Vous êtes sur la page 1sur 15

Chapitre III- Dynamique des fluides incompressibles parfaits

Chapitre III
Dynamique des fluides incompressibles parfaits
Dans ce chapitre nous allons traiter le principe de conservation de la masse et discuter
 
l’utilisation de la seconde loi de Newton F  m appliquée à une particule fluide.
Certaines suppositions simplificatrices sont tenues en compte:
-le fluide est idéal c'est-à-dire que le fluide est non visqueux (μ=0). Dans ce cas
l’écoulement est dit parfait.
-Une autre simplification est de supposer que l’écoulement ne change pas avec le temps,
l’écoulement est dit stationnaire ou permanent.
Nous obtenons alors la fameuse équation de Bernoulli et l’appliquons pour différents
écoulements.
III-1- Principe de conservation de masse :
-En l’absence d’une réaction nucléaire, la masse ne peut être produite ou détruite.
Si l’écoulement est stationnaire alors:
Le taux de masse de fluide entrant dans une région = le taux de masse sortant de cette région.
Le principe de conservation de masse est exprimé mathématiquement par l’équation de
continuité.
III-2- Equation de continuité - Forme intégrale
L’équation de continuité est obtenue selon deux formulations mathématiques, l’une
différentielle et l’autre intégrale.
Avant d'entamer la forme intégrale de l’équation de continuité on présente quelques
définitions.
-Une ligne de courant est une ligne de champs du vecteur vitesse. C’est une courbe tangente en

tout point M(x, y, z) au vecteur vitesse U (x,y,z,t0) à l’instant t0. L’ensemble des lignes de
courant peut évoluer au cours du temps.
-Un tube de courant est un ensemble de lignes de courant s’appuyant sur une courbe fermée. Le
fluide ne traverse pas la paroi du tube de courant
-Un filet de courant est un tube de courant dont la section est infiniment petite.

U (x2,y2,z2,t0)
Ligne de courant


U (x1,y1,z1,t0)

Fig. III-1 Tube de courant [White]

 Appliquons dans ce qui suit le principe de conservation de masse dans le cas d’un écoulement
stationnaire pour lequel il n’y a pas d’accumulation de masse dans le volume fluide considéré.
 Soit un filet de courant de section infiniment petite A pour
pouvoir supposer que la vitesse ne varie pas le long de cette section s
(figure III-2). A
 Choisissons deux plans B et C distants d’une longueur  s si petite 𝑢
que la variation de section de B à C est négligeable. C
B
Fig. III-2
Filet de courant
Chapitre III- Dynamique des fluides incompressibles parfaits

La masse du volume fluide limitée par les plans B et C est dm=  dA  s


dm  dA  s
Le débit massique dm qui traverse C pendant un laps de temps  t est dm   ; or
t t
s
est la vitesse linéaire u perpendiculaire à d.A Ainsi le débit massique dm   u dA .
t
Pour un écoulement stationnaire dans le filet de courant, le même débit traversant C traverse
toute section du même filet de courant, ainsi
  1u1 dA1   2 u 2 dA2   3 u 3 dA3    cons tan te
dm (III-1)
III-3- Débit massique et débit volumique
Pour calculer le débit massique traversant un tube de courant de section A, l’équation (III-
1) doit être intégrée sur toute la surface A, elle donne:
    u dA  C te
m (III-2)
A
L’équation (III-2) représente la forme intégrale de l’équation de continuité où u est la vitesse
linéaire perpendiculaire à la section choisie.
 Si  et u ne varient pas le long d’une section A1 du tube de courant le débit massique
traversant cette section est m  1 u 1 A1 .
 Si le fluide est incompressible donc  ne varie pas le long du tube de courant, le produit de
la section et de la vitesse représentant le débit volumique Q (m3/s) reste constant le long du tube
de courant
Q   udA  C te (III-3)
A
En général l'écoulement est caractérisé par sa vitesse moyenne U et le débit volumique s'exprime
alors:
Q = UA=Cte (III-4)
De cette formule on déduit que la vitesse moyenne d'écoulement U et la section de passage du
fluide A varient à l'inverse.
Exemple III-1
De l’eau s’écoule dans une conduite de diamètre 50 mm à A2 300mm
une vitesse moyenne de U1=10 m/s puis traverse radialement
l’espace entre deux disques comme montré sur la figure ci
contre. Les disques sont parallèles et la distance entre eux est
h=10mm. h=10mm
-Calculer la vitesse moyenne U2 de l’eau au rayon de 300mm U2
à la sortie de l’espace entre les deux disques. D=50mm
A1
U1=10m/s
Fig. Exp. III-1

