Vous êtes sur la page 1sur 394

Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a le
b
f:e r
Oracle Database 11g n s
-
RAC pour Administrateurs
n tra
a no
a
Manuelhdu
s de- Volume

m ) u i
stagiaire II

ฺ co ent G
a
xy Stud
o
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

D50311FR10
Edition 1.0
Mai 2008
D53859

®
Auteur Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

James Womack Avertissement

Cette documentation contient des informations qui sont la propriété d'Oracle


Révisions et Corporation et sont protégées par les lois relatives aux droits d'auteur et à la propriété
intellectuelle. Vous ne pouvez copier et imprimer ce document qu'à des fins d'utilisation
contributions techniques personnelle lors de la participation à une formation dispensée par Oracle. Le document
Christopher Andrews ne peut être modifié ou altéré en aucune manière. A l'exception des cas où l'utilisation
faite du document s'inscrit dans le respect des lois relatives aux droits d'auteur, vous
Troy Anthony ne pouvez pas utiliser, partager, télécharger, copier, imprimer, afficher, exécuter,
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Lothar Auert reproduire, publier, breveter, diffuser, transmettre ou distribuer ce document, en partie
ou en totalité, sans l'autorisation expresse d'Oracle.
Bruce Carter
Les informations fournies dans ce document sont susceptibles de modification sans
Michael Cebulla préavis. Par ailleurs, Oracle Corporation ne garantit pas qu'elles soient exemptes
Carol Colrain d'erreurs et vous invite, le cas échéant, à lui en faire part par écrit à l'adresse suivante :
Oracle University, 500 Oracle Parkway, Redwood Shores, California 94065 USA.
Jonathan Creighton
Joel Goodman Restrictions applicables au gouvernement américain :
Restricted Rights Notice
Arturo Gutierrez
Lutz Hartmann If this documentation is delivered to the United States Government or anyone using the
e to
Pete Jones
documentation on behalf of the United States Government, the following notice is
applicable:
ce ns
l i
David Kirby U.S. GOVERNMENT RIGHTS
a b le
Roland Knapp
fe r
The U.S. Government’s rights to use, modify, reproduce, release, perform, display,

Miroslav Lorenc
a n s
or disclose these training materials are restricted by the terms of the applicable Oracle

Barb Lundhild n- t r
license agreement and/or the applicable U.S. Government contract.

Roderick Manalac
Marques
a no
Sabiha Miri a s deฺ
Oracle est une marque déposée d'Oracle Corporation et/ou de ses filiales. Tout autre
h
) Gui
nom de produit ou de société peut être une marque de son propriétaire.
m
co ent
Philip Newlan
Roman Niehoff a ฺ
Erik Peterson o xy Stud
Stefan Pommerenk
l o s@ this
c
Marshall Presser
s( ldu use
l
Rick Pulliam
c o
SrinivasuPutrevu
t D
renRoy Rossebo
Lau Ira Singer
Linda Smalley
Ranbir Singh
Harald van Breederode
Michael Zoll

Rédacteurs
Raj Kumar
Richard Wallis

Concepteur graphique
Satish Bettegowda

Editeur
Nita Brozowski
Table des matières

Préface
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

I Introduction
Présentation I-2
Objectifs du cours I-3
Planning type I-4
Historique des innovations I-5
Qu'est-ce qu'un cluster ? I-6
Oracle Real Application Clusters I-7
e to
Avantages relatifs à l'utilisation de RAC I-8
cens
Clusters et évolutivité I-9 l i
Niveaux d'évolutivité I-10 a ble
fe r
a ns
Montée en puissance et augmentation de la vitesse d'exécution I-11

n- t r
Augmentation de la vitesse d'exécution/Montée en puissance
et charges globales I-12
a no
a s deฺ
Equilibrage du débit d'E/S : Exemple I-13
h
m ) Gui
Performances des composants courants I-14
a ฺ co ent
Clusterware complet et intégré I-15
o xy Stud
Nécessité de ressources globales I-16
o s@ this
Coordination des ressources globales I-17
l
c
ldu use
Exemple de coordination globale du cache I-18
(
c l os
Exemple de coordination de l'écriture sur disque I-19

Du Reconfiguration dynamique I-20

r e nt Affinité des objets et redistribution dynamique I-21


La u Vues dynamiques des performances globales I-22
Besoins supplémentaires en mémoire pour RAC I-23
Verrouillage inter-noeud efficace au niveau ligne I-24
Exécution en parallèle avec RAC I-25
Principes du logiciel RAC I-26
Principes de stockage du logiciel RAC I-27
Principes de stockage dans la base de données RAC I-28
RAC et technologies de stockage partagé I-29
Système de fichiers OCFS I-31
Automatic Storage Management I-32
Système de fichiers clusterisé ou raw device ? I-33
Cluster standard avec RAC I-34
Matrice de certification RAC I-35
RAC et services I-36
Démonstrations disponibles I-37

iii
1 Installation et configuration d'Oracle Clusterware
Objectifs 1-2
Installation d'Oracle RAC 11g 1-3
Installation d'Oracle RAC 11g : Procédure 1-5
Différences d'installation sous Windows et sous UNIX 1-6
Tâches de préinstallation 1-7
Configuration matérielle 1-8
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Configuration réseau 1-9


Adresses IP virtuelles et RAC 1-10
Configuration logicielle du réseau RAC 1-11
Packages requis 1-12
Groupes et utilisateurs UNIX requis 1-13
Environnement de l'utilisateur oracle 1-14
Restrictions du shell pour les utilisateurs 1-15
e to
Configurer l'installation distante 1-16
cens
Répertoires requis pour le logiciel de base de données Oracle 1-18
l i
Paramètres du système d'exploitation Linux 1-20
a ble
Tâches de configuration du cluster 1-22 fe r
a ns
Vérifier la configuration des clusters à l'aide de cluvfy 1-23
n- t r
Installer Oracle Clusterware 1-24
a no
Définir le répertoire Inventory 1-25
h a s deฺ
Indiquer le répertoire d'origine 1-26
m ) Gui
ฺ co ent
Contrôle de la configuration minimale par produit 1-27
a
xy Stud
Configuration du cluster 1-28
o
l o s@ this
Définition des interconnexions privées 1-29
c
ldu use
Fichier OCR (Oracle Cluster Registry) 1-30
(
c l os
Fichier du disque "votant" 1-31
u
Récapitulatif et installation 1-32
D
r e nt Exécuter des scripts de configuration sur tous les noeuds 1-33

La u Fin de l'installation 1-34


Vérifier l'installation d'Oracle Clusterware 1-35
Synthèse 1-37
Exercice 1 : Présentation 1-38

2 Installation du logiciel RAC


Objectifs 2-2
Installer Automatic Storage Management (ASM) 2-3
Type d'installation 2-4
Emplacement d'installation 2-5
Mode d'installation du cluster matériel 2-6
Ecran Product-Specific Prerequisite Checks 2-7
Ecran Select Configuration Option 2-8

iv
Ecran Privileged Operating System Groups 2-9
Ecran Summary 2-10
Ecran Execute Configuration Scripts 2-11
Ecran End of Installation 2-12
Configurer ASM 2-13
Créer des groupes de disques ASM 2-17
Sélectionner un produit à installer 2-19
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Sélectionner le type d'installation 2-20


Emplacement d'installation 2-21
Indiquer le mode d'installation du cluster 2-22
Vérifier les conditions requises par produit 2-23
Ecran Select Configuration Option 2-24
Ecran Privileged Operating System Groups 2-25
Vérification du récapitulatif 2-26
e to
Script root.sh 2-27
cens
Tâches requises avant la création de la base de données 2-28
l i
Vérifications préalables à la création de la base de données 2-29
a ble
Synthèse 2-31 fe r
a ns
Exercice 2 : Présentation 2-32
n- t r
a no
3 Créer la base de données RAC
h a s deฺ
Objectifs 3-2
m ) Gui
ฺ co ent
Installation d'Oracle Management Agent : Sélectionner le type d'installation 3-3
a
xy Stud
Indiquer l'emplacement de l'installation 3-4
o
l o s@ this
Indiquer le mode d'installation du cluster 3-5
c
ldu use
Vérifier les conditions requises et l'emplacement d'OMS 3-6
(
c l os
Mot de passe d'inscription de l'agent 3-7

Du Fin de l'installation d'Oracle Management Agent 3-8

r e nt Exécuter le script root.sh 3-9

La u Créer la base de données du cluster 3-10


Sélectionner les noeuds 3-11
Sélectionner le type de base de données 3-12
Identification de la base de données 3-13
Méthode de gestion de la base de données du cluster 3-14
Mots de passe des propriétaires des schémas de base de données 3-15
Options de stockage des fichiers de base de données 3-16
Groupes de disques ASM 3-18
Emplacement des fichiers de base de données 3-19
Configuration de la récupération 3-20
Contenu de la base de données 3-21
Paramètres d'initialisation 3-22
Paramètres de sécurité et tâches de maintenance 3-23

v
Options de stockage dans la base de données 3-24
Créer la base de données 3-25
Surveiller la progression 3-26
Tâches de postinstallation 3-27
Vérifier les cibles gérées 3-28
Conversion d'une base monoinstance en base RAC 3-29
Conversion d'une base de données monoinstance à l'aide
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

de l'assistant DBCA 3-30


Etapes de conversion 3-31
Conversion d'une base de données monoinstance à l'aide de rconfig 3-34
Conversion d'une base de données monoinstance à l'aide de Grid Control 3-36
Synthèse 3-38
Exercice 3 : Présentation 3-39

e to
cens
4 Administration de la base de données RAC
l i
Objectifs 4-2
a ble
Page d'accueil Cluster Database 4-3 fe r
a n s
Page d'accueil Cluster Database Instance 4-5
n- t r
no
Page Administration de l'instance de base de données du cluster 4-6
a
Page d'accueil Cluster 4-7
h a s deฺ
Section Configuration 4-8
m ) Gui
Topology Viewer 4-10
a ฺ co ent
xy Stud
Alertes Enterprise Manager dans RAC 4-11
o
l o s@ this
Mesures de performances Enterprise Manager dans RAC 4-12
c
ldu use
Historique des alertes Enterprise Manager dans RAC 4-14
(
c l os
Arrêts temporaires (blackouts) Enterprise Manager dans RAC 4-15
u
Fichiers de journalisation (redo logs) dans RAC 4-16
D
r e nt Gestion automatique des annulations (AUM) dans RAC 4-17

La u Démarrer et arrêter des instances RAC 4-18


Démarrer et arrêter des instances RAC avec SQL*Plus 4-19
Démarrer et arrêter des instances RAC avec SRVCTL 4-20
Passer des règles automatiques aux règles manuelles 4-21
Fichiers de paramètres d'initialisation RAC 4-22
Valeurs des paramètres du fichier SPFILE et RAC 4-23
EM et valeurs des paramètres du fichier SPFILE 4-24
Paramètres d'initialisation RAC 4-26
Paramètres nécessitant des valeurs identiques 4-28
Paramètres nécessitant des valeurs uniques 4-29
Mettre une base de données RAC au ralenti 4-30
Arrêter des sessions sur une instance donnée 4-31
Effet des commandes SQL*Plus sur les instances 4-32

vi
Transparent Data Encryption (TDE) et les "wallets" dans RAC 4-33
ASM : Architecture générale 4-34
Récupération d'instance et récupération après panne avec ASM dans RAC 4-36
RAC et paramètres d'initialisation des instances ASM 4-37
ASM et SRVCTL avec RAC 4-38
ASM et SRVCTL avec RAC : Exemples 4-39
Groupes de disques ASM avec EM dans RAC 4-40
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Page Performance - Disk Group et RAC 4-41


Synthèse 4-42
Exercice 4 : Présentation 4-43

5 Gérer la sauvegarde et la récupération dans un environnement RAC


Objectifs 5-2
Protection contre les défaillances physiques 5-3
e to
Configuration des fichiers de journalisation archivés 5-4
cens
RAC et zone de récupération rapide 5-5
l i
Sauvegarde et récupération d'une base de données RAC avec EM 5-6
a ble
Configurer les paramètres de récupération RAC avec EM 5-7 fe r
a ns
t r
Conventions relatives aux fichiers de journalisation archivés (archived redo logs)
n-
dans un environnement RAC 5-8
a no
h a s deฺ
Configurer les paramètres de sauvegarde RAC avec EM 5-9
Oracle Recovery Manager 5-10
m ) Gui
ฺ co ent
Configurer l'emplacement du cliché du fichier de contrôle RMAN 5-11
a
xy Stud
Configurer la sauvegarde automatique du fichier de contrôle
o
l o s@ this
et du fichier SPFILE 5-12
c
ldu use
Effectuer des vérifications croisées sur plusieurs noeuds de clusters RAC 5-13
(
os
Connexion des canaux aux instances du cluster 5-14
u c l Prise en charge des canaux RMAN pour le grid (grille informatique) 5-15
nt D Localisation automatique par défaut par RMAN 5-16
u r e
La
Distribution des sauvegardes 5-17
Modèle de sauvegarde reposant sur un système de fichiers clusterisé
avec une seule unité locale 5-18
Modèle de sauvegarde reposant sur un système de fichiers clusterisé
avec plusieurs unités 5-19
Modèle de sauvegarde reposant sur un système de fichiers non clusterisé 5-20
Restauration et récupération 5-21
Synthèse 5-22
Exercice 5 : Présentation 5-23

vii
6 Réglage des performances RAC
Objectifs 6-2
Dimensions de réglage du temps CPU et du temps d'attente 6-3
Réglage propre à RAC 6-4
RAC et récupération d'instance ou récupération après panne 6-5
Récupération d'instance et disponibilité de la base de données 6-7
Récupération d'instance et RAC 6-8
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Analyse de l'impact du mécanisme "Cache Fusion" dans RAC 6-10


Temps d'attente standard des opérations RAC 6-11
Evénements Wait pour RAC 6-12
Vues d'événements Wait 6-13
Evénements Global Cache Wait : Présentation 6-14
Demande de bloc 2-way : Exemple 6-16
Demande de bloc 3-way : Exemple 6-17
e to
Accord 2-way : Exemple 6-18
cens
Evénements Global Enqueue Wait : Présentation 6-19 l i
Statistiques sur les sessions et statistiques système 6-20
a ble
fe r
Conseils de réglage RAC les plus courants 6-21
a ns
t r
Considérations relatives aux contentions liées aux blocs d'index 6-23
n-
no
Séquences Oracle et contentions liées aux index 6-24
a
h a s deฺ
Considérations relatives aux blocs d'annulation 6-25
) Gui
Considérations relatives aux repères high-water mark 6-26
m
ฺ co ent
Considérations relatives aux appels simultanés inter-instances 6-27
a
xy Stud
Surveiller les performances de la base de données RAC et du cluster 6-28
o
l o s@ this
Page Cluster Database - Performance 6-29
c
ldu use
Déterminer la charge moyenne de l'hôte du cluster 6-30
(
c l os
Déterminer la latence relative à l'accès aux blocs dans le cache global 6-31
u
Déterminer la moyenne des sessions actives 6-32
D
r e nt Déterminer le débit de la base de données 6-33

La u Accéder à la page Cluster Cache Coherency 6-35


Afficher la page Cluster Interconnects 6-37
Afficher la page Database Locks 6-39
Clichés AWR dans RAC 6-40
Etats AWR et RAC : Présentation 6-41
Moniteur ADDM dans l'environnement RAC 6-43
Elément contrôlés par le moniteur ADDM pour RAC 6-46
Prise en charge dans EM du moniteur ADDM en environnement RAC 6-47
Synthèse 6-48
Exercice 6 : Présentation 6-49

viii
7 Services
Objectifs 7-2
Répartition de la charge globale dans un environnement standard 7-3
Répartition de la charge globale avec le grid computing 7-4
Data warehouse : Exemple 7-5
RAC et data warehouse : Une solution optimale 7-6
Etape suivante 7-7
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Qu'est-ce qu'un service ? 7-8


Haute disponibilité des services dans un environnement RAC 7-9
Options de configuration des services dans un environnement RAC 7-10
Attributs d'un service 7-11
Types de service 7-13
Adéquation à un service 7-14
Créer des services avec Enterprise Manager 7-15
e to
Créer des services avec SRVCTL 7-16
cens
Instances pré-sélectionnées et instances disponibles 7-17
l i
Modifier les services à l'aide du package DBMS_SERVICE 7-18
a b le
fe r
Tout est lié aux services 7-19
a ns
t
Utiliser des services avec les applications client 7-20
n- r
no
Utiliser des services avec Resource Manager 7-21
a
h a s deฺ
Services et Resource Manager avec EM 7-22
) Gui
Services et Resource Manager : Exemple 7-23
m
ฺ co ent
Utiliser des services avec le planificateur de travaux 7-24
a
xy Stud
Services et planificateur de travaux avec EM 7-25
o
l o s@ this
Services et planificateur de travaux : Exemple 7-27
c
ldu use
Utiliser des services avec des opérations en parallèle 7-28
(
c l os
Utiliser des services avec des seuils de mesures de performances 7-29

Du Modifier les seuils des services par le biais d'EM 7-30

r e nt Services et seuils de mesures de performances : Exemple 7-31

La u Agrégation de statistiques par service et fonction de trace 7-32


Page Top Services 7-33
Configuration de l'agrégation de statistiques par service 7-34
Agrégation de statistiques par service : Exemple 7-35
Utilitaire trcsess 7-36
Vues des performances des services 7-37
Activation généralisée de la fonction de trace 7-38
Gérer les services 7-39
Gérer les services avec Enterprise Manager 7-41
Gérer les services : Exemple 7-43
Gérer les services : Scénario 7-44
Utilisation de transactions distribuées dans RAC 7-45
Session restreinte et services 7-47
Synthèse 7-48
Exercice 7 : Présentation 7-49

ix
8 Haute disponibilité des connexions
Objectifs 8-2
Types de distribution de la charge globale 8-3
Equilibrage de la charge des connexions côté client 8-4
Gestion des incidents de connexion côté client 8-5
Equilibrage de la charge des connexions côté serveur 8-6
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Fonction FAN (Fast Application Notification) : Présentation 8-8


Avantages de la fonction FAN (Fast Application Notification) 8-9
Types d'événement pris en charge par la fonction FAN 8-10
Statuts d'un événement FAN 8-11
Motifs d'un événement FAN 8-12
Format d'un événement FAN 8-13
Fonction de conseil LBA (Load Balancing Advisory) : Evénement FAN 8-14
e to
Implémentation des appels de programmes externes côté serveur 8-15
cens
Analyse des appels de programmes externes côté serveur : Exemple 8-17
l i
Filtrage des appels de programmes externes côté serveur : Exemple 8-18
a ble
Configurer les services ONS côté serveur 8-19 fe r
a ns
Configurer les services ONS côté client (facultatif) 8-21
n- t r
no
Fonction FCF (Fast Connection Failover) de JDBC : Présentation 8-22
a
h a s deฺ
Utiliser la fonction Advanced Queuing (AQ) d'Oracle Streams
pour la fonction FAN 8-24
m ) Gui
ฺ co ent
Avantages de la fonction FCF JDBC/ODP.NET 8-25
a
xy Stud
Fonction de conseil LBA (Load Balancing Advisory) 8-26
o
l o s@ this
Fonctionnalité JDBC/ODP.NET d'équilibrage de la charge des connexions
c
ldu use
à l'exécution : Présentation 8-27
(
os
Equilibrage de la charge des connexions dans RAC 8-28
u c l
Fonction de conseil LBA (Load Balancing Advisory) : Récapitulatif 8-29
nt D
Surveiller les événements FAN liés à la fonction LBA 8-30
u r e
La
FAN dans les différentes versions d'Oracle 8-31
Gestion transparente des incidents de connexion (TAF) : Présentation 8-32
Configuration de la méthode Basic de la fonction TAF
sans événement FAN : Exemple 8-34
Configuration de la méthode Basic de la fonction TAF
avec des événements FAN : Exemple 8-35
Configuration de la méthode Preconnect de la fonction TAF : Exemple 8-36
Vérification de la configuration de la fonction TAF 8-37
Pools de connexions FAN et fonction TAF 8-38
Synthèse 8-39
Exercice 8 : Présentation 8-40

x
9 Administration d'Oracle Clusterware
Objectifs 9-2
Oracle Clusterware : Présentation 9-3
Oracle Clusterware : Vue du run-time 9-4
Contrôler manuellement la couche Oracle Clusterware 9-6
Ressources CRS 9-7
Ressources RAC 9-8
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Attributs de ressource : Exemple 9-9


Fonction principale du disque "votant" 9-12
Paramètres CSS importants 9-14
Multiplexer des disques "votants" 9-15
Modifier la configuration de disque "votant" 9-16
Sauvegarder et récupérer les disques "votants" 9-17
Architecture OCR 9-18
e to
Contenu et organisation du fichier OCR 9-20
cens
Gérer les fichiers OCR et leur emplacement : Présentation 9-21
l i
Sauvegardes automatiques du fichier OCR 9-22
a ble
Sauvegarder le fichier OCR manuellement 9-23 fe r
a ns
t r
Récupérer le fichier OCR à l'aide de sauvegardes physiques 9-24
n-
no
Récupérer le fichier OCR à l'aide de sauvegardes logiques 9-25
a
h a s deฺ
Remplacer un fichier OCR miroir : Exemple 9-26
) Gui
Réparer la configuration OCR : Exemple 9-27
m
ฺ co ent
Considérations relatives au fichier OCR 9-28
a
xy Stud
Modifier des adresses IP virtuelles (VIP) 9-29
o
l o s@ this
Modifier la configuration du sous-réseau d'IP public/d'interconnexion
c
ldu use
entre les noeuds : Exemple 9-31
(
os
Protection des applications tierces : Présentation 9-32
u c l Différences entre adresse IP virtuelle (VIP) d'application
nt D et adresse IP virtuelle RAC 9-33
u r e
La
Utiliser l'environnement CRS : Présentation 9-35
Utiliser l'environnement CRS : Exemple 9-37
Synthèse 9-40
Exercice 9 : Présentation 9-41

