Vous êtes sur la page 1sur 148

FORMATION S.C.F.

1
Nouveau Système Comptable Financier

LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES ET


LA DEPRECIATION

2
Sommaire
Définitions
Principes généraux
Évaluation pour la comptabilisation
Les modes d’amortissement
Évaluation lors de la comptabilisation
Les amortissements par composants
Les pertes de valeur
La réévaluation
Les immobilisations en cours
Les sorties d’immobilisations 3
Définitions

Un actif est une ressource contrôlée par l’entreprise


ayant une valeur économique positive pour
l’entreprise, c’est-à-dire une ressource que l’entreprise
contrôle du fait d’événements passés et dont elle
attend des avantages économiques futurs.

4
Définitions
Les immobilisations corporelles sont des actifs corporels :
(a) qui sont détenus par une entité soit pour être utilisés
dans la production ou la fourniture de biens ou de services,
soit pour être loués à des tiers, soit à des fins
administratives ; et
(b) dont on s'attend à ce qu'ils soient utilisés sur plus
d'une période.
Exemple : terrains, constructions, navires, avions,
mobilier….
La valeur comptable est le montant pour lequel un actif
est comptabilisé après déduction du cumul des
amortissements et du cumul des pertes de valeur.
5
Définitions
Le montant amortissable :est le coût d'un actif, ou tout autre
montant substitué au coût, diminué de sa valeur résiduelle.

L'amortissement :est la répartition systématique du montant


amortissable d'un actif sur sa durée d'utilité.

La valeur spécifique à l'entité :est la valeur actualisée des


flux de trésorerie qu'une entité attend de l'utilisation continue
d'un actif et de sa sortie à la fin de sa durée d'utilité.

6
Définitions
La juste valeur : est le montant pour lequel un actif pourrait
être échangé entre des parties bien informées, consentantes
et agissant dans des conditions de concurrence normale.

Une perte de valeur : est le montant de l'excédent de la


valeur comptable d'un actif sur sa valeur recouvrable.

La valeur recouvrable : est la valeur la plus élevée entre la


valeur de vente nette de l'actif et sa valeur d'utilité.

7
Définitions
La valeur résiduelle : d'un actif est le montant estimé qu'une
entité obtiendrait actuellement de la sortie de l'actif, après
déduction des coûts de sortie estimés, si l'actif avait déjà l'âge
et se trouvait déjà dans l'état prévu à la fin de sa durée
d'utilité.

La durée d'utilité est :


 (a) soit la période pendant laquelle l'entité s'attend à
utiliser un actif;
 (b) soit le nombre d'unités de production ou d'unités
similaires que l'entité s'attend à obtenir de l'actif.

8
Sommaire
Définitions
Principes généraux
Évaluation pour la comptabilisation
Les modes d’amortissement
Évaluation lors de la comptabilisation
Les amortissements par composants
Les pertes de valeur
La réévaluation
Les immobilisations en cours
Les sorties d’immobilisations
9
Les principes généraux

Conformément à la règle générale d’évaluation des


actifs, une immobilisation corporelle est
comptabilisée en actif :

 s’il est probable que des avantages économiques


futurs associés à cet actif iront à l’entité ;
 si le coût de l’actif peut être évalué de façon fiable.

10
Les principes généraux
1. Les méthodes de comptabilisation

Le SCF (Système comptable et Financier) prévoit deux (02)


méthodes de comptabilisation des immobilisations
corporelles, la première est obligatoire, c’est la méthode
préférentielle (évaluation au coût) et la seconde est
facultative, c’est la méthode de la réévaluation.

11
Les principes généraux
1. Les méthodes de comptabilisation

La méthode préférentielle:
C’est le coût de l’actif diminué du cumul des
amortissements et du cumul des pertes de valeur (la valeur
nette comptable)

12
Les principes généraux
1. Les méthodes de comptabilisation

La méthode de la réévaluation :

Un actif (valeur comptable diminué des amortissements et des


pertes de valeur ) est évalué à la valeur de marché (Juste
Valeur) peut être réévalué.

Si l’entité décide de réévaluer, elle est obligée de le faire pour


l’ensemble du poste de cet actif et l’écart de réévaluation
passera en capitaux propres.

13
Les principes généraux
2. Les pièces de rechange

 Généralement les pièces de rechange sont inscrites en


stock mais le SCF prévoit leur activation aux points ci-après :

 Si les pièces sont utilisées sur une période inférieure à une


année, elles sont inscrites directement en charge.

14
Les principes généraux
2. Les pièces de rechange

 Si l’entité compte utiliser ces pièces sur une période


supérieure à un an, ces pièces constitueront une
immobilisation corporelle et seront amorties au même
rythme que l’actif.

 Aussi pour les pièces de rechange qui sont propres à une


immobilisation corporelle, elles sont comptabilisées en actif.

15
Les principes généraux
3. Les actifs et les composants

Les composants d’un actif sont traités comme des


éléments séparés s’ils ont des durées d’utilité
différentes ou procurent des avantages économiques
selon un rythme différent.

16
Les principes généraux
4. La réglementation environnementale

Les actifs liés à l’environnement et à la sécurité sont


considérés comme des immobilisations corporelles
s’ils permettent à l’entité d’augmenter les avantages
économiques futurs d’autres actifs par rapport à ceux
qu’elle aurait pu obtenir s’ils n’avaient pas été acquis

17
Sommaire
Définitions
Principes généraux
Évaluation pour la comptabilisation
Les modes d’amortissement
Évaluation lors de la comptabilisation
Les amortissements par composants
Les pertes de valeur
La réévaluation
Les immobilisations en cours
Les sorties d’immobilisations
18
Evaluation pour la comptabilisation
1.Coûts initiaux

Le SCF prévoit un ensemble de frais qui sont liés directement à


l’actif et comptabilisé en tant que tel :

Le prix d’achat, incluant les droits de douane et taxes non


récupérables après déduction des réductions (Rabais Remise..)

Les éléments à ajouter :


1. tous frais directement attribuables pour mettre l’actif en lieu
et conditions pour qu’il puisse opérer de la façon voulue par
la direction ;
2. les frais de test de bon fonctionnement ;
3. les coûts de démantèlement et transport de l’actif ;
4. les coûts de rénovation du site ;

19
Evaluation pour la comptabilisation
1.Coûts initiaux

Les éléments à déduire :

La vente des produits résultant de test de fonctionnement.


Exemple :
Une entreprise a acheté une machine d’une valeur de 500 000 DA le 28
janvier de l’année N.
Pour pouvoir mettre en marche cette machine, plusieurs frais ont été
engagés par l’entreprise.
Frais de livraison : 30 000 DA le 01.02 N
Frais d’installation : 90 000 DA le 25.03 N
Frais de mise en service : 20 000 DA le 01.06 N

La mise en service a lieu le 1er juillet N.


