Vous êtes sur la page 1sur 34

Prof : Assakti

***********Semestre (5)- Gestion***********


Numérisation : Brahim AGRAD*

Plan de Cours :

Axe 1 : Entreprise sociétaire


Axe 2 : Instruments de règlement

-2-
Les formes des
entreprises :

Entreprises Entreprises Entreprises


individuelles Sociétaires Collectives

Commerciales Civiles

Axe 1 : Entreprise sociétaire

1. Définition :

« La société est un contrat par lequel deux ou plusieurs


personnes mettent en commun leurs biens ou leur travail ou
tous les deux à la fois, en vu de partager le bénéfice.. »

2. Les éléments du contrat de société :

1/° La société est un contrat c'est-à-dire une relation


contractuelle qui doit être matérialisée par un écrit et qui
nécessite au moins la présence de deux volontés. C'est-à-dire
des personnes physiques ou des personnes morales.
2/° La pluralité des associés.
3/° Les apports.
« Un associé » c’est tout personne physique (individus) ou
morales (association, coopérative, autre société, Etat..) qui
apport quelque chose à la société en contre partie des actions
ou des parts social qui leurs permet d’être propriétaire d’une
partie du capital social et la suite de bénéficier du résultat qui
va être réalisé sous forme de dividendes en cas de bénéfice ou
pertes en cas de défaillance.
« Apport » il s’agit d’une opération juridique par
l’intermédiaire du quelle l’apporteur personne physique ou

-3-
morale met à la disposition de la société, un bien qu’elle va
utiliser et exploiter de plein droit dans le cadre de son activité
dans certaines cas la société a soit la jouissance soit la
propriété.
Exemples :
Jouissance ; un apporteur qui met un local pour
l’exploitation du fonds de commerce à la disposition de la
société sans recevoir le loyer.
Propriété ; un apporteur qui apport une voiture de service,
il a met à la disposition de la société pour en être propriétaire.

A. Apport en numéraire :
Une opération par laquelle l’apporteur met à la disposition
de la société une somme d’argent déterminée en espèce
(billets de banque) et encaisser immédiatement, ou
également par l’intermédiaire d’un moyen qui permettra à
la société d’encaisser la somme dans un délai très court
(ex : chèque, …).
B. Apport en nature :
Une opération juridique par laquelle un apporteur apport
un bien :
• Meuble corporelle : ex ; voiture, ordinateurs…
• Meuble incorporelle : fonds de commerce…
• Immeuble : terrain nus, construction, appartement…
Généralement l’opération d’apport est très proche d’une
opération de vente (la société devient propriétaire de bien).
Dans certains cas la société peut se limitée uniquement de la
jouissance (ex : devient locataire d’un local alors que
l’apporteur reste toujours propriétaire).
Quand on apport un bien en nature, sa valeur doit être
déterminée.

C. Apport en industrie :
• (SARL) les apports en industrie sont autorisés sous
condition d’avoir une relation avec l’objet de la société
(c'est-à-dire avec l’activité de la société).
• (Sociétés de personnes : SNC, SCS, SP) l’apport en
industrie est autorisé sans condition.
• (SA) ne sont pas acceptés au niveau des sociétés
anonymes.

-4-
3. L’esprit sociétaire « Affectio societatis ».
4. Partage de résultat.
5. Les avantages de la société :
Juridique, Fiscale, Organisationnel, Financier, Social.

 Typologie des entreprises sociétaires :

Entreprises
Sociétaires :

Sociétés de Sociétés Sociétés de


Personnes Hybrides Capitaux

Société en Société en Société en Société à Société Société en


Nom Collectif Participation Commandite Responsabilité Anonyme Commandite par
Simple Limitée Action

Sociétés de personnes :
 Définition :

Ce sont les sociétés dans lesquelles la personne de


l’associé est très importante, car le risque et la responsabilité
sont indéfinis et illimités. Au niveau de ce type de sociétés le
capital n’a pas de l’importance.
La personne de l’associé est importante veut dire qu’on
doit choisir les bonnes personnes (de confiance) avec qui on
doit s’associer.

 Caractéristiques :
- La personne de l’associé est importante.
- Un risque illimité.
- La responsabilité est indéfinie et solidaire.
- Le capital donc l’argent n’a pas d’importance.
- Les associés peuvent être attaqué en leurs biens
personnels.

-5-
Section 1 : SNC, Société en Nom Collectif :

1/° Définition et caractéristiques :

Elle s’agit d’une forme d’entreprise sociétaire, les associés


sont indéfiniment et solidairement responsables des dettes de
la société en cas de non paiement. Les associés au niveau de la
SNC ont tous la qualité de commerçant.

• « intuitu-personæ ».
• Sté dotée de la personnalité morale.
• Sté commerciale par la forme.
• Les associés ont la qualité de commerçant.
• La responsabilité des associés est solidaire et indéfinie.

2/° Conditions de constitution ordinaires :

Sont les conditions de réalisation d’un contrat :


- Capacité
- Objet
- Consentement.
- Causse

3/° Les Conditions de constitution spécifiques :

A. Statut d’associé :
- minimum 2 personnes (physiques et/ou morales).
- Et pas de Maximum d’associés.
- Tous les associés ont la qualité de commerçant.
- Responsabilité indéfinie et solidaire.

