Vous êtes sur la page 1sur 17

DEVOIR DE DYNAMIQUE DES OUVRAGES

Année 2012

Etude du comportement sismique


d’une structure portuaire
LIVRABLE II – Note de calculs

A RENDRE le 12 Juin 2012 pendant la journée pédagogique

PREAMBULE
L’objectif du deuxième livrable du devoir est la réalisation des calculs pour l’évaluation de la stabilité
sismique des piles et du tablier constituant la structure portuaire étudiée.

Pour les besoins du deuxième livrable, on rappelle le contexte du devoir et on uniformise les hypothèses et
la méthodologie à retenir pour le calcul de la structure. Par ailleurs, on fournit les paramètres nécessaires
pour la mise en œuvre des méthodes de calcul retenues. Votre rôle est de mener les calculs et de répondre
à des questions particulières qui portent sur le comportement sismique de l’ouvrage.

Le deuxième livrable est dû à la journée pédagogique qui aura lieu le 8 juin 2012. La soumission du
livrable sera accompagnée d’un examen oral sur les questions du devoir.

Vous devez conserver les mêmes équipes que pour le livrable I.


DESCRIPTION DE L’OUVRAGE
On s’intéresse au comportement sismique de l’épi présenté sur la Figure 1 (vue en plan). Cette structure
portuaire sert pour l’approvisionnement de grands bateaux qui accostent au droit de différentes piles de
l’ouvrage. Des véhicules peuvent circuler le long de l’épi.

Il s’agit d’un ouvrage de 270m de longueur, constitué de 7 piles et 6 travées plus une travée de
raccordement à la jetée sud. Chaque travée entre piles est constituée de deux poutres mixtes (acier – béton
armé) supportant un plancher en béton. Les poutres s’appuient sur les piles par l’intermédiaire d’appuis en
élastomère fretté. Chaque travée est considérée simplement appuyée (articulée) au niveau de ces
extrémités. La Figure 2 présente des plans et des coupes représentatives de la travée TR2.

Chaque pile est formée d’un caisson préfabriqué en 2 opérations. Une première phase de bétonnage des
parois est réalisée sur une hauteur de 10.5m à 13.5m. Les caissons sont transportés par flottaison jusqu’à
leur emplacement où ils sont échoués sur une plateforme de 0.25m à 1.00m d’épaisseur constituée de
granulats. Les caissons sont remplis d’un remblai pierreux. La deuxième opération de bétonnage a lieu
après l’échouage des caissons afin de réaliser les sommiers d’appui des poutres et leurs couronnements.
Une élévation schématique des piles est donnée sur la Figure 3.

Les reconnaissances post-sismiques pour les ouvrages de ce type révèlent qu’il peut y avoir plusieurs
modes de défaillance dont les trois suivants qui vont nous intéresser dans le cadre de l’étude :

a) Du fait qu’il s’agit d’ouvrages massifs qui sont fondés sur des formations sous-marines (ces
formations ont souvent de propriétés mécaniques faibles), l’augmentation des efforts exercés au
niveau de la base des piles peut conduire à la perte de portance dans les sols de fondations et à une
perte de stabilité globale des piles.

b) La présence des appuis néoprènes a un effet d’isolation pour la vibration horizontale du tablier. En
particulier, la fréquence propre du système tablier + appuis néoprènes dans la direction
horizontale est beaucoup plus faible que les fréquences propres de la pile sur son support. En
revanche, dans la direction verticale, il est possible que les caractéristiques modales du caisson
coïncident avec les caractéristiques du système tablier + appuis néoprènes et que cette situation
conduise à une résonance dans la direction verticale au niveau du tablier.

c) Par ailleurs, il est possible qu’une liquéfaction se produise dans les sols porteurs. Dans ce cas, le
sol perd brusquement sa résistance et des déplacements excessifs peuvent avoir lieu à la base des
caissons. Ces déplacements peuvent avoir un effet dommageable sur la superstructure de
l’ouvrage et en particulier sur le tablier supporté par les caissons.