Le taux d’amortissement retenu est de 20% (mode linéaire)
Quelle est la valeur à immobiliser ?
20
Evaluation pour la comptabilisation
1.Coûts initiaux
Solution :
La valeur à immobiliser est fondée sur la valeur historique de
l’immobilisation.
La valeur est la suivante :
Valeur d’acquisition : 500 000 DA
Frais de livraison : 30 000 DA
Frais d’installation : 90 000 DA
Frais de mise en service : 20 000 DA
-------------
Coût à immobiliser 640 000 DA

La dotation à la fin de l’exercice est évaluée à (640 000 x 20% X 6/12) =


64 000 DA

21
Evaluation pour la comptabilisation
2.Coûts d’emprunt

Les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à


l’acquisition, la construction ou la production d’un actif
exigeant une longue période de préparation (plus de 12
mois) avant d’être utilisé ou vendu, peuvent être
incorporés dans le coût de cet actif.

22
Evaluation pour la comptabilisation
2.Coûts d’emprunt

Illustration
Une entreprise a construit un bâtiment d’une valeur
de 25 millions de dinars financé à hauteur de 60% de
ses fonds propres, l’autre partie a fait l’objet d’ un
financement à un taux de 8%.
La période pour la construction du bâtiment est d’un
exercice complet.
Quelle est la valeur de l’actif à inscrire au bilan ?

23
Evaluation pour la comptabilisation
2.Coûts d’emprunt

Solution
Le bâtiment sera porté à l’actif pour la valeur
suivante :
Fonds propres: 25 000 000 X 60% = 15 000 000 DA
Prêt bancaire : 25 000 000 X 40% = 10 000 000 DA
Intérêts : 10 000 000 X 8% = 800 000 DA
Soit une valeur globale à porter à l’actif:
25 800 000 DA

24
Evaluation pour la comptabilisation
3.Production immobilisée

Le coût de production d’une immobilisation produite par


l’entité pour elle-même(PEPEM) inclut le coût des
matériaux, la main d’œuvre, et les autres charges
directes et indirectes de production qui peuvent être
directement rattachées à l’immobilisation.

25
Evaluation pour la comptabilisation
4.Règlement différé

Le coût d’une immobilisation corporelle est le prix


comptant équivalent à la date de la comptabilisation.
Si le règlement est différé au-delà des conditions
habituelles de crédit (généralement 60 jours) la
différence entre le prix comptant et les règlements est
comptabilisée en charges financières, sauf si l’entité
utilise l’autre traitement autorisé de l’IAS 23.

26
Evaluation pour la comptabilisation
4.Règlement différé

Illustration :

Une société achète le 01 mars N une immobilisation au


prix de 480 000 DA avec les conditions suivantes :
Règlement comptant de 280 000 DA
Règlement du complément la fin de l’année N avec les
conditions habituelles de crédit. Le taux du marché est
de 10%
Passer l’écriture lors de l’acquisition

27
Evaluation pour la comptabilisation
4.Règlement différé
Solution :
La différence (480 000 – 280 000) = 200 000 DA est le montant
qu’il faut actualiser.
L’actualisation donne le résultat suivant :
200 000*(1,1) ^ (-10/12) = 184729,49 DA.
La charge financière est de (200 000 – 184 729,49) = 15 270 ,57
da.
L’écriture sera la suivante :
31/12/N
Actif Matériel 464 729
Charge Charges Financières 15 271
Actif Banque 280 000
Passif Crédit d’investissement 200 000

Remarque :
L’amortissement portera sur la valeur de 464 729 et non sur 480 000
28
Evaluation pour la comptabilisation
5.Le coût de démantèlement

Le coût de démantèlement d’une installation à la fin de


sa durée d’utilité ou le coût de rénovation d’un site est à
ajouter au coût de production ou d’acquisition de
l’immobilisation concernée si ce démantèlement ou cette
rénovation constitue une obligation légale ou implicite
pour l’entité.

29
Evaluation pour la comptabilisation
6.Les comptes du SCF

Les comptes d’immobilisations corporelles sont débités, à la


date d’entrée des actifs sous le contrôle de l’entité :
 de la valeur d’apport : valeur estimée par un expert lors de
l’apport de l’actif par un actionnaire,
 du coût d’acquisition,
 du coût de production,
 par le crédit, suivant le cas :
 d’un compte « Capital » (subdivision compte 10) ou du
compte « Associés – opérations sur le capital » (subdivision
compte 45 Groupe & associés) ;
 d’un compte 40 « Fournisseurs» ou autres comptes
concernés (banque,…) ;
 d’un compte 73 – « Production immobilisée ».
30
Evaluation pour la comptabilisation
Les éléments suivants peuvent être distingués s’ils sont d’un
montant significatif :
 211 Terrains
 212 Agencements et aménagements de terrain
 213 Constructions
 215 Installations techniques, matériel et outillage industriels
 218 Autres immobilisations corporelles.
Et éventuellement :
 installations générales, agencements, aménagements ;
 matériels de transport ;
 mobilier de bureau, matériels de bureau et matériels
informatiques.

31
Evaluation pour la comptabilisation
Exemple

L’entreprise Xerox a acquis une installation au prix de


150 000 KDA.
Les frais de transports sont de 300 KDA.
A la fin de sa durée de vie, l’installation devra être
démantelée pour un coût de 600 KDA.
Les frais généraux et administratifs concernant cette
installation sont de 300 KDA.

Quel est le coût d’acquisition de l’installation (taux de


TVA : 17%) ?
32
Evaluation pour la comptabilisation
Exemple

Prix de l’installation : 150 000 KDA.


Frais de transports : 300 KDA.
Coût de démantèlement : 600 KDA.
Coût Total à immobiliser : 150 900 KDA

Ne peuvent pas être immobilisés :


Frais généraux et administratifs : 300 KDA.

33
Evaluation pour la comptabilisation
Exemple

Ecriture d’enregistrement en immobilisation (en KDA) :


215 Installations techniques, matériels et 150 900
outillages industriels
445 Etat, taxe sur le chiffre d’affaires 25 653
404 Fournisseurs d’immobilisation 176 553

34
Evaluation pour la comptabilisation
7.Les coûts ultérieurs

Les dépenses ultérieures relatives à des immobilisations


corporelles sont comptabilisées en charge de l’exercice
au cours duquel elles sont encourues si elles
maintiennent le niveau de performance de l’actif.

35
Evaluation pour la comptabilisation

7.Les coûts ultérieurs


Les dépenses ultérieures sont activées (immobilisées), si :

 elles permettent d’allonger la durée d’utilité ou


d’augmenter la capacité de production ;
 elles permettent d’obtenir une amélioration substantielle
de la qualité de la production ou de la productivité de
l’unité ;
 elles conduisent à l’adoption de nouveaux processus de
production permettant la réduction substantielle des
coûts ou la réalisation de nouveaux produits.

