Vous êtes sur la page 1sur 105

DDRDM

DIRECTION DES PROJETS

APPEL D'OFFRES DD RDM N°037/2021


Centrale Electrique Solaire de 12 MWc à Zouerate
PIECE N° 3

SPECIFICATIONS TECHNIQUES
Cahier des Charges Techniques Particulières (CCTP)

Septembre 2021

1
SOMMAIRE
INTRODUCTION.................................................................................................................................... 4
1.1. Définitions..................................................................................................................................... 4
1.2. Présentation du Projet.................................................................................................................. 4
1.3. Solution particulière ..................................................................................................................... 6
1.4. Conditions climatiques ................................................................................................................. 8
1.5. Aspects géotechnique et Hydraulique........................................................................................ 10
1.6. Moyens de transport .................................................................................................................. 11
1.7. Sécurité ....................................................................................................................................... 11
1.8. Flexibilité..................................................................................................................................... 12
2. DISPOSITIONS GENERALES .................................................................................................. 14
2.1. Champ d’application ................................................................................................................... 14
2.2. Visite sur site............................................................................................................................... 14
2.3. Organisation du projet................................................................................................................ 14
2.4. Rapport et documentation en phase projet ............................................................................... 15
2.5. Contrôles - Essais ........................................................................................................................ 19
2.6. Réceptions .................................................................................................................................. 20
2.7. Sécurité ....................................................................................................................................... 24
2.8. Approvisionnement – Logistique - Recyclage ............................................................................. 25
2.9. Moyens généraux et phénomènes naturels ............................................................................... 27
3. SPECIFICATIONS GENERALES ............................................................................................. 29
3.1. Critères généraux ....................................................................................................................... 29
3.2. Exigences électriques.................................................................................................................. 30
3.3. Garanties :................................................................................................................................... 35
Les soumissionnaires s’engageront sur la bonne marche du matériel en fournissant les garanties ci-après :
................................................................................................................................................................ 35
3.3.1 - Garantie de performance ............................................................................................................ 35
3.3.2-Garantie de disponibilité ............................................................................................................... 36
3.3.3-Garanties électromécaniques ....................................................................................................... 37
4. SPECIFICATIONS PARTICULIERES ..................................................................................... 37
4.1. Travaux préliminaires ................................................................................................................. 38
4.2. Ancrage et structure support ..................................................................................................... 48

2
4.3. Modules photovoltaïques........................................................................................................... 51
4.4. Réseau CC ................................................................................................................................... 52
4.5. Boîte de connexion DC ............................................................................................................... 57
4.6. Onduleur ..................................................................................................................................... 58
4.7. Réseau AC BT .............................................................................................................................. 60
4.8. Transformateurs ......................................................................................................................... 63
4.9. Poste de transformation (PTR) – Local technique (LT) ............................................................... 64
4.10. Auxiliaire ................................................................................................................................. 66
4.11. Réseau HT ............................................................................................................................... 67
4.12. Cellules HT .............................................................................................................................. 70
4.13. Mise à la terre ......................................................................................................................... 75
4.14. Protection foudre ................................................................................................................... 77
4.15. Télégestion ............................................................................................................................. 78
4.16. Téléconduite ........................................................................................................................... 80
4.17. Eclairage extérieur .................................................................................................................. 81
4.18. Surveillance............................................................................................................................. 82
4.19. Station météorologique .......................................................................................................... 84
4.20. Infrastructure .......................................................................................................................... 84
5. PRESCRIPTION POUR L’EXPLOITATION............................................................................ 86
5.1. Formation ................................................................................................................................... 86
5.2. Assistance technique .................................................................................................................. 91
5.3. Plan d’exploitation ...................................................................................................................... 91
6. NORMES ET REGLEMENTATION .......................................................................................... 95
6.1. Normes générales ....................................................................................................................... 95
6.2. Normes photovoltaïques ............................................................................................................ 96
6.3. Normes électriques..................................................................................................................... 96
6.4. Normes mécaniques et génie civil .............................................................................................. 97
6.5. Autres normes .......................................................................................................................... 101

3
INTRODUCTION

1.1. Définitions

Les termes suivants dans le présent document et dans les autres documents relatifs à ce DAO auront la
signification suivante :
- « Soumissionnaire » : la personne morale candidate pour répondre à l’appel d’offres
- « Maitre d’ouvrage » : le propriétaire de la Centrale à construire, à savoir la SNIM. Il sélectionne
un candidat et attribue le marché.
- « Entreprise » : L’Entreprise, titulaire du marché, ayant la responsabilité et la mission de la
conception et de la construction de la Centrale.
- « PV » : Photovoltaïque
- « PTR » : Poste de transformation : dans le cas d’une solution centralisé, il s’agit des unités de
transformation comprenant le ou les onduleurs et le transformateur HTA.
- « PDL » : Poste de Livraison : Poste contenant les cellules HTA et le départ vers le poste de
répartition de Zouerate.
- « CCTP » (Cahier des Charges Techniques Particulières) : corresponds aux spécifications
techniques.
- « Centrale » (ou « Centrale Solaire ») : l’ensemble des composants constituant la centrale de
production d’électrique à partir d’énergie solaire.

1.2. Présentation du Projet

Le projet vise la construction d’une Centrale solaire photovoltaïque couplée au réseau (sans stockage).
Les panneaux photovoltaïques seront de technologie silicium mono ou Poly cristallin. Ils seront
cadrés et montés sur des structures fixes bipodes.
La conversion DC/AC se fera, de préférence, avec des onduleurs « centraux » installés des locaux
techniques climatisés. Les onduleurs strings sont acceptés s’ils sont adaptés à une installation extérieure
dans les conditions du site.

Le site proposé par la SNIM se situe à environ 1.5km du poste de distribution, tout proche de la ville de
Zouerate.

4
Le site proposé par la SNIM sera accolé à la première Centrale de 3MWc mais le soumissionnaire a la
possibilité de choisir un autre site. Le site proposé par la SNIM est visible sur la vue aérienne ci-dessous
et illustrée par les photographies suivantes :

Le sol est constitué de sable, avec une végétation éparse.


Une digue a été réalisée au SUD de la Centrale 3MWc existante. Cette digue, qui protège la Centrale des
eaux de pluie provenant du montage, devra certainement être déplacée en partie. Ces travaux seront
faits et pris en charge par la SNIM.

NOTA : Les coordonnées GPS et un plan du site choisi par la SNIM se


trouve à la dernière page du présent CCTP.

5
La puissance crête totale de la Nouvelle Centrale à installer sera de au minimum de 12 MWc.

1.3. Solution particulière

La Centrale décrite par la suite, en tant que solution particulière, est composée de 10 unités (sous-
champs) de chacun 1 214 kWc. Chaque unité forme un îlot rectangulaire entouré de voirie constitué de
3 520 modules photovoltaïques. Electriquement, les unités sont regroupées par deux. Un local technique
abrite les deux onduleurs (un pour chaque unité) et le transformateur double enroulement ainsi que les
cellules de protections HTA.

Deux types de voiries sont proposés :


- Des pistes « lourdes » (en orange foncé) : ces pistes desservent les 5 postes de
transformation (PTR). Elles sont stabilisées pour permettre la circulation de camion de fort
tonnage (semi-remorque). Ces pistes feront au minimum 5m de large. Deux aires de
retournement d’un diamètre de braquage de minimum 21m sont prévues.
- Des pistes légères (en orange clair) : ces pistes sont essentiellement situées en périphérie du
site. Elles permettent d’accéder à tous les ilots et seront utilisées pour les rondes des
équipes de sécurité. Ces pistes seront prévues pour des véhicules légers et feront au
minimum 4m de large.

6
L’installation photovoltaïque sera constituée, essentiellement, des postes suivants :
- Travaux préliminaires VRD : les travaux de traitement du terrain et de réalisation des accès,
de la clôture périphérique et des voiries.
- Structure de support des panneaux photovoltaïques : constituées de pieux battus ou de vis
enterrées, permettant d’assurer la fixation au sol, et des structures (jambages, entretoises,
poutrelles et éléments de fixation) permettant d’assurer le positionnement correct des
modules photovoltaïques.
- Modules Photovoltaïques.
- Réseau Courant Continu (CC) : réseau électrique constitué par les équipements compris
entre les modules photovoltaïques et les onduleurs.
- Onduleurs : équipements qui assurent la conversion de l’énergie électrique du réseau CC
provenant des modules photovoltaïques en énergie électrique en courant alternatif Basse
Tension.
- Réseau Courant Alternatif en Basse Tension (CA BT) : réseau électrique constitué par les
équipements compris entre la sortie de l’onduleur et l’enroulement primaire du transformateur
de puissance situé dans le Poste de Transformation.
- Poste de Transformation (PTR) : unité où se trouvent rapprochés les arrivées DC, l’onduleur,
le transformateur de puissance, le câblage HT et les dispositifs de commutation et de
protection correspondants situés dans les cellules HT préfabriquées.
- Réseau Courant Alternatif Haute Tension intérieur (CA HT) : il est constitué par les lignes
reliant les cellules HT des PTR et les cellules HT dans le Poste de Livraison.
- Poste de Livraison : il s’agit de l’ensemble de Cellules HT préfabriquées nécessaires pour le
branchement de l’installation photovoltaïque au réseau électrique HT.
- Ligne Courant Alternatif Haute Tension (Ligne HT) : il s’agit de la ligne HTA 33kV entre la
Centrale et le poste de distribution. Inclus également la cellule HTA du poste de distribution.
- Construction et services auxiliaires : ce sont d’une part les bâtiments à construire (bâtiment
d’exploitation, réservoir d’eau, etc.) nécessaires pour la maintenance de la Centrale, et
d’autre part tous les équipements, outils, véhicules et services auxiliaires nécessaires pour
garantir le bon fonctionnement et la surveillance adéquate de la Centrale ( système de
surveillance anti-intrus, etc.)

Le tableau suivant résume les données relatives à l’installation décrite en tant que« solution particulière
», présenté à titre illustratif. Seules les données relatives au réseau sont figées.

DONNEES GENERALES
Tension nominale de branchement au réseau 33 KV AC
Estimation de l’énergie annuelle produite 21 788 MWh / an
Style d’installation photovoltaïque Centrale solaire au sol en structure fixe
GENERATEUR PHOTOVOLTAÏQUE
Puissance PV totale installée 12 144 000 Wc
Puissance nominale unitaire minimale par module 345 Wc
Inclinaison sur l’horizontale 20°
Orientation (Azimut) 0° Sud
Nombre total de modules PV 35 200
Surface totale des modules PV 70 400 m²
ONDULEURS
Puissance totale d’onduleurs installée 11 640 kW
Puissance nominale unitaire 1 164 kW

7
Tension nominale CA BT 410 V
Nombre d’onduleurs 10

1.4. Conditions climatiques

La région de Zouerate est caractérisée par une géographie plate sans orographie importante. Les seuls
monticules qui rompent avec la monotonie du paysage sont ceux constitués par les Guelbs qui sont des
gisements de minerai de fer. Lesquels gisements constituent l’unique source d’activité de la région et un
grand pôle industriel de la Mauritanie.

Les rivières – plutôt les oueds - sont à écoulement fugitifs le temps que dure la précipitation.
Le développement de la région est freiné par le manque d’eau et surtout l’eau douce qui est rare et
insuffisante. L’alimentation des populations de Zouerate s’effectue en majorité par des « importations »
d’eau douce du coté de Nouadhibou.

De ce fait, la région est quasi désertique et l’activité agricole est quasiment inexistante. Cependant les
populations locales s’adonnent à l’élevage qui représente une ressource non négligeable.

Le site se situe dans une région sahélienne caractérisée par :


- Des températures moyennes et maximales très importantes.
- Des vents de sable réguliers très agressifs pour les pièces mécaniques. Poussé par le
vent, le sable pénètre partout où des ouvertures même infimes sont présentes. Les
tempêtes de sable sont fréquentes dans cette région désertique.
- Des vents jusqu’à 170km/h.
- Empoussièrement : La proximité des usines de traitement de minerai de Fer entraîne une
atmosphère poussiéreuse constituée de poussières abrasives.
L’altitude du site est d’environ 325 m environ au-dessus du niveau de la mer.

Ces conditions extrêmes doivent être prises en compte au niveau :


- De la tenue mécanique des matériels qui doit supporter principalement les contraintes
dues au vent et à l’agressivité du sable (abrasion),
- De la ventilation et du refroidissement des appareils électriques,
- Du degré d’étanchéité (Indice IP) des coffrets et enveloppe par rapport à la pénétration
du sable.

Pour l’étude de productible et toute les études et notes de calcul qui sont demandées, le Soumissionnaire
devra utiliser les valeurs suivantes :

Températures :

Les données mensuelles de température moyenne à prendre en compte sont les suivantes :

Janvier Fevrier Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
19,5 21,8 24,1 26,5 27,6 29,9 33,4 34,4 31,8 28,3 25,0 21,1

La valeur annuelle moyenne annuelle de température est de 26.9°C.

Les températures sur site sont caractérisées par de fortes variations annuelles et journalières :
• Pointe de température (juillet/septembre) 47°C

8
• Minima de température (décembre/février) 6°C
• Variation mensuelle maxi de température 30°C
• Variation mensuelle mini de température 7°C
• Variation moyenne diurne de température 13°C

Les études devront prendre en compte une température ambiante maximale de 50°C.
Les études devront prendre en compte une température ambiante minimale de 5°C.

Ensoleillement :
Nous reproduisons ci-dessous les données d’ensoleillements calculées par PVGIS-CMSAF(2016) :

Irradiation
Irradiation
globale à
globale
Mois l’angle choisi Températures
horizontale
(20°)
KWh/m2
KWh/m2
Janvier 145,1 184,22 21,1
Février 161,86 191,26 20
Mars 209,61 228,91 21,5
Avril 204,12 205,35 26,1
Mai 214,88 203,13 27,3
Juin 223,87 205,37 31,4
Juillet 220,52 205,6 35,1
Août 205,15 200,96 35,8
Septembre 177,65 186,39 33,2
Octobre 161,87 184,39 28,5
Novembre 118,47 142,59 22,8
Décembre 121,11 154,05 18,5
Année 2164,21 2292,22 26,775

La valeur annuelle d’ensoleillement retenue est de 2 203 kWh/m²/an.

Vent :

La vitesse moyenne mensuelle du vent se situe entre 10 et 20 km/h.

Les données moyennes mensuelles du vent (en km/h) à prendre en compte sont les suivantes :

Janvier Fevrier Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
km/h 16,0 16,0 14,0 15,0 15,0 15,0 18,0 18,0 13,0 13,0 13,0 16,0
m/s 4,4 4,4 3,9 4,2 4,2 4,2 5,0 5,0 3,6 3,6 3,6 4,4

Il sera considéré pour les calculs un vent moyen de 15km/h (4.2m/s).

Des vents forts à violents sont parfois constatés sur le site. Les vitesses de vents forts sont généralement
de 130km/h, mais la vitesse de vent extrême est de 180km/h.

La vitesse de vent maximale à prendre en compte pour les études mécaniques sera de 180km/h.
9
Les vents dominants (avec des faibles vitesses) sont en direction du Nord-Est. Cependant, les vents les
plus forts sont essentiellement dirigés vers le Sud-Est.

Humidité relative :

L’humidité relative moyenne est assez basse et se situe globalement entre 20% et 30% tout au long de
l’année, avec les valeurs les plus faibles en été.
Les maximums constatés sont généralement entre 60% et 90% mais ils peuvent atteindre ponctuellement
les 100%. Les minimums constatés sont généralement entre 4% et 12%.
Etant donné le taux moyen d’humidité dans l’air très faible, la corrosion est pratiquement inexistante à
ZOUERATE.

Risque sismique :

La région de Zouerate est classée en zone « 0 » c’est à dire ne présentant pas de risque sismique
notable.

Pluviométrie :

La Moyenne annuelle est de 94 mm environ avec un nombre moyen de jours de pluie de 7,5 jours.

Synthèse des données climatiques à prendre en compte :


• Température moyenne : 27°C
• Température maximale : 50°C
• Température minimale : 5°C
• Ensoleillement moyen annuel : 2203kWh/m²/an
• Vitesse moyenne du vent : 15km/h
• Vitesse maximale du vent : 180km/h
• Humidité relative moyenne : 25%
• Humidité relative maximale : 100%

1.5. Aspects géotechnique et Hydraulique

Sur le site d’implantation de la Centrale (retenu dans la solution particulière), le sol est constitué de sable
éolien.

Dans le cadre du projet de construction de la Centrale solaire de 3MWc, deux études ont été réalisées en
Novembre 2012 :
• Une étude géotechnique
• Une étude hydraulique préliminaire.

L’objectif de ces deux études était notamment de comparer d’un point de vue géologique et hydraulique
les deux sites potentiels pour l’implantation de la Centrale (au sud, à côté du poste de distribution et au
nord, sur le site de la Centrale existante).

Les rapports de ces deux études sont joints en annexes de ce document.

De plus, il est à noter que l’entreprise ELECNOR, en charge de la construction, n’a rencontré aucun
problème de battage des pieux lors de la réalisation de la Centrale de 3MWc.
10
Il est à signaler la présence de quelques fossés creusés par l’eau de ruissèlement. Peu nombreux, ces
fossés seront à localiser et caractériser lors d’un repérage topographique du site, à la charge de
l’Entreprise.

1.6. Moyens de transport

Située au Nord-Est de la Mauritanie à plus de 800 km de la capitale Nouakchott et 700 km de la ville


portuaire de Nouadhibou, la région de Zouerate est desservie en premier par l’unique ligne de chemin de
fer du pays. Cette ligne a été développée essentiellement pour l’évacuation du minerai de fer extrait dans
la région vers le port de Nouadhibou.

L’aéroport de Zouerate, de classe internationale, assure une desserte régulière vers Nouadhibou et
Nouakchott.

Le système routier permet une desserte nationale de cette région (route bitumée entre Zouerate et
Nouakchott via la ville d’Atar).

1.7. Sécurité

Malgré le fait que la Mauritanie est une zone de passage Nord- Sud entre l’Afrique du Nord et l’Afrique
sub-saharienne, la sécurité est partout correctement assurée sur toute l’étendue du territoire mauritanien.
Néanmoins les consignes de vigilance et de prudence doivent impérativement être respectées.
11
Il est toutefois de la seule et entière responsabilité de l’Entreprise de s’assurer que les conditions de
sécurité sont suffisamment sures pour pouvoir intervenir et de prendre toutes les dispositions nécessaires
pour garantir la sécurité du personnel et des biens.

1.8. Flexibilité

Une configuration technique pour chaque composante de l’installation photovoltaïque sera décrite dans
ce présent document, illustrée par une solution qualifiée de « solution particulière », communiquée pour
faciliter la compréhension du projet.

Cependant, le Soumissionnaire a toute latitude pour :


- soit adopter la solution illustrée,
- soit améliorer cette solution,
- soit proposer et justifier une solution différente.

En tout état de cause le choix technique final restera de la seule responsabilité du Soumissionnaire et en
en aucun cas il ne pourra opposer les choix de la solution particulière pour justifier la non tenue des
performances.

Les degrés de flexibilité varient suivant les composantes techniques. Le tableau ci-dessous définit les
degrés de flexibilité. Ce tableau est un élément essentiel qui sera utilisé pour vérifier et valider la
conformité technique des propositions.
Poste Préconisation Degrés de flexibilité
Type de Centrale Centrale PV sans stockage. Non modifiable
Raccordé au réseau SNIM Nota : Un stockage d’énergie peut
être proposé en option
Raccordement Raccordement par une ligne Ligne aérienne ou enterrée entre le site
33kV triphasée sur le poste de et le poste.
distribution au niveau du jeu Point de raccordement imposé (demi-
de barre avec rajout d’une jeu de barre 33kV « industriel »).
cellule HTA. Différentes options de raccordement à
chiffrer par le Soumissionnaire.
Puissance PV Minimum 12 MWc Minimum et maximum imposés.
Maximum 12.5 MWc
Terrain Le terrain proposé est celui au Liberté du choix d’implantation sur un
Sud de la Centrale de 3MWc. terrain appartenant à la SNIM avec
La solution particulière accord de la SNIM avec des exigences
présente une implantation. d’effectuer de nouvelles études
Un plan avec les coordonnées géotechnique et hydrogéologique.
GPS se trouve dans le CCPT. Distance de la clôture avec la route de
minimum 400m.
Technologie Silicium cristallin / Polycristalin Modules conventionnels à cellules,
ou mono démi cellules, PERC
Onduleur Onduleurs centraux de Onduleurs centraux de préférence(les
préférence dans des locaux autres choix éventuels sont à justifier).
techniques isolés et climatisés Obligation de fournir une garantie
fabricant de 10 ans minimum
spécifiant le site et ses les conditions
d’installations (à l’abri des modules
pour les onduleurs strings, locaux pour
les centraux)
Architecture électrique Centrale divisée en 2 tranches Impératif de pouvoir couper une partie
ou plus de la Centrale et laisser l’autre partie
en fonctionnement.
Au minimum 2 tranches indépendantes
12
imposées.
Protection HTA Disjoncteur motorisé dans les Pour les cellules des PTR et les
PTR. cellules départ du PDL, le
Départs PTR dans le PDL a Soumissionnaire devra chiffrer les
base de disjoncteur motorisé. deux options (inter-sectionneur et
disjoncteur motorisé).
Structures de modules Solution particulière : structure Structure fixe impératif (pas de
bipode (deux pieux) de 80 tracker).
modules avec 4 rangées de Pas de contraintes sur la configuration
modules en portrait. de la structure (table avec module en
Résistance à des vents de 180 portrait ou paysage – nombre de
km/h. module libre).
Prise en compte des Inclinaison de 20° impératif.
phénomènes de dilation. Hauteur minimale au sol du point bas
Matériaux acier galvanisé ou de 0,8m.
aluminium. Pieux ou vis imposés de préférence
(les autres choix éventuels sont à
justifier).
Il est recommandé d’avoir 2 pieux/vis
de préférence (avant et arrière) pour
garantir la stabilité(les autres choix
éventuels sont à justifier).
Auxiliaires Solution particulière : petit Possibilité de faire une alimentation
transformateur au niveau de distribuée BT à partir d’un départ du
chaque PTR + petit onduleur PDL.
back-up on-line. Onduleur back-up + groupe
électrogène avec démarrage
automatique et inverseur de source
dans local d’exploitation impératif.
Voirie Pistes principales (accès aux Impératif.
PTR) de minimum 5m. Nota : Un bitumage des voiries peut
Pistes secondaires (ronde) de être proposé en option.
minimum 4m.
Les pistes doivent être
compacté et stabilités.
Clôture Panneau rigide de minimum Pas de flexibilité.
2m avec fil barbelé hélicoïdal Barbelés impératifs.
en partie haute (diamètre
minimum 45cm) et 2 fils
barbelés tendus à l’extérieur à
20 et 80cm.
Poteau rigide avec semelle
béton.
Surveillance Caméras HD sur toute la Peu de flexibilité
périphérie du site

13
2. DISPOSITIONS GENERALES Champ d’application

La construction de la Centrale sera confiée à une seule entreprise (ou un groupement d’entreprises) dans
le cadre d’un contrat unique « clé en main » de type E.P.C. (Engineering–Procurement-Construction).

L’appel d’offres comportera un seul lot intégrant la conception, la fourniture et l’installation de la Centrale,
l’exploitation et la maintenance pendant Un(1) an, période durant laquelle l’Entreprise sera en charge de
la formation des personnels de la SNIM pour la supervision, l’exploitation et la maintenance de la
Centrale.

L’Entreprise aura l’obligation de fournir tous les matériaux (y compris les pièces de rechange) et toute la
main d’œuvre nécessaires pour la réalisation de la Centrale. Il aura également des obligations
particulières d’assistance technique pendant la phase de rodage de l’exploitation ainsi que des
obligations en matière de garantie et de maintenance.

2.2. Visite sur site

La visite du site est optionnelle .Le soumissionnaire peut effectuer une visite du lieu d’emplacement
proposé par la SNIM pour la Centrale avant de présenter son offre d’une part, et d’autre part il pourra
proposer un autre emplacement. Il peut également visiter le poste de distribution électrique de Zouerate.
En tout état de cause, le soumissionnaire doit convenablement se renseigner par rapport aux accès,
services pour le transport de personnes et matériaux et toute autre contingence qui puisse affecter son
offre.

Les informations pratiques sur la réalisation de cette visite groupée, commune à toutes les entreprises,
sont dans la pièce N°1 de ce présent DAO (chapitre 2).

2.3. Organisation du projet

Etude à la charge du Soumissionnaire :

Les études d’exécution (élaboration de plans, schémas, notes de calcul, etc., ...) des différentes
fournitures sont entièrement à la charge du Soumissionnaire.

Il sera demandé à minima les études/notes suivantes :

• Note 1 : Ingénierie de la Centrale (présentation générale)

• Note 2 : Modules photovoltaïques et leurs garanties

• Note 3 : Structures supports et leur dimensionnement (résistance aux vents)

• Note 4 : Conformité aux exigences électriques (cf. Chapitre 3.2)

• Note 5 : Onduleurs et leur dimensionnement

• Note 6 : Transformateurs et leur dimensionnement

• Note 7 : Câbles DC et AC et leur dimensionnement

• Note 8 : Postes de transformation (PTR) et leur climatisation

• Note 9 : Bâtiment d’exploitation et les infrastructures

14
• Note 10 : Sécurisation de la Centrale (clôture, détection intrusion, antivol, caméra de
surveillance)

• Note 11 : Station météorologique

• Note 12 : Pièces de rechange

• Note 13 : Planning de réalisation

• Note 14 : Etude de productible

• Note 15 : Plan de formation

• Note 16 : Appui technique pendant la première année

• Note 17 : Plan d’exploitation et de maintenance (inclus entretien du terrain et nettoyage


des modules)

• Note 18 : Etude de raccordement au poste de répartition et plan de protections si


possible à la remise des offres sinon impérativement avant la construction de la Centrale.

• Note 19 : Etude de la ligne d’évacuation et cellules MT de raccordement au poste de


répartitions.

La non remise d’une de ces notes (en dehors éventuellement de la note 18) dans l’offre du
Soumissionnaire est une cause de rejet de l’offre.
Les notes devront impérativement respecter la numérotation ci-dessus.

Interlocuteur :

La SNIM désignera un Chef de Projet interne qui sera l’interlocuteur principal de l’Entreprise. Ce Chef de
Projet suivra en permanence la réalisation du projet et sera le point de contact principal de la SNIM :
- Monsieur Yacoub SALEM VALL
- Email : y.s.vall@snim.com
- Tel. : ( 00 222) 44 90 31 07 / (00 222) 45 74 16 45

Réunions de chantier :

Pendant la durée des travaux, la SNIM ou son Représentant organisera des réunions périodiques
(probablement hebdomadaire) ou exceptionnelles sur le chantier ou en tout autre lieu approprié.
L’Entreprise, ou son représentant qualifié et dûment délégué, devra assister à toutes ces réunions.

2.4. Rapport et documentation en phase projet

Procédures :

Sous réserve d'autres stipulations du marché ou d'instructions différentes du Maitre d’ouvrage ou son
représentant, les procédures sont celles définies dans les alinéas qui suivent.
Les pièces à soumettre seront délivrées au Maitre d’ouvrage ou son représentant aux adresses qui
seront définies en début de projet. Elles seront soumises sous la forme approuvée par le Maitre
d’ouvrage ou son représentant.
L'ensemble des documents sera répertorié suivant une numérotation spécifique à l'affaire, définie selon :
• le numéro de poste du bordereau des prix,
• le numéro de sous-ensemble partiel du poste,
• le numéro d'ordre du plan.

15
Le cartouche et la présentation à adopter pour l'ensemble des documents seront définis par le Maitre
d’ouvrage ou son représentant dès la notification du marché. Tous les documents seront au format
international (base 210 x 297 mm) ou plus grand. Les pièces à remettre par l’Entreprise seront remises
également sous forme de fichiers informatiques sources (DWG, …). Dans les pièces soumises à
l'approbation du Maitre d’ouvrage ou son représentant, l’Entreprise devra mettre en évidence tout écart
par rapport au marché. Les documents soumis à l'approbation du Maitre d’ouvrage ou son représentant
sont ceux dont l'exécution des opérations concernées est conditionnée par cette approbation. Toutes
modifications approuvées par le Maitre d’ouvrage ou son représentant pendant la fabrication, le montage
ou les essais devront être étendues à tous les équipements de même type. Des documents pour lesquels
le Maitre d’ouvrage ou son représentant demanderait des corrections importantes ne devront pas être
considérés comme approuvés. Ces documents seront systématiquement présentés à nouveau, après
correction, à l'approbation du Maitre d’ouvrage ou son représentant.
Chaque rapport sera révisé par l’Entreprise, suite aux remarques du Maitre d’ouvrage ou son
représentant. Il lui sera soumis à nouveau après révision pour approbation éventuelle.
Lorsque la soumission de certaines pièces est liée à l'avancement des travaux, cette soumission devra
tenir compte du programme et soumettre de façon coordonnée les pièces ayant trait à des articles
connexes.
Outre les rapports remis par l’Entreprise décrits ci-après, des rapports mensuels et périodiques seront
établis en présence de toutes les parties. Ceux-ci seront signés par toutes les parties présentes.

Les documentations, instructions techniques, manuels et rapports seront rédigés en Français.

Rapports mensuels :

L’Entreprise devra remettre des rapports mensuels. Ces rapports devront au moins indiquer :

• L’état d’avancement des Travaux par rapport au Programme des Travaux approuvé par
le Maitre d’ouvrage ou son représentant.

• La liste des matériels et engins utilisés et disponibles sur le Chantier.

• La liste de tout le personnel employé sur le site par l’Entreprise.

• Un résumé des Travaux effectués pour le mois en question.

• Un descriptif des conditions climatiques rencontrées.

• Les photographies renseignées.

• Les problèmes rencontrés ainsi que les pistes de solutions.

Rapport d’approvisionnement :

L’Entreprise remettra des rapports trimestriels d'avancement des fabrications en usine et de prévision
d’expédition. Ces rapports devront indiquer pour chaque fourniture :

• L'état d'avancement des études d'exécution.

• L'état d'avancement des fabrications en usine.

• Les dates des essais en usine déjà effectués au cours du trimestre ou prévus dans le
trimestre suivant.

