Vous êtes sur la page 1sur 54

ISET Radés Master Mécatronique

Dédicaces
À MES CHERS PARENTS
Je ne pourrais jamais exprimer l’amour et le respect que j’ai pour vous. Je
dédie cet humble travail à l'esprit de mon père décédée. A ma très chère
mère, qui n'a jamais cessé de prier pour moi.

À MES SŒURS ET À MON FRÈRE


Un guide pour ma passion fraternelle, et pour ma profonde compassion et
reconnaissance, je vous souhaite une vie remplie de bonheur et de réussite et
que Dieu vous protège

À MES AMIS
En souvenir de notre sincère et profonde amitié et des moments agréables
que nous avons passés ensemble. Veuillez trouver dans ce travail l’expression
de mon respect le plus profond et mon affection la plus sincère.

SANA
ISET Radés Master Mécatronique

Remerciements

Au terme de la rédaction de ce rapport, c’est un devoir agréable


d’exprimer en quelques lignes la reconnaissance que je dois à tous ceux
qui ont contribué de loin ou de près à l’élaboration de ce travail qu’ils
trouvent ici mes vifs respects et mon profonde gratitude.

J’exprime mes profonds remerciements à mes deux Encadrants Monsieur


Bejaoui FATAH, pour l’aide compétente qu’il j’ai apportée, et pour sa
patience et son encouragement malgré ses maintes occupations et
Monsieur Loued ANNOIR pour sa précieuse aide, son écoute attentive et
son encouragement. Et pour avoir fourni l’assistance nécessaire au bon
déroulement de ce travail,

Mes remerciements vont aussi à tous les enseignants de l’ISET de Radés


que j’ai contactés durant mon stage, auprès desquelles j’ai trouvé
l’accueil chaleureux, l’aide et l’assistance dont j’ai besoin.

A toute mon famille pour leur amour et leur soutien constant. Je leur
dédie ce projet.

Enfin, j’adresse particulièrement mes vifs remerciements aux membres


du jury pour avoir bien voulu examiner et juger ce travail.
ISET Radés Master Mécatronique

Sommaire
Introduction générale .....................................................................................................................1
CHAPITRE 1 : CONTEXTE GENERALE DU PROJET ............................................................3
I. Introduction : ......................................................................................................................4
II. Cadre du projet : .................................................................................................................4
1. Présentation de l’ISET : ..................................................................................................4
2. Présentation de la SNCFT : ............................................................................................4
1. Organigramme de la SNCFT : ........................................................................................5
2. Généralités sur le réseau ferroviaire tunisien : ...............................................................5
3. La ligne du Banlieue-sud de Tunis : ...............................................................................6
4. La ligne de la banlieue de Tunis en quelques chiffres : ..................................................6
III. Présentation du projet : ..................................................................................................7
1. État de l’existant : ...........................................................................................................7
2. Problématique : ...............................................................................................................9
3. Solution proposé : ...........................................................................................................9
4. La description du système : ............................................................................................9
5. Objectifs : .....................................................................................................................10
IV. Analyse fonctionnelle de besoin : .................................................................................11
1. Analyse du besoin :.......................................................................................................11
2. Etude de faisabilité : .....................................................................................................13
V. Conclusion :......................................................................................................................16
CHAPITRE 2 : ETAT DE L’ART ..............................................................................................17
I. Introduction : ....................................................................................................................18
II. Généralisation sur la technologie IoT : ............................................................................18
1. Domaine d’utilisation d’IoT .........................................................................................18
2. La révolution industrielle..............................................................................................19
III. Généralité sur le GPS : .................................................................................................20
1. Système de positionnement global (GPS) : ..................................................................20
2. Méthode de positionnement : .......................................................................................21
3. Description des composants : .......................................................................................22
4. Généralité sur le GSM /GPRS :........................................................................................22
1. Réseau GSM : ...............................................................................................................23
2. Structure du réseau GSM :............................................................................................23
ISET Radés Master Mécatronique

3. Bandes de fréquence GSM : .........................................................................................24


4. Architecteur d’un réseau GSM : ...................................................................................25
5. Le réseau GPRS : ..........................................................................................................26
6. L’architecture du réseau GPRS : ..................................................................................26
7. Les avantages du réseau GPRS : ..................................................................................27
8. Le rôle du GPRS : .........................................................................................................27
9. L’impact du GPRS sur le GSM : ..................................................................................28
IV. Les serveurs informatiques : .........................................................................................28
1. Définition ......................................................................................................................28
2. Classification des serveurs : .........................................................................................28
3. Les caractéristiques de serveur : ...................................................................................30
V. Les protocoles de communication : ................................................................................30
1. Protocole MQTT : ........................................................................................................30
2. Protocole http :..............................................................................................................31
VI. Conclusion ....................................................................................................................31
CHAPITRE 3 : CONCEPTION DE SYSTEME ........................................................................32
I. Introduction : ....................................................................................................................33
II. Conception globale : .........................................................................................................33
III. Etude technique : ..........................................................................................................34
1. Spécification des besoins matériels (partie hardware) : ...............................................34
2. Choix de serveur informatique : ................................................................................40
3. Choix des logiciels et langages (partie software) : .......................................................41
4. Choix des technologies de communication IoT : .........................................................46
IV. Conclusion ....................................................................................................................46
ISET Radés Master Mécatronique

Liste des figures


Figure 1 : organigramme SNCFT..................................................................................................5
Figure 2 : Train électrique du banlieue sud de Tunis ....................................................................6
Figure 3:Trafic journalier Trafic journalier ...................................................................................7
Figure 4 : Schéma synoptique du système ..................................................................................10
Figure 5 : Diagramme SADT (A-0) ............................................................................................11
Figure 6: Diagramme A0 .............................................................................................................12
Figure 7: Diagramme bête à corne ..............................................................................................12
Figure 8:Diagramme de pieuvre ..................................................................................................13
Figure 9 : Diagramme Pareto ......................................................................................................15
Figure 10: interconnexions des objets .........................................................................................18
Figure 11 : domaine d'utilisation d'IoT .......................................................................................19
Figure 12: Evolution industrielle.................................................................................................20
Figure 13 : principe de la géolocalisation par GPS .....................................................................21
Figure 14 : Les trois segments du GPS .......................................................................................22
Figure 15: structure cellulaire de réseau GSM ............................................................................23
Figure 16: Exemple d'antennes GSM (ROCKHAMPTON, QUEENSLAND, AUSTRALIE). .25
Figure 17 : Architecture GSM .....................................................................................................26
Figure 18: Architecture du réseau GPRS ....................................................................................27
Figure 19: serveur tour ................................................................................................................29
Figure 20: serveur rack ................................................................................................................29
Figure 21: serveur lame ...............................................................................................................29
Figure 22: protocole MQTT ........................................................................................................31
Figure 23: protocole http .............................................................................................................31
Figure 24: Architecture générale du système ..............................................................................33
Figure 25 : module sim808..........................................................................................................35
Figure 27:Architecture Arduino Mega ........................................................................................39
Figure 28 : NodeMcu Esp8266 ...................................................................................................39
Figure 29: Arduino IDE ..............................................................................................................42
Figure 30: logo C.........................................................................................................................42
Figure 31: logo PHP ....................................................................................................................43
Figure 32:logo HTML et CSS .....................................................................................................43
Figure 33: logo sublime text3......................................................................................................44
Figure 34: Lamp Server ...............................................................................................................45
Figure 35:logo MysqL .................................................................................................................45
Figure 36:logo phpMyAdmin......................................................................................................46
Figure 37: protocole http .............................................................................................................46
ISET Radés Master Mécatronique

Liste des tableaux


Tableau 1: les risques ferroviaires .............................................................................................. 9
Tableau 2: Classes et niveaux de flexibilité ............................................................................. 14
Tableau 3: Caractéristiques des fonctions ................................................................................ 14
Tableau 4 : tableau comparative ............................................................................................... 37
Tableau 5 : Fiche technique Raspberry .................................................................................... 41
ISET Radés Master Mécatronique

Introduction générale

Aujourd'hui, le déploiement rapide de l'Internet des objets annonce une profonde révolution
au cœur de notre quotidien et nos entreprises.
Alors qu’il a déjà bouleversé nos comportements de consommation, il s’impose également de
plus en plus dans nos processus industriels.
Ainsi, on trouve plusieurs industries qui cherchent à implémenter des solutions IoT car ils
doivent assurer le contrôle monotone pour éviter les problèmes qui peuvent être
catastrophiques, réduire les risques et contrôler l’environnement.