Solution
- Calculer la vitesse moyenne entre les deux disques

Dans cet exemple on considère que le fluide est incompressible et les vitesses d'écoulement
à travers les sections A1 et A2 sont des vitesses moyennes donc constantes le long des sections.
En appliquant l'équation de continuité on a
Chapitre III- Dynamique des fluides incompressibles parfaits

𝑄1 = 𝑄2 donc 𝑈1 𝐴1 = 𝑈2 𝐴2
𝜋𝐷2
𝐴 𝐷2 0.05𝑚 2 𝑚
Ainsi 𝑈2 = 𝐴1 𝑈1 = 2𝜋𝑅𝑕
4
𝑈1 = 8𝑅𝑕 𝑈1 = 8 10 = 1.042 𝑚/𝑠
2 0.3𝑚 0.01𝑚 𝑠

III-4-Equation de Bernoulli sans échange de travail


Pour établir l'équation de Bernoulli nous allons faire quelques considérations:
 considérer une ligne de courant quelconque
 considérer que l'écoulement est permanent et que le fluide est parfait et incompressible,

 considérer une particule fluide ayant une vitesse U le long de cette ligne de courant.
La fameuse équation de Bernoulli est donnée par la relation (III-5) (Daniel Bernoulli
(1700-1782)). Elle traduit la conservation de l’énergie totale par unité de masse pour un fluide
parfait incompressible en écoulement permanent dans le champ de pesanteur. La charge totale
le long d'une ligne de courant pour un fluide parfait reste constante.
U2 p
  gz  C te (III-5)
2 
L'unité des termes de l'équation (III-5) est joule/kg.
U2
 Le terme représente l’énergie cinétique par unité de masse
2
p
 Le terme représente le travail des forces de pression par unité de masse du fluide.

 Le terme gz représente l’énergie potentielle par unité de masse.
Divisons l’équation (III-5) par 'g' on obtient
U2 p
  z  C te (III-6)
2 g g
Tous les termes de l’équation de Bernoulli écrite sous la seconde forme (III-6) sont homogènes à
une hauteur, leur unité est le mètre.
U2
 représente la hauteur dynamique
2g
p
  z représente la hauteur piézométrique.
g
 z représente la côte ou la hauteur de position.
En multipliant l'équation (III-6) par ρg on obtient une équation où tous les termes sont
U 2
équivalents à une pression tel que  p   g z  C te
2
Si on considère deux points 1 et 2 de la même ligne de courant l’équation de Bernoulli (III-6)
s’écrit alors
U12 p1 U 2 2 p2
  z1    z 2  C te (III-7)
2 g g 2 g g

III-5 Equation de Bernoulli avec échange de travail


En présence de machines entre deux points 1 et 2, le fluide fourni un travail wT (j/kg) à
une machine telle qu'une turbine et reçoit un travail wP (J/kg) d'une machine telle qu'une
pompe, l'équation de Bernoulli généralisée entre les deux points 1 et 2 s'écrit alors
Chapitre III- Dynamique des fluides incompressibles parfaits

p1 U 12 p U2
  gz1  wp  2  2  gz2  wT (III-8)
ρ 2 ρ 2
En termes de hauteur (en mètre), en divisant l'équation III-8 par g on obtient
p1 U 12 p U2
  z1  hp  2  2  z2  hT (III-9)
g 2 g g 2 g
La puissance d'une machine (M) installée dans le circuit du fluide entre les points 1 et 2 est
donnée par l'expression suivante:
PM=𝑚 𝑤𝑀 =𝑚 𝑔𝑕𝑀 = 𝜌 𝑄 𝑔 𝑕𝑀 (III-10)
Exemple III-2
On pompe de l’huile de densité d=0.861 jusqu’au réservoir C par une conduite de 40 cm
de diamètre (figure Exp. III-2). La pression effective en A est 1400 Pa quand le débit est de
197litres/s.
a- Quelle est la puissance fournie par la pompe?
b- Quelle doit être la pression effective en B?

