Vous êtes sur la page 1sur 1

 L’autofinancement de croissance : Le solde dégagé (autofinancement total –

autofinancement de maintien) constitue l’autofinancement de croissance qui


doit permettre de couvrir les besoins liés à l’expansion de l’entreprise (c’est le
rôle du bénéfice mis en réserve). Il constitue le véritable enrichissement de
l’entreprise.
La capacité d'autofinancement, calculée année par année, inclut les amortissements
comptables de l'année et le bénéfice net de l'année.
Avantages
L'autofinancement protège l'entreprise des charges financières trop
importantes qu'elle aurait eues en cas de recours à la dette et donc une
diminution du risque de faillite qui est souvent lié à un endettement trop lourd.
L’autofinancement assure une certaine indépendance à l’entreprise, qui ainsi
n’a pas à solliciter des financements externes dont l’octroi nécessite l’accord
des préteurs sur le bien fondé de l’opération.
En augmentant le montant des capitaux propres l’autofinancement améliore la
capacité d’endettement.

Limites
Le cout financier : versement des dividendes aux actionnaires
La fiscalité ne lui est cependant pas favorable
L'autofinancement réduisant le risque, la rentabilité exigé est donc moins

B- Les capitaux propres


On parle de capitaux propres ou fonds propres pour définir tout ce que l'entreprise
possède à l'exception de ses dettes. Les capitaux propres constituent une ressource
stable pour l'entreprise.
Selon le plan comptable, on appelle capitaux propres la valeur totale des actifs
(terrains, usines, machines, marques rachetées, trésorerie, etc.) diminué du total des
dettes.
Les capitaux propres sont enregistrés au passif du bilan de l'entreprise et sont
constitués par :
 Le capital social
 Les primes liés au capital
 Les réserves légales et statutaires (bénéfices antérieurs non distribués)

Vous aimerez peut-être aussi