Vous êtes sur la page 1sur 5

Matière Radiocommunication Semestre 1, 1ère master Système des télécommunications

Chapitre 3. Réflexion sur le sol


III.1 Etude d’une liaison sans obstacle
Nous considérons ce schéma de transmission des ondes électromagnétiques entre un émetteur vers
un récepteur.

r1
R
E

r r2
T
D
Fig. III.1 : Réflexion sur le sol sans obstacle
Le champ total reçu au point R sera la somme de deux champs :
- Le 1er c’est le champ direct parcourant la distance r1 :

j (  t  k .r )
E  E .e 1 (III.1)
d 0

- Le 2ème c’est le champ indirect reçu au point R par réflexion au point T parcourant ainsi une
distance r2 :

j (  t  kr ) r j ( t  k ( r  r ))
E  E .e . 1  .e 2 1
(III.2)
r 0 r
2

j ( t  k .r ) r j (  t  k ( r  r ))
E  E  E  E .e 1  E . e j (  t  kr ) . 1  . e 2 1
T 1 2 0 0 r
2
Donc :
Avec r=r1-Δε
Alors :

 r
1 j ((  t    )  k ( r  r )) 
E  E .1   .e 2 1 
T d  r  (III.3)
2

 r
1  .e j (    ' )

E  E .1  
T d  r 
2

On définit ainsi les pertes de la liaison par :


 ET  (III.4)
 ( dB )  20 log  
 Ed 
 
 r 
 ( dB )  20 log  1  1  .e j (    ' ) 
 r 
 2 

Page | 12
Matière Radiocommunication Semestre 1, 1ère master Système des télécommunications

Avec ρ représente le facteur de réflexion du sol


k=2.π/λ (Constante de propagation)
φ=ωt+kΔε correspond aux variations de phase dues aux réflexions sur le sol
φ’=k(r2-r1) correspond aux variations de phase dues à la différence de parcours entre l’onde
directe et l’onde réfléchie.

III.2 Etude d’une liaison avec irrégularités au sol


Par irrégularité on parle de maisons, d’arbres et de vague dans le cas de la mer.
r1
R
E T’ r2
r
ɸ’
ɸ h

T
D

Fig. III.2 : Réflexion sur le sol avec présence des irrégularités

Dans ce cas la réflexion s’effectuera au pont T’, on doit ajouter aux expressions précédentes un
déphase supplémentaire dû à la régularité de hauteur h tel que :

 "  k . QT  TQ '   k . h sin   sin  '  (III.5)

III.3 Etude d’une liaison avec obstacle


Par obstacle on parle de montagne par exemple où l’émetteur et le récepteur ne sont pas en visibilité
directe.

r1
R
E T’ r2
r
ɸ’
ɸ h

T
D
Fig. III.3 : Réflexion sur le sol avec obstacle

Dans ce on aura deux trajets :


- Le 1er entre l’émetteur et l’obstacle : Ici l’obstacle joue le rôle d’un récepteur et les pertes de
cette liaison sont données par :

 r 
 ( dB )  20 log  1  1  . e j (    ' )  (III.6)
1  r 
 2 

Page | 13
Matière Radiocommunication Semestre 1, 1ère master Système des télécommunications

Où φ’=k(r2-r1)

- Le 2ème entre l’obstacle et le récepteur : Ici l’obstacle joue le rôle d’un émetteur et les pertes de
cette liaison sont données par :

 r 
 ( dB )  20 log  1  1  .e j (    ' )  (III.7)
2  r 
 2 
Où φ’=k(r’2-r’1)

III.3.1 Pertes par diffraction


Au point M du sommet de la montagne, on reçoit une partie d’énergie des ondes
électromagnétiques qui sera transmise au récepteur, Dans ce cas on définit les pertes par diffraction
par