Solution

a-Calculer la puissance fournie par la pompe

Pour trouver la puissance de la pompe on utilise l'équation de Bernoulli entre A et C en


présence d'une pompe (éq.III-9).
p A U A2 p U2 54m C
  z A  h p  C  c  zc
g 2 g g 2 g
On a choisi le point C car on a Uc=0, pc=patm et
zc=54m
pAeff = 1400 Pa, zA=30m B
𝜋𝐷2 30m
A
De l'équation de continuité on a Q=UA A=UA 4
4𝑄 4.197.10 −3 (𝑚3/𝑠) Pompe
Donc UA=𝜋𝐷2 = =1.57m/s
𝜋.(0.4𝑚 )2
 p  pC  U A2  p Aeff U A2 Fig. Exp.III-2
hp   A    zc  z A    zc  z A
 g  2g g 2g


 1400( Pa )

1.57( m s )  54  30( m )
2

861( kg m 3 ) 9.81( N kg ) 2  9.81N kg 

hp=23.75(m)
La puissance de la pompe est donnée par la formule
Pp=𝜌 𝑄 𝑔 𝑕𝑃 =861 ( kg m3 ) 197×10-3(m3/s) 9.81 N kg  23.75(m) = 39525.68Watt
b- La pression effective en B
On applique l'équation de Bernoulli entre A et B
𝑝𝐴𝑒𝑓𝑓 𝑈𝐴2 𝑝𝐵𝑒𝑓𝑓 𝑈𝐵2
+ + 𝑧𝐴 + 𝑕𝑝 = + + 𝑧𝐵
𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔
𝑈𝐴 = 𝑈𝐵 (On a la même conduite)
𝑧𝐴 = 𝑧𝐵
En remplaçant ces données dans l'équation de Bernoulli on trouve:
𝑝𝐵𝑒𝑓𝑓 = 𝑝𝐴𝑒𝑓𝑓 + 𝜌𝑔𝑕𝑝
Chapitre III- Dynamique des fluides incompressibles parfaits

On remarque que le rôle de la pompe est d'augmenter la pression du fluide par 𝜌𝑔𝑕𝑝
𝑝𝐵𝑒𝑓𝑓 =1400(Pa)+861(kg/m3) 9.81(N/kg) 23.75(m)=202002.24(Pa)=2.02bar

III-6- Applications de l’équation de Bernoulli


Cette équation constitue l’un des résultats le plus fondamental en M.D.F. En effet son
application a permis de résoudre de nombreux problèmes. Nous allons présenter quelques un.

III-6-1-Ecoulement libre à travers un petit orifice


Considérons la figure ci-dessous qui représente un réservoir ayant une section A1, rempli d’un
fluide qui s’écoule par un petit orifice de section A2.

A1 1 A1

U1

h h Ligne de
courant
A2

A2 2 U2

Fig. III-3 Réservoir à petit orifice


Appliquons l’équation de Bernoulli le long de la ligne de courant passant par les points 1 et 2.
U 12 p1 U 22 p 2
  z1    z2
2 g g 2 g g
p1  p2  patm (les particules 1 et 2 sont en contact avec l'atmosphère)
𝑧1 − 𝑧2 = 𝑕
en les remplaçant dans l’équation précédente on trouve
U 22 U 12
z1  z 2   h (III-11)
2g 2g
En supposant que les vitesses sont uniformes le long des sections du réservoir et de l'orifice, le
A2
principe de continuité nous permet d’écrire Q  U 1 A1  U 2 A2 donc U1  U 2 . En
A1
2 gh
remplaçant la valeur de U1 dans (III-11) on obtient : U 2  2
A 
1   2 
 A1 
Si la section de l'orifice est négligeable devant celle du réservoir alors
-la vitesse d'écoulement du fluide à travers la surface du réservoir est 𝑈1 ≈ 0
-la vitesse d'écoulement du fluide à travers l'orifice est donnée par la formule de Torricelli (III-
12).
U 2  2 gh (III-12)
-Le débit volumique est donc 𝑄 = 𝐴2 2𝑔𝑕

III-6-2-Mesure des vitesses-Tube de Pitot


Chapitre III- Dynamique des fluides incompressibles parfaits

Ils existent plusieurs appareils pour mesurer la vitesse dans des écoulements des fluides.
Nous allons présenter les plus simples d’utilisation.
III-6-2-1-Tube de Pitot :
Ce simple tube est utilisé pour mesurer la vitesse dans
des écoulements à surface libre (les canaux, les ∆h
rivières…).
Considérons une particule fluide M de vitesse UM. Le
tube de Pitot est placé dans le fluide au même niveau h
'h' que le point M. Il est envahi par le fluide jusqu'à UM
une hauteur ∆h de la surface libre du fluide. Le point M● 0

