S’ouvrir à l'amour du tout,
regarder la situation avec bienveillance. Recevoir de l'amour de l’extérieur, s’aimer soi-même.
Phrases clés : Je suis amour, je rayonne. J’offre ma bienveillance à qui peut la désirer. Mon amour me
nourrit, m’entoure et me protège. Je libère ma force d’amour créateur.

62
Utilisation générale de l’énergie d’amour :
Facilite tous les rapports humains, renforce la foi en la vie. Aide à mettre du calme et de la sérénité dans une
situation. Crée de nouveaux schémas plus harmonieux. Régénère, bénit, permet d'accepter ce que l'on reçoit.
Permet d'ouvrir son cœur à toute chose.

LE COSMIQUE

6 – Le cosmique : L’épée (carte du cycle du métal, le chemin du « faire »)


L'épée représente l’outil parfait pour agir dans une situation donnée. Elle donne le pouvoir de créer l’outil
d'action, de devenir un « faiseur », un forgeron.
L'épée sacrée de justice nous permet de devenir un guerrier de lumière. Nous sommes telle une lame forgée
avec soin depuis des temps immémoriaux. Notre action est juste.
L'épée représente ainsi toutes les forces actives d’une situation. Et, bien-sûr les combats que nous menons.
Son utilisation, ou non, ne dépend que de nos propres choix. La situation demande d’agir avec discernement.
La meilleure épée est toujours celle qui reste au fourreau. Être un guerrier pacifique. Choix à faire, décision
à prendre. Trancher une situation avec justice. Se préparer à un affrontement. Créer le bon outil pour agir.
Être prudent, une épée coupe dans les deux sens.
Phrases clés : Je crée l’outil de ma réussite. Je suis un « faiseur » inspiré. Je suis capable et prêt à affronter
telle ou telle situation. Je tranche l’obstacle qui me bloque. Je comprends la logique des choses que
j'affronte et je les résous. Utilisation générale de l'énergie de l’épée : Quand nous sommes indécis face à une
situation, l'énergie de l'épée est très utile pour combattre nos peurs et ainsi prendre la bonne décision. Elle
donne la force de se battre dans les situations difficiles, en tant qu’être conscient et juste.
L'épée est l'expression de la justesse des choses et de la justice rendue ... elle aide donc dans toute situation
difficile, conflictuelle ou nécessitant un arbitrage juste. Et, bien évidemment, l’épée renforce l’esprit
combatif, ce qui peut être utile dans bien des circonstances.
Attention, je le redis, l'épée est à double tranchant, son maniement nécessite un apprentissage.

LE TELLURIQUE

La joie (carte du cycle de l’esprit, le chemin de la conscience)


Conscience rayonnante, la joie d’être uni.
L’esprit libéré, rayonnant, conscient, uni à toute chose, à sa juste place, ne peut être qu’amour et joie.
La joie est l’énergie matrice de toute évolution spirituelle. De nature rayonnante, elle illumine tout ce qui
l’entoure. L’esprit conscient est relié au tout unique. Il n’y a plus de peur, tout est pour le mieux et on ne
peut que s’en réjouir.

La joie symbolise le bonheur paisible, bienveillant. Elle crée le meilleur pour tous. Elle préside à la joie de
vivre, d’exister et de ne pas être seul. Elle est une force qui améliore toute chose, car tout devient bon et
positif. La joie est un état d’esprit qui transcende. Passive et rayonnante, elle représente l'esprit abouti,
stable, à sa juste place et heureux d’y être.

Avancez dans la joie, et la joie vous portera vers des mondes remplis de bonheur. Tout va bien, soyez
heureux, réjouissez-vous. La situation est source de joie. Personne qui apporte la joie, esprit illuminé.
Rencontre positive, événement heureux. État positif et rayonnant.

Phrases clés : J’accepte la joie en moi. Je me libère de mes peurs. Je suis heureux, bienveillant. Je laisse
mon bonheur rayonner. Je suis uni à la joie et tout va pour le mieux.
Utilisation générale de l'énergie de la joie : améliore toute situation. Apporte de la joie dans la vie du
consultant. Attire à soi des événements positifs. Aide à se connecter à toute source de joie et de bonheur.
Aide à être à sa juste place dans le monde. Favorise le rayonnement du cœur. Aide à redonner de la joie de
vivre. Aide contre les états dépressifs. Facilite la transformation de toute énergie négative. Renforce tous les
plans, tous les chakras. Apaise le plan émotionnel.

63
Ensuite Je propose à Matisse de faire travailler son intuition. Nous allumons une bougie et je lui demande de
vider son esprit, de ne penser à rien. Je lui explique que pour lui faciliter les choses je vais lui poser une
question très vite et frapper dans mes mains devant ses yeux. Je lui demande de me répondre très vite
lorsque je frappe dans mes mains. Je m’exécute et demande intérieurement le prénom de son guide. Je
frappe dans mes mains et lui demande de me donner un prénom. Il me répond : « Joseph ». Je lui dis de dire
merci et son mental commence à répliquer : « Oui mais ça ressemble à Joséphine, peut-être que j'ai dit
Joseph en pensant à Joséphine … et bla bla bla et bla bla bla. Je lui dis donc « Ok dans ce cas nous allons lui
demander s’il veut bien nous confirmer que Joseph est bien son prénom. » Je lui demande de s’asseoir
tranquillement en tailleur et de respirer calmement et profondément et je demande un signe à « Joseph ». Je
donne pour exemple un frisson et me ravise, car la veille j'ai lu un passage du livre de Lulumineuse qui
indique ceci :

« Plus les vibrations sont faibles, plus la température est basse. Plus les vibrations sont élevées, plus la température
est élevée. Dans le « bas astral » comme on l’appelle souvent, la température de l’entité est faible, car elle est
imprégnée de basses vibrations. Le champ de fréquences est « bas » dans le sens où les vibrations de ce champ
vibrent plus lentement. Donc quand vous sentez un courant d’air frais qui vous colle, ce n’est pas votre guide ! C’est
un Loulou qui cherche de l’aide, qui cherche sa route ou qui fait ce qui lui chante d’ailleurs. Mon enseignant
m’explique ainsi : « Plus la vibration s’approche de la polarité (-) plus elle est magnétique. Plus la vibration
s’approche de la polarité (+), plus elle est cosmique ».

Je dis donc intérieurement « non un signe plus chaud ». Instantanément Matisse se tient le haut de la cuisse
en hurlant que ça le brûle. Il se lève brutalement en criant : « Maman maman j’ai mal, ça me brûle ». Comme
il se tient l'aine je pense à l’appendicite et lui demande de se calmer en me montrant où il a mal, mais il me
montre le haut de sa cuisse droite. Il me dit que c’est comme s’il avait été brûlé avec la flamme de la bougie.
Il me regarde en me disant que je commençais à lui faire peur. Je ne comprends pas pourquoi ça l’a brûlé
comme ça. Il a eu mal environ 5 minutes puis plus rien. Je lui ai dit de remercier pour ce signe au cas où il
s’agirait d’un signe et j’ai demandé à Joseph un dernier signe avec la bougie. Nous nous sommes placés à un
peu moins d’un mètre de la bougie et j’ai demandé à Matisse de ne surtout plus bouger et de placer ses
mains sur son nez et sa bouche pour empêcher l’air d’interagir. J’ai alors demandé s’il était possible de faire
bouger la flamme rapidement. La flamme s’est mise à bouger très vite. Matisse a pris peur et a voulu arrêter.
Je lui ai demandé de quoi il avait peur. Il m’a répondu que ce n’était pas normal. Je lui ai demandé de dire
merci et de réaliser à quel point c’était généreux de te montrer sa présence. Qu’il s’agissait d’un acte
d’Amour. Il s’est calmé et m’a demandé d’autres signes. Je lui ai dit que nous allions tenter d’avoir des
messages de son guide. J’ai pris le livre de Christophe Jacob « Tous éveillés ». Je lui ai demandé d’ouvrir à
n'importe quelle page et de pointer son doigt sur un mot. Il a pointé l’index sur le mot « guidé ». Il ne
semblait pas convaincu et riait. Il a voulu continuer et a placé son doigt sur le mot « fou » alors il s’est mis à
rire de plus bel en lâchant un gaz ce qui a déclenché un fou rire général. Je lui ai dit qu’il venait
certainement de libérer du karma et nous ne pouvions plus nous arrêter de rire. Il a alors pointé son doigt sur
« voire pire ». Matisse me dit l'air interloqué mais amusé : « Pire que fou ? » Nous rions de plus bel parce
que c’est exactement de ce dont nous avons l’air à l’instant présent… Nous nous calmons un peu et je lui
demande de remercier. Il veut que nous continuions, mais il est tard et j’aimerais me coucher. Je lui dis qu’il
n’a qu’à tenter de demander un message. Il demande, ouvre le livre sur une page au hasard et pointe son
doigt sur :
« Moi qui souhaitais tant apporter et transmettre des messages de l'au-delà au plus grand nombre, cette fois-
ci ce sont les personnes elles-mêmes qui peuvent recevoir ce qui leur est destiné, sans intermédiaire ! Merci
là-haut ! »

Extrait d’un article d’Emilie Dedieu sur l’Amour de soi.

64
L’amour de soi

J’ai reçu un beau jour une question toute simple, provenant d’un cœur endolori :
- S'aimer soi-même c’est quoi ?

Question qui amène tant de réponses…


Tout d’abord comprenons que nous possédons tous de l’amour pour nous même. L’amour pour soi est la solution à
tous les problèmes de ce monde, mais cette clé paraît si bien cachée que l’on a encore du mal à la débusquer.

Nous sommes constamment en quête d’amour, amour que nous cherchons dans nos amitiés, dans notre famille, dans
notre couple, dans nos passions et activités… En réalité nous recherchons par ces biais extérieurs de l'amour pour
nous même. Nous pensons le trouver en dehors de nous, alors qu’il se trouve en dedans.
En effet, nous avons tous de l’amour en nous, mais pour de multiples raisons il arrive qu’on ne le voie pas (cœur de
pierre, fuite au niveau du chakra cœur, blessures qui forment des failles, etc).
Il faut savoir que tout ce que nous pensons/disons/faisons est le fruit de l’amour, ou de la peur, qui est l’aspect négatif
de l’amour.
Nous agissons sans cesse par amour sans en avoir conscience.

L’amour est en soi ! il ne s’achète pas, il se cultive; il ne se trouve pas ; il s’offre ; il ne se perd pas, il se multiplie.
L’amour est une énergie qui prend source en chacun de nous, telle une fontaine intarissable.
Il n’y a pas plus heureuse sur terre qu’une personne qui s’aime. Elle ne vit plus dans les besoins mais avec envie, elle
ne cherche plus elle accueille, et c’est merveilleux. Une personne qui s’aime est une personne qui aime.

S’aimer soi-même c’est se détacher de tout ce qui est extérieur, cela ne fait pas de nous des personnes égoïstes mais
au contraire des personnes saines et sereines.

L’amour et le bonheur baignent dans la même source, ils sont intimement liés. Disons que l'amour est le sol fertile et
le bonheur les plantes qui y poussent.

Et cet amour réside déjà en nous, par exemple, lorsque je coupe une pomme avec précautions, j’agis ainsi, car je ne
veux pas me blesser, et je ne veux pas me faire de mal parce que je m’aime.
Lorsque je vais chez le coiffeur parce que je n’apprécie pas mon reflet dans le miroir, même si en apparence j’agis
parce que je n’aime pas ce que je vois, en réalité, je vais chez le coiffeur parce que je m’aime assez pour vouloir
provoquer un changement extérieur qui peut-être aura un impact positif sur mon intérieur.
Quand petit j'étais jaloux de mon petit frère, c’est parce que je pensais ne pas recevoir autant d’amour que lui. Donc
je m’aimais assez pour estimer mériter cet amour qui pensais-je m’échappait.
Si j’offre tout mon amour à une personne, et que cette dernière vient à me trahir, peut-être aurais-je du mal à lui
pardonner et vais-je entretenir une rancœur envers elle. Cette rancœur sera une indication que je m’aime assez pour
ne pas accepter cette trahison.
Ou encore, si je suis très en colère contre une personne négative qui m’a fait souffrir, je peux décider de la rayer de
ma vie. On peut penser que j’agis sous le coup de la colère, pourtant, c’est par amour pour moi-même que je préfère
m’éloigner de cette personne toxique.
Même ces apparents manques d’amour sont en réalité un cri d’amour qui vient du cœur, donc de soi m’aime.

Tous ces exemples mettent en lumière que cet amour réside déjà en nous, l’amour pour soi est présent, même au stade
de graine, mais plus souvent on se focalise sur son pendant négatif : rancœur, colère, jalousie, manque de confiance…
Il suffit pourtant d'inverser la balance et de transformer ces énergies négatives dont nous n’avons pas besoin en
disant : j’agis par amour pour moi-même et pas par colère, j’agis par amour pour moi-même et non par rancœur, afin
de transmuter les énergies.
Je ne dis pas que ressentir de la colère, de la rancœur et autre est une bonne chose, loin de là, je dis simplement que
ces émotions prennent naissance dans l’amour pour soi et qu’il est important de prendre conscience de cela.

Nous avons tous de l’amour en notre cœur. Sans amour rien ne peut vivre car l’amour est la seule énergie qui existe.
Une émotion négative est portée par l’amour, la souffrance prend source dans l’amour, même la maladie provient de
l’amour puisque c’est un signal pour changer notre façon de vivre, tout n’est qu’amour, seulement, nous ne l'avons
pas encore conscientisé. S’il n’y a pas d’amour c’est le néant, le trou noir.

Alors à tous ceux qui pensent qu’ils n’ont pas d’amour pour eux-mêmes, comprenez que vous vous méprenez, vous en

65
avez, seulement vous voyez l’autre côté de la pièce, vous voyez l’obscurité au lieu de regarder la lumière. Si je tourne
le dos au soleil, il est normal que ne m’apparaisse que l’ombre qu’il projette.
,
Nous devons apprendre à cultiver notre amour comme on cultive un jardin, en l'arrosant, en en prenant soin, en
semant des graines, en défrichant… ainsi, les graines plantées dans le sol fertile de l'amour deviendront de jolis
arbres de paix et de bonheur. Autrement, ces graines deviendront des arbres de chagrin et de colère, mais quoi qu’il
en soit, le sol restera à jamais une Terre d’amour qui fait pousser des choses, à nous de planter ce qui résonne le
mieux en nous. Allez, on sème (s’aime) !
Et à vous qui me lisez, je vous transmets tout mon amour !

Samedi 12 mai 2018

Cette nuit j’ai rêvé qu’une personne était allongée au sol. Quelqu’un lui faisait un massage cardiaque et je
devais vérifier si la pupille était dilatée. En lui ouvrant les yeux la pupille ne bougeait plus, elle était fixe.
Puis elle s’est remise à se dilater. C’était bon elle était sauvée.

Lundi 14 mai 2018

Retour de vacances, il est une heure du matin, je n’arrive pas à dormir. Je tombe sur un e xtrait du livre la
petite voix d’Eileen Caddie

1 - « Ne t’inquiète pas si tes débuts dans la vie spirituelle sont modestes. Toutes les bonnes choses ont de petits
commencements. Le puissant chêne est issu d’un gland minuscule. D’une petite graine surgissent les plantes et les
fleurs les plus merveilleuses. Une minuscule graine d’amour peut changer bien des vies. Une minuscule pensée de foi
et de croyance peut engendrer merveille sur merveille. Les petites choses croissent et deviennent grandes. Sois
reconnaissant pour toutes les petites choses dans la vie ; ensuite, alors qu’elles croissent, tu seras reconnaissant pour
chacune d’entre elles, et tu exprimeras ta gratitude par des mots et des actes. Laisse ce qui est au-dedans s’exprimer
au-dehors. Souviens-toi toujours qu’un cœur reconnaissant est un cœur ouvert, et qu’il M’est bien plus facile de
travailler dans et à travers un cœur ouvert. Remercie sans cesse pour tout, afin que Je puisse travailler dans et à
travers toi tout le temps, et que je puisse faire advenir Mes merveilles et Ma gloire pour que tous les voient ! Ne
t'inquiète pas si tes débuts dans la vie spirituelle sont modestes. Toutes les bonnes choses ont de petits
commencements. Le puissant chêne est issu d’un gland minuscule. D’une petite graine surgissent les plantes et les
fleurs les plus merveilleuses. Une minuscule graine d’amour peut changer bien des vies. Une minuscule pensée de foi
et de croyance peut engendrer merveille sur merveille. Les petites choses croissent et deviennent grandes. Sois
reconnaissant pour toutes les petites choses dans la vie ; ensuite, alors qu’elles croissent, tu seras reconnaissant pour
chacune d’entre elles, et tu exprimeras ta gratitude par des mots et des actes. Laisse ce qui est au-dedans s’exprimer
au-dehors. Souviens-toi toujours qu’un cœur reconnaissant est un cœur ouvert, et qu’il M’est bien plus facile de
travailler dans et à travers un cœur ouvert. Remercie sans cesse pour tout, afin que Je puisse travailler dans et à
travers toi tout le temps, et que je puisse faire advenir Mes merveilles et Ma gloire pour que tous les voient!»
2 - « Lorsque tu aimes, que ce soit de tout ton cœur, ne crains jamais de montrer ton amour. Que ton amour soit
comme un livre ouvert que toutes les âmes puissent lire. C’est la chose la plus merveilleuse au monde, alors laisse cet
amour divin au-dedans de toi couler librement. L’amour n’est pas aveugle, mais il voit le meilleur chez l’être aimé, et
ainsi il fait émerger le meilleur. Ne choisis jamais qui tu vas aimer. Garde simplement ton cœur ouvert et fais couler
sans cesse l’amour de la même manière vers toutes les âmes. Faire ainsi est aimer de Mon amour divin. Il est comme
le soleil et brille sur tous sans distinction. L’amour ne devrait jamais être ouvert ou fermé comme un robinet. L’amour
n’est jamais exclusif, jamais possessif. Plus tu es désireux de le partager, plus il devient grand. Retiens-le et tu le
perdras. Laisse-le aller, et il te revient multiplié par mille et devient une joie et une bénédiction pour tous ceux qui le
partagent. »
3-« Que signifie pour toi vivre par la foi ? Où se trouve ta sécurité ? Est-elle dans les personnes ? Dans ton compte en
banque ? Ou est-elle fermement enracinée et établie en Moi, le Seigneur ton Dieu, la divinité en toi ? Prends du temps
pour y réfléchir, et tu sauras sans l’ombre d’un doute où ta foi et ta sécurité reposent exactement.
Peux-tu joyeusement et sans peur faire un grand pas dans ta vie sans sécurité extérieure apparente ? Quand tu sais
que quelque chose est juste, peux-tu le faire sans hésitation ? Peux-tu mettre ta main dans la Mienne avec confiance et

66
dire : « que Ta volonté soit faite », le penser de tout ton cœur et de toute ton âme, et faire ce pas dans l’inconnu, prêt
à tout accepter quoi qu’il arrive ? La seule manière de construire la foi est de faire des petits pas, même hésitants et
puis de plus grands jusqu’à ce que ta foi soit si forte qu’il te soit possible de faire de grands bonds dans l’inconnu
parce que tu sais que JE SUIS avec toi, toujours. »

J’ai un vague souvenir de mon rêve. J’étais en retard pour un rendez-vous médical et je montais un escalier à
paliers. À chaque palier il y avait des gens qui gênaient et je devais les arpenter et me retrouver sur des
rebords très petits. C’est marrant, je rêve très souvent que je suis dans un ascenseur et systématiquement
celui-ci chute ou alors je dévale les marches d’un escalier quatre à quatre mais toujours en descendant. Je
crois que c’est la première fois que je me souviens d’un rêve dans lequel je monte.

Extraits du livre de « Ce que disent vos rêves » de Miguel Mennig.

Ascenseur

Comme l'escalier ou l'échelle, il permet de descendre ou monter mais sans effort aucun puisque la mécanique s'en
charge. La descente ou l'ascension peuvent s'effectuer à notre insu, sans que nous n'en ayons pris l'initiative. Certains
rêvent d'ailleurs d'ascenseurs qui n'en finissent pas de circuler de bas en haut sans qu'ils aient la moindre influence
sur cette circulation chaotique. Celle-ci peut symboliser des va- t-vient entre les étages du moi, des allers-retours
incontrôlés entre le conscient et l'inconscient. Il faut alors se demander si nous ne sommes pas confrontés à des désirs
ou pulsions refoulés et dont nous avons perdu le contrôle. L’ascenseur qui n'en finirait pas de descendre jusqu'aux
tréfonds les plus bas vient corroborer cette symbolique d’émotions souterraines incontrôlées. Et si c'est le cas, il est
conseillé de chercher à quoi elles se rapportent, à quelle situation présente elles s'appliquent. Nous serons peut-être
surpris de découvrir des aspirations ou désirs inconscients que nous avions soigneusement refoulés ... De façon
générale, l'ascenseur peut renvoyer aux hauts et aux bas de notre vie et les arrêts intempestifs sont comme des
obstacles dans notre vécu. Si l'ascenseur se bloque systématiquement à un niveau précis, il peut être intéressant de se
remémorer le chiffre correspondant à cet étage. Ce chiffre renvoie peut-être à l'adresse d'une personne proche, à un
âge de la vie marqué par un événement important, etc.

Escaliers

Les escaliers de la maison servent à passer d’un niveau à l’autre, que ce soit en montant ou en descendant. Ils
représentent le passage symbolique aux différents niveaux de notre être. Dans le sens ascensionnel, ils témoigneront
de notre accession aux zones élevées, spirituelles. Inversement, en descendant, ils nous emmènent aux zones obscures
de l’inconscient. Il faudra tenir compte de tous les éléments susceptibles de nous préciser la situation. L’escalier est-il
en bon état ? Des marches branlantes ou pourries sont-elles là pour nous signaler des difficultés dans notre
progression et l’escalier n’est-il pas trop raide, au point de nous donner le vertige ? La configuration et l’éclairage
des pièces dans lesquelles nous débouchons sont également significatives. Il ne faut pas s’arrêter à une interprétation
trop hâtive qui ferait de la montée de l’escalier un démarche positive et de sa descente une démarche négative.
Descendre les escaliers, c’est aussi avoir le courage et la lucidité de se confronter à nos craintes et refoulements,
plutôt que de les ignorer. Rappelons également que, pour Freud, l’ascension d’un escalier est une analogie de l’acte
sexuel et l’incapacité de le monter traduirait une forme d’impuissance.
Retard

Il n’est pas rare de rêver qu’on arrive en retard à un rendez-vous, à un examen. Le rêve traduit ainsi notre
appréhension devant une épreuve ou devant la vie en général. Il nous invite à nous situer sans crainte par rapport à
la réalité, à reprendre confiance en nous pour mettre toutes les chances de notre côté.

67
Obstacle
(Je me réfère aux obstacles dans l’escalier – Dans mon rêve il s’agit de personnes et de rebords minces)

Ce peut être un mur, une barrière, une clôture, une frontière ou tout autre obstacle physique qui nous empêche de
progresser sur notre voie. La première question à se poser est celle de savoir ce que représente cette voie et ce que
nous gagnerions à surmonter l’obstacle. Le gain envisagé est-il associé à une interdiction sociale, à un tabou moral ?
L’obstacle est-il extérieur à nous ou n’est-il qu’une projection de nos inhibitions ? L’obstacle du rêve peut avoir une
signification positive. Il peut nous signifier ce qui nous empêche d’aller de l’avant, de passer à une nouvelle phase de
notre vie. Dans certains cas, nous nous voyons trop lourdement chargés pour passer au-dessus de l’obstacle ; dans
d’autres, ce sont des personnes proches qui nous retiennent. L’obstacle du rêve peut aussi nous éclairer sur des
difficultés majeures qui rendent impraticable la voie qui était la nôtre. À quoi bon s’entêter à poursuivre des objectifs
qu’il ne nous sera jamais possible d’atteindre ?
Cadavre
(Je mets ce terme qui se réfère au cauchemar dans lequel j’étais un cadavre en décomposition…)

Comme le souligne E. Aeppli, les rêves de mort concernent presque toujours notre propre personne et le cadavre
symbolise une part de nous-même qui n’est plus et dont on devrait se débarrasser, dont on devrait faire le deuil. Ce
rêve nous invite à enterrer quelque chose qui est en train de se décomposer et de nous empoisonner l’existence.
Château
(Rêve récurrent chez moi depuis que je suis petite et dans lequel il y a une aile qui me fait très peur)

Quel enfant n’a pas rêvé de châteaux inaccessibles et lointains, peuplés de chevaliers valeureux, de princesses ou de
dragons ? L’image du château est encore bien présente dans les rêves d’adultes, mais avec une fantasmagorie
quelque peu différente. Bien souvent, le château est une image allégorique de l’inconscient, lui aussi composé de
souterrains, d’oubliettes et de trappes, de ténébreux couloirs et de remparts vertigineux. Le rêveur qui pénètre dans le
château accède aux couches secrètes de son inconscient. Il lui faut braver bien des obstacles, d’autant qu’il s’y
introduit souvent en solitaire. Il risque d’y découvrir des scènes oubliées de l’enfance, des fantômes de figures
parentales, des désirs réprimés. Mais chaque détail de cette découverte lui en apprendra beaucoup sur sa
personnalité profonde et cette incursion parfois angoissante lui sera d’un secours précieux dans sa quête de lui-
même.
Noyade
(Cauchemar dans lequel je voyais Soen se noyer. Je finissais par lâcher-prise me disant qu’il s’agissait
certainement d’un rêve mais ce que je devais c’était surtout lâcher-prise concernant la maladie de Soen)

Le rêve de noyade est assez fréquent et nombre de parents ont ainsi rêvé que leur enfant se noyait. Pour Hélène
Renard, ce rêve n’a rien de prémonitoire, mais il convient, dans ce cas, « de considérer l’enfant comme le fruit du
couple et que, si le rêve annonce un danger, c’est pour le couple et non pour l’enfant ». Plus généralement, la noyade
exprime les craintes du rêveur d’être dépassé et submergé par ses émotions ou par les zones inconscientes de sa
personnalité, puisque l’élément aquatique est un symbole important de notre vie inconsciente. Mais le rêve peut aussi
représenter un encouragement à affronter ses zones ténébreuses, à ne pas se soustraire à cette exploration intérieure
qui lui permettra d’entamer une nouvelle phase de son évolution. Lorsque le rêveur se voit appeler au secours et ne
recevoir aucune aide, on peut présumer qu’il exprime ainsi un sentiment de solitude ou d’abandon. Enfin, la noyade
du rêve peut actualiser des frayeurs du passé si enfant, le rêveur a vécu quelque expérience traumatisante en rapport
avec l’eau et l’apprentissage de la natation.
Pierres précieuses
(Je me réfère au rêve dans lequel j’avais trouvé une pierre magnifique avec une rose à l’intérieur. Pierre que
j’avais offerte à une femme)

Elles renvoient à des richesses psychiques, à des joyaux qui sont en nous ou qui nous sont offerts par la vie. Enterrer
ces pierres ou les cacher dans un coffre dénote souvent un repli exagéré sur soi. En offrir à une personne aimée
évoque un amour sans limite qui nous pousse à donner ce qu’on a de plus précieux.
Serpent
(En référence à ce rêve dans lequel Cyrille apportait un énorme serpent jaune à la maison et dans lequel je ne
cessais de répéter : « Tu veux me rendre malade ! »)

La symbolique du serpent est particulièrement riche et on le retrouve dans de nombreux mythes et religions. Il

68
déclenche l’effroi mais aussi la tentation et la fascination. N’est-ce pas sous la forme d’un serpent que Satan tente
Adam et Ève ? Le serpent évoque des énergies pulsionnelles primitives et, pour Aeppli, « celui qui voit un serpent en
rêve fait la rencontre de forces provenant des profondeurs psychiques étrangères à son moi et aussi vieilles que cet
animal préhistorique lui-même ». Cette confrontation avec une part occulte de nous-même marque le rêve d’une
empreinte particulièrement forte, mais elle peut revêtir une signification très positive: nous sommes en train
d’intégrer nos énergies instinctives pour les mettre au service de notre développement global. La signification du
rêve dépendra aussi de notre réaction par rapport aux serpents dans la vie réelle. Si le serpent déclenche en nous une
peur panique, le rêve sera entaché des mêmes sentiments et traduira toujours une répulsion physique incontrôlable.
À nous d’analyser le contexte général pour savoir de quoi le serpent du rêve nous dégoûte à ce point. C’est un
symbole phallique majeur et il est souvent associé au couple peur/désir à l’égard d’une relation sexuelle. Se voir
écraser un serpent peut faire allusion à notre refoulement de la sexualité, à notre incapacité de l’intégrer en nous.
Enfin, sa faculté de changer de peau en fait un symbole des transformations vitales, du renouvellement de la vie.
Trouver une peau de serpent peut ainsi faire allusion à une transformation nécessaire de notre être, au besoin de
changer de peau. Cela étant dit, le serpent du rêve, au-delà de l’effroi qu’il suscite en nous, révèle souvent l’éclosion
de nouvelles énergies psychiques et amorce une nouvelle étape de notre croissance .

Je prends la voiture pour accompagner Matisse au collège à Saint Anne d’Auray. Cela fait plusieurs jours
que le voyant de la batterie était allumé, Cyrille en a donc acheté une neuve mais le voyant ne s’éteint pas.
Cyrille pense à un souci électrique et me dit de ne pas m’inquiéter. Arrivée sur la route du pape, je discute
avec Matisse et me dit que ce ne serait pas terrible que je tombe en panne à cet endroit car il y a toute une
parcelle de route où on ne capte pas. Et puis je réfléchis et visualise la scène où je tombe en panne d’essence
et je dis à Matisse que ce ne serait pas bien grave, que j’appellerais mon supérieur pour le prévenir que
j’aurais du retard, que je contacterais l’assurance pour être dépannée et Cyrille pour qu’il passe me chercher.
Ça me rassure et je dépose Matisse. Au retour, je sens que la voiture fait des légers soubresauts … puis
l’écran du menu s’éteint. Arrivée sur la route du pape plusieurs voyants se sont allumés : air-bag, sol
glissant, etc. Je me suis dit que j’allais tomber en panne inévitablement. Arrivée à l’endroit où j’avais
discuté avec Matisse du cas où je tomberais en panne, mon volant s’est bloqué, je ne pouvais plus tourner.
Heureusement il y a une longue ligne droite. Je suis parvenue à ralentir et à me mettre lentement sur là-bas
côté. Quelques mètres plus tôt je n’y serais pas parvenue. Je suis restée zen, je n’avais pas de réseau pour
connaître l’adresse exacte de ma localisation, mais j’ai réussi à contacter l’assurance. Les voitures sur cette
route roulent à très vive allure et à chaque véhicule qui passait je sentais mon véhicule bouger. Ce n’était pas
l’endroit idéal pour se garer, j’aurais été sur le bord de l’autoroute c’était pareil. Il y a quelques années, je
m’étais retrouvée dans une situation presque similaire. Alors que je rentrais de mon travail et que je me
trouvais sur l’autoroute de nuit, après un virage, le tableau de bord de mon véhicule s’est éteint ainsi que
mes phares et la voiture s’est arrêtée. J’ai eu le temps de me mettre sur le bas côté et de me coller à la
rambarde de sécurité. Le matin même le voyant de la batterie s’était allumée et un collègue avait lequel je
travaillais l’avait rechargée. Craignant de tomber en panne je lui avais demandé s’il pouvait me suivre en
voiture et sa présence avait été un réel réconfort mais cet épisode avait été très stressant. Je suis fière de moi,
car cette fois, je n’ai pas succombé au stress, comme si je m’étais préparée à cette panne en en parlant avant.
Cet événement m’évoque également le rêve dans lequel je conduisais un véhicule qui partait de gauche à
droite et que je ne pouvais pas contrôler. À la fin du rêve je lâchais prise et fonçais dans tout le monde …

Définitions :
- L’alternateur : Il a pour but de fournir de l’énergie électrique au moteur via la batterie ainsi qu’aux
accessoires tels que les éclairages, le chauffage, la climatisation …
- La courroie : Il s’agit de l’un des composants essentiels du moteur, mais aussi l’un des plus fragiles.
On pourrait comparer l’alternateur au chakra du cœur, le moteur au cœur et la courroie aux artères.

Extrait du livre de « Ce que disent vos rêves de Miguel Mennig.

Panne

Elle symbolise un dysfonctionnement quelconque qui affecte notre personnalité consciente ou inconsciente. Dans bien

69
des cas, elle se rapporte à notre vie sexuelle et elle touche particulièrement les hommes angoissés à l'idée de perdre
leur virilité, leur puissance. Mais la panne peut aussi concerner notre relation aux autres ou dénoter un manque de
tonus, d’énergie intérieure, comme dans la panne d'électricité. Il faut toujours tenir compte de ce qui tombe en panne
afin d’en savoir plus sur le dysfonctionnement signalé par le rêve.

L’après-midi une collègue me parle d’un souci qu’elle a. Elle veut faire une formation en septembre et elle
vient d’apprendre que finalement deux autres personnes y seront et qu’elle la fera en mars l’année prochaine
ce qui la contrarie. En temps normal ma pulsion m’aurait entraînée à lui dire : « je vais essayer de voir ce
que je peux faire ». Mais je me suis ravisée, je ne suis pas la sauveuse et elle ne me demandait rien, elle
exprimait juste son sentiment. Puis, gênée, elle a fini par me demander si je pouvais me renseigner. Je lui ai
dit que je verrais. J’ai décidé depuis quelque temps d’être la Suisse et je savais que si je me mêlais des choix
faits par sa hiérarchie je m’attirerais inévitablement des ennuis « mais de quoi elle se mêle celle-là ? » etc.
J’en ai parlé à mon adjoint, lui demandant s’il pouvait se renseigner à ma place afin que je reste neutre tout
en sachant que personne ne lui en voudrait de prendre des infos surtout si c’était fait de façon intelligente.
De cette manière, je SAIS que j’ai évité des déboires …

La Fleur de Vie – Signification et Origines

La « Fleur de Vie » peut être trouvée dans toutes les religions majeures du monde. Elle contient les modèles de la
création tels qu’ils émergèrent du « Grand Tout ». Tout est créé selon les pensées du Créateur. Après la création de la
Graine de Vie le même mouvement en vortex était continué, créant la structure suivante connue en tant qu’Œuf de Vie.
Cette structure forme la base du Verbe Créateur et de la musique des sphères, alors que les distances entre sphères
sont identiques aux distances entre tons et les demi-tons en musique.
Elle est aussi identique à la structure cellulaire de la troisième division embryonnaire (La première cellule se divise en
deux cellules, et la quatrième en huit). Ainsi la même structure alors qu’elle se développe un peu plus, crée le corps
humain et tous les systèmes d’énergie y compris ceux utilisés pour créer la. Si nous continuons à créer de plus en plus
de sphères nous terminons avec la structure appelée Fleur de Vie.

La Fleur de Vie contient un symbole secret créé en traçant 13 cercles à partir d’elle.
En faisant cela, n’importe qui peut découvrir le modèle le plus important et sacré de l’univers. C’est la source de tout
ce qui existe ; c’est appelé le Fruit de Vie. Il contient 13 systèmes d’information.
Chacun explique un autre aspect de la réalité. Ainsi ces systèmes sont capables de nous donner accès à tout, que ce
soit en relation avec le corps humain, jusqu’aux galaxies. Dans le premier système, par exemple, il est possible de
créer n’importe quelle structure moléculaire et n’importe quelle structure cellulaire qui existe dans l’univers. En
d’autres termes, n’importe quelle créature vivante.
La forme la plus commune de la « Fleur de Vie » est un modèle hexagonal (où le centre de chaque cercle est sur la
circonférence de six cercles environnant de même diamètre), fait de 19 cercles complets et de 36 arcs circulaires
partiels, le tout entouré d’un large cercle.

La « Graine de Vie » est formée à partir de sept cercles placés en symétrie sextuplée, formant un modèle de cercles et
lentilles, qui agissent en tant que composant basique du design de la Fleur de Vie.
Léonard de Vinci a étudié la forme de la Fleur de Vie et ses propriétés mathématiques. Il a dessiné la Fleur de Vie lui-
même, ainsi que des composants tels que la Graine de Vie. Il a dessiné des figures géométriques représentant des
formes telles que les 5 Solides de Platon, une sphère, un tore, etc. et a aussi utilisé la règle d’or de phi dans son art ;
tout cela peut être dérivé de la Fleur de Vie.
En un mot, la fleur de vie peut être utilisée comme valorisateur d’énergie dans tout concept d’harmonisation ou de
ré-harmonisation, appuyant fortement tous modules mis en œuvre pour cela. Bientôt nous mettrons en ligne des
outils vibratoire que chacun pourra créer pour changer la valeur énergétique d’une maison. De tels outils pourront
agir comme antennes de relais énergétique.

70
Pourquoi juger … Chacun a ses forces et ses faiblesses !

Pourquoi regarder les autres avec jugement quand on ne sait pas ce qui se passe à l’intérieur des gens. Chacun porte
sa peine à sa manière. Pour résoudre leurs petits problèmes sans jamais laisser voir leurs souffrances. On ne sait pas
quelle est la meilleure façon de faire. On suit son cœur et son instinct. Jamais on ne peut connaître assez une personne
pour savoir ce qui se passe vraiment dans son cœur. Parfois les apparences sont trompeuses, ce que l’on voit ne
reflète pas toujours ce qui se vit. Quand on dit qu’il n’y a personne de plus triste qu’un clown … pourtant il nous fait
rire, il camoufle. Sa tristesse dans ses clowneries. Parfois il arrive qu’à travers un regard on détecte La peine et
l’incompréhension La peur d’être jugé rend bien des gens muets La perception des autres peu conduire à l’isolement.
Ne jamais juger ce que l’on ne comprend pas. Chacun a son vécu et ses secrets Si l’on savait nous serions très surpris
De ce que l’on ne voit pas, car la vraie souffrance nul ne la perçoit. Chose certaine c’est que le bagage de vie n’est
pas le même pour tout le monde. Soyons sur d’une chose quand tu juges quelqu’un sur sa façon d’être ou d’agir.
Quelqu’un quelque part te juge aussi. Car le vrai visage d’une personne restera toujours pour les autres un mystère.
Seul l’amour et le respect de notre prochain fait de nous des êtres plus attentifs et compréhensifs. Soyons charitables
en regardant les autres comme si on se regardait soit même dans un miroir. Fais le tour de ton jardin et tu découvriras
que toi aussi tu as fait des erreurs. L’important c’est de savoir les réparer. Ton prochain c’est toi, c’est moi, c’est eux
avec nos forces et nos faiblesses.

Sais-tu pourquoi tu n'obtiens pas ce que tu veux ?

Parce que tu ne VEUX PLUS de ce monde, de ce système


Parce que tu ne VEUX PLUS souffrir, tu ne VEUX PLUS être malade
Parce que tu ne VEUX PLUS d’un homme, d’une femme comme ton ex
Parce que tu ne VEUX PLUS être seul(e)
Parce que tu ne VEUX PLUS de cette vie de m…
Parce que tu ne VEUX PLUS de dettes, de boulot qui te rend esclave
Parce que tu ne VEUX PLUS … parce que tu n’en PEUX PLUS

Alors écoute-moi juste un instant … Vois-tu l’univers ne connaît pas la négation, il ne connaît que l’intention et
l’attention …
Alors quand du fond de ton cœur, tu cries je NE VEUX PLUS, il écoute sur quoi tu portes ton attention, ce que tu
ressasses tous les jours et les commandes incessantes que tu lui fais et il répond à tes désirs, ce sur quoi tu focalises
ton attention, sur ce que tu ne veux plus…
Comment ? Ce n’est pas ce que tu veux ? Il n’a rien compris ?

Extrait du livre du livre « Géométries sacrées » de Stéphane Cardinaux.

Les symboles

Le plan mental étant le mode de fonctionnement principal des humains c’est par ce moyen qu’il décrypte les
symboles. Mais c’est une erreur monumentale de croire qu’un symbole doit être expliqué. Il doit seulement être
contemplé et intégré par tous les corps subtils. Le réduire au seul plan mental lui enlève sa dimension principale
d’ordre causal, donc impliquant l’être entier, sur tous les plans, en le reliant au plan des archétypes. Le symbole ne
s’adresse pas au cerveau de l’intellectuel, mais au cœur du mystique. Il ne sera opératif qu’accompagné d’une
dilatation extrême du corps éthérique et du 4ᵉ chakra, comme tout ce qui relie l’être humain au Cosmos.

La puissance d’un symbole est à la mesure de votre niveau de conscience. Lorsqu’une personne me questionne sur le
sens d’un symbole, soit je ne lui fournis pas d’explication, soit je lui donne une multitude d’interprétations différentes

71
pour lui montrer l’inutilité d’une telle démarche.

Le danger des symboles

Certains symboles ont servi d’emblème pour des mouvements pas toujours recommandables. Ils sont chargés d’une
mémoire astrale négative qui affecte tous les symboles identiques, car ils sont reliés entre eux dans le plan causal et
font partie du même égrégore mental ou spirituel. En portant un bijou avec un symbole, vous montrez votre intérêt
pour une culture. Ce bijou favorisera les synchronicités avec cette culture ; les personnes que vous rencontrerez
auront souvent le même intérêt que vous. Le seul risque est que vous vous fermerez peu à peu à d’autres cultures. J’ai
choisi de ne porter aucun symbole sur moi, pour rester le plus ouvert possible à toutes les énergies, à tous les
égrégores.

Mardi 15 mai 2018

Ce matin, nous arrivons ensemble au service avec Cyrille, car il ne nous reste plus qu’une voiture, l’autre est
en réparation jusqu’à vendredi, l’alternateur et la courroie sont hors service. Cyrille se gare à l’endroit où je
me gare habituellement. Nous disposons d’un parking près du service, mais je pars plus tôt que les autres le
matin pour aller récupérer Soen et ayant été bloquée plusieurs fois je me mets habituellement dans la
descente de l’entrée. À cette place je ne gêne personne et ça me permet de partir à l’heure. Vers 9H00, un
collègue m’appelle et me gueule dessus. Il me demande pour quelle raison je me gare là, que ça gêne tout le
monde et que personne n’ose me le dire et que lui ose. Il est surexcité de colère. Je lui demande pourquoi
personne n’a jamais osé me le dire. Il me dit qu’à l’heure à laquelle j’arrive le matin j’ai de la place… Je lui
réponds que non, pas spécialement et lui demande de se détendre. Il finit par raccrocher. Cyrille est allé
déplacer la voiture et m’a dit qu’elle ne gênait absolument pas. J’ai su par la suite qu’il était déjà énervé et
qu’il montait vite dans les tours. Bon le point positif c’est que je viens d’apprendre que je pouvais me garer
sur les places de stationnement situées en face de notre bâtiment. J’ai essayé de ne pas me contrarier avec
cette histoire et ce n’est vraiment pas évident. Se faire agresser verbalement a vraiment une incidence sur
notre énergie. Du coup j’ai tenté de prendre ça avec de l’humour ce qui a atténué le phénomène. Ceci dit
cela me fait réfléchir. Encore un souci avec au centre la voiture. Sachant que là-haut les messages sont dits
sous forme de métaphore et que le véhicule correspond à notre corps physique, est-ce un message ?

Extrait du livre de « Ce que disent vos rêves de Miguel Mennig.

Voiture

De plus en plus présente dans les rêves, l’automobile favorise une forme d'identification avec son « heureux »
propriétaire et les arguments publicitaires ne manquent pas de le souligner. L'auto devient souvent une représentation
de soi et, dans le rêve, il importe de noter différents éléments : est-elle en bon état, la route est-elle carrossable, les
freins fonctionnent-ils correctement, est-elle l’objet de l’admiration ou du mépris des autres, êtes-vous le conducteur,
comment la conduisez-vous, etc. Ainsi, une voiture qui tombe en panne peut vous alerter sur la « conduite » de
certaines affaires ou relations en cours. La panne sèche, elle, fait référence à des énergies trop limitées pour affronter
un voyage ou une démarche dans laquelle on s’est lancé. De même, les freins qui lâchent peuvent vous suggérer
certains comportements effrénés de votre part. La perte des clés peut vous rappeler certains éléments qui vous
manquent, qui vous empêchent de démarrer une entreprise ou initiative quelconque. Un accident de voiture peut
suggérer que le rêveur est en butte à des conflits vis-à-vis desquels il doit prendre une initiative urgente. Si l’accident
se produit avec une personne proche, il faut s’interroger sur le type de relation que le rêveur entretient avec elle.
Cette relation n’est-elle pas un cul-de-sac, ne l’empêche-t-elle pas d’aller de l’avant ? Ce qu’il faut éviter, c’est d’y
voir un rêve prémonitoire qui risque de vous obséder et de vous faire rechercher, inconsciemment, des circonstances
propices à l’accident. Enfin, rêver de se laisser emmener dans une voiture et de ne pouvoir en descendre trahit une
autonomie qui ne parvient pas à se réaliser. Le rêveur se voit conduit contre son gré. Il s’agira de voir alors qui était
aux commandes de la voiture et quelle semblait être sa destination. D’autre part, le symbolisme sexuel de la voiture
n’est plus à démontrer et nombre d’hommes, en exhibant leur voiture, font tout simplement étalage de leur puissance.
À moins que la voiture ne soit là pour compenser leur sentiment d’impuissance …

72
Ce midi en rentrant j’écoute une vidéo sur Youtube issue de la télé de Fabiola et intitulée « conversations
avec l’archange Mickael depuis les plans divins ». Elle explique que c’est un archange qui donne des
conseils très terre à terre et nous conseille de discuter avec lui aussi souvent que nous le voulons et de lui
demander des signes de sa présence. Je me décide et demande un signe, un conseil. En effet, le collègue qui
m’a engueulé ce matin m’a quelque peu contrariée malgré tout et j’aimerais que ça ne me touche pas autant.
J’éteins la vidéo et allume la radio. Immédiatement j’entends un chroniqueur dire : « Il est peut-être temps
de faire un tour, MICKAEL (dit très fort) vous avez gagné un voyage… » Je suis sciée. Quelle est la
probabilité pour qu’en allumant la radio et en demandant un signe de Mickael, j’entende cette phrase et son
prénom ? Je remercie et me dis que j’ai énormément de chance.

