Vous êtes sur la page 1sur 10

PREMIER FORUM DE L’INTERNET AU TOGO

THEME : « Internet au Togo : Quels Impacts ? Comment en tirer le meilleur


bénéfice ? »

Lomé, le 18 avril 2011 à la salle CEDEAO du CASEF

Notes préliminaires

Organisé par la coordination togolaise du forum pour la gouvernance de l’Internet en Afrique de l’Ouest

En partenariat avec OSIWA FOSSFA APC WAIGF ISOC-TOGO ATULL OPIM

1
La coordination togolaise du forum pour la gouvernance de l’Internet (FGI) en Afrique de
l’Ouest, en collaboration avec OSIWA, FOSSFA, APC, WAIGF, ISOC-TOGO, OPIM, a organisé
le 18 avril 2011 à la salle CEDEAO du CASEF de Lomé, le premier forum de l’internet au Togo.

Ce forum a réuni une soixantaine de personnes dont les représentants des associations
estudiantines, des associations de jeunes, des ONG œuvrant pour la protection des droits
humains et de l’environnement, des professionnels du domaine de l’internet et de
l’informatique, et les professionnels des médias.

L’objectif de ce forum est de créer un cadre de discussions et de réflexions sur les questions
liées au développement du réseau Internet au Togo, de recueillir les premières pistes de
recommandations auprès des utilisateurs et acteurs de l’internet en vue du renforcement du
dialogue entre les différentes parties prenantes.

Le présent rapport présente l’essentiel des sujets débattus et les conclusions préliminaires
du forum.

CEREMONIE D’OUVERTURE

Le forum a débuté à 9 heures avec les mots de bienvenue du Coordinateur National du FGI Togo,
Monsieur Nahmsath YABOURI. Dans son mot introductif, Monsieur YABOURI a fait l’historique du
forum pour la gouvernance de l’internet institué par les Nations Unies au sortir du Sommet Mondial
sur la Société de l’Information (SMSI) à Tunis en 2005. Il a notamment fait cas des sujets débattus
depuis Athènes (Grèce) en 2006, jusqu’à Vilnius (Lithuanie) en 2010, des recommandations du
forum régional tenu à Dakar en août 2010 qui a encouragé la tenue du forum national au Togo.
Aussi, a-t-il rappelé le but du présent forum et la nécessité de créer un cadre d’échanges entre les
parties prenantes afin de faire de l’internet un outil accessible pouvant accompagner le processus de
développement et d’intégration de la société togolaise.

Par la suite le coordinateur du FGI Togo n’a pas manqué de souligner le rôle important que
joue OSIWA (Open Society Initiative for West Africa) dans l’accompagnement de ses
partenaires pour la promotion des sociétés ouvertes aux vertus du dialogue et de la
concertation. En témoigne son soutien financier pour l’organisation de ce premier forum au
Togo. Il a par ailleurs souligné et salué la présence de Ben AKOH, chargé de projet

2
Connectivité Globale à l’Institut Internationale pour le Développement Durable (IIDD) qui a
fait le déplacement de Lomé pour apporter son appui technique à l’organisation de ce
forum. Pour terminer son intervention, il a émis le vœu de voir ce forum porter les fruits
d’une consultation riche entre acteurs et utilisateurs de l’Internet.

DEROULEMENT DES TRAVAUX

Sous la facilitation de Monsieur Wilfried Toussiné AKAKPO, web entrepreneur de son état,
les travaux ont tourné autour des points suivants :

- Présentation des objectifs du forum


- Tendances de la gouvernance de l’internet en Afrique de l’ouest
- Résultats de l’enquête sur l’Internet au Togo
- Panel autour de sujets spécifiques tels que la gestion des ressources critiques de
l’Internet, la sécurité et la protection de la vie privée sur Internet, les réseaux sociaux
et le journalisme, les réseaux sociaux et la citoyenneté
- Les travaux en atelier suivis de plénière
- Harmonisation des recommandations

La première communication du forum a été faite par Monsieur Nahmsath YABOURI. Sa


présentation a porté sur le thème « Les tendance de la gouvernance de Internet en Afrique
de l’ouest ». Basée sur les recherches menées par l’IISD en Afrique de l’Ouest au second
semestre de l’année 2010, elle a conclu sur la nécessité d’ouvrir le débat public sur les
questions liées au développement du réseau Internet en Afrique de l’Ouest et plus
particulièrement au Togo.