Dans ce cas, on ne peut absolument pas oublier de parler de la géolocalisation qui permet de
superviser les positions en temps réel et de les visualiser à partir d’un seul ou de plusieurs
représentations graphiques.
Un intérêt considérable s’est alors développé au sein de la communauté scientifique et
industrielle pour les techniques de localisation. Lorsque l’objet à localiser se trouve dans un
environnement à ciel ouvert, le système GPS est utilisé pour déterminer sa position
(longitude, latitude et altitude) à tout moment. Il permet d’atteindre des précisions de l’ordre
de quelques mètres. Par contre dans les environnements urbains denses ou à l’intérieur de
bâtiments (résidences, aéroports, centres commerciaux, musées, hôpitaux) l’efficacité du GPS
est de plus en plus restreinte.
Le présent rapport décrit la réalisation d’un système de géolocalisation des trains en temps
réel dans le réseau GSM/GPRS, organisé en quatre chapitres.

Après une introduction générale, on abordera le premier chapitre consacré à la présentation de


cadre du projet avec une étude du projet on décrivant la problématique et la solution propose
ainsi une analyse fonctionnelle du système.
Et puis un deuxième chapitre où on va faire une étude théorique sur l’IoT et avec une
généralité sur le GPS et la géolocalisation aussi le réseau GSM et GPRS ainsi une
présentation de serveurs informatique et enfin quelque type de protocole de communication

1
ISET Radés Master Mécatronique

Ensuite un troisième chapitre réservé à la conception détaillée du projet en présentant


L’architecture du système les différents choix matériels et logiciels et des langages de
programmation choisis.
Avant de conclure, le dernier chapitre consiste à présenter les différentes étapes de la
réalisation du prototype.
Une conclusion et les perspectives pour améliorer le projet clôturent ce document.

Des annexes apportant un complément aux différentes parties de ce rapport.

2
ISET Radés Master Mécatronique

CHAPITRE 1 :

CONTEXTE GENERALE Du PROJET

3
ISET Radés Master Mécatronique

I. Introduction :
Ce premier chapitre est axé sur trois parties principales : dans la première partie on précisera
le cadre du travail et on présentera l’organisme d’accueil. Au niveau de la deuxième partie
intitulée « présentation du projet » on va d’abord exposer le sujet du travail et sa
problématique, nous abordons « l'état de l'existant » et nous proposerons la solution adéquate.
Enfin, on clôture ce chapitre par « un analyse du fonctionnelle du système».

II. Cadre du projet :

Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un projet de fin d’études pour l’obtention d’un diplôme
de master professionnel parcours : « mécatronique » de l’institut Supérieur des études
technologiques de Radés, Tunisie. Notre projet s’est déroulé à Tunis au sein de laboratoires de
l’ISET Radés, au profit de la société Nationale de chemins de fer tunisiens. La durée du stage
est d’environ 6 moins étalée de Mars à aout. Ce projet s’intitule «géolocalisation de Trains».

1. Présentation de l’ISET :

ISET-Radés est une institution d'enseignement supérieur tunisienne formant des


techniciens supérieurs et délivrant le diplôme de licence appliquée et de master
professionnelle dans plusieurs domaines.

L’ISET de Radés a été Lancé en septembre 1995 avec deux départements (Gestion des
entreprises et Techniques de Commercialisation) et une centaine d’étudiants, l’ISET de Radés
offre maintenant cinq filières de formation diversifiées avec une vingtaine d’options et
accueille chaque année près de 4000 étudiants encadrés par plus de 250 enseignants
permanents et une centaine d’intervenants à temps partiel
Il assure la formation selon la réforme LMD du système de l'enseignement supérieur
tunisien1 au sein des départements suivants : génie mécanique, génie civil, génie
électrique, technologies d'informatique et gestion des entreprises et des administrations.

L'IEST de Radés est situé dans la banlieue de Radés (gouvernorat de Ben Arous) et abrite
aussi la direction générale des études technologiques.

2. Présentation de la SNCFT :

La Société Nationale de Chemins de Fer Tunisiens (SNCFT) est un établissement public


non administratif chargé de la gestion, de l’exploitation et de l’entretien du réseau ferroviaire
tunisien. il est également responsable du développement de ce réseau à travers l'extension des

4
ISET Radés Master Mécatronique

lignes existantes ou la création de nouvelles lignes. Cet établissement, qui est doté de la
personnalité civile et de l’autonomie financière, est placé sous la tutelle du Ministère du
Transport.

1. Organigramme de la SNCFT :

Figure 1 : organigramme SNCFT

2. Généralités sur le réseau ferroviaire tunisien :


L'activité du transport de voyageurs et de marchandises de tout genre couvre presque la
totalité du territoire tunisien sur un réseau d'une longueur totale de 2165 km répartis sur 23
lignes :
 1686 km à écartement métrique (1000 mm), dont 88 km électrifiés (65 km entre
Sousse Bab Jedid–Monastir–Mahdia et 23 km entre Tunis–Hammam Lif–Borj
Cédria–Erriadh).
 471 km voie normale (1437 mm).
 8 km à double écartement (mixte : standard et métrique).
Ce réseau ferré comporte 267 gares, stations et haltes. Il comporte aussi 4 liaisons rail-route
dont l’objectif est de favoriser le transport bimodal de voyageurs en combinant le transport
ferroviaire et routier.
Ces 4 liaisons de transport combiné rail-route se répartissent comme suit :

5
ISET Radés Master Mécatronique

 Gabès - Zarzis : 177 km


 Gabès - Djerba : 125 km
 Gabès - Tataouine : 136 km

3. La ligne du Banlieue-sud de Tunis :

a. Historique :
 La ligne de la Banlieue sud Tunis Hammam-Lif a été construite en 1882, de
distance17 Km.
 En juin 1986, la ligne a été prolongée sur 6 Km jusqu’à Borj Cédria.
 En juin 1996 : mise en service d’une 3ème voie entre Tunis et Hammam-Lif et
équipement de la totalité de la ligne par une commande centralisée du trafic.
 En juin 1998, l’Unité d’affaires de la Banlieue de Tunis a été créé.
 En Avril 2012, l’électrification de la Banlieue Sud a été mise en service, avec
prolongation de la ligne jusqu’au Erriadh.

Figure 2 : Train électrique du banlieue sud de Tunis

4. La ligne de la banlieue de Tunis en quelques chiffres :

 Longueur de la ligne : Une longueur de 25 km ; dont 17 km en triple voie entre Tunis


et Hammam-Lif et 8 km en double voie entre Hammam-Lif et Erriadh.
 Nombre des gares : Elle comporte 18 gares et arrêts.
 Zones desservies : Elle dessert particulièrement : Tunis, Djebel-Jeloud, Mégrine,
Radès, Ezzahra, Hammam-Lif, Hammam-chatt, Borj-Cédria et cité Erriadh.
 Nombre de voyageurs et trains par jour :100.000 voyageurs empruntent
quotidiennement les 122 trains mis à leur disposition

6
ISET Radés Master Mécatronique

 Temps de parcours : La durée du trajet est de 20 minutes entre Tunis et Hammam Lif à
bord des trains directs, et de 43 minutes entre Tunis et Erriadh pour les trains omnibus.

Figure 3:Trafic journalier Trafic journalier

III. Présentation du projet :


1. État de l’existant :

La sécurité ferroviaire est un ensemble de moyens humains et techniques permettant d'éviter


les accidents ferroviaires, ou de diminuer les conséquences de tels accidents.

 Système de répétition des signaux à bord (SRB)


 Système de vidéo surveillance intérieur et extérieur avec enregistrement
 Dispositif d’alarme et d’évacuation
 Dispositif de communication avec les voyageurs
 Fermeture automatique des portes
 Système de protection anti-incendie
 Système d’éclairage de secours
 Système d’enregistrement des événements

Figure 4:Equipements de sécurité à bord

7
ISET Radés Master Mécatronique

Les risques ferroviaires : il existe cinq risques principaux :

Le nez à nez : Deux trains se retrouvent face à face sur la même voie.

Le rattrapage : Le train suiveur rattrape celui qui le précède.