10 Collecte des informations de diagnostic d'Oracle Clusterware


et des composants RAC
Objectifs 10-2
Règle d'or en matière de débogage d'un environnement RAC 10-3
Principaux fichiers journaux d'Oracle Clusterware 10-4
Script de collecte des informations de diagnostic 10-5
Gérer les données de diagnostic dans RAC 10-6
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Présentation 10-7
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) et les différentes étapes
de déploiement 10-8

xi
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Vérification des composants 10-9
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Emplacements 10-10
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Fichier de configuration 10-11
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Exemples 10-13
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Exemple de sortie 10-15
Synthèse 10-16
Exercice 10 : Présentation 10-17
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

11 Ajout et suppression de noeuds


Objectifs 11 -2
Ajouter et supprimer des nœuds et des instances : Présentation 11 -3
Ajouter un noeud à un cluster RAC : Principales étapes 11 -4
Vérifier les conditions requises avant l'installation d'Oracle Clusterware 11 -5
Ajouter Oracle Clusterware au nouveau noeud 11 -6
e to
Configurer les informations ONS relatives au nouveau noeud 11 -9
cens
Ajouter le répertoire d'origine ASM au nouveau noeud 11 -10
l i
Ajouter le répertoire d'origine RAC au nouveau noeud 11 -11
a ble
Ajouter un processus d'écoute (listener) au nouveau noeud 11 -12 fe r
a ns
Ajouter une instance ASM au nouveau noeud 11 -13
n- t r
no
Ajouter une instance de base de données au nouveau noeud 11 -15
a
h a s deฺ
Ajouter une instance à la base de données RAC à l'aide d'EM 11 -18
) Gui
Supprimer un noeud de cluster RAC : Principales étapes 11 -21
m
ฺ co ent
Supprimer l'instance sur le noeud à supprimer 11 -22
a
Supprimer l'instance ASM 11 -24
o xy Stud
l o s@ this
Enlever le processus d'écoute (listener) du noeud à supprimer 11 -25
c
ldu use
Supprimer le logiciel de base de données du noeud 11 -26
(
os
Supprimer le logiciel ASM du noeud 11 -27
u c l
Supprimer le logiciel Oracle Clusterware du noeud 11 -28
nt D
Ajout et suppression de noeuds et tablespace SYSAUX 11 -30
u r e
La
Synthèse 11 -31
Exercice 11 : Présentation 11 -32

12 Conception pour la haute disponibilité


Objectifs 12 -2
Causes des périodes d'arrêt non prévues 12 -3
Causes des périodes d'arrêt prévues 12 -4
Solution d'Oracle contre les périodes d'arrêt 12 -5
Complémentarité de RAC et de Data Guard 12 -7
Architecture de disponibilité maximale (MAA) 12 -8
Topologies RAC et Data Guard 12 -9
Architecture RAC et Data Guard 12 -10
Intégration de DGB (Data Guard Broker) et d'OC (Oracle Clusterware) 12 -12

xii
Fonction Fast-Start Failover : Présentation 12 -13
Fichiers de configuration de Data Guard Broker 12 -15
Interrogation en temps réel de la base de secours physique 12 -16
Initiative HARD (Hardware Assisted Resilient Data) 12 -17
Mise à niveau non simultanée d'Oracle Clusterware 12 -18
Mise à niveau non simultanée d'un environnement ASM clusterisé 12 -19
Patches et environnement RAC 12 -21
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Verrou externe sur un inventaire 12 -22


Prise en charge d'OPatch pour RAC : Présentation 12 -23
Mises à niveau non simultanées par patch dans RAC 12 -24
Télécharger et installer des mises à jour de patch 12 -26
Mises à niveau non simultanées de versions avec SQL Apply 12 -28
Bonnes pratiques en matière de haute disponibilité
de la base de données 12 -29
e to
Nombre de groupes de disques ASM par base de données 12 -30
cens
Consolidation de l'espace de stockage dans la base de données 12 -31
l i
Quelle configuration RAID pour une meilleure disponibilité ? 12 -32
a b le
Faut-il utiliser RAID 1 ou RAID 5 ? 12 -33 fe r
a ns
t r
Faut-il utiliser la protection par mise en miroir ASM ? 12 -34
n-
no
Quel type de striping fonctionne le mieux ? 12 -35
a
Striping ASM uniquement 12 -36
h a s deฺ
) Gui
Unités logiques de stockage faisant l'objet d'un striping
m
a ฺ co ent
par RAID matériel 12 -37
xy Stud
Unités logiques de stockage faisant l'objet d'un striping par RAID matériel
o
l o s@ this
et haute disponibilité 12 -38
c
ldu use
C'est très simple 12 -39
(
os
Environnement RAC étendu : Présentation 12 -40
u c l Connectivité RAC étendue 12 -41
nt D Mise en miroir de disque dans un environnement RAC étendu 12 -42
u r e
La
Accéder au disque "votant" avec un environnement RAC étendu 12 -43
Fonctionnalité ASM Preferred Mirror Read : Présentation 12 -44
Fonctionnalité ASM Preferred Mirror Read : Configuration 12 -45
Page Enterprise Manager ASM - Configuration 12 -46
Fonctionnalité ASM Preferred Mirror Read : Recommandation 12 -47
Autres avantages liés à Data Guard 12 -48
Utilisation d'un environnement de test 12 -49
Synthèse 12 -50

Annexe A - Exercices et solutions


Annexe B - Sujets divers

xiii
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Lau r e nt
D u c l os
(
c l o
ldu use
o
a
s@ this

m
xy Stud
h
co ent
a
a
) Gui
no
s deฺ
n- t r a
s n
fe r a b
le l i ce
ns e to
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Administration d'Oracle Clusterware

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u
Objectifs

A la fin de ce chapitre, vous pourrez :


• contrôler manuellement la couche Oracle Clusterware
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• modifier la configuration du disque "votant"


• sauvegarder ou récupérer les disques "votants"
• sauvegarder manuellement le fichier OCR
• récupérer le fichier OCR
• remplacer un fichier OCR miroir
• réparer la configuration OCR e to
ns
• modifier des adresses IP virtuelles (VIP) lice
• utiliser l'environnement CRS r a ble
n s
• empêcher les redémarrages automatiques d'instances
fe
a - tr
no n
a
s deฺ
h a
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
) Gui
m
co ent
Objectifs a ฺ
y d'administration
o
Ce chapitre présente les différentes xtâches S tud que vous pouvez réaliser au niveau
s @ i s
d'Oracle Clusterware. Bien
u clo que thcorrespondant
certaines
e
procédures importantes soient clairement détaillées
dans ce chapitre, ladsyntaxe
( l s
complète
u à chaque outil en mode ligne de
commande o
l s n'est pas systématiquement expliquée. Dans ce chapitre, vous allez utiliser
utilisé
c
u suivants pour administrer Oracle Clusterware :
les outils
n t

Dcrsctl

La ure • crs_stat
• ocrconfig
• ocrcheck
• ocrdump
• srvctl
• oifcfg
• crs_profile, crs_register, crs_setperm, crs_start, crs_relocate, crs_stop et crs_unregister
Pour plus d'informations sur les différentes options des commandes présentées dans ce
chapitre, reportez-vous au manuel Oracle Database Oracle Clusterware and Oracle Real
Application Clusters Administration and Deployment Guide.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 2


Oracle Clusterware : Présentation

• Infrastructure de cluster portable fournissant une haute


disponibilité aux bases de données RAC et/ou autres
applications :
– surveille l'état des applications
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– redémarre les applications en cas d'incident


– peut transférer des applications en cas d'incident
sur un noeud
App protégée A

Inst de BdD RAC Inst de BdD RAC

Processus d'écoute
(listener)
Processus d'écoute
(listener)
e to
ns
ORACLE_HOME
App protégée B

ce
ORACLE_HOME
REPERTOIRE
i
Noeud 1 Noeud 2 Noeud 3
REPERTOIRE D'ORIGINE CRS REPERTOIRE
D'ORIGINE CRS
le l
D'ORIGINE CRS

r a b
Fichiers système
n s fe
d'Oracle Clusterware t r a
no n-
a
s deฺ
h a
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
) Gui
o m t
Oracle Clusterware : Présentation aฺc e n
o xy deScluster
Oracle Clusterware est une infrastructure tud portable fournissant une haute
disponibilité aux bases de l o s@ RAC
données t h iset autres applications. Elle assure la haute
c
du uensesurveillant leur état, en les redémarrant en cas d'incident et en
( l
disponibilité des applications
svers un autre noeud du cluster en cas d'échec du noeud actuel ou si elles ne
c l o
les transférant
peuvent
D uplus s'exécuter dans ce noeud. En cas d'échec d'un noeud, certains types d'application
t
ren
protégée, comme une instance de base de données, ne sont pas transférés vers les noeuds

Lau
restants.
Dans ce cours, un cluster est un ensemble d'au moins deux noeuds partageant un pool de
stockage commun utilisé par les fichiers système d'Oracle Clusterware (fichier OCR et disque
"votant"), une interconnexion réseau commune et un système d'exploitation commun.
Le graphique de la diapositive ci-dessus décrit une configuration possible à trois noeuds où le
noeud 1 exécute une instance de base de données RAC, un processus d'écoute (listener) et
l'application A, tous protégés par Oracle Clusterware.
Sur le noeud 2, seuls une instance de base de données RAC et un processus d'écoute sont
protégés par Oracle Clusterware.
Sur le noeud 3, l'application B est protégée par Oracle Clusterware.
Oracle Clusterware surveille régulièrement toutes les applications protégées et, sur la base de
la stratégie de gestion des incidents, peut les redémarrer sur le même noeud ou les transférer
vers un autre noeud, ou peut décider de ne pas les redémarrer du tout.
Remarque : Bien qu'Oracle Clusterware soit un composant requis pour l'utilisation de RAC,
il ne nécessite pas de licence RAC lorsqu'il est utilisé uniquement pour protéger des
applications autres que les bases de données RAC.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 3


Oracle Clusterware : Vue du run-time

init
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

oprocd evmd ocssd crsd


Racgwrap
+
racgmain
evmlogger Disque
OCR e to
"votant" racgimon
racgimon lice
racgimon ns
appel de racgevtf
a ble
appel de
prog. ext.de
appel action s fe r
prog. ext.
prog. ext.
- tr an
action
action
no n
a
s deฺ
h a
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
) Gui
m
co ent
Oracle Clusterware : Vue du run-time a ฺ
o xy Sesttuexécutée
Sous UNIX, la couche Oracle Clusterware
d à partir d'entrées dans
/etc/inittab avec l'optionl o s@respawn.
t h is Sous Windows, elle est exécutée à l'aide du
c sebrève description de chaque processus :
du Voiciuune
s ( l
contrôleur de services.
• Cluster
c l oSynchronization Services Daemon (OCSSD) : Ce processus s'exécute que ce
u en utilisant ou non un clusterware spécifique d'un constructeur. Le cas échéant, il
soit
D
e n t s'intègre au clusterware spécifique d'un constructeur existant. La tâche principale
u r
La
d'OCSSD est la surveillance de l'état des noeuds, principalement à l'aide de
l'interconnexion réseau mais aussi de disques "votants", et le repérage (discovery) de la
limite des instances de base de données/ASM via des services de groupe. OCSSD
s'exécute en tant qu'utilisateur oracle, et une fermeture suite à une panne entraîne une
réinitialisation de l'ordinateur pour empêcher une corruption des données en cas de
"split-brain".
• Process Monitor Daemon (OPROCD) : Ce processus est généré dynamiquement dans
n'importe quel environnement de clusterware non spécifique d'un constructeur. Si
OPROCD détecte des problèmes, il ferme un noeud. Il s'exécute en tant que root. Ce
démon est utilisé pour détecter les figements du matériel et des pilotes sur l'ordinateur. Si
un ordinateur a été figé suffisamment longtemps pour que les autres noeuds l'évincent du
cluster, il doit s'arrêter pour empêcher toute E/S d'être réexécutée vers le disque après
redistribution des verrous externes (locks) par le reste du cluster.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 4


Oracle Clusterware : Vue du run-time (suite)
• Cluster Ready Services Daemon (CRSD) : Ce processus est le moteur des opérations
de haute disponibilité. Il gère les applications enregistrées auprès d'Oracle Clusterware,
et les démarre, les arrête, les vérifie et les transfère en cas d'incident via des scripts
d'action spéciaux. CRSD génère dynamiquement des processus dédiés nommés
RACGIMON qui surveillent l'état de la base de données et des instances ASM, et
hébergent divers threads de fonction tels que la fonction FAN (Fast Application
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Notification). Un processus RACGIMON est généré dynamiquement pour chaque


instance. CRSD gère les profils de configuration et le statut des ressources dans le fichier
OCR (Oracle Cluster Registry). Il s'exécute en tant que root et est redémarré
automatiquement en cas d'échec. En outre, CRSD peut générer dynamiquement des
enfants de façon temporaire afin d'exécuter des actions particulières, par exemple :
- racgeut (Execute Under Timer), pour fermer les actions non terminées après une
certaine durée
- racgmdb (Manage Database), pour démarrer/arrêter/vérifier des instances
e to
- racgchsn (Change Service Name), pour ajouter/supprimer/vérifier des noms de
ce ns
service pour des instances l i
- racgons, pour ajouter/supprimer des configurations ONS dans le fichier OCR a ble
fe r
a ns
- racgvip, pour démarrer/arrêter/vérifier une adresse IP virtuelle (VIP) d'instance

n- t r
• Event Management Daemon (EVMD) : Ce processus transmet les événements de
no
cluster qui se produisent. Il génère dynamiquement un enfant permanent evmlogger
a
h a s deฺ
qui, à la demande, génère dynamiquement des enfants tels que racgevtf afin d'appeler
) Gui
des programmes externes. Il s'exécute en tant qu'oracle et est redémarré
m
automatiquement en cas d'échec.
a ฺ co ent
xy Stud
Remarque : L'infrastructure RACG est utilisée pour déployer la base de données Oracle dans
o
l o s@ this
un environnement clusterisé hautement disponible. Cette infrastructure est principalement
c
implémentée à l'aide du script racgwrap qui appelle le programme racgmain. Elle est
(ldu use
utilisée par CRS pour exécuter des actions pour l'ensemble des ressources orientées noeud,
l os
ainsi que pour déléguer à RACGIMON des actions pour l'ensemble des ressources orientées
c
Du
instance. En résumé, cette infrastructure est chargée de la gestion de l'ensemble des ressources
r e nt
ora.*.
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 5


Contrôler manuellement la couche Oracle
Clusterware

Cette opération peut s'avérer nécessaire


pour les indisponibilités prévues :
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

# crsctl stop crs -wait

# crsctl start crs -wait

# crsctl disable crs

# crsctl enable crs


e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Contrôler manuellement la couchea ฺ co Clusterware
Oracle e n t
o
Lorsqu'un noeud d'Oracle Clusterware xydevient
S
d les processus du clusterware démarrent
tuactif,
o
automatiquement. Vous lpouvezs@contrôler
t h is ces processus au moyen de commandes crsctl.
c se manuellement la couche Oracle Clusterware lors de
du à contrôler
( l
Vous pouvez être amené
u
s patches ou pendant des indisponibilités prévues. En outre, ces commandes
l'applicationode
peuvent c l
uêtre utilisées par un clusterware tiers en cas d'utilisation conjointe avec Oracle
n t D
Clusterware.

La ure Vous pouvez arrêter la couche Oracle Clusterware à l'aide de la commande crsctl stop
crs.
Vous pouvez la démarrer à l'aide de la commande crsctl start crs. L'option –wait
affiche la progression et le statut de chaque démon. Sans cette option, la commande est
exécutée immédiatement.
Utilisez la commande crsctl disable crs pour désactiver Oracle Clusterware afin
qu'il ne soit pas démarré lors d'une réinitialisation ultérieure. Cette commande n'arrête pas la
couche Oracle Clusterware en cours d'exécution.
Utilisez la commande crsctl enable crs pour permettre à Oracle Clusterware d'être
démarré lors d'une réinitialisation ultérieure.
Remarque : Vous devez exécuter ces commandes en tant que root.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 6


Ressources CRS
• Une ressource est une application gérée par CRS.
• Les attributs de profil d'application sont stockés dans
le fichier OCR :
– Intervalle de vérification – Script d'action – Dépendances
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– Règles de résolution – Privilèges – …


des pannes
• Un script d'action doit pouvoir :
– démarrer l'application
– arrêter l'application
– vérifier l'application e to
• Cycle de vie d'une ressource : cens
l i
crs_profile crs_register crs_start crs_stat
a b le
fe r
a n s
crs_relocate crs_stop t r
n-crs_unregister
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ressources CRS a ฺ co ent
o y destuopérations
xgestion d
CRS est le programme principal de
s @ i s S de haute disponibilité des

u c lodes Les
applications au sein du cluster.
e th RAC telles
applications gérées par CRS sont appelées des ressources.
( l
Par défaut, CRS peut d gérer
u s
ressources que : instance de base de données,
o
instances ASM,
l s processus d'écoute (listeners), adresses IP virtuelles (VIP) d'instance,
c
u services ONS et processus GSD. Toutefois, il peut également gérer d'autres types de
services,
n t D
processus et d'adresse IP virtuelle d'application. Les ressources CRS sont gérées en fonction
r e
u de leurs paramètres de configuration (profil de ressource) stockés dans le fichier OCR et d'un
La script d'action stocké à l'emplacement de votre choix. Le profil de ressource contient des
informations telles que l'intervalle de vérification, les règles de résolution des pannes, le nom
du script d'action, les privilèges que doit utiliser CRS pour gérer l'application et les
dépendances de ressources. Le script d'action doit pouvoir démarrer, arrêter et vérifier
l'application.
CRS fournit les utilitaires suivants pour la prise en charge du cycle de vie d'une ressource :
• crs_profile crée et modifie un profil de ressource.
• crs_register ajoute la ressource à la liste des applications gérées par CRS.
• crs_start démarre la ressource en fonction de son profil. Une fois qu'une ressource
est démarrée, son processus d'application est surveillé en permanence par CRS à l'aide
d'une action de vérification selon des intervalles réguliers. Lorsque l'application passe
hors ligne de façon inattendue, elle est redémarrée et/ou transférée vers un autre noeud en
fonction de son profil de ressource.
• crs_stat vous informe du statut en cours d'une liste de ressources.
• crs_relocate déplace la ressource vers un autre noeud du cluster.
• crs_unregister supprime la ressource du champ de surveillance de CRS.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 7


Ressources RAC

$ <CRS HOME>/bin/crs_stat -t
Name Type Target State Host
----------------------------------------------------------------
ora.atlhp8.ASM1.asm application ONLINE ONLINE atlhp8
ora.atlhp8.LISTENER_ATLHP8.lsnr application ONLINE ONLINE atlhp8
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

ora.atlhp8.gsd application ONLINE ONLINE atlhp8


ora.atlhp8.ons application ONLINE ONLINE atlhp8
ora.atlhp8.vip application ONLINE ONLINE atlhp8
ora.atlhp9.ASM2.asm application ONLINE ONLINE atlhp9
ora.atlhp9.LISTENER_ATLHP9.lsnr application ONLINE ONLINE atlhp9
ora.atlhp9.gsd application ONLINE ONLINE atlhp9
ora.atlhp9.ons application ONLINE ONLINE atlhp9
ora.atlhp9.vip application ONLINE ONLINE atlhp9
ora.xwkE.JF1.cs application ONLINE ONLINE atlhp8
e to
ora.xwkE.JF1.xwkE1.srv application ONLINE ONLINE atlhp8
cens
ora.xwkE.JF1.xwkE2.srv application ONLINE ONLINE atlhp9 l i
ora.xwkE.db application ONLINE ONLINE atlhp9
a ble
ora.xwkE.xwkE1.inst application ONLINE ONLINE atlhp8
fe r
ora.xwkE.xwkE2.inst application ONLINE ONLINE atlhp9
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ressources RAC a ฺ co ent
La commande crs_stat –t affiche o xy toutes
S tulesdressources actuellement sous le contrôle
o @ hdeisla diapositive ci-dessus, seules les ressources
sl'exemple
u l
d'Oracle Clusterware. Dans
c sont e t
d
composées du préfixe ora.
u s présentées. Il s'agit des ressources qui implémentent la haute
(l dans un environnement
l s
disponibilitéoRAC clusterisé.
c
u constater que, par défaut, Oracle Clusterware peut contrôler des bases de
Vous
t Dpouvez
rendonnées, des instances ASM et de base de données, des adresses IP virtuelles (VIP), des
Lau services ONS, un processus GSD, des processus d'écoute (listeners) (également nommés
applications nodeapps), des services et des membres de service.
Dans la diapositive ci-dessus, le statut Target des ressources est ONLINE, ce qui signifie
que, lors du prochain redémarrage du noeud, Oracle Clusterware tentera de les démarrer
automatiquement.
State indique le statut en cours de la ressource.
Target peut être ONLINE ou OFFLINE.
State peut être ONLINE, OFFLINE ou UNKNOWN. La valeur UNKNOWN résulte d'une action
de démarrage/d'arrêt ayant échoué, et elle ne peut être réinitialisée que par une commande
crs_stop -f resourceName. La combinaison de Target et State peut être utilisée
pour déduire si une ressource est en cours de démarrage ou d'arrêt.
Host indique le nom de l'hôte sur lequel est gérée la ressource.
Remarque : L'utilisation de la commande crs_stat –t tronque les noms de ressource
pour des raisons de formatage. L'exemple de sortie rétablit les noms entiers par souci de
clarté.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 8


Attributs de ressource : Exemple

$ <CRS HOME>/bin/crs_stat -p ora.JFDB.JFDB1.inst


NAME=ora.JFDB.JFDB1.inst
TYPE=application
ACTION_SCRIPT=/u01/app/oracle/product/10g/bin/racgwrap
ACTIVE_PLACEMENT=0
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

AUTO_START=1
CHECK_INTERVAL=600
DESCRIPTION=CRS application for Instance
FAILOVER_DELAY=0
FAILURE_INTERVAL=0
FAILURE_THRESHOLD=0
HOSTING_MEMBERS=atlhp8
PLACEMENT=restricted
REQUIRED_RESOURCES=ora.atlhp8.ASM1.asm
e to
RESTART_ATTEMPTS=5
cens
… l i
$ <CRS HOME>/bin/crs_stat –t ora.xwkE.xwkE1.inst
a ble
Name Type Target State Host
fe r
-----------------------------------------------------
a ns
ora....E1.inst application ONLINE ONLINE atlhp8
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Attributs de ressource : Exemple aฺc
o n t
e
y tud–p resource_name pour imprimer le
xcrs_stat
Vous pouvez utiliser la commande o S
o
contenu du fichier OCR lpour s@ h i s
tcas d'une instanceL'exemple
la ressource nommée. de la diapositive ci-dessus
u c dans
montre ce que vousdobtenez s e
ne sont pas o ( l u le de base de données RAC. Les attributs
s obligatoires pour chaque ressource. Voici une brève description des attributs
tous
c l
les plusuimportants affichés dans la sortie illustrée ci-dessus :
e n t DNAME correspond au nom de la ressource d'application.

