Vous êtes sur la page 1sur 16

Chapitre 1

PROPRIETES DES FLUIDES

Plan du chapitre

1 Introduction

2 Définition physique d’un fluide

3. Fluide parfait, fluide réel, fluide incompressible et fluide compressible

3.1 Fluide parfait ou idéal


3.2 Fluide réel ou visqueux
3.3 Fluide incompressible ou iso-volume
3.4 Fluide compressible ou expansible
4 Caracteristiques physiques

4.1 Masse volumique


4.2 Poids volumique
4.3 Densité
4.4 Compressibilité
4.5 Coefficient de dilatation isobare
5. Rhéologie d’un fluide

5.1 Viscosité
5.1.1 Définition
5.1.2 Unités de la viscosité
5.1.3 Variation de la viscosité avec la température
5.1.4 Variation de la viscosité avec la pression
5.1.5 Variation de la viscosité avec le taux de cisaillement
5.1.6 Variation de la viscosité avec le temps
5.2 Viscosimétrie

6. Nomenclature

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 1 de 16


1 Introduction

La mécanique des fluides (fluid mechanics, en anglais) est une branche de la physique qui a pour objet
l’étude du comportement des fluides (liquides et gaz) au repos et en mouvement (écoulement). Cette
science comprend trois grandes parties:

- la statique des fluides ou l’hydrostatique ou encore l’aérostatique qui étudie les fluides au repos.

-la cinématique des fluides qui permettent d’étudier le mouvement des particules de fluide sans faire
intervenir les forces qui produisent ce mouvement. Cette partie est très importante car elle prépare le
chapitre sur la dynamique des fluides.

- la dynamique des fluides qui étudie les fluides en mouvement. Dans cette partie, nous tenons compte
des différentes forces agissant sur les particules fluides en mouvement.

On distingue également d’autres branches liées à la mécanique des fluides telles que :

l'hydraulique, l'hydrodynamique, l'aérodynamique, les turbomachines, la météorologie, la


climatologie, l’océanographie, la lubrification fluide ou encore la biomécanique (l’hémodynamique), …

La mécanique des fluides se base théoriquement sur l’application des principes généraux de la
mécanique & la thermodynamique des milieux continus (MMC & TMC) à une masse fluide.

La mécanique des fluides numériques (CFD ou Computational Fluid Dynamics, en anglais), qui utilise
des méthodes numériques, est un domaine très actif de la recherche. Cette technique permet de
simuler, à l’aide de codes de calculs comme FLUENT, POLYFLOW , ..., les écoulements des fluides en
résolvant les équations qui les régissent (équations de Navier-Stokes, équations d’énergie, …) à l'aide
de calculateurs très puissants tels que les supercalculateurs.

2 Définition physique d’un fluide

Un fluide est un corps formé d'un grand nombre de particules matérielles, très petites et libres de se
déplacer les unes par rapport aux autres. C’est donc un milieu matériel continu, déformable, sans
rigidité et qui peut s'écouler. Les forces de cohésion entre particules élémentaires sont très faibles de
sorte que le fluide est un corps sans forme propre qui épouse la forme du récipient qui le contient, par
exemple: les métaux en fusion (alliages de fer, de cuivre et d’aluminium) sont des fluides qui
permettent par moulage d'obtenir des pièces brutes de formes complexes (carters, boitiers, …).

Pour pouvoir utiliser les lois fondamentales ou de conservation de la MMC (masse-quantité de


mouvement-moment de la quantité de mouvement-énergie), le milieu fluide est supposé être continu.

Parmi les fluides, on distingue les liquides qui sont des fluides incompressibles ou iso-volumes
caractérisés par une masse volumique constante et les gaz qui sont des fluides compressibles ou
expansibles dont la masse volumique est largement plus faible que celle des liquides.

