Vous êtes sur la page 1sur 49

ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE

YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

DEDICACE

CHAPITRE I:

CHAPITRE II: A mes parents ;


CHAPITRE III: A mon bébé que j’aime énormément.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page i


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

REMERCIEMENTS

La réalisation de ce travail n'aurait jamais été possible sans la volonté du tout puissant, que je
remercie pour la protection, la force et surtout la santé qu’il m’a toujours apportée.

Ma gratitude va ainsi vers Dr. TCHEUMI Hervé, mon encadreur académique pour sa
disponibilité et ses conseils m’ont permis de réaliser ce travail.

Je remercie le Dr. LOULEO Jean Chef de Département du parcours Sciences


Environnementales de l’Ecole Nationale Supérieur Polytechnique de Maroua pour son
encadrement.

Je remercie Monsieur SOULEYMANE CISSE mon encadreur et Directeur Général de la


Société de Prestation et de Construction (SOPREC)

Je remercie également tous les enseignants de l’Ecole Nationale Supérieur Polytechnique de


Maroua, en particulier ceux du parcours Sciences Environnementales pour leurs disponibilités et
conseils.

J’adresse aussi mes remerciements à toute ma famille, particulièrement à mon papa


TIETCHEU Pascal, à mes frères et sœurs particulièrement a KAMGA Yannick Narcisse et
NEMBUE Hermann, mes tantes KONTCHIE Daurice, GNODJO Alice, enfin mon oncle
MEKAKOUENG Roger pour leurs encouragements.

A maman MBAKOP Mélanie pour son soutient inestimable

Je remercie également les familles NDONGO, TCHUEM pour leur soutien.

Je tiens aussi à remercier tous mes amis et frères TCHEUNKAM Landry, BANINLA Elvis,
NDJOCKY Anthony, ZRA SINI Frederick et BOUIKOUM pour leur soutien.

Je remercie tous mes camarades de l’Ecole Nationale Supérieur Polytechnique de Maroua,


particulièrement ceux de la 7ème promotion du parcours de Sciences Environnementales pour leurs
soutiens.

Enfin toutes personnes n’ayant pas été sus citées qu’ils voient en ce travail le fruit de leur
participation a ma réussite.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page ii


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

TABLE DES MATIERES

DEDICACE..........................................................................................................................................i
REMERCIEMENTS..........................................................................................................................ii
TABLE DES MATIERES................................................................................................................iii
LISTE DES FIGURES.......................................................................................................................v
LISTE DES TABLEAUX.................................................................................................................vi
LISTE DES PHOTOS......................................................................................................................vii
LISTE DES ABREVIATIONS......................................................................................................viii
RESUME............................................................................................................................................ix
ABSTRACT........................................................................................................................................x
INTRODUCTION..............................................................................................................................1
CHAPITRE I: REVUE DE LITTERATURE ET CADRE GENERALE.................................3
A. REVUE DE LITTERATURE................................................................................................3
1. DEFINITION DES FILTRES PLANTES DE ROSEAUX..............................................3
2. ROLE DES MICRO-ORGANISMES...............................................................................4
3. MECANISMES D’ELIMINATION ET LES PERFORMANCES EPURATOIRES...5
a. Mécanisme d’élimination de l’azote...................................................................................5
1. Présentation de la structure d’accueil (SOPREC)............................................................9
2. LOCALISATION DE LA ZONE D’ETUDE....................................................................9
3. DESCRIPTION DE L’ETAT INITIAL DU SITE.........................................................10
a. Climat de la zone d’étude..................................................................................................10
b. Précipitations......................................................................................................................10
c. Température.......................................................................................................................11
d. Sol........................................................................................................................................11
e. Topographie (relief)...........................................................................................................11
f. Cadre humain de la zone d’étude (la population)..........................................................11
g. Périmètre d’étude..............................................................................................................12
4. PRESENTATION DE LA STEP DE LA CITE VERTE...............................................12
a. Prétraitement.....................................................................................................................12
b. Le traitement secondaire...................................................................................................15
CHAPITRE II: MATHERIEL ET METHODE.........................................................................17
A. MATERIEL UTILISES........................................................................................................17
B. METHODES..........................................................................................................................17

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page iii


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

1. DETERMINATION DE LA CONSOMMATION EN EAU ET DU TAUX


D’ACROISSEMENT DU CAMP SIC DE LA CITE VERTE..............................................17
a. Débit d’eaux usées domestiques.......................................................................................19
b. Les eaux claires parasites..................................................................................................19
c. Débit journalier total.........................................................................................................20
d. coefficient de pointe horaire.............................................................................................20
e. La charge hydraulique totale............................................................................................21
2. DIMENSIONNEMENT DU BASSIN SECONDAIRE..................................................21
a. Le volume...........................................................................................................................21
b. La surface...........................................................................................................................22
c. La surface unitaire.............................................................................................................22
3. CALCULE DU NOMBRE DE PLANTE DE ROSEAU POUR CHAQUE BASSIN..23
CHAPITRE III: RESULTATS ET DISCUSSIONS...................................................................24
A. DETERMINATION DE LA CONSOMMATION EN EAU ET DU TAUX
D’ACROISSEMENT DU CAMP SIC DE LA CITE VERTE..................................................24
La population de la cité verte en l’an 2000 connaissant le volume (V) d’eau consommée par
mois et la dotation en eaux par habitant (D) est déterminée comme suit :............................24
b. Débit d’eaux usées domestiques.......................................................................................25
c. Les eaux claires parasites..................................................................................................25
Le pourcentage d’eaux claires parasites étant de 5% la quantité d’eaux claires parasites
sera donc obtenu par :..............................................................................................................25
d. Débit journalier total.........................................................................................................26
e. Coefficient de pointe horaire............................................................................................26
f. charge hydraulique totale.................................................................................................27
B. DIMENSIONNEMENT DU BASSIN SECONDAIRE......................................................27
a. Le volume...........................................................................................................................27
b. La surface...........................................................................................................................28
c. La surface unitaire.............................................................................................................28
C. CALCULE DU NOMBRE DE PLANTE DE ROSEAU POUR CHAQUE BASSIN.....28
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS..............................................................................30
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES.......................................................................................32
WEBOGRAPHIE.............................................................................................................................35
ANNEXES.........................................................................................................................................36

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page iv


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

LISTE DES FIGURES

Figure 1: Schéma du fonctionnement d'un filtre à roseaux...........................................................4


Figure 2: Filtre planté à écoulement vertical...................................................................................4
Figure : Organigramme de la structure pendant la réalisation d’un projet………….....……….10
Figure 4:Plan de localisation du site d’étude………………………………………………………….……11

Figure 4: Etanchéité et matériaux de remplissage pour les lits verticaux………………………….30

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page v


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: Principaux mécanismes d’élimination des différents types de polluants...................5


Tableau 2: Extrait de consommation en eau en l’an 2000............................................................17
Tableau 3: récapitulatif des données..............................................................................................27

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page vi


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

LISTE DES PHOTOS

Photo 1: Poste de dégrillage.............................................................................................................13


Photo 2: Bac de décantation............................................................................................................14
Photo 3: bassin de deshuilage..........................................................................................................15
Photo 4: Bac de préfiltration...........................................................................................................15
Photo 5: bassin rectangulaire..........................................................................................................16
Photo 6: bassin circulaire ................................................................................................................16

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page vii


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

LISTE DES ABREVIATIONS

CDE : Camerounaise des Eaux


COMPETING : Complexe d’Etude d’Ingénierie
CUY : Communauté Urbaine de Yaoundé
DBO5 : Demande Biochimique en Oxygène pendant 5 jours
DCO : Demande Chimique en Oxygène
ECP : Eau Claire Parasite
EH : Equivalent Habitant
ENSPM : Ecole Nationale Supérieur polytechnique de Maroua
EU : Eau Usée
FNDAE : Fonds National pour le Développement des Adductions d’Eau
IWA : International Water Association

MAETUR : Mission d’Aménagement des Terrains Urbains et Ruraux


MES : Matières En Suspension
MINHDU : Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain
SBVE : Sous Bassin Versant d'Etude

SIC : Société Immobilière du Cameroun


SNEC : Société Nationale des Eaux du Cameroun
SOPREC : Société de Prestation et de Construction
STEP : Station d’Epuration
Hab : habitant
J : jour
m3 : mètre cube

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page viii


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

RESUME

Assainir les zones urbaines des pays en voie de développement est devenu un problème
difficile à résoudre. La ville de Yaoundé ne fait pas l’exception, malgré les efforts des pouvoirs
publics beaucoup reste à faire dans le secteur de l’assainissement. On peut donc souligner le cas de
la STEP de la cité verte qui fait face à un problème de gestion des eaux usées. En effet elle présente
de nombreuses anomalies à savoir : la présence dans le bac de dessablage des matières solides qui
auraient du être retenues au niveau du dégrilleur, la présence des matières grasses qui auraient du
être retenu au niveau du préfiltre et du regard, un colmatage du préfiltre et des filtres plantés
probablement dû à une décantation et au déshuilage inefficace. La revue documentaire, renforcée
par la collecte des données primaires, nous ont permis de faire un état des lieux de la situation de
l’assainissement de la STEP de la cité verte, puis nous avons fais une quantification et une
caractérisation des eaux usées produites. Par la suite nous avons redimensionné la station
d’épuration. Nous avons calculé le taux d’accroissement annuel de la population (α) de la Cité
Verte qui est de 1,27% ce qui nous a permis d’avoir une estimation de la population à l’horizon
2030 qui est de 22554 habitants, puis nous avons calculé la consommation en eau qui est de
757,81m3/j ; le pourcentage d’eaux claires parasites étant de 5% on a obtenu une quantité
journalière de 37,89 m3/j ce qui nous a donné un total de débit journalier de 795,7 m3/j. Le
coefficient de pointe horaire obtenu étant de 2,34, on obtient aisément le volume d’eau à traiter qui
est de 1861,93 m3/j qui est largement supérieur à celui initialement utilisé pour le dimensionnement
de la STEP (805m3/J). Le temps de séjour de l’effluent dans le bassin étant de 5 jours le volume
total des bassins est de 9309,65 m3, la profondeur étant prise a 3 m on obtient une surface de
3103,21 m2 étant donné que nous aurons deux bassins, cela revient à 1551,6 m 2 par bassin. Pour le
premier bassin de forme rectangulaire on a obtenu les dimensions suivantes: L= 48,24 m et l =
32,16 m et P = 3 m. Le deuxième bassin de forme circulaire a les dimensions suivantes : r = 22,23
m et P = 3 m. On aura donc 6207 plantes macrophytes à planter dans chaque bassin et l’aération des
bassins se fera au moyen des plantes lors de la photosynthèse et grâce aux évents qui seront mis en
place. Nous recommandons à cet effet que ces ouvrages soient revus avec les dimensions proposées,
qu’ils soient régulièrement entretenus et que le réseau de collecte soit réhabilité.