36
Evaluation pour la comptabilisation
7.Les coûts ultérieurs

Illustration

Un fabricant de produits chimiques peut installer de


nouveaux processus de manipulation des produits afin
de se conformer à des dispositions environnementales
sur la production et le stockage des produits
dangereux

Les améliorations d’installations correspondantes sont


comptabilisées en tant qu’actifs car, sans elles, l’entité
n’est pas en mesure de fabriquer et de vendre ses
produits.

37
Sommaire
Définitions
Principes généraux
Évaluation pour la comptabilisation
Les modes d’amortissement
Évaluation lors de la comptabilisation
Les amortissements par composants
Les pertes de valeur
La réévaluation
Les immobilisations en cours
Les sorties d’immobilisations
38
Les modes d’amortissement

Le mode d'amortissement utilisé doit refléter le rythme selon


lequel l'entité s'attend à consommer les avantages
économiques futurs liés à l'actif.

39
Les modes d’amortissement

Le SCF ne prescrit pas un mode spécifique


d’amortissement mais plutôt un mode approprié à l’actif.
Parmi les modes utilisés nous citerons les suivants :

40
Les modes d’amortissement
1.L’amortissement linéaire

Il est également appelé amortissement constant, constitue


la méthode normale d’amortissement. Il consiste à
répartir de manière égale la dépréciation sur la durée
probable d’utilisation du bien.
La dépréciation de ce bien est censée être régulière et
continue pendant la période d’utilisation.
Le taux est calculé selon la nature et l’utilisation de l’actif,
il est obtenu en divisant 100 par le nombre d’années
d’utilisation.

41
Les modes d’amortissement
1.L’amortissement linéaire

Illustration
Un actif est acquis le 01 juillet 2000 pour une valeur de
10 000 da et est amorti sur une durée de 05 ans.
Le taux d’amortissement est obtenu en divisant 100 par 5
= 20%
Le premier amortissement sera égal à 10 000 X 20% X
0.5 = 1 000 DA.
Du second au 5eme on aura 10 000 X 20% = 2.000 da.
Le sixième amortissement sera égal à 10 000 X 20% X
0.5 = 1 000 DA.

42
Les modes d’amortissement
1.L’amortissement constant

Valeur Total des VCN fin de


Période d'origine Taux Amort amorts période
2000 10 000 20% 1 000 1 000 9 000
2001 10 000 20% 2 000 3 000 7 000
2002 10 000 20% 2 000 5 000 5 000
2003 10 000 20% 2 000 7 000 3 000
2004 10 000 20% 2 000 9 000 1 000
2005 10 000 20% 1 000 10 000 -
Total 10 000

43
Les modes d’amortissement
2.L’amortissement dégressif

Cette méthode d’amortissement ne vise pas à constater les


dépréciations effectives, mais plutôt à accorder un avantage financier
favorisant l’autofinancement des entreprises.
Elle ne bénéficie qu’aux biens fabriqués ou acquis par l’entreprise à l’état
neuf et dont la durée d’utilisation est au moins égale à 03 ans.
Son utilisation est réglementée par les dispositions fiscales. On dit
souvent que l’utilisation de l’amortissement dégressif reflète la réalité
économique.
La courbe de dépréciation d’un bien suit souvent une ligne
décroissante, pour être rectiligne à la fin de son amortissement.
Le calcul de l’amortissement se fait selon l’exemple ci après :

44
Les modes d’amortissement
2.L’amortissement dégressif
Exemple :
Un matériel a été acquis le 01 août 2005 pour une valeur hors taxe de
150 000 DA.
Sa durée d’utilisation est de cinq ans, les exercices comptables
coïncident avec l’année civile.
Dresser le tableau d’amortissement dégressif.
Solution :
Le taux d’amortissement dégressif applicable est de 40%
Durée normale d’utilisation : 100/5 = 20%
Coefficient applicable : 1,5 pour 3 et 4 ans
2 pour 5 et 6 ans
2,5 au-delà de 6 ans
Malgré l’acquisition le 1er août, le calcul se fera au prorata temporis mais
comptera pour une année entière.

45
Les modes d’amortissement
2.L’amortissement dégressif

VCN début de VCN fin de


Période période Taux Annuité période
2005 150 000 40% 25 000 125 000
2006 125 000 40% 50 000 75 000
2007 75 000 40% 30 000 45 000
2008 45 000 50% 22 500 22 500
2009 22 500 100% 22 500 -
Total 150 000

46
Les modes d’amortissement
3.La méthode SOFTY (Sum OF The Year)

Cette méthode peut être utilisée de deux manières


différentes: le mode croissant ou le mode décroissant.
L’annuité d’amortissement se calcule en faisant le rapport du
numéro d’ordre de l’année considérée et de la somme des
numéros d’ordre de l’ensemble des années.
Exemple :
Une société a acquis un matériel pour 1 500 000 DA le
01.01.N.
La durée d’utilisation est de 5 ans.
Présenter un tableau d’amortissement selon la méthode
SOFTY (mode croissant)

47
Les modes d’amortissement
3.La méthode SOFTY (Sum OF The Year)

Solution :

Calcul du nombre d’années : 1+2+3+4+5 = 15


L’amortissement de la 1re année : (1 /15) X1 500 000 = 100 000 DA.
L’amortissement de la 2e année : (2 /15) X1 500 000 = 200 000 DA.
Etc.

48
Les modes d’amortissement
3.La méthode SOFTY (Sum OF The Year)

ANNEE Base Coefficient Dotation Dotation V.N.C


Amortissable Cumulee
N 1 500 000 1/15 100 000 100 000 1 400 000
N+1 1 500 000 2/15 200 000 300 000 1 200 000
N+2 1 500 000 3/15 300 000 600 000 900 000
N+3 1 500 000 4/15 400 000 1 000 000 500 000
N+4 1 500 000 5/15 500 000 1 500 000 -
Total 1 500 000

49
Les modes d’amortissement
4.La méthode du coût de l’unité d’œuvre ou (U.O.P.)

Cette méthode consiste à amortir simplement l’utilisation du


bien pendant l’exercice sur sa capacité globale ; soit en
déterminant le coût de l’unité d’œuvre soit par simple
division.
Exemple :
un puits de pétrole estimé pour une valeur de 15 000 000 $
et d’après les études des ingénieurs, on peut extraire 50
millions de barils.
La 1re année l’extraction de ce puits a donné 5 millions de
barils.
Quelle est la dotation annuelle de ce puits ?

