Vous êtes sur la page 1sur 6

CHAPITRE 6 :

LES CHOIX INTERTEMPORELS

1. Les choix intertemporels

à Situations de choix intertemporel


• Décision d’investir (entreprise), d’épargner ou d’emprunter (individu).
• Choix collectifs. Comment tenir compte :
- Du futur,
- Des générations futures.
• Déterminants psychologiques.

à Ingrédients du choix intertemporel


1. Préférence(s)… pour le présent.
2. Contrainte budgétaire… intertemporelle.
3. Assemblage des deux : Le choix !

à The Marshmallow Test


https://www.youtube.com/watch?v=QX_oy9614HQ

à Présent, future et impatience


• Aujourd’hui (période 1) et dans un an (période 2).
• Préférons-nous consommer 100€ tout de suite ou 100€ dans un an ? (Aucune certitude)
• Préférons-nous consommer 100€ tout de suite ou 1 000€ dans un an ?

• Il existe (sans doute) un pourcentage 𝑟 qui nous rend indifférent entre 100 aujourd’hui et
100 × (1 + 𝑟) dans un an.

• Cette valeur de 𝑟 quantifie un taux de préférence pour le présent.


- Par exemple : 𝑟 = 20% = 0.2
- Quel type d’individu correspond à 𝑟 = 0, ou à 𝑟 très grand, etc… ?
• Très patient : 𝑟 faible.
• Très impatient : 𝑟 élevé.

à Taux marginal de substitution intertemporel


• Combien de consommation demain suis-je prêt à sacrifier pour consommer aujourd’hui ?
• 1 + 𝑟 est taux marginal de substitution intertemporel (entre la consommation
aujourd’hui et la consommation demain.)

• Soit U une fonction d’utilité caractérisant le choix de consommation entre le présent et le


futur.
• Appelons C! la consommation présente et C" la consommation future :
U (C! , C" ) = C! + δC"
• δ est un facteur d’escompte (psychologique), inférieur ou égal à 1.
à Fonction d’utilité intertemporelle
• Dérivées de la fonction d’utilité intertemporelle :
- La dérivée de U par rapport à C! est l’utilité marginale de la consommation présente.
Elle vaut 1.
- La dérivée de U par rapport à C" est l’utilité marginale de la consommation future. Elle
vaut δ.

#$/#& !
• TMS = 1 + 𝑟 = #$/#&! = ' ≥ 1
"
• Cela représente la valeur de la consommation présente par rapport à la consommation
future pour l’individu.

!
δ = !() est-il constant pour un individu ?
- Si C! est faible, je vais être très impatient.
- Si C! est élevée, je vais être plus patient.
• Avait-on la bonne représentation de l’utilité intertemporelle ?

• Représentation plus fine :


U (C! , C" ) = v(C! ) + δ. v(C" )
• La fonction v(.) décrit l’utilité instantanée (ou félicite).
• v(.) est croissante et concave :
- Plus de consommation accroît l’utilité ;
- Mais de moins en moins vite…

#$/#& *+(- )
• TMS = #$/#&! = '*+(-! )
" "
• Cela représente toujours la valeur de la consommation présente par rapport à la
consommation future pour l’individu.
• Mais peut varier avec la consommation. Notamment si C! est faible, v’ est élevé donc le
TMS est élevé.
à Contrainte budgétaire intertemporelle
• Revenus :
- 𝑅! en période 1,
- 𝑅" en période 2.
• Choix en période 1 : Consommer, épargner ou emprunter (pour consommer plus que 𝑅! ).
• 𝐶! = 𝑅! – 𝐸 avec 𝐸 > 0 si j’épargne et 𝐸 < 0 si j’emprunte.
• 𝐸= 𝑅! − 𝐶! .

• Marché financier :
• Si j’emprunte 100 aujourd’hui, je dois rembourser dans un an :
- 100 de capital et 100 x i en intérêts donc 100(1+i).
• Si j’épargne 100 aujourd’hui, j’aurais dans un an :
- 100 de capital et 100 x i en intérêts donc 100(1+i).
• Hypothèse de marchés parfaits : Le taux d’intérêt i est identique pour l’épargne et
l’emprunt.

• La consommation en période 2 est (au plus) égale :


- Au revenu en période 2 ;
- Moins le remboursement des intérêts et du capital (si emprunt) ;
- Plus le montant de l’épargne et des intérêts (si épargne).
• Choix en période 2 : consommer.
• 𝐶" ≤ 𝑅" + 𝐸(1 + 𝑖) avec 𝐸 > 0 si j’avais épargné et 𝐸 < 0 si j’avais emprunté.

• L’épargne E lie les quantités consommées au cours de deux périodes.