Conséquences :
Le créancier peut demander paiement de la totalité de la
dette de la société à n’importe quel associé :
Sous Trois Conditions :
- Si la société et insolvable.
- Après mise en demeure de la société.
- Une fois passer le délai de 8 Jours.

-6-
B. Un capital minimum n’est pas exigé.

4/° La gérance :

A. modalité de nomination :
- Un ou plusieurs gérants associé.
- Gérant tiers.
- Si non, tous les associés sont gérants.
B. Pouvoirs de gérant :
- Accomplir les actes de gestion.
- Pluralité des gérants : pouvoirs séparés.

5/° Rôle des associés non gérants :


A. Pouvoir de décision en assemblée :

1- Nature des décisions :


+ Décisions ordinaires : Ratifier la comptabilité de la société…
+ Décisions extraordinaires : Augmentation de capital…
+ Décisions exceptionnelles : Changement de la siège social de
la société…
2- Modalités de prise de décision :
+ Principe :
A l’unanimité
+ Exception :
Selon les statuts

B. Pouvoir de contrôle :

1- Individuel :
• Obtenir communication des documents comptables au
moins deux fois par an.
• Poser des questions écrites à la gérance.

2- Collectif :

• Assister les assemblées.


• Approbation de la comptabilité.
• Donner quitus au gérant.

-7-
6/° Le commissaire aux comptes :
A. Principe :
- la nomination n’est pas obligatoire.
B. Exception :
 Nomination facultative :
- A la demande de la majorité des associés.
- Voie Judicaire par un associé.
 Nomination obligatoire :
- Si le C.A est ≥ à 50.000.000 dhs.

7/° Dissolution de la SNC :

A. Révocation du gérant associé statutaire :


1. Principe : dissolution de la société.
2. Exception : décidé « à l’unanimité » de continuer ; (accord de
tous les associés).

B. Décès d’un associé :


1. Principe : dissolution de la société.
2. Exception : Continuer avec les vivants ou les héritiers.

C. Perte de la qualité de commerçant :


* Déchéance (suite à un crime) / Interdiction / Incapacité.

Section 2 : Société en commandite :

A. Définition :
Est une société dans laquelle la personne de l’associé est très
importante, le capital n’a pas de l’importance.
Est une société commerciale par la forme indépendamment de
son objet.

B. Caractéristiques :
1. Société commerciale par la forme ; indépendamment de son
activité.
2. Personnalité morale.
3. Dualité des associés (les commandités, les commanditaires).
-> Les commandités :
• Personnes physiques ou morales.
• Acquièrent la qualité de commerçant.
• Responsabilité indéfinie et solidaire.
• Participent à la gestion de la société.
• Leur situation est proche des associés en nom collectif.

-8-
-> Les commanditaires :
• Personne physique ou morale.
• Ne sont pas obligés d’avoir la qualité de commerçant.
• Responsabilité limitée.
• Bailleurs de fonds uniquement.
• Ne peuvent pas gérer la société.

4. Permet la dissociation entre capital et pouvoir.


5. Peut prendre deux formes (Société en Commandite Simple,
Société en Commandite par Action).

Paragraphe 1 : Société en Commandite Simple :

A. Conditions de constitution :

* Nombre d’associés ≥ (2)


(1) Commanditaire, (1) Commandité
* Capacité commerciale des commandités.
* Capital social : pas de minimum.

B. Règles relatives aux cessions des parts :

• Commandité (veut vendre sa part à) un Commandité :


A condition : l’accord de tous les associés commandités.
• Commandité  Commanditaire :
Libre.
• Commanditaire  Commanditaire :
Libre.
• Commanditaire  Commandité :
A condition : l’accord de tous les associés commandités.

C. la gérance :

• Assurée par les commandités ou Tiers.


• Gérance interdite pour les commanditaires.
• Pouvoirs : Agir au nom de la société.

-9-
D. le contrôle :

1. assuré par des associés ;


- Contrôle en collectif : par les assemblées.
- Contrôle individuel :
+ Prendre communication des documents comptables.
+ Poser des questions écrites à la gérance.
2. Contrôle par commissaire aux comptes :
(Facultatif)

Paragraphe 2 : Société en Commandite par Action :

A. Caractéristiques : (les mêmes caractéristiques de la SCS)


B. Les conditions de constitution :

* Nombre d’associés ≥ (4)


(1) Commandité, (3) Commanditaires
* La capacité commerciale pour les commandités.
* Pas de minimum pour le capital social.

C. Règles relatives au cession des parts (les mêmes pour la SCS)


D. La gérance :
• Par les commandités ou tiers.
• Gérance interdite pour les associés commanditaires.
• Pouvoirs : agir au nom de la société.
E. Contrôle :
1. Par les associés :
• Contrôle collectif : par les assemblées.
• Contrôle individuel :
+ Prendre communication des documents comptables.
+ Poser des questions écrites à la gérance.
2. Conseil de surveillance :
• Composé au moins de 3 membres.
• Uniquement des commanditaires.
• Nommés par les actionnaires commanditaires.
• Sa mission : contrôler la société.