La ur • La valeur de TYPE doit être APPLICATION pour toutes les ressources CRS.
• ACTION_SCRIPT correspond au nom et à l'emplacement du script d'action utilisé par
CRS pour démarrer, vérifier et arrêter l'application. Le chemin par défaut est <CRS
HOME>/crs/script.
• ACTIVE_PLACEMENT prend par défaut la valeur 0. Lorsque sa valeur est 1, Oracle
Clusterware réévalue le positionnement d'une ressource pendant l'ajout ou le redémarrage
d'un noeud du cluster.
• AUTO_START indique si Oracle Clusterware doit démarrer automatiquement une
ressource après le redémarrage du cluster, que cette ressource ait été en cours d'exécution
ou non avant le redémarrage. Lorsque sa valeur est 0, Oracle Clusterware démarre la
ressource uniquement si celle-ci était en cours d'exécution avant le redémarrage. Lorsque
sa valeur est 1, Oracle Clusterware lance toujours la ressource après un redémarrage.
Lorsque sa valeur est 2, Oracle Clusterware ne redémarre jamais la ressource (quel que
soit l'état de cette dernière lors de l'arrêt du noeud).
• CHECK_INTERVAL correspond à l'intervalle, en secondes, entre les exécutions répétées
de la commande de vérification pour l'application.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 9


Attributs de ressource : Exemple (suite)
• DESCRIPTION est la description de la ressource.
• FAILOVER_DELAY est la durée d'attente, en secondes, d'Oracle Clusterware avant une
tentative de redémarrage ou de transfert d'une ressource.
• FAILURE_INTERVAL est l'intervalle, en secondes, pendant lequel Oracle Clusterware
applique le seuil d'échec. Si cette valeur est zéro (0), le suivi des échecs est désactivé.
• FAILURE_THRESHOLD est le nombre d'échecs détectés au sein d'un
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

FAILURE_INTERVAL déterminé avant qu'Oracle Clusterware ne marque la ressource


comme indisponible et cesse de la surveiller. Si le script de vérification d'une ressource
échoue plusieurs fois, cette ressource est arrêtée et placée hors ligne. Si cette valeur est
zéro (0), le suivi des échecs est désactivé. La valeur maximale est 20.
• HOSTING_MEMBERS est la liste triée des noeuds du cluster, séparés par des espaces, qui
peuvent héberger la ressource. Exécutez les commandes olsnodes pour voir le nom
des noeuds.
• PLACEMENT définit la stratégie de positionnement (balanced, favored ou
e to
restricted) qui indique la manière dont Oracle Clusterware choisit le noeud de
ce ns
cluster sur lequel démarrer la ressource : l i
- balanced : Oracle Clusterware favorise le démarrage ou le redémarrage de a ble
fe r
a ns
l'application sur le noeud exécutant le nombre le plus faible de ressources. L'hôte

n- t r
comportant le nombre le plus faible de ressources en cours d'exécution est choisi. Si
no
aucun noeud n'est favorisé par ces critères, n'importe quel noeud disponible est
a
choisi.
h a s deฺ
) Gui
- favored : Oracle Clusterware se réfère à la liste de noeuds de l'attribut
m
a ฺ co ent
HOSTING_MEMBERS du profil d'application. Seuls les noeuds du cluster figurant

o xy Stud
dans cette liste et satisfaisant aux exigences en matière de ressources peuvent être
pris en compte pour le positionnement. L'ordre des noeuds hôte détermine quel
l o s@ this
noeud exécute l'application. Si aucun des noeuds de la liste des noeuds hôte n'est
c
ldu use
disponible, Oracle Clusterware place l'application sur n'importe quel noeud
(
c l os
disponible. Ce noeud peut figurer ou non dans la liste HOSTING_MEMBERS.
u
- restricted : Stratégie similaire à la stratégie favored, hormis dans le cas où
D
r e nt aucun des noeuds de la liste des noeuds hôte n'est disponible : Oracle Clusterware ne
La u procède pas au démarrage ou au redémarrage de l'application. La stratégie de
positionnement restricted permet de s'assurer que l'application n'est jamais
exécutée sur un noeud ne figurant pas dans la liste, même si vous la transférez
manuellement vers ce noeud.
• REQUIRED_RESOURCES est la liste triée des noms des ressources, séparés par des
espaces, dont dépend cette ressource. Oracle Clusterware transfère ou arrête une
application si une ressource requise devient indisponible. Par conséquent, dans l'exemple
de la page précédente, il est clair que pour démarrer l'instance JFDB1, l'instance ASM1
doit être démarrée en premier.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 10


Attributs de ressource : Exemple (suite)
• RESTART_ATTEMPTS correspond au nombre de fois où Oracle Clusterware tente
simplement de redémarrer une ressource sur un noeud de cluster unique avant de tenter
de transférer la ressource. Une fois la période indiquée par le paramètre
UPTIME_THRESHOLD écoulée, Oracle Clusterware réinitialise le compteur du nombre
de redémarrages (RESTART_COUNTS) à 0. RESTART_COUNTS ne peut pas être
supérieur à RESTART_ATTEMPTS pendant la période UPTIME_THRESHOLD.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

La commande crs_stat –t resource_name indique les états de la ressource


nommée. Dans l'exemple présenté sur la diapositive, le statut Target de la ressource est
ONLINE, ce qui signifie que lors du prochain redémarrage du noeud, Oracle Clusterware
tentera de lancer l'instance. State indique le statut en cours de l'instance.
Remarque : La sortie illustrée dans la diapositive est tronquée pour des raisons de formatage.

e to
ce ns
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 11


Fonction principale du disque "votant"

Noeud1 Noeud2 Noeud3


CSS CSS CSS

Nous voyons tous 1&2&3 Les noeuds


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Nous voyons Nous voyons


peuvent se voir.
tous tous
1&2&3 1&2&3

Disque "votant"
"Split-brain"
Noeud1 Noeud2 Noeud3
Noeud3 ne peut plus
communiquer via
CSS CSS CSS
e to
interconnexion Je ne vois pas 3 1&moi voyons 1&2
cens
entre noeuds privée. l i
J'ai été évincé !

Les autres noeuds ne voient


Je vois 1&2
2 voit 1&2 Je vois 3
b le
Je ferais mieux
de m'arrêter
a
plus ses signaux d'activité et =>
fe r
l'évincent à l'aide du disque
Nous devons
a n s
"votant".
évincer 3 !
Disque "votant"
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Fonction principale du disque "votant" a ฺ co ent
CSS détermine quels sont les noeuds o xydisponibles
S tuddans le cluster et fournit aux autres
processus des services delo s@ thainsi
verrouillage is que des informations sur l'appartenance au
c se la disponibilité des noeuds en fonction des
du généralement
groupe. CSS détermine
( l u
s sur un réseau privé dédié. Un disque "votant" est utilisé comme mécanisme
communications
c l o
D u
de communication secondaire. Des messages concernant les signaux d'activité sont envoyés
e n t
via le réseau et le disque "votant", comme illustré dans le premier graphique de la diapositive.
r
u Le disque "votant" est une partition disk raw partagée ou un fichier d'un système de fichiers
La clusterisé accessible à tous les noeuds du cluster. Il sert essentiellement de support en cas
d'échec de la communication sur le réseau privé. Lorsque cela se produit, le cluster ne peut
pas maintenir tous les noeuds disponibles car ces derniers ne peuvent plus synchroniser les
E/S avec les disques partagés. Par conséquent, certains des noeuds doivent être placés hors
ligne. Le disque "votant" est alors utilisé pour communiquer les informations sur l'état des
noeuds. Ces informations servent à déterminer quels noeuds sont placés hors ligne. Sans le
disque "votant", il peut s'avérer impossible, dans le cas d'un noeud isolé, de déterminer si
celui-ci rencontre une panne réseau ou si les autres noeuds ne sont plus disponibles. Le cluster
pourrait alors se trouver dans un état où plusieurs sous-clusters de noeuds auraient un accès
non synchronisé aux mêmes fichiers de base de données. Cette situation est généralement
appelée problème de "split-brain" du cluster.
Le second graphique de la diapositive illustre ce qui se produit lorsque noeud3 ne peut plus
envoyer de signaux d'activité aux autres membres du cluster. Puisque les autres ne peuvent
plus voir ces signaux, ils décident d'évincer ce noeud à l'aide du disque "votant". Lorsque
noeud3 lit le message de suppression, il se réinitialise généralement afin de garantir la perte
de toutes les E/S d'écriture en attente.
Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 12
Fonction principale du disque "votant" (suite)
Remarque : Un mécanisme similaire à celui du disque "votant" existe également pour les
instances de base de données RAC. Au niveau de l'instance, le fichier de contrôle est utilisé
par toutes les instances participantes pour le vote. Ceci est indispensable car dans certains cas
il peut s'avérer nécessaire d'évincer des instances même si la connectivité réseau entre les
noeuds est bonne.
Par exemple, si le processus LMON ou LMD est bloqué sur une instance, il est possible de se
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

retrouver avec une base de données de cluster figée. Par conséquent, au lieu de laisser un
blocage se produire à l'échelle du cluster, RAC évince les instances problématiques du cluster.
Lorsque le problème est détecté, les instances se dépêchent d'obtenir un verrou externe (lock)
sur le fichier de contrôle. L'instance qui obtient le verrou externe comptabilise les votes des
instances pour décider de l'appartenance. On parle de reconfiguration de l'appartenance des
instances.

e to
ce ns
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 13


Paramètres CSS importants
• MISSCOUNT :
– représente le délai d'attente de signal d'activité réseau
– détermine le délai d'attente d'E/S disque pendant la
reconfiguration
– a une valeur par défaut de 30 secondes
– ne doit pas être modifié
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• DISKTIMEOUT :
– représente le délai d'attente d'E/S disque hors de la
reconfiguration
– a une valeur par défaut de 200 secondes
– peut être modifié temporairement en cas de temps d'attente très
longs pour les E/S vers les disques "votants" :
1. Arrêtez Oracle Clusterware sur tous les noeuds sauf un.
e to
2. En tant que root sur le noeud disponible, utilisez : crsctl set css
ce ns
disktimeout M+1
l i
3. Réinitialisez le noeud disponible.
a ble
4. Redémarrez tous les autres noeuds.
fe r
• Peut être modifié UNIQUEMENT avec les conseils a nexplicites s
t r
du support technique Oracle on-
s an ฺ
ha uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
ฺ c om nt G
Paramètres CSS importants
o
Le paramètre CSS misscount représente
de maximale, en secondes, pendant laquelle
xya Slatudurée
l o s@
le signal d'activité d'un réseau
t isl'interconnexion entre noeuds peut être manquant
au seinhde
c
par défaut du s (ld misscount
paramètre use duestcluster
avant d'entraîner uneureconfiguration en vue d'évincer le noeud concerné. La valeur
de 30 secondes. La valeur du paramètre
u
misscountclo régit les reconfigurations d'appartenance au cluster et agit directement sur la
e n tD
disponibilité du cluster. Sa valeur par défaut doit être acceptable. La modification de cette

La ur valeur peut avoir une incidence non seulement sur le délai d'attente des E/S vers le disque
"votant", mais également sur la tolérance concernant les signaux d'activité réseau manquants
au sein de l'interconnexion entre noeuds. Ceci affecte directement la disponibilité de la base
de données et du cluster. Lorsque vous utilisez un clusterware spécifique d'un constructeur
(pas Oracle), la valeur par défaut du paramètre CSS misscount est également de
30 secondes et vous ne devez pas modifier cette valeur.
Le paramètre CSS disktimeout représente la durée maximale, en secondes, pendant
laquelle le signal d'activité d'un disque peut être manquant (en dehors des événements de
reconfiguration du cluster) avant d'entraîner une reconfiguration du cluster en vue d'évincer le
noeud concerné. Sa valeur par défaut est de 200 secondes. Toutefois, si les temps d'attente des
E/S vers le disque "votant" sont supérieurs au délai d'attente d'E/S interne par défaut, le
cluster peut rencontrer des évictions de noeud CSS. La cause la plus courante de ces temps
d'attente est liée aux pilotes logiciels d'E/S de définition de chemins d'accès multiples
("multipathing") et aux durées de reconfiguration résultant d'un échec dans le chemin d'E/S.
Par conséquent, jusqu'à la résolution du temps d'attente des E/S de stockage sous-jacent,
disktimeout doit être modifié temporairement uniquement sur la base du "temps d'attente
maximal d'E/S vers le disque votant" incluant les temps d'attente résultant de la
reconfiguration du chemin d'E/S plus une seconde (M+1).
Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 14
Multiplexer des disques "votants"

• Le disque "votant" est une ressource vitale pour la


disponibilité du cluster.
• Utilisez un disque "votant" si ce dernier est stocké sur
un disque fiable.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Sinon, utilisez des disques "votants" multiplexés :


– Il est inutile d'utiliser des solutions de "multipathing".
– Les copies multiplexées doivent être stockées sur des
périphériques indépendants.
– Vérifiez l'absence d'insuffisance d'E/S pour les
périphériques de stockage des disques "votants".
e to
– Utilisez au moins trois copies multiplexées.
cens
l i
• CSS utilise une règle de majorité simple pour évaluerbla
a le
cohérence des lectures de disque "votant" : fe r
n s
-
v = f*2+1
n tra
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Multiplexer des disques "votants" aฺc
o n t
xy deSCSS e
o
Il est possible d'améliorer la disponibilité tuden le configurant avec plusieurs disques
"votants". L'utilisation d'un o @disque
sseul h is"votant" convient aux clusters configurés pour
u c l t
e et hautement disponible, sur lequel résident les fichiers
l'utilisation d'un disque
de base de données l d partagé
u sunique
( et le disque "votant" CSS. Toutefois, il est préférable d'utiliser plusieurs
l os "votant" en cas d'utilisation d'un dispositif de stockage moins fiable. Vous
copies ducdisque
D
pouvez uégalement utiliser plusieurs disques "votants" en remplacement d'une solution de
t
ren"multipathing".
Lau L'implémentation du multiplexage de disque "votant" impose l'utilisation d'au moins trois
disques "votants". Afin d'éviter une source de panne en un point unique, le disque "votant"
multiplexé doit être situé sur des périphériques de stockage physiquement indépendants avec
une charge prévisible en dessous du seuil de saturation.
Lors de l'utilisation de copies multiplexées du disque "votant", CSS multiplexe les données
"votantes" vers tous les disques "votants". Lorsque CSS a besoin de lire le disque "votant", il
lit l'ensemble des informations de tous les disques "votants". Si plus de la moitié (au sens
strict) des disques "votants" sont en fonctionnement et contiennent des informations
cohérentes, CSS peut utiliser ces données cohérentes de la même manière que dans le cadre
d'une configuration de disque "votant" unique. Si moins de la moitié des disques "votants"
comportent des données cohérentes lisibles, CSS devra s'arrêter comme dans le cas où il ne
peut pas lire un disque "votant" unique. Cet arrêt vise à empêcher la formation de sous-
clusters disjoints. Vous pouvez disposer d'un maximum de 32 disques "votants", mais utilisez
la formule suivante pour déterminer le nombre de disques "votants" à utiliser : v = f*2+1,
où v correspond au nombre de disques "votants" et f, au nombre de défaillances de disque
que vous souhaitez surmonter.
Remarque : Une configuration de disque "votant" classique comprend entre trois et cinq
disques.
Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 15
Modifier la configuration de disque "votant"

• La configuration de disque "votant" peut être modifiée


de façon dynamique.
• Pour ajouter un nouveau disque "votant" :
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

# crsctl add css votedisk <new voting disk path>

• Pour supprimer un disque "votant" :


# crsctl delete css votedisk <old voting disk path>

• Si Oracle Clusterware est arrêté sur tous les noeuds, e to


utilisez l'option –force : cens
l i
a ble
# crsctl add css votedisk <new voting disk path> -force
fe r
a ns
# crsctl delete css votedisk <old voting disk path> -force
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Modifier la configuration de disquea"votant" ฺ co ent
o xy Svous
Pendant l'installation d'Oracle Clusterware, tudpouvez multiplexer le disque "votant" à
l
l'aide de l'écran Specify Votingo s@DiskthLocation
is d'Oracle Universal Installer. Dans cet écran,
c se de trois disques "votants". Vous pouvez toutefois ajouter
dul'emplacement
vous pouvez indiquer
( l u
s façon dynamique des disques "votants" après l'installation d'Oracle
et supprimer
c l oende
D u
Clusterware utilisant les commandes ci-dessous avec l'utilisateur root :
t• Pour ajouter un disque "votant" : crsctl add css votedisk path
ren
Lau
• Pour supprimer un disque "votant" : crsctl delete css votedisk path
Ici, path correspond au chemin entièrement qualifié.
Si le cluster est arrêté, vous pouvez utiliser l'option -force (à la fin de la commande
crsctl) pour modifier la configuration de disque "votant" avec l'une de ces commandes
sans interagir avec les démons actifs d'Oracle Clusterware. Toutefois, l'utilisation de l'option
-force alors qu'un noeud du cluster est actif peut altérer la configuration.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 16


Sauvegarder et récupérer les disques "votants"

• Cette opération n'est pas nécessaire. Il vaut mieux effectuer


des opérations d'ajout/de suppression.
• Il est recommandé d'utiliser des liens symboliques.
• Sauvegardez un disque "votant" à l'aide de la commande dd.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– après l'installation d'Oracle Clusterware


– après l'ajout ou la suppression d'un noeud
– vous ne pouvez pas effectuer cette opération en ligne
$ crsctl query css votedisk

$ dd if=<voting disk path> of=<backup path> bs=4k


e to
• Pour récupérer des disques "votants", restaurez d'abord le e ns
premier disque à l'aide de la commande dd, puis
l e lic
multiplexez-le si nécessaire. r a b
n sfe
• Si aucune sauvegarde de disque "votant" n'estadisponible,
réinstallez Oracle Clusterware. n-tr no
a
s deฺ
h a
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
) Gui
o m
c"votants" t
Sauvegarder et récupérer les disques a ฺ e n
o
Il n'est pas nécessaire de sauvegarder xyun disque
S
d
tu"votant". Il vous suffit simplement d'ajouter
s @ i s
u c lo e th
un nouveau disque et de supprimer un disque incorrect.
Il est recommandéld
s ( d'utiliser usde
des liens symboliques pour indiquer le chemin des disques
"votants". En
c l o effet, les chemins disque "votant" sont stockés directement dans le fichier
OCR etula modification directe du fichier OCR n'est pas prise en charge. L'utilisation de liens
e n tD
symboliques vers les disques "votants" facilite la restauration de ces disques si leur
u r emplacement d'origine ne peut plus être utilisé comme emplacement de restauration.
La Une nouvelle sauvegarde des disques "votants" disponibles doit être réalisée à chaque ajout
d'un nouveau noeud ou à chaque suppression d'un noeud existant. Pour ce faire, il est
recommandé d'utiliser la commande dd (ocopy sous Windows). En règle générale sur la
plupart des plates-formes, y compris Linux et Sun, la taille de bloc pour la commande dd doit
être au moins de 4 Ko afin de garantir une sauvegarde du disque "votant" avec des blocs
complets.
Avant de sauvegarder votre disque "votant" à l'aide de la commande dd, vérifiez qu'Oracle
Clusterware est arrêté sur tous les noeuds.
La commande crsctl query css votedisk répertorie les disques "votants"
actuellement utilisés par CSS. Cela vous permet de déterminer quel disque "votant"
sauvegarder.
L'exemple présenté sur la diapositive illustre la procédure que vous pouvez suivre pour
sauvegarder et restaurer le disque "votant".
Remarque : Si vous perdez l'ensemble des disques "votants" et que vous ne disposez
d'aucune sauvegarde, vous devez réinstaller Oracle Clusterware.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 17


Architecture OCR

Noeud1 Noeud2 Noeud3

Cache OCR Cache OCR Cache OCR


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Processus Processus Processus


