Vous êtes sur la page 1sur 62

UNIVERSITÉ SIDI MOHAMED BEN ABDELLAH

FACULTÉ DES SCIENCES Dhar El Mehraz

Cours d’algèbre 1

El Khalfaoui Rachida et Mouanis Hakima

Département de Mathématiques

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 1 / 62


Chapitre 2

LES POLYNÔMES

Dans tout ce chapitre K désigne R ou C

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 2 / 62


Notions générales sur les polynômes

Définitions et propriétés

Définition
Soit P une application de C dans C.
On dit que P est une fonction polynômiale (à coefficients dans C) ou P est un
I s’il existe des nombres a0 , a1 , ..., an ∈CI tels
polynôme (à coefficients dansC)
que
Xn
P= ak X k = a0 + a1 X + .... + an X n
k=0

avec X est l’application identité.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 3 / 62


Notions générales sur les polynômes

Définitions et propriétés

Définitions
n
X
Soit P = ak X k = a0 + a1 X + .... + an X n un polynôme.
k=0
1 a0 , a1 , ..., an sont appelés les coefficients de P.
2 ∀k = 0, ...n, ak est appelé le coefficient de P de degré k.
3 Si a0 , a1 , ..., an ∈ R on dit que P est un polynôme à coefficients réels.
4 Dans le cas général on dit que P est un polynôme à coefficients
complexes.
5 a0 est appelé le coefficient constant du polynôme P.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 4 / 62


Notions générales sur les polynômes

Définitions et propriétés

Propriétés
L’ensemble des polynômes à coefficients dans K est noté K [X ].
1 K ⊂ K [X ].
2 R[X ] ⊂ C[X ].

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 5 / 62


Notions générales sur les polynômes

Définitions et propriétés

Proposition
Soient P = a0 + a1 X + a2 X 2 + ... + an X n un polynôme à coefficients
a0 , a1 , ..., an dans C.
Alors pour tout z ∈ C,
n
X
P(z) = ak z k = a0 + a1 z + a2 z 2 + ... + an z n
k =0

est la valeur de P en z.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 6 / 62


Notions générales sur les polynômes

Définitions et propriétés

Définitions
n
X
Soit P = ak X k = a0 + a1 X + .... + an X n un polynôme à coefficients dans
k=0
K . Alors,
n
X
1 P̄ = ak X k = a0 + a1 X + ... + an X n ∈ K [X ].
k=0
n
X
2 ∀α ∈ K , αP = αak X k = αa0 + αa1 X + .... + αan X n ∈ K [X ].
k =0

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 7 / 62


Notions générales sur les polynômes

Définitions et propriétés

Définitions
n
X m
X
Soient P = ak X k ∈ K [X ] et Q = bk X k ∈ K [X ]. Alors,
k =0 k=0
1 P = Q ⇔ n = m et ai = bi pour tout i.
s
X
2 P +Q = (ak + bk )X k ∈ K [X ] avec s = max{n, m}.
k=0

Propriété
n
X
Soit P = ak X k ∈ K [X ].
k=0
1 P = 0 ⇔ ai = 0 ∀i ∈ {0, .., n}.
2 P ∈ IR [X ] ⇔ P = P̄ ⇔ ai = āi ∀i ∈ {0, .., n}.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 8 / 62


Notions générales sur les polynômes

Définitions et propriétés
Définition
n
X m
X
Soient P = ak X k ∈ K [X ] et Q = bk X k ∈ K [X ]. Alors,
k =0 k=0
n+m
X
PQ = ck X k ∈ K [X ] tel que ∀k ∈ {0, 1, ..., n + m}
k=0

X k
X k
X
ck = ai bj = ai bk−i = ak−i bi
i+j=k i=0 i=0

c’est à dire
c0 = a0 b0


 P1


 c1 = i=0 ai b1−i = a0 b1 + a1 b0
2
 P
c2 = i=0 ai b2−i = a0 b2 + a1 b1 + a2 b0


 ...