'0' est un point d'arrêt.
Appliquons la relation de Bernoulli entre le point M et
le point 0 qui appartiennent à la même ligne de Fig. III-4 Tube de Pitot
courant, on trouve:
p M U M2 p U2
  z M  0  0  z0
g 2 g g 2 g
Or z M  z 0 et U 0  0 (point d’arrêt) donc :
pM U M2 p
  0
g 2 g g
U M2
Alors p0  p M   (III-13)
2
p0 est la pression totale
pM est la pression statique
U2
 M est la pression dynamique
2
-En appliquant l'équation de l'hydrostatique entre M et un point de la surface libre on trouve
pM  patm  gh
-En appliquant l'équation de l'hydrostatique entre '0' et un point de la surface libre dans le tube de
Pitot on trouve p0  patm  g h  h .
-En remplaçant les expressions de pM et p0 dans la formule (III-13) on trouve la vitesse
d'écoulement du fluide au point M comme suit U M  2 g h
Ainsi en connaissant la valeur ∆h par lecture directe sur le tube de Pitot, on peut déterminer la
valeur de la vitesse de l’écoulement de n’importe quel point de l’écoulement.
III-6-2-2-Tube de Pitot statique
Le tube de Pitot a été amélioré (voir figure ci-dessous) pour mesurer la vitesse des
écoulements internes c'est-à-dire des écoulements dans des conduites.
Chapitre III- Dynamique des fluides incompressibles parfaits

p0 : Pression totale Connexion à un


p: Pression statique manomètre différentiel

3D 8D à 10D

D p
M● 0.3D 0●
p0
Fig. III-5 Tube de Pitot statique
Deux pressions, la pression statique p et la pression totale p 0 sont transmises à un manomètre
différentiel qui indique la différence de pression p  p0  p .
La pression p0 représente la pression au point d'arrêt, et p la pression au niveau des trous
qui se trouvent sur le périmètre du tube de Pitot.
Si on considère que la vitesse au droit de la fente est égale à UM et la pression est pM, l’équation
de Bernoulli entre M et le point d’arrêt 0 s'écrit:
p M U M2 p U2
  z M  0  0  z0
g 2 g g 2 g
p U M2 p 0
Or z M  z 0 , U 0  0 (point d’arrêt) et pM=p donc :  
g 2 g g
U M2
En termes de pression, l'équation précédente peut s'écrire: p0  p  
2
La valeur de la vitesse d'écoulement de n’importe quel point dans la conduite est déterminée en
connaissant la différence de pression ( p0  p) par la relation suivante:
2( p0  p)
UM 

( p0  p) est calculée à partir d'un tube manométrique.
Connaissant la valeur de la vitesse, dans une station de la conduite, le débit volumique peut
être déduit.

III-6-3-Tube de Venturi
C’est l’effet le plus courant et le plus
spectaculaire associé à l’équation de Bernoulli. ∆h
Il est utilisé pour déterminer la vitesse
moyenne d'un écoulement donc le débit de
l'écoulement dans une conduite (voir figure h
III-11). D U1 d U2
L’application de l’équation de Bernoulli entre 1 2
les points 1 et 2 donne:
p1 U 12 p 2 U 22
  z1    z2 Fig. III-6 Tube de Venturi
g 2 g g 2 g
Chapitre III- Dynamique des fluides incompressibles parfaits

Dans le cas d'un venturi horizontal, z1=z2


En considérant le principe de continuité et en l'appliquant entre les deux surfaces 1 et 2 on
obtient 𝑈1 𝐴1 = 𝑈2 𝐴2
𝜋𝐷 2 𝜋𝑑 2 𝐷2
Où 𝐴1 = , et 𝐴2 = , donc 𝑈2 = 𝑈1 𝑑 2 . En remplaçant cette expression dans l'équation de
4 4
2 p 2  p1 
Bernoulli on trouve l'expression de la vitesse par la relation: U 1 