50
Les modes d’amortissement
4.La méthode du coût de l’unité d’œuvre ou(U.O.P.)

Solution :
La dotation aux amortissements est évaluée à :
5/50 = 0.1 ; d’où une annuité de 15 000 000 X 0,1 = 1 500 000 DA
Durant l’exercice suivant et après réexamen des données
techniques, nous avons établi d’autres données quant aux
capacités de ce puits qui sont estimées à 80 000 000 barils.
On considère que l’extraction de l’année N+1 est de 5 millions de
barils.
La nouvelle dotation pour l’exercice N+1 est la suivante :
Nouvelle base (80 000 000 – 5 000 000) = 75 000 000
Le coût de l’unité d’œuvre est de 5/75 et la dotation annuelle est
égale à :
(5/75) X 15 000 000 = 1 000 000 DA
51
Sommaire
Définitions
Principes généraux
Évaluation pour la comptabilisation
Les modes d’amortissement
Évaluation lors de la comptabilisation
Les amortissements par composants
Les pertes de valeur
La réévaluation
Les immobilisations en cours
Les sorties d’immobilisations
52
Évaluation lors de la comptabilisation
1.Modèle du coût

Après sa comptabilisation en tant qu'actif, une


immobilisation corporelle doit être comptabilisée à son
coût diminué du cumul des amortissements et du cumul
des pertes de valeur.

53
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Les principes suivants sont appliqués :

 le montant amortissable est réparti de façon


systématique sur la durée d’utilité de l’actif ;
 La base d’amortissement = valeur brute - valeur
résiduelle

54
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Chaque partie d'une immobilisation corporelle ayant un coût


significatif par rapport au coût total de l'élément doit être amortie
séparément.

Une entité ventile le montant initialement comptabilisé pour une


immobilisation corporelle en ses parties significatives et amortit
séparément chacune de ces parties.

Par exemple, il peut être approprié d'amortir séparément la


cellule et les réacteurs d'un avion, que celui-ci soit détenu en
propre ou dans le cadre d'un contrat de location-financement.
(IAS 17)
55
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Une partie significative d'une immobilisation corporelle peut


avoir une durée d'utilité et un mode d'amortissement
identiques à la durée d'utilité et au mode d'amortissement
d'une autre partie significative de la même immobilisation.

Ces parties peuvent être regroupées pour déterminer la


dotation aux amortissements.

56
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements
Le montant amortissable d'un actif doit être réparti
systématiquement sur sa durée d'utilité.

La valeur résiduelle et la durée d'utilité d'un actif doivent être


révisées au moins à chaque fin de période annuelle et, si les
attentes diffèrent par rapport aux estimations précédentes,
les changements doivent être comptabilisés comme un
changement d'estimation comptable conformément à IAS 8
Méthodes comptables, changements d'estimations
comptables et erreurs.

57
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements
Le montant amortissable d'un actif est déterminé après
déduction de sa valeur résiduelle.

Dans la pratique, la valeur résiduelle d'un actif est souvent


négligeable et donc non significative dans le calcul du
montant amortissable.

La valeur résiduelle d'un actif peut augmenter jusqu'à


atteindre ou excéder la valeur comptable de l'actif.
Dans ce cas, la dotation à l'amortissement de l'actif est nulle.

58
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

L'amortissement d'un actif commence dès qu'il est prêt à


être mis en service, c'est-à-dire dès qu'il se trouve à l'endroit
et dans l'état nécessaires pour pouvoir l'exploiter de la
manière prévue par la direction.

L'amortissement d'un actif doit cesser à la première date à


laquelle cet actif est classé comme détenu en vue de la
vente.

59
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements
Illustration

La société Petroleum fait l’acquisition d’une rotative neuve d’une valeur


de 3 millions d’euros le 10 février N.
A cette occasion, différents frais sont supportés par l’entreprise :
 Frais de livraison 10 000 euros ;
 Frais d’installation 20 000 euros ;
 Frais de mise en service 5 000 euros.

Les frais d’installation sont liés à la nature même de l’immobilisation qui


a nécessité un aménagement particulier au sein de l’entreprise.
Les frais de mise en service sont relatifs aux difficultés de réglage des
rotatives avant une utilisation pour les commandes clients.
La mise en service a lieu le 1er juillet N
60
Évaluation lors de la comptabilisation
2.Les amortissements

Toutefois, lors de premières commandes réalisées sur cette rotative des


problèmes sont survenus et ont générés 4 000 euros de charges
relatives à des produits non conformes qui ont dû être jetés.

L’utilisation de la rotative est estimée à 8 ans.

Au-delà de cette période l’entreprise espère compte tenu des conditions


de marché la revendre pour 1 million d’euros et aura à supporter 6 000
euros de frais de démontage et de remise en état du site (frais de
démantèlement).

• Quelle est la valeur à immobiliser ?


• Quelle est la base de calcul des amortissements ?
• Quel est le montant des amortissements annuels ?
61
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements
La valeur à immobiliser est fondée sur la valeur historique
de l ’immobilisation.
En l’espèce, il s ’agit :

 Valeur acquisition : 3 000 000 euros


 Frais de livraison : 10 000 euros
 Frais d ’installation : 20 000 euros
 Frais de mise en service : 5 000 euros

 Coût historique à immobiliser : 3 035 000 euros


62
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements
Les pertes opérationnelles liées à l’utilisation d’une nouvelle
immobilisation ne sont pas prises en compte dans la
valeur à immobiliser.
La valeur amortissable doit tenir compte de la valeur
potentielle de revente.

En l’espèce, il s’agit :
 Coût historique à immobiliser : 3 035 000 euros
 Valeur résiduelle estimée : - 1 000 000 euros
 Frais de démantèlement : 6 000 euros
 Base amortissable : 2 041 000 euros
63
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Le montant des amortissements calculés selon la


méthode de l’amortissement linéaire à partir de la
date de mise en service sera le suivant :

2 041 000 / 8 ans * (6/12) = 127 563 euros.

64
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Si nous considérons que l’entreprise finance l’investissement


avec un emprunt de 2 500 000 euros souscrit dès le 10 février N
au taux de 4% remboursable par amortissement constant sur 8
ans. Peut-on immobiliser certains frais financiers?
Les frais financiers se rattachant à la période d’installation et de
mise en service de l’immobilisation peuvent être immobilisés.

En l’espèce, il s ’agit des frais financiers courant du 10 février N


au 1er juillet N, soit :
2 500 000 * 140 jours / 360 * 4% = 38 889 euros.

65
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

La valeur à immobiliser sera alors de 3 035 000 + 38 889


= 3 073 889 euros.

La valeur à amortir sera alors de 2 041 000 + 38 889 =


2 079 889 euros.

L’amortissement annuel sera alors de :


2 079 889 / 8 ans * (6 / 12) = 129 993 euros.

66
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

L'amortissement ne cesse pas lorsque l'actif est laissé


inutilisé ou mis hors service, sauf si l'actif est entièrement
amorti.