Trois aspects fondamentaux concernant la stabilité sismique de l’ouvrage doivent être traités :

1. L’évaluation de la stabilité globale des caissons sous sollicitation sismique

2. La réponse du tablier sous une excitation harmonique verticale, imposée au niveau de ses
supports.

3. La réponse dynamique du tablier suite à un tassement brutal dans une des piles à cause de
liquéfaction dans les sols porteurs.

La question 1 est traitée dans la partie I du livrable. Les questions 2 et 3 sont traitées dans la partie II du
livrable.
1. PREMIERE PARTIE : STABILITE DE LA PILE
1.1 DONNEES

1.1.1 DONNEES SISMIQUES

Le séisme de dimensionnement de l’ouvrage dans la direction horizontale est caractérisé par le spectre de
réponse tracé sur la Figure 4 pour quatre valeurs d’amortissements : 5%, 7%, 10% et 20%. Les valeurs du
spectre de réponse sont tabulées dans le Tableau 1.

L’accélération maximale du sol est égale à 0.16g. Le spectre de réponse pour le mouvement sismique
vertical est le même qu’en horizontal, calé à 2/3.

1.1.2 DONNEES GEOTECHNIQUES ET PIEZOMETRIQUES

Les piles constituant l’ouvrage sont fondées sur un profil géotechnique qui comporte les couches
suivantes :

- Une couche de sable dont l’épaisseur moyenne est 8.5m


- Le substratum rencontré à la cote -19.5m CM.

Les calculs sont menés avec les paramètres suivants :

Couche de sable :

- Vitesse des ondes de cisaillement : 𝑉S = 300m/s


- Coefficient de Poisson : 𝜈 = 0.35
- Masse volumique : 𝜌 = 0.0019kt/m3

Substratum rocheux :

- Vitesse des ondes de cisaillement : 𝑉S = 800m/s


- Coefficient de Poisson 𝜈 = 0.3
- Masse volumique 𝜌 = 0.0022kt/m3.

Les calculs de la stabilité sismique sont effectués en considérant que le niveau d’eau est à la cote +6.4CM
(Cote Marine).

1.1.3 DONNEES SUR L’OUVRAGE

Dans la suite on va s’intéresser au comportement de la pile 3 (cf. Figure 1). Les caractéristiques
géométriques et le niveau de fondation de la pile 3 sont les suivants :

- Longueur 2𝐵 = 9.2m
- Largeur 2𝐿 = 15.4m
- Hauteur ℎ = 19.5
- Niveau de fondation : -13CM
1.2 MODELISATION DE LA PILE – FORMULATION DE L’EQUATION D’EQUILIBRE

L’objectif dans cette première partie du devoir est l’évaluation de la stabilité sismique la pile 3 et
l’évaluation de la distorsion dans les appuis néoprènes du tablier. On va s’intéresser à la réponse de la pile
dans le plan 𝑦𝑧 uniquement (direction transversale de l’ouvrage).

Pour atteindre ces objectifs, chaque pile ainsi que la partie du tablier qu’elle supporte peut être
schématisée comme présenté sur la Figure 5.

Le caisson est réduit à un point, confondu avec le centre de gravité du caisson (point D sur la Figure 5). En
ce point, on affecte la masse du caisson 𝑚𝑝 et son inertie massique en rotation 𝐽𝑝 . Ce point possède les
trois degrés de liberté dans le plan de la sollicitation : translation horizontale 𝑢𝑝 , translation verticale 𝑣𝑝 et
rotation 𝜃𝑝 . Ce point est connecté rigidement avec les points E et C. Le point C est confondu avec le
centre géométrique des appuis néoprènes.

Le point E est confondu avec le centre géométrique de la base du caisson. On affecte entre ce point et le
point F qui est encastré et subit le mouvement sismique (composante horizontale 𝑢̈ 𝑔 , composante verticale
𝑣̈𝑔 ) des ressorts et des amortisseurs équivalents, qui représentent l’impédance dynamique du caisson. On
désigne par 𝐊𝑓 la partie réelle de la matrice d’impédance et par 𝜔𝐂𝑓 la partie imaginaire. Dans la suite, on
ne retient que les termes diagonaux de la matrice d’impédance.