Mots clé : Events, Temps de séjour, Eaux claires parasites, Redimensionnement, Réhabilitation,
Eaux usées.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page ix


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

ABSTRACT

Sanitation of urban areas in developing countries has become a difficult problem to solve. The
city of Yaoundé is no exception, despite the efforts of public authorities much remains to be done in
the sanitation sector. We can therefore highlight the case of the STEP green city that faces a
problem of wastewater management. Indeed it has many anomalies namely: the presence in the
sanding tank solids that should have been retained at the screen, the presence of fat that should have
been retained at the prefilter and look, clogging prefilter and planted filters probably due to
inefficient settling and deoiling. The documentary review, reinforced by the collection of primary
data, allowed us to make an inventory of the sanitation situation of the WWTP of the green city,
then we made a quantification and characterization of wastewater produced. Subsequently we
resized the treatment plant. We calculated the annual growth rate of the population (α) of the Green
City which is 1.27% which allowed us to have an estimate of the population by 2030 which is
22554 inhabitants, then we calculated the water consumption which is 757,81 m 3 / d; the percentage
of clear waters being 5% was obtained a daily quantity of 37,89m 3 / d which gave us a total daily
flow of 795,7m3 / d. The hourly peak coefficient obtained being 2.34, the volume of water to be
treated is easily obtained, which is 1861,93 m3 / day which is much greater than that initially used
for sizing the WWTP (805m3 / J). . The residence time of the effluent in the basin being 5 days the
total volume of the basins is 9309,65 m3, the depth being taken at 4m one obtains a surface of
3103,21 m2 since we will have two basins, this amounts to 1551,6 m2 per basin. For the first basin
of rectangular shape we obtained the following dimensions: L = 48,24 m and l = 32,16 m and P = 3
m. The second basin of circular shape has the following dimensions: r = 22,23 m and P = 3 m. We
will have 6207 plants macrophytes to plant in each basin and the aeration of the basins will be done
by means of the plants during the photosynthesis and thanks to the vents that will be put in place.
To this end, we recommend that these structures be reviewed with the proposed dimensions, that
they be regularly maintained and that the collection network be rehabilitated.
Key words: Events, Residence time, Parasitic clear water, Resizing, Rehabilitation, wastewater

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page x


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

INTRODUCTION

L’eau est un bien économique, social et environnemental. Il est donc nécessaire et important
d’en garantir sa disponibilité dans le temps au moyen de formes d’exploitation durables qui
permettent de faire face aux exigences actuelles sans menacer l’équilibre environnemental. Lorsque
l’homme utilise l’eau il ne fait pas que la consommer, mais il en rejette une partie dans
l’environnement, c’est ce que l’on appelle l’eau usée. Avec la croissance démographique, le
développement économique, ou encore l’extension et l’intensification de l’urbanisme, le volume
des eaux usées ne cesse de croître. Conjugué à une exigence renforcée en matière de respect de
l’environnement au travers de la réglementation et de confort de vie, le traitement des eaux usées
représente un véritable défi environnemental pour les collectivités. Epurer des eaux usées de plus en
plus polluées représente également un défi technologique et économique dont l’objectif commun est
de préserver la biodiversité et protéger les ressources en eau, tout en garantissant le confort des
riverains. Pour accompagner les collectivités locales dans leur développement, le gouvernement de
la république du Cameroun à travers le budget de la Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY) sur
le crédit transféré par le MINHDU (Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain), a envisagé
la réhabilitation de plusieurs stations de traitement des eaux usées en milieu urbain qui dégradent
l’environnement et le cadre de vie des populations afin, de garantir un développement durable fondé
sur la valorisation et la conservation des richesses naturelles (SOPREC, 2011). C’est donc pour cela
que en mars 2011, la CUY a entrepris des travaux de remise en service de la station d’épuration du
camp SIC Cité-Verte avec pour principales contraintes d’utiliser au maximum les infrastructures
existantes (cuves en béton), de réaliser une station à faible coût et technicité à la portée de tous. A
l’issus des différentes études menées sur le terrain, le système d’épuration des eaux respectant les
conditions posées par la communauté urbaine était le système Hybride à Filtre planté a écoulement
verticale [CITATION Jér11 \l 1036 ] composé de deux grandes étapes successives dont la première
appelée prétraitement constitué du dégrillage, du dessablage, et du déshuilage ; consiste à séparer
l’eau brute des particules grossières ou non dissoutes dans l’eau telles que les plastiques, sables, les
graisses. Puis d’une seconde étape appelé traitement secondaire ou biologique et constitué de deux
bassin fonctionnant en série permettant d’éliminer les polluants dissout dans l’eau provenant du
prétraitement. Malgré cette réhabilitation récente, la STEP de la Cité-Verte se heurte à de
nombreuses anomalies parmi lesquelles : la présence des plastiques au niveau du décanteur qui dans
les normes devraient être retenu par le dégrilleur, la saturation du décanteur par les boues, la
présence des écumes aux niveaux des préfiltres et du bac à transition pour le traitement secondaire,
le colmatage du massif filtrant au niveau des préfiltres (confère annexe 1), le débordement des eaux

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 1


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

au niveaux du bassin de traitement biologique. Au vue de ce constat, émerge la question de savoir


quelle peut être l’entrave, au bon fonctionnement de ces ouvrages dans la chaine de traitement ? Ces
anomalies rencontrées à la STEP de la Cité-Verte principalement à l’étape de traitement biologique,
reposent sur l’hypothèse générale selon laquelle le dysfonctionnement des ouvrages est dû à un sous
dimensionnement des bassins biologiques. Par ailleurs, l’objectif général de ce travail vise
essentiellement à redimensionner ces ouvrages. Plus spécifiquement, il sera question de faire un état
des lieux de ces ouvrages afin de faire ressortir les indicateurs du sous dimensionnement de la STEP
et enfin faire une proposition de nouvelles dimensions. De ce fait, nous allons tout d’abord faire la
revue de littérature et cadre général de l’étude en Chapitre I, ensuite nous allons présente le matériel
et méthodes en Chapitre II et enfin résultats et discussions en Chapitre III.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 2


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

CHAPITRE I: REVUE DE LITTERATURE ET CADRE GENERALE

A. REVUE DE LITTERATURE
La technologie de traitement des eaux usées en utilisant des plantes est apparue en Europe
d’Ouest basée sur une recherche de SEIDEL qui a commencé durant les années soixante (1960’s),
et par KICKUTH à la fin des années soixante-dix (1970’s) et dernièrement durant les années quatre-
vingt (1980’s).
En 1955, Dr SEIDEL discuta dans un rapport la possibilité de diminuer la sur-fertilisation, la
pollution et l’envasement des eaux des terres intérieures à travers des plantes particulières
permettant aux eaux polluées de devenir capables de supporter la vie de nouveau. Elle a proposé
pour ce but le jonc commun « Schoenoplectus Lacustris», ayant observé dans sa recherche que cette
espèce est capable de retenir de grande quantité de substances organiques des eaux contaminées.
Dans des expériences supplémentaires durant les années cinquante 50’s, Dr. SEIDEL a montré
que le Schoenoplectus améliore et enrichit le sol sur lequel il se développe, en bactérie et humus et
ça exsude apparemment les antibiotiques. Un rang de bactéries (Coliformes, Salmonella et
Entérocoque) évidement disparaît des eaux polluées en passant à travers une végétation de joncs.
Le système développé par SEIDEL comprend des séries de lits composés de sable ou gravier
supportant une végétation aquatique immergée tel que la massette « Typha », le jonc, et le
phragmite qui ont été le plus communément utilisé, et dans la majorité des cas le plan d’écoulement
été vertical.
En 1985, un nombre de systèmes de « lits de phragmite » a été construit en Angleterre basés sur
les concepts de KICKUTH, mais plusieurs cas utilisaient le gravier au lieu des sols cohésifs dus à la
conductivité hydraulique élevée. (MANCER Halima, 2010)
1. DEFINITION DES FILTRES PLANTES DE ROSEAUX
La phyto-épuration est un système de traitement des eaux usées qui utilise le pouvoir épurateur
des plantes. Ces plantes sont des microphytes et /ou des macrophytes. Elle est souvent appelée
lagunage à microphytes ou lagunage aéré et lagunage à macrophyte ou filtres plantés.
(RAJAONARIVELO Fanjatiana Justoberthe, 2013)
Les filtres plantés de roseaux sont des systèmes épuratoires permettant une reconstitution
contrôlée des phénomènes d'autoépuration naturelle : l'épuration résiduaire consiste à éliminer les
éléments solides maintenus en suspension, et à réaliser l'épuration biologique de l'eau en éliminant
la pollution organique. De manière naturelle, des micro-organismes sont capables de transformer
des molécules organiques ou minérales pour leur propre métabolisme. Les roseaux, de par leur
système racinaire, ainsi que le substrat de sable et gravier qui constituent les filtres plantés de