En retournant au bureau, je remets la vidéo. La Youbeuse nous explique qu’il ne faut pas hésiter à demander
des « gros signes », des « signes très concrets ». Alors je demande à Mickael si je peux avoir un signe « très
concret ». Il y a quelques mois, j’ai été désignée comme officier de liaison pour la coupe du monde féminine
sur le Département. Cela va me demander une disponibilité 7 jours sur 7 et 24H sur 24 pendant deux
semaines. Je n’ai pas du tout envie de jouer ce rôle. Je n’aime pas le football et cette mission ne me convient
pas mais je prends sur moi et me booste pour tenter d’y voir les aspects positifs (que je n’ai pas encore
trouvé…). Une réunion est organisée par la FIFA et la Direction centrale sur Paris le 29 juin afin de former
les officiers de liaison et je ne pourrai pas m’y rendre, car je serai en Crête. Ma collègue a donc été désigné
pour y aller à ma place afin de me communiquer les renseignements nécessaires à l’issue. Cet après-midi,
elle arrive sur le pas de la porte et me dit qu’elle a essayé de me joindre en vain sur mon téléphone.
L’atmosphère est très légère, elle sourit. Elle me dit qu’elle a eu quelqu’un de la Direction centrale au
téléphone et qu’ils exigent que l’officier de liaison présent en août soit celui présent à la formation,
autrement dit ce sera elle et non moi. Je SAIS que c’est le signe concret que j’attendais. Je suis folle de joie.
Je dis tout haut « merci Mickael ». Sylvain me regarde et me dit « Tu as raison » me parlant d’autre chose. Je
souris. Je suis tellement heureuse de ce signe ! C’est magique ! MERCI !!!!!!

Cette panne sur la route du Pape, que je la vois comme un test pour savoir si je parviens aujourd’hui à gérer
mes émotions lorsqu’on me ramène à un traumatisme passé. Je me demande de quelle manière on pourrait
me tester par rapport aux traumatismes liés aux explosions de l’immeuble en 2003 et à celui inhérent au fait
que je me sois faite braquer au fusil à pompe…

En fin de matinée, quelqu’un a déclenché l’alarme à incendie par inadvertance. En quittant le bureau je n’ai
pu m’empêcher de penser aux explosions de 2003, lorsque j’avais été soufflée. J’imagine me faire souffler
de l’intérieur de l’immeuble. Je n’ai pu m’empêcher d’être mal à l’aise …

Tu sais que tu as avancé …


......lorsque tu dis « non » aux situations que tu tolérais dans le passé afin de te dire davantage « oui » à toi-même.
.....que là où tu te taisais et faisais profil bas, tu n’as plus peur de parler et de t’affirmer en étant capable d’en
assumer les conséquences
..... que là où tu étais en réaction et en guerre tu choisis maintenant la paix et le silence ou la communication
bienveillante.
Tu as compris que beaucoup de situations te vidaient inutilement de tes forces et qu’elles ne méritent plus ton temps,

73
ton énergie et ta concentration.
Tu te fais passer maintenant en premier afin d’être plus efficace pour aider ceux qui te le demandent, toujours en
respectant tes limites et en étant en accord avec toi.
Maud Albertini

Pourquoi notre corps est-il en surcharge pondérale.

Les beaux jours sont arrivés et les publicités nous inondent de toutes les façons pour pouvoir maigrir … Mais pour
mincir si on le souhaite vraiment, il faut prendre conscience pourquoi notre corps est en surcharge pondérale.

Lorsque notre environnement (travail, famille, relations) « nous agresse »


« on m’agresse » (ma graisse) Alors je me protège avec ma graisse .
Je ne trouve pas ma place alors je prends du volume pour montrer que j’existe !

Dans une société qui nous fait courir, nous sommes dans l’oubli de soi. Nous sommes plus du tout à l’écoute de notre
corps. Nous mettons en sourdine nos ressentis physiques. De ce fait nous cristallisons nos émotions qui dans la
matière se changent en graisse. Coupées dans le circuit Terre / Ciel, les énergies ne circulent plus et stagnent.

Combien de femmes ont eu des césariennes ? le 8, la lemniscate est coupée au niveau du pubis, au croisement de la
reliance avec la Terre. Des femmes souvent dépressives qui pour faire taire leur mental trop actif, mangeront avec
compulsion pour apaiser le manque de nourriture de la Déesse mère.

Des mémoires de femmes qui vont protéger leur véritable beauté, dans un corps lourd. Peur d’être reconnue dans leur
puissance féminine. Après des siècles de chasse à la sorcière (enterrées vivantes, emmurées, brûlées, sévices sexuels…
etc.) Elles se cachent dans un corps qui n’attirera plus l’œil du masculin superficiel mais qui se dévoilera à l’homme
qui sait voir la beauté au cœur de l’âme.

Aussi des blessures survenues pendant l’enfance (choisies par l’âme) qui feront qu’elles combleront leurs émotions en
mangeant (abandon, humiliation, programmation, conditionnement, éducation).

Une enfant sensible qui pleure, on lui donnera un gâteau, un bonbon …


Et pour finir en masculinisant la femme … les rondeurs ne sont pas à la mode (Pouvoir patriarcal) .

Pourtant la vraie femme, la femme primaire, était représentée avec des formes. Avec ses rondeurs qui vous
enveloppaient entièrement, une matrice ronde pour accueillir la vie et des mamelles pour la nourrir. Généreuse,
imposante, présente, pleine d’amour…

Accueillez cette femme primaire en vous. Ne la refoulez pas. Elle fait partit de votre histoire, de l’histoire de la
Femme. Et vous verrez que le fait de vous aimer avec beaucoup de compassion et de résilience, votre corps n’aura
plus besoin de protection. Il se libérera et laissera passer la lumière dans toutes ses cellules qui se nettoieront de vos
émotions toxiques ! En se sentant aimé, reconnu et moins « agressé », votre corps retrouvera son poids de santé.

Ainsi vous deviendrez une femme qui vit pleinement et respecte son temple intérieur. Muriel Isismania.

Mercredi 16 mai 2018

Bien que je ne travaille pas, ce matin j’ai dû me lever pour conduire Cyrille au bureau et garder la voiture
dans la mesure où nous n’en avons plus qu’une le temps que nous récupérions l’autre. En rentrant à la
maison, Soen se plaint du ventre. Cela fait 76 jours qu’il n’a pas eu de fièvre… Il est resté allongé sur le
canapé jusqu’à 11H et a eu un épisode de vomissement. J’ai tiré l’oracle de Raphaël pour savoir s’il
s’agissait de sa maladie, et sur la totalité des cartes il n’y a qu’un OUI et un NON. La carte du « NON » est
ressortie. Cela m’a rassurée. Puis j’ai tiré une carte des anges qui m’a conseillée de garder la foi. Un peu
plus tard j’ai fait une bandelette urinaire à Soen et tout était bon sauf l’acétone. En crise Soen a toujours de

74
l’acétone dans les urines. Malgré cela, il a été bien toute la journée et la nuit, pas de fièvre. Je suis super
contente.

Petite guidance du jour :

« Je vois de suite quelqu’un sur un chemin. C’est comme un chemin à « 2 vitesses ». La première est que si
l’on prend le temps de marcher en s’amusant à écouter son corps et ressentir les vibrations extérieures
interagir avec les nôtres, à chaque pas l’on voit des petits cadeaux apparaître d’eux-mêmes, comme si l’on
avait plus qu’à tendre la main pour les attraper. Je vois une personne s’arrêter à un arbre et se contenter de
cueillir ses fruits avec la gratitude en Lui. L’homme est dans le contentement, ainsi, vu qu’il n’attend rien,
tout vient à lui. La « deuxième vitesse » de ce chemin est différente. L’homme a conscience que c’est son
chemin d’évolution, alors pour bien faire, il joue au « détective » du chemin. Il ne se contente pas de le
fouler, il veut regarder partout, chercher ce qu’il aurait pu ne pas voir en soulevant des pierres, en tenant
dans ses mains des graviers pour les analyser… Je ressens qu’ils essaient de me dire « dans la seconde
vitesse, l’homme analyse l'extérieur pour trouver des éléments d’évolution. Le chemin sera plus long, car le
sens de la boussole intérieure est faussé. La boussole agit du dedans vers le dehors. Dans la première
vitesse, l’homme analyse exclusivement sa propre interaction, conscient qu’il crée le décor et la joie qu’il
peut y cueillir. L’analyse respecte le mouvement de la vie dans son vrai sens. Il se voit comme une Cause et
non un effet. Ainsi il ne ressent pas le besoin de chercher, mais d’accueillir, tout en suivant son inspiration
du moment ». » Lulumineuse

Je suis dans la salle d’attente chez l’orthodontiste pour Matisse. Je suis fatiguée, je m’endormirais presque.
Mon regard est attiré par le magasine que lit la femme à proximité :

Jeudi 17 mai 2018

Ce matin, Cyrille et moi avons conduit Soen et Matisse à l’école. En repartant au service, alors que nous
arrivons sur la route du Pape (là où je suis tombée en panne). Le véhicule devant nous roule d’une étrange
façon, on se demande ce qu’il fait. Soudain, de la fumée noire sort du pot d’échappement qui éclate. Cela
s’est apparenté à un coup de feu. C’était très impressionnant.
Cyrille va voir la finale de Rolland Garros le 10 juin 2018 et il y a quelques jours il cherchait un hôtel à
proximité. Je lui ai demandé pourquoi il n’appelait pas Sylvaine et Alain, des amis que nous avions près de
chez nous à Chanteloup. Il me dit qu’il ne serait pas comment le leur demander. J’essaye de trouver mais
c’est compliqué, on le leur a pas parlé depuis notre mariage en 2015. Ce matin, au bureau, je reçois un sms
de Sylvaine… tiens tiens. Étrange coïncidence. Sa fille aimerait entrer dans la police et faire son stage dans
un commissariat.

Avant de partir je vais voir Maryse et lui parle du pot d’échappement qui a explosé devant moi ce matin sur
la route du Pape. Je ris en lui disant que j’ai l’impression de passer des examens ! Elle me dit que c’est
certainement un nettoyage énergétique. En rentrant chez moi, je mets Youtube pour écouter une vidéo. La
première vidéo qui s’affiche s’intitule : « Leçon n°15 : acceptez les tests de la vie ». Carine Angélothérapie
explique justement ces tests en reprenant des extraits du livre : « Les leçons et le but de l’âme de Sonia
Choquette :

Retranscription : « Cette leçon est ma préférée, elle me fait rire car lorsqu’on a compris ce dont il s’agissait
c’est très rigolo, car on les voit venir et du coup on peut anticiper et faire ce qu’il faut et les réussir au plus
vite de façon à ne pas avoir à les recommencer encore et encore.

75
Qu’est-ce qu’un test de vie : les guides expliquent qu’on ne doit pas oublier que nous sommes descendus sur
terre pour expérimenter, pour apprendre, que nous sommes à l’école. Et comme à l’école, pour pouvoir
progresser et passer au stade au-dessus, il faut des contrôles, des tests. Ils vont nous tester très régulièrement
sur ce sur quoi nous devons progresser. Ils expliquent qu’à l’école nous ne pouvons pas attaquer la
trigonométrie si nous n’avons pas assimilé l’algèbre. Donc ils vont nous envoyer des tests de vie. Ces tests
de vie peuvent arriver plusieurs fois dans la même journée. Le plus gros test de vie auquel nous sommes
confrontés c’est la patience. Il faut essayer de passer ces tests, dans l’Amour, la joie et surtout
l’acceptation. Il peut y avoir jusqu’à une douzaine de tests de vie par jour. Ce peut être la tolérance,
l’Amour, l’ouverture aux autres. Ça peut également être des événements dramatiques, deuil, divorce,
licenciement. Ça peut faire partie de notre contrat d’âme pour évoluer plus vite notamment pour pouvoir
passer un cycle de vie (comme sauter une classe). Pour eux la meilleure façon de gérer ça c’est d’accepter et
se dire : « Pourquoi ça m’arrive, qu’est-ce que je suis censée comprendre ».
« Les tests amènent à la maîtrise de notre âme. Peu importe ce qui arrive il faut l’accepter sans sourciller.
Cela fait partie du programme divin. Les tests auxquels vous êtes confrontés ne sont pas destinés à vous
tourmenter ou à vous contrarier. Ils sont là pour vérifier qu’il n’y a rien d’essentiel dans le processus
éducationnel que vous avez omis de regarder ou que vous avez mal compris. Ces défis sont uniquement mis
en place pour vous aider à assurer votre progrès spirituel et à atteindre votre but. L’âme évolue par la
maîtrise à travers les tests qui sont nécessaires. Ce n’est pas une punition mais l’occasion simplement de
grandir dans l’acceptation et dans l’Amour. Le but de cette leçon : répondre aux épreuves de la vie avec
acceptation, calme et dignité créatrice ».

Mon œil est attiré par un panneau publicitaire sur ma droite, au même endroit où j’avais lu : « L’éveil des
sens ». Sur celui-ci est inscrit : « Nettoyage intérieur et extérieur par nos soins ». C’est une publicité pour
une société de nettoyage de voitures. Tiens tiens encore la voiture…
En récupérant Soen à l’école, il joue avec un téléphone en jouet resté sur le siège arrière. Pendant ce temps
je cogite et me demande encore quels tests je vais bien pouvoir passer. Soen me dit qu’il y a quelqu’un au
téléphone pour moi. Je lui réponds que je ne peux pas, que je conduis et lui demande de dire de me rappeler.
Il me dit : « C’est tata Guéna, elle veut te parler ». Au même moment sur le bas côté je vois des Arums.
J’avais eu la vision d’un arum lors d’une méditation sur le centrage dans le cœur chez l’hypnothérapeute. Je
sais que je dois gérer mes émotions par rapport à Guéna, je garde un goût amer de ce qu’elle a dit sur
Matisse l’été dernier. Je peux même dire que j’ai de la rancœur. La solution est peut-être de me centrer dans
le cœur par rapport à cette situation. J’essayerai ce soir avec la méditation que m’a faite la psychothérapeute
(= se concentrer sur sa respiration).

Extrait du livre « Les modes d’emploi de Lulumineuse » dans lequel elle parle de la « rancœur » Bon je
comprends pas tout … un jour peut-être…

Cinquième Chakra
Gorge

Ils me montrent maintenant l’expression à travers chaque plan, chaque élément qui s’y rattache. Pour expulser la
pression du plan physique et matériel (la Terre) : Je vois une femme faire de l'exercice dehors, elle a un petit bâton de
bois qu’elle passe derrière les épaules en inspiration profonde et dans cette position je peux voir son plexus s'ouvrir
par sa cage thoracique, comme lorsqu’on ouvre une fenêtre. Je la vois marcher, courir, je la vois prendre soin de ses
articulations, les étirer, les faire fonctionner pour leur donner de la souplesse. Je vois que cette souplesse sera
directement transmise en son quotidien, à la maison, avec les gens, ses enfants, ses amis, sa famille... Je la vois
ressentir la chaleur de son corps en mouvement et tout autour d’elle une énergie rouge se répand, très vive. Je la vois
s’infuser dans la terre comme un composé dynamisant qui augmentera son activité, ses transformations.

Pour l'expulsion de la pression du plan mental/esprit (c'est-à-dire idées) :

Ils me montrent quelqu’un de très concentré. Concentré = convergé dans un même centre. La larme a dépassé cette
densité et n’est plus eau mais air. Hou ! Là, là ! Je sens une odeur très mauvaise de renfermé, comme dans une pièce
humide qu’on n’aurait jamais aérée. Je vois que c’est cet homme qui accumule des pensées dans sa chambre des
pensées. Il y en a beaucoup et certaines empestent tellement elles sont vieilles. Je vois écrit : « rancune » sur l’une

76
d’entre elles et j’y vois une ancienne histoire avec son père.

En ancien français, « rancure » où le suffixe « ure » a été remplacé par « une », du latin « udine », lui-même
provenant du latin vulgaire, « rancura » issu du latin « rancor »… rancœur, venant du verbe latin inusité. Rance ?!
C'est tout à fait l’odeur ! L’expulsion de la pression mentale passe à travers l’irrigation de nos pensées qui
s'accumulent et forment un épais brouillard. Ce brouillard est très facilement créé dès lors qu’une décision doit être
prise chez un humain. Car au lieu de se faire confiance dans l'ignorance, il génère des pensées contradictoires et les
confronte une à une dans une bataille qui donnera raison au plus fort au lieu d’écouter son idée initiale.

Ignorer : du latin « ignorare », ne pas reconnaître.


Ignorance, qui pour moi signifie ne pas connaître la « rance » dans le sens de ne pas se fier à la « rance ». Ils me
montent l’étincelle d’une idée, elle est comme une spirale. Autour commencent à orbiter des pensées. Je les vois
observer l’idée et créer des hypothèses pour tenter de la comprendre, de l'utiliser, de la maîtriser. Je vois l’homme qui
contient cette idée respirer l’air frais, il est vraiment en train de changer d'air et ses pensées sont délivrées par ce
nouveau courant qui les entraîne au loin. Les pensées sont comme des points fixés sur des segments de temps
fabriqués par son auteur. Les idées s’inscrivent dans le présent, ainsi elles ne portent aucune odeur, car elles ne
restent nulle part, elles nous traversent. Le feu, lui n’a besoin d’aucune expulsion de pression. Le plan de lumière ne
connaît aucune ombre. Tout est instantanément transmuté aussi vite que la lumière chasse l’ombre.

La goutte devenue air est lumière sur ce plan qui n’exprime que la pureté originelle incarnée en la lumière de la
Source. Notre divinité est inaltérable et éternelle. Inaltérable = Qui ne peut s'altérer, subir de changement (dans sa
substance). Vous l’aurez compris, le chakra de la gorge est le système qui veille à la bonne circulation, à l’irrigation
et à l’épuration de vos quatre premiers chakras, tel un libérateur qui trie le bon grain de l’ivraie. L’expression veille à
la circulation des énergies corps / âme /esprit et les rapproche de notre divinité en expulsant peu à peu ce qui nous
sépare d’elle.

Son mariage avec le « Je » nous MONTRE au-delà de toute barrière, le monde dans son entière EXPRESSION :
l’univers. (=3e œil, chakra violet, 6e chakra) .

Extrait du livre « Géométries sacrées » de Stéphane Cardinaux :

Comment ressentir ses propres chakras?

Pour trouver la position de vos chakras, placez l’index et le majeur de votre main gauche à 5 cm au-dessus de votre
tête et descendez très lentement jusqu’à l’entrejambe. En passant sur un chakra, vous sentirez une pression sur le
corps, comme si vos doigts étaient posés dessus, ou un picotement dans les doigts. Leurs positions peuvent aussi être
repérées à l’aide du Sonotest ou avec la prise du pouls. Les chakras les plus utilisés pour les perceptions
extrasensorielles sont les deux chakras secondaires des mains et le 6ᵉ chakra. Ce dernier contribue à la clairvoyance
des énergies éthériques et astrales.

Extrait du livre « Intuition : comment accéder, développer et l’utiliser dans votre propre vie » de Mohammed
Mouhssine :

Réveiller l’hémisphère droit de votre cerveau !

On dit à juste titre que le cerveau droit commande la partie gauche de votre corps. C’est aussi l’hémisphère du
cerveau que l’on considère comme étant réceptif. Le cerveau gauche, quant à lui, gère le côté droit du corps. Il est
l'hémіѕрhèrе du сеrvеаu qui соnсеrnе les aspects mathématiques, cartésiens et concrets. Notre humanité fonctionne
davantage avec le cerveau gauche, constamment à la recherche de gains, toujours dans la compétition. Si vous voulez
retrouver un peu de cette partie intuitive, il va falloir vous prêter à quelques exercices susceptibles de vous y aider.

Prenez pour cela une feuille de papier et un stylo. Pensez à quelque chose que vous aimeriez résoudre, une question
importante ou un souvenir ancien que vous aimeriez recouvrer entièrement. Cette question peut aussi concerner votre
vie affective mais aussi le sens de votre vie, ce que vous voulez en faire, comment vous souhaitez la vivre, la réaliser.

77
Une fois que la question vous apparaît bien clairement, vous devez l’écrire sur du papier avec votre main dominante.
Si vous êtes droitier, c’est que vous utilisez le cerveau gauche pour l’écriture sur du papier avec votre main
dominante.
Si vous êtes droitier, c’est que vous utilisez le cerveau gauche pour l’écriture, c’est-à-dire par l’influence des choses
concrètes. Quoi qu’il en soit, écrivez la question, puis laissez quelques instants avant d’envisager la réponse. Ne vous
souciez pas de savoir ce que vous allez répondre. Par contre, faites comme si vous connaissiez la réponse. En somme,
faites comme si vous donniez un conseil à quelqu’un qui vous demanderait de l’aide. Sauf que cette fois-ci, vous allez
écrire la réponse avec la main opposée, ce qui sollicitera inéluctablement l’autre hémisphère du cerveau. C’est
d’ailleurs assez amusant car au moment où l’on s’apprête à écrire, et alors qu’il nous semble bien avoir pensé la
réponse, d’autres suggestions nous viennent à l’esprit et modifient le contenu de cette réponse.

On peut s’exercer à ce jeu plusieurs fois par jour. L’important n’étant pas de devenir habile en écrivant de la main
gauche, mais bien de solliciter le cerveau droit. En fait nous devons chercher par tous les moyens notre capacité à
utiliser la totalité de notre cerveau et plus particulièrement le lobe frontal. En effet, ce dernier intervient dans la
planification, le langage et le mouvement volontaire. Ainsi, nous parvenons à nous projeter dans le temps et à mieux
nous exprimer. Ce sont des atouts majeurs quand nous devons traduire une intuition ou l’interpréter correctement.
Une autre façon d’activer les deux hémisphères du cerveau consiste à écrire sur un clavier d’ordinateur à l’aide des
deux mains. Évidemment, cette technique demande un minimum d’entraînement et la mémorisation du clavier pour
arriver à écrire sans le regarder. Les deux mains agissent ensemble et la concentration est plus facile. En outre, on
peut sentir que les écrits sont à la fois intuitifs et détaillés comme le suggérait le cerveau gauche. En fait, il existe de
nombreux exercices qui favorisent l’harmonisation des deux hémisphères, comme les mouvements croisés. Ce sont des
exercices que propose la kinésiologie. Ils consistent à faire des mouvements croisés avec les bras, les jambes, le torse
et même la langue pour solliciter les deux hémisphères du cerveau. Voici un exercice tibétain qui consiste à rétablir
cette harmonie tout en agissant sur des points énergétiques du corps. Tout d’abord, commencez par observer ce
Lеmnіѕсаtе ou symbole de l’infini :

Lemniscate de Bernoulli

Si vous tournez l’image à 90°, vous obtenez le chiffre 8. C’est de cette manière que vous devez vous le représenter
pour les besoins de l’exercice. A présent mettez le bout de votre langue sur le frein de votre lèvre supérieure, c’est à
dire, juste à l’intérieur de la bouche, en-dessous de la lèvre et sur les gencives (gardez la bouche fermée). Maintenant
faites un 8 avec votre langue. Voyez plutôt le schéma suivant :

La langue est à son point de départ et doit à présent former un 8. Comme vous pouvez le remarquer, la langue se
trouve entre les dents, et elle doit le rester. C’est donc le bout de la langue qui forme le 8 sur toute la surface des dents
du haut et du bas. Ce mouvement doit se faire la bouche fermée.

Voici à présent les exercices de « Cross-crawl » selon Paul E.Dennison. Ils vous aideront à harmoniser la partie
droite et gauche de votre corps tout en restant conscient des membres supérieurs et inférieurs. Si vous avez des
problèmes de latéralisation, ces exercices aideront à la circulation d’énergie entre vos muscles et votre cerveau et
donc à une meilleure capacité d’apprentissage. Tenez-vous debout les pieds écartés de la largeur des épaules et levez
la main droite au même rythme que la jambe droite, le pied glissant le long du tibia de la jambe gauche jusqu’en
dessous du genou. Puis rabaissez le bras et la jambe. A présent, recommencez avec le bras gauche et la jambe droite.

78
Faites environ 10 séries. Prenez le temps de vous reposer un court instant (environ 45 secondes avant l’exercice
suivant). Tenez-vous debout les pieds l’un à côté de l’autre sans les écarter. Levez un bras devant vous en étirant la
jambe opposée vers l’arrière. Le bras et la jambe doivent être tendus et le corps en équilibre, légèrement penché vers
l’avant. Lorsque vous ramenez le bras le long du corps, faites en même temps le mouvement de ramener la jambe au
même niveau que l’autre. Et poursuivez l’exercice avec l’autre bras et l’autre jambe. Vous pouvez faire une série de
10 mouvements puis vous reposer 45 secondes.

Le repos doit se faire debout, appuyé sur ces jambes, les genoux légèrement fléchis et les mains à la taille. Debout les
bras le long du corps, commencez l’exercice en respirant profondément, puis levez le bras droit devant vous à
l’horizontale en même temps que le pied gauche. Revenez au point de départ et poursuivez avec l'autre jambe et
l’autre bras. Pour chaque exercice, vous pouvez faire environ 10 séries.

a. A présent, compliquez le mouvement en levant le bras droit comme pour l’exercice précédent, (à l’horizontal), mais
Levez la jambe gauche sur le côté gauche. Ramenez le corps à corps à son point de départ et poursuivez avec le bras
gauche et la jambe droite.

b. Idem, sauf que cette fois-ci vous étirez le bras droit vers le haut et à droite dans l’oblique en même temps que la
jambe gauche sur le côté le plus à gauche possible. C’est comme si vous écartiez votre corps d’un côté vers le haut de
l’autre vers le bas.

c. Le dernier exercice consiste à faire un vrai croisement des membres supérieurs et inférieurs. Vous devez toujours
partir d’une position debout les bras le long du corps et les jambes légèrement écartées. Le bras droit croisé devant
vous, vous le hissez vers la gauche, puis levez votre jambe gauche pour la hisser sur le côté droit. Toujours dans le
même temps, votre bras gauche est hissé par l’arrière de votre dos vers la droite. Vous poursuivez sans interruption
avec l’autre jambe en croisant les bras dans l’autre sens. Cette fois-ci, le bras droit part vers l'arrière et le bras
gauche passe devant.

79
Vous avez du mal à pardonner ? Voici comment apaiser les rancœurs…
Site Aleteia – Luz Yvonne Ream – 8 septembre 2017

La rancœur ne nous permet pas de profiter de la vie et nous empêche de connaître la paix intérieure. Malgré tout,
le pardon est plus difficile à appréhender qu’on ne le croit. Voici des vérités à méditer et des erreurs à éviter quand
on envisage de se réconcilier avec quelqu’un.
Vous souhaitez arrêter de vivre prisonnier de la rancœur et du ressentiment ? Pardonnez ! C’est facile, n’est-ce pas ?
Ce n’est pourtant pas le cas en réalité. Toutefois, il est plus facile d’essayer de pardonner que de continuer à porter
les fardeaux lourds et douloureux que sont la haine et l’antipathie, sous prétexte que ceci ou cela nous a blessé. La vie
n’est pas faite pour être vécue de cette manière, car on ne vit pas pleinement, on ne connaît pas la paix intérieure et
on peut difficilement être en harmonie avec soi-même et avec les autres. En revanche, lorsque l’on pardonne de tout
son cœur, on redevient libre d’aimer pleinement.
C’est la seule manière de retrouver la paix que l’on avait perdue. Le pardon se complique davantage quand on a des
doutes sur ce que cette notion recouvre. Nous avons tendance à le rattacher à l’émotivité, mais en réalité il dépend de
la volonté. Le pardon, comme l’amour, est un acte de volonté.

Pardonner, même la pire offense…


Pardonner, c’est annuler la dette morale que quelqu’un a envers nous, pour être libre de toute rancœur et de tout
ressentiment. Plus l’offense est grande, plus le besoin de pardonner et d’être pardonné est grand. Le pardon fait
partie du « panier spirituel de la ménagère ». Il est nécessaire de pardonner car dans le cas contraire, la souffrance
est double. En effet, nous souffrons à la fois de l’offense subie et du venin qui accompagne la rancœur, car il rend
notre âme malade. Nous devons avoir certaines conceptions bien claires pour pouvoir réellement accorder et vivre le
pardon. Le pardon n’est pas un sentiment : c’est un acte de volonté qu’il est bon d’accomplir.
Le premier pas vers un véritable pardon est d’avoir l’humilité de reconnaître que l’on a aussi offensé et que l’on a
« besoin » d’être pardonné. Si je pardonne, alors je ne ressens plus rien : faux. Il est très probable que même après
avoir pardonné, vous ressentiez encore quelque chose. Cela fait partie du processus de guérison. Vous souvenir de
l’incident et du sentiment ressenti ne veut pas dire que vous avez pardonné. On peut facilement tomber dans l’erreur
de croire que si l’on ne pardonne pas, on continue à blesser l’autre. Il s’agit en réalité de rancœur, et cette rancœur
est comme un venin que l’on boit dans le but de faire souffrir l’autre.
Lire aussi : 12 étapes pour apprendre à pardonner.

12 idées reçues sur le pardon :


– Celui qui m’a fait souffrir ne mérite pas que je lui pardonne : c’est possible. Toutefois, vous méritez de vivre libre et
en paix.
– Je ne pardonne pas parce que je n’y arrive pas : faux. Si vous ne pardonnez pas, c’est parce que vous ne voulez pas
pardonner. Le pardon est un acte de volonté.
– Je pardonne, mais je n’oublie pas. Cette phrase paraît extrêmement pertinente car, à moins de souffrir d’amnésie,
les choses s’oublient difficilement. De plus, il est souvent utile de se souvenir de tout pour rester vigilant. Toutefois, si
en disant « je n’oublie pas », vous attendez de pouvoir prendre votre revanche ou de voir souffrir votre agresseur,
alors c’est très différent. C’est pourquoi pardonner n’est pas pareil qu’oublier. Le mieux est de se souvenir sans que
cela ne nous fasse plus souffrir.
– Le pardon implique de se réconcilier et de se revoir : faux. Il est même parfois sain et bénéfique de laisser passer du
temps et de mettre de la distance.
– Je suis obligé de l’avertir quand je lui ai pardonné : faux. Le pardon est un acte personnel qui s’active dès que l’on
ressent le souhait et la volonté de pardonner, et on n’est pas obligé d’en avertir l’agresseur.
– Est-il facile de pardonner : absolument pas. Simplement parce que notre condition humaine, faible et limitée, nous
rend la tâche difficile.
– Est-ce que l’orgueil et l’imagination compliquent notre capacité à pardonner : absolument. C’est pourquoi il
convient de considérer l’offense dans sa dimension réelle, afin de se rendre compte qu’elle n’est peut-être pas si

80
grave.
Lire aussi : 5 conseils pour pardonner :
– Il est impossible de pardonner tant que l’on ne reçoit pas d’excuses : faux. Le pardon est un choix et on choisit de
pardonner, même si l’agresseur n’a pas daigné s’excuser.
– Je ne peux pas pardonner une seconde fois : faux. Le pardon est un acte renouvelable et il est toujours possible de
pardonner. En revanche, vous pouvez ne plus laisser les occasions d’agression se présenter.
– Quand je pardonne, j’enlève à mon ennemi le pouvoir qu’il a sur moi : vrai. C’est la raison pour laquelle le pardon
n’est pas un acte héroïque mais pratique.
– Si je pardonne, je dois redevenir ami avec la personne : pas nécessairement.
– Je me sentirai en paix dès que j’aurai pardonné : pas toujours. Lorsque vous choisissez de renoncer à votre « ego
blessé », cela ne veut pas dire que le problème disparaîtra, ni qu’il se réglera automatiquement, ni que vous vous
sentirez en paix avec vous-même.
Pardonner, c’est choisir de faire partir toute pensée de revanche, de rancœur et d’apitoiement. Cela ne veut pas dire
pour autant que l’on arrivera à pardonner sur-le-champ. Il s’agit d’un processus qui se travaille chaque jour.
Pardonner, c’est souhaiter à l’autre de bonnes choses : pas nécessairement. Il serait en effet hypocrite de dire que
nous ne souhaitons que du bien à la personne qui nous a fait souffrir. C’est pratique de commencer à pardonner, mais
c’est héroïque de souhaiter à cette personne que Dieu la comble de ses bénédictions. Cela est toutefois possible avec
le temps et l’aide du Seigneur.
Enfin, à l’interrogation « J’ai le droit de refuser délibérément de pardonner ? » : il n’est pas conseillé de penser ainsi.
Vous croyez-vous meilleur que la personne qui vous a blessé ?

12 étapes pour apprendre à pardonner


Site Aleteia – Bénédicte de Dinechin – 01 février 2017

Un cheminement aussi spirituel que psychologique…


Cessez de vous acharner à vouloir pardonner ! Et pourtant… « Pardonne à ton frère ! ». Que de parents répètent
cette injonction quand leurs petits se disputent, avec la croyance que le pardon se donne sur commande, voire en
plein conflit. Vous l’avez peut-être vécu enfant et avez été contraint, bouillant intérieurement de rage ou
d’humiliation, de murmurer du bout des lèvres un « je te pardonne », histoire de sentir se relâcher sur votre bras la
main de votre père et de pouvoir aller dans votre chambre exprimer seul votre chagrin.
Vos parents se trompaient, le pardon ne dépend pas que de notre volonté. Pas plus que le pardon n’empêche la justice,
ou exige du repentir de votre offenseur, n’effacerait ce qui s’est passé ou encore vous donnerait une supériorité
morale.
Alors comment se pardonner, en couple ou en famille, les petites offenses ou grosses blessures, voire l’impensable
comme l’adultère ou le décès d’un enfant ?
Jean Monbourquette, psychologue canadien, nous balise la route avec un chemin intérieur en 12 étapes développées
dans Comment pardonner ? aux éditions Bayard.
L’auteur propose un chemin spirituel et psychologique, qui nous demande d’aller chercher dans notre âme ce que
nous sommes impuissants à réaliser seuls.
Les conditions préalables au pardon sont :
1. Le choix de ne pas se venger et faire cesser l’offense : pas question de continuer à subir, vous êtes responsable de
restaurer votre dignité et de refuser le statut de victime. Vous venger, que ce soit par de petites allusions ou une
contre-attaque, ne servirait qu’à alimenter votre rancœur, à retarder la paix, comme une blessure dont vous
empêcheriez volontairement la cicatrisation. La guérison psychologique est la phase émotionnelle de votre chemin :
2. Reconnaître sa blessure et sa pauvreté : votre souffrance peut être mêlée de honte et d’humiliation, les accueillir

81
vous évite qu’elles ne se déguisent en colère ou déni.
3. Partager sa blessure avec quelqu’un : trouvez dans votre entourage une personne qui saura vous permettre de
verbaliser vos émotions, de prendre du recul, de vous sentir compris.
4. Bien identifier sa perte pour en faire le deuil : ne minimisez pas ! on ne peut pas comparer deux blessures, votre
souffrance est unique. La nommer permet de mieux la cerner sans la nier ni se laisser envahir. Qu’est-ce qui a été
touché à l’intérieur de vous dans cette offense ?
5. Accepter sa colère et l’envie de se venger : vous êtes… normal ! Accueillez votre colère pour éviter qu’elle ne se
projette sur un autre ou contre vous-même, et trouvez des exutoires sains, comme le sport.
6. Se pardonner à soi-même : cela vous étonne ? C’est pourtant un risque de s’en vouloir de s’être montré trop
vulnérable, confiant, patient… Demandez la grâce de retrouver de la compassion pour vous-même.
7. Comprendre l’offenseur peut être possible après ce temps de travail de guérison de sa blessure, et vous aidera à
distinguer l’acte de la personne.
8. Trouver un sens à l’offense, aussi difficile que ça puisse paraître. Chacune de mes blessures, une fois guérie, peut
devenir occasion de croissance. Demandez-vous par exemple ce que vous avez découvert sur vous-même, limites et
fragilités, quelles ressources nouvelles vous pouvez identifier, en quoi vos rapports avec les autres vont changer.
Vient enfin l’étape du pardon intégral, qui fait appel à toutes vos ressources spirituelles.
9. Se savoir digne de pardon et déjà pardonné : faites l’expérience de vous laisser aimer de manière inconditionnelle,
par une source d’Amour qui vous dépasse, que vous pouvez nommer Dieu si vous êtes croyant. C’est dans cette
certitude d’être aimé et la grande force intérieure qu’elle procure que vous pourrez continuer votre chemin de pardon.
10. Cesser de s’acharner à vouloir pardonner : votre pardon vous dépasse, il demande plus qu’une générosité
purement humaine. Demandez cette force à Dieu.
11. S’ouvrir à la grâce de pardonner : laissez Dieu agir en vous !
12. Décider de mettre fin à la relation ou la renouveler : ce pardon vous permet de retrouver votre liberté dans la
relation. À vous de la renouveler s’il est possible pour vous deux de le faire, mais mettre fin à la relation peut
s’imposer. De toute façon votre regard sur vous-même et sur l’offenseur seront transformés en profondeur, même sans
réconciliation ou après le décès de votre offenseur.
Même spirituel, le pardon n’est pas une affaire de religion ! Sa valeur curative est prouvée, avec comme effet une
baisse de l’anxiété, de la dépression, des accès de colère et une augmentation de l’estime de soi. Cassandra, que son
mari a quittée en la laissant seule avec deux enfants en bas âge, est tombée en dépression. Elle peut témoigner
aujourd’hui du parcours de pardon qu’elle a pu accomplir : le pardon qu’elle s’est donnée et qu’elle a donné à son
mari lui ont permis de retrouver une force de vie en elle, d’enlever la chape de plomb qui pesait sur ses épaules,
d’arrêter de se dévaloriser. Alors, vous aussi, pour être libéré, pardonnez !

82
La peur, la rancœur et l’impatience, et comment s’en libérer

J’ai eu envie aujourd’hui d’aborder les 3 éléments qui, selon moi, sont les plus limitants dans notre vie.
Il y a tout d’abord la peur qui représente un frein à bon nombre de nos projets et aspirations, et parmi les peurs qui
nous paralysent il y a aussi bien la peur de l’échec que la peur de la réussite, et tant d’autres encore.
Ensuite, la rancœur… Elle nous empêche de profiter pleinement du moment présent. Elle absorbe notre énergie et
ternit notre humeur. La rancœur est un peu comme un gros boulet qu’on traîne à son pied, et le pire dans l’histoire,
c’est que c’est nous-mêmes qui l’avons attaché là.
Enfin, l’impatience… Être dans l’attente c’est assez terrible. C’est source de frustration, de mal-être, et ça maintient
en plus hors de notre portée tout ce que nous aimerions vivre et concrétiser.
Voilà donc 3 rochers dont il est vraiment bon de se débarrasser, et je vous propose de voir comment faire.

La peur.
Commençons par notre grande amie la peur… Je dis « grande amie » parce que si vous la considérez comme une
ennemie à combattre, vous faites déjà tout sans le vouloir pour la maintenir près de vous.
Dans « Conversations avec Dieu » il est dit « Ce à quoi tu résistes persiste, ce que tu regardes en face disparaît ».
Plus on offre de résistance à une émotion qui nous dérange (ou à n’importe quelle situation perturbante à nos yeux
d’ailleurs) et plus on alimente de notre énergie ce quelque chose qu’on voudrait pourtant voir disparaître, parce que
nous sommes en fait totalement concentrés dessus.
Mère Teresa l’avait d’ailleurs bien compris : « Je n’irai pas à une manifestation contre la guerre, mais si vous faites
une manifestation pour la paix, invitez-moi ! »
Si vous voulez vous libérer de la peur, l’une des clés est d’accueillir votre émotion sans chercher ni à la rejeter ni à
l’occulter.
Observez là simplement et reconnaissez que oui, vous ressentez de la peur.
L’étape suivante consiste à identifier clairement ce qui vous fait peur. Mettez des mots dessus et faites le tour de tout
ce qui est source d’inquiétude pour vous. Dans bien des cas, le fait de lister par écrit nos peurs nous permet de voir
que celles-ci ne tiennent tout simplement pas la route, et elles peuvent alors se dissiper d’elles-mêmes.
Pour celles parmi nos inquiétudes qui seraient un peu plus coriaces, commencez à vous interroger sur les solutions
qui s’offriraient à vous si jamais un jour vos craintes devaient devenir réalité.
Quand vous prenez conscience du fait qu’en l’espace de quelques instants, sans vous creuser plus que ça, vous arrivez
à mettre le doigt sur différentes solutions au cas où quelque chose de négatif arriverait, vous vous sentez plus en
sécurité également et ça vous aide à vous apaiser.
Voyez aussi que la peur n’est qu’une illusion et rien d’autre que ça. C’est quoi la peur ? Une émotion qui survient
quand notre mental nous montre un éventuel scénario négatif. Nous imaginons que quelque chose de mauvais
pourrait survenir, mais concrètement, ce quelque chose n’existe que dans notre tête au moment où nous nous
projetons en pensées dans cette direction.
Si nous cessons d’alimenter la projection, l’émotion générée par cette projection disparaît elle aussi. Demandez-vous
simplement si ici et maintenant il y a un problème particulier, et observez ce qui se passe là tout de suite… En vous
posant cette question, vous orientez votre mental qui va se recentrer complètement sur le moment le moment présent et
vous allez donc interrompre automatiquement votre projection négative.
Pour vous libérer de la peur, prenez l’habitude de revenir constamment au présent, à chaque fois que vous remarquez
que votre esprit dérape et se projette négativement. Au début ça demandera un effort bien sûr, mais plus on pratique,
et plus il devient naturel de revenir au moment présent.
Ça nous permet de profiter beaucoup plus de la vie et de ne pas passer à côté de l’essentiel en se projetant
continuellement dans le futur ou le passé.
Il existe bien des méthodes pour se libérer de la peur, et vous en trouverez encore une autre dans ce précédent article
du blog : « 1 Astuce simple pour vous libérer de l’angoisse »
La peur n’est pas une fatalité, et nous ne sommes absolument pas obligés de continuer à vivre avec !

La rancœur.
Abordons à présent notre amie N°2… Là aussi, il est important en premier lieu de se placer dans l’acceptation de ce
que l’on vit et ressent. Si vous portez des jugements à votre propre sujet parce que vous cultivez du ressentiment, vous
ne faites qu’enfoncer le clou un peu plus.
Donnez-vous plutôt la permission de ressentir ce que vous ressentez et soyez là aussi dans l’accueil de votre émotion.
L’une des clés essentielles pour se libérer de la rancœur est de mettre en lumière la blessure qui se cache derrière ce
sentiment et de reconnaître nous-mêmes cette blessure.
Si vous restez dans la colère contre quelqu’un qui vous a blessé, non seulement ça ne résoudra rien, mais en plus,

83
vous continuez de souffrir pour un événement du passé.
Cultiver de la rancœur ne change rien dans la vie de l’autre. Ça n’est pas une façon de le faire payer pour le mal
qu’il a pu faire et nous n’obtiendrons pas vengeance de cette manière.
Le seul résultat que nous obtenons, c’est de continuer à souffrir dans le présent, et de nous empêcher de profiter
pleinement de ce moment présent et de tous les trésors qui nous y attendent.
Le pardon n’est pas quelque chose qu’on est censé accorder à un autre. Le but n’est pas de dire que l’autre est
mauvais parce que ses actes ou ses paroles nous ont blessés, et que nous sommes bons ou meilleurs que lui. Le pardon
considéré de cette façon est un jugement et n’est pas ce qui va véritablement nous libérer.
Le pardon véritable, c’est un cadeau qu’on se fait à soi-même. C’est l’autorisation qu’on se donne d’être heureux à
présent, quoi qu’il ait pu se passer dans notre vie, quelles que soient les blessures que nous avons vécues.
Quoi que les autres aient pu faire ou dire, nous choisissons ici et maintenant de profiter de la vie, de la croquer à
pleines dents et de ne plus poursuivre dans la souffrance parce qu’avant, quelque part sur notre chemin de vie, il y a
eu quelque chose de difficile.
Encore une fois, rester dans la rancœur ne changera pas le passé. On continue souvent de ruminer parce qu’une part
de nous croit qu’en résistant suffisamment fort à ce qui s’est passé, nous allons pouvoir le changer. Mais c’est faux !
Toute la résistance du monde ne changera rien. Ce qui est derrière est derrière, et le pouvoir que nous avons à ce
sujet c’est de ne plus laisser les douleurs du passé nous définir ICI ET MAINTENANT.
C’est quelque chose que vous devez faire pour vous-même, pour votre bonheur, et ce n’est pas un acte de grande
générosité que vous êtes censé avoir à l’égard de celui qui vous a blessé.
Les choses sont comme elles sont, mais vous pouvez décider à tout moment de qui vous voulez être et de comment
vous voulez réagir MAINTENANT en relation avec tout ça.