Toutefois, selon le mode d'amortissement fondé sur


I’utilisation, la dotation aux amortissements peut être nulle
lorsqu'il n'y a aucune production.

67
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

La durée d'utilité d'un actif est définie en fonction de l'utilité


attendue de cet actif pour l'entité.

La politique de gestion des actifs d'une entité peut faire


intervenir la sortie d'actifs au bout d'un délai spécifié ou
après consommation d'une certaine quantité d'avantages
économiques futurs représentatifs de cet actif.

68
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Les terrains et constructions sont des actifs distincts, traités


séparément en comptabilité même lorsqu'ils sont acquis
ensemble.

Sauf quelques exceptions, telles que des carrières et des


sites de décharge, les terrains ont une durée d'utilité illimitée
et ne sont donc pas amortis.

69
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Les constructions ont une durée de vie limitée et sont, en


conséquence, des actifs amortissables.

Une augmentation de la valeur du terrain sur lequel est


édifiée une construction n'affecte pas la détermination du
montant amortissable de la construction.

70
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Le mode d'amortissement appliqué à un actif doit être


examiné au moins à la fin de chaque période annuelle et, si
le rythme attendu de consommation des avantages
économiques futurs de l'actif a connu un changement
important, le mode d'amortissement doit être modifié pour
refléter le nouveau rythme.

Ce changement doit être comptabilisé comme un


changement d'estimation comptable selon IAS 8.

71
Évaluation lors de la comptabilisation
2.Les amortissements
Pour calculer l’amortissement, nous réalisons un plan d’amortissement.

Le plan d’amortissement est la traduction comptable de la répartition de


la valeur amortissable d’un actif selon le rythme de consommation des
avantages économiques attendus en fonction de son utilisation probable.
Il intègre plusieurs variables qui permettent de déterminer le montant de
l’amortissement qui sont essentiellement :
 la valeur amortissable du bien
 la durée et le rythme de consommation des avantages
économiques
 la méthode retenue pour traduire la consommation des
avantages économiques

La détermination du plan d’amortissement est systématique pour toutes


les immobilisations amortissables, que l’entreprise soit bénéficiaire ou
déficitaire.
72
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Les amortissements des immobilisations sont enregistrés


de la manière suivante :

68 Dotations aux amortissements, provisions et X


pertes de valeur
28 Amortissements des immobilisations X

73
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Exemple

Le 01/01/N, une entreprise a acquis une installation pour


2 500 000 DA HT.
L’installation est équipée d’un moteur pour son utilisation
d’une valeur de 500 000 DA HT qui doit être changé
tous les 5 ans.
La durée d’utilité de l’installation est de 15 ans.
Le 1/1/N+5, le moteur est remplacé. Sa valeur de
remplacement est de 600 000 DA HT.

Passer les écritures comptables.

74
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Écriture lors de l’acquisition :

2151 Installations techniques, matériels et outillages 2 000


industriels - structure
2152 Installations techniques, matériels et outillages 500
industriels - moteur
445 État, taxe sur le chiffre d’affaires 425
512 Banque 2 925

75
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements

Écritures d’amortissements au 31/12/N :

681 Dotations aux amortissements, provisions et 233


pertes de valeur – Actifs non courants
28151 Amortissements de la structure 133
(2 000 000 / 15)
28152 Amortissements du moteur (500 000 /5) 100

76
Évaluation lors de la comptabilisation
2.Les amortissements
Sortie de l’ancien composant au 1/1/N+5 :

28152 Amortissement des installations techniques, 500


matériels et outillages industriels - moteur
2152 Installations techniques, matériels et 500
outillages industriels - moteur

Entrée du nouveau composant au 1/1/N+5 :

2152 Installations techniques, matériels et outillages 600


industriels - moteur
445 État, taxe sur le chiffre d’affaires 102
512 Banque 702

77
Évaluation lors de la comptabilisation

2.Les amortissements
Écritures d’amortissements au 31/12/N+5 :

681 Dotations aux amortissements, provisions et 253


pertes de valeur – Actifs non courants
28151 Amortissements de la structure 133
(2 000 000 / 15)
28152 Amortissements du moteur (600 000 /5) 120

78
Sommaire
Définitions
Principes généraux
Évaluation pour la comptabilisation
Les modes d’amortissement
Évaluation lors de la comptabilisation
Les amortissements par composants
Les pertes de valeur
La réévaluation
Les immobilisations en cours
Les sorties d’immobilisations
79
Les amortissements par composants

Les composants d’un actif sont traités comme des


éléments séparés s’ils ont des durées d’utilité
différentes ou procurent des avantages économiques
selon un rythme différent.

80
Les amortissements par composants

Avec la norme IAS 16, les entreprises ont l’obligation de


comptabiliser et d’amortir de manière séparée chaque partie
de l’immobilisation dont le coût est significatif par rapport au
coût total de l’immobilisation.

81
Les amortissements par composants

En pratique, plus la durée d’utilisation dans l’entreprise


d ’une immobilisation donnée est longue, plus il sera
nécessaire de faire apparaître des composants.

82
Les amortissements par composants

Exemple :

Une entreprise acquiert des locaux neufs pour lesquels elle


prévoit une durée d’utilisation longue de 40 ans. Il est
probable que cette durée d’utilisation longue fasse
apparaître des composants tels que toiture, chaufferie,
ascenseurs qui devront être renouvelés sur une durée plus
courte que 40 ans.

En revanche, si elle prévoit une durée d ’utilisation de son


actif sur 20 ans, il est possible qu’aucun composant ayant
une durée d’utilisation plus rapide ne soit mis en évidence.

83
Les amortissements par composants

Exemple

Une société a acquis, au 1/1/N, une installation d’une valeur


de 1 000 000 DA HT d’une durée d’utilité de 10 ans.
La valeur du moteur lors de l’acquisition est de 400 000 DA
HT, sa durée d’utilité est de 5 ans.
La valeur à neuf du moteur au 1/1/N+4 est de 450 000 DA
HT.

Passer les écritures comptables en N et en N+4.

84
Les amortissements par composants

Exemple

Compte tenu que la structure de l’installation et le


moteur ont des durées d’utilité différentes (10 ans et
5 ans), l’enregistrement initial devra faire apparaître
deux composants :
- La structure de l’installation : 1 000 000 – 400 000 =
600 000 DA ;
- Le moteur : 400 000 DA.

85
Les amortissements par composants

Exemple

Lors du remplacement du moteur, deux écritures


devront être passées :
 Décomptabiliser l’ancien moteur ; et
 Enregistrer le nouveau moteur.

