Vous êtes sur la page 1sur 1

Caractère Nuances Timbre Modes de jeu

Tableaux

Voix souterraines Effrayant / PP/Crescendo / Cordes (VL) Legato



apparition des mystérieux/ Decrescendo/ F Contrebasses -Violoncelles Staccato
esprits des
ténèbres puis de angoissant Cuivres : Trombones
Chernobog Marcato

1.Tranquille, Mf BOIS (ob, basson/ cl, fl) Staccato (bois) et


Sautillant Pizzicato (cordes graves)

L’angoisse monte… Violons Legato


Adoration de Crescendo, ff Trombones/ Percussions Marcato
Chernobog
2. Les sorcières
arrivent de toute Crescendo Des bois jusqu’au TUTTI Pizz./stacc./legato
part orchestral

1- angoissant Mf Bois / Violons Legato / staccato

ff Cuivres (trombones) Marcato


Sabbat des
sorcières
2 - démoniaque ff Tutti (cordes, bois, cuivres,
percussions)
Sérénité, calme P, PP Cloches tubulaires
Sonnerie de la
cloche du village
lascif violons Notes liées 2 par 2
et évanouissement
des apparitions

harpes
Lumineux P Clarinette
Aube naissante.
flûte
legato

1. Les esprits malins et les sorcières arrivent au son des grincements des cordes : TEMPO « Allegro feroce".
• Les traits des contrebasses et violoncelles, très sollicités, évoquent des grondements
souterrains, un vent violent et mauvais.
• Pour noircir le tableau, les trombones font entendre leur voix puissante : Tchernobog se
rapproche…
2. Le cortège accompagnant le grand bouc Tchernobog chemine. L'orchestre semble se prosterner
dans ce qui annonce la messe noire

3. Le sabbat : La messe noire se déroule dans des chuintements staccato des violons.
Les motifs brutaux s'entrechoquent frénétiquement. La musique rugit.
La folie démoniaque s'empare de l'orchestre où tous les thèmes virevoltent dans une ronde
instrumentale et furieuse.
4. Après la sonnerie (6 coups) de la cloche, esprits et sorcières de dispersent au son d'une jolie
mélodie lascive ascendante des cordes

5. L’aube naît : les harpes accompagnent un solo de clarinette qui symbolise le lever du soleil, le
retour de la lumière. Une flûte reprend ce thème de paix.
La douceur de cette conclusion frappe par son contraste avec la démence symphonique qui l'a
précédée.

Vous aimerez peut-être aussi