La seconde communication a été une présentation des résultats de l’enquête menée du 06


au 17 avril 2011 sur la gouvernance de l’Internet au Togo. Développé par Ben AKOH de
l’IIDD, elle présente les résultats ci-dessous :

- Le coût d’accès à l’Internet semble assez élevé pour les institutions scolaires et pour
les entreprises
- L’Internet haut débit ne semble pas disponible pour la majorité au Togo

3
- Une majorité des répondants semble avoir besoin de garantis de sécurité pour mener
des affaires via internet en toute quiétude
- Le gouvernement et les autorités publiques devraient jouer un rôle déterminant dans
l’élaboration des politiques liées au développement du réseau Internet
- Les répondants semblent s’accorder sur le besoin de consultations multilatérales
participatives sur le processus de prise de décision relative au développement de
l’internet au Togo.

Les discussions nées de ces présentations ont tourné autour de l’absence de règles sur
l’utilisation des services internet au Togo, du coût élevé de l’accès au réseau, de la faiblesse
du débit, de l’absence de promotion des avantages à tirer dans l’utilisation du média
Internet, des besoins spécifiques des différentes partis prenantes.

Les travaux se sont poursuivis par l’animation d’un panel sur les axes suivants

1. La gestion des ressources critiques de l’Internet,


2. La sécurité et la protection de la vie privée sur Internet
3. Les sites de réseaux sociaux et le journalisme
4. Les sites de réseaux sociaux et la citoyenneté

Ont été invité pour participer à ce panel d’éminentes personnalités de la communauté


Internet au Togo parmi lesquelles:

- Monsieur Gerry TAAMA, écrivain et bloggeur (www.gerrytaama.net)


- Monsieur Noël TADEGNON, journaliste et bloggeur (www.tadegnon.info)
- Monsieur Fabrice K. Danam BAGOLIBE, Vice Président ISOC Togo (www.isoc.tg)
- Monsieur Alain Patrick AINA, Chief Technical Officer, AfriNIC (www.afrinic.net)

Au cour du panel, les questions ont porté essentiellement sur le pourcentage de togolais
utilisateurs de l’internet (5% d’après les sources 2010 de l’IUT), l’intérêt de l’internet pour les
journalistes, la perception qu’on peut avoir de l’internet, les ressources critiques de
l’internet (adresses IP et nom de domaine pays .tg) et leur gestion au Togo, les risques de
l’internet pour ses utilisateurs, les difficultés des opérateurs, la qualité des services des
prestataires ou des opérateurs, la régulation de l’utilisation de l’outil internet, les défis à

4
relever au Togo pour un développement soutenu de l’internet, la vision des parties
prenantes pour l’avenir.

A la fin de leurs interventions plusieurs participants au forum sont intervenus pour faire des
apports et ou pour poser des questions de clarification.

Brève Synthèse du panel

- Le Togo ne dispose pas d’une législation qui régule l’utilisation de l’internet


- Le coût de l’internet et la faiblesse des infrastructures ne favorisent pas l’accès à l’internet
à la majorité
- L’internet demeure un luxe pour un nombre assez important de togolais
- Il n’existe pas de cadre de concertation entre les parties prenantes au développement de
l’internet
- L’internet fait peur à certains acteurs (parents, politiques, religieux)
- Les accessoires pour la connectivité sont très chers (ordinateurs, électricité)
- L’utilisation des mobiles pour se connecter à l’Internet demeure très faible et insignifiante
- Les pouvoirs publics doivent investir pour l’amélioration des infrastructures liés à l’internet

Pour alimenter les échanges, les participants ont été sollicités pour réfléchir autour de quatre
scénarii futuristes sur le développement du réseau au Togo :

1- Quel est votre vision de l’internet dans le meilleur des scénarii dans 10 ans ?
2- Quel sont les pires situations dans lesquelles Internet peut se retrouver dans 10 ans ?
3- Comment imaginez-vous l’Internet géré par les entreprises privé et le marché dans 10 ans ?
4- Comment imaginez-vous l’Internet soumis exclusivement à l’autorité de l’Etat dans 10
ans ?