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 2 de 16


3. Fluide parfait, fluide réel, fluide incompressible et fluide compressible

3.1 Fluide parfait ou idéal (inviscid fluid)

Soit un système ou un volume fluide délimité par une surface fermée Σ figure 1.1. Notons par ⃗ la
force d’interaction au niveau de la surface élémentaire dS de normale ⃗⃗ entre le fluide et le milieu
extérieur. Cette force peut être décomposée en deux composantes :

- une composante ⃗⃗⃗⃗ tangentielle à dS,


- une composante ⃗⃗⃗⃗⃗ normale à dS.

Un fluide est dit parfait s'il est possible de décrire son mouvement sans prendre en compte les effets
de frottement ; c’est à dire quand la composante ⃗⃗⃗⃗ est nulle. Autrement dit, la force ⃗ est toujours
normale à l'élément de surface dS.

Fig. 1.1 Représentation schématique des forces de surface

Un fluide parfait est donc un fluide n’offrant pas de résistance à l’écoulement ; c’est-à-dire un fluide
non visqueux (viscosité nulle) dépourvu de frottement.

3.2 Fluide réel ou visqueux (viscous fluid)

Un fluide parfait est un modèle simplifié pratiquement inexistant dans la nature. Dans un fluide réel,
les forces tangentielles de frottement interne qui s’opposent au glissement relatif des couches fluides
sont prises en considération. Ce phénomène de frottement visqueux apparaît seulement lors du
mouvement du fluide, c’est la conséquence de sa viscosité. Un fluide réel est donc un fluide qui
présente une résistance à l’écoulement.

C’est uniquement au repos, c’est-à-dire en statique des fluides qu’on admettra que le fluide réel se
comporte comme un fluide parfait.

3.3 Fluide incompressible ou iso-volume

Un fluide est dit incompressible ou iso-volume lorsque le volume occupé par une masse donnée ne
varie pas en fonction de la pression extérieure ; c’est-à-dire sa masse volumique reste constante
pendant l’écoulement. Les liquides tels que l’eau, l’huile, … peuvent être considérés comme des fluides
incompressibles.

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 3 de 16


3.4 Fluide compressible ou expansible

Un fluide est dit compressible lorsque le volume occupé par une masse donnée varie en fonction de la
pression extérieure. Les gaz tels que l’air, l’hydrogène, … sont des fluides compressibles.

4 Caracteristiques physiques

Les propriétés les plus importantes du point de vue mécanique sont :

4.1 Masse volumique (density)

La masse volumique d’un corps, notée par la lettre grecque  (rho), est le rapport entre la masse et le
volume occupé. En général, la masse volumique dépend de la température et de la pression. Lorsque 
dépend seulement de la pression, on dit que le fluide est barotrope. Pour un fluide incompressible, elle
est constante.

(1.1)

où m est la masse et V le volume.

Dans le système M, L, T (Masse, Longueur, Temps), l’équation dimensionnelle de  est :

[ ]

On peut passer du système M, L, T vers n’importe quel autre système d’unité :

-Dans le système d’unité C.G.S (Centimètre.Gramme.Seconde),  s’exprime en (g.cm-3).

-Dans le système d’unité anglo-saxon,  s’exprime en (lbm.in-3 ou lbm.ft-3 ou encore

slug. ft-3) où lbm est le pound mass.

-Dans le système d’unité international (SI),  s’exprime en (kg.m-3).

Ordre de grandeur de la masse volumique de quelques fluides :

Fluide Température (°C)  (kg.m-3)


à la pression
atmosphérique standard
Benzène 20 895.
Pétrole brut (crude oil) 20 856.
Hydrogène -257 72.
Kérosène 20 808.
Mercure 20 13550.
Huile moteur (SAE 10) 20 918.
Eau 20 998.
Air -40 1.515
Air 20 1.205
Air 200 0.747

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 4 de 16


4.2 Poids volumique (specific weight)

On définit le poids volumique ou le poids spécifique par :

dont l’équation dimensionnelle est : [ ] ML-2T-2 (1.2)

g étant l’accélération de la pesanteur=9.81 m.s-2.