 ...
 Pn+m
cn+m = i=0 ai bn+m−i = an bm
Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 9 / 62
Le degré d’un polynôme

Le degré d’un polynôme

Définition
n
X
Soit P = ai X i 6= 0.
i=0
Le plus grand indice i tel que ai 6= 0, s’appelle le degré de P et noté d 0 (P) ou
d 0 P.
Si d 0 P = n,
1 an est appelé le coefficient du plus haut degré de P ou le coefficient
dominant de P.
2 Si an = 1 on dit que P est unitaire.
3 Par convention, d 0 0 = −∞.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 10 / 62


Le degré d’un polynôme

Le degré d’un polynôme

Proposition
Soit P et Q deux polynômes non nuls de K [X ].
1 d 0 (PQ) = d 0 P + d 0 Q.
2 d 0 (λP) = d 0 P, ∀λ ∈ K ? .
3 Si α est le coefficient dominant de P et β est le coefficient dominant de Q
alors αβ est le coefficient dominant de PQ.
En particulier, si P et Q sont unitaires alors PQ est unitaire.
4 d 0 (P + Q) ≤ max(d 0 P, d 0 Q).
Si d 0 P 6= d 0 Q alors d 0 (P + Q) = max(d 0 P, d 0 Q)

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 11 / 62


Le degré d’un polynôme

Le degré d’un polynôme

Exemples
1 Soient P = 1 + X 2 + X 3 et Q = 2 − X 4 .
On a P + Q = 3 + X 2 + X 3 − X 4 et

deg(P + Q) = 4 = max(degQ, degP) = degQ

.
2 Soient P = 1 + X 2 et Q = −X 2 .
On a P + Q = 1 et

deg(P + Q) = 0 < max(degQ, degP).

3 Soit P = X + 2X 5 et Q = X 5 .
On a P + Q = X + 3X 5 et

deg(P + Q) = 5 = max(degQ, degP).

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 12 / 62


Le degré d’un polynôme Les dérivées successives d’un polynôme

Les dérivées d’un polynôme


Proposition
0
La dérivée P d’un polynôme à coefficients dans K est un polynôme à
coefficients dans K :
Si
Xn
P= ak X k = a0 + a1 X + ... + an X n ∈ K [X ]
k =0

alors
n
0 X
P = kak X k−1 = a1 + 2a2 X + ... + nan X n−1 ∈ K [X ].
k=1

Corollaire
Toutes les dérivées successives d’un polynôme de K [X ] sont des polynômes
de K [X ] :

∀P ∈ K [X ] ∀k ∈ IN ; P (k) ∈ K [X ].

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 13 / 62


Le degré d’un polynôme Les dérivées successives d’un polynôme

Les dérivées d’un polynôme

Exemples
1 Soit P = 1 + 2X − iX 3 + X 4 . Alors,
0
• P = 2 − 3iX 2 + 4X 3
00
• P = −6iX + 12X 2
• P (3) = −6i + 24X
• P (4) = 24
• P (5) = 0
• ∀k ≥ 5, P (k ) = 0.
0
2 ∀a ∈ K , a = 0
3 Soit P = X . Alors,
0
• X =1
• ∀k ≥ 2, X (k ) = 0.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 14 / 62


Le degré d’un polynôme Les dérivées successives d’un polynôme

Les dérivées d’un polynôme

Propriété
n
X
Soit P = ai X i . ∀k ∈ IN on a :
i=0

n n−k

 P (k) = X i!ai X i−k = X (j + k)!aj+k X j

si k ≤ n
(i − k )! j! .
 (k) i=k
 j=0
P =0 si k > n

En particulier : P (n) = n!an .

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 15 / 62


La formule de Mac-laurin et ses conséquences

La formule de Mac-laurin et ces conséquences

Théorèmé(Formule de Mac-laurin)
n
X
Soit P = ak X k ∈ K [X ].
k=0
P (k ) (0)
Alors ∀k ∈ {0, ..., n}, ak = k! et on a la formule suivante :
n
X P (k) (0)
P = Xk
k! .
k =0
00
0 P (0) 2 P (n) (0) n
= P(0) + P (0)X + 2! X + ... + n! X

appelée la formule de Mac-laurin appliquée à P

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 16 / 62


La formule de Taylor et ses conséquences

La formule de Taylor et ses conséquences

Théorème (Formule de Taylor)


n
X
Soit P = ak X k = a0 + a1 X + a2 X 2 + ... + an X n ∈ K [X ].
k=0
∀α ∈ K On a la formule suivante :
n
X P (k) (α)
P = (X − α)k
k!
k=0
00
0 P (α) P (n) (α)
= P(α) + P (α)(X − α) + 2! (X − α)2 + ... + n! (X − α)n

appelée la formule de Taylor appliquée au polynôme P et au nombre α.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 17 / 62


La formule de Taylor et ses conséquences

La formule de Taylor et ses conséquences

Propriété
n
X
Soit P = ai (X − α)i ∈ K [X ] alors,
i=0

P (k ) (α)
∀k ∈ {0, ..., n}, ak = .
k!