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 3


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

roseaux créent un milieu favorable à l'activité biologique et au développement des micro-


organismes épurateurs, permettant ainsi une vitesse de réaction compatible avec les fortes charges
en pollution arrivant au système, et provenant du réseau d'assainissement (eaux ménagères et eaux
vannes).
Les roseaux, remplissent plusieurs fonctions :
- Leurs racines sécrètent des acides organiques, dégagent de l’oxygène (en quantités limitées) et
ainsi favorisent le développement des bactéries dans leur entourage (c’est «l’effet rhizosphère») ;
- Leurs tiges ouvrent des cheminements à l’eau à travers la couche de boues en surface et le massif
filtrant en profondeur, et ainsi diminuent le risque de colmatage ;
- Ils protègent le filtre du soleil, des rayons U.V, de l’assèchement et ainsi favorisent la
minéralisation des boues retenues en surface, leur évolution vers un terreau stable chimiquement et
perméable physiquement ;
- Ils améliorent l’esthétique des filtres et facilitent leur entretien (plus de désherbage une fois que la
roselière est bien établie, pas de «grattage» de surface comme sur les filtres non plantés). (André
PAULUS, 2011)
Il existe deux types de filtre plantes donc les schémas généraux se présentent comme suit :

Figure 1: Schéma du fonctionnement d'un filtre à roseaux FPh (Hélène Peeters, 2014)

Figure 2: Filtre planté à écoulement vertical (Hélène Peeters, 2014)

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 4


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

2. ROLE DES MICRO-ORGANISMES


Le principal rôle des micro-organismes est, comme dans tout procédé de traitement
biologique, la dégradation de la matière organique. Ce sont eux qui assurent les différents processus
d’oxydation et de réduction. Ils génèrent grâce à la dégradation de la matière organique l’énergie
nécessaire à la biosynthèse. Ils minéralisent les composés azotés et phosphorés, et les rendent ainsi
assimilables par les plantes. Ils assurent également les réactions de nitrification/dénitrification. Ils
ont besoin d’un support de fixation pour se développer et ne pas être entrainés par les eaux usées ;
celui-ci est assuré par les plantes (surtout leurs organes souterrains) et le matériau formant ainsi ce
qu’on appelle la rhizosphère. La rhizosphère est une petite région autour des racines des roseaux ou
croissent de grandes populations de bactéries consommatrices ou non d’oxygène (aérobie/
anaérobie). (MEDJDOUB Touria, 2014)

3. MECANISMES D’ELIMINATION ET LES PERFORMANCES EPURATOIRES


Les mécanismes d’élimination sont régis par les processus physiques, chimiques,
physicochimiques ou encore biologiques qui sont résumés dans le tableau 1 qui suit :
Tableau 1: Principaux mécanismes d’élimination des différents types de polluants. (Agence de
l'Eau Rhône Méditerranée et Corse, 1999)

a. Mécanisme d’élimination de l’azote


Le traitement de l’azote est effectué par la biomasse autotrophe avec des taux de
croissance nettement faible. L’azote présent dans les eaux résiduaires provient principalement des
déjections humaines. Les urines contribuent largement à cet apport essentiellement sous forme

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 5


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

d’urée, d’acide urique et d’ammoniaque. Par ailleurs, les eaux de cuisine véhiculent des protéines
comportant des acides aminés, et certains agents de surface (assouplissant,…) qui incluent dans
leurs molécules des radicaux azotés. L’azote des eaux usées est essentiellement constitué d’azote
organique ammonifiable ou réfractaire (sous forme soluble et particulaire) et d’azote ammoniacal.
 Nitrification biologique
La réaction de nitrification de l’azote ammoniacal par les bactéries autotrophes nitrifiantes dans
les bassins a filtres plantes d´Echinochloa Pymamidalis se passe en présence d’oxygène dissous
dans l´effluent elle peut être représentée par la réaction suivante :
NH4+ + Nitrobacters+ HCO3+ → Nouvelles bactéries Nitrifiantes + H2O + NO3+
En réalité, cette réaction s’effectue en deux étapes successives à savoir la nitritation et les
nitratations, réalisées par des bactéries différentes selon les schémas ci-après :
- Les bactéries nitreuses (Nitrosomonas, Nitrococcus) effectuent la nitrification : elles
oxydent l’ammoniaque en nitrites (SOPKAM, 1991) suivant l´équation :
NH4+ + 3/2 O2 ↔ NO2- + H2O + 2H+
- Les bactéries nitriques (Nitrobacter) : elles oxydent les nitrites en nitrates (SOPKAM,
1991).
NO2- + ½ O2 ↔ NO3-
- La transformation cumulée (SOPKAM, 1991):
NH4+ + 2 O2 ↔ NO3- + H2O + 2H+

Les formes de l’azote indiquées ici sont en pratique les seules présentes à des concentrations
significatives dans les eaux usées. La nitritation est réalisée par des bactéries nitreuses
(Nitrobacter). Jusqu’ici, Nitrosomonas, en particulier, mais également Nitrosococcus et Nitrospira
sont considérées comme jouant un rôle prépondérant dans ce processus. Dans notre cas la
nitratation est le fait des bactéries nitriques du genre Nitrobacter. Ces bactéries, dites autotrophes
vis-à-vis du carbone, utilisent le carbone minéral comme seule source de carbone (essentiellement
celui des bicarbonates) et les formes réduites de l’azote comme source d’énergie.
Le taux de croissance maximum des Nitrobacters est nettement inférieur à celui des
bactéries hétérotrophes qui se développent aux dépens du substrat carboné. Les taux de croissance
sont influencés par les concentrations en substrats. Le taux de croissance global ces Nitrobactérs est
régi par les concentrations d’azote ammoniacal et d’oxygène.
Il s’écrit (IAWPCR, 1987) :

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 6


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Les valeurs par défaut données par l’International Water Association (IWA) sont
respectivement de 1 et de 0,5 mg/l pour KNH4 et KO2 ce qui signifie que des concentrations de 2 à 3
mg/l d’oxygène dissous durant les phases d’aération sont largement suffisantes pour maximiser la
vitesse de nitrification dans les bassins de traitement biologique. La nitrification plus
Particulièrement la nitratation est inhibée par des concentrations élevées en azote ammoniacal. Les
bactéries assurant l’étape de nitratation étant les plus sensibles aux variations des conditions du
milieu. Par contre des variations brutales de charge importantes peuvent survenir après un incident
sur le réseau d’égouts au cours d’un épisode pluvieux ou lorsque la population raccordée varie
brutalement (zones touristiques). Si cette variation entraîne une concentration faible d’oxygène, on
pourra observer une chute du rendement de nitrification accompagnée du rejet temporaire de
concentrations élevées de nitrites. Les toxiques inhibant l’activité des bactéries nitrifiantes, comme
d’ailleurs celle de l’ensemble de la microflore épuratrice, seront d’autant plus gênants que d’autres
conditions seront défavorables (température basse, pH acide, …). Parmi les métaux, les ions Ni, Cu,
Pb et Ag apparaissent comme les plus susceptibles de bloquer la nitrification à très faible
concentration sans avoir d’effet notable sur le reste des Micro-organismes. Parmi les composés
organiques, de très nombreuses molécules contenant du soufre sont des inhibiteurs spécifiques de la
nitrification. Le plus violent est la Thiourée (inhibiteur à 75 % avec 0,08 mg/l).
 Dénitrification biologique
La réaction d’assimilation de matière organique par les bactéries hétérotrophes en l’absence
d’oxygène dissous et de présence de nitrates peut être représentée par la réaction suivante:
NO3 +Matière organique + O2 → Nouvelles Bactéries + Bactéries + N2 + H2O + CO2