• Les expéditions prévues, en cours ou déjà effectuées au cours du trimestre.

• Les photographies prises en usine.

16
Photographies :

A intervalles réguliers, l’Entreprise prendra des photographies montrant l’avancement des Travaux, ainsi
que des détails ou des phases particulières de ceux-ci. Ces photographies seront jointes aux rapports
mensuels.

Les photographies d’ouvrages montrant l’avancement des Travaux seront toujours prises d’un même
endroit et suivant le même angle. Les points des prises de vue seront définis en début de projet.

Le nombre total de photographies sera approximativement de 50 par mois.

Contrôles et essais :

En début de projet, l’Entreprise proposera un programme des contrôles et essais prévus en atelier et sur
le site pour chaque type de fourniture.

Le Maitre d’ouvrage ou son représentant indiquera les essais/contrôles auxquels il souhaitera assister.

Le programme fera la distinction entre :

• Les contrôles et essais de matières premières.

• Les contrôles et essais en atelier (pièces ou équipements, sous-ensembles assemblés et


ensembles montés).

• Les contrôles et essais sur le site (contrôles en cours de montage, essais de mise en
service, essais de réception, ...).

• Visite(s) de centrale(s) solaire(s) similaires réalisées par le soumissionnaire ou


partenaires …

L’Entreprise proposera et soumettra à l’approbation du Maitre d’ouvrage ou son représentant les


procédures détaillées de contrôles et d’essais. Ces documents comporteront notamment :

• La description des méthodes de contrôle.

• Les fiches d’essais ou de contrôle.

• La description des bancs d’essais et des plates-formes d’essais.

Pour les contrôles en usine de certaines fournitures, qui ne justifient pas la présence du Maitre d’ouvrage
ou son représentant, le rapport de contrôles et d’essais réalisés par l’Entreprise sera soumis à
l’approbation du Maitre d’ouvrage ou son représentant. Pour les fournitures simples, l’Entreprise remettra
au Maitre d’ouvrage ou son représentant un certificat de conformité aux Normes et aux Spécifications et
éventuellement de conformité au « type » pour la fourniture de série.

Dans le cas des modules photovoltaïques, l’Entreprise remettra au Maitre d’ouvrage ou son représentant
le Flash Test Report de chaque module photovoltaïque fourni (identifié par son nº série). Ce Flash Test
Report devra inclure les données électriques du module photovoltaïque considéré sous les conditions
standard d’essai (STC: 1000W/m2 - AM 1,5 - 25ºC) : Nº série, Isc (A), Impp (A), Voc (V), Vmpp (V) et Pn
(Wp). Le Soumissionnaire fournira également les rapports de test électroluminescent de chaque module
photovoltaïque.

17
Logistique :

Pour chaque expédition, l’Entreprise fournira les bordereaux portant la référence de la fourniture
expédiée. Ils comporteront le détail du contenu de chaque caisse ou colis expédiés ainsi que les numéros
d’identification de chaque colis, les dimensions, les poids nets et bruts, éventuellement les indications
particulières de stockage, le type d’emballage exécuté.

Les qualités, nombres et destinataires des documents annexes d’expédition seront définis en début de
projet.

L’Entreprise devra se référer à la Pièce N°4 de ce DAO qui précise les exigences en termes de transport
et de logistique ainsi que le volet fiscal.

Montage/Démontage :

L’Entreprise fournira, sous la forme de manuels, les documents et schémas synoptiques de montage et,
éventuellement, de démontage des équipements importants. Ces documents comporteront tous les
renseignements et croquis nécessaires à la bonne compréhension du premier montage ainsi que, le cas
échéant, des opérations de démontage et remontage pour l’entretien.

Echantillons :

En début de projet, le Maitre d’ouvrage ou son représentant définira les échantillons que l’Entreprise
devra fournir. A minima une table complète de module sera livrée et assemblée sur site. L’Entreprise
devra également fournir une maquette du projet miniature pré-montée (échelle 1/400) qui sera installée
dans la zone administrative de la SNIM et servir pour les visites officielles.

L’entreprise doit fournir un model numérique illustrant le montage animé pour les déférentes
composantes du projet.

Des échantillons (modèles, maquettes ou éprouvettes) seront soumis à l’approbation du Maitre d’ouvrage
ou son représentant un mois avant la date requise par l’Entreprise pour la construction ou la commande.

Les échantillons soumis par l’Entreprise seront accompagnés de tous les accessoires de fonctionnement
et de fixation nécessaires. L’Entreprise coordonnera la soumission des échantillons avec le déroulement
des Travaux qui leur sont liés.

L’Entreprise devra identifier chaque échantillon par des documents décrivant sa constitution, son
fonctionnement, son montage ou méthode de fixation. Les échantillons devront être réalisés avec un
marquage spécial comprenant le sigle de la SNIM et faire référence au projet.

Programmation :

L’Entreprise établira et remettra au Maitre d’ouvrage ou son représentant un programme général du


projet et un programme mensuel détaillé des Travaux. Ce programme mensuel sera accompagné si
nécessaire d’une édition corrigée du programme général.

Archivage :

L’Entreprise conservera, pour un temps minimal de 5 ans, tous les plans de fabrication, outillage de
fabrication et tous les renseignements d’études susceptibles d’aider à effectuer les réparations ou
remplacements éventuels de pièces fournies.

18
2.5. Contrôles - Essais

L’Entreprise devra effectuer en usine et sur site tous les essais suivants :

• Contrôles et essais des matières premières.

• Contrôles et essais en ateliers :

- Pièces ou équipements.

- Sous-ensembles.

- Ensembles montés.

• Contrôles et essais sur le site :

- Contrôles et essais en cours et/ou en fin de Travaux.

- Essais de réception opérationnelle.

- Le cas échéant, essais en fin de Période de Garantie.

D’une manière générale, les contrôles et essais en atelier et sur le site seront effectués en deux phases :

• Contrôles et essais de première phase exécutés par l’Entreprise pour son propre compte.

• Contrôles et essais de deuxième phase exécutés en présence éventuelle du Maitre


d’ouvrage ou son représentant. Cette demande doit être accompagnée du rapport de
contrôle et d’essais de première phase.

Le prix des équipements comprendra l'ensemble des frais relatifs aux contrôles et essais en atelier, non
compris le montant des frais de voyage et de séjour des représentants du Maitre d'ouvrage, ceux-ci
devant intervenir en toute indépendance. Ces frais exceptionnels de supervision par le Maitre d’ouvrage
ou son représentant seront pris en charge par la SNIM.

Contrôles matières premières :

Les matériaux qui serviront à la fabrication du matériel feront l’objet de certificats d’essais mécaniques,
de constitution, chimiques, etc. exécutés conformément aux normes. Les certificats seront fournis au
Maitre d’ouvrage ou son représentant avec la demande d’inspection en atelier.

Essais en Atelier :

Chaque ensemble de Fourniture achevé sera soumis à l’inspection du Maitre d’ouvrage ou son
représentant. L’Entreprise devra un mois à l’avance prévenir par écrit le Maitre d’ouvrage ou son
représentant du lieu et de la date où la Fourniture peut être inspectée. Le Maitre d’ouvrage ou son
représentant notifiera à l’Entreprise, 8 jours à l’avance, son intention de procéder à l’inspection. Si le
Maitre d’ouvrage ou son représentant n’inspecte pas dans les 10 jours qui suivent la date indiquée par
l’Entreprise, ce dernier pourra procéder aux essais ou contrôles qui seront alors considérés comme ayant
été effectués en présence du Maitre d’ouvrage ou son représentant.

Pour les contrôles de certaines fournitures qui ne justifient pas la présence du Maitre d’ouvrage ou son
représentant, il n’y aura qu’une seule phase de contrôle et essais effectués par l’Entreprise, en présence
ou non du Maitre d’ouvrage ou son représentant.

Après réception des documents à remettre, après contrôles et essais de deuxième phase éventuels et
sous réserve que les résultats de ces contrôles et essais soient satisfaisants, le Maitre d’ouvrage ou son

19
représentant établira et remettra à l’Entreprise le « Certificat d’inspection en atelier » relatif à chaque
Fourniture. L’Entreprise sera alors en mesure de procéder aux opérations de peinture, emballage et
expédition sur le site de la Fourniture concernée par le « Certificat d’inspection en atelier ».

Essais de type des équipements : lorsque des essais de type sont spécifiés, l’Entreprise pourra
soumettre des rapports d’essais réalisés sur des équipements identiques et certifiés par des organismes
agréés.

2.6. Réceptions

Réception des modules :

Il pourra être organisé autant de réception usine des modules photovoltaïques que d’envois annoncés
par l’Entreprise. La décision de procéder ou non à une réception en usine avant envoi est de la
responsabilité unique du Maitre d’ouvrage ou son représentant. La présente procédure s’appliquera donc
pour chaque réception en usine.

La chaîne de production des modules et des cellules proposés et livrés devra être en fonctionnement lors
de la visite des contrôleurs, qu’elle soit en train de produire pour le présent marché ou pour d’autres
clients du fournisseur.

Il est rappelé qu’aucune clause d’origine ne s’applique à ce présent marché.

La vérification qualitative se fera obligatoirement dans l’usine de production des modules.


L’Entreprise ou son fournisseur fournira au contrôleur la liste des flashs des modules.
Le contrôleur s’assurera dans un premier temps de la compatibilité des puissances mesurées des
modules avec les puissances nominales contractuelles.
Dans un second temps, le contrôleur pourra demander une vérification par prélèvement aléatoire d’un
nombre de modules minimum de cinquante et maximum de deux cent.
La conformité de la mesure s’entend par une valeur nominale mesurée entrant dans la fourchette de
tolérance de la mesure initiale fournie dans la liste des flashs.
En cas de refus de réception, l’Entreprise définira avec le contrôleur le délai pour préparer une nouvelle
livraison. Celle-ci fera l’objet d’une nouvelle réception selon la même procédure que celle indiquée ci-
dessus aux frais exclusifs de l’Entreprise (frais de déplacement et honoraires éventuels des contrôleurs).
Le retard de livraison n’est pas décomptable du délai de réalisation.

Le nombre de contrôleurs sera au maximum de trois personnes.


Les frais de réception (transport, hébergement, honoraires éventuels) des contrôleurs sont à la charge
exclusive de la SNIM pour une fabrication dans un pays de l’UE ou un pays candidat.
Si la fabrication des modules est réalisée dans un autre pays, les frais de transport seront à la charge par
l’Entreprise.

Procédure de réception :

La réception consiste en une approbation par le Maitre d’ouvrage ou de son représentant de l’ensemble
des travaux réalisés.

La Réception des travaux sera réalisée par le Maitre d’ouvrage ou son représentant. Cette réception sera
réalisée autant de fois que nécessaire (voir schéma ci-dessous) pour lever les éventuelles réserves.

A la fin des travaux, une visite de réception provisoire sera réalisée. Il s’agit d’un agrément des travaux
permettant la libération éventuelle des paiements.
La réception provisoire de l’installation sera avalisée quand les conditions suivantes seront remplies:

1. Les essais de mise en service ont été réalisés et leurs résultats satisfont les conditions
d’acceptation. La Période de Test des Performances de la Centrale est achevée.
20
2. Les essais de garantie initiale ont été réalisés et la performance mesurée est supérieure
au niveau minimum ou à défaut, un accord a été trouvé entre le Maitre d’ouvrage et
l’entreprise sur l’application de la pénalité pour sous-performance initiale.

3. L’Entreprise a rendu au Maitre d’ouvrage ou son représentant le Dossier de Récolement


de la Centrale Solaire, L’ensemble des documents de la liste des documents à remettre
approuvée par le Maitre d’ouvrage ou son représentant.

4. L’entreprise a livré les pièces de rechange listées dans le plan de maintenance ainsi que
tout le matériel nécessaire à l’exploitation.

5. Les formations prévues dispensées.

Lors de la réception provisoire, l’Entreprise et le Maitre d’ouvrage signeront un Procès-verbal de


Réception Provisoire. À partir de la date de signature de la Réception Provisoire, les ouvrages
deviendront la propriété de la SNIM et la période de garantie de l’installation sera initiée.

Dans le cas de réserves majeures, la réception ne sera pas prononcée et l’Entreprise disposera d’un
délai de mise en conformité à l’issue duquel une nouvelle visite de réception provisoire sera organisée.
La réception provisoire ne pourra être prononcée que s’il n’y a pas de réserves ou avec des réserves
mineures.
Par réserve mineure, il est entendu toute réserve ne mettant en cause ni la fiabilité ni la qualité de la
Centrale, tant dans son fonctionnement que son exploitation.
Le délai de garantie ne démarre qu’à partir du prononcé de la réception provisoire.

Réception définitive :

La réception définitive est le constat d'achèvement des travaux.

Une visite de réception définitive sera organisée à l’issue du délai de 24 mois suivant la prononciation de
la réception provisoire sans réserves ou avec réserves mineures.

Lors de la visite de réception définitive, en cas de réception provisoire avec réserves mineures, celles-ci
devront pouvoir toutes être levées.

Le procès-verbal de réception définitive de la Centrale Solaire sera signé entre le Maitre d’ouvrage et
l’Entreprise quand les conditions suivantes seront remplies:

1. La phase d’assistance technique est finalisée et ses résultats sont satisfaisants;

2. Toutes les réclamations au sujet de réserves et/ou pénalisations sont résolues ;

3. L’Entreprise a rendu au Maitre d’ouvrage ou son représentant l’ensemble des documents


de la liste des documents à remettre approuvée par le Maitre d’ouvrage ou son
représentant.

4. La performance de la centrale pendant la phase d’exploitation a été évaluée et le


bonus/malus a été calculé et appliqué.

5. Les formations sur le site relatives à la mise en service, exploitation et maintenance…

Dans le cas où des réserves mineures ou majeures sont portées sur le rapport de réception, celles-ci
empêchent le prononcé de la réception définitive et nécessitent une nouvelle réception. Dans ce cas, un
délai sera donné à l’Entreprise pour réaliser les mises en conformité.
La réception définitive ne pourra être prononcée que sans réserves.

21
La Réception Définitive de l’installation permettra, s’il n’y a pas de réserves, le versement de la retenue
provisionnelle de garantie.

La Réception Définitive de l’installation n’éliminera pas les éventuelles responsabilités futures qui
pourraient être attribuables à l’Entreprise.

22
Schéma descriptif de la procédure de Réception (provisoire et définitive) :

Délai de mise
RECEPTION PROVISOIRE
en conformité

OUI Réserves NON Refus Réception


Réserves ? provisoire
mineures ?

NON OUI

ESSAI DE GARANTI INITIALE

NON Réparation
PR > 75% , Mise à niveau
selon offre
OUI

RECEPTION PROVISOIRE RECEPTION PROVISOIRE


Sans réserve avec réserves

Mise en fonctionnement pendant 1 an


après la réception provisoire

EVALUATION
PERFORMANCE
D’EXPLOITATION

Délai de mise
RECEPTION DEFINITIVE en conformité

OUI
Refus Réception
Réserves ? Définitive

NON

RECEPTION DEFINITIVE

23
Dans le cas de réserves mineures ou majeures, la réception définitive ne sera pas prononcée et
l’Entreprise disposera d’un délai de mise en conformité à l’issue duquel une nouvelle visite de réception
sera organisée.
Il est précisé que le Maitre d’ouvrage pourra mandater un Contrôleur Principal, indépendant de tout autre
acteur de la réalisation de la Centrale, pour superviser les missions de réception provisoire et de
réception définitive de la Centrale photovoltaïque. Celui-ci aura alors la responsabilité de contrôler non
seulement le travail réalisé par l’Entreprise mais aussi celui de toutes les parties impliquées dans la
construction ainsi que la supervision et le contrôle de la Centrale.

Documentation à produire lors de réception provisoire

En fin de travaux, l’Entreprise remettra un dossier de récolement complet comportant la totalité des
documents mis à jour en conformité avec les travaux effectués sur le chantier, et approuvé par le Maitre
d’ouvrage ou son représentant comprenant :

• Les notices et fiches techniques de tous les composants.

• Des plans d’implantation et de voiries.

• Les plans mécaniques des structures.

• Les schémas électriques.

• Les plans des coffrets électriques et des PTR.

• Les plans des constructions des ouvrages.

• Les notes de calcul/dimensionnement révisées.

• L’étude de productible révisée.

• Les documents relatifs aux différents essais de réception en usine et sur site.

• Les attestions relatives aux différentes formations contractuelles.

Liste d’outillage pour exploitation et des pièces détachées de rechange :

Au moment de la réception provisoire, l’Entreprise fournira au Maitre d’ouvrage ou son représentant une
liste complète et mise à jour des outillages spéciaux et pièces de rechange correspondantes.
La délivrance du Certificat de Réception sera conditionnée, entre autres, par la livraison au Maitre
d’ouvrage ou son représentant des outillages spéciaux et des pièces de rechange conformément à la
liste, ainsi que par l’étiquetage et le stockage de ces pièces sur des étagères à fournir et à installer par
l’Entreprise.

2.7. Sécurité

Informations générales :
La sécurité est une exigence essentielle qui doit être prise en compte dès le design et la conception
initiale de la Centrale. En phase opérationnelle chacun des éléments de l’installation ainsi que
l’installation dans son ensemble, devront fonctionner en conformité avec les règles de sécurité en
vigueur. Les composants critiques pour assurer les exigences de sécurité seront conçus selon les
Principes de Sécurité qui comprendront la fiabilité des composants, la redondance sélective, les
dispositifs d’alerte, et les éléments de protection chaque fois que cela sera requis. Par ailleurs, la sécurité
devra être garantie même en situation d’anomalie opérationnelle d’un quelconque élément de
l’installation, ou après une telle anomalie.
Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé (P.P.S.P.S.) :
24
L’Entreprise soumettra au Maitre d’ouvrage ou son représentant, dans un délai de deux mois précédant
le début des travaux, un Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé (P.P.S.P.S.) applicable
à l’ensemble du Chantier. Ce plan sera destiné à intégrer la sécurité à l’égard des principaux risques
courus par le personnel. Il identifiera tous les risques potentiels et définira les moyens mis en œuvre par
l’Entreprise pour les juguler.
Le P.P.S.P.S. sera tenu à jour par l’Entreprise qui en signalera les modifications au Maitre d’ouvrage ou
son représentant.

Sécurité des personnes :

L’accès à la Centrale sera limité de manière générale au personnel autorisé en charge des activités
opérationnelles et d’entretien, et l’interdiction d’accès à toute autre personne devra être dûment
signalisée.

La Centrale ne devra jamais mettre en danger et porter atteinte à la sécurité des personnes qui
pourraient se trouver à proximité. Les non-usagers seront protégés raisonnablement des déchets que
pourrait générer le système, tels que par exemple les pièces ou liquides en provenance des opérations
d’installation ou d’entretien.

L’installation garantira la sécurité du personnel en charge de l’entretien et de l’exploitation de l’installation


; les activités nécessaires pour l’opération et la maintenance de la Centrale devront être adéquates, sures
et simples, pour réduire tous les risques possibles. Les dispositifs à commutateurs de déconnexion et
sectionnement, devront être utilisés, afin d’éviter l’activation accidentelle des parties de l’installation qui
seraient déconnectées pour entretien. Ces dispositifs seront conçus et installés de façon à ce que seul le
personnel d’entretien y ait accès.

Sécurité incendie :

Les matériaux inflammables produisant fumées ou gaz toxiques devront être évités autant que possible.
Sauf spécification contraire, tous les matériels et équipements fournis devront remplir les exigences de
sécurité incendie selon les Règlements en vigueur.

Un système de détection et d'extinction automatique des incendies (DEAI) sur les armoires, onduleurs et
salles électriques ainsi que toutes zones sensibles doit être envisagé.

Sécurité Antivol :

L’installation sera conçue et construite pour prévenir, autant que possible, tout risque d’intrusion ainsi que
les interruptions de service qui pourraient résulter par exemple d’actes criminels, de vandalisme ou de
sabotage. Ceci sera assuré par les activités de Prévention et de Détection.

2.8. Approvisionnement – Logistique - Recyclage

Approvisionnement :

Tous les matériaux, appareils et accessoires fournis seront neufs.


Tout travail d’assemblage ou de montage sera d’exécution nette et soignée conformément aux règles de
l’art en la matière.
Les matériaux seront exempts de tout dommage ou défaut.

Tous les matériaux et l’exécution des ouvrages provisoires et définitifs seront en accord avec le marché,
en ce qui concerne leurs caractéristiques, propriétés, type, réalisation, constituants, qualité, poids,
résistance, formes et dimensions, etc.
L’Entreprise sera responsable du contrôle strict de tous les aspects de la conception, construction,
fabrication et installation de la Centrale Solaire. L’Entreprise devra présenter une proposition de Plan de

25
Gestion de la Qualité pour révision et approbation par le Maitre d’ouvrage. Ce Plan sera amendé et
complété par le Maitre d’ouvrage ou son représentant. L’Entreprise sera le responsable final de
l’exécution de tous les aspects du Plan Gestion de la Qualité.
Ce Plan de Gestion de la Qualité comprendra aussi la Gestion de la Documentation : l’Entreprise devra
établir, identifier, organiser et suivre tous les documents développés pendant l’élaboration du Projet.
L’Entreprise établira aussi un système d’enregistrement pour la correspondance d’entrée et sortie qui
comprendra les activités à réaliser et celles qui ont déjà été réalisées. Les plans, spécifications,
documentation de possibles sous-traitances, estimations, études, révisions, archives informatiques, etc.
seront notés dans un registre.
L’Entreprise devra établir une voie unique pour la transmission et la réception des documents.

Pour permettre une éventuelle inspection des matériels et de l’équipement en cours de préparation, de
fabrication ou d’achèvement, l’Entreprise fournira au Maitre d’ouvrage ou son représentant une liste écrite
des lieux de fabrication et de stockage des matériels et équipements. L’Entreprise devra aviser le Maitre
d’ouvrage ou son représentant de leur état de préparation, fabrication ou achèvement de manière à ce
que l’inspection ait lieu à une période appropriée qui ne retarde pas l’envoi des matériels et équipements
sur le site.

Emballage :

L’emballage sera conditionné pour un « transport maritime ». Toutefois, dans la conception et la


réalisation de cet emballage, l’Entreprise doit prendre en considération le transport complémentaire par
voie terrestre (train et camion) jusqu'au point de livraison.
L’Entreprise prendra toutes les précautions nécessaires pour emballer la Fourniture de manière à ce que
celle-ci ne subisse aucune détérioration durant le transport. Les pièces de rechange seront emballées
séparément.
Sur chaque emballage, un signe d’identification en couleur pour le site sera apposé distinctement, de
façon que la destination finale de chaque pièce soit facilement identifiable sur le site. Ces marques
spéciales d’identification seront à inscrire en sus des marques habituelles pour le transport.
Les poids nets et bruts des grosses pièces et les poids bruts des caisses seront inscrits en chiffres
facilement lisibles sur les emballages avant l’expédition des ateliers de fabrication.

L’Entreprise devra également respecter les exigences complémentaires sur les emballages mentionnées
dans la Pièce N° 4 de ce DAO.

Transport :

L’Entreprise s’informera dans le détail des conditions de chargement, de transport et de déchargement


sous toutes ses formes. En particulier, il se chargera de toutes les opérations de déchargement, dont
celle à pied de chantier, y compris l’amenée des fournitures, depuis leur lieu de stockage sur le chantier
jusqu’à leur lieu d’installation.

Le transport de marchandises se fera en train à partir du port de Nouadhibou. Le transport ferroviaire


sera assuré par le train de la SNIM. Le cout du transport ferroviaire sera pris en charge par le Maitre
d’ouvrage, la SNIM.

Il y a aussi la possibilité d’acheminer du matériel par route à partir de Nouakchott ou par avion(petites
fournitures).

L’Entreprise devra également respecter les exigences complémentaires relatives au transport


mentionnées dans la Pièce N° 4 de ce DAO.

26
Stockage :

L’entreprise devra prendre toutes les dispositions nécessaires pour stocker les fournitures qui ne pourront
être installées immédiatement à leur emplacement définitif.
Si l’entreprise en fait la demande, en plus du terrain d’assisse de la Centrale Solaire, la SNIM pourra
mettre à disposition de l’Entreprise gratuitement un terrain nu qui sera clôturé et sécurisé par
l’Entrepreneur.
Pour le stockage, l’Entreprise peut expédier puis stocker du matériel dans des containers «dernier
voyage ».

Deux mois avant l’arrivée des premières Fournitures sur le chantier, l’Entreprise présentera et soumettra
à l’accord préalable du Maitre d’ouvrage ou son représentant le plan des magasins et des installations
qu’il prévoit d’installer ainsi que les dispositions prévues pour le gardiennage, la manutention et la
conservation des fournitures.
Au fur et à mesure de l’arrivée sur le site des fournitures, l’Entreprise fournira au Maitre d’ouvrage ou son
représentant une liste de ces fournitures précisant leur emplacement de stockage.

Recyclage :

La Centrale Solaire de la SNIM doit être un exemple à suivre en Afrique de l’Ouest et sa construction doit
donc être exemplaire.
Il est admis qu’en raison de la quantité de modules installés, un certain nombre pourra-t-être
endommagé. L’Entreprise mettra donc en place un suivi détaillé afin que tout module inutilisable soit
répertorié et stocké. Elle s’assurera qu’elle peut collecter, transporter et traiter ses modules endommagés
durant le chantier.
Il est impératif que les modules soient labellisés PV-CYCLE afin que l’Entreprise puisse trouver l’une des
filières agréées pour reprendre et traiter leurs retours.
Le bordereau d’envoi des modules cassés ou une attestation de réception des modules par le centre
agréé de collecte et/ou traitement devra être produit à la réception provisoire. La non production de ce
document est une réserve mineure au sens de la réception.

2.9. Moyens généraux et phénomènes naturels

Locaux d’exploitation et infrastructures :

L’Entreprise soumettra à l’agrément du Maitre d’ouvrage ou son représentant le lieu d’implantation et les
plans de ses bâtiments et installations éventuels. Cette disposition s’applique aux installations provisoires
et aux bâtiments définitifs.

Eau – électricité – Communications :

La fourniture de l’eau sur le chantier, y compris l’eau potable, et l’électricité en quantité adéquate, tant
pour les Travaux que pour l’usage du personnel et des ouvriers ainsi que pour les besoins du Maitre
d’ouvrage, sera à la charge de l’Entreprise. L’Entreprise se rapprochera de la SNIM pour discuter des
modalités des travaux visant à emmener une arrivée d’eau jusqu’à la Centrale Solaire.

L’Entreprise fera son affaire des liaisons téléphoniques et de l’accès à Internet.

Sanitaires :

Pour tous les bâtiments de chantier et les bâtiments définitifs, les eaux usées seront épurées localement
en respectant la règlementation environnementale en vigueur en Mauritanie. Le dispositif d’épuration
comprendra :

• une fosse septique,

27
• un plateau bactérien.

Cette disposition deviendra caduque si un raccordement au réseau public d’assainissement de la ville de


Zouerate est décidé par le Maitre d’ouvrage. Dans ce cas, le Maitre d’ouvrage se rapprochera de
l’Entreprise pour négocier la suppression de cette prestation en échange d’une contribution (totale ou
partielle) au cout des travaux de raccordement.

Déchets :

L’ensemble du chantier sera maintenu dans un état net et ordonné. Tous les détritus biodégradables
seront déposés dans une zone réservée à cet effet, puis recouverts à la fin du chantier de 50 cm de
sable. Les éléments non biodégradables devront subir un traitement approprié qui fera l’objet d’une
validation du Maitre d’ouvrage ou son représentant.

Publicité :

Toute publicité sera interdite sur les chantiers. Cette interdiction ne s’applique pas aux panneaux
indiquant la raison sociale de l’Entreprise, la nature des travaux exécutés et les différents organismes
concernés et qui ont collaboré de quelque façon pour que la Centrale soit construite. Ces panneaux
seront mis en place par l’Entreprise.
En particulier, la publicité relative au financement du projet devra respecter les règles de communication
et de visibilité imposées par normes d’usage.

Protections contre les phénomènes naturels :

Sous réserves d’autres stipulations dans le marché, toutes les sujétions dues à la présence ou aux
risques d’eau, tous les dommages causés par l’eau, tous les pompages, tous les ouvrages non
mentionnés dans le marché que l’Entreprise pourrait être amené à construire pour la maîtrise des eaux
seront à la charge de l’Entreprise.

Dès que l’implantation finale aura été décidée et validée, l’Entreprise se mettra en contact avec la SNIM
pour déplacer si besoin la digue de protection. La SNIM se chargera de ces travaux et en assumera le
cout.

L’Entreprise sera responsable de tout dommage causé à la fondation, aux ouvrages ou à toute autre
partie des Travaux et occasionné par les crues, par les eaux de nappes, de ruissellement, ou par la
rupture d’une partie quelconque des ouvrages de dérivation ou de protection exécutés par lui ou par la
SNIM; les réparations éventuelles seront à sa charge.

L’Entreprise protégera les Travaux contre les dommages pouvant résulter :

• Des eaux de ruissellement.

• De la nappe.

• Des tempêtes.

• Des vents.

L’Entreprise adaptera son programme de travail de manière à minimiser les risques.


L’Entreprise construira et entretiendra tout ouvrage provisoire de protection (hors digue au sud). Dès
qu’ils n’auront plus de justification, ces ouvrages seront démolis de manière à ne pas gêner la mise en
service des ouvrages ou l’écoulement naturel des eaux.
L’Entreprise prévoira, installera, maintiendra et fera fonctionner tout matériel de pompage et autres pour
mettre à sec les zones du chantier où cela sera nécessaire, et aussi longtemps qu’il s’avérera nécessaire
pour la réalisation des Travaux.

28
3. SPECIFICATIONS GENERALES

3.1. Critères généraux

Emplacement :

• Le terrain proposé pour l’emplacement de la Centrale Solaire présenté dans la solution


particulière résulte d’une étude d’optimisation. Cependant la SNIM souhaite laisser la
liberté au Soumissionnaire pour lui permettre d’implanter la Centrale sur tout terrain au
voisinage de cette zone et dont la SNIM est propriétaire. Dans le cas où le
Soumissionnaire souhaite proposer un autre site, il devra respecter une distance de
minimum 400m entre la clôture de la Centrale Solaire et la route, situé à l’Est de la ville,
afin de préserver un certain éloignement entre la Centrale et les habitations. Il doit juger
de la nécessité d’effectuer des études géotechnique et hydrogéologique pour le nouveau
site choisi à sa charge. Une validation de la nouvelle zone d’implantation devra être
obtenue auprès du Maitre d’ouvrage ou son représentant.

