Vous êtes sur la page 1sur 3

Chapitre n°4 Homothétie et théorème de Thalès

1- Homothétie
Activité d’introduction : Manuel transmath 3ème, activité 1p157
Définition : Soient un point O et un nombre relatif non nul k. Transformer une figure
par une homothétie de centre O et de rapport k, c’est l’agrandir ou la réduire en
faisant glisser ses points le long de droites passant par O.

Illustration :

●Les figures F1, F2, F3 et F4 sont les images de la figure F par les homothéties de centre O et
de rapports respectifs K1 (K1 = 0,8) ; k2 (k2 =1,25) ; k3 (k3 =-0,8) et k4 (k4 =-1).
●A1 est l’image de A par l’homothétie de centre O et de rapport k1= = 0,8.
●Les points O, A1 et A sont alignés. OA1=0,8xOA.
Exemple : Construis le point M’, image du point M par une homothétie de centre O et de
rapport k.

1
Étapes de construction :
- On trace la droite (OM).
- Si k>0, on place M’ sur [OM) tel que OM’ = k x OM.
- Si k <0, on place M’ sur [MO) tel que OM’ = -k x OM.

Remarque 1: Une homothétie de rapport 1 n’effectue aucune transformation.


Remarque 2 : Une homothétie de rapport -1 est une symétrie centrale.

Propriété (admise) : Une homothétie conserve les alignements et les mesures d’angles.
Une figure et son image par homothétie ont donc la même forme.

Exercices : Cahier Sésamath 3p118 et 2p117,

2- Le théorème de Thalès
Activité d’introduction : Manuel transmath 3ème, activité 2 p157
Théorème de Thalès : Si deux droites (BM) et (CN) sécantes en A sont coupées par
deux droites parallèles (BC) et (MN), alors :

= =

Remarque : Le triangle AMN est l’image du triangle ABC par une homothétie de centre
A.
Exemple : Calcul de longueurs
On considère la figure ci-contre. Calculer MN.
Les droites (ME) et (ND) sont sécantes en I
et coupées par les droites parallèles (MN) et (DE).
D’après le théorème de Thalès on a :

= =

2
×
Soit = donc = donc MN = =3,6 cm
Exercice cahier Sésamath 6p107

3- Réciproque du théorème de Thalès et contraposée:


a. Réciproque du théorème de Thalès

Réciproque du théorème de Thalès : Si les points A, B, M d’une part et A, C, N d’autre


part sont alignés dans le même ordre, et si = = , alors les droites (BC) et
(MN) sont parallèles.

Exemple : On considère la figure ci-contre.


Les droites (BA) et (DE) sont-elles parallèles ?

→ On calcule les rapports


et .
On a
= 2 = 0,4 et = = 0,4 d’où

= .
5 ,
Les points A, C, D d’une part et B, C, E d’autre part sont alignés

dans le même ordre et = .
D’après la réciproque du théorème de Thalès (BA) // (DE).
Exercices cahier Sésamath 3p110 et 9p112

b. Contraposée du théorème de Thalès :

Une conséquence du théorème de Thalès (contraposée): Si les points A, B, M d’une part


et A, C, N d’autre part sont alignés dans cet ordre et si ≠ , alors les droites
(BC) et (MN) ne sont pas parallèles.

Exemple : Les points E, B, A d’une part et D, C, A d’autre part sont alignés dans cet ordre. De
plus, AC = 6,7 cm, AD = 10,5 cm, AB = 8,4 cm et AE = 12,5 cm.
Les droites (BC) et (DE) sont-elles parallèles ?

→ On calcule les rapports !" .
, %,&
On a = et =
#$, #',
Vu l’égalité des produits en croix, on a :
6,7 x 12,5 = 83,75 et 10,5 x 8,4 = 88,2.

D’où ≠ , d’après la contraposée du théorème de Thalès les droites (BC) et (DE) ne
sont pas parallèles.

Remarque : Pour prouver que des rapports sont égaux ou non, on utilise les valeurs exactes ou
l’égalité des produits en croix mais pas des valeurs approchées.

Vous aimerez peut-être aussi