La prise en écharpe : Un train arrive sur un aiguillage déjà occupé par un train venant d’une
autre direction

Le risque de déraillement : c'est le risque de sortie de voie (due à un excès de vitesse, à la


manœuvre d'un appareil de voie au passage du train ou au mauvais état de la voie ou du
matériel roulant).

8
ISET Radés Master Mécatronique

L’obstacle: risque de collision avec un objet (voiture, camion, coulée de boue, wagon ou
train en dérive...) qui se trouve sur la voie où circule le train ou sur laquelle il est susceptible
de s'engager

Tableau 1: les risques ferroviaires

2. Problématique :

Dans les dernières années, le transport ferroviaire a connu une série d’accidents rappelant
que la sécurité n’était pas absolue. La conviction des spécialistes qu’il sera impossible
d’améliorer cette situation par la seule formation conduit la SNCFT à envisager dans le
système de sécurités ferroviaires, c'est un ensemble des moyens humains et techniques
permettant d'éviter les accidents ferroviaires et d'en diminuer les conséquences. Et malgré la
présence de système de sécurité efficace, le système ferroviaire rencontre toujours des risques
et des incidents.

3. Solution proposé :

La solution pour ces problèmes cités est de réaliser un système de sécurité base sur l’Iot
qui a pour but la protection des trains de la banlieue sud de Tunis contre les accidents de
transport ferroviaire particulièrement le phénomène de rattrapage, c’est pour cela qu’on
procède à établir un système de géolocalisation des trains afin de localiser les rames en temps
réel tout en avertissant le conducteur par la présence d’un train qui le précède.

4. La description du système :
Le projet a pour objectif de réaliser une plateforme de géolocalisation visée une précision
de localisation, cette solution est constituée de deux parties :
 Partie train (µc+gps):
Se charge de localiser le train et envoyer ses informations de localisation vers une
carte centrale et une base de données, cette partie permettre de localiser les trains.
Le conducteur utilisant module hardware à concevoir qui devra définir la localisation précise
du train, et une application Android qui permettra d’afficher les trains sur les voies, et une
alarme lors de présences d’un train qui le précède.

9
ISET Radés Master Mécatronique

 Partie serveur et carte centrale :


La carte centrale calculer la distance entre deux trains et envoyer une alarme au
conducteur.
L’application web qui se charge des traitements de la base de données de
localisation et constitue le maps qui permettra le suivi des trains. Elle devra
supporter :
 La sécurité : authentification par login, password.

 Ajout, suppression et modification de profils utilisateurs

 Afficher le profil de train

 Afficher le marque par un train donné sur une carte (Maps personnalisée à
développer, indépendante des cartes propriétaire Google Maps)

 Gérer l’historique des localisations train

Figure 4 : Schéma synoptique du système

5. Objectifs :
Le projet consiste à réaliser le module comme solution pour la géolocalisation. Ce module
devra:
Permettre de localiser le train en utilisant le GPS.
Envoyer les informations de localisation vers une base de données de l’application
centrale.
Envoyer une Alarme au conducteur pour éviter le rattrapage des trains
Assurer une faible consommation d’énergie pour assurer une autonomie optimale
Etre de dimension raisonnable (taille, poids).

10
ISET Radés Master Mécatronique

IV. Analyse fonctionnelle de besoin :


L’analyse fonctionnelle est une démarche qui consiste à rechercher et à caractériser les
fonctions offertes par un système pour satisfaire les besoins de son utilisateur et qui permet
de décrire les fonctionnalités du notre système et les contraintes sous lesquelles celui-ci doit
être réalisé.
La démarche est généralement conduite en mode projet et peut être utilisée pour améliorer (ré
conception) ou créer (conception) un produit comme dans notre cas.

1. Analyse du besoin :

a. Saisir le besoin :
Ce projet consiste à réaliser un système des géolocalisation des trains. Le diagramme SADT
suivant elle donne une approche globale du fonctionnement du projet.
 Niveau A-0 (A moins zéro)

Il définit :

 La frontière d'isolement du système.


 La fonction globale du système qui permet d'apporter de la valeur ajoutée à la matière
d‘œuvre.

Programme Réglage
Conducteur Energie

Train Train localisé


Localiser les Trains
A-0
Alarme, message
Système de géolocalisation des trains

Figure 5 : Diagramme SADT (A-0)

 Niveau A0 (A zéro)

Chaque boite représente une action que doit réaliser un constituant du système pour lui
permettre de satisfaire la fonction globale. Ce niveau permet d'observer les flux d'énergie et
d'information entre les différentes boites nommées A1, A2, A3...

11
ISET Radés Master Mécatronique

Figure 6: Diagramme A0

b. Énoncé du besoin:
Avant de concevoir un système, il est nécessaire de s'assurer que ce produit répond effectivement à un
besoin, d’où l’énoncé du besoin de façon claire et précise. La méthode d'expression du besoin repose
sur trois questions:

 A qui le produit rend-il service ?


 Sur quoi le produit agit-il ?
 Dans quel but ?

A qui ? Sur quoi ?

Conducteur Train

Géolocalisation
des trains

Dans quel but ?

Permettre au conducteur de localiser les


autres trains sur la même voix pour éviter
le rattrapage
Figure 7: Diagramme bête à corne

12
ISET Radés Master Mécatronique

c. Validation du besoin:
Lorsque le besoin est bien défini, donc il est nécessaire de répondre aux questions suivantes :
Pourquoi le système de géolocalisation existe-t-il ?
Pour trouver une position exacte d’un train.
Pourquoi ce besoin existe-t-il ?
Pour faciliter au conducteur la localisation des tous les trains SNCFT.
Qu’est ce qui pourrait faire évoluer ou disparaître ce besoin ?
Ce besoin peut évoluer pour avoir un système de géolocalisation d’une meilleure congruence
et une meilleure performance, a cours et à moyen terme ce besoin ne risque pas de
disparaitre.

2. Etude de faisabilité :

a. Les fonctions de services :

 Identification des fonctions de service :

Le diagramme suivant, représente Les fonctions de services associées à la machine

Figure 8:Diagramme de pieuvre

13
ISET Radés Master Mécatronique

 Caractérisation des fonctions de service :

FP1 : permet au conducteur de connaitre la position du train qui est près de lui.
FP2 : stocké la position du train dans une base de donnée et l’afficher sur une page web
FC1 : Respecter les normes de sécurité.
FC2 : avoir un prix raisonnable.
FC3 : utiliser une source d’énergie électrique.
FC4 : facilité la maintenance.

 Caractérisation des fonctions de services :

 Classe de flexibilité :
Indication latérale placée auprès du niveau d’appréciation permettant de préciser son
degré de négociation ou d’impérativité comme le montre le tableau suivant :

Classes de flexibilité Flexibilité Niveau de flexibilité


F0 Nulle Impératif
F1 Faible Peu négociable
F2 Moyenne Négociable
F3 Forte Très négociable
Tableau 2: Classes et niveaux de flexibilité

 Caractéristiques
Une première approche nous permet de réaliser le tableau récapitulant suivant tous ces
éléments :

Fonctions Critères Niveaux Classes de flexibilité


FP1 Connaitre la position Fiabilité F3
d’autres trains sur les
voies et si il y a un train Durabilité F2
près de lui.
FP2 Stocker les positions des Fiabilité F3
trains, et afficher sur une
Durabilité F2
page web en temps réel
FC1 Sécurité de l’utilisateur Pas de danger F1
FC2 Cout minimale Prix abordable F2
FC3 Tension 12V F1
Courant F1
FC4 Disponibilité d’éléments oui F2
Tableau 3: Caractéristiques des fonctions

 Hiérarchisation des fonctions de service :

Apres avoir identifié les fonctions de service, on les hiérarchisera selon leurs ordre d’importance :

14
ISET Radés Master Mécatronique

FP2 FC1 FC2 FC3 FC4 point %


FP1 FP1.1 FP1.3 FP1.3 FP1.2 FP1.3 12 41.37
FP2 FP2.2 FP2.2 FP2.1 FP2.3 8 27.58
FC1 FC1.1 FC3.2 FC4.1 1 3.44
FC2 FC3.2 FC4.1 0 0
FC3 FC3.2 6 20.68
FC4 2 6.9
29 100
Tableau 4 : Méthode de tri croisé

0 : est accepter en cas de non-majorité.