• L’exécution de la Centrale Solaire ne devra pas compromettre les projets prévus par la
SNIM qui auront un impact sur le Poste de distribution et/ou les terrains avoisinants,
excepté dans le cas d’une autorisation expresse de la SNIM.

• L’impact sur l’environnement immédiat devra être le moins agressif possible. En


particulier la topographie naturelle du terrain devra rester intacte autant que faire se peut.

• Le balisage et la signalisation nécessaires devront être mis en place et à la charge de


l’Entreprise.

Conception :

• La conception globale de l’installation et de chaque élément qui la compose devra être


déterminée en fonction de critères de robustesse, de fiabilité et de performance
énergétique. La minimisation des coûts d’investissement et de maintenance de la
Centrale sera recherchée. Le taux de disponibilité de la Centrale sera valorisé dans
l’évaluation des propositions.

• La conception de la Centrale sera réalisée à partir de sous-systèmes unitaires identiques.


Toutefois, un scénario basé sur l’utilisation d’unité de 1 214.4 kWc a été développé ci-
après pour faciliter la lecture. Suivant la puissance effective des modules proposée par le
Soumissionnaire, il lui reviendra d’adapter les indications du présent Cahier des Charges
en conséquence.

• Tous les sous-systèmes seront identiques du point de vue de leur conception électrique
et de leurs équipements.

• La puissance crête minimale de l’installation est de 12MWc. Le maximum est de


12.5MWc.

• Un Poste de livraison sera créé dans l’enceinte de la Centrale. Ce poste pourra


avantageusement être intégré au bâtiment d’exploitation mais il pourra aussi être
indépendant. Le poste de contrôle-commande de la Centrale et les services auxiliaires
communs seront intégrés dans le bâtiment d’exploitation.

• Le tracé des câbles HT sera réalisé de façon à minimiser les pertes de production tant en
régime normal qu’en cas de panne affectant l’un des sous-systèmes photovoltaïques.

29
• Le système de contrôle-commande et de télécommunications de la Centrale permettra de
commander et/ou surveiller la Centrale depuis le futur centre de Dispatching. Le suivi des
performances et la détection et localisation précise des défauts de fonctionnement des
équipements du système de la Centrale seront également possibles par Internet.

• Les équipements devront être accessibles pour en permettre l’entretien nécessaire


(nettoyage, substitution, etc.).

• La conception de la Centrale devra minimiser les coûts d’entretien.

• L’impact environnemental de la Centrale Solaire devra être minimisé, pendant la


réalisation des ouvrages ainsi que pendant la phase d’exploitation de la Centrale.

• L’Entreprise fera au maximum appel à du personnel et à des entreprises sous-traitantes


Mauritaniennes si elles possèdent les compétences nécessaires pour la construction de
la Centrale.

3.2. Exigences électriques

La Centrale sera connectée sur le jeu de barre 33KV du poste de distribution de Zouerate.

Les photographies suivantes présentent le jeu de barre 33kV et les 2 emplacements disponibles pour
deux cellules 33KV.

30
Différentes options pour le raccordement seront présentées dans le chapitre 4.12 de ce présent Cahier
des Charges.

Les spécificités et exigences électriques sont les suivantes :

• La Centrale devra fonctionner normalement quand le réseau 33kV de la SNIM est dans ses
plages normales de fonctionnement, à savoir :

- Variation normale du niveau de tension : 33kV +/-5%

- Variation normale de fréquence : 49.5Hz à 50.5Hz

La Centrale devra continuer à produire et à injecter dans le réseau quand le réseau sera
dans sa plage de fonctionnement dégradé dont les limites extrêmes sont :

- Variation normale du niveau de tension : 33kV +/-10%

- Variation normale de fréquence : 46Hz à 53Hz

• Les systèmes de protection à mettre en place sont:

- le régime de neutre étant présent sur le réseau 33kV de la SNIM, aucun régime de
neutre HTA ne doit être créé (même par un générateur homopolaire) dans la
Centrale PV.

- la Centrale PV doit disposer par conception d’une fonction de protection permettant


de la séparer automatiquement du réseau amont en cas d’apparition, sur la Centrale
PV, de l’un ou plusieurs des défauts explicités ci-après:

o Défaut entre phases 33kV,

o Défaut 33kV à la terre.

- le système de protection de la Centrale PV doit avoir une coordination optimale vis-à-


vis des réglages des protections du réseau SNIM existant.

• Le raccordement de la Centrale PV sur le réseau SNIM ne doit pas entraîner, en situation de


défaut, de dépassement du courant de court-circuit au-delà de la limite que les matériels
33kV du réseau SNIM peuvent supporter.

• Capacités constructives en puissance réactive: la Centrale PV doit pouvoir fournir ou


absorber, au point de connexion, les puissances réactives minimales suivantes:

- Lorsque la tension au point de connexion est comprise en +/-5% de 33kV, la Centrale


doit pouvoir, sans limitation de durée, fournir une puissance réactive au moins égale
à 0.4*Pmax, et absorber une puissance réactive au moins égale 0.35*Pmax.

- Lorsque la tension est comprise entre 90% et 95% de 33kV et entre 105% et 110%
de 33kV, l’installation doit pouvoir produire une puissance réactive au moins égale à
0.31*Pmax, et absorber une puissance réactive au moins égale 0.31*Pmax.

31
Ces limites sont illustrées par les diagrammes suivants:

• La puissance réactive doit pouvoir être régulée au point de livraison, dans les limites des
capacités de l’installation, par :

o une régulation en puissance réactive constante,

o une régulation en facteur de puissance constant,

o une loi de régulation locale Q=f(U) qui permet de réguler automatiquement la


puissance réactive fournie en fonction de la tension mesurée au point de livraison.

• La puissance active et la puissance réactive doivent pouvoir être pilotées depuis le


dispatching et depuis le centre d’exploitation de la Centrale. Des règles de priorité seront
décidées et mises en œuvre pour empêcher les ordres contradictoires. Le type de pilotage
doit pouvoir être sélectionné en fonction du choix d’exploitation de la Centrale par la SNIM.
Ces régulations doivent avoir un temps de réponse à 5% maximal de 30s et un écart statique
maximal de 0.2%.

• Tenue en fréquence de la Centrale: la Centrale PV doit être capable de rester en


fonctionnement lorsque la fréquence réseau est comprise entre 46Hz et 53Hz (hors plage
normale de fonctionnement du réseau).
La Centrale PV doit disposer d’un système de contrôle-commande permettant de réduire la
puissance active quand la fréquence augmente au-delà de 50.5Hz. Ce système de contrôle-
32
commande doit permettre de diminuer linéairement la puissance active selon la figure
suivante :

• Tenue en régime perturbé de tension: La Centrale PV doit rester en fonctionnement lors de


l’apparition, au point de connexion, d’un creux de tension 33kV défini comme ci-dessous:

• Harmoniques: Les courants harmoniques injectés sur le réseau SNIM doivent être
inférieur, pour chaque harmonique de rang n, à la valeur exprimée ci-dessous en
ampère:

33
• Fluctuation de tension: le niveau de contribution de la Centrale PV au papillotement doit être
limité au point de connexion à 0.35 en Pst et 0.25 en Plt.1

• La vitesse des prises en charge et cessation de charge qui résultent de l’action volontaire du
producteur ne doivent pas dépasser 4MW/minute.

• Les à-coups de tension au point de livraison dus à l’installation de production,


consécutivement par exemple aux opérations de couplage et de découplage ou à la mise
sous tension de l’installation, ne doivent pas dépasser 5 %.

• L’ensemble des exigences de ce chapitre doivent être justifiées par :

- Une note d’étude de court-circuit et validation de tenue des équipements (y compris


tableau 33kV SNIM).

- Une note d’étude de sélectivité justifiant du respect des exigences liées au système
de protection et justifiant la correcte coordination entre les protections de la Centrale
et du réseau SNIM.

- Une note d’étude justifiant la capacité constructive en réactif.

- Une note présentant le fonctionnement du système de régulation de puissance


réactive, ses caractéristiques ainsi que ses performances.

- Une attestation du fabricant sur le respect des exigences ci-dessus (creux de


tension, harmonique, fluctuation de tension et à-coup de tension).

- Une note sur le taux de pénétration idéale de la Centrale.

- Une note sur le moyen de « brider » la Centrale à certaines puissances minimales


dans certains cas de figure (nuages, faibles rayonnements,…).

1 Pst (small time) = Papillotement ou Flicker de courte durée / Plt (long time) = Papillotement ou Flicker de longue
durée.

34
3.3. Garanties :

Avant de prononcer la réception provisoire, les installations mises en service doivent pouvoir atteindre les
performances définies ci-dessous en tant que performances initiales.
Avant de prononcer la réception définitive, les installations mises en service doivent pouvoir atteindre les
performances d’exploitation définies ci-dessous.

La garantie de durée pour les équipements est de 12 mois à partir de la date de la réception provisoire.

Des garanties de plus longues durées pourront être offertes et il en sera tenu compte pour le choix des
fournisseurs. Les garanties minimales requises pour les différents composants sont définies par les
Spécifications techniques.

Les soumissionnaires s’engageront sur la bonne marche du matériel en fournissant les garanties ci-
après :

3.3.1 - Garantie de performance

Le ratio de performance de l’installation (PR) est définie comme le rapport entre l’énergie finale fournie
par le système au réseau électrique 33kV et l’énergie fournie par un système idéal, avec la même
puissance nominale, sans pertes d’aucun type, à une température de 25ºC de la cellule PV et avec la
même irradiation moyenne annuelle.

La formule de calcul est :

Puissance produite (kWh) x 1000Wc/m²


Ratio de Performance (%) =
Puissance crête de la Centrale (Wc) x Ensoleillement dans le plan (KWh/m²)

L’absence de production à cause d’une indisponibilité du réseau ou la limitation de production en


fréquence élevée ne peuvent pas être imputées à l’Entreprise. De fait, le système de monitoring devra
comptabiliser les périodes pendant lesquelles le réseau SNIM est en dehors des plages de
fonctionnement nominale de la Centrale (33kV -/+ 10% ; 46 à 50.5Hz) et décompter de la valeur
d’ensoleillement, la quotepart de la quantité d’énergie solaire reçue pendant ces périodes.
La mesure de l’ensoleillement qui sera retenue pour le calcul du ratio de performance sera une moyenne
des mesures effectuées par les différents pyranomètres installés dans le plan des modules. Si pendant
une période donnée, il est avéré que la mesure d’ensoleillement d’un pyranomètre est erronée, la valeur
retenue pour le calcul de la performance sera la moyenne des autres pyranomètres ou du pyranomètre
restant. Ces pyranomètres seront nettoyés régulièrement et à minima une fois par semaine.
La mesure de l’énergie produite par la Centrale sera celle mesurée par le dispositif de comptage installé
par l’Entreprise dans le Poste de livraison de la Centrale.
Le Soumissionnaire devra garantir que la performance globale de la Centrale ne sera pas
inférieure à 75% pendant les essais de garantie initiale et pas inférieure à 73% pendant la première
année d’exploitation de la Centrale Solaire (garantie de performance d’exploitation).

La durée de l’essai de garantie initiale sera de 21 jours. Pendant cette durée, l’Entreprise
exploitera seule la Centrale PV sous son entière responsabilité. Le Maitre d’ouvrage ou son représentant
assisterons en observateur à l’essai. A l’issue de l’essai, le performance ratio de la Centrale sera calculé
de façon contradictoire entre l’Entreprise et le Maitre d’ouvrage. Si le PR est supérieur à 75%, la
réception provisoire pourra être prononcée. Si le performance ratio est inférieur à 75%, l’Entreprise devra
expliquer au Maitre d’ouvrage ou son représentant les raisons de cette sous-performance et procéder
aux opérations de réparation et de mise à niveau de la Centrale. Un second essai et le cas échéant un
troisième essai de performance de garantie seront alors reconduits pendant une période de 21jours.

35
Si après 3 essais de performance, l’Entreprise ne parvient toujours pas à obtenir un ratio de
performance de 75%, une pénalité sera alors appliquée pour compenser les pertes liées à la sous-
performance de la Centrale que la SNIM subira pendant les 20/30 ans d’exploitation. Le montant de cette
pénalité sera de 250 000 (deux cent cinquante mille) euros par pourcent inférieur à 75%. Le montant de
la pénalité sera plafonné à 600 000 (six cent mille) euros. Le montant de la pénalité sera calculé en
tenant compte du premier chiffre après la virgule du PR mesuré et en arrondissant au dixième supérieur.
La retenue de cette pénalité sera considérée comme une compensation et permettra de notifier la
réception provisoire.

La durée de l’essai d’exploitation sera celui de la phase d’assistance à l’exploitation, à savoir 1


(un) an (365 jours). La date de démarrage de l’essai de performance d’exploitation sera la date de
notification de la réception provisoire. Pendant cette durée, l’exploitation de la Centrale sera confiée à la
SNIM mais l’Entreprise devra assister la SNIM dans cette tâche. Si l’exploitation de la Centrale par la
SNIM s’avérait insuffisante, l’Entreprise aura obligation de mobiliser tout moyen nécessaire pour exploiter
elle-même correctement la Centrale. Cette obligation ne s’applique pas au gardiennage du site et à la
sécurité, mais couvre le nettoyage des modules et l’entretien du terrain. A l’issue de l’essai, le
performance ratio de la Centrale sera calculé. Si le PR est supérieur à 73%, un bonus sera attribué à
l’Entreprise, si le PR est inférieur à 73%, un malus sera appliqué à l’Entreprise et l’Entreprise devra
expliquer au Maitre d’ouvrage ou son représentant les raisons de cette sous-performance. S’il s’avère
nécessaire, au vue de la garantie du marché, l’Entreprise devra procéder aux opérations de réparation et
de mise à niveau de la Centrale.
Le montant du bonus sera de 20 000 (vingt mille) euros par pourcent supérieur entre 73% et 78%
et de 50 000 (cinquante mille) euros par pourcent supérieur au-delà de 78%. Le bonus sera plafonné à
250 000 (deux cent cinquante mille) euros.
Le montant du malus sera de 100 000 (cent mille) euros par pourcent inférieur à 73%. Le malus
sera plafonné à 400 000 (quatre cent mille) euros.
Le montant de la pénalité sera calculé en tenant compte du premier chiffre après la virgule du PR
mesuré et en arrondissant au dixième supérieur.
Après accord entre les parties sur le calcul du bonus/malus et le règlement de ce dernier, la
réception définitive pourra être prononcée.

L’offre du soumissionnaire qui propose des garanties de performances meilleures sera


prise en compte lors de l’évaluation technique des offres.

3.3.2-Garantie de disponibilité

Chaque équipement travaillera à sa capacité nominale, cette garantie limite les temps d’arrêt dus à
l’équipement lui-même :
- arrêts par incidents mécaniques.
- arrêts dus à un dysfonctionnement des équipements électriques.
- arrêts pour dépannage, redémarrage.
- arrêts dus au dysfonctionnement du système de contrôle-commande.
Ces temps seront totalisés pendant une durée d’exploitation effective des différents circuits et appareils
de 100 heures et ne devront pas dépasser 5 heures.
Il n’y aura pas d’entretien systématique durant cette période.

36
3.3.3-Garanties électromécaniques

Les soumissionnaires préciseront la durée de vie garantie pour les organes principaux dont ils donneront
la liste. Pour ces organes, le remplacement des éléments avariés se fera, la première année, au prix
« P » tel que :

P = prix CFR x h
H

H = durée de vie garantie par le constructeur
h = durée de vie constatée

Cette réfection n’étant valable que si la durée de vie constatée est inférieure à la durée de vie garantie.
Pour tous les autres organes faisant partie de la fourniture, le remplacement des éléments avariés se fera
conformément aux dispositions du Cahier des Clauses Générales.
La durée de la garantie des équipements électromécaniques sera d’un an à compter de la réception
provisoire des installations.
Les pièces remplacées au titre de la garantie devront être livrées CFR - NOUADHIBOU.
Les clauses correspondantes devant être fixées par le Marché futur.

4. SPECIFICATIONS PARTICULIERES

Ce chapitre présente les Spécifications particulières pour chaque composante de la Centrale.

En complément du texte ci-après, les pièces graphiques (plans généraux et de détail) viennent présenter
la solution particulière.

Concernant les équipements de l’installation :

Les équipements proposés pour la nouvelle centrale solaire 12MWc doivent être déjà éprouvés au moins
dans trois (3) installations similaires réalisées durant les cinq(5) dernières années et qui ont donné
entière satisfaction(les références de ces centrales doivent être transmises dans les offres).

A titre de principe général, tous les équipements électriques en Courant Continu situés à l’extérieur
(modules photovoltaïques, boîtes et armoires de raccordement, câblage CC, etc.) devront être, au
minimum, de classe II d’isolation électrique.
L’installation devra comporter toutes les caractéristiques nécessaires pour garantir la qualité de l’énergie
électrique fournie par la Centrale Solaire.
Le fonctionnement de la Centrale Solaire ne devra provoquer sur le réseau aucun défaut électrique,
aucune diminution des conditions de sécurité et aucune altération supérieure à celles qui sont
admissibles selon le règlement en vigueur à la SNIM. De la même façon, l’exploitation de la Centrale ne
devra pas entraîner des conditions de travail présentant des risques pour le personnel d’exploitation et
d’entretien de la Centrale ou pour celui des installations du réseau électrique national.
Les matériaux placés en plein air seront protégés des conditions météorologiques ou environnementales,
notamment des effets du rayonnement solaire et des vents de sable. Il faudra aussi prendre en compte
les possibles conditions défavorables des différentes saisons de l’année et l’impact qu’elles pourraient
avoir sur la durabilité des matériaux et leurs performances. Il faudra prévoir la ventilation/climatisation et
la protection des locaux techniques des effets de l’ensoleillement, des températures excessives et du
sable.

Il faudra inclure tous les éléments de protection nécessaires face aux contacts directs/indirects, court-
circuits, surcharges, etc., ainsi que tous les éléments et protections selon la législation en vigueur.
Pour des raisons de sécurité et de bonne opération de la Centrale, toutes les instructions, indicateurs,
étiquettes etc. seront écrits en Français.

37
4.1. Travaux préliminaires

Il est rappelé que les deux études géologiques et hydrauliques réalisées sur le site en Novembre 2012
pour le site de la Centrale solaire existante de 3MWc sont jointes en annexe de ce document.
Si le site choisi pour l’implantation est différent de ce qui est proposé par la Snim (zone juxtaposée à
celle de la centrale solaire existante), l’entreprise devra effecteur des études géotechnique et
hydrogéologique à sa charge et dimensionne les ouvrages afin de s’assurer de la sécurité de
l’installation.

Les travaux préliminaires concernent :

• La préparation du terrain (nettoyage de la végétation, terrassement, remblai, mise à plat du


terrain, …) mais aussi le piquetage et l’implantation de l’ouvrage.

• La réalisation des pistes intérieures et extérieures à la Centrale. Dans la mesure où les


parcours des câbles enterrés et les caractéristiques des câbles sont définis, L’Entreprise
pourra avantageusement réaliser les tranchées et la pose des dalots/caniveaux ou les
câbles avant la réalisation des pistes pour éviter de devoir les défoncer ultérieurement.

• La réalisation de la piste d’accès à la Centrale depuis la route bitumée(une route bitumée doit
être proposée en option).

• La réalisation de la clôture.

Il est imposé à l’Entreprise de réaliser la clôture au plutôt, et dans tous les cas avant la livraison
des structures, des modules et des appareils électriques sur le site.

Matériaux pour les travaux de génie civil :

Les matériaux de terrassement devront être de la meilleure qualité, travaillés et mis en œuvre
conformément aux règles de l'art. L’Entreprise devra justifier leurs qualités par la présentation des
procès-verbaux des laboratoires et/ou des certificats de conformité ou fiches d'homologation des sites de
prélèvement, des usines ou carrières.
La réception de ces justificatifs ne vaut pas acceptation définitive des matériaux. Jusqu'à la réception
définitive des travaux, les matériaux et ouvrages pourront, en cas de mauvaise qualité et de malfaçon,
être rebutés par le Maitre d’ouvrage ou son représentant et ils seront alors refaits ou remplacés par
l'Entreprise à ses frais.
L'Entreprise devra fournir toutes les informations justificatives sur la provenance des matériaux
proposés ainsi que sur les essais réalisés sur place.
Lorsque la quantité ou les circonstances le justifieront, et avec l'accord préalable du Maitre d’ouvrage ou
son représentant, il pourra être procédé à la réception des matériaux soit sur le lieu de provenance, soit
sur le chantier.
Les matériaux qui, bien qu'acceptés au lieu de provenance, seraient reconnus défectueux sur le chantier,
seront refusés et remplacés aux frais de l'Entreprise.
L'Entreprise est tenue de se conformer aux décrets et règlements en vigueur pour tout ce qui concerne
l’extraction des matériaux et l’exécution des travaux.
Il payera, sans recours contre le Maitre d’ouvrage, tous les dommages qu'ont pu occasionner la prise ou
l'extraction, le transport et le dépôt des matériaux.
Si l'Entreprise demande à substituer aux carrières retenues d'autres carrières, le Maitre d’ouvrage ou son
représentant ne pourra lui accorder cette autorisation que si la qualité des matériaux extraits est
supérieure ou au moins égale à celle des matériaux initialement prévus. L'Entreprise ne pourra alors
prétendre à aucune modification des prix correspondants du marché du fait de l'augmentation des frais
d'extraction et de transport des matériaux.

Préparation du terrain :
38
Dès le démarrage du chantier, l’Entreprise dégagera et mettra à nu l’ensemble du terrain d’emprise de la
Centrale.

Le débroussaillement et le dessouchage des arbustes, des haies et tous autres végétaux présents sur le
site seront effectués.

Pour les arbres avec un diamètre de tronc supérieur à 10cm :


• S’ils se situent sur les tracés des futures pistes ou d’implantation des ouvrages maçonnés, ils
seront déracinés et l’Entreprise fera son maximum pour extraire la totalité des racines. Cette
solution permet d’homogénéiser la couche de fondation des pistes et d’éviter les repousses
sur les pistes. Les trous provoqués par l'enlèvement des souches seront rebouchés avec des
matériaux sains et compactés.
• S’ils se situent dans les zones des tables de modules, l’Entreprise, en accord avec le Maitre
d’ouvrage ou son représentant procédera au dessouchage ou à la coupe des arbres (cette
solution évite de fragiliser le sol). S’il les arbres sont coupés, la coupe s’effectuera « à ras de
terre » et la première repousse sera traitée au glyphosate, produit à faible rémanence.

Pour ces tâches relatives à la végétation arborée, arbustive et de broussailles, il est conseillé d’organiser
cette activité avec les populations riveraines.

L’Entreprise devra également débroussailler une bande périphérique, à l’extérieur de la clôture, de 10m
de large.

Tous les déchets végétaux créés pendant cette phase devront être évacués en décharge ou valorisés
dans le cadre d’une réutilisation. Les herbes et arbustes coupés pourront également être stockés dans
une zone extérieure à la Centrale pour créer du compost naturel.

Les travaux de préparation concernant la zone d’implantation de la Centrale ont pour objectif de
conserver autant que possible le terrain naturel actuel et de réduire les opérations essentielles à
exécuter.
Sur la quasi-totalité du site, le terrain naturel sera conservé.
Au niveau des quelques fossés existants, un remblai sera effectué.
Un reprofilage léger, sans modification importante du terrain naturel, sera exécuté. Il permettra d'éliminer
de petites déformations du terrain afin de garantir une distance entre l'arête basse des modules et le
terrain de 80 cm.

Mouvement de terre :

Bien que limités, les travaux de terrassement devront s’exécuter en suivant un plan de mouvement des
terres qui définit dans l’espace et dans le temps la destination de chaque volume élémentaire de
matériaux de remblais et/ou de déblai. Préalablement aux travaux d’exécution, l’Entreprise en charge de
cette exécution fournira ce plan au Maitre de l’ouvrage ou son représentant.

Les mouvements de terres concernent :

- Les travaux de déblaiement.

- La purge des terres de mauvaise tenue.

- L’extraction, gerbage et transport des matériaux en graveleux latéritique.

- Le reprofilage lourd de quelques zones.

- La mise en place des couches de forme et des couches de roulement des pistes
intérieures et extérieures.

- Le reprofilage léger de quelques zones des îlots.


39
- Les divers éléments de canalisation des eaux de pluie.

Piquetage et implantation :

Le piquetage général consiste à reporter sur le terrain la position des ouvrages à réaliser tels que définis
par le plan général d’implantation. Le piquetage se fera au moyen de piquets numérotés, solidement fixés
au sol, dont la position des têtes correspond en plan et en altitude aux repères fixes. Les coordonnées
GPS de chaque piquet seront définies et reportées sur le plan d’implantation.

Le piquetage général est effectué par l’Entreprise, contradictoirement avec le Maitre d’ouvrage.
Les ouvrages n’ayant pas fait l’objet d’un plan général d’implantation seront repérés ou implantés
directement sur site par l’Entreprise, contradictoirement avec le Maitre d’ouvrage.
L’ensemble des opérations précédemment décrites devront faire l’objet d’un procès-verbal dressé par le
Maitre d’ouvrage et notifié à l’Entreprise.

Le Maitre d’ouvrage fournira les éléments de repères de référence et surveillera l’implantation générale. Il
s’assurera que la liste des points géométriques du projet est correcte.
L’Entreprise est tenu de compléter l’implantation générale et éventuellement l’implantation spéciale de
certains ouvrages par autant de points qu’il est nécessaire pour réaliser les travaux.

Les points nécessaires à l’exécution, la vérification et la réception des travaux seront conservés et
l’Entreprise doit pouvoir justifier la position de tous ces points à la demande du Maitre d’ouvrage ou son
représentant.

Remblais :

Les matériaux utilisés en remblai par l’Entreprise doivent provenir soit des travaux de déblaiement du
site, soit de fourniture extérieure.
Ils permettront la réalisation d’ouvrages stables.
En règle générale, tous les matériaux provenant de déblais seront réutilisés en corps de remblais, à
l'exception toutefois des matériaux contenant de la terre végétale, des matières organiques, de la tourbe
ou des corps étrangers (résidus de démolitions, détritus, …) ou des matériaux pollués.

Lorsque le volume des remblais excédera celui des déblais, l'Entreprise soumettra à l'agrément du Maitre
d’ouvrage ou son représentant, dans les plus brefs délais les sites d'emprunts qu'il envisage d'exploiter.
Cette demande d'agrément sera accompagnée d'un dossier géotechnique comprenant :
• Identification de la zone d’emprunt extérieur.
• Plan de masse et plan de situation de la zone d’emprunt.
• Rapport photographique avant exploitation.
• Identité du propriétaire (public ou privé).
• Signature d’un protocole entre les deux parties, prévoyant notamment la préservation au
maximum les arbres de diamètre supérieur à 10cm et les modalités de remise en état du site
après exploitation.
• Les rapports d’essais d’analyse des matériaux.
• Estimation du volume qui sera extrait de la zone.

L’Entreprise devra proposer au Maitre d’ouvrage ou son représentant d’organiser et de les accompagner
pour faire une visite des sites d’emprunt.

Après la phase d’extraction, l’Entreprise doit s’engager à remettre en état le site. La remise en état des
lieux se fera rapidement pour permettre la reprise des activités agricoles et d’élevage dans les plus brefs
délais. L’entreprise s’engage à remettre au Maitre d’ouvrage un rapport photographique des lieux après
exploitation.

40
Le Maitre d’ouvrage disposera de quinze (15) jours pour valider la zone d’emprunt proposé par
l’Entreprise. En cas d'agrément, il précisera à l'Entreprise ses restrictions en termes d’utilisation de ces
matériaux de remblai.

En tout état de cause, l'Entreprise conserve après exploitation et utilisation des matériaux, l'entière
responsabilité de la conformité de ces matériaux aux spécifications et prescriptions définis dans le
présent CCTP.
Les matériaux d'emprunts ou d'excavation seront des graveleux latéritiques ou tout autres matériaux
équivalents présentant les caractéristiques géotechniques minimales suivantes :

• Teneur en matières organiques inférieure à 2 %,

• Indice de plasticité inférieur à 25,

• Limite de liquidité inférieure à 50,

• Indice portant CBR, après 96 heures d'imbibition et à 95 % de la densité sèche maximum


Proctor Modifié, supérieur ou égal à 20 (Cette exigence ne concerne que les matériaux
destinés à la réalisation des pistes),

• Gonflement linéaire dans le moule CBR inférieur à 2 % (Cette exigence ne concerne que
les matériaux destinés à la réalisation des pistes).

La mise en œuvre de remblais sur sols compressibles ainsi que le passage de zones de transition de
déblai en remblai imposent la mise au point préalable d’une procédure d’exécution approuvée par le
Maitre d’ouvrage ou son représentant.

Sauf stipulations différentes l’Entreprise devra :

• Aplanir la surface d’appui des ouvrages de manière à assurer un bon écoulement des
eaux superficielles et compacter le sol foisonné à la suite des opérations de déboisage et
de décapage. Les modalités du compactage sont déterminées en assimilant le sol
support du remblai au même sol mis en remblai, l’épaisseur de la couche à compacter
étant d’au moins 0,25 m.

• Localiser les zones de portance insuffisante et proposer à la Maitre d’ouvrage ou son


représentant les dispositions à prendre.

• Informer immédiatement le Maitre d’ouvrage ou son représentant et lui proposer les


dispositions à prendre si les travaux de préparation initiale mettent en évidence une zone
instable (sols compressibles, cavités, pentes) non reconnue lors des études et risquant
de compromettre la stabilité de l’ouvrage.

En cas de présence de zones localisées de terrains vasards, de sols pollués par des matières
organiques, ou des sols fins, mous, compressibles ou à portance très faible, le Maitre d’ouvrage ou son
représentant pourra demander à l'Entreprise de purger ces matériaux et de les remplacer par des
matériaux de meilleure qualité.

Les matériaux de remplacement et de substitution devront être convenablement compactés de telle sorte
que la compacité sera au moins égale à 90 % de la densité sèche du Proctor Modifié et 95 % pour les 25
cm supérieurs.

