Vous êtes sur la page 1sur 370

Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a le
b
f:e r
Oracle Database 11g n s
-
RAC pour Administrateurs
n tra
a no
a
Manuelhdu
s de- Volume

m ) u i
stagiaire I

ฺ co ent G
a
xy Stud
o
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

D50311FR10
Edition 1.0
Mai 2008
D53858

®
Auteur Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

James Womack Avertissement

Cette documentation contient des informations qui sont la propriété d'Oracle


Révisions et Corporation et sont protégées par les lois relatives aux droits d'auteur et à la propriété
intellectuelle. Vous ne pouvez copier et imprimer ce document qu'à des fins d'utilisation
contributions techniques personnelle lors de la participation à une formation dispensée par Oracle. Le document
Christopher Andrews ne peut être modifié ou altéré en aucune manière. A l'exception des cas où l'utilisation
faite du document s'inscrit dans le respect des lois relatives aux droits d'auteur, vous
Troy Anthony ne pouvez pas utiliser, partager, télécharger, copier, imprimer, afficher, exécuter,
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Lothar Auert reproduire, publier, breveter, diffuser, transmettre ou distribuer ce document, en partie
ou en totalité, sans l'autorisation expresse d'Oracle.
Bruce Carter
Les informations fournies dans ce document sont susceptibles de modification sans
Michael Cebulla préavis. Par ailleurs, Oracle Corporation ne garantit pas qu'elles soient exemptes
Carol Colrain d'erreurs et vous invite, le cas échéant, à lui en faire part par écrit à l'adresse suivante :
Oracle University, 500 Oracle Parkway, Redwood Shores, California 94065 USA.
Jonathan Creighton
Joel Goodman Restrictions applicables au gouvernement américain :
Restricted Rights Notice
Arturo Gutierrez
Lutz Hartmann If this documentation is delivered to the United States Government or anyone using the
e to
Pete Jones
documentation on behalf of the United States Government, the following notice is
applicable:
ce ns
l i
David Kirby U.S. GOVERNMENT RIGHTS
a b le
Roland Knapp
fe r
The U.S. Government’s rights to use, modify, reproduce, release, perform, display,

Miroslav Lorenc
a n s
or disclose these training materials are restricted by the terms of the applicable Oracle

Barb Lundhild n- t r
license agreement and/or the applicable U.S. Government contract.

Roderick Manalac
Marques
a no
Sabiha Miri a s deฺ
Oracle est une marque déposée d'Oracle Corporation et/ou de ses filiales. Tout autre
h
) Gui
nom de produit ou de société peut être une marque de son propriétaire.
m
co ent
Philip Newlan
Roman Niehoff a ฺ
Erik Peterson o xy Stud
Stefan Pommerenk
l o s@ this
c
Marshall Presser
s( ldu use
l
Rick Pulliam
c o
SrinivasuPutrevu
t D
renRoy Rossebo
Lau Ira Singer
Linda Smalley
Ranbir Singh
Harald van Breederode
Michael Zoll

Rédacteurs
Raj Kumar
Richard Wallis

Concepteur graphique
Satish Bettegowda

Editeur
Nita Brozowski
Table des matières

Préface
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

I Introduction
Présentation I-2
Objectifs du cours I-3
Planning type I-4
Historique des innovations I-5
Qu'est-ce qu'un cluster ? I-6
Oracle Real Application Clusters I-7
e to
Avantages relatifs à l'utilisation de RAC I-8
cens
Clusters et évolutivité I-9 l i
Niveaux d'évolutivité I-10 a ble
fe r
a ns
Montée en puissance et augmentation de la vitesse d'exécution I-11

n- t r
Augmentation de la vitesse d'exécution/Montée en puissance
et charges globales I-12
a no
a s deฺ
Equilibrage du débit d'E/S : Exemple I-13
h
m ) Gui
Performances des composants courants I-14
a ฺ co ent
Clusterware complet et intégré I-15
o xy Stud
Nécessité de ressources globales I-16
o s@ this
Coordination des ressources globales I-17
l
c
ldu use
Exemple de coordination globale du cache I-18
(
c l os
Exemple de coordination de l'écriture sur disque I-19

Du Reconfiguration dynamique I-20

r e nt Affinité des objets et redistribution dynamique I-21


La u Vues dynamiques des performances globales I-22
Besoins supplémentaires en mémoire pour RAC I-23
Verrouillage inter-noeud efficace au niveau ligne I-24
Exécution en parallèle avec RAC I-25
Principes du logiciel RAC I-26
Principes de stockage du logiciel RAC I-27
Principes de stockage dans la base de données RAC I-28
RAC et technologies de stockage partagé I-29
Système de fichiers OCFS I-31
Automatic Storage Management I-32
Système de fichiers clusterisé ou raw device ? I-33
Cluster standard avec RAC I-34
Matrice de certification RAC I-35
RAC et services I-36
Démonstrations disponibles I-37

iii
1 Installation et configuration d'Oracle Clusterware
Objectifs 1-2
Installation d'Oracle RAC 11g 1-3
Installation d'Oracle RAC 11g : Procédure 1-5
Différences d'installation sous Windows et sous UNIX 1-6
Tâches de préinstallation 1-7
Configuration matérielle 1-8
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Configuration réseau 1-9


Adresses IP virtuelles et RAC 1-10
Configuration logicielle du réseau RAC 1-11
Packages requis 1-12
Groupes et utilisateurs UNIX requis 1-13
Environnement de l'utilisateur oracle 1-14
Restrictions du shell pour les utilisateurs 1-15
e to
Configurer l'installation distante 1-16
cens
Répertoires requis pour le logiciel de base de données Oracle 1-18
l i
Paramètres du système d'exploitation Linux 1-20
a ble
Tâches de configuration du cluster 1-22 fe r
a ns
Vérifier la configuration des clusters à l'aide de cluvfy 1-23
n- t r
Installer Oracle Clusterware 1-24
a no
Définir le répertoire Inventory 1-25
h a s deฺ
Indiquer le répertoire d'origine 1-26
m ) Gui
ฺ co ent
Contrôle de la configuration minimale par produit 1-27
a
xy Stud
Configuration du cluster 1-28
o
l o s@ this
Définition des interconnexions privées 1-29
c
ldu use
Fichier OCR (Oracle Cluster Registry) 1-30
(
c l os
Fichier du disque "votant" 1-31
u
Récapitulatif et installation 1-32
D
r e nt Exécuter des scripts de configuration sur tous les noeuds 1-33

La u Fin de l'installation 1-34


Vérifier l'installation d'Oracle Clusterware 1-35
Synthèse 1-37
Exercice 1 : Présentation 1-38

2 Installation du logiciel RAC


Objectifs 2-2
Installer Automatic Storage Management (ASM) 2-3
Type d'installation 2-4
Emplacement d'installation 2-5
Mode d'installation du cluster matériel 2-6
Ecran Product-Specific Prerequisite Checks 2-7
Ecran Select Configuration Option 2-8

iv
Ecran Privileged Operating System Groups 2-9
Ecran Summary 2-10
Ecran Execute Configuration Scripts 2-11
Ecran End of Installation 2-12
Configurer ASM 2-13
Créer des groupes de disques ASM 2-17
Sélectionner un produit à installer 2-19
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Sélectionner le type d'installation 2-20


Emplacement d'installation 2-21
Indiquer le mode d'installation du cluster 2-22
Vérifier les conditions requises par produit 2-23
Ecran Select Configuration Option 2-24
Ecran Privileged Operating System Groups 2-25
Vérification du récapitulatif 2-26
e to
Script root.sh 2-27
cens
Tâches requises avant la création de la base de données 2-28
l i
Vérifications préalables à la création de la base de données 2-29
a ble
Synthèse 2-31 fe r
a ns
Exercice 2 : Présentation 2-32
n- t r
a no
3 Créer la base de données RAC
h a s deฺ
Objectifs 3-2
m ) Gui
ฺ co ent
Installation d'Oracle Management Agent : Sélectionner le type d'installation 3-3
a
xy Stud
Indiquer l'emplacement de l'installation 3-4
o
l o s@ this
Indiquer le mode d'installation du cluster 3-5
c
ldu use
Vérifier les conditions requises et l'emplacement d'OMS 3-6
(
c l os
Mot de passe d'inscription de l'agent 3-7

Du Fin de l'installation d'Oracle Management Agent 3-8

r e nt Exécuter le script root.sh 3-9

La u Créer la base de données du cluster 3-10


Sélectionner les noeuds 3-11
Sélectionner le type de base de données 3-12
Identification de la base de données 3-13
Méthode de gestion de la base de données du cluster 3-14
Mots de passe des propriétaires des schémas de base de données 3-15
Options de stockage des fichiers de base de données 3-16
Groupes de disques ASM 3-18
Emplacement des fichiers de base de données 3-19
Configuration de la récupération 3-20
Contenu de la base de données 3-21
Paramètres d'initialisation 3-22
Paramètres de sécurité et tâches de maintenance 3-23

v
Options de stockage dans la base de données 3-24
Créer la base de données 3-25
Surveiller la progression 3-26
Tâches de postinstallation 3-27
Vérifier les cibles gérées 3-28
Conversion d'une base monoinstance en base RAC 3-29
Conversion d'une base de données monoinstance à l'aide
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

de l'assistant DBCA 3-30


Etapes de conversion 3-31
Conversion d'une base de données monoinstance à l'aide de rconfig 3-34
Conversion d'une base de données monoinstance à l'aide de Grid Control 3-36
Synthèse 3-38
Exercice 3 : Présentation 3-39

e to
cens
4 Administration de la base de données RAC
l i
Objectifs 4-2
a ble
Page d'accueil Cluster Database 4-3 fe r
a n s
Page d'accueil Cluster Database Instance 4-5
n- t r
no
Page Administration de l'instance de base de données du cluster 4-6
a
Page d'accueil Cluster 4-7
h a s deฺ
Section Configuration 4-8
m ) Gui
Topology Viewer 4-10
a ฺ co ent
xy Stud
Alertes Enterprise Manager dans RAC 4-11
o
l o s@ this
Mesures de performances Enterprise Manager dans RAC 4-12
c
ldu use
Historique des alertes Enterprise Manager dans RAC 4-14
(
c l os
Arrêts temporaires (blackouts) Enterprise Manager dans RAC 4-15
u
Fichiers de journalisation (redo logs) dans RAC 4-16
D
r e nt Gestion automatique des annulations (AUM) dans RAC 4-17

La u Démarrer et arrêter des instances RAC 4-18


Démarrer et arrêter des instances RAC avec SQL*Plus 4-19
Démarrer et arrêter des instances RAC avec SRVCTL 4-20
Passer des règles automatiques aux règles manuelles 4-21
Fichiers de paramètres d'initialisation RAC 4-22
Valeurs des paramètres du fichier SPFILE et RAC 4-23
EM et valeurs des paramètres du fichier SPFILE 4-24
Paramètres d'initialisation RAC 4-26
Paramètres nécessitant des valeurs identiques 4-28
Paramètres nécessitant des valeurs uniques 4-29
Mettre une base de données RAC au ralenti 4-30
Arrêter des sessions sur une instance donnée 4-31
Effet des commandes SQL*Plus sur les instances 4-32

vi
Transparent Data Encryption (TDE) et les "wallets" dans RAC 4-33
ASM : Architecture générale 4-34
Récupération d'instance et récupération après panne avec ASM dans RAC 4-36
RAC et paramètres d'initialisation des instances ASM 4-37
ASM et SRVCTL avec RAC 4-38
ASM et SRVCTL avec RAC : Exemples 4-39
Groupes de disques ASM avec EM dans RAC 4-40
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Page Performance - Disk Group et RAC 4-41


Synthèse 4-42
Exercice 4 : Présentation 4-43

5 Gérer la sauvegarde et la récupération dans un environnement RAC


Objectifs 5-2
Protection contre les défaillances physiques 5-3
e to
Configuration des fichiers de journalisation archivés 5-4
cens
RAC et zone de récupération rapide 5-5
l i
Sauvegarde et récupération d'une base de données RAC avec EM 5-6
a ble
Configurer les paramètres de récupération RAC avec EM 5-7 fe r
a ns
t r
Conventions relatives aux fichiers de journalisation archivés (archived redo logs)
n-
dans un environnement RAC 5-8
a no
h a s deฺ
Configurer les paramètres de sauvegarde RAC avec EM 5-9
Oracle Recovery Manager 5-10
m ) Gui
ฺ co ent
Configurer l'emplacement du cliché du fichier de contrôle RMAN 5-11
a
xy Stud
Configurer la sauvegarde automatique du fichier de contrôle
o
l o s@ this
et du fichier SPFILE 5-12
c
ldu use
Effectuer des vérifications croisées sur plusieurs noeuds de clusters RAC 5-13
(
os
Connexion des canaux aux instances du cluster 5-14
u c l Prise en charge des canaux RMAN pour le grid (grille informatique) 5-15
nt D Localisation automatique par défaut par RMAN 5-16
u r e
La
Distribution des sauvegardes 5-17
Modèle de sauvegarde reposant sur un système de fichiers clusterisé
avec une seule unité locale 5-18
Modèle de sauvegarde reposant sur un système de fichiers clusterisé
avec plusieurs unités 5-19
Modèle de sauvegarde reposant sur un système de fichiers non clusterisé 5-20
Restauration et récupération 5-21
Synthèse 5-22
Exercice 5 : Présentation 5-23

vii
6 Réglage des performances RAC
Objectifs 6-2
Dimensions de réglage du temps CPU et du temps d'attente 6-3
Réglage propre à RAC 6-4
RAC et récupération d'instance ou récupération après panne 6-5
Récupération d'instance et disponibilité de la base de données 6-7
Récupération d'instance et RAC 6-8
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Analyse de l'impact du mécanisme "Cache Fusion" dans RAC 6-10


Temps d'attente standard des opérations RAC 6-11
Evénements Wait pour RAC 6-12
Vues d'événements Wait 6-13
Evénements Global Cache Wait : Présentation 6-14
Demande de bloc 2-way : Exemple 6-16
Demande de bloc 3-way : Exemple 6-17
e to
Accord 2-way : Exemple 6-18
cens
Evénements Global Enqueue Wait : Présentation 6-19 l i
Statistiques sur les sessions et statistiques système 6-20
a ble
fe r
Conseils de réglage RAC les plus courants 6-21
a ns
t r
Considérations relatives aux contentions liées aux blocs d'index 6-23
n-
no
Séquences Oracle et contentions liées aux index 6-24
a
h a s deฺ
Considérations relatives aux blocs d'annulation 6-25
) Gui
Considérations relatives aux repères high-water mark 6-26
m
ฺ co ent
Considérations relatives aux appels simultanés inter-instances 6-27
a
xy Stud
Surveiller les performances de la base de données RAC et du cluster 6-28
o
l o s@ this
Page Cluster Database - Performance 6-29
c
ldu use
Déterminer la charge moyenne de l'hôte du cluster 6-30
(
c l os
Déterminer la latence relative à l'accès aux blocs dans le cache global 6-31
u
Déterminer la moyenne des sessions actives 6-32
D
r e nt Déterminer le débit de la base de données 6-33

La u Accéder à la page Cluster Cache Coherency 6-35


Afficher la page Cluster Interconnects 6-37
Afficher la page Database Locks 6-39
Clichés AWR dans RAC 6-40
Etats AWR et RAC : Présentation 6-41
Moniteur ADDM dans l'environnement RAC 6-43
Elément contrôlés par le moniteur ADDM pour RAC 6-46
Prise en charge dans EM du moniteur ADDM en environnement RAC 6-47
Synthèse 6-48
Exercice 6 : Présentation 6-49

viii
7 Services
Objectifs 7-2
Répartition de la charge globale dans un environnement standard 7-3
Répartition de la charge globale avec le grid computing 7-4
Data warehouse : Exemple 7-5
RAC et data warehouse : Une solution optimale 7-6
Etape suivante 7-7
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Qu'est-ce qu'un service ? 7-8


Haute disponibilité des services dans un environnement RAC 7-9
Options de configuration des services dans un environnement RAC 7-10
Attributs d'un service 7-11
Types de service 7-13
Adéquation à un service 7-14
Créer des services avec Enterprise Manager 7-15
e to
Créer des services avec SRVCTL 7-16
cens
Instances pré-sélectionnées et instances disponibles 7-17
l i
Modifier les services à l'aide du package DBMS_SERVICE 7-18
a b le
fe r
Tout est lié aux services 7-19
a ns
t
Utiliser des services avec les applications client 7-20
n- r
no
Utiliser des services avec Resource Manager 7-21
a
h a s deฺ
Services et Resource Manager avec EM 7-22
) Gui
Services et Resource Manager : Exemple 7-23
m
ฺ co ent
Utiliser des services avec le planificateur de travaux 7-24
a
xy Stud
Services et planificateur de travaux avec EM 7-25
o
l o s@ this
Services et planificateur de travaux : Exemple 7-27
c
ldu use
Utiliser des services avec des opérations en parallèle 7-28
(
c l os
Utiliser des services avec des seuils de mesures de performances 7-29

Du Modifier les seuils des services par le biais d'EM 7-30

r e nt Services et seuils de mesures de performances : Exemple 7-31

La u Agrégation de statistiques par service et fonction de trace 7-32


Page Top Services 7-33
Configuration de l'agrégation de statistiques par service 7-34
Agrégation de statistiques par service : Exemple 7-35
Utilitaire trcsess 7-36
Vues des performances des services 7-37
Activation généralisée de la fonction de trace 7-38
Gérer les services 7-39
Gérer les services avec Enterprise Manager 7-41
Gérer les services : Exemple 7-43
Gérer les services : Scénario 7-44
Utilisation de transactions distribuées dans RAC 7-45
Session restreinte et services 7-47
Synthèse 7-48
Exercice 7 : Présentation 7-49

ix
8 Haute disponibilité des connexions
Objectifs 8-2
Types de distribution de la charge globale 8-3
Equilibrage de la charge des connexions côté client 8-4
Gestion des incidents de connexion côté client 8-5
Equilibrage de la charge des connexions côté serveur 8-6
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Fonction FAN (Fast Application Notification) : Présentation 8-8


Avantages de la fonction FAN (Fast Application Notification) 8-9
Types d'événement pris en charge par la fonction FAN 8-10
Statuts d'un événement FAN 8-11
Motifs d'un événement FAN 8-12
Format d'un événement FAN 8-13
Fonction de conseil LBA (Load Balancing Advisory) : Evénement FAN 8-14
e to
Implémentation des appels de programmes externes côté serveur 8-15
cens
Analyse des appels de programmes externes côté serveur : Exemple 8-17
l i
Filtrage des appels de programmes externes côté serveur : Exemple 8-18
a ble
Configurer les services ONS côté serveur 8-19 fe r
a ns
Configurer les services ONS côté client (facultatif) 8-21
n- t r
no
Fonction FCF (Fast Connection Failover) de JDBC : Présentation 8-22
a
h a s deฺ
Utiliser la fonction Advanced Queuing (AQ) d'Oracle Streams
pour la fonction FAN 8-24
m ) Gui
ฺ co ent
Avantages de la fonction FCF JDBC/ODP.NET 8-25
a
xy Stud
Fonction de conseil LBA (Load Balancing Advisory) 8-26
o
l o s@ this
Fonctionnalité JDBC/ODP.NET d'équilibrage de la charge des connexions
c
ldu use
à l'exécution : Présentation 8-27
(
os
Equilibrage de la charge des connexions dans RAC 8-28
u c l
Fonction de conseil LBA (Load Balancing Advisory) : Récapitulatif 8-29
nt D
Surveiller les événements FAN liés à la fonction LBA 8-30
u r e
La
FAN dans les différentes versions d'Oracle 8-31
Gestion transparente des incidents de connexion (TAF) : Présentation 8-32
Configuration de la méthode Basic de la fonction TAF
sans événement FAN : Exemple 8-34
Configuration de la méthode Basic de la fonction TAF
avec des événements FAN : Exemple 8-35
Configuration de la méthode Preconnect de la fonction TAF : Exemple 8-36
Vérification de la configuration de la fonction TAF 8-37
Pools de connexions FAN et fonction TAF 8-38
Synthèse 8-39
Exercice 8 : Présentation 8-40

x
9 Administration d'Oracle Clusterware
Objectifs 9-2
Oracle Clusterware : Présentation 9-3
Oracle Clusterware : Vue du run-time 9-4
Contrôler manuellement la couche Oracle Clusterware 9-6
Ressources CRS 9-7
Ressources RAC 9-8
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Attributs de ressource : Exemple 9-9