Dans le système internationale SI,  s’exprime en (kg.m-2.s-2) ou encore (N.m-3).

4.3 Densité

La densité est le rapport de la masse volumique du fluide à la masse volumique d’un fluide de
référence. Dans le cas des liquides, on prendra l’eau comme fluide de référence. Dans le cas des gaz, le
fluide de référence est l’air. Il s’agit donc d’une grandeur sans dimension et la densité de l’eau est
égale à un.

4.4 Compressibilité (compressibility)

La compressibilité d’un corps représente la variation de volume du corps due à une variation de
pression. Le coefficient de compressibilité isotherme (à température constante) se calcule par :

( ) ( ) (1.3)

où est le volume massique ou spécifique qui représente le volume occupé par la masse unité
d’une substance.


Dans la pratique, ce coefficient se calcule par : où ⁄ représente la variation relative du
volume.

La notion de compressibilité permettra de distinguer les liquides des gaz.

Notons que le signe (-) dans l’expression de provient du fait que la variation de volume avec la
pression étant le plus souvent négative, cette définition rend la compressibilité positive.

Dans la littérature, on définit aussi le module de compressibilité K (bulk modulus, en anglais) comme
l’inverse du coefficient de compressibilité isotherme , soit :

(1.4)

4.5 Coefficient de dilatation isobare (Dilatation coefficient)

Ce coefficient donne l’augmentation relative de volume avec la température lorsque la pression reste
constante, il se définit par :

( ) ( ) (1.5)

Pour un gaz parfait dont l’équation d’état est : où , on a :

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 5 de 16


et .

5. Rhéologie d’un fluide

La rhéologie (du grec rheo : couler et logos : étude ou science) est l’étude de la déformation et de
l’écoulement de la matière (fluide, solide ou semi-solide) sous l’effet d’une contrainte appliquée. Les
études rhéologiques permettent de déterminer les lois de comportement de la matière à l’aide d’essais
expérimentaux ; c’est-à-dire les relations qui lient les contraintes ou tensions de cisaillement aux
vitesses ou taux de cisaillement dans le cas des fluides. Le diagramme représentant la variation de ces
contraintes en fonction du taux de cisaillement s’appelle le rhéogramme du fluide obtenu à l’aide d’un
appareil dénommé rhéomètre. Si cette variation est linéaire, le fluide est dit Newtonien. C’est le cas de
l'eau, l'air et la plupart des gaz. En revanche, si cette variation est non linéaire, le fluide est alors non
Newtonien. Le sang, le liquide synovial, les gels, les boues, les pâtes, les suspensions, les émulsions, le
lait, le blanc d’œuf, …. sont considérés comme des fluides non Newtoniens.

La viscosité des fluides newtoniens est indépendante du temps et ne varie pas avec le taux ou la
vitesse de cisaillement. De plus, les contraintes de cisaillement dans le cas Newtonien s’annulent
immédiatement lorsque l’écoulement est arrêté. Le rhéogramme est donc une droite passant par
l’origine.

Toute déviation de ces hypothèses est le signe d’un comportement non-newtonien.

Les fluides non newtoniens ont la particularité d'avoir leur viscosité qui varie avec la vitesse de
cisaillement. C’est le cas des fluides rhéo-épaississants (shear thickening fluids) lorsque la viscosité
augmente avec la vitesse de cisaillement et des fluides rhéo-fluidifiants (shear thinning fluids) lorsque
la viscosité diminue avec la vitesse de cisaillement (rate of shear).

Il convient de noter que le comportement Newtonien d’un fluide est analogue en mécanique du solide
au comportement Hookéen ou élastique d’un corps.

Ce cours est limité uniquement à l’étude du comportement statique et dynamique des fluides
incompressibles newtoniens supposés homogènes et isotropes.