En cas de substitution ou de curage, les limites et la profondeur à traiter seront agréées par le Maitre
d’ouvrage ou son représentant ou spécifiées par lui à l'Entreprise.

L’Entreprise exécutera les remblais conformément aux profils qui auront été définis dans les plans de
coupes du terrain.

41
Tout au long de la réalisation de l’ouvrage, l’Entreprise est tenu de respecter les conditions d’utilisation
des sols et de satisfaire les exigences de compactage fixées au projet. Lorsque la constitution de remblai
sur des sols hétérogènes ne peut être évitée, il devra être particulièrement soigné pour prévenir des
désordres ultérieurs.

Les engins de compactage seront utilisés de manière à assurer une répartition homogène de l’effort de
compactage sur la surface de l’ouvrage. La dimension des plus gros éléments mis en remblai avant
compactage n’excèdera pas les 1/3 de l’épaisseur des couches devant être compactées.

Les remblais contigus aux maçonneries et aux ouvrages d’art nécessitent d’adapter les ateliers de
compactage aux sollicitations acceptables par l’ouvrage. Les matériaux utilisés seront compatibles avec
l’atelier de compactage ainsi déterminé pour obtenir la compacité nécessaire.
Le compactage des bords de remblai doit être identique à celui de l’ensemble du remblai. Il nécessitera
l’emploi d’une méthode adaptée, à proposer par l’Entreprise.

Les travaux de remblayage comprendront :

• Les implantations, générale et spéciale.

• Le régalage en couches d’épaisseur conforme aux prescriptions du projet et aux règles


de l’art.

• L’arrosage si nécessaire.

• L’aération si nécessaire.

• Le compactage jusqu’à l’obtention des exigences fixées par le projet.

• Le réglage de la plate-forme et des talus au profil définitif y compris l’évacuation des


terres excédentaires.

La protection de la plate-forme et des talus contre les eaux de ruissellement y compris l’exécution et
l’entretien des ouvrages provisoires correspondants.

Dépôts – Transport :

L’entreprise et le Maitre d’ouvrage ou son représentant définiront ensemble un lieu adapté pour le dépôt.
Ce lieu pourra se situer hors du terrain d’emprise de la Centrale mais dans tous les cas sur un terrain
dont le Maitre d’ouvrage sera propriétaire ou dont il aura obtenu une autorisation pour l’usage.

La mise en dépôt des matériaux comprendra :

• Les implantations des lieux de dépôt.

• La préparation éventuelle des lieux de dépôt avant mise en œuvre (décapage,


assainissement, réglage de plate-forme, dispositions constructives).

• La mise en forme et le compactage éventuel des matériaux déposés conformément aux


prescriptions du projet et aux règles de l’art.

• La protection de l’ouvrage contre les eaux de pluie.

• L’entretien des accès à la zone de dépôt.

• L’entretien et le nettoyage de la zone périphérique et de zone de dépôt pendant les


travaux.

42
• Le réaménagement des lieux de dépôt en fin d’exploitation conformément aux
prescriptions du projet.

• Lorsque les lieux de dépôt sont proposés par l’Entreprise en remplacement de ceux mis à
disposition par le Maitre d’ouvrage, la mise en dépôt comprend tous les frais éventuels
engagés pour l’obtention des autorisations réglementaires.

Le transport comprendra toutes les prestations relatives au déplacement des matériaux des lieux
d’extraction aux lieux de mise en œuvre.

Assainissement :

Les ouvrages d’assainissement traités dans ce chapitre concernent tous les moyens à mettre en œuvre
pour canaliser et gérer correctement les eaux de pluie, éviter les phénomènes d’érosion et ne pas
engendrer de modifications des écoulements des eaux de pluie dans la zone étendue du projet par
rapport à l’état initial (avant la réalisation de la Centrale).

Dès le démarrage du projet, l’Entreprise réalisera une étude pour le drainage du terrain et la gestion des
eaux de ruissèlement. Une étude topographique concernant les terrains environnants au site de la
Centrale sera effectuée afin de définir la géographie des bassins versants et ainsi de proposer un plan
global de gestion eaux de pluie en fonction également de la nature des sols. Cette étude définira les
ouvrages à réaliser (fossés périphériques, ouvrages drainants, gabions) et les caractéristiques des
radiers pour les rendre insubmersibles. Ces propositions seront soumises au Maitre d’ouvrage ou son
représentant pour validation.

Si les ouvrages d’assainissement ne peuvent être réalisés suffisamment rapidement, l’entreprise devra
réaliser des équipements de protections provisoires des eaux de pluie.

Jusqu’à la réception des travaux, l’Entreprise est tenue d’entretenir les moyens, provisoires ou définitifs,
pour éviter que les eaux superficielles ne dégradent les talus et les plateformes, notamment par érosion,
ou ne modifient défavorablement la qualité des matériaux de déblais.

Dans le cas où des arrivées d’eau importantes et imprévues se produiraient, l’Entreprise est tenue d’en
informer immédiatement le Maitre d’ouvrage ou son représentant, de prendre des mesures propres à
assurer la sécurité du chantier et de proposer les dispositions permettant la poursuite des travaux.

Etant donné le très faible niveau des précipitations sur le site, les bonnes caractéristiques d’absorption
des sols et surtout la présence de la digue au Sud, il n’est pas prévu, à priori, la réalisation de fossés ni
au sein de la Centrale ni en périphérie. Cependant ce point devra être validé par l’étude de l’Entreprise.

Voierie non revêtue (piste) :


Ce chapitre concerne la réalisation des pistes de circulation, internes et externes à la Centrale, qui seront
réalisées pour les besoins de la construction et l’exploitation.
Les voiries de circulation seront conçues comme des pistes « forestières ». Elles seront de deux types :

- Des pistes « lourdes » : ces pistes permettront l’accès au site et à l’intérieur de la Centrale
elles desserviront les postes de transformation (PTR). Elles sont stabilisées pour permettre la
circulation de camion de fort tonnage (semi-remorque 38 Tonnes). Ces pistes feront au
minimum 5m de large. Des aires de retournement d’un diamètre de braquage de minimum
21m seront prévues.

- Des pistes légères : ces pistes sont essentiellement situées à l’intérieur de la Centrale, en
périphérie du site. Elles permettent d’accéder à tous les ilots et seront utilisées notamment
pour les rondes des équipes de sécurité. Ces pistes seront prévues pour des véhicules
légers et feront au minimum 4m de large.

43
Une fois finies, les pistes devront être à minimum 15 cm en dessus du niveau du sol naturel aplani où
seront installées les tables de modules.

Pour la réalisation des voiries, le mouvement des terres doit privilégier le réemploi des matériaux les plus
portants en partie supérieure (couche de roulement), lorsqu’ils ne sont pas utilisés en couche de forme.

Si l’Entreprise souhaite confondre la couche de forme et la couche de roulement, elle devra en informer
le Maitre d’ouvrage ou son représentant et obtenir sa validation. Dans ce cas, la totalité de l’ouvrage
(couche de forme et couche de roulement) devra posséder les caractéristiques de la couche de
roulement.

L’Entreprise devra réaliser une planche d’essai de minimum 50m de long qui sera soumisse à des essais
et à la validation du Maitre d’ouvrage ou de son représentant. La planche d’essai sera réalisée en
respectant scrupuleusement la méthodologie et la procédure définies par l’Entreprise et en employant les
matériaux identiques et représentatifs de ceux qui seront utilisés pour la confection de toutes les voiries
du projet.

Préparation du fond de forme :

La préparation du fond de forme de la voirie comprendra :

• Les implantations.

• Le décaissement.

• L’arrosage et la scarification, si nécessaire.

• Le compactage.

• Le réglage de la plate-forme au profil dans le respect des tolérances.

• La mise en œuvre d’une toile géotextile (bidim ou équivalent).

• L’assainissement provisoire nécessaire à la protection contre les eaux de ruissellement.

La profondeur du décaissement sera définie en fonction de la nature du sol et afin d’obtenir in finé une
surélévation minimale de 15cm de la piste avec une épaisseur minimale de la couche de forme de 25cm.
Ce décaissement permettra également de « fonder » la piste et lui donnant de la stabilité.

Le compactage du fond de forme sera de préférence réalisé avec rouleau vibrant « pied de mouton » afin
solidariser les couches suivantes. L’Entreprise évitera d’utiliser un « compacteur à pneus », moins
adapté.

La mise en œuvre d’une toile géotextile permettra de séparer les différentes couches de sol, d’éviter les
dégradations ultérieures causées par les végétaux et les animaux, de répartir la portance. La toile
géotextile devra être mise en fond de forme (zone horizontale) mais également sur les retombées
latérales (parois verticales).

Si des ouvrages d’assainissement sont réalisés au droit des voiries, préalablement à la réalisation des
voieries, la plate-forme constituant l'assise du corps de chaussée (fond de forme) fera l'objet d'un réglage
et d'un compactage soigné de finition permettant d'obtenir :

• Une arase des terrassements réglés en altimétrie à plus ou moins deux (2) centimètres;

• Une compacité satisfaisante.

Couche de forme
44
L’exécution de la couche de forme comprendra :

• Les apports de matériaux.

• Les opérations de traitement le cas échéant.

• L’arrosage et la scarification, si nécessaire.

• Le compactage.

• Le réglage de la plate-forme au profil dans le respect des tolérances.

Les matériaux utilisés pour la constitution la couche de forme seront de préférence des tout-venants
graveleux naturels, notamment latéritiques ou tout autre matériaux possédant les caractéristiques
équivalentes suivantes sur les 25 derniers centimètres :

• Teneur en matières organiques inférieure à 0,5 %.

• Indice de plasticité, IP inférieur ou égal à 20.

• Limite de liquidité inférieure ou égale à 40.

• Indice portant CBR après 96 heures d'imbibition et à 95 % de la densité sèche maximum


Proctor Modifié, supérieur ou égal à 20.

Couche de roulement

L’exécution de la couche de roulement comprendra :

• Les apports de matériaux.

• Les opérations de traitement le cas échéant.

• L’arrosage et la scarification, si nécessaire.

• Le compactage.

• Le réglage de la plate-forme au profil définitif dans le respect des tolérances.

• Le reprofilage léger.

Les matériaux utilisés pour la constitution la couche de forme seront de préférence des tout-venants
graveleux naturels, notamment latéritiques ou tout autres matériaux possédant les caractéristiques
équivalentes suivantes :

• Teneur en matières organiques inférieure à 0,5 %.

• Gonflement linéaire inférieur à 0,5 %.

• Indice de plasticité, IP inférieur ou égal à 20.

• Limite de liquidité inférieure ou égale à 40.

• Pourcentage d'éléments passant au tamis de 0,08 mm inférieur ou égal à 25.

• Indice portant CBR après 96 heures d'imbibition et à 95 % de la densité sèche maximum


Proctor Modifié, supérieur ou égal à 60.
45
Les matériaux sélectionnés pour la couche de roulement seront les matériaux les plus nobles et les plus
fins. Ils proviendront essentiellement de fournitures extérieures.

Le compactage de la couche de roulement sera réalisé avec un compacteur vibrant ou avec un


compacteur à pneus, capables d’assurer le compactage prescrit pour l’ensemble de la couche de
roulement.

Reprofilage léger

Sur les voies intérieures principales, (pistes « lourdes ») l’Entreprise devra faire un reprofilage léger.
Le but de cette opération est d'éliminer les petites déformations et la tôle ondulée de la couche de
roulement afin d'obtenir une uniformité acceptable et de rétablir les pentes transversales de la piste, dans
le respect du profil défini et validé par le Maitre d’ouvrage ou son représentant.
Les travaux de reprofilage et mise en forme rapide de la couche de roulement doivent être effectués de
préférence avec des niveleuses travaillant en tandem. Le reprofilage doit se faire à partir des bords de la
chaussée vers le centre.
Le reprofilage léger ou rapide sera réalisé par la méthode mixte :

• en premier lieu la méthode dite en déblai (lame légèrement à l'arrière et orientée vers
l'extérieur),

• en second lieu la méthode dite en remblai (lame légèrement inclinée vers l'avant et
orientée vers l'intérieur).

Le cordon laissé par le décapage des matériaux de la couche de roulement par la méthode en déblai est
repris et étalé sur la plate-forme par la méthode en remblai.

Essai et validation

Des essais de portance devront être effectués par l’Entreprise pour attester de la conformité des pistes
aux exigences du CCTP. L’entreprise pourra proposer au Maitre d’ouvrage ou son représentant de
réaliser les essais suivant l’une des deux méthodes suivantes, décrites ci-après :
- Essai à la plaque,
- Essai au densitomètre à membrane.

Dans les deux cas, un essai sera réalisé tous les 500m² de piste. Des essais seront réalisés
alternativement en bord (droit et gauche) et au centre de la piste. Ces essais seront réalisés par un
laboratoire agrée ou par une entité de l’Entreprise spécialisé en mécanique des sols après accord du
Maitre d’ouvrage ou son représentant. Chacun des essais sera consigné dans un rapport d’essai certifié.

Pour les essais à la plaque, en complément des exigences de la norme NF P97-17, les résultats suivants
minimum devront être obtenus :

• EV2 > 50MPa et k (= EV2 / EV1) < 2

Pour les essais au densitomètre à membrane, les résultats suivants minimum devront être obtenus :

• Indice portant CBR, à 95 % de la densité sèche maximum Proctor Modifié, supérieur ou


égal à 60.

Lorsque dans une zone, il est constaté une insuffisance de compactage, l’Entreprise devra procéder,
dans la zone défaillante, à une scarification générale des matériaux sur 10 cm minimum, à un arrosage
éventuel et à un nouveau compactage. Toutes ces opérations sont à la charge de l’Entreprise.

46
L'épaisseur minimale de la couche de roulement devra en tous points être respectée. Le Maitre
d’ouvrage ou son représentant procèdera à des contrôles d'épaisseur; ces contrôles pourront être
réalisés aux emplacements des mesures de densité en place ou à d'autres emplacements désignés par
le Maitre d’ouvrage ou son représentant.
Si cette épaisseur minimale n'était pas respectée, l'Entreprise serait tenue de reprendre entièrement à
ses frais la couche de roulement dans la section concernée.

Digue de protection

Une digue de protection a été réalisée au Sud de la Centrale solaire existante 3MWc. Elle permet de
dévier les eaux de pluie descendant de la montage. Cette digue n’apparait pas sur les vues aériennes et
aucun plan topographique ne permet de la localiser précisément.
Il est fort probable que la future Centrale empiète sur le tracé de cette digue. Dans ce cas la digue devra
être déplacée vers le SUD.

Le déplacement de la digue sera effectué par la SNIM qui assumera les couts relatifs à ces travaux.

Clôture
Le périmètre de la Centrale photovoltaïque sera impérativement clôturé. Le type de clôture (anti-intrusion)
est défini par :

• Des panneaux rigides de minimum 2m de haut et des poteaux espacés de maximum 3m.
Les poteaux seront installés sur des fondations de minimum 30 cm x 30 cm et de 40cm
de profondeur.

• Un fil barbelé hélicoïdal de diamètre minimum 45cm qui surplombe les panneaux rigides.

• Deux fils barbelés tendus à l’extérieur de la clôture à 20 et 80cm de hauteur et à


minimum 10cm de la clôture.

• Le portail d’entrée du site fera au minimum 2m de haut et 6m de large avec 2 ventaux. Il


sera fixé sur des poteaux maçonnés (minimum 20cm x 20cm) installés sur des
fondations de minimum 60cm x 60cm et de 60cm de profondeur.
Un second portail sera réalisé par l’Entreprise entre les 2 Centrales (celle de 3MWc et
celle de 12MWc).

Afin d’éviter les ombres portées sur les modules en début et fin de journée, l’Entreprise définira le recul à
respecter sur les côtés Sud, Est et Ouest. Son choix argumenté sera présenté à la Maitre d’ouvrage ou
son représentant pour approbation.

Base vie
Dès le démarrage du chantier, l’Entreprise devra livrer, installer et mettre en service une base vie
provisoire. Cette base vie comprendra à minima :
- Une salle de réunion climatisée pour les réunions de chantier (minimum 12 m ²)
- Un bureau climatisé pour le responsable du Maitre d‘ouvrage ou son représentant (minimum
8m²)
- Une toilette raccordée au réseau d’assainissement de Zouerate ou au système d’épuration
crée sur la Centrale.

De façon privilégiée, l’Entreprise sera encouragé à définir puis construire le plus rapidement possible le
bâtiment d’exploitation ce qui pourra lui permettre, avec accord du Maitre d’ouvrage ou son représentant,
en fonction des délais de réalisations présentés par l’Entreprise, de s’abstenir de réaliser la base vie
provisoire.

47
4.2. Ancrage et structure support

Typologie

La structure de support est l’élément sur lequel repose le générateur photovoltaïque. Elle doit être fixée
au sol. Cette structure doit assurer la stabilité et la fixation correcte des modules durant toute la durée de
vie de la Centrale. Cette fixation devra aussi permettre de lutter contre le vol des modules, en
complément du dispositif anti-intrusion.
Dans ce chapitre sont décrits la structure de support, sa fixation au sol et sa distribution sur le terrain.
Les structures ne seront pas obligatoirement horizontales. Le Soumissionnaire est autorisé à proposer
une offre avec des structures qui suivent la légère pente du terrain.

Certifications, homologations et règlements applicables aux structures de support


La structure devra être dimensionnée selon les normes :
DIN 1055 EC1.
Eurocode 1 et son annexe française NF EN 1991-1-4 – Actions sur les structures du vent.

Spécification technique des structures de support


Caractéristiques des structures de support:

• Structure fixe (les trackers sont interdits).

• Structure en aluminium ou en acier galvanisé ou tout autre matériau adapté.

• Structure présentant une grande résistance à la corrosion et à l’abrasion du sable.

• Inclinaison : 20°.

• Orientation des tables : 0° SUD.

• Hauteur minimal entre le bas du module inférieur et le sol : 80cm.

• Hauteur maximale du module du haut : 2.5m.

• Deux pieux/vis (avant et arrière) de préférence.

Les modules seront fixés sur les profils longitudinaux ou transversaux de la structure au moyen de
visserie antivol ou par toute solution permettant d’éviter le démontage facile des modules. L’utilisation de
frein filet, le fait de rendre inutilisable les visseries sont des solutions acceptables. Le type de fixation
proposé doit être bien éprouvé et fiable (donner ses références et lieux où il a été essayé avec succès).
La solution choisie doit permettre un montage rapide et facile. Il n’y a pas de contraintes particulières en
termes de configuration des tables : le nombre de module, la disposition des modules Portrait/Paysage,
le nombre de ligne et colonne sont libres.

La conception de la structure dans son ensemble devra supporter une charge de vent minimum de
180km/h. La preuve de la résistance doit être faite par le calcul de la stabilité de la structure et du
système de fixation qui sera joint dans la note sur la structure.
La conception de la structure et du système de fixation des modules, permettra des dilatations
thermiques maximales pour éviter de transmettre des charges qui pourraient affecter l'intégrité des
modules.
La structure doit être ancrée au sol avec la meilleure solution technique selon les caractéristiques du
terrain et de la nature du sol.
Les parties métalliques de chaque structure seront reliées à terre. Chaque table d’une unité sera
individuellement mise à la terre par une cablette de cuivre nu (section 16mm² minimum) qui sera
connectée au poste de transformation de l’unité concernée ou à la boite de jonction la plus proche. La
solution consistant à réaliser la mise à la terre des tables adjacentes en utilisant des tresses de 20 / 40
cm ou tout autre solution équivalente et en faisant la connexion en bord de table n’est pas acceptée.
48
La solution d’ancrage imposée par l’Appel d’Offre sera soit des pieux battus soit des vis de fondation. Le
choix de la solution d’ancrage de la structure se fera aussi en considérant le contexte local Mauritanien.

A partir de l’étude de sol fournie, le Soumissionnaire devra faire une offre en définissant la profondeur de
battage des pieux ou de vissage qu’il estime adaptée au site. Après l’attribution du marché, l’Entreprise
réalisera des essais de battage/vissage à différents endroits du site et effectuera des essais d’arrachage
verticaux et horizontaux. Ces essais seront réalisés en présence du Maitre d’ouvrage ou son
représentant et d’un éventuel Bureau de contrôle mandaté par le Maitre d’ouvrage. Le Maitre d’ouvrage,
son représentant et le Bureau de contrôle devront valider le type de pieux ou de vis et la profondeur de
mise en œuvre avant que l’Entreprise de réalise la fabrication et la mise en œuvre.

SI elle le juge nécessaire, ou si cela lui ai imposé par le Maitre d’ouvrage ou son représentant,
l’Entreprise fera réaliser à ses frais une étude de sol type complémentaire.

Méthodologie d’implantation des structures :


La méthodologie d’implantation des structures de fixation des modules photovoltaïques découle de la
volonté de respecter autant que possible le terrain naturel.
Les structures seront soit horizontales (avec des décrochés entre les tables) soit suivront la pente
naturelle du sol.

L’alignement des tables et des structures sera obtenu :


• soit en jouant sur la hauteur des pieux/vis,
• soit en utilisant des profilés métalliques réglables en hauteur,
• soit une combinaison des deux formules.

L’altimétrie de chaque champ de modules sera optimisée pour prévenir les effets d'ombrage.
L’implantation sera définie et calculée pour obtenir une perte par ombrage proche (lié aux ombrages des
tables entre elles) de maximum 1%. Les paramètres géométriques devront être définis pour minimiser les
ombres portées entre les tables. L’optimisation peut être modélisée informatiquement ou traitée
manuellement. Une note justifiant le calcul d’ombrage est à fournir dans l’offre.

Distribution des structures sur le terrain


Le tableau suivant résume les paramètres géométriques minimum exigés pour la répartition des
structures sur le terrain. Les valeurs indiquées permettent de limiter les pertes d'ombrage proche en
dessous du maximum autorisé (1%).

Tableau d’identification des paramètres géométriques pour la distribution des structures :

Paramètre Description Valeur limite


H Hauteur minimale entre le point le plus bas des modules PV H ≥ 0,8 m
et le niveau du terrain
A Distance minimale entre 2 tables dans une même rangée A ≥ 0,02 m
B Distance minimale entre deux rangés de tables dans le sens B ≥ 4.2 m
Nord-Sud
C Distance minimale entre le bord d’un module et le bord d’une C ≥ 1,5 m
piste

49
Illustrations des distances minimales :

Garantie
Tous les matériaux de structures doivent avoir une garantie de 10 ans minimum.
Ces garanties devront inclure les équipements, la main d’œuvre et les déplacements.
L’Entreprise devra aussi garantir la fourniture des pièces de rechange pour toute la durée de vie des
équipements.
La période de garantie est effective à partir de la date de réception provisoire de l’installation.
Au nom de la garantie, l’Entreprise aura l’obligation de remplacer ou réparer les équipements ou
matériaux sauf en cas de vol, dommage dus à la foudre ou vandalisme.
Les défauts générés par de tels événements seront notifiés à l’Entreprise pour qu’il puisse réaliser les
réparations dans un délai de 30 jours. Passé ce délai, la SNIM pourra procéder à la substitution desdits
équipements et matériaux. Les coûts de l’intervention seront à la charge de l’Entreprise.

Etiquetage / documentation
Une plaque signalétique extérieure inaltérable, résistant aux UV, de minimum 10x10cm, sera installée sur
chaque première table de chaque rangé. Cette étiquette permettra de repérer facilement en phase
construction et exploitation chaque rangé par rapport aux plans d’implantation général.

L’Entreprise devra inclure une étude de charge de la solution proposée. Cette étude s’appuiera sur les
essais de battage/vissage des pieux/vis et des études géotechniques du terrain disponibles.
La fourniture de la structure doit s’accompagner des manuels d’installation. Il doit être possible d’identifier
toutes les pièces à l’aide des manuels, ceux-ci devant permettre à une personne non-experte de pouvoir
réaliser le montage de manière correcte.

Installation proposée (solution particulière) :


Caractéristiques du système de fixation proposé :

• Le système de fixation de la structure au sol proposé dans la solution particulière est de


type pieux battus à une profondeur estimée en première approche entre 1.8 et 2.5m.

• Deux pieux (avant et arrière) et espacement entre pieux de 4.72m.

Organisation de la Centrale :

• La Centrale photovoltaïque est composée de 440 structures (tables) de caractéristiques


similaires.

• Chaque structure (table) supporte 80 modules photovoltaïques.

• La structure en acier galvanisé répond aux exigences génériques décrites ci-dessus.

• La structure est composée de 20 rangées de 4 modules photovoltaïques.


50
• Les vis sont en acier inoxydable.

Tableau d’identification des paramètres géométriques pour la distribution des structures de la solution
particulière :

Paramètre Valeur de la solution particulière


H H = 0,8 m
A A = 0,02 m
B B = 4.2 m
C C = 1,5 m

4.3. Modules photovoltaïques

Typologie

Tous les modules photovoltaïques seront en silicium cristallin/ mono ou Poly avec un verre solaire à
faible teneur en fer en face avant. La face arrière du module sera soit un film polymère soit un verre (les
modules bi-verre sont acceptés). Les cadres des modules seront fabriqués en aluminium anodisé pour
garantir une résistance mécanique élevée. Tous les modules seront complètement identiques et
interchangeables.
La totalité de la Centrale sera réalisé avec la même marque, la même puissance et la même référence de
module photovoltaïque.

Certifications, homologations, et règlements applicables

Tous les modules seront certifiés selon les normes CEI 61730 et CEI 61215. Ils devront correspondre à
la classe de protection électrique II, ainsi qu’aux directives CE.
Tous les modules devront subir un flash test électrique et un test Electroluminescent et les rapports de
test de chaque module devront être remis au Maitre d’ouvrage ou son représentant.

Le fabricant de module doit fournir une attestation de conformité à ses obligations de responsabilité
élargie de producteur relative à la législation DEEE de l’Union européenne.

Caractéristiques électriques

La puissance crête unitaire des modules ne sera pas inférieure à 345 Wp.
Les modules en 72 ou 144 cellules sont acceptés.
La tolérance sur la puissance crête garantie par l’Entreprise sera positive (tous les modules fournis ne
devront en aucun cas présenter une puissance crête mesurée inférieure à la puissance nominale du
module) et au maximum 3%.
La boîte de connexion des modules sera étanche (IP65).
Le module sera équipé des diodes de dérivation (by-pass) nécessaires pour éviter des dommages aux
cellules dus à l’ensoleillement différencié de la surface des modules. Ces diodes by-pass (minimum 3 par
module) pourront être installées dans les boites de connexion ou directement dans le laminât.
La tension maximale admissible (VDC) sera de 1000 VDC (les systèmes en 1500Vdc pourront être
acceptés) et le coefficient de température par rapport à la valeur de la puissance PMPP devra être
inférieur à -0,44%/ºC, pour assurer un bon rendement des modules à haute température.
Les offres doivent présenter les comportements des modules face aux phénomènes LID et TID (LeTID).
Les modules autonettoyants pourront être présentés en variantes.

51
Caractéristiques physiques

Tous les modules approvisionnés seront neufs. Les modules présentant des défauts de fabrication tels
que ruptures, tâches, mauvais alignement des cellules, bulles dans le film encapsulant les cellules en
silicium, etc. ne seront pas acceptés.
Le film encapsulant des cellules sera constitué d’un matériau résistant aux rayonnements UVA.
Les modules devront résister à une charge maximale de pression de 5 400 Pa et dépression de 2400 Pa
(selon IEC 61215).

Garanties

Les modules feront l’objet d’une garantie produit d’au moins 10 ans et au moins 25 ans de garantie de
performance avec au moins 85% de leur puissance nominale au terme de cette durée.

Il sera exigé que le fabricant des modules souscrive une assurance en cas de défaillance de sa part à
assumer la garantie pendant les 25 ans (cas des faillites de fabricants).

Protections / accessoires

Les contacts à l’intérieur des boîtes de connexion seront protégés contre la corrosion. Les boîtes seront
équipées de câbles avec des connecteurs rapides, pour permettre une installation facile et sure. La
longueur des câbles permettra le raccordement de deux modules adjacents sur le grand ou le petit côté
et permettra également le câblage en série des modules en quinconce en mode portrait (pour limiter les
câbles de retour).
L’isolement des modules sera conforme à la classe 2 de protection électrique.

Etiquetage / documentation

Chaque module sera muni d’un identifiant clairement visible portant le nom, le modèle du module et un
numéro de série qui permette la traçabilité de la date de fabrication.
L’étiquetage du module sera conforme à la norme IEC 50380.

Matériel proposé

Le Soumissionnaire fournira dans son offre les caractéristiques des modules photovoltaïques proposés
selon le tableau joint dans le document « DAO Centrale Solaire-Pièce N°3 – Fiches techniques ».

Le Soumissionnaire précisera dans son offre (note sur les modules) le nombre total et par sous-système
(unité) de modules photovoltaïques utilisés, la structure de raccordement des modules (string, sous-
champ,…) et fournira le plan d’implantation et le schéma électrique correspondants.

4.4. Réseau CC

Typologie

Le réseau en courant continu décrit dans le présent article constitue la connexion électrique entre le
générateur photovoltaïque qui produit l’énergie sous forme de courant continu et l’onduleur qui
transforme le signal électrique continu en signal alternatif.
Le présent article concerne aussi les accessoires de câblage entre le générateur photovoltaïque et
l’onduleur.

Les éléments définis dans le présent chapitre concernent :


• Conducteurs de puissance,
• Protections,
• Canalisations.

52
Certifications, homologations, et règlements applicables

Les composants du réseau CC devront être conformes à la normalisation suivante :

• NFC 15-712-1 - Installations photovoltaïques sans stockage et raccordées au réseau


public de distribution.

• NF C15-100 Installations électriques à basse tension, règles.

• NF EN 61173 : Protection contre les surtensions des systèmes photovoltaïques de


production d’énergie – Guide.

• NF EN 61727 : Systèmes photovoltaïques – Caractéristiques de l’interface de


raccordement au réseau.

• IEC 60320: Degré d’isolement électrique d’équipement et matériaux.

• EN 60228: Caractéristiques du câblage.

• IEC 62548: Caractéristiques des fusibles en Centrales photovoltaïques.