Fonction principale du disque "votant" 9-12
Paramètres CSS importants 9-14
Multiplexer des disques "votants" 9-15
Modifier la configuration de disque "votant" 9-16
Sauvegarder et récupérer les disques "votants" 9-17
Architecture OCR 9-18
e to
Contenu et organisation du fichier OCR 9-20
cens
Gérer les fichiers OCR et leur emplacement : Présentation 9-21
l i
Sauvegardes automatiques du fichier OCR 9-22
a ble
Sauvegarder le fichier OCR manuellement 9-23 fe r
a ns
t r
Récupérer le fichier OCR à l'aide de sauvegardes physiques 9-24
n-
no
Récupérer le fichier OCR à l'aide de sauvegardes logiques 9-25
a
h a s deฺ
Remplacer un fichier OCR miroir : Exemple 9-26
) Gui
Réparer la configuration OCR : Exemple 9-27
m
ฺ co ent
Considérations relatives au fichier OCR 9-28
a
xy Stud
Modifier des adresses IP virtuelles (VIP) 9-29
o
l o s@ this
Modifier la configuration du sous-réseau d'IP public/d'interconnexion
c
ldu use
entre les noeuds : Exemple 9-31
(
os
Protection des applications tierces : Présentation 9-32
u c l Différences entre adresse IP virtuelle (VIP) d'application
nt D et adresse IP virtuelle RAC 9-33
u r e
La
Utiliser l'environnement CRS : Présentation 9-35
Utiliser l'environnement CRS : Exemple 9-37
Synthèse 9-40
Exercice 9 : Présentation 9-41

10 Collecte des informations de diagnostic d'Oracle Clusterware


et des composants RAC
Objectifs 10-2
Règle d'or en matière de débogage d'un environnement RAC 10-3
Principaux fichiers journaux d'Oracle Clusterware 10-4
Script de collecte des informations de diagnostic 10-5
Gérer les données de diagnostic dans RAC 10-6
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Présentation 10-7
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) et les différentes étapes
de déploiement 10-8

xi
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Vérification des composants 10-9
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Emplacements 10-10
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Fichier de configuration 10-11
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Exemples 10-13
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Exemple de sortie 10-15
Synthèse 10-16
Exercice 10 : Présentation 10-17
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

11 Ajout et suppression de noeuds


Objectifs 11 -2
Ajouter et supprimer des nœuds et des instances : Présentation 11 -3
Ajouter un noeud à un cluster RAC : Principales étapes 11 -4
Vérifier les conditions requises avant l'installation d'Oracle Clusterware 11 -5
Ajouter Oracle Clusterware au nouveau noeud 11 -6
e to
Configurer les informations ONS relatives au nouveau noeud 11 -9
cens
Ajouter le répertoire d'origine ASM au nouveau noeud 11 -10
l i
Ajouter le répertoire d'origine RAC au nouveau noeud 11 -11
a ble
Ajouter un processus d'écoute (listener) au nouveau noeud 11 -12 fe r
a ns
Ajouter une instance ASM au nouveau noeud 11 -13
n- t r
no
Ajouter une instance de base de données au nouveau noeud 11 -15
a
h a s deฺ
Ajouter une instance à la base de données RAC à l'aide d'EM 11 -18
) Gui
Supprimer un noeud de cluster RAC : Principales étapes 11 -21
m
ฺ co ent
Supprimer l'instance sur le noeud à supprimer 11 -22
a
Supprimer l'instance ASM 11 -24
o xy Stud
l o s@ this
Enlever le processus d'écoute (listener) du noeud à supprimer 11 -25
c
ldu use
Supprimer le logiciel de base de données du noeud 11 -26
(
os
Supprimer le logiciel ASM du noeud 11 -27
u c l
Supprimer le logiciel Oracle Clusterware du noeud 11 -28
nt D
Ajout et suppression de noeuds et tablespace SYSAUX 11 -30
u r e
La
Synthèse 11 -31
Exercice 11 : Présentation 11 -32

12 Conception pour la haute disponibilité


Objectifs 12 -2
Causes des périodes d'arrêt non prévues 12 -3
Causes des périodes d'arrêt prévues 12 -4
Solution d'Oracle contre les périodes d'arrêt 12 -5
Complémentarité de RAC et de Data Guard 12 -7
Architecture de disponibilité maximale (MAA) 12 -8
Topologies RAC et Data Guard 12 -9
Architecture RAC et Data Guard 12 -10
Intégration de DGB (Data Guard Broker) et d'OC (Oracle Clusterware) 12 -12

xii
Fonction Fast-Start Failover : Présentation 12 -13
Fichiers de configuration de Data Guard Broker 12 -15
Interrogation en temps réel de la base de secours physique 12 -16
Initiative HARD (Hardware Assisted Resilient Data) 12 -17
Mise à niveau non simultanée d'Oracle Clusterware 12 -18
Mise à niveau non simultanée d'un environnement ASM clusterisé 12 -19
Patches et environnement RAC 12 -21
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Verrou externe sur un inventaire 12 -22


Prise en charge d'OPatch pour RAC : Présentation 12 -23
Mises à niveau non simultanées par patch dans RAC 12 -24
Télécharger et installer des mises à jour de patch 12 -26
Mises à niveau non simultanées de versions avec SQL Apply 12 -28
Bonnes pratiques en matière de haute disponibilité
de la base de données 12 -29
e to
Nombre de groupes de disques ASM par base de données 12 -30
cens
Consolidation de l'espace de stockage dans la base de données 12 -31
l i
Quelle configuration RAID pour une meilleure disponibilité ? 12 -32
a b le
Faut-il utiliser RAID 1 ou RAID 5 ? 12 -33 fe r
a ns
t r
Faut-il utiliser la protection par mise en miroir ASM ? 12 -34
n-
no
Quel type de striping fonctionne le mieux ? 12 -35
a
Striping ASM uniquement 12 -36
h a s deฺ
) Gui
Unités logiques de stockage faisant l'objet d'un striping
m
a ฺ co ent
par RAID matériel 12 -37
xy Stud
Unités logiques de stockage faisant l'objet d'un striping par RAID matériel
o
l o s@ this
et haute disponibilité 12 -38
c
ldu use
C'est très simple 12 -39
(
os
Environnement RAC étendu : Présentation 12 -40
u c l Connectivité RAC étendue 12 -41
nt D Mise en miroir de disque dans un environnement RAC étendu 12 -42
u r e
La
Accéder au disque "votant" avec un environnement RAC étendu 12 -43
Fonctionnalité ASM Preferred Mirror Read : Présentation 12 -44
Fonctionnalité ASM Preferred Mirror Read : Configuration 12 -45
Page Enterprise Manager ASM - Configuration 12 -46
Fonctionnalité ASM Preferred Mirror Read : Recommandation 12 -47
Autres avantages liés à Data Guard 12 -48
Utilisation d'un environnement de test 12 -49
Synthèse 12 -50

Annexe A - Exercices et solutions


Annexe B - Sujets divers

xiii
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Lau r e nt
D u c l os
(
c l o
ldu use
o
a
s@ this

m
xy Stud
h
co ent
a
a
) Gui
no
s deฺ
n- t r a
s n
fe r a b
le l i ce
ns e to
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Introduction

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u
Présentation

• Ce cours est destiné à toute personne intéressée par


l'implémentation d'une base de données Real
Application Clusters (RAC).
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Bien que de portée générale, ce cours propose


toutefois des exemples et exercices basés
majoritairement sur Linux.
• Ce cours suppose des connaissances relatives à
l'architecture Oracle Database 10g.
e to
• L'exposé théorique est complété par des exercices
cens
pratiques. l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Présentation a ฺ co ent
Ce cours fournit les informationso
y tud à la planification ou à la gestion
dexbase nécessaires
s @ Application
i s S
d'Oracle Database 10g pour
c l o Real
e t h Clusters.
Les chapitres et ( u s comme base les connaissances que vous possédez
ldexercicesuutilisent
les
concernantlo s
l'utilisation d'Oracle dans un environnement non clusterisé. L'architecture de base
et laD uc d'une base de données ne seront pas abordées ; ces sujets sont traités dans les
gestion
e t d'administration d'Oracle Database 10g proposés par Oracle University. Si vous n'avez
ncours
u r
La pas d'expérience relative à l'utilisation d'une version actuelle de la base de données Oracle,
envisagez de suivre ces formations avant de participer à ce cours.
Les exercices vous donneront l'occasion d'utiliser les fonctionnalités de base de données
propres à Real Application Clusters.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 2


Objectifs du cours

Dans ce cours, vous allez :


• étudier les principaux concepts relatifs à
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

l'environnement RAC
• installer les composants RAC
• gérer les instances de base de données dans un
environnement RAC et ASM
• gérer les services
• sauvegarder et récupérer une base de données RAC
e to
ns
lice
• surveiller et régler les performances d'une base de
données RAC
r a ble
• gérer Oracle Clusterware sfe a n
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Objectifs du cours a ฺ co ent
o
Ce cours est conçu pour vous fournir xyles informations
S tud nécessaires à la gestion de Real
l
Application Clusters (RAC) o set@d'Oracle
t h isClusterware.
c
duDatabase e avec Oracle Universal Installer (OUI) et créez votre base
s10g
( l
Vous installez Oracle u
s l'assistant DBCA (Database Configuration Assistant). Votre
de donnéesloavec
u c
t D
environnement RAC est ainsi doté de la configuration réseau, de la structure de base de
rendonnées et des paramètres optimaux pour l'environnement sélectionné. En tant que DBA, vos
Lau tâches consistent, après l'installation, à gérer l'environnement RAC à trois niveaux :
• Administration des instances
• Administration de la base de données
• Administration du cluster
Tout au long du cours, vous utiliserez différents outils pour ces opérations d'administration :
• Oracle Enterprise Manager 10g Grid Control pour réaliser les tâches d'administration
chaque fois que possible
• Des interfaces graphiques adaptées à des tâches spécifiques, telles que l'assistant DBCA
(Database Configuration Assistant)
• Des outils en mode ligne de commande, tels que SQL*Plus, Recovery Manager ainsi que
SRVCTL, CLUVFY, CRSCTL et OCRCONFIG

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 3


Planning type

Sujets Chapitres Jour

Introduction et installation I, 1, 2, 3 1
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Administration et réglage (tuning) 4, 5, 6 2


de RAC
7, 8 3

Options avancées 9, 10 4

11, 12 5
e to
cens
Atelier : Opérations de clonage 5
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Planning type a ฺ co ent
o xy S
Les chapitres de ce manuel sont organisés dans
d dans lequel vous les étudierez
tul'ordre
probablement pendant lelo s@Ils sont
cours. t h isregroupés selon les sujets présentés dans la
c se de façon à passer des concepts qui vous sont familiers
duIls sontuorganisés
( l
diapositive ci-dessus.
sles plus nouveaux. Les exercices associés sont conçus pour vous permettre
aux concepts
c l o
u les fonctionnalités d'une base de données Real Application Clusters avec une
d'explorer
D
t
ren
gradation dans le niveau de puissance.

Lau Dans certains cas, les objectifs des chapitres et ceux des exercices ne sont pas entièrement
compatibles. Par conséquent, votre formateur peut choisir de modifier l'ordre des composants
de ce manuel. Toutefois, si votre formateur suit l'ordre de ce manuel, le cours devrait se
dérouler approximativement comme l'indique le planning suggéré.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 4


Historique des innovations

Gestion
automatique
de la charge globale
Automatic
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Storage
Grid
Management Grids Control
d'entreprise
RAC
Oracle
Data Clusters Clusterware
Guard à bas coûts
e to
cens
Interrogations l i
non bloquantes
Resource
a b le
Manager
fe r
a ns
OPS
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Historique des innovations a ฺ co ent
o y tuaméliorations
xnouvelles d
Grâce à Oracle Database 10g et aux
s @ i s S en termes de gestion fournies par
Oracle RAC 10g, RAC est
c llaoaccessible
e hà tous, quels que soient les types d'application et de grid
tl'informatique
( l d u
d'entreprise ; il constitue s
base
u de de quatrième génération. Les grids sont
construits ào
l s de configurations de composants à bas coûts, standard : processeur, réseau,
partir
c
u Grâce à la technologie "Cache Fusion" d'Oracle RAC, la base de données Oracle
stockage.
n t D
offre par ailleurs les niveaux les plus élevés de disponibilité et d'évolutivité.
u r e
La En outre, grâce à Oracle RAC 10g, il est possible de réaliser une fourniture dynamique des
noeuds, du stockage, des CPU et de la mémoire afin de gérer les niveaux de service plus
facilement et plus efficacement.
Les grids sont les centres de données du futur. Ils permettent à votre entreprise d'intégrer la
quatrième génération avec plus de souplesse et de proactivité.
La prochaine transition majeure concernant les infrastructures informatiques sera le passage
de l'ère des systèmes SMP (multitraitement symétrique) volumineux à celle des grids.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 5


Qu'est-ce qu'un cluster ?

• Des noeuds interconnectés


agissent comme un serveur
unique.
Interconnexion privée entre noeuds
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Le logiciel de gestion
de cluster masque la Noeud
Réseau Réseau Réseau
structure. public public public

• Les disques sont


accessibles en lecture Réseau
et en écriture par tous les public

e to
noeuds.
ns
lice
Clusterware
• Les ordinateurs sur chaque noeud
sont tous dotés du même r a ble
Disques sfe
système d'exploitation. n tra
n -
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Qu'est-ce qu'un cluster ? a ฺ co ent
o y serveurs
xdeux tudindépendants mais interconnectés. Au fil des
Un cluster est composé d'au moins
s@de matériel S
is ont proposé des fonctionnalités de cluster afin de
l o
années, plusieurs constructeurs
c t h
l
répondre à différents
( se clusters étaient conçus uniquement pour fournir une
dubesoins.uCertains
o s en permettant le transfert d'une tâche vers un noeud secondaire en cas
haute disponibilité
l
c
d'échecudu noeud actif. D'autres étaient destinés à offrir une meilleure évolutivité en
e n t D la répartition des connexions utilisateur ou des tâches entre les noeuds.
permettant

La ur Un cluster se caractérise également par le fait qu'une application doit le voir comme un
serveur unique. De même, la gestion des différents serveurs doit s'apparenter le plus possible
à la gestion d'un serveur unique. Le logiciel de gestion des clusters (CMS) fournit cette
transparence.
Pour que les noeuds agissent comme un serveur unique, les fichiers doivent être stockés de
telle sorte qu'un noeud qui en a besoin puisse les trouver. Différentes topologies permettent
d'assurer l'accès aux données en fonction des objectifs principaux du concepteur du cluster.
L'interconnexion entre les différents noeuds du cluster est assurée par un réseau physique.
Pour résumer, un cluster est un groupe de serveurs indépendants qui coopèrent pour
fonctionner comme un système unique.
Remarque : Les clusters que vous allez manipuler dans le cadre de ce cours sont tous dotés
du même système d'exploitation. Il s'agit là d'une condition obligatoire pour les clusters RAC.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 6


Oracle Real Application Clusters

• Plusieurs instances
accèdent à la même
Interconnexion
base de données.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Il existe une seule


instance par noeud.
Cache
• L'accès aux fichiers partagé
de base de données
peut être physique
ou logique. e to
ns
Instances
• L'accès aux données réparties
l i ce
est contrôlé par logiciel. a ble
entre les noeuds

fe r
Fichiers de
a ns
n-
base de données t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Oracle Real Application Clusters aฺc
o n t
xy quiSvous e
o
Real Application Clusters est un logiciel tudpermet d'utiliser les éléments matériels
regroupés dans un clusterlo
@ hiplusieurs
ensexécutant s
u c e t instances sur la même base de données.
( l
Les fichiers de base dde données
u ssont stockés sur des disques connectés de façon physique ou
o s noeud de manière à être accessibles en lecture et en écriture par chaque
logique à chaque
l
c
u active.
instance
t D
renLe logiciel Real Application Clusters gère l'accès aux données de sorte que les modifications
Lau soient coordonnées entre les instances et que chaque instance voit une image cohérente de la
base. L'interconnexion entre les noeuds du cluster permet la transmission d'informations de
coordination et d'images des données entre les différentes instances.
L'architecture RAC permet aux utilisateurs et aux applications de bénéficier de la capacité de
traitement de plusieurs ordinateurs. Elle offre par ailleurs une redondance qui permet de faire
face aux défaillances ou aux périodes d'indisponibilité d'un système ; l'application peut
toujours accéder à la base de données par l'intermédiaire des autres instances.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 7


Avantages relatifs à l'utilisation de RAC

• Haute disponibilité : ne craignez plus les échecs de


noeuds et d'instances.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Evolutivité : ajoutez des noeuds supplémentaires


lorsque vous en avez besoin.
• Adaptation à votre développement : ajustez votre
système à vos besoins actuels.
• Fonctionnalités clés du grid computing (calcul
distribué) :
e to
– Croissance et réduction à la demande ns
– Ajout de serveurs en une seule opération
le lice
rab
– Gestion automatique de la charge globale des services
fe
n s
tra
n on-
s a ฺ
a
h uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
Avantages relatifs à l'utilisation dea ฺ
RACcom ent G
Oracle Real Application Clusterso xy permet
(RAC) S tudune utilisation intensive d'un cluster de
l o
serveurs modulaires standard s@ t h istels que des serveurs lame (blade servers).
à bas coûts
c se de la charge globale des services. Les services sont des
du automatique
( l
RAC assure la gestion u
s classes d'applications qui comprennent des composants métier correspondant
groupes oulo
des
aux D
c
u globales d'application. Les services de RAC permettent des opérations de base de
charges
t
ndonnées en continu et la prise en charge de plusieurs services sur plusieurs instances. Vous
La ure pouvez exécuter les services sur une ou plusieurs instances, et utiliser d'autres instances pour
la sauvegarde. Lorsqu'une instance principale est en échec, le serveur Oracle déplace les
services de cette instance vers une autre. Par ailleurs, le serveur Oracle répartit
automatiquement les connexions entre les instances qui hébergent un service.
L'environnement RAC exploite la capacité de plusieurs ordinateurs à bas coûts afin qu'ils se
comportent comme un ordinateur unique puissant pour la gestion d'une base de données.
Il fournit la seule alternative viable aux systèmes SMP (multitraitement symétrique) à grande
échelle pour tous les types d'application.
L'environnement RAC, basé sur une architecture avec disques partagés, peut évoluer
(croissance ou réduction) à la demande sans qu'il soit nécessaire de partitionner
artificiellement les données entre les serveurs du cluster. RAC permet également d'ajouter des
serveurs dans un cluster en une seule opération. Vous pouvez ainsi facilement ajouter un
serveur à la base de données ou en enlever un.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 8


Clusters et évolutivité

Modèle SMP Modèle RAC

Stockage
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Mémoire
partagé

Cache Cache SGA SGA

e to
CPU CPU CPU CPU BGP BGP BGP BGP
cens
l i
Cohérence du cache a b le
Mécanisme "Cache Fusion"
fe r
a n s
BGP (processus en arrière-plan)

n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Clusters et évolutivité a ฺ co ent
o y tudsur des ordinateurs SMP (multitraitement
xtransparente
Si votre application évolue de façon
s @ i s S
c l
symétrique), il est réaliste ode penser
e t h
qu'elle évoluera bien sur RAC sans qu'il soit nécessaire
de modifier le code
( ld u
de
us
l'application.
s
u clo
Dans un environnement RAC, l'instance de base de données et le noeud ne sont plus des
t D
sources potentielles
nen cas d'échec.
de panne en un point unique. L'intégrité de la base de données est assurée

La ure Voici quelques exemples d'évolutivité :


• Davantage de traitements en batch simultanés.
• Degrés de parallélisme plus importants et davantage d'exécutions en parallèle.
• Forte augmentation du nombre d'utilisateurs connectés dans les systèmes OLTP
(Traitement des transactions en ligne).
Remarque : Ce qui est valable pour les systèmes SMP l'est également pour les architectures à
accès non uniforme à la mémoire (NUMA). Ces architectures NUMA constituent l'étape
logique suivante dans l'évolutivité des architectures SMP.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 9


