Vous êtes sur la page 1sur 3

Université Ibn Zohr Agadir Année Universitaire 2020-2021

École nationale des Sciences Appliquées Agadir Module : Analyse 1


Cycle préparatoire 1ère Année Prof : S.Taarabti

Correction de Série No 2 : Les suites numériques (3ème partie)

Exercice 1

0 7
1. f est croissante. En effet, f (x) = √
3
> 0, ∀x ∈ Df \ { 67 }.
3 (7x−6)2

2. • I1 =] − ∞, −3].
p
3
x 6 −3 ⇔ 7x − 6 6 −27 ⇔ (7x − 6) 6 −3.
Donc f (I1 ) ⊂ I1 .

• I2 = [−3, 1].
p
3
−3 6 x 6 1 ⇔ 7x − 6 6 −3 ⇔ (7x − 6) 6 1.
Donc f (I2 ) ⊂ I2 .

• De même pour I3 et I4 .
3. Etude de la convergence.

u0 = −4 ∈] − ∞, −3],

∀n ∈ N, un+1 = f (un )
On a ] − ∞, −3] est stable par f et u0 ∈] − ∞, −3], donc (un ) est bien définie et un ∈] − ∞, 3].
√ √
Or f (u0 ) = f (−4) = 3 −34 > 3 −64 = −4 = u0 .
Par conséquent, (un ) est croissante, et donc (un ) converge vers l’unique point fixe sur
] − ∞, −3] qui est -3.

u0 = −3 ∈ [−3, 1],

∀n ∈ N, un+1 = f (un )
De manière analogue, on trouve que f (u0 ) = u0 , et on en déduit que un est constante sur
[−3, 1], et elle converge vers −3.
De même, on étudie le cas où −3 ∈] − ∞, −3].

• On fait le même raisonnement pour u0 = −1 et u0 = 4.

Exercice 2

1. Etudier le sens de variation de f sur [1, 3] et montrer que l’intervalle [1, 3] est stable
par f . Que peut-on en déduire sur (un )?
Soit x, y ∈ [1, 3] tel que : x > y ⇒ 1 + x2 6 1 + y2
donc f est décroissante sur [1, 3].
On a f est continue et décroissante sur [1, 3].
f ([1, 3]) = [f (3), f (1)] = [1 + 32 , 3] ⊂ [1, 3], donc [1, 3] est stable par f .
Or u0 ∈ [1, 3], donc (un ) est bien définie et (un ) ∈ [1, 3].
2. Soient (vn ) et (wn ) les suites définies par vn = u2n et wn = u2n+1 .
Montrer que (vn ) est croissante et que (wn ) est décroissante.
On a vn+1 = u2n+1 = f (u2n+1 ) = f (f (u2n )) = f of (vn ).

1
donc

v0 = u0 ,
∀n ∈ N, vn+1 = f (f (vn ))
De même, On a wn+1 = u2n+3 = f (u2n+2 ) = f (f (u2n+1 )) = f of (wn ).
donc

w0 = u1 ,
∀n ∈ N, wn+1 = f (f (wn )) = g(wn ).
On a f est décroissante sur [1, 3], donc g = f of est croissante sur [1, 3].
· g(v0 ) = g(1) = 3 > 1 = v0 .
donc (vn ) est croissante, par conséquent (u2n ) croissante ;
· g(w0 ) = g(u1 ) = g(3) = 1 + 23 6 3 = w0 , donc wn est décroissante par conséquent (u2n+1 )
décroissante.
3. En déduire que (vn ) et (wn ) sont convergentes et déterminer leurs limites respec-
tives.
· On a (u2n ) croissante et bornée, donc elle converge vers ` solution de l’équation f (`) = `.

f (`) = ` ⇔ ` = 2oul = −1(à vérifier.)


Or 2 ∈ [1, 3], par conséquent ` = 2.
· De même, on montre que (u2n+1 ) converge vers 2.
4. Quelle est la nature de la suite (un )?.
Puisque (u2n ) et (u2n+1 ) convergent vers la même limite, alors (un ) converge vers 2.

Exercice 3
Calculer le terme général des chacune des suites réelles suivantes et étudier la convergence.

u0 = 1, u1 = 2
1. L’équation caractéristique associée est r 2 − 21 r − 1
= 0.
∀n ∈ N, un+2 = 21 (un+1 + un ) 2

∆ = 9; r1 = 1; r2 = − 21 .
Donc
µ
un = λ − n .
2
( ( ( (
u0 =1 λ−µ =1 λ =1+µ λ = −1
⇔ µ
⇔ ⇔
u1 =2 λ− 2 =2 2λ − µ = 4 µ =2

D’où : un = −1 − 22n qui converge vers −1.



u0 = 0, u1 = 1 1
2. L’équation caractéristique associée est r 2 − r + = 0 ⇔
∀n ∈ N, un+2 = un+1 − 21 un 2

2r2 − 2r + 1 = 0.
π π
∆ = −4; r1 = 21 + 12 i = e 4 i ; r2 = 12 − 12 i = e− 4 i .
Donc
π π
un = λ cos(n ) + µ sin(n ).
4 4
( ( (
u0 =0 λ =0 λ =0
⇔ 1 1

u1 =1 2λ − 2µ = 1 µ = −2
D’où un = −2 sin(n π4 ), par suite (un ) converge vers 0.
(
u0 > 0, u1 > 0
3. 1
∀n ∈ N, un+2 = un+1 u2n 3

1
ln(un+2 ) = (ln(un+1 ) + 2 ln(un ))
3
1 2
ln(un+2 ) = ln(un+1 ) + ln(un )
3 3

2
1 2
vn+2 = vn+1 + vn
3 3
avec vn = ln(un ).
L’équation caractéristique associée est 3r 2 − r − 2 = 0.
∆ = 25; r1 = 1; r2 = − 32 .
Donc
−2 n
un = λ − µ( ) .
3
−2 n
un = eλ+µ(( 3
) )
.
Soit u0 = 1 et u1 = e.
( ( ( (
v0 = 0 λ+µ =0 λ = −µ µ = − 53
⇔ −2
⇔ ⇔
v1 = 1 λ− 3 µ =1 −µ − 32 µ = 1 λ = 3
5
3 2 n 3
3
vn = 5 − 35 (− 23 )n , donc un = e 5 (1−( 3 ) )
−→ e 5 .

Vous aimerez peut-être aussi