Spécifications techniques des équipements et matériaux

Le réseau en courant continu doit respecter les caractéristiques suivantes :

Exigences générales :

• Tous les équipements et les matériaux doivent présenter un degré d'isolement électrique
classe II au moins au sens de la norme IEC 60320. Tous les équipements bénéficient
d’un double isolement sur toutes les parties susceptibles de contact. En cas de défaut
celles-ci peuvent demeurer sous tension.

• Aucune des deux polarités du réseau CC ne sera connectée à la terre.

• Le câblage devra suivre la norme EN 60228.

• Le choix du matériau d’âme des divers câbles CC (cuivre ou aluminium) est laissé à
l’appréciation du Soumissionnaire en vue d’optimiser les coûts.

• Le câblage présentera un double isolement et supportera une tension maximale de 1


000V.

• Les câbles soumis directement au rayonnement solaire doivent répondre à la condition


d’influence externe AN3 (résistances aux ultra-violets) ou être installés sous écran sur
tout le cheminement.

• Les câbles seront au minimum de type C2 (non propagateur de la flamme) et ayant une
température admissible sur l’âme d’au moins 90°C en régime permanent.

• La chute de tension entre le module photovoltaïque le plus éloigné de l’onduleur, et


l’onduleur ne doit pas dépasser 1,5% (la tension à utiliser dans le calcul de la chute de
tension est la tension de fonctionnement au Pmax (STC) de chaque série de modules
photovoltaïques).

Câblage, module photovoltaïque :

• Les câbles des modules photovoltaïques auront une section minimale de 4 mm2 et une
longueur optimisée selon l’agencement spatial prévu des modules. Comme indiqué dans
la rubrique correspondante, il doit être équipé d’un connecteur rapide présentant un
53
verrouillage mécanique pour les connexions entre les modules. Le raccordement à la
boîte de connexion doit être réalisé en usine.

Câblage, tronçon entre la série des modules photovoltaïques et la boîte de connexion :

• La section de câble à utiliser sera d’au moins 6mm2. Au besoin elle sera supérieure (10
mm2), et en tout état de cause elle devra permettre de respecter les obligations en terme
de pertes maximales.

• Le trajet des câbles devra tenir compte de l’exigence de minimiser les boucles
d’induction. Les deux conducteurs unipolaires connectant chaque série de modules
(string) à la boîte de connexion (i.e. le conducteur qui relie un à un les modules
photovoltaïques et le conducteur de retour depuis l’extrémité de string) devront être
posés à proximité l’un de l’autre afin de minimiser les boucles d’induction et réduire les
risques de dégradation par la foudre :

• Le câblage extérieur qui relie une série de modules (string) et la boîte de connexion sera
placé sur un chemin de câbles en acier galvanisé à chaud d’une dimension suffisante
fonction du câblage correspondant ou dans un logement adapté de la structure assurant
une tenue du câble sur la totalité de son cheminement. Les câbles doivent être posés et
non attachés point par point et suspendus.

• La structure de fixation des modules photovoltaïques servira en priorité de support ou


d’élément de fixation du chemin de câbles ou équivalent.

• Dans le cas de passage en souterrain de certaines parties du tronçon.


La profondeur de la tranchée sera de 60cm au minimum. La largeur de la tranchée sera
aussi réduite que possible, définie en fonction du nombre de fourreaux et de leur
diamètre. Le câblage sera installé à l’intérieur d’un fourreau annelé flexible de PVC, non
propagateur de flamme, d’une résistance à l’impact de 1 J, d’une résistance à la
compression de 320 N minimum et une rigidité électrique de 2 000 V. Un grillage
avertisseur signalera 20cm au-dessus la présence des fourreaux. Une borne avec un
couvercle protégera les extrémités des tronçons souterrains.

• Les câbles seront repérés aux tenants et aboutissants par des numérotations résistantes
aux UV et durables dans le temps.

Câblage du tronçon de la boîte de connexion à l’onduleur :

• La section de câble à utiliser sera adaptée pour chaque sous-champ selon sa distance à
l’onduleur, de façon à garantir la chute de tension maximale autorisée pour les modules
les plus éloignés de l’onduleur.

• La connexion électrique entre la boîte de connexion et l’onduleur sera souterraine.

54
• Un regard avec couvercle d’accès doit être installé pour chaque changement de direction
du tronçon de plus de 75°, chaque regroupement de s ous-champ.

• La profondeur de la tranchée sera de 60 cm au minimum. Sa largeur sera aussi réduite


que possible, définie en fonction du nombre de câbles et de leur diamètre. Les câbles
seront directement posés sur un lit de sable. Les câbles seront spécialement adaptés à
cette mise en œuvre, ils seront armés et traités contre les rongeurs. Un grillage
avertisseur signalera 20cm au-dessus la présence des câbles. Au niveau des traversées
de voiries, une protection mécanique doit être mise en œuvre pour protéger les câbles
des pressions exercées.

• Chaque fois que cela sera possible, une séparation physique devra exister entre le
câblage de polarité positive et le câblage de polarité négative. Cependant il sera toléré
que des câbles de polarité positive et négative coexistent dans un même cheminement
en prenant les mesures fiables d’isolement.

• Le branchement des sous-champs à l’onduleur sera réalisé au moyen de dispositifs


préinstallés dans l’onduleur à cette fin.

• L’onduleur sera installé à l’intérieur du PTR. La tranchée contenant les conducteurs en


provenance des sous-champs se termine par une pénétration souterraine des
conducteurs dans le PTR pour raccordement direct à l’onduleur ou à l’armoire CC interne
au PTR.

• Les câbles seront repérés aux tenants et aboutissants par des numérotations durables
dans le temps.

Connexion à l’onduleur :

• Si l’onduleur ne dispose pas des fusibles de protection à l’entrée du courant continu, un


fusible devra être installé sur toutes les arrivées (polarités positives et négatives). Le
fusible doit respecter la norme IEC62548.

• Si l’onduleur ne dispose pas d’une protection foudre du côté du courant continu, un


dispositif de protection contre les surtensions de type II devra être installé selon IEC
61643-11.

• Si l’onduleur n’intègre pas de contrôle d’isolement, un tel contrôle doit être installé.

Régime de mise à la terre :

• Le régime de mise à la terre du réseau à courant continu correspond au régime IT. Les
conducteurs actifs sont flottants et indépendants.

• Les masses des structures et des équipements sont branchées directement à terre.

• Un contrôle de l’isolement sensible aux valeurs de résistance inférieures à 500 000 Ω est
mis en œuvre.

• Chaque structure est connectée à la terre de façon indépendante. Une cablette de cuivre
nu relie directement chaque table à la barrette de terre du PTR de l’unité concerné. Il
n’est pas accepté la mise à la terre de proche en proche de deux tables successives par
une tresse ou tout dispositif équivalent. La boîte de connexion est connectée à la terre la
plus proche.

55
• Les dispositifs de protections contre les surtensions installés à l’intérieur de la boîte de
connexion sont connectés au circuit de terre de la boîte de connexion.

• Le conducteur utilisé pour le circuit de terre doit avoir une tension nominale de 450/750V,
avec enveloppe non métallique (type polychlorure de vinyle) et flexible. La couleur du
conducteur doit être jaune et vert.

• Chaque prise de terre doit être munie d’un dispositif de raccordement des masses à la
terre. Le tronçon entre le dispositif et le piquet de terre doit être réalisé en cuivre nu.

• Chaque prise de terre doit être réalisée avec un piquet de terre en acier galvanisé ou
acier cuivré de 2 m de longueur et de 18mm de diamètre

• La connexion entre le conducteur de cuivre nu et le piquet de terre doit être réalisée au


moyen d’un connecteur en acier galvanisé ou en bronze.

• La section des conducteurs de terre doit être définie à partir de la valeur de la résistance
de terre maximale mais ne pourra en aucun cas être inférieure à 16 mm². La mise à la
terre doit assurer une tension maximale de contact inférieure à 24V pour la valeur
maximale de la résistance de terre.

Garanties :

Tous les équipements et fournitures doivent faire l’objet d’une garantie d’au moins 2 ans à partir de la
date de réception provisoire de l’installation et les garanties doivent couvrir l’équipement lui-même, la
main-d’œuvre et le transport. En vertu de la garantie, l’Entreprise aura l’obligation de remplacer ou
réparer l’équipement et les fournitures sauf en cas de vol, de foudroiement, de vandalisme, etc.

Étiquetage et documentation :

Le code de couleur des conducteurs devra être respecté :

Câbles unipolaires:

• Conducteur de polarité positive : enveloppe de couleur rouge.

• Conducteur de polarité négative : enveloppe de couleur noir (ou bleu).

• Conducteur de terre : enveloppe de couleur jaune et vert.

L’enveloppe des conducteurs portera un marquage indélébile et bien visible mentionnant les données
suivantes :

• Nom du fabricant ou marque commerciale.

• Type de conducteur.

• Norme de référence.

• Taille nominale.

• Les deux derniers chiffres de l’année de fabrication.

• Distance entre la fin d’un marquage et le début d’un autre <= 200 cm.

L’Entreprise devra fournir les certificats d’homologation des conducteurs et le protocole d’essai portant
sur les aspects suivants :

56
• Rigidité diélectrique.

• Résistance de l’isolant.

• Résistance électrique.

• Extinction de flamme.

• Densité de fumée.

Installation de référence (solution particulière) :

Dans la solution particulière, donnée à titre indicatif, il est prévu l’utilisation de boite de connexion de 16
entrées (16 string). La puissance par boite de connexion est donc de 110.4kWc. L’installation étudiée à
titre d’exemple est présentée dans le tableau suivant :

PUISSANCE
Nº MODULES BRANCHEMENT Impp (A) Isc (A) Voc (V) Vmpp (V)
(Wc)

320 16 x 20 110 400 Wc 145,76 154,88 926,0 762,0

Cette solution particulière est basée sur des unités de 1 214 kWc, composé chacune de 11 sous-champs
de 110.4kWc.
Le Soumissionnaire peut proposer un agencement en unités différentes et des assemblages en sous-
champs (nombre de modules par chaîne, nombre de chaînes en parallèle) différents, pour satisfaire aux
caractéristiques des onduleurs proposés. L’assemblage spatial des modules devra chercher à minimiser
les longueurs des câbles. Cet assemblage devra garantir que la chute de tension entre le module
photovoltaïque le plus éloigné de l’onduleur et l’onduleur ne dépasse pas 1,5%.

4.5. Boîte de connexion DC

Typologie
Les boîtes de connexion des sous-champs photovoltaïques seront de type extérieur (IP65) et
permettront le branchement, la protection et la surveillance détaillée de chaque série de modules. Elles
devront être protégées de l’incidence directe ou indirecte des rayons solaires

Certifications, homologations, et règlements applicables

Installées à l’extérieur, les boîtes devront répondre à la classe de protection électrique II et devront aussi
respecter les directives Européennes.

Caractéristiques électriques

Les boîtes d’interconnexion devront incorporer la protection des pôles positifs et négatifs de chaque
string par fusible d’entrée et un organe de sectionnement dont les calibres seront conformes à la norme
CEI62548. Contre les effets indirects de la foudre, la boîte de connexions doit disposer d’un dispositif
alarmé de protection de Type II contre les surtensions conforme à la norme CEI 61643-11.

Les boîtes de connexions doivent disposer d’un interrupteur disjoncteur bipolaire général de calibre
adapté.
Les boîtes devront incorporer les protections des départs vers l’onduleur correspondant.

Il n’est pas obligatoire que les boîtes de connexion réalisent la mesure en continu des différents courants
des strings qui y seront branchés, dans la mesure où le système de télégestion/ télécontrôle permette de
détecter et de générer une alarme si un string est défaillant sur une boite de connexion.

57
Caractéristiques physiques

Toutes les boîtes seront approvisionnées neuves. Celles présentant des défauts de fabrication ne seront
pas acceptées. Les boîtes de connexions seront en plastique renforcé avec de la fibre de verre, auto
extinguible et sans composés halogènes ou toute autre matière résistante aux UV est destinée à un
usage extérieur dans un climat à très fort ensoleillement. Leur étanchéité devra être garantie ainsi que la
durabilité des matériaux de fabrication et la résistance à l’exposition aux facteurs climatiques du site
(soleil, sable, pluie, vent, etc.).
Un système de fixation de la boîte de connexions devra être réalisé en respectant le degré d’étanchéité
(IP65) et en vérifiant la résistance mécanique de la fixation. Il sera possible de fixer les boites de
connexion sur les structures de modules. L’Entreprise pourra également réaliser des supports dédiés
séparés avec un pieu/vis séparé ou une fondation de masse dont les dimensions et les caractéristiques
assurent la stabilité de la boîte.
L’entrée des câbles dans la boite respectera le degré d’étanchéité (utilisation de presse-étoupes UV par
exemple) et le nombre maximum de string par boite sera de 24 entrées.

Garanties

La garantie usine légale des boîtes devra être de 2 ans au minimum, et comprendre le remboursement
de tous les frais relatifs aux réparations ou aux pièces de rechange pendant la durée convenue à
compter de la réception provisoire.

Protections / accessoires

Tous les accessoires nécessaires pour l’installation des boîtes seront fournis et correctement installés.

Etiquetage / documentation

Chaque boîte portera d’une façon clairement visible le nom et le modèle de boîte et aussi une
identification visuelle ou un numéro de série qui permet la traçabilité de la date de fabrication.
Chaque boite sera identifiée clairement à l’extérieur par un numéro. Ce numéro sera repris sur le schéma
électrique de chaque PTR. Un schéma électrique détaillé précisant la position de chaque boîte de
connexion dans le schéma général de la Centrale, les modules que lui sont connectés et l’onduleur de
raccordement sera fourni en 5 exemplaires.

Matériel proposé

Le Soumissionnaire fournira dans son offre les caractéristiques des boites de connexion proposées selon
le tableau joint dans le document « DAO Centrale Solaire_Pièce N°3 – Fiches techniques »

4.6. Onduleur

Typologie

Les onduleurs installés, seront triphasés.

Les onduleurs de type « centraux » seront installés dans un local technique étanche et climatisé
impérativement (l’air chaud doit être évacué à l’extérieur du local). Les onduleurs seront
préférentiellement de type outdoor (IP65) même s’ils sont installés dans un local technique étanche et à
minima les organes de coupure de l’onduleur doivent avoir une protection contre l’intrusion de la
poussière de type IP6x.

Le local technique sera soit maçonné sur site soit préfabriqué (de préférence des locaux maçonnés). Il
sera isolé thermiquement. De plus une « casquette » sera installée en sur-toiture pour apportera une
protection solaire vis-à-vis rayonnement du soleil.

58
Les onduleurs strings sont obligatoirement de type outdoor. Les fabricant doivent garantir leur bonne
tenue face aux conditions du site.

Certifications, homologations, et règlements applicables


Les onduleurs seront conformes aux normes EN 61000-6-2 et EN 61000-6-4 relatives à la compatibilité
électromagnétique (CEM) et plus généralement aux normes européennes qui concernent l’ensemble de
leurs composants.

Caractéristiques électriques
Les onduleurs devront s’ajuster sur le point de puissance maximale du générateur photovoltaïque et donc
ils intégreront un ou plusieurs dispositifs de recherche du point de puissance maximale dynamique
(MPPT).
La tension minimale de fonctionnement de l’onduleur et son système de gestion seront tels que l’onduleur
pourra commencer à fonctionner dès que l’ensoleillement sera supérieur à 50Wh/m².
La tension maximale de fonctionnement sera suffisamment élevée pour que l’onduleur soit toujours à son
fonctionnement optimal quels que soient l’ensoleillement et la température.

Les onduleurs seront dimensionnés pour qu’ils puissent faire transiter la puissance active maximale et la
puissance réactive maximale simultanément au point de connexion 33kV (poste de distribution SNIM)
sans devoir écrêter la puissance de transfert et en respectant les exigences électriques décrites au
chapitre 3.2.

Le dimensionnement sera argumenté et justifié par une note.

Le rendement européen (Euro-Eta (η)) ne sera pas inférieur à 97.5%:


Euro-Eta (η) = 0.03 x E5 + 0.06 x E10 + 0.13 x E20 + 0.1 x E30 + 0.48 x E50 + 0.2 x E100 , où
EX = Rendement de l’onduleur à X % de sa puissance nominale.

L’autoconsommation des onduleurs en mode veille ne sera pas supérieure à 0.2% de la puissance
nominale.

Caractéristiques physiques
Tous les onduleurs installés seront des matériels neufs.
La température ambiante maximale admissible de fonctionnement ne sera pas inférieure à 50ºC.
Ils seront capables de fonctionner avec une humidité relative de l’air sans condensation maximale d’au
moins 95%.

Garanties
La garantie des onduleurs sera au moins de 10 ans.
Le certificat de garantie devra clairement indiquer que la garantie s’applique dans les conditions de
fonctionnement extrêmes du site de Zouerate (température, vent de sable ensoleillement, pluie, …).
La garantie démarrera à la date de la réception provisoire et elle comprendra tous les frais relatifs aux
réparations ou aux pièces de rechange.

Protections / accessoires
Les onduleurs seront équipés d’un écran de contrôle commande, d’un dispositif de surveillance
d’isolement à la terre et d’une protection contre l’échauffement excessif.
Ils incorporeront un interrupteur d’arrêt d’urgence, un ou des interrupteurs et protections du côté DC et un
organe de protection de type disjoncteur magnétothermique tripolaire du côté AC. Le calibre du
disjoncteur magnétothermique sera calculé en fonction de la puissance de l’onduleur et des conducteurs
utilisés. Ce disjoncteur devra être motorisé et asservi à la cellule du tableau HTA du PTR.

Etiquetage / documentation
Chaque onduleur portera d’une façon clairement visible le nom et modèle de l’onduleur et aussi une
identification visuelle ou un numéro de série permettant la traçabilité de la date de fabrication. Chaque
onduleur sera identifié clairement par un numéro. Ce numéro sera repris sur le schéma électrique de

59
chaque PTR. Ce schéma électrique détaillé précisera sa position dans le schéma général de la Centrale
et les modules qui lui sont connectés. Il sera fourni en 5 exemplaires.

Matériel proposé

Le Soumissionnaire fournira dans son offre le nombre d’onduleurs par unités et les caractéristiques des
onduleurs proposés selon le tableau joint dans le document « DAO Centrale Solaire_Pièce N°3 – Fiches
techniques ».

4.7. Réseau AC BT

Typologie

Le réseau de courant alternatif, objet de ce chapitre est défini comme la connexion électrique entre
l’onduleur qui transforme le signal électrique continu en alternatif et le transformateur qui élève la tension
à 33.000 V.
Cet article traite également des accessoires qui équipent la connexion entre l’onduleur et le
transformateur.

Les éléments décrits dans cet article sont les suivants :

• Conducteurs de puissance,

• Protections BT.

Certifications, homologations, et règlements applicables

• NF C15-100 Installations électriques à basse tension, règles.

• UTE C15-400 : Raccordement des générateurs d’énergie électrique dans les installations
alimentées par un réseau public de distribution.

• CEI 60320: Degré d’isolation électrique d’équipement et matériaux.

• EN 60228: Caractéristiques du câblage.

• CEI62548: Caractéristiques des fusibles en Centrales photovoltaïques.

• CEI 60502 : Caractéristiques du câblage type 2.

• CEI 61643-11 : Caractéristiques des déchargeurs de surtension.

Spécifications techniques des équipements et matériaux

Exigences générales :

• Tous les équipements et les matériaux doivent présenter un degré d'isolement électrique
classe II au moins au sens de la norme IEC 60950. Tous les équipements bénéficient
d’un double isolement sur toutes les parties susceptibles de contact. En cas de défaut
celles-ci peuvent demeurer sous tension.

• Le double isolement est réalisé en utilisant l’isolant tout en séparant physiquement les
zones sous tension et les zones de contact.

• Aucun des conducteurs constituant le réseau AC n’est connecté à la terre.

60
Câblage

• Le câblage doit être en cuivre. Il doit être unipolaire et doit suivre la norme EN 60228.

• Le câblage est à double isolement avec une tension nominale au moins égale à celle du
système (1000V).

• Le circuit est de classe 2 au sens de la norme CEI 60228.

• L'enveloppe du câble utilise des matières conformes aux normes en vigueur pour l’emploi
du câble (par exemple le caoutchouc naturel ou styrène-butadiène comme premier
isolant et le polychlorure de vinyle comme second isolant). Le couple de torsion du câble
devrait être 185 Nm.

• La longueur maximale du câble entre l'onduleur et le transformateur ne doit pas dépasser


15m.

• La chute de tension entre l'onduleur et le transformateur ne doit pas dépasser 0,5%.

• Protections de sortie de l’onduleur

o Si l´onduleur n’intègre pas de filtre sinusoïdal pour assurer une bonne forme
d'onde de l'énergie produite, celui-ci doit être ajouté.

o Si l´onduleur n'a pas de protection contre les surtensions, celle-ci doit être
ajoutée (triphasé type 1 selon 61643-11)

o Si l´onduleur ne possède de disjoncteur magnétothermique tripolaire asservi à la


cellule HTA, celui-ci devra être ajouté.

o Si l´onduleur ne comporte pas de dispositif de mise à la terre et en court-circuit


côté AC, il doit être ajouté.

Section onduleur transformateur

• Le circuit devra être composé de 3 phases sans neutre.

• Cheminement : Le câblage cheminera à l'intérieur du local technique grâce à des


passages prévus à cet effet.

Garanties

Toutes les fournitures doivent faire l’objet d’une garantie d’au moins 2 ans à compter de la date de
réception provisoire de l’installation. Ces garanties doivent couvrir l’équipement, la main-d’œuvre et le
transport.

L’Entreprise doit garantir également l’approvisionnement des pièces de rechange compatibles pendant
toute la durée de vie de l’équipement.
En vertu de la garantie, l’Entreprise aura l’obligation de remplacer ou réparer les équipements ou les
fournitures sauf en cas de vol, de foudroiement, de vandalisme, etc.
L’Entreprise sera informée de l’occurrence des défauts. Il disposera d’un maximum de 7 jours pour
effectuer les réparations nécessaires. Après cette période, le gérant de la Centrale pourra procéder de sa
propre initiative à la substitution des équipements des matériels défectueux. Les coûts de l’intervention
seront à la charge de l’Entreprise.

61
Etiquetage / documentation

Le code de couleur des conducteurs :

Câbles unipolaires:

• Conducteur de phase : noir, marron ou gris

• Conducteur neutre : bleu

• Conducteur de terre : jaune et vert

L’enveloppe des conducteurs présentera un marquage indélébile et bien visible des données suivantes :

• Nom du fabricant ou marque commerciale

• Norme de référence

• Type de conducteur

• Section nominale

• Les deux derniers chiffres de l’année de fabrication

• Distance entre la fin d’un marquage et le début d’un autre <= 200 cm.

L’Entreprise devra fournir les certificats d’homologation des conducteurs et le protocole d’essais des
aspects suivants :

• Rigidité diélectrique

• Résistance d’isolement

• Résistance électrique

• Extinction de flamme

• Densité de fumée

• Émission des halogènes

Les protections doivent comporter la mention des caractéristiques principales sur la face avant du
dispositif. Les autres caractéristiques électriques peuvent être mentionnées sur le côté ou à l’arrière sans
être obligatoirement visibles une fois la protection installée.
Les informations suivantes doivent apparaître sur la partie frontale des protections magnétothermiques:

• Intensité nominale.

• Pouvoir de coupure le cas échéant, avec symbole normalisé.

• Indications des positions d’ouverture et de fermeture, respectivement par 0 et I.

Installation proposée (solution particulière)

Configuration de la Centrale :
Le branchement entre l’onduleur et le transformateur se réalisera au moyen d’un circuit triphasé en
triangle et tension entre phases 410V. La configuration de cette partie de l’installation sera flottante, c'est-
à-dire les parties actives de l’installation ne seront pas connectées à la terre.

62
La section calculée du câblage sera de 4 circuits de 300mm2 par phase. Le câblage sera en cuivre
unipolaire.
Un disjoncteur magnétothermique triphasé de 2500A sera câblé en sortie de chaque onduleur comme
protection avant de connecter les conducteurs au transformateur. Ce disjoncteur est motorisé et asservi à
la cellule HTA.
Le disjoncteur sera installé dans la partie onduleur du local technique, entre l’onduleur et le
transformateur, son état sera visible sans avoir à y accéder.

4.8. Transformateurs

Typologie

Les transformateurs élévateurs installés dans les PTR seront à isolement liquide, à huile, exempt de
PCB. Ils permettront l’élévation de la tension de sortie des onduleurs (CA BT) à la tension appropriée
pour le raccordement de l’installation au réseau électrique HT, c’est à dire 33 kV.
Le transformateur sera prévu pour un fonctionnement en extérieur (outdoor) et sera de type ONAN.

Certifications, homologations, et règlements applicables

Les transformateurs élévateurs seront soumis à des essais qui garantissent la conformité aux normes
suivantes :

• EN 60076-1, CEI 60076-1 : Mesure de la résistance des enroulements du transformateur.

• EN 60076-1, CEI 60076-1 : Mesure du rapport de transformation et vérification du groupe


de connexions.

• EN 60076-1, CEI 60076-1 : Mesure des pertes cuivre et de la tension électrique de court-
circuit, sur la prise principale.

• EN 60076-1, CEI 60076-1 : Mesure des pertes et du courant à vide.

• EN 60076-3, CEI 60076-3 : Essai de tension électrique appliquée à la fréquence


industrielle.

• EN 60076-3, CEI 60076-3 : Essai de tension électrique induite.

Pour chaque transformateur, les procès-verbaux d’essai et/ou rapports d’essai seront remis au Maitre
d’ouvrage ou son représentant et seront joints dans le DOE.

Caractéristiques électriques

Il peut être proposé des transformateurs à simple enroulement ou des transformateurs à double
enroulement (solution décrite dans la solution particulière). Dans le cas de PTR de relative forte
puissance, les contraintes de transport et de levage seront examinées de près et le nombre et la
puissance des transformateurs devront résulter d’une optimisation technico-économique.

Le dimensionnement des transformateurs devra se faire en tenant compte :

• de la température calculée dans la partie « transformateur » du local technique (partie


ventilée) en fonction de la température ambiante maximale,

• du transfert des puissances actives et réactives maximales sans écrêtage,

• des harmoniques.

Le dimensionnement sera argumenté et justifié par une note.


63
La tension nominale entre phases des enroulements basse tension des transformateurs sera compatible
avec la tension de sortie des onduleurs. La tension nominale entre phases des enroulements haute
tension sera de 33 kV. Les transformateurs seront équipés à minima de prises de réglage à vide de -5%
à +5% par pas de ±2,5%. La fréquence de travail des transformateurs sera de 50 Hz.
Le transformateur sera de type « AO – BK » pour les pertes à vide et en charge.
La cuve du transformateur sera dimensionnée pour pouvoir recueillir 100% de l’huile contenue dans le
transformateur ; la cuve sera mise à la terre en utilisant un câble de terre de section réglementaire.

Caractéristiques physiques

Il ne sera pas fait appel à du matériel recyclé, récupéré ou obtenu d’occasion.

Garanties

La garantie des transformateurs contre tout défaut matériel et fonctionnel ne sera pas inférieure à 2 ans à
partir de la réception provisoire.

Protections / accessoires

Les transformateurs devront incorporer une soupape de décharge, un orifice de remplissage, un orifice
pour la vidange et prise d’échantillon d’huile, un écran électrostatique relié à la cuve et un thermomètre
avec 2 contacts.
Côté BT, en fonction de la configuration du PTR, sans que ce soit une obligation, les transformateurs
pourront être équipés d’un coffret contenant un interrupteur de coupure en charge et une protection
contre les surcharges. Ils seront refroidis de façon naturelle et présenteront des pertes CC réduites.
Côté HT, le transformateur sera connecté à la cellule du poste HT compact du PTR.

Etiquetage / documentation

Chaque transformateur sera muni d’une plaque d’identification précisant le nom du fabricant, le numéro
de série, la date de fabrication et les caractéristiques de l’appareil. Chaque transformateur sera identifié
par un numéro. Pour chaque installation, un schéma électrique détaillé précisant la position référencée
du transformateur dans la Centrale sera fourni en 5 exemplaires.

Le Soumissionnaire fournira dans son offre les caractéristiques des transformateurs proposés selon le
tableau joint dans le document « DAO Centrale Solaire_Pièce N°3 – Fiches techniques ».

Le ou les onduleurs, le transformateur de chaque sous-système, le coffret de protections CA BT du


transformateur et le poste Moyenne Tension (MT) seront installés en un ensemble nommé « Poste de
Transformation » (PTR), fourni avec le câblage déjà réalisé. Les caractéristiques des PTR, en tant que
local technique, sont décrites dans la rubrique suivante.

4.9. Poste de transformation (PTR) – Local technique (LT)

Typologie

Les locaux techniques (ou poste de transformation) abritent l’ensemble des onduleurs, du transformateur
et les protections et accessoires correspondants, ils ne doivent pas être encombrés. Ils pourront être
construits sur le site (solution décrite dans la solution particulière) où bien être préfabriqués. Dans la
solution « préfabriquée », les équipements et aussi toutes les connexions sont déjà installées, réduisant
ainsi le temps nécessaire de construction, installation et essais lors du chantier. Dans tous les cas, ils
devront remplir les conditions décrites ci-après.
Le local sera isolé thermiquement et il sera protégé du rayonnement direct par une casquette ou une
surtoiture située au moins 30 cm au-dessus du toit.
Certifications, homologations, et conditions de mise en œuvre
64
Les locaux techniques devront remplir toutes les conditions de mise en œuvre déjà spécifiées au chapitre
6 (Normalisation).

Caractéristiques électriques

Les consommations basse tension des locaux techniques correspondant aux besoins de climatisation,
ventilation, éclairage, des auxiliaires des onduleurs, des systèmes de surveillance de la performance de
l’installation, etc. sont alimentées (dans la solution particulière) à partir d’un transformateur, de faible
puissance, installé en sortie d’onduleur dans chaque PTR.

Caractéristiques physiques

La construction des locaux devra tenir compte des conditions climatiques auxquelles les équipements
pourraient être exposés. Le niveau du plancher des locaux sera toujours 20cm au moins au-dessus du
niveau du sol sur lequel ils sont construits pour éviter des inondations lors des plus fortes pluies. La pente
du terrain tout autour du PTR sera telle que l’eau de pluie sera drainé hors des parois des PTR. La
température et l’humidité à l’intérieur des locaux seront maintenues à des niveaux tels qu’ils permettent
en permanence le fonctionnement correct des équipements installés à l’intérieur.