Dans le même esprit, le tablier est réduit à un point, confondu avec le centre de gravité de celui-ci (point A
sur la Figure 4). En ce point, on affecte la masse du tablier 𝑚𝑡 et son inertie massique en rotation 𝐽𝑡 . Ce
point possède également trois degrés de liberté : translation horizontale 𝑢𝑡 , translation verticale 𝑣𝑡 et
rotation 𝜃𝑡 dans le plan de la sollicitation. Ce point est rigidement lié au point B, qui est confondu avec le
centre géométrique des appuis néoprènes. Entre les points C et B, on affecte des ressorts et des
amortisseurs représentant la rigidité et l’amortissement des appuis néoprènes, désignés par 𝐊 𝑛𝑝 et 𝐂𝑛𝑝 .

On note que les points D et A peuvent être excentrés par rapport à la verticale qui passe par le centre
géométrique de la base du caisson et des appuis néoprènes. On désigne par 𝑥𝑝 et 𝑥𝑡 les excentricités
éventuelles du caisson et du tablier.

Le modèle possède six degrés de liberté, qui peuvent être assemblés dans le vecteur :

𝐮𝑇 = �𝑢𝑝 , 𝑣𝑝 , 𝜃𝑝 , 𝑢𝑡 , 𝑣𝑡 , 𝜃𝑡 �

L’indice 𝑡 désigne le tablier et l’indice 𝑝 désigne la pile.

Les quantités scalaires, nécessaires pour la définition de l’équation d’équilibre dynamique du système
sont :

- 𝑢̈ 𝑔 : sollicitation sismique dans la direction horizontale (cf. spectre de réponse horizontal)


- 𝑣̈𝑔 : sollicitation sismique dans la direction verticale (cf. spectre de réponse vertical)
- 𝑚𝑝 : masse de la pile
- 𝐽𝑝 : inertie massique en rotation de la pile
- 𝑚𝑡 : masse du tablier
- 𝐽𝑡 : inertie massique en rotation du tablier
- 𝐾𝑓ℎ : ressort équivalent de sol – translation horizontale
- 𝐾𝑓𝑣 : ressort équivalent de sol – translation verticale
- 𝐾𝑓𝜃 : ressort équivalent de sol – pivotement de la pile
- 𝐶𝑓ℎ : amortisseur équivalent de sol – translation horizontale
- 𝐶𝑓𝑣 : amortisseur équivalent de sol – translation verticale
- 𝐶𝑓𝜃 : amortisseur équivalent de sol – pivotement de la pile
- 𝐾𝑛𝑝ℎ : rigidité de néoprènes – direction horizontale
- 𝐾𝑛𝑝𝑣 : rigidité de néoprènes – direction verticale
- 𝐾𝑛𝑝𝜃 : rigidité de néoprènes – rotation du tablier
- 𝐶𝑛𝑝ℎ : amortissement de néoprènes – direction horizontale
- 𝐶𝑛𝑝𝑣 : amortissement de néoprènes – direction verticale
- 𝐶𝑛𝑝𝜃 : amortissement de néoprènes – rotation du tablier
- ℎ𝑝 : hauteur du centre de gravité de la pile depuis la base de la pile
- ℎ : hauteur totale de la pile
- ℎ𝑡 : hauteur du centre de gravité du tablier depuis les appuis néoprènes
- 𝑥𝑝 : excentricité du centre de gravité de la pile par rapport à la verticale (cf. Figure 5)
- 𝑥𝑡 : excentricité du centre de gravité du tablier par rapport à la verticale (cf. Figure 5)

Pour la mise en équation et le traitement de ce système mécanique, on se place dans le cadre de petits
déplacements et de petites rotations en admettant toutes les hypothèses qui permettent d’aboutir à la
linéarisation des équations du mouvement. Le comportement des matériaux est dans tous les cas la
viscoélasticité linéaire.

