Vous êtes sur la page 1sur 22

« La Conception d’un Réseau Électrique Hybride Autonome Diesel-Eolien »

Résumé

Les générateurs diesels sont la principale source d'énergie électrique qui alimente la plupart
des régions éloignées et isolées dans le monde. Malheureusement, ces moteurs posent encore
d'énormes défis techniques, financiers et environnementaux. Toutefois, la combinaison de ces
générateurs avec des sources renouvelables comme l'énergie éolienne dans un système
éolien- diesel hybride (WDS) pourrait réduire ces déficits en réduisant la consommation de
combustibles fossiles et la durée de fonctionnement des moteurs diesels et en réduisant le
coût de l'exploitation et les émissions nocives. L’intermittence de l'énergie éolienne et sa
dissipation pendant les périodes venteuses exigent un système de stockage d'énergie. Dans
cette mémoire, une nouvelle conception d’un système hybride éolien-diesel. L'objectif de
conception ce système est d'optimiser les performances des moteurs diesel et de réduire la
consommation de carburant sans apporter de modifications majeures à l'architecture de ces
moteurs dans les sites isolés.

Introduction générale

Au cours des dernières décennies, la production de l’électricité s’est imposée comme une
nécessité et le développement du secteur est toujours en pleine mutation. Les méthodes de
fournissement ont été nombreuses, variant d’un pays à l’autre, d’une région à l'autre. Au
Algérie, la majorité de la population bénéficie de l’électricité fiable, garantie et à prix
abordable. Toutefois, sa production dans les sites éloignés s’avère problématique du fait
qu’ils ne sont pas connectés aux réseaux électriques nationaux. Afin de pourvoir aux besoins
de ces
« Communautés hors réseaux » – environ 269 communautés actives – comptant environ
220000 habitants, distribués sur tout le pays, différentes sources d’électricité ont été mises à
l’œuvre. Incontestablement, les générateurs diesel figurent au premier rang parmi les
fournisseurs. Plus précisément, 72 % des communautés éloignées privilégient l’utilisation des
générateurs à combustion fossile, à mazout ou au gaz naturel afin de s’auto-suffire en énergie
électrique. Néanmoins, un nombre non négligeable de communautés (17 %), reliées entre
elles à un réseau local, recourt à d’autres systèmes de production d’électricité, telle que la
production hydroélectrique. Le reste des communautés envisagent d’autres systèmes de
production. Alors que 4 % recourt à l’emploi des sources d’énergie renouvelables tels que la
biomasse, la micro- hydroélectricité, les systèmes solaires photovoltaïques (PV) et éoliens,
5 % dépendent totalement ou partiellement des systèmes hybrides, considérés comme
principale source d’électricité.

En dépit de nombreux avantages qu’ils possèdent (fiabilité, stabilité), les générateurs diesel
présentent plusieurs inconvénients et leur usage pose de sérieux problèmes environnementaux,
sociaux, économiques et techniques. Pollution, changement climatique, financement,
maintenance, capacité de production sont autant de facteurs qui, entre autres, déterminent le
changement urgent d’orientation en matière de recherche. Afin de réduire l’impact écologique,
de limiter les dépenses d’exploitation et de résoudre les problèmes de maintenance ainsi que
ceux reliés à la restriction de la croissance de la demande, les chercheurs se placent dans une
perspective de remédiation qui consiste en la conception d’un système hybride. Le grand intérêt
qu’a suscité l’apparition d’un tel système en termes de l’architecture, modes de fonctionnement,
principaux composants, le principe de fonctionnement, d’optimisation est à l’origine de toutes
les études qui ont connu un essor considérable au cours du XXème siècle. En effet, dans le but
de répondre à la demande électrique des « communautés hors réseau », de nombreux chercheurs
se sont penchés sur la possibilité d’une fusion, mettant en place la combinaison entre les
systèmes de production hybrides exploitant des ressources renouvelables disponibles localement
(solaire, éolien, hydroélectrique...) et les groupes électrogènes diesel déjà existants. En raison de
leur robustesse, de leur simplicité conceptuelle, et de leur faible besoin en maintenance, les
systèmes photovoltaïques et éoliens, les études l’ont montré, se sont particulièrement avérés plus
appropriés à l’hybridation que d’autres systèmes de production d’énergie renouvelable. Bien que
mon intérêt pour le système éolien trouve sa justification première dans cette donnée
scientifique, il ne s’y limite pas pour autant, mais pose son fondement sur le choix de la région
étudiée. En effet, dans les sites éloignés où le vent domine, l’énergie éolienne devient de toute
évidence la force motrice dans la production d’électricité.
1
1- Un système d’énergie hybride SEH

Introduction

Nous essayons d’apporter une part des solutions à la crise énergétique actuelle que traversent La
plupart des villes.