Niveaux d'évolutivité

• Matériel : entrées/sorties disque


• Communication inter-noeud : large bande passante et
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

temps d'attente faible


• Système d'exploitation : nombre de CPU
• Système de gestion de base de données :
synchronisation
• Application : conception

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Niveaux d'évolutivité a ฺ co ent
o
La réussite de la mise en oeuvre d'unexybaseSdetudonnées
d de cluster requiert une évolutivité
o:s
@ his
optimale à quatre niveaux
u l t
c : L'interconnectivité
e
l d
• Evolutivité matérielle
( u s est la clé de l'évolutivité matérielle, qui
repose o
l s
essentiellement sur une large bande passante et un temps d'attente faible.
u c
• Evolutivité du système d'exploitation : Les méthodes de synchronisation utilisées dans
n t Dle système d'exploitation peuvent déterminer l'évolutivité de ce système. Dans certains
u r e
La
cas, l'évolutivité potentielle du matériel est perdue en raison de l'incapacité du système à
gérer simultanément plusieurs demandes de ressources.
• Evolutivité du système de gestion de base de données : Un facteur clé des architectures
parallèles est l'origine de l'affectation du parallélisme : en interne ou par des processus
externes. La réponse à cette question affecte le mécanisme de synchronisation.
• Evolutivité de l'application : Les applications doivent être spécifiquement conçues pour
être évolutives. Un goulet d'étranglement se produit sur les systèmes sur lesquels chaque
session met à jour les mêmes données pendant la majeure partie du temps. Notez que ceci
n'est pas propre à RAC ; cela s'applique également aux systèmes monoinstances.
Notez que si l'un des éléments mentionnés ci-dessus n'est pas évolutif (quel que soit le degré
d'évolutivité des autres éléments), le traitement en parallèle risque d'échouer dans le cluster.
Le manque d'évolutivité est très souvent lié aux accès fréquents à une ressource partagée
commune. Les opérations qui devraient être parallèles sont sérialisées au niveau de ce goulet
d'étranglement. Lorsque la synchronisation présente un temps d'attente élevé, son coût
augmente, ce qui annihile les avantages de l'exécution en parallèle. Il s'agit d'une limitation
générale qui n'est pas propre à RAC.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 10


Montée en puissance et augmentation
de la vitesse d'exécution

Système d'origine

Matériel 100 % de la tâche


Temps
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Montée en puissance Augmentation de la vitesse


du système cluster d'exécution du système cluster

Matériel Temps Jusqu'à


200 % Matériel
de la Jusqu'à
100 % e to
Matériel tâche 300%
de la tâche
cens
Temps de la
Matériel l i
tâche Temps/2
a b le
fe r
Matériel
Temps
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Montée en puissance et augmentation a ฺ code la e n t d'exécution
vitesse
La montée en puissance (scaleup)oest xyla capacité
S tudà assurer les mêmes niveaux de
o s@ lorsque
performances (temps de lréponse) t h is la charge globale et les ressources augmentent
du: c se
proportionnellement
( l u
s = (volume parallel) / (volume original)
c l oScaleup
D u si 30 utilisateurs consomment près de 100 % de la CPU au cours d'un traitement
n t
Par exemple,

La ure normal, l'ajout d'utilisateurs supplémentaires entraînerait le ralentissement du système en


raison de la contention pour les cycles de CPU limités. Toutefois, en ajoutant des CPU, vous
pouvez prendre en charge des utilisateurs supplémentaires sans dégrader les performances.
L'augmentation de la vitesse d'exécution (speedup) résulte de l'application d'un nombre
croissant de ressources à une quantité de travail fixe pour obtenir une réduction
proportionnelle des temps d'exécution :
Speedup = (time original) / (time parallel)
L'augmentation de la vitesse d'exécution libère des ressources pour les autres tâches. Par
exemple, si le traitement d'interrogations prend généralement 10 minutes et que leur exécution
en parallèle réduit cette durée à 5 minutes, des interrogations supplémentaires peuvent être
exécutées sans entraîner la contention qui se produirait si elles étaient exécutées
simultanément.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 11


Augmentation de la vitesse d'exécution/
Montée en puissance et charges globales

Charge globale Augmentation de la Montée en


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

vitesse d'exécution puissance

OLTP et Internet Non Oui

Aide à la décision avec Oui Oui


Parallel Query

Environnement batch Possible Oui e to


(mixte)
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a
Augmentation de la vitesse d'exécution/Montée ฺ co enten puissance et charges
globales o xy Stud
Le type de charge globale l o s@ thsiiles
détermine s fonctionnalités de montée en puissance ou
d'augmentation deld c se
lauvitesse d'exécution peuvent être obtenues à l'aide du traitement en
parallèle. os ( u
Les D ucl
environnements OLTP (Traitement des transactions en ligne) et d'application Internet
t
nsont caractérisés par des transactions courtes qui ne peuvent pas être subdivisées. Il est donc
La ure impossible d'obtenir une augmentation de la vitesse d'exécution. Toutefois, le déploiement de
quantités de ressources plus importantes peut permettre la prise en charge d'un volume plus
important de transactions sans compromettre les temps de réponse.
Les environnements d'aide à la décision et les options Parallel Query permettent d'obtenir une
augmentation de la vitesse d'exécution et une montée en puissance car ils prennent en charge
des tâches volumineuses sans créer de conflits entre les demandes de ressources.
La fonctionnalité Parallel Query de la base de données Oracle peut également être exploitée
pour réduire le temps de traitement global des interrogations dont l'exécution est longue et
pour augmenter le nombre des interrogations de ce type qui peuvent être exécutées
simultanément.
Dans un environnement présentant une charge globale mixte de fonctions d'aide à la décision,
de traitements OLTP et d'applications de génération d'états, il est possible d'obtenir une
montée en puissance en exécutant différents programmes sur différents matériels.
L'augmentation de la vitesse d'exécution est possible dans un environnement batch, mais peut
impliquer la réécriture des programmes de manière à utiliser les fonctionnalités de traitement
en parallèle.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 12


Equilibrage du débit d'E/S : Exemple

Chaque ordinateur est doté de 2 CPU :


2 x 200 Mo/s x 4 = 1 600 Mo/s

Chaque ordinateur est doté de 2 HBA :


HBA2
HBA1

HBA1
HBA2

HBA1
HBA2

HBA1
HBA2
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

8 x 200 Mo/s = 1 600 Mo/s

Chaque commutateur (switch) doit


prendre en charge un débit de 800 Mo/s
Commutateur pour garantir une capacité totale de
(switch) FC traitement du système de 1 600 Mo/s.

e to
Chaque batterie de
disques est dotée d'un
ce ns
Batterie de Batterie de Batterie de Batterie de Batterie de Batterie de Batterie de Batterie de
l i
disques 1 disques 2 disques 3 disques 4 disques 5 disques 6 disques 7 disques 8

a b le
contrôleur de 2 Gbits :

fe r
8 x 200 Mo/s =
1 600 Mo/s
a n s
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Equilibrage du débit d'E/S : Exemple a ฺ co ent
o xy répondre
Pour être certain que le système puisse S tudà toutes les demandes d'E/S, vous devez
l o s@de tous
veiller à la bonne orchestration
t h s composants impliqués.
iles
c se le débit d'E/S.
u quiudétermine
C'est le lien le plusdfaible
( l
s de la diapositive ci-dessus présente le schéma d'ensemble d'un système.
l o
La partie gauche
c
u comporte quatre noeuds, deux adaptateurs de bus hôte (HBA - Host Bus
Ce système
D
e t
nquatre batteries
Adapters) par noeud et deux commutateurs (switches) FC (Fibre Channel) reliés chacun à
u r de disques. Les composants constituant le parcours d'E/S sont les HBA, les
La câbles, les commutateurs (switches) et les batteries de disques. Les performances dépendent
du nombre de HBA et de leur vitesse, du débit des commutateurs (switches), du nombre de
contrôleurs et de la vitesse des disques. Même si un seul de ces composants est sous-
dimensionné, ce sont les performances propres à ce composant qui déterminent la capacité de
traitement du système. Supposons que nous disposons d'un HBA de 2 Gbits. Les noeuds
peuvent lire environ 8 x 200 Mo/s = 1,6 Go/s. Toutefois, si chaque batterie de disques est
dotée d'un seul contrôleur, ces 8 batteries peuvent également assurer un débit de
8 x 200 Mo/s = 1,6 Go/s. Par conséquent, chaque commutateur (switch) FC doit fournir un
débit d'au moins 2 Gbits/s par port pour obtenir un débit total de 800 Mo/s. Dans cet exemple,
les deux commutateurs fourniront alors le débit requis de 1,6 Go/s.
Remarque : En cas de dimensionnement d'un système, n'oubliez pas de tenir compte
également des limites de ce dernier. Par exemple, le nombre d'emplacements pour bus par
noeud est limité. Aussi, vous serez peut-être contraint de les partager entre les HBA et les
cartes réseau. Dans certains cas, lorsqu'il n'y a plus d'emplacement disponible, vous pouvez
utiliser des cartes à double port. Le nombre de HBA par noeud détermine le nombre maximal
de commutateurs (switches) FC. En outre, le nombre total de ports sur un commutateur limite
le nombre de HBA et de contrôleurs de disque.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 13


Performances des composants courants

Débit - Performances

Composant Théorie (bits/s) Octets/s maximum


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

HBA ½ Gbit/s 100/200 Mo/s

Commutateur (Switch) 16 ports 8 x 2 Gbits/s 1 600 Mo/s

FC (Fibre Channel) 2 Gbits/s 200 Mo/s


Contrôleur de disque 2 Gbits/s 200 Mo/s

Carte réseau Gigabit Ethernet 1 Gbits/s 80 Mo/s e to


cens
Infiniband 10 Gbits/s 890 Mo/s l i
a ble
CPU 200-250 Mo/s fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Performances des composants courants a ฺ co ent
Au cours de différents échanges, o xyavonsStnoté
nous udque les utilisateurs faisaient souvent la
o s@ ("bytes",
confusion entre "bits" et l"octets" t h is en anglais). Cela vient principalement du fait que
c
u uont
dmatériels seplutôt tendance à décrire les performances des composants
les constructeurs de
( l
s que les fournisseurs de bases de données et les consommateurs parlent des
c l o
en bits/s, tandis
u au niveau des performances en octets/s.
exigences
D
t
nVoici la liste des composants matériels courants, avec leurs performances théoriques
La ure exprimées en bits par seconde et leurs performances typiques exprimées en octets par
seconde :
• Les HBA sont disponibles en version 1 ou 2 Gbits par seconde, avec un débit type de 100
ou 200 Mo/s.
• Un commutateur (switch) 16 ports comporte seize ports de 2 Gbits chacun. Toutefois,
son débit total est de 8 fois 2 Gbits, soit 1 600 Mo/s.
• Les câbles FC (Fibre Channel) ont un débit de 2 Gbits/s, ce qui équivaut à 200 Mo/s.
• Les contrôleurs de disque ont un débit de 2 Gbits/s, ce qui équivaut à environ 200 Mo/s.
• Les composants respectant la norme Gigabit Ethernet ont des performances type
d'environ 80 Mo/s, tandis que ceux suivant la norme Infiniband fournissent environ
160 Mo/s.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 14


Clusterware complet et intégré

RAC 9i Oracle Clusterware 10g

Applications Applications/RAC
Services déclenchés par

Structure des services


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Gestion du système

Services déclenchés

API d'administration
Contrôle du cluster

par un événement
un événement

Contrôle du cluster/API
Système de fichiers du de récupération
gestionnaire de volumes
Automatic Storage Management
Envoi de messages
et verrouillage
Envoi de messages et verrouillage
Appartenance
Appartenance e to
ce ns
Connectivité l i
Connectivité
a b le
Matériel/Noyau OS Matériel/Noyau OS fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Clusterware complet et intégré a ฺ co ent
o xy qu'Oracle
C'est dans la base de données Oracle9i S tuda inclus Real Application Clusters. Pour la
o @ hdesisapplications OLTP (Traitement des transactions en
sexécuter
l
c d'aidesàelatdécision dans un cluster de base de données sans avoir
première fois, vous pouviez
u
d
(l le code, niude perdre votre temps à partitionner et repartitionner la base de
ligne) et des applications
o s
besoin de modifier
l obtenir des performances optimales.
donnéesu cpour
e n t D Real Application Clusters a considérablement simplifié l'utilisation des applications
Oracle9i
r
Lau dans les clusters ; toutefois, il faut encore faire face à certains défis et à certaines limitations.
Les défis liés aux clusters concernent notamment les environnements logiciels complexes, la
prise en charge nécessaire, les fonctionnalités incohérentes entre plates-formes et les
interactions gênantes en matière de gestion dans la pile logicielle. La plupart des solutions de
clusterisation actuelles ont été conçues dans un esprit de gestion des incidents. La conception
d'une architecture de clusters en mode failover s'organise autour de systèmes de secours
supplémentaires pour faire face à un certain nombre d'incidents. Dans le cadre d'un
fonctionnement normal, ces ressources de secours peuvent rester inactives.
Avec Oracle Database 10g, Oracle fournit une solution logicielle intégrée qui répond aux
besoins de gestion des clusters, des événements, des applications, des connexions et du
stockage, d'équilibrage de la charge et de disponibilité. La complexité de ces fonctionnalités
est effacée par des outils de gestion faciles à utiliser et par l'automatisation.
Oracle Clusterware fournit une couche logicielle de cluster intégrée dépendant de la plate-
forme, qui offre un environnement complet pour les applications.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 15


Nécessité de ressources globales

SGA1 SGA2 SGA1 SGA2


1008
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

1008 1008
1 2

SGA1 SGA2 SGA1 SGA2


1009 1008 1009
e to
cens
l i
Mises à jour
a ble
perdues !
fe r
1008 1008
a ns
4
n- t r
3

a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Nécessité de ressources globales aฺc
o n t
e
xy leSverrouillage
o
Dans les environnements monoinstances, tud coordonne l'accès à une ressource
s @ i s
u lo d'une
commune telle qu'une ligne
cligne) e th moment.
table. Le verrouillage empêche deux processus de modifier
la même ressourceld
s ( (ou
usau même
o
ucl correcte des processus sur les différents noeuds en les empêchant de
Dans les environnements RAC, la synchronisation inter-noeud est essentielle, car elle assure
une D
coordination
e t
nmodifier la même ressource au même moment. Grâce à la synchronisation inter-noeud,
u r
La chaque instance voit la version la plus récente d'un bloc dans son cache de tampons (buffer
cache).
Remarque : La diapositive ci-dessus illustre ce qui se produit en l'absence de coordination du
cache. L'environnement RAC empêche l'apparition d'un tel problème.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 16


Coordination des ressources globales

Cluster
Noeud1 Noeudn
Instance1 Instancen
GRD maître Cache GRD maître Cache
Ressources
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

… …
LMON GES globales GES LMON
LMD0 LMD0
LMSx GCS GCS LMSx
LCK0 Interconnexion LCK0
DIAG DIAG

Annuaire global des ressources


(Global Resource Directory - GRD)
e to
Services GCS
(Global Cache Services)
Services GES
(Global Enqueue Services)
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Coordination des ressources globales a ฺ co ent
o y synchronisation
xune tud
Les opérations de cluster requièrent
s @ i s S de l'ensemble des instances afin de

u c e thdesRAC
o ressources.
contrôler l'accès partagé laux utilise l'annuaire global des ressources (Global
Resource Directory)
( l d pour s
enregistrer
u informations sur l'utilisation des ressources au sein
d'une base de
l o sdonnées de cluster. Les services GCS (Global Cache Services) et les services
c
ude mise en file d'attente (GES - Global Enqueue Services) gèrent les informations de
globaux
n t D
l'annuaire global des ressources (GRD).
u r e
La Chaque instance gère une partie de l'annuaire global des ressources (GRD) dans sa mémoire
SGA (System Global Area). Le service GCS et le service GES nomment une instance pour la
gestion de l'ensemble des informations relatives à une ressource donnée. Cette instance est le
"maître" de la ressource. De même, chaque instance sait quelle instance gère quelle ressource.
La gestion de la cohérence du cache est une partie importante de l'activité RAC. La cohérence
du cache est la technique consistant à assurer la cohérence de plusieurs copies d'un bloc entre
différentes instances Oracle. Le service GCS implémente la cohérence du cache à l'aide de
l'algorithme Cache Fusion.
Le service GES gère toutes les opérations inter-instance relatives aux ressources et non-Cache
Fusion et effectue le suivi du statut de tous les mécanismes de mise en file d'attente Oracle.
Les ressources principales des contrôles du service GES sont les verrous externes (locks) du
cache du dictionnaire de données et les verrous externes du cache "library". Le service GES
assure également une détection des "verrous mortels" (deadlocks) sur toutes les mises en file
d'attente et ressources sensibles à ces verrous.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 17


Exemple de coordination globale du cache

Cluster
Noeud1 Noeud2
Instance1 Instance2
Cache 1009 1009 Cache
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

… 3 …
LMON LMON
LMD0 LMD0
LMSx 4 LMSx
LCK0 LCK0
DIAG DIAG
2 1
L'instance 2 dispose
Bloc géré de la version actuelle du bloc. Quelle instance
par l'instance 1 GCS gère le bloc ?
e to
cens
l i
a ble
fe r
1008
Pas d'E/S
a n s
n- t r
disque

a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Exemple de coordination globale du a ฺ co ent
cache
o
Le scénario décrit dans la diapositivexysuppose
S tuqued le bloc de données a été modifié ou
transformé en bloc "dirty"l o s@
par t h is instance. En outre, une seule copie du bloc existe
la première
c
dleu contenu
au sein du cluster let sdeece bloc est représenté par son SCN.
( u
s instance qui tente de modifier le bloc soumet une demande au service GCS.
c l o
1. La deuxième
2. Leuservice GCS transmet la demande au détenteur. Dans ce cas, le détenteur est la
n t Dpremière instance.
e
ur 3. La première instance reçoit le message et envoie le bloc à la deuxième instance.
La La première instance conserve le tampon "dirty" à des fins de récupération. Cette image
"dirty" du bloc est également appelée image du passé du bloc. L'image du passé d'un bloc
ne peut pas être modifiée.
4. A la réception du bloc, la deuxième instance informe le service GCS qu'elle détient ce
bloc.
Remarque : Le bloc de données n'est écrit sur disque que lorsque la ressource est octroyée à
la deuxième instance.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 18


Exemple de coordination de l'écriture sur disque

Cluster
Noeud1 Noeud2
Instance1 Instance2
Cache 1009 1010 Cache
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

… 3 …
LMON LMON
LMD0 LMD0
LMSx LMSx
LCK0 5 4 LCK0
DIAG DIAG
1 2
Bloc vidé, libération d'espace
Nécessité de libérer de
Elle appartient à l'instance 2.
l'espace dans le cache.
Qui dispose de la version GCS Instance 2, vidage du bloc
e to
ns
sur disque.
actuelle de ce bloc ?

l i ce
a b le
Une seule
fe r
1010
E/S disque
a n s
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o disque
csur n t
Exemple de coordination de l'écriture a
xyci-dessus e
d la manière dont une instance peut
o
Le scénario décrit dans la diapositive S tuillustre
l
réaliser un point de repriseo s@ thisà tout moment ou replacer les tampons (buffers) dans
(checkpoint)
d c demandes
àudes se de mémoire tampon disponible. Etant donné que
le cache en réponse
( l u
s du même bloc de données présentant différentes modifications peuvent
existeru c o
plusieurs versions
l
dans les caches des instances au sein du cluster, un protocole d'écriture géré par le
t D
n GCS garantit que seule la version la plus récente des données est écrite sur disque.
service
r e
u Il doit également garantir que toutes les versions précédentes sont purgées dans les autres
La caches. Une demande d'écriture concernant un bloc de données peut être émise dans toute
instance disposant de l'image actuelle ou de l'image du passé du bloc. Dans ce scénario,
supposons que la première instance qui détient l'image du passé d'une mémoire tampon
(buffer) demande au serveur Oracle d'écrire cette mémoire tampon sur disque :
1. La première instance envoie une demande d'écriture au service GCS.
2. Le service GCS transmet la demande à la deuxième instance, qui détient la version
actuelle du bloc.
3. La deuxième instance reçoit la demande d'écriture et écrit le bloc sur disque.
4. La deuxième instance informe le service GCS de la fin de l'opération d'écriture.
5. Après réception de la notification, le service GCS ordonne à tous les détenteurs d'images
du passé de supprimer ces dernières. Ces images du passé ne sont plus nécessaires pour la
récupération.
Remarque : Dans ce cas, une seule E/S est réalisée pour l'écriture de la version la plus
récente du bloc sur disque.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 19


Reconfiguration dynamique

Rééquilibrage de la reconfiguration

Noeud1 Noeud2 Noeud3


Instance1 Instance2 Instance3
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

gestion octroi gestion octroi gestion octroi


R1 1, 2, 3 R3 2, 3 R5 2
R2 1, 3 R4 1, 2 R6 1, 2, 3

Noeud1 Noeud2 Noeud3


Instance1 Instance2 Instance3 e to
cens
gestion octroi gestion octroi gestion octroi
l i
R1 1, 3 R3 2, 3 R5
a ble
R2 1, 3 R4 1, 2 R6 1, 3
fe r
R3 3 R4 1
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Reconfiguration dynamique a ฺ co ent
o xy correspondant
Lorsqu'une instance se ferme, sa partie S tud à l'annuaire global des ressources
o @les noeuds
ssur h is restants. De même, lorsqu'une nouvelle instance
l
(GRD) doit être redistribuée
c t
l
s'ouvre dans le cluster,
( u seGRD des instances existantes doivent être redistribuées
du les parties
pour permettre
c l os la création de la partie GRD de cette nouvelle instance.
D
Plutôt uque de redistribuer toutes les ressources sur tous les noeuds, RAC utilise l'algorithme
t
n"LAZY REMASTERING" (algorithme de redistribution selon les besoins) qui consiste à ne
La ure redistribuer qu'un nombre minimal de ressources au cours des reconfigurations. La procédure
correspondante est illustrée dans la diapositive ci-dessus. Pour chaque instance, vous voyez
indiquée la partie du GRD qui fait l'objet de la redistribution, ainsi que le nom des instances
auxquelles les ressources sont actuellement octroyées. Lorsque la seconde instance échoue,
ses ressources sont redistribuées sur les instances restantes. Au fur et à mesure de cette
opération, toute référence à cette instance en échec est supprimée des ressources.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 20


Affinité des objets et redistribution dynamique
Les messages sont envoyés vers un noeud distant en cas de lecture dans le cache.