3. Le commissaire aux comptes :


• Nomination obligatoire.
• Par l’assemblée des actionnaires.

- 10 -
Section 3 : Société en participation :

A. Définition et caractéristiques :

La SP est un contrat par l’intermédiaire duquel deux ou


plusieurs personnes mettent en commun leur accord pour un objet
déterminé.
La Sté en participation peut être créée pour une durée
déterminée (courte, moyen ou long terme) ou pour une durée
indéterminée. C’est une société dans laquelle l’élément personne de
l’associé l’emporte sur l’élément capital.

1- Société.
2- Société de personnes.
3- Dispensée des formalités de dépôts et de publicité.
4- Pas d’immatriculation.
5- Pas de personnalité morale.
6- Occulte (cachée, non apparente) ou ostensible.
7- Civile ou commerciale selon son activité quelle exerce.
* Si elle exerce une activité civile (exemple : activités
agricoles classiques, la location des immeubles, professions
libérales), dans ce cas la société est qualifiée comme une société en
participation civile.
* Par contre lorsqu’elle exerce une activité commerciale elle
est considérée comme une société commerciale.
8- La responsabilité des associés :
La responsabilité des associés au niveau de la société en
participation dépend de la nature juridique de la société.

- Si la société en participation est civile : (exerce une activité


civile), la responsabilité dans ce cas est indéfinie -illimitée- (Pas de
solidarité).
Exemple : une société en participation X composée de quatre
associés (A, B, C, D) le capital est divisé en parts égales (25%).
L’associé D a demandé un crédit au niveau d’une banque au
montant de 80.000 Dhs. A l’échéance la société se trouve incapable
de rembourser le montant.
> Dans ce cas la banque a le droit de demander le
remboursement aux quatre associés, elle a le droit aussi d’attaquer
leurs biens personnels (20.000 Dhs pour chaque associé).

- 11 -
- Si la société en participation est commerciale : dans ce cas la
responsabilité des associés est : indéfinie et solidaire.
Exemple : le même exemple président, si la société n’arrive
pas à rembourser le crédit, la banque a le droit de demander le
remboursement aux quatre associés, elle dispose d’un choix dans la
mesure où elle peut demandé le remboursement de la totalité de la
dette a un seul associé. Egalement la banque a le droit d’attaquer
les associés sur leurs biens personnels.

B. Les conditions de constitution de fond :

• Nombre d’associés :
Minimum : 2 associés.
Pas de Maximum.
• Capacité des associés :
- SP civile : capacité civile.
- SP commerciale : qualité de commerciale des associés /
capacité commerciale.
• Capital sociale : pas de minimum exigé.
• Apports des associés :
- Chaque associé garde la propriété de son apport.
- La possibilité de mettre les apports en indivision.

C. Les conditions de constitution de forme :

• Principe : contrat écrit obligatoire.


• Exception : peut être justifiée par tous les moyens.

D. La gérance :

- Gérant associé ou tierce personne.


- A défaut de nomination : tous les associés sont gérants.

1/ Le gérant à l’égard des tiers :

- Il ne représente pas la société/ pas de signature sociale.


- Il traite en son nom personnel et engage sa personne vis-à-vis
de tiers sauf dans deux cas :
* Le gérant a révélé (démasqué) les autres associés.
(Justifier par un mandat)
* Les associés se sont démasqués eux-mêmes.

- 12 -
2/ Entre les associés :

- Les actes du gérant sont accomplis pour le compte de la


société.
- Les associés sont tenus indéfiniment et solidairement si la
société est commerciale.

E. Dissolution :

- A l’arrive du terme (SP à durée déterminée).


- Volonté unilatérale d’un associé.
- Décès d’un associé / Incapacité ou déchéance et
incompatibilité si la société est commerciale.

F. Avantages de Société en Participation :

- Simplicité au niveau de constitution.


- Simplicité au niveau de fonctionnement.
- Discrétion vis-à-vis des tiers.

Sociétés des Capitaux :

1- Définition :

Les sociétés des capitaux : sont les sociétés dans laquelle le


capital l’emport sur les personnes, l’élément capital est important.

2- Formes de sociétés des capitaux :

• Société à Responsabilité Limitée « SaRL ».


• Société Anonyme « SA ».

- 13 -
Section 1 : Société à Responsabilité limitée :

1- Définition et caractéristiques :

C’est un contrat par l’intermédiaire lequel, deux ou plusieurs


personnes (exceptionnellement une seule personne) met en
commun leurs apports (en numéraire ou en nature ou en industrie)
en vue de produire des biens et services dans le but de réaliser un
profit.