1 : légèrement supérieure.
2 : moyennement supérieure.
3 : nettement supérieure.
Il s’agit de rendre significatif les résultats de la hiérarchisation fonctionnelle, pour cela
les points relatifs à chaque fonction sont transformés en pourcentage, ce qui permet d’établir
« le diagramme Pareto » en ordre décroissant.
45 41,37
40

35

30 27,6

25
20,68
20

15

10 6,9
5 3,44
0
0
FP1 FP2 FC3 FC4 FC1 FC2

Figure 9 : Diagramme Pareto

Interprétation :

On remarque que la fonction de service FP1 «Connaitre la position d’autres trains sur les
voies et si il y a un train près de lui.» présente le pourcentage le plus important. En effet ceci
est vrai puisque cette fonction traduit réellement la finalité du produit.
On remarque que la fonction de service FC4 «être esthétique» présente un poids faible, ce qui
signifie qu'elle est jugée moins importante mais reste utile.

15
ISET Radés Master Mécatronique

V. Conclusion :

Tout au long de ce chapitre, nous avons évoqué le cadre général du projet. On a fait une
présentation du cadre générale du projet, ensuite on a fait une étude du projet en posant la
problématique, la solution proposée enfin une analyse fonctionnelle du besoin.

Grâce à ce chapitre, je suis bien préparée pour attaquer le chapitre suivant « État de l’art ».

16
ISET Radés Master Mécatronique

CHAPITRE 2 :

Etat de l’art

17
ISET Radés Master Mécatronique

I. Introduction :

Dans ce chapitre on va faire une généralisation sur l’IoT, citant ainsi les domaines de
l’utilisation et la révolution industrielle, on parle ensuite de la GPS, la notion de baser du
réseau GSM et réseau GPRS ont étés abordés, en particulier L’architecture du réseau,
l’Équipement de base et de plus, L’impact du réseau GPRS sur le système GSM, et aussi une
généralité sur les serveurs leur définition et leur classification enfin on parle du protocole de
communication.

II. Généralisation sur la technologie IoT :


L'Internet des objets est un ensemble d'appareils connectés à l'Internet.
On ne parle pas seulement des ordinateurs portables ou des télévisions connectées, c'est bien
plus que ça.
On parle d’appareils électroniques de toutes sortes comme les climatiseurs, les
photocopieuses, les réfrigérateurs, les feux de circulation routière etc.
N'importe quel appareil équipé d'un bouton marche/arrêt, intégrant ainsi la catégorie des
objets de l'IoT, peut se connecter à 'Internet et permet d’envoyer et recevoir des données.

Figure 10: interconnexions des objets

1. Domaine d’utilisation d’IoT


Le marché mondial de l'Internet des objets est immense et son potentiel d'application dans
tous les domaines est énorme.

Parmi les principaux secteurs où l’IoT a eu un impact significatif on cite des exemples :

18
ISET Radés Master Mécatronique

• Transport : détecter l’imminence de pannes sur les véhicules et alerter le


conducteur avec des détails et des recommandations.
• Santé : surveillance forme de montre connectée qui permet de suivre à tout
moment nos activités physiques en nous informant ou en informant nous
médecins des signes irréguliers.
• Domotique ou la maison intelligente : contrôler la lumière, allumer ou
baisser le chauffage, détecter la fumée, verrouiller votre porte d’entrée…
• Agriculture : utiliser des capteurs pour collecter les informations utiles sur
l’état du sol, taux d’humidité, taux des sels minéraux et les envoyer au
fermier pour prendre les mesures nécessaires garantissant la bonne
production.

L’IoT est aussi imposé dans les industries, constituant l’un des piliers de l’Industrie 4.0 et on
parle alors d’IIoT.

Figure 11 : domaine d'utilisation d'IoT

2. La révolution industrielle
La première révolution industrielle (l’industrie 1.0) a lieu entre 1760 et 1840 marquée par un
basculement de la production manuelle vers la manufacture à l’aide de machines à vapeur.
Le second est l’industrie 2.0 entre 1870 et 1914 connue sous le nom de révolution
technologique est amené par l’utilisation du pétrole et de l’électricité.
La troisième révolution 3.0 a lieu dans la seconde moitié du 20ème siècle, connue sous le nom
de révolution numérique.
C’est le début de la robotique, de la flexibilité des outils de production a transition
énergétique (énergies renouvelables et capacités de stockage de l’énergie).
La quatrième révolution est l’Industrie 4.0 ou comme elle est nommée usine de la future est
une révolution technologique, porteuse de nombreuses innovations ou on parle des

19
ISET Radés Master Mécatronique

technologies de l'information, des capteurs communicants, de l’intelligence artificielle, de


l'IIoT.

Figure 12: Evolution industrielle

III. Généralité sur le GPS :


1. Système de positionnement global (GPS) :

Le système GPS était initialement une application militaire lancée par le DOD (United
States Département of Défense). Le système a été opérationnel dans le début des années
1980 pour les militaires. Il a commencé à être utilisé par les civils à la fin des années
1990. L’industrie du GPS pour les particuliers a décollé dans les années 2000 avec un
large éventail de produits, services et applications.

Le système GPS est largement utilisé dans la vie quotidienne. Le Global Positioning
Système (GPS) est une technologie rendue possible par un groupe de satellites en orbite
terrestre qui transmettent des signaux permettant à des récepteurs GPS de calculer et
d’afficher une localisation précise et la vitesse à l’utilisateur.

20
ISET Radés Master Mécatronique

En captant les signaux de trois satellites ou plus (parmi une constellation de 31 satellites
disponibles), les récepteurs GPS sont capables localiser votre emplacement en utilisant le
principe mathématique de triangulation.

Avec leur puissance de calcul et les données stockées dans leur mémoire comme les cartes
routières, les points d’intérêt et la topographie, les récepteurs GPS sont capables d’afficher
l’emplacement, la vitesse et l’heure dans un format utile.

Le GPS fonctionne correctement dans toutes les conditions météorologiques, de jour


comme de nuit, à n’importe quelle heure, et partout dans le monde. Il n’est pas nécessaire
de payer des frais d’abonnement pour utiliser les signaux GPS. Les signaux GPS peuvent
être bloqués par une forêt dense, un gratte-ciel, une vallée encaissée. Le signal GPS ne
passe pas bien à l’intérieur des habitations et un récepteur GPS ne peut être utilisé qu’à
l’extérieur.

Figure 13 : principe de la géolocalisation par GPS

2. Méthode de positionnement :
Un récepteur GPS fonctionne avec des messages d'au moins 4 satellites visibles. Il peut
déterminer l’heure et la position correspondante du satellite au moment où un message est
envoyé. La position du satellite et l'heure de transmission du message pour le satellite i est [xi,
yi, Zi, ti]. Si le message est reçu à tr, le GPS le destinataire peut calculer le temps de
transmission comme (tr - ti). La distance qui le message est transporté est calculé par pi = (tr -
ti) c dans lequel c’est la vitesse de la lumière.
L’intersection de la surface sphérique des quatre satellites indique la position du récepteur
GPS.

21
ISET Radés Master Mécatronique

3. Description des composants :


Le GPS se compose d'une constellation de satellites de radionavigation, d'un segment de
contrôle au sol qui gère le fonctionnement des satellites et, enfin, des utilisateurs avec
récepteurs spécialisés qui utilisent les données des satellites pour répondre à une vaste gamme
de besoins en positionnement. Le système a été mis en place par le ministère américain de la
Défense afin de répondre à des besoins de positionnement pour la défense et, à titre de sous-
produit, pour servir la communauté civile.

Figure 14 : Les trois segments du GPS

La constellation de satellites, qui est pleinement opérationnelle depuis juillet 1995, comprend
21 satellites, en plus de 3 satellites actifs de rechange, positionnés à 20 000 km (environ trois
fois le rayon terrestre) au-dessus de la surface de la Terre. Les satellites sont répartis de telle
manière qu'au moins quatre d'entre eux soient visibles presque n'importe où dans le monde à
tout moment Chaque satellite reçoit et stocke des données en provenance du segment de
contrôle, tient le temps avec grande précision grâce à ses horloges atomiques précises et
transmet des signaux à la Terre.

4. Généralité sur le GSM /GPRS :


Un module GSM (Global Système Mobile Communication) nécessaire pour communiquer
avec un téléphone cellulaire et un module GPS permettant de donner la position d’un système.