Noeud1 Noeud2
Instance1 Message GCS Avant
envoyé au maître -
- redistribution
- dynamique
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Instance2

Objet
Lecture
sur disque

to
Noeud2

-
ns e
ce
-
Après
l i
- -
a
dynamiquele
redistribution
b
Instance1
fe r
Noeud1
Instance2
a ns
n- t r
Aucun message n'est envoyé vers un noeud distant en cas de lecture dans le cache.

a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui

Affinité des objets et redistributionadynamique co ent
o y ressources,
xdes tud le service GCS (Global Cache Service),
Outre la reconfiguration dynamique
sau@ S
l
qui est parfaitement intégréo deistampons (buffer cache), permet à la base de données
cacheth
c se les ressources dans l'annuaire global des ressources
duautomatiquement
( l
d'adapter et de migrer
u
s Directory). On parle alors de redistribution dynamique. Cette opération vise
c l o
(Global Resource
à gérerules ressources de cache de tampons sur l'instance où elles font l'objet du plus grand
e n t D d'accès. Pour déterminer si une redistribution dynamique est nécessaire, le
nombre

La ur service GCS assure principalement le suivi du nombre de demandes GCS par instance et par
objet. Par conséquent, si une instance donnée (par opposition à une autre) accède plus souvent
à des blocs à partir d'un même objet, le service GCS peut alors décider de migrer
dynamiquement toutes les ressources de cet objet vers cette instance.
La partie supérieure du graphique proposé dans la diapositive ci-dessus illustre le cas où le
même objet a des ressources maîtres réparties entre différentes instances. Dans ce cas, chaque
fois qu'une instance a besoin de lire un bloc de cet objet dont le maître se trouve sur une autre
instance, cette instance de lecture doit envoyer un message au maître de la ressource pour lui
demander l'autorisation d'utiliser le bloc.
La partie inférieure du graphique illustre la situation obtenue à la suite d'une redistribution
dynamique. Dans ce cas, les blocs de l'objet présentent une affinité avec l'instance de lecture
qui n'a plus besoin d'envoyer de messages GCS via l'interconnexion entre noeuds afin de
demander des permissions d'accès.
Remarque : Le système transfère automatiquement le statut de maître des objets des
segments d'annulation à l'instance propriétaire de ces segments.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 21


Vues dynamiques des performances globales

• Stockage d'informations sur toutes les instances


démarrées
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Une vue globale pour chaque vue locale


• Utilisation d'un processus parallèle esclave sur chaque
instance

Cluster
Noeud1 Noeudn
GV$INSTANCE
Instance1 Instancen
e to
cens
V$INSTANCE V$INSTANCE l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o
cglobales n t
Vues dynamiques des performances a
xy globales e
o
Les vues dynamiques des performances S tudextraient des informations sur toutes les
o s@ à une
instances démarrées qui laccèdent t h isbase de données RAC. Par contre, les vues
c e extraient des informations sur l'instance locale
du usstandard
uniquement.os ( l
dynamiques des performances

u l V$ correspond une vue GV$, sauf rares exceptions. Outre les informations de la
cvue
e tD
A chaque
n
vue V$, chaque vue GV$ contient une colonne supplémentaire nommée INST_ID. Cette
La ur colonne indique le numéro de l'instance dont proviennent les informations de la vue V$
associée. Vous pouvez interroger les vues GV$ à partir de toute instance démarrée.
Les vues GV$ utilisent une forme particulière d'exécution en parallèle. Le coordinateur
d'exécution en parallèle est exécuté sur l'instance à laquelle le client se connecte et un
processus esclave est alloué dans chaque instance pour interroger la vue V$ sous-jacente de
cette instance.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 22


Besoins supplémentaires en mémoire pour RAC

• Heuristique pour les cas d'évolutivité :


– 15 % de zone de mémoire partagée en plus
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– 10 % de cache de tampons (buffer cache) en plus


• Un cache de tampons plus petit par instance pour la
charge globale d'une instance distribuée sur plusieurs
instances
• Valeurs actuelles :
SELECT resource_name,
e to
current_utilization,max_utilization
cens
FROM v$resource_limit l i
WHERE resource_name like 'g%s_%';
a ble
fe r
SELECT * FROM v$sgastat
a ns
WHERE name like 'g_s%' or name like 'KCL%';
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o RAC
cpour n t
Besoins supplémentaires en mémoire a
xy Stuallouée e
d dans la zone de mémoire partagée lors
o
La mémoire propre à RAC est principalement
@ Etant
l
de la création de la mémoire o sSGA. t h isdonné que des blocs peuvent être mis en mémoire
c
u uvous
dinstances, se devez également tenir compte des caches de tampons
cache sur plusieurs
( l
c l os plus volumineux.
(buffer caches)
Par D u
conséquent, lors de la migration de votre base de données Oracle d'une instance unique
t
nvers RAC (les besoins en termes de charge globale par instance étant les mêmes que dans le
La ure cas d'une instance unique), environ 10 % de cache de tampons et 15 % de zone de mémoire
partagée en plus sont nécessaires pour l'exécution sous RAC. Ces valeurs sont heuristiques et
basées sur l'expérience relative à la taille d'une installation RAC. Toutefois, ces valeurs sont
surtout des limites supérieures.
Si vous utilisez la fonctionnalité de gestion automatique de la mémoire (AMM, Automatic
Memory Management) comme point de départ, vous pouvez refléter ces valeurs dans le
paramètre d'initialisation SGA_TARGET.
Toutefois, tenez compte du fait que les besoins mémoire par instance sont réduits lorsque le
même nombre d'utilisateurs est distribué sur plusieurs noeuds.
Vous pouvez surveiller l'utilisation réelle des ressources en recherchant les entrées GCS
(Global Cache Service) et GES (Global Enqueue Service) dans les colonnes
CURRENT_UTILIZATION et MAX_UTILIZATION de la vue V$RESOURCE_LIMIT de
chaque instance. Vous pouvez surveiller l'utilisation exacte des ressources de mémoire RAC
de la zone de mémoire partagée en recherchant V$SGASTAT comme indiqué dans la
diapositive ci-dessus.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 23


Verrouillage inter-noeud efficace au niveau ligne

UPDATE UPDATE
1 2

Noeud1 Noeud2 Noeud1 Noeud2


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Instance1 Instance2 Instance1 Instance2

Pas de verrou
externe (lock)
COMMIT au niveau du bloc UPDATE

e to
ns
Noeud1 Noeud2 Noeud1 Noeud2
Instance1 Instance2 Instance1 Instance2
l i ce
3
a ble
4
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Verrouillage inter-noeud efficace au a ฺ co ligne
niveau e n t
o
Oracle prend en charge un verrouillagexy efficace
S tudau niveau ligne. Ces verrous externes (locks)
au niveau ligne sont créésl o s@ des
lorsque t h is
opérations LMD (langage de manipulation des
d u
données), comme UPDATE, c s
sonteexécutées par une application. Les verrous externes sont
( l u
s ce que l'application valide (commit) ou annule (rollback) la transaction.
c l o
conservés jusqu'à
u processus d'application est bloqué s'il demande un verrou externe sur la même
Tout autre
D
n t
ligne.

La ure Les transferts de blocs par le mécanisme "Cache Fusion" fonctionnent indépendamment de
ces verrous externes au niveau ligne visibles par l'utilisateur. Le transfert des blocs de
données par le service GCS est un processus de bas niveau qui peut avoir lieu sans attendre la
libération des verrous externes au niveau ligne. Les blocs peuvent être transférés d'une
instance vers une autre pendant que des verrous externes sont détenus au niveau ligne.
Le service GCS fournit l'accès aux blocs de données, ce qui permet l'exécution parallèle de
plusieurs transactions.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 24


Exécution en parallèle avec RAC

Les processus d'exécution esclave présentent une affinité


de noeud avec le coordinateur d'exécution, mais
s'étendent sur d'autres noeuds si nécessaire.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Noeud 1 Noeud 2 Noeud 3 Noeud 4

e to
Coordinateur
cens
d'exécution
l i
Disques a ble
Serveur
fe
d'exécution r
partagés
a ns
en parallèle

n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Exécution en parallèle avec RAC aฺc
o n t
xyintègre e
udconsidérations relatives à l'exécution en
o
L'optimiseur basé sur le coût d'Oracle S tles
l
parallèle comme un composanto s@fondamental
t h is pour obtenir des plans d'exécution optimaux.
c
du RAC,usdese décisions intelligentes sont prises quant au parallélisme
( l
Dans un environnement
intra-noeudloetsinter-noeud. Par exemple, si une interrogation donnée requiert six processus
D uc pour effectuer le travail et que six processus d'exécution esclave en parallèle
d'interrogation
e t inactifs sur le noeud local (noeud auquel est connecté l'utilisateur), l'interrogation est
nsont
u r
La traitée uniquement à l'aide des ressources locales. Ceci démontre un parallélisme intra-noeud
efficace et supprime la surcharge liée à la coordination de l'interrogation sur plusieurs noeuds.
Toutefois, si seulement deux serveurs d'exécution en parallèle sont disponibles sur le noeud
local, ces deux serveurs et quatre serveurs d'un autre noeud sont utilisés pour traiter
l'interrogation. Ainsi, le parallélisme inter-noeud et le parallélisme intra-noeud sont utilisés
pour accélérer les opérations d'interrogation.
Dans les applications d'aide à la décision, les interrogations ne sont pas parfaitement
partitionnées sur les différents serveurs d'interrogation. Par conséquent, certains serveurs
d'exécution en parallèle terminent leur traitement et deviennent inactifs avant les autres.
La technologie d'exécution en parallèle d'Oracle détecte de façon dynamique les processus
inactifs et affecte à ces derniers du travail provenant des tables de files d'attente des processus
surchargés. De cette manière, le serveur Oracle redistribue de façon efficace la charge globale
d'interrogations sur tous les processus. Real Application Clusters étend cette efficacité aux
clusters en permettant la redistribution du travail sur tous les processus d'exécution esclave en
parallèle d'un cluster.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 25


Principes du logiciel RAC

Cluster
Noeud1 Noeudn
Instance1 Instancen
Cache Cache
… Ressources …
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

LMON globales LMON


LMD0 LMD0
LMSx LMSx
LCK0 LCK0
DIAG DIAG

Oracle Clusterware Oracle Clusterware


CRSD et RACGIMON Interface CRSD et RACGIMON
EVMD de cluster EVMD
e to
OCSSD et OPROCD OCSSD et OPROCD
cens
l i
Applications Gestion Applications
a ble
ASM, DB, services, OCR globale : ASM, DB, services, OCR
fe r
Adresse IP virtuelle, SRVCTL, DBCA, EM n s
Adresse IP virtuelle,
a
ONS, EMD, listener
n- t r
ONS, EMD, listener

a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Principes du logiciel RAC a ฺ co ent
Les processus en arrière-plan associéso xyà uneSinstance
tud RAC sont plus nombreux que ceux
l o
associés à une base de données s@monoinstance.
t h is Ces processus sont principalement utilisés pour
préserver la cohérence c sede données entre les instances. Ils gèrent ce qu'on appelle les
d:u de la ubase
s (
ressources globales
l
c l o

D u : Global Enqueue
LMON : Global Service Monitor

e n•t LMD0 Enqueue Service Daemon


r
Lau
• LMSx : Processus GCS (Global Cache Service), où x peut être compris entre 0 et j
• LCK0 : Processus de verrouillage
• DIAG : Processus de diagnostic
Au niveau du cluster, vous trouvez les principaux processus d'Oracle Clusterware. Ils offrent
une interface de cluster standard sur toutes les plates-formes et réalisent des opérations de
haute disponibilité. Vous trouvez ces processus sur chaque noeud du cluster :
• CRSD et RACGIMON : Moteurs pour les opérations de haute disponibilité
• OCSSD : Permet de gérer l'appartenance aux noeuds et aux services de groupe (Group
Services)
• EVMD : Balaye le répertoire des appels de programmes externes (callouts) et les exécute
en fonction des événements détectés
• OPROCD : Contrôle les processus du cluster

Plusieurs outils permettent également de gérer les différentes ressources disponibles dans le
cluster à un niveau global. Ces ressources sont les instances Automatic Storage Management
(ASM), les bases de données RAC, les services et les applications de noeud. Dans ce cours,
vous allez utiliser, entre autres, les outils SRVCTL (Server Control), DBCA et Enterprise
Manager.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 26


Principes de stockage du logiciel RAC

Noeud1 Noeudn Noeud1 Noeudn


Instance1 … Instancen Instance1 … Instancen
CRS_HOME CRS_HOME
ORACLE_HOME ORACLE_HOME CRS_HOME CRS_HOME
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

ASM_HOME ASM_HOME
Zone de stockage Zone de stockage Zone de stockage Zone de stockage
locale locale locale locale

Fichiers "votants" Fichiers "votants"


Fichiers OCR Fichiers OCR
Stockage partagé ORACLE_HOME
ASM_HOME
e to
Stockage partagé
cens
l i
Permet les mises à niveau non simultanées, via des patches. a b le
fe r
Le logiciel n'est plus une sourcede panne en un point unique.
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Principes de stockage du logiciel RAC a ฺ co ent
o y Application
xReal tud Clusters se déroule en deux étapes.
L'installation d'Oracle Database 10g
@ hOracle
àsinstaller
S
is Clusterware. La deuxième consiste à installer le
La première étape consiste
c l o t
(ldu d'origine
logiciel de base de données
de cluster. Lesrépertoire useOracle
Oracle avec les composants RAC et à créer une base de données
Home que vous utilisez pour Oracle Clusterware doit
l o
c dans la zone de stockage partagée
être différent de celui utilisé pour le logiciel RAC. Bien qu'il soit possible d'installer le
D u
n t
logiciel RAC de votre cluster lors de l'utilisation de certains

La ure systèmes de fichiers clusterisés, ce logiciel est généralement installé dans un système de
fichiers standard local sur chaque noeud. Ceci permet les mises à niveau non simultanées via
des patches et le logiciel n'est plus une source de panne en un point unique. En outre, deux
fichiers au moins doivent être stockés dans votre zone de stockage partagée :
• Les informations de surveillance au sein du cluster. Sa taille est d'environ 20 Mo.
• Le fichier OCR (Oracle Cluster Registry) est également un composant-clé d'Oracle
Clusterware. Il gère les informations relatives aux composants de haute disponibilité de
votre cluster, comme le fichier "votant" qui est principalement utilisé par la liste des
noeuds du cluster de noeuds OCSSD (Oracle Cluster Synchronization Services Daemon),
le mapping entre instance de base de données de cluster et noeud, ainsi que les profils de
ressource d'application CRS (les services, les adresses IP virtuelles, etc.). Ce fichier est
tenu à jour au moyen d'outils d'administration tels que SRVCTL. Sa taille est d'environ
100 Mo.
Le fichier OCR et le fichier "votant" ne peuvent pas être stockés dans ASM car ils doivent
être accessibles avant le démarrage de toute instance Oracle. Ils doivent alors figurer dans une
zone de stockage fiable et redondante, de type RAID, ou être mis en miroir sur différents
disques. Il est recommandé de placer ces fichiers sur des raw devices sur les disques d'E/S les
plus rapides.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 27


Principes de stockage dans la base de données
RAC

Noeud1 Noeudn

Instance1 Instancen
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Fichiers de Fichiers de
journalisation journalisation
archivés archivés
Zone de stockage locale Zone de stockage locale

Fichiers de Fichiers de données Fichiers de


tablespace Fichiers temporaires tablespace
d'annulation pour Fichiers de contrôle d'annulation pour
instance1
Fichiers de la zone de récupération rapide
instancen
e to
Fichiers de
Fichier de suivi des modifications
Fichiers de
cens
journalisation journalisation
l i
en ligne (online redo
logs) pour instance1
SPFILE en ligne (online redo
a b
logs) pour instancen le
"Wallet" TDE
fe r
Stockage partagé
a n s
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Principes de stockage dans la baseade ฺ codonnées
e n tRAC
o
La différence principale entre la zonexyde stockage
S tud RAC et la zone de stockage des bases de
données Oracle monoinstances
l o s@reposet h is le fait que tous les fichiers de données RAC doivent
sur
d c
résider sur des unitésupartagées s e
(raw devices ou systèmes de fichiers clusterisés) pour pouvoir
l u
être partagés par(toutes les instances qui accèdent à la même base de données. Vous devez
égalementc l os au moins deux groupes de fichiers de journalisation pour chaque instance, et
créer
tousDlesugroupes de fichiers de journalisation doivent également être stockés sur des unités
t
npartagées pour la récupération d'instance ou la récupération après panne. Les groupes de
La ure fichiers de journalisation de chaque instance sont appelés thread de journalisation en ligne
d'une instance.
En outre, pour chaque instance, vous devez créer un tablespace d'annulation partagé pour
l'utilisation de la fonctionnalité de gestion automatique des annulations (AUM) recommandée.
Chaque tablespace d'annulation de l'instance doit être partagé par toutes les autres instances à
des fins de récupération.
Les journaux archivés ne peuvent pas être placés sur des raw devices car leurs noms sont
générés automatiquement et sont uniques. Ils doivent donc être stockés dans un système de
fichiers. Si vous utilisez un système de fichiers clusterisé (CFS), vous pouvez accéder à tout
moment à ces fichiers archivés à partir de n'importe quel noeud. Si vous n'utilisez pas de
système de fichiers clusterisé, vous êtes obligé de mettre les archives à la disposition des
autres membres du cluster au moment de la récupération, par exemple à l'aide d'un système de
fichiers NFS entre les noeuds. Si vous utilisez la fonctionnalité de zone de récupération rapide
recommandée, celle-ci doit être stockée dans un répertoire partagé afin que toutes les
instances puissent y accéder.
Remarque : Un répertoire partagé peut être un groupe de disques ASM ou un système de
fichiers clusterisé.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 28