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 18 / 62


Divisions et divisibilité La division Euclidienne

La division Euclidienne

Théorème et définition
Soient A et B deux polynômes à coefficients dans K . Si B est non nul alors il
existe un unique couple (Q, R) de polynômes tel que

A = QB + R et degR < degB.

Q est appelé le quotient de la division euclidienne de A par B.


R est le reste de la division euclidienne de A par B.
La recherche de Q et R est appelée la division euclidienne de A par B ou la
division de A par B.

Cas particulier
Si α ∈ K et B = X − α alors R = A(α).

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 19 / 62


Divisions et divisibilité La division Euclidienne

La division Euclidienne

Exemple
Divison A = 6X 7 − 3X 6 + 4X 5 − 2X 4 + 6X 3 + X 2 par 3X 3 + 2X :
A = 6X 7 − 3X 6 + 4X 5 − 2X 4 + 6X 3 + X 2 B = 3X 3 + 2X
−6X 7 − 4X 5 Q = 2X 4 − X 3 + 2
6 4 3 2
−3X − 2X + 6X + X
3X 6 + 2X 4
6X 3 + X 2
−6X 3 − 4X
R = X 2 − 4X

6X 7 − 3X 6 + 4X 5 − 2X 4 + 6X 3 + X 2 = (2X 4 − X 3 + 2)(3X 3 + 2X ) + (X 2 − 4X ) .
| {z } | {z }
quotient reste

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 20 / 62


Le procédé de Hörner

Le procédé de Hörner

Théorème
n
X
Soient A = ak X k = a0 + a1 X + ... + an X n ∈ K [X ] avec an 6= 0 et α ∈ K .
k=0
Q le quotient de A par X − α et R le reste de A par X − α.
Supposons que n ≥ 2. Alors, il existe b0 , b1 , ..., bn−1 ∈ K tels que
n−1
X
Q= bk X k = b0 + b1 X + ... + bn−1 X n−1 ,
k=0

avec b0 , b1 , ..., bn−1 et R vérifiant


bk−1 = ak + αbk ∀k = 1, ..., n et R = a0 + αb0 = A(α). Donc


 bn−1 = an
bn−2 = an−1 + αbn−1


 .... .....
b0 = a1 + αb1

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 21 / 62


Le procédé de Hörner

Le procédé de Hörner

Méthode de calcul
Pratiquement pour calculer les nombres b0 , ..., bn−1 et R on peut utiliser le
tableau suivant appelé le procédé de Hörner.

an an−1 ... a1 a0
α αbn−1 ... αb1 αb0
bn−1 = an bn−2 = an−1 + αbn−1 ... b0 = a1 + αb1 A(α) = a0 + αb0

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 22 / 62


Le procédé de Hörner

le procédé de Hörner

Exercice
Soit A = 2X 5 + −7X 4 + 5X 2 + 13X + 6
Calculer le quotient et le reste de la division euclidienne de A par X − 3 en
utilisant le procédé de Hörner.

Réponse
a5 = 2 a4 = −7 a3 = 0 a2 = 5 a1 = 13 a0 = 6
3 6 −3 −9 −12 3
b4 = 2 b3 = −1 b2 = −3 b1 = −4 b0 = 1 R=9

Donc
A = (2X 4 + −X 3 − 3X 2 − 4X + 1)(X − 3) + 9
.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 23 / 62


Divisibilité

Divisibilité

Définition
Soient A et B deux polynômes de K [X ]. On dit que


 B divise A
ou



B est un diviseur de A
ou




A est un multiple de B

et on note B|A s’il existe un polynôme Q ∈ K [X ] tel que A = BQ. C’est à dire

B|A ⇐⇒ ∃Q ∈ K [X ] tel que A = BQ.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 24 / 62


Divisibilité

Divisibilité

Propriété
Soient A, B ∈ K [X ]? et R le reste de la division euclidienne de A par B alors
• B|A ⇐⇒ R = 0
• ∀α ∈ K , (X − α)|A ⇐⇒ A(α) = 0.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 25 / 62


Les polynômes associés

Les polynômes associés

Définition
Soient A, B ∈ K [X ]. On dit que A est associé à B ou que A et B sont associés
et on note A ∼ B si A divise B et B divise A :

A|B
A ∼ B ⇐⇒
B|A

Propriétés
Soient A, B, C ∈ K [X ].
1 A ∼ B ⇐⇒ ∃α ∈ K ? , B = αA.
2 A ∼ B =⇒ d 0 A = d 0 B.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 26 / 62