86
Les amortissements par composants

Exemple

Écriture lors de l’acquisition au 1/1/N (en KDA) :

2151 Installations techniques, matériels et 600


outillages industriels - structure
2152 Installations techniques, matériels et 400
outillages industriels - moteur
445 État, taxe sur le chiffre d’affaires 170
512 Banque 1 170

87
Les amortissements par composants

Exemple

Écriture lors du changement du moteur au 1/1/N+4 (en


KDA) :
- Décomptabiliser l’ancien moteur :

28152 Amortissement des installations techniques, 400


matériels et outillages industriels - moteur
2152 Installations techniques, matériels et 400
outillages industriels - moteur

88
Les amortissements par composants

Exemple

Écriture lors du changement du moteur au 1/1/N+4 (en


KDA) :
- Comptabiliser le nouveau moteur :
2152 Installations techniques, matériels et 450
outillages industriels - moteur
445 État, taxe sur le chiffre d’affaires 77
512 Banque 527

89
Les amortissements par composants

Comme composant, nous pouvons citer le cas


particulier du composant pour gros entretiens ou
grosses réparations.

Ce composant doit être spécifique à l’immobilisation.

Il s’agit des dépenses faisant l’objet de dépenses


pluriannuels de gros entretien ou de grande révision
sans prolongation de la durée de vie qui ont pour but de
vérifier le bon état de fonctionnement des installations
(révision d’avions, de coque de navire, entretien des
carénages).

90
Les amortissements par composants

Ces dépenses doivent être comptabilisées à l’origine


comme un composant.

Ces dépenses viendront s’imputer sur la structure de


l’immobilisation.

91
Les amortissements par composants

Exemple

Un avion est acquis le 01/01/N pour une valeur de


1 000 000 000 DA.

Cet avion peut être décomposé de la manière suivante :


 la structure de l’avion amortissable sur 10 ans ;
 et les sièges de l’avion amortissable sur 5 ans avec une
valeur de 300 000 000 DA.

Cet avion devra subir une révision tous les 2 ans. Cette
révision est estimée à 5 000 000 DA.

Présenter les composants de l’avion, leur valeur brute et


leur durée d’amortissement.
92
Les amortissements par composants

Exemple

Présentation des composants de l’avion :


Valeur brute Durée
d’amortissement
Avion – structure 1 000 000 000 10 ans
--300 000 000
- -5 000 000
= 695 000 000
Avion – sièges 300 000 000 5 ans

Avion – Révision 5 000 000 2 ans


93
Sommaire
Définitions
Principes généraux
Évaluation pour la comptabilisation
Les modes d’amortissement
Évaluation lors de la comptabilisation
Les amortissements par composants
Les pertes de valeur
La réévaluation
Les immobilisations en cours
Les sorties d’immobilisations
94
Pertes de valeur

Une entité apprécie à chaque date de clôture s’il existe


un quelconque indice interne ou externe montrant
qu’un actif a pu perdre de la valeur.

95
Pertes de valeur

Exemples d'indices externes : baisse significative de la


valeur de marché (impact sur le prix de vente nette),
obsolescence, augmentation du prix des matières
premières,…

Exemples d'indices internes : performances dégradées,


restructurations, arrêt d'activité, ...

96
Pertes de valeur

S’il existe un tel indice, l’entité estime la valeur


recouvrable de l’actif.

97
Pertes de valeur

Si la valeur recouvrable d’une immobilisation est


inférieure à la valeur nette comptable après
amortissements, celle-ci est ramenée à la valeur
recouvrable par la constatation d’une perte de valeur.

98
Pertes de valeur

Lors d’une constatation de perte de valeur, le plan


d’amortissement doit être modifié pour les
amortissements futurs.

Dotations aux amortissements après dépréciation =


(VNC après dépréciation / durée d’utilité restante).

99
Pertes de valeur
1er exemple: VNC > valeur recouvrable
VNC > prix de vente net et
Valeur nette
comptable 100 la valeur d'utilité

Prix de vente net 90 Provision = 100 - 90

85
Valeur d'utilité Dans cet exemple, la provision est
calculée par différence entre la VNC et
le prix de vente net qui est supérieur à
la valeur d'utilité

100
Pertes de valeur
2e exemple: VNC < valeur recouvrable
Valeur nette VNC < valeur d'utilité
comptable 100

Prix de vente net 90 Pas de provision pour


dépréciation

Valeur d'utilité 105 Dans cet exemple, aucune provision à


passer même si la VNC dépasse le prix
de vente net

Pratiquement, s'il est facile d'obtenir le prix de vente net de l'actif, la VNC sera d'abord
comparée à cette valeur avant d'envisager de calculer la valeur d'utilité

101
Pertes de valeur

Brut Amortissement VNC


100 (20) 80
Cas 1 Prix de vente net 90 Pas de dépréciation
Cas 2 Valeur vénale 60
Prix de vente net 70 Dépréciation 10
Cas 3 Prix de vente net 60
Valeur d’utilité 50 Dépréciation 20
Cas 4 Prix de vente net 60 Pas de dépréciation
Valeur d’utilité 90

102
Pertes de valeur

Après la constatation d’une perte de valeur, l’entité doit


déterminer, à chaque date de clôture, la valeur
recouvrable de l’actif.

103
Pertes de valeur

Si la perte de valeur a augmenté :


Constatation d’une dotation complémentaire.

Si la perte de valeur a diminué :


Reprise de la perte de valeur sans toutefois dépasser la
valeur comptable nette qui aurait été déterminée si
aucune perte de valeur n’avait été comptabilisée pour
cet actif au cours des exercices antérieurs.

104
Pertes de valeur

Lors de la constatation de perte de valeur :

681 Dotations aux amortissements, provisions et X


pertes de valeur – Actifs non courants
29 Pertes de valeur sur immobilisations X

105
Pertes de valeur
Le compte de perte de valeur est réajusté à la fin de
chaque exercice :

 si le montant de la perte de valeur a augmenté :


681 Dotations aux amortissements, provisions et X
pertes de valeur – Actifs non courants
29 Pertes de valeur sur immobilisations X

 si le montant de la perte de valeur a diminué ou est


annulé :
29 Pertes de valeur sur immobilisations X
781 Reprises d’exploitation sur pertes de
valeur et provisions – actifs non courants X

106
Pertes de valeur

Exemple

Une entreprise a acquis une installation le 01/01/N pour


20 000 000 DA.
Cette installation est amortissable sur 10 ans en linéaire.
Au 31/12/N+1, la valeur recouvrable de l’installation est de
15 000 000 DA.
Au 31/12/N+5, la valeur recouvrable est de 8 500 000 DA.
Enregistrer les écritures au 31/12/N, au 31/12/N+1, au
31/12/N+2 et au 31/12/N+5.