RAC et technologies de stockage partagé

• Le stockage des données est une composante


essentielle des grids (grilles informatiques) :
– Le stockage partagé est fondamental
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– Nouvelles tendances technologiques


• Types de stockage partagé pris en charge pour les
grids Oracle :
– Network Attached Storage (NAS)
– Storage Area Network (SAN)
e to
• Types de stockage de fichiers pris en charge pour les
cens
grids Oracle : l i
a ble
– Raw volumes
fe r
– Système de fichiers clusterisé a ns
n- t r
– ASM
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
RAC et technologies de stockage partagé a ฺ co ent
o xy Stessentielle
Le stockage des données est une composante ud de toute solution de grid (grille
s @ i s
hété directement associé à chaque serveur
informatique). Le stockage
u c loStorage). tDepuis
a toujours
e
l d
(DAS - Directly Attached
( u s quelques années, on privilégie un type de stockage
o
plus flexible,
l saccessible via les réseaux de stockage (SAN) ou les réseaux Ethernet standard.
Grâce u c
à ces nouvelles options de stockage, plusieurs serveurs peuvent accéder au même
n t D
ensemble de disques, ce qui simplifie la fourniture d'espace de stockage dans tout
r e
u environnement distribué.
La Le réseau de stockage SAN représente une évolution de la technologie de stockage des
données. Sur les systèmes client-serveur, les données étaient toujours stockées sur des unités
directement associées au serveur ou situées au sein de ce serveur. Le Network Attached
Storage (NAS) fit ensuite son apparition : les unités de stockage ont alors été séparées du
serveur et directement connectées au réseau. Le réseau de stockage (SAN) va plus loin en
permettant aux unités de stockage de figurer sur leurs propres réseaux distincts et de
communiquer directement entre elles par l'intermédiaire de supports très rapides.
Les utilisateurs peuvent accéder à ces unités de stockage via des systèmes serveur connectés
au réseau local (LAN) et au réseau de stockage (SAN).
Le choix du système de fichiers est essentiel pour le déploiement RAC. Les systèmes de
fichiers traditionnels ne prennent pas en charge le montage simultané par plusieurs systèmes.
Par conséquent, vous devez stocker les fichiers dans des raw volumes sans système de fichiers
ou dans un système de fichiers prenant en charge l'accès simultané par plusieurs systèmes.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 29


RAC et technologies de stockage partagé (suite)
Le stockage partagé nécessaire à RAC peut être organisé selon trois approches différentes :
• Raw volumes : Il s'agit de raw devices directement attachés qui requièrent un mode de
stockage fonctionnant en mode bloc comme Fiber Channel ou iSCSI.
• Système de fichiers clusterisé : Un ou plusieurs systèmes de fichiers clusterisés peuvent
être utilisés pour stocker l'ensemble des fichiers RAC. Les systèmes de fichiers
clusterisés requièrent un stockage en mode bloc comme Fiber Channel ou iSCSI.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Automatic Storage Management (ASM) est un système de fichiers clusterisé portable,


dédié et optimisé pour les fichiers de base de données Oracle.
Remarque : iSCSI est important pour la technologie SAN car il permet le déploiement d'un
réseau de stockage (SAN) dans un réseau local (LAN), un réseau étendu (WAN) ou un réseau
urbain (MAN).

e to
ce ns
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 30


Système de fichiers OCFS

• Système de fichiers clusterisé sur disque partagé pour


Linux et Windows
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Améliore la gestion des données pour RAC en


éliminant la nécessité de gérer des raw devices
• Fournit une solution ouverte côté système
d'exploitation
• Peut être téléchargé à partir du site Web d'OTN :
– http://oss.oracle.com/projects/ocfs/ (Linux)
e to
– http://www.oracle.com/technology/software/products/database/
cens
oracle10g/index.html (Windows)
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Système de fichiers OCFS a ฺ co ent
OCFS (Oracle Cluster File System)o xesty un S tud de fichiers partagé conçu spécialement
système
l o
pour Oracle Real Applications@ t h
Clusters. s à OCFS, il est inutile de lier les fichiers de base
iGrâce
de données Oracleldàu c e et tous les noeuds peuvent partager un répertoire
des unitésslogiques
( u
s Home unique (uniquement sous Windows 2000 et 2003) ; il n'est pas
c l o
d'origine Oracle
u que chaque noeud dispose de sa propre copie locale. Les volumes du système de
nécessaire
D
t
ren
fichiers OCFS peuvent couvrir un disque partagé ou plusieurs pour la redondance et

Lau
l'amélioration des performances. Voici la liste des fichiers qui peuvent être placés dans un
système de fichiers OCFS version 1 :
• Installation du logiciel Oracle : cette configuration n'est actuellement prise en charge que
sous Windows 2000 et 2003. Le système de fichiers OCFS version 2 1.2.1 fournit
également la prise en charge du répertoire d'origine Oracle Home sous Linux.
• Fichiers Oracle (fichiers de contrôle, fichiers de données, fichiers de journalisation,
fichiers BFILE, etc.)
• Fichiers de configuration partagés (spfile)
• Fichiers créés par Oracle lors de l'exécution
• Fichier "votant" et fichier OCR
Le système de fichiers OCFS est gratuit pour les développeurs et les clients. Le code source
est fourni sous la licence grand public (GPL) sous Linux. Il peut être téléchargé sur le site
Web d'Oracle Technology Network.
Remarque : A partir du site Web d'OTN, vous pouvez télécharger spécialement OCFS pour
Linux. Toutefois, lorsque vous téléchargez les logiciels de base de données pour Windows,
OCFS est déjà inclus.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 31


Automatic Storage Management

• Fournit le premier système de fichiers de base


de données portable haute performance
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Gère les fichiers de base


de données Oracle Application

• Contient des données réparties


Base de données
sur les disques afin d'équilibrer
la charge Système de
fichiers
• Fournit des disques en miroir ASM
Gestionnaire
e to
intégrés de volumes ns
• Résout de nombreux défis
le lice
rab
Système d'exploitation
en termes de gestion du stockage
s fe
tra n
n on-
s a ฺ
a
h uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
Automatic Storage Management aฺc
om nt G
xy estSune e
o
Automatic Storage Management (ASM) tudnouvelle fonctionnalité d'Oracle
o
Database 10g. Elle offre lune
@ hisverticale du système de fichiers et du gestionnaire de
sintégration
u c sepour t les fichiers de base de données Oracle. ASM permet la
volumes, construited
(l SMP uniques
spécialement
u ou entre les différents noeuds d'un cluster pour la prise en
o s
gestion d'ordinateurs
chargeu cl Real Application Clusters.
d'Oracle
e n t Ddistribue la charge des entrées/sorties entre toutes les ressources disponibles afin
ASM
La ur d'optimiser les performances et élimine la nécessité du réglage (tuning) manuel des E/S.
Il aide les DBA à gérer un environnement de base de données dynamique en leur permettant
d'augmenter la taille de la base de données sans avoir à l'arrêter pour ajuster l'allocation de
l'espace de stockage.
ASM permet de gérer des copies redondantes des données afin d'assurer la tolérance de
panne ; cette fonction peut également être basée sur des mécanismes de stockage fiables
fournis par les fabricants. La gestion des données s'effectue via la sélection des
caractéristiques de fiabilité et de performance souhaitées pour des classes de données, et non
par interaction humaine fichier par fichier.
Les fonctionnalités ASM permettent aux DBA de gagner du temps, grâce à l'automatisation
du stockage, et ces derniers peuvent ainsi gérer des bases de données plus volumineuses (et
plus nombreuses).
Remarque : ASM est la stratégie privilégiée par Oracle pour le stockage des fichiers de base
de données. Toutefois, le développement et la prise en charge du système de fichiers OCFS
continueront pour ceux qui l'utilisent.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 32


Système de fichiers clusterisé ou raw device ?

• Système de fichiers clusterisé :


– Gestion simplifiée
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– Utilisation d'OMF avec RAC


– Une seule installation du logiciel Oracle
– Auto-extension
• Raw device :
– Performances
– Utilisation en cas d'indisponibilité du système de fichiers
e to
clusterisé
ns
– Ne peut pas être utilisé pour les fichiers de journalisation lice
archivés
r a ble
e
– Travail facilité par ASM nsf tra
n -
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o ?nt
cdevice
Système de fichiers clusterisé ou raw
Comme expliqué précédemment,o
a
xypouvez t u de un système de fichiers clusterisé ou
s@
vous
i s S utiliser
placer les fichiers sur deslo
raw t
devices.
c clusterisés
e h
l d u
Les systèmes de (fichiers s
u présentent les avantages suivants :
o s
ucl d'Oracle Managed Files avec RAC
• Simplification considérable de l'installation et de l'administration de RAC
• D
Utilisation
r e nt• Une seule installation du logiciel Oracle
La u • Activation de l'auto-extension des fichiers de données Oracle
• Accessibilité uniforme aux journaux archivés en cas de panne du noeud physique
Implications des raw devices :
• Les raw devices sont toujours utilisés lorsque le système de fichiers clusterisé n'est pas
disponible ou n'est pas pris en charge par Oracle.
• Les raw devices offrent les meilleures performances sans couche intermédiaire entre
Oracle et le disque.
• L'auto-extension échoue sur les raw devices si l'espace est insuffisant.
• ASM, les Logical Storage Managers ou gestionnaires de volumes logiques peuvent
faciliter l'utilisation des raw devices. Ils peuvent également vous permettre d'ajouter de
l'espace à un raw device en ligne ou vous pouvez créer des noms de raw device qui
rendent l'utilisation de l'unité correspondante explicite aux yeux des administrateurs
système.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 33


Cluster standard avec RAC

Serveurs

Interconnexion
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Interconnexion entre noeuds haut débit : Gigabit Ethernet Propriétaire


UDP Propriétaire
Clusterware de l'OS
Oracle Clusterware

RAC RAC RAC RAC


Linux, UNIX, Linux Linux AIX, HP-UX, Solaris
e to
Windows Windows Windows
cens
ASM RAW CFS l i
ASM OCFS RAW
Gestionnaire de volumes
a b le
du cluster (OS) fe r
an
Stockage partagé dans la base derdonnées
s
o n -t
s an ฺ
ha uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
ฺ c om nt G
Cluster standard avec RAC a ude
xunyprotocole
Chaque noeud d'un cluster requiert
s @ o
i s St d'interconnexion pour la communication
u c lo TCP/IP
inter-instance et le protocole
e th(Transmission Control Protocol/Internet Protocol) pour
s ( ld
le système d'élection
us
d'Oracle Clusterware.
o
Toutes les lplates-formes UNIX et Linux utilisent le protocole UDP (User Datagram Protocol)
sousD uc Ethernet (GbE) comme l'un des protocoles principaux et l'interconnexion entre
Gigabit
e t pour la communication IPC inter-instance RAC. Les autres protocoles
nnoeuds
r
u d'interconnexion entre noeuds incluent le protocole RSM (Remote Shared Memory) pour les
La interconnexions entre noeuds SCI et SunFire Link, et le protocole HMP (Hyper Messaging
Protocol) pour les interconnexions entre noeuds Hyperfabric. Dans tous les cas, votre
interconnexion entre noeuds doit être certifiée par Oracle pour votre plate-forme.
Grâce à Oracle Clusterware, vous pouvez réduire la complexité de l'installation et de la prise
en charge. Toutefois, il peut être nécessaire de recourir au clusterware d'un constructeur tiers
si les clients utilisent des interconnexions non-Ethernet ou si vous avez déployé des
applications dépendantes du clusterware sur le cluster sur lequel vous déployez RAC.
Comme pour l'interconnexion entre noeuds, la solution de stockage partagé que vous
choisissez doit être certifiée par Oracle pour votre plate-forme. Si un système de fichiers
clusterisé (CFS) est disponible sur la plate-forme cible, la zone de base de données et la zone
de récupération rapide peuvent être créées dans le système de fichiers clusterisé ou dans
ASM. S'il n'y a pas de système de fichiers clusterisé sur la plate-forme cible, la zone de base
de données peut être créée dans ASM ou sur des raw devices (avec le gestionnaire de volumes
requis), et la zone de récupération rapide doit être créée dans ASM.
Remarque : Il est fortement recommandé d'utiliser le protocole UDP sous GbE.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 34


Matrice de certification RAC

1. Connectez-vous à http://metalink.oracle.com.
2. Cliquez sur l'onglet Certify dans la zone de menus.
3. Cliquez sur le lien "View Certifications by Product".
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

4. Sélectionnez Real Application Clusters. Cliquez


ensuite sur Submit.
5. Sélectionnez la plate-forme adaptée et cliquez sur
Submit.

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Matrice de certification RAC a ฺ co ent
o y tuClusters
xApplication d
La matrice de certification de Real
s @ i s S est conçue pour résoudre toute
clPour
question concernant la certification. h cette matrice pour répondre à toute question de
o e tUtilisez
certification liée àld
( u
RAC.
u s
accéder à la matrice de certification de Real Application

c l os les opérations indiquées dans la diapositive ci-dessus.


Clusters, effectuez
D u
n t
La ure

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 35


RAC et services

Serveur d'applications
Equilibrage de la charge
ERP des connexions à l'exécution CRM
Transparence de l'emplacement du service
Connexions à des services
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

connexions à des services


Arrêt ou démarrage des

Processus d'écoute

Modification du mapping
Equilibrage de la charge Connaissance de la disponibilité
des connexions du service

service/instance
Instances RAC
ERP ERP Sauvegarde
ERP ERP
Priorité
e to
CRM CRM Alertes
Réglage
CRM CRM
ce ns
l i
a b le
fe r
Oracle Clusterware
a ns
t
Moteur de notification des événements de démarrage, d'arrêt et LBA
Redémarrage des composants en échec
n- r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
RAC et services a ฺ co ent
Les services sont une abstraction o xy pour
logique S tuladgestion des charges globales. Les services
divisent l'ensemble du travail
l o s@en cours
t h s
id'exécution dans la base de données Oracle en classes
d u
disjointes. Chaque servicec s e
représente une charge globale avec des attributs, des seuils de
l u
niveau de service( et des priorités communs.
s intégrés à la base de données Oracle, offrant ainsi une image unique du
c l osont
upour les charges globales, de l'affectation des priorités des charges globales, des
Les services
D
n t
système

La ure indicateurs de performances pour les transactions réelles, ainsi que des alertes et des actions
relatives à la violation des objectifs de performances. Ces attributs sont gérés par chaque
instance du cluster à l'aide de mesures, d'alertes, de classes de travail du planificateur
(scheduler) et de Resource Manager.
Avec RAC, les services facilitent l'équilibrage de la charge, permettent une récupération
rapide de bout en bout et assurent une transparence totale de l'emplacement.
Un service peut couvrir une ou plusieurs instances d'une base de données Oracle au sein d'un
cluster, et une instance unique peut prendre en charge plusieurs services. Le nombre
d'instances offrant le service est transparent vis-à-vis de l'application. Les services permettent
la récupération automatique d'un travail. Suite à une indisponibilité de la base de données, le
service est récupéré automatiquement sur les instances restantes. Lors de la réparation
ultérieure des instances, les services qui ne sont pas en cours d'exécution sont restaurés
automatiquement par Oracle Clusterware. Le service change immédiatement de statut
(démarré, arrêté ou trop occupé) ; une notification est disponible pour les applications qui
utilisent le service afin de déclencher des actions immédiates de récupération et d'équilibrage
de la charge. Les processus d'écoute (listeners) connaissent également la disponibilité des
services et sont chargés de la distribution de la charge globale sur les instances restantes lors
de l'établissement de nouvelles connexions. Cette architecture forme un service continu de
bout en bout pour les applications.
Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 36
Démonstrations disponibles

• Evolutivité RAC et débit des transactions


• Augmentation de la vitesse d'exécution RAC
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

et interrogations en parallèle
• Utilisation de la fonction TAF avec des instructions
SELECT

e to
cens
http://www.oracle.com/technology/obe/demos/admin/demos.html
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Démonstrations disponibles a ฺ co ent
o
Pour illustrer les principaux conceptsxybrièvement
S tudprésentés dans ce chapitre, vous pouvez
l
accéder à des démonstrationso s@ t
en lignehàis
l'adresse suivante :
u c e
(ld us
http://www.oracle.com/technology/obe/demos/admin/demos.html.
s
u clo
e n tD
La ur

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs I - 37


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Lau r e nt
D u c l os
(
c l o
ldu use
o
a
s@ this

m
xy Stud
h
co ent
a
a
) Gui
no
s deฺ
n- t r a
s n
fe r a b
le l i ce
ns e to
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Installation et configuration
d'Oracle Clusterware

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u
Objectifs

A la fin de ce chapitre, vous pourrez :


• décrire l'installation d'Oracle RAC 11g
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• réaliser les tâches de préinstallation de RAC


• réaliser les tâches de configuration du cluster
• installer Oracle Clusterware

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 2


Installation d'Oracle RAC 11g

L'installation d'Oracle RAC 11g s'effectue en deux étapes :


• La première étape consiste à installer Oracle
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Clusterware.
• La deuxième étape consiste à installer le logiciel Oracle
Database 11g avec RAC.

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Installation d'Oracle RAC 11g a ฺ co ent
o y tuenddeux étapes, ce qui implique une double
xs'effectue
L'installation d'Oracle Database 11g
s @ i s S
exécution d'Oracle Universal
c l o h
t des composants
Installer
e
(OUI). La première étape consiste à installer Oracle
Clusterware. Oracle
( l d u
Clusterware
u s propose de haute disponibilité et peut
s échéant, avec le clusterware d'un constructeur tiers pour coordonner les
interagir, leocas
l
c
u d'appartenance à ce cluster.
informations
t D
renLa deuxième étape consiste à installer le logiciel Oracle Database 11g avec RAC. Cette
Lau opération vous permet également de configurer des services pour votre environnement RAC.
Si vous disposez d'une base de données de cluster Oracle d'une version antérieure, OUI active
l'assistant DBUA (Database Upgrade Assistant) pour la mise à niveau automatique de cette
base. Le processus d'installation d'Oracle Database 11g offre une image unique du système,
une grande simplicité d'utilisation et une bonne fiabilité pour la mise en place de RAC et des
patches associés.
Utilitaires d'installation : Nouvelles fonctionnalités
De nouvelles fonctionnalités et des écrans modifiés ont été introduits pour OUI,
l'assistant DBCA (Database Configuration Assistant), l'assistant NetCA (Network
Configuration Assistant) et l'assistant DBUA. Les améliorations sont les suivantes :
Assistant DBCA
• Fournit une fonctionnalité de ligne de commande (deleteASM) qui supprime
le logiciel ASM
• Permet de basculer une base de données configurée pour Oracle Enterprise Manager
Database Control vers Oracle Enterprise Manager Grid Control

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 3


Installation d'Oracle RAC 11g (suite)
Utilitaires d'installation : Nouvelles fonctionnalités (suite)
Assistant DBUA
• En cas de demande de sauvegarde lors la mise à niveau, l'assistant DBUA crée un script
de restauration pour restaurer la base de données.
• Inclut un script amélioré à exécuter avant la mise à niveau pour déterminer une
estimation de l'espace, les paramètres d'initialisation, la collecte des statistiques et les
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

nouveaux avertissements. L'assistant DBUA fournit également des mises à niveau depuis
les versions 9.0, 9.2, 10.1 et 10.2 d'Oracle Database.
• Prend en charge les mises à niveau "in-place" des jeux de patches.
• Démarre tous les services à exécuter avant les mises à niveau.
Assistant NetCA
• L'assistant de désinstallation NetCA supprime les ressources CRS d'écoute qui sont
définies dans le même répertoire d'origine Oracle Home et pour lesquelles il n'existe pas
e to
de point de fin dans le fichier listener.ora.
ce ns
• L'assistant NetCA convertit les écoutes non clusterisées existantes en écoutes l i
clusterisées.
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 4