22
ISET Radés Master Mécatronique

1. Réseau GSM :
Première norme de téléphonie cellulaire numérique, le GSM fut défini par un groupe de
travail « Groupe Spécial Mobile » lancé par la CEPT. La rédaction du standard fut réalisée par
l’ETSI et au final, le GSM, devenu « Global System for Mobile communications » naquit en
1991. Par opposition aux anciens réseaux analogiques, le GSM fut qualifié réseau de
2èmeGénération (2G). En France, la DRM (Direction des Radiocommunications Mobiles) des
Postes.
Le GSM connut rapidement un vif succès. Les terminaux tout d’abord lourds et encombrants
se miniaturisèrent et gagnèrent en autonomie et les prix se démocratisèrent.

2. Structure du réseau GSM :


• Structure cellulaire :
Dans un système cellulaire, la région couverte est divisée en cellule, comme illustré à la figure
Une cellule est forme circulaire mais dépend de la topographie de la région qui est servie par
l’antenne de la cellule. Ce système peut être illustré par des hexagones au centre d’une cellule
on retrouve un ensemble d’émetteurs-récepteurs correspondant à une bande de fréquences.

Figure 15: structure cellulaire de réseau GSM

La dimension d’une cellule est fonction de la puissance de son émetteur-récepteur. Si un


émetteur peut être puissant. Alors son champ d’action sera très vaste, mais sa bande de
fréquence peut être rapidement saturée par des communications. Par contre, en utilisant des

23
ISET Radés Master Mécatronique

cellules plus petites, (émetteur-récepteur moins puissant) alors la même bande de fréquence
pourra être réutilisée plus loin, ce qui augmente le nombre de communications possibles.

Dans la conception d’un réseau cellulaire, il faut considérer les aspects suivants :

• La topographie (bâtiments, collines, montagnes, etc.)


• La densité de la population (ou de communications) pour établir la
dimension de cellule.
• Deux cellules adjacentes ne peuvent utiliser la même bande de fréquence
afin d’éviter les interférences. La distance entre deux cellules ayant la
même bande doit être de 2 à3 fois le diamètre d’une cellule.

La taille des cellules peut varier entre 0.5 et 35 Km et dépend de la densité d’utilisateur et de
la topographie. Les cellules sont regroupées en bloc (appelé motif ou cluster). Le nombre de
cellules dans un bloc doit être déterminé de manière à ce que le bloc puisse être reproduit
continuellement sur le territoire à couvrir typiquement, le nombre de cellules par bloc est 4
7,12 ou 21. La forme et la dimension des blocs et le nombre de cellules est fonction du
nombre de fréquences (canaux) disponibles.

3. Bandes de fréquence GSM :

Les réseaux GSM sont implantés sur une large portion de la surface terrestre ; une condition
nécessaire de connexion à un réseau est la disponibilité de stations de base (« cellules radio »)
à proximité de l'emplacement du téléphone mobile, donc il y a trois types de la bande de
fréquence GSM :
 GSM 850 et 1900
Ils sont présents aux États-Unis et au Canada.
 GSM 900 et 1800
On rencontre ces deux types de réseaux en Europe, notamment, en Belgique, Espagne,
France, Allemagne, Italie, et en Suisse.

Le GSM 900 utilise la bande 880-915 MHz pour l'envoi de la voix ou des données depuis le
mobile et la bande 925-960 MHz pour la réception des informations venant du réseau.

24
ISET Radés Master Mécatronique

Le GSM 1800 utilise la bande 1 710 MHz-1 785 MHz pour l'envoi des données depuis le
terminal mobile (upload) et la bande 1 805 MHz-1 880 MHz pour la réception des
informations (download).
 GSM 450
L'utilisation de fréquences moins élevées augmente sensiblement la portée des stations de
base. Ainsi en 450 MHz, leur portée serait près du double de ce qu'elle est en 900 MHz.
Ericsson2 et Nokia3 ont travaillé au début des années 2000, à la mise au point d'une norme
GSM fonctionnant dans la bande de fréquence de 450 MHz4 et de 480 MHz5. Avec ces
fréquences, la couverture radio pourrait atteindre 120 km. Ce serait particulièrement adapté
aux zones côtières, désertiques ou rurales, là où le trafic est faible et le terrain plat.
Mais cette technologie n'a pas connu de succès commercial ; en 2012 cette bande de
fréquence n'est utilisée nulle part pour des réseaux GSM et aucun téléphone compatible GSM-
450 n'est commercialisé

Figure 16: Exemple d'antennes GSM (ROCKHAMPTON, QUEENSLAND, AUSTRALIE).

4. Architecteur d’un réseau GSM :

Le réseau GSM a pour premier rôle de permettre des communications entre abonnés mobiles
(GSM) et abonnées du réseau téléphonique fixe RTC (Réseau Téléphonique commuté). Il
s’interface avec le réseau fixe et comprend des commutateurs, et se distingue par un accès
spécifique : la liaison radio. L’architecture d’un réseau GSM peut être divisée en 4 parties
principales :

25
ISET Radés Master Mécatronique

a) La station mobile : MS – Mobile Station


b) Le sous-système réseau : BSS- Base Station Sub-system
c) Le sous-système réseau : NSS – Network Sub-System
d) Le sous-système opération : OSS-Operation Sub-System

Les éléments de l’architecture d’un réseau GSM sont repris sur le schéma de la figure
suivante.

Figure 17 : Architecture GSM

5. Le réseau GPRS :

GPRS (Général Packet Radio Service), appelé aussi GSM 2+, repose sur la transmission en
mode paquet. Ce principe déjà, retenu par exemple pour le protocole X.25, permet d’affecter à
d’autres communications les « temps morts » d’une première communication (attente d’une
réponse à une requête internet par exemple).
Conçu pour réutiliser au maximum les infrastructures GSM existantes, le déploiement du
GPRS nécessite la mise en place d’une infrastructure réseau basée sur la communication de
paquets et l’introduction de passerelles pour s’adosser aux réseaux GSM existants

6. L’architecture du réseau GPRS :


Le réseau GPRS est similaire à celles d’un réseau GSM à la seule différence est que le réseau
GPRS contient de nouveaux éléments qui sont : SGSN (Serving GPRS Support Node), GGSN
(Gateway GPRS Support Node) et le routeur IP.

26
ISET Radés Master Mécatronique

Figure 18: Architecture du réseau GPRS

7. Les avantages du réseau GPRS :


Parmi les avantages de GPRS comparé au GSM pour les services de données, on peut citer

 Des débits élevés : les débits proposés par GPRS sont supérieurs au débit de
9.6Kbits/s offert par GSM pour le transfert de données.
 Une connexion permanente : le temps d’établissements d’une session GPRS et l’accès
au service est plus court qu’avec le GSM.
 Un support pour nouveaux services : parmi les applications envisageables grâce au
réseau GPRS, figurent :

La navigation sur internet à partir d’un portable. .

L’envoi et la réception de photos ou cartes postales.

L’envoi et la réception d’une vidéo

Le partage de données.

 Des mécanismes de sécurité sophistiqués : le GPRS s’appuie sur le modèle


d’authentification et de chiffrement proposé par le GSM. Lorsqu’une station mobile
tente d’initier une session GPRS, elle est authentifiée grâce à des clés d’authentification et
des calculs réalisés par la carte SIM.

8. Le rôle du GPRS :
L’arrivé du GPRS est une vraie révolution dans l’architecture des réseaux des opérateurs
mobiles.

• Il sert à la croisée de la mobilité et de l’internet.

27
ISET Radés Master Mécatronique

• Il apporte un certain nombre d’innovations majeures dans les cœurs du réseau de l’opérateur
mobile mais aussi dans les terminaux.

9. L’impact du GPRS sur le GSM :


Afin d’intégrer le GPRS dans une architecture GSM existante, un nouveau type de noeud
appelé GSN (GPRS Support Node) est apparu. Le GSN est responsable de la livraison et du
routage des paquets de données entre les stations mobiles (MS) et des réseaux de données
externes.
En réutilisant l’infrastructure GSM, le coût d’introduction du GPRS dans le réseau GSM est
principalement relatif à l’extension logicielle de l’entité GSM. Les principaux matériels
rajoutés à l’architecture GSM sont l’intégration d’une carte PCU (Packets Control Unit), qui
sert à fournir de nouveau terminaux GPRS aux usagers et des noeuds de commutation de
paquets GPRS.