Ce travail s’intéresse plus particulièrement à la question de l’accès à l’énergie électrique dans les
zones rurales mais aussi et surtout dans les sites isolés pour la télécommunication.

L’électricité représente en effet de nos jours une ressource essentielle et vitale pour l’homme :
l’approvisionnement en nourriture et en eau, la climatisation, l’éclairage, la santé, les
communications, l’informatique, etc. en dépendent étroitement.

Par ailleurs, l’électrification rurale des sites isolés pour la télécommunication des pays Africains se
fait par l’intermédiaire des générateurs diésel.

Alors que depuis les chocs pétroliers successifs observés depuis les années 70 on a assisté à un
manque de production d’énergie reposant sur l’exploitation des ressources fossiles, dont les réserves
sont mal réparties et épuisables. La pollution atmosphérique, le réchauffement climatique, les risques
du nucléaire et les limites des ressources ont fait prendre conscience qu’un développement
économique respectueux de l’environnement, dans lequel nous vivons, est nécessaire. De plus, une
grande partie du monde ne sera sans doute jamais raccordée aux réseaux électriques dont l’extension
s’avère trop coûteuse pour les territoires isolés, peu peuplés ou difficiles d’accès. De plus, le surcoût
de l’approvisionnement en combustible augmente radicalement avec l’isolement. Actuellement, deux
milliards et demi d’habitants, principalement dans les zones rurales des pays en développement, ne
consomment que 1 % de l’électricité produite dans le monde.

Les énergies renouvelables (ENR) constituent donc une alternative aux énergies fossiles à plusieurs
titres : elles perturbent généralement moins l’environnement, n’émettent pas de gaz à effet de serre et
ne produisent pas de déchets; elles sont inépuisables; elles autorisent une production décentralisée
adaptée à la fois aux ressources et aux besoins locaux; elles offrent une importante indépendance
énergétique.

L'utilisation de l’énergie hybride (Solaire-Éolien-Diesel-Stockage) est de plus en plus utilisée dans


diverses applications en sites isolés telles que l’éclairage, la réfrigération, le pompage ou les
télécommunications. Ce dernier fait l’objet de notre travail. Pour une conception durable, le recours à
l’utilisation des systèmes énergétiques à sources d’ENR dans les sites isolés pour la
télécommunication dans des pays en voie de développement est devenu indispensable.

Connaissant les problèmes rencontrés pour le transport de l’énergie électrique dans ces zones
éloignées, ainsi que le coût élevé, il serait plus judicieux d’envisager l’utilisation de systèmes
hybrides dans ces régions puisque les gisements solaire et éolien y sont importants. L'étude

2
préliminaire de la conception de ce système est une étape importante, L'étude initiale de ce type de
système est une étape importante, car la conception d'un grand système entraînera des coûts
supplémentaires, tandis qu'un système plus petit sera moins fiable.

Définition et missions des systèmes hybrides


Le problème avec la puissance variable et non garantie produite par les sources d’ENR, peut être
résolu par un couplage des sources d'approvisionnement et la formation d’un système dit hybride
(SH). Un système d'énergie hybride (SEH) est défini comme une installation qui utilise deux ou plus
des technologies de la génération d’énergies : une ou plusieurs sources de production d’énergie et
classique (groupe diesel en général) et au moins une source de production d’ENR.

Les sources d’ENR, comme l’éolienne et le photovoltaïque, ne délivrent pas une puissance constante.
Leur association avec des sources classiques permet d’obtenir une production électrique continue.
Les systèmes d’énergie hybrides sont généralement autonomes par rapport aux grands réseaux
interconnectés et sont souvent utilisés dans les régions isolées.

L’objectif d’utiliser des technologies multiples est de réunir les avantages et les meilleures
caractéristiques opérationnelles de chaque système [12],[13].

Les performances d’un SEH (le rendement et la durée de vie) sont influencées d’une part par sa
conception, c’est-à-dire le dimensionnement des composants, le type de composants et leur
l’architecture etc. dont dépend le choix de la stratégie de fonctionnement. Notons que quelques
paramètres permettent d´évaluer leurs performances qui sont : l’économie du carburant, le coût du
kW, le nombre et la durée des pannes, le nombre d’arrêts pour l’entretien etc.

ARCHITECTURES DES SYSTÈMES D’ÉNERGIES HYBRIDES (SEH) 


Les générateurs électriques d’un SEH peuvent être connectés en différentes Configurations. Ces
configurations constituées par des sources d’énergies éoliennes, des batteries et des générateurs diesels se
résument en trois types : Architecture à bus CC (bus à courant continu) et architecture à bus CC-CA (la
connexion mixte, bus à CA et bus à CC), architecture à bus CA (bus à courant alternatif) [6]. Nous
présenterons ci-après, une description ainsi que les avantages et les inconvénients de chaque configuration.

