Vous êtes sur la page 1sur 9

L’eau sur le globe terrestre

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT REPUBLIQUE DU MALI


1
SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE Un Peuple – Un But – Une Foi
SCIENTIFIQUE

**************************

DIRECTION NATIONALE DE L’ENSEIGNEMENT


SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

**************************

ECOLE NATIONALE D’INGENIEURS


ABDERHAMANE BABA TOURE
(ENI – ABT)

**************************

EXPOSE : D’HYDROLOGIE
APPLIQUEE

THEME : L’EAU SUR LE GLOBE TERRESTRE

DER: Génie Civil


Classe : M1 AHE

Présenté par le groupe I: A l’observation du Professeur :

Oumar CAMARA Mme TRAORE KADAOUYE


DAMBA
Masourou KONE
Issa TARATA

Présenté par le groupe 1 Master 1 AHE


L’eau sur le globe terrestre

Année académique 2018– 2019


2

SOMMAIRE
I. Introduction..................................................................................................................................3
II. La répartition de l’eau sur terre..............................................................................................3
2.1. Le volume total d’eau sur la terre.......................................................................................3
2.2. Les ressources d’eau :...........................................................................................................3
2.3. La quantité d’eau sur terre est toujours la même..............................................................3
2.4. Le pourcentage d’eau recouvrant la surface terrestre.......................................................4
2.5. Les deux plus grands réservoirs d’eau sur terre................................................................4
III. L’utilisation de l’eau.................................................................................................................5
IV. Les prévisions............................................................................................................................5
4.1- L’eau potable, une source vitale..................................................................................................6
4.2- Les conséquences de la déshydratation......................................................................................6
V. Exploration des réserves de la planète........................................................................................6
VI. Importance et enjeux des ressources en eau :........................................................................7
1. L’eau dans la préservation de l’environnement :...................................................................7
VII. Préservation..............................................................................................................................9
VIII. Conclusion..................................................................................................................................9

Présenté par le groupe 1 Master 1 AHE


L’eau sur le globe terrestre

I. Introduction
Les mers, les océans mondiaux, les fleuves, les lacs, les eaux souterraines et atmosphériques
composent les ressources en eau du globe terrestre. Le volume des ressources en eau dans le
monde est suffisante mais leur répartition dans l’espace et dans le temps inégal.

L’hydrologie signifie la science de l’eau, mais de façon explicite, l’hydrologie est la science
qui étudie l’origine et la répartition des eaux sur et sous la terre.

II. La répartition de l’eau sur terre


II.1. Le volume total d’eau sur la terre
Environ 70% de la surface de la terre est couverte d’eau. Mais l’eau existe également dans
l’air sous forme de vapeur et dans les couches aquifères du sol, en tant qu’eaux souterraines.
La réserve totale en eau de la planète est de 1400000000km3.

II.2. Les ressources d’eau :


L’eau se présente un peu partout sur la Terre : dans les mers et les océans, sur terre, sous terre
et dans l’atmosphère.

Présenté par le groupe 1 Master 1 AHE


L’eau sur le globe terrestre

II.3. La quantité d’eau sur terre est toujours la même


Cependant, sa quantité est restée inchangée depuis 3 milliards d’année, date de son apparition
sur terre. Dans l’atmosphère, l’eau est surtout présente à l’état de vapeur. Les racines des
plantes vont capter l’eau, qui s’évaporera ensuite par le système de transpiration des feuilles.

II.4. Le pourcentage d’eau recouvrant la surface terrestre


La terre porte le nom de planète bleue parce que c’est ainsi qu’elle apparait depuis l’espace
du fait que sa surface est couverte d’eau à 70%. Mais si l’eau est abondante, l’eau douce ne
représente que 2.53% de toute l’eau de la planète et seule l’eau douce soutien la vie terrestre,
notamment la vie humaine.

II.5. Les deux plus grands réservoirs d’eau sur terre


Le plus grand réservoir d’eau douce est l’ensemble glaces polaires, glaciers et neige.