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 7


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Cette réaction est dite « de dénitrification » car elle se traduit par la réduction des nitrates en
azote moléculaire (N2), gaz qui retourne à l’atmosphère. Cette transformation est également appelée
réduction dissimilative. La dénitrification est le mécanisme qui permet à un grand nombre de
bactéries hétérotrophes vis- à-vis du carbone aérobies facultatifs de couvrir leurs besoins
énergétiques à partir des nitrates lorsque l’oxygène dissous fait défaut. Ces germes qui ont besoin de
carbone organique utilisent préférentiellement l’azote ammoniacal pour couvrir leurs besoins
d’azote. La dénitrification biologique peut être décrite par cette autre réaction :
0,61 C18H19NO9 + 4,5 NO3 → C5H7NO2+ 2,27 N2 + 0,39 NH4+ + 4,15 H3O+ + 5,98 CO2 + 9,3 H2O
Cette réaction de dégradation de la matière organique, toutes autres conditions égales par
ailleurs, est plus lente que celle qui se produirait en présence d’oxygène. Elle est d’autant plus lente
que le carbone disponible est moins rapidement biodégradable (étape d’hydrolyse préalable du
carbone exogène requise ou production du carbone endogène par lyse des bactéries). Selon
l’International Water Association (IWA) La dénitrification assure une restitution d’alcalinité égale à
la moitié de la consommation nécessaire à la nitrification : 1 kg d’azote nitrique dénitrifié est de ce
point de vue équivalent à l’addition de 1,95 kg de chaux vive CaO et la dénitrification d’un gramme
d’azote nitrique assure une dégradation de substrat carboné équivalente à celle obtenue avec 2,85 g
d’oxygène. La dénitrification ne se produit de manière significative que si la concentration
d’oxygène dissous dans le milieu est nulle. Cette absence d’oxygène est nécessaire pour que les
bactéries adoptent une voie métabolique plus complexe, lente et énergétiquement plus coûteuse que
celle utilisant directement l’oxygène dissous. La dénitrification est d’autant plus rapide que la
quantité de carbone disponible est importante et que ce carbone est rapidement biodégradable. Le
carbone rapidement biodégradable est essentiellement constitué de petites molécules (comme les
acides gras volatiles) et peut être estimé en première approximation par la DCO de l’eau usée
filtrée. Pour une eau usée donnée, la vitesse de dénitrification est une fonction croissante de la
pression de carbone exercée sur la biomasse. Les processus de nitrification et de dénitrification
étant souvent mis en œuvre au sein de la même culture bactérienne, il s’agit donc de trouver un
compromis entre la nécessité de travailler à faible charge pour favoriser le processus de nitrification
et l’intérêt de maximiser la vitesse de dénitrification en maximisant la charge appliquée. La
température influe peu sur la vitesse de dénitrification lorsque ses variations sont progressives
(acclimatation des bactéries) et que le substrat carboné rapidement assimilable est peu abondant. En
revanche, une variation brutale de température (exposition du soleil, par exemple : voile de boues
des décanteurs secondaires, éprouvettes) active de manière très net la dénitrification et l’on constate
alors des remontées de boues entraînées par de petites bulles d’azote gazeux. De même, lorsque le

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 8


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

substrat rapidement assimilable est abondant (bassins d’anoxie en tête de station d’épuration ou
dénitrification tertiaire avec ajout de carbone rapidement assimilable).
B. CADRE GENERAL DE L’ETUDE

1. Présentation de la structure d’accueil (SOPREC)


La SOPREC est une entreprise spécialisée dans les travaux publics, la construction et la
réhabilitation des stations d’épuration des eaux usées dont le siège social est à Yaoundé. Créée en
1994, elle est dirigée par M. CISSE SOULEYMANE qui en est également le fondateur. C’est une
entreprise constituée majoritairement d’Ingénieurs de Conception du Génie Civil dont le but est de
contribuer au développement du pays. Elle est souvent sollicitée pour la réalisation d’infrastructures
dans la ville de Yaoundé et partout dans le pays, mais son domaine de prédilection reste la
construction et l’entretien des STEP. Sa ligne de conduite est : « Préserver l’environnement pour
notre santé, notre bien-être et pour les futurs générations ». Ladite conduite est rigoureusement
respectée au sein de l’entreprise, d’où la notoriété acquise par elle parmi les nombreuses entreprises
de travaux publics du Cameroun. Depuis sa création elle a déjà eu à contribuer directement ou
indirectement à la réalisation de plusieurs projets dont quelques-uns des plus importants sont :

 La construction de la station d’épuration des eaux usées du camp SIC MESSA épandage
souterrain ;
 La construction de la station d’épurations des eaux usées de l’hôpital de la caisse à ESSOS ;
 La réhabilitation de la station d’épuration du camp SIC Cité Verte : système Hybride-Filtre
plantés ;
 La réhabilitation de la station d’épuration des eaux usées du camp SIC Biyem-Assi Acacias :
système Hybride-Filtre plantés ;
 Elle est entre autres sollicitée pour la construction et la réhabilitation de plusieurs autres
stations d’épuration des eaux usées (Camp SIC Mendong, MAETUR Jouvence…).

La SOPREC est composée d’un Directeur Général, d’un Directeur Technique conducteur de
travaux, un conducteur de travaux adjoint, des ingénieurs, des chefs de chantier, des techniciens
et des ouvriers tels que présentés sur l’organigramme de l’entreprise ci-dessous.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 9


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Figure 3 :Organigramme de la structure pendant la réalisation d’un projet (SOPREC, 2012)


2. LOCALISATION DE LA ZONE D’ETUDE
La STEP du camp SIC de la cite verte est située dans le bassin versant de l’Abiergué. Dans
le cadre de cette étude, il constitue le sous bassin versant d'étude (SBVE). C'est un sous bassin
versant du bassin de la Mefou. Sur le plan administratif, cet espace est à cheval entre la commune
urbaine d'arrondissement de Yaoundé II et une partie de la commune urbaine d'arrondissement de
Yaoundé VI, dans le Département du Mfoundi, région du Centre. Les quartiers de Yaoundé qui font
partie de ce complexe physique sont : Carrière, Madagascar, Cité Verte, Oyom-abang, Mokolo,
Elig-effa, Nkolbikok, Nkolbisson, Mvog-betsi. La figure suivante donne la localisation de la zone
d'étude dans la région de Yaoundé.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 10


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

LANDO

Figure 4:Plan de localisation du site d’étude

3. DESCRIPTION DE L’ETAT INITIAL DU SITE


a. Climat de la zone d’étude
Défini comme l’ensemble des phénomènes météorologiques caractéristiques d’une région et
moyennant sur plusieurs décennies, le climat ne se manifeste pas partout de la même façon. Le
climat de notre zone d’étude est de type équatorial.

b. Précipitations
Terme météorologique, les précipitations sont des particules soient de pluies, de neiges ou
de grêle provenant de l’atmosphère et tombant en chute d’eau. Selon les relevés de la station
météorologique situé la base aérienne de Yaoundé, on enregistre en moyenne 1600mm de pluies par
an. De façon générale nous pouvons dire que les précipitations abondantes concourent toujours au
même type de climat de la zone ou de la ville de Yaoundé et par là celui de la Cité Verte. On note
l’existence de 04 saisons dont 02 saisons sèches et 02 saisons pluvieuses. La grande saison des
pluies s’étend généralement d’Avril en Octobre avec une rupture de mois secs entre Mai et
Septembre (petite saison sèche et fraiche), tandis que la grande saison s’étend de Novembre en
Mars. (http:/www.le voyageur.net/climat)

c. Température
Les températures sont élevées, mais restent constantes tout au long de l’année (24°C) avec
de faibles amplitudes thermiques annuelle (3°C). Notons cependant que cette répartition est tout le

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 11


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

temps perturbée ou influencée par les changements climatiques globaux. (http:/www.le


voyageur.net/climat)

d. Sol
Le sol est une formation généralement meuble qui est constitué d’un complexe organo-
minéral résultant de la transformation des roches sous l’action conjointe des agents météorologique
et des êtres vivants. La ville de Yaoundé regorge plusieurs types de sols. Les sols rencontrés sont
caractéristiques des bas-fonds marécageux de couleur noirâtre ; ils sont riches en éléments fins et
généralement saturés en eaux. A la cite verte on a les sols ferralitiques rouges sur roche cristalline
acide.

e. Topographie (relief)
C’est la manière dont est classé ou est disposé le relief naturel et même celui crée par
l’homme, il s’agit donc des reliefs naturels et artificiels ; par extension, science de leur
représentation graphique et cartographique à partir de relevés de terrain ou de signaux
électromagnétiques (télédétection satellitaire).

Globalement, on constate que la ville de Yaoundé est une zone pleine de collines (élévation
de faible hauteur et de forme arrondie). Elle est communément surnommée « la ville aux sept
collines ». La cite verte pour sa part est située sur une zone de collines car le camp sic est
légèrement élevé par rapport au quartier Mokolo qui se trouve à proximité.

f. Cadre humain de la zone d’étude (la population)


Au CAMP SIC de la cité verte, la démographie est très importante. Cela s’explique avec le
nombre d’habitant de la ville de Yaoundé. Cette ville qui s’étend sur 304 km² abrite une population
estimée, en 2005, à 1 817 524 habitants, soit une densité moyenne de 5 691 habitants par km².
(Troisième Recensement Général de la Population et de l'Habitat, Yaoundé, 30 mars 2010). Le taux
d’urbanisation au Cameroun est passé de 37,8 % en 1987 à 48,8 % en 2005 (Troisième
Recensement Général de la Population et de l'Habitat, Yaoundé, 30 mars 2010) et il est projeté
qu’en 2040, deux Camerounais sur trois vivront en ville. La croissance annuelle de la population est
estimée à 2,8 % en moyenne entre 1987 et 2005.

g. Périmètre d’étude
Le périmètre d’étude est constitué d’un poste de dégrillage, d’un décanteur des regards de
visites, des filtres plantes rectangulaire et circulaire, d’un local technique et d’un espace paysager
(confère annexe 2).