QUESTION 1
- Ecrire l’équation d’équilibre dynamique du système présenté sur la Figure 5, en considérant que
𝑥𝑝 = 0 et 𝑥𝑡 = 0. Vous pouvez travailler avec les méthodes de formulation de l’équation
d’équilibre présentées dans la première partie du cours (méthode des équations de Lagrange,
Principe de puissances virtuelles, formulation directe)

- En particulier, calculer la matrice de masse 𝐌, la matrice de rigidité 𝐊 et la matrice


d’amortissement 𝐂 qui caractérisent le système ainsi que le vecteur de sollicitation extérieure 𝐩

- Montrer que les degrés de liberté en translation verticale sont découplés des autres degrés de
liberté et conclure que la translation verticale peut être traitée indépendamment de la
translation horizontale et de la rotation, qui restent couplées.

QUESTION 2. Calculer la matrice de masse 𝐌, la matrice de rigidité 𝐊 et la matrice d’amortissement 𝐂


dans le cas général 𝑥𝑝 ≠ 0 et 𝑥𝑡 ≠ 0. Quels sont les couplages parmi les degrés de liberté dans ce cas ?

1.3 REPONSE SISMIQUE DE LA PILE – DIRECTION HORIZONTALE

On se place désormais dans le cas spécial 𝑥𝑝 = 0 et 𝑥𝑡 = 0. On peut alors décomposer le problème global
en deux problèmes plus petits en exploitant le découplage des degrés de liberté. De plus, grâce aux faibles
dimensions du tablier par rapport au caisson, on va négliger le pivotement du tablier et son inertie
massique en rotation 𝐽𝑡 .

QUESTION 3. Expliciter l’équation d’équilibre dynamique du système dans la direction horizontale, en


considérant que 𝑥𝑝 = 0 et 𝑥𝑡 = 0 et en négligeant la rotation du tablier.
1.3.1 PARAMETRES DE MASSE

Chaque pile est constituée d’un caisson rempli d’un matériau pierreux de masse volumique 𝜌𝑟 . Les parois
du caisson sont en béton armé dont la masse volumique est 𝜌𝑏 . On va supposer que la pierraille représente
90% du volume du remblai et le béton 10% et que :

- 𝜌𝑟 = 0.0022 kt/m3
- 𝜌𝑏 = 0.0025 kt/m3

Par ailleurs, les piles sont immergées dans l’eau : il faut alors calculer la masse ajoutée 𝑚
� décrivant l’effet
de vibration horizontale de la pile dans le fluide. La masse ajoutée pour une vibration dans la direction
horizontale vaut :

𝑙 2
𝑚
� = 𝑘𝜌𝑤 ℎ𝑤 𝜋 � �
2

où 𝜌𝑤 , la masse volumique de l’eau saline prise égale à 0.00103kt/m3, ℎ𝑤 la hauteur de pile immergée
dans l’eau et 𝑙, la dimension perpendiculaire à la direction de sollicitation. Le coefficient adimensionnel 𝑘
dépend des dimensions de la section et peut être calculé selon l’Eurocode 8 - Partie 2 à partir des valeurs
données dans le Tableau suivant. Pour des valeurs intermédiaires du rapport b/l, le coefficient k est calculé
par interpolation linéaire.

𝑏/𝑙 0.10 0.20 0.50 1.00 2.00 5.00 10.0

𝑘 2.23 1.98 1.70 1.51 1.36 1.21 1.14

L’inertie massique en rotation 𝐽𝑝 de chaque pile peut être calculée en première approximation, en
supposant une répartition de masse uniforme dans la pile.

Concernant la masse du tablier, on connaît que le tablier est constitué de deux poutres identiques (le
plancher béton est aussi divisé en deux parties). Les poids propres des deux parties identiques sont
résumés ci-dessous :

- Poids propre poutre principale : 0.502 t/ml/poutre


- Poids propre métal réparti : 0.180t/ml/poutre
- Poids propre plancher béton : 3.205 t/ml/poutre
- Poids propre superstructure : 1.85 t/ml/poutre.