Les échanges faisant suite à cet exercice ont permis d’adopter les propositions de réponses (Voir
annexe pour les réponses)

Les activités du forum se sont donc poursuivies par les travaux en atelier. Ainsi quatre groupes ont
été formés pour analyser la situation de l’internet au Togo et répondre à deux principales questions.
(voir annexe pour les TDR des commissions)

5
CLOTURE DU FORUM

La clôture du forum a été faite aux environs de 13 heures 30 minutes par les mots de fin du
Coordinateur National du FGI Togo. Il a remercié les participants pour leur disponibilité, les
partenaires techniques et financiers pour leur appui. Le coordinateur a émis le vœu de
continuer les discussions sur internet via la liste de discussion et a aussi souhaité que cet
atelier soit le début de la consolidation d’un espace de discussions permanent autour des
questions liées au développement de l’Internet au Togo.

6
ANNEXES

Annexe 1 : Les tendances de la gouvernance de l’Internet en Afrique de l’ouest, par Nahmsath


YABOURI

Annexe 2 : Approfondir la gouvernance de l’internet au Togo, présentée par Ben AKOH

Annexe 3 : Questionnaire du Panel

1. Qu’est ce qui fait qu’il ya seulement 5% de togolais qui ont accès à internet ?
2. Comment le journaliste Togolais peut-il tirer intérêt d’internet ?
3. Internet peut-il être considéré comme un outil d’expression du public ?
4. Qu’entend-on par ressources critiques de l’Internet ?
5. Quels sont les enjeux de la gestion des ressources critiques au Togo ?
6. Comment utiliser Internet pour augmenter le taux d’alphabétisation au Togo ?
7. Quels sont les risques auxquels sont exposés les internautes et les opérateurs
économiques au Togo ?
8. Avons-nous besoin de lois pour réguler l’utilisation d’internet au Togo ?
9. Que faire pour augmenter le nombre de domaine en .tg au Togo ?
10. Est-ce que le haut débit au Togo doit être une exigence ?

Annexe 4 : Session de question/Réponse

1- Quel est votre vision d’internet dans le meilleur des scénarii dans 10 ans ?
- Internet gratuit et accessible pour tous à haut débit
- Utilisation d’internet dans le domaine éducatif
- Internet comme un outil de développement
- Cyber public presque gratuit et accessible 24 heures sur 24
- Internet comme accélérateur de la démocratie
- Disponibilité de soins médicaux à distance
- Au moins 30% de la population connecté à partir des mobiles
- Subvention de l’Internet par le gouvernement
- Création d’une brigade pour lutter contre la cybercriminalité
- Création de points d’échange Internet entre les différents opérateurs pour router le trafic
local du Togo
- Mettre à disposition des moyens pour faire avancer le système éducatif et la promotion de la
jeunesse
- Disponibilité du triplet (télévision-internet-téléphone) via un même abonnement
- Payement des factures en ligne.

7
2- Quel sont les pires situations dans lesquelles Internet peut se retrouver dans 10 ans ?
- Augmentation de la cybercriminalité
- Accès à la vie privé de tous par tous
- Difficultés de connexion
- augmentation du taux de criminalité
- dépravation des mœurs
- inexistence d’internet au Togo
- coût de plus en plus élevé
- contrôle exclusif de l’état
- pénurie d’emplois
- disparition des méthodes traditionnelles de recherche (les livres)
- internet devient une plate forme d’endoctrinement, d’acculturation, et de dépendance à la
pornographie
- internet prend le pas sur les relations humaines
- trafic de donnés personnel
- internet réduit à la messagerie
- manque de tête pensante au Togo à cause des facilités que donne internet

3- Comment imaginez-vous internet géré par les entreprises privé et le marché dans 10 ans ?
- Innovation, diminution du coût d’internet grâce à la libre concurrence
- Négligence du volet social
- Anarchie, monté du taux de criminalité
- La subvention de l’état ne se fera pas sentir
- Accessibilité pour tous
- Augmentation du débit
- Risque de création de cartel
- Difficulté de collaboration avec les services de sécurités pour lutter contre la cybercriminalité

4- Comment imaginez-vous internet confié exclusivement à l’état dans 10 ans ?