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 12


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

4. PRESENTATION DE LA STEP DE LA CITE VERTE


Le dispositif mis en place dans la station d’épuration des eaux usées de la Cité Verte est un
système biologique d’épuration. Il traite les eaux usées domestiques provenant du camp SIC de la
Cité Verte par un système de type filtre plante à Echinochloa Pymamidalis, plus un lit filtrant de
matériaux divers (gravier, sable). Ce procédé utilise la biomasse des plantes en association avec les
microorganismes pour l’épuration des eaux. La station est conçue pour traiter les eaux usées d’une
charge polluante estimée à 5000 équivalent- habitants environ, le réseau est de type séparatif (CUY,
2010). Les eaux usées subissent à l’entrée un traitement primaire s’effectuant par dégrillage,
décantation, déshuilage et de préfiltre. Le traitement secondaire consiste en une dégradation de la
matière organique et une absorption des polluants contenus dans les eaux usées par les plantes sur
un lit d’épandage. Les eaux traitées sont rejetées par l’exutoire vers le ruisseau Abiergué. Les
performances de traitement de cette station permettent de réduire la charge polluante contenue dans
l’eau à des valeurs définies dans la loi cadre n°96/12 du 5 août 1996 relative à la gestion de
l’environnement. Elle s’appuie également sur les conventions régionales et internationales ratifiées
par le Cameroun.
Le choix de cette filière de traitement a voulu d’une station d’épuration à moindre coût, adaptée
à notre contexte social, soucieuse du développement durable, avec un aspect paysager et en
exploitant au maximum les équipements en place.
Le dispositif d’épuration mis en place à la STEP de la Cité Verte est constitué de l’amont vers
l’aval de 2 grandes composantes à savoir :
- Le prétraitement
- Le traitement
a. Prétraitement
Les collecteurs des eaux usées véhiculent des matières très hétérogènes et souvent
volumineuses. Arrivées à la station d’épuration, les eaux usées brutes doivent subir, avant leur
traitement proprement dit, des traitements préalables purement physiques nommés prétraitements et
destinés à extraire de l’effluent, la plus grande quantité possible des matières dont la nature ou la
dimension constituerait une gêne pour les traitements ultérieurs. Le système de prétraitement des
eaux usées qui doit être réalisé à l’amont de la station d’épuration des eaux usées du camp SIC de la
Cité Verte est composé d'un dégrillage, d’un bac de décantation, d’un déshuilage et d’un filtre à
sable.
 Dégrilleur
Le dégrillage consiste à retenir tous les gros déchets, déchets insolubles tels que les branches,
les plastiques, les feuillages. Le système comprend une grille avec les mailles d’environ 30 mm.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 13


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Dès que la grille est encombrée par les déchets, ils sont retirés manuellement, ces déchets peuvent
être triés puis compostés ou envoyés en décharge. Le poste degrillage se prüsente comme sur la
photo 1 suivante :

Photo 1: Poste de dégrillage (LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND, 2018)

 Décanteur
Le décanteur permet d'éliminer les particules en suspension. Ceux dont la densité est supérieure
à celle de l'eau iront s’entassées au fond du bassin et ceux dont la densité est inférieur à celle de
l’eau remonteront en surface. Le bassin de décantation se présente comme sur la photo 2 suivante :

Photo 2: Bac de décantation (LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND, 2018)

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 14


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

 Déshuileur
Il permet la rétention des matières insolubles, graisses, huiles et flottants contenues dans les
eaux ménagères. Son usage est nécessaire en cas : d’importants rejets de graisse (restaurants, hôtels)
; la présence excessive de graisses et huiles est susceptible de provoquer des dépôts préjudiciables à
l'acheminement des effluents ou au fonctionnement du dispositif de traitement. Le déshuilage
favorise par injection d’air dans un bassin (flottation) la remontée des huiles et graisse à la surface
où elles sont raclées par le principe d’écumage afin d'éviter des perturbations au niveau du
traitement biologique.
La séparation de l’eau des huiles et graisses permet d’éviter :
- l’encrassement des ouvrages ;
- la formation de flottants et d’écumes ;
- les perturbations de l’aération ;
- les départs avec l’eau traitée.
Les écumes formées sont raclées et déposées dans les lits de séchage pour être ensuite
compostées afin d’être valorisées en agriculture, incinérées ou subir un traitement biologique
spécifique. Le déshuileur se présente comme sur la photo 3 suivante :

Photo 3: bassin de deshuilage (LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND, 2018)

 Filtres à sable
Un filtre à sable est utilisé pour retenir des particules plus fines à travers les grains anguleux du
gravier. Cette litière (couche de gravier saturée en matière en suspension provenant des eaux usées
circulant dans le système de prétraitement) doit être renouvelée régulièrement, elle peut être
compostée. Les deux filtres en parallèle de la STEP de la Cité Verte, recueillent l’effluent provenant
du déshuileur. Ils sont constitués chacun du bas vers le haut d’une succession de gravier grossier
(ballast 25/50), du gravier moyen (15 /25) et en fin du gravier (5/15). La disposition d’un orifice a

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 15


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

la partie inférieure de la paroi conduit l’effluent déjà filtré vers le regard de visite. Les prèfiltres se
prèsentent comme sur la photo 4 suivante :

Photo 4: Bac de préfiltration (LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND, 2018)

b. Le traitement secondaire
Une fois ce traitement primaire terminé, les eaux usées sont acheminées vers le filtre planté.
Celui-ci est constitué de deux bassins artificiels donc le premier est rectangulaire et le second est
circulaire. Les deux bassins sont remplis d'eau, de substrat et de plantes vasculaires. Les substrats
sont constitués dans les deux bassins du haut vers le bas, du sable, du gravier et des pierres (ballast).
La perméabilité de ces matériaux est mise à contribution pour retenir les sédiments et les déchets
contenus dans les eaux à épurer. Les substrats, comme dans l’épuration par infiltration-percolation,
servent à la fois de support à la végétation et à un grand nombre d’organismes vivants. C’est
également le lieu de nombreuses transformations chimiques et biologiques (oxydation). Ainsi, l’eau
remplace l’air dans les cavités poreuses et les microorganismes consomment rapidement le reste
d’oxygène disponible. La saturation du substrat le rendant anaérobie, l’élimination des polluants tels
que l’azote et les métaux pourra être assurée (Poulet et al 2004). Les photos 5 et 6 suivantes
représentent respectivement le bassin de traitement rectangulaire et circulaire.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 16


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Photo 5: bassin rectangulaire (LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND, 2018)

Photo 6: bassin circulaire (LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND, 2018)

En excluant les difficultés rencontrées pendant notre stage, ce fut dans l’ensemble édifiant et
plein d’activités qui nous ont permis d’appréhender certaines notions. L’étude bibliographique faite
nous a permis de cerner les contours du concept de traitement biologique. Alors dans la partie
suivante, il sera question pour nous de présenter le matériel utilisé pour le travail et aussi les
méthodes utilisées.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 17


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

CHAPITRE II: MATHERIEL ET METHODE

A. MATERIEL UTILISES

Pour la résolution du problème qui nous a été soumis, nous avons utilisé :

 Un appareil photo pour la prise des différentes photos permettant d’illustrer notre travail ;
 Des bottes et des gants pour la protection corporelle et sanitaire vue les risques d’infection
auxquelles toute personne est exposé dans une STEP ;
 Le logiciel AUTOCAD 2015 pour le dessin des ouvrages dimensionnés ;
 Une calculatrice ;
 Le logiciel QGIS pour l’établissement de la carte ;
 Un ordinateur portable ;
 Le logiciel Office Word pour le traitement de texte ;
 Internet et la documentation de la SOPREC  pour l’état de l’Art.

B. METHODES

La revue documentaire, renforcée par la collecte des données primaires, nous ont permis de
faire un état des lieux de la situation de l’assainissement de la STEP de la cité verte. Nous allons
faire une quantification de la population actuelle de la cité verte grâce à la formule du taux
d’accroissement de la population utilisée par Jeazet Kana leandross poclair en 2013 pour le
Dimensionnement des ouvrages de prétraitement de la STEP de la Cité Verte de Yaoundé en 2013 ;
nous allons ensuite quantifié les eaux usées produites par la population de la cité verte puis
déterminer quantité d’eau usée qui arrive effectivement à la STEP en utilisant le taux de rejet
proposé par Compaoré en 2013 et le taux de raccordement déterminer par COMPETING en 2012,
nous allons redimensionner les bassins de traitement secondaire. En fin la méthode de SADIK
Zoulikha Manel pour déterminer le nombre de plantes macrophytes à planter dans le bassin de
traitement secondaire.

1. DETERMINATION DE LA CONSOMMATION EN EAU ET DU TAUX


D’ACROISSEMENT DU CAMP SIC DE LA CITE VERTE
L’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé est assurée par la Camwater anciennement
appelée SNEC. L’utilisation d’autres sources (puits privés, forages) est aussi pratiquée par quelques
habitants. Le tableau 2 présente les volumes de la consommation d’eau de la SNEC en l’an 2000 du
camp SIC de la Cite Verte ou on en déduit le débit moyen journalier.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 18


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Tableau 2: Extrait de consommation en eau en l’an 2000 (Ntep, 2002)

MOIS Janvier Mars Juin Septembre Moyenne


3
VOLUME (m ) 54674 54410 63600 53499 56546
DEBIT (m3/j) 1763 ,67 1755,16 2120 1783,3 1855,55
Ayant les volumes mensuels, on en déduit le volume moyen mensuel et le débit journalier moyen
d’eau consommée pour l’année 2000 qui sont respectivement de V = 56546 m3 Q2 = 1884,86 m3 /j
Pour ce qui concerne le taux d’accroissement de la population du CAMP SIC, elle est déductible
grâce à la formule suivante :
Pn = Pt (1 +α)n-t (Amina, 2012)
- La population dans les années 80 est connue et est P1980 = 12000 habitants (annexe 4)
- La population en l’an 2000 est obtenue par la formule :
Q
P2000 =
D
Avec :
Q : Débit moyen d’eau rejetée en 2000
D : Dotation en eau (120 L /J /habitant)
La taille de la population en l’année 2000 obtenue, nous pouvons en déduire le taux
d’accroissement de la population (α) qui est donné par l’expression de l’accroissement suivante :
P 20 00
P2000 = P1980 (1 +α)20 → α =﴾ ﴾ P1980 ﴿1/20 -1﴿