Les parties du local technique pour les onduleurs et pour les cellules HTA seront climatisées.
Les groupes des climatiseurs seront installés en hauteur sur la façade nord du local technique. Ils seront
surmontés par une « casquette » qui créera une protection solaire vis-à-vis rayonnement du soleil. Une
protection mécanique sera également mise en place pour éviter que le ventilateur du groupe ne ventile
de l’air trop chargé de sable. Cette protection, de type « chicane », évitera de colmater les filtres des
groupes.
Le Soumissionnaire devra présenter une étude qui justifie que la température à l’intérieur des locaux
techniques ne dépassera pas celle admissible par l’onduleur sans écrêtage de la puissance tout en
évitant le gaspillage d’énergie dans toutes les hypothèses de température extérieure (maximum de 50°
ambiant).

La partie du local technique qui abritera le transformateur sera ventilée (non climatisée). Une étude de
ventilation et de montée en température de cette partie du local devra indiquer si la ventilation peut être
naturelle ou si elle doit être forcée (contrôlée par thermostat).
Dans le cas de ventilation forcée, des filtres spéciaux seront installés pour éviter l’entrée de sable et de
poussières qui pourraient éventuellement endommager les équipements de ventilation. Ces filtres seront
nettoyés aussi souvent que nécessaire. Leur système de montage/démontage sera aisé et permettra des
démontages très fréquents (hebdomadaires).

La construction des locaux techniques devra permettre un accès facile aux équipements en vue de leur
substitution ou de leur entretien. Pour les transformateurs liquides, une fosse de récupération de l’huile
sera installée sous chaque transformateur de puissance. Etanche, elle permet en cas d’incident sur le
transformateur de stocker l’huile avant récupération. La capacité de stockage de la fosse sera au moins
égale à la quantité d’huile maximale du transformateur. La fosse comprendra un dispositif de
récupération d’huile en partie basse par gravitation (pas de recours à des pompes).

Garanties

La garantie des locaux techniques contre tout défaut matériel et fonctionnel sera d’au moins 2 ans à partir
de la réception provisoire.
Si le local technique est maçonné, l’Entreprise devra fournir une garantie décennale sur l’ouvrage.

Protections / accessoires

Les locaux techniques devront incorporer tous les éléments auxiliaires nécessaires à leur bon
fonctionnement, c’est à dire:

65
• les boîtes de protection et de branchement

• le réseau BT pour l’alimentation des auxiliaires

• le réseau de la mise à la terre des équipements dans les locaux

• l’installation d’éclairage intérieur et extérieur (normal et secours) des locaux, etc.

• Les outillages et matériels de manœuvre

• les matériels de sécurité (gants isolants, tabouret isolant, perche de contrôle d’isolement,
valise de secours pour les premiers soins, pancarte décrivant les premiers secours)

• filtres

• équipements de ventilation forcée et de climatisation.

Etiquetage / documentation

Chaque local technique portera d’une façon clairement visible une identification visuelle indiquant sa
position dans le schéma général de la Centrale, ainsi que le type d’onduleur et de transformateur
installés.

Option proposée

La solution particulière décrit des locaux maçonnés sur site. Les plans sont donnés à titre d’exemple.

Le Soumissionnaire fournira dans son offre les caractéristiques des locaux techniques (PTR) proposés
selon le tableau joint dans le document « DAO Centrale Solaire_Pièce N°3 – Fiches techniques ».

4.10. Auxiliaire

Typologie

A partir des transformateurs BT/BT, l’alimentation des auxiliaires du PTR se fera à partir d’un tableau
général de distribution BT. Le Soumissionnaire pourra proposer l’installation d’un transformateur
d’alimentation des auxiliaires par PTR, ou un pour 2 ou plus de PTR, en fonction des puissances des
transformateurs et des consommations des auxiliaires tout en restant dans des puissances qui
n’engendrent pas de problème sur la production électrique. La solution proposée devra garantir
l’exploitation, la sécurité et la pérennité des ouvrages à desservir.
Un régime de neutre de type TT ou TN sera réalisé sur le réseau de distribution BT des auxiliaires (voir
étude géotechnique réalisée par ELECNOR pour la Centrale solaire 3MWc).

En complément de ce transformateur d’alimentation, un petit onduleur back-up on-line permettra de


secourir certaine charge. En cas de coupure prolongée, au-delà de la durée d’autonomie du back-up, les
charges pourront être alimentées par un groupe électrogène portable qui sera fourni par l’Entreprise (un
groupe bien dimensionnée pour toute la Centrale qui doit être installé dans un local séparé et bien
ventilé). Sur le tableau de distribution, une entrée sera dédiée au groupe électrogène et permettra au
moyen d’un inverseur de source d’alimenter le PTR par ce groupe électrogène.

Certifications, homologations et règlements applicables

• NF C15-100 Installations électriques à basse tension.

• IEC 62040 Alimentation sans interruption.

66
Caractéristiques techniques

Le coffret de distribution BT des auxiliaires intégrera des départs, une protection générale de type
disjoncteur différentiel et des départs protégés pour les équipements suivants à minima :

• Eclairage (intérieur et extérieur),

• Prises de courant,

• Ventilation, climatisation,

• Auxiliaires onduleurs,

• Système de surveillance du fonctionnement,

• Pilotage à distance des cellules, si applicable.

La protection de chacun de ces différents départs se fera par des disjoncteurs ou par des fusibles de
calibre adapté à la puissance consommée.

Garanties

La garantie des matériels dans tous les locaux techniques contre tout défaut matériel et fonctionnel sera
d’au moins 2 ans à partir de la réception provisoire.

Protections / accessoires

Les locaux techniques devront incorporer tous les éléments auxiliaires nécessaires à leur bon
fonctionnement, c’est à dire:

• les boîtes de protection et de branchement,

• le réseau BT pour l’alimentation des auxiliaires,

• le réseau de la mise à la terre des équipements dans les locaux,

• l’installation d’éclairage intérieur et extérieur (normal et secours) des locaux, etc,

• les matériels de sécurité (gants isolants, tabouret isolant, pancarte décrivant les premiers
secours),

• filtres,

• équipements de ventilation forcée.

4.11. Réseau HT

Typologie

Le réseau à haute tension (HT) objet de cette section comprend les lignes HTA enterrées internes à la
Centrale (liaison entre PTR et PDL) et la connexion du PDL au poste de distribution de Zouerate.
Le réseau à haute tension a une tension nominale de fonctionnement de 33.000V.

Le découpage de la Centrale en un minimum de 2 unités fonctionnelles de 8 MWc maximum est imposé.


Cette architecture permettra à l’exploitant en cas de besoin de délester la Centrale par tranche et de
limiter les pertes de production en cas de défaut sur une unité.
67
La liaison entre le Poste de Livraison (PDL) de la Centrale PV et le poste de distribution de Zouerate
(distance d’environ 1 km si le site choisi pour la Centrale 12MWc sera juxtaposé à celui de la centrale
existante) se fera :

• Soit par une ligne aérienne complétée de part et d’autre par une petite section enterrée
(cas de la solution particulière).

• Soit par une ligne enterrée sur toute la distance.

La solution la plus optimale est celle de la ligne aérienne, cette ligne sera réalisée avec des pylônes en
treillis métalliques ou en béton.

Certifications, homologations et mise en œuvre

Les installations électriques HT seront conformes à la norme NF C 13-100 et à la norme NFC 13-200.

Spécifications techniques des équipements et des matériels

Exigences générales concernant les câbles HT tripolaires non armé champ radial :

• Norme de référence : IEC 60-502.

• La tension nominale du réseau est 33KV.

• Les conducteurs unipolaires assemblés en trèfle pour les câbles enterrés.

• L’âme du conducteur est en aluminium ou en cuivre.

• La section devra être calculée conformément au standard applicable notamment par


rapport au courant admissible dans le câble (Iz) en fonction de sa mise en œuvre, par
rapport à la tenue en court-circuit, par rapport aux chutes de tension de sorte à respecter
les performances globales de l’installation (pertes, capacités constructives en puissance
réactive, …).

• L’écran métallique est constitué d’un écran cuivre nu.

• Pour les câbles enterrés, la gaine extérieure est en PVC couleur noire traitée anti-
termites. L’intensité maximale acceptable pour le câble dans les conditions de mise en
œuvre doit être supérieure à l’intensité maximale de fonctionnement de la ligne.

• La température maximale de l’âme ne doit pas être supérieure à 90°C.

• La tenue au court-circuit du câble ne doit pas conduire à une température excessive pour
une durée prenant en compte le temps de réaction du système de protection dans le cas
de la défaillance de l’organe de protection directement en amont du câble.

Caractéristiques des tranchées

• Les câbles chemineront dans une tranchée de profondeur minimale 90 cm et de largeur


aussi réduite que possible. La tranchée doit permettre de disposer les câbles en nappe
horizontale et une distance de 20 cm sera à respecter entre les câbles.

• Les câbles sont enterrés directement sur un lit de sable de 15 cm. Ils seront recouverts
de sable dans des conditions similaires. Le lit de sable total sera de 30 à 40cm. Le reste

68
de la tranchée sera rempli avec de la terre compactée, provenant de la fouille de la
tranchée.

• Etant dans un environnement protégé, il n’y a pas obligation à ce que les câbles soient
armés.

• La tranchée sera munie d’un grillage plastique avertisseur de couleur rouge placé 0,2 m
au-dessus du câble HTA et couvrant toute la largeur de la tranchée. En surface le tracé
des câbles sera repéré par des bornes équidistantes de 20 m entre elles dans les
sections rectilignes et à chaque changement de direction. Les bornes porteront la
mention câbles HT.

• En traversée de piste, les câbles seront disposés perpendiculairement à la piste. Ils


seront placés dans une canalisation en béton de diamètre adapté à une profondeur
minimale de 60 centimètres.

• La distance minimale entre les câbles à haute tension et les autres câbles d'énergie
électrique sera de 25 centimètres. Si cette distance ne peut être respectée le câble à
haute tension sera placé séparément dans des canalisations ou des fourreaux de
résistance mécanique appropriée.

• La distance minimale entre les câbles d’énergie électrique et ceux de télécommunication


sera de 20 centimètres. Si cette distance ne peut être respectée, le câble à haute tension
sera placé séparément dans des canalisations ou des fourreaux de résistance
mécanique appropriée.

Garanties

Toutes les fournitures doivent être garanties pour une durée minimale de 2 ans.
Ces garanties devront inclure les équipements, la main d’œuvre, le transport et les déplacements.
L’Entreprise doit également garantir la fourniture de pièces de rechange pendant la durée de vie de
l'équipement.
La période de garantie prend effet à la date de réception provisoire de l'installation.
En vertu de la garantie, l’Entreprise s’engage à remplacer ou réparer les équipements et les fournitures,
sauf en cas de vol, foudre, vandalisme ...
Les défauts seront signalés à l’Entreprise qui devra réaliser les réparations dans un délai maximum de 7
jours. Après cette période, le gérant de la Centrale pourra procéder au remplacement des équipements
ou fournitures de sa propre initiative. Les coûts de l’intervention seront pris en charge par l’Entreprise.

Etiquetage / documentation

L’Entreprise devra soumettre toute la documentation sur les homologations et la conformité aux normes
CEI.
Une note de calcul des câbles HTA et des protections HTA associées sera fournie.
L’Entreprise doit présenter les résultats des essais prescrits dans les normes CEI.
Chaque câble sera muni à espaces réguliers d’étiquettes métalliques indiquant le départ auquel il
appartient.
L’Entreprise devra également fournir une note sur le calcul de résistance mécanique de la ligne aérienne
et des pylônes.

Installation de référence (solution particulière)

A l’intérieur de la Centrale, deux réseaux seront réalisés entre les PTR et le PDL. Un réseau reliera les
PTR 1, 2 et 3 au PDL et un autre réseau reliera les PTR 4 et 5 au PDL.
La liaison entre la Centrale et le poste de distribution sera réalisée par une ligne aérienne qui sera
parallèle à la ligne de la Centrale de 3MWc.

Le tracé des câbles HT dans la solution particulière, est représenté sur le plan d’implantation.
69
4.12. Cellules HT

Typologie

Les cellules HT objet de cette section comprennent les cellules présentes dans chaque local technique
(PTR), les cellules installées dans le poste de livraison de la Centrale PDL et la cellule installée dans le
poste de distribution de Zouerate.

Certifications, homologations et mise en œuvre

Les équipements fournis seront conformes aux normes suivantes :

• CEI 62271-1, Spécifications communes appareillages HTA,

• CEI 62271-100 Disjoncteurs à courant alternatif à haute tension,

• CEI 62271-200 appareillages sous enveloppe métallique pour courant alternatif de


tension supérieure à 1 kV et inférieure ou égale à 52kV,

• CEI 60265-1, interrupteur HTA,

• CEI 62271-102, sectionneur et sectionneur à courant alternatif,

• CEI 62271-105, combinés interrupteurs-fusibles pour haute tension,

• CEI 60 298 pour les cellules de la partie existante du poste,

• CEI 60255 relais électriques,

• CEI 60529 degré de protection procurés par enveloppes (code IP),

• CEI 61958, systèmes d'indicateurs de tension,

• NF C 13-100 et NFC 13-200 - Installations électriques HTA.

Spécifications techniques des équipements et des fournitures au niveau de la Centrale PV

Hormis la ou les cellules débrochables qui seront installées dans du poste de distribution de Zouerate,
toutes les autres cellules HTA à installer seront de type modulaire ou monobloc (compact) destinées à
être installées à l’intérieur d’un bâtiment. Composés de une à plusieurs unités fonctionnelles, insensibles
à l’environnement (degré de protection de l’enveloppe IP2XC minimum) leur schéma sera évolutif en
fonction des besoins.
La conception de la cellule doit protéger les utilisateurs contre les contacts directs et indirects. Les
commandes doivent être situées en face avant de la cellule de sorte que les manœuvres puissent être
effectuées de façon pratique et sûre. Des dispositifs (indicateurs de présence de tension) installés à
proximité de la commande renseigneront l’opérateur sur l’état de tension de chacune des phases de la
cellule.

La tension nominale de fonctionnement de toutes les cellules est de 33.000V. Les cellules seront
triphasées.

Dans le but d’optimiser une solution compatible avec les matériels existants et avec les modalités
d’exploitation, tout en ayant les mêmes garanties pour la sécurité des personnes et des biens et pour la
pérennité des installations, le Soumissionnaire proposera et chiffrera un schéma de raccordement
optimisé et argumenté, incluant différentes options.

70
Une attention particulière sera apportée à ce matériel qui pourra être amené à couper très régulièrement
des puissances importantes. L’endurance électrique faisant partie des essais à réaliser lors de la
qualification des matériels le Soumissionnaire apportera la preuve de la capacité à couper ces charges
fréquemment.

Le poste de livraison (PDL) est équipé d’un disjoncteur général (type DM2 ou équivalent) et de départs
vers les PTR. Les départs vers les PTR seront soit de préférence de type disjoncteur motorisé. Ces deux
options seront chiffrées par le Soumissionnaire.

Les PTR, connectés en dérivation, seront équipés avec une cellule de protection de type disjoncteur
motorisé. Ces cellules permettront de découpler le sous-champ leur étant rattaché en cas de problème
sur ce dernier. La connexion des PTR entre eux pourra se faire au moyen de simple piquage ou au
moyen d’interrupteur/sectionneur. La solution motorisée permettra de prévoir des séquences de
réarmement des cellules afin d’éviter de connecter en même temps tous les transformateurs et de créer
ainsi un courant d’appel important. De fait le chiffrage de la solution « disjoncteur motorisé » devra inclure
la solution complète de séquencement des remises en charge des PTR.

Dans les PTR et dans le PDL, les locaux seront équipés de dispositif de détection de défaut, chaque
ensemble étant constitué :

• De capteurs sous forme de tores magnétiques équipés de bobine pour transmettre


l’image du courant au détecteur,

• D’un détecteur pour le traitement des informations qui peuvent être locales (voyant
lumineux) ou téléportées au poste de conduite,

• D’éléments de signalisation.

Toutes les cellules seront munies de sectionneurs de terre à manœuvre indépendante manuelle.

Exigences des cellules des PTR

Une cellule départ de type inter-sectionneur à fusible ou de type disjoncteur motorisé :

• Type modulaire ou compact,

• Tension assignée : 36 kV, 50 Hz,

• Tension nominale : 33kV,

• Courant assigné de la cellule : 400 A,

• Courant assigné du jeu de barres 630 A,

• Un sectionneur de MALT,

• Pouvoir de fermeture du sectionneur de MALT : 40 kA,

• Diviseurs capacitifs.

Exigences des cellules du PDL

Cellules modulaires - 36 kV-50Hz

• Tableau à isolement dans l’air ou dans le gaz,

• Tension assignée : 36 kV,

71
• Tension nominale : 33kV,

• Courant assigné de la cellule disjoncteur : minimum 400 A,

• Courant assigné des cellules départs vers PTR : minium 400 A,

• Courant assigné de la cellule départ et protection vers poste de distribution Zouerate:


Minium 400 A,

• Courant assigné du jeu de barres 630 A,

• Un à deux sectionneurs de MALT suivant type de cellule,

• Pouvoir de fermeture du sectionneur de MALT : 40 kA,

• Diviseurs capacitifs,

• Tenue à l’arc interne : 16 kA,

• Degré de protection des enveloppes : IP 2XC.

Installation de référence (solution particulière) au niveau de la Centrale PV

La solution particulière est présentée dans le schéma unifilaire HTA qui présente les dispositifs de
protection HTA des PTR et les cellules du poste de livraison.

Le poste de livraison (PDL) est équipé de deux départs vers les PTR (avec disjoncteur motorisé) et un
départ vers le poste de distribution de Zouerate (avec interrupteur sectionneur) pour la connexion. Une
cellule de protection générale à base de disjoncteur (Type DM2) et une cellule de mesure et comptage
avec sectionneur et T.T. fusibles complète ce tableau.
Prévoir des compteurs pour la consommation interne de la centrale et l’énergie importée.

Spécifications techniques des équipements et des fournitures au niveau du raccordement au poste de


Zouerate

Au niveau du poste de distribution de Zouerate, sur le jeu de barre 33 kV, il sera nécessaire d’installer
une cellule départ (avec disjoncteur) pour le raccordement de la Centrale solaire

Le jeu de barre 33kV du poste de Zouerate est divisé en 2 demi-jeu de barre :


- L’un alimente les départs « industriels » (usine de Tazadit, cité SNIM, …)
- L’autre alimente la ville de Zouerate (consommation urbaine)

72
A ce jour, le jeu de barre 33kV du poste de Zouerate présente une réservation pour installer deux cellules
supplémentaires, mais cette réservation se trouve sur le demi-jeu de barre « URBAIN ».

Demi-jeu de barre 33kV Demi-jeu de barre 33kV


Extension INDUSTRIEL URBAIN

Réservation

Pour garantir l’évacuation de toute l’énergie produite par la Centrale PV, il est impératif que la Centrale
soit connectée sur le demi-jeu de barre « INDUSTRIEL », sur lequel se situent tous les départs
industriels.

73
Différentes options sont envisageables :
• Option #1 : Pose de la cellule sur le côté du demi jeu de barre « urbain » (côté droit en
vue de dessus) mais raccordement par câble sur le demi jeu de barre « industriel » (côté
gauche). Dans cette solution, l’entreprise définira la solution fiable et conforme à la
règlementation pour réaliser le raccordement par câble sur le demi jeu de barre
« industriel ».
• Option #2 : Décalage des cellules du jeu de barre « urbain » et libération d’une place
(avant la cellule H11) pour la nouvelle cellule de la Centrale PV
• Option #3 : Réalisation d’une cellule en aérien à l’extérieur et raccordement sur le demi
jeu de barre ‘industriel ».
• Option #4 : Construction d’une extension du bâtiment au niveau du jeu de barre 33kV sur
la partie gauche. Cette solution sera également utile pour le raccordement de la future
Centrale thermique.

Le Soumissionnaire sera emmené à chiffrer dans son offre ces 4 solutions et le Maitre d’ouvrage définira
avant la passation du marché quelle solution il souhaite retenir.

Exigences cellule poste de distribution de Zouerate

Conforme à la norme CEI 60298


Une cellule départ, matériel blindé isolé dans l’air avec disjoncteur à SF6 débrochable, compatible en
tous points avec le matériel existant aussi bien pour l’installation que pour l’exploitation et l’entretien.

• Tension assignée : 36 kV,

• Tension nominale 33kV,

• Courant nominal du jeu de barres : 1250 A,

• Degré de protection des enveloppes : IP 3X,

• Courant assigné du disjoncteur : supérieur ou égal à 400 A,

• Sectionneur de MALT,

• Pouvoir de fermeture du sectionneur de MALT : 40 kA,

• Diviseurs capacitifs.

Garanties

Toutes les fournitures doivent être garanties pour un minimum de 2 ans. Le Soumissionnaire devra
indiquer dans son offre si une extension de garantie à 5 ans est possible et quel en est le cout.
Ces garanties devront inclure les équipements, la main d’œuvre et les transports.
L’Entreprise doit également garantir la fourniture de pièces de rechange pendant la durée de vie de
l'équipement.
La période de garantie prend effet à la date de réception provisoire de l'installation.
En vertu de la garantie, l’Entreprise s’oblige à remplacer ou réparer les équipements ou fournitures, sauf
en cas de vol, foudroiement, vandalisme ...
Les défauts seront signalés à l’Entreprise qui devra réaliser les réparations sous un délai maximum de 7
jours. Après cette période, le gérant de la Centrale peut procéder au remplacement des équipements ou
fournitures de sa propre initiative. Les coûts de l’intervention seront pris en charge par l’Entreprise.

74
Etiquetage / documentation

L’Entreprise devra soumettre toute la documentation sous forme de dossiers d’identification du matériel
concernant les caractéristiques et notices pour la manutention, l’installation, le fonctionnement et
l’entretien des matériels ainsi que homologations, la conformité et les résultats des essais prescrits dans
les normes CEI.
Le schéma fonctionnel et les plaques décrivant la séquence des manœuvres seront visibles une fois la
cellule installée.

4.13. Mise à la terre

Typologie

Les mises à la terre décrites dans cette partie concernent le générateur photovoltaïque et les locaux
techniques.
Le réseau de mise à la terre du réseau auxiliaire (courant alternatif à basse tension) sera traité dans les
paragraphes correspondants.
Tout le réseau de mise à terre sera réalisé au moyen d’éléments en cuivre, permettant d’utiliser des
conducteurs isolés, des conducteurs nus, et des piquets de terre.

Certifications, homologations et règlements applicables

• NF C15-100 Installations électriques à basse tension, règles.

• NF C 13-100 et NF C13-200 Installations électriques à haute tension.

• NFC 15-712-1 - Installations photovoltaïques sans stockage et raccordées au réseau


public de distribution.

• NF EN 61173 : Protection contre les surtensions des systèmes photovoltaïques de


production d’énergie – Guide.

• NF EN 61727 : Systèmes photovoltaïques – Caractéristiques de l’interface de


raccordement au réseau.

• UTE C15-400 : Raccordement des générateurs d’énergie électrique dans les installations
alimentées par un réseau public de distribution.

Spécifications techniques

Spécifications du réseau de mise à la terre du générateur photovoltaïque

Au niveau du générateur photovoltaïque, doivent être mis à la terre les cadres des modules
photovoltaïques, les assemblages de support et les boîtes de connexions des sous-champs
photovoltaïques.

Ci-après sont énumérées les exigences techniques à respecter lors de la réalisation du réseau de mise à
la terre :

• La mise à la terre de tous les cadres de modules sera effectuée par un câble vert/jaune
relié à la structure ou au moyen de dispositif dédié de type griffe (type Mobasolar ou
équivalent) agrées par un bureau de contrôle certifié.

• Le réseau courant continu IT. Les conducteurs actifs sont flottants et indépendants. Ce
point doit être confirmé par une attestation des fabricants de module par rapport aux
problèmes de dégradation de type PID (« Potential Induced Degradation »).
75
• Les masses des structures et équipements seront directement mis à terre. Chaque table
de module sera mise à la terre individuellement par une connexion directe à un
conducteur en Cu Nu. Les mises à la terre de proche en proche de tables adjacentes
avec des tresses de courtes distances (ou tout système équivalent) ne sera pas accepté.

• L’enveloppe et les parties mécaniques des boites de connexion seront mises à la terre.
Les parafoudres installés à l’intérieur des boites de connexions seront mis à la terre par
l’enveloppe métallique de la propre boite de connexions avec une liaison de maximum
50cm.

• Chaque mise à la terre doit être composée au minimum par un piquet en acier galvanisé
(ou en acier cuivré) de cuivre de 1,50 mètre minimum de longueur et 16mm de diamètre
muni d’une cosse de raccordement de capacité 16 à 50mm².

• Un contrôle permanent d’isolation permettra d’éviter la possibilité de contacts dangereux


s’il existe une deuxième panne dans l’installation. Le contrôle d’isolement habilité devra
agir pour des valeurs inférieures à 500.000 Ω.

• Tout équipement et dispositif qui par leur nature nécessitent une mise à terre
(déchargeurs de surtension, différentiels, etc.) seront connectés à la mise à terre la plus
proche.

• Le tronçon entre le dispositif de raccordement et le piquet de terre doit être en cuivre nu.

• L’union entre le conducteur de cuivre nu et le piquet de terre doit se réaliser au moyen


d’un connecteur en acier galvanisé.

• La section des conducteurs de mise à la terre doit se définir à partir de la valeur de la


résistance à terre maximale. La résistance à la terre maximale doit assurer une tension
maximale de contact inférieure à 24V.

Spécifications du réseau de terre des locaux techniques (ou PTR) :

Chaque local technique doit disposer d’un réseau de mise à la terre propre qui doit avoir les
caractéristiques suivantes :

• Mises à la terre les masses des accessoires haute et basse tension du poste, les
cellules, le transformateur, les différentes masses des équipements, les écrans des
câbles (en un seul point) les portes, modules plancher et tableaux BT.

• La liaison en courant alternatif entre l’onduleur et le transformateur correspond à un


système IT. Les conducteurs actifs sont flottants et indépendants.

• Les limiteurs de surtension se connecteront au réseau de terre du local technique.

• Les écrans de câbles moyenne tension issus du PTR pour évacuer l’énergie générée
vers le poste de livraison (PDL) seront mis à la terre. Afin d’éviter des courants de
circulation dans les écrans des câbles, l’écran ne sera mis à la terre que dans le PTR et
ne sera donc pas mis à la terre du côté du PDL.

• Un collecteur général des masses de section ≥ 30mm² Cu nu ou isolé, pouvant supporter


200 A/mm² pendant 1 seconde, installé sur la périphérie intérieure du local aura pour
mission de collecter toutes les mises à la terre des masses métalliques.

• Dans le plancher du Poste de Transformation (PTR) s’installera un treillis recouvert de


couche de béton de 10 cm, qui sera interconnecté par une boucle à fond de fouille à la
mise à terre du local.

76
• Autour du bâtiment et sur le treillis mis à terre sera construit un trottoir périmétrique de 1
m de largeur pour éviter des tensions de contact depuis l’extérieur.

• Une fois connecté le réseau de mise à terre, la valeur de la résistance de mise à la terre
doit être inférieure à 1 Ohms.
Garanties

Tous les matériels doivent faire l’objet d’une garantie d’au moins 2 ans.
Ces garanties doivent inclure l’équipement, la main-d’œuvre et le transport. L’Entreprise doit garantir
également l’approvisionnement des pièces de rechange pendant toute la vie active de l’équipement.
La période de garantie entre en vigueur à partir de la date de réception provisoire de l’installation.
En vertu de la garantie, l’Entreprise aura l’obligation de remplacer ou réparer l’équipement ou les
matériaux sauf en cas de vol, de foudroiement, de vandalisme…
Les défauts seront signalés à l’Entreprise, qui disposera de 7 jours pour effectuer les réparations
nécessaires. Après cette période, le gérant de la Centrale pourra procéder à la substitution ou à la
réparation des matériaux défectueux. Les coûts de l’intervention seront à la charge du fournisseur.

Etiquetage et documentation

L’Entreprise devra fournir toute la documentation relative aux homologations et à la conformité aux
normes CEI correspondantes à chaque équipement, matériel ou dispositif.
L’Entreprise devra présenter les résultats des essais prescrits par les normes CEI correspondantes à
chaque équipement, matériel ou dispositif.
Quand le conducteur du réseau de terre est isolé (polychlorure de vinyle), la couleur de l’enveloppe devra
être jaune et verte.

4.14. Protection foudre

Typologie

Il appartient au Soumissionnaire de concevoir la solution technique de protection de la Centrale solaire


contre les effets de la foudre.

Cette protection concerne deux aspects : (1.) la minimisation des boucles d’induction ; (2.) l’installation
des parafoudres et/ou de paratonnerres nécessaires et les adéquates mises à la terre.

1. Afin de minimiser les boucles d’induction au sein du champ PV et réduire les


risques de dégradation par la foudre, une solution consiste à poser de manière
contigüe (par exemple dans le même chemin de câble) les conducteurs
unipolaires de chaque string CC connectant les modules entre eux et le
conducteur unipolaire retour depuis l’extrémité de string.

2. Le Soumissionnaire concevra le dispositif de protection contre la foudre selon les


besoins imposés par le niveau kéraunique selon les normes en vigueur pour le
site choisi.

Certifications, homologations et règlements applicables

• NF C 17-100 : Installation obligatoire de paratonnerres pour protéger les bâtiments contre


la foudre.

• NF C17-102 : Protection des structures et des zones ouvertes contre la foudre par
paratonnerre à dispositif d'amorçage.

• NF EN 61173 : Protection contre les surtensions des systèmes photovoltaïques de


production d’énergie – Guide.

77
Spécifications techniques des équipements et des matériaux
Des parafoudres de type 2 seront installés dans les boites de connexion, dans les armoires CC en amont
des onduleurs et dans les armoires AC BT en aval des onduleurs.