L’impatience.
Et voici notre 3e copine, l’impatience ! Qui n’a jamais expérimenté ce sentiment ? On veut quelque chose, on le veut
même très fort, et puis ce quelque chose ne vient pas. Alors on commence à se sentir frustré, on a peut-être même peur
que ça n’arrive jamais, et on tourne en rond, encore et encore.
Pas très joyeux, n’est-ce pas ?
L’impatience c’est ce que nous vivons quand nous manquons de confiance en la Vie et en notre propre pouvoir
créateur. Une part de nous doute de pouvoir vivre ou obtenir ce que nous désirons, et c’est pour ça qu’au lieu de
laisser tranquillement le « paquet » arriver jusqu’à nous, nous commençons à ressentir toutes sortes d’émotions plus
désagréables les unes que les autres.
Je crois que le domaine où l’impatience est la plus terrible, c’est dans le domaine amoureux, parce que notre désir de
partager notre vie avec un autre (ou notre besoin de combler le vide) nous ronge et nous ne supportons plus
d’attendre.
Il peut nous arriver alors de pester contre la Vie à la façon d’un enfant qui fait un caprice « Tu ne me donnes pas ce
que je veux ? Ah ouais ? Ben tu vas voir ! Je ne bougerai plus d’un millimètre jusqu’à ce que tu m’aies envoyé ce que
je veux, na ! »
Même si ce n’est pas exprimé de cette façon, c’est bien souvent ce qui se passe lorsque nous attendons depuis trop
longtemps de voir arriver quelque chose qui nous tient à cœur.
Notre impatience va-t-elle nous permettre d’accéder enfin à ce que nous désirons ? Notre « bouderie » va-t-elle faire
plier l’Univers comme elle ferait peut-être plier un parent ? Eh bien non !
Rappelons-nous que la seule personne qui peut créer dans notre expérience de vie, c’est nous-mêmes ! Ça veut dire
que si ça ne bouge pas comme on le souhaite, c’est parce qu’il existe quelque chose en nous qui continue de maintenir
hors de notre portée la concrétisation de notre souhait.
Plutôt que de perdre notre temps à accuser une force extérieure à nous, le chemin le plus court est de regarder à
l’intérieur et de continuer à déblayer nos schémas inconscients, nos croyances limitantes et tout ce qui peut nous
freiner, jusqu’à ce que nous obtenions le résultat désiré.
Par ailleurs, lorsque nous sommes dans l’attente, ça veut dire que notre esprit est pleinement focalisé sur le fait qu’ici
et maintenant, nous ne vivons pas ce que nous voulons vivre.
Quand vous vous focalisez sur le manque ou l’absence, c’est un peu plus de manque ou d’absence que vous allez
attirer à vous et non ce que vous désirez vraiment !
La clé de l’alignement intérieur est de penser à ce qu’on veut tout en se sentant le mieux possible. Quand on a
véritablement conscience de son pouvoir créateur et qu’on apprend à travailler en équipe avec l’Univers, dans la
confiance véritable, l’impatience n’a plus lieu d’être, car nous savons que d’une façon ou d’une autre, nous
atteindrons notre but, et tout se mettra en place de la meilleure façon qui soit pour nous permettre d’y arriver.

Comme Paulo Coelho l’a si bien écrit dans « L’alchimiste » :


« Quand tu veux quelque chose, tout l’Univers conspire à te permettre de réaliser ton désir. »

84
Demain soir Matisse, moi et Maryse allons participer à une séance de bols tibétains. J’ai hâte !!!!!

Le soir je couche Soen. Je prends l’oracle des anges et demande à Soen de tirer une carte pour lui et une
pour moi. Il tire l’ange de la guérison pour lui et l’ange du rayonnement pour moi, puis l’ange de l’alchimie.
Je lui demande de me tirer une carte de l’oracle Quantique pour connaître mon énergie du moment et il sort
la carte de l’abondance.

Extrait du livre de Noémie de Saint Sernin « Les clés du passé ». (clé n°4 : Apprendre à s’aimer).

85
Extrait du livre d’Anne Givaudan et Daniel Meurois « Lecture d’Aura et soins esséniens ».

J’entame le livre d’Anne Givaudan et Daniel Meurois sur les soins esséniens. Ils parlent des qualités à
développer lorsqu’on souhaite pouvoir lire l’aura de quelqu’un :

Les qualités à acquérir pour pouvoir lire l’aura

Nous avons jusqu’à présent mis l’accent sur ce qui pouvait nous handicaper lors de la lecture des auras, mais il est
bien plus essentiel encore de s’appesantir sur l’état d’être et les qualités à développer lorsque l’on souhaite s’avancer
dans cette voie. En effet, il est une loi, et non des moindres, qui fait que plus on remarque un défaut, plus on lui donne
de l’importance et plus il grandit.

Un ami me décrivait un jour l’expérience suivante : après un examen de conscience minutieux il décida de “se
prendre en main” afin de nettoyer peu à peu tout ce qui pouvait entraver son avance spirituelle. Il analysa
attentivement ses défauts. L’un d’entre eux s’avérait être l’avarice. Il se cachait bien souvent sous diverses excuses
telles que le manque d’argent, le souci d’économie, les peurs diverses et les nombreux impôts. Bref tout était la cause

86
de son problème, excepté lui-même. Cette fois cependant, désireux de ne plus se mentir, il décida de faire face.
Prenant le mal à « bras-le-corps », il luttait chaque jour pour devenir moins avare et chaque jour à son grand
désespoir, il se rendait compte que l’adversaire, loin de battre en retraite, prenait de plus en plus de place. L’idée de
se débarrasser de cette encombrante compagne l’obsédait à tel point qu’il ne voyait plus qu’elle. Chaque parole,
chaque geste, chaque pensée, ou presque, le mettaient à nouveau face à elle. Le découragement le gagnait.

Nous en parlions à cœur ouvert lorsque je me souvins d’un enseignement qui nous avait été donné à ce sujet. Il
s’agissait en fait non pas de combattre un mal, quel qu’il soit, mais bien plutôt de le laisser de côté sans y attacher
d’importance et de développer sa qualité contraire. La suite de cet enseignement consistait à regarder passer nos
pensées perturbatrices sans les « accrocher » au passage. L’ami fut attentif à mes paroles et accepta de jouer le jeu.
Chaque jour qui passait il essaya d’accomplir un acte de générosité, aussi minime soit-il ; ses paroles elles-mêmes
changeaient. Il ne disait plus à tout propos « combien ça coûte ? » ou « c’est cher ! ». Il essayait de remplacer ce type
de vocabulaire familier par un autre du style « c’est une bonne idée » ou « comme c’est beau ! ». Il apprit à percevoir
la beauté avant le prix, ce qui d’ailleurs ne l’obligeait aucunement à acheter, et peu à peu la transformation s’opéra.
Dans l’espace créé, la beauté, l’émerveillement, la joie complice d’une attitude généreuse avaient peu à peu grignoté
la place de l’ombre. Il ne dépensait pas plus qu’il ne pouvait, mais son attitude faisait de lui un être généreux qui
s’apercevait qu’en payant un verre au lieu de s’en faire offrir constamment, il n’y perdait pas grand-chose
financièrement parlant, mais qu’il y gagnait beaucoup sur le plan des amis et de son être intérieur ! Je vous cite cet
exemple parmi d’autres car, pour nous ici, la démarche est identique. Il est des écueils à éviter dans l’apprentissage
de la lecture des auras, mais il est encore plus essentiel de développer en nous les qualités nécessaires à cette lecture.

Article d’Emilie Dedieu :

Les 7 initiations qui mènent à l’éveil

Lorsque nous sommes sur le chemin de l’éveil, nous rencontrons des hauts mais aussi quelques bas, cela ressemble un
peu aux montagnes russes, jusqu’au jour où cela se stabilise et les montagnes deviennent de simples rails sur lesquels
on se laisse joyeusement porter.

J’ai relevé 7 pics importants, que nous pouvons nommer les 7 étapes de l’éveil spirituel. Chaque étape est à mettre en
parallèle avec l’un de nos 7 chakras principaux.

Voici un résumé de ces 7 initiations, chacune possède une clé importante et ce n’est que lorsque la clé nous apparaît
que l’on peut avancer jusqu’à la prochaine initiation, donc grandir, évoluer, s’élever, ascensionner. Selon les
individus, ce processus est plus ou moins long, cela dépend de notre passé, de notre conditionnement, de nos bagages,
de notre capacité à lâcher-prise et avancer.

- 1 ère étape reliée au chakra racine : « Ne plus trouver sa place dans ce monde »

Cette initiation est déstabilisante, parfois même angoissante. C’est durant cette période que l'on s'aperçoit que notre
métier ne nous va plus, que nos amis ne nous correspondent plus, que notre conjoint ne nous fait plus vibrer, que nos
passions se ternissent. Parfois, nous n’avons plus goût à rien, on peut se sentir seul et perdu, nous sommes souvent
dans le jugement, la négativité.

Clé de cette étape : « La prise de conscience »

- 2ᵉ étape reliée au chakra sacré : « Découvrir un nouveau monde »

Cette initiation est agréable, bien que l’on se sente un peu éparpillé et confus. C’est durant cette période que l'on voit
clairement ce qui nous va, ce que l’on veut, ce qui résonne en nous, c’est à ce moment que nous apparaît notre
chemin de vie, nos envies, notre plaisir. Nous commençons à reprendre goût à la vie, nous voyons la lumière à la
sortie du tunnel, mais celle-ci peut nous sembler lointaine et encore inaccessible. La visualisation créatrice s'installe.

Clé de cette étape : « Le changement intérieur »

- 3ᵉ étape reliée au chakra plexus : « Créer ce nouveau monde »

87
Cette initiation demande beaucoup d’énergie et de centrage, elle peut être fatigante mais aussi vivifiante. C'est durant
cette période que l’on commence à changer nos habitudes, que l’on ose de nouveaux choix, que l'on agit afin de créer
une nouvelle réalité. Nous nous rapprochons de la lumière qui nous attire tant, nous tendons la main à nos envies,
nous créons pour notre plaisir, nous changeons pour notre plus grand bien. La confiance en soi augmente.

Clé de cette étape : « Le changement extérieur »

- 4ᵉ étape reliée au chakra cœur : « Jouir de ce nouveau monde »

Cette initiation est comme une bouffée d'amour, une période de bien être extérieur et de paix intérieure. C'est durant
cette période que nous nous installons confortablement dans notre nouvelle vie, nous sommes fiers de notre création,
elle a amené à nous de belles choses, de nouvelles rencontres, notre cœur peut maintenant se ré-ouvrir et s'épanouir
librement, le fluide guérisseur se libère. Nous apprécions, nous aimons, nous vivons dans la lumière, nous sommes
comme sur un petit nuage.

Clé de cette étape : « La ré-ouverture du cœur »

- 5ᵉ étape reliée au chakra gorge : « Échanger avec les autres mondes »

Cette initiation est celle de la maturité, de l’échange, du non jugement. C’est durant cette période que l’on accepte le
monde des autres, on ne juge plus on observe. La parole devient d’or, nous ressentons l’envie d’aider, d’apaiser les
maux. Tout en profitant et jouissant de notre vie si agréable, nous avons envie de partager et guider autrui vers la
même destination, la même lumière. Nous partageons nos expériences, nous communiquons librement, nous affirmons
notre place ici-bas. Notre Verbe créateur prend tout son sens.

Clé de cette étape : « L’acceptation des différences »

- 6ᵉ étape reliée au chakra 3ᵉ œil : « Voir les constructions des divers mondes »

Cette initiation est celle de la clairvoyance, tout devient évident, visible, palpable. Les mécanismes des autres et les
nôtres deviennent visibles, les ficelles nous apparaissent, les expériences sont évidentes. L'intuition se développe et
notre compréhension de la vie devient innée. Notre capacité à enseigner et véhiculer la lumière se réveille et se révèle
jour après jour. Nous voyons ce que nous ne pouvions voir auparavant et cela nous permet de comprendre la vie sous
toutes ses formes, avec paix et amour. Nous avons le recul nécessaire pour voir et comprendre, notre intuition devient
notre meilleur guide. Nous nous rapprochons de la notion d’Unité, nous la voyons et l'expérimentons de temps à
autre.

Clé de cette étape : « S’écouter »

- 7ᵉ étape reliée au chakra couronne : « Éclairer le monde »

Cette initiation est la plus grandiose, c’est à ce moment que l’on devient un véritable émetteur de lumière. Nous
savons qui nous sommes, nous avons détruit tous nos enfermements et nous vivons dans l’être-té. Nous ne cherchons
plus la lumière, car nous sommes devenus lumière, notre simple présence éclaire les chemins, les voies, notre être
apporte la joie et la sérénité par sa simple présence. Nous ne sommes plus dans l’action ou la réception, mais
simplement dans le mariage sacré de nos deux parties divines. Notre canal de lumière est entièrement ouvert et
purifié, nous faisons l'expérience de l’Unité.

Clé de cette étape : « Être »

Nous sommes tous amenés à vivre quelques-unes de ces étapes, peut-être même toutes pour certains.

Votre cœur vous dictera vers quelle initiation vous vous dirigez, et celles dont vous avez su extraire la clé et dont vous
vous servez jour après jour pour vous rapprocher de votre divinité.

Ce soir séance de bols tibétains et gongs chinois à Theix animée par Olivier et Maret de l’association « Au
bout du gong ». J’y suis allée avec Matisse, Maryse et une amie à elle. C’était très sympa. La séance a duré

88
1H30. Matisse et moi avons adoré. À un moment je me suis vue dans un espace sombre comme une grotte
avec une trappe carrée ouverte en haut. Je pouvais voir le ciel par cette trappe. J’ai réussi à presque
l’atteindre et l’image s’est effacée. « Rêver de grotte est depuis la nuit des temps un symbole de refuge et de
protection. » Est-ce que cela veut dire que je monte vers la lumière ?
J’ai également vu une femme avec une magnifique robe de mariée, je voyais quelqu’un lui retirer comme
une cape blanche qu’elle avait dans le dos. À un moment, l’animateur a utilisé un instrument du style
tambour de l’océan composé de multitudes de petites perles. Ce son imite le bruit des vagues qui s’échouent
sur la plage. Il a passé l’instrument au-dessus de nos têtes. J’ai ressenti comme si du sable se déversait dans
mon crâne pour descendre dans mon corps, avec la couleur orange. C’était vraiment surprenant comme
sensation, j’ai beaucoup aimé. Il nous a également fait écouter un instrument s’apparentant à un carillon,
d’une douceur infinie dans les oreilles. Je me suis vue petite, à l’âge de 7 ou 8 ans peut-être avec un haut
rayé rouge et blanc et les cheveux au carré en train de sourire. Après cette séance, je me suis trouvée dans un
état de bien-être, un état proche de celui dans lequel on se trouve lorsqu’on vient de se réveiller. Il s’est
prolongé très longtemps. C’est difficile à expliquer. Je pense que cela s’apparente à l’état alpha.

Avant de dormir, Soen me tire une carte de l’oracle quantique afin de connaître l’énergie du moment. Il sort
la carte « transcendance ». « La transcendance c’est le fait de transformer positivement un schéma vers sa
forme évoluée, améliorée. Par extension, la transcendance représente toute transformation vers un état
supérieur, plus évolué. C’est plus qu’une transformation, cela représente la totalité d’un schéma qui passe
au degré supérieur de son évolution, être qui va au-delà de ses limites, à la découverte d’une nouvelle
situation. La transcendance est l’apanage d’une conscience prête à s’adapter à tout nouveau schéma, à
passer à l’étape suivante de son chemin de vie. C’est la force de l’évolution en marche permanente ».
C’est vrai qu’en ce moment je sens vraiment que quelque chose change en moi, est-ce que c’est parce que je
me sens mieux psychologiquement, moins embrumée…

Matisse a adoré cette séance de bols tibétains et gongs chinois. Nous avons discuté à ce sujet et pendant 20
minutes il m’a expliquée que c’est comme s’il avait dormi, mais il est resté conscient. (Nous avions une
horloge sur le mur devant nous). Je pense que cela s’apparente à l’état hypnotique ou celui dans lequel nous
nous trouvons lorsque nous conduisons et que pendant un moment nous ne souvenons plus du tout que nous
étions en train de conduire. Il me semble qu’il s’agit d’un état hypnagogique, similaire à l’état alpha.

Le pouvoir des bols tibétains : concrètement, pourquoi ça marche ?


Au-delà de l’aspect mental et psychologique que je vais développer en détail, la vibration a une action physique
tangible : elle fait bouger les molécules d’eau. Et pas seulement celles du bol ! Notre corps étant composé à 65%
d’eau, nous allons également être affectés par ce phénomène, et c’est tout l’intérêt de la démarche : modifier nos
vibrations intérieures.

Le stress, les tensions, les peurs entrent également en nous sous forme de vibrations, et y restent durablement. Ainsi,
cette négativité affecte nous affecte de l’intérieur et nous vibrons à leur rythme. Pour preuve : les émotions négatives
bien souvent la plupart de nos pensées et de nos actions.

L’utilisation des bols tibétains a pour but de parer ce phénomène. En émettant de nouvelles vibrations positives,
relaxantes, les bols nous réajustent en nous forçant à nous synchroniser à ces ondes bienfaitrices.

Nous ne vibrons alors plus au rythme du stress, mais au rythme imposé par les bols. L’équilibre intérieur est alors
établi, ce qui procure un bien fou et nous remet tout simplement en ordre quand nous nous sentons partir à la dérive.
Il y a donc bien une liaison entre phénomènes physiques et répercussions mentales. Cette liaison, que de nombreux
psychanalystes et thérapeutes de toutes époques posent comme évidente, il nous la faut croire profondément. Ce point
étant essentiel, attardons-nous-y quelques instants.

Les bols chantants n’ont, somme toute, rien de chamanique. Leur principe est même purement scientifique : tels des
diapasons, ils nous réaccordent sur la fréquence qui est la plus agréable à vivre quotidiennement.
Leurs bienfaits, aussi bien physiques que mentaux, seront maximisés si la séance est réalisée par un professionnel et si

89
vous vous abandonnez totalement entre ses mains. Non, ce n’est ni une méthode miracle, ni -comme toute activité
médicinale- une science exacte !
Mais le jeu en vaut la chandelle. Rappelez-vous : confiance, implication et lâcher prise sont des éléments
indispensables pour que votre expérience soit un succès !
En fin de compte, les bols tibétains sont la parfaite illustration que certaines médecines alternatives fonctionnent
vraiment et permettent d’obtenir des résultats que peu d’autres disciplines se vantent d’atteindre.

C’est très étrange. Ce matin au bureau, une collègue est venue discuter avec moi et mon adjoint. Mon
adjoint va passer ses vacances sur une île et il expliquait que sa compagne, malgré la température de l’eau
irait assurément se baigner. À mon tour je racontais que Soen aussi entrait dans l’eau gelée sans difficulté et
que moi petite également mais aujourd’hui c’est une autre histoire. La collègue nous a raconté une histoire
de baignade au pied d’une cascade. Je pouvais visualiser la scène. Elle disait que l’eau froide était très
bonne pour la circulation sanguine ce qui est très connu. Enfin bref, cette conversation ne me serait même
pas revenue si dans l’après-midi Cyrille ne m’avait pas appelée pour me dire que la chaudière neuve venait
de tomber en panne et que nous n’avions plus d’eau chaude. Le réparateur est passé et il s’agit d’une
défaillance d’une pièce rare qu’il va devoir commander. Nous allons nous laver à l’eau froide pendant 5
jours…

Samedi 19 mai 2018

Je travaille ce week-end ainsi que lundi. Je suis dans un état d’épuisement terrible, je n’en peux plus.
J’essaye de garder le moral, mais ce n’est pas évident … Je crois que c’est une accumulation, la
pyélonéphrite, les antibiotiques et le fait de me lever très tôt tous les jours.

Dans l’après-midi je tombe sur une vidéo du mariage princier de Meghan et Harry ce qui me rappelle ma
vision lors de la séance de bols tibétains. Une scène où je vois une princesse ou une mariée vêtue d’une robe
blanche avancer vers la gauche avec une personne qui lui retire quelque chose. J’étais positionnée
exactement comme le cameraman dans le reportage.

Mercredi dernier j’ai ressenti une grosse vague de froid glacial me parcourir dans le salon alors que toutes
portes et fenêtres étaient fermées et en rentrant à la maison vendredi midi la lumière de l’escalier était
allumée. Je commençais à me demander si les phénomènes ne recommençaient tout en continuant à me dire
que c’était mon mental. Quelqu’un a dû allumer l’escalier sans le faire exprès. Ceci dit je reste sur mes
gardes.

Je suis allée avec Matisse et Soen faire quelques achats à GIFI et Matisse m’a dit que depuis quelques jours
il était à nouveau mal à l’aise dans la maison. Je suis surprise, d’autant plus que je ressens la même chose.
Dans la soirée ma mère m’a appelée, la bague de ma grand-mère qu’elle porte à son doigt s’est cassée en
deux. Je me dis que ma grand-mère a peut-être un message pour moi. C’est vrai que vendredi Maryse m’a
proposé de demander à son amie de faire l’écriture automatique pour que je puisse lui parler et j’ai décliné
en expliquant que je voulais laisser ma grand-mère tranquille.

Dimanche 20 mai 2018

Matisse aimerait que je lui refasse une séance d’hypnose régressive. J’ai travaillé toute la matinée pour
écrire un texte qui tienne la route. J’ai également deux autres projets, mais je traîne pour les réaliser. Cela
fait un moment que j’ai acheté un paquet de cartes de visites vierges pour créer mon propre oracle et je n’ai
pas encore commencé. Et depuis quelques semaines j’aimerais écrire un livre sur la spiritualité à la façon
des livres dont vous êtes le héros. Mais ce projet va devoir attendre, car j’ai énormément de choses à
apprendre avant, trop … et je crois que je ne saurais pas par où commencer.

90
Depuis que j’ai réalisé que je passais des tests, je crois qu’au fond de moi depuis quelques jours j’ai un peu
peur de devoir subir des épreuves douloureuses. J’y pense souvent et tente d’apprivoiser mon mental à ce
niveau-là car c’est pénible. Ce midi en rentrant de ma permanence j’ai demandé un signe et j’ai allumé la
radio. Je suis tombée sur la chanson « Heartless » (= la promesse) de Justin Nozuka. La chanson était
presque finie alors je note ce que j’ai entendu :
« Sur ma vie je t’en fais la promesse, promesse. Je ne ferai jamais rien qui te blesse, qui te blesse. Jamais,
jamais, jamais, jamais. » Puis en tournant chez moi je me suis fixée sur la plaque d’immatriculation du
véhicule qui me précédait : « EM 110 ». C’est con mais pour moi c’est comme s’il était inscrit EM
« AIME » Quant au 110, je savais qu’il se référait aux anges. En regardant sur internet j’ai trouvé cette
explication : « De puissants conseils divins venant de Dieu et des anges vous demandent de modifier vos
pensées. » Ça tombe pile poil !

Le soir nous regardons le film Avatar. Sur la fin, durant à peine une seconde on voit l’ennemi numéro 1 des
autochtones ouvrir une trappe du vaisseau dans lequel il est. Cela m’a rappelé ma vision de la trappe lors de
la séance des bols tibétains. C’est très troublant, car j’étais positionnée exactement au même endroit que la
caméra à part que dans ma vision il n’y avait que moi c’est identique. J’ai réussi à prendre un cliché de la
scène sur Youtube. Cela me fait me questionner sur ces visions. S’agit-il tout simplement de choses que je
vais voir dans le futur ?

Lundi 21 mai 2018

Cette nuit j’ai rêvé que je me trouvais dans un village près de la maison de mes parents. Il y a avait eu un
énorme événement, un virus qui avait transformé beaucoup d’habitants en handicapés. Je voyais une femme
ou un enfant se coller à un homme ou une femme comme si elle avait un souci mental du coup j’ai la
sensation que cette personne était handicapée. Je crois que Cyrille, Matisse, Soen et moi avons du être
évacués de l’endroit où nous étions hébergés et Soen avait disparu pendant l’évacuation. Il était introuvable.
Nous devions traverser la forêt alentour qui était très dangereuse et à son tour Matisse a disparu. C’était très
angoissant, mais je suis restée très calme. Puis j’ai croisé une femme qui vendait des vélos bien pourris. Je
lui en ai demandé un tout-terrain. Bref rêve bien nul sans queue ni tête. Mais pour mes enfants, j’ai rêvé de
leur disparition car hier j’ai eu une pensée éclair de la peur de les perdre. Le truc à ne pas faire et que je
faisais petite pour rêver de ce que je veux. Pour le reste, la forêt (= film Avatar que j’ai regardé avant de
dormir). Pour les personnes handicapées je ne sais pas, ceci dit au réveil je suis tombée directement sur une
vidéo très marquante d’une maman qui parle de ses difficultés à faire admettre à l’école son enfant
handicapé. Je m’en veux, car je ne l’ai pas écoutée jusqu’au bout, elle me mettait très mal à l’aise…

Trois conseils pour une bonne écoute

On progresse beaucoup plus en écoutant qu’en parlant. Le proverbe dit « Tu as deux oreilles et une bouche, ce qui
veut dire que tu dois écouter deux fois plus que tu ne dois parler ». La parole nous transforme parce qu’elle nous
force à préciser nos idées, mais l’écoute est plus puissante, car elle nous ouvre à d’autres univers que le nôtre.

Toujours se rappeler qu’écouter, c’est donner. Pas seulement des réponses, mais de la présence. « Écoute d’abord, et
réponds ensuite, n’oublie pas qu’il s’agit de deux choses différentes ». Ce temps d’écoute préalable donne à nos

91
réponses une authenticité, un poids, et une efficacité accrus.

Il faut se désemplir en partie de soi pour bien écouter. Se désemplir de ses peurs, peur de ne pas savoir quoi dire, peur
de ne pas avoir de réponses à donner. Se désemplir de ses certitudes. Se désemplir de ses lassitudes. Mais on a des
limites en matière d’écoute ; il y a des moments où l’on a juste besoin d’être seul, pour se ressourcer !

Que cette fin de journée soit douceur, harmonie, que cette nuit vous apporte repos, régénération, et sans doute un
beau voyage au-delà de nos frontières terrestres.

L’Enseignement Tibetain De La Vie Et De La Mort


À CEUX QUI SE LAISSENT ENVAHIR PAR LA COLÈRE.

Quand nous sommes sous l’emprise de la colère ou de la haine, nous ne nous sentons pas bien, ni physiquement ni
mentalement. Tout le monde s’en rend compte et personne n’a envie de rester avec nous. Nous perdons l’appétit, nous
ne dormons pas, nous attrapons parfois des ulcères, et si nous sommes continuellement dans cet état nous
raccourcissons sûrement le nombre d’années qu’il nous reste à vivre.

À quoi bon ? Même si nous allons jusqu’au bout de notre rage, nous n’éliminerons jamais tous nos « ennemis ».
Connaissez-vous quelqu’un qui y soit parvenu ? Tant que nous hébergeons en nous cet ennemi intérieur qu’est la
colère, ou la haine, nous aurons beau détruire nos ennemis extérieurs d’aujourd’hui, d’autres surgiront demain.

Nos véritables ennemis sont les poisons mentaux :


l’ignorance, la haine, le désir, la jalousie, l’orgueil. Ce sont les seuls capables de détruite notre bonheur. La colère ou
la haine, en particulier, sont la cause d’un grand nombre des malheurs de ce monde, depuis les querelles familiales
jusqu’aux plus grands conflits. Elles rendent invivable n’importe quelle situation plaisante. Aucune religion ne vante
leurs vertus. Toutes mettent l’accent sur l’amour et la bienveillance. Il suffit de lire les différentes descriptions de
paradis pour se rendre compte qu’on y parle de paix, de beauté, de jardins exquis, de fleurs, mais jamais, que je
sache, de conflits ni de guerres. On n’accorde dons à la colère aucune qualité.
Que faire de la colère ? Pour certains, elle n’est pas un défaut. Ceux qui n’ont l’habitude d’observer leur esprit
pensent qu’il fait partie de leur nature, qu’il ne faut pas la réprimer mais au contraire l’exprimer. Si c’était vrai, il
faudrait aussi dire que l’ignorance ou l’illettrisme font partie de notre esprit, puisqu’en naissant nous ne savons rien.
Portant, nous faisons tout pour les éliminer, et personne ne proteste que ce sont des choses naturelles auxquelles il ne
faut rien changer. Pourquoi alors ne pas vouloir faire de même avec la haine ou la colère, qui sont beaucoup plus
dévastatrices ? cela vaut certainement la peine d’essayer.

CONSEILS DU CŒUR DU DALAÏ-LAMA.

Ce midi je rentre chez moi. Sur le trajet mon mental commence un brouhaha infernal. Ce matin j’ai conçu
une séance d’hypnose régressive que j’ai mis à l’impression sur la photocopieuse publique, mais je n’ai pas
récupéré les documents et parfois ils sortent quand même sans mettre un code… j’ai donc fait demi-tour au
cas où… Sur le trajet le ciel était bleu sans nuage. J’ai allumé la radio et le présentateur Nagui disait: « Je ne
sais pas, ce sera peut-être une surprise ». Quand je sors du bureau pour rejoindre ma voiture, le ciel est
rempli de nuages. Il y en a un en particulier qui attire mon attention, un magnifique cœur !� �

Dans l’après-midi je m’isole dans la chambre d’amis et place le casque sue mes oreilles pour écouter une
musique de Méditation Connexance du livre « Tous éveillés » de Christophe Jacob. Il nous demande dans
son livre de noter tout ce qui nous traverse l’esprit durant cette séance :

92
• J’ai entendu la phrase : nous en libérerons la moitié. (Je crois qu’il y avait une condition juste avant
mais impossible de m’en souvenir…)
• J’ai demandé les prénoms de mes guides et j’ai eu à la vitesse de l’éclair les prénoms : Sébastien,
Denise et Franck.
• J’ai vu une femme blonde parler à un homme à travers la fenêtre de la portière avant d’une vielle
voiture des années 30 ou 50, j’en sais rien.
• J’ai vu une femme blonde coiffée d’une natte vêtue d’une robe de princesse mauve demander des
faveurs sexuelles avant d’aller manger. (Noble, princesse, prostituée ?) Elle était assise ou accroupie
de face et son amant derrière elle et elle s’adressait à lui en penchant la tête en arrière.
• Et enfin j’ai vu un lit une place avec une couette présentant plein de motifs colorés. Le lit était dans
l’angle droit du mur. Il semblerait que ce soit un petit garçon qui y dorme.

Article d’Emilie Dedieu :

La crise de guérison :

La crise de guérison est un processus naturel et bénéfique, même si cela paraît douloureux et pénible à vivre. En effet,
lorsque nous traversons cette période, tous nos maux, symptômes, émotions négatives sont accentués. Le corps
devient douloureux et l’esprit fragile. On peut se sentir vulnérable, affaibli.

Pourtant, la crise de guérison est un merveilleux moment de purification de l’âme et du corps, c’est un
renouvellement complet de toutes nos cellules, une remise à neuf de nos énergies.

En effet, à l’intérieur de nos cellules, de notre corps, de notre mental, siègent nos expériences passées, nos douleurs,
nos peines, celles-ci se cristallisent jusqu’à faire corps avec nos cellules. Nous sommes donc alourdis par toutes ces
toxines.

Et, lorsque nous sommes prêts à nous alléger, le corps va libérer toutes ces toxines, tous ces parasites, qui vont
remonter à la surface quelque temps avant d’être évacués afin de laisser place à de nouvelles énergies. C’est donc à
ce moment clé qu’apparaît la crise de guérison, lorsque tout remonte. Cette période est passagère, elle peut durer de
quelques heures à 2-3 semaines, tout dépend de notre degré de lâcher prise. Plus les anciennes mémoires sont ancrées
en nous, plus nous y sommes attaché, plus la crise de guérison sera longue.

En principe, ce sont les parties de notre corps ou chakras qui contiennent le plus de toxines qui vont nous faire le plus
souffrir. Par exemple, j’ai toujours été sujette aux maux de gorge, car, j’ai longtemps refoulé mes émotions, alors
chaque crise de guérison que je traversais ravivait ces douleurs, remettait à la surface les émotions que j’étouffais, je
souffrais donc intérieurement et extérieurement. Je remarque à ce propos que cela fait maintenant plus de 3 ans que je
n’ai pas eu de maux de gorge, ce qui veut dire que mon travail intérieur a porté ses fruits, je n’ai plus de toxines à
éliminer au niveau du chakra gorge. Ma dernière crise de guérison a scellé la purification de ce chakra, et
aujourd’hui je travaille à le garder « propre »…

La crise de guérison n'est pas forcément physique, elle peut s’exprimer sous forme de déprime, insomnies, angoisses,
fatigue, doutes… tout ce qui est d’ordre émotionnel.

Nous traversons ces crises à des moments clés de notre vie, lorsque nous sommes prêts à passer un nouveau plan de
conscience et souhaitons nous délester de l’ancien. Cela peut être une séparation, une rencontre, une révélation, une
initiation, mais aussi suite à un soin énergétique, une thérapie libératrice… En effet, les soins et autres thérapies
nettoient les cellules, débloquent des nœuds énergétiques, purifient nos corps subtils. Il est donc fréquent qu’une crise
de guérison s’installe. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela ne veut pas dire que le soin n’a pas
fonctionné, bien au contraire, c’est une très bonne indication que le soin a nettoyé bien des choses.

Alors, pas d’inquiétude face à cette crise de guérison, à l’inverse, félicitons-nous de cette merveilleuse purification,
acceptons-la, elle nous rendra plus forts et plus grands.

J’insiste sur le fait que la crise de guérison intervient seulement après une prise de conscience, ou un soin
énergétique. Alors que la maladie se répète continuellement, pour faire passer un message. La nuance est très
importante.

93
La crise de guérison est une LIBÉRATION de l’être, la maladie est un ENFERMEMENT de l’être.
Émilie � �

Désencombrez votre lieu de vie pour libérer l’espace en vous.

Savez-vous que le « bazar » de votre lieu de vie mine votre énergie et active votre stress ?
Et si vous décidiez de retrouver la totale maîtrise de votre environnement ?

Hannah Sambély nous partage avec beaucoup de naturel :


- Comment le rangement méthodique devient source de créativité
- Combien le fouillis qui règne chez nous influence grandement notre vie affective et professionnelle
- Comment le rangement change notre taux vibratoire pour attirer ce qui nous fait vibrer

Elle nous invite à utiliser le rangement comme outil de développement personnel.


Vous rêvez de mettre de l’ordre dans votre passé ?
De faire un nettoyage en profondeur de votre vie matérielle et psychique à la fois ?

Mardi 22 mai 2018

Je voulais poser ma journée, mais ce matin j’étais convoquée pour m’entraîner au tir, je n’ai donc pas pu. Je
dis à mon adjoint que je n’ai pas du tout envie d’y aller, je suis trop fatiguée, j’ai juste envie de dormir. Je
me dis que je vais pratiquer la loi d’attraction et me persuade que je ne vais pas y aller. Finalement le tir est
annulé, car les moniteurs ont trop de travail.

J’ai posé mon après-midi ce qui m’a permis de faire une sieste avec Soen. Au réveil, nous nous installons
tous les deux dehors au soleil. Soen me dit : « Tu sais ce que c’est une méditation maman ? C’est fait pour
regarder à l’intérieur de toi mais aussi très loin. Regarde, ferme les yeux. Moi quand je ferme les yeux je
peux voir l’univers. »

Cet après-midi après la sieste, je suis au soleil. J’ai regardé une vidéo d’une vlogueuse qui explique que
nous pouvons demander à l’archange Mickaël de nous dire quelle est notre mission de vie. J’en fais donc la
demande.
Le jeudi, lors de ma reprise, un collègue formateur vient me voir pour me demander si je peux leur rendre un
service en faisant partie du jury pour faire passer des oraux blancs aux ADS du service qui ont eu leurs
écrits. Puis un collègue du bureau statistique vient me voir. Il veut me demander un service. Son beau-frère a
été retrouvé mort calciné dans son véhicule en 2016, le Tribunal vient de transmettre le dossier à sa famille
et il aimerait avoir mon avis, savoir ce que j’en pense. D’ailleurs c’est étonnant car j’ai réalisé qu’il m’avait
confié le dossier le jour de l’anniversaire de son beau-frère, il ne s’en était pas aperçu. Il y a quelque temps
Sylvaine m’a aussi contacté de Paris alors qu’on ne s’était pas parlé depuis 2015 pour que je parle à sa fille
du métier de policier en me demandant d’essayer plus ou moins de la dissuader de faire ce métier plus tard.
Du coup j’essaye de comprendre, depuis que je suis à Vannes personne ne me demande aucun service, à part
mon oncle une fois mais bon… Je me sens inutile depuis la fin des statistiques.

Mercredi 23 mai 2018

Cette nuit j’ai rêvé que je me trouvais dans une ville sur Terre je crois… bien qu’en y repensant je n’en suis
plus certaine car je me vois sur un pont en spirale descendante. Dans le ciel il y avait une multitude de
vaisseaux transparents et blancs, mais d’un blanc très beau. (Difficile à décrire car blanc c’est blanc, mais

94
c’est la matière qui les rendaient plus beaux). Ils circulaient au-dessus de nos têtes et nous les regardions en
discutant. Ceux dont je me souviens étaient triangulaires Plus au-dessus sur ma droite, je pouvais admirer un
gigantesque vaisseau aménagé comme une roche qui flottait. Un peu comme si on avait découpé une île mais
en profondeur. Je sais que sur ce vaisseau se préparait une grande fête ou un jeu. Je ne sais plus qui était
près de moi sur ma gauche mais nous discutions comme deux amis. Je lui disais que je trouvais ça super que
les habitants de cette ville se soient habitués à la présence de vaisseaux au-dessus de leur tête tout en
précisant que les étrangers de toute façon ne les croyaient pas quand les habitants leur en parlaient et que
c’était bien ainsi.
Au réveil tout est flou et les minutes qui suivent rendent le rêve de plus en plus incohérent.

Extraits du livre la nuit noire de l’âme de Pamela KRIBBE.

Rencontrer sa part d’ombre.

Je suis Jeshua. Je suis celui qui a amené l’énergie Christique sur la Terre. Je l’ai portée parmi vous, et vous qui lisez
avez été touchés par cette énergie. Désormais, vous faites partie des porteurs de cette énergie Christique sur Terre
Quelle est la nature de cette énergie, et qu’est-ce qu’elle a porte de nouveau ? L’énergie Christique est une énergie
d’égalité et de fraternité. Lorsque cette énergie s’éveille en votre cœur, vous reconnaissez chacun comme étant une
partie d'un tout de cette façon vous portez en vous la conscience vivante de l’unité et de l’égalité. Votre capacité à
maintenir cet état de conscience est d’une grande importance, car elle témoigne d’une véritable expansion au niveau
de la conscience. Grâce à cette expansion, vous avez désormais la capacité à vous reconnaître en les autres malgré
toutes vos différences. Vous ne jugez plus leur comportement, leurs paroles ou leur apparence. Vous vous connectez à
l'essence même de la personne et ainsi à la partie d’elle est reliée à votre propre essence profonde. En prenant qui
conscience que vos essences sont les mêmes, vous activez les deux. Ainsi vous créez une connexion au niveau de
l'âme, une connexion de cœur à cœur Voilà la nature de la conscience Christique.

La conscience Christique est présente sur Terre. J’étais l'un de ses porteurs, mais aucun être humain ne peut porter la
totalité de la conscience Christique. Ce champ de conscience est bien plus grand que moi. C'est une conscience
collective qui rayonne sa lumière vers tous ceux qui souhaitent et sont en mesure de la la recevoir. C'est un champ
d'énergie qui demeure chez les êtres humains dont le cœur est ouvert. Ce champ augmente en puissance lorsque le
cœur d'un être humain s'éveille; lorsque votre cœur s’éveille. Vous renforcez ce champ lorsque votre conscience
s’ouvre et lorsque vous lâchez vos jugements et découvrez votre unité avec les autres.

Cesser de juger et devenir plus conscient de cette unité est un chemin qui ne se fait pas tout seul pour un être humain.
La plupart du temps, vous n’êtes même pas conscient du degré auquel vivez dans le jugement et la séparation. Votre
sens d’identité en tant qu’être humain est souvent fondé sur le degré auquel vous vous distinguez des autres. On vous
apprend que votre pouvoir réside dans votre capacité à vous sentir « exceptionnel », meilleur que d’autres… Ainsi,
pour que le cœur d’un être humain s’éveille, il est souvent nécessaire qu’il passe par une crise profonde afin de
provoquer une modification dans sa manière de penser et d’agir, et cette crise s’appelle la nuit noire de l’âme.

Le degré auquel votre cœur est ouvert aux autres est déterminé par le degré auquel vous savez être aimant envers
vous-même. Vous ne pouvez accueillir pleinement un autre que lorsque vous avez ouvert votre cœur à vous-même. La
plupart des gens vivent dans une certaine fermeture du cœur envers eux-mêmes. Certaines parties de leur être sont
enfermées derrière des portes verrouillées et les barreaux de leur prison intérieure sont faits de conventions sociales,
de principes moraux et d'un profond sentiment de dévalorisation. Il s’agit d’un héritage collectif qui touche tous les
peuples de la Terre Que vous ayez vécu une enfance heureuse ou malheureuse, il existe des principes ancrés dans
l'esprit humain autour de la notion du péché qui affectent inévitablement chaque enfant en grandissant. Ces idées ne
parviennent pas seulement à l'enfant par le biais de son environnement mais aussi depuis l'intérieur, par héritage des
vies que son âme a déjà vécues sur Terre. Ce sentiment ancré de dévalorisation qui sommeille en chacun de vous
représente la plus grande force contraire à l'éveil de la conscience Christique sur terre.

Lorsque quelqu'un vit une nuit noire de l'âme, les chaînes qui le maintenaient dans cette ancienne conscience
deviennent visibles à ses yeux, et c'est précisément cette prise de conscience qui brise les chaînes Une crise ou une
lourde épreuve et souvent dans votre vie vous met face à des émotions violentes et souvent douloureuses qui étaient
déjà présentes au fond de vous. La peur, la colère, le désespoir et la tristesse vous submergent et vous font perdre
l’équilibre. Existe-t-il en votre for intérieur une forteresse spirituelle où ces émotions peuvent être accueillies? Y a-t-il

95
un centre solide en vous depuis lequel ces émotions peuvent être observées sereinement? Chez de nombreuses
personnes ce bastion, ce centre, est manquant, et c’est ce qui vous fait courir le risque de vivre une véritable crise : ne
trouvant plus de terre ferme pour vous soutenir, vous tombez dans un trou. Vous vous sentez impuissant, à la merci
d'émotions profondes et douloureuses, sans filet de sécurité pour amortir la chute. Le sentiment de dévalorisation
refait surface et c’est ce manque d’estime de soi qui empêche de bâtir de solides fondations, et qui vous entraîne au
cœur de l'obscurité, au cœur de la nuit la plus sombre. N’étant pas en mesure de recevoir des autres, vous ne parvenez
plus à accepter de l'aide extérieure, puisqu’à vos yeux vous n'êtes pas digne de recevoir quoi que ce soit, y compris de
l'aide.

Poser les fondations d'une solide reconnaissance de votre propre valeur et acquérir une acceptation inconditionnelle
de ce que vous êtes est quelque chose que personne d’autre ne peut faire à votre place. Si vous dépendez de quelqu’un
d'autre, soit un parent, un professeur ou un gourou, vos fondations resteront instables et fragiles. Vous êtes la seule
personne qui peut poser ces bases. Je voudrais vous tendre la main et vous aider à prendre ce pas. Je ne peux pas
vous forcer, seulement vous encourager. Vous seul pouvez faire l'expérience de votre propre valeur et la sentir
pleinement. Dès que vous vous accueillez de cette manière avec dignité, vous entrez en connexion avec moi et avec ce
que je suis venu vous apporter : l'énergie Christique.