Architecture à bus à CC
Dans le système hybride présenté dans la figure (I- 4), la puissance fournie par chaque source est centralisée
sur un bus à CC. Ainsi, les systèmes de conversion d’énergie à CA fournissent d’abord leur puissance à un
redresseur pour être convertie en CC. Le ou les générateur(s) diesel(s) sont connectés en série avec l’onduleur
pour alimenter les charges à CA. Les générateurs diesels ne peuvent donc pas alimenter les charges à CA
directement. Etat de l’art sur le système d’énergie hybride 2017 L’onduleur doit alimenter les charges à CA à
partir du bus à CC et doit suivre la Consigne fixée pour l’amplitude et la fréquence [6]. Les batteries et
l’onduleur sont dimensionnés pour alimenter des pics de charge, alors que le générateur diesel est dimensionné
pour alimenter les pics de charge et les batteries en même temps. La puissance délivrée peut être contrôlée par
la commande du courant d’excitation de la partie électrique du générateur diesel ou en incorporant un

3
régulateur de charge dans les sources d’énergie éolienne. Les avantages et les désavantages d’un tel système
sont présentés ci-après.

Avantage
- La connexion de toutes les sources sur un bus à CC simplifie le système de commande.

- Le générateur diesel peut être dimensionné de façon optimale, c’est-à-dire de sorte à fonctionner à puissance
nominale pendant le processus de chargement des batteries jusqu’à un état de charge de 75-85 %.

Inconvénients
- le rendement de l’ensemble du système est faible, parce qu’une certaine quantité d’énergie est perdue à cause
des batteries et des pertes dans les convertisseurs.

- les générateurs diesels ne peuvent pas alimenter directement la charge, l’onduleur doit donc être dimensionné
pour assurer le pic de charge.

Figure IV.3 : Configuration du SEH à bus CC.

Architecture mixte à bus à CC/CA


La configuration à deux bus à CC et à CA est présentée dans la figure (IV-4). Celle-ci a des performances
supérieures par rapport à la configuration antérieure (un couplage CC). Dans cette configuration, les sources
d’énergie renouvelable et les générateurs diesels peuvent alimenter une partie de la charge à CA directement,
ce qui permet d’augmenter le rendement du système et de réduire la puissance nominale du GD et de
l’onduleur. Le ou les générateur(s) diesel(s) et l’onduleur peuvent fonctionner en autonome ou en parallèle en
synchronisant leurs tensions en sortie.

Les convertisseurs situés entre les deux bus (le redresseur et l’onduleur) peuvent être remplacés par un
convertisseur bidirectionnel, qui en fonctionnement normal, réalise la conversion CC/CA (fonctionnement
onduleur) [6].

4
Quand il y a un surplus d’énergie de la part du générateur diesel, il peut aussi charger les batteries
(fonctionner en redresseur). L’onduleur bidirectionnel peut alimenter les pics de charge quand le générateur
diesel est surchargé.

Pour les systèmes hybrides ayant une puissance en-dessous de 100 kW, la connexion mixte, bus à CA et bus à
CC, avec des batteries de stockage est très répandue

Avantage
- le GD et l’onduleur peuvent fonctionner en autonome ou en parallèle. Quand le niveau de la charge est bas,
l’un ou l’autre peut générer le nécessaire d’énergie. Cependant, les deux sources peuvent fonctionner en
parallèle pendant les pics de charge.

- La possibilité de réduire la puissance nominale du GD et de l’onduleur sans affecter la capacité du système


d’alimenter les pics de charge. Etat de l’art sur le système d’énergie hybride 2017

Inconvénients
- La réalisation de ce système est relativement compliquée à cause du fonctionnement parallèle (l’onduleur
doit être capable de fonctionner en autonome et non-autonome en synchronisant les tensions en sortie avec les
tensions en sortie du GD).

Figure IV.4 : Configuration du SEH à deux bus CC et à CA

Configuration de bus CA :
Des nouvelles approches sont proposées pour améliorer la modularité par un Couplage CA (toute l’énergie
converge vers un même bus CA) [6]. Toutes les sources de productions sont reliées au bus CA via des
convertisseurs sauf le générateur diesel qui peut fixer la fréquence de bus.

5
L’aspect pratique de la configuration de bus exclusivement CA
Un couplage de tous les consommateurs et de tous les générateurs du coté CA (voir figure I-5) permet
désormais de réaliser des systèmes flexibles constitués de composants modulaires. En fonction de l’application
et des sources d’énergie disponibles, il est possible d’intègres différentes sources énergétiques, aussi bien
renouvelable que conventionnelles. Le système peut en outre être élargi en toute simplicité par ajout de
composants ou de générateurs électriques pour répondre à des besoins en énergie croissants.