IV. Les serveurs informatiques :


1. Définition
Un serveur informatique est un dispositif informatique relié à Internet Son rôle est de
soumettre des données à celui qui lui en demande, qu’il s'agisse d'un autre serveur ou d'un
client.
Les données peuvent être textes, son, images, statistiques…
Il fournit ses services avec haute disponibilité, fiabilité en fonctionnement et grande sécurité.
Les serveurs sont utilisés par les usines, les entreprises et les opérateurs de
télécommunications. Ils sont largement présents dans les centres de données et le réseau
Internet.
Il existe plusieurs classifications de serveur par type.

2. Classification des serveurs :

a. Classification par hébergement :


 Les serveurs dédiés
Ordinateur distant, mis à la disposition d’un seul client par un prestataire. Le client a un
bénéfice maximal des capacités et des ressources de la machine.
 Les serveurs mutualisés :
Un hébergement mutualisé est un concept d’hébergement internet spécifique pour des sites
web. Ce type de serveur va héberger plusieurs sites internet sur le même serveur. Il repose sur
le partage juste des ressources, à savoir la mémoire Ram, CPU, les espaces mémoire sur les
disques et la bande passante.
28
ISET Radés Master Mécatronique

 les serveurs virtuels :


Un serveur virtuel est une partition en utilisant des techniques de virtualisation, il se comporte
comme un serveur dédié et a les mêmes caractéristiques, mais le dispositif qui l’héberge est
mutualisé .la machine physique héberge plusieurs serveurs virtuels simultanément chacun
peut utiliser un système d'exploitation différente, d’où son caractère mutualisé

b. Classification par model :


 serveur tour :
- choix du nombre des disques durs
Et processeurs.

Figure 19: serveur tour

 serveur rack :
-Solution flexible en fonction d’espace dans
Le Datacenter et combinaison des serveurs.

Figure 20: serveur rack

 serveur lame :
- le plus compact.
-le meilleur en termes d’espace et Figure 21: serveur lame
Consommation d’énergie

c. Classification par service


 Serveur Dns :
Un serveur DNS est un annuaire pour ordinateur. Qui a pour but de faire la correspondance
entre nom d’ordinateur et adresse IP dans les 2 sens.
 Serveur DHCP :
Un serveur qui utilise le protocole DHCP et dont le rôle est d’assurer l’adressage dynamique
de chaque station dans le réseau en lui attribuant une adresse IP, masque sous-réseau, durée de
bail, adresse DNS et passerelle par défaut

29
ISET Radés Master Mécatronique

 serveur mail :
Un serveur de messagerie électronique est un logiciel serveur permet à des clients d'échanger
des courriers électroniques. Pour se connecter au serveur de messagerie, l'utilisateur a besoin
d'un logiciel client comme Outlook pour gérer l'adressage du courriel, le client peut accéder
au courriel depuis un simple navigateur Internet
L'adressage s'effectue grâce à le protocole SMTP de l'émetteur en direction de son serveur qui
redirige le courrier vers le serveur du destinataire. Ce SD reçoit et vérifie l'intégrité du
courrier. Les messages peuvent alors être consultés par le destinataire à l'aide de protocole
POP ou IMAP
Et plusieurs autres : serveurs de fichiers, serveur d’impression, serveurs d’application...

3. Les caractéristiques de serveur :


Processeur et Nombre de cœurs : meilleures performances de traitement multitâche.
Taille de mémoire cache : une Mc à grande taille réduit la fréquence de récupération des
données par le processeur.
RAM : la RAM disponible est proportionnelle au nombre d’opérations que le serveur est en
mesure d’exécuter simultanément sans avoir à accéder aux disques durs.
Stockage : la taille des disques durs et le type.
Alimentation : si on utilise plusieurs disques durs il le faut une alimentation plus importante.
Redondance : la duplication et la répartition des données.

V. Les protocoles de communication :

Un protocole est une méthode standard qui permet la communication entre des processus
(s'exécutant éventuellement sur différentes machines), c'est-à-dire un ensemble de règles et de
procédures à respecter pour émettre et recevoir des données sur un réseau. Il en existe
plusieurs selon ce que l'on attend de la communication. Certains protocoles seront par
exemple spécialisés dans l'échange de fichiers, d'autres pourront servir à gérer simplement
l'état de la transmission et des erreurs …

1. Protocole MQTT :

MQTT, pour "Message Queuing Telemetry Transport", il s’agit d’un protocole de messagerie
basé sur un principe de souscription.
Ce protocole a initialement été développé en 1999 par deux ingénieurs, l’un travaillant pour
IBM et l’autre EuroTech. Il avait pour but la surveillance d’un oléoduc dans le désert. Ils

30
ISET Radés Master Mécatronique

voulaient un protocole efficace et qui consomme peu de bande passante et de batterie. En


2021, nous avons le même besoin !
Pour fonctionner, le protocole MQTT nécessitera un serveur, que nous appellerons « Broker »
Ce Broker peut être installé sur différents appareils, comme des PC, des Macs ou encore des
cartes Raspberry Pi sous Linux.

Figure 22: protocole MQTT

2. Protocole http :
L’HyperText Transfer Protocol inventé dans les années 1990 par Tim Berners-Lee, http
est un protocole de Communication client/serveur qui transfert des documents hypertextes
via n’importe quelle connexion fiable, HTTP utilise par défaut le port 80.

Figure 23: protocole http

VI. Conclusion
Dans ce chapitre nous avons présenté une généralité sur l’Iot et son domaine d’utilisation
aussi les concepts de base du la GPS et du réseau GSM/GPRS utilisé pour la localisation.
Ainsi, un bref descriptif des notions de bases du réseau GSM et du réseau GPRS, ensuite les
serveurs informatiques et leurs classements, et enfin les protocoles de communications.

31
ISET Radés Master Mécatronique

CHAPITRE 3 :

Conception de système

32
ISET Radés Master Mécatronique

I. Introduction :
Pour la réalisation de notre système final, la phase de l’étude matériels et logiciels va mieux
expliquer la mise en place de projet. Dans un premier temps, nous allons présenter
l’architecture générale de notre solution. Ensuite, on décrira la phase d’étude des besoins
matériels à partir de l’architecture de la partie hardware. Et vers la fin de ce chapitre, nous
allons détailler les technologies de développement qui nous ont permis la réalisation de la
partie software.

II. Conception globale :


L'architecture générale du système à développer est décrite par la figure suivante

Figure 24: Architecture générale du système

33
ISET Radés Master Mécatronique

L’architecture du système qu’on est en train de la développer est fondée essentiellement sur la
technologie IoT.

En effet le principe de l’IoT consiste à diviser l’application en 4 parties, qui communiquent


entre eux pour relier le monde des objets au monde virtuel des réseaux.

 Partie hardware: La carte et l’antenne GPS qui détecte la valeur de position


(Latitude et Longitude) dans notre cas on a une carte Arduino Méga, un
module GPRS SIM808 une antenne GSM et une antenne GPS
 Partie de traitement et stockage des données: Généralement une base de
données pour stocker les informations dans notre cas c’est la base MySQL
Calcule de distance entre les trains et envoi d’alarme à l’aide de carte
centrale.
 Partie supervision: L’utilisateur bénéficie, d’une interface dédiée (page
web).
 Partie communication: Le protocole assurant l’envoi des données et le
serveur qui assure le lien entre la partie hardware et la partie de stockage
dans notre cas c’est le protocole http qui assurera le lien entre le serveur et
la base de données

Il peut alors consulter les positions en temps réel et utiliser les différentes fonctionnalités
prévues par la solution IoT et dans notre cas c’est notre application web et plus précisément la
page Maps qui affichera l’évolution des paramètres.

III. Etude technique :


Dans ce paragraphe on va décrire les composants matériels nécessaires pour la réalisation du
projet, leurs caractéristiques et leurs spécifications et on va ensuite parler des logiciels,
langages et protocoles de communication choisis.

1. Spécification des besoins matériels (partie hardware) :


Pour que le projet soit complet et répond correctement aux besoins, nous avons fait des
recherches sur le matériel nécessaire à l’implémentation de la solution.

Le groupe (µc + carte Gprs/Gsm) pour le train et la centrale se présente comme un système de
géolocalisation contenant les ressources suivantes : microcontrôleur, Wifi , GPS, GSM, GPRS.
Les choix technologiques des composants, les stratégies de contrôle de qualité et les règles de
conception des équipements sont des facteurs importants de maîtrise de la fiabilité de module.