L'énergie du Christ est une énergie plus grande que moi. Elle nous englobe tous les deux. Le Christ se trouve à la
périphérie de votre espace intérieur et il vous attend. Lorsque la perspective de votre espace intérieur se réduit,
lorsque vous vous retrouvez aux prises avec des jugements et des peurs, c’est le Christ qui vous appelle. Il vous
montre que vous avez la capacité de déplacer ces frontières, et que, tout ce que vous repoussez en dehors de vous a le
droit d’exister et vous pouvez l’accueillir. À ces endroits de vous auxquels vous dites « non », dans ces moments où
vous n’arrivez plus à dire « oui » à la vie, le Christ vous invite et demeure constamment prêt à vous aider. Je suis son
messager et je tends la main vers vous. Osez donc franchir cette frontière et prendre ma main.

Imaginez un instant que vous courez avec moi dans un désert. Il est vaste et vide. Vous êtes en train de vous déplacer
sur cette plaine immense, et la Terre sous vos pieds et un immense ciel dessus votre tête. Ressentez l’effet des éléments
sur vous. A force de courir vous commencez à fatiguer et vous avez soif mais l'environnement autour de vous est aride
et le désert ne vous offre rien pour vous rafraîchir ou vous nourrir. Vous vous sentez de plus en plus angoissé et perdu
vous ne voyez aucun chemin clairement tracé devant vous. Bientôt la nuit tombe sur le désert et il commence à faire
sombre et froid. Vous cherchez un endroit à l’abri pour vous poser. Après avoir cherché un long moment vous êtes très
fatigué et vous avez froid. Vous vous sentez démuni et ne savez plus quoi faire, vous commencez alors à avoir des
larmes au bord des yeux.

Ressentez ma présence, ouvrez-vous à moi. Il y a quelqu’un avec moi qui veut se montrer à vous, ici, au cœur du
désert : c’est votre part d'ombre. C’est la partie de vous qui a longtemps porté votre peur et vos émotions sombres.
Cette part d’ombre cherche la rédemption, elle veut que vous la voyiez, que vous l'accueilliez, elle veut faire partie de
vous. La nuit noire de conduit à votre part d’ombre, cette partie de vous à laquelle vous avez résisté et que vous avez
repoussé depuis bien longtemps. Je sais bien que faire face à votre partie sombre peut vous sembler menaçante ou
sinistre, c'est pour cela que je suis à côtés.

Imaginons donc que c’est la nuit, vous êtes au milieu du désert et vous sentez la présence d’un être dans l’obscurité.
Vous êtes méfiant, mais soyez rassuré, je suis à côté de vous. Demandez à cet être de se montrer à vous. Peut-être que
vous voyez d'abord la lumière de ses yeux sortir de l'obscurité. Gardez votre attention sur ses yeux. Rappelez-vous que
cet être porte votre douleur et votre peur et qu’il a plus peur de vous que vous n’avez peur de lui. Sachez qu’il a été
banni il y a très longtemps et il s’est senti obligé de vivre dans l’ombre Votre part d’ombre s’est repliée sur elle-même
et elle ne dévoile pas facilement ses besoins. C’est à vous de l’appeler, de l’accueillir et je vous assure que vous en
êtes capable. Ouvrez votre cœur et appelez cet être. Sentez votre compassion, cette partie de vous qui a porté la
douleur du rejet et de la solitude depuis tout ce temps. Votre part d’ombre se vit comme un laissé-pour-compte qui a
été privé de compagnie humaine et de chaleur fraternelle depuis très longtemps Je suis avec vous et j'allume un feu de
camp au milieu de la nuit pour vous réchauffer. Asseyons-nous autour du feu, tous les trois. Donnez-moi votre main et
donnez l'autre à votre part d'ombre, dans ce cercle de lumière et de chaleur. Si vous savez accueillir cette partie de
vous, elle saura venir vers vous, car elle a tant besoin de sentir votre approbation et votre appréciation. C’est votre
ouverture qui rendra possible ce rapprochement. Lorsque vous permettez à cet être rejeté et perdu de vous rejoindre,
quelque chose de précieux se passe vous revenez au foyer et vous revenez à vous-même Permettez à l’énergie de
l'acceptation et de la reconnaissance de circuler entre nous trois. Je suis ici pour vous protéger et vous rassurer, je
suis celui qui crée un pont entre vous deux. En même temps je ne suis pas quelqu’un ou quelque chose qui trouve
l'extérieur de vous je suis à l’intérieur de vous. Laissez cette énergie rayonner tranquillement parmi nous trois afin de

96
nous permettre de fusionner et de ne faire qu'un seul Faire la paix ainsi avec votre part d'ombre vous permet de venir
un être humain guéri, les deux pieds fermement plantés dans le sol et le cœur ouvert à tout ce qui vit. Un espace
s’ouvre en votre cœur qui vous rend capable de vous aimer vous-même, et vous pouvez ensuite élan partager cet avec
d’autres. De cette façon la lumière du Christ peut se répandre sur Terre.

Au sujet de la dépression

Je vous invite à voyager un instant avec moi. Descendons ensemble dans cet état dépressif et explorons-le avec un
esprit ouvert. Que se passe-t-il lorsqu’une personne perd tout espoir, se replie sur elle-même et se sent impuissante
face à toutes les émotions lourdes qui jaillissent des profondeurs en elle ? Le plus souvent, cet état est une réaction
face à des événements extérieurs bouleversants qui viennent déstabiliser tous les domaines de sa vie et qu’elle ne
parvient pas à intégrer dans son cadre de référence habituel. Il peut s’agir d’une épreuve de vie telle que le décès
d’un proche, d’une maladie, la perte d’un emploi ou une rupture sentimentale. Ce genre d’événement affecte les gens
en profondeur et peut les amener au bord du gouffre.

Parfois l’obscurité peur aussi surgir depuis l’intérieur sans cause extérieure apparente. Dans ce cas, ce sont de vieux
fardeaux émotionnels qui ont été refoulés dans la mémoire de votre âme qui remontent à la surface. Des expériences
douloureuses, provenant peut-être même de vies passées, jaillissent de vos profondeurs et vous laissent face à des
émotions lourdes, des peurs et des doutes. Des expériences profondes de manque, de solitude, ou d’échec peuvent
surgir sans raison apparente dans votre psyché. Ces émotions déstabilisantes peuvent vous faire perdre pied tout
autant qu’un événement extérieur qui vous bouleverse.

Lorsqu’une personne se trouve prise dans une dépression ou dans une nuit noire de l’âme, elle a toujours l’impression
d’être engloutie par ses émotions et incapable de les gérer . Ce puissant flot d’émotions douloureuses et lourdes lui
semble trop gros à affronter. Elle en est dépassée, du moins elle en a l’impression et elle s’enferme dans un profond
sentiment d’impuissance. Or, dès lors qu’elle tourne le dos à ces émotions et refuse de leur faire face, elle se piège,
car elles ont besoin de circuler. Il est essentiel que les émotions puissent poursuivre leur mouvement comme le fait une
vague qui déferle sur une plage. Cependant vous avez très souvent peur de laisser faire ce mouvement et tendance à
résister aux émotions qui vous inondent. Vous construisez un barrage, derrière lequel vous dites : « Je ne peux pas
gérer cela. Je ne veux pas cela. Je veux en finir avec cela. » Cette réaction, générée par un sentiment d’impuissance,
mène à la dépression, qui est un état de vide et de fermeture à la vie. Avec le temps, cette situation devient
insupportable, jusqu’à vous faire perdre le goût de vivre.

Si l’on regarde la situation d’un point de vue terrestre, on pourrait dire que vous voulez mourir parce que la vie est
intolérable Du point de vue de l’âme, vous êtes mort et l’expérience est si insupportable que vous feriez tout votre
possible pour sortir de cette situation. Essentiellement, le désir de mourir est un profond désir de changement et donc
un désir de vivre à nouveau. Les personnes qui pensent à se suicider ont en réalité un profond désir de vivre et non de
mourir. C’est précisément ce sentiment d’être mort à l’intérieur qui pousse les gens au désespoir extrême. Finalement,
c’est leur soif de vivre qui les pousse à vouloir mettre fin à leur vie physique.

Dans l’expérience de la dépression, il y a un mélange de grande résistance et de vulnérabilité extrême. La dépression


est une façon de vous défendre contre la force des émotions qui menacent de vous submerger. Vous pensez qu’elles
vont vous détruire et dans votre impuissance v construisez une vous, en quelque sorte vous vous entourez d’un cocon,
ne voulant et ne pouvant plus rien ressentir. Vous ne voulez plus être là et tout comme l’autruche proverbiale vous
mettez la tête dans le sable. Même si vous étouffez dans le sable, cela vous semble la seule issue possible.. Au bout
d'un moment, la dépression s’empare de vous et vous n’arrivez plus à sortir la tête du sable. Vous êtes tellement fermé
à la vie et à vos émotions que vous n’êtes plus en mesure de renverser ou de transformer la situation.s

À ce stade, l'idée de dire « oui » à vos émotions vous semble bien au-delà de vos forces : la dépression a atteint son
paroxysme. D'une part vous n’arrivez pas à accueillir vos puissantes émotions de désespoir, de tristesse et de solitude,
ni les partager avec d’autres et, d'autre part, vous savez et vous percevez que c’est terriblement douloureux de vivre
sans émotions, que c'est une forme de mort, un déni total de votre essence vivante. Au bout d'un certain temps, vous
avez à nouveau le désir de ressentir des choses. La douleur de ne pas ressentir est devenue plus grande que celle de
ressentir vos émotions. Cette étape marque un tournant et contient la promesse de votre rédemption. Le fait de refuser
de ressentir, de dire « Non, je ne peux pas, je ne veux pas vivre je veux mourir, je veux disparaître » crée une telle
sensation de vide intérieur que c’est désormais impossible de le supporter

97
Du point de vue de l’âme, la force de vie est en train de croître et elle ne pourra pas être retenue indéfiniment.
Restreindre la force vitale durant une période prolongée génère une force contraire qui finit par jaillir. La force du
raz-de-marée qui veut déferler sur la plage ne peut pas être contenue à jamais. À un moment donné, depuis votre for
intérieur, un « oui » émerge, même si vous n’en êtes pas conscient. Rien ne peut rester statique dans la vie et le désir
de vivre est irrépressible. Quand ce paroxysme est atteint, vous créez des événements dans votre vie qui provoquent un
changement et ainsi permettent de trouver une Issue.

Parfois, cela arrive lorsqu’une personne fait une tentative de suicide. Si elle échoue, il est possible que cela génère
une spirale ascendante. Sa souffrance est désormais bien visible aux yeux de tous, et en s’apercevant du degré auquel
d’autres personnes se soucient d'elle, il se peut qu’elle s'ouvre à davantage de lumière et qu’elle s’autorise de
recevoir leur compréhension et leur compassion. Toutefois, il peut aussi arriver que les gens ne parviennent pas à
s’ouvrir et restent en état de dépression. Il n'existe pas de recette toute faite pour provoquer une percée. La vie est
néanmoins dotée d’une pulsion motrice qui rend impossible de stagner indéfiniment dans un état de conscience figé

Même s’il arrive que vous mettiez fin à votre vie terrestre, vous êtes aussitôt confronté à de nouveaux choix de l’autre
côté, car vous continuez à faire l’expérience de ce que vous ressentez. La mélancolie présente pendant votre vie, vos
sentiments de douleur et d’angoisse, peuvent maintenant se présenter avec davantage d’acuité et de manière moins
voilée. Parfois, le plan astral où vous aboutissez après la mort, vous confronte directement aux émotions que vous
avez refoulées et elles peuvent recommencer à circuler. De cette manière, il peut arriver qu’une personne se sente
désespérée et horrifiée au moment de mourir en découvrant que la vie n’a pas véritablement pris fin. Ou bien, elle
perçoit les émotions de ses proches sur terre, dans le chagrin et la douleur et elle en est très affectée. Le fait d’être
autant touchée peut créer dan l'âme de la personne décédée un élan nouveau et déclencher une avancée qui lui
permet par exemple de s'ouvrir davantage à l'aide de ses guides qui sont toujours présents, sur terre comme au ciel.
L’aide est toujours à portée,à condition que vous y soyez ouvert.

Quelles que soient les contorsions que vous faites, la force de la vie reste plus puissante que tout désir de mort. La vie
réaffirme toujours son droit à l'existence et il vous est impossible de la supprimer. Cela signifie qu’il y a toujours de
l’espoir. Gardez à l’esprit cette vérité, pour vous-mêmes mais aussi pour ceux que vous voyez souffrir. Les choses
peuvent parfois sembler si désespérées, mais il existe toujours une autre perspective, même si vous ne parvenez pas à
envisager cette possibilité ou à imaginer comment le changement pourrait se produire. La vie est toujours plus
puissante que la mort, la lumière plus forte que l’obscurité. L’eau finit par rompre le barrage, parce que l'eau a le
pouvoir de se bouger, elle pousse, elle est vivante ! La puissance de l’eau est plus grande que la force qui lui résiste et
qui veut la retenir.

Prenez un instant pour ressentir cette force motrice de la vie en vous. Chacun de vous rencontre parfois des blocages,
qui se répètent, de doutes sur votre valeur, des sentiments d’infériorité, des hésitations, de la méfiance, de la colère
des résistances. Dites-vous que ces aspects sont tout simplement là et que la vie suit son cours en les contournant.
L’eau continue à couler, et bien que dans le cours d’eau il y ait gros rochers, qui ont l’air si figés et inébranlables, ils
sont malgré tout érodés par le mouvement et la force du continuel de l’eau. Cela prend du temps, mais n’oubliez pas
qui vous êtes : vous êtes l’eau vive ! Plus vous vous rappellerez cela plus vous récupérerez l’énergie de ces rochers
dans le cours d’eau. Il s’y retrouve une douleur qui vient du passé. Vous n’avez pas à la minimiser, ni à l’écarter, mais
vous n’avez pas non plus besoin de traîner ces gros rochers hors de la rivière pour la libérer. Vous avez seulement à
vous souvenir que vous êtes l’eau.

Cela peut parfois vous sembler difficile parce que vous vous êtes identifié à un certain degré à ces rochers qui
bloquent votre énergie : « Je ne suis pas suffisamment ancré, j’ai du mal à trouver ma place sur Terre, je porte encore
en moi les blessures et les traumatismes du passé … » Tout cela est peut-être vrai, mais vous pouvez considérer ces
idées comme les rochers dans un grand fleuve puissant car c’est cela que vous êtes, voilà votre force vitale véritable.
C’est votre âme qui coule sans fin, tout le long de son parcours : vivante, tourbillonnante, jaillissante et rugissante,
constamment en train d’explorer et de découvrir. Ce fleuve ne porte aucun jugement sur les gros rochers qu'il
rencontre, il les engloutit. Vous avez réellement le choix.

Bien évidemment il peut arriver que votre conscience reste bloquée un temps, si vous continuez à vous identifier à tel
ou tel blocage. Mais vous pouvez toujours vous en détacher en vous identifiant simplement à l'eau qui coule autour.
L'eau est votre âme et elle ne peut pas être retenue. Ressentez-la, et sa façon de couler, de se mouvoir et de scintiller.
Imaginez qu'elle coule sur sur vous, qu'elle vous lave : ressentez sa force bouillonnante, voyez lumière qui danse sur
elle. Prenez conscience que votre âme dans sa profondeur, n'est pas menacée par l'obscurité que vous traversez : par

98
ces gros rochers qui peuvent paraître si solides et infranchissables. Votre âme n'est jamais troublée par ce qui se
présente, car elle sait que les rochers ont leur place, là où ils sont qu’ils font partie du paysage de la vie. Essayez, dès
lors que vous vous trouvez bloqué, coincé par ce genre de rocher, d'écouter le son de l’eau qui continue à se
précipiter autour. Souvenez-vous continue de l’eau et de la facilité avec laquelle elle se déplace.

Vous n’êtes pas obligé de tout faire tout seul. La vie vous propose constamment des opportunités et de nouvelles
possibilités. Elle vous conduit parfois dans de profondes vallées sombres, mais elle vous propulse aussi à la lumière à
nouveau. Dans ces moments où vous avez l’impression de ne plus avoir la force de continuer ou que vous ne voyez
pas d’issue possible sachez que la vie vous propulse toujours. L’art de vivre consiste à continuer à faire confiance
même dans les moments où il semble que rien ne le justifie ; quand tous vos repères et vos certitudes ont été balayés.

Actuellement sur Terre, beaucoup d’êtres traversent un processus de transformation d'ombres anciennes où des
aspects refoulés de l’âme remontent à la lumière et demande à être reconnus. Pourquoi est-ce ainsi ? Parce que vous
faites un bond en avant. Il s’agit réellement d'un bond dans l’évolution de la conscience de l'humanité tout entière. Ce
bond ne peut se faire sans se pencher sur les endroits les plus sombres de votre conscience, ces parties qui sont
remplies de peur, de méfiance ou de profonde tristesse en lien avec vos expériences sur Terre. N’ayez pas peur de cette
obscurité : accueillez-la ! C’est en disant « oui » à l’obscurité qu’elle peut commencer à relâcher sa prise sur vous et
à circuler à nouveau, et tel est l’art de vivre cette vie. Si face à ces ombres ce que vous ressentez est : « Non, je ne
peux vraiment pas dire oui à cela », souvenez-vous qu’il y a quelque chose au fond de vous qui est, lui, en mesure de
dire « oui ». C’est cela qui vous sauvera et vous permettra d’aller plus loin : c’est la confiance en la vie.

Jeudi 24 mai 2018

Ce matin sur le trajet je pense à Christian, un collègue de mon ancien service qui m’avait présenté Bernard
SAINZ. Je n’ai pas eu de ses nouvelles depuis longtemps, il faudrait que je lui envoie un message. Le soir
même je reçois un sms de lui :
« Coucou, désolé je ne t’ai pas recontactée depuis un bon moment … Quelles nouvelles de ta petite
famille ? Bizzz, Christian. »
Tiens tiens � �comme par hasard.

Tous ceux qui te dérangent sont là pour t’apprendre la patience et la tolérance vis-à-vis de toi-même.
Tous ceux qui te laissent ou t’abandonnent sont là pour t’apprendre à jouir de ta propre présence.
Tous ceux qui te font te mettre en colère sont là pour t’enseigner le pardon et la compassion en ton cœur.
Tous ceux qui ont le pouvoir sur toi sont là pour t’apprendre comment récupérer ton propre pouvoir.
Tous ceux que tu détestes sont là pour t’enseigner à t’aimer inconditionnellement.
Tout ce que tu crains existe pour t’apprendre à te donner le courage de surmonter tes peurs.
Tout ce que tu contrôles est là pour t’apprendre à te laisser aller, à lâcher prise et à profiter de l’instant présent.
Maud Albertini

Vendredi 25 mai 2018

En fin d’après-midi je vais discuter un moment avec Maryse. Je lui raconte l’histoire de ma chaudière, du
bain à l’eau froide et nous parlons du froid, car j’ai ressenti un courant glacial me traverser dans mon salon
il y a quelques jours. Je lui explique que c’est comme si on avait ouvert un réfrigérateur devant moi. Elle me
répond « comme un congélateur plutôt non ». Je lui dis oui et soudain alors que le temps était clair, il se met
à tomber de la grêle quelques secondes et ça stoppe net ». Nous rions. Quelle est la probabilité pour que de
la grêle tombe au moment où nous parlons de glace ?
D’ailleurs ça me rappelle ma conversation d’hier avec mon adjoint. Je lui avais expliqué hier que je n’aimais
pas trop les glaces et qu’en ce moment j’ai des compulsions alimentaires et lorsque je mange une glace mon
cœur s’affole. Je pensais que c’était à cause du sucre et il m’a répondu : « Tu ne penses pas plutôt que c’est
à cause de la glace ». Y a-t-il un message à comprendre ?

Samedi 26 mai 2018

99
Réveil à 3:33 avec la phrase « L’univers est un cœur, une fois qu’on a compris on doit battre à son rythme ».
Après c’était flou, je devais essayer de comprendre le message de l’univers.
Je me rendors, note et demande à me rappeler mes rêves.
A 3h43 : J’émerge doucement avec la sensation vague d’avoir compris quelque chose sur l’univers soudain
je perçois une femme avec d’immenses boucles d’oreilles en formes de cercles et de triangles. Au moment
où je perçois le sens, ses boucles d’oreille éclatent dans un son sourd. Ça me réveille à nouveau, tout est
flou, je n’ai rien compris.

J’ai fait plusieurs rêves :


Dans le premier j’étais avec Linda et nous montions des marches blanches comme des marches avec
plusieurs paliers. Il y avait une vingtaine de marches puis un palier et ainsi de suite. Plus nous montions plus
il faisait beau. Je propose à Linda de les monter en courant, mais elle n’est pas très motivée. Elle finit quand
même par accepter. Je cours et arrive en haut avant elle. Je regarde derrière moi et je vois Linda à quelque
paliers plus bas qui s’est arrêtée sur le côté du palier. Je lui demande de monter et elle me répond non
énervée en me disant que c’est trop dur et qu’elle fait ce qu’elle veut. Je lui souris et lui dis que je suis super
fière d’elle, qu’elle pense enfin à ce qu’elle veut elle. Je reste avec elle sur ce palier et nous partons en
balade sur un chemin situé en travers du palier.

C’est la deuxième fois que je monte un escalier en courant et en peu de temps. D’habitude je les descends.
Sur le premier il y avait plein d’obstacles, des gens qui bloquaient le passage et là il y en avait beaucoup
encore sur les paliers, mais ils étaient espacés ce qui me permettait de marcher entre eux. Je crois
comprendre qu’aujourd’hui les uniques obstacles qu’il me reste ce sont les « gens ». En revanche lors du
précédent rêve les gens étaient agglutinés et j’avais beaucoup de mal à passer, ils me ralentissaient beaucoup
et m’obligeaient à avancer sur des rebords minuscules derrière eux. Cette fois les gens sont là, mais il y a de
l’espace entre eux, je peux passer facilement, ils ne me ralentissent pas, du moins je n’en ai pas
l’impression. C’était comme un temple mais au sommet il n’y avait rien, juste la vue et le soleil.

Dans le second rêve je me trouvais sur la route pour aller à Noisy le sec, mais je n’avais pas de véhicule,
juste mon corps qui roulait. Arrivée là-bas la femme avec laquelle je me trouvais s’était assise à l’accueil et
elle parlait mal alors je lui ai dit de se redresser et de mieux parler. Puis je lui ai dit que j’allais m’absenter
quelques minutes en sortie hors du corps pour aller voir comment allait Cyrille à la maison. Je me suis
concentrée et mon corps est tombé doucement, mais je continuais d’entendre ce qu’elle disait comme si
j’avais fait semblant de tomber. Elle disait à une autre femme que j’étais barje, que je parlais de Tunisie et
de je ne sais quoi …

Le matin la chaudière est de nouveau tombée en panne. Le réparateur nous a parlé d’une faille de nature
électro-magnétique, sans doute due à l’orage.

100
Dans l’après-midi j’effectue des recherches sur la mission de vie et l’article suggère d’effectuer le test pour
détecter notre force de caractère.
Qu’est-ce qu’une force : Une prédisposition à penser, ressentir et agir de façon authentique et énergisante
qui entraîne nos meilleures performances. Nous gagnons 100 fois plus à les cultiver plutôt que de corriger
nos défauts.
Activer le meilleur de nous-même : Lorsque nous connaissons nos forces, en les activant, nous créons les
conditions de notre épanouissement :
1/ Se considérer positivement sans modestie ni vantardise.
2/ Ne pas se concentrer sur ses défauts.
3/ Trouver de l’énergie.
4/ Apprendre à s’encourager.

Un inventaire des forces de caractère traduit en français permet de découvrir le classement de ses propres
forces. Il est piloté par l’institut VIAME de Minneapolis.
Après avoir effectué le test voici mon résultat. Le mot « cognitif » que j’avais entendu en état hypnagogique
revient :

SAGESSE ET CONNAISSANCES
Forces cognitives qui impliquent l’acquisition et l’utilisation de connaissances.

Créativité, ingéniosité, et originalité


Penser à des nouvelles manières de faire les choses fait partie intégrante de votre personnalité. Vous ne vous
contentez jamais de faire les choses de façon conventionnelle si une meilleure manière est possible.

Curiosité et intérêt accordé au monde :


Vous vous intéressez à tout. Vous posez toujours des questions, et vous trouvez tous les sujets et toutes les matières
fascinantes. Vous aimez l’exploration et les découvertes.

Discernement, pensée critique, et ouverture d’esprit.


Bien réfléchir aux choses et en examiner tous les aspects sont des points importants de votre personnalité. Vous ne
tirez pas de conclusions hâtives, et vous ne vous appuyez que sur des indications sûres pour prendre vos décisions.

Amour de l’étude, de l’apprentissage


Vous adorez apprendre des nouvelles choses, que ce soit dans un classe ou de vous-même. Vous avez toujours aimé
l’école, la lecture, les musées. Où que vous soyez vous trouvez l’opportunité d’apprendre

Perspective, Sagesse
Bien que vous ne vous considériez pas comme un sage, vos amis vous considèrent ainsi. Ils ont de l’estime pour votre
capacité à considérer les choses avec du recul et se tournent vers vous lorsqu’ils ont besoin de conseils. Vous avez une
manière de voir les choses qui semble aussi logique aux autres qu’à vous-même.

Selon la médecine chinoise, le choc émotionnel serait à l’origine de toutes les maladies
30 janvier 2018 Magali Caille

Même dans la Chine ancienne, les médecins savaient que les émotions avaient un fort impact sur le corps humain.
Selon la médecine chinoise, la cause sous-jacente de toutes les maladies sont les émotions, et chaque organe possède
ses propres émotions. Les poumons sont associés à la tristesse, le foie à la colère, les reins à la peur, l’estomac à
l’inquiétude et ainsi de suite.
On appelle l’énergie Chi et elle est codépendante du sang, donc les médecins chinois disent que le sang est la mère de
l’énergie et que l’énergie est le maître du sang.
Les reins sont l’un des organes les plus importants selon la médecine chinoise, car ils représentent la base du yin et
du yang et sont l’un des centres énergétiques les plus importants de notre corps. Ils sont liés au système squelettique,
à l’ouïe et à la peur. En traitant les reins, vous affectez tous les systèmes.
Le foie est lié au sang, il filtre le sang et est généralement traité en cas de troubles du cycle menstruel chez les
femmes.

101
Certains des symptômes de la dysfonction hépatique apparaissent sous forme de démangeaisons, de maux de tête et
de vertiges. L’une des fonctions les plus importantes du foie est d’assurer un flux continuel d’énergie à travers notre
corps, mais aussi de maintenir le flux de nos pensées. Si le foie fonctionne correctement, il ne devrait pas y avoir de
stress ou de pression. Les gens avec un foie en bonne santé sont calmes, prennent des décisions facilement et font de
bons leaders.

Les premiers signes de déséquilibre du foie sont liés à la colère, l’irritabilité, l’entêtement, l’anxiété, l’amertume, la
violence… Si ces émotions ne sont pas exprimées et canalisées, elles peuvent conduire à la dépression ou à de
fréquentes sautes d’humeur. Il existe également un certain nombre de symptômes physiques qui indiquent
un déséquilibre du foie.
Les symptômes les plus communs de ce syndrome sont les problèmes menstruels, la fatigue, les tensions, la raideur du
corps, les douleurs costales, les allergies, etc.

Comment et pourquoi les chocs émotionnels se produisent :


Les émotions sont capables de provoquer différentes maladies, même chez les personnes fortes. Elles ont juste besoin
de frapper l’endroit le plus sensible du corps pour provoquer un dysfonctionnement. Nous les appelons des maladies
psychosomatiques ou « maladies de l’esprit ».
Nous ne pouvons pas toujours éviter les situations stressantes, nous sommes obligés d’affronter et d’essayer de les
surmonter. Les gens utilisent différentes stratégies axées sur la résolution de problèmes.
Sinon, les gens se tournent vers des stratégies d’adaptation axées sur les émotions, qui aident à réduire l’expérience
stressante.
La pire chose à faire est d’éviter la confrontation qui, à long terme, augmente les niveaux de stress et accélère le
développement de la maladie. Les maladies psychosomatiques peuvent être définies comme des maladies induites par
le stress, avec des dommages permanents aux systèmes et aux organes du corps.
Une équipe de médecins et de psychologues a conclu que « l’amour et la souffrance passent par le cœur ».
Cependant, d’autres organes du corps humain ne sont pas épargnés par les « attaques de l’âme. »
Cela signifie qu’une « âme blessée » affecte le plus souvent le système cardiovasculaire, respiratoire et digestif. Mais,
souvent, les parties visibles du corps sont également exposées à de « fortes attaques de l’âme », comme, par exemple,
la peau sur la poitrine, le dos et les bras.
Découvrez aussi : La Science identifie le système de l’autoroute de l’énergie (méridien) dans le corps humain

Les femmes sont plus touchées que les hommes

Les femmes sont plus souvent victimes de diverses maladies psychosomatiques. Cependant, elles sont enclines à croire
que la cause de leur souffrance est d’origine psychologique.

Les zones du corps les plus sensibles


Les organes qui sont les plus affectés par les « attaques de l’esprit » sont :

Le dos : lorsque vous pensez que vous portez tous les fardeaux du monde sur votre dos, les douleurs les plus fortes et
la tension apparaissent dans cette zone.

Le système respiratoire : vous êtes incapable de respirer ou vous respirez lourdement, vous étouffez et vous sentez que
quelque chose bloque votre gorge, tous ces symptômes proviennent du monde extérieur et vous donnent des signaux
clairs. Cela indique que certaines personnes, situations ou événements vous étouffent.
Article connexe : Comment les organes du corps sont-ils liés aux émotions ?

Le cœur : c’est l’organe qui est le plus fortement lié à notre vie émotionnelle et à la survie dans certaines situations.
Quand vous vous préparez pour un rendez-vous, votre cœur bat fort, et quand vous êtes en compagnie d’un être cher,
vous avez l’impression que votre cœur va sortir de votre poitrine.

Le système digestif : les personnes introverties et introspectives ont de gros problèmes avec le système digestif. Surtout
ceux qui ont des problèmes de communication avec les autres souffrent le plus souvent de gastrite ou d’ulcère.

La peau : les éruptions cutanées, les boutons ou les taches sur le visage montrent qu’une personne « ne se sent pas
bien dans sa peau. » Souvent, différentes maladies de peau indiquent indirectement que nous voulons rejeter certaines
personnes ou la situation que nous avons dans la vie.
Magali Caille

102
La science a identifié les trois émotions qui guérissent

La science a identifié trois émotions et sentiments guérisseurs du corps et de l’âme : la gratitude, l’amour et la foi.
Ces émotions et sentiments peuvent être cultivés pour se sentir plus heureux, plus créatif, améliorer ses relations avec
les autres et mieux résister aux infections et aux maladies. Emmanuel Duquoc, l’auteur du livre « Les 3 émotions qui
guérissent » vous dit comment.

Les 3 dimensions de l’émotion :

L’émotion n’est pas une pensée, elle est corporelle et possède plusieurs composantes :
- Neurophysiologique : le vecteur de l’émotion est le système nerveux autonome. L’émotion est transmise via les
hormones, des messagers chimiques qui voyagent dans le sang, informent des récepteurs à distance et induisent des
états physiologiques.
- Expressive : l’émotion est visible et compréhensible par le mouvement musculaire et l’expression du visage.
- Subjective : elle est colorée par notre jugement, lié lui-même à nos expériences passées. Face au même stimulus,
deux personnes n’auront pas la même émotion. L’émotion est à différencier du sentiment qui est de l’ordre de la
pensée et qui n’a pas sa composante physiologique, il n’est pas visible de l’extérieur, car il reste au niveau l’esprit,
mais il succède à l’émotion et peut lui aussi susciter une émotion.

Comment utiliser ces émotions qui guérissent pour être heureux et améliorer sa santé ?

Nous utilisons la capacité humaine à provoquer des émotions par la pensée. De la même manière que le rappel d’un
événement douloureux est capable de nous faire pleurer, évoquer une situation qui a suscité une émotion heureuse
nous la fait ressentir de nouveau. Réelle ou fictive, peu importe. Ce qui compte à ce stade est le sentiment heureux et
son ressenti intense. Par ailleurs, observer un sentiment intérieur en renforce la portée et le pouvoir physiologique.
Votre cerveau aime le confort et ces émotions sont confortables pour lui.
Il s’en souviendra mieux et y reviendra. Avec la cohérence cardiaque, vous ajoutez une récompense physiologique à
la récompense du sentiment positif. En effet, la cohérence cardiaque induit une régulation nerveuse et émotionnelle
qui provoque elle-même un état de confort physique. En pratiquant la cohérence cardiaque tout en ressentant un
sentiment positif, vous vous récompensez de ressentir l’émotion positive ! Votre cœur et votre corps vont aimer. Votre
cerveau va aimer. Il va apprendre très vite ! Imaginez un enfant que l’on gratifie à chaque fois qu’il joue ou qu’il rit
en riant avec lui. Il a de fortes chances de devenir un enfant joyeux.

Dans votre cerveau, que se passe-t-il ?

Vous avez renforcé le réseau de neurones des circuits cérébraux concernés par cette émotion. Autrement dit, vous avez
élargi le chemin qui mène à l’émotion. Vous l’avez défriché et vous en avez amélioré le balisage. Dès lors, il sera plus
facile à emprunter la prochaine fois qu’une situation en permettra l’expression. Peu à peu, vous acquerrez des
réflexes émotionnels. Le chemin vous semblera plus tentant et vous le parcourrez plus souvent. Vous en connaîtrez les
détails comme votre poche et l’emprunterez volontiers. C’est ainsi que la douceur, le contentement, la confiance et les
autres émotions qui guérissent deviendront peu à peu des traits dominants de votre personnalité.L’émotion qui guérit
deviendra une seconde nature et vous aurez le bonheur de le constater de loin en loin comme beaucoup de
pratiquants de la cohérence cardiaque l’ont fait. Il y a, bien sûr, des effets secondaires à cette médication. Mais c’est
pour la bonne cause. Il se peut que vous constatiez une moindre tolérance aux émotions négatives qui vous viennent.
Non pas aux événements négatifs mais aux émotions négatives. Quand elles se présenteront, elles ne seront pas
agréables et vous aurez tendance à moins les laisser s’installer. C’est normal. Quand on s’habitue au confort, on a du
mal à le lâcher.
Exemple : cultivez le sentiment d’être aimé.

Par imagerie cérébrale, il a été observé que les sentiments d’altruisme, de compassion et de réjouissance pour
l’autre, chers au bouddhisme, sont reliés à une activité intense du cortex préfrontal gauche, une zone impliquée dans
les sensations de bien-être, les émotions positives et le recul par rapport aux émotions négatives.

103
Dans la pratique bouddhiste traditionnelle, il est préconisé de commencer par stimuler sa propre aspiration au
bonheur puis de l’étendre à autrui. Tout d’abord les êtres chers, puis les autres êtres, amis ou ennemis, humains,
animaux et végétaux. Nous retrouvons la même préconisation dans la bouche du Christ : « Aime ton prochain comme
toi-même ». Un tel conseil pose l’amour de soi comme socle de l’amour universel. La psychologie confirme
l’importance cruciale de l’estime de soi comme base de l’équilibre mental et de toute relation harmonieuse.

On ne peut aimer sainement que depuis l’amour reçu et le sentiment d’être aimé soi-même. Les grandes religions
monothéistes comme l’hindouisme, le judaïsme ou le christianisme célèbrent l’amour inconditionnel de Dieu pour les
hommes. L’altruisme et la compassion sont les clés du bonheur pour les bouddhistes tout comme l’amour du prochain
est la clé du royaume de Dieu pour les chrétiens. Ces sentiments sont indissociables de celui d’être aimé et de la
gratitude.

À Harvard, le Dr McClelland a demandé à des personnes de méditer en pensant à tous ceux qui, dans leur vie,
avaient été bons envers eux. Le nombre de cellules T (marqueur de la qualité de l’immunité) augmenta chez ces
personnes dans des proportions importantes. Comme les cobayes du Dr McClelland, nous pouvons nous concentrer
quelques instants sur tous ceux qui nous ont aimé, qui nous ont prodigué soin ou tendresse ou simplement rendu
service. Le dos bien droit, pratiquons une respiration ample et régulière de préférence en fréquence six. À tout
moment, nous pouvons améliorer notre bien-être en ressentant les émotions et les sentiments que cet amour nous a
donnés.

Extrait du livre de Carl Wickland: Trente ans parmi les morts:

Ma femme s’est révélée un excellent médium et des intelligences désincarnées purent aisément la « contrôler », c’est-
à-dire prendre momentanément possession d’elle pour communique avec les personnes physiques. En réponse à ses
doutes concernant le droit de « troubler les morts », ces intelligences ont affirmé qu’une conception gravement
erronée était répandue chez les mortels, en ce qui concerne les états qui prévalent après la mort. Elles ont déclaré
qu’en réalité il n’y avait pas de mort, mais un passage naturel du monde visible au monde invisible, et que des esprits
avancés s’évertuaient toujours à communiquer avec les mortels pour les éclairer sur ce point et sur les possibilités
d’évolution qui attendent l’esprit après la mort. Le mort - la libération de l’esprit hors du corps - est si simple et
naturelle qu’une grande majorité d’esprits, pendant un temps plus ou moins long après leur mort, ne réalise pas le
changement qui s’est opéré en eux ; par manque d’éducation concernant leur nature et leur destinée spirituelle, ils
restent parfois longtemps dans leurs lieux terrestres, et les hantent pour ainsi dire.

Ces intelligences ont expliqué à ma femme que beaucoup de ces esprits étaient attirés vers l'aura magnétique des
mortels ; souvent, l’esprit comme le mortel sont inconscients de cette intrusion. En obsédant ou possédant leurs
victimes, ces esprits deviennent, par ignorance ou par malice, la cause d’un dommage et d’une misère indescriptibles,
produisant souvent maladie, corruption morale, crime et folie. Toujours selon les intelligences spirituelles qui nous
ont guidés, le risque de tomber sous l’influence d'un esprit ignorant et attaché à la Terre constitue le plus grave
danger pour le novice en recherche métapsychique si le chercheur ne comprend pas bien ce phénomène, il court un
plus grand danger encore, spécialement s’il possède certaines tendances névrotiques. Nos guides nous ont aussi
expliqué que, par un système de transfert, c’est-à-dire en faisant transiter des entités obsédantes de la victime vers un
médium, on pourrait constater la condition de ces entités obsédantes et communiquer avec elles. Grace à ce transfert,
les victimes d’obsessions pourraient être pris en charge par des esprits avancés, missionnés à cet effet, qui les
instruiraient sur les lois de la vie supérieure.

Nos guides ont encore dit avoir constaté que ma femme était un instrument convenable pour une telle expérimentation
et ont proposé que, si je coopérais avec eux, ils prouveraient véracité de leurs affirmations. Ils feraient en sorte que
les esprits obsédants prennent temporairement possession du corps de ma femme, sans qu’aucun dommage n’en
résulte pour elle ; mon rôle consisterait alors à communiquer avec ces esprits ignorants en les instruisant, tandis
qu’eux tenteraient de contacter ces esprits depuis le monde spirituel. De cette coopération résulterait à la fois la
libération des personnes obsédées et celle des esprits obsédants prisonniers du Plan Terrestre.

Le soir avant de dormir, je m’assois sur mon lit, ferme les yeux et me mets en prière. Je demande à être
connectée à l’énergie christique, l’énergie divine. Je sens des fourmillements au niveau du chakra coronal.

104
Puis viennent des picotements au niveau du haut de l’arête du nez et sous les yeux mais plus
particulièrement l’œil droit et je vois la couleur mauve qui vient repart, revient.

Dimanche 27 mai 2018

Voici mes cadeaux de fête des mères. J’adore !!!! Un dessin de Matisse sur l’ancrage avec des racines aux
couleurs des chakras. Un bracelet multicolore et un tableau de moi par Soen.

Lundi 28 mai 2018

Cette nuit j’ai rêvé que j’avais mis des programmes informatiques et des jeux sur l’ordinateur du travail et
que je n’arrivais plus à les retirer. Je savais que j’allais avoir des soucis lorsque le correspondant
informatique s’en apercevrait.
Sur le trajet en accompagnant Matisse à l’école, je lui raconte mon rêve en lui précisant qu’il s’agit d’un
rêve avec des éléments prémonitoires, je les reconnais à force.
En y réfléchissant, comme je sais que le rêve « prémonitoire » n’est jamais exactement et précisément la
même chose en réalité, j’essaye d’analyser celui-ci. Je ne mets pas de programmes informatiques illégaux ni
de jeux sur le pc professionnel. Par contre je peux dire que les jeux ou programmes sont des distractions or
celles-ci sont interdites lors du temps professionnels sur les outils mis à notre disposition. Il est vrai que je
mets des livres perso en PDF ainsi que des écrits perso sur le PC du bureau. Donc je pourrais effectivement
avoir des soucis avec le correspondant informatique puisque j’y ai mis des distractions personnelles. Je
prends donc la décision de les supprimer dès que possible pour les enregistrer sur ma clé.
A 9H, mon supérieur n’étant pas là, c’est moi qui suis chargée d’aller à la réunion quotidienne avec le
Directeur et les chefs d’unité. Le Directeur veut me parler. Il m’explique qu’au commissariat de Lorient, un
effectif est allé sur Facebook avec son compte personnel et qu’il a dépassé le plafond du nombre d’octets
autorisés, qu’il engage une enquête disciplinaire contre lui et que je suis chargée de suivre le dossier en tant
que contrôleur interne.
Ouf, ce rêve ne me concernait pas. En revanche, je me suis demandée pour quelle raison c’est moi que je
voyais tenter de supprimer des jeux sur le PC alors qu’il s’agit dans notre réalité d’une autre personne que je
ne connais même pas. Mais en y réfléchissant un peu ce n’est jamais exactement la même chose et je suis
concernée indirectement puisque le Directeur m’a transmis personnellement l’information. Et si en rêve
nous pouvions accéder à certaines informations issues de certains plans et qu’à notre retour de ces rêves
notre cerveau, en tant que logiciel, se permettait d’adapter l’information à sa manière.
Je me pose vraiment des questions sur le Temps… Si le temps est linéaire il y a un passé, un présent et un
futur comme lorsqu’on apprend à dessiner une frise à l’école. Mais s’il n’en était rien. Si le temps formait
une sphère par exemple, on pourrait aller partout et en fonction de ma vitesse je pourrais me déplacer à des
endroits différents. En effet, si je fais le tour d’un terrain à une vitesse inimaginable et bien quelqu’un qui
serait positionné en observateur à côté ne me verrait pas bouger. Plus nous vibrons haut dans les rêves et

105
plus nous nous déplaçons vite, plus nous vibrons bas et plus nous nous déplaçons lentement, un peu comme
nous nous déplacerions dans une mare de boue. Si nous élevons notre taux vibratoire et que ce taux est élevé
quand nous dormons, nous pouvons accéder à d’autres plans de cette sphère, passé, présent, futur, astral, etc.
Au début où je me suis intéressée à la spiritualité, j’ai entendu une phrase en état hypnagogique : Le temps
est UN le temps est TOUT ». Si le temps est UN, le passé, le présent et le futur sont UN … Je pense que ces
informations sont bien trop complexes pour moi …

Article d’Emilie Dedieu :

Quand l’effet miroir s’applique-t-il ?

J’échangeais un beau jour avec une belle d’âme à propos de l’effet miroir. Elle me confiait qu’une connaissance à
elle lui avait fait une remarque plutôt désagréable, et que cela l’avait blessée. Alors, elle me demandait si cette
remarque avait quelque chose à lui apprendre sur elle-même (effet miroir), ou bien, si cela ne concernait que son
interlocutrice qui avait des choses à régler envers elle-même. Elle voulait savoir à quel moment s’appliquait l’effet
miroir.

J’ai répondu à cela que si la remarque l’affectait, même un tout petit peu, cela signifiait que l’expérience mettait en
lumière une faille qu’elle portait en elle. Dans ce cas précis l’effet miroir s’appliquait, et lui dévoilait ce qui lui restait
à travailler.
De plus, le donneur/la personne ayant émis des propos « piquants », faisait elle aussi partie de l’expérience miroir,
car ses dires révélaient ce qu’elle portait en son intérieur.
Souvenons-nous que nous ne pouvons donner que ce que nous portons déjà en nous. Si nous sommes Amour nous
offrons de l’amour, si nous sommes en colère nous propageons de la colère, et ainsi de suite…
Et chose importante, pour qu’il y ait un donneur il faut un receveur.

Par exemple, si une personne dit à une autre qu’elle est idiote, et que le receveur s’en retrouve blessé, cela signifie
que le receveur n’a pas confiance en qui il est, mais aussi que le donneur héberge en lui une blessure qui le rend
mauvais avec autrui. L’effet miroir existe dans les deux sens, car chaque protagoniste a quelque chose à apprendre
sur lui-même, mais pour cela, encore faut-il le reconnaître.
A contrario, si la personne traitée d’idiote n’a absolument que faire de cette remarque, que cela ne la touche pas, car
elle sait qui elle est, l’effet miroir n’existe pas. Ou alors, on peut dire qu’il existe et renvoie l’image d’une personne
confiante, il ne révèle pas des failles mais une force.
Quoi qu'il en soit, dans ce cas comme dans le premier, le donneur a des choses à apprendre sur lui-même, et sa
remarque met en lumière ce qui l’habite.