On suppose que la pile 3 supporte 22.96m de tablier, c’est-à-dire la moitié de la travée TR2 et la moitié la
travée TR3. Pour les calculs sismiques, on va cumuler une surcharge de 10kN/m² uniforme sur le tablier
avec la masse du tablier. La largeur totale du tablier est 9.54m

QUESTION 4. Calculer les paramètres de masse nécessaires pour évaluer la réponse du système dans la
direction horizontale.
1.3.2 PARAMETRES DE RIGIDITE

Les impédances dynamiques des piles peuvent être calculées au moyen de formules analytiques
disponibles dans la littérature scientifique1. Les formules comportent les paramètres suivants :

- 𝐵 : moitié de la petite dimension de la base du caisson


- 𝐿 : moitié de la grande dimension de la base du caisson
- 𝐻 : hauteur entre base du caisson et le toit du rocher
- 𝐺 : module de cisaillement de la couche de sable
- 𝜈 : coefficient de Poisson de la couche de sable

Translation verticale – Partie réelle

2𝐺𝐿 𝐵 0.75 𝐵
𝐾𝑓𝑣 = �0.73 + 1.54 � � � �1 + 𝐵 � 𝑘𝑣 (𝜔)
1−𝜈 𝐿 𝐻�0.5+ �
𝐿

Le terme 𝑘𝑣 (𝜔) fournit la dépendance de l’impédance (en particulier, du terme 𝐾𝑓𝑣 ) par rapport à la
fréquence. Par simplicité, on prend 𝑘𝑣 (𝜔) = 1.

Translation horizontale – Partie réelle

8𝐺𝑅 𝑅
𝐾𝑓ℎ = �1 + 0.5 � 𝑘ℎ (𝜔)
2−𝜈 𝐻

4𝐵𝐿
avec 𝑅 = � et 𝑘ℎ (𝜔) = 1.
𝜋

Rotation – Partie réelle

8𝐺𝑅 3 𝑅
𝐾𝑓𝜃 = 3(1−𝜈) �1 + 0.17 � 𝑘𝜃 (𝜔)
𝐻

4 4𝐼
avec 𝑅 = � où 𝛪, le moment d’inertie de la base du caisson dans la direction d’excitation et 𝑘𝜃 (𝜔) = 1.
𝜋

Pour la rigidité des appuis néoprènes, on suppose que le tablier est supporté au niveau du sommet des
caissons par quatre appuis. La raideur d’un appui dans la direction horizontale est :
𝐴
𝑘𝑛𝑝ℎ = 𝐺𝑛𝑝
𝑒

Avec 𝐴 : la surface de l’appui prise égale à 0.36m² et 𝑒 l’épaisseur de l’élastomère fretté prise égale à
0.15m. Le module de cisaillement de l’élastomère est 𝐺𝑛𝑝 = 2.1MPa

La rigidité des appuis néoprènes dans la direction verticale est donnée par l’expression :

𝑘𝑛𝑝𝑣 = 𝐶 × 𝑘𝑛𝑝ℎ

1 nd
GAZETAS G (1991) – Foundation vibrations, in Foundation Engineering Handbook – 2 edition – Hsai Yang Fang Eds – Van
Nostrand Rheinhold (1991)
où 𝐶 un coefficient multiplicatif qui est typiquement égal à 2000.

QUESTION 5. Calculer les paramètres de rigidité nécessaires pour évaluer la réponse du système dans la
direction horizontale.

1.3.3 PARAMETRES D’AMORTISSEMENT

L’amortissement du système sera introduit de manière implicite par l’intermédiaire d’amortissements


modaux. On considérera 5% pour les modes du tablier et 10% pour les modes d’interaction sol-structure.

(On qualifie en tant que « modes du tablier » ceux qui mettent en évidence un déplacement modal plus
prononcé au niveau du tablier. De même, les modes d’interaction sol-structure mettent en évidence un
déplacement prononcé au niveau de la base du caisson).

1.3.4 PARAMETRES GEOMETRIQUES

Les calculs seront menés avec les paramètres géométriques suivants :

- ℎ𝑡 = 1.30m
- ℎ𝑝 = ℎ/2

1.3.5 ANALYSE MODALE SPECTRALE – DIRECTION HORIZONTALE

QUESTION 6.
- Effectuer l’analyse modale spectrale du système soumis à une sollicitation sismique selon la
direction 𝑦. La combinaison des modes sera effectuée avec la méthode SRSS.