Ces structures peuvent être utilisées pour l’alimentation de tous les consommateurs électriques, y compris
dans les régions des pays en voie de développement et des pays nouvellement industrialisés dans lesquels
l’électricité, l’approvisionnement en eau et la purification de l’eau potable sont des besoins vitaux.
L’utilisation du courant alternatif présente plusieurs avantages et inconvénients

Avantages
- un découplage des différentes sources de production, ce qui permet d’agir de façon assez indépendante les
unes sur les autres.

- le générateur diesel peut fixer la tension et fréquence de bus (CA).

- Capacité d’augmenter et de réduire la tension à l’aide d’un simple dispositif passif (transformateur).

- Appareillage de connexion bon marché et disponible facilement.

- Les circuits triphasés produisent un champ magnétique rotatif permettant des moteurs compacts et efficaces.

- La fréquence peut être utilisée comme moyen de contrôle (dérive de fréquence).

Inconvénients
- le rendement de l’ensemble du système est faible, parce qu’une certaine quantité d’énergie est perdue à
cause des batteries et des pertes dans les convertisseurs.

- La connexion de toutes les sources sur un bus à CA complique le système de commande

6
Figure IV.5 : Configuration du SEH à bus CC.

Systèmes Hybrides Eolien-Diesel


Introduction 

Malgré leurs avantages, les conceptions de production d’électricité et d’énergies


renouvelables sont particulièrement intéressantes dans les régions isolées seulement où les
besoins d’électricité sont faibles utilisés principalement pour alimenter divers appareils tels
que les dispositifs de signalisation routière ou encore les systèmes de télécommunication, de
télédétection et de télésurveillance. Dans les sites isolés, la demande en électricité est assez
élevée et les sources d’énergie renouvelable, malgré leur intérêt pressant, ne couvrent pas
tous les besoins en énergie électrique, d’où la nécessité de couplage entre ces types d’énergie
et la production diesel. En effet, la plupart des communautés isolées sont situées dans des
zones où les ressources éoliennes sont suffisantes. Toutefois, l’intermittence et les
fluctuations de cette énergie, son caractère imprévisible et le déséquilibre entre la production
et la consommation nécessitent le couplage des générateurs diesels à des éoliennes à travers
la conception d’un système hybride éolien-Diesel (SHED). Ainsi, l’électricité sera
continuellement procurée avec une réduction de l’utilisation des générateurs diesel, une basse
de consommation du carburant, une diminution des émissions des gaz à effets de serre (GES)
et des coûts de production de l’électricité.

7
La conception d’un réseau électrique éolien-Diesel combine un ou plusieurs générateurs
diesel en parallèle avec une ou plusieurs éoliennes pour obtenir une contribution maximale
des ressources éoliennes tout en fournissant une énergie électrique de qualité constante. Il
comprend en plus que les éoliennes et les groupes électrogènes des convertisseurs, un
système de régulation, de commande, de gestion des charges et de supervisions etc.… (Figure
4).

Le SHED est utilisé actuellement dans plusieurs sites isolés au Canada et d’autres pays.
Egalement, il est largement utilisé en Alaska et aux Etats-Unis.

Figure 4 - Schéma électrique d’un système hybride éolien-diesel installé à Krasnoe – Russie [13]

2.1. Description du SHED


La conception préliminaire du SHED (Figure 1-4) prévoit la génération de l'électricité en utilisant en
parallèle une centrale diesel déjà4 existante et une centrale éolienne comportant un seul modèle de
turbines. En plus de ces deux principaux éléments, le SHED peut aussi incorporer un système de
distribution à courant alternatif (CA), un système de distribution à courant continu (CC), la logique et
les composants nécessaires à l'exploitation jumelée du système : des convertisseurs, des charges, des
charges secondaires de lissage (délestage), un système de stockage, un régulateur et commande
automatisée et une option de gestion des charges ou un système de supervision, etc. Toutes ces
composantes peuvent être connectées selon différentes architectures. Celles-ci sont résumées dans la
Figure 1-5. Cette approche est utilisée actuellement dans des communautés nordiques au Yukon [18],
Nunavut [19] au Canada et Alaska aux États-Unis [20] et dans la plupart des sites isolés (îles, zones
montagnardes, ...) ailleurs dans le monde.
8
Figure 1-4 : Schéma d'un système hybride éolien-diesel (SHED) installé à Alaska [21]

Figure 1-5 : Architecture des systèmes hybrides d'énergie (SHE) [22]

Modes de fonctionnement des réseaux hybrides autonomes Diesel Eolien


Ils ont deux modes : diesel seulement et diesel-éolienne. Les régions ayant une ressource suffisante
de vent peuvent fonctionner dans le troisième mode c.-à-d. éolienne seulement et par conséquent
mettant en arrêt les moteurs diesel.

