Vous êtes sur la page 1sur 2

Les limites de l'arbitrage 

L’arbitrage s’est développé en Europe dans les années 1930 et 1940, il est, stricto sensu, le
résultat d’imperfections temporaires du marché. Par définition, l’arbitrage est

Une opération apportant un gain certain sans risque. Il s’agit de détecter les anomalies du

Marché pour en tirer profit et, au passage, les corriger. C’est un métier qui exige

D’excellentes connaissances en mathématiques et en techniques financières, des nerfs

Solides et une capacité très forte d’innovation. Tous les marchés d’actifs financiers

Permettent l’arbitrage : soit sur un seul type de sous-jacent (option, future, action, change,

Taux d’intérêt), soit sur plusieurs simultanément. C’est une technique qui à

Particulièrement évolué au fil du temps.

Cependant, un certain nombre d’études empiriques ont montré que le mécanisme

D’arbitrage n’est pas suffisant pour éliminer certaines anomalies. De plus il y a eu autant

Des limites à l’arbitrage susceptibles d’empêcher le marché d’atteindre un état d’efficience

Tel que nous l’aurons envisagé en leurs absences à savoir : Le risque fondamental, le

Risque des bruiteurs et les coûts d’implantation.

Le risque fondamental :

Quand les arbitragistes découvrent qu’un actif a été incorrectement évalué sur le

Marché, ils auront besoin de trouver le même actif évalué correctement sur un autre

Marché, ou un substituant parfait dans le but de prendre des positions d’arbitrage

Opposées. Sinon, ils vont faire face à ce qu’on appelle le risque fondamental : c’est le risque

Qu’une nouvelle information parvienne sur le marché et change la valeur fondamentale

D’un actif dans une direction non souhaitée.

Le risque des bruiteurs :


Le risque des bruiteurs est théoriquement nul. Même si les arbitragistes parviennent

À couvrir totalement le risque fondamental en prenant une position longue sur un actif à

Prix réduit et une position courte sur le même actif lorsqu’il est cher, ils peuvent faire face

À un autre risque celui des bruiteurs ; ce dernier implique que l’irrationalité des

Investisseurs sur le marché semble être plus forte et que leurs ordres conduisent à un prix

Différent de la valeur fondamentale.

La stratégie d’arbitrage mise en place, au lieu d’éliminer l’erreur d’évaluation (15), elle

Va supporter le risque de voir cette erreur d’évaluation s’accentuer davantage.

Les coûts d’implantation :

L’arbitrage est une opération très coûteuse et ce à cause des commissions, des écarts

Acheteur-vendeur, des frais facturés pour emprunter des actifs (dans le but de prendre

Position à découvert) et du montant nécessaire des travaux en recherche (afin de trouver

Et de se renseigner sur l’erreur de l’évaluation).

Les limites à l’arbitrage sont confirmées de façon empirique par des cas évidents de

Mauvaise évaluation des prix incontestés pendant un temps relativement long, même si

Elles sont clairement visibles pour les investisseurs, en particulier les professionnels.

Il s’agit notamment de ce qu’on appelle les stocks du jumeau (Royal Dutch et Shell)

Constituant des substituts parfaits l’un à l’autre, mais les échanges restent à des niveaux de

Prix qui permettent, au moins théoriquement, les bénéfices d’arbitrage facile (Frot et

Dabola (1999)).

Vous aimerez peut-être aussi