Le pgcd de deux polynômes

Le pgcd de deux polynômes non nuls

Définition
Soient A, B, D ∈ K [X ]? . On dit que D est le pgcd de A et B si on a les deux
propriétés suivantes :
1 D est unitaire.
2 D est un diviseur commun de A et B. C’est à dire

D|A
D|B

3 Tous les diviseurs communs de A et B sont des diviseurs de D. C’est à


dire 
∆|A
∀∆ ∈ K [X ] : =⇒ ∆|D
∆|B

On note A ∧ B = D.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 27 / 62


Le pgcd de deux polynômes

Le pgcd de deux polynômes non nuls

Définition
Soient A, B ∈ K [X ]? .
Si A ∧ B = 1 on dit que A est premier avec B ou A et B sont premiers entre
eux.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 28 / 62


Algorithme d’Euclide

Algorithme d’Euclide

Théorème
Pratiquement pour déterminer le pgcd de A et B on effectue les divisions
suivantes :

A = R0 B = R1 R1 R2 Rn−2 Rn−1 Rn−1 Rn


.......
R2 Q0 R3 Q 1 Rn Qn−2 0 Qn−1
Soit an le coefficient dominant du dernier reste non nul Rn . Alors

1
Rn = A ∧ B.
an

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 29 / 62


Algorithme d’Euclide

Algorithme d’Euclide

Exercice
Soient A = 8X 5 + 4X 4 + 10X 3 − 5X 2 + X − 1 et
B = 4X 4 + 4X 3 + 5X 2 − 2X − 1. Calculer le pgcd de A et B.
Réponse
On pose R0 = A et R1 = B. alors



 R0 = R1 Q 0 + R2 avec Q0 = 2X − 1 et R2 = 4X 3 + 4X 2 + X − 2
R1 = R2 Q 1 + R3 avec Q1 =X et R3 = 4X 2 − 1

R = R3 Q 2 + R4 avec Q2 =X +1 et R4 = 2X − 1
 2


R3 = R4 Q 3 + R5 avec Q3 = 2X − 1 et R5 =0
1 1
2 R4 =X− 2 est le pgcd de A et B.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 30 / 62


Algorithme d’Euclide

Algorithme d’Euclide

Théorème
Soient A, B ∈ K [X ]? et D le pgcd de A et B. Si d 0 A ≥ 1 et d 0 B ≥ 1 alors il
existent deux polynômes, de K [X ], U et V tels que

UA + VB = D.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 31 / 62


Algorithme d’Euclide

Algorithme d’Euclide
Exercice
Soient A = 8X 5 + 4X 4 + 10X 3 − 5X 2 + X − 1 et
B = 4X 4 + 4X 3 + 5X 2 − 2X − 1.
D’après l’exercice précédent, en utilisant l’algorithme d’Euclide, on a montré
que D = X − 12 est le pgcd de A et B.
En utilisant le même algorithme, on a

 2D = R2 − R3 Q2
R3 = R1 − R2 Q 1
R2 = R0 − R1 Q 0

Donc 

 2D = R2 − (R1 − R2 Q1 )Q2
= R2 (1 + Q1 Q2 ) − R1 Q2


 = (R0 − R1 Q0 )(1 + Q1 Q2 ) − R1 Q2
= R0 (1 + Q1 Q2 ) − R1 (Q0 (1 + Q1 Q2 ) + Q2 )

on trouve alors que


U = 21 (X 2 + X + 1) et V = − 12 (2X 3 + X 2 + 2X ) vérifient l’équation
AUFili+èresBV = D.
SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 32 / 62
L’identité de Bézout et ses applications

L’identité de Bezout et ses application

Théorème(Bezout)
Soient A, B ∈ K [X ]? .
A et B sont premiers entre eux si et seulement s’il existe deux polynômes U
et V à coefficients dans K tels que

UA + VB = 1.

Corollaire
Soient a, b ∈ K . Alors

a 6= b ⇐⇒ (X − a) ∧ (X − b) = 1.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 33 / 62


L’identité de Bézout et ses applications

L’identité de Bezout et ses application

Corollaire
Soient A, B, D ∈ K [X ]? .
D est un pgcd de A et B si et seulement s’il existe A0 , B0 ∈ K [X ] tels que

 A = A0 D
B = B0 D
A0 ∧ B0 = 1

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 34 / 62


L’identité de Gauss et ses applications

identité de Gauss et ses applications

Théorème(L’identité de Gauss)
Soient A, B ∈ K [X ]? .