Caractéristiques :
1. Dotée de la personnalité morale.
2. Commerciale par la forme.
3. Immatriculée au registre du commerce.
4. Société hybride ou à mi-chemin.
-> Société de personnes : (pas de minimum en capital social)
Cession des parts :
Entre les associés : libre
Entre conjoints : libre
Avec personnes tiers : contrôlée
-> Société des capitaux :
Le risque est limité.
5. Responsabilité limitée des associés : (à leurs apports)
6. Peut prendre deux formes.
-> Sarl à plusieurs associés.
-> Sarl a associé unique « EURL »
(« Eurl » Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée)

2- Conditions de constitution :

A. Nombres d’associés :

• Min 1 : SARL a associé unique ou ‘EURL’


• Min 2 : SARL a plusieurs associés.
• Max 50 Associés.

B. Statut d’associés :

• Personnes physique ou morale.


• Pas de qualité de commerçant. (étrangère à 18 ans peut être
associé dans la SaRL).
• Responsabilité imitée.

- 14 -
C. Capital social : Pas de minimum.

3- Cession des parts sociales :

A. Entre Associés :
- En Principe : librement cessible
- Les statuts peuvent prévoir des conditions.
B. Entre conjoints : Même conditions.
C. Aux Tiers :
- La cession n’est pas libre (accord de 75% des parts).
* En cas de refus la société à un délai de 30 Jours pour
trouver une solution.
-1- Un associé achète.
-2- Trouver une autre personne.
-3- Rachat des parts par la société (diminution de capital).

4- Gérance :

1. Nomination :
• Parmi les associés ou tierce personne.
• Par les associés ayant 75% des parts.
• Obligatoirement une personne physique.
Co-Gérance :
Est une modalité de nomination de deux personnes physiques
pour gérées en même temps la société.
C'est-à-dire les deux gérant vont prendre les décidions de
deux manières.
- Séparément : chaque gérant va prendre des décisions
individuellement sans demander l’accord de l’autre
gérant.
- Collectivement : les décisions sont prises par les deux
gérants conjointement.

2. Durée du mandat :
- Déterminée.
- Indéterminée.

3. Pouvoirs du gérant.
4. Rémunération.

- 15 -
5- Les associés non gérants :

1. Pouvoir décisionnel (Assemblée) :


• Ordinaire : exemple ; un crédit à montant important auprès
de la banque.
• Extraordinaires : changement de siège social de la société.
• Exceptionnelle : décès d’un associé.

2. Pouvoir de contrôle :
a- Contrôle individuel :
• Communication des documents comptables.
• Poser des questions au gérant.
• Rapport d’un expert nommé par la justice à la demande
d’associés ayant 1/10 du capital.
b- Contrôle collectif en assemblée.
c- Contrôle par commissaire aux comptes.
-> Nomination facultative.
(Par les associés ayant 75% du capital).
Via la justice par les associés ayant 25% du capital.
-> Nomination obligatoire :
CA (HT) > 50 Millions Dhs.

6- Dissolution de la SARL :

1. Nombre d’associés >50. (délai de régularisation 2 ans).


2. Perte de 75% du capital social (délai de régularisation 6mois).

7- Particularités de la SaRL a associé unique :

1. Un seul associé personne physique ou morale.


2. Une EURL ne peut pas être associé dans une EURL.
3. Totalité du capital reviens à une seule personne.
4. L’entrée d’un autre associé ; passage de l’EURL à la SARL à
plusieurs associés.
5. Gérance :
Gérance- associé.
Gérance- tierce personne.

6. Régime fiscale : IS
7. EURL n’est pas une entreprise individuelle.

- 16 -
Question :
Quelle est la différence entre l’EURL et une société
individuelle ?

Entreprise Individuelle EURL


Propriété du capital : Une seule personne détient toute la propriété de l’entreprise
Mélange entre ce qui est
Patrimoine : Patrimoine Social et personnel
personnel et professionnel

Personnalité : Physique Morale

Responsabilité : Illimitée Limitée

Obliger d’une activité Commerciale par la forme


Activité :
commerciale. (indépendamment de son
activité)

Régime fiscal : L’Impôt sur le Revenu L’Impôt sur les Sociétés

Section 2 : Société Anonyme :

8- Définition et caractéristiques :

1. Société « intuitu materiae » de capital.


• L’importance du capital.
• L’actionnaire/ pas de qualité de commerçant.

2. Responsabilité limitée aux apports.


3. Trois types de SA :
• SA Classique : A conseil d’administration (président/conseil).
• SA Dualiste : A directoire et conseil de surveillance.
• SA Simplifiée SAS (Société des Sociétés).

4. Commerciale par la forme.


5. Soumise à l’IS.
6. Société structurée : contient des organes.
7. Adoption obligatoire de SA pour les sociétés d’investissement/
d’assurances/ Banques…
8. Possibilité de faire appel public à l’épargne.
Par souscription d’actions ou d’obligations,

- 17 -

Action :
i. Titre de propriété (d’une partie de capital).
ii. Rémunération : dividendes (variable dépend de résultat et
la stratégie d’investissement de l’entreprise).
iii. Le propriétaire a le droit de participer à l’assemblée des
actionnaires (droits politiques).

Obligation :
1. Titre de créance.
2. Contrepartie des intérêts (fixes ou variables selon le type
de l’obligation).