CRS CRS CRS

Processus Processus
client client
e to
cens
l i
Stockage Fichier
a ble
partagé Fichier
OCR fe r
OCR
miroir
a ns
principal
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Architecture OCR a ฺ co ent
xy Stsont
Les informations de configurationodu cluster udgérées dans Oracle Cluster Registry (OCR).
l o s@ detcache
OCR repose sur une architecture h is partagé distribuée pour l'optimisation des
c seatomiques dans le référentiel (repository) du cluster. Chaque
dumises à ujour
( l
interrogations et des
s gère une copie en mémoire du fichier OCR, ainsi que le démon CRSD
c l o
noeud du cluster
uReady Services Daemon) qui accède à son cache OCR. Un seul des processus CRS
(Cluster
D
en t
effectue réellement des opérations de lecture et d'écriture dans le fichier OCR de la zone de
r
Lau stockage partagée. Ce processus est chargé de la régénération de son propre cache local, mais
aussi du cache OCR sur les autres noeuds du cluster. Pour les interrogations dans le référentiel
du cluster, les clients OCR communiquent directement avec le processus OCR local sur le
noeud les hébergeant. Lorsque les clients ont besoin de mettre à jour le fichier OCR, ils
communiquent via leur processus CRS local avec le processus CRS qui réalise les E/S
d'écriture dans le référentiel sur disque.
Les applications client OCR sont Oracle Universal Installer (OUI), SRVCTL, Enterprise
Manager (EM), l'assistant DBCA (Database Configuration Assistant), l'assistant DBUA
(Database Upgrade Assistant), NetCA et l'assistant VIPCA (Virtual Internet Protocol
Configuration Assistant). En outre, le fichier OCR gère les informations relatives aux
dépendances et au statut pour les ressources d'application définies dans Oracle Clusterware,
notamment les bases de données, les instances, les services et les applications des noeuds.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 18


Architecture OCR (suite)
Le processus d'installation d'Oracle Clusterware vous donne la possibilité de mettre
automatiquement le fichier OCR en miroir. Cette opération crée un deuxième fichier OCR
(fichier OCR miroir) afin de dupliquer le fichier OCR d'origine (fichier OCR principal).
Vous pouvez placer le fichier OCR miroir sur un système de fichiers clusterisé ou sur un raw
device partagé. Bien qu'il soit recommandé de mettre le fichier OCR en miroir, vous n'êtes
pas obligé de le faire pendant l'installation.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Le nom du fichier de configuration OCR sous UNIX est ocr.loc, et les variables
d'emplacement de fichier OCR sont ocrconfig_loc et ocrmirrorconfig_loc.
Il est fortement recommandé d'utiliser des fichiers OCR mis en miroir si le stockage
sous-jacent n'utilise pas la technologie RAID. De cette manière, le fichier OCR ne peut pas
devenir une source de panne en un point unique.
Remarque : Le fichier OCR sert également de fichier de configuration dans une instance
unique avec ASM, qui comporte un fichier OCR par noeud.
e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 19


Contenu et organisation du fichier OCR

root
css
REPERTOIRE D'ORIGINE CRS
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

SYSTEM evm
crs
OCR

NODEAPPS
LOG
DATABASE ASM
e to
ns
DATABASES
ONS SERVICE l i ce
CRS INSTANCE a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Contenu et organisation du fichier a ฺ
OCRco ent
Chaque technologie de création de o xy requiert
cluster S tud un référentiel (repository). Ce dernier
l
permet au logiciel de créationo s@ t h iset aux autres processus d'application prenant en
de cluster
charge les clustersd c
deupartager s e informations. Oracle Clusterware utilise Oracle Cluster
( l u des
sstocker les informations relatives aux ressources qu'il gère. Ces informations
Registry pour
c l o
u dans une structure arborescente à l'aide de paires clé-valeur.
sont stockées
D
t
nLa diapositive ci-dessus illustre les principales branches qui composent la structure du fichier
La ure OCR :
• Les clés SYSTEM contiennent des données liées aux principaux processus d'Oracle
Clusterware tels que CSSD, CRSD et EVMD. Par exemple, les clés CSSD contiennent
des informations sur le paramètre misscount et les chemins des disques "votants".
• Les clés DATABASE contiennent des données liées aux bases de données RAC
enregistrées auprès d'Oracle Clusterware. Comme l'illustre la diapositive ci-dessus, vous
disposez d'informations sur les instances, les applications nodeapps, les services, etc.
• La dernière catégorie inclut les clés figurant dans le fichier OCR qui sont liées aux profils
de ressource utilisés par Oracle Clusterware pour préserver la disponibilité de
l'application supplémentaire enregistrée. Ces ressources comprennent les adresses IP
virtuelles (VIP) de l'application supplémentaire, les scripts de surveillance et les valeurs
de l'intervalle de vérification.
Remarque : Les données XML présentées dans les encarts à droite sur la diapositive ont été
obtenues à l'aide de la commande ocrdump –xml.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 20


Gérer les fichiers OCR et leur emplacement :
Présentation
-export
-import

-upgrade
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

-repair ocrmirror
-repair ocr -downgrade

ocrconfig
-backuploc
-overwrite -showbackup
-manualbackup
e to
-restore
cens
l i
-replace ocrmirror
a ble
fe r
ocrdump -replace ocr s
ocrcheck
n
tra
n on-
s a ฺ
a
h uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
ฺ c om : Présentation
n t G
o t u de d'Oracle Cluster Registry) pour :
xydeaconfiguration
Gérer les fichiers OCR et leur emplacement
Utilisez ocrconfig (outil principal
s @ i s S OCR à l'aide de l'option –export et les
• Générer des sauvegardeso h
cl pourserestaurer
t les informations contenues dans le fichier OCR à
logiques du fichier
d u
(l –import.
utiliser ultérieurement
u
l'aide de s
l'option
o
cl à niveau ou déclasser le fichier OCR.
u
• Mettre
e n t• DUtiliser l'option –showbackup pour visualiser les sauvegardes générées (par défaut, le
La ur fichier OCR est régulièrement sauvegardé). Ces sauvegardes sont générées à un
emplacement par défaut que vous pouvez modifier à l'aide de l'option –backuploc.
Si nécessaire, vous pouvez restaurer des copies physiques du fichier OCR à l'aide de
l'option –restore. Vous pouvez également créer manuellement des sauvegardes OCR
à l'aide de l'option -manualbackup.
• Utiliser les options –replace ocr ou –replace ocrmirror pour ajouter,
supprimer ou remplacer les fichiers OCR principaux ou le fichier OCR miroir.
• Utiliser l'option –overwrite selon les conseils des services de support pour écraser
certains mécanismes de protection du fichier OCR lorsqu'un ou plusieurs noeuds du
cluster ne peuvent pas démarrer en raison de la corruption du fichier OCR.
• Utiliser l'option –repair pour modifier les paramètres répertoriant l'emplacement du
fichier OCR et du fichier OCR miroir.
L'outil ocrcheck permet de vérifier l'intégrité du fichier OCR (fichier OCR et son fichier
miroir). A l'aide de l'utilitaire ocrdump, écrivez le contenu du fichier OCR, intégralement ou
partiellement, dans un fichier texte ou XML.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 21


Sauvegardes automatiques du fichier OCR

• Le contenu du fichier OCR est essentiel pour Oracle Clusterware.


• Le fichier OCR fait automatiquement l'objet d'une sauvegarde
physique :
– Toutes les quatre heures : CRS conserve les trois dernières copies.
– A la fin de chaque jour : CRS conserve les deux dernières copies.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– A la fin de chaque semaine : CRS conserve les deux dernières


copies.
$ cd $ORACLE_BASE/Crs/cdata/jfv_clus
$ ls -lt
-rw-r--r-- 1 root root 4784128 Jan 9 02:54 backup00.ocr
-rw-r--r-- 1 root root 4784128 Jan 9 02:54 day_.ocr
-rw-r--r-- 1 root root 4784128 Jan 8 22:54 backup01.ocr
-rw-r--r-- 1 root root 4784128 Jan 8 18:54 backup02.ocr
-rw-r--r-- 1 root root 4784128 Jan 8 02:54 day.ocr
e to
-rw-r--r-- 1 root root 4784128 Jan 6 02:54 week_.ocr
cens
-rw-r--r-- 1 root root 4005888 Dec 30 14:54 week.ocr l i
• Modifiez l'emplacement par défaut des sauvegardes a ble
fe r
automatiques :
a ns
# ocrconfig –backuploc /shared/bak
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o
cOCR n t
Sauvegardes automatiques du fichier a
xy importantes e
o
Le fichier OCR contient des informations S tud sur la configuration du cluster et de la
base de données pour RAC l o set@Oraclet h is
Clusterware. Une instance d'Oracle Clusterware (démon
d u c s e
CRSD maître) incluse
( l dans le
u cluster crée automatiquement des sauvegardes de ce fichier
s heures et CRS conserve les trois dernières copies. Le processus CRSD crée
c l o
toutes les quatre
u une sauvegarde du fichier OCR à la fin de chaque journée complète et de chaque
également
D
e n t
semaine, et conserve les deux dernières copies. L'exemple présenté sur la diapositive illustre
r
u le contenu du répertoire de sauvegarde par défaut du démon CRSD maître.
La Vous ne pouvez pas personnaliser la fréquence de sauvegarde et le nombre de copies
conservées, mais vous pouvez indiquer le nom et l'emplacement des copies conservées
automatiquement en utilisant la commande ocrconfig -showbackup.
Par défaut, l'emplacement cible de chaque sauvegarde automatique du fichier OCR est le
répertoire <CRS Home>/cdata/<cluster name>. Il est recommandé d'utiliser à la
place un emplacement partagé par tous les noeuds du cluster. Pour ce faire, utilisez la
commande ocrconfig -backuploc <new location>. Cette commande admet un
argument qui est le chemin d'accès complet au répertoire du nouvel emplacement.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 22


Sauvegarder le fichier OCR manuellement

• Sauvegardes quotidiennes des sauvegardes


automatiques du fichier OCR vers un périphérique de
stockage différent :
– Utilisez votre outil de sauvegarde préféré.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Sauvegardes physiques à la demande :

# ocrconfig –manualbackup

• Sauvegardes logiques du fichier OCR avant et après


l'apport de modifications importantes :
e to
# ocrconfig –export file name
ce ns
l i
• Veillez à restaurer des sauvegardes du fichier OCRrab
le
n s
correspondant à la configuration actuelle de votre fe
a
système. n-tr no
a
s deฺ
h a
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
) Gui
m
co ent
Sauvegarder le fichier OCR manuellement a ฺ
o xy Sfigurant
En raison de l'importance des informations tud dans le fichier OCR, il est recommandé
de créer manuellement des
l o s@ des
copies
t h is
sauvegardes physiques générées automatiquement.
Vous pouvez utiliseru
d c
n'importe s e
quel logiciel de sauvegarde pour copier les fichiers de
l u
s (versautomatiquement
sauvegarde générés ; il est recommandé d'effectuer cette opération au moins
une fois c l
par ojour un autre périphérique que celui sur lequel réside le fichier OCR
D u
principal.
n t
La ure Vous pouvez effectuer une sauvegarde OCR à la demande à l'aide de l'option –
manualbackup. La sauvegarde est générée dans l'emplacement indiqué dans l'option -
backuploc.
En outre, vous devez également exporter le contenu du fichier OCR avant et après l'apport de
modifications importantes à la configuration, telles que l'ajout ou la suppression de noeuds
dans l'environnement, la modification de ressources d'Oracle Clusterware ou la création d'une
base de données. Utilisez la commande ocrconfig -export en tant qu'utilisateur root
pour générer des sauvegardes logiques du fichier OCR. Vous devez indiquer un nom de
fichier en tant qu'argument de la commande. Cette dernière génère un fichier binaire que vous
ne devez pas modifier.
La plupart des modifications que vous apportez à la configuration affectent non seulement le
contenu du fichier OCR, mais créent également des fichiers et des objets de base de données.
Certaines de ces modifications ne sont souvent pas restaurées lorsque vous restaurez le fichier
OCR. N'effectuez pas de restauration du fichier OCR pour rétablir des configurations
antérieures si certaines des modifications apportées à la configuration échouent. Le contenu
du fichier OCR risquerait de ne pas correspondre à l'état du reste du système.
Remarque : Si vous tentez d'exporter le fichier OCR alors qu'un client OCR est en cours
d'exécution, un message d'erreur est généré.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 23


Récupérer le fichier OCR à l'aide de sauvegardes
physiques

1. Localisez une sauvegarde


$ ocrconfig –showbackup
physique :
2. Examinez son contenu : # ocrdump –backupfile file_name
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

3. Arrêtez Oracle Clusterware


# crsctl stop crs
sur tous les noeuds :

4. Restaurez la sauvegarde physique du fichier OCR :


# ocrconfig –restore <CRS HOME>/cdata/jfv_clus/day.ocr
e to
cens
5. Redémarrez Oracle Clusterware l i
# crsctl start crs
a ble
sur tous les noeuds :
fe r
6. Vérifiez l'intégrité du fichier OCR : $ cluvfy comp ocr -n alla ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Récupérer le fichier OCR à l'aide de a ฺ co ent physiques
sauvegardes
o y tud
xrestaurer
Utilisez la procédure suivante pour
s @ i s Sle fichier OCR sous UNIX :
lo pouvez
1. Identifiez les sauvegardes
c h OCR à l'aide de la commande ocrconfig -
texécuter
du fichier
e
showbackup.
( l d uVous
u s cette commande à partir de n'importe quel noeud
l s
en tantoqu'utilisateur oracle. La sortie indique sur quel noeud et selon quel chemin
c
u les sauvegardes générées automatiquement et manuellement. Utilisez l'argument
extraire
n t D auto ou manual pour afficher une seule catégorie.
r e
u 2. Examinez le contenu de la sauvegarde à l'aide de la commande ocrdump -
La backupfile file_name, file_name correspondant au nom du fichier de
sauvegarde.
3. Arrêtez Oracle Clusterware sur l'ensemble des noeuds du cluster en exécutant la
commande
crsctl stop crs sur tous les noeuds en tant qu'utilisateur root.
4. Effectuez la restauration en appliquant le fichier de sauvegarde OCR identifié au cours
de la première étape. Pour ce faire, utilisez la commande suivante en tant qu'utilisateur
root, file_name correspondant au nom du fichier OCR à restaurer. Assurez-vous de
l'existence et de la validité des périphériques OCR indiqués dans le fichier de
configuration OCR (/etc/oracle/ocr.loc) avant d'exécuter cette commande :
ocrconfig -restore file_name
5. Redémarrez Oracle Clusterware sur tous les noeuds du cluster en redémarrant chaque
noeud ou en exécutant la commande crsctl start crs en tant qu'utilisateur root.
6. Exécutez la commande suivante afin de vérifier l'intégrité du fichier OCR, où l'argument
-n all extrait la liste de tous les noeuds configurés comme membres du cluster :
cluvfy comp ocr -n all

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 24


Récupérer le fichier OCR à l'aide de sauvegardes
logiques
1. Localisez une sauvegarde logique créée à l'aide d'une
exportation du fichier OCR.
# crsctl stop crs
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

2. Arrêtez Oracle Clusterware sur tous les noeuds :


# ocrconfig –import /shared/export/ocrback.dmp

3. Restaurez la sauvegarde logique du fichier OCR :


# crsctl start crs
e to
ns
4. Redémarrez Oracle Clusterware sur tous les noeuds : le lice
r a b
5. Vérifiez l'intégrité
n s fe
tra
$ cluvfy comp ocr -n all
du fichier OCR :
n on-
s a ฺ
a
h uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
ฺ c om nt G
Récupérer le fichier OCR à l'aide de
x y a ude logiques
sauvegardes
Utilisez la procédure suivante pour
@ o importerSlet fichier OCR sous UNIX :
1. Identifiez le fichierlo s t
d'export OCRh isà importer : il s'agit du fichier d'export précédemment
c
dula commande
créé à l'aide lde se ocrconfig -export file_name.
( u
sOracle Clusterware sur l'ensemble des noeuds de la base de données RAC en
2. Arrêtez
c l o
D u
exécutant la commande
e n t crsctl stop crs sur tous les noeuds en tant qu'utilisateur root.
r
u 3. Procédez à l'import en appliquant le fichier d'export OCR identifié au cours de la
La première étape. Pour ce faire, utilisez la commande suivante où file_name correspond
au nom du fichier OCR à partir duquel vous souhaitez importer les informations du
fichier OCR : ocrconfig -import file_name
4. Redémarrez Oracle Clusterware sur tous les noeuds du cluster en redémarrant chaque
noeud à l'aide de la commande crsctl start crs en tant qu'utilisateur root.
5. Exécutez la commande de l'utilitaire CVU (Cluster Verification Utility) suivante afin de
vérifier l'intégrité du fichier OCR, où l'argument -n all extrait la liste de tous les
noeuds configurés comme membres du cluster : cluvfy comp ocr -n all

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 25


Remplacer un fichier OCR miroir : Exemple

# ocrcheck
Status of Oracle Cluster Registry is as follows:
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Version : 2
Total space (kbytes) : 200692
Used space (kbytes) : 3752
Available space (kbytes) : 196940
ID : 495185602
Device/File Name : /oradata/OCR1
Device/File integrity check succeeded
Device/File Name : /oradata/OCR2
e to
Device/File needs to be synchronized with the other device
cens
l i
# ocrconfig –replace ocrmirror /oradata/OCR2
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Remplacer un fichier OCR miroir aฺc
o n t
y tuillustre
xci-dessus e
d la méthode de remplacement d'un
o
L'exemple de code de la diapositive S
l o
fichier OCR miroir existant. sIl@ t h is que vous disposez déjà d'un fichier OCR miroir et
est supposé
c
du uplus secomme prévu. Une réorganisation de ce type peut être
déclenchée o
l
que ce fichier ne fonctionne
(
s vous avez reçu une alerte relative à un échec d'OCR dans Enterprise Manager
car
c l
u que vous avez vu une alerte directement dans le fichier d'alertes d'Oracle
ou parce
n t D
Clusterware.

La ure A l'aide de la commande ocrcheck, vous voyez clairement que le fichier OCR miroir n'est
plus synchronisé avec le fichier OCR principal. Vous exécutez ensuite la commande
ocrconfig –replace ocrmirror filename pour remplacer le fichier miroir existant par
une nouvelle copie du fichier OCR principal. Dans l'exemple, filename peut être un nouveau
nom de fichier si vous décidez de transférer également le fichier OCR miroir.
Si l'échec concerne le fichier OCR principal et que le fichier OCR miroir est encore en bon
état, vous pouvez utiliser, dans ce cas, la commande ocrconfig –replace ocr filename.
Remarque : L'exemple de la diapositive illustre un scénario de remplacement. Toutefois,
vous pouvez également utiliser une commande similaire pour ajouter ou supprimer le fichier
OCR principal ou miroir :
• L'exécution de la commande ocrconfig –replace ocr|ocrmirror filename ajoute le
fichier OCR principal ou miroir à l'environnement s'il n'existe pas encore.
• L'exécution de la commande ocrconfig –replace ocr|ocrmirror supprime le fichier
OCR principal ou miroir.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 26


Réparer la configuration OCR : Exemple

1. Arrêtez Oracle Clusterware sur Noeud2 :


# crsctl stop crs
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

2. Ajoutez le fichier OCR miroir à partir de Noeud1 :


# ocrconfig –replace ocrmirror /OCRMirror
3. Réparez l'emplacement du fichier OCR miroir sur
Noeud2 :
# ocrconfig –repair ocrmirror /OCRMirror
e to
4. Démarrez Oracle Clusterware sur Noeud2 : cens
l i
a ble
# crsctl start crs
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Réparer la configuration OCR : Exemple a ฺ co ent
xy Spour
Utilisez la commande ocrconfigo–repair tudréparer des informations de configuration
l o s@ thdeisconfiguration OCR sont stockées dans :
OCR incohérentes. Les informations
d u
• /etc/oracle/ocr.loc c sesous Linux et AIX,
s ( l
• /var/opt/oracle/ocr.loc
u sous Solaris et HP-UX,
• lauclé
o
clde base de registres HKEY_LOCAL_MACHINE\SOFTWARE\Oracle\ocr sous Windows.
e n t Dpouvez être amené à réparer une configuration OCR sur un noeud particulier si celle-ci
Vous
La ur change pendant l'arrêt de ce noeud. Par exemple, vous pouvez être amené à réparer le fichier
OCR sur un noeud qui n'était pas en fonctionnement pendant l'ajout, le remplacement ou la
suppression d'un fichier OCR.
L'exemple de la diapositive ci-dessus illustre le cas où le fichier OCR miroir est ajouté sur le
premier noeud du cluster alors que le second noeud n'exécute pas Oracle Clusterware.
Vous ne pouvez pas effectuer cette opération sur un noeud sur lequel est exécuté Oracle
Clusterware.
Remarque : Cette opération répare uniquement les informations de configuration OCR, pas
le fichier OCR lui-même.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 27


Considérations relatives au fichier OCR

• En cas d'utilisation de raw devices pour le stockage


des fichiers OCR, vérifiez leur existence avant toute
opération d'ajout ou de remplacement.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Vous devez être l'utilisateur root pour pouvoir ajouter,


remplacer ou supprimer un fichier OCR dans le cadre
de l'utilisation de la commande ocrconfig.
• Lors de l'ajout ou du remplacement d'un fichier OCR,
le fichier miroir correspondant doit être en ligne.
e to
• Si vous supprimez un fichier OCR principal, le
ns
fichier OCR miroir devient le fichier principal.
le lice
• Ne supprimez jamais le dernier fichier OCR restant.rab
s fe
tra n
n on-
s a ฺ
a
h uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
Considérations relatives au fichier a ฺ
OCR com ent G
Voici une liste de considérations o xy Stàuprendre
importantes
d en compte lors de l'utilisation de la
commande ocrconfig –replace l o s@ : this
d u craw devices,
se vérifiez l'existence du nom de fichier avant d'exécuter
• Si vous utilisez
( l des
u
s d'ajout ou de remplacement à l'aide de la commande ocrconfig.
c l o
une opération
u être en mesure d'exécuter une opération d'ajout, de remplacement ou de suppression
• Pour
D
e n t à l'aide d'ocrconfig, vous devez être connecté en tant qu'utilisateur root.
r
u • Le fichier OCR que vous remplacez peut être en ligne ou hors ligne.
La • Si vous supprimez un fichier OCR principal, le fichier OCR miroir devient le fichier
principal.
• Ne supprimez un fichier OCR que si un autre fichier OCR actif au moins est en ligne.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 28