- En particulier, donner les fréquences propres, les modes propres, les facteurs de participation et
les masses modales du système

- Calculer l’accélération et le déplacement maximaux développés dans la direction 𝑦 en tête de la


pile (point C)

- Calculer le déplacement relatif maximal entre les points C et B.

- Calculer les efforts sismiques maximaux qui s’exercent à la base de la pile (point F)

REPONSE SISMIQUE DE LA PILE – DIRECTION VERTICALE

QUESTION 7.
- Effectuer le même type d’analyse du système dans la direction verticale. En particulier, expliquer
quelles sont les différences dans la définition des matrices de masse et de rigidité par rapport à
l’analyse suivant la direction horizontale

- Trouver l’accélération et le déplacement maximaux dans la direction 𝑧 en tête de la pile et les


efforts sismiques maximaux à la base de la pile pour la sollicitation sismique selon la direction 𝑧.
2. DEUXIEME PARTIE : VIBRATION VERTICALE DU TABLIER

Concernant le comportement dynamique du tablier dans le cas d’un séisme, il a été précisé que le cas le
plus pénalisant correspond à la vibration verticale. On rappelle que la présence des appuis néoprènes, offre
un effet isolateur pour la vibration du tablier dans la direction horizontale.

On étudie alors le comportement dynamique de la travée TR2, supportée entre les piles P2 et P3. On
s’intéresse à deux types de chargement :

- Sollicitation harmonique au niveau des supports du tablier


- Tassement brutal au niveau d’un des deux supports du tablier

2.1 CARACTERISTIQUES MODALES – DIRECTION VERTICALE

La travée est assimilée à une poutre en flexion (poutre Euler – Bernoulli) simplement appuyée sur deux
ressorts verticaux comme présenté sur la Figure 6.

La poutre met en évidence une masse uniformément répartie 𝑚 � ainsi qu’une rigidité en flexion uniforme
𝐸𝐼 qui reste à être précisée. Des mesures non-destructibles sur la travée ont montré que la première
fréquence propre de la travée seule (c’est-à-dire en tant que poutre simplement appuyée et sans les deux
ressorts) dans la direction verticale est égale à 5.5Hz.

QUESTION 8.
- Ecrire les expressions des modes propres d’une poutre en flexion simplement appuyée et avec
un calcul inverse calculer la rigidité 𝐸𝐼 en flexion de la poutre

- Ecrire l’expression qui fournit les valeurs exactes des fréquences propres du système poutre –
ressorts (c’est-à-dire en tenant compte de la présence des ressorts). Calculer les trois premières
fréquences propres. Tracer les déformées modales qui correspondent aux trois premiers modes
propres.

2.2 SOLLICITATION SOUS FORCE HARMONIQUE A LA BASE

On étudie tout d’abord le comportement du tablier sous une excitation harmonique à la base de la forme :
𝑎0 sin𝜔𝑡, où 𝑎0 l’accélération verticale maximale en tête des caissons et 𝜔, la première fréquence propre
du système pile-tablier dans la direction verticale. Ces deux quantités ont été calculées dans la partie I du
devoir, voir Question 7.

Pour des raisons de simplicité, on suppose que cette excitation est imposée simultanément (et sans
différence de phase) au niveau de deux supports du tablier.

QUESTION 9.
- Calculer le moment maximal à mi travée pour l’excitation harmonique au niveau des deux
supports du caisson. Pour le calcul, il suffit de considérer le premier mode propre du système
travée-ressorts. L’amortissement modal est pris égal à 5%.
2.3 VIBRATION DU TABLIER DUE A TASSEMENT BRUTAL

Dans un deuxième temps, on étudie la vibration du tablier entrainée par un déplacement imposé au niveau
du support B. En particulier, on suppose que la liquéfaction générée dans les couches porteuses du
caisson, entraîne un tassement brutal de celui-ci, égal à 5cm. Il n’y a pas de rotation du caisson autour de
sa base, ni déplacement horizontal du caisson. On considère également que le support A reste immobile.