Installation d'Oracle RAC 11g : Procédure

1. Effectuez les tâches de préinstallation :


– Configuration matérielle
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– Configuration logicielle
– Configuration de l'environnement,
des paramètres du noyau, etc.
2. Installez Oracle Clusterware.
3. Installez ASM.
4. Installez Oracle Database 11g.
e to
5. Installez l'agent EM sur les noeuds du cluster si vous ns
utilisez Grid Control. le lice
r a b
6. Créez la base de données du cluster.
n s fe
7. Effectuez les tâches de postinstallation. -tra
n on
s a ฺ
a
h uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
ฺ c om nt G
xya11g, de
Installation d'Oracle RAC 11g : Procédure
Pour installer correctement Oracle o RAC tiluest important que vous compreniez les tâches
s
à réaliser et l'ordre dans lequel@elles doivent
i s Sêtre effectuées. Au préalable, vérifiez que chaque
o
l installation
noeud qui fera partieudecvotre e h
t RAC possède la configuration matérielle et la
d
(l présentées
configuration logicielle s
u dans ce chapitre. Vous devez procéder pas à pas pour
l o s
vérifier lecmatériel et les logiciels, ainsi que pour effectuer les procédures de préinstallation
u
D de données du cluster
propres à la plate-forme. Vous devez installer les patches de système d'exploitation requis par
n t
ure besoins.
la base et vérifier que les paramètres du noyau sont adaptés à vos
La Vous devez installer Oracle Clusterware à l'aide d'OUI. Avant de commencer cette opération,
vérifiez que les composants matériels de votre cluster fonctionnent normalement. Sinon,
l'installation risque d'être interrompue ou de ne pas fonctionner.
Une fois Oracle Clusterware correctement installé et testé, utilisez à nouveau OUI pour
installer Automatic Storage Management (ASM) et le logiciel Oracle Database 11g, y
compris les options logicielles requises pour une configuration RAC. Si vous envisagez
d'utiliser l'outil Enterprise Manager Grid Control afin de gérer les déploiements RAC, vous
devez alors installer l'agent EM (Enterprise Manager) sur chaque noeud du cluster. Pour que
la base de données RAC créée soit entièrement fonctionnelle, quelques tâches de
postinstallation sont nécessaires. La suite du chapitre vous apporte les informations
nécessaires pour réaliser correctement ces différentes tâches.
Remarque : Il n'est pas nécessaire d'installer ASM dans un répertoire d'origine
ORACLE_HOME distinct mais cela est toutefois recommandé.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 5


Différences d'installation sous Windows
et sous UNIX

• Services de démarrage et d'arrêt


• Variables d'environnement
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Compte DBA pour les administrateurs de base


de données
• Compte pour l'exécution d'OUI

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Différences d'installation sous Windows a ฺ co et sous
e n t UNIX
xy StuOracle
Si vous êtes habitué à installer desocomposants
d dans les environnements UNIX, vous
l o s@ thcorrespondantes
savez que les tâches de configuration is requièrent souvent une intervention
manuelle. Cela estd u c
différent s
sous e
Windows. Voici les principales différences entre une
( l u
c l osde UNIX
installation sous et une installation sous Windows :
D u
• Services démarrage et d'arrêt

r e nt l'installation.
Sous Windows, OUI crée et configure les services de démarrage et d'arrêt pendant

La u Sur les systèmes UNIX, c'est aux administrateurs qu'incombe la tâche de


créer ces services.
• Variables d'environnement
Sous Windows, OUI définit dans le registre les variables d'environnement telles que
PATH, ORACLE_BASE, ORACLE_HOME et ORACLE_SID. Sur les systèmes UNIX, vous
devez paramétrer ces variables d'environnement manuellement.
• Compte DBA pour les administrateurs de base de données
Sous Windows, OUI crée le groupe ORA_DBA. Sur les systèmes UNIX, vous devez créer
le compte DBA manuellement.
• Compte pour l'exécution d'OUI
Sous Windows, vous vous connectez avec des privilèges Administrateur. Vous n'avez
pas besoin d'un compte à part. Sur les systèmes UNIX, vous devez créer ce compte
manuellement. Dans les systèmes Oracle RAC, tous les noeuds membres du cluster
doivent avoir un compte utilisateur équivalent pour le compte qui installe la base de
données. Par conséquent, le compte et le mot de passe de l'administrateur doivent être les
mêmes sur tous les noeuds.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 6


Tâches de préinstallation

Vérifiez les caractéristiques du système.


Vérifiez la configuration logicielle.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Vérifiez les paramètres du noyau.


Créez des groupes et des utilisateurs.
Effectuez la configuration du cluster.

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Tâches de préinstallation a ฺ co ent
o y tudet Oracle Database 11g, vous devez
xClusterware
Avant d'installer les logiciels Oracle
s @ de i s S
effectuer certaines tâches.
c oCertaines h
l doiventevous
t êtretâches
ces sont communes à toutes les installations de
( l
base de données Oracled u et
u s familières. D'autres sont propres à
Oracle RACo11g.
l s
Les D u c
opérations de préinstallation sont importantes pour le bon déroulement du processus
t
nd'installation ultérieur. Si vous n'effectuez pas ces tâches, l'installation risque d'être affectée et
La ure vous serez peut-être obligé de relancer le processus depuis le début.
Remarque : Avant d'installer RAC, il est vivement recommandé de configurer le
protocole NTP (Network Time Protocol) sur tous les noeuds du cluster.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 7


Configuration matérielle

• Au moins 1 Go de mémoire physique est nécessaire.


# grep MemTotal /proc/meminfo
MemTotal: 1126400 kB
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Un minimum de 1 Go d'espace de swap est nécessaire.


# grep SwapTotal /proc/meminfo
SwapTotal: 1566328 kB

• Le répertoire /tmp doit comporter au moins 400 Mo.


# df -k /tmp e to
Filesystem 1K-blocks Used Available Use%
ce ns
l i
/dev/sda6 6198556 3137920 2745756 54%
a b le
• Le logiciel Oracle Database 11g requiert jusqu'àsf4eGo r
d'espace disque. t r a n
n on-
s a ฺ
a
h uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
ฺ c om nt G
Configuration matérielle
xya S e
o
Le système doit présenter la configuration tud minimale suivante :
matérielle
l o
• Au moins 1 Go (gigaoctet) s@de mémoire
t h is physique est nécessaire. Pour déterminer la
d c
u physique
quantité de mémoire se disponible, tapez la commande suivante : grep
( l
s /proc/meminfo. u
c l o
MemTotal
• Unuminimum de 1 Go d'espace de swap, ou le double de la quantité de mémoire
n t Dphysique, est nécessaire. Sur les systèmes dotés d'au moins 2 Go de mémoire, l'espace de
ur e
La
swap peut représenter de une à deux fois la quantité de mémoire physique. Pour
déterminer la taille de l'espace de swap configuré, tapez la commande suivante : grep
SwapTotal /proc/meminfo.
• Au moins 400 Mo d'espace disque doivent être disponibles dans le répertoire /tmp.
Pour déterminer la quantité d'espace disque disponible dans le répertoire /tmp, tapez la
commande suivante : df -k /tmp. Vous pouvez également afficher la quantité d'espace
disque en mégaoctets ou en gigaoctets. Pour cela, tapez la commande suivante : df –h.
• Jusqu'à 4 Go d'espace disque sont nécessaires pour le logiciel Oracle Database 11g (selon
le type d'installation). Vous pouvez utiliser la commande df pour vérifier la disponibilité
de l'espace disque requis.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 8


Configuration réseau

• Chaque noeud doit comporter au moins deux


adaptateurs de réseau.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Chaque adaptateur de réseau public doit prendre


en charge le protocole TCP/IP.
• L'adaptateur d'interconnexion entre noeuds doit
prendre en charge le protocole UDP (User Datagram
Protocol).
• Le nom d'hôte et l'adresse IP associés à l'interface
e to
publique doivent être enregistrés dans le service de
ns
noms de domaine (DNS) ou dans le fichier
e lice
/etc/hosts. abl fer
a n s
n - tr
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Configuration réseau a ฺ co ent
Chaque noeud doit comporter au o xy deux
moins S ud
tadaptateurs de réseau : un pour l'interface réseau
o s @
publique et l'autre pour l'interface h i
réseau sprivée ou pour l'interconnexion entre noeuds. En
c l t
outre, les noms d'interface
les mêmes surstous use aux adaptateurs de réseau pour chaque réseau doivent être
(ldlesu noeuds.
associés

clo public, chaque adaptateur de réseau doit prendre en charge le protocole


Pour leuréseau
e n t D Pour le réseau privé, l'interconnexion entre noeuds doit prendre en charge le
TCP/IP.

La ur protocole UDP (TCP pour Windows) à l'aide d'adaptateurs de réseau haut débit et de
commutateurs (switches) prenant en charge le protocole TCP/IP. Il est recommandé d'utiliser
Gigabit Ethernet ou un équivalent.
Remarque : Pour obtenir la liste exhaustive des protocoles pris en charge, reportez-vous au
document Note: 278132.1 sur le site de MetaLink.
Avant le lancement de l'installation, une adresse IP et un nom d'hôte associé doivent être
enregistrés dans le service de noms de domaine (DNS) ou dans le fichier /etc/hosts pour
chaque interface réseau publique. Pour chaque noeud, une adresse IP virtuelle inutilisée et un
nom VIP associé doivent être enregistrés dans le service de noms de domaine (DNS) ou dans
le fichier /etc/hosts que vous configurez pour l'interface réseau publique principale.
L'adresse IP virtuelle doit figurer dans le même sous-réseau que l'interface publique associée.
Après l'installation, vous pouvez configurer les clients de sorte qu'ils utilisent le nom VIP ou
l'adresse IP virtuelle. Si un noeud tombe en panne, son adresse IP virtuelle est transférée vers
un autre noeud. Pour l'adresse IP privée et le nom d'hôte facultatif de chaque interface privée,
Oracle recommande d'utiliser les adresses IP réseau privées (par exemple, 10.*.*.* ou
192.168.*.*). Vous pouvez utiliser le fichier /etc/hosts sur chaque noeud pour associer
les noms d'hôte privés aux adresses IP privées.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 9


Adresses IP virtuelles et RAC

clnode-1 clnode-2 clnode-1vip

clnode-2vip
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

2 Clients 2

ERP=(DESCRIPTION= ERP=(DESCRIPTION=
4 1 ((HOST=clusnode-1)) 5 1 ((HOST=clusnode-1vip))
6 ((HOST=clusnode-2)) 6 ((HOST=clusnode-2vip))
(SERVICE_NAME=ERP)) (SERVICE_NAME=ERP))

5
Attente du délai 7
e to
de dépassement 7
cens
l i
a ble
3
3
fe r
ns
clnode-2vip
a
clnode-1 clnode-2
n- t r
4 clnode-1vip

a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Adresses IP virtuelles et RAC a ฺ co ent
o y liées
xtoutes tudà la disponibilité des applications lors de
Les adresses IP virtuelles (VIP) sont
s@ this S
l'échec de l'intégralité d'un
l onoeud.
cen panne,
Lorsqu'un noeud tombe
( l d u u sel'adresse IP virtuelle associée est automatiquement
transférée sur
l o sun autre noeud du cluster. Lorsque cela se produit :
c
• Leunouveau noeud indique la nouvelle adresse MAC (Media Access Control) de
n t Dl'adresse IP virtuelle. Les clients directement connectés voient généralement apparaître
ur e des messages d'erreur relatifs à leurs connexions à l'ancienne adresse.
La • Les paquets suivants envoyés à l'adresse IP virtuelle sont acheminés vers le nouveau
noeud, qui renvoie aux clients les paquets RST en erreur. Les clients reçoivent
immédiatement des messages d'erreur.
Cela signifie que lorsque le client exécute du code SQL sur le noeud qui est maintenant
arrêté (3) ou qu'il parcourt la liste des adresses lors de la connexion (1) plutôt que d'attendre
un délai de dépassement TCP/IP (5) très long (jusqu'à 10 minutes), il reçoit une
réinitialisation TCP. Dans le cas du code SQL, une erreur ORA-3113 se produit. Dans le cas
de la connexion, l'adresse suivante de tnsnames est utilisée (6). La diapositive illustre le cas
de la connexion avec et sans adresse IP virtuelle. S'ils n'utilisent pas d'adresses IP virtuelles,
les clients connectés à un noeud en échec attendent généralement un délai de dépassement
TCP de 10 minutes, puis reçoivent un message d'erreur. Vous ne disposez donc pas d'une
bonne solution de haute disponibilité sans adresse IP virtuelle.
Remarque : Une fois que vous vous trouvez dans la pile SQL et que vous êtes bloqué sur les
demandes de lecture/d'écriture, vous devez utiliser la notification FAN (Fast Application
Notification) pour recevoir une interruption. La notification FAN est traitée plus en détails
dans le chapitre "Haute disponibilité des connexions".

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 10


Configuration logicielle du réseau RAC

• Des protocoles d'interconnexion pris en charge


sont requis :
– TCP/IP
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– UDP
– Reliable Data Gram
• Token Ring n'est pas pris en charge
sur les plates-formes AIX.

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Configuration logicielle du réseau a ฺ
RAC co ent
Chaque noeud d'un cluster requiert o xunyprotocole
S tudd'interconnexion entre noeuds pour la prise en
charge du mécanisme "Cache
l o s@Fusion"
t h isle protocole TCP/IP pour le système d'élection
et
c e d'interconnexion pris en charge sont, outre le protocole
d'Oracle Clusterware.uLes protocoles
(ld Memory,
UDP, RemotesShared usHyper Messaging Protocol et Reliable Data Gram. Notez que
Token u l o
c n'est pas pris en charge pour les interconnexions entre noeuds du cluster sous AIX.
Ring
n t D
Votre interconnexion entre noeuds doit être certifiée par Oracle pour votre plate-forme.
ur e Vous devez par ailleurs disposer d'un navigateur Web pour consulter la documentation en ligne.
La Oracle Corporation a procédé à de très nombreux tests concernant les bibliothèques UDP (et
TCP pour Windows) fournies par Oracle. En se fondant sur ces tests et sur de nombreux
déploiements dans des environnements de production pour le compte de clients, Oracle Support
recommande vivement d'utiliser le protocole UDP (ou TCP sous Windows) pour les
environnements RAC associés à Oracle Database 11g. Les recommandations s'appliquant au
protocole UDP sont les suivantes :
• Utilisez au moins une interface Gigabit Ethernet pour bénéficier de performances
optimales.
• Les câbles croisés ne sont pas pris en charge (utilisez un commutateur haut débit).
• Augmentez la taille des mémoires tampons (buffers) UDP en indiquant la valeur maximale
prise en charge par le système d'exploitation.
• Activez la vérification par checksum UDP.
Le clusterware Oracle fournit les mêmes fonctionnalités que les clusterwares de constructeurs
tiers. En outre, son utilisation réduit la complexité liée à l'installation et à la prise en charge.
Toutefois, vous devrez peut-être recourir aux clusterwares d'autres constructeurs en cas
d'interconnexions entre noeuds non-Ethernet ou si vous avez déployé des applications qui
dépendent de clusterwares particuliers.
Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 11
Packages requis

• L'utilitaire cluvfy contrôle la version des packages.


• Par exemple, les packages et versions requis pour
Red Hat 4.0 et Oracle Enterprise Linux 4 incluent :
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– glibc-2.3.4-2.25
– glibc-common-2.3.4.2-25
– glibc-devel-2.3.4.2-25
– gcc-3.4.6-3
– gcc-c++-3.4.6-3
e to
– libaio-0.3.105-2
cens
– libaio-devel-0.3.105-2 l i
a ble
– libstdc++-3.4.6-3.1
fe r
– make-3.80-6 a ns
n- t r
– sysstat-5.0.5-11
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Packages requis a ฺ co ent
o
Vérifiez que les packages répertoriésxydans S ud
la tdiapositive ci-dessus sont installés sur le
s @ i s
o equethvous avez l'intention d'installer. OUI (Oracle Universal
système, en fonction deslproduits
d u c s Linux requis pour la base de données du cluster et les
( l
Installer) vérifie que les packages
u
s sont installés sur votre système. Pour garantir la réussite de ces vérifications,
c l o
services associés
vérifiezula présence des packages requis avant de lancer OUI.
e n t Ddéterminer si les packages requis sont installés, tapez les commandes suivantes :
Pour

La ur # rpm -q package_name
# rpm –qa |grep package_name_segment
Par exemple, pour vérifier les packages de compatibilité gcc, exécutez la commande
suivante :
# rpm –qa |grep compat
compat-libstdc++-33-3.2.3-47.3
compat-gcc-32-3.2.3-47.3
compat-libgcc-296-2.96-132.7.2
compat-gcc-32-c++-3.2.3-47.3
Si un package n'est pas installé, installez-le à partir de votre support de diffusion Linux en tant
qu'utilisateur root, à l'aide de la commande rpm –i. Par exemple, pour installer le package
compat-db, utilisez la commande suivante :
# rpm –i compat-db-4.1.25-9.i386.rpm

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 12


Groupes et utilisateurs UNIX requis

• Créez un utilisateur oracle, un groupe dba et un


groupe oinstall sur chaque noeud :
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

# groupadd -g 500 oinstall


# groupadd -g 501 dba
# useradd -u 500 -d /home/oracle -g "oinstall" \
–G "dba" -m -s /bin/bash oracle

• Vérifiez l'existence de l'utilisateur nobody ne disposant


d'aucun privilège :
e to
# grep nobody /etc/passwd
cens
l i
Nobody:x:99:99:Nobody:/:/sbin/nobody
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Groupes et utilisateurs UNIX requisaฺc
o n t
xy lorsSde e
Vous devez créer le groupe oinstall o tulad première installation du logiciel de base de
l
données Oracle sur le système.o s@Ce groupe
t h is est propriétaire de l'inventaire Oracle Inventory, qui
c
dulogicielsudesebase de données Oracle installés sur le système.
est un catalogue des
( l
s le groupe dba lors de la première installation du logiciel de base de
Vous devez
c l ocréer
D
donnéesu Oracle sur le système. Il identifie les utilisateurs UNIX qui disposent des privilèges
t
nd'administration de la base de données. Si vous souhaitez indiquer un groupe autre que le
La ure groupe dba par défaut, vous devez choisir l'installation personnalisée du logiciel ou lancer
OUI sous le nom d'un utilisateur qui n'est pas membre de ce groupe. Dans ce cas, OUI vous
invite à indiquer le nom de ce groupe.
Vous devez créer l'utilisateur oracle lors de la première installation du logiciel de base de
données Oracle sur le système. Cet utilisateur est propriétaire de tous les logiciels installés.
Le nom généralement choisi pour cet utilisateur est oracle. Le groupe principal de cet
utilisateur doit être le groupe Oracle Inventory. Son groupe secondaire doit être le groupe
OSDBA (dba).
Vous devez vérifier qu'un compte utilisateur ne disposant pas de privilèges et nommé
nobody existe sur le système. L'utilisateur nobody doit être propriétaire des travaux
externes (extjob) exécutables après l'installation.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 13


Environnement de l'utilisateur oracle

• Définissez le paramètre umask avec la valeur 022.


• Configurez la variable d'environnement DISPLAY.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Configurez la variable d'environnement ORACLE_BASE.


