Vous êtes sur la page 1sur 5

STI(BD) 4SI

Gestion de données

I- Bases de données : (database)

a- Définition :
C’est un ensemble de données non redondantes, structurées et persistances (non volatiles)
relatives à un ou plusieurs domaines du monde réel.
Ex : bd étudiants, bd bibliothèque.
b- Intérêts :
- Centralisation : toutes les données sont stockées sur un serveur appelé serveur de
données et sont donc saisies une seule fois ce qui évite la redondance.
- Indépendance entre données et programmes.
- Intégration des liaisons : liens entre les données.
- Partage de données (évite les concurrences d’accès) : différente utilisateurs accèdent en
même temps aux mêmes données (accès multiples et simultanés).
- Intégrité de données : ensemble de règles (unicité, référence et valeur) appelées
contraintes d’intégrité (tables, référentielles et de domaines) qui décrivent les propriétés
qui doivent être vérifiées par les données pour être enregistrées. Elle permet d’assurer la
cohérence des données.

II- SGBD :
a- Définition
SGBD (Database management system /Système de Gestion de Base de Données ) :
Un système de gestion de base de données (SGBD) est un logiciel qui permet de décrire,
modifier, interroger et administrer les données d'une base de données assurant l’indépendance
entre les données et les programmes.

b- Les composants
Un SGBD est destiné essentiellement aux non informaticiens et leur moteur traduit chaque action
en langage sql.
Il est constitué de deux composants :
-Le moteur : le cœur du logiciel, c'est à dire qu'il assure les fonctions essentielles saisir les
données, les stocker, les manipuler, etc.
-L'interface graphique : permet à l'utilisateur de communiquer commodément avec le logiciel.
c- Comparaison entre Tableur et SGBD
Tableur : logiciel permettant de construire des tableaux.
S.G.B.D : logiciel permettant de gérer des fichiers volumineux.
NB : Un tableur a un nombre limité de cellules alors que le sgbd n’a pas de contrainte sur le
nombre d’enregistrement.
d- Modes d’un SGBD
Pour agir sur les éléments d’une base de données il existe deux modes :

1
Dkhil Ines
STI(BD) 4SI

Mode assisté : permet de créer les éléments de la BD à travers des assistants graphiques destinés
aux personnes non informaticiennes.

Mode commande : permet de gérer les éléments de la base en utilisant le langage SQL SQL
(Structured Query Langage) à travers des requêtes (commandes) SQL.

2
Dkhil Ines
STI(BD) 4SI

e- Les fonctions d’un SGBD


- Définition des données : permet de créer la structure des tables ainsi que de définir les liens
entre les tables (L.D.D : langage de définition ou description des données)
- Manipulation des données : permet d’extraire, d’insérer, de modifier ou de supprimer des
données d’une table. (L.M.D : langage de manipulation des données)
- Intégrité des données : mettre en application un ensemble de règles permettant d’assurer la
cohérence de la BD.
- la gestion des accès concurrents : permet de gérer les conflits d’accès à travers un partage
transparent de la BD.
- la confidentialité : elle est assurée à travers l’instauration de privilèges et de mots de passe.
Tous les utilisateurs n’ont pas les mêmes droits.
- la sécurité de fonctionnement : permet de retrouver un état cohérent après une panne
matérielle ou logiciel à travers (restauration/sauvegarde ou annulation d’une transaction)
f- Exemples de SGBD
Oracle, Microsoft SQL Server, MySQL (logiciel libre), Microsoft Access,Microsoft
FoxPro,DB2 d’IBM, Interbase, Ingres
III- Concepts fondamentaux d’une base de données relationnelle

a- Les tables
Une table est une collection de données relatives à un sujet spécifique du monde réel. Ces
Données sont organisées en colonnes et en lignes :
Exemple de table : table ELEVE dans une base de données « GESTION DE NOTES»

IdEL NomEL DanEL


123 Tijani 03-03-1996
145 Mejri 06-06-1996

Les champs de la table ELEVE sont :


IdEL, NomEL, DanEL.
Les enregistrements de la table ELEVE sont :
123 Tijani 03-03-1996
145 Mejri 06-06-1996
b- Champ (colonne, propriété ou column) :
Dans une table une colonne est une propriété élémentaire de l’objet décrit par cette table.
Il est caractérisé par : un nom, un type de données, une taille éventuelle, indicateur de présence
(oui/non), valeur par défaut, règle indiquant les valeurs autorisées.
Exemple : Cas de la table eleve.

Liste des colonnes


Nom de la Type de Taille Obligatoire Valeur par Valeurs Sujet
colonne données défaut autorisées
idEl Numérique 4 Oui >0
NomEl Texte 20 Oui Eleve
DanEl Date/heure Non Date système

3
Dkhil Ines
STI(BD) 4SI

c- Les lignes (enregistrements, occurrence, n-uplets, tuples, row, record).


Une ligne (enregistrement) représente une occurrence du sujet représenté par la table.

idEl NomEL DanEL


123 Tijani 03-03-1996
145 Mejri 06-06-1996
2 enregistrements

d- La clé primaire (primary key).


Clé primaire (identifiant /primary key) : c’est un identificateur unique pour la table qui
correspond à un champ ou un ensemble de champs qui permet d’éviter la redondance (répétition
des données).
e- La clé étrangère (foreign key).
Lien entre les tables (Clé étrangère / foreign key) :
Un lien entre deux tables A et B est représenté par l’ajout dans la table B d’un nouveau champ
correspondant à la clé primaire de la table A. ce nouveau champ est appelé Clé étrangère
On a trois types de liens
- Un à un
- Un à plusieurs
- Plusieurs à plusieurs

➢ lien de type 1- plusieurs (1- ∞)

➢ lien de type 1- plusieurs (∞- ∞)

Exemple :

Table mère Table fille Clé primaire Clé étrangère

Elève Note CodEl CodEl

Matiere Note CodMat CodMat

4
Dkhil Ines
STI(BD) 4SI

f- Contraintes d’intégrités :
Contraintes d’intégrités : ensemble de règles appliquées assurant la cohérence de la base de données au
cours de la démarche de détermination de la structure.
Table : une table doit toujours avoir une clé primaire unique et non nulle.
Référentielle : les valeurs prises par la clé étrangère d’une table fille doivent correspondre aux valeurs
prises par la clé primaire de la table mère.
Domaine : Règles de validité des valeurs qui peuvent être prises par cette colonne (ex : note doit être
comprise entre 0 et 20).

IV- Représenter la structure d’une base de données :


Cette représentation est appelée modèle ou schéma.

a- Représentation textuelle :
Livre (Codelivre, titre, Auteur, Annee, nbr_page)
Prets (numeropret, date, duree, codelivre#, codeabonne)

b- Représentation graphique

5
Dkhil Ines

Vous aimerez peut-être aussi