Vous êtes sur la page 1sur 9

CAMPUS d’Angers Test CM1-TDP mai 2016

Examen de Construction Mécanique CM1


Transmission de puissance
FITE première année

Année universitaire 2015-2016 Semestre : 2015-2


Durée 1h Groupes : IM1, IM2, IM3,IM4

Documents de cours et calculatrice autorisés.


Tout moyen de communication à distance (Mobiles, tablettes, …) non autorisés.

Excavateur chenillé

Cette étude porte sur la transmission de puissance d’un engin de chantier à chenilles dont le dossier
technique est fourni dans les documents annexes. Elle comporte 3 parties d’égales importances. Des
hypothèses complémentaires sont également fournies dans chacune des parties du sujet. Certaines
hypothèses, définitions de paramètres, estimations de valeurs, … pourront, le cas échéant, être posées et
justifiées afin d’affiner les réponses aux questions.

1 Etude du réducteur de vitesse


Méthode générale de calcul du rapport de vitesse :

Figure 1 : Schéma et calcul du rapport de vitesses

Excavateur à chenilles Document 1/3


CAMPUS d’Angers Test CM1-TDP mai 2016

1.1 En vous aidant du dossier technique, compléter le document annexe 0 en indiquant les repères
des différentes roues dentées et leurs nombres de dents.
Voir Figure 1.

1.2 Analyser le calage (montage) de 3 satellites pour chaque train du réducteur.


Règle du haricot.
- Calage train épicycloïdal : (Za+Zc)/3 = 33 entier
- Calage train simple : (Zd+Zc)/4 = 24 entier

1.3 Calculer le rapport de vitesse du réducteur de barbotin.


Voir figure 1.

1.4 Calculer les entraxes des différents engrenages du réducteur. (Toutes les roues dentées ont le
même module).
m(za+zb)/2 m(zc-zb)/2 m(zd+ze)/2 m(zf-ze)/2
Module entraxe ab entraxe bc entraxe de entraxe ef
2,25 55,125 56,25 52,875 55,125
mm mm mm mm mm

1.5 Proposer une méthode pour garantir les conditions d’entraxe. (Aucun calcul n’est demandé pour
cette question).
Pour régler les conditions d’entraxe, la solution est d’effectuer des déports de dentures à entraxe imposé.

2 Etude de la transmission de puissance

En fonction des données fournies par le dossier technique et des hypothèses suivantes :
- Mouvement de translation rectiligne du véhicule;
- Adhérence parfaite des chenilles sur le sol ;
𝜔7
- La valeur absolue du rapport de réduction du réducteur de barbotin est : |
𝜔17
| = 30 =i
- La résistance de l’air et la résistance au roulement sont négligées.

2.1 Le rayon moyen d’enroulement de la chenille sur le barbotin est estimé à 350mm. Calculer
la vitesse angulaire de rotation des moteurs hydrauliques pour chaque vitesse de conduite.
Hypothèse de roulement sans glissement du barbotin sur la chenille :
−𝜔7 𝜔7
𝑉 = −𝜔17 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛 = − ( ) 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛 = ( ) 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛
𝑖 𝑖
Calculs :
Vitesse lente
V(Km/h) V(m/s) Vitess rapide
2,80 0,78 V(Km/h) V(m/s)
wroue (rd/s) wm (rd/s) Nm (tr/min) 5,50 1,53
wroue (rd/s) wm (rd/s) Nm (tr/min)
2,22 66,67 636,62
4,37 130,95 1250,50

Excavateur à chenilles Document 2/3


CAMPUS d’Angers Test CM1-TDP mai 2016

2.2 La puissance de service, en mouvement stationnaire, transmise par le circuit hydraulique à


chaque moteur hydraulique vaut 65,8 KW.