Si les études du Soumissionnaire conclu à la nécessité d’installer un dispositif de protection comprenant


un ensemble de paratonnerres à dispositif d'amorçage selon la NF C17-102, leur nombre sera adapté au
niveau kéraunique du lieu. Ces paratonnerres seront installés en hauteur par rapport aux installations à
protéger, sur des supports spécifiques tels que mâts ou pylônes. Les paratonnerres seront mis à la terre
par un câble de section > 25mm² ou un ruban en cuivre étamé 30x2 fixé sur le mât ou pylône par
feuillard. Un compteur coup de foudre pour les paratonnerres à dispositif d'amorçage sera installé dans la
descente de terre. Le dispositif de mise à la terre doit être adapté dans sa forme (triangle, patte d’oie,
etc.) et à une distance suffisante des installations de la Centrale solaire (compte tenu de la résistivité des
sols sur le site) pour ne pas entraîner de courant de suite sur les installations existantes pendant un
amorçage.

Il appartient au Soumissionnaire de s’assurer que la solution qu’il présente est compatible avec la
résistivité du sol du terrain de Zouerate.

Garanties
Tous les matériels doivent faire l’objet d’une garantie d’au moins 2 ans.
Ces garanties doivent inclure l’équipement, la main-d’œuvre et le transport. L’Entreprise doit garantir
également l’approvisionnement des pièces de rechange pendant toute la vie active de l’équipement.
La période de garantie entre en vigueur à partir de la date de réception provisoire de l’installation.
En vertu de la garantie l’Entreprise aura l’obligation de remplacer ou réparer l’équipement ou les
matériaux sauf en cas de vol, de foudroiement, de vandalisme…
Les défauts seront signalés à l’Entreprise, qui disposera de 7 jours pour effectuer les réparations
nécessaires. Après cette période, le gérant de la Centrale pourra procéder à la substitution ou à la
réparation des matériaux défectueux. Les coûts de l’intervention seront à la charge du fournisseur.

Etiquetage et documentation

L’Entreprise devra fournir toute la documentation relative aux homologations et à la conformité aux
normes CEI correspondantes à chaque équipement, matériel ou dispositif.
L’Entreprise devra présenter les résultats des essais prescrits par les normes CEI correspondantes à
chaque équipement, matériel ou dispositif.

4.15. Télégestion

Typologie

Le système de télégestion devra intervenir à 3 niveaux :

1. Télécommande des cellules disjoncteurs du PDL et des cellules disjoncteurs présents dans les
PTR (ou a minima les 4 cellules permettant la déconnexion par sous-unité de la Centrale) et le contrôle
de la puissance active/réactive produite.

2. Installation et télésignalisation d’indicateurs de défaut dans les PTR permettant de localiser le


tronçon HTA siège d’un défaut éventuel pour accélérer la remise en production des PTR sains après un
défaut HTA ayant provoqué le déclenchement d’un départ HTA du PDL.

3. Lecture à distance des données suivantes : courants et tensions de fonctionnement de chaque


sous-champs, lecture des données météorologiques, courant et tension à l’entrée de chaque onduleur,
courant et tension à la sortie de chaque onduleur, puissance instantanée générée par chaque onduleur,
énergie produite accumulée par chaque onduleur et aussi des valeurs partielles, erreurs de
fonctionnement (à interpréter selon la documentation sur les codes fournie avec les équipements
installés).

78
Certifications, homologations et règlements applicables

• CEI 101: Protocole de communications

• CEI 104: Protocole de communications

• CEI 870 -5: Formats des trames de transmission

Caractéristiques du système de télégestion

L’enregistrement des données de fonctionnement de la Centrale devra être fait en continu. Seront
enregistrées :

• Si proposé (facultatif), l’intensité produite et les défauts d’isolement éventuels de chaque


string photovoltaïque.

• La tension, le courant et la puissance d’entrée et de sortie de chaque onduleur.

• La température interne de chaque onduleur.

• Les données météorologiques telles que la vitesse du vent, la radiation solaire incidente
dans le plan des capteurs mesuré en différents points de la Centrale.

• L’état des cellules HTA des PTR et du PDL.

Un ordinateur dédié installé dans le bâtiment d’exploitation sur site assurera la gestion et le traitement
des données enregistrées dans tous les équipements de la Centrale PV.
La gestion des données sera réalisée sous le format proposé par l’Entreprise moyennant un système
d’assistance convivial pour l’utilisateur. L’utilisateur devra pouvoir connaître en temps réel les
paramètres tels que la production et le rendement de la Centrale, de chaque sous-champ. L’utilisateur
doit pouvoir obtenir des données sous forme de feuille de calcul ou de graphique.
Le système de gestion de données sera équipé d’un système de renvoi d’alarmes à l’exploitant. Ces
alarmes signaleront les anomalies dans la production ou le rendement et les pannes de tout type ainsi
que leur origine.
Toutes les alarmes importantes seront répercutées au futur dispatching SNIM, en utilisant le protocole de
communication définie dans le cahier des charges du Dispatching.
L’ordinateur de télégestion sera connecté à Internet et ce qui permettra de suivre le fonctionnement de la
Centrale à distance. Si la réalisation d’une ligne téléphonique de bonne qualité jusqu’au site s’avérai
impossible, l’Entreprise devra fournir, installer et configurer un rooter 3G ou 4G.

Un réseau de fibre optique reliera et interconnectera tous les PTR. Ce réseau permettra une
communication sécurisée de longue distance entre les différents PTR, le PDL et le poste de télégestion.
Le Soumissionnaire décrira de façon détaillée dans son offre le système de transmission par fibre optique
(éventuellement complété par certaines lignes RS485 ou Ethernet) qu’il entend mettre en œuvre pour la
collecte et l’enregistrement des différents types de données :
- données météorologiques,
- données électriques du tableau HTA des PTR,
- données électriques du fonctionnement de l’onduleur,
- données électriques des séries de modules photovoltaïques (facultatif),
- données électriques du tableau HTA du poste de livraison.
Cette description comprendra les dispositifs de saisie des données collectés, les convertisseurs, les
répartiteurs de communication, les dispositifs d’enregistrement intermédiaires éventuels, etc.…
Les longueurs et les capacités des différents vecteurs de communication seront précisées, ainsi que les
lieux d’implantation des équipements.

Garanties

Le système de télégestion de la Centrale devra présenter une garantie d’au moins 2 ans.
79
Etiquetage/documentation

Une documentation complète du système de télégestion de la Centrale sera remise par l’Entreprise lors
de la réception des ouvrages. Dans cette documentation seront inclus tous les équipements installés, les
options de surveillance qui ont été configurées et aussi celles disponibles et comment les programmer,
les points nécessaires pour la surveillance de la Centrale et le site Web sur lequel les données de la
Centrale seront accessibles.
Les logins et mots de passe choisis lors de la configuration des différents niveaux de
surveillance/maintenance figureront également dans la documentation remise.

4.16. Téléconduite

Typologie

Le réseau de transmission de données décrit dans le présent chapitre définit les caractéristiques du
système de transmission de données et des ordres de fonctionnement et la connexion au futur
dispatching de la SNIM de Zouerate.

Certifications, homologations et conditions de mise en œuvre

• CEI 101: Protocole de communications

• CEI 104: Protocole de communications

• CEI 870 -5: Formats de trames de transmission

Spécifications techniques des équipements

La communication entre le poste d’exploitation et de maintenance de la Centrale PV et le futur


dispatching de la SNIM, se fera en utilisant le protocole de communication définie dans le cahier des
charges du Dispatching. Ce protocole de communication permettra que la Centrale PV puisse être
totalement commandée à distance en connectant ou déconnectant les départs moyenne tension du PDL
voire des PTR ou bien en contrôlant la puissance active et réactive générée par la Centrale Solaire. Les
alarmes principales de fonctionnement seront également remontées au Dispatching.

La réalisation de la ligne de communication par fibre optique entre le dispatching et la Centrale PV sera à
la charge de l’Entreprise. Cette ligne sera installée sur les pylônes construits entre la Centrale et le poste
de distribution.
L’Entreprise devra également réaliser une liaison fibre optique entre le PDL de la Centrale de 3MWc et le
PDL de la Centrale de 12MWc. Cette liaison permettra au dispatching de contrôler et piloter également la
Centrale existante. Le paramétrage et la configuration de la communication entre la Centrale de 3MWc et
le dispatching ne seront pas à la charge de l’Entreprise.

Le Soumissionnaire devra prévoir dans son offre la fourniture, l’installation et la configuration d’un moyen
de prévision de la production à 24h. Ce dispositif sera automatique et générera à minima tous les quarts
d’heure une prévision quart d’heure par quart d’heure des 24 heures glissantes.
Ce dispositif sera basé sur les données mises à disposition par la météorologie Mauritanienne ou toute
autre source de données météorologiques à 24h fiables et complétées si nécessaire par un système de
traitement d’image numérique prise par des caméras sur site.

L’Entreprise devra fournir un module de contrôle automatique qui stockera et comparera par pas d’un
quart d’heure, la prévision de production faite 12h avant et la valeur de la production réelle. Ce module
permettra de calculer automatiquement une moyenne de la précision de la production pendant les heures
actives de production en journée.

80
La précision du système de prévision sera analysée pendant la phase d’exploitation. Si la précision est
inférieure à 15%, l’Entreprise devra, dans le cas de la garantie, faire évoluer et mettre à niveau la solution
pour atteindre le niveau de précision d’au moins 15%.

Garanties
Tous les équipements doivent avoir une garantie d’au moins 2 ans ; ces garanties doivent inclure
l’équipement, la main-d’œuvre et le transport. L’Entreprise doit garantir également l’approvisionnement
des pièces de rechange pendant toute la vie active de l’équipement. La période de garantie entre en
vigueur à partir de la date de réception provisoire de l’installation.
En vertu de la garantie, l’Entreprise aura l’obligation de remplacer ou réparer l’équipement ou les
matériaux sauf en cas de vol, de foudroiement, de vandalisme…
Les défauts seront signalés à l’Entreprise, qui aura un maximum de 7 jours pour effectuer les réparations
nécessaires. Après cette période, le gérant de la Centrale pourra procéder à la substitution de
l’équipement défectueux. Les coûts de l’intervention seront à la charge du fournisseur.

Etiquetage / documentation
L’Entreprise devra présenter toute la documentation relative aux homologations et conformité aux normes
CEI correspondantes à chaque équipement, matériel ou dispositif.
L’Entreprise devra présenter les résultats des essais indiqués par les normes CEI correspondantes pour
chaque équipement, matériel ou dispositif.
Les équipements et dispositifs doivent porter des étiquettes on précisant le modèle, le nº de série, et les
principales caractéristiques techniques.

S’agissant de fibre optique, une des joues de la bobine de fibre devra porter une plaque d’identification
avec les informations suivantes:

• Nom du fabricant ou marque commerciale

• L’inscription "CÂBLE OPTIQUE"

• Numéro de bobine

• Type de câble

• Longueur

• Longueur de la pointe interne

• Poids

• sens de rotation de la bobine

4.17. Eclairage extérieur

Typologie
Un éclairage sera réalisé sur tout le périmètre de la Centrale. Cet éclairage extérieur a pour buts
principaux de dissuader l’intrusion de personnes étrangères à la Centrale et de faciliter le travail de
surveillance et contrôle de l’équipe de sécurité. En complément de l’éclairage périmétrique, tous les PTR
et le bâtiment d’exploitation intégreront un éclairage extérieur.

Certifications, homologations et conditions de mise en œuvre

• NF C15-1000 Installations électriques à basse tension, règles.

• IEC 60320: Degré d’isolement électrique d’équipement et matériaux

• EN 60228: Caractéristiques du câblage


81
Spécifications techniques des équipements et des fournitures

L’éclairage extérieur au niveau des PTR et du bâtiment d’exploitation sera composé soit de luminaires
directifs large spectre fixés sur les PTR ou sur le bâtiment d’exploitation, soit constitués de lampadaire
avec un support métallique vertical (mat) fixé au sol et d’un luminaire permettant d’éclairer avec un angle
de 180º. Dans ce cas, la fondation du support sera réalisée au moyen d’un massif de béton. Le choix
d’implantation du mat et sa hauteur seront définis pour limiter les ombres portées.
Le contrôle de l’éclairage sera réalisé au moyen d’un détecteur crépusculaire et/ou d’un détecteur de
présence et/ou manuellement. Les luminaires installés sur les PTR seront alimentés depuis le tableau de
distribution des PTR et ne seront pas secourus.

L’éclairage périmétrique (le long de la clôture) sera composé de lampadaires avec un support métallique
vertical (mat) fixé au sol et d’un luminaire permettant d’éclairer avec un angle de 180º. La fondation du
support sera réalisée au moyen d’un massif de béton situé un mètre au plus à l’intérieur du périmètre de
la clôture. Afin d’éviter l’ombre portée sur le générateur photovoltaïque, le support aura une hauteur
maximale de 6 mètres. Le support sera muni d’un coffret à fusibles.
Le contrôle de l’éclairage périmétrique sera réalisé au moyen d’un détecteur crépusculaire et/ou
manuellement. Les lampadaires seront alimentés depuis le tableau de distribution BT du bâtiment
d’exploitation, installé dans le PDL. Le réseau ne sera pas secouru par l’onduleur on-line. Par contre, un
inverseur de source automatique sera installé ce qui permettra au Groupe Electrogène, quand il aura
démarré, d’alimenter le réseau d’éclairage périmétrique en cas d’absence du réseau.

Le luminaire choisi sera basse consommation et de longue durée de vie. La technologie d’éclairage par
LED sera imposée. La puissance minimale du luminaire sera 25W à LED, et le flux lumineux minimal
sera de 2.200 lumens. La durée de vie utile garantie sera supérieure à 50.000 heures.
Le luminaire doit pouvoir fonctionner à des températures supérieures à 35ºC.

Garanties

Toutes les fournitures doivent avoir une garantie d’au moins 2 ans.
Ces garanties doivent inclure l’équipement, la main-d’œuvre et le transport. L’Entreprise doit garantir
également l’approvisionnement des pièces de rechange pendant toute la vie active de l’équipement.
La période de garantie entre en vigueur à partir de la date de réception provisoire de l’installation.
En vertu de la garantie, l’Entreprise aura l’obligation de remplacer ou réparer l’équipement ou les
matériaux sauf en cas de vol, de foudroiement, du vandalisme…
Les défauts qui se produisent seront communiqués à l’Entreprise, qui aura un maximum de 7 jours pour
effectuer les réparations nécessaires. Après cette période, le gérant de la Centrale peut procéder à la
substitution de l’équipement ou des fournitures défectueux de sa propre initiative. Les coûts de
l’intervention seront à la charge du fournisseur.

Etiquetage / documentation

L’Entreprise doit présenter toute la documentation relative à l’homologation et à la conformité des normes
CEI correspondant à chaque équipement, fourniture ou dispositif.
L’Entreprise doit présenter les résultats des essais que prescrivent les normes CEI correspondant à
chaque équipement, fourniture ou dispositif.
Les équipements et dispositifs doivent porter une étiquette sur laquelle figure le modèle, le numéro de
série et caractéristiques les plus pertinentes.

4.18. Surveillance

Typologie

Le système de sécurité est fondé sur le contrôle du périmètre de la Centrale photovoltaïque via des
caméras directives, avec vision de nuit, installées sur tout le périmètre complété par la réalisation de
82
rondes régulières des équipes de gardiennage. L’objectif de cette surveillance est de détecter au plus tôt
toutes personnes étrangères à la Centrale qui tenteraient de s’introduire à l’intérieur de celle-ci. Dans la
solution particulière, le système de vigilance est complété par une caméra de type « Dôme » situé au
niveau de l’entrée de la Centrale.

Caractéristiques, homologations et normes applicables

• NF C15-1000 Installations électriques à basse tension, règles.

• CEI 60320: Degré d’isolement électrique d’équipements et matériaux.

• EN 60228: Âmes des câbles isolés.

Spécifications techniques des équipements et matériaux

Le système de surveillance vidéo sera contrôlé depuis un ordinateur situé dans le bâtiment d’exploitation
de la Centrale. Un poste de gardiennage indépendant (d’environ 8 à 10m²) sera également installé en
limite de clôture de la Centrale pour abriter le ou les gardien(s). Un poste de supervision des caméras
sera également installé dans le poste de gardiennage.
En complément des écrans de surveillance du bâtiment d’exploitation et du poste de gardiennage, les
images seront envoyées en temps réels à distance en utilisant le réseau Internet ou le rooter 3G/4G.

Le Soumissionnaire pourra proposer une solution basé sur la détection d’intrusion par traitement
numérique des images des caméras.

Le réseau de caméra de surveillance sera alimenté depuis le tableau de distribution BT du bâtiment


d’exploitation, installé dans le PDL. Le réseau sera secouru par l’onduleur on-line et par le Groupe
Electrogène, quand il aura démarré.
L’Entreprise fournira une armoire de surveillance comprenant le système de stockage des images sur
une durée de minimale de 30 jours. L’alimentation avec les protections électriques associées de tout le
réseau de caméras sera centralisée dans cette armoire ainsi que le transmetteur de signal vidéo par fibre
optique interne au site qui interconnectera chaque des caméras.
Le câble de fibre optique est monotube, de 12 fibres, gaine ample pour extérieur, protection diélectrique,
anti-rongeurs, anti-humidité et résistance à la traction de 1 500 N.

Garanties

Tous les matériaux doivent avoir une garantie d’au moins 2 ans.
Ces garanties doivent inclure l’équipement, la main-d’œuvre et le transport.
L’Entreprise doit garantir également l’approvisionnement des pièces de rechange pendant toute la vie
active de l’équipement.
La période de garantie entre en vigueur à partir de la date de réception provisoire de l’installation.
En vertu de la garantie, l’Entreprise aura l’obligation de remplacer ou réparer l’équipement ou les
matériaux sauf s’il s’agit de cas de vol, de la foudre, du vandalisme…
Les défauts qui se produisent seront communiqués à l’Entreprise, qui aura un maximum de 7 jours pour
effectuer les réparations nécessaires. Après cette période, le gérant de la Centrale peut procéder de sa
propre initiative à la substitution de l’équipement ou des fournitures défectueux. Les coûts de
l’intervention seront à la charge de l’Entreprise.

Etiquetage et documentation

L’Entreprise devra présenter toute la documentation relative aux homologations et conformité aux normes
CEI correspondant à chaque équipement, matériel ou dispositif.
L’Entreprise devra présenter les résultats des essais prescrits par les normes CEI correspondant à
chaque équipement, matériel ou dispositif.
Les équipements et dispositifs doivent porter des étiquettes où figurent le modèle, le nº de série, et les
principales caractéristiques techniques.
83
4.19. Station météorologique

De façon complémentaire au dispositif d’enregistrement de données pour la surveillance de la Centrale


photovoltaïque, le Soumissionnaire devra installer une Station Météorologique Officielle, de façon que les
données collectées puissent être utilisées à titre officiel. À cet effet, des équipements dûment certifiés
seront installés et les protocoles nécessaires d’enregistrement et de traitement de données seront
appliqués. Les données devront pouvoir être simplement exportées sous format Excel.

La station météorologique comprendra à minima :

- Un pyranomètre de type Kipp & Zonen CMP11 ou équivalent installé à


l’horizontale

- Un Anémomètre et une girouette pour la mesure de la vitesse et de la direction


du vent

- Un pluviomètre pour mesurer les précipitations

- Un moyen de mesure de la température ambiante

Toutes les données mesurées seront stockées et archivées sur l’ordinateur d’exploitation. Des
sauvegardes de ces données sur des supports externes fournis par l’Entreprise devront être réalisées.

4.20. Infrastructure

Bâtiment d’exploitation - stock

Concepts généraux

Un bâtiment d’exploitation en Rez de Chaussé sera construit pour héberger les équipements et les
personnes pour l’exploitation de la Centrale, pour stocker les pièces détachées et pour le Poste de
Livraison. Un WC et une douche seront également inclus dans ce bâtiment. Ce bâtiment sera situé à
l’entrée de la Centrale. La salle d’exploitation et de réunion ainsi que le PDL seront climatisés.
Le bâtiment permettra également d’accueillir et de recevoir les visiteurs. Des tables, des chaises
(minimum 12) et un rétroprojecteur seront prévus à cet effet et fournis par l’Entreprise. Des prises
d’alimentation électriques (minimum 8), des prises téléphoniques (minimum 4) et des prises Internet
(minium 6) seront installées sur les différents murs de la salle de réunion. Les emplacements seront
définis en accord avec le Maitre d’ouvrage.
Le magasin sera construit pour le stockage des pièces de rechange ; la superficie minimale du magasin
sera de 60m².

La fondation (semelles et mur de fondation continue) ainsi que le dallage sur terreplein du bâtiment
seront en béton armé. La hauteur sous plafond sera de minimum 2.7m.

Un autre petit bâtiment sera conçu et construit pour le gardiennage. Ce poste fera 8 à 10m², il sera
climatisé et comprendra un WC. L’alimentation de ce poste de surveillance sera prise au niveau du
transfo auxiliaire du PDL. Les canalisations seront également prévues pour l’installation des écrans de
contrôle des caméras dans ce poste.

Solution architecturale Proposée (Solution particulière)

La solution proposée correspond à un bâtiment d’exploitation multifonction comprenant :

• La salle principale d’exploitation et de réunion climatisée.


84
• Le poste de livraison (PDL)

• Le magasin dissocié en une grande pièce de 60m² pour les pièces volumineuses et une
petite pièce (6m²) pour le stockage du petit matériel onéreux.

• Des sanitaires (WC et douche).

Les murs extérieurs de l’édifice seront porteurs, composés de parpaings de 20 cm d’épaisseur et


renforcés aux coins par des piliers en béton armé.

La conception du toit inclut une toiture terrassée avec acrotère, béton de forme d’au moins 50mm
d’épaisseur, un isolant de polystyrène extrudé 50mm, un pare-vapeur, une étanchéité multicouche, et du
gravillon.

Les murs extérieurs et la toiture du bâtiment seront isolés thermiquement.


Les murs extérieurs du bâtiment auront un recouvrement de crépi de 15mm d’épaisseur.
Les fondations seront composées d’un système de longrines en béton armé au ras du sol, soutenu par
des massifs de béton. Compte tenu des petites portées de la structure, ces longrines seront peu
profondes. Ainsi, il sera aisé de réaliser la sortie du câblage souterrain par-dessous pour l’accès au PDL.

Deux fenêtres de 150 x 90 cm, protégées chacune à l’aide d’un volet métallique, serve à illuminer et
ventiler l’espace intérieur de la salle d’exploitation.
La grande salle du magasin comprend une grande porte double (métallique) de 200 x 200 cm permettant
de rentrer et sortir des pièces de grandes dimensions. Les menuiseries des portes et fenêtres seront
réalisées en métal pré peint.

La largeur de la partie PDL est de 4m (cote intérieure) et la longueur du pan de mur ou sera installé le
tableau HTA de 8m. Cette largeur permet la mise en place des cellules et leur manutention. Il y aura un
passage libre de 1.5 m devant le tableau et d’au moins 1,0 m sur les côtés et en arrière.
Une porte donnant sur l’extérieur du PDL, à double battant, permettra un passage libre de 2.00m sur
2,00m de haut. Le local du PDL sera climatisé.
Le mur de séparation du PDL avec le reste du bâtiment sera coupe-feu 2h (minium 2 plaques de BA13).
La porte d’accès au PDL depuis le couloir sera également coupe-feu 2h.

Le plancher en béton du bâtiment sera dosé à 350 kg/m3 afin de supporter sans détérioration ni fissure
les manœuvres des matériels (disjoncteurs, interrupteurs-sectionneurs). Les armatures seront attachées
solidairement et le sol porteur remblayé par de la terre compactée par un engin mécanique motorisé (de
type dame sauteuse) les coffrages fermement tenus en place. Après le coulage, la dalle sera humidifiée
pendant 4 jours minimum pour éviter toute dessiccation.

Les murs intérieurs du bâtiment d’exploitation seront enduits avec une épaisseur minimale de 15mm.

Dans le local PDL, une fosse sera réalisée sous les cellules à une profondeur de 1,0 m; La largeur
ouverte sera de 0,60 m positionnée sous les cellules pour la pénétration et le raccordement des câbles
HTA. Elle sera positionnée de telle manière que le fond de la cellule, une fois celle-ci mise en place, se
trouve à plus de 20 cm du mur afin de faciliter l’évacuation des gaz en cas d’arc interne. Cette trémie
comportera une feuillure métallique de 5x7 cm pour permettre, aux endroits de réserve, le recouvrement
par des platelages ou dalles béton de 7 cm d’épaisseur pour supporter sans fléchir le poids d’un
homme. Les dalles seront soit découpées à la demande (classement de réaction au feu M0), soit pour
certaines d’entre elles et pour les caniveaux situés dans le passage de matériel lourd, elles seront
recouvertes de dalles affleurantes en béton armé résistant à une charge roulante de 3 tonnes. Un trou de
préhension sera placé ponctuellement afin de faciliter les opérations de pose/dépose de ces plaques.

Prévoir une option d’avoir un niveau +5m pour la salle de surveillance, le bureau du gérant, toilettes…

85
Arrivé d’eau - Réservoir d’eau

Etant donné la proximité avec la ville de Zouerate, il est demandé à l’Entreprise de réaliser un point de
raccordement au réseau public d’eau de la ville de Zouerate. De façon privilégiée, le tuyau d’alimentation
en eau suivra la piste d’accès au site.
La SNIM se chargera des démarches auprès des autorités municipales pour le raccordement et règlera
tous les frais pour le raccordement au réseau d’eau communal.

Un réservoir d’eau métallique ou en béton armé d’une capacité minimale de 5m3 sera également fourni
et installé sur le site pour garantir une certaine autonomie d’approvisionnement. Le point bas du réservoir
sera au minimum 1m au-dessus du niveau du sol.

Parking couvert

Concept général

Deux structures légères protégeront – du soleil et de la pluie – la zone de parking de 4 voitures et le


camion de nettoyage des modules solaires.
La surface au sol sous l’ombrière sera bétonnée ou bitumé.

Solution architecturale Proposée

Les structures seront composées d’une charpente métallique légère en acier galvanisé, protégées à
l’aide d’un toit en acier préformé.
Le dallage sur terreplein (10 cm d’épaisseur) sera composé de béton armé. Les fondations, également en
béton armé, s’étendront à un niveau 25cm par-dessus de la dalle afin de protéger la partie inférieure de
la charpente métallique.

5. PRESCRIPTION POUR L’EXPLOITATION

Cette section concerne les activités de formation, les obligations d’assistance technique de l’Entreprise
envers la SNIM (Maitre d’ouvrage) et les plans d’exploitation et de maintenance.

Cette section mentionne les activités minimales attendues. Des mesures d'accompagnement supérieures
seront considérées comme une amélioration et seront valorisées dans l’évaluation de l'offre.

Il sera distingué :

• La phase de préparation à l’exploitation et à la maintenance, comprenant les formations


en Mauritanie et des stages/formations chez des fabricants de composants. Des visites
sur des Centrales en exploitation en Europe ou en Afrique pourront également compléter
cette phase.

• La première année d’exploitation au cours de laquelle le premier rôle de l’assistance est


de garantir la production suivant le mécanisme de subsidiarité : l’assistance « fait faire »
aux exploitants sous formation, mais en cas d’insuffisance elle « doit assumer elle-même
la tâche ». Durant cette année, l’assistance devra dérouler une procédure de
confirmation graduelle de qualification des exploitants.

5.1. Formation

Les activités de formation à destination du Maitre d’ouvrage devront être initiées dès après l’adjudication
du marché. Ces activités consisteront en à -minima et sans caractère limitatif :

86
1. Une formation de caractère général sur la technologie photovoltaïque, la conception et le
dimensionnement des Centrales, les éléments constitutifs, … à destination de l’équipe
technique du Maitre d’ouvrage.
La durée minimale de cette formation sera de 1 semaine.

2. Une formation spécifique à destination des personnels en charge de la direction du projet


(Maitre d’ouvrage délégué généraliste) et de la supervision des travaux d’exécution
(Maitre d’ouvrage délégué spécialiste en électricité, Maitre d’ouvrage délégué spécialiste
en Génie Civil, …). Cette formation couvrira tous les domaines et notamment les aspects
électriques, les aspects mécaniques, le génie civil, …
La durée minimale de cette formation sera de 2 semaines, complétée par de la formation
pratique sur le terrain pendant la phase de conception et de travaux.

3. Une formation opérationnelle à destination du personnel exploitant. La formation du


personnel d’exploitation et de maintenance doit rendre autonomes ces personnels pour
toutes les actions d’exploitation courante ainsi que pour la gestion des situations de
dysfonctionnement et pour les réparations consécutives. Il s’agit notamment pour ces
personnels de pouvoir reconnaître les situations de faibles performances, en identifier les
causes, reconnaître les situations de dysfonctionnement et connaître les protocoles
applicables ainsi que les procédures de reporting.
La durée minimale de cette formation sera de 3 semaines, complétée par de la formation
pratique sur le terrain pendant la phase de conception et de travaux.
Une session de formation chez le fabricant d’onduleur est imposée.
D’autres sessions de formation chez d’autres fournisseurs (système de télégestion,
système de surveillance, …) pourront être proposées.

Tous les matériels de formation ainsi que la documentation des équipements seront rédigés en français.

Le Soumissionnaire est invité à présenter un plan de formation précis. Celui-ci entrera dans les critères
d’évaluation des offres.

Le plan de formation global sera subdivisé en trois parties et comprendra :

• Plan de la formation générale telle qu’indiqué en 1 ci-dessus.

• Plan de la formation technique telle qu’indiqué en 2 ci-dessus.

• Plan de la formation à l’exploitation à la maintenance de la Centrale telle qu’indiquée en 3


ci-dessus.