Nos émotions sont des indications importantes, tel un chemin à suivre, alors, si nous sommes négativement touchés
par quelque chose, c’est que nous subissons l’effet miroir. S’il n’en rien, c’est que tout est merveilleusement parfait.

Par ailleurs, lorsque le donneur ne trouve pas le bon receveur, car ce dernier n’est plus soumis à l’effet miroir, il s’en
va alors chercher une autre cible. En effet, le but de la vie étant d’évoluer et apprendre à se connaître, le donneur
cherchera toujours (même inconsciemment) une personne pour lui réfléchir son image, ceci afin de prendre
conscience de ce qui l’habite. Mais si le receveur ne réagit pas à « l'attaque », le donneur ne « voit » rien et se lasse,
n’ayant pas d’interaction donc d’échange énergétique, il passe à autre chose. On jugera alors peut-être cette
personne, ce donneur, comme quelqu’un de méchant ou mauvais, pourtant, il ne fait lui aussi que rechercher qui il est
sans le savoir. Malheureusement, ne comprenant pas ce jeu de miroirs, ce donneur aura des difficultés à travailler sur
lui-même.
Ceci relève malgré tout de la perfection, car tant qu’il ne saura pas qui il est, l’Univers dans toute sa grandeur lui
donnera jour après jour des occasions de prendre conscience de ce qui l’habite. Puis, un jour viendra où il
comprendra que tout n’est que miroir, alors il ne subira plus sa vie mais en deviendra l’acteur, il se transformera peu
à peu et ses attaques seront de moins en moins nombreuses jusqu’à devenir des actes d’amour et de paix. N’est-ce pas
ce que l’on appelle la sagesse ?

C’est donc ainsi que fonctionne l’effet miroir, on peut dire que nous n’y sommes plus soumis lorsque les choses ne
nous touchent plus. Dans ces conditions je parlerais volontiers de « l’effet lumière » (terme soufflé par mes guides),
car les comportements négatifs des autres nous révèlent alors notre propre lumière.

106
Une petite devinette pour conclure :Si quelqu’un me donne un cadeau empoisonné, et que je le refuse, à qui revient-
il ? Emilie � �

Être capable de s’ouvrir aux richesses du monde divin


Omraam Mikhaël Aïvanhov
25.05.2017

« Plus un être devient sensible, plus il s’expose à souffrir de tout ce qu’il voit et entend autour de lui.
Mais doit-il devenir insensible pour ne pas souffrir ?
Non.
Avec un raisonnement pareil, il deviendrait rapidement aussi dur qu’une pierre. Il ne faut pas avoir peur de souffrir,
et c’est même là un domaine où la souffrance ne doit pas être tellement prise en considération. Même si on doit
souffrir, il est préférable d’augmenter sa sensibilité, car c’est son degré de sensibilité qui détermine la grandeur,
l’élévation d’un être humain. Il doit seulement éviter de confondre sensibilité et sensiblerie.
Pour la science spirituelle, être sensible, c’est être capable de s’ouvrir de plus en plus à la splendeur et aux richesses
du Ciel, de capter les merveilles du monde divin au point de ne plus tellement sentir la stupidité, la vulgarité et la
méchanceté des humains.
Les grands Maîtres et, au-dessus d’eux les Anges, les Archanges, ne souffrent pas de la laideur : ils ne la voient plus.
Ils ne voient que la beauté et ils sont sans cesse dans la joie. »

C’est l’histoire de deux amis qui marchaient dans le désert. À un moment, ils se disputèrent et l’un des deux donna
une gifle à l’autre. Ce dernier, endolori mais sans rien dire, écrivit dans le sable : « Aujourd’hui mon meilleur ami
m’a donné une gifle ».
Ils continuèrent à marcher puis trouvèrent une oasis, dans lequel ils décidèrent de se baigner. Mais celui qui avait été
giflé manqua de se noyer et son ami le sauva. Quand il fut repris, il écrivit sur une pierre : « Aujourd’hui mon
meilleur ami m’a sauvé la vie ».
Celui qui avait donné la gifle et avait sauvé son ami lui demanda : « Quand je t’ai blessé tu as écrit sur le sable, et
maintenant tu as écrit sur la pierre. Pourquoi ? »
L’autre ami répondit : « Quand quelqu’un nous blesse, nous devons l’écrire dans le sable, où les vents du pardon
peuvent l’effacer. Mais quand quelqu’un fait quelque chose de bien pour nous, nous devons le graver dans la pierre,
où aucun vent ne peut l’effacer. »
Apprends à écrire tes blessures dans le sable et à graver tes joies dans la pierre ».

Mardi 29 mai 2018

Ce midi j’ai appelé mes parents. Mon père parlait en arrière fond, mais je ne sais pas pourquoi je sentais
qu’il est en colère après moi, je ne pense pas me tromper. Un samedi il y a quelque temps, nous étions allés
nous balader sur Queven avec Cyrille et les enfants et dire au-revoir à ses parents qui partaient pour un mois
dans le sud de la France. Je ne voulais pas dire à mes parents que j’allais chez les parents de Cyrille, car ma
mère est très jalouse de la relation que j’ai avec mes beaux-parents et mon père la défend. Et puis je les
avais vu le week-end précédent, ils étaient venus passer 3 jours à la maison. Manque de chance… ou
épreuve, alors que nous nous trouvions chez mes beaux-parents, Soen qui avait mon téléphone a décroché un
appel. C’était mon père. Il lui a demandé où il était et bim… Mon père m’avait laissé un message pour me
dire que j’aurais pu passer et bla bla bla je suis la vilaine… Ce midi donc après le coup de fil, j’envoie un
sms à mon père pour lui demander s’il est en colère. Il me répond : « Pourquoi je serais en colère ? » Je lui
réponds « Parce que je ne suis pas passée chez vous quand nous sommes allés à Queven ». Il me
répond : « Tu crois que tu aurais dû passer ? » Et là, c’est le piège. Je ne sais pas quoi répondre, car la vérité
c’est que non je ne le crois pas. Il n’est pas passé voir sa mère chaque fois qu’il allait sur Lorient…ou chez
moi quand il allait arbitrer sur Vannes… Bref je ne sais pas quoi répondre pour être juste, ne pas déclencher

107
de drame et en même temps ne pas me victimiser. Je demande à l’archange Gabriel s’il peut m’aider à
répondre quelque chose de neutre. Les mots « sans doute » arrivent en même temps que ma demande alors
même que je n’y ai pas réfléchi. Je réponds donc à mon père : « Sans doute ». C’est marrant parce que « sans
doute » veut dire qu’on a pas de doute sur la réponse et pourtant il laisse quand même la place à un petit « Si
tu le dis ». Autrement dit, on est pas sûr que la personne ne dit pas ça pour nous faire plaisir.

Le soir, je suis épuisée et monte rapidement me coucher… Le matin, un collègue m’a confié l’enquête décès
de son beau-frère pour que je l’étudie. Il a été retrouvé calciné dans sa voiture, côté passager et l’enquête a
conclu à une mort accidentelle certainement due à l’état d’alcoolisation de la victime et une cigarette
tombée. J’ouvre la procédure dans mon lit. Tous les procès-verbaux sont mélangés. C’est vrai qu’il m’avait
dit qu’il n’arrivait pas à la trier, car ce sont ces actes gendarmerie et ils ne numérotent pas de la même façon
que nous. À un moment je sens une vive brûlure monter du pied droit vers le mollet, c’est très douloureux et
ça dure quelques minutes. Je bouge ma jambe pour que cela s’arrête et cela s’estompe doucement. Cela me
rappelle Matisse qui avait ressenti une brûlure au niveau de la cuisse lorsqu’on avait demandé un message
de son guide. Je ne termine pas le classement de la procédure et j’éteins la lumière. Je dors mal, je n’arrête
pas de me tourner et me retourner, j’ai comme des impatiences dans tous le corps. A 00H36, je me réveille.
Je viens de rêver que j’étais en voiture et que j’étais tellement fatiguée que j’avais dû laisser mon véhicule
sur le bas côté pour aller le récupérer plus tard.

Mercredi 30 mai 2018

Ce matin je conduis Soen à l’école, car il a la photo de classe. Il pleut des cordes. Sur le trajet, je vois jeune
homme courir sur le trottoir. Je sens qu’il faut que je m’arrête. Je suis mon intuition. Il monte. Je lui
demande où il va et il me dit au centre de notre village, il a un bus dans 2 minutes, il allait le rater. Je lui dis
qu’il a certainement un ange gardien, car je ne m’arrête jamais. J’en profite pour travailler sur le dossier du
beau-frère de mon collègue décédé dans sa voiture. En lisant les auditions, l’un des parents de la victime
déclare que leur fils n’avait pas d’ennemis. Soudain un énorme bruit sourd retenti et la flamme de la bougie
que j’ai allumé s’agite. Aucune porte ni fenêtre n’est ouverte et la flamme de la bougie ne peut pas réagir à
ma respiration. Je couvre quand même mes voies respiratoires et relis la phrase en question. La flamme de la
bougie s’agite à nouveau. Il me répond, oui sans doute.
Finalement il n’y a pas eu de photo de classe …

En allant chercher Matisse au collège je franchis un rond point avant d’aller sur la voie express, mais cette
fois je me dis que je dois prendre la route parallèle, alors je suis mon intuition, en espérant qu’il s’agit bien
de mon intuition et non de mon mental. Je pense à des crêpes sucrées et demande à Soen s’il veut que j’en
fasse dans la journée ? Soudain, je vois un gros camion blanc sur la voie express sur ma droite avec la photo
d’une immense crêpe sucrée sur le côté. Ça me fait rire. Je ne sais même pas pour quelle raison j’ai pensé à
une crêpe sucrée alors que j’avais le dossier de mon collègue en tête depuis ce matin.

Jeudi 31 mai 2018

Cette nuit je me suis réveillée à 2H22. Au réveil je savais que j’avais deux choses à régler mais impossible
de me rappeler du premier. Je me souviens juste qu’il y avait François, ce collègue qui est en froid avec moi
depuis quelque temps parce que je ne l’ai pas soutenu.
Dans la seconde partie du rêve je me suis retrouvée dans la cuisine de chez mes parents et il y avait un
énorme serpent. Je le tenais par l’arrière et je me suis retrouvée à tenir une simple peau gluante. Il venait de
muer.

« Rêver d’un serpent qui mue indique un renouvellement des énergies ». Cela me rappelle l’article de
journal qui m’avait interpellé : « Rénovation énergétique : simplifier les aides ».

Extrait du livre de Miguel Menning « Ce que disent vos rêves ».

108
Enfin, sa faculté de changer de peau en fait un symbole des transformations vitales, du renouvellement de la vie.
Trouver une peau de serpent peut ainsi faire allusion à une transformation nécessaire de notre être, au besoin de
changer de peau. Cela étant dit, le serpent du rêve, au-delà de l’effroi qu’il suscite en nous, révèle souvent l’éclosion
de nouvelles énergies psychiques et amorce une nouvelle étape de notre croissance .

Je me suis réveillée agacée. J’ai horreur de ça, je ne comprends pas, je me suis endormie tôt et j'ai bien
dormi. Mais je repense à la veille, j’ai fait beaucoup d’écarts alimentaires et je m'en veux. Je m'apprête à
faire ma toilette et je ne retrouve pas l’élastique que j'utilise pour attacher mes cheveux. Je sais que c'est
Matisse qui l’a pris et ça m'énerve. Il est en bas en train de prendre son petit-déjeuner et je me retiens pour
ne pas lui demander. Je lutte en me disant que ça n'a absolument aucune importance, que je n'utilise pas
systématiquement cet élastique de toute façon. Je ne comprends pas tout de suite mon comportement et je
finis par demander à Matisse en tentant quand même de ne pas le dire trop méchamment. Matisse ne le
prend pas mal et garde son calme. Il est désolé et reconnaît qu'il n'aurait pas du et qu’il ne sait pas où il l'a
mis. J'admire son calme, je suis fière de lui. Cette colère c'est l'une des deux choses que je dois gérer et pour
cela je dois travailler absolument sur mes pulsions alimentaires.

Je suis au bureau, Cyrille est aux archives et il m’apporte une procédure datant du 25 avril 1979, une jeune
fille de 13 ans retrouvée noyée dans sa baignoire. L’enquête a été bâclée et il a été conclu à une mort par
hydrocution sans qu’aucune autopsie n’ait été pratiquée sur le corps. Ça me rend très triste. Je vais en
discuter avec Cyrille, on se pose des questions. Cyrille pense à un souci cardiaque ou une rupture
d’anévrisme. La radio est allumée derrière, alors que je n’y prêtais pas attention j’entends les chroniqueurs
parler de « caillots de sang dans les artères », puis j’entends : « En prenant votre douche ». Je dis à Cyrille
d’écouter mais l’émission s’arrête et un extrait musical passe avec les paroles « Et j’ai glissé sous… » Il
s’agit de la chanson de Céline Dion « Sous le vent ». Il n’y a que cette phrase extraite de la chanson qui est
diffusé. Ensuite cela s’enchaîne avec de la publicité. Instinctivement je pense à un message de cette puce,
artère, sous la douche, j’ai glissé sous l’eau. Je suis certaine que ce n’est pas une coïncidence.

Extrait du livre de Fabienne Bizet, « Libérez le médium qui est en vous. »

109
Lorsqu’on résiste à ce que l’on ne veut pas, cela a plutôt tendance à l’augmenter…

Quelquefois, malgré nos efforts répétés et incessants à sortir d’une situation difficile, il est préférable d’accueillir ce
que l’on ne veut pas…
Deux choses peuvent alors arriver :
- soit le problème persiste, mais il ne nous dérange plus
- soit le problème se résout par lui-même parce qu’on a cessé de se battre contre lui
Chaque expérience douloureuse nous est envoyée parce que nous avons toujours la force de la dépasser mais aussi
parce qu’elle nous permet de travailler sur nos peurs et nous oblige à lâcher prise et à faire confiance.
Maud Albertini

Dans la soirée je pense à ces deux choses que j’ai encore à gérer. Dans mon rêve de la nuit dernière il y avait
ce collègue qui m’en veut parce que je ne l’ai pas soutenu. À vrai dire je peux dire que 99 % du temps je n'y
pense pas. Par contre, chaque fois que je le croise je ressens ce malaise et j’aimerais vraiment ne pas le
ressentir. Je pense que l’autre chose que j’ai à gérer c’est ça. Je dois apprendre à me protéger des énergies
négatives dégagées par les autres dans ma direction parce que je la ressens très bien. Parfois les gens vous
engueulent et vous vous sentez directement agressé par les mots, leur intonation, leur vibration. Votre corps
reçoit tout ça et ça vous met mal. Votre taux vibratoire chute instantanément puisque cette nouvelle énergie
vous plonge dans une émotion négative : colère, tristesse…Et bien là c’est la même chose avec ce collègue
mais sans qu’il n’ait à prononcer un mot, je ressens sa présence comme une agression, sans doute dû au fait
que je sais qu’il m’en veut… Bref je dois réussir à me protéger de ça.

« Qu’est ce qui fut ce qui te fit grossir ?

Ni une alimentation déficiente, ni un manque d’exercices n’ont provoqué tes kilos en trop.

Ce qui te fit grossir fut la peur, le sentiment d’abandon, le manque d’amour, la dévalorisation, la vulnérabilité, tout
cela tu l’exprimas par des impulsions inconscientes, et elles se manifestèrent comme de mauvaises habitudes
alimentaires.
Tiens compte que la finalité des expériences douloureuse n’est pas de perdurer, sinon nous enseigner une leçon et
ensuite disparaître… Cependant comme ton système d’épurement émotionnel est abîmé, (ton mental) il a essayé,
inconsciemment de te débarrasser de ces pensée et sentiments par le moyen de la digestion disant :

« SI JE NE PEUX TRAITER MA TRISTESSE, PEUT-ÊTRE PUIS JE LA MANGER, SI JE NE PEUX TRAITER MA


COLÈRE, JE SUIS PEUT-ÊTRE CAPABLE DE L’ENGLOUTIR. »

Cet excès de poids disparaîtra lorsque ton enfant intérieur qui vit encore dans ton corps d’adulte, grandissant au
travers de la graisse pour être reconnu et protégé par l’adulte, se rende enfin compte que la peur appartient au passé
et qu’enfin il est en sécurité.
Cet enfant intérieur arrêtera de grandir sous forme de graisse…
Je veux que tu saches que la graisse est une résultante physique de ton besoin de prendre de la distance avec les
AUTRES, cette graisse a été un rempart pour te protéger, une barrière que tu as créée, toi-même.
Je te propose d’abattre les briques de ce mur qui ont des noms :

HONTE, RAGE, PEUR, RANCŒUR, INJUSTICE, PROTECTION, SÉPARATION, ÉPUISEMENT, STRESS,


COMPLEXE D’INFÉRIORITÉ.

110
La graisse que tu t’enlèves de dessus avait pénétré ton subconscient avant de s’accumuler dans ton corps et lorsque le
poids disparaîtra de ton esprit, il abandonnera ton corps. »
Traduit du texte Eva Ka Karuna

« Cessez de vous étonner et de vous plaindre du mauvais comportement des humains. Une fois pour toutes, sachez
qu’ils sont capables du meilleur, mais malheureusement aussi du pire. Prenez la décision de ne plus vous occuper de
leurs défauts, de leurs erreurs, car cela ne fait que déclencher chez vous des réactions négatives. Et comme il existe
une correspondance entre ce dont on se préoccupe et l’état dans lequel on se sent ensuite, si vous êtes tellement
sensible aux mauvaises actions des autres, vous serez envahi par des sentiments hostiles : la colère, l’agressivité, la
rancune, etc. Et un jour même votre visage reflétera tous ces sentiments négatifs que vous aurez nourris.
Les gens intelligents ne font pas dépendre leur état intérieur du comportement des autres. Vous direz que la colère et
l’indignation sont souvent justifiées. Oui, sans doute, mais sachez que ni votre colère ni votre indignation ne feront
changer les gens. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Extrait du livre de Penney PEIRCE « FREQUENCE, le pouvoir de votre vibration personnelle » :

Essayez ceci !
Voyagez parmi les vibrations de votre corps.

1. Asseyez-vous confortablement, les paumes sur les cuisses, la tête droite, et respirez régulièrement. Dirigez toute
votre attention sur l’instant présent et sur l'intérieur de votre peau. Que remarquez-vous ? Qu’est-ce qui bouge ? Vous
percevez peut-être une sorte de tortillement, de bourdonnement ou de murmure. Soyez avec la vitalité et l’activité de
votre corps tandis qu’il accomplit son œuvre d'être vivant. Sentez à quel point vous êtes reconnaissant à votre corps et
à la vie.

2. Maintenant, remarquez le cycle de votre respiration. Suivez votre souffle alors qu’il apporte de l’air frais dans vos
poumons, puis se retourne et le rejette lentement, vidant votre corps de ses impuretés. Laissez-le se retourner de
nouveau à la fin de l’expiration et revenir vers l’intérieur. Demeurez avec le mouvement de la vague, fusionnant avec
le courant afin qu’il soit sans effort.
3. Ensuite, prêtez attention aux battements de votre cœur et à votre pouls qui se manifeste en divers endroits de votre
corps. Sa vibration est un peu plus rapide que celle de votre respiration. Fusionnez avec vos battements cardiaques,
sentez le cœur qui pompe et se relâche sans cesse.

4. Percevez maintenant le bourdonnement électrique de vos nerfs. Cette vibration est même plus rapide et d’une
fréquence plus élevée que votre pulsation cardiaque. Scrutez tout votre corps pour percevoir partout ce picotement.

5. En allant plus en profondeur encore, voyez si vous pouvez percevoir la vibration des processus biochimiques et des
neurotransmetteurs alors que d'importantes substances chimiques et d’importants nutriments sont transférés dans vos
cellules ou en sortent.

6. Focalisez-vous cette fois sur la vibration d'un groupe de cellules situées n’importe où dans votre corps. Imaginez
que vous les regardez au microscope. Sentez-vous leur vibration subtile ? Introduisez-vous dans une seule cellule.

7. Continuez ainsi en vous laissant attirer dans une des molécules qui composent la cellule. Ici, vous entrez dans une
vibration extrêmement fine, celle de l'un des éléments de base, comme l’hydrogène ou le carbone, qui constituent la
cellule.

8. Ensuite, traversez la molécule et entrez dans un atome pour y percevoir la puissante force vitale qu’il contient. Vous
atteignez là une vibration de haute fréquence, très rapide.

9. Enfin, laissez-vous attirer dans l’une des « entités quantiques », les minuscules particules se trouvant à l’intérieur
de l’atome. En pénétrant dans cette particule ultime, remarquez qu’elle s’ouvre mystérieusement et se transforme en
une onde d’énergie et de conscience, vous libérant du temps et de l’espace.

111
10. Vous flottez à cet instant dans un lieu très tranquille où il n’y a aucun mouvement. Vous vous êtes déployé et vous
êtes partout. Tout est possible. Tout est connaissable et connu. Tout ce que vous pouvez faire, c’est être. En étant, vous
absorbez la nouvelle guidance, les instructions et les programmes énergétiques dont vous avez besoin. Vous devenez
plus complet et plus lourd, et vous retrouvez une réalité en tant que nouvelle entité quantique, une nouvelle particule
dans le temps et dans l’espace.

11. Revenez en arrière à travers les vibrations, passant des hautes fréquences aux basses fréquences : l’atome, la
molécule, la cellule, les rythmes biochimiques, les nerfs, les pulsations cardiaques et la respiration. Vous êtes revenu !
Vous avez régénéré votre force vitale et votre motivation existentielle.

Extraits du livre de Stéphane Robin de « L’Être intérieur. « Dieu ? C’est toi » :

Le Cœur

Comment ne pas douter de ton « Cœur » ? Ah là, je touche le point sensible…la base de tout. Ton « Cœur », ce n'est
pas seulement un organe avec ses ventricules…etc. Ton Cœur, c’est aussi un chakra qui relie ton être à sa Source, le
Divin. Bien sûr, les onze autres chakras sont aussi reliés au Divin, mais la particularité du « Cœur » est qu’il a pour
lui la fonction d’Amour, essentielle pour toutes choses. En te reliant à l'Amour Universel, tu peux te connecter à tout
ce qui est de l’ordre du « vivant ». Je m’explique :
Lorsque tu te trouves dans une situation difficile, ou lorsque l’on te raconte quelque chose qui te semble « bizarre »,
connecte-toi directement à ton chakra « Cœur » pour ressentir ce qu’il en est vrai-ment. Ce sera sûrement ton
intuition qui t’indiquera la Vérité dans cette situation.
En fait, tu écouteras simplement ce que te dit ton intuition. Alors, il est important de ne pas douter de ton intuition, de
ta faculté à ressentir les choses.

Mais souvent on retrouve les réponses à nos questions par la suite, et cela confirme le plus souvent ce que nous avions
pensé lorsque nous nous sommes écoutés. Pour Bien s’écouter, il est donc important de se relier à la Force Suprême
(Dieu), cette Source Divine.
Ne pas douter de nous, de notre faculté à voir clair, de cette énergie d’Amour. « Dur, dur », pour ne pas douter de tout
cela. Un conseil que je pourrais donner, pour commencer, ce serait de Lâcher-prise. Il n’y a pas de risque au Lâcher-
prise avec la Force Suprême, alors autant commencer par là !
Ensuite, recentre-toi sur toi, toujours dans cette idée que la Force Suprême te conduit et les choses iront d’elles-
mêmes. Petit à petit la Confiance s’installera, petit à petit tu lâches davantage prise, et petit à petit tu vois clair en toi
et chez les autres. À partir de là, le doute qui s’installe ne dure jamais très longtemps, car tu discernes davantage les
évènements et les personnes.

Avoir Foi en toi, est donc excessivement important, je dirais même vital. Je pense qu’il est très important de dépasser
les stades de gros doutes, je parle de ceux qui remettent en cause la Force Suprême, son existence ainsi que le pouvoir
de la Lumière.
De même pour les personnes qui remettent en cause leur faculté de pouvoir mener la vie qu’elles souhaitent, d’être
souveraines de leur vie.
Pour un « athée », cela n’est pas évident, maintenant s’il est heureux dans sa vie, je ne vois pas pour-quoi il
changerait. Mais ne va-t-il pas lui manquer quelque chose un jour, ne va-t-il pas ressentir un vide au fond de lui ?
C’est un autre débat. Mais celui qui est indécis, celui qui ne sait pas quoi penser, celui-là ne pourra pas rester dans le
doute très longtemps, car sa place sera très inconfortable. Alors autant prendre une décision et s’y tenir. Toujours
Lâcher-prise, c’est très important si l’on souhaite avancer sans tension.

Se libérer de nos peurs

C’est en m’intéressant à Inélia Benz la première fois que j’ai entendu parler de cet exercice du traitement de la peur.
Et avant de l’expérimenter je me suis dit : « mouais, accueillir nos peurs, leur permettre d’exister ? Mais ça ne va pas
non ! Je vais encore plus avoir peur ! » et puis je me suis dit : « ok je le fais on verra Bien » alléluia ! Ce travail,
associé à ma propre expérience fut libérateur au-delà de mes conceptions mentales. Et depuis, tous ceux à qui je
préconise cette forme de libération, en sont enchantés (petit clin d’œil spécial : Merci Inélia).

112
On nous vend qu’il faut combattre nos angoisses, nos peurs, nos doutes, mais elles se nourrissent de dualités ! La
solution n’est pas dans le conflit ou dans la « digestion » de cette émotion négative non résolue, car cela entraîne bon
nombre de « maladies », mais l’une des solutions réside dans l’accueil, dans l’acceptation de celle-ci sans jugement,
ni commentaire. Voilà ce qui, par expérience personnelle, a fonctionné pour moi et pour bon nombre d’autres
personnes. De plus, nous n’avons pas besoin de revenir dans l’émotion, pas besoin de retourner en plein Cœur du
moment de Création de la souffrance. Il nous suffit d’identifier la peur ou l’émotion lorsqu’elle se présente à nous et
la traiter, tout simplement.Déroulement :

1- SILENCE INTÉRIEUR
Tout d’abord mettons-nous dans le silence intérieur de notre Cœur. Relaxons le corps physique et calmons le flot de
nos pensées.

2- IDENTIFICATION
Ensuite, identifions la peur liée à l’émotion négative (peur de la mort, de la maladie, de ne pas réussir, des
hommes…). Peu importe de quelle peur il s’agit, car quand celle-ci est identifiée, nous prenons Conscience que cette
émotion négative n’est pas nous.

3- ACCUEIL
Ensuite, en nous parlant à nous-mêmes, dans le silence profond de notre Cœur, souhaitons-lui la Bienvenue.
Accueillons-la avec Bienveillance, disons-lui que nous lui permettons d’être et d’exister. Attention nous ne devons pas
nous impliquer dans l'émotion.
Nous devons être sans jugement, ni commentaire, ni analyse, juste une observatrice Bienveillante. Permettons-lui de
grandir, de prendre tout l’espace dont elle a besoin pour s’exprimer.

4- GRATITUDE SINCÈRE
Puis, remercions-la de tout notre Cœur d’être présente aujourd’hui dans notre vie afin de nous assister dans notre
progression, dans notre ascension. Si nous n’arrivons pas à ressentir la Sincérité, nous pouvons aller chercher un
souvenir d’une situation où nous avons ressenti très fortement une profonde gratitude. Et l’utiliser.

5- CÂLINS ET LIBÉRATION
Ensuite visualisons-nous en train de lui faire un énorme câlin plein d’Amour sincère et puis si l’émotion négative
ressurgit en nous c’est afin d’être libérée évacuée donc toujours sans jugement, ni commentaire, ni analyse,
remettons-la avec Paix et Vérité à La Source qui s’en chargera, naturelle-ment.

6- GRATITUDE SINCÈRE
Finissons par remercier de tout notre Cœur La Source et lâchons prise, car c’est accompli. Refaisons cet exercice
autant de fois que nécessaire, jusqu’à ce que nous nous sentions satisfaits du résultat.

Une fois cette peur libérée ou en cours d’évacuation, ressentons en nous le Pardon, ressentons cet outil énergétique
puissant resurgir de nous, ressentons ses Bienfaits. Sans jugement, grâce à cette libération, nous permettons à
l’Univers de faire fonctionner la justice dite « Divine » (loi de cause a effet ou loi de causalité) grâce au Lâcher-prise
(acte de Foi) qui est le détonateur de la Loi de manifestation.
Ensuite par le moyen que nous estimons bon pour nous-mêmes et pour autrui, (sans l’imposer) nous pourrons aller lui
dévoiler la Vérité et lui accorder notre Pardon libérateur. Cet homme ou cette femme est en souffrance, il ou elle est
notre frère, notre sœur. Ayant vécu cette situation personnellement, expérimenter le Pardon fut salvateur et très
éveillant. De ce fait, par la Loi de causalité ou de cause à effet, considérant que « tout ce que l’on envoie nous revient
de manière exponentielle aussi sûrement que nous l’avons exprimé », nous exprimerons donc, « Paix et Harmonie »
autour de nous. Étant énergie électromagnétique, il y a fort à parier que nous attirerons à nous « Paix et Harmonie ».

Nos relations évolueront avec le message envoyé. Pour nous aider, rappelons-nous que :
- ajouter de la haine à la haine engendre deux fois plus de haine, en répandant le Pardon nous engendrons deux fois
plus d’Amour.
- rien n’est donné à notre Esprit que celui-ci ne puisse traiter, car il est notre vraie nature : Éternel, infini,
Inconditionnel, il est notre meilleur maître, guide et ami.
- nous sommes des êtres Spirituels vivant une expérience terrestre dont nous devons tirer les leçons. Cette expérience
a pour but de nous assister dans notre ascension, dans notre progression en tant qu’individu.

113
Sortons de la dualité séparatrice, génératrice de souffrance et allons ensemble nous reconnecter avec l’Unicité qui est
notre état naturel dans lequel nous baignons et vers lequel, indubitablement, nous nous rendons. C’est aussi cela
reprendre son pouvoir, sa capacité à faire, que nous, en tant qu’expérience humaine, avons pris pour habitude de
conférer aux autres en « espérant » qu’ils le fassent pour nous. Pourquoi aller chercher ailleurs ce qu’il y a déjà en
nous et y mettre toute notre Foi ?

Par le fait, nous contribuons à nous éloigner de nous-mêmes, de notre véritable nature pro-fonde. Nous sommes à la
fois le chemin et le but… il n’y a donc ni aucun chemin à prendre, de voie à emprunter ou de but à atteindre…nous
avons simplement à nous reconnecter à cette réalité…vous vous dites c’est difficile…oui, ça l’est, puisque vous y
croyez, puisque vous y mettez votre foi…en fait ce n’est pas difficile.

La difficulté est d’abord l’absence de facilité, or pour que cela soit facile, il nous faut juste le vouloir. Pour cela nous
devons apprendre à discipliner notre ego/mental et faire Confiance, à avoir foi en notre Être Intérieur qui se nourrit
du Cœur inconditionné. Ce n’est pas « difficile » cela nécessite de la discipline. Il en va de même pour le doute, la
peur et toutes autres émotions et sentiments limitatifs. Or nous sommes des êtres illimités…alors pourquoi se limiter ?
Ou plutôt pourquoi s’auto-limiter ?

Vendredi 1er juin 2018

Ce matin je suis au bureau. Avant que je ne rentre chercher Soen, Cyrille veut me parler. Lundi, mardi et
mercredi prochain le collègue qui est en froid avec moi et qui est opérateur radio au Centre d’Information et
de Commandement ne sera pas présent et le second est en maladie depuis aujourd’hui. Alors que je suis en
route pour aller chercher Soen à l’école, je demande à l’archange Mickael s’il peut aider Cyrille à ne pas
revenir dans cet état de stress généré par ce manque de confiance en lui. J’aimerais qu'il n'ait pas à vivre
cette expérience mais en le disant je me dis qu’il le faut, qu’il a quelque chose à gérer. Sur ma droite, un
panneau attire mon attention, il est inscrit « sauveteur » et je repense immédiatement à ce que m'avait dit
Abellina ; je ne suis pas un sauveur, personne ne m'a demandé de l’être et je vois que je me suis encore une
fois mise dans ce mode de fonctionnement. Je cesse immédiatement et focalise ma pensée sur autre chose.
Le lendemain, en écrivant ce texte j'écoute en même temps un audio de Pascale Lafarge sur l'entre deux
vies ». Les mots se synchronisent parfaitement avec ce que j'écris. Elle dit ceci :
« J'ai demandé à ma mère défunte si elle pouvait aller aider cette personne parce qu’elle souffrait beaucoup
et ma mère m'a répondu ceci : Je suis allée la voir, je lui ai tendu la main, mais pour le moment elle ne voit
pas, elle n'entend pas. Elle sait très bien qu’elle pourra avoir de l’aide quand elle le voudra, mais pour le
moment il faut que son cœur trouve la paix et ce chemin-là il n’y a qu’elle qui peut le faire. Nous ne
pouvons pas ni la brusquer, ni la forcer, c'est elle qui a à moment donné nous demandera de l'aide, quand elle
sera prête. »

Le soir Cyrille et Matisse sont allés au tennis, ils sont rentrés tard. Cyrille est désemparé, car il n’arrive pas
à gérer son stress lors d'un match. En effet quand il perd un point une angoisse monte et il perd ses moyens.
Je lui propose un exercice pour tenter de déprogrammer son cerveau. Je lui dis d'imaginer une situation très
stressante dans sa vie et de laisser l'émotion monter jusqu’à ce qu’il ressente un malaise au niveau du corps.
Une fois que l'émotion est bien installée, je lui demande d’imaginer un événement heureux, quelque chose
qui le met vraiment en joie et qu'il mémorise cet instant jusqu’à ce que l'émotion monte en lui. Une fois qu'il
y est parvenu, je lui demande juste de repenser brièvement au moment de stress auquel il a pensé juste avant
et de stopper. De cette façon je me dis que le subconscient associera à un moment l'émotion positive avec
l'événement négatif et que cela déprogrammera cette association ÉCHEC/PANIQUE. En revanche je lui
demande de le faire tous les jours en lui expliquant que normalement l’émotion remontera plus vite avec un
peu d’entraînement.

Extrait d’une canalisation de Guy Faverdin du 20/12/2107 :

Aimer mieux.

114
« Nous serons toujours à votre écoute lorsque votre demande vient de votre cœur, et c’est bien la raison qui pousse
une maman à demander pour un enfant qui lui pose des souffrances incomprises. Les doutes de la maman ne sont que
le résultat de ses craintes légitimes et ils sont amplifiés par un mental en quête de vérité, mais si les efforts de
détachement viennent remplacer les effets de l’amour maternel, alors la voix de la compréhension s’exprime et la voie
de la quiétude se fait plus évidente et accessible. Ne croyez pas qu’il vous est demandé de ne plus aimer, mais
seulement de mieux aimer et la privation de liberté qui nait des liens familiaux s’estompera avec la compréhension.
Vous, humains, savez aimer à votre image. Vous êtes limités dans l’expression de l’amour inconditionnel et vous
croyez que la vérité vous appartient. Nous vous encouragerons toujours lorsque vous voudrez évoluer et nous vous
indiquerons la voie qui semble la plus juste, mais vous avez le choix de rester avec vos connaissances et sachez que
vos acquis vous appartiennent.
Enfants et mamans, soyez rassurés, la roue du temps tourne à la vitesse demandée et les épreuves et les doutes
finissent toujours par abdiquer devant l’amour demandé et mis en place par le Un. Soyez calmes et sereins, restez
conscients de votre véritable identité et vous remercierez le scénariste pour vous avoir permis de lire le texte que vous
avec écrit. Avec tout l’amour inconditionnel de vos guides, je vous salue. »

Lundi dernier, à 11H30 je suis partie chercher Soen qui termine à 11H30. En accord avec ses maîtresses, je
peux arriver à 11H45 depuis le début de l’année. Je me suis garée un peu loin du bureau et je crains d’être
très en retard. Alors que je regarde l’horloge de ma voiture et je pense au temps. Je cours sans arrêt… Mais
comme le Temps n’existe pas je me demande s’il serait possible par la pensée de le modifier en réduisant le
temps que je mets à aller chercher Soen par exemple sans avoir à accélérer ma vitesse ou prendre un
raccourci ou alors accélérer le temps à l’inverse.
Le lendemain, je pars à 11H30 chercher Soen à l’école et je me suis à nouveau garée un peu loin. Arrivée au
rond-point situé près du boulot je suis surprise, car il est déjà 11H36 à l’horloge de ma voiture, ce qui veut
dire que j’ai mis plus de temps que prévu pour sortir du service et rejoindre ma voiture … (Et oui, je ne peux
plus me garer là où je me garais avant, ça dérange…) En même temps je ne me gare pas beaucoup plus loin.
Jeudi matin idem, alors que je pars à 11H28 (heure de mon téléphone portable), lorsque j’arrive pour
récupérer Soen il est plus tard que d’habitude. En repartant le conduire à l’école l’après-midi, nous partons
comme d'habitude à 13H15 et je remarque qu’à l’horloge de la voiture quelque chose ne va pas, il est déjà
13H18. Soen a mon téléphone en mains, je lui demande l’heure qu’il est dessus. Il me répond chiffre par
chiffre, il est 1,3,deux points 1,5. Je viens de comprendre. Mon horloge avance de 3 minutes depuis mardi.
Comment est-ce possible ? Qu’il y ait eu un dysfonctionnement et qu’elle se soit arrêtée ok mais dans ce cas
elle retarderait… Comment a-t-elle pu avancer ? C’est à ce moment-là que j'ai repensé à ma réflexion de
lundi dernier : est-il possible de modifier le temps ? Bien-sûr que oui puisque nous l'avons inventé, nous
pouvons régler l’heure comme nous le voulons ! Je ris toute seule… Belle leçon…

Samedi 2 juin 2018

J’écoute une conférence avec Pascal LAFARGUE sur la page Nuréa TV. Elle parle de l’entre-deux-vies qui
fait également l’objet d’un livre. Ce livre m’attire, j’ai très envie d’aller l’acheter.
L’animateur lui demande, suite à un schéma qui se trouve dans son livre, « Comment expliquer que le temps
et l’espace n’ont plus d’incidence. Ce monde de l’entre deux vies ? »

115
Nos pensées, nos actes, nos choix conditionnent déjà notre futur dans cette vie et dans la prochaine.
Vouloir que les choses changent c’est bien mais nous devons déjà changer nous-même. Il faut participer à
cette volonté de changement, sinon rien ne changera.
Il y a souvent des schémas répétitifs. Ce n’est pas parce qu’on a compris un événement qu’on l’a réglé. Pour
autant il faut l'accepter et avoir la capacité de procéder à un changement. Le but des cycles de réincarnation
de l’âme : travailler sur ses points forts, ses points faibles, etc. »

Cyrille avait un match de tennis dans la matinée, il a perdu. Il est revenu dans un état de colère prévisible,
reprochant même à Matisse de l’avoir encouragé. Ne parvenant pas à transmettre un peu de sa colère à
Matisse, il a tenté sur moi. J'ai appliqué la méthode de Sam l'audioteur, le calme total. Il s'est alors dirigé
vers Soen et lui a arraché le téléphone des mains. Soen s’est mis à pleurer, à s’énerver. Une partie de la
colère de Cyrille avait été déversé sur lui. Une fois Cyrille parti, Matisse et moi avons porté Soen jusqu’à la
chambre et l'avons chatouillé comme pour retirer cette énergie négative. Il s'est mis à rire. Mission
accomplie. Nous sommes redescendus et Cyrille est revenu à plusieurs reprises dans la pièce, toujours très
énervé contre lui. Au bout d'un moment, j'ai ressenti une lourdeur au niveau du chakra du cœur et mes bras
se sont mis à trembler. J’ai gardé mon calme, mais je crois que les énergies négatives sont parvenues à
m’atteindre ce qui me permet de connaître les symptômes que cela déclenche chez moi. J’ai préparé un bon
repas pour tenter d’apaiser un peu les esprits. Cyrille s’est calmé, est passé par le sas de la culpabilité et
s’est excusé. C’est fou comme la colère envers soi-même est insupportable. Ne pouvant pas s’énerver contre
soi-même on tente alors de trouver un moyen de la déverser sur les gens qui nous entourent en cherchant des
raisons chez l'autre : « Pourquoi tu ne souris pas ? », « Pourquoi tu me regardes comme ça ? » etc.

L’après-midi je me suis rendue à la FNAC avec Cyrille et les enfants et j'ai acheté deux livres. Celui de
Pascale LAFARGUE « L’entre-deux-vies révélé » et « Accélération quantique, méthode d’avancement par
Tremplin énergétique » de Nathalie CHINTANAVITCH.
J’ai commencé celui sur l’accélération quantique et elle donne des codes à intégrer comprenant des séries de
chiffres et de symboles de type lettres de feu. Elle dit quelque chose de très intéressant dans le chapitre 2
intitulé « Puiser l’énergie-source de vos expériences ». Cela me rappelle ce que j’ai dit à Cyrille la veille au
soir.

Puiser l'énergie-source de vos expériences.

C'est ce que j'appelle le basculement des polarités. Ce basculement est important, car il amène l’équilibre en vous,
autour de vous et par vous. Le principe à accepter pour pouvoir pleinement puiser l’énergie-source de vos
expériences et celui qu’il n’y a, dans l’absolu, ni Bien ni Mal. Ce principe va peut-être heurter certains d’entre vous.
Mais il est une évidence, une réalité de la vie, et surtout de l’évolution. Les notions de Bien et de Mal sont des
conditionnements ancestraux qui ont été imprégnés dans chaque cellule humaine, dans chaque conscience. Ces
notions amènent des actions, des réactions, qui sont en fonction de ces mêmes principes. En sortant des notions
préétablies qui ont conditionné l’homme depuis ses origines, vous avez la possibilité de transformer tout ce qui vous
parait bien ou mal en pure énergie, ou plutôt de puiser l’énergie qui cache derrière tout ce qui vous paraît bien ou
mal. L’équilibre permet d’avancer. Si vous ne tenez pas debout, vous ne pouvez pas marcher ni aller de l’avant. Sans
équilibre, vous tombez. L’équilibre est le mouvement judicieux entre les polarités qui vous composent et qui
composent toute forme de pas ni de Mal dans vie dans l’évolution. Il n’y a pas de Bien et de mal dans l’absolu. Tout
fait partie de la vie et de l’évolution. Les critères de bien et de mal ont été programmés depuis des siècles dans
l'inconscient collectif. Ce qui paraît bien n’engendre pas nécessairement des mouvements positifs et ce qui paraît mal
n'a pas uniquement des conséquences négatives.

En partant de ce principe et en l'acceptant comme vecteur d’amélioration de votre situation de vie, vous pourrez

116
trouver l’énergie constructive et positive qui se cache derrière les pires événements. Cela est encore une fois une
question d’entraînement de votre cerveau, qui a été habitué à classifier les situations et les événements en les mettant
soit dans la case Bien soit dans la case mal. Quelle que soit la case dans laquelle vous classez une situation, entraînez
votre cerveau à trouver, définir et lister les mouvements qui peuvent avoir été générés par cette situation ou
événement. Car il y en a, automatiquement et indéniablement. Souvenez-vous que tout ce qui se produit dans votre vie
est le fruit de vos expériences et fait partie de votre évolution.

En partant de ce principe, tout ce qui fait partie de votre évolution contient nécessairement des éléments positifs, des
bons côtés plus ou moins identifiables et nommables en tant que tels. Prenez une situation qui a généré en vous du
stress, des émotions désordonnées, de la colère, de la souffrance. Prenez cette situation et observez-la. Certes, la
douleur et la souffrance ont été ou sont encore peut-être présentes lorsque vous vous remémorez cet événement.
Prenez alors une feuille de papier et listez rapidement ce qui s'est produit de positif dans votre vie depuis que cet
événement a eu lieu. Faites la liste sans laisser à votre mental, à votre cerveau, le temps de trop réfléchir. Listez,
rapidement et rigoureusement, tout ce que vous avez vécu dans votre vie de positif, de créatif, de bénéfique pour vous
ou pour votre entourage, depuis cet événement. Premièrement, votre cerveau va transformer les conséquences
conditionnées de l’événement en amenant l'information suivante : cet événement a été suivi de tous ces éléments
positifs. Et deuxièmement, vous allez créer de nouvelles connexions neuro-émotionnelles par rapport à cet événement,
des connexions qui vont faire basculer les polarités liées au Bien et au Mal pour que votre être entier puisse alors
puiser l'énergie-source de cet événement. Cela ne doit pas être mentalisé. Il s'agit d'un processus qui s'effectue de lui-
même, dès que vous entraînez votre cerveau à voir les points d’évolution positive qui se produisent après chaque
situation de souffrance dans votre vie. Plus vous entraînez votre cerveau à identifier les éléments d'évolution positive
qui suivent les situations de souffrance et les moments difficiles que vous traversez, plus vous serez en mesure
d'affronter plus facilement et plus rapidement les nouveaux challenges, sans parler de problèmes ou d’obstacles qui
pourraient se présenter à l'avenir dans votre vie. Ce processus vous renforce et vous permet d'avancer plus
rapidement en transformant une situation difficile en tremplin énergétique. Il s’agit aussi d’une manière de recréer
l’équilibre en vous après une situation déstabilisante.