9. Possibilité d’émettre des obligations.

9- Conditions de constitution :

1. Nombre d’actionnaires :
Min : 5 , Pas de Maximum « anonyme ».
• Regroupés en assemblées d’actionnaires.
2. Les apports :
• En numéraire et en nature.
• Pas d’apport en industrie.
3. Capital social :
• 300.000,00 Dhs : Société qui ne fait pas appel public à
l’épargne.
• 3.000.000,00 Dhs : Société qui fait appel public à
l’épargne.
• Le capital est divisé en ‘Actions’.
• Il est intégralement souscrit.
• La libération peut se limiter uniquement au ¼ au moment
de la constitution, le reste dans 3ans.


La souscription :
Est une opération par l’intermédiaire lequel l’actionnaire
manifeste sa volonté de participer au capital social de la société.

La libération :

- 18 -
C’est l’opération par laquelle l’actionnaire verse de manière
effective la somme d’argent qu’il a promise et qu’il a souscrite.

10- Les règles de cession des actions :
1. Société non cotée :
• En principe : les actions sont librement négociables.
• Exception : Possibilité de subordonnée la cession à un
tiers à un agrément au niveau des statuts.
2. Société cotée en bourse :
• Les actions sont immédiatement négociables.

11- L’administration de la Société Anonyme :

SA
Classique
Président Conseil
d’administration

1. Statut : 1. Statut :
• Administrateur (conseil d’admin) • Etre actionnaire personne
• Personne physique. physique ou moral.
2. Nomination : • Etre capable et pas d’interdiction.
Par le conseil d’administration. • Salarié dans la limite de 1/3 de
3. Durée des fonctions : l’effectif.
Déterminée par le conseil d’admin. 2. Nombre min (3) :
4. Fin du mondât : Max ( ) :
• 12, Sté non cotées en bourse.
(Décès, Révocation, Démission, • 15, Sté cotée en bourse.
L’arrivé du terme). • 24, fusion de deux Sté non cotées.
5. Rémunération : (…) • 27, fusion de Sté cotée et non
6. Pouvoirs : cotée.
• Représente la société (vis-à-vis • 30, fusion de deux Sté cotées.
les tiers). 3. Nomination :
• Préside le conseil. Par l’assemblée.
7. Responsabilité : 4. Durée du mandât :
• Civile Fixée par les statuts.
• Pénale. 5. Fin de mandât :
(Décès, Révocation, Démission,
l’arrivé du terme)
6. Rémunération :
Les membres sont rémunérés.
7. Pouvoirs :
Administration de la société.
8. Responsabilité :
Responsabilité civile et pénale

- 19 -
SA
Dualiste

Le Directoire Conseil de
surveillance

Il y a co-existence de deux structures, la première s’occupe de la


gestion et l’administration (le directoire), la seconde s’occupe de la
surveillance -contrôle- de l’entreprise (conseil de surveillance).

a. Conseil de surveillance :

1. Statut :
- Actionnaire physique ou morale (les salaries n’ont pas de droit
d’être membres de ce conseil).
- Etre capable et pas d’interdiction.

2. Nombre :
- min : 3.
- Max (12.15.24.27.30) : (les mêmes cas de conseil
d’administration).

3. Nomination :
Par l’assemblée des actionnaires

4. Durée de mandât :
Fixer par les statuts.

5. Fin du mandât :
Démission, Révocation, l’arrivé du terme, Décès.

6. Rémunération :
Déterminer par l’Assemblée Générale des Actionnaires.

7. Pouvoirs :
Contrôle permanent de la société.

8. Président :
Personne physique.

- 20 -
b. Le directoire :

1. Statut :
- Personne physique.
- Actionnaires ou salariés (pas de seuil pour le nombre des
salariés).
- Capacité et absence d’interdiction.

2. Nombre :

- Minimum : fixer par les statuts.


- Maximum : 5 ou (7 si la société est cotée est en bourse).
- Une personne (DGU : Directeur Général Unique) pour les
sociétés à capital < 15.000.000,00 Dhs.

3. Nomination :

- Par le conseil de surveillance.

4. Pas de membre de conseil de surveillance (pas de cumul des


mandats).

5. Président du directoire :
• Représente la société à l’égard des tiers.
• Le président du directoire est envisagé dans le cas où le
directoire est composé de plus de deux membres.
• Lorsque le directoire DGU dans ce cas on a pas besoin de
désigner un président de directoire.

6. Pouvoirs :
Gestion de la société.

- 21 -
SA
Simplifiée

A. Définition et caractéristiques :

- Une société créée entre deux ou plusieurs sociétés (min : 2).


- Dans le but de créer ou gérer une filiale commune.
- Ou de créer une société mère commune.
- C’est une société de sociétés
- Le capital minimum de chaque associé doit être de :
2.000.000,00 Dhs.
- Le capital minimum de la SAS est fixé librement par les
associés.
- La SAS ne peut pas faire appel public à l’épargne.

B. Cession des Actions :

- Possibilité de prévoir l’inaliénabilité des actions pour une durée


n’excédant pas 10 ans.
- Possibilité de soumettre la cession à l’agrément de la société.