Modifier des adresses IP virtuelles (VIP)
1. Déterminez l'interface utilisée pour la prise en charge
de l'adresse IP virtuelle :
$ ifconfig -a
2. Arrêtez toutes les ressources qui dépendent de
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

l'adresse IP virtuelle :
$ srvctl stop instance -d DB -i DB1
$ srvctl stop asm -n node1
# srvctl stop nodeapps -n node1

3. Vérifiez que l'adresse IP virtuelle n'est plus en cours e to


ce ns
d'exécution : l i
[+ ] a ble
$ ifconfig -a $ crs_stat
fe r
n s
4. Modifiez l'adresse IP dans /etc/hosts et leasystème
t r
de noms de domaine (DNS). on-
s an ฺ
ha uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
Modifier des adresses IP virtuellesa ฺ com ent G
(VIP)
o
L'adresse IP virtuelle est une adressexyIP statique
S tudavec un nom d'hôte virtuel défini et résolu via
l
le système de noms de domaine o s@(DNS)t h isou le fichier hosts. Pendant l'installation d'Oracle
Clusterware, vous d c e une adresse IP virtuelle et un nom d'hôte virtuel pour
u invitéuàssaisir
chacun des o ( l êtes
s du cluster. Ces noms et adresses sont stockés dans le fichier OCR.
noeuds
c l
u composants au sein de l'environnement de haute disponibilité Oracle Clusterware
Différents
n t D
dépendent de ces adresses IP virtuelles. Si, pour une raison ou une autre, vous souhaitez
r e
u modifier l'adresse IP virtuelle, utilisez la procédure suivante sur chaque noeud, l'un après
La l'autre :
1. Confirmez l'adresse IP actuelle correspondant à l'adresse IP virtuelle en exécutant la
commande ifconfig –a. Sous Windows, exécutez la commande ipconfig /all.
Vous devez ainsi voir l'adresse IP virtuelle liée à l'une des interfaces réseau.
2. Arrêtez toutes les ressources dépendant de l'adresse IP virtuelle sur ce noeud : arrêtez
d'abord l'instance de base de données, puis l'instance ASM. Arrêtez ensuite les
applications nodeapps.
3. Vérifiez que l'adresse IP virtuelle n'est plus en cours d'exécution à l'aide de la commande
ifconfig -a, puis confirmez que son interface n'est plus répertoriée dans la sortie.
Si l'interface est encore indiquée comme étant en ligne, une ressource dépendant de
l'adresse IP virtuelle est encore en cours d'exécution. La commande crs_stat -t permet
d'afficher les ressources qui sont encore en ligne.
4. Apportez toutes les modifications nécessaires aux fichiers /etc/hosts de tous les
noeuds (sous UNIX) ou aux fichiers \WINNT\System32\drivers\etc\hosts sous
Windows, puis apportez les modifications DNS nécessaires pour associer la nouvelle
adresse IP à l'ancien nom d'hôte.
Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 29
Modifier des adresses IP virtuelles (VIP)

5. Modifiez l'adresse IP virtuelle à l'aide de srvctl :


# srvctl modify nodeapps -n node1 -A
192.168.2.125/255.255.255.0/eth0
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

6. Démarrez les applications nodeapps et toutes les


ressources qui en dépendent :

# srvctl start nodeapps -n node1

7. Répétez la procédure à partir de l'étape 1 sur le noeud


e to
suivant.
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Modifier des adresses IP virtuellesa ฺ co(suite)
(VIP) e n t
5. Modifiez les applications nodeapps o xy etSfournissez
tud la nouvelle adresse IP virtuelle.
Utilisez la commande l o s@ tmodify
srvctl h is nodeapps avec l'option –A. Vous devez exécuter
cette commande d c
uen tantuqueseroot. Dans l'exemple de la diapositive ci-dessus, vous
( l
indiquez
c l osla nouvelle adresse IP (192.168.2.125), puis le masque réseau correspondant
D u
(255.255.255.0 ) et l'interface que doit utiliser l'adresse IP virtuelle (eth0).

r e nt6. Redémarrez les applications nodeapps.


La u 7. Répétez la même procédure pour tous les noeuds du cluster. Vous pouvez rester connecté
sur le premier noeud car srvctl est un outil de gestion à l'échelle du cluster.
Remarque : Si seule l'adresse IP est modifiée, il est inutile d'apporter des modifications aux
fichiers listener.ora et tnsnames.ora, ou aux fichiers de paramètres d'initialisation, à
condition qu'ils utilisent les noms d'hôte virtuels. En cas de modification du nom d'hôte virtuel
et de l'adresse IP virtuelle pour un noeud, il sera nécessaire de modifier ces fichiers avec le
nouveau nom d'hôte virtuel également. Pour le fichier listener.ora, vous pouvez utiliser
netca pour supprimer l'ancien processus d'écoute (listener) et en créer un. En outre, des
modifications devront être apportées au fichier tnsnames.ora de tous les clients qui se
connectaient à l'ancien nom d'hôte virtuel.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 30


Modifier la configuration du sous-réseau d'IP
public/d'interconnexion entre les noeuds : Exemple

Utilisez oifcfg pour ajouter ou supprimer des informations


relatives à l'interface réseau dans le fichier OCR :
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

$ <CRS HOME>/bin/oifcfg getif 1


eth0 139.2.156.0 global public
eth1 192.168.0.0 global cluster_interconnect

$ oifcfg delif -global eth0 2


$ oifcfg setif –global eth0/139.2.166.0:public

$ oifcfg delif –global eth1 e to


ns
3
$ oifcfg setif –global eth1/192.168.1.0:cluster_interconnect
l i ce
a b le
$ oifcfg getif r
fe 4
eth0 139.2.166.0 global public
a ns
eth1 192.168.1.0 global cluster_interconnect
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Modifier la configuration du sous-réseau a ฺ co d'IPepublic/d'interconnexion
n t entre les
noeuds o x y t u d
s @ i s S
u c loinvites
Lors de l'installation d'Oracle
e th concernant
Clusterware et de RAC, il est possible que vous indiquiez des
informations erronées
( l aux
u s
d les noeuds d'OUI les interfaces publiques et
l o s
d'interconnexion entre qu'Oracle Clusterware doit utiliser. Si cela se produit,
Oracleu c
Clusterware pourra démarrer au terme du processus d'installation, mais vous risquez de
n t D
rencontrer ultérieurement des problèmes de communication avec les autres noeuds du cluster.
e
ur Si l'interface, le sous-réseau d'IP, ou l'adresse IP de votre réseau public ou réseau
La d'interconnexion est incorrect ou doit être modifié, vous devez utiliser l'outil de configuration
d'interface Oracle (oifcfg) pour mettre à jour les informations correspondantes dans le
fichier OCR.
La diapositive ci-dessus présente un exemple dans lequel les sous-réseaux d'IP des réseaux
public et privé sont incorrects :
1. Vous obtenez les informations relatives aux interfaces en cours via l'option getif.
2. Vous supprimez d'abord l'entrée correspondant à l'interface publique à l'aide de l'option
delif, puis saisissez les informations correctes à l'aide de l'option setif.
3. Vous procédez de même pour votre interconnexion privée.
4. Vous vérifiez l'exactitude des nouvelles informations.
Remarque : Une interface réseau peut être stockée en tant qu'interface globale ou en tant
qu'interface propre à un noeud. Une interface est stockée en tant qu'interface globale lorsque
tous les noeuds d'un cluster RAC ont la même interface connectée au même sous-réseau
(recommandé). Elle est stockée en tant qu'interface propre à un noeud uniquement lorsque des
noeuds du cluster comportent un ensemble différent d'interfaces et de sous-réseaux.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 31


Protection des applications tierces : Présentation
• Environnement de haute disponibilité :
– Outils en mode ligne de commande pour l'enregistrement
d'applications auprès de CRS
– Appel d'agents de contrôle d'application pour la gestion des
applications
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– Fichier OCR utilisé pour décrire les attributs CRS pour les
applications
• API C haute disponibilité :
– Modification directe des attributs CRS dans le fichier OCR
– Modification des attributs CRS à la volée
• Adresses IP virtuelles (VIP) d'application :
– Utilisation pour les applications accessibles par l'intermédiaire de
réseaux
e to
– Redondance de carte réseau
cens
– Changement de carte réseau l i
• OCFS : a ble
fe r
– Stockage des fichiers de configuration d'application
a ns
– Partage de fichiers entre noeuds du cluster
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
co ent
Protection des applications tiercesa: ฺPrésentation
o xy Staccessibles
Oracle Clusterware fournit deux composants ud au public qui peuvent être utilisés
s @ i s
pour contribuer à la protection
u c th quelle
o deen'importe
lhaute application sur un cluster :
• L'environnement
( l d de
u sdisponibilité fournit des utilitaires pour gérer des applications
l s
sous laoprotection de CRS via des outils en mode ligne de commande tels que
u c
crs_register , crs_start et crs_stop. Cet environnement est également utilisé pour
D
nt appeler de façon dynamique les scripts de contrôle créés afin que CRS puisse démarrer,
u r e
La
arrêter et surveiller vos applications. Le fichier OCR est utilisé comme référentiel
(repository) pour la définition de stratégies de gestion des incidents et d'autres paramètres
importants pour le contrôle de vos applications par CRS.
• L'API C peut être utilisée pour manipuler directement le fichier OCR afin de définir le
mode de protection d'une application par CRS. Cette API peut être utilisée pour modifier,
lors de l'exécution, le mode de gestion de l'application par CRS. Le thème de l'API C
n'est pas traité en détail dans ce cours.
Si l'application que doit protéger CRS est accessible via un réseau, vous pouvez créer une
adresse IP virtuelle (VIP) pour cette application. On parle d'adresse IP virtuelle (VIP)
d'application. Les adresses IP virtuelles d'application créées par Oracle Clusterware peuvent
être transférées d'une carte réseau vers une autre sur le même noeud, ainsi que d'une carte
réseau vers une autre située sur un autre noeud, si tous les réseaux publics sont arrêtés sur le
noeud en question.
En outre, votre application peut avoir besoin de stocker des fichiers de configuration sur le
disque. Pour partager ces fichiers entre les divers noeuds, Oracle Corporation fournit
également OCFS (Oracle Cluster File System).

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 32


Différences entre adresse IP virtuelle (VIP)
d'application et adresse IP virtuelle RAC
• Une adresse IP virtuelle RAC est principalement utilisée en
cas d'événements d'arrêt de noeud :
– Suite à un incident, l'adresse IP virtuelle est transférée vers un
noeud restant.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– Depuis ce noeud, elle renvoie un code NAK aux clients, les


obligeant ainsi à se reconnecter.
– Il est inutile de transférer les ressources associées à
l'adresse IP virtuelle.
• Une adresse IP virtuelle d'application est principalement
utilisée en cas d'événements d'arrêt d'application :
– Suite à un incident, l'adresse IP virtuelle est transférée vers un e to
autre noeud avec les applications.
cens
l i
– Depuis ce noeud, les clients peuvent toujours se connecter via
a ble
l'adresse IP virtuelle.
fe r
– Bien que cela ne soit pas recommandé, une adresse IP virtuelle a ns
peut desservir plusieurs applications. n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o d'application
c(VIP) n t
Différences entre adresse IP virtuelle
x y a u d e et adresse IP virtuelle
RAC
s @ o
i s St
La plupart des différences
c loentre les
e h
tressources associées aux adresses IP virtuelles
u
(ld liées Par
d'application et celles usexemple,
aux VIP RAC s'expliquent par la différence de configuration au
sein d'Oracle
l o s
Clusterware. dans un environnement RAC, il est inutile de
procéder c
u au transfert d'une instance de base de données ou d'un processus d'écoute (listener)
t D
ren un incident car un processus d'écoute et une instance sont déjà en attente sur un autre
suite à
Lau noeud. Par conséquent, un processus d'écoute donné n'écoute sur aucune autre adresse IP
virtuelle. Si vous examinez le profil CRS de ces ressources, vous verrez les différences. La
plupart du temps, plusieurs applications sont associées à une adresse IP virtuelle RAC
(processus d'écoute, instances de base de données et instances ASM). Bien qu'il soit possible
d'associer une adresse IP virtuelle d'application à plusieurs applications, ceci n'est pas
recommandé car si l'une des applications ne peut pas être démarrée ou redémarrée sur un
noeud, elle est transférée vers un autre noeud avec l'adresse IP virtuelle, ce qui oblige les
autres applications à être ensuite également transférées. Ceci est particulièrement vrai si les
applications sont indépendantes. Toutefois, il existe une différence notable entre une adresse
IP virtuelle RAC et une VIP d'application. Dans un environnement RAC, après avoir été
transférée vers un noeud restant, une adresse IP virtuelle RAC n'accepte plus les connexions
(code NAK), obligeant ainsi les clients qui tentent d'y accéder à se reconnecter à l'aide d'une
autre adresse. En effet, si elle accepte de nouvelles connexions et qu'un rétablissement a lieu
après redémarrage du noeud, les connexions actives utilisant l'adresse IP virtuelle du nouveau
noeud cible suite au transfert sont perdues car l'interface a disparu. En revanche, les adresses
IP virtuelles d'application sont complètement opérationnelles après leur transfert et continuent
d'accepter les connexions.
Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 33
Différences entre adresse IP virtuelle (VIP) d'application et adresse IP virtuelle
RAC (suite)
Les adresses IP virtuelles RAC sont principalement utilisées en cas d'incident sur un noeud
car les clients peuvent utiliser d'autres noeuds pour la connexion. Les adresses IP virtuelles
d'application sont principalement utilisées lorsque l'application ne peut pas être redémarrée
sur un noeud.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 34


Utiliser l'environnement CRS : Présentation

1. Créez une adresse IP virtuelle d'application,


si nécessaire :
a. Créez un profil : données en réseau + script prédéfini
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

usrvip.
b. Enregistrez l'adresse IP virtuelle d'application.
c. Définissez des droits utilisateur sur l'adresse IP virtuelle
d'application.
d. Démarrez l'adresse IP virtuelle d'application à l'aide
de crs_start.
2. Ecrivez un script d'action d'application qui accepte
e to
trois paramètres : ns
• start : Le script doit démarrer l'application.
e lice
• check : Le script doit confirmer que l'application rabl
est démarrée.
n s fe
• stop : Le script doit arrêter l'application. -tra
n on
s a ฺ
a
h uide
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
)
ฺ c om nt G
Utiliser l'environnement CRS : Présentation
ya tudedbase e
La diapositive ci-dessus présente o laxprocédure
S à suivre pour enregistrer une
s @ i s
application surveillée parlo
u c e th via CRS
l'environnement :
( l d
1. Si votre application est s
accessible
u le réseau et que vous souhaitez qu'elle reste
o
disponible
l s à la suite de problèmes réseau, il est recommandé de créer une adresse IP
c
u pour cette application.
virtuelle
t D
n a. Vous devez d'abord créer un profil d'application afin de définir les informations
u r e
La
réseau associées à cette adresse IP virtuelle (par exemple, le nom de l'adaptateur de
réseau public à utiliser, l'adresse IP et le masque réseau). Dans le profil, vous devez
également indiquer le script d'action usrvip fourni par Oracle Clusterware. Vous
pouvez ensuite utiliser les valeurs par défaut pour les stratégies de gestion des
incidents.
b. Utilisez la commande crs_register pour ajouter cette adresse IP virtuelle
d'application à la liste des applications gérées.
c. Sous UNIX, le script de l'adresse IP virtuelle d'application doit être exécuté en tant
qu'utilisateur root. Vous pouvez utiliser crs_setperm pour remplacer le
propriétaire de l'adresse IP virtuelle par root. A l'aide du même outil en mode ligne
de commande, vous pouvez également autoriser un autre utilisateur, comme oracle,
à démarrer l'adresse IP virtuelle d'application.
d. Lorsque vous avez terminé, vous pouvez utiliser la commande crs_start pour
démarrer l'adresse IP virtuelle d'application.
2. Vous pouvez maintenant créer un script d'action pour prendre en charge les actions de
démarrage, de vérification et d'arrêt sur votre application.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 35


Utiliser l'environnement CRS : Présentation

3. Créez un profil d'application :


• Emplacement du script d'action
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Intervalle de vérification
• Stratégies de gestion des incidents
• Adresse IP virtuelle d'application, si nécessaire
4. Définissez des droits sur votre application.
5. Enregistrez le profil auprès d'Oracle Clusterware.
6. Démarrez l'application à l'aide de crs_start.
e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Utiliser l'environnement CRS : Présentation a ฺ co e(suite)
n t
o xy Vous
3. Créez le profil de votre application. S
d utiliser suffisamment d'attributs de
tudevez
ressource pour définirl o s@
au moinsth is
l'emplacement et le nom du script d'action, l'intervalle de
d u c s e
( l
vérification, les stratégies
u de gestion des incidents et la ressource d'adresse IP virtuelle
s requise (si nécessaire). Vous pouvez gérer la disponibilité de l'application
c l o
d'application
deula manière suivante :
t D
n - Définissez des ressources de lancement pendant le démarrage du cluster ou du
u r e
La
noeud.
- Redémarrez les applications qui échouent.
- Transférez les applications vers d'autres noeuds si elles ne peuvent pas s'exécuter à
leur emplacement actuel.
4. Comme pour l'adresse IP virtuelle d'application, vous pouvez indiquer le nom
d'utilisateur à utiliser pour exécuter l'application et pour la démarrer. C'est pourquoi
Oracle Clusterware doit être exécuté en tant qu'utilisateur root sous UNIX et en tant
qu'utilisateur Administrator sous Windows.
5. Lorsque vous avez terminé, vous pouvez enregistrer l'application à l'aide de la commande
crs_register.
6. Vous êtes alors prêt à démarrer l'application qui sera surveillée par Oracle Clusterware.
Pour cela, exécutez la commande crs_start.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 36


Utiliser l'environnement CRS : Exemple

# crs_profile –create AppVIP1 –t application \ 1


–a <CRS HOME>/bin/usrvip \
–o oi=eth0,ov=144.25.214.49,on=255.255.252.0
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

# crs_register AppVIP1 2

# crs_setperm AppVIP1 –o root 3

# crs_setperm AppVIP1 –u user:oracle:r-x 4


e to
cens
l i
a b le
$ crs_start AppVIP1 r
fe 5
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Utiliser l'environnement CRS : Exemple a ฺ co ent
Suite aux précédentes diapositives o xyprésentation,
de S tud voici un exemple permettant de protéger
o @ hClusterware
sd'Oracle is
u c l
l'application Apache à l'aide
e t :
1. Vous créez leld
( profil
u s
d'adresse IP virtuelle d'application AppVP1 à l'aide de la commande
losde l'adresse
crs_profile
-ucNom
–create. Voici, dans l'ordre, les paramètres définis dans l'exemple :
IP virtuelle d'application
D
nt - Script d'action prédéfini usrvip situé dans <CRS HOME>/bin
- Type d'application
u r e
La - Nom de l'adaptateur de réseau public, adresse IP virtuelle utilisée pour localiser
l'application quel que soit le noeud sur lequel elle est exécutée et masque réseau
utilisé pour cette adresse
L'exécution de cette commande a pour résultat la création d'un fichier texte nommé
AppVP1.cap dans CRS HOME>/crs/profile. Ce fichier contient les attributs. Il est lu par
crs_register. Si vous n'exécutez pas votre session en tant qu'utilisateur root, le fichier
.cap est créé dans <CRS HOME>/crs/public.
2. Utilisez la commande crs_register pour enregistrer l'adresse IP virtuelle d'application
auprès d'Oracle Clusterware.
3. Sous UNIX, le script d'action de l'adresse IP virtuelle d'application doit être exécuté en
tant qu'utilisateur root. En tant qu'utilisateur root, modifiez le propriétaire de la
ressource à l'aide de la commande crs_setperm –o, comme illustré dans la diapositive.
4. En tant qu'utilisateur root, autorisez l'utilisateur oracle à gérer l'adresse IP virtuelle
d'application via des commandes CRS. Pour ce faire, utilisez la commande
crs_setperm –u.
5. En tant qu'utilisateur oracle, démarrez l'adresse IP virtuelle d'application à l'aide de la
commande crs_start.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 37


Utiliser l'environnement CRS : Exemple

#!/bin/sh
6
VIPADD=144.25.214.49
HTTDCONFLOC=/etc/httpd/conf/httpd.conf
WEBCHECK=http://$VIPADD:80/icons/apache_pb.gif
case $1 in
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

'start')
/usr/bin/apachectl –k start –f $HTTDCONFLOC
RET=$?
;;
'stop')
/usr/bin/apachectl –k stop
RET=$?
;;
'check')
/usr/bin/wget –q –delete-after $WEBCHECK
e to
RET=$?
cens
;;
l i
*)
a b le
RET=0
fe r
;;
a ns
esac
exit $RET
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Utiliser l'environnement CRS : Exemple a ฺ co(suite)
e n t
xy Stuest
6. Lorsque l'adresse IP virtuelleod'application
d opérationnelle, vous pouvez écrire le script
d'action correspondant l o sà @ t h is L'exemple présenté dans la diapositive ci-dessus
l'application.
c
dupar Oracle e
sClusterware
( l
peut être utilisé
u comme script d'action pour protéger l'application
Apache.
c l osIl s'agit d'un script shell qui peut analyser un argument avec trois valeurs
D u
différentes. Il utilise l'outil en mode ligne de commande apachectl pour démarrer et

r e nt arrêter l'application Apache sur votre noeud. Il utilise la commande wget pour vérifier si
La u une page Web est accessible. Il s'agit des trois actions qu'effectuera CRS dans le cadre de
la protection de votre application.
Pour les étapes suivantes, il est supposé que ce script est nommé myApp1.scr.
Remarque : Veillez à distribuer ce script au même emplacement sur tous les noeuds du
cluster. Dans ce cas, il est supposé que l'emplacement par défaut est <CRS
HOME>/crs/script.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 38


Utiliser l'environnement CRS : Exemple

# crs_profile –create myApp1 –t application –r AppVIP1 \


–a myapp1.scr –o ci=5,ra=2 7
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