A ∧ B = 1 ⇐⇒ [∀C ∈ K [X ], A|BC ⇒ A|C].

Corollaire
Soient A, B, C ∈ K [X ]? .

A∧C =1
=⇒ AB ∧ C = 1.
B∧C =1

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 35 / 62


L’identité de Gauss et ses applications

L’identité de Gauss

Corollaire
1 Si A, B ∈ K [X ]? alors A ∧ B = 1 =⇒ [∀n, m ∈ IN , An ∧ B m = 1].
2 Si a, b ∈ K avec a 6= b alors ∀n, m ∈ IN , (X − a)n ∧ (X − b)m = 1.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 36 / 62


L’identité de Gauss et ses applications

L’identité de Gauss

Corollaire
Soient A, P, Q ∈ K [X ]? .

 P|A
Q|A =⇒ PQ|A.
P ∧Q =1

En générale :

Corollaire
?
 A, P1 , P2 , ..., Pn ∈ K [X ] .
Soient
Pk |A ∀k ∈ {1, ..., n}
Si alors P1 P2 ....Pn |A.
Pk ∧ Pl = 1 ∀k , l ∈ {1, ..., n} avec k 6= l

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 37 / 62


L’identité de Gauss et ses applications

L’identité de Gauss

Corollaire
Soit A ∈ K [X ]? .
Si a1 , a2 , ..., an sont des racines distinctes de A alors le produit
(X − a1 )(X − a2 )...(X − an ) est un diviseur de A.
Si A 6= 0 et n est le nombre des racines de A alors n ≤ d 0 A

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 38 / 62


L’identité de Gauss et ses applications Le ppcm de deux polynômes

Le ppcm de deux polynômes

Définition
Soient A, B, M ∈ K [X ]? .
On dit que M est le ppcm de A et B s’il vérifie les propriétés suivantes :
1 M est unitaire.
2 M est un multiple de A et B : c’est à dire A|M et B|M.
3 Tous les multiples de A et B sont des multiples de M : c’est à dire

A|N
∀N ∈ K [X ] : =⇒ M|N
B|N

et on note A ∨ B = M.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 39 / 62


L’identité de Gauss et ses applications Le ppcm de deux polynômes

Le ppcm de deux polynômes

Proposition
Soient A, B ∈ K [X ]? .
Si a est le coefficient dominant de A et b le coefficient dominant de B alors

AB = ab(A ∧ B)(A ∨ B).

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 40 / 62


L’identité de Gauss et ses applications Le ppcm de deux polynômes

Le ppcm de deux polynômes


Exemple
Soient A = 8X 5 + 4X 4 + 10X 3 − 5X 2 + X − 1 et B = 4X 4 + 4X 3 + 5X 2 − 2X − 1
On a déjà montrer que X − 21 est le pgcd de A et B.
En divisant A par D on trouve :

A = 2A0 D avec A0 = 4X 4 + 4X 3 + 7X 2 + X + 1

de même, on divise B par D :

B = 2B0 D avec B0 = 2X 3 + 3X 2 + 4X + 1.
Donc, d’après le Théorème

1
M = A(2X 3 + 3X 2 + 4X + 1) = (4X 4 + 4X 3 + 7X 2 + X + 1)B
16
est le ppcm de A et B

et (4X 4 + 4X 3 + 7X 2 + X + 1) ∧ (2X 3 + 3X 2 + 4X + 1) = 1.
Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 41 / 62
Les polynômes irréductibles

Les polynômes irréductibles

Définition
Soient P ∈ K [X ].
On dit que P est irréductible dans K [X ] (ou P est irréductible) si
1 d 0 P ≥ 1.
2 Les seules diviseurs de P dans K [X ] sont les constantes non nulles de K
et les associés de P dans K [X ],
c’est à dire :
d 0P ≥ 1

P est irréductible dans K[X] ⇔ .
∀Q ∈ K [X ] : Q|P ⇒ [Q ∈ K ? ou Q ∼ P]

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 42 / 62


Les polynômes irréductibles

Les polynômes irréductibles

Propriétés
1 ∀P ∈ K [X ] : d 0 P = 1 =⇒ P irréductible dans K [X ].
2 Tous les associés d’un polynôme irréductible sont irréductibles dans
K [X ].
C’est à dire ∀P, Q ∈ K [X ] :