5.1 Viscosité (Viscosity)

5.1.1 Définition

Selon la norme N.F. T 60-100 de novembre 1959 :" la viscosité d’un liquide est la propriété de ce
liquide, résultant de la résistance qu’opposent ses molécules à une force tendant à les déplacer par
glissement dans son sein ". Ainsi, la viscosité d’un fluide est la résistance opposée par ce fluide à sa
mise en mouvement.

La force de résistance peut être calculée par la loi de Newton relative à l’écoulement laminaire d’un
fluide (écoulement de Couette) entre une surface mobile animée d’une vitesse uniforme U et une
surface fixe (figure 1.2) :

̇ (1.6)

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 6 de 16


où : est la contrainte de cisaillement, est un coefficient caractéristique du fluide appelé
coefficient de viscosité dynamique ou absolue et ̇ est le taux de cisaillement ou le gradient
de vitesse ou encore le taux de déformation.

Pour visualiser le cisaillement survenant dans un film fluide, il faut imaginer que le film se compose de
plusieurs couches (pellicules) semblables à des cartes d'un jeu ou des feuilles d'une ramette de papier.
La couche liquide en contact avec la plaque mobile s'accroche ou s’adsorbe à sa surface et toutes les
deux se déplacent à la même vitesse U. De même, la couche liquide en contact avec la deuxième
surface fixe est stationnaire. Entre ces deux surfaces les différentes couches du fluide se déplacent à
des vitesses directement proportionnelles à leur distance de la surface fixe ; c’est-à-dire : ( ) .
Par exemple, à une distance y de la surface fixe la vitesse de la couche de fluide est u, et devient u + du
à la distance y + dy.

Fig. 1.2 Ecoulement laminaire entre deux plaques parallèles

Plus le fluide est visqueux, plus il s’oppose à sa mise en mouvement figure 1.3.

Fig. 1.3 Ecoulements de fluides peu visqueux et très visqueux

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 7 de 16


En étudiant le rapport entre F/S (homogène à une contrainte) et U/h (homogène au gradient de la
vitesse), nous mettons en évidence plusieurs types de comportement rhéologique de fluides (figure
1.4).

τxy = F/S Plastique


Plastique de Bingham

Rhéofluidifiant

Fluide newtonien

Rhéo-épaississant

Fluide parfait du U

dy h

Fig. 1.4 Rhéogrammes de fluides Newtonien et non Newtonien

5.1.2 Unités de la viscosité

De la relation (1.6), on tire immédiatement l’équation dimensionnelle de la viscosité dynamique µ :


[ ]

En dynamique des fluides, on introduit en général dans les équations la quantité :

(1.7)

où : est la viscosité cinématique et ρ la masse volumique du fluide.

L’équation dimensionnelle de est : [ ]

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 8 de 16


Dans le système normalisé (S.I.), l’unité de viscosité dynamique est le Pascal-seconde (Pa.s) identique
au Poiseuille ( ) anciennement utilisé dans le système M.K.S.A, du nom du médecin français Jean-
Louis-Marie Poiseuille (1Pa.s=1N.s/m2). C’est le coefficient de proportionnalité d’un fluide dans lequel
la contrainte de cisaillement xy est 1 N/m2 pour un gradient de vitesse ̇ de 1 s-1. Sa valeur
numérique correspond à la pente de la droite ; c’est-à-dire : ( ) (figure 1.4).

Dans le système C.G.S., l’unité de viscosité dynamique est le Poise (Po, en abrégé) correspondant aux
cinq initiales de Poiseuille (1Po=1g/cm.s). Ces unités étant généralement trop grandes pour les fluides
couramment employés telles que les huiles, on utilise souvent le milli-Pascal-seconde (mPa.s) ou le
centi-Poise (cPo) qui correspond sensiblement à la viscosité de l’eau à 20°C.

Dans le système anglo-saxon, l’unité de viscosité dynamique est : (lbf.s/ft2) ou encore (lbf.s/in2) appelé
aussi (Reyn) correspondant aux quatre initiales du nom du physicien irlandais Osborne Reynolds.