Le taux d’accroissement calculé nous déduisons la taille de la population actuelle et à


l’horizon 2030 de la STEP par les formules suivantes :
 En 2018
P2018 = P2000 (1 +α)18
 En 2030
P2030 = P2000 (1 +α)30
La taille de la population obtenue, nous déterminons maintenant la quantité d’eau
(q1) que la population rejette actuellement et une estimation de la quantité d’eau (q 2) qu’elle
rejettera en 2030 par la formule suivante :
 En 2018
q1 = P2018 x D
 En 2030
q2 = P2030 x D

Avec :

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 19


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

q1 : quantité d’eau en 2018


q2 : quantité d’eau en 2030
D : Dotation en eau (120 L /J /habitant)
a. Débit d’eaux usées domestiques
Dans cette méthode la quantité d’eaux usées produites arrivant à la STEP est obtenue en
multipliant la quantité d’eau consommée par jour au niveau de la cité verte par un coefficient de
rejet donc la valeur est 0,8 (Compaoré, 2013) ce qui veut dire que 80 % de l’eau consommé est
transformé en eaux usées. De plus, compte tenu du fait que la STEP de la cité verte est restée
abandonnée à elle-même pendant plus de 15 ans pour manque de gestionnaire, de nombreuses
habitations ont du se déconnecter du réseau de collecte en amont mis en place par les promoteurs
MAETUR et SIC dans les années 80. Ces habitations ont mis en place des systèmes
d’assainissement autonomes pour la gestion de leurs eaux vannes. Lors des études menées portant
sur les travaux de réhabilitation, il a été estimé que le taux de raccordement(T ra) au réseau
d’assainissement ne dépasse pas 40℅ (COMPETING, 2012). Pour cette étude, le taux de
raccordement retenu est Tra = 35℅. Ainsi l’équation suivante peut être utilisée :
 En 2018
Qm1 = q1 x Tr x Tra
 En 2030
Qm2 = q2 x Tr x Tra
Avec :
- Qm1 : la quantité d’eaux usées produites arrivant à la STEP en L/j ;
- Qm2 : la quantité d’eaux usées produites arrivant à la STEP en L/j ;
- q1 : quantité d’eau en 2018 ;
- q2 : quantité d’eau en 2030;
- Tr : le taux de rejet étant estimé à 80 % ;
- Tra : le taux de raccordement à 35℅.
b. Les eaux claires parasites
Les eaux claires parasites (ECP) sont définies comme des eaux naturelles qui en pénétrant
dans le réseau produisent la diminution de la concentration des effluents et l’augmentation du débit.
Ces effets entraînent une perturbation de la collecte et du traitement biologique des eaux usées.
Elles pénètrent dans le réseau soit par infiltration aux droits des défauts d’étanchéité des collecteurs
soit par captage direct sur le collecteur. Les ECP ont donc pour effet de diminuer la qualité du
traitement épuratoire tout en augmentant son coût. La quantification des ECP est obtenue grâce au
taux de dilution défini par la formule :

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 20


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

 En 2018
Qecp1 ¿ Qm1 x Td

 En 2030
Qecp2 ¿ Qm2 x Td

Pour cette étude, ce taux de dilution pour ces eaux parasites est de 5% du débit total d’eau
usée (Amina, W, 2012).

Avec :
- Qecp1 : quantité d’eaux claires parasites en 2018;
- Qecp2 : quantité d’eaux claires parasites en 2030;
- Td : le taux de dilution (%) ;
- Qm1 : débit moyen temps sec en 2018;
- Qm2: débit moyen temps sec en 2030.
c. Débit journalier total
En temps sec, le débit moyen journalier des eaux usées arrivant à la station d’épuration est
composé des eaux usées domestiques et des eaux parasites (Amina, 2012). Le débit journalier est
défini par la formule suivante:
 En 2018
Qj1 = Qm1 + Qecp1
 En 2030
Qj2 = Qm2 + Qecp2
Avec :
- Qj1 : Débit journalier en 2018;
- Qj2 : Débit journalier en 2030;
- Qecp1 : quantité d’eaux claires parasites en 2018;
- Qecp2 : quantité d’eaux claires parasites en 2030;
- Qm1 : débit moyen temps sec en 2018;
- Qm2: débit moyen temps sec en 2030.
d. coefficient de pointe horaire

Le coefficient de pointe horaire est définit par la formule suivante: (Amina W G, 2012)

 En 2018

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 21


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

+b
Cp1 ¿ a √Q m1
 En 2030
+b
Cp2 ¿ a √Q m 2
Avec :
- Qm : le débit moyen exprimé en L/s;
- Cp2 : le coefficient de pointe en 2018;

- Cp1 : le coefficient de pointe en 2030;

- Qm1 : débit moyen temps sec en 2018;


- Qm2: débit moyen temps sec en 2030.
- pour les réseaux des petites collectivités a = 1,5 et b = 2,5.
e. La charge hydraulique totale
La charge hydraulique totale est obtenue grâce à la formule suivante :
 En 2030
CH1 =  Qj1 x Cp1
 En 2018
CH2 =  Qj2 x Cp2
- CH : La charge hydraulique totale ;
- Qj : le débit journalier ;
- Cp : coefficient de pointe horaire.
- Qj1 : Débit journalier en 2018;
- Qj2 : Débit journalier en 2030;
- Cp2 : le coefficient de pointe en 2018 ;

- Cp1 : le coefficient de pointe en 2030 ;

2. DIMENSIONNEMENT DU BASSIN SECONDAIRE


Le principal paramètre de dimensionnement utilisé dans notre travail est le débit d’eau
rejetée arrivant à la STEP. Afin de maximiser la qualité du traitement ici nous prévoyons deux
bassins qui fonctionneront en série dont le premier aura une forme rectangulaire et le second
circulaire. Le dimensionnement des bassins de traitement biologique est basé surtout sur
l'élimination des germes pathogènes pour cela il est très important considérer un temps de séjour
suffisant afin de permettre au plantes d’agir efficacement. Pour dimensionner les bassins de

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 22


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

traitement secondaire il serait de bonne aloi de déterminer d’abord le volume total des deux bassins,
puis la surface des deux bassins et en fin la surface unitaire.
a. Le volume
Le volume des basins est calculé à partir de la formule :
V = CH x Ts
Avec :
- Ts : temps de séjour de l'effluent dans les bassins biologiques, il est pris égal à 5 jours car c’est le
temps dont les roseaux ont besoin pour agir efficacement sur les effluents à traiter.
b. La surface
Ainsi, la surface des bassins de traitement biologique sera donc donnée par la formule
suivante :
V
S=
P
Avec : P la profondeur
c. La surface unitaire
La surface unitaire de chaque bassin de traitement sera donnée par la formule suivante:
S
Su =
n
Avec :
- Su : la surface unitaire ;
- n : le nombre de bassin.
 Le premier bassin
Le premier bassin sera de forme rectangulaire, on utilisera la relation L=1,5 x l
On sait que :
- Sr = L x l or L=1,5 x l
Sr
On aura donc : l =
√ 1,5
- L = 1,5 x l
Avec :
- Sr : la surface du bassin rectangulaire ;
- L : la Longueur ;
- l : la largeur.
 Le deuxième bassin
Le deuxième bassin aura une forme circulaire

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 23


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Sc
On sait que Sc = π r 2 on aura donc r =
√ π
Avec : πr2
- Sc : la surface du bassin circulaire ;
- r : son rayon.
3. CALCULE DU NOMBRE DE PLANTE DE ROSEAU POUR CHAQUE BASSIN
D’après SADIK Zoulikha Manel, 2017 le nombre de plante à introduire dans les bassins de
traitement biologique est fonction de la surface de ces derniers. Ainsi la densité de plantation de ces
plantes est de 4 plantes/m2. La facilité d’adaptation pour l’espèce E.pyramidalis étant de 11
individus à plus de 100 par m2 pendant le premier mois de l’expérimentation (Troesch, (2005) ;
Kengne, (2007)), l’occupation des bassins par les E.pyramidalis se fera avec le temps. Le nombre
de plantes sera donné par la formule suivante :
N = Su x 4
Avec :
- Su : la surface unitaire ;
- N : le nombre de plantes.
Dans ce chapitre il a été question pour nous de présenter les matériels et les méthodes
utilisés pour la réalisation de notre travail, notamment le redimensionnement du bassin de
traitement biologique. Il sera donc question de présenter et de discuter les résultats obtenus dans le
chapitre suivant.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 24


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

CHAPITRE III: RESULTATS ET DISCUSSIONS

L’état actuel des bassins de traitement biologique est très préoccupant, en effet la charge
hydraulique arrivant actuellement dans les bassins est très élevée par rapport à celle qu’ils devraient
normalement recevoir ce ci est du au fait que lors de sa réhabilitation en 2011 ils ont été
dimensionnés pour une population de 5000 habitants qui était très petit par rapport à la valeur réelle
d’après nos estimations. Cette erreur de dimensionnement s’est fait ressentir peut après la
réhabilitation lorsque l’eau a commencée à déborder des bassins. Actuellement le bassin est vide de
plantes macrophytes car elles n’ont pas survécus aux variations de charge hydraulique à traiter ce
qui rend le traitement biologique inefficace.