P irréductibles dans K [X ]
=⇒ Q irréductible dans K[X]
Q∼P
3 Soit A ∈ K [X ] et P un polynôme irréductible de K [X ].
1
• P|A ⇐⇒ P ∧ A = αP 6= 1 (avec α le coefficient dominant
de P).
• P - A ⇐⇒ P ∧ A = 1.
4 Si P est irréductible alors P̄ est irréductible.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 43 / 62


Les polynômes irréductibles

Les polynômes irréductibles

Proposition
Soit P un polynôme irréductible dans K [X ].
1 ∀A, B ∈ K [X ], P|AB ⇒ P|A ou P|B.
2 ∀A1 , A2 , ..., An ∈ K [X ] : P|(A1 A2 ...An ) ⇒ [∃k ∈ {1, 2, ..., n} tq P|Ak ].
3 ∀A ∈ K [X ], ∀n ∈ IN ? : P|An ⇒ P|A.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 44 / 62


Les polynômes irréductibles

Polynômes irréductibles

Propriétés
Soient A ∈ K [X ] et P1 , P2 , ...Pn des polynômes irréductibles dans K [X ].
1 Si P1 |A, P2 |A, ..., Pn |A avec P1 , P2 , ..., Pn sont unitaires distincts deux à
deux alors
P1 P2 ...Pn |A.
2 Si P 1 k1 |A, P 2 k2 |A, ..., P n kn |A et P1 , P2 , ..., Pn sont unitaires distincts deux à
deux alors
P 1 k1 P 2 k2 ...P n kn |A.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 45 / 62


Les polynômes irréductibles

Les polynômes irréductibles dans C[X ]

Théorème d’Alembert
Un polynôme P est irréductible dans C[X ] si et seulement si d 0 P = 1.
C’est à dire : P est irréductible ⇐⇒ P = aX + b avec a, b ∈ C.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 46 / 62


Les polynômes irréductibles

Les polynômes irréductibles dans R[X ]

Théorème
Les polynômes irréductibles dans R[X ] sont :
1 Les polynômes de degré 1.
2 Les polynômes de degré 2 à discriminant strictement négatif :

P = aX 2 + bX + C avec a 6= 0 et b2 − 4ac < 0.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 47 / 62


L’ordre de mulitpicité

L’ordre de multiplicité

Théorème et définition
Soit A ∈ K [X ]? et P ∈ K [X ] − K (c’est à dire d 0 P ≥ 1).
Il existe n ∈ IN unique appelé ordre de multiplicité de P dans A ou ordre de P
dans A tel que :  n
P |A
.
P n+1 - A

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 48 / 62


L’ordre de mulitpicité

L’ordre de multiplicité

Proposition
Soient A ∈ K [X ]? et P ∈ K [X ] − K .
A = P n A0

P est d’ordre de multiplicité n ⇐⇒ ∃A0 ∈ K [X ] tq .
P - A0
Dans ce cas A0 est le quotient de la division euclidienne de A par P n .

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 49 / 62


L’ordre de mulitpicité

Ordre de multiplicité

Corollaire
Soient A ∈ K [X ]? , a ∈ K et n ∈ IN .
(X − a) est d’ordre n (ou a est une racine de A d’ordre n) s’il existe A0 ∈ K [X ]
tel que
A = (X − a)n A0

.
a n’est pas une racine de A0
Si l’ordre de a égal à 1 on dit que a est une racine simple de A.

Si l’ordre de a est supérieur à 1 on dit que a est une racine multiple de A.

Exercice
Soit A = 2X 8 + 5X 7 + 7X 6 + 9X 5 + 7X 4 + 3X 3 + X 2 − X − 1.
Utiliser le procédé de Hôrner pour déterminer l’ordre de multiplicité de −1.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 50 / 62


L’ordre de mulitpicité

Ordre de multiplicité

Réponse
2 5 7 9 7 3 1 −1 −1
−1 −2 −3 −4 -5 −2 −1 0 1
2 3 4 5 2 1 0 −1 R=0
−1 −2 −1 −3 −2 0 −1 1
2 1 3 2 0 1 −1 R=0
−1 −2 1 −4 2 −2 1
2 −1 4 −2 2 −1 R=0
−1 −2 3 −7 9 −11
2 −3 7 −9 11 R = −12
Ainsi


 −1 est une racine de A d’ordre 3
A = (X + 1)3 (2X 5 − X 4 + 4X 3 − 2X 2 + 2X − 1)

.