Chacune des parties comprendra :

• Structuration de la formation

• Modules proposés

• Mode de dispense des modules (cours, stages, …)

• Durées des modules

• Lieux de dispense des modules : Mauritanie (Nouakchott, Zouerate, Nouadhibou) ou à


l’étranger

• Intervenants (niveau, qualification)

• Objectifs de chaque module

• Contenu des modules

87
• Type de supports remise aux participants

• Profils attendus des participants

• Nombre de participants optimum

• Mode d’évaluation des modules et de l’ensemble de la formation

88
Le modèle de fiche de présentation des modules suivant est proposé mais le Soumissionnaire pourra
proposer son propre modèle :

MODULE DE FORMATION N°……………………..…


Thématique : [Indiquer dans quelle cadre se situe le module comme par exemple (Général, Technique,
O&M]
Intitulé du module : [Indiquer l’objet principal du module]
Format : [Indiquer le mode de délivrance de la formation, cours, stage,…]
Informations générales sur le module
Public cible :

 [Indiquer le type de public devant recevoir la formation]

 [Indiquer le nombre de participant]


Pré-requis recommandés :
[Indiquer les pré-requis des personnels devant suivre la formation]
Description du module
Objectif(s) et résultats attendus :
Indiquer les objectifs de la formation
Indiquer quelles doivent être les résultats acquis par les personnes à la fin de la formation
Contenu :
Indiquer le contenu général de la formation

Mode d’évaluation des participants: Indiquer le mode d’évaluation des participants

Mode d’évaluation des intervenants: la formation devra être évaluée sur :

 Niveau d’intérêt de la formation

 Qualité et Clarté de la formation

 Besoins éventuels en approfondissement

 Qualité de l’organisation
Supports pédagogiques : Indiquer les supports prévus

Organisation
Lieu : Indiquer la localisation prévisionnelle
Durée : Indiquer la durée prévue (en jours)
Dates prévisionnelle / cet élément sera indiqué lors de la finalisation du plan de formation
Formateur : Nom à fournir lors de la finalisation du plan de formation
Qualification : Indiquer le niveau de qualification prévue du formateur

Personne à contacter : Indiquer le responsable pédagogique du module ou de l’ensemble de la


formation avec ses coordonnées - Pourra être fournis lors de la finalisation du plan de formation

89
Afin de permettre au Maitre d’ouvrage d’évaluer l’ampleur et la qualité des formations proposées, le
Candidat présentera obligatoirement un tableau récapitulatif des nombres d’hommes-jours formés, sur le
modèle suivant :

H-jour H-jour
Thématiqu Durée Participant H-jour
N° Module Localisation Mauritani Etrange
e (jours) (nombre) Totaux
e r

10

…..

…..

…..

…..

TOTAUX 0 0 0

La présentation de tous ces éléments engage à-minima l’Entreprise mais ne s’impose pas au Maitre
d’ouvrage qui pourra demander à amender le plan de formation sans que l’Entreprise ne s’y oppose avec
pour seule limite le nombre total d’hommes-jour de formation à l’étranger, fixé à maximum 50.
L’ensemble du contenu et de la qualité de toutes les formations effectuées sera vérifié et évalué par le
Maitre d’ouvrage ou son représentant.

90
5.2. Assistance technique

L’assistance technique de l’Entreprise envers le Maitre d’ouvrage commencera dès après l’adjudication
du marché et se prolongera 1 an après la mise en service de l’installation.
L’exploitation de la Centrale sera effectuée par la SNIM. L’Entreprise aura obligation d’assister à la SNIM
dans sa mission d’exploitation et de maintenance. L’Entreprise sera objectivée et motivée dans la bonne
exploitation de la Centrale par un bonus/malus qui lui sera versé/déduit en fonction de la performance de
la Centrale pendant la première année d’exploitation.

Durant cette première année d’exploitation, l’assistance fournie par l’Entreprise servira à compléter /
renforcer la formation initiale délivrée aux agents d’exploitation et de maintenance de la SNIM.

L’assistance technique portera sur les activités d’exploitation et de maintenance de l’ensemble des
équipements de l’installation, y compris celles relatives au raccordement au poste de distribution de
Zouerate et sera complémentaire avec l’assistance fournie pour le centre de dispatching.
Pour ce dernier point, la formation des personnels du dispatching sera définie dans le Cahier des charges
de l’Appel d’Offre sur la conception et la réalisation du centre de Dispatching.

Le Soumissionnaire est invité à détailler le contenu de son offre d’assistance technique, notamment en ce
qui concerne le profil et le nombre de personnes qualifiées que l’Entreprise s’engage à affecter à cette
tâche. La qualité de celle-ci entrera dans les critères d’évaluation des offres.

5.3. Plan d’exploitation

Document d’exploitation

Le Soumissionnaire devra détailler dans un plan d'exploitation et de maintenance spécifique à toutes des
opérations relatives à l’exploitation opérationnelle, le contrôle et la maintenance de chacun des
équipements fournis et du système dans son ensemble.
Ce plan d'exploitation et de maintenance devra par ailleurs inclure le contrôle des statistiques
d’exploitation. Il devra aussi détailler les exigences d'entretien et la fréquence des actions prévues.
Ce plan et la documentation des équipements seront rédigés en Français.

Personnel

Le plan d’exploitation et de maintenance devra mentionner la liste du personnel (qualifications et nombre)


nécessaire à l’exploitation et à l’entretien de la Centrale.

A titre indicatif, l’équipe d’exploitation pourrait être constituée des personnels suivants :

Divisions Sections Effectif Titre Qualification


Exploitation Exploitation 1 (+1) Chef d’exploitation Technicien supérieur
ou ingénieur
Surveillance, 6/8 Agent de sécurité Sans qualification
sécurité
Entretien terrain 2 Jardinier Sans qualification
Maintenance Electricité 2 (+1) Agent d’exploitation Technicien
Magasin 1 Magasinier Sans qualification
Nettoyage module 8 / 12 Agent de nettoyage Sans qualification

Les activités de gardiennage, d’entretien du terrain et de nettoyage des modules pourront être
avantageusement sous-traitées à des sociétés externes spécialisées.

91
Après la première année d’exploitation, ce personnel pourra être commun et mutualisé éventuellement
avec celui qui est en charge de l’exploitation et la maintenance de la Centrale de 3MWc.

Le Candidat est invité à faire ses propres propositions.


Ces personnels devront être couverts par les activités de formation opérationnelle.

Equipements :

La fourniture des outils / équipements pour l'entretien de l'installation photovoltaïque devra répondre aux
besoins énoncés dans le Plan d’exploitation et de maintenance de la Centrale photovoltaïque.
Il sera de la responsabilité de l’Entreprise de fournir les outils / équipements nécessaires pour l'entretien
de l'installation. Ceux-ci devront au moins répondre aux caractéristiques détaillées dans les sections
suivantes:

Entretien terrain

L’Entreprise fournira la machinerie suffisante pour l’entretien de la végétation à un niveau suffisamment


bas pour assurer:

• L'absence d'ombres sur le plan actif de chacun des modules photovoltaïques qui
composent le système (avec une marge de sécurité).

• L'absence d'entrave à la circulation des véhicules et du personnel d'entretien.

Le candidat explicitera les méthodes d’entretien préconisées, les durées et périodicités, le personnel
nécessaire et les moyens qui doivent être affectés. Il privilégiera les solutions de nature à créer de
l’emploi (débroussailleuses à main).
Les moyens d’entretien fournis seront mécaniques et manuels et en quantité suffisante pour équiper un
groupe de 3 personnes.

L’Entreprise devra au moins fournir 3 débroussailleuses et un tracteur.

Chaque personne devra être dotée obligatoirement des EPI (équipements de protection individuelle).
L’Entreprise devra fournir les EPI suivants pour 4 personnes:

• Un vêtement de travail de type pantalon et veste de débroussaillage;

• Des chaussures de sécurité de protection à semelle en acier;

• Un casque forestier avec écran de protection faciale contre les projections avec un écran
à visière transparente en polycarbonate;

• Des gants efficaces contre les piqûres et les vibrations ;

• Une protection auditive antibruit pour les débroussailleuses thermiques.

Tous les matériels fournis devront respecter les normes françaises.

Le tracteur fourni sera de type agricole, neuf, d’une puissance nominale comprise entre 36 et 100 CH et
d’une puissance à la prise de force d’au moins 540tr/min. Il disposera d’une cabine fermée.

La remorque fournie aura les caractéristiques minimales suivantes :

• Plateau de minimum 3,20 m x 1,80 m

• Charge utile 3 000 kg

• Ridelles de 0,50 m
92
• Porte arrière ouvrante

• Frein hydraulique

Le Candidat est autorisé à proposer des solutions différentes argumentées.

Nettoyage des modules

Le Soumissionnaire proposera une solution de nettoyage suffisante pour assurer la propreté des modules
photovoltaïques afin que leur rendement ne soit pas sensiblement affecté par le dépôt de particules sur
leur surface.
Le nettoyage des modules sera à priori principalement effectué à sec, l’eau étant une ressource rare
dans la région de Zouerate.
Cependant l’Entreprise devra au minimum un équipement automatique pour un nettoyage avec de l’eau.
Cet équipement sera choisi pour être le plus économe possible en eau. Ce nettoyage sera effectué au
moins 2 fois par an sur toute la Centrale. Il permettra d’enlever efficacement tous les dépôts incrustés sur
la face avant des modules.
Le système de nettoyage sera embarqué sur la remorque du tracteur ou sur le plateau du 4x4. Il sera
composé d’une cuve, d’un système de filtration et de traitement de l’eau et d’une perche avec un système
de rotation à balai ou équivalent. L’eau sera remplie au niveau du point d’eau installé sur le site, du
réservoir ou à défaut dans les bâtiments de la SNIM.

Le candidat peut proposer d’autres solutions de nettoyage en les argumentants.

Outillage de maintenance

Tous les outils de manutention et de maintenance recommandés par les fabricants de chacun des
équipements installés dans la Centrale doivent être inclus dans la fourniture de matériel livré par
l’Entreprise.

Equipement électriques

Tous les outils nécessaires pour l'inspection, la manipulation et l'entretien des lignes électriques (y
compris DC, AC BT et AC HT), des équipements de transformation, protection et comptage et des autres
composants de l'installation photovoltaïque seront inclus dans la fourniture de matériel.
Tous les outils seront doublés en nombre pour permettre d’équiper deux équipes.

L’Entreprise devra également fournir :


- Un analyseur de réseau, portable, comprenant les fonctions suffisantes pour détecter
d’éventuels défauts sur les lignes Basse et Haute Tension.
- Un traceur de courbe I/V portable permettant de tracer les caractéristiques de modules ou de
string jusqu’à 10A et 1000V.
- Une caméra thermique de bonne résolution avec le logiciel d’exploitation. Les vues
thermiques devront être complétées par des images de la zone de mesure.

Manutention

Tous les équipements, structures, outils et matériaux pour le stockage et la manipulation des pièces de
rechange seront fournis par l’Entreprise et installés dans le magasin construit à cet effet.
Ceci doit inclure un transpalette manuel ou électrique avec une capacité minimum de 2.000 kg pour le
déplacement des palettes.
Il n’est pas prévu la livraison d’un chariot élévateur approprié pour la charge et la décharge de camions
ne portant pas de plate-forme élévatrice.

93
Bureautique

Tous les équipements nécessaires pour le bureau du poste d’exploitation de la Centrale Photovoltaïque,
situé sur la salle de commande du bâtiment d’exploitation, seront fournis par l'Entreprise, y compris le
mobilier nécessaire et le matériel informatique permettant le contrôle des équipements de l’installation.
Une table de réunion d’au moins 12 personnes et 12 fauteuils seront également fournis.

Stock de pièces de rechange

Le Soumissionnaire établira la liste et le quantitatif de tous les équipements pour lesquels des pièces de
rechange sont indispensables pour assurer la pérennité des installations (fusibles, lampes relais,
interrupteurs disjoncteurs BT, modules interchangeables au sein des onduleurs, etc.). Pour les PTR, une
cellule compacte sera approvisionnée.
Environ 100 modules photovoltaïques seront fournis en tant que pièces détachées. Ces modules seront
conservés dans leur emballage d’origine.
Ces différentes pièces de rechange seront stockées dans le magasin.

Les pièces détachées importantes minimales requises sont listées ci-dessous avec le nombre minimal de
pièces à fournir :

• Module PV 100

• Onduleur complet 2

• Sous ensemble de puissance des onduleurs 2

• Sous-ensemble de commande des onduleurs 4

• Centrale d’acquisition de données 2

• Boite de connexion : 4

• Cellule disjoncteur PTR : 2

• Climatiseur PTR (ventilo-convecteur et groupe ext.) : 4

Le Soumissionnaire intégrera dans son offre la liste des pièces de rechange qu’il propose. Cette liste
pourra être discutée et complétée par le Maitre d’ouvrage au moment de l’analyse des offres.

Manuel d’entretien

Les manuels donneront toutes informations sur le fonctionnement, l’entretien et le démontage de


l’installation de préférence en langue Française.

L’Entreprise soumettra au Maitre d’ouvrage ou son représentant, en 2 exemplaires, chaque manuel 2


mois avant la Réception de la Fourniture correspondante.

Dès l’approbation écrite par le Maitre d’ouvrage ou son représentant du document soumis, l’Entreprise
remettra 5 copies des manuels d’instruction au Maitre d’ouvrage. Sur l’ensemble des manuels, une
reliure identique sera utilisée. Cette reliure sera réalisée sous forme rigide, et le dos comportera
l’identification du matériel concerné suivant l’ordre de la liste de fournitures. Le format maximal autorisé
pour ces documents sera de 24 x 32 cm pour une épaisseur maximale de 8 cm. Toute la documentation
sera également rendue en format électronique.

Les notices techniques de type commercial, contenant les informations requises, pourront être utilisées
entièrement ou en partie.
94
Des plans, schémas, images ou photographies seront utilisés lorsque cela facilitera la compréhension et
la clarté.

Les précautions et les avertissements concernant la sécurité des personnes et de la Fourniture seront
stipulés.

Les manuels doivent comporter les sections suivantes, disposées dans cet ordre :

• Page de titre.

• Table des matières.

• Section I - Fonctionnement.

• Section II - Entretien.

• Section III - Démontage des pièces.

• Publications correspondantes.

• Perspectives, plans à l’échelle, schémas, etc.

6 NORMES ET REGLEMENTATION

Les documents applicables sont, sauf stipulations contraires, ceux en vigueur à la date d’entrée en
vigueur du marché.

L’Entreprise acquerra un exemplaire de chaque document applicable, pour être remis au Maitre
d’ouvrage. Cet exemplaire restera disponible pour consultation et utilisation par l’Entreprise.

6.1 Normes générales

Les présentes spécifications font référence à des normes, codes ou recommandations, préparés par
différents organismes et notamment ceux dont la dénomination, l'adresse et le sigle qui les désignent
sont indiqués ci-après :

• Commission Electrotechnique Internationale


1 rue de Varembé
Case Postale 56 CH1211
Genève 20 (Suisse)
Bureau Central de la Commission Internationale

• Association Française de Normalisation (AFNOR)


Tour Europe - Cedex 7
92080 Paris La Défense (France)
Normes françaises (NF et UTE)

• Organisation Internationale de Normalisation (ISO)


1 rue de Varembé
Case Postale 56 CH1211
Genève 20 (Suisse)

• Deutsches Institut für Normung (DIN)


Westliche Karl-Friedrich-Str.56
95
75172 Pforzheim(Allemagne)

Les documents émis par ces organismes pourront aussi servir de référence en l'absence de
Spécifications détaillées précises dans ce Cahier des Charges.

6.2 Normes photovoltaïques

• CEI 61215, pour la qualification de la conception et l’homologation de type de module de


silicium cristallin pour l’application terrestre photovoltaïque.

• CEI 61730, de qualification pour la sûreté de fonctionnement des modules


photovoltaïques.

• UTE 57-300 Paramètres descriptifs d’un système photovoltaïque.

• CEI 60364 (NFC 15-712) Installations électriques PV dans le bâtiment.

• CEI 61723 Guide des sécurités pour le PV dans le bâtiment.

• CEI 61173 Protection contre les surtensions des systèmes photovoltaïques de production
d’énergie – Guide.

• CEI 62548 Exigences pour installation et sécurité des générateurs PV.

• CEI 62 078 Qualification des composants PV et systèmes.

• CEI 61 836 Système d’énergie PV. Termes et symboles.

• CEI 61 724 Suivi des performances des systèmes PV.

• NFC 15-712-1 Installations photovoltaïques sans stockage et raccordées au réseau


public de distribution.

• NF EN 61727 : Systèmes photovoltaïques – Caractéristiques de l’interface de


raccordement au réseau.

• IEC 62548: Caractéristiques des fusibles en Centrales photovoltaïques.

6.3 Normes électriques

• NORME CEI 60076, exigences relatives aux transformateurs électriques.

• CEI 61 724 Equipements électroniques utilisés dans les installations de puissance.

• NORME CEI 60068 Tenue des connexions et montages intégrés.

• NORME CEI 60694, spécifications communes aux normes de l’appareillage haute


tension.

• NORME CEI 60364, Installations électriques à basse tension.

• CEI 61 740 Parafoudre pour matériel B.T.

• CEI 60320 Norme de matériels électriques BT.

96
• NORME CEI 60 502, Câbles d'énergie à isolant extrudé et leurs accessoires pour des
tensions assignées de 1 kV (Um = 1,2 kV) à 30 kV (Um = 36 kV).

• NORME NFC 13200 Installations électriques à haute tension.

• NORME NFC 13100 Postes de livraison établis à l'intérieur d'un bâtiment et alimentés
par un réseau de distribution publique HTA (jusqu'à 33 kV).

• NORME NFC15100 Installations électriques à basse tension.

• CEI 62 109 Sécurité électrique des onduleurs et contrôleurs de charge.

• CEI 18 510 Recueil d’instructions générales de sécurité d’ordre électrique.

• IEC 60320: Degré d’isolement électrique d’équipement et matériaux.

• EN 60228: Caractéristiques du câblage.

6.4 Normes mécaniques et génie civil

• Règles pour le calcul et l'exécution des constructions métalliques (CM 1966).

• Eurocodes structuraux - Bases de calcul des structures NF EN 1990/NA.

• Eurocode 8 - NF EN 1998-1 - - Calcul des structures pour leur résistance aux séismes.

• Eurocode 1 et son annexe française NF EN 1991-1-4 – Actions sur les structures du vent.

• Normes et fascicules du CCTG applicables aux marchés publics de travaux de génie


civil:

- Fascicule 2. Terrassements généraux.

- Fascicule 23. Fournitures de granulats employés à la construction et à


l’entretien des chaussées.

- Fascicule 25. Exécution des corps de chaussées.

- Fascicule 28. Exécution des chaussées en béton de ciment (2001).

- Fascicule 29. Travaux, construction, entretien des voies, places et espaces


publics, pavés et dalles en béton ou en roche naturelle.

- Fascicule 32. Construction de trottoirs.

- Fascicule 39. Travaux d´assainissement et de drainage des terres agricoles.

- Fascicule 62. (Titre I, Section I). Règles techniques de conception et de calcul


des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états
limites (BAEL91).

- Fascicule 62. (Titre I, Section II). Règles techniques de conception et de calcul


des ouvrages et constructions en béton précontraint suivant la méthode des états
limites (BPEL91).

- Fascicule 65(2008) Exécution des ouvrages en béton armé ou en béton


précontraint.

97
- Fascicule 65 A. Exécution des ouvrages en béton armé ou en béton précontraint
par post-tension.

- Fascicule 65 B. Exécution des ouvrages de génie civil de faible importance en


béton armé.

- Fascicule 68. Exécution des travaux de fondation des ouvrages de génie civil.

- Fascicule 70. Ouvrages d´assainissement.

• NF P98-115(92). Assises de chaussées – Exécution des corps de chaussées –


Constituants – Composition des mélanges et formulation – Exécution et contrôle.

• XP P98-121 (2005). Assises de chaussées – Graves-émulsion – Définition –Classification


– Caractéristiques – Fabrication – Mise en œuvre.

• NF P98-128(91). Assises de chaussées – Bétons compactés routiers et graves traitées


aux liants hydrauliques et pouzzolaniques à hautes performances – Définition –
Composition –Classification.

• PR NF P98-170 (2005). Chaussées en béton de ciment – Exécution et contrôle.

Normes et DTU applicables aux marchés publics de travaux du bâtiment :

• DTU 13.11 (DTU P11-211/CCT) (mars 1988) : Fondations superficielles - Cahier des
clauses techniques + Modificatif 1 (juin 1997) (Indice de classement : P11-211)

• DTU 13.2 (P11-212-1) (septembre 1992) : Travaux de fondations profondes pour le


bâtiment - Partie 1 : Cahier des clauses techniques (Indice de classement : P11-212-1)

• DTU 14.1 (NF P11-221-1) (mai 2000) : Travaux de bâtiment - Travaux de cuvelage

- Partie 1 : Cahier des clauses techniques + Erratum (novembre 2000) (Indice de


classement : P11-221)

- Partie 2 : Cahier des clauses spéciales (Indice de classement : P11-221)

Ouvrage en maçonnerie

• NF DTU 20.1 P1-1/A1 (2012-07-01) : Travaux de bâtiment - Ouvrages en maçonnerie de


petits éléments - Parois et murs - Partie 1-1 : cahier des clauses techniques types

• NF DTU 20.1 P2 (2008-10-01): Travaux de bâtiment - Ouvrages en maçonnerie de petits


éléments - Parois et murs - Partie 2 : cahier des clauses administratives spéciales types

• NF DTU 20.1 P3/A1 (2012-07-01) : Travaux de bâtiment - Ouvrages en maçonnerie de


petits éléments - Parois et murs - Partie 3 : guide pour le choix des types de murs de
façades en fonction du site

• NF DTU 20.1 P4/A1 (2012-07-01) : Travaux de bâtiment - Ouvrages en maçonnerie de


petits éléments - Parois et murs - Partie 4 : règles de calcul et dispositions constructives
minimales

• NF P10-203-1/A2 (2007-11-01) Indice de classement : P10-203-1/A2 : DTU 20.12 -


Maçonnerie des toitures et d'étanchéité - Gros œuvre en maçonnerie des toitures
destinées à recevoir un revêtement d'étanchéité
98
- Partie 1 : cahier des clauses techniques

- Partie 2 : Cahier des clauses spéciales (Indice de classement : P10-203-2)

Ouvrage en béton

• NF P18-201 (2004-03-01) : DTU 21 - Travaux de bâtiment - Exécution des ouvrages en


béton - Cahier des clauses techniques

• NF P10-210-1 (1993-05-01) : Indice de classement : P10-210-1 : DTU 22.1. Travaux de


bâtiment - Murs extérieurs en panneaux préfabriqués de grandes dimensions du type
plaque pleine ou nervurée en béton ordinaire - Partie 1 : cahier des charges.

• NF P10-210-2 (1993-05-01) Indice de classement : P10-210-2 : DTU 22.1. Travaux de


bâtiment - Murs extérieurs en panneaux préfabriqués de grandes dimensions du type
plaque pleine ou nervurée en béton ordinaire - Partie 2 : cahier des clauses spéciales.

Enduits, liants hydrauliques

• NF DTU 26.1 P1-1 (2008-04-01) : Travaux de bâtiment - Travaux d'enduits de mortiers –

- Partie 1-1 : cahier des clauses techniques (Indice de classement : P15-201-1-1)

- Partie 1-2 : Critères généraux de choix des matériaux (Indice de classement : P15-
201-1-2)

- Partie 2 : Cahier des clauses spéciales (Indice de classement : P15-201-2)

• NF DTU 26.2 P1-1 (2008-04-01) Indice de classement : P14-201-1-1: Travaux de


bâtiment - Chapes et dalles à base de liants hydrauliques –

- Partie 1-1 : Cahier des clauses techniques types (Indice de classement : P14-201-1-
1)

- Partie 1-2 : Critères généraux de choix des matériaux (Indice de classement : P14-
201-1-2)

- Partie 2 : Cahier des clauses administratives spéciales types (Indice de classement :


P14-201-2)

• DTU 26.2/52.1 (NF P61-203) (décembre 2003) : Mise en œuvre de sous-couches


isolantes sous chape ou dalle flottantes et sous carrelage - Cahier des clauses
techniques (Indice de classement : P61-203)

Principales normes ciments et bétons

• FD P18-011 (2009-12-01) : Béton - Définition et classification des environnements


chimiquement agressifs - Recommandations pour la formulation des bétons - Tirage 2
(2010-03-01)

• NF EN 12390-2 (2012-04-01): Essais pour béton durci - Partie 2 : confection et


conservation des éprouvettes pour essais de résistance

• NF EN 206-1/A2 (2005-10-01) : Indice de classement : P18-325-1/A2 ; Titre : Béton -


Partie 1 : spécification, performances, production et conformité

• NF EN 13369 COMPIL (2006-07-01) Indice de classement : P19-800COMPIL: Règles


communes pour les produits préfabriqués en béton - Texte compilé de la norme NF EN
13369 de décembre 2004 et de son amendement 1 de juillet 2006
99
• NF P18-504 (1990-06-01)/Indice de classement : P18-504 : Béton - Mise en œuvre des
bétons de structure

• NF P98-335 (2007-05-01) : Chaussées urbaines - Mise en œuvre des pavés et dalles en


béton, des pavés en terre cuite et des pavés et dalles en pierre naturelle -

• NF P98-335 (2007-05-01) : Chaussées urbaines - Mise en œuvre des pavés et dalles en


béton, des pavés en terre cuite et des pavés et dalles en pierre naturelle -

• NF EN 13369/A1 (2006-07-01) : Règles communes pour les produits préfabriqués en


béton

• NF EN 197-1 (2012-04-01): Ciment - Partie 1 : composition, spécifications et critères de


conformité des ciments courants

• NF EN 413-1 (2012-09-01): Ciment à maçonner - Partie 1 : Composition, spécifications et


critères de conformité

• NF EN 14647 (2006-12-01) : Ciment d'aluminates de calcium - Composition,


spécifications et critères de conformité

• NF P15-317 (2006) Liants hydrauliques – Ciments pour travaux à la mer.

• P15-319 (2006) Liants hydrauliques – Ciments pour travaux en eaux à haute teneur en
sulfates.

• NF P15-318(2006) Liants hydrauliques – Ciments à teneur en sulfures limitée pour béton


précontraint.

• NF P15-314 (1993) Liants hydrauliques – Ciment prompt naturel.

Aciers pour armatures :

• NF EN 10080 (2005-09-01) Indice de classement : A35-010: Aciers pour l'armature du


béton - Aciers soudables pour béton armé - Généralités

• NF A35-028 (2007-11-01) Indice de classement : A35-028: Aciers pour béton armé -


Treillis raidisseurs

• NF A35-080-1 (2010-10-01) Indice de classement : A35-080-1: Aciers pour béton armé -


Aciers soudables - Partie 1 : barres et couronnes

• NF A35-080-2 (2010-10-01) Indice de classement : A35-080-2 : Aciers pour béton armé -


Aciers soudables - Partie 2 : treillis soudé

Granulat pour béton

• NF P18-306 (1965-09-01) Indice de classement : P18-306 : Bétons de construction -


Laitier granulé

• NF P18-404 (1981-12-01) Indice de classement : P18-404 : Bétons - Essais d'étude, de


convenance et de contrôle - Confection et conservation des éprouvettes

• NF P18-405 (1981-12-01) Indice de classement : P18-405 : Bétons - Essai d'information -


Confection et conservation des éprouvettes

Les règles de l'art.

100
6.5 Autres normes

• CEI 61 730 Classe d’équipement

• CEI 62446 test d'acceptation, modes opératoires et maintenance

• CEI 62 093 Qualification des composants pour systèmes

La conception et l'exécution des ouvrages devront être d'une qualité au moins égale à celle définie par
les documents spécifiés ci-dessus dans le domaine d'application de chacun de ces documents :

• Normes et règlements en vigueur en Mauritanie.

• Standards SNIM.

Sous condition d'accord préalable du Maitre d’ouvrage ou son représentant, il pourra être fait application
d'autres normes et règlements que ceux spécifiés si l’Entreprise fait la preuve que la qualité des
matériaux, la qualité de la sécurité des ouvrages, en cours de construction et après achèvement, seront
au moins équivalentes à celles prescrites. Dans ce cas, l’Entreprise fournira la traduction en langue
Française de ces normes et règlements. Au cas où les documents du marché comportent des
spécifications plus sévères ou particulières, celles-ci prévaudront toujours sur les normes et règles
techniques mentionnées ci-dessus. Il devra être admis que les normes, règlements et spécifications
introduits par le Soumissionnaire sont supérieurs ou équivalents à ceux prescrits.

101
COORDONNES GPS ET PLAN DU SITE PROPOSE
PAR LA SNIM

102
coordonnées GPS des deux Centrales et les pistes
Coordonnées GPS de l'ancienne Centrale(3MWc)

X Y Z
P1 760931,89 515099,64 0
P2 760931,89 515322,27 0
P3 761284,09 515322,27 0
P4 761284,09 515099,64 0

Coordonnées GPS du site proposé pour la nouvelle Centrale(12MWc)


X Y Z
P1 760931,89 515099,64 0
P2 762340,411 515099,584 0,004
P3 762340,021 514208,405 2,098
P4 760931,73 514208,523 8,674

Coordonnées GPS de la piste existante vers la Centrale 3MWc


X Y Z
P1 760892,54 515220,465 0,001
P2 760830,253 515220,17 0,001
P3 760772,741 515230,36 0,001
P4 760731,185 515237,733 0,001
P5 760694,331 515244,551 0,001
P6 760617,425 515261,84 0,001
P7 760601,205 515265,793 0,001

Coordonnées GPS vers le site choisi pour la nouvelle Centrale (12MWc)


X Y Z
P1 760601,205 515265,793 0,001
P2 760614,475 515258,814 0,001
P3 760621,456 515253,02 0,001
P4 760634,536 515212,294 0,001
P5 760650,338 515166,715 0,001
P6 760668,769 515117,602 0,56
P7 760685,407 515079,921 0,931
P8 760700,368 514994,485 2,031
P9 760710,636 514938,59 2,776
P10 760721,859 514867,067 3,687
P11 760727,536 514821,535 6,066
P12 760828,491 514704,681 4,265

103
104
515600 N

515500 N

515400N

352m
515300N

piste existante N
Ancienne central
515200N

226.6m
515100 N

515000N
projet piste

514900N
Digue
760.58m projet
514800N
NV Central

514700N
890m

514600 N

514500 N

514400 N

514300 N

514200N
105
1408m
514100 N

GEOVIA
projet central solaire2
tst_str

-
13/07/2021
760400E

760500E

760600E

760700E

760800E

760900E

761000E

761100E

761200E

761300E

761400E

761500E

761600E

761700E

761800E

761900E

762000E

762100E

762200E

762300E
m SURPAC - GEOVIA
Scale: 1: 2000 Plan No. Date: 13-Jul-21

Vous aimerez peut-être aussi