L’unité de viscosité cinématique, dans le système C.G.S. est le Stokes (St, en abrégé) ou (cm2/s). Dans la
pratique, on utilise le centi-Stokes (cSt) ou (mm2/s). Il n’existe pas de nom particulier à l’unité de
viscosité cinématique dans le système S.I.

Dans le système anglo-saxon, l’unité de viscosité cinématique est : (ft2/s) ou (in2/s).

Le tableau suivant résume les données relatives aux unités de viscosité :

Système normalisé
Système C.G.S.
Viscosité Dimension Correspondance
S.I.

Pascal-seconde
1 cP = 1 mPa.s =
μ ( dynamique) M L-1 T-1 Poise (Po) = g/cm.s (Pa.s)=
kg/m.s=N.s/m2 10-3 Pa.s

ν (cinématique) L2 T-1 Stokes (St) = cm2/s m2/s 1 cSt= 1mm2/s

Le tableau suivant donne une correspondance entre les différentes unités de viscosité :

Pour convertir Multiplier par Pour obtenir


cSt ou mm2/s 10-6 m2/s
ft2/s 9.290304×10-2 m2/s
in2/s 6.4516×10-4 m2/s
cPo ou mPa.s 10-3 Pa.s
lb.s/ft2 47.88026 Pa.s
Po 10-1 Pa.s
lb.s/in2 ou (Reyn) 6.894757×103 Pa.s
lb ou lbf=pounds of force
Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 9 de 16
Dans le tableau suivant, nous reportons à titre d’exemple la viscosité dynamique de quelques fluides
donnée pour une température de 20°C (sauf indication contraire):

Fluide Viscosité dynamique µ


(mPa.s ou cPo)
Air à 18°C 0.0182
Air à 229°C 0.02638
Eau 1.002
Eau à 100°C 0.282
Huile d’olive 84.
Miel 10000.
Ketchup 50000.
Mercure 1.5
Zinc à 500°C 2.8
Plomb à 500°C 1.85

5.1.3 Variation de la viscosité avec la température

En général, les fluides ont une viscosité qui varie sensiblement avec la température. Cette variation qui au
voisinage de 20°C est de 2.5% par degré pour l’eau peut atteindre 10 à 15% par degré pour les huiles
minérales. La viscosité d’un liquide est une fonction décroissante de la température, elle chute très rapidement
aux basses températures puis plus lentement aux températures élevées comme il est illustré sur la figure 1.5.

Plusieurs lois de variation viscosité-température sont proposées dans la littérature. Parmi ces lois, on peut
utiliser :

( ) avec (1.8)

où μ0 est la viscosité dynamique à une température T0 donnée, T la température absolue et où a, b, c et le signe


(+) ou (-) sont à déterminer pour chaque lubrifiant.

On peut utiliser aussi la loi de Mac Coull et Walther :

( ( )) ( ) (1.9)

où est la viscosité cinématique en cent-Stokes (cSt) ou (mm2/s), a, m et n des constantes qui dépendent du
fluide, et T la température absolue en (K), T(°K) = T ( °C ) +273. La valeur de a est comprise entre 0.6 et 0.75.
La constante a est égale à 0.6 pour ν > 1,5 cSt (cas des huiles lubrifiantes).

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 10 de 16


Fig. 1.5 Variation viscosité-température d’huiles de base minérales et synthétiques de même grade
ISO de viscosité VG 68

Si le domaine de variation en température est restreint, on peut utiliser le modèle


mathématique suivant :

 (T )  0 e  (T T )
0
(1.10)

où :

β : coefficient de thermo-viscosité du fluide en (°C-1)

T0 : température de référence en (°C)

μ0 : viscosité dynamique mesurée à T = T0 .