 A1 = 2X 5 − X 4 + 4X 3 − 2X 2 + 2X − 1 le quotient de la division de
3
A par (X + 1)

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 51 / 62


L’ordre de mulitpicité

Ordre de multiplicité

Corollaire
Soient A ∈ K [X ]? , n ∈ IN et a, b ∈ K avec a 6= b.
Si n est l’ordre de multiplicité de a dans A et A0 est le quotient de la division
de A par (X − a)n alors
l’ordre de multiplicité de b dans A égal à l’ordre de multiplicité de b dans A0 .

Exercice
Soit A = 2X 8 + 5X 7 + 7X 6 + 9X 5 + 7X 4 + 3X 3 + X 2 − X − 1.
1
Utiliser le procédé de Hôrner pour montrer que l’ordre de multiplicité de 2 égal
à 1 et l’ordre de multiplicité de i égal à 2.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 52 / 62


L’ordre de mulitpicité

Ordre de multiplicité

Proposition
Soient A ∈ K [X ]? , a ∈ K et n ∈ IN ? .
a est une racine de A d’ordre de multiplicité n si et seulement si
 0 00
A(a) = A (a) = A (a) = ... = A(n−1) (a) = 0
.
A(n) (a) 6= 0

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 53 / 62


L’ordre de mulitpicité

Ordre de multiplicité

Exemple
Soit A = 2X 8 + 5X 7 + 7X 6 + 9X 5 + 7X 4 + 3X 3 + X 2 − X − 1. Calculer l’ordre
de multiplicité de 1, 12 et i.
1 A(−1) = A( 21 ) = A(i) = 0.
Donc −1, 12 , i sont des racines de A.
0
2 A = 16X 7 + 35X 6 + 42X 5 + 45X 4 + 28X 3 + 9X 2 + 2X − 1.
0 0 0
Donc A (−1) = A (i) = 0 et A ( 12 ) 6= 0.
D’où 21 est une racine simple de A.
00
3 A = 112X 6 + 210X 5 + 210X 4 + 180X 3 + 84X 2 + 18X + 2
00 0
donc A (−1) = 0 et A (i) 6= 0.
D’où i est une racine multiple de A.
4 A(3) = 672X 5 + 1050X 4 + 840X 3 + 540X 3 + 168X 2 + 18
donc A(3) (−1) 6= 0.
D’où −1 est une racine de A d’ordre 3.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 54 / 62


L’ordre de mulitpicité La factorisation et ses applications

La factorisation et ses applications

Définition
Soient A ∈ K [X ], P1 , P2 , ..., Pn des polynômes irréductibles unitaires dans
K [X ] distincts deux à deux, α1 , α2 , ..., αn ∈ IN ? et a ∈ K ?

Si
A = aP1α1 P2α2 ...Pnαn
on dit que aP1α1 P2α2 ...Pnαn est une décomposition de A en facteurs irréductibles
unitaires dans K [X ]
ou aP1α1 P2α2 ...Pnαn est une factorisation de A en facteurs irréductibles unitaires
dans K [X ].

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 55 / 62


L’ordre de mulitpicité La factorisation et ses applications

La factorisation et ses applications

Théorème
Tout polynôme non constant A (c’est à dire d 0 A ≥ 1) à coefficients dans K
admet une décomposition en facteurs irréductibles unitaires aP1α1 P2α2 ...Pnαn et
une seule.
• a est le coefficient dominant de A.
• P1 , P2 , ..., Pn sont les diviseurs irréductibles unitaires de A dans
K [X ] distincts deux à deux.
• α1 , α2 , ..., αn sont les ordres de multiplicité de P1 , P2 , ..., Pn dans
A.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 56 / 62


L’ordre de mulitpicité La factorisation et ses applications

La factorisation et ses applications

Corollaire
Soit A un polynôme de C[X ].
La décomposition en facteurs irréductibles unitaires de A dans C[X ] est égale

a(X − a1 )α1 (X − a2 )α2 ...(X − an )αn
avec
• a est le coefficient dominant de A.
• a1 , a2 , ..., an sont les racines distinctes de A dans C.
• α1 , α2 , ..., αn sont les ordres de multiplicité des racines
a1 , a2 , ..., an dans A.

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 57 / 62


L’ordre de mulitpicité La factorisation et ses applications

La factorisation et ses applications


Exemple
Soit A = 2X 8 + 5X 7 + 7X 6 + 9X 5 + 7X 4 + 3X 3 + X 2 − X − 1. Décomposer A
en facteurs irréductibles unitaires.
En utilisant le procédé de Horner, on a déjà montré que
1 −1 est une racine de A d’ordre 3 et que

A = (X + 1)3 A1 avec A1 = 2X 5 − X 4 + 4X 3 − 2X 2 + 2X − 1.