C. Gestion et Administration :

- Les conditions de direction sont fixées par les statuts.


- Désignation obligatoire d’un président. (personne physique ou
morale).
- Missions du président :
• Présente la société.
• Gestion et administration de la société.

D. Commissaire aux comptes :

- Obligatoire pour la SAS.


- Deux commissaires aux comptes pour les banques et les
sociétés de financement…

- 22 -
Groupement d’Intérêt Economique GIE :

A. Définition et caractéristiques :
- Contrat écrit.
- Créer entre 2 ou plusieurs personnes morales (sociétés,
coopératives, associations..).
- Pour une durée déterminée ou indéterminée.
- Mettre en œuvre les moyens propres.
- En vue de faciliter ou développer l’activité des membres.
- Le but du groupe n’est pas de réaliser le bénéfice pour lui-
même.
- Dispose de la personnalité morale.
- Immatriculé au registre de commerce quel que soit son objet.
- Le GIE peut être commercial ou civil selon son objet.

Exemples :
• Un Groupement d’Intérêt Economique entre deux ou
plusieurs associations – Dans ce cas le GIE est civil,
• Un Groupement IE entre deux ou plusieurs coopératives
de logement – Dans ce cas le GIE est civil,
• GIE qui regroupe deux ou plusieurs SaRL ayant pour objet
la promotion immobilière – GIE commercial.

B. Administration :
- Un ou plusieurs administrateurs choisis parmi les membres.
- Ou en dehors des membres.

C. Le contrôle :

-> Assemblée des associés : groupement des membres.


-> Commissaire aux comptes : obligatoire pour les GIE.

D. Dissolution :
- Arrivé du terme.
- Réalisation ou extinction de l’objet.
- Volonté d’un de ses membres.
- Décision de la justice pour motif légal.
- Concentration des actions entre les mains d’un seul membre
sans régularisation dans un an.

- 23 -
Axe 2 : Instruments de règlement

Les techniques juridiques de règlement de créances

1. La monnaie (divisionnaire, billets de banque).


2. Chèque.
3. Le virement.
4. Les cartes magnétiques.
5. La lettre de change.
6. Le billet à ordre.
7. Le warrant (entreprises Expo - Importation).
8. L’affacturage.
9. Cession de créance professionnelle.
10. Escompte.
11. Crédit documentaire.

- 24 -
- Lettre de change.
- Billet à ordre.
Instruments de crédit - Le warrant.

- Monnaie.
- Chèque.
- Le virement.
Instruments de paiement
- Cartes de paiement ou cartes
magnétiques.

- Escompte.
- Cession de créances
Instruments de professionnelles.
mobilisation des créances - Affacturage ou Factoring.
- Crédit documentaire.

Deux restrictions à la liberté d’entreprise en matière d’utilisation de


ces instruments :

1- Obligations conventionnelles (engagement d’entreprise).


2- Obligations légales.
• Paiement d’une valeur supérieur à 10.000 Dhs doit avoir
lieu par chèque barré ou virement à défaut ; Amende 6%
de la valeur payée.
• Toute entreprise commerciale est tenue d’ouvrir un
compte dans un établissement bancaire ou dans un centre
de chèques postaux. (un compte est un contrat bancaire)

Ch 1 : Règlement des comptes en banque :

 Introduction :
• Importance du compte
• Définition :

Un compte : un contrat ou une relation contractuelle entre un


client (personne physique ou morale) et un établissement bancaire
(banques classiques, Al Barid Bank, le Trésor public…) par
l’intermédiaire de quel la banque mit à la disposition du titulaire d’un

- 25 -
compte, un certain nombre de prestation selon ce qui est prévu au
niveau de contrat.

Section 1 : Les règles communes à tous les comptes :

§ 1 : Les conditions d’ouverture d’un compte :

A. Conditions de fond :

a. Le consentement :

• Liberté de clients :
- Les commerçants (personnes physiques ou morales) sont
obligés d’avoir un compte.
- Les non commerçants (personnes physiques) sont libres mais
ils sont obligés par la nécessité des choses.
• Liberté de la banque :
Après 1993, l’ouverture d’un compte devient un droit de tout
citoyen, mais ce droit se limite aux opérations de dépôt et de
virement…

b. La capacité :

• Des clients :
- Les commerçants :
18 ans (16 ans exceptionnellement), sont obligés d’ouvrir
un compte bancaire.
Les étrangers : 20 ans (moins de 20 ans : par une
autorisation).
- Les non commerçants :
18 ans, il a le droit d’avoir un compte en banque.
18 ans, pour les étrangers non commerçants (car l’ouverture
d’un compte ne banque est une opération civile).

• Les banques :
Une banque peut offrir ce service après sa constitution et donc
l’agrément de la banque centrale.