# crs_register myApp1 8

# crs_setperm myApp1 –o root 9

10
# crs_setperm myApp1 –u user:oracle:r-x
e to
cens
l i
a b le
$ crs_start myApp1 fe r 11
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Utiliser l'environnement CRS : Exemple a ฺ co(suite)
e n t
o y profiltpour
xun ud votre application. Votre ressource est ici
7. Vous pouvez maintenant créer
s@ S
is d'action myApp1.scr et dépend de l'application
nommée myApp1. lElle
c o h
utilisetle script
AppVIP1. Sid
( l u uéchoue
AppVIP1 se ou si elle est transférée vers un autre noeud, Oracle
o s arrête ou déplace l'application myApp1. Dans l'exemple, l'intervalle de
Clusterware
l
u c
vérification est défini sur cinq secondes et le nombre de tentatives de redémarrage de
n t Dl'application sur 2. Ainsi, Oracle Clusterware transfèrera l'application vers un autre
u r e
La
noeud si un deuxième échec local se produit.
8. La commande crs_register permet d'enregistrer myApp1 auprès d'Oracle
Clusterware.
9. Etant donné que vous souhaitez que le serveur Apache écoute sur le port 80, vous voulez
que l'application soit exécutée en tant qu'utilisateur root. En tant qu'utilisateur root,
modifiez le propriétaire de la ressource à l'aide de la commande crs_setperm –o,
comme illustré dans la diapositive.
10. En tant qu'utilisateur root, autorisez l'utilisateur oracle à gérer l'adresse IP virtuelle
d'application via des commandes CRS. Pour ce faire, utilisez la commande
crs_setperm –u.
11. En tant qu'utilisateur oracle, démarrez myApp1 à l'aide de la commande crs_start.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 39


Synthèse

Ce chapitre vous a permis d'apprendre à :


• contrôler manuellement la couche Oracle Clusterware
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• modifier la configuration du disque "votant"


• sauvegarder et récupérer les disques "votants"
• sauvegarder manuellement le fichier OCR
• récupérer le fichier OCR
• remplacer un fichier OCR miroir
• réparer la configuration OCR e to
ns
• modifier des adresses IP virtuelles (VIP) lice
• utiliser l'environnement CRS r a ble
n s
• empêcher les redémarrages automatiques d'instances
fe
a - tr
no n
a
s deฺ
h a
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
) Gui
m
co ent
a ฺ
o xy Stud
l o s@ this
d u c se
s( l u
clo
D u
en t
a u r
L

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 40


Exercice 9 : Présentation

Dans cet exercice, vous allez :


• mettre en miroir le fichier OCR
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• sauvegarder et restaurer le fichier OCR


• multiplexer le disque "votant"
• utiliser Oracle Clusterware pour protéger l'application
xclock

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 9 - 41


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Lau r e nt
D u c l os
(
c l o
ldu use
o
a
s@ this

m
xy Stud
h
co ent
a
a
) Gui
no
s deฺ
n- t r a
s n
fe r a b
le l i ce
ns e to
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Collecte des informations de diagnostic


d'Oracle Clusterware et des composants RAC

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u
Objectifs

A la fin de ce chapitre, vous pourrez :


• collecter les fichiers de diagnostic Oracle Clusterware
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• tirer parti de l'utilitaire de vérification de cluster


(cluvfy)

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 2


Règle d'or en matière de débogage
d'un environnement RAC

• Veillez toujours à ce que l'heure système soit


exactement la même sur les noeuds afin :
– de faciliter l'analyse des informations de journalisation
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– de garantir l'exactitude des résultats lors de la lecture


des vues GV$
– d'éviter les évictions d'instance intempestives
• Il est fortement recommandé de synchroniser les
noeuds à l'aide du protocole NTP (Network Time
Protocol). e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Règle d'or en matière de débogagead'un ฺ coenvironnement
e n t RAC
x y u d
s @ o
Il est fortement recommandé de configurer
i s Sletprotocole NTP (Network Time Protocol) sur
tous les noeuds du cluster,
u c lonoeuds,
avant même
e thil sera
d'installer RAC. Les horloges seront ainsi
( l
synchronisées sur tousd les
u s et plus facile d'analyser les informations de trace sur
la base des o
l s
horodatages, ainsi que les résultats des interrogations exécutées sur les vues GV$.
c
u : Une différence de réglage de plus de 15 minutes entre les horloges peut entraîner
t D
Remarque
ndes évictions d'instances. Il est fortement recommandé d'arrêter toutes les instances avant le
La ure réglage de la date et de l'heure.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 3


Principaux fichiers journaux d'Oracle Clusterware

/etc
ORA_CRS_HOME ORACLE_HOME

oracle
log log
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

<nodename>.oprocd.log

<hostname> <hostname>

crsd cssd evmd racg client client racg

e to
cens
racgeut racgevtf racgmain
l i
a b le
alert<nodename>.log
fe r
racgeut racgimon racgmain
a n s racgmdb

n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o
cClusterware
n t
Principaux fichiers journaux d'Oracle a e
xy deSrépertoires
o
Oracle Clusterware utilise une structure tud de journalisation unifiée pour
l o
regrouper les fichiers journaux s@des composants
t h is Oracle Clusterware. Cette structure consolidée
d u c s e
s ( l
simplifie la collecte des informations
u de diagnostic et facilite l'extraction de données et
l'analyse des
c l oproblèmes.
D u
La diapositive ci-dessus présente les principaux répertoires utilisés par Oracle Clusterware
t
npour le stockage de ses fichiers journaux :
La ure • Les journaux CRS figurent dans $ORA_CRS_HOME/log/<hostname>/crsd/.
Le fichier crsd.log est archivé tous les 10 Mo (crsd.l01, crsd.l02, …).
• Les journaux CSS figurent dans $ORA_CRS_HOME/log/<hostname>/cssd/.
Le fichier cssd.log est archivé tous les 20 Mo (cssd.l01, cssd.l02, …).
• Les journaux EVM figurent dans $ORA_CRS_HOME/log/<hostname>/evmd.
• En fonction de la ressource, des journaux spécifiques sont stockés dans
$ORA_CRS_HOME/log/<hostname>/racg et dans
$ORACLE_HOME/log/<hostname>/racg. Dans ce dernier répertoire,
imon_<service>.log est archivé tous les 10 Mo pour chaque service. Chaque
exécutable RACG dispose d'un sous-répertoire qui lui est exclusivement réservé. Le nom
du sous-répertoire d'un exécutable RACG est identique au nom de cet exécutable.
• Les journaux SRVM (srvctl) et OCR (ocrdump, ocrconfig, ocrcheck) sont
stockés dans $ORA_CRS_HOME/log/<hostname>/client/ et dans
$ORACLE_HOME/log/<hostname>/client/.
• Les alertes importantes concernant Oracle Clusterware figurent dans le fichier
alert<nodename>.log du répertoire $ORA_CRS_HOME/log/<hostname>.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 4


Script de collecte des informations de diagnostic

• Le script permettant de collecter tous les fichiers


journaux importants :
– doit être exécuté en tant que root
– est situé dans $ORA_CRS_HOME/bin/
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– est nommé diagcollection.pl


• Génère les fichiers suivants dans le répertoire local :
– basData_<hostname>.tar.gz – ocrData _<hostname>. tar.gz
– crsData _<hostname>. tar.gz – oraData _<hostname>. tar.gz

# export ORACLE_HOME=/u01/app/oracle/product/10.2.0/db_1 e to
# export ORA_CRS_HOME=/u01/crs1020
cens
l i
# export ORACLE_BASE= =/u01/app/oracle
a ble
# cd $ORA_CRS_HOME/bin
fe r
# ./diagcollection.pl -collect
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o
cdiagnostic
n t
Script de collecte des informationsade
xy Spour e
Utilisez le script diagcollection.pl o tudcollecter des informations de diagnostic
concernant une installation o @ Clusterware.
sOracle h is Les diagnostics fournissent des informations
c l t
e technique Oracle de résoudre les problèmes. Ce script
(ldu us
supplémentaires permettant au support
est situé danss $ORA_CRS_HOME/bin. Avant de l'exécuter, vous devez vous connecter en tant
c l
qu'utilisateuro et définir les variables d'environnement suivantes : ORACLE_BASE,
u root

e tD
ORACLE_HOME,
n ORA_CRS_HOME, HOSTNAME. L'exemple de la diapositive ci-dessus illustre

La ur l'appel du script pour la collecte des informations de diagnostic. Appelé avec l'option
–collect, le script génère, dans le répertoire local, les quatre fichiers mentionnés dans la
diapositive. Le fichier basData.tar.gz contient les fichiers journaux du répertoire
$ORACLE_BASE/admin. Le fichier crsData.tar.gz contient les fichiers journaux du
répertoire $ORA_CRS_HOME/log/<hostname>.
Les fichiers ocrData.tar.gz contiennent les résultats des commandes ocrdump et
ocrcheck, ainsi que la liste des sauvegardes ocr. Le fichier oraData.tar.gz contient les
fichiers journaux du répertoire $ORACLE_HOME/log/<hostname>.
Si vous appelez le script avec l'option -collect et que le répertoire local contient déjà les
quatre fichiers générés lors d'une exécution précédente, vous devrez indiquer si vous souhaitez
écraser les fichiers existants. Vous pouvez également appeler le script avec l'option –clean
pour effacer du répertoire local les fichiers générés lors d'une exécution précédente. Il est aussi
possible de ne capturer qu'un sous-ensemble des fichiers journaux. Pour cela, ajoutez des
options supplémentaires après l'option –collect : -crs pour la collecte des journaux Oracle
Clusterware, -oh pour la collecte des journaux ORACLE_HOME, -ob pour la collecte des
journaux ORACLE_BASE ou –all pour la collecte de l'ensemble des journaux.
–all est l'option par défaut. L'option –coreanalyze vous permet d'extraire vers des
fichiers texte uniquement les fichiers core trouvés dans les fichiers générés.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 5


Gérer les données de diagnostic dans RAC
Support Workbench
DIAGNOSTIC_DEST

Base Base ADR


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

ADR partagée

diag

asm rdbms

Nom
+asm
BdD

e to
ns
+ASM1 +ASMn SID1 SIDn Répertoire

ce
d'origine ADR

l i
a ble
fe r
ADRCI
ns
GV$DIAG_INFO
a
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o
cRAC n t
Gérer les données de diagnostic dans a
xyOracle e
d peuvent être particulièrement difficiles à
o
Les problèmes inhérents aux instances S tuRAC
o @ pouvez
svous h is avoir besoin de corréler les fichiers trace de
diagnostiquer. Par exemple,
c l t
( l u se Oracle Database 11g inclut une infrastructure avancée
plusieurs instancesdetude les fusionner.
o
d'établissement
l s des diagnostics de pannes pour collecter et gérer les données de diagnostic et
utilise u c
le référentiel ADR (Automatic Diagnostic Repository) basé sur des fichiers pour
t D
n les données de diagnostic de la base de données. Lorsque vous créez la base ADR sur
stocker
r e
u un disque partagé, vous pouvez placer les répertoires d'origine ADR de toutes les instances de
La la même base de données Oracle RAC et toutes les instances ASM correspondantes dans la
même base ADR. Le stockage partagé vous permet d'utiliser l'outil de ligne de commande
ADRCI pour corréler les diagnostics de toutes les instances car certaines commandes ADRCI
(notamment SHOW INCIDENT) peuvent travailler simultanément avec plusieurs répertoires
d'origine ADR.
Remarque : Il est recommandé, sans être exigé, que vous partagiez la base ADR avec vos
bases de données RAC. Toutefois, si vous utilisez des répertoires d'origine Oracle Home
partagés, vous devez obligatoirement partager votre base ADR.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 6


Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) :
Présentation
• Permet de vérifier que vous disposez d'un cluster
correctement structuré pour Oracle Clusterware et
RAC :
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– Installation
– Configuration
– Fonctionnement
• Vérification complète de la couche
• Vérification non intrusive
• Le mode de diagnostic cherche à établir la cause de e to
ns
l'échec de n'importe quelle tâche de vérification.
e lice
• Interface conviviale : abl
fe r
– commandes de test de préparation
a n s
n-tr
– commandes de vérification de composant
no
a
s deฺ
h a
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
) Gui
m
co :ePrésentation
t
a
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) ฺ n
o
L'utilitaire CVU (Cluster VerificationxyUtility)
S tuestdfourni avec Oracle Clusterware et Oracle
l
Database 10g Release 2 (10.2) o s@avectReal
h isApplication Clusters. CVU vous permet de vérifier,
c se
duet la configuration,
s ( l
pendant l'installation
l'installationod'Oracle
u que tous les composants requis pour la réussite de
Clusterware, ou d'Oracle Clusterware et d'une base de données RAC, sont
c l
u et configurés correctement. Il fournit, en outre, une assistance permanente pour toute
installés
n t D
modification du cluster RAC.
r e
u Il existe deux types de commande CVU :
La • Les commandes de test de préparation : utilisées pour tester la configuration du système et
vérifier que ce dernier est prêt pour des opérations d'installation de logiciels, de création de
base de données ou de modification de configuration. Ces commandes permettent
également de valider la réussite d'opérations de configuration spécifiques du cluster.
• Les commandes de vérification de composant : utilisées pour vérifier les différents
composants du cluster et déterminer leur état.
Il est recommandé d'utiliser des tests de préparation pendant l'installation d'Oracle Clusterware
et de RAC.
Vous pouvez également utiliser CVU pour vérifier un composant particulier pendant
l'exécution de la couche ou pour isoler un sous-système du cluster pour diagnostic. En mode
diagnostique, CVU tente d'établir la cause de l'échec d'une tâche de vérification afin d'apporter
des éléments qui pourront aider à diagnostiquer le problème.
Remarque : CVU est un outil non intrusif dans le sens où il ne tente pas de résoudre les
éventuels problèmes qu'il détecte.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 7


Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) et les
différentes étapes de déploiement
-pre dbcfg
$ cluvfy stage -list
Configuration
de la BdD RAC
-pre dbinst
Installation
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

de RAC

-pre crsinst
Installation
de CRS
-pre cfs -post crsinst
Configuration
d'OCFS
(OPT) e to
-post cfs
cens
l i
L'utilisateur configure
a b le
le matériel, le réseau
fe r
et le stockage -post hwos
a n s
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy)ฺ co et e n t différentes étapes de
les
déploiement o xy Stud
Une étape (stage) est unelo s@spécifique
phase t h is d'un déploiement Oracle Clusterware ou RAC.
c
du quelle se opération au sein d'une étape, vous devez exécuter un
( l
Avant d'effectuer n'importe
u
s de vérifications afin de vous assurer que le cluster est prêt pour cette étape.
c l o
ensemble prédéfini
D u
Ces vérifications sont appelées vérifications préalables. De même, vous devez exécuter un
e n t
ensemble prédéfini de vérifications au terme d'une étape afin de garantir l'exécution correcte
r
u des opérations de cette étape. Ces vérifications sont appelées vérifications postérieures. Vous
La pouvez répertorier les étapes pouvant faire l'objet d'une vérification avec la commande
cluvfy stage -list. Toutes les étapes comportent des vérifications préalables ou
postérieures, certaines utilisent les deux. Voici les options et noms de test de préparation
valides :
• -post hwos : vérification postérieure concernant le matériel et le système d'exploitation
• -pre cfs : vérification préalable concernant la configuration du système de fichiers
clusterisé
• -post cfs : vérification postérieure concernant la configuration du système de fichiers
clusterisé
• -pre crsinst : vérification préalable concernant l'installation de CRS
• -post crsinst : vérification postérieure concernant l'installation de CRS
• -pre dbinst : vérification préalable concernant l'installation de la base de données
• -pre dbcfg : vérification préalable concernant la configuration de la base de données

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 8


Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) :
Vérification des composants
• Un sous-système ou un module du cluster RAC est
considéré comme un composant dans CVU.
• Il est possible de vérifier la disponibilité et l'intégrité
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

d'un composant du cluster.


• Les composants peuvent être simples, comme un
périphérique de stockage spécifique, ou complexes,
comme la couche Oracle Clusterware :
– Espace disponible – Intégrité du cluster
– Accessibilité de la zone – Privilèges d'administration
to
de stockage partagée – Compatibilité entre
e n se
– Connectivité des noeuds homologues
l e lic
– Intégrité du système
ferab
– Configuration requise
de fichiers clusterisé n s
– Intégrité d'Oracle Clusterware n - ra -list
$ cluvfy tcomp

a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) ฺ co :eVérification
n t des composants
CVU prend en charge le concept o
y
dexvérification
d
tu des composants. Les vérifications entrant dans
s @ S
is étape de déploiement spécifique. Un composant
cette catégorie ne sont pasoassociées
c l t h
à une
edisque disponible, ou complexe (couvrant plusieurs sous-
(ldula couche usOracle
peut être simple, comme l'espace
composants), s comme Clusterware. Il est possible de vérifier la disponibilité,
l o
D ucoulestout
l'intégrité autre comportement spécifique d'un composant du cluster. Vous pouvez

e n t nodereach : vérifie que


répertorier composants CVU peut vérifier avec la commande cluvfy comp –list.

La ur •

l'accessibilité entre noeuds.
nodecon : vérifie la connectivité des noeuds.
• cfs : vérifie l'intégrité du système de fichiers OCFS (Oracle Cluster File System) (la
vérification de la capacité de partage du système de fichiers est prise en charge pour les
versions OCFS2 1.2.1 et ultérieures).
• ssa : vérifie l'accessibilité de la zone de stockage partagée.
• space : vérifie la disponibilité de l'espace.
• sys : vérifie la configuration minimale requise.
• clu : vérifie l'intégrité du cluster.
• clumgr : vérifie l'intégrité du gestionnaire du cluster.
• ocr : vérifie l'intégrité du fichier OCR.
• crs : vérifie l'intégrité de CRS.
• nodeapp : vérifie l'existence des applications du noeud.
• admprv : vérifie les privilèges d'administration.
• peer : compare les propriétés entre les homologues.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 9


Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) :
Emplacements

• Téléchargez les fichiers à partir du site Web d'OTN :


– Créez un répertoire local.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– Copiez et décompressez cvu_<OS>.zip.


• DVD du logiciel Oracle :
– Répertoire Disk1
– runcluvfy.sh
• Répertoire d'origine Oracle Clusterware :
– $ORA_CRS_HOME/bin/cluvfy
e to
• Répertoire d'origine Oracle Home :
cens
l i
– $ORACLE_HOME/bin/cluvfy
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) ฺ co :eEmplacements
n t
o
L'utilitaire CVU (Cluster Verification xyUtility)
S
d introduit pour la première fois dans la
tua été
o @ hisL'utilitaire CVU prend en charge les versions 11gR1,
sClusterware.
version 10.2.0.1.0 d'Oracle
u l
c Clusterware
e t et des produits RAC. CVU est disponible sous trois
d
(l :
10gR2 et 10gR1 d'Oracle
u s
o s
formes différentes
• Sur u clelsite Web d'Oracle Technology Network (OTN), à l'adresse
e n t Dhttp://www.oracle.com/technology/products/database/clustering/cvu/cvu_download_hom
La ur epage.html
Téléchargez le package et décompressez-le dans un répertoire local (<cvhome>). Vous
pouvez utiliser la commande cluvfy à partir du répertoire <cvhome>/bin. Vous
pouvez éventuellement définir la variable d'environnement CV_DESTLOC. Cette
variable doit pointer sur une zone accessible en écriture sur tous les noeuds. CVU tente
de copier les fichiers nécessaires à cet emplacement. Si elle n'est pas définie, CVU utilise
par défaut /tmp.
• Sur le DVD de la version 11.1 du logiciel Oracle (version packagée). Utilisez
runcluvfy.sh qui est nécessaire lorsque rien n'est installé. Vous pouvez le trouver
dans le répertoire Disk1.
• Installé dans les répertoires d'origine d'Oracle Clusterware et de RAC version 11.1.
Utilisez cluvfy si la pile logicielle CRS est installée. Si le logiciel CRS est installé,
vous trouverez cluvfy sous $ORA_CRS_HOME/bin.
Remarque : Pour une installation manuelle, il suffit d'installer CVU sur un seul noeud. CVU
se déploie sur les noeuds distants pendant les exécutions nécessitant un accès à ces noeuds.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 10


Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) :
Fichier de configuration
$ cat cvu_config
# Configuration file for CVU
# Version: 011405
#
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

#CV_ORACLE_RELEASE=11gR1

#CV_NODE_ALL=

CV_RAW_CHECK_ENABLED=TRUE

CV_ASSUME_DISTID=Taroon
e to
#CV_XCHK_FOR_SSH_ENABLED=TRUE
cens
l i
#ORACLE_SRVM_REMOTESHELL=/usr/bin/ssh a ble
fe r
a ns
#ORACLE_SRVM_REMOTECOPY=/usr/bin/scp
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) a ฺ co :eFichier
n t de configuration
Vous pouvez utiliser le fichier deo xy Stude
configuration
d CVU afin de définir des entrées
spécifiques pour l'exécution
l o sde@l'utilitaire
t h is CVU. Le chemin d'accès du fichier de configuration
c
du use
est $CV_HOME/cv/admin/cvu_config. Voici la liste des clés prises en charge dans
( l
cvu_config
c l os :
: Si elle est définie, cette clé indique la liste des noeuds qui doivent être

u
CV_NODE_ALL

e n t Dpris en compte lorsque Oracle Clusterware n'est pas installé et que l'option -n all a été