A. CONSOMMATION EN EAU ET DU TAUX D’ACROISSEMENT DU CAMP SIC


DE LA CITE VERTE
La population de la cité verte en l’an 2000 connaissant le volume (V) d’eau consommée par
mois et la dotation en eaux par habitant (D) est déterminée comme suit :
1855,55
P2000 =
0,120
P2000 = 15446 habitants
Ce qui nous permet d’obtenir le taux d’accroissement de la population du camp SIC de la
cité verte en appliquant la formule suivante:
P 2000 1/20
P2000 = P1980 (1 +α)20 ↔ α =﴾ ﴾ ﴿ -1﴿
P 1980
15463 1/20
AN : α =﴾ ﴾ ﴿ -1﴿
12000
α = 0,0127
Cela signifie que la population de la cité verte croit de 1,27% chaque année. Ayant déjà
obtenu le taux d’accroissement de la cité Verte, nous pouvons aisément déterminer la taille de la
population en 2018 et 2030 grâce à la formule suivante :
 En 2018
AN : P2018 = 15446 (1 +0,0127) 18
P2018 =19346
 En 2030
AN : P2030 = 15446 (1 +0,0127)30
P2030 = 22554
En 2018 on a une population est estimée à 19385 habitants et en 2030 la population est
estimée à 22554 habitants.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 25


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

La taille de la population obtenue, nous déterminons maintenant la quantité d’eau (q1) que la
population rejette actuellement et une estimation de la quantité d’eau (q2) en 2030.
 En 2018
AN: q1= 19346 x 0,120

q1 = 2321,52 m3/j
 En 2030
AN: q2= 22554 x 0,120
q2= 2706,48 m3/j
b. Débit d’eaux usées domestiques
En tenant compte du taux de rejet 80%, du taux de raccordement 35% on obtient le débit d’eaux
usées produit par les ménages qui pourra arriver à la STEP journalièrement.
 En 2018
AN : Qm1 = 2321,52 ×0,8×0,35
Qm1 = 650 m3/J soit Qm1 = 7,52 L/s
 En 2030
AN: Qm2 = 2706, 48 × 0, 8 × 0, 35
Qm2 = 757,81 m3/J soit Qm1 = 8,77 L/s
c. Les eaux claires parasites
Le pourcentage d’eaux claires parasites étant de 5% la quantité d’eaux claires parasites sera donc
obtenu par :
 En 2018
AN : Qecp1¿ 650 x 0,05
Qecp1 = 32,5m3/j

 En 2030
AN : Qecp2¿ 757,81 x 0,05
Qecp2 = 37,89 m3/j
d. Débit journalier total
On en déduit le débit journalier total qui sera de :
 En 2018
AN: Qj1 = 650 + 32, 5
Qj1 = 682,5 m3/j
 En 2030
AN: Qj2 = 757, 81 + 37, 89

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 26


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Qj2 = 795,7 m3/j


e. Coefficient de pointe horaire

Le coefficient de pointe horaire est définit par la règle suivante :

+2 , 5
Avec : CP = 1,5 si Qm ≥ 2,8 L/s
√Q m

CP = 3 si Qm < 2,8 L/s

Etant donner que Qm1 = 7,52 L/s et Qm2 = 8,77 L/s on aura donc :

- Pour les réseaux des petites collectivités a = 1,5 et b = 2,5.

 En 2018
2,5
AN : Cp¿ 1,5+ = 2,41
√7,52

 En 2030
2,5
AN : Cp¿ 1,5+ = 2,34
√ 8,77

f. charge hydraulique totale


La charge hydraulique totale est obtenue grâce à la formule suivante :
 En 2018
AN: CH1 = 682,5 x 2,41
CH1 = 1644,82 m3/j

 En 2030
AN: CH = 795,7 x 2,34
CH = 1861,93 m3/j

Suivant le même raisonnement nous pouvons déduire les débits totaux d’eaux usées arrivant à
la station d’épuration à l’horizon 2030. Les valeurs obtenues sont consignées dans le tableau 3
suivant :

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 27


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Tableau 3: récapitulatif des données

Types Unités 2018 2030


Population Hab 19346 22554

Eaux usées domestiques m3/j 650 757,81

Eaux claires parasites m3/j 32,5 37,89


Débit journalier total m3/j 682,5 795,7
Charge hydraulique m³/j 1644,82 1861,93
Le tableau 3 ci-dessus nous présente la quantification des eaux usées arrivant à la STEP en 2018
et 2030. Il en ressort que la STEP reçoit actuellement une 1644,82 m³/j qui est très grand par
rapport à la quantité qu’elle devait normalement recevoir qui est de 853 m³/j cela montre à
suffisance que la step souffre actuellement d’un sous dimensionnement. En 2030 nous prévoyons
que la STEP reçoit 1861,93 m³/j et c’est cette valeur qui sera utilisée pour notre
redimensionnement.
B. DIMENSIONNEMENT DU BASSIN SECONDAIRE

a. Le volume
Le volume des basins est de :
V = 1861,93 x 5
V = 9309,65 m3
b. La surface
La profondeur (P) du bassin est comprise entre 3 et 5 m. La profondeur est prise égale à 3 m.
La surface des bassins de traitement biologique est donc de :
9309,65
S=
3
S = 3103,21 m2
c. La surface unitaire
La surface unitaire de chaque bassin de maturation est de :
3103,21
Su =
2
Su = 1551,6 m2
 Le premier bassin
Le premier bassin sera de forme rectangulaire, on a utilisé la relation L=1,5 x l d’où :

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 28


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

1551,6
l=
√ 1,5
=32,16

L = 1,5 x 32,16 = 48,24


On obtient donc un bassin rectangulaire ayant les dimensions suivantes :
L= 48,24m et l = 32,16m et P = 3 m
 Le deuxième bassin
Le deuxième bassin étant de forme circulaire on a donc :
1551,6
r=
√ 3,14
= 22,23 m

On aboutit aux dimensions suivantes : r = 22,23 m et P = 3 m


C. CALCULE DU NOMBRE DE PLANTE DE ROSEAU POUR CHAQUE BASSIN

Les macrophytes peuvent êtres plantés en toute saison au Cameroun. D’après SADIK
Zoulikha Manel, 2017 le nombre de plante à introduire est fonction de la surface du bassin ; Ainsi la
densité de plantation est 4 plantes/m2. Le nombre de plante sera donc :
N = 1551,6 x 4
N = 6207 plantes
On aura donc 6207 plantes à planter dans chaque bassin. L’aération des bassins se fera aux
moyens des plantes et grâce aux évents qui seront mis en place selon la figure en annexe 2. En effet
les eaux usées ne couvriront pas l’ensemble de la surface des filtres dès la mise en service
notamment à cause de la sous charge initiale. Les roseaux au bord des filtres se développeront donc
mal. La plantation sur la seule zone humidifiée suffit. Les autres zones seront envahies au fur et à
mesure que les débits d’eaux usées augmenteront et que la surface humidifiée s’étendra.
L’étanchéité est assurée par deux géotextiles séparées par une géomembrane qui empêchent les
effluent de s’infiltrer dans le sol et contaminer la nappe phréatique et matériaux de remplissage pour
les bassins qui sont constitués du bas vers le haut de 0,5m de Ballast 25/50, de 0,5m de gravier
15/25, de 0,5m de gravier 5/15, 0,5m de Sable 3/5. Toute fois un drain est ajouté pour assurer le
passage de l’eau. Ils se présentent comme sur la figure 10 suivante.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 29


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Figure 5: Etanchéité et matériaux de remplissage pour les lits verticaux

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 30


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Parvenu au terme de notre stage de fin d’étude réalisé à la station d’épuration des eaux usées
du camp SIC Cité-Verte, dont Notre travail portait sur l’étude des bassins de traitement biologique
de la station d’épuration du camp sic cite-verte de Yaoundé en vue de les redimensionner, le but
était de présenter, d’analyser afin de trouver le véritable problème de leur dysfonctionnement, il
ressort que ces bassins présentent un sous dimensionnement et un manque régulier d’entretien. En
effet les études menées sur ces ouvrages nous ont amené à faire une quantification des eaux
entrantes. Par la suite nous avons obtenu un débit a l’entrée de la STEP de 1861,93 m3/J, nous avons
préconisé l’utilisation de deux bassin comme c’est le cas actuellement mais de dimensions plus
grandes. En effet nous avons proposé un premier bassin de forme rectangulaire avec une longueur
de 48,24 m, une largeur de 32,16 m et 4m de profondeur et un second de forme circulaire de rayon
22,23 m et de profondeur 3 m qui fonctionneront simultanément et donc chacun sera suivi d’un
regard pour apprécier la qualité de traitement. On aura dans chaque bassin 6458 plantes à planter et
l’aération des bassins se fera aux moyens des plantes et grâce aux évents qui seront mis en place.
Les recommandations qui découlent de nos études sont :
A l’endroit de l’entreprise :

 Faire une extension de la STEP avec les dimensions proposées.