 1  D d 4 
L'application de l'équation de l'hydrostatique permet d'obtenir p2-p1 où
𝑝1 = patm  g h  h
𝑝2 = 𝑝𝑎𝑡𝑚 + 𝜌𝑔𝑕
En remplaçant ces expressions dans la relation de U1 on peut déterminer la valeur de la vitesse
moyenne de l’écoulement en connaissant la déviation obtenue dans les tubes manométriques du
𝜋𝐷 2
Venturi et ainsi que le débit de l'écoulement par les relations:𝑈1 = 2𝑔∆𝑕 et Q=U1 4
Hydraulique et Pneumatique EM/MI Université Mentouri Constantine1

Chapitre 3 : Dynamique des fluides incompressibles parfaits

T.D. N°3
4
Exercice 1 : De l’eau entre dans un réservoir cylindrique à travers la
conduite 1 à la vitesse de 7.62 m/s et sort à travers les deux conduites 2 Air
et 3 aux vitesses 3.05 m/s et 3.66 m/s, respectivement, (voir figure). 1
L’air, supposé incompressible, est libre de s’écouler à travers la
D
conduite 4, ouverte à l’atmosphère. 3
Les diamètres intérieurs des conduites sont : D1=76.2 mm, D2=50.8mm,
D3= 63.5mm, D4 = 50.8mm. Eau
a- Déterminer le sens de l’écoulement et la vitesse de la surface libre de
l’eau dans le réservoir de diamètre D=0.61m. 2
b- Déduire la vitesse de l’air à travers la conduite 4
Q=11 l/s

Exercice 2: Un écoulement d'eau de 11l/s est déchargé dans un réservoir tel que
montré sur la figure. Le fond de ce réservoir contient 20 orifices qui laissent
s'écouler l'eau vers le bas. Le diamètre de chaque orifice est 10mm. h
- Déterminer la hauteur h de l'eau accumulée dans le réservoir à laquelle l'équilibre
est atteint (régime stationnaire).
Eau

Exercice 3 : Calculer le débit volumique d’un jet d’eau s’élevant verticalement à la


hauteur H=8m et sortant d’un convergent dont les diamètres d’entrée et de sortie
sont D=50mm et d=10mm respectivement.
- Déterminer la pression effective à l’entrée du convergent si h=0.5 m, voir figure
ci-contre.

Exercice 4: Un tube de Pitot est placé dans une conduite de


diamètre D=8cm. Il est relié à un tube manométrique (voir
figure). la densité du fluide manométrique est dm=0.9 . Le fluide
en écoulement est de l'eau.
- Calculer le débit volumique de l'écoulement.

Exercice 5 : Le débit de l’eau qui s’écoule dans un canal est parfois


déterminé en utilisant le « canal de Venturi ». Ce dispositif, illustré sur la
figure, consiste simplement en une bosse au fond du canal de 0.2m. Si le
niveau de la surface libre diminue d’une distance h=0.07m, calculer le débit
volumique, par unité de largeur du canal, pour les conditions données. Le
frottement est supposé négligeable.
1/2
Hydraulique et Pneumatique EM/MI Université Mentouri Constantine1

Chapitre 3 : Dynamique des fluides incompressibles parfaits

Exercice 6:Une fois le siphon, de la figure, amorcé, l’huile de densité


d=0.82 s’écoulera de façon continue tant qu’il y a du fluide dans le
réservoir. En utilisant l’équation de Bernoulli simplifiée (frottement
négligeable), ,
a- Montrer que la vitesse V2, à la sortie, dépend seulement de
l’accélération due à la gravité et de la distance H.
Si H=5m, L= 2m et le diamètre du siphon est 50mm
b- Calculer le débit d'huile du siphon.
c-Montrer que la pression minimale (dépression) se trouve au point 3
et dépend de la distance L+H. Calculer la.

120kPa
400kPa

Exercice 7 Une pompe horizontal décharge de l'eau avec un débit de


57 m3/h. Quelle est la puissance en kW délivrée à l'eau par la pompe.
Pompe D1=9cm
D2=3cm

Exercice 8:De l’eau s’écoule d’un grand réservoir avec un


z=160m
débit de 0.2m3/s. La conduite a un diamètre de 120mm.
-.Préciser si la machine est une pompe ou une turbine.
- Calculer la puissance de la machine. Pompe ou
turbine ?
- Refaire l’exercice en considérant un débit de 0.12m3/s. M z=150m