Le retour à l'équilibre et son maintien sont des éléments qui vous permettent de ne pas rester dans une situation
négative ou stagnante. Je ne parlerai pas de maintien de l'équilibre, mais plutôt de retour à l'équilibre. La vie est faite
d'aléas qui auront nécessairement comme conséquence de vous faire bouger puisque tout est en évolution constante.
Le maintien de l'équilibre est donc plus un concept qu'une réalité applicable Par contre, le retour à l'équilibre peut
être travaillé pour être de plus en plus rapide et pour vous permettre, lorsque vous être déstabilisé, de revenir plus
facilement et plus rapidement dans votre alignement, dans votre centre d'équilibre, au lieu de rester longtemps dans
une situation inconfortable. C'est cela que vous devez apprendre et mettre en place : revenir chaque fois plus
rapidement à votre centre, à votre point d'équilibre, par le basculement des polarités, en informant et en rappelant à
votre cerveau les éléments positifs qui ont suivi une situation difficile ou inconfortable.

Plus vous lisez ces informations, plus votre cerveau s'en imprègne. Je vous conseille également de les écrire au stylo,
car le mouvement de la main qui écrit va encore plus renforcer cette imprégnation dans votre cerveau. L'intégration
visuelle passe par la lecture, par la vision de formes, de mots, et également par le mouvement du corps qui manifeste
sur papier, par le dessin ou l'écriture, une nouvelle évidence qui sera acceptée d’abord par votre inconscient puis par
votre cerveau conscient.

Dans la pratique :
1- Choisissez une situation difficile ou inconfortable que vous avez vécue.

2. Ressentez toutes les émotions, désordonnées ou autres, qui ont été générées par cette situation. Ne les repoussez
pas, quelles qu'elles soient. Ressentez-les, observez-les et acceptez-les en vous. Cela permet de définir l'énergie-source
que votre cerveau va ensuite puiser et transformer.

3. Listez tous les éléments positifs qui ont eu lieu dans votre vie depuis que l'événement difficile s'est produit.
Ressentez-les avec l’émotion positive associée. Ressentez-les aussi fortement et avec la même intensité que les
émotions négatives qui avaient été générées par la situation en question. Cela établit un basculement du champ et un
équilibre des polarités émotionnelles en vous.

4. Remerciez le présent pour ces éléments positifs qui ont découlé de la situation inconfortable. Il s’agit de ressentir
de la gratitude pour le moment présent et pour votre vie telle qu'elle est actuellement. Votre cerveau enregistre alors
l’information que tout ce qui s’est produit est parfait.

117
5. Regardez la situation difficile en reconnaissant les éléments positifs que vous avez listés. Cela permet de
transformer la situation difficile à sa source, en inscrivant l’information que cette situation a généré des mouvements
positifs.

6. Remerciez la situation difficile de s’être produite dans votre vie, reconnaissez que tout a été parfait pour vous et
pour votre évolution. Ressentez de la gratitude pour situation. Ce ressenti peut survenir naturellement, puisque le
cerveau aura l’orientation par l'énergie-source de la situation.

Ce processus amène de nouvelles programmations dans votre cerveau. Les anciennes habitudes de fonctionnement,
les schémas réactionnels automatiques sont contrés par cette nouvelle programmation. Plus vous mettrez en
application ce processus, plus il sera facile jusqu’à devenir un automatisme, une habitude de votre cerveau. Plus vous
entraînez votre cerveau à puiser l’énergie-source des situations inconfortables, plus vous vivrez facilement les futurs
événements de votre vie, quels qu’ils soient. Comprenez aussi que vous mettez en place dans votre présent les bases de
votre futur et que, de ce fait, les situations inconfortables ayant moins d'impact sur vous, vous serez moins amené à les
rencontrer à l’avenir puisque votre cerveau ne générera plus de connexions neuro-émotionnelles désordonnées face à
ce genre de situation.

La première clé est ici la création et le retour de l’équilibre par le basculement des polarités. En puisant l’énergie-
source de situation, vous avez la possibilité d’augmenter votre réservoir énergétique et d’utiliser cette énergie, de
l’orienter pour revenir à votre point d’équilibre.
L’énergie-source qui se trouve derrière toute situation, derrière tout événement, est infinie et inépuisable. Elle est une
puissance qui, lorsqu’elle est comprise et maîtrisée, peut permettre à chacun d'entre vous de créer la vie de ses rêves,
en tout point.
La méthode pratique évoquée précédemment dans ce chapitre, lorsqu’elle est utilisée et appliquée de façon va
favoriser la neurogénèse. Il s’agit de l’ensemble des processus de création d’un neurone fonctionnel du système
nerveux, c’est-à-dire la naissance de nouveaux neurones. Lorsque vous réussissez à puiser l’énergie-source d’un
problème non seulement vous revenez à votre point d’équilibre par le basculement des polarités, vous créez de
nouvelles connexions neuro-émotionnelles qui auront un effet sur vos actions et réactions futures, mais aussi vous
permettez la naissance de nouveaux neurones en vous. Ainsi, de processus interne vous renforcez votre d’auto-
régénération.

Le soir, Cyrille rapporte la commande des courses. En rangeant les œufs dans le frigidaire j’en vois un tout
blanc. Il est beau, lumineux. Il est tellement différent des autres, je ne peux m’empêcher de me dire qu’on
dirait moi. Je me sens si différente des personnes qui m’entourent…

Extrait du livre de Miguel Mennig, « Ce que disent vos rêves ».

Œuf

Il contient le germe de l’embryon et symbolise le devenir en gestation, la fécondation en cours. Celle-ci est
évidemment associée à l’image de la maternité. L’œuf fait souvent référence à une dynamique intérieure, à un
accomplissement de soi. L’œuf éclos est une allusion encore plus directe à cette évolution puisqu’il nous signifie que
nous sommes sortis de la coquille protectrice. Trouver un œuf éclos est le signe que la vie nous fait un cadeau, qu’elle
nous offre de nouvelles potentialités qu’il faut saisir. Casser des œufs est un message ambivalent. Il peut nous
encourager à faire éclore les richesses qui sont en nous, à les extérioriser

118
Dimanche 3 juin 2018

Je me réveille d’un rêve atroce…Il ressemble à un rêve prémonitoire bien qu’il soit très étrange…Nous
étions avec mes parents, j’avais une housse de couette petite maison dans la prairie et j’essayais de mettre la
couette dedans. Puis je me suis retrouvée dehors, il y avait mes parents et Matisse et on a vu un satellite
tomber au sol à quelques kilomètres. À vrai dire je dis un satellite mais sur le coup j’ai pensé à un vaisseau
extraterrestre. Il était en forme de long tube blanc et il tombait en diagonale sur le sol. Au moment de
l’impact nous avons ressenti la déflagration. Soen n’était pas avec nous, j’ai pris peur et j’ai couru en
demandant à tout le monde de m’attendre exactement à l’endroit que je leur désignais en leur précisant que
je n’en avais pas pour longtemps. Je devais aller chercher Soen à l’école. Je n’étais même pas certaine que
c’était son école. Il y avait des centaines de parents qui attendaient devant l’entrée d’un gymnase. Je suis
passée devant tout le monde et j’ai attendu un peu puis je suis entrée sans demander, j’ai pris Soen dans les
bras et j’ai couru pour rejoindre les autres. J’ai demandé s’il y avait école lundi et on m’a répondu oui ce qui
m’a interloqué… Je me suis demandé s’ils mesuraient l’état de gravité de la situation…Puis celle qui garde
Soen à la garderie de l’école m’a stoppée. Elle avait une carte avec son numéro, elle m’a dit de l’appeler en
cas de problème. J’ai à mon tour noté mon numéro sur un papier mais en le regardant elle m’a répondu
qu’avec son téléphone elle ne pouvait pas appeler ce genre de numéro. Je n’ai pas compris en quoi mon
numéro était particulier…
J’ai rejoint les autres et nous avons vu des soucoupes volantes traverser le ciel. Elles étaient triangulaires,
transparentes avec quelques points lumineux. Je leur ai dit que c’était mon dernier rêve qui se réalisait. Mon
père a dit qu’ils avaient été cons de ne pas me croire. Il y avait de plus en plus de soucoupes volantes.
C’était très stressant. J’ai répondu que dans mon rêve les extraterrestres étaient gentils histoire de rassurer
tout le monde. Puis un film est passé dans le ciel, comme si le ciel était devenu un immense écran de
cinéma. Il y avait 5 ou 6 individus voilés, ils dansaient et semblaient menaçants en même temps. Ils parlaient
à la population et nous ordonnaient de nous réunir à un point de rassemblement. Je crois qu’ils avaient les
pieds dans l’eau comme s'ils étaient au bord de l’eau sur une plage. Il s'agissait de terroristes de toute
évidence. Je me disais qu’ils avaient sans doute récupéré de la technologie extraterrestre. J’ai dit aux autres :
« J’espère que vous avez conscience qu’il ne faut surtout pas les rejoindre, qu’ils vont certainement nous
agglutiner dans des camps de concentration. » Je me souviens quand même temps que je courais au début du
rêve j'étais obsédé par deux choses, ne pas perdre les membres de ma famille (les rassembler, aller chercher
Soen) et en même temps je pensais aux vivres, aller chercher de l'eau, de la nourriture) Et je crois que j’ai
voulu sortir de ce rêve, je me suis réveillée. En me réveillant impossible de me rappeler où je me trouvais, je
ne savais plus qui j’étais, où j’étais, je n’arrive même plus à chercher dans ma mémoire. J’ai mis plusieurs
secondes avant de me rappeler, des secondes interminables. C’est exactement ce qu’il m’était arrivé les trois
matins où je m'étais réveillée après m’être fait braquer au fusil à pompe. Mon corps a dû beaucoup stresser
car en me réveillant j’ai senti cette sensation lourde et pesante en moi. Ce rêve est récurrent, soit il porte un
message, libère un traumatisme soit il s’agit de réminiscences d'une vie antérieure. Je me demande si je n’ai
pas perdu de la famille dans une situation de guerre, quelque chose dans le genre.
Ce cauchemar me rappelle un moment de mon enfance. Lorsque j’étais en 6ᵉ ou en 5ᵉ, je devais avoir 12 ou
13 ans, j’étais à l’école et il y avait eu un orage très violent. J’étais sous le préau avec mes amies et je
pensais à mes parents et à mon frère, que mon frère était à l’école à 15 minutes à pied et que mes parents
étaient à la maison, que si un événement grave survenait nous étions séparés. J’avais été prise de panique et
je m’étais mise à pleurer, je n’arrivais plus à m’arrêter.

Le matin nous sommes tranquilles avec Soen, nous regardons un film « Et si c’était vrai », Matisse a un
tournoi à Saint Avé, Cyrille est avec lui. Je me sens bien, je profite de l’instant. Soudain je reçois un coup de
fil de Cyrille, il est énervé, il s’est disputé avec Matisse, car il ne savait pas qu’il allait jouer contre des
adultes et ne veut pas perdre. Bref je m’énerve parce que le tennis est quand même le centre de beaucoup
d’émotions négatives. Matisse m’appelle quelques minutes plus tard, il pleure, il veut rentrer. Je raccroche.
Je trouve ça incroyable que même à distance ils parviennent à me contaminer. Cyrille finit par rentrer seul et
je m’énerve. Je lui explique que lorsqu’ils rentrent d’un tournoi de tennis que ce soit lui ou Matisse cela a le
même effet que quelqu’un qui rentrerait à la maison après avoir passé du temps dans un bar. On ne sait pas
dans quel état il va rentrer et c’est très stressant. En effet, s’ils gagnent ils sont tous fous fous et s’ils perdent

119
ils s’énervent et nous contaminent. Je ne peux rien dire s’ils perdent car si je réponds que ce n’est pas grave
ça les agace , bref tout ce que je pourrais dire serait motif à dispute.
Cyrille revient du tournoi, mais je suis triste et en colère qu’ils m’aient fait partager leur dispute à tous les
deux, je trouve ça injuste. Soen me regarde et me dit « Il faut que tu contrôles tes émotions maman,
concentre-toi ». C’est mignon, il est adorable. J’ouvre une page d’un livre au hasard pour avoir un conseil et
je tombe sur cette phrase : « Accueillir votre colère lorsqu’elle se manifeste. »
Soen et moi faisons un puzzle, ça m’apaise. Puis nous jouons avec des cartes Montessori. Je me trouve trois
fois avec la carte « Cœur ».
Je navigue dans mes pensées et j’entends comme une question « Sais-tu pourquoi la Terre tourne sur elle-
même ? » Euh, non… à vrai dire j’ai du l’apprendre à l’école je pense, mais je n’ai pas retenu. Mais c’est
vrai pourquoi la Terre tourne-t-elle sur elle-même ? Je me dis que la Terre est une planète vivante et que
pour qu’un corps soit en mouvement il faut soit qu’il le veuille soit qu’il subisse un frottement ou une
poussée ou quelque chose dans le genre. Quelque chose aurait-il enclenché ce mouvement où est-ce un
mouvement comme celui de l’horloge par exemple, alimenté par une énergie spécifique.
Je fais des recherches sur Google, ça dit ceci :
« La Terre tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. La rotation de la Terre sur elle-même est
probablement due à un mouvement initial acquis lors de la formation de la Terre, et qui se conserve, car
dans l’espace, les frottements sont négligeables ». C’est fou, ils emploient les termes mouvements et
frottement, mais le plus fou c’est qu’on ne sait pas pourquoi la Terre tourne sur elle-même au même titre que
les autres planètes du système solaire…

Cet après-midi je veux regarder Netflix et la page d’accueil montre une nouvelle série en 3 épisodes relatant
les attentats du 13 septembre 2015. Je le regarde et ne fais que pleurer. En me concentrant je prends
conscience des symptômes physiques que la baisse mon taux vibratoire déclenche chez moi. Cela me
permettra de m’en rendre compte par la suite : cœur lourd, gorge serrée, mâchoire contractée, circulation
sanguine que je ressens dans les avants-bras, ventre qui gonfle… et je me ronge les ongles.
Mon cauchemar de cette nuit me hante et je crois que je cherche une explication à celui-ci alors je me dis
que les terroristes que j’ai vu sont peut-être tout simplement ce documentaire/Série que je viens de regarder.
Puis aux informations ils parlent de « violents orages qui frappent la Bretagne. La ville de Morlaix (nord du
Finistère) se retrouve inondée en cette fin de journée ! Je repense aux terroristes que j’ai vu les pieds dans
l’eau. Puis le présentateur parle du procès en Irak : condamnée à perpétuité, Mélina Boughedir passera 20
ans en prison et les journalistes montrent des grandes affiches en hauteur en plein Bagdad de la photo de
victimes irakiennes du Terrorisme. Les photos sont gigantesques et elles sont affichées dans les rues, en haut
de longs poteaux.

Plus tard Cyrille me demandera si je vais mieux. Je lui réponds que oui. Il me dit que je leur demande de
travailler sur leur colère mais que moi aussi je dois le faire. J’en suis consciente.
Je raconte à Cyrille mon cauchemar et lui dit que ce stress ressenti est le même que celui que j’avais éprouvé
petite au collège lors d’un orage. Il me répond qu’il se souvient très bien de cet événement que je lui avais
raconté. Trois ou quatre secondes plus tard, un coup de tonnerre retentit, puis deux puis trois. Il y a de
l’orage. Je regarde le ciel, je vois un visage se former en plein milieu. Sans doute serai-je la seule à le voir…

120
Avec Soen nous décidons de récupérer l’eau de l’orage en plaçant un verre avec un chinois dessus sur le
balcon de Matisse. J’avais lu un article qui disait qu’après un orage les animaux allaient boire dans les
flaques laissées par la pluie. J’ai voulu goûter. Ça a un goût métallique très prononcé.

Le soir Matisse ouvre le frigidaire, il veut boire un jus d’orange, mais il ne reste que des jus de pommes. Il
s’énerve et dans le même temps aux informations à la télévision, le présentateur explique que la filière de la
pomme connaît en ce moment un début de pénurie. Je dis à Matisse d’écouter. C’est très marrant parce que
c’est comme si le présentateur lui parlait en lui disant « Tu te plains d’avoir du jus de pommes alors qu’une
pénurie de pommes s’installe, tu plaisantes ? » Matisse se sent tout penaud, c’est très drôle à voir.

Ce soir je lis un passage du livre « Accélération quantique, méthode d’avancement par Tremplin
énergétique » de Nathalie CHINTANAVITCH .… L’auteur dit ceci dans le chapitre « Intégrer par la
répétition organisée » :

L’intégration et l'assimilation passent nécessairement par la répétition. Nous sommes ce que nous faisons de manière
répétée. » a dit Aristote. « L’excellence n’est donc pas un acte mais une habitude ». La répétition permet non
seulement d’ancrer en vous de nouvelles informations, de les conscientiser, de les amener à prendre véritablement
leur place dans la matière c’est-à-dire dans vos pensées, votre mental, vos actions et vos réactions, mais aussi de
créer de nouvelles habitudes. L’être humain fonctionne avec des schémas, des programmations, des habitudes. Vous
savez déjà cela. Le but n'est pas d'effacer ces schémas, ces programmations et ces habitudes en un coup de baguette
magique car il resterait des résidus puisqu'il y a toujours des résidus lorsque quelque chose se transforme. Les résidus
sont la charge énergétique derrière tout ce qui est, derrière tout ce qui compose la réalité physique et para-physique.
Alors l'objectif serait plutôt de transformer ces schémas, ces programmations et ces habitudes, en installant en vous
un nouvel élément, ou disons plutôt un ingrédient, qui créerait le basculement des polarités dont nous avons parlé
dans e chapitre précédent. Cet ingrédient n'est pas unique. Il y en a plusieurs. La répétition est l'un de ces ingrédients.
Nous avons évoqué la possibilité de créer de nouvelles connexions neuro émotionnelles par choc traumatique ou par
la répétition. Nous allons évidemment éviter le choc traumatique et nous concentrer sur la répétition :

Dans le cerveau humain, tout est classifié en fonction des souvenirs et des expériences vécues. Imaginez une grande
salle composée de casiers sur tous les murs. Dans chacun de ces casiers se cache une action qui a été prise lors d’une
situation passée. Ce sont des casiers d’expériences. Imaginez que ces casiers sont de plusieurs couleurs. Dison que
tous les casiers rouges correspondent à une même action pour des situations différentes, les bleus correspondent à
une action différente et ainsi de suite avec toutes les couleurs que vous pouvez imaginer. Il s'agit du spectre cervical
des actions réactions expérimentielles. Pour qu’une action-réaction surgisse dans votre présent, lors d’une situation
donnée, il faut que celle-ci, dans votre souvenir, c’est-à-dire dans les casiers colorés de votre cerveau, soit très
présente. Cela signifie que toutes les actions que vous avez répétées, lors de situations similaires, ont le plus de
chance de se répéter encore et encore dans votre vie. C’est un processus naturel qui fait partie du fonctionnement de
l’être humain. Le but est ici de renverser le processus par ce que j’appelle la répétition organisée. Si vous ne voulez
plus agir ou réagir de la même façon face à une situation donnée, il faut créer des actions-réactions nouvelles qui
vont s’implanter dans votre cerveau et qui deviendront plus nombreuses que celles que vous ne voulez plus. Disons
par exemple que la nouvelle action que vous voulez avoir, à partir de maintenant, face à une situation donnée qui ne
cesse de se répéter dans votre vie, va être représentée par un casier violet dans la pièce aux casiers de votre cerveau.
Le but est d’avoir, dans votre pièce, le plus de casiers violets possibles. Cela s’obtient par la répétition, qui va de
prime abord être difficile à mettre en place, car elle demande un certain niveau de volonté pour ne plus réagir de
façon habituelle. Changer ses habitudes est une tâche qui vous demande de l’assiduité et de la conviction. Il va falloir
vous forcer à réagir différemment, quelles que soient les émotions que cela peut générer en vous. Vous ressentiez la
peur, certes, car vous engagerez dans une voie d'action qui n'est pas celle que vous auriez prise habituellement. Vous
ressentirez du doute. Mais vous devez résister et vous forcer à agir de la façon nouvelle que aurez choisie.

Il vous faudra donc dans un premier temps, vous connaître dans les moindres détails. En connaissant vos réactions,
en les analysant, en comprenant qu'elles génèrent en vous, en termes d'émotions, vous êtes en mesure de définir de
façon claire et précise les nouvelles actions et réactions que vous voulez mettre en place.
Dans un second temps, lorsque vous aurez reconnu et délimité vos actions-réactions habituelles, vous pourrez défini
précisément les nouvelles actions-réactions que vous voulez mettre en place.
Ensuite, il faudra les appliquer, ces actions et ces réactions que vous aurez choisies. Il faudra les mettre en pratique le
plus souvent possible, et dans toutes les situations qui l’exigeront c’est-à-dire devant tout événement où vous auriez
réagi habituellement avec vos anciens schémas de fonctionnement.

121
Il n'y a pas de formule magique pour déprogrammer en quelques secondes une habitude qui est ancrée en vous. Seule
la répétition de nouvelles action-réactions, qui vont ensuite devenir de nouvelles habitudes, peut reprogrammer votre
cerveau comme vous le souhaitez. Puis à cela, ajoutez des techniques de visualisation que vous connaissez et le tour
est joué. J'ai remarqué, par expérience, que l’un sans l’autre fonctionne beaucoup moins bien. La visualisation peut
amener à prendre de nouvelles habitudes, mais les anciennes programmations ne seront pas complètement effacées.
Elles seront simplement enfouies, par le travail du mental. Pour les faire disparaître, il est absolument nécessaire de
les transformer, de les épuiser en énergie-source en ne les alimentant et donc de ne plus les alimenter en alimentant
d'énergie les nouvelles habitudes que vous voulez prendre. La répétition est ici organisée, parce qu’elle demande de
l'assiduité, de la volonté, de la régularité et de la conviction.

Le cerveau humain a besoin d’organisation parce qu’il est lui-même un gigantesque processeur organisé. En
organisant votre travail de répétition, vous lui facilitez donc la tâche et vous accentuez la rapidité des effets de vos
nouvelles réactions dans votre vie.

On me demande souvent comment utiliser l’échec pour avancer. L’échec n’existe en réalité que si vous tombez et que
vous ne vous relevez pas. Mais l’homme se relève toujours, parce que ses ressources sont bien plus grandes que ce
qu’il peut imaginer. Certes, certains ne se relèvent pas et cela conduit à de graves situations. Mais si vous savez que
vous avez en vous la possibilité de vous relever, si vous ancrez en vous l’évidence que l’être humain est puissant au-
delà de toute mesure et que tout est possible, si vous acceptez que tout ce qui se produit dans votre vie est parfait et
vous fait grandir, alors vous pouvez avancer quels que soient les obstacles.

Relevez-vous chaque fois que vous tombez. Il s’agit encore une fois d’une répétition dans l'action consciente. Plus
vous vous relèverez, plus vite vous avancerez et plus facilement vous arriverez à gérer les nouveaux challenges qui se
présenteront à vous.

Définissez les nouvelles réactions que vous voulez mettre en application et répétez-les. Pour entraîner votre cerveau à
les transformer en nouvelles habitudes, imaginez des situations dans lesquelles vous pourrez appliquer ces réactions
choisies. Prenez le temps, dans le calme, de bien visualiser ces situations et d’appliquer mentalement les nouvelles
réactions que vous aurez définies. Faites cela le plus souvent possible. Le but n’est pas de ressasser mentalement des
situations difficiles, mais de montrer à votre cerveau que vos nouvelles réactions peuvent résoudre ces situations
difficiles. Vous pouvez vous entraîner en prenant une situation que vous avez déjà vécue, qui appartient à votre passé,
à vos expériences. Imaginez que vous revivez cette situation et que vous réagissez différemment. Refaites le film, en
boucle dans votre tête, autant que possible. Vous observerez que peu à peu votre cerveau va enregistrer
automatiquement les nouvelles réactions que vous aurez imaginées pour cette situation et que peu à peu ces réactions
et leurs casiers colorés vont surpasser les anciennes réactions devenues vides en énergie.

Je vous conseille vivement de vous entraîner à associer à chacune de vos nouvelles réactions un symbole, une forme
géométrique ou, pour ceux et celles d’entre vous qui connaissent les Lettres de Feu, une lettre que vous aurez choisie.
Cela permet plusieurs choses d’une part, votre cerveau va associer la puissance du symbole à la nouvelle réaction
que vous aurez définie et choisie, et d’autre part vous amènerez votre cerveau à utiliser cette nouvelle action-réaction
dès lors que vous penserez au symbole associé. Cela peut être pratique pour rendre les nouvelles actions-réactions
habituelles plus rapidement. En effet, le cerveau fait le lien inconscient entre le symbole et l’action-réaction qui lui est
associée. Alors, face à une situation donnée, le simple fait d'amener dans votre mental le symbole en question peut
vous aider à réagir de façon nouvelle et à vous tacher plus facilement des anciennes habitudes. .

L’utilisation mentale de symboles permet d'ancrer les processus de répétition automatisée et organisée. Votre mental
est un outil de fabuleux que vous pouvez maîtriser et utiliser pour créer tout ce dont vous rêvez. Cela est un concept
que beaucoup d'entre vous déjà accepté en tant que tel mais qui est parfois difficile à mettre en place.

Je parle à Matisse de ce passage et lui demande de visualiser son cerveau comme une pièce avec plein de
tiroirs. Chaque tiroir correspond à une réaction qu’il a eu face à plusieurs événements différents et chaque
tiroir a une couleur propre. Ex: le tiroir de la fuite sera de telle couleur.
Je lui dis d’imaginer un tiroir pour l’échec, il me donne la couleur bleue. Je lui demande de me raconter
l’échec le plus lointain dans sa mémoire. Il me parle de sa ceinture au Tae-Kwendo qu’il n’avait pas eu ce
qui l’avait contraint de redoubler. Je lui demande quelle avait été sa réaction. Il me répond qu’il avait pleuré
et qu’ensuite il s’était battu avec acharnement. Je discute avec lui et nous réalisons tous les deux que

122
Matisse a transformé chaque échec en hargne, en désir de se dépasser. Il utilise l’échec comme une force.
Cyrille voulait que je travaille avec lui sur ses réactions en cas d’échec, mais je me rends compte qu’il a la
bonne réaction.
Matisse me demande ce qu’il en est pour moi. Je lui dis que j’ai plein de tiroirs à vider mais que le plus
rempli c’est le conflit. Quand je suis en conflit avec quelqu’un je le vis mal, car je ne supporte pas qu’on ne
m’aime pas… c’est alors que je suis triste et que je me dis que je ne mérite pas d’être aimée. Je fais alors
tout pour m’améliorer, être meilleure. Et souvent ma réaction passée était d’être extrêmement généreuse
avec la personne ce qui engendrait des déceptions tout aussi extrêmes… J’ai arrêté de faire ça et c’est vrai
que je ne vis plus ce genre de déception depuis.
Plus tard je tomberai sur ce post :

Il y a des personnes qui vont t’aimer peu importe ce que tu fais, ce que tu as ou ce que tu es. Il y a des
personnes qui ne t’aimeront jamais quoi que tu fasses, quoi que tu aies ou quoi que tu sois. Sachant cela, apprends à
t’aimer tel/le que tu es, sans condition, sans attente, sans modification mais dans toute ton entièreté. Fais la paix avec
ça et avance vers Toi. Tu es la personne la plus importante pour Toi et tu mérites le meilleur.
Maud Albertini

Je discute avec Cyrille de ma conversation avec Matisse en lui soumettant le même scénario de la pièce avec
les tiroirs et lui demande de penser à un échec lointain. Il attrape le pied de Soen et je ressens déjà son
manque de concentration, c’est affligeant. Je lui fais lâcher le pied de Soen et lui demande de se concentrer
quelques minutes pas plus. Il me dit d’emblée qu’il a 43 ans et qu’il n’est pas capable de se souvenir de
quelque chose d’aussi ancien avant de me parler de lui quand il n’arrivait pas à lasser ses chaussures ou
qu’il n’arrivait pas à faire un dessin et que la maîtresse le pressait. Je ne me décourage pas et lui demande
quelle était alors sa réaction. Il emploie les mots « gêne », « stress », « honte », « tristesse ». Ce sont
exactement les mêmes sentiments qu’il a plus de 40 ans plus tard ! Sauf que ces réactions aboutissent à de la
colère, un manque de confiance en lui inhérent avec mauvaise estime de lui et ensuite de la culpabilité.

Soen ayant entendu la conversation le prend comme un jeu et veut participer à son tour. Je lui demande de
choisir une couleur pour peindre le tiroir de la colère. Il choisit le rouge. Je lui explique que lorsqu’il se met
en colère, dans sa tête le tiroir rouge s’ouvre et qu’on met un dessin de colère dedans et que ça enlève un
point dans le jeu. Puis on choisit une couleur de tiroir pour chaque action ou émotion. Je lui raconte que les
émotions et les actions positives donnent des points. Il est très amusé par ce jeu et me demande une
signification pour chaque couleur :
Rouge : colère.
Noir:Violence.
Blanc : Amour.
Rose : Jugement positif.
Marron : jugement négatif. Rendre triste quelqu’un.
Orange : Mentir.
Jaune :Aider quelqu’un, lui offrir quelque chose.
Vert : Faire du bien à son corps, manger sainement, se laver, jouer, faire du sport.
Bleu :La joie.
Violet : Se faire du mal, être méchant avec soi-même, manger des cochonneries souvent.
Gris : La tristesse.

Un peu plus tard Cyrille vient me voir. Il me dit qu’il a de la chance de m’avoir. Je lui demande pour quelle
raison il me dit ça. Il me dit que je suis vraiment quelqu’un de bien. Personne ne m’a jamais dit ça.

Un peu plus tard je trouve un post sur Facebook qui parle de messages quotidiens de Donald Walsh et issues
du livre Conversation avec Dieu. Je m’inscris et reçois ce message :

« En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez…que vous ne pouvez pas trouver ou créer un
costume assez grand pour cacher aux autres qui vous êtes vraiment.

123
En vérité, nous portons tous les Habits Neufs de l’Empereur.Nous paradons nus devant le monde entier, pensant que
personnene peut nous voir. Pourquoi ne pas simplement révéler fièrementet authentiquement qui nous sommes
vraiment ?
Et ne vous inquiétez pas d’être rejeté ou seul. C’est le vrai vous dont tout le monde tombe amoureux, et que Dieu
aime. Vous n’aurez pas à penser plus d’une seconde pour savoir exactement pourquoi vous recevez ce message
aujourd’hui.
Avec tout mon amour, votre ami… Neale »

J’ai mis un pendentif en améthyste autour de mon cou depuis samedi. Je décide de consulter l’oracle des
pierres de Lulumineuse tout en sachant avec certitude que je vais tomber sur l’améthyste et BINGO :
« L'AMETHYSTE : pierre de la sagesse et de l’humilité, elle favorise l’élévation des vibrations et permet
une meilleure concentration. Procure la paix intérieure. Apaise un mental trop imposant. Stimule l’image-
in-air et la créativité. À utiliser pour alléger les émotions pesantes et les peurs. Elle a le pouvoir de purifier
un lieu ou d’autres objets. Pierre qui recharge, nettoie et purifie. Contribue à un meilleur sommeil. »

Article d’Emilie Dedieu :

Travailler avec les affirmations

Beaucoup de personnes travaillent avec les affirmations mentales, que cela soit conscient ou non. Certains récitent à
haute voix des phrases, d’autres notent sur un papier les choses qu’elles souhaitent transformer, d’autres ne font qu’y
penser de temps à autres tandis que certains dorment avec une liste d’affirmations sous l’oreiller... Chacun possède
son petit rituel personnel. Les affirmations sont des outils très bénéfiques, car elles permettent à tous de se rapprocher
d’une version meilleure de soi-même, de se diriger vers un Moi plus lumineux, en laissant derrière soi ce que l’on ne
veut plus. En revanche, nous avons tendance à mal poser ces affirmations, alors l'effet escompté est souvent léger
voire invisible.

Par exemple, beaucoup de gens annoncent à chaque nouvelle année : « À partir du 01 janvier je ne fume plus ! ».
Mais, sans le savoir, ils focalisent leur attention sur l'action de fumer. Et plus on y pense plus on en a envie. Par
ailleurs, le mot « plus » est à double tranchant, car il signifie un arrêt tout comme il peut symboliser « davantage ».
Ainsi, l’affirmation est bancale, elle devient même une affirmation négative. Bien entendu, l’essentiel est qu’une
affirmation vienne du cœur, c’est la clé la plus importante, mais, il est préférable que le Verbe s’aligne avec
l'intention. Cela permet de travailler avec les pouvoirs extraordinaires de l’attention et de l’intention, et cela donne
encore plus de puissance au changement. Pour en revenir à mon exemple, « Je ne fume plus ! » n’est donc pas la
phrase la plus avantageuse, tout comme le « j’arrête de fumer ! », qui lui aussi marque l’accent sur l’action de fumer.
Et focaliser son attention sur un point revient à le nourrir, et dans cet exemple cela donne de l’énergie au fait de
fumer.

Les affirmations mentales sont libératrices, elles sont une aide précieuse pour changer nos habitudes, pour accéder
plus rapidement à nos souhaits. Et pour se faire, elles doivent être positives et toujours formulées au temps présent,
afin de « parler » au subconscient. La phrase « je me dirige vers un Moi lumineux, loin de mon addiction et de ce qui
m’enchaîne », est une phrase tout à fait valable pour arrêter de fumer.

Pour qu’une affirmation fonctionne, nous devons visualiser ce que nous souhaitons, comme ci cela s’était déjà
produit, tout en en ressentant les effets, les émotions, les sentiments. En effet, une affirmation positive amène des
émotions positives, et c’est là qu’il faut focaliser notre attention, dans ce que l'on ressent à l’intérieur. C’est en
incarnant ce que l’on souhaite que cela se manifeste.
Pour revenir à mon exemple, si je souhaite arrêter de fumer pour 2017, le comportement qui peut m’y mener est de
focaliser mon attention sur les bienfaits de l'arrêt de la cigarette : Je respire mieux, mes cheveux sont resplendissants,
mon teint est lumineux, mon corps possède des ressources nouvelles… et de ressentir ces changements en moi. Je peux
fermer les yeux et visualiser mon corps qui resplendit et se libère de toutes toxines.

Plus nous pratiquons ces affirmations positives, plus nous leur donnons l’énergie pour se manifester. Lorsque je
focalise mon attention sur le nouveau Moi (et non sur l’arrêt de la cigarette), je lui donne la force de grandir, le
pouvoir de s'incarner ici et maintenant. Les affirmations positives sont un terrain propice pour évoluer et gagner
confiance en soi.

124
Un nouvel exemple, si je souhaite changer mes habitudes alimentaires, je ne focalise pas mon attention sur tout ce
que je fais de mal à ce sujet, comme manger des plats industriels, manger trop sucré, etc, mais au contraire, je dirige
mon attention sur ce que je souhaite maintenant mettre dans mon assiette. Puis, je visualise cette assiette devant moi,
je me visualise en train de goûter cette nourriture et ressentir les bienfaits qu’elle m’apporte. J’utilise également le
pouvoir du Verbe, mon intention, en affirmant par exemple : « j’aime cette nourriture nouvelle, elle me fait du bien,
elle apporte à mon corps tout ce dont il a besoin ». Plus je pratique cette visualisation, plus j’ai envie de changer mes
habitudes alimentaires, cela devient même un plaisir.

Chaque fois que nous focalisons notre attention sur le nouveau Moi, un peu de l’ancien Moi se détache naturellement.
Dans la mesure du possible, nous pouvons également poser des actions qui vont dans le même sens que nos
affirmations, cela donne encore plus d’impact à nos souhaits, car plus l’investissement est grand, plus le souhait est
alimenté. La pensée attire à nous, et l’action nous permet de recevoir.

Lundi 4 juin 2018

Encore un cauchemar. Je crois que j’ai dû être anesthésiée pour une raison que j’ignore. En me réveillant je
me regarde dans le miroir et j’ai vieilli, je suis blonde, les cheveux courts et je suis ridée. Je m’énerve contre
ma mère car apparemment c’est elle qui a demandé au chirurgien de profiter de mon état pour me vieillir
afin que je paraisse enfin avoir l’âge que j’ai. J’ai toujours fait plus jeune que mon âge. Je m’énerve contre
ma mère et lui demande pourquoi elle a fait ça. Je lui dis que c’est ignoble, qu’elle est jalouse et que c’est
méchant. Elle me répond : « Je croyais que ça te dérangeait de ne pas faire ton âge ? » Je lui réponds que je
n’ai jamais dit ça. Mon père intervient en disant : « Ça c’est vrai, ta mère est une jalouse maladive ! »

En fin de journée, Maryse vient discuter avec moi. Elle s’est lancée dans l’écriture automatique et enfin elle
voit des résultats. Elle m’a fait lire ses écrits et ça me donne envie, mais j’ai essayé plusieurs fois et rien ne
se passe et au bout d’un moment je perds patience. Son amie fait de l’écriture automatique depuis de
nombreuses années et elle lui a parlé de moi, elle est d’accord pour faire une séance avec ma grand-mère.
Avant de partir Maryse me dit : « Fais une méditation ce soir ». Je suis surprise parce que j’ai ressenti la
même chose hier, comme s’il fallait que j’en fasse une.
En allant récupérer ma voiture sur le parking, j’ai trouvé un nid tombé juste devant mon véhicule. Il est
magnifique. Je reste en admiration face à ce travail d’orfèvre. D’abord un œuf blanc puis un nid… Est-ce un
message ?

Extrait du livre de Miguel Mennig sur « Ce que disent vos rêves ».

Nid

Les oiseaux font leur nid pour y pondre, couver et élever leurs petits. Il symbolise donc l’abri protecteur, la chaleur
familiale. Le nid du rêve peut évoquer la nostalgie de cet état privilégié ou traduire la frustration affective du rêveur,

125
en manque de nid douillet. Le nid est aussi lié à l’éclosion de la vie, à la créativité. Il peut alors symboliser des
projets en cours ou une nouvelle phase dans notre évolution personnelle.

Le soir dans mon lit, je me balade sur Facebook. Je suis fatiguée. Je commence une méditation sur l’Ange
Metatron, mais je ressens des impatiences dans les jambes. Je coupe l’audio, mais je ne suis pas bien, mes
jambes me gênent atrocement, elles me brûlent même jusqu’en haut des cuisses. Je bouge pour que cela
s’arrête et j’ai en tête le beau-frère de mon collègue retrouvé calciné dans sa voiture. Ça me hante et je m’en
veux de ne pas avoir encore terminé la lecture du dossier, mais je n’ai pas eu le temps. Je suis en demi-
sommeil mais très agitée, je tourne et me retourne et je ne saurais l’expliquer, mais j’ai une tonne de pensées
dans ma tête et l’impression de converser avec lui. Il est en colère, il veut que je lui parle maintenant. Je lui
réponds que je suis fatiguée, que je veux dormir, que si je suis trop fatiguée je ne pourrai pas me concentrer
sur son dossier. Je me sens envahie, comme s’il me pressait, c’est insupportable. Et mes jambes me font
souffrir, j’ai mal, elles me gênent. La dernière fois que j’ai ressenti ça j’étais enceinte et j’avais fait une
fausse-couche. Tout se mélange dans ma tête, est-ce que c’est moi qui aie mal aux jambes où est-ce des
sensations qu’on me fait ressentir ? Est-ce que je parle à quelqu’un ou est-ce que je parle toute seule ? Je me
demande s’il a conscience qu’il est mort, je me vois visualiser son visage et le prendre dans les bras pour le
rassurer, mais il est agité. J’ai l’impression qu’il veut quelque chose tout de suite. Je ne sais pas quoi faire, je
suis fatiguée. Je pense qu’il doit certainement profiter de mon état hypnagogique … À un moment j’ai le
souvenir de m’être levée pour aller aux toilettes et c’est comme si quelqu’un me disait que la spiritualité
c’était de la merde. Au bout d’un moment, je demande de l’aide pour qu’il me laisse tranquille et je finis par
m’endormir. J’aimerais qu’il me donne une info que lui-seul et sa famille connaissent afin de prouver que je
suis bien en train de communiquer avec lui.

Mardi 5 juin 2018

Cette nuit j’ai rêvé que je me trouvais à Ploeren, toit près du centre-ville. J’observais une femme aveugle
marcher. Je la suivais et pénétrais chez elle. Elle avait du mal à attraper quelque chose et j’ai pris sa main
pour la guider vers l’étagère qu’elle voulait atteindre. Elle a pris peur et je lui ai parlé doucement en lui
disant qu’il ne fallait pas qu’elle s’inquiète que je voulais juste l’aider. C’est très étrange comme rêve.

Les entités négatives

Il est vrai qu’il existe quelques entités dites « négatives » qui peuvent s’accrocher aux énergies de certaines
personnes.

Il faut savoir à propos de cela que ces entités ne sont pas là par hasard, si une entité s’accroche à une personne, c’est
que cette personne possède des énergies qui vibrent au même niveau que l’entité et la « nourrissent ».

Ces entités vont là où elles trouvent de quoi « manger », de quoi alimenter leurs propres énergies.

Par exemple, une personne continuellement en colère, pourra être parasitée par des entités négatives en colère. Car,
cette émotion de colère qui émane de la personne attirera ces entités tel un aimant, comme le veut la loi d’attraction.
La personne polluée pourra se faire aider, par exemple en allant voir un magnétiseur qui éloignera ces entités, mais si
elle ne fait pas un travail approfondi sur elle, afin de comprendre et ainsi chasser cette colère qui l’habite, d'autres
entités viendront à elle continuellement. C’est en cela que nous sommes maîtres de nos vies, à mon sens, il n'existe pas
de personnes « parasitées » par hasard.

On peut donc remarquer que les entités qui s'accrochent à nous sont en quelque sorte un indicateur de choses que l'on
a à travailler en nous, cela peut mettre en lumière les émotions qui nous rongent, les croyances limitantes qui nous
enferment, une façon de penser qui nous pousse vers le bas…

Il arrive également que des personnes très lumineuses attirent à elles des entités négatives, à ce sujet j'ai souvent
entendu que "la lumière attire l'obscurité", je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette explication. Je pense que
lorsqu’une personne assez lumineuse attire à elle des énergies sombres, cela lui indique simplement les choses qui lui
reste à travailler en elle et qui ne lui apparaissent pas « clairement ». Cela peut être vu comme une opportunité

126
d'évolution. En effet, avoir un côté sombre est tout à fait normal, il faut simplement l'accepter. Nous ne sommes pas
obligés d'incarner notre côté sombre, il peut rester du domaine du non manifesté. Mais l'accepter est une étape
importante. Penser « je ne suis que lumière » en occultant cette facette sombre c'est la renier, et la renier c’est la
laisser à la portée de tous parasites. L’accepter c’est y mettre la lumière donc sa protection naturelle.

Je suis persuadée que nous attirons à nous des énergies semblables, cela va de personnes que nous rencontrons, en
passant par les situations que nous provoquons, pour finir aux entités qui s'accrochent à nous.

Tout ce qui nous arrive est une façon de mieux se connaître, chaque expérience est un indicateur de qui nous sommes.

Il existe encore d’autres situations de parasitage, comme lorsque des entités négatives se regroupent dans un même
endroit. On appelle cela un « lieu de passage », dans ce cas spécifique, cela signifie que c’est l'endroit qui vibre en
énergie négative, et donc attire les entités de la même vibration. Les personnes qui vivent en ces lieux ne sont pas
réellement polluées (sauf si leurs énergies vibrent au niveau des entités et les nourrissent), mais cela peut s'avérer
désagréable à vivre. Le mieux, dans ces conditions, est de nettoyer régulièrement l'habitat (grâce aux techniques de
visualisation par exemple). Et en parallèle faire un travail sur soi afin de ne pas alimenter, de par ses pensées, les
entités. On peut également se demander pourquoi notre chemin nous a attiré en cet endroit, qu’à-t-on à y apprendre et
à y faire ? N’oublions pas qu’il n’existe pas de hasards, notre chemin nous a mené ici dans un but précis.