34
ISET Radés Master Mécatronique

Afin d’identifier les besoins matériels nécessaires pour réaliser ce système, la spécification
des composants a été faite pour définir les capacités des éléments du module en considérant
les critères suivants :
 Contraintes de consommation
 Portée et Sensibilité
 Interface de communication
 Exploitabilité des modules
 Qualité et Coût
 Contraintes de programmation (bibliothèques prédéfinies)
 Disponibilité sur le marché

a. Choix du Module GSM/GPRS/GPS :


On a choisir le module qui va être utilisés par la suite. Selon les critères suivants :

 Disponibilité sur le marché : trouver le distributeur du produit


 Prix : raisonnable
 Exploitabilité
 Antenne intégré
Le module SIM808 est un module GSM/GPRS quadri bande complet qui combine la
technologie GPS pour la navigation par satellite. La conception compacte qui a intégré le
GPRS et le GPS dans un package SMT permettra aux clients de gagner beaucoup de temps et
d'argent pour développer des applications compatibles GPS. Doté d'une interface standard et
d'une fonction GPS, il permet de suivre les actifs variables de manière transparente à
n'importe quel endroit et à tout moment avec une couverture de signal.

Figure 25 : module sim808

35
ISET Radés Master Mécatronique

Caractéristiques générales
 Quadri-bande 850/900/1800/1900MHz
 GPRS multi-slot classe 12/10
 Station mobile GPRS classe B
 Conforme GSM phase 2/2+
 Classe 4 (2 W @ 850/900MHz)
 Classe 1 (1 W @ 1800/1900MHz)
 Bluetooth : compatible avec 3.0+EDR
 Dimensions : 24*24*2.6mm
 Poids : 3,3 g
 Contrôle via les commandes AT (3GPP TS 27.007, 27.005 et commandes AT
améliorées SIMCOM)
 Plage de tension d'alimentation 3,4 ~ 4,4 V
 Basse consommation énergétique
 Température de fonctionnement : -40 ~ 85
Spécificités GPS
 Canaux du récepteur GPS : 22 suivi / 66 acquisition
 Grossier / Code d'acquisition : GPS L1
 Sensibilité de suivi : -165dBm
 Time-To-First-Fix : Démarrages à froid : 30s (typ.), Démarrages à chaud : 1s (typ.),
Démarrages à chaud : 28s (typ.)
 Précision de la position horizontale : <2,5 m CEP
 Taux de mise à jour : 5 Hz

b. Les cartes électroniques :


Le choix du microcontrôleur dépend d'une part des performances techniques attendues, mais
aussi de sa facilité de mise en œuvre. Notre application nécessite d’intégrer le module
sim808dont nos besoins sont les suivants :
• Nombre d’entrées/sorties programmables suffisants pour intégrer d’autres composants
• Une mémoire FLASH permet un effacement et une reprogrammation multiple du
circuit
• L’existence d’une mémoire EEPROM
• La documentation et l'assembleur sont largement disponibles sur les sites Web des
constructeurs.
36
ISET Radés Master Mécatronique

• L’existence des interfaces de communication


• La disponibilité sur le marché local
• La facilité de mise en œuvre.
• Le prix raisonnable.
• L’approvisionnement multi source.
Une étude comparative pour choisir la carte idéale pour le système dans le tableau ci-dessous:

Nom de la carte Arduino méga Raspberry Pi3 NodeMcu esp8266 STM32


processeur ATMEGA 2560 ARM Xtensa Lx6 Dual- 32bits ARM
CORTEX-A53 Core Cortex-M
RAM 8Ko 1 Go 64 Ko 258 ko
ROM 256 Ko MicroSD 32Go 96 Ko 2Mo
Wifi Non Oui Oui Non
E/S Digital 70 40 10 16
prix 70dt 210dt 65dt 120dt
Tableau 5 : tableau comparative

Vu les contraintes de mon projet on a choisi la carte Arduino méga (carte pour chaque train)
et une carte NodeMcuesp8266 (carte centrale) pour :
 la disponibilité et la fiabilité.
 la compatibilité avec toutes les cartes GPRS sim808.
 la disponibilité des bibliothèques et la facilites de modifications.
 facilité de codage.
 Un nombre de broches important, on peut brancher plusieurs capteurs et
modules.
Notre système embarqué à concevoir est basé essentiellement sur la carte Arduino méga
Je commence par une description détaillée de la carte Puis, je détaille tous les périphériques
nécessaires à la solution.
 La carte Arduino méga :

L’Arduino Méga est le modèle le plus puissant de la célèbre carte électronique, elle permet
d’effectuer un maximum d’actions tel qu’il est possible de se pencher sur les montages les
plus lourds et gourmands en code.
Alimentation
• Tension de fonctionnement : 5V
• Tension d’alimentation recommandée : 7-12V

37
ISET Radés Master Mécatronique

• Tension d’alimentation limite : 6-20V


Livrée avec deux régulateurs de tension, c'est-à-dire 5 V et 3,3 V, ce qui offre la possibilité
de réguler la tension selon les exigences, la puissance maximale qu'il peut tirer est de 50 mA.

Il y a trois façons d'alimenter la carte.

Vous pouvez soit utiliser un câble USB pour alimenter la carte et transférer le code vers la
carte, soit l'alimenter en utilisant Vin de la carte ou via la prise d'alimentation ou la pâte.

5 broches GND

Vin : C'est la tension d'entrée fournie à la carte qui varie de 7V à 20V. La tension fournie par
la prise d'alimentation est accessible via cette broche.

Entrées et sorties numériques : il y a 54 broches d'E/S numériques, certaines entres eux ont
des fonctions spécialisées :

PWM : 15 broches sont utilisées pour le PWM (modulation de largeur d'impulsion).

I2C : 2 broches supportent la communication de protocole I2C en utilisant la librairie Wire


20 (SDA) et 21 (SCL).

SPI : 4 broches supportent la communication SPI, 50 (MISO) 51 (MOSI) 52 (SCK) 53 (SS).

Communication série RXD et TXD : sont les broches série utilisées pour transmettre et
recevoir des données série. Il existe quatre combinaisons de ces broches série

Interruptions externes : Six broches sont utilisées pour créer des interruptions externes.

Ces broches produisent des interruptions de plusieurs manières, un front montant ou


descendant ou en modifiant la valeur des broches d'interruption.

LED : Il y a une LED incluse dans la carte connectée à la broche 13. La LED s’allume
lorsque la broche est au niveau HAUT.

Broches analogiques : 16 Broches de A0 jusqu’à A15, il est important de noter que toutes
ces broches analogiques peuvent être utilisées comme broches d'E/S numériques.

Reset : Cette broche est utilisée pour réinitialiser la carte. Le réglage de cette broche sur bas
réinitialisera la carte.

38
ISET Radés Master Mécatronique

-AREF : qui est une tension de référence pour les entrées analogiques (si différents de 5 v).

Figure 26:Architecture Arduino Mega

 NodeMcu esp8266 :

Module basé sur un ESP8266 cadencé à 80 MHz et exécutant le firmware open source
NodeMCU.
Ce microcontrôleur dispose d'une interface WiFi idéale pour les objets connectés. Des
connecteurs latéraux mâles et femelles permettent d'enficher le module sur une plaque de
montage rapide.
L'interface sans fil Wifi permet la création de point d'accès sans fil, l'hébergement d'un
serveur, la connexion à internet et le partage des données par exemple.
Le module se programme directement à partir de l'IDE Arduino (installation d'une extension
nécessaire) et nécessite un cordon microUSB (Son implantation le rend compatible avec les
plaques de connexions rapides.

Figure 27 : NodeMcu Esp8266

39
ISET Radés Master Mécatronique

2. Choix de serveur informatique :

a. Les Serveurs web


Un serveur Web est un serveur informatique qui utilise le protocole HTTP pour fournir les
données qui constituent les pages Web demandé par les utilisateurs avec des requêtes
transmises de leurs navigateurs. Le serveur web peut être un ordinateur ou un Appliance
dédié.
Un serveur web diffuse généralement des sites web.