2/2
Exercice 1

Exercice 2
Q = 0.00098m 3 /s  0.98 l/s

2-Déterminer la pression effective à l’entrée du


convergent :
En appliquant l’équation de Bernoulli entre 2 et 3
on obtient :

p 2 V22 p3 V32
  z2    z3
g 2 g g 2 g
p 2  p atm

En appliquant l’équation de continuité entre 2 et 3


on trouve :

d2  D2 d2
V2  V3  V3  V2
4 4 D2

p3  patm V22  d4 
 1  4   z 2  z3
g 2g  D 
V2  d4 
p3effective   2 1  4    gh
2  D 

On a trouvé que :

V2  2 gH
donc
 d4    d4  
Exercice 3 p3effective   gH 1  4    gh   g  H 1  4   h 
 D    D  
1-Le débit volumique du jet d’eau Q :
  0.014  
 1000  9.81 81    0.5 

d 2
  0.054
4
 
Q  V2  A2  V2
4 p3effective  83292.70Pa  0.83 bar
-Calcul de la vitesse
moyenne V2 : Exercice 4

- Calculer le débit volumique de l'écoulement:


-En appliquant
l’équation de Bernoulli
Pour calculer le débit on doit calculer la vitesse
entre 1 et 2 on obtient :
d'écoulement dans la station A. pour ceci on a
p1 V12 p V2 utilisé le tube de Pitot.
  z1  2  2  z 2
g 2 g g 2 g
O applique l'équation de Bernoulli entre A et B
p1  p 2  p atm
V1  0 UA p
2
U p
2

 A  z A  B  B  zB
2g g 2g g
Donc
𝑈𝐵 = 0 (point d'arrêt dans le tube de Pitot)
V2  2 g( z1  z 2 )  2 gH  2  9.81 8  12.53m / s
𝑧𝐴 = 𝑧𝐵
Et Q = 12.53    (10 -2 ) 2 /4
𝑝 𝐵 −𝑝 𝐴 Pour calculer V1 et V2 on applique l'éq. de
donc 𝑈𝐴 = 2 𝜌𝐸 Bernoulli le long de la surface libre du canal entre
deux points 1 et 2
Pour calculer la différence de pression on utilise
l'équation de l'hydrostatique entre A, 1, 2 et B 𝑉12 𝑝1 𝑉22 𝑝2
+ + 𝑧1 = + + 𝑧2
2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔
𝑝𝐴 − 𝑝1 = 𝜌𝐸 𝑔(𝑧1 − 𝑧𝐴 )
on a p1=p2=patm
𝑝1 − 𝑝2 = 𝜌𝑚 𝑔(𝑧2 − 𝑧1 )
𝑉22 −𝑉12
donc = 𝑧1 − 𝑧2 ………(1)
𝑝2 − 𝑝𝐵 = 𝜌𝐸 𝑔(𝑧𝐵 − 𝑧2 ) 2𝑔

on aussi de l'éq. du débit


Par sommation on trouve
𝑉1 𝐴1 = 𝑉2 𝐴2 ………….(2)
𝑝𝐴 − 𝑝𝐵 = 𝜌𝐸 𝑔 𝑧1 − 𝑧𝐴 + 𝑧𝐵 − 𝑧2
des éqs. 1 et 2 on trouve
+ 𝜌𝑚 𝑔 𝑧2 − 𝑧1
2𝑔(𝑧1 − 𝑧2 )
= 𝑔𝑕 𝜌𝑚 − 𝜌𝐸 = 𝑔𝑕𝜌𝐸 (𝑑𝑚 − 1) 𝑉1 =
𝐴12
−1
𝐴22
on remplace dans la formule de UA on trouve
On a 𝑧1 − 𝑧2 = 0.07𝑚
𝑈𝐴 = 2𝑔𝑕(1 − 𝑑𝑚 )
𝐴1 = 1.2𝑚 × 1𝑚 = 1.2𝑚2
𝑈𝐴 = 2 × 9.81 × 2.5 × 1 − 0.9
𝐴2 = 1.2 − 0.2 − 0.07 𝑚 × 1𝑚=0.93m2
𝑈𝐴 = 2.215𝑚/𝑠
donc
𝜋𝐷 2 𝜋×0.08 2 2 × 9.81 𝑚
× 0.07(𝑚)
Le débit est 𝑄 = 𝑈𝐴 = 2.215 = 𝑠2
4 4 𝑉1 =
3
0.0111𝑚𝑠 = 11.1 𝑙/𝑠 (1.2𝑚)2
−1
(0.93𝑚)2