• Si nécessaire, configurez les variables TMP et TMPDIR.
$ cd
$ vi .bash_profile
umask 022
ORACLE_BASE=/u01/app/oracle; export ORACLE_BASE
TMP=/u01/mytmp; export TMP e to
TMPDIR=$TMP; export TMPDIR
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Environnement de l'utilisateur oracle a ฺ co ent
Vous devez exécuter OUI en tanto
xy Stuoracle
qu'utilisateur
d
. Toutefois, avant de lancer OUI, vous
o s @ dehl'utilisateur
i s
u c l
devez configurer l'environnement
e t oracle . Pour configurer l'environnement,
vous devez :
• définiro
(ld us
lesmasque par défaut de création de fichier (umask) avec la valeur 022 dans le
u cl de démarrage du shell,
t• Dconfigurer les variables d'environnement DISPLAY et ORACLE_BASE,
fichier
e n
La ur • libérer suffisamment d'espace disque temporaire pour OUI.
Si le répertoire /tmp comporte moins de 400 Mo d'espace libre sur le disque, identifiez un
système de fichiers suffisamment volumineux, et configurez les variables d'environnement
TMP et TMPDIR de façon à définir un répertoire temporaire dans ce système de fichiers.
Utilisez la commande df -k pour identifier un système de fichiers approprié disposant de
suffisamment d'espace disponible. Vérifiez que l'utilisateur oracle et le groupe oinstall
peuvent accéder en écriture au répertoire temporaire.
# df -k
Filesystem 1K-blocks Used Available Use% Mounted on
/dev/hdb1 3020140 2471980 394744 87% /
/dev/hdb2 3826584 33020 3599180 1% /home
/dev/dha1 386008 200000 186008 0% /dev/shm
/dev/hdb5 11472060 2999244 7890060 28% /u01
# /mkdir /u01/mytmp
# chmod 777 /u01/mytmp

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 14


Restrictions du shell pour les utilisateurs

• Ajoutez les lignes suivantes au fichier


/etc/security/limits.conf :
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

* soft nproc 2047


* hard nproc 16384
* soft nofile 1024
* hard nofile 65536

• Ajoutez la ligne suivante au fichier /etc/pam.d/login :


session required /lib/security/pam_limits.so e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Restrictions du shell pour les utilisateurs a ฺ co ent
Pour améliorer les performances o
y tvous
duxlogiciel, ud devez appliquer les restrictions suivantes au
s@oracle is :S
l o
niveau du shell pour l'utilisateur
c t h
• nofile : Le d
( l u maximal
nombre
u se de descripteurs de fichier ouverts doit être 65 536.
nproc :sLe nombre maximal de processus disponibles pour un seul utilisateur ne doit
cêtreloinférieur à 16 384.

u
pas
e n tD
Les limites supérieures de ces paramètres peuvent être définies dans le fichier
La ur /etc/security/limits.conf comme indiqué dans la diapositive ci-dessus. L'entrée
configure les modules PAM (Pluggable Authentication Module) pour le contrôle de la
sécurité de la session. PAM est un système de bibliothèques qui gèrent les tâches
d'authentification des applications (services) sur le système. L'approche PAM repose sur le
principe que la nature de l'authentification peut être configurée de façon dynamique.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 15


Configurer l'installation distante

Pour configurer le shell sécurisé :


1. Créez les clés publique et privée sur tous les noeuds :
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

[vx0044]$ /usr/bin/ssh-keygen -t dsa


[vx0045]$ /usr/bin/ssh-keygen -t dsa

2. Dans le fichier authorized_keys sur le premier noeud,


concaténez les fichiers id_dsa.pub de tous les noeuds :
[vx0044]$ ssh vx0044 "cat ~/.ssh/id_dsa.pub" >> \
~/.ssh/authorized_keys
[vx0044]$ ssh vx0045 "cat ~/.ssh/id_dsa.pub" >> \ e to
~/.ssh/authorized_keys
ce ns
l i
ab :
3. Copiez le fichier authorized_keys sur les autres noeuds le
f e r
[vx0044]$ scp ~/.ssh/authorized_keys vx0045:/home/oracle/.ssh/
a n s
t r
n on-
s a ฺ
a
h uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
Configurer l'installation distante aฺc
om nt G
$ rpm -qa|grep -i openssh o xy Stude
openssh-3.9p1-8.RHEL4.20
l o s@ this
u c se
openssh-askpass-3.9p1-8.RHEL4.20
d
s ( l u
openssh-clients-3.9p1-8.RHEL4.20
cl o
openssh-server-3.9p1-8.RHEL4.20
u
e n t Dconfigurer
Partons de l'hypothèse que le cluster comprend deux noeuds, à savoir vx0044 et vx0045.

La ur Pour le shell sécurisé (SSH - Secure Shell) à l'aide de DSA (Directory System
Agent) dans ce cluster, procédez comme indiqué ci-après. Notez que vous pouvez également
utiliser l'outil d'administration unique SSA (Single Station Administration) pour cette
opération.
1. En tant qu'utilisateur oracle, créez les clés publique et privée sur les deux noeuds :
[vx0044]$ /usr/bin/ssh-keygen -t dsa
[vx0045]$ /usr/bin/ssh-keygen -t dsa
Acceptez l'emplacement par défaut du fichier de clés. Lorsque vous êtes invité à indiquer
la phrase secrète, appuyez simplement sur la touche Entrée.
2. Dans le fichier authorized_keys sur le premier noeud, concaténez le contenu des
fichiers id_dsa.pub de chaque noeud.
[vx0044]$ ssh vx0044 "cat ~/.ssh/id_dsa.pub" >> \
~/.ssh/authorized_keys
[vx0044]$ ssh vx0045 "cat ~/.ssh/id_dsa.pub" >> \
~/.ssh/authorized_keys

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 16


Configurer l'installation distante (suite)
3. Copiez le fichier authorized_keys au même emplacement sur le second noeud.
[vx0044]$ scp ~/.ssh/authorized_keys
vx0045:/home/oracle/.ssh/
4. Testez la configuration.
[vx0044]$ ssh vx0045 hostname
$ ssh vx0045 uptime
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

vx0045.us.oracle.com

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 17


Répertoires requis pour le logiciel
de base de données Oracle

Vous devez identifier cinq répertoires pour le logiciel


de base de données Oracle :
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Le répertoire de base Oracle


• Le répertoire oraInventory
• Le répertoire d'origine Oracle Clusterware
• Le répertoire d'origine Oracle Home pour la base
de données
• Le répertoire d'origine Oracle Home pour ASM
e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
o
deฺcbase de n t
Répertoires requis pour le logiciel a
x y u d e données Oracle

s @ o
Le répertoire de base Oracle (ORACLE_BASE)
i s St sert de répertoire de premier niveau pour
de base deth
l'installation des logicielslo données Oracle. Sur les systèmes UNIX, les règles
d u c s e
( l
relatives à l'architecture OFA
u(Optimal Flexible Architecture) recommandent l'utilisation d'un
s au chemin suivant pour le répertoire de base Oracle :
c l o/mount_point/app/oracle_sw_owner
chemin similaire
D u
t
nmount_point correspondant au répertoire de point de montage du système de fichiers qui
La ure contient le logiciel de base de données Oracle et oracle_sw_owner au nom utilisateur
UNIX du propriétaire du logiciel de base de données, généralement oracle.
Le répertoire Oracle Inventory (oraInventory) contient l'inventaire de tous les logiciels
installés sur le système. Il est requis et partagé par l'ensemble des installations de logiciels de
base de données Oracle d'un même système. La première fois que vous installez le logiciel de
base de données Oracle sur un système, OUI vous invite à indiquer le chemin d'accès de ce
répertoire. Si vous installez le logiciel dans un système de fichiers local, il est recommandé de
choisir le chemin suivant : ORACLE_BASE/oraInventory.
OUI crée le répertoire indiqué et configure le propriétaire, le groupe et les droits d'accès
correspondants.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 18


Répertoires requis pour le logiciel de base de données Oracle (suite)
Le répertoire d'origine Oracle Clusterware est le répertoire dans lequel vous choisissez
d'installer le logiciel Oracle Clusterware. Vous devez installer Oracle Clusterware dans un
répertoire d'origine distinct. Comme l'utilisateur root doit être le propriétaire du répertoire
parent du clusterware, il n'est pas possible de se servir du même répertoire de base que celui
utilisé par les fichiers de la base de données. Lors de l'exécution d'OUI, vous êtes invité à
indiquer le chemin d'accès et le nom de ce répertoire. Il est recommandé de définir un chemin
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

similaire à celui qui suit :


/u01/crs11g
Notez que, dans l'exemple précédent, l'utilisateur root doit être le propriétaire de /u01 et
que /u01 doit être accessible en écriture au groupe oinstall.
Le répertoire d'origine Oracle Home est le répertoire dans lequel vous choisissez d'installer le
logiciel d'un produit Oracle spécifique. Vous devez indiquer des répertoires Oracle Home
distincts pour les différents produits Oracle installés ou pour les différentes versions d'un
e to
même produit Oracle. Lors de l'exécution d'OUI, vous êtes invité à indiquer le chemin d'accès
ce ns
i
et le nom de ce répertoire. Il doit s'agir d'un sous-répertoire du répertoire de base Oracle. Il est
l
recommandé de définir un chemin similaire à celui qui suit :
a ble
ORACLE_BASE/product/11.1.0/db_1
fe r
a ns
Si vous prévoyez d'utiliser ASM pour gérer le stockage partagé, il est recommandé de lui
n- t r
créer un autre répertoire d'origine. Indiquez pour ASM un chemin comparable à celui qui
suit : a no
ORACLE_BASE/product/11.1.0/asm_1
h a s deฺ
m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
d u c se
s ( l u
cl o
D u
rent
Lau

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 19


Paramètres du système d'exploitation Linux

Paramètre Valeur Fichier


semmsl 250 /proc/sys/kernel/sem
semmns 32000 /proc/sys/kernel/sem
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

semopm 100 /proc/sys/kernel/sem


semmni 128 /proc/sys/kernel/sem
shmall 2097152 /proc/sys/kernel/shmall
shmmax ½ de la taille /proc/sys/kernel/shmmax
de la mémoire
physique
shmmni 4096 /proc/sys/kernel/shmmni
e to
65536
ns
file-max /proc/sys/fs/file-max
rmem_max 4194304 /proc/sys/net/core/rmem_max
l i ce
rmem_default 4194304 /proc/sys/net/core/rmem_default le
a b
fe r
wmem_max 262144 /proc/sys/net/core/wmem_max
n s
wmem_default 262144 - tra
/proc/sys/net/core/wmem_default
n
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o
cLinux n t
Paramètres du système d'exploitation a e
xydansSlettableau
ud de la diapositive ci-dessus présentent
Vérifiez que les paramètres présentéso
des valeurs supérieures ou l o s@ auxthvaleurs
égales is recommandées indiquées. Utilisez la commande
sysctl pour visualiser c se par défaut des différents paramètres. Par exemple, pour
du les valeurs
( l u
c l osparamètres
visualiser les relatifs aux sémaphores, exécutez la commande suivante :
D u
# sysctl -a|grep sem

e n t
kernel.sem = 250 32000 32 128

La ur Les valeurs indiquées représentent respectivement semmsl, semmns, semopm et semmni.


Vous pouvez configurer manuellement les paramètres du noyau suivants :
• SEMMNS : Nombre de sémaphores du système.
• SEMMNI : Nombre d'identificateurs de jeux de sémaphores qui contrôlent le nombre de
jeux de sémaphores pouvant être créés simultanément.
• SEMMSL : Les sémaphores sont regroupés en jeux de sémaphores, et SEMMSL contrôle la
taille de tableau, ou le nombre de sémaphores présents dans chaque jeu de sémaphores.
Il doit y en avoir environ dix de plus que le nombre maximal de processus Oracle.
• SEMOPM : Nombre maximal d'opérations par appel d'opération de sémaphore.
• SHMMAX : Taille maximale d'un segment de mémoire partagée. Si possible, cette valeur
doit être légèrement supérieure à la taille maximale prévue de la mémoire SGA (System
Global Area).
• SHMMNI : Nombre d'identificateurs de mémoire partagée.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 20


Paramètres du système d'exploitation Linux (suite)
• RMEM_MAX : Taille maximale de la fenêtre de réception (tampon) TCP.
• RMEM_DEFAULT : Taille par défaut de la fenêtre de réception TCP.
• WMEM_MAX : Taille maximale de la fenêtre d'envoi TCP.
• WMEM_DEFAULT : Taille par défaut de la fenêtre d'envoi TCP.

Vous pouvez régler manuellement les paramètres relatifs aux sémaphores, dans le fichier
/proc/sys/kernel/sem :
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

# echo SEMMSL_value SEMMNS_value SEMOPM_value \


SEMMNI_value > /proc/sys/kernel/sem
Pour modifier les valeurs de ces paramètres et les rendre persistantes, modifiez le fichier
/etc/sysctl.conf comme suit :
# vi /etc/sysctl.conf
...
kernel.sem = 250 32000 100 128
kernel.shmall = 2097152
e to
kernel.shmmax = 2147483648
cens
kernel.shmmni = 4096 l i
fs.file-max = 65536
a ble
rmem_max = 4194304 fe r
a ns
rmem_default = 4194304
wmem_default = 262144 n- t r
wmem_max = 262144
a no
net.ipv4.ip_local_port_range = 1024 65000
h a s deฺ
Remarque : Les paramètres du noyau indiqués m ) Gsont
ci-dessus u i seulement des valeurs
recommandées. Pour les systèmes de base a ฺ cdeodonnées
e n tde production, il est recommandé
d'effectuer un réglage (tuning) deo xyvaleurs
ces
S udd'optimiser les performances.
tafin
Remarque : Etant donnélo
@ hisparamètres à vérifier, vous pouvez procéder à une
lesnombretde
d u c via l'utilitaire
se Cluster Verification Utility.
( l
vérification automatique
u
c l os
D u
t
ren
Lau

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 21


Tâches de configuration du cluster

1. Consultez la section Certifications by Product du site


http://metalink.oracle.com/.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

2. Vérifiez les interconnexions entre noeuds haut débit.


3. Déterminez l'option de stockage partagé (sur disque)
de votre système :
– Système de fichiers OCFS ou autre solution de
système de fichiers partagé
– Raw devices
– ASM e to
Il est impossible d'utiliser ASM pour les fichiers OCR ce ns
l i
et de disque "votant".
a ble
4. Installez les patches requis pour le système s fe r
d'exploitation. t r a n
- on
a ฺ n
a s
h uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
Tâches de configuration du clusteraฺc
om nt G
o xycombinaison
t u decertifiée système d'exploitation/version du
Pour vérifier que vous disposez d'une
s i s S
@ reportez-vous
logiciel de base de donnéeso Oracle,
e h
cl Availability
t & Certification
aux informations de certification
( l u
disponibles dans ladsection
u s du site Oracle MetaLink. Consultez la

c l os
section Certifications by Product du site http://metalink.oracle.com.
D u que les interconnexions entre noeuds de votre cluster fonctionnent correctement.
Vérifiez
t
nSi vous utilisez le clusterware d'un constructeur tiers, vérifiez qu'il fonctionne correctement en
La ure suivant les instructions associées.
Déterminez l'option de stockage de votre système, puis configurez le disque partagé. Oracle
recommande d'utiliser Automatic Storage Management (ASM) et Oracle Managed Files
(OMF) ou un système de fichiers clusterisé tel qu'OCFS (Oracle Cluster File System). Si vous
utilisez ASM ou un système de fichiers clusterisé, vous pouvez également utiliser OMF et les
autres fonctionnalités de stockage d'Oracle Database 11g.
Oracle Clusterware requiert le partage des fichiers OCR et des fichiers de disque "votant".
Notez que vous ne pouvez pas vous servir d'ASM pour stocker ces fichiers car les composants
du clusterware sont lancés avant les instances ASM ou RAC. Mais ces fichiers peuvent être
mis en correspondance avec des blocs partagés ou raw devices ou exister sur un
volume OCFS.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 22


Vérifier la configuration des clusters
à l'aide de cluvfy

• Installez le module RPM cvuqdisk requis pour cluvfy :


# su root
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

# cd /stage/db/rpm
# export CVUQDISK_GRP=dba
# rpm -iv cvuqdisk-1.0.1-1.rpm

• En tant qu'utilisateur oracle, exécutez l'utilitaire cluvfy


comme suit :
# cd /stage/db
e to
./runcluvfy.sh stage -post hwos -n all -verbose
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Vérifier la configuration des clusters a ฺàcol'aideedentcluvfy
o xy Utility
Grâce à l'utilitaire Cluster Verification S
d
tu(cluvfy), vous pouvez effectuer de
s @ i s
nombreuses vérificationslo
u c e th L'utilitaire
de préinstallation et postinstallation, à différentes étapes de
( l d
l'installation de la base de
u s
données RAC. cluvfy est disponible dans Oracle
Database 11g
l sRelease 1. Pour vérifier que le cluster est prêt pour l'installation d'Oracle
oexécutez
u c
Clusterware, cluvfy comme suit :
D
truncluvfy.sh stage -post hwos -n all -verbose
n$Performing
u r e post-checks for hardware and operating system setup
La Checking node reachability...
...
Result: Node reachability check passed from node "vx0044".
Checking user equivalence...
...
Result: User equivalence check passed for user "oracle".
Checking node connectivity...
...
Result: Node connectivity check passed.
Checking shared storage accessibility...
...
Shared storage check passed on nodes "vx0045,vx0044".
...
Post-check for hardware and operating system setup was successful on
all the nodes.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 23


Installer Oracle Clusterware
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
$ export ORACLE_BASE=/u01/app/oracle
cens
l i
$ /stage/db/runInstaller
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Installer Oracle Clusterware a ฺ co ent
o
Définissez la variable d'environnement xy ORACLE_BASE
S tud conformément au modèle
s @ i s
u c loou duPour
d'emplacement de l'installation.
e thlancertemporaire
OUI, exécutez la commande runInstaller à
( l d
partir du CD d'installation
u s répertoire du logiciel. L'écran "Select a Product
o
to Install" vous
l s permet d'installer et de créer une base de données ou d'installer le logiciel
c
u ou Oracle Clusterware. Cliquez sur le bouton Oracle Clusterware, puis sur
client Oracle
n t D
Next.

La ure Si vous procédez à l'installation dans un environnement dans lequel vous n'avez jamais
installé le logiciel de base de données Oracle (c'est-à-dire un environnement ne contenant
aucun inventaire OUI), vous accédez à l'écran "Specify Inventory directory and credentials".
Si vous effectuez l'installation dans un environnement dans lequel l'inventaire OUI est déjà
configuré, OUI affiche l'écran Specify File Locations au lieu de l'écran "Specify Inventory
directory and credentials".