Les principales réserves d’eau douce utilisées par l’homme sont les lacs et les rivières.
L’essentiel de l’eu sur terre se trouve dans les mers et les océans. L’eau y est salée.

Présenté par le groupe 1 Master 1 AHE


L’eau sur le globe terrestre

III. L’utilisation de l’eau


L’humanité utilise une quantité d’eau grandissante parfois à un rythme approchant ou
supérieur au taux de renouvellement des stocks. Bien que globalement le volume d’eau sur
terre soit constant, les problèmes surviennent parce que l’eau devient inaccessible, les sources
d’eau diminuent ou se tarissent, mettant ainsi les régions en état de stress hydrique.
L’utilisation massive d’eau se traduit par de grands défis actuels et à venir, des problèmes qui
sont aggravés par le réchauffement planétaire. Aujourd’hui, 800 millions de personnes dans le
monde n’ont pas accès à de l’eau potable ou de qualité suffisante pour leur subsistance et
pour les services sanitaires. L’eau est également utilisée pour diluer les rejets industriels
tandis que l’industrie et l’agriculture sont à l’origine de contamination.

L’eau douce étant inégalement répartie à travers le globe et son utilisation étant parfois
inadéquatement, certaines région sont caractérisées par une rareté de l’eau ou sont déjà en
pénurie (Afrique sub-saharienne, Proche-Orient, Midwest américain). Le manque d’eau sera
de toute évidence un des problèmes les plus importants du 21e siècle. Le prélèvement dans
certaines rivières est tel que le débit n’est plus suffisant pour alimenter les deltas. Ces
pénuries causées d’origine anthropiques pourraient par ailleurs être amplifiées par le
réchauffement climatique (sécheresses, modifications du régime de précipitations). Celui-ci
pourrait par ailleurs amplifier les inondations et autres événements extrêmes.

IV. Les prévisions


L’eau est-elle une ressource en voie de disparition ?

L’Institut des ressources Mondiales estime que 33 pays vont devoir affronter des crises
d’approvisionnement en eau d’ici à 2040. Ces pays à risque sont largement en Afrique et le
moyen orient. En Ethiopie, par exemple, l’Unicef avait prévu qu’avant la fin de l’année 2017,
neuf millions de personnes n’auront pas accès à l’eau potable.

Présenté par le groupe 1 Master 1 AHE


L’eau sur le globe terrestre

Qu’un pays en voie de développement. De nombreuses régions des Etats-Unis, au premier


rang 6desquelles la Californie, connaissent des épisodes de feux de forêts et de pénuries d’eau.
Les principales raisons de ces évènements sont notamment la sécheresse du climat local et le
changement climatique.

4.1- L’eau potable, une source vitale


L’importance d’un approvisionnement continu en eau potable ne doit être sous-estimée.
L’Unicef estime que d’ici 2040 près de 600 millions d’enfants pourraient être touchés par des
pénuries d’eau.

4.2- Les conséquences de la déshydratation


L’eau est vitale pour bien hydrater notre corps et pour pouvoir produire des électrolytes.
Ceux-ci jouent un rôle majeur dans de nombreuses fonctions de notre organisme, des fibres
musculaires aux réseaux sanguins.

Quand l’eau se fait rare, on risque la déshydratation. La déshydratation peut causer à la fois
constipation et diarrhée. La constipation survient quand le corps manque tandis que la
diarrhée est souvent provoque par les maladies endémique des régions touchées par la
sécheresse. La constipation comme la diarrhée témoignant d’un manque d’absorption de
vitamine et des minéraux par l’organisme.

Une déshydratation insuffisante peut aussi provoque apathie et trouble de la concentration. A


de chaudes températures, la déshydratation peut diminuer vos capacités de 25 % pourcentage
non négligeable qu’il convient de prendre en compte

V. Exploration des réserves de la planète


La première solution pour trouver plus d’eau douce consiste à améliorer la manière dont nous
nous procurons l’eau.