𝑉1 = 2,06𝑚/𝑠
Exercice 5
2,06𝑚 𝑚3
𝑄 = 𝑉1 𝐴1 = × 1.2𝑚2 = 2,472 𝑠
𝑠
Exercice 6

Calculer le débit volumique par unité de largeur


du canal:

Pour calculer le débit on doit calculer les vitesses


V1 ouV2 a- Montrer que la vitesse 𝑉2 ne dépend que de g et
H
𝑄 = 𝑉1 𝐴1 = 𝑉2 𝐴2
on applique l'éq. de Bernoulli entre les deux points
1 et 2
𝑉12 𝑝1 𝑉22 𝑝2 Calculer la hauteur fournir par la pompe hp
+ + 𝑧1 = + + 𝑧2
2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔
D'après l'équation de Bernoulli appliquée entre 1
on a 𝑉1 = 0 (surface d'un réservoir) et 2 on trouve

p1=p2=patm U 12 p1 U 22 p 2
  z1  h p    z2
2 g g 2 g g
donc 𝑉2 = 2𝑔(𝑧1 − 𝑧2 ) = 2𝑔𝐻

b-Calculer le débit d'huile du siphon donc

𝜋𝐷2 𝑈22 − 𝑈12 𝑝2 − 𝑝1


𝑄 = 𝑉2 𝐴2 = 𝑉2 𝑕𝑝 = + + 𝑧2 − 𝑧1
4 2𝑔 𝜌𝑔

57 𝑚 3
𝑉2 = 2𝑔𝐻 = 2 × 9.81
𝑚
×5 𝑚 4𝑄 4×( )
𝑠2 𝑈1 = = 3600 𝑠 = 2.49𝑚/𝑠
𝜋𝐷12 𝜋(0.09)2
𝑉2 =9.90m/s
57 3
4𝑄 4 × (3600 𝑚𝑠 )
2
𝜋 0.05𝑚 𝑚3 𝑈2 = = = 22.4𝑚/𝑠
𝑄 = 9.90𝑚/𝑠 = 0.0194 𝜋𝐷22 𝜋(0.03)2
4 𝑠

c- Montrer que la pression minimale se trouve au 𝑝1 = 120 × 103 𝑃𝑎


point 3 𝑝2 = 400 × 103 𝑃𝑎
on applique l'éq. de Bernoulli entre le point 2 et le 𝑧1 = 𝑧2
point 3 dans la conduite
(𝑝𝑜𝑚𝑝𝑒 𝑕𝑜𝑟𝑖𝑧𝑜𝑛𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑙𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡𝑒𝑠
𝑉22 𝑝2 𝑉32 𝑝3
+ + 𝑧2 = + + 𝑧3
2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑒 𝑚ê𝑚𝑒 𝑝𝑙𝑎𝑛 𝑕𝑜𝑟𝑖𝑧𝑜𝑛𝑡𝑎𝑙)

on a 22.42 − 2.492 (400 − 120) × 103


𝑕𝑝 = +
2 × 9.81 1000 × 9.81
𝑉2 = 𝑉3 (même conduite donc même section) = 424.10 𝑚
p2=patm 57
𝑃 = 1000 × 9.81 × × 424.10 = 65.87𝑘𝑊𝑎𝑡𝑡
3600
donc 𝑝3 = 𝑝𝑎𝑡𝑚 − 𝜌𝑔(𝑧3 − 𝑧2 )
Exercice 8
p3 est minimale si 𝑧3 − 𝑧2 est maximale

donc 𝑧3 − 𝑧2 = 𝐿 + 𝐻 donc la pression minimale


est au point 3. C'est une dépression

𝑝3 = 𝑝𝑎𝑡𝑚 − 𝜌𝑔(𝐿 + 𝐻)

𝑘𝑔 𝑁
𝑝3𝑒𝑓𝑓 = −0.82 × 1000 3
× 9.81𝑘𝑔 (5𝑚 + 2𝑚)
𝑚
𝑁
𝑝3𝑒𝑓𝑓 = −56309,4
𝑚3
Exercice 7

La puissance de la pompe 𝑃 = 𝑚𝑔𝑕𝑝 𝑕=𝑕 𝜌𝑄𝑔𝑕


𝑕 𝑕 𝑕𝑝 𝑕 𝑕

Vous aimerez peut-être aussi