- 26 -
B. Conditions de forme :

1. Vérification détaillée de l’identité du client :

a. Personnes physiques (CIN, carte de séjour,…)

b. Personnes morales (les statuts, Modèle ‘G’…)


Modèle « G » : document qui contient des informations mises à
jour sur une société, tirer auprès du tribunal de commerce ou de
première instance…

2. Formalité d’ouverture :

a. Demande d’ouverture « Imprimé ».


b. Carton de spécimen de signature :
Un document rempli par le client sur lequel il appose sa
signature de référence qui va constituer un élément de vérification
et de comparaison pour le banquier au moment de l’inscription des
opérations de débit où de crédit au niveau des comptes clients.

Exemples :
Le décaissement d’un chèque en faveur d’un tiers.
Le décaissement d’une lettre de change…
L’exécution d’un ordre de virement.
Le banquier est tenu à vérifier la signature de clients à défaut (il y
a responsabilité banquier).

c. La production de procuration :
d. Lettre d’unité de compte :
Un document sous forme d’engagement du client en faveur de la
banque par lequel cette dernière (banque) est autorisée à
fusionner (regrouper) entre les comptes d’un seul client.
La LUC est donc signé dans un seul cas, lorsque le client dispose
de plusieurs comptes au niveau d’une seule banque.
C'est-à-dire que la LUC n’a aucun sens quand il s’agit d’ouvrir
plusieurs comptes aux plusieurs banques.

e. Demande de carnet de chèque :


• Vérifications préalables.
• Rôle du service central des incidents de paiements SCIP.
Ce service est créé par la banque centrale en collaboration
avec le groupement professionnel des banques de Maroc (GPBM ;
association qui regroupent toutes les banques du Maroc).

- 27 -
Rôle de SCIP : Un service qui permet de centraliser les
informations sur les personnes physiques et morales qui ont donné
des chèques sans provision au Maroc. C’est donc une institution qui
contient des informations sur les incidences de paiements relatifs au
chèque (c’est une sorte de liste noire qui contient l’identité des
personnes qui ont donné des chèques sans provision au Maroc).

§ 2 : Le fonctionnement du compte :

A. Les obligations du banquier :

1. La tenue du compte :

a. Les taches du banquier :


• Inscriptions des opérations :
(Versement, encaissement d’un chèque, de lettre de
change, un virement au compte de client, dépôt, chèque de banque,
crédits…).
• Devoir de surveillance.

b. Les moyens :

- Normalisation des comptes :


> Relevé d’identité bancaire « RIB ».
> Composé de 24 Chiffres.
> Repartis en 4 zones :
> Le code banque (3 chiffres).
> Le code guichet (3 chiffres).
> Le numéro de compte (16 chiffres).
> La clé de contrôle (2 chiffres).

- Conservation des documents comptables pour 10 ans.

2. Information du client :
a. Avis d’opérations.
b. Relevé bancaire.
c. Extrait du compte.
d. Historique du compte.
> Utilité : Moyen de preuve.

- 28 -
B. Les entraves au fonctionnement du compte :

1. Opposition au paiement :

a. Opposition qui émane du client :

Définition : Une procédure par laquelle le client fait opposition lui-


même sous forme d’ordre donner à sa banque pour bloquer la
réalisation ou l’exécution d’une opération déterminée au niveau de
son compte.

Cas d’opposition légale :


-> Perte ou vol d’instruments de paiement ou de crédit.
-> Falsification.
-> Redressement au liquidation judicaire ou porteur au
bénéficiaire.

b. Opposition faite par le Trésor Public :


« Avis à tiers détenteur » : ATD.
Définition : Procédure qui peut être activer par le Trésor Public en
cas de non paiement d’impôt ou d’une taxe et que lui permet
d’ordonner –donner ordre- à la banque de saisir une somme
d’argent l’équivalent de l’impôt impayé.

§ 3 : Clôture du compte :

a. Clôture qui émane des parties :

1. Clients :
Principe : Le client a le droit de clôturer son compte à quel
moment et pour quel motif.
OBSERVATIONS :
 Ramener le compte à zéro ne vaut pas la clôture de
compte…
 Procédure : Doit être faite par voie écrite
(Demande de fermeture avec accusé de réception).

2. Banque :
Selon la forme du compte ;
Principe : Non (la banque n’a pas le droit de fermer le compte
d’un client à n’import quel motif).
Exception : -sous réserve de préavis-
 les motifs légaux de clôture (…).

- 29 -
b. Clôture liée à des circonstances particulières :

1. Personne physique :
a. perte de la capacité par le titulaire :
- Démence.
- Faible d’esprit.
- Prodigalité.

Dans ce cas : Le compte est bloqué jusqu’à production d’une


attestation de Tutelle.

b. Décès :
Le compte est bloqué jusqu’à production d’une
attestation de succession.

2. Personne morale :
- Liquidation judiciaire du titulaire « Faillite ».
- Résolution ou liquidation amiable de la personne morale.

§ Aucune opération par le client pendant 10 ans ; 6mois avant le


10ème année, la banque envoie une lettre au client, a défaut de
réponse par le client, la banque ferme le compte, et transfert le
montant créditeur à un compte spécial auprès de la CDG (Caisse de
Dépôt et de Gestion) pour une autre période de 5 ans. Puis au trésor
public –en cas de d’absence d’opposition du propriétaire-.