9
Principaux éléments d’un réseau électrique hybride autonome Diesel-Eolien
Générateur diesel

Comme beaucoup de systèmes électromécaniques de production de courant électrique, un générateur


diesel peut être divisé en trois principaux composants (Fig. I.2) : le moteur diesel qui inclut un
moteur à combustion avec un régulateur de vitesse, le générateur synchrone (GS), et le régulateur de
tension.

Le régulateur de vitesse assure une opération de vitesse constante et le régulateur de tension stabilise
la tension produite pour différentes conditions de charge.

Le rôle du régulateur de vitesse c’est de maintenir la fréquence du courant à sortie.

Fig. I.2 : Configuration de générateur diesel [17].

L’éolienne

Le principe de l’énergie éolienne est basé sur la récupération de l’énergie cinétique produite par le
vent (densité de l’air ayant une certaine vitesse) par des profils de pales particulières qui seront
soumises à des forces qui vont les entraîner en rotation et ainsi fournir l’énergie mécanique
nécessaire au générateur qui la transformera ensuite en énergie électrique. Dans les éoliennes
envisagées pour le système hybride Diesel-Eolien, il est préférable d’utiliser des générateurs
asynchrones à cage d’écureuil [18].

Un générateur asynchrone offre beaucoup d'avantages par rapport à un générateur synchrone


conventionnel comme une source d'alimentation isolée et on peut citer les avantage principaux
suivants [19][20] :

 Le prix unitaire réduit  La rigidité,  l’absence des balais (dans la construction à cage), 
L’absence de source séparée de courant continu,  Facilité de l'entretien,  L’autoprotection contre
des surcharges graves et les court-circuites, etc.

10
Fig. I.3 : Chaîne de conversion éolienne à générateur asynchrone à cage fonctionnant à vitesse fixe [17].

Les charges

C’est avec les charges électriques que la puissance électrique sera rendue utile. Il existe deux charges
à caractère résistif et inductif. Les charges résistives incluent les ampoules à incandescence, les
chauffe-eau etc. Les appareils utilisant des machines électriques sont des charges résistives et
inductives. Ils sont les principaux consommateurs de puissance réactive. Les charges à CC peuvent
avoir aussi des composants inductifs, mais les seuls effets introduits par ceux-ci sont :

Les variations transitoires de tension et de courant pendant les changements dans le fonctionnement
de système [21]

Les demandes des charges montrent des tendances en fréquence à court terme et à long terme. Mais
à la différence du vent il est relativement facile de les prévoir (l’ensemble fréquence et amplitude)
puisqu'elles suivent les habitudes de la communauté. Avec la connaissance du modèle de demande
tout au long de la journée, la charge peut être prévue, et la capacité de génération diesel appropriée
peut être apportée sur la ligne pour fournir un approvisionnement fiable et de façon optimale et
efficace.

Principe de fonctionnement
Un schéma global du système Diesel-Eolien est montré sur la fig. I.7. Le système diesel initial
comporte le générateur diesel alimentant la charge du village. Avec l'addition des éoliennes, une
charge secondaire sera très probablement nécessaire pour absorber l'énergie excessive, chaque fois
que l'énergie éolienne développée dépasse la demande. Un embrayage peut être ajouté entre le
moteur diesel et le générateur, pour permettre au générateur synchrone de fonctionner en tant que
compensateur synchrones quand il est souhaitable de fonctionner exclusivement à partir de l’énergie
éolienne. Dans ce système le générateur synchrone règle la tension de réseau et fournit la puissance
réactive nécessaire pour exciter le générateur asynchrone de l’éolienne. Une certaine forme de
stockage de l'énergie dans les systèmes, peut être également justifiée.

11
Fig. I.4 : Schéma de principe d’un système hybride Diesel-Eolienne [17].

Importance de l'hybridation entre l'éolien et le diesel


Le SHED (Figure 1-4) représente une solution intéressante pour l'électrification des consommateurs
dans les sites isolés même s'il est très complexe comparativement aux solutions courantes mono-
source. Le SHED présente par contre un intérêt évident considérable par sa flexibilité incomparable,
sa souplesse de fonctionnement et son prix de revient vraiment attractif [29], [30], [31]. Ceci permet
d'optimiser au maximum le système de production d'électricité, aussi bien du point de vue technique
qu'économique.

Cette façon de concevoir l'intégration éolienne :

1. amène des économies de carburant beaucoup plus intéressantes qu'une génératrice diesel
fonctionne seule

2. permet de réduire les déficits d'exploitation des réseaux autonomes en apportant des économies sur
l'entretien et sur le coût de remplacement des diesels.

3. assure, en tout temps, l'énergie suffisante demandée par la charge et, si possible, produit le
maximum d'énergie à partir des éoliennes, tout en maintenant une qualité déterminée d'énergie
fournie [29], [32].