- 𝐶! = 𝑅! − 𝐸
- 𝐶" ≤ 𝑅" + 𝐸(1 + 𝑖)
• D’où, la contrainte budgétaire intertemporelle :
𝐶" ≤ 𝑅" + (𝑅! − 𝐶! )(1 + 𝑖)
- Droite de pente −(1 + 𝑖) dans le plan (𝐶! , 𝐶" ) où 1 + 𝑖 = prix relatif de la consommation
aujourd’hui = cout d’opportunité de consommer aujourd’hui.
- Consommation maximale dans un an ?
Si 𝐶! = 0, 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝐶" = 𝑅! (1 + 𝑖) + 𝑅"
(valeur future des revenus)
- Consommation maximale aujourd’hui ?
Si 𝐶" = 0, 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝐶! = 𝑅! + 𝑅" /(1 + 𝑖)
(valeur actualisée des revenus)
à Le choix de consommation intertemporel
• Nous avons :
- Des préférences,
- Une contrainte.
• L’agent va chercher à maximiser sa satisfaction tout en respectant sa contrainte
budgétaire intertemporelle.

• Condition du premier ordre :


Prix relatif (qui dépend du marché)
=
TMS (qui dépend des préférences)
• Ici : 1 + 𝑖 = 1 + 𝑟
• L’individu choisit sa consommation de telle sorte que le taux d’intérêt soit égal à son taux
de préférence pour le présent.

à Changements du taux d’intérêt


• Lorsque le taux d’intérêt change :
1. Le prix relatif de la consommation future et de la consommation présente est modifiée.
- Si le taux d’intérêt diminue, la consommation présente devient relativement moins
chère.
2. Le « revenu » de l’agent est modifié́.
- Si le taux d’intérêt diminue, emprunter devient moins couteux et épargner rapporte
moins.
• L’effet « total » peut être ambigu.

Pour l’agent initialement épargnant, la hausse du taux d’intérêt améliore la satisfaction. L’effet sur
l’épargne est ambigu.
à Généralisation à plus de deux périodes
• Sur plus de deux périodes :
𝑈(𝐶! , 𝐶" , 𝐶/ , … ) = 𝐶! + 𝛿𝐶" + 𝛿 " 𝐶/ + ⋯
• Exemple : 𝛿 = 0,95
- Consommation aujourd’hui : 1
- Consommation dans un an : 𝛿 = 0,95
- Consommation dans deux ans : 𝛿 " = 0,903
-…
- Dans 20 ans : δ"0 = 0,36
- Dans 50 ans : δ10 = 0,077
- Décroissance exponentielle !
• Ces chiffres reflètent des TMS entre la consommation future et la consommation présente.

• Le TMS de l’utilité entre deux périodes consécutives est 𝛿, quelle que soit la date.
• Cela produit implicitement de la cohérence temporelle : ce qui a été décidé aujourd’hui
pour après-demain sera toujours optimal vu de demain.

• Planification sur trois périodes :


- Sortir vendredi soir (1), travailler 8h samedi (2) et se reposer dimanche (3).
• Le plan définit aujourd’hui sera-t-il toujours optimal samedi ?
- La théorie dit que oui car la comparaison entre demain et après-demain est
« invariante dans le temps ».

2. L’incohérence temporelle

à La procrastination
• En réalité, on est généralement plus impatient pour aujourd’hui que pour les autres
périodes futures.
- Préférences ne sont plus exponentielles.
• Inverse de la cohérence :
La procrastination.
- Planifier un travail mais le remettre à demain ;
- Répéter l’action, etc.

• U(C! , C" … ) = 𝛄. v(C! ) + δ. v(C" ) + δ" . v(C/ ) + ⋯


- Avec 𝛄 > 1 le taux de procrastination.
* #(%& )
- À la période 1, le TMS entre la période 2 et la période 3 est : 𝛿 *+(&
")
"
• U(C" , C/ … ) = 𝛄. v(C" ) + δ. v(C/ ) + δ . v(C2 ) + ⋯
' * #(%& )
- À la période 2, le TMS entre la période 2 et la période 3 est de : 𝜸 *+(&
")

à Ulysse et les sirènes


• À quai (1), Ulysse aimerait entendre les sirènes sans les suivre.
• Il sait qu’en mer (2), il changera d’avis et les suivra.
• Que faire ?

• Technologie de "commitment".
- Se lier les mains : S’attacher au mât.
- Refuser d’avoir l’information : Se boucher les oreilles.
à Autres Exemples
- Arbitrage de court-terme entre inflation et croissance.
- Cohérence de choix : Ne pas injecter trop de liquidités.
- Gouvernements : Incohérents.
- D’où l’idée d’une banque centrale indépendante.

• Épargne individuelle :
- Tentation d’utiliser son épargne tout de suite pour un achat « coup de cœur » futile.
- Cohérence des choix : Ne pas le faire car l’épargne « manquera » plus tard.
- Individus : Impulsifs, myopes, impatients.
- D’où l’idée de pénalités pour retrait anticipé de l’épargne.

• Biens addictifs (alcool, cigarette, drogue) :


- Tentation « d’essayer » ou de consommer « une fois » et d’arrêter (pour ne pas tomber
dans l’addiction).
- Individus : impulsifs, myopes, impatients.
- D’où l’idée de ne pas essayer.

3. Conclusion

• Mécanismes similaires au choix entre biens de consommation.


• Importance du poids accordé au futur.

à Concepts clés du chapitre


• Préférences intertemporelles.
• Facteur d’escompte psychologique et taux de préférence pour le présent.
• Contrainte de budget intertemporelle.
• Choix intertemporel optimal.
• Valeur actualisée des revenus.
• Incohérence intertemporelle.

Vous aimerez peut-être aussi