La viscosité des gaz augmente avec la température mais cette augmentation est très faible ; elle est de l’ordre de
0.1% par degré. On considère généralement que la viscosité des gaz est constante. Pour calculer la viscosité
dynamique d’un gaz à une température donnée, on peut utiliser la loi de Sutherland :


( ) √ (1.11)

où : T est la température absolue en (K) et μ0 est la viscosité dynamique à la température T0=0°C

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 11 de 16


S est une constante caractéristique du gaz (S=114 K pour l’air).

5.1.4 Variation de la viscosité avec la pression

Les liquides ont une viscosité qui croît avec la pression (figure 1.6). Ce phénomène présente une importance
pratique car dans les mécanismes lubrifiés, l’huile lubrifiante subit des pressions importantes qui peuvent
atteindre 1 GPa (Giga-Pascal=109 Pa), c’est le cas des contacts lourdement chargés rencontrés dans les
roulements, les engrenages, etc.

Notons que les fluides de faible viscosité telle que l’eau sont moins affectés par une augmentation de pression
que les fluides de grande viscosité telles que les huiles. Pour caractériser cet effet, dit piézo-visqueux, on utilise
pour certaines huiles minérales (naphténiques) une relation de la forme :

( )
( ) (1.12)

où : p est la pression, la viscosité dynamique à la pression atmosphérique et α* le coefficient de


piézoviscosité dont la valeur dépend du fluide et qui s’échelonne généralement entre 5×10-9 et 40×10-9 Pa-1.

Fig. 1.6 Variation de la viscosité dynamique d’une huile minérale avec la pression

Notons aussi que la viscosité des gaz est indépendante de la pression dans la mesure où les lois des
gaz parfaits sont applicables.

A titre d’exemple pour l’atmosphère terrestre (température et pression variables), on a :


Altitude, Température, Pression, Poids Masse Viscosité Viscosité
(km) (°C) (kPa), abs volumique , volumique dynamique μ, cinématique ,
(N/m3) , (kg/m3) (Pa.s) (cSt) ou
(mm2/s)
0 15.0 101.33 12.01 1.225 1.79×10-5 14.6
10 -49.9 26.50 4.04 0.414 1.46×10-5 35.3
20 -56.5 5.53 0.87 0.089 1.42×10-5 159.5
30 -40.2 1.20 0.18 0.018 1.51×10-5 839.0

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 12 de 16


On observe que la viscosité cinématique de l’air augmente considérablement avec l’altitude à cause de
la variation de masse volumique.

5.1.5 Variation de la viscosité avec le taux de cisaillement

Des essais réalisés sur des rhéo-viscosimètres de Couette à des taux de cisaillement supérieurs à 106 s-1
montrent que la viscosité du fluide varie lorsque le taux de cisaillement augmente (figures 1.7 et 1.8).
Celle-ci diminue dans le cas des fluides non Newtoniens rhéo-fluidifiants dits aussi fluides pseudo-
plastiques (cas des huiles minérales dopées ou additivées) et augmente dans le cas des fluides non
Newtoniens rhéo-épaississants dits aussi fluides dilatants.

Dans le cas des huiles lubrifiantes, cet effet peut être réversible comme il peut aussi être permanent, il
correspond alors à une dégradation de l’huile par rupture de certaines chaînes moléculaires.

Fig. 1.7 Variations de la viscosité cinématique des lubrifiants en fonction du taux de cisaillement

Fig. 1.8 Variations de la viscosité avec le taux de cisaillement pour une solution aqueuse de polyacrylamide, du
sang et d’une suspension de particules de polymère (latex) dans l’eau

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 13 de 16


5.1.6 Variation de la viscosité avec le temps

Certains fluides présentent une modification de la viscosité avec le temps, sous des conditions de taux
de cisaillement constant. Il y a deux catégories à considérer :

la thixotropie :

un fluide thixotrope subit une décroissance de viscosité avec le temps, lorsqu'il est soumis à un
cisaillement constant.

la rhéopexie :

C'est essentiellement le comportement opposé du comportement thixotrope ; c’est-à-dire la viscosité


du fluide augmente avec le temps lorsqu'il est soumis à un taux de cisaillement constant.