4. permet de lisser la puissance délivrée par la source d'énergie. Par exemple, l'absorption des pics
aléatoires de puissances positives ou négatives générés par la charge. Autrement dit, il s'agit ici d'être
capable, d'une manière générale, de délivrer ponctuellement des puissances supérieures à la
puissance moyenne du générateur électrique ou de récupérer de l'énergie pour recharger la source de
puissance.

5. permet de palier pendant une durée limitée une indisponibilité partielle ou totale de la source
d'énergie, le vent.
12
Un système hybride éolien-diesel doit notamment:

1. obéir à des règles d'exploitation en temps réel basées sur une priorisation économique des
ressources énergétiques disponibles.

2. compter sur une gestion automatisée des composants du système afin de garantir la stabilité du
système en tout temps, y inclus dans les transitions entre les différents modes d'opération du système.
Pour un SHED, trois modes d'alimentation du réseau local existent selon la qualité du vent: éolien
seul, diesel seul et éolien-diesel.

De plus, l'économie de carburant et la baisse de prix obtenues par la génération hybride doivent au
moins couvrir l'investissement fait pour les générateurs éoliens et les autres composants auxiliaires
du système. Un système de régulation performant qui maintient les groupes diesel au-dessus de leur
puissance minimum de bon fonctionnement, permettra d'optimiser leur fiabilité et le taux de
pénétration de l'énergie éolienne.

Les performances d'un SHED, le rendement et la durée de vie, sont influencées en partie par sa
conception, c'est-à-dire le dimensionnement des composants, le type de composants, l'architecture
etc., et d'autre, par le choix de la stratégie de fonctionnement. Quelques paramètres permettant
d'évaluer ses performances sont : l'économie de carburant, le coût du kWh, le nombre et la durée des
pannes, le nombre d'arrêts pour l'entretien, etc.

La durée de vie des composants d'un SHED peut être beaucoup plus courte que la durée de vie
normale des composants individuels (fonctionnement en connexion aux réseaux interconnectés) [29].
Les points les plus critiques sont en général la dégradation des batteries, Pendommagement des
démarreurs diesel et du système mécanique de freinage des éoliennes et la carbonisation excessive
des cylindres du moteur diesel.

Pour ces raisons, le système hybride éolien-diesel exige un dimensionnement laborieux préalable
basé sur une connaissance approfondie du gisement en énergie éolienne du site d'implantation, une
gestion rigoureuse de l'énergie électrique produite et un savoir-faire dans l'ingénierie des systèmes
énergétiques. Cette gestion rigoureuse de l'énergie s'appuie sur des dispositifs de régulation et de
contrôle et des logiciels très puissants.

Nécessité de stockage d’énergie

Stockage associé au SHED dans les sites isolés

Introduction

Le choix optimal d’un système de stockage est principalement lié à la nature de l’application
et au type de production électrique. Pour les sites isolés, le dispositif de stockage doit
13
répondre à plusieurs exigences techniques, sociales, économiques et environnementales. Il
doit être bien adaptable avec les systèmes de productions d’électricité dans ces sites et avec
les ressources renouvelables disponibles, principalement le générateur diesel et les éoliennes.
Le dispositif de stockage doit être aussi capable d’agir en temps réel en fonction des
fluctuations de la puissance générée par les ressources renouvelables et de la charge
électrique appliquée. De plus, l’énergie stockée doit être bien gérée durant sa restitution afin
de limiter tant que possible le fonctionnement des générateurs diesels et de minimiser leur
consommation.

Dans sa thèse et ses articles postérieurs [10], [15], [17], [35], [36], H. Ibrahim a justifié le
choix de la technologie de stockage sous forme d’air comprimé pour qu’elle soit associée au
système hybride éolien-diesel dans les sites isolés. Ses études ont abouti à exclure toutes les
autres technologies de stockage pour plusieurs raisons ; les batteries électrochimiques ont été
exclues à cause de leur production électrique modeste qui ne peut pas répondre aux besoins
lorsque la puissance est élevée. Il en est ainsi pour le stockage cinétique qui ne peut pas
stocker des grandes quantités d’énergie à long terme. Le stockage par super-condensateurs
n’a pas été adopté à cause de son coût unitaire élevé et du pourcentage d’auto décharge qui
atteint 5 % par jour et qui réduis subséquemment l’autonomie du système de stockage. La
complexité du système de réfrigération des inductances super conductrices et le prix
prohibitif des batteries redox et autres facteurs font des barrières pour l’utilisation de ces
méthodes de stockage avec le SHED. De même, malgré l’importance du stockage d’énergie
chimique surtout les piles à combustible à hydrogène, ces systèmes ont été exclus car une
intervention interne et complexe sur l’architecture des moteurs diesel sera nécessaire pour les
faire opérer avec l’hydrogène comme carburant. Également, le stockage hydraulique
gravitaire a été exclu de la liste des

14
Technologies candidates parce qu’il nécessite une ressource d’eau abondante et un lieu
géographique spécifique avec un grand dénivelé entre les réserves d'eau inférieures et supérieures.
Concernant la technologie de stockage thermique, elle a été proposée comme un système auxiliaire
qui améliore la performance énergétique des SHED et non pas comme un dispositif de stockage
principal.