QUESTION 10.
- Calculer le moment maximal à mi travée pour un tassement brutal du support B égal à 5cm. Pour
le calcul, il suffit de considérer le premier mode propre du système travée-ressorts.
L’amortissement modal est pris égal à 5%.
TABLEAU 1 - SPECTRE DE REPONSE - SEISME MAJORE DE SECURITE

Composante Horizontale
FREQUENCE PERIODE 5% 7% 10% 20%
[Hz] [s] [m/s²] [m/s²] [m/s²] [m/s²]
INF 0.000 1.600 1.600 1.600 1.600
34.000 0.029 1.651 1.643 1.638 1.625
31.000 0.032 1.660 1.658 1.652 1.635
28.000 0.036 1.699 1.691 1.681 1.654
25.000 0.040 1.788 1.758 1.732 1.679
20.000 0.050 1.932 1.886 1.837 1.743
18.000 0.056 2.022 1.956 1.895 1.775
16.000 0.063 2.152 2.057 1.970 1.817
14.000 0.071 2.296 2.177 2.057 1.862
12.000 0.083 2.486 2.337 2.187 1.935
10.000 0.100 2.758 2.557 2.367 2.022
9.000 0.111 2.955 2.719 2.485 2.083
8.000 0.125 3.200 2.915 2.629 2.143
7.000 0.143 3.425 3.090 2.764 2.191
6.000 0.167 3.553 3.192 2.836 2.218
5.500 0.182 3.639 3.256 2.883 2.225
5.000 0.200 3.643 3.257 2.882 2.203
4.400 0.227 3.618 3.235 2.851 2.156
3.800 0.263 3.476 3.110 2.749 2.086
3.300 0.303 3.340 2.986 2.626 1.981
2.900 0.345 3.165 2.839 2.488 1.864
2.800 0.357 3.120 2.800 2.458 1.828
2.400 0.417 2.854 2.544 2.234 1.659
2.000 0.500 2.459 2.194 1.924 1.429
1.800 0.556 2.194 1.966 1.736 1.304
1.600 0.625 1.960 1.767 1.558 1.172
1.400 0.714 1.722 1.550 1.369 1.032
1.200 0.833 1.465 1.319 1.163 0.877
1.000 1.000 1.154 1.043 0.927 0.705
0.900 1.111 0.985 0.895 0.799 0.614
0.800 1.250 0.846 0.767 0.683 0.524
0.700 1.429 0.689 0.628 0.562 0.435
0.600 1.667 0.541 0.494 0.445 0.348
0.500 2.000 0.400 0.368 0.333 0.263
0.400 2.500 0.279 0.257 0.233 0.186
0.300 3.333 0.171 0.158 0.143 0.115
0.200 5.000 0.061 0.059 0.057 0.050
0.100 10.000 0.012 0.012 0.012 0.011
FIGURE 1 – VUE EN PLAN DE LA STRUCURE ETUDIEE

TR1 TR2 TR3 TR4 TR5 TR6

x
FIGURE 2 – PLANS DU TABLIER – TRAVEE TR2

COUPE BB
COUPE AA

Appuis
néoprènes

COUPE CC

VUE EN PLAN
FIGURE 3 – ELEVATION SCHEMATIQUE DE CHAQUE PILE

Tablier

+6.4CM

17.4m
CAISSON

z
-11CM
15.4m
D y
Couche de sable 8.5m
Couche de graviers H
-19.5CM

Substratum rocheux
FIGURE 4 – SPECTRE DE REPONSE – SEISME MAJORE DE SECURITE – COMPOSANTE HORIZONTALE
FIGURE 5 – MODELE MECANIQUE POUR L’ETUDE DE LA PILE 3

xt
A
mt , J t
ht z
B
C
K np , Cnp y
xp
D +
mp , J p v
h hp +θ
E
K f ,C f +
F u
u&&g
v&&g
FIGURE 6 – ETUDE DE LA VIBRATION VERTICALE DU TABLIER

a) Sollicitation harmonique

22,96m

2
, , = 5% 2
A B
Pile 2 Pile 3
sin sin

b) Tassement brutal du support

22,96m

2
, , = 5% 2
A B
Pile 2 Pile 3
5cm

Vous aimerez peut-être aussi