1  ( d 1 .d 2 )
Ad ( dB )  20 log (III.8)
2 . .H d1  d 2
0
III.3.2 Pertes totales
C’est la somme de toutes les pertes :
AT(dB)=α1(dB)+α2(dB)+Ad(dB) (III.9)

III.4 Hauteur d’une antenne pour avoir la visibilité optique et radioélectrique


Soit le schéma suivant :
Hr
d
h h

R
 R

Fig. II.4 : Hauteur optique et radioélectrique de l’antenne

- La hauteur h de l’antenne pour avoir la visibilité optique :

R 2 2
 d / 2   ( R  h ) 2  d / 2   R
2 2
 h 2
 2 . R . h avec h  R (h 2
 0) (III.10)

d2
Alors h optique 
8 .R

- La hauteur pour avoir la visibilité radioélectrique :

d2 1 (III.11)
Alors h optique    .d
8 .R 2

Page | 14
Matière Radiocommunication Semestre 1, 1ère master Système des télécommunications

Chapitre 4. Etude des liaisons en espace libre


IV.1 Relation entre le gain et la surface équivalente d’une antenne
Le gain d’une antenne est le rapport de la puissance rayonnée par unité d’angle solide dans une
direction donnée à la puissance que rayonnerait par angle solide à une distance d :
P1
Ge  (IV.1)
Pe / 4. .d 2

 P : densité de puissance rayonnée par l' antenne à la distance d (watt/m²)


Où :  1
 Pe : puissance de l' antenne (watt)
La puissance reçue par une antenne est telle que :

Pr  P1 .Sr (watt) (IV.2)


Sr (m²) est homogène à une surface appelée surface équivalente d’une antenne

Pe.Ge
Pr  .Sr (watt)
4. .d ² (IV.3)
D’où :
Une antenne peut être utilisée à l’émission ou à la réception. Il doit y avoir une relation entre le gain
et la surface équivalente :
A l’émission :

4. .Se (IV.4)


Ge 
²

A la réception :
4. .Sr (IV.5)
Ge 
²
IV.2 Equations des télécommunications pour une liaison sans relais passif
Soit un émetteur et un récepteur :

Pe Pr
  (IV.6)
Emetteur : Ge Récepteur : Gr
Se Sr
 
La puissance reçue dans ce cas sera :

2
Pe.Ge Pe.Ge Gr. ²   
Pr  .Sr  .  Pr  Pe.Ge.Gr.  (IV.7)
4. .d ² 4. .d ² 4.  4. .d 
Par conséquent, l’affaiblissement de la liaison est :

2
Pe  4..d  1 1 4..d
   . .  (dB)  20. log  Ge(dB)  Gr(dB)
Pr    Ge Gr 

Page | 15
Matière Radiocommunication Semestre 1, 1ère master Système des télécommunications

IV.3 Equations des télécommunications pour une liaison avec relais passif

En présence d’un relais (satellite passif), on obtient cette configuration :

Relais passif

E R

- La densité de puissance rayonnée par l’émetteur à la distance d1 :

Pe.Ge
4. .d 12
2
Pe.Ge   
2
.S R  Pe.Ge.G R . 
4. .d1  4. .d1 
- La puissance interceptée par le relais :

2 2
2      
Pr  Pe.Ge.G .Gr 
R
 . 
 4. .d1   4. .d 2 

- La densité de puissance émise par le relais à la distance d2 :

2
  
2 1
Pe.Ge.G . R
 . 2
(IV.8)
 4. .d1  4. .d 2
- La puissance captée par le récepteur r :
L’affaiblissement de la liaison :
Avec :

2 2
Pe  4..d1  1 1   4..d2  1 1 
     . . .  . .   (dB)  1 (dB)  2 (dB) (IV.9)
Pr    Ge GR     Gr GR 
 
1 2

4. .d 2
 2 (dB)  20. log  Gr (dB)  G R (dB)

4. .d1
 1 (dB )  20. log  Ge(dB )  G R (dB )

Page | 16

Vous aimerez peut-être aussi