Une étude détaillée basée sur la méthode de « l’indice de performance » a validé le choix du
stockage d’énergie sous forme d’air comprimé et a montré que le stockage d’air comprimé est le
meilleur choix, le plus adaptable pour les conceptions de systèmes hybrides de type éolien-diesel
destinés à alimenter en électricité des sites isolés. Tout en prenant en considération une liste de
critères bien précise (coût, durée de vie, rendement énergétique, autonomie, efficacité, etc.), cette
étude nous a permis de mieux appréhender les avantages du stockage sous forme d’air comprimé.

Figure 11- Indice de performance pour différents systèmes de stockage d’énergie

Un tel système de stockage présente une solution intéressante aux problèmes des fortes fluctuations

15
stochastiques de l’énergie éolienne car il permet une conversion élevée (60-70% sur un cycle
charge-décharge complet), et il est conçu, avec des matériaux conventionnels faciles à recycler, de
façon à effectuer un nombre de cycles quasi illimité [17].

Stockage d’énergie est nécessaire

Le stockage de l’énergie électrique est un besoin qui existe depuis un siècle, la date du début de
l’installation des réseaux électriques, et qui continue jusqu’à nos jours. En effet, l’électricité
produite par les systèmes de production traditionnels doit être consommée en même temps qu’elle a
été générée sinon, elle sera rejetée et il en résulte d’énormes pertes économiques. Pour les
applications commerciales et résidentielles, l’électricité doit être disponible de manière fiable 24
heures sur 24. Même une fluctuation d’une seconde à l’autre peut provoquer des perturbations
majeures. En plus, le déséquilibre entre l’offre et la demande endommage la stabilité et la qualité
des installations électriques [19].

En raison des effets négatifs de ses installations sur l'environnement, de l'épuisement rapide des
combustibles fossiles et à cause des mesures préventives qui devraient être prises telle que
l'utilisation des méthodes économes en énergie dans les processus de la production d'énergie ,
l’intégration des sources d’énergies renouvelables (SER) dans les systèmes de production est
devenu indispensable afin de répondre aux demandes croissantes de l’énergie électrique. La
production que procurent ces sources possédant un énorme potentiel a augmenté d’environ 700 %
dans ces dernières années. La production mondiale d’énergie solaire et éolienne qui était 183 GW en
2009 a atteint 920 GW en 2017 [20].

L’intégration des SER surtout les éoliennes sur les réseaux électriques a donc compliqué la
situation. La production par ces sources est intermittente, ainsi la puissance électrique produite par
ces aérogénérateurs n’est pas constante et subit des fluctuations dépendant principalement de la
disponibilité et de la vitesse du vent indépendamment de la consommation. Les études ont montré
qu’un réseau électrique peut absorber les variabilités et l’incertitude résultante de l’intégration des
SER sans avoir des problèmes techniques majeurs tant que la production électrique de ces derniers
n’atteint pas 10 % de la capacité du système installé. Cependant, l’intégration des SER avec un taux
de pénétration très élevé toutefois indispensable, provoque un déséquilibre offre/demande et affecte
fortement la flexibilité des systèmes de production [21].

Les systèmes de stockage d’énergie (SSE) semblent la solution la plus prometteuse qui puisse jouer
un rôle essentiel pour résoudre tous ces problèmes de flexibilité. Le stockage d’énergie
16
est devenu un facteur dominant dans l’intégration des sources renouvelables dans les
systèmes de génération d’électricité. Il peut jouer un rôle très important pour rendre ces
systèmes fiables et robustes et pour réduire les fluctuations de la puissance des énergies
renouvelables, améliorer la flexibilité des systèmes et augmenter le taux de pénétration des
SER. De plus, les systèmes de stockage semblent être une partie cruciale des réseaux
intelligents dans le futur [22].

Le stockage d’énergie (SE) consiste à stocker l’électricité pendant les périodes de moindre
demande et de la déstocker pendant les périodes de forte demande. Autrement dit, le SE
consiste à préserver une quantité d’énergie pour une utilisation ultérieure. La Figure 6 montre
le profil de la charge électrique sur le réseau d’Ontario en comparaison avec celui de la
capacité éolienne produite pendant 24 heures. Un excédent d’énergie électrique est produit
par les éoliennes durant les premières heures de la journée. Le stockage de ces quantités
d’énergie perdues améliore le rendement de ce réseau électrique.