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 24


Définir le répertoire Inventory
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Définir le répertoire Inventory a ฺ co ent
o xy and
Dans l'écran "Specify Inventory directory S
d
tucredentials", indiquez l'emplacement de
s @ i s
u c e th conforme
lo ORACLE_BASE
l'inventaire. Si le répertoire a été configuré correctement, OUI suggère un
( l
emplacement approprié d pour
u s
l'inventaire, aux règles de l'architecture OFA. Si le

c l os Saisissez len'anom
répertoire ORACLE_BASE pas été configuré, indiquez l'emplacement qui vous convient
D u
pour l'inventaire. du groupe UNIX oinstall dans le champ "Specify
e t
nOperating System group name", puis cliquez sur Next.
u r
La

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 25


Indiquer le répertoire d'origine
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Indiquer le répertoire d'origine a ฺ co ent
o y Details.
xHome tud Cet écran contient des informations
OUI affiche ensuite l'écran Specify
s@ thsource S
is et l'emplacement cible des fichiers d'installation.
l o
prédéfinies concernant l'emplacement
c
OUI fournit un nom
( l u sed'origine Oracle Clusterware dans le champ Name situé
dude répertoire
c l osDestination
dans la section de l'écran. Vous pouvez accepter ce nom ou en indiquer un autre.
D u
Si le répertoire ORACLE_BASE a été configuré, un chemin compatible OFA figure dans le
e t Path situé sous la section Destination. Sinon, indiquez l'emplacement cible approprié,
nchamp
r
u puis cliquez sur Next pour continuer.
La Si ORACLE_HOME est défini dans l'environnement, il apparaît dans la fenêtre des
emplacements OUI. En règle générale, ORACLE_HOME fait référence au répertoire d'origine
de la base de données ; il n'y a pas de variable d'environnement correspondante pour
l'installation du clusterware. Vous devez en tenir compte et ne pas simplement cliquer sur les
boutons pour passer à l'écran suivant parce qu'une valeur est déjà affichée. L'utilisateur root
doit être propriétaire du répertoire parent du répertoire d'origine Clusterware Home qui doit
être accessible en écriture par le groupe d'installation oinstall.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 26


Contrôle de la configuration minimale par produit
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o produit
cpar n t
Contrôle de la configuration minimale
xy S a ud e
o
L'installeur contrôle ensuite la conformité de tl'environnement à la configuration minimale
s @ h i s
u clo Oracle
requise pour une installation
niveaux de versiondcritiques, e tClusterware.
etsvérifie
Il recherche la présence des packages et des

s (l est indiquée
incohérenceodétectée
le paramétrage du kernel, du réseau, etc. Toute
u pour que vous puissiez la rectifier. Si vous êtes certain
u cl spécifique ne causera aucun problème, cliquez dessus et indiquez qu'il a été
qu'un élément
e n tD
auto-contrôlé, puis poursuivez l'installation. N'effectuez cette opération qu'en cas de certitude
r
u absolue ; sinon, corrigez l'erreur avant de poursuivre. Une fois toutes les vérifications
La effectuées, cliquez sur le bouton Next pour continuer.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 27


Configuration du cluster
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Configuration du cluster a ฺ co ent
o
L'écran Specify Cluster Configuration xyaffiche
S tudesdinformations prédéfinies relatives aux
noeuds si OUI détecte que l o s@système
votre t h iscomporte un clusterware d'un constructeur tiers.
c
u Cluster
Sinon, OUI affichedl'écran se Configuration sans les informations de noeud prédéfinies.
( l u
sn'apparaissent pas tous dans la fenêtre des noeuds du cluster, cliquez sur le
Si les noeuds
c l o
boutonuAdd. Pour chaque noeud que vous ajoutez, indiquez les noms de noeud public, de
e n t D privé et de l'hôte virtuel. Tous ces noms de noeud doivent pouvoir être résolus sur
noeud
r
Lau
chaque noeud à l'aide du système de noms de domaine (DNS) ou du fichier /etc/hosts.
Dans le champ Cluster Name, saisissez le nom du cluster. Vérifiez que le nom du cluster est
unique au sein du réseau.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 28


Définition des interconnexions privées
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Définition des interconnexions privées a ฺ co ent
o
Dans l'écran Specify Network Interface xy Usage, S
d pouvez sélectionner les interfaces réseau
tuvous
à utiliser sur les noeuds dul o s@ pour
cluster t h isla communication inter-noeud. Vérifiez que la bande
c sevous choisissez pour l'interconnexion entre noeuds est
du réseauuque
( l
passante des interfaces
s la prise en charge du trafic réseau lié au cluster et à RAC. Il est fortement
c l o
suffisante pour
u d'utiliser une interface Gigabit Ethernet pour l'interconnexion privée entre
recommandé
D
e n t
noeuds. Pour configurer l'interface en vue d'une utilisation privée, cliquez sur son nom, puis
r
u sur Edit. Dans la fenêtre contextuelle qui s'affiche, indiquez l'utilisation des interfaces réseau.
La Dans l'exemple proposé dans la diapositive ci-dessus, il y a trois interfaces : eth0, eth1 et
eth2. L'interface eth0 est l'interface réseau principale de l'hôte et doit être marquée Public.
L'interface eth1 est dédiée au réseau de stockage qui prend en charge le stockage partagé de
ce cluster. Elle doit être marquée Do Not Use. L'interface eth2 est configurée pour une
interconnexion privée entre noeuds et doit être marquée Private. Une fois que vous avez
terminé, cliquez sur le bouton Next pour continuer.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 29


Fichier OCR (Oracle Cluster Registry)
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Fichier OCR (Oracle Cluster Registry) a ฺ co ent
o xy Location
L'écran Specify Oracle Cluster Registry S tudapparaît. Saisissez un nom de fichier
@ partagé
lesbloc
entièrement qualifié pourlo h isou raw device ou un fichier de système de fichiers
c t
l du OCR.uEnsecas de recours à des disques externes en miroir, sélectionnez
partagé pour le fichier
(
o s External Redundancy. Vous devez alors entrer un emplacement de
le bouton d'option
l
fichieru c
OCR unique. Si vous n'utilisez pas une telle méthode, sélectionnez le bouton d'option
n t D
Normal Redundancy. Vous devez indiquer deux emplacements de fichiers. Pour optimiser la
r e
u disponibilité, indiquez des emplacements existant sur différents disques ou volumes. Cliquez
La sur Next pour continuer.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 30


Fichier du disque "votant"
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Fichier du disque "votant" a ฺ co ent
o xy estSdetu
La finalité première du disque "votant"
d
fournir de l'aide en cas d'échec de la
l
communication réseau privée. o s@ t h
Lorsque iles réseau privé tombe en panne, les clusters ne peuvent
pas maintenir tousd c se
lesunoeuds disponibles
( l u car ils ne peuvent pas synchroniser les E/S avec le
s Par conséquent, certains des noeuds doivent être placés hors ligne. C'est via le
disqueu c o
disque partagé.
l
"votant" que sont communiquées les informations concernant le statut des noeuds.
n t
Ces
D
informations servent à déterminer lesquels de ces noeuds passeront en "offline".
r e
u Comme le disque "votant" doit être accessible à tous les noeuds pour évaluer avec précision
La les différentes appartenances, le fichier doit être stocké dans un emplacement de disque
partagé. Le disque "votant" peut résider sur un bloc ou raw device ou dans un système de
fichiers clusterisé.
Dans Oracle Database 11g Release 1, la disponibilité du disque "votant" a été améliorée grâce
à la possibilité de configurer plusieurs disques "votants". Si le disque "votant" n'est pas mis en
miroir, il faut alors configurer au moins trois disques "votants".

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 31


Récapitulatif et installation
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Récapitulatif et installation a ฺ co ent
OUI affiche l'écran Summary. Notez o xyqu'OUI
S udinstaller les composants affichés dans la
tdoit
l o s@sur tlehbouton
fenêtre de récapitulatif. Cliquez is Install. L'écran Install apparaît. Il vous informe
c se
dul'installation.
( l
sur la progression de
u
os les logiciels sur le noeud local. Il les copie ensuite sur les noeuds distants.
OUI copield'abord
c
D u
n t
La ure

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 32


Exécuter des scripts de configuration
sur tous les noeuds
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o tousnles
csur t noeuds
Exécuter des scripts de configuration a
xy indiquant e
OUI affiche ensuite une boîte de o
dialogue S tud que vous devez exécuter les scripts
l
orainstRoot.sh et root.sh o s@ sur t h s les noeuds concernés par l'installation. Le script
itous
root.sh exécutedles c sesuivants sans votre intervention :
u assistants
( l u
s Registry Configuration Tool (ocrconfig)
• Oracle Cluster
c l oConfiguration
D u
• Cluster Tool (clscfg)
e t fois le script root.sh exécuté sur tous les noeuds, cliquez sur le bouton OK pour
nUne
r
u fermer la boîte de dialogue. Exécutez l'utilitaire cluvfy pour vérifier la postinstallation
La de CRS.
Remarque : Veillez à bien exécuter sur chaque noeud les scripts mentionnés précédemment
en série et en respectant l'ordre indiqué.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 33


Fin de l'installation
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Fin de l'installation a ฺ co ent
o xy Stusurdles deux noeuds, la page Configuration
Après l'exécution des scripts de configuration
o s@ dethconfiguration
Assistants s'affiche. Les lassistants is du serveur ONS et des interconnexions
d u c s e
privées entre noeuds
( l sont exécutés.
u Vous pouvez suivre leur progression dans cet écran.
sle tour de l'utilitaire Cluster Verification Utility qui est exécuté pour tester la
Vient ensuite
c l o
u de la nouvelle installation. Lorsque vous cliquez sur le bouton Next, l'écran End of
viabilité
D
en t
Installation s'affiche. Cliquez sur Exit pour quitter OUI.
r
Lau

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 34


Vérifier l'installation d'Oracle Clusterware

• Vérifiez l'exécution des processus Oracle Clusterware


à l'aide de la commande ps.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Vérifiez les entrées de démarrage d'Oracle Clusterware


dans le fichier /etc/inittab.

# cat /etc/inittab
# Run xdm in runlevel 5
x:5:respawn:/etc/X11/prefdm -nodaemon
h1:35:respawn:/etc/init.d/init.evmd run >/dev/null
e to
2>&1 </dev/null
cens
h2:35:respawn:/etc/init.d/init.cssd fatal >/dev/null
l i
2>&1 </dev/null
a ble
h3:35:respawn:/etc/init.d/init.crsd run >/dev/null
fe r
2>&1 </dev/null
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Vérifier l'installation d'Oracle Clusterware a ฺ co ent
Avant de poursuivre l'installationo
y tdeubase
duxlogiciel
d de données Oracle, vous devez vérifier
s@ S
is d'Oracle Clusterware. Dans Oracle RAC 11g, la
l o
l'installation et le mécanisme
c t h
de démarrage
( l u effectuée
gestion des clustersdest
u separ les processus evmd, ocssd et crsd. Exécutez la
commande psssur les deux noeuds pour vérifier que ces processus sont en cours d'exécution.
$ ps u clo d.bin
tD
–ef|grep
e n
ur root
oracle 9332 9313 0 Oct30 ? 00:00:38 .../evmd.bin
La oracle
9347 8498 0 Oct30 ?
9897 9414 0 Oct30 ?
00:25:20 .../crsd.bin reboot
00:09:40 .../ocssd.bin
oracle 18387 1 0 Oct30 ? 00:00:00 .../oclskd.bin

...
Vérifiez le mécanisme de démarrage d'Oracle Clusterware. Dans Oracle RAC 11g, les
processus Oracle Clusterware sont démarrés par des entrées du fichier /etc/inittab, qui
est traité à chaque modification du niveau d'exécution (runlevel) (comme c'est le cas lors du
démarrage et de l'arrêt du système) :
h1:35:respawn:/etc/init.d/init.evmd run >/dev/null 2>&1 </dev/null
h2:35:respawn:/etc/init.d/init.cssd fatal >/dev/null 2>&1 </dev/null
h3:35:respawn:/etc/init.d/init.crsd run >/dev/null 2>&1 </dev/null
Remarque : Les processus sont démarrés aux niveaux d'exécution 3 et 5, avec l'indicateur
respawn.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 35


Vérifier l'installation d'Oracle Clusterware (suite)
Par conséquent, si les processus CRS sont interrompus de façon anormale, ils sont redémarrés
automatiquement. Si vous les fermez, ils sont relancés automatiquement ou, ce qui est pire, ils
entraînent la réinitialisation du noeud. Pour cette raison, il n'est pas recommandé d'arrêter
Oracle Clusterware en fermant les processus. Pour arrêter Oracle Clusterware sans arrêter le
noeud, tapez la commande crsctl :
# /u01/crs11g/bin/crsctl stop
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Si vous rencontrez des difficultés avec l'installation d'Oracle Clusterware, consultez les
fichiers journaux associés. Pour cela, accédez aux répertoires situés sous le répertoire
d'origine du logiciel Oracle Clusterware :
$ORA_CRS_HOME/log/hostname : Répertoire contenant le fichier alert.log du
clusterware des noeuds.
$ORA_CRS_HOME/log/hostname/crsd/ : Répertoire contenant les fichiers journaux du
processus CRSD. e to
cens
$ORA_CRS_HOME/log/hostname/cssd/ : Répertoire contenant les fichiers journaux du l i
processus CSSD.
a b le
r
fejournaux du
$ORA_CRS_HOME/log/hostname/evmd/ : Répertoire contenant les fichiers
n s
processus EVMD.
n - tra
$ORA_CRS_HOME/log/hostname/client/ : Répertoireacontenant no les fichiers journaux
d'OCR. h a s deฺ
m ) Gui
a ฺ co pouvez
Une fois que vous avez déterminé que l'installation
e
du tlogiciel Oracle Clusterware a réussi et
nlancer l'installation du logiciel Oracle
x y
qu'elle est complètement opérationnelle, vous
u d
Database 11g.
s @ o
i s St
u c lo e th
s (ld us
u clo
r ent D
Lau

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 36


Synthèse

Ce chapitre vous a permis d'apprendre à :


• décrire l'installation d'Oracle RAC 11g
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• réaliser les tâches de préinstallation de RAC


• réaliser les tâches de configuration du cluster
• installer Oracle Clusterware

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 37


Exercice 1 : Présentation

Dans cet exercice, vous allez :


• exécuter la configuration initiale des clusters
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• installer Oracle Clusterware

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 1 - 38


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Installation du logiciel RAC

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u
Objectifs

A la fin de ce chapitre, vous pourrez :


• installer et configurer Automatic Storage Management
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

(ASM)
• installer le logiciel de base de données Oracle
• exécuter les tâches requises préalables à la création
d'une base de données

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 2


Installer Automatic Storage Management (ASM)
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
$ id
cens
l i
oracle
a ble
$ /stage/db/runInstaller
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Installer Automatic Storage Management a ฺ co (ASM)
e n t
Dans le cadre de ce cours, vous allez o xygérerSletstockage
ud partagé de la base de données du
o @ Management
sStorage h is
cluster à l'aide d'Automatic
u c l e t (ASM). Une fois que vous avez installé
Oracle Clusterware,
( l d exécutez
u s
Oracle Universal Installer (OUI) à partir du CD d'installation ou
os temporaire du logiciel et installez ASM avec l'utilisateur oracle.
de l'emplacement
$ id ucl

e n tD
oracle

La ur $ cd /stage/db
$./runInstaller
L'écran "Select a Product to Install" vous permet d'installer et de créer une base de données ou
d'installer le logiciel client Oracle ou Oracle Clusterware. Cliquez sur le bouton Oracle
Database 11g, puis sur Next.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 3


Type d'installation
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Type d'installation a ฺ co ent
Lorsque l'écran Installation Type o xy S
apparaît, tud sur le bouton d'option Enterprise Edition
cliquez
l o s@ Cliquez
pour indiquer le type d'installation. t h is sur le bouton Next pour continuer.
c
du use
( l
c l os
D u
n t
La ure

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 4


Emplacement d'installation
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Emplacement d'installation a ฺ co ent
o xy Location".
L'écran suivant qui apparaît est "Install S tud Indiquez dans les champs respectifs
o @ hd'ASM
sd'origine is et le nom de l'installation. Même si ASM et
l'emplacement du répertoire
c l t
l du de données
l'installation de la base
( u se peuvent tous deux résider dans le même répertoire et
c l os fichiers,
utiliser les mêmes installez ASM à part, dans son propre répertoire d'origine
D u
ORACLE_HOME. Ainsi, le répertoire ORACLE_HOME de la base de données ne constituera

r e npast une source potentielle de panne pour les groupes de disques ASM ; cela éliminera par la
La u même occasion les problèmes de gestion des versions entre les installations des fichiers ASM
et de la base de données. Indiquez un nom d'installation qui respecte bien ces exigences.
Ensuite, cliquez sur le bouton Next pour continuer.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 5


Mode d'installation du cluster matériel
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Mode d'installation du cluster matériel a ฺ co ent
o
Dans l'écran Specify Hardware Cluster xy Installation
S tud Mode qui s'affiche, sélectionnez le bouton
o @ hensuite
sCliquez is sur le bouton Select All pour sélectionner tous
l
d'option Cluster Installation.
c t
l d
les noeuds du cluster.
( se pas correctement les noeuds, effectuez un diagnostic
uSi OUIun'affiche
c l osen exécutant
du clusterware la commande olsnodes -v à partir du répertoire
u
ORA_CRS_HOME/bin
D et analysez les résultats. Si vous détectez des problèmes au sein de
e t environnement, vous pouvez également recourir à l'utilitaire cluvfy pour les résoudre.
nvotre
r
u Si les résultats détaillés indiquent que le clusterware rencontre des problèmes d'exécution,
La reportez-vous à la documentation relative au clusterware.
Une fois que vous avez terminé, cliquez sur le bouton Next pour continuer.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 6


Ecran Product-Specific Prerequisite Checks
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ecran Product-Specific Prerequisite a ฺ co ent
Checks
o xy S
Dans l'écran Product-Specific Prerequisite tud le programme d'installation vérifie les
Checks,
l o s@d'exploitation
exigences relatives au système t h is qui doivent être remplies pour que l'installation
c se réussie, la case Succeeded correspondant au test est
du vérification
( l
réussisse. Après chaque
u
s de la série de tests sont affichés au bas de l'écran. Tout test ayant échoué
cochée. Lesorésultats
c l
u L'exemple de la diapositive présente les résultats d'une série de tests qui ont tous
est signalé.
t D
n Si certains tests échouent, ouvrez une autre fenêtre de terminal pour essayer de
abouti.
r e
u corriger le problème. Revenez ensuite dans OUI, puis cliquez sur le bouton Retry pour
La réexécuter les tests. Vous avez la possibilité de cocher la case en regard des erreurs signalées
pour les ignorer. Toutefois, n'effectuez cette opération que si vous êtes absolument certain que
l'erreur signalée n'aura pas d'incidence sur l'installation. Une fois tous les tests réussis, cliquez
sur le bouton Next pour continuer.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 7


Ecran Select Configuration Option
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ecran Select Configuration Optionaฺc
o n t
xy vous e
d le choix entre les options suivantes :
Dans l'écran Select ConfigurationoOption, S tuavez
l
• Installer le logiciel deo s@de données
base t h is et créer une base
c
du use
• Configurer ASM
( l
• Installer
c l osuniquement le logiciel de base de données (sans créer de base)
D ucette installation concerne uniquement l'installation du répertoire d'origine ASM
Puisque
t
nHome, sélectionnez le bouton Install Software Only. Une fois que vous avez terminé,
La ure cliquez sur le bouton Next pour continuer.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 8


Ecran Privileged Operating System Groups
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ecran Privileged Operating SystemaGroups ฺ co ent
Dans la page Privileged Operating o xy SGroups,
Systems tud choisissez les groupes de systèmes
l o s@ aux
d'exploitation (SE) correspondant t h is sécurisés de base de données désignés pour
groupes
prendre en charge d c
u use des SE. La valeur par défaut est dba pour chaque
l'authentification
( l
c l os OSOPER et OSASM. Cliquez sur Next pour continuer.
groupe : OSDBA,
D u
n t
La ure

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 9


Ecran Summary
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ecran Summary a ฺ co ent
L'écran Summary apparaît alors. Vous o xypouvez S
d
tuparcourir l'arborescence d'installation afin de
s @ i s
lo eEnsuite,
vérifier les éléments sélectionnés.
u c th cliquez sur le bouton Install pour continuer.
(
Dans l'écran Install,
s us surveiller la progression de l'installation. Une fois les
ldvous pouvez
u clo noeuds.
fichiers installés et les exécutables associés au premier noeud, l'installeur copie l'installation
t D
sur les autres Une fois l'installation terminée, OUI vous invite à exécuter les scripts de
renconfiguration sur tous les noeuds.
Lau

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 10


Ecran Execute Configuration Scripts
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ecran Execute Configuration Scripts a ฺ co ent
Dans l'écran qui apparaît ensuite,o xy êtesSinvité
vous tudà exécuter le script root.sh sur les noeuds
l o
indiqués. Ouvrez une fenêtre s@ t h
de terminal ispour chaque noeud répertorié dans la liste, puis
c
du en
exécutez le script root.sh e qu'utilisateur root à partir du répertoire indiqué.
stant
( l u
c l os
D u
n t
La ure

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 11


Ecran End of Installation
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ecran End of Installation a ฺ co ent
Lorsque le script root.sh a étéo xy sur
exécuté S ud les noeuds du cluster, revenez dans la
ttous
l
fenêtre Execute Configurationo s@ t
Scriptsh iscliquez sur le bouton OK pour continuer. Une fois
et
c se of Installation s'affiche. Cliquez sur le bouton Exit pour
du l'écranuEnd
l
l'installation terminée,
(
c l os en cours.
quitter l'application
D u
t
ren
Lau

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 12


Configurer ASM
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
$ export ORACLE_HOME=/u01/app/oracle/product/11.1.0/asm_1
cens
$ export PATH=$PATH:ORACLE_HOME/bin l i
$ dbca
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Configurer ASM a ฺ co ent
o y avec
xinstallé tudsuccès, les instances ASM doivent être
Une fois que le logiciel ASM a été
@groupes S
isde disques doivent être créés pour prendre en charge
configurées et démarréesloetsdes t h
d c
u partagésdee votre base de données de cluster. Pour exécuter ces tâches
( l
les besoins en stockage
u
rapidement etsavec précision, utilisez l'assistant DBCA. Exécutez dbca à partir du répertoire
u clo
ASM ORACLE_HOME/bin comme illustré dans la diapositive ci-dessus. Dans l'écran
t D
ren
Welcome, sélectionnez Oracle Real Application Clusters database et cliquez sur Next.

Lau

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 13


Configurer ASM
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Configurer ASM (suite) a ฺ co ent
o xy SAutomatic
Sur l'écran suivant, sélectionnez Configure tud Storage Management, puis cliquez
l o
sur le bouton Next. Maintenant,s@choisissez
t h is les noeuds sur lesquels gérer ASM. Cliquez sur le
bouton Select All, d c
u sur Next sepour continuer.
( l puis
u
c l os
D u
n t
La ure

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 2 - 14


Configurer ASM
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Configurer ASM (suite) a ฺ co ent