- Bonne lutte contre les cybers criminels
- Développement lent d’internet
- Suppression du réseau en temps de crise
- Manque d’innovation
- Profit au détriment de la population
- Problème de gestion
- Difficulté d’accès aux informations fiables
- Mesures restrictives
- Réduction des libertés.

8
ANNEXE 5 : Résultats des travaux de groupe

Groupe N°1

Termes de référence

- Quel est votre vision d’internet dans le meilleur des scénarii dans 10 ans ?
- Que faut-il faire pour arriver à ce futur ?
- Que faut-il ne pas faire pour arriver à ce futur ?

Rapport

- que faut-il faire pour arriver à ce futur ?


Il faut investir dans les infrastructures d’accès, créer des points d’échange sur tout le
territoire, développer des serveurs racines (root servers), basculer au protocole IPv6, une
subvention de l’état afin de permettre l’accès au matériel de qualité à moindre coût ;
formation à l’utilisation d’internet disponible dès le bas âge au cours primaire.

- Que faut-il ne pas faire pour arriver à ce futur ?


Rester inactif, augmenter les taxes d’importation des matériels, ne pas former et éduquer les
utilisateurs.

Groupe N°2

Termes De Référence

- Quel sont les pires situations dans lesquelles Internet peut se retrouver dans 10 ans ?
- Que faut-il faire pour arriver à ce futur ?
- Que faut-il ne pas faire pour arriver à ce futur ?

Rapport

- que faut-il faire pour arriver à ce futur ?

Il faut taxer les matériels et équipements informatiques et internet, censurer les sites
d’information et l’accès à internet, créer un monopole de l’état sur tout le secteur et
augmenter les prix.

- Que faut-il ne pas faire pour arriver à ce futur ?

Il ne faut pas investir dans l’infrastructure électrique, informatique et internet ; ne pas


légiférer, ne pas créer des commissions informatiques et liberté, ne pas créer d’associations
d’utilisateurs d’internet, ne pas éduquer les utilisateurs, ne pas vulgariser les outils de
navigation anonyme et ne pas créer des brigades anti-cybercriminalité.

9
Groupe N°3

Termes De Référence

- Comment imaginez-vous Internet géré par des entreprises privé dans 10 ans ?
- Que faut-il faire pour arriver à ce futur ?
- Que faut-il ne pas faire pour arriver à ce futur ?

Rapport

- que faut-il faire pour arriver à ce futur ?

instaurer un état démocratique pour une meilleur accessibilité au réseau internet, instaurer
une politique de réduction des coûts et taxes par rapport aux matériels informatiques, à
l’installation et aux droits d’autorisation et de la connexion ; facilitation et émergence de
nouveaux acteurs privés, consolidation du secteur privé, créer une force active de
réclamations.
- Que faut-il ne pas faire pour arriver à ce futur
Il ne faut pas rester inactif, confier et non céder la gestion de l’internet aux entreprises
privés, confier les marchés aux entreprises par des compromis.

Groupe N°4

Termes De Référence

- Comment imaginez-vous internet confié exclusivement à l’état dans 10 ans ?


- que faut-il faire pour arriver à ce futur ?
- Que faut-il ne pas faire pour arriver à ce futur ?

Rapport

- que faut-il faire pour arriver à ce futur ?


monopole de l’état sur le domaine, création d’un cadre réglementaire et légal contraignant
de manière à décourager les opérateurs économiques qui veulent entrer dans le domaine ;
offrir de meilleurs services diversifiés et à moindre coût, installation des infrastructures pour
une vulgarisation notamment les fibres optiques et technologie wifi sur toute l’étendu du
territoire, refus de voter des lois de dégroupage.

- Que faut-il ne pas faire pour arriver à ce futur


Il faut pas que la communication soit maintenu avec les populations, ne pas mettre en
place des réglementations judicieuses du marché et ne pas encourager l’initiative
privé.

10