Pour chaque vitesse de conduite :


- Calculer le couple fourni par un moteur hydraulique.
𝑃 𝜂𝑚
𝐶𝑚 =
𝜔7
- Calculer la pente maximale que peut gravir le véhicule à vitesse constante.
Théorème de l’énergie puissance appliquée à l’engin en mouvement stationnaire pour en
engin gravissant un plan incliné.
2 𝐶𝑚 𝜔7 𝜂𝑡 − 𝑀𝑔𝑠𝑖𝑛(𝛼) 𝑣 = 0
Force de traction :
𝐹𝑜𝑟𝑐𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 ∶ 𝑀𝑔𝑠𝑖𝑛(𝛼)
Puissance disponible pour la traction :
2 𝑃𝑚𝑜𝑡𝑒𝑢𝑟 𝜂𝑐 𝜂𝑡 = 𝐹𝑜𝑟𝑐𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣

- Vérifier si la puissance de service permet de garantir la capacité de franchissement.


Calculs :
Pmaxi (KW) nm nred Ptrac (KW)
131,48 0,79 0,85 88,29
Vitesse lente

V(Km/h) V(m/s) Ftrac (KN) sin(a) alpha (rd) alpha (°)


2,80 0,78 113,5 0,59 0,63 35,91
Vitess rapide
V(Km/h) V(m/s) Ftrac (KN) sin(a) alpha (rd) alpha (°)
5,50 1,53 57,8 0,30 0,30 17,37

2.3 Le circuit hydraulique permet de fournir aux moteurs un couple de surcharge permettant les
démarrages en côte. Les hypothèses suivantes sont à prendre en compte :
- La première vitesse de conduite est atteinte à la fin de la phase de démarrage.
- Le mouvement est uniformément varié.
- Toutes les masses et inerties sont négligées à l’exception de la masse du véhicule.
- L’angle de pente est de 35°.
Il est demandé de :
- Calculer le couple fourni par chaque moteur hydraulique pour garantir un temps de
démarrage de 1s pour atteindre la première vitesse de conduite.

Théorème de l’énergie puissance appliquée à l’engin en mouvement uniformément


accéléré pour en engin gravissant un plan incliné.
𝑑(0.5 𝑀 𝑉 2 )
2 𝐶𝑚 𝜔7 𝜂𝑡 − 𝑀𝑔𝑠𝑖𝑛(𝛼)𝑉 =
𝑑𝑡

Excavateur à chenilles Document 3/3


CAMPUS d’Angers Test CM1-TDP mai 2016

𝑉 2
𝑑 (0.5 𝑀 ( ) ) 𝜔72
𝜔7
2 𝐶𝑚 𝜔7 𝜂𝑡 − 𝑀𝑔𝑠𝑖𝑛(𝛼)𝑉 =
𝑑𝑡

𝜔7 𝑉 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛 𝑉𝑖 𝑑(𝜔7) 𝛾𝑖
𝑉= ( ) 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛 ⇒ = 𝑒𝑡 𝜔7 = 𝑒𝑡 =
𝑖 𝜔7 𝑖 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛 𝑑𝑡 𝑟 𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛

𝑉 𝑉 2 𝑑(𝜔7) 𝑉 2 𝛾𝑖
2 𝐶𝑚 𝜂𝑡 − 𝑀𝑔𝑠𝑖𝑛(𝛼) = 𝑀 ( ) = 𝑀 ( )
𝜔7 𝜔7 𝑑𝑡 𝜔7 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛

𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛
2 𝐶𝑚 𝜂𝑡 − 𝑀𝑔𝑠𝑖𝑛(𝛼) = 𝑀𝛾
𝑖 𝑖

(𝑀𝑔𝑠𝑖𝑛(𝛼) + 𝑀𝛾) 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛


𝐶𝑚 =
2 𝜂𝑡 𝑖
- Calculer la puissance maximale fournie par le circuit hydraulique aux deux moteurs
hydrauliques de traction pendant cette phase.
2 𝐶𝑚 𝜔7 2 𝐶𝑚 𝑉𝑖
𝑃𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 = =
𝜂𝑚 𝜂𝑚 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛
Calculs :

Transmission de puissance démarrage en côte

KN KN
Ftrac (max) Pente (°) Pente (Rad) Fpente
126,36 35 0,61 111,02
KN m/s2 s KW KW
Facc (KN) Gamma t démarrage Pmax 2Roues Pmax/roue Phydro total
15,35 0,78 1,00 98,28 49,14 146,36