Section 2 : Les différents types de comptes :

1ère classification :
- Compte individuel.
- Compte collectif.

2ème classification :
- Compte à vue.
- Compte à terme.
- Comptes spéciaux.

§ 1 : Première classification :

A. Compte individuel :
Une seule personne qui va gérer le compte ; physique ou
morale.

- 30 -
B. Compte collectif :
Ouvrir en nom de deux ou plusieurs personnes (physiques ou
morales).

Types :
• Compte joint : avec ou sans solidarité.
> Solidarité : signer par les deux et supportant le risque de
manière égale.
> Sans solidarité : …
• Compte individu (en indivision) : avec ou sans solidarité
Par plus de deux personnes…

§ 2 : Deuxième classification :

A. Compte à vue :
Un compte qui est généralement ouvert aux particuliers
commerçants ou non pour leurs besoins professionnels et
personnels. Le compte à vue peut prendre 3 formes (compte
courant, le compte dépôts ou chèque, le compte sur carnet).

1. Compte courant (caractéristiques) :


- pour les professionnelles (pas de particuliers).
- Peut présente un solde débiteur soit une solde créditeur
(lorsque le solde est débiteur, les intérêts sont comptabilisés).
- Le titulaire d’un compte peut bénéficier d’un découvert
bancaire.
« Le découvert bancaire » : un crédit a court terme accordé par la
banque en faveur de son client à l’occasion d’un dépassement
occasionnel. Dans ce cas le compte courant produit des intérêts en
faveur de la banque.

2. Compte dépôt (C. Chèque) :


Un compte généralement ouvert aux particuliers commerçants
ou non pour leurs besoins personnels.
-Rentre dans le cadre « Droit au compte ».
-Le solde est en principe ‘Créditeur’.
-Possibilité de dépassement occasionnel.

3. Compte sur carnet (Epargne) :


- Ouvert uniquement aux personnes physiques – un seul compte.

- 31 -
- Capital Maximum de 300.000 Dhs, minimum 100 Dhs.
- Le taux des intérêts est indexé sur le taux moyen pondéré des
bons de trésor.
- La durée de compte ne peut être inférieur à 1 mois.

B. Compte à terme :

• Reçoit des dépôts à terme qui demeurent bloqués jusqu’à


l’échéance fixée par les partes.
• Possibilité de renouvellement.
• A la demande du client avec l’accord de la banque.
• La durée ne peut être inférieur à 3 mois.
• Le taux est indexé sur les bons de trésor.
• Les intérêts ne sont versés au client qu’à l’échéance.
• Le compte peut être résilié avant le terme :
 Par le client avec l’accord de la banque.
 Une résiliation anticipée (pénalités).

C. Les comptes Spéciaux :

• Font l’objet d’applications particulières.


• Ouverts au nom de leurs titulaires :
 Sur demande du client pour des besoins particuliers.
 Sur l’initiative de la banque suite à des circonstances
particulières.
(Décès d’une personne : la banque bloque la somme
dans un compte spéciaux).
• Leurs nombres n’est pas limité.

1- Compte en devise et en dirhams convertible :


Définition :
Ouvert à une personne (physique ou morale) en cas de besoin
et dont les opérations sont libérées en devise.

Personnes bénéficiaires :
• Marocaines résidents à l’Etranger.
• Etrangers résidents au Maroc.
• Entreprises d’import et d’export.

- 32 -
Objet et caractéristiques :
• Encourager les dépôts en devise.
• Faciliter le règlement des opérations en devises.
• Soumis au contrôle de l’office de change.

 Le virement Bancaire :

1. Définition :
L’opération bancaire par laquelle le compte d’un déposant
est, sur l’ordre écrit de celui-ci, débité pour un montant destiné à
être porté au crédit d’un autre compte.

2. Préparation du virement :
o Support de virement : Nécessité de deux comptes.
- Deux comptes de deux personnes différentes :
 Au niveau d’une seule banque.
 Deux banques différentes.
- Deux comptes d’une même personne :
 Au niveau d’une seule banque.
 Deux banques différentes.

• Les parties :
o Donneur d’ordre.
o Le bénéficiaire.

• Ecrit obligatoire.
• Objet du virement (transfert d’un) :
o Somme d’argent (Montant fixé).
 Déjà inscrites au compte du donneur d’ordre.
 Des sommes devant y être inscrites dans un délai
préalablement convenu (ex : ouverture d’un crédit
bancaire).

3. Exécution de virement :
o Débit du compte du donneur d’ordre.
o Crédit du compte du bénéficiaire.
o Révocation du virement.
-> Jusqu’au moment du débit du compte du donneur d’ordre,
-> Après le débit du compte : pas de révocation.

- 33 -
 Règlement des litiges bancaires :

- Saisine de la banque concernée.


- Saisine du médiateur.
Médiateur : Institution créer pour régler les conflits entre les
banques Marocaines et ses clients.

- Le recours à la justice compétente.


 Si : le montant > 20.000 Dhs => Tribunal de commerce.
 Le Mt < 20.000 Dhs => Tribunal de première instance.

- 34 -

Vous aimerez peut-être aussi