1
2
2est une racine simple de A et que
A = (X + 1)3 (X − 12 )(2X 4 + 4X 2 + 2) =
2(X + 1)3 (X − 12 )(X 4 + 2X 2 + 1) = 2(X + 1)3 (X − 12 )(X 2 + 1)2 .
3 i est une racines de A d’ordre 2 avec
1
A = 2(X + 1)3 (X − )(X − i)2 (X + i)2 .
2
Alors
1
A = 2(X + 1)3 (X − )(X − i)2 (X + i)2
Filières SMP-SMC (Semèstre 1) 21
Module: Algèbre 58 / 62
L’ordre de mulitpicité La factorisation et ses applications

La factorisation et ses applications

Théorème
Soient A, B ∈ K [X ], P1 , P2 , ..., Pn des polynômes irréductibles unitaires dans
K [X ] non associés deux à deux, α1 , α2 , ..., αn , β1 , β2 , ..., βn ∈ IN et a, b ∈ K ? .
Si A = aP1α1 P2α2 ...Pnαn et B = bP1β1 P2β2 ...Pnβn alors on a les trois propriétés
suivantes :
1 A|B ⇔ [∀k = 1, 2, ..., n αk ≤ βk ]
Min(α1 ,β1 ) Min(α2 ,β2 ) Min(αn ,βn )
2 P1 P2 ...Pn est le pgcd de A et B.
Max(α1 ,β1 ) Max(α2 ,β2 ) Max(αn ,βn )
3 P1 P2 ...Pn est le ppcm de A et B.
C’est à dire
Min(α1 ,β1 ) Min(α2 ,β2 ) Min(αn ,βn )
∗ A ∧ B = P1 P2 ...Pn .
Max(α1 ,β1 ) Max(α2 ,β2 ) Max(αn ,βn )
∗ A∨B = P1 P2 ...Pn .

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 59 / 62


L’ordre de mulitpicité La factorisation et ses applications

La factorisation et ses applications

Exemple
Soit
A = 3(X + 5)4 (X − 3)(2X − 4)2 (2X 2 + 1)3


B = 5(X + 5)2 (2X − 4)3 (X 2 + 1)5 (2X 2 + 1)


alors
A = 3(X + 5)4 (X − 3)(2X − 4)2 (X 2 + 1)0 (2X 2 + 1)3

.
B = 5(X + 5)2 (X − 3)0 (2X − 4)3 (X 2 + 1)5 (2X 2 + 1)
Donc (X + 5)2 (X − 3)0 (2X − 4)2 (X 2 + 1)0 (2X 2 + 1) est un pgcd de A et B
et (X + 5)4 (X − 3)(2X − 4)3 (X 2 + 1)5 (2X 2 + 1)3 est un ppcm de A et B.
Ainsi
1
A ∧ B = (X + 5)2 (X − 2)2 (X 2 + )
2
1
A ∨ B = (X + 5)4 (X − 3)(X − 2)3 (X 2 + 1)5 (X 2 + )3 .
2

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 60 / 62


La division suivant les puissances croissantes

La division suivant les puissances croissantes

Théorème et définition
Soient A, B ∈ K [X ] avec B(0) 6= 0. Alors
pour tout entier n ∈ IN il existe d’une façon unique deux polynômes
Q, R ∈ K [X ] tels que :
A = BQ + X n+1 R


d 0Q ≤ n
Q est appelé le quotient de la division de A par B à l’ordre n.
X n+1 R le reste de la division de A par B à l’ordre n.
La recherche de Q et R est appelé la division de A par B à l’ordre n

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 61 / 62


La division suivant les puissances croissantes

La division suivant les puissances croissantes

Exercice
Soient A = 7X − 18, B = 3X 2 − X + 2 et n = 3. Calculer le quotient et le reste
de la division de A par B à l’ordre 3.
A = −18 + 7X B = 2 − X + 3X 2
2
18 − 9X + 27X Q = −9 − X + 13X 2 + 8X 3
2
−2X + 27X
2X − X 2 + 3X 3
26X 2 + 3X 3
−26X 2 + 13X 3 − 39X 4
16X 3 − 39X 4
−16X 3 + 8X 4 − 24X 5
−31X 4 − 24X 5
= −X 4 (24X + 31)

Filières SMP-SMC (Semèstre 1) Module: Algèbre 1 62 / 62

Vous aimerez peut-être aussi