La ur •
utilisée dans la ligne de commande.
CV_RAW_CHECK_ENABLED : Si sa valeur est TRUE, cette clé active la vérification de
l'accessibilité des disques SCSI partagés sur Red Hat version 3.0 et versions ultérieures.
Cette vérification requiert l'installation d'un package cvuqdisk rpm sur tous les noeuds.
Par défaut, la valeur de cette clé est TRUE et la vérification des disques partagés est
activée.
• CV_ASSUME_DISTID : Indique l'ID de distribution utilisé par CVU. Par exemple, pour
que CVU fonctionne avec SuSE 9 ES, attribuez la valeur Pensacola.
• CV_XCHK_FOR_SSH_ENABLED : Si sa valeur est TRUE, cette clé active la vérification
X-Windows concernant l'équivalence des utilisateurs avec ssh. Par défaut, cette entrée
est mise en commentaire et la vérification X-Windows est désactivée.
• ORACLE_SRVM_REMOTESHELL : Si elle est définie, cette clé indique l'emplacement
où la commande ssh/rsh remplace la valeur par défaut de CVU. Par défaut, cette entrée
est mise en commentaire et l'outil utilise /usr/sbin/ssh et /usr/sbin/rsh.
Remarque : Si l'utilitaire CVU ne trouve pas une clé définie dans le fichier de configuration,
il recherche la variable d'environnement correspondant au nom de la clé ou il utilise une
valeur par défaut.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 11


Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Fichier de configuration (suite)
• ORACLE_SRVM_REMOTECOPY : Si elle est définie, cette clé indique l'emplacement où
la commande scp ou rcp remplace la valeur par défaut de CVU. Par défaut, cette entrée
est mise en commentaire et l'utilitaire CVU utilise /usr/bin/scp et
/usr/sbin/rcp.
Si l'utilitaire CVU ne trouve pas une clé définie dans le fichier de configuration, il recherche
la variable d'environnement correspondant au nom de la clé. Si la variable d'environnement
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

est définie, l'utilitaire CVU utilise sa valeur. Sinon, il utilise une valeur par défaut pour cette
entité.
Pour fournir à l'utilitaire CVU la liste de tous les noeuds d'un cluster, vous pouvez utiliser
l'option -n all lors de l'exécution d'une commande. L'utilitaire CVU tente d'obtenir la liste
des noeuds dans l'ordre suivant :
1. Si un clusterware spécifique à un constructeur est disponible, l'utilitaire CVU sélectionne
tous les noeuds configurés de ce clusterware à l'aide de l'utilitaire lsnodes.
e to
2. Si Oracle Clusterware est installé, l'utilitaire CVU sélectionne tous les noeuds configurés
ce ns
d'Oracle Clusterware à l'aide de l'utilitaire olsnodes.
l i
b le
3. Si aucun de ces deux types de clusterware n'est installé, l'utilitaire CVU recherche une
a
valeur pour la clé CV_NODE_ALL dans le fichier de configuration.
fe r
a n s
n- t r
Si aucun de ces deux types de clusterware n'est installé et qu'il n'existe aucune clé nommée
no
CV_NODE_ALL dans le fichier de configuration, l'utilitaire CVU recherche une valeur pour la
a
variable d'environnement CV_NODE_ALL. Si vous n'avez pas défini cette variable, l'utilitaire
s deฺ
CVU signale une erreur. h a
) Gui
m
co ent
a ฺ
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 12


Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) :
Exemples

$ cluvfy comp sys -n node1,node2 -p crs -verbose 1

$ cluvfy comp ssa -n all -s /dev/sda1 2


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

$ cluvfy comp space -n all -l /home/product -z 5G 3

$ cluvfy comp nodereach -n node2 -srcnode node1 4

$ cluvfy comp nodecon -n node1,node2 –i eth0 -verbose 5

$ cluvfy comp admprv -n all -o user_equiv -verbose 6 e to


cens
l i
$ cluvfy comp nodeapp -n all -verbose
a
7
b le
fe r
$ cluvfy comp peer -n all –verbose | more
a ns 8

n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) a ฺ co :eExemples
n t
La diapositive ci-dessus présente o xyexemples
des S
d
tupossibles intéressants :
s @ i s
u c thcommande
loutilisezeminimale
1. Pour vérifier la configuration requise sur les noeuds avant d'installer Oracle
Clusterware ou
( l dRAC,
u s la de vérification de composant sys. Pour
vérifierolasconfiguration minimale requise pour l'installation de RAC, utilisez l'argument
-puc l
database et, pour l'installation d'Oracle Clusterware, utilisez l'argument -p crs.
D
nt Pour vérifier la configuration minimale requise pour l'installation d'Oracle Clusterware
u r e ou de RAC à partir d'Oracle Database 10g Release 1 (10.1), utilisez l'argument -r
La 10gR1. L'exemple vérifie la configuration requise pour l'installation d'Oracle
Clusterware sur les noeuds node1 et node2 du cluster.
2. Pour vérifier si le stockage est partagé entre les noeuds dans la base de données du
cluster, ou pour identifier tous les périphériques de stockage disponibles sur le système et
pouvant être partagés entre les noeuds du cluster, utilisez la commande de vérification de
composant ssa. L'exemple utilise l'option –s pour préciser le chemin de la vérification.
3. Vous prévoyez d'installer un autre logiciel sur le système de fichiers /home/product
local de chaque noeud du cluster, et ce logiciel occupera 5 Go sur chaque noeud. Cette
commande réussit si 5 Go sont disponibles dans le répertoire /home/product de chaque
noeud ; sinon, elle échoue.
Remarque : L'option –verbose peut être utilisée avec n'importe quelle commande. Elle
fournit davantage d'informations dans la sortie.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 13


Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) : Exemples (suite)
4. Pour vérifier l'accessibilité des noeuds du cluster à partir du noeud local ou à partir de
n'importe quel autre noeud du cluster, utilisez la commande de vérification de composant
nodereach. L'exemple tente de vérifier si node2 est accessible à partir de node1.
5. Pour vérifier la connectivité entre les noeuds du cluster via l'ensemble des interfaces
réseau disponibles ou via des interfaces réseau spécifiques, utilisez la commande de
vérification de composant nodecon. L'exemple vérifie si node1 et node2 peuvent
communiquer via l'interface réseau eth0. Sans l'option -i, l'utilitaire CVU repère
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

l'ensemble des interfaces réseau disponibles sur les noeuds du cluster, examine les
adresses IP et sous-réseaux correspondant aux interfaces, obtient la liste des interfaces
pouvant être utilisées comme adresses IP virtuelles et la liste de celles pouvant être
utilisées comme interconnexions privées, et vérifie la connectivité entre tous les noeuds
via ces interfaces.
6. Pour vérifier les problèmes liés aux comptes utilisateur et aux droits d'administration
concernant l'équivalence des utilisateurs, l'installation Oracle Clusterware et l'installation
RAC, utilisez la commande de vérification de composant admprv. Sous Linux et UNIX,
e to
l'exemple vérifie l'équivalence des utilisateurs pour tous les noeuds en utilisant d'abord
ssh, puis rsh si la vérification ssh échoue. Pour vérifier l'équivalence uniquement via
ce ns
l i
ssh, utilisez l'option -sshonly. Par défaut, la vérification de l'équivalence ne
a ble
concerne pas les configurations X-Windows, comme lorsque vous désactivez la
fe r
fonctionnalité
a ns
t r
X-forwarding avec la définition de la variable d'environnement DISPLAY. Pour vérifier
n-
a no
les aspects X-Windows au cours des vérifications d'équivalence des utilisateurs, attribuez
la valeur TRUE à la clé CV_XCHK_FOR_SSH_ENABLED dans le fichier de
a s deฺ
configuration avant d'exécuter la commande. Utilisez l'argument -o crs_inst pour
h
m ) Gui
vérifier si vous êtes autorisé à installer Oracle Clusterware. Vous pouvez utiliser
ฺ co ent
l'argument -o db_inst pour vérifier les droits requis pour l'installation de RAC.
a
xy Stud
L'argument -o db_config permet de vérifier les droits requis pour la création d'une
o
l o s@ this
base de données RAC ou la modification de la configuration d'une base de ce type.
c
7. L'exemple vérifie l'existence des applications de noeud, à savoir l'adresse IP virtuelle
ldu use
(VIP), les services ONS et le processus GSD, sur tous les noeuds. Pour vérifier l'intégrité
(
c l os
de l'ensemble des composants d'Oracle Clusterware, utilisez la commande de vérification
u
de composant crs. Pour vérifier l'intégrité de chaque sous-composant du Gestionnaire
D
r e nt du cluster (CSS), utilisez la commande de vérification de composant clumgr. Pour

La u vérifier l'intégrité d'Oracle Cluster Registry, utilisez la commande de vérification de


composant ocr. Pour vérifier l'intégrité de l'ensemble du cluster, et donc, vérifier que
tous les noeuds du cluster disposent de la même vue de la configuration du cluster,
utilisez la commande de vérification de composant clu.
8. L'exemple compare tous les noeuds et détermine s'il existe des différences entre les
valeurs de propriétés présélectionnées. L'opération est réussie si la même configuration
est détectée sur tous les noeuds. Vous pouvez également utiliser la commande comp
peer avec l'option -refnode pour comparer les propriétés des noeuds avec celles du
noeud de référence. Cette commande vous permet d'utiliser l'option –r 10gR1. Voici
une liste non exhaustive des propriétés présélectionnées : Total memory, Swap
space, Kernel version, System architecture, Package existence
pour différents composants (glibc, make, binutils, gcc, compat-db, ...),
Group existence for "oinstall", Group existence for "dba",
User existence for "nobody".
Remarque : Pour obtenir des exemples concernant les étapes de déploiement, reportez-vous
aux chapitres de ce cours relatifs à l'installation.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 14


Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) :
Exemple de sortie
$ cluvfy comp crs -n all -verbose

Verifying CRS integrity


Checking CRS integrity...
Checking daemon liveness...
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ


Liveness of all the daemons
Node Name CRS daemon CSS daemon EVM daemon
------------ ------------- --------------- ----------
atlhp9 yes yes yes
atlhp8 yes yes yes
Checking CRS health...
Check: Health of CRS
Node Name CRS OK?
e to
---------------------------------- ------------------------
ce ns
atlhp9 yes
l i
atlhp8 yes
a ble
Result: CRS health check passed.
fe r
CRS integrity check passed.
a ns
Verification of CRS integrity was successful.
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a
Utilitaire de vérification de cluster (cluvfy) ฺ co :eExemple
n t de sortie
y d
x deSlatucommande cluvfy comp crs –n
La diapositive ci-dessus illustre laosortie all –
@
osvérifie h is
verbose. Cette commande
u c l e tl'intégralité de la couche Oracle Clusterware.
Remarque : La (sortie
s us pour des raisons de formatage.
ld est tronquée
u clo
e n tD
La ur

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 15


Synthèse

Ce chapitre vous a permis d'apprendre à :


• collecter les fichiers de diagnostic Oracle Clusterware
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• tirer parti de l'utilitaire de vérification de cluster


(cluvfy)

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 16


Exercice 10 : Présentation

Dans cet exercice, vous allez :


• identifier les fichiers journaux d'Oracle Clusterware
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• corriger des altérations du disque "votant"

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 10 - 17


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Lau r e nt
D u c l os
(
c l o
ldu use
o
a
s@ this

m
xy Stud
h
co ent
a
a
) Gui
no
s deฺ
n- t r a
s n
fe r a b
le l i ce
ns e to
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Ajout et suppression de noeuds

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u
Objectifs

A la fin de ce chapitre, vous pourrez :


• ajouter un nouveau noeud à la base de données
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

du cluster
• supprimer un noeud de la base de données du cluster

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 2


Ajouter et supprimer des noeuds
et des instances : Présentation

Trois méthodes principales :


• Procédures automatiques de clonage
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• Clonage à l'aide d'Enterprise Manager Grid Control


et ajout d'instance
• addNode.sh/rootdeletenode.sh et DBCA

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter et supprimer des noeuds etades ฺ coinstances
e n t : Présentation
o xy de
Ce chapitre décrit l'ajout et la suppression S ud et d'instances dans des bases de données
tnoeuds
o s@ (RAC).
Oracle Real Application lClusters t h is Trois méthodes principales vous permettent
c se dans un environnement RAC :
du desunoeuds
( l
d'ajouter et de supprimer
s automatiques de clonage : Le clonage vous permet de copier des images des
c l o
• Procédures
D u Oracle Clusterware et RAC vers les autres noeuds dotés de matériels et de
logiciels
en t logiciels identiques.
r
Lau
• Enterprise Manager Grid Control : Il s'agit d'une interface graphique facilitant l'utilisation
des procédures de clonage.
• Procédures interactives ou automatiques à l'aide de
addNode.sh/rootdeletenode.sh et de l'assistant DBCA (Database Configuration
Assistant).
Pour ajouter plusieurs noeuds et instances à des bases de données RAC, il est préférable
d'utiliser les procédures de clonage. Cela est particulièrement pertinent si vous déployez des
logiciels en masse dans votre entreprise. Pour plus d'informations sur les procédures de
clonage, reportez-vous aux manuels Oracle Real Application Clusters Administration and
Deployment Guide et Oracle Clusterware Administration and Deployment Guide.
Toutefois, dans ce chapitre vous allez apprendre à utiliser directement Oracle Universal
Installer (OUI) et DBCA pour ajouter un noeud au cluster et supprimer un noeud du cluster.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 3


Ajouter un noeud à un cluster RAC : Principales étapes
1. Installez et configurez le système d'exploitation
et le matériel pour le nouveau noeud.
2. Ajoutez Oracle Clusterware au nouveau noeud.
3. Configurez ONS pour le nouveau noeud.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

[4. Ajoutez le répertoire d'origine ASM au nouveau noeud.]


5. Ajoutez le répertoire d'origine RAC au nouveau noeud.
6. Ajoutez un processus d'écoute (listener) au nouveau noeud.
7. Ajoutez une instance de base de données au nouveau
noeud.
e to
ORACLE_HOME ORACLE_HOME
cens
l i
le
REPERTOIRE REPERTOIRE
D'ORIGINE CRS D'ORIGINE CRS

r a b
ns fe
t r a
Stockage
no n-
a
s deฺ
h a
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
) Gui
m
co ent étapes
Ajouter un noeud à un cluster RACa:ฺPrincipales
La diapositive ci-dessus présente o
y tudétapes à suivre pour ajouter un nouveau
lesxprincipales
s @ vous i s S
noeud au cluster RAC. En
c o
l le nouveau
résumé,
e h
t noeud. Chaque
allez utiliser OUI pour copier les logiciels Oracle
Clusterware et RAC
( l d u
vers
u s étape requiert des configurations
manuelles. os
u cl : Pour toutes les procédures d'ajout et de suppression de noeuds sur les systèmes
e n t D les répertoires temporaires tels que /tmp, $TEMP ou $TMP ne doivent pas être des
Remarque
UNIX,
La ur répertoires partagés. Si ces répertoires sont partagés, configurez la variable d'environnement
temporaire, telle que $TEMP, de sorte qu'elle pointe sur un emplacement non partagé sur un
noeud local. En outre, utilisez un répertoire qui existe sur tous les noeuds.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 4


Vérifier les conditions requises avant
l'installation d'Oracle Clusterware
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o t d'Oracle Clusterware
cl'installation
n
Vérifier les conditions requises avant a
xysur leSnoeud e
Avant d'installer Oracle Clusterware o tudque vous souhaitez ajouter au cluster RAC,
l o s@ requises
vérifiez que toutes les conditions t h is (système d'exploitation et matériel) sont respectées.
L'installation et la d c
u usede votre système d'exploitation n'entrant pas dans le cadre de
ce chapitre,o s ( l configuration
reportez-vous aux premiers chapitres de ce cours pour plus d'informations.
c l
u vous pouvez vérifier que le système a été configuré correctement pour Oracle
CeciD fait,
t
nClusterware en exécutant la commande suivante de l'utilitaire de vérification de cluster
La ure (cluvfy) sur l'un des noeuds faisant déjà partie du cluster : \
cluvfy stage -pre crsinst -n <list of all nodes> -r 11gR1
Dans l'exemple présenté sur la diapositive, un seul noeud fait actuellement partie du cluster et
vous souhaitez en ajouter un nouveau nommé VX0313. Si des erreurs sont signalées au cours
de la précédente vérification, corrigez-les avant de passer à l'étape suivante.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 5


Ajouter Oracle Clusterware au nouveau noeud

Exécutez <Oracle Clusterware home>/oui/bin/addNode.sh.


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter Oracle Clusterware au nouveau a ฺ conoeud e n t
o
Connectez-vous en tant qu'utilisateur xyoracleS tuetdexécutez le script addNode.sh situé dans
l o
le répertoire d'origine Oracle s@ t h is sur le premier noeud. Ce script exécute Oracle
Clusterware
Universal Installer.du c se
s ( l u
l
Dans l'écran
c oWelcome, cliquez sur Next.
u
Dl'écran Specify Cluster Nodes to Add to Installation, OUI reconnaît les noeuds existants
n t
Dans

La ure et vous invite à saisir le nom de noeud public abrégé correspondant à l'hôte que vous
souhaitez ajouter au cluster. Les champs Private Node Name et Virtual host name sont
automatiquement remplis. Vérifiez que ces trois noms sont corrects et cliquez sur Next.
Ensuite, l'écran Cluster Node Addition Summary apparaît ; vous pouvez consulter la liste des
produits à installer. Cliquez sur Install.
Remarque : Vous pouvez également exécuter OUI en mode automatique. Voici un exemple
dans lequel vous souhaitez ajouter un nouveau noeud appelé newnode :
addNode.sh -silent -responseFile myinstallresponsefile
Ici, myinstallresponsefile contient ce qui suit :
CLUSTER_NEW_NODES = {"newnode"}
CLUSTER_NEW_PRIVATE_NODE_NAMES = {"newnode-priv"}
CLUSTER_NEW_VIRTUAL_HOSTNAMES = {"newnode-vip"}

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 6


Ajouter Oracle Clusterware au nouveau noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter Oracle Clusterware au nouveau a ฺ conoeud e n t
(suite)
xy Studedl'installation à partir de l'écran Cluster Node
Vous pouvez maintenant suivre laoprogression
Addition Progress. l o s@ this
d u c Clusterware
se
( l
OUI copie le logiciel
s
Oracle u vers le nouveau noeud, puis vous invite à exécuter
lo en tant qu'utilisateur root sur les deux noeuds. Veillez à exécuter les scripts
quelques scripts
ucl'autre
l'un D
après sur le noeud approprié, comme indiqué.
n t
La ure Vous devez exécuter le script rootaddnode.sh sur le premier noeud. Ce script ajoute les
applications nodeapps du nouveau noeud à la configuration OCR.
Une fois cette opération terminée, vous devez exécuter le script root.sh à partir du
nouveau noeud. Ce script démarre la couche Oracle Clusterware sur le nouveau noeud, puis
utilise l'assistant VIPCA (Virtual IP Configuration Assistant) en mode automatique pour la
configuration des applications nodeapps.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 7


Ajouter Oracle Clusterware au nouveau noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter Oracle Clusterware au nouveau a ฺ conoeud e n t
(suite)
o
Une fois l'exécution des deux scriptsxyréussie,
S ud pouvez vérifier la configuration d'OCR
tvous
(Oracle Cluster Registry)lo s@ illustré
comme t h isdans la diapositive ci-dessus. A ce stade, la
commande crs_stat d c
u signale e nouvelles ressources sur le nouveau noeud.
strois
( l u
Ces ressources
c l oscorrespondent aux applications nodeapps.
D
Cliquez usur OK dans l'écran Execute Configuration scripts pour parvenir à la fin de
t
nl'installation d'Oracle Clusterware.
La ure Dans l'écran End of Installation, cliquez sur Exit.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 8


Configurer les informations ONS relatives
au nouveau noeud

Utilisez la commande racgons add_config pour ajouter


au fichier OCR les informations de configuration ONS
du nouveau noeud.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Configurer les informations ONS relatives a ฺ co auenouveau
n t noeud
x y u d
Vous devez maintenant ajouter les
s @ i s St de configuration ONS (Oracle Notification
oinformations
clo OCR.
Server) concernant le nouveau
leufichier
thpartir
noeud
e
aux informations de configuration ONS partagées qui
sont stockées dansd
( l u s A du premier noeud et en examinant le fichier
ons.config
l o s situé dans le répertoire <Oracle Clusterware home>/opmn/conf,
c
u déterminer le port distant ONS à utiliser (6251 dans la diapositive ci-dessus).
vous pouvez
n t
VousD devez utiliser ce port dans la commande racgons add_config, comme illustré
r e
u dans la diapositive ci-dessus, afin de garantir que le serveur ONS du premier noeud peut
La communiquer avec le serveur ONS du nouveau noeud.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 9


Ajouter le répertoire d'origine ASM au nouveau noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o
cnouveau n tnoeud
Ajouter le répertoire d'origine ASMaau
xysi vous e
d un répertoire d'origine spécifique pour
o
Cette étape est nécessaire uniquement S tuutilisez
l o
héberger ASM. Si vous exécutezs@ ASM t h iets la base de données RAC à partir du même répertoire
c se ignorer cette étape.
du vousupouvez
l
d'origine Oracle Home,
(
l osnoeud, vous devez exécuter le script addNode.sh à partir du répertoire
Sur le premier
c
D u ASM, comme illustré dans la diapositive ci-dessus. Le scénario est identique à celui
d'origine
t
nprésenté pour l'installation d'Oracle Clusterware. Toutefois, dans le cas d'un répertoire
La ure d'origine Oracle Home, il vous suffit de sélectionner le nom du noeud à ajouter dans l'écran
Specify Cluster Nodes to Add to Installation, puis d'exécuter le script root.sh à partir du
nouveau noeud une fois qu'OUI a copié le logiciel de base de données.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 10


Ajouter le répertoire d'origine RAC au nouveau noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
ฺ o
cnouveau n tnoeud
Ajouter le répertoire d'origine RACaau
xy Sletscript e
ud addNode.sh à partir du répertoire
Sur le premier noeud, vous devezoexécuter
l o
d'origine RAC, comme illustré s@danstlahidiapositive
s ci-dessus. Le scénario est identique à celui
u c e
s (ld
présenté pour l'installation du
us
répertoire d'origine ASM.

u clo
e n tD
La ur

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 11


Ajouter un processus d'écoute (listener)
au nouveau noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter un processus d'écoute (listener) a ฺ co au nouveau
e n t noeud
A partir du nouveau noeud, vous o xy ajouter
devez S tuund processus d'écoute (listener). Dans cet
exemple, vous ajoutez unlo s@ td'écoute
processus h is à partir du répertoire d'origine ASM. Pour cela,
c
u uNETCA
vous devez utiliserdl'assistant se (NETwork Configuration Assistant).
s ( l
l
Dans l'écran
c oConfiguration, sélectionnez "Cluster configuration" et cliquez sur Next.
u
Dl'écran Active Nodes, sélectionnez le nom du nouveau noeud et cliquez sur Next.
n t
Dans

La ure Dans l'écran Welcome, sélectionnez "Listener configuration" et cliquez sur Next.
Dans l'écran Listener, sélectionnez Add et cliquez sur Next.
Dans l'écran Listener Name, entrez LISTENER dans le champ "Listener name".
Dans l'écran Select Protocols, sélectionnez TCP et cliquez sur Next.
Dans l'écran TCP/IP Protocol, sélectionnez "Use the standard port number of 1521" et cliquez
sur Next.
Continuez à cliquer sur Next jusqu'à quitter l'assistant NETCA.
Les étapes ci-dessus ajoutent sur le nouveau noeud un processus d'écoute nommé
LISTENER_<New node name>.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 12


Ajouter une instance ASM au nouveau noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter une instance ASM au nouveau a ฺ conoeudent
Pour pouvoir ajouter votre instance o xdeybaseSdetudonnées
d au nouveau noeud, vous devez lui
ajouter une instance ASM. l o s@cela,thutilisez
Pour is l'assistant DBCA à partir de votre répertoire
c e la diapositive ci-dessus.
du illustréusdans
d'origine ASM comme
s ( l
l
Dans l'écran
c oWelcome, cliquez sur Next.
u
Dl'écran Operations, sélectionnez Configure Automatic Storage Management et cliquez
n t
Dans

La ure sur Next.