107
Pertes de valeur
Exemple

Au 31/12/N et N+1, constatation de l’amortissement :


20 000 000 / 10 ans = 2 000 000.
VNC au 31/12/N+1 = 20 000 000 – (2 000 000 x 2) =
16 000 000.
Valeur recouvrable au 31/12/N+1 : 15 000 000.
Constatation d’une perte de valeur =
16 000 000 – 15 000 000 = 1 000 000.
A partir du 31/12/N+2, les dotations seront égales à :
15 000 000 / 8 ans = 1 875 000.
108
Pertes de valeur
Exemple
Ecriture au 31/12/N :
681 Dotations aux amortissements, prov. et pertes de 2 000
valeurs – actifs non courants
2815 Amortissement installation 2 000
20 000 000 / 10 = 2 000 000

Ecriture au 31/12/N+1 :
681 Dotations aux amortissements, prov. et pertes de 2 000
valeurs – actifs non courants
2815 Amortissement installation 2 000
681 Dotations aux amortissements, prov. et pertes de 1 000
valeurs – actifs non courants
2915 Pertes de valeur sur installation 1 000
(20 000 000 – 4 000 000) – 15 000 000
109
Pertes de valeur

Exemple
Ecriture au 31/12/N+2 à N+5 :
681 Dotations aux amortissements, prov. et pertes de 1 875
valeurs – actifs non courants
2815 Amortissement installation 1 875

110
Pertes de valeur
Exemple

Au 31/12/N+5, les amortissements cumulés sont de :


11 500 000 (2 000 000 x 2 + 1 875 000 x 4).
la VNC est égale à :
20 000 000 – 11 500 000 – 1 000 000 = 7 500 000.
La valeur recouvrable au 31/12/N+5 est égale à
8 500 000. Il faudra faire une reprise.

111
Pertes de valeur
Exemple

Le VNC après reprise ne doit pas dépasser la VNC hors


dépréciation.
VNC hors dépréciation :
20 000 000 – (2 000 000 x 6) = 8 000 000
Si nous reprenons la totalité de la perte de valeur, la VNC
(8 500 000) sera supérieure à la VNC hors dépréciation
(8 000 000).
Donc on ne peut reprendre que :
8 000 000 – 7 500 000 = 500 000.

112
Pertes de valeur
Exemple

Ecritures au 31/12/N+5 :
2915 Pertes de valeur sur installation 500
781 Reprises d’exploitation sur pertes de 500
valeur et provision – actifs non courants

113
Sommaire
Définitions
Principes généraux
Évaluation pour la comptabilisation
Les modes d’amortissement
Évaluation lors de la comptabilisation
Les amortissements par composants
Les pertes de valeur
La réévaluation
Les immobilisations en cours
Les sorties d’immobilisations
114
La réévaluation

Le traitement de référence : une immobilisation


corporelle après sa comptabilisation initiale en tant
qu’actif est comptabilisée à son coût diminué du cumul
d’amortissements et du cumul des pertes de valeur

115
La réévaluation

Autre traitement autorisé : chaque catégorie


d’immobilisations peut faire l’objet d’une réévaluation.

Exemple de catégories : terrain, construction, matériel de


transport…

116
La réévaluation

La réévaluation consiste à remplacer la valeur nette


comptable (après dépréciations et amortissements)
d’une catégorie d’actifs par sa juste valeur (prix de
cession net).

117
La réévaluation

La valeur nette comptable ultérieure d’un bien réévalué


doit rester proche de sa juste valeur.

La juste valeur est le montant pour lequel un actif


pourrait être échangé ou un passif éteint entre parties
bien informées, consentantes et agissant dans des
conditions de concurrence normale.

Après une première réévaluation, des réévaluations


doivent donc être effectuées avec une régularité
suffisante.

118
La réévaluation

Lors des réévaluations, la juste valeur des terrains et


constructions est habituellement leur valeur de
marché.
Cette valeur est déterminée sur la base d’une estimation
effectuée par des experts professionnels qualifiés.

La juste valeur des installations de production est


également leur valeur de marché.
En l’absence d’indications sur leur valeur de marché
(installation spécialisée), elles sont évaluées à leur
coût de remplacement net d’amortissement.

119
La réévaluation

Illustration : lorsque l’entreprise pratique la réévaluation il


est naturel de recourir à plusieurs experts et de se
fixer sur un prix moyen d’expertise.

120
La réévaluation

Après réévaluation, les dotations futures sont calculés à


partir des montants réévalués sur la durée d’utilité
restante.

121
La réévaluation

Exemple:

Un matériel acquis le 01.01.N-1 pour 200.000 da, amorti


selon le mode linéaire. Taux d’amortissement appliqué
20%

A la fin de la période N la juste valeur de cet actif est


évaluée à 180.000 da.

L’entreprise a décidé de réévaluer son actif.


On vous demande de passer l’opération de réévaluation
au 31.12.N

122
La réévaluation

Solution:

A la fin N nous avons 02 annuités d’amortissements soit


200.000 X 20% X 2 = 80.000 avec le schéma
suivant:

Valeur brute Total des amortissements V.N.C


200.000 80.000 120.000

123
La réévaluation

Solution:

A la fin N la juste valeur du matériel étant de


180.000 da, il y a lieu de calculer un coefficient qui
permettra de corriger cette opération.
Le coefficient est égal à 180.000/120.000 = 1,5 et on
multiplie chaque valeur (valeur brute et
amortissements) par ce coefficient.
Les nouvelles données sont les suivantes:

Valeur brute Total des amortissements V.N.C


300 000 120 000 180 000

124
La réévaluation

L’écriture de redressement est la suivante

2 Matériel 100 000


28 Amortissements du matériel 40 000
105 Ecart de réévaluation 60 000

125
La réévaluation
Exemple

Si un bien avait une valeur de 20 000 et qu’il était amorti


pour 10 000. Sa durée d’utilité est de 20 ans et il est
amorti depuis 10 ans.
Sa valeur réévaluée fait apparaître un montant de
12 000.
Les amortissements futurs seront donc de :
12 000 / 10 (durée résiduelle : 20 – 10) = 1 200 au lieu
de 20 000 / 20 = 1 000.

126
La réévaluation

Lorsque la valeur comptable d’un actif augmente à la


suite d’une réévaluation, l’augmentation est créditée
directement en capitaux propres sous le libellé écart
de réévaluation :
2 Immobilisations X
28 Amortissements des immobilisations X
105 Ecart de réévaluation X

127
La réévaluation
Lorsque la réévaluation d’un actif fait apparaître une
perte de valeur (réévaluation négative), cette perte de
valeur est imputée en priorité sur l’écart de
réévaluation antérieurement comptabilisé en capitaux
propres au titre de ce même actif
105 Ecart de réévaluation X
2 Immobilisations X

Si la perte de valeur est supérieure à l’écart de


réévaluation enregistré précédemment en capitaux
propres, l’excédent sera passé en perte de valeur :
681 Dotations aux amortissements, provisions et X
pertes de valeur
29 Pertes de valeur sur immobilisations X

128
La réévaluation
Exemple

Le 01/01/N, une entreprise a acquis un terrain au prix de


5 000 000 DA.
Au 31/12/N+1, le terrain est estimé selon les valeurs du
marché à 5 300 000 DA.
Au 31/12/N+4, le terrain est cette fois-ci estimé à
4 800 000 DA.

Enregistrer les écritures au 31/12/N+1 et au 31/12/N+4.

129
La réévaluation
Exemple
31/12/N+1
211 Terrains 300
105 Ecart de réévaluation 300
5 300 000 – 5 000 000

31/12/N+4
105 Ecart de réévaluation 300
211 Terrains 300
Et
681 Dotations aux amortissements, provisions et pertes de 200
valeur
29 Pertes de valeur sur immobilisations 200

130
Sommaire
Définitions
Principes généraux
Évaluation pour la comptabilisation
Les modes d’amortissement
Évaluation lors de la comptabilisation
Les amortissements par composants
Les pertes de valeur
La réévaluation
Les immobilisations en cours
Les sorties d’immobilisations
131
Les immobilisations en cours

Ces comptes ont pour objet de faire apparaître la valeur


des immobilisations non encore achevés à la fin de
chaque exercice, ainsi que les avances et acomptes
versés par l’entreprise à des tiers en vue de
l’acquisition d’une immobilisation :
 Immobilisations corporelles en cours (232)
 Immobilisations incorporelles en cours (237)
 Avances et acomptes versés sur commandes
d’immobilisations (238)

132
Les immobilisations en cours
Exemples d’écritures pour les avances et acomptes :

238 Immobilisations en cours – Avances et X


acomptes versés sur commande
404 ou Fournisseurs d’immobilisations X
512 Banque

133
Les immobilisations en cours
Exemples d’écritures pour la production immobilisée en
cours :

232 et Immobilisations en cours X


237
73 Production immobilisée X

134
Les immobilisations en cours

Ces comptes sont soldés lorsque l’immobilisation est


prête à être mise en service, avec pour contrepartie des
comptes d’immobilisations (compte 2).

2 Immobilisations X
23 Immobilisations en cours X

135
Les immobilisations en cours

Aucun amortissement n’est pratiqué sur des


immobilisations en cours.

Une perte de valeur est constatée si la valeur recouvrable


de l’immobilisation en-cours devient inférieure à sa
valeur comptable (exemple : en cas de sinistre dans la
construction d’un bâtiment).

136
Les immobilisations en cours

Les immobilisations en cours se répartissent en deux


groupes :
 les immobilisations qui résultent de travaux de plus ou
moins longue durée confiés à des tiers ; et
 les immobilisations créées par les moyens propres de
l’entreprise.

137
Les immobilisations en cours

Immobilisations acquises auprès des tiers

Immobilisations qui ne sont pas achevées à la fin de


l’exercice sont inscrites en immobilisations en cours en
contrepartie des comptes de tiers concernés

138
Les immobilisations en cours

Immobilisations acquises auprès des tiers

Une entreprise a signé le contrat avec la société


Bâti.Tech pour la construction du nouveau bâtiment
administratif. Le 10/08/N, la société Bâti.Tech adresse
à l’entreprise un premier mémoire de 5 000 000 DA
correspondant aux travaux exécutés
(en KDA)
232 Immobilisations corporelles en cours 5 000
404 Fournisseurs d’immobilisations 5 000

139
Les immobilisations en cours
Immobilisations crées par les moyens propres

Les immobilisations non achevées à la fin de l’exercice


sont inscrites en immobilisations en cours en
contrepartie d’un compte 73 « Production immobilisée »
pour le coût de production des éléments en cours
(après enregistrement des charges dans les comptes
de charge correspondant) :
232 Immobilisations corporelles en cours X
73 Production immobilisée X

140
Les immobilisations en cours
Avances et acomptes versés sur commandes
d’immobilisations

Ils sont portés dans une subdivision du compte 238


«Avances et acomptes versés sur commandes
d’immobilisations».
Les entités ont également la faculté de les comptabiliser
en cours d’exercice dans une subdivision du compte 40
«Fournisseurs – avances et acomptes versés sur
commandes», à condition en fin d’exercice de virer ces
avances et acomptes en compte 23 afin qu’ils
apparaissent au bilan sous la rubrique immobilisations.

141
Sommaire
Définitions
Principes généraux
Évaluation pour la comptabilisation
Les modes d’amortissement
Évaluation lors de la comptabilisation
Les amortissements par composants
Les pertes de valeur
La réévaluation
Les immobilisations en cours
Les sorties d’immobilisations
142
Les sorties d’immobilisations

Une immobilisation corporelle est éliminée du bilan lors


de sa sortie de l’entreprise ou lorsque l’actif est hors
d’usage de façon permanente et que l’entité n’attend
plus aucun avantage économique futur ni de son
utilisation ni de sa sortie ultérieure.

143
Les sorties d’immobilisations

Les profits et les pertes provenant de la mise hors


service ou de la sortie d’une immobilisation
corporelle sont déterminés par différence entre les
produits de sortie nets estimés et la valeur
comptable de l’actif et sont comptabilisés en
produits ou en charges opérationnelles dans le
compte de résultat :
 652 « moins values sur sorties d’actifs
immobilisés non financiers » ;
 ou 752 « plus values sur sorties d’actifs immobilisés
non financiers ».

144
Les sorties d’immobilisations

Lors d’une cession d’actifs non courants autres que les


titres immobilisés, l’écart entre le prix de cession et la
VNC de l’immobilisation cédée est comptabilisé :

 au débit du compte 652 « Moins values sur sortie


d’actifs immobilisés », si cet écart est négatif ;

 au crédit du compte 752 « Plus values sur sorties


d’actifs immobilisés », si cet écart est positif.

145
Les sorties d’immobilisations
Si un gain est réalisé :
28 Amortissements X
512 Banque (pour prix cession) X
2 Immobilisations X
752 Plus values sur sorties d’actifs immobilisés X
non financiers (par différence)

Si une perte est réalisée :


28 Amortissements X
512 Banque (pour prix cession) X
652 Moins values sur sorties d’actifs immobilisés non X
financiers (par différence)
2 Immobilisations X

146
Les sorties d’immobilisations
Exemple

Enregistrez la cession d’une chaîne de production par une


entreprise en janvier N au prix de 50 000 DA sachant que :

 le coût d’acquisition est 500 000 DA;


 amortissements cumulés sont de 410 000 DA.

147
Les sorties d’immobilisations
Exemple

VNC = 500 000 – 410 000 = 90 000


Moins values de cession = 90 000 – 50 000 = 40 000
28 Amortissements 410 000
512 Banque (pour prix cession) 50 000
652 Moins values sur sorties d’actifs immobilisés 40 000
non financiers (par différence)
2 Immobilisations 500 000

148

Vous aimerez peut-être aussi