Pour presque tous nos visages, c’est d’eau douce dont nous avons besoin : l’eau salée est
généralement toxique pour les plantes et les animaux, et corrode les machines. L’eau douce
est donc nécessaire pour la majorité des utilisations agricoles, industrielles et domestiques.
Malheureusement, l’eau douce représente seulement trois pourcent des réserves mondiales en
eau. Il s’agit principalement d’eau gelée dans les glaciers et calottes glaciaires. En fait, seul
0,5 % des réserves mondiale en eau sont réellement disponible à être utilisées.

Toute fois la science nous à exploiter les 97% restant, principalement en perfectionnant les
techniques de dessalement, à savoir l’élimination du sel contenu dans l’eau de mer. Ils
existent technique principalement (thermique électrique et par osmose inverse) pour purifier
l’eau, mais jusqu’à présent, ces procédés appliqués à la grande échelle se sont avérés peut
pratiquer et onéreux.

Il reste difficile de dessaler l’eau à grande échelle, mais les progrès récent ont amélioré la
commodité des procédés au point de devenir un secteur industriel majeur au Moyen Orient.

En 2015, 40% de l’eau douce d’Israël provenant du dessalement. Ce chiffre devrait atteindre
70% en 2050

Présenté par le groupe 1 Master 1 AHE


L’eau sur le globe terrestre

VI. Importance et enjeux des ressources en eau :


7
Dans la plupart des pays en développement comme ceux d’Afrique, l’accès à l’eau se pose en
termes de développement. En effet l’eau est source de vie au sens large du terme, puisqu’elle
permet de développer les fonctions de production qui sous-tendent l’épanouissement des
populations. C’est une ressource limitée nécessaire à la vie et aux systèmes écologiques, et
essentielle pour le développement économique et social. Les populations ont besoin d’eau en
qualité et en quantité pour être en bonne santé, ils ont besoin d’eau pour maintenir leurs activités
économiques, agricoles…etc.

1. L’eau dans la préservation de l’environnement :


La façon dont la société utilise et pollue l’eau, ou altère l’hydro morphologie des cours d’eau a
modifié la quantité et la qualité de l’eau dans les écosystèmes qui, outre leur valeur intrinsèque,
apportent des services naturels essentiels et précieux au bien-être de l’homme.

De nombreux pays en voie de développement sont confrontés à une dégradation des ressources en
eau douce, en termes de quantité et de qualité, et des écosystèmes aquatiques. Cette situation a
pour conséquence une réduction des bienfaits et services apportés par les ressources en eau, ainsi
qu’une augmentation des risques et dangers liés à l’eau.

L’expansion des villes sur les rives des fleuves et des lacs augmente la pollution de l’eau causée
par les rejets des ménages et des industries. Les progrès agricoles s’accompagnent d’une plus
grande utilisation d’engrais et de pesticides par les exploitants agricoles, ce qui accroit la
pollution. La pollution biologique et chimique, l’altération du débit des fleuves et des lacs ainsi
que la diminution du niveau des nappes phréatiques peuvent avoir de graves conséquences. Les
fleuves deviennent trop riches en nutriments, ce qui entraîne une prolifération d’algues et
l’eutrophisation. Cette destruction ou dégradation des écosystèmes met en danger de nombreuses
communautés qui dépendent des ressources naturelles et provoque une perte de biodiversité.

Le conseil Mondial de l’eau (CME) : fixe trois principaux objectifs pour une gestion intégrée des
ressources en eau :

- Habiter les femmes, les hommes et les collectivités à décider de leur niveau d’accession à de
l’eau potable et à des conditions de vie hygiéniques, à choisir le type d’activités économiques
prêtant à l’utilisation d’eau qui leur convient et à s’organiser pour y parvenir ;

- Produire davantage de nourriture, concevoir des moyennes existences durable par unité d’eau
utilisée (un rendement agricole accru et un plus grand nombre d’emplois pour chaque goutte
d’eau) et s’assurer que toutes la population peut se procurer la nourriture dont elle a besoin pour
vivre de façon saine et production ;

- Gérer l’utilisation de l’eau afin de conserver le nombre et la qualité des écosystèmes terrestres
et l’eau douce qui rendent des services aux êtres humains et à tous les organismes vivants.