Wm fin Nm fin Pmoteur Phydro


(rad/s) (tr/min) (KW) Cm moteur
66,67 636,62 57,81 867,19 73,18

Excavateur à chenilles Document 4/3


CAMPUS d’Angers Test CM1-TDP mai 2016

3 Etude du frein de stationnement

En fonction des hypothèses ci-dessous, ainsi que des données fournies et mesurées sur le plan à échelle 1
du dossier technique :
- Facteur d’adhérence au niveau des surfaces de friction du frein : f=0.15.
- La force maximale de pression des ressorts sur les garnitures de frein correspond à 80%
de la force hydraulique de desserrage du frein.

3.1 A partir de l’analyse du système de freinage, et après avoir complété le document annexe 0,
justifier l’hypothèse de pression de contact constante entre les surfaces de friction ainsi que le
choix de garnitures lubrifiées. En déduire le rayon moyen de friction.
L’hypothèse de pression constante est justifiée par la faible différence entre les rayons mini et maxi des disques
de frein ainsi que par le fait que le piston (poussé par les ressorts) est en contact sur toute la surface du premier
disque qui est monté en liaison glissière dans la cloche fixe.
3
2 𝑅𝑒− 𝑅𝑖3
𝐻𝑦𝑝𝑜𝑡ℎè𝑠𝑒 𝑑𝑒 𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 ∶ 𝑅𝑚𝑜𝑦𝑒𝑛 = 2 𝑅2
3 𝑅𝑒− 𝑖

3.2 Donner l’expression du couple limite d’adhérence fourni le frein d’un barbotin.
En appliquant le théorème de l’énergie puissance avec une hypothèse quasi-statique au système en position
parking nous obtenons :

𝑉
−2 𝐶𝑓 + 𝑀𝑔𝑠𝑖𝑛(𝛼) 𝜂 =0
𝜔7 𝑓
Avec
𝑉 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛
=
𝜔7 𝑖
D’où
𝑀𝑔𝑠𝑖𝑛(𝛼) 𝑟𝐵𝑎𝑟𝑏𝑜𝑡𝑖𝑛 𝜂𝑓
𝐶𝑓 =
2𝑖

3.3 Calculer la force de pression des ressorts de frein garantissant un maintien en position du
véhicule sur une pente de 35°. En déduire la valeur de la pression de desserrage fournie par
le circuit hydraulique.

3
2 𝑅𝑒− 𝑅𝑖3 𝐶𝑓
𝐶𝑓 = 𝐹𝑟𝑒𝑠𝑠𝑜𝑟𝑡𝑠 𝜇 𝑛𝑠𝑓 2 𝑅2
⇒ 𝐹𝑟𝑒𝑠𝑠𝑜𝑟𝑡 = 3
3 𝑅𝑒− 𝑖 2 𝑅𝑒− 𝑅𝑖3
𝜇 𝑛𝑠𝑓 2 𝑅2
3 𝑅𝑒− 𝑖

Avec
𝜇 ∶ 𝑓𝑎𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑′ 𝑎𝑑ℎé𝑟𝑒𝑛𝑐𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑔𝑎𝑟𝑛𝑖𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠
𝑛𝑠𝑓 ∶ 𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒𝑠 𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒𝑠

𝐹𝑟𝑒𝑠𝑠𝑜𝑟𝑡𝑠 𝑆𝑝𝑖𝑠𝑡𝑜𝑛
𝑃𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 ℎ𝑦𝑑𝑟𝑎𝑢𝑙𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑑é𝑏𝑙𝑜𝑐𝑎𝑔𝑒 =
0.8

Excavateur à chenilles Document 5/3


CAMPUS d’Angers Test CM1-TDP mai 2016

Excavateur à chenilles Document 6/3


CAMPUS d’Angers Test CM1-TDP mai 2016

Excavateur à chenilles Document 7/3


CAMPUS d’Angers Test CM1-TDP mai 2016

Excavateur à chenilles Document 8/3


CAMPUS d’Angers Test CM1-TDP mai 2016

Excavateur à chenilles Document 9/3

Vous aimerez peut-être aussi