Pour reconnaître un parasitage, il faut être à l’écoute de soi, de sa fatigue, de ses humeurs, de ses émotions.
L'émotion qui alimente l'entité sera décuplée, plus forte, elle nous apparaîtra plus « clairement », car l’ombre met en
valeur la lumière, c’est son rôle. Alors la prochaine fois que nous sommes face à un parasitage, oublions le statut de
victime et demandons-nous ce qui a attiré cette entité, que nous montre-t-elle, qu’avons-nous à transcender ? De ces
réponses découlera notre évolution. Tout n'est que cadeaux, lorsque l’on regarde nos expériences avec les yeux de la
compréhension.
Émilie � �

Je viens de discuter avec le collègue qui m’a transmis l’enquête judiciaire concernant la mort de son beau-
frère. Le sac contenant le dossier est près de moi, je me dis que j’aimerais vraiment avoir des réponses. J’ai
reçu 4 mails sur ma boîte professionnelle. J’ouvre le premier, il s’agit d’une instruction de commandement
ayant pour objet un rappel de consignes d’interdiction de l’usage concomitant d’un P.I.E et d’un aérosol. Je
ne sais pas pourquoi, mais mon regard s’oriente directement vers une phrase située en plein milieu de la
page « L’EMBRASEMENT DES VÊTEMENTS ». Je pense instantanément au beau-frère de mon collègue
retrouvé calciné dans sa voiture. J’ai dit juste avant que j’aimerais avoir des réponses mais au final on le
sait, ses vêtements se sont embrasés…

Aujourd’hui, phénomène très étrange. Je pense à une collègue d’un bureau au bout du service que je dois
appeler par rapport à ma mission de contrôle interne. Je ne la vois que rarement bien que nous travaillons au
même étage. Le téléphone sonne, c’est elle. Elle m’appelle « Valérie », visiblement elle s’est trompée de
numéro et ne comprend pas pourquoi elle a composé le mien.
Quelques minutes plus tard je suis en train d’écrire un SMS à mon collègue qui est resté chez lui quand dans
le même temps je reçois un SMS de lui. Quelques minutes plus tard je me dis que je dois appeler un
collègue pour préparer l’exercice attentat avec lui et la seconde qui suit il débarque dans mon bureau.

J’avais demandé à mes guides un signe pour savoir si je devais demander une séance d’écriture automatique
à Christine. J’avais demandé de voir une tulipe pour OUI et une grenouille pour NON. N’ayant rien vu, j’ai
fini par lui envoyer un mail. Elle m’a répondu ceci :

« Bonjour Annelyse, oui j'ai accepté ton invitation parce que je savais qui tu étais. C'est avec plaisir que je
peux te faire une écriture, mais je n'ai jamais la certitude de recevoir un message de la personne attendue,
je prends ce qui vient ça peut être un défunt ou ton guide intérieur ou bien un de tes guides spirituels qui
d'ailleurs ne se nomment pas forcément. Si cela te convient, je te suggère de noter sur une feuille ou un
carnet les questions que tu veux poser et à qui, essaie de faire ta demande en conscience avec ton cœur en
expliquant tu as demandé à Christine d’accueillir leurs messages et que tu les remercies de se connecter à
moi pour recevoir les réponses à tes questions ou les messages qu’ils ont à te transmettre. Quand tu auras

127
fait cela, mets dans un tiroir ou, dans ton sac tes demandes et préviens-moi quand tout sera prêt par texto
06 16 68 41 59 en m’indiquant ton prénom et ta date de naissance. Je ne veux surtout pas savoir les
questions ou qui tu veux contacter cela n’a pas d'intérêt pour moi, l’important étant que l’on réponde le
plus possible à tes demandes dans le ou les messages qui te seront transmis. Parfois ils ne répondent pas
pour plein de raisons qui peuvent être parce qu’ils ne peuvent pas ou ne sont pas autorisés à nous répondre,
ou parce que les âmes sont parfois indisponibles ayant aussi des enseignements ou des missions qui ne leur
permettent pas de répondre aujourd’hui bref, tout un tas de raisons font que nous n'avons pas toujours
toutes nos réponses. Si tu n’as pas de question à poser demande juste un message et tu verras bien. Pour ma
part je n'annonce pas le jour où je fais l'écriture, car je ne le sais pas à l’avance, je le fais quand je sens
que c’est bon pour moi alors il faut parfois être patiente. Dès que j’ai retranscris le message sur mon
ordinateur je peux te l’envoyer en PJ sur Messenger ou par mail dis-moi ce que tu préfères. Pour ce qui est
de la rémunération je n'en demande pas c’est une participation libre cela me convient comme ça et permet
à tout le monde de pouvoir bénéficier de ce merveilleux outil que l’Univers m'a donné. Je t'embrasse et
attend de tes nouvelles si tout te convient. Bonjour à ton fils coeurdialement Christine. »

Mes questions :

« Bonjour Mamie, j’ai contacté une personne qui est amie avec une très bonne collègue à moi. Elle
s’appelle Christine et j’aimerais beaucoup que tu l’as contactes afin que nous puissions discuter ensemble.
J’ai besoin que tu me parles, j’ai besoin de concret. Tu me manques énormément et je pense beaucoup à toi,
mais j’aimerais savoir si mes pensées ne te causent aucun effet négatif, car je pleure très souvent quand j’ai
ton image en tête. J’aimerais tellement de serrer à nouveau dans mes bras. Mamie, peux-tu me dire
comment reconnaître ta présence à mes côtés, quels sont les signes que tu m’envoies. Es-tu bien là où tu
es ? Es-tu fière de moi ? As-tu un message pour Maman ou Marylise que je pourrais leur transmettre ?
Connais-tu Soen ? Il est né quelque temps après ton départ … As-tu un message pour Matisse ou Soen ?
Pour moi ? Était-ce toi la personne que j’ai touchée pendant ma sortie hors du corps ? Les sorties hors du
corps sont-elles dangereuses pour moi. Comment puis-je faire pour parvenir à communiquer avec toi ? Je
t’aime très fort ma petite mamie, de tout mon cœur, plus fort que l’univers.
J’aimerais également pouvoir avoir des messages de mes guides, savoir si je suis le bon chemin. Ai-je des
capacités ? Lesquelles ? Je sais qu’ils doivent avoir du mal avec moi et j’en suis désolée. J’aimerais
également comprendre pourquoi je rêve très souvent de vaisseaux spatiaux et pourquoi beaucoup de mes
cauchemars se déroulent chez mes parents ? »

Je rentre chez moi. En entrant dans la voiture je me dis qu’il faut que j’appelle ma mère. Je prépare mes
écouteurs et mon téléphone sonne, c’est elle.
J’ai pris la procédure du beau-frère de mon collègue. Avant de sortir de la voiture je regarde le sac dans
lequel il l’a rangé, le dessin m’intrigue. C’est un calice en flamme. Le calice pourrait représenter l’alcool,
l’alcool et le feu sont les deux causes de sa mort… Le calice est percé par deux flèches. Je suis certaine que
mon collègue n’a pas fait attention à ce dessin…

Je suis toujours dans ma voiture, devant la maison, mon poste de radio fait un bruit étrange. J’enlève le CD
pour voir si le bruit cesse et une musique démarre: la musique de Téléchat! Quelle horreur! Je ne l’écoute

128
jamais, je n’aime pas du tout. Cette émission me fichait le cafard petite! Je reste un moment quand même
pour écouter.
« Parmi les lumières de la ville, en choisir une c’est difficile. Entre toutes celles que je vois y’en a qu’une
faite pour moi. »

Cyrille m’appelle et me demande si je peux lui préparer des crêpes quand j’arrive à la maison, car il va
rentrer après moi et il repart après au tennis. En arrivant, je lui prépare une crêpe, mais je casse le jaune
d’œuf et je sais qu’il n’aime pas quand le jaune est cassé, car la crêpe est sèche. J’ouvre le frigidaire pour
prendre un autre œuf. Mon regard bloque sur la moutarde et je me ravise, je ne vais pas mettre de la
moutarde dans sa crêpe quand même … lol.
Cyrille arrive et mange. Il me dit elle est super bonne, tu as mis de la moutarde dedans c’est une bonne
idée !!!! Euh non… j’y ai juste songé… hein ??????

Le 6 juin 2018

Le midi, nous allons au restaurant chinois avec ma mère. Au moment de payer nous nous rangeons derrière
des clients dans la file d’attente. Je ne me sens pas très bien, je suis très fatiguée, je n’ai plus d’énergie. J’en
ai marre de ressentir ça, c’est quasiment tous les jours. Je me dis que j’aimerais m’asseoir et au même
moment l’un des serveurs apporte deux chaises près de moi. Je me demande ce qu’il se passe. En fait deux
personnes en fauteuil-roulant viennent d’entrer, il avait retiré les chaises pour cette raison…

En allant à l’espace culturel près du restaurant, je m’assois un moment, je suis épuisée. Soen s’assoit près de
moi avec un livre pour bébé, il veut que je le lise. On y parle d’une grenouille à un moment du coup je
repense à ma demande concernant l’écriture automatique… La grenouille c’était pour NON… aïe j’espère
ne pas être déçue.

Message de ma grand-mère reçu en écriture automatique par Christine Martins :

Annelyse née le 18 07 1978 chemin de vie 5.

Message du 06 06 2018

« Ma force est avec toi et te donne tout mon amour. Je n’ai pas eu l’occasion de te prévenir que j’avais des choses à
te donner, mais tout cela n’a plus d’importance. Je voudrais te dire tout mon amour et toute ma gratitude pour tout ce
que tu dis à mon âme et qui me touche. Je n’ai pas senti les pleurs que vous avez eu, mais je vous ai vu prier et
pleurer pour moi. Je suis maintenant dans un monde qui n’a plus de souffrance et qui fait tout pour le bien vivre de
votre famille d’âmes. Je sais que tu as des pensées pour moi et que tu demandes si je peux encore t’aider et te
soutenir. Sois rassurée mon enfant rien ne pourra m’en empêcher dès que tu en as envie parle-moi et je pourrais
t’entendre. Il n’y a pas de barrière, que des êtres pleins d’amour qui se donnent la « main » pour vous aider à trouver
des solutions et les explications à tout ce qui vous entoure. Il n’est plus besoin de faire autant de sacrifices
aujourd’hui pour avoir des raisons de vous aider. Il n’y a aucune restriction, tout peut être fait si vous nous le
demandez, mais cela dépend de vos pleines consciences et attentions.

Je suis ici pour te dire que tu es sur le bon chemin. Rien ne t’ai interdit, tout ce que tu veux expérimenter fais le mais
ne sors que vainqueur de tout ce que tu entreprends, car chaque réalisation a son plein de construction et de
fertilisation de vos propres idées et vos actes. Je n’ai pas pu être plus prés de toi, car j'ai moi aussi mon chemin de
ooo mais je ne suis pas là pour t’en parler.

Je voudrais que tu sois plus sereine par rapport à ta façon d’évoluer. Rien ne peut t’empêcher d’aller là où tu veux
aller. Va là où tu veux quel que soit le résultat, tu sais qu’il te permettra toujours d’avancer parce que Rien n’est
insurmontable et que tout peut se réaliser si cela est juste pour toi. Tout ce qui arrive est le fruit de vos pensées
rappelez vous-en, car si tu penses que tu n’arriveras pas à quelque chose, alors tu n’y arriveras pas, mais si tu penses
que c’est possible alors tout peut arriver. Dans bien des cas tu as laissé ton mental te répéter que ce n’était pas
possible et tu as fini par le croire. Il n’y a personne d’autre que toi qui puisse réaliser, ta force de persuasion est celle
qui doit te venir du cœur non de ton mental. Recentre-toi sur ton cœur à chaque fois que tu doutes et il te dira si cela
est juste ou pas pour toi. Dans les mêmes raisons qui sont les tiennes tu as fais parfois des erreurs, mais elles ne t'ont

129
pas tuée. Tu as su ainsi faire la part des choses à chaque fois que tu t’es posée et que tu as fait le tour de tout ce qui
était vrai ou non et pourtant bien des fois ton mental t’a encore fait entendre d’autres raisons que tu as fini par
admettre malgré ce que disait ton cœur. La raison du cœur est toujours la plus réelle et la plus réalisable. Donne-toi
toujours le moyen d’arriver à faire ce que tu veux et non pas ce que les autres aimeraient te voir faire. Reprends le
pouvoir sur tes affirmations, ne laisse personne te le prendre. Dis-toi que quoi que tu fasses, fait le pour toi et pour
personne d’autre.

Je ne suis jamais loin de toi, car les âmes qui sont dans la Dimension qui est la mienne peuvent intervenir dès que
vous prononcez vos demandes, qu’il n’y a pas d’espace temps entre nos mondes et que dès ton appel je suis présente.
Je voudrais que tu saches que les êtres qui t’entourent sont des êtres de lumières qui sont des lumières brillantes de
très loin et que si tu es dans cette âme il y a des raisons que tu comprendras et qui te feront ooo ma fille oo Marie est
là oo (En fait il y a eu à ce moment une interférence et Marie me rassure en me disant Marie est là) J’ai perdu le fil de
ma pensée, mais je sais que tu sais toi aussi les mots qui te sont donnés sont ceux de l’amour et que tu peux être fière
de celle que tu es. Fais tout ce dont tu Rêves, quand tu auras vu que tout est possible plus rien ne pourra t’arrêter. Je
t’aime mon enfant, sois heureuse et donne le bonheur et la joie autour de toi, car de cela Rien ne sera vain, car tu
auras donné un peu de ta lumière et de ton amour. Marie est avec toi. Merci pour tes bougies, de m’aimer aussi.
J’aime dans votre regard les lueurs qui brillent, je suis aujourd’hui près de vous parce que vous avez l’amour pur et
que vous donnez à mon âme l’amour de mes enfants. Je vous aime moi aussi. Marie.

Je ne sais pas quoi en penser … Je suis triste. Je ne reconnais pas la façon de parler de ma grand-mère… En
même temps je me dis que je ne suis pas la même non plus en sortie astrale ou en rêve lucide… Et puis le
mot « tuée » me dérange… « Tu as fait des erreurs, mais elles ne t’ont pas tuée. » Je crois que je n’aurais pas
dû demander cette séance…Et je ne comprends pas le message à la fin avec Marie… Je n’ose pas le dire à
Maryse car c’est son amie.

La vraie prière
Message reçu le 20 décembre 2017
Guy Faverdin

Vous savez que notre réponse ne se fait jamais attendre lorsque la demande du cœur nous parvient et même si vous
cherchez les mots qui représentent votre demande d’évolution, la demande, que vous pouvez aussi appeler prière,
nous parvient avant que vous ayez prononcé la première syllabe. Nous sommes plus à votre écoute que vous ne pouvez
l’imaginer et nous vous inspirons en permanence les réponses attendues, en conscience. Mais c’est votre mental,
guidé par un égo omniprésent, qui cherche et scrute l’univers pour y déceler ce qui est enfoui au fond de votre cœur.
Tout est juste car tout est à l’image de votre être divin et de sa demande, mais vous l’avez oublié et les doutes et les
peurs vous tourmentent car vos croyances ne pensent qu’à prendre la place de votre intuition. Mais sachez lâcher ce
qui vous engourdit, posez pour un temps vos lunettes opaques qui vous servent de jumelles, et fermez les yeux pour
ouvrir votre cœur à vous-même. La surprise sonnera alors à votre porte et la sérénité retrouvera sa place légitime.
Mais ne craignez pas la suite, car c’est votre œuvre. Ne quittez pas l’espoir, il sera vainqueur, sous le regard
bienfaiteur et rassurés de vos guides.

Jeudi 7 juin 2018

Je repense au message reçu en écriture automatique, je suis perdue. Je regarde un sketch de Blanche Gardin,
elle évoque une grenouille à un moment… Encore un NON… pfff.
Le soir avant de rentrer chez moi Linda m’envoie un message. Elle est allée à la pharmacie car depuis
plusieurs jours elle a mal à un œil. La pharmacienne lui a dit que c’était un orgelet et lui a conseillé de voir
un ophtalmo pour avoir une ordonnance pour de la crème antibiotique et de la cortisone. Je suis surprise
parce que je n’ai jamais rien mis sur mes orgelets, j’ai juste nettoyé au sérum physiologique… En regagnant
ma voiture j’ai le bas de l’œil gauche et le coin de l’œil qui me piquent, ça me gêne. Je me dis « Je ne
ressens quand même pas sa douleur, c’est impossible ». Et en même temps je me demande pour quelle raison
j’ai mal alors qu’on parle de ça. À tout hasard je lui demande si ce ne serait pas par hasard à l’œil gauche
qu’elle a un orgelet. Elle me répond que oui étonnée et me demande comment je le sais. Je lui explique que

130
j’ai l’œil gauche qui me picote depuis qu’on en parle. Elle me répond que c’est fou parce que c’est
exactement ce qu’elle ressent.

Vendredi 8 juin 2018

Le matin, je suis arrivée au service, je me gare. Je cherche mon Roll-On dans mon sac, impossible de mettre
la main dessus depuis hier. Je ne comprends pas. Je regarde le tapis de sol côté passager et tout à coup je
pense à la réunion que j’ai dans la matinée, une collègue m’y accompagne. Et si on a pas de voiture on sera
peut-être obligées de prendre la mienne. Mince, le tapis est plein de saletés. Je le prends et le soulève,
n’importe quoi ! Mon roll-on tombe, il était coincé en haut du tapis. Puis je pense à Cyrille avant de sortir de
la voiture, la veille il était arrivé en même temps que moi, j’aime bien lorsqu’on arrive ensemble. Mais je
réfléchis et c’est peu probable, car il est parti tard pour conduire Matisse ce matin… Je sors de la voiture et
Cyrille est juste devant moi.

J’ai fait un soin à distance à Linda hier soir et cet après-midi elle m’a dit que ce matin au réveil elle ne
sentait plus rien. Je ne sais pas si le soin y est pour quelque chose, mais ce matin en repensant à son œil j’ai
eu une douleur à l’épaule droite et à la tête, puis c’est passé. Je lui ai demandé d’appuyer légèrement dans le
creux entre son épaule droite et son cou pour savoir si elle avait mal. Elle m’a dit que oui et à la tête
également. J’ai eu la vision d’elle mal positionnée devant son ordinateur. Je lui ai conseillé de monter son
écran de façon à avoir la moitié de l’écran devant les yeux et de baisser la luminosité. Je ne sais pas
pourquoi, mais je suis persuadée que sa position tire sur ses cervicales et qu’elle penche légèrement d’un
côté ce qui tire au final sur les nerfs des yeux. Son œil gauche a dû se fatiguer, d’où la petite visite d’un
orgelet qui a gonflé. Mais ce n’est qu’une hypothèse. Elle me dit que c’est vrai qu’elle a mal aux cervicales
depuis qu’elle bosse dans ce bureau.

Les manifestations
Message reçu le 7 juin – Guy Faverdin.

« Ne soyez pas dans l’inquiétude, lorsque le monde qui vous entoure se manifeste et gardez votre foi en vous et en vos
silencieux guides.
Vous êtes sur un chemin parsemé de roses, mais les tiges épineuses parfois vous rappellent qu’il n’est pas utile de
toutes les récolter. Sachez faire la différence entre celles que vous avez semées et celles de vos voisins. Elles n’ont pas
systématiquement la même odeur ni la même couleur. Ne gardez en vous que le souvenir de vos conquêtes et gardez-
vous de vous vanter du mérite de vos voisins. Voilà qui vous parait bien déplacé, mais si vous demandez à votre vrai
professeur, celui qui réside en votre cœur, il vous répétera la leçon oubliée, celle du respect et de l’amour.
La peur et l’inquiétude rendent opaque votre vision de la réalité mais si vous savez cultiver la sérénité et le respect,
vous verrez s’éclaircir un horizon porteur de toutes vos demandes et réponses. Gardez l’idée présente que le temps
qui vous accompagne saura vous guider vers votre but, demandé en conscience.
N’oubliez pas de demander l’aide de vos guides qui ne se lasseront jamais d’attendre vos prières, une main sur leur
cœur, une autre dans le vôtre.
L’ouverture ne se trouve pas où l’on veut, mais où elle s’est méritée. »

Avant de partir du bureau, je discute quelques instants avec Maryse dans l'escalier. Je parle du soin que
j'avais fait à distance au beau-père de Linda, qu’il n’y a aucun moyen de savoir si ça avait été ou non
efficace et que j'avais vu une issue fatale mais avec du retard. L’après-midi je suis tombée sur sa photo dans
ma corbeille. Je quitte Maryse et je vois que Linda m’a envoyée un message, son beau-père a fait un AVC, il
a 40 de température... il va très mal. Je pensais justement à lui… C’est très triste. Je téléphone à Linda, elle
et sa famille vont devoir traverser cette épreuve et j'essaye de ne pas y penser. Nous parlons d’autre chose,
Linda me dit qu'elle n'a plus mal à son œil, même quand elle appuie sur la boule enflammée. Je lui dis qu’en
y pensant je ne sens plus de picotements dans l’œil mais une gêne, comme si je sentais plus mon œil gauche
que le droit. Elle me dit que c'est exactement ce qu'elle ressent.

131
Nous parlons du soin et je lui explique que naturellement j'ai placé mes mains d'une façon étrange. C’est
compliqué à décrire. On joint les pouces, index et majeurs entre eux par le bout des doigts en formant
comme un triangle et on décolle et recolle les pouces. Je lui explique que j’ai fait les deux yeux. Elle me
demande pourquoi. Je lui réponds que je ne sais pas, je n'ai réfléchi à rien, j'ai laissé faire et je sais que mes
mains étaient posées sur ses deux yeux virtuellement. Elle me dit qu’hier soir elle a senti des picotements
commencer dans l'autre œil et là plus rien, ni dans le gauche ni dans le droit.

Samedi 9 juin 2018

Aujourd’hui, je crois que le rêve prémonitoire que j'ai fait il y a quelques jours s’est réalisé, je mets entre
parenthèses les métaphores du rêve. C’est marrant parce qu’hier je me disais justement que je m’étais peut-
être trompée en pensant qu’il pouvait s’agir d’un rêve prémonitoire.
« Ce matin, comme après ce fameux rêve, je me suis à nouveau réveillée sans savoir où je me trouvais mais
ça a duré moins longtemps que la dernière fois. Nous devions nous rendre à 10H30 à l’école de Soen pour la
kermesse. Ma mère devrait arriver vers 10H et Cyrille et Matisse avaient décidé de venir avec viennent avec
moi et restent jusqu’au spectacle, ils partent pour Paris ensuite.

Il pleut des trombes, j’essaye d’appeler ma mère pour savoir si elle vient quand même, car elle n'aime pas
rouler sous la pluie, mais je ne parviens pas à la joindre. Mon père m'appelle vers 9H45, il est énervé il
essaye de joindre ma mère, car il est en panne sur Languidic avec le camping-car, il pleut et il veut qu’elle
fasse demi-tour dès qu’elle arrive chez nous pour venir le chercher. Je lui dis que c’est normal que maman
ne décroche pas, car il pleut et elle est au volant. Il me répond énervé que de toute façon elle ne décroche
jamais. Je lui réponds que je le lui dirai et raccroche. Je le trouve injuste. Ma mère arrive et repart dans la
foulée... Elle a déposé des tablettes de chocolat pour les enfants. J’envoie un message à mon père pour lui
dire ce que j'ai sur le cœur : « C’est pas de la faute à maman si elle ne capte pas, on tombe direct sur le
répondeur. En même temps elle conduit et il pleut… et n’oublie pas que ce n’est pas non plus de sa faute
pour le camping-car… je comprends que tu sois en colère mais ne la partage pas stp. C’est injuste...Je
t’aime. Bisous » J'espère vraiment qu’il va s'en rendre compte. (Dans mon rêve mon père reconnaissait qu'ils
avaient été cons...mais c'était de ne pas m'avoir cru…)
Je trouve cette journée étrange. Nous partons à la kermesse, elle se passe en extérieur et heureusement il ne
pleut plus, il fait même très chaud. Durant son spectacle, on ne voit pas Soen, il est caché derrière une baffe,
je suis dégoûtée. Il dansait sur « Santiano ». Je vais le chercher à la fin de la chanson, mais je réalise que je
n'ai pas assez de monnaie en espèces pour payer les activités en plus du repas, je pensais que Cyrille en
aurait... Cyrille et Matisse repartent à la maison faire leur sac et prendre de l'argent. Nous nous donnons
rendez-vous à l'entrée de la kermesse. (Dans mon rêve c’est moi qui pars et qui les rejoint au point de
rendez-vous) Quand ils reviennent nous nous embrassons et ils partent pour Paris. Soen court jouer avec ses
copains et je suis triste... je marche en suivant Soen et je vois une plume au sol, elle est grise et bordée de
blanc, magnifique ! Je regarde les enfants jouer et un peu plus tard j’ai à nouveau le cafard, j'espère que le
trajet vers Paris va bien se passer... une plume identique à la première est devant moi sur le sol. Elle me
rassure. Soen veut aller dans le château gonflable qu'ils ont installé pour l’occasion, c’est le même que celui
que j'avais loué pour mon mariage, mais il n'est pas situé au même endroit que l’année précédente, il se
trouve dans un gymnase. Soen s’amuse comme un petit fou dans le château, mais il a très chaud,
heureusement j'ai apporté une bouteille d'eau, mais tous ses copains viennent se servir et je vais devoir en
trouver une autre…(Dans mon rêve je songeais à chercher de l'eau au cas où ce soit la fin). Nous sortons et
je pars acheter un pistolet à eau à Soen car tous ses copains en ont, ils sont 5 ou 6 à se tirer dessus. (Dans
mon rêve je vois 5 ou 6 terroristes avec des armes, les pieds dans l’eau). Je demande un petit signe, un clin
d’œil parce que je suis seule et je n’ai rien à faire. Mon regard est attiré vers le sol, une étiquette, je
m’approche, je vois le mot Licorne.

132
Une averse se déclenche, nous courons nous réfugier dans un gymnase à proximité avec Soen. (Dans mon
rêve les enfants s’étaient réfugiés dans un gymnase et j'étais allée récupérer Soen là-bas). Et là tout se
bouscule dans ma tête, le gymnase, cela me rappelle mon cauchemar. Je vais m’asseoir à une table, il y a une
bouteille d’eau pleine au sol, quelqu’un l’a semble-t-il oubliée, c’est marrant je me disais justement qu'il
fallait que je remplisse ma bouteille d’eau, mais je préfère ne pas la toucher, quelqu’un viendra peut-être la
chercher. Je prends mon téléphone pour appeler Cyrille et lui raconter pour le gymnase, mais je n’ai pas le
temps de le faire, mon téléphone sonne, c’est lui. Il me dit : « Tu te souviens de ton cauchemar, tu avais vu
comme un satellite tomber au sol, cela t’avait rappelé un orage qui t’avait traumatisée petite, et bien là avec
Matisse nous venons de traverser 3 orages, les pires de ma vie, j’ai vraiment eu peur » Je trouve ça dingue
que ça lui ait évoqué mon cauchemar, mais je suis soulagée que ça ne soit que ça. Je m'assois seule à une
table et une chanson passe « Capitaine abandonnée ». Cela m'amuse sur le coup, mais les paroles me
stressent et l'angoisse monte, j'ai rêvé de terroriste, de vaisseaux spatiaux, de quelque chose dans le ciel, et si
ça devait se produire là, je scrute le ciel, un gros nuage noir approche, un orage pour nous aussi peut-être.
L’angoisse monte d’un nouveau cran, je veux rentrer. Je me lève pour aller chercher et un bruit retenti dans
le ciel, je lève les yeux, un hélicoptère noir passe au-dessus de nous, dans le nuage noir. Ce n’est qu’un
hélicoptère ouf.(Alors que j’écris ce mot « hélicoptère », Soen est en train de jouer sous la table. Il dit
plusieurs fois le mot hélicoptère alors qu’il n’a aucun jeu qui s’y apparente. Je lui demande pourquoi il dit
ça, ça me surprend, car il l’a prononcé à l’instant même où je l’écrivais. Il m’a répondu : « Je sais pas ! » lol)

En rentrant à la maison, je propose à Soen de passer par Intermarché pour lui acheter son repas du soir. Je
pensais avoir mis mon porte-carte dans mon sac, mais il n’y ait pas. Soen me dit de regarder dans ma veste,
j'allais justement le faire. Elle y est !

En rentrant à la maison, Soen me montre la licorne que j'ai placée sur le dessus de la cheminée, celle que
mon père m'a rapportée d’Espagne il y a un mois. Il insiste : « Regarde maman la licorne, mais regarde ! »
Il n'y aura pas eu d’invasion d’extraterrestres au final et c’est tant mieux, par contre invasion de fourmis
dans mon salon… À voir comment on imagine les extraterrestres je me dis qu’une fourmi, en l’agrandissant,
c’est pas si différent… lol

133
Je relis le descriptif de mon rêve et j'avais demandé à quelqu’un s’il y avait école lundi, on m’avait répondu
que oui malgré les événements. Eh bien Cyrille a décidé de rentrer de Paris lundi pour ne pas rentrer juste
après la finale et se reposer un peu. Et bien lundi je vais devoir appeler pour dire que Matisse n’ira pas à
l’école lundi …
Enfin pour l'atsem qui m’avait interpellée, elle l’a fait mais pas aujourd’hui, c’était le lendemain de mon
rêve, l’après-midi j'étais en retard pour déposer Soen et en sortant de ma voiture elle m’avait stoppée en me
demandant, sans que je ne lui dise quoi que ce soit : « Vous voulez que j’amène Soen à l’école ». Dans mon
rêve elle me demandait de l'appeler si j’avais besoin de quoi que ce soit. Reste ce numéro de téléphone que
je lui ai donné et qu’elle ne pouvait pas appeler, alors là aucune idée.
Bon je ne suis pas certaine que tout ça puisse être considéré comme prémonitoire, ça n’a rien à voir avec le
rêve initial, ce ne sont que les mots qui pourraient l’être, mais quel intérêt ? Juste me faire confiance peut-
être …

Je discute un moment avec Linda. Elle me dit que son orgelet, la boule, tout a disparu, c’est comme si elle
n’avait jamais rien eu. Elle est persuadée que c’est mon soin. J’ai encore du mal à le croire, je crois que j’ai
besoin d’une dizaine de cas.
Nous parlons de la licorne et elle m’explique qu’elle a trouvé un article sur la licorne qui dit ceci :

« Les licornes viennent à nous en cette époque des grandes difficultés dans le monde pour nous montrer
l’amour inconditionnel et nous enseigner leurs capacités de guérison.
Les licornes vivent parmi nous mais vibrent sur une fréquence supérieure. Demander à rencontrer une
Licorne au cours d’une méditation est un bon moyen d’élever vos vibrations et de recevoir leurs
connaissances et leurs énergies.
La licorne vous aidera à développer votre intuition. Les licornes sont les gardiennes du Royaume des Fées.
Elles vous y emmèneront si vous y êtes prêts.
Recevoir l’initiation au Système de Guérison de la Licorne, c’est entrer dans le monde de la beauté, de l
magie, de la nature intacte, de la Lumière et surtout de l’Amour inconditionnel. »

Le soir nous allons avec Soen au cinéma regarder Jurassic World, le 3ᵉ. Pendant la séance j'ai mis mon porte-
carte dans ma poche, ce que je ne fais jamais n'ayant pas de place dans le sac. En sortant je vérifie qu’elle y
soit toujours. Ouf. On se retrouve dehors et au sol, devant moi, un porte-carte, je le ramasse. Il contient la
carte de bus d’un jeune homme. Je vais la déposer au guichet du cinéma. Mais je commence à me demander
si je ne vais pas perdre ma carte bancaire… En rentrant, je la mets dans mon sac à main pour ne pas la
perdre. Nous allons promener les chiens avec Soen. Mon regard est attiré à ma droite, il y a une balle rouge
et noir et à proximité des tas de pétales de fleurs blanches en forme de cœur. Un peu plus loin, je trouve
encore un porte-carte mais vide cette fois. D’abord avec la carte d'un homme et maintenant vide… Ça fait
vraiment penser à la perte d’une carte.
Au retour, Cyrille m’appelle. Il me dit que c’est incroyable. Il était à la FNAC avec Matisse et ils ont trouvé
un livre que Cyrille voulait acheter pour Matisse. Il est allé en caisse pour le lui payer, mais il n’avait plus sa
carte bancaire… panique ! Ça veut dire pas de carte bancaire pour aller à Roland Garros, ni pour le péage…
Ils font le tour des endroits où ils sont passés et demandent aux vigiles. Une caissière leur dit qu’ils ont une
carte bancaire au nom de Cyrille, qu’une femme l’a rapportée une demi-heure plus tôt. Ils retournent
chercher le livre, mais il n'est plus en caisse ni dans le rayon où il se trouvait mais Matisse voit un peu plus
loin dans un autre rayon un livre dont la tranche ressemble au livre qu’ils avaient voulu acheter. C’est lui !
Ils finissent par le prendre, après tout si Cyrille n’avait pas été en caisse pour l’acheter ils n’auraient peut-
être pas découvert si tôt qu’elle avait disparue …

Dimanche 10 juin 2018

Ce matin Linda est partie chez ses beaux-parents, elle doit visiter son beau-père à l'hôpital cet après-midi. Je
sais qu’ils vont passer des moments très difficiles… Ça me fait de la peine de ne rien pouvoir faire. Je me

134
mets face à la fenêtre en méditation. J’aimerais parvenir à me connecter à son beau-père. Je crois parvenir à
faire le vide. Je perçois comme si des choses noires le poussaient de son lit, mais ce n’est pas une vision,
c’est une perception avec les contours flous. Est-ce que ça veut dire qu’il va être déplacé ? Cela n’a peut-être
rien à voir avec lui alors je décide de zapper. Je commence comme un dialogue. On me demande : « Pour
quelle raison veux-tu contacter cet homme, pour lui ou pour toi ». Je réponds, un peu des deux, au cas où je
pourrais capter un message pour ses proches et aussi pour moi, pour me prouver peut-être que j’en suis
capable, que c’est réel…peut-être par égocentrisme aussi je ne sais pas, par fierté » Enfin bref, je réalise à
cet instant que non je n’agis peut-être pas uniquement pour des bonnes raisons… On me répond « Reviens
quand tu n'agiras pas pour toi ». Ok, au moins ça a le mérite d'être clair. Je ne sais pas si je me suis parlée à
moi-même mais j'ai préféré arrêter là. Je suis restée un moment à méditer, à vider mon esprit et je me suis
relevée. Ça m’a fait du bien.

Un peu plus tard, je m’installe prendre mon petit-déjeuner sur le canapé avec Soen. Il y a un épisode de
Dragon Ball Z qui passe, Soen est hypnotisé. J’ai l'idée de faire un soin à Linda, j’aimerais lui transmettre de
l'énergie et lui demander ce qu’elle ressent au moment où je le fais. Je lui envoie un message en lui
demandant si elle est disponible. Elle me répond que oui. Je lui explique et lui demande de s’asseoir et de
noter tout ce qu’elle ressent. Je démarre, place mes mains paumes levées vers le ciel et fais comme si je
récoltais de l’énergie, puis je les place dans l'autre sens, vers le sol et visualise la tête de Linda. Je
commence par le haut du crâne. Je ressens des picotements dans les paumes de mes mains, mais pas
uniquement ça, j'ai les yeux fermés et je ressens comme une résistance, un peu comme lorsqu’on place deux
aimants opposés. Je me dis que ça doit fonctionner. Je continue et place mes mains sur ses yeux. Je prends
conscience que mes mains ne restent pas immobiles, elles bougent comme des vagues d’avant en arrière de
façon très fluide ce qui me rappelle un battement de cœur tout doux, comme si ce que je transmettais était
vivant et venait pas débits alternés. Difficile à expliquer. Je poursuis en plaçant mes mains sur les oreilles,
puis sur l'arrière du crâne, le cou, les épaules et je forme comme une bulle vivante toute autour d'elle comme
si je lui donnais une vibration haute grâce au mouvement des mains, un mouvement initié qui pourrait durer
plus longtemps qu'une bulle fixe. Je ne sais même pas ce que je raconte… lol… Pendant ce temps le dessin-
animé se poursuit et alors que je suis plus que concentrée, j’entends les mots du dessin-animé : « puissance,
énergie »… et c'est vrai que j'ai des frissons permanents partout comme la fois où j’avais ressenti cette
énergie dans ma salle de bain. C’est incroyable, une belle sensation, pure, j'aimerais qu’elle dure… Je
termine par le crâne, en plaçant mes mains en triangle je laisse l'énergie entrer comme dans un puits dont les
bords seraient formés par mes mains. Mon cœur s’affole, je crois que je dois arrêter. Cela n’a pas duré très
longtemps mais c’était très intense pour moi. Je demande à Linda si elle a ressenti quelque chose. Elle me
dit qu’elle m’envoie ce qu’elle a écrit :

Linda le 10 juin 2018 :


« J’ai des fourmillements qui partent de l’arrière de la tête jusque dans le bas de la colonne. Je ressens
l’énergie descendre dans les mains et dans les bras. Le dessus de ma tête me picote. Mon coeur s’affole, il
accélère et se calme. Je sens une chaleur énorme, j’ai l’impression que les joues rougissent, j’ai chaud. Je
sens un picotement très intense sur le dessus de la tête côté gauche et une chaleur envahit mes épaules. Une
chaleur qui soulage énormément et fait lâcher la pression. Je ressens un amour m’envahir. La chaleur
descend dans mon corps, j’ai vraiment chaud, je me sens bien. J’aime cette chaleur qui m’envahit. »

Je regarde une série et l’actrice parle de son positionnement dans une voiture, elle ne veut pas aller devant, à
la place du couple avec qui elle est et dit qu’elle ira à l’arrière comme une licorne. Franchement j’ai beau
chercher je ne vois pas ce que le mot Licorne vient faire. Est-ce que c'est parce que les licornes n'existent
pas ? En tout cas, encore une licorne …

Cyrille m’a transmis des photos, je ne les reçois que maintenant. Il y a quelques jours j'avais rêvé que je me
retrouvais dans mon ancienne maison à Chanteloup et j’avais demandé à Cyrille de prendre une photo de la
façade pour moi, ils se placent juste devant et sourient. Il m’envoie la photo et sur la fenêtre de la maison
derrière eux je crois voir quelque chose. J’agrandis l’image et je vois deux paréidolies, l’une d’un visage

135
extraterrestre et la seconde, je ne sais pas si je rêve, mais on dirait une licorne, mais comme dans les dessins-
animés. Je vais encore être la seule à la voir…

Cet après-midi il pleut, Soen et moi regardons la série « Flash » mais au bout du 3ᵉ épisode il lâche alors j'en
profite pour regarder un peu la finale de Roland Garros, Rafael Nadal contre Dominic Thiem un Autrichien.
Il y a quelques jours j'ai mis la couette propre sur le lit de la chambre d’amis et je ne l’ai toujours pas
installée. Je la vois dans ma tête en boule et je me dis que je devrais aller la mettre. C’est la pub, je zappe
vite fait et je vois inscris « La petite maison dans la prairie ». J’ai vu et revu cette série un paquet
incalculable de fois, mais je regarde quand même vite fait. Ce n’est pas la série mais le film ! Je ne l’ai
jamais vu, c’est top. Je me lève pour aller vite fait installer la couette et je me souviens de mon rêve … Je
pensais l’effacer de mes écrits car cela n'avait aucun sens ni intérêt, je me voyais installer une couette de la
petite maison dans la prairie. Je trouve ça incroyable !!!! Là je suis vraiment bluffée… Vraiment.

Ce soir je prends un bain. Soudain je m’effondre en larmes. Tout va pourtant bien, je n'ai aucune raison de
pleurer. Du coup mon mental cherche une logique, quelque chose qui expliquerait ces larmes mais rien, je
pleure absolument pour rien… Ça dure un peu plus de 10 minutes, c’est affreux et incompréhensible… À
tout hasard une heure après j'en parle à Linda pour savoir si elle n’avait pas pleuré vers 18H50. Je me sens
très con. Elle me dit que c’est l’heure à laquelle elle a pris sa voiture pour rentrer chez elle, elle a laissé son
mari avec sa famille car demain ils vont à l'hôpital voir son père. Elle m’explique qu’elle a fondu en larmes
quand elle s’est retrouvée seule.Est-ce que lorsqu’on s’est connecté à quelqu’un pour lui faire un soin on
doit se déconnecter ensuite… Que faut-il faire ?

Ce soir, dans le lit avec Soen, je lui ai appris à composer le 18 en cas de problème et à donner notre adresse.
Nous avons fait l’exercice pendant un bon quart d’heure sur le téléphone en mode avion.

Lundi 11 juin 2018

136
Ce matin, alors que je suis devant le miroir de ma salle de bain, je remarque quelque chose sur le haut de ma
poitrine à droite. L’éclairage forme une plume, c’est magnifique. En regardant Facebook, je tombe sur un
article avec à nouveau une licorne … Décidément.

Article
trouvé sur le net :

Les licornes
Par Nagali

Rassemblons le puzzle :

Ainsi, la licorne serait une créature ambiguë malgré sa blanche robe. Son aspect général lui confère la capacité de
descendre aux Enfers – et d’en revenir ! Elle sait voyager sans réel dommage parmi les ténèbres, passer les frontières
à sa guise et, en tant que monture, elle peut amener un cavalier avec elle et le ramener à bon port. La forme
particulière de son unique corne nous conduit à penser qu’elle a un rôle agressif dans l’inframonde ; mais aussi que
son action ensemence et donc, entraîne une gestation suivie d’une récolte. Positionnée sur son front, au niveau du
troisième œil associé à la clairvoyance, cette corne se révèle l’incarnation du juste instinct qui perce les ténèbres et
permet de passer à travers les voiles sombres et d’écarter les obstacles de l’existence et de son monde intérieur
(inconscient, refoulements, pulsions et émotions mal acceptées…). J’utilise le terme de « juste » car cet instinct est
doublement guidé par une compréhension immédiate des êtres et des événements débarrassée de toutes scories, et par
le savoir inné et profond, basé sur un socle ferme et équilibré, qui jaillit du hara.

Pour résumer, la licorne permet à l’âme qui la chevauche de s’enfoncer sur les terres de ses peurs et de ses blocages,
d’affronter ses démons intérieurs lors d’une grande chevauchée libératrice. Elle symbolise le voyageur qui a atteint
un certain degré de lucidité également en tant qu’incarnation des vertus (tant dans la civilisation médiévale
chrétienne que dans la Chine ancienne). Sa corne s’interprète très souvent comme un « symbole de la fécondité
spirituelle »* : le passage dans les ténèbres a semé quelques graines et, lorsque l’heure de la moisson sera venue,
quand la leçon des combats aura été assimilée, il sera temps d’en cueillir les fruits. Alors, l’élévation vers une
nouvelle étape de sa vie deviendra envisageable.

Et la vierge dans tout ça ?

Eh bien oui ! Que fait-on de cette légende selon laquelle la licorne « ne peut être touchée impunément que par une
vierge, […] ou que, chassée et invincible, elle ne puisse être capturée que par la ruse d’une jeune fille qui l’endort du
parfum d’un lait virginal »* ?

De très nombreuses scènes de ce type ont été commentées par des personnes qui se focalisaient sur un seul des sens
de la corne, perçue uniquement comme « flèche spirituelle, […] révélation divine »* et sans que l’on prenne en
compte son caractère martial. Elle représente alors l’ensemencement de l’esprit, « aussi est-elle, en même temps, le
symbole de la virginité physique ».* Toutefois, au-delà de cette pensée monoculaire, une interprétation initiatique
peut se faire.

137
Les premières connotations de la vierge que nous saisissons projettent les images d’une fille timide et prude, faible,
farouche car facilement effrayée, naïve et sans disposition particulières vis-à-vis de l’existence hormis cette attitude
de repli. La vierge, dans notre société, apparaît en premier lieu comme une page blanche. Or, c’est ainsi que nous
commençons notre voyage à dos de licorne. Nous ignorons ce que nous allons affronter, nous tremblons d’effroi. Nous
savons simplement que la licorne va nous emmener dans un monde noir, violent, vicié et hostile, où des démons
essayeront de nous dévorer. Seuls, sans l’aide précieuse de la licorne, nous ne serons pas en mesure de les vaincre, ni
même de s’en défaire.

Nous descendons quand même.

Lorsque nous sommes de retour à bon port, nous avons acquis du savoir et de la puissance par l’expérience
émotionnelle vécue lors du voyage effectué et, ainsi, nous pouvons modifier certaines qualités de notre âme. Mais
c’est toujours les doigts de la vierge qui s’entremêlent dans les crins de la licorne.