 Principaux serveurs :

Apache (Linux/Unix) :
- opérationnel à grande échelle.
-open source, très stable.
-pages html, scripts CGI, pages PHP.
- peu de ressources matérielles, complexe à administrer.
MIIS(Windows) : - Microsoft Internet Information Server.
-pages html, pages asp.
- opérationnel a grand échelle, facile a installé et administrer.
-performances moyennes, grosse ressource matérielle.
Java Web Server (Unix/Linux/windows):
- pages html, pages JSP.
-serveur complet destiné aux entreprises, propriété de Sun.
Jakarta-Tomcat (Unix/Linux/windows):
-outil de développement open source.
-souvent associé à d’autres serveurs.

b. Raspberry Pi :
Le Raspberry Pi est un ordinateur a une taille de carte de crédit avec un processeur ARM
créée par des professeurs du département informatique de l'université de Cambridge dans le
cadre de la fondation Raspberry Pi.

La carte Raspberry Pi est la plus populaire en tant que moyen rapide et économique de mettre
un concept sur le marché.

40
ISET Radés Master Mécatronique

Caractéristiques :

Développeur Raspberry Pi Foundation

Fabricant Newark Corporation (en), RS Components (en), Farnell element14 (en)

Type Ordinateur à carte unique

Date de sortie 29 février 2012

Environnement Linux (Debian, Fedora et ArchLinux), RISC OS, Windows IOT

Système Linux (Raspbian, Pidora, et Arch Linux ARM gentoo), RISC OS,
d'exploitation FreeBSD, NetBSD, Windows 10 IoT (uniquement compatible avec le
Raspberry Pi 2B, 3B et 3B+), expérimental Windows 10 (arm édition)
Plan 9
Alimentation Micro-USB 5 V

Stockage Carte SD (A, B), Carte microSD (A+, B+, 2B, 3B et 3B+)

Processeur ARM Cortex-A53 64 bits quatre coeurs à 1,2 GHz

1 GB LPDDR2
RAM
Connexion sans fil Bluetooth 4.2, Wi-Fi Dual-band 2,4 et 5 GHz, 802.11b/g/n/ac

BUS SPI, I2C, série

Ports 4 ports USB 2.0/ 1 x GPIO 40 pin/HDMI / PORT ethernet 10/100 base
: RJ45

Tableau 6 : Fiche technique Raspberry

 Vu les contraintes de notre projet on a choisi la carte Raspberry PI pour sa


disponibilité et sa fiabilité, elle fonctionner automatiquement comme un serveur après
une exécution directe pour être compatibles avec n’importe quel réseau filaire ou sans-
fil en fournissant des programmes et des services et en surmontant tous les obstacles.
Nous allons également développer un site spécial et le lier à une base de données, en
utilisant différents programmes et langages de programmation.

3. Choix des logiciels et langages (partie software) :

a. Environnement de développement embarqué :

 Arduino IDE

C’est le logiciel qui permet de programmer les cartes Arduino et aussi d'autres cartes de
développement.
41
ISET Radés Master Mécatronique

J’ai choisi Arduino IDE pour se connecter avec la carte Arduino Méga et la carte ESP8266
pouvoir écrire et compiler des programmes.

Figure 28: Arduino IDE

 Langage C embarqué :

Parfaitement adapté pour l’implémentation des différents algorithmes et programme sur des
microcontrôleurs dans des équipements divers tels que les objets connectés.

Figure 29: logo C

b. Application web :

 PHP :
Le PHP est un langage informatique orienté objet utilisé pour produire un site web dynamique
avec un serveur HTTP, mais il peut fonctionner comme n'importe quel langage interprété de
façon locale.

Lorsqu’un utilisateur demande à consulter une page de site web, son navigateur envoie une
requête au serveur HTTP correspondant. Si la page est identifié comme un script PHP, le
serveur appelle l'interprète PHP qui va générer le code final de la page et la renvoie au serveur
HTTP, qui l'envoie finalement au client.
Il est courant aussi qu’il soit associé à une base de données tel que MySQL. Classiquement,
PHP ouvre une connexion au serveur de SGBD voulu, lui transmet des requêtes et en récupère
le résultat, avant de fermer la connexion.

42
ISET Radés Master Mécatronique

Figure 30: logo PHP

 HTML :
HTML est un langage de balises utilisé pour structurer et donner du sens au contenu web :
définir des paragraphes, des formulaires, titres et tables de données etc.
Tant que CSS est un langage de règles de style utilisé pour mettre en forme le contenu
HTML.

Figure 31:logo HTML et CSS

 Sublime Text3

Sublime Text intègre la plupart des fonctionnalités de base d'un éditeur de texte, dont
la coloration syntaxique personnalisable, l’auto complétion, un système de plugins…
L'éditeur propose cependant des fonctions plus avancées, dont4 :

 Minimap : prévisualisation de tout le fichier dans une barre latérale ;


 Sélection et édition dans plusieurs sections de code en parallèle ;
 Marque-page au sein même des fichiers ;
 Sauvegarde automatique ;
 Recherche et remplacement par expressions régulières ;
 Support des macros et de plugins en Python ;
 Personnalisation des raccourcis clavier.

43
ISET Radés Master Mécatronique

Le logiciel propose également d'importer des packages (pour ajouter des langages ou bien des
fonctionnalités de Sublime-Text). La version 3 du logiciel propose directement d'installer
Package Control pour ajouter certains thèmes etc.

Figure 32: logo sublime text3

c. Serveur et gestion de bases de données (SGBD):

 LampServer :

LAMP est un acronyme pour Linux, Apache, MySQL, PHP. C'est une pile logicielle
comprenant le système d'exploitation, un serveur HTTP, un système de gestion de bases
de données et un langage de programmation interprété, et qui permet de mettre en place
un serveur web.

 Linux : le système d'exploitation, on peut déployer la pile LAMP sur la plupart des
distributions GNU/Linux ;
 Apache : le serveur HTTP, il permet au serveur de communiquer avec le navigateur en
utilisant le protocole HTTP(S) ;
 MySQL : il s'agit d'un serveur de bases de données. Il sert à stocker, à manipuler et à
accéder à des listes de données organisées en tableaux. Ce service peut être fournit par
le logiciel MySQL ou par MariaDB (fork plus ouvert, plus performant, et 100%
compatible MySQL).
 PHP : PHP est un langage de programmation interprété qui permet de générer du
contenu web dynamiquement. Il s'agit la plupart du temps de pages HTML).

44
ISET Radés Master Mécatronique

Figure 33: Lamp Server

Une fois le langage et le Framework ont été choisis, la base de données à utiliser a devrait être
adéquate et performante. Toujours dans l’optique d’une optimisation de l’outil, il faut choisir
le système de gestion de bases de données le plus efficace possible.
 MySQL :
Est un système de Gestion de Bases de Données (SGBD) qui fonctionne sous linux et
Windows. C‟est un logiciel libre sous licence GPL, performant de point de vue stockage
de données volumineuses.
MySQL est un serveur de bases de données relationnelles SQL développé dans un
souci de performances élevées en lecture, ce qui signifie qu'il est davantage orienté vers le
service de données déjà en place que vers celui de mises à jour fréquentes et fortement
sécurisées.

Figure 34:logo MysqL

Pour administrer les bases des données MySQL, on va utiliser la partie phpMyAdmin:

 phpMyAdmin (PMA) :

Est une application Web de gestion pour les systèmes de gestion de base de données
MySQL et MariaDB, réalisée principalement en PHP et distribuée sous licence GNU
GPL.

45
ISET Radés Master Mécatronique

Figure 35:logo phpMyAdmin

4. Choix des technologies de communication IoT :

a. Protocole http :
L’émission d'un document par un serveur HTTP vers un client Web se passe de la façon
suivante :

Figure 36: protocole http

- Le client effectue une connexion TCP sur le port HTTP du serveur cible, le serveur accepte
la connexion
- Le client émet sa requête, il s’agit d'une ligne de texte Termine par les caractères CR
(Carrige Return) et LF (Line Feed). Le corps d'une requête est composé de la commande GET
suivie d'un espace et de 1'adresse du document souhaite ;
- Le serveur expédie le document demande, c'est un fichier HTLM ;
- Le serveur coupe la connexion, elle matérialise aussi la fin du document.

IV. Conclusion
Au cours de ce chapitre, on a défini l’environnement du travail matériel et logiciel avec lequel
on a réalisé le prototype.
Cette étude est nécessaire à la phase suivante, la réalisation de prototype.

46
ISET Radés Master Mécatronique

47
ISET Radés Master Mécatronique

48

Vous aimerez peut-être aussi