Dans l'écran Node Selection, sélectionnez le noeud que vous voulez ajouter et cliquez sur
Next.
Remarque : Par défaut, si votre instance ASM ne s'exécute pas dans le même répertoire
d'origine Oracle, l'assistant DBCA étend ASM vers le nouveau noeud lorsque vous utilisez
DBCA pour étendre votre instance de base de données vers le nouveau noeud.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 13


Ajouter une instance ASM au nouveau noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter une instance ASM au nouveau a ฺ conoeuden(suite)
t
o
Après quelques instants, l'assistant xy S
DBCA vous
d à ajouter l'instance ASM à votre
tuinvite
deuxième noeud. Cliquezlo s@
sur Yes. this
c seensuite de saisir le mot de passe de l'administrateur ASM.
u demande
dvous
L'assistant DBCA ( l u
l os mot de passe et cliquez sur OK.
Saisissez votre
c
D u ASM Disk Groups, vous devez constater que tous vos groupes de disques sont
n t
Dans l'écran

La ure montés sur tous les noeuds de votre cluster.


Cliquez sur Finish.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 14


Ajouter une instance de base de données
au nouveau noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter une instance de base de données a ฺ co auenouveau
n t noeud
Vous devez ajouter une instance de x y t u d
o base deSdonnées à la base RAC. Pour cela, utilisez
l'assistant DBCA à partirlo s @
du premierth i s
noeud.
u c e
(
Dans l'écran Welcome,
s us "Oracle Real Application Clusters database" et cliquez
ld sélectionnez
sur Next. lo
D uc Operations, sélectionnez Instance Management et cliquez sur Next.
e t
Dans
nDans
l'écran
u r l'écran Instance Management, sélectionnez "Add an instance" et cliquez sur Next.
La

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 15


Ajouter une instance de base de données
au nouveau noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter une instance de base de données a ฺ co auenouveau
n t noeud (suite)
x y
o sélectionnezt u d
Dans l'écran "List of cluster databases",
s @ i s S la base de données RAC et entrez les

u c th
lo et deeconnexion
informations d'identification (credentials) SYS. Cliquez ensuite sur Next.
Dans l'écran "List
s us instances", cliquez sur Next.
(ldof cluster database
c lo"Instance naming and node selection", sélectionnez le nom du noeud sur lequel
Dans l'écran
u
n t
vousDsouhaitez ajouter l'instance, puis indiquez le nom de cette instance. Lorsque vous avez
La ure terminé, cliquez sur Next.
Dans l'écran Instance Storage, cliquez sur Finish.
Dans l'écran Summary, vérifiez les différents paramètres et cliquez sur OK.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 16


Ajouter une instance de base de données
au nouveau noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter une instance de base de données a ฺ co auenouveau
n t noeud (suite)
x y u d
A ce stade, si vous utilisez ASM o
s @ i s Stla base de données et qu'aucune instance ASM
pour stocker
n'est en cours d'exécutionlo
c h noeud, l'assistant DBCA détecte qu'une instance
tnoeud.
sur le nouveau
e
ASM doit être créée
( l d u
sur le s
nouveau
u Cette opération doit être réalisée pour que

c l os puisse créer l'instance de base de données sur ce noeud. Cliquez sur Yes.
l'assistant DBCA
D u ajoute alors votre instance à la base de données RAC sur le nouveau noeud.
L'assistant
t
renIl démarrera également cette instance au terme de l'opération.
Lau

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 17


Ajouter une instance à la base de données RAC
à l'aide d'EM
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter une instance à la base de données a ฺ co RACe n tà l'aide d'EM
o y tinstance
xnouvelle ud à la base de données RAC à l'aide de
Vous pouvez également ajouter une
s@Dans S
ispage Cluster Database, sélectionnez l'onglet Server.
l o
l'assistant Add Instance Wizard.
c t hla
l
Dans l'onglet Server,
( ducliquezusurseAdd Instance dans la section Change Database de la page.
c l os
D u
en t
r
Lau

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 18


Ajouter une instance à la base de données RAC
à l'aide d'EM
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter une instance à la base de données a ฺ co RAC e n tà l'aide d'EM (suite)
o
Vous accédez alors à la page Cluster xyCredentials
S tuddans laquelle vous pouvez indiquer les
l o
informations d'identificationset@de connexion
t h is (credentials) pour ASM et le cluster. L'assistant
c seASM avant l'instance de base de données, si elle n'est pas
du l'instance
( l
ajoute automatiquement
u
encore créée.
c l os
UneD u cette opération terminée, cliquez sur Next pour accéder à la page Host dans laquelle
fois
t
nvous définissez sur quel hôte vous souhaitez ajouter l'instance de base de données.
La ure Sélectionnez le noeud en question et cliquez sur Next.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 19


Ajouter une instance à la base de données RAC
à l'aide d'EM
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajouter une instance à la base de données a ฺ co RAC e n tà l'aide d'EM (suite)
Dans la page Review, cliquez suro xy job
Submit S ud démarrer l'exécution du travail.
tpour
o @ sur
scliquez h is"View job" pour voir le journal du travail. Après
c
Dans la page Confirmation,l t
e vous devez obtenir le statut Succeeded.
( l du de ulaspage,
plusieurs réactualisations
c l os
D u
t
ren
Lau

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 20


Supprimer un noeud de cluster RAC : Principales étapes

1. Supprimez l'instance sur le noeud à supprimer.


2. Nettoyez l'instance ASM.
3. Enlevez le processus d'écoute (listener) du noeud à supprimer.
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

4. Supprimez le logiciel de base de données du noeud.


[ 5. Supprimez le logiciel ASM du noeud. ]
6. Supprimez la configuration ONS relative au noeud à supprimer.
7. Supprimez le logiciel Oracle Clusterware du noeud.

e to
ORACLE_HOME ORACLE_HOME ORACLE_HOME
cens
l i
le
REPERTOIRE REPERTOIRE REPERTOIRE
D'ORIGINE CRS D'ORIGINE CRS D'ORIGINE CRS

r a b
ns fe
t r a
Stockage
no n-
a
s deฺ
h a
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.
) Gui
o m t étapes
Supprimer un noeud de cluster RAC a ฺ:cPrincipales
e n
Remarque : Pour toutes les procédureso xy d'ajout
S tuetdde suppression de noeuds sur les systèmes
l o s@ tels
UNIX, les répertoires temporaires t h is /tmp, $TEMP ou $TMP ne doivent pas être des
que
d c se sont partagés, configurez la variable d'environnement
uSi ces répertoires
( l
répertoires partagés.
u
s que $TEMP, de sorte qu'elle pointe sur un emplacement non partagé sur un
temporaire, telle
noeud u c l o
local. En outre, utilisez un répertoire qui existe sur tous les noeuds.
n t D
La ure

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 21


Supprimer l'instance sur le noeud à supprimer
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Supprimer l'instance sur le noeud à a ฺ co ent
supprimer
o
La première étape consiste à supprimerxy l'instance
S tudde base de données sur le noeud à
l o s@
supprimer. Pour cela, utilisez t h
l'assistantisDBCA à partir du noeud à supprimer.
c se "Oracle Real Application Clusters database" et cliquez
du sélectionnez
( l
Dans l'écran Welcome, u
sur Next. los
D uc Operations, sélectionnez Instance Management et cliquez sur Next.
t
Dans l'écran
renDans l'écran Instance Management, sélectionnez "Delete an instance" et cliquez sur Next.
Lau Dans l'écran "List of cluster databases", sélectionnez la base de données RAC dans laquelle
vous souhaitez supprimer une instance, saisissez SYS et son mot de passe, puis cliquez sur
Next.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 22


Supprimer l'instance sur le noeud à supprimer
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Supprimer l'instance sur le noeud à a ฺ co en(suite)
supprimer t
o xyinstances",
Dans l'écran "List of cluster database S tudsélectionnez l'instance à supprimer et cliquez
sur Finish. l o s@ this
l duc Database
Dans la boîte de (dialogue u se Configuration Assistant, cliquez sur OK pour valider
l
votre choix.
c os
D u de suppression de l'instance est alors déclenché. Une fois ce processus terminé,
Let processus
n
La ure l'instance est supprimée de la base de données du cluster.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 23


Supprimer l'instance ASM
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Supprimer l'instance ASM a ฺ co ent
o y netufigure
xdonnées d plus sur le noeud, vous pouvez
A présent que l'instance de base de
s@ this S
supprimer l'instance ASM l ocorrespondante.
c SRVCTL
( l
Pour cela, vous devezd u u
utiliser se pour arrêter d'abord l'instance ASM en cours
d'exécutionlo s le noeud à supprimer. Vous supprimez ensuite cette instance ASM pour
sur
c
une figure plus sur ce noeud. Les deux commandes sont illustrées dans les captures
t D
qu'elle
nd'écran présentées sur la diapositive.
La ure Vous devez ensuite supprimer manuellement le fichier de paramètres d'initialisation de cette
instance ASM. Comme illustré dans la diapositive ci-dessus, vous pouvez effacer les fichiers
contenant la chaîne ASM du répertoire <ASM home>/dbs.
Une fois que vous avez terminé, vous pouvez également effacer tous les fichiers journaux de
cette instance ASM. Ces fichiers sont généralement situés dans le répertoire
$ORACLE_BASE/admin.
Enfin, vous pouvez effacer du fichier /etc/oratab l'entrée ASM associée.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 24


Enlever le processus d'écoute (listener) du noeud
à supprimer
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Enlever le processus d'écoute (listener) a ฺ codu noeud
e n t à supprimer
Vous pouvez maintenant enlever o
y tud'écoute
lexprocessus
d (listener) du noeud à supprimer.
@ du
sprovenir S
isrépertoire d'origine ASM ou du répertoire d'origine de
Ce processus d'écoute peut
c l o t h
( l u le moment
la base de données,dselon
u se où il a été créé.
l os le processus d'écoute, vous pouvez utiliser l'assistant NETCA, comme illustré
Pour supprimer
c
dansDlaudiapositive ci-dessus.
n t
La ure Dans l'écran Configuration, sélectionnez "Cluster configuration" et cliquez sur Next.
Dans l'écran Active Nodes, sélectionnez le noeud sur lequel vous souhaitez supprimer le
processus d'écoute, puis cliquez sur Next.
Dans l'écran Welcome, sélectionnez "Listener configuration" et cliquez sur Next.
Dans l'écran Listener, sélectionnez Delete et cliquez sur Next.
Dans l'écran "Select listener", sélectionnez le processus d'écoute correspondant, normalement
nommé LISTENER, puis cliquez sur Next.
Poursuivez jusqu'à ce que le processus d'écoute ne figure plus sur le noeud.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 25


Supprimer le logiciel de base de données
du noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Supprimer le logiciel de base de données a ฺ co duenoeud
n t
o y tuInstaller
xUniversal d pour supprimer l'installation du
Pour être en mesure d'utiliser Oracle
@ devez
svous S
isd'abord mettre à jour l'inventaire sur le noeud à
l o
logiciel de base de données,
c t h
l
supprimer en exécutant
( u se suivante (également illustrée dans la diapositive
du la commande
ci-dessus) :os
u cl
D
./runInstaller
t
–updateNodeList ORACLE_HOME=<Database home>
ren"CLUSTER_NODES=<node to be removed>" –local
Lau Vous devez exécuter cette commande à partir du sous-répertoire oui/bin dans le répertoire
d'origine de la base de données.
Une fois cette commande exécutée, vous pouvez démarrer OUI à partir du même répertoire,
puis cliquer sur Deinstall products dans l'écran Welcome. Sélectionnez ensuite le répertoire
d'origine de la base de données, puis cliquez sur Remove. Ce répertoire ne figure désormais
plus sur le noeud à supprimer.
Vous devez mettre à jour l'inventaire correspondant sur les noeuds restants. Vous pouvez
utiliser la commande suivante à partir du premier noeud :
./runInstaller –updateNodeList ORACLE_HOME=<Database home>
"CLUSTER_NODES=<remaining nodes>"
Cette commande doit être exécutée à partir du sous-répertoire oui/bin du répertoire
d'origine de la base de données.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 26


Supprimer le logiciel ASM du noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Supprimer le logiciel ASM du noeud a ฺ co ent
o y tuInstaller
xUniversal d pour supprimer l'installation du
Pour être en mesure d'utiliser Oracle
s@ mettre S
isà jour l'inventaire sur le noeud à supprimer en
logiciel ASM, vous devez
c l od'abord t h
l du suivante
exécutant la commande
( u se(également illustrée dans la diapositive ci-dessus) :
l os
./runInstaller
c –updateNodeList ORACLE_HOME=<ASM home>
D u
"CLUSTER_NODES=<node to be removed>" –local
n t
La ure Vous devez exécuter cette commande à partir du sous-répertoire oui/bin dans le répertoire
d'origine ASM.
Une fois cette commande exécutée, vous pouvez démarrer OUI à partir du même répertoire,
puis cliquer sur "Deinstall products" dans l'écran Welcome. Sélectionnez ensuite le répertoire
d'origine ASM, puis cliquez sur Remove. Ce répertoire ne figure désormais plus sur le noeud
à supprimer.
Vous devez mettre à jour l'inventaire correspondant sur les noeuds restants. Vous pouvez
utiliser la commande suivante à partir du premier noeud :
./runInstaller –updateNodeList ORACLE_HOME=<ASM home>
"CLUSTER_NODES=<remaining nodes>"
Cette commande doit être exécutée à partir du sous-répertoire oui/bin du répertoire
d'origine ASM.
Remarque : Cette étape est inutile si vous n'utilisez pas un répertoire d'origine distinct pour
ASM.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 27


Supprimer le logiciel Oracle Clusterware du noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Supprimer le logiciel Oracle Clusterware a ฺ co du enoeud
n t
xy supprimer
Pour être en mesure d'utiliser OUIopour S tud l'installation du logiciel Oracle Clusterware
o @ exécuter
sdevez h is les commandes suivantes :
c l
du noeud à supprimer, vous t
u udoitseêtre exécutée à partir du premier noeud : <Oracle
• La commandedsuivante
( l
c l os home>/bin/racgons
Clusterware remove_config <Node to be
D u
removed>:6251. (Remplacez le port 6251 de la commande ci-dessus par le numéro de

r e nt port figurant dans la section remoteport du fichier ons.config situé dans le répertoire
La u <Oracle Clusterware home>/opmn/conf.)
• La commande suivante doit être exécutée en tant qu'utilisateur root à partir du noeud à
supprimer : <Oracle Clusterware home>/install/rootdelete.sh
• La commande suivante doit être exécutée à partir du premier noeud en tant qu'utilisateur
root : déterminez le numéro du noeud à supprimer à l'aide de <Oracle Clusterware
home>/bin/olsnodes –n. Ensuite, exécutez <Oracle Clusterware
home>/install/rootdeletenode.sh <node name to be deleted>,<node
number to be deleted>.
Ces trois étapes sont illustrées dans la diapositive ci-dessus.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 28


Supprimer le logiciel Oracle Clusterware du noeud
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Supprimer le logiciel Oracle Clusterware a ฺ co du enoeud
n t (suite)
o
Vous devez mettre à jour l'inventaire xyà partir
S tduudnoeud à supprimer en exécutant : <Oracle
l o s@ this
Clusterware home>/oui/bin/runInstaller -updateNodeList
d u c s e
Clusterware home> to be deleted>"
ORACLE_HOME=<Oracle
CRS=TRUE s ( l u "CLUSTER_NODES=<Node

c l o -local
UneD u cette opération terminée, exécutez OUI à partir du même répertoire, choisissez
fois
t
n"Deinstall products" et supprimez l'installation d'Oracle Clusterware sur le noeud à supprimer,
La ure comme illustré dans la diapositive ci-dessus.
Vous pouvez maintenant mettre à jour l'inventaire à partir du premier noeud en exécutant la
commande suivante : <Oracle Clusterware home>/oui/bin/runInstaller
-updateNodeList ORACLE_HOME=<Oracle Clusterware home>
"CLUSTER_NODES=<Remaining nodes>" CRS=TRUE
Pour vérifier que le noeud a été supprimé du cluster, exécutez les commandes suivantes à
partir du premier noeud :
• srvctl status nodeapps -n <Deleted node> doit renvoyer un message
indiquant Invalid node.
• crs_stat | grep -i <Deleted node> ne doit rien renvoyer.
• olsnodes –n doit renvoyer la liste de tous les noeuds présents (le noeud supprimé ne
doit pas y figurer).
Remarque : Après cette étape, vous devez également supprimer tous les répertoires d'origine
Oracle Home correspondants.

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 29


Ajout et suppression de noeuds et tablespace SYSAUX

• Le tablespace SYSAUX regroupe les tablespaces


suivants :
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

– DRSYS
– CWMLITE
– XDB
– ODM
– OEM-REPO
• Pour dimensionner le tablespace SYSAUX,
e to
utilisez la formule :
cens
l i
300 M + (250 M * nombre_de_noeuds)
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Ajout et suppression de noeuds etatablespace ฺ co enSYSAUX t
xy Stud et géré par le système, contient les
Un nouveau tablespace auxiliaireonommé SYSAUX
o @ hdes
etsregroupe is informations qui étaient stockées dans différents
données de performances
c l t
tablespaces dans lles
( se
duversionsuprécédentes de la base de données Oracle (certains ne sont plus
s
clotablespace
nécessaires).
disque.uLe
Il s'agit d'un tablespace obligatoire pour lequel vous devez prévoir de l'espace
système SYSAUX inclut les tablespaces DRSYS (données OracleText),
t D
nCWMLITE (schémas OLAP), XDB (fonctionnalités XML), ODM (Oracle Data Mining) et
La ure OEM-REPO.
Si vous ajoutez des noeuds à l'environnement de base de données RAC, vous pouvez avoir
besoin d'accroître la taille du tablespace SYSAUX. Inversement, si vous enlevez des noeuds
de la base de données du cluster, vous pouvez être en mesure de réduire la taille du tablespace
SYSAUX, ce qui libère de l'espace disque. Vous pouvez utiliser la formule suivante pour
dimensionner correctement le tablespace SYSAUX :
300 Mo + (250 Mo * nombre_de_noeuds)
Si vous appliquez cette formule à un cluster comportant quatre noeuds, la taille du tablespace
SYSAUX est d'environ 1 300 Mo comme illustré ci-dessous :
300 + (250 * 4) = 1300

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 30


Synthèse

Ce chapitre vous a permis d'apprendre à :


• ajouter un nouveau noeud à la base de données du
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

cluster
• supprimer un noeud de la base de données du cluster

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 31


Exercice 11 : Présentation

Dans cet exercice, vous allez :


• supprimer le second noeud du cluster
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

• l'ajouter de nouveau au cluster

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
Remarque importante a ฺ co ent
o
Vous pouvez effectuer cette session xdey travaux
S
d
tupratiques via l'exercice 11 ou l'exercice 13
s @ i s
essentiellement surdleuclonage
thdeprincipalement
clo 11àsl'aide
(de 13-1 à 13-14). L'exercice utilise
e
OUI et DBCA. L'exercice 13 porte

s (l u Grid Control.

cl o
Il est fortement recommandé de consulter directement l'annexe présentant les solutions de ces
u
e n tD
travaux pratiques.

La ur

Oracle Database 11g : RAC pour Administrateurs 11 - 32


Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

Conception pour la haute disponibilité

e to
cens
l i
a ble
fe r
a ns
n- t r
a no
h a s deฺ
Copyright © 2007, Oracle. Tous droits réservés.

m ) Gui
a ฺ co ent
o xy Stud
l o s@ this
c
(ldu use
c l os
Du
r e nt
La u
Objectifs

A la fin de ce chapitre, vous pourrez :


• concevoir une architecture de disponibilité maximale
Unauthorized reproduction or distribution prohibitedฺ Copyright© 2011, Oracle and/or its affiliatesฺ

dans votre environnement


• déterminer les meilleures topologies RAC et Data
Guard pour votre environnement
• paramétrer les fichiers de configuration de l'interface