Pour atteindre ces objectifs, la vision mondiale de l’eau prévoit cinq principaux moyens
d’action :

- Faire participer toutes les parties intéressées à la gestion intégrée ;

- Instaurer la tarification de tous les services d’eau en fonction de la totalité des coûts ;

Présenté par le groupe 1 Master 1 AHE


L’eau sur le globe terrestre

- Augmenter le financement public pour la recherche et l’invocation dans l’intérêt de la


8
population ;

- Reconnaître la nécessité de coopérer à la Gestion Intégrée des Ressources en Eau dans les
bassins fluviaux internationaux ;

- Accroître massivement les investissements dans le domaine de l’eau.

La Gestion Intégrée veut dire que toutes les différentes utilisations des ressources en eau sont
prises en compte ensemble. Les attributions et les décisions de gestion de l’eau prennent en
compte les effets de chaque utilisation sur les autres. Elles sont en mesure de tenir compte des
objectifs sociaux et économiques globaux, y compris la réalisation

Du développement durable.

Egalement la prise de décision politique logique est liée à tous les secteurs : le concept GIRE de
base a été élargi pour incorporer la prise de décision participative. Différents groupes d’utilisateurs
(passants, communautés, écologistes…) peuvent influencer les stratégies de gestion et de mise en
valeur des ressources en eau. Cela apporte des avantages additionnels, car les utilisateurs avisés
appliquent une autorégulation locale par rapport aux questions telles que la conservation de l’eau
et la protection du bassin bien plus efficacement que la réglementation et la surveillance
centralisées ne peuvent réaliser.

L’eau dans le développement économique et social :

L’eau est, d’une part, essentielle à la vie humaine, animale et végétale. Elle soutient les activités
productives, l’agriculture, l’hydro-électricité, l’industrie, la pêche, le tourisme,, le transport par
exemple. L’eau peut, d’autre part, provoquer des ravages extrêmes, elle peut être porteuse de
maladies et inonder de vestes zones, Un manque d’eau ou une sécheresse prolongée peut faire de
nombreuses victimes et entraîner une récession. L’eau peut également causer ou aggraver des
conflits entre les communautés riveraines d’un bassin local, national ou transfrontalier.

Des facteurs tels que la croissance et les changements démographiques, le développement


économique et le changement climatique ont à l’évidence un impact très important sur les
ressources en eau. De même, les ressources en eau ont un impact significatif sur la production et la
croissance économique, sur la santé et les moyens d’existence et sur la sécurité nationale.

La croissance économique, les initiatives de la pauvreté et les changements démographiques et


sociaux accroissent les demandes en infrastructures hydrauliques pour satisfaire les besoins en
alimentation ou en énergie, la production de biens et de services. De tels développements ont un
impact important sur les ressources en eau.

La construction de systèmes d’irrigation, de barrages hydroélectriques, de voies navigables et de


systèmes d’adduction en eau pour les habitants, le tourisme et les industries ont considérablement
amélioré la vie de millions de personnes, cependant ces développements ont également
profondément modifié les régimes hydrologiques, les écosystèmes aquatiques et l’hydro-
morphologiques de la plupart des fleuves, lacs et aquifères du monde.

VII. Préservation

Présenté par le groupe 1 Master 1 AHE


L’eau sur le globe terrestre

Les zones urbaines utilise également de grande quantité d’eau ce qui exerce aussi une forte
9 sur les ressources de la planète. La modernisation des infrastructures hydraulique est
pression
l’une des premières étapes en mettre en œuvre pour la préservation durable de l’eau douce.

VIII. Conclusion
Cet exposé nous a permis de faire des recherches approfondis sur « L’eau sur le globe
terrestre ». En résumé il existe suffisamment d’eau sur le globe terrestre mais elle est mal
repartie dans l’espace et dans le temps. Enfin nous acceptons sans réserve toutes les
remarques ou suggestions nécessaires à l'enrichissement de ce travail.

Présenté par le groupe 1 Master 1 AHE

Vous aimerez peut-être aussi