Figure 6 - profil de la charge électrique sur le réseau d’Ontario [23].

Avec l’augmentation de la production d’électricité par des ER, le stockage de ces énergies est
devenu un enjeu vital pour toutes les sociétés et pour l’industrie. Il est un besoin économique,
environnemental, technologique et géopolitique. De ce fait, le SE présente les avantages
suivants :

- L’indépendance énergétique ; l’énergie électrique est disponible à la demande sans


coupure.

17
- L’équilibre offre/demande ; il compense l’irrégularité de la production des énergies
renouvelables intermittentes.

- La stabilité du réseau électrique en assurant la régulation de la tension et de la


fréquence de ce dernier.

- L’optimisation des SER en maximisant le taux de pénétration et en permettant de


profiter au maximum de ces sources.

- La réduction de la consommation globale d’énergie en ajustant la production


d’énergie en fonction de la demande.

- Un gain environnemental lié à l’utilisation à grandes échelles des ER qui remplacent


les centrales thermiques.

- Des avantages économiques à long terme surtout avec l’augmentation continue des
prix des ressources fossiles.

- Une sécurité de l’approvisionnement en énergie électrique.

- Les lieux de la production sont généralement situés loin des endroits de


consommation. Par conséquent, les longues lignes de transmission augmentent le coût
de production et d’investissement. Le SE favorise la production décentralisée de
l’électricité et réduit les coûts énormes des lignes de transmission.

3.1. Système hybride éolien-diesel avec stockage d’air comprimé à petite


échelle (SHEDACPE)
Ce système est conçu pour répondre aux besoins électriques des petites stations installées
dans des régions éloignées qui ne sont pas desservies par un réseau électrique comme les
stations de télécommunication ou autres infrastructures. Ces applications ont besoin d’une
source d’électricité fiable et continue qui sera disponible durant toute l’année. Généralement
ces sites sont servis par des générateurs diesel qui posent toujours d’énormes problèmes
techniques, écologiques et économiques.

18
Le système est constitué d’une centrale éolienne couplée à un compresseur et un moteur
pneumatique (Figure 16). L’idée consiste à utiliser l’énergie éolienne comme une source
d’appoint. Durant les périodes de fort vent où la puissance éolienne dépasse la charge
électrique demandée, les turbines éoliennes alimentent directement la station en électricité et
l’excédent de cette énergie sera utilisé par un moteur électrique pour alimenter un
compresseur afin de recharger l’air comprimé dans des réservoirs à une pression qui atteint
300 bars. L’air déjà comprimé sera détendu dans un moteur à air comprimé pour alimenter la
station en absence d’une énergie éolienne suffisante.

Figure 16 - Système hybride Eolien-Diesel à petite échelle avec stockage de l'air comprimé (SHEDACPE) [7]

L’autonomie de ces systèmes est liée directement à la capacité des réservoirs installés ; le
moteur diesel sera utilisé seulement en absence totale de l’air comprimé dans les réservoirs de
stockage. En ce qui concerne la puissance éolienne installée, elle doit être assez suffisante
pour recharger les unités de stockage même lorsque la vitesse du vent est faible. Il est
préférable que la puissance éolienne dépasse le double de la puissance électrique demandée.

19
Le système Hybride éolien-diesel (SHEDACPE) présente beaucoup d’avantages ; il
augmente au maximum le taux de pénétration de l’énergie éolienne, réduit les heures
d’opération et les visites de maintenance et d’entretien des générateurs diesels, réduit
l’usure et prolonge la durée de vie de ces derniers et réduit enfin la consommation du
carburant et les émissions nocives.

3.2. Système hybride éolien-diesel avec stockage d’air comprimé à


moyenne échelle (SHEDAME)
Cette configuration est proposée pour alimenter en électricité les sites éloignés non
connectés aux réseaux publics d’électricité où l’électricité est fournie généralement
par des générateurs diesels (villages, iles, etc.). Comme pour les systèmes à petite
échelle, la centrale éolienne alimente le village durant les périodes de haute
pénétration lorsque la puissance générée par les turbines dépasse la charge demandée.
L’excédent de l’énergie est utilisé pour comprimer de l’air frais dans des réservoirs de
stockage (Figure 17). Cet air sera utilisé ultérieurement pour suralimenter les moteurs
diesel en complément ou en substitution à sa suralimentation initiale lors des périodes
de faible pénétration lorsque la puissance éolienne ne supporte pas la charge du
village [10].

Figure 17 - Système hybride Eolien-Diesel à moyenne échelle avec stockage de l'air comprimé (SHEDAME)

20

Vous aimerez peut-être aussi