Alors, nous apercevons un autre aspect de cette figure, celui qui nous ramène à l’origine de ce mot, dans le sens
antique de « qui n’est liée à aucun homme ». Le terme est issu de l’indo-européen commun varg, la « vigueur », qui
donna le sanskrit ûrg, « force », et le grec orgê, « élan ». Or, cette vierge rayonne de force et d’aplomb ! Elle est
farouche, car elle se suffit à elle-même, suit son instinct et ne se laisse approcher que par ceux qu’elle estime
intéressants et adaptés à sa façon de fonctionner. Elle est sereine, modifie son attitude selon les circonstances,
semblable en cela à la chasseresse. Elle s’affirme, haut et clair, et croit en ses idées malgré les épines du monde qui
l’entoure ; pareille à la guerrière, elle ne fuit pas ni ne se laisse influencer.
Dans l’ancien monde grec, ce visage de la Vierge reposait sous la tutelle de deux divinités : Artémis, déesse de la
Chasse et de la Lune, force combative et source de nourriture giboyée, mais aussi dispensatrice de lumière physique,
et Athéna, Déesse de la Justice et des Cités, dispensatrice de lumière sociale pour l’ordre et les lois, ainsi que source
de nourriture intellectuelle. Toutes deux, à leur manière, étaient associées à la violence (l’une vivait dans la nature
sauvage, l’autre régnait sur les guerres) : elles y plongeaient régulièrement et en revenaient toujours plus fortes,
exaltées, renforcées dans leur élan vital.

On pourrait aussi ajouter à ce duo Hestia, la déesse du Foyer. Sereine et solide, elle défend notre temple intérieur,
notre vrai Moi. Elle est la Vierge statique, impliquée dans la protection et, au-delà, dans la réponse à nos besoins.
Nous la comprenons en nous-mêmes comme une force contenue et tournée vers soi et ses propres nécessités. Source de
nourriture énergétique (elle représente le « foyer » aussi dans son sens d’endroit où se fait le feu), Hestia se révèle
dispensatrice de petites lumières : celle des flammes de la demeure et celle du microcosme social qu’est la famille.
Néanmoins, parce qu’il lui manque la poussée combative propre à la symbolique de la corne, cette déesse n’apparaît
pas en tant que figure avec laquelle nous confondre à notre retour de chevauchée. Elle incarne davantage le but à
atteindre, l’écurie chaude et douillette que rejoint la monture après chaque cavalcade… Elle est l’image de notre Moi
enfin propre, clair et chaleureux, nid confortable et solide d’où nous pourrons nous élever et agir avec confiance.

Qílín : une parenthèse chinoise


Il existe en Chine et dans quelques pays avoisinants, comme le Japon, une créature que l’on compare à la licorne
occidentale. Elle apparaît le plus souvent de couleur jaune (même si quelques légendes parlent de qílín blancs),
possède des attributs du cerf et du cheval – les proportions variant selon les régions et les époques – et est dotée
d’une corne ou de deux, à la façon des cerfs. Son nom est formé d’une syllabe masculine et d’une syllabe féminine. En
cela, il est possible d’affirmer que « Ki lin signifie yin-yang. » Voici une petite transposition de cette figure orientale à
notre démonstration plutôt occidentale. Nous retrouvons dans la licorne et sa couleur blanche, le yang. Les ténèbres
autour d’elle, qu’elle traverse et affronte, peuvent apparaître comme l’immensité du yin. Ainsi, la licorne serait le
germe de force lumineuse au cœur de la nuit chthonienne. Après tout, cette créature n’est-elle pas « l’emblème d’une
pureté agissante » ? Toutefois, n’oublions pas que la licorne peut tout autant se révéler le milieu yang au sein duquel

138
repose l’embryon de ténèbres yin !

La licorne, animal mythique pour certains, animal de 7ᵉ dimension pour d’autres.


Publié par la Presse Galactique – 24 avril 2013
Par Etoilecristal

Les licornes font bien partie des royaumes supérieurs angéliques, se sont des êtres très évolués, dotés de douceur,
splendeur, pureté et qui véhiculent l’amour universel. Rien de plus beau que d’avoir un contact avec ces êtres.
Autrefois du temps de l’Atlantide, avant leur départ de ce monde elles côtoyaient les êtres sur votre terre. Il y avait
une grande complicité et un amour d’une pureté originelle indescriptible. Les licornes apportent aujourd’hui leur
soutien et surtout leur « corne », symbole de lumière, pureté et guérison. C’est pourquoi la vision d’une licorne est
synonyme de grande aide venant à vous. La puissance d’un soin de lumière fait avec la présence des licornes est
incommensurable, et les résultats sont souvent impressionnants, ces pourquoi ces soins sont à prodiguer en respectant
certaines mesures, car chaque être n’est pas encore prêt à les recevoir. Lorsqu’une licorne vous apparaît sachez que
vous êtes sur la bonne voie, sur une voie qui vous correspond et surtout vous évoluez vers un meilleur potentiel de
votre être. La licorne est un symbole d’harmonie et de paix elle représente le lien qu’il y a entre vous et votre état
supérieur, vous pouvez facilement vous reconnecter avec une méditation guidée en ce sens. Les licornes vous
conduiront jusqu’aux portes d’un monde où vous pouvez avoir accès à une grande sagesse et de nombreuses
découvertes sur votre être. Les licornes sont à nouveau parmi nous et leurs vibrations sont d’une intensité comme un
rayon ultime d’amour universel qui vous pénètre et vous apporte la paix et la confiance, un état de grâce et de
légèreté vous envahit et c’est avec joie que vous accueillez maintenant l’énergie des licornes.

Ce matin je suis à mon bureau, je demande à mon adjoint s’il peut aller à la réunion quotidienne. Le chef
d’État-Major n’est pas là et en son absence c’est moi qui y vais. Je téléphone à l’école de Matisse pour
prévenir qu’il ne sera pas là, il rentre de Paris cet après-midi. Je suis obligée de mentir et de dire qu’il a une
migraine et des douleurs aux cervicales. J’ai horreur de ça.
Après la réunion, mon téléphone sonne, c’est l’adjoint du chef de service. Je ne suis absolument pas sous ses
ordres mais sous ceux du Directeur et du Directeur-adjoint, mais il se prend pour un patron, dénigre les
femmes et cherche à avoir la main-mise sur moi chaque fois que mon supérieur direct n’est pas là.
B : Tu n’étais pas à la réunion ce matin.
Moi : Non.
B : Et je peux savoir pourquoi ?
Moi ; Je n’y étais pas c’est tout.
B : C’est toi qui dois aller à la réunion en l’absence du chef d’État-Major. C’est le chef d’État-Major ou son
adjoint.
Moi : (Je commence à m’énerver, j’ai vécu trop souvent ce genre de situation avec ce genre de personne, le
monstre Annelyse se réveille je le sens, il veut me contrôler mais c’est impossible, je ne peux pas le laisser
faire) Et il est où le problème ? Je peux savoir pourquoi à chaque fois que le chef d’État-Major n’est pas là
tu te permets de me donner des ordres ? »
B : Parce que c’est à toi d’aller à la réunion sauf impératif.
Moi : Eh bien j’avais un impératif.
B : (Il se fout de ma gueule en riant au téléphone avec un soupir laissant penser que je dis de la merde )
Moi :Il est où le problème ?
B : C’est à toi d’aller à la réunion, point final. (Il raccroche).

Je sens la colère monter en moi, elle m’envahit. Sylvain me dit de me calmer, mais ce n’est plus moi, je
donne des coups de poings sur le bureau et fonce dans le couloir pour aller lui parler face à face. J’arrive
dans son bureau, mais il n’est pas seul, il y a un chef d’unité avec lui. Tant pis je lui dis haut et fort que pour
sa gouverne Sylvain est adjoint au chef d’État-major sur son arrêté et je pars en criant : « Tu as cru que

139
j’allais me laisser faire, mais tu rêves ! Ça ne va pas se passer comme ça ! » Il est sorti de son bureau en
criant que c’était inadmissible. Je suis retournée dans mon bureau et j’ai craqué. Je ne veux pas revivre ce
que j’ai déjà vécu par le passé … Je ne sais pas comment réagir, je dois éviter de me mettre en colère mais si
je ne dis rien, il risque d’en profiter, c’est certain. Et mon supérieur est muté dans un peu plus de deux mois,
je sens qu’il va me faire la misère. Je prends conscience que j’ai encore beaucoup de travail à faire sur moi.

Ce matin je n’ai pas arrêté de voir le chiffre « 11 », j’ai même 111 messages. Ce midi en allant récupérer
Soen à l’école et alors que j’allais partir, la maîtresse m’a stoppée. Nous avons gagné plusieurs lots à la
tombola, plusieurs numéros étaient gagnants. Sur l’une des boîtes était inscrit le chiffre « 11 » et sur l’autre
« 18 ». Est-ce que c’est la suite de mon rêve prémonitoire, la maîtresse qui me stoppe. Dans ce rêve je lui
donne mon numéro de téléphone et elle me dit qu’elle ne peut pas appeler ce genre de numéro.
Effectivement si cela concerne des numéros de lots c’est compliqué.

A 14H, une collègue du secrétariat vient me voir pour savoir comment je vais suite à la dispute avec
l’adjoint au chef de service. Je lui dis que ça va tout en ajoutant pour rire, je lui manquais ou quoi ? Mon
téléphone sonne, j’ai reçu un SMS de publicité d’une médium astrologue. Je ne reçois jamais ce genre de
SMS, j’en ris. Il est indiqué : « Une personne étend son influence. Son but : récupérer votre amour. »

Depuis hier je vois comme des flashs lumineux qui passent très rapidement devant mes yeux. Ça va trop
vite, je n’arrive pas à voir distinctement.
Cet après-midi réunion avec l’adjoint du chef de service. Tout s’est bien passé, les tensions se sont apaisées.
Je ne lui en veux pas, mais je n’oublie pas.
Dans le livre conversation avec Dieu il est dit que nos actions ne sont guidées que par deux choses, soit
l’Amour soit la Peur. Je dois chercher pour quelle raison ma colère est sortie comme ça et je crois que c’est
parce que j’ai peur de ne pas être respectée, peur d’être traitée comme une victime, comme de la merde ...

Mardi 12 juin 2018

Cette nuit je me suis réveillée à 1H30 avec une phrase dans la tête. Heureusement je l’ai notée, car je ne
m’en souvenais absolument pas. J’ai le souvenir d’images de nœuds dans les cheveux et donc cette phrase :

« Va là où les nœuds se rejoignent »

Comment nous libérer des nœuds intérieurs

Reconnaître ces nœuds et leurs causes, les nommer puis laisser Jésus les démêler. Tout au long de notre vie, nous
accumulons différentes expériences. Celles-ci laissent des traces positives ou négatives sur notre âme. Lorsqu’elles
sont fortes et très négatives, elles en viennent à perturber notre vision de la réalité ainsi que nos choix futurs. Sans
nous en rendre compte, notre point de vue se trouve alors influencé. Cela peut également engendrer en nous un
blocage ou une paralysie. Si nous avons été offensés et rejetés par quelqu’un, les traces de cette mauvaise relation
seront susceptibles de se répercuter dans notre vie future sans que nous le réalisions. Cela se manifestera peut-être
par une peur du rejet ou une insécurité dans certaines relations personnelles. L’expérience d’un chef tyrannique ne

140
laissant aucune initiative, imposant des tâches difficiles, obligeant à sortir tard le soir ou encore à travailler le week-
end, installe progressivement des sentiments de rage, de colère et de tension. On se sent alors fatigué, stressé et empli
de désillusion. Quel sens peut bien prendre la vie si elle n’est faite que de travail ?

Ces expériences négatives, si nous les ignorons, s’installent petit à petit en nous, nouant notre âme et commençant à
nous paralyser. Le péché est lui aussi néfaste pour notre âme. Lorsque je commets une faute grave à l’encontre de mes
valeurs, je suis envahi par un sentiment de douleur et de rage : j’ai désobéi à Dieu. J’ai déçu celui qui m’aime d’un
amour infini et qui m’a tout donné. Je me suis déçu car que n’ai pas su laisser s’exprimer la bonne partie de moi-
même. J’ai été décevant et injuste pour autrui. L’expérience du péché et le sentiment de faute provoquent également
d’autres nœuds intérieurs qui fragilisent ma capacité à aimer et à me donner. C’est pourquoi la confession est si
importante. Non seulement pour recevoir le pardon de Dieu et retrouver son soutien dans le sacrement, mais aussi
pour vivre l’acte de confession. Il faut pour cela savoir reconnaître le péché et les expériences négatives, leur donner
un nom et s’en libérer.

Que faire avec ces nœuds intérieurs qui nous conditionnent et nous paralysent ?

Comment nous en défaire pour aimer davantage et nous sentir plus heureux ?
Seuls, nous ne pouvons rien faire. Il est fondamental d’apprendre à les repérer, connaître leur origine, les nommer et
laisser Jésus les démêler en nous.
Dans l’Évangile selon saint Jean, Jésus déclare que celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas, parce qu’il voit
la lumière de ce monde ; mais celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui.
Par cette métaphore, Jésus nous explique qu’il est la lumière du monde qui vient éclairer toutes les situations, même
les plus difficiles et les plus entremêlées. Cheminer de jour signifie l’accueillir lui et éviter les embûches. Cheminer de
nuit revient à ignorer son aide, sa proximité et son amitié.
Il nous propose de le laisser œuvrer pour dénouer tous les tracas pesant sur notre âme. Il est la lumière du monde qui
souhaite cheminer à nos côtés. Il nous offre son amitié afin de nous aider à vivre pleinement, libérés des nœuds et des
tensions négatives qui nous accablent.
Peu lui importe la lourdeur de la tâche. Ce qu’il veut, c’est s’immiscer dans notre réalité toute entière, même celle qui
ne nous plaît pas, que nous voulons cacher, qui nous pèse et qui nous fait mal.

Retrouver le chemin vers Dieu

L’amitié que nous porte Jésus nous permet de nous défaire de nos blocages et de nos réticences. Elle nous fait sortir
de nous-mêmes, nous décentre et nous bouscule. Elle nous libère des nœuds paralysants qui nous empêchent
d’avancer librement dans la vie.
Jésus montre un chemin pour y arriver. Il offre son amitié et il est également capable de pleurer pour moi lorsque le
poids de mon âme m’empêche d’avancer.
Cette amitié me permet de croire avec confiance que Jésus sera toujours là pour me secourir lorsque je serai replié
sur moi-même, sans lumière. Il viendra à ma rencontre pour que je relève la tête et puisse poursuivre ma route.
Seuls la foi en Jésus et son amitié peuvent me libérer. Je place ma confiance en lui.
Avec Jésus, je peux également compter sur l’aide Marie qui défait les nœuds par cette prière :

« Sainte Marie, mère de Dieu et ma mère, avec un cœur maternel vous défaite les nœuds qui entravent ma vie ; je vous
demande de recevoir entre vos mains ce nœud que je vous présente ; je vous demande de me libérer des pièges et des
chaînes dans lesquels me retient mon ennemi, Satan. Par votre grâce, par votre intercession, par votre exemple,
délivrez-moi de tout mal, ô Marie, et défaite ce nœud qui m’empêche de m’unir à Dieu. Ainsi, libéré de toute
confusion et erreur, je le louerai en toutes choses, je le garderai dans mon cœur et pourrai le servir, toujours, en la
personne de mes frères. Amen. »

141
Blocages et nœuds énergétiques

L'énergie ne circule plus, les maladies, les peurs, les douleurs… apparaissent.

Que représentent pour nous ces blocages et nœuds énergétiques qui agissent dans le corps, notre aura…, notre vie
quotidienne ?
- Une réponse à l'ouverture d'une providence autre que les appartenances des maux du corps, l’au-delà de la matière,
l'énergie.
- Une divine synthèse pour réagir autrement, avec l’Esprit, la conscience, les mondes intérieurs des dimensions
supérieures.
- Une énergie psychique ou spirituelle bloquée sur son plan d’évolution qui peut s'évacuer par le corps.
- Rentrer dans un monde que l'on a oublié mais qui nous appartient, qui fait partie de nous, nous protège, nous unit,
nous guide, rentrer dans le monde de la subtilité des énergies universelles.
- Des représentations plus vastes, explicatives de la vibration qui agit, qui s’expriment en nous pour nous guider, nous
orienter dans notre pleine conscience vers le Tout, l’unité avec notre monde intérieur. (Les respirations de l’âme,)

Rien n’est anodin dans ces blocages et nœuds énergétiques que le corps nous donne pour nous faire réagir
subtilement, dans une autre approche plus céleste et libératrice. Tout a une part de vérité
cachée, une résonance à exprimer que l’Univers tente de nous révéler par des signes. Le monde interne, par le canal
de notre ouverture d'esprit, nous demande de nous élever à cette unité de vie qui nous protège et nous guide, nous
oriente (Vivre le moment présent, un cadeau céleste.). Il s’agit ici de dépasser la matière, agir avec sa conscience,
l'Esprit qui est notre mental supérieur. Que tout soit pris en considération et le fruit de cette manne céleste s'active en
nous, nous fait réagir sur des dimensions supérieures, avec des vues autres que la simple matière atteinte.

De part notre essence divine, l'Esprit est lié au corps. Mais notre libre arbitre a permis une dissociation au niveau de
notre personnalité de "surface", notre ego, ce qui entraîne que le mental (l’ego) agit sur le corps et déstabilise
l'équilibre énergétique de notre vie, trop yin, trop yang. L'un et l'autre ne sont plus en résonance vibratoire (tao). Il
faut comprendre que le mental agit sur le corps (moi, je...), il est l'opposé du Tout, de l'Unité, de l'Esprit et l'Univers,
et cherche la domination, maîtriser la vie, le corps et se couper de la conscience (la vie divine) pour s'octroyer tous
les prestiges de la vie, l'argent, le pouvoir, la destruction... ce qu'il réussit très bien, quand il y a séparation de l'unité
en soi (L'évolution énergétique dans le lâcher-prise ? ).

Dans le corps tout est en mouvement, rien ne doit être statique, et ce en permanence. L'énergie pénètre le corps lui
apportant les ingrédients spirituels qui lui sont nécessaires pour vivre et continuer son cheminement. Rien n'est
statique dans la vie, même pas la mort (mouvement pour un changement de dimension...). Tout est en perpétuel
mouvement d'évolution, de changement dans la vie en soi, ce qui veut dire que le corps suit l'évolution de l'énergie de
la vie qui rayonne en lui. (La pensée créatrice, la création... )

Un blocage dans le corps est une énergie qui stagne au niveau d'un organe qui portera une symbolique pour nous
aider à comprendre le problème. Cette stase l'empêche de faire son travail avec les autres parties du corps et de vibrer
à sa note de vie. Il faut savoir que chaque organe possède sa vibration qui engendre une note, une couleur qui lui sont
propres et qui s'harmonisent à l'octave du corps. Un blocage peut être aussi un signe, un avertissement (les signes
transmis par le corps ou l'esprit, le langage de l'univers ) pour nous faire comprendre une évolution, un travail, une
situation, un dépassement de soi.... Notre corps peut parfois nous transmettre des informations par des maux qui
dépassent notre entendement. Elles correspondent à des activités qui appartiennent autant au passé, au présent
qu'au futur, et il ramène ainsi dans notre matière présente des contentieux non réglés pour notre réalisation céleste et
matière, pour notre équilibre, dans le but de nous élever et nous dépasser, rentrer dans la subtilité de l'énergie des
mondes du mouvement. L'évolution de l'Ame sur Terre.

Un nœud est une vibration qui bloque au niveau de l'émotionnel, en correspondance avec les chakras, ce
qui perturbe leur rayonnement et nous plonge dans des basses vibrations qui déséquilibrent notre lucidité
d'orientation et de nos repères. Cela peut être provoqué par une situation conflictuelle avec une personne, une
émotion que l'on n'arrive pas à se débarrasser, un déséquilibre énergétique ... Le corps traduit ce nœud par un mal-
être, des douleurs n'ayant pas pour origine une cause physique, ce qui explique pourquoi ce genre de douleurs
soignées uniquement dans le physique disparaissent, pour réapparaître ailleurs, car la cause émotionnelle n'a pas été
réglée, et pour le corps, le message reste donc valable à transmettre. Un noeud se forme lorsqu'on ne veut pas voir
une situation, nous bouchonnons nos sens et nous nous trouvons désorientés, nos facultés du ressenti s'émoussent et

142
nous immobilisent dans l'inertie. (L'aura, notre protection, notre élévation... )
Les deux, blocages et nœuds énergétiques correspondent à des ouvertures de portes (La relation avec nos guides )
pour nous faire changer d'état d'Esprit, monter dans la vibration et travailler avec d'autres outils célestes. Ces
énergies démonstratives en nous sont des appels à la conscience de notre inconscient, pour nous permettre de leur
octroyer une attention emplie de subtilité, un regard bienveillant à la fois matière et céleste. En effet la subtilité réside
dans un crescendo, car avant d’apparaître dans notre corps physique, les blocages commencent dans notre aura
(encrassée, déchirée...). Les personnes ayant une grande ouverture de conscience le détecte dès ce stade et corrigent
par un simple travail énergétique. Pour la plupart, ce premier déséquilibre va induire une roue perverse, par exemple
la carence énergétique sera compensée par un comportement addictif à la nourriture, mais aussi au pouvoir, à
l'avoir... Ces addictions nous entraînent dans un gouffre sans fin si nous n'agissons pas en lucidité face à ces signes
divins que l'on nous donne en conscience, car en restant sourds à ces messages, les maux s'accentuent et peuvent nous
amener à la déprime, à la maladie physique ou mentale. (La protection énergétique, l'évolution de soi…)

C'est pour cela qu’il faut être attentif à nos corps physique et corps spirituels (les corps éthériques). Il ne faut pas les
négliger, simplement être à leur écoute avec notre cœur (notre partie divine, notre Âme) et non avec le mental (Mettre
le mental au service de l’Esprit ). Nous ouvrir à cet univers opportun, réactifs à toutes ses intentions de progression
qui nous sont offertes, au lieu de rester dans le B-A BA de la matière, à regarder notre nombril et nous laisser guider
par le mental (l’ego). Le corps (l’attention), les signes (l'application dans l'activité) sont complémentaires et associés
à notre bien-être, les deux sont liés, être bien dans notre vie évolutive. Il ne faut pas oublier que le corps est
une matière vivante que nous avons choisie avant notre naissance, ainsi que notre prénom, (notre couleur, notre note
de musique…) pour notre évolution sur terre (La relation avec son enfant avant la naissance, trouver son nom). Ce
corps est le véhicule temporaire de notre Esprit qui s'incarne. L'Esprit, lui, est éternel. Les blocages et nœuds
énergétiques sont les résultantes des non-application des lois de l'Univers. Tout peut être réglé par une prise de
conscience dans ces deux correspondances (corps et esprit) qui nous mettent face à nous-même pour atteindre notre
souveraineté.

En conclusion, ces signes sont une bénédiction donnée par l'Univers pour avancer dans notre vie en conscience.
Si nous ne comprenons pas les signes d'un blocage ou d'un nœud énergétique, ils se reproduiront en cycle, plusieurs
fois, de différentes façons, car nos guides se mettent à notre portée de compréhension pour nous aider à les voir et à
les comprendre. Un jour ou l'autre, tout deviendra clair en nous, lorsque nous n'utiliserons plus le mental mais la
vision de la conscience universelle. (les signes transmis par le corps ou l'esprit, le langage de l'univers )
Le corps est une matière vivante à part entière, qui doit être libéré du mental, des tensions, de tout ce qui
l'incommode à vivre l'énergie. Il a besoin de s’expanser pour qu’il puisse s'autoguérir dans la vibration du
mouvement . La maladie est un processus de guérison, d'évolution sur le plan matière et céleste qui se manifeste par
des blocages, nœuds énergétiques…
Le corps est vivant, le mental est le filtre qui mal utilisé, permet les nœuds et blocages, l’âme est la relation interne de
la conscience qui peut lever ces blocages. Notre travail est donc de libérer le corps et le laisser expansée dans la
vibration de l’Âme pour qu’il puisse se lier au Ciel, à la Terre et s'auto-régénérer par l’énergie. Les 2 en 1 forment la
trinité, le Ciel et la Terre en soi permettent l'émergence du corps dans l’Unité, le Tout. Le Ciel est pour nous un bon
Samaritain pour nous élever à notre propre conscience d’évolution terrestre et céleste.
Alain Jean

Ce matin je suis allée à la réunion, ça s’est bien passé. Je crois que me mettre en colère a permis de libérer
cette émotion, le truc c’est de ne pas rester dans cet état et pleurer m’a fait du bien. En allant chauffer mon
café dans le bureau des archives, la radio est allumée. Je me dis que j’aimerais vraiment avoir un message de
mes guides concernant mon comportement d’hier. Le chroniqueur parle d’une femme, je ne sais pas qui, il
dit ceci ; « Elle a beaucoup de fougue et de tempérament mais surtout une grande honnêteté. » Je ne sais pas
s’il s’agit d’un message mais ça me fait plaisir.
Fougue : ardeur impétueuse, élan, emportement.
Tempérament : Disposition générale de l’humeur et de la sensibilité d’un sujet dans sa relation avec lui-
même et le milieu extérieur.
Honnêteté : Qualité d’une personne franche.

Ce soir Matisse a très mal à la gorge. Je lui propose de lui faire un soin. Il s’endort pendant que je me
concentre.

143
Mercredi 13 juin 2018

Matisse a bien dormi, il ne s’est pas réveillé. J’ignore si c’est grâce au soin, mais ce matin sa gorge le fait à
nouveau souffrir. Le soir on a l’impression qu’il a attrapé un méchant virus, son nez coule, il éternue et il
tousse. Je n’aime pas le voir comme ça. Je lui propose à nouveau un soin et il s’endort paisiblement. La
dernière fois avec Linda, je pense avoir ressenti son émotion le soir. J’en avais parlé avec Maryse qui
m’avait dit qu’après un soin il fallait couper la connexion. Je lui avais répondu que j’ignorais comment faire
et elle m’avait dit qu’il suffisait de le penser ou d’aller se laver les mains comme pour un soin en direct.
Pour Matisse ce soir je n’avais pas envie de couper la connexion, je me suis dit que ce serait bien de
parvenir à ressentir ce qu’il ressent.

Jeudi 14 juin 2018

Ce matin Matisse n’est pas bien, il a mal à la tête, à la gorge et il est fatigué, mais il ne veut pas rater l’école
de peur qu’on lui fasse des réflexions, car il a été beaucoup absent durant cette année scolaire. Je ressens son
mal-être et j’ai l’impression de ne pas me sentir bien non plus, comme une grosse angoisse. Avant de partir
pour le travail, je le vois pleurer, ça me fait énormément de peine … Sur le trajet je pense à autre chose et
arrivée au bureau je sens un gros cafard monter en moi, j’essaye de me mettre en observateur de cette
émotion et elle passe en quelques minutes. Je ne peux m’empêcher de penser que c’est peut-être Matisse qui
a eu une bouffée de cafard à ce moment-là, comme la dernière fois avec Linda lorsque j’étais dans mon bain.

L’adjoint au chef d’État-major a transmis un document de préparation à l’exercice attentat de la semaine


prochaine à tout le monde sauf à moi. Je trouve ça vraiment très puéril de sa part. En revanche le collègue
qui ne me parle plus me renomme par mon prénom et me souris en me disant bonjour. Ça me fait plaisir. Je
crois que ça me pesait.

Article de Lulumineuse :

La vie.

Souvent j’entends « la vie », « C’est la vie qui veut ça », « La vie nous le dira », « Dans la vie… »

Mais la vie, c’est qui ? La vie c’est quoi ?

La vie engage une notion de temps dans nos esprits. Car la vie est pour nous, tout ce qui se passe entre la naissance et
la mort.

Mais qu’est-ce que ce temps ? Le temps est la distance entre un point A et un point B. Et plus précisément la mesure
des instants qu’il faut pour aller d’un point à un autre. Nous savons tous qu’une année est le temps qu’il faut à la
Terre pour faire le tour du soleil. Et les mois sont à la base calculés selon les variations de la lune.

En réalité, nous avons toujours calculé le temps par rapport au mouvement. Nous l'avons scindé en unités afin de
nous créer des repères. Il n’existe donc aucun temps réel si ce n’est la mesure de quelque chose. La vie alors c’est
quoi si ce n’est pas du temps ?

C’est une succession de mouvements. Les mouvements de la nature, de l’eau, de l'air, du vent, de la terre. Les
battements de ton cœur, les gouttes de pluie qui tombent, les flocons de neige, les voitures qui passent, les maisons qui
se construisent, le corps qui grandit… tout cela est donc à nos yeux « le temps qui passe ».Mais tout cela est bien une
application successive de mouvement. Pourquoi ce mouvement ?

Pour comprendre le mouvement, comprenons d’abord son origine. Par quoi est mué le mouvement ? Beaucoup ne se
posent pas la question de savoir pourquoi et comment les mouvements opèrent. Les mouvements « naturels » sont tous
provoqués par une masse infinie de forces invisibles et profondes muées entre elles par l’interdépendance et l’inter-

144
cohérence des énergies à l’échelle planétaire et universelle.

Mais qu’en est-il de NOS mouvements ? Bien que nous soyons de par notre nature naturellement soumis à ces masses
invisibles, nous y sommes également inclus et acteurs.

Qui est à l’initiative de nos mouvements ? Nous-mêmes. Le mouvement trouve son origine à travers la pensée, qui
devient la parole et qui devient un acte.

On peut prendre cet exemple très simple : la pensée de faire un gâteau me fera dire « Je vais faire un gâteau en
rentrant chez moi » et mon acte suivra ces deux impulsions dans ce même MOUVEMENT.

Car TOUT est mouvement. De l’idée à la pensée, de la pensée à la parole et de la parole à l’acte. Il n’y a rien qui ne
transite pas d’un état à un autre. La mort elle-même, que beaucoup considèrent comme une fin, est un mouvement de
l’âme. L’âme hors. L’âme qui transite. Alors comment la vie pourrait-elle être autrement que votre responsabilité de
créer ?

Pour créer votre vie, vous créez des actions. Vous vous laissez muer par la pensée, par des décisions, par vos mots
puis par vos actes.
Vous êtes les architectes de vos vies. Vous êtes ceux qui en font les plans. Vous êtes les maçons, les charpentiers, les
ouvriers de votre vie, vous êtes ceux qui lui donnez forme. Ainsi par le mouvement votre vie se dessine devant vous
jusqu’à ce qu’elle devienne également des années derrière vous. Des mouvements accumulés. Mais chaque
mouvement en a chassé un autre. Car le mouvement ne revient jamais en arrière. Le mouvement créer de nouveau. Le
mouvement est créateur du nouveau. Le nouveau est créé par le mouvement.

Ainsi pour changer votre vie, rien ne sert de regarder les mouvements du passé. Le mouvement présent est l’unique
créateur. Si vous devez attendre quelque chose de la vie, vous devez le créer vous-même. Vous devez être l’initiateur
du mouvement, le coordinateur et l’exécuteur du mouvement.

Attendre le temps qui passe c’est se placer hors du mouvement de sa propre vie tout en espérant qu’elle vous apporte
ce dont vous désirez, ou en espérant qu’elle soit clémente avec vous. C'est dire à la vie « tu crées, je te suis ». Hors
créer sa vie est dire « Je suis, je te crée ».

Ne vois-tu pas que la vie t’apparaît sous bien des aspects selon comment tu la regardes ?

Elle te semble injuste quand tu n’obtiens pas ce que tu souhaites ou quand tu la souhaites différente de ce qu’elle est.
Alors, qu’attends-tu pour créer le mouvement en cohérence avec tes désirs ? Il y a trop à faire ? Rien ne changera
jamais ? Voilà une pensée qui vous mènera à attendre que le changement se produise au lieu de l’initier maintenant.

Elle te semble difficile et remplie de difficultés dès que tu accueilles les situations comme des problèmes à régler.
Alors qu’attends-tu pour prendre la responsabilité des mouvements qui viennent à toi ? Qu’attends-tu pour en créer
de nouveaux vers la direction souhaitée ? Quand on te suggère de prendre tes responsabilités, l’on ne te demande pas
de prendre une culpabilité en supplément. La responsabilité c’est accueillir le mouvement et le façonner, le créer à
nouveau. Ainsi tu peux créer toujours différemment ce qui ne te convient pas en l’état. Tout comme si tu n’es pas
satisfait de la recette du gâteau et de son résultat, tu peux créer une nouvelle recette et un nouveau résultat.

Comprends-tu pourquoi le présent est si important ? Il est l’espace de création à jamais disponible. Et le créateur,
c’est toi.

Lulumineuse

Les critiques
BYRON Katie

En l’absence de défensive, la gratitude est tout ce qui reste. J’en suis venue à considérer qu’il n’y a pas de critique, il
n’y a que des observations. Et il n’y a pas d’observation qui ne m’éclaire pas si mon esprit y est ouvert. Que pourrait-
on me dire que je n’approuve pas ?

145
Si quelqu’un me dit que je suis une mauvaise personne, je regarde dans mon fort l’intérieur et en deux secondes je
peux trouver où dans ma vie j’ai été une mauvaise personne ; je n’ai pas à chercher bien longtemps. Et si quelqu’un
dit que je suis une personne merveilleuse, je peux facilement le trouver aussi. C’est une question de réalisation de soi,
pas de bien ou de mal. C’est une question de liberté.

Si une critique vous blesse, cela signifie que vous vous en défendez.

Quand quelqu’un me dit que j'ai menti, par exemple, je regarde dans mon fort l’intérieur pour voir s’il a raison. Si je
ne peux pas trouver la situation dont il parle, je peux le trouver facilement dans une autre situation, peut-être des
décennies auparavant. Je ne dis pas ça à voix haute. Mais en moi, c’est une association. Et alors je peux dire : « Je
suis une menteuse. Je vois où tu as raison à propos de moi ». Nous sommes d’accord. Cette personne réalise qui
j’étais, la chose même que j’ai commencée à réaliser il y a vingt ans.

J’adore les gens qui sont en colère contre moi. Ils sont comme des gens qui souffrent sur leurs lits de mort : nous ne
leur donnons pas de coups de pied et ne leur disons pas « Lève-toi ». C’est pareil quand quelqu’un est en colère et
vous attaque. C’est un être humain confus. Et si je suis clair, où est-ce que je ne pourrais pas le rencontrer ? C’est
quand nous sommes les plus heureux, quand nous nous donnons sans condition.

Si une critique vous blesse, cela signifie que vous vous en défendez. Votre corps vous permettra de savoir très
clairement quand vous vous sentez blessé ou sur la défensive. Si vous ne faites pas attention, le sentiment monte et
devient colère et attaque, sous forme de défense ou de justification. Ce n’est pas juste ou faux, ce n’est tout
simplement pas intelligent. La guerre n’est pas intelligente. Cela ne fonctionne pas.

Si vous êtes vraiment intéressé par votre propre tranquillité d’esprit, vous deviendrez de plus en plus conscient de ce
sentiment de vouloir vous défendre face à une critique. Et finalement, vous serez fasciné de trouver les morceaux
manquants de votre personnage que votre critique pointe utilement, et vous lui demanderez de vous en dire plus, afin
que vous puissiez être encore plus éclairé.

La critique est un cadeau immense pour ceux qui s’intéressent à la réalisation de soi

La critique est un cadeau immense pour ceux qui s’intéressent à la réalisation de soi. Pour ceux qui ne s'y intéressent
pas, bienvenue en enfer, bienvenue à la guerre avec votre partenaire, vos voisins, vos enfants, votre patron. Quand
vous ouvrez les bras à la critique, vous êtes votre propre chemin direct vers la liberté, parce que vous ne pouvez pas
nous changer ou ce que nous pensons de vous.

Vous êtes votre seul moyen de rester avec un ami en tant qu’ami, même quand il vous perçoit comme un ennemi. Et
jusqu’à ce que vous puissiez être intime avec nous, aussi mal que nous puissions penser de vous, votre Travail n’est
pas fait.

Après avoir enquêté pendant un moment, vous pouvez écouter toute critique sans défense ou justification,
ouvertement, avec plaisir. C’est la fin d’essayer de contrôler ce qui ne peut jamais être contrôlé : la perception des
autres. L’esprit se repose, et la vie devient plus douce, et alors tout à fait aimable, même au milieu de la tourmente
apparente. Lorsque vous êtes conscient d’être un étudiant, tout le monde dans le monde devient votre enseignant. En
l’absence de défensive, la gratitude est tout ce qui reste.

LES CHAKRAS DES MAINS

Les chakras des mains dits chakras mineurs, ont un rôle important lié au chakra du cœur.

146
Les chakras de la main sont situés dans la paume de chaque main, ils sont de plus petite taille que les chakras
principaux et peuvent s’ouvrir et se fermer à volonté selon que le corps a besoin de donner ou recevoir de l’énergie.
Ces chakras sont considérés comme des centres d’énergie mineurs contribuant à alimenter les sept chakras
principaux. Les chakras des mains vibrent à une fréquence plus élevée que les autres chakras, leur couleur habituelle
est rouge mais ils peuvent être bleu, blanc ou jaune.

Ces chakras sont directement associés au chakra du cœur, ils permettent la transmission de l’énergie d’amour par les
mains. Leur état général indique notre aptitude à donner, recevoir et créer.
Le chakra situé dans la paume droite tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et celui situé dans la
paume gauche tourne dans le sens horaire.
Les chakras des mains sont probablement les plus utilisés et les plus contaminés, en effet, ils sont davantage en
contact avec les produits nocifs, les mauvaises énergies, etc. que n’importe quel autre chakra du corps humain.
Lorsque nous rencontrons une personne inconnue et que nous lui serrons la main, de l’énergie passe d’une personne
à l’autre ; si cette énergie est négative on peut ressentir un dégoût profond et soudain donnant envie de s’essuyer la
main ou de la mettre dans sa poche au plus vite pour éviter tout autre contact avec cette personne.

L’inverse, c’est-à-dire lorsque les mains transmettent de bonnes énergies, peut créer l’envie de se rapprocher de la
personne, d’avoir davantage de contacts, éventuellement de la connaître davantage. Ces réactions se produisent
instinctivement sans même que nous nous en rendions compte.

Les chakras des mains stimulent le chakra de la gorge pour ce qui concerne la communication et le chakra du cœur
pour ce qui est de la sensualité, des contacts physiques.

Chakras de nos mains en bonne santé :


Le chakra du cœur conditionne notre capacité à canaliser l’amour et les émotions dans le corps et dans l’esprit, il
transmet ces informations aux chakras des mains, c’est donc en premier lieu le chakra du cœur qui doit être
harmonieux pour pouvoir communiquer sainement avec les autres chakras.
Lorsque ces chakras sont correctement connectés au chakra du cœur l’énergie transmise par ce dernier peut être
contrôlée par les mains. Les personnes dont les chakras des mains sont en bonne santé sont naturellement capables
de donner et recevoir. Elles peuvent transmettre leur amour, leur aide sans rien demander en échange, recevoir des
compliments, des cadeaux sans considérer cela comme un dû et ont généralement de grandes capacités manuelles,
artistiques et créatives.

Lorsque les chakras des mains sont bloqués, la personne a du mal à utiliser ses mains par exemple pour démontrer
ses sentiments par le biais du contact (caresses) ou exprimer tout type de créativité manuelle. Pour ouvrir les chakras
de nos mains il faut donc agir en priorité sur le chakra du cœur.

Cyrille et Matisse sont partis jouer au tennis et dans l’absolu je devrais être contente mais à chaque fois cela
me plonge dans une tristesse inexpliquée… Est-ce que je ressens encore cette blessure de rejet, d’abandon…
Ce n’est pas possible, je sais qu’ils ne me rejettent pas quand ils partent comme ça… Je ne comprends pas :

Ce soir je lis le livre de Marcelle Corriveau « Le manuel de l’écriture automatique ». J’aime beaucoup ce
message reçu en canalisation, car il correspond bien à mon état d’esprit ce soir par rapport à la semaine que
j’ai vécue au niveau professionnel.

« Tu veux un message d’évolution, eh bien en voici un dont tu te souviendras longtemps.


Tu espères toujours être mise un peu à l’écart, tout en espérant que l’on s’occupe de toi, parce que tu crois
encore ce que tu as entendu dire de toi par des êtres inconscients et cruels qui ne savaient même pas le tort
qu’ils te causaient. Ta plus grande faute, ou ta plus grande erreur, a été de les croire, de faire de ces
affirmations ta vie, ta foi, ta croyance. Mais tu n’es pas ce que l’on dit de toi, tu n’es même pas ce que tu
penses de toi. Tu es une divinité, oui écris-le sans t’arrêter, une divinité qui s’incarne pour vivre dans un
corps, pour connaître les douceurs et les douleurs de l’humanité. Tu viens cette fois activer ou réactiver ton
potentiel d’artiste et tu ne dois en aucun cas passer à côté de cette vie-ci, qui te permet d’être et de vivre ton

147
plein potentiel. Ta vie est une ligne droite et c’est seulement toi qui la fais dévier. Tu n’es pas à blâmer, juste
à pardonner. Comprends-tu où tu bloques depuis toujours ? Tu ne te pardonnes pas encore ton inertie, et tu
as peur de ton potentiel parce que cela t’a déjà conduit à la mort. Mais c’est le passé, c’est hier et tu n’as
plus à fixer tes pensées sur hier. Fais tout en ton pouvoir pour activer au plus vite quelques façons d’écrire,
car ton fluide est en train de se perdre à force de ne servir qu’à te taper sur la tête, à te culpabiliser, à te
morfondre, à te plaindre.
Tu n’es pas. Tu n’es pas , ni tout, ni rien, tu es toi et il te faut reprendre tes moyens rapidement pour enfin
décrocher de ton immobilisme, pour enfin faire ce que tu es venue faire.
Tu vaux plus que tu ne le crois, et tu devras y croire à ton tour d’ici peu, sinon tu seras submergée par ta
peur.
Oublie hier, oublie ton passé, oublie tout ce que les autres t’ont fait, dit, ou ont pensé et libère ton âme à ta
voie divine. Laisse s’exprimer ton cœur, ta vie, ton âme à travers l’écriture et accepte que le moyen pour y
arriver te dépasse. Tu te bats trop encore avec ton mental de bonne société, nous devons donc t’aider à
avancer, car tu as plein de créations à rendre pour aider les tiens de la terre. Permets-toi la découverte de
ton pouvoir créateur, unique et pur. Les autres ont besoin de tes outils de guérison .»

Extrait sur le taux vibratoire (écriture automatique) :

« Ce soir il sera question de notre perception de vos sentiments. Quand vos pensées sont en colère ou en
désolation, nous subissons vos états de façon très marquée et ça limite le lien entre nos âmes. Souvent il faut
une demande pour que l’on revienne, car jamais nous nous imposons ou ne venons sans être invités, et
comme les états de ce genre sont anti-lumière, nous nous éloignons en attendant une meilleure synergie de
part et d’autre. Alors n’hésitez pas trop souvent, ça n’avance personne et nous avons à marcher ensemble
pour avancer plus vite à Dieu »

Extrait sur la montée des vibrations :

La montée des vibrations

Il s’agit de prendre trois fois trois grandes respirations par le nez, ceci aidant à attirer l’énergie. Les yeux restent
ouverts, le corps est idéalement en position debout, normalement placé, les bras le long du corps.
A la première respiration, j’inspire rapidement et fortement l’énergie de la terre (il est important d’entendre le bruit
de l’air dans les narines), je la sens entrer en moi et je l’amène jusque dans mon cœur. L’expiration se fait aussi par le
nez, normale et douce.
Pour la deuxième, c’est l’énergie du ciel que j’inspire fortement, que je sens entrer et s’installer aussi dans mon cœur.
Expiration par le nez.
Lors de la troisième inspiration, j’imagine ces deux énergies maintenant dans mon cœur qui se mêlent, se multiplient
et prennent de l’expansion dans tout mon corps et au-delà de celui-ci, jusqu’à rayonner tout autour.

Si je ressens de légers étourdissements dus aux inspirations profondes, j’attends quelques secondes avant de reprendre
deux autres fois la suite de trois respirations.

Après 9 respirations, mes vibrations sont au maximum (si l’exercice a été bien fait évidemment). L’effet peut durer de
cinq minutes à cinq heures, selon les événements et les émotions vécues par la suite. L’exercice peut être repris autant
de fois que nécessaire.

Avec de la pratique, beaucoup de pratique il va sans dire, une seule série de trois respirations pourra me garder
complètement « forte » une journée complète. »

Extrait sur l’accessibilité des guides (écriture automatique) :

« Les blessures qui nous viennent de notre désir de connaître la vie sans Dieu sont très difficiles à extraire
de nos cellules, dont la connexion d’âme à âme se fait très difficilement. Lorsque les vies se réparent, les
âmes s’illuminent et se rejoignent selon leurs luminosités ou vibrations. Donc chaque âme entretient des

148
relations avec certains groupes d’âmes, en fonction des acquis. Il est facile de comprendre pourquoi les
guides changent en cours de route en fonction de notre évolution. Il est possible d’accéder à toute présence,
en étant dans l’état correspondant. Il suffit de s’arrêter à trouver la façon de s’unir à cet état vibratoire en
toute conscience et avec un amour inconditionnel. Pour y parvenir il suffit de demander, de formuler la
demande d’un cœur grand ouvert et aimant, et de goûter les résultats ensuite. Aussi simple que cela. Cela
fonctionne vraiment. Pas besoin d’en nommer le nom, simplement demander de t’élever à une vibration
d’amour supérieure afin de contacter les âmes les plus lumineuses pouvant t’aider à cheminer dans l’amour
divin. »

149

Vous aimerez peut-être aussi