5.2 Viscosimétrie (Viscometry)

Pour mesurer la viscosité des liquides, on emploie des appareils qu’on appelle viscosimètres qui se rangent en
deux catégories : les viscosimètres absolus pour la mesure de la viscosité dynamique ou absolue et les
viscosimètres empiriques pour la mesure de la viscosité cinématique.

-Viscosimètres absolus :

Il en existe plusieurs types (viscosimètres à capillaire basés sur l’utilisation de la loi de Poiseuille,
viscosimètres de Couette basés sur l’expérience de Couette, les viscosimètres à disque et les
viscosimètres à chute de bille basés sur l’utilisation de la loi de Stokes).

-Viscosimètres empiriques :

Dans ces appareils, dont les plus courants sont les viscosimètres Saybolt (Etats unis), Redwood
(Angleterre) et Engler (Europe continentale), on mesure le temps d’écoulement d’un volume donné de
fluide à travers un ajutage généralement formé d’un tube étroit et court. Les mesures sont
généralement faites pour des températures fixées à l’avance pour lesquelles le dispositif est étalonné.
A chaque type de viscosimètre correspond une unité de viscosité qui lui est propre. Ces appareils
donnent une viscosité cinématique car l’écoulement s’effectue sous l’action de la pesanteur et donc
fait intervenir la masse volumique du fluide. Le tableau suivant résume les principes de mesure
concernant les 3 viscosimètres empiriques :

Il existe, pour le viscosimètre Engler, une relation dite de Ubbelohde valable quelque soit la
température qui permet de déterminer la viscosité cinématique :

( ) où E est la viscosité exprimée en degrés Engler (E>3).

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 14 de 16


Nom du Quantité d’huile Expression des Températures de Unité de viscosité
viscosimètre (cm3) résultats référence
ENGLER 200 Temps
d’écoulement de 20 °C Degré Engler (E)
l’huile divisé par 50°C
celui de 200cm3 100°C
d’eau à 20°C 150°C
SAYBOLT 60 Temps 70°F
d’écoulement en 100°F Second Saybolt
secondes 130°F Universal (SSU)
210°F
REDWOOD 50 Temps 70°F
d’écoulement en 100°F Second Redwood
secondes 140°F
200°F

°F=Degré Fahrenheit, ( ) ( ( ) )

6 Nomenclature (principales notations utilisées dans ce chapitre)

Symbole Définition Unité S.I.


Cp capacité calorifique ou chaleur massique du fluide à J/kg.K ou
pression constante J/kg.°C
Cv capacité calorifique ou chaleur massique du fluide à J/kg.K ou
volume constant J/kg.°C
F force N
g accélération de la pesanteur m/s2
h hauteur de l’écoulement m
K module de compressibilité du fluide Pa
m masse kg
p pression Pa ou
N/m2
S surface m2
T température K (Kelvin)
U vitesse de la paroi m/s
=1/ volume massique m3/kg
V volume m3
α coefficient de dilatation du fluide °C-1 ou K-1

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 15 de 16


α* coefficient de piézo-viscosité du fluide Pa-1
β coefficient de thermo-viscosité du fluide °C-1
 poids volumique ou spécifique N/m3
̇ ̇ taux de cisaillement ou vitesse de cisaillement ou s-1
gradient de vitesse ou taux de déformation
µ viscosité dynamique ou absolue Pa.s
= µ/ viscosité cinématique m2/s
contrainte de cisaillement visqueuse N/m2
contrainte seuil (fluide de Bingham) N/m2
() fonction exponentielle
() () ( ) logarithme décimal
() logarithme népérien
°C degrés celsius ou degré centigrade
°F Degré fahrenheit

Jean Louis Marie Poiseuille 1797-1869 Claude Louis Marie Henri Navier 1785-1836

Cours MdF-L2 ST-Univ. de Guelma, Pr M. Lahmar Page 16 de 16

Vous aimerez peut-être aussi