 Compte tenu des contraintes de cout élevé et de l’espace nécessaire à extension des
ouvrages, la STEP doit régulièrement être entretenu pour cela il faut complètement changer
le massif filtrant utilisé et réduire son épaisseur.
 Il est nécessaire d’entretenir les lits de séchage en maintenant une population de
macrophytes autour de 100 individus/m2. Les deux critères indicateurs du moment de
récolte des macrophytes sont la chute des feuilles et l’apparition de plantules sur le système
aérien et non à partir des rhizomes (Kengne, 2007). Il est alors nécessaire de diminuer la
densité de plantes présentes dans l’unité de séchage.
A l’endroit de la commune :

 Réhabiliter le réseau de collecte car les eaux débordent en temps de pluie ce qui entraine
une augmentation de la charge hydraulique des eaux arrivant à la STEP et un lessivage des
polluants présents dans les eaux usées.
 La sensibilisation de la population du camp SIC sur la nature des déchets à rejeter dans leur
chasse afin d’éviter l’arrivé à la STEP des corps étrangés tels que les sachets de détergent,
garniture et bien d’autre.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 31


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

A l’endroit des ménages connectés aux réseaux d’assainissement :


 Eviter de jeter dans les chasses d’eaux des déchets non biodégradables pouvant bloquées les
canalisations.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 32


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 Agence de l'Eau Rhône Méditerranée et Corse, 1999, Epuration des eaux usées par des filtres
plantés de macrophytes ;
 Agence de l'Eau Rhône Méditerranée et Corse, 1999;
 Alexandre O. (1997) : Filières d’épuration adaptées aux petites collectivités. FNDAE, p 62;
 Amina W G (2012) : Cours assainissement: volet collecte et traitement des Eaux Usées;
 André PAULUS, 2011, pp235. «Le filtre planté de roseaux le versant vert de l'épuration des
eaux usées». Ed Rouergue;
 Brouillet J.L., Picot B., Sambuco J.P., Gaillard L., Soteras G., Valarié I. (2008) Ecotechniques
d’assainissement des eaux usées domestiques : Evolution et perspectives. XIIIe Congrès
Mondial de l’Eau – 1er au 4 septembre 2008 – Montpellier;
 Claire EME & Irstea, 2012, Traitement des eaux usées domestiques par filtres plantés de
macrophytes, Adaptation de la filière au contexte tropical état de l’art, Rapport final;
 Compaoré, R. F. (2013). Gestion des eaux usées et excrétas dans un milieu carcéral en Afrique de
l'ouest: cas de la maison d'arrêt et de correction de Ouagadougou (maco) au Burkina Faso. Mémoire
d’ingénieur eau et assainissement. Ouagadougou, Burkina-Faso. 110 pages.
 COMPETING (2012) : Etude des travaux de réhabilitation du réseau d’assainissement du
CAMP SIC de la Cité Verte.p14;
 CUY (2011) : Rapport Service Technique ; p 21;
 CUY(2011) : Document du marchés N°143/M/CUY/CPM/09 et N° 169/M/CUY/CPM/10;
 Dickmann et al., (2002) Poplar culture in North America. NRC research Press, 397pp;
 portant sur les travaux de réhabilitation de station d’épuration des eaux usées de la cité verte à
Yaoundé. p11;
 Djeuda et al., (2001) Pollution des eaux souterraines des ouvrages autonomes
d’approvisionnement en eau des zones périurbaine d’une métropole tropicale : cas de
Yaoundé, Cameroun. Article soumis à revue;
 DJUISSI TAKAM Marlyse Eléonore Master Spécialisé GIRE 2010, Page 40;
 EmileTanawa et al., (2003) Gestion et valorisation des eaux usées dans les zones d’habitat
planifié et leurs périphéries (GEVEU). Programme gestion durable des déchets et de
l’assainissement urbain. Rapport final – janvier 2003. 167 pages;
 Filières d’épuration adaptées aux petites collectivités. Document technique n°22. France :
FNDAE. 96 pages. 1997.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 33


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

 FNDAE. stations d’epuration : dispositions constructives pour ameliorer leur fonctionnement et


faciliter leur exploitation. 86 pages. 2002.
 HAMZA CHÉRIF c, 2010
 Hélène Peeters, 2014, pp48. «Les filières de traitement extensif des eaux usées Des procédés en
expansion dans le secteur de l’épuration ». Etude réalisée pour le compte du Polygone de l’eau –
FOREM. Centre d’expertise en traitement et gestion de l’eau;
 Jeazet Kana leandross poclair : Dimensionnement des ouvrages de prétraitement de la STEP de
la Cité Verte de Yaoundé ( 2013) ;
 Joseph Wethé, Michel Radoux et Emile Tanawa, (2003) Assainissement des eaux usées
et risques socio – sanitaires et environnementaux en zones d’habitat planifié de Yaoundé
(Cameroun), VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 4;
 Kengne Noumsi I.M., Amougou Akoa, Bemmo N., Strauss M., Troesch S., Ntep F., Tsama
Njitat V., Ngoutane Pare M. et Koné D. (2007): « Potentials of sludge drying beds vegetated
with cyperus papyrus L. and Echinochloa Pyramidalis (LAM) HITCH&CHASE for faecal
sludge treatment in tropical regions », Article 2007;
 Kreissl, J.F. (1982) On Site Wastewater Disposa1 Research in the United States, in alternative ;
 Madjadoumbaye, Jérémie. Conception d’un Système d’Epuration Hybride Sans Apport
d’Energie Electrique et Mécanique :Cas de la Station d’Epuration des Eaux Usées de la Cité
Verte à Yaoundé. 34 pages . s.l. : International Journal of Advances in Science and
Technology,, 2011.;
 MANCER Halima, 2010, «Analyse du pouvoir épuratoire de quelques plantes macrophytes
dans les régions arides», Mémoire de Master, université Mohamed Khider Biskra;
 MEDJDOUB Touria, 2014, «Etude, conception et dimensionnement d’une STEP par filtres
plantés de roseaux des eaux usées des zones éparses de la commune de Terny», Mémoire de
master, université Abou Bakr Belkaid –Tlemcen;
 Ngnikam E., (2000) Evaluation environnementale et économique de système de gestion des
déchets solides municipaux : analyse de cas de Yaoundé au Cameroun. Thèse de doctorat en
Sciences et Technique du déchet. LAEPSI/INSA DE Lyon. Mai 2000. 363 pages;
 Ntep R (2002) : Pollution physico-chimique et microbiologique d’un hydro système en milieu
urbain; cas de l’Abiergué. Thèse de doctorat de l’Université de Yaoundé p111-112;
 Poulet J B., Terfous A. (2004) : Stations d’épuration à lits filtrants plantes de macrophytes.
Courrier du Savoir –p. 103-106 ;
 RAJAONARIVELO Fanjatiana Justoberthe, 2013, «La faisabilité de la phytoépuration des eaux
usées dans la ville de Toliara», Mémoire d’Études Approfondies en Biodiversité et

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 34


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Environnement, Mémoire d’Études Approfondies en Biodiversité et Environnement, université


de Toliara;
 Réhabilitation de la station d’épuration du Camp SIC Messa dans la ville de Yaoundé:
caractéristiques des effluents traités et compatibilité avec le milieu récepteur;
 SADIK Zoulikha Manel, 2017, Etude de faisabilité d’une STEP par filtre planté de roseaux des
eaux usées de l’agglomération secondaire de Béni Ghazli–– Commune d’Oued Lakhdar;
 Sopkam T.(1991) : « contribution à l’étude de Pistia Stratiote L. (Aracées) dans les essais
d’épuration naturelle des eaux usées domestiques du quartier de Byem-Assi (Yaoundé) » ;
mémoire de maîtrise UYI (1990-1991) ;
 SOPREC, (2011) : Document portant sur la synthèse des procédés de réhabilitation des stations
d’épuration des eaux usées de MESSA et de la CITE VERTE. p16;
 SOPREC. Programme d'execution de la station d'épuration du camp SIC Biyem-Assi. 98 pages.
2011.
 Troesch S. (2005) : « Traitement des boues de vidange par lits de séchage plantés en région
tropicale : étude en phase de démarrage sur unités pilotes, Yaoundé, Cameroun »,Sandec,UYI
 Wastewater Treatment, D. Reidel Publishing Co, p. 45-71.

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 35


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

WEBOGRAPHIE
 http://www.ecologs.org/eau/les-traitements-naturels-la-phytoepuration-de-l-eau.html,
Phytoépuration : Créer un filtre plante; consulté le 15/07/2018
 http:/www.le voyageur.net/climat-ville-YAOUNDE.html ; consulté le 15/07/2018;
 http://fr.wikipédia.org/wiki/yaoundé.html; consulté le 15/07/2018;
 http://www.jardins-paysages-43.com/phytoepuration.html, (Consulté le : 20-07-2018).

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 36


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

ANNEXES
Annexe 1: l’état des préfiltres après colmatage

Annexe 2: Plan de masse de la station d’épuration proposée (Madjadoumbaye, 2011)

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 37


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Annexe 3 : Stations d’épurations de la ville de Yaoundé réhabilitées. (SOPREC, 2011)


Nom de la station, situation et année de Caractéristiques principales
mise en service
2. CITE VERTE :  Capacité d’épuration : 1020m3/jour,
12000EH ; 570kg DBO5/jour
Situation : dans le bassin de l’Abiergue,
 Type de procédé : Boues activées à faible
un des affluents du Mfoundi charge ; dégrilleur, déssableur, lit de séchage ;
 Etat général de fonctionnement : Hors
Année de mise en service : 1980
service depuis la livraison des installations,
faute de gestionnaire. Tous les équipements
mécaniques et électromécanique de cette
station ont été démontés et emportés par des
vandales. Les eaux usées de cette station sont
rejetés directement dans le cours d’eau
dénommé Abiergué. Mais depuis le début de
l’année 2011, on a assisté à la remise à niveau
de la STEP.

Annexe 4 : coupe horizontale du bassin de traitement secondaire que nous proposons

R : Le rayon

 : Représente la position des évents

: Représente la position des roseaux

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 38


ETUDE DES BASSINS DE TRAITEMENT BIOLOGIQUE DE LA STATION D’EPURATION DU CAMP SIC CITE-VERTE DE
YAOUNDE EN VUE DE LES REDIMENSIONNER

Annexe 5 : Différentes plantes épuratrices pouvant être utilisées dans les systèmes
d’assainissement par bassins filtres plantés ( HAMZA CHÉRIF c, 2010 )

Rédiger par : LